<%BANNER%>







PAGE 1

1 MATJftj 12 ers 11 • •• % %  .0 H le-, ii le ni np| il%  nu'iU M l'Iil tu u m mi liui mai • i ; |)|C i .i. / • jsim A' inise I i' z 22^'"" ''' M r '*' %  i: i i i : %  Ll EXBUOY • \ -. i r. l BAINS. i A PRINCE —*<>— ftana loulea Prince, le Mou k* cour de la ,r, V Nous sa mes i >< lomobila a i d cannes q •es alle*. Us f (>l > 1 '' %  ftendei l . i < mla rai i av c s I c'est une %  ichei dei i la caresse du \ panai sons Li, tout n'eal l.oxe, calma 9\ qu'oi >i \l.lll|ll<-. D ad %  •i beau > II tl er ti %  >. CH tara de ment si bien la H sons las yeux, s ad tant de prcisH admirable qui voi qu'd tuul Us laisse) loi. Source de i chasse, la cuilui sucre, a l'poq irttoD colon atleinl nnt estei Me qu'elle D' jai ver dans la suite de causes.on ILS iNous iravt ; l'habitation | ri trouve uni' \ jutu se ancci a mme de i s garda dana loua > waiclraien. jo renl la po 2DUU coco' pui qui frit. Li DSI pies 1600 01 V : |i>ua grades. 50 I ; II agi ble: i squi i i i; a. d p u. versa M i CHOS Remerciements ^os> — On constate que le sel a • triple de prix. La marmite s'en vend aujourd'hui cinquante centimes. --Ou .. eu t;; aux aye solvant ii loi mat.on du Non vellisk . que dea creenback i ilsies d< %  100 dol %  nt en circulation. On ne s turi it In p tre sur s gardes. l Message de Trujillo rem pis la palpi-o* Mr et Madame Emmanuel Ituupel, Mme l-ema Pierre; Mme Syltia Pierre, Malle Elvire Stloit, Nielle Emma St-Fort, Men Augusta StFort, Mr Victar St-Fort, Mr. Gaaton St-Fort et loua lesauparenta allis renier cient bien sincrement le Clerg de St-Joaepb, les am> de Po.t au*Prince et de 1 province qui leur ont tmoigne leur sympathie l'occa fnrnm \> Dtitvr lA ( \a LA l'OCHI i • • 'v\,s • uns nt leur id11 a • l ( lie -et m tre i i \ %  vente dans i mu< Vuofold I r MOHR LALLIN, I ISTMBI T. 0. Box M, P ORT AC-PIUSCE. lanleq teation des irontires.J MOU de la perle cruelleprou Violette Ja\ ve Le matcb Violette J ave en la personne de leui maqui s'eal jou,hier, devan j tis regrette mre et grand*pi( I personnes. Lue .1,1 i i pro< bain numro. I le compte rendu de cette renmre Mme PIERRE BCSSON ne Marie E le aia Poirhe.dcde le 15 lvrier 1932. conlie sensationnelle — ii AI-I I-JOUHN vi., en rponse a notre enqt le La femme de Csar lait remari que Mi S nio Vincent n'a j imois dpose de meI moire, ni ne s'est jamais pr | La Direction do Ser ice sente devant la Commissioi \ National d'Hygine et d'Assis; b s. Notre confrrs nous d'i sprer que sa MT JR .* ~r*?• • xnmat AVIS IMPORTANT LA MEILLEURE FARINil A PRIX POPULAIRE dea Hr d II lanl lion ee t i i i au • %  n'est m Ura d S| lrer qu< ... la dclaration pi i socni l'e t direct* cpie l'opinion attend. — L Fq'.iij e de la Jamaqui sera tte ao Club Un on de iiimi a 8 beort s du soir. — La on organise en l'honneur de di la Jamaque ; Mousii or WaM, le distingue Ch trg d' flaires de S. M Britannique, a marqoi de cordii lit el de distinction. Senice | lait C'esi de main que l'Equii> Nationale malcuera avec l'quipe oc la Jamaque. Qui triomphera V. — Nous •• vous t heureux de revoir notre ami le notaire Fo' i nu r, compltera* ot rta bli de l'accident la jambe, qui l'avail oblig se faire interner l'Hpital Gnral. Monaieui Turnier, diu-sa rponse aux questions de Monsieur Jeiiei ne, Directeut de , dea i i luras subtils el d. lu m ii agent dans un ravissemeut, nie Irar.sporlent dans un m unie blouissant o B'alfirme le Ii he de la Beaut, tan di qi e les matres de cans aim blea et souriants,se porieui ni au devant de Son Excellence i nsieur le gouvei eal pr< j • %  ; v de Mr Crpi • il si ia BOU i. ngor. I 0 :' H 'il i :IY n vo an 11 i r, pi de IN in r. \ c msidi et I Ion* %  i i,u daco sins•i iv.. i, ii D s a paa lo g'emi i . i; i, par I imaginatii i, Bg*nn • W su a bisses au ciel de la poi ie. | ges Lslueux I e Saintar devant h > i Les duchs. 'es m ; œurs, : res de to lours i s chles somp comme de .eus alourdia d, ; Itire des aux co.lmes eba oii) p tei i. de vivre, on, Des • i ni.s on l L:rac lolioie, la lance Publique porle a la co inaissai ce des intresss (| l'elle met en vente lesvchi* c les ci-aprs dsigns : 1 Camion t White de quatre tonnes. 1 Camion Dodge de deux tonnes et demie pour lcsqui la elle sollicite des s i i D8 cachetes qui seront reues jus [U'au 15 mars prochain. Le service se rserve 'e dioit de rejeter une ou toutes les oflres. Ces camions peuvent tre visites Ions les jours ouvra bls au g lage de la Mission Scientifique Amricaine. Port-au-Prince, le 9 mars 1932. i bf.DEJEAS Directeurs des Fournitures, Transports. Faite de bi dur d'hiver elle donne un rendement patant en la travaillant seule. f %  r |BAT' BAS BLACKWELL MII.LINO A ELEVATOR CO. Kani City. Mo. Demandez-la; partout, en a. LUA vendre man^c r amen. Achte z A TraVciill %  ezc i ave tic! rgueil! Une salle caine complte. S'adrssser^entre G et 7 heures p. m a Mr I EON \RD. Hue 4 train d'examiner le cas...sous loi '< s se s faces. — N'oubliez pas que c'est demain que Taldy prsente le 1res beau film: Le CarronsBel de la Mort. — Il rsulte d'une lettre qii" nous a adresse Mr Andr Coiscou que Marie Mar. \ tin s'est donne la morl, non pour les mollis que nous >ns relaies, mais parce qu'elle tait la ligue de rece<•' r journellement des injtiN res de sa mre cuise de DEMAIN SOIR MaUne \ Doit Mariage de Grand film sonore avec le grand comdien RealM Entre I entants, 0,50; grandes personnes, 1 &. '1. Soire Un eur, sous i • i pluie de vivais .. BDcesouvei est un >fpalibilit de caractre ratlinemenl de plus !.... A la Ii.' de ce reportage,nous citons avec plaisir le passage anne Noi d. H a lalu %  sensibilit < tle lamme an grand cœur g•' v< os, qui |*oi doit,. i ombre d'oauvres di bienlai* p (!('• rire i vec tant d'en qna l'on prouve pooi la leira maternelle, C'est celoj qui tiens a inapir i a momenl o noua d crivions le i pie n d urs e Pi Mi.[ni, n< as rons, nnl du inb resser les lecteurs d MATIN I %  o nous semmes ns. M S Vcu, lants ou B ls, i ii D< ratou Bi ro ci Ue terre, lo tl BOUS en v s! I m lier : non PI I emenl sei loi extrieur* s, mais so cri l'i %  loi s, • oua a di ivi noi i 'a d; \ ro i c cela qui j %  -'.'. es ma DU %  : I %  • -, la i qui rgnait entra elle et ses i Irres et .sœurs.i Dont ai le. —• Nous publierons lundi la ri ionse du Snateur Priec9A ira notre enqute La femme de Csmr... regai ar el, la lois, un drame lour mais loujouis suprem a I artisticrue : il ', sentimen ol ; NOUVEL! M LUN princip !emfn' PAHLANr inler.nl t d* ri! • MI' les l clian fjri UWKIICE TIBBEIS. aug,me l di 1 irco %  ;. • ADOLPiE MEN.ilU Enli•.' %  %  : 2, 3, 4 i Wvmmmwmmmmmm mmmmmw :?Toutes les Polices J3E LA rf %  %  \ %  tsyjfe %  \M \< ; ''..'.*** • • i (e nr sonl paa I lus lea p 1 sont I '; 'a Ii die •' %  ei n i I .1 d rir un T. AV. (FIN) omprennent la ^Protection contre la Foudre sans auamentation de taux .Le Bos m Aqents Gnraux



PAGE 1

A h a Rhum Barkuicouft rtoui • i : Rue S-itfJ* A ^ %  ^*^*'4SBM^ LEFA1T EST INCONTESTABLE RflUii Sarthe Cest Ja quintessence des meilleures [varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs C'est ce qui tait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ i • -,<*r*cHj f -*vm& IMtitil Gnral lluliri Accidents S Mais YSXl Motdat Aim, 32 ans, Port itt-Piinee. blessure Irancrnmte t^ la lgion frontale. -Laroche Uoger, H ar s, l'ont korin. Blessures Iran* nantis (main et cuisse gauches). Himbert Clainmise, 12 ans, action Kiv. Fioide. Frac tare t'es os de Uvant-bias. Minus lt< n, 20 tn*, i ue Rvolution, biesure piquante ou coir chevelu. Adam Sylves'.re, 21 ans, rue •-"—*-'—— %  .— %  %  < %  ).-. MM MMMMM -| -, ,. Rvolulior. Blessure piquante delu main. | jMsccilitn Dieujuste, 1S ans, jPisqueltei. Blessure piquante de la paume de la main droile. |_.Paul Andi, 23 ans, Portail Logne. blessures lianchantes du li ont el du cuir chevelu. iNhowdzwhuh Dambrev.lle, 20 ans, Grand'Bue. B essur. contUM ou dos du nez et de la muqutuse nasale, Alphonse Charitable. 19 ans, Faubourg Salomon. Conusioi. rgion occipitale avec rosion. Vilal Andi, 18 ^ns, Bois Varna, Blessure piquante de la plante du pied gauche. Auguste Antony, 13 ans, rue Lamarre. Contusion de la main droite. ""^ m? E€8 3ffeiH+?wr8 Pour Adolescents parce qu'ils sont moulus de l'avoine de choix mrie au soleil—Vitamins par des Procds Naturels. CUITS SANS FEUAU MOULIN—PENDANT 12 HEURES FLOCONS D'AVOINE 3 MINUTES F la Odira, 4<> ans, rue Ch< miselle. Blessure piquante d la roi lue ( hoapiialu ). Rivire Dabelmar, 28 8n?' La'ue. Blessure contuse a la ng ioo j ari a!e gaucbe(hospi(isi G Mars 1932 Siul Andi, 22 ans, Grand" Bu?. Contusion de la jaml ganebe av. c rosion du men bre ( hosp Islis ). Simon Zda, 39 ans, Lyre. Ptioo. Blessure tranchante di mdius gauche. El h ail Jeanne, 3 ans, rue Si Honor. Cnps tranger dana h mon droi'e. Grard Rouzier, 7 an*, Poi au-Pnnce. Blessure contuse (h s genoux, Pare^Jeanne, 28 ans, rue du Champ de Mars. Blessure contuse dj eu r chevelu. Leesse Deatra, 24 ans, Croi: des M;ryrs. Blessure confus* de la r.gion paritale droite. Larousse Michel, 2!) ans, ru. des Casernes. Brlure du lei degr du dos du pied gauchi tt de i'avant-bras gauche. Pamphi'e Danls, 43 ans, rti Pave. Bless. contuse du cuir chevelu, lgion paritale gauche. K. F'assala gue, Excelsioi. Luxation du gros orteil droit. Bibliographie %  I RE DE S El I RALE ho meurt |'l i, on el cha 11 : Mais mr I rut i' vivre. pa On' l le Chen u tetl n I p I long • i h rnr MOU ne : hrons : i lumi' ' I "Il II ncon e vie, le dyi %  mien ils exhalent.qu i eur tonn (ail esl c D r d '• s ( % %  e %  I I | : ' n dea rpi r Pauchel an *uscit< : %  u • nombre l!/ malheureux pi "" I i %  ce tait un sup. li l : %  -1 trois OUTI I' otiel d cel i Jgnement. ,• ieua le i 11 .• • Co.ieils el i .. .lu i Victor Pauchet." E. I. s aphorfsn |uela ci le %  l u s fortement va peosi toute persoi ne sou< ii ,le: lonbonhi nille.toul i ucateqr doit avoir consl 1 ce pn c eux pet vie -otis la main. Aux E .i ionsfj. 01.F ; Faris. t'n volume. Prix: 7 frs.50. I p KSi TION i; 0 tlOJB L ESBEhcfR : <: If* COPERUtlL S LES PRir lODFRIIR OE ^ fROlESOIIECLE B0UVERNEXLR7 la • Il lui: : h'oa 'i M l'i se CC'II;MAI:LI"I Mi l'iiiiav (1,'H %  'il roi .'rus I STkVE 4 i „, et aspl Panama Pailroad Sleamship Line Service de fret cl de passagers enlie Angle t.* Il ie s:' UN PETIT TOUR RDEN v 7 KAHL 1\ avilie I I le pli S liais de PC ll< n te routa port, ces. SANDWICHS s de foui rfe s-s c ( LIGNE CLOHRIENht ) l houe V 2 Ecosse France Mrs. G. W jMIEDC'N C— 17, Jamrs Street, ; JVERFOOI., ENOLAND HBF8J L#WIN ARE OUR AGENTS AI PRINCIPAL PORTS IN EURO ENGLANt, 8COTLAND. FRANCE MssassG. W. SIJELDQN & G -, 17, James Street, Livcrpool, El glana .... France, MettraG. W. Shcldon .Co, aie represen'ed by the lollowin Ht s lapide tt \ Uisduect ici vice de transport de pavaserset du lit rutie Haili rs porlsEniopens,>i NtwYok.ct Ciisiobal, Fanal Zone, Isthme Panama. Voici In liste,de nos agents pour les principesux port de l'Eeurope: La I.II.MI.Y 11LNKLY cl Co 2 Rua de la Rpublique Marseille. lornu Peron A Co, Ltd. 13 Quai Gtorgti % ilavra. Hemu Peion A Co, Ltal Rue du Mor.lin V; ipiur. Boulogro sur Mer. Meaais A. BRNDIX Co, 21, Allengade, Copenhaguoi OSLO. NOI\WAT. International Spe ditlonsielkap Oslo. MM. Atlantic Freighl Corpa Uallinbaus, Hamlnirg 1. Geimaoy. M easn Atlantic Frei^ht < 11 pra*lon many Messrs tUntic Freigbt Corps,, 24 Quai crdacos Antwerpsa Blium, HHUNU PERON A Cie Ltd \)~) Hue des Maris, Paris liaKa.Prroo A Co Ltd., Rue de Tranquillit, Dunkerque. Hemu Prou A Co Ltd., 9 Rue Roy, Fordeaux, GENOE, ITALY. MtSSri HliNRT CaB &. ( LE] IF FUIIA S MATTEO X' lGentr ( Il L NBURC, S^ EDEH Nordisk E xpi ; ss Cothenbtirg. Ifessrs ATI.AI TII icr.i Corp x Kon I c-in Rolterdf-m i Mattit &9BAJAfK\ A Go Le vapeur i Bo v;ir venant de .\< w Yoik el ports d iidsi ci,s; mi 12 cou poui PI de retour r Je 17 i oui r passe el I ir Cap F el New le de ce un vue i par avion est la disposition lients dans jureaux sis angle ruesEga Jet Daoti s U m ns. Le v.q un oaiVoy.DS de New-York le y coi tendu directe.-Prince I. [crt., co -s le mme jour r les i : lombii Cristob ili K igsl n et Ni wYork. William E. BLEO Agent. tez taToux FRAN LE U IINIi CIG I l W L'A IEILLI de France ISIEUR IE M nmu U m L6AL. ES EfiDlSPLUS HUtULS ISIS, ClfiARE5.tl PKIX Utl-UNI IJOlE t : ....: Gin-Taldy : <4 Rapidement de cette Faon Vicka r^e et aoRli fourTut Refroidissement SOIR i i. i %  "• or <' nui* • : i I • ) 1 : d A



PAGE 1

Sam di I i Mars 193*2 Le Matin M\m* ANNBl *• 76122 Port-au Prince Tlphone : 2242 4 PAAE8 L, M nifaeture Hatienne Ide Chapeaux • L'Indigne 30 ALIX ROY annes de AVIS AU CU La Pana ftoncer le du rlaiti, directe jiurvus de c ib .TST/ /> N Steamer lin i tearaer/<• A i Steamer tGaaya Steamer cCrisI ba steamer Bu ii.u 11 CE QUI N'A JAMAIS tT FAITS CE QUI NE PEUT TRt.DPASS Kola Champagne F. SJOURN Prpaie dam des conditions rigoureu.es D'ASEPSIE Prparation et Yeule taaRMaciB F. SEJOURNE Angle des rues houx el du Leitra. i' Laboratoire SJOURN DmicrtM F/JSJOURN*, Pharmacien H "SJOURN, Pharmacien de; universit de 1 ans "M SJOURN, Pharmaciei de l'universit de PanR.anciea "' interne des Hpitaux de Paris Analyses des Urines,du tue tastriqua.;dn san£ ( WMlirm ui, Ure, Constate d'Ambard, Llycmie).. Des cracaats. Dee matires ltales. A FAI! nfiaiL ,. ,. a , ,..,-,3 Clientle qoeji EA1 nuis le 4 janvier, an !!' 202?, W |( (M )-\ % *% •' ,r* im rici* Avis La hn Hydraulique • rappeler se le dernier di m ut le l'abonut m vrier-Mars 193'i d< i le 15 de ce m Passe cette d IUS le %  bonnes dont 1rs lOOt coupes poui roui l'amen l< d sa prvue : ir les du Service poui sment de la i La D n LHipposar. ,w spcialit frai Loterie Nationale d'Hati 416 Ru Bonna.Pot, f Phone .3358 La Loterie NntiomlH'i f. Iti c*l une insti'ution hautement humanitaire par la multiplicit d'oeuvres qu'elle ^e propose d'i Ur. une chute de bin tre offette aux homims deioni. conditions d lortuw. Em. loys, Fonctionnai s, O.ivm is. Artisans. S larisdi loua ordres, Gens le maison ( domcsiiuurs. ) sans partir leur budget moyennant deux g >ud , peuvent agrer lrn mille gourdes. Patrons -le ./naonerce.Chefs i'iidus imparti ans iusulfisances ds ventes, par l'achat d'un billet, qui M libre du souci des chancesMdecins, Avoca s. Ingnieurs, Sna'enis, Dputs, '.mail Dignitaires de l'Etat.Repraenlauts de l lnlclieidualit, Jar nalisles. Doiner^l'cx^ nplc de #!ri salidiril scciaie. 1 I Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmentai HMV — 8\a;i uo iiag-*Rtoo Porto | j voir. o ... ,. DQSRpgera ai| Toua tous qui habite*' Hail, rendez-lui service ea MII i, .'mP.S avec antle billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI. RfOISIE. artinez, Marcelin & C L Brol ;rs SS C lnc r • %  %  • '" \ 'OUI IUU UUI l r, '.-H S 'JJj:^ ovec anncine, d. .. LOTEBIE NATIONALE _I)_mm. %  |, liemeot habile to. -• \ I LOROANi LACT DEl POUDRE de F( TOUX, BRONCHI / ANh Lbor DBLPBCl A r.,i— r. : I NI ODEUR t MENAGE^ I n, PARIS M ._. p M -au -Prince s i • ^ ykes %  :,rs T;i:y2 i Bull : U ma !" 2 Geni • vk< 1 mars IVMi Velma I s 25 m rs 1 U2 M al ;rl > 1er avril LU2 i'r Pfctei. Ro.'e Postale B BIRE NATIONALE de la Brasserie Nationale nd partout OrO ,10 le m ilgr sa oraulit si ieure. mmESS* i 'Insurance • Une des: p] fortes,COMPAGNIES CANADiE d'ASSURANCE PROGRS NOUVEAU RHUM hOUVEAU Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL OtFiT TOUTE CGNCURHENCE Clair in Vierge Chez N. NAZON ? 1 PIT:AHCLE lEt RUES H PEUPLE ET PEROU MOUE M ASSUREZ-VOUS la General Accident Pire & e 71 r 7 T> I rS p^ r* Lif Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) I '^A Lar i.i tttENRBAL est aie des plas paiiMxtasat a*es a! u vastes 6I ^ B '^ n ie


PAGE 1

Clment Magloire DIRECTEUR 1358. RUE AMERICAINE i3oS J TELEPHONE H* 2242 ,: T> .. lw,!. .iiiiliime c 1 .i i MIC. 25 me ANNEE N7622 T ( H %  W.\)\ VI MARS IWSi m A par 4 buts contre 1, le Racing Club bat le team jamacain o -* mammmmmt l'on le les II .. Dos ronds-dedes employs de banque,. trompe les dmarrages de Stlodescriptible, la s|>-dateurs de merci e; commeranls, d cuir, des militaires, des Jamacains, des Syriens et surtout de nom-. breuss dames et jeunes filles, j plus passionnes pour le jeu — comme cela convient leur, sexe— que les plus gros pa-' rieurs. Et, parmi tous ces gen, r. c au clos, des coliers en vitesse se faufilent... venant juste de quitter les bancs du collge, au coup df cloche attendu avec llBt d'impatience. Le l'are-Leeonle : c'tait mercredi I? rendex-voua de tout Port-au-Prince. Plus gra ide encore que dimanche, oii devinait l'anxit du public. Plus dcisif en effet levait tre le rsultai du match. Cela se comprend as unenl si oi) relient que les qu p ers du team de la Jamaque avaient uffiiui-: n'avoir pas |>u donner leur plein rendement un preDa la reprise, la ligue d'avauls jamacaine devient plus agressive. L a rapidit (l'un Sasso Fort et le ballon se joue sur notre surface de rputations. Tovar, l'arrire dont les Jamaicains n'en reviennent pas.se dgage avec matrise, Un second assaut des JamaiI ONNEZ LE ME1LI I SOIN A > LMPLOYL'Z LE l'Ai PUM : ANC FAVOX DE rOM Vi SPORTIVE l*Ah-l I 111pionna s p. m. %  i D SWt) %MMaa— i minrw'Ti iii %  m u m i i T i a wcsaafaa i | m. (Ju TC .:. %  HHpHiB mier n.au h. a cause de la brugage* falil excessive de certains joueurs huilions. Avec le Racing, ils njlateul donc se : vler.l'siire valoir leur traie force: la technique. Sur Fla, s appuyait l'espoii ja naicain. Du ct hatien, on connaissait In valeur des jeunes a as du Racing Club. Sa hgna d'avants surtout inspira il une confiance norme. Mais il \ a toujours un mais, et celle loi-ci, c'tait le genou de Phylo, Al.ait-il jouer ou non ? 5 h'.urt* %  '>.— A l'ei.tre d i lind, le Racing apparat. Voil taper et Tovar : SI "'ort. Bacains aboutit un shoot prcis %  sur notre goal. El grce a 1 ha• corner . Aiulaiil, l'impayable demiicntre, aid de Dodo et d'Ambroise, entreprend la dfense. Chaque quipierjamafeain est marqu pur un des ntres. Le ballon part, et aprs quelques essais de passes par coup de tte, il est mis hors jeu. A la remise en jeu, lisper l'envoie Baker qui le shoote Beau voir, mais un peu trop tort. Bye-Gill shoale, mais Beauvoir fonce en vitesse sur lui et russit reprendre le ballon. Rudement marqu, il se dCe i: pr [il la rapidi %  des joue in, bilet d'F.sper, le Ballon ta en I prcision des s lools at u i b m jeu d ensemble. Cesqua apj arues davantage s'il ; a eu rencontrer une quip • de mo dre valeur que cel ier. ions ne • niner ces lignes ge au capitaine de l' uiaicaine d >nt la cbui lo ipril sportil %  ni pi ve i i lains inci lents au cours m iteh. Si l'arbitre, M. Hou', i vu dan la u. de dni. m 1er pier Sasso d<; quitter le lerrai i il faut i uir qn'il n'a pris cette dci qu'aprs de multiples a ver semenis moti \ i\s par ci i m .i-. fdieux d.Sa iso i adresse. De bls > centre. un de ses • impardonnacomme on qualifie ses shoots dans noire monde sportif, Elio marque le 2eme but. \)cn\ ou Iroi minutes aprs... la pre iiire mi-icmps a pris fin. Rsultat : 2 conlre 0. * A la deuxime mi-lemps, les Jamacains redoublent leurs alla.ques.Ils menacent surtout par leur rapidit. A ce moment, notre dfense est oblige le donner durement et St-Fort se reprend. Malgr c 'lu. les demis jamacains, nourrissant leur ligne d'avants de shoo'.s prcis, ces ker, Phvto, Beau*oiivAmbroise, ; derniers continuent toujours Champagne. D do.. Elio cl Au( menacer notre goal. dant qui sont chaudemrit aiUn certain relchement se rt> rlams I marque ans notre jeu. Sur une La prsence de ces de IN de:' passe de S.isso,Hyc-\Voo I mai wersjoueurs.venus cœur-joie q< dfendre les couleurs nationale* aux cts des racing nen, a t un ^este des plus rconforvanls se reprend. Entre enjeu, lants parce qu'indicateur lune pourrait-on De l'avis m de ses i fia s, Sas-o u • d'une coud li le qui ne ma nquera pas i •r les blmes de l'op icaine, mais que nou j-mmes, nous nous [ard n i de qualifier,par ducalion.p : qu'il est noire h \ remarquer que les 4 iij^-i-^ ont t marqus avanl celle X^ 4 ^^ ^ cision de l'arbitre. \ { Ml i 1U1 • .<• i"'' M I i piati %  %  marqa HUM ^' %  Rhu i vec Dvoy. l l..jiii jrer .lu I d'or tout comme nous... les doux auiu u v Jean P. DA\ H). Chose -H Sportives L I %  i %  su r la val iu• L1X I O ; l u I 1U-| ipi ... a vu deux Ing iieuis Ha%  m nd de i I L sure du matin s pour an ii i< I aw< 11':<• qui i! lou la mai* ivail oi.sii prit 1 m m < la i iccl r* is fii] s .:. Iieua i : • Lt Q il i a prise. i lieul mit a la b • ... vc que Uairaud st ua I vu la i > [... et ai noni ri li do, i ira• d i te. „„ f M V.SASS0.GAPITA1ME JE IJAW sasfifsgrs&: FUT. A0 SUJET DU UTC1 ^IcJIOER Un ce. lire. .Noire ligne la' r -__ ,r,, r i n i i un I de l'esprit certaine volution sportif hatien. Cinq minutes plus tard, jjaItmeut applaudie, l'quipe jatuaicaine f.dt son entre sur le land, avec quelques changelaents. Passaleigue n'es! plus a l'arrire. i heures.— e ballon est mis au centre. Des leux quipes, aprs tirage au sort, prennenl leur position. Bonhomme que n match va classer panai nus arbitres les meilleurs et les plus impartiaux, fixe sa montre-bracelet. Dans an silence impressionnant, quelques secondes s'coulent... mais charges le toute Le notre extrme gauche. Rgniei dplace le jeu gauche. Les centrages de Champagne ont merveilleux. Ils arrivent fous en bonne position pour ses colistiers. Et c'est ainsi pie Phvto, d'un coup de tte, marque notre troisime but. Cinq minutas plus tard, un shoot franc est accord notre quipe. Beauvoir, qui le ballon est envoy parAudant, ruse, l'ait semblant de se prparer a l'arrter, elle saute. Et plus rapide qu'on ne l'ait jamais vu. Phvto s'lance et shoote : et notre quatrime but tait fait, pendant pie Baker, endommag, tait hors du terrain. Malgr tous ses eflorls, le team jamacain, don! quelques joueurs furent trs excits, ne russit pas percer notre dfense. C'est en vain que les arrires jamacains essaient de seconder leurs demis. Le match ie termina avec le score plus que glorieux pour s de 4 buis outre 1. (angoisse des spectateurs soup de sifflet part. Ds le dbut, la ligne d'avant du Racing attaque avec mthode par une srie de passes classiques. A plusieurs reprises, elle met le but adverse en grand danger. Malheureusement, Beauvoir, i l'extrme droite, manque les centrales . La dfense jamaivuine semble un peu dsempare sous las assauts rpts de \ Q„ c penser de cette victoire 7 nos avants, assauts qui devien-VNou pas que 1 quipe J^ inaK ; lient plus fertiles partir de la ne soit inLric minute o Beauvoir gagna sa place, l'inler-droite et o Baker passe l'extrme. Ce changement l'ait tourner immdiatement lu face du jeu. Cela prouve qu'un bon joueur a toujours • place lui dans un team. Une brillante passe de RRnier aboutit u Baker qui centre. Beauvoir reoit le b*Hn t l p uia. au ulet l'adversaire. La Foule Le* fcppj useinents.les i la i tout se confond en un loi m dai>le hourrah en faveur d nu* pjaipiers. DES 0ECIMIJ.K J Jill.l —0. 1 extrouve nou? ,cure a la dernire qui noua avait visit, mais plutt que nous-in.nes no avons beaucoup progrs-. L'quipe jamacaine cellente. Mais elle s'est en face d'une quipe aussi en„ ; ,ine qu'elle et bien e |inh'ce match a t un m technique nrc. Prs un coup de s,..* Lhargea ou a i •i jeu s'est plus ibgmeUX, plus -rhle en combinaisons le passes que celui des Jamacains. Aprs la belle victoire de raercre li dernier in R sur la AH Jara lii i *. il n sembl qu'il srail inl saut pour nos lecteurs voir sur ce match l'opinion du capitaine de l'quipe vaincue. C'esl ainsi pie jeud tin nous avons sollicit ci tenu de Ntonsieur . Sais une intervif-w spciale p Le Mutin . Auriez v m i I >l>li .*de nous dire, M >J eu o, voire opinion. pris, sur Monsieur me qui arbitra le i;: it< hd hiei .' Je pense qu'il n'a | beaucoup d'exprience c! i core moins de concept -sic des rgles du Poot-b Vasocialion. Vous ne pif [uil ait t injuste p • n %  Ire team, ni qu'il ail fa le lia :ing.... Non. Il a t \\ a i ; i! n'a ; i : nar inex| Ir — p : I de la J:i Il a 1 [De t .... i. .\T tel i Sou la jeri i • itii >n ( 'Lef du N ird", pi %  : i. | u, I la glorieuse Mena %  i %  id •• on. ea il tuil .u s'y ,.i %  par l'Idole la la Jeumpathi ,.Je , i; i •uiuud ph le R ud Cnuiii Gou du eux %  i i > Quelle sioii sur la e du ;. :ing? I eun hatien i o lents Y -Non. i nts. Je ". i n" %  scientifique que avail matak d une .oeillc — (> n' %  %  Glib-Union cou I %  M ... r . 8 -i i e aeelte nt quipe figure U Jamaque? IUVCJ us. qui uira i ivoj ait r ulire. le< riC| %  appareils lei oni i n fl oolU '/.'la i l'Hue., il. I i ltel %  tous -es %  i eaux anlu.i ii ,.i U u na la alij 1 .li ail i pns, le chirl n i d i i. ablissi u eut i 1 1 la m dque ) vaR • i i la victoire d n § co upa ni leur taire lei,. lui sol les ntres q .i i m... M ua ruh p.e. l'illuminatioa avait t annoo< itrs iii.uiv i-c i il c est unsi e rta ; j • lu la h%  qu'a i o*( ?ait pas %  en'so t li" u eur. uai< S eele qUl eal des • i El lo hier cinq i is qui diacou • c i ii ce gesli s 't couleur dlaile de momeul ilia de l'Aim l, i lgaot. bien qu' I ; i, ; plus bel enfant de su maman. Aunable.il se pr" s nt i : eur logo — Mon.1 ;.. ur Togo — i doigue, etc. Puis, : n i lu lien le parioction, u offrit La i J, al u ms un que n'aurait pas Mac Bon 1 ou Lird uitn, i! aa %  ms un la h au leaiu nt p..s s'ea rappoi ter quel* : I u i Il • laeui ieiteuri \i* Pradel s'es; I lire parvenir aa du MAI IN .Catgorique DM 'i i Saa, A q r 7 i aneur de l'il va;; , auprs* I o live, sui, au l'-arcle Spor• Jamaica : l as endro Cdoi . il/Uni • .Ul %  i i asiaii -n ,.• q lenie t illieai'!,. .


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06956
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, March 12, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06956

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR '
1358. RUE AMERICAINE i3oS
JTELEPHONE H* 2242
*,: T>
.. lw-
,!. .iiiilii-
me
c 1 .i i
MIC.
25 me ANNEE N- 7622
T '
( H
W.\)\ VI MARS IWSi
m a

par 4 buts contre 1, le Ra-
cing Club bat le team
jamacain
o -*

mammmmmt
l'on le
les
II .. Dos
ronds-de-
des employs de banque,. trompe les dmarrages de St-
lodescriptible, la
s|>-dateurs de merci e;
commeranls, d
cuir, -
des militaires, des Jamacains,
des Syriens et surtout de nom-.
breuss dames et jeunes filles, j
plus passionnes pour le jeu
comme cela convient leur,
sexe que les plus gros pa-'
rieurs.
Et, parmi tous ces gen, r. c
au clos, des coliers en vitesse
se faufilent... venant juste de
quitter les bancs du collge, au
coup df cloche attendu avec
llBt d'impatience.
Le l'are-Leeonle : c'tait mer-
credi I? rendex-voua de tout
Port-au-Prince. Plus gra ide en-
core que dimanche, oii devinait
l'anxit du public. Plus dcisif
en effet levait tre le rsultai
du match. .
Cela se comprend as unenl si
oi) relient que les qu p ers du
team de la Jamaque avaient
uffiiui-: n'avoir pas |>u donner
leur plein rendement un pre-
Da la reprise, la ligue d'a-
vauls jamacaine devient plus
agressive. L a rapidit (l'un Sasso
Fort et le ballon se joue sur no-
tre surface de rputations.
Tovar, l'arrire dont les Ja-
maicains n'en reviennent pas.se
dgage avec matrise,
Un second assaut des Jamai-
I ONNEZ LE ME1LI I SOIN A >
LMPLOYL'Z LE l'Ai PUM : ANC
FAVOX DE rOM

Vi SPORTIVE


l*Ah-l I 111-
pionna s p. m.


i
D
SWt)
%MMaa i minrw'Tiiii mu mi iTia wcsaafaa i

| .
m. (Ju -
, TC

. .:.
HHpHiB
mier n.au h. a cause de la bru- gage*
falil excessive de certains jou-
eurs huilions.
Avec le Racing, ils njlateul
donc se : vler.l'siire valoir leur
traie force: la technique. Sur
Fla, s appuyait l'espoii ja nai-
cain.
Du ct hatien, on connais-
sait In valeur des jeunes a as
du Racing Club. Sa hgna d'a-
vants surtout inspira il une con-
fiance norme. Mais il \ a tou-
jours un mais, et celle loi-ci,
c'tait le genou de Phylo,
Al.ait-il jouer ou non ?
5 h'.urt* !'>. A l'ei.tre d i
lind, le Racing apparat. Voil
taper et Tovar : SI "'ort. Ba-
cains aboutit un shoot prcis
sur notre goal. El grce a 1 ha-
corner .
Aiulaiil, l'impayable demi-
icntre, aid de Dodo et d'Am-
broise, entreprend la dfense.
Chaque quipierjamafeain est
marqu pur un des ntres. Le
ballon part, et aprs quelques
essais de passes par coup de
tte, il est mis hors jeu.
A la remise en jeu, lisper
l'envoie Baker qui le shoote
Beau voir, mais un peu trop tort.
Bye-Gill shoale, mais Beauvoir
fonce en vitesse sur lui et rus-
sit reprendre le ballon.
Rudement marqu, il se d-
Ce i: pr -
[il la rapidi des joue in,
bilet d'F.sper, le Ballon ta en I prcision des s lools at u i b m
jeu d ensemble.
Cesqua apj arues
davantage s'il ; a eu
rencontrer une quip de mo
dre valeur que cel ier.
ions ne niner
ces lignes !
ge au capitaine de l'
uiaicaine d >nt la cbui lo
ipril sportil ni pi ve i i
lains inci lents au cours
m iteh.
Si l'arbitre, M. Hou', i
, vu dan la u. de d-
ni.m 1er pier Sasso d<;
quitter le lerrai i il faut i
uir qn'il n'a pris cette dci
qu'aprs de multiples a ver
semenis moti \ i\s par ci i
m .i-. fdieux d.- Sa iso i
adresse.
De
bls >
centre.
un de ses impardonna-
comme on qualifie ses
shoots dans noire monde spor-
tif, Elio marque le 2eme but.
\)cn\ ou Iroi minutes aprs...
la pre iiire mi-icmps a pris fin.
Rsultat : 2 conlre 0.
* *
A la deuxime mi-lemps, les
Jamacains redoublent leurs al-
la.ques.Ils menacent surtout par
leur rapidit. A ce moment,
notre dfense est oblige le
donner durement et St-Fort se
reprend.
Malgr c 'lu. les demis jama-
cains, nourrissant leur ligne
d'avants de shoo'.s prcis, ces

ker, Phvto, Beau*oiivAmbroise, ; derniers continuent toujours
Champagne. D do.. Elio cl Au- ( menacer notre goal.
dant qui sont chaudemrit ai- Un certain relchement se rt>
rlams I marque "ans notre jeu. Sur une
La prsence de ces de in de:- passe de S.isso,Hyc-\Voo I mai
wersjoueurs.venus cur-joie q<
dfendre les couleurs nationa-
le* aux cts des racing nen, a
t un ^este des plus rconfor- vanls se reprend. Entre enjeu,
lants parce qu'indicateur lune pourrait-on
De l'avis m de ses i
fia s, Sas-o u d'une coud li
le qui ne ma nquera pas i
r les blmes de l'op
icaine, mais que nou j-m-
mes, nous nous [ard n i
de qualifier,par ducalion.p :
qu'il est noire h
\ remarquer que les 4 iij^-i-^
ont t marqus avanl celle X^4^^ ^
cision de l'arbitre. \ { Ml
i 1U1 .< i"''
'
M
I
i piati marqa
HUM ^'

Rhu

i vec
Dvoy.
l l..jiii
jrer .lu
I d'or tout comme nous...
- les doux auiu
u
v
Jean P. DA\ H).
Chose-h Sportives
L
I

i

su r la val
iu-

L1X
I
O
. ; l u
I
1U-|
ipi
... a vu deux Ing iieuis Ha-
m nd de
i I L sure du matin
s pour
an ii i< I aw< 11-
':< qui i-
!
lou la mai*
ivail oi.s-
ii prit
1 m m < la
i iccl r*
is fii] s .:. Iieua
i : Lt
Q il i a prise.
. i lieul mit a
la b

... vc que Uairaud st ua
I vu la
i > [... et ai non-
i ri li
do,
i ira-
d i te.
...........................fM. V.SASS0.GAPITA1ME JE IJAW
sasfifsgrs&: FUT. A0 SUJET DU UTC1 ^IcJIOER
Un ce.lire. .Noire ligne la- r_ -__ ,r,,ri n i i un I
de
l'esprit
certaine volution
sportif hatien.
Cinq minutes plus tard, jja-
Itmeut applaudie, l'quipe ja-
tuaicaine f.dt son entre sur le
land, avec quelques change-
laents. Passaleigue n'es! plus a
l'arrire.
i heures. e ballon est mis
au centre. Des leux quipes,
aprs tirage au sort, prennenl
leur position. Bonhomme que
n match va classer panai nus
arbitres les meilleurs et les plus
impartiaux, fixe sa montre-bra-
celet.
Dans an silence impression-
nant, quelques secondes s'cou-
lent...
mais charges
le
toute
Le
notre extrme gauche. Rgniei
dplace le jeu gauche. Les
centrages de Champagne
ont merveilleux. Ils arrivent
fous en bonne position pour ses
colistiers. Et c'est ainsi pie
Phvto, d'un coup de tte, mar-
que notre troisime but.
Cinq minutas plus tard, un
shoot franc est accord notre
quipe. Beauvoir, qui le bal-
lon est envoy parAudant, ru-
se, l'ait semblant de se prparer
a l'arrter, elle saute. Et plus
rapide qu'on ne l'ait jamais vu.
Phvto s'lance et shoote : et
notre quatrime but tait fait,
pendant pie Baker, endomma-
g, tait hors du terrain.
Malgr tous ses eflorls, le
team jamacain, don! quelques
joueurs furent trs excits, ne
russit pas percer notre d-
fense.
C'est en vain que les arrires
jamacains essaient de seconder
leurs demis.
Le match ie termina avec le
score plus que glorieux pour
s de 4 buis outre 1.
(angoisse des spectateurs
soup de sifflet part.
Ds le dbut, la ligne d'avant
du Racing attaque avec m-
thode par une srie de passes
classiques. A plusieurs reprises,
elle met le but adverse en grand
danger.
Malheureusement, Beauvoir,
i l'extrme droite, manque les
" centrales . La dfense jamai-
vuine semble un peu dsempa-
re sous las assauts rpts de \ Qc penser de cette victoire 7
nos avants, assauts qui devien-VNou pas que 1 quipe J^inaK;
lient plus fertiles partir de la ne soit inLric
minute o Beauvoir gagna sa
place, l'inler-droite et o Baker
passe l'extrme. Ce change-
ment l'ait tourner immdiate-
ment lu face du jeu. Cela prou-
ve qu'un bon joueur a toujours
place lui dans un team.
Une brillante passe de R-
Rnier aboutit u Baker qui cen-
tre. Beauvoir reoit le b*Hn t
lp uia. au ulet l'adversaire.
La Foule Le* fcppj u-
seinents.les i la i
tout se confond en un loi m da-
i>le hourrah en faveur d nu*
pjaipiers.
, DES 0ECIMIJ.K J Jill.l
0.1
ex-
trouve
nou?
,cure a la dernire
qui noua avait visit, mais
plutt que nous-in.nes no
avons beaucoup progrs-.
L'quipe jamacaine
cellente. Mais elle s'est
en face d'une quipe aussi en-
;,ine qu'elle et bien e |inh-
'ce match a t un m
technique nrc. Prs un
coup de s,..*
Lhargea ou a i -
i jeu s'est .
plus ibgmeUX, plus -rhle en
combinaisons le passes que ce-
lui des Jamacains.
Aprs la belle victoire de
raercre li dernier in R
sur la AH Jara lii i *. il
n sembl qu'il srail inl
saut pour nos lecteurs
voir sur ce match l'opinion
du capitaine de l'quipe vain-
cue.
C'esl ainsi pie jeud
tin nous avons sollicit ci
tenu de Ntonsieur . Sais
une intervif-w spciale p
Le Mutin .
Auriez v m i I >l>li .*-
de nous dire, M >J eu
o, voire opinion. *
pris, sur Monsieur
me qui arbitra le i;: it< hd hiei .'
Je pense qu'il n'a |
beaucoup d'exprience c! i
core moins de concept
-sic des rgles du Poot-b
Vasocialion.
Vous ne pif
[uil ait t injuste p n
Ire team, ni qu'il ail fa
le lia :ing....
Non. Il a t
\\ai ; i! n'a ; i :
nar inex|
- Ir


p
:
I
de la J:i
Il a
1
-


[De t ....
i. .\T
tel
i Sou la
jeri
i itii >n('Lef
- du N ird", pi
. : i. | u, I
la glorieuse Mena

i id
on. ea il tuil .u s'y ,.i
. par l'Idole la la Jeu-
mpathi
,.Je i; i
uiuud
ph le R -
ud Cnuiii Gou
du
eux





i i >





Quelle
sioii sur la
e du ;. :ing? I
eun hatien i o


lents Y
-- Non. i
nts. Je
".


i n"

scientifique que
avail matak d
une .oeillc
(> n'



Glib-Union
cou
I
M
-
... r. ,
8
-i i e aeelte
nt
quipe
figure U Jamaque?




- iuvcj us.
qui
uira
i ivoj ait
r ulire.
le< riC|
appareils lei on-
i i n fl oolU '/.'la
i l'Hue.,
il. I i ltel
tous -es
i eaux an-
lu.i ii ,.i U
u na la alij
1 .li ail
i pns, le chirl
n i d i i. ablissi u eut
i 11 la m dque ) vaR
i i la victoire d n co upa
ni leur taire lei,.
lui sol les ntres q .i
i m... M ua ruh p.e.
l'illuminatioa avait t annoo<
itrs iii.uiv i-c
i il c est
unsi e rta ; j lu la h-
qu'a i o*( ?ait pas
en'so t li" u eur. uai<
S eele qUl eal des

i El lo hier cinq
i is qui diacou
c i ii ce gesli s 't coul-
eur dlaile de
momeul
.....ilia de l'Ai-
m l, i lgaot.
bien qu' I
; i, ; plus bel enfant
de su maman. Aunable.il se pr"
s nt i : eur logo Mon-
.1 ;.. ur Togo
i doigue, etc. Puis,
: n i lu lien le par-
ioction, u offrit La
i j, al u ms un
que n'aurait pas
Mac Bon 1 ou Lird
uitn, i! aa ms un
, la h au leaiu
nt p..s s'ea
. rappoi ter quel*
: I .
u i Il laeui ie-
iteuri
\i* Pradel s'es;
I lire parvenir aa
du Mai in .
.Catgorique
dm 'i i Saa-
, A q r 7
i aneur de l'-
il va;; , au-
prs*
I o live, sui-
, au l'-arcle Spor-

Jamaica
: l as endro
Cdoi
. il/Uni
.Ul i i
! asiaii -n ,.-

q lenie t
illieai'!,.
.


1 MATJftj 12 ers 11


*
.-
0
H

le-,
ii le ni
np|
il- .
nu'iU M
l'Iil tu
u m mi
liui -
mai i ;
|)|C i
.i. /
jsim
a'

inise
I i'

-
z


22^'"" ''' 'Mr" '*'
i: i i i

:

'
Ll EXBUOY

\ -. i r.
l BAINS.
i
a PRINCE
*<>

ftana loulea
Prince,
le Mou
k*


cour de la ,r,V
Nous sa mes i ><
lomobila a i
d cannes q
es alle*. Us f(>l>1 ''
ftendei l . i <
mla rai i av c s I
c'est une -
ichei dei i
la caresse du \
panai
sons
Li, tout n'eal
l.oxe, calma 9\
qu'oi >i
\l.lll|ll<-.
D ad
i beau >
II tl
er ti
>.
Ch tara de
ment si bien la H '
sons las yeux, s ad
tant de prcisH
admirable qui voi
qu'd tuul Us laisse)
loi.
Source de i
chasse, la cuilui
sucre, a l'poq
irttoD colon
atleinl nnt estei
Me qu'elle D' jai
ver dans la suite de
causes.on Ils
iNous iravt ;
l'habitation | ri
trouve uni' \
jutu se ancci
a mme de i 's"
garda dana loua >
waiclraien. jo
renl la po
2DUU coco'
pui
qui
frit.
Li DSI
pies 1600 01 V :
|i>ua grades. 50 I

;
II
agi ble:
. i squi i
i i; a. d p u.
versam i
CHOS Remerciements
^os>
On constate que le sel a
triple de prix. La marmite
s'en vend aujourd'hui cin-
quante centimes.
--Ou .. eu t;; aux aye
solvant ii loi mat.on du Non
vellisk . que dea creenback
i ilsies d< 100 dol
nt en circulation. On
ne s turi it In p tre sur s
gardes.
l Message de Trujillo
rem pis la palpi-
-o*
Mr et Madame Emmanuel
Ituupel, Mme l-ema Pierre;
Mme Syltia Pierre, Malle
Elvire Stloit, Nielle Emma
St-Fort, Men Augusta St-
Fort, Mr Victar St-Fort, Mr.
Gaaton St-Fort et loua lesau-
parenta allis renier
cient bien sincrement le
Clerg de St-Joaepb, les am>
de Po.t au*Prince et de 1
province qui leur ont tmoi-
gne leur sympathie l'occa

fnrnm \> Dtitvr
lA(\a LA l'OCHI
! i 'v\,s uns
nt leur id-
11 a
l ( lie -- et m tre
i i \ .
vente dans i
mu<
Vuofold
I
r
MOHR LALLIN, I istmbi
T. 0. Box M,Port-ac-Piusce.
lanleq teation des irontires.J mou de la perle cruelleprou
Violette Ja- \ ve
Le matcb Violette-Ja- ve en la personne de leui
maqui s'eal jou,hier, devan j tis regrette mre et grand*-
pi( I personnes. Lue
. .1,1 i i pro< bain numro.
I le compte rendu de cette ren-
mre
Mme Pierre Bcsson
ne Marie E le aia Poirhe.d-
cde le 15 lvrier 1932.
conlie sensationnelle
iiai-i i-Jouhn vi., en r-
ponse a notre enqt le La
femme de Csar lait remar-
i que Mi S nio Vincent
n'a j imois dpose de me- I
moire, ni ne s'est jamais pr | La Direction do Ser ice
sente devant la Commissioi \ National d'Hygine et d'Assis-
; b s. Notre confrrs nous
d'i sprer que sa
MT JR .*
~r*?- xnmat
AVIS IMPORTANT
LA MEILLEURE FARINil
A PRIX POPULAIRE
dea Hr d II
lanl lion
ee t i i i au
n'est
m Ura d S| lrer
qu< ... la dcla-
ration pi i socni l'e t direct*
cpie l'opinion attend.
L Fq'.iije de la Jamaqui
sera tte ao Club Un on de
iiimi a 8 beort s du soir.
La on organise
en l'honneur de
di la Jamaque ;
Mousii or WaM, le distingue
Ch trg d' flaires de S. M
Britannique, a marqoi
de cordii lit el de distinction.
Senice | lait !
C'esi de main que l'Equi-
i> Nationale malcuera avec
l'quipe oc la Jamaque. Qui
triomphera V. .
Nous vous t heureux
de revoir notre ami le notaire
Fo' i nu r, compltera* ot rta
bli de l'accident la jambe,
qui l'avail oblig se faire
interner l'Hpital Gnral.
Monaieui Turnier, diu--
sa rponse aux questions de
Monsieur Jeiiei ne, Directeut
de si r l'a lia ire Cati n. Le Conseil
dt s Secrtaires d'Etal est en
suprme lgance di
des cavaliers qui i teent < i
reculent comme des Mois qui m
g ri ttent pas. Lea cl h
Irises cl poudres merveille,
les chai mes des toilettes, les
ratib i ces des <.; mmi -, i ma-
na) ieni t' blantea des lleur>,
dea i i luras subtils el d. lu
m ii agent dans un ravisse-
meut, nie Irar.sporlent dans un
m unie blouissant o B'alfirme
le Ii he de la Beaut, tan
di qi e les matres de cans
aim blea et souriants,se porieui
ni au devant de Son
Excellence i nsieur le gouvei -
eal pr< j
. ; v
de Mr Crpi .
, il si ia boU i.
ngor.
I 0 :' H 'il
i :iy n vo an 11
i r, pi
. de IN in r.
\ c msidi et I Ion*
- i i,u daco sins-
i iv.. i, ii d s a paa lo g'emi i
. i; -
i, par I imaginatii i,
Bg*nn
W su a bisses au ciel de
la poi ie.
| ges Lslueux
Ie Saint-
ar devant h
> i Les duchs-
. 'es m
' ; urs,
: res de to
lours i
s chles somp
comme de
.eus alourdia d,
; Itire des
aux co.lmes eba o-


ii) p tei
i. de vivre,
on,
Des
i ni.s on
l
L:rac lolioie, la
lance Publique porle a la
co inaissai ce des intresss
(| l'elle met en vente lesvchi*
c les ci-aprs dsigns :
1 Camion t White de qua-
tre tonnes.
1 Camion Dodge de '
deux tonnes et demie pour
lcsqui la elle sollicite des
s i i D8 cachetes qui
seront reues jus [U'au 15 mars
prochain.
Le service se rserve 'e
dioit de rejeter une ou toutes
les oflres.
Ces camions peuvent tre
visites Ions les jours ouvra
bls au g lage de la Mission
Scientifique Amricaine.
Port-au-Prince, le 9 mars
1932.
i bf.DEJEAS
Directeurs des Fournitures,
Transports.
Faite de bi
dur d'hiver
elle donne
un rende-
ment pa-
tant en la
travaillant
seule.
f
r
|BAT' BAS
BLACKWELL MII.LINO
A ELEVATOR CO.
Kani City. Mo.
Deman-
dez-la;
partout,
en a.
LU-
A vendre
man^c
r amen.
AchtezA
TraVciill




ez-
c
i ave
tic!
rgueil!
Une salle
caine complte.
S'adrssser^entre G et 7 heu-
res p. m a Mr I EON \RD.
Hue 4
train d'examiner le cas...sous
loi '< s se s faces.
N'oubliez pas que c'est
demain que Taldy prsente
le 1res beau film: Le Carrons-
Bel de la Mort.
Il rsulte d'une lettre
qii" nous a adresse Mr An-
dr Coiscou que Marie Mar. \
tin s'est donne la morl, non
pour les mollis que nous
>ns relaies, mais parce
qu'elle tait la ligue de rece-
<' r journellement des injtiN
res de sa mre cuise de
DEMAIN SOIR
MaUne
\
Doit
Mariage de
Grand film sonore avec le grand comdien RealM
Entre I entants, 0,50; grandes personnes, 1 &. '1.

Soire
Un
eur, sous i i pluie de vivais ..
BDcesouvei est un >fpalibilit de caractre
ratlinemenl de plus !....
A la Ii.' de ce reportage,nous
citons avec plaisir le passage
anne Noi d. H a lalu
sensibilit
< tle lamme an grand cur g-
' v< os, qui |*oi doit,. i
ombre d'oauvres di bienlai- *
p (!(' rire i vec tant '
d'en qna l'on
prouve pooi la leira mater-
nelle, C'est celoj qui tiens a
inapir i a momenl o noua d
crivions le i pie n d urs e
Pi Mi.- [ni, n< as rons, nnl
du inb resser les lecteurs d
MATIN
I o nous semmes
ns. m S Vcu,
lants ou B ls, i ii d<
ratou Bi ro ci Ue terre, lo tl
BOUS en v s! I m lier : non pi i
emenl sei loi extrieur* s,
mais so cri l'i loi s,
oua a di ivi noi i 'a d- ;
. \ ro i c cela qui j
'-'.'. es ma
du ' : I -, la i
qui rgnait entra elle et ses
i Irres et .surs.i Dont
ai le.
Nous publierons lundi la
ri ionse du Snateur Priec-
9A ira notre enqute La
femme de Csmr...
regai ar
el, la lois, un drame lour
mais loujouis suprem a
I artisticrue
!
: il ',
sentimen ol ;
NOUVEL!M LUN '
princip !emfn'
PAHLANr
inler.nl t
d*

ri!

mi' les
l clianfjri
UWKIICE TIBBEIS.
aug,me l di 1 irco ;.
ADOLPiE MEN.ilU
Enli.' : 2, 3, 4 i ,
Wvmmmwmmmmmm mmmmmw
:?Toutes les Polices
J3E LA
rf


\
tsyjfe


\M
\<; ''..'.***


i
(e nr sonl paa
I lus lea p1 *
sont I ';
'a Ii '

die '
ei n i I
. .1
d
rir un
T. AV.
(Fin)


omprennent la ^Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux
.Le Bos
m
Aqents Gnraux




a h a
Rhum Barkuicouft

rtoui
i : Rue

S-itfJ* a ^^*^*'4SBM^
LEFA1T EST INCONTESTABLE
RflUii Sarthe
Cest Ja quintessence des meilleures
[varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui tait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ i
- -,<*r*cHjf-*vm&
IMtitil Gnral lluliri
Accidents
*
S Mais YSXl
Motdat Aim, 32 ans, Port
itt-Piinee. blessure Irancrnmte
t^ la lgion frontale.
-Laroche Uoger, H ar s, l'ont
korin. Blessures Iran* nantis
(main et cuisse gauches).
Himbert Clainmise, 12 ans,
action Kiv. Fioide. Frac tare
t'es os de Uvant-bias.
Minus lt< n, 20 tn*, i ue R-
volution, biesure piquante ou
coir chevelu.
Adam Sylves'.re, 21 ans, rue
-"*-'.!<).-. MM MMMMM....... -- |
-,-----,.
Rvolulior. Blessure piquante
de- lu main.
| jMsccilitn Dieujuste, 1S ans,
jPisqueltei. Blessure piquante
de la paume de la main droile.
|_.Paul Andi, 23 ans, Portail
Logne. blessures lianchantes
du li ont el du cuir chevelu.
iNhowdzwhuh Dambrev.lle,
20 ans, Grand'Bue. B essur.
contUM ou dos du nez et de la
muqutuse nasale,
Alphonse Charitable. 19 ans,
Faubourg Salomon. Conusioi.
rgion occipitale avec rosion.
Vilal Andi, 18 ^ns, Bois
Varna, Blessure piquante de la
plante du pied gauche.
Auguste Antony, 13 ans, rue
Lamarre. Contusion de la main
droite.
""^

m? E8 3ffeiH+?wr8
Pour Adolescents
parce qu'ils sont moulus de l'avoine
de choix mrie au soleilVitamins
par des Procds Naturels.
CUITS SANS FEU-
AU MOULINPENDANT 12 HEURES
Flocons d'Avoine 3 Minutes
F la Odira, 4<> ans, rue Ch< -
miselle. Blessure piquante d
la roi lue ( hoapiialu ).
Rivire Dabelmar, 28 8n?'
La'ue. Blessure contuse a la n-
g ioo j ari a!e gaucbe(hospi(isi
G Mars 1932
Siul Andi, 22 ans, Grand"
Bu?. Contusion de la jaml
ganebe av. c rosion du men
bre ( hosp Islis ).
Simon Zda, 39 ans, Lyre.
Ptioo. Blessure tranchante di
mdius gauche.
El h ail Jeanne, 3 ans, rue Si
Honor. Cnps tranger dana h
mon droi'e.
Grard Rouzier, 7 an*, Poi -
au-Pnnce. Blessure contuse (h s
genoux,
Pare^Jeanne, 28 ans, rue du
Champ de Mars. Blessure con-
tuse dj eu r chevelu.
Leesse Deatra, 24 ans, Croi:
des M;ryrs. Blessure confus*
de la r.gion paritale droite.
Larousse Michel, 2!) ans, ru.
des Casernes. Brlure du lei
degr du dos du pied gauchi
tt de i'avant-bras gauche.
Pamphi'e Danls, 43 ans, rti
Pave. Bless. contuse du cuir
chevelu, lgion paritale gau-
che.
K. F'assala gue, Excelsioi.
Luxation du gros orteil droit.
Bibliographie
IRE DE S
El I RALE
ho meurt
|'l i, on '
el cha
11 : Mais
mr I rut i' vivre.
pa On'
l
le Chen u
tetl
n
I
p I
long i
- h rnr
Mou ne : hrons
: i lumi-
' ' I "Il II
ncon '
e vie, le dyi
mien ils exhalent.qu
i eur tonn
(ail esl c
d r d
' s (
e I
I | : '
' n dea r-
pi
r Pauchel an
*uscit< : u nombre l-
!/ malheureux pi
"" I i ce tait un sup- .
li
l ,
:
-1 trois outi
I' otiel d cel i
Jgnement. , ieua le i 11 . Co.i-
eils el i .. .lu i
Victor Pauchet." E. I.
s aphorfsn
|uela ci le
lus fortement va peosi
toute persoi ne sou< ii
,le: lonbonhi
nille.toul i u-
cateqr doit avoir consl
1 ce pn c eux pet vie
-otis la main.
Aux E .i ionsfj. 01.F ;
Faris.
t'n volume. Prix: 7 frs.50.

I
p
KSi
tion
i; 0 tlOJB
l ESBEhcfR
: <: If*
COPERUtlL
S LES PRir
lODFRIIR OE
^ fROlESOIIEC-
LE B0UVERNEXLR7
la Il lui: : h'oa
'i M l'i se CC'II-
;mai:lI"I Mi
" l'iiiiav (1,'H
'il roi .'rus
I STkVE 4 i , et


aspl
Panama Pailroad Sleamship Line
Service de fret cl de passagers enlie
Angle t.* Il ie


s:'
UN PETIT TOUR
RDEN
v7. KAHL
1\ avilie
I I le pli S liais de PC
ll< n te routa
port,
ces.
SANDWICHS
s de foui rfe
s-s c
( LIGNE CLOHRIENht )
l houe V 2
Ecosse
France

Mrs. G. W jMIEDC'N C 17, Jamrs Street, ; jverfooi., Enoland
HBF8J L#WIN ARE OUR AGENTS AI PRINCIPAL PORTS IN EURO
ENGLANt, 8COTLAND. FRANCE
MssassG. W. SIJELDQN & G -,
17, James Street, Livcrpool, El glana
.... France, MettraG. W. Shcldon .Co, aie represen'ed by the lollowin
Ht s lapide tt \ Uisduect ici vice de transport de pavaserset du lit rutie Haili
rs porlsEniopens,>i NtwYok.ct Ciisiobal, Fanal Zone, Isthme Panama.
Voici In liste,de nos agents pour les principesux port de l'Eeurope:
La
i.ii.mi.y 11LNKLY cl Co
2 Rua de la Rpublique
Marseille.
lornu Peron A Co, Ltd.
13 Quai Gtorgti ?.
ilavra.
Hemu Peion A Co, Ltal
Rue du Mor.lin V;ipiur.
Boulogro sur Mer.
Meaais A. Brndix Co,
21, Allengade, Copenhaguoi
Oslo. Noi\wat.
International
Spe ditlonsielkap Oslo.
MM. Atlantic Freighl Corpa
Uallinbaus, Hamlnirg 1.
Geimaoy.
M easn Atlantic Frei^ht
' < 11 pra*lon
many
Messrs tUntic Freigbt
Corps,,
24 Quai crdacos
Antwerpsa Blium,
Hhunu Peron A Cie Ltd
\)~) Hue des Maris,
Paris
liaKa.Prroo A Co Ltd.,
Rue de Tranquillit,
Dunkerque.
Hemu Prou A Co Ltd.,
9 Rue Roy,
Fordeaux,
Genoe, Italy.
MtSSri HliNRT CaB &. ( LE] IF
Fuiia S MaTTEO X' lGentr
( Il L NBURC, S^ EDEH
Nordisk E xpi; ss
Cothenbtirg.
Ifessrs Ati.ai tii icr.i
Corp x
Kon I c-in
Rolterdf-m i
Mattit &9BAJAfK\ A Go
Le vapeur i Bo v;ir ve-
nant de .\< w Yoik el
ports d iidsi ci,s; mi
12 cou poui
PI de retour
r Je 17 i oui
r passe
el I ir Cap F
el New ,
le de ce un vue
i par avion est la dispo-
sition lients dans
jureaux sis angle ruesEga
Jet Daoti s U m ns.
Le v.q un oaiVoy.DS
! de New-York le
y coi tendu directe-
.-Prince I.
[crt., co -s le mme jour
r les i : lombii
Cristob ili K igsl n et Ni w-
York.
William E. BLEO
Agent.
tez taToux
FRAN
LE
U
IINIi
CIG......Il
W.....
L'A
IEILLI
de France
ISIEUR
ie m nmu
U m L6AL.
ES EfiDlS-
PLUS HUtULS
ISIS, ClfiARE5.tl
PKIX Utl-UNI IJOlE


t

: .

....:

Gin-Taldy

: <4
Rapidement de
cette Faon
Vicka
r^e et
aoRli
fourTut Refroidissement
SOIR
i
i. i " or <'
nui*
: i
I

) 1
! : d
A


Sam di
I i Mars 193*2
Le Matin
M\m* ANNBl * 76122
Port-au Prince
Tlphone : 2242
4 PAAE8

L, M nifaeture Hatienne
Ide Chapeaux L'Indigne
30
ALIX ROY
annes de

AVIS AU CU
La Pana
ftoncer le du
rlaiti, directe
jiurvusde c ib
.TST/ /> n
Steamer lin i
tearaer/< A i
Steamer tGaaya
Steamer cCrisI ba
steamer Bu
ii.u
11


CE QUI N'A JAMAIS tT FAITS
CE QUI NE PEUT TRt.DPASS
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpaie dam des conditions rigoureu.es
D'ASEPSIE
Prparation et Yeule
taaRMaciB F. SEJOURNE
Angle des rues houx el du Leitra.
i'
Laboratoire SJOURN
DmicrtM
F/JSjourn*, Pharmacien
H "Sjourn, Pharmacien de; universit de 1 ans
"M Sjourn, Pharmaciei de l'universit de PanR.anciea
- "' interne des Hpitaux de Paris
Analyses des Urines,du tue tastriqua.;dn san ( Wm-
lirmui, Ure, Constate d'Ambard, Llycmie)..
Des cracaats.Dee matires ltales.

A
FAI!
nfiaiL

,. ,.a , ,..,-,3 Clientle qoeji
EA1 nuis le 4 janvier, an
!!' 202?, W

|( (M
)-\ % -
. *% '
,r*imrici* .


Avis
La hn
Hydraulique
rappeler se
le dernier di
m ut le l'abonut m
vrier-Mars 193'i d< i
le 15 de ce m
Passe cette d ius le
bonnes dont 1rs
lOOt coupes poui
roui l'amen l<
d sa prvue : ir les
du Service poui
sment de la i
La D n
LHipposar.
,w spcialit frai




Loterie Nationale d'Hati
416 Ru Bonna.Pot,fPhone .3358
La Loterie NntiomlH'i f. Iti c*l
une insti'ution hautement humanitaire par la multiplicit
d'oeuvres qu'elle ^e propose d'i Ur. une chute de bin
tre offette aux homims deioni. conditions d lortuw.
Em. loys, Fonctionnai s, O.ivm is. Artisans. S larisdi
loua ordres, Gens le maison ( domcsiiuurs. ) sans partir
leur budget moyennant deux g >ud , peuvent agrer lrn
mille gourdes. Patrons -le ./naonerce.Chefs i'iidus imparti
ans iusulfisances ds ventes, par l'achat d'un billet, qui M
libre du souci des chances-
Mdecins, Avoca s. Ingnieurs, Sna'enis, Dputs, '.mail
Dignitaires de l'Etat.Repraenlauts de l lnlclieidualit, Jar
nalisles.
Doiner^l'cx^ nplc de #!ri salidiril scciaie.1
I Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmentai HMV
8\a;i uo iiag-*Rtoo Porto|jvoir.
o, ... ,. DQSRpgera ai| Toua tous qui habite*' Hail, rendez-lui service ea mii
' i, .'mP.S avec antle billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI.
RfOISIE.
artinez, Marcelin & C
L Brol ;rs SS C lnc
r -'" \ 'OUI IUU UUI l r, '.-h
S 'JJj:^ ovec anncine, d. .. LOTEBIE NATIONALE _I)_mm.
|,.....liemeot habile to. -
\
I
LOROANi
LACT
DEl
POUDRE de F(
TOUX, BRONCHI / ANh
* Lbor DBLPBCl
a r.,i r.
: I
NI ODEUR t
MENAGE^ I
n, PARIS M

._.

p m -au -Prince s i ____^
ykes ' :,rs T;i:y2
i Bull : U ma" 2
Geni vk< 1 mars IVMi
Velma I s 25 m rs 1 U2
Mal !;rl> 1er avril LU2
i- 'r Pfctei. Ro.'e Postale B ___
BIRE NATIONALE
de la Brasserie Nationale
nd partout OrO ,10
le m ilgr sa oraulit
si ieure.
mmESS*
.




i
'Insurance

Une des: p] fortes,COMPAGNIES
CANADiE d'ASSURANCE
PROGRS NOUVEAU
RHUM hOUVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL OtFiT TOUTE CGNCURHENCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON
?1PIT:AHCLE lEt RUES H PEUPLE ET PEROU MOUE M
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire &
e

71
r 7
.
T>
I
rS p^ r*
Lif
Assurance Corporation Ltd. !
de Perth ( Scotland )
I '^A
Lar i.i tttENRBAL est aie des plas paiiMxtasat a*es a! u vastes 6I^B'^ n
ie ir la !<

Ses Police! pour Automobiles couvren
causs autrui daai sa personne ou "ans ses biens.
Ses Polices Maritime! miaaa par sea branches d'Europe sont payaDC. ,0ti*
Se! Police! contra accidents aont valables dans l'univers entier. Tous ..|(i
i Police! outre incendie couvrant saisi les clgts occasionns par ^
rrent vols, incendie, i-ialveiUi'uce,. aow
roi
lient daac prendre la prcaution de a munir i'nne police cooirm ^a
i 4000 dollars, la prima anaualle n'Unajuede 1/2 / wil"011"
Veuve F.!BERMT\TGH\M AuxCave4*
r.ENTS
Agent ". i-^ pour Hati*
'ort-an-Pnnc?. l';. !JJ;G ^-1^*1
c


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM