<%BANNER%>







PAGE 1

LE MVH.N -23 F-ner I umm SER/ICE NATIONAL DWIKE tl DaUlSTMCE flbUjJt SECIIJN DE EtibLMtc'iuil {[] DE U PAOPASINDE D'HYGIENE. Bibliographie ON BMIAnit DE SANTE riHiSUJlk Ef MULE — O — Cinfrenca d'Hygine et Cinma ducatif Mardi, W lvrier 1932,4 5 hi ires 15 exicteuieu, aura tii i la Salle d'Amitoinlede l'Ecole de Mdecine lu cou lire ne mensuelle d'Hygine, ac -.impagne de projections ci lematogiapbiques. Les parents et les iustitulejn y sont cordialement invits ainsi que la preste. tU CONSTIPATION On doit el oi peut viter d'tre constip.La constipation est cause par la vie sdentaire, le manque d'exercices physique, l'usage abusil de l'auto, un rgime alimentaire ^ ralliu ou trop couccutre.tout cela rendant les Inteitins paresseux, leuts se contracter pinr se librer des matires q l'ils contiennent.t'est la mata lie la mode, trs grave pourtant dans ses eflets el es complicalious (abcs, lie m irroldea, obstructions), ma11 lie des dames et des jeunes Milles qui rpugnent ou qui oublient d'aller rgulirement a cabinet. Les aliments digrs laissen dei rsidus connue le bwi brill donne de la cendre. Le rosi lus pousss par les cou tractions plus ou moins tortes de l'intestin, v ont s'.euimuKr daus la dernire pottioo de ci lube m s'arrter un peu plui haut. Mais ils doivent lu i j -tes au dehors toutes les 2 tituret t rgulirement, sinon ils se durcissent, se | ulretieui et produisent des gz maludonnls, Les microbes qu'il* contiennent fabriquent atoia des poisons qui se rpandent d uis le sang. Cet i mpoisonneiiieni se mauilesle par ueb maux de tte, l insomnie, le latigaea, la dpression,la ni.m 1 taise humeur, la neurasthnie, etc. Se librcr"les intestins uni ou deux lois par jour est dt ncessit absolue pour se bien p .ner. Les purgatils^et le lixulils ne doivent pas tre substitus-aux tions de la n iture, que provoquent ailnn rablenient la pratique des bportaet^t'USage abonnant des Aliments vgtaux. Voulez-vous rgulariser cette loaction et combattre voir* i mstipation ? Allez au W.C.chaqui matin et attendes patienmueut. COLOilH H C %  IX ( LIGUE GOLNMEME ) i l h )ne : 2323 d QS ses no,, n..-"-. vr.ges ; Le Cln.ni n du Iheun, Keatez Jeune: iL homme ne meurt pas,il te tue t. Cela,on le sait depuis que et chacun va le re. tant,sans grand prolit pou. i nue. Mais comment t homme peu il vivre, bien nvre, ei io igiemps "•' On ni i uns Ta jamais si clairemea nibi utilement explique que le Docteur Victor Pauchet d os ses trois b es oudu Bons ) ei iVnlanU. Dposaoi un instant sou bistouri sauveui i'minent praticie i -> laii i>^ i au grand public des rsultais de ses rflexions et de sa longue exprience mdicoebirui gicale.Nous ne rechercherons pas si cest 1 impression di lumineuse evi leuce qui se dgage de ces ouvrage, ou e sisie. (amilier dans lequel u %  ont crits, ou bien eucore tt puissant souille de vie, te dynamisme qui! exhalent,qui a le plus contnoue a leui tonnant su ces. Un lait ei certain : ils ont reucoutredaua la monde entier un accuew que conaisaent bien raremen les œuvres ne ce genre,et l< ., nomme ne tait que croit n Une autre constaiatiou s unpobet l'observatiou des iegu 1,.ur ilaracoai.Voy 98. venant directement d • New-Y irk sera ici le 23 crt., lOntlo B le m ne iour pour Puerto-C ilombia, C irta^e i i ristoba Qaa il Z i le, Kings ton etc. Le maniteste de ce norvi reu par avion est h dis > I sillon des clients dans no, bon ue Egalit et Dantesque t m :hes. William E. BLEO Agent. M^MW* ^ ""< aMHMn^^naMvaaA as*aaaaa Un dentifrice n'est pas un remde i es Haute autorits ent 1res lo prouvent. JLZ PAS .LA PUISSANCE" Par la brisure du Ple. 1 La pointe en mtal protge ton re le renflement o i la l.ri-ure du p'e. 2.— Plus de lumire. 3.— Plus longue dure. I.— Economie relle. 5.—Traits exclusif. MTAL CERCLE PAS DE CIBE R0 i La Beaut est prcieuse pri ut de vie que prconise le Ui Victor lduchet a ressuscnei flD pombie considrable de malheurttti pour qui existence tait un supplice. Une .< rescape , une ma. iade sauve par l'enseigne neul d tre, a eu Iheu reuse ide d'extraire de ses irois ouvrages l'easenliel de cci enseiguemtnt. fcous le une Conai i i et Penses du Docteur Victor Pau h %  b, archer a group les aphoiianes pai %  %  quel ceiui ci a exprime le plus fortement s. peu set. route p rsonn soucieus* ie sa saute i de o bouheui, iout pre de lunule, loui i ucateur doit avoir coustam meut ce precien* .petit livre sous li main. Aux ditions J. Oliven, > \ Avenue de L l* > a donuai • pans ( ViL) [je* promesses de gurir h s maladies des dents et des ge lV s r,u-riii de grands tort. Rcemment, un homme cl< science bien connu a lait l*an lyse ce i boratoire de plusieurs I). ns aucun d'eux ,i n'a trouv aucune propri • %  mouvant [urii la moudre m a i nts. Il n'y •< seulement qu'une fonc non qu'un dentifnce peut et doi! i %  i avec succs. .. le mcanique des dents i |am us prie id us. Mail d a procl | U ,, ; mit ux tes dents, i mou se i : u • ,,.. s les moindres i" lit crev s> B d s dei lt ch s let unpUiels dan un lioi tl tei ^tut. Col jate rsi fait aussi en \ i. I i l'on Ire La concussion dans le Nori Notre conlrie" • Les Vnoalei Capoisea , dans son dition ti '.0 lvrier, dnonce vertemeil la coneussion qui, dr.-il, eut ; l'ordre du jour (fans lei nord. L'acnsstion est grave II a'aji i ait d'un personnage olflciel qui exigerait de chaque Mag>s* Irai Communal de verser uni valeur de CENT gourdes, poui obtenir son prors-veibal d'laclioD. Et comme le dparti ment du Nord comp'e JScon mmes, c'est une surniie di 2.800 gourdes qu'auu encaisses le "personnel ofBciel'* dont il s'agit. On n> peut SnppOS< i que DO • tre conlrre ail avanc pareils faits sans en avoir la rertitnde d'autant qu'il s'adres e, |>our le re il ressment qui s'imposa di rectement au Prside ni le la Rpublique. Il appi i il ainsi que l'atlaire, qui trouble assez vivement l'opinion |n:l)li i ; d'u • i,,,,,., e la Magisti i re. \ ;„v;ii soutient "u co i i u • lue di cet e loi, pai co s%  uel l'illgalit di su i< voci ion, el <'< l sl i 'l ; '"' " il M. Cassa • i aurs • si | rononce .. mmissa re nu Gouvi i H meni a i om u fl l'urecevi I ,ude la don mde. L'aOaire en est a cette phase. *'< stlend l'arrt du Tribunal Suprme. EVEREADY %  ..1.1 M i .AMI'I s & BATTEWM elles lurent tongtemp Patentes dans le monda entier. \,\2 I evur >* Ihux WfH ^^ lb,Huele ITniveiait.l'ariH. DMvi vint L)h LA LlNn .!>•.> UU Li FcVHiEH ItWi. Le Diamant de la Hem-.— remire partie... l'--ul Ifou. i de l'Acadmie tran tse H armements de l'AHera e... LTmproirue Elisabeth Au* nicha,I. 1837-1868... Maurice o ogne, de i Aendem %  • transe i m, CI D rmie e< g I taum, d A d mu h ais L'EspaRne Musulman*. —H. rveil de l'espnl national.. ous Bertrand de Acadmie ranaiaa. [ j( prlude del'-ftYrsiv Alle.„ ,.,t. ( 1905. Camill. Bar en '' Il itu'. Silhouettes parlementaires — \1 Andr Tai dieu... Fid is, Po-.ies : A .Molire... Jules Ti nlier. I/O .te la Manque.. Michel i sow. \u^, vn.' Gan lens, sculpi. ,, in Gnral ''e ( !.:• • lu Un Notes et impressions i n !£•" Iioln r. I', ne littraire.— Les aven., es spirituelles de SaioteMeiive... Victor Girand. Des 'ivres SU r l'A. O. F„ Andr D maison. Revue dramatique. — Mademoiselle... Rei Doumte, de l'Acadmie franc ise. Hevue musicale. MaximiU lien... Intrim. NE PLAISANTEZ PAS AVbC VOTRE TEINT Ne mettez aucun savon sur votre figure jusqu' ce que vous sachiez de quoi il est lait. Le Savon l'almolive est ddlerenl de beaucoupde savon, eu ceci qu'il ne contient aucune misse animale, aucun sud de n'importe quelle qualit. 11 est lait d'huile de palme et d olives. C'est pourquoi le savon Dahnolive est garanti pour la peau la plus tendre. 11 est si pur que 20.000 spcialistes de beaut sont d'accord pour le reconini.iiuler leurs clients. Tic Ut ment de Ihai.t Chaque soir... chaque matin... faites une mousse crmeuse de Savon l'almolive et d'eau. Avec vos deux mains, massez-vous bien la ligure pendant deux minutes, faites pntrer la mousse dans vos pores.Maintenant rincez compltement... sches entirement, mais doucement. 11 donnera votre peau un ton beau et jeune. Vrifia si le Savon Palmolioe i/ur vous (ulule: a la band %  o ire avec le moi Piilinolive en lettres dores, lenveloppe verte et le hceaii rouge%  si JEUNESSE, oigutar, charme Comment ne ( pendenl-il pus d'un vrai neltoyatje avec un : avon doux mais effectif: Valmoive I "*i,e Savon Palmolive est entirement l'ait la machine. Aucune main ne le louche jusqu' ce que vous dchire/ l'enveloppe. iOML^XjM^ ECHOS i — Le vi ut de la rlorme souille a l'Administration coin munale de l'ort-au-rrnce.On y tait des coupes sombres. — Le iNouvellisleadit que. ce n'est pas par erreur que la bei veillante circulaire du I secrlaiie d'Etal des Relations l intrieures a nos agents diplomatiques et consulaires l'Etranger a t publie, t'artaii. — Nos ministres se reposent sur la conversation du einporisateur Dana Munro pour laisser la banque s'en H *y* : ilier en douceur sur le lleuve perfide des ralits, dit La Lihre 1 ribune. Gonaves vendredi dernier i i heures du matin. Li seule maison de Mme Veuve Meaux Alain a brle. — La conlerecces des augures qui devait se tenir veodiedi dernier Damieni et prside par M. A. Etienne a t renvoye. M. Fianck Chenet, directeur techuique de l'imprimerie de l'enseignement Iprolessioun 1, nous a tait savoir qu'aucun vol de papier n'a eu lieu la dite imprimerie. L'tait donc une tausse i' vcllc. — M. Andr Bonny a t nommcprolesseur de quatrij me ordre au Lyce national et iM. Delorme Alcindor, miltre d tudes. | — Le Secrtaire d'Etat de lm_.i.u... t, n lut Lu incendie a clat aux l'Intrieur, M. Rsmpy, W %  iE.MTIOJiMEI.LEt i ru |,, ( ,-. 'OlO.iU*. lu' Ti*a*asM>ur -SeraUdes K t \f kM *2! i hcvtrf SOCItHr FRANAUifi • 6S. ru* du F x\S -Otnii, PAU1S Pour demain I otre dition de de „,.., noire Irois'me article s< r i s fr/i lions administratives art le traitant des i, ,,y v, i v ci B installs a Dami^n e> ta li iinen' de la place du Marthe le la Cathdrale. Chronique de la q'i'nziin.— Histoire oolitique...Ren Pinon. PRIX DE L'APONNEMENT Parti I n Jn Sii moi Trois moi; Stinc Snnret Oilon 1 • IranaifC' 106 fri n i 8 fr, lranqer : • . s etni-'jril lil 130 fr6 1rs 34 fr. P ijri a le n tarit post.ll I^O lr 81 fr. 41IMO tes aboi nefnents parlent du 1er et du / de chaque mois. Prix du Numro : 6 fr SANS. PRESSION Ce perlectionnemenl unique et exclusif uo t'arkei assure l'criture sans eflort. Il nya asdelaligue pour la main ou pour les doigts. En vente dans les bons magasins. MOIIU & LAURN, DisTMBUTKins P, O. Box M , POIIT-AU-PHINCB. Nccrolociic Esl dcd( e,dim mi he matin, en son do nieile sis i ue Lamarre, l me I Petrus re, ne h ;n le Boss fCo Aqents Gnraux C3



PAGE 1

[j \fv.v 23 fvrier 1932 PAG. Hlllllll %  H taCOIls'i DoMtla renom m universelle a gard sa premire pi DL'IIKI!III( ; : r BAXCOURT Dpit : Hue Csar. Il FIE UN PETIT TOUR TERKACE-GARDEiN Chez W. KAIiL Petionville 1.000 pieds d'yJiitnde L'tablissement le plus irais Je* enviions de Port ar -Pi in e. Seulement 15 j.iuu'es d'auto sur uue excellente roule t.'phalte. Vues mirvei 'eusesde la ville et Ju ^ort. Boissons de ioi.Us espces. Vrrangemeuls particuliers pour les pensions de jour de semaine ou de mois. ju excursion LO£Ane, jeu li dernier. — Un grand projet de loi iur le travail est. semf le til, en prparation. Le ministre Klienne y met la dernire main. — M.Jcannot, infrieur en diet des T. P. et M. Sbiller Nicolas, du S. P. A s nt alls dans l'Artiboni'e tudier les possibilits d'irrigatb n de cette plaine. — L'Opinion pense que •l'intervention Irrflchie et anti-patriotique de M feorges logera plac le pa\s dans rne fausse position. FORCE SANTE J E U N E SSE facilement et discrtement par le GLANDOPHILE des Lab. ORMOS PARIS Notice Gratuite et Vente chez P. SJOURN W. BUCH. Por,.a„-Prinm t autres Bonnes Pharmacies Jw' i Wai ttmtit : ., •MESDAMES, Pour tsindre vous-mmes tous I I tissus, aucun produit n'gale la 'MAURESQUE'] j TEINTURE MNACRE PERFECTIONNE I Pharmacie Eugne PROU • bonnes ph.rniaciei et drorfuerles d'IlaTII .ron V tutt C. FERCOO. strs-Par, [ %  r, \i'-.}.::iC\ 16. Rue Ua>!u, Remerciements Mr et Mme Joseph S.Salomon et leurs enfanls.Mr et Mme Victor M. Coicou et leurs enfants, les ramilles Coicou, Salomon, Chancy et Colin.remeirieut sincretnent les amis tant de la Capitale que de la Province qui leur ont donn des tmoignages de sympathie l'occasion de la mort de leur regiette mre, hellc-mre, grand mre, sœur, tante.'parente et allie : M"" V w SIMKOX SALOMON, NF. COLINE COICOU Ancienne Directrice du Pensionnai National des Demoiselles et les prient de croire leur profonde gratitude. Avis l.n Direction du Service National de l'Enseignement Prolessionnel avise les intresss qu'il sera tenu le 24 lvrier courant 9 h a. m. en ses bureaux, sis Place de la Cathdrale, un concours pour le choix d'un professeur de coupe l'cole p-tJessionnelle de Jacmel. Les cand'dats sont invits s'inscrire tons les jours ouvrables de 8 h. a. m 1 h p.m.iusqu'ju 23 lviier exclu Hivernent, Port-au-Prince, le 15 tv. 1932i % %  n i-' **• %  ..— %  Panama Paihoad Steamship Line Service de fret el de passagers (tilie Ecosse France Angleterre iMrs G W ISHEDON k C— 17, James Street, LIYEPPOOL, ENGLAND THF FOlVfWING ARE OUR AGENTS AT PRINCIPAL,PORTS IN EUROPE ENGLAN, SCOTLAND, FRANCE. IIBSSSSG. W. S11ELDQN& Co, 17. James Slrtet, Liverpool, Enjjlana la FiT.ce Mik&isG. W Six 'on & Co, are rrprcsented by the lollowin lfi% ipnie'et idisdiMd II\ cde t-an^oit de paMagrraftda fret en'-eliaiti et ta noii EoiottDl,% : Ni* Yoik,el Crialobal, r. ? nal Zone, Isthme Pai.ama. Voici la liste de nos agents pour les pnucipeaux port de 1 Eeurope: GLLLATLY I1ENKLY & Co 21 Rue de la Rpublique NirrsdHe. l'err.u Prou & Co Ltd. 53 Quai Georges V. Havre. Mernu Peron & Go, Ltd Hue du Moi lin Videur. Boi'lrp e sor Ver. Messrs A BENMI Co, 21, All i garir. Cri.ei bague. OSLO. KoawaT. Intcri'.-'lif nol Spe ditions Mx'i Oslo. MM. Atlantic l'rrighi Corpn Dallinhavis. Hrmburg 1. Geioiauy! M esns Atlantic Freight r orporation Germany Me*srs Atlantic Freight Corpn., 24 QUIM loi aens Anlwerpse Belium, IIFHNU PERON'A Cie Ltd 1)5 Rue des Maris, l'ar.s. JIEHNU Peron & Co Ltd., Rue de Tranoi illil, Dunkcrque. lkrnu Peron & Co I td„ 9 Rue Roy, Bordeaux, GENOE, ITALY. Messrs EiBHRT COE & Ci EUE PIAZA b. MATTEO N 15Gner foTTENBURfl, S\vi DI.N NordUk Express Col h en bu rg. Messrs ATI.AI.TIC FHEIGHT oi v s Kon Emmaplein Rot'erd ni t i II nde MetsrsJ STEBMANN &. Co Sous ex/rayons de i Lu troncs Militaire : L'Impudente Proposition Les eniilles franaises ne sont pas vendre —o— l n membre du Parlement amricain a en l'audace de parler publiquement de la cession et not Antilles contri remise de nos delt s /Amrique. Une telle proposition son* lve l'indignation gnrale. Sous n avons pas lim une luerre de cinq uns qui a //'* br lA'sace et la Lorraine, •our aujourd'hui voir nos Antilles passer sous un dra/ eau liaiyjer Elles nous soid aussi chres (pie nos d parlements continentaux, bous ne les abandonnerons jamais. *l \ oici la lettre que les six parlementaires de la Guadeloupe et de ta Martinique ont pris l initiative d'envoyer au pn'si dent du conseil : 4 janvier 1932. Les reprsentants jxulrmentaires de la Guadeloup %  et de la Martinique & Prre Laval, prsident du Conseil. Mr le Pisident du Conseil, Des informations ritres, de sources amricaine et an(tlatre, ont tait connatre an grend public franais qu un membre ou Parlement amricain, prsident ou ancien prsident d'une de ses commissions financires, M. Mac Fadrien, aurait prconis rievaut ses collgues l'abandon, par la France et la GrandeBretague, de leurs colonies de la mer des A .i les en payement de leurs dettes de guerre aux Etals Unis d'Amrique. Il a mme t publi que les milieux bancaires londoniens en rapport avec K M. Harrisson. gouverneur *< de la Fdral Reserve Bank, ( sont partisans de la p opo siiii n rcemment taite par M. Mac Fadden ri que cette ernement de la Rpubli \\ i ranaise a tuiles ou ente d ire pour couper imm li ni ftiailtm . I ranaise a tuiles ou eut %  d ^ idire pour couper imm b m tnenl court a di aussi coutraires au droit i U : f \ > u rnational qu' i mi %  }. e • i l m Htionueile existant ti a France et les tats Unis d'Amrique. Veuillez agrer, Monsiein le Prsident, les assurance ^ s CECI DAS LA 1 JE -i %  i .!• i|-ii i ; I %  %  •il. la | (• Itioi il' ," %  ludr* OOOK ^, UMONl 'Ju ASSUREZ-VOU ; la Geni ml F M II 1 J ssuixince d irporation Ltd. (] i Ih ( Scoll ^ I, V P' i i ' n i %  i f 11 : i i Lar ta sGI El I > < le -ami m mm mm LE FAIT EST INCONTESTABLE" W h u ni S a r 1 2 i e C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste lei riloire runissant les meilleur: oirs C'est ce qui fait son arino. GOUTHZ HT COMPAREZ! *r*i mm***



PAGE 1

Mardi 23 Fvrier 1932 Le Malin 4 ,P VIES 33 nwANNHiV P t au-l'rince I l rjuieau: Rue du Magasin del'Etat, Bote Postale B 20 lvrier 1932 4 mais 1932 La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne Dernires nouvelles scientifiques A le plaisir dam oncer f ve de de tes CHA* EAUX s lait, depuis le I janvier, au N" 2027. l.RAND'RUF tu lace de'sOD 1 anIl n local Les Clients y trouveront nu RCHE. I 1 F. GOURTOISIE. Martinez, Marcelin & G 0 BIRE NATIONAL de la Biasscrie Nationale Se vend pai loul OrO ,10 le verre malgr sa aauliic suprieure. i — l'n homme de Gorgie a n %¡ e mcanique laquelle des photos I anoramiques peuprisi s avec des ap| pareils ordinaires de photo1 graphie I Plus de 600 vhicales avec n oteurs actionns p ir l'bui n irculatioa en j An, rre, principalement des omnibus et de lourds camions commerciaux. Le pav d'un inventeur? City troue lesi pui 'as d'une automobile dont] le conducteur mprise les J avis de s'arr er. lu sa va ni tranais dchue tre capable ddire l'occupation a'un homme pui l'examen mi< roscopique de re ti ouve dans m monl — Un cadre pliant port ml iliaires i i,,v ni |>o.ir tre attach mu liiu de leur per> ire d'tre amarrs derrire li s automobiles. — A peu pi es 90 pour cent de ii peint'.. i e utilise an Japon sont labi iqus dans le iin\ oductii n de l'an ne uire ayant t estime plus de L20 ()Oi) dollars. — Pour l'excution huma :iit. i s animaux malades, un lion me du Connecticut a invent une boite dans laquelle il peuvent tre asphL x s par te gaz d'chappement d'une automol ile. On estime que l'Idi consomme plus de cinq l)il dons de yards le tissus"Mi MI annuellement, desquels prs la moiti est proluite par les lubriques du pa En vue de dcevoir les bandits, un nouveau sac main pour transporter l'argeu mel un Ilot de g>/. la, i \ moj te quand il est eolev de la maie de l'homme qui le porte. — Le Venezuela a cou truil une M ute m > lei ne sur les mont .ns d^s Au les pour laire j : ction avec u ie autre seml)' I 'c e i Colombie q;u i ,'l e u n e altitude de 14 001 pcls — |/i s un nouvel instrument i our mesurer l'inteusil de l'illumination, l'nergie ('e la lumire t le-mme opre un comp eur qui enregistre ouvertement sur un cadran lectrique. — Parce que les coi des vocales des tnmes sont plus lgres et fonctionnent plus aisment que chez les hommes, rel ima il inoins d'el(ort pour en user, les femmes parlent plus que les hommes, d'aprs un s.vint allemand. — Un a pareil d'enregistr* ment leeti ique a l invent pour m ;llre 'Vpcuve la rsistanc des pardessus au t roi d, montra t le nombre les nu es le chaleur qui passe i ira' er. divers textiles. Op n P jl'air comprim* un an a etil vent pour nettoyer i< s transmissions el batte p.n'omobi'es avec de peau l'huile < haufle par des i lectriques obtenues • tans l'appareil. — I)esh' ; ques poreuses ent t inventes en Ang'< 'ere poi r tie insres dans des murs qui t l'air chaud d'un building |uand le veut souille, hair Irais tant admis sans tirages quard il n'y a pas pas de vent. — Des savants ont trouv qu'un gallon de jus de certaines varits de c c'us peut ;• %  irifrr 10.000 galiona d'voo dans un systme de i h a lliage a vapeur et empcher 1 accumulation de l'oxyde et de la rouille. — Le hpitaux russes Ion' l'exprience de ihan.h es d'opraiion peintes en noir, les chirurgiens et leurs aides portent aussi des vlern uts noirs pour attnuer la rverbration usuelle des murs et vlements blancs. — De lorl cables place dans les barrires de croisements des chemins de 1er sont invents par un ingnieur de New-York pour arrter les automobiles qui peuvent s'y |eter, les bouts (les cables se joignant q ad les barrires sont abaisses. me* V il Imurance Co Une des ; plus fortes COMPAGNIES IcANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE EUG. Le BOSSS fr Co AaentsGc mx i— .~* ''Ori W&T 'i efetsc V SjT Aux HypophotphlUi d Chu t Souda et a l'Huile de Foie de Morue Agrable au gl el facilement digestible elle ett U compkxe rparateur de la Nutrition par cxccllenct Laboratoires REGAGN0N & Ci Pharmacien* :/ Gnral pour l'Exportation : Ch. MAGNANT rue D aviouc PARIS. 16' Laboratoire SJOURNE DlRECTURS F. SJOURN, Pharmacien U. SJODBNB, Ph-.rmacien de^l'l'iiiversit de Paris M. SJOURN, Pjiarmacitn le l'universit de l'atis.ancica interne des Hpitaux de Paris Analyses ; des Urines,do sic gastrique, du sang ( \y*isermann, Ure, C instante d'Ambaid, Glycmie). Des cra< hits. Des mat re-Qtccales. AVIS AU COMMERCE La Panama Hailroad Steamship Une a l'avantage d'as* r.or.cer les dparts suivants de New York pour port-au-priacs Hati, directement, durant le mois de Janvier 1932 : Dparts de hcw \ork. Arrivages Poil au-Prince. S|S Cristobal le 2 Fvrier 1032 le 7 fviicr 19M S/S ^Buena^entura le 9 lv. 19.'12 Je 15 tvriu 11* S/ ••Ancoa" le 16 Fvrier 1932 le 21 tviier 19131 Steamer] "Cuayaqnil* 4 le 23 lvrer 'le 29 fvrierim Panama Railroad Jtsamp'hip Line JasH-C.VANREED Agent Gnral LE LAIT DANOIS | ESBENSEN S'EST ACQUIS, EN TRS PEU IE TEMPS. LU FAVEUR OE H POPBLAIION D'HATI. GRACE A SA PURETE Ei SA RICHESSE EN CREE. De lout lrni|s le I; il mtoid est r-ron ir! ait entants, aux m; Iodes et ;ux nourrices, tant p'r Ici n.we un aliment !• de mladics se lenrontrent p: ri >is dans \c lail acln l des marchandes ambulantes, par niii'e lad >it'en tranduleiue ri>i pollue On vite tout Innuer de c ntamioatlon en l^isart usa se d'une maque dl i conserv, de tout lepos, c.asacr^par le W mp. | l SJ n I\OD r JiTS RS3KNSEM Lait • >i siens* Lait ^'pm I ail i n ; ; are vous donuenlje niximum degarao ie. Exiges l 'etie-ietle ci contre. Loterie Nationale d Hati 416, Rue Bmne.Fof, jPhone : 3358 La Loterie Nationalnt'lfslti est une institution hautement hnmani'aire p*r la moHipHcM d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une tkssce de biti tre offeile aux hommes de tontes conditions de lorfune. Kmi loys Fonctionnairf s, Ouvriers. Artisans, Salurisds tons ordres, Gens de maison ( dointiqueS, ) sans parLr leur budget moyannsnl di ux goud , peuvent Rg''er trois mille gourdes Patrons de o.nmerce.Cbelsd'Induslie,parti aux iusuffl > rr 's d-s vr nies, par l'a hM d'un billet, qui vont libre du o des Haili. rmdes*lui service ra sakl m billet de la LuTEME N' TIONALE D HATI. Metiion PRCG ES NOUVEAU IHU.M NOUVEAU "F h um dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DEFIANT TOUTE MOIRE (Aciivin Vierge Ch z V. NAZON DEPOT 'ANGLE BES RUES IH PEUPLE PI FERDU PH0NE:?m i



PAGE 1

Clment Magloire 1358. RUE AMERICAINE I TELEPHONE N2242 Quiconque a naturellement beaucoup o fantaisie a pevi de ju gen.viit et l'Anse probablement faible. WI\!\AII(.ltS 25 me ANNEE N* 7G0G PO* T-AU [NCE ( \l\vn 23 l'-r.u % %  : r r..;> L'OPPOSITION T — 00 — M. Dants Bellegarde, cri'sultat tourdissant des lecvant au journal amricain New-York Herald Tribune , affirme que sur la question de la complte libration de la Rpublique d'Hati, de la restauration de sa souverainet nationale et de son enlire autonomie administrative, il n'existe aucune divergence de vues entre le gouvernement et ceux qui se dressrent contre lui aux lections du 10 janvier.); Et Hati-Journal , dans une manchette flamboyante, a traduit ainsi la pense de notre ministre Washington: Le gouvernement et l'opposition sont d'accord... C'est exact. Ht cela fait bien, a toute son importance dans une dclaration 1 de reprsentant officiel hatien l'tranger. M. Bcllegarde, qui est d'ailleurs fort averti (les pratiques de gouvernement en pays civilises, sait toute la valeur de pareil argume it. Mais jj*' il sait ;mssi. du m i is, on veut penser qu'il sait que si, sur le fonds, il a exprim une Vrit infrangible, certain aspect formel tic la question pml exiger mise au p )int. Cela sonne fort et bien : le gouvernement et l'opposid'accord... Si ce union sacre;', c'est l'entente nationale la Libration. Les lions gnrales. Faut-il en conclure que l'opposition n'existe pas dans le pays? Ou tellement insignifiante*qu'elle n a pas pu obtenir mme un sige aux lections populaires? Il ne parait pas. Il y a la manchette triomphante CI'HATI-JOUKXAL. Il y a les anathmes renouvels de la presse gouvernementale contre les opposants. Et ses chants de triomphe au lendemain de la grandiose opration du 10 janvier... Alors une simple question. L'opposition n'tant pas reprsente la Chambre, comment pourra-t-elle faire entendre sa voix quand soi vriront devant celte assemble les dbats sur la (pieslion nationale? Si, comme il est probable, un vote s'en suit, et il lau.lr.i bien qu'un vote s'en suive,— tanl donn la composition del (main o tons les siges sont occups par un seul parti, le parti gouvernemental, ce vote ne risque-l-il pas d'tre affaibli du fait qu'une fraclorlanle de l'opinion \!JX >Y Mond 30 t Mino A *. ropos m f \s L'Amricain R.C.Joh i 'i i pli certes une belle prouesse mont seul ;arane frle einbarc i a fait la travers* du eanal il > \ ',-'1 lui ;i pris si\ jours et autant de iniiis, pour venu de Santiago de I a Port-au-Prince. El il nous est v h lis et dispos, awe le le t iiie mieux, beaue i ip mieux • rve rien de moins que d'tre \'A Gerbaul du continent. Il vu, coin %  • liii-ei, faire son tour d'oc • bord de son petit canot, lit e'< • %  vue de ce long voyage qu'il esl < ici pour s'approvisionner de U l S MYTHE CACMKT D*()R, le %  conipignon au |Uel il tienne. LE HT DE I or p la chaim de nuire ami. —o k i i GEHE ritions le ! i Dan i I' Ire esl la rnli • c attendu j E~ JEUNESSE m ni par !<• GLANDOPHILE des Lab. ORMOS PARIS n. Port-au-PrirtH liaroiRcUi a.-^.ve nir hon ion mij) C'est lion soin n'est pas u moins en vue de partis, I lu De gouverneicure prsente, cedu gouvernement et celui de ceux qui n approuvent pas sa politique gnrale, l'ont front uni. Tous les Hatiens s'en rjouiront. Mais oa sent, on n y aura pas partiel les partisans du ment qui auront vot pour le gouvernement. El ils sont l'unanimit. La Chambre tout entire. Pas l'ombre d'un coni tradieteur. Dans ces conditions, le cabinet pourra-t-il prtendre qu'il prside l'Entente na lionale' Il faut se rendre compte voit, on que la Chambre des dputes, entend le parti gouvernemeilCesl la principale assemble lai.Lui seul. Ouest l'opposi-, politique du pays Et nous lion? sortons d'lections gnrales. Il y a un lieu o l'on doit su-, Or, l'opposition n'est pas i ta renient la trouver : la Chain: Chambre, encore (pie toutes les lue. Sa place s'y trouve namanifestations du Pouvoir, lurellemeiil. Pourtant, elle j l'action de sa preste, l'activit n'y est pas. Les 36 dputs de ses partisans, leur parais* fins rcemment dans les .'iti tante agressivit indiquent son circonscriptions sont des gouexistence dans le pays. El vcrncmenlaux... C'est le rqu'elle compte. milieu du XIXe sicle (8 i i • de loriginj : • elle ei que la pro te vrit qui i la ero\ e chrtien ci conilil mondial que la guerre Opportuu sioo-japonaise permet lorlemtnt Ile matri 'oprer se i Un Billard en S'adresser : HOTEL SE \ VTE\Y 'ion 'tes Etats U lis d mi de conjecturer. Une telle vunlmlil^ es 'aile pour agir sur notre i el l'inciter de profond) s dilations. Elle suggre, en efl deux hypolhses : 1" le colosse tu Nord, s'il n'est pas bris le choe, risque tout au moins d'en sortir mortellement brh; car il ne srail pas impos : j>' '•! r t;. ; %  me p iur ratifier i a du Vu i gloire e 11 -e Mre, une tant du u birons n cevait, au i d'une des 18 appariti s Point d'interrogation —o — A certaines heures de la vie i sont oilertes, ces ides seron 1 de individus et des peuples, le J comme le. tableaux brosss Mlence.s'd est partois d'or, segiands traits el soumis aux lois Ion une maxime del sagesse de la perspective, comme le caonenlale, devient comme l'une ntvas que devront dvelopper •ible que la dfaite provoqut ; elle (ut honore, des commotions intrieures susI direct del 1 reptiblea leur tour de hs isi'lmn le grgerla conldralion toile ; (Depuis cette da'e, 2le rsultat del narre p : [d mrac'e a, des ... .'oelelr.ompiedeshla.s l j , Dans ur, rron exhorte l< : ne pas d . le prtre nni i suprme aup i rs m idi | ; i Pe i Kilh uni les services i l no %  ainsi qu tn œuvn ,ue i | •mine il don! |i esl ppui de U ur | -.n et de 1 %  pi irea. vou l< i i n %  i I bre des t.: dadt j \ erniei ci ne il mo rs qu'il id pour gurir tandi, ou bien ceci vaut M j ... I). de Lo %  • '" son j si p, m %  :in:. infirra i i'// hatien es q i de i i I i ne le siear Liio ne I pas pailagenx ea urne. Avec rais >n. I de lu 1 1 lvi ier 'il publie dans r [ e > ou\ !( eQ e || ( f au '"''' %  nerce en parti* ^t plus r< -p,:iK lis 11 ai ions i K -on Auguatina Loi h id, te d'adul(r*. \li! !S peu galants, ,es sonl dites! Lu no'e s* i h n %  i marital, i n! I< nient la si u i i o i s mot, dj (cre Que Mo isietr B i iM.ui t ni ne, t n i .rau sous le ciel .. ^'ti la re jour u i bu notre b inorabla p rval. Iloris> i tout mu de i < Mu une H il la.;c du (Di 8 le ras — b. Dupert.o e i viserait, 1 >| Q II ll(ll)S'I t ni''! une i i nill i ne | ei sa %  je m son* i Ire le nin. c r j'ai su n i ire, n ail le M : p us rien. • %  %  "a s Ami. lesCadirec (meut 1 ir incoi i uptiident Vincent, t prei vei a 1 ap| la concussion est i ordre d t ] ur d ins le Nord, r lordonner uns enqu e p H i les n s| ou. i blani ; i souliers aux pour dames, les • de soie, les ca l I (bll! t'ill.) !, %  I i le, li i pardeta* i iin, leag ir• ii c'< si pet dre de ne p. s se le aux Grandi '/".,"' //.'/ Auxil i. i is doses '" ont llectivemenl [u' sept heui que les calsicerls sont muets partir de minud, i oup po-jr i ' st %  omme val %  I Gii ral lO sa • I /< irait n.r .,c ( ,ue les soal plaints ref d'allnr • d • p r : i lin IUCII i, o i 9 La I) oit y a ordre. iet u loi: i;i GENERALE Le qu'avec se li de la N itionale d • s I ( r, les courus pour Caba%  i S liut-Marc %  oui ces points est dus les piuis n 2 1/2 p, m. MIELLES rua ,\ s AISV • M a 1 •.ub.-si-P*-, l'AKU


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06940
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, February 23, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06940

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
1358. RUE AMERICAINE i
TELEPHONE N2242
Quiconque a naturel-
lement beaucoup o
fantaisie a pevi de ju
gen.viit et l'Anse proba-
blement faible.
WI\!\AII(.ltS
25 me ANNEE N* 7G0G
PO* T-AU [NCE (
\l\vn 23 l'-r.u : r r..;>
L'OPPOSITION
T
00
M. Dants Bellegarde, cri- 'sultat tourdissant des lec-
vant au journal amricain
New-York Herald Tribune ,
affirme que sur la question
de la complte libration de
la Rpublique d'Hati, de la
restauration de sa souverai-
net nationale et de son en-
lire autonomie administra-
tive, il n'existe aucune diver-
gence de vues entre le gou-
vernement et ceux qui se dres-
srent contre lui aux lec-
tions du 10 janvier.);
Et Hati-Journal , dans
une manchette flamboyante,
a traduit ainsi la pense de
notre ministre Washington:
Le gouvernement et l'oppo-
sition sont d'accord...
C'est exact. Ht cela fait bien,
a toute son importance dans
une dclaration1 de reprsen-
tant officiel hatien l'tran-
ger. M. Bcllegarde, qui est
d'ailleurs fort averti (les pra-
tiques de gouvernement en
pays civilises, sait toute la va-
leur de pareil argume it. Mais jj*'
il sait ;mssi. du m i is, on
veut penser qu'il sait que si,
sur le fonds, il a exprim une
Vrit infrangible, certain as-
pect formel tic la question
pml exiger mise au p )int.
Cela sonne fort et bien :
le gouvernement et l'opposi-
d'accord... Si ce
union sacre;', c'est
l'entente nationale
la Libration. Les
lions gnrales. Faut-il en
conclure que l'opposition n'e-
xiste pas dans le pays? Ou
tellement insignifiante*qu'elle
n a pas pu obtenir mme un
sige aux lections populaires?
Il ne parait pas. Il y a la
manchette triomphante cI'Ha-
ti-Joukxal. Il y a les ana-
thmes renouvels de la pres-
se gouvernementale contre
les opposants. Et ses chants
de triomphe au lendemain
de la grandiose opration du
10 janvier...
Alors une simple question.
L'opposition n'tant pas re-
prsente la Chambre, com-
ment pourra-t-elle faire en-
tendre sa voix quand soi
vriront devant celte assem-
ble les dbats sur la (pies-
lion nationale? Si, comme il
est probable, un vote s'en
suit, et il lau.lr.i bien qu'un
vote s'en suive, tanl don-
n la composition del (main
o tons les siges sont
occups par un seul parti,
le parti gouvernemental, ce
vote ne risque-l-il pas d'tre
affaibli du fait qu'une frac-
lorlanle de l'opinion
\!JX >Y
Mond

30
t
Mino
a
*.
ropos
m f-
\s
L'Amricain R.C.Joh i 'i i "
pli certes une belle prouesse
mont seul ;arane frle einbarc i
a fait la travers* du eanal il > \
',-'1 lui ;i pris si\ jours et autant de
iniiis, pour venu de Santiago de I
a Port-au-Prince. El il nous est
v h lis et dispos, awe le le .
t iiie mieux, beaue i ip mieux
rve rien de moins que d'tre \'A
Gerbaul du continent. Il vu, coin
liii-ei, faire son tour d'oc
bord de son petit canot, lit e'<
vue de ce long voyage qu'il esl <
ici pour s'approvisionner de U l
S MYTHE CACMKT D*()R, le
conipignon au |Uel il tienne.
LE HT DE I
' or
p
la chaim
de nuire ami.
o
k i i gehe



ritions le ! i
Dan i I' Ire
esl la rnli
c attendu j
E~ JEUNESSE
m ni par !<
GLANDOPHILE
des Lab. ORMOS PARIS
n. Port-au-PrirtH
liaroiRcUi
a.-^.- -
ve
nir
hon
ion mij)
C'est
lion soin
n'est pas
u moins
en vue de
partis, I
lu
De
gouverne-
icure prsente, ce-
du gouvernement et celui
de ceux qui n approuvent pas
sa politique gnrale, l'ont !
front uni. Tous les Hatiens
s'en rjouiront.
Mais oa sent, on
n y aura pas partiel
les partisans du
ment qui auront vot pour
le gouvernement. El ils sont
l'unanimit. La Chambre tout
entire. Pas l'ombre d'un con-
i tradieteur.
Dans ces conditions, le ca-
binet pourra-t-il prtendre
qu'il prside l'Entente na
lionale'
Il faut se rendre compte
voit, on que la Chambre des dputes,
entend le parti gouvernemeil- Cesl la principale assemble
lai.Lui seul. Ouest l'opposi-, politique du pays Et nous
lion? sortons d'lections gnrales.
Il y a un lieu o l'on doit su-, Or, l'opposition n'est pas i ta
renient la trouver : la Chain-: Chambre, encore (pie toutes les
lue. Sa place s'y trouve na- manifestations du Pouvoir,
lurellemeiil. Pourtant, elle j l'action de sa preste, l'activit
n'y est pas. Les 36 dputs de ses partisans, leur parais*
fins rcemment dans les .'iti tante agressivit indiquent son
circonscriptions sont des gou- existence dans le pays. El
vcrncmenlaux... C'est le r- qu'elle compte.
' milieu du XIXe sicle (8
i i
de
loriginj
:

, elle ei que la pro
te vrit qui i
la ero\
e chrtien ci
conilil mondial que la guerre Opportuu
sioo-japonaise permet lorlemtnt Ile matri
'oprer se i
Un Billard en
S'adresser :
HOTEL SE \ VTE\Y
'ion 'tes Etats U lis d
mi
de conjecturer.
Une telle vunlmlil^ es
'aile pour agir sur notre i
el l'inciter de profond) s
dilations. Elle suggre, en efl ,
deux hypolhses : 1" le colosse
tu Nord, s'il n'est pas bris
le choe, risque tout au moins
d'en sortir mortellement br-
h; car il ne srail pas impos
: j>' '! r t;. ;
me p iur ratifier i a
du Vu
i gloire e 11
-e Mre, une
tant du u
birons n cevait, au i
d'une des 18 appariti s
Point d'interrogation
o
A certaines heures de la vie i sont oilertes, ces ides seron1
de individus et des peuples, le J comme le. tableaux brosss
Mlence.s'd est partois d'or, se- giands traits el soumis aux lois
Ion une maxime del sagesse de la perspective, comme le ca-
onenlale, devient comme l'une ntvas que devront dvelopper
ible que la dfaite provoqut ; elle (ut honore,
des commotions intrieures sus- I direct del 1
reptiblea leur tour de h- s isi'lmn
le
grgerla conldralion toile ; (Depuis cette da'e,
2- le rsultat del narre p : [d mrac'e a, des ...
.'oelelr.ompiedeshla.s l j ,
Dans de p.-dire que (imprialisme ,n veUe d.u '
des expressions de la lchet.
L vertu du citoyen consis-
tant moins dans son respect
des lois de son pays que dans
ton obissance aux inspirations
del vrit, celui qui, avant de
Jarler ou d'agir, s'y dcide en
^Jedes laveurs de I opinion pu-
blique ou raison de ses pro-
ies initiatives subsquentes.
Il est hors d- doute que la
correspondance entre le Secr
laire d'Elat des Finances el le
Conseiller Financier laquelle
nous avons t uitis ces jours
passs, donne l'impression net-
tement marque d'une joule s-
rieuse p'ulot que d'une discus-
lies avantages,commet une Ira- \ sion plus ou moins amiable-o
l'iioa contre ses Iries, un cri- sont changs des projetsi de*
lie contre sa patrie. C'est pour-
quoi j'ai toujours pens qu'
cent les attributions que leur
lermine la constitulion des
ftels, la presse * j'entends na-
'urellement celle qui et sou
lieuse de son pret'ige inter-
vient pour apporter sa sanction,
"us s'inquiter de plaire ou de
^plaire : n'esl-elle pas, dans le
lncipe, le jury appel ren-
'feson verdict dans les dbals
'leanels o sont dise ls les
n'rts suprieurs de la nation ?
Us ides lgrement esquis-
ses dans cet article gagneraient
Peut-tre tigurer dans un cs-
''e plus large. Mais, oulre que
I"1 expriment la vanit des
'^ugs discours, parls ou crits,
|J"?e sens qu'ils sontiantt subis,
!Utt applaudis en une minute
'J. ^uusiasiiit-.tuaument sui-
[ a'ellets pratiques apprcia-
rM l'estime que telles quel.u.
mlroration de no're tat fi-
nancier et conomique. L o
l'on s'attendrait trouver des
collaborateurs, on a vu des ad-
versaires aussi prompts l'un que
l'autre l'attaque et le riposte.
En toute autre circonstance,
nous serions satisfaits d'tre les
heureux spectateurs d'un enga-
gement o les passes rapides
sont suivies de foudroyants
coups droits el de brillantes pa-
rades de prime. Mais ici, l'assaut
a lieu aux fleurets dmou.he-
tsle cliquetis sec des lers d-
uoi.ee un duel violent el l'enieu
en est terrible, car il suppose,
d'une part, l'abaissement d'un
orgueil intraitable et la conci-
liation d'un paiti-pris outr; de
l'autre, la perle d'une aulono-
i
De" plus MonM-nr Wnnvon.
danses dpches des 5 11 25
Janvier, prvoit avec u .e cei
tuue assez apparente la parti-
pr aire que I imp
amricain enserrerait dava
tage le moi de entier el rend'ail
par consquent invitable le
maintien de noire situation .h-
uelle, sinon son aggravation.
Ecartons donc cette seco
possibilit pour demander son
mol celle qui lui lait penda
La ruine politique denosfu-
eurs laisse.de son ct,la place
i une prsomption prsentai t
un double aspect : vu notre po-
sition par rapport au Cinal de
Panama, il se pourrait que, pour
maintenir l'quilibre entre les
ntrts de l'Atlantique el c
du Pacifique, noire pays con-
nt (tes propositions d'uneCom-
mission internationale.
Il n'y a aucune lmril
mire que les Etats repraen
se contenteraient de limiter h
ction collective dana h m n
icii de la neu'rait au pi
gographique qu'occupe notri
ile, sans se proccuper d'i
dre leur conlio'e sur nos acti-
vits nationale--. Nous nous vei -
rions donc affranchis dsormai
de toute ingrence IroissM
libres de nos mouvements et di
l'orientation de nos aflairr^;
on mot, le nationalisme
'occasion de se rjouir d
afin dbarrass d'un coup
ractationa diplomatiques el di
- eto spcieux du Conseiller 11-
nancier. Ausx' bi< n. c'eat le veto
Lque nou^ torino: s tous, t
nous sommes.
Ici, nous posons le point fi-
nal, qui sera un point d'inli
rogalion sur h quel nous a
DS II Tlgil inec des pair (il
cette nouvelle ind
ainsi qu'il est juste de l'api e
comporterait-elle en elle-nu
tes garanties morales de sa du-
re et les condi ous matriel
irer contr
choc en retour de nos mla '
qoe p
Philippe STEHLIN.
ime Bppai ni i u
jeune lilic- ; elle ca me
Irayeura bouche sain e lui on
conception imn
ne).
Ce tut jeu H 11 lvi Fer
la 2me le,.
I" cf. L
g. otte figurativi de celle de
Loin des. I) s [milliei
grottes sont difie
monde pour qu-
ia gurison so enl
detous:ilyen
1 0 | i ol e,honon i
la prseu ..
du ciel Roi hera i
' ^ i lillin ton ils
eaux sali
De plu
ai^v, chapelle trop < .
mais simple et i
Quand on so
mations proj le
vieil hpital mi ilaire t
tjet, on ni peu
rconnaiti
reus a t le choix de \.
de Lou pair
de cet El ment h
lalier. La b nd cl
de la \ ierge el
grotte.par le .
qui lque in ans fui u
ment difiant.
Ji udi n ~,
en prsence pom la i
lois depui
du h I
. I \
de l
et d
t ai
lu ttCl
ics et de l'attil
e i
.i
:
I
lia-
eau,
l S. .
li ai
irei
t part p
tans ton!
' peosi-
tout bien Appropriai i
in I cliiru
i Je l'ai
i la ltedu i >ur,
rron exhorte l<
: ne pas d
. le prtre nni
i suprme aup i
rs m idi
|
;
. -
i Pe
i Kilh
uni les services i l no
ainsi qu tn
uvn
,ue i |
mine il
don! |i
esl ppui de U ur |
-.n et de 1
pi irea.
vou
l< i
i n
'
i
I
bre des t.: dadt j
' \
erniei ci ne il .
mo rs qu'il
' id pour gurir tandi, '
, ou bien '
ceci vaut m
j
... I). de Lo

. '" son j si -
p, m :in:.
infirra i
i'// hatien
es q i
, de
- i i
I
i ne le siear Liio
ne I pas pailagenx ea
urne. Avec rais >n.
I de lu 11 lvi ier
'il publie dans r [ e
> ou\, !(. eQ e||(.f au
'"''' nerce en parti*
^t plus r< -p,:i-
k lis 11 ai ions i k -on
Auguatina Loi h id,
te d'adul(r*. \li!
!S peu galants, ,es
sonl dites! Lu no'e
s* i h n
i marital, i n-
! I< nient la siu i i o i .
s mot, dj (cre
Que Mo isietr
B i iM.ui t ni ne,
t n i .rau sous le ciel ..
^'ti la re jour u i bu
. notre b inorabla
p rval. Iloris-
> i tout mu de
i < m- u une
H il la.;c du
(Di 8 le ras
b. Duper-
t.o e i viserait,
1 >| Q II ll(ll)S-
'I t ni''! une
i i nill i ne | ei sa
je m son*
i Ire le nin.
. c r j'ai su
n i ire, n ail le
M ,
: p us rien.
"a s Ami. lesCa-
direc (meut
1 ir incoi i upti-
ident Vincent,
t prei vei a
1 ap| la concussion est
i ordre d t ] ur d ins le Nord,
r lordonner uns
enqu e p H i les n s| ou.
i blani ;
i souliers
aux pour dames, les
de soie, les ca
l I (bll! t'ill.) !,
I i le, li i pardeta*
' i iin, leag ir-
ii c'< si pet dre
de ne p. s se
le aux Grandi
'/".,"' //.'/ Auxil i.

i
is
doses
'" ont llecti-
vemenl [u' sept heu-
i que les cals-
icerls sont muets partir de
minud, i oup po-jr
i ' st . omme val
I Gii ral
lO sa
I /< irait n.r .,c (,ue les
soal plaints ref
d'allnr
d p r
: i lin iucIi i,
o i 9 La I) -
oit y a ordre.
iet
u
loi:
i;i GENERALE
Le qu'avec
se li de la
N itionale d s
I ( r, les cour-
us pour Caba-
i S liut-Marc

oui ces points
est dus les piuis n
2 1/2 p, m.

MIELLES
.

rua
' ,\s AISV
m a 1 .ub.-si-P*-, l'AKU



LE MVH.N -23 F-ner I
umm
SER/ICE NATIONAL DWIKE
tl DaUlSTMCE flbUjJt
SECIIJN DE EtibLMtc'iuil
{[] DE U PAOPASINDE
D'HYGIENE.

Bibliographie

ON BMIAnit DE SANTE
riHiSUJlk Ef MULE
O
Cinfrenca d'Hygine
et Cinma ducatif
Mardi, W lvrier 1932,4 5
hi ires 15 exicteuieu, aura
tii i la Salle d'Amitoinlede
l'Ecole de Mdecine lu cou li-
re ne mensuelle d'Hygine,
ac -.impagne de projections
ci lematogiapbiques.
Les parents et les iustitu-
lejn y sont cordialement in-
vits ainsi que la preste.
tU CONSTIPATION
On doit el oi peut viter
d'tre constip.La constipation
est cause par la vie sden-
taire, le manque d'exercices
physique, l'usage abusil de
l'auto, un rgime alimentaire ^
ralliu ou trop couccutre.tout
cela rendant les Inteitins pa-
resseux, leuts se contracter
pinr se librer des matires
q l'ils contiennent.t'est la ma-
ta lie la mode, trs grave
pourtant dans ses eflets el
es complicalious (abcs, lie
m irroldea, obstructions), ma-
11 lie des dames et des jeunes
Milles qui rpugnent ou qui
oublient d'aller rgulirement
a cabinet.
Les aliments digrs laissen
dei rsidus connue le bwi
brill donne de la cendre. Le
rosi lus pousss par les cou
tractions plus ou moins tortes
de l'intestin,vont s'.euimuKr
daus la dernire pottioo de ci
lube m s'arrter un peu plui
haut. Mais ils doivent lu
i j -tes au dehors toutes les
2 titurettrgulirement, sinon
ils se durcissent, se | ulretieui
et produisent des gz malu-
donnls, Les microbes qu'il*
contiennent fabriquent atoia
des poisons qui se rpandent
d uis le sang. Cet i mpoison-
neiiieni se mauilesle par ueb
maux de tte, l insomnie, le ,
latigaea, la dpression,la ni.m 1
taise humeur, la neurasth-
nie, etc.
Se librcr"les intestins uni
ou deux lois par jour est dt
ncessit absolue pour se bien
p .ner. Les purgatils^et le
lixulils ne doivent pas tre
substitus-aux tions de la
n iture, que provoquent ailnn
rablenient la pratique des
bportaet^t'USage abonnant des
Aliments vgtaux.
Voulez-vous rgulariser cette
loaction et combattre voir*
i mstipation ?
' Allez au W.C.chaqui matin
et attendes patienmueut.
COLOilH H C' IX
( LIGUE GOLNMEME )
i l h )ne : 2323
d QS ses no,, n..-"--
. vr.ges ; Le Cln.ni n du
Iheun, Keatez Jeune:
iL homme ne meurt pas,il
te tue t. Cela,on le sait depuis
que et chacun va le re-
. tant,sans grand prolit pou.
, i nue. Mais comment
t homme peu il vivre, bien
nvre, ei io igiemps "' On ni
i uns Ta jamais si clairemea
nibi utilement explique que
le Docteur Victor Pauchet
d os ses trois b es ou-
du Bon-
s ) ei
iVnlanU. Dposaoi un ins-
tant sou bistouri sauveui
i'minent praticie i -> laii i>^ i
au grand public des rsultais
de ses rflexions et de sa lon-
gue exprience mdicoebirui
gicale.Nous ne rechercherons
pas si cest 1 impression di
lumineuse evi leuce qui se
dgage de ces ouvrage, ou e
sisie. (amilier dans lequel u
ont crits, ou bien eucore tt
puissant souille de vie, te dy-
namisme qui! exhalent,qui
a le plus contnoue a leui
tonnant su ces. Un lait ei
certain : ils ont reucoutredaua
la monde entier un accuew
que conaisaent bien raremen
les uvres ne ce genre,et l<
., nomme ne tait que croit n
Une autre constaiatiou s un-
pobet l'observatiou des iegu
1,.- ur ilaracoai.Voy
98. venant directement d
New-Y irk sera ici le 23 crt.,
lOntlo B le m ne iour pour
Puerto-C ilombia, C irta^e i
i ristoba Qaa il Z i le, Kings
ton etc.
Le maniteste de ce norvi
reu par avion est h dis > I
sillon des clients dans no,
bon ue Egalit
et Dantesque t m :hes.
William E. BLEO
Agent.
m^mw* ^""< aMHMn^^naMvaaA as*aaaaa
Un dentifrice
n'est pas
un remde
i es Haute autorits
ent 1res lo prouvent.
jLZ PAS .LA PUISSANCE"
Par la brisure du Ple.
1 La pointe en mtal protge
ton re le renflement o i la
l.ri-ure du p'e.
2. Plus de lumire.
3. Plus longue dure.
I. Economie relle.
5.Traits exclusif.
MTAL CERCLE
PAS DE CIBE R0 i
La Beaut est
prcieuse !
pri ut
' de vie que prconise le Ui
' Victor lduchet a ressuscnei
flD pombie considrable de
malheurttti pour qui exis-
tence tait un supplice.
Une .< rescape , une ma.
iade sauve par l'enseigne
neul d tre, a eu Iheu
reuse ide d'extraire de ses
irois ouvrages l'easenliel de
cci enseiguemtnt. fcous le
une Conai i i et Penses du
Docteur Victor Pau h b,
archer a group les aphoiia-
nes pai quel ceiui ci a
exprime le plus fortement s.
peu set.
route p rsonn soucieus*
ie sa saute i de o bouheui,
iout pre de lunule, loui
i ucateur doit avoir coustam
meut ce precien* .petit livre
sous li main.
Aux ditions J. Oliven, > \
Avenue de L l* > a donuai
pans ( ViL)
[je* promesses de gurir h s
maladies des dents et des ge
lV, s r,u-riii de grands tort.
Rcemment, un homme cl<
science bien connu a lait l*an
lyse ce i boratoire de plusieurs
I). ns aucun d'eux
,i n'a trouv aucune propri
mouvant [urii la moudre m
a i nts.
Il n'y < seulement qu'une fonc
non qu'un dentifnce peut et
doi! i i avec succs. .. le
mcanique des dents
' i |am us prie id
us. Mail d a procl
|U ,, ; mit ux tes dents,
, i mou se i : u
,,.. s les moindres i" -
lit crev s> b d s dei l- t ch s
let unpUiels dan un lioi tl
tei ^tut.
Col jate rsi fait aussi en \
i. I i l'on Ire
La concussion
dans le Nori
Notre conlrie" Les Vnoalei
Capoisea , dans son dition ti
'.0 lvrier, dnonce vertemeil
la coneussion qui, dr.-il, eut ;
l'ordre du jour (fans lei nord.
L'acnsstion est grave II a'aji
i ait d'un personnage olflciel "
qui exigerait de chaque Mag>s*
Irai Communal de verser uni
valeur de CENT gourdes, poui
obtenir son prors-veibal d'-
laclioD. Et comme le dparti
ment du Nord comp'e JScon -
mmes, c'est une surniie di
2.800 gourdes qu'auu encais-
ses le "personnel ofBciel'*
dont il s'agit.
On n> peut SnppOS< i que DO
tre conlrre ail avanc pareils
faits sans en avoir la rertitnde
d'autant qu'il s'adres e, |>our le
re il ressment qui s'imposa di
rectement au Prside ni le la
Rpublique. Il appi i il ainsi
que l'atlaire, qui trouble assez
vivement l'opinion |n:l)li dans le Nord, di pSStl If cadr
rgional.
Si comme le demandent Le-
Annales Capises . une soq
est ordonne, on arrivera, p
et i p, ;i connatre les aateuia d
ce ;e vaste opration de conus
u qu'un gOUVl i iiement sou
cieus de s'i dignit ne peut le
leur.
Un curieux
procs
o -
C'eal celui qn's ntent i\ I
ut, M. Duracin V w I, bd< i
dont la fonction *ln -
n m, ei \> i; d'u
i,,,,,., e la Magisti i re. \ .
;v;ii soutient "u co i i u
lue di cet e loi, pai co s-
uel l'illgalit di su i< voci -
ion, el <'< l sl i 'l; '"'," "
il m. Cassa i aurs si | ro-
nonce
.. mmissa re nu Gouvi i
h meni a i om u fl l'urecevi I
,u- de la don mde. L'aOaire en
est a cette phase. *'< stlend
l'arrt du Tribunal Suprme.
EVEREADY
..1.1 M
i.ami'I s & BATTEWM
_ elles lurent tongtemp
Patentes dans le monda entier.
\,\2 '
I evur
>* Ihux WfH ^^
lb,Huele ITniveiait.l'ariH.
DMvi vint L)h LA LlNn .!>.>
UU Li FcVHiEH ItWi.
Le Diamant de la Hem-.
remire partie... l'--ul Ifou-
. i de l'Acadmie tran tse
h armements de l'AHera
e...
LTmproirue Elisabeth Au*
nicha,- I. 1837-1868... Maurice
o ogne, de i Aendem tran-
se
i m, CI D rmie
,e< g I taum, d
A d mu h ais
L'EspaRne Musulman*. H.
. rveil de l'espnl national..
ous Bertrand de Acadmie
ranaiaa.
[j(. prlude del'-ftYrsiv Alle-
. ,.,t. ( 1905. Camill. Bar
en '' Il itu'.
Silhouettes parlementaires
\1 Andr Tai dieu... Fid is,
Po-.ies : A .Molire... Jules
Ti nlier.
I/O .te la Manque.. Michel
i sow.
\u^, vn.' Gan lens, sculp-
i. ,, in Gnral ''e
( !.: lu Un
Notes et impressions
i n !" Iioln r.
I', ne littraire. Les aven-
., es spirituelles de Saiote-
Meiive... Victor Girand.
Des 'ivres SUr l'A. O. F An-
dr D maison.
Revue dramatique. Made-
moiselle... Rei Doumte, de l'A-
cadmie franc ise.
Hevue musicale. MaximiU
lien... Intrim.
NE PLAISANTEZ PAS
AVbC VOTRE
TEINT
Ne mettez aucun savon sur
votre figure jusqu' ce que vous
sachiez de quoi il est lait.
Le Savon l'almolive est ddle-
renl de beaucoupde savon, eu
ceci qu'il ne contient aucune
misse animale, aucun sud de
n'importe quelle qualit. 11 est
lait d'huile de palme et d olives.
C'est pourquoi le savon Dahno-
live est garanti pour la peau la
plus tendre. 11 est si pur que
20.000 spcialistes de beaut
sont d'accord pour le reconi-
ni.iiuler leurs clients.
Tic Ut ment de Ihai.t
Chaque soir... chaque matin...
faites une mousse crmeuse de
Savon l'almolive et d'eau. Avec
vos deux mains, massez-vous
bien la ligure pendant deux mi-
nutes, faites pntrer la mousse
dans vos pores.Maintenant rin-
cez compltement... sches en-
tirement, mais doucement. 11
donnera votre peau un ton
beau et jeune.
Vrifia si le Savon Palmolioe
i/ur vous (ulule: a la band
oire avec le moi Piilinolive
en lettres dores, lenveloppe
verte et le hceaii rouge-
si
JEUNESSE, oigutar,
charme Comment ne
( pendenl-il pus d'un
vrai neltoyatje avec un
: avon doux mais effectif:
Valmoive
I
"*i,e Savon Palmolive
est entirement l'ait
la machine. Aucune
main ne le louche jus-
qu' ce que vous dchi-
re/ l'enveloppe.
iOML^XjM^
ECHOS i
Le vi ut de la rlorme
souille a l'Administration coin
munale de l'ort-au-rrnce.On
y tait des coupes sombres.
Le iNouvellisleadit que.
ce n'est pas par erreur que
la bei veillante circulaire du
I secrlaiie d'Etal des Relations
l intrieures a nos agents di-
plomatiques et consulaires
l'Etranger a t publie, t'ar-
taii.
Nos ministres se repo-
sent sur la conversation du
einporisateur Dana Munro
pour laisser la banque s'en
H*y* : ilier en douceur sur le lleuve
perfide des ralits, dit La
Lihre 1 ribune.
Gonaves vendredi dernier i
i heures du matin. Li seule
maison de Mme Veuve Meaux
Alain a brle.
La conlerecces des augu-
res qui devait se tenir veo-
diedi dernier Damieni et
prside par M. A. Etienne
a t renvoye.
M. Fianck Chenet, direc-
teur techuique de l'imprime-
rie de l'enseignement Iproles-
sioun 1, nous a tait savoir
qu'aucun vol de papier n'a
eu lieu la dite imprimerie.
L'tait donc une tausse i'
vcllc.
M. Andr Bonny a t
nommcprolesseur de quatrij
me ordre au Lyce national
et iM. Delorme Alcindor, mil-
tre d tudes.
| Le Secrtaire d'Etat de
lm_.i.u... t, n____ lut
_ Lu incendie a clat aux l'Intrieur, M. Rsmpy, W

, iE.MTIOJiMEI.LEt
i ru
|,,(,-. 'OlO.iU*. lu' T-
i*a*asM>ur -SeraUdes Kt\fkM*2!
i hcvtrf
SOCItHr FRANAUifi
6S. ru* du F x\S-Otnii, PAU1S
Pour demain
I otre dition de de
,.., noire Irois'me article s< r
, i s fr/i lions administratives
art le traitant des
i, ,,y v, i v ci b installs a Dami^n
e> ta li iinen' de la place du
Marthe le la Cathdrale.
Chronique de la q'i'nziin.
Histoire oolitique...Ren Pinon.
PRIX DE L'APONNEMENT
Parti I n Jn Sii moi Trois moi;
Stinc Snnret Oi Dpart'n ent, et
r>lon 1 IranaifC' 106 fri n i 8 fr,
lranqer :
. s etni-'jril "
lil 130 fr- 6 1rs 34 fr.
P ijri a le n tarit
post.ll I^O lr 81 fr. 41IMO
tes aboi nefnents parlent du 1er
et du / de chaque mois.
Prix du Numro : 6 fr
SANS. PRESSION
Ce perlectionnemenl unique et exclusif uo
t'arkei assure l'criture sans eflort. Il nya
. asdelaligue pour la main ou pour les doigts.
En vente dans les bons magasins.
MOIIU & LAURN, DisTMBUTKins
P, O. Box M , Poiit-au-Phincb.
Nccrolociic

Esl dcd( e,dim mi he ma-
tin, en son do nieile sis i ue
Lamarre, l me I Petrus
re, ne h ;n<- Joseph
Ihlaire Mgu,
Les t n nra il le
ivant-hier apr li, a la
'ath Ira le, eu d'un
lu au convoi d'
ave
Toutes les Polices j
DE LA
R| .HO
(SUPER L PURAT1F
[ Le plu* ii".-. /.? plat romp et
[Le plus prat que i ux Colonies
IComb il M In Banf, d< !
IlaPi
I 3MB.
AR

I
I
La regrel
: i mre
at'Edgard ;
. ei
r eus
i
loulo '
pathiqui
1,!F ROYAL MAIL STF/iM
RACKET COMPANY
tei i< ulehra
de !
Poi
i
Age m Gnral,
^comprennent la ^Protection contrelaj
Foudre sans auamentation de tau>
le Boss fCo
Aqents Gnraux
C3


[j \fv.v
23 fvrier 1932
PAG.
Hlllllll
H
taCOIls'i
DoMtla renom m universelle a gard sa premire pi
Dl'iiki!IiI( ; :
r BAXCOURT
Dpit : Hue Csar.
Il FIE UN PETIT TOUR
TERKACE-GARDEiN
Chez W. KAIiL
Petionville
1.000 pieds d'yJiitnde L'tablissement le plus irais Je* en-
viions de Port ar -Pi in e.
Seulement 15 j.iuu'es d'auto sur uue excellente roule
t.'phalte. Vues mirvei 'eusesde la ville et Ju ^ort.
Boissons de ioi.Us espces.
Vrrangemeuls particuliers pour les pensions de jour de
semaine ou de mois.
ju excursion LOAne, jeu li
dernier.
Un grand projet de loi
iur le travail est. semf le til,
en prparation. Le ministre
Klienne y met la dernire
main.
M.Jcannot, infrieur en
diet des T. P. et M. Sbiller
Nicolas, du S. P. A s nt alls
dans l'Artiboni'e tudier les
possibilits d'irrigatb n de
cette plaine.
L'Opinion pense que
l'intervention Irrflchie et
anti-patriotique de M feorges
logera plac le pa\s dans
rne fausse position.
FORCE
SANTE-JEUNESSE
facilement et discrtement par le
GLANDOPHILE
des Lab. ORMOS PARIS
Notice Gratuite et Vente chez
P. SJOURN W. BUCH. Por,.a-Prinm
t autres Bonnes Pharmacies
Jw' iWai ttmtit : .,
MESDAMES,
! Pour tsindre vous-mmes tous I
I tissus, aucun produit n'gale
la 'MAURESQUE']
j TEINTURE MNACRE PERFECTIONNE I
Pharmacie Eugne PROU
bonnes ph.rniaciei et drorfuerles d'IlaTII
.ronVtutt C. FERCOO. strs-Par,
[r, \i'-.}.::iC\ 16.
Rue Ua>!u,
Remerciements
Mr et Mme Joseph S.Salomon
et leurs enfanls.Mr et Mme Vic-
tor M. Coicou et leurs enfants,
les ramilles Coicou, Salomon,
Chancy et Colin.remeirieut sin-
cretnent les amis tant de la
Capitale que de la Province qui
leur ont donn des tmoignages
de sympathie l'occasion de la
mort de leur regiette mre,
hellc-mre, grand mre, sur,
tante.'parente et allie :
M"" Vw Simkox Salomon,
NF. COLINE COICOU
Ancienne Directrice du Pensionnai
National des Demoiselles
et les prient de croire leur
profonde gratitude.
Avis
l.n Direction du Service
National de l'Enseignement
Prolessionnel avise les int-
resss qu'il sera tenu le 24
lvrier courant 9 h a. m.
en ses bureaux, sis Place de
la Cathdrale, un concours
pour le choix d'un professeur
de coupe l'cole p-tJession-
nelle de Jacmel.
Les cand'dats sont invits
s'inscrire tons les jours ou-
vrables de 8 h. a. m- 1 h
p.m.iusqu'ju 23 lviier exclu
Hivernent,
Port-au-Prince, le 15 tv.
1932-
i ni-' ** ..
Panama Paihoad Steamship Line
Service de fret el de passagers (tilie
Ecosse
France
Angleterre
iMrs G W ISHEDON k C 17, James Street, Liyeppool, England
THF FOlVfWING ARE OUR AGENTS AT PRINCIPAL,PORTS IN EUROPE
' ENGLAN, SCOTLAND, FRANCE.
IIbssssG. W. S11ELDQN& Co,
17. James Slrtet, Liverpool, Enjjlana
la FiT.ce Mik&isG. W Six''on & Co, are rrprcsented by the lollowin
lfi% ipnie'et idisdiMd ii\ cde t-an^oit de paMagrraftda fret en'-eliaiti
et ta noii EoiottDl,%: Ni* Yoik,el Crialobal, r.?nal Zone, Isthme Pai.ama.
Voici la liste de nos agents pour les pnucipeaux port de 1 Eeurope:
Glllatly I1ENKLY & Co
21 Rue de la Rpublique
NirrsdHe.
l'err.u Prou & Co Ltd.
53 Quai Georges V.
Havre.
Mernu Peron & Go, Ltd
Hue du Moi lin Videur.
Boi'lrp e sor Ver.
Messrs A BENMI Co,
21, All i garir. Cri.ei bague.
Oslo. KoawaT.
Intcri'.-'lif nol
Spe ditions Mx'i Oslo.
MM. Atlantic l'rrighi Corpn
Dallinhavis. Hrmburg 1.
Geioiauy!
M esns Atlantic Freight
rorporation
Germany
Me*srs Atlantic Freight
Corpn.,
24 Quim loi aens
Anlwerpse Belium,
IIfhnu Peron'A Cie Ltd
1)5 Rue des Maris,
l'ar.s.
JIehnu Peron & Co Ltd.,
Rue de Tranoi illil,
Dunkcrque.
lkrnu Peron & Co I td
9 Rue Roy,
Bordeaux,
Genoe, Italy.
Messrs EiBHRT Coe & Ci eue
Piaza b. Matteo N 15Gner
foTTENBURfl, S\vi DI.N
NordUk Express
Col h en bu rg.
Messrs Ati.ai.tic Fheight
oi v s
Kon Emmaplein
Rot'erd ni t i II nde
MetsrsJ Stebmann &. Co
Sous ex/rayons de i Lu
troncs Militaire :
L'Impudente
Proposition
Les eniilles franaises
ne sont pas vendre
o
l n membre du Parlement
amricain a en l'audace de
parler publiquement de la ces-
sion et not Antilles contri re-
mise de nos delt s /Amri-
que.
Une telle proposition son*
lve l'indignation gnrale.
Sous n avons pas lim une
luerre de cinq uns qui a //'*
br lA'sace et la Lorraine,
our aujourd'hui voir nos An-
tilles passer sous un dra/ eau
liaiyjer Elles nous soid aussi
chres (pie nos d parlements
continentaux, bous ne les
abandonnerons jamais.
' *l \ oici la lettre que les six par-
lementaires de la Guadeloupe
et de ta Martinique ont pris
l initiative d'envoyer au pn'si
dent du conseil :
4 janvier 1932.
Les reprsentants jxulrmen-
taires de la Guadeloup et de
la Martinique & Prre
Laval, prsident du Conseil.
Mr le Pisident du Conseil,
Des informations ritres,
de sources amricaine et an-
(tlatre, ont tait connatre an
grend public franais qu un
membre ou Parlement am-
ricain, prsident ou ancien
prsident d'une de ses com-
missions financires, M. Mac
Fadrien, aurait prconis rie-
vaut ses collgues l'abandon,
par la France et la Grande-
Bretague, de leurs colonies
de la mer des A .i les en pa-
yement de leurs dettes de
guerre aux Etals Unis d'Am-
rique. Il a mme t publi
que les milieux bancaires
londoniens en rapport avec
k M. Harrisson. gouverneur
*< de la Fdral Reserve Bank,
( sont partisans de la p opo-
siiii n rcemment taite par
M. Mac Fadden ri que cette
666
LIQUIDE oq en TABLETTES
Soulage les mani de
oula neviat"ie en 30 minutes, j
sjurit un r'icj l le piemi
louret la malaiia en troia
jours
666 sauve le bb du fro


' F '
m gn li pu i ;
cemment au cour*- des en
(retiens qni onl e < I
entre M. Lnun hill et Mon-
i sieur Bernard Barnch, I un
des banquiers i an i
t les plus influent
Ces informations ont pro
voqu la plus lg i ind -
gnstionl dans les rte-
nents frai is ri: s iris
lue nous avons l'honni ur il
reprsenter au Parlement na
Les Roses Blanches do
Gilmorc
Mer1 r par 11
Li i a vi-.
:
ni Mit H -,
. i ri o .
e ha il'-'1 i ,:,i,-m )s ( |.u i i
si
i C.VNDA
a reine Pc y
j reprsenter au Parlerai i na franaise
I iional. Aussi \ nus si r ions
ions obligs de nous laire instituant.
, u- n kl- la loules )lN ,,.,.
, llu '-1 i mo.vi,,;,, chez Sjud.i
loonaltre la ti neor exacte des
propositions laid s par \'. M. r
Fadden devant le l'. rlemenl
imricain et des circoi i lan-
ces qui ont acco a ou
Miivi de telles propositions.
\'ous dsirerions aussi s \ i
quelles dclarations le (i a>
ernement de la Rpubli \\ i
ranaise a tuiles ou ente d
ire pour couper imm li ni
ftiailtm

.
I
ranaise a tuiles ou eut d ^
idire pour couper imm b m
tnenl court a di .
aussi coutraires au droit i U :- f \ >
u rnational qu' i mi }. -
e ilm
Htionueile existant ti a
France et les tats Unis d'A-
mrique.
Veuillez agrer, Monsiein
le Prsident, les assurance ^
!

s '
CECI DAS LA 1 JE
- -i i .! i|-ii
i ; I -
il. la
! | (
Itioi il'
," ludr*
OOOK ^,
. UMONl 'Ju
ASSUREZ-VOU ;
la
Geni ml F M II1
J ssuixince d irporation Ltd.
(] i Ih ( Scoll ^
I, V P'
. i i ' n i i f 11
: i i
Lar ta sGI El I > < -
le mo ide
es Police e ii r < ,,-..
Ses Polici s poi i obilcs i rcul m p, don rvegi ?
causs a li ti ni
Ses Polici : les ( rj Hati.
Ses Polices contr, uni . |< s voya
fjurs dei ra nt donc BC( i,i,.,,i,
rau moins 4000 dollars, lu me annuelle u\ l que.di 20 dollars l\ C.
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
orv r%
ii i d
Il ^ I ['-i lrn le
s*. m\* > -ami
* m
mm
mm
LE FAIT EST INCONTESTABLE"
W h u ni S a r 12i e
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste lei riloire
runissant les meilleur: oirs
C'est ce qui fait son arino.
GOUTHZ HT COMPAREZ!

*r*i
mm***


Mardi
23 Fvrier 1932
Le Malin
4 ,P VIES
33 nwANNHiV -
P t au-l'rince
I l
,.-.. .UWJJMJWI
Lykes BroLhers SS C Inc
Texa& -Hati Santouoningo- Rico Porto
Ls seul service hebdomadaire n
Irt entre les ports du Golle du t< l
l" .ri-au-l'r iik e. Hati,
Pour la rc< pton rapide et
Importations, servez vous toujours d< LYKfc
es prochaines arrives a Port-au-Prince sont
Steamer iGenevive Lykel 1 I U vrh r I!
cu,.^,... Al.,.;-!,. r.,b... )/ Aviier 1
UNS.
i
S
JLes Meilleurs
JPoif r Bbs
parce que c'est la seule crale
qui I t
CUITE SANS FEU-
AU MOULIN-PENDANT 12 HEURES
Flocons d'Avcxse 3 Minutes
"Sleairer < Almrla Lykes
Steamer Mai gai el Lykea >
rjuieau: Rue du Magasin del'Etat, Bote Postale B
20 lvrier 1932
4 mais 1932
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
Dernires
nouvelles
scientifiques
A le plaisir dam oncer f
ve de de tes CHA* EAUX s lait, depuis le I janvier, au
N" 2027. l.RAND'RUF
tu lace de'sOD1 an- Il n local
Les Clients y trouveront nu
RCHE. I 1 F. GOURTOISIE.
Martinez, Marcelin & G0
BIRE NATIONAL
de la Biasscrie Nationale
Se vend pai loul OrO ,10
le verre malgr sa aauliic
suprieure.
i
l'n homme de Gorgie a
n ? e mcanique
laquelle des photos
I anoramiques peu-
prisi s avec des ap- |
pareils ordinaires de photo-1
graphie I
Plus de 600 vhicales !
avec n oteurs actionns p ir
l'bui n irculatioa en j
An, rre, principalement
des omnibus et de lourds ca-
mions commerciaux.
Le pav d'un inventeur?
, City troue lesi
pui 'as d'une automobile dont]
le conducteur mprise les J
avis de s'arr er.
lu sa va ni tranais d-
chue tre capable ddire l'oc-
cupation a'un homme pui
l'examen mi< roscopique de
re ti ouve dans m
monl
Un cadre pliant port ml
iliaires i
i,,v ni |>o.ir tre attach
mu liiu de leur per>
ire d'tre amarrs der-
rire li s automobiles.
A peu pi es 90 pour cent
de ii peint'..ie utilise an Ja-
pon sont labi iqus dans le
iin\ oductii n de l'an ne
uire ayant t estime
plus de L20 ()Oi) dollars.
Pour l'excution huma
:iit. i s animaux malades,
un lion me du Connecticut a
invent une boite dans la-
quelle il peuvent tre asphL
x s par te gaz d'chappe-
ment d'une automol ile.
On estime que l'Idi
consomme plus de cinq l)il
dons de yards le tissus"Mi
mi annuellement, desquels
prs la moiti est pro-
luite par les lubriques du
pa
- En vue de dcevoir les
bandits, un nouveau sac
main pour transporter l'ar-
geu mel un Ilot de g>/. la-
, i \ moj te quand il est eole-
v de la maie de l'homme
qui le porte.
Le Venezuela a cou truil
une m ute m > lei ne sur les
mont .ns d^s Au les pour
laire j : ction avec u ie autre
seml)' I 'c e i Colombie q;u i
,'l e u n e altitude de
14 001 pcls
|/i s un nouvel instru-
ment i our mesurer l'inteusi-
l de l'illumination, l'nergie
('e la lumire t le-mme
opre un comp eur qui enre-
gistre ouvertement sur un ca-
dran lectrique.
Parce que les coi des vo-
cales des tnmes sont plus
lgres et fonctionnent plus
aisment que chez les hom-
mes, rel ima il inoins d'el-
(ort pour en user, les femmes
parlent plus que les hommes,
d'aprs un s.vint allemand.
Un a pareil d'enregistr*
ment leeti ique a l invent
pour m ;llre 'Vpcuve la r-
sistanc des pardessus au
t roi d, montra t le nombre
les nu es le chaleur qui
passe i ira' er. divers textiles.
__Op n p jl'air comprim*
un an a et- il vent pour
nettoyer i< s transmissions el
batte p.n'omobi'es avec de
peau l'huile < haufle par
des i lectriques obtenues
tans l'appareil.
I)esh';ques poreuses ent
t inventes en Ang'< 'e- re poi r
tie insres dans des murs qui
t l'air chaud d'un building
|uand le veut souille, hair Irais
tant admis sans tirages quard
il n'y a pas pas de vent.
Des savants ont trouv
qu'un gallon de jus de certaines
varits de c c'us peut ; irifrr
10.000 galiona d'voo dans un
systme de i halliage a vapeur
et empcher 1 accumulation de
l'oxyde et de la rouille.
Le hpitaux russes Ion'
l'exprience de ihan.h es d'o-
praiion peintes en noir, les
chirurgiens et leurs aides por-
tent aussi des vlern uts noirs
pour attnuer la rverbration
usuelle des murs et vlements
blancs.
De lorl cables place dans
les barrires de croisements des
chemins de 1er sont invents
par un ingnieur de New-York
pour arrter les automobiles
qui peuvent s'y |eter, les bouts
(les cables se joignant q ad les
barrires sont abaisses.
me*
,
V il
.
Imurance Co
Une des ; plus fortes COMPAGNIES
IcANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSS fr Co
AaentsGc mx
i.~*
''Ori
W&T
'i
efetsc
V
SjT
Aux HypophotphlUi d Chu t Souda
et a
l'Huile de Foie de Morue
Agrable au gl el facilement
digestible elle ett U compkxe
rparateur de la Nutrition par
cxccllenct
Laboratoires REGAGN0N & Ci
Pharmacien*
:/ Gnral pour l'Exportation :
Ch. MAGNANT

rue
D
aviouc
PARIS. 16'
Laboratoire SJOURNE
DlRECTURS
F. Sjourn, Pharmacien
U. SJODBNB, Ph-.rmacien de^l'l'iiiversit de Paris
M. Sjourn, Pjiarmacitn le l'universit de l'atis.ancica
interne des Hpitaux de Paris
Analyses;des Urines,do sic gastrique, du sang ( \y*i-
sermann, Ure, C instante d'Ambaid, Glycmie). *
Des cra< hits. Des mat re-Qtccales.
AVIS AU COMMERCE
La Panama Hailroad Steamship Une a l'avantage d'as*
r.or.cer les dparts suivants de New York pour port-au-priacs
Hati, directement, durant le mois de Janvier 1932 :
Dparts de hcw \ork. Arrivages Poil au-Prince.
S|S Cristobal le 2 Fvrier 1032 le 7 fviicr 19M
S/S ^Buena^entura le 9 lv. 19.'12 Je 15 tvriu 11*
S/ Ancoa" le 16 Fvrier 1932 le 21 tviier 19131
Steamer] "Cuayaqnil*4 le 23 lvrer 'le 29 fvrierim
Panama Railroad Jtsamp'hip Line
JasH-C.VANREED
Agent Gnral
LE LAIT DANOIS
| ESBENSEN
S'EST ACQUIS, EN TRS PEU IE
TEMPS. LU FAVEUR OE H POPBLA-
IION D'HATI. GRACE A SA PURETE
Ei SA RICHESSE EN CREE.
De lout lrni|s le I; il mtoid est r-ron ir! ait
entants, aux m; Iodes et ;ux nourrices, tant p'r Ici n.we
un aliment ! de m-
ladics se lenrontrent p: ri >is dans \c lail acln l des mar-
chandes ambulantes, par niii'e lad >it'en tranduleiue ri>i
pollue On vite tout Innuer de c ntamioatlon en l^isart
usa se d'une maque d- l i conserv, de tout lepos, c.a-
sacr^par le W mp. |
l SJnI\ODrJiTS RS3KNSEM
Lait >i siens*
Lait ^'pm
I ail i n ; ; are
vous donuenlje niximum degarao ie. Exiges l'etie-ietle
ci contre.
Loterie Nationale d Hati
416, Rue Bmne.Fof, jPhone : 3358
La Loterie Nationalnt'lfslti est
une institution hautement hnmani'aire p*r la moHipHcM
d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une tkssce de biti
tre offeile aux hommes de tontes conditions de lorfune.
Kmi loys Fonctionnairf s, Ouvriers. Artisans, Salurisds
tons ordres, Gens de maison ( dointiqueS, ) sans parLr
leur budget moyannsnl di ux goud , peuvent Rg''er trois
mille gourdes Patrons de o.nmerce.Cbelsd'Induslie,parti
aux iusuffl >rr's d-s vr nies, par l'a hM d'un billet, qui vont
libre du o des N' lei i s \ rais Inguieurs.'.Ssm'f i is, Dputs (lrsa Dignitaires de Etat.Rprscntsots le llnte'Iectualit, Jear
i ali les.
Doiati l'exemple de vi're' iiaril ^ocla't.
Hci tiers, cspilalites, comme en j-ioaut, aufaaeulei ??
avoir.
Vous Ions qui li b't/> Haili. rmdes*lui service ra sakl
m billet de la LuTEME N' TIONALE D HATI.
Metiion
PRCG ES NOUVEAU
IHU.M NOUVEAU
"Fhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DEFIANT TOUTE MOIRE
(Aciivin Vierge
Ch z V. NAZON
DEPOT 'ANGLE BES RUES IH PEUPLE PI FERDU PH0NE:?m
i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM