<%BANNER%>







PAGE 1

r.\ i 2 VlhN \6 0TM _: AnnonceSachez que le savon de votre teint est tait de... Le -iv tu Palmolive seul TOUS dit c|ii'il est tait d'huiles de palme el d'oliTes... aucune graisse animale ou quoique soit de suif. Les huiles vgtales dans un savon nettoient srement.!! ny a rien en eux pour raidir ou scher la peau. Ce n'est pas tonnant que plus de 20.000 spcialistes de beaut le recommandent. laitement de Beaut W IL LYS • OVERL/ LES NOCES D'ARGENT de la W1LLYS OVElLAND A ".* i Matin et soir, massez gentiment pendant deux minutes voir peau avec la mouse douce d Savon Palmolive, en Taisant p utrerprofondment la motu dans .oues les pores. Rincez i\ l.uid... schez compltement. La peau est maintenant souple, douce et helle. Vrifia ri le Savon l'ulntolioe xert .; ce ( | e i a dictature lut ..jju "bunalcml de PorWa^.^ n | d |oisirs? j L'activit littraire de M. M* NOS NOCES D'ARGENT CASION DE NOS NOCES D'OR Whiskey or not whiskey UN PROCES SUR L'USAGE DU IOT EN ALLEMAG INSTITUT COLONIAL DE NICE . %  10 h.o s P R£HERCIEMEJiTS CHEZ tTlEHHE CAMILLE MM. Clment et Luc Poi utres parents :, m icient S M. •• ez vis v iciix livret, manuscnts, catalogues, etc, en ; les "ii a t E enue liamill m consciencieux et mettra %  nl ,U Jk.lnnriiil.mnrl ts, a lai Hatt ; il diq intellectuels, rat ach ml eu patrie trois Dumas sou ancienne Berlin, 10 lvrier lu lii Imnal berlinois es! appel trancher la question s'il i ossible de fabriquer du s. ritable whiskey en dehors Mtropole, la Irance. des lies britannique s. Six distilleurs britannique t>ien connus ont intent un procs une firme al etnan % our l'empcher de.dsignei ci I, < i • il wniskej surproduits sous le nom d< besoin du climal britai Whiskey. et ci i implique I Les Anglais prt i di il que iis If whiskey est puremenl un mde dclare que produit britannique et ne peut sesprodui es rite fabriqu MUtre part. A port et use de sou cai spi d< malt all< nand. INSPECTE \\ FOIS ude ilil |iathie a l'occasion de la mort de leur rgi ettee nai t, Mme t Ir.ta htilord, i l vi ii i en ( ours, leu i uouve lient \\ xpresi plus vive reconn Porl-au-Pi ince.le 16 lvrier I93i. Monsieur J. M. Ci. indoit a le | l'.isir tl'i il esse r se i plus vils i H ei linents si tant di s an ind enta de la Gra ic et de Tiburon que aie el desi autre s o:ti du P 5 Ii la syi' i lui onl don de sa H cente et lie, et les pue d i %  i l'e&piession de Lits de uiulun le .:LLLES I ta OCCULTES "tita dfffoilMC %  %  %  : Irw ri iL'an mil i eut cent trente deux et le mercredi dix Fvrier, trois Retires de l'aprs-midi. — Au gr*fie du T-ilunal Civil de Port anPrince et par devant Nous, Armand Fleury, commis greflier, soussign. A comparu Ma lame Dieu* doune Mnard. Vve Frdric Thse V'ignier, propritaire, demeurant et domicilie au Cap Hatien, assiste "de Maille Horatius Volcy, son avocat constitu, laquelle a dclar que. par dlibration du conseil de famille eu date du 15 Janvier mil neuf cent trente deux tenue sous la prsidence du Juge de Paixj | du Cap-llatieu qu'elle a t autorise de renoncer ; urenien' et simplement pour et a no i d *>e> t niants ineurs ludieAV suer et Paul la succession de leur pre Frdric Thse Vignier, dcde au Cap Hatien le seize Octobre mil neuf cent treute et un La comparante a eg lement renonc purement et simplement la commuuau t qui a exist entre elle et Je dit leu Frdric Thse Vigoier. Dont acte, la comparante a sign avec nous ninsi que SOU avocat aprs lecture. ( Sign ) Mme Vve Frd sollni peut le laisser supposer. On annona en elTct la quitrime pice du chef du fasciime pour la fin de l'hiver ; et on prtend que, simultanment, leDuce travaille ses Mmoires! t un grand roman d'aventures. Comme Napolon, et selon le mot de Francis Chevassu, M. Mussolini ne serait-it qu'un littrateur qui a mal tourn!? Ou plutt, encore une fois,le littrature ne mnera-t-elle pas tout 666 rie Thse Vignier, Horalim Volcy. A. Fleury. Enregistr Port-au-Prince le treize Fvrier mi' neuf cent trente deux tolio 129 case 738 du temstre F No 6 M actes judiciaires peru droit fixe Quatre GourJes. Pour ,1e Directeur Principal de l'Enregistrement: (Sgn) CYRDS SAUREL Pour expdition conlorme: COLLATIONNE. (Sign) SMITH,ComBlJ'l Greiiier Pour copie contorme: UORATIMS VOLCY av : wmmmw&mm&&mm mmmwmmmmJsmE* Toutes les Polices il DE LA grali MOHR cV UN, Di J'. 0. Box a M) %  o jour ni que LHippiae Roy tut o eur reconstituant. .: dans toutes 1rs bonel chez Si; \ASTHK %  Glott>l-v. ."—>' l ; comprennent la .Protection contre la Poudre sans aucrmentation de tauxf FVQ.LP Ho s HP #Co Aqents Gnraux ^MNUaVMUNim .'



PAGE 1

I M Rhum Barbaucoiiri :'.!*waarawi 1 soir GRANDE SOIRE DE FOU RIRE PAR LES ACTEURS FRANAIS PROGRAMME LA PEUR DES COUPS COMDIE DE COURTELIHE, INTERPRETEE PAR JANE VERNEUIL El RALPH CATALY NOUNOUCHE VAUDEVILLE OU GRAND GUIGNOL, DE HENRI OUVERNO'S INTERPRETE PAR JANE VERNEUIL... ALICE MERCIER ET RALPH CATALV A la demande du Public: LE COURT CIRCUIT LE VAUDEVLLF r U GRAND r U IGN0L OISTF I BLTIOH DES ROLES: LOUPY : RALPH CATALY. NINA : JANE MU ROBERT: ANDRE GERDES. FELICIE: ALICE MERCItR Prix des places:2, 3 & A G. Rideau: 8. h. 30. Cin-Taldy i i: soin I.e h MI film : irits %  m T\ La Cabane d'Amour avecArlell Entre i 0.50; m : 1,00.5 DEMAIN >IR La superproduction \hCarmin Gall S. O. S; avec Alphonse )•'. Kni-ee : i.nn ; R„| P0 | DIM W H Vys' rjjoisse. [ La Ville rYs Mille "' Heribel, • aire Rorom , do Ki i f* : 2, 3, i V \s ave; i\ E:nos o— — M. Georges N r j^er. de son r-veu, a comparu fommi citoyen priv de^ • %  < i t tes finances du S : ni • ricain qui enqute sur les empri i.ts des paysoturicains aux E'ats Unis." — Le major Fegn t Madame oftriront, le 24 fvri. r L prochain, une rception en j l'honneur du m j" < t Mme Calixte. — Un mercanti littraire vankee tait jouer, sur un scne de New York,me pin intitule Zombie dont il a situ l'histoire macabre eu HJI'I i Cela tait na'urellemenl couiirtous cesgands entants >\ n 1 [ au C un Capoises.t 1 < %  %  > URBIERt THIERRY G. THIERRY C", Suce" S. A. H. !.. 230.000 39, Rn Croialier • PARIS PHOTOGRAPHIE O*!lojru Q*n*rl D W) |..IRM 18.000 Article* %  contre 4 tr. 70 il au n S ues m ra ' 21 pro ; ol-b ill i ntre l'Asiatiou sporti une qu O annonce la cil ij | |f Do Il ser i bon q un droit li l'un • r i V il* I ;L ou mcnoE Merti niarouss M imi B QUALIT i IEILLEURI „ ayon Spcial LES COLONIES : BORItTI YUTS i tr inffei QU UNI l'i RS i i Ha -"i-. iprtint. l i Dl RUIQI ) N !'l VARICES N QUI i I n s 0M| i hopdiques fUfM Coche, de Voyage %  'liarmaccntiqncs Cnnimunas. aie. FCtUTi S tfgnements acic CAN0NNE iur itopol PARIS UNIQi: 1RS %  j • Panama Railroad Sleainship Line Service de fret el de passagers a lie G m I Caf de France 1 1 I MONSIEUR LUE MR P/ilRIZI OUI N'A PAS D'EGAL, ILES EL DIS I US FINES. LES .1 CHOISIS. CIGARES ET /Angleterre Ecosse F H. I KOl'K Mis C \V S! EDON & C — 1". lames Street. .IVRPPOOL, ENOLAND THE FOI*LOWING AREOUR AGENTS AI /'RIM.IPAL KOHTS IN h ENGLAND, SCOT! AM). FRANCE. ME seHaiti >t es r'ttsKi'ioins,vi Niw Yok.et Crittobtl, Canal Zone, Isthme Pai.ama. Voici la liste de nos agents pour les priucipeaux port de l'teurope: m i %  i l M. i c Vli I doc n : d< i, ..H.. ,,., ie po. ( DEFIANT TOUTE ,:tRA|A IRELE I';;; %  PILLEUR TRAIT PU IFI WNCEJ po ri7i k Po nous faut • %  oir la libi lion i. ILEPIIONE : 23*1. • -J -, ; GI.M.ATLY HF.NKEY&Co '2\ Hue de la Rpublique : fl rrj.rille. l'en u Pcrow & Co LIA. 53 Quai Georges Y. Favre. Hcrnii reron & Co, Lld Rue du Moulin VajxRF. B< vU gie sur Mer. Mesr A. BEKDII CO. ?1. Ail' }.af'e. Copl bague. i 11 MM. A lati u i) Dallinhaui llaowurfi 1. Gei< '•>! M esvs Ai'm Ht F.eight C\Of\ orj'llon G* • manv antic F'fight orpn., j ( i ; Jordaeos Antwerpse Beliuntj HERNU 'ERONJ& Cie I td 95 Rue des Maris, Paris. IlEfcNU.PeroD & Co Lt-i., Rue de Tranquillit, Duriketque. Htrnu Peron & Co^Ltd..' 9 Rue Roy, 'Bordeaux, l ERIF Ni., I OTIINMHG V |I l s ll,e LE FAli EST INCONTESTABLE Hliuiu 8 •u-' F' E1GU %  >i i>" h nde i .MANN & %  • %  C'est la quintessence des meilleures varit de eannesd'un vaste territoire runissant les meilleurs lerroirsL C/est ce qui fait son ai ". |TJTRZ ET CO > I ? 7 i



PAGE 1

.Jeudi 18 Fvrier 1932 Le Malin 4 PA*3ES a'.me ANNE. *• 7603 Port ru-Prince Tlphone 2242 Lykes Brotliers SS C Inc SONGEZ Taxa Haitl Sa ito uomtngo fiico Porto Le seul aerviee lie I i I "l' r 1 P^sagers et li-t e-Jtre les port* as directemeut avec 'orl-au-Prinee, Haili. Pour la rception i >i : maniement habile M vos nportations, se ves < n l tnj rs des navires de H LYkK .;Mtv tes proch ines > -an-Pri we s< Steamer iG • %  ve ' l *' ; S u-:. er ria !. ;. 2o lvrier 1931 Steamer M ngarel Lykes i liurs VM1 tinreau: Rue du Magasin del'iiun. Jioi te" Posta le B Fa milles OUE L INSTITUT TIPPENHAUER EST L-TABLISSEMENT LQU'IL VOU^ FAUT. Tant par ses exce lenles mthodes d'ens< ignement ctas stque, son jbranlante discipline,8oo irrproeta inle peusiop scolaire, (|ue |>sr ses mthodes inodernes pour l' j a le \i 11 S ;no -Dactylo.de la Comptabilit et des langues vivanti i lii.v.) Rue amarre. Tel: 2891 Ne "Droguez" pas un Enfant Enrhum A la longue, les drogues drangent l'estomac dlicat d'iu enfant. Le Vicies, tant employ exniant, ne drange par ;oD8quent pas la digestion. D agit de deux manires: (1) Les ingrdients, dgagea par la chaleur du corps, sont inhali.* sous forme de vapeurs. (2) En mme temps, le Vicki oulage les douleurs comme un jataplasme. V IGKS VARORUB Laboratoire SJOURN DlHKCTURS F. SJOURN, Phar nacien H. SJOURN, Pharmacien de I Universit de Pans M. SJOURN, Pharmacien de l'universit de Paris,anciea interne des Hpitaux de Paris Analyses des Urines, du suc gastrique, du sana; ( Wasermann, Ur e, C instante d'Ambard, Glycmie). Des crarhats. 4 Des matire* fcales. La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indige AVIS AU COMiMERCE La Panama Mailond-Steamship Line a l'avantage d'an noncer les dparts suivants de New York pour port au-princa Haiti, directement, durant le mois de Janvier 1932: Dparts de A ew lor/c. Arrivages Port au-Prince. S|S Cristobal > le '2 Fvrier 1932 S/S Buena'entura le 9 tv. 19M2 S/ "Ancou'" le lo lvrier 1932 Steamer, "Guayfcqnil" le 23 lvrier Panama Railroad Steampship Line JasH.CVAN REED agent Gnral le 7 iviier 1W le 15 tvriei 1182 e 21 tviier Itfft Me 29 lvrier 1W! ~m CELLOPHANE IMPERMEABLE A L'HUMIDITE Oa VoyMain %  | • FRAIS Y-*-l ,1 ou VI "t's toasted" 1 %  : 1 i la %  kl oui Ll-CKY | Uf de ,1 m pu \. B ( %  BIRE NATIONAL de la Biasserie Nationale Se vend partout OrO ,10 le verre malgr sa suprieure. •"7 70 ; ir d'annoncer sa nombreuse Clientle tiaU de ses CHAMEAUX se tait, depuis le 4 |avi N 2027. GRANITRUE en f .t* de*son T anc n local. |, s i li ois y trouveront le m i cm II. SON MARCHE. CLRIT, GOURT01SIE. Martinez, Marcelin & G 0 que la er, an LE LAIT DANOIS ESBENSEN S'EST AGQUiS,EM TRS PTOSE -%f\ TEMPS. LA FAVEUR DE LA POPIU1 %y TION D'HATI, GRACE A SA PURETE ET SA RICHESSE ER CRM. De tort trmps le lait naturel est rrrcirmnnd m entants, aux malades et aux nourrices, tant pur lui ma* un aliment complet. Mais des germes redoutables de railadirs se rencontrent parfois dans le Init achet des mar. chandes amb'Imites, par suite d'additio • frauduleuse dVaa %  ollue. On vite tout danger de contamination en hisast usaue d'une nmque de lai conserv, de tout repos, coasacr par le temps ., PRODUITS RS05N*EN Lait -:u)dfnsJ Lait vapor Lait en roidre^ v ms donnent le mvmum le garaoti 3 Hxig< z Pcticjuet't ci contie. •AVIS | LECdiiS DE PIANO | : Justin E ie de re loin ans le pays offre sts Il est port la connaissance f semces auxlami es pour des lu publi qu'a partir du 2 l)( c )( s lU )i;io vi ier on rouv* ra, la rue : _\,; r t SS( j Dants.Dbouchs, i d. Mmt y (HI homas Prica (IclU lit la Shell Company, des legu Bo-*Varna mes.ceuls, noix de coco, i le, | des con ions ses. avantageiv 666 l.lo''!hlvou en TABLETTES Sou ge les maux de tte ou \u rvialgie en 'M) minutes, gurit nu Froid le premier jour ei la malaiia en tic ia jours (iii() sauve le bb du froid. Loterie Nationale d'Hati 416, Rua Bnnne.F { donestiques, ) sans parUr I ur budget moyannant deux guide", peuvent gagner trois mille gourdes Patrons de Coin Tierce Chefs d'IndustLvparsi aux iusufhVncrs des ventes par l'achat d'un billet, qui voui li l're du IOUC des chance*' Mdecins Avocats. Ingnieurs. Snn


PAGE 1

Clment Magloire DIRECIElJK 1358. HUE AMEKICAuvh UK>8 TELEPHONE N2242 25 (me ANNEE N 7603 res comme ci le i un • Ion I Ile obll e par ovei m ; OUI tout m.il qui ;iill n<" l'inu bulgares, seraient considrs ces ne uettoieut pas pareillement. Des preuves exacte laites par des hommes di scieuce prouvent que le Colgate a fa plus haute pinsauce le pntrt lu a uu\< CUUL a aire deuiiince 8a muti se puiranie entre a lou i dans les moindres petiu cievasses.delogeles impure es et les balayeul dans un II > deleigeut.Ai.isi Colgate douu uue protection extra auxdeuia elaux gencives...la protection du uelloyage complet. C'est pourquoi,sur les cnseils des dentistes plus de Kliii'n ROY de succs. Les pices qui feront rire CESOIRAVAIIILILJ S'il y a des pi pleurer, il y ment, celles qui font rire.O n sait trop | sonne n'ignore qu'i celles-ci 6 %  outc parce que par cei temps de misre et d'ennui, i • \ anl tout de s'tourdir. (Jut-lie 'bonn aub une alors i|ue celte sou i Ion pou ra rire cou hais on n'en avait eu 1 Ven /. donc. Au | nue : une comdie de Ge n >ur eline, un vaudi ,K nrj Uuvernois el Le coui ut. i.i M vous voul C'est que m A court eu oui; , vous n 'Uiez q ceux-l qui v li D ,< i re li B ai listes li •. ne li y a aus-u au pro^i mm > Nounouche %  et •< i ,tc cuupfl , deux comdies dso p tantes. gens emploieut aujourd'hui le Colgate que les autres feu i, tnces. L? Colgate est lail aussi en poudre.Si vous le prterez demandez la Poudre Deuti irite Colgate. fumure ayant rempli leurs obhJ gtions d civilit s'ils versaient, a u profit de la Croix rouge, une et pessimiste Deux grenouilles, l'une opti%  MnmVm7ml^Te7nTlev7 miste, l'autre pessimiste, tomLa mode de racheter, par un | brent un jour dans un seau de Reste gnreux.l'ennuyeuse corj lait.Surquoi cris,elroyables de grenouille Iant-Pis : v e des visites de Nouvel An, fsra-t-elle, en 1933, le tour de l'Europe ? Un chef Le gnral PaJ, qui vient le mourir, tait une des figures lgendaires de l'arme. H y avait chez le vieux SOt'Jat ine bonne grce dbonnaire j Jette sorte de magntisme qui l'ont les vrais chefs. lVnda.it la guerre, en tenue, eflorts se trouve a tf sortait de l'bcole de guerre, motte de eeiuie... —Je l'avais bien dit. que tout tait perdu. Vous voyez ce qui se passe, et il serait parfaitement inutile de se rvolter : il n'v a qu' plier le dos et laisser faire. Et, joignant les actes aux paroles, ell'r abandonne la lutte et prit noye dans le lait. La grenouille Tanl-Mieux, ce* pendant, ne perd pas courage. Elle rame de ses pattes, rame encore et toujours, el von i que le lait s'paissil de plus en plus : et tout a coup la brave ouille, rcompense de ses assisa sur une F DC1 DIMANCHE "HAITIM" PI SENIhRA UN FILM MODERNE: LA VILLE DES MILLE JJ;LS D< s BC< ne t de I iniues par une pb dmirable... L'opposition de la lte, dei i lunnnalions, des a une pari, et me mystri axqo tttre part.tennenl le publi nslsnte hai< tressenl ju' la rvlation Bnale. Ll on.se enscne n liorl d'argent. Kene r bel a beaucoup de cbaxaies, I ni Hiclu %  ion Modot j nays re en gran i pn miei (>t.st impi i mi. sui i la laveur du pal H li tiananquis trouvera Iranspor( %  -n pleine ferie. JiX'DI 18 FEVRIER lttfl Propos humides i i liais nutour (tel linn • M ne seml ;enl en au: N'ippi us un |i] pas <: Mais ilji meni m .IIIIIOH %  pas en i il jusqu'il Iront, ce que imandei ilu lUlt'M S donl les H ou pse chinois sool i %  ra llOllll FLAUBERT QUELQUES GOUTAOES blh es ad'Inditss o : i Je s IUX de lu vi< (U : lie • iop urais vou l %  ut tre une b e 11 u u II1K ,!l y a des joies irisb s et des ti'ish .ses i int un ol d'un violoi sourii i musi • !s D \\ lia aspire l'atmosphn .vol q i on peu re un sa l, a s < bappef pour cela • k • %  lorado, l'autre koir, qui Iqu'un, sur le naodi la allectueux, s visa de nrj Daniel du le np< 'i" il u ra, j ne. pour'une lois, i| inap dans •* i 1 i vi al nosph triques eig .i i Washington, 11 l w\ saui ail que de point an po nt i is sei.lient ral bei pour les ESt ils Unis. Le contradicteur n'insista pue, de peur de provoquer la cou • i^esiioo qu'annonait la Uca ta* nfii cJe i Einstein hatien... si tre savant a rop bon coinpteque de ne pas ioullrir la contradiction, mme 1 1 plus respectueuse. ... l i a vu. a une tabla de s rotant ua qui devait tre lfi. .'t les B u vus une heu e toujours trois n stiran l C d ds notre 'iui ami N incenl, Iroia |our> i ilisles, dont les chroniques oujours spirituelles, ne coin >ir • lecteurs et dont %  uni. I • ,:,i: i.i.i l'a liniratiou "iI n isi, trois so la ut uip irerres. NOTRB [qui voi une, n'est-ce .' pas le ,) voulut les voir le %  lus prs il s invita a leur tabla. .a conversation tait un pur ... voil que noire intressant o .li re Le l'iiare , qui pa- i isail i D revue, a ramen sa ublication au lormai rduit ue is quotidiens l'ori-au-i'rnns, e numro uiii (le gagner le ra i dernier tirage d • S'nlionale. II aoispo%  de toute la valeur pour 1 1 "oiisi: u. lion d'un chemin voi irablc aboutissanl l'Hsbim Diga Mignon o il a UlCi el compte y me maison d'ole. finie i lui en%  pli tout i ni qu'il sera r : agi par le uou /ernement I dans i entretien j de l'co4e, •


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06937
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, February 18, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06937

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECIElJK '
1358. HUE AMEKICAuvh UK>8
TELEPHONE N2242
25 (me ANNEE N 7603
res comme ci le
i un Ion
I Ile obll e par
ovei m
; OUI tout m.il qui ;iill n<" l'in-
veuil social.
roui.!
poi.T
iCE (HATI)
Les coaditions do notre relvement
Les restrictions administra-
tives ncessaires
o
Notre ininent ami, M. Abel
\. Lger, secrtaire d'Etat des
Relations extrieures^ l'ait,tout
rcemment la presse, des d-
clarations du plus haut intrt
dont nous extrayons le passage
suivant qui se rapporte aux n-
gociations en vue de mettre fin
la mission du Conseiller li-
naiicierHeceveur gnral.
a Nous donnons la garantie
de conserver le cadre hatien
actuel des douanes et des con-
tributions et d'organiser le sta-
lut des fonctionnaires de cette
double administration,en fixant
les conditions de leur nomina-
tion, avancement et rvocation
pendant la vie de l'emprunt.
Otie proposition, on n'a
pus besoin d'tre bien malin
pour le deviner, est tertfline-
Unis et seulement
vie de l'emprunt ?
pendant la
Et les au-
nes services 7 et aprs l'em-
prunt ?...
JEn parlant des services r-
cemment hatianisso les abus
considrs par M. Lger oui pu
avoir lieu, nous n'avons en
vue esl-il ncessaire de le (li-
ment une rponse des Objec- [auciK,n Ni
lions que le ministre amricain | pf* e
n'a pas d manquer de laire en rofession
re ? ni le Service d'hygine ni
celui de la I). G. T. P. O les
ncessits d'une organisation
technique ont empch le gou-
vernement de nommer el de r-
voquer sa guise. Et encore v
a-l-il lieu restriction pour la
D.G.T. P. o une masse d'in-
gnieurs et d'architectes vien-
nent d'tre nomms 1res inop-
portunment.
Nous avons principalement
en vue les sei vices de la l'ro-
._fduclion Nationalestyle nou-
t de l'Enseignement
nel o ont t jets
TOUX
Q" ine
IIKHT SCHJfitt
PASTILLES VALDA
A N f 1 : 3
PRODUIT INC kKABUQ
fi: -,
KAUXdtGORGJS.U -ouinvttriC
B.lONCHITEi .1 "PB.
INFLUCNZA, M i MM E, SMJB, **
FAIT?" BIEN' ATTENTiOM
DEMANDEZ, EXIGEZ
DANS T0o... LES : HARMACIM
la BOITE de VERITABLES
Pastilles VALDA
po; i.om
VALDA
; peie-mcte un nombre d'amis vi-
siblement disproportionn avec
les services expdier et avec
les crdits disponibles. Tandis
que quelques-uns sont indis-
pensables, bchent et triment
tort, d'autres, en trs grand
nombre, se promnent et se
prlassenl, cherchant quoi
SO.'CUper et, en attendant de
trouver, dvorent les magazines
el les romans dont leurs scr
vielles sont remplies.
Le gouvernement n'ignore
nullement cet tat de choses cl
c'est en pleine connaissance de
cause qu'il a fait les nomina-
tions auxquelles nous taisons
allusion.Quelques confrres ont
, ;l parl dernirement d'un projet
Unni A* ;" ., -. delusionnemenl de I imprimerie
du service de l'Enseignement
professionnel et de l'Imprimerie
Nationale, el cela faute de cr-
dits suffisants pour foire mar-
cher le premier de ces tablis-
sements.
Or, rien que pour diriger la
petite imprimerie moderne du
Service Technique o, avant
l'accord,un seul amricain suffi-
sait, le gouvernement a nomm
deux directeurs dont les taches
entremlent et se cumulent,
un contrleur qui va chaque
jour contrarier ces taches dj
et un directeur
ce qui concerne la situation de
nos services de recettes dans le
cas ns improbable dailleurs
o ie gouvernement amri-
cain aurait souscrit au reirait
anticip des offices unifis du
conseiller financier et du rece-
veur gnral. Kt, puisqu'il va
eu dj un commencement'
d'hailianisation, il est naturel de
penser que, dans l'ordre d'ides
Ue M. Lger, le gouvernement
amricain, n'a pas du, part
lai, approuver toutes les mesu-
res d administration prises par
le gouvernement aprs la remi-
se des services ayant l'ait l'ob-
jet de l'accord du aot.
S'il en tait autrement, loin
d'avoir
que nous venons de voir en ce
qui a trait au statut des fonc-
tionnaires de la recette, M. L-
ger n'et eu qu' montrer l'exem-
ple des services dj haUiani-
ss pour rassurer M.Dana Mun-
ro.Mine plus : celui-ci n'eut eu
lui-ninie formuler aucune ob-
jection de ce genre.
j nous faisons ces remar-
ques.e'est pour ne pas manquer
loccasioi; de nous demander
pourquoi donc faut-il (pie nous
soyons dans une telle posture
vis--vis de l'tranger pour con-
cevoir la convenance d'tablir
enfin un statut du fonctionnai- difficiles et un directeur supra-
me qui est le cliel mme de
AUX
30 a ruines
Le danger
vous mie t
Dans un nettoyage
demi des dents
,ue
ire deutiste vous dira
toutes les paies deoliln-
le haitien avec ses conditions
le nomination d'avancement et
de rvocation ? Pourquoi n'en-
visager cela que pour les servi-
ces qui intressent les Llals-
1 Enseignement dit profession-
nel.Un coup de hache bien ap-
pliqu est indispensable par l.
(.1 suivie).
LKJlA* -*'_____ ALn| lorsqu'il croisa un greupe de
166 Q UI1 Cliei soldais dbraills qui faisaient
j ,i mine de ne. pas le voir. Le gn-
U PrOt0C0l6 rai, le so- pas tranquille, s'ap-
proche d'eux :
O Pardon, mes amis, dit-il,
partir de quel grade salues-vo-
te protocole bulgare a eu une U8 y
ide originale. Il s'est entendu Mduss, les troupiers recti-
uvec les chefs des missions diplo- lirent tenue et position,
manques trangres et a dcide ( (LEuropen)
de visite et de faire les visites------------------"------------'------"
habituelles, les diplomates, les -. -
personnages officiels trangers (jptlIllStG
>u bulgares, seraient considrs !
ces ne uettoieut pas pareil-
lement. Des preuves exacte
laites par des hommes di
scieuce prouvent que le Col-
gate a fa plus haute pin-
sauce le pntrt lu a uu\<
cuul a aire deuiiince 8a muti
se puiranie entre a lou i
dans les moindres petiu
cievasses.delogeles impure es
et les balayeul dans un II >
deleigeut.Ai.isi Colgate douu
uue protection extra auxdeuia
elaux gencives...la protection
du uelloyage complet.
C'est pourquoi,sur les c- n-
seils des dentistes plus de
Kliii'n
ROY
de succs.
Les pices
qui feront rire
CESOIRAVAIIIlIlJ
S'il y a des pi
pleurer, il y
ment, celles qui font rire.O n
sait trop |
sonne n'ignore qu'i
celles-ci 6 outc
parce que par cei temps de mi-
sre et d'ennui, i
! \ anl tout de s'tourdir.
(Jut-lie 'bonn aub une alors
i|ue celte sou i
Ion pou ra rire cou hais
on n'en avait eu 1
Ven /. donc. Au | nue :
une comdie de Ge n >ur
eline, un vaudi ,K nrj
Uuvernois el Le coui ut.
i.i m vous voul
C'est que m a court eu oui; , vous
n 'Uiez q
ceux-l qui v li d
,< i re li b ai listes li . ne
li y a aus-u au pro^i mm
> Nounouche et < i ,tc
cuupfl , deux comdies dso
p tantes.
gens emploieut aujourd'hui le
Colgate que les autres feu i,
tnces.
L? Colgate est lail aussi
en poudre.Si vous le prterez
demandez la Poudre Deuti
irite Colgate.
fumure ayant rempli leurs obh- J
gtions d civilit s'ils versaient, !
au profit de la Croix rouge, une
et pessimiste
Deux grenouilles, l'une opti-
MnmVm7ml^Te7nTlev7 miste, l'autre pessimiste, tom-
La mode de racheter, par un | brent un jour dans un seau de
Reste gnreux.l'ennuyeuse cor- j lait.Surquoi cris,elroyables de
- grenouille Iant-Pis :
ve des visites de Nouvel An,
fsra-t-elle, en 1933, le tour de
l'Europe ?
Un chef
Le gnral PaJ, qui vient le
mourir, tait une des figures
lgendaires de l'arme.
H y avait chez le vieux SOt'Jat
ine bonne grce dbonnaire j
Jette sorte de magntisme qui
l'ont les vrais chefs.
. lVnda.it la guerre, en tenue, eflorts se trouve a
tf sortait de l'bcole de guerre, motte de eeiuie...
! Je l'avais bien dit. que tout
tait perdu. Vous voyez ce qui
se passe, et il serait parfaitement
inutile de se rvolter : il n'v a
qu' plier le dos et laisser faire.
Et, joignant les actes aux pa-
roles, ell'r abandonne la lutte et
prit noye dans le lait.
La grenouille Tanl-Mieux, ce*
pendant, ne perd pas courage.
Elle rame de ses pattes, rame
encore et toujours, el von i
que le lait s'paissil de plus en
plus : et tout a coup la brave
ouille, rcompense de ses
assisa sur une
F DC1
DIMANCHE "HAITIM" PI
SENIhRA UN FILM MODERNE:
LA VILLE DES MILLE JJ;LS
D< s bc< ne t de I
. iniues par une pb
dmirable...
L'opposition de la lte, dei
i lunnnalions, des
a une pari, et
. me mystri axqo
tttre part.tennenl le publi
nslsnte hai< tressenl
ju' la rvlation Bnale. Ll
on.se en- scne n
. liorl d'argent. Kene
r bel a beaucoup de cbaxaies,
I
ni Hiclu
' ion Modot
j nays re en gran i pn miei
(>t.st impii mi.
sui i la laveur du pal H li
tiananquis trouvera Iranspor-
( -n pleine ferie.
JiX'DI 18 FEVRIER lttfl
Propos
humides
i
i
liais nutour (tel linn
m ne seml
;enl en au:
N'ippi us un
|i] pas <:
Mais ilji
meni m
' .iiii-
IOH

pas en
i
il jusqu'il Iront,
ce que !
imandei ilu lUlt'M S
donl les H ou
pse chinois sool i , ra
llOllll
FLAUBERT
QUELQUES GOUTAOES
blh es ad'Inditss
o :
i Je s iux de lu vi<
(U
: lie
iop urais
vou l ut tre une
b e 11 u u
' II1K
,!l y a des joies irisb s et des
ti'ish .ses
i
int un ol
d'un violoi
sourii i musi
!s d \\ lia
aspire l'atmosphn
. .vol q i on peu re un sa
l, a s < bappef pour cela
k lorado, l'autre
koir, qui Iqu'un, sur le naodi la
allectueux, s visa de nrj
Daniel du le np<
'i" il u ra, j ne. pour'une lois, i|
inap dans *
i1 i vi al nosph triques mois d< fi . Le mot hlas I tait
imprud* ut, i ;.ni perdil ion-
d. li sciait tromp/
irons loue Port au-1'iince,
peut Ire, mais pie l'on si ren
>eig .i i Washington, 11 l w\
saui ail que de point an po nt
i is sei.lient ral bei
pour les ESt ils Unis.
Le contradicteur n'insista pue,
de peur de provoquer la cou
i^esiioo qu'annonait la Uca ta*
nfii cJe i Einstein hatien...
si tre savant a
rop bon coinpteque de ne pas
ioullrir la contradiction, mme
11 plus respectueuse.
... l i a vu. a une tabla de
s rotant ua
qui devait tre lfi-
. .'t les b u vus une heu e
toujours trois
n stiran l C d ds notre 'i-
ui ami N incenl, Iroia |our>
i ilisles, dont les chroniques
oujours spirituelles, ne coin >-
ir lecteurs et dont
uni.I ,:,i: i.i.i l'a liniratiou "i-
In
isi, trois so la ut
uip irerres. Notrb
[qui voi une, n'est-ce .' pas
le ,) voulut les voir le
lus prs il s invita a leur tabla.
.a conversation tait un pur
... voil que noire intressant
o .li re Le l'iiare , qui pa-
i isail i D revue, a ramen sa
ublication au lormai rduit ue
is quotidiens l'ori-au-i'rn-
ns, e numro vous sous notre il ne mau-
i ie pas i intrt. (juand mme I
m I e Phare i ansl'orm en
;/(/.s/i tiyht !

... vcii qu aprs avoir Ion-.
mps pleur comme unaVsuva
nsol ible, la dame qui lait
tasseau mari se console de
IVeC le concours d'au
i Uni o-liicain, du depan
i fianc Jaiua-
uii. Les grandes el Spatitas
Luiilles y passeront, c'est sr I

Ncrologie
Hier aprs-mnli ont
les lunraillf-s de VI Edelcia
Brtson,rfi / Ile.
res ces aux
pm eou p i vi , rticuiit-
i nia nu vi
Rimpel, bis de la regrettes uV
fum'e.
Avis commercial
M
lor <-n< le p i
ierc pi r
Bureau si r
1 I a
.
; t u i i il ,
Je M mtaiene es'
i i 'bu de vol tain
ingle.
si le pins h -
ectuble de tous les crn in
ont du jus et l
i liair.

us ne sojnmes pas indi-
s de d chien!
ui it, de deux en-
ni, d'il (
qui m i mou
nous luons u i insi
Mon:
ue lou: assiz poui
e bruit se perde, p
les hommes soient pi
ts; si vo de l or
o urne en t uer un a u t re,
gure moini
i a coup sur, que si li
isail surSv
s b luti
lus gra
t q le :1c
ibli
amide
i qui
|i ut el le g r a i d de
re qui e soulev,, r i
it-ce qi i peut faire ] wUC Ut/llc
et, la pyramide' j
Mail it.vous pouvez coin *
Dieu, l'inl
l DOt,
qui u
nt p eds, ci tte pyramide
l U CCI. se/*
c la, a la misre
Q08 crimes et de nos vertus
;le nos grandeurs et de nos
bassesses
... t u l'autre jour un fabrl-
anl de rhum, et de rhum 1res
."'s- sur la place,je vous prie,
m. eai ei Iroidemsnt com-
i.is ie moins du mou
m .i i.i galerie ;
H mled Or d'Alix/toy,
bel h im usage au piu*
luit si leuomm desnoyL
initiative
I a gaiet est l'essence Je
t, un liomm ml
i s' mi d tomme
. qui s it

1111

s
rai-

1UJ2.
J. N.VUAI. & C'a
eu,
i
ui eel un feu
' qui brle.
M. Cl laii i lien-Aim,l'in-
i connu le Porl-
. >uiii (le gagner le
ra i dernier tirage d
S'nlionale. II aoispo-
de toute la valeur pour 11
"oiisi: u. lion d'un chemin voi
irablc aboutissanl l'Hsbi-
m Diga Mignon o il a
UlCi el compte y
me maison d'-
ole.
finie i
lui en-
pli tout
i ni qu'il sera r : -
agi par le uou /ernement
I dans i entretien j de l'co4e,
*


r.\ i 2
VlhN \6 0TM
_:
Annonce-
Sachez que le savon
de votre teint
est tait
de...
Le -iv tu Palmolive seul tous
dit c|ii'il est tait d'huiles de pal-
me el d'oliTes... aucune graisse
animale ou quoique soit de
suif.
Les huiles vgtales dans un
savon nettoient srement.!! ny
a rien en eux pour raidir ou
scher la peau. Ce n'est pas
tonnant que plus de 20.000
spcialistes de beaut le recom-
mandent.
laitement de Beaut
W
IL LYS OVERL/
LES NOCES D'ARGENT
de la W1LLYS OVElLAND
A
".* i "
.
Matin et soir, massez genti-
ment pendant deux minutes vo-
ir peau avec la mouse douce
d Savon Palmolive, en Taisant
p utrerprofondment la mot-
u dans .oues les pores. Rincez
i\ l.uid... schez compltement.
La peau est maintenant souple,
douce et helle.
Vrifia ri le Savon l'ulntolioe
noire avec le mot Palmolive
en lettre dore, l'enveloppe
verte el le sceau rouge-
Jeunesse el amabilit.
Elle dpendent et tien-
nent de la beaut du teint
uvec lesapon l'almolwe.
L.e Savon Palmolive
est entirement l'ait i
la machine. Aucune
main ne le touche jus-
qu' eu que vous dchi-
rez l'enveloppe.
JumLUJmjl fUlc
AVEC LE
' '"4
*
i
tohMJMVti&i. ..;-.*!&
Le mieux dsign, le plus puisaan moteur
dans le champ des prix bas, comme la prouv
les records qu'il a enlevs... Les modles de
1932 en carrosserie, luxe de confort, excel-
lence de mcar^m et bas prix de ventese
i ecomm indent d'eux-mmes comme la r lus
-rande v.ileur qui ait jamais t Offei te par la
Wilys-Overland Company.
AUTOS CAMIONS TAXIS
KNEER'S GARAGE
Distributeur
Phone2318el 22.11
I tBERT* Egalit Fraternit
REPUBLIQUE D'HATI
-o
Dictateur
' et crivain
Etirait des minutes du greffe L>xert.;ce (|e ia dictature lut
..jju "bunalcml de PorWa- ^.^ n| d |oisirs?
j L'activit littraire de M. M*
NOS NOCES D'ARGENT CASION DE
NOS
NOCES D'OR
Whiskey or
not whiskey
UN PROCES SUR L'USAGE DU
IOT EN ALLEMAG
INSTITUT COLONIAL DE NICE
' .
10 h.o
s P
RHERCIEMEJiTS
CHEZ tTlEHHE CAMILLE
MM. Clment et Luc Po-
i utres parents
:, m icient
S m. ez vis v iciix livret,
manuscnts, catalogues, etc, en
; les "ii a t E enue liamill ,
m consciencieux et
mettra
'nl ,U Jk.lnnriiil.mnrl
ts, a lai
Hatt ; il
diq intellectuels,
rat ach ml eu patrie
trois Dumas sou ancienne
Berlin, 10 lvrier lu lii
Imnal berlinois es! appel
trancher la question s'il
i ossible de fabriquer du s. -
ritable whiskey en dehors Mtropole, la Irance.
des lies britannique s.
Six distilleurs britannique
t>ien connus ont intent un
procs une firme al etnan
? our l'empcher de.dsignei ci I, < i il' wniskej
surproduits sous le nom d< besoin du climal britai
Whiskey. et ci i implique I
Les Anglais prt i di il que iis"
If whiskey est puremenl un mde dclare que
produit britannique et ne peut sesprodui es
rite fabriqu MUtre part. A port et
use de sou cai spi d< malt all< nand.
INSPECTE
\\ FOIS
ude
ilil
|iathie a l'occasion de la mort
de leur rgi ettee nai t,
Mme t Ir.ta htilord,
! i l vi ii i en ( ours,
leu i uouve lient \\ xpres-
i plus vive recon-
n
Porl-au-Pi ince.le 16 lvrier
I93i.
Monsieur J. M. Ci.indoit a
le | l'.isir tl'i il esse r se i plus
vils i h ei linents si
tant di s an ind enta de
la Gra ic et de Tiburon .
que aie el desi
autre s o:ti du P 5 Ii la
syi' i lui onl don
de sa h cente
et lie, et les pue
d i i l'e&piession de
Lits de uiulun le
-

* .:lLLES
i ta OCCULTES
"tita dfffoilMC
- . : Irw
ri i-
L'an mil i eut cent trente
deux et le mercredi dix F-
vrier, trois Retires de l'a-
prs-midi. Au gr*fie du
T-ilunal Civil de Port an-
Prince et par devant Nous,
Armand Fleury, commis
greflier, soussign.
A comparu Ma lame Dieu*
doune Mnard. Vve Frdric
Thse V'ignier, propritaire,
demeurant et domicilie au
Cap Hatien, assiste "de Mai-
lle Horatius Volcy, son avo-
cat constitu, laquelle a d-
clar que. par dlibration
du conseil de famille eu date
du 15 Janvier mil neuf cent
trente deux tenue sous la
prsidence du Juge de Paixj
| du Cap-llatieu qu'elle a t
autorise de renoncer ; ure-
nien' et simplement pour et
a no i d *>e> t niants i-
neurs ludieAV suer et Paul
la succession de leur pre
Frdric Thse Vignier, d-
cde au Cap Hatien le seize
Octobre mil neuf cent treute
et un La comparante a eg -
lement renonc purement et
simplement la commuuau
t qui a exist entre elle et
Je dit leu Frdric Thse
Vigoier. Dont acte, la com-
parante a sign avec nous
ninsi que SOU avocat aprs
lecture.
( Sign ) Mme Vve Frd
sollni peut le laisser supposer.
On annona en elTct la qui-
trime pice du chef du fasciime
pour la fin de l'hiver ; et on pr-
tend que, simultanment, leDu-
ce travaille ses Mmoires! t
un grand roman d'aventures.
Comme Napolon, et selon le
mot de Francis Chevassu, M.
Mussolini ne serait-it qu'un
littrateur qui a mal tourn!?
Ou plutt, encore une fois,le
littrature ne mnera-t-elle pas
tout
666
rie Thse Vignier, Horalim
Volcy. A. Fleury.
Enregistr Port-au-Prince
le treize Fvrier mi' neuf cent
trente deux tolio 129 case
738 du temstre F No 6 M
actes judiciaires peru droit
fixe Quatre GourJes.
Pour ,1e Directeur Princi-
pal de l'Enregistrement:
(Sgn) Cyrds SAUREL
Pour expdition conlorme:
COLLATIONNE.
(Sign) SMITH,ComBlJ'l
Greiiier.
Pour copie contorme:
Uoratims VOLCY
av :

wmmmw&mm&&mm mmmwmmmmJsmE*
Toutes les Polices il
DE LA !
grali

MOHR cV UN, Di
J'. 0. Box a M)

o
jour ni que
LHippi- ae Roy
tut o
eur reconstituant.
.: dans toutes 1rs bon-
el chez Si;
\ASTHK
Glo-
tt>l-v. .">' l;
comprennent la .Protection contre la *
Poudre sans aucrmentation de tauxf
Fvq.Lp Ho s hp #Co
Aqents Gnraux
^MNUaVMUNim
.' '


I M
Rhum Barbaucoiiri



:'.!*waarawi
1
soir
GRANDE SOIRE
DE
FOU RIRE PAR LES
ACTEURS FRANAIS
PROGRAMME
LA PEUR DES COUPS
COMDIE DE COURTELIHE, INTERPRETEE PAR
JANE VERNEUIL El RALPH CATALY
NOUNOUCHE
VAUDEVILLE OU GRAND GUIGNOL, DE HENRI OUVERNO'S
INTERPRETE PAR JANE VERNEUIL...
ALICE MERCIER ET RALPH CATALV
A la demande du Public:
LE COURT CIRCUIT
LE VAUDEVLLF rU GRAND rUIGN0L
OISTFIBLTIOH DES ROLES:
LOUPY : RALPH CATALY. NINA : JANE MU
ROBERT: ANDRE GERDES. FELICIE: ALICE MERCItR
Prix des places:2, 3 & A G.
Rideau: 8. h. 30.
Cin-Taldy
i i: soin
I.e h mi film :

irits

m
T\
La Cabane d'Amour
avec- Arlell
Entre i 0.50; m : 1,00.5
DEMAIN >IR
La superproduction \h- Carmin Gall
S. O. S;
avec Alphonse )'.
Kni-ee : i.nn ; r|P0|
DIM W H
Vys' rjjoisse. [
La Ville rYs Mille
"' Heribel, aire Rorom do,
Ki i f* : 2, 3,
i
V

\s
ave; i\
e- :nos
o
M. Georges N r j^er. de
son r-veu, a comparu fommi
citoyen priv de^ ' < i
t tes finances du S : ni
ricain qui enqute sur les
empri i.ts des paysoturicains
aux E'ats Unis."
Le major Fegn t Ma-
dame oftriront, le 24 fvri. r
L prochain, une rception en
j l'honneur du m j" < t Mme
Calixte.
Un mercanti littraire
vankee tait jouer, sur un
scne de New York,me pin
intitule Zombie dont il a
situ l'histoire macabre eu
Hji'i i Cela tait na'urellemenl
couiirtous cesgands entants
>\ n
1 [
au C
un
Capoises.t
1
<
'
>

URBIERt THIERRY
G. THIERRY C", Suce"
S. A. H. !.. 230.000
39, Rn Croialier PARIS
PHOTOGRAPHIE
O*!lojru Q*n*rl D
W) |..irm 18.000 Article*
contre 4 tr. 70
il au n
S
ues m
ra ' 21
pro
; ol-b ill i ntre l'As-
iatiou sporti
une qu
- O annonce la
cil ij | |f.
Do
Il ser i bon q
un droit
li
l'un
r i
-

V
il*
I
;l ou mcnoE
Merti niarouss
M imi
B QUALIT i
IEILLEURI
ayon Spcial
LES COLONIES
: BORItTI
' YUTS
i tr inffei
QU UNI l'i RS
i i Ha -"i-.
iprtint. l i
Dl RUIQI )
N !'l
VARICES
! N QUI i
I n s 0M| ,
i hopdiques
fUfM
Coche, de Voyage
'liarmaccntiqncs
Cnnimunas. aie.
FCtUTi S
tfgnements
acic CAN0NNE
iur
itopol
PARIS
UNIQi:
1RS

j____
Panama Railroad Sleainship Line
Service de fret el de passagers a lie
G m I Caf de France
11IMONSIEUR
LUE MR P/ilRIZI
OUI N'A PAS D'EGAL,
ILES EL DIS
I US FINES. LES
.1 CHOISIS. CIGARES ET

/Angleterre
Ecosse
F H.
I KOl'K
Mis C \V S! EDON & C 1". lames Street. .ivrppool, Enoland
' THE FOI*LOWING AREOUR AGENTS AI /'RIM.IPAL KOHTS IN h
ENGLAND, SCOT! AM). FRANCE.
Me s 17, James Sueet, Liverpool, Eoglaoo.
a France VtssrsG. W. Shtldon & Co, are reprsente^ bv Ihe lolhwin
lins nn'f'ii ilisdiiect teTvifip de transport de passas rsetdu frl eni>eHaiti
>t es r'ttsKi'ioins,vi Niw Yok.et Crittobtl, Canal Zone, Isthme Pai.ama.
Voici la liste de nos agents pour les priucipeaux port de l'teurope:
m i

i l
M. i c Vli I
doc n : d< i, .
..h.. ,,., ie po. ( DEFIANT TOUTE
,:tRA|A IRELE
I';;; PILLEUR TRAIT PU IFI WNCEJ
po ri7i k Po
nous faut
oir la libi lion i.
ILEPIIONE : 23*1.
.
-J -, ;
Gi.m.atly HF.NKEY&Co
'2\ Hue de la Rpublique
:flrrj.rille.
l'en u Pcrow & Co LIA.
53 Quai Georges Y.
Favre.
Hcrnii reron & Co, Lld
Rue du Moulin VajxRF.
B< vU gie sur Mer.
Mesr A. Bekdii Co.
?1. Ail' }.af'e. Copl bague.
i 11
MM. A lati u i)
Dallinhaui llaowurfi 1.
Gei< '>!
M esvs Ai'm Ht F.eight
C\Of\ orj'llon
G* manv
antic F'fight
orpn.,
' j ( i ; Jordaeos
Antwerpse Beliuntj
Hernu 'eronj& Cie I td
95 Rue des Maris,
Paris.
IlEfcNU.PeroD & Co Lt-i.,
Rue de Tranquillit,
, Duriketque.
Htrnu Peron & Co^Ltd..'
9 Rue Roy,
'Bordeaux,
l ERIF
Ni., i .
OTIINMHG V |- I l
s ll,e
LE FAli EST INCONTESTABLE
Hliuiu 8
u-'
F' E1GU
>i i>"
h nde
! i .MANN & '
C'est la quintessence des meilleures
varit de eannesd'un vaste territoire
runissant les meilleurs lerroirsL
C/est ce qui fait son ai ".
|TJTRZ ET CO

> I ? 7 !

i



.Jeudi
18 Fvrier 1932
Le Malin
4 PA*3ES
a'.me ANNE. * 7603
Port ru-Prince
Tlphone 2242
Lykes Brotliers SS C Inc SONGEZ
Taxa Haitl Sa ito uomtngo fiico Porto
Le seul aerviee lie I i I "l'r -1 P^sagers et
li-t e-Jtre les port* as directemeut avec
'orl-au-Prinee, Haili.
Pour la rception i >i : maniement habile M vos
nportations, se ves < n l tnj rs des navires de H LYkK
.;Mtv
tes proch ines > -an-Pri we s<
Steamer iG ve '!l *' ;
-Su-:. er ria !. ;. 2o lvrier 1931
Steamer M ngarel Lykes i liurs VM1
tinreau: Rue du Magasin del'iiun. Jioi te" Posta le B
Fa milles
OUE L INSTITUT TIPPENHAUER
EST L-TABLISSEMENT LQU'IL
VOU^ FAUT.
Tant par ses exce lenles
mthodes d'ens< ignement ctas
stque, son j- branlante dis-
cipline,8oo irrproeta inle peu-
siop scolaire, (|ue |>sr ses
mthodes inodernes pour l' j
a le \i 11 S ;no-Dactylo.de la
Comptabilit et des langues
vivanti i
lii.v.) Rue amarre. Tel: 2891
Ne "Droguez" pas un
Enfant Enrhum
A la longue, les drogues d-
rangent l'estomac dlicat d'iu
enfant.
Le Vicies, tant employ ex-
niant, ne drange par
;oD8quent pas la digestion. D
agit de deux manires:
(1) Les ingrdients, dgagea
par la chaleur du corps, sont
inhali.* sous forme de vapeurs.
(2) En mme temps, le Vicki
oulage les douleurs comme un
jataplasme.
VIGKS
VaroRub
Laboratoire SJOURN
DlHKCTURS
F. Sjourn, Phar nacien
H. SJOURN, Pharmacien de I Universit de Pans
M. Sjourn, Pharmacien de l'universit de Paris,anciea
interne des Hpitaux de Paris
Analyses des Urines, du suc gastrique, du sana; ( Was-
ermann, Ur e, C instante d'Ambard, Glycmie).
Des crarhats.4Des matire* fcales.
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indige
AVIS AU COMiMERCE
La Panama Mailond-Steamship Line a l'avantage d'an
noncer les dparts suivants de New York pour port au-princa
Haiti, directement, durant le mois de Janvier 1932:
Dparts de A ew lor/c. Arrivages Port au-Prince.
S|S Cristobal > le '2 Fvrier 1932
S/S Buena'entura le 9 tv. 19M2
S/ "Ancou'" le lo lvrier 1932
Steamer, "Guayfcqnil" le 23 lvrier
Panama Railroad Steampship Line
JasH.CVAN REED
agent Gnral
le 7 iviier 1W
le 15 tvriei 1182
e 21 tviier Itfft
Me 29 lvrier 1W!
~m
CELLOPHANE IMPERMEABLE
A L'HUMIDITE
Oa
Voy-
Main
,
|

FRAIS Y-*-l
,1 '
ou VI '
"t's toasted"
1 ' :
1 i la
kl oui Ll-CKY |Uf de ,1 m pu \. B (


BIRE NATIONAL
de la Biasserie Nationale
Se vend partout OrO ,10
le verre malgr sa
suprieure.

"7
70
; ir d'annoncer sa nombreuse Clientle
tiaU de ses CHAMEAUX se tait, depuis le 4 |avi
N 2027. GRANITRUE
en f .t* de*sonTanc n local.
|, s i li ois y trouveront le m i cm II.
SON MARCHE. CLRIT, GOURT01SIE.
Martinez, Marcelin & G0
que la
er, an
LE LAIT DANOIS
ESBENSEN
S'EST AGQUiS,EM TRS PTOSE
-%f\ TEMPS. LA FAVEUR DE LA POPIU-
-1%y TION D'HATI, GRACE A SA PURETE
ET SA RICHESSE ER CRM.
De tort trmps le lait naturel est rrrcirmnnd m
entants, aux malades et aux nourrices, tant pur lui ma*
un aliment complet. Mais des germes redoutables de rai-
ladirs se rencontrent parfois dans le Init achet des mar.
chandes amb'Imites, par suite d'additio frauduleuse dVaa
ollue. On vite tout danger de contamination en hisast
usaue d'une nmque de lai conserv, de tout repos, coa-
sacr par le temps
., PRODUITS RS05N*EN
Lait -:u)dfnsJ
Lait vapor
Lait en roidre^ *
v ms donnent le mvmum le garaoti3. Hxig< z Pcticjuet't
ci contie.
AVIS | LECdiiS DE PIANO
' | : Justin E ie de re
! loin ans le pays offre sts
Il est port la connaissance f semces auxlami es pour des
lu publi qu'a partir du 2 l- )( c )( s lU. ,)i;io -
vi ier on rouv* ra, la rue : _\,;rt.SS(.
j Dants.Dbouchs, i- d. Mmt, y(HI homas Prica
(IclU lit la Shell Company, des legu Bo-*Varna
mes.ceuls, noix de coco, i le, |
des con ions
ses.
avantageiv
666
l.lo''!hlvou en TABLETTES
Sou ge les maux de tte
ou \u rvialgie en 'M) minutes,
gurit nu Froid le premier
jour ei la malaiia en tic ia
jours
(iii() sauve le bb du froid.
Loterie Nationale d'Hati
416, Rua Bnnne.F La Loterie Nationale l'Hati est
une institution hautement hurramoiire par la mnltip'icW
d'uvres qu'elle se propose d'afder. une rhanc* de bim
lre offerte aux hommes de to 'tes conditions d- lortun.
Em loys, Foncti.mnd'r' s. Ouvriers. Artisans, SalariM
tons ordres, Gens de m isr> { donestiques, ) sans parUr
I ur budget moyannant deux guide", peuvent gagner trois
mille gourdes Patrons de Coin Tierce Chefs d'IndustLvparsi
aux iusufhVncrs des ventes par l'achat d'un billet, qui voui
li l're du iouc des chance*'
Mdecins Avocats. Ingnieurs. Snn! Diynitiires de l'Etat.Reprsentants de lintellectnalit, Jcor
alisle*.
Donnez l'exemple de voira solidarit social''.
Rentiers, capitalistes, comme m puant, augm^ofps w*
avoir.
Vous tous qui habites Haiti, rendfZ'lui s* n ire m a1
ant le billet de la LOTERIE N T ONALE D'HATI.
i
Une des ; plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSUBANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSR & Co
v riix
i
i Le pjqucliot Pologne paru
de Bordeaux le 4 fvrier, est
attendu i Port-ni Princele 24
en roule pour Santiago de
Cuba 11 les ports dn muI.
Il sera d8 retour i'ortou-
Prin e le '2 n ars et p rtira
le inmi jour pour le ri\re.
Via les pc ils du Noid, Puerto
Plata cl van Juau de P. ft..
prenant fret et pass ger-'
Ce .navire esi Je nia eon*
fortable de tous ceux qui ass i
rent rgulicreraent le servi e
d'Hati.
Port-au-Prince. le 6 fvri
1932.
j E. HOBELIN, Agent.
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOUVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DFIANT TOUTi! CONCURriENCE
Clair in Vierqe
ru z N. NAZON
DEPOT :ANGLE OES RUES DM PEUPLE ET PEROU rHWES*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM