<%BANNER%>







PAGE 1

.1 p IŒShNTATIONdune 110UVEIJ i D ( SIX E T H U I T AVB I 1-1' \ : Al. P0W1 I '-Il AI'IOM A %  .. TR USSI S SILENCIEI %  %  ROUES ... cil BLES AVK : SUSPENS! I DoDG vellea sultats i cri pt ion sensation ; : von huit. Les .ouvcll sonl m ce qui c i n erne le sileiu ,1 in menl lai ile el i our le positif. Le /•'/ tling Pom :r i om ne il 4 [ ; > 11 |ii ir les nom .'Iles 1 1 el II.ni cylindres rend lu puis lance si do ice | i %  I i %  par I iinp ihi on du >mplte in ni liinini Le ( lui i \utomatiqii me ran |ue nisine u : de la Dod [e, vous p rm I sans jamais louche) i la p de < — I de la Soigneusement mvclopi' pont l vus Toi l i r t vous pou\ / di n a di r comme h. i l on i gi se trouve sous l'tiquette Krall Saveui rxcelleiu e.go sduisant.. %  Lomage K I ii • %  Ions E' vf-c • Pr< u' M. Il vous i ouv / va lier constamment vos menus. Ceci tst vrai parce que I; Fromage kraft... le plus lameux Iromage du monde... vous in rive en rie si difln i les i] u al i ts... Ami el N. Lger, seci d'Etat des Relalio tneurcs, ;i d< lai I i JOURNAL que ih iverm ment d'Hati D CUne mission a M Lger. — Le HONI ni i du 15 lvi ier contient un • duri circulaire du Se i il des relations exte i< m es ai Agents diplomatie s t cou sulaires de la l\< ni iqui l'tranger. Ou en il que c< document a ti pju erreur, livr a la publui *r. HAITI-JOUHN .; annom e pour aojoord'hui i < confrence Daroi sous prsidence du n ['[attraction pu! Ce ne sera uue pel d i ni t 1 traie ni vaine. — L'autu te i' c are perquisitionne chez M Lu / ucoui t Djeau accu de cet d'objets cabalisliqi es. On n'y a rien troi — Notre inefl il cont e LA OPINION ne \ei s qu d se : Ile d'Hati u i Ile d> S int Domingui CJ'ii:'. mais i. |< ni ni .aine. Ce ne. p eui a ; c est rpub iqu i que dominicaine qu'il laul d re. — Le 3e i dmission n a ;i s Vjte du Snat sui 1 q< e^\ l occasion 10 ann n oaissaoee de *• o 'je \\;iil rtONALE i un oil UD r i pou en ii %  il ainsi p un |" il ch i • a 3,2 I B m n le co pou s en I i fa t I de q i droit. tio n ons. Fe o i S.l — I I 11,1 t'i. dition de dix m lie lui • P t m rapp vidn a t< qu'il I ai sp i i i du proti s: *M i posent • i t Depuis environ rtfUX semaines, le prpos de l'pdministration, qui tait eu mme temps le service de l'enregistrement Pdlonville, 8 disparu, abandonnant ainsi son poste. On croit qu'il J 8 eu malversation et qu'eftray des responsabilits qui lui incombent, ce lonctionnaire a cr bon de tuir. \l js di pois s,.'vice '.n l'cnregigti meut, ddus celte commune, est % %  oqu. Le registre des actes eoregibties, iiotamm* nt, est enltrme dans nerican Golony Foi i au P l'ocras b lion lu itime anniversaire de lieor Wash i : oflre nu Ptioulub ii turdon, une r* i : i lurant, e' pour nbreu i me nt au*p il h n semenl moire. ns p Veiil plus ne i iiniiieaus de la oposilioa t teci le en vue de cet uni | le i onc rt. Il aura lieu au Kiosque du op de lars 1res prochai. un c(,flre ,orl (lont lc "> ^a,c, ;< lent. Ce sera certainement ,;l clef Les intresses soin —o— VM. Clment et Tue Po Ihel les autres parenls e' allis remercient bien sincremrnt tous ceux qui les nnt assists ou qui leur ont tmoign des preuves de sympathie l'occasion de la mort de leur 'egrelte mre, ^i/ne t Iria hilord, dcrdrele 11 1 vrirr encours. us ie n renouvellent l'expression de leur plus vive recoanaisfance. '( rl-au-l'rince,le 16 lvrier 193/. un s plus r d'apothose pour le I reprsentant de la i ,! obligs Prime de de venir a port aupour l'eniegistrerni ul 06() tins ; ctts. <.( mbieu dt lemps enco e cela v -t U dure. ? Il y ,i lieu de remplaci r le 1 fonctionnaire disparu et dd 1 taire proci der I ouverture du coftre loit contenant les registres. L'cela tans dlai. Les rsultats obtenus chaque jour prouvent (pic L'Hipposarcino ftoy spcialit franaise eal le meilleur reconstituai En vente dans toutes les bonnes pharmacies *t chez. Simon Vieux. M IIGPM J ab&wm %  %  > % %  IMMB f. > i*V yN CONCERT OCCIDE Toutes les Po'ices DE LA U L m %  ci ls qui s — -, • ^comprennent la .Protection contre la a Foudre sans auamentation de taux? i Euq.Le liasse $Co *) m Aqents Gnraux |



PAGE 1

W2 IIIIIISII ttnrto W t ; G/ne-7 : Ci I I : S. 0. S. il.ud. 1, i es : i Ville < • Ali Ile Joies ,. e italien C. G 1 *; l\ t-4 : '" et G. Mo •.. lue : 2, 3, 1 gourde*. A Ion un' nu UH ET MRITE CUNZA'NG EST UN APKH1TIIprr des Gourmets I Agents pour la Rp A. DE MATTEIS Port %  • au Prince (1 LePiirg-^ A Ptionville HAIUTATION FRKHES — Ui.c rrande animation rgne a Frres, dans la commune de ) ftlonville. '.es loirs,on peut \oir cos paysans, vennJ de lentes 1rs habiiationsenvironHantes, coutant la ( bande parole du lie Blanger. En un crole imaa; et pittores(,iie, il essaye de taire comj rendic nos gens de la ] l&ine les grands devoirs de U vie chrtienne. On nous informe que. sn_ nedi matin, il y aura de l ombreux mariages et que, dimanche prochain, tes exer lices de la mission finiront par une grande procession. — DOLANCES ENTENDUES A la strie de nos unis notes coneei nant K s accidents d'an lomobiles qui, hop souvent, se renouvelaient dans la ra I yinesitue prs de l'ancien club amricain, le magistral communal de Ptionville vient de taire combler celle nel vasse dangi rense. I a rouie est maintenant voitnrabie et sons danger.Les 1 travaux entt excutssoui [l'intelligente direction du 'chef d'quipe Pi Ml Ulanc. I Un bon point au magistral Luc Lacrl qui inaugure, de celle faun?.sa nouvelle ad m nif'.raiion. — BUREAU l ES t'ONTK'IHTIONS.— C'esl MrOrcsteChry qui a l nomme gent des i onlributious Depuis samedi, on n'a p i pu di > ssi i i i v tai de ce burea u, l'ancien mpl y< tant paiti avec l< M ci i de la combinaison du i lire-tort, — Ui< cai tcur di vient ncessaire aux am rds de la p'aee Boyer. I i • animaux .'.ives y cl! uleu .i 're nulleineni inquites. — Avant longtemps la source de Knnsckofl sera capte. Un tuyau d'un diamtre d'un pouce el demi de in sera laiss aux h. bilaut jour leur cr ssoooire. — Ou demande la M S.A. de luire clturi i I i i < une pnsuu de Ptionville -,uidevienf, la uuil.uii vrai repaire d bles nuisibles Jet de g< n > eu qute de gitc. PHI II U U STEAMSHIP Lli iraer A e II'' V( •1.1 / | 21 t 1 m i pas 1 I 1 s i s el partira dans l prs-mi li du i tem< ut pour Cristot) il, n i! Zone, prenant Irt, mal el pas ; : lour ici le merci c li 2 m i en i iu e irectemenl poui tourn Mi fork 11. C. AN REED [enl Panama Bailroad Steamship Line Service de jrcl el de passagers eniie EC01S9 Fiance Angleterre Urc r, VV SI1EDON &C — 17, James Street, LivE' P OOL, KNGI.AND THEFOLLOWING AHEOUR AGENTS Al PRINCIPAL PORTS IN EUROPE • !" r v1, LNGLuNI). SLOTLAN1), FRANCE. Mi>s^s ,. VV. MJBUKJM Oh 17. Urnes Streel Liverpool, Englana 1mer MttsriG. W Sheldon &(>, are represented bv Un lollowin n V ii H ilisdiieH Hivice de tiarspoM de pa^arsetdu fret en e u. el BO-IE O tns,vi Ne* Yo.k.el Clistobal. I anal /ne, Idhnv Pan m i Void'la liste de nos agents pour les principesux port de I fccuropi: ti AU LYCEE NATIONAL Par Con mis!i< ns de Mi le l ni de R mbl • q t nomms au l.\ Nati i! : Mr. \ndr Boi professeur de q lalrime < %  dre. Mi Delorme .\l :indor, m i Ire d'tudes, en lieu et placi h Bonuy. ir installalid i a en lie 1 hi i %  Us\e pense | l'Il toi naturel i le i le dpen len\ . puisqce l'a' • t er menace tei n Car, l'eneontre d i e que dit i o're couli rej t ne rglemcn'e pas i I,I la collation des xigeen mme temp9 nation des dcora* i i des, evant Qu'il en vertu de la loi Oi dre 1 lonnenr et ... Nous croyons i ue r r Irmenlai'e. en i, B'esl dpass... us n'avons lail que e cas. Pour le leste, mines pas ini<' i ess, I ( de notre rn'taut dcote de I oi dre ur el M*i h es, > d'eux atteint du mal le sommeil :\ plus !.. coralionilc. ( ni de France [E DEWONSIEin %  R PAlItlil LE p OUI N'A PAS DtGAL, i ; MIABLE&H DIS UNES. US ,, : IOISIS, CIGARES ET \ DEFlANf TOUTE PHRRFNPF tRA A fl.lll" LE MEILLEUR TRAIf FJ & c \.U7, R.. :s de dgot. poi h U cl H el! aucune pet te de temps. I r' consquent, moins cbrf. llllM iluk HONE : 2341. CLr.LALY HENKEY ACo 21 Rue de la Rpublique li'rsciilt. l'ernu Peren & Co, Ufl. 53Qnai fieorgesy. Havre. Hcmu Peron & Co. Ltd Rue du lonlin Vapeur. H< pli g' < %  sui Mer Mess-s A. Ri N*OX tV i ( r 21, AlhngBir, Cotenhegue. ()su> NOHWAT. Intert >'i' n^l Spe ditionsH '!<"' O 'o. MV. AHantic Kreighl Corpn Dallinbaos, Hamborg 1. Geimauy! M (SMS Atlantic Freight Corner tion Geimanf Messrs A" c Freight Coip •> 24 Qua> rdaens Autwerpse Beli*; HERNU I'I.IU)N\& Cie Ltd i) Rue des Maris, Pfll s I l ut s r Pi r 4 O I Rue de Tranquillit! Dnnkerquc. Hron Prou Se Co 1 id„ 9 Rue Roy, or leaux, [OENOR IIAI.Y. \!cssr ; HENRY OE v*v < LEI II" PIAZZA s. MAI I n ".' I5t i ner l'on : \'i Rfi. :••• ; i i N \'nr l ; L • • Vs I! i)' nb • y\< sf TI.M %  ic FRI u i n i-N. • i m lein p t • l %  de Mefcsrs STH'MANN S Co l Lli FAIT EST 1NC0; i'i:STABLI il II nu Sailic C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un v t' mioiii runissant les meillein rroirs, C'est ce qu lail son arme. GO' 'Z COMP/ r Z --••i % 



PAGE 1

V — Vendredi 1!) Fvrier 1932 Le Malin 4 PAGES ttnt ANNE N" 7G0J PorUu-Pnme Tlplion: 2212 Lykes Brothers SS C Inc Texas --Hati -Santo uoiutngoRico Porto Le seul service hebdoniad "lier passagers et (rt entre les poils du Go ; T > < < lirectement avec Port-au-Pi ince, Ha P > r la rcepti vos Importations, servez t >us i tnj urs des navires de le LYKE UNE.: Les prochaine i i Porb-a I-PI Steamei iG ykel ""Sleatrcr < Minria Lykes 'it> lvrier 1932 Steamer** M i ;aretL>kes > mars 1932 bureau: Rue du Magasin del'Etai Boite^Postale l< Hop tal Giral Uatirs La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne t i : Efc'i i A le plaisir (l";nii oncei CMen que la rente de ses CHA* EAUX se i il, depuis le i jauviei i N' 2027, GRANO'RUE enlace dejson'aii'i'n local /.es ( lients y trouvi ion! I m< MARCHE. CLI IIT, GOURTOISIE. Martinez, Marcelin & C Accidents Il .1 '.,2 Csar 1. .17 ans, Mon : mrnl de la main i ; mporale ^ iu .s Antoni, 13 ans, Maison Centra r. blessure contuse du on occipitale 'on,e de la r ronlale ( hospitalis ). Loui il rouan a, 1 ans, Mai10 iiaie. blessure conlusi du COU chevelu rgion Ironlale Lon Ernest, 82 uns, Turgrau. i. ri blessuie du liont. v Li denni, 9 ans, rue Koi nui e contus de IJ lNoi n Piui lui au I, 10 uns, ru* iUkl i. ..1 e Ul< ssurcontuse 0 1 nreilie gauche. Iui.it Pnlope, 80 a is, ru I m IL coutubiou d< \ | ;i i<' gain ti Jusliu M, 1, 11) ans, Loie. bn ioi.s du coude, du -bras ^:iuche. aecl Antoine, 10 ai c TurUM a 11 n Kritz, .*5 1 n . I ssure | --i ni 'i %  1 i BV Ph DI ne, 3U uns, Lai MU e | iquante. Derise Nesilia, .'i uns, Lo- Contusion. 12 Fvrier 1932 eu, 20 uns, P< v1 ll'SSUl is II; n .1 bras gaui lu ei de l'exln 1 lie du pouce (lios•.iso ;. Vvt Si-Louis 1!( restai, 42ans Aa\ 1 ville. Fracture de ; ; ilise ). i ut.', .'5 ans, 1 ut I rot ions du prpuci. Germaine Lemaire, 10 ans, Gr n.l'Hue. Corps tranger au niveau du genou (aiguille;. Oscar Le a, 8 ans, 1 ue Runion. Blessure piquuute de la pi u.te du pied droit. Chardi Paul,85 uns, Turgeau. Moi suie de chien au dos de li. main droite. Rollins Louis, 21 ans, Pont Rouge. R essuie tune liante dt m u x Y-IUaiie, 18 uns, rtier Si-Joseph. Blessure coi tuse du gros 01 til dn.it. *Ji ( g neur 1 rvius, 11 ans, rue 1 1 hamp-di -Mars. Ero riou du genou gaui lie. ; Nicolas, 22 ans, !).i men. I uiationdu poignet droit 13 Fvrier 1032 Vve Reti|aniin Samuel, 72 ms ; Il m LaM 2 GLANDES X > 3 O s: co < 1 CD. m 2. LE 'GLAHGOPMLE" un extrait de glandea frache d'.inimBux slectionn parmi lc-s plus vigoureuses; 5011 IUITCOU): Les trontalM nor 1 . 1 dpreMlOD '•1 morale ''e prle produit 'e choix (fans impuissance saxuelle na> l' homme que ohos la le m me. 1 acUon rapide el durable sur IViinemblc de toul s 1rs fonctions, la "GLANOOPHILE"cnislilui !< %  rparnti-ur le plus nergique dnnl raa* U MI %  > Hm' rajeunissement totol de l'organisme. Le "GLANDOPHILE" 1 aucun produit toxique u TOUTLE MONDE : ils, adultes el vjelllardi des 3 saxea. ndei donc le'GLANDOPHILE": H ; mr l'homme ou F pour la femme. • tice gratuite cl vente 1 IOURN -W. HI'CII./v f-uK-friocr ni TOUTES les on ne nharmaelea Seu/s d'str/butturs : A. THOMAS & O 15. Rue Ma-teli PARIS llllllllllllllllllIlKLimilllliillllllItll BIRE NATIONALde la Brass c Nationale Se vend paj Unit OrO ,10 If* VPF l'P Ml'lli rp CD (l'\i\\\\r 1 P"i-DcsloDches prs de IU MI I l IlJdlljIL !Scl UcllIJf Itr [la Shell Company, des lgu,i i uls, noix de coco, etc. ) Habiia'ion Brenne. Forte mnInsion de la hanche ( hospitalise i. Smith Elen, 30 ans. Quartier St-Joseph Erosion de in rgion BOUI riiire externe droite. Alexis Suzai ne, 22an*, Croixde a -llouquet8. Contusion el rorion 'l la i>.ue droite. m Miiacia, 22 uns, Croixu (|nt ls. Blessure par ar rachemenl de la lvre inlr. ( morui Frai is Ciua l."> .-ns, l'auIIII orooo, Contusion dj sro^ i le il ilu pied droit. Vlo nd Mon'ilus, 12 ans, rue Pis '. Con'usion du genou gauche. JOM li Francine, /dans,Croix de Martyrs. Contusion el rosio du gi non droit. Jol li s Siinon, (Quartier StJose| h R essuie contuse du 1 3 in >. de la jambe gauche et de ice dorsale du pied gauche. Placide Cherez, Quartier Stloseph Blessure contuse du grn orteil gauche. Accius Accivil, Poitail Lo^ne. hit .ssure contuse des lie et le doigts de la main gau-:he. • i.M'ier Terni'oi, ne N nn ialaii>. B'es&ure contuse du genou gauche. Nelson Clia, ne des Csars. Contusion Ihora. ique. Joseph 1 uce, 27 ans, ne de Enterrement. Erosion avec l,<-><< hmatome du ct gauche lu llioisx I ard S L uls, av -nue R >u/.on. l'iq e du dos Je la main Jio te. Laboratoire SJOUR M> li HKOTt'HS i SU Un.NK, l l8' 111 < n R Si.i>in\i. CM r i ieti le U site de Pa M. S JOUI N: : :, I'.I I in .I n n le I nu iMtede M %  i n |. n in te ru de* > x d Pi s \ ; |y es des U' •• es, il s iic a • t <|ie do saiu ( \\ ^. ve i .in Ure. C i is .i ne d'Ainb'^. lihu^mie) lks nu h as. Ut s matent lecates. AVIS AU COMMRCli La Panama ttailioad Steamship Une a l'avantpge d'sm or ncei les dfaits suivants de New York pour port au ruine II. ili,diie( tenu nt, durant le mois de Janvier HM2 : Dparts tic hrw )orlc. Arrivages l'o t au-Prince. S|S Cristobal ) le 2 Fvrier 1932 le 7'lviitr 1?|> S/S Buena 'en ura l 9 le WK'.'l Ir 1."> lvriri lttJt S/ 'Ancoi, 4 le lt lwirr 1032 It 21 'rviieMMU Suamer^Gi evaqi il'le 23 lvrier le 20 lviiei 1932 l'HDaraa Railruad Steamp*hip Une J.-.sl. C. VAN KFFD ^______ geul Gnral LE LAIT DANOIS ESBENSEN S'EST ACQUIS. EN TRES PEU IE 1 TEMPS. U FAVEUR DE Le POPULA%  1UITI, GRACE Si PURET ET S* RICHESSE EN CREE. DP loul temps 'e lait naturel est rrrrn mrnc' TPX ent<'-ts. aux malades el aux nourrices, tant pnr lui nfsji un aliment roinp'et, Mais des gernus iedont-bles de maladies Mrencontrent pmlni*. dans le lait ai In te des n'* chandes ambulantes, par mi'e d'adidlion irarduleu^e d'eta po'lue. On vite loul n^er de e> ntamin^tinn en faisant omee d'une ITIIMJP 'e lai coi'eiv, de tout repos, curv saci pur le te n; -, LLi l'ROUUTS ESRF.NSEN Lan eoudi nsrj Lait vapor 1 ait en j ot dre tons donnent le nnimum de garantie. Exigez l'liqadle ci contre. AVIS Il esl port i. connaissance lo I l'a partir du 2 l. ei n ; i onvi-ra, ;• la nu LEONS OE P! M idame Justin EUe de relour lans le pays (dire ses services aux familles j ourdes leo s de piao. %  Adresse Mme Veuv Thomas Price BoisVerna • superieu :c. des con i ions avantagenses. 666 l jhimrancelJCo Une des; plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE EUG. Le ROSS & Co Literie Nationale d'Hati 416 Rue Bonne.Fol, Phoie : 3358 La Loterie Natiom Ir d'! |Hi est une instiuion hautement hnmani aire par h multiplicit d'oeuvres ( u'elle se propose d'aider, une rhanre de bll tre oieile aux horaris de toutes conditiens d lortur. Em lo's, Fonctionnai"S, Onvrieis. Artisans. Salaris de tons ordies, Gens de maison ( domestiques. ) sans parler leur budget moyannantdenx go id s peuvent pagner trois m le M urdes Patrons de om nerce.Chefs d'Industie,parts ans j u ili nces de entes i " l'ohal d'un billet, qui voai litire du M O d,-. chant e*' Mdecin\ ca Ingnieurs. Snnlris,.Dputs, Grsedl Dignitaires de 'E ut,Reprsentants de l'Inteleclualii, ior • a listes. Donnei.1 exemple rie tolre o idartt jioclett. Rentiers, rapilnlisles, comme en jouant, augmentez TolfS avoir. • aehi IDEouen TABLETTEc! i vo ,r Sou h maux de tte N '' s ,008 ( I IM %  b'tes Haitl, rfrfrejnl service ei ou: nvralgie en30minutes, a hi|lel el LOTERIE NATIONALE D'HATI. ...i.,,. i .... i*. .. :,i i • ^ gu d un Fioid le ciemier jour el la m. laiia eu trou] jours sauve le bb du froid. i Le paqui bol aPotngui •• parti de Bordeaux le 1 lvrier, esattendu 6 Poit-au Prince le 24 en i oue pour Sa li co d Cuh' -1 le |•( ris dn Sud M u ur Port au l'ri i-p li 2 n ars e> p rlii j


PAGE 1

Clment Magloire DlRECitlJft' 1358. HUE AMERirAiiNh Uft TELEPHONE N224 • r; om m uva %  ,• vos > e c ' si ainsi qo w> s i< de ''• i i ,i ded ma p un ia>o II dehors. MALAPERT 25 me ANNEE N 7C04 roi T-AU r VENDREDI FEVRIER 19 JtQk.tr MH BMMM HMB A la manire de l'Oncle... — o< U loi d'immigration que vient de voter le Congrs dominicain, et dont le texte pides discriminations picier* iniques. On ne sait sans doute pas. Ida !, H oubli i>ar Hati-Jourau congrs dominicain, que nfll peut tre considre la France, cette fine fleur de 1 r...i^a.. ,u la race blanche, a appel un noir authentique en son consomme un dfi l'adresse de notre pays. Il n'y a pas l oni|, r d'un doute qu'on vise a l'i nmigration hatienne en dictant les prescriptions prohibitives et vexatoires qui se trouvent dans cette loi. C'est seil de gouvernement. Que celui-l, au parlement franais, jouit d'autant de considration et d'autorit que souvent i uis ceue ni. ueu tous les autres reprsentants cette immigration-l qu'on Idu peuple Iranaia. A son sieveut incontestablement atge de dpute comme au banc Sndre parce que c'est elle du gouvernement, le pur AU i eue nos voisins jugent mc-Jcain Biaise Diagne, sous-senacante pour la puret ethcrtaire d'Etat aux colonies nique de leur agglomrat. de la Rpublique franaise, AUX ROY 30 annes su Ils ont assez souvent, nanti est qu'un homme, un cito m yen dont l'intelligence, lacullernent et clairement, tut enj Uire ct j a comptence sont tendre qu'ils taient des, apprcies et mises contribution dans l'intrt du pays dont il se rclame et qui le reclame. La France blanche ne discrimine pas entre blancs et noirs. La riep. Dominicaine, plu-. aulhenliqueinent caucasienne, parait-il, se prte,elle, ce jeu puril. Il est que les l) ., %  min.cains prennent exemple Caucasiens et qu'ils entendaient le rester sans mlange. Dans la forme positive d'une lgislation, ils viennent de traduire leur sentiment a cet gard. On se rendra compte, aprs cela, qu'Espaillal tic la Mohi n'esl pas le seul f.m que compte la Rpublique dominicaine. Tant s'en faut. Mais cette lai qui exprime 5 er les Amricains dont ils se BV „, d'i.u,>W! la considrent les pet.ts-lreres. uense et leh d'esprit do Ne dirait-on pas un texte de ,ns, situe .l a-.c.nc loi amcr.ca.nc : Les ind.viSmps du point de vu:de la dus de race asiatique et es SinteVnatiomile actuelnaturel, du embnent afnle la ndionau nom de qui cain.qui ne sont pas derau Hic est faite. Sa conception caucasienne paieront les mn-eleve ni ne grandit L' peupots suivants: ,. LCXCIUMO. JlodoiUiiicain^A:. contraire. d es noirs et des jaunes en •Ile tmoigne d'une telle men! territoire de la Rpublique lalit mesquine, troite ei ar; caucasiquedominicame. ce que c'tait un nio\ en n ble, et l'unique qu>'il y eul, p inspirer le culte du' vftH aieu aux Africains,L's retirer de I Idtrtt et les faire persvrer,] qu' 1 1 mort, dans l.i llelij ion Chrtienne qu'on leur ferait mbrasser. Ainsi, Monsieur, l.i Trait t dtermine par uue Lie idole et pour une Sainte Caus!... Nos aeux oui pay eepenciinl pour savoir qu'on ut lion; le ftoi Louis Mil et que bonne foi a t surprise par lUercantis ou des complices de niereanlis : Saiut-Doini.igue vin. terre U*escluuage et, pad ce Un App _/i ^ Propos humides Un confn lition u imlui i|ue n luTrc est ''n bonne v i n ni ci de conqu i nati i -u • lait, terre cnr.-ile, jusquau jbui JU IL* soleil de la ,,< i i le iie\ i miioa franaise claira le frj le l'o i *sii in i : • • urq transfigura -c , i i le vu il ,> %  .!. _• d'niei' t'i • nt, n uns de dix a.is, I s p grands hommes ai Lient e llu. n.i i ii. Vol re tout dvou, Luc DlTil VTL1 \l. •n.p-.-o-iir ./ ; taire an I.-, , ,.,/ \. /-. lion : t'iiiutt Guy i >•> %  ',''<'• ">" ; i il! i :h. G v i. i U )K, d ml un ibirqucra I s A. i|ueli|ues \ i i,-,i larriijui *, 1.". LtiA,1lAjLi liiliLO rire. que c'en est une piti. Pauvres gens qui, au stade prsent de l'volution di Les amricains peuvent se fliciter de leur conqute dominicaine. Bile est, moraleni'psem cie. i CUIUIUI • ,, ,. •.• Lmlc. sallnrdcn! ,1c slumet, complte cl clelnnlive. Les p*emiers Affranchis tic Saint-Domingue .— Mon cher Directeur, Je viens de lire avec plaisir lr bel article de Nemours au :ujet des premit r a Notre'qui f. uni l'honneur tftre ttw/i.,uu.Oui, ils faisaient la guerre rt il faudrait mme duc que, ds l'instant qu'ils avaient louch du pied le sol cftiispaniola, ils avaient pens se battre j>our conserver leur libert I Un en avait vu avec le Cacique Henri du temps dtsnUnUuyo^ castillans; 0:1 en a TU plus tard, avant la prise de Carlhageue des Indes, aux cots des flibustiers.— Ils ont t l'assaut des petites les qu'on appelle aujourd'hui Corn Mu nus pies les cOtes de l'Amrique Centrale, dans f Atlantique ; ils oui suivi L'Olonais. Il ont t Campche en 108ttet ils taient rie ceux des ladrones venus.de La Tortue dans l'isthme, pour lenter de conqurir Panama ftur /u Mer du Sud. A propos de la prise de CarIhagene, expliqueiai-je que les Noirs formaient deux compagnies et non pas une, la premire de Uangane , qui etaii commande par un nomm Janot, la seconde.du Cap qui tait sous les ordres de Guimba appel d'Imba par Nemours ? Ces deux troupes de Noirs avaient %  H 1VU.I kl VUUV" %  • _---pour capitaine un sieur Paty de l'infanterie Saint-Domingue. Outre le travail d grosse troupe dont ils taient charges, ils emplissaient le rle de sapeurs. Ost ainsi qu'ils avaient t dsigns pour aplanir le chemin qui devait conduire les niOustiers au Fort de Boccaihica. Et sait-on pourqu i ils suivaient ceux-ci avec enthousiasme, dan* leurs expditions nagurdeuses ? C'est parce que c flibustiers ne manquaient jamais de leur octroyer la libelle, pour prix de leur conduite valeureuse. Ainsi ils ont t les premiers aflranrhia de race ngre de Saint-Domingue, non pas des affranchis par le privilge de la naissance, mais affranelu* par le baptme du rung .lavais toujours dplore que nos historiens n'eussent pas I an d'avoir remarqu l'hrosme de ces premiers Noirs, .le prpare en consquence un travail qui rparera compltement 1 erreur. Mais il appartenait Nemours de lever le premier le, doigt pour indiquai. .le le flicite de tout cœur de son geste de rparation. Ajouterai je toutefois que les Noirs n'ont pas a admirer et aimer la France uniquement pour 17Si> qui sema dans le Monde les ides de Libert, d'Egalit ei de Fraternit ? Nous devons aussi nous rappeler ( comme du reste l'a dit Nemours ) que mme du temps de la Monarchie les terres du Royaume taisaient germer la graine de l'harmonie entre les races. En ellel toute possession du Hoi tait a ce point < onsidre comme terre de libert qu'il a fallu une dialeelinue spciale pour ta ire admettre a Louis Xtll la traite des tsclavasdea ctes d'Afrique aux les de l'Amrique. Lest une loi trs ancienne, a dit 1-' Pre Labat. que les Terres soumises aux Rois de France rendent libres tous ceux qui sv peuvent (retirer. C'est ce qui Ht que le IKoi eut toutes les peines du .monde consent que les habitantsjdes lice eussent des es' hves et il ne te rendit enfin I,'! pressantes sollicitat.ons qtfon lui taisait dne leur o,trover celle permi^'ouq^l^ 1 L3 nombre de^ journaux dans le monde )'aprs une dernire slatisti que sur le nombre des i i irnau uaus le mon. le, I Vile il" cupe >• 1er rangavec3 353journaux, puisvienueni les Liais- nis avec 1. 1)42, la France ave l. 500. U'AngLlerre ne compt que 27)') journaux. Par rappoi au nombre d'habitants, la Su ligure au premier rang avec 501 journaux, soil un pour 8. 00) Habitants. Viennent ensuite li Danemark avec 212 journaux, soit 1 ptmr 13.000 habi ants. In Allemagne on compte u i jour nal pour 18. 700 habitants et aux DL • i 11 Cit .i ier, qui v leiiii pi i par la c inuu nuxle du S uni Olli i, es mai lag i i itholi pies i non-catholiques ne seioni or; considrs valables ,ir l'Eglise, que si les entants il rel. iifiii dans le c nhoicisnie. '] i in les i %  i ,yonr us m u ..i ; s ruix es, a t jrisf, par suiie de la convienon qu'ont i ut irits < cclasliques, que les pai lies conraciunles o ibhent souveni la iromesse qu'elles oui laiti i |< ui s entants dans la foi atholique. La cou wi i uvaui, i qui , ,i une du pi nse de Mv-, H vue d'un mariage U Saisi Pr i 1 I i L'Aclii n NalioRol in pour nous i • u l 'jonctit <] > i .,, .! tiuood ona et oui , la dj i indona encore II re dtre v ul saisir q,/ esi .nmma.d.l. \ .i ci 1 1 |)luan. regrettable qm n ne MUT pas .1 cl i puui pur %  ; | 8 ti s qui per v.>. il a p ii. re le .•> %  l'o .1 le. Les e ieiu i i mi uis>auce J i nomme %  i de n iiitre i l aid l | II. Il I I I entire: Les .puent que I loul en ce i> > > uo>a Je. Ils .pu per Nous exigeons: ne ei avec non-. Il i 1 d'nr is'er. t'aati %  soir i l'Elab'isle plus itiin gu di Mars, i tdoi ;!•, nilliinls MI'I.hlutse p emire insauce. Avec i que l'on rtro i [ai s r |uisitQir* a billard dans < ois m l.'s que i'e i s ni Vignsox, ni ueieUe.il pour sa Usl are I ipe. On loi fit ont p • i, i laquelle i: .se lcbi B •• %  une modestie r iSS * i a i lgant d m'* 'i nai ooui io. wi ii.Hiii.iiii %  •• t •>>> %  o Etats-UnisunpourOl. 000 habi1 uuxte, devront prendre leur proauls. Le quotidien ayant le plu Jujesse au srieux el ou IL, ra „d lirace est le DaiK Mail jbse n lera plus lexens de Londres avec deux millions d'exemplaires. La rduction des salaires l'tranger La rduction des sal lii es des cheminots dans divers p i sat fort importante, lui Allemagne, ces salaires onl t alun ses de (io/ole 1-er dcembre L...0,de i il o/o a partir du 1 er jui 1931, et voni l'Aire e i re di JUI Veul que les lois el COU1U mes du pays di s conjoints empecheni irs entanls soient dans le catholii s S il esl nces un dit la coui es pei soni Viont es in i d h ibilei des ou il .h ni. urtr [Qesfe > enlanls is u i mai i. ge ne 10 i pas U vs dan i i hoiicisme, et mai iaj onsidi comme illgal pai se. La nusuie \v i e par la onalion,et (|i'i prend la i t c n e i.i texte du dcret fail ressortir r tir ne l'a ii 1 1 r ; nre-li i u I : ,es i K'IU ssea v leu o e u n Tous %  %  |ue le ,o n dans les cou : n i I II i.l .V il U I M c i u pa 11 o u t 1 e ies.siuii-1'K' .i a illt i'.iM', qui mvite, eu cou" >e |ut u< les predic ih ,J,.II n e la ooiioii que c'est i optimi *me ei non i pessiIII me qui nous delivieia , i a toi nuer les mes confie adversit . v lieu .le tou es < es [> l tion -, de tous ces i i

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06938
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, February 19, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06938

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text

Clment Magloire
DlRECitlJft'
1358. HUE AMERirAiiNh Uft
TELEPHONE N224
. r; om m uva
, vos > e
c' si ainsi qo w> s
i< de ''
i
i ,i ded ma p un ia>o ii
dehors.
MALAPERT
25 me ANNEE N 7C04
roi t-au r
VENDREDI FEVRIER 19 J-
tQk.tr MH BMMM
HMB
A la manire de l'Oncle...
o<
U loi d'immigration que
vient de voter le Congrs
dominicain, et dont le texte
pides discriminations picier*
iniques.
On ne sait sans doute pas.
Ida

!, H oubli i>ar Hati-Jour- au congrs dominicain, que
nfll peut tre considre la France, cette fine fleur de
1 r...i^a.. ,u la race blanche, a appel un
noir authentique en son con-
somme un dfi l'adresse de
notre pays. Il n'y a pas l oni-
|,r. d'un doute qu'on vise a
l'i nmigration hatienne en
dictant les prescriptions pro-
hibitives et vexatoires qui se
trouvent dans cette loi. C'est
seil de gouvernement. Que
celui-l, au parlement fran-
ais, jouit d'autant de consi-
dration et d'autorit que
souvent i uis ceue ni. ueu tous les autres reprsentants
cette immigration-l qu'on Idu peuple Iranaia. A son sie-
veut incontestablement at- ge de dpute comme au banc
Sndre parce que c'est elle du gouvernement, le pur AU i
eue nos voisins jugent mc-Jcain Biaise Diagne, sous-se-
nacante pour la puret eth- crtaire d'Etat aux colonies
nique de leur agglomrat. de la Rpublique franaise,
AUX ROY
30 annes su
Ils ont assez souvent, nan-
ti est qu'un homme, un cito
........ m* yen dont l'intelligence, lacul-
lernent et clairement, tut en- j Uire ct ja comptence sont
tendre qu'ils taient des, apprcies et mises contri-
bution dans l'intrt du pays
dont il se rclame et qui le
reclame. La France blanche
ne discrimine pas entre blancs
et noirs.
La riep. Dominicaine, plu-.
aulhenliqueinent caucasien-
ne, parait-il, se prte,elle, ce
jeu puril. Il est que les l).,
min.cains prennent exemple
Caucasiens et qu'ils enten-
daient le rester sans mlange.
Dans la forme positive d'une
lgislation, ils viennent de
traduire leur sentiment a cet
gard. On se rendra compte,
aprs cela, qu'Espaillal tic la
Mohi n'esl pas le seul f.m que
compte la Rpublique domi-
nicaine. Tant s'en faut.
Mais cette lai qui exprime 5 er les Amricains dont ils se
BV , d'i.u,>W! la considrent les pet.ts-lreres.
uense et leh d'esprit do Ne dirait-on pas un texte de
,ns, situe .l a-.c.nc loi amcr.ca.nc : Les ind.vi-
Smps du point de vu:de la dus de race asiatique et es
SinteVnatiomile actuel- naturel, du embnent afn-
le la ndionau nom de qui cain.qui ne sont pas derau
Hic est faite. Sa conception caucasienne paieront les m-
n-eleve ni ne grandit L' peu- pots suivants: ,. LcxcIumo.
JlodoiUiiicain^A:. contraire.,des noirs et des jaunes en
Ile tmoigne d'une telle men-! territoire de la Rpublique
lalit mesquine, troite ei ar- ; caucasiquedominicame.
ce que c'tait un nio\ en n
ble, et l'unique qu>'il y eul, p
inspirer le culte du' vftH aieu
aux Africains,L's retirer de I
Idtrtt et les faire persvrer,]
qu' 11 mort, dans l.i llelij ion
Chrtienne qu'on leur ferait m-
brasser.
Ainsi, Monsieur, l.i Trait
t dtermine par uue Lie id-
ole et pour une Sainte Caus!...
Nos aeux oui pay eepenciinl
pour savoir qu'on ut lion;
le ftoi Louis Mil et que
bonne foi a t surprise par
lUercantis ou des complices de
niereanlis : Saiut-Doini.igue
vin. terre U*escluuage et, pad ce
Un App
_/i

^

Propos
humides
Un confn
lition u
, im-
lui i|ue n
! luTrc est ''n bonne v i
n ni ci de conqu
i
nati i
-u
lait, terre cnr.-ile, jusquau jbui
ju il* soleil de la ,,< i i le iie\ i
miioa franaise claira le frj
le l'o i *sii in i : urq
transfigura -c , i i le vu il
,> .!. _ d'niei' t'i nt,
n uns de dix a.is, I s p
grands hommes ai Lient e llu-
. n.i i ii.
Vol re tout dvou,
Luc DlTil VTL1 \l.
n.p-.-o-iir ./ ; taire an I.-,
, ,.,/ \. /-. lion : t'iiiutt
Guy i >>',''<- ' ">",;-
i il! i :h. G v i. i U )K, d ml un
ibirqucra ,
. I s A. i|ueli|ues \ i i,-,i
larriijui *,
1.".
LtiA,1lAjLi liiliLO
rire. que c'en est une piti.
Pauvres gens qui, au stade
prsent de l'volution di
Les amricains peuvent se
fliciter de leur conqute do-
minicaine. Bile est, morale-
ni'psem cie. i cuiuiui ........-..... ,, ,. .
Lmlc. sallnrdcn! ,1c slu- met, complte cl clelnnlive.
Les p*emiers Affranchis
tic Saint-Domingue
.------
Mon cher Directeur,
Je viens de lire avec plaisir
lr bel article de Nemours au
:ujet des premit ra Notre'qui
f. uni l'honneur tftre ttw/i-
.,uu.Oui, ils faisaient la guerre
rt il faudrait mme duc que,
ds l'instant qu'ils avaient lou-
ch du pied le sol cftiispaniola,
ils avaient pens se battre
j>our conserver leur libert I
Un en avait vu avec le Cacique
Henri du temps dtsnUnUuyo^
castillans; 0:1 en a TU plus tard,
avant la prise de Carlhageue
des Indes, aux cots des flibus-
tiers. Ils ont t l'assaut des
petites les qu'on appelle au-
jourd'hui Corn Mu nus pies
les cOtes de l'Amrique Cen-
trale, dans f Atlantique ; ils oui
suivi L'Olonais. Il ont t
Campche en 108ttet ils taient
rie ceux des ladrones venus.de
La Tortue dans l'isthme, pour
lenter de conqurir Panama
ftur /u Mer du Sud.
A propos de la prise de Car-
Ihagene, expliqueiai-je que les
Noirs formaient deux compa-
gnies et non pas une, la pre-
mire de Uangane , qui etaii
commande par un nomm Ja-
not, la seconde.du Cap qui tait
sous les ordres de Guimba ap-
pel d'Imba par Nemours ? Ces
deux troupes de Noirs avaient
H
1VU.I kl VUUV" _----
pour capitaine un sieur Paty de
l'infanterie Saint-Domingue.
Outre le travail d grosse trou-
pe dont ils taient charges, ils
emplissaient le rle de sapeurs.
Ost ainsi qu'ils avaient t d-
signs pour aplanir le chemin
qui devait conduire les niOus-
tiers au Fort de Boccaihica.
Et sait-on pourqu i ils sui-
vaient ceux-ci avec enthousias-
me, dan* leurs expditions na-
gurdeuses ? C'est parce que c
flibustiers ne manquaient ja-
mais de leur octroyer la libelle,
pour prix de leur conduite va-
leureuse. Ainsi ils ont t les
premiers aflranrhia de race n-
gre de Saint-Domingue, non pas
des affranchis par le privilge
de la naissance, mais affranelu*
par le baptme du rung !
.lavais toujours dplore que
nos historiens n'eussent pas I an
d'avoir remarqu l'hrosme de
ces premiers Noirs, .le prpare
en consquence un travail qui
rparera compltement 1 erreur.
Mais il appartenait Nemours
de lever le premier le, doigt
pour indiquai. .le le flicite de
tout cur de son geste de r-
paration. .
Ajouterai je toutefois que les
Noirs n'ont pas a admirer et ai-
mer la France uniquement pour
17Si> qui sema dans le Monde
les ides de Libert, d'Egalit ei
de Fraternit ? Nous devons
aussi nous rappeler ( comme
du reste l'a dit Nemours ) que
mme du temps de la Monar-
chie les terres du Royaume tai-
saient germer la graine de l'har-
monie entre les races. En ellel
toute possession du Hoi tait a
ce point < onsidre comme terre
de libert qu'il a fallu une dia-
leelinue spciale pour ta ire ad-
mettre a Louis Xtll la traite des
tsclavasdea ctes d'Afrique aux
les de l'Amrique. Lest une
loi trs ancienne, a dit 1-' Pre
Labat. que les Terres soumises
aux Rois de France rendent li-
bres tous ceux qui sv peuvent
(retirer. C'est ce qui Ht que le
IKoi eut toutes les peines du
.monde consent que les ha-
bitantsjdes lice eussent des es-
' hves et il ne te rendit enfin
I,'! pressantes sollicitat.ons
qtfon lui taisait d- ne leur o,-
trover celle permi^'ouq^l^1-
L3 nombre de^
journaux dans le
monde
)'aprs une dernire slatisti
que sur le nombre des i i irnau
uaus le mon.le, I Vile il" "
cupe > 1er rangavec3 353jour-
naux, puisvienueni les Liais- -
nis avec 1. 1)42, la France ave
l. 500. U'AngLlerre ne compt
que 27)') journaux. Par rappoi
au nombre d'habitants, la Su
ligure au premier rang avec 501
journaux, soil un pour 8. 00)
Habitants. Viennent ensuite li
Danemark avec 212 journaux,
soit 1 ptmr 13.000 habi ants. In
Allemagne on compte u i jour
nal pour 18. 700 habitants et aux


DL i
11
Cit .i ier, -
. qui v leiiii
pi i par la c in-
uu nuxle du S uni Olli i,
es mai lag i i itholi pies
i non-catholiques ne seioni
or; considrs valables
,ir l'Eglise, que si les entants
il rel.
iifiii dans le c nho-
icisnie.
'] i in
les i i
,yonr us m u ..i ; s ruix es, a t
jrisf, par suiie de la convie-
non qu'ont i ut irits < ccl-
asliques, que les pai lies con-
raciunles o ibhent souveni la
iromesse qu'elles oui laiti
i |< ui s entants dans la foi
atholique.
La cou
wi i uvaui, i qui
, ,i une du pi nse de
Mv-, h vue d'un mariage
U Saisi Pr
i1
I i L'Aclii n Nalio-
Rol in pour nous i
-ul'jonctit <] > i
.,, .! tiuood ona et oui
, la dj i indona encore II
' re dtre vul,
saisir q,/ esi
. .nmma.d.l-
. \ .i ci 11 |)lua- n.
regrettable qm
n ne MUT pas .1 -
cl i puui pur ; |8ti s qui per v.>.
il a p ii.
re le .> l'o .1 le.
Les e ieiu i
, i mi uis>auce J i nomme
i de n iiitre i l aid l
| II. -
Il I
.
I I
entire: Les
.puent que I loul
en ce i> > > uo>a Je. Ils
.pu per
Nous exigeons: ne
ei avec non-. Il
i 1 d'nr is'er.

t'aati soir i l'Elab'is-
le plus iti- in gu di
Mars, i tdoi ;!,
nilliinls mi'i.-
hlutse p emire insauce. Avec
i que l'on rtro i
[ai s r |uisitQir* ,
a billard dans <
ois m l.'s que i'e i
s ni Vignsox, ni
ueieUe.il pour saUsl are I ipe. On loi fit ont p
i, i laquelle i: .se l-
cbi b une modestie r i-
SS '
* *
i a i lgant d m'* 'i
nai ooui io. wi ii.Hiii.iiii t >>>. o
Etats-UnisunpourOl. 000 habi-1 uuxte, devront prendre leur pro-
auls. Le quotidien ayant le plu Jujesse au srieux el ou IL-
,rad lirace est le DaiK Mail jbse n lera plus lexens
de Londres avec deux millions
d'exemplaires.
La rduction
des salaires
l'tranger
La rduction des sal lii es des
cheminots dans divers p i sat
fort importante, lui Allemagne,
ces salaires onl t alun ses de
(io/ole 1-er dcembre L...0,de .
i il o/o a partir du 1 er jui
1931, et voni l'Aire e i re di
JUI Veul que les lois el COU1U
mes du pays di s conjoints em-
pecheni irs entanls soient
. dans le catholii
s S il esl nces un dit la cou-
i es pei soni
Viont es in i d h ibilei des
ou il
.h ni. urtr
[Qesfe > enlanls is u i
mai i. ge ne 10 i pas U vs dan i
i hoiicisme, et mai iaj
onsidi comme illgal pai
se.
La nusuie \v i e par la on-
alion,et (|i'i prend la
i t c n e
i.i texte du dcret fail ressortir
r
tir
ne l'a ii 11 r; nre-li i u I :
,es i k'iu ssea
! v leu o e u n
Tous |ue le
,o n dans les cou :
n i
! I II i.l .V il U
I M
, c i u pa 11 o u t 1 e
ies.siuii-1'K' .i a illt
i'.iM', qui mvite, eu cou"
>e |ut u< les predic ih
! ,j,.ii n e la ooiioii que c'est
i optimi *me ei non i pessi-
iii me qui nous delivieia ,
i a toi nuer les mes confie
adversit .
v lieu .le tou es < es
[> l tion -, de tous ces i
i lit le Saint-Pre, p i un os i
i s 'tourne vera le Cie .
Le f.i,'c \' a an si
:oui il dans le regain
le charit, ainsi qu les
!Idi i et la ton o .in e qu on
IPP :
i. 4ai .mu
< di\ u nct-
ineut i lau
ie i IlOill i. IUS U III
la i.iini qui, d uis cei '. nus
\ h ipi e.n les poj u
i
Le Souverain l'o I [e a dc-
,iie 'i il i l de loin
ea des app. i i
ani q l< c
s, lit-il,
o ... | ani. qu il. :
reut mu pin
de i m
er ch i /' \ui Au rit i.
le n I li 'siler
mei ?e l!< ux casimbs
nu Lu t.i s ut nd ai"
11. Il i il se dcider a un
ni la difli :u -
ni lin a son port*
iuille el i omm inda les tnij
asimirs. l'appniuve, Dpute!
.. vcit qu'il est loul lait nui-
Je si l'on se trouve da is un
'es grands tablissements de
'orl-au-Pi im e tels que l'Htel
le 1 l Eldorado, chez De-
;i S a S' le-lnn ou chas
Jial, de poser a une dame
a npu ,ne la ijueslion
n |udl( ielh (J l'esl-ee iju^
..n \ end Daines et de-
n i-elles distingues De bo vent
pie ii Cristal '.tunnel, liqueur
ei onctueuee qui
ne lu prix la vie.

. vojl que l'on s'est remis a
i i , bus consomtnatenrs de
use prpara*
11 qui laisse invanable-
; ipl calcaire au lon verres, Les services com-
ili ois ne doivent pas se dsin-
cel tat 'le choses.
le Kinpromettre la
aut pnbli me.
.. v, il qi e rien ne garde
l'un ni'l le tt'inps a
. c .si un loti pa
h! d mb u que la la mille au-
lie. al niante
. il c'est hier, n'e-si-
, .is. qu' l'occasion de s
ce ii rgulire, on a'erre-
ii les i heveux, en criant au
honin ur.
u
I ;h.
Llf
elle e i
iiino. Ils ont t compr nis en
Italie de 12 o o le 1-erdcembn I v
1930 en Pologne de 15 o/o le
1-ar'mai et 15 o/o le 1-er juillet
dernier, en Roumanie le 10
25o o et en Bulgarie de lOo ode-
puis le 1-er janvier 1931. La
fraction mobile du salaire a
diminue de (i o/o en Belgique
au milieu de l'anne, et de 50o o
en Autriche le 1-er di ani
1930.
^ vendre
Un i 11 a< M *n bon tat,
s'adrpssef :
HOTEL SEA VIfcW
i niin.i) i dans laqu
i- traite d difli n
pei ;s du m 11 et i ipose
. rel bemei Is d ma li
riages miz.li .
d crel ppliqa soi
sent
i i
.
i
Le presbytre
de Tiiomazeau



i
I
ne une i
Annulai) '
Dr Tellilus
n bi
MIII-
HII m preshy
Pho Une di
i :u tribunal d lie insl
leui n lad droit, el celte U
ii i fi fi i m ( pnr un
i | ' i
v |
ger.


nne
ni ir
i !i n trnetion
qu'une Impositiondu concorda'
; ... volt avec plsilir qu on a
, i, i, : n n ' liiqnal la Dlrer-
,ie la ; rnre. El 'out le
rjouit avec Notui:
1 ite bonne nouvelle.
I i rst pu eflel un sm
,!. i.ct et srieux, poli
moi le, ce qui ht
;aterien. \oriu: (bai. Liadressa
in svui i ithiqae regard.
... voit qo'Anson/a ne var'"*.
; .in "s vs co pielels pi
mn< ns 'eux qa'on y bnvs i
\eille an est Ni
,i de ies retrouver p
UVenl meilleur?:, I )
nain et toujo irs.J
ommunei
er Ips pi '--
isaes. Mu
uuea aot en gniai
pauvres.
* -


.1

p
IShNTATIONdune 110UVEIJ
i
D
(

SIX
E T
H U IT
AVB I 1-1' \ : Al. P0W1 I '-Il
AI'IOMA .. TR USSI S
SILENCIEI
ROUES ... cil
BLES AVK : SUSPENS! I
DoDG
vellea
sultats i
cri pt ion
sensation ; : von
huit. Les .ouvcll
sonl m
ce qui c i n erne le sileiu ,1 in
menl lai ile el i ou-
r le positif.
Le /'/ tling Pom :r i om ne il
4 [ ; > 11 |ii ir les nom .'Iles 11
el II.ni cylindres rend lu puis lance
si do ice | i I i
par I iinp ihi on du >m-
plte in ni liinini
Le ( lui i \utomatiqii
me ran |ue
nisine u :
de la Dod [e, vous p rm I
sans jamais louche) i la p de brayagi.
Le i llui i
S.III
rieuse < i
nipulcr le le\ ier i ici
lemenl cl aussi sih i que
lorsque \ us lourne/ la l un
livn
Li 1.1 : lujUrau euvt
de /'i id
larg< un n
(.ci, i
troli de li
pass dans la lai
i
Nous
Fiers ri d<
grs m i 'I
I o u t c e ( i i i
de le n
-
Nnv DoJzi Six Srdtm
\ ma le plus Fameux
Fromage du Monde!
-*-
n

m


i * i,

et (| : > <
-
I
!
de la
Soigneusement mvc-
lopi' pont l vus !
Toi l i r t vous pou-
\ / di n a di r comme
h. i l on i gi se trouve
sous l'tiquette Krall
Saveui rxcelleiu e.go
sduisant.. * Lomage
K I ii Ions
E' vf-c Pr< u'
M. Il vous i ouv / va
lier constamment vos
menus. Ceci tst vrai
parce que I; Fromage
kraft... le plus lameux
Iromage du monde...
vous in rive en rie si
difln i les i] u al i ts...
Ami ni' i o, el Velv eio le
nouveau Tonage.
Pour n'irri' orle quoi
i cessilant do fiomage
il y en a un pur, parlai-
(emenl point, parfaite-
menl lowlu il empa-
quet : le Fromage lirait
s1 vot e disposition.
AMez < Ikz voire p;cier
lu\oriaujourd'hui... De-
mandez lui du Pro-
mage Kiali .
r\\M.i:V SALES CORPORATION
Disiribotenr :
Pori an-Priice, Hati.
KRAF^CHEESE
L'ENREGISTREMENT
A PETlOis-VLLE
K-~ I

KNEER'S GARAGE
Distributeur
; . e P) ne : 118 el
CHOS

A propos les a
Monsieur Geoi [( s N .
uux tats Unis,
Al>el N. Lger, seci
d'Etat des Relalio
tneurcs, ;i d< lai I i
Journal que ih iverm
ment d'Hati d -
CUne mission a M
Lger.
Le Honi ni i du
15 lvi ier contient un duri
circulaire du Se i il
des relations exte i< m es ai
Agents diplomatie s t cou
sulaires de la l\< ni iqui
l'tranger. Ou en il que c<
document a ti, pju erreur,
livr a la publui .
*r. Haiti-Jouhn .; annom e
pour aojoord'hui i <
confrence Daroi sous .
prsidence du n
['[attraction pu! Ce
ne sera uue pel d i ni t1
traie ni vaine.
L'autu te i' c are
perquisitionne chez M Lu
/ ucoui t Djeau accu de "
cet d'objets cabalisliqi es. On
n'y a rien troi
Notre inefl il cont e
La Opinion ne \ei s qu
d se : Ile d'Hati u i Ile d>
S int Domingui
CJ'ii:'. mais i. |< ni
ni .aine. Ce ne. p eui
a ; c est rpub iqu i
que dominicaine qu'il laul
d re.
Le 3e i
dmission n a ;i s
Vjte du Snat sui 1 q< e^-
\ l occasion 10 ann n
oaissaoee de * o 'je \\;i-

il
rtONALE
i un
oil ud r i
pou en
ii

il ainsi p
un |" il ch
i a 3,2 I B m ,
n le
co
pou
s en I i
fa t I de q i
droit.
tio n ons.
Fe o i
S.l
I I 11,1
t'i.
dition de dix m lie
lui P
t m rapp
vidn a t<
qu'il I ai sp i i
i
du
proti s:
*M i -
posent i
t
Depuis environ rtfUX se-
maines, le prpos de l'pdmi-
nistration, qui tait eu mme
temps le service de l'enre-
gistrement Pdlonville, 8
disparu, abandonnant ainsi
son poste. On croit qu'il J 8
eu malversation et qu'eftray
des responsabilits qui lui
incombent, ce lonctionnaire
a cr bon de tuir.
\l js di pois s,.'vice '.n
l'cnregigti meut, ddus celte
commune, est oqu. Le re-
gistre des actes eoregibties,
iiotamm* nt, est enltrme dans
nerican Golony
Foi i au P l'ocras
b lion lu
itime anniversaire de
lieor Wa-
sh i : oflre nu Ptiou-
lub ii turdon, une r*
i : i
, lurant, e' pour
nbreu
i
me
nt
au*p il h -
n
semenl
moire.
ns p Veiil
plus ne i iiniiieaus de la
oposilioa t teci le en vue
de cet uni | le i onc rt.
Il aura lieu au Kiosque du
op de lars 1res prochai. un c(,flre ,orl (lont lc ,">^a,c, ;<
lent. Ce sera certainement ,;l clef- Les intresses soin
o
VM. Clment et Tue Po
Ihel les autres parenls e'
allis remercient bien sinc-
remrnt tous ceux qui les nnt
assists ou qui leur ont t-
moign des preuves de sym-
pathie l'occasion de la mort
de leur 'egrelte mre,
^i/ne t Iria hilord,
dcrdrele 11 1 vrirr encours.
us ie n renouvellent l'expres-
sion de leur plus vive recoa-
naisfance.
'( rl-au-l'rince,le 16 lvrier
193/.
un s
plus

r d'apothose pour le
I reprsentant de la
i ,!
obligs
Prime
de
de venir a port au-
pour l'eniegistrerni ul
06()
tins ; ctts. <.( mbieu dt
lemps enco e cela v -t U du-
re. ?
Il y ,i lieu de remplaci r le 1
fonctionnaire disparu et dd1
taire proci der I ouverture
du coftre loit contenant les
registres. L'cela tans dlai.
Les rsultats obtenus chaque
jour prouvent (pic
L'Hipposarcino ftoy
spcialit franaise
eal le meilleur reconstituai
En vente dans toutes les bon-
nes pharmacies *t chez. Simon
Vieux.
m iigpm j ab&wm > imMb f.
> i*V
yN CONCERT OCCIDE
Toutes les Po'ices
DE LA

U

L m
ci ls qui
s
.
-,
^comprennent la .Protection contre la a
Foudre sans auamentation de taux?
i
Euq.Le liasse $Co
*)
m
.


Aqents Gnraux |


W2

IiIiiisii ttnrto


W
t


;
G/ne-7
:
Ci I I :
S. 0. S.
il.ud.
. 1, .

i
es :
i Ville < Ali Ile Joies
,. e italien C. G1 ",*;
l\ t-4 : '" et G. Mo ..
lue : 2, 3, 1 gourde*.
A Ion
un'
nu

UH ET MRITE
cunza'Ng
EST UN APKH1TII-
prr des Gourmets


I
Agents pour la Rp
A. DE MATTEIS
Port au Prince (1
LePiirg-^
A Ptionville
Haiutation Frkhes Ui.c
rrande animation rgne a
Frres, dans la commune de
) ftlonville. '.es loirs,on peut
\oir cos paysans, vennJ de
lentes 1rs habiiationsenviron-
Hantes, coutant la ( bande
parole du lie Blanger. En
un crole imaa; et pittores-
(,iie, il essaye de taire com-
j rendic nos gens de la
] l&ine les grands devoirs de
U vie chrtienne.
On nous informe que. sn_
nedi matin, il y aura de
l ombreux mariages et que,
dimanche prochain, tes exer
lices de la mission finiront
par une grande procession.
Dolances entendues
A la strie de nos unis notes
coneei nant K s accidents d'an
lomobiles qui, hop souvent,
se renouvelaient dans la ra
I yinesitue prs de l'ancien
! club amricain, le magistral
communal de Ptionville vient
de taire combler celle ne-
l vasse dangi rense.
I a rouie est maintenant
voitnrabie et sons danger.Les1
travaux entt excutssoui
[l'intelligente direction du
'chef d'quipe Pi Ml Ulanc.
I Un bon point au magistral
Luc Lacrl qui inaugure, de
celle faun?.sa nouvelle ad m
nif'.raiion.
BUREAU l ES t'ONTK'IH-
tions.C'esl MrOrcsteChry
qui a l nomme gent des
i onlributious
Depuis samedi, on n'a p i
pu di > ssi i i i v tai de ce
burea u, l'ancien mpl y< tant
paiti avec l< m ci i de la
combinaison du i lire-tort,
Ui< cai tcur di vient n-
cessaire aux am rds de la
p'aee Boyer. I i animaux
.'.ives y cl! uleu .i 're
nulleineni inquites.
Avant longtemps la source
de Knnsckofl sera capte.
Un tuyau d'un diamtre
d'un pouce el demi de in se-
ra laiss aux h. bilaut jour
leur cr ssoooire.
Ou demande la M S.A.
de luire clturi i I i i < une
pnsuu de Ptionville -,uide-
vienf, la uuil.uii vrai repaire
d bles nuisibles Jet de g< n >
eu qute de gitc.
PHI IIUU
STEAMSHIP Lli
iraer A e
II'' V( -
1.1 / |
21 t 1 m i
pas 1 I 1 s i s
el partira dans l
prs-mi li du i
tem< ut pour Cristot) il,
n i! Zone, prenant Irt, mal
el pas ; :
lour ici le merci c li 2 m i
en i iu e irectemenl poui
tourn Mi fork
. 11. C. an REED
[enl
Panama Bailroad Steamship Line
Service de jrcl el de passagers eniie
EC01S9
Fiance
Angleterre
Urc r, VV SI1EDON &C 17, James Street, LivE'pool, Kngi.and
THEFOLLOWING AHEOUR AGENTS Al PRINCIPAL PORTS IN EUROPE
rv1, LNGLuNI). SLOTLAN1), FRANCE.
Mi>s^s ,. VV. MJBUKJM Oh
17. Urnes Streel Liverpool, Englana
1- mer MttsriG. W Sheldon &(>, are represented bv Un lollowin
n V ii'h ilisdiieH Hivice de tiarspoM de pa^arsetdu fret en e u.
el bo-Ie O tns,vi Ne* Yo.k.el Clistobal. I anal /ne, Idhnv Pan m i
Void'la liste de nos agents pour les principesux port de I fccuropi:
ti
AU LYCEE NATIONAL
Par Con mis!i< ns de Mi
le l ni de R mbl
q t nomms au l.\
Nati i! : Mr. \ndr Boi
professeur de q lalrime <
dre.
Mi Delorme .\l :indor, m i
Ire d'tudes, en lieu et placi
h Bonuy.
ir installalid i a en lie1
hi i .
Us\e pense | l'Il
toi naturel i le
i le dpen len\ .
puisqce l'a' t
er menace tei
n Car, l'eneontre
d i e que dit i o're couli rej
t ne rglemcn'e pas
i i,i la collation des
, xigeen mme temp9
nation des dcora*
i i des, evant Qu'il
en vertu de la loi
Oi dre 1 lonnenr et
... Nous croyons iue
r r Irmenlai'e. en
i, B'esl dpass...
us n'avons lail que
e cas. Pour le leste,
mines pas ini<' i ess,
I ( de notre r-
n'taut dcote de
I oi dre ur el M*i h es,
> d'eux atteint du mal
le sommeil :\ plus
!.. coralionilc.
( ni de France
[E DEWONSIEin
R PAlItlil
LE p OUI N'A PAS DtGAL,
i ; MIABLE&H DIS
UNES. US
,, : IOISIS, CIGARES ET
\ DEFlANf TOUTE
PHRRFNPF
tRA A fl.lll" LE
MEILLEUR TRAIf FJ
& c
\.U7, R..
:s de dgot.
poi h U cl
H el! aucune pet te de temps.
I r'
consquent, moins cbrf.
llllM
iluk
! HONE : 2341.
CLr.LALY HENKEY ACo
21 Rue de la Rpublique
li'rsciilt.
l'ernu Peren & Co, Ufl.
53Qnai fieorgesy.
Havre.
Hcmu Peron & Co. Ltd
Rue du lonlin Vapeur.
H< pli g' < sui Mer
Mess-s A. Ri n*ox tVi("r-
21, AlhngBir, Cotenhegue.
()su> NohwaT.
Intert >'i' n^l
Spe ditionsH '!<"' O 'o.
MV. AHantic Kreighl Corpn
Dallinbaos, Hamborg 1.
Geimauy!
M (sms Atlantic Freight
Corner tion
Geimanf
Messrs A" c Freight
Coip >
24 Qua> rdaens
Autwerpse Beli*;
Hernu I'i.iu)n\& Cie Ltd
i) Rue des Maris,
Pfll s
Ilutsr Pi r 4 O I
Rue de Tranquillit!
Dnnkerquc.
Hron Prou Se Co 1 id
9 Rue Roy,
! or leaux,
[Oenor Iiai.y.
\!cssr ; HENRY OE v*v < LEI II"
Piazza s. Mai i n ".' I5t i ner
l'on : \'i Rfi. : ; i i N
\'nr l;" L Vs
I! i)' nb
y\< sf ti.m ic Fri u i
n i-N.
i m lein
p t l de
Mefcsrs Sth'mann S Co
l
Lli FAIT EST 1NC0; i'i:STABLI
il II nu Sailic
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un v t' mioiii
runissant les meillein rroirs, .
C'est ce qu lail son arme.
GO' 'Z COMP/ rZ'
--i



V
Vendredi
1!) Fvrier 1932
Le Malin
4 PAGES
ttnt ANNE N" 7G0J
PorUu-Pnme
Tlplion- : 2212
Lykes Brothers SS C Inc
Texas --Hati -- Santo uoiutngo- Rico Porto
Le seul service hebdoniad "lier passagers et
(rt entre les poils du Go ; T> < < lirectement avec
Port-au-Pi ince, Ha
P > r la rcepti vos
Importations, servez t >us i tnj urs des navires de le LYKE
une.:
Les prochaine i i Porb-a i-Pi
Steamei iG ykel
""Sleatrcr < Minria Lykes 'it> lvrier 1932
Steamer** M i ;aretL>kes > mars 1932
bureau: Rue du Magasin del'Etai Boite^Postale l<
Hop tal Giral Uatirs
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
t
i :

Efc'i i


A le plaisir (l";nii oncei CMen que la
rente de ses CHA* EAUX se i il, depuis le i jauviei i
N' 2027, GRANO'RUE
enlace dejson'aii'i'n local
/.es ( lients y trouvi ion! I m<
MARCHE. CLI IIT, GOURTOISIE.
Martinez, Marcelin & C
Accidents
Il .1 '.,2
Csar 1. .17 ans, Mon
! : mrnl de la main
i ; mporale ^ iu
.s Antoni, 13 ans, Maison
Centra r. blessure contuse du
on occipitale
'on,e de la r
ronlale ( hospitalis ).
Loui il rouan a, 1 ans, Mai-
10 iiaie. blessure conlusi
du COU chevelu rgion Ironlale
Lon Ernest, 82 uns, Turgrau.
i. ri blessuie du liont.
v Li denni, 9 ans, rue Ko-
i nui e contus de Ij l-
Noi n Piui lui au I, 10 uns, ru*
iUkl i. ..1 e Ul< ssur- contuse 0
1 nreilie gauche.
! Iui.it Pnlope, 80 a is, ru
Im il coutubiou d<
\ | ;i i<' gain ti .
Jusliu M, 1, 11) ans, Lo-
ie. bn ioi.s du coude, du
-bras ^:iu-
che.
aecl Antoine, 10 ai c, Tur-
um a 11
n Kritz, .*5 1 n-.
I ssure |--i ni 'i
1 i BV
Ph di ne, 3U uns,
Lai mu e | iquante.
Derise Nesilia, .'i uns, Lo-
. Contusion.
12 Fvrier 1932
eu, 20 uns, P< v-
1 ll'SSUl is II; n -
. .1 bras gaui lu
ei de l'exln 1 lie du pouce (lios-
.iso ;.
Vvt Si-Louis 1!( restai, 42ans
Aa\ 1 ville. Fracture de ;
; ilise ).
i ut.', .'5 ans, 1 ut
. I rot ions du prpuci.
Germaine Lemaire, 10 ans,
Gr n.l'Hue. Corps tranger au
niveau du genou (aiguille;.
Oscar Le a, 8 ans, 1 ue Ru-
nion. Blessure piquuute de la
pi u.te du pied droit.
Chardi Paul,85 uns, Turgeau.
Moi suie de chien au dos de li.
main droite.
Rollins Louis, 21 ans, Pont
Rouge. R essuie tune liante dt
m u x
Y-IUaiie, 18 uns,
rtier Si-Joseph. Blessure
coi tuse du gros 01 !til dn.it.
*Ji ( g neur 1 rvius, 11 ans,
rue 1 1 hamp-di -Mars. Ero
riou du genou gaui lie.
; Nicolas, 22 ans, !).i
men. I uiationdu poignet droit
13 Fvrier 1032
Vve Reti|aniin Samuel, 72 ms
; Il m
LaM 2 GLANDES
X
>
3
O
s:
co
<
1
CD.
m
2.
Le 'GLAHGOPMLE"
un extrait de glandea frache
d'.inimBux slectionn parmi lc-s
plus vigoureuses; 5011
- iuItcou):
Les trontalM nor1. 1 dpreMlOD
'1 morale ''e pr-
le produit 'e choix (fans
impuissance saxuelle
na> l'homme que ohos la le m me.
1 acUon rapide el durable sur
IViinemblc de toul s 1rs fonctions, la
"GLANOOPHILE"cnislilui !< rpa-
rnti-ur le plus nergique dnnl raa*
U mi > h- m' rajeunissement
totol de l'organisme.
Le "GLANDOPHILE"
1 aucun produit toxique
! u TOUTLE MONDE :
ils, adultes el vjelllardi des 3 saxea.
ndei donc le'GLANDOPHILE":
H ; mr l'homme ou F pour la femme.
tice gratuite cl vente 1
IOURN -W. HI'CII./v f-uK-friocr
ni TOUTES les on ne nharmaelea
Seu/s d'str/butturs : A. THOMAS & O
15. Rue Ma-teli PARIS
llllllllllllllllllIlKLimilllliillllllItll
BIRE NATIONAL-
de la Brass c Nationale
Se vend paj Unit OrO ,10
If* VPF l'P Ml'lli rp CD (l'\i\\\\r 1 P"i-DcsloDches prs de
IU MI I l IlJdlljIL !Scl UcllIJf Itr [la Shell Company, des lgu-
,i i uls, noix de coco, etc. )
Habiia'ion Brenne. Forte mn-
Insion de la hanche ( hospitali-
se i.
Smith Elen, 30 ans. Quartier
St-Joseph Erosion de in rgion
boui riiire externe droite.
Alexis Suzai ne, 22an*, Croix-
dea-llouquet8. Contusion el ro-
rion 'l la i>.ue droite.
m Miiacia, 22 uns, Croix-
u (|nt ls. Blessure par ar
rachemenl de la lvre inlr.
( morui
Frai is Ciua l."> .-ns, l'au-
iiii orooo, Contusion dj
sro^ i le il ilu pied droit.
Vlo nd Mon'ilus, 12 ans, rue
Pis '. Con'usion du genou
gauche.
Jom li Francine, /dans,Croix
de Martyrs. Contusion el ro-
sio du gi non droit.
Jol li s Siinon, (Quartier St-
Jose| h R essuie contuse du 1 3
in >. de la jambe gauche et de
ice dorsale du pied gauche.
Placide Cherez, Quartier St-
loseph Blessure contuse du
grn orteil gauche.
Accius Accivil, Poitail Lo-
^ne. hit .ssure contuse des lie et
le doigts de la main gau-:he.
i.M'ier Terni'oi, ne n nn
ialaii>. B'es&ure contuse du ge-
nou gauche.
Nelson Clia, ne des Csars.
Contusion Ihora. ique.
Joseph 1 uce, 27 ans, ne de
Enterrement. Erosion avec l-
,<-><< hmatome du ct gauche
lu llioisx
I ard S L uls, av -nue R >u-
/.on. l'iq e du dos Je la main
Jio te.
Laboratoire SJOUR M>
li HKOTt'HS
i SU Un.NK, l!l8' 111 < n
R Si.i>in\i. Cm r i ieti le U site de Pa
M. S joui n:::, I'.i i in .i n n le I nu iMtede m i n |. n
in te ru de* > "x d Pi s
\ ; |y es des U' es, il siic a t <|ie do saiu ( \\ ^.
ve i .in Ure. C i is .i ne d'Ainb'^. lihu^mie)
lks nu h as. Ut s matent lecates.
AVIS AU COMMRCli
La Panama ttailioad Steamship Une a l'avantpge d'sm
or ncei les dfaits suivants de New York pour port au ruine
II. ili,diie( tenu nt, durant le mois de Janvier HM2 :
Dparts tic hrw )orlc. Arrivages l'o t au-Prince.
S|S Cristobal ) le 2 Fvrier 1932 le 7'lviitr 1?|>
S/S Buena 'en ura l 9 le WK'.'l Ir 1."> lvriri lttJt
S/ 'Ancoi,4 le lt lwirr 1032 It 21 'rviieMMU
Suamer^Gi evaqi il'- le 23 lvrier le 20 lviiei 1932
l'HDaraa Railruad Steamp*hip Une
J.-.sl. C. VAN KFFD
^______ geul Gnral
LE LAIT DANOIS
ESBENSEN
S'EST ACQUIS. EN TRES PEU IE
1 TEMPS. U FAVEUR DE Le POPULA-
1UITI, GRACE Si PURET
ET S* RICHESSE EN CREE.
Dp loul temps 'e lait naturel est rrrrn mrnc' tpx
ent<'-ts. aux malades el aux nourrices, tant pnr lui nfsji
un aliment roinp'et, Mais des gernus iedont-bles de ma-
ladies m- rencontrent pmlni*. dans le lait ai In te des n'*
chandes ambulantes, par mi'e d'adidlion irarduleu^e d'eta
po'lue. On vite loul n^er de e> ntamin^tinn en faisant
omee d'une itiimjp 'e lai coi'eiv, de tout repos, curv
saci pur le te n; -,
LLi l'ROUUTS ESRF.NSEN
Lan eoudi nsrj
Lait vapor
1 ait en j ot dre
tons donnent le nnimum de garantie. Exigez l'liqadle
ci contre.
AVIS
Il esl port i. connaissance
lo I l'a partir du 2 l.
ei n ; i onvi-ra, ; la nu
LEONS OE P!
M idame Justin EUe de re-
lour lans le pays (dire ses
services aux familles j ourdes
leo s de piao.
Adresse
Mme Veuv Thomas Price
BoisVerna
*
superieu :c.
des con i ions avantagen-
ses.

666

l
jhimrancelJCo
Une des; plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le ROSS & Co
Literie Nationale d'Hati
416 Rue Bonne.Fol, Phoie : 3358
La Loterie Natiom Ir d'! |Hi est
une instiuion hautement hnmani aire par h multiplicit
d'oeuvres ( u'elle se propose d'aider, une rhanre de bll
tre oieile aux horaris de toutes conditiens d lortur.
Em lo's, Fonctionnai"S, Onvrieis. Artisans. Salaris de
tons ordies, Gens de maison ( domestiques. ) sans parler
leur budget moyannantdenx go id s peuvent pagner trois
m le m urdes Patrons de om nerce.Chefs d'Industie,parts
ans ju ili nces de entes i " l'o- hal d'un billet, qui voai
litire du m o d,-. chant e*'
Mdecin- \ ca Ingnieurs. Snnlris,.Dputs, Grsedl
Dignitaires de 'E ut,Reprsentants de l'Inteleclualii, ior
a listes. *
Donnei.1 exemple rie tolre o idartt jioclett.
Rentiers, rapilnlisles, comme en jouant, augmentez TolfS
avoir.
aehi
IDEouen TABLETTEc!ivo,,r'
Sou h maux de tte N'''s ,008 (IIM b'tes Haitl, rfrfrejnl service ei
ou: nvralgie en30minutes, a" hi|lel el LOTERIE NATIONALE D'HATI.
...i.,,. i .... i*. .. :,i i _____ ____^
gu d un Fioid le ciemier
jour el la m. laiia eu trou]
jours
sauve le bb du froid.
i
*
Le paqui bol aPotngui parti
de Bordeaux le 1 lvrier, es-
attendu 6 Poit-au Prince le 24
en i oue pour Sa li co d
Cuh' -1 le |( ris dn Sud
M u ur Port au
l'ri i-p li 2 n ars e> p rlii
j via les pi i Isdu N nd, i,
il el S;in Ju n de P. K .
prei anl frl el pass* sers.
Ce n vire si e p'us con
lortable de tous ceux'[!i; -u
ient rgulirement I
d'Hati.
Po t au Prince le
193Z
E. KOBELIN, Agc-r.
ROGHS NOUVEAU
RHUM NOUVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DFIANT TOUTE CONCURriENCE ';
( kin Vierge ^
rh '' V. NAZON
OEPd iAKCLE DES W& OU PEtffLE ET FEIHW PHOtlE: 0


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM