<%BANNER%>







PAGE 1

r> CHOS — Le.|in. est f iartie avai |j pour l Cap-Haitii elle jou contre l'quipe capoise. Plusieurs s triai Prince l'ac< — Sui la ro li de La a I a bas Thon onde, un ci mion chavir; r, •. d acci l< : es. Seulement d sions A soins l'h i — M. Ai tii' ,pr. silenl de I U.S.S il.. remercier le i du Clab-Uuiou, M C t .\l,gloire, pur la | ; ception (Itrh Club dimanche soir I malcaine Mr .M promis de transi omil 1 s remeri i< 11 liicit lions du pisi leui S.S.II. — t Un Hati* un gai de do mi li ai Loma de Labuena,! unir Christi. Nous appi ici trop souvent di i ai ( ils laits. — Encore sur la route de Las Gabol e aprsmidi, un accidf ul d ulo donl %  vont victimi Ascencio et Gcorgi !.. premier a quelqm i i outu.Ni>M)S, ||i de la hanche et de. rea ass< /. gi.. *. — L cltun r lissent une leutation lacile p ur les operau urs de nuit. il srail I di une SUIVI f — Ce soir, l'oi D de l'.inin ollert un i |, au Hosque du Champ de M par la M i i'|| quiexccuti ir'au ,ij elques bi illanti pail ous lu main,, -'. i i la prsi i: i, \> "' lU .1 i itiQ loucu .m les de M. forbes.Ce so M.irs. I lie/, i.i | Pierre-Paul. Et les autres ... — Le Dr Poland m viaclieaio.iait la ch i ville : il abal des pi <|ui s'garenl dans i courde sa villa. Hol i, d Notre Champ alo qui s'eniraim IUI p chains j< ux olympi ,i dimanche prochau bition (IIsaut i %¡ leur, en l'honneur de < i malcaine, —Un ./MOU | survol la irontii ennt acte descendu pai 1. g Russes l!ue ii\ision japoi i re u l'ordre de se liai sur les lit ux. — Le Prsident de la 1 publique i, iss vendredi en ro pour K Nord, li | vendu di Hiui (Ira an Ca| lia] |) don a la nouvelle route d< Bton. quipe 11Au Hypopha.alilta. li Chatl *\ terni ri k l'Huile de Foie de Morue Agrahk au gol tt fijethmtrg J: t *4llk!t tlt§ til U comptai rpara!tut d la Nutrttton pat ixullintj§ Lboratoiru REGAGNN Phtrmu Gi ./ pou. P Exportation : Ch. MAGNANT il. RM Darioud •PARIS-16' ilON INTERNATIONALE. FLEURS TROPICALES, Al IIAII BEACH, FLORIDE. | —0 — Les pn paratioi s pool l'Es i D Inti i'a ioneli d. urs'J ropics d se lu i . !i ment tous les auspi i US D (.Itll) (IIj \ ich, Kl • M| Il lllti: el I' <"i rer que l. s amants des i <1 II lii y parti* i eront, i, mme i plus • oombre que I anne L'expdition des Orchid< %  i > i taii parnn les preres arriver Miami 1, el a cauM luise be ut el d leur arcond lion l'arrive, elli taii i i une de, i inci|) i tions de sposi • V n de publicit don %  net '! %  Exposition i aila i >se :lcs Etai -I i i aussi n que i .nIL •* divt > s seres de ouveties internait a participants 6 M %  k'. diffrents |u'ils reprsentent reivent des ne tes lis ( i, el un loi t courant le bonne volont est ainsi cr< i.' les voisin i Ami i que i al %¡ \ Etats-Unis. L'Exposition de II', urs l'anIK'' uii a i p us <0 v; le remde de confiance pour: TOUX, RHUM' CONSOMPTIOii BRONCHITE JNFLUENZA ANEMIE RACHITISMI Agrntt .\! ,Ji.n Av HAROLD F. RITCHIE & CO.Ioc I li St., New York. li. L:. d'A. S: .:; LA GLACE OUI NOUS SERT %  li.- DEREIX skoi pour samedi soir 26 mars et Di. manche do Pques loute ia ourne Prix spciaux pour l'occasion SANDWICHES AUX VIANDES FROIDES 0,15 RHUM FIN ET RHUM SODA 0*15 I ASSIETTES GARNIES. BIRE NATIONALE. Notre c< rribuu i a ir sur la i de La Libre i' llention oisie de Mr Pradel et sa clia leureus" cordialit. C'est dire |uei aimable et charmant ueil a t lait nos htes et aux autres invits du ciub. Mr. le Prsidenl Vincent! Aile/, tous passer vos joursstints et vos ltes Paq < s a iKenskoll Pour les recommandation?, voy di &0 i li des celle Ex| m d l r i d< vroni i au Managei de la nei ican Ail w iys Poi i au-Priuce, pour n cevoir s instructions compiU i iulormaliouscoui ei uam ;e el i't xpditi >u ue le. b mtiilons, q ont r msports a Miami p ir aant il !' %  intr< s i la COnc M !e l'exploita 'ion d'une i i glace, a prvu ; i ition et la ''ItratioQ i m employ la lali i luit. B* i ii que i i ilie, cou' et in \ i par le Service u uy^L' ie publiq te ? i o dane de la l'a.i Ameiicau in-, trais. u r pai liciper celte Exposition, les expditions ) %  e ut se laite PortauPiiuce pas plus lard que le 1 1 Mars lour.iut. \ LA LIGUE DE L'tUUCATION NATIONALE c,„, v.,,^ v IariaDi LA MEILLEURE FARINE A PRIX POPULAIRE heures, eten la compagnie la pins distingue. li huit en llic'ter vivement le ciuil du club de Mariani, loui pji ii. u vice presidt ut, lerem.-nt son Au Ciub de Mariani i <• lub Spo til I i vlariani dl ( llci: nue h) i!mule rc i pour quipe |au a 1 nf. En l'absence de son prsident, Mr Georges de Les pin 11 ,i luellemein eu l'ran ce, c i M. Seymeur Pradel, vice | rsident, qui avait la ha i %  iii i Uu c nua t iV\ |uise CUUI* |tavjka.'uarMrvuBu'itcwMu un Remde nouveau LA Samedi apr -midi rpo '. la convocation du co % cil d'administration de i i Li le l'Education N il ', lis membres de cvtti socit se sont runis o atomiej de 'J le de .Mdecine, n e art la discus : %  s Statuts. Cette r uion eut eu sous la prsi d'hon mdu Dr Prie Mars. Au • i-la sance, l'admi oistrateur, Mr Cam i e Lbris >ou adrt ssa qi i loi es mots ciments a loua es B qi i continuaient B I in iptrl croisLigue et qui ue lu j %  u daient point leur j n ci eux coucou >> Le Sicrral, M' Camille : ilecture des Si I discuts 11 \ ques modicatioi s. D'inten ssantes suasestii us urent prsentes par le DocL_^__ ur Pi ice-Man lecteui de 1'. ecle i r Justin MM. Ile;manu | Dois o \ i lie. • (.m, ie adn connue secrtairejoinl. Di nouveaux memuneur ont t c boit Il SI I Ml'. i r< udus, i uacun i '..t si [ue, Auii.. i,u. v.. lit i, eur Transfert Nous apprenons que notre confrre Hati-Journal sim! i un IH, parln de demain, rs de I Imprimerie ha Prtsse . Ses bureaux, direction, r 1 iclion et administration y seront transfrs. D'autre part, Mr. Julio J. P, Audain devient le directeur-grant de l'Imprimerie La resse . Sou joui nul "L'Action .Nationale" s'y imFaite de bl dur d'hiver elle donne un rendement patant en la travaillant seule. A A BI.ACKWKLL Mil I,LN & F.l.EVATOR CO. Kaaaua < il. Mo. Demandez-la; partout, 1 y en a. XIGEZ-LA... I adopte par lu tpcialiittt de Parl soulage immdiatement : BRULURES CRAMPES ACIDITS de i ESTOMAC ULCRES GASTRIQCONGESTION du F< DIGESTION PNIBLE GURISON RAPIDI Produit d ;,' S prime dj. La grande impri nerie modcne de la me 0jntsDe&loucbe8 ditera donc deux grands quotidiens appels i.iusi vivi cote a cte. Ce sera une i ho i aise, tant donn l'importance technique des ateliers deLa Tresse tt la ligne parallle que suiM il U 6 di ux organes dont il s'agit. Rappelons qu'Halti-Jour. nalj s'iititait depu : j sa Ion dation l'Imprimerie appartenant M. Limousin DerenoiKoui t. Achetez-la Travaillezavec connancei la nvec orgueil! BIRE NATIONALE de la Brasserie Nationale Se YQn t partout le verre malgr suprieure. *•' i OrO.10 uaulit . • sfll Toutes les Polices DE LA *' ".: •• t -r .Olfi par le Dide MedeDomini me, Noslrel i %  erauxelLuc i irde, Tertulitn GuilbeatM, i** eremie, rvnnds Prcs • I rist, Schneider, Nous adi uns i os m< !• • i rs encourpfierneuts a t \ membres du bureau eicuiil qui ne n ulenl devanl auci n i i" e m %  be la So %  U 1 I ii ur Jou. bit initiative, il comprennent la .Protection contrelaj Foudre sans auamentation de taux! p nf!. LP BimQCo i a Mi -Mi.li, Agents Gnraux VI



PAGE 1

Oh iiiiiini il i mc Ml universelle M gard sa premire place Demander partout : UN BARBANCOURT Hue Csar. Dpol >---QflBi gari-jj DB DtNTb rTjj§ Otmratk #-, OflH^C .->n,.|.ri VMC.II in.tuntiinrr, radicale et dfinitive, par B Clin, inslanliiiui-.icii: la douleur, enraye : cai le onacraUo)iaea .Irma, •W Chaque boite contient le nocou lire pour l'obturation et U paateateal le dn?s aarles. Seul, le Damne Tue-Serf Miriija Luc le nerl dentaire dfinitivement. — Exiges te BAUME TUE-NERF Ml RIGA • .horAtolrr du DoclAur OIIiAUD. l'harmoc en. 8. Rue, Ho! et. LrOH-OUULlHS tretiiv *"^ l)< OOl 1 cri-a . riueo i'iuii uiaue BL'Ui. Kiilil Oaral ll.iirn Accidents -o— 7 Mars 1832 Adonis Etantes. Port-an1 1 incp.Conliisioiis dirci ses(!iosjilalis). Alfred Victor, Poil-au Prince. Coalusions diveises ( hospitalis. Pierre Dorlilus, .'J7 ans, Por!• u-Prince. Fracture probable du crne (hospit&lis). Krn AiRlie, 22 ans, Port-auPrince, blessure confuse du cuir chevelu ( hospitalis }. Merisier Lelio, 36 ans, rue Pave. Blessures conttes de la lfreiopneure et de la lgion menlounire, Toussaint Amise, 20 ans, rue Rvolution, brlure du cuir chevelu. St-Louis Roger, 7 ans, en Ince du cimetire. Morsure de chien Uce postero-latrale cuisse gauche. Chenier Charles, 22 ans, rue Vfag. c l'Etat. Dlfsiure contuae du doigt. Brlas-FnlUe, Il ans, rue du Centre. Luxation du coude pied gniu he. Constant Andr, 7 aus, rue Hvolulion. Brlure 1er degr de la paume de la main gauche. Louis Jean, (Ifi ans, PosU Marchand, blessure conluse du co.i. un • *r I Gonds Cari. 6 ans, Cayes. Blsssure tontine de paupirr suprieure droit*". Lafontant Georges, 38 ans, Port-au-Prince. Blessure con! tuse du lie doigt de la main gauche avec arrachement l'ongle. Puclervil Joseph. 81 ans, Jrmie. Blessure conluse du Iront. Jn-Franois Verdun, 16 a ia, rue Sacr-Cœur. Blessure co" tuse de h lvre suprieure, fhrasybule Lina, 23 ans, Quartier M-Antoine. Blessure dt la lvre intrieure. Joseph Pharamon, 29 an;. Portail Logflnf. Morsure de singe. St-Fleur Bobert, 21 ans. Litsalle Petite Place. Blessure con En Viioniieur d'Occide Jeanty' —oLouhis Charles, 21) ans rue I ,use (,u dos '' e ,s ma,n dro k SUHouor. Blessure confus d* ()vi1 ' ,;,V|! ;{ an< Sour la paume de In main gauche. I Sa,e< mes ur conluse d • BauRsaa Bobcrl, 23 ans, DesJ am,)H B"*: Nous annoncions dernire-j menl qu'un grand conoit i serait donn au Champ de Mari en l'honneur du maestro Oceidi Jeanty, ancien cliel de la Musique lu Palais. l'occasion de l'anniversaire de s i naissance, qui tombe le If mars.e'esi--dire aujourd'hui. e concert sera entirement compos des œuvres d t M:i i ire, cl sera dirig par I maestro Luc Jean-Baptiste. I aura lieu ce soir, au i ; e i dcide Je.otv, !\ uUl Iprs. Pujre de l'index droi'. Bernard Bosana, 3ti ans, rue du Mag. de l'Etat. Morsure de l'arcade lonrcilire gauche et de la lvre sunrieure. Dacini Sagene, 35 ans, Bel Air. Blessure confuse le l'ar cade loareilire gauche, Mars 1032 Brlizaire L.ubin, 30 ans, Mirebaiais. Morsure de chien. Louhisdon Emmanuel, rue Champ de Mars. Contusion d i thorax. I Martin Mai<, 18 an-, Portau-Prince. KmpoiOUfteinenl (hospitalise)* %  \ rv NOUVEAUX ALAMBICS] DEROY FILS AIM TRI-* I*L'I GUIDE PRATIQUE d.Di.tin.t.o, <•>:... •! VIE, ESSESCES etc. MANUKL du r>-tfaat itSBOMS (t T^R•tLlusrnF idr.ti.j fraar %  •*^**: >vM*,v*>w.*.--. .' >p— %  %  -• % %  B i LE FAIT EST INCNTESTABL u ili S, ii'llie C'est la Quintessence des meilleure i {varits de cannes d'un vaste lerrHoin runissant les meilleurs lerroirs, C'est ce qui I .il son arme. TEZ ET COMPAREZ! GOl Vou-i i s moi rool excuts : I. — Au pas, les rondelets mollets, marche. '-' Le reloar du VU-UT Lion, grande marche processionnelle. — Sur < tombe, uarche funbre. — Souvenir de la cil Polka solo pour cori d. — Dfile cl Dauphin, extrait <'es Imprcations de Dessalines*. G — L'obsdante, grande % aise. 7 — Gracieuse, Too-atep. f —Nos aiasqne8,mriugue. 9-1804 Maiche guerrire. JN B. Cec. nceit remplace celui de demain. A la Commune Mr. le Dpi l lie.-h th* : !a'n B t nomm avbcatconsi il la i ommune di u i-jiu-lTiiu i pu remplace un iii du Dput Brdy. On s. il (ju il v .i %  ctuellemenl v i'admini&tratiou Communale \ avocats conseils aux appointements de Deux Cent Cinquante gourdes par mois. L'autre est Me Krmane Ho bin. Panama RailroaH Steamship f.ine Service de frl el de passagers enlie Angleterre Uoosfee France ADMINISTRATION GNRALE DES POSTES /vis m uifAnT Les di ("i lies pour New York e I Europe (via NewYork direct ) par le steamei •rtristobnl eroni Icrmces l aujourd'hui midi. l'orl au-Piiuce, le 16 mars 1932. Mis. 'Ili (i W ISIIKDUN & G* — 1T. James Street," LiVBRFOOL, KNGI.AN PFO|'LOWIN AREOUR AGENTS AT/'RINCIPAL PuliTS IN EUROPE bNGLAN. SCOTLAND, FRANCE Me SSC. VV. SIIELDQNA GO. 17, .lunes Street, Liverpool, Englana GM.I.ATI.Y HENKEf ACo 21 lUude la Rpublique Marseille. Tenu Prou & Co, Lia. ~M Quai Georges V. Havre. Herru Prou & Co, Lt'i Ruedu Moulin Vapeur. Roi.lrgi e sur Mer. Messrs A. BBWWX CO, 21, Allergie, Copei bague. OSLO, NORWAY. International Spe diUonaselkap Olo. M. Atlantic Freight f.orpn Dailinhaus, Hamburg 1. Geimauy M essrs Atlantic Fre-ght Corporation tGer.n. V Messrs A I lk 1 reight Coi i" -i 24 Quai lordaens Autwerpse Belium, i M HEHNU l'F.noN Cie Ltd tf Rue des Maris, Paris. HtftNB'Peron & Co Lld., Rue de Tranquillit. Dunkerqoe. Ilernu Peron A Co Ltd., 9 Rue Roy, Bordeaux, GENOE, ITALY. Messrs UENRY Coi & CI.EMF i'iAsss s. MATTBO.N* 15Gner CoTTI.NBIRG, SWEDBN Nordisk Express, tothenburg. Messrs ATLALTC FREIGHT COR' N. Kon Emma plein Rotterdam Hollande Le Bonheur Doinantie des Dc>i.s P3us Blanches Oc deatalaldM, |aunAi i necoatrlhuent ture a I l.i R:ini .i BU bonheur. Ca oni !• %  Dikrohes le la l.-om he qui ont ctuN •!< %  ctt condition. I i Kolynot tue rapldameai CM micro bi. I mployoi la Kol) soi pendant '• Jours un < i ntinifl r ;,.*; I . ; l alors vos uVntt nuance plu Manche. I i moueec tntlaeptique m leai ili : obi • n. u i t r.-n I blani h tu i !, i mdon LA CREME DL^iiFRICat Antiseptique KOLYNOS / Les Naosea, Matiatn^ %  i N ')> ua .ront t si VOUI puni / de t i 11 ri ^ "FRUIT SA? 'F w PROCLAMATION NOUS CLANONS ET PNOCLA il =3S QUE LELLAIT CONDENSE ESBLfl:E| EST UN PRflbIT DANOIS. PiiOtEHAlT DES USINES DE COPENHAGItE. FONCTIONNAIT DAPRS LES PNINCIPES LIES PLUS OOERNES DE L'HYGINE. ET CONTROLEES DIRE ESJEET PAR LE GOOVERNtKENT DANOIS. Ce produit rsi livr lout lucre n la o tomœiea saut I tiquette ci-contre. Il est garanti par it peut le


PAGE 1

Mercredi 16 Mais 1932 Le Matin .) 4| .PAGES 25 me ANNE N 762 Port-au-Prince Tlphone : 2242 %  MMH AlllUMUlill Dpart de New irt'an Prince I ifacarbo poils h< Janvier New ( Irlans/iLa r dc. 1 iei Mobile, Ata 2% janvier Port • ii Priu e cr Pelit Gove( 6 tvri Aux i ) i s | i : i y Jacnu I ..Il s Saui.) Dgo Ci 10 I' UJ San iv1 i de M. 17 dc. M |;n n lvrier Ificjrabo Ven, 2') dec. 17 janvier^ . 14 lvrier Dparti de Ni w 0 %  ans et Mo; >ri au P %  l'< r s San ol Porb*Suds Hatiens Poi ts New Orlans, La. u > eP 1 Mobile Ala, La ri I' 'il -ni |'i lace, ( %  i r j 1 i : j Cap Hatien ( airivee ) j'. d 11 Puetro Piala (.'.. iv ) 27 i SJU Pedro de d i bre Santo Domii D. Maca uv t r r • j.in\ r 27 j Q\ CI labo, \ Porl-au-Prii 14I3 J'our tous les auti .. I IS & i %  %  > i>;>, I' Fvrier 23 kviier 1932 25 lvrier VXY1 •') mais 11)32 H • -, 1 • ,L 7 tiiai s Va'Si '.) lois 1;I32 1') mars IU3i l.i H. rs IV32 N111 a i !.. i i < %  1932 11 lvrier 1932 I ; 20 i ncr 1932 l\ li r 193 i 2l*vii r 19S • lvrier 19U 27 lvrier 19 12 \VI~S Co R 3E Ftl Oc LA PUINE uU CUL-DE-SAC. j —o M \i. les • :i"iin;i ; res de la u agnie ronl convoqu* en As b < e Gnrale i rdi bureau de la Compagnie, l'or l-au-Pi ir.ee ( Hati ). le s.ni 'ii 21 mai 1932. 9 li* un s ii matin. Ire du jour : lecture lu i)'''H's-ve• h ri Usemble prcdente; 2— Rapport du Conseil d'Ad ni i ttraHon el prsenta' i om pies ; i Iii mon itu r onseil coura 'es i*. le 12 m i CE OUI M'A JAMAIS T F, IT CE 001 NE PEUT El E DPASSl Koiu Chdmpuyitt F. SJOURN Prpar dar d t *****: m. AVIS c La r. i a i % %  .ouccr les dpai isi t au p • H iiti, directem il p mrvusde chambi • li i / h'-inirls de hcw \< W v; eamer v ,S i-.UIl' i' M M;II I iCr >t a:n< r lin J. i i iil I rij I Lykes B ailiers SS C I TexPh -Hait' ne Rico Pc *. Santo uom %  Le seul strvi i | assagers e 1 I et entre les poi ( du fex: s lent avec l'on an-Prince, 'I Pour la n* epl importations, serv LINE. Les pro< ni Slei nu i '. su. mer i Steanii i i \ I • • i r* > > n IA i'AI'X'se bit, l N 2027, MVW r i %  ne m 4 i i ci. an Loterie Nationale d'Hati 416, Rue Bonne.Foi. ^Phone 3358 La Loterie Natioualed'lf^ti est une instilution hautement humanitaire par la multiplicit d'autres qu'elle se propose d'aider, une chance de biti lre offerle aux hommes de toutes conditions de forluni Employs, Fonctionnaires^ Ouvriers, Artisans, Salaris et lous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parler leur budget movannant deux gondes, peuvent gagner trsii mille gourdes. Tairons de Comraerce.Chels d'In luslie.piru aux iusulfisances dis ventes, par l'achat d'uu billet, qui vasi bbre du souci des chances* Mdecins. Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dpiils, Graidi Dignitaires de l'Etat.Reprsiniants de l'Intellectualit, Jsir nalistes. Donnez l'exemple de'volre v s olidarit sociaie.* Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmentez vain avoir. Vous tous qui habitez* Hai'i, rendez-lui sr rvice eaatii anl le billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI. attention s n i • ci n cal. i ,es Cl ls y I i : • i Mil lureau: Luc do Ml lit. CLWTt GOUR T OISIE. artinez, Marcelin & G 0 PROGRS NOUVEAU RHUM \OL\hAll Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL kfW M C'HWNCE CI air in Vierge Ch(z N. NAZON DPOTANCLE DES RUES DO PEUPLE El FEROU PHONE Jl ••*. . •i ASSUREZ-VOUS 1 a ranceyio Une cks; plus ioi (1 COMPAGNIES CANADIEI^ d'ASSURANCE si vu E ROSS? r n General Accident Pire & Lite Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) i.^AL); est nue des plus puissantes et des plus vaste orgauiial'*' -inLe .soleil ne se couche jamais sur son champ d'action ani embrasse contre incendie couvrent aussi les dects occasionns par la lu* es Polices pour Automobiles couvrent vols, incmdie. malveill i('c. dom!* nilrui ( ans s per^onno ou dans ses biens • s Poli. intimes misas par ses brancher, d Europe so.d payables en Hi'S s 1 oiioes contre neci ents sont valables dans I univers cuber. Tous les voT* evraieu donc ,-ren Ira la prcaution de se munir d'une police contre accidff I i moins 4000 dollars, la prime annuelle u'Uuil que dr 1/2 % soil 20dollars Cuve F.BF.rtMTVGHAM, AuxCaves J i S NT^ n Gnral pourHaiti JE: u^\i";i %  %  J, %  •d



PAGE 1

Clment Magloire .DlRECTEUtt 15S. RUE'AMERICAINE Dtf /TELEPHONE N2242 L'.iypocrisif est v an metf.nuis un %  m nttoii}ie continu non mtat en action. FrtseiSflM IIM ILLIER 25 me ANNEE N 7625 POBT-AlT-PRlN( E (HATI) Il IG MAI V2 L'Œuvre de redressement i —ooo Rien n'est aussi illusoire que l'galit et que ee dogme s( ,it la base de la plupart des organisations dmocratiques peut expliquer eu grande partie leur dfaut d'quilibre et de justice. Comment, en effet, peut-on concevoir que les hommes puissent tre e^aux devant la loi, devant les rigueurs des tribunaux, devant les avantages gouvernementaux quand nous naissons ingaux, que nous confrontons les difficults de la vie dans des conditions d'ingalit absolue et que les rsultats vers lesquels nous tendons dpendent de moyens personnels ingaux et de chances ingales? Vraiment, ce n'est pas trop de dire que, ct du dogme de l'galit cl le narguant, nous trouvons, chaque pas, titre de rgle gnrale, l'ui ralit. Celle rgie domine laltri billion des droits comme ci lie des devoirs; en effet, nous n'avons pas tous les mmes droits ni ks mmes devoirs, et les aurions-nous en principe que, dans leur exercice et leur accomplissement, la diffrence des moyens nous rendrail les uns ingaux par rapport aux autres. Appliques l'organisation sociale, ces propositions rencontrent, a chaque pas, d'incontestables confirma lions. Le poids des affaires sociales ne porte pas galement sur ton tes les paules et nous sommes loin d'avoir tous la mme valeur sociale. Il y a ceux qui produisent et ceux qui consomment; il y a des gostes et des dsintresss, il y a, dans la ruche sociale, des laborieux, des ouvriers, des abeilles, et des paresseux, des inutiles, des frtons : ceux qui distillent le miel et ceux qui t'absorbent. Si, en principe, ainsi que le soleil luit pour tous. l'Etat, en tant qu'administrateur de la socit, doit une gale protection tous, il esl cou e vable et naturel que, au point de vue de ses intrts comme de ceux de la socit, il doive plus de sollicitude au travail qu' l'oisivet, aux travailleurs et aux classes laborieuses qu'aux parasites du corps social : ce taisant, il n'agit pas seulement avec justice, mais il fait acle de dfense et de conservation. Nous allons plus loin : ce rle de delense et de conservation, joint BU soin des intrts gnraux, est la raiSon d'lre mme de l'Etat, de la Puissance publique.Quand l'Etal y manque, il dserte son devoir, c'est une carence grave dans le corps social. Propos ; humides Quegdire alors lorsque l'Etat, non seulement manque ce devoir de protection et d'encouragement l'gard des classes sociales qui peinent et qui produisent, mais contribue lui-mme leur abaissement, l'affaissement des lorces vives de la socit'.' Que dire, sinon celle chose apparemment! paradoxale et paradoxale jusqu'au contresens, que le grand danger de l'heure vient prcisment de l'Etat, que c'est lui l'ennemi constitu de la nation? Eh bien, quelque pnible ([lie nous soit celte constata' lion, nous sommes obligs de convenir que nous en sommes l et depuis longtemps. Il y a, en effet, plus de trois juarls de sicle depuis que, dans ce pays, l'Elat a IOIII l'ail, fiscalement, administra tivement, socialement, voire intellectuellement, pour inverser les situations, substituer leur ordre naturel un ordre artificiel. Il est difiieile de s'exprimer autrement au spectacle de ce qui s'est pass. Fiscalement, l'Etal a jou, vis -vis de nos foires de travail, un rle constant de pompe aspirante. A dfaut d'impts directs sur l'agriculture et sur l'industrie, des impts indirects, principalement douaniers, ont exerc sur ces forces des reprais sions donl elles n'ont jamais eu le temps d'essayer de se relever. Au surplus, le lise douanier, de plus en plus insatiable, a install des habitudes d'importation, aujourd'hui invlerees, qui, au profit de l'agriculture el de l'industrie trangres,ont enlve aux noires leur marche na lurel, le march intrieur. Administrativcmenl, l'Etat a donn le pas, dans Pattribulion des fonctions publi ques, aux politiciens, aux paras,tes, aux frelons, sur ceux qui travaillent, s ur \esabeillex. bien plus, le lise de l'Etal tire s ur ces dernires pour entretenir les premiers. Socialement, l'Etat cre ainsi un amnagement des classes sociales foncirement contraire l'ordre public,ou les plus utiles et les plus dous sont refouls aux derniers chelons pour le bnfice des inutiles cl des parasites. intellectuellement,—l'Etat, pour comble, dans ses choix a rebours, fait peu de cas des capacits et des comptences et prfre volontiers le citoyen ignorant ou mal prpar au citoyen de culture el bien prpar, pourvu que le premier, son ignorance,joigne l'esprit d'intrigue. Wot e Enqute La Femme sar... rkrJt uu bEtUuDR H, '. SI DIEU LE VEUT! connat l'inbranlable — o. Auee cette loyaut et celle n a tfauuel Morilla dpendance quon lui connat, he Budicourl rp in / a/n notre enqute : ilniera de i •ernu't et l'inflexible droiture squelles le marchalj prsident von Hindeuburg a ipti sa uis P >rt-au Prince, le l Au directeur du Malin, i'oi i-; u-Prmce. Mon ciei Directeur, Je ne nu su pas i mu qu'a pu crire M. CatntMT n I lenu ue i R D ce i s h Oii'n .0 i i, lODl 0 s 'oui \u\ 1er un P I' '' i itst ,. bes,pare qu'il n'a pas >u I „„, I question de moi. Jusqu'nu 18 Novemhr I personne n'a t autorise a von en moi un candidat Pr dencede la Rpublique. Ce i; que ce jour-la qi un l'anaoneei • m N i un de. J'ai, des oblig li de la Prsidence, une coi i p non qui m'empch .il et m' i peheia toujours de faire t pagna : je ne voudrai j > n tant Prsident, ire le p> mer d'engagements contracts! i li.ii • i d a seau* m mailloris ii phase %  nsc dea ( I (.' ipie c'est tir ri \ e dix mille p c'est no, i "• ons pas Mr b'U tcli i >•' moi nous oi %  du i, le :'i 1 : i pr. uuu LOiicuuis rmunre La Commission n'a par amsijuen, jamais t autorise* voir en moi un candidat ; Pisidence . Pour ce qui est des dcl ions que f'ai pu taire aie. mission, elles ne peuvent | EU suspectes. Il y a dans vie irop d'ACTUS contre l'o paiion de mon pays. La p imre protesta ion conl • %  c occupaiion a el laite par m en Dcembre 1915, au Dp me ni d E ai mme. Je suis ie seul citoyen I il > i qui a Uepense son ui v o y a g e* ..ux Etats-Unis, piotes'.er contre l'iuterventiuu : ma longue dposition levant te Cornue d'Enqute lu Snal htats-Unis ma comparution loi uni de la Natioi al Popuar Goveiomeol Lesgue, u .\ v. EbbiU, <%. une audience pri par le l-'aihi-r Hya Pi sul d1 1 .stiiu' Cad o \\ i d< en & i le d jour, rai dea mm g sui •a activit Je gaidi Un Amricain, Wil iam Beebe a publi un livre : Sous la mer tropi"/oil rvle les beauts insouponnes du monde sous-marin. C'eil sur les cotes d'Hati oii il tait venu pour tudier la flore multicolore de nos coraux qu'il a eu lui mme la lvelalio.i de ce monde ferique. Ecoutes-le : Jusqu'au jour o nous entons trouv le moyen d'atteindre la surface d'une autre plante, le fond de la mei restera l'endroit le plus dlicieux et le plus trange qu'on puisse imaginer. Et le rond %  S la mer carabe que peuetnnotre soleil tropicale surpasse loi" les aagea. M. \\ illiara beebe en % %  •'.* > cUX &f blouis. i., quel lorsque, {avenu sur le point de son ichounerlaboraloire, n a VA lait, coups sur coups, une dcu'ti-iiou/.aine de petits Verres de BHUM SABTHE CACliLl W'OR, la merveille d'Haili. Ricin-Poudre Du niiuvean Ricin-Poudre, huile de Ricin en Poudre compose, a mus les avantages incomparables de l'huile de ricin sans en avoir les rpugnants inconvnients. Ricin-Poudre est recommand par le Professeur Pondu t de l'Acadmie de Mdecine. Comme laxatif : 1 cachet purgatif : 2 cachets. Concessionnaire pour Hati : Pharmacie Saint Franois Dr MATHURIN, GrandKue. %  l Hati esl un D u i i •! ICi.tt et %  ( e ur : I :i d'avoir au si la lib .N, se oo c mes j u ni V U e I o t entendu, z A n l'es n Lall o l •tuugion; mes conipai utioaa deln ls "|' ea vaui l;i l'o eign Puiny Associalion a New Yu.k; mon luterveu Dh.OUUT L*Aptre de la Paix Aristide Briand M. Ar stide Briand tait n a oi de t Nu n les le iW mars 1802. Avocat, secrtaire du coin gnral du pai ti sociuli I lion du rr l ais,directeur de La Luntei il iiit.elu dput de la ln conscription de Saint-Etienne le I de en 190'J el le demeur i justj i en 1919, o il se lii lire du i Loire-Inl'rieurc. H l'ut tour tour niinislt uni. h %  i | Ml' • l'instruction publique ( I garde des scea ix ( 19081 %  '' • ), prsident du consi I, mini d %  de l intrieur ( I sceaux ( I M H91 I elenl du conseil, minisl alTaires trangres ( 1 115-1 il puis en 1921-1922, ministre affaires trangres dans le t biiicl Painlevl 1925). Issu du socialisme, il d< un homme de gouvernem ei se rvla comme un oral r. .ii.nquable, r.u 1905, il lii aboutit d UI sens libral le pi paration des i i de II kpres les lections de l 1 l s'inscrivit au groupe rpubi cain-socialisle el socialiste. Son rle lui con8idrabl< (.ours de la guei re. du conseil d octobre I915 m 1917, il reprs mta la I aux confrences de I l'ai is el obtint des allis I %  j ,li mira l'i ... .. i:c i soccup blme des . • onna. linel M il le poi i i nom u i . il ton! ru I i de | i 1er .i une : i le ( i I : I le. • • • d'hoQ' le un per; clie un i parpiqn dre la c iais\vec A ciga c nt salives re mail irer '.'est mais il rai* i. blie i i un • eaux de l de t;idire >teor msgasin i I on 111 sl* du |our, dit-il ". ne .1 i de il pour les o i RI I DIL il n pleins 11 la dan officiel i\ ce Et h i o j^es? us .. in se Ingi Disnrs UQVen>, parmi . a vii sur l'i i ran de llaiiaDl i' Le orl %  Taldv ln Mes re' ;iu Le \ oua l. ,. \ n atch (11el : iga%  i alut la si'in(Mie .u ;I se n i m

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06959
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, March 16, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06959

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
.DlRECTEUtt *
- 15S. RUE'AMERICAINE Dtf
/TELEPHONE N2242
L'.iypocrisif est v
an metf- .nuis un
m nttoii}ie continu non
mtat en action.
FrtseiSflM IIM ILLIER
25 me ANNEE N 7625
POBT-AlT-PRlN( E (HATI)
Il IG MAI V2
L'uvre de redressement
i
ooo
Rien n'est aussi illusoire
que l'galit et que ee dogme
s(,it la base de la plupart
des organisations dmocrati-
ques peut expliquer eu gran-
de partie leur dfaut d'qui-
libre et de justice. Comment,
en effet, peut-on concevoir
que les hommes puissent tre
e^aux devant la loi, devant
les rigueurs des tribunaux,
devant les avantages gouver-
nementaux quand nous nais-
sons ingaux, que nous con-
frontons les difficults de la
vie dans des conditions d'i-
ngalit absolue et que les
rsultats vers lesquels nous
tendons dpendent de mo-
yens personnels ingaux et
de chances ingales? Vrai-
ment, ce n'est pas trop de
dire que, ct du dogme de
l'galit cl le narguant, nous
trouvons, chaque pas, titre
de rgle gnrale, l'ui ralit.
Celle rgie domine laltri
billion des droits comme ci lie
des devoirs; en effet, nous
n'avons pas tous les mmes
droits ni ks mmes devoirs,
et les aurions-nous en prin-
cipe que, dans leur exercice
et leur accomplissement, la
diffrence des moyens nous
rendrail les uns ingaux par
rapport aux autres.
Appliques l'organisation
sociale, ces propositions ren-
contrent, a chaque pas, d'in-
contestables confirma lions. Le
poids des affaires sociales ne
porte pas galement sur ton
tes les paules et nous som-
mes loin d'avoir tous la m-
me valeur sociale. Il y a ceux
qui produisent et ceux qui
consomment; il y a des gos-
tes et des dsintresss, il y a,
dans la ruche sociale, des la-
borieux, des ouvriers, des
abeilles, et des paresseux, des
inutiles, des frtons : ceux qui
distillent le miel et ceux qui
t'absorbent.
Si, en principe, ainsi que
le soleil luit pour tous. l'Etat,
en tant qu'administrateur de
la socit, doit une gale pro-
tection tous, il esl cou e
vable et naturel que, au point
de vue de ses intrts comme
de ceux de la socit, il doive
plus de sollicitude au travail
qu' l'oisivet, aux travailleurs
et aux classes laborieuses
qu'aux parasites du corps so-
cial : ce taisant, il n'agit pas
seulement avec justice, mais
il fait acle de dfense et de
conservation.
Nous allons plus loin : ce
rle de delense et de con-
servation, joint BU soin des
intrts gnraux, est la rai-
Son d'lre mme de l'Etat, de
la Puissance publique.Quand
l'Etal y manque, il dserte
son devoir, c'est une carence
grave dans le corps social.
Propos ; _
humides
Quegdire alors lorsque l'Etat,
non seulement manque ce
devoir de protection et d'en-
couragement l'gard des
classes sociales qui peinent
et qui produisent, mais con-
tribue lui-mme leur abais-
sement, l'affaissement des
lorces vives de la socit'.'
Que dire, sinon celle chose
apparemment! paradoxale et
paradoxale jusqu'au contre-
sens, que le grand danger de
l'heure vient prcisment de
l'Etat, que c'est lui l'ennemi
constitu de la nation?
Eh bien, quelque pnible '
([lie nous soit celte constata- '
lion, nous sommes obligs
de convenir que nous en som-
mes l et depuis longtemps.
Il y a, en effet, plus de trois
juarls de sicle depuis que,
dans ce pays, l'Elat a ioiiI
l'ail, fiscalement, administra
tivement, socialement, voire
intellectuellement, pour in-
verser les situations, substi-
tuer leur ordre naturel un
ordre artificiel. Il est difiieile
de s'exprimer autrement au
spectacle de ce qui s'est pass.
Fiscalement, l'Etal a jou,
vis -vis de nos foires de tra-
vail, un rle constant de
pompe aspirante. A dfaut
d'impts directs sur l'agricul-
ture et sur l'industrie, des
impts indirects, principale-
ment douaniers, ont exerc
sur ces forces des reprais
sions donl elles n'ont jamais
eu le temps d'essayer de se
relever. Au surplus, le lise
douanier, de plus en plus in-
satiable, a install des habitu-
des d'importation, aujour-
d'hui invlerees, qui, au pro-
fit de l'agriculture el de l'in-
dustrie trangres,ont enlve
aux noires leur marche na
lurel, le march intrieur.
Administrativcmenl, l'E-
tat a donn le pas, dans Pat-
tribulion des fonctions publi
ques, aux politiciens, aux pa-
ras,tes, aux frelons, sur ceux
qui travaillent,sur \esabeillex.
bien plus, le lise de l'Etal tire
s ur ces dernires pour entrete-
nir les premiers.
Socialement, l'Etat cre
ainsi un amnagement des
classes sociales foncirement
contraire l'ordre public,ou
les plus utiles et les plus
dous sont refouls aux der-
niers chelons pour le bn-
fice des inutiles cl des para-
sites.
intellectuellement,l'Etat,
pour comble, dans ses choix
a rebours, fait peu de cas des
capacits et des comptences
et prfre volontiers le ci-
toyen ignorant ou mal pr-
par au citoyen de culture el
bien prpar, pourvu que le
premier, son ignorance,joi-
gne l'esprit d'intrigue.
Wot e Enqute
La Femme sar...
rkrJt uu bEtUuDR H,
'.
SI DIEU LE VEUT!
connat l'inbranlable
o.
Auee cette loyaut et celle n a tfauuel Morilla
dpendance quon lui connat,
he Budicourl rp in / a/n
notre enqute :
ilniera de i
ernu't et l'inflexible droiture
squelles le marchal- j
prsident von Hindeuburg a
ipti sa uis
P >rt-au Prince, le l
Au directeur du Malin,
i'oi i-; u-Prmce.
Mon ciei Directeur,
Je ne nu su pas i mu
qu'a pu crire M. CatntMT n I
lenu ue i .
R
D
ce i s h
Oii'n .0
i
i, lODl
0 s 'oui
\u\ 1er un
P
I' '' i
itst ,.
bes,pare qu'il n'a pas >u I ,
I
question de moi.
Jusqu'nu 18 Novemhr I
personne n'a t autorise a von
en moi un candidat Pr
dencede la Rpublique. Ce i;
que ce jour-la qi
un l'anaoneei m
N i un de. J'ai, des oblig li
de la Prsidence, une coi i p
non qui m'empch .il et m' i
peheia toujours de faire t
pagna : je ne voudrai j > n
tant Prsident, ire le p>
mer d'engagements contracts!
i li.ii
i d a
seau*
m mail-

loris i-
i phase
nsc dea
( I (.' i-
pie c'est tir
ri
\
e
dix mille p c'est no,
i "
. ons pas
Mr b'U tcli i >' moi nous
oi

du i, le
.
:'i 1
: i
pr.

uuu LOiicuuis rmunre
La Commission n'a par am-
sijuen, jamais t autorise*
voir en moi un candidat ;
Pisidence .
Pour ce qui est des dcl
ions que f'ai pu taire aie.
mission, elles ne peuvent |
EU suspectes. Il y a dans
vie irop d'ACTUS contre l'o
paiion de mon pays. La p
imre protesta ion conl c
occupaiion a el laite par m ,
en Dcembre 1915, au Dp
me ni d E ai mme.
Je suis ie seul citoyen I il > i
qui a Uepense son ui
voyage* ..ux Etats-Unis,
piotes'.er contre l'iuterventiuu :
ma longue dposition levant te
Cornue d'Enqute lu Snal
htats-Unis ma comparution
loi uni de la Natioi al Popuar
Goveiomeol Lesgue, u .\ v.
EbbiU, <%. une audience pri
par le l-'aihi-r Hya Pi sul
d- 11 .stiiu' Cad o \\
i d<
en & i le d jour,
rai dea mm g sui
a activit Je gaidi


Un Amricain, Wil iam Beebe a
publi un livre : Sous la mer tropi-
"/oil rvle les beauts insoup-
onnes du monde sous-marin. C'eil
sur les cotes d'Hati oii il tait venu
pour tudier la flore multicolore de
nos coraux qu'il a eu lui mme la
lvelalio.i de ce monde ferique.
Ecoutes-le : Jusqu'au jour o nous
entons trouv le moyen d'atteindre
la surface d'une autre plante, le
fond de la mei restera l'endroit le
plus dlicieux et le plus trange
qu'on puisse imaginer. Et le rond
S la mer carabe que peuetn- notre
soleil tropicale surpasse loi" les aa-
gea. M. \\ illiara beebe en '.* >cUX
?blouis. i., quel lorsque,
{avenu sur le point de son ichouner-
laboraloire, n a VA lait, coups sur
coups, une dcu'ti-iiou/.aine de petits
Verres de BHUM SaBTHE CACliLl
W'OR, la merveille d'Haili.
Ricin-Poudre
Du niiuvean
Ricin-Poudre, huile de
Ricin en Poudre compose, a
mus les avantages incompara-
bles de l'huile de ricin sans en
avoir les rpugnants inconv-
nients.
Ricin-Poudre est recom-
mand par le Professeur Pon-
du t de l'Acadmie de Mdecine.
Comme laxatif : 1 cachet
purgatif : 2 cachets.
Concessionnaire pour Hati :
Pharmacie Saint Franois
Dr MATHURIN, GrandKue.
l Hati esl un d
u .
i i ! ICi.tt et

( e
ur
!
:
I
:i .
d'avoir au si la lib
.n, se oo c mes j
u ni V U e I
o t entendu,
z
A n l'es n
Lall o l
tuugion; mes conipai utioaa de- ln 'ls"|'ea
vaui l;i l'o eign Puiny Associa-
lion a New Yu.k; mon luterveu
Dh.OUUT
L*Aptre de la Paix
Aristide Briand
M. Ar stide Briand tait n a oi de t
Nu n les le iW mars 1802.
Avocat, secrtaire du coin
gnral du pai ti sociuli I lion du rr l
ais,directeur de La Luntei
il iiit.elu dput de la ln
conscription de Saint-Etienne le I de
en 190'J el le demeur i justj i en
1919, o il se lii lire du i
Loire-Inl'rieurc.
H l'ut tour tour niinislt
uni.
h
i
|
Ml'





l'instruction publique ( I
garde des scea ix ( 1908- 1 '' ),
prsident du consi I, mini d
de l intrieur ( I
sceaux ( I M H91 I
elenl du conseil, minisl
alTaires trangres ( 1 115-1 il
puis en 1921-1922, ministre
affaires trangres dans le t
biiicl Painlevl 1925).
Issu du socialisme, il d<
un homme de gouvernem
ei se rvla comme un oral
r. .ii.nquable,
r.u 1905, il lii aboutit d
Ui sens libral le pi
paration des i i de II
kpres les lections de l1- l
s'inscrivit au groupe rpubi
cain-socialisle el socialiste.
Son rle lui con8idrabl<
(.ours de la guei re.
du conseil d octobre I915 m
1917, il reprs mta la I
aux confrences de I
l'ai is el obtint des allis
I
j,li mira l'i ...
.. i:c i
soccup
blme des .
.

onna.
linel
m il le poi i
i
nom u i
. .
il ton! ru

.
I
i de |
i
1er .i une :
i
le (
i
I :
!
I
le.



d'hoQ'
le un per-
; clie un
i par-
piqn
dre la
c iais-
\vec
A ciga
c nt salives
re ma-
il irer
. '.'est
mais il
rai*
i. blie
i i un

eaux de
l de t;i-
dire >teor
msgasin
i I on
. 111 sl*
du |our-
, dit-il ".
ne
.1 i de
il pour
les
o i ri I Dil
il n pleins
11 la dan officiel
i\ ce Et h
i o j^es?
us ..
in se
! Ingi Disnrs
UQVen>, parmi
-
. a vii sur l'i i ran de llaiia-
Dl i' Le
orl Taldv
ln Mes re-
' ;iu-
Le
\ oua
l.
*
,. \ n atch
. (11-
el
: iga-
i a-
lut la
si'in-
(Mie
.u
! ;I se
n i m au*
, V( Il /. /.tienne Car
relire, uni
iii-
Mr
i
. .. ;
rire ^
..atiurez-vous en
ia General ^Acc I
ile Assurance v'rr,ra' ^
nited, Vver. Hermio^iiaiu,
\Ageiit Ouiral ponr Hati.
li i
b'ii ne parvint
de h
pi u
rrrSt,
iiio par le
ES GLRY
.tb mm CLRY
lum sui
i pu dni
18, ftu d* Maukwqf, PARIS.*




r>
CHOS
Le.|in. est
fiartie avai |j pour
l Cap-Haitii elle jou
contre l'quipe capoise. Plu-
sieurs s triai
Prince l'ac<
Sui la ro li de La a I a
bas Thon onde, un ci mion
chavir; r, . d acci l< :
es. Seulement d
sions A
soins l'h i
M. Ai tii' ,pr.
silenl de I U.S.S il.. .
remercier le i du
Clab-Uuiou, M C t .\l,-
gloire, pur la | ;
ception (Itrh Club
dimanche soir I
malcaine Mr .M pro-
mis de transi omil
1 s remeri i< 11 liici-
t lions du pisi leui
S.S.II.
tUn Hati*
un gai de do mi li ai Loma
de Labuena,! unir
Christi. Nous appi ici
trop souvent di i ai ( ils laits.
Encore sur la route de
Las Gabol e aprs-
midi, un accidf ul d ulo donl
vont victimi
Ascencio et Gcorgi !..
premier a quelqm i i outu-
.Ni>M)S, ||i
de la hanche et de.
rea ass< /. gi.. *.
L
cltun
r lissent une leutation lacile
p ur les operau urs de nuit.
il srail I di une
SUIVI ,
f Ce soir, l'oi d de
l'.inin
ollert un i |, au
Hosque du Champ de M
par la M i i'||
quiexccuti ir'au ,ij el-
ques bi illanti pail ous lu
main,,
-'. i i la
prsi i: i,
\> "' lU .1 i itiQ
loucu .m les de
M. forbes.Ce so
M.irs. I lie/, i.i | Pierre-Paul.
Et les autres ...
Le Dr Poland m viac-
lieaio.iait la ch i
ville : il abal des pi
<|ui s'garenl dans i courde
sa villa. Hol i, d
Notre Champ alo
qui s'eniraim iui p
chains j< ux olympi ,i
dimanche prochau
bition (II- saut i ? leur,
en l'honneur de < i
malcaine,
Un ./mou |
survol la irontii ennt
acte descendu pai 1. g Russes
l!ue ii\ision japoi i re
u l'ordre de se liai.....
sur les lit ux.
Le Prsident de la 1
publique i, iss
vendredi en ro pour K
Nord, li | !
vendu di Hiui
(Ira an Ca| lia] |)
don a la nouvelle route d<
Bton.
quipe 11-
Au Hypopha.alilta. li Chatl *\ terni
ri k
l'Huile de Foie de Morue
Agrahk au gol tt fijethmtrg
J:t*4llk!t tlt til U comptai
rpara!tut d la Nutrttton pat
ixullintj
Lboratoiru REGAGNN
Phtrmu
Gi
./ pou.- P Exportation :
Ch. MAGNANT
il. RM Darioud - PARIS-16'
ilON INTERNATIONALE.
FLEURS TROPICALES, Al
IIAII BEACH, FLORIDE. |
0
Les pn paratioi s pool l'Es
i d Inti i'a ioneli d.
urs'J ropics d se lu i
. !i ment tous les auspi i
US D (.Itll) (II- j
\ ich, Kl m- |
Il lllti: el I' <"i
rer que l. s amants des
i- <1 II lii y parti* i eront,
i, mme i plus
oombre que I anne
L'expdition des Orchid<
i > i taii parnn les pre-
res arriver Miami
1, el a cauM
luise be ut el d leur ar-
cond lion l'arrive,
elli taii i i une de- i inci-
|) i tions de sposi
V n de publicit don
net '! Exposition i ai- la
i >se :lcs Etai -I i i aussi
n que i .n- Il * divt > s ser-
es de ouveties interna-
it a participants 6
m ! k'. diffrents
|u'ils reprsentent re-
ivent des ne tes lis (
i, el un loi t courant le
bonne volont est ainsi cr<
i.' les voisin i Ami i -
que i al ? \ Etats-Unis.
L'Exposition de II', urs l'an-
ik'' uii a i p us < ., irte qu
i mais obtenu dans
li Gloire de Ali- mi Ijeach. A
pul licite obtt nue a
ion elle -mme, plus
l personne s taient i r-
sentes BU port de la Pan
Ami 'tan Airways,poui assis-[
1er ci baruu uieui et u

Les Mdecins
savent que-
/a toux continuelle met
i i i., i it cons'amr _nt fiaqial d'avoir de srieuses affections
des| ODOOai L'effort des qiiibas r. faiblit ce orgtOM. Tu prenant
la .St. ivojiprvien'Jr./l. .!.,|.pement
de ces io
LaSO -tiatjurt un confort reposant
aux p< i irl par !,i KM . U* cicatrice et restaure. Ses riche*
quali. ( lilitmc la WrtUI mdiciaalea ont un
effet puis la go-i i-.! poumons.
A parr ; igt mur les personnes <;ui toussent ont un besoin absolu da
l'aut' .itique
Kenskofl
DEREIX
Grand Bal
K<. i
SCOTT'S
EMULSION
d'huile de f de morue norvegienn*
/ ' I i'.iirities A et D
Depuis (>0 v; le remde de confiance pour:
TOUX, RHUM'
CONSOMPTIOii
BRONCHITE
JNFLUENZA
ANEMIE
RACHITISMI
Agrntt
.\! ,Ji.n Av
HAROLD F. RITCHIE & CO.Ioc
I li St., New York. li. L:. d'A.
S: .:;
LA GLACE OUI NOUS SERT
li.-
DEREIX
skoi pour
samedi soir 26 mars et Di.
manche do Pques loute ia
ourne
Prix spciaux pour l'occasion
SANDWICHES AUX VIANDES FROIDES 0,15
RHUM FIN ET RHUM SODA 0*15 I
ASSIETTES GARNIES. BIRE NATIONALE. !
Notre c<
rribuu i a ir
sur la i de
La Libre
i' llention
oisie de Mr Pradel et sa clia
leureus" cordialit. C'est dire
|uei aimable et charmant
ueil a t lait nos htes
et aux autres invits du ciub.
Mr. le Prsidenl Vincent!
Aile/, tous passer vos joursstints et vos ltes
Paq < s a iKenskoll
Pour les recommandation?, voy de
DEREIX, Poit-au-Prince.
a glace li- j honorait la lle de sa haute
I prsence ainsi ijtfe Hiverses
auiies personnalits Dans le
puis iji ii ps. Elle n'es t
'tixs des
Ainsi | i h rappelle notre c, (1;1US [a (,ius {j, uce t,at-
"gtant loi a. coi cncur d'une nuit tropicale,
ou coula les plus agrables
loi m lils douai) i de I ex-
enue a'Huiti
sonnes desireuse>
di &0 i li des celle
Ex| m d l r i d< vroni
i au Managei de la
nei ican Ail w iys
Poi i au-Priuce, pour n cevoir
s instructions compiU
i iulormaliouscoui ei uam
;e el i't xpditi >u ue
le. b mtiilons, q ont
r msports a Miami p ir a-
ant il !' intr< s i
la COnc m !e l'exploita-
'ion d'une i i glace, a
prvu ; i ition et la ''I-
tratioQ i m employ la
lali i luit. B* i ii
que i i ilie, cou'
et in \ i par le Service u uy-
^L' ie publiq te ?
i o
dane de la l'a.i Ameiicau
in-, trais.
u r pai liciper celte
Exposition, les expditions
! ) .eut se laite Portau-
Piiuce pas plus lard que le
11 Mars lour.iut.
\ LA LIGUE DE
L'tUUCATION NATIONALE
c,, v.,,^ vIariaDi, LA MEILLEURE FARINE
A PRIX POPULAIRE
heures, eten la compagnie la
pins distingue.
li huit en llic'ter vivement
le ciuil du club de Maria-
ni, loui pji ii. u
vice presidt ut,
lerem.-nt son
Au
Ciub
de Mariani
i < lub Spo til I i vlariani
dl ( llci: nue h) i!mule
rc i pour quipe |a-
u a1 nf. En l'absence de son
prsident, Mr Georges de Les
pin 11 ,i luellemein eu l'ran
ce, c i M. Seymeur Pradel,
vice | rsident, qui avait la
ha i iii i
Uu
c nua t iV\ |uise
CUUI*
|tavjka.'uarMrvuBu'itcwMu un
Remde nouveau
LA

Samedi apr -midi rpo
'. la convocation du co
?cil d'administration de i
i Li le l'Education N il
', lis membres de cvtti
socit se sont runis o
. atomiej de 'J
le de .Mdecine,
n e art la discus :
s Statuts. Cette r uion eut
eu sous la prsi d'hon-
m- du Dr Prie Mars. Au
i-- la sance, l'admi
oistrateur, Mr Cam i e Lbris
>ou adrt ssa qi i loi es mots
ciments a loua es
B qi i continuaient b
i in iptrl crois-
Ligue et qui ue lu j
u daient point leur j
n ci eux coucou >> Le Sicr-
ral, M' Camille : i-
lecture des Si
I discuts 11 \
ques modicatioi s.
D'inten ssantes suasestii us
urent prsentes par le Doc- L_^__
ur Pi ice-Man ,
lecteui de 1'. ecle
i r Justin
MM. Ile;manu |
Dois o \ilie. (.m, ie
adn
connue secrtaire-
joinl. Di nouveaux mem-
uneur ont t c boit
Il SI I Ml'.
i r< udus, i uacun
i
'..t si
[ue,
Auii.. i,u. v.. lit i, eur
Transfert
Nous apprenons que notre
confrre Hati-Journal sim- !
i un ih, parln de demain,
rs de I Imprimerie
ha Prtsse . Ses bureaux,
direction, r 1 iclion et admi-
nistration y seront transfrs.
D'autre part, Mr. Julio J.
P, Audain devient le direc-
teur-grant de l'Imprimerie
La resse . Sou joui nul
"L'Action .Nationale" s'y im-
Faite de bl
dur d'hiver
elle donne
un rende-
ment pa-
tant en la
travaillant
seule.
A A
BI.ACKWKLL Mil I,LN
& F.l.EVATOR CO.
Kaaaua < il. Mo.
Deman-
dez-la;
partout,
1 y en a.
XIGEZ-LA...
I
adopte par lu tpcialiittt de Parl
soulage immdiatement :
BRULURES CRAMPES
ACIDITS de i ESTOMAC
ULCRES GASTRIQ-
CONGESTION du F<
DIGESTION PNIBLE
GURISON RAPIDI
Produit d ;,' S
prime dj.
La grande impri nerie mo-
dcne de la me 0jntsDe&-
loucbe8 ditera donc deux
grands quotidiens appels
i.iusi vivi cote a cte. Ce
sera une i ho i aise, tant
donn l'importance techni-
que des ateliers deLa Tresse
tt la ligne parallle que sui-
m il U 6 di ux organes dont
il s'agit.
Rappelons qu'Halti-Jour.
nalj s'iititait depu:j sa Ion
dation l'Imprimerie appar-
tenant M. Limousin Dere-
noiKoui t.
Achetez-la
Travaillez-
avec connancei
la nvec orgueil!
BIRE NATIONALE
de la Brasserie Nationale
Se YQnt partout
le verre malgr
suprieure.
*' i
OrO.10
uaulit
.

sfll
Toutes les Polices
DE LA
. *'
. ".:
t -r
.Olfi

par le Di-
de Mede-
Domini me, Noslrel i
erauxelLuc i irde, Tertulitn GuilbeatM, i**
eremie, rvnnds Prcs
I rist, Schneider,
Nous adi uns i os m< !
i rs encourpfierneuts a t \
membres du bureau eicuiil
qui ne n ulenl devanl auci n
i i" e m . be
la So
U
1 I
ii ur Jou. bit initiative,
il
comprennent la .Protection contrelaj
Foudre sans auamentation de taux!
pnf!. Lp BimQCo
i
a
Mi
-Mi.li,
Agents Gnraux
V-

I



Oh
iiiiiini
il
i
mc Ml universelle m gard sa premire place
Demander partout :
UN BARBANCOURT
Hue Csar.
Dpol
>---QflBi
gari-jj db DtNTb
rTjj Otmratk #-, OflH^C .->n,.|.ri vmc.ii in.tuntiinrr, radicale et dfinitive, par
' B Clin, inslanliiiui-.icii: la douleur, enraye : cai le onacraUo)iaea .Irma,
W Chaque boite contient le nocou lire pour l'obturation et U paateateal le dn?s
aarles. Seul, le Damne Tue-Serf Miriija Luc le nerl dentaire dfinitivement. Exiges te
! BAUME TUE-NERF Ml RIGA
.horAtolrr du DoclAur OIIiAUD. l'harmoc en. 8. Rue, Ho! et. LrOH-OUULlHS tretiiv
*"^ l)< OOl 1 cri-a .- riueo i'iuii uiaue BL'Ui.
Kiilil Oaral ll.iirn
Accidents
-o
7 Mars 1832
Adonis Etantes. Port-an-
11 incp.Conliisioiis dirci ses(!ios-
jilalis).
Alfred Victor, Poil-au Prince.
Coalusions diveises ( hospita-
lis.
Pierre Dorlilus, .'J7 ans, Por!-
u-Prince. Fracture probable
du crne (hospit&lis).
Krn AiRlie, 22 ans, Port-au-
Prince, blessure confuse du
cuir chevelu ( hospitalis }.
Merisier Lelio, 36 ans, rue
Pave. Blessures conttes de la
lfreiopneure et de la lgion
menlounire,
Toussaint Amise, 20 ans, rue
Rvolution, brlure du cuir
chevelu.
St-Louis Roger, 7 ans, en Ince
du cimetire. Morsure de chien
Uce postero-latrale cuisse gau-
che.
Chenier Charles, 22 ans, rue
Vfag. c l'Etat. Dlfsiure contuae
du doigt.
Brlas-FnlUe, Il ans, rue
du Centre. Luxation du coude
pied gniu he.
Constant Andr, 7 aus, rue
Hvolulion. Brlure 1er degr
de la paume de la main gauche.
Louis Jean, (Ifi ans, PosU
Marchand, blessure conluse du
co.i.
un
*r I
Gonds Cari. 6 ans, Cayes.
Blsssure tontine de paupirr
suprieure droit*".
Lafontant Georges, 38 ans,
- Port-au-Prince. Blessure con-
! tuse du lie doigt de la main
gauche avec arrachement
l'ongle.
Puclervil Joseph. 81 ans, J-
rmie. Blessure conluse du Iront.
Jn-Franois Verdun, 16 a ia,
rue Sacr-Cur. Blessure co"
tuse de h lvre suprieure,
fhrasybule Lina, 23 ans,
Quartier M-Antoine. Blessure
dt la lvre intrieure.
Joseph Pharamon, 29 an;.
Portail Logflnf. Morsure de
singe.
St-Fleur Bobert, 21 ans. Lit-
salle Petite Place. Blessure con
En Viioniieur
d'Occide Jeanty'
o-
Louhis Charles, 21) ans rue I ,use (,u dos ''e ,s ma,n dro k"
SUHouor. Blessure confus d* ()vi1 ',;,V|!. ;{" an<. Sour
la paume de In main gauche. I Sa,e< mes*ur' conluse d
BauRsaa Bobcrl, 23 ans, Des- Jam,)H B"*:
Nous annoncions dernire-j
menl qu'un grand conoit i
serait donn au Champ de
Mari en l'honneur du maestro
Oceidi Jeanty, ancien cliel de
la Musique lu Palais. l'occa-
sion de l'anniversaire de s i
naissance, qui tombe le If
mars.e'esi--dire aujourd'hui.
* e concert sera entirement
compos des uvres d t
M:iiire, cl sera dirig par I
maestro Luc Jean-Baptiste. I
aura lieu ce soir, au
i;ei dcide Je.otv,
!\ u- Ul
I-
prs. Pujre de l'index droi'.
Bernard Bosana, 3ti ans, rue
du Mag. de l'Etat. Morsure de
l'arcade lonrcilire gauche et de
la lvre sunrieure.
Dacini Sagene, 35 ans, Bel
Air. Blessure confuse le l'ar
cade loareilire gauche,
Mars 1032
Brlizaire L.ubin, 30 ans, Mi-
rebaiais. Morsure de chien.
Louhisdon Emmanuel, rue
Champ de Mars. Contusion d i
thorax.
I Martin Mai<, 18 an-, Port-
au-Prince. KmpoiOUfteinenl
(hospitalise)*
\
rv
NOUVEAUX ALAMBICS]
' DEROY FILS AIM
tri-* i*l'i
GUIDE PRATIQUE d.Di.tin.t.o, <>:... !
VIE, ESSESCES etc. MANUKL du r>-tfaat i- t-
SBOMS (t T^R- tLlusrnF idr.ti.j fraar
*^**: >vM*,v*>w- .*.--. .' >p
-
B
i
LE FAIT EST INCNTESTABL
u ili S,
ii'llie
C'est la Quintessence des meilleure
i
{varits de cannes d'un vaste lerrHoin
runissant les meilleurs lerroirs,
C'est ce qui I .il son arme.
TEZ ET COMPAREZ!
GOl
Vou-i i s moi
rool excuts :
I. Au pas, les rondelets
mollets, marche.
'-' Le reloar du Vu-ut
Lion, grande marche
processionnelle.
Sur < tombe, uarche
funbre.
Souvenir de la cil
Polka solo pour cor-
i d.
Dfile cl Dauphin,
extrait <'es Imprca-
tions de Dessalines*.
G L'obsdante, grande
?aise.
7 Gracieuse, Too-atep. f
Nos aiasqne8,mriugue.
9-1804 Maiche guerrire.
JN B. Cec. nceit remplace
celui de demain.
A la Commune
Mr. le Dpi l lie.-h th*
: !a'n b t nomm avbcat-
consi il la i ommune di
u i-jiu-lTiiu i pu remplace
un iii du Dput Brdy. On
s. il (ju il v .i ctuellemenl v
i'admini&tratiou Communale
\ avocats conseils aux
appointements de Deux Cent
Cinquante gourdes par mois.
L'autre est Me Krmane Ho
bin.
Panama RailroaH Steamship f.ine
Service de frl el de passagers enlie
Angleterre
Uoosfee
France
ADMINISTRATION GNRALE
DES POSTES
/vis m uifAnT
Les di ("i lies pour New
York e I Europe (via New-
York direct ) par le steamei
rtristobnl eroni Icrmces
l aujourd'hui midi.
l'orl au-Piiuce, le 16 mars
1932.
Mis.
'Ili
(i W ISIIKDUN & G* 1T. James Street," LiVBRFOOL, Kngi.an
PFO|'lOWIN AREOUR AGENTS AT/'RINCIPAL PuliTS IN EUROPE
bNGLAN. SCOTLAND, FRANCE
Me ssC. VV. SIIELDQNA Go.
17, .lunes Street, Liverpool, Englana
Gm.i.ati.y HENKEf ACo
21 lUu- de la Rpublique
Marseille.
Tenu Prou & Co, Lia.
~M Quai Georges V.
Havre.
Herru Prou & Co, Lt'i
Ruedu Moulin Vapeur.
Roi.lrgi e sur Mer.
Messrs A. Bbwwx Co,
21, Allergie, Copei bague.
Oslo, NorwaY.
International
Spe diUonaselkap Olo.
M. Atlantic Freight f.orpn
Dailinhaus, Hamburg 1.
Geimauy
M essrs Atlantic Fre-ght
Corporation
tGer.n. V
Messrs A I lk 1 reight
Coi i" -i
24 Quai lordaens
Autwerpse Belium,
i
M
Hehnu l'F.noN Cie Ltd
tf Rue des Maris,
Paris.
HtftNB'Peron & Co Lld.,
Rue de Tranquillit.
Dunkerqoe.
Ilernu Peron A Co Ltd.,
9 Rue Roy,
Bordeaux,
Genoe, Italy.
Messrs Uenry Coi & Ci.emf
i'iAsss s. Mattbo.N* 15Gner
CoTTI.NBIRG, SWEDBN
Nordisk Express,
tothenburg.
Messrs Atlaltc Freight
Cor' n.
Kon Emma plein
Rotterdam Hollande

Le Bonheur Doinantie
des Dc>i.s P3us
Blanches
Oc deatalaldM, |aunAi i
necoatrlhuent ture a I
l.i R:ini .i bu bonheur. Ca oni
! Dikrohes le la l.-om he qui
ont ctuN !< ctt condition. I i
Kolynot tue rapldameai cm
micro bi.
I mployoi la Kol) soi pendant '
Jours un < i ntinifl r
;,.*; I ; l
alors vos uVntt nuance plu
Manche. I i moueec tntlaep-
tique m leai ili : obi n. u i
. t r.-n I
blani h tu i !, i
mdon
LA CREME DL^iiFRICat
Antiseptique
KOLYNOS
/ Les Naosea, Matiatn^
i
n ')> ua .ront
t si VOUI puni /
de t i 11 ri .
^ "FRUIT SA? 'F
w
PROCLAMATION
NOUS CLANONS ET PNOCLA il =3S
QUE LELLAIT CONDENSE ESBLfl:E|
EST UN PRflbIT DANOIS. PiiOtE-
HAlT DES USINES DE COPENHAGItE.
FONCTIONNAIT DAPRS LES PNIN-
CIPES LIES PLUS OOERNES DE
L'HYGINE. ET CONTROLEES DIRE
ESJEET PAR LE GOOVERNtKENT
DANOIS.
Ce produit rsi livr lout lucre n la o tomiea
saut Itiquette ci-contre. Il est garanti par it peut le Krver Iroiamois sanaa'altrer.
unis le trouverez uns lau'e Al BON M&KuH Mai
ion A. Boll et dans aea Suc i Port au-Prioci el,e
province, chez lespiciers bii u cits.
Si jolre iourcisseur ne lienl paa le lait rouiwit
bSBhNSb.N, aviaez nos Agent., MM, l.i. i:STLVi: A io..i
loiint'Z'Icur son nom.
,
s,Grand Cale de France
SOUSLA DIRECTION AVISEE ET INTELLIGENTE DE MONSIEIM
FRANOIS 6IRALUIUUI ESI Oi/EN0.L'ASSOCIP0E NU PAIRI2I
LEPRPRItlAiHEUtGtltlAC; JOIJ'A PAS D'EIAL,
LE GKANO CAFt Ut IhMt.UlHit A SLSjliilABLESBElf.UlS:
UrtiiUtS CLltmi, LES GUnSUNNATIONS LES PLUS FINESIE8
INS uE TOUTES t'rtJVtN ANGES, LES PLUS CHOISIS, CIGARES ET
CIUAREIItS,SANUWIGHES.VARItSAUESPHIX DEFIANT l||(E
CONCURRENCE.
L'ACOUhlL LE PLUS_SVIiPAI.IIOUE CONIINUFIlA A f fRE LE
IflEILLtUR IRAN DU .CNANDSLAFL Dt rKANCE.
Patizi & G0
__________________________________TELEPHONERAI.
('OUBLIEZ PAS DE FAIRE UN PETIT ^ '"
TEIU.A-GARDEN
Chez W. KAHL,
niville
Petionvill
M
1.600 pieds d'altitude. L'tablissement le plus fr.iinjjles- e*
vnons de Porl se 'Prince.
Seulernenl 15 /ninules dVuto sur^uue escelUnti rovti
aspl alti c. Vues on rvi iileu i le la \ 11 lu i 11.
Boissons ut
\ni.'u<-nH'iits particuliers
cmiim.' on de mois.
pour les pensii ns de jour de
Cin-Taldu
DEMAIN SOIR
Le plna joli 01m d Charlie I hsplin^
La Hue vers l'Or
Entre n 1,00,
n.
M 1)1
Sur demande la b<
Fcd
\j
ora
c A.lplioiis- Fryland
Entre : l.i'H -.i)9


Mercredi
16 Mais 1932
Le Matin
.)
4| .PAGES
25 me ANNE N 762
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
MMH
AlllUMUlill
Dpart de New irt'an Prince
I ifacarbo
poils h< Janvier
New ( Irlans/iLa r dc. 1 iei
Mobile, Ata 2% janvier
Port ii Priu e cr .
Pelit Gove( 6 tvri
Aux i ) is| i : i y
Jacnu I ..Il s
Saui.) Dgo Ci 10 I' UJ
San iv1 i de M. 17 dc. M |;n n lvrier
Ificjrabo Ven, 2') dec. 17 janvier^ . 14 lvrier
Dparti de Ni w 0 ans et Mo; >ri au P l'< r s
San ol
Porb*Suds Hatiens
Poi ts
New Orlans, La. u > eP 1
Mobile Ala, La ri
I' 'il -ni |'i lace, ( i r j 1 i : j
Cap Hatien ( airivee ) j'. d 11
Puetro Piala (.'.. iv ) 27 i
Sju Pedro de d i bre
Santo Domii D.
Maca
uv t r
r
j.in\
.
r
27 j
Q\ CI
labo, \
Porl-au-Prii 14I3
J'our tous les auti .. ,
I IS & i
> i>;>, I' Fvrier
23 kviier 1932
25 lvrier VXY1
') mais 11)32
h -, 1 ,L
7 tiiai s Va'Si
'.) lois 1;I32
1') mars IU3i
l.i h. rs IV32
! N111 a i !.. i i <
.
1932
11 lvrier 1932
I ; .
20 i ncr 1932
l\ li r 193 i
2- l*vii r 19S
lvrier 19U !
27 lvrier 19 12
\VI~S
Co R 3E
Ftl Oc LA PUINE uU .
CUL-DE-SAC. j
o
M \i. les :i"iin;i;res de la
u agnie ronl convoqu* en
As b < e Gnrale i rdi
bureau de la Compa-
gnie, l'or l-au-Pi ir.ee ( Hati ).
le s.ni 'ii 21 mai 1932. 9
li* un s ii matin.
' Ire du jour :
lecture lu i)'''H's-ve
h ri Usemble prcdente;
2 Rapport du Conseil ,
d'Ad ni i ttraHon el prsenta- '
i om pies ; i
I- ii mon itu ronseil '
coura 'es
i*. le 12 m i
CE OUI M'A JAMAIS T F, IT
CE 001 NE PEUT El E DPASSl
Koiu Chdmpuyitt
F. SJOURN
Prpar dar d DAShPSlL
Prparation el Vente
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des rues houx el du Centr.

Laboratoire SJOURN
DlREGTURS
F.JSjourn*, Pharmacien
R. Sjourn, Pharmacien de_ 1 Universil'de Paris
M..Sjourn Pbarnucien de l'uuiversit de Paris,!
i
ancin

il Administration
interna des Hpitaux i Paris
._ analyses dr% Urines,du suc g. trque du sang ( \fu.
- rinanr, Ure, fonstaate t* unbaid, tlyc c).
Des crachats. Das mat re-, tccales.
t, H --rircino Hoy
lion lise
m
?!
de
ALIX
)Y
net es.


peai

Hnitienne
L'Indigne
yim>t
*****: m.
AVIS
c
La r. i a

i

.ouccr les dpai isi t au p
H iiti, directem il
p mrvusde chambi li i
/ h'-inirls de hcw \<


W
v; eamer v.
,S i-.UIl' i' '
M m;ii i iCr
>t a:n< r lin
J.
i
i
iil I !
. rij I

Lykes B ailiers SS C I
TexPh -- Hait'
ne
Rico Pc *.
Santo uom
Le seul strvi i | assagers e1
I et entre les poi ( du fex: s lent avec
l'on an-Prince, 'I
Pour la n* epl
importations, serv
LINE.
Les pro< ni
Slei nu i '.
su. mer i
Steanii i i
\ I
.
i r* > > n
IA i'AI'X'se bit, l
N 2027, MVW
r i
ne m
4 i i ci. an
Loterie Nationale d'Hati
416, Rue Bonne.Foi. ^Phone 3358
La Loterie Natioualed'lf^ti est
une instilution hautement humanitaire par la multiplicit
d'autres qu'elle se propose d'aider, une chance de biti
lre offerle aux hommes de toutes conditions de forluni
Employs, Fonctionnaires^ Ouvriers, Artisans, Salaris et
lous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parler
leur budget movannant deux gondes, peuvent gagner trsii
mille gourdes. Tairons de Comraerce.Chels d'In luslie.piru
aux iusulfisances dis ventes, par l'achat d'uu billet, qui vasi
bbre du souci des chances*
Mdecins. Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dpiils, Graidi
Dignitaires de l'Etat.Reprsiniants de l'Intellectualit, Jsir
nalistes.
Donnez l'exemple de'volrevsolidarit sociaie.*
Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmentez vain
avoir.
Vous tous qui habitez* Hai'i, rendez-lui sr rvice eaatii
anl le billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI.
attention
s
n i ci n cal.
i ,es Cl ls y I i :

i
Mil .
lureau: Luc do Ml
lit. CLWTt GOURTOISIE.
artinez, Marcelin & G0
PROGRS NOUVEAU
RHUM \OL\hAll
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL kfW M C'HWNCE
CI air in Vierge
Ch(z N. NAZON
DPOTANCLE DES RUES DO PEUPLE El FEROU PHONE Jl
*. -

i
ASSUREZ-VOUS
1
a
ranceyio
Une cks; plus ioi (1 COMPAGNIES
CANADIEI^ d'ASSURANCE
si
vu
E ROSS? rn

General Accident Pire & Lite
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
i.^AL); est nue des plus puissantes et des plus vaste orgauiial'*'
-in- Le .soleil ne se couche jamais sur son champ d'action ani embrasse
contre incendie couvrent aussi les dects occasionns par la lu*
es Polices pour Automobiles couvrent vols, incmdie. malveill i('c. dom!*
nilrui ( ans s per^onno ou dans ses biens
s Poli. intimes misas par ses brancher, d Europe so.d payables en Hi'-
S s 1 oiioes contre neci ents sont valables dans I univers cuber. Tous les voT*
evraieu donc ,-ren Ira la prcaution de se munir d'une police contre accidff
I i moins 4000 dollars, la prime annuelle u'Uuil que dr 1/2 % soil 20dollars C-
uve F.BF.rtMTVGHAM, AuxCaves

J
i S
NT^
n Gnral pourHaiti
JE: u^\i";i"J,',
d


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM