<%BANNER%>







PAGE 1

,E il M..1U\ / m*n : % a*_* UNE PtTITIOM DES WilUS EFttoSi iiEsaotcyisi.it i Propos CHOS —•Port-au-Prince, 1 32. humides A Son Ex. le Prsident de la Rpublique en sou Conseil des Secrtaires d'Etat* le 3 mars |l usons remarquer qu'il Je ftl contraire a la libert du Con ] n.erce ; il cre un mono| il peirnet deux ou individus de luire tortui et Arrt aura pour mis 1 irriter les classes labortcu tes dout faction et les tflorts ne .sont gure protgea, I Si vous n intervenez Mousieur le prsident,Mrs le Secrtaires d'Etat, l'eicatioi — L'Action Halionalc expose, dans son dition de sa medi, ses ides sur la reforme t onsotunouneiie: uu i-| fcime po.itique calque sur ie '".'". 'ti'tio'n "qui a "admt ta thse de linysim* amricain. A vrai] msututiouutiiM d'une ioi ue i28 CIIU ce n'est pas lis loigne iTOS uque des tribuoaui. Uoo le —o Naval, ci-'lev.uit juge %  i supprim,, obte, : i i ,,; • .H Tri i m il de l.1 Palais National Mr le Prsident, 1 Nous, Mesdames : Charlus Henri, Maricille Nazon.Uranie Je m, Agnise St Hibert, Jophine Guillonetle, Vitha Victor, Dorphin Transport, Louise Blanchard, Marielh Massacre, Lorvanna Jeannol Vve St Julien Nol, Main (ijorges.Julia Portun.Delisci Oscar, L.arida Monvil.Anloint Dominique, AdmlbafjRi Chrystiana rVielton, Celle Djpr, Carida Cuatus,Filome Eveill, Rsiline Chrystophe, Clie Calixte,Clorenne Benjamin, L'runie Pierre, Clorenni Adelsir, Jean Louis Juste, L-imercie Beauaon,Veuve An t )iue, Sylvia Laroche, Mr. Catule Jcrmie, acheteurs el vendeurs de sel de cuisine e gros et en d lt lhou ueur de laire a V. E, cl sua Couseil l'expos suivant. Depuis plus d'un sicle, de pres, mres, (ils et in les i.ous achetons du s i des pi o. ducteurs el nous en reveu dons aux habit;, uts des dillcrentes commones qui. corn posent le Departemeni d l'Ouest ; nous avons pu, de p s des temps, don a ei satisfaction tous. Personne ne s'est plaint de Jnotre activit. N )us avons ainsi rpondu a t tas nos engagements. Aujourd'hui,le Lonseil Coin munal de Port-au-Prince a pns un Arrt rtlatil H U veille de ce pro lu t de premire ncessite. Il inipoiU d'attirer l'attention de V. h. et de voire Conseil sur cettt initiativequi est.contraife au* intrtsdivers.a ceux des con son m a leur s, el aussi nain existence directe, parce qu< intermdiaires entre les consommateurs et les producteurs. Nous ne chercherun > pas ; parler V. E. de cet arrt dans sou ensemble, niais nous vou. de cet Arrte pourra num a l'esprit de discipline, d'o biasance du peuple hatien, qui sera atteint quolidieuuement dans sa vie propre. La question est grande df consquences; veuilles le uucr dans toute sou ampli ui Monsieur le Prsident, mes tieurs les Secrtaires d ta 1 — J.c caiactie ne tu populations^ des campa g nerite d'tre conside en i. son de l'atmosphre si vo.ee de noire territoire 2oLa dltflcull de Lia vaillcr elle choix d'une pio iessiou. i, | d appel n'aurait pas d ppriin el M i V'aval n'aurait pas %  e nus A pied par suppression d emploi. Truisme. Sans douta. El Me ival a obtenu i ikoa. Ce qui lui cbei quelques nailli llars, pour ses appointements le titulaire dune fond mie. Cette perspective heule m.i an joie, comme bien iroui pensez. Aussi, fendredi soir, n runit lo ia %  • s anciens collgue de , ,, mal d'appel etau MU M ,,.1,11. CACHET D'OH.on fta le mphe commun. Un-laldij DLVAlNSOm Le grand et beau film d'Huguetle Duilos : Kœnigsmark psrliw. fte i-due (..Main M Ivan Pelrovich En p e: 0 5 0; Balcon : IfiQ. l."l Pau American Airways,Inj Avis i un La raret du numtla mort le toute-) en3oi aire, in prises. Nous ne sommes point coi re les mesures hygieni |u dont parle i Arrte; seule m t ut mauire uout inygu at envisage dans cet An en u'est poiui dans l'iuiert ut tous. La Commune, au liei lavoir dea vues adminisl u tivcs trs larges pouicunci .i i t /us les interis, les ai au contraire. La Commune de Port-au Prince pose, d'une taon •"• gobsante el troublante, d u.\ (uestions: lo — l'exisicun pour la masse, 2u 1 existence , 57 00 44 00 „ui 9O0 NOM, .: Maio 25.W -'4,0U a S JAIMM.P.H. 52.0U *W es pnxpo.o lesaulies piiuls sol ,ed.,is |-i0|0 rtisj (-..l''nntemps q" ces-eiu.h .s gmi des, les i \ rabcs MU au s devu nii-n tflectil : Puur le N.ru, les aviou'. paiteut l ici J.JJ . in. les ad dis jeudis et samedis. Pour I Sud, ua avions pi. l ent d i i a J,2() p. m. Itsdinul th-M'; raeicedisjel a 2 UU p. m tes veudredis. Pour lottes i il MU. M OUS couceruanl rurils, lliurai 1 Service ir*£press et transport tu ^encrai. CABINtT PARTICULIER 00 RSIDENT DE LA REPUBLIQUEj Vu le pe>' de lemp s qui reste au Pouvoir Exe i il i he er 11 prparation u ti il gisl itit, les r ep ; I Presi h ni de I i R; ii p, suit en ce qui concerne les officiel, sont R"^ 1 .euaui pal i i du lu idi 7 n os c< ura n i Elles seront reprises "es !a rentre des Chambres. i ., i. N lioi al, le 1 ma s 19: accident u'automobUe qui u lit (fis n '. s oies a la U i o ;. itu (h s sou s a l'h 1I..1 di l'iht-o ave d'o il • ( ans| <,i ie e i>ot domici e de i< i %  : u* • • l' i mion de l'admiuisti lu es posicS a |ait o liaiun s me H m din avec util autre voituie. ta lace >in Paia s des di isires. il a m t roue il .i i t rebrise. —Le Prs det Vincent et le : rsident 1 1 u|til oui eehaules le gi immes de leiicitatioos. i'-iccasi ds l'anniversaire de lin l, in lau.i domioicaine. — Les Secrl ih es cl Etat dis P,elatious Extrieures donn .un el hatien, -Ni M. Heo nquez Urena et Abel Lger, oui h mg des icigrammes a i occasion iu mme v iement. —L'anniversaire le la naissnue le Washington a donn lieu an change de tl— n tnmes cordiaux entre les e uts Vincent et Hoove' el n.'ie M.\]. Abel Lger e Henry L. S un--on. Le lettre de M. CameroiForbes qu'a publie L'temps est un document extrmement important. Elle l montre des (is obscurs et n ubles des vnements de 1930. — On se demande si ('est JOUI ( Brayi r h s d ptes que nel Sadresser au Telplftse 3243. PAN AkERiCAN AIRWAYS, INC E. J. iNOv-iHA^ iiipoit Mauagei. M ... *J. : Intestin U'-VUUS BOGLClDAJ'Jltnl far-ilemeit n'imi-oru (pi mnt. p'.ur viter is louieur. l'op1 s lenrop-is, nen'ra.iieHnin tomacaie, u^prinier las mij;!! r T mauvaises iii-estioni dh!i.| or l'inlgr les insinualioi s de la note en qui si on, 'es pouvoirs du Dput \V Pluvise qui ne peut a cepter et e j (jin n'acceptera jamais, DS dchoir aux vfuix de ses i [roi Biger sni I |ai qne i %  lui avons confi de mus reprsenter a Chu m b;e. n l'ch mgeanl parle de Conseil d'Etal a r intgrer dans notre systme, j la prochaine rtorme constitutionnelle ? i Dcs — Journal de lAwm allemande pour la S'/'.V,^ mio de lvrier 1932 Hier dimanche, ma M ne, f, nt PU lieu dans In la faA vendre loe s-ille a manger amricaine complte. S a l'ss'crvtiir' i\ ri 7 heures p. m a Mr RONARD. Pue l — Venezuela iuluraM iia'o.co, fit? PU lieu ia a... . v„Yn bdrale Icol^qurs de Chry dique aditaut a NeW sostme Cyprien Horcllc //l rtnnnirlf ilTI^H ; j )0Q, 4i-r*s-Parfs\ %  %  % %  %  -*4&BfT~ PUBLICATIONS REUES | — Revus commerciale el Bulletin mensuti de la Lh mi bre de Commerce franais d'Hati* numro de decembn 1931 — La Banque Royale du Canada. bulUriiO de celle ins Utution pour le mots de 1cvrie. 1932. — Revue dr la Socit d'hi toire et de l'.og aphie d haiti, ianviei 1932. Rachititn Lymphatii"* Croittonct Bronchites, Anim* MORUBIASE Extrait de Foie Je Morue (Irradi, Vilamin'. >ani tpf*L •ou. forma d* Ulula ••JT" foie do morue. ,e prmd M < !" ''L\\ Onfll : Labor.lolr.. C0" I 0. Rut C.kan oinitl* • *^a %  TT!rr,. rk-w.i*'k B '-* ,; L ; eu s*. LE FAIT EST INCONTliSTABLI A H 11 C'est la quintessence des meilleures arits tle cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs C'est ce qui fait son arino. GOUTEZ ET COMPAREZ' && Atfm :'Toutes les Polices DE LA m comprennent la [Protection contre la Foudre sans auqmentation de tau*j S Fuff.Lp Rossetitt £ Aqents Gnraux mm^mmsamam r m g&iaM ..



PAGE 1

iihmii IWbaueo 9 2 . M itllt a gard sa p ramiers plaoa *, -w CEPAGE 3 Grand Caf de France NSiEUR DE KR PATKI I A PAS D'GAL, BLES El DISKS \m,i s OISIS, CIGARES t T DEFIANT TIUIE IMIEM A EMILE MLLE t. Patrizi &0> T : LPHONE : 2341. INZANO U DAME CHIC NE DEMANDE QUE DU VERMOUTH CIIMNO Bt/NC IS DE PIE UN PETIT TOUR ICE-GARDEN Chez W. KAHL Peltonville s* Agculs pour !a Rpubliqui A. DE MATTEIS A Co. Port • au • Prince (H I .... i %  Cas intressant la kiliialioii (1rs tarietina qui lOTaieil ifW le .lapon ou la Chine WAIH NGTON, 28 Ft'viier.— Les cxpeiis dis dpartements d'Etat el de la guerre examincnl les lois fdra 1rs pour rilerminer le tlatut des citos yens amricains qui prti*k Es resa (. henb irg, SSrs TLAiTIC FREICHT K'ui Rn ein n ii de Ma#is STKKMANM . CO — o — Vole il (on Is peur la i enpayoir (•e pie Le Se ni l'u projet de loi aul ministre des finances m la disposition du m de la marine tua ri !, de, sur ressources %  '< Trs ri lans la limite de 110 mill us ; nmes i rui d'i! fonclii an sa et 1% ion de la lij i la om| raie Id satl unes seront loun I I pi le ix mois datei lu 1 l.ni r le l;> Banqnf de I r. • ineole. i I) que de I ici indique i ion de | e oi nu I i ds 81 J mi ;: m< i miili millions Les dre II n ; .' -, igie i repr e laut Pari l phi m t rue ei i i e n o i 11 nr du j srlos. j ' m LLO bu j %  i i i rurgeau t VJII, se plaignent Il S mules ('ne dea lieux sulli a re l'ingnieur l'opportiH lion urgente. ;'i9uad n e Btlireid ion de l'ii ra loi in aux n liaqu ul que i )sarcino Roy franaise ituant, • Pliairniacie Hatienne rnnicie du i i< ie de J<>G ITrard. %  i iale d Si. 'OM Stf*Au* HypophoiphiJ, d* Chsm H M 1 l'Huile de Foie de Mon* %  '" au got il facHmm* i ut 1$ compta* Ut A la Nutrttton p* excellent REGAGN0N CM RETQ <> r mactaM i ExperlotUn %  MAGNANT 05. r...du FMk^fc-D*!!!. HARU PARIS.Ift'



PAGE 1

Lundi 7 Mars 1932 Le Matin 4: PAGES tt>e ***** M* Hll Port-au-Prince Tlphone : 2212 AVIS AU COMMERCE La Manufacture Hatienne La Panama Hailroad Steamship Uni a lavaitage d'an oncer les dpar s sui\ nts de .New York pour i oi I a Pi Hati, directement chaque mardi. Tous les K e mi pjiirvusde chambre ori > ue : (jparls de heu> )'>> ,\, : yi \ j' 0 S eamer Goi < i|uil le 24 I le li -, S'tamer7jCritobaIa le 1er i tars 1937 gli • • • SteamerVBuenaventurai le ira Steamer a Ancon le 15 mara Steamer cGuayaquilx le 22 m Steamer iCrisfobalr le 29 mara 1932 Steanur iBucnavc iM i.i h5 avril Panama Kailroi ampship Lina JabiJ.C. VAN REED a^eut tiueral h 28 mars 1932 le 3 "vi il I le i 1 avnl 19J2 >vmim • >. BIRE NATIONALE de la Brasserie Nationale Se vendj partout Or0;,10 le verre malgr sa qaulit suprieure. de Chapeaux ' L Indigne CE QUI N'A JAMAIS T FAITJ CE OUI NE PEUT TRE DPASSE Hsitai Gsral Hatien Accidents 1er Mais 1932 l'uhas Til, 19 > i. L'ru i d : 1! maies. Ulessui e i o ita i i ilneur de la jan b i (Hospitalis). Vlyrtils Lys, 24 ai s, i %  ion. fracture de la li p i lie antrieure gauch • ;ho pitalia). 'ilan-j Joseph, ,i' h ne. Blessure par sroi %  ii an Cil une de la rgion p i trale guuche du cou lion du trapze du aterno -cl m tatoidien (liospuah |2 N'eivil St-Louis, Il ans, lia Bit ttion Part. Amp itation u< cidentelle ds la pha ao I' ndex droit. Estima Osna li : ( ans Ste-stion Kiv. Froide, llessun a > duse du pied. Hdnre Jean, lr> ans, i llessure par arme irau i de l'avanl-brai et du po •ht, Louis Antoine, ^28^ai geau. Blessure tranchante d i aminaoca thnar a ,d la main gauche. Etienne Michel, k 2 ans, rue B union. Contusion de i droite. Charles Andr, 16 B ta, i in Massiilon Coicou. I>1 ssun i tuse du pied gauchi Cliarles St-3ean, i ans, Lyce Ption. COL coude diou avec hn 2 Mars 1 [JThoinas Idaman rue a Kvolution. Blessure • tuse du al ds l'avant-bras ie. L i Prudanc i, rue .1 fcasin ('i i' haute de i i e coin use du II on : la i douard deSen i, 40 u ,' oi are coniue de 'i i 10 nie, 2 ans, u le Mai ivis. Brlure lei letfri ei bi aa gauch Jules Mose, Il ans, i d Mani u ,i ue du 1 i : des Ucux m u 1 %  %  I %  oseph, 16 ans, Poi !aul au iu\ i nuque, l'i ; %  sure de chien | AI' met % % %  i 11 ,i ) nb • %  ise Clientle que la trente de ses CHAPEAUX se hit, depuis le 4 janvier, au N' J 2027. GRANORUF n l se D ancien lo ul. I ,e y trouveront I n f. I il. RCH. CEI GOURfOISIE. Martinez, Marcelin & G' %  BM r':ncai Lykes Bioth TS SS C lue a iltl San 1 > o imago"Rico Porto L" e hebd m re et rgulier passagers et trot ci les porta du e du Texas directement avet rin I 'ii. > i de el le' mu soient habile ie vos n •!;!); >urs I 's n ivires de • LYKF LINri P rl-aui.i e s) :t • mars 1932 Kola Champagne F. SJOURN Prrpai dan* des condi ions ;rif JUftatM D'ASEPSIE Prparation et Te,la huJtawciiF. SEJOURNE Angle aW.mea houx et da Centr. Laboratoire SJOURN DlRECTWRS F.\SjounNi, Pharmacien '" R. SJOURN, Pharmacien de$ l'Universit de Paris M. SJOURN, Pharmacien de l'universit de l'-uis.aauci interna des Hpitam de Paris Analyses dc\ Urines, du s'C ffj*tr*qpe. du stin{£'( Waiarmaan, Ure, Constante d'MU barri, Glycmie). D-,% cracha'*. Dee matires tcales. Loterie Nationale d'Hati 41 #, Ru* Bonna,Fol/;Phons : 3351 La Loterie Natonaled Hati est une institution hautement humanitaire par la multiplicit d'œuvres qu'elle se propose d'aider, une chance da bits. 4're offerte aux hommes h tmirs condi ions de fortune, Employs, Fonctioni air s, Ouvn rs. Artisans, Salaris U tous ordres, Gens le mai on ( do tKstjnucs. ) sans parlv leur budget ruotanmmtd ux gond \ ncuveiu g iRr trftii mille gourdes. Pa'rons d Comme e Ch?fs l*In ?e tirs, psr I* %  ht l'un bdin q.ii -.m libre du souci des rhancs Mdecins Avoca s. ingnieurs, Sn lemvDputs, rjrsi i Dignitaires de l'K aReprsen'a ts de rlnteHe.'.tua'it, J*r i alistes. Donnez l'exemple de>**n • i luril snrla.a. Rentiers, capi'a! fies, comas • en j mont, aufmcntriiftlra *voir. Vous tous qui I lite Ha ii, rrndrs.lui service fa KII anlle billet de la LuTERlh NATIONALE D'HATI. %  ••! % %  ; ; l y mer aRuih i-\ Genevi I ; l %  Velm : M i : Mar Il mars hi.U rs 19M 2.") i" rs 1932 1er avril 1932 Dur du VI \ { isin i %  l'El u. Roite i ostnfc 13 aileiition a Gner il Accidi ni Lite Vsi Gn JLCG Meilleurs que l'i • entire— tri :fi— rr 12 HEURES FLOCONS D'AVOIKI \ l ^SIVTTE PROGRS NOUVEAU RHUM WUVEAV Rhum dlicieux got exquis ALCOOL DFIANT TOUTE CONCURHENCE Clairin Vierge Chez N. N.VZON IP#T:AHCLE IES RUES DU PEUPLE ET FEROU PHOUE: aan. MM •'..-. •*-„. htmrance €o i Une des; plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE EUG. Le ROSST? & c 0 AaentsG ux ASSUREZ-VOUS la Mnerai Accidenl Pire & Lite Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scolliind ) ] t GENERAL* est ans des plus poissantes e! iss plus vssfes orasaiiali" 1 re. Le soleil ne se couche jamais su, son champ d'action qni enibrasis \ II es Polices contre incendia couvrent anssi les duts ocasionns par la louai i oliccs pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance,dore ami* jes a autrui dans sa peraonne ou dans ses biens. Ses I olicts Witimaa miam par ses branches d'Europe sont payables ea ti>M %  Polices COntTt accidents sont valables dans l'univers entier Tous les TT' 1 ,VrU Zn 7M pPC 1(,rt 1 P rct,,li0D <** e munir d'une police contra acidea; ,oina 4000 dollars, la prime smoallt n'tant crus da 1/2 V. soit dollars Vouve F. BERMINGH \M, AuxCaves S :iK ,'TS \prp\ G.n^ral pour"-'. rQrt-o-Prince; 1G. r.ITfi JEAN BLANC H PTJerrLiC s %



PAGE 1

Clment Magloire UMRKCTElm % 1358. ROJE AMERlCAiAfc I'O TELEPHONEgN 2242 Mis, Ira rsrss, raeMtlscs >oi ut !<"• Il slrinri ! riBf rni' iron ; %  \wwqrn\s%mtt\ j inrr l :i K |it ifM'iii* i* t : le arrsesl II s '< %  Ii'iiicmjiiii in rllraie. Le Hn NDtfl 25 me ANNEE, N' 7617 POIT-U' n'ivi E ; Les conditions do notre relvement. Les restrictions administratives ncessaires I l'NDI 7 MAI r„ Hent --j-v j,oa ue veruurr L.C fJ>V les taillis, les tonns dont •paisseur dfiait nagure le [^gardsont brls par le seleil. lesl la scheresse I . Ella djoupe partout d'artificielles claires. Un lapis de feu Iles reJ nv re le sol et loi Vnue une '"aine lasticit. Let arbres %  'Pouillfg montrent le squelette leurs branches dnude. Jmme toujours, de sources • %  ne, des bestiaux n u u al.,L 80,t Q"*nd donc I ,uie bieota.sante viendra-l elle f tional, sur l'un d'eux. Le pont de la Croix-des-Mi* sion, construit vers 181)5, SOMHtppolile, dure encore. Il est en parlai! tat et vent de recpvoii une couche de eenturs. Dam ce pays o tout passe si vite, les hommes et ls choses, c'eul merveille de le voir comme nupu iris jours d son e rclioi IWeicer:-— >es deux i de la luute. des champ. de ion attendant perte de vuesemblent abaaJonn-s. Ou a l'ir de ne pas l'occoper de colis, dirait n. Le prn i si bas, l'on craint d • n lai-p, sans perte, les I transport tl d'emb d une des tris es es de la s; conomique ai iuelie, un plus pnibles r.sre .abandon de la terre q li i nos chronique*. I Un peu plus bas, i gauchi des champs de canne, d tendue considrable, apparti. nent la Hasco Ils sont an. par des puits artsiens. \ ravant, c'taient des baya hoi qui y pouaaaient conao lests, du reste, le ct nord aIn roula qui n'a prs chac Au Pont Cass, on un pon', sur l'emplacement de l'ancien. Noos avons vu sur chantiers l'ingnieur en c Leeslletier Jeannot, avec i quipe d'une centaine i i, mes. Il est aaaiit dos ingnie Franois Ueoigea et Henri Di 3 T on. —Le pont se coi struitenbrique el en roches, „ous di gnieor Jeannot. Il a 3 mtre entre cules, calculs pour charge de 23 tonnes. Ces de laisser passi r l'eau dn B eau Broo. Celle rivire esl drain naturel du Cul d Sa< s'tend sur 75kilomtres partant de la Serre. I£|le est au joui d entirement ob Irue par terres venues Je* rgions SU| rieures et l'coulement m laisanl plus vers la mer, eaux sont gardes dans les vettei des habitations Las e Lilavois el autres. Par l'va ration des e.mi les sels al B realenl eu d( pi sur le g I qui dtruit la vgtation. En il tendant que se lasee la r u tuie du r?rain de Boucan I et au moment de reconslruin l'uni Casse, nous rouvrjns I canal ftant ses eaux l i nu r. Je dois ajouit i q i, ; drainage 'e i %  plaine lu Cul de Sac esl act iell< ment • n % %  < sidra lion, Lei | I soin i et les crdits ncessaires se inceatammenl se o li Nous pou-, ons pin i a I s dfux c.V-. s de I alle qui co : i |, \ Le rebours, i o is ne iro que des r*cus, des bayaho i Ms acacias qni rv ent I aauvaga des lieux. I B Saline Lerebours est dserii. Une v vre. rachitique, esdi et l, sur la lerre ptrie d st>; le toltil implacal le d i rayons \ mangliers mi I : i i %  %  < l vedure dans I %  | y .Ou pire, une aaaez g a i e tance, l'odeur sali Sources puantes voici 1 Klles sont assez conlor tablement amnag-s pour 1 besoins des malades. Slmonette:— Sur la gau* che, une oasis de verdure, d s cocotiers, une vgtation aca /' dense, quelques casea disamines, des canols de pche d'o son lires des poissons que i radient des lemmes. Lafltteau: Gr tendues de catius, di i\. hondese d'acacias, i droi gauche. Des ch m tolii s, rotisses, i>\ • • s ji leus du soleil. A c i laiu droits, la terre calcine se I dille par pleques. Un peu plus de Irak!)! C'est la Source Matchs qui s'annom e. L< lin I • u roulant ses fl<>b i us. a v tanle de lumi i i s si de q i d • Ile lcbt le %  b i d'oi cart Ksante,hi vo up u< arrivons au dbarc dre ou trois pa ti i l'an comme on an voit ans i t i painlures de marines. Lu Jace, c'ebt NOUVEA SCANDALE < Musique ngre i %  ii esl de la i ssons i as ila a. reprai ni de iB : I oui! de • i an se pi i li avons e • La m la M i • l tend i • • | i \d, l'autre ?Q roger i ,al de n arcie-' ... Voit q e | dire foi a 11/ al trouve en e nous BVOII u eul i : (i.. M ilique al ment i snous pei du 11 1 ssnnl MH' • P ys nu i i D lim un | > i ;. L \< s la • • (oui e •do i ivage il s i les %  i i iiine Prlno • i b r u p 11 idi i our av c N us I averti le paysag \ qni eptibh ment. Des une l debout entants loi i o %  ier < i d %  •> %  i d %  boi ; I i m d i p. v an une insi i u i taire Alfred Vieux, de li ne, %  'li Roi L'end il lui lu ; n i' /Il || taire, : uis I I Allnu Y, l'honnttt i nu Simon Vieux Sui I on remarquait, il y a quelque :• %  ps, Kohaa Mi ec I de < i : barel, sar l'h e de Lai %  %  I i %  i i %  T.A.V. {A amure) Mil le mme mu I eufa : %  ligaI nipeu i nous doigl • l'nigma. s: i -l i en;na-. •i long: ,la .. Le e iurl im II r la \ -, al la i retusc de ; |j (!ll e. Monsieur Ualan, inquiel %  de I).. n, ie n cous,'il d. s i... cl I >pui, qu'il %  1rs pnalits que p mail an %  remanl la | i de lu el de I lit la • .ri I Mil 1 • t payi .. Aw nanl %  que \. i:. K. qu' repi %  ?P I '! e | c ..II-tl ..i iau e. La i mide m n de IS le %  pareil qui : ie i r • cet qu'a le : que I >n cl l'Uat ne soi* 11 v a ce n'eal pus i |ui ;: %  %  nas perdu la 'i-tr, %  • iun ... Nous na BOI I la orupre nd r de se i i inche ne'va i I nce,. entre antres de taire pail s 'on' iji vi.-, coi \iiisi I %  ra M In •? as ut • li. .al Ml la '• fi lu i-s te *. el • • B ru .in h.s de P -1 %  '10 panvre rill •; i r p N | 0 ,. t le< i 'i -, r tl d'une di |. uvn • -s eipi Mer dans n ingue n'c i mr. lii• i • aki, lisent les imus. : i m isonni Itc o >• i e ne dise np'it Les voisins ne soal i ^ 'in d i. pauvre possd le du ai mon, al qu'an exorcisme a'inapote. Le laii esl vraiment troubla il, • ... voit que Isa pneus Dunln > 'onl i el que des | pris o it eng ;a entra des propre d'aul >s ,i savoir quelle 11 IN irqua in plus raislanLe Dunlop l'a emport liant i main. On en trouvera chea John Woolley, le charment com canl de la Grand'Hue... a l,i cl us 1 1 Icllrp de \j. i ' bas que publie BO! re Le Temps, la iussa%  "•ml |in laissa rveur: Irouv i>-u oui I,retrait des Marin Chaq didal a la ''i si' esprait qu'ils ss> IUS i suia enclis a l< s Atni ieaiai vos* '"'ni •-' retirer plus vile que les il, i iens ne eoudrool les voir -, i 'tjrar, • Non •• unies loin, C00HS : on voi'. le la d toccu lion I-II" liale el intgrale. • ... a vu Al Htel de France, n n l'on i til li menu est lo i mrs pai I o'. un de nos s" parai'-iLles rardinea 11 h eugQ .. n a ider m\ •n qui prtendait || fI i 'mpa %  i •niiiii • hors d e. vre. 1 '"' l'occ sion d'il ie spl le ( h m /ii i*ine: 1 •" > % % % %  \ nencaie.jesuis ptlS le loi mrs 1 on %  lioii, quon s'anqnierait Hp , s g ,i , ; lV ;iii! d k ici vu cela se doit '-e, 'e garoa rei sans hroncher .. et i eu souriant les aai h' s p i lu jainl.o. ••• i J Bulre smr ua* U1 deux hommes "lus a ix lvre 1 i buvnj luii •parolea. I nv ;) pas ra, l mal actuel" rside m il de nos dsi "ell s et more; quoi bon ^e plein. dre T par des tractations s qu'on ru puisse i re esl ne p i.

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06951
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, March 07, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06951

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
UMRKCTElm %
1358. ROJE AMERlCAiAfc i'o
TELEPHONEgN 2242
Mis, Ira rsrss, raeMtlscs >oi ut
!<" Il slrinri ! riBf rni',iron ;
' \wwqrn\s%mtt\ j inrr
l :i K |it ifM'iii* i*t: le arrsesl II s
' leil, >< Ii'iiicmjiiii in rllraie.
Le Hn NDtfl
25 me ANNEE,-N' 7617
POIT-U' n'ivi E ;
Les conditions do notre relvement.
Les restrictions administra-
tives ncessaires
I l'NDI 7 MAI VI
Ithutii
Evidemment, le ministre
des finances reoit en dupli-
cata toutes les pices justifi-
catives de nos recel le* el de
nos dpense; il peop, au
surplus, aprs coup, compte [
de toutes les dpenses que !
la loi de finances autorise de
faire par anticipation; celui
du commerce reoit aussi corn
munication de tous les docu-
ments douaniers et consu-
laires utiles sa statistique.
Tout cela forme la matire
de la comptabilit publique
gnrale qui se tient au mi-
nistre des finances.
Mais comme le service du
Receveur-Gnral, qui est
la foi noire agent de recet-
tes douanires de par le trai-
t, de nos taxes internes de
par le Bureau des Contribu-
tions qu'il contrle, et de nos
dpenses gnrales eu vertu
d'une bonne volont gouver-
nementale qui date du dbut
mme de la prsidence de'
Darliguenave, lient en tout
premier lieu autant de coinp-1
labilils qu'exigent ces dil- :
renls servi es, il est clair qu'il :
y l un double emploi par-1
laitemenl inutile don! Ietr-|
sor lait les finis.
Nous entendons l'objection '
qu'on voudrait tirer du fait
que noire comptabilit du mi- '
nislre des finnnees~|csl sen-
se contrler tous ces servi-
ces do recel les et de dpen-
ses ei qu'elle tire de l une
certaine utilit. Nous voulons
bien, mais alors il faut cou
venir que c'est l un contrle
parfaitement loign, qui ne
Survient qu'aprs l'accomplis-
sement des rails et qui con-
fine la statistique, tandis
que les services effectifs de-
l recolle el de la dpense
travaillent sur les mmes l-
ments de comptabilit, font
la recelte en mme tant (pie
son contrle, ralise, quant
la dpense, le vritable con-
trle prventif puisque le
visa du Receveur-gnral
vient api es la signature minis-
trielle elle-mme, prpare,
en mme temps, comptabilit
cl statistique et rend public
le tout, sous forme de rapport
mensuel, sans avoir besoin
de passer par les ministres
les finances el du commerce.
Nous le rptons : il va l
un double emploi vident
<|e seul pourrait l'aire dis-
paratre un fusionnementco-
Domique des services de comp-
tabilit du receveur-gnral
ft du ministre des finances,
rserve faite, pour ce dernier!
du service des ordonnance-
ments el des mandatements
qui est un rouage de noire
organisme administratif et
condition que c* service com-
prenne aussi les ordonnance
inents en recelte, comme sous
le rgime des anciennes ad-
ministrations des finances.
C'est, en dehors des sta-
tistiques, le tableau de ces or
donnances de dpense et de
recette, accompagn de celles-
ci comme pices justificatives,
qui a toujours reprsent, ou
lsait, la matire des comptes
gnraux permettant le con
trle de l'exercice el des ges-
tions.
La riorme que nous envi"
sageons implique une con-
fusion des mmes services
existant de part comme d'an
Ire et une nouvelle notion de
l'intrt gnral du pays qui
ne serait plus subdivis en
intrt du service amricain
el intrt du service hatien;
un classement rationnel des
lches o service de recette:
douane el contribution, servi-
ce de dpense,service de comp-
tabilit, service des stalisli
ques, etc. seraient l'objet d\\\)
examen objectif en dehors de
toutes personnalits irritantes
el reprsenteraient dans l'en-
semble le personne] dfinitif
du ministre des finances,di-
rig par autant declicfs de ser-
vice qu'il serait ncessaire,
sous fe contrle respectif du
receveur gnral conseiller
financier cl du secrtaire d'E-
tat des finances, Ainsi serait
ralis le systme adquat
decomptabilit publique pr
vu au trait, ci cola rationnel-
lement el conomiquement.
C'est la seule faon, au sur
plus, de rtablir dans nos ser
vices de comptabilit les fonc-
tionnaires professionnels dont
nous avons dj parl en rap
pelant leur respectabilit,leur
indpendance cl l'importance
de louis services. C'est parce
que la comptabilisation des
oprations gnrales de la R-
publique a lieu dans les offij
ces amricains crs en vertu
du trait et des accords de
la taon que nous avons dite
qtis les fonctions correspon-
dantes du ministre des fi-
nances ont une allure de si-
ncure que justifient, depuis
quelques annes dia, les
choix des fonctionnaires el
Ici changements fantaisistes.
(A suivre)
ALIX ROY
30 annes desuccs.
VERS PRINCE

Un Ion roux de feuilles sches i isses drle; nous avoua reien
'tend sur toute la campagne. | cependant Arcahaie 18 Mai, dali
'resqur pas de verdure. Les de la cration du drapeau na
1)018. le llilii- i__ .____i. J___i !..,.I > r Hent
--j-v j,oa ue veruurr l.c
fJ>V les taillis, les tonns dont
paisseur dfiait nagure le
[^gardsont brls par le seleil.
lesl la scheresse I.. Ella d-
joupe partout d'artificielles clai-
res. Un lapis de feu Iles re-
Jnvre le sol et loi Vnue une
'"aine lasticit. Let arbres
'Pouillfg montrent le squelette
* leurs branches dnude.
Jmme toujours, de sources
, ne, des bestiaux n u u
al.,- l 80,t- Q"*nd donc I
,uie bieota.sante viendra-l elle
f
tional, sur l'un d'eux.
Le pont de la Croix-des-Mi*
sion, construit vers 181)5, som-
Htppolile, dure encore. Il est en
parlai! tat et vent de recpvoii
une couche de eenturs. Dam
ce pays o tout passe si vite,
les hommes et ls choses, c'eul
merveille de le voir comme nu-
pu iris jours d son e rclioi
IWeicer:- >es deux i
de la luute. des champ. de
ion attendant perte de vue-
semblent abaaJonn-s. Ou a l'ir
de ne pas l'occoper de
colis, dirait n. Le prn i
si bas, l'on craint d n
lai-p, sans perte, les I
transport tl d'emb d
une des tris es es de la s;
conomique ai iuelie, un
plus pnibles r.sre
.abandon de la terre q li
i nos chronique*.
I Un peu plus bas, i gauchi
des champs de canne, d
tendue considrable, apparti.
nent la Hasco Ils sont an.
par des puits artsiens. \
ravant, c'taient des baya hoi
qui y pouaaaient conao
lests, du reste, le ct nord a-
In roula qui n'a prs chac
Au Pont Cass, on
un pon', sur l'emplacement de
l'ancien. Noos avons vu sur
chantiers l'ingnieur en c
Leeslletier Jeannot, avec i
quipe d'une centaine i i,
mes. Il est aaaiit dos ingnie
Franois Ueoigea et Henri Di
3Ton.
Le pont se coi struitenbri-
que el en roches, ous di !
gnieor Jeannot. Il a 3 mtre
entre cules, calculs pour
charge de 23 tonnes. Ces
de laisser passi r l'eau dn B
eau Broo. Celle rivire esl
drain naturel du Cul d Sa<
s'tend sur 75kilomtres partant
de la Serre. I|le est au joui d
entirement ob Irue par
terres venues Je* rgions SU|
rieures et l'coulement m
laisanl plus vers la mer,
eaux sont gardes dans les
vettei des habitations Las e
Lilavois el autres. Par l'va
ration des e.mi les sels al b
realenl eu d( pi sur le g I
qui dtruit la vgtation. En il
tendant que se lasee la r u
tuie du r?rain de Boucan I
et au moment de reconslruin
l'uni Casse, nous rouvrjns I
canal ftant ses eaux l i nu r.
Je dois ajouit i q i, ;
drainage 'e i plaine lu Cul
de Sac esl act iell< ment n <
sidra lion, Lei | I soin i
et les crdits ncessaires se
inceatammenl se o li
Nous pou-, ons pin i a
I s dfux c.V-. s de I
alle qui co : i |, \
Le rebours, i o is ne iro
que des r*cus, des bayaho i
m- s acacias qni rv ent I
aauvaga des lieux.
I b Saline Lerebours !
est dserii. Une v
vre. rachitique, es- di
et l, sur la lerre ptrie d st>;
le toltil implacal le d i
rayons \
mangliers mi I : i i < l ve-
dure dans I | y .Ou
pire, une aaaez g a i e
tance, l'odeur sali
Sources puantes
voici 1 Klles sont assez conlor
tablement amnag-s pour 1
besoins des malades.
Slmonette: Sur la gau*
che, une oasis de verdure, d s !
cocotiers, une vgtation aca /'
dense, quelques casea disami-
nes, des canols de pche d'o
son lires des poissons que i
radient des lemmes.
Lafltteau: Gr
tendues de catius, di i\. -
hondese d'acacias, i droi
gauche. Des ch m
tolii s, rotisses, i>\ s ji
leus du soleil. A c i laiu
droits, la terre calcine se I
dille par pleques.
Un peu plus de Irak!)!
C'est la Source Matchs
qui s'annom e. L< lin I u
roulant ses fl<>- b i us. a v
tanle de lumi i i s si de
q i d Ile lcbt le b i d'oi
cart Ksante,hi vo up u<
arrivons au dbarc dre ou
trois pa ti i l'an
comme on an voit ans iti pain-
lures de marines. Lu Jace, c'ebt
NOUVEA
SCANDALE
! < Musique ngre
i

ii esl de la
i
ssons i
as ila
a. -
-
reprai ni de i- B .
: I ou-
i! de ,
-
i
an se pi
. *
i
li avons e

. La m
la
M
i

l
. tend i
-
|
i \d-
, l'autre ?Q
roger i ,al de n arcie-'
... Voit q e | dire foi
a 11/ al trouve en
e nous bvoii
u eul i :' (i.. m
ilique al ment i
snous pei du 11
1 ssnnl mh'
P ys nu i
i D lim un | > i
;. -
L
\< s la
' (oui
e - do i ivage il s
i les
i i i- iine
Prlno
i b r u p 11
idi i our av c
N -
us I averti le paysag \ qni
eptibh ment. Des
, une l debout
entants loi i o
ier < i .
d > i d boi ; I i m .
d
i p.
v an
une insi
i
u
i
taire Alfred Vieux,
de li
ne,

'li
Roi
L'e-
nd il lui lu ; n i'
/Il ||
taire, : uis I I
Allnu Y,
l'honnttt i
nu Simon Vieux Sui I
on remarquait, il y a
quelque : ps,
Kohaa Mi ec I
de <
i :
barel, sar l'h
e de Lai


I
- i

i
i
T.A.V.
{A amure)
Mil le mme mu
I
eufa :
-
" liga-
I ni-
peu
i
*
- nous
doigl
l'nigma.
s:
i
-l
i
en-
;na-
-.
i long:
,- la
.. Le e
iurl im II r la \
-, al la
i
retusc de ; |j (!ll
. e.
Monsieur Ualan, inquiel
-
' de I).. n, ie
' n cous,'il d. s
i... cl I
>pui, qu'il
1rs pnalits que p mail an

remanl la |
i de lu
- el de I
lit la
* .ri
I Mil
. -1 t payi ..
Aw nanl
*

- que
-
\. i:. K.
qu' repi
*
?P I '!
e
-
|c
..II--
- tl ..i
iau
e. La i mide
*
m n de
IS le
- pareil
qui :
ie i r
cet
qu'a le
: que I
>n cl l'Uat ne soi*
11 v a ce n'eal pus i
|ui ;: nas perdu la 'i-tr,
iun ... Nous na boi
I la orupre nd r
de se i
i inche ne'va i
' I nce,.
entre antres de taire pail s
'on' iji vi.-, coi
\iiisi I
ra
M
' *
In
?
as
ut

li.
.al
Ml
la
'
fi
lu
i-s
te
*.
el
b ru .in h.s de P -1
'10
panvre rill ; i r p N. | ,0,.
t le< i 'i
-, r,
tl d'une di |.
uvn -s
eipi Mer
dans n ingue n'c i mr. li- i-
i aki, lisent les imus.
: i m isonni Itc o >
i e ne dise np'it
Les voisins ne soal i ^
'in d i. pauvre
possd le du ai mon,
al qu'an exorcisme a'inapote.
Le laii esl vraiment troubla il,

... voit que Isa pneus Dunln >
'onl i el que des | pris o it
eng ;a entra des propre
- d'aul >s ,i savoir quelle
11 in irqua in plus raislan-
Le Dunlop l'a emport liant
i main. On en trouvera chea
John Woolley, le charment com
canl de la Grand'Hue-
... a l,i cl us 11 Icllrp de \j.
i ' bas que publie bo-
! re Le Temps, la iussa-
"- ml |in laissa rveur:
Irouv i>-u
oui I,- retrait des
Marin Chaq didal a la
''i si' esprait qu'ils ss>
ius i suia enclis a
- l< s Atni ieaiai vos*
'"'ni -' retirer plus vile que
les il, i iens ne eoudrool les
voir -, i 'tjrar,
Non .-unies loin, C00HS :
on voi'. le la d toccu lion i-ii-
" liale el intgrale.

... a vu Al Htel de France,
n n l'on i til li menu est
lo i mrs pai I o'. un de nos s-
" parai'-iLles rardinea
11 h eugQ .. n a ider m\
n qui prtendait || fIi
'mpa i niiiii hors d e. vre.
1 '"' l'occ sion d'il ie
spl le ( h m /ii i*ine:
1 " > \ nencaie.jesuis
ptlS le loi mrs
1 on lioii, quon s'anqnie-
rait Hp , s g ,i , ;lV;iii! d k
ici vu "
' cela se doit
' '-e, 'e garoa re-
i sans hroncher .. et
i eu souriant les aai h-
' s p i lu jainl.o.
i J Bulre smr ua* U-
1 deux hommes
"lus a ix lvre 1
' i buvnj luii -
parolea. I nv ;) pas
ra, l mal actuel" rside
' m il de nos
" dsi "ell s et more-
; quoi bon ^e plein.
dre T
- par des tractations
s qu'on ru puisse
i re esl
ne
p i. i|
u ut pas de
i Iles cea-
- .
'.Mit
- sance.
tua ni
m ilonsiea,'
''* "e sauraient les dmeu-
- -___________________


,E !
il M..1U\ / m*n :

? a*_*
UNE PtTITIOM DES WilUS
EFttoSi iiEsaotcyisi.it
i Propos
CHOS
-
Port-au-Prince,
1 32.
humides
A Son Ex. le Prsident de
la Rpublique en sou Con-
seil des Secrtaires d'Etat*
le 3 mars |l usons remarquer qu'il Je ftl
contraire a la libert du Con ]
n.erce ; il cre un mono|
il peirnet deux ou
individus de luire tortui
et Arrt aura pour mis
1 irriter les classes labortcu
tes dout faction et les tflorts
ne .sont gure protgea,
ISi vous n intervenez
Mousieur le prsident,Mrs le
Secrtaires d'Etat,l'eicatioi
L'Action Halionalc ex-
pose, dans son dition de sa '
medi, ses ides sur la refor-
me t onsotunouneiie: uu i-|
fcime po.itique calque sur ie ,
'".'". 'ti'tio'n "qui a "admt ta thse de lin- ysim* amricain. A vrai]
msututiouutiiM d'une ioi ue i28 CIIU. ce n'est pas lis loigne
iTOS uque des tribuoaui. Uoo le '
o -
Naval, ci-'lev.uit juge
i supprim,, obte-
,:i i ,,; .h Tri i m il de l.1 -
Palais National
Mr le Prsident,
1
Nous, Mesdames : Charlus
Henri,Maricille Nazon.Uranie
Je m, Agnise St Hibert, Jo-
phine Guillonetle, Vitha
Victor, Dorphin Transport,
Louise Blanchard, Marielh
Massacre, Lorvanna Jeannol
Vve St Julien Nol, Main
(ijorges.Julia Portun.Delisci
Oscar, L.arida Monvil.Anloint
Dominique, AdmlbafjRi
Chrystiana rVielton, Celle
Djpr, Carida Cuatus,Filome
Eveill, Rsiline Chrystophe,
Clie Calixte,Clorenne Benja-
min, L'runie Pierre, Clorenni
Adelsir, Jean Louis Juste,
L-imercie Beauaon,Veuve An
t )iue, Sylvia Laroche, Mr.
Catule Jcrmie, acheteurs el
vendeurs de sel de cuisine
e gros et en d lt lhou
ueur de laire a V. E, cl
sua Couseil l'expos suivant.
Depuis plus d'un sicle, de
pres, mres, (ils et in les
i.ous achetons du s i des pi o.
ducteurs el nous en reveu
dons aux habit;, uts des dillc-
rentes commones qui. corn
posent le Departemeni d
l'Ouest ; nous avons pu, de
p s des temps, donaei satis-
faction tous. Personne ne
s'est plaint de Jnotre activit.
N )us avons ainsi rpondu a
t tas nos engagements.
Aujourd'hui,le Lonseil Coin
munal de Port-au-Prince a
pns un Arrt rtlatil h U
veille de ce pro lu t de pre-
mire ncessite. Il inipoiU
d'attirer l'attention de V. h.
et de voire Conseil sur cettt
initiativequi est.contraife au*
intrtsdivers.a ceux des con
son m a leur s, el aussi nain
existence directe, parce qu<
intermdiaires entre les con-
sommateurs et les produc-
teurs.
Nous ne chercherun > pas ;
parler V. E. de cet arrt dans
sou ensemble, niais nous vou.
de cet Arrte pourra num
a l'esprit de discipline, d'o
biasance du peuple hatien,
qui sera atteint quolidieuue-
ment dans sa vie propre.
La question est grande df
consquences; veuilles le u-
ucr dans toute sou ampli ui
Monsieur le Prsident, mes
tieurs les Secrtaires d ta
1 J.c caiactie ne tu
populations^ des campa g
nerite d'tre conside en i. -
son de l'atmosphre si vo.ee
de noire territoire ,
2o- La dltflcull de Lia
vaillcr elle choix d'une pio
iessiou.
i, | d appel n'aurait pas d
ppriin el M i V'aval n'aurait pas
e nus a pied par suppression d em-
ploi. Truisme. Sans douta. El Me
ival a obtenu i ikoa. Ce qui lui
cbei quelques nailli
llars, pour ses appointements
le titulaire dune fond
mie. Cette perspective heu-
le m.i an joie, comme bien
iroui pensez. Aussi, fendredi soir,
n runit lo ia s anciens collgue de
, ,, mal d'appel etau MU M
,,.1,11. CACHET D'OH.on fta le
mphe commun.
Un-laldij
DLVAlNSOm
Le grand et beau film d'Huguetle Duilos :
Knigsmark
psrliw. fte i-due (..Main M Ivan Pelrovich
En ,pe:050; Balcon : IfiQ.
l."l Pau American Airways,Inj
Avis
i
un
- La raret du numt-
la mort le toute-) en-
3o-
i aire,
in prises.
Nous ne sommes point coi
re les mesures hygieni |u
dont parle i Arrte; seule m t ut
mauire uout inygu
at envisage dans cet An en
u'est poiui dans l'iuiert ut
tous. La Commune, au liei
lavoir dea vues adminisl u
tivcs trs larges pouicunci .i i
t /us les interis, les ai
au contraire.
La Commune de Port-au
Prince pose, d'une taon "
gobsante el troublante, d u.\
(uestions: lo l'exisicun
pour la masse, 2u 1 existence
, une les privilgies.
Nous vouions esprer, Mi
ie Prsident, Messieurs n
Secrtaires d'Etat, que ce u
jeliuon sera \ srieusement
considre, et voiie interveu
iiou proliiable au pays,
Agrez, Aiunsieur^ie Pre*i-
deni, Messieurs les uSecreta -
res d'Jblai^t'bumniage resp c-
tueux Ue dvoues serviteur.
Tour les Ptitionnaires.
Catulle Ji.iu.Mir,
jP, Trenseport.
En i is n d'une r ition
e m rvici l'.v ' '
dit faire, il s'empresse d'avi
- a< on ns de '' '
\ rjricaim la rue Geiirrd
t le l'Avenue Bouzou la \
ue Uai Destou lus qu'ils
v s d e m le ni il
n coui s, toute la
journ
Port-au-Prince, le 5 mars
. Direction
des doctrines d'Action Iran-
aise.
Le ,Tr iai de Cassa-
itou a rendu vendredi dernier
dcision dans l'aOaire Va
val contre i Etai.eo dclarant
i iconstuutiunnelle la loi qui
aupprima les tribunaux d'ap-
pel (n iii28.
M. Lorain Dell
pute de Leogne, a eu, aux ,
environs de Ponds des Ngres, preod ,,|als,r annoncer 1#- non elle, rductions sUlvanlei|
dan* hms taiiis.dkclives immd-ateiiun'.
s. .'. i.- \"U' i aux pitx
an i- nce Nue> 57 00 44 00
. ui 9O0 Nom,
, .: Maio 25.W -'4,0U
a S Jaimm.P.H. 52.0U *W
es pnxpo.o lesaulies piiuls sol ,ed.,is |-i0|-0rtisj
(-..l''nn- temps q" ces-eiu.h .s gmi des, les i \
rabcs mu au s devu nii-n tflectil :
Puur le N.ru, les aviou'. paiteut l ici J.JJ . in. les ad
dis jeudis et samedis.
Pour I Sud, ua avions pi.lent d i i a J,2() p. m. Itsdinul
th-M'; raeicedisjel a 2 UU p. m tes veudredis.
Pour lottes i il-mu.mous couceruanl rurils, lliurai1
Service ir*press et transport tu ^encrai.

CABINtT PARTICULIER 00 '
RSIDENT DE LA REPUBLIQUEj
Vu le pe>' de lemps qui
reste au Pouvoir Exe i il
i he er 11 prparation
u ti il gisl itit, les r ep ;
, I Presi h ni de I i R- ;
ii p, suit en ce qui con-
cerne les officiel, sont R"^1
.euaui pal i i du lu idi 7
n os c< urani.
Elles seront reprises "es
!a rentre des Chambres.
i ., i. N lioi al, le 1 ma s
19:
accident u'automobUe qui
u lit (fis n '. s oies a la
U i o ;. itu (h s sou s a l'h
, 1I..1 di l'iht-o ave d'o il
(ans| <,i ie e i>ot domici e
de i< i : u*
l' i mion de l'admi-
uisti lu es posicS a |ait
o liaiun s me H m din avec
util autre voituie. ta lace >in
Paia s des di isires. il a
m t roue il .iitre- brise.
Le Prs det Vincent et le
: rsident 11 u|til oui eehau-
les le gi immes de leii-
citatioos. i'-iccasi ds l'an-
niversaire de lin l, in lau.i
domioicaine.
Les Secrl ih es cl Etat dis
P,elatious Extrieures donn
.un el hatien, -NiM. Heo
nquez Urena et Abel Lger,
oui h mg des icigrammes
a i occasion iu mme v ie-
ment.
L'anniversaire le la nais-
snue le Washington a don-
n lieu an change de tl
n tnmes cordiaux entre les
e uts Vincent et Hoove'
el n.'ie M.\]. Abel Lger e
Henry L. S un--on.
Le lettre de M. Cameroi-
Forbes qu'a publie L-
'temps est un document
extrmement important. Elle l
montre des (is obscurs et
n ubles des vnements de
1930.
On se demande si ('est
joui ( Brayi r h s d ptes que
nel
Sadresser au Telplftse 3243.
Pan AkERiCAN Airways, Inc .
E. J. iNOv-iHA^ iiipoit Mauagei.
M

. ... *j.
:
* Intestin
U'-VUUS BOGLClDAJ'Jltnl
far-ilemeit n'imi-oru (pi
mnt. p'.ur viter is louieur. l'op-1
s lenrop-is, nen'ra.iieHnin
tomacaie, u^prinier las mij;!!
r t mauvaises iii-estioni dh!i.|
or l'in TOUDfitS DS COCK |
. nCDK aKUMONI ('.
tLl'
-r.ents
cul tmoignage : a 'n de
l'Hati. ELLE- M ftM E, n'a-t-
elle pas < la premire saisie
lu rsultat du scruin rie Ions
les bureaux de v I
L'AFFAIRE
PLUVIOSE MURAILLE
o
SoU8 ce titre a parujdans le
numro du 1/ Fvrier en
cours de Hati-Journal une
noie tout a lait lantaisiste sm
l'allaire Pluviose-Moi aille.
Les lecteurs au Dput \V.
Pluvise, CONSCI1 N is de leUiS
droits, protestent de tout! la
lorce.de lear a me contre
cette' note pa i tisane qui
semble vouloir gui der la
Chambre des Dputes,compo
s e d'hommes de (hvoir sur
lesquels aucune considra
i extrieure, intresse, ne
peut agir, ils demeurent ler-
i mementconvaincus que Mes-
urs les Dputes, dans leur
,ciam Mr le F)r Pluvise
i ui' avec une majorit de
2.761 voix ?
I fflia bre va idera, n
en sommes sirs, ( car n nts
, ivons le bon droit de notre
[ct ) m >lgr les insinualioi s
de la note en qui si on, 'es
pouvoirs du Dput \V Plu-
vise qui ne peut a cepter et
ej (jin n'acceptera jamais,
ds dchoir aux vfuix de ses
. i [roi Biger sni
I |ai qne i lui avons
confi de mus reprsenter
a Chu m b;e. n l'ch mgeanl
parle de Conseil d'Etal a r
intgrer dans notre systme,
j la prochaine rtorme cons-
titutionnelle ?
i___
Dcs
Journal de lAwm
allemande pour la S'/'.V,^
mio de lvrier 1932
Hier dimanche,
ma M ne, f,nt pu lieu
dans In
la fa-
A vendre
loe s-ille a manger amri-
caine complte.
S a l'ss'crvtiir' i\ ri 7 heu-
res p. m a Mr RONARD.
Pue l
Venezuela iuluraM
iia'o.co, fit? pu lieu ia a- ... . vYn
bdrale Icol^qurs de Chry dique aditaut a NeW
sostme Cyprien Horcllc // pil, ecd la veille.
Nous (liions en la circons
?ance ni-s sympathiques con-
dole. i ces Mme Vv Horelle
riaspil el auxattrrs parents
La \ o: de Oricnle 0
I;inI m San Pedr de Macori
Rpublique dominiraine.
Itimerrmcnts et cof
m eut s-
iiee. pour la validation les
pouvoirs^ Monsieur Moraille
qui est en comptition avec
Mr le Dr Pluvise, le vrital I
lu de notre Ai rondissi
Ce qui s'est pass a Lhai -
donnires aux dernires lec-
tions, nul ne l'ignore. Pour
ne Citei cetle heure que ce
,. justice du i,-ni
-- I, Hon< n b'e VV S.
Vincent, Pisidi i" rie a R-
. i, petit ; ir t de
Il pourra l'tre
, m .i- H a un ami su
,, os, suprieur
lout: C i -' !" pays
I.'n GROl PE D'El m: n fus
ILS,
.. is-mmestous
lt, aucun produit n'gale
\ti 'MAMmd- ,
S TBMT0SI MNAC'vB PERrECTI0N?rfcj j
y < n l'fcnOU
""" n >l rtnnnirlf ilTI^H
; j )0Q, 4i-r*s-Parfs\
*' -*4&BfT~
PUBLICATIONS REUES |
Revus commerciale el
Bulletin mensuti de la Lh mi
bre de Commerce franais
d'Hati* numro de decembn
1931
La Banque Royale du
Canada. bulUriiO de celle ins
Utution pour le mots de 1c-
vrie. 1932.
Revue dr la Socit d'hi
toire et de l'.og aphie d haiti,
ianviei 1932.
Rachititn
Lymphatii"*
Croittonct _
Bronchites, Anim*
MORUBIASE
Extrait de Foie Je Morue
(Irradi, Vilamin'. >ani tpf*L
ou. forma d* Ulula JT"
foie do morue. ,e prmd M <''L\\
Onfll : Labor.lolr.. C0" I
0. Rut C.kanoinitl* *^a
TT!rr,.!rk-w.i*'kB'-*,;-L ;
eu
s*.
LE FAIT EST INCONTliSTABLI
A
H 11
C'est la quintessence des meilleures
arits tle cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arino.
GOUTEZ ET COMPAREZ'
___&& Atfm
:'Toutes les Polices
DE LA
m
comprennent la [Protection contre la
Foudre sans auqmentation de tau*j
S Fuff.Lp Rossetitt
Aqents Gnraux
mm^mmsamam r m g&iaM
..



iihmii IWbaueo
9 2
.
.
.
m itllt a gard sa p ramiers plaoa

*, -w CE-
PAGE 3
Grand Caf de France

NSiEUR
DE KR PATKI I
A PAS D'GAL,
BLES El DIS-
KS \m,i s
OISIS, CIGARES t T
DEFIANT TIUIE
IMIEM A EMILE
MLLE t.
Patrizi &0>
T : lPHONE : 2341.
INZANO
U DAME CHIC NE DEMANDE QUE DU VERMOUTH
CIIMNO Bt/NC
IS DE PIE UN PETIT TOUR
ICE-GARDEN
Chez W. KAHL
Peltonville
s* Agculs pour !a Rpubliqui
A. DE MATTEIS A Co.
Port au Prince (H
I
.... i
Cas intressant
la kiliialioii (1rs tarietina qui
lOTaieil ifW le .lapon ou la Chine
Waih ngton, 28 Ft'viier.
Les cxpeiis dis dpartements
d'Etat el de la guerre exami-
ncnl les lois fdra 1rs pour
rilerminer le tlatut des citos
yens amricains qui prti peut aux aclivit s militaire*
loil du Japon soit de In Chine.
Cet examen rsulte *e I;
mort de Robert M. Slnrt. d
Lakeview, VWh'ng o-, r li
lier du corps de rserve de*
K.tats-Uois, tu dans un avion
rhioc'l au cours d'un com-
bat arien Cbanghp.
D'aprs les rgleme. Is qj
corps le rserve de l'arme,.
l'entre d'an officier de r-
serve an terrice militaire'
d'une puissance trangre est|
nu motil de (radiation kn-i
mdiate. Les rg'em otade
lampe prvoient aosi qu'an
officier de rservi' parlant
pour un pavs tranger pour
n'importe itiel motif doit in-
former l'adjudant-gnra de
son intention.
A'i bnreaa de I' liudant-
j gnral, or. a dclar n'avoir
reu aucun avis du l ai l de
Short.
Une nuire loi fdiale adop-
te en li')9, prvoit Iro's ans
de prison ou i.OOO dollars
d'amende pour quiconque se
trouvant sons la juridiction
des Etals-Unis s'engage au
service militaire d'une puis-
sance trangre.
Le dpartemeut'd'l tel d
clare que les droits d'extra-
territorialit des Etats-U
Chine constitueraient une
juridiction amricaine i ren-
dant possible des peini s pr -
vues pour les Amricains qui
s'engageraient au service mi-
litaire de la Chine ou du Ja-
pon.
Une auire loi qui ni
rait pas applicable jusqu'au
moment o la Chine et le
Japon seraient formellement
en tat Je guerre, prvoit une
amende de 2.000 d dlars et
9 annes de prison pour
avoir pris un engagement de
service militaire d'une nation
en guerre contre une nation
avec laquelle les Liais-Tais
sont en paix.
iri
c
l'A nu
vice

t le plus frais'des ci -
ile mute
u i '-H.
'
DU
II.
I


de jour di
d. g. r. p.
NOUVELLES
!
quartii r do
m comprime

Panama Railroad Steamship Line
Service de frl el de passagers^ enlie
Angleterre
iicoKse
Franco
Mrs G. W SURDON t C 17, James Street,; Civerpool, Enulan
THF FQLLtWINC ARE OUR AGENTS AT PRINCIPAL PU RTS IN EUROPE
bNGLANi, SCOTl AND. FRANCE.
Messes G. W. SIIELDQN& Co,
17, James Street, Liverpool, Eglana
La France. Messri G. W. Sheldon&Co, are represenled by the lollowiu
Uni np'tJt el pluidirect service ce transport de pawagerset du fret enlie Haiti
tt es noilsEoroi.en,vi New York.el Crie'obal, Canal Zone, Isthme Pauama.
Voici la liste de nos agent, pour les priucipeaux port de l'heurope:
Glhati.y HENKEt* Co
21 Hue de la Rpublique
:rsfiile.
llernu Peron & Co. Lia.
53Quoi George V.
Havre.
Hernu Peron & Co, Ltd
Rue du Mcillin \aptvr.
Boulogre mi Mer.
Messts A Brndix Co,
21, Allenga'T, Cor.ei-hafcue.
Oslo. NobwaY.
International
Spe dition^e'kap Odo.
MM. Atlantic Frcigbt Corpn
Dallinhaus, Hamburg 1.
Gpi mut'V
M essrs Allant c Freigh
Corporation
*Ge< many
Messrs A'Iantic Frei <
( tu \ n.,
24 Quai Jordaens
Auiwerpse Beliuns,
Hernu Peron & fie Ltd
(.lj Hue dei M ois,
Paris.
Hem.nu.Prou &. Co L
Rue de Tranquillit.
Dunkerque.
Hernu Peron & Co Ltd.,
9 Hue Roy,
Cordeaux.
Genoe. Italy.
Messrs Henrt Coe & Clebif
PiAii S- Matteo N' 15 Gner
I 'orriMinUi, SWEDEN
N'ir t>*k Es resa
(. henb irg,
SSrs TLAiTIC Freicht
K'ui Rn ein
n ii de
Ma#is Stkkmanm . Co
o
Vole il (on Is peur la i enpayoir
(e pie
Le Se ni
l'u
projet de loi aul mi-
nistre des finances m
la disposition du m
de la marine tua ri !,
de, sur ressources '<
Trs ri lans la limite
de 110 mill us ;
nmes i rui
d'i! fonclii an sa
et 1% ion de la lij i
la om| raie Id
satl unes se-
ront loun I
I
pi le ix mois datei
lu 1
l.ni r le l;> Banqnf de
I r. ineole.
i I)
que de I ici indique i
ion
de | e oi
nu I i ds 81 J mi
;:
m< i
miili millions
Les dre II n -; .' -, igie
i
repr e laut Pari l
phi m t rue ei
i i e n o i 11
nr du j
srlos. j '
' m

LLO bu



j

i
i

i
rurgeau t
vjiI, se plaignent
Il S mules ('ne
dea lieux sulli a
re l'ingnieur
l'opportiH
lion urgente.
;'i9uad
n e Btlireid
ion de l'ii -
ra loi
in aux n -
' liaqu
ul que
i )sarcino Roy
franaise
ituant,
Pliairniacie
Hatienne
rnnicie du
i i< ie de J<>-
G ITrard.
i iale d Si-



.
'OM
Stf*-

Au* HypophoiphiJ, d* Chsm H
M 1
l'Huile de Foie de Mon*
'" au got il facHmm*
i ut 1$ compta*
Ut A la Nutrttton p*
excellent
REGAGN0N Cm
RETQ


<> r mactaM
i ExperlotUn
MAGNANT
05. r...du FMk^fc-D*!!!. HARU

PARIS.Ift'


Lundi
7 Mars 1932
Le Matin
4: PAGES
tt>e ***** M* Hll
Port-au-Prince
Tlphone : 2212
AVIS AU COMMERCE La Manufacture Hatienne
La Panama Hailroad Steamship Uni a lavaitage d'an
oncer les dpar s sui\ nts de .New York pour i oi I a Pi
Hati, directement chaque mardi. Tous les k e mi
pjiirvusde chambre ori > ue :
(jparls de heu> )'>> ,\,: yi\ j'0
S eamer Goi < i|uil le 24 I le li -,
S'tamer7jCritobaIa le 1er i tars 1937 gli
SteamerVBuenaventurai le ira
Steamer a Ancon le 15 mara
Steamer cGuayaquilx le 22 m
Steamer iCrisfobalr le 29 mara 1932
Steanur iBucnavc iM i.i h- 5 avril
Panama Kailroi ampship Lina
JabiJ.C. VAN REED
a^eut tiueral

h 28 mars 1932
le 3 "vi il I
le i 1 avnl 19J2
>vmim
>.
BIRE NATIONALE
de la Brasserie Nationale
Se vendj partout Or0;,10
le verre malgr sa qaulit
suprieure.
de Chapeaux ' L Indigne
CE QUI N'A JAMAIS T FAITJ
CE OUI NE PEUT TRE DPASSE
Hsitai Gsral Hatien
Accidents
1er Mais 1932
l'uhas Til, 19 > i. L'ru i d :
1! maies. Ulessui e i o ita i
i ilneur de la jan b i
(Hospitalis).
Vlyrtils Lys, 24 ai s, i
ion. fracture de la li
p i lie antrieure gauch ;ho
pitalia).
'ilan-j Joseph, ,i'
h ne. Blessure par sroi ii an
Cil une de la rgion p i
trale guuche du cou
lion du trapze du aterno -cl
m tatoidien (liospuah
|2 N'eivil St-Louis, Il ans, lia
Bit ttion Part. Amp itation u<
cidentelle ds la pha ao
I' ndex droit.
Estima Osna li : ( ans
Ste-stion Kiv. Froide, llessun
a > duse du pied.
Hdnre Jean, lr> ans, i
llessure par arme irau i
de l'avanl-brai et du po
ht,
Louis Antoine, ^28^ai
geau. Blessure tranchante d
i aminaoca thnara,d la main
gauche.
Etienne Michel, k 2 ans, rue
B union. Contusion de i ,
droite.
Charles Andr, 16 B ta, i in
Massiilon Coicou. I>1 ssun i
tuse du pied gauchi
Cliarles St-3ean, i ans,
Lyce Ption. Col
coude diou avec hn
2 Mars 1
[JThoinas Idaman .
rueaKvolution. Blessure
tuse du al ds l'avant-bras
ie.
L i Prudanc i, rue
.1 fcasin ('i i'
haute de i i
e coin use du II on .
: .
la ,
.
i douard deSen i, 40 u ,' oi -
are coniue de
'i i 10 nie, 2 ans,
u le Mai ivis. Brlure lei
letfri ei bi aa gauch
Jules Mose, Il ans, i d
Mani u
,i ue du 1
i
: des Ucux m u
1 I

oseph, 16 ans, Poi
!aul au iu\ i
nuque,
l'i ;
sure de chien |
AI' met. i 11 ,i ) nb ise Clientle que la
trente de ses CHAPEAUX se hit, depuis le 4 janvier, au
N'J 2027. GRANORUF
n l se d ancien lo ul.
I ,e y trouveront I n f. i il.
RCH. CEI GOURfOISIE.
Martinez, Marcelin & G'
BM
r':ncai
Lykes Bioth ts SS C lue
a iltl San1 > o imago- "Rico Porto
L" e hebd m re et rgulier passagers et
trot ci les porta du e du Texas directement avet
rin I 'ii.
> i de el le' mu soient habile ie vos
n !;!); >urs I 's n ivires de LYKF
LINri
P rl-au- i.i e s) :t
! mars 1932
Kola Champagne
F. SJOURN
Prrpai dan* des condi ions ;rif JUftatM
D'ASEPSIE
Prparation et Te,la
huJtawciiF. SEJOURNE
Angle aW.mea houx et da Centr.
Laboratoire SJOURN
DlRECTWRS
F.\SjounNi, Pharmacien '"
R. Sjourn, Pharmacien de$ l'Universit de Paris
M. Sjourn, Pharmacien de l'universit de l'-uis.aauci
interna des Hpitam de Paris
Analyses dc\ Urines, du s'C ffj*tr*qpe. du stin{'( Wai-
armaan, Ure, Constante d'MU barri, Glycmie).
D-,% cracha'*. Dee matires tcales.
Loterie Nationale d'Hati
41 #, Ru* Bonna,Fol/;Phons : 3351
La Loterie Natonaled Hati est
une institution hautement humanitaire par la multiplicit
d'uvres qu'elle se propose d'aider, une chance da bits.
4're offerte aux hommes h tmirs condi ions de fortune,
Employs, Fonctioni air s, Ouvn rs. Artisans, Salaris U
tous ordres, Gens le mai on ( do tKstjnucs. ) sans parlv
leur budget ruotanmmtd ux gond \ ncuveiu g iRr trftii
mille gourdes. Pa'rons d Comme e Ch?fs l*In aux iusulfisancrs (\*t> ?e tirs, psr I* ht l'un bdin q.ii -.m
libre du souci des rhancs
Mdecins Avoca s. ingnieurs, Sn lemvDputs, rjrsi i
Dignitaires de l'K a- Reprsen'a ts de rlnteHe.'.tua'it, J*r
i alistes.
Donnez l'exemple de>**n i luril snrla.a.
Rentiers, capi'a! fies, comas en j mont, aufmcntriiftlra
*voir.
Vous tous qui I lite Ha ii, rrndrs.lui service fa kii
anlle billet de la LuTERlh NATIONALE D'HATI.
! ;; l y
mer aRuih i-\
Genevi I ; l
Velm :
m i : Mar
Il mars hi.U
rs 19M
2.") i" rs 1932
1er avril 1932
Dur du VI \{ isin i l'El u. Roite i ostnfc 13
aileiition
a Gner il Accidi ni
Lite Vsi
Gn
JLcg Meilleurs
' que l'i entire
tri :fi
rr 12 HEURES
Flocons d'Avoiki \ l ^sivtte

PROGRS NOUVEAU
RHUM WUVEAV
Rhum dlicieux got exquis
ALCOOL DFIANT TOUTE CONCURHENCE
Clairin Vierge
Chez N. N.VZON
IP#T:AHCLE IES RUES DU PEUPLE ET FEROU PHOUE: aan.

MM '..-......-*-- .
htmrance o
i
Une des; plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le ROSST? & c0
AaentsG ux
ASSUREZ-VOUS
la
Mnerai Accidenl Pire & Lite
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scolliind )]
t
GENERAL* est ans des plus poissantes e! iss plus vssfes orasaiiali"1
re. Le soleil ne se couche jamais su, son champ d'action qni enibrasis \
II
es Polices contre incendia couvrent anssi les duts ocasionns par la louai
i oliccs pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance,- dore ami*
jes a autrui dans sa peraonne ou dans ses biens.
Ses I olicts Witimaa miam par ses branches d'Europe sont payables ea ti>M
Polices COntTt accidents sont valables dans l'univers entier Tous les tt'
'1,VrUZn 7m pPC!1(,rt -1* Prct,,li0D <** e munir d'une police contra acidea;
,oina 4000 dollars, la prime smoallt n'tant crus da 1/2 V. soit dollars '

Vouve F. BERMINGH \M, AuxCaves
S :iK ,'TS
\prp\ G.n^ral pour"-'.
rQrt-o-Prince; 1G. r.ITfi
JEAN BLANC HPTJerrLiC
s %


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM