<%BANNER%>







PAGE 1

r 2 i a s** iy^ Pour Chaque Got ( li u le de Fro t ruf ne > m ir. eut. c d< m. ocler un ii omnj i que vou ;i ouvei ( /. sous l'( liquelte Kl afi El i fromage Km I a fait i' rt < i; sav< ur el en lex m c I • meilleur de sa cj &3& i H KRA C ; r S E Pressez le Bouton y a • I d< ii | i l'i l COQ %  %  V|(T %  e i ml DlSTRll P.O. Box M 1,1'oRi .u 1 i;i\ l.il (IMIIIII' (| Il MOHH & LAUR1N, 1! l'AUHY SALES C0RPORA1 Diftlrbitevr l*ori aa-Priace, Hati. 10V %  -. 1 'OYE? su blum (ii vou \ous|a< sommes fiers de la nouvelle Dodge i.\ el Huit cylindres. Fiers dece qu'elles offrent d i progrs mcaniques qui vont au del de tout ce qui a t antrieurement connu. Fiers d i ;ur beaut. Fiers de leur confort el de leurs dimensions. Fiers de l'avance de leurs carrosseries el de la dsignation de leurs chssis. I NEER'S GARAGE Distributeur Une Pave.— Port-au-Prince, Hati. Phon i '22'A & 2318. um 1 IN QUI ENLEVE LES GEB IPLOYI LE i 01 R LES MAINS, I.A LE BAI: ril-CFEBUOY .< \ U.s Dr. %  .SA \ i v. < MAINS, M CC H ES ET BAINS. Rception au Club-Union EN L'HONNEUR DE L'EQUI Jamac ilne le lui au milieu d'ut:i lance les plus disliug i dttU une ati il i ,t fence el de oui ie'qu'eui lieu, la lu > n eption olleric par le Club Union ci l'honneur de MrCi i ll.pn sidentde la .1. F. A ,ei de h qoipe [i ma< ait e. des drapeaux bri . iquo i ; hatien H. riant I sment leurs coi pai n des guirlai des i roses i tjute beau i moi li D ps partout leurs g .i sourires, les un es lurent l'objet d'un accueil des plus empresses il des plus aima bls. Nous avons pu, ilaus siatance, remarqi ir les pet tonoalitea suivai : Le Si crtaire d'Etat d< l'inatrut lion publique et A | .tienne, Mr Ernest Douyon,Secrtaire d'Etat des Final s. Pra d 1. Snateur de la Rpublique, Nemouia \ a eut, d pute, S. E Mi Da a Munro, fc. E. et Minisln i : Ipoi tiaire des Etals l Ldrnuu Watt, Charg d'Afl M es de s M. Britanniqi e, Gi jtns, Charg .i rea du Keich^Allc ni l, violoncl Lntle, Lhel .Je 1 1 lion.el Mme Litiie, U ucueral \\ i Uams, en i i. i n • Madame v\ ilimm i. lil Aitaciic coin. lu n.., %  vernemeul i i .i'.-i. i Un, Prlel de | ort-au-Priuie, Llio Malc i Chel du Cabinet du < ni de la Republiqu .i A sua tiii. it, u %  ili-.U.. CHOS —MQ Le Conseil de l'ordre des avocats d M barreau de Port au-Prince a-pris unedcih u nisant une gour i au ieu d< d ix la < i lis lu u me su Ile d avnc s.a pi rtir u 1 > ni • s en cours. — Mr, He rooozis, reprse daul de^ < i^areites ( bampi n el Av orta fait,dimancha dernier au P..te Lecoute. la loule runie jou' le match Jamaque-Hati, une distribution fantastique dores excellent-i <. T f • I %  %; 1.000 0OUe< 125 • no que'*, i s lumeui s en i ro sion pou loui I' .. cis. I ISCQ, grant m • s gge n du > al n , l une i i tril ution d environ quale mille toni es de Cad ns put iu Iheurux c< s cannes ne pouvani tie roule 1 du tail de l'aceiden 1 surve n l'autre sema 1 ne e qui pa-alonct'onue neui les F. Ambroise, administrtes gnral de Postes, Dr. A.\ | Carr, N. Croswell, presidei de la J.F. A., l'quipe jamai • grand complet, Au i Ivse le dre F. Chevallier, Prside! ; us ns di Chamerelle. Je l'U.S. h l.et ies> pnucipau l.a rception suivn h membres de l'U.S S u., Luui, au Club Union i ourles sj.ort ( allai ., niii cicur b de < L( l'a)s, Marceau Destnor, redacteur a l bi t ut Le Nou si lliste, i le, v le. Bille t gra idio uce, ion dont tous lis invits da l'agrable souvenir. dcioul men jamacains, dimancb< soir, a t un I) au tuc< >,Lu lte du i jusqu 2 Ui ei i matin le e lgant s ouvtil eu n i tup d' %  IOU ci Hascu o vou ouvei ez i Baudvriches du tlleur choix, :. s I oisbona piemii e qualit p i dea prix trs^raisonnables" et o le propritaire Mr Karl Modi et .Moui,n-. rservent le bai maul ai Aleauumca, Me itmoisellcb siaursi venez uu;> eu rendre compte. Prsident ,son qua* — Il se conlii me que Prsident de la Repub iqu< voyagera ces j nus ci pour u Cap*naltif u o il iuuu u le 5e Congrs de Me leciri d'dti. — Ou se demande s'il m serait pas plus correct d dire :C< ogres national de m de ine plutt q ... de mdei ini d'Ila ii, c mu.m l' ivei t t les orgunisateu ^ — l'n nouveau grau t dis^cours polit que est aooi qui M i a prononc au CanHatien par M. le Vincent C'en se a Il ime. !. Si I ire l'I des Travaus Publics, Mr iu n Auguste, acco upagn de fin| guieui en chet Mr Jeannot, i a voyage pour le Cap Ha* tien. —Un croit que le paiement de leun appointements du m. is de mai • aux lonc ionnoires i lei %  %  u 22 ouII — ( Le Temps 1 pose celte judicieuse question propos de l'arrt Va val Si pour avoir droge la I lonstitutkjn, des Anciens lilves du c f l a ^ r(;,, wVsop tonrenla. eue d inconstitulionnulit, qui le dira" U i v u bien Savoir L'Enlvement nu bb Lindbergh I. • %  • co'diiel esl |H'l |iiiycr 80.000 dollars de raacai LE h avec Its bn g AMICALE DU SEMINAIRE Li! lilMllU.lS 1 lllo du Sminain Colle St-Martial out l'honneur dannoucer qui I DU( lie, qui sera prche pour la Socit Amiu Cwlii i in m era l.t idi ne 11 labiiss* IM ni .Mil i i u jeudi veudieui i me heure poui se termi• i par la i ..m m u oion pascale le t l'J a b h.30 a. M lUliOll pi le ois n.in•. I pi-nu UOiuiitC pun i ) Le ci Icni i Chai les A. Lindse pujpose de iraiiei ravisseurs de sou de vingt mois. t Ou appreud que Douglas • C. l'hoinson,ancien maire d'Eugitwood, New--Jersey, et M. irlhur Springer, ancien secrtaire de leu Dwiglu VV. i w, ont t chargs de rpi sen'e la lain lie ( our a.c ues m rangeait nta avec les i visseurs pour le ptemeul d i u< r. non d< 50 000 dollars (|u ds sou. seules avoir dniai d. M. Thomson tsi anivJ u Hopewell, Niw Jersey hier aprs-midi. Bien n'indiquait cependant qu'il tait eo relation avec l la d. agissez eu cousque ice i i.e moment le plus dram tiq le de la journe s'est prsenl lorsque M"" Lindbergh.. c et mince, a demaod IUZ r visseurs du b;b q i tait enrhume, de prendr. bien soin de celui ci* Par leutremise de |a presse elle a dcru en dtail la uourriture a lui donner. Les maux de dents amnent la maladie ; car ils vous empchent de bien mcher Protgez vos dents, Brossce-les deux lois pnr jour. Voyez votre dentiste deux lois par an. Renseignez-vous de lui sur le C.ALOX... le meilleur dentifrice pour deux raisons. Primo, parce que c'est une poudre donl il in sert toujoura lui mme lorsqu'il nettoie ses dents. Secundo, el e si oxygne. CALOX nettoie ton I, empche la dcoloration de l'mail, neutralise les acides de la bouchet vite la mauvaise haleine et n'irrite point le* les gencives. Vol e r harmaciei l'a. z a u jourd'In. i pour un chan, atuit de li pouch e dentifrice CM( h^> La nouvelle boite CALOX s'ouvre et .se ferme (i la l' r rss i un d'un doigt. Me KESSON & ROHUINS, lue. 79 Cli11 St., New-York Cily. L S. A. alaai aasasai Ad No. 5 '" r -i *9tt %  arM*. mm \ L'en tan I a t enlev de la rsidence de Lindbergh o quatre mille de Hopewell, New Jrey On a app'is hier 2 midi iin'une note demandant 50.000 dollars de ranon avait ' lio ve. Le cohnel i indb ryh el sa lemme Mme Anne M irrow Lindbergh,sont disposs payer la somma demaiiiin pour le prompt retour du bb, et n'attendent pour le taire que de avoir comment procder. Les choses ont march ra-^ pideOBent Au lev des boites) oostales r. midi au coin desjj avenues Plane et Central centre de iw >k, un po lier enleva une cari de la botte et celle-ci fui remarque par un trieur la i oste quelques minutes plu* tard. L'a dresse tait cruement crite en lettres dessines et le nom de l'aviateur tait mal or og aphi : Ladre se au ainsi rdige: Charles Linberg, PrinceL % %  message lui pis S'gn^ relle menl i i e par les ravisseurs, et n i ] pas une stupi ; plaisanter (ouime il .s'en pro luit souvent dans us ataires sensitionni Iles, elle indiqua que les i a visseurs se sont chapps dt-s emiioiis i m mdijti de la m i. s Lindbergh Sourlaud ildl tt ontatleiot la rgion mtropolitaine. t ion, N'.-J mme n Si cette Acirvu v^tucrS Une lois :1e [dus, Cin-Varisot ls a conquis w. publicavecl beau tilni pai ant Nouvelle Lune . Une m?i v.-ille cinpt* pluque l U*i pa. < liet daavre! On eut l'occasion d'entendre l plus grand harvlon lu niaDije ^awrence Tibh „s et la i 0 '" Grce Moor i oX mlodieu ore. Des cl • lca'i par un chie e, il qui larenl vivement appiaudifc L"" tormi.; nbal russo-lij qui nous donna >a t!iif I' poule cane. a ta e a l Bravo Vail l^M il Toutes les Polices DE LA gcomprennent la Protection ;ontrela| Foudre sans augmentation de tau"? tissus. Aucun produit n'gale La 'MAURESQUE'] TEINTURP MNACSE PERFECTIONNE : m utl.Lp'fti I ,,I.-I... Vtuvt C. FI .riiain Asf'rtt-Paris I E Agents G nraux mmmimmmam~mmi& l ^ dm M



PAGE 1

\..lil tu Kliuui liafhiCo i *mm* %  %  itl univi rw lie iir plaee ont : VRBAN tue ( sar, -i.— BMI % %  sa—ai aaa*.a DEREIX A vendre Une salle S manger om'i rtine complte. S'adrssser^e.itre fi et 7 lien M p. m. Mr I EONARD. Rue 4 Grand Bal Kenskoff pour samedi soir 26 mars et Dimanche de Pques I ou te la journe Prix spciaux pour l'occasion SANDWICHES AUX VIANDES FROIDES 0,15 RHUM FIN El RHUM SODA 05 ASSIETTES GARNIES. BIRE NATIONALE. ut es autori* i mt que les rvent). cations d'erreurs sontf faites pour les dentiftrloea. Aucun dentifrice 'ne remplace os du dentiste. I)e n a ivret de • i". prouvent que dei ei %  %  ur cci denI i 1 1 I %  ; %  i un mdecin, mais un i : t l %  1 1 11 le ne ('.< I •'.:. 1 re deul 11 i la si : de pi de lu II SU): ( s i : .; dti du i toutes Iles d'alimi qui causent les caries si elles ue son! i> a i aleves. e: O'ez lou "sser vos i i Pi ques a iKen-k I! Pour les p#commanda' ', -oy.z DERErX, o n Prin<*. Panama Railroad Steamship Line Service de fiel cl de passagers a die fabriqu en tussi. Si I r/irez, demandez ht FL)C i Angleterre ECOSSS France I u,< r. w ISUEDGN *ti b> the I wi ii .!i.u*i t.lradiucl Mrxjie ne lianspoil de pai oge.sttdu l.l entu liait] %  l .r sEuro,^s?vi NewYork,el Cnstoba, l anal Zone, h Ihme I a. n s Voici la liste de nos agents puur les principeaus port de I fceorope: HEHNU PERON & Cie Ltd 95 Mue des M iris. Paria, IlE/iNU.Percn S. Co Ltd., Gi.u.AtTA HLKKEY Co 21 Rue de In RpoblgOt Aisrseille. Henni Prou & Co, Lia. 53 Qr-ai Georges Y. Havre. Hernu Peroo & Co, Lid Hue du Moulin Vapeur. JJOUlogl e SP • Mesars A BsaiWX Co, 21, Alkugade, Copenhague. OSLO. ISORWAY. International Sne ditloD8>lksp O-lo. MM. Atlantic r'reignt f.orpn Dallinhaui, Hamburg 1. Germauy! M es?rs Atlantic Frci^nt Corporation 'Oermanf . Mesars Atlante freight rpn., 24 Qua. Jordaens aiwsrpM aWaoa, Rue 'te Tranouillil. DIT ko i que. ilt mu Peron A Co I id., il Rue Roy, deauv, GENOE, ITALT. Messrs UEMIY COE &. Cuti.v PlAIlA S MTTEO X" l'jr.ener CafTENBURG, SWI DEN ordisk ipn is. Cotbenbu \J.ssls ATLAI TIC FRBIONV • COHPN Kn Emroaolea Rut ei Holl nde Mss< v>aBmwB 4 Co R se mi .. App renez le secret qu 9 sur 10 des toil cie l'cran connaissent %  ti ,,\ • i U I 0 I S ir u. Les vuie que s | ,, s dlicieus Savon de Toi IX. .VIS & CO.,Ltd. i i and 'H LES LLECTIN3 PRESIDENTIELLES EH ALLEMAGNE. l'.l'u ant-hiei rtirn meh*. i l'i pi i s t e transmis le sans fil, le Prsident H .11 11 : l (C i ii i .:. u loin der rien I doi it..! is il n' < l).i QU i %  %  n -. tioni 11 eue el i. Ul dt uxii • uiin aura lieu l< i oia i on %  rech Pi UIS, l'opinn esl que lei eiei lion ; di dimanche mar auei I chec poui l hitlei s dci* dmeot I'AIU I ire lui. Un i lai I piquant velle du de I 1 luirg a provoqu Paris les cris de : Vive H FAILLITE J. KARAVANY %  l.t aillite J. K u ivertis qu'il leur est ai i par tir de celle date uo dlai de du code dt| co rce, prei a u efl la! C M t i! s de v LI cation. I' an* l i nce, le "i j I kUunce Ch. AllLLLUV LUX DE TOILETTE H Grand Cafc de France SOUS LA DIRE LLICEHTE DE MONSIEUR HRANQ0IS UIRAL J L'ASSOCIE DE IR PATNIZI LE PROPRItC: QUI N'A PAS CIAL, LE PAIr SESi,IIIABLEK M I INGUS Cl.i NOM LES PLUS FINFS.LtS INS OE1 i IfOISIS, CiGAKLS El IIGRETTES, .PRIX DEFIANT TIUTE OCCURRENCE L'ACCUEIL L; I iOUEl : UERA A ElRElE MEILLEUR TRii DU Pa triai & C a EPHONE : 2341. %  .. Cin-Taldy !"iide fi lia La Belle Manon Lescaut G : X .1 l La Hue ers TQr Enti lalcon : 1,0t.



PAGE 1

41 h* Mardi 15 Mars 193 Le Matin 4 PAGES ,35 œe ANNE N7624 Port-au-Prince; Tlphone : 2242 % %  M l : i %  %  %  I E r %  %  1 1 I M %  l llll u il Jpa rt N w I e -Pur la Hatiens Santo D< ; i> D*': ar i r v. w Or ons, Mobile, Ala ii Ici | er Port an i'i Petit Gove( 12 d c. U j Aux Cayes ( arrn Jacmei < BI iv ) Il dc 11 js Sioto i-' n i lu" il.. la jan Sn Pedro d M. 17 d< ] l j. lffacaraibo Veo, i I . rier l'\ rier i .rier 1932 lvrier 1932 (i lvrier ') i , j:>n\ er 26 j i '21 anv?e i I)' I i i ier 1932 11 fvrier 1932 18 us ii 1932 20 l rier 1932 l te 1932 i. v i r 1992 24 leviii r 1932 27 lvrier 1932 AVIS COMPAGNIE DES CHEMINS FER DE-.LA PUINE CUL-DE-SAC. DE —o-MM. les ctionnaires del Compagnie sont convoqus en lasemblee .Gnrale ordinaire au bureau de la Compagnie, Pot l -au-'l'rince ( Hati ), le samedi 21 mai 1932, 9 heures du matin. Ordre du jour : 1.Lecture du procs-ver bal de I Assemble prcdente; 2— Rapport du Conseil j d'Administration et prsentation des comptes ; 3. Election du Conseil d'Administration. 1 — Allaires courantes. Porl-au-Prince, le 12 mars 1932 Le Conseil d'Administration CE !)Ul N'A JAMAIS T FAIT. CE QUI NE PEUT.TRE DEPASSE • Kola Champagne ;F. SJOURN .iPrpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Vente PHARMACIE F. SEJOURNE Angle des 'rues houx et du Centre. i 1, Hipposarcine Roy spcialit franaise i t • sa ; nufacture Ilatieqne L :ll: [je x .. Prri v AVIS AU CO RCE La Panama lin iioacer les dparts H uti, directemenl cb : j turvus le chambre trio Dpart \cir ior/%. Arrw Steamer Aocou le l m Steamer eUuayaqui c le 22 m M a mer fCristobah le 2 > m fcUamrr iBuenaven l'an. Ja EJ. C.VA l| D Lykes B others SS L lnc Texra -H itl Santo uomingoRico Porto Le seul service re el '. 1er pass fret entre les porldu (MI' du Port-au-Prince, M. iti Pour ia rcepl on [le importations, servi LINE. Les proebaim Steamer • .. Steamer Velma ; Steamer i Margaret 1 i, fctareau: Rue di %  rjj.ta, Laboratoire SJOURN DlKEGTWRS P.^SJOURN, Pharmacien R. SJOURN, Pharmacien de£ l'Universit de Paris M., S JOURNE, Pharmacien de l'universit de Paris,anci interne des Hpitaux de Paris ^* Analyses des Urines, du suc gastrique. ; d u sang / yf u ncrmiii, Ure, lonstaete d'Aineard, Glycmie). Des racaats.^Dte matires tcales. Loterie Nationale d'Hati 41 •, Rut Bonna.Fol,^Phone 3358 La Loterie Nationaled'Uati est une institution hautement humanitaire par la multinliciM d'ceuTre* qu'elle


PAGE 1

Clment Magloire -.DlRECTEtlft loST RUE AMERICAINE 3oX TELEPHONE M 2242 Non, MM MMMMriR'M* Mt %  feMMK li MM MrUf <|il il soit en bieac MM momie qii paisse M lOUClM-r UN MUT (Il KC ITIldiiil N itiiii t naye qu'.l ne doii rien MfMtfM • 25 me ANNEE N 7024 POIT-AU PHINCE (HATI) \l MPI i;> \i \KSVJ32 Et les ngociations?... -ooo — Il y a huit jouis, nous Ire-projet? Que comporte ceavons pos celte question, qui s'adressait directement au Dpartement des relations exlui-ci? Les ngociations se poursuivent-elles? Ont-elles pris lin? Dans ce cas,il y antrieures : o en sont les nrail une rponse prcise du gociations pour l'hatianisaDpartement d'Etal. Quelle lion des services financiers? est-elle? tion Ngociai ions qui ont pris une l'orme concrte, d'aprs les dclarations de M. Abel Lger Hali-Journal , par la remise M. Dana Munro d'un projet positif le 21 octobre dernier. Il y aura cinq mois tantt. C'est la laveur d'une circonstance spciale, de l'ordre le plus imprvu, que nous dmes de savoir que le projet dont il est question a t soumis par notre gouvernement M celui des EtatsUnis. Sans, en effet, le message de M. Hoover au Congrs amricain reprenant session en dcembre dernier, lequel message, radiodiffus dans le monde entier, contient un passage relatif la politique amricaine en Hati, notre Secrtaire d'Etal des relations extrieures n'eut pas trouve utile, lin janvier, coin nie il n'avait pas trouv utile jusque-l, de nous mettre un peu au courant de nos affaires. A la vrit, ses dclarations' sensationnelles , coin mandes parmi l'ait extrieur, visaient l'opinion extrieure plus qu'elles ne s'adressaient a l'opinion intrieure. Celle-ci, parait-il, n'a pas droit a tre renseigne. Aussi elle n'est pas renseigne. Et c'est parce (pie nul ne sait ce qu'il en est des pourparlers depuis cinq mois engags entre notre chancellerie et la Lgation des Etats-Unis, sur une question vitale pour ce pays, que nous avons, la semaine prcdente, formul notre juste demande de renseignements. CLIENTS S A T I S F A I T S L'un des graves inconvnients de la diplomatie secrte que pratique amoureusement notre chancellerie, esl celui d'empcher toule^reac lion de l'opinion nationale en face d'vnements qui, ports en leur temps sa connaissance, l'atteindraient comme un coup de*fouet. Ce qui j aurait la vertu de ranimer le sentiment patriotique et de ressouder l'Union nationale... Hati tout entire, dans un geste spontan dont l'ampleur impressionne, se redressant contre telle prtention inique de l'adversaire puissant, cer les, mais jusque l o sa puissance mme l'arrte, le couvie la rflexion, la moderation, aux solutions de jus lice... Il esl douteux que les voies •ombres de la diplotuai* .eeite nous conduisent su point psychologique d'inu situation o la politique de intrts est oblige de cder le pas a la politique de raison. £ ^Rcemment, M. Louis.Mann prononail ces paroles applaudies de toute la Chambre franaise : Les Parlements et les peuples ont besoin d'tre plus souvent consultes, mis davantage au courant que jusqu'ici. La diplomatie secrte a fait de singuliers ravages. E'. M. Marin n'a aucune ide du dsastre par ici. Nos dirigeants ne sont pas pour les mthodes nouvelles, ils sont prudemment trauitionnistes. Cette altitude est sans doute conforme a la formu le emol lien le suns hou ri. Mais c'est aussi une formule M t f e t a or t r t t r r r r • p r r r • r r i r r r r* t r r t %  r r r f t t t r r 'Propos hum • Ks —o— Larogrs coi :. Banque Royale, d grande parti(iencs satisfaits. Aus* i il mijourd'liui entre < K clients, de en plut cordi neur tous les vkux. Ci m* (vu t*.* un pUutr n:r La Banque Royale &f du Canada Mais le Dpartement desrestatique. Comme telle, pas lalions extrieures n'a donn signe de vie. M. Abel Lger la mode du lemps. De resie, bien voir, la politique goudoit sans doute penser que vcrnemenlale prsente un enc'est fort indiscret de lui desemble qui dfinit son caracmander de rvler les secrets de sa mystrieuse diplomatie. Qu'est-ce que le gouvernemeiri des Etats-Unis a rpon du au mmorandum ^ 21 •etobre? Objects-t-il quelque Chose contre OU nobjecte-l-il 'sera pas assure horsdesvo.es rien? A-t-il prsent un con' dmocratiques. 1re. Illiberale a l'intrieur, hermtique l'extrieur, cela vidente une forme de pou voir personnel, autoritaire et dictatorial. Mais le salut national ne Notre Enqute La Femme de Csar... Rponse de at r Antoine Pierre Paul Voici en quels termes clairs et catgoriques Monsieur Antoine Pierre-Paul rpond notre enqute : Port-au-Prince, le 11 Mars 1932. Monsieur Clment Magloire Directeur du Matin En Ville. Mon cher Directeur, di la Commission Amricaine. L'ambition du Pouvoir pour des avantages matriels cl des jouissances gostes n'a jamais t le mobile de mes activits politiques durant l'angoissante el pnible priode qui a commence en 115 et qui continue encore. 5 Janvier 1016 est une date Irop mmorable pour qu'il y ait un seul de nos concitoyens se mprendre sur les sentiment patriotiques de celui qui, le premier, a tent de repousser par la force la force trangre A la question que vous W5*!SS*Lfi Mars courant,aux candidats aux lections prsidentielles de 1930 Qui, d'aprs les dclarations de Mr Forbes,auraient manifest l dsir de voir retenir sur le territoire d'Hati les Marines amricains, je me dispenserais de rpondre si le sentiment de la dignit nationale el l'honneur du nom hatien ne rendaient Obligatoire la protestation indigne de ceux d'entre les candi**. ru?v„e qU d,uou* du 8 ,os< pour rhonneu,du drapeau hatien. J'ai foi dans la destine de mon Pavs.le sais qu'il V a un bien immense raliser pour la Nation laquelle, maigre ses malheurs, je suis lier d'apparle nir, et je reste convaincu que seul un bon Mai tien le ralisera. Bien aveugles sont ceux qui ne voient pas que l'intervention amricaine a arrte l'volution quelmatriels aient l enregistra au crdit de l'Occupant. Au point de vue des niœur et de la civilisation en gnral, nous avons subi une vritable rgression. N'est-ce doue pas se rvler un malhonnte homme, un lche, un criminel, un Irattre sa patrie que de vouloir la gouverner avec I appui des baonnettes trangres, parce qu'on n'a pas confiance dans san peuple dont OH ne sait eominent mriter et cultiver la sympathie? Durant le sjour de la Commission i-'orhes a i'oi l-aii-iYiuce, je n'ai cl qu'une fois i %  K\celsior > : r jc tait pour dposer contre l'Occupation Amru aine et rclamer, au nom du Parti National Travailliste, dont je suis le prsident, les lections videmment vers l'ablm 11 ii • marchons. Le t\<\oiwel i inenta ni nement, enr c'en esl un, l'a rail en ditorral el le titre de son article comporte le mo o responsables *. Oui, c'esl au responsables, ceux qui onl la direction des affaires publiques, connatre leur dev ur, remplir leur tche, l'air ce qu. 1 rcla ne I i itualion prilleus devant laquelle le pays se trou Vf. LA ALL HATI BAT LA ALL JAiICA 1 1 public. 1rs mnagres, le %  ui\ se plaignent asai vivemci l'une hausse suinte do prix de cet( -la produite alimentaires. Si on M ni, l'rsi qu'on a raison de •> aindre. Mail ta jeu-l. de haut: i i de baisse allei natives des pris ira possible tant qu'il v aura des i rodnctenrs, des intermdiaires, de •"use.uni.ilciu .. Il esl mtnivnl A notre systme capitaliste. Jusqu' I'I tabtissemenl de la cit nature o %  col'ectivisation de la production ermetlra rapporti directs entre Puique producu ur el le conaomm ileur muni de son ticket d'achat. En t tendant, les jeux teronl Ealta sons notre prsent rgime. La seule exce| l'on est pour le produit standardise i ut M SARTHE CAI IIKI O'OF, lonl le prix esi invariable. .ace de rparation du camp ad. erse. |La dfense jamacaine esl excellente, disons-nous e n c o r e, mais pas au point d'arrter li H combinaisons savantes des |jaket. Beauvoir, Kgnicr, Ivlio e tnpaani iidis que de no Ire ct I ovai, Chenel el I i ntendi ni m i \ eilli ule\ i i i ... I b Nous i mtestons pas valeur individuelle des i te ir jamacains. Mais, il es permis de douter qu'au i id'e puisse seul partir d i i en i a\ec le ballon, dribler de ri centre el les arrires ei marjiier un but, t.e ., i que ml el qui IUI i le, Loiu de non. i diie de n i lonner des coups d encensoir. \ us n'aurions inine pas ilion de la valeur de nos aisuis le prsident, les lections Q H / Q IfP P fl M T 0 H 1 lgislatives et l'tablissement d'-/rM] f D J I 0 bUIllilL un gouvernement issu du libre! suffrage de l'Assemble Natio-J nale compose de la Chambre el du Snat Notre ami commun, le grand Planteur Joseph GefTrard, vous dira, moucher Directeur, dans quelle circonstance Monsieur I lirigadier-Gnral Russell.aloi Chef de l'Occupation, m'oflri en 1921, la prsidence de I. Rpublique et en quels terme |c repoussai son orne. Sincrement votre, A. Pierre-PAUL. Les tribunes regorgent de inonde. On ne voil plus les autos qui sonl alignes autour du land. Des gens sonl assis sur les pare-choc ; d'autres lur >U\ ertures d • moteurs ; d'ailt*es enfin sur les canots.en sorte ie le l'are prend laspecl d'un • rai amphithtre. Le grand inli et que le public i port celte rencontre nous semble d deux causes : La premire esl que le team iinai.'ain avait failli gagner le 'iiakli contre la Violette llhle i< -luh. Cela avait iortemenl im• ressiomi l'esprit public, trs %  nclili a dprcier DOS BdvCI saires.au lendemain de leur rencontre avec le Rucing Club. La seconde esl que le proto* oie a t arrt pour 0 ma 'lies (desquels 2 onl t nuls el 2 gagn pariions ).La rencontre d'hier devait, s elon sou rsultat, ou nous assurer dfinitivement la victoire ou nous lorccr faire %  la belle . Qats que ne saurait viser l'intat | r5ri essenlieileinent detre seiieuseuient, fconsidcre. •hanf? alUrination du Prsident quei. progrs essenueiiem La Banque du Canada se retire au Cap-Hatien o Par un avis publi dans tous les journaux, la Manque Royale du Canada a annonc la fermeture de sa succursale du Cap-Haltien.Elle en donne comme raison -< qu'il n'y a pas UH volume suffisant d'anaiies pour les activits de deux Bancpi' La H. N. K.ll. tant en effet tablie elle aussi au Cap-Haitien. Cette retraite de l'un de nos deux tablissements de crdit de la deuxime place commerciale du pays est un tait dont il convient de marquer l'importance, tille est symptmalique de la dpression accrue des ail I res. de la gratit de la crise en llaili. C'est une indication nette el premptoire le l'tal dplo rable'de noire conomie. Il n'est pas concevable que ce pays,avec le chill're d sa popu latioi et tous les avantages naturels qu'il possde, en soit au point de ne pas ouvoir supporter les opi .ii ins pareil de deux Banques.) n pareil i de choses est propreineiit renversant. Il mrite en tous I tueut ., si gni alem ni I'I I i %  i o ;i\ .M pu eetle lare de ne ..nais a\oir confiance en ; si sut tout, ce qui pire, il n'avait ias ette i ude de considrer i om ne suieur lOUl %  ;,ie. Cator a pourtant l cliani ^. %  i ii du monde el d n des chaui es de l'li aussi. Voila (jin llOUS amen un peu loin./) %  (ucta ttt i' [uip .naii aine a t butlue par i i |uipe hailienne i u de s elles avec pour score tS 2. \ nia la HOU i. i %  rrible pour I maque Voil qui au iiioias, i invitation de nos joueurs a Kingston Car, on peul bien le du e maintenu ,i. c'est ,n ce beaucoup de liiiiult que le prsident Ue II .S S. 11.. Monsieur Chevallier, a t ussi l'aire accepter notre invitation par les joueui s jamacains ! A leur intention, je li au: i ee savoureux petit proverbe ci ole (. L'en m mi pa ijam piti. D JEAN DAVID. ... a vu dans les salons I j Club-1 'mon, et l'occasion le Il r fceplion : A< mdi se ot : n nle en l honneur de Mr <. > %  tVell, pi i aient de Li .1.1'. A I 1 certain prfet qui, en prs • i •• i parfaite d'un ranfan... le la r i •licite d'un Prfet-paj san du > > Mibe. ... a vu un homme rpii s chail dans la ttireetio i d tue. Il tail pi • %  d • h i %  I 1 1 a \, n l p %  111 | i • le ma a i de J HN V\ >u.t fil ferm, ml besoin de pi iiieurs pices pour son eut ... voit que l'approche 'i • la '"o. MU un l • i. miles a ':. ie Derei .. i i l'on esl sr de trouver le • i i s i 1111 s les plus •• i ies i ibr. i i i i, mai %  ni, con i dsi i i lites, n I lerre.-et !i;i n es fi an%  aises; el cela au meilleur m irrit le la place. ... a VU a IJdora I > \i\\ elle t tej design ; tit er de sa p • !)• ; i petit harmonica e| chai m r itlralemenl la gale ie une g* ne uaiss iurs s,v.p. pa %  me exculi ;acte el ni.uie, de partili msi lassiques ,. Il .i ail que c'esl a la \laiso i Lia s te ro que se vendent ces harmonicas perfectionns,mei c les di | et de oni ; Mr. • • ... a vu au .ii'li-l 'mail dilani li' 1 une soi it nombreuse et cho ller a> ec eu Irai a, In le d nineur qu'tail Monsieui i .'ell, eu mme temps pie les quipiers jamaicaina et qui, quelques heures las lt, > enaienl de se mesurer %  lurloisemenl sur le land du l'an LecOIlle. Nous avons battu anus Jamacains au football... mais leur ducation, que tout le inonde i pu apprcier, a conquis noire soi il le el c'es la une \ ictoire assez belle, pou on ioler de celle qu'ibj n'ont nu a ,ii lier BU ballon. LE PRINCE DECRIES ... a i ; l'Eldorado, ou s'laieni donn rendez-voui IJ* quipes rivales d'Hati el de \* Jamaique, pour iemercier (ia LES JOUHHALiSTES !" ud .'=•— pnow m IM.Iionaeui. noire ami Cator et l'aimable commerant italien JohanyCord ISCO.I ivaliserd'erapressemenl al de prvenances... i i comme le Champagne de l'Kablissenienl esl excellent... on — Le ... a vu a On n envisageait pas ce (1er. nierpaUsans de grandes apLondres '1er mars prhensions, tant on affirma il prince d* Galles a vive me ni [Us l'quipe jamacaine allait j loo la presse brliannique donner un rendement meilleur, j dans un discours qu'il a prolanl l'espoir jamacain s'tait nonce ce soir al %  rvlq1 ;,, V1(h llls d'une coupa, accru depuu le match de renu tait pas ennuy pa 1 la pu* ,| ".' { 1 . | blicite qu'il rectvaitdans les Mais, n avions-nous pas rai| journaos -.nde.lnrdans notre reportaige j |, a p ar | au banquet inau,l uiiivh de mercredi que l..„ i r i. Am m quipe jameicaine se trouvait en • ,,r al ut < %  compagnie dei I icedun team tout aussi redoutabrlcapladi journaux auible e| mieux quilibr 7 quel assistaient plus Ue 300 Si le rcpoiiri du .. i .-uip la a ur:.., isles et personnalits l'U e. l lie (|l|e la. \ ioliMic, a I > l i OU I) lies d'-lUS le 1110 lda de l.'l i ai nul avec la Ali lalriaipresse, a la chane, faui-d |.e m mec a dclar : ''Fleet bien tHijourd'hui qu'on avoue Street and Shoe Lane ( le lli: i,| o u au d bon III .. |U •issue du match de dim un lie, porter en triomphe Drieu ii, H. le -a dll D.lt haite n. Mousieur Defendldi, en qai vail qu'une confiance rclal rail qu'on ne l'avait pas oie vu l'oeuvre, a no du pui blocages savants, mr. ...Im adr ^e un regard |!lectx. i %  rue du i Ja i ctte mina notre ligne <\'.i> fait des i urillun MI jauiaicain. it %  i. • i m ton-1 ^^ -— i u .. bu •ni pour noi |i p ver ma A dette en permettant au i jour m Fire & uaux de faire ^\i bout ue coLite.Assurance o poration Lime additionnelle je suis ton w . 6tr uin > -Hwl


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06958
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, March 15, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06958

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
-.DlRECTEtlft '
loST RUE AMERICAINE 3oX
TELEPHONE M 2242
Non, MM MMMMriR'M* Mt
feMMK li MM MrUf <|il il soit
en bieac Mm momie qii paisse
M lOUClM-r UN MUT (Il KC ITIldiiil
N it- iiii tnaye qu'.l ne doii rien
MfMtfM
25 me ANNEE N 7024
POIT-AU PHINCE (HATI)
\l mpi i;> \i \KSVJ32
Et les ngociations?...
-ooo
Il y a huit jouis, nous Ire-projet? Que comporte ce-
avons pos celte question,
qui s'adressait directement au
Dpartement des relations ex-
lui-ci? Les ngociations se
poursuivent-elles? Ont-elles
pris lin? Dans ce cas,il y an-
trieures : o en sont les n- rail une rponse prcise du
gociations pour l'hatianisa- Dpartement d'Etal. Quelle
lion des services financiers? est-elle?
tion
Ngociai ions qui ont pris une
l'orme concrte, d'aprs les
dclarations de M. Abel L-
ger Hali-Journal , par la
remise M. Dana Munro d'un
projet positif le 21 octobre
dernier.
Il y aura cinq mois tantt.
C'est la laveur d'une cir-
constance spciale, de l'or-
dre le plus imprvu, que
nous dmes de savoir que le
projet dont il est question a
t soumis par notre gouver-
nement M celui des Etats-
Unis. Sans, en effet, le mes-
sage de M. Hoover au Con-
grs amricain reprenant ses-
sion en dcembre dernier, le-
quel message, radiodiffus
dans le monde entier, con-
tient un passage relatif la
politique amricaine en Hati,
notre Secrtaire d'Etal des
relations extrieures n'eut pas
trouve utile, lin janvier, coin
nie il n'avait pas trouv utile
jusque-l, de nous mettre un
peu au courant de nos affai-
res. A la vrit, ses dclara-
tions' sensationnelles , coin
mandes parmi l'ait extrieur,
visaient l'opinion extrieure
plus qu'elles ne s'adressaient
a l'opinion intrieure.
Celle-ci, parait-il, n'a pas
droit a tre renseigne. Aussi
elle n'est pas renseigne. Et
c'est parce (pie nul ne sait ce
qu'il en est des pourparlers
depuis cinq mois engags en-
tre notre chancellerie et la L-
gation des Etats-Unis, sur
une question vitale pour ce
pays, que nous avons, la se-
maine prcdente, formul
notre juste demande de ren-
seignements.
CLIENTS S A T I S F A I T S
L'un des graves inconv-
nients de la diplomatie se-
crte que pratique amoureu-
sement notre chancellerie, esl
celui d'empcher toule^reac
lion de l'opinion nationale
en face d'vnements qui, por-
ts en leur temps sa con-
naissance, l'atteindraient com-
me un coup de*fouet. Ce qui j
aurait la vertu de ranimer le
sentiment patriotique et de
ressouder l'Union nationale...
Hati tout entire, dans un
geste spontan dont l'ampleur
impressionne, se redressant
contre telle prtention inique
de l'adversaire puissant, cer
les, mais jusque l o sa puis-
sance mme l'arrte, le cou-
vie la rflexion, la mode-
ration, aux solutions de jus
lice...
Il esl douteux que les voies
ombres de la diplotuai*
.eeite nous conduisent su
point psychologique d'inu
situation o la politique de
intrts est oblige de cder
le pas a la politique de raison.
^Rcemment, M. Louis.Mann
prononail ces paroles ap-
plaudies de toute la Chambre
franaise : Les Parlements
et les peuples ont besoin
d'tre plus souvent consultes,
mis davantage au courant que
jusqu'ici. La diplomatie se-
crte a fait de singuliers ra-
vages. E'. M. Marin n'a au-
cune ide du dsastre par ici.
Nos dirigeants ne sont pas
pour les mthodes nouvelles,
ils sont prudemment traui-
tionnistes. Cette altitude est
sans doute conforme a la for-
mu le emol lien le suns hou ri.
Mais c'est aussi une formule
M
t f e t a or
t r t t r r r
r p r r r
r r i r r r r*
t r r t r r r
' f '
t t t r r .
'Propos
hum
Ks
o
Larogrs coi :. Banque
Royale, d
grande parti- (iencs
satisfaits. Aus* i il mi-
jourd'liui entre <
k clients, de
en plut cordi
neur tous les vkux.
Ci m* (vu t*.* un pUutr
n:r
La Banque Royale ?
du Canada

Mais le Dpartement desre- statique. Comme telle, pas
lalions extrieures n'a donn
signe de vie. M. Abel Lger
la mode du lemps. De resie,
bien voir, la politique gou-
doit sans doute penser que vcrnemenlale prsente un en-
c'est fort indiscret de lui de- semble qui dfinit son carac-
mander de rvler les secrets
de sa mystrieuse diploma-
tie.
Qu'est-ce que le gouverne-
meiri des Etats-Unis a rpon
du au mmorandum ^ 21
etobre? Objects-t-il quelque
Chose contre OU nobjecte-l-il 'sera pas assure horsdesvo.es
rien? A-t-il prsent un con- dmocratiques.
1re. Illiberale a l'intrieur,
hermtique l'extrieur, cela
vidente une forme de pou
voir personnel, autoritaire et
dictatorial.
Mais le salut national ne
Notre Enqute
La Femme de Csar...
Rponse de
atr Antoine Pierre Paul
Voici en quels termes clairs
et catgoriques Monsieur Antoi-
ne Pierre-Paul rpond notre
enqute :
Port-au-Prince, le 11 Mars 1932.
Monsieur Clment Magloire
Directeur du Matin
En Ville.
Mon cher Directeur,
di la Commission Amricaine.
L'ambition du Pouvoir pour
des avantages matriels cl des
jouissances gostes n'a jamais
t le mobile de mes activits
politiques durant l'angoissante
el pnible priode qui a com-
mence en 115 et qui continue
encore.
5 Janvier 1016 est une date
Irop mmorable pour qu'il y
ait un seul de nos concitoyens
se mprendre sur les senti-
ment patriotiques de celui qui,
le premier, a tent de repousser
par la force la force trangre
A la question que vous W5*!SS*Lfi '
Mars courant,aux candidats aux
lections prsidentielles de 1930
Qui, d'aprs les dclarations de
Mr Forbes,auraient manifest l
dsir de voir retenir sur le ter-
ritoire d'Hati les Marines am-
ricains, je me dispenserais de
rpondre si le sentiment de la
dignit nationale el l'honneur
du nom hatien ne rendaient
Obligatoire la protestation indi-
gne de ceux d'entre les candi-
**. ru?veqUd,uou* du 8 ,os< pour rhonneu,- du drapeau
hatien.
J'ai foi dans la destine de
mon Pavs.le sais qu'il V a un
bien immense raliser pour
la Nation laquelle, maigre ses
malheurs, je suis lier d'apparle
nir, et je reste convaincu que
seul un bon Mai tien le ralise-
ra.
Bien aveugles sont ceux qui
ne voient pas que l'intervention
amricaine a arrte l'volution
quel-
matriels aient l enregistra
au crdit de l'Occupant.
Au point de vue des niur
et de la civilisation en gnral,
nous avons subi une vritable
rgression.
N'est-ce doue pas se rvler
un malhonnte homme, un l-
che, un criminel, un Irattre sa
patrie que de vouloir la gou-
verner avec I appui des baon-
nettes trangres, parce qu'on
n'a pas confiance dans san peu-
ple dont OH ne sait eominent
mriter et cultiver la sympa-
thie?
Durant le sjour de la Com-
mission i-'orhes a i'oi l-aii-iYiu-
ce, je n'ai cl qu'une fois i K\-
celsior > :rjc tait pour dposer
contre l'Occupation Amru aine
et rclamer, au nom du Parti
National Travailliste, dont je
suis le prsident, les lections
videmment vers l'ablm
11 ii marchons.
Le t\<\oiwel i inenta ni
nement, enr c'en esl un, l'a
rail en ditorral el le titre de
son article comporte le mo
o responsables *. Oui, c'esl au .
responsables, ceux qui onl la
direction des affaires publiques,
connatre leur dev ur, rem-
plir leur tche, l'air ce qu.1
rcla ne I i itualion prilleus
devant laquelle le pays se trou
Vf.
LA ALL HATI BAT
LA ALL JAiICA
11' public. 1rs mnagres, le
"ui\ se plaignent asai vivemci
l'une hausse suinte do prix de cet-
( -la produite alimentaires. Si on m
ni, l'rsi qu'on a raison de >
aindre. Mail ta jeu-l. de haut: i
' i de baisse allei natives des pris
ira possible tant qu'il v aura des
i rodnctenrs, des intermdiaires, de
"use.uni.ilciu .. Il esl mtnivnl A
notre systme capitaliste. Jusqu'
i'i tabtissemenl de la cit nature o
col'ectivisation de la production
ermetlra rapporti directs entre Pu-
ique producu ur el le conaomm i-
leur muni de son ticket d'achat. En
t tendant, les jeux teronl Ealta sons
notre prsent rgime. La seule exce|
l'on est pour le produit standardise
i ut M SARTHE CAI iiki O'OF,
lonl le prix esi invariable.
.ace de rparation du camp ad-
. erse.
|La dfense jamacaine esl ex-
cellente, disons-nous e n c o r e,
mais pas au point d'arrter li h
combinaisons savantes des |ja-
ket. Beauvoir, Kgnicr, Ivlio e
tnpaani iidis que de no
Ire ct I ovai, Chenel el I
i ntendi ni m i \ eilli
ule\ i i i
... I .
b
Nous i mtestons pas
valeur individuelle des i te ir
jamacains. Mais, il es
permis de douter qu'au i id'e
puisse seul partir d i i en i
a\ec le ballon, dribler de ri
centre el les arrires ei mar-
jiier un but,
t.e ., i que
ml el qui
iui i le,
Loiu de non. i diie de n i
lonner des coups d encensoir.
\ us n'aurions inine pas
ilion de la valeur de nos
ai-
suis le prsident, les lections Q H / Q IfP P fl M T 0 H 1
lgislatives et l'tablissement d'-/rM] f D J I 0 bUIllilL !
un gouvernement issu du libre!
suffrage de l'Assemble Natio-J
nale compose de la Chambre
el du Snat
Notre ami commun, le grand
Planteur Joseph GefTrard, vous
dira, moucher Directeur, dans
quelle circonstance Monsieur I
lirigadier-Gnral Russell.aloi
Chef de l'Occupation, m'oflri
en 1921, la prsidence de I.
Rpublique et en quels terme
|c repoussai son orne.
Sincrement votre,

A. Pierre-PAUL.
Les tribunes regorgent de
inonde. On ne voil plus les au-
tos qui sonl alignes autour du
land. Des gens sonl assis sur
les pare-choc ; d'autres lur
>U\ ertures d moteurs ; d'ail-
t*es enfin sur les canots.en sorte
, ie le l'are prend laspecl d'un
rai amphithtre.
Le grand inli et que le public
i port celte rencontre nous
semble d deux causes :
La premire esl que le team
, iinai.'ain avait failli gagner le
' 'iiakli contre la Violette llhle i<
-luh. Cela avait iortemenl im-
ressiomi l'esprit public, trs
nclili a dprcier DOS BdvCI
saires.au lendemain de leur ren-
contre avec le Rucing Club.
La seconde esl que le proto*
oie a t arrt pour 0 ma
'lies (desquels 2 onl t nuls el
2 gagn pariions ).La rencontre
d'hier devait,selon sou rsultat,
ou nous assurer dfinitivement
la victoire ou nous lorccr faire
la belle .
Qats que ne saurait viser l'int- at| r5ri essenlieileinent detre seiieuseuient, fconsidcre.
hanf? alUrination du Prsident quei. progrs essenueiiem
La Banque du
Canada se retire
au Cap-Hatien
- o -
Par un avis publi dans tous
les journaux, la Manque Ro-
yale du Canada a annonc la
fermeture de sa succursale du
Cap-Haltien.Elle en donne com-
me raison -< qu'il n'y a pas UH
volume suffisant d'anaiies pour
les activits de deux Bancpi'
La H. N. K.ll. tant en effet ta-
blie elle aussi au Cap-Haitien.
Cette retraite de l'un de nos
deux tablissements de crdit
de la deuxime place commer-
ciale du pays est un tait dont il
convient de marquer l'importan-
ce, tille est symptmalique de
la dpression accrue des ail I
res. de la gratit de la crise en
llaili. C'est une indication nette
el premptoire le l'tal dplo
rable'de noire conomie.
Il n'est pas concevable que ce
pays,avec le chill're d sa popu
latioi et tous les avantages na-
turels qu'il possde, en soit au
point de ne pas ouvoir sup-
porter les opi .ii ins pareil
de deux Banques.) n pareil i
de choses est propreineiit ren-
versant. Il mrite en tous
I tueut ., si gni alem ni I'I I
i i o ;i\ .m pu eetle lare de ne
..nais a\oir confiance en
; si sut tout, ce qui
pire, il n'avait ias ette
i ude de considrer i om ne su-
ieur lOUl ;,ie.
Cator a pourtant l cliani
^.iii du monde el d
n des chaui es de l'li aussi.
Voila (jin llOUS amen un peu
loin./) ' (ucta ttt i' [uip
.naii aine a t butlue par i i
|uipe hailienne i u de s
elles avec pour score tS 2.
\ nia la HOU i. i
rrible pour I
maque Voil qui au
iiioias, i invitation de nos jou-
eurs a Kingston Car, on peul
bien le du e maintenu ,i. c'est
,n ce beaucoup de liiii- ult que
le prsident Ue II .S S. 11.. Mon-
sieur Chevallier, a t ussi l'ai-
re accepter notre invitation par
les joueui s jamacains !
A leur intention, je li au: i
ee savoureux petit proverbe
ci ole
(. L'en m mi pa ijam piti. d
Jean DAVID.
... a vu dans les salons I j
Club-1 'mon, et l'occasion le
Il r fceplion :a< mdi se ot : n n-
le en l honneur de Mr <. > -
tVell, pi i aient de Li .1.1'. A I 1
certain prfet qui, en prs i
chapeau sur la tte. Le pers i i-
i ige, inel comme l'a ru ;
m \(ul, avait mme mVjli
l'lmentaire formalit cou ri
d'aller pi, lentei ses civilits a i
Prsident do Cercle... estim i il
ans doute que c'tait la mo i-
ic a \ enir au devant de M -
let. I.l comme le Prfel fl r
Port-au-Prince tail aussi <;, 11
i 'me r ception, l'o< casio i i il
nielle,n.ail offerte d mes ir r
le fosse qui spare la distini li > i
parfaite d'un ranfan... le la r i -
licite d'un Prfet-paj san du > > -
Mibe.
*
... a vu un homme rpii s *
chail dans la ttireetio i d *
tue. Il tail pi . d
h i I 11 a \, n l p 111 | i
le ma a i de J hn v\ >u.t fil
ferm, ml besoin de pi i-
iieurs pices pour son eut .
*
... voit que l'approche 'i la
'"o.mu un l
i.miles a ':. ie Derei .. i i
l'on esl sr de trouver le i
. i s i 1111 s les plus i ies i
ibr. i
i i i, mai
ni, con i dsi i i
lites, n I lerre.-et !i;i
n es fi an-
aises; el cela au meilleur m ir-
rit le la place.
... a VU a IJdora I > \i\\ elle t
tej design ; tit er de sa p !)
; i petit harmonica e| chai m r
itlralemenl la gale ie une g*
ne.....uaiss iurs s,v.p. pa
me exculi ;acte el ni.ui-
e, de partili msi lassiques ,. Il
.i ail que c'esl a la \laiso i
Lia s te ro que se vendent ces har-
monicas perfectionns,mei c '
les di | et de oni ; Mr.

... a vu au .ii'li-l 'mail di-
lani li'1. une soi it nombreu-
se et cho ller a> ec eu Irai a,
In le d nineur qu'tail Mon-
sieui i .'ell, eu mme temps
pie les quipiers jamaicaina et
qui, quelques heures
las lt, > enaienl de se mesurer
lurloisemenl sur le land du
l'an LecOIlle. Nous avons battu
anus Jamacains au foot-
ball... mais leur ducation, que
tout le inonde i pu apprcier,
a conquis noire soi il le el c'es
la une \ ictoire assez belle, pou '
on ioler de celle qu'ibj n'ont
nu a ,ii lier BU ballon.
LE PRINCE DECRIES
... a i ; l'Eldorado, ou s'-
laieni donn rendez-voui Ij*
quipes rivales d'Hati el de \*
Jamaique, pour iemercier (ia -
LES JOUHHALiSTES ud .'= pnow m im.-
Iionaeui. noire ami Cator et
l'aimable commerant italien
JohanyCord isco.i ivaliserd'era-
pressemenl al de prvenances...
i i comme le Champagne de l'K-
ablissenienl esl excellent... on
Le
... a vu a
On n envisageait pas ce (1er- .
nierpaUsans de grandes ap- Londres '1er mars
prhensions, tant on affirma il prince d* Galles a vive me ni
[Us l'quipe jamacaine allait j loo la presse brliannique
donner un rendement meilleur, j dans un discours qu'il a pro-
lanl l'espoir jamacain s'tait nonce ce soir al rvlq1 ;,, V1(h llls d'une coupa,
accru depuu le match de ren- u tait pas ennuy pa1 la pu*
,|".'{,1' | blicite qu'il rectvaitdans les
Mais, n avions-nous pas rai- | journaos
-.nde.lnrdans notre reportaige j |,apar| au banquet inau-
,l" uiiivh de mercredi que l- .. i r ____' i. Am.m
quipe jameicaine se trouvait en ,,r,al. ut < compagnie dei
I icedun team tout aussi redou- tabrlcapladi journaux au-
ible e| mieux quilibr 7 quel assistaient plus Ue 300
Si le rcpoiiri du .. i .-uip la a ur:.., isles et personnalits
l'U e. l lie (|l|e la. \ ioliMic, a I. > l i OU I) lies d'-lUS le 1110 lda de l.'l
i ai nul avec la Ali lalriai- presse,
a la chane, faui-d |.e m mec a dclar : ''Fleet
bien tHijourd'hui qu'on avoue Street and Shoe Lane ( le
lli:" i,- | o u au d bon
III .. |U

issue du match de
dim un lie, porter en triomphe
Drieu ii,H. le -a dll D.lt
haite n. Mousieur Defendldi, en
qai vail qu'une confian-
ce rclal rail qu'on ne l'a-
vait pas oie vu l'oeuvre, a
no du pu-
i blocages savants,
mr.
...Im adr ^e un regard |!lec-
tx.
i .
rue du i Ja
i
ctte mina notre
ligne <\'.i> fait des i
urillun mi jauiaicain.
i- t i. i m ton-1 ____^^____ -
' i u .. bu - ni pour
noi |i p ver ma A ,
dette en permettant au i jour m Fire &
uaux de faire ^\i bout ue co- Lite.Assurance o poration Li-
me additionnelle je suis ton w . 6tr uin > LUe maintient le jeu a U sur- Heureux de ie taire . acui (jeacral pour llati,
>
-Hwl


r 2
i a s** iy^
Pour Chaque Got (
li u le de Fro t
ruf ne > m
ir. eut. c
d< m. ocler un ii omnj i que vou
;i ouvei ( /. sous l'( liquelte Kl afi
El i fromage KmI
a fait i' rt < i; sav< ur el en lex
m c I meilleur de sa cj
&3&
i
H
KRA
C ; r S E
Pressez le Bouton
y a
I d< ii | i l'i
l
COQ
" ' V|(T


'
e
i ml
DlSTRll
P.O. Box M 1,1'oRi .u 1 i;i\
l.il (IMIIIII' (| Il
MOHH & LAUR1N,
1!
l'AUHY SALES C0RPORA1
Diftlrbitevr
l*ori aa-Priace, Hati.
10V
-. 1
'OYE? su
blum (ii
vou
\ous|a<
sommes fiers de la nouvelle Dodge
i.\ el Huit cylindres. Fiers dece qu'elles
offrent d i progrs mcaniques qui vont au
del de tout ce qui a t antrieurement
connu. Fiers d i ;ur beaut. Fiers de leur
confort el de leurs dimensions. Fiers de
l'avance de leurs carrosseries el de la dsi-
gnation de leurs chssis.
I NEER'S GARAGE
Distributeur
Une Pave. Port-au-Prince, Hati.
Phon i '22'A & 2318.
um
1
IN QUI ENLEVE LES
GEB IPLOYI LE i 01 R LES MAINS,
I.A LE bai:

ril-CFEBUOY
.- < \ U.s Dr. . .sa \ i v.
< MAINS, M CC H ES ET BAINS.

Rception
au Club-Union
EN L'HONNEUR DE L'EQUI
Jamac ilne
le lui au milieu d'ut:i
lance les plus disliug i
dttU une ati il i ,t
fence el de oui ie'qu'eui
lieu, la lu > n eption ol-
leric par le Club Union ci
l'honneur de MrCi i ll.pn
sidentde la .1. F. A ,ei de h
qoipe [i ma< ait e.
des drapeaux bri iquo i ;
hatien h. riant I
sment leurs coi pai n
des guirlai des i roses i
tjute beau i moi li d ps
partout leurs g .i
sourires, les un es lurent
l'objet d'un accueil des plus
empresses il des plus aima
bls.
Nous avons pu, ilaus
siatance, remarqi ir les pet
tonoalitea suivai : Le Si -
crtaire d'Etat d< l'inatrut
lion publique et A | .tienne,
Mr Ernest Douyon,Secrtaire
d'Etat des Final s. Pra
d 1. Snateur de la Rpu-
blique, Nemouia \ a eut, d
pute, S. E Mi Da a Munro,
fc. E. et Minisln i : Ipoi
tiaire des Etals l Ldrnuu
Watt, Charg d'Afl m es de s
M. Britanniqi e, Gi
jtns, Charg .i rea du
Keich^Allc ni l, violoncl
Lntle, Lhel .Je 11 lion.el
Mme Litiie, U ucueral \\ i
Uams, en i i. i n
Madame v\ ilimm i. lil
Aitaciic coin. lu n..,
vernemeul i i .i'.-i. i
Un, Prlel de | ort-au-Priuie,
Llio Malc i Chel du
Cabinet du < ni de la
Republiqu .i
A sua tiii. it, u
ili-.U..
CHOS
MQ -----
Le Conseil de l'ordre des
avocats d m barreau de Port
au-Prince a-pris unedcih u
nisant une gour i au
ieu d< d ix la < i lis lu u
me su Ile d avnc s.a pi r-
tir u 1 > ni s en cours.
Mr, He rooozis, repr-
se daul de^ < i^areites ( bam-
pi n el Av orta fait,dimancha
dernier au P..te Lecoute. la
loule runie jou' le match
Jamaque-Hati, une distribu-
tion fantastique dores excel-
lent-- i <. tf I %; 1.000 0OUe<
125 no que'*, i s lumeui s
en i ro sion pou
loui I' .. cis.
I ISCQ, grant m
s gge n du > al n , l
une i i tril ution d environ
quale mille toni es de Cad
ns put iu Iheur- ux c< s can-
nes ne pouvani tie roule1
du tail de l'aceiden1 surve n
l'autre sema1 ne e qui pa-a-
lonct'onue neui les
F. Ambroise, administrtes
gnral de Postes, Dr. A.\
| Carr, N. Croswell, presidei
de la J.F. A., l'quipe jamai
grand complet, Au i Ivse le
dre F. Chevallier, Prside! ; us ns di Chamerelle.
Je l'U.S. h l.et ies> pnucipau l.a rception suivn h
membres de l'U.S S u., Luui, au Club Union i ourles sj.ort
( allai ., niii cicur bde < L(
l'a)s, Marceau Destnor, re-
dacteur a l bi t ut Le Nou
si lliste, i le, v le.
Bille t gra idio uce, -
ion dont tous lis invits da
l'agrable souvenir.
dcioul
men jamacains, dimancb<
soir, a t un I) au tuc< >,Lu
lte du i jusqu 2 Ui ei i
matin
le
e lgant s
. ouvtil eu n i tup d'
iou ci Hascu o vou
. ouvei ez i Baudvriches du
tlleur choix, :. s I oisbona
piemii e qualit p i dea
prix trs^raisonnables" et o
le propritaire Mr Karl Modi
et .Mou- i,n-. rservent le
bai maul ai
Aleauumca, Me itmoisellcb
siaursi venez uu;> eu
rendre compte.
Prsident
,son qua*
Il se conlii me que
Prsident de la Repub iqu<
voyagera ces j nus ci pour u
Cap*naltif u o il iuuu u
le 5e Congrs de Me leciri
d'dti.
Ou se demande s'il m
serait pas plus correct d
dire :C< ogres national de m
de ine plutt q ...
de mdei ini d'Ila ii, c mu.m
l' ivei tt les orgunisateu ^
l'n nouveau grau t dis-
^cours polit que est aooi
qui mia prononc au Can-
Hatien par M. le
Vincent C'en se a
Il ime.
!. Si i ire l'I des
Travaus Publics, Mr iu n
Auguste, acco upagn de fin- |
guieui en chet Mr Jeannot, i
a voyage pour le Cap Ha*
tien.
Un croit que le paiement
de leun appointements du
m. is de mai aux lonc ion-
noires i lei u 22 ou-
ii
( Le Temps 1 pose celte
judicieuse question propos
de l'arrt Va val Si pour
avoir droge la I lonstitutkjn,
des Anciens lilves du cfl a,^.r(;,, wVsop tonrenla.
' eue d inconstitulionnulit, qui
le dira" U i v u bien
Savoir
L'Enlvement
nu
bb Lindbergh
I. co'diiel esl |H'l |iiiycr
80.000 dollars de raacai
LE
h
avec Its
bn g
AMICALE DU SEMINAIRE
Li! lilMllU.lS 1 lllo du
Sminain Colle St-Martial
out l'honneur dannoucer qui
I DU( lie, qui sera
prche pour la Socit Ami-
u
Cwlii i in m era l.t idi
* ne 11 labiiss* im ni
.Mil i i
u jeudi veudieui i
me heure poui se termi-
i par la i ..mmu
oion pascale le t l'J a
b h.30 a.
M lUliOll
pi le ois n.in- .
I
pi-nu UOiuiitC pun i )
Le ci Icni i Chai les A. Lind-
se pujpose de iraiiei
ravisseurs de sou
de vingt mois. tOu
appreud que Douglas C.
l'hoinson,ancien maire d'Eu-
gitwood, New--Jersey, et M.
irlhur Springer, ancien se-
crtaire de leu Dwiglu VV.
i w, ont t chargs de
r- pi sen'e la lain lie ( our
a.c ues m rangeait nta avec
les i visseurs pour le pte-
meul d i u< r. non d< 50 000
dollars (|u ds sou. seules
avoir dniai d.
M. Thomson tsi anivJ u
Hopewell, Niw Jersey hier
aprs-midi. Bien n'indiquait
cependant qu'il tait eo rela-
tion avec l le paiement de 50 000 doll.
lait imminent.
Les ravisseu voir essay de communi-
quer avec le colonel Lind-
bergfa car ou a trouv d.-ns
le courrier de midi une Caru
postale qui lui tait adresse
et qui portait ces mots cri
au crayon en capital* s:
Bb saut Instructions plu>
la d. agissez eu cousque i-
ce i
i.e moment le plus dram -
tiq le de la journe s'est pr-
senl lorsque M"" Lindbergh..
c et mince, a demaod
iuz r visseurs du b;b q i
tait enrhume, de prendr.
bien soin de celui ci* Par
leutremise de |a presse elle
a dcru en dtail la uourri-
ture a lui donner.
Les maux de dents am-
nent la maladie ; car ils
vous empchent de bien mcher Protgez vos dents,
Brossce-les deux lois pnr jour. Voyez votre dentiste
deux lois par an. Renseignez-vous de lui sur
le C.ALOX... le meilleur dentifrice pour deux raisons.
Primo, parce que c'est une poudre donl il in sert tou-
joura lui mme lorsqu'il nettoie ses dents. Secundo,
el e si oxygne. CALOX nettoie ton I, empche la
dcoloration de l'mail, neutralise les acides de la
bouchet vite la mauvaise haleine et n'irrite point le*
les gencives.
Vol e r harmaciei
l'a. z a u jour-
d'In. i pour un chan-
, atuit de li
pouch e dentifrice
CM(
h^>
La nouvelle boite
CALOX s'ouvre
et .se ferme (i la
l'rrss i un d'un
doigt.
Me KESSON
& ROHUINS, lue.
79 Cli11 St., New-York
Cily. L S. a.
alaai.......- aasasai
Ad No. 5
'" "r-i*9tt
arM*. mm \
L'en tan I a t enlev de la
rsidence de Lindbergh o
quatre mille de Hopewell,
New Jrey On a app'is hier
2 midi iin'une note deman-
dant 50.000 dollars de ranon
avait ' lio ve. Le cohnel
i indb ryh el sa lemme Mme
Anne M irrow Lindbergh,sont
disposs payer la somma
demaiiiin pour le prompt re-
tour du bb, et n'attendent '
pour le taire que de avoir
comment procder.
Les choses ont march ra-^
pideOBent Au lev des boites)
oostales r. midi au coin desjj
avenues Plane et Central
centre de iw >k, un po lier
enleva une cari de la botte
et celle-ci fui remarque par
un trieur la i oste quelques
minutes plu* tard.
L'a dresse tait crue-
ment crite en lettres dessi-
nes et le nom de l'aviateur
tait mal or og aphi :
Ladre se au ainsi rdige:
Charles Linberg, Prince-
L message lui
pis S'gn^
relle menl i i e par les
ravisseurs, et n i ] pas une
stupi ; plaisanter
(ouime il .s'en pro luit sou-
vent dans us ataires sensi-
tionni Iles, elle indiqua que
les i a visseurs se sont chap-
ps dt-s emiioiis i m mdijti
de la m i. s Lindbergh
Sourlaud ildl tt ontatleiot
la rgion mtropolitaine.
t
ion, N'.-J
mme n
Si cette
Acirvu v^tucrS
Une lois :1e [dus, Cin-Vari-
sot ls a conquis w. publicavecl
beau tilni pai ant Nouvelle
Lune . Une m?i v.-ille cinpt*
pluque l U*i pa. < liet daavre!
On eut l'occasion d'entendre l
plus grand harvlon lu niaDije
^awrence Tibh -s et la i0'"
Grce Moor i oX mlo-
dieu ore.
Des cl lca'i
par un chie e, il qui la-
renl vivement appiaudifc L""
tormi.; nbal russo-lij
qui nous donna >a t!iif I'
poule

cane. a ta e a l Bravo Vail
l^M
il
Toutes les Polices
DE LA
gcomprennent la Protection
;ontrela|
Foudre sans augmentation de tau"?
tissus. Aucun produit n'gale
La 'MAURESQUE']
TEINTURP MNACSE PERFECTIONNE :

m
utl.Lp'fti
I ,,i.-i...
Vtuvt C. FI
.riiain
Asf'rtt-Paris I
E
Agents G nraux
mmmimmmam~mmi&

l__^-------'
dm
M



\-
..lil tu
Kliuui liafhiCo i
*mm*

itl univi rw lie iir plaee
ont :
VRBAN
tue ( sar,
-i.

BMI
saai aaa*.a
LE FAIT EST INCONESTABLI
5 m Saillie
C'est la quintessence des meilleure
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les m'iMeurs !er or
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ'

i ..mm
\ )<9
; NTISTE
UN U


I
i
V
WtfuiiTni.j
Avis
La HA1TIAN MOTORS S. A
le plaisir d'aviser ses
Dombreux clients qu'elle a
ouvert l'angle des rues P-
rou et Rpublicaine, une suc-
cursale o ils trouveront de*
articles de lOlM genres : Co
mestibles, srticles de mnage,
ec.
Elle leur garantit un sei
vice irrpiochable et le mei
leur accueil. Ses rrodui's
sont' de toute fracheur e!
un prix dflant tou'e concur
ience. Uue visite s'impose I
Consultez la liste de rduction
sur certains articles. ^.^TIS
HA1TIAN MOTORSS. A.
H. H. BETCHLEY
Prsident.
Kensko
DEREIX
' -ma 'immmijit.....wr*>

DEREIX
A vendre

Une salle S manger om'i
rtine complte.
S'adrssser^e.itre fi et 7 lien
M p. m. Mr I EONARD.
Rue 4
Grand Bal Kenskoff pour
samedi soir 26 mars et Di-
manche de Pques I ou te la
journe
Prix spciaux pour l'occasion
SANDWICHES AUX VIANDES FROIDES 0,15
RHUM FIN El RHUM SODA 05
ASSIETTES GARNIES. BIRE NATIONALE.
ut es autori*
i mt que les rvent).
cations d'erreurs sontf
faites pour les denti-
ftrloea.
Aucun dentifrice 'ne rem-
place os du dentiste.
I)e n a ivret
de i". prouvent que
dei ei '
ur cci den-
I i 11 I ; i
un mdecin, mais un
i : t l 1111
le ne
('.< I '.:.
1 re deul 11 i
la si : de pi
de lu
II SU):
( s i
: .;
dti du i
toutes Iles d'alimi
qui causent les caries si elles
ue son! i> a i aleves.
e:
O'ez lou "sser vos i i
Pi ques a iKen-k I!
Pour les p#commanda' ', -oy.z
DERErX, o n Prin<*.
Panama Railroad Steamship Line
Service de fiel cl de passagers a die
fabriqu en
tussi. Si
I r/irez, demandez ht
!
FL)C i
Angleterre
ECOSSS
France
I
u,< r. w ISUEDGN * THE'fOlSwING AREOUR AGENT AT PRINCIPAL PU TS1N fcL'Rt l'i
jitL rvum bNGUNl SCOTLAND. FRANC*
Me s-s G. W. SilELDQN & <:-.
17. James S ie-el Liverpo I E gl nn
i Pi.nf-t Mettra G. W, Sheldon&C. aie rtpie>ti b> the I wi
ii .!i.u*i t.lradiucl Mrxjie ne lianspoil de pai oge.sttdu l.l entu liait]
l .r sEuro,^s?vi NewYork,el Cnstoba, l anal Zone, h Ihme I a. n s
Voici la liste de nos agents puur les principeaus port de I fceorope:
Hehnu Peron & Cie Ltd
95 Mue des M iris.
Paria,
IlE/iNU.Percn S. Co Ltd.,
Gi.u.AtTA HLKKEY Co
21 Rue de In RpoblgOt
Aisrseille.
Henni Prou & Co, Lia.
53 Qr-ai Georges Y.
Havre.
Hernu Peroo & Co, Lid
Hue du Moulin Vapeur.
JJOUlogl e SP
Mesars A BsaiWX Co,
21, Alkugade, Copenhague.
Oslo. IsorwaY.
International
Sne ditloD8>lksp O-lo.
MM. Atlantic r'reignt f.orpn
Dallinhaui, Hamburg 1.
Germauy!
M es?rs Atlantic Frci^nt
Corporation
'Oermanf .
Mesars Atlante freight
rpn.,
24 Qua. Jordaens
aiwsrpM aWaoa,
Rue 'te Tranouillil.
Dit ko i que.
ilt mu Peron A Co I id.,
il Rue Roy,
deauv,
Genoe, Italt.
Messrs Uemiy Coe &. Cuti.v
PlAIlA S MTTEO X" l'jr.ener
CafTENBURG, SWI DEN
ordisk ipn is.
Cotbenbu .
\J.ssls ATLAI TIC FrBIONV
COHPN
K- n Emroaolea
Rut ei Holl nde
Mss< v>aBmwB 4 Co
R
se
mi ..
App
renez le secret
qu 9 sur 10 des
toil cie l'cran
connaissent
ti ,,\
i
U I
0
I
S ir
u. Les
vuie que s | ,, s
dlicieus Savon de Toi
. IX.
.VIS & CO.,Ltd.
i i and'H
LES LLECTIN3 PRESIDEN-
TIELLES EH ALLEMAGNE.
l'.l'u ant-hiei
rtirn meh*. i l'i pi i s t e
transmis le sans fil, le Prsi-
dent H .11
11 : l
(C i ii i .:. u loin der
rien I
doi it..! is il n'
< l).i QU i n -.
tioni 11 eue el i. Ul
dt uxii uiin aura lieu l<
i oia
i on

rech Pi uis,
l'opinn esl que lei
eiei lion ; di dimanche mar
auei I chec poui
l hitlei s dci*
dmeot I'aIU i ire
lui.
Un i laiI piquant
velle du de I1
luirg a provoqu Paris les
cris de : Vive H
FAILLITE J. KARAVANY
l.t ail-
lite J. K u ivertis
qu'il leur est ai i par
tir de celle date uo dlai de
-
du code dt| co rce,
prei a u
efl la! C
m t i! s de v li
cation.
I' an* l i nce, le "i
j
I
kUunce Ch. AllLLLUV
LUX
DE TOILETTE

H
Grand Cafc de France
SOUS LA DIRE LLICEHTE DE MONSIEUR
HRANQ0IS UIRAL J L'ASSOCIE DE IR PATNIZI
LE PROPRItC: QUI N'A PAS CIAL,
LE PAIr SESi,IIIABLEKM'
I INGUS Cl.i NOM LES PLUS FINFS.LtS
INS OE1 i IfOISIS, CiGAKLS El
IIGRETTES, .PRIX DEFIANT TIUTE
OCCURRENCE
L'ACCUEIL L; I iOUEl : UERA A ElRElE
MEILLEUR TRii DU
Pa triai & Ca
EPHONE : 2341.
..
Cin-Taldy
!"iide fi lia
La Belle
Manon Lescaut

G
: X .1
l
La Hue ers TQr
Enti lalcon : 1,0t.





41
h*
Mardi
15 Mars 193
Le Matin
4 PAGES
,35 e ANNE N- 7624
Port-au-Prince;
Tlphone : 2242
M
l
:'i


' I E r
. 11
I
Mlllll
u
il
Jpa rt N w I
e -Pur la Hatiens
Santo D<
; i> D*': ar i r
v. w Or ons,
Mobile, Ala ii Ici |er
Port an i'i
Petit Gove( 12 d c. U j
Aux Cayes ( arrn
Jacmei < bi iv ) Il dc 11 js
Sioto i-'n i lu" il.- la jan
Sn Pedro d M. 17 d< ] l j. ,
lffacaraibo Veo, i I rier
l'\ rier
i .rier 1932
lvrier 1932
(i lvrier
') i
, 10
11
1 : ,. -
5
.. (l'.'HS
mais
-
7 .u
9 d
1U mai*
13 n rs
1.132
1932
ly.S2
1932
i(.i;i2
19321
1932
Dparti de Mtw I Ports d Noj Htltieni
Porti d
NewOrli .. [,i.
Mobile Ala, l. erab'e
Porl !' l'iun (. ,
Cep Hatien (a riv e ) 26 duerabre
Poetro P.ata ( ,
vSan Pedro de VI a c i s
Sento Domioj i
MacaaLo, V 'ii
29 dce ub
i ci m
j '
Port*au-l' iuce, i 21 brc !
Pour loi ., it ... ; re lessieurs
a. De \i..i fEIS & Co, ; i nraux.
r
11 jan\ i p
21.
X<> j:>n\ er
26 j i
'21 anv?e
i
I)' I i i ier
1932
11 fvrier 1932
18 us ii 1932
20 l rier 1932
l te 1932
i. v i r 1992
24 leviii r 1932
27 lvrier 1932
AVIS
compagnie des chemins
fer de-.la puine
cul-de-sac.
DE
o--
MM. les ctionnaires del
Compagnie sont convoqus en
lasemblee .Gnrale ordi-
naire au bureau de la Compa-
gnie, Potl-au-'l'rince ( Hati ),
le samedi 21 mai 1932, 9
heures du matin.
Ordre du jour :
1.- Lecture du procs-ver
bal deI Assemble prcdente;
2 Rapport du Conseil
j d'Administration et prsenta-
tion des comptes ;
3. Election du Conseil
d'Administration.
1 Allaires courantes.
Porl-au-Prince, le 12 mars
1932
Le Conseil d'Administration
CE !)Ul N'A JAMAIS T FAIT.
CE QUI NE PEUT.TRE DEPASSE

Kola Champagne
;f. sjourn
.iPrpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des 'rues houx et du Centre.
i
1, Hipposarcine Roy
spcialit franaise
i

t

sa ;
nufacture Ilatieqne
L :ll: [je
x
-
........ Prri
v
AVIS AU CO RCE


La Panama lin
iioacer les dparts -
H uti, directemenl cb :
j turvus le chambre trio
Dpart \cir ior/%. Arrw
Steamer Aocou le l m
Steamer eUuayaqui c le 22 m
M a mer fCristobah le 2 > m
fcUamrr iBuenaven
l'an.
Ja EJ. C.VA l| D
Lykes B others SS L lnc
Texra -- H itl Santo uomingo- Rico Porto
Le seul service re el '. 1er pass
fret entre les porl- du (mi' du
Port-au-Prince, M. iti
Pour ia rcepl on [le
importations, servi,
LINE.
Les proebaim
Steamer ..
Steamer Velma ;
Steamer i Margaret 1 i,
fctareau: Rue di rjj.ta, .
Laboratoire SJOURN
DlKEGTWRS
P.^Sjourn, Pharmacien
R. Sjourn, Pharmacien de l'Universit de Paris
M.,Sjourne, Pharmacien de l'universit de Paris,anci
interne des Hpitaux de Paris
^* Analyses des Urines, du suc gastrique.;du sang / yfu.
ncrmiii, Ure, lonstaete d'Aineard, Glycmie). "
Des racaats.^Dte matires tcales.
Loterie Nationale d'Hati
41 , Rut Bonna.Fol,^Phone 3358
La Loterie Nationaled'Uati est
une institution hautement humanitaire par la multinliciM
d'ceuTre* qu'elle elr. offerte au* hommes de toutes conditions de fortuDi
hm loyts hm< t.onmures, Ouvriers, Artisans, Salaris2
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans narlar
leur budget moyaonant deux goudes, peuvent ea mille gourdes. Patrons de Cornmerce.Che.sd'Industie oarex
aux iusulfisances des ventes, par l'achat d'un billet, qui von
libre du souci des chances-
Mdecins, Avocats, Ingnieurs. Snateuis, Dputs, Graadi
Dignitaires de l'Etat.Reprsentants de l'Inteilectualit la
nalisles. '
DonnezW e em V de votre4 solidarit sociaie
iv#rD ,ap"lisle"coraine en J,uanl- augmentwna(H
Vous tous qui habitez*- Hai.j, rendez^lui service eaacba
ant le billet de 1. LOTERIE NATIONALE I) HATI
m

l'anno r? . ,,e clien'le que la
AUX tait, d nis le 4 i nvier, au
N 2027, GRAND'RUF
i ce e ci- n local
J I ou i ronl h mme accueil.
'BON MARCH. CLRIT, COURIOISIE. '
Martinez, Marcelin & G0
alieiition
PROGRS NOUVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DhFIANT TOUTE GONCURrfENCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON
DPIT :ANCLE IES RUES IV PEUPLE El FEROU PHONE:
m
I'
litmrun
Co
Une des plus tories COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSUR VNCE
sur la VIE
EUG.Le POSSi* Ca
ASSUREZ-VOUS
la
'oral Accidenl Pire & Life
Assurance Corporation Lld
de Perth ( Scotland k
i" IZfflSEaii mJ!Sj^^ Missa.1.3 .. des plus ^,le, oianili-
nd| uc soleil n. se couch. jma,s sur ,ou champ *,cHoo -qni erabras i
*m~W&Z^V5iZ.Jr, d^l,s oca,ionns par la .oadr,
raient donc pr.ndr. I. orc,,,^ 2 ??". Uc"rs e""e''- lus les ""*:
ura -vraient donc pr.ndr. a VrcauonT T"UfTr! e""e,': ToL
S".....noios 401)0 dollar., la rie annn.?r^ ?"U'r ? Hac |millu c"ntre acc,de""
. ia pr.ne annue.lc uelanl que de 1/2 /. aoH 90 dollar C.

ts C,

n
Veuve F.!B^nMvr.HAM, AuxCaye
s
Hiy 'nwiimtx
MM

itsji FNT
"" '?n*ral pourrai"
e ;ir.rT



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM