<%BANNER%>







PAGE 1

PA LL AJIIS 15 m*;* 1832 ww>wn \wvt m\ mi li muit htm j>ar m Ai '.nui (.. Mtlhpaunii -oo — IX L'enqute sur l'ducation ._ JLa Commission .du Dr Molon s jumii son rapport au Prsident lloover tardivement en Oclobie 1J3U. Aprs avoir nonce bueYemeni les coodiUoni conotfiiquts et socilts, la Coœi sion tablit les m i caton de la Rpublique, i imna le systme <; •Dttt.nl et praenta 01 rt omm ndatn ns ipcifiqui ^D'aprs la i on a, il ) arait prt de 450,01 U aiantt d'^e a | lier a lu i paya, desquels en vu o i 101,151 taient tmlts dai et De ce nombre, I | dans Us coles dtb villes, IL proxuuativenien! le Dombii complet de la pi ion d • cjles utbaints et le! Unis ne i ta vanl cation taient loua i II tncts miaux. Le tu i bre des coles primaires tait pci 1007 avec 2.S tteol B Btcon diiies trouves seoli ment les villes et une t* oie pr< lionne 1 le lupeiieuie, 11 1096 institutions i duct SJUS ie iJt'pMl in; i,i hatien l Instruction I ul;li \\ non, la Lon miabioi Irouvi 11 ;oles publiques cl une col prolessioi utile diriges pi i occupation ami u au e. Li coles sous le Dep i emen l'Inalructton Pubhqi i m| i n tient cilles dirigt i s pai ordres .religieux catboliqu dans l'opinion de la (..ou, non, celles-l • eral i< prsenlaici t le ineiin i i l)| travail d'cole dans la Kepul i que. Pouisuivai eiaum dcoles e ennui, i a Cou mission remarqua : c MI taux lev a'illt : a m que de maisons 0*1 u't quipemi nis.M B proli entranes, sa vaste arme d'eii tauts s..us opportunii dallai ; l'cole, sea fll iocau2 classes lrOp(tr01(S Ibpit portion euire, les n il lies ... cordes aux i nlants t Ut s ville • i ceux dai campagne:. tiaiti i en lace d'une gigantesque tilu d ducation. Le Di MotOU et Kl s aSK ne puieni trouver dans ie p. aucune instruction d'entranment de prolesseui sp< cialisaut dans la p lion u> prolessi uis pour les coles se< oondairei, sucuni | ; i enb ai%  emeni dis pro easi ui bou • mes poui les ecol in (ires, ei les taci lu >tai.ti t pour i enti ali entent d* s pu saurs li mn.es soi >ez iet.eintts al ne repoteul sui a cun i.ivi au eleVe. Apres avoir ttudu les eflori d ducation du berwee ln.in.iajue, la Colin, i siui MUI aux oonclusions que i i U blissemeni al'un systme istii i ( ;.i. coles pi Kiiane. pi ui Us entants dans les \ nlis il les CBI1 p i^nes sous i.ii i | i tenue dilleient et distinct, le D. pi ECHOS #o— %  — M. Lon i ki u, direc teur de ullaiii-Ji i .;< et( cftargede la dm i h; %  uinienr i La i ii l'Ail jviiio J. r. Ai du i cttuj de i L'Actiou \ u tle ,ej eat l'adaiinisti ultt i g 2j Noti ( 11 i i Gai de >, des Caj odtil l'article H Vus.) i.. : a, m ai Cuilti.illt ...ji|i; i. ir Mique, de < il. .Il ,,!• %  ;, outre ai u le Vira 1 tonHii". Noire ci i lu re ai pu, en bol in • i mite. reproduit e ausi noti e n bouse; "cocflii pi|Ji rmonie." Il n"i,s MU bit;.. — La Gouvi %  viatique, d'apri tuationi le lgations 11 ai | sus pendu tout Irafii je-iee de Ussiri lot* pour la ilili f.u i ;• o Te.'u utl de si ropes. aueaui e a ete j n \ i i laii i i s mi•iiaiti s n 4liuui ic oui ia il 11 l en Saiberu. y — Ciuqu.. te oui terne 11 de l'Agriculture, tait une erreur, qu'un programme limit de dmonstration d'un typa dsirable d'cole pour la E et lu camp gne i lait lotri \ u tre juetifii oui p ai in n temporaire aiu< i Dtei plus irait oorir !<• nsque biteux de voir oute I %  stl ''ello • lin de l'oi CU| i n, il ente deaieni i re mis e i mesure d'i nr di la pra IM u i ans l'adi ini on de l'educat n, les i re p'an poui senti i (In ivec eux et les concilier. A I ..; d du bas pourcentage de ii | ses poui l'educaiion ti i issante apdirigei pai Commission dclara qu'an po ni de v;; t fioan,ni eu lii.iii i pue si • i u pat ion amriaine qu'elle ne lavait eie sous i xclm i haiiien. rlam dpensait auanl pool les lves primain • les coles des villes qu'api lOll %  tivi un ni [our le mem son • on les coles rurales, b y ;:' si dis diapro| ortions dans l'chelle des salaires dei professeurs. l'ami sis recommandation.* easentielli s, la Commission sug ,(•/: qu'un programme d'edul on un fite en llaiii lut insi il t f O (eus ts types d'il.'sli ducation seraient sou. 11 direction du Secrtaire d'Els i lion l ; ublique;que le; tonds du gouvernement lu.-sen budget et oistribut lai .e ment ; que de> mesures immdiates tusatnt pi ; i augmentation des i s piolesseurs mai qu il y eut une ceaaatiot m n'. d • aallocatu ns i api %  lermes-co Celle.dj exisntes pustent tre pouivui l'un | ersonnel adquat el loncn ni %  BV< e eflicii nc< ; qu'ui I rogn m M C de btiment tt d |Uiptmem poui les coles dmi dts tlailiena lut loimuju'une op| ortunile : nie aux tudiants bai os \ a. s . > ludiei a l'eiran> i ; ..... i. gouvei nement des Si a| propriei une su II sant qui, ajoute •. ; itn s, >u vait amener le programme hatien de %  .i 11 nsune | Jetei UlUn ou, d( 1 ui iel.1, li gou 11 nenu ni dt %  < biats u 11 la ngot •.' ion d i emprun long te• in< oui des buis ii ducation ; 1 i u in > .. IX i i .i .u < i i le ucatii lu b i .is d.. x t %  erni men i qm ltnic philantrnopii prt vie lut BJ i %  ,eu. I A SU/fT ). La Collaboration l Damiens n'est pas unifie. Nous avons lu la rponse de la dire uofl le Damiens. Nous n'y voyous rien qui misse dterminer qu'il y an oi que ce soit de nouveau avec l'hait ionisation, c'est l* mme clich qui continue. Monsieur Tu r nier dit au paragraphe 1 : t ..L'unit d-j collaboration tii\> employs f :ld Service tsl indiapensaolt I nu suives de l'organisation, Notre Enqute \otis publierons demain Ciloquente pane que nous a a-ires tt li/" le Senatmr Lena San en rponse notre enqute La te m me de Csar... Dcs Rat dcder, hier, Madame G uigea Harvey, ne Fine Cnriv pin. — Les tunrailles auront u-.i cet aprs-midi en l'egiise S'e-Anne. Maison mortuaire : 2me avenue de Uolosse.— Sincres condolances. in a dj t condamna el il a on coteuses de la canne a l)amiens ne laisseraient aucun profit et il sait, par-dessus tout, que l'Etat ne doit pas concurrencer le petit proluctaur cuiseur. Mais il n'a pis pu vaincre l'obstination, l'enttement de son co laborateur l'Extension Agricole qui, jusqu'ici, ne peut lui Imrnir les chiffres de i^ce fameux*projet de Sirop ration tait vraie aurions ours derniers z Jrur_ conclu-e nous rne c'est avec confiance que tous si,i nco !" e surtout que Jnos eflorta sont coovergs allure et la mannte.itn [vts ce but : le redressement | 'le la fiitui lion conomique I du Pays par l'amlioration et l'intensification de la production, etc.. i Nous regrettons j beaucoup d'avoir conlredir le Directeur du Seivice Tech nique, mais noua maintenons i DOtre point de vue qu'aucun i fiert n'est fait pour li*melioration et l'intensification del production. Si cette declanous lu ces qu' Grand Bois l'Agent AgriI cole jolie b caf des paysans qui \endenl leur denre? Es | ce travailler a {'intensification el V amlioration des pio iluits agri' oies indignes qu. de les jeter quand le producteur les vend en ville? Vou excutez la loi de la Standardisation, direevous? Mai nous r|oudons: Standard*' $er un produit quelconque d< sol tt augmenter la quantiti de ce produit, c'est donne aux champs du producteur tons les soins culturaux qui rclame l> technique agricol 'ons qu'il n'y a pas Uimienuuit de coll boratiou. Cette unit, cependant, est daiiei si ou'veut le succs de 1 11 11 tianisatiou. i^e Gouverneine-n est dans 1 obligation ttupe lieuse, absolue de l'obtenir. Sans cette unit de vue on m pourra pas amliorer, iuten) s fier et varier nos pro lut agri o es. Djm-ens est cr dans un but ducatif et l'em pirisrae len carte. Il tj mettre enfin Oamiens tans s i voie. Monsieur Shiller Si olas t Monsieur Turnier peuvent le taire, mais ils ne le leront les trois Directeu moderne pour rendre ce proJ P a8 car les trois Directeur duil loi/ai et marchand afin? ,eul chacun d un cte. Nous qu'il puisse tre pi clerc e^ vous l ele le cndalaim,-. vendu a me leurs prix sur I Nous avons prouv par d s marche mondial. Voila le i t inonds i ans la province t lodai ( Ruasiel.occani la i uine de plusieuri niill.i i.s"*d'uercs de cultures. Un inceudie ; m causes sti ... h iruit la mai son .i Nu. Desaix luunerj situe a 11 udioit appel : Les ; I aux Caves.Us comme ntaiies vont leur train. — On signale un incendie de loi et A la Nouvelle* Tonraine. I puis des jouis, les m.' nitiques j ins de la rgion i ru et ii bi un i.t... — i i i Y, e i'e l'crl-deiai.\, rcemmt ni i r,ci mpte 5e, 6e, el 7e et un efii til ei l i lvei, — A t i \;lil 01 %  i. se | laini du M i i mu m al qui con .. 11 >i< i abus iii i ouvoir. t)n ici ami une enqute. — Les spi culaleurs cay< ns mtsdu laitqu i isou d %  sp >rttfttoo achcii dt ni us directement du i d. 300,000 180 001 r la miasairti Ma i.a' ') pour ai" JUS la bou lie, .i ete uuviil u L)i parlement des le Hngnieur •Agronome It%  qu'il se conoit.Un Agicuoim qui impose a sou Pays um loi dite de i Standardisation comme ce.le que nous avons | en Hati, luit atuure empirique \i t l'incapacit notoire de u Agronome, qui le r ad itiaptt hure la Standardisation scientifique, est cause de la peitede ;lus d un demi mit> liun de dollars que subit le Goo\et m nient celle anne 1 Monsieur Turuiei, votre liiuDlissenu'nl.n ius I avons prou\( tliilti s olli icis a l'appui, ii' Ira va i le ui augmente! no denre< s ni i les amliorer. Nous avons coutre vous la logiqi e des laits. Ou m peut jou, er avec les Uns eco nomiques. Si lellemeni il y avait ut le de Direction, le Service batianis de I). miens aurait di mand le rejet de la S ; i .n isation l'ieunan Djoie. Mcnsieor Turnier, votre grande exprience des choses el d( s affaires,jointe aux connu issu nets d Mr Shiller Nicolas, aurait pu facilement convaincre le Dpaitemenl' d'Agriculture qu'il tant, pour amliorer nos denres, autre • h oseque les saisir el les jelei quand le producteur les prsente n la vente. Nous n ainteooni qu'il n'y a [)\imiens aucune unit de collaboration et l'afaire du Sirop •st l pour le prouver. Nous m appelot s Mr Nicolas qui a eu A protester contre ta mise en osuvie du projet le Sirop prsent par Monsieur Louis Djoie, co-Uirccleur. Mr S. Nicolas, trs au coiiii'nt dt l'administration, rendons Csar ce qui est 'Jsar, sali que le moulin de Damiens st dsuet et a dj cause la ttir.e de Joyeuse; il sait lies bien que ce oioulidlres officiels que le Service de la Production Agricole a tait perdre en 19311-31 HIUS d'un demi million d dollars eu dro.ts de douane. L'anne? prochaine ce ser une valeur beaucoup plu importante si ou nglige d lare ce qui est ncessaire Nous avons, eu vente, sig aie le mal, notre devoi es i;ir; au Gouvernement de taire le sierj. A. AUG. DAUM C. UPurzYtf hi c'est la iruLriaiii 147, Rue d:i Faub. St-Danis, Paris f Fncle l\ prendre, Ne ncessitant aucun prparatlf, j elle oe provoque jainsii de dgot. | Supprimant ta dite, zlle ne dbilite pas le malade. NVxigeant pat de repoa i I. chambre, | eue ne cause aucune perte de temps. Plu acttre que (oui let aimtlalrea, elle jt, par coasquenl, moins cher*. | . FL'RGAnVE.23PiluUe ( UXATIVE. 1 Pilule Cachet Miriga •tntlnvrniafiQue %  uDD.irr "> % %  quelque minutei Fivre, Orlppe, Mlqralne, Rhmsliama Mdicament de choix toujomrt efficace et tant vj langer. Boites de 1 et H cachet. En vente dai; foute boni.i- VuT^i v 'J ^bor.to 1 re^-Dori,urGlRAUO.r..rau. LT0N 0ULUN5(FraO Der'* ^ Port-au-Prlnee i l'harmaeie BLCH. Yr\ % E GRANDE SUPERPRODUC TIONOE PIERRE L'ERMITE DIMANCHE, A HAITIAN4 LA FEMME AUX YEUX FERMS. n Meilleur Saveur o—> C'eat devant un grand auditoire, prsid par .Son Emminence le Cardinal j>ubois, Archevque ('e Paris, que Fittre L'Ermite ou l'Abb Loutil a prsent son nouveau lilm : • La Femme aux Yeux Ferms . La salle l'accueillit chaleureusement et prit un vif intrt son speech Je ne ctayais pas re Veoil si tt, di&ait-il , et il expliqua comment il trouve ses sujets. C'est la vie qui les lui iournit et elle en apporte abondiinment. La crise sociale d'aajouid'hui lui a donn celui de La Femme aux Yeux Ferms. Ce giand film oi Fiene L'Eriii •nous jette en pleine ac tunile sera prsent Duu .nci• %  sur a HAU'IANA, o il lera le d 'ces de tous. /ES SANS TRAVAIL PARLENT... Le rroimiijf K:-A ricaiai krall a mie inhcsw d uue elente. nue Loat t|tie vous n'a-'. jdniN Irouves dans : !; l^. aiage. Vous nulciTz lailillreace la preiitaj •oicbr. Il J a un [ic:i.a ( },,-.i|| (tour •Ire rl.ii (jttf picier. iii'i Nous avons sous les yeux UM bulletin qu'a fait paratre ^ / Lnion des ouvriers de lu S'> J lidarde E onomique d'Hati q>ii dnonce les soullrances | et la grandemisredu peuple. L'Union demande tous les tavoriss de la Fortuue de • ieui un regifd de piti sur li g ni de esse des taroiiic • h i iennef, •> lit s' b *.oix du vautre qii K R A CHEE h" si 5 T E TV PAHUi SALtS Ml.railM Ihdrlbiili ilrer: aii-Prin Hati. LAMEILLEUHHFA ;!NE A PRIX POPUi AIME Faite de bl dur d'hiver elle donn un rendement pa.ant^ en la travaillant seule. BAT BAS FAUIN E A A %  LACKWILL MBLLaW I1.BTATQ41 CO. T ernandez-la; partout, iy ena LXIGEZ-UAche!ez-la avec confiance! Travaillez-la avec org leil! §wmmMmmmmm^m Toutes les Polices [DE LA m i vaux publics. — Les recettes des quatre ou c!. de loot-ball Jama(iiir-Hn)li nionlent Gourdes i32.32. aidentk 1 B conl .' qualit d'hatien M.AIberi Victor Auguste M:mra.-se, ci-devant amricain. |comprennent la iProtection contrela S m Foudre sans auqmentation de tauxj s Euff.LeBoss Aqents Gnraux 'WtWMEg^aV.iJ P 9



PAGE 1

• PA : %  *WI. fi.N'ous lisons dans un Ai publi an Moniteur du 10 m • • 1er.Un crdit t> ra r de Deox Mille • ils gourdes ((i o,;00) ouver. ai 1 |i, ls CKdewux, la Secrtairene d'Etat des ReUl 1 rtenres, ;i tirer sur li possibilits du Trsor . A lecture de ce lests, ui e qu-.lcn se pose tout natun ment : A quoi est destin crdit ? Sa destination n'est en eilet pas indique dans l'article 'el qu'il Mt rdig. Ur. cela importe, auttement, le crdil ou*: fWi demeure sans objet. C 'Cl le cas. Lit puisqu'il n'v pj t J l'obiel, il n'y a pas li fcu A 1 verture de crdit. Il y a bien dans le lexle que noua TOUS reproduit les mots aux fuis ci dessus qui sembleraient tre une indication. \ ce n'es! qu'un renvoi. Ken aux considrants qui eiposi ommairemenl les motifs d. (Mue, mais ne sont pas ;', v rsssion lgale de celle-ci. I p. • s ousidraots ne sont 1 n en teit dune loi ou d'un an Kars phrasologie. Coutume s ne dont ae s'est paaeoco 1 lbai rasse notre lgis considrants ne preaci 1 rien, n'obligent a rien. Ils 1 e loi ... .il pas le tex e de la i. LC texte de la loi, c'est c< est ..M. .j na lea icte. Cs q il y trouve pas est pas dana 1 loi et cs 1. est pas a loi. li en usulteque l'arrt du 1(1 .VlaisouviealaSeotairene la hltlrot(>Mrt n MM. Ed, 1-STUVE & i , et IO 1 — — ••! Panama Bailroad Steamship Line Service de frl et de passagers eniie Ecosse France 1. Angleterre* Mrs. G. ,W. SlEDtft A C*— If. Jsmes Street,.' UnisHML, B.4 THE FOLLOW1NC ARE OUR AGENTI AT PRINCIPAL PORTS IN tX'ROPE LNtiLANi, SCOTLAND. FRANCE. MESSSS G. W. S11ELDQN & C->. 17, James Street, Liverpool, Euglana GM-.LATI.Y HENKEY A Co 'il Rue del Rpublique \jrseill. Jerou Prou & Co Ud. iiJQosi Georges T. Havre. Hernu Peron A Co, Ltd Rue du Moulin Vapeur. Boulogne sur Mer. Ifessis A RaNnix Co, 21, Allengade. Copenhague. OSLO. NORWAY. International Spe ditions>tlkp Oslo.' MM. Atlantic Fnight Corpn Dallinhaus. Hamburg 1. Geimnny! M essrs Atlantic Freiglit Corporation "Gernany Messrs A'antic FreigM t orpa., 24 Qua' Jordaecs utwsrpse BaMwn Hiaxi PEROM A Cie LldJ 9 Rue desjMaris, Paris. lilftvf Peron A Co Ltd., Rue de Tranquillit, "Ounkerque. Hernu Peron A Co Ltd., 9 Rue Roy, Bordeaux, GSNOE, ITALY. Mtasn HBNHY COB A CLSPIP PIAUA S. MATYEO N* lCenar CaTTENBUBO, SwgDEN Nordisk Express. Cothenburg. Uesara ATLALTIC ERFIGHT CO^F N. Kon Emmap'ein Rotleninm Hollande •Hssrs trffsssfAN* A ta Le concert Occide Avant-hier soir, pour coin mraorer le 72e anniversain de tisaance de notn grandj 1 t c < ide, 1 1 Musique di la G. % d II. Jir.ni un ma 1 iique concert dont le progrummi comportait exclus veinent des parlitiousdu mai tre. Le lieutenant Luc JeanBaptiste li nu speech et n un uou.|uci a l'ancien cbel 1: • a Musique d;i Palais < li Jeanly rpondit et donna l'sc colaue a sun successeur, i. loule applaudit, ht ce lut l*extcuiion brillante des bellei compositions*savamm< nt m chtsutesqui consacrent l'art et la technique parlai te di notra g and musicien. (J. huit par 1804 , la mai cl,. bernique qui tait toujours passer un Iri.-son d pope SUJ la loule... Nous renouvelons, celte occasion, a Occide, le ni. sien national, l'expression tri vive de nos sentiments admira tils et de notre piotomk symeaibie. fc Grand Caf de France m EINTELLICENTE DE I0NSIEH rl1i SOCIE-DE MR H Il if : I Um PAS U'tAL LfcS PLUS FINES.IES "M %  HtitSIS. LIGARES ET ^' ll IX DEFIANT rT€ CONU ^' .MM A TRE LE EILLEUR IRAI1 : | FRANCE. Patrizi & C LEL EfitOSE : 23 i1, il l PAS OE FAIRE ON PETIT TT TERRACfc-GRDEN Chez W. KAHL Peti mvillej 1 1 ; al le uiiiulrali'J n cm vi ons rt. Pori >'iir ,jllr'l ...le a> l ;l iHe el ... 1 ort. :. %  C3]>cc>. DINERS S ^ pour les pensions dt jour de en une D 1 A Varits Il nous sera oftert dimanche un spectacle qui rappellei.. grande guerre tous ceux qu se trouvaient en France au debut des hostilits: LA BATAILLE DE PARIS est une production pleine de gaiet, de chansonnettes et conf versatiens Iranaises, de scnrs de guerre : batailles, raids ns et de Mj pe ins, avec Ions los bruits qui Ici (.^rnel^r"'our la premire (nia, nom niions vo^ i>. Par bien v i car le parlant rend la via d'une j li (Ou ksacte. :!ion bien p> • un ra un avant got des tilms enlirasmenl partants" transats. Cin-Taldy et-: SOIR 1 l'uilv dans Fdora : 2.HO I)!' II". ES A IV>. • x : Un prsent I n F T groa Buoca; %  < E ti anaio i < ("aid.iiat aux Yeux er n et Jean (.orretle. Entre : 2, 3, i gourdes. — J •



PAGE 1

Vendredi 18 Mars 193 Le Malin 4 PAOB Aluuuimii Liae n .. New r -Porte Sbdi Hatiens o et M cari STtAMSHiP UNE Porta i • New Orlans, La Mobile, Ala 3 d em "it> Port BU Prince (orrh • %  I" i ll r Petit (io;'ive( arriv ) I Aux Caves i rri ( r 1 G fan ll'Vl lvrier .arts Fvrier 23 lvrier 1932 25 lvrier 1932 5 Jacmel j Saotn Dgo Ci San Pe Ira M. M icaraib i VenJ lvi I d . 17 (ii 2fl (i Dparts de New > e pour; Port a 11 : 11 17 h' 8 10 11 1 | '\ mars mars j %  7 mars 9 mars |0 n 13 mars 1932 1932 1 .2 I 1 132 1932 1932 Ports du Nord Hatiens Poils New Orla : Mobile Ala, i.i in 1" fort an Prime. ( i I 24 d Gap Hatien ( Paetro Plala < ai • ) San Pedro I \i >c Santo Domingo R Macarabo, VD. i Pour tous I >te Dpa • J i ; T i r i r %\ (.n \ i' r 26 iai vier r 30 parts Fvi lvriei 1933 11 lvrier 1932 I ier 1 20 fvrier 1932 21 te MI 1932 i-3 .-il 1992 1:1 e ii r 1932 27 lvrier 1932 —o— teamer Aneon est '.'or'-au-l'rince venant de New-York le dimanche 20 mr -s 1932, avec : 9 passagers, Hl sacs de corresDCC et partira dans i'as-midi du mme jour ditemeut poui Cristobal.CZ. ureoatil trt, malle et pas ; et sera de retour ici le mercredi 30 mars en route ment pour New-Yorl*. au-Prince, le 17 mars i m% Jasrl C. VAN REEDI 25 me ANNE N702 1 port-au-Prince Tlphone : 2242 CE QUI N'A JAMAIS T FAIT CEQUI NE PEUTiTRE.DPASS Kola Champagne |F. SJOURN Prpar dans des onditious ngoui U'ASIiPSlL Prparation et Vente huwuflsF. fcfcJi'URNb. Angla e!ea rues houx e du Centre. euse Agent Gnral ( i 27 novembre I es j l'a : l .\. | is & C , ';Mis Unn ES PUPILLES DE STE ANTOINE —oLa prochaine confrence Dortce le dimanche irs courant nu Cercle par M. Clovts Kernisan, doc eur en Droit. Laboratoire SJOURN DlRECTWM F/jStjounN, Pharmacien R. SJOURN Pharmacien de l'Universit de Paris *> M. SJOURM Pharmacien de l'universit de Pans.anciea interne des Hpitaux de Paris Analyse* des Urines, du suc gastrique, du sang, ( WasstrmaBB, Ure, Constaat d'Ambard, (ilycmic). U>sciacnis. Des matiretcales. | | %  -. \ Wk La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne AUX ROY 30 ann succs. rUpItal Gnral Ualieo Accidents — o-r 12 Mms M Mervil Paul a valle Frai lure 1 Il olavi' uli Dalii • An des Pui i :: i uar casent d t lise ). Gialne I aul, 8 S huit/., (oui ion il b as gauch M. 18 Dl Gasernes. Blessure i use di c iir chevelu. Andr Liaotand, 17 ai , Posh Marchand. Btea I i> i du cuir ch< VI Louis \'I hlien, 3 Dr Dahoux. Blessui | Ue la h mi Ha dr i e. Andrf Jean 10 des Rempai h. I de la joue gaa i l i lrieure. Joseph Eli verture. Morsure I i'uv&nt lu chi Michel Saiotilus, • droit. i . <*. Loterie Nationale d'Hati 41* Rue Bonne.Fol,^Phoae : 3353 La Loterie Nationuled'H -li est une institution hautement humanitaire par la multiplicit d'oauvres qu'elle se propose d'aider, une chance de biei tre ofTerle aux hommes de toutes conditions de tortuaa. Employs, Fonctionnaires.^Ouvriers. Artisans, Salaris a tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parlar leur budget raovannantdeux goudes, peuvent gagner trais ille gourdes, ratrons de Commerce,Chel> Wndustb,pares aox iusulfisances des ventes, par l'achat d'un billet, q i vaas libre du souci des chancesMdecins Avocats, I openieurs, Snateurs, D 'puis, ait % %  •des s4k* anisaafctss et des r>! is varies oiganisali" le ce enrr. Le soleil aa sa touh jamais sr sou champ d'aedoo, uni embrasse i J nie Polices contra incendie couvraut aussi les dgts o c n [on r la foodrl Ses Polices pour Automobiles eoivraot vols, incendia, taalvei imoisgt' l sa personne en ai s sex biens i times mises par ses branche. •Vaurope sont n eu Ha 1 s outre accidents sont valables dan?, l'univers entier. s vovr i donc prendra la prcaution de M aunir d'une police c iccideejf d'au moins 4000 dollars, la prime ann-ielle u'lanl quedr 1 L Veuve F. BERMNGH\M, AuxCayes or > NI'S Par* ••n • - 1 • ?^A! :_' ;i J icnie _, >,



PAGE 1

r Clment Magloire DIREClEUrt lST RUE AMERlCAiiNh KioX TELEPHONE N # 2 242 Le Matin " r d Pv latre lace, rest 1'iMctMt.l'iMliflMc !••.? %  < n i K q.nh i {MM relie mIjl'., M r M jniio.ii,!', elle ,a ul *1 > le iijnal ftM I % %  rouir. I.roll FAM.IIIIl 25 me'ANNEE N7627 PORT-U-PRINCECHAITH VENDREDI is MAKS1932 L'Œuvre de redressement' —ooo II L'expos de la question que nous ludions, tel qu'il est bit dans noire article prcdent, montre combien fondamental et objectif esl le point de vue qui nous domine el comment, en parlant de l'action dpressive de l'Etal, nous considrons celui-ci dans sa nralil, sans nous arrter litix personnalils ni aux gouvernements qui l'ont repr sente. C'est dire que, d'une pari, nos critiques ne s'arrtent pas au gouvernement actuel et le dpassent pour atteindre un ordre de choses qui lui est de beaucoup antrieur; nais aussi que, d'autre part, el pour les mmes raisons, ces critiques ne comportent aucune exception en sa laveur tout le temps qu'il ae ccpedc perptuer cet ordre de choses et de ne pas envisager lui-mme la ncessit d'une raction. Par la srie d'attentats antisociaux que nous avons anu nrs prcdemment el d > l'histoire (loildemander comp te l'Elut, celui-ci a mis no forces sociales dans un tal voisin de la ruine el trne lui-mme au milieu de ce d nucmenl. Ses dirigeants Sont grassement payes tandis que les reprsentants de ces for ces gagnent peine de qu >i vivre et que toutes les sources de la fortune prive, solidaires de ces lorces s iciales, s'alnibli ss-ml el disp ir ussenl. •Quand noire agriculture, notre industrie et notre coin merce priclitent, que voulezIons, en effet, que dcviesi lient, non seulement tous ceux qui en vivciP, mais encore toutes les entreprises sousjuccnlcs, grosses, moyennes, wlites auxquelles ils servaient d'aliment, nous allions dire lissement produit des -coups et des rpercussions qui se devinent. Le transport dans l'Etal des occasions de vivre de rve [ nus rguliers et suffisants el le fait n action entre les mains de ceux qui vivent du inouvcnenl les affaires prives. Mais quand il pisse aux nains de ceux qui sont plus >u moins trangers ce mouvement, titre de revenus, il vM'l pins facile n mi aux dpenses improductives, c'est-dirc des dpenses qui ne renouvellent pas les mouvements d affaires,—nous pourrions dire des dpenses gostes. Voila pourquoi, sur le terrain o nous sommes, nous soin ns obliges de jutfcr svrement l'Etat quand, pour vivre lui-mme et ceux qui lYopos %  '-. >. •--• de commandit Quand le travail rapporte suffisamment, dpendent de lui, il emploie n vit de son produit et on ses laveurs a ruiner^ les traenmet assez de ct pour en1 veilleurs et le treprendre d'autres activits constituer une trep productrices et ainsi s'lablisscnt des courants d'alTai res. Un arrt ou un ralenvailleurs et le travail el se excroissance dmesure sur un corps social de plus en plus frle et affaibli. Une visite nu Vatican H va quelques jours M. Mis| solini se rendit au Vatican, ou il tait revu par Pie XI. Pour qui connat le duce et celui qu'on a surnomm le pape de la conciliation, l'vnement a une importance singulire etdpassele cadre des visites de courtoisie.Les deux hommes ne se sont jamais rencontrs, et l'on pouvait croire qu'ils ne se rencontreraient jamais, Mais l'Histoire a d'tranges ^virements I 11 y a six mois peine, la papaut et le gouvernement iaseisle taient spares sur la question de l'action catholique par un foss qui menaait de devenir goufh*e.Les consquences ? Elles eussent pu •tre incalculables et pour ce pays et pour la chrtient. D'un trait de plume, MMussolini avait terme les portes de 15.000 cercles de groupement atholiques, et cette violence s'tait droule sur plusieurs points de l'Italie, On pouvait "oui craindre. Impavide, Pie M tance une encyclique o il d"ieau fascisme-et avec quelle ligueur!—le droit de lui enlever la jeunesse. Si le conflit "eirenime, va-t-il falloir, pou. n Italien, choisir entre sa toi •t son gouvernement V La fin d'un conflit Tout cela est termin.L'aelion catholique est restaure, les cer" des rouverts. Ne revenons pas sur une lutte o il n'y eut pas de vaincu, mais qui n'en laisse pas moins derrire elle des inquitudes. Aussi, quel vnement que cette visite C'est un anniversaire qui a fourni l'occasion de telle entrevue historique Dix ans dj qu< Pie XI est mont sur le trom de Saint Pierre Dix ans N'est-ce pas un clair dans 1 histoire du monde ? El I pourtant.que d'vnements dans cette dcade I J'en rappelle le dbut. I.e 22 janvier 1922, Benoit XV meurt I Dix jours plus lard, • >."> cardi! nauxse runissent en conclave. Une semaine de discussions et de votes ; puis, aprs le quatorzime scrutin, le lundi I) lvrier, par un matin gris amnei le de pluie Une tout pareil a celui-ci, c'est une lame blanche qui s'lve de la chemine de la Chapelle Sixtine ou sige I,. gflc r Collge. Bientt, le cardinal Bisltli apparatl la loggia oui donne sur la place Sainll-urreou dferle u.i peuple Immense. \ j e vous annonce une grau1 de joie 1 Nous avons un pape, [Kminentissimeeardinal Achille Ratti, qui a pris 1* noia Pie XI, rv.v Le progrs conrii Royale, depu grande partie MtisfatU. Aussi enstC't-il aujourd'hui eni uc et • i neuf ; I i-Ml.iir 4* /if La Banque Royale du Canada humides ) l'esl idi de l'un de 't'iii sei o der i i c c i d œuvre t t ,y i d ainii .i ; ut e elle .i pris petits Ha iens ni: ,: %  s mis le.nus. Faon %  '•si mer. El .uns. i roil o i su .. i xr i.i li,, iout les -, m nie i ;i> is que ce demie i ri N. Si Ct lu sttU! 'I i n une ligue de b dW li.Pai les. vil miracle du l'.lll M ; IHE CACHI 1 I.I 1 leur Bgenl de la lalei Dite un' \ le, Dans la Sixline, les l>. quins qui surmontent les ges des cardinaux se sonl l< i Caisses, saut' un. Dans se k*re,l lu du Conclave s'est dr se, 1res ple. P >n la il M instant, il s'est tu. Enfin, d voix trangle d'motion, il a pt la triple couronne. Dbut Jo po tiflc.it Son premiei acte affirme s •. indpendance et son cou C'est de I extrieur, el non comme ses pi. i jurs, d l'intrieur, qu il bnit urb orbi la ville el le monde. [.: 12 U \ v, %  ) ci venir demain le jour an versaire, il esl couronn sol iieliemenl dans cette lia iili o repose le premier des aptres. Pendant ces dix a un que de temptes assaillent net'qu'il guide d'une main qui a a jamais trembl Qo n u ia son des diviniti s infer lai -s ,i avait point t apaise pui dots de sang de la grande re, on peut voir sourdre d u i oout a I autre du inonde le dsordre, le mcontentement, 1 1 naine, ainsi iju on voit monter du sol, ayant une ruption, sapeurs empoisonnes. Quelle preuve pour ce pasteur de millions dames, qui a des lu dans tous les camps el qui K voit se menacer, souvent s'enlretuer I spril •. i r r r • s "i! di ilo'Ti i M il lil -•• • ; %  I lui ous I I I i I) Mil )l 1 II'e... ; i irlatc, M ;r i. i Domiiiioni, la iaintet [ait un signe. Je •1 ai pas un por>cca i • je ne :. %  \ li pi ip *. du • u Pieri en i i i. i | u i m o n I de parler libren 'ni devant co nbi Que de toutes lisstp i ces nrois, tous i rprts, dnatu i le nent dbattus, propos d I attitude lu Sainl-Si Je pensais tout cela ce m ilin, au Vatican, en attvaidant meut, pai i .< nple, lourquoi ne heure de l'audiece spciale*(]u< puis-je, leui pter ee le pape avail bien voulu in corder. Est-il, parmi 1's souverains ou les cliels d Klal, un seul dont les responsabilit soient comparables celles il Pie XI, dont le larde:: 1 aussi lourd ? A L'accouttun ceux qui guident les pcupie> .ml des conseillers pour i ier leurs incertitudes, des lenienis poui partager Icii) ponsabilits ou arrlei m liatives avant qu'il soi i M. Il lll i nir i •-. i ne i r co nineni tant qu ii \ a dans le i i mr eux, I ce ne enl que i de la ivilisatipn el de l'< cerI lemenl i ne les comprend pas tard.Maisle souverain pontite I u \| n 'a-l-il pas d jans ce Vatican, o mme le j lls ,,.,,,,,, passant, mme I incroyant, :prouve, un degr prodig tue impressibn u i leriut uiversam, il e ul, i iiemen< seul. Il ne itou de comptes qu'a Celui devant qoel il comparatra, au s \ son dernier jour, qu' ce .1. indulgent la lois el ta ; i auquel on ne peut rien celer. Une aie ferme te crasant i ibili i, Pie XI l'a me lerme.Ce pap>, qui I avec l'Italie les uan, qui a aclt IQ %  I il %  aptile ses u outre u: n U il dit : Il nous piall de \ on les I htes au point ou ell< taient en saint lani LG Bb de Lindbergh .Il RSI y ''il Y. %  -i 'i' i ilvetn niant Lind u t h d i iss,/ impoi tant pour t pi s siiea l'iiieni > tr f!i > 'il en [li iieut su. oire d'il i \ ieux mm • \ oler l'enl le a\ iat ur. L'impo i;J M, d MI medet>o s da le New-Yo k, ap |U'il eut amen u I m %  11 pri • ) i iTom le New Voi k a I %  router (ri i , |ui d ta L)an i n prendre soin m b i qu'il aurait t l e ne .i i %  qu :. e .o rcie cl e m pris um i i que le plan se lu 11 i i avail e:. i , | 1 I. .'.V i i .. I 1 : ... a vu I' si ir tu Ki <• (!•'. notre : mi (olo Latontant lte une, et qui paru;*. o unie l'autre, l'attelage, Isiie al li r le concert. Rensei* menis pris, Oolo rtdlodiftola musical donn t n l'hon l'OccJde. Qaand nani < D se demande comme a'** ranji' notre ami, pour tie de tous I comits organisateurs, nu'il s isse de lool-liall. de concert, de bouillon populaire, d'lecl on maonnique, d'leclion prsidentielle! d conl^ rence, d'expertise, de piquenique, de irac de I" res,— et l'en passe. L' le plus curieux est qu'il s'en acquitte la sas'iclion gnrale. Ce ajaron tet le gnie mme de l'organisa lion. ... a vu des snorlsnien qui lisaient peau neuve aux Maide l'util Auxila. Grava. s, s, drill l nion, eltrlOie, chaussettes, parfu us, enfin toutes les belles i OC trouve chez Paul 11 qui •joutent la |oie le vivie... s'enleviient connue les i>' tila pts.Tout i are vil... • i va un dput entrer c 1 1 e /. i/n \" oolley et en sortir a fee in paqoel volumineux, regretmi encore d i n'avoir pas pu tuile d'argent — continuer n i | I OUI vous retient elle/ dm Woolley, coulia l-il plus n | nu Collgue, la qualit la varit des articles, leur n march, l*empreaaeeneut ses :\ vous recevoir. .ai, vous dis-je. ... : relu |daiis i I,a*,('arde • ira cour ml ) crai parutf ix Cayei, SOBa la direction de %  fonsieur La. UThard, la renducliOD de l'article paru dan • I IItournai*, sous le titre ers l'Immi niir nu mnlrairr. t pa .comme on Ul li iii la If croire, en ser>u e command, la moins :,i > ( nation '. i saque I article en question ointe %  on ipioion. Pour rim i aotre opinion nous, ) i. pi lu non. que lus temps ien sont passs, et que i la <"•' %  rend et M meurt plus. i diverses for n %  ee i • i : il i m i %  de la pai %  de l'iniii mte il tl el des prils el des %  aution %  %  vo il 11 I I J' I m ELLES ... a vu au kiosque baptis I • MI nom < tecide i inty, qui > n t H retraite, tenir ia l>ale le chel de musique, oncert onerl peur Uil' a mi ^ers ure de sa .iss m.v. Le vieux matre coni ilemenl son motion. u peut die, mus sileni.-ii i iteuMnl eu tpei ii nt, uns doute, .n ipin, ScliuI nt invisibles invits lia tte du lils mlodieux. s public l'ovationna longueDent, on lui tendit des Heurs t quand i e lut Uni, on le vit, l -de, sangl dans ion ne, enfoncer dans o.iilne mlaimis n ivons peutpa i a >st7. bonoier. de m i i i tver, q p il' nl i le s %  iilinu ni-, pi non m de \ains impli i : imbien j'aurai t voulu, disles du Saint minimum de corps pour COnto I se, mene toujoi le sent, n • %  . Jacques !4ARSlUu\C Le Monde MARIAGE. En l'Egliae du iile Tor u or • 7 ivril prochain, s du r la cerede.le ux.ia stiugui'e on tant ir ml l'ortux Tous nos sincres voeux de bonheur,


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06961
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, March 18, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06961

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
r
Clment Magloire
DIREClEUrt '
lST RUE AMERlCAiiNh KioX
TELEPHONE N#2242
Le Matin
"
r d Pv latre lace, rest
1'iMctMt.l'iMliflMc !.?< n i
K q.nh i {MM relie m-
Ijl'., M r M jniio.ii,!', elle ,a ul *1 -
> le iijnal ftM Irouir.
I.roll FAM.IIIIl
25 me'ANNEE N- 7627
PORT-U-PRINCECHAITH
VENDREDI is MAKS1932
L'uvre de redressement'
ooo
II
L'expos de la question que
nous ludions, tel qu'il est
bit dans noire article prc-
dent, montre combien fonda-
mental et objectif esl le point
de vue qui nous domine el
comment, en parlant de l'ac-
tion dpressive de l'Etal, nous
considrons celui-ci dans sa
nralil, sans nous arrter
litix personnalils ni aux gou-
vernements qui l'ont repr
sente.
C'est dire que, d'une pari,
nos critiques ne s'arrtent
pas au gouvernement actuel
et le dpassent pour atteindre
un ordre de choses qui lui
est de beaucoup antrieur;
nais aussi que, d'autre part,
el pour les mmes raisons,
ces critiques ne comportent
aucune exception en sa la-
veur tout le temps qu'il ae
ccpedc perptuer cet ordre
de choses et de ne pas envi-
sager lui-mme la ncessit
d'une raction.
Par la srie d'attentats anti-
sociaux que nous avons anu
nrs prcdemment el d >
l'histoire (loildemander comp
te l'Elut, celui-ci a mis no
forces sociales dans un tal
voisin de la ruine el trne
lui-mme au milieu de ce d
nucmenl. Ses dirigeants Sont
grassement payes tandis que
les reprsentants de ces for
ces gagnent peine de qu >i
vivre et que toutes les sour-
ces de la fortune prive, soli-
daires de ces lorces s iciales,
s'alnibli ss-ml el disp ir ussenl.
Quand noire agriculture,
notre industrie et notre coin
merce priclitent, que voulez-
Ions, en effet, que dcviesi
lient, non seulement tous ceux
qui en vivciP, mais encore
toutes les entreprises sous-
juccnlcs, grosses, moyennes,
wlites auxquelles ils servaient
d'aliment, nous allions dire
lissement produit des -coups
et des rpercussions qui se
devinent.
Le transport dans l'Etal des
occasions de vivre de rve [
nus rguliers et suffisants el !
le fait choient des sujets insuffi-j
samment doues d'esprit d'en-
treprise, le lait aussi que l'ai-1
Irihulion des fonctions pu
Niques est depuis longtemps
une affaire de chance, fon
dtourner les revenus (pie sert
l'Etal des entreprises hasar-
leuses ou qui exigent desqua i
its de labeur et d'esprit de (
suite dont, en gnral, l'es-
prit du fonctionnaire public
est dshabitu. Le (onction-
naire n'emploie son argent
que pour le ncessaire, puis le
superflu, tout au plus pour
serrer ce qui peut en resler
il ne l'exposera ni dans l'a-
griculture, ni dans l'industrie,
ni dans le commerce, parce
pie sa formation, sa menla-
Lalit ne l'y encouragent pas.
Or,l'argent est dans la cir-
culation eoinme dans le jeu :
i se dplace, change de mai-
re, l'ail gagner celui-ci et
lerdrc l'autre, m i s il est l
et C'est l'essentiel, et grce
lui, l'activit des affaires se
nain tient. Telle est du moins
s >n action entre les mains de
ceux qui vivent du inouvc-
nenl les affaires prives.
Mais quand il pisse aux
nains de ceux qui sont plus
>u moins trangers ce mou-
vement, titre de revenus, il
vM'l pins facile n mi aux d-
penses improductives, c'est--
dirc des dpenses qui ne
renouvellent pas les mouve-
ments d affaires,nous pour-
rions dire des dpenses
gostes.
Voila pourquoi, sur le ter-
rain o nous sommes, nous
soin ns obliges de jutfcr s-
vrement l'Etat quand, pour
vivre lui-mme et ceux qui
lYopos
-'-. >. ---

de commandit Quand le
travail rapporte suffisamment, dpendent de lui, il emploie
n vit de son produit et on ses laveurs a ruiner^ les tra-
enmet assez de ct pour en-1 veilleurs et le
treprendre d'autres activits constituer une
trep
productrices et ainsi s'la-
blisscnt des courants d'alTai
res. Un arrt ou un ralen-
vailleurs et le travail el se
excroissance
dmesure sur un corps so-
cial de plus en plus frle et
affaibli.
Une visite nu Vatican
H va quelques jours M. Mis- |
solini se rendit au Vatican, ou
il tait revu par Pie XI.
Pour qui connat le duce et
celui qu'on a surnomm le pa-
pe de la conciliation, l'vne-
ment a une importance singu-
lire etdpassele cadre des visi-
tes de courtoisie.Les deux hom-
mes ne se sont jamais rencon-
trs, et l'on pouvait croire qu'ils
ne se rencontreraient jamais,
Mais l'Histoire a d'tranges
^virements I 11 y a six mois
peine, la papaut et le gouver-
nement iaseisle taient spares
sur la question de l'action ca-
tholique par un foss qui mena-
ait de devenir goufh*e.Les con-
squences ? Elles eussent pu
tre incalculables et pour ce
pays et pour la chrtient.
D'un trait de plume, M- Mus-
solini avait terme les portes de
15.000 cercles de groupement
atholiques, et cette violence
s'tait droule sur plusieurs
points de l'Italie, On pouvait
"oui craindre. Impavide, Pie M
tance une encyclique o il d-
"ieau fascisme-et avec quelle
ligueur!le droit de lui en-
lever la jeunesse. Si le conflit
"eirenime, va-t-il falloir, pou.
n Italien, choisir entre sa toi
t son gouvernement V
La fin d'un conflit
Tout cela est termin.L'aelion
catholique est restaure, les cer"
des rouverts. Ne revenons pas
sur une lutte o il n'y eut pas
de vaincu, mais qui n'en laisse
pas moins derrire elle des in-
quitudes. Aussi, quel vne-
ment que cette visite !
C'est un anniversaire qui a
fourni l'occasion de telle entre-
vue historique Dix ans dj qu<
Pie XI est mont sur le trom
de Saint Pierre !
Dix ans N'est-ce pas un clair
dans 1 histoire du monde ? El
I pourtant.que d'vnements dans
, cette dcade I
J'en rappelle le dbut. I.e 22
janvier 1922, Benoit XV meurt
I Dix jours plus lard, >."> cardi-
! nauxse runissent en conclave.
Une semaine de discussions et
de votes ; puis, aprs le qua-
torzime scrutin, le lundi I) l-
vrier, par un matin gris am-
nei le de pluie Une tout pareil a
celui-ci, c'est une lame blan-
che qui s'lve de la chemine
de la Chapelle Sixtine ou sige
I,. gflcr Collge. Bientt, le car-
dinal Bisltli apparatl la loggia
oui donne sur la place Sainl-
l-urreou dferle u.i peuple Im-
mense.
\ je vous annonce une grau-
1 de joie 1 Nous avons un pape,
[Kminentissimeeardinal Achille
Ratti, qui a pris 1* noia *
Pie XI,
rv.v
Le progrs conrii
Royale, depu
grande partie
MtisfatU. Aussi enstC't-il au-
jourd'hui eni uc et
i
neuf ;
I i-Ml.iir
4* /if
La Banque Royale
du Canada
humides
)
l'esl idi
de l'un de
't'iii sei o
der i i c c i d uvre t
t ,y i d ainii
.i ; ut e
elle .i pris
petits Ha iens
ni: ,: s mis
le.nus. Faon
'si mer. El .uns. i roil o .
i su .. i xr i.i li,, iout les
-, m nie i
;i> is que ce demie i ri
n. Si Ct lu sttU!
'I i n une ligue de b
dW li.Pai les. vil miracle du l'.lll M
; IHE CACHI 1 i.i 1 .
leur Bgenl de la lalei Dite un' \ -
le,
Dans la Sixline, les l>.
quins qui surmontent les
ges des cardinaux se sonl l<
i Caisses, saut' un. Dans se
k*re,l lu du Conclave s'est dr
se, 1res ple. P >n la il m
instant, il s'est tu. Enfin, d
voix trangle d'motion, il a
pt la triple couronne.
Dbut Jo po tiflc.it
Son premiei acte affirme s .
indpendance et son cou
C'est de I extrieur, el non
comme ses pi. i jurs, d
l'intrieur, qu il bnit urb
orbi la ville el le monde.
[.: 12 U \ v, . ) !
ci venir demain le jour an
versaire, il esl couronn sol
iieliemenl dans cette lia iili
o repose le premier des ap-
tres. Pendant ces dix a un
que de temptes assaillent
net'qu'il guide d'une main qui
a a jamais trembl Qo n u
ia son des diviniti s infer lai -s
,i avait point t apaise pui
dots de sang de la grande
re, on peut voir sourdre d u i
oout a I autre du inonde le d-
sordre, le mcontentement, 11
naine, ainsi iju on voit monter
du sol, ayant une ruption,
sapeurs empoisonnes. Quelle
preuve pour ce pasteur de
millions dames, qui a des lu
dans tous les camps el qui K
voit se menacer, souvent s'en-
lretuer I
spril . i r
r
r s "i! di ilo'Ti
i
M
il lil - ; . I
lui
'
ous
I
I I
i I) Mil )l 1 II-
'e...
; i ,
ir-
latc, M ;r i. i Domiiiioni,
la iain-
tet [ait un signe. Je
1 ai pas un por-
>cca
i
je ne :. \ li
pi ip *. du
u Pieri en
i i i. i | u i m o n I
de parler libre-
n 'ni devant
. co nbi
Que de
toutes lisstp i ces nro-
is, tous i rprts,
dnatu i le nent
dbattus, propos d I attitude
lu Sainl-Si
Je pensais tout cela ce m i-
lin, au Vatican, en attvaidant meut, pai i .< nple, lourquoi ne
heure de l'audiece spciale*(]u< puis-je, leui pter ee
le pape avail bien voulu in
corder. Est-il, parmi 1's souve-
rains ou les cliels d Klal, un
seul dont les responsabilit
soient comparables celles il
Pie XI, dont le larde::1.
aussi lourd ? A L'accouttun
ceux qui guident les pcupie>
.ml des conseillers pour i
ier leurs incertitudes, des
lenienis poui partager Icii)
ponsabilits ou arrlei m
liatives avant qu'il soi i
M. Il lll
i nir
i -. i ne i r co n-
ineni tant qu ii \ a dans le
i i mr eux,
I ce ne
enl que i de la
ivilisatipn el de l'<
cer-
I
lemenl
i ne les comprend pas
tard.Maisle souverain pontite I u. \| n'a-l-il pas d
jans ce Vatican, o mme le j lls ,,.,,,,,,
passant, mme I incroyant,
:prouve, un degr prodig
tue impressibn u i leriut
uiversam, il e ul, i
iiemen< seul. Il ne itou de
comptes qu'a Celui devant
qoel il comparatra, au s, \
son dernier jour, qu' ce .1.
indulgent la lois el ta ; i
auquel on ne peut rien celer.
Une aie ferme
te crasant i ibili
i, Pie XI l'a
me lerme.Ce pap>, qui I
avec l'Italie les
uan, qui a aclt IQ I il
apti-
le ses u outre
u: n U il
dit : Il nous piall de \ on les
I htes au point ou ell<
taient en saint lani
Lg Bb
de Lindbergh
.Il RSI y ''il Y. -- i 'i' i
ilvetn
niant Lind u t h d
i iss,/ impoi tant pour t
pi s si- iea l'iiieni >
tr f!i >
'il en [li iieut su.
. oire d'il i \ ieux mm
\ oler l'enl le
a\ iat ur. L'impo
i;- J
m, d mi
medet>o s da
le New-Yo k, ap
|U'il eut amen u I m
11 pri ) i iTom
le New Voi k a I
router
(ri i dans le complut, bc paiann
i q u i a e te i i n )
ter. dans la cause p
1 i I des |i)Uls el lut lu
ve dass la prison des
Touios p ir un reprsentant
indentiei du colonel Lin i-
h la sem tine
i i, utilie a u | . il l d 11 u
i mut l't.ini John .Sim i
I i ud il larssa
s jii nom es' (diar.es FltZ-
ild, iitaieul pre m uis a
,; I | i ' \ t.i
i i ll e i i N
v ... '.\ i uni lili
i u ih i lentiliee co une Mis
u i teriue i) i iusi k. lis m
mis en pr'so i po ir <
I ,. .-lionnes lu. un
i . ttzg raid est que lui,' le i
, | ci Mis I) i
l'en'*
Liudbergh il y a q le!
, iii u >, |ui d ta L)an
i n prendre soin m b
i qu'il aurait t l e ne
.i i qu
:. e .o rcie cl e m pris um
i i que le plan se lu
11 i '
i avail e:.
i | 1 I. .'.V i i .. I 1
:
... a vu I' si ir tu Ki <
(!'. notre : mi (olo La-
tontant lte une, et qui paru;*.
o unie l'autre, l'attelage,
Isiie al li r le concert. Rensei*
menis pris, Oolo rtdlodifto-
la musical donn t n
l'hon l'OccJde. Qaand na-
ni < d se demande comme a'**
ranji' notre ami, pour tie de
tous I comits organisateurs,
nu'il s isse de lool-liall. de
concert, de bouillon populaire,
d'lecl on maonnique, d'lec-
lion prsidentielle! d conl^
rence, d'expertise, de pique-
nique, de irac de I" res,
et l'en passe. L' le plus curieux
est qu'il s'en acquitte la sa-
s'iclion gnrale. Ce ajaron
tet le gnie mme de l'organisa -
lion.
... a vu des snorlsnien qui
lisaient peau neuve aux Ma-
i- de l'util Auxila. Grava-
. s, s, drill l nion, eltr-
lOie, chaussettes, par-
fu us, enfin toutes les belles
i OC trouve chez Paul
11 qui joutent la |oie
le vivie... s'enleviient connue
les i>' tila pts.Tout i are vil...
*
i va un dput entrer c 11 e /.
' i/n \" oolley et en sortir a fee
in paqoel volumineux, regret-
mi encore d i n'avoir pas pu
tuile d'argent continuer
n i |
I OUI vous retient elle/
! dm Woolley, coulia l-il plus
n | nu Collgue, la qualit
la varit des articles, leur
n march, l*empreaaeeneut
ses :\ vous recevoir.
' .ai, vous dis-je.
*

... : relu |daiis i I,a*,('arde
ira cour ml ) crai parutf
ix Cayei, SOBa la direction de
fonsieur La. U- Thard, la re-
nducliOD de l'article paru dan
I ii- tournai*, sous le titre
ers l'Immi niir nu mnlrairr.
t pa .comme on
Ul li iii la If croire, en ser-
>u e command, la moins :,i
- > ( nation '. i sa-
que I article en question
ointe on ipioion. Pour r-
im i aotre opinion nous,
) i. pi lu non. que lus temps
ien sont passs, et que
i la <"' rend et
M meurt plus.
i diverses for n -. ee i i
: il i m i !
.
de la pai !

de l'in-
iii mte il tl
el des prils
. el des
aution
. vo il 11
I
I
J'
I
m

ELLES

... a vu au kiosque baptis
I mi nom < tecide i inty, qui
> n t h retraite, tenir ia l>a-
le le chel de musique,
oncert onerl peur
U- il' a mi ^ers ure de sa
.iss m.v. Le vieux matre con-
i ilemenl son motion.
u peut die, mus silen-
i.-ii i iteuMnl
eu tpei ii nt, uns doute,
.n ipin, Scliu-
I nt invisibles in-
vits lia tte du lils mlodieux.
s public l'ovationna longue-
Dent, on lui tendit des Heurs
t quand i e lut Uni, on le vit,
l -de, sangl dans ion
ne, enfoncer dans
o.iilne mlai-
mis n- ivons peut-
pa i a >st7. bonoier.

de m i i
i tver, q p il' nl
i le s iilinu ni-, pi
non m de \ains
impli
i : imbien j'aurai t voulu, dis-
les du
Saint
minimum de corps pour COnto I se, mene toujoi le sent,

-


n

.
Jacques !4ARSlUu\C
Le Monde
Mariage. En l'Egliae du
ii- le Tor u or
7 ivril prochain,
s du r la cere-
de.le
ux.ia stiugui'e
on tant
ir ml l'ortux
Tous nos sincres
voeux de bonheur,


PA
LL AJIIS 15 m*;* 1832
ww>wn
\wvt
m\ mi li muit htm
j>armAi '.nui (.. Mtlhpaunii
-oo
IX
L'enqute sur l'ducation
._ JLa Commission .du Dr Molon
s jumii son rapport au Prsident
lloover tardivement en Oclobie
1J3U. Aprs avoir nonce bue-
Yemeni les coodiUoni cono-
tfiiquts et socilts, la Coi
sion tablit les m i
caton de la Rpublique, i
imna le systme <;
Dttt.nl et praenta 01 rt om-
m ndatn ns ipcifiqui .
^D'aprs la i on a, il )
arait prt de 450,01 U aiantt
d'^e a | lier a lu i
paya, desquels en vu o i 101,151
taient tmlts dai et
De ce nombre, I |
dans Us coles dtb villes, il
proxuuativenien! le Dombii
complet de la pi ion d
cjles utbaints et le!
Unis ne i ta vanl
cation taient loua i II -
tncts miaux. Le tu i bre
des coles primaires tait pci
1007 avec 2.S tteol B Btcon
diiies trouves seoli ment
les villes et une t* oie pr<
lionne 1 le lupeiieuie, 11
1096 institutions i duct
sjus ie iJt'pMl in; i,i hatien
l Instruction I ul;li \\ .
non, la Lon miabioi Irouvi 11
;oles publiques cl une col
prolessioi utile diriges pi
i occupation ami u au e. Li
coles sous le Dep i emen
l'Inalructton Pubhqi i m| i
n tient cilles dirigt i s pai
ordres .religieux catboliqu
dans l'opinion de la (..ou,
non, celles-l eral i<
prsenlaici t le ineiin i i l)|
travail d'cole dans la Kepul i
que. Pouisuivai eiaum
dcoles e ennui, i a Cou
mission remarqua : c mi
taux lev a'illt : a m
que de maisons 0*1 u't
quipemi nis.M b proli
entranes, sa vaste arme d'eii
tauts s..us opportunii dallai ;
l'cole, seaflliocau2
classes lrOp(tr01(S Ibpit
portion euire, les n il lies ...
cordes aux i nlantstUt s ville i
ceux dai campagne:. tiaiti i
en lace d'une gigantesque tilu
d ducation.
Le Di MotOU et Kl s aSK
ne puieni trouver dans ie p.
aucune instruction d'entran-
ment de prolesseui sp<
cialisaut dans la p lion u>
prolessi uis pour les coles se<
oondairei, sucuni | ; i enb ai-
emeni dis pro easi ui bou
mes poui les ecol in
(ires, ei les taci lu >tai.ti t
pour i enti ali entent d* s pu
saurs li mn.es soi >ez ie- -
t.eintts al ne repoteul sui a
cun i.ivi au eleVe.
Apres avoir ttudu les eflori
d ducation du berwee ln.in.i-
ajue, la Colin, i siui mui aux
oonclusions que i i U blissemeni
al'un systme istii i ( ;.i.
coles pi Kiiane. pi ui Us en-
tants dans les \ nlis il les CBI1
p i^nes sous i.ii i | i tenue
dilleient et distinct, le D. pi -
ECHOS
#o
M. Lon i ki u, direc
teur de ullaiii-Ji i .;< et(
cftargede la dm i h;
uinienr i La i ii l'Ail
jviiio J. r. Ai du i cttuj
de i L'Actiou \ u tle ,ej
eat l'adaiinisti ultt i g
2j Noti ( 11 i i Gai
de >, des Caj odtil
l'article h Vus.) i.. : a, m ai
Cuilti.illt ...ji|i; i. ir
Mique, de < il. .Il ,,! ;,
outre ai u le Vira 1 ton-
Hii". Noire ci i lu re ai
pu, en bol in i mite.
reproduit e ausi noti e n -
bouse; "cocflii pi|Ji rmonie."
Il n"i,s mu bit;..
La Gouvi '
viatique, d'apri tuationi
le lgations 11 ai | sus
pendu tout Irafii
je-iee de Ussiri
lot* pour la ilili f.u i ; o
Te.'u utl de si ropes.
aueaui e a ete j n \ i i
laii i i s mi-
iiaiti s n
4liuui ic oui ia il 11 l en
Saiberu.
y Ciuqu.. te oui
terne 11 de l'Agriculture, tait
une erreur, qu'un programme
limit de dmonstration d'un
typa dsirable d'cole pour la
E et lu camp gne i lait lotri
\ u tre juetifii oui
p ai in n temporaire
aiu< i Dtei plus irait
oorir !< nsque biteux de
voir oute I stl ''ello
, lin de l'oi CU| i n, il
ente de-
aieni i re mis e i mesure d'i
nr di la pra im u i ans l'ad-
i ini on de l'educat n, les
i re p'an poui
senti i (In ivec eux et les con-
cilier.
A I ..; d du bas pourcentage
de ii | ses poui l'educaiion ti
i issante ap-
dirigei pai
. Commission d-
clara qu'an po ni de v;;t fioan-
,ni eu lii.iii i
pue si i u pat ion amri-
aine qu'elle ne lavait eie sous
i xclm i haiiien.
rlam dpensait au-
anl pool les lves primain
les coles des villes qu'api lOll
!. tivi un ni [our le mem son
on les coles rurales, b
y ;:' si dis diapro| ortions
dans l'chelle des
salaires dei professeurs.
l'ami sis recommandation.*
easentielli s, la Commission sug
,(/: qu'un programme d'edu-
l on un fite en llaiii lut ins-
i il t f O (eus ts types d'il.'sli
ducation seraient sou.
11 direction du Secrtaire d'Els
i lion l;ublique;que le;
tonds du gouvernement lu.-sen
budget et oistribut
lai .e ment ; que de>
mesures immdiates tusatnt
pi ; i augmentation des
i s piolesseurs mai
qu il y eut une ceaaatiot
m n'. d aallocatu ns i api
lermes-co
Celle.- dj exis-
ntes pustent tre pouivui
l'un | ersonnel adquat el lonc-
n ni bv< e eflicii nc< ; qu'ui
I rogn mmc de btiment tt d
|Uiptmem poui les coles dm-
i dts tlailiena lut loimu-
ju'une op| ortunile
: nie aux tudiants bai-
os \ a. s . > ludiei a l'eiran-
> i ; ..... i. gouvei nement des
Si a| propriei une
su II sant qui, ajoute
. . ; itn s, >u vait ame-
ner le programme hatien de

.i 11 nsune |
Jetei UlUn ou, d( 1 ui iel.1,
li gou 11 nenu ni dt < biats
, u 11 la ngot .' ion
d i emprun long te in< oui
des buis ii ducation ;
1 i u in > .. IX i i .i .u < i i
le ucatii lu b i
.is d.. x t erni men i qm
ltnic philantrnopii prt
vie lut BJ i ,eu.
I A SU/fT ).
La Collaboration
l Damiens
n'est pas unifie.
Nous avons lu la rponse
de la dire uofl le Damiens.
Nous n'y voyous rien qui
misse dterminer qu'il y an
oi que ce soit de nouveau
avec l'hait ionisation, c'est l*
mme clich qui continue.
Monsieur Tu r nier dit au
paragraphe 1 : t ..L'unit d-j
collaboration tii\> employs f
:ld Service tsl indiapensaolt I
nu suives de l'organisation,
Notre Enqute
\otis publierons demain Ci-
loquente pane que nous a a-ires
tt li/" le Senatmr Lena San
en rponse notre enqute
La te m me de Csar...
Dcs
Rat dcder, hier, Madame
G uigea Harvey, ne Fine Cnriv
pin. Les tunrailles auront
u-.i cet aprs-midi en l'egiise
S'e-Anne. Maison mortuaire :
2me avenue de Uolosse. Sin-
cres condolances.
in a dj t condamna el il
a
on
coteuses de la canne a l)a-
miens ne laisseraient aucun
profit et il sait, par-dessus
tout, que l'Etat ne doit pas
concurrencer le petit pro-
luctaur cuiseur. Mais il n'a
pis pu vaincre l'obstination,
l'enttement de son co labo-
rateur l'Extension Agricole
qui, jusqu'ici, ne peut lui
Imrnir les chiffres de i^ce
fameux*projet de Sirop
ration tait vraie aurions
ours derniers .zJrur_ conclu-e nous rne
c'est avec confiance que tous si,i' nco e surtout que
Jnos eflorta sont coovergs allure et la mannte.itn
[vts ce but : le redressement
| 'le la fiitui lion conomique
I du Pays par l'amlioration et
l'intensification de la produc-
tion, etc.. i Nous regrettons
j beaucoup d'avoir conlredir
. le Directeur du Seivice Tech
. nique, mais noua maintenons
i DOtre point de vue qu'aucun
i fiert n'est fait pour li*melio-
ration et l'intensification de-
l production. Si cette decla-
nous lu ces
, qu' Grand Bois l'Agent Agri-
I cole jolie b caf des paysans
qui \endenl leur denre? Es -
| ce travailler a {'intensification
el Vamlioration des pio
iluits agri' oies indignes qu.
de les jeter quand le produc-
teur les vend en ville? Vou
excutez la loi de la Standar-
disation, direevous? Mai
nous r|oudons: Standard*'
$er un produit quelconque d<
sol tt augmenter la quantiti
de ce produit, c'est donne
aux champs du producteur
tons les soins culturaux qui
rclame l> technique agricol
'ons qu'il n'y a pas Uimien-
uuit de coll boratiou. Cette
unit, cependant, est daiiei
si ou'veut le succs de 1 11 11
tianisatiou. i^e Gouverneine-n
est dans 1 obligation ttupe
lieuse, absolue de l'obtenir.
Sans cette unit de vue on m
pourra pas amliorer, iuten-
) s fier et varier nos pro lut
agri o es. Djm-ens est cr
dans un but ducatif et l'em
pirisrae len carte. Il tj
mettre enfin Oamiens tans s i
voie. Monsieur Shiller Si olas
t Monsieur Turnier peuvent
le taire, mais ils ne le leront
les trois Directeu
moderne pour rendre ce pro- J Pa8' car les trois Directeur
duil loi/ai et marchand afin? ",eul chacun d un cte. Nous
qu'il puisse tre pi clerc e^vous lele le cndalaim,-.
vendu a me leurs prix sur I Nous avons prouv par d s
marche mondial. Voila le i
t inonds i ans la province
t lodai ( Ruasiel.occa-
ni la i uine de plusieuri
niill.i i.s"*d'uercs de cultures.
Un inceudie ; m causes
sti ... h iruit la mai
son .i Nu. Desaix luunerj
situe a 11 udioit appel : Les
; I aux Caves.Us com-
me ntaiies vont leur train.
On signale un incendie
de loi et A la Nouvelle* Ton-
raine. I puis des jouis, les
m.' nitiques j ins de la rgion
i ru et ii bi un i.t...
i i i y, e i'e l'crl-de-
iai.\, rcemmt ni i r,ci mpte
5e, 6e, el 7e et
un efii til ei l'i lvei,
A t i \;lil 01 , i. se | laini
du M i i mu m al qui
con .. 11 >i< i abus iii i ouvoir.
t)n ici ami une enqute.
Les spi culaleurs cay< ns
. mtsdu laitqu i
isou d sp >rttfttoo achcii
dt ni us directement du
i d.
300,000
180 001 r la
miasairt-
i m- a i.a-
' ') pour
ai" jus la
bou lie, .i ete
uuviil u L)i parlement des
le Hngnieur Agronome It-
qu'il se conoit.Un Agicuoim
qui impose a sou Pays um
loi dite de i Standardisation
comme ce.le que nous avons
| en Hati, luit atuure empirique
\i t l'incapacit notoire de u
Agronome, qui le r ad itiaptt
hure la Standardisation
scientifique, est cause de la
peitede ;lus d un demi mit- >
liun de dollars que subit le
Goo\et m nient celle anne 1
Monsieur Turuiei, votre liiu-
Dlissenu'nl.n ius I avons prou-
\( tliilti s olli icis a l'appui,
ii' Ira va i le ui augmente!
no denre< s ni i les amlio-
rer. Nous avons coutre vous
la logiqi e des laits. Ou m
peut jou, er avec les Uns eco
nomiques. Si lellemeni il y
avait ut le de Direction, le
Service batianis de I). miens
aurait di mand le rejet de la
S ; i .n isation l'ieunan D-
joie. Mcnsieor Turnier, votre
grande exprience des choses
el d( s affaires,jointe aux con-
nu issu nets d Mr Shiller Ni-
colas, aurait pu facilement
convaincre le Dpaitemenl'
d'Agriculture qu'il tant, pour
amliorer nos denres, autre
h ose- que les saisir el
les jelei quand le producteur
les prsente n la vente. Nous
n ainteooni qu'il n'y a [)\i-
miens aucune unit de colla-
boration et l'afaire du Sirop
st l pour le prouver. Nous
m appelot s Mr Nicolas
qui a eu A protester contre
ta mise en osuvie du projet
le Sirop prsent par Mon-
sieur Louis Djoie, co-Uircc-
leur. Mr S. Nicolas, trs au
coiiii'nt dt l'administration,
rendons Csar ce qui est
'Jsar, sali que le moulin de
Damiens st dsuet et a dj
cause la ttir.e de Joyeuse;
il sait lies bien que ce oiou-
lidlres officiels que le Ser-
vice de la Production Agri-
cole a tait perdre en 19311-31
hIus d'un demi million d
dollars eu dro.ts de douane.
L'anne? prochaine ce ser
une valeur beaucoup plu
importante si ou nglige d
lare ce qui est ncessaire
Nous avons, eu vente, si-
g aie le mal, notre devoi es
i;ir; au Gouvernement de
taire le sierj.
A. Aug. DAUM C.
UPurzYtf hi
c'est la
iruLriaiii
147, Rue d:i Faub. St-Danis, Paris f
Fncle l\ prendre,
Ne ncessitant aucun prparatlf,
j elle oe provoque jainsii de dgot. |
Supprimant ta dite,
zlle ne dbilite pas le malade.
NVxigeant pat de repoa i I. chambre, |
eue ne cause aucune perte de temps.
Plu acttre que (oui let aimtlalrea,
elle jt, par coasquenl, moins cher*. |
, FL'RGAnVE.23PiluUe
( UXATIVE. 1 Pilule
Cachet Miriga
tntlnvrniafiQue
uDD.-irr"> " quelque minutei Fivre, Orlppe, Mlqralne,
Rhmsliama Mdicament de choix toujomrt efficace et tant vj
langer. Boites de 1 et H cachet. En vente dai;foute boni.i- Vu- T^iv 'J
^bor.to1re^-Dori,urGlRAUO.r..rau. LT0N 0ULUN5(FraO
Der'* ^ Port-au-Prlnee i l'harmaeie BLCH.
Yr\
%
E GRANDE SUPERPRODUC
TIONOE PIERRE L'ERMITE
DIMANCHE, A HAITIAN4
LA FEMME AUX YEUX FERMS.
n
Meilleur
Saveur
o>
C'eat devant un grand audi-
toire, prsid par .Son Emmi-
nence le Cardinal j>ubois, Ar-
chevque ('e Paris, que Fittre
L'Ermite ou l'Abb Loutil a pr-
sent son nouveau lilm : La
Femme aux Yeux Ferms . La
salle l'accueillit chaleureuse-
ment et prit un vif intrt son
speech Je ne ctayais pas re
Veoil si tt, di&ait-il , et il ex-
pliqua comment il trouve ses
sujets. C'est la vie qui les lui
iournit et elle en apporte abon-
diinment. La crise sociale d'aa-
jouid'hui lui a donn celui de
La Femme aux Yeux Ferms.
Ce giand film oi Fiene L'Er-
iii - nous jette en pleine ac
tunile sera prsent Duu .nci
sur a HAU'IANA, o il lera le
d 'ces de tous.
/ES SANS TRAVAIL PARLENT...
Le rroimiijf K:-a ricaiai
krall a mie inhcsw d
uue elente. nue Loat
t|tie vous n'a-'. jdniN
Irouves dans : !; l^.
aiage. Vous nulciTz lailil-
lreace la preiitaj
oicbr.
Il J a un [ic:i.a (- },,-.i||
(tour
Ire
rl.ii (jttf
picier.
iii'i
Nous avons sous les yeux
um bulletin qu'a fait paratre ^
/ Lnion des ouvriers de lu S'> J
lidarde E onomique d'Hati
q>ii dnonce les soullrances |
et la grandemisredu peuple.
L'Union demande tous les
tavoriss de la Fortuue de
ieui un regifd de piti sur
li g ni de esse des ta-
roiiic h i iennef, >
lit s' b *.oix du vautre qii
K R A
CHEE
h"
si
5
T
E
TV
PAHUi SALtS Ml.railM
Ihdrlbiili il-
rer: aii-Prin Hati.
LAMEILLEUHHFA ;!NE
A PRIX POPUi AIME
Faite de bl
dur d'hiver
elle donn
un rende-
ment pa-
.ant^ en la
travaillant
seule.
BAT BAS
FAUIN E
A A
LACKWILL MBLLaW
* I1.BTATQ41 CO.
T ernan-
dez-la;
partout,
iy ena
LXIGEZ-U-
Ache!ez-la avec confiance!
Travaillez-la avec org leil!
wmmMmmmmm^m _____
Toutes les Polices
[DE LA
m
i vaux publics.
Les recettes des quatre
ou c!. de loot-ball Jama-
(iiir-Hn)li nionlent Gourdes
i32.32.
aidentk 1 b
conl .' qualit d'hatien
M.AIberi Victor Auguste M:m-
ra.-se, ci-devant amricain.
|comprennent la iProtection contrela S
m Foudre sans auqmentation de tauxj
s Euff.LeBoss
Aqents Gnraux
'WtWMEg^aV.iJ
P
9



PA liliuui Birbaucoui'i
Dont h lie a gtrd sa premiers pi tas
UuuiunJs/ partout :
UN BARBAXCOUB
Dcpul : Ru<
AVIS AU COMMERCE
La Panama Railroad SteamshipLine a ! i.. a-
cancer le dparts suivants de New York no Zf daD
tlaiti. directement chaque mardU To s S meVs "on
oarvusde chambre .rieori'ioue;: steciners son
D*arti d fiw ) ork. Arrivages . Port au-rrince.
<' Ancon le 15 mars |e 20 mar. WM
Steamer cG.iayaqi.ilr le 22 mars ,e a" g
Mmer ICri.,obal, ,e 29 mars 1332 le 3 av i? !
4eamer iBuenavemura le 6 avril |e 11 avr 5j2
Panama Ra.lroad Steampship Une
JasH. CVANREED
agent Gueral
Ricin-Poudre Autour
Lykes Brothers SS G Inc
^Toxae .- Mattl Santo oomingo- Rico Porto
hJ^.T1 1$crvice4 hebdomadaire et rgulier passagers et
RrtSsfirs^Go,,e du Texas dircctemcu" *tcc
r-Cr.r..1.nnL?Pti0n "^ et Ie maniemt habila de voa
jwaortahone, servez vous touiours des navires de ! LYKF
Ue prochaines arrives a Port-au-Prince sont
c!?!!1"* ^ePev've ykes 18 mars 1932
Da dsqvssq
Ricin-Poudre, huile de
Ricin en Poudre compose, 0
tous ks avantages incomparar
bles de l'Iiiiile de ricin sans en
avoir les rpugnants inconv-
nients*
Ricin Pcucr* est recom-
mand pur le Professeur Pou-
chet de rAcaamieda Mdecin.-.
Comme laxatif : 1 cachet
purgatif : 2 cachet
Concessionnaire pour Ilaili :
Pharmacie Saint Franois
Dr MATHURIN, Grand'Ru
1 .
dun A note
I /wMATIOX
Steamer Velnia Lykes
Steamer c iMargaret lykes
25 mars 1932
W ivril 1932
laareat: Rue du Magasin de PL?.,, Boite Postale B

Unbar chic* et lgant
t ouvert entre le camp da
viation et Hasco o vous
trouvres des sandwiches du
meilleur choix, des boissons
de premire qualit des j
prix trs raisonnables et o
le propritaire Mr Karl Mod
et Mme vous lservent h
plus charmant a cueil.
vt'-s lames, Me demoisell y
Messeurs ventz vous en
etndre a mpte.
-rf"
LE FAiTEST INCONTESTABLE
BliiiiuSarMic,
C'est la quintessence des meilleures
[varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs,
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
> :- *WI.
fi.N'ous lisons dans un Ai
publi an Moniteur du 10 m
1er.- Un crdit t> ra
"r de Deox Mille
ils gourdes ((i o,;00) ,
ouver. ai 1 |i,ls CKdewux, la
Secrtairene d'Etat des ReUl 1
rtenres, ;i tirer sur li
possibilits du Trsor .
A lecture de ce lests, ui e
qu-.lcn se pose tout natun
ment : A quoi est destin
crdit ? Sa destination n'est en
eilet pas indique dans l'article
'el qu'il Mt rdig. Ur. cela im-
porte, auttement, le crdil ou*:
fWi demeure sans objet. C
'Cl le cas. Lit puisqu'il n'v pjtJ
l'obiel, il n'y a pas lifcu A 1
verture de crdit.
Il y a bien dans le lexle que
noua tous reproduit les mots
aux fuis ci dessus qui semble-
raient tre une indication. \
ce n'es! qu'un renvoi. Ken
aux considrants qui eiposi
ommairemenl les motifs d.
(Mue, mais ne sont pas ;', v
rsssion lgale de celle-ci. I p.
s ousidraots ne sont 1 n
en teit dune loi ou d'un an
Kars phrasologie. Coutume s -
ne dont ae s'est paaeoco 1
lbai rasse notre lgis
considrants ne preaci 1
rien, n'obligent a rien. Ils 1 e
loi ... .il pas le tex e de la i.
lc texte de la loi, c'est c<
est ..m. .j na lea icte. Cs q il
y trouve pas est pas dana
1 loi et cs 1. est pas a loi.
li en usulteque l'arrt du 1(1
.VlaisouviealaSeotairene ai des Relations Kitnenrei
n dil dont l'objet n'eat pas m-
1 que. Dans et s conditions, -1
ce qu il v a ouverture de crdit -,
<-- al -
Butions t nmw
g- l. -IDAN0I5. PF.GE-
rOFEhHCUE.
ES LES Pfli-
C ?ES, 11HLkS (MODERNES IE
LWGINE, LF CONTROLEES CIRE-
lill LE GOUVERNEtT
CHOIS.
la .'.....,.,ii/h
et ptatn ,.-
BONSMARoH. Mal
'"''', Port .S-Pnoc; el,M
ESHpJ [it i> la hltlrot(>Mrt
n MM. Ed, 1-STUVE & i , et
IO 1
!
Panama Bailroad Steamship Line
Service de frl et de passagers eniie
Ecosse
France
1.
Angleterre*
Mrs. G. ,W. SlEDtft A C* If. Jsmes Street,.' UnisHML, B.4 "
THE FOLLOW1NC ARE OUR AGENTI AT PRINCIPAL PORTS IN tX'ROPE
LNtiLANi, SCOTLAND. FRANCE.
Messss G. W. S11ELDQN & C->.
17, James Street, Liverpool, Euglana
Gm-.lati.y HENKEY A Co
'il Rue del Rpublique
\jrseill.
Jerou Prou & Co Ud.
iiJQosi Georges T.
Havre.
Hernu Peron A Co, Ltd
Rue du Moulin Vapeur.
Boulogne sur Mer.
Ifessis A RaNnix Co,
21, Allengade. Copenhague.
Oslo. Norway.
International
Spe ditions>tlkp Oslo.'
MM. Atlantic Fnight Corpn
Dallinhaus. Hamburg 1.
Geimnny!
M essrs Atlantic Freiglit
Corporation
"Ge- rnany
Messrs A'antic FreigM
t orpa.,
24 Qua' Jordaecs
utwsrpse BaMwn
Hiaxi Perom A Cie LldJ
9 Rue desjMaris,
Paris.
lilftvf Peron A Co Ltd.,
Rue de Tranquillit,
"Ounkerque.
Hernu Peron A Co Ltd.,
9 Rue Roy,
Bordeaux,
Gsnoe, Italy.
Mtasn Hbnhy Cob A Clspip
Piaua S. Matyeo N* lCenar
CaTTENBUBO, SwgDEN
Nordisk Express.
Cothenburg.
Uesara Atlaltic Erfight
CO^F N.
Kon Emmap'ein
Rotleninm Hollande
Hssrs trffsssfAN* A ta
Le concert
Occide
Avant-hier soir, pour coin
mraorer le 72e anniversain
de tisaance de notn
grandj 1 tc< ide, 11 Musique di
la G.%d II. Jir.ni un ma 1
iique concert dont le pro-
grummi comportait exclus
veinent des parlitiousdu mai
tre.
Le lieutenant Luc Jean-
Baptiste li nu speech et n
un uou.|uci a l'ancien cbel 1:
a Musique d;i Palais < li
Jeanly rpondit et donna l'sc
colaue a sun successeur, i.
loule applaudit, ht ce lut l*e-
xtcuiion brillante des bellei
compositions*savamm< nt m
chtsutesqui consacrent l'art
et la technique parlai te di
notra g and musicien. (J.
huit par 1804 , la mai cl,.
bernique qui tait toujours
passer un Iri.-son d pope suj
la loule...
Nous renouvelons, celte
occasion, a Occide, le ni.
sien national, l'expression tri
vive de nos sentiments admi-
ra tils et de notre piotomk
symeaibie.
fc. Grand Caf de France
m' EINTELLICENTE DE I0NSIEH
rl1i SOCIE-DE MR H
Il if: I Um PAS U'tAL
LfcS PLUS FINES.IES
"M HtitSIS. LIGARES ET
^'ll- IX DEFIANT rT
CONU
^' .MM A TRE LE
EILLEUR IRAI1 : | FRANCE.
Patrizi & C
___________________________LELEfitOSE : 23i1,
il l PAS OE FAIRE ON PETIT TT
TERRACfc-GRDEN
Chez W. KAHL
Peti mvillej
11;' al le uiiiulrali'Jn cm
vi ons rt. Pori
>'iir ,jllr'l ...le
a>l;l iHe el ... 1 ort.
:. C3]>cc>.
DINERS S
^ pour les pensions dt jour de
en une d 1


A Varits
Il nous sera oftert dimanche
un spectacle qui rappellei..
grande guerre tous ceux qu
se trouvaient en France au de-
but des hostilits:
LA BATAILLE DE PARIS
est une production pleine de
gaiet, de chansonnettes et con-
f versatiens Iranaises, de scnrs
de guerre : batailles, raids
ns et de Mj pe!ins, avec Ions
los bruits qui Ici (.^rnel^r"-
'our la premire (nia, nom
niions vo^ i>. Par bien v i
car le parlant rend la via d'une j
li (Ou ksacte.
:!ion bien p>
un ra un avant
got des tilms enlirasmenl
partants" transats.
Cin-Taldy
et-: soir
' 1 l'uilv dans
Fdora
: 2.HO
I)!' II".
ES
A IV>. x : Un
prsent
I n F
T
groa Buoca;
< E
ti anaio
i < ("aid.iiat
aux Yeux

er
n et Jean (.orretle.
Entre : 2, 3, i gourdes.
- j


Vendredi
18 Mars 193
Le Malin
4 PAOB
- .
Aluuuimii Liae
n, .. New r -Porte Sbdi Hatiens
o et M cari
STtAMSHiP UNE
Porta
i
New Orlans, La
Mobile, Ala 3 d em "it>
Port BU Prince (orrh I" i ll'r
Petit (io;'ive( arriv ) I '
Aux Caves i rri
( r
1
G
fan
ll'Vl
lvrier
.arts Fvrier
23 lvrier 1932
25 lvrier 1932
5
Jacmel j
Saotn Dgo Ci
San Pe Ira M.
M icaraib i VenJ
lvi
I d .
.
17 (ii .
2fl (i
Dparts de New > e pour; Port a
11 :
11
17
h'
8
10
11
1 .
|
'\ mars
mars
j
7 mars
9 mars
|0 n
13 mars
1932
1932
1 .2
I
1 132
1932
1932
Ports du Nord Hatiens
Poils
New Orla :
Mobile Ala, i.i in 1"
fort an Prime. ( i I 24 d
Gap Hatien (
Paetro Plala < ai )
San Pedro I \i >c -

Santo Domingo R
Macarabo, V- D.
i
Pour tous I

>te
Dpa J i ;t
i r
i r
%\ (.n \ i' r
26 iai vier
r
30 ,
parts Fvi
lvriei 1933
11 lvrier 1932
I ier 1
20 fvrier 1932
21 te mi 1932
i-3 .-il 1992
1:1 e ii r 1932
27 lvrier 1932
o
teamer Aneon est
'.'or'-au-l'rince ve-
nant de New-York le diman-
che 20 mr -s 1932, avec : 9
passagers, Hl sacs de corres-
dcc et partira dans i'a-
s-midi du mme jour di-
temeut poui Cristobal.CZ.
ureoatil trt, malle et pas
; et sera de retour ici
le mercredi 30 mars en route
ment pour New-Yorl*.
au-Prince, le 17 mars i
m% Jasrl C. VAN REEdI
25 me ANNE N- 7021
port-au-Prince
Tlphone : 2242
CE QUI N'A JAMAIS T FAIT
CEQUI NE PEUTiTRE.DPASS
Kola Champagne
|F. SJOURN
Prpar dans des onditious ngoui
U'ASIiPSlL
Prparation et Vente
huwuflsF. fcfcJi'URNb.
Angla e!ea rues houx e du Centre.
euse
Agent Gnral
(
i 27 novembre I
es j l'a : l
.\. | is & C , ';- Mis Unn
ES PUPILLES DE STE ANTOINE
o-
La prochaine confrence
Dortce le dimanche
irs courant nu Cercle
par M. Clovts Ker-
nisan, doc eur en Droit.
Laboratoire SJOURN
DlRECTWM
F/jStjounN, Pharmacien
R. Sjourn Pharmacien de l'Universit de Paris*>
M. Sjourm Pharmacien de l'universit de Pans.anciea
interne des Hpitaux de Paris
Analyse* des Urines, du suc gastrique, du sang, ( Was-
strmaBB, Ure, Constaat d'Ambard, (ilycmic).
U>sciacnis. Des matire- tcales.

| | -. \ Wk
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
AUX ROY
30 ann succs.
rUpItal Gnral Ualieo
Accidents
o-r
12 Mms M
Mervil Paul a
valle Frai lure 1
Il olavi' uli
Dalii An
des Pui i ::- i
uar casent d
t lise ).
Gialne I aul, 8
S huit/., (oui ion il
b as gauch .
M. 18 Dl '
Gasernes. Blessure i use di
c iir chevelu.
Andr Liaotand, 17 ai , Posh
Marchand. Btea I i> i
du cuir ch< VI
Louis \'i hlien, 3
Dr Dahoux. Blessui |
Ue la h mi Ha dr i e.
Andrf Jean 10
des Rempai h. I
de la joue gaa i- l i
lrieure.
Joseph Eli
verture. Morsure I
i'uv&nt lu chi
Michel Saiotilus,
droit.
i
. .

<*.
,
Loterie Nationale d'Hati
41* Rue Bonne.Fol,^Phoae : 3353
La Loterie Nationuled'H -li est
une institution hautement humanitaire par la multiplicit
d'oauvres qu'elle se propose d'aider, une chance de biei
tre ofTerle aux hommes de toutes conditions de tortuaa.
Employs, Fonctionnaires.^Ouvriers. Artisans, Salaris a
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parlar
leur budget raovannantdeux goudes, peuvent gagner trais
ille gourdes, ratrons de Commerce,Chel> Wndustb,pares
aox iusulfisances des ventes, par l'achat d'un billet, q i vaas
libre du souci des chances-
Mdecins Avocats, Iopenieurs, Snateurs, D 'puis, Dignitaires de l'Etat.Reprsentants de Pinte iectualit, Jaar
ualistes.
Donnczljhexem fo de'votre solidarit sociaie.1
Rentiers, capitaliste comme en jouant, augnv-ntez vatra
j^ cir.
Vous tous qui habitea** Haiti, rendfy-hii service en ataa
ant le billet del l.( THIE NATIONA! K D HATI.
lleiilion

Bail)


on
rie l'a le l'aaricUjair
ils.

V


-
PILOLEsWlEiiS
i
i le pliiir l'aa meer^sa 10 i ie Cli n Ole que la
I |\ EVUX^js- f 1 ; i 11 i I i uivier, au
Nu 2027, C V
i u l ien local.
I uveront I
BON ARCHL'C-ELnirE. GOHRT01SIE.
Martinez, arcelin & C
PROGRS NOUVEAU
RHUM hOL\LAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL OtFIANT TGUTl CJ'^JItEKE
(Miirin Vierge
Chez N. NAZON
lEPOLANSLE IEJ RUES 91PWLE El FEROU PHONE: M.
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIEN J d'ASSURANCE
SU; VIE

n. t
i.;r ^'Uv
j
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Lile
Assurance Corporation Lid.
de Perth (Scotlind I ]
la GENERAI-> ait des s4k* anisaafctss et des r>! is varies oiganisali"
le ce enrr. Le soleil aa sa touh jamais sr sou champ d'aedoo, uni embrasse iJ
nie
Polices contra incendie couvraut aussi les dgts o cn [on r la foodrl
Ses Polices pour Automobiles eoivraot vols, incendia, taalvei imoisgt'
l sa personne en ai s sex biens
i times mises par ses branche. Vaurope sont n eu Ha1'
s outre accidents sont valables dan?, l'univers entier. s vovr
i donc prendra la prcaution de m aunir d'une police c iccideejf
d'au moins 4000 dollars, la prime ann-ielle u'lanl quedr 1 L "
Veuve F. BERMNGH\M, AuxCayes
or > ni's
Par* - n - 1
?^A! :_' ;i J icnie
_,
>,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM