<%BANNER%>







PAGE 1

y a : AJI.\ Ovcrland Avec le Moteur Silver Streak Li ts l 1 "-s de ce moteur oui enlev en 1930 el 1931 lu de Pikes H -i pendant la dernire anne ils ont tabli mssi frents re %  >;ls en acclration el ri vitesse sous lei auspices del Ame rican Automobile Association. monte 16 difen a cte liants des preuves de vitesse et d'conomie / 'lande, au Danemark, Mexico et dans de l.i dsignation el de leur matriel II-, oui t aussi les Argentin i la N >uv< d'autres p i\ Ainsi, i i supriori dfinitivemenl prouve. Silver Streak avec quatre coussinets, el arbre de couche con ir ni chssis d'automobile plein d'avantages.. I, empattement, 38 pouces 1/4 de • largeur, chssis double, iples, deux rystines de protge-chocs hydrauliques. preuve de l'eau onl plus I mgues et p' cl Le Moteu trbalanc %  ll.'l pou drs re w Les Carri %  J I' IS ai^es avec drs : ries conducteur <• >l mobil siges perfectionnes, des cl I %  %  dossier ajustable. conl irtables — le sieje du Bas en Prix — Elev en Qualit De mu ndi %  nous le allons il une dmonstration de la uuiture munie du Moteur Silver Streak. KNEER'S GARAGE Distributeur l'houe 2234 & 2318. Port-au-Prince, Haiti. NOS S'( ; VRG1 ; > ITUNIT DE NOS NOCES D'uR CHOS *o— — le Moniieui <> publie Mn ant (|ui ouvre a l litiou prochaine d'un ommerec annot, par Me Edgard l-unlan, aucien protesi eur de droil coinmerial a I Ecole nal onale de droit, est auuoncee. La Phalange du Nord p.rtcment'dc Intrieur un signale ae nombreux cas d'asi.ditextraordinah. de 2.50( | sassinatsdans le Dpartement oordes. contribution du gou.fdu Nord. E aussi loigamsa eenement hatien la ma j l l0u insuffisante de la po . rui aie. i leci vaut pour toute la i tepublique. Dans l'oraison funbre ju'il i prononce devant le ... iu. ...... i << 'i' ... i : attestation du souvi nir , louchant le voyage de bi totalit du l'resicu ul I loovi u Amrique Latine. —• C'est le joui nal ; %  %  o Le Rason qui u pi is l'iui liative de cette manilt station • laquelle adhi tel tous Ici gouvernements des I ami ticains. — Une confre 11 e pan., mricaine se tiendra a Muni video (Uruguay | deo m bu ou janvier proche i Il serai bon uue le l)i pai i %  t ni des Relations Lxlei u cou inuniqu'. aux jo i, ux li programme de c< co leuce. — M. Caudeli ni diant la question du il cl Haiti-,|ouri'al,iu pi rail lavorable i on mi poli d ce produit pai 1 L a C a comporterait^ son a\ i vente du si I, u ai aou aous tabli l'ilh i n< .*•. a pas rappi rt. i quea e^t de celles qui rt l imeni ei le Bi iand.M Tardieu a app< l i*dlunt : < U pri i> %  i orateurs. — Un dem -m liion de p< r Sonnes, ma i ; le ion de l'aveai s Champs-Elyses, tls mas, se sont inclines au pas lu corbillard transportant les restes U'Anstid i and. Il y aura un match de ti nuio u Club Ami icain,d< idredi, a 3 heures, •ii i e eui s amricains il Je s joueurs jamacains, — %  Dcs U i i i prs-midi oui eu ; i i Mc-Aiinc les IIM ques de Saint blix Du lections du Reich 0 — M. Drueuioq fesisare lliodcsbory il Wa liiiijiim. BERLIN, 12 Mars. Le Pnsiden! Paul von llii denbnrg a t compar George Washington par le chancelii Heinrich Bruening qui l'aap pel le pre de la patrie . Les forces antifascistes du tfronl de fer se rallirent derrire le Prsident pendant li d :rnire semaine de la campagne lectorale. Un j personne a l tue et 11 blesses dans de? rixes politiques qui ont clat sui Ions les points de la capital. Ce parallle entre Washington et Hindenhurg a t Ira ce par le chancelier au cours de clbrations dans la salit du Reichstug l'occasion d< l'anniversaire du 2C0* anniversaire de naissance du premier prsident del Etats-Unis, Ces clbrations se sont dt roules soi.s les auspices dt La Messe par Radio Betfler une messe radiodiffuse ue ^uf tirai) \m* pour remplir ou dvoie CIT nu VATICAN, 5 Mars. — Les autorits ecclsiastiques considrent comme sans valeur d'couter la messe par radio, mais le Pc e (iaufran ceschi, directeur du poste de T. S F. du Vatban, dit qu'il croit que c'est l une question qui pourrait tre examine un jour ou l'autre i. Cette question, aussi bien que celle de la confession par tlphone, a l souleve par le journal napolitain cil Mattiuo, et a provoqu de nombreuses discussions. Les autorits ecclsiastiques ^disent aussi que la confession par tlphone est sans valeur. Il Mattino cependant pu j b'ie des interviews de deux ^ecclsiastiques, le cardinal Ascalesi, de Naples, et Monsegneur .AIIODSO Garinci, se cr^taire de la congrgation I rites qui expli juent que l'accomplissement du devoir catholique d'eDtendre la messe demande la prsence personnelle. 7 Le cardinal Ascalesi dit que |1J rgie de l'Eglise est que la I personne ne doit pas se trouver plus de dix pas de l'glise, saut si les lidles sont trop nombreux pour entrer tous l'glise, et font parue de l'assista n ce. Monseigneur Garinci dit que la Congrgation des rites s'est prcdemment dclare coutre la coulessiou par tlphone, ;i cause du manque de indispensable prsence physique ei du secret . L'EXCELLENT i IFLBUCY; NETTOIE, MOUSSE ANTISEPTIQUE DTRUIT | KS GERMES. VOUS AVEZ BESOIN DE SA PROTECTION. LFEBl LRSAVON DK I vTfc rcun MAINS, FIGURES l i BAINS. ~)Y pourquoi acheter deux plumes '-'ne Parker DuofoM scr'. dp deoj f oin comme plume di poche < l de turtau. Dt'inandrz votre distrilmtc-ur la pointe que Parker offre u< En vente dan* Ut bout Magasins. 1 er L plume (|ui crit %) MOIIR &. LAURIN, DISTRII P. 0. Box Mi.PoRT-AU-Pitr cm 'fit LA MEILLEURE FARINE A PRIX POPUI AIRE Ncrologie Hier soir, est dcde Kensv 11. la grand'inre de notre ami nd D> ifj, — Les funrailles [auront lieu cet apr-.-midi en • lise Sont Pierre de PtionVill %  L'inhumation aura lieu au 'iieiire extrieur de Port-au Prince. bincrea condoljnees. Faite de bl dur d'hiver elle donne un rendement patant en la travaillant seule. BAT' BAS FARINE M A. BLACK1TILL MILUNV A EI.IVATOI CO. KaiMN CI*. M. Demandez-la; partout, 1 y en a. mla semaine. Un nazi a t tu el [uatre gtivemeDt blesss. I renie nazis et 90 communistes ont l arrls. M. Ollo Wela, prsident du parti social dmocratique, a dclar une runion du Iront de fer i que si Miller, aventurier tranger, triomphe, la classe ouvrire sera brjtalemeut supprime. Il a demand aux socialisiez de voter pour Ilindenburjz parce qu'il est un rempart contre la Riierre civile et a dclar que les uaiis et les nationalises l'ont dsert parce qu'il tait trop sage pour suivre leur voie dancareuse. Achetez-la avec confiance! FravVii liez-la avec orcjicil! BIRE NATION \ LE de la Brasserie Nationale Se vend; partout 0 .10 ualit e verre mal are suprieure. ul (J l'intervention u uouveratM%nt — L'quipe |. iii., 'liomph v IV cap* Est k •t 7 buts contre 1 Cetti • rceoinre i laii-t i • m n *.f ^ire ? Mous mle i eus lhi, ni avec une at... unipi province, auci ne >., \U > #i..vant la pip ratiut |Suffi< ^nte. — D a prs li hilfres pu blll pi r le k> recel les au l'arc -L< t'-K eut %  € %  ces jours-ci, auraient e > eu pro^rebMon di lat-ce qu'il y aui i**£^is!au!s chauu< cbetdc bureau •socits allemandes pa il pnniene Nalionale, de'desquelles la socit Karl e de ra ans. IScbun Le dlunl tait un vtran i Lt s aulns andiduts la lu prolession typographi-J prsidence du Reich onl pas. u 1 il i I .il I un .L>L ni.nl. _ • i i se la lin de la semaine a unIflflflSIM aufiATai lin donl il tait l'un des mei m s in buiciens. Il \coula ne rtie de s i car* 1re Jl'lmi i ii 11 s;i rgularit el son savoirf aire Uieut fort api Nous adresst us ses pa < i s nos • s itbiqi i s ron* %  ni L prs*uiidi onl en 1 ii en I Eglise Su \n %  e les I t |ui i .i Pre BLIUI ET, v raire de cette paroisse, deid le matin l'Asile Franis. Lnomb i i' ssi^ut si %¡ < util l i cri svn eu Lier j Hyi met cii leur ii t phine. a ner leur campagne lectorale, notammi nt le dut ta&i tsti e candidat Adolt Hitler qui ;. dclar Weimarquele parti national : ocialiste tait prt 6 reprendre le gouvernement, [a plus grande niauitest.ilion de la campagne lecio raie prsidentielle allemande tut celle de 50.000 rpubli cains reprsentant les antifascistes qui ont dfil travers le Lustgarteo tandis' qu'une demi-douzaine d';;. | yins portant le nom d'Hi:.. i di nburg puni .sur leurs aiUs survolaient le cortge, Aj ies la d( monsiraiion, six memb < s de la Heu hsbanuer ont t bh ss> dan les rues oi i f< paiticuliremi m 11 natioBaux* des d'Hitler tt le pom nstes | u da|il lu Uu de _, BmMmmmwm w;mm 1 ou tes les Polices DE LA %  1 comprennent la Protection contre ia t Foudre sans auamentation de taux* le Boss et Aqents Gnraux



PAGE 1

! v i G£ bCJta Rhum Biitesicoai 'i 1 I i uni Rue i onri pi AVIS AL T COMMERCE La Panama Hailroad Steamship Une a lavant !" r %  oncer les dparts suivras de New York pqif.i" fl.iti. directement chaque mardi. WFSi^S acarvusde chambre frifforilaue : ^" ,n sont ftfwr/# de Sew 1 or*. AffMajca-rf Port au-rrincc. ctraroer • Ancoo %  le lu mm le 20 DM IQV> leamer eGuayaqui!* le 2> mars e ai !" Jg Mimer Criatobal, le 29 mer, ,Q 8 2 e f ."S? !" :MB er Buenavemuraa le 5 avril e ij !" J l2£ Panama Railroad Stea.npship Liae JasH. C. VAN RKED ageut Gural Ricin-Poudre Uu iMveay Ricin-Poudre, huile Ricin en Poudre compose, a tous les avantages incomparables de l'huile tie ricin saus en avoir les rpugnants inconvnients. Ricin-Poudrf t*st recommand par le Professeur Poul'hei de 'Acaamiede Mdecin %  Comme laxatif : 7 cachet purgatif: ? cache Concessionnaire pour Haili : Pharmacie Saint Franois Dr MATHURIN, GrandHue. M PHOCLAMATION IBBJ *>\ Lykes Brothers SS C Inc Taxa. -Hati Santo nomingoRico Porto La aeul service hebdomadaire et rculier passagers al ^r r feHa s il N MARtH.Mal %  D-Prini e; it,e I rti 'e luit rom rus MM. I ', ESTfaVE & ( o et j |Grand Caf de France Lf ENTE DE MOHSlEiH m ICIE-OE K PAIRIZI L ...UUIIAPJISIJ'IML WIABLES. El^l? > LLb i J LUS FIMS.US (JGARES ET RIX IIMI.4KI mit' • %  • r runissant les meilleurs terroirs, C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! Panama Railroad Steamship Une Service de frl el de passagers enlie Angleterre Ecosse France Mrs. G.,W.|SI1EDGM C1T, JametfStreet," LIVERFOOL, ENOLARV* THE FOL1.0WING AHEOUR AGENTS AT PRINCIPAL PORTS IN l'UROP ENGLANi. SCOTLAND. FRANC*. MBSSW G. W. SHELIJQN & G<>. 17, James Street, Liverpool, Jbnglana La France, MettrsG. W. Sheldon & Co, ara represented by tlie tollcwln lins rapide et plus dnect tervice de transport de pass.-ifiersct du trt rntie Haili •t es portsEuropeDI.vil New Yo.k.et Crislobal, Carrai Zone. Isthme l'ar.nnia. Voici la liste fc de nos agents pour las priucipeaux porl de l'iieuroj e: f HERNU PERON A Cie Ltd E i 8UUT HENKEYA Co 21 Rrs de la rpublique Uaracilk< l'ercu Prou &. Co. Ltd. ;j Quai Georges V. Havre. Hernu Perce Co, Url 'Gerh any Mes&ra r Dtic l'reight CII pn., 24 Quai Juri aens Auwerpse Belisi, 90 Rue des Maris. Paris. IIMKH Prou & Co i.id., Rue de Tranquillit, "Durikcrque. Hernu Prou & Co Ltd., 9 Rue Roy, Bordeaux. CIENOE, ITALV. Meaart HIKBY COI & CLIFU PIAKA S. MATTEO N ISGener C"TTEXBrRG. Sw i Dl s ^ Nord if k I> pu ta. Col bon b i Mefsrs ATLALTIC I'I I COt \> N Kou Emmaplein Rot erdam Hollande Vlessra STERMANN A f!o LA FEMME AUX VEUX FF DIMANCHE, A HA!TIANA v l'ner MOU des Rame HATI \.\.\ prae i i ra le b Blm de lierre L i mite | l'Abb I outil ) : L Kn aux Yt iix Fermes pheline el ruine, Ri de Cr sy s'est trouve d ; devant l'adversi cation ne l'avan poinl | I re aBronter le dur corn ( la vie. h lui taul ne < o que sur elle mme, mai^ elli lie possde BUI un de ls qui pi rmi lu m d la ji Blli mode rua de subven : I e-oins. Dans une i rj emi U u r .von di i i di m i \ Rsgnei v e, el on i ild e dernii r, i % %  : laire su flei • instant n m /. p|i ci l< % %  %  l Mf Ros i vtn Durand, rV eur I n| i B , rlle I d* \ Dl nie d'une lan de nosvaam ii( hesa, si paradoxale et souvent d'un mien: .' imp vu, \ domesti donnasl malgr i IIdes le. de savoir-vivre ses palro lingues ont un fils ! manche allant HAITIANA le Ooc n cemenl de l'idylle, 'ni' ,n Bretagm ena de i ea m Une soin e de rva an p pectrVe, 1 "' I fIRtLE kEltttl || Pai:izi <£ C lEt EPHOWE : 2 341. il %  PAS IRE UN PETIT TOUBT TERRACK-GARDEN Chez W. KAHL Petionville : islr aiadei ea nroi ne excellriit rooto ISI h u i orl i • c s espces. oo.i; lea pensions de jour de • n %  11 f-, f CE SOIR ; prise de la superbe pn duction i i M: i • de Mardi. rnei; spectacles ics jilus artisiiui. la saison. Cin-Ialdy •m La lUiv vers l'Or IR Il dans Fdora i FeiTirn Yeux Ferms % i^



PAGE 1

i leudi 17 ^iars 193 Le Malin 4 PA-iEB 25 mc ANNE M MM foitcu-1 rince Tlphone : 2242 .^ mm •eixs-Bii. -'. %  B I BMM | Aluiiiitiiim L J Dpari d< New Or! our Port an Prince — l'or. Suds HaltitBf ih > Porta Dparts 1 vier Fvrier New Orlans, La Jter d b "26 la !93'2 Mobile Ala i l'oit au Prince (arrii lier nrs 1932 Petit Gove( arriv ) 12 dc. .) |G lvrier % %  mars 1932 Aux Cayes^ arriv ) I 0 rer 5 i 132 j Jacmi i ( arriv) 1 1 d : 1 i (ai J7 19 1932 r lU3z aura y.ii Dparts de New O Mobile pour k P6rt au Prince—JPorisJ 1 Hatiens %  nto Domingo ei Macaraibo, Ports • -Dparts Dce • %  Dparts Janvier New Orlans, La. I '• i er Jacmi i | arriv) 11 dc. 1 i ai SantoDgoCily jlti dc. 13 janvi KJ fi San Ped i NU: 17 dc. 14 janvier -"jj: il lvrier Macaraibo Ven* J£2U dc, i~ janvier^*""^ il lvrier Dparts de N* w Oj l Mobile pour Po i au Prince—' Mobile Ala. La i tri 1 i Porl -m Princi Cap Hatien ai i .N I e ) 2b" i Paetro PI lia ( arri 2/ San Pedro de vl 2.) Santo Domiogo li i %  Macaraibo, V D. rl-au-l ;;i Pour tous h' autre* i a Messieurs A. 1); fElS & C , agents Onra t. 1-1 j %  r ••. %  • • 1er 2.'1 j l i ovier liii |an\ < r Il v ir 30 janvier Dparts li \ m v 11 lvriei 20 le rier 1932 • M 19; £3 lev i r 1992 r li32 27 lvrier 1932 AVIS rPABttlE DES CHEMINS DE 1ER uE LA PLMIk oO IM-DE-3AC. MM. I c rnnaircs de la Com i oie • < < ouvo-jus en \s, Gnrale ordiu bureau ;le la omp < gnif, Po t. ;l i |..|' ; irree ( H ;tii ). le .me 11 21 mai 19, a 9 1 s do m ilin. < %  Ire do |u r : I <\ i n • %  oes* \.. %  >• rcdeole; tiapporl du Conseil d'Administration et prsentalio i :les comptes ; \\. E < ci on du Conseil • \ m n r lion. \:..'its courantes. l'ona tPi IDC le 12 mars 1932. Le Coiist.il d'Administration L Hipposarcine Roy su '.cialit franaise CE QO! N'A JAMAIS T f AIT CE 001 NE PEOI TREDPASSL Kola Champagne F. SJOURN • rpar dans des conditions rigoureuse* D'ASEPSIE Prparation et Tenta PtABJUClF. SLJOURNL Angle des rues houx et du Centre. Laboratoire SJOURN DmicTins F.^StJounN, Pharmacien K. SJOURN*, Pharmacien de l'Universit de Paris M..SJOURII, Pharmaciei de l'universit de Paris,anciti interne des Hpitaux de Paris XT Analysa* dee Urines, du suc eastrique. du sang ( WM. arrmaan, Ure, lonstaate d'AuiWd, Glycmie). Dca arackats..Dea matires h cales. Hsitai (lserai lialira Accidents — o— 9 Mari %  1 i i I ans, Cina >. i 'A\ lier Si Joseph I i mina! pr )i) .'il %  { h vl i. i. Pi (i an Kui (-<> %  '• njux. Daniel \'| hoi dei-Miss on. I lessu <11 cuir,< hevelu. Pompe Mau; is on A v. M gloire Imbi oise, Bli s %  ira au cuir eh velu. Piei i %  .1 i <>i), 15 ans, > ds*tto8 ala. Con'i D n m gau< lie. Petara bornas, ru Mag. de l'Etal i leai da n ont. 3oui belle Si pli r le Si Honor. I) quante d l'm nen I* main gaui Dsir Dsili M irehand. Ble i c nr chevelu i Dorsainvil Don Paubourg Salomou. cinluse rg on temj'oio paria laie gauche. 10 Mars 19 Ballhaz ir Ai aolr*, P rta 4 ogne. Contuaion du thons 1 ( hospitalit ) pic re Sh i>l en,Il Blaasura contnse droit. Ro u x Lo u i s, i a de Chose, lui" | o droit. Mathi %  rue. de i'i nlem mant. li3 iup ritui li a lu pied 11 La de [anirfacture laih'enne Chapeaux • U Indigne a 1 ... [g00) D i.i \ Por-1 Lia n te c l i-QWB, %  Il [ion il %  < %  e et %  i V Rachitisme m Lymphatisme Croissance Bronchites, Anmies n I • r • •ou I ..•• A Qrnnuld ^ DAp6l : Laboralolraa CROSNIER 0, fUS A icer i ii) nb "e ise Clientle que la vent •• E\fIX : • lait, rieauis Je 4 : nv ? er, an N 2 ,maw ^cv) ancien lo RITE, GOURFOISIE. artinez, T arcelin & G 0 i n lac n *.RI" ..VI UNE. Loteria Nationale d'Hati 4f •, Rus Bonn.Fol,^Phone : 3358 La Loterie Nationaled'IIali est une institutien hautement humanitaire par la multiplicit d'œuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de biei !re otTerle aux hommes de toutes conditions de fortuit Employs, Fonctionnaires, Ouvriers. Artisans, Salaris i % loua ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parler leur budget moyennant deux goude?, peuvent gagner trait mille gourdes. Patrons de Commerce,Chcts i'Industie.pim anx iuaulflsancea des ventes, par l'achat d'un billet, qui veai libre du souci des chancesMdecins Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Gril* Dignitaires de l'Etat.Reprsenlants de 1 Inteiectualit, Jair, alistes. Donnez', xem.jlr de'valre v s lida r ii(> snciaie. Reuiiers, apitalistes, comme en jouant, augmentez Ttu ir Vous tous qui habitez* Haili, rendez^lui service r D i tki amie billet del I ( .1 ERIE N \T 10NALC D'HATI. aileiklion PROGRS NOUVEAU RHUM SOblEAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DhFANT TOUFE OfCJ.llEICE (Aairin Vierge ni z V. NAZON BCPOT:AHeLE DE5 RU£S BH PEUPLE ET F EROU PHOHE • ASSUREZ-VOUS Il U o €8! f##ff-r'/fvri Une des; pu fortes.COMPAGNIES GANADIEI i d'ASSURANCE sur la VIE 1 a Gcnrri Accident Fire & Life surance Corporation Ltd. de Pc 'b fSeotl vd NERALJ tsl r-*. des ptKS fnisunnlat et des P!-M vastes organittU* c so eil ne s eonebe j amais ter son champ diction gni embrasai %  1 I e r T mtra i iccndlt couvrent aussi les dgts o-c sionnes par la iouur pour Automobiles coivrent vols, incendi Malveill.'nce.., dcrraalf M).IPP •>•.-. jana %n% bieua ar.l rmiaespases bran, bc./.i Europe boni H es enBl^ Vs ,,rt 'cci lents uni valables dans I univers entier Tous les fg e '• Prendra la prcaution de se munir dune police contre accid*' 10 M lo'lars, la prime annuelle u, et a m que le ! il 2U do'lari *•** Veuve F. B : D V TTV^H \v AuxCayes ..<*Kr*mri\am n r — j


PAGE 1

Clment Magloire DiRECTEUK l5oS. RUE AMERICAIN L8 TELEPHONE iV224'J plaignons v ir i yvermr • hcmmMiLe inonde cleuuii< •-. un enpr i> 4 ociitsie en tait bannie. lin il MM '2"oa\e ANNEE N 7G2G P0RT-AU-PK1N< E(HA1 k- JEl'l K-.Ui.52 L'Aptre de la Paix > Aristide Briand ( SUITE & FIN ) Elu-dput de Saint-Etienne, I le lendemain, une manifeslaDriand arrivait la Chambre el 1 tian plus grave ayant clat, il faisait son entre an bras de cltil fa rprimer. Et ce fut le laiirs. divorce. Silencieux pendant quelques i Divorce suivi de reprsailles, mois le nouveau dput prit car les socialisles infligrent ; nu jour la parole pour dfendre j leur ancien camarade in-.'' grdes ouvriers en grve. Il tait | ve qui el pu comporter des inconnu du grand publie. Son consquences d'une excepiionnelle gravit, une grve de ehe minots : M. Briand rpondil en un dcret de mobilisusignan discours fut une rvlation et, unanimement, les journaux an noncrent aux foules qu un grand orateur parlementaire ve* lion, arme redoutable, qui ei nat de natre. P ll > 8e retournanl contre lui, le I e t'ait est (pie dans cette atfracasser ; c'est la grve qui fut mosphre paisse du Palaisbrise. I Bourbon, o les gestes sont si | Au soir de sa victoire, avec souvent co n v eut io nue 1 s, M. une joie qui tiahissail ses anBriand apportait quelque chose gohses de la veille, il montra d'assez rare : de I improvisation, ses mains, dise i : A oyi improvisation ADOUCISSANT LA .T < PARFUM. UN VRAI LUXE INSIGNIFIANT, LU.. .N \\n.\ ii'. roi b'rii 1)1' LICITEMENT l 11 Une œuvre utile ; —o— Au i I icaise, en i >2 '. SI. \n ( un nu M I IS de nill \ nu igrs d'ass niais de l'improvisation sure d'elle-mme et qui coin mitait tout ce qui fait le grand arl o i loire : la simplicit, la gravit, le sentimentalisme el jusqu' l'motion vraie ; avec cela, une voix aux inflexions savanunen! nuances : enfin, un sens profond de ce que l'on peut dire, de ce que l'on doit dire un auditoire donne, pour le remuer jusqu' l'aine..., et la pr sence d'esprit, la matrise de descendre de la tribune assez lot pour que I on s'crie Eli quoi ? Dj fini ?... et que la salle.me luse, clate en applaudissements... C'tait un charmeur q u venait de se rvler;: rassemble. Ayant ainsi conquis sa place au premier rang, dans re milieu nouveau pour lui, M. Briand v dveloppa ses facult, tonnantes de tacticien. On le vit bien, quand ayant accept de rdiger u.ie goutte de sa 11 j .. Et c'est ce s ir-l;'i aus .i. q i' dclara g i : s'il l'avait fallu, serin all jus ju'a l'illgalit.., Ah qu'elle lui fui reproche. celle parole ,\ al!a-l-o.i | a jusqu' l'accuser de viser la dictature ? Cette accusation le poursuivit pendant longtemps. Un jour on la produisit en pleine sance d'une des assembles : — Dictateur — lui cria-t-on. Avec quelle dlicieuse ironie, cel homme qui se connat bien. rpondit en m mirant ses mains, qu'il ne saurait ten Ir en fermant les poings — Pauvre dictateur — Aprs avoir prconis comme moyen rvolutionnaire lointain, certes, mais rvolutionnaire loul de mme la grve gnrale, il est devenu briseur de \ soutien de l'ordre. C esl .pic, dans le rang, l'on le rapport refus par .ne voit pas tout, l'on ne sait I. i i <*< ix Ir\iil V i.iuiin ni t\ \tii* %  i tous, sur le projet de loi relalil la sparation des Egl ses el de l'Etat, il russi I le soutenir devant la Chambre, avec une telle souplesse d'esprit et une telle varit d'arguments, que lt projet de loi, aprs avoir heurt vingt cueils, sur I !S quels il pouvait sombrer, lut adopt, ceux-l mmes qui avaient vot contre lui rendant justice au libralisme du rapporteur. La loi de sparation vote, il iallut l'appliquer ; et tout naturellement M. Briand lut charg de ce soin; c'est pourquoi il devenait, dans le Cabinet Sarrten, ministre de l'Instruction publique,la direction des Cultes relevant de ce dparlem ni nni.istriel, et peu aprs dans le Cabinet Clemenceau, garde des Sceaux, la direction des Cultes ayant t supprime el le ministre de la Justice tant qualifi pour veiller l'application de la loi nouvelle. L'œuvre tait urdue.Des diliculls sans nombre pouvaient surgir. La paix publique tait menace. Avec un tact infini, avec une diplomatie de tous les instants, M. Briand surmonta tous les obstacles : au vrai, il n'appliqua que l'essentiel de la loi, laissant de ct ceuxdeses articles qui taent trop irritants : il dploya, celle occasion, de relles qualits d hommes d'Etat. E c'est ainsi qui! devint Prsident du Conseil... Cette ascension prodigieuse de M. Briand avait rempli ses anciens amis de stupfaction. Celle-ci grandit, quand ils virent que le nouveau ministre s'adaptait tonnamment ses fonctions. Et ils le ttrent. Des grves furent suscites. II ne broncha pas. On .tenta un essor* de grve gnrale, qui lut vigoureusement rprim par le Prsident du Conseil, Clemenceau, puisqu'il y eut des morts. U garde des sceaux Briand ne linissionu i pas. Tout de mme, devenu prsident du Conseil, M. Briandessava d'amadouer ses anciens tmis. Il autorisa un | socialistes dans la rue celuw se droula sans incidents ;.\ i Brian* exultait dj, mais des p i tout... A peine au pouvoi i, ,i se rendit compte de la ne sile, non seulement de l'ordre, mais encore de l'union de Ions les citoyens. Il avait vu, en ellel, du poste O il tait plac, les nuages s'accumuler l'Est. lui 11)08, le conflit avait failli clater avec l'Allemagne. A peine prsident du Conseil. en octobre 1909, il lana a Prigueux son laineux discours sur l'apaisement ; il prludait aussi a celle union sacre qui fut ne cessaiieen 11)11 au moment del crise d'Agadir el indispensable en PU I, quand la guerre fut impose la France. Cette guerre, il l'avait vue venir. Kl c'est dans le but d'intimider le futur agresseur, de le conduire renoncera ses sinistres projets, qu'il proposa aux Chambres de renforcer I arme franaise, en instituant l service militaire de trois anque lit voter M. Barlhou. Propos humides Jp ne sais pas pourquoi on les ., appels modernes chaufteurs , ces deux automobiliste;, d'une peln. ville vendenne. Ils arrivrent au village de Sint-Nicolaa-de-Brem ou ils rencontrrent le sieur Sigorqueau (bigeroa de la localit. Ile le circonvinrent. Le pauvre homme simplfet u laissa taire. On lui lit boire un forte dose d'ther. PuUJo le lonu. assez cruellement pour le portai indiquer l'endroit o il cadiaii s,, argent. H fut assez £dur-a-a.irc. tout de mme, pour ne.nen rvler. R les deux compires durent seretnei comme ils taient venus: les mains vides Os a l'histoire tria imd* dnia? Allez Sauf l'ther. Douleurs, si en lieu et place. 1M martyrisants lui avaient l'ait boire au RHUM SAWH CACHET li'OH, S : gorquean eut parle d aferadanc*. %  jsapjBjHHPjBjBaKttAi MESDAMES, Pour teindre vous-mmes tous | tissus, aucun produit n'gale \u 'MAvmmr\ TEINTURE MKACRE PERFECTIONNE as l'i.no „.—, bonne pl>nnIMeldro|u€rlM*rS-Pan^ otre Enqute La Femme de Csar... REPONSE DE t I I03. — .1 ton lotir, hr i by, ancien prsident de I < Sationaliste rpond a noire qute d'une faon prcci&t. aissanl place a aucune /u> que : Port-au-Prince, le l nar 1032. Monsieui Llmen Via oi Directeur dutoatln. E. V. Mon.xh i Directeur A propos d'une dclara io Mr Cameroa Forbes qui p tend que des candidats ;> dence 'iuraient ileman t> Commission A ui i icai ie f,'';Hit a Port-au-Princt, %  • > ' iy 10, le in iiQtien de l'O ion militaire i D Hati, vou*. / savoir ce que j'en peu ci dau* ^quelle mesure e me concerne pas . Je di fi e volontiers dsir :, 1 L. Union Nat on i isl l'tais it Prsident, n' vi moment-l, dsign &ucu didat la Prsidence, 2'' Je ne me suis jamais pi sente devant la Commi Forbes. \i* J'ai lait dposer deva Commission, au nom de 11 Nationaliste, le 1er Mai 1 S qui o u : pr I I 1 i e litionnel ''I .1 I V ,'U du le n u u %  alisi r u %  .u nd Le Co for ne le \ parmi nous.l ii d'tudii i i I i v [, % %  ticj Lui %  l mr i %  Jo I I le a du ;il lia i i'. i A la mt'iliiiiiimi du lor i Lgtslalil Les Mor's qui parlent • i rVoui extrayons les lignes suivantes de touurage de M %  / A. Lger /. /-// s uni i n u Ah 1 MM. les dputes, ^oln couddile sera un jour se> i ment juge. L'Excutil ne pourrait pus nous engager si \ ne l'y autorisiez par vos \ complaisants. Votre r< sabilit esi norme. C'est m servir le pays que <1 eni trer simplement toutes les m sures (jo on s • pi i surtout lorsqu'elle s oui In .i nos rapports a Comment, un Secri Laii i d lai vous soumet toute i tes d'absurdits, di s eoii i i\ ce des e Ira u na portance, de longues I .1 inilciiiiiiks a i transacuoii p u uo et sou•> \oiei tout, s.m la moindre observation, n dndre critique! l'Assembl" Lionale a eu le [jwtriotisme de n pi ser femprwht que le L'i dent Don! Lnictr ;i l'-u 's. elle • i rendu sei s i n aurions pu i auj nouveau lio Ici rivi ; SI vou I urir, l le saci peul eontril) i l.i uruiuletir de la pairie. I .es I ir. i sn detirs, prlude une mesure ;i i i | i I [ail %  i ... a vu ui oi Qagi qui, ^ la halle qui i fi ouve V'oollev .'t %  %  couse li halle, lou %  i. i Io a* it l'une :iV0C de la t i pi %  %  i i itet : j || le Il inii, la moin 're %  i "i\ iseils... :uit Cri •! I• mli.. une o a la. Le i I,Iiu < MIS la tain est l • mis • qu'un l, il v de our une Ght* r< mu i l, pour i tissu et raison ou de . id il ird. %  I dpit liait ii lait que la 1 ;i v lit < udue la i kanl n ou hoir d'un i.ut le mai ie un 'mil • du ; nia long 12 mars. — ( taisait %  i omh boniv lient gUSion que [t ( n eOini ; • M et i Ion I et Mme i consulti r un optiivail Lindl ergh onl reu ni les %  i >ucl oir lut i lu machin el i'au r un i Lis n t qui 1* il i en main et i port lit, fini menl ennde du mari, ut en ceri t utilis • pour le eul • plia des liti Encore lire une lelti ulre r ignifl [ue celui-l I un Liudbi u I i n une iluliou. Lindbergh o— I Kl a vu ; ii — an* ngan. roulnl 'l i du lai. : %  i s y I vu 11 i, le h • n e abri ui i m brasser marchanda 'int, par c( Me acillturctmp. poules qu'il i maro i d |/.i di icnts i n avec une visible quant n'eu cent i ri iiu < le 11 il n ii, oir petir ili al. m' N %  h -// / uOilyi i ans tre au i l roi |,i %  I 'i de • H de la D, et sort Il R. [que .-'y o vision* hom* •aire accident re A .-i^ei fvjux Hati,


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06960
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, March 17, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06960

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DiRECTEUK '
l5oS. RUE AMERICAIN l8
TELEPHONE iV224'J
plaignons
, v ir i y-
vermr
hcmmMiLe inonde cle-
uuii< -. un enpr
i>4 ociitsie en tait
bannie.
lin il MM
'2"oa\e ANNEE N 7G2G
P0RT-AU-PK1N< E(HA1
k-
JEl'l K-.Ui.52
L'Aptre de la Paix >
Aristide Briand
( SUITE & FIN )
' Elu-dput de Saint-Etienne, I le lendemain, une manifesla-
Driand arrivait la Chambre el 1 tian plus grave ayant clat, il
faisait son entre an bras de cltil fa rprimer. Et ce fut le
laiirs. divorce.
Silencieux pendant quelques i Divorce suivi de reprsailles,
mois le nouveau dput prit car les socialisles infligrent ;
nu jour la parole pour dfendre j leur ancien camarade in-.'' gr-
des ouvriers en grve. Il tait | ve qui el pu comporter des
inconnu du grand publie. Son consquences d'une excepiion-
nelle gravit, une grve de ehe
minots : M. Briand rpondil en
' un dcret de mobilisu-
signan
discours fut une rvlation et,
unanimement, les journaux an
noncrent aux foules qu un
grand orateur parlementaire ve* lion, arme redoutable, qui ei
nat de natre. Pll> 8e retournanl contre lui, le
I e t'ait est (pie dans cette at- fracasser ; c'est la grve qui fut '
mosphre paisse du Palais- brise. I
Bourbon, o les gestes sont si | Au soir de sa victoire, avec
souvent co n v eut io nue 1 s, M. une joie qui tiahissail ses an-
Briand apportait quelque chose gohses de la veille, il montra
d'assez rare : de I improvisation, ses mains, dise i : A oyi
improvisation
ADOUCISSANT LA .T <
PARFUM. UN VRAI LUXE
INSIGNIFIANT,
LU..
.n \\n.\ ii'. roi b'rii
1)1' LICITEMENT l 11
Une uvre utile ;
o
Au i
I
icaise, en i >2 '. SI. \n (
un nu m
-
I IS de .
nill
\ nu
igrs
d'ass
niais de l'improvisation sure
d'elle-mme et qui coin mitait
tout ce qui fait le grand arl o i
loire : la simplicit, la gravit,
le sentimentalisme el jusqu'
l'motion vraie ; avec cela, une
voix aux inflexions savanunen!
nuances : enfin, un sens pro-
fond de ce que l'on peut dire,
de ce que l'on doit dire un
auditoire donne, pour le re-
muer jusqu' l'aine..., et la pr
sence d'esprit, la matrise de
descendre de la tribune assez
lot pour que I on s'crie Eli
quoi ? Dj fini ?... et que la
salle.me luse, clate en applau-
dissements...
C'tait un charmeur q u ve-
nait de se rvler;: rassemble.
Ayant ainsi conquis sa place
au premier rang, dans re mi-
lieu nouveau pour lui, M. Briand
v dveloppa ses facult, ton-
nantes de tacticien. On le vit
bien, quand ayant accept de
rdiger
u.ie goutte de sa 11 j ..
Et c'est ce s ir-l;'i aus .i. q i'
dclara g i : s'il l'avait fallu,
serin all jus ju'a l'illgalit..,
Ah qu'elle lui fui reproche.
celle parole ,\ al!a-l-o.i | a
jusqu' l'accuser de viser la
dictature ? Cette accusation le
poursuivit pendant longtemps.
Un jour on la produisit en plei-
ne sance d'une des assem-
bles :
Dictateur lui cria-t-on.
Avec quelle dlicieuse ironie,
cel homme qui se connat bien.
rpondit en m mirant ses mains,
qu'il ne saurait ten Ir en fer-
mant les poings
Pauvre dictateur
Aprs avoir prconis com-
me moyen rvolutionnaire loin-
tain, certes, mais rvolutionnai-
re loul de mme la grve gn-
rale, il est devenu briseur de
\ soutien de l'ordre.
C esl .pic, dans le rang, l'on
le rapport refus par .ne voit pas tout, l'on ne sait
I. i i <*< ix Ir\iil V i.iuiin ni t\ \tii- * i
tous, sur le projet de loi relalil
la sparation des Egl ses el
de l'Etat, il russiI le soutenir
devant la Chambre, avec une
telle souplesse d'esprit et une
telle varit d'arguments, que
lt projet de loi, aprs avoir
heurt vingt cueils, sur I !S
quels il pouvait sombrer, lut
adopt, ceux-l mmes qui a-
vaient vot contre lui rendant
justice au libralisme du rap-
porteur.
La loi de sparation vote, il
iallut l'appliquer ; et tout natu-
rellement M. Briand lut charg
de ce soin; c'est pourquoi il
devenait, dans le Cabinet Sar-
rten, ministre de l'Instruction
publique,la direction des Cultes
relevant de ce dparlem ni nn-
i.istriel, et peu aprs dans le
Cabinet Clemenceau, garde des
Sceaux, la direction des Cultes
ayant t supprime el le mi-
nistre de la Justice tant quali-
fi pour veiller l'application
de la loi nouvelle.
L'uvre tait urdue.Des dili-
culls sans nombre pouvaient
surgir. La paix publique tait
menace. Avec un tact infini,
avec une diplomatie de tous les
instants, M. Briand surmonta
tous les obstacles : au vrai, il
n'appliqua que l'essentiel de la
loi, laissant de ct ceuxdeses
articles qui taent trop irri-
tants : il dploya, celle occa-
sion, de relles qualits d hom-
mes d'Etat. E c'est ainsi qui!
devint Prsident du Conseil...
Cette ascension prodigieuse
de M. Briand avait rempli ses
anciens amis de stupfaction.
Celle-ci grandit, quand ils vi-
rent que le nouveau ministre
s'adaptait tonnamment
ses fonctions. Et ils le ttrent.
Des grves furent suscites. II
ne broncha pas. On .tenta un
essor* de grve gnrale, qui lut
vigoureusement rprim par le
Prsident du Conseil, Clemen-
ceau, puisqu'il y eut des morts.
U garde des sceaux Briand ne
linissionu i pas. .
Tout de mme, devenu prsi-
dent du Conseil, M. Briandes-
sava d'amadouer ses anciens
tmis. Il autorisa un |
socialistes dans la rue celuw
se droula sans incidents ;.\ i
Brian* exultait dj, mais des
p i tout... A peine au pouvoi i,
,i se rendit compte de la ne
sile, non seulement de l'ordre,
mais encore de l'union de Ions
les citoyens. Il avait vu, en
ellel, du poste O il tait plac,
les nuages s'accumuler l'Est.
lui 11)08, le conflit avait failli
clater avec l'Allemagne.
A peine prsident du Conseil.
en octobre 1909, il lana a P-
rigueux son laineux discours sur
l'apaisement ; il prludait aussi
a celle union sacre qui fut ne
cessaiieen 11)11 au moment de-
l crise d'Agadir el indispensa-
ble en PU I, quand la guerre fut
impose la France.
Cette guerre, il l'avait vue ve-
nir. Kl c'est dans le but d'inti-
mider le futur agresseur, de le
conduire renoncera ses si-
nistres projets, qu'il proposa
aux Chambres de renforcer I ar-
me franaise, en instituant l
service militaire de trois an-
que lit voter M. Barlhou.
Propos
humides
Jp ne sais pas pourquoi on les .,
appels modernes chaufteurs , ces
deux automobiliste;, d'une peln.
ville vendenne. Ils arrivrent au
village de Sint-Nicolaa-de-Brem ou
ils rencontrrent le sieur Sigorqueau
(bigeroa de la localit. Ile le circon-
vinrent. Le pauvre homme simplfet
u laissa taire. On lui lit boire un
forte dose d'ther. PuUJo le lonu.
assez cruellement pour le portai
indiquer l'endroit o il cadiaii s,,
argent. H fut assez dur-a-a.irc.
tout de mme, pour ne.nen rvler.
R les deux compires durent seretnei
comme ils taient venus: les mains
vides Os a l'histoire tria imd*
dnia? Allez Sauf l'ther. Dou-
leurs, si en lieu et place. 1M marty-
risants lui avaient l'ait boire au
RHUM SaWh CACHET li'OH,
S:gorquean eut parle d aferadanc*.
jsapjBjHHPjBjBaKttAi
MESDAMES,
Pour teindre vous-mmes tous |
tissus, aucun produit n'gale
\u 'MAvmmr\
TEINTURE MKACRE PERFECTIONNE
as l'i.no
., bonne pl>nnIMeldro|urlM rol i "-"'- g- FERC0Q- .Un>*rS-Pan^
otre Enqute
La Femme de Csar...
REPONSE DE t I I03.

.1 ton lotir, hr i
by, ancien prsident de I <
Sationaliste rpond a noire
qute d'une faon prcci&t.
aissanl place a aucune /u>
que :
Port-au-Prince, le l nar 1032.
Monsieui Llmen Via oi
Directeur dutoatln.
E. V.
Mon.xh i Directeur
A propos d'une dclara io
Mr Cameroa Forbes qui p
tend que des candidats ;>
dence 'iuraient ileman t>
Commission A ui i icai ie
f,'';Hit a Port-au-Princt, > '
iy 10, le in iiQtien de l'O
ion militaire i D Hati, vou*.
/ savoir ce que j'en peu
ci dau* ^quelle mesure e
me concerne pas .
Je di fi e volontiers
dsir :,
1 l. Union Nat on i isl
l'tais it Prsident, n' vi '
moment-l, dsign &ucu
didat la Prsidence,
2'' Je ne me suis jamais pi
sente devant la Commi
Forbes.
. \i* J'ai lait dposer deva
Commission, au nom de 11
Nationaliste, le 1er Mai 1
S qui o
u
: pr
I
I
1 i e
litionnel '-
'I .1 I V ,'U du
le n u u
alisi r u

.u nd
Le Co for ne le \
parmi nous.l
ii d'tudii i i
I
i
v [,


ticj
Lui l
mr i


Jo
I
I le
a
du
;il .
lia
i
i'. i
A la mt'iliiiiiimi du lor i Lgtslalil
Les Mor's qui parlent
i
rVoui extrayons les lignes sui-
vantes de touurage de M / A.
Lger /. d uaili > /-// s uni i n u
Ah 1 MM. les dputes, ^oln
couddile sera un jour se> i
ment juge. L'Excutil ne pour-
rait pus nous engager si \ -
ne l'y autorisiez par vos \
complaisants. Votre r<
sabilit esi norme. C'est m
servir le pays que <1 eni
trer simplement toutes les m
sures (jo on s pi i
surtout lorsqu'elle s oui In
.i nos rapports a
Comment, un Secri Laii i d
lai vous soumet toute i
tes d'absurdits, di s eoii i
i\ ce des e Ira u na
portance, de longues I
.1 inilciiiiiiks a i
transacuoii p u uo
et sou> \oiei tout, s.m
la moindre observation,
n dndre critique!
l'Assembl" Lionale a
eu le [jwtriotisme de n pi
ser femprwht que le L'i
dent Don!
Lnictr ;i l'-u 's. elle i
rendu sei s i ,
n aurions pu i auj
nouveau lio Ici rivi
;

SI vou
I
urir, l le saci
peul eontril) i
l.i uruiuletir de la pairie. I .es


I
ir.
i sn detirs, pr-
lude
une mesure
;i i
i
. |
i I [ail
i
... a vu ui oi Qagi qui, ^
la halle qui i fi ouve
' V'oollev .'t
. . couse li
halle, lou
- i. i Io a*
it l'une
:iV0C
de la t i pi i i
itet
: j || -
le
Il inii, la moin 're
i "i\
iseils...
-
:uit Cri ! i-

mli.. une
o a
la. Le
i i,i-
iu <
MIS
la

tain est
l mis
qu'un
l, il v
de
our
une Ght*
r< mu
i l, pour
i tissu et
raison ou
de
. id il
! ird.
I dpit
liait
ii lait que la
1 ;i v lit < udue la
i kanl
n ou hoir d'un
i.ut le
mai ie un
'mil
du ; nia long
12 mars. ( taisait i om-
h boniv lient g-
USion que
[t ( n eOini ; m et
i Ion I et Mme i consulti r un opti-
ivail
Lindl ergh onl reu ni les
i >ucl oir lut
i lu machin el i'au r un i Lis n t qui 1*
il i en main et
i port lit, fini menl en-
nde du mari,
ut en cer-
i t utilis pour le eul plia des
liti Encore
lire une lelti ulre r ignifl [ue celui-lI un
Liudbi

u
I
i .
n une
iluliou.
Lindbergh
- o

I Kl
a vu ; ii an*
ngan-
. rou-
lnl 'li! du lai.
:
. i s y I vu 11
i, le h
n
e
abri ui
, i m brasser
marchanda
'int, par c( Me
acillturctmp-
. poules qu'il
i mar-
o i d
|/.i di
icnts
i. n

avec
une visible quant
n'eu
cent i ri .
iiu <
le 11

.


il n ii,
oir petir
ili al.
m' N

h


-// / uOilyi .
' i ans tre au i l
roi |,i I 'i de
H de la
D, et
. sort
Il R.
[que .-'y
o vision*
hom*
aire accident
re A
.-i^ei fvjux Hati,


y
a : aji.\

Ovcrland
Avec le Moteur Silver Streak
Lits l1 "-s de ce moteur oui enlev en 1930 el 1931 lu
de Pikes H -i pendant la dernire anne ils ont tabli mssi
frents re >;ls en acclration el ri vitesse sous lei auspices del Ame
rican Automobile Association.
monte
16 dif-
en
a cte
liants des preuves de vitesse et d'conomie
/ 'lande, au Danemark, Mexico et dans
de l.i dsignation el de leur matriel
II-, oui t aussi les
Argentin i la N >uv<
d'autres p i\ Ainsi, i i supriori
dfinitivemenl prouve.
Silver Streak avec quatre coussinets, el arbre de couche con
ir ni chssis d'automobile plein d'avantages..
I,empattement, 38 pouces 1/4 de largeur, chssis double,
iples, deux rystines de protge-chocs hydrauliques.
preuve de l'eau onl plus I mgues et p'
cl
Le Moteu
trbalanc
ll.'l pou
drs re w
Les Carri j I'
IS
ai^es
avec drs : ries
conducteur < >l mobil
siges
perfectionnes, des
cl I dossier ajustable.
conl irtables le
sieje du
Bas en Prix Elev en Qualit
De mu ndi
nous le allons il une dmonstration de la uuiture
munie du Moteur Silver Streak.
KNEER'S GARAGE
Distributeur
l'houe 2234 & 2318.
Port-au-Prince, Haiti.
NOS S'( ; VRG1
; > ITUNIT DE NOS NOCES D'uR
CHOS
*o
le Moniieui <> publie
Mn ant (|ui ouvre a l
litiou prochaine d'un
ommerec annot, par
Me Edgard l-unlan, aucien
protesi eur de droil coinmer-
ial a I Ecole nal onale de
droit, est auuoncee.
La Phalange du Nord
p.rtcment'dc Intrieur un signale ae nombreux cas d'as-
i.ditextraordinah. de 2.50( | sassinatsdans le Dpartement
oordes. contribution du gou.fdu Nord. E aussi loigamsa
eenement hatien la ma jll0u insuffisante de la po .
rui aie. i leci vaut pour toute
la i tepublique.
Dans l'oraison funbre
ju'il i prononce devant le
... _.....i- u. ...... i << 'i' ... i :___
attestation du souvi nir ,
louchant le voyage de bi
totalit du l'resicu ul I loovi
u Amrique Latine.
C'est le joui nal ;
o Le Rason qui u pi is l'iui
liative de cette manilt station
laquelle adhi tel tous Ici
gouvernements des I ami
ticains.
Une confre 11 e pan.,
mricaine se tiendra a Muni
video (Uruguay | deo m bu
ou janvier proche i Il serai
bon uue le l)i pai i - t ni des
Relations Lxlei u cou
inuniqu'. aux jo i, ux li
programme de c< co
leuce.
M. Caudeli ni
diant la question du il cl
Haiti-,|ouri'al,iu pi rail ,
lavorable i on mi poli d
ce produit pai 1L a C a com-
porterait^ son a\ i les difficults.
On is demande si l'ai
tt communal rg tmentail
> vente du si I, u ai aou
aous tabli l'ilh i n<
.*. a pas rappi rt. i quea
e^t de celles qui rt l imeni
ei le Bi iand.M Tardieu
a app< l i*- dlunt : < U
pri i> i orateurs.
Un dem -m liion de p< r
Sonnes, ma i ; le ion de
l'aveai s Champs-Elyses,
tls mas, se sont inclines
au pas lu corbillard
transportant les restes U'Ans-
tid i and.
Il y aura un match de
ti nuio u Club Ami icain,d<
idredi, a 3 heures,
ii i e eui s amricains
il Je s joueurs jamacains,
Dcs U i i i prs-midi oui
eu ; i i Mc-Aiinc les
Iim ques de Saint blix Du
lections
du Reich
0
M. Drueuioq fesisare lliodcsbory
il Wa liiiijiim.
Berlin, 12 Mars. Le Pn-
siden! Paul von llii denbnrg
a t compar George Wa-
shington par le chancelii
Heinrich Bruening qui l'aap
pel le pre de la patrie .
Les forces antifascistes du
tfronl de fer se rallirent der-
rire le Prsident pendant li
d :rnire semaine de la cam-
pagne lectorale.
Un j personne a l tue et
11 blesses dans de? rixes po-
litiques qui ont clat sui
Ions les points de la capital.
Ce parallle entre Washing-
ton et Hindenhurg a t Ira
ce par le chancelier au cours
de clbrations dans la salit
du Reichstug l'occasion d<
l'anniversaire du 2C0* anni-
versaire de naissance du pre-
mier prsident del Etats-Unis,
Ces clbrations se sont dt
roules soi.s les auspices dt
La Messe
par Radio
Betfler une messe radiodiffuse ue
^uftirai) \m* pour remplir
ou dvoie
Cit nu Vatican, 5 Mars.
Les autorits ecclsiastiques
considrent comme sans va-
leur d'couter la messe par
radio, mais le Pc e (iaufran-
ceschi, directeur du poste de
T. S F. du Vatban, dit qu'il
croit que c'est l une ques-
tion qui pourrait tre exami-
ne un jour ou l'autre i.
Cette question, aussi bien
que celle de la confession
par tlphone, a l souleve
par le journal napolitain cil
Mattiuo, et a provoqu de
nombreuses discussions. Les
autorits ecclsiastiques ^di-
sent aussi que la confession
par tlphone est sans valeur.
Il Mattino cependant pu
j b'ie des interviews de deux
^ecclsiastiques, le cardinal
Ascalesi, de Naples, et Mon-
segneur .aIIodso Garinci, se
cr^taire de la congrgation '
I rites qui expli juent que
l'accomplissement du devoir
catholique d'eDtendre la
messe demande la prsence
personnelle.
7 Le cardinal Ascalesi dit que
|1j rgie de l'Eglise est que la
I personne ne doit pas se trou-
ver plus de dix pas de l'-
glise, saut si les lidles sont
trop nombreux pour entrer
tous l'glise, et font par-
ue de l'assista n ce. Mon-
seigneur Garinci dit que la
Congrgation des rites s'est
prcdemment dclare cou-
tre la coulessiou par tlpho-
ne, ;i cause du manque de
indispensable prsence phy-
sique ei du secret .
L'EXCELLENT i IFLBUCY; NETTOIE,
MOUSSE ANTISEPTIQUE DTRUIT | KS
GERMES. VOUS AVEZ BESOIN DE SA PRO-
TECTION.
LFEBl
lrsaVon dk i vTfc
rcun MAINS, FIGURES l i BAINS.
~)Y
pourquoi acheter deux plumes
'-'ne Parker DuofoM scr'. dp deoj
foin comme plume di poche < l de
turtau. Dt'inandrz votre distrilm-
tc-ur la pointe que Parker offre u<
En vente dan* Ut bout Magasins.
1
er
L plume (|ui crit %)
MOIIR &. LAURIN, Distrii
P. 0. Box Mi.PoRT-AU-Pitr
cm 'fit
LA MEILLEURE FARINE
A PRIX POPUI AIRE
Ncrologie
Hier soir, est dcde Kens-
v 11. la grand'inre de notre ami
nd D> ifj, Les funrailles
[auront lieu cet apr-.-midi en
lise Sont Pierre de Ption-
Vill L'inhumation aura lieu au
'iieiire extrieur de Port-au
Prince.
bincrea condoljnees.
Faite de bl
dur d'hiver
elle donne
un rende-
ment pa-
tant en la
travaillant
seule.
BAT' BAS
FARINE
M A.
BLACK1TILL MILUNV
A EI.IVATOI CO.
KaiMN CI*. M.
Deman-
dez-la;
partout,
1 y en a.
m-
la semaine. Un nazi a t tu
el [uatre gtivemeDt blesss.
I renie nazis et 90 communis-
tes ont l arrls.
M. Ollo Wela, prsident du
parti social dmocratique, a
dclar une runion du
Iront de fer i que si Miller,
aventurier tranger, triom-
phe, la classe ouvrire sera
brjtalemeut supprime.
Il a demand aux socialisiez
de voter pour Ilindenburjz
parce qu'il est un rempart
contre la Riierre civile et a
dclar que les uaiis et les
nationalises l'ont dsert
parce qu'il tait trop sage
pour suivre leur voie danca-
reuse.
Achetez-la avec confiance!
FravVii liez-la avec orcjicil!
BIRE NATION \ LE
de la Brasserie Nationale
Se vend; partout 0 .10
ualit
e verre mal are
suprieure.
ul
(J
l'intervention u uouverat-
M%nt
L'quipe |. iii.,
'liomph v IV cap* Est
k t 7 buts contre 1 Cetti
rceoinre i laii-t i m n *.-
f ^ire ? Mous m- le i eus
lhi, ni avec une at... unipi
province, auci ne >., \U >
#i..vant la pip ratiut |Suffi<
^nte.
D a prs li hilfres pu
blll pi r le
k> recel les au l'arc -L<
t'-K eut
* ces jours-ci, auraient e >
eu pro^rebMon di
lat-ce qu'il y aui
i**^is!au!s chauu<
cbetdc bureau socits allemandes pa
il pnniene Nalionale, de- 'desquelles la socit Karl
e de ra ans. IScbun
Le dlunl tait un vtran i Lt.s aulns andiduts la
lu prolession typographi-J prsidence du Reich onl pas.
u1 il i I .il I un .L>l ni.nl. _ i i .
se la lin de la semaine a un-
IflflflSIM aufiATai
lin donl il tait l'un des mei
m s in buiciens. Il \coula
ne rtie de s i car*
1re Jl'lmi i ii n;le > 11 s;i rgularit el son
savoir-faire Uieut fort ap-
i
Nous adresst us ses pa-
< i s nos s itbiqi i s ron*
ni
- L prs*uiidi onl en
1 ii en I Eglise Su \n e les
I t |ui i .i Pre Bliui et,
v raire de cette paroisse, de-
id le matin l'Asile Fran-
is.
L- nomb i i' ssi^-
ut si ?< util
l i cr-
i svn
eu Lier j
Hyi
met cii
leur ii t phine.
a
ner leur campagne lectorale,
notammi nt le dut ta&i tsti e
candidat Adolt Hitler qui ;.
dclar Weimarquele parti
national : ocialiste tait prt 6
reprendre le gouvernement,
[a plus grande niauitest.i-
lion de la campagne lecio
raie prsidentielle allemande
tut celle de 50.000 rpubli
cains reprsentant les anti-
fascistes qui ont dfil tra-
vers le Lustgarteo tandis'
qu'une demi-douzaine d';;. |
yins portant le nom d'Hi:.. i
' di nburg puni .sur leurs aiUs
survolaient le cortge,
Aj ies la d( monsiraiion, six
memb < s de la Heu hsbanuer
ont t bh ss> dan les rues
oi i f< paiticuliremi m
11 natioBaux*
des d'Hitler tt le pom
nstes | u da|il lu Uu de
_, BmMmmmwm w;mm
1 ou tes les Polices
DE LA
1
comprennent la Protection contre ia t
Foudre sans auamentation de taux*
le Boss et
Aqents Gnraux


! v
i G

bCJta
Rhum Biitesicoai
'i
1 I i uni
Rue i
onri pi
AVIS ALT COMMERCE
!
La Panama Hailroad Steamship Une a lavant* r
oncer les dparts suivras de New York pqif.i"
fl.iti. directement chaque mardi. WFSi^S
acarvusde chambre frifforilaue : ^",n sont
ftfwr/# de Sew 1 or*. AffMajca-rf Port au-rrincc.
ctraroer Ancoo le lu mm le 20 dm iqv>
leamer eGuayaqui!* le 2> mars ,e ai" Jg
Mimer Criatobal, le 29 mer, ,Q82 e f ."S? !"
:MBer Buenavemuraa le 5 avril ,e ij J l2
Panama Railroad Stea.npship Liae
JasH. C. VAN RKED
ageut Gural
Ricin-Poudre
Uu iMveay
Ricin-Poudre, huile
Ricin en Poudre compose, a
tous les avantages incompara-
bles de l'huile tie ricin saus en
avoir les rpugnants inconv-
nients.
Ricin-Poudrf t*st recom-
mand par le Professeur Pou-
l'hei de 'Acaamiede Mdecin
Comme laxatif : 7 cachet
purgatif: ? cache
Concessionnaire pour Haili : '
Pharmacie Saint Franois
Dr MATHURIN, GrandHue.
M
PHOCLAMATION
Ibbj
*>\

Lykes Brothers SS C Inc
Taxa. -Hati Santo nomingo- Rico Porto
La aeul service hebdomadaire et rculier passagers al
^rrfeHasil, far la rception rapide et le maniement habi'e de vos
Dortationa, servez vous toujours des navires de LYKF
Lea prochaines arrives a Porl-au-Prince sont-
bteamer Genevive I vkes J8 m,r
Steamer Velma l.yke.s, 25 mars
Steamer i Margaret l.ykes ier avril
Sureau: Rue du Magasin de l'Eta,, Bode Postale B
: a .
1932
19IJ2
1932
Vn br c i<- ef lganl a
te ouvert en're le camp d'
riation et Hasco o vous
trouverez des sandwich s du
meilleur choix, des boissons
de premie qualit des
prix tre* raison nabi s et i
le propritaire Mr Karl Mo il
et Mme vouo rservent le
plus charm ni a eue i
Mesdames, Mesd. m iselh s
Messieurs venez vous eu
et ndre compte.
LE FAITEST INCONTESTABLE
Il il il m S
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
" POil/l LES COLONIES
si ;
PranaJ m si Eti
MINB PURS
ftittienfacon,
i, u
QQUFI
B : | | Q| n-
a A VARICES
ls HYSii
ifes
.ireils Orhopdique
Pharmacie Poche, de Voyage
Coffres PL.- rmaceutiqncs
pour Diiim, communes.
'ctnres
**' mse
Pharmacie CANONNE
' u inr
88-90. Boulevard Sbastopol
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
\
i

, PROClAM ) N
I a
101?, PF.ME-
;" bi COPENHAiiE.
! DAPRS LES PIH-
GDEWES IE
I' FFCLES OIREft-
| LE
MIS.

I so 1
la couse iiiti ;.

ui tt | m i se (ta-


>N MARtH.Mal
D-Prini e; it,e
I rti
- 'e luit rom rus
MM. I ', ESTfaVE & ( o et
j |Grand Caf de France
Lf ENTE DE MOHSlEiH
m- ICIE-OE K PAIRIZI
L ...UUIIAPJISIj'iML
WIABLES. El^l?
> LLb iJLUS FIMS.US
, (JGARES ET
RIX IIMI.4KI mit'

r
runissant les meilleurs terroirs,
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
Panama Railroad Steamship Une
Service de frl el de passagers enlie
Angleterre
Ecosse
France
Mrs. G.,W.|SI1EDGM C- 1T, JametfStreet," Liverfool, EnolarV*
THE FOL1.0WING AHEOUR AGENTS AT PRINCIPAL PORTS IN l'UROP
ENGLANi. SCOTLAND. FRANC*.
Mbssw G. W. SHELIJQN & G<>.
17, James Street, Liverpool, Jbnglana
La France, MettrsG. W. Sheldon & Co, ara represented by tlie tollcwln
lins rapide et plus dnect tervice de transport de pass.-ifiersct du trt rntie Haili
t es portsEuropeDI.vil New Yo.k.et Crislobal, Carrai Zone. Isthme l'ar.nnia.
Voici la listefcde nos agents pour las priucipeaux porl de l'iieuroj e:
f Hernu Peron A Cie Ltd
E i
8uut HENKEYA Co
21 Rrs de la rpublique
Uaracilk<
l'ercu Prou &. Co. Ltd.
;j Quai Georges V.
Havre.
Hernu Perce Co, U Rue du Moulin Vapeur.
Boulogre sur Mer.
Messis A Bbnbix A Ce,
21, Allengade, Coj.enl ague.
Oslo. NorwaY.
International
Spe ditionsM-lk 'p Odo.
MM. Atlantic Krciftl l "I"1
Dallinhana, Ht mburg I.
GtM muny!
M estrs A t la u tic F ciglii
Corpf.r ':r>rl
'Gerh any
Mes&ra r Dtic l'reight
Cii pn.,
24 Quai Juri aens
Auwerpse Belisi,
90 Rue des Maris.
Paris.
IImkh Prou & Co i.id.,
Rue de Tranquillit,
"Durikcrque.
Hernu Prou & Co Ltd.,
9 Rue Roy,
Bordeaux.
Cienoe, Italv.
Meaart Hikby Coi & Clifu
Piaka S. Matteo N ISGener
C"TTEXBrRG. Sw i Dl s
^ Nord if k I> pu ta.
Col bon b i .
Mefsrs Atlaltic I'i i
COt \> N
Kou Emmaplein
Rot erdam Hollande
Vlessra Stermann A f!o
LA FEMME AUX VEUX FF
DIMANCHE, A HA!TIANA
v l'ner mou des Rame
HATI \.\.\ prae i i ra le b
Blm de lierre L i mite |
l'Abb I outil ) : L Kn
aux Yt iix Fermes .
" pheline el ruine, Ri
de Cr sy s'est trouve d
; devant l'adversi
cation ne l'avan poinl |
I re aBronter le dur corn
(" la vie. h lui taul ne < o
que sur elle mme, mai^
elli lie possde bui un de
ls qui pi rmi lu m d la ji
Blli mode rua de subven :
I e-oins.
Dans une i rj
emi
U u r .von di i i di m i
\ Rsgnei v e, el
on i il- d e dernii r, i:
laire su flei instant n
m /. p|i ci
l< lMf Ros
i vtn Durand,
rV
eur I n| i
B , rlle I
d* \ Dl nie d'une lan
de nosvaam ii( hesa, si
paradoxale et souvent d'un
mien: .' imp vu, \ domesti
donnasl malgr i II- des le.
de savoir-vivre ses palro
- lingues ont un fils___
! manche
allant HAITIANA le Ooc n
cemenl de l'idylle,
'ni' ,n Bretagm
ena
de i ea m
Une soin e de rva an p
pectrVe,
,1"' I fIRtLE
kEltttl || ,
Pai:izi < C
___________________lEtEPHOWE : 2341.
il PAS IRE UN PETIT TOUbT
TERRACK-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
, : islr aiadei ea
nroi
ne excellriit rooto
ISI'h' u i orl
i

c s espces.
oo.i; lea pensions de jour de
n

11
f-,
f
CE SOIR

;
prise de la superbe pn
duction
i i m:
i
de Mardi.
rnei;
spectacles ics jilus artisiiui.
la saison.
Cin-Ialdy
m
La lUiv vers l'Or
IR
Il dans .
Fdora
i FeiTirn Yeux
Ferms


? i^


i
leudi
17 ^iars 193
Le Malin
4 PA-iEB
25 mc ANNE M MM
foitcu-1 rince
Tlphone : 2242
.^ mm
.
eixs-Bii. -'. B I. BMM |
Aluiiiitiiim L
J
Dpari d< New Or! our Port an Prince l'or. Suds HaltitBf
ih >
Porta Dparts 1 vier Fvrier
New Orlans, La Jter d b "26 la !93'2
Mobile Ala i
l'oit au Prince (arrii lier nrs 1932
Petit Gove( arriv ) 12 dc. .) |G lvrier mars 1932
Aux Cayes^ arriv ) I 0 rer 5 i 132 j
Jacmi i ( arriv) 11 d : 1 i (ai J7 19
1932
r lU3z
aura y.ii
Dparts de New O Mobile pourkP6rt au PrinceJPorisJ 1 Hatiens
nto Domingo ei Macaraibo,
Ports -Dparts Dce Dparts Janvier
New Orlans, La. I ' i er
Jacmi i | arriv) 11 dc. 1 i ai
SantoDgoCily jlti dc. 13 janvi kj fi
San Ped i NU- : 17 dc. 14 janvier__-"jj: il lvrier
Macaraibo Ven* J2U dc, i~ janvier^*""^ il lvrier
* Dparts de N* w Oj l Mobile pour Po i au Prince'
Mobile Ala. La i tri 1 i
Porl -m Princi
Cap Hatien ai i .n i e ) 2b" i
Paetro PI lia ( arri 2/
San Pedro de vl 2.)
Santo Domiogo li i .
Macaraibo, V d.
rl-au-l ;;i
Pour tous h' autre* i a Messieurs
A. 1); fElS & C , agents Onra t.
1-1 j * r
. 1er
2.'1 j
l i ovier
liii |an\ < r
Il v ir
30 janvier
Dparts li \ m v
11 lvriei
20 le rier 1932
m 19;
3 lev i r 1992
r li32
27 lvrier 1932
AVIS
rPABttlE DES CHEMINS DE
1ER uE LA PLMIk oO
IM-DE-3AC.
MM. I c rnnaircs de la
Com i oie < < ouvo-jus en
\s, Gnrale ordi-
u bureau ;le la omp<-
gnif, Po t.;li|..|'; irree ( H;tii ).
le .me 11 21 mai 19, a 9
1 s do m ilin.
< " Ire do |u r :
I <\ i n oes*
\.. > rcdeole;
tiapporl du Conseil
d'Administration et prsenta-
lio i :les comptes ;
\\. E < ci on du Conseil
\ m n r lion.
\:..'its courantes.
l'on-a t- Pi idc le 12 mars
1932.
Le Coiist.il d'Administration
L Hipposarcine Roy
su '.cialit franaise
CE QO! N'A JAMAIS T fAIT
CE 001 NE PEOI TREDPASSL
Kola Champagne
F. SJOURN
rpar dans des conditions rigoureuse*
D'ASEPSIE
Prparation et Tenta
PtABJUClF. SLJOURNL
Angle des rues houx et du Centre.
Laboratoire SJOURN
DmicTins
F.^StJounN, Pharmacien
K. Sjourn*, Pharmacien de l'Universit de Paris
M..SJOURII, Pharmaciei de l'universit de Paris,anciti
interne des Hpitaux de Paris
XT Analysa* dee Urines, du suc eastrique. du sang ( Wm.
arrmaan, Ure, lonstaate d'AuiWd, Glycmie).
Dca arackats..Dea matires h cales.
Hsitai (lserai lialira
Accidents
o
9 Mari
' 1
i i
I
ans, '
Cina >. i 'A\
lier Si Joseph I i
mina!
pr )i) .'il . { h
vl i. i. Pi
(i an Kui (-<> '
njux.
Daniel \'| hoi
dei-Miss on.-. I lessu
<11 cuir,< hevelu.
Pompe Mau; is on
A v. M gloire Imbi oise, Bli s
ira au cuir eh velu.
Piei i .1 i <>i), 15 ans, >
ds*tto8 ala. Con'i d
n m gau< lie.
Petara bornas, ru
Mag. de l'Etal i leai
da n ont.
3oui belle Si pli
r le Si Honor. I)
quante d l'm nen
I* main gaui
Dsir Dsili .
M irehand. Ble i
c nr chevelu i
Dorsainvil Don
Paubourg Salomou.
cinluse rg on temj'oio paria
laie gauche.
10 Mars 19 !
Ballhaz ir Ai aolr*, P rta
!4ogne. Contuaion du thons 1
( hospitalit )
pic re Sh i>l en,Il
Blaasura contnse
droit.
Ro u x Lo u i s, i a
de Chose, lui" | o
droit.
Mathi
rue. de i'i nlem mant. '
li3 iup ritui li
a lu pied
11 !
La
de
[anirfacture laih'enne
Chapeaux U Indigne

a
1
... [g00)
D
i.i
\
. Por-1
Lia n te
c l i-
-QWB,

' Il
[ion

.
il

<
e
et
* i
V Rachitisme
m
Lymphatisme
Croissance
Bronchites, Anmies
- n I
r,
ou I
.. A Qrnnuld
^
DAp6l : Laboralolraa CROSNIER
0, fUS '
A icer i ii) nb "e ise Clientle que la
vent E\fIX : lait, rieauis Je 4 : nv?er, an
n 2 ,maw
^cv) ancien lo
RITE, GOURFOISIE.
artinez, Tarcelin & G0
i n lac
. n *.ri"
..VI UNE.
Loteria Nationale d'Hati
4f , Rus Bonn.Fol,^Phone : 3358
La Loterie Nationaled'IIali est
une institutien hautement humanitaire par la multiplicit
d'uvres qu'elle se propose d'aider, une chance de biei
!re otTerle aux hommes de toutes conditions de fortuit
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers. Artisans, Salarisi%
loua ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parler
leur budget moyennant deux goude?, peuvent gagner trait
mille gourdes. Patrons de Commerce,Chcts i'Industie.pim
anx iuaulflsancea des ventes, par l'achat d'un billet, qui veai
libre du souci des chances-
Mdecins Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Gril*
Dignitaires de l'Etat.Reprsenlants de 1 Inteiectualit, Jair,
alistes.
Donnez', xem.jlr de'valrevslidarii(> snciaie.
Reuiiers, apitalistes, comme en jouant, augmentez Ttu
ir
Vous tous qui habitez* Haili, rendez^lui service rDitki
amie billet del I ( .1 ERIE N \T 10NALC D'HATI.
aileiklion
PROGRS NOUVEAU
RHUM SOblEAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DhFANT TOUFE OfCJ.llEICE
(Aairin Vierge
ni z V. NAZON
BCPOT:AHeLE DE5 RUS BH PEUPLE ET'FEROU PHOHE


ASSUREZ-VOUS
Il U
o
8! f##ff-r'/fvri
Une des; pu fortes.COMPAGNIES
GANADIEI i d'ASSURANCE
sur la VIE
1
a
Gcnrri Accident Fire & Life
surance Corporation Ltd.
de Pc 'b fSeotl vd '

NERALJ tsl r-*. des ptKS fnisunnlat et des p!-m vastes organittU*
c so eil ne s eonebejamais ter son champ diction gni embrasai
1 I e r t
mtra i iccndlt couvrent aussi les dgts o-c sionnes par la iouur
pour Automobiles coivrent vols, incendi Malveill.'nce.., dcrraalf
m).ipp >.-. jana %n% bieua
ar.l rmiaespa- ses bran, bc./.i Europe boni h es enBl^
Vs ,,rt' 'cci lents uni valables dans I univers entier Tous les fg
e, ' Prendra la prcaution de se munir dune police contre accid*'
10 m lo'lars, la prime annuelle u, et a m que le il 2U do'lari ***
Veuve F. B,:dvttv^h \v AuxCayes
..<*Kr*mri\am

n rj

University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM