<%BANNER%>







PAGE 1

.c iu. i.;2 ,.£* %  f;ip#rjur M w !" SIROP M DESCHIEM i > Hemoglobin* m Dtro, utaf.t OMCHIIM. t. *? .! Bu** rAIWS n M: 1ABANTESEPTMES MM H CMC k : NUMIGiltHtii CHOS Mr L £'• Lhi risson compte i n ( c mol* le lvriei 47 anne ilan I'i Dsegoemi ut, oui l'avoua dj I dil Ici sa cairie e a commence l'iuklituiiui Cauviu, eo 1885. M Lhi .sson %  profess a i Ecole ni re professionnelle dont il a • le Directeur,chrz —Le Hioiiitem ri 1"> lvrier lie les ll s tu id i incent I • le Prsident M > : -camion de h i ,! Irophe • Santiago d — M. Abe crl E al ries relation* exti d 11 iiii.ct M. V \ am o, v i ti il• d'EI 'i i relal: %  ici ieuresde Cul onl chac : %  des llgrai i k a l'o in du rime vt : ment. — Le gouvei nen cnl a i ris la sortie ris raras • nul n prsenlei i l< c-; i • te i ysans.Ms i cnleroni j sqi Pques el si i eadront dei ilomlres d s villes. i) m* nue II Un OUV i C ; du-. .i M. > .ici. or li Aimt. i que publ e II; Ili il %  . M, .1.;,; i Thomas, i || h te du I bil rope di Pci 1 de l < .{ qu'il miite "ui c mdaille i lioni ; '. t lui, i %  ne d ciic ,ins. i it..u tabl au ( • "I louneur el Mt i it isieurs I % %  v Co nnl n ss une i aint i oi upriue le lajm iralut e contre le*jnge;*l i j '. H imeau. — I 'M arrt i npo >• l'obligation n mai %  i is de toli un elai le '.'> mois, i i ms ii s banlic u< pu irra laire d< I o ie de 7 |heures d i i inuit. — L '.M arai Wil oro,n lapl de la i larde d'il nti, o i u la mdaille militaii i qui i u ii t dci rne pm le me M de la Rpubliqu — Avant-biei ea Propos Il 11 ni W w *"' a la i ion dans la i arrire le l'Enseignement o 11 s'esl consacr pentiant rie longues ,iniK es ec UD rare dvoue menl i_'cii cal ou le la jeunesse hatienne. h est le coi n ponriunl du I,I es! ce qu'il f&i l bureau in'ercHtionld'Educa • bui, c'est dire It u ()il di ln n-c. m de tous les parasi ;. en t • i d'agn ; siinguenl J,oii du :' %  %  %  cln ns li mi mis < s' une lite el i ici' d'autre El n o s cam >agn irds, de jour en jour, dsertent huis ups pour ren lie r dans 1rs s ilies se livrer au comLu J Jlt.i.tL ) 11 eph ) l : • %  Le vi ri liir irai • 7 iW. u: ni direct m m Ne A 1 k ra ici -• connu 11 m n i ur \x> i'uciui-L)l .nlna, i^rla^t %  > LriMobai, C al / tue, Kl i, ton etc. Le nianiieste de ce na i reu par avion est ;i la dis • siliou des clir.ns dans bon aui MS iiug' rue h* • et l)-nies-.|nM lucbes. \\ i, in E. nt. t M DE NOTRE lli.ll.;L ni Sa!l n que l'tat HJIII au jamais verse Vlonsn i Nicol s (eflrard dri'iis d'auteur s u r nu i : l vin National, t scuie i. puis t nviron trente ans i ms louti" les rounitestations lion I'I s. et dans loutes cet eu (.nies oflictelles? M i gr toutes ics rel mu iii.i la question t si ei co p > ante. .Nous sommes couva i tu que le (louverncu.e .H uel ler.i en tin durit % %  dni des dea aj mls-uroi \1 .. su ur tu 11 r ird, mon t u 19J >. L'auteur 'le La I)CSSJHniei in , il est \ rai, eut des I iint railles nation ri s, m il 11 lu ne saurait suffire, peu • I on, ..vcc ruts i merce. Les villes absorbei i ,ns. Nos pi.nues sou 1 M. (|t |, ., en plus descr ce I C.J i i -u.iiu \in u i.*n,qui, •. ,ii, ;. bord d'un pi il la I: :ivt i Be S i d a go d • Poi i au Prince : un ; ii, bel t iploil i ut i ; — (),. annonce l'in iu ; u alioi; i ochaine d'un i menl %  iderne pour combats de ltJu,^.. i esl maia il tau Ir |i %  iser i bien d'auti % %  • mo i Bal MIS. — "a a caplui i l-uu i u rade de Port-au i'i e puu du ventre duquel ou i irouvi. entr'autres t ; t. ndues, nn crne h uin. — <)i annonce i d'u u ligu d i i U' culture et, de di .an (jni sont appels fructifier. L>ans la plus i le chaumire dt m mtagues et de nos vallt -, le biscuit bobutte. di IVI la tarine de bl de pi •• vcai-ce trangre, est eu honneur, a pus la place de — I mel, on notl re Le i 113] les i is aband partit de leur rcoll de t o dc i s par le I cel ai Gela ne peut q raver ci se, — I on liai m as du loul decidt e re;,:. eaclavi quel la Itp. Doni, voud placer le* llailieus q i v greut. Un vi m eonn lire, a K •^ard. lu raction d gouvernement natioi — N -ds amis di i rejoutroi t i ertaioi mi al no is d apprendre que leur Ville M ia poi •i.Miii i ne put i la pi tioa i dUlribulton de \'i gie li cli ique.Un \ n ].. irai a t fi soumis au c na il dt N crti u i s d'Etat. — Hier matin, II) heures, devant une belle nue, un Palaisdi deJuatice,M I IVI Guillaume a pN li i i al com tue avocat du Bai i u de I aUPiiace. La bit i buuhane par le j g Bucculenies patates dont le i aysan hatien a presque perdu le got. lin lis nu'il en est ainsi lau la t lasse pro lueti Ice nol | uple, dans les vu i s. politiciens ergotent, le ua ilisrae vain et atuptde aux carreioui s. < hai a un plan li i nciei el pour ondoie His • t tif iilit/u %  •.s, le patates me pai le pi ys. Cette I on imbcile de maltraiter de braves gens a\ ni cess quand ceux-ci u i 1 la piot' i lion vigilante de loncliom aires ayant une li ute ci nce.de leur mis eprsentem t i n la %  dfaut. %  uses victimes .i. lali c d'ge tlorcem • i i qui s'adresse' (an demander justice. attirons l'ai lent ion de L S AR1ISTES FRANCAU TRIOMPHENT A VAR o—' Ce fut un vritable iom plie, un triomphe qu i n ais aucun groupe d'artistes n'avait pu connatre en I! ''. i :• sallet tirait l'aspect desgran Is jours, car le Tout Port-au j Prince lgant, reffl i e! dis tingoe ft'lail don'ip 'e dezvoiu cille reprrsntalion de galx dont nous •! gratifi avanl hier soir, Mes lames lane Verneuil, I ne M T e-, Messieurs Ralph < t 'y. Hn!r G< ids l es sepl heuii lu soir,on cornm 1 n ut rie] a laire la qui m la porte le Varits ; deVS t une salle le, que 'os ai listes i c un brio et une i n'tonnrent, ( i sonne. .lane Ver Ralph Cataly sont i Dis g's du Pupliraents. 1 -, • ii i non : i %  \ t rile, neuil PI dj l( s e blic — o 00 s r inuaculea moustiques foui ; Ui -l| mM eus seuls que toul dei icroces runies, .ils svmeni tlll p ilSi ,aBJe les geraaM. l x ctd'uulres maladies mortelles. lt -lesaes t.res qui vous MNII i.na. > upurisez du l-lil. i rouelles, mouatiques, puces, unis, miles, punaise?. caFurUa *\ ,. uuls. Mortel pour les mscics ., iimllensii pour i'iiomuu'. bin. incite. Ne tache pas. Ne confou,..s iliU-.vec traalres inseCOtxigeij it; soldat sur tmikiu nu I aiide neire. porisez mm K*H> ltT%*A Foui votre gar / tic,Flil n/st vendu qu'en bidons scells. i J. i LE • rsi 'i film qui sera l du din ait lie a Varits. < r son ne ne voudra manquer •n soire. Une' iaie SENSA%  s : sujei d'un romantisme bordant ( c'e*l on drame mour puissant el prolonl droulant au milieu de la ;. t ii r e t xotique d'un grand i maine rie c* nr agne i u xique) ; paysages n ervilux, dcora son ptueux. Vrai gai poui les yeux et pour cœur. Vous vivrez des heu%  s P gra bls en compagnie es dei x as i rie l'cran ) an Crawtotd et Hicardo ortez, et ri'auttes artistes rie lem. Danses, elvuls mutine bruits. Tout y est. Une i ire inoubliable, voil ce que "T. la reprse ilion de j dimanclx Varits, bl comme 1rs piix d'entre souti la porte de toutes Us bourses, nous sommes srs que lotit le monde ira \oir (C beau film. ADMINISTRATION GNRALE DES POSTES le public est vis quWc 'a reprise du trafic de II l'nmpacnie Nationrle de Chemins de Fer, les cour* riers quo'idicns pour Cakiret, Arcahaie rt Saint-Marc sonl rtablis. I a malle pour ces poiuh est le: nie, tous les jouri i 2 1/2 heures p. m. M Chaque Plume doiipusse par > i/.o rigides il* pectiens avanl d'tre place sur le stylo. Le maximum de soina d. ns la manufacture a*suie la lacilil d'crur. /:JI \rute dans les bons magasins. La Pluiue qui cci il Facilement Tai w old MOHR & LAURIN, DisritinuTiuBS P. O. box M, l'oni AI-PRTNO:. \I tli BU-PI ince l iplolcl r Fte thtrale Comme il l t annonc pr. ci 1 ni,, ih'rale or1 rres tles Pilles if|i ssi du Pensionnai Notre-Dame du Sacr Cueui, aroisst SI Joseph, aura heu le 8 i • i • i. le r de rideao se |. ra A ii heurea l du %  i •. Il y i.i .i i. u ploua el r In tchiasenu n'.*. rt tal : 1 gourde " WTk%nXOm aaaaaMMniBPllj S Toutes les Polices | I \ DE LA i i citations ai le n remercia. — Noa com pli m Oue luit le Ministre i ...r lo I Globules Rbaud I Mil i • > lait le 1 %  d'H peu moins de polili il i ii | u d'i dntni i Btion. de \ que le pays, i , e vue de qui parai rs le v ni o -comprennent la Protection contrelaj FonHresans auampntation de taux" I Pan %  d O > %  1 oui. m re sur %  • U A] 4 nos i ou ics uationcles? s. |1( grai %  I m 1 Ai 15OI-I.'O,U,.-JO vbltaij Ute. t.Lelloss $Co Aqents Gnraux



PAGE 1

M \T1\ t tiiicoiir nomm uo selle a gard su premiers plaa ^amande/; partout : L'N BAR! i)*l : Rue Csar. Vie sportive iRemerciements FAITES rfaa 1 ix *akaaa—U crme de noœbrtiMM aaaal f r -lu Luakf Sfrika Mult fr 1. jorft k frtlNMt Tm*m;t prt• le, ne serait ce que | oui ;i lmir< r lea belles ralisai!) ns .1 Conseil. &f holch revanche. Demain, i li heures p. p. Universitaire contre S -(••orges Club*. A I heures: liqu'pe Nationale conire les In'ptn anls. Les gilets noirs en te dent e surpasser et notre Equipe Nationale justifier la confiance du J publie. (Juel'jnVn son le rsultai, nous estimons qa • s loueurs hs'iens ont BKSZ dje pr> parai ion pour 'enitl ;n el le i 's • i'i its .!,. %  : \\ ; V r ic|i' %  • mis, ..non, Cha lrem >n| les amis lanl d ulule nue de la Pn 9 des lr.no i i ; njorl lanl parente et a I Kl il Xath el les prieul d prol itude. !-P f fit PUBLIEZ PIS OE FAIRE UN PETIT TOUR TEftRvr.E-f^BDEN Chez W KAHL Pctionville 1.600 pied d' U'Wdf L'tabliseemeol le plus lr MS les ervuons le I >-! i -l'iiu o. Xeuleirinl | minutes d' to sur une etrelhnte route esphallcc Vu s m rv., Icuses de la ville <•! iu i.ort. %  *' loules espces. ni (I Vri.> %  u'inen s pfli tii'uiieta>ire E oise France Mra. ('.. >T SflCDnM kC*— 17, James Street, LITKHPOOI, ENOLANO T!!K FOf'/OWlNG AREOUR AGENTKA PRINCIPAL I i iRTS IN tUROPE KNGLAK, SCOTLAM). FRANCE. MaWiG. W. SNELDQN A Co, 17, lunes Street, Liverpool, Knglana ! France, l*Vi>ri& W Sheldon &. V.o, aie represeoted hy ihe allowip Mca ip de t fin direct ttivlce detianaporl d paf *agerset du Iri en 1 lialli ra p< ils li'ir i u.n.vi Xcw Yoi l<,fl Ciisiobal. tm\ Zone, I.vllimc Pana ma, et Voici la lisire nn •* Cr>. 21. Allfngade, Copenhague. OSLO. NOWAY. Inlrrnationnl Spe ditionsielkap () 'o. MM. Atlantic Frcighi Corpn Dallinhaus, Hambuig 1. Geimauy M essrs Atlantic Pieight Corporation 'Germant Messrs AU; i lie Frei C • i ., l 0 rdaen Aii;werpw Mime, HRMJ PKON^A Cie Ltd 05 Hue des Maris, Par s. IlEftNU Pcron A Co Lld., Ri e de Tranquillit, 'Uunkerqur. Hernn Peron A Co' Ltd., 9 Rue Roy 4 Bordeaos, GENOE, ITA.LT. MiSsIf HENKY TOE &. I I Kl II l'iAZf.A S. MATTEO .N 15Gner O-Ti i:\ui -i-i; SWBDl N Nordi^k.Express. Cotbenburg, llrssrs ATLALTIC FREIUIT foap N Kon Rmmaidein RoPerdam ""'linde {^aaars 6TUMAIVM A Go A propos d'articles sportifs. Il e dit rlanala haute ihf sportive qu'un article publi par le cam rade A. Thard aurait provmjuf un cerimn abaliement dans le Conseil. Des Con-eill< rs el pas les moindre', s M raient i-lainis de l'ingratitude de leur ache du'ils ont toujours con'-i're < omme devant plu ol allier la sympathie, parois la crique eus uns et di s antres; ma s i on pas I attaqu sarcastique -i un lii,ch ri ite I U.S.S.H. Nous lcherons 'e relire l'article en question pour coni| rendre leur i lig atiou i i le es' jusl lie, • L'n ban en l'honneur des Equipes Hatiennes. Noi s rons tatous aveun plaisi' i ns mlange que la suspension du championnat a atliil 'e lanatisme des partisans de | a "Violette", du '• Recing", ce. Le match Equipe N 'ionale — Indpendants'" dont 1** act lient rsultat n'est d qu' la pivoyaoce du Conseil de Union et des Prsidents de Cli ba esi un signe n arq an' Ipus dcisif lai' vt rs la mr corde, "hool b 1 u s h Itiena, sa avec lyrisme no r am L' uis G iroute noi s aile > <., e vous lp maximum d >o!,, s | Ile et la plu ai Chevallii r:>v i \ us Bjoulo : P"'nt ri %  i ctarism Vivent lea joueurs !h tiens Jon rs internationaux, l\ gnralement adra s — el c ission, %  pier de la classe inl n io 'i\'ti i y i O I p .i' c irap : i "l'extrie r", 'm s au vant .' le cas K P %  lora de la p vi i e le me. — Vt. ru • V oli Ite sa i ha lieu..c du dsastre. Parti i Port au-Prince avec son bre\ i i ex< elli ni "avant* il lit ho ni aux couleurs sportiv ^ iiailu m es en %  iv lanl un 1 1 onche gai .i:' n de bu*. L capitaine de il ; iipe Nation 90 idr >i philo • ier I' i m gauchi 'i ITI 13ak. i L'on don consi loi d< 11 lui e, ombal in u • knoc k-oui" loii tre remp ac; qu'au surplus une ind g 'slion peut pi iv, M | ('.S. S 11. du concours d'un lment valeur. Par qui le remplac* i usiiou de sage prvoyance, dirons nous. Les i iants '-I. C lier, carica balat et I est aussi, en \\\ un bon avoii ll '' ; ri ts ai u m dnomms : Vnns, V iduu, Aigle Noii ; aujourd'nu : i -, i. oile H miei ne, i i noir Pi deo' se p'cor donner un tal civil "I L(jui| ducapitain e de Pi ce ". Nous espron r i liai Rer la Black en... quand ce club nui < l n on u par U S S II L ai. d; i i. • !• %  ( e d< Poi Pru 11 oua 'e baptisons a i nom de Ch v illier, le pri ; d i urjce S vaia, le (i s ; u Chenet, le S I Eprit. Equipe i niuersitaire A IJ h.il.--. Gin-Tal ij Dl MAIN SOIR I IMTMIN 1 Sur i n l< {ran La Dernire V lise l'iit h. l-nlr<\ • i' ; l: : L'n pbal inecs : Mv La Ville des Mille Joes M st ; '"• i ne italien G. Golloae, : • ich .• o G. M loi!• n II-, ,.••'•' 1 %  .... Entre : '.'. .".. I g. s. >.-• Ou dit .pi nos i iuli .i i ur dis s I i ; i i pli que, t du b s w ne d dre des du : le moins a [ue Cheuel BUI 'old bo u ii • %  sil m Ljuel chanci i \1 Ch ei I \4alcnes Janniique-Hati, s %  I 'l'roni d ns un attrayanl ar l !. • i pe. Il Steam l'acq tel %  I. J. BIGIO A nt Gnera", E V^-^PASTILLES^^• \ M I RAT O IV # L n.lu-. d. CHA11L 9UVO Grand Cal de France SOUS U DIRECTION AVISE El INTELLIGENTE DEIMONSIEUII ILDI OUI EST DEVENU L' ICI DE I1R PAIflIZl LE PROPRITAIRE OE CEI ETABLISSEMENT 001 N'A PAS D'GAL, LE GRAND CAt L OE FRANCE, OFFRE A SES AIMABLES. ET DIS IINGUES CLIENTS LES CONSOMMATIONS LES PLUS FINES, LES VINS DE TOUTE O/iNANCEUI CHOISIS. CIGARES ET CIGARE I I ES. Afl S PRIX DFIANT FOUTE iURRENCE. L'ACCUEIL LE PLUS INUERASA f FRE LE MEILLEUR TRAIT DU CRAND CAFE DE c RANCF.i Patrizi &C TLPHONE : 23A1. : LE FAIT EST INCONTESTABLE Bilniiu SaiM C'est la quintessence des meilleures Varits de cannes d'un vaste teiriloire runissant les meilleurs lerroirs, i Ces! ee cjtii tait son arme. GOUTEZ FT COMPAFŒZ % 



PAGE 1

Samedi 20 Fvrier 19H Le Malin Lykes l3rotliers SS C" Inc Hliffl Texas II iltl Lt ital i h Irt itre 1rs l'ort-iiu-l'riiK Pour la rce ti > i rapide et Accidents Rico Porto 1 1 i 1932 iompoin ,'ru.Ku ai lgres bles&ares BV c hmatome d i 1 vos i ela et la rgion pariimportations, servez LYKF te UNE.; Les p; :•( ii;j i ns >rt-a Steamer tGnev ""Sleairer \ n a L %  r 193 §team?r \11 i Lyke i mari 1932 bureau: Rue du Magasin del'E'ai, itale B i •-• • '• — • %  Vorciema, rue de la Madi leiue. llessure conluse on ti o n*ale. Versito, Carreiour c contose in ta< nias, 43 an*, Ine. Blessure coi 1 28 ans, rof .: e du •") orti il I n. % iure utJ • .a Manufactiin Hatienne d /-^ i w Y i • x chiea i c Chapeaux L Indigne on-Vil'e. a a la iae V i Ep(r' y" \ I %  pi ti ii' d' tenta de ses CHA EAUX I M er, an N 1 20?/. ni face (leVson'iin ien Les < lients y Ii BON MA Martinez, elin & C BIRI> NATIONAL de la Bi assc ie Nali nale Se vend pai toul ()r() ,10 le verre malgr s uaulile suprieure. Portail Sitranger de l'in%  %  i lisa, avenue Rois I o in< ire. blessure coude sourcilire j;aui; rier 1932 niant, 14 ans, rue Morsure de chien. .'le}', 9 nns, : i contose de i i an-, rue Car; 8 conluse du i lvm, Laine. Fracle de la clavicule | •o-llapliste, l'ortail ; sure contuse la mlalc. ite Uccna, 4 ans, Turi conluse de la oi tienne gauche. , 7 ans, Uran 1'i ontnae de la r e interne gauclie i e infrieure gauche. il hel, 10 ans, Ption* | ijuante du mdius gaucho. Ileuioiii .ln-Hapliste, 17 ans, i/. Blessure conJe la rgion postrieure du cou. nia, rue des Csars. Contusion du i Dlinois, rue Mone conluse lgre orale droite. 22 ans, Grand'Rue. Blessure contuse du nie. i r Mi liel.rue Tiremasse. tuse de la rgion u sourcil, 1 i r 1932 PU io, 15 ans.JCroii 4 piaes llerpti loaM Ps.riatis Conitif M Bouliu. Furondu Vuicti Ulctm Dparez ro trc S ang pari. I CUROMAL Votre MI Impur, il chari sdeu w"'; ilr• I il n a pu se iMiarrB.wr. e | c ( IH tradulsi ni en rntaU< : ; sf x "I b I . i % %  f • l-l-s. si douloururonclei, boulin au (! %  m.m."misons Insupportables. Ce sont enO tri r: i-* lllir6mM .ul sur •..;: pi> | un : • lit i H ou m giiui-.i rapidement peu rniec ir..u Curomai. Ci'i l.i n.. % %  lu-:. M % %  !! Il plu simple, la plu Donnait • i" 1 %  '"i" %  I l .di' plus i 23 planti "•> de "•• i et des mi declns de 1 antiquit, mai* dont Monsil On •. %  : i I. irinncien a, par dos prmodernes i lin* une foril i u .i %  .: %  %  mni i 'i Bxperlenee. ,. ,:i Le lucceaaco ironne seseaorts, i le Curomal guerll les maladie do la peau. t .-.-.' i,.-. dartre.i psoriasis, il'ni.iiigeaiMm. I irs, furonclos, bouKQtf 'jeres, douerillqu : r i ,i 'in -ut coin manl Hw CUFOBIAs. bolU pilule gi'nitt fl brucliur plmiiv*. !..mu bonnd ph. luacic*. Hrrpar pur II :IIAL I), phii-matlni, Uboralolre du Rhn, '. I MiN .ni I UNI ilmncfl •Xpil ;••>! ii. / riHtJ Pharmacie BUCH. 25!me ANNE. N* 7605 Port au-Prince Tlphone : 2242 Laboratoire SJOUR^ DlItKCTOM 1-. MJOLKM%, Pharmacien i MJOUHNH, Pharmacien de I L* ive site de P. A). .SJOUIS, Pharmacien de l'uiutersitde P.HJ interne de lpiiaai dParis Anly*es;d I Benens S Va', 23 in., L >is, 47 ans, Poste Varch nd. Foi e conta* si< n d>i po £ e Iro '. Dni Antoin", '2?> son Central Ries ure contus du cuir chevi lu. L JasH. C.TAN REED geat Gnral ; LE LAIT DA ESBENSE S'EST ACQUIS. EN 1RES TEMPS. L FAVEUR DE II 110 D'HATI. GRACE III ET SA RICHESSE EN De l t I r ni i s N li i naturrl rst rommni rnlM"-. aux ni ;• '• •• rt au nourr wes, 'art p-.r II un nlinn m • nu i. i i. M;iis r*es genres redciiitaMf ladies s rencontrent parfois dans le luit achete (h.-n s n buliinUs, par sni'e d'addition lruduleo pollue. Oriente icni ''nnger de r^ntjMiiDHiion en iisaiiP d'ine uri-e de lai' cou.*erv, de tout r|x| saci par le le M \ LE i,l 1U)!)UIT> SBENSEN Lait •:>i]drr&| Lait .epoi Lait en | oi dit vous donnent le mximum de garaotie. Eiigeil'* ci contre. AVIS Il connaissance qu'a partir du 2 t. ra, la rue l ches, pjs de oy, des lgu • mes.cc i noix de coco, etc. d( s ; o d lions avantager 1 .* ses. LEONS DE PiAMO Madame Justin Elie de re'oiu dans le pays olTre ses &( rvices a ix t n i 'es pour d Hait'. iendfz-lni '''jfjj %  ni'e billet de la LOEHIE N 1IONALE D'H' 1 C0MP/G ; I E GENERALE! TRANSATLANTIL ) Le p;qebo Pologne p ri de Bordeau le I lvrier, esait du -.. t-aa l r icele24 en loute pour S inli; go de uba et les orls rjn -1 H e et ;i rin m: rs %  i le mmi ci po i i :I via les p i, u No I Pi eito' Plata et s •j„ „ ( | p ,. prenant fret et passagers. Ce navire est le plus con Imitable de touscenx qui assu. rem rgulirement le service d Hall n £• K03B..IN, Agear. PROGRS NOUVEAj RHUM NOUhAVl Rhum dlicieux got ex< Prix rduit ALCOOL DFIANT TOUTE GONCI riolrin Vierge < c z N. NAZ^ DEPOT :ANCLE DES ntBWIPRfPLENf** f l



PAGE 1

Avilie ~!sm DITION! ; MANQUANTE



PAGE 1

Clment Magloire .DIRECT EL 1358. RUE AMERlCAiixt ia> TELEPHONE N2242 Aul< .1, .11 1 •"'•' -'l'I' il ^ S le* da la | .itr.e, eaux ( M mu ini| i ?nt ft DOU ci ihiH-iHi, sont i foriiu s I i -j le d oir. Lt le devoir, dans i cieoce bornle, prime tout. Il idoit occuper la d'houneur, jhi [ reiuira, dans nos proccupations. trdioal MERCIER. 25 r me ANNEE N* 7605 POI T-AU [NI E (H.MTI) .s VU .DI 20 FEVRIER l*t£. 1 es conditions de notre relvement Les restrictions administratives ncessaires ii En parlant du fusionnement uobable de l'imprimerie de 'Enseignement professionnel et de l'Imprimerie Nationale, nous tommes amens communiquer les renseignements suivants que notre enqute nous a permis de recueillir sur la cration de cette imprimerie moderne de l'Enseignement professionnel. L'ide de cette Imprimerie remonte l'anne 1924 OH notre collaborateur Auguste Magloire, alors secrtaire d'Etat des finance!, du commerce et de l'instruction publique, fit agra* par le Conseiller financier-receveur gnral, alors le Dr Cumberland. la ncessit de transformer l'Imprimerie Nationale en une installation moderne capable (l'ftculcr les travaux coulants i\\\ gouvernement ainsi que tous ceux pour lesquels celui-ci avait prie le pli de s'adresser l'tranger. Il n'tait nullement question, dans cet tat des pourparlers, de crer une imprimerie pour spprendre nos jeunes gens de manier la linotype, ce qui, dans noire situation, est un luxe (tant les pays pi us avancs, se dispensent volontiers. Ils adoptent, avec raison, pour renseignement des mtiers professionnels, le systme d'tablissements privs qu'on reconnat d'utilit publique et qui, le cas chant, sont subventionns. La pense d'appliquer notre systme tat mue un tel que d'accord, croyons-nous savoir, sur le fuit que, quant tu personnel de l'Imprimerie Nationale devenu en grande partie inutile, il serait reparti autant que posssibe au fur et n mesure dt l'exercice budgtaira.diins d'autres services publics et qu'un dernier crdit budgtaire serait inscrit son intention afin que ceux qui n'auraient pas pu tre nomms d'autres fonction! eussent le temps de chercher s'employer en dehors de l'Etat. Ce plan n'tait pas si mauvais, puisque, aprs cinq annes environ (l'une pratique o le Service Technique a pu faire sa tte sons aucun contrle de L'Etal el aujourd'hui que les riches dotations d'an tan viennent manquer, voil qu'on reparle de ce fusionnement de nos deux imprimeries.. Mais, dans cette opration, il serait bon (pie l'on n'envisaget que l'intrt du service public, que l'on se proccupt du sort de ceux qu'il faudra ncessairement remercier et (pie l'on se dcidt, n'importe les choix du gouvernement, n'installer la lte de l'imprimerie qu'un chef responsable unique qui, assist du contre-matre d'ailleurs la hauteur de sa fonction, suffi ra amplement administrer cet petit tablissement avec le concours du personnel technique el sous le contrle direct — sans parasites intermdiaires d'un dpartement ministriel, Celui de ALIX 30 annes ROY de succs. A vendre Un Bi rd en bo i i .Yadu ssi ; : HOTEL SEA VTEW —• COUItSIISDE CHEVAUX Dimam 1 e 21 et 23 fvrier 1932 1 heure 30 p. m. DTElfaSF DE LA PAN (I ASCO) Gde. 1.00 ICAI Ent rce vSur la M. -Nu enseignement de la linotype l'intrieur parait tout dsign tait d'autant moins indique dans l'espce, el, si l'on a que les placements de masoin d'avoir, pour chaque rhines linotypes par leurs dis* service— linotype, presse, reliure,un nombre sulit'ributeurs des Etats-Unis s'accompagnent de l'envoi d'un expert charg du montage et du fonctionnement de la niaSSirt d'assistants — lves, el une rglementation adquate, le nouvel tablissement serait C SOIR tic ande gnrale, -' %  ds,.M me Jane Vei'iicuil el M.Ralph Cutnly REDONNENT La Peur des Coups, N'iinouche, Le Court Circuil, Entre • 2, 3, 4 Gourde Rideau 8 h. 30. unie l.i priode tl i devenait plus courte, de l'ducation i! lemenl un pr< me de ral i, mais aus conservation. Les lentatn es de %  avaient t dsappoiu; nbl probable que [u de la ji lu bai reau devait Ire uni ilion gni >ocial,m irai el p I iiilatioii. Il sembhi I i i ce (prune inesi ittcmle. I-laolissemenl d'un m n |j ... n oie un n mer< n m i sa lu nvi ; lent l< eti ur qi i %  '• luii In dans roO<> -i \Q\ ignorant ne regards plusl'uilerme d importance a t entendu vention avec mfiance, mais faire la remarque qui] avait ele plutt comme une amie. Un inauparavant oppos a I interveucident typique mrite d'tre relion, mais quil est mamlat. Un olficiel du trait visitenent convamca du bien mitant l'intrieur du pays avait mense quelle a lait au pays fini sa tacha et tait soi le point et de la ncessit de sa contide s'en aller quand il remarqua .nation. un vieillard qui le regardait L'es;.-.! < ammotile. monuvec attention. Sa curiosit a'tr. d y a quelques anne,, pal veilla • il demanda au vieillard un petit groupe d Hatiana conla raison de son action tranUj. les Amnciillt. *^nouU ge. Il rpondit : Save/.-vous grsduell f"'^" 9 ^"?^"^ que je combattrais pour vous ^^^^^ { ainsi" que mes lils ? Auparavant d'avancer le bieu-lrs moral non n'avions pas la paix. Mes matriel d p uple lia.t.e. t iie \ mV.iaii.nl enlevs mes rnotre inler r imu en Hati, lalJdHMta3£$ta v,n, .se. .sur l obg.on._d_tij gra dfinitifs pendant l'anne expire. Durant les prcdentes sept annes, il y avait eu beaucoup plus de progrs que pendant les 10(1 annes prcdentes et, pour ce progrs rapide, un crdil mrit avait U accord la direction clairer el distingue du Prsident Borno. Il y avait eu des progi rapides en rhahil ,, svsncs dfinitive vers le gou vernemenl stabilis.n Il n'y eut de i fi enee aucune relstion entre les sua i passs el la prio le d' peu prs sept annes qui restait vaut l'expiration du trait. L'lment du temps et il %  lia De bonne lu ire, lau, i iode de tutelle amer ra d'Hati, trois ncessites un reconnues connue fondanients les : l'ducation, IJ rforme judiciaire el le rglement des |j Ire do pro| %  :l<. el bieu qu' cime d'elles n'eut t pis* par le h ail, spi ifiquemenl p e\rl isifemeul, sous le conlr amricain, toute i furent plu ou moins assinii! i pai ou par ( irconstu ces i i rs SUT 1rs nrii irec%  puoiiqu •. el entre i nu lion el 2 millions d'illettrs i i d'adultes ignorant! amricains, 1 1 fin de 1921), pare m me ni pour la pri fois.comparn ni publique les rsultats obtenus ncessits i i furent imi kioniiis pai la tache norra se devant eu? \ mi .aire fixa maintenant lu h.un' commis annes le temps i iremier s 1 (ans do la npri : ; il ien.Si u i i de\ ail ti ie les autres lribunuu> d r qurerail apparemment un C qui I III Il nricaiu : dans le s> ure, la seul,. |. du gouvern em en l qui ail maintenu s o u indpendam e avec le plus d j. L) e pi I d( y avoir un conti il cl s, ni |i uIV uiclion i i le pa\ -.; n ou ICI pi i's| ihibilil si i le li io II sembla en H) lii)u np| adopl ce h.i\ ail dsirable pourrait peu, mencer uvant l'expiration .1 it. Des statistiques i i preuve s oculaires indiqurent que li conditions d'existence les m i it, au moins supei i lleinent, en progrs, ma i au point de vue des ni essiti • d'I I i h. i u il pas clair que le ehan nieni ni spcialement siguifii . lit'. Il tait galemt'iil uillii de de terminer si J .. ,,, , ... nouvellement adoptes poui raienl oprer une diiniinilioii de croissance de la population. de. en l'absence de n %  pi iodiques, il tait %  n terminer si, i liais p que %  n i 'allons d'imp m , sug (I .'ill // ; l'is que cela, n sembla que l'an i do la i onsi inati i i m M1 du c< iircnl i ; : li.son des \ nli ah reprsenlalioa '• i ". %  < ni -Vari* gi r.d personaaM] i aux quinze tle< s'nerver parce qne !• M le rail pas l'luiire annm i e au progn m me. S'urI sa canne, il prlendit. en tan bourinsnl un charivsn endii li sur le parquet, (tonnai le signal d'une pro'estalion ^> nrale. Mail il fil solo, jusqu' 0.8 ; ai quel tranquille 11 remisa sa ( i anne. Moi RI l En, le vit alors Dut confus d'avoir oubli su ge el 10 i dcorum, louruer dans toutes les directions u itonn, malade d'un *oa* ire qui n'avait i ien le coinm ta i sourire clbre de la I >i onde* • ... %  vu l'antre s ur a Cii Vi i u < i, les pactat inn obli (>s d'ach ter des cai les de M o r>\>*. parce qu'aux guichets on vaii estim %  de b inn Rue re le prtendre qu'il ne i e>st t i lus de places .\ deux gourdc i ne lois Introduits, i's pareil onstater qu ils avaient i t mrtivita i n ei reur et iciemmeaL i e procd n'est pas coneil et ne doit pas eue renouvel. ... l'a vu entrer a l'Htel de I raii'-e, si se rendre directement |S (lune tlphonique de l'Etsb'issement, o il s'enferms pei.dant une heure. (),i entendsit psr instants des tjrj. hes de communication : Mer Frappe ... Tes jolis yeux ... Tu v-i n s, chrie ... Fa dore...a qnl Firent tout de sai'e comprea ira qu'a l'autre b ml du lil, il \avait un joli petit minois et un petit oeui i n euioi. ... voit qu'il est des accomodments avec le ciel. Contouront l'avis qui dtend aux lemnies de se prsenter l'Eglise n manches courtes, et poitrine nverte, i os moudaines ont magin d'avoir dans leur sac < main un petit corsage herm* \ tique, dont elles s? revtent d; le pristyle, mais qu'elles enlvent avec ensemble touchant ''es qu •, loffl :e chant, elles regagnent la soi lie. que, pendni l ... voit chque aprs-midi i Il vuv du Centre dis on doazj cals a ud tana ni chez uncon* Irrenom dglogue : Aie. ('.<>• ridon moins que ce ne .soit Is < on 1rs ire: Le bel .. L'entre fois 'arrts en passant un ami dr< r boni e. lem me ou enl Travail. Il ne semble p qi en i son ; d,.. Allll! m i u. I)hl l Pr pr n ; <• de lu ,, riode de dicl'adii de i mtes les ocii p. MI prs 5 1 *'" une h .n n'a .Ce est I irv;,lt l il adopl • p iur assu er, ,' 1 ( IIX ,i.. ( |J, s autant que d sure I. _:i e t 1 Dans >" uvcnl lr I e dernire anne li s expor1 e (,u I ni l i plus b Ci I pour tre pljs sure. n 11 il '• I'ŒIL du MATIN, rei ondif \ Condon. — Dana ce ce cas, reprit eFernand R ifson Hatien, enlr /. dans Dne voiture et laisrns un our a la i i.e America ne. Il lois de rire... Mais dans la soire, N rai ŒIL a tflectivablis pa nisiralii m,-. Il sembla que ipian I 1 >u un se reti coles i'i i ,. ||, •. Iran .frea au i m lins ment vn I un des interlocuteur*. 1 I II (le mdecin?l'avocat? Motus? I ni une consultation 1res on la rue Amricain. ,' ,,* U nais Je de l>15, a en vue d'assurer le 'non |Uuji!is,jaloux Imismaudena m'-'t v d-'ume n bouliei,;. la Ira qui.li. et I. it I H lin vend.e mes utoltes. bien-tre du peuple hatien, s -vole,, k mei.ca 1. Tu nmla et aid Nous Tels furent le* termes du raples prot pro (tSJlaUl&ns Sar vou I P ,J ' 1 au n*ut eommisMirs en tiens et proleaesurs pecialisl de Lout.cufur ses princij ur I, le .le .. voi que le Prlet Nol, qui l'ailleursan vieux porUauB profil de son cour. i pour faire relier queln rea prcieux, et que j c'est h tienne Cumille qaiWJH C A suture ). .oui ufaturelleuaeut adress.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06939
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, February 20, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06939

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
.DIRECT EL '
1358. RUE AMERlCAiixt ia>
TELEPHONE N2242
Au- l< .1, .11
' 1 "'' -'l'I'
il ^ S le*
da la | .itr.e,
eaux ( m
mu ini| i ?nt ft
dou ci ihiH-iHi, sont i for-
iiu s I i-j le d oir. Lt
le devoir, dans i cieoce bor-
nle, prime tout. Il idoit occuper la
d'houneur, jhi [ reiuira, dans
nos proccupations.
trdioal MERCIER.
25rme ANNEE N* 7605
POI T-AU [NI E (H.MTI)
.s VU .DI 20 FEVRIER l*t.
1 es conditions de notre relvement
Les restrictions administra-
tives ncessaires
ii
En parlant du fusionnement
uobable de l'imprimerie de
'Enseignement professionnel
et de l'Imprimerie Nationale,
nous tommes amens com-
muniquer les renseignements
suivants que notre enqute
nous a permis de recueillir
sur la cration de cette im-
primerie moderne de l'Ensei-
gnement professionnel.
L'ide de cette Imprimerie
remonte l'anne 1924 oh
notre collaborateur Auguste
Magloire, alors secrtaire d'E-
tat des finance!, du commer-
ce et de l'instruction publi-
que, fit agra* par le Conseil-
ler financier-receveur gnral,
alors le Dr Cumberland. la
ncessit de transformer l'Im-
primerie Nationale en une
installation moderne capable
(l'ftculcr les travaux cou-
lants i\\\ gouvernement ainsi
que tous ceux pour lesquels
celui-ci avait prie le pli de
s'adresser l'tranger.
Il n'tait nullement ques-
tion, dans cet tat des pour-
parlers, de crer une impri-
merie pour spprendre nos
jeunes gens de manier la li-
notype, ce qui, dans noire si-
tuation, est un luxe (tant les
pays pi us avancs, se dispen-
sent volontiers. Ils adoptent,
avec raison, pour renseigne-
ment des mtiers profession-
nels, le systme d'tablisse-
ments privs qu'on reconnat
d'utilit publique et qui, le
cas chant, sont subvention-
ns.
La pense d'appliquer no-
tre systme tat mue un tel
que d'accord, croyons-nous
savoir, sur le fuit que, quant
tu personnel de l'Imprimerie
Nationale devenu en grande
partie inutile, il serait reparti
autant que posssibe au fur et n
mesure dt l'exercice budg-
taira.diins d'autres services pu-
blics et qu'un dernier crdit
budgtaire serait inscrit son
intention afin que ceux qui
n'auraient pas pu tre nomms
d'autres fonction! eussent
le temps de chercher s'em-
ployer en dehors de l'Etat.
Ce plan n'tait pas si mau-
vais, puisque, aprs cinq an-
nes environ (l'une pratique
o le Service Technique a pu
faire sa tte sons aucun con-
trle de L'Etal el aujourd'hui
que les riches dotations d'an
tan viennent manquer, voi-
l qu'on reparle de ce fu-
sionnement de nos deux im-
primeries..
Mais, dans cette opration,
il serait bon (pie l'on n'envi-
saget que l'intrt du service
public, que l'on se proccupt
du sort de ceux qu'il faudra
ncessairement remercier et
(pie l'on se dcidt, n'importe
les choix du gouvernement,
n'installer la lte de l'im-
primerie qu'un chef respon-
sable unique qui, assist du
contre-matre d'ailleurs la
hauteur de sa fonction, suffi
ra amplement administrer
cet petit tablissement
avec le concours du person-
nel technique el sous le con-
trle direct sans parasites
intermdiaires d'un dpar-
tement ministriel, Celui de
ALIX
30 annes
ROY
de succs.
A vendre
Un Bi rd en bo i i
.Yadu ssi ; :
HOTEL SEA VTEW

COUItSIISDE CHEVAUX
Dimam1 e 21 et 23 fvrier 1932
1 heure 30 p. m.
DTElfaSF DE LA PAN
(I ASCO)
Gde. 1.00
ICAI
Ent
rce
vSur la
M. -Nu
enseignement de la linotype l'intrieur parait tout dsign
tait d'autant moins indique dans l'espce, el, si l'on a
que les placements de ma- soin d'avoir, pour chaque
rhines linotypes par leurs dis* service linotype, presse,
reliure,- un nombre suli-
t'ributeurs des Etats-Unis s'ac-
compagnent de l'envoi d'un
expert charg du montage et
du fonctionnement de la nia-
SSirt d'assistants lves, el
une rglementation adquate,
le nouvel tablissement serait
C SOIR
tic ande gnrale,
-'' ds,.Mme Jane
Vei'iicuil el M.Ralph Cutnly
REDONNENT
La Peur des Coups,
N'iinouche,
Le Court Circuil,
Entre 2, 3, 4 Gourde
Rideau 8 h. 30.
unie l.i priode tl i
devenait plus courte,
de l'ducation i!
lemenl un pr<
me de ral i, mais aus
conservation.
Les lentatn es de
avaient t dsappoiu-
; nbl probable que
[u de la ji
lu bai reau devait
Ire uni ilion gni
>ocial,m irai el p I
iiilatioii. Il sembhi
I i
i ce (prune inesi
ittcmle.
I-laolissemenl d'un m
n |j
... n oie un n mer< n m i sa
lu nvi ; lent l< eti ur qi i ' lui-
i In dans roO<> -i \q\
/< nar net, imprim par e irur.
" ne ut tu, corstn'ant qu'il
il di arail pas secon l, il laissa !e
(bine durant un certain temps dispens de relever du ser-
( variant entre trois I six se- rice de l'Enseignement pro-
maines). avec obligation de fesaionnel.
former, dans cet espace, trois Celte rforme s'accompa-
vlves appels prendre la gnerait d'une compression
suite de l'expert. I budgtaire qui. serait autant
C'est ce systme qui avait de gagn dans notre situation
t envisag pour I trans- actuelle,
formation de l'Imprimerie Na-
tionaleet on tait tomb prs ( suinte).
Janvier lti2y. En gnral, sa agricoles amricains el 10
reTuede l'anne prcdente lui entants hatien
optimiste. Dans son opinion, il i amricain de rinstrutiion. Il
tait vident que le travail de I avait prob enl H tuaient actuellement
rhabilitation rail fait des pro- fanls en a^c d'aller l'coledau i
la R|)ubluiue. el entre I
.Vous ex tintions du chapitre \ I du Hure ie Ur iiHlpnutjh.
Hati socs m: Controls Aui.aicain , les pasaagea suivants qui
ie manqueront //., nous fesproa?, d'intresser nos lecteurs:
T
ransition 1929-1130

Il est particulirement d)- < Encore, tout rcemmenl.un
taysaii ancien gnral naUiea ! nom- i
une d'tre not que te i> .
ignorant ne regards plusl'uiler- me d importance a t entendu
vention avec mfiance, mais faire la remarque qui] avait ele
plutt comme une amie. Un in- auparavant oppos a I interveu-
cident typique mrite d'tre re- lion, mais quil est mam-
lat. Un olficiel du trait visi- tenent convamca du bien mi-
tant l'intrieur du pays avait mense quelle a lait au pays
fini sa tacha et tait soi le point et de la ncessit de sa conti-
de s'en aller quand il remarqua .nation.
un vieillard qui le regardait L'es;.-.! < ammotile. mon-
uvec attention. Sa curiosit a'- tr. d y a quelques anne,, pal
veilla il demanda au vieillard un petit groupe d Hatiana con-
la raison de son action tran- Uj.les Amnciillt. *^nouU
ge. Il rpondit : Save/.-vous grsduellf"'^"9^"?^"^
que je combattrais pour vous ^^^^^{
ainsi" que mes lils ? Auparavant d'avancer le bieu-lrs moral
non n'avions pas la paix. Mes matriel d p uple lia.t.e. t iie
\ mV.iaii.nl enlevs mes r- notre inler r imu en Hati, la-
lJdHMta3$ta v,n, .se. .sur l obg.on._d_tij
gra dfinitifs pendant l'anne
expire. Durant les prcdentes
sept annes, il y avait eu
beaucoup plus de progrs que
pendant les 10(1 annes prc-
dentes et, pour ce progrs rapi-
de, un crdil mrit avait U
accord la direction clairer
el distingue du Prsident Bor-
no. Il y avait eu des progi - ra-
pides en rhahil ,, -
svsncs dfinitive vers le gou
vernemenl stabilis.n
Il n'y eut de i fi enee au-
cune relstion entre les sua i
passs el la prio le d' peu
prs sept annes qui restait
vaut l'expiration du trait.
L'lment du temps
et il lia
De bonne lu ire, lau,
i iode de tutelle amer ra
d'Hati, trois ncessites un
reconnues connue fondanients
les : l'ducation, Ij rforme ju-
diciaire el le rglement des |j
Ire. do pro| ' :l<. el bieu qu'
cime d'elles n'eut t pis*
par le h ail, spi ifiquemenl p
e\rl isifemeul, sous le conlr
amricain, toute i furent plu
ou moins assinii! i pai
ou par ( irconstu ces i
i rs SUT 1rs nri-
i irec-
puoiiqu . el entre i nu
lion el 2 millions d'illettrs i i
d'adultes ignorant! .....
amricains, 11 fin de 1921),
pare m me ni pour la pri
fois.comparn ni publique
les rsultats obtenus
ncessits i i furent imi
kioniiis pai la tache norra
se devant eu? \
mi .aire fixa maintenant lu h.un' commis
annes le temps i
iremier s1 (ans
do la
npri
: ; il ien.Si u i
i de\ ail ti
ie les autres lribunuu>
d r qurerail appa-
remment un C qui
I III Il
nricaiu : dans le s>
ure, la seul,. |.
du gouvern em en l qui ail
maintenu s o u indpendam e
avec le plus d j. L)e pi
I d( y avoir un conti
il cl s,
ni |i u- IV uiclion i
i le pa\ -.; n ou ici
pi i's| ihibilil si i
le li io II sembla en H)
lii)u np|
adopl ce h.i\ ail
dsirable pourrait peu,
mencer uvant l'expiration .1
it.
Des statistiques i i preuve s
oculaires indiqurent que li
conditions d'existence les m i
it, au moins supei i
lleinent, en progrs, ma i
au point de vue des ni essiti
d'I I i h. i
u il pas clair que le ehan
nieni ni spcialement siguifii..
lit'. Il tait galemt'iil uillii
de de terminer si J .. ,,, , ...
nouvellement adoptes poui
raienl oprer une diiniinilioii
de croissance de la population.
de. en l'absence de n
pi iodiques, il tait
n terminer si, i
liais p
que n i
'allons d'imp m ,
sug
(I !
.'ill // ; ,
l'is que cela, n sembla que
l'an i do la i onsi
inati i i m ,M1
- du c< iircnl i
;
: li.son des \ nli
ah reprsenlalioa
' i ". < ni -Vari*
gi r.d personaaM]
i aux quinze tle-
< s'nerver parce qne !
M le rail pas l'luiire
annm i e au progn m me. S'ur-
I sa canne, il prlendit.
en tan bourinsnl un charivsn
endii li sur le parquet, (tonnai
le signal d'une pro'estalion ^>
nrale. Mail il fil solo, jusqu'
0.8
; ai quel tranquille 11 remisa sa
( i anne. Moi ri l En, le vit alors
Dut confus d'avoir oubli su
ge el 10 i dcorum, louruer
dans toutes les directions u i-
tonn, malade d'un *oa*
ire qui n'avait i ien le coinm ta
i sourire clbre de la I >-
i onde*


... vu l'antre s ur a Cii
Vi i u !< i, les pactat inn obli (>s
d'ach ter des cai les de M o r-
>\>*. parce qu'aux guichets on
vaii estim de b inn Rue re
le prtendre qu'il ne i e>st t
i lus de places .\ deux gourdc
i ne lois Introduits, i's pareil
onstater qu ils avaient i t m-
rtivita i n ei reur et iciemmeaL
i e procd n'est pas coneil et
ne doit pas eue renouvel.
*
... l'a vu entrer a l'Htel de
I raii'-e, si se rendre directe-
ment |S (lune tlphonique
de l'Etsb'issement, o il s'en-
ferms pei.dant une heure. (),i
entendsit psr instants des tjrj.
hes de communication : Mer
Frappe ... Tes jolis yeux ... Tu
v-i n s, chrie ... Fa dore...a qnl
Firent tout de sai'e comprea ira
qu'a l'autre b ml du lil, il \- avait
un joli petit minois et un petit
oeui i n euioi.
... voit qu'il est des accomo-
dments avec le ciel. Contour-
ont l'avis qui dtend aux lem-
nies de se prsenter l'Eglise
n manches courtes, et poitrine
nverte, i os moudaines ont
magin d'avoir dans leur sac
< main un petit corsage herm*
\ tique, dont elles s? revtent d;
le pristyle, mais qu'elles enl-
vent avec ensemble touchant
''es qu , loffl :e chant, elles re-
gagnent la soi lie.
que, pendni l
... voit chque aprs-midi i
Il vuv du Centre dis on doazj
cals a ud tana ni chez uncon*
Irrenom dglogue : Aie. ('.<>
ridon moins que ce ne .soit Is
< on 1rs ire: Le bel... L'entre fois
'arrts en passant un ami dr<
r boni e. lem me ou enl
Travail. Il ne semble p qi eni son ; d,..
Allll! m i u- .....
I)hll Pr pr n ; < de lu ,, riode de dic-
l'adii de i mtes les ocii p.mi prs 5
1 *'" une h .n n'a .Ce est I ir-
v;,lt l'il' adopl p iur assu er, ,'1(.IIX ,i..( |J, s
autant que d sure I. _:i et 1 Dans
>" uvcnl lr I e dernire anne li s expor-
1 e (,u I ni l i plus b
- Ci I pour tre pljs sure.
n 11 il ' I'il du Matin, re-
i ondif \ Condon.
Dana ce ce cas, reprit eFer-
nand R ifson Hatien, enlr /.
dans Dne voiture et laisrns un
our a la i i.e America ne.
Il lois de rire... Mais dans la
soire, N rai il a tflectiv-
ablis pa
nisiralii m,-.
Il sembla que ipian I
1 >u un se reti
coles i'i i ,. ||, .
Iran .frea au i m lins
ment vn I un des interlocuteur*.
1 I II (le mdecin?l'avocat? Motus?
I ni une consultation 1res
on

la rue Amricain.
, ,' ,,* U nais Je de l>15, a en vue d'assurer le 'non |Uuji!is,jaloux
Imismaudenam'-'t v d-'ume n bouliei,;. la Ira qui.li. et I. it I
h lin vend.e mes utoltes. bien-tre du peuple hatien, s -vole,, k, mei.ca
1. Tu nmla et aid Nous Tels furent le* termes du rap- les prot pro
(tSJlaUl&ns Sar vou I P,J'1 au n*ut eommisMirs en tiens et proleaesurs pecialisl de Lout.cufur ses princij
ur
I, le
.le
.. voi que le Prlet Nol, qui
l'ailleursan vieux porUau-
B profil de son cour.
i pour faire relier quel-
n rea prcieux, et que
j c'est h tienne Cumille qaiWJH
C A suture ). .oui ufaturelleuaeut adress.





.c iu. i.;2

,.*
f;ip#rjur
M w SIROP M
DESCHIEM
i > Hemoglobin* m'
Dtro, utaf.t OMCHIIM. t. *? .! Bu** rAIWS n M-
: 1ABANTESEPTMES MM H CMC
k : NUMIGiltHtii
!
CHOS
Mr L ' Lhi risson compte
i n ( c mol* le lvriei 47 an-
ne ilan I'i Dsegoemi ut,
oui l'avoua dj I dil Ici
sa cairie e a commence
l'iuklituiiui Cauviu, eo 1885.
M Lhi .sson profess a
i Ecole ni re professionnelle
dont il a le Directeur,chrz
Le Hioiiitem ri 1"> lvrier
lie les ll
s tu id i incent
I le Prsident M > :
. -camion de h i ,! Irophe
. Santiago d
M. Abe crl
E al ries relation* exti
d 11-iiii.ct M. V \ am o,v -
i ti il d'EI 'i -!i relal:
ici ieuresde Cul onl chac
: des llgrai i k a l'o
in du rime vt : ment.
Le gouvei nen cnl a
i ris la sortie ris raras
nul n prsenlei i l< c-; i .
te i ysans.Ms i cnleroni
j sqi Pques el si i eadront
. dei ilomlres d s villes.
i) m* nue II Un OUV i C
; du-. .i M. > .ici. or li
Aimt. i que publ e II; Ili
. il.. M, .1.;,; i Thomas,
i || h te du
I bil rope di Pci 1 de l
< .{ qu'il miite "ui c mdaille
i lioni ; '. t lui, i
ne d ciic ,ins. i it..u tabl au
( "I louneur el Mt i it
isieurs I v Co
nnl n ss une i aint
i oi upriue le lajm
iralut e contre le*jnge;*l i
j '. H imeau.
I 'm arrt
i npo > l'obligation n mai
i is de toli un
. elai le '.'> mois, i
i ms ii s banlic u<
pu irra laire d< I
o ie de 7 |heures d i
i inuit.
L '.m arai Wil oro-
,n lapl de la i larde d'il nti, o
i u la mdaille militaii i qui
i u ii t dci rne pm le
. me m de la Rpubliqu
Avant-biei ea
Propos
Il 11 ni W w * 11U1 lilUl^r) Cai rael, a I coli We devenue,
. a pien-Alm est an
suprieur. Il faut, san
Il procl iiimt.
i v i cela. Admn
ce concitoyen qui
e
1 de la lolerie nation
., i; c insti uction d'une
' Kl ce qui ajoute
le d'un pareil ; i
. com| im'ui du coin
ne ol
. d'un prit et d'une
|j (| e M, Cldanoi
i m dans
i..... econtr lire foi
linir i leurs d'ici oui
1.....ge de leurs senli-
. Je lui Faii envoi d'un lui de
mil i SARTH CACHET D'OB, le
suneiln produit national.
11 l'cole No maie. Il est la
tte du ( l Lu ver.uie
depuis 1896. Il a t Inspec-
teur l. nei 1 de l'instruction
Publique.
- Membre f de diverses com-
missions p riagogiques, orga-
nisait e a cori t spondance
u,it i- ei.i.i-i, l'un des tonda-
ient l'Association des
an ml s du Corp* Ensei-
ni, du Comit Hatien de
; Iranaise, elc. il a
l volumes sur l'Instruction
Puu
Mi in i isSOD a reu une
mdaille l r de ses ancient
vea en V 27 et deux nu
ii.nllt s e 'Alliance Iranaise.
Le liouv inement 'Hatien,
en di ( ii I e 1928, lui a
i, cerne la mdaille Hon-
neur el Mi rite avec celte
Que fait le D-
partement de
i1 A rrr'nnltnrp 9 mention: Mi L. C. Lhrisson
1 xVlJ I it/UllUl C I Ig-esl distingu par les services
V reniai (ju I es j'i'il a rendus
rert LE Pays /'"
ce titre son ditoriat
de i ternier d'o nous li-
, $, : sage suivant:
.. Le Service T Chili >"' '
a la i ion dans la i arrire le
l'Enseignement o 11 s'esl
consacr pentiant rie longues
,iniK es ec ud rare dvoue
menl i_'cii cal ou le la jeu-
nesse hatienne.
h est le coi n ponriunl du
i,i es! ce qu'il f&i l bureau in'ercHtionld'Educa
bui, c'est dire It u()il di ln n-c.
m de tous les parasi
;. en t i d'agn
; siinguenl
J,oii du :'' cln .
ns li mi mis < s' une
lite el i ici' d'autre
El n o s cam >agn irds, de
jour en jour, dsertent huis
ups pour ren lie r dans
1rs s ilies se livrer au com-
Lu J Jlt.i.tL )
11 eph ) l: '
Le vi ri liir irai 7
iW. u: ni direct m m
Ne a 1 k ra ici -
connu 11 m n i ur \x>
i'uciui-L)l .nlna, i^rla^t>
LriMobai, C al / tue, Kl i,
ton etc.
Le nianiieste de ce na i
reu par avion est ;i la dis
siliou des clir.ns dans
bon aui ms iiug' rue h*
et l)-nies-.|nM lucbes.
\\ i, in E.
, nt.
t M DE NOTRE
lli.ll.;L ni
Sa!l n que l'tat HjiIi
au jamais verse
Vlonsn i Nicol s (eflrard
dri'iis d'auteur s u r nu i
: l vin National, t scuie i. -
puis t nviron trente ans i ms
louti" les rounitestations
lion i'i s. et dans loutes
cet eu (.nies oflictelles?
M i gr toutes ics rel mu
iii.i la question t si ei co
p > ante. .Nous sommes cou-
va i tu que le (louverncu.e
.h uel ler.i en tin durit
dni des dea aj mls-uroi
\1 .. su ur tu 11 r ird, mon t u
19J >.
L'auteur 'le La i)cssjh-
niei in , il est \ rai, eut des
Iiint railles nation ri s, m il
11 lu ne saurait suffire, peu
I on, ..vcc ruts i .
merce. Les villes absorbei i
,ns. Nos pi.nues sou
1 M. (|t. |, ., en plus descr ce
I C.J i i -u.iiu \in u i.*n,qui, '
. ,ii, ;. bord d'un pi
! il la I: :ivt i Be S i d a go d
Poi i au Prince : un
; ii, bel t iploil i ut i ;
(),. annonce l'in iu ; u alioi;
i ochaine d'un i menl
iderne pour combats de ltJu,^..
i esl maia il tau Ir
|i iser i bien d'auti mo
i Bal mis.
"a a caplui i l-uu i
u rade de Port-au i'i
e puu du ventre duquel ou i
irouvi. entr'autres t ;
t. ndues, nn crne h uin.
<)i annonce i
d'u u ligu d i i
U' culture et, de di
.an
. (jni sont appels
fructifier. L>ans la
plus i le chaumire dt
m mtagues et de nos val-
lt -, le biscuit bobutte. di ivi
la tarine de bl de pi
vcai-ce trangre, est eu
honneur, a pus la place de
.
I mel, on
notl re Le i 113]
les i is aband
partit de leur rcoll de t o
dc i s par le I
cel ai Gela ne peut q
raver ci se,
I on liai m
as du loul decidt
e re;,:. eaclavi
quel la Itp. Doni, voud
placer le* llailieus q i v
greut. Un vi m eonn lire, a k
^ard. lu raction d gouverne-
ment natioi
.N-ds amis di i .
rejoutroi t i ertaioi mi al
no is d apprendre que
leur Ville m ia poi
i.Miii i ne put i la pi
tioa i dUlribulton de \'i
gie li cli ique.Un \ n ].. .
irai a t fi soumis au c na il dt
N crti u i s d'Etat.
Hier matin, II) heures,
devant une belle nue, un
Palaisdi deJuatice,M I ivi
Guillaume a pN li i i al com
tue avocat du Bai i u de I
aUPiiace. La bit i
buuhane par le j g
Bucculenies patates dont
le i aysan hatien a presque
perdu le got.
lin lis nu'il en est ainsi
lau la t lasse pro lueti Ice
nol | uple, dans les vu i s.
politiciens ergotent, le ua
ilisrae vain et atuptde
aux carreioui s. < ha-
i a un plan li i nciei el
. pour
ondoie
His t tif iilit/u '
.s, le patates s il.ms nos plai
,vec cela, nous avoni
r L'opinion lu.,, m '.'''dancedt voulu .
uas du loul decidt
le rHin n eaclavi m '
ruus ntiiis pay n le ;
u'aigiir coutie u us etu
ur positi m'toot prts
ous secourir eo tas d'a-
;
is qu'avon nous la il
m us mme? el qui bi
. e rro Irrr tant It
SU pi n ?
( .,i sOUt lis ni -lires sus- j
epubli s de nou laire mi
priser la tti de de nos
^i aiuls el pi iss 's ii l( C
ic'ii s, les mt sun s qui ou
permelti ont rie nous passer
Is moulins et tics
inricalns, ri e s
I lnrio-''.liii: .
. qui es' ini \
Purre;ensuite le s
li i a. n saa qnelqi I
non di
La i; ance a reo npi nse
r la paga-
.o. de sa li ngi e le om-
naai ess v tin nt 0ili 1er
de i IdsI uclion l'ublup e el
Gbevaltt r de la ^Lgion
d'Honneur.
A l'occasion de cet anoivei
sa ire, nous lui renouvelons
l'expression de notre vive
sympathie,
A Thomazeau
H nous'ievient qu'on inflige
de loi l mauvais traitements
aux pi rsonnes lrquentnl le
march de Thoraa/eau. N'atu
rellement, les | aysan ns qui
y appoi li i i k ni* denres et
,.i u lu Is VIN. u ts don coin-
mi M'en ; v\ non isseul les
lin*, a Tho.n ireau cora>
me pai le pi ys.
Cette I on imbcile de
maltraiter de braves gens
a\ ni cess quand ceux-ci
u i 1 la piot' i lion vigilante
de loncliom aires ayant une
li ute ci nce.de leur mis
eprsentem t
i n la dfaut.
uses victimes
.i. lali c d'ge t- lorce-
m i i qui s'adres-
se' (an demander justice.
attirons l'ai lent ion de
L S AR1ISTES FRANCAU
TRIOMPHENT A VAR
o'
Ce fut un vritable iom
plie, un triomphe qu i n ais
aucun groupe d'artistes n'a-
vait pu connatre en I! ''. i :
sallet tirait l'aspect desgran Is
jours, car le Tout Port-au
j Prince lgant, reffl i e! dis
tingoe ft'lail don'ip 'e dez-
voiu cille reprrsntalion
de galx dont nous ! gratifi
avanl hier soir, Mes lames
lane Verneuil, I ne M t e-,
Messieurs Ralph < t 'y. Hn-
!r G< ids
l'es sepl heuii lu soir,on
cornm1 n ut rie] a laire la
qui m la porte le Varits ;
deVS t une salle
le, que 'os ai listes
i c un brio et une
i n'tonnrent,
( i sonne. .lane Ver
Ralph Cataly sont
i Dis g's du Pu-
pliraents.
1 -,
ii
i non
:
i \ t rile,
neuil pi
dj l( s e
blic o
00
s r inuaculea moustiques foui ;
Ui-l|mM eus seuls que toul
dei icroces runies, .ils svmeni
tlll pilSi,aBJe les geraaM. l
x ctd'uulres maladies mortelles.
lt-lesaes t.res qui vous mnii
, i.na. > upurisez du l-lil.
i rouelles, mouatiques, puces,
unis, miles, punaise?. caFurUa *\
,. uuls. Mortel pour les mscics
., iimllensii pour i'iiomuu'. bin-
. incite. Ne tache pas. Ne confou-
,..s iliU-.vec traalres inseCO-
txigeij it; soldat sur tmikiu
nu I aiide neire.
porisez
mm
K*H> ltT%*A
Foui votre gar / tic,Flil n/st vendu qu'en bidons scells.
*
i j.
i LE
rsi 'i film qui sera
l du din ait lie a Varits.
< r son ne ne voudra manquer
n soire. Une' iaie Sensa-
s : sujei d'un romantisme
bordant ( c'e*l on drame
mour puissant el prolonl
droulant au milieu de la
;. t ii r e t xotique d'un grand
i maine rie c* nr agne i u
xique) ; paysages n ervil-
ux, dcora son ptueux. Vrai
gai poui les yeux et pour
cur. Vous vivrez des heu-
s P gra bls en compagnie
es dei x as i rie l'cran
) an Crawtotd et Hicardo
ortez, et ri'auttes artistes rie
lem. Danses, elvuls mu-
tine bruits. Tout y est. Une
i ire inoubliable, voil ce
que "t. la reprse ilion de
j dimanclx Varits, bl com-
me 1rs piix d'entre souti la
porte de toutes Us bourses,
nous sommes srs que lotit
le monde ira \oir (C beau
film.
ADMINISTRATION GNRALE
DES POSTES
le public est vis quWc
'a reprise du trafic de II
l'nmpacnie Nationrle de
Chemins de Fer, les cour*
riers quo'idicns pour Caki-
ret, Arcahaie rt Saint-Marc
sonl rtablis.
I a malle pour ces poiuh
est le: nie, tous les jouri i
2 1/2 heures p. m.
M
Chaque Plume
doiipusse par > i/.o rigides il*
pectiens avanl d'tre place sur
le stylo. Le maximum de soina
d. ns la manufacture a*suie la
lacilil d'crur.
/:ji \rute dans les bons magasins.
La Pluiue
qui cci il
Facilement
Tai
w
.
old
MOHR & LAURIN, DisritinuTiuBS
P. O. box M, l'oni ai-Prtno:.
\i tli bu-Pi ince
l iplolcl r
Fte thtrale
Comme il l t annonc pr.
ci1 ni,, ih'rale or-
1 rres tles Pilles
if|i ssi du Pensionnai
Notre-Dame du Sacr Cueui,
aroisst SI Joseph, aura heu le
' 8 i i i.
le r de rideao se |. ra A
ii heurea l du i . Il y
. i.i .i i. u ploua el r In tchiase-
nu n'.*.
rt tal : 1 gourde
" WTk%nXOm aaaaaMMniBPllj
S Toutes les Polices |
I
\
DE LA
'
i i citations ai le n
remercia. Noa com pli m
Oue luit le Ministre
.
i ...r lo I
Globules Rbaud I
Mil i
>
lait le
1

d'H
peu moins de polili
, il i ii | u
d'i dntni i Btion.
de \ que le pays, i
, e vue de
qui parai rs
le v' ni
o
-comprennent la Protection contrelaj
FonHresans auampntation de taux"
I Pan

d
O >
1 oui. m re sur
UA] 4 nos i ou ics uationcles?
s. |1(
grai
I m
1
Ai
15oI-i.'o,u,.-jO vbltaij
Ute.
t.Lelloss $Co
Aqents Gnraux


M \T1\
t
tiiicoiir
nomm uo selle a gard su premiers plaa
^amande/; partout :
L'N BAR!
i)*l : Rue Csar.
Vie sportive iRemerciements
FAITES rfaa 1 ix *akaaaU crme de nobrtiMM
aaaalfr -lu Luakf Sfrika Mult fr 1. jorft k frtlNMt *
Tm*m;t prt CaOLOPHANE IMPERMEABLE
A L'HUMIDITE
ht ImafilaMiiMl TM)raa ar*Mt
I.'twique paijatt Muinidar
J'fei il uvfrt!
V#a U iimv*II ptt ancoche e-kat:t du paquet.
Miintcuai-an k moiti arec le po. Dchirai l'autre
iti. Ct* mplf. Rapide. Zip! tt c'aat tant Unique!
Bovdeppa d cellophane impermraUe la peawirt,
l'hamuin a* aux microbe*. Proare, protg, joli
MAIS! T-*-t-il rien de plut moinnt que l'enveloppa
de* LUCKT, U paquet Hwnider perfeoiaa.m facile
Trie!
"It's toasted"
le frHdi%n dt **i gor/t tmtrt fi liUHlm, fix- la Hm
Kt la Cellophaae impermable l'hainiait fard
ri arme "teawea" (frill) Huiimn f.
AlMM LL'CKY SIRIKEj al minute maderaea avec la wriBiUrt
auMrue de dauea de afla, oui lae mardi, jeudi, t tamedie, 1* tair,
, par N. B.C.
Pote Leconle, Ch i : il.
se |Oue cet m pr*-mi li d<
u alchps : le premier (3 Iv i
.'le catgorie; le 2e I heu
'2e catgorie. Entr g ni
0.10. AlUz au luic-L <<> le, ne
serait ce que | oui ;i lmir< r lea
belles ralisai!) ns .1 Conseil.
?
.
holch revanche. Demain, i li
heures p. p. Universitaire
contre S -(orges Club*. A I
heures: liqu'pe Nationale con-
ire les In'ptn anls. Les
gilets noirs en te dent e sur-
passer et notre Equipe Natio-
nale justifier la confiance du
J publie. (Juel'jnVn son le rsul-
tai, nous estimons qa s lou-
eurs hs'iens ont bksz dje pr>
parai ion pour 'eni- tl ; mafraina. En foule doue. Enln
0,20; 0,10 ; voilure 1 gourde.

Arrime des Jam caint. Selon
une sommnnication del
"Horn liue" de P rlai -Prince,
le Waldrrant Hor i, bord du
v' voyngenl n is v citeurs,
Kingston, l ! 27 F
Tif*r crurani u i fre ici le
1er Mari prochain. Officiel.
i
: Il >n
el le i 's i'i its .!,- .: \\ ;, Vric-
|i' mis,
..non,
Cha
lrem >n| les amis lanl d
ulule nue de la Pn
9 des lr.no i
i ;
njorl
-
lanl parente et a
I
Kl
il
Xath
el les prieul d
prol itude.
!-P f fit
PUBLIEZ PIS OE FAIRE UN PETIT TOUR
TEftRvr.E-f^BDEN
Chez W KAHL
Pctionville
1.600 pied d' U'Wdf L'tabliseemeol le plus lr ms les er-
vuons le I'>-! i -l'iiu o.
Xeuleirinl | minutes d' to sur une etrelhnte route
esphallcc Vu s m rv., Icuses de la ville *' loules espces.
ni
(I
Vri.> u'inen s pfli tii'uiie s raaii.e o.i de moi.
ill,
e jour de
Panama Railroad Steamship Line
Service tic frl el de passagers a lie
/nyle>ta>ire E oise France
Mra. ('.. >T SflCDnM kC* 17, James Street, Litkhpooi, Enolano
T!!K FOf'/OWlNG AREOUR AGENTKA PRINCIPAL I i iRTS IN tUROPE
KNGLAK, SCOTLAM). FRANCE.
MaWiG. W. SNELDQN A Co,
17, lunes Street, Liverpool, Knglana
! France, l*Vi>ri& W Sheldon &. V.o, aie represeoted hy ihe allowip
Mca ip de t fin direct ttivlce detianaporl d paf *agerset du Iri en1 lialli
ra p< ils li'ir i u.n.vi Xcw Yoi l<,fl Ciisiobal. tm\ Zone, I.vllimc Pana ma,
et
Voici la lisire n Ct.i r.AHA IENIY ^ Co
?1 Put de la Fpiibliqne
'..r rsrille.
i rrro rerou A Co, Ltd.
, I Quai (icor^es V.
Havre.
Herau Prou A Co, Ltd
Roedn aloulin Vapeur.
pouh gnr or Mer.
Me**" A. BfW>n * Cr>.
21. Allfngade, Copenhague.
Oslo. Noway.
Inlrrnationnl
Spe ditionsielkap () 'o.
MM. Atlantic Frcighi Corpn
Dallinhaus, Hambuig 1.
Geimauy
M essrs Atlantic Pieight
Corporation
'Germant
Messrs AU; i lie Frei
C i .,
l 0 rdaen
Aii;werpw Mime,
Hrmj Pkon^A Cie Ltd
05 Hue des Maris,
Par s.
IlEftNU Pcron A Co Lld.,
Ri e de Tranquillit,
'Uunkerqur.
Hernn Peron A Co' Ltd.,
9 Rue Roy4
* Bordeaos,
Genoe, Ita.lt.
MiSsIf Henky Toe &. I I Kl II
l'iAZf.A S. Matteo.N 15Gner
O-Ti i:\ui-i-i; SWBDl N
Nordi^k.Express.
Cotbenburg,
llrssrs Atlaltic FreiUit
foap n
Kon Rmmaidein
RoPerdam ""'linde
{^aaars 6tumaivm A Go
A propos d'articles sportifs. Il
e dit rlanala haute ihf spor-
tive qu'un article publi par le
cam rade A. Thard aurait pro-
vmjuf un cerimn abaliement
dans le Conseil. Des Con-eill< rs
el pas les moindre', s m raient
i-lainis de l'ingratitude de leur
ache du'ils ont toujours con'-i-
're < omme devant plu ol alli-
er la sympathie, parois la cri-
que eus uns et di s antres;
ma s i on pas I attaqu sarcas-
tique -i un lii,ch ri ite I U.S.S.H.
Nous lcherons 'e relire l'article
en question pour coni| rendre
leur i lig atiou i i le es'
jusl lie,

L'n ban en l'honneur des
Equipes Hatiennes. Noi s rons
tatous ave- un plaisi' i ns m-
lange que la suspension du
championnat a atliil 'e lana-
tisme des partisans de |a "Vio-
lette", du ' Recing", ce. Le
match Equipe N''ionaleIn-
dpendants'" dont 1** act lient r-
sultat n'est d qu' la pivo-
yaoce du Conseil de Union et
des Prsidents de Cli ba esi un
signe n arq an' I- pus dcisif
lai' vt rs la mr corde, "hool
b 1 u s h Itiena, sa avec
lyrisme no r am L' uis G i-
route noi s aile > <., e vous
lp maximum d
, >o!,, s |
Ile et la plu
ai Chevallii
r:>v i \ us Bjoulo : P"'nt ri
i ctarism Vivent lea joueurs
!h tiens
. *
Jon rs internationaux, l\
gnralement adra s el c
ission, '
pier de la classe inl n io
'i\'ti i y
i O I p .i'
c irap : '
i "l'extrie r",
'm s au '
vant .' le cas K P
lora de la p vi i e
le me. Vt.
ru
V oli Ite sa i !
ha lieu..c du dsastre. Parti i
Port au-Prince avec son bre\ i
i ex< elli ni "avant* il lit ho -
" ni aux couleurs sportiv ^
iiailu m es en iv lanl un 11-
onche gai .i:' n de bu*. L
capitaine de il ; iipe Nation
90 idr >i philo
ier I' i m gauchi
'i iti 13ak. i
L'on don consi
loi d< 11 lui e, ombal in
u knoc k-oui" loii tre rem-
p ac; qu'au surplus une ind -
g 'slion peut pi iv,m | ('.S.S.11.
du concours d'un lment
valeur. Par qui le remplac* i
usiiou de sage prvoyance,
dirons nous.
Les i iants '-I. C
lier, carica
balat et I
est aussi, en \\\
un bon avoii
ll '' ; ri ts ai -
u m dnomms : Vnns,
V iduu, Aigle Noii ; aujourd'nu :
i -, i. oile H miei ne, i i
noir Pi deo' se p'cor
donner un tal civil "I L(jui| -
ducapitain
e de Pi
ce ". Nous espron
r i liai Rer la Black '
en... quand ce club nui < l n
on u par U S S II L ai.
d; i i. !( e d< Poi -
Pru 11 oua 'e baptisons a i
nom de Ch v illier, le pri ; d i
urjce S vaia, le (i s ; u
Chenet, le S I Eprit.
Equipe i niuersitaire A Ij h.-
il.--.
Gin-Tal ij
Dl MAIN SOIR
I IMTMIn 1
Sur i n l< {ran
La Dernire V lise
l'iit h.
l-nlr<\ i' ; l:
:
L'n pbal inecs :
Mv
La Ville des Mille Joes
M st; '" i ne italien G. Golloae,
" : ich . o G. M loi-
! n II-, ,.'' 1 .... *
Entre : '.'. .".. I g. s.
. >.- Ou dit .pi nos
i
iuli .i i ur dis -
s I i ;i i pli que,
t du b
s w ne d
dre des du
: le moins a
' [ue Cheuel bui
'old bo
u ii sil m Ljuel chanci i
\1 Ch ei I
\4alcnes Janniique-Hati, s '
I 'l'roni d ns un attrayanl coi. I le amis du C. ip, de Poi
de-P iii, le lie des C .
le, n is onl appi i
I e des notables se teronl !'.
' vi j agi r u i poi r
Q 'on se h:', !
Tribun .
ei V'e p
n SI \ g ,ui U .
P OMIT .
F. II.
A
N'IS
THE ROYALMAILSTfAM
RACKET
i iCulehra 'naol
n el 'es imrU ri m S(|rJ
-au Prince la 23 l-
l p inanl Irl p >ar
l !. i pe.
Il Steam
l'acq tel
I. J. BIGIO
A nt Gnera",
E V^-^PASTILLES^^- \
MI RAT OIV #
L. n.lu-. d. CHA11L 9UVO .
Grand Cal de France
SOUS U DIRECTION AVISE El INTELLIGENTE DEIMONSIEUII
ILDI OUI EST DEVENU L' ICI DE I1R PAIflIZl
LE PROPRITAIRE OE CEI ETABLISSEMENT 001 N'A PAS D'GAL,
LE GRAND CAt l OE FRANCE, OFFRE A SES AIMABLES. ET DIS
IINGUES CLIENTS LES CONSOMMATIONS LES PLUS FINES, LES
VINS DE TOUTE O/iNANCEUI CHOISIS. CIGARES ET
CIGAREIIES. Afl S PRIX DFIANT FOUTE
iURRENCE.
L'ACCUEIL LE PLUS INUERASA f FRE LE
MEILLEUR TRAIT DU CRAND CAFE DE cRANCF.i
Patrizi &C
TLPHONE : 23A1.
:
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Bilniiu SaiM

C'est la quintessence des meilleures
Varits de cannes d'un vaste teiriloire
runissant les meilleurs lerroirs,
i
Ces! ee cjtii tait son arme.
GOUTEZ FT COMPAFZ


Samedi
20 Fvrier 19H
Le Malin
Lykes l3rotliers SS C" Inc
Hliffl
Texas II iltl
Lt ital i h '
Irt itre 1rs
l'ort-iiu-l'riiK
Pour la rce ti > i rapide et
Accidents
Rico Porto
11 i 1932
iompoin ,'ru.Ku
ai lgres bles&ares
bv c hmatome d i
1 vos i ela et la rgion pari-
importations, servez LYKF te
UNE.;
Les p; :( ii;j i ns >rt-a
Steamer tGnev
""Sleairer \ n a L r 193 !
team?r \11 i Lyke i mari 1932
bureau: Rue du Magasin del'E'ai, itale B
i - '
Vorciema, rue de
la Madi leiue. llessure conluse
, on tion*ale.
Versito, Carreiour
c contose in
ta<
nias, 43 an*,
Ine. Blessure coi -
1 28 ans, rof
.: e du ") orti il
In. % iure utJ
.a Manufactiin Hatienne
d/-^ i w y i x chiea i
c Chapeaux L Indigne
on-Vil'e.
a a la iae
V

i
Ep(r' y"

\ I pi ti ii' d'
tenta de ses CHA EAUX I M er, an
N1 20?/.
ni face (leVson'iin ien
Les < lients y Ii
BON MA
Martinez, elin & C
BIRI> NATIONAL
de la Bi assc ie Nali nale
Se vend pai toul ()r() ,10
le verre malgr s uaulile
suprieure.
Portail Si-
tranger de l'in-

i lisa, avenue Rois
I o in< ire. blessure cou-
de sourcilire j;au-
i; rier 1932
niant, 14 ans, rue
Morsure de chien.
.'le}', 9 nns,
: i contose de
i i an-, rue Car-
; 8 conluse du
i lvm, Laine. Frac-
le de la clavicule
|
o-llapliste, l'ortail
;- sure contuse la
mlalc.
ite Uccna, 4 ans, Tur-
i conluse de la
oi tienne gauche.
, 7 ans, Uran 1'-
i ontnae de la r
e interne gauclie
i e infrieure gau-
che.
il hel, 10 ans, Ption*
| ijuante du m-
dius gaucho.
Ileuioiii .ln-Hapliste, 17 ans,
i/. Blessure con-
Je la rgion postrieure du
cou.
nia, rue des Csars.
Contusion du i
Dlinois, rue Mon-
e conluse lgre
orale droite.
22 ans, Grand'-
Rue. Blessure contuse du ni-
e.
i r Mi liel.rue Tiremasse.
tuse de la rgion
u sourcil,
1 i r 1932
pu io, 15 ans.JCroii
4 piaes
llerpti
loaM
Ps.riatis
Conitif M
Bouliu.
Furondu
Vuicti
Ulctm
Dparez rotrcSang
pari.
I CUROMAL
Votre mi Impur, il chari sdeu w"';
ilr- I il n a pu se iMiarrB.wr. e
|c( ih tradulsi ni en rntaU< :;sf,x"-
I, b I . i - f l-l-s. si doulou-
ruronclei, boulin au
(! m.m."misons Insupportables. Ce sont enO
tri r: i-* lllir6mM .ul
sur ..;: pi>
|un : lit i h ou m
giiui-.i rapidement peu rniec ir..u Curomai.
Ci'i l.i n..lu-:.m!! Il plu simple, la plu
Donnait i"1 ''"i" "
Il .- di' plus i - 23 planti "> de "
i et des mi declns de 1 antiquit, mai* dont
Monsil On . : i I. irinncien a, par dos pr-
modernes i lin* une for-
il i u .i .:...... mni i 'i Bxperlenee.
,. ,:i Le lucceaaco ironne seseaorts,
i le Curomal guerll les maladie do la peau.
t .-.-.' i,.-. dartre.i psoriasis, il'ni.iiigeaiMm.
Iirs, furonclos, bouKQtf 'jeres, dou-
erillqu .
: r i ,i 'in -ut coin manl Hw CUFOBIAs.
bolU pilule gi'nitt fl brucliur plmiiv*.
!..mu bonnd ph. luacic*. Hrrpar pur II
:IIAL I), phii-matlni, Uboralolre du Rhn,
. '. I MiN .ni I UNI ilmncfl
Xpil ;>! ii. / riHtJ Pharmacie BUCH. -
25!me ANNE. N* 7605
Port au-Prince
Tlphone : 2242
Laboratoire SJOUR^
DlItKCTOM
1-. Mjolkm%, Pharmacien
i Mjouhnh, Pharmacien de I L* ive site de P.
A). .Sjouis, Pharmacien de l'uiutersitde P.hJ
interne de lpiiaai d- Paris
Anly*es;d ermauu, Uie, distante d'Amoairi, Gl\cmie).
Des cra< bats. Des matires t(Clp '
AVIS AU COMMERQ
La Panairt Hailroad Steam bip Llne a l'anoltt
m i cet les d parts suivants de New Y rk pour portJ
l : iti.diiectenient, durant le mois de Janvier 1932
D. paris it hew )#r/f. Amuayet i Port au-J^
SlS Cristobal le '2 Fvrier 1982 ]( 7 u..:B
S/S Buena-enlura le 9 tv. 19.',2 le 15 tJ
S/ "Ancon" le 16 Fvrier lf)o2 |e 21 tvii,ti
sitamtil/,Gu8ya(|iiil4' le 23 lvrier 'le 29 ftu
l'anama Railruad teampskip Lit
les l'orqoets. Traumalis ne
'ui ( ( spitalis').
\ntoine Deshndes, 27 a n
l:irti;sM Blessure co luse lu
l'on'.
I) mi tonne Isidore, 27 an,
ii' I galit. Bles;nre eon-
tuie i li rgion Iront d'* droi'e.
Rosine Capell.SO a i. Mie' la
M igasi i de I Etat. H!e;s i-c CO i
lase du menton.
Attila Evulia, 18 ans, rue
M nn u ("ori'iis'ou "t ros'-m
du dos du nez et d la jou"
g luch
Snain* Anrtp'iv, 52 s ;'
hitatioi B aoch ird. ContQsi<
Ul cou 1 ni" I l'ni'
BobiIk Em 'ia,26an. ru T
remass Contusion de la -
eion c.
.h seph Pierre, 2 ans ru R
volu'inn Blure du 1er degr
au pied gauch".
Jules Firmin, 21 ans rue
\\ union. Eros on du pavill in
de l'oreille g< ( he.
Raymand liera, 30 ans. ni
dvolution. Eros'on du doigt
raej.nr L'i'i rh .
Julien in 45 rr. rue
Si-\!;ii Ii < o sion de la main
droite.
Nofii S ut 20 ins. OrandRne.
Moi sur h en mallole ex*
lei ne ! <> I .
Benens S Va', 23 in., L gne. Erosio i avant lu g u-
che.
. Loisean l'ra > >is, 47 ans,
Poste Varch nd. Foi e conta*
si< n d>i po e Iro '.
Dni Antoin", '2?>
son Central Ries ure contus
du cuir chevi lu.
L
JasH. C.TAN REED
geat Gnral ;

LE LAIT DA
ESBENSE
S'EST ACQUIS. EN 1RES
TEMPS. L FAVEUR DE II
110 D'HATI. GRACE III
ET SA RICHESSE EN
De l t I r ni i s N li i naturrl rst rommni
rnlM"-. aux ni ; ' rt au nourr wes, 'art p-.r II
un nlinn m nu i. i i. M;iis r*es genres redciiitaMf
ladies s rencontrent parfois dans le luit achete
(h.-n s n buliinUs, par sni'e d'addition lruduleo
pollue. Oriente icni ''nnger de r^ntjMiiDHiion en
iisaiiP d'ine ur- i-e de lai' cou.*erv, de tout r|x|
saci par le le m \
LE i,l 1U)!)UIT> SBENSEN
Lait :>i]drr&|
Lait .epoi
Lait en | oi dit
vous donnent le mximum de garaotie. Eiigeil'*
ci contre.
AVIS
Il connaissance
qu'a partir du 2 t.
ra, la rue
l ches, pjs de
oy, des lgu
mes.cc i noix de coco, etc.
d( s ; o d lions avantager1.*
ses.
LEONS DE PiAMO
Madame Justin Elie de re-
'oiu dans le pays olTre ses
&( rvices a ix t n i 'es pour d l< coi.s de i] o.
Adresse
Mme Ve h mas Price
l!o Vi rr.a

1
686
sumnee
Uncdesiplus iortes COMPAGNIES
tANADIEM\'l S d'ASSUR vNCE
sur la VIE
EUG. Le BOS^P: & Co
! IQUIDEo e TARLETTEs
Spulag Ii s m hix do ite
oui:, nvralgie e .'50 minutes,
guril un o i niiei
jour et i.. m la i i eu lin,
jours
(;(i(i sauve le bb du hoid
Loterie Nationale d'Haj
416, Rue Bonne,?ot;^hon : 3S6I
La L t( rie Natioriblnl Hati est
une insli'ution hnitcirent hnn anita r:* part n?"11
d'oeuvres qu'elle e i ropose d'aider, une (rare
Alto i (T..lin ..< I r,..... .,., .1. U.ilai- r.ii.lillIllU ft
o..........-. Mt ,.w....s rce Chefsi_
:ni\ iiM ff i'.(% ven'es, p*r l'achat d'un bille*.<
lit-re du rnei des chances- 1
Mdecin Avocats, Ingnieurs.i.S'nleuisl.ep'"|'
Dignitaires de l'Etat,Reprsentents de l'Intellect 1
ralistes. '
Donnez l'exemple de vo'r solidarit ^ociilM
Henliers, capiialiiies. comme aa joutt, o|,ir
iroir.
Vous fou* qui hbiter> Hait'. iendfz-lni '''jfjj
ni'e billet de la LOEHIE N 1IONALE D'H'1

C0MP/G;IE GENERALE-
! TRANSATLANTIL _
) Le p;qebo Pologne p ri
de Bordeau le I lvrier, es-
ait du -.. t-aa l r icele24
en loute pour S inli; go de
' uba et les, orls rjn -1 H
e et ;i
' rin m: rs i
le mmi ci po i i :I
via les p i, u No I Pi eito'
Plata et s - j (| p ,.
prenant fret et passagers.
Ce navire est le plus con
Imitable de touscenx qui assu.
rem rgulirement le service
d Hall
'
n
.
K03B..IN, Agear.
PROGRS NOUVEAj
RHUM NOUhAVl
Rhum dlicieux got ex<
Prix rduit
ALCOOL DFIANT TOUTE GONCI
riolrin Vierge
< c z N. NAZ^
DEPOT :ANCLE DES ntBWIPRfPLENf**fl


Avilie ~!sm
dition! ; manquante


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM