<%BANNER%>







PAGE 1

-* fvrier LJ'J2 rfW'Iti"—' \ i sport iv 1 r non K s si •" qn s •• %  i*. L'< C ou i -ope Natio1. Nouvelles de Shanga 28,000 hommes de troupes ja pouaises fraches soni pr a W; Jj joui d'hui se joindre aux loi ces j „,. militaires navales japonaises %  ,, Siianghai pour lancer une M conde oflensiTe en vue de chasWi /; Q % \ u c ap aer les armes Innoves de j, M ., Shanghai. < '* %  pai 5 3 Lea soldais, matelots et ratriJ Nous n u i net du Japon, dj dans les IranIree n ches et gardant plusieurs postes japonais entre Chapei et Woosung s'lvent approximativement 10.000 hommes.—Les renforts amnent ce nomhre 70,000. L'assaut de 4 jours du Japon < o ir conqurir la 10e route de 'arme chinoise et les troupes personnelles du^gnral Chiany Kai'Suek minuit l'est rsolu en un arrt complet, ayant manqu de faire une ouveiture dans la position retrancha de 1 UEqulpede* Inw rslUtri Chme qui a inflig de grandes cra. DlflO e oo l ivei i.ertes dans les ran' des eulairea ne i il point p ^ahisseurs. Kiangnau, Woosung; les sur le terrain pour jou et Chapei. les trois objectif du? match prluinnair.Upon, restent libres, et sen e Equipe J'i n i lin il. bu Btoienl po Composition t maicaint qui ine romnn rceri i L'Kcuvie danri t#"mroan de Paul loiirget. .c : 0.""'; Balcon : 1.00.; i EM 'IN SOIH Un grand surres i Un granu surres J Toile et sa Chance I \V )'JE ;, .RUEFROCH0T.WJM e.le^illlsl r .0 L ..< &f .iAM.H W ;, ,, ranlrf H Iran. ... iiiul.re ou eu iiairlai %  ver Ar r TVnre. ''Entrer : 1,0* ; Ra on ,01 ment une portion de II ligna' chinoise au dessous de Kiiog win a treponise. Meme # ;^>achangchun (jue les Japonais • t captur, ils se dtt ndenl des contre-attaques chinoises. Les crpitations des mitrailleuses et des duels occasionnels n'-rtillerie ont marqu les ov-rations du h on', tandis que les Japonais retenaient leur attaque, ittendanl l'arrive de 25,000 hommes de troupes fiaiches de Tokio. Le heuienant gnral Llyeda, le commandant japonais, i admis qofl pi US de lioapea aont nceasairej, ai les japonais doivent^ dire auenne avance. L s Japonais prter) ini avoir avanc leur colonne du Nord, .t i se retin de la du \\ ioiong avec succi i ptui i ,'IHII chinois blesss tweme ei 88me divis ; gn< .1 Shek. Lei Japoi .os aifirii a que Us homme de Chiam ne sont pas capi blea pat •ux-asmei de laistei i la i lie obstin livre par l ai me 1 la 19 rouir. i seule oflenive du Japon et lit dana l'air o dea aicadrillei de lanceurs de bombi s dtruisirent l'arodrome de Soocliow et bombardrent le camp chinois de Hung Jvo. 103 c quuln* le l'adminis, s postes ont nt le j p i iu"e t-ce qun v a ,i i \> Roose m un Pn I i Unie-, tait,c s t p e Porl •>r Vlario E ftcei ra ni ain, a tait i iie Cen i Jean Jetbo Noui i on avec plaisir u le eu i m marade de Mu.' pour le i > po itio i le l'I pli me I"! ne. W \ id leur, bon centre Jean i b K muet %  E iuip< ii ns un heure.<\ sej< i nourj Entrainement le leurs jo I* • i .ion a aire .i a • d'endurance" ans lui m Matches am tique Haiti S oo ton e i" ob bili e, les ches il joueroni da s l'o'di ^ivanl l• .i g d POI ,.,: : que"-. ,1X '" ••ViolciU"; l' iique" voil a dl e DOS ev •quip l ; 5* Jai laian fis. •'; .. L poi e" (.au ( t HaWi-Jom i pob ' Haitie >);(>• "•' > | IIK u dea ail i es, qu'il prom 'A propos de chmage I e i overnement, oibiasunt al meni i n aen dm ni i i oartovie env s \n n r io i ' ''' ; '' ,| t> lq i i inmmoriit l'anniver Koi h TOI national I 22 fcTrier demie, pris I irr e pirsnv-ini le < hiU iss' i vices publics ef .les e jour-la. Et ce lui ii • | u fri pour les Halius. \ i p^ nos on s'e-t dem i di pourq loi les Amri,, u aussi,ne cn n p is n\ ltcN hatiennes? La Mme P rker a un double usage Dans voire poche el sur votre bureau. Demandez voire dis irbuieur ce trait exclusif dtconomie. En vente dons les bons magasin* ouTerfa quand nous rons, n is.qui que veil uni; -il • cela en il r p '• eu p usii e i ,,:.. ut'n L'E i i P i nt et ... %  • %  jpti n oili|u iu> n ige. semb e que Mitre cour, ciue occurene, MOU & LAURIN, DISTKIKI ILLKS P.O. BOX fM^l'ORT-AL-PRINCR. les arrls prescrivant le cho t fQUTI RRE Al SOCIT mage sont peut ire incom 1 m fujflk fZ^^Z^^i olets oui ne dsignent pas le j 45?"'* un. M . \w>:<***>.**. *? il •^i ^\ mit ta 't n k il? 1-rrlUrtm ( >lets qui ne dsignent pas leservices privs deva t, corn me les pnhlics.chomei quand officiel le mai t le chmage tprescrit. 01. us. Propo hamides Le jeune Kctncl en droit Raymond Guiltamne a prt senrut. mo.nd Cuilla-ime n prle aerr em, i trouve sa rplique desor i devant l tribunal de premire inlo, l" ,:.. | ....... .i.. i,. rl .•ni-PriniM-.comniP avo./ICESPOBL.oS El PRIVS Lea sont iroul Nationale". Saul a via i cause de la raire l,u Coa l ,>5 '• nble d'aviation hii one et le r, d sur lechimi de lluog .1 io Le rd t but ca t u t une auli e l< alaiivi m..i M. De q ie dN u aaei c m| letemenf cong< ' : le, chinois dans l'air. au ca>uranf di i lt< ma ne Itien (jue Koberl M. Miori, vue de l'entialn r av-c l< pilote de Los A.ngelti, i bille t lut tu daus une bataille terrible avec dei aroplane* j i pvnais, IUI Soochow, les japon.iis se sont ab*teoni 15 entrai nt permis de ae ri e 1 1 valeui %  U si i ;• enl I i: •I Un,: i Ul Les niiir iicains, an •, • • glais, italiens et portugais ont os i pra, adress une protestation oo tiue au gouvernement chinois No0idem( contre le bomburdement ae la ... ^ ^ o> Concuelon, mal le gouoerm ; t ",,.' ",,,' ". ,„„. „ p, ment, par J intermdiaire du (UiU endrots.. maire WuFeehen. a rpondu ma|gBlll8 di Nous exprimons un vil > • J viniI11( nI „ f jret de ce qui vient il av ieu, mais nous devons en refuser la responsabilit, parce e S i i n lie h i i : lm ui H lo ion Ko r m b % %  IC S, r n di tcteui i ivu-e n bli t des ttela* i il •Ire il i t lion de l'unifo me li mati |i dipiomatietcrTint le ch 22tvriei 1932, loration du 200e t la n uss Jica i shingio vii es publics et e Ue pa s poi Is qlle etC. intei nationab menei une vi. vraiment B I afla di pr sentei nos adveraairea de ilommes rODUllei IIIOI d COTPl. Deux ou liois s< m mes que les japonais se irvea de tf ^ |Dtoct COinp la Concession connue contre dant, le consul gnral japonais, Q. Murai, a expdi au F. H. corps consulaire dos balles dum-dum prises par lea japo... %  nais dans des maiso: i < no ncession n.ern uonai. flc§ |f i une base dop ration | le |einu ... la luns tu „ lfcdi es chinois. Lu ailen. A eur devoir. r i as, M ik'tredo \, i" ap i t ui, sur ci s lion t'a' IMI ' ICI I MM. N'i: p i S menez fiia, senali e i ,, %  [ %  d dominicains, exiles a rt-;m Pnucc. — M. Tu lieu a (orra le C ibin I n rais avec la plu par dea lment! du cabinet, Lav 1 — De ^ os reutorts jan i us ,i : r t suri ont de Cl g ii. — Les Soviets ont ordonn la i.iol.i is l'ion de cini| mil luns d'hommes pour la d* i i se du territoire dt l'I oion. '.I o I s e ,!e-. M L en rsulte qui s ou s. niics \ ves n'taient tenus a la leretu i ,|"U' l. i ii qui les maisons o ne fermrent m la • •• mande qui leur en laiu par Mr Edouard ve, rsi lenl de la chamommerce hatienne, u d autres circonsu o'i i ter venaient que M idrationi locales, n'avaii paa pens a iuiervenu ir obeuiile mme resuln .. ,i ii er i mee de Porl au-Prince.eomme avocai ,iu h M i ni de celle villc.Cel vnement, c'en est on, au moins dans hi rarrire commenante du jeune matre, o fait le loor te la presse port-au-princienne. (in y a djl quel juge pisid dl i audience du tribunal, quel est le substitut qui l'aceueillll MI nom du parquet, qutl menib e du conseil le l'ordre IUJ prsenta 1rs lal nna de ses confrres. F.'l le I i-o iln rcipii ndaire ... Mais iv pi journaux n'ont pas dit, rsi n'i' n". fa crmonie solen* nelie, Vie (iudlaume invita les assislanls— il tail < I *'*j ; midi— prendre avec lui, nu rate proche du Palais de .lusii.. un couetel au P-HUM s \llTIII-: C \C.IIKI' D'il?, le meilleur stimulant de l'loquence. •ii lir. t Itir i.' l.ir r IMri NM i tt-.tir !"<8>t1 '..MaUnlrri ROr mtni. . %  M roofr'iH .'ARU %•* MUSIQUE DU PALAIS G. D'H. Procr-mme Hn ^meert ?ln jeudi 2"> ls ner UYi'2 son l| dire • rn du Lie 'cran! Luc Jean Bao'Me. \ nvouement, marche p>r Occule .leonty. o— Soldiers "and Sw^rIhearts, ouverture de Ed.Berperhoftes. [] _l a fmnce de Lcrraini fantaisie de A.. Delhave. 4 — L'Etoile des Solistes, •ir vari pour clarinetle, de I. '*• n ierne, qui s n n excol par Luc Jn B 'ptis'r. f>— Dolores. valse de E. Waldtenfell. (i ShiLe,foy-trolt.par Ford Dabney 7 Victoire, meringue populaire. Nous allons dormir ce soir chez la belle., arr. par L. Jri-Bi ptisfe. Cet paresses, cettfl sensation de ilieii de voire tche, Hvec t'usngr de ce rafrachissant. *I;TSALT=* %  %  %  %  -.. 4 Toutes les Polices DE LA Cbape'.— Il requurt que la gnral japonam dmisd bon preuve aoil place deva I II eheuri j p lei Ivgoe du Conaeif des • ona, i le bout i Kii lawanj la i.oniiiiissinii Neutre. Le conavait failli dloger les d


PAGE 1

I Rhum Iforkuicoiin s.i pr I L'aliment qui vousconvicnl [Compagnie Nationale des Chemins de Fer d'Hati. AVIS La Compagnie Nationale des Clumms ,!• Ferd'Hal a la connaissance du poWic qu'elle inaugure, e I •nanene le chaque m>is et partir du fej 'coui service„de a train d'excursion entre • orl-uu-l'rince e Dpart de St Marc pour Port-au Prince, Samedi 'h p Port-auPrinw ponrSt-MarcUimaiicb' B li < St.Marc pour lfort-au-l nC8,Oiniaudi 3h i Port-au-Prince pour s | ... ,, Ul Le_ train ue contiariera en ne:i le servi raul L'tAPHESS qui assure le traOc journalier enlieSl-Mai rortan i rince. • Le hromat/e de la SfnU ... 'des pUiisirs. Voici le plus retm fromage ki I qui si si bon pour tous les membres de votre lamiiu I Il N'appelle Ve veeta et pessde plusieurs nouveaux avantagea Parlai. trment digestible ... de nouvelles qualds sanitaires. une saveur hauItuu ni dlie euse. Vous le servez seul, en tranches, tendu sui du pain ou des hiscui's ou dans n'importe quel plat cuisin ec >•> ... i iiomage.L. -a eut a (su leUl en sou; pa-: o i e->! 'Le Velveela esi livre soigueuseun al i "Veiopp pour prvenir l'impuret du touch i i evt tau par Krutt, qui I il aussi ces autres produite dlicieux : Sutura, Ptmento, et tromage Am-> ricain. Dites tout juste Kralt votre picier, PAUJIY SUIS COIII'OIIATIO.V >f H i Mr. I u leur Port aa-Priace, Hati. •J KRAFTfpEESE UHHIVERSAIREI0U PRSIDENT LINCOLN WASHINGTON, 12 Fvrier. Le prsident Hoover a rendu hommage ce^soir Abraham Lincoln, qu'il u a appel le plus grand Amricain depuis Washington. Le prsident f.se trouvait dans le cabinet particulier de Lincoln la Maison Blanche, O celui-ci avait l'habitude de se tenir pendant la guerre entre le Nord et le Sud. Monsieur Hoover a demand uut union comme celle qui a exist pendant la guerre, dans la lutte sur cent fronts diffrents contre U s forces conomiques moins tangibles ei il a prditjuu'autre triomphe national. Tandis que le prsident radiodiffusait son discours au diner du < Lincoln Day du Club rpublicain national de New-Yok, d'autres partisans du gouvernement ont assiste de nombreuses clbration?similaires dans tout le pays. ONE GRANDE COMEDIE DRAMA IWIIE A HAITfANA DIMANCHE odiri. L'ESliLAVE BLANCHE . L'hsi-lave Blanc h< est One eaiisatiou de Augus'o Gei n l'excellent scnariste y qui %  c u levons dj l; nt de h Iles œuvre* Ir* russies L'Kscl vi Mlanche est un film seduiai t et original. Scnario attacn P! juipioquos tragiques, ma 1 i i" ns de races qui se heurtent. L i nterprtation de cette œuvre, en tous points parfaite. runis quatre noms de vedelles ton! un seul sulfirail (aire le succs d'un film. Le talent de Liane llaid atteint an somm t 'e l'art dramatique. Les qualits de H ne Hei le' se pitci8<-nt dans ce g and film La eue et eueigique ligure de W. Gsidarofl convint parlai)* ment a son rle, quand Chai les Vanel, la souplesse de son |eu, sa varit et a MDcri' d esprtssions ne sont plus Vanter. L'Esclave li'ai-t h en un lilm que vous verrez avec le .dus grand plaisu. dimanche •on Ilaitiaua. 666 Dj, le Snat et la Chambre avaient rendu hommage a sa mmoire ci des ceien < %  nies de circonstance s' ait nt droules devant le m< uument Lincoln. Panama Railroad Steamship Line Service de frl el de passagers en lie Angleterre | EMM* France Mrs. G. W ISHEDON'ft C — 17, James Street, LITIRPOOL, 'ENGLAM' THEFOLLtWIN* ARE OUR AGENTS AT PRINCIPAL"PORTS IN EUROPE ENGLANi, SCOTLAND, FRANCE. MissssG. W. SIIELDON& Co, 17, James Street, Liverpool, Englano La France, Mcssis G. W. Sheldon & Co-, arc tepresented by the lollowio llus rap de et ili-s onect m vice de transport de passagerset du t et entre Hati et es poris urpi ens.vi NiwYoik,el Ciislobal, Canal Zone, Isthme Panama. jVoici Ja liste de nos age*>U pour les priucipeaux port de l'heurope: GLILAII.T HENKEY& G 21 Rre de la Frubliqce tjprseillr. Hernu Prou & Co, Ltd. 53Qnai Orcrges V. Havre. He nu Peron A Co, Ltd Rue du Moulin Vapeur. Bc ulogre sur Mer. Messrs A. RENDU Co, 21, Albngaf'f, Cojerhague. OSLO. NORWAT. Internntional Spe ditionsM-lkap Oslo. IIM Atlantic Knight r.orpn Dallinhaus. Hamfurg 1. Germai y! M easrs Atlartic Freignt Cori'C ration "Genn.iny Messrs A"; i tic Frelght ( t ;|D., 21 Qcoi .lordaens Altwsrpse Urttwm, HKRXU PERON A Cie Ltd tfj Rue det (Maria, Paris. IlFRMU.Ptron'A Co Ltd., Rue de Tranquillit. Dunkerque. Hcrnu Peron A Co I td.. 9 Ru<> Roy, Bordeaux. G IN'OE, ITALT. Messrs HI-NRY ( ex & CLEHP PIAMA S. MAT'FO.X* I50ei er COTTINBURO, SWI I Nor I" k Kxin i i Cothenburg. Messrs ATLALTIC pRitruf (ORPN Kon Emmai-lein Rot'er I"" 'Vllande lieicpe* S i i nnim k Ce M. 0 Monsieur Raoul Piquion.de passage Poi I IU PriiiD il le plaisir de n visite en nos bui Piquion, qui esl I! >tre ami SL-Julien regagne aujourd'hui m n 1 >|' "n le rappellent U s i gences ri r Pelil t v( UX Cl yif i ; lacme (ai ) Il i h Santo I n ^nn Pi Ulacaraibo \ U %  lpai %  ( | Po D N w ()' le .>Mobile Ah. Porl an Prim C:ip Hatien ( arri> P t tro P ala | • | Sui P( d ,, rj s Saulo I) mi i li i) d MM I Prit Poui lout I i/i i 11) llMii : 1 1 s il i %  PJ 1 r 32 ASSUBF > a la General Accid< I assurance C de Pril car la i '.c ce genn e %  oh il momie H ri Sea !' S s Pol.ii %  • rs 40<>0 doll %  & Life ii LIA le don magri Veuve sous A\ A La \ i i ^ •:



PAGE 1

Jeudi 25 Fvrier 1932 Le Matin 4 .PAGES X m. ANNfll W 70* port-au-Prince Tlphone : 2242 Lykes Brothers SS C In Tza [ait! Sanlo UonnngoRico Porto Le seul service heb lomadaire et rgulier passager* et rrt entre les ports lie iu Texas directement ave Port-au-Prince, Hati. Four la rception rapide et lejmaniement habile :ie vos importations, servez VOUS toujours des navires de l LYKH UNE.: Les..prjehaines a-rives i l'ort-au-l'rince sont' fjSleairer Almrla Lykes 2b lvrier 1932 Steamer Margaret Lykes i i mars 1932 tiureau: Rue du Magasin dcl'Ktat,' Boite'Poalale B La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne N'HUEZ PAS OE FAI ON PETIT TOUR TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville 1 600 pieds d'altitude. L'tablissement le plus Irais des environs de Port-an -Priuce. { Seulement 15 minutes d' ito sur une excellente route asphalte. Vues m rveilleuses de la ville et Ju port. £ Boissons de toutes espces. DINERS GOUTERA SANDWICHS \rra gemonls paiticulicrs pour les pensions de jour de semai..e ou de mois. Cb UU. NA JAMAIS ETE FAIT CE QUI NE.PEUT ETRE OPASSG Kola Champagne F. SJOURN Prpar dani des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Vente PHARMACIE F. SEJOURNE Angle des rues fioux el dn Centre. Dernires nouvelles scientifiques %* ;> wf~ A le plaisir d'annoncer \ i Dombiuse rente He sis CHAI EAUX slait, depuis Clienlle que li le I janvier, a< N2027, liRAND'RUF en tace deJson ? .anci' iwlocal. La Clients y trou eronl l mme acenei'. iHE. CELERITE, COURTOISIE. Martinez, Marcelin & G — Plus l'e 80 milles de londab PU 1 ton arm renlorc i • t emi ils pour supporter I nouveau building du Dparti eut du Commerce des Klals : is, i %  <' %  '• niMieiit ouvert au ser ce, W fthington D. G. — Pour enseigner la r atatio, "n Alleraan I a invent une m-, • i lune dans laque le une pensore.supendae par des courrons letenani s "i corps, es' ob'i in n mtal pour l'usage du m< nat;e est tait en bois, portai.t un (a>ierpour tenir un morceai' %  • e pain et un auire poi r un out au. Un service combin de oste par aroplane et cheonn le 1er a t lal)li entre tdiai,liai et Berlin,couvrant la dbpour machine crire, un iusirunnnt pour teaii' les notes dt\ant elie copiees.des tagres pour les leurnitures de bureau et autres accomodements. — D'aprs la thorie de deux savants anglais, les orages magntiques qui interrompent les services du tlgraphe et du cble sont ds uu anneau de courant lectrique qui environne la terre comme l'anneau de Saturne. — Des lunettes avec fermetures comme celles d'un • pparetl pour prise de films, actionnes par un petit mu l re juis par le gouvernement d'user su moins de 50 pour ceni de bl dur indigne et 0. r > poui cent de bip tendre indigne dans a firme et d'autres produits divant seivirla consommation — L'usage de la soie el du to'oi mlangs a augn enl si t rapidement en ces rcentes an-V nc-s (ju il est estim qu' (jeu prs UD tiers des vtements de dessous maintenant pons pai le-> hommes et les lemmes aux I. its-l ois est lait de ce matriel. — L'Allemagne, au commencement de l'anne, avait 5057 cinmas avec une capacit lotale de siges de l.WMJ, 813,dcroissance sur l'anne ecedente de 30 cinmas augmentation des commo dites. \ — Ressemblant une bibliothque quand il est terme un nouveau meua e a des' armant une table J P et d se • lormer sur un aerolaue et meliieeu danger ses occupants, uu piolesseur de l'Universit de Lornell a tami uue mthode pour conduire les gaz d'chappement a travers l'iielice et au long des principales exliinues des aroplanes. —Un savant franais a russi laire des portraits aux rayons X saus l'usage des vacuuin tubes eu passaut des courants lectriques Ue haut voltage travers de la magnsie ei d'autres subslauces de haute rcsistauce produisant des rayons de basse puissauce pntrante. LE LAIT DANOIS ESBbNSEN S'EST ACQUIS, EN TRS FEU IE TEMPS. LA FAVEUR DE LA POPULATION r : HATI, GRACE A SA PURETE ET SA RICHESSE EN CRME. De t'' t t nips le ' i' nain I st rn-< mmnnc' att entant, ; \ m.'-laries P' au* uoi i ices, tant par lui n.aai uu allmen omplet. M i ries germes i


PAGE 1

Clment Magloire DIRE'mlirt 1358. RUE AMERlCAiiNh isiy TELEPHONER2242 L'apaist %  ul. Ce doit tre aiijounlim le nil d'ordre el dt>auuriirmcDls cl dis (ciiples dr Uns les pats o l'ou ne rie |:;,s les aicolures et un .seule doisise ii4er de pa.ii. 25 me ANNEE N7G08 POI.T-A!' IRJNCF (l' TI) JEUDI 25 FEVRIER 1SJ2 AU DOCK DE BIZOTON Sur l'aimable invitation du \ tes renu d'Angleterre se dirige capitaine W. C Baker, de l'U. vers le large, lanyant dos panaS Xavv.superintendant du dock ches de fume. Nous nous reli Bizolon, le directeur du ,M(j//n,Clment Toussaint et moi, nous primes place dans sa voiture qui nous conduisit au dock. Je me souviens des ttes et rjouissances publiques oui eurent lieu l'occasion du baptMa mer. Nous montons sur le petit Jwrf o trois cl ursonl amarres. Le gouverJ e ment, nous dit le capitaine %  wer, louait l'Albatros a •dollars par jour, mais il pospe maintenant ces trois ba'aux pour le service des pha"• s -lls leur apportant des accutoulaleurs.Hier St-Marc, il n'y dVl itpas de lumire, ils v ont JPfort 4 accumulateurs etVont ouittque 30 gallons de gazoli"'Pour le vovage. Un coup d œil jet gauche "s tait voir des bœufs en pJJge. Ils servent l'image des ^eoiset des gardesll y a 17 %  "'ots hatiens l'en'.ralne7" 1 et cinq parfaits matelots {""tuant du service Ues an*ens qui leur sont fournis. Ce sont de fort gaillards, robustes. Ils ont tous bonne mine. Ils sont unanimes me dclarer qu'ils sont bien nourris et bien traits. Puis, nous avons visit le dortoir. Il est propre, hyginique, ainsi que la cuisine. Des appareils douches leur servent pour le bain quotidien, un SU Ire pour la chlorisation de l'eau. Les conditions sanitaires en gnral sont excellentes. Dans celle rgion o nagure l'insalubrit engendre par le paludisme trnt en matresse rgne maintenant une atmosphre pure, dharrasse de miasmes. La terre, parfaitement amende, a obi aux caprices de l'homme qui, pendant des mois, l'a faonne et dirige selon son inspiration o trois chaloupes inoe t S on labeur patient. Nous pntrons dans l'atelier de rparations pourvu d'un outillage perfectionn et de machines excellentes. Le personnel du dock se compose du commandant Saben, du capitaine Baker qur est en charge seulement depuis septembre 1931, du lieutenant Rtisso, mcanicien et du lieutenant Harmes, aide mcanicien. Trois aspirants hatiens habitent l'tape du dock cl suivent les cours de I tablissement. Us sont emmens dans les excursions par •v.sosde guerre hatiens, chefs pour les fannlianser • A &lsia,u n bateau.de teurwavec le service Uw pHares sist a i premire r pr< aen I il • • <| ni V'U.lr ml le. Le bleu 'yen de maintenir 1rs ruesde In d.i ciel est d'une puret adaville dans une grande propret; inanim. Une brise tide | tandis que le service sanitaire, venant du large es une ea,)ipn qu'en faute quand il ne r !" ni r s e potir les poumons, Du '"" l l '' e l );,s lc travail des balafwidde l'horizon moule vers noi je ne sais <|iiel appel ... voit aux GoiiHves un che. 1 lier d industrie,! h'sdi d* Port-au'rince el de St.-Nla-v, un Cul) tin du nom de Jos qui fut toai ner la roulette sans re le m n du monde inqui'.a attendant, lesgogos.qui ne manquent (tailleurs nulle pari,perdent l< ur conomies et Josarrondit h niulement sou magot. Il serait lempfl que la police in %  mystrieux... no s l ;i I •<] e dr terres lointaines, o dautres lits, d'autres c 'tirs -n.j) en.mis, pli >r, s. ei\> ces ou fratern ; m'enlve est i ne. rverie .'• nrs,encore moins ses inspec• ,,„ ,, a m ^ a „.„ ; che verdure mettent une note m'entrane bien loin... tendre dans le paysage el j Le cap ta i ne Bnker non flattent agrablemeut le re-. invite aller chez lui a Peu gard. L-bas, des molles de (le Chose o ries tandw h lerre provenant d'un terrain c\ des coekla Is ex lis appartenant au Service ct'.Jyson I servis parsa .• n.n m iene, jouxtant le doek, sol apportes pour l'aire des rem biais. Le capitaine Baker, comme on peut le voir, a de la besogne sur les bras. Toujours actif, simple, bon organisa leur, je ne veux retenir qu'un mot de lui qui caractrise l'homme de la discipline el du devoir. Tandis qu'un convoi de prisonniers allait /les travaux dans la cour, il nie dit, en les dsignant : Ils sont bien \ nourris, bien traites, mais il 'i faut qu'ils travaillent aussi en nous reoit avec la mplic i • la plus charin mie el se ! de ne pouvoir parler fran ais. Nous t'entretenons en anglais. Quelques moments aprs, nous lu remercions, prenons cong d'elle el le capitaine nous ramne aux bureaux i\u MATIN ou j'ai crayonne ces"ligues pour nos lecteur-,, aprs l'avoir remer"Jyen de se dcharger sur la Commune en objectant comme cela est arriv quelle ne lui Fournil les moyens, I.I question denres alimentaires, du lait, M la \ iau le, fail l'objet d'changes de \ ue el l'on esl d'accord po \ ir contre les Frau leurs, el les contrevenrfhls. Les derniers points dr l'ordre | 1 u i o ir sur la Poli* e tics Rues, ] les si indu les pu!) ds i Ire, du vag b m : i r |uenlation scolaire, onn nienl 1rs coles courant sollicit une audience prive du Prsident de la Rpublique, >oal ihuridela iponsa lu Csbinel particulier fixant I audience au '2o mars p ochftip. Quarante jours d'anlit hamhrel c'est long, Monsieur le (lu'l tle cabinet I ... ce verra plus toute lieu* •• du jour, comme autrefois, les I ai hres Nadal, dont les agasins taisaient (ace nos bureaux. Ces deux chai niants eo-n n : i les, les travaux corn commerants, dont on est unain i ici, douuenl li ;i (\ de su ^ le \ ues. L'on arrive n i fa neuse ques n de compression, el rllr trouve tous nos Ediles .1, faire un petil sacrifice pour Ir bien el le salut dr leurs coai mimes respectives. Tons ils renont cul :i une partie ablir :i l'ancienne halle des v i ', I proximit de la Place lit tirant ..el Norme CEn, esl tout di s.de le kur dpart. • . vt'l que la curiosit ne va l as toujours sans quelques pe> ainsi abandonnes s <\ \ ironl B • e d %  la Courtoisie el dell'excution des travaux reconnus | s eBnuw Madame \ qui villennbililedoiil il nous a gratiurgents. D'autres suppressions J t t:alure '^nscoll depuis quel el i ompressions sont galement adoptes. Enfin tirs vœux onl exprims de pari el d'autre li. T. A. VILMENAY. 2:5 fvrier. A Jrmie Cependanl un point qui n'a pas l'ail l'obje de I ordre du jour tlti Pieiei a t malheureuse ment oublie et ce punit esl de la plus grande impor ance. Nous Ir signalons ici el le Magistral Communal .le Jrmie, que r ues semaines, avait gracieusement mis deux pices de sa maison a la disposition de deux couples nouvellement maris • n se rservant toutefois une chamb e et ntrale d'o elle put, • ns y prendre directement part, 'amuser des bats des amoureox Madame X qui n'a pas encore I f>f du renoncement n'avilit i-C V^UIKJlCb UUS 1VI et C 1 1 S11 cilS llrement, lienl honneur de ** eD,re * eD tou, on dn I 0IM W tJ marquer son passage c n lui ai •• eroyail sra d§ tenir tacoop Cominurmnx fl """ ""im^* n t Communaux UNE INITIATIVE DU PRFET BRUTUS SUITE & FIN (Voir le Numro d'hier) mrite. Il s'agit de notre Eglise Paroissiale.! iiiiiinr on le s lit.gree u\ ressources du Conseil de Fabri ( l llt '(l1 au dvouement sans b uni s du Cur, Ir Rvr md P if Fouquet, il ;i t po sible d i faire les votes les l> is c ... a' vu Madame X les che v< ii\ dnous q'ii se tordait les mains dans la i ml. C'est que lea amoureaz ne badinaient pus avec l'amour ft abusaient un i eu bruyarnmenl de l'Iospitadrouin, Directeur de l'Hpital Saint-Antqine, et du Capitaine VVhitney, Chef de la Carde Commune elle-mme. Sur ce point nous pensons que la concession de IJ ferme d'Hati Jrmie, les divers a des particuliers par voie d'adpoints de l'ordre du jour arrt judicalion ne doit pas i n er di d'avance ont t tour tour dis%  monopole pour la vente de la etes dans un esprit de bonne (viande, encore moins uuand la |)in uc UUIIIIB TIIUUC, encore, moins (piaiitl la entente et de parfaite collaboferme reste aux mains de la ration et ils ont t adopts. Commune. „,On peut les rsumer comme Les questions d'hygine, de suit : Il sera tenu un seul maiservice sanitaire,'sont dbattues obligatoires de la Commune les dpenses relatives aux grosse rpartiui s tle difice i consa crsau culti catholique Ce n pas une un i ur que noi a venter. demander au Magistral cominiin;i Puis les amoureux taient passs d' itres exercice mo.rs 'arrts lui.sur des ryfhmes de charlest m, taisaient Ire-mh'er le maison el craquer les meubles. Trop,('est trop,n'est ce pas'.' MH Ht i rmie etau Prfel T. C. dameN.sar.svouloirenejlendie Brutus, mais une obligation qui davantag 1 avait Mots ouvrt leur esl faite par la loi. S a porte, pour conter son rfVos contribuables, rt ils sont (lment la lune. nombreux, Monsieur le Magisdeux par sections rurales, pour les autres ,sections. Chaque ienaucier sera sonmis u une licence de Cinquante .Gourdes par yayuicre. De plus, ces paris Boni supnrisis en ville et ne pourront loiictK nner qu' la' campagne, les dimanche el jours de i To u r nes obligatoires, aux trais de la Commune, par tes Magistrats Communaux, dans les sections rurales suivies de rapport a la Prfecture. La ferme e la Boucherie .< quatre hommes qui font ce service. Le jet des dtritus sur la voie publique, dit-il, esl une question qui regarde la Garde >i H.im ; il i t donc dcid de continuer a taire veraei a ce service la contribution de la n Dis me suflitonl bien, pii a celui-ri.—Chri, pousse quinze, proposa la lnurne sur le mode Is plus suppliant et peul-lre le plus reconraissai . • ... ve-il qee la mode es de n :\* Iene de miel Ken Cott mais t|! : les meubles d* nienag', si i, tient a 1 lgance rt A la solidil. c'est aox grandi Magasins de tuul Aux/lu qu'on les cheisit. t


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06942
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, February 25, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06942

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRE'mlirt '
1358. RUE AMERlCAiiNh isiy
TELEPHONER- 2242
L'apaist ul. Ce doit tre aii-
jounlim le nil d'ordre el dt>au-
uriirmcDls cl dis (ciiples dr Uns
les pats o l'ou ne rie |:;,s les
aicolures et un .seule doisise ii4er
de pa.ii.
25 me ANNEE N- 7G08
POI.T-A!' IRJNCF (l' TI)
JEUDI 25 FEVRIER 1SJ2
AU DOCK DE BIZOTON

Sur l'aimable invitation du \ tes renu d'Angleterre se dirige
capitaine W. C Baker, de l'U. vers le large, lanyant dos pana-
S Xavv.superintendant du dock ches de fume. Nous nous re-
li Bizolon, le directeur du
,M(j//n,Clment Toussaint et moi,
nous primes place dans sa voi-
ture qui nous conduisit au dock.
' Je me souviens des ttes et
rjouissances publiques oui eu-
rent lieu l'occasion du bapt-
bilits de la Rpublique avaient
t dsigns comme parrains.
La grce et l'lgance des mar-
raines donnaient un cachet parti-
culier de distinction cette c-
rmonie. Un long ruban de voi-
tures se droulait de la ville
jusqu' Thor.Dcores aux cou-
leurs nationales, des boutiques
coquetier o se dbitaient des
victuailles et boissons de toutes
sortes, s'chelonnaient sur le
parcours. Tout au long de la
rute, des bastringues ou vo-
luaient les filles de joie de la
Capitale et des environs jusqu'
liogane, rpandaient de la gai-
l'dans l'air. Des tonnelles de
danses populaires couvertes en
luilles de palmier ou de coco-
tier jalonnaient aussi la voie et
Attiraient une foule de prome-
neurs, de curieux et de badauds
m voiture ou cheval qui pre-
naient part la liesse publique.
De toutes parts, on accourait
la fte, dans l'clat des lampes,
le vacarme des musiques et le
grondement des tambours.
J'ai vu, ce jour-l, chez Os-
\tald,des milliers et des milliers
de gourdes, autour d'une table
ddef.passer de mains en mains.
Jej voulus, moi aussi, prouver
ma chance et je pris la plus for-
te culotte de ma vie. Je frmis
encore rien que d'y penser.
A cette poque, fa gourde va-
lait le dollar. L'argent coulait
dans les rues.le commerce tait
florissant, le prix du caf trs
tournons, et l-haut, juste en fa-
ce, domine la chapelle rige
par le clerg pour les besoins
des populations circumvoisines.
A cette distance, elle a un as-
pect de forteresse qui jure avec
la physionomie douce et ac-
me de ce dock en 1895 sous jcueillante qu'elle devrait avoir
Hyppolite. Ce fut un vnement de maison du bon Dieu,
considrable et mmorable. Le Je viens de faire.continue le
gnral llvppolitequi tait nom- capitaine Baker.un vovage La
me de bien et de progrs, assis- I Gonave pour 1'recfion d'un
lait la crmonie, au milieu I nouveau phare.J'ai apport dans
d'un cortge officiel de fouet on- un bateau huit tonnes de mat-
naires. Tous les membres du riaux et douze tonnes dans un
high-life port-au-princien, les autre. A un prochain vovage, je
reprsentants du commerce et mettrai toute la structure" des 30
pieds du phare en aluminium,
la partie Est de La (ionve.
Nous faisons aussi les ancres
mur les boues des rades et des
)locs de ciment pour les bti-
ments de l'intrieur.
Clment Magloire lui dclare
qu'il y a quelque lemps.les jour-
naux" ont signal qu'il exis-
tait au dock une certaine pri-
son o des individus taient
l'objet de traitements inhumains
et lui demande de le renseigner
cet gard.
Le capitaine Baker p< nd
avec vivacit: Je vais mer- n-
leilter de vous faire visiter lotll
rtablissement, a Une chose qui
saute aux veux, c'est l'abondan-
ce d'eau. Vne source a t cap-
te dans le voisinage et permet
au dock d'avoir un systme pro-
pre d'irrigation.
Nous visitons ensuite la can-
tine des matelots. Tout est pro-
pre et ordonn avec soin! Dans
un atelier adjurent, on repaie
la chaloupe du capitaine port et celle affecte au service
de La (ionve.Utl petit canot est
construit pour le nomm John-
son qui a fait dernirement la
traverse de Santiago de Cuba
Port-au-Prince, seul, en six
jours. Puis, c'est le chantier de
charpenterie o nous avons vu
bon nombre d'accumulateurs
pour le service des phares.
Quarante prisonniers sont
aligns dans la cour. Ils vien-
nent des prisons de la Capi-
lev. Tout le monde"rivaiV \ taie et font les travaux dn-
iaise et content d'aller chaque : Irclian de 1 tablissement. Ce
anne Paris dpenser de l'or. qui diminue les frais de l'E-
Temps heureux et bnis qui ne i tat. Je les interroge sur le
reviendront plus! Serait-il vrai traitement et la nourriture
Mfti! Illiiiii!
'PAR UNE NUIT DE LUNE
,
o-
ALIX
30 annes
ROY;
desuccsa
,a llic originale nm
ductlon l'AItlANTK d.wm'.k c
CHANT! qui tut tant -nplau
die dimancb Cine-Yuiets
sera reprsente pour la se-
conde pi dernire lois
JEUDI.25 FEVRIER
P ) ir ceux <| li q' i I pi* ai- ]
que ce qui n'est plus, u-l-il ja-
mais t t Quel contraste La
crise actuelle menace de deve-
nir un dsastre. Les recettes
baissent,les transactions devien-
mntdeplus en plus difficiles...
Mais je m'aperois que je
m'attarde philosopher, quand
je devrais vous introduire l'in-
trieur du dock.
lue grille d'enceinte o, prs
d'une large barrire, un matelot
monte la l'action. Ds l'entre, le
Svillon national claque au vent,
ns nous arrter, nous filens
droit jusqu' l'office o nous
pntrons. Il est joli avec son
Parquet en mosaques et ses
deux pices claires.bien ares,
pourvues de cartes, de papiers,
'classeurs, de bureaux, etc. et
Vu donnent une admirable vue
>Ma mer.
Nous montons sur le petit
Jwrf o trois cl
ursonl amarres. Le gouver-
Jement, nous dit le capitaine
wer, louait l'Albatros a
dollars par jour, mais il pos-
p-e maintenant ces trois ba-
'aux pour le service des pha-
"s-lls leur apportant des accu-
toulaleurs.Hier St-Marc, il n'y
dVlitpas de lumire, ils v ont
JPfort 4 accumulateurs etVont
ouittque 30 gallons de gazoli-
"'Pour le vovage.
Un coup d il jet gauche
"s tait voir des bufs en p-
JJge. Ils servent l'image des
^eoiset des gardesll y a 17
"'ots hatiens l'en'.ralne-
7"1 et cinq parfaits matelots
{""tuant du service Ues an-
*ens
qui leur sont fournis. Ce sont
de fort gaillards, robustes. Ils
ont tous bonne mine. Ils sont
unanimes me dclarer qu'ils
sont bien nourris et bien
traits. Puis, nous avons vi-
sit le dortoir. Il est propre,
hyginique, ainsi que la cui-
sine. Des appareils douches
leur servent pour le bain
quotidien, un SU Ire pour la
chlorisation de l'eau. Les
conditions sanitaires en g-
nral sont excellentes. Dans
celle rgion o nagure l'in-
salubrit engendre par le
paludisme trnt en ma-
tresse rgne maintenant une
atmosphre pure, dharras-
se de miasmes. La terre, par-
faitement amende, a obi aux
caprices de l'homme qui, pen-
dant des mois, l'a faonne et
dirige selon son inspiration
o trois chaloupes ino- et Son labeur patient.
Nous pntrons dans l'ate-
lier de rparations pourvu
d'un outillage perfectionn
et de machines excellentes.
Le personnel du dock se
compose du commandant Sa-
ben, du capitaine Baker qur
est en charge seulement de-
puis septembre 1931, du lieu-
tenant Rtisso, mcanicien et
du lieutenant Harmes, aide
mcanicien.
Trois aspirants hatiens ha-
bitent l'tape du dock cl
suivent les cours de I tablis-
sement. Us sont emmens
dans les excursions par
v.sosde guerre hatiens, chefs pour les fannlianser
A&lsia,un bateau.de teurw- avec le service Uw pHares
sist a i premire r pr< aen
I il <| ni V'U.lr ml On rpare aussi les boues
et on les replace. Dans la
eour.il y a une quantit de
chanes de rechange pour
elles. Une partie du terrain
l'ouest est en train d'elle
remblaye pour faire dispa-
ratre les marcages, causes
du paludisme.
.^Toutes les vieilles ferrailles
provenant de la prison, de la
gendarmerie, d'un peu par-
tout, sont dposes dans la
cour et on en tire des mat-
riaux utilisantes.
Deux ou trois pelouses,
quelques grands arbres, un raient a ma i
et d'eau entretenant la fra- L'aile duvete de la
C'est tout ce
inen
a vy i;
d e
\oir et ntendre
[u'eile ne soit exp-
consequence
que jex ge.o
Cinq heures. Le soleil bais- '
se a I norizon. La mer a des '
teintes rises d' j> le. Le bleu 'yen de maintenir 1rs ruesde In
d.i ciel est d'une puret ada- ville dans une grande propret;
inanim. Une brise tide | tandis que le service sanitaire,
venant du large es une ea- ,)ipn qu'en faute quand il ne rni
r s e potir les poumons, Du '""ll ''e l);,s lc travail des bala-
fwidde l'horizon moule vers
noi je ne sais <|iiel appel
... voit aux GoiiHves un che.
1 lier d industrie,! h'sdi d*
Port-au- 'rince el de St.-Nla-v,
un Cul) tin du nom de Jos qui
fut toai ner la roulette sans re
le m n du monde inqui'.a
attendant, lesgogos.qui ne man-
quent (tailleurs nulle pari,per-
dent l< ur conomies et Josar-
rondit h niulement sou magot.
Il serait lempfl que la police in

mystrieux... no s l ;i I <] e dr
terres lointaines, o dautres
lits, d'autres c 'tirs -n.-
j) en.mis, pli >r, s. ei\>
ces ou fratern -; m'enlve
est i ne.
rverie
.' nrs,encore moins ses inspec- ,, ,,a m^a .;
che verdure mettent une note m'entrane bien loin...
tendre dans le paysage el j Le cap ta i ne Bnker non
flattent agrablemeut le re-. invite aller chez lui a Peu
gard. L-bas, des molles de (le Chose o ries tandw h
lerre provenant d'un terrain c\ des coekla Is ex lis
appartenant au Service ct'.Jy- sonI servis parsa . n.n m
iene, jouxtant le doek, sol
apportes pour l'aire des rem
biais.
Le capitaine Baker, comme
on peut le voir, a de la be-
sogne sur les bras. Toujours
actif, simple, bon organisa
leur, je ne veux retenir qu'un
mot de lui qui caractrise
l'homme de la discipline el
du devoir.
Tandis qu'un convoi de pri-
sonniers allait /les travaux
dans la cour, il nie dit, en
les dsignant : Ils sont bien \
nourris, bien traites, mais il 'i
faut qu'ils travaillent aussi en '
nous reoit avec la mplic i
la plus charin mie el se !
de ne pouvoir parler fran
ais. Nous t'entretenons en
anglais. Quelques moments
aprs, nous lu remercions,
prenons cong d'elle el le
capitaine nous ramne aux
bureaux i\u MATIN ou j'ai
crayonne ces"ligues pour nos
lecteur-,, aprs l'avoir remer-
"J-
yen de se dcharger sur la Com-
mune en objectant comme cela
est arriv quelle ne lui Fournil
les moyens, i.i question
denres alimentaires, du
lait, M la \ iau le, fail l'objet
d'changes de \ ue el l'on esl
d'accord po \ ir contre les
Frau leurs, el les contrevenrfhls. '
Les derniers points dr l'ordre |
1 u i o ir sur la Poli* e tics Rues, ]
les si indu les pu-
!)' ds i Ire, du vag b m
: i r |uenlation scolaire,
onn nienl 1rs coles
courant sollicit une audience
prive du Prsident de la R-
publique, >oal ihuridela i-
ponsa lu Csbinel particulier
fixant I audience au '2o mars
p ochftip. Quarante jours d'an-
lit hamhrel c'est long, Monsieur
le (lu'l tle cabinet I
*
... ce verra plus toute lieu*
du jour, comme autrefois, les
I ai hres Nadal, dont les
agasins taisaient (ace nos
bureaux. Ces deux chai niants
eo-n n : i les, les travaux corn commerants, dont on est una-
in i ici, douuenl li ;i (\ de su
^ le \ ues.
L'on arrive n i fa neuse ques
n de compression, el rllr
trouve tous nos Ediles .1,
faire un petil sacrifice pour Ir
bien el le salut dr leurs coai
mimes respectives. Tons ils
renont cul :i une partie appointements ri tes valeurs
me vanter I ducation et les
mres, vont, la suite d'une
: unie avec H. Constantin, s>-
ablir :i l'ancienne halle des
v i ', I proximit de la Place
lit tirant ..el Norme CEn, esl tout
di s.de le kur dpart.

. vt'l que la curiosit ne va
l as toujours sans quelques pe>
ainsi abandonnes s <\ \ ironl b
e d la Courtoisie el del- l'excution des travaux reconnus | s eBnuw- Madame \ qui ville-
nnbililedoiil il nous a grati- urgents. D'autres suppressions Jtt:alure '^nscoll depuis quel
el i ompressions sont galement
adoptes. Enfin tirs vux onl
exprims de pari el d'autre
li.
T. A. VILMENAY.
2:5 fvrier.
A Jrmie
Cependanl un point qui n'a
pas l'ail l'obje de I ordre du jour
tlti Pieiei a t malheureuse
ment oublie et ce punit esl de la
plus grande impor ance. Nous Ir
signalons ici el le Magistral
Communal .le Jrmie, que r
ues semaines, avait gracieuse-
ment mis deux pices de sa
maison a la disposition de deux
couples nouvellement maris
n se rservant toutefois une
chamb e et ntrale d'o elle put,
ns y prendre directement part,
'amuser des bats des amou-
reox Madame X qui n'a pas enco-
re I f>f du renoncement n'avilit
i-C V^UIKJlCb UUS 1VI et C11S11 cilS llrement, lienl honneur de ** eD,re *eD tou,'on ,dn I0IM
W tJ marquer son passage c n lui ai eroyail sra d tenir tacoop
Cominurmnx fl............".....""" ""im^*nt
Communaux
UNE INITIATIVE DU PRFET BRUTUS
Suite & Fin (Voir le Numro d'hier)
mrite.
Il s'agit de notre Eglise Parois-
siale.! iiiiiinr on le s lit.gree u\
ressources du Conseil de Fabri
(lllt'- (l1 au dvouement sans
b uni s du Cur, Ir Rvr md
P if Fouquet, il ;i t po sible
d i faire les votes les l> is c

... a' vu Madame X les che
v< ii\ dnous q'ii se tordait les
mains dans la i ml. C'est que
lea amoureaz ne badinaient pus
avec l'amour ft abusaient un
' i eu bruyarnmenl de l'Iospita-
drouin, Directeur de l'Hpital
Saint-Antqine, et du Capitaine
VVhitney, Chef de la Carde
Commune elle-mme.
Sur ce point nous pensons
que la concession de Ij ferme
d'Hati Jrmie, les divers a des particuliers par voie d'ad-
points de l'ordre du jour arrt judicalion ne doit pas i n er di
d'avance ont t tour tour dis- monopole pour la vente de la
etes dans un esprit de bonne (viande, encore moins uuand la
|)in uc uuiiiib tiiuuc, encore, moins (piaiitl la
entente et de parfaite collabo- ferme reste aux mains de la
ration et ils ont t adopts. Commune.
,On peut les rsumer comme Les questions d'hygine, de
suit : Il sera tenu un seul mai- service sanitaire,'sont dbattues
obligatoires de la Commune les
dpenses relatives aux grosse
rpartiui s tle difice i consa
crsau culti catholique Ce n
pas une un i ur que noi a venter.
demander au Magistral cominii-
n;i
Puis les amoureux taient pas-
ss d' itres exercice mo.rs
'arrts lui.sur des ryfhmes de
charlest m, taisaient Ire-mh'er le
maison el craquer les meubles.
Trop,('est trop,n'est ce pas'.' Mh
Ht i rmie etau Prfel T. C. dameN.sar.svouloirenejlendie
Brutus, mais une obligation qui davantag1, avait Mots ouvrt
leur esl faite par la loi. .Sa porte, pour conter son rf-
Vos contribuables, rt ils sont (lment la lune.
nombreux, Monsieur le Magis-
deux par sections rurales, pour
les autres ,sections. Chaque ie-
naucier sera sonmis u une li-
cence de Cinquante .Gourdes
par yayuicre.
De plus, ces paris Boni sup-
nrisis en ville et ne pourront
loiictK nner qu' la' campagne,
les dimanche el jours de i
To u r nes obligatoires, aux
trais de la Commune, par tes
Magistrats Communaux, dans
les sections rurales suivies de
rapport a la Prfecture.
La ferme e la Boucherie .<
quatre hommes qui font ce ser-
vice. Le jet des dtritus sur la
voie publique, dit-il, esl une
question qui regarde la Garde
>i H.im ; il i t donc dcid de
continuer a taire veraei a ce
service la contribution de la
un mei leur ren lemenl des 11-
cetles ommunaies. il eul
! e que ce
n- ml remis 11 Coin ni
comme autrelois. L n Magistral
soui leux le conserver ton pp. s-
ftaieni prsents les Magistrats
Communaux suivants : Iules
Marc, Jrmie, Dunr Roland,
Roseaux, Luc Malebrnuche,
Corail, Wilner ^nloine, Pestel.
Abner Baptiste, Al ricots.Vii
Cadestin Fils, Dame Marie,
S ii.til's Ber fie, 'use d'Hai-
n ull. < i lu de 'I il m t n n'a pas
enl r | o r cause d i
malatl e.
n ivant.Mesaieurs le lliles,
l'uvre, nom l'honneur de
vos noms, la prospi i it el l'a-
ti.e trouverait, toiiiouis le hio- vaucement de vos communes,
queue le |enne poux couip'
/probablement pour lre leu-
t uis e r. lorme.
Di> n Dis me suflitonl bien,
pii a celui-ri.Chri, pousse
quinze, proposa la lnurne sur
le mode Is plus suppliant et
peul-lre le plus reconraissai .
*
... ve-il qee la mode es de
n :\* Iene de miel Ken Cott
mais t|! : les meubles d* nie-
nag', si i, tient a 1 lgance rt
A la solidil. c'est aox grandi
Magasins de tuul Aux/lu qu'on
les cheisit.
t


-* fvrier LJ'J2
rfW'Iti"'
\ i sport iv
1 r -
non k s si "
qn ,
s
i*. L'<
. C
ou
i -ope Natio-
1.
Nouvelles
de Shanga
28,000 hommes de troupes ja
pouaises fraches soni pr a W- ; Jj
joui d'hui se joindre aux loi ces j ,.
militaires navales japonaises ,,
Siianghai pour lancer une M -
conde oflensiTe en vue de chas- Wi /; q % \u cap
aer les armes Innoves de j, M ., ,
Shanghai. < '* ' pai 5 3
Lea soldais, matelots et ratri- J Nous n u i
net du Japon, dj dans les Iran- Iree n
ches et gardant plusieurs pos-
tes japonais entre Chapei et
Woosung s'lvent approxima-
tivement 10.000 hommes.Les
renforts amnent ce nomhre
70,000.
L'assaut de 4 jours du Japon
'arme chinoise et les troupes
personnelles du^gnral Chiany
Kai'Suek minuit l'est rsolu
en un arrt complet, ayant man-
qu de faire une ouveiture dans
la position retrancha de 1 UEqulpede* Inw rslUtri
Chme qui a inflig de grandes cra. DlflO e oo l ivei
i.ertes dans les ran' des eu- lairea ne i il point p
^ahisseurs. Kiangnau, Woosung; les sur le terrain pour jou
et Chapei. les trois objectif du? match prluinnair-
.Upon, restent libres, et sen e
Equipe J'i n i
lin il. bu
Btoienl po
Composition t
maicaint qui
ine ' 1.1 |'l i
tcteui .
Equipe
er coez n i
vers le conmencemeul
leooaim e.
de
Les tri
du Fai oLe
fk viens meut.
ml)' I B8l ,ueu
M

:
.

I

.
fetft*UoP


Cinc-Jaldij
CE BOH
rSinad li'm de Charlic Chiplin
[Le Plerin
()i> romnn rceri i
L'Kcuvie
danri t#"mroan de Paul loiirget.
.c : 0.""'; Balcon : 1.00.;
i EM 'IN SOIH
Un grand surres
, i Un granu surres
J Toile et sa Chance

I \V
)'JE
;, .RUEFROCH0T.WJM
e.le^illlsl r .0 L ..< ?.iAM.H W
;, ,, ranlrf H Iran. ... iiiul.re ou eu iiairlai
ver Ar r TVnre.
''Entrer : 1,0* ; Ra on
,01
ment une portion de II ligna'
chinoise au dessous de Kiiog
win a treponise. Meme#
;^>achangchun (jue les Japonais
t captur, ils se dtt ndenl des
contre-attaques chinoises.
Les crpitations des mitrail-
leuses et des duels occasionnels
n'-rtillerie ont marqu les
ov-rations du h on', tandis
que les Japonais retenaient
leur attaque, ittendanl l'arrive
de 25,000 hommes de troupes
fiaiches de Tokio. Le heuienant
gnral Llyeda, le commandant
japonais, i admis qofl pi US de
lioapea aont nceasairej, ai les
japonais doivent^ dire auenne
avance.
L s Japonais prter) i- ni avoir
avanc leur colonne du Nord,
.t i se retin de la du
\\ ioiong avec succi i ptu-
i i ,'Ihii chinois blesss
tweme ei 88me divis ; g-
n< .1 Shek. Lei Japoi .os aifir-
ii a que Us homme de Chia-
m ne sont pas capi blea pat
ux-asmei de laistei i la
i lie obstin livre par l ai me
1 la 19 rouir.
i seule oflenive du Japon
et lit dana l'air o dea ai-
cadrillei de lanceurs de bombi s
dtruisirent l'arodrome de Soo-
cliow et bombardrent le camp
chinois de Hung Jvo.
103
c
.
qu- uln*
le l'adminis-
, s postes ont
nt le j p
i iu"e t-ce qun
v a ,i
i
\>
Roose
m un Pn -
I i Unie-, tait,c s
t p e Porl
>r Vlario E ftcei ra
ni ain, a tait i i-
ie Cen i

Jean Jetbo Noui i on
avec plaisir u le eu i m
marade
de Mu.'
pour le i >
po itio i le l'I
pli me I"! ne. W \ id
leur, bon
centre Jean i b k
muet
. E iuip<
ii ns un heure.<\ sej< i ,
nourj
Entrainement Nous vei
les gi nds nti ai
qui
l'ai rive de i VI
les C pitainei dei i qui
ltCtl > le
leurs jo I* i
.ion a '
aire .i a
d'endurance"
ans lui m
Matches am tique Haiti S
oo ton e i" ob bili e, les
ches il joueroni da s l'o'di
^ivanl l- .i g
d poi ,.,: :
que"-. ,1X '" '
ViolciU"; l' iique" voil a dl e DOS ev
quip l ; 5* Jai lai- an fis.
'; .. L poi e" (.au ( t HaWi-Jom i pob '
Haitie >);(> "' > | iik u dea ail
i
es, qu'il prom
'A propos
de chmage
I e i overnement, oibia-
sunt al meni i n aen
dm ni i i oartovie env s
\n n r io i ' ''';" '' ",|'t>
lq i i inmmoriit l'anniver
Koi h TOI national
I 22 fcTrier demie, pris
I irr e pirsnv-ini le < h-
iU iss' i vices publics ef
.les e jour-la. Et ce
lui ii | u fri pour les
Halius.
\ i p^ nos on s'e-t de-
m i di pourq loi les Amri-
,, u aussi,ne cn
n p is n\ ltcN hatiennes?
La Mme P rker
a un double usage
Dans voire poche el sur votre
bureau. Demandez voire dis
irbuieur ce trait exclusif dt-
conomie.
En vente dons les bons magasin*
ouTerfa quand nous
rons, n is.qui que ve-
il uni; -il cela en
il r p ' eu p usii
e
i
,,:.. ut'n L'E
i i
p i nt et
...
jpti n oili-
|u iu> n ige.
semb e que Mitre cour-
, ciue occurene,
MOU & LAURIN, Distkiki illks
P.O. BOX fM^l'ORT-AL-PRINCR.
les arrls prescrivant le cho t fQUTI RRE Al SOCIT
mage sont peut ire incom 1 mfujflkfZ^^Z^^i
olets oui ne dsignent pas lej 45?"'* un.m.\w>:<***>.**.
*? il ^i ^\ mit ta 't n k il? 1-rrlUrtm
(>lets qui ne dsignent pas le-
services privs deva t, corn
me les pnhlics.chomei quand
officiel le mai t le chmage t-
prescrit.
01.us.
Propo
hamides
Le jeune Kctncl en droit Ray-
mond Guiltamne a prt sen- rut.
' mo.nd Cuilla-ime n prle aerr em,
i trouve sa rplique desor i devant l tribunal de premire in-
lo,l" ,:.. | ....... .i.. i,.rl.ni-PriniM-.comniP avo-
./ICESPOBL.oS El PRIVS
Lea sont iroul Nationale". Saul a via
i cause de la raire l,u Coa l ,>5 '
nble d'aviation hii one et le
r, d sur lechimi de lluog .1 io Le rd t but cat
u t une auli e l< alaiivi m..i M. De
q ie dN u aaei c m| letemenf cong< :
le, chinois dans l'air. au ca>uranf di i lt< ma ne
Itien (jue Koberl M. Miori, vue de l'entialn r av-c l<
pilote de Los A.ngelti, i
bille t lut tu daus une bataille
terrible avec dei aroplane* j i
pvnais, IUI Soochow, les japo-
n.iis se sont ab*teoni <- men
tiohtter son idi
x Les aroplanei volrent
lidUO pieds, lancrent l" bom
bes, volt lent de leUI t B
les revers de la ( 01 i la o In-
ternationale il retou ni
avec S bombes de |. u-. Tout
celles qui oui t lames furen
dvj 230 livres el eik ci .
rent, e capt une.
au-pri i( u
annoncer bi
ICI,
i s

k ,' H (j
m Audre \ dan ,
lea e juipi i t
Vieil"m i n '. ;-'
ommi
.Nationale '. doit
ord av<
auon il< fini ivi i >
15 entrai
. nt permis de ae ri
e 11 valeui
U si i ; enl I

i:
!
I
Un,: i Ul -
Les niiir iicains, an , -
glais, italiens et portugais ont os i pra,
adress une protestation oo
tiue au gouvernement chinois No0idem(
contre le bomburdement ae la ... ^ ^ o>
Concuelon, mal le gouoerm ;.t. ",,.' ",,,' ". ,. p-,
ment, par J intermdiaire du (UiU. endrots..
maire WuFeehen. a rpondu ma|gBlll8 di
Nous exprimons un vil > J viniI11( nI
fjret de ce qui vient il av
ieu, mais nous devons en re-
fuser la responsabilit, parce
e
. S
i
i
n
. lie h i i
: lm ui
H
lo ion Ko
r m b !
IC S,
r n
di tcteui
i ivu-e n
bli .
t des ttela*
i
il
Ire il i
t lion de l'unifo me
li mati |i
dipiomati-
etcrTint le ch
22tvriei 1932,
loration du 200e
t la n uss Jica
i shingio vi-
i es publics et
e
Ue pa s poi Is
qlle etC.
intei nationab
menei une vi.
vraiment b i afla di pr
sentei nos adveraairea de
ilommes rODUllei IIIOI d
COTPl. Deux ou liois s< m mes
que les japonais se irvea de tf ^|Dtoct COinp
la Concession
connue
contre
dant, le consul gnral japo-
nais, Q. Murai, a expdi au F. H.
corps consulaire dos balles
dum-dum prises par lea japo- ... -
nais dans des maiso: i < no
ncession n.ern uonai. flc |f
i une base dop ration |le |einu... la,luns tu lfcdi
es chinois. Lu ailen- A_____
eur devoir.
_ r i as, M i-
k'tredo \,
i" ap '
i t ui, sur
ci s lion t'a' imI-' '
ICI I MM. N'i:
p i S menez fiia, senali
ei ,,[ d dominicains, exiles
a rt-;m Pnucc.
M. Tu lieu a (orra le
C ibin I n rais avec la plu
par dea lment! du cabinet,
Lav 1
De ^ os reutorts jan i us
,i : r t suri ont de Cl
g ii.
Les Soviets ont ordonn
la i.iol.i is l'ion de cini| mil
luns d'hommes pour la d*
i i se du territoire dt l'I oion.
'.I o
I s
e ,!e-. m L en rsulte qui
, s ou s. niics
\ ves n'taient tenus a la ler-
etu i ,|"U' l.
i ii qui les maisons
o ne fermrent
m la mande qui leur
en laiu par Mr Edouard
ve, rsi lenl de la cham-
ommerce hatienne,
u d autres circons-
u o'i i ter venaient que
m idrationi locales,
n'avaii paa pens a iuiervenu
ir obeuiile mme resul-
n .. ,i i- i er
i mee de Porl au-Prince.eomme avo-
cai ,iu h m i ni de celle villc.Cel v-
nement, c'en est on, au moins dans
hi rarrire commenante du jeune
matre, o fait le loor te la presse
port-au-princienne. (in y a djl quel
juge pisid dl i audience du tribunal,
quel est le substitut qui l'aceueillll
mi nom du parquet, qutl menib e
du conseil le l'ordre Iuj prsenta 1rs
lal nna de ses confrres. F.'l le
I i-o iln rcipii ndaire ... Mais
iv pi journaux n'ont pas dit,
rsi n'i' n". fa crmonie solen*
nelie, Vie (iudlaume invita les assis-
lanls il tail < I *'*j ; midi prendre
avec lui, nu rate proche du Palais
de .lusii.- un couetel au P-HUM
s \llTIII-: C \C.IIKI' D'il?, le meil-
leur stimulant de l'loquence.
ii
lir. t Itir i.' l.irrIMri NM
i tt-.tir !"<8>t- 1 '..MaUnlrri
ROr mtni. . M
roofr'iH .'ARU %*
MUSIQUE DU PALAIS G. D'H.
Procr-mme Hn ^meert ?ln
jeudi 2"> ls ner UYi'2 son l|
dire rn du Lie 'cran! Luc
Jean Bao'Me.
\ nvouement, marche
p>r Occule .leonty.
o Soldiers "and Sw^r-
Ihearts, ouverture de Ed.Ber-
perhoftes.
[] _l a fmnce de Lcrraini
fantaisie de A.. Delhave.
4 L'Etoile des Solistes,
ir vari pour clarinetle, de
I. '* n ierne, qui snn excol
par Luc Jn B 'ptis'r.
f> Dolores. valse de E.
Waldtenfell.
(i ShiLe,foy-trolt.par Ford
Dabney
7 Victoire, meringue po-
pulaire. Nous allons dormir
ce soir chez la belle., arr.
par L. Jri-Bi ptisfe.

Cet paresses,
cettfl sensation de
ilieii de voire tche,
' Hvec t'usngr de ce
rafrachissant.
*i;tsalt=*


-..
4
Toutes les Polices
DE LA
Cbape'. Il requurt que la gnral japonam dmisd bon
preuve aoil place deva I II eheuri j p lei
Ivgoe du Conaeif des ona, i le bout i Kii lawanj
la i.oniiiiissinii Neutre. Le con- avait failli dloger les d i d gnral japonais, hier, me- aaoraat qu'il semble que les
bmi de reluser d'it.deinn.ser chinois sont ca 'e tenu
tut individu de nationalit :il- on lamps. I
Jemande Shanghai, I i non n'ont pas tenu seule-
des dommagei Mines ,, i Kiane;wan mais Tachang,
LE CONFLIT SAlieP.AVE
les bombes |aporaises sur I
propri-t s, i jus o
lerninds lyanl l'expnen e Me
la guerre mondiale conseili.nr
i'^rm-'' chinoise.
IHANOkil. -r La quartiei
ei pins n urs auties
!s sud.
i enra
faire*
lieui, r H m a
^aapiiia.
-
chourie.
.. le la <
Vfoscoo.
m
an M
te m
.le *
sic . 8
K^.OU u Uu

i
comprennent la Protection contrelag
I oudre sans auamentation de taux,
11
* 7.1 Ross fCo
Aqents Gnraux


I -
Rhum Iforkuicoiin
s.i pr
I
L'aliment qui vousconvicnl [Compagnie Nationale des
Chemins de Fer d'Hati.
AVIS
La Compagnie Nationale des Clumms ,! Ferd'Hal
a la connaissance du poWic qu'elle inaugure, e I
nanene le chaque m>is et partir du fej 'coui
servicedeatrain d'excursion entre orl-uu-l'rince e
Dpart de St Marc pour Port-au Prince, Samedi 'h p
Port-au- Prinw ponrSt-MarcUimaiicb' B li
< St.Marc pour lfort-au-l,nC8,Oiniaudi 3h
i Port-au-Prince pour s | ,... ,, Ul
Le_ train ue contiariera en ne:i le servi raul
L'tAPHESS qui assure le traOc journalier enlieSl-Mai
rortan i rince.


Le hromat/e de la SfnU
... 'des pUiisirs.
Voici le plus retm fro-
mage kiI qui si si bon
pour tous les membres
de votre lamiiu I
Il N'appelle Ve veeta et
pessde plusieurs nou-
veaux avantagea Parlai.
trment digestible ... de
nouvelles qualds sani-
taires. une saveur hau-
Ituu ni dlie euse.
Vous le servez seul, en
tranches, tendu sui du
pain ou des hiscui's ou
dans n'importe quel plat
cuisin ec >> ... i
iiomage.L. -a eut a (su
leUl en sou; pa-:. o i e->!
'Le Velveela esi livre
soigueuseun al i "Veiop-
p pour prvenir l'im-
puret du touch i i evt
tau par Krutt, qui I il
aussi ces autres produite
dlicieux : Sutura, Pt-
mento, et tromage Am->
ricain. Dites tout juste
Kralt votre picier,
PAUJIY SUIS COIII'OIIATIO.V
>f H i Mr. I u leur
Port aa-Priace, Hati.
J KRAFTfpEESE
UHHIVERSAIREI0U .
PRSIDENT LINCOLN
Washington, 12 Fvrier. -
Le prsident Hoover a rendu
hommage ce^soir Abraham
Lincoln, qu'ilua appel le plus
grand Amricain depuis Wa-
shington.
Le prsident f.se trouvait
dans le cabinet particulier de
Lincoln la Maison Blanche,
O celui-ci avait l'habitude de
se tenir pendant la guerre
entre le Nord et le Sud. Mon-
sieur Hoover a demand uut
union comme celle qui a exis-
t pendant la guerre, dans la
lutte sur cent fronts diff-
rents contre U s forces co-
nomiques moins tangibles ei
il a prditjuu'autre triomphe
national.
Tandis que le prsident ra-
diodiffusait son discours au
diner du < Lincoln Day du
Club rpublicain national de
New-Yok, d'autres partisans
du gouvernement ont assiste
de nombreuses clbration?-
similaires dans tout le pays.
ONE GRANDE COMEDIE DRAMA
IWIIE A HAITfANA DIMANCHE
odiri. L'ESliLAVE BLANCHE .
L'hsi-lave Blanc h< est One
eaiisatiou de Augus'o Gei n
l'excellent scnariste y qui c u
levons dj l; nt de h Iles u-
vre* Ir* russies L'Kscl vi
Mlanche est un film seduiai t
et original. Scnario attacn p!
juipioquos tragiques, ma1' i -
i" ns de races qui se heur-
tent.
linterprtation de cette u-
vre, en tous points parfaite.
runis quatre noms de vedelles
ton! un seul sulfirail (aire le
succs d'un film. Le talent de
Liane llaid atteint an somm t
'e l'art dramatique. Les quali-
ts de H ne Hei le' se pitci-
8<-nt dans ce g and film La
eue et eueigique ligure de W.
Gsidarofl convint parlai)* ment
a son rle, quand Chai les
Vanel, la souplesse de son |eu,
sa varit et a MDcri' d es-
prtssions ne sont plus Vanter.
L'Esclave li'ai-t h en un
lilm que vous verrez avec le
.dus grand plaisu. dimanche
on Ilaitiaua.
666
Dj, le Snat et la Cham-
bre avaient rendu hommage
a sa mmoire ci des ceien <-
nies de circonstance s' ait nt
droules devant le m< uu-
ment Lincoln.
Panama Railroad Steamship Line
Service de frl el de passagers en lie
Angleterre | Emm* France
Mrs. G. W ISHEDON'ft C- 17, James Street, Litirpool, 'Englam'
THEFOLLtWIN* ARE OUR AGENTS AT PRINCIPAL"PORTS IN EUROPE
ENGLANi, SCOTLAND, FRANCE.
MissssG. W. SIIELDON& Co,
17, James Street, Liverpool, Englano
La France, Mcssis G. W. Sheldon & Co-, arc tepresented by the lollowio
llus rap de et ili-s onect m vice de transport de passagerset du t et entre Hati
et es poris urpi ens.vi NiwYoik,el Ciislobal, Canal Zone, Isthme Panama.
jVoici Ja liste de nos age*>U pour les priucipeaux port de l'heurope:
Glilaii.t HENKEY& G
21 Rre de la Frubliqce
tjprseillr.
Hernu Prou & Co, Ltd.
53Qnai Orcrges V.
Havre.
He nu Peron A Co, Ltd
Rue du Moulin Vapeur.
Bc ulogre sur Mer.
Messrs A. Rendu Co,
21, Albngaf'f, Cojerhague.
Oslo. Norwat.
Internntional
Spe ditionsM-lkap Oslo.
IIM Atlantic Knight r.orpn
Dallinhaus. Hamfurg 1.
Germai y!
M easrs Atlartic Freignt
Cori'C ration
"Genn.iny
Messrs A"; i tic Frelght
( t ;|D.,
21 Qcoi .lordaens
Altwsrpse Urttwm,
Hkrxu Peron A Cie Ltd
tfj Rue det (Maria,
Paris.
IlFRMU.Ptron'A Co Ltd.,
Rue de Tranquillit.
Dunkerque.
Hcrnu Peron A Co I td..
9 Ru<> Roy,
Bordeaux.
G IN'OE, Italt.
Messrs Hi-nry ( ex & Clehp
Piama S. Mat'Fo.X* I50ei er
COTTINBURO, SWI I
Nor I" k Kxin i i
Cothenburg.
Messrs Atlaltic pRitruf
(ORPN
Kon Emmai-lein
Rot'er I"" 'Vllande
lieicpe* Siinnim k Ce
M.
0
Monsieur Raoul Piquion.de
passage Poi I iu PriiiD
il le plaisir de n
visite en nos bui
Piquion, qui esl I-
! >tre ami SL-Julien
regagne aujourd'hui m n
1 >|' "n le rappellent U s i
gences lui souhaitons un rx
VO) .
rishi \n ,,,n*
,lu affaires le In
W Fvrier. '' n.
t

y


. i
I
l : i -
i
' n, r-
nie, a rie*
S nat, qn \ d-
' le
n .
vo sur
de
i lits SDU-


.) 'pari de New '
I
Moh
r>ri r
Pelil t v(
UX Cl y- if i ;
lacme (ai ) Il i h
Santo I n
^nn Pi '
Ulacaraibo \
.
U
' lpai ( |
Po D
N w ()' le .>-
Mobile Ah. ,
Porl an Prim
C:ip Hatien ( arri>
P t tro P ala | |
Sui P( d ,, rj s
Saulo I) mi i li i)
'


d MM
I
Prit
Poui lout I
i/i


i

11)



llMii

: 1 1 s
il i
PJ


1


r
32


ASSUBF
>
a la
General Accid< I
assurance C
de Pril '
car la i
'.c ce genn e oh il
momie
h ri
Sea !'
S s Pol.ii

rs 40<>0 doll
& Life
ii LIA
le
don magri
Veuve
sous
A\

a La \ i
i ^
- :


Jeudi
25 Fvrier 1932
Le Matin
4 .PAGES
X m. ANNfll W 70*
port-au-Prince
Tlphone : 2242
Lykes Brothers SS C In
Tza
[ait! Sanlo Uonnngo- Rico Porto
Le seul service heb lomadaire et rgulier passager* et
rrt entre les ports lie iu Texas directement ave
Port-au-Prince, Hati.
Four la rception rapide et lejmaniement habile :ie vos
importations, servez VOUS toujours des navires de l LYKH
une.:
Les..prjehaines a-rives i l'ort-au-l'rince sont'
fjSleairer Almrla Lykes 2b lvrier 1932
Steamer Margaret Lykes i i mars 1932
tiureau: Rue du Magasin dcl'Ktat,' Boite'Poalale B
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
N'HUEZ PAS OE FAI ON PETIT TOUR
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1 600 pieds d'altitude. L'tablissement le plus Irais des en-
virons de Port-an -Priuce. {
Seulement 15 minutes d' ito sur une excellente route
asphalte. Vues m rveilleuses de la ville et Ju port.
Boissons de toutes espces.
DINERS GOUTERA SANDWICHS
\rra gemonls paiticulicrs pour les pensions de jour de
semai..e ou de mois.
Cb UU. NA JAMAIS ETE FAIT
CE QUI NE.PEUT ETRE OPASSG
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dani des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des rues fioux el dn Centre.
Dernires
nouvelles
scientifiques
%*
;> wf~
A le plaisir d'annoncer \ i Dombiuse
rente He sis CHAI EAUX s- lait, depuis
Clienlle que li
le I janvier, a<
N- 2027, liRAND'RUF
en tace deJson?.anci' iwlocal.
La Clients y trou eronl l mme acenei'.
iHE. CELERITE, COURTOISIE.
Martinez, Marcelin & G
Plus l'e 80 milles de lon-
dab pu 1 ton arm renlorc
i t emi ils pour supporter
I nouveau building du Dpar-
ti eut du Commerce des Klals
! : is, i<' ' niMieiit ouvert au ser
ce, W fthington D. G.
Pour enseigner la r atatio- ,
"n Alleraan I a invent une m-,
i lune dans laque le une pensor-
e.supendae par des courrons
letenani s "i corps, es' ob'i
orrectb de braa et des jambe.
L'ii col- d'un boite p;>in
n mtal pour l'usage du m< na-
t;e est tait en bois, portai.t un
(a>ierpour tenir un morceai'
e pain et un auire poi r un
out au.
Un service combin de
oste par aroplane et cheonn
le 1er a t lal)li entre tdiai,-
liai et Berlin,couvrant la db-
pour machine crire, un
iusirunnnt pour teaii' les
notes dt\ant elie copiees.des
tagres pour les leurnitures
de bureau et autres accomo-
dements.
D'aprs la thorie de
deux savants anglais, les ora-
ges magntiques qui inter-
rompent les services du tl-
graphe et du cble sont ds
uu anneau de courant lec-
trique qui environne la terre
comme l'anneau de Saturne.
Des lunettes avec fer-
metures comme celles d'un
pparetl pour prise de films,
actionnes par un petit mu
liminuer les impiessions
i claira reuesjpar les yeux
d'un coureur u'autoinobiles.
Fuiwau, I* source princi-
pale de'jrapprovisiounemeut
mondial du camphre naturel,
esi estime .contenir plus de
L. millions ^d'arbres a cam-
iUie, queiquts-uu ges Ue
,-.tus de luOu an s, sur uue sur
ace legrvmeut plus graude
|ue celle de l'htal du Mary.
and.
Laboratoire SJOURN
DlHKCTURS
F.^Skjourn, Pharmacien
H. Sjourni:, Pharmacien dej l'Universit de Paris
M. Sjourn, Pharmacien de i'universit de Paris.anciea
mterue des Hpitaux de Paris
An.ilw-.N td s L'im-cs, d'.j s c gistrqMe du sang ( Wn-
man Ure, C usante d mlvuri, t.lvcemie).
Des crachats. Des niatiresjj'ic les.
erm
tance en buit jours,qui devroi t
ventuellement tie rtduits h)i3 Pour empcher la glace
quatre jours.
Des meuniers italiens ont
0
BIRE NATIONAL-
de
la Biasserie Nationnle
Se vend partout OrO ,11;
le verre malgr sa oauliti
suprieure.
> l re juis par le gouvernement
d'user su moins de 50 pour ceni
de bl dur indigne et 0.r> poui
cent de bip tendre indigne dans
a firme et d'autres produits
divant seivirla consomma-
tion
L'usage de la soie el du
to'oi mlangs a augn enl si t
rapidement en ces rcentes an-V
nc-s (ju il est estim qu' (jeu
prs UD tiers des vtements de
dessous maintenant pons pai
le-> hommes et les lemmes aux
I. its-l ois est lait de ce mat-
riel.
L'Allemagne, au com-
mencement de l'anne, avait
5057 cinmas avec une capa-
cit lotale de siges de l.WMJ,
813,dcroissance sur l'anne
ecedente de 30 cinmas
augmentation des commo
dites.
\ Ressemblant une bi-
bliothque quand il est terme
un nouveau meua e a des'
armant une table J
P
et
d se lormer sur un aero-
laue et meliieeu danger ses
occupants, uu piolesseur de
l'Universit de Lornell a ta-
mi uue mthode pour con-
duire les gaz d'chappement
a travers l'iielice et au long
des principales exliinues
des aroplanes.
Un savant franais a rus-
si laire des portraits aux
rayons X saus l'usage des
vacuuin tubes eu passaut des
courants lectriques Ue haut
voltage travers de la magn-
sie ei d'autres subslauces de
haute rcsistauce produisant
des rayons de basse puis-
sauce pntrante.
LE LAIT DANOIS
ESBbNSEN
S'EST ACQUIS, EN TRS FEU IE
TEMPS. LA FAVEUR DE LA POPULA-
TIONr: HATI, GRACE A SA PURETE
ET SA RICHESSE EN CRME.
De t'' t t nips le ' i' nain I st rn-< mmnnc' att
entant, ; \ m.'-laries p' au* uoi i ices, tant par lui n.aai
uu allmen omplet. M i ries germes i ladies s rencontrent i arfois dmsle 'ail uclut des aiir-
chandes oubliantes, p r s ne I dJitioo trauduleuse d'eaa
pollue. On vite tout danger de contamination en faillit
usa se d'une m i e d lai conse r, de tout repos, cea-
sacr par le te i s.
. .h rVH)U rS RSRirMSEM
Lait ronde r
Lait vapo e
Lait tu poi ri c
vous do i
ci COOtie.
i nu i
uni rgaraiie. Exigea l'tiqSfllf
tagres

litsitranrp
Une des: plus lortes COMPAGNIES
'CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
ASTHME
Oppression, Catarrhe,
Suffocations,
Toux niroeuit.
Ourlion certain* pr !*
CIGARETTES CLRT
.iu POUDRE CLRY
Or CLRY, 18, Rut da Maubatiga, PARIS.*
et toutni IMinrmarl*
Loterie Nationale d'Hati
416
3358
Rue Bonne.Foi.f^Phone
La i.oiene Nationalt-d'Hati tal
une insti'utio hautement humaniln e par In multiplicit
d'oeuvres (ju* II* se propose d'aider, une rkance de bira
lre offerte am liomnns de toutes conditicni de lortun.
Employs, Fonctionnaires, Outners, Artisans Salari di
tous ordre*-, Gens fie maison ( domestiques, ) sans partir
leur budget moypnnnnt deux gondet, peuvent gagner trois
mille gou1 Va P:irops aux iusiiffi n es di s ve " -. psr I' chat d'en billet, qui vous
libre du oaci 'les rchriinccs-
Mdecins \v cals, Ingn eurt,US;ii'ruis, Dputs, Graads
Dignitaires d 'Etat.l'ejirtsenlasts ^c I Inttllectualit, Jasr
nalistis.
aoUarit soeialtt
jouant, angateotis 'f**
Doni'z Hesemp'ede vare
Rentiers, Gapitalisb s, comaa^ in
ivoir,
Vous tous qui I ablt- r- Haii. rendre^'ui service ea aaaa
ant le billet de la LOTERIE NvTlONALE D'HMTI.
*
J
!
EUG. Le ROSSE & Co
\oenlsri'
LE FAIT EST INCONTESTABLE
ti h ii m Sari lie
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste leiriloirc
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui ail son arme.
COUTEZ ET rr*" 'BEZ'
.1


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM