<%BANNER%>







PAGE 1

IL 2 I 01 ICI I i Idal ALIX 30 annes hum laboratoire ou ^^ ^ Port -u-Plnco t Manuoc. BLUU Gin-'laldy ROY de succs. /'our rpumhe nu dsir qui* n >us a t exprime par quel., tes amis, nous reproduis m ."ACTION NATION VU I l'article %  iloanl para sons In siy Unie de \ir Emile Cauvln : POURQUOI ? \.f deux centim rde la naissan • Washington veu il I eu ici %  %  lie. y lis en quoi Geo ce SVa hii \ \ nous touche-l -il ' inlresse-t-il la nation MI pour mriter de so > i entliousiesme ? Lorsqu'il nous lallul < i r noire indpendn e nous i mies aucun concours, < ieorI* %  Washington dj in rl ne pouvait pus no ; en 1*113 ; il ne l'aurail p %  l'ail non ]>i,is. I.o Rouveri m il el le peupla amricains n s ai(i enl pas. Il* a^ i l| 1> M-, comme auj %  |n sriiic .i s.i\ an ili. \ dl'aul de m ; %  r lui doit elle au ). ufaii m .oui -elle? Non. I'. un l. une vellit, u i< ilntion, i eu. Au contrai n ( i rge Washington avait, conu ; les lions, des es< laves : l'.si-il un di i b I humanit qui toutes l< i liions don ni si pli n < u hommage V I ncui > moins ; %  n'esl pus un l'asti m. un d* u n taient refuaes.L'abaence de M. Borno el du Haut Commissaire ne doivenl pas suifire ans an sincrement haItiennes.Seuls les Amricains avaient leur places t es gnies bienfaisants qui onl \ c.-u pour le bonhei d< leurs > %  u Ida bls. \-i il un nom miii nt dans U s letti les s ? Ou on lli Coi neille, Beel fioven ou Phidias hi n pays, cela se compi ml. Mais vVashington, poui qu Ce he os esl pui i nu ni ami ricain.il a l'onde une in ion d proie pour chappel u i paie ment de taxes impo es par la mtropole anglaise, il n'a pas eu la sublime pense de ces grands rvolutionnaires (pii onl impris lr monde dans leurs desseins de libration, comme ers Franais de s 1 .' qui poi laienl partoul dlibrmeni des doctrines de libration uni\ erselle, ou, plus prs de nous, eoinnn le* initiateurs le la i \ ulution russe qui s'inquitaii ni du soi ; le toute une i lasse inli i essante d'hommes et du droil des peu pies le disposer d\ IUI nus. Washington n'a | poui apporter dans le le plus de hien-tre matriel el plus de libert. Seule la nation ami icaine Un doit de la reconnaissance. Nous devions regarder comme nue fle de Famille o nous, trangers, nous n'avions aucune place,celle que lesAmricainsonl organise pour tieor Washington. Les i.uits- u is sol eu train de clbrer le hros de leur indpendance. Mais ils ont COtlHs |U nos il 1 o i I s Ue soilii.uii IUS .; IUS de\ i n sen i l'insulte ei au malPleur pance qu un loi, ,v s'esl COUlt Mil encore la botte i i< li pmii i (. esl m inquer de digmu! qui de nous nu 1er aux joies amei i i ,II.I Nous n'u\ on-> mme pu %  l'invita|i i ordi u i n itre pai I • %  .. s u l'amiti, .v >u • m di VOUS !.l I OUOlil I lu COU iililt hostilit du .; %  %  la u i i i'.Uils-l ser h ilree des i 00141 a 111s jusqu'aux |iic n us N ivons, Triste explii ti m '.I larticipati 1 1 que 1 elle ..n l*ai rti le tn ,mag< l en sou venir 1 .niil-i/oiiiin 1 Il llllill p lui u le^ ion ions le tieiir^i 1 n. Air %  1 \r non soll> k-\*.Mle la ie onnnissanceaui .I.ils I IUS pi '.u 1 1 u 10s anctn 1 .1 pi > Li enl. tel eu i bel os il avi mui 1 [es-no is si u\ ez une deiu %  n\ers iN u itou ou son |),i\ s V 11-, m 1 Christophe, hi m le" notre inilpenuunce, vou moi t en \ aiu.Kn vain \ ou ; i\r/ oll n pour les Klals 1 ni une vie qui, l'aui lie dans li u aim nri nous au ai en IK(I 11 > .1111 vous u\ % %  lutt n notre 1 ||M ire I puisque c esl sur y u \w soi contisqu par les descendants de 0 W ashinglon 'i ic ; on gloritie I indpendance ami icaine. Non ns de la recon sance d'avoir t admis l'honneur le mourir, e 1 liun 1 canons, ct des coloniaux anglais en r\ olte et de mler sur les champs de bataille noIre sang au sang amricain, pour la seule lois la joie des * ankees, G mm nouscompi enom ma I sen de pope de iso.; el celui de l'occupation de 11 sol Notre pays soupire encoi e aprs sa libert perdue el nous acclamons I ouvrier de l'iudpendam • amrii aine.Notre joie esl 1 npie. *-;u I Amricain esl em ore l'ennemi, comme lors• l,s in\ dations de rtussell au Chah Amricain d* PtionVille. Pour que nous fraiernisions a\e le Yankee, l'occupation estelle leve 7 La mission scientilique amricaine a-t-elle disparu .' Le conseiller financier esl toujours I*. arrogant, tout-puis„.ni el prtend rester dans la place jusqu'en IU53 au moins ave les marines. Ces |oui >-ci nous avons de .nouvel. ons de 1 ompr \lre que l'hostili ami 1 ii t de rappeler s^ dispositions mal 1 illautes. UIG UU\ I 1 I ' '. lest in ( ieoi ges L a critiqu l'eni prunt le 19 ni une coni mis r ;1,u ,, rueni ni A mru Sl -,. .,_ ress de I u donner 1 1. ineuli dans un c immuniqu. m 1 r. U dit que nous ,. lus a\ uiistratioi noin |.a. •', noli iluyii U li nani 11 11 luelle e exi i Ll< nte. C'tait l'oci asiou pui notre elianeellei le ne ,i.\ c SOU fait CHOS — ^'Association hatienne poir la Socit des Nations a lorm une connu s ou u' ludes de la loi dominicaine d'immigration. — Mr Lger, Secrtaire d'Etui des ltelalioos \£\ rieures, a dit a Iiati-Jouri-al ) que d'api os & mmunicatioDS de notre cousul Santia D o Ue Cuba .la situation de IH colonie ha .mue de cette vi le, 8 la suite du sisme, n'est pas iiivaise. — On signale a prsenct .1 i'orl au-l'riuce de deux journalistes p ntorici'ins et u uu jouinalisie aigeutin. --L'Aiiion Nationalepari d'une nouvelle politique dettats-Unis en Hati dont u coionel Little et M.Dana Mun io seraient les protagonistes. En quoi consista-l-elleV — Le Dpartement de I instiuciion publiques 'est pruuoi.ee sur la question le carte l'Hau souleve par notie coi1)1 VAIN SOIR Snr la Cerna r de de nombreuse pi 1 sonne : le beau fil 1 italien lessaline Entre :050; rVron r VFNOHKM Le grand film 1,00. L'aventure amoureuse de Pierre Vicjnal OU LA PROIE DU VI. NT. Avec le splt ndid** acleur Charles Vantl. Entie: 1,00 ; Balcon: ?.0. I, boiateur, M. Luc Dona .me loi-/ ville, en demandant aux Ir, n (omfii uiqui oii.ciel.Vres de StLouia de Gouzagut %  ih |,a d. lOUl l\i ein er la di< lature h 1., ,1 ne? Certesi attaque plus va 1 pi 1 e. Ma 1 "esl ,1 1 ui 1 que l'Ain 1 ta n 1 ,1 rest remien vous encon : Dans un pareil uaomeni iette 1 tiipalioti 0 li.1 -. ii la lle 1 e %  1 • l r ieu\ ,ui se • '' %  uii do lier de noire crit.L'Ami nain s 'enhar li de.11 qui pui ail| ,.eu rsolu. I 1 un .... \ e ivaincu ei m n se demandi si 1 un 11 a pour but crie 0 la aiUe le bluffer lorsqu ou dictature ami icaine ; il s, sou\ ienl de la grve rcente du personnel des [avaux 1 ^^ Publics, lors de l attaire Dui ..m. n se dit qu'il sera abauiv en chemin s'il s'enthou. la hitie en perspi ,• demande, anxieux, ce que siguilie l'arrt de chmage. \ u-i ,1 que |gret ou du%  ; La r< oui iliation a-tdj eu lieu nos dpens ? La confiance se | enl. une lois en ore. Emile Cl Y %  De .1 L'ACTION N \HONAI.I:de laire les rectilica ions ue cessa 1res leur carie rcemment ediiee. — La P< eue de la Socit 1/ Histoire et de Gographi d'ilaitt, No de janvier W32. parue avec^d'iuteres sautes matires. Kuppelou que celle publication a pour secrtaires MM. les Dis Dorsainvil ei Pressoir et poui nei M. Henri Adam Mi1 In I. — L'Opinion publie uncri. venu de Ouanamjnthe ou l'on ei once le lait qu'un Corse^u jet franaiM I an Chapini.a e e nomme prsident de la commission lommunale de et lie Cl nimuiie.Es -ce qu'il u y .. nlusd'liaitiens Ouauamiui ; i me ii l< ,\ in i!l I y n 1 U, '-"e" li • MI h ti s '• de M"" l uciei ni Cassai no avei t Mon u u Albe IOCI en Nous pi es 0 piments aux d< Irfinilles ui 1 peu parlicu iii u ent, i 1 oin t icelh n m h M?| h Casv: gnol, pre de la gentille fiance. On annonce la mort Port-de-Paii de Mn Grammont POPJOI, avocat,lis sympathiquemeut connu ici.Nous ollrons nos condolances ses parents. — Les Soviets ont concentre 1U0.0UU bouinies a VladiVOStock, ce qui taii prvoir un conflit ventuel avec le Jupon. \ '"ratcheinenl arriv par le s/s POLOGNE ^ nrale Transallantiue, ACCOUREZ chez : Simon Vieux, Au Bon Nouvelle, Alphonse Dsir, Llio Baillv. Aux GoNAIVES chez : A. cV: F. M< (iuffie. A .IKIC'MII: chez : Melle Clara lUv. da la March, Epicerf V. Gomeau-MONTASSE & G 0 Agent: s, On demande { Dix Peintres] S'ADRESSER : Garage KNEERJ RUE PAVE PORT-AU-PRINCE. SEA-SIDE-INN Samedi Resta u rnnt mars les nouveaux propritaire* de cet Etablissement qui par sa siluation exceptionnelle oflre les rg'* inents de la br > • ma-'iu •, <-t la tranqui'lit la plus complte.aii'ont le nltiisir de recevoir les nombreux 11 disM'^nl clients qui trquentaient dj Sea-v^ide-Inn, cils Clients aussi nombreux et distingus du Grand Htel de France. P, P. PATRIZI & < o Piopritaires. m LE FAIT EST INCONTESTABLE 1 H li uui Sai'lhe C'est la quintessence des meilleures varits le cannes d'un vaste terriloire. runiss I les meilleurs 1er oirs C'est cv qui iait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ Toutes les Polices g DE LA onun iiioiiiifiiino i^Vfc^*. M* m • % %  m MTI —i comprennent la .Protection contrelai Foudre sans auamentation de tauxf | Emj.Le Boss fCo j Aqents Gnraux f c p



PAGE 1

ttbuin Itarki.ico > versellc a gard u premire place MrcœaCC^ ; as l LORSQUE rincendie oc dclar, •! est trop tard pour viter la perte des documenta taportaata d i pcsjs soiu ci cans un tiroir votre bureau ou dans votre demeure. Remplacer ces documents coterait cher et serait peut-tre impossible. Mais il vous cotera trs peu pour les protger, Ne remettez pas demain la location d'un Cofirct de. Bart As craiute qu'il n* soit trop tard Pour deux scus par jour, voua achetez la protection. 1-tKuau OM^tu, Acmm FM L Banque Royale du Canada TOUX ET UMES ne sont que les avant-coureurs de la bronchite mortelle, de l'influcrua et des troubles pulmonaires. SCOTT'S EMULSION calme la toux la plus opinitre et chats* le pire rhume. Pi .'nez-en rgulirement. Elle protge les poumon*, renforce le corpe et affermit la force de rsistance. Insistez pour obtenir r authentique SCOTT'S EMULSION d'huile de foie de morue norvgienne Rice en Vitamines A et D A,Tnu 1res, ou ler I roser dan 1,11 Arros U niati Avril 11 ilai, d aprs nos donnei s, ei oui i vai| de Vdduei : de I vorables p u i • N ma reaou vlons lis dates de piaulalion pour Mars, par rapi a l'iulluence luna e, qui rool les: lk. u ai n L .sur ijlot'S Les stal ques d'ouln . eclip Mai le 7 M ,i voi U n itii Hati. V i 2 Eclipsa | Lu lie 22 Mars, v sibl t Itt. ; i DEMAIN SO I la pn n re soi Mnriaje I ;, gOU ,-.:• ifcl S** H ,... pu : i s > i cl Dpit > Ce que votr. Dentifrice peut fair, De Tression llaiouilri'itie Le baromtre a u i %  endance la hausse les 1 2. particulirement du 17 au 21, et du 25 an 3C. tu dehors de ces dates, il est appel se teuir au-dessus de la normale. Plaies Comme on le ,veira, les pluies, durant ce mois, *eioui encore dficitaires pioportiouuellemect a la normale. Esprer deux sries de pluies; la premiie entre le 12 et It 15; et la seconde, entre le IX ei le 21, o 11 pleuvra pal intervalles. Pelf les D parle maots tlu Kart. d n NtrtVOiesl — Je lAriilmuii et de l'Ouest. Esprer de faibles pluies : les 2-1, S-10. Srie de pluieconlinuelles du 12 an 16. Fai b es pluies les 18-21. et le*23-21. "sur les Dp.iihnieiil*. du Sud — Rgiras de Pert-ai-Prisee Ile Letftie, el de .laciiit'l. Pluies lcitaires les: 2-3 I *8-i.Serie continuellede pluies du 12 au la Faibles pluie les 18-19. et 22-2:5. POUR LA NAVIGATION. Le* plus torts veuts du mois sont indiqus entre le 7 et le 10. POUR L'AGRICULTURE.Les pluies, duraut celle anne, sont appeles la ire dfaut par rapport la norm le. Dans les rgions o\ csplu.es rnieres nous elles Panama Railroad Steamship Line Service de fret cl de passagers enlie Angleterre*. ficoase France Mrs. G. W ISHEDftX;* C'— 17, James Street, I.IYERPOOE, *ENOLAN THE FOLl'WING ARE OUR AGENTS AT PRINCIPAL! Pu RTS IN EUROPE ENGLAND, SCOTLAND. FRANCE. MMESSSS G. W. SIIELDQN & Co. 17, James Street, Liverpool, Englana X: ,~ _; La Fiance, Messrs G. W. Sheldon & Co. are represented by£the iollowin Ils et es p.. Voici la liste de nos agents pour lesjjnncipeaux port de I teuro.ie: La Fiance, Messrs u. w. oneiuuu , i.w. ne • *,........- „ 7i...*,....„ lus rapide et plusdiiect service de transport de passagerset du fret enlie Hati >s ports Eoropens.vi New York.et Crislobal. Canal Zone, Isthme Panama. GLI I.AII.V HENKE Co 21 Hue de la Bpublique| Marseille. 1 ernu Prou & ( o, Ltd. ,~>3Qai Geories V. Havre. Hernu Peion & Co, Ltd Rue du Morlin Vapeur. Ri plrpre sin Ver. Messes A. I'IND'X v Co, 21, AjkP§S r> C< Copenhague. OSLO. NOI.WAY|n n : tirnnl Spe diticmsMlKapOslo.*. MiV. Atlanlie Freigbt Corpn DalUnhaus, Hsmbwg 1. Cetonauy! M is?=rs Atlantic Freight r rti \ oration C-ermanv Messrs Atantie Fr : > orpi .. 24 U 1 J Ucrcaens Aatvferpse Hlium, i HERNU PERON.& ,Cie Ltd 90 Hue des Maris, Paris. UF.RM;,l'ironJ& Co l.ld.,* Rue de Tranquillit. %  Dimketque. Hernu Peron & Co I td., 9 Rue Roy, 2 Bordeaux, "GKNOF., ITALY. Messrs HENRY COI& I Llftl* PIAZCA b. MATTEO.NlGem r I i ; i BNBCRG, Sw i l/i K^ Nnrdisk Express. ^Cotbenburg.' Messis ATI.AITIC Fnkidiv CORP N. Kon En. ma plein Roi erdam Koll* -('e Messis SIERMANN O. Cr\ ShaDghaf. — ptpohaia et d rit oui eon battu la l. • un bombarde m al I> oloi i ouvi uni l'arri < J'bomroes di sie pour uue. •j^tensn i %  : re les del< Jt Shanghai. u'< cra ei l'an > %  i yards dai.s une longue attv.\ u .. u u u t ;> 11 i ,jiO|eiU ui : > i u q m o houioii .i i.. i ces L'otlttUal i i u uassi 12 I ; NS ea COillin.iil.iiu de la d i eulieiei pi i • i op i a, pfdis sou etaUii, a-i-n tli d la e,. p^qu'a tt; que '' %  • %  I j ipon ouipieuaut uue auti tl<.naive cette seiuaiut soil uuipleu i. t> aouvt il | i i>|>u iiiuus 'ii pau a I'O d cyu des lu %  ili i la VOloi le .u .lajiuu Ut metl.e Un a la oaladle *.! lis cqiuoia b relu aeul .. i suai larges i>peCulaiioi a, uuaie ou m croii pas 'quelle** it lei ei K eut la i t aime qui tend au mme u. JLLlli. atiaugb u. — Le Ctueui pai un It loi ce de delou^e aiuti u au i bhdOghai eu iitu dimanche quauu le ser i Moore J.Ci< duu.du .'il; I'I n I a u l e r i e, Uioui u u uiitumouie. Contraciee en ac A %  -• i %  • : il leo dtni nel Mi i L*8 pi nu • louions IOD d .!• la boi i lu aul v • 10 r i 1 1 is^il h Ilot %  [eut. Q ,' .i Ncrologie i ble reu de P M Un i 11 (le des Nations e w, ,, u I n|, i^ut-v. M,, i, dpute U i nuiu it. esl i -a V o i ilm : 1 mm pi i (ont pren 'ordl : ;. . Kuluuid lundi et urainpaurTokio. Pan.-Le I eu P/] couler avtc les ambassa£ d JWOO e appir -, d. v u Lbee qui ()u^ U.S. S. H. ICH JAMAIOUE—HATI U'I l i vus cartes partir aprs-midi au Parc-• pour le match de tiinani I i lqne con re Pori au 'rini i ( Equipe Gilets ). ADMINISTRATION GNRALE DES POSTES 'IS ni; DEPART Les us pour New York l'F2urope ( v\t NewYorl* teamer lAncons ml tei mes le m rcredl 2 I s. Port-aa Prince.le 29 fvi er 11)32. i %  %  Lui s an* uiauUii i aglaia dai s ^.*. t Uui li en \ ctuei OOJ (jiiomique plus i uuile avec le rti U li el ui e uieil • oiiiprc-iit IIMUH g< ait avec l'Angleterre, Eu Il ,S OOMI Vdlt l.i %  il (Jtl! ou 1 ai nie J doit 11 vu. MI, seulemeut 'des mois de


PAGE 1

Mercredi 2 Mais 1932 Le Malin 4 PAGES Pcrt-to-Prince TlphoncK2242 Lyl ces Brothers SS C lnc Texas -Hati — Santo DomingoR co Porto ,-i robinier a i feu Le seul service hebdo 11 I Irt entre les ports |tital fiiral Hatien lccidents —o— 24 Fvrier I9J2 Caimen St-Louis, ' an |St-llonor. Blessure contusi lia rgion parito-occipilale g, Virgile Arnoux, .<\ ans, BoisjVerna. Blessure contuse i la u|gi >a occipitale. Virgde Charitable 18 ans, Habit mon Digue. Corps tran da s 1 index droi'. Charles Andr, nie Rvolutio i Contusion du bassin, losepli Celila, 'SI au i Soi. 131 -ssure contuse au n veau du parital gauche, Bellevue Ismne, l • Sl-viartm. Mlessuie contuse du cuir chevelu. Pierre Desina, 38 ans, Domornay. Bles&uia contuse du Irnnt, heinaloine de I avant gauche. Joseph Sylvanie, 1 I ans, Bois [Verne. Blessure piquante lu Ituir chevelu. i'ierre-Louis Emili 19 ans, iGrand'Bue. Trauma! m • Ion baire. Bateau Stnio, rue Brlare a li* jsmbe } i Auguste Bothm -, I ns, In seton. Blessure ti poignet gauche. • loine -I ose p h, 28 ai contus %  • ir de G. L. VRRET ••f • f c TAILLEUR-MARCHAND iiabillezvoi i %  vi c lj H t i distinction, en vous adressant la Maison C. L. Vorret Rue Trauersire, .\o 114 voisinage de lu Douane presqu'en face de lu maison Estve, prsi de IJltelSea Vit L'une di s plus an iennes de i place qui a couse.ve ou mi n nom. On y iruuvetie rava 1 le plu soigne, coupe i te la n glaise. -V es : Habits it vte ments' de crmonie, Pl!l\ MODKI s. SSBSI ttt; \ le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que la vei le de ses CHAPEAUX stait depuis le 4 janvier, au N' 2027. CRANT/RUF en ce de son ncien 1 lien 1 I le i me ri nei'. BO': RGH. CLRIT, GOURIOISIE. Martinez, Marcelin & G 0 Loterie Nationale ci'Hati 416 Rue Bonne.FoL Phone 3353 La Loterie N'ot I L iled'lfati e*l une institution hautement hitn-: "a'f d'œuvres qu'elle se prop • •'.'. , tre offerte aux hommes lin tr un tu i,rt. Employs, Fonctionnaires, O vtin*. Vn v S larit 4e tous ordres, Gens e IIMI* ve s, i : r jui r#ng libre du MIUCI ';!.• Mdecins Avo i > I nos, S^noteni". Dputs, '^raa % Dignitaires de liv.i, 1 e rMniants de lintllectualiie, Jef nalisles Donnet %  '•n •' lie v*re sa'il'M'' 1 'r:rtsiit. Rentiers capi rorami en j >u i gmsnlei ve^'t ivoir. Vous ti 11 (|i i h: b t t Pjiiii. r pd'i-lio n r ire ea c^e ant te billet de Li '1 ERIE NA'MON.M I: D MAl' I. Globules Rbaud I Rsultats 111.TV '"'I touirs Sotte. —. E.DAMOHOUX, 81. Kue Victor Hugo -M, I Boi-i'oloiuboi iSdue) ^ BIRE NATIONAL de la Brasserie Nationale S vend pai loul OrO ,10 ^ 'i ma tir sa oaulil su peneure. PROGRS NOUVEAU RHUM NOUVEAU Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DFIANT TOUTE CONCURHENCE Clair;n Vierge Chez N. NAZON SEPOTlANCLE Kl RUS BU PEUPLE E FEROU PHONE: 3U1. Insurance Co Une des plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE EUG. Le ROSS Co Aoo n t s G n %  ra u x ASSUREZ-VOUS la General Aceident Fire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland >, I Lai la OLNEFAL S est uue des plus puissantes et des pins' vastes orgaiisatwa>. le Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la touure Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, nitWeilltBCt," domsnasre causs a autrui t ans sa personne ou dans ses biens. Ses Polices Maritimes mises par ses branchti d'Europe* sont payables en HUtA Ses Polices contre accidents sont valables daus l'univers entier. Tous les vo>*guis devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidee" moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 '/. suit 20 dollars V. C. Veuve F. BERM1NGHAM, AuxCayes S HJS 1ENTS MUTILATEO ARent Gnral peur Hati. Port-n-Pnnce. Ifi. G II G JEAV BLA f iif J U



PAGE 1

Clment Magloire DlHKCiEUrt ,35g. RUE AMEBlfAiM tto TFIEPHONEi k N 0 2 242 On fait d'un homme faible tout ce qu'on veut en irappant son imagination et en touchent son cœur. DUCLOS. .^^eANNEEJN-7613 Une rplique ni.ilaise PORT-AlT-nnw F (H MIT MERCREDI 2 MARS 1932 I •;>— Le Nouvelliste > uaez confusment d autres ,U d'aborder son sujet disscrreclives, mmes tendances. A moi n s que ne loue cet impondrable que Thiers j i'nolre article de mardi appelait la force des choses. | K semaine dernire lui a souveraine matresse en noLni matire. Le moins qu" uisse dire est quesareliq V est malaise. Encore |U nolrc confrre ail cm Entrai. MATIN des arguais contre LK MATIN. (,e C m onlre qu'il n en avait pj.,1 lui-mme pour nous mlretlireLi rponse qu il a trouve Loc question prcise est rtsiijet fort difiante. Nous IV01S dit : L'opposition n'lel pas reprsente la Pianibre. comment pourra-t I faire entendre sa voix iaiid s'ouvrira devant cette semble le dbat sur la lestion nationale. C'est la presse officieuse pe-mme qui a clam sur i note triomphale (pie le %  wrnemenl et l'opposition ont d'accord sur la question pilioaale. C'est l un fait eux dont on ne peut (pie t r jouir. Il signifie, encore c l'ois, l'Entente nationale, liipensnhlc l'he ire acuclle. Mais ceci ne peut tre ieiilemcnl dans les les mots. Des actes concrets doivent marquer et souligner cet acrd (les partis dans la vount de lutte pour rconurir l'Indpendance de norc pays. Or, nulle part ne se beut mieux manifester l'en%  ntc nationale (pie dans les BemWes (pii reprsentent I p euple. Notamment la tombre des dputs, la plus Me expression du suffrage opulaire. Mais la composition de Rassemble, telle qu'elle issue des lections du li) fcvicr, est simplement paadoxale. On n'y trouve qu'un trti, le parti gouvernemenLui seul occupe les 36 %dc la Chambre des dwS. Ce (pii indique pour 'sles membres de celle-ci, inns vues, mme prograinK. mme altitude. Kl pour Je introuvable assemble, -me discipline, mmes dipohtique... Jusque-l, il faut constater que la nouvelle Ch mbre est exclusivement conii ose de gouvernementaux. Et admettre qu'une telle composition n'est pas prcisment pour fortifier son action, laque.le paratra toujours celle d'un groupe... Et alors e justifie notre. question, aprs les affirma lions officielles que gouver l nemenl et opposition sont d'accord : Comment se fera entendre celte dernire? Le Nouvelliste rpond timidement : le gouvernement et l'opposition tant d'accord, il est certain que les membres du dernier— s'il v en a la Chambre — ne peuvent (pie continuer tre d'accord avec le gouvernements El s'il n'y en a pas la Chambre,des membres de l'opposition?... Or, il n'y en a pas. Ce (pic Le Nouvelliste, en toute candeur, ignore. Il ne sait pas l'tendue de sa victoire... Mais notre conlrres'meut l'ide d'un dbat sur la question nationale. D'aucun dbat, d'ailleurs, on ne veu Sachez que je savon de Notre teint est fait de... Le Savon Palmolive va qu'il esi fait d'huiles i et I nHves ; aucune grais mille "ou quoi que ee soit de suif. De tous les ges rien n i comparable un mlanged'huies de palme et d'olives poulies soins et la beaut de la peau. i) i r '' Pour i aimonvcesl nu savon pur si pur en fait, que 'id.ooo spcialistes do beaut du monde l '" ''" recommandent leurs cliei licitement de Ut au t Le matin et le soie, foi d'eau et de savon Palmol une mousse abondante. Ma gentiment la figure et le cou. Rincez, et schez coinph ment. Il conserve votre jeune, dme et belle, %  • lil ;i .11.; U S llir i Vrifia si le Savon Pmlmelive. i/ue nous achetez a la bande "oire avec le moi Palino en hitrcs dores, mut i verte et le sceau rouge La tribune silencieuse.Toutes les voix muettes dans les assembles et hors d'elles. Le grand et universel silence dans la Rpublique l'existence l'iide. monotone et misrable. Rgime idal. La paix rgne Varsovie. Mais c'est la paix des tombeaux. Reste savoir si cela est possible en nos temps actuels... Mois voici venir, au pas de parade, la nouvelle garde Action Saiimuile. Nous avons l'honneur de sa | remicre arquchusade. C'est exercices de recrues. Nous attendrons que le tir soit rectifie ou prcis pour en connatre les ef icls. EH attendant, admirons le cran de la jeune troupe cl voyons la venir... LE par Arthur C. Wllspaugh Le fCnn [f Prsident Bomo informa Conseil d'Etat le '25 Novemfqu'il H n'tait pas candidat Petion prsidentielle d'Aot **<; n Les commentaires des ciels du Dpartement d'Etal primant leur plaisir de cette •claralion furent rendus puwen Hati le.") Dcembre et fWt rapports par le haut •missaire comme avant eu excellent effet. Wnimoins. le dsordre s'gwt dautres villes et aux 'stricts ruraux. Aux Caves, des "iissaires u> Port-au-Prince Ionisrent une grve des l* des coles qui fut suivie ru .ne outre d'arrimeurs qui *[? si nnadu dsordre et un J dtachement de marines nvoy ce port. Il fut J* apport (pie des armes 'Ment t introduites en confie aans le pavset taient ••108 des leaders des gr• A cause de la crainte que 5 P a .vsans pourraient tenter e mari-he. sur JacnH des Z t S(h la Garde et le croi,r 'u i'ea lois ni la cause de la basse des prix a caf.Tout changement dans conditions le vie ou dans >;, production est regard d'abord avec une suspicion intense par ces illettrs, primilils, et JtVufy a ki^Ldjj^AKt fuA par consquent, conservt individus... Mais I antagom traditionnel de la campa] contre la ville,l'espoir du pilla ge.l approvisionnement de b sons alcooliques, l'amour de i gilation et leur acceptation l'assurance de leurs leaders qu'aucun danger rel ne les ni cait, furent les facteurs qui soulevrent une foule d' peu prs 1500 individus eu marche vais les Caves. Une patrouille de 20 marines arme d'une mitrailleuse et fusils rencontra les paysans qui portaient des matraques, Ues machettes et des pierres, leaders de celle populace, de mandant la permission d'enlrei dans la ville, lurent auiorisi passera travers la ligne, entrrent dans hi ville el coul] i : avec les leaders de la grve.rW tournant plus lard, les orateurs en laveur des paysans demandrent la mise en libert de trois prisonniers. Comme elU leur tut refuse, les paysan: avancrent.Les marines tirrent d'abord au-dessus des ttes de la populace qui s'arrta pendant quelque temps,mais quand les paysans s'approchrent de plus pus et qu'au rao us leader fut au milieu des marines, ces derniers tire ni le i tuant six hommes el en blessant 2.S dont t moururent plus lard. La loule immdiatement se dispersa. Le jour suivant, de la troupes de paysana sassembh reni deux autres endroits la pninsule du 'Sud, mais le Dcembre uwetranquillit re lative s'tablit travers Hati Le Prsident Boruo proclama le fl Dcembre l'.H'.i. que < i ambitieux impnitents ava une fois de plus accompli le criminels desseins et que c 'ail l'opposition politique il ivail rendu ncessaire la lo martiale. Ecrivant en Janvier 193 haut commissaire exprima l'opinion que si une force adq le de police de longue exprience el le tradition avait tablie ou si les tfibtinau valent t complteme i rorganiss, la loi martiale el l'aide marines amricains n'auraient pas ce (;l s. i ml iusqu' c que la mentaliti s'accoutume it un gouvernera Propos humides —o 11 II 1 11 (II* I i I ). (I If; aolre dis! ingu conciloj en M. i. lizMu, un d piom ni dans mu rcente < i iidiodii'fuse su-r % %  le i i ublu i Itui n a, a signal conilil psychol ignp enli A nii-i n-aiii -.ci lesHaitieii^.UeuxAmenas BU Mi ii -• | ^i oui .i moins que je ne I aie lu, M I iit a\ isa de ce gros inconvnieni nie liaitiano-umei icaim vont s employer le lai : dispai .une, ici li ta n t l'i ins el a PUS d renco unions mon Nous aui ns ii.uic une srie i il r O les ii IIIYI. |ni l comme de I aul mais on donnera sou i du HHUA %  kltTHE CA( ni. i i nboU i d< l:i coopration Inti mu le. A vendre ;i; i Une n an r: Sud er re > n ii M Mue < el iiussi Ion nps (ni io ra m wrn ni un i lia ii| s II existera un lai | pour cet le r i i i ,toute e i Hat .ii-ii %  '! irablea qua;.-e < ( .ts 1 a 'ie be lutaie. Ca n'tait q i* >• ci mme paremment une runion de Mais iou inii easail : qui no -il cirons plu'i) au Vo • %  (. datta pour avoir une I : al" de I '.IIP T •n llio Denis, '. Jabi S I, Chenet, B A. Audant, Tovar. lourchettea car las propos vu aux courses un pau hi p lamliqne t iiti bant. charg .l'une serviette app-u emre d? son ... et qui s'tait taufll -en rampantsana dou na la tente o on oltin recevait (|uel* > de marque. Je suis joumaliate •iuctail le sire, je suis journaliste ... et musicien aussi,..a II aurait "i avec aidant de vrit, ajouautre chose. ... voit qu'il v :i • neore dei qui igoprenl leur bonheur. plutt. Le numro 25i (agnanl de lit dollars 60 a la 1 i i -ourse du '21 lvrier l< i nier, i t le ticket 805 gagnant le 26 doHars 20, t la Iroiaime course du 28 lvrier cool l'ont pas encore t prsents "i paii ment. Ceui qui en sont lelenleurs,n'ont qu' se prsen'er au Commissariat de I rigale, pour en loucher le montant que le capitaine FI. M. Peter lient leur disposition. ... :i vu BU Parc I l'i-on'i' di•nirche ')••• nier m. match • "'re, l'quipe des Probables et l'quipe des Possibles. A un moment tonn, on pouvait comn'er ;l (ii)(| joueurs sur le lern. La partie jooa avec molpspe el sans combinaison ren %  onlra |P froidi ur mar(|i'e du >ubliC. I.n .somme et lut lu rencontre des Improbables et li i Impossibles une tort mauiiae plaisanterie, qu'il ne lan Irait pas renouveler. v • ipub'e r par i e%  ni, ment les d'i %  res? no* F*cleu r ni le s ,our •e ni II %  i ta. /-. iu-Prince,' as laisnna tn< nf. l-'ai : ni rai on, de vi*> i ; i'( ad %  F II. A vendre tien I n! isilesde Camp d'aviati(ja ... a vu au l'arc Leconle, iman he, Datendini, le joal keetercapois, 'oui on a tant van* la sret de prise et le coup l Contrairement ce qu'en "d I.'Kami Cator, I ne nous a pas sembl que Delendini prsenlat quoi qie ce soil de re-> marquable. Son jen esl plu't nonchalant, el quant son shoot d st tout lait sans puissi ince. I 1 esl do, ileux que le peu \i' temps qui lui reste pour entranement suffit modifier iVanlag' useinenl sa technique. .. a vu aux courses.et sous la lente du Colodel Little < n invit privilgi, on naliana liste rouge, ancien haut grad le I io i ati ioti |i e qoi hier encore t rainait l'Amcricai aux gmonies. Quelques hot dog% arroses de bit-rre avaient retourn le persan*. nage comme on gaat.au point qn aboi d ml un uQti e ipvite tu charmant colonel, il cul .e cri de 'emme ; ilona* —C ms ii i ? m i.-* i htisai i te cnu nie,aucun i i .' habite depuis loi le mu inosaa; ie n'y viens pas comme TOU s t I s e u k I 2 i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06947
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, March 02, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06947

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DlHKCiEUrt
,35g. RUE AMEBlfAiM tto
TFIEPHONEikN02242
On fait d'un homme
faible tout ce qu'on
veut en irappant son
imagination et en tou-
chent son cur.
DUCLOS.
.^^eANNEEJN-7613
Une rplique ni.ilaise
PORT-AlT-nnw F (H MIT
MERCREDI 2 MARS 1932
I
;>
Le Nouvelliste >
uaez confusment d autres
,U d'aborder son sujet
disscr- reclives, mmes tendances.
A moi n s que ne loue
cet impondrable que Thiers
ji'nolre article de mardi appelait la force des choses. |
K semaine dernire lui a souveraine matresse en no-
Lni matire. Le moins qu"
uisse dire est quesare-
liqV est malaise. Encore
|U
, nolrc confrre ail cm
Entrai. Matin des argu-
ais contre Lk Matin. (,e
C monlre qu'il n en avait
pj.,1 lui-mme pour nous
mlretlire-
Li rponse qu il a trouve
Loc question prcise est
rtsiijet fort difiante. Nous
IV01S dit : L'opposition n'-
lel pas reprsente la
Pianibre. comment pourra-t
I faire entendre sa voix
iaiid s'ouvrira devant cette
semble le dbat sur la
lestion nationale.
C'est la presse officieuse
pe-mme qui a clam sur
i note triomphale (pie le
wrnemenl et l'opposition
ont d'accord sur la question
pilioaale. C'est l un fait
eux dont on ne peut (pie
trjouir. Il signifie, encore
c l'ois, l'Entente nationale,
liipensnhlc l'he ire ac-
uclle.
Mais ceci ne peut tre
ieiilemcnl dans les les mots.
Des actes concrets doivent
marquer et souligner cet ac-
rd (les partis dans la vo-
unt de lutte pour rcon-
urir l'Indpendance de no-
rc pays. Or, nulle part ne se
beut mieux manifester l'en-
ntc nationale (pie dans les
BemWes (pii reprsentent
Ipeuple. Notamment la
tombre des dputs, la plus
Me expression du suffrage
opulaire.
Mais la composition de
Rassemble, telle qu'elle
issue des lections du li)
fcvicr, est simplement pa-
adoxale. On n'y trouve qu'un
trti, le parti gouvernemen-
Lui seul occupe les 36
%dc la Chambre des d-
wS. Ce (pii indique pour
'sles membres de celle-ci,
inns vues, mme prograin-
K. mme altitude. Kl pour
Je introuvable assemble,
-me discipline, mmes di-
po-
htique...
Jusque-l, il faut constater
que la nouvelle Ch mbre est
exclusivement conii ose de
gouvernementaux. Et admet-
tre qu'une telle composition
n'est pas prcisment pour
fortifier son action, laque.le
paratra toujours celle d'un
groupe...
Et alors e justifie notre.
question, aprs les affirma '
lions officielles que gouver l
nemenl et opposition sont
d'accord : Comment se fera
entendre celte dernire?
Le Nouvelliste rpond ti-
midement : le gouvernement
et l'opposition tant d'accord,
il est certain que les mem-
bres du dernier s'il v en
a la Chambre ne peuvent
(pie continuer tre d'accord
avec le gouvernements El s'il
n'y en a pas la Chambre,-
des membres de l'opposi-
tion?... Or, il n'y en a pas.
Ce (pic Le Nouvelliste, en
toute candeur, ignore. Il ne
sait pas l'tendue de sa vic-
toire...
Mais notre conlrres'meut
l'ide d'un dbat sur la
question nationale. D'aucun
dbat, d'ailleurs, on ne veu
Sachez que je
savon de Notre teint
est fait
de...
Le Savon Palmolive va
qu'il esi fait d'huiles i
et I nHves ; aucune grais
mille "ou quoi que ee soit de
suif. De tous les ges rien n i
comparable un mlanged'hui-
es de palme et d'olives poul-
ies soins et la beaut de la
peau.
i) i r '' Pour
i aimonvc- esl nu savon pur
si pur en fait, que 'id.ooo sp-
cialistes do beaut du monde l '" ''"
recommandent leurs cliei
licitement de Ut au t
Le matin et le soie, foi
d'eau et de savon Palmol
une mousse abondante. Ma
gentiment la figure et le cou.
Rincez, et schez coinph
ment. Il conserve votre
jeune, dme et belle,

lil ;i
.11.-
; U S -
lli-
r i

Vrifia si le Savon Pmlmelive.
i/ue nous achetez a la bande
"oire avec le moi Palino
en hitrcs dores, mut i
verte et le sceau rouge
La tribune silencieuse.Toutes
les voix muettes dans les as-
sembles et hors d'elles. Le
grand et universel silence
dans la Rpublique l'exis-
tence l'iide. monotone et mi-
srable. Rgime idal. La paix
rgne Varsovie. Mais c'est
la paix des tombeaux.
Reste savoir si cela est
possible en nos temps ac-
tuels...
Mois voici venir, au pas de
parade, la nouvelle garde
Action Saiimuile. Nous avons
l'honneur de sa | remicre
arquchusade. C'est exercices
de recrues. Nous attendrons
que le tir soit rectifie ou pr-
cis pour en connatre les ef
icls. Eh attendant, admirons
le cran de la jeune troupe
cl voyons la venir...
LE
par Arthur C. Wllspaugh
Le
fCnn
[f Prsident Bomo informa
Conseil d'Etat le '25 Novem-
fqu'il h n'tait pas candidat
Petion prsidentielle d'Aot
**<; n Les commentaires des
ciels du Dpartement d'Etal
primant leur plaisir de cette
claralion furent rendus pu-
wen Hati le.") Dcembre et
fWt rapports par le haut
missaire comme avant eu
excellent effet.
Wnimoins. le dsordre s'-
gwt dautres villes et aux
'stricts ruraux. Aux Caves, des
"iissaires u> Port-au-Prince
Ionisrent une grve des l-
* des coles qui fut suivie
ru.ne outre d'arrimeurs qui
*[?sinnadu dsordre et un
J dtachement de marines
nvoy ce port. Il fut
J* apport (pie des armes
'Ment t introduites en con-
fie aans le pavset taient
108 des leaders des gr-
A cause de la crainte que
5Pa.vsans pourraient tenter
e mari-he. sur JacnH des
Z tS(h la Garde et le croi-
,r ' ^ndroit. Le Gnral I
' itl^raplna pour des u-ii-
Peu prs 50(1 marines
^t de Haaipton Hoada le
7 Dcembie.
Dans le district environnant
les Caves, les conditions taient
particulirement propres au m-
contentement, la crdulit et
l'ignorance des paysans permet-
taient de le persuader d couter
les agitateurs . La culture de
la canne sucre tait une oc-
cupation importante dans celte
rgion et les petits distillateurs,
locaux tentrent de faire con-
currence une distillerie am-
ricaine Porl-au-l'rinie, en
offrant de plus bas prix au pay-
san cultivateur de cannes. Les
prix de baisse du caf lurent
reprsents comme tant les r-
sultats de la loi de standardisa-
tion.
L'ne autre cause d'agitation,
rapporta le haut commissaire,
fui faction prise par le gouver-
nement hatiendvmpcher l-
migration saisonnire des tra-
vailleurs... Os migrants ve-
naient en grande parue des dis-
tricts 'les Paves... Le paysan ne
comprenait ni las n >u i'ea lois
ni la cause de la basse des prix
a caf.Tout changement dans
conditions le vie ou dans
>;, production est regard d'a-
bord avec une suspicion inten-
se par ces illettrs, primilils, et
JtVufy a ki^Ldjj^AKt fuA
par consquent, conservt
individus... Mais I antagom
traditionnel de la campa]
contre la ville,l'espoir du pilla
ge.l approvisionnement de b
sons alcooliques, l'amour de i
gilation et leur acceptation
l'assurance de leurs leaders qu'-
aucun danger rel ne les ni
cait, furent les facteurs qui sou-
levrent une foule d' peu prs
1500 individus eu marche vais
les Caves.
Une patrouille de 20 marines
arme d'une mitrailleuse et
fusils rencontra les paysans qui
portaient des matraques, Ues
machettes et des pierres,
leaders de celle populace, de
mandant la permission d'enlrei
dans la ville, lurent auiorisi
passera travers la ligne, entr-
rent dans hi ville el coul] i :
avec les leaders de la grve.rW
tournant plus lard, les orateurs
en laveur des paysans deman-
drent la mise en libert de
trois prisonniers. Comme elU
leur tut refuse, les paysan:
avancrent.Les marines tirrent
d'abord au-dessus des ttes de
la populace qui s'arrta pen-
dant quelque temps,mais quand
les paysans s'approchrent de
plus pus et qu'au rao us
leader fut au milieu des mari-
nes, ces derniers tire ni le i tu-
ant six hommes el en blessant
2.S dont t moururent plus lard.
La loule immdiatement se dis-
persa.
Le jour suivant, de la
troupes de paysana sassembh
reni deux autres endroits
la pninsule du 'Sud, mais le
Dcembre uwe- tranquillit re
lative s'tablit travers Hati
Le Prsident Boruo proclama
le fl Dcembre l'.H'.i. que < i
ambitieux impnitents ava
une fois de plus accompli le
criminels desseins et que c
'ail l'opposition politique il
ivail rendu ncessaire la lo
martiale.
Ecrivant en Janvier 193
haut commissaire exprima l'o-
pinion que si une force adq
le de police de longue exp-
rience el le tradition avait
tablie ou si les tfibtinau
valent t complteme i ror-
ganiss, la loi martiale el l'aide
marines amricains n'au-
raient pas
ce (;ls. i ml iusqu' c
que la mentaliti
s'accoutume it un gouvernera
Propos
humides
o -
11 II 111 (II* I i I ). (I
If; aolre dis! ingu conciloj en M.
i. lizMu, un d piom
ni dans mu rcente <
i iidiodii'fuse su-r le i i ublu i Itui
n a, a signal
conilil psychol ignp enli
Anii-i n-aiii -.ci lesHaitieii^.UeuxAme-
nas BU Mi ii - | ^i oui
, .i moins que je ne I aie lu, m
i iit a\ isa de ce gros inconvnieni
nie liaitiano-umei icaim
vont s employer le lai : dispai .une,
ici li ta n t l'i
ins el a pus d renco
unions mon Nous au-
i ns ii.uic une srie
i il r. O les ii iiiyi-
. |ni
l comme de I aul mais on
donnera sou i du HHUA
, kltTHE CA( ni. i i nboU
i d< l:i coopration Inti mu le.
A vendre
;i; i
Une n an
r:
Sud er
re > n ii M !
Mue <
el iiussi Ion nps (ni
io ra m
wrn ni un i lia ii|
s
II
existera un lai
|
pour cet le r i i i ,toute
e i Hat
.ii-ii
soient ir .

il
i irdina leva n l
. il
i, d'api
lut la e qu'il
* ; rd r vol u-
sa dvelopper ea con
-n mme lemps
Haiti, ': e,, que
VIE SPORTIVE
j Parc L h -' n-
iratneraenl d
aucu j^0H*tj^.
possible* lirent ... a lame li oir u 'a-
le la fa ble i : irdeux karm nia
tacs, ..' p nnioa s-
' n tronc- ; < i laqu Ile lai -t
de "vastes honneor avec tia apptit une
"a van ta' si>'! irablea qua;.-e < (.ts
1 a 'ie be lutaie. Ca n'tait q i* >
ci mme paremment une runion de
. Mais
iou inii easail
:-
qui no
-il .
cirons plu'i) au Vo (.
datta
pour avoir une
I
: al" de
I '.IIP T
n llio Denis, '. Jabi
S
i, Chenet,
. B A. Audant,
Tovar.

lourchettea car las propos accomp [nreat l'ordonaanca
de ce dner la Lu eu 11 u s
ni ions frapps eu eom de
la dIi s lgants distinction, h
de li spiritualit la plus ail**.
Comme toujours les cadets du-
rent baisser pavillon devant la
verve tincelaate des grandi
Irrea,
*
; r -
l'rnce joui ri
1 Ich Est-il ni
' f\
sur la suite de ci
: il ?
mme n des
Jamacains. "' na de-
.
lire pi
o.
visitenrs. .
i ous dit que le Coi
imme mai?
l'O. K. de M
li oswetl -s'indis de. Dom
publi d;
' niar.i (i
C< uleurt e. Nous i royons savon
chan-
teurs lira" en
s. Des esprits
i rjl un m au va s
ign irquoi partager celle
t! ?
union dei
r les n '
lu esl ni'n s-
cours -li c< f-' m maine.
Qu'on y pense.
Arri\ e : D [e de
i \v ildiaii lorn ' : ne dli
du Consi i II
nos visil
chez II
l'en po
uite !
pro me.
> vu aux courses un pau
hi p lamliqne t iiti bant.
charg .l'une serviette app-u em-
re d? son ... et qui
s'tait taufll -en rampantsana
dou na la tente o on ol-
tin recevait (|uel*
> de marque.
Je suis joumaliate - iuc-
tail le sire, je suis journaliste ...
et musicien aussi,..a II aurait
"i avec aidant de vrit, ajou-
autre chose. .

... voit qu'il v :i neore dei
qui igoprenl leur bonheur.
plutt. Le numro 25i
(agnanl de lit dollars 60 a la
1 i i -ourse du '21 lvrier
l< i nier, i t le ticket 805 gagnant
le 26 doHars 20, t la Iroiaime
course du 28 lvrier cool
l'ont pas encore t prsents
"i paii ment. Ceui qui en sont
lelenleurs,n'ont qu' se prsen-
'er au Commissariat de I riga-
le, pour en loucher le mon-
tant que le capitaine FI. M. Pe-
ter lient leur disposition.
... :i vu bu Parc I l'i-on'i' di-
nirche ') nier m. match "'re,
l'quipe des Probables et l'qui-
pe des Possibles. A un moment
tonn, on pouvait comn'er
;l (ii)(| joueurs sur le ler-
n. La partie jooa avec mol-
pspe el sans combinaison ren
onlra |p froidi ur mar(|i'e du
>ubliC. I.n .somme et lut lu
rencontre des Improbables et
li i Impossibles une tort mau-
iiae plaisanterie, qu'il ne lan
Irait pas renouveler.
v i- pub'e
r par ie-
ni,
ment les
d'i '' res-
? no* F*cleu r ni le s ,our
e ni II i ta.
/-. iu-Prince,'
as laisnna
tn< nf. l-'ai
: ni rai
on, de vi*>
i ; i'( ad
F II.
A vendre
tien
I n-
! isilesde
Camp d'aviati(ja
... a vu au l'arc Leconle, i-
man he, Datendini, le joal kee-
tercapois, 'oui on a tant van*
la sret de prise et le coup
l Contrairement ce qu'en
"d i.'k- ami Cator, I ne nous a
pas sembl que Delendini pr-
senlat quoi qie ce soil de re->
marquable. Son jen esl plu't
nonchalant, el quant son
shoot d st tout lait sans puis-
si ince. I1 esl do,ileux que le peu
\i' temps qui lui reste pour
entranement suffit modifier
iVanlag' useinenl sa technique.

.. a vu aux courses.et sous
la lente du Colodel Little < n
invit privilgi, on naliana
liste rouge, ancien haut grad
le I io i ati ioti |i e qoi
hier encore t rainait l'Amcri-
cai aux gmonies. Quelques
hot dog% arroses de bit-rre
avaient retourn le persan*.
nage comme on gaat.au point
qn aboi d ml un uQti e ipvite
tu charmant colonel, il cul
.e cri de 'emme ; ilona*
C ms ii i ? m i.-*
i htisai i '
te
cnu nie,aucun
i i .' habite depuis loi
le mu inosaa; ie n'y viens
pas comme tou
s
t
I

s
e
u
k
I-

2
i


IL
2 I 01 ici I i
Idal
ALIX
30 annes
hum
laboratoire ou ^^ ^ Port-u-Plnco t Manuoc. BLUU
Gin-'laldy
ROY
de succs.
/'our rpumhe nu dsir qui*
n >us a t exprime par quel-
., tes amis, nous reproduis m
."Action Nation vu i l'article
iloanl para sons In siy Unie
de \ir Emile Cauvln :
POURQUOI ?
\.f deux centim
r- de la naissan
Washington veu il
I eu ici i ianchc ri lundi, i !
; ;ik- t preseril | i'
i n*r jour par an i' il gouver-
ii ment. Que i au vrai,
i tire participation ;< cette l*<
I. dt-elle indique ? Par quoi ?
I,e prsident Ifoovi r a d-
ni iiid ;iu\ AiiHTn ains de fter
i. indiosemenl partoul i nous
ii i is tommes mis de > ' lie.
y lis en quoi Geo ce SVa hii
\ \ nous touche-l -il '
. inlresse-t-il la nation
mi pour mriter de so
> i entliousiesme ?
Lorsqu'il nous lallul <
i r noire indpendn e nous
i mies aucun concours, < ieor-
I* Washington dj in rl ne
pouvait pus no ; en
1*113 ; il ne l'aurail p l'ail non
]>i,is. I.o Rouveri m il el le
peupla amricains n s ai-
(i enl pas. Il* a^ i "l|
1> m-, comme auj
|n sriiic .i s.i\ an ili.
\ dl'aul de m
; r lui doit elle au
). ufaii m
.oui-elle? Non. I'. un
l. une vellit, u i< ilntion,
i eu. Au contrai n ( i rge Wa-
shington avait, conu ; les
lions, des es< laves :
l'.si-il un di i b
I humanit qui toutes l<
i liions don ni si pli n
< u hommage V I ncui > moins ;
n'esl pus un l'asti m. un d*
u
n
taient refuaes.L'abaence de M.
Borno el du Haut Commissaire
ne doivenl pas suifire ans an
sincrement haItiennes.Seuls les
Amricains avaient leur places
t es gnies bienfaisants qui onl
\ c.-u pour le bonhei d< leurs
> . u Ida bls. \-i il un nom mi-
ii nt dans U s letti les
s ? Ou on lli Coi neille, Beel
fioven ou Phidias hi n
pays, cela se compi ml. Mais
vVashington, poui qu
Ce he os esl pui i nu ni ami
ricain.il a l'onde une in ion d
proie pour chappel u i paie
ment de taxes impo es par la
mtropole anglaise, il n'a pas
eu la sublime pense de ces
grands rvolutionnaires (pii onl
impris lr monde dans leurs
desseins de libration, comme
ers Franais de s1.' qui poi laienl
partoul dlibrmeni des doc-
trines de libration uni\ erselle,
ou, plus prs de nous, eoinnn
le* initiateurs le la i \ ulution
russe qui s'inquitaii ni du soi ;
le toute une i lasse inli i essante
d'hommes et du droil des peu
pies le disposer d\ iui nus.
Washington n'a | poui
apporter dans le ..... le plus de
hien-tre matriel el plus de
libert. Seule la nation ami i-
caine Un doit de la reconnais-
sance. Nous devions regarder
comme nue fle de Famille o
nous, trangers, nous n'avions
aucune place,celle que lesAm-
ricainsonl organise pour tieor-
Washington.
Les i.uits-.uis sol eu train
de clbrer le hros de leur in-
dpendance. Mais ils ont COtl-
Hs |U nos il 1 o i I s Ue soil-
ii.uii ius .; ius de\ i n
sen i l'insulte ei au mal-
Pleur pance qu un loi, ,v
s'esl COUlt Mil
encore la botte i i<
li pmii i
(. esl m inquer de digmu! qui
de nous nu 1er aux joies amei i
i ,ii.i
Nous n'u\ on-> mme pu '
l'invita-
|i i ordi u
i n itre pai I
.. s u l'amiti, .v >u m di
VOUS !.l I OUOlil I lu COU iililt
hostilit du .; : icain .i noli e endroii depu
emps o, pa; >- la u i i
i'.Uils-l
ser h ilree des i 00141
a 111s jusqu'aux
|iic n us n ivons,
Triste explii ti m '.i
larticipati 1 1 que 1 elle
..n l*ai rti le tn -
,mag< l en sou venir 1
.niil-i/oiiiin 1
Il llllill p lui
u le^ ion
ions le tieiir^i
1 n. Air 1
\r non soll>
k-\*.Mle la ie onnnissanceaui
. .I.ils I IUS pi '.u 1 1 u ,
10s anctn 1 .1 pi > Li enl.
tel eu i bel os il avi mui 1
[es-no is si u\ ez une deiu
n\ers iN u itou ou son
|),i\ s V 11-, m 1 Christophe, hi m
le" notre inilpenuunce, vou
moi t en \ aiu.Kn vain \ ou
;i\r/ oll n pour les Klals 1 ni
une vie qui, l'aui lie dans li
u aim nri ..... nous au ai
en IK(I 11 > .1111 vous u\ lutt
n notre 1 ||M
ire I puisque c esl sur y u
\w soi contisqu par les des-
cendants de 0 W ashing-
lon 'i ic ; on gloritie I indpen-
dance ami icaine.
Non ns de la recon
sance d'avoir t admis l'hon-
neur le mourir, e 1 liun
1 canons, ct des coloniaux
anglais en r\ olte et de mler
sur les champs de bataille no-
Ire sang au sang amricain,
pour la seule lois la joie des
* ankees,
G mm nouscompi enom ma
I sen de pope de iso.; el
celui de l'occupation de 11
sol Notre pays soupire encoi e
aprs sa libert perdue el nous
acclamons I ouvrier de l'iud-
pendam amrii aine.Notre joie
esl 1 npie. *-;u I Amricain esl
em ore l'ennemi, comme lors-
l,s in\ dations de rtussell
au Chah Amricain d* Ption-
Ville.
Pour que nous fraiernisions
a\e le Yankee, l'occupation est-
elle leve 7 La mission scienti-
lique amricaine a-t-elle dispa-
ru .' Le conseiller financier esl
toujours I*. arrogant, tout-puis-
.ni el prtend rester dans la
place jusqu'en IU53 au moins
ave les marines.
, Ces |oui->-ci nous avons de
.nouvel. ons de 1 ompr
\lre que l'hostili ami 1 ii
.
t de rappeler s^
dispositions mal 1 illautes.
UIG UU\ I 1 I ' '.
lest in
( ieoi ges L
a critiqu l'eni
prunt le 19 ni une coni
mis r..... ;1,u'
,, rueni ni A mru
Sl.-,. .,_ ress de I u donner 1
1. ineuli dans un c immuniqu.
m 1 r. U dit que nous ,.
lus a\
uiistratioi
noin
|.a. ', noli iluyii U li
nani 11 11 luelle e exi i Ll< nte.
C'tait l'oci asiou pui notre
elianeellei le ne ,i.\ c SOU fait
CHOS
^'Association hatienne
poir la Socit des Nations
a lorm une connu s ou u'
ludes de la loi dominicaine
d'immigration.
Mr Lger, Secrtaire d'E-
tui des ltelalioos \\ rieures,
a dit a Iiati-Jouri-al ) que
d'api os & mmunicatioDS de
notre cousul SantiaDo Ue
Cuba .la situation de ih colo-
nie ha .mue de cette vi le, 8
la suite du sisme, n'est pas
iiivaise.
On signale a prsenct
.1 i'orl au-l'riuce de deux
journalistes p ntorici'ins et
u uu jouinalisie aigeutin.
--L'Aiiion Nationalepari
d'une nouvelle politique de-
ttats-Unis en Hati dont u
coionel Little et M.Dana Mun
io seraient les protagonistes.
En quoi consista-l-elleV
Le Dpartement de I ins-
tiuciion publiques 'est pru-
uoi.ee sur la question le carte
l'Hau souleve par notie coi-
1)1 VAIN SOIR
Snr la Cerna r de de nombreuse pi 1 sonne : le beau fil
1 italien
lessaline
Entre :050; rVron r
VFNOHKM
Le grand film
1,00.
L'aventure amoureuse
de Pierre Vicjnal
OU LA PROIE DU VI.NT.
Avec le splt ndid** acleur Charles Vantl.
Entie: 1,00 ; Balcon: ?.0.
I, boiateur, M. Luc Dona
.me loi-/ ville, en demandant aux Ir-
, n (omfii uiqui oii.ciel.Vres de StLouia de Gouzagut

ih |,a
d.
lOUl l\i ein
. er la di< lature h
1., ,1 ne? Certesi
attaque plus va
1 pi 1 e. Ma 1 "esl ,1
, 1 ui 1 que l'Ain 1 ta n
1 ,1 rest remien
vous encon :
, Dans un pareil
uaomeni iette 1 tiipalioti 0 li-
.1 -. ii la lle 1 e
. 1 l r
..... ieu\ ,ui se
' ''
uii do lier de noire
crit.L'Ami nains'enhar li de-
.11. qui pui ail|
,.eu rsolu.I. 1
un .... \ e
ivaincu ei
m n se demandi si 1 un 11 a
pour but
crie 0 la
ai-
Ue le bluffer lorsqu ou
dictature ami icaine ;
il s, sou\ ienl de la grve r-
cente du personnel des [avaux 1 ^^
Publics, lors de l attaire Dui
..m. n se dit qu'il sera abau-
iv en chemin s'il s'enthou- .
, la hitie en perspi
, demande, anxieux, ce
que siguilie l'arrt de chmage.
\ u-i ,1 que |gret ou du-
; La r< oui iliation a-t-
dj eu lieu nos dpens ?
La confiance se | enl. une lois
en ore.
Emile Cl Y
De .1 L'Action N \honai.i:-
de laire les rectilica ions ue
cessa 1res leur carie rcem-
ment ediiee.
La P< eue de la Socit
1/ Histoire et de Gographi
d'ilaitt, No de janvier W32.
parue avec^d'iuteres
sautes matires. Kuppelou
que celle publication a pour
secrtaires MM. les Dis Dor-
sainvil ei Pressoir et poui
nei M. Henri Adam Mi-
1 In I.
L'Opinion publie uncri.
venu de Ouanamjnthe ou l'on
ei once le lait qu'un Corse^u
jet franaiM I an Chapini.a
e e nomme prsident de la
commission lommunale de
et lie Cl nimuiie.Es -ce qu'il u y
.. nlusd'liaitiens Ouauamiu-
i;i me ii l<
,\ in i!l
I y n 1 U, '-"e" li
mi h
ti s ' -
de M"" l uciei ni Cassai no avei
t Mon u u Albe iOci en
Nous pi es 0 pi-
ments aux d< Irfinilles ui
1 peu parlicu iii u ent, i 1 oin
t icelh n m h m?| h Casv: gnol,
pre de la gentille fiance.
- On annonce la mort
Port-de-Paii de Mn Gram-
mont PopjoI,avocat,lis sym-
pathiquemeut connu ici.Nous
ollrons nos condolances
ses parents.
Les Soviets ont concen-
tre 1U0.0UU bouinies a Vladi-
VOStock, ce qui taii prvoir
un conflit ventuel avec le
Jupon.
\
'"ratcheinenl arriv par le s/s POLOGNE
^ nrale Transallantiue,
ACCOUREZ chez : Simon Vieux, Au Bon
Nouvelle, Alphonse Dsir, Llio Baillv.
Aux GoNAIVES chez : A. cV: F. M< (iuffie.
A .Ikic'mii: chez : Melle Clara lUv.
da la
March, Epicerf
V. Gomeau-MONTASSE & G0,
Agent:
s,
On demande {
Dix Peintres]
S'ADRESSER : !
Garage KNEERJ
RUE PAVE PORT-AU-PRINCE. '
SEA-SIDE-INN
Samedi
Resta u rnnt
mars les nouveaux propritaire* de cet Eta-
blissement qui par sa siluation exceptionnelle oflre les rg'*
inents de la br > ma-'iu , <-t la tranqui'lit la plus com-
plte.aii'ont le nltiisir de recevoir les nombreux 11 disM'^nl
clients qui trquentaient dj Sea-v^ide-Inn, cils Clients
aussi nombreux et distingus du Grand Htel de France.
P, P. PATRIZI & < o
Piopritaires.
m
LE FAIT EST INCONTESTABLE1
H li uui Sai'lhe
C'est la quintessence des meilleures
varits le cannes d'un vaste terriloire.
runiss I les meilleurs 1er oirs
C'est cv qui iait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ
Toutes les Polices g
DE LA !
onun iiioiiiifiiino-
i^Vfc^*. m* m
m
mti
i
comprennent la .Protection contrelai
Foudre sans auamentation de tauxf
| Emj.Le Boss fCo j
Aqents Gnraux f
c
p


ttbuin Itarki.ico

> versellc a gard u premire place


MrcaCC^ ; as l
LORSQUE rincendie oc dclar, ! est trop tard
pour viter la perte des documenta taportaata d i
pcsjs soiu ci cans un tiroir votre bureau ou
dans votre demeure.
Remplacer ces documents coterait cher et
serait peut-tre impossible. Mais il vous cotera
trs peu pour les protger,
Ne remettez pas demain la location d'un
Cofirct de. Bart As craiute qu'il n* soit trop tard
Pour deux scus par jour, voua achetez la protection.
1-tKuau OM^tu, Acmm
FM
L Banque Royale
du Canada
TOUX ET
UMES
ne sont que les avant-coureurs de la bronchite mortelle, de
l'influcrua et des troubles pulmonaires.
SCOTT'S EMULSION calme la toux la plus opinitre et chats*
le pire rhume. Pi .'nez-en rgulirement.
Elle protge les poumon*, renforce le corpe et affermit la
force de rsistance.
Insistez pour obtenir r authentique
SCOTT'S
EMULSION
d'huile de foie de morue norvgienne
Rice en Vitamines A et D
A,Tnu M.di.on Alt, l 34th St., New York, E. U. d'A.
PREVISION GENERALE OU
TEIPS POUR Ifc ilii DE
JARS 1932
o
I
Par .M si i\ Li:c Trmprratiiie el UI du e i t* I
Durant Mars, il faudra es-
prer des vagues sensibles de
lroid durant la nuit jusqu'au
! malin, particulirement du 'A
au 12. Il fera chaud durant
lesdeux premiers jouis du J
mois, du 17 au 21, et du 2
au '60. La priode du 12 il
16 seia Iiiiiclie.
Esprer un ciei nuageux
autour du 12 au lu, et du 1U
au 24.
HHfecr.j
/ -eraieul \> 1res, ou
ler I roser dan
1,11 Arros
U niati
Avril 11 ilai, d aprs nos
donnei s, ei oui i vai| de
Vdduei : de I -
vorables p u i N ma reaou
vlons lis dates de piaula-
lion pour Mars, par rapi
a l'iulluence luna e, qui
rool les: lk.
u ai n
-
L
.sur

ijlot'S
Les stal
ques d'ouln
. eclip
Mai .
le 7 M ,i
. voi
U
n
itii
Hati.
V i
2 Eclipsa | Lu
lie 22 Mars, v sibl tItt.
; ,
i
DEMAIN SO I
la pn n re soi
Mnriaje
I ;, gOU

,-.:
ifcl
S**
H
. ,...
pu
: i s > i
cl
Dpit
>
Ce que votr.
Dentifrice peut
fair,

De
Tression llaiouilri'itie
Le baromtre a u i en-
dance la hausse les 1 2.
particulirement du 17 au 21,
et du 25 an 3C. tu dehors de
ces dates, il est appel se
teuir au-dessus de la normale.
Plaies
Comme on le ,veira, les
pluies, durant ce mois, *eioui
encore dficitaires piopor-
tiouuellemect a la normale.
Esprer deux sries de pluies;
la premiie entre le 12 et It
15; et la seconde, entre le
IX ei le 21, o 11 pleuvra pal
intervalles.
Pelf les D parle maots tlu Kart. -
d n NtrtVOiesl Je lAriilmuii
et de l'Ouest.
Esprer de faibles pluies :
les 2-1, S-10. Srie de pluie-
conlinuelles du 12 an 16. Fai
b es pluies les 18-21. et le*-
23-21.
"sur les Dp.iihnieiil*. du Sud
Rgiras de Pert-ai-Prisee
Ile Letftie, el de .laciiit'l.
Pluies lcitaires les: 2-3 I *-
8-i.Serie continuellede pluies
du 12 au la Faibles pluie
les 18-19. et 22-2:5.
Pour la navigation. Le*
plus torts veuts du mois sont
indiqus entre le 7 et le 10.
Pour l'Agriculture.- Les
pluies, duraut celle anne,
sont appeles la ire dfaut
par rapport la norm le.
Dans les rgions o\ csplu.es
rnieres
nous elles

Panama Railroad Steamship Line
Service de fret cl de passagers enlie
Angleterre*.
ficoase
France
Mrs. G. W ISHEDftX;* C' 17, James Street, I.iyerpooe, *Enolan
THE FOLl'WING ARE OUR AGENTS AT PRINCIPAL! Pu RTS IN EUROPE
ENGLAND, SCOTLAND. FRANCE.
MMessss G. W. SIIELDQN & Co.
17, James Street, Liverpool, Englana X:,~ _;
La Fiance, Messrs G. W. Sheldon & Co. are represented bythe iollowin
Ils
et es p..
Voici la liste de nos agents pour lesjjnncipeaux port de I teuro.ie:
La Fiance, Messrs u. w. oneiuuu , i.w. ne *,........- 7i-...*,....
lus rapide et plusdiiect service de transport de passagerset du fret enlie Hati
>s ports Eoropens.vi New York.et Crislobal. Canal Zone, Isthme Panama.
Gli i.aii.v HENKE Co
21 Hue de la Bpublique|
Marseille.
1 ernu Prou & ( o, Ltd.
,~>3Qai Geories V.
Havre.
Hernu Peion & Co, Ltd
Rue du Morlin Vapeur.
Ri plrpre sin Ver.
Messes A. I'ind'x -v Co,
21, AjkPSr>C< Copenhague.
Oslo. Noi.waY-
|n n : tirnnl
Spe diticmsMlKapOslo.*.
MiV. Atlanlie Freigbt Corpn
DalUnhaus, Hsmbwg 1.
Cetonauy!
M is?=rs Atlantic Freight
rrti \ oration
C-ermanv
Messrs Atantie Fr : '
> orpi ..
24 U1 J Ucrcaens
Aatvferpse Hlium,
i
Hernu Peron.& ,Cie Ltd
90 Hue des Maris,
Paris.
UF.RM;,l'ironJ& Co l.ld.,*
Rue de Tranquillit.
Dimketque.
Hernu Peron & Co I td.,
9 Rue Roy,
2 Bordeaux,
"Gknof., Italy.
Messrs Henry Coi- & I Llftl*
Piazca b. Matteo.N- lGem r
I i ; i BNBCRG, Sw i l/i K^
Nnrdisk Express.
^Cotbenburg.'
Messis Ati.aitic Fnkidiv
Corp n.
Kon En. ma plein
Roi erdam Koll* -('e
Messis Siermann o. Cr\
ShaDghaf.
ptpohaia et d rit oui
eon battu la l.
un bombarde m al i> oloi
i ouvi uni l'arri <
J'bomroes di
sie pour uue.
j^tensn i : re les del<
Jt Shanghai. u'< cra
ei l'an >
i
yards dai.s une longue attv.-
\ u.. u u u t ;> 11 i
,jiO|eiU ui
: > i u q m
o houioii
.i i.. i ces
- L'otlttUal i
i u
uassi 12
I ;
NS ea COillin.iil.iiu de la d i
eulieiei
pi i i op i a,
pfdis sou etaUii, a-i-n tli d
la e,. p^qu'a tt; que
''.' I j ipon
ouipieuaut uue auti
tl<.naive cette seiuaiut soil
uuipleu i. t> aouvt il | i i>|>u
iiiuus 'ii pau a i'o d
cyu des lu
ili i la VOloi le .u .lajiuu Ut
metl.e Un a la oaladle *.! lis
cqiuoia b relu aeul .. i suai
larges i>peCulaiioi a, uuaie ou m
croii pas 'quelle** it lei
ei K eut la i
t aime qui tend au mme u. -
JLLlli.
atiaugb u. Le
Ctueui pai un It loi ce de de-
lou^e aiuti u au i bhdOghai .
eu iitu dimanche quauu le ser
i Moore J.Ci< duu.du .'il;
i'i n I a u l e r i e, Uioui u u
uiitumouie. Contraciee en ac
A
- i

: il
leo dtni
nel '
Mi i L*8 pi nu
louions
iod d .! la boi i
lu aul
. v
.........








10 r
i
11 is^il ,
' h -
Ilot [eut.
Q

.....
. ,' .i

Ncrologie
i ble reu de P m
Un
i 11 (l<- Mme Vve
ht houx. !
on, A l'ge de 19
loi le rsidait d*pn s
1 s i soi a Parie, t
id'nra de noir
i Aogusie Li la vois, oil
'mis nos |JDCrf*S
',ainsi qu'aux inities
s,
FU< '
Le Petil
Caf
ne msn
comph6sanl son devoir. iPeiai i'"'' '
aeSvdiiej lowa el a ia,s-
uni;
Tok.o.-I misionde I
Lg>e des Nations e w, ,,u I !n|,
i^ut-v. m,, i, dpute U '
i nuiu it. esl i -a V ,
o i

ilm
:
1
, mm pi i (ont pren
'ordl : ;. .
Kuluuid lundi et
urainpaurTokio.
Pan.-Le I eu P/]
. couler avtc les ambassa- d'
JWOO
e appir -, d. v
u
Lbe-
e qui ()u^
U.S. S. H.
ICH JAMAIOUEHATI
U'I li vus cartes partir
aprs-midi au Parc-
- pour le match de
tiinani .
I i lqne con re Pori au
'rini i ( Equipe Gilets ).
ADMINISTRATION GNRALE
DES POSTES
'IS ni; DEPART
Les us pour New York
l'F2urope ( v\t NewYorl*
teamer lAncons
ml tei mes le m rcredl 2
I s.
Port-aa Prince.le 29 fvi er
11)32.
i
Luis an* uiauUii i aglaia dai s
^.*. t Uui li en \ ctuei
ooj (jiiomique plus
i uuile avec le rti U li el ui e
uieil oiiiprc-iit iimuh g<
* ait avec l'Angleterre, Eu
, Il ,S OOMI Vdlt l.i . il (Jtl!
ou 1 ai nie j doit 11
vu.mi, seulemeut 'des mois de
aucuijt
lu..\i ion de dsai meaii
?roe diman-
, Des min pers"
pi eh
I
-
jour |;i ouvenl
chaque
Immigration
Le b reau de l'Association
pour la Socit des
a Charg une Com-
'e faire rapport sur
i loi vexa toi re de l
it publique Dominicaine r**
a r < .i l'immigration. Noue
voisine lail pai Ire ne la So-
Na ions.
KVIIlpposarciiie rtoy
ociaUh '
esl le meilleui ml.
pharma
Vii ux.
Ht
Pea r voua gurir
^






Mercredi
2 Mais 1932
Le Malin
4 PAGES
Pcrt-to-Prince
TlphoncK2242
Lyl
ces Brothers SS C lnc
Texas -Hati Santo Domingo- R co Porto
,-i robinier a
i feu .
Le seul service hebdo 11 I
Irt entre les ports Port-au-Prince, 'luiti.
Pour la rception np la e le maniement
Importations, servez voOi t otlj ) irs des'navires
ILINE.
Les prochaines arrivera Port-u-Prnce
Steamer M u j kes '
Steamer Mu h L\ \i <
Steamer Genevive Lykes*
Steamer Velma Lyk s '-
Steamr ( Margaret Lykes 1 i
ttarew: Une du Magasin de l'Jtai Boite
issagers et
lement avec
babile de vos
de '<* LYKE
sont
rs 1932
inara 1932
ra 1932
mars 1932
avril 1932
ostale b
AVIS AU COMMERCE
Panama I oilroad S'eamsbip Line a l'avantage d'an-
, ncer leadp IssaHrantsde New Vork pour port-au-prince
Hati, directeme i que mardi. Tous les steamers sont
pourvus e cha ubre ig-< d ue :
l) pari* de hew \on Arnvages'y Port-au-Prince.
iSeamer "Guavaqoil" le 21 lvrier le 1er mars 1932
' ______ ... :. ...I...I.. l I _____. 1Q'
CE OUI N'A JAMAIS T FAIT
CE.QUI NEiPEUT TRE DPASSG
amer Cristobala le 1er mars 193'
s ea ner tBuena ventera i 'e H mars
Steamer/* Ancou le 15 mars
Steam r euuayaquiix le 22 m
Steamer cCristobali le 29 mars 1932
j Steamer iBueuaveuiLra le avril
Panama Railro.ulvSleampship Lins.
JosH. C.V N REED
a eut Gnial
le (J mars 1932
le 14 mars 1932
le 20 mars 1932
le 28 mars 1932
le 3 avril 1932
le 11 avril 1932
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dan s des conditionsjri^ureuse*
D'ASEPSIE
Prparation et Venta
?harmacieP. SEJOIRNE
Angle ds rues houx et du Geitre^,
N'OUBLIEZ PAS DE FIE UN PETIT T
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAKL
Petionville
S I
1
La Manufacture Hatienne
de Chapeau?; L'Indigne
1.G00 pieds d'allilude. L'ta lissement le plus kaisjdes et-
viron* de Port*av Pri
Seulement 1") min il< !r mue" excelli : ute
asphalte* Vues merveille l< la vil -|
Boisson s di
GOUTERS SANDWICHS
Laboratoire SJOURN
DlKECTURS
F.'JSjourn, Pharmacien
R. Sjourn Pharmacien rie l'Universit de Paris
M. Sjourn, Pharmacieade l'universit de Paris,anciti
interne des Hpitaux de Paris
^Analyses des Urines, du suc fabrique, du sang ( Was
sermann, Ure, Constante d'Aineaid, Glycmie)...
Des crach.sts._Des matircNjeeales.
i de I i t o
arrangements paiticuliers pour les is de jour de
semaine ou de m
F*
ll>|tital fiiral Hatien
lccidents
o
24 Fvrier I9J2
Caimen St-Louis, ' an .
|St-llonor. Blessure contusi
lia rgion parito-occipilale g,
Virgile Arnoux, .<\ ans, Bois-
jVerna. Blessure contuse i la u-
|gi >a occipitale.
Virgde Charitable 18 ans, Ha-
bit mon Digue. Corps tran
da s 1 index droi'.
Charles Andr, nie Rvolu-
tio i Contusion du bassin,
losepli Celila, 'SI au i Soi.
131 -ssure contuse au n veau du
parital gauche,
Bellevue Ismne, l
Sl-viartm. Mlessuie contuse du
cuir chevelu.
Pierre Desina, 38 ans, Do-
mornay. Bles&uia contuse du
Irnnt, heinaloine de I avant
gauche.
Joseph Sylvanie, 1 I ans, Bois
[Verne. Blessure piquante lu
Ituir chevelu.
i'ierre-Louis Emili 19 ans,
iGrand'Bue. Trauma! m Ion
baire.
Bateau Stnio, rue
Brlare a li* jsmbe } i
Auguste Bothm -, I ns, In
seton. Blessure ti
poignet gauche.
' loine -I ose p h, 28 ai
contus
ir de
G. L. VRRET
f f *
c
TAILLEUR-MARCHAND

iiabillezvoi i vi c lj h
t i distinction, en vous adres-
sant la Maison
C. L. Vorret
Rue Trauersire, .\o 114 voi-
sinage de lu Douane presqu'en
face de lu maison Estve, prsi
de IJltelSea Vit
L'une di s plus an iennes de
i place qui a couse.ve ou
mi n nom.
On y iruuvetie rava 1 le plu
soigne, coupe i te la
n
glaise.
-V es : Habits it vte
ments' de crmonie,
Pl!l\ MODKI s.
SSBSI ttt;
\ le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que la
vei le de ses CHAPEAUX s- tait depuis le 4 janvier, au
N' 2027. CRANT/RUF
en ce de son ncien
1 lien1 I le i me ri nei'.
BO': RGH. CLRIT, GOURIOISIE.
Martinez, Marcelin & G0
Loterie Nationale ci'Hati
416 Rue Bonne.FoL Phone 3353
La Loterie N'ot il iled'lfati e*l
une institution hautement hitn-: "a'f
d'uvres qu'elle se prop '.'. ,
tre offerte aux hommes lin tr un tu i,rt.
Employs, Fonctionnaires, O vtin*. Vn v S larit 4e
tous ordres, Gens e iimi* leur bi(L' noy ,- *, peuveni liguer trois
mille loi" ' aux .ii di ince> ve s, i : r jui r#ng
libre du miUci ';!.
Mdecins Avo i > I nos, S^noteni". Dputs, '^raa %
Dignitaires de liv.i,1 e rMniants de lintllectualiie, Jef
nalisles
Donnet ' 'n ' lie v*re sa'il'M''1 'r:rtsiit.
Rentiers capi rorami en j >u i gmsnlei ve^'t
ivoir.
Vous ti 11 (|i i h: b t t Pjiiii. r pd'i-lio n r ire ea c^e
ant te billet de Li '1 ERIE NA'MON.M I-:. D MAl' I.
Globules Rbaud I
Rsultats 111.TV '"'I
touirs Sotte. .
' E.DAMOHOUX, 81. Kue Victor Hugo -M,
I Boi-i'oloiuboi iSdue) ^
BIRE NATIONAL
de la Brasserie Nationale
S vend pai loul OrO ,10
^ 'i ma tir sa oaulil
su peneure.
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOUVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DFIANT TOUTE CONCURHENCE
Clair;n Vierge
Chez N. NAZON
SEPOTlANCLE Kl RUS BU PEUPLE E FEROU PHONE: 3U1.

Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le ROSS Co
Aoo n t s G n ra u x
ASSUREZ-VOUS
la
General Aceident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland
>,
I
Lai la OLNEFAL S est uue des plus puissantes et des pins' vastes orgaiisatwa>.
le inonde
t > Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la touure
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, nitWeilltBCt," domsnasre
causs a autrui t ans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branchti d'Europe* sont payables en HUtA
Ses Polices contre accidents sont valables daus l'univers entier. Tous les vo>*-
guis devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidee"
moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 '/. suit 20 dollars V. C.
Veuve F. BERM1NGHAM, AuxCayes
S HJS 1ENTS
MUTILATEO
ARent Gnral peur Hati.
Port-n-Pnnce. Ifi. GII G
JEAV BLA f iif J - U


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM