<%BANNER%>







PAGE 1

l'Alit i 1. .. I I i B*MMMM*M ; i vr 1I010MMVIM DA*8 |.\ IMMIIE !. i. : h /. : la • < %  uvei tre laci en on perdus. / n i an In boni mai a Le Reich (La Mandchourie i indpendante. LE PARU CENTRISTE SE RALLlb A LA UAnUluAlURE H1NDENBURG. T Vuofold La m < %  MOI 11'. & LAUR1N, DlSTlUBCTESSJ P. U. Box i M ".Ponr-Afc Pr.iNCt. —o— I erlm, 20 lvrier. Le D v i BC< u ->n' prsident Paul von Hiodeubnig eltre mu* pari'egolsn P, a lail appel, au Don ,,, ,... iH catholique cen Iriste, :> tous ks catholique? d aux lecteur conscient!? i e le ur i spooi abiiite afin lei ii leur bppui pour o — Moukden, Mandchourie, 20 lvrier. U nouvelle repu i, ne d'Ankouo a procUn.c Indpendance de la v!hiDe t a deph y le drapeau B x cinq bai cfei et avec le So il levant. I fomiM ex.ee util de la Mandchourie un not, com de leaders chinois aya i DU dis postes lev! sous i | ro e< lion 'les : rmes jaaises, a proclam l'indeI d ince d'un lerritoire deux Cin-laldy 1 ,e r i r dn'KilJS LeM plus grand que l'empire ... ection dn pi s tint, Le v e 3 il T • u u ; 11 :; S; i meMoiW !" ALIX ,'O annes ROY de suce rie noua joindre dsutres ei p ro la mai l v< D HindeuburR noln CBudidat, sachant qu'ei le l, \t\ t nous H'IM.IIS li i i. patriei,a-t-il dit. Paii ni rtta m tionalisies et u | MU i ationat-fcocialia d Hitler le i> Kaas a dclara torat japonais. Oibcietleinent l'Etal est in : lant du Japon aussi 1,1 ,] qi e de la Chine, mais iii il .pcnd du gouveruet japuoais,car il ne pourBubsisti i un jour sans la <• lit n de l'arme du gc< E soin ( ; : M (! Il 01 .aventure amoureuse de Pierre Vignal OU LAFROIEDU VENT. Avec le sol'endide aeleui h irlas Vanel. Entre : 1 du ; Hi-leon: i.UO [)1MAN< HE A 8 UE'JRES La belle arf.*t< Mara Corda dans ut splendipe film moderne Tescha, Danseuse Russe %  v ecle vmpi'lnqnp juoe premier Jamcson Thomas. Entre : 2, 3,4 gourd %  %  BXX ; ., . j-,; —„. ral Hcjo ~ ^ ihea cal i) i , ..mixoieai pouvoir Les lioi.ui.us Contre une -.a^^u | -'>*.\' V ./. i!;.,"?! mesure illgale ,, lui i autoi ne nui i %  b ui ir de se i udu a 1 oit-, u-1 riDCe que de voir expo: e aux uu.n\ ment de i eux ;• i seront ;, h • ut. ap i< voii parcouru m'.: tue* di kilomtre*, e saxon qui -sts betes suut eu lieu : Ai qu'elles sont bien urvt-il cts. CelW toi i. uci qu u a en i ous, il ue la placer ( u la Louin une doi l les mi i le piotgi loni 11 S, mu t i. i.,. des hosi i bl ,1c, u s de nombre ses an, , ( t8 ll ( UHM1-.-ni I i t joui m I ocialiste dit iii I UrHi nei ..,. ; ,| .. prsenter i • 11 i. pu idi n iiaxil'el a^o\ pe de j ( i,al dclare que le piiuct si •-' dtctaie uisposc nui | '•' c d'Ankono ne dfiniesqu'au rd, an sud et l'est. A l'ouest le nouvel Etat s'un I ,t ment di ns les plaines ilt lu Moi golie.d'o iniques %  sont \cnus pour preni cntii l KUl la ccnvenlion. le in •Voi n HiudtnbuiH i >., snatioudiisits 'il m inaiduluie. inuiif veut elle it tst-ce poui que la l !.. Il ^' l'uabiau Jittrat Communal di Poilcroie que le Gouverueu.eui O . .. ... ... i a i.l VI . .<> Viilln, au-Prlnce relativen enl aun paies servant fe rder le* bles de somme d< i lu bit qui api orient leur dei ri i Port-au-Prince. Il a ordonn qui les parcs soieut U unes a partir du I di lu lvriei procbi i. Nous ne voulons i as cri %  tui se.plail li cette, mesure est | i au detriment de la colll cl C] oui lavoriseriun petit ai uped'in ses qui nou* uettiiuiiitioui divid-is • ''•'•-' Ll ' spicuiaiioi Nous nous permi Ions, Mi bn ettet km er .t, pa le' Prsident, Met U est lermer les soutes puisSecrtaires d'Etat, de Vous que l'Iiabuaul ne viendra paa taire remarqi erqui m us n'a en vitie. gu ui us itsttra-i-ii vons pasderarca .nvcs,iiiais a I m i reiuent bU io s meeu eh l oi ri IUIV bu admiuis irani %  es iuieii la Lommune a lort de vouloii empiter sui nos dioits, Li o\ius hoi ntes, noua ni us u la toi; mi i U(E i, |ui uos > i toienl leas. i)t \ • i J Uu| Bans'-trbVtiii poui qu on i I meuie le m mbit en pi in V.i i.s m si es cl Sbsireupjur I e-s besoins de noue i^culation, A c de n i soutes, cous av< ns rgulirement cotl pai le Service d'Hygim |ut, o, sou* notie si i su i. l'habitant qui vu ni m i s vendra du caf laisse M utea d< somme. D'ailleui s ui U8 l'ayons l'imj l poui nos d arants taalissemcDl bil tst ncessaire, uoui | us part'.pour les par* meMire peut tre lui i ste i ui le n miueree et pour nods au, )( litique, nous jetei dans its des i i pagandn ns V hou* i"; Us qui i I o ur tll %  • • M /O". s poil . teii a i ou! v( n abaoli ment Uviea a uu U y ... n... ut. Nous tous adi 11 sons, a Voua, Mr h residi ut, B VOUS, MM. i%  u lu "* citoyens qi i ne demandai m travi ii le paindeleuis I in I es. Mieux que i eisom e, > bavex que pour encoi rag l'habitai I qui vend du ci te, j loi l'a dispem de pa>er I. laxe de dix rei tin es poui sa j lace au on i h. 1 oui q UO i | rait-il pour sa b churgi en ; p|0iai l cei livres de cal au march ^et permettre a l'Etai di ralise U oit il" lais? I ouiqtoi la t on roui • < 1 : r ir l; source de ces rtcttl S*ns doute, elle prend cette D tsurt parte que sei recel ,, 5| a i Ile, dimi i en. M lu cai se ut cttti di licii i ce est illeurs. l lia ^' i les n m lu s ruraux qui se loi : sans coutro t, tu pr< judice de la grandi ville, le sont ces marchands ruraux qu'il taut srieusement conUler. Nous voulons bien es] rer, M, i prsident, Messieuis l es betrtaires d'Etat, i yous i udrez nos dolances srieuse consideialion tt , y d unerez I s luon qui" lein ement noi s i tnuoua n Votre loyautel j.Votre esprit de just.i Vt iuzagieer,Muni i M li Messieuis lei Sti | ,, les salulf On dnianth Dix Peinlies S'ADRESSER : Garage KNEER RUE PAVEE PORT-AU-PRINCE. % % % % %  '.r'^„ TV . i.. .. arce que, i pai Vos hautes tondions, it pal Votre pioireiairea tfsmm. i U uveinement, IOD ^Xurs uaeies place* pool proie hunblea seivuei Donne Aux Dents Une Bi. itante ode i ant .^ |ou. inlei ph a bl u nuanci %  > tlsepI ntre dan* les i %  1 U III et tereHX i el iolr. \<> achet de .* nuance i %  : i Jour. LA CRME DENTIFRICE \tiscpvque TV;-?:; % %  vt \ y jl S I &\ %  w^. -.-%  % %  %  S V -v y J^km %  i Fraicheme par le s s 1 0U)( NE de l.i Co:n|>agil Gnrale i ra ni que. . ACCOUREZ chez : Simon Vieux. Au Hou Manne, hpicew Nouvelle. Alpin n e Dir, Llio BaiHv. Ai x Go: kfvra ches : A. & !'. Me Cuffie. A .li i'un chez : Malle Clara Rey. V. Comeau-MONTASSE & G 0 Agents. y SEA-S1DE-INN Bnr Restaurant S roedi ."> mars les nomeeux propritaires de cet Eli r' par sa siluation exeeptiuntu.1 ollre I s r R"' menti de la bris* nir-in-. et la Ir.inqniilil !a plir. f ()11 plle.auionl le plaisir de r revoir If s nombreux itdi linRi !" rlienlaqul Irquerlaient • i Sea-Side-Inn, elles C'-eun ns i nombreux et distingus du Grand Hw-i de Franc • i\ P.J ATU1/I .^ Co Propritaires. ^ti le paysan et .e bounSeta I ;.us ARCHER. JM ^-' mu swki Toutes les Polices DE LA 1 ':< : %  >• • v fy LE FAIT EST INCONTESTABLE li lui ni Saillie C'esl la quintessence des meilleures t . j comprennent la protection contre la g /arits de cannes d un vaste territoire > B Foudre sans auqmenta tion de tauxj runisstint les meilleurs ienoirs, Ces! ce qui lail son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ' H FvgJjp BoswCi •**• ^ Aqents Gnraux



PAGE 1

, |. M y 1 x M, %  A .. -— iiieouri ttl renomme es! universelle a gard nprMrirt pi Demandez partout : UN UARBANCOURT Brcpol : Rue Csar. Cachet antinvraltfiqae •uppr*! i quelque minutes Fivre, Oripp, Migraine, mtniw:^' Milcamm de choix toujourt efficace et $am U'\i' r l %  "'"' %  '' ei "' l^enchels.Kn ventednn tmilesbonnes l'Ii • %  StratTT•taDoelnirGlRAUO.Pk.msew,. LYON-OULUNS(Frrt) Ui-ft 1 > 1 Oit-u l'ili.c* 1 lurmx ii IllLlL BJKUlilllUUlll .Ulllllilllllilt La.Y.CICATIl | .ANDES CHOS —o _Le flf'V 0 Arty a dcid ( i e dsormais, chaque venl'ipdi. il y ,,,ra une andieuce .j ciale au Tiibuntl de pre> p er v aire peur |i s pflaK rr s criminelles sans assi.*Uocedu jnry. — LE NOUVEI MSTE, pro. os d e Damit-ns et des choses Iroublautes qui s'y passent, p enacc de passer des autos • ux pneus. Il y a donc une question de pneus.. —Il semble qu'il v ai' aussi mie question de rna? infjessant Datniens, C'est i n't n plus finir. — Une espce qui. Dirait' P, devient rare eu Hati, < es* ['hatien. Des trangers *ont joumes aux Jonctions publiques l'intrieur on sont chargs de mission l'extlieur. — le !i's de Lindbergh, Au#us'us f.hm 'es. n ' enlev jir Jcs r ivisseuM qui exigent rinq ri-itc mille dollars pour le rendre o I aflectinn de ses parents, t.a pilice des K'ntsUnis et du Canada a l alerte aux lins d • le relriuve*. —Le gnral Srnedli y Mutiler, dont on n'a pis perdu le souvenir en lijii, est candidat rpublicain pour le sic^e rie snateur de la Pensylvanie ivec un programme dry. — Monsieur Jean CI) ipini. prsident de la commission rorammunale de Ouaramin thr, accus dlre tranger, a dit L'OPIN'ON qu'il est n ru Hati, de mre hatienne el MUS l'empire de la Cous italien de 188'.). -H v a eu aux Cay.'S un concours pour le reeruti ment des instituteurs, runux. la candidats, dont 4 g roos el 12 jeunes Gilet, se su l 1 prsents. — Le Magistral Communal Un grave Incident au Tribunal de Cassation —o — A. lonHii I< e d'bu r du Tribanal dp <: s;ilion, o se plaidait unaffaire dons laquelle est ronstiin M* llermann Malehranche, celui-ci nui avait d mande la rcusation du |uga Beauvoir — ce qu'une dcisio i prcdente du haut 'ribtinal ne lui avait pas accord refusa de plaider devant ce moisirai. Et covrue il avait accompagn 100 relus de propos jugs olfeosmts pour le juge Beauvor.M'M I br;.ti'iie a t mis e i tal d =tr reslali' n, jug sur l'heure et condamn trois mois d'emoi i'onnrment el trois mois de suspension comme avocat Regrettable incident qui I n'est pas pour augmenter le prestige de notre magistrature. a z E er. rr cv o" a S .# — ECOLE EUE DUBOIS Les prolectei n e; amis de l'Ecole, les une e mes lves, les parents de v lves sont cordialemc nt invits a visiter l'Esp isition des ouvrages des lves samedi aprvntidi et dimanche tonte 1 journe. de Cavaillon e' les T. P. envisaient la rtection d'un sentier qui ro^dai de celte ville 1 1 biie des RI irnandt. Ce nui d >nnerait *' Cavai Ion accs 1 1 pf. — L'ofTensive japonaise a abouti, Les chinois reculent. — Les Susses ont dbarqu des Irnunes dans le nordjde l'le Sakkaliue. LE'SLANQOPHILE est i:ii extra!) de gland %  frolcha d'animaux slectionnes parmi IM wpeel la plus vlgourausos; son wnplo etlle dans l-s ( •> ni vint* ; Les troubles nerveux, la dpression physi sexes. Drnundei donc le ''OL ANDOPHILK : H pouf l'homme ou F pour I* lenimt. -tire gratuite et vente • F. SJOURN -W. BVCH,Por^m-frtnt et dans TOUTES les bonnet pharmacies Stuli diHributiun : A. THOMAS & O 15, Rue Martel, PARIS iHitiHiiiiNiiiiiiniiiiiMiiifimiiiiiuiiccNiiiiiiimiiiiiini I9IIIISTRATI0H GtHRLE DES POSTES COMMUNIQUE Depuis quelque jouis une ci laine presse tend a essayer d'accrditer le bruit qu le grave desord es se pra liqtieut dans le S.-rv ce postal. Il H i mme annonc qu'u grand nombre d'employ avaient t .appels a l'Ius traction. Cela n'est pas vrai Nous savons cependant qu'une plainte aurait t m pose contre inconnu, pa M Abbeg, pour des I Itres depo sees a PorUde-Fdix a destina tiou de t'lrauger, et qui auraient t dtournes. L'Ail ministralion Postale s'mteressant plus que personne a cette allaire, srail lieureust que la Justice puisse arrive a 'fixer les respunsabilite> dans ce dlit, — fil en est, tt qui en tout cas n'est pas en core localis, aux lias des sanctions lgales. Port-au-Prince, le 1er mais 1932. Grand Caf de France 5 REGIM AVISEE ET INTELLIGENTE DE EOhSIEM ILOiJJi h! .: : iJ L ASiJ.i. : u.: il PAUlL LE ETAIRE DE CET ETABLISSEIERI QUI l'A PAS D'EGAL LE GRAND CAFE DE FRANCE. OFFRE A SES AIMABLES El UiSTINGUES CLII ITS, LES CONS01RATIONS LES PLUS FINES.LI VINS DE r0UT£S PROVENANCES, LES PLUS Cl 5 t. Cl RETTES.SARDRiei.ES VARIES A DES PRIX DEFIAN1 flOIt CONCURRENCE. L'ACCuEiL LE PLUS SYMPATHIQUE CONTINUERA A f TRE LE R TRAIT DO CfiANO CAFE DE C RANCE. Pathzi &G TELEPHONE : 2341. ; OUJUU:;S L'AFFAIRE JJtLWl) OED;: y-.. Nous avons lu avec un vil mfi lu ici: v publie par uotit lOullie Le h iiiws au sujel le l'aulu vendue puQf 35 dol lui M L.a.ti. l'u'i.uiv-i. Ces e&plicti ions M-ci .1 litciauii e s au uojinuiuqu£ puoli pur le .*>. .N. A. n BU lit *. i i ; njaihenreuae* uut pas pour cunvaiucia oi .luiumc tenitS du carattr liuiCl: dr: l'operallOU en qut^lltn ., tlltri, un ciivl (It ^aragi i| i lui UlC aun Ci 1 cl IJUUm, en l idiil liiiib d usage utjil eutvt ii iue a vil i-'io, tqviuiid avec 8U loiiara \\c Kiaucutur a uu ia ranieitrei ueul ci. eu parlai! etai n' >ri Vici>, csl, sud un IliCOiliptent, bOit de uiau\aie lui. Car AU ueu de iui;c latquiaiiiuu uni. auiitt^voutine, le S.N'f.A. iuvm ij.i a une titecluer les rparjuuufa necesasiiev ta iCaiiajti IOJI de suuu une ecouuinie d %  '-') dollar* au piolii de ibiat. Il IM ioul du iniiie regretta* oie qu<: Mr liiiinti" an ele Si gi'O&aieieuieui induit eu eueui yii ii es u'jur j %  • uc plaua aucun doute sut l Uuuoittiitliie ue 1 AUmiaislraleur de uam.cii, Matital tirai rai llaliru i Accidents 25 revriei r.i.iJ Jean lioouaid, Mornt de l'Hpital. Wultipies Ho; iona da l;i lace et te. lav.Mii brasdioi', ^^Fl a n ers l.i ooel, 12 ao<. li.isco. t5 e&suie contuae au n t dius droit. l'lit l'rriMorsnvil'e, !.. LosAna. Conlusion du poigael droit Surpris Lucie, 37 ans, (Juai | tier St*Jo!epli. l'inclure I %  > n 1er. de t'a va ut* bras droit. Laurent Lucie, l'J air, Bas '. u de Chose, l'ulle cou lu kit II du cou. liai I lie 1a ru n n d, -'•> ans, Houlevai d ties Veuves. Contu siou de la rgion lombaire. Duclervil uoland, l4ana,Poitau LeoKne. Blessuie piquanU du pied droit: i ici i e uieuienl, -i uws. ru d's riouis-lui is. blrosion %  li rag'uu iiuniaiCt Uorceiii Jaao, tii ans, l'rocy, U. essuie contuae uu Iront. Joseph (j.'iaiii, il .ni.-., rue rlvolmiou. ide.suie traailiaun JU uu.. ne ii uiaiii giUClItt, MavarU Anna, la ans, Urand'* ut. t'rauuiulll ne de la ll iilv.il' ,auehe. i us .vlenlor, '11 ans, (. •,) li II un. btiuf-oiboonetueui ( tioapi* alise). .viuictilus Qervdua, 2au, • au-llaitleii. limpoli ju.iv uieii t. liospilaiiae ;. Panama Hailroad Steamship Line Service de jrl el de passagers enlie Angleterre Ecosse France Mrs G W ISnBDtM *€•— 17. Jamei^SStraetvJ U ww& OOL, E IWLAN THETOLLlJwiNG AREOUR AGENTS TPRlKaP4I|PORTS IN EUROPE ENGLAND, SCOTUND. FRANCE. MKSSSSG. W. SHELDQN* CO, 17, James Sireel. Liverpool, Englana la France Messrs G. W. Shcklon & T.o, aie represeided by thi lollowin Itaaranideel ploadiiecl service de transport de pattflerael.du (rt enlieHaiU cl norft Fui o eens,vi New York.ct Crislobai, Canal Zone, Isthme Panama. Voici lu liste t de nos agent* pour les principeaui port de I teurope: ii s GLII.AII.Y HENKE? &CO 21 Rua del BfUbliqrt Marseille. Ilernu Prou &. Co, Lto. 53 Quai Georgei V. Havre. Htrnu Prou & Co, Ltd Rue du Moulin Vapeur. Roulojjre sur Mer. Messrs A. BEKOII Co, 21, AlIrngKle, Cope liague. OSLO. NOHWAY. Interi ationnl Spe dltion>felkap Oslo. MM. Atlantic Freigbl f.orpn Dailinhans, BamI urg I. Geimanyt M easrs Atlantic Frcigbt Corporation 'Germait Messrs AtlantW!" ( oi ;)'., 24 Quai ^ordaecs Antwarpsa Balium, i ,-tat HF.RNI: PERON &. Cie Ltd 95 Rue des Maris, Taris. IIi-:*.\u,Peron|& Co Ltd., Rue de Tranquillit, Dunkercjue. Hernu Peron el Co Ltd., 9 Rue Roy, Bordeaux, GENOE, ITALY. Messrs HENRY COE & CI.EBI PlAHi S. MATTEO.N* lTcner COTTENBUBO, SWEDl M Nord'sli Express. Cotbenbnrg. M p SSIS AXLALTIC FltElGHT Coni' N. Kon'F.m ma plein Rotterdam Hollande Messrs STERMANN & Co Grande soire spciale de la Troupe Gerdcs. PROGRAMME COMDIE DE HENRI OUVERNOIS DEVANT LA PORTE COMEDIE DE HENRI OUVERNOIS Et LE COURT CIRCUI1 LE FAMEUX VAUDEVILLE DU GRAND GUIGNOL. Entre Gnrale 2 Gdes Loy es 3 Rideau 8,30 heures: 7 S/ Or-i \nx IN > plu.pbtt.i J Ch(M at 4 i il k l'Hul : e de Foie de Morue bit au goit tl fmmitm• dit at It comitl+<* r. %  mt El LES HOTEIS > I i .n!n' xai le i 11 mple (Ui pi iv! pe une I • %  I .n AMI.*i,vuys i onnail nu n m m ii tomrces renrln uni en •• MI R i idi su rti bel* eadi 11 dp ;i Ion p ijiip i l'ur11\ i • ii l'avion • IMH d (iiM|iil i eni u/. paasi R*I k '. • i s \ .nc< i Klali qee "M h< vl-, v, u|( mI l vue f |in in iii ntaine r| 'il y a a !*•< n Rn Mo , • M Met (Holl el %  Spkiidid lloiel • 11111 ••• iiii s \ t ipechva* ii'in. par Mr Tharo, Mme < h IIM n il un i lin ii 11 ui d'une voilun di l.'i Lit/ne. Monsii ui I lio 1 d, i qui ncus avons d( mande s il venai* quel une fou y chen In r di s pVn • i ionn 1res, aooa ('il : — Nor, c'ial la |)remiitlois q \r \ iens le'. Coni i i otra ennri' 'e, non 'vin. pu Rnvoir (]"> %  ^' u n OIUIIM .' I.I enlunt person* ni i r-enl son I lel, y vieoi t < % &f > mi ni. ( Inzi |dea dousa paiisag* i tant ii snail, i DUS nous MHIuu •. ; % %  • %  >i .i > oaaieur S u k poui v \ oir si i l'on Atnei • n ; ic Irais d'htel des paet jjtrs :• 'iapiil; d noua du : ils doivi ni V M i< i d< im ii aiin n 5 heurta 1.2 !' i i ;. n ', el nous m soin mes p;*s oblig s de lai " ndr : i sonl pas l l'heure, avons dduit de celle peti le u tout uu'uie 1 1 OlollsOD se/// les passager i de la • e qu'aupar*,v ni si ul il • i donni it la peina rn eu dee ; \ ions de venir : des < lienta. Xnu fil usons aupi es 'u M %  i la l'an Aineriran Ain \ • le nous lre luit 1 cho ne il loimation erro* rralt ent Direct poui les Rhu \i i de Poitrine ne bien ubatin* h l'acti>: % %  du Vieks. Friei t iine, le Vioks I u\ faons la fola: eura salutaires (VI oui droit atoina; >':ou!!irii S v> *'< t. l



PAGE 1

Vendredi [ Mars 1932 Le Matin 4 PAGES 2 > me ANNE N* 7615 fort-a -Prince Tlphone : 2242 Lykes Brothers SS ic Texas --Hall) Snto DomingoRico Porto Le seul service heldom il tire ci lrt eitre les pji il l as dir< l'ori-.io-i'i nce, '!.: ii. Pour la rce i ipide et le maniement le v>s Importations, een : voua miours des navires l' LY.v l LNE. Les ():• ch lines arrive n-P Steanaei MAI s S t came r H n 111 i Steamer i > i \ < Lykes s 1 aux i v nio I Steam r i Morgarei [,yk< tureiu: Hue d de l'iCla-, Boite l taie fi AVIS \U COMMERCE Panama H I ; P Linf a l'avantage d'an [ lesdparl id< \'< pour port-au printo directement chaque mrdi. Tous les steamers sont vus e c ambre ir lique : !s de heiu Jor/c. 11 m is I! IN mars 1'. ! 2.") M rs 19 1er avril l. S i .i >.i r i uay qnil* 4 le 2! : S team r Cr i l>;il le lei mars 1 • r '* uaventorai n 1 tnera r Ai con if 15 mars Steam r < yaquilx v 'l'i %  %  .. ir St.-,, .r iCriUobali l29 n urs 1932 Steam r iBuenaventura le i avril A m igesJjA Portau ~Priibe. le 1er mars 1932 le G mars 1932 le 1 1 mars 3'2 le 20 mars 1932 le 28 mars 1V*32 I. ;; avril 1932 le 11 av il 19J2 CE QUI N'A JAMAIS T FAIT CE QUI NE PEUT1TRE DPASSE Kola ( hampagne F. SJOURN Prpar dans des conditions Jrigoure i e^ D'ASLI'slL Prparation et Vente PHARMACIE F. ShJOLUNt: Angle des rues houx et du Centre., Panama Railroad .Su n-p liip Lin, JosH. C. VAN UKKD Agent Gnral Laboratoire SJOUHNfi l h] DE FA E 1 PEUT TOUR TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville 1.000 pie IsJd'aJH : ni I | • Irai virons le l'or! r Seulement i sphalte. Vues non i DINERS Gnui SANDWICHS Irrangements pai liculh rs i semaine ou de unis. La Manufacture Hatienne d o Phano-oilV T T nrli/TIPM*\ ly wt de UHnes,dosuc aastnqne. du sang ( Wn C l>JlctJJLclU 1^ llIllUjaiL rrruann, Ure, Constante d'Ambard, Glycmie). DlRBCTOM F.^SJOURNA Pharmacien H, SJOURN, Pharmacien de* TU diversit le Parh M, SJOURMi Pharmacien de l'universit de Paiis.aQCTa interne des Hpitaux de Paris V V l)t s crachats. Des matires tcales. I n ( LIGNEiCOLOUBI II C. L. VERRET TAILLEUR-' l v l'i sphooc i, en vi • n Le vapeurMarin 9l venant din de i t de N :W York sera ici I I coatinnera le mme i r | Paerto-Colombia, Ci Oistobal, Canal Zon •, K %  s>^s t > i et New-York. Le ma ni teste de re;u par avion est silion dts clients bureaux sis angle r et Dants>Destouci Le vapeur iBolivui >\ oy.'.) partira de New-York le e mranl'potir tous us porl • !i iltiens. Attendu I n Prince le 12 en roui m me jour pour les .Sud. Sera de retOU du Sud le 1"/ murs pi prendre le trot, i la malle pour Ca| Iiti New* York, William E. lil.i Agent. C. L.Verret Rue Traversiire, .\<> II), v >/• sinage de lu Douane, ure.squen face de lu maison I i Htel i ,'une 'es plue de la pi se ve son bon reno On y trouve le r.v coupi lgante a la dernire mo 'e tl el anse. Spcialits : il iblts et vtements de ci PRIX MOOR \ l plaisir d'annonce*" a nombre -m Clientle que la Il de ses CHAPEAUX se tait, depuis le 4 janvier, au N' J 2027. GRAND'RUF fi %  ( % %  i'e son ncien al Les Clients y irou l le mmi cm il, fiON MARCH. CLRIT, GOURFOISIE. Martinez, Marcelin & C Loterie Nationale d'Hati 416, Rua Bonne.Fol, ..Phone : 3350 La Loterie Natioualed'Halii est une institution hanhntnl humanitaire par la muliiplicil d'iruvres qu'elle i e propose d'aider, une chance de bien tre ofTerle aux honnie s d< toutes conditions de loi lune. Employs Fonctionn orrs, Ouvriers. Artisans, S .larcs le tous ordres, Gens de maison ( domestiques. ) sans pari* leur budget moyannant deux goude?, peuvent gag ier n ii mille gourdes Patrons de Comraerce.Chefs l'Indus ie,parti aux iusulfisances dt s vent-s. par l'achat d'uu billet, o'Uirit snriaie. Rentiers, Carnlalitjes, comme en jouant, augmente! voire avoir. Voua loua qui h ht z Hniti, rice fini Knl te billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI, 1 II , Les rsul jour prouvent qut L'Hipposarcino Roy rs! le m • 11 .'iii reci i •s les bonites pharm i Viaux. • aMWnuaPW ^.-r VV.MIIMHII JW,.-WU. t0 BIRE NATIONAL de la Brasserie Nationale Se \i\\A partout OrO ,10 le verre malgr sa aaulit! suprieure. PROGRS NOUVEAU RHUMhOUVhAU Rhum dlicieux got exquis Ps ix rduit ALCOOL Dtfi TOUTt CONi Clarn Viercje ChczN. NAZON DPT : ANGLE OES RUES OU PEUPLE El FEROU PH0.1E: M h mrance Co Une des ; plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES ^ASSURANCE sur la VIE FTTG.To PO^SE & Co nls Gn^rau %  ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ), NEPAL* est uce des plut puissantes et des plu /vastes orgaiiisMe ll1 DC se couche jamais sur sou champ d'action qni embrasse U monde ^ Po iej contre incendie couvrent aosti les dgts occasionns par la touor$ tei pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance. donœa| causs a autrui dans se personne ou dana ses biens S I oiiees ar.times miser pat ses brsochcs'd'Europe sont payables ta tii Ses l ,iices entre accidents font valables dans l'notan entier: toS les >P* Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves SOUS.VGENTS Acenl ( encrai pourHaib. 1 oH-so-Pnncej \u. (,JIG JEATEUL L 4 .EU .t-*



PAGE 1

r Clment Magloire ".DIBEGIEUrt 1358. ROE AIIEHlCAiiMi ito TELEPHONEJ;N 2242 l'Iiiuunir ocd BJM mpair eue ttfreii, mis il ni m pour Uc beme -,!i, g ri plils, K iltrr %  •' Ii • ie (-'11111! 1 ' >.i H lin ; lirateoinil. s; n ^ M ifMitercomment on fi mimera. II1.IISOT 25 me ANNEE N 7615 POKT-AU '" i: ; |i VENDREDI I MARS' 1'.;12 Un arrte illjal Nous avions promis de revenir-*ur la question du sel qu'un arrt pris par la Commune de Port-au-Prince a inopinment mise l'ordre du jour. Cat arrte vise a rglementer la vente de ce produit. La premire objection qui s'lve contre lui est d'ordre juridique. rsolument la place de la loi. en dterminant le lait dlictueux, et la sanction qu'elle s'autorise elle-mme d'appliquer contre. Daulre part, et ce qui suit est une considration de laits dont il convient de tenir compte tontes les fois qu'il s'agit.de j CLIENTS FAI Dans son article 1er, il piesmesures avant une porte soerl que ksel dit sel de cui-. ciale, la rglementation com• *. *w\iti'i>>i ,,ii-,v nAImi%a I * %  *. *..l — .... .J 1... ,i_ ll i sine ne pourra tre dsormais livr brut que par le producteur ou le consigna la ire d'un chargement et seulement des personnes qui s'occupent de le raffiner... Cette disposition tablit des catgories troitement dparties dans le commerce du sel.C'est la un pouvoir qui n appartient qu'a l'autorit lgislative. L'Administration communale ne peut pus dlimiter des catgories que la loi n'a cres ni prvues. En le taisant, elle ne rglemente pas, elle lgifre. il y a alors dpassement de pouvoir. A cet gard, l'art.7 de l'arrt du 15 lvrier est pleinement dmonstratif. Il dict que dans le tas o une entente interviendrait entre les ratlineurs pi ur faire hausser le prix du se" munale, en dehors de son ill gaiit, semble contenir certaines consquences conomiques. Il apptait qu'elle profitera plus particulirement quelquesuns. Le monopole, pour dire le mot qui se rpte, de la prparation industrielle du tel par < quelques gros bonnets, en se-1 rait le rsultat attendu. L'opinion publique se mfie, malgr l'argument de salubrit publique , de celle forme mitige de gabelle. De reste, tout monopole priv est indsirable, parce que menaant pour l'intrt gnral. L'intrt du consommateur, du plus grand nombre. A ce point de vue. la doctrine socialiste anti-monopoliste, en ce qui louche les activits particulires, rejoint ia onre tf t r r r r t r I r r r r t I r 'r • M Le progrs B grande %  5r cliei neur i tou :•Ci if i e fi L ..> - Propos i humides du i i.'m' • %  11 I .:' : en nr : %  I lir i '£'. %  M!!7 La Banque Royale du Canada ••••*— — — %  — — — II — — — — .-j.-...LUImiinsiraioit communaledej thorie dmocratique. meure autorise a faire saisir Dans un prochain article, le slocivs en dpt. j nous prciserons des giiefs enC'esl la Commune qui auto' cora plus srieux contre cet arrisela Commune.Llle se met ici rt. L a N'rit sur l'Emprunt 1922 %  > — La question se pose ces jourslure prvue de Mr Sudre Darticia savoir si oui ou non il va guenavt, Prsident en charge, eu pression de In part d i GouAu journal a L'Ess > %  , on ne veineniciil des Ktats-l'nis sur savait pas trop quelle conduite elui d'Iia li au sujet de l'Eintenir quand, Ull malin, je clcinunt nominal de 40 millions dai un coup hardi : San avoir, DE GRANDES PRODUCTIONS Cll l+AiTIFWNEGRAPHIQiJES PARLANTES i AU£ q i .1 A CINE-VARIETES -O— Les amateurs apprendront avec plaisir que la direction Cin-Varits vienl de recev magnifiques (ilins pi ; la habi ue liiagiiiiu pics uims pal . L'appareil parlant avant e l;l11 au point, nous aurons dsormais le parlant sur film', le d mer mot de p< . ITnP m.livr, .,„, „„ ,. pl_. de dollars. Ainsi on a appris 1 dernirement que Me Georges X. Lger, protge Washington par M. Dan ts Bellgarde, IVail lait levant le Comit des Finances du Snat ldral une dclaration formelle de pression de la part des Etats-Unis. On a entendu par contre Mile Secrtaire d'Etat Stimson donner immdiatement lu rplique, non pas a Me li. N. Lger qui est un simple citoyen hatien, mais videmment a Mr Dan tes Bellegarde.Ministre PlnipotenL'ne indiscrtion nous a is de savoir que bientl ua seront sur I cran Le nis de savoir que bientt ua • J'J. joui isances que la plus belle ture \ le sur le vif, l . de Tristan Bernard, avec l l u Maurice Chevallier.La Bataille de Paris avec Gertru le ...... n \ .. .i liaire, cpii lavait iutro I lit par une lettre fan :use. La faute de MM. Bellegarde H Lger en la circona BJIC* est d'avoir affirm, sans avoir pu fournir des preiiwea.Ainsi le Deparlement d'Etal amricain s'est trouv l'aise pour crier leur dos que son oilice tait l'objel lune calomnie. La dmarche de M. Bellegardon dA -.n i a S'a ri 1 ni%  o il i i %  i merveill le nu i i i '. i h iillite Gebara & GO %  inenl c ij de la i a d i l J onl lu %  I ill i I ille do .m >ai S'il en • lu l'ail ne srail n i. lion Amricaine, avec viciiou lo qu'effectivement prochaines lections pesi I Ptiori et Bolivar ... voit; (pie no ira con re, .'Action N itionale a tenu une non i le I >ia i pli* quel lition, t 'est au moins 1 \\ qu'elle es i•• %  D in -., i < o Irre, ra ris de cji. %  ne l'expli ; : / plus, sinon voua P nuun instrum ni monocord , ... vpil (j ie notre bonne q i j. iv nue de Bolosav '-si 4 u dlai ise par la M. •;. A. Il v a n mois qu'on un ( oup de balui, et i nmo iu-es • in |ui Jouis ,. ir >-w, mis d • cet 1 quartii r. Allons v*idonc, avec • otr h bituelle obligeance, gi.. lirr 1 • qnarti sr un le ces | m s, te loiletl i. • ... voit i| l'un prochain c*n • i s'apprte, et qui ncessitei u [uand n clatera dea explications tortueuses. Il s'agit d'un coutral de maji, sig euIre une m lison de la piaa et un de nos services, un prix beaucoup trop lev.. Prvenir v al mi mi que gurir.„ nuis en croira t-ou NOTRE ŒIL'.' ... a vu le long de la laada I entre de la bibliothque I A 1 i :ab i Lyce Plion de Ionle j mnss Lyce H qui ml les mura longi l i i sous Icsil ainu' di dbonnaire Ptioa. Ahl Cuua I. hrisson, doux aptre e;llt des Vespasiennes,si vous i i / vu ces jeunes pompiers a I BUVI e... vous eu auriez pronv— je saisi -quelle san.teindig i lonl C'tait lamentable. • ...voit que cr bon Monsieur tagloire a lui t la sou rd • I de la dmarche les enfanta, pour avoir dan*" ma lea salons du Club'mou la mi-carme... t'omnenl peut-on avoir le ccrur l dur pour rsister une d'enfants, qui cache un lsii de ma Dans, de grands t res et de grandes sœurs '.' Ilons.Clment, un bon mouvencnl, au moins pour samedi. jU ... I III I III .> ., I i ..... %  ...... tiellea seraient 1 1 bres de r la i/ • I 1 i %  a i %  %  vanl le Conseil d'Etat, pu le llaul Commissa re s'tait mleiitionuelleuii ni gard il r de Mr Dar me candidat ventuel et 2o q i %  V l' ..I" il. I n ini i de Alba, a r le* %  ; l P i , du 11 fiTim , ue SDIIUII m 3" i . m, i i serre habituelle que, parce que \ l nouveau plan amricai se trouvant, presquuu dbar1 un im emprunt 4 su .nier en prsence d'un journa-j Gouvernemeul Hatien et ?'de premier plan de l'Oppo-j Peuple qui devrai! avoii .;,, il voulait, par mon inde le solliciter. lermdiaire, lancer in lirecten me on le e l)|>ni %  %  %  mprunl i ni m nileste ment l'ide d' dans le public. E i d'autant • i s'empresw la me aire lervwr que ce qu'il v nail de me dire tait lout--fait p riai et. alla ' %  se/ di %  %  %  I i .1 suivre i. 0ORSINVILL •inln %  %  • • > "vu l'entralneraeol le er Defendini et lui l'esse ici un coup d'ail altecenx, pour se taire pardonner n i ii op vile jug a sa 1 dimanche dernier. %  ira sont en bonnes il le cas de le dire, Mr Defendini joue i %  blo1 'me. %  s Cha. | t sa J 1 NOTRE ŒU. rai >i nouvelle d'avoir condam fES IA. DANSEUSE RUSSE tHAITUlU INCHE 'ne ie en a< ne ni in 'e et tout I I ... -nui e lilm d'un bout il 'antre. L'ii i eacha nui est oblige* ion \ inour i o \i i • \-1 • ;i avec i laiair. trouv du n- i e film 'on meilleur 11 . /* vendre a • r bim i T bel'. MrLEONAM *laei


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06949
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, March 04, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06949

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
r
Clment Magloire
".DIBEGIEUrt '
1358. ROE AIIEHlCAiiMi ito
telephonej;n 2242
l'Iiiuunir ocd bjm m- pair eue
ttfreii, mis il ni m pour Uc
' beme -,!i, g ri plils,
k iltrr ' Ii ie (-'11111! 1
' >.i h lin ; lirateoinil. s; n ^ M
ifMitercomment on fi mim-
era.
II1.IISOT
25 me ANNEE N 7615
POKT-AU '" i: ; |i
VENDREDI I MARS' 1'.;12

Un arrte illjal

Nous avions promis de reve-
nir-*ur la question du sel qu'un
arrt pris par la Commune de
Port-au-Prince a inopinment
mise l'ordre du jour.
Cat arrte vise a rglementer
la vente de ce produit. La pre-
mire objection qui s'lve con-
tre lui est d'ordre juridique.
rsolument la place de la loi.
en dterminant le lait dlic-
tueux, et la sanction qu'elle
s'autorise elle-mme d'appli-
quer contre.
Daulre part, et ce qui suit
est une considration de laits
dont il convient de tenir comp-
te tontes les fois qu'il s'agit.de
j
CLIENTS
FAI

Dans son article 1er, il pies- mesures avant une porte so-
erl que k- sel dit sel de cui-. ciale, la rglementation com-
*. *w\iti'i>>i ,,ii-,v nAImi%a I **.*..l .... .J 1- ... ,i_ ___._ ll i
sine ne pourra tre dsormais
livr brut que par le produc-
teur ou le consigna la ire d'un
chargement et seulement des
personnes qui s'occupent de le
raffiner... Cette disposition ta-
blit des catgories troitement
dparties dans le commerce du
sel.C'est la un pouvoir qui n ap-
partient qu'a l'autorit lgislati-
ve. L'Administration commu-
nale ne peut pus dlimiter des
catgories que la loi n'a cres
ni prvues. En le taisant, elle
ne rglemente pas, elle lgifre.
il y a alors dpassement de
pouvoir.
A cet gard, l'art.7 de l'arrt
du 15 lvrier est pleinement d-
monstratif. Il dict que dans
le tas o une entente intervien-
drait entre les ratlineurs pi ur
faire hausser le prix du se"
munale, en dehors de son ill
gaiit, semble contenir certai-
nes consquences conomiques.
Il apptait qu'elle profitera plus
particulirement quelques-
uns. Le monopole, pour dire le
mot qui se rpte, de la prpa-
ration industrielle du tel par <
quelques gros bonnets, en se-1
rait le rsultat attendu.
L'opinion publique se mfie,
malgr l'argument de salubri-
t publique , de celle forme
mitige de gabelle. De reste,
tout monopole priv est indsi-
rable, parce que menaant pour
l'intrt gnral. L'intrt du
consommateur, du plus grand
nombre.
A ce point de vue. la doctri-
ne socialiste anti-monopoliste,
en ce qui louche les activits
particulires, rejoint ia onre
tf t r
r r r t r I
r r r r t I
r 'r -

M
Le progrs b
grande
!

5r cliei
,
neur i tou :-
Ci if i
e fi
L
..> -

Propos i
humides
du
i
i.'m- '
. 11
I .:'
: en
! nr :
I lir
i
''.
M!!7
La Banque Royale
du Canada
* ii .-j.-...-
LUImiinsiraioit communalede- j thorie dmocratique.
meure autorise a faire saisir Dans un prochain article,
le slocivs en dpt. j nous prciserons des giiefs en-
C'esl la Commune qui auto- cora plus srieux contre cet ar-
risela Commune.Llle se met ici rt.
L
a N'rit sur
l'Emprunt 1922
>
La question se pose ces jours- lure prvue de Mr Sudre Darti-
cia savoir si oui ou non il va guenavt, Prsident en charge,
eu pression de In part d i Gou- Au journal a L'Ess > , on ne
veineniciil des Ktats-l'nis sur savait pas trop quelle conduite
elui d'Iia li au sujet de l'Ein- tenir quand, Ull malin, je clci-
nunt nominal de 40 millions dai un coup hardi : San avoir,
DE GRANDES PRODUCTIONS Cl- l'l+AiTIFW-
NEGRAPHIQiJES PARLANTES
i AU-
q
i !
.1

A CINE-VARIETES
-O
Les amateurs apprendront
avec plaisir que la direction
Cin-Varits vienl de recev
magnifiques (ilins pi ; la
habi
ue liiagiiiiupics uims pal .
L'appareil parlant avant e l;l11
au point, nous aurons dsor-
mais le parlant sur film', le d
mer mot de p< .
ITnP m.livr, .,, ,. ,
pl_.
de dollars. Ainsi on a appris1
dernirement que Me Georges
X. Lger, protge Washing-
ton par M. Dan ts Bell- garde,
IVail lait levant le Comit des
Finances du Snat ldral une
dclaration formelle de pres-
sion de la part des Etats-Unis.
On a entendu par contre Mile
Secrtaire d'Etat Stimson don-
ner immdiatement lu rplique,
non pas a Me li. N. Lger qui
est un simple citoyen hatien,
mais videmment a Mr Dan tes
Bellegarde.Ministre Plnipoten-
L'ne indiscrtion nous a
is de savoir que bientl ua
seront sur I cran Le
nis de savoir que bientt ua -
j'j. joui isances que la plus belle
ture \ le sur le vif,
l . de Tristan Bernard, avec llu
Maurice Chevallier.La Bataille '
de Paris avec Gertru le
...... n \ .. .i
liaire, cpii lavait iutro I lit par
une lettre fan :use.
La faute de MM. Bellegarde
H Lger en la circona bjic* est
d'avoir affirm, sans avoir pu
fournir des preiiwea.Ainsi le De-
parlement d'Etal amricain s'est
trouv l'aise pour crier leur
dos que son oilice tait l'objel
lune calomnie.
La dmarche de M. Bellegar-
ptomaliqueque Monsieur le Pr-
vient de la Rpublique a seul
(s pouvoir de redresser.
Dans tous les cas. pour avoir
*i troitement ml la poli-
tique du dbut de 11)22, l'abord
comme journaliste, ensuite com-
me interprte-traducteur au l'a-
lais do la Prsidence, je crois
'lemon devoir d'apporter des
prcisions dans la controverse.
Mon tmoignage sera vridi-
lueet au tribunal de l'Histoire
p je comparais volontairement
Je serai honnte dans toute la
lrce du terme.
En Fvrier 1922 revenait des
Etats-Unis le Brigadier-Gnral
JuhnH. Russell, accrdit d-
minais prs le Gouvernement
MaTlien en qualit de Haut-
Commissaire-Ambassadcur. On
N demandait dans tous le. clans
politiques du pays, quelles '-
'lent les directives que Wa-
shington avait pu lui donner.
n au changement qei '*''
'er en Mr prochain dans
haut personnel gouvernemen-
' hatien?... On tait perplexe.
Parce qu'on tait perplexe,
r'1 nW" pas encore agir ou- ..
Vertement contre la 2e candide- non pas officiel.
au pralable, consult mon fr-
re, le Directeur en litre, je me
rendis dare-dare la Lgation
Amricaine o je demandai
voir le Gnral Russell.
Je fus immdiatement intro-
duit.
Je suis la disposition
de tous les Hatiens, me dit-il
tout de go, pour toutes sortes
de renseignements qui concer-
neraient ma mission. Je suis re-
venu celle fois pour pousstr
Initi ... et il employa, en l'ac-
centuant, le mot anglais put h.
L'occasion tant belle pour
savoir sites prochaines lec-
tions seraient libres devant le
Conseil d'Etat, je lu saisis in-
continent et je posai ma ques-
tion brle-pourpoint.
Evidemment, me rpondit
le Gnral, nous n'inleruien-
drons pas J'avais donc en partie
le fond de sa valise !
Aussi la conversation ne de-
vant plus avoir d'intrt pour
moi, je me disposais prendre
cong, lorsque le Haut-Com-
missaire me inanilesla par nu
signe de la main, qu'il aurait
encore quelques minutes me
demander.
Je me rassis et il entreprit de
me parler de la situation finan-
cire du pays qui devait nces-
sairement s'quilibrer par un mun.
emprunt que, grce aux bon:
rene. Clair de Lune ," .\
Moou avec Lawrence Tibb
le premier baryton du m .
Grce Moore et Adolphe Men-
ions
montagnes

Voil perspective.
belles so en
uif"""1 *ti o.....
iflfjces du Gouvernement des
Etats-Unis, les banquiers de
New-York s empresseraient cer-
tainement de consentir. C'tait
l toute laide promise dans la
Convention de 1015 !...
je compris instant inmenj
que le Gnral, d'ordinaire si
g ferm . ne lortail de sa r-
Vous parle/ d'u i irunl,
rpondis-je, mais que pe i
vous d'une banqu .
aideiail au relvement d<
agriculture '.'...
La Banq le Agi
pas dans nos plans, rpoudit-il
a son tour... L'Lmprunt
sauvera voire ituati m.
Je regard.n fixement le Haut
Commissaire : j'avais coinpi i.
pie I altruisme du Dp ... n
d'Etat tait dtermin par un
mterl suprieur que I m n'a-
tit pas !
Aussi je di. a i f*. : j idier-
| ral :
A l.'l '.s
drons le U) Avril pi ocl
avant de savoir ce qu'il y a lieu
de la ire au poi
cier. Le nouveau Chel
non-, aurons i ertaiiiemenl
iance nous expliquera ce qu'il
faudra faire pour 11 bien < u
VA je m'en allai de la I
tes. No
^ .
civi
une
po "-ie......
I.
lotit il '
:.
une '
i
: peintre ?
Ces rflexii i en
11 : du
1 sur l'es ion du
>don dA -.ni-
a S'a ri
1
ni-
'
o il i
i i
merveill le nu i
i i
'. i h
iillite
Gebara & GO
inenl c
ij
de la i a
d i lJonl
lu
I
ill
i
I
ille do .m
>ai S'il en
lu l'ail ne srail


n
i.


lion Amricaine, avec
viciiou lo qu'effectivement
prochaines lections pesi
!
I
Ptiori
et Bolivar
... voit; (pie no ira con
! re, .'Action N itionale a
tenu une non i le I >ia i pli*
quel lition, t 'est au moins
1 \\ qu'elle es! i -
D in -.,
i < o Irre, ra ris de cji. ne
l'expli ; : / plus, sinon voua
P nu- un instrum ni
monocord ,

... vpil (j ie notre bonne q i j.
iv nue de Bolosav '-si 4
u dlai ise par la M. ;.
A. Il v a n mois qu'on
un ( oup de balui, et
- i nmo iu-es
in |ui Jouis, ,. ir
>-w, mis d cet
1 quartii r. Allons v*i-
donc, avec otr
h bituelle obligeance, gi.. lirr
1 qnarti sr un le ces | m s,
te loiletl i.

... voit i| l'un prochain c*n
i s'apprte, et qui ncessitei u
[uand n clatera dea
explications tortueuses. Il s'agit
d'un coutral de maji, sig eu-
Ire une m lison de la piaa et
un de nos services, un prix
beaucoup trop lev.. Prvenir
v al mi mi que gurir. nuis
en croira t-ou Notre il'.'
... a vu le long de la laada
I entre de la bibliothque IA-
1 i :ab i Lyce Plion de Ion-
le j mnss Lyce h
qui ml les mura longi
l i i sous Icsil ainu'
di dbonnaire Ptioa. Ahl
Cuua I.hrisson, doux aptre
e;llt des Vespasiennes,si vous
i i / vu ces jeunes pompiers a
I BUVI e... vous eu auriez pron-
v- je saisi -quelle san.teindi-
g i lonl C'tait lamentable.

...voit que cr bon Monsieur
tagloire a lui t la sou rd
I de la dmarche
les enfanta, pour avoir dan-
*" ma lea salons du Club-
'mou la mi-carme... t'om-
nenl peut-on avoir le, ccrur
l dur pour rsister une
d'enfants, qui cache un
lsii de ma Dans, de grands
t res et de grandes surs '.'
Ilons.Clment, un bon mouve-
ncnl, au moins pour samedi.
jU ... I III I III .> ., I i ..... ......
tiellea seraient 11 bres de r la
i/ I 1 i * a i .
vanl le Conseil d'Etat, pu
le llaul Commissa re s'tait m-
leiitionuelleuii ni gard il
r de Mr Dar
me candidat ventuel et 2o q
i

V l-
'
..I"
. il. I n ini -
i de Alba, a
r le*

; l P i , du 11
fiTim , ue sdiiuii m 3" i . m, i........................ i
serre habituelle que, parce que \ l nouveau plan amricai
se trouvant, presquuu dbar-1 un im emprunt 4 su
.nier en prsence d'un journa-j Gouvernemeul Hatien et
?'de premier plan de l'Oppo-j Peuple qui devrai! avoii
.;,, il voulait, par mon in- de le solliciter.
lermdiaire, lancer in lirecte- nme on le e l)|>ni








mprunl
i ni
m nileste
ment l'ide d'
dans le public. E i
d'autant
i s'empresw la me aire
lervwr que ce qu'il v nail de
me dire tait lout--faitpriai et.
alla ' '
se/ di


I
i .1 suivre i.
0ORSINVILL

inln


> "vu l'entralneraeol le
er Defendini et lui
l'esse ici un coup d'ail altec-
enx, pour se taire pardonner
n i ii op vile jug a sa
1 dimanche dernier.
ira sont en bonnes
il le cas de le dire,
Mr Defendini joue
'! i blo-
1 'me.
s Cha.
| t sa
J1 Notre u.
rai >i nouvelle d'avoir
condam .
fES IA. DANSEUSE RUSSE
tHAITUlU INCHE
! 'ne ie en a< ne ni in 'e
et tout I I ... -nui e
lilm d'un bout il 'antre. L'ii -
' i eacha nui est oblige*
ion \ inour i
o \i i \-1 ;i avec i laiair.
trouv du n- i e
film 'on meilleur 11

. .
/* vendre
a r bim
i T bel'.
MrLEONAM
*laei


l'Alit -
i 1. .. I I
i b*mmmm*m
; i vr
1I010MMVIM
DA*8 |.\ IMMIIE
!. i.
: h /. :
- la
< uvei tre
laci en on perdus.
/ n i an In boni
mai a
Le Reich (La Mandchourie
i indpendante.
LE PARU CENTRISTE SE
RALLlb A LA UAnUluAlURE
H1NDENBURG.
T Vuofold
La m <
MOI 11'. & LAUR1N, DlSTlUBCTESSJ
P. U. Box i M ".Ponr-Afc Pr.iNCt.

o
I erlm, 20 lvrier. Le D
v i bc< u ->n'
prsident Paul
von Hiodeubnig eltre mu*
pari'egolsn p, a lail appel, au
Don ,,, ,... iH catholique cen
Iriste, :> tous ks catholique?
d aux lecteur conscient!?
i e le ur i spooi abiiite afin
lei ii leur bppui pour
- o
Moukden, Mandchourie, 20
lvrier. U nouvelle repu
i, ne d'Ankouo a procUn.c
Indpendance de la v!hi-
De t a deph y le drapeau
B x cinq bai cfei et avec le
So il levant.
I fomiM ex.ee util de la
Mandchourie un not, com-
de leaders chinois aya i
du dis postes lev! sous
i | ro e< lion 'les : rmes ja-
aises, a proclam l'inde-
I. d ince d'un lerritoire deux

Cin-laldy
1
,erir dn'KilJS LeM plus grand que l'empire
... ection dn pi s tint, Le v e 3
ilT uu;11:; S;!i meMoiW
ALIX
,'O annes
ROY
de suce
rie noua joindre dsutres ei
pro la mai l v< d HindeuburR
noln CBudidat, sachant qu'ei
le l, \t\ t nous h'im.iis li
i i. patriei,a-t-il dit.
Paii ni rtta m tionalisies et
, u | mu i ationat-fcocialia
d Hitler le i> Kaas a dclara
torat japonais.
Oibcietleinent l'Etal est in:
lant du Japon aussi
1,1 ,] qi e de la Chine, mais
iii il .pcnd du gouverue-
t japuoais,car il ne pour-
Bubsisti i un jour sans la
< lit n de l'arme du gc-
< e soin
! ( ; : M (! Il 01
.aventure amoureuse
de Pierre Vignal
OU LAFROIEDU VENT.
Avec le sol'endide aeleui h irlas Vanel.
Entre : 1 du ; Hi-leon: i.UO
[)1MAN< HE
A 8 UE'JRES
La belle arf.*t< Mara Corda dans ut splendipe film moderne
Tescha, Danseuse Russe
vecle vmpi'lnqnp juoe premier Jamcson Thomas.
Entre : 2, 3,4 gourd .
Bxx
---------------------------------- ; ., . j-,; - .ral Hcjo
~ ^ ihea cal i) i ..mixoieai pouvoir Les lioi.ui.us
Contre une -.a^^u | -'>*.\'V"./. i!;.,"?!
mesure illgale
,, lui i autoi ne nui i
b ui ir de se i udu
a 1 oit-, u-1 riDCe que de
voir expo: e aux uu.n\
ment de i eux ; i se-
ront m(..mu..
!i
5-ov
LETTRE OUVERTEl A S. E. LE
PRhSIDENT
k 11. LES SECRE I O'ETAl
hCsiicil iei Secrlai-es d'Etat.
Port-au-Prince, 13 Fv.lV32.
Mor.sieii'tle Pr idi ni,
MM. les Secrtaires d'Etat,
Excusez- nous di venir
Vous troubler de Vc
patriotiquesocci pa ion poui nets ayant piouuii Ut bous
protester neigiqu< meut i
p es de Voua contre la n i suie
que vient ne pre i
ilr
est 1 eurei >;, h ut.
api< voii parcouru
m'.: tue* di kilomtre*, e
saxon qui -sts betes suut eu
lieu : Ai qu'elles sont bien ur-
vt-il cts. CelW toi i. uci qu u
a en i ous, il ue la placer
( u la Louin une doi l les
mi i le piotgi loni 11
S, mu t i.
i.,. des hosi i bl
,1c, u s de nombre ses an-
, , ( t8ll ( UHM1-.-ni I
i t joui m I ocialiste
dit iii I UrHi nei
, ..,. ; ,| .. prsenter i
. 11 '
i. pu idi n
iiaxil'el a^o\ pe de
! j( i,al dclare que le
piiuct si -' dtctaie uisposc
nui | '' c
d'Ankono ne
dfiniesqu'au
rd, an sud et l'est. A
l'ouest le nouvel Etat s'un
I ,t ment di ns les plaines
ilt lu Moi golie.d'o iniques
. sont \cnus pour pren-
i cntii lKUl la ccnvenlion.
le in
Voi
, n HiudtnbuiH
. i >., snatioudiisits
'il m
inaiduluie.
'
inuiif veut elle it
tst-ce poui que
la
l !..
Il
^'
l'uabiau
Jittrat Communal di Poil- croie que le Gouverueu.eui
O .. ... ... i .....ai.l VI. .<> Viilln,
au-Prlnce relativen enl aun
paies servant fe rder le*
bles de somme d< i lu bit
qui api orient leur dei ri i
Port-au-Prince.
Il a ordonn qui les parcs
soieut U unes a partir du I
di lu lvriei procbi i. Nous
ne voulons i as cri
tui se.plail li
cette, mesure est | i au de-
triment de la colll cl C] oui
lavoriseriun petit ai uped'in ses qui nou* uettiiuiiitioui
divid-is '''-' Ll" ' spicuiaiioi .
Nous nous permi Ions, Mi bn ettet km er .t, pa
le' Prsident, Met U est lermer les soutes puis-
Secrtaires d'Etat, de Vous que l'Iiabuaul ne viendra paa
taire remarqi erqui m us n'a en vitie. gu ui us itsttra-i-ii
vons pasderarca .nvcs,iiiais a I
m i reiuent bU io s meeu
ehl oi ri iuiV bu admiuis
irani es iuieii la Lom-
mune a lort de vouloii em-
piter sui nos dioits, Li o-
\ius hoi ntes, noua ni us
u la toi; mi i
U(E i, |ui uos > i
toienl leas. i)t \ i J Uu|
Bans'-trbVtiii poui qu on i
I meuie le m mbit en pi
in V.i i.- s m si es cl Sbsireu-
pjur I e-s besoins de noue
i^culation, A c de n i
soutes, cous av< ns
rgulirement cotl pai le
Service d'Hygim |ut,
o, sou* notie si i su i.
l'habitant qui vu ni m i s ven-
dra du caf laisse m utea d<
somme. D'ailleui s ui U8 l'a-
yons l'imj l poui nos d a-
rants taalissemcDl bil tst
ncessaire, uoui | us
part'.pour les par* me-
Mire peut tre lui i ste i ui le
n miueree et pour nods au-
,)( litique, nous jetei dans its
des i i pagandn ns V
hou* i"; Us qui i I o ur
, tll m /- O". s poil
. teii a i ou!
v( n abaoli ment Uviea a uu
U y ... n... ut.
Nous tous adi 11 sons, a
Voua, Mr h residi ut, b vous,
MM. i- u lu"*
citoyens qi i ne demandai
m travi ii le paindeleuis
I in I es.
Mieux que i eisom e, >
bavex que pour encoi rag
l'habitai I qui vend du ci te, j
loi l'a dispem de pa>er I.
laxe de dix rei tin es poui
sa j lace au on i h. 1 oui
qUOi | rait-il pour sa b
churgi en ; p|0iai l cei
livres de cal au march ^et
permettre a l'Etai di ralise
U oit il" lais? I ouiqtoi la
t on roui < 1:rir l;'
source de ces rtcttl
S*ns doute, elle prend cette
d tsurt parte que sei recel
,, 5| a i Ile, dimi i en. M
lu cai se ut cttti di licii i ce
est illeurs. l lia ^' i
les n m lu s ruraux qui se
loi : sans coutro t, tu pr< ju-
dice de la grandi ville, le
sont ces marchands ruraux
qu'il taut srieusement con-
Uler.
Nous voulons bien es] rer,
M, i prsident, Messieuis
les betrtaires d'Etat, i
yous i udrez nos dolances
srieuse consideialion tt
, y d unerez I s
luon qui" lein ement noi s
i tnuoua n Votre loyautel
! j.- Votre esprit de just.i .
Vt iuzagieer,Muni
i m li Messieuis lei St-
i | ,, les salulf
On dnianth
Dix Peinlies
S'ADRESSER :
Garage KNEER
RUE PAVEE PORT-AU-PRINCE.
-
'.r'^
TV -
i.. ..
'

! arce que, i pai Vos hautes
tondions, it pal Votre pio- ireiairea
tfsmm. i U uveinement, IOD ^Xurs
uaeies place* pool proie hunblea seivuei

Donne Aux Dents Une
Bi. itante
ode i
ant .^ |ou. inlei
. ph a bl u
nuanci * > '
tlsep-
I ntre
dan* les i 1 U
III et
tereHX
-
i el iolr. \<>
achet
de .* nuance i : i Jour.
LA CRME DENTIFRICE
\tiscpvque
TV;-?:;

. v- t \ y jl S I &\

w^.


" -.--
S V -v
' y J^km

i
Fraicheme par le s s 1 0U)( NE de l.i Co:n|>agil
Gnrale i ra ni que. .
ACCOUREZ chez : Simon Vieux. Au Hou Manne, hpicew
Nouvelle. Alpin n e Dir, Llio BaiHv.
Ai x Go: kfvra ches : A. & !'. Me Cuffie.
A .li i'- un chez : Malle Clara Rey.
V. Comeau-MONTASSE & G0,
Agents.

y
SEA-S1DE-INN
Bnr Restaurant
S roedi ."> mars les nomeeux propritaires de cet Eli
r' par sa siluation exeeptiuntu.1-' ollre I s rR"'
menti de la bris* nir-in-. et la Ir.inqniilil !a plir. _f()11'
plle.auionl le plaisir de r revoir If s nombreux itdi linRi
rlienlaqul Irquerlaient i Sea-Side-Inn, elles C'-eun
ns i nombreux et distingus du Grand Hw-i de Franc
i\ P.J ATU1/I .^ Co
Propritaires.
^ti le paysan et .e bounSeta
I ;.us ARCHER.
JM^-'
mu swki
Toutes les Polices
DE LA
1
':< : >
v fy
LE FAIT EST INCONTESTABLE
li lui ni Saillie
C'esl la quintessence des meilleures t
. j comprennent la protection contre la g
/arits de cannes d un vaste territoire > B Foudre sans auqmentation de tauxj
runisstint les meilleurs ienoirs,
Ces! ce qui lail son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ'
H
FvgJjp BoswCi
**
^ Aqents Gnraux


, |. m y 1 x
m,
A ..
-
iiieouri
ttl renomme es! universelle a gard nprMrirt pi
Demandez partout :
UN UARBANCOURT
Brcpol : Rue Csar.
Cachet
antinvraltfiqae
uppr*! i quelque minutes Fivre, Oripp, Migraine,
mtniw:^' Milcamm de choix toujourt efficace et $am
U'\i'r l"'"' ''ei "' l^enchels.Kn ventednn tmilesbonnes l'Ii
StratTT- taDoelnirGlRAUO.Pk.msew,. LYON-OULUNS(Frrt)
Ui-ft1 > 1 Oit-u l'ili.c* 1 lurmx ii IllLlL
BJKUlilllUUlll .Ulllllilllllilt
La.Y.CICATIl | .ANDES
CHOS
o -
_- Le flf'V 0 Arty a dcid
(ie dsormais, chaque ven-
l'ipdi. il y,,,ra une andieuce
.j ciale au Tiibuntl de pre>
p er v aire peur |i s pflaK
rrs criminelles sans assi.*-
Uocedu jnry.
Le Nouvei mste, pro-
. osde Damit-ns et des choses
Iroublautes qui s'y passent,
p enacc de passer des autos
ux pneus. Il y a donc une
question de pneus..
Il semble qu'il v ai' aussi
mie question de rna? inf-
jessant Datniens, C'est i n't n
plus finir.
Une espce qui. Dirait'
P, devient rare eu Hati, < es*
['hatien. Des trangers *ont
joumes aux Jonctions publi-
ques l'intrieur on sont
chargs de mission l'ext-
lieur.
le !i's de Lindbergh, Au-
#us'us f.hm 'es. n ' enlev
jir Jcs r ivisseuM qui exigent
rinq ri-itc mille dollars pour
le rendre o I aflectinn de ses
parents, t.a pilice des K'nts-
Unis et du Canada a l aler-
te aux lins d le relriuve*.
Le gnral Srnedli y Mut-
iler, dont on n'a pis perdu le
souvenir en lijii, est candi-
dat rpublicain pour le sic^e
rie snateur de la Pensylvanie
ivec un programme dry.
Monsieur Jean CI) ipini.
prsident de la commission
rorammunale de Ouaramin
thr, accus dlre tranger, a
dit L'Opin'ON qu'il est n
ru Hati, de mre hatienne el
mus l'empire de la Cous ita-
lien de 188'.).
-- H v a eu aux Cay.'S un
concours pour le reeruti -
ment des instituteurs, runux.
la candidats, dont 4 g roos
el 12 jeunes Gilet, se su l1
prsents.
Le Magistral Communal
Un grave Inci-
dent au Tribunal
de Cassation
o
A. lonHii i< e d'bu r du Tri-
banal dp <: s;ilion, o se
plaidait un- affaire dons la-
quelle est ronstiin M* ller-
mann Malehranche, celui-ci
nui avait d mande la rcusa-
tion du |uga Beauvoir ce
qu'une dcisio i prcdente
du haut 'ribtinal ne lui avait
pas accord refusa de plai-
der devant ce moisirai. Et
covrue il avait accompagn
100 relus de propos jugs ol-
feosmts pour le juge Beau-
vor.M'M I br;.ti'iie a t mis
e i tal d =tr reslali' n, jug sur
l'heure et condamn trois
mois d'emoi i'onnrment el
trois mois de suspension
comme avocat
Regrettable incident qui
I n'est pas pour augmenter le
prestige de notre magistra-
ture.
a

z
E
er.
rr
cv
o"
a
S

.#

ECOLE EUE DUBOIS
Les prolectei n e; amis de
l'Ecole, les une e mes lves,
les parents de v lves sont
cordialemc nt invits a visiter
l'Esp isition des ouvrages des
lves samedi aprvntidi et
dimanche tonte 1 journe.
de Cavaillon e' les T. P. en-
visaient la rtection d'un
sentier qui ro^dai de celte
ville 11 biie des RI irnandt.
Ce nui d >nnerait *' Cavai Ion
accs 11 pf.
L'ofTensive japonaise a
abouti, Les chinois reculent.
Les Susses ont dbarqu
des Irnunes dans le nordjde
l'le Sakkaliue.
Le'SLANQOPHILE
est i:ii extra!) de gland frolcha
d'animaux slectionnes parmi Im
wpeel la plus vlgourausos; son
wnplo etlle dans l-s ( > ni vint* ;
Les troubles nerveux, la dpression
physi coce. C'est i.i produit Ho choix dans
tous les cas .i Impuissance sexuelle
tant chez l'homme que chex la tomme.
Pr sou action rapide et durable sur
l'ensemble de loui s les fonctions, lo
"GLANOOPHIi.E"oonsti!lir le rpa-
rateur le plue nergique donl l'ac-
Uon se traduit parmi rajeunissement
totol de l'orgi nlsme.
Le "GLANDOPHILE"
nr contient aucun produit toxique
etpeatetre pris par TOUT Ll MONDE :
enfants, adultes et vieillar.N des > sexes.
Drnundei donc le ''OL ANDOPHILK :
H pouf l'homme ou F pour I* lenimt.
* -tire gratuite et vente
F. SJOURN -W. BVCH,Por^m-frtnt
et dans TOUTES les bonnet pharmacies
Stuli diHributiun : A. THOMAS & O
15, Rue Martel, PARIS
iHitiHiiiiNiiiiiiniiiiiMiiifimiiiiiuiiccNiiiiiiimiiiiiini
I9IIIISTRATI0H GtHRLE
DES POSTES
COMMUNIQUE
Depuis quelque jouis une
ci laine presse tend a essa-
yer d'accrditer le bruit qu
le grave desord es se pra
liqtieut dans le S.-rv ce pos-
tal.
Il h i mme annonc qu'u
grand nombre d'employ
avaient t .appels a l'Ius
traction. Cela n'est pas vrai
Nous savons cependant
qu'une plainte aurait t m
pose contre inconnu, pa M
Abbeg, pour des I Itres depo
sees a PorUde-Fdix a destina
tiou de t'lrauger, et qui au-
raient t dtournes. L'Ail
ministralion Postale s'mteres-
sant plus que personne a
cette allaire, srail lieureust
que la Justice puisse arrive
a 'fixer les respunsabilite>
dans ce dlit, fil en est, tt
qui en tout cas n'est pas en
core localis, aux lias des
sanctions lgales.
Port-au-Prince, le 1er mais
1932.
Grand Caf de France
5 REGIM AVISEE ET INTELLIGENTE DE EOhSIEM
ILOiJJi h! .: : iJ L ASiJ.i. : u.: il PAUlL
LE ETAIRE DE CET ETABLISSEIERI QUI l'A PAS D'EGAL
LE GRAND CAFE DE FRANCE. OFFRE A SES AIMABLES El UiS-
TINGUES CLII ITS, LES CONS01RATIONS LES PLUS FINES.LI
VINS DE r0UTS PROVENANCES, LES PLUS Cl 5 t.
Cl RETTES.SARDRiei.ES VARIES A DES PRIX DEFIAN1 flOIt
CONCURRENCE.
L'ACCuEiL LE PLUS SYMPATHIQUE CONTINUERA A f TRE LE
R TRAIT DO CfiANO CAFE DE CRANCE.
Pathzi &G
TELEPHONE : 2341.
; oujuu:;s l'affaire
JJtLWl) OED;:
y-..
Nous avons lu avec un vil m-
fi lu ici:v publie par uotit
lOullie Le h iiiws au sujel
le l'aulu vendue puQf 35 dol
lui M L.a.ti. l'u'i.uiv-i. Ces
e&plicti ions M-ci .1 litciauiies au
uojinuiuqu puoli pur le .*>. .N.
. a. n bu lit *. i i ; njaihenreuae*
uut pas pour cunvaiucia oi
.luiumc tenitS du carattr liui-
Cl: dr: l'operallOU en qut^lltn .
., tlltri, un ciivl (It ^aragi i| i
lui UlC aun Ci 1 cl IJUUm, en l
idiil liiiib d usage utjil eut- vt ii
iue a vil i-'io, tqviuiid avec 8U
loiiara \\c Kiaucutur a uu ia
ranieitrei ueul ci. eu parlai! etai
n' >ri Vici>, csl, sud un IliCOili-
ptent, bOit de uiau\aie lui. Car
au ueu de iui;c latquiaiiiuu
. uni. auiitt^voutine, le S.N'f.A.
iuvm ij.i a une titecluer les
rparjuuufa necesasiiev ta iCa-
iiajti Ioji de suuu une ecouu-
inie d '-') dollar* au piolii de
ibiat.
Il im ioul du iniiie regretta*
oie qu<: Mr liiiinti" an ele Si
gi'O&aieieuieui induit eu eueui
y au, a couiraue, vu la miualioii
jciucin, pieudie toutes les pr
aitliuua iiccts->ii ii es u'jur j
uc plaua aucun doute sut l Uuuo-
ittiitliie ue 1 AUmiaislraleur de
uam.cii,
, Matital tirai rai llaliru
i Accidents
25 revriei r.i.iJ
Jean lioouaid, Mornt de l'H-
pital. Wultipies Ho; iona da l;i
lace et te. lav.Mii brasdioi',
^^Fl a n ers l.i ooel, 12 ao<.
li.isco. t5 e&suie contuae au n t -
dius droit.
l'lit l'rri- Morsnvil'e, !..
LosAna. Conlusion du poigael
droit
Surpris Lucie, 37 ans, (Juai |
tier St*Jo!epli. l'inclure I > n -
1er. de t'a va ut* bras droit.
Laurent Lucie, l'J air, Bas
'. u de Chose, l'ulle cou lu kit II
du cou.
liai I lie 1- a ru n n d, -'> ans,
Houlevai d ties Veuves. Contu
siou de la rgion lombaire.
Duclervil uoland, l4ana,Poi-
tau LeoKne. Blessuie piquanU
du pied droit:
i ici i e uieuienl, -i uws. ru
d's riouis-lui is. blrosion li
rag'uu iiuniaiCt
Uorceiii Jaao, tii ans, l'rocy,
U.essuie contuae uu Iront.
Joseph (j.'iaiii, il .ni.-., rue
rlvolmiou. ide.suie traailiaun
JU uu.. ne ii uiaiii giUClItt,
MavarU Anna, la ans, Urand'*
ut. t'rauuiulll ne de la ll iilv.il'
,auehe.
i us .vlenlor, '11 ans, (. ,) li II
un. btiuf-oiboonetueui ( tioapi*
alise).
.viuictilus Qervdua, 2- au,
au-llaitleii. limpoli ju.iv uieii
t. liospilaiiae ;.
Panama Hailroad Steamship Line
Service de jrl el de passagers enlie
Angleterre
Ecosse
France
Mrs G W ISnBDtM * 17. Jamei^SStraetvJUww&ool, 'Eiwlan.
THETOLLlJwiNG AREOUR AGENTS TPRlKaP4I|PORTS IN EUROPE
ENGLAND, SCOTUND. FRANCE.
MkssssG. W. SHELDQN* Co,
17, James Sireel. Liverpool, Englana
la France Messrs G. W. Shcklon & T.o, aie represeided by thi lollowin
Itaaranideel ploadiiecl service de transport de pattflerael.du (rt enlieHaiU
cl norft Fui o eens,vi New York.ct Crislobai, Canal Zone, Isthme Panama.
" Voici lu listetde nos agent* pour les principeaui port de I teurope:
ii s
Glii.aii.y HENKE? &Co
21 Rua del BfUbliqrt
Marseille.
Ilernu Prou &. Co, Lto.
53 Quai Georgei V.
Havre.
Htrnu Prou & Co, Ltd
Rue du Moulin Vapeur.
Roulojjre sur Mer.
Messrs A. Bekoii Co,
21, AlIrngKle, Cope liague.
Oslo. NohwaY.
Interi ationnl
Spe dltion>felkap Oslo.
MM. Atlantic Freigbl f.orpn
Dailinhans, BamI urg I.
Geimanyt
M easrs Atlantic Frcigbt
Corporation
'Germait
Messrs AtlantW- !"
( oi ;)'.,
24 Quai ^ordaecs
Antwarpsa Balium,
i
,-tat
Hf.rni: Peron &. Cie Ltd
95 Rue des Maris,
Taris.
IIi-:*.\u,Peron|& Co Ltd.,
Rue de Tranquillit,
Dunkercjue.
Hernu Peron el Co Ltd.,
9 Rue Roy,
Bordeaux,
Genoe, Italy.
Messrs Henry Coe & Ci.ebi
PlAHi S. MaTTEO.N* lTcner
COTTENBUBO, SWEDl M
Nord'sli Express.
Cotbenbnrg.
MpSSIS AXLALTIC FltElGHT
Coni' n.
Kon'F.m ma plein
Rotterdam Hollande
Messrs Stermann & Co
Grande soire spciale de
la Troupe Gerdcs.
PROGRAMME
COMDIE DE HENRI OUVERNOIS
DEVANT LA PORTE
COMEDIE DE HENRI OUVERNOIS
Et
LE COURT CIRCUI1
LE FAMEUX VAUDEVILLE DU GRAND GUIGNOL.
Entre Gnrale 2 Gdes
Loy es 3
Rideau 8,30 heures:
*
7 S/Or-i
\nx IN > plu.pbtt.i J Ch(M at 4-i
il k
l'Hul : e de Foie de Morue
' bit au goit tl fmmitm-
dit at It comitl+<*
r. mt excellence
Laborat,ire REGAGNON & Cie
Phsrm.ia
/ pour l'fxpt'U
Ch. MAGNANT
M. rur Divioud PARKIc."
LA- RICANAIRWAYS >
El LES HOTEIS
> I i .n!n' xai le
i 11 mple (Ui pi iv! pe une
I
I .n Ami.*- i-
,vuys i onnail nu
. n m m ii tomrces renrln
uni en mi r i idi su rti bel*
eadi 11 dp !;i Ion p ijiip i l'ur-
11\ i ii l'avion Imhd (iiM|iil
i eni u/. paasi r*i k'.
i s \ .n- c< i Klali qee "M
h< vl-, v, u|( m- i l vue f |in in
iii ntaine r| 'il y a a !*<-
n Rn Mo , M Met
(Holl el Spkiidid lloiel
11111 iiii s \ t ipechva*
ii'in. par Mr Tharo, Mme
< h IIm n il un i lin ii 11 ui d'une
voilun di l.'i Lit/ne.
Monsii ui I lio1 d, i qui ncus
avons d( mande s il venai* quel
une fou y chen In r di s pVn
i ionn 1res, aooa ('il :
Nor, c'ial la |)remiit- lois
q \r \ iens le'.
Coni i i otra ennri' 'e,
non 'vin. pu Rnvoir (]"> ^'un
OIuIIm.' i.i enlunt person*
ni i r-enl son I lel, y vieoi t > mi ni.
( Inzi |dea dousa paiisag* i '
tant ii snail, i dus nous mhi-
uu . ;! >i .i > oaaieur S u k
poui v \ oir si i l'on Atnei n
; ic Irais d'htel des paet -
jjtrs : 'iapiil; d noua du :
, ils doivi ni vm- i< i
d< im ii aiin n 5 heurta 1.2
!' i i ;. n ', el nous m soin
mes p;*s oblig s de lai " ndr :
i sonl pas l l'heure,
avons dduit de celle
peti le u tout uu'uie1-
1 OlollsOD se///
les passager i de la
e qu'aupar*,-
v ni si ul il i donni it la peina
' rn eu dee ; \ ions de venir
: des < lienta.
Xnu fil usons aupi es
'u M i la l'an Aineri-
ran Ain \ le nous lre luit
1 cho ne il loimation erro*
rralt ent Direct poui
les Rhu \i i de Poitrine
ne bien ubatin*
h l'acti>:
du Vieks. Frie-
i t iine, le Vioks
I u\ faons la fola:
eura salutaires
(VI
oui droit
atoina;
. >':ou!!irii


S
v> *'< t. l


Vendredi
[ Mars 1932
Le Matin
4 PAGES
2 > me ANNE N* 7615
fort-a -Prince
Tlphone : 2242
Lykes Brothers SS ic
Texas --Hall) Snto Domingo- Rico Porto
Le seul service heldom il tire ci
lrt eitre les pji il l as dir<
l'ori-.io-i'ince, '!.: ii.
Pour la rce i ipide et le maniement le v>s
Importations, een : voua miours des navires l- ' LY.v l
LNE.
Les (): ch lines arrive n-P
Steanaei Mai s
S t came r H n 111 i
Steamer i > i \ < Lykes
s1' aux i- v nio I
Steam r i Morgarei [,yk<
tureiu: Hue d de l'iCla-, Boite l taie fi
AVIS \U COMMERCE
Panama H I ;P Linf a l'avantage d'an
[ lesdparl id< \'< pour port-au printo
directement chaque mrdi. Tous les steamers sont
vus e c ambre ir lique :
!s de heiu Jor/c.
11 m is I!
IN mars 1'. !
2.") m rs 19 '
1er avril l.!
S i .i >.i r i uay qnil*4 le 2! :
S team r Cr i l>;il le lei mars 1
r '* uaventorai n 1 tnera
r Ai con if 15 mars
Steam r < yaquilx v 'l'i ... ir
St.-,, .r iCriUobali l- 29 n urs 1932
Steam r iBuenaventura le i avril
A m igesJjA Port- au ~Priibe.
le 1er mars 1932
le G mars 1932
le 11 mars 3'2
le 20 mars 1932
le 28 mars 1V*32
I. ;; avril 1932
le 11 av il 19J2
CE QUI N'A JAMAIS T FAIT
CE QUI NE PEUT1TRE DPASSE
Kola ( hampagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions Jrigoure i e^
D'ASLI'slL
Prparation et Vente
Pharmacie F. ShJOLUNt:
Angle des rues houx et du Centre.,
Panama Railroad .Su n-p liip Lin,
JosH. C. VAN UKKD
Agent Gnral
Laboratoire SJOUHNfi
l h] DE FA E 1 PEUT TOUR
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1.000 pie IsJd'aJH : ni I | Irai
virons le l'or! r
Seulement i
. sphalte. Vues non
i
DINERS Gnui SANDWICHS
Irrangements pai liculh rs i
semaine ou de unis.
La Manufacture Hatienne
do Phano-oilV T'Tnrli/TIPM*\ lywt de UHnes,dosuc aastnqne. du sang ( Wn
C l>JlctJJLclU 1^ llIllUjaiL rrruann, Ure, Constante d'Ambard, Glycmie). .
DlRBCTOM
F.^SJournA Pharmacien
H, Sjourn, Pharmacien de* TU diversit le Parh
M, SJOURMi Pharmacien de l'universit de Paiis.aQCTa
interne des Hpitaux de Paris
V V
l)t s crachats. Des matires tcales.

I

n
( LIGNEiCOLOUBI II
C. L. VERRET
TAILLEUR-'
l v
l'i sphooc i, en vi
n
Le vapeurMarin
9l venant din de i t de
N :W York sera ici I I
coatinnera le mme i r |
Paerto-Colombia, Ci
Oistobal, Canal Zon , K s>^s
t > i et New-York.
Le ma ni teste de
re;u par avion est
silion dts clients
bureaux sis angle r
et Dants>Destouci

Le vapeur iBolivui >\ oy.'.)
partira de New-York le
e mranl'potir tous us porl
!i iltiens. Attendu I n
Prince le 12 en roui m
me jour pour les
.Sud. Sera de retOU
du Sud le 1"/ murs pi
prendre le trot, i
la malle pour Ca| Iiti
New* York,
William E. lil.i
Agent.
C. L.Verret
Rue Traversiire, .\<> II), v >/
sinage de lu Douane, ure.squen
face de lu maison I
i Htel
i ,'une 'es plue de
la pi se ve son
bon reno
On y trouve le r.v
coupi lgante a la
dernire mo 'e tl el an-
se.
Spcialits : il iblts et vte-
ments de ci
Prix Moor
\ l plaisir d'annonce*" a nombre -m Clientle que la
Il de ses CHAPEAUX se tait, depuis le 4 janvier, au
N'J 2027. GRAND'RUF
fi( i'e son ncien al
Les Clients y irou l le mmi cm il,
fiON MARCH. CLRIT, GOURFOISIE.
Martinez, Marcelin & C
Loterie Nationale d'Hati
416, Rua Bonne.Fol, ..Phone : 3350
La Loterie Natioualed'Halii est
une institution hanhntnl humanitaire par la muliiplicil
d'iruvres qu'elle ie propose d'aider, une chance de bien
tre ofTerle aux honnie s d< toutes conditions de loi lune.
Employs Fonctionn orrs, Ouvriers. Artisans, S .larcs le
tous ordres, Gens de maison ( domestiques. ) sans pari*
leur budget moyannant deux goude?, peuvent gag ier n ii
mille gourdes Patrons de Comraerce.Chefs l'Indus ie,parti
aux iusulfisances dt s vent-s. par l'achat d'uu billet, libre du souci des cbcnces'
Mdecins Avocats Ingnieurs, Snaleuis. Dpute, r,iaJ|
Di^nitairts de l'Etat,Reprsentants de liuieileetuati c, Jour
na listes.
Donner.-J'excmple de votre r>o'Uirit snriaie.
Rentiers, Carnlalitjes, comme en jouant, augmente! voire
avoir.
Voua loua qui h ht z Hniti, rice fini
Knl te billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI,
1
II
,
Les rsul
jour prouvent qut
L'Hipposarcino Roy
rs! le m 11 .'iii reci i
s les bon-
ites pharm i
Viaux.
aMWnuaPW ^.-r VV.MIIMHII ......JW,.-WU. t0
BIRE NATIONAL
de la Brasserie Nationale
Se \i\\A partout OrO ,10
le verre malgr sa aaulit!
suprieure. '
PROGRS NOUVEAU
RHUMhOUVhAU
Rhum dlicieux got exquis
Ps ix rduit
ALCOOL Dtfi TOUTt CONi
Clarn Viercje
ChczN. NAZON
DPT:ANGLE OES RUES OU PEUPLE El FEROU PH0.1E: M
h mrance Co
Une des ; plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES ^ASSURANCE
sur la VIE
FTTG.To PO^SE & Co
nls Gn^rau


ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland ),
NEPAL* est uce des plut puissantes et des plu /vastes orgaiiisM-
e ll1 DC se couche jamais sur sou champ d'action qni embrasse U
monde ^
Po iej contre incendie couvrent aosti les dgts occasionns par la touor$
tei pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance. dona|
causs a autrui dans se personne ou dana ses biens
S I oiiees ar.times miser pat ses brsochcs'd'Europe sont payables ta tii
Ses l ,iices entre accidents font valables dans l'notan entier: toS les >P*
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
SOUS.VGENTS
Acenl ( encrai pourHaib.
1 oH-so-Pnncej \u. (,jig
JEATEUL L4.EU .t-*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM