<%BANNER%>







PAGE 1

l'A \\:2 l L .Y 1 IIS 5 mars L. *< m %  I LlFl-.Hl Ql EST BON POUB LA 11 TENDRE ENCORE QU'IL DTRUIT LES GERMES. Un nouveau oea-Side-Iim 3Cndi6 Ce soir, l'occupa de la r/ ouveriuie avec la nouvelle dl —o* freclioo Patrizi-Gireldi, il y au( ia bal avec l'Orchestre initrnaLire .lundi le rsultai de tional. noire enqute sur l'ajjaire ar le P iive.Uende-vouaiousaSeaService Salional (Jeta l'roducI Mde-lnn. LIFEBUOY i.i. k VON Ut L/ >AN : ;. POUK MAINS, FIGURES 11 UAINS.. ion Agricole restt c impaye. Air Caluu il VIE SPORTIVE —-o— i -Leconlc. — ChampiondUHA, DANSEUSE M&> JtHMiifthADEilAIIUIR Le* 'unis qu'iuterpreie taitfl Corda ievttnl, du Uit de s prsence, une atmosphre d grce attendrissante de douceur calme el apaisante dans laque" domine la belle me de Un-laldij DEMAIN SOIR nave qui avail a< discuter le principe el l< ditiona, et P"'. paralllement, la deuxime candidature de i e dernier reprenait foi • et vi I icur. L'a Amricain i ivil, avec q |j i'avais touiours u des rations d'affaires corn n bien avant l'entre d trou amricaines en II qui, dans ces derniers mo ut tait considr pour avoir loreille du Haut-Commissaire, ; raison de la grande conna i aance du milieu hatien M v dt fini par acqurir, me sa un mutin, cette qu istion charge de sous-enten ; !I*Qui sera le Chef de i Etal k lit Avnl prochain ? ._ Je ne peux pas me permettre d'interroger la M m Dieu, rpondisje. __ Eh bien moi, Dieu ma p.i l, dit-il un riant... c'est Dm tit/uenarc : encore le lond del valise l... peiaai-ie. Mais je jouai au ua I __ Puis-je me [eter tte ba se? dans sou pain ? deman je d'un ton que je rendis s IP aeni confidentiel. Oui, confirma le commer aut politicien, aile/y carrment. N'ayant pas moi-mme les oreilles d'un sourd, je me htai aussitt vers le bureau de noo nous a\ ions dj que le relus par MT Darti i \e de ratifier d'aimnee toutes „a ,\. sou" V.^,rr T^.mnarquabie a.liste. Dans cette ^TJ^^W** !" !" production cest elle .ils Hatienne). Arbitre :J q"^j ncarn „ e L. Cawley, manager de l'EquiJamaicaine. bntre:0,lQ cts. • luisubiles suggestions du G lral Hau Commissaire nu .. la base ci e de celui-l pies d< l'Office de l'Araba ricain rendredi soir s Avi il m i donc le lendemain anxit, parce qu on .1 an nom de&uiM 1rs semai me fle de la Croix Rouira 1 uin • mt de la pai 1 .le Mr Durligu [ ue le la du Haut-Commissaire, au j> la questi m prs d nmais notre confrre I '. 1 t rem e la 1 lence pi 1 • Directeur de L'Essor , iTocation mit a n les journalistes de la Capitale ni pri de nous laire gracieuseinenl parvenir ri 1 pu llOUS (leuiaiul.ul dlie a la v une e lendemain samedi a 'J heures du manu. journalistes fun sxacts au rende; ivon 1 n ore a la mmoire 1 mots qui tombrent des le li i du Gnral John II. iell, qui tombrent corn eul irapp un couperet de guillotine sur la nuque de Mr Da tiguenav e : — Le Gouvernement Amri atn m sou/ie/ii am un cun datl A alors de rdaction pour di 1er de I altitude a ado| Quand a nous, notre dcision 41QII.-"AITI.— Demain 4 heures. Equipa itPort-aud lillet* Notre contre Jamaque . \r trs. A l'exemplede la i A., lors de la visite des i\ias finalemenl de recommander officieusement la candidature de Mr Suure Dartlguenave aua: amis quu an Conaail d'Elal pins un secret poui d'a'vocal de Me Louis ; pour lui annoncer que durant la semaine aiiiqui du d au '.i Avrilc'esl moi qui avais l, re/ni< rs 1 vi i-an -i 1 , afin d'aider b u ei d inlivcnieiil deliors Mi 1 inlipi"I ; ie Chenet p trie : Le rsultai des prochaines ,-ei. douteux mais ne 1 in ui, 1 personne l'a le n ^ visiteurs,c ir les .. | U ipe h d %  un s el 1 quipe ni en formes el se ,. \\anl lu les belles piges un. s consacres au team n et qui tendent a rer les qu dites athltiques adversaires, je me suis d i qu 'i 1 aurail du employer le i mmes proi ds en l'aveUr n '; -, au lieu de les t'aiic Lontinuellemenl des certaines. C'esl abattre morale de SES coml Ile iiunc lutte tita1 usement.conlinue c force noire hros, (pic mes hommes n'ont pas de frousse. lit 1 si avec plaisii que je les praux lecU uis de Le Ma; ti< buru, l'un de nos Heurs goalies , nergique MIRATOM o .^ .y,..l.tt U '.l.d.CMTL.OUYO.. %  nt-au-Priiice se souviendra les rconfortants applaudissements dont furent l'objet les Gilets Noirs %  durant les matches de slection. Guichets. Nous nous faisons l'cho des cliens de l'U. S. S IL q u ne s'expliquent gure que M. Oligario, un moderniste n'ait pas pens multiplier par dois le nombre des guichets du l'arc Leconte pour vitei l'encombrement qu'il y aura les jours de inatehes lamaique-llaii. Voit-on d'ici l'cœurant tableau : Dames, jeunes filles, enfants, messieuri, se bousculant, querellantet \* ge nda r m u jouant de la matraque. Ne pas objecter qu'on devait se procurer sa carte. Lu Hati, c'est la dernire minute qui compte. Des guichets, on en rclame.— Ti thune officielle. Les places %  'a la Tribune officielle ( A ) sont exclusivement rserves aux invits de l'U. S. S II. et la.... presse. — Nous attendons pour v lir si chacun IroiiTera sa place. — (.eahong et ( /arAr.deux champions du tennis accompagent le team jamacain. —• d b • d tnnera du 1 ,\ mihiler la rsaire. .TOIHII aRacing, un vrai mouvement furie de l'ad, capitaine du '• dfenseur" del %  ,. nlernationale, brilSudre Darli| Ut i I 1 • ' — .-, j lera. Stephen A m tu oise, un des Bravo : me cria-t-il sur un illeurs demis gauches, rapi( ,n d'enthousiasme Nous ,1e diraau u est pci sonne alms certainement a la victoire, ,u je sais votre nergie l.i c est pourquoi.b Q Avril, 1res tt dans le n lin, X du parti de Mr Dartiguee tant venu chez moi poui solliciter au moins ma m ul y m elte si j'avi ons pour ne pas soutenu candidature du Prsident soi, ui i. je lui rpondis : c.e.si ia guerre I... mon r, tout est prt... Je vais pi.muer vos positions !... ^A suivie ) %  Lue D0RSINV1I I I) 1 ( ap-h lilien. Notre cor!?• pouda.it nous avise que plus de deux cents personnes voya* i aujourd'hui pour assister au match de demain. — Nos holliers seionl sur les dents pour recevoir celle manne de.... Chevallier. — CHOS — Mr. Borique Evinaa del Castilla est UOtOD 'h Miuistie pinipot %  llt Cuba Santo-Domiugo el Portau-Prlnce. Il rsidera I Santo Domingo. — Un arrt pu li Qtiel I tixe^ le mardi de chaque s. maine pour la tenoi • ebs ruruux, u partir do L mars prochain. Par ant en date du 27 fvrier publi au Moniteur, le Piaident de [a R publique a accord >lei ne et eQtir a • '.) a Jer> p l.ea diri -^ L qi aoule^ee 1 aria e ce mm de rgiemematioo picot.i:pc plusieurs de nos cODlri qui se proposent de l'exaniioer. — Les bateaux-touristes qui relchent noire port sont de plus en plus importants le leonage. I e derniei date, de la Whi e Star 1 ine, jaugeait 36,000 tonneset trans portait 3% touristes. -r C)n se plaint dan 1 ci ila nue Des8aline*,du m.m que d'eau Le Service hyd auii |ue doit pouvoir amliorer cet tal de 1 hoses. —c Le Temnaa pabli 1 statistique de tariue imp 1 h t au 7 I du la. gauciies, rap de, soupl el coup dœil sur. ,li//u/i/.surnoininle"panrV du Parc-Leconte, a du 1. Sdullcr mbroise, le'M'orm dabl USe de sa force hercu.,, i des les fois que les l'y obligent sans lpartii ; son (aime m des les du j' 'i de l'ool-hall. W.5. ( M'en "sont d'excellenls attaquants et leur enasme de vaincre les met Stamment en vedette devant les lignesadverses*E//o De-* ne des piroUI Mes , ( liange props de tactique Ba* Ion la phase du jeu. / %  .'// est : %  ti .s apprci par ses joue a l'inler >, % a l'extar , ao •< goal avec l mes avantages. Je conclus, mon cher, que l'Equipe de — 1 Le Pays i dit que les bourses hatiennes de la Fondation Kockielieront t wpaires el non suspeiuhns. a | 1 suite d re enqute de celte institution sur les molits la grve des tudiants de i. lors le ifl lire e I) iniuis. j — i.a rdaction et l'imprimerie de notre confrre L*, /,//), devint tre transfr s 11 nc Bonne-Fol, en t .. o\ de la Loleiie !• J mi n il ne parai pi c-. midi. e Irib %  qui i ': lundi. A l'attention du publie. — Nous demandons aux specta leurs de demain de se montrer ( oi rects, civiliss, au beau jeu de Frachement arriv par le s/s 1 POLOGNE de la Comparu Gnrale Transatlantique. ACCOUREZ chex : Simon Vieux, Au Bon Marche, Spictui Nauvelle, Alphonse Dsir, Llio Btilly. Aux GONAIVES chex : A. & F. Me Guffle. A JtlutMH chex : Melle Clara Rey. V. Gomeau-MONTASSEf& C, Agents. coi 1 ecis, mi uoc9,a n IIIMII jeu u6 nos adversaires comme celui/ des ntres, Nous nous sommes! laisss diie, tnailleurs l'amour • des leurs le dlire de la victoire portenl les nationaux des excs inutiles, Nous ne devons pas suivre les plus civiliss tjlie I nous surce terrain dangereux I pour le re.ion haitien ne. Enco-t re une fois, pas de chauvinisme \ SEA-SIDE-INN Bar Restaurant Samedi 5 mars les" nouveaux propritaires de cet Eta* blissement qui par sa situation exceptionnelle oflre Wsdffv raents de la brise mirins, et !a tranquillit la plus complte.aurcnt le plaisir de recevoir les nombreux et dislingu clients qui frquentaient dj Sea-Side-Inu, el les Client aussi nombreux et distingus du Grand Htel de France. P. P. PATRIZ1 & Oo Propritaires. iwmmmmmimsL&mm twmummmmm Toutes les Polices atl SVN. JI IDE LA i i i •^comprennent la [Protection contre la i Foudre sans augmentation de taux^ — -~ %  Euy, Le Boss$Co \ Aqents Gnraux J



PAGE 1

I M — M > < h: SUN LIFE o o( PROGRES Or 404,ooo 5,010,ooo 19.436,ooo 62,400,ooo 164,572,ooo 536,718,ooo 3,051,077,ooo AlSiNE 1871 1881 1891 1901 1111 1921 1931 SOLIDITE Or 63,ooo 536,ooo 2,885,ooo ll.773.ooo 43.900.ooo l'i9.372,ooo 024,804,000 Bilan de IMI MONTANT D'ASSURANCE EN VIGUEUR AU 31 DCEMBRE 1931 NOUVELLES POLICES MISES ET PAYES EN 1931 RECETTES DE L'EXERCICE 1931 DBOURSS DE L'EXERCICE 193T VERSEMENTS AUX ASSURS ET AUX BENEFICIAIRES 1931 DEPUIS LA F SURPLUS ET RESERVES SPCIALES PASSIF ( V COMPRIS LE CAPITAL SOUSCRIT ET VERSE ) ACTIF AU 31 DECEMBRE 1931 OR 3051.077.OOQ 527.939.000 197.U0.OOO 136.509,000 93,235,000 594.165,000 21,126,000 603,678,000 62A,8IM,000 ANNE 1931 EXTRAIT DU RAPPORT Ccsi avec plaisir que je propose l'adoption de ce rapport. Vous admettrez ssns doute que, si l'on tien', compte dti coodili ns qui ont prvalu eu I9t1, nos rsultats sout tout a fait remarquables. Plus de Or 5i7.000.000 de nouvelles aares et plus de Or .3,000,0(0,000 'd'assurance en vigua m : ces chiffres tfl disent : .>-sz ; I est inutile d'insister. Il est intressant d'tudier la rpurli ion de nos nouvelles affaires. Le Canada a fourni 01 101,000,009; les Rats-Unis, or tiVii,00tf.Ct)O la Grande Bretagne, or 60 000,000; les autre pays or 85,000,000. Le taux de mortalit eflectivement censtat en 1931 est encore plus avantageux que celui de l'anne prcdente: 54,3 pour cent des dcs prvus compar a 57,6 en 1930. Depuis 1871, l'anne o la Compagnie a commenc ses oprations, nous avons vers, en vertu de nos polices, or 581,000,000. Au cours de la seule anne 1931, nous avons ainsi pav or 93,000.000,'soit un n.on.ant pins considrable que celui de polices que nous avors mises eu 1921 N'avons-nous pas raison de nous fliciter de et que notre Compagnie rende au public uo n*. .icc d'une si haute porte sociale? Soixante et unime Anne de Service, . _. -._. —. ..i



PAGE 1

Samedi 5 Mars 1932 Le Matin ~-r* ; r __j— 4;.PAOES 25:,m8 ANNE N 8 7616 Port-au-Prince Tlphone : 2242 —Hpilul Gfral II a'itirn Accidents 29 Fvrier 1932 Laurent Lucia, 29 DI ^. Poste Marchand. Blessure par morsure. Mme Housseau l'aus'in, (i %  i*, (irand'Kue. Fracture I 3 inlr. de l'avanl-l). ;.s g uci Orzeus Jean, 1S ans, Centrale. Blessure iiu c< n il pied de la jambe & he, Garnier Emmanm 16 an, rae Hvoluuon. L'-sation du poignet droit Damhreville (ii-talions, servez vous toujours des navires de 'a LYKE UNE. Les pueiiaines arrives a Port-au-Prince sont : Steamer MaigaretLykes Steamer tHuth Lys.es Steamer* Genevire Lykes Steamer Velma Lykes Steamer i Margaret Lykes 3U mars mars 18 mars 25 mars 1932 1932 1932 1932 1er avril 1932 Bureau: Rue du Magasin de l'Jfiiai, Boite Postale B attention v FAIBLESSE ift'i ntBILIT Rgnrateur du S.ing. prL-acrlt par l'cllle mdicale. Admis dans l Hpitaux l'AiUS il Pliurmni-lf. .,! %  ; .'.i \ ]i.n


PAGE 1

Clment Magloire IDlREClElm' 1358. RUE AMERICAIN i3o8 TELEPHONEES 2242 25 mc'ANNEE N 7G16 IM T INfE{ TH Autour d'un Arrt Le dernier degr de la perversit et de faire servir les lois 1 injut-tfce. VOLTAIRE M 115 M > RS;I;W2 communal Au sujet du rcent Arrt conmunal qui vbu'drail rglementer la veute du gel marin, voici quelques considrliions qui nous paraissent (lignes d'tre prsentes l'attention de nos lecteurs. Au rrste, Le Matin avait agit In question de cet arrt et promis d'y revenir, comme ii JUS t'avons dj d'ailleurs fait. Si, d'une faon gnrale, le 22me alina de l'article 50 de la loi du 6 oclobre 1881, invoqu par l'arrt du 15 lvrier, met dans les attributions des Conseils communaux toutes mesures a prendra pour le maintien de la salubrit publique et la scurit des familles, il y a, un peu partout dans d'autres textes, des dispositions d'ordre public qui conditionnent pour la Commune l'exercice de cette attribution et limitent le droit ([tic pourrait invo quer Ici Conseil communal de lgifrer selon son seul gr dans telle matire, sous le prtexte qu'elle louche la salubrit publique et la scurit des familles. Il semble, tout d'abord, qu' une mesure tendant a rglementer la raffinerie du sel, tes conditions de sa vente et son imposition, devrait rele fer du pouvoir lgislatif, parce que la matire est de rglemcnlalion gnrale, 1" par la dnie qui en fait l'objet, 2 parce (me c'est une loi qui doit tablir le principe d'une telle rglementation, el 'A'' cause de l'lment lise.il que l'arrt introduit presque subrepticement a la lin de son article 2 en crant de sa pro tio 1 et le; lois, actes et dcrets du C wps lgislatif et de l'Assemble Nationale. L'Arrt communal viole. au surplus, l'uni, le 109 rvise de la Constitution ainsi conu : Les impts au profit de l'Eta' ei des Communes ne peuvent tre tablis que par une loi, lorsqu'il cre, par son article 2, pour le droit de raffiner le sel, la patente prvue pour les fabriques. 1 Le tableau des patentes n'est • pas une œuvre de l'administration communale qu'elles 1 le droit de restreindre ou d'largi i\ mais une loi de l'autorit lgislative comptente que les administrations communales doivent strictement appliquer. La patente pour la raffinerie du sel n'y tant pas prvue,le Conseil communal n'a pas le droit de la rclamer, encore inoins de la crer. 11 est vrai que le tarif du 3 aot 1900 frappe d'une taxe uniforme les fabriques, usines ou manufactures gnlement quelconques, non prvues par ce tarif et que c'est sans doute ce texte que l'arrt du 13 fvrier entend taire jouer en faveur du nouvel impt Or, ce serait indirectement tendre l pense du lgislateur; car, en parlant de fabriques, usines ou manufactures non prvues, il ne pouvait penser a aucune application de ce genre s'appliquait! au sel marin qui a toujours exist et qu'il a dlibrment exemple d'impt,— en attendant, sans doute, cette rglementation gnrale dont nous venons de parler et qui devrait tre son œuvre exclusive, et non celle POUR UNE PEAU DOUCE ET PARFUME EMPLOYEZ TO|)OS humides LUX SAVON DE TOII RTTH DALIGATEMINT l'AIULMi: kUSrtf 1 *" s Si' 1 ri l M contera %  p ibli %  1 nouvelle (|ue va ci : .. I d'un d es grands Music-Hall de r u is ., crit a noire :iiui La mol s i >iier de il on de cbaolei I •"" %  Brave .1 il s m. voit flotter au d.'ssii •. '{•vo 1 L* plus joli lopuloplio local local du Service Hvdrauhqn l'une graun pauvre drapeau en par ArthurjCU toUlspauyn —•#— VII m iMenne. Qu •! |ue chose el neillenrde i'Ha li ipplaudie l i-bs. ( %  aussi sera le 11 1 oa prop igandc en fav< ur de noire ys. Nous 19, dans un 1011 coin de noire ros ir, le souvenir je la jolie eti inteir e uni nous l'aura faite. D'amant qu'ai res chaque inlilion de l'.i/r, 'ont voi'rs.elle ch inlen L' • ",,,,;,.. ,|ii I III ,1 S V K 11 1 1 CACHET D'OR, l'autre chef doeuv t le l'art hailian. 1 ni \rrive •28 F-v-i-r liai s,-. sessi 1 •11 une suivante Po'f an-Prince, le 'r mva une 1 bo lan*e ave qui | p ogres ;• Coin % %  • siofi sncUni I • %  U*d*\ ' P r >J '" %  ; %  iqu et oota que le S 1 1 '£££ S !" y *** P lf "" , ^ b, 'c d'Hygine I ans le Nord avec court arrl onhance et de l'approbation c.nq villes de hnlneur, un du public on d 1 |our an Cep-Haltieu e. une de sue journe aux Gonsltt*. Se, „ ', ; .ad.ences turent reprisse Port, 0 lU.Pnnce le |3 Mars etroHi „ | h ll( „,„, nurent o.qu'au 15. Le C ,... YAmaM m.ss.on laasa lia,., .e 10 e sou • ,, a une plus gra )( prs U reti d< ; orces dee ; i$.TJ ds; el n m IMPRUDENCE IIP •— 1.1 met son rappmi le 2(i. Uea icoup 'e leoins lu dvolu la v-ilualion polit que immdiats. L'opposition monopolisa pra iqaement les audiences publiques de la Commission, non seulement Port au-Prmce, m lis partout < la Commission se transporta. Elle demanda d s lections lgislatives imm I. if-f, la dissolu tio 1 du Coiseil d'Etat el la lin d j la dictature de B01 DO. Le parti du Prsident et les fonctionnaire* — pratique menl une seule el ii*i chose — s'taient tenus sntiremeot sur la dfensive.Ils apparuren' devant ni pas ceiiT m us que les I liions du gouvernemenl 1 > q %  <•! 1 iprsentati iaez larg %  eu II : •lu-, |u' ce quI |> ., e de s 1 ucidie po 1 qne a pari'* location une question I — le Go 1 rne oenl fin -.1 ",; , p| as l'U inous instable ti eu d inger conataot de loulremenis politiques. Nanmoins la taiilile de l'occupation de co npr ndre les problmes sociaux d'ttaiti, sa brusque te iDter la dmocratie par I >e el par 'a charrue,sa dtermination d'< police judiciaire sail -elle 'tue dans 1 1 de amedi q 1 •! |'i 1111 .1 t lue 1 de Gotle Pi 1 ; •. -, u| a gra a > anee une Le 1.1 la de la \ iclinie n-l-il t iden? et les loi m dites remplies par les autorits omptentes ? bi lux. le bleu el le route o sy dis u guent mme plus, h -• que joui dlavs par la p'u el b ! par le soleil. Le S vice eal-il pauvre au point l ne p.iux ir s'acheter deux l>i •• d 's DO ivel es .. pour rujeun r son ma ? ... voil que Jacques C. AV" ne rend on hommage mri.i Chevall er pour avoir ruw grce ;i son infatigable schvi e levi r l'enclos extrieur d 1 Parc-Leon te et l'enclos marieur qui borde le terraiu de tool-ball, h (coostrui e dsi inhiii.i".. ilaoir le land, peindre el repeindre, amnager des va tiaires, crer troia terrains de voile} l,;i11 si de basket-bjII . BVSC h ' % %  ; peu de chose. ... ( 1 v ;'i ce rd : li pre autorit un impt. l\c! d'un Conseil communal isol. prenons un peu plus en dtail chacun de ces points. j^Ce n'est pas la vente et fexploilation du sel marin dans la Commune do Port-au-Prince qui doivent tre rgleinen les, mais le rgime des gisements salins de toute la Rpublique, la rallinerie du sel, H leur exploitation. Pour cela, il faut une loi. L'administration communale de Port-au-Prince ne de nal devrait pouvoir procder par arrt qu'aprs qu'une telle si bien inlenlionn qu'on puisse le supposer. Nous regrettons vivement que le Secrtaire d'Etat de l'Intrieur ne se soit pas arrt aces considrations en s'abstenant d'approuver l'arrt communal du l lvrier et que, devant les motifs gnraux invoqus par cet arrt, il n'ait senti l'ut lit d'tudier, sur celle base, un projet de nature rglementer la production la raffinerie et a vente du sel marin dans tout le pays. H ai,rail vile, dans le cas probable d'une pouvoir procde qu'aprs qu'une toi lui en aurait donn dlgation, attendu que le Prsid ent de la Rpublique luilgislation de ce genre, mme (art. 75 de la Constinous embarrasser, pour Porttution)ne peut faire de rau-Prinee, d'un rgime d'exglement et d'arrt que pour ceplion et de droits acquis faire excuter la Constitutoujours ennuyeux liquider. de MAITRE CHANTEUR... — o — prjudice de qui M Francœur a commis Uil abus de confiance, le plus grossier chantage vilaine affaire. le niaitrequi slt, la plus vila Ce qui dmontre que . I — %  *tiu*.,ou uv l iCIIIIMI..*IUJI| Il G* nooael prsentrent leur, „hlabhr une classe moyenne Dans une fameuse lettre, adreschanteur n'est pas parmi ceux"^e notre conb'rc Lt Temps, | que Francœur ci(it pouvoir M. Emmanuel Francœur, qui atteindre. M trouve ml une scandaEt 1 est a.sez peur aujourleuse affaire d'autos du non d'hui... moins fameux tablissement de %  wsmiens, s'en est haulsinement pis aux journaux. Il a exhal 'oute sa vertueuse indignation teune conversation que nous ,v ons eue avec MadameModes,e et (pie nous rapporterons Pur nos lecteurs. IV ailleurs une or -imam • "erenvoi au tribunal correcl J*' t rendue par le juge ^"isuuction, sur la plainte de "••me Germaine Almonte,au LE IVOTE OESiFEIIES Ail i tous dimanche 6 M 1 a 10 h n nr.-s rcises, a II iti Da, enten Ire M* Pierre tiudicourt vous parler de la HJI leune it de &es ; avenir du r mine promesses nay %  our servalions sur la c.-use, mais le tumulte et les tris persvrrent. Le goral Russel -1 les olflr.iers amricains de la Garde ' t ient convaincus que quelque chose devait re t il pour attnuer le senliiiw ni po >ulaire et trouvei le moyen Oe -0 tir de celt impasse lectorale et il sembla que l'lection du nouveau Pr sideol par les moyens pratique tans les deux dernires lections, c'est-A-dire par le Conseil d'Etal, ne serait pas accep ^ tr.>nquilletiienl par \ a populace. Aprs 1 piendre chaige le 15 Mai 1930, comme successeur de Mi Homo. Le Prsident temporaire devait aussitt que poss.ble convoquer une lection de deux Chambre de Lgislalure qui, quand eiies seraient runies, p o:deraenl au choix ilu Prsident permanent. Fugne Roy, un homme d'oflaires de boom 1 ,'Uiai o qui ne s'elait uoai avant Dl de poi ; •, 1 t le chois des groupes de pp l( ul Pans, de lout New-York, si'ion t de Mr Jorno et m e ne manquera pus de uaaner la Prsident temporaire. Mi H y accepta de ne passe poitei candidat la rtkctiou et de d missionner aussilt qu'un I quelque sage et ncessaire que c-1 i part a ix Amricains — tout cela explique pourquoi, en 1 ''. I" iiau.es esprant M de DOS bons traviux sur ce le (erre n'ont pas t ralises. De plus, les actes t l'attifa le des officiels da trait donnrent l'impression qu'ils avaient t 11 es sur le fait que I occop ilion devjit continoer indefimmeal. I d'autres teim.s, lenia plans et pio|tis ne semblaient pas leoir compte que leur osavre devait cire acheve en 1930, el I I Commission tut dsappointe d trouver que lu prparation i I • nlrai .leuienl politique et dmtnistrauf des Bal icns pour les responsabilits da gouvernement avait t inadquate. (A suivre) U B0S13E DO VATICAN ; GT DU VATICAN.! rfer. La 1 olice a abando in son .1 tu e c mcei oanl la bomoe sii ^ -Pierre le l)i pprend en u 'i temps q te h i> imbe I :ouverte e >. 1 du t y pc SI 'li > n irque de tabrique le la S icict Italiana pour Ex dosivi, et d'unfj puissant 1 fJeU La l 1 l dcrite p tr un loncli tn.iaire du Vatican qui tait prsent lorsque les s d'artillerie ont tait leur rappoi Les (Ticiera ont m da la b irabe ou g -en de m do par les MU -s d %  1 Vol er el o il lcla <• [u il! n'aurait pu 1 ure ex dosi m sans faire usasse l'un inuns u jnreil .1 cel n des grenade • 1 maio de l'arme amricaine, |i< on n muer. diable d'homm peut s'empcher a'a \l'affaire voit que l'affaire d'mi'onie I %  I) unien, menace dsusciter une allure de pnru-, ice de devenir go I 1 ... ce qui permettra de 'ra ilier 11 question (pu, d ailleur rait dev ml le ing* d'inslru.st on, ( e reilra compte alo 4 le I • mor dit '• d 1 certains tadi vi li • qui se su u spcialiss lans %  . trafl des articles de garage et... la vente ou change d' lUn le toutes marques. &f &f N'oubliez pas... ... Que c'esl demain souque se jouera i Varits la superproduction parlante taul attendue .. Le Petil Caf n avec Maurice Chevallier. Il 110:1, semble superflu de recommander ce tiun l'attention du public, car Chevallier, artiste d lubl d'un grand comique, ein ml gl le Sulellt Choiil. permanenl ai mpathie port-au-princienne. Voua irez le voir el l'entendre dimanche soir a Varit 1 aux prix de 2,3, I gourdes .seulement. tOPPRESSIOmsl La crise politique ayant 1 1 enraye de celle ingnie • 1 non astre-constitutionnelle .u mre, la Commission roo qu'Hati avait lait de gi pi ogres mir< ls et M., ut le gn il • • •oui cordial et sincre Lt DIVORCE ADOPT EN ESPAGNE — %  loi • qui entrei a ci j vigueur dis aa publication ' 1 Gazette officielle!, i LEBUJuErOEH GUERRE FRANAIS PAMS, 29 Fvrier. Monur Maurice Bouillonalont a lp : l aujourd'hui sou t sur le budget de le 1932 nzanl les lep s our I •• nenl mois oui 1 is cuire BVI I et d • %  m bre Mlus, ;i 3 milliards 929 niilions de Ir 1 ics (lT milins 16 1.000 dollars ). Ce Ivi lg 1 iccuse une augmentail de t50 milu'uus ds Irancs 1 6 millions de d il lars)*sur ls 1 %  'ode corri sp d mte de 1931. \ le dput 1 1 %  1 ••. se enten Ire %  s'armait eu des arrae• 1 mds.dit ii, m • |ue la pu -.silice milita le de l'A'.lemi gne est bien mieux organise, et plus cl' tective, que,le ue I tait avant j la gui ne, et que, tant au j poin de vue hommes qu'au UUS 111 ilr ici, 1 st ib 1: su trieure D 1 de 1 aie 11 p 'uid" ira a 1 ilrence iu dsarmement, & Genve, ... voil que les 'articles d de 1 • M tison John WJOI ey, \ la Grand'Aue, sont tr-t lemands, St cela s'eiplique. :ir, d'abord les sports sont a l'ordre du |our et qu'ensuite iSS articles sont lgants, soi{os et solides. ... sel rendu compte qu' Cristal Palace, maison Hogarlh. -n lusse d'agrable* moments.' irise de mer agrable, orlouhonic dernier modle, bar ) sa pourvu, etc. I s • ... a vu avec ellarement ua i une homme entl, Elle Hsm -, appeler la police sou 1 ous, aprs avoir provoqu lorce scandales et scnes de [) igdat. Rsultat : panier S sa;ade pour lout le monde. Berlin sans bire BERLIN, 29 Fv. — Berlin va tre sans bire, car les dbitants ont dcid par (il)!) voix contre 50 de fermer 'curs tablissements pour protester contre l^es hautes taxes. On cessera de servir de li bire 'A lires du matin. Les autorits avaient l'uj. tantion de taire des concessions a u x dtaillants, mais leurs promstses ne le ont pas satisl ut. Ea de aombrtalei l i J i ts, les cabareti/eri ont mis en grve caaise les impts considrables qu'ils ont payer. MORT DU FRERE lOE HINOEHBURG Ltbeck, Allemagne, 2!) fv. Le i' une Irre du prsiden un Kin leuburg, Heriihird. i le 76 uns. •''ii r le l 'arme lit consacr le Uipposarcino Roy spcialit franaise ii %


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06950
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, March 05, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06950

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text

Clment Magloire
IDlREClElm'
1358. RUE AMERICAIN i3o8
TELEPHONEES 2242
25 mc'ANNEE N 7G16
IM T
INfE{ TH
Autour d'un Arrt
Le dernier degr de
la perversit et de
faire servir les lois
1 injut-tfce.
VOLTAIRE
m 115 m > rs;i;w2
communal
Au sujet du rcent Arrt
conmunal qui vbu'drail r-
glementer la veute du gel ma-
rin, voici quelques consid-
rliions qui nous paraissent
(lignes d'tre prsentes l'at-
tention de nos lecteurs. Au
rrste, Le Matin avait agit
In question de cet arrt et
promis d'y revenir, comme
ii jus t'avons dj d'ailleurs
fait.
Si, d'une faon gnrale, le
22me alina de l'article 50
de la loi du 6 oclobre 1881,
invoqu par l'arrt du 15
lvrier, met dans les attribu-
tions des Conseils commu-
naux toutes mesures a pren-
dra pour le maintien de la
salubrit publique et la
scurit des familles, il y a,
un peu partout dans d'autres
textes, des dispositions d'or-
dre public qui conditionnent
pour la Commune l'exercice
de cette attribution et limitent
le droit ([tic pourrait invo
quer Ici Conseil communal
de lgifrer selon son seul
gr dans telle matire, sous
le prtexte qu'elle louche
la salubrit publique et la
scurit des familles.
Il semble, tout d'abord, qu'
une mesure tendant a rgle-
menter la raffinerie du sel,
tes conditions de sa vente et
son imposition, devrait rele
fer du pouvoir lgislatif, par-
ce que la matire est de r-
glemcnlalion gnrale, 1" par
la dnie qui en fait l'objet,
2 parce (me c'est une loi qui
doit tablir le principe d'une
telle rglementation, el 'A''
cause de l'lment lise.il que
l'arrt introduit presque su-
brepticement a la lin de son
article 2 en crant de sa pro
tio 1 et le; lois, actes et d-
crets du C wps lgislatif et de
l'Assemble Nationale.
L'Arrt communal viole.
au surplus, l'uni, le 109 rvi-
se de la Constitution ainsi con-
u : Les impts au profit de
l'Eta' ei des Communes ne
peuvent tre tablis que par
une loi, lorsqu'il cre, par
son article 2, pour le droit
de raffiner le sel, la patente
prvue pour les fabriques. 1
Le tableau des patentes n'est
pas une uvre de l'adminis-
tration communale qu'elles1
le droit de restreindre ou d'-
largi i\ mais une loi de l'au-
torit lgislative comptente
que les administrations com-
munales doivent strictement
appliquer. La patente pour la
raffinerie du sel n'y tant pas
prvue,le Conseil communal
n'a pas le droit de la rcla-
mer, encore inoins de la crer.
11 est vrai que le tarif du
3 aot 1900 frappe d'une taxe
uniforme les fabriques, usi-
nes ou manufactures gn-
lement quelconques, non pr-
vues par ce tarif et que c'est
sans doute ce texte que l'ar-
rt du 13 fvrier entend taire
jouer en faveur du nouvel
impt Or, ce serait indirec-
tement tendre l pense du
lgislateur; car, en parlant de
fabriques, usines ou manu-
factures non prvues, il ne
pouvait penser a aucune ap-
plication de ce genre s'appli-
quait! au sel marin qui a tou-
jours exist et qu'il a dlib-
rment exemple d'impt,
en attendant, sans doute,
cette rglementation gnrale
dont nous venons de parler
et qui devrait tre son u-
vre exclusive, et non celle
POUR UNE PEAU DOUCE
ET PARFUME
EMPLOYEZ
TO|)OS
humides

LUX
SAVON DE TOII RTTH
DAlIGATEMINT l'AIULMi:
*
kUSrtf
1 *" s
Si'1
ri
l m contera p ibli 1 nouvelle
(|ue va ci : .. I d'un des
grands Music-Hall de r u is ., crit a
noire :iiui La mol s i >iier de
il on de cbaolei I
"" Brave .1 il s m.

voit flotter au d.'ssii .
'{vo 1 L* plus joli lopuloplio local local du Service Hvdrauhqn
l'une gra- un pauvre drapeau en
par ArthurjCU toUlspauyn
#
VII
m iMenne. Qu ! |ue chose el
neillenrde i'Ha li
ipplaudie l i-bs. ( aussi sera le 11
1 oa prop igandc en fav< ur de noire
ys. Nous 19, dans un
1011 coin de noire ros ir, le souvenir
je la jolie eti inteir e uni nous l'aura
faite. D'amant qu'ai res chaque in-
lilion de l'.i/r, 'ont voi'rs.elle ch inle-
n L' ",,,,;,.. ,|ii I III ,1 S V K 11 11
CACHET D'OR, l'autre chef doeuv t
le l'art hailian.
1
ni

\rrive
28 F-v-i-r
liai s,-. sessi 1
11 une suivante
Po'f an-Prince, le
'r mva une 1 bo lan*e
ave qui | p ogres
; Coin '- siofi
sncUni I - U*d*\
' Pr" >J '" ; iqu et oota que le S 1 1
' S y*** Plf "", ^b,'c d'Hygine I
ans le Nord avec court arrl onhance et de l'approbation
c.nq villes de hnlneur, un du public on d 1
|our an Cep-Haltieu e. une de
sue journe aux Gonsltt*. Se, ',;.
.ad.ences turent reprisse Port- ,0
lU.Pnnce le |3 Mars etroHi |hll( ,,
nurent o.qu'au 15. Le C ,... YAmaM
m.ss.on laasa lia,., .e 10 e sou ,, a une plus gra )(,
prs U reti d< ;
orces dee ;' i$.TJ ds; el n
m IMPRUDENCE
IIP
-
1.1
met son rappmi le 2(i.
Uea icoup 'e leoins lu dvolu
la v-ilualion polit que imm-
diats.
L'opposition monopolisa pra
iqaement les audiences publi-
ques de la Commission, non
seulement Port au-Prmce,
m lis partout < la Commission
se transporta. Elle demanda d s
lections lgislatives imm I. -
if-f, la dissolu tio 1 du Coiseil
d'Etat el la lin dj la dictature
de B01 DO.
Le parti du Prsident et les
fonctionnaire* pratique menl
une seule el ii*i chose s'-
taient tenus sntiremeot sur la
dfensive.Ils apparuren' devant
ni pas ceiiT m us que les
I liions du gouvernemenl
1 > q iaez larg eu II :
lu-, |u' ce qu- I |> .,e de
s 1 ucidie po 1 qne a
pari'* location une question
I le Go 1 rne oenl
fin -.1 ",; , p|as
l'U inous instable ti eu d inger
conataot de loulremenis poli-
tiques. Nanmoins la taiilile
de l'occupation de co npr ndre
les problmes sociaux d'ttaiti,
sa brusque te iDter
la dmocratie par I >e el par
'a charrue,sa dtermination d'<
police judiciaire sail -elle
'tue dans 11 de amedi
q 1 ! |'i 1111 .1 t lue 1
de Gotle Pi 1 ; . -, u- |a gra
a > anee une
' Le 1.1 la -
de la \ iclinie n-l-il t iden-
? et les loi m dites remplies
par les autorits omptentes ?
bi lux. le bleu el le route o
sy dis u guent mme plus, h -
que joui dlavs par la p'u ,
el b ! par le soleil. Le S -
vice eal-il pauvre au point l
ne p.iux ir s'acheter deux l>i
d 's do ivel es .. pour rujeun r
son ma ?
*
... voil que Jacques C. AV" -
ne rend on hommage mri.i
Chevall er pour avoir ruw ,
grce ;i son infatigable schvi e
levi r l'enclos extrieur d 1
Parc-Leon te et l'enclos ma-
rieur qui borde le terraiu de
tool-ball, h (coostrui e dsi in-
hiii.i".. ilaoir le land, peindre
el repeindre, amnager des va -
tiaires, crer troia terrains de
voile} l,;i11 si de basket-bjII .
BVSC h '; peu de chose.
... (
1 v ;'i ce
rd : li
pre autorit un impt. l\c- d'un Conseil communal isol.
prenons un peu plus en d-
tail chacun de ces points.
j^Ce n'est pas la vente et fex-
ploilation du sel marin dans
la Commune do Port-au-Prin-
ce qui doivent tre rgleinen
les, mais le rgime des gi-
sements salins de toute la R-
publique, la rallinerie du sel,
H leur exploitation. Pour ce-
la, il faut une loi.
L'administration commu-
nale de Port-au-Prince ne de nal
devrait pouvoir procder par
arrt qu'aprs qu'une telle
si bien inlenlionn qu'on
puisse le supposer.
Nous regrettons vivement
que le Secrtaire d'Etat de l'In-
trieur ne se soit pas arrt
aces considrations en s'abs-
tenant d'approuver l'arrt
communal du l lvrier et
que, devant les motifs gn-
raux invoqus par cet arrt,
il n'ait senti l'ut lit d'tu-
dier, sur celle base, un projet
de nature rglementer la
production la raffinerie et
a vente du sel marin dans
tout le pays. H ai,rail vile,
dans le cas probable d'une
pouvoir procde
qu'aprs qu'une
toi lui en aurait donn dl-
gation, attendu que le Prsi- d
ent de la Rpublique lui- lgislation de ce genre,
mme (art. 75 de la Consti- nous embarrasser, pour Port-
tution)ne peut faire de r- au-Prinee, d'un rgime d'ex-
glement et d'arrt que pour ceplion et de droits acquis
faire excuter la Constitu- toujours ennuyeux liquider.
de
MAITRE CHANTEUR...
o
prjudice de qui M Francur
a commis Uil abus de confian-
ce, le plus grossier chantage
vilaine affaire.
le niaitre-
qui slt, la plus vila
Ce qui dmontre que
. I *tiu*.,ou uvliCIIIIMI..*IUJI| Il G*
nooael prsentrent leur, h- labhr une classe moyenne -
Dans une fameuse lettre, adres- chanteur n'est pas parmi ceux-
"^e notre conb'rc Lt Temps, | que Francur ci(it pouvoir
M. Emmanuel Francur, qui atteindre.
M trouve ml une scanda- Et 1 est a.sez peur aujour-
leuse affaire d'autos du non d'hui...
moins fameux tablissement de ----------------------
wsmiens, s'en est haulsinement
pis aux journaux. Il a exhal
'oute sa vertueuse indignation
Par ces journaux, dans cette
nflaire laquelle pourtant il a
ju le principal rle.
M. Francur n'est d ailleurs
Pas a son cou|) d'essai en af-
birtd'automobile ainsi que l'at-
'f!>teune conversation que nous
,vons eue avec MadameModes-
,e et (pie nous rapporterons
Pur nos lecteurs.
IV ailleurs une or -imam
"erenvoi au tribunal correcl
J*' t rendue par le juge
^"isuuction, sur la plainte de
"me Germaine Almonte,au
LE IVOTE OESiFEIIES
Ail i tous dimanche 6
M 1 a 10 hnnr.-s rcises, a
II iti Da, enten Ire M* Pierre
tiudicourt vous parler de la
HjI leune it de &es
; avenir du
r mine
promesses
nay !
our
servalions sur la c.-use, mais le
tumulte et les tris persvrrent.
Le goral Russel -1 les olflr.iers
amricains de la Garde 'tient
convaincus que quelque chose
devait re t il pour attnuer le
senliiiw ni po >ulaire et trouvei
le moyen Oe -0 tir de celt im-
passe lectorale et il sembla
que l'lection du nouveau Pr
sideol par les moyens pratique
tans les deux dernires lec-
tions, c'est-A-dire par le Conseil
d'Etal, ne serait pas accep ^
tr.>nquilletiienl par \a populace.
Aprs lions en a ores par les membres
de ia Commi'U.ion avec l'opp-i-
siooe, el par riotsrmdiaire du
gnral Russeil et du Prsi-
dent Boino, un \ljn dfinitif fui
hibli qui fui a, prouve par le
Prsident Hoover.
Ce plan pourvut l'leclio
d'un Prsident temporaire, pal
le Conseil d'Flal, qui d< > 1
piendre chaige le 15 Mai 1930,
comme successeur de Mi Homo.
Le Prsident temporaire devait
aussitt que poss.ble con-
voquer une lection de deux
Chambre de Lgislalure qui,
quand eiies seraient runies,
p o:deraenl au choix ilu Pr-
sident permanent. Fugne Roy,
un homme d'oflaires de boom
1 ,'Uiai o qui ne s'elait u-
oai avant Dl de poi ; , 1 t
le chois des groupes de pp l('ul Pans, de lout New-York,
si'ion t de Mr Jorno et m e ne manquera pus de uaaner la
Prsident temporaire. Mi H y
accepta de ne passe poitei can-
didat la rtkctiou et de d -
missionner aussilt qu'un I
quelque sage et ncessaire que
c-1 i part a ix Amricains
tout cela explique pourquoi, en
1 ''. I" iiau.es esprant m de
DOS bons traviux sur ce le (erre
n'ont pas t ralises. De
plus, les actes t l'attifa le des
officiels da trait donnrent
l'impression qu'ils avaient t
11 es sur le fait que I occop ilion
devjit continoer indefimmeal.
I d'autres teim.s, lenia plans
et pio|tis ne semblaient pas
leoir compte que leur osavre
devait cire acheve en 1930, el
II Commission tut dsappointe
d trouver que lu prparation i
I nlrai.leuienl politique et d-
mtnistrauf des Bal icns pour
les responsabilits da gouver-
nement avait t inadquate.
(a suivre)
U B0S13E DO VATICAN ;
Gt du Vatican.! rfer.
La 1 olice a abando in son
.1 tu e c mcei oanl la bomoe
sii ^ -Pierre le
l)i pprend en
u 'i temps q te h i> imbe
I :ouverte e >. 1 du t y pc
SI 'li > n irque de tabrique
le la S icict Italiana pour
Ex dosivi, et d'unfj puissant
1 fJeU
La l 1 l dcrite p tr
un loncli tn.iaire du Vatican
qui tait prsent lorsque les
s d'artillerie ont tait
leur rappoi Les (Ticiera ont
m da la
b irabe ou g -en de m do par
les mu -s d 1 Vol er el o il
lcla < [u il! n'aurait pu
1 ure ex dosi m sans faire usa-
sse l'un in- uns u jnreil .1
cel n des grenade 1 maio de
l'arme amricaine,
|i< on n -
muer.
diable d'homm ,
peut s'empcher a'a \-
l'affaire
voit que l'affaire d'mi'o-
nie I I) unien, menace d-
susciter une allure de pnru-,
ice de devenir go -
I 1 ... ce qui permettra de 'ra i-
lier 11 question (pu, d ailleur ,
rait dev ml le ing* d'inslru.-
st on, ( e reilra compte alo 4
le I mor dit ' d 1 certains tadi
vi li qui se su u spcialiss lans
. trafl des articles de garage
et... la vente ou change d' lUn
le toutes marques.
? ?
N'oubliez pas...
... Que c'esl demain sou- que
se jouera i Varits la super-
production parlante taul atten-
due .. Le Petil Caf n avec Mau-
rice Chevallier. Il 110:1, semble
superflu de recommander ce
tiun l'attention du public, car
Chevallier, artiste d lubl d'un
grand comique, ein ml
gl le
Sulellt
Choiil.
permanenl ai
mpathie port-au-princienne.
Voua irez le voir el l'entendre
dimanche soir a Varit 1 aux
prix de 2,3, I gourdes .seule-
ment.
tOPPRESSIOmsl
La crise politique ayant 11
enraye de celle ingnie 1
non astre-constitutionnelle .u
mre, la Commission roo
qu'Hati avait lait de gi
pi ogres mir< ls et
M., ut le gn il
oui cordial et sincre
Lt DIVORCE ADOPT
EN ESPAGNE

loi
qui entrei a ci j
vigueur dis aa publication '
1 Gazette officielle!, i
LEBUJuErOEH GUERRE
FRANAIS
Pams, 29 Fvrier. Mon-
ur Maurice Bouillon- a-
lont a lp : l aujourd'hui sou
t sur le budget de le
1932 nzanl les
lep s our I nenl mois
oui 1 is cuire bvi I et d m -
bre m- lus, ;i 3 milliards 929
niilions de Ir 1 ics (lT mil-
ins 16 1.000 dollars ). Ce
Ivi lg 1 iccuse une augmenta-
il de t50 milu'uus ds Irancs
16 millions de d il lars)*sur ls
1 'ode corri sp d mte de
1931.
\ le dput
1 1 1 . se enten Ire
" s'armait eu
des arrae-
1 mds.dit ii, m
|ue la pu -.silice milita
le de l'A'.lemi gne est bien
mieux organise, et plus cl- '
tective, que,le ue I tait avant j
la gui ne, et que, tant au j
poin de vue hommes qu'au
UUS 111 ilr ici, 1
st ib 1: su trieure
D 1 de
1 aie
11 p
'uid" ira a
1
ilrence iu dsarmement,
& Genve,
... voil que les 'articles d
de 1 M tison John WjoI
ey, \ la Grand'Aue, sont tr-t
lemands, St cela s'eiplique.
:ir, d'abord les sports sont a
l'ordre du |our et qu'ensuite
iSS articles sont lgants, soi-
{os et solides.
.
... sel rendu compte qu'
Cristal Palace, maison Hogarlh.
-n lusse d'agrable* moments.'
irise de mer agrable, orlo-
uhonic dernier modle, bar
) sa pourvu, etc.
I
s
... a vu avec ellarement ua
i une homme entl, Elle Hs-
m -, appeler la police sou
1 ous, aprs avoir provoqu
lorce scandales et scnes de
[) igdat. Rsultat : panier S sa-
;ade pour lout le monde.
Berlin sans bire
Berlin, 29 Fv. Berlin
va tre sans bire, car les d-
bitants ont dcid par (il)!)
voix contre 50 de fermer
'curs tablissements pour
protester contre l^es hautes
taxes. On cessera de servir
de li bire 'A lires du matin.
Les autorits avaient l'uj.
tantion de taire des conces-
sions a u x dtaillants, mais
leurs promstses ne le ont
pas satisl ut. Ea de aombrta-
lei l i J i ts, les cabareti/eri
ont mis en grve caaise
les impts considrables
qu'ils ont payer.
MORT DU FRERE
lOE HINOEHBURG
Ltbeck, Allemagne, 2!) fv.
Le i' une Irre du prsiden
un Kin leuburg, Heriihird.
i le 76 uns.
''ii r le l'arme
lit consacr
le Uipposarcino Roy
spcialit franaise
ii
%


l'A \\:2
l L .Y 1 IIS 5 mars L. _
*< m *
I
LlFl-.Hl Ql EST BON POUB LA 11
TENDRE ENCORE QU'IL DTRUIT
LES GERMES.
Un nouveau
oea-Side-Iim
3Cndi6 Ce soir, l'occupa de la r-
/ ouveriuie avec la nouvelle dl
o* freclioo Patrizi-Gireldi, il y au-
( ia bal avec l'Orchestre initrna-
Lire .lundi le rsultai de tional.
noire enqute sur l'ajjaire ra commande confie i>ar le Piive.Uende-vouaiousaSea-
Service Salional (Jeta l'roduc- I Mde-lnn.
LIFEBUOY
i.i. kVON Ut L/ >AN : ;.
POUK MAINS, FIGURES 11 UAINS..
ion Agricole
restt c impaye.
Air Caluu il

VIE SPORTIVE
-o
i -Leconlc. Champion-
dUHA, DANSEUSE M&>
, JtHMiifthADEilAIIUIR
Le* 'unis qu'iuterpreie taitfl
Corda ievttnl, du Uit de s
prsence, une atmosphre d
grce attendrissante de douceur
calme el apaisante dans laque"
domine la belle me de
Un-laldij
DEMAIN SOIR
<-
celte
I
\ HEtF.SI/2:Miiin Sfci la dm ar.de de rrn benses Demoise es
DanseuSe Oichidce
i , oiier; vc i auisr Lagranfr et Rfcwdo Cartes.
Entre : 1.0 ; BaU n: l.M
aiueures ;..
eMe artiste Maria Corda dans en splendipe film modem*
I
a
La vrit sur
l'Emprunt 1922
ii

Quelques jours pltisl ir l.mnis
apprhnea mu journal q i'i
jet d'emprunt et! New-
York avait t soiiin
vernemenl de Mr Sudre p
u >nave qui avail a<
discuter le principe el l<
ditiona, et P"'. paralllement,
la deuxime candidature de i e
dernier reprenait foi et vi
I icur. L'a Amricain i ivil, avec
q |j i'avais touiours u des
rations d'affaires corn n
bien avant l'entre d trou
amricaines en II qui,
dans ces derniers mo ut
tait considr pour avoir lo-
reille du Haut-Commissaire, ;
raison de la grande conna i
aance du milieu hatien .
Mv dt fini par acqurir, me
sa un mutin, cette qu istion
charge de sous-enten ;
!I*Qui sera le Chef de i Etal
k lit Avnl prochain ?
._ Je ne peux pas me per-
mettre d'interroger la M m Dieu,
rpondis- je. .
__ Eh bien moi, Dieu ma
p.i l, dit-il un riant... c'est Dm
tit/uenarc :
encore le lond del valise l...
peiaai-ie. Mais je jouai au ua I
__ Puis-je me [eter tte ba
se? dans sou pain ? deman
je d'un ton que je rendis s
Ip aeni confidentiel.
- Oui, confirma le commer
aut politicien, aile/-y carr-
ment.
N'ayant pas moi-mme les
oreilles d'un sourd, je me htai
aussitt vers le bureau de no-
o nous a\ ions dj
que le relus par Mt Darti i
\e de ratifier d'aimnee toutes
a ,\. sou" V.^,rr T^.mnarquabie a.liste. Dans cette
^tJ^^W*** production cest elle
.ils Hatienne). Arbitre :J q"^jncarne
L. Cawley, manager de l'Equi-
Jamaicaine. bntre:0,lQ cts.

lui-
subi-
les suggestions du G lral Hau
Commissaire nu .. la base ci
e de celui-l pies d<
l'Office de l'Araba
ricain !
rendredi soir s Avi il
m i donc le lendemain
anxit, parce qu on .1
an nom de&uiM 1rs semai
me fle de la Croix Rou-
- ira 1 uin mt de la pai 1
.le Mr Durligu.....[ue le la
du Haut-Commissaire, au
, j> la questi m prs d n-
mais notre confrre I '. 1
t rem e la 1
lence pi 1
Directeur de L'Essor ,
iTocation mit a n
les journalistes de la Capitale
ni pri de nous lai-
re gracieuseinenl parvenir ri 1
pu llOUS (leuiaiul.ul dlie a la
v une e lende-
main samedi a 'J heures du ma-
nu.
journalistes fun
sxacts au rende;
ivon 1 n ore a la mmoire 1
mots qui tombrent des le
li i du Gnral John II.
iell, qui tombrent corn
eul irapp un couperet de guil-
lotine sur la nuque de Mr Da
tiguenav e :
Le Gouvernement Amri
atn m sou/ie/ii am un cun
datl
a alors
de rdaction pour di
1er de I altitude a ado|
Quand a nous, notre dcision
41QIi.-"aiti. Demain
4 heures. Equipa itPort-au-
d lillet* Notre contre
Jamaque .
\r trs. A l'exemplede la
. i A., lors de la visite des
i\i rver le privilge de
l'arbitre d'un match.
le rle de Tesha.
(je film contient de trs belles
scne. A ses c es Jameson
I homas a camp une figute no
ble et sympa biqur4
.f
Tesha; Danseuse Fausse
lameson
les.
Tho
mas.
| s'honorerait en chi-
e match de de-
nain '' Arthur Bonhomme ou
Ir Tliard, reprsentants
quali i( de la nouvelle gnra-
1 1 sportive.
1 ,; 1/1 de l'Equipe d
But : b G-
. M. Tovar, IL
. ; demi Stephei
Vmbi 1 ( I. Geo. Audant(c),
\!:i oise (d.i ; uni
M. S un; e g. Elio Denis
(i.g. ) I. Jaii m iaa ). Lu. Verna
(i.d.i. 1 ^^ olley i^e.d.)
Ire journallo .nous avioiis.a- iU. (. ,, 11S que|ques
P,i8li dC^d.nleTydVile
campagne p
Louis Borno ft j informai 11
frre de mon intention d oui 111
la lutte sans tarder. M us pr< 1
l neut un mot d'ordre de no-
tre candidat nous tant pal
nu de temporiser quelqw peu,
jP me conformai la discipline
de notre groupe.
Pourquoi l'Emprui l n'a pas
t ralis, en prini ipe, sous
Mr Sudre Dartiguenave, e qui,
du COt nmerieain.en ivail soi
mis le proie! au Gouvernement
Haitien ?... Messieurs Barreau
rt .1. C. Pressoir, ci moment,
respectivemenl Min Jea
Belationa Extneun '
naneaa sont plus qualifies que
moi pour le dire.
D'autre nart.pourquoi le Haui-
Commissaire Amri" un n ac-
cepta-t-il i>as finalemenl de re-
commander officieusement la
candidature de Mr Suure Dar-
tlguenave aua: amis quu
an Conaail d'Elal
pins un secret poui
d'a'vocal de Me Louis
,; pour lui annoncer que
durant la semaine aiiiqui du d
au '.i Avrilc'esl moi qui avais
l, re/ni< rs 1 vi i-an -i 1
, afin d'aider b u ei d
inlivcnieiil deliors Mi 1 inlipi"-
I ; ie Chenet p trie :
. Le rsultai des prochaines
,-ei. douteux mais ne
1 in ui, 1 personne l'a
le n ^ visiteurs,c ir les
.. |Uipe h d un s el 1 quipe
ni en formes el se
,. \\anl lu les belles piges
un. s consacres au team
, n et qui tendent a re-
r les qu dites athltiques
. adversaires, je me suis
d i qu 'i 1 aurail du employer
le i mmes proi ds en l'aveUr
, n '; -, au lieu de les t'aiic
Lontinuellemenl des
certaines. C'esl abattre
morale de ses coml
, Ile iiunc lutte tita-
1 usement.conlinue
c force noire hros, (pic mes
hommes n'ont pas de frousse.
lit 1 si avec plaisii que je les pr-
aux lecU uis de Le Ma-
; ti< buru, l'un de nos
Heurs goalies , nergique
MIRATOMo .^
.y,..l.ttU'.l.d.CMTL.OUYO..
nt-au-Priiice se souviendra
les rconfortants applaudisse-
ments dont furent l'objet les
Gilets Noirs durant les mat-
ches de slection.
Guichets. Nous nous faisons
l'cho des cliens de l'U. S. S IL
q u ne s'expliquent gure que
M. Oligario, un moderniste n'ait
pas pens multiplier par
dois le nombre des guichets
du l'arc Leconte pour vitei
l'encombrement qu'il y aura les
jours de inatehes lamaique-lla-
ii. Voit-on d'ici l'curant ta-
bleau : Dames, jeunes filles, en-
fants, messieuri, se bousculant,
querellantet \* ge nda r m u
jouant de la matraque. Ne pas
objecter qu'on devait se procu-
rer sa carte. Lu Hati, c'est la
dernire minute qui compte.
Des guichets, on en rclame.
Ti thune officielle. Les places
'a la Tribune officielle ( A ) sont
exclusivement rserves aux in-
vits de l'U. S. S II. et la....
presse. Nous attendons pour
v lir si chacun IroiiTera sa pla-
ce.
(.eahong et ( /arAr.deux cham-
pions du tennis accompagent
le team jamacain.

d b d tnnera du
. 1 ,\ mihiler la
rsaire. .Toihii
aRacing, un vrai
mouvement
furie de l'ad-
, capitaine du
' dfenseur"
del ,. nlernationale, bril-
Sudre Darli|
Ut i I 1 '................ .-,
j lera. Stephen A m tu oise, un des
Bravo : me cria-t-il sur un illeurs demis gauches, rapi-
(,n d'enthousiasme..... Nous
,1e diraau
u est
pci sonne
al-
ms certainement a la victoire,
,u je sais votre nergie
l.i c est pourquoi.b
Q Avril, 1res tt dans le n
lin, X du parti de Mr Dartigue-
e tant venu chez moi poui
solliciter au moins ma m ul
y.....m elte si j'avi
ons pour ne pas soutenu
candidature du Prsident soi-
,uii. je lui rpondis :
_ c.e.si ia guerre I... mon
r, tout est prt... Je vais pi-
.muer vos positions !...
^A suivie )
Lue D0RSINV1I I
I) 1 ( ap-h lilien. Notre cor-
!? pouda.it nous avise que plus
de deux cents personnes voya- *
i aujourd'hui pour assister
au match de demain. Nos
holliers seionl sur les dents
pour recevoir celle manne de....
Chevallier.

CHOS
Mr. Borique Evinaa del
Castilla est UOtOD '- h-
Miuistie pinipot llt
Cuba Santo-Domiugo el
Portau-Prlnce. Il rsidera I
Santo Domingo.
Un arrt pu li Qtiel I
tixe^ le mardi de chaque s.
maine pour la tenoi
ebs ruruux, u partir do L
mars prochain.
__Par ant en date du
27 fvrier publi au Moni-
teur, le Piaident de [a R
publique a accord >lei
ne et eQtir a '.) "
a Jer> p l.ea diri
-^ L qi
aoule^ee 1 aria e ce mm
de rgiemematioo picot.i:pc
plusieurs de nos cODlri
qui se proposent de l'exanii-
oer.
Les bateaux-touristes qui
relchent noire port sont
de plus en plus importants
le leonage. I e derniei
date, de la Whi e Star 1 ine,
jaugeait 36,000 tonneset trans
portait 3% touristes.
-r C)n se plaint dan1, ci i-
la
, nue Des8aline*,du m.m
que d'eau Le Service hyd au-
ii |ue doit pouvoir amliorer
cet tal de 1 hoses.
c Le Temnaa pabli 1
statistique de tariue imp 1
h t au
7 I., "
du la.
gauciies, rap
de, soupl el coup dil sur.
, ,li//u/i/.surnoininle"pan-
rV du Parc-Leconte, a du
1. Sdullcr mbroise, le'M'or-
m dabl USe de sa force hercu-
.,, i des les fois que les
l'y obligent sans
lpartii ; son (aime m des
les du j' 'i de l'ool-hall. W.5-
. ( M'en "sont d'ex-
cellenls attaquants et leur en-
asme de vaincre les met
Stamment en vedette de-
vant les lignesadverses*E//o De-*
ne des piroUI Mes ,
( liange props de tactique Ba*
Ion la phase du jeu. /.'// est
:, ti .s apprci par ses
joue a l'inler >, %
a l'extar , ao < goal avec
l mes avantages. Je con-
clus, mon cher, que l'Equipe de
1 Le Pays i dit que les
bourses hatiennes de la Fon-
dation Kockielieront t wp-
aires el non suspeiuhns. a
| 1 suite d re enqute de
celte institution sur les molits
la grve des tudiants de
i. lors le
ifl lire e I) iniuis. j
i.a rdaction et l'impri-
merie de notre confrre L*,
/,//), devint tre transfr s
11 nc Bonne-Fol, en t
.. o\ de la Loleiie
! J mi n il ne parai
pi c-. midi.
e Irib qui i
':
lundi.
A l'attention du publie.
Nous demandons aux specta
leurs de demain de se montrer
( oi rects, civiliss,au beau jeu de
Frachement arriv par le s/s 1 POLOGNE de la Comparu
Gnrale Transatlantique. .
ACCOUREZ chex : Simon Vieux, Au Bon Marche, Spictui
Nauvelle, Alphonse Dsir, Llio Btilly.
Aux Gonaives chex : A. & F. Me Guffle.
A JtlutMH chex : Melle Clara Rey.
V. Gomeau-MONTASSEf& C,
Agents.
coi 1 ecis, mi uoc9,a n iiimii jeu u6 .
nos adversaires comme celui/
des ntres, Nous nous sommes!
laisss diie, tnailleurs l'amour
des leurs le dlire de la victoire
portenl les nationaux des excs
inutiles, Nous ne devons pas
suivre les plus civiliss tjlie I
nous surce terrain dangereux I
pour le re.ion haitien ne. Enco-t
re une fois, pas de chauvinisme \
SEA-SIDE-INN
Bar Restaurant
Samedi 5 mars les" nouveaux propritaires de cet Eta*
blissement qui par sa situation exceptionnelle oflre Wsdffv
raents de la brise mirins, et !a tranquillit la plus com-
plte.aurcnt le plaisir de recevoir les nombreux et dislingu
clients qui frquentaient dj Sea-Side-Inu, el les Client
aussi nombreux et distingus du Grand Htel de France.
P. P. PATRIZ1 & Oo
Propritaires.
iwmmmmmimsL&mm twmummmmm
* Toutes les Polices
atl
SVn.
ji
IDE LA
i
i
i
^comprennent la [Protection contre la i
Foudre sans augmentation de taux^
-~

Euy, Le Boss$Co \
Aqents Gnraux J


I M
M
> < h:
SUN LIFE
o
o(
PROGRES
Or 404,ooo
5,010,ooo
19.436,ooo
62,400,ooo
164,572,ooo
536,718,ooo
3,051,077,ooo
AlSiNE
1871
1881
1891
1901
1111
1921
1931
SOLIDITE
Or 63,ooo
536,ooo
2,885,ooo
ll.773.ooo
43.900.ooo
l'i9.372,ooo
024,804,000
Bilan de IMI
MONTANT D'ASSURANCE EN VIGUEUR AU 31 DCEMBRE 1931
NOUVELLES POLICES MISES ET PAYES EN 1931
RECETTES DE L'EXERCICE 1931
DBOURSS DE L'EXERCICE 193T
VERSEMENTS AUX ASSURS ET AUX BENEFICIAIRES 1931
DEPUIS LA F
SURPLUS ET RESERVES SPCIALES
PASSIF ( V COMPRIS LE CAPITAL SOUSCRIT ET VERSE )
ACTIF AU 31 DECEMBRE 1931
OR 3051.077.OOQ
527.939.000
197.U0.OOO
136.509,000
93,235,000
594.165,000
21,126,000
603,678,000
62A,8IM,000
ANNE 1931
EXTRAIT DU RAPPORT
Ccsi avec plaisir que je propose l'adoption de ce rapport. Vous admettrez ssns doute que, si l'on tien', compte dti coodili ns qui
ont prvalu eu I9t1, nos rsultats sout tout a fait remarquables.
Plus de Or 5i7.000.000 de nouvelles aares et plus de Or .3,000,0(0,000 'd'assurance en vigua m : ces chiffres tfl disent : .>-sz ; I
est inutile d'insister.
Il est intressant d'tudier la rpurli ion de nos nouvelles affaires. Le Canada a fourni 01 101,000,009; les Rats-Unis, or tiVii,00tf.Ct)O
la Grande Bretagne, or 60 000,000; les autre pays or 85,000,000.
Le taux de mortalit eflectivement censtat en 1931 est encore plus avantageux que celui de l'anne prcdente: 54,3 pour cent des
dcs prvus compar a 57,6 en 1930.
Depuis 1871, l'anne o la Compagnie a commenc ses oprations, nous avons vers, en vertu de nos polices, or 581,000,000. Au cours
de la seule anne 1931, nous avons ainsi pav or 93,000.000,'soit un n.on.ant pins considrable que celui de polices que nous avors mises
eu 1921 N'avons-nous pas raison de nous fliciter de et que notre Compagnie rende au public uo n*. .icc d'une si haute porte sociale?
Soixante et unime Anne de Service,
. _. -._. -
.
..i


Samedi
5 Mars 1932
Le Matin
-------~-r*-----;--------------r __j .
4;.PAOES
25:,m8 ANNE N8 7616 .
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
-
Hpilul Gfral II a'itirn
Accidents
29 Fvrier 1932
Laurent Lucia, 29 di ^. Poste
Marchand. Blessure par mor-
sure.
Mme Housseau l'aus'in, (i !
i*, (irand'Kue. Fracture I 3
inlr. de l'avanl-l). ;.s g uci
Orzeus Jean, 1S ans,
Centrale. Blessure iiu c< n il
pied de la jambe & he,
Garnier Emmanm 16 an,
rae Hvoluuon. L'-sation du
poignet droit
Damhreville (i<- i ,1 i ,
'bourdon. Blessure c< nuise lace
postrieure cuisse y i ( he.
Lalond Rodchilo, IN ans,
'rand'Kue. Contusion du cou
de pied gaache.
Hayinond lleeva, .'i i an-, ru
dvolution. Blessure lonlust-
de la jambe gaache.
Desarn Loctalus, 38 ans, 13 -
zoton. Blessure piqua ite piaule
pied gauche.
Prench Emmanuel, 26 ans,
rae de l'exposition, Blessure
cjntusedela jambe gau<
Fils Mercelia, 5 os, Place
Ste-Anne. Contusion du poignet
gauche.
Henry Marie, .'i I a rue
Bunioii. Blessure piquante d<
i.i rgion plantan e di oiti
Servais Og, 2 s i^, Croix-
Ecztmn
?oiiasii
C*ns:,f*li*s
-
Furoncki
Varias
Ulccrcs
Lu Man(facture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
Dpurez ..<,<, Sang
CUROMAL
il charrie dfs 3' oriM.
1 I ii ,-c deh u ras: r. ci
i
i. III

8Curonil.
'.I plantes i

Cui ornai i mal
1
"rnnl fln< CUROIYIAC
boll Iule ' i i ri i chun
pur U
:
Doli i. i Mi-, (il i UNI 11 ru
0*f Pot au rrfntt; Pharouclt uiCU. .
CE QUI N'A-JAMAIS T FAIT.....
CE OUt NE PEUT TRE DPASS
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des 'rues houx et du Centre.
des-Marfyrs. Contusion du :
guet droit.
i ontina Flix, 19 ans, Quar-
tier Si Joseph. Blessure cou (use
ie la m gion o< i ipitale i
ajre hmatomi de la
iront.u..
i.( onie Colimon, i l ai s, Bas
eu de Chose. Blessure Iran
chanle du lobule de l'orti
Laboratoire SJOURN
DlREGTURS
F.IJSJouRNtf, Pharmacien
R. Sjourna Pharmacien dejl'Universit de Paris
M. Sjourn, Pharmacien de l'universit de Paris,ancien
interne des Hpitaux de Paris
Analyses des Urines, du suc gastrique, du sang ( Was-
serman, Ure, Constan'e d'Ambard, Glycmie).
Des crachats.JDes matires tcales.
soir
Grande soire spciale de
la Troupe Gerdes.
PROGRAMME
SEl L
COMDIE OF HENRI UUVERNOIS
DEVANT LA PORJE
COMDIE DE HETRI OUVERNOIS
ET
LL COURT CIRCUI1
1EFAIEUX VAUDEVILLE DU GRAND GUIGNOL.
Entre Gnrale 2 Gdcs
1 .og es 3
Rideau 8,30 heures:
A le il i s i r d'aonooeer^ si nonbreuse Clientle que la
vente de ses CHAPEAUX se lait, depuis le 4 janvier, au
NJ 2027, GRANDRUF
en face de son ancien local.
I s Clients y trouveront le mme accueil.
C
. CELERITE, GODRTOISIE.
Martinez, Marcelin &
Loterie Nationale d'Hati
416, Rue Bonne.Fol.^Phone :_3358
La Loterie Nationaled'Hati est
une institution hautement humanitaire par la multiplicit
d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de biei
tre offerte aux hommes de toutes conditions de lortum
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers. Artisans, Salaris di
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parlai-
leur budget moyannant deux goudes, peuvent gagner trais
mille ^oirdes Patrons de Commerce,Chels d'Industie,ptret
aux us Ifi ances dr& ve-ves, pur l'achat d'un billet, qui vous
lib' du souri tes chances*
udec ns A*oc s. Ingnieur?,'Sn items, Dputs, Grandi
Diguitaires de PEtasReprsen'ants de l'intetlectualit, Jour
ualisles
) OO /"^o 1 Donnez^l'exemple de votre'so'idaril so-iaie.
LVKCS OrOLllCrS OO La IIICE Rentiers, capital stes, comme en jouant, augmentez voire
I avoir.
Vous tous qui habitez Haiti, rendez^Iui service en acbi
anl le billet de la LOTERIE NATIONALE D HATI.
Texas Haiti Santo Domingo- 'Rico Porto
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
trot entre les ports du Golte du Texas directement avec
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
imp >i-talions, servez vous toujours des navires de 'a LYKE
UNE.
Les pueiiaines arrives a Port-au-Prince sont :
Steamer MaigaretLykes
Steamer tHuth Lys.es
Steamer* Genevire Lykes
Steamer Velma Lykes
Steamer i Margaret Lykes
3U
mars
mars
18 mars
25 mars
1932
1932
1932
1932
1er avril 1932
Bureau: Rue du Magasin de l'Jfiiai, Boite Postale B
attention
v FAIBLESSE
ift'i ntBILIT
Rgnrateur du S.ing. prL-acrlt par l'cllle mdicale.
Admis dans l Hpitaux
, l'AiUS il Pliurmni-lf.
.,!;. .'.i \ ]i.n Dlrvi i. mji*i DEHCHItM'J, y i.. p.mi B-.udry. 1
SIROPffl
DESCHIENS
f Hmoglobine #
#s4
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOUVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DEFIANT TOUTE CONCUHiOCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON |
DPT:ANCLE DES RUES OU PEUPLE ET PEROU PH0NE:M

I
Imurance fio

e
Une des ; plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
AuentsG< ux
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )}
i ai sa GENERAL i est une des plus puissantes et des pirs vastes orgaaisiti*"'
enre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'rclion uni embrasse
mon le r M
es Polie* contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la ioodn
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveiIl?nce,"domnJg"
sai es a autrui daus sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mise* par ses branches d'Europe sont payables en Un*
Ses i olices contre accidents sont valables dans l'univers entier Tous les toyi'
R?m!7!SSMfSS\ pre.ndfC !a prcauli0,n dt se "unir d'une polic contre ssci^i'
d au moins 4000 dollars, lu prime annuelle n'tant que de 1/2 /. soit 20 dollars & -
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCayes
SOUS GFN v
Afent Gnral pour Haiti.
P^-aP-Prince; K-. GILG to
IfiAN BLANC HEIirfB*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM