<%BANNER%>







PAGE 1

v i\ 13 i % %  •.! iei i Seul UilielLe pouvait amliorer la Gillette et Gillette l'a fait .QiJleneVoici le nouveau rasoir et la nouvelle lame CHOS — Les bureaux et la ldaclio i de L'Ac ion Nationale (•ni l transtrs la rue Pave,eo lace de l'imprimerie \JL Presse . Notre confrre se rorganise, pourouoi il n'a pas paru avant-hier ni hier. — L'incendie aux causes mystrieuses qui/laus la nuit de mercredi jendi.a dtruit le magasin de M. Pete Brown, assur pour ciuq mille dollars doune lieu de nonbreux commentaires. — Le" Directeur de d'Action Ndtiouale, M. Julio J. P. AuNe peut pas couler La Parker Duotold a un sysi %  nule remplissage scell. Il ,i'\ ; lias le trou sur le barillet pour laisser couler l'encre sur votre vtement. f~u rente dan* les bons magasins. la plume i|iii crit facileuirut arker Duofold MOHR & LAURIN, DISTRIBUTEURS P, 0. Box Mt, PORT-AI-PRINCI. duin.tst lubjei le touchants hommages de la part de quelques-un^de nos vanteut sou droiture, son co trage augureul conlrres qui sa et en brilinteiiigence, lui un I ( H ami lui liions effectu a en cinq pointa importants l rmettent au nouveau froir Gillette d'offrir onf nonv( lie laclii %  ; une nouvelle commodit la barbe journalire. Voyez ces nouvelles caractristique* dans la photo: l. Les cjina renforc* du rasoir le protgent contre 1 cou la lanit liminent les coupures, i.-i forme nouvelle tes dents amliore lasuivil. I. Les ex Ir nites p\ irries de lu lame apportent plus de su urit. 5, l'i yarde c innelce permet nu /il d'arriver << /" base d 1 la b ulu Faites l'acquisition <1 un nouveau Gillette au|ourQ'hui i el profitez le la plus importante.amlioi itioo a iporle a la barbe depuis 1902. Le nouveau raso P ijillelte et la nouvelle lame sont en vente part > it. Gillette Safety Razor Co. Paquets de I O LAMES 80 cts Or G. Chauvei a c-iuserie sur ra tiodiluse de la Tour m LE PETIT SMINAIRE-COLLGE SAINT M ARTIAL de 5 40 LAMES .cts Or Gilhtte Distributeurs : J. D. MAXWELL & G 0 Hue Rpublicaine. —Port-au-Prince, Hati. S2RV1CE NAIIONAL DE LA PRODUCTION AuRICOt-E El DE L'ENSEIGNEMENT RUUL ">.— Arrondissemen "I de Dr li. f> rier v ilustrielle Coaformmi ni au pro [ranime de rorganisalio i de i < coles rurales, il sel D I [a i une rie de concour %  p ni le recrulement les inslitute irs ruraux Os concours i unnicn ; oiil n partir du 16 Kvrii r dans le localits iuivantes : 1.— Arrondisst menl de l au-Prince. Logane 10 lvrier Damiens 111 Ki 18 1S 4 20 |Croix des Bouquets ( Kei m; -I leole) Aii ahaie I i i me ( ( -rmeolel le IN 22 !5 29 o Petite rtivii tel de Ville") Verrettes(i.de Ville Deshalines ( de Saline des Gonaioes ei ( ( Intel Inlei 11 22 27 llolel de Ville) Plionville de Ville) l'elil Goi\V( de Ville j t Arrondi*st meut de In arand'Anse et de l'Anse dMioi nault 10 fvrier Jrmie ( Inspection scolaire Corail ( llel de Ville ) \n-,, Il I ihnull Htel de Ville Tiburon ( Htel de Ville) :i.~ Arrondissement des <' %  tje*. Coteaux et A 10 fvrier Vquin ( Ville Cayes Inspe scolaire ) Porl Salai < Htel ,lc Ville) Port--Pim nKFer me Ecole de Filiers ) •I.— Arrondissement de Jacmel, de Siltroufl de Gran I 16 lvrier Jacmel ( Inspection scolaire ij Sa 11 rou (Htel Coinmunal ) i. losier ( I tel d' Ville) Bail I H.de Vil i de Ville) I \ • rondissement deSI Michel 110 fvrier < onaves, i Ecoli Industrielle) 1S Terre-Neuve, llolel de Ville 22 Gros Morne. Ferme I ; i \ .i i a. Ec le St-Michel, Ilt 1 de Ville arrondissement de \llinche, de Laseahobas et de \lir, balais v\ Hinche, Ferme Ec >le 27 ie\. Mo iss ide, 1 mars Laseahobas \ nuis Belladre >'. Arrondi 'le Plai > %  !> %  Hargne, Tien. (,. Rivire du Nord, Frl Libvrt' 1<> fV. Plaisance is il •21 20 B I I ei me E< oie de Chatard. Pilai • H : Ville i b, Borgne 'ori Margot,Ferme Ecole i n irs Cap-1 la tien, Ecole Ind. 1(3 ii",. Grande Rivire du Nord l ei me Ecole 19 •• Milot, Htel de Ville 22 Trou 1\ •• l'orl Lib •• • %  i. Ouanaminlhe ll.d Ville 18 22 Sx 27 indissemt et de Mle Si .. 16 Portle l' a v > Jmars le\ l'.irl-de-l'aix.Iiisi) cl • olai SI Louis du Nord. Il tel de \ 22 f> .Jean Kabel, Ferme I i Mois SI Nie das, isp .-.I a ire 10 An n I rf( S'ippes ; !.\. \n-. • a Veau, Htel de Ville. r tre Imis prendr ii con il faut : 1>. — muni du < irtifical de lin ••; primaires 2o. % %  — tre en I tre g moins et de ans au plus ivoil ic el ma?a: s. in""lSTRiTin!"COIIIIIILF u PORl-AU-PRtNCE Communiqu PALMARS DO CARNAVAL DE 1932 CHAHS.— de la Heine, du Garage Kneer, de la West lndies Trading Co., :lu l\hum BarbaDcoirt. GROUPES EN ALTO. — Groupe de Killettes, groupe de clowiih (Anselme). MASQUE DRLE.— Bouflon (C. Pressoir ). ENFANTS DGUISS. — Service du •• Trafique ". GROUPES A PIED. — Groupe (). K. BANDES.— Croupe Ortophonic C. B. No. 5, Ont bien voulu contribuer au ucces du carnaval par l'attribution de prii en espces ou ei. !>!•• •' .-i I maisons : Ane Mattel* & Co Garage kneer. Au Bon Marche, Haytian Motors, Garage Chrysler. U Fvrier (32. Cin-Parlant —o— UHIVMTIi: I r.in-Yarils EN MATINE LE DON JUAN DE BROADWAY la dlicieuse production par-> lante qui lut tant applaudie la soire d'Inauguration jeuli Enfanta G 1, Grandes personnes 2, 15 et 4 gonrdet. En SOIRE pour laul avenir. — Si. rnesi luit a Paris une Hati qui a ete pu lu station liile.. — |*JN Novembre-Dce cembie 1931 des \nnalts de kdecint Hatienne qui se pu blieui sous la direction scien tilique des Drs. Hicol, Goicou et at-Louis, est paru avec un intressant s ni.i.aoe \ signaler i ii IJ. ucuiiro ucui la chruoiqoa du Dr. Flix Coicou. — L)'u ie c immanicalion laite noire confrre Le Temps* pur le Scrta re d'Etat des Keiaiio is Extrieures, il rsulte |ue quatre ou CHU, Hailieua oui t blesss a ban Uajo de Cuba, lors du sisme. Us ont reu des soins 1 hpital. Tous les autres sont saus et sauts. — Nous avons eu le plai sir de la visite du charmant Capo s, M. Franois Jh Nol, qui u pass ici quelques jours. Nous lui renouvelons notre vive sympathie. — Legueral prs ; dent TrujillO uuuintde nobles seniiineuts d gard du dmocratique tuuuuteur Je l'indpendance des Etals-Unis.ll a lait voter par sou Congrs une loi dclarant, fte nationale dominicaine,le 22lv,anniver sa ire de la naissance de George vYashmgtou. L)eu le. u a tr, la Centrale snciire de La Koniuua, blesse par un garde. Celui.ci d'aprs Le UstinUia rio, e livie ta Justice — L.e uoiuoic des victimes ou tremblement de terre de v>autiu^o de^Cubd atteiudrait, parait-il, le chifire de 100. — La premire avenue de oius> iiKiite d'uig ni s re parauon*:La D . 1 -i*. devrait y poi tei son atteuliou. Demain soir, Hatiana prsentera une comdie dramatique aux multiples piN >odes mouvants: La btmtnt el le Pantin, d'aprs le roman ie Pierre Louys et Pierre Le l'lit Sminaire-Coiige Saint-Martial doit au l) r Barou quelques mots de telicitetions tombes des lvres du Souverain Poutile au sujet de cet tablissement et une haute contirmasion de l'utilit de SJ mission eD Hati. Lu ciet, u Mgr Le Hunsec, suprieur ge ueral des l'res du St.-Lspril. qui tait reu eu audience aprs l'Envoy hatien, k pape a tait l'loge de la distinction de ce persouuag et de ses seulimeuts de piei. cuveis le Saint-Sige . Lt le suprieur geueral ayaut parle de l'opinion mise daus le Couseil de la Congrgation pour la suppression de ce collge, alin de disposer du personnel eu laveur des missiou d'ritriuue, le Saint-Pre ses reue'conlie uu tel projet g| a dit que si la Congregitio u du Saint-Esprit ne iorm a i, que quelques hommes co m me le reprsentant du gouvernement d'Hati, sa place tait dans ce pays-l. Une belle Fte Espagnole JamaisSville ne vit lte aussi i magnifique que celle donne par Don Mato Diaz en ses jardins de la vilh Esperanza. Situe sur une hauteur, Espe. ranza, au crpuscule, scintillait de mille teux. Les gui'di isles les plus lameux hei.iienl les dmseurs de lan goureux l^' g >s. cependant que les d-i seuses le plus rputes I le I Espagne montraient Iturs .touis de lie et, souples, vo luptu use*,eih s voluaient dans I e ilxjr de Mille t Uns] Nuit-. Soudain, • i jie fi.ip dol •• uple OU a gr in n u iri i ois les pr lots, -t se mu Ii| rech rche de Don Mato... Vous viendrez voir •• Hii-I i. a demain soir La r*emmt et le Paulin, le grand supeiflni de Jacques l< Barnce'l'ei voui saurez ce qu'il advic' -le iti|j| i • i 11 e i v,. i... GG6 Froudaie. L'action se droule dans les merveilleux dcors naturels de l'Espagne du Sud, chaude et vibrante. La dlicate artiste Conchita Montngro noi interprte le rle de Coucha Perez, avec •oue i grce perverse et ga mine qui .'a caractrise, vous charmera; elle est entoure d'acteurs remarquables. Nul ue voudra manquer ce rgal artistique. Incendie Dans la nuit de mercredi jeudi un incendie mystrieux a dtruit entirement le magasin PARIS-BAZAR de Monsieur Pete Hr\vn,de nationalit grecque. Le magasin tait couvert! par une assez forte police d'assurance qui a l rduite il y a quelques mois Q\\\\ Mille dollars. Il est important de noter que c'est le cinquime magasin d'tranger assur qui est incendi la nuit pendant CM quatre derniers mois. Quand donc une sanction exemplaire vicndra-t-elle mettre un frein ce moyen d'chapper la faillite? P Les Meilleurs Pour Bbs parce que c'c:'. la seule crale qui a t CUITE SANS FEU— AU MOULIN—PENDANT 12 HEURES FLOCONS D'AVOINE 3 MINUTES J Toutes les Polices DE LA ^comprennent la Protection contre la I Foudre sans auamentation de tauxf I Une autre production paratre et musicale d'u n e gaieic folie. EUQ, L e Boss $Co Aqents Gnraux \L.A\wsmmmmmjmM*&smm*wm maiea*



PAGE 1

f" MATl\ Hliuu Harliaiieoiii 13 r^^jer H Dent la renomme si universelle a ta premier* place Demandez partout ; IX BARBANCOURT Dpt : Rue Csar. .0 INZANO -^ Cin-laldij DEMAIN IK I HEURES I 2 : < ad Le sympathique ae.eui tvsi Peti< wich dans : ] Le Diamant du Tzar Lnlre : I Gl ; Balcon : t 'AS HEURES gUn grandtaiperfiliii de Jacques Baroaceili : La Femme et le Pantin d'aprs le clbre roman dp Pierre I ouy*.Version indite avec ( ( n< bita MontDgrnSet'Ri nd Destac Entre : 2, 3, 4 M gourdes. Avant chaque repas prenez un verre Agents pour la Rpublique A. DE MATTEIS & Co. Port • au • Prince (Hati; s-s c (LIGNE COLOMBIENNE) Tlphone : 2323 Le vapeur tBolivar Vov 91 paru" de New-York le 10 courant, est attendu Portau-Prirce via Cap-Haiien et Port de Paix, le 17 c( urant, continuera le mme jour poir Puerto-Colombi-, Par tpgena, Cristobal, Kingston st New-Yo'k. Le manifeste de ce navire reu par avion est la dis position des Clients dans nos Lureauxsis angle rues Egalit et Dants Destouche*. Port-au-Prince, le 29 fvrier 1932. Colombian Steamship Co Inc. Wm. E.IiLEO,Agent. E AVIS A vendre — o — Mr et Mme S t-Martin Bois rond Canal, les familles Bois rond Canal. Louis Antoine Roy, Victor Augustin remer cient les Rv. Prs du vu m Esprit, la Congrgation des Filles de Marie, l'Association des Persvrantes l'Ecole Pierre Faubert, les non Dreux amis tain de Port-au-Prince, de Plionville, de la Plaine du Cul-de-Sac et des autres villes de la Rpublique de la grande peuve de sympathie qu'ils leur ont donnes l'occasion de la perU I si douloureuse de Philo mne Anna Boisromi Canal. Port au Prirce.le 12 fvric 1 1932. Nous, Louis Dan tel Rime u, avocat, Juge-Commissaire de la faillite (ibara & Ce., fixons, au gfnieii treize Fvrier, trois heures de l'a prs mi M, au greffe du Tribut al eivil. la convocation des cranciers prsums .le ladite faillite.aux fins de pr senter les listes, pour la nomina'ion du ou des svodicts provisoires, et ce. conlom ment l'article 47 1 du code de commerce. Port-au-Prince, 11 tv.1932. Ls. RAMEAU, av. Un Billard en bon tat. S'adresser : HOTEL SFA VIEW Grand Caf de France SOUS LA DIRECTIONIAVISEE [El INTELLIGENTE DEIMONSIEUR FRANOIS GIRALDI QUI ESI DEVENU L'ASSOCIE DE MR PA1RIZI LE PROPRIETAIRE DE CET ETABLISSEMENT QUI N'A PAS D'EGAL LE GRAND CAFE DE FRANCE, OFFRE A SES AIMABLES ET DIS TINMES CLIENTS LES COMMUONS LES PLUS FINES, LES IflNS DE I0UTES PROVENANCES, LES PLUS CHOISIS, CIGARES ET CIGARETTES, SANDWICHES, VARIS A DES PRIX DEFIANT 10UTE CONCURRENCE. L'ACCUEIL LE PLUS SYMPATHIQUE CONTINUERA A3 ETRE LE MtlLLEUR TRAIT DU GRAND CAFE DE FRANCE. 1 Patrizij&G* TLPHONE : 23*1. Panama Bailroad Steamship Line Service de fret et de passagers i-nlie Angleterre Ecosse France Mrs. G. W, SMEDOI & C*— 17, James'Street, LIVEPPOOL, FNGLANO TUE FOLLtWING ARE OUR AGENTS AT PRINCIPAL!PORTS IN EUROPE KNGLAN1, SCOTl AND. FRANCE. Miws G. W. SUELDQN & Co. 17, James Street, Liverpool, Englana La France, frssrs G. W Sheldon kilo, are rcpresenled by Ihe tollowln Uns lapide et pins direct service de transport de passagersei du fret entre Haili et es pruls Euro|ers,vi NewYok.et Cristobal, Canal Zone, Isthme Panama. Voici la liste^de nos agents pour les priucipeaux port de l'heurope: LE FAIT EST INCONTESTABLE il h ma Saillie C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs! C'esijCe qui.' fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! GLELATLY HlNKIYAga 21 Ru* de b Pc; publique Marseille. l'ernu Prou <* Co, Ltd. 53 Quai Georgei T. Havre. Hernu Paroi A Co, Ltd Rue du Moulin Vapear. Brulogre sur Mer. Messrs A. Beann # Co, 21, Allergr cY, Copenhague* OSLO. NOKWAT. I il t I rnath nal Spe ditionssclkip 0 lo. MM. Atlantic Freighi Coran Dallinhaus. Hamlurgjl. Gei mauy! M essrs Atlantic Freigbt Corporation '••'THl V Messrs Ai bu tic Freigbt Lorpo., 2* Q"a Jordaens Aatwerpse Bt-hwat, t 1 IlLhxu PERON & Cie I.td 9 Rue des Maris, Pari P. HEAXV Peron & Co Ltd., Rue de Tranquillit. .Dunkerque. Hrrnu Peron & Co Ltd., 9 Rue Roy, Bordeaux, GENI E, ITALY. Messrs HENRY COE & CLERU? PIAMA b. MATTEO.N* 15 Gner COTTENBUBO, SWEDEN Nordlsk Express. Go henburg. Messrs ATLALIICI PailSfif CORP N. K( njEnimaplein Rotterdam Hollande Metfs 9TBMANN c Ca '.m ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & Lifo Assurance Corporation Ltd. de Perlh ( Scotland ) tar la GENERAL V est une des plus puissantes et des plus vastes organisation ie ce genre. Le soleil t ne se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse le monde ts Policesjcontrc incendie couvreni les dgta occasionnes par la loudre Ses polices poui Anton biles et uvrei vota, n endie, mi i eillance,*dommage! car ses a auLiii uaus sa personne ou dans seS bieuc. Ses Polices Maritimee mises par st payables en Hati. Ses Polices contra accidents sont vaiabli I ers entier. Tous les voftfc i;rs devraient donc prendre la prcaution ce contre accidents d' : u moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que^de 1/2 •/ soil20dollars U C Veuve F. BERM1NCHAM, AuxCavea SOUS oENis Port-uii-Prince. IG. (ilLG iEAM BLA.V HETJermie



PAGE 1

ledi Le Matin 13 i ier 193 25 *c AHf MjWJ fcrt a Prince Tlcpfcec s 2241 1*AGES •M* Lykes Bro rs SS, L u lue [ait! DomingoUico forte et rguliei gtis ei : Te.as d, eut avec Tex&ft Le seul tervice held net entre les port* port-aa-Prince, j l 1U1. Pour la rception aniem.ni lubi.e de vos importations, trvezde*navin LYkh LINE. Les prchai rt-au-1 r, ici* Steamer ui< I 1 glean er*Aln -'• i Steamer Maig i %  1^2 Kutao: Roe d i fctat. Boita M il— Laboratoire SJOURN DlRECTUBS F. Si.loi RNl I H. SJOURNI Phi M. SJOl BN, i I SONGEZ Familles QUE LiHSinilI IIPPEHHAUER EST L'ETABLISSEMENT QU'IL VOUii FAUT. Tant par ses excellente* met h • d'e seignement cjas sique, i a h branlable discipl %  n irrprochable peu, que par ses .tues pour lo-D ictylo.de la et des langues vivant! ( 6359 !, e amarre. Tl. 28'J1 J IV* ?l A VIS AU OMiWbi^r. I QIobi fcaud| i tVDAUCH ,' 8 Buis-l o no l5*Ml J no-cer les n New Yo'k r*" * M e Ha.ti.dirrclem. '. I uni I moi* de JaV'er I.-: Dparts de hem 101* 4iTfwi0 /'• nn c < .ii kal \o •' Fvriei I0S2 le 7 Icvnrr 1*32 AVIS PiiOFESSIOfiNEL s/s i '<££*. >j. o %  || ** ^'ffl S/ •UCOB* I' 16 Teviifi 1932 !e 21 'evi m T9RM Seame "G. ,wq. .,!• %  I23 liwier le 29 li c, lf* p„n ma Rail oad S'eampOiip Lme J.-.Il.C.VANHKKD agent General grUnbfiHo ^nsso, ings p.i.r p'o .i.beur, arriv des s-l'nis .lire ses services pour loutes sortes de travaux d'insl liatlon de sa'les Je bain, de W C, tic. S'8dresser l'wenue N. rs de l'i glise ( 'u SicrrCœur. ,_„ Tlnhoi e : 2469. m ipmcrmcm \ Mm ,mum .OM Q Maniifarlure Hatienne Inalyrea des Utin. que. du sang ( WasL-cl Vldl lUld^Li 1 ^ ixtn erm n!, Ure, lion 1 I). s 1 rach %  ' CE OUI It'H CE OUI Kola Ui unpagne F. SJOURNI de Chapeaux L'Indigne Prpaie M ons : oureu %  lt! Ai H' TERR Chez ,\ 1.600 pieds d'ail : Mious de Portai Seulement 15 a-i asphalte. Vins mi i 1 PETIT TOUR RDEN KAIIL Peiionville ni LE LAIT DANOIS i ES-fi NSKN S'EST AC]0i5, EN TRS PEU IE TEKPi. LU FAVEUR OE U PPILAI T 10N D'HATI, GRACE A SA PURETE ET Si RICHESSE EN CREME. DP tout temps le lait naturel est n command MI i tants, aux malades et aux nourrices, tant par lui aui un aliment complet Mas des germes redoutables le anludUssc lencontrent parfois dans le lait achet des aiar thandes ambulaotea, par suite d'ad iition frauduleuse d'ail ollue. On vite tout dantjer de ci nt.inination rn taisait ngaeed'une maqne de loi conserv, de tout repos, eoasacr par le temps. LL', PRODUITS ESBEKSEN Lait cmden' Lait apor Ia;i tn ror die vous donnent ie ns> a-i a ltltM>ut OrO ,10 le verre ma sa tiaulile suprieure. AVIS CO n 1 • '"'• ; artir du 2 l 1 ra, la rue ches, d. m -. de coco, ttc, n d dons avanta ses i .i_i .olerie Nationale d'Hati 416 Bu B3ne.Foi, Phoaa : 3358 La Lo!cri National d'iiati est : ane ir sti ution ha tement humaniiaire par la multiplicit (Fœovrrs qu'elle se propose d') 1er. une chance de bieu ire offerte aux hommes de. toutes .cooiitions de fortune. Employs Fonctionnaires, Oivners, Artisans, Salaris de loua ordres, Geiis de maison ( domestiques, ) sans parler i • ir budg?t moyennant deux g>ud s peuvent gagner troi nulle gou des. Patrons de Coin nerce,Chefs d'Iodustie.parel %  IM\ iuf Utsmces des ventes, par l'achat d'un billtt, qui voui lilre d 1 nouci des chances' M (dus Avocats. Ingnieurs, Sna!em s, Dputs, Craodl DigoiiM reN de l*fi d,Reprsentants de llotelle.tualiic, Jour nalistes. Donnez l'exemp'ede vo!re soihril << r ; n'e. Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmente/. TOIN tvoir. Vous tous qui habitez Hati, rendeslui service ^n acte %  ni 9 billet de la UjTClUC NATIONALE D'HATI. LNTIOUE •ruarvw tmm*mrmm liimraneeiilo Une des; plus fortes;COMPAGNIES [iGANADli NES d'ASSURANCE sur la L VIE EUG.Le BOSSR & r Adi'uts Gnraux Le paquebot cPologueafparti de Bordeaux le 4 tvrier, est attendu l'ort-ju Prince le24, en route pour Sintiago de Cuba ci les ports du Sud. Il sera de retour Port auPrince le 2 mars et partira le mme jour pour le Havre, via les pcrtsuQ Nord, Puerto piata l San Juao de P iL, prei m (r et passagers. Ce na\ il e est le plus confortable de tous ceux qui assurent rgulier ornent le service d'Hati. Port-an Piii.ce, le 6 lviiie 1932. E. LOB! LIN, Agent, i Aux Trois %  1 Quartiers Angle avenue King et 1 rue Ducoste. Annonce son aimable Clientle qu'il vient de recevoir de trs jolis chapeaux de pailleBancock)de la dernire mode de Paris, PROGRS NOUVEAU RHUM \OUVEAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DFUNT ME COPBCE Llairin Vierge CluzN. NAZON DEPOT :AKCLE DES RUES 00 PEUPLE ET FEROO PHONE: 666 Dr. Bcagu, , R m* Paris.



PAGE 1

Clment Magloire DlRECi^lJrt "35o\ RUE AMERICAINE .10 TELEPHONER 2242 • %  .! Ml li'l .les %  — H ttP CtBBC 10 %  •M'u p.-ui-'.M-rMiles iiuil;. trni. F.'NT 2 r o en e ANNEE N* 75 l J9 po T INC1 :!l) SAMEDi 13 FV PIEU W*l %  aiji La Gonve aux Paysans iu-Prince, le 2'.) .Janvier mune dans un article d'hygine insr dans le "Journal Mc19.Yi Mon cher Directeur et Ami, dical Haitien". Pour complter ces directives j'insrai la lin J de ce deuxime chapitre % deu\ Gon un homme d'affaires amricain. Mention, Messieurs les dirigeants Nous reprendrons la question, si la nouvelle se confirme." Vous avez bien raison de je, er li ( i i d'alarme, car la quesConseiller-Financier, se basan sur le Rapport de la Commission ForbfB, tudie le bien rural.Est-ce un nouveau cheval de Troie, comme le tribunal terrier de Borno / En Janvier lU2.',je mettais en ondea Gonve et des autres garde contre la (amene leu sur Iles adjacentes est une question les haiu long ternie qui allai minemment nationale qui mrite d'tre solutionne une lois pour toutes. Cette solution.pour tre bienfaisante, doit tre radicale. Et la seule solution radicale possible, c'est la donation aux Paysans comme biens de famille nsaisiseables.d'aprs une procdure que j'ai indique depuis 1923, aonc depuis neuf uns, dans le favoriser les grandes compagnies amricaines. Je repris cette question en juillet de la mme anne dans l chapitre neuvime, relatif la ncessite mitionaie urgente de la petite proprit rurale, en insistant sur La question des iies adjacentes. dont le sol doit tre distribu GRATUITEMENT aux paysans 1er miers de l'Etat d'abord, et enLhaoitre deuxime de mon livre suite aux paysans migrants •• le Sauvetage National par le hatiens qui travaillant dansdes Mour la terre." Ce chapitre condition* si misrables Gua trait la Question A yraire. Voici ce que je disais depuis neuf ans : Comme le dmontre la Science Economique, l'Idal qui permet d'obtenir la Pioduvtion Intgrale eel la proprit. L'affermage, le bail, le mtayage donnent un rendement moindre. Comme le constatait Ption depuis 1811, comme on le constate encore aujourd'hui dans lous les pays : "Si vous considrez la detrioration des bien* de l'Etal dans les mains des fermiers, cl l'lut prospre de aux dont les pio pritaires sont prsents, nous verre: combien il est important, four conserver . la Rpublique tes ressources, de se dfaire des domair.es nationaux qui chaque jour approchait de la nullit. "La question est donc juge : il faut de toute ncessit et sans je moindre retard distribuer fyatuitement toutes les terres du x domaine et toutes les Iles adjacentes aux paysans fermiers de l'Etat, aux pjysat s seulement. Mais c'est U^ie distribution araluite qu'il faut taire, comme lavait lait Ption l'poque. Pas de concession conditionnelle (pli n est qu'un leurre Pas de vente, qui est une faon de dpouiller le paysan, qui, par les droits d'exportation, a dj pay l'indemnit franaise reprsentant la valeur des terres de l'Etat haitien Pas de combinaison fiscale qui ne saurait valoir un grand bien moral et social La constitution d'une immense classe de paysans pro pritaires ne s'occupent que de leurs terres... voil la vritable force de la Nation. %  Les terres de l'Etat abondent. Haiti tant un pays de montagnes, on y trouve, ct des plaines, des mornes qui sont parlaitement cultivables. Toutes ces montagnes sont sans propritaires reconnus, possdant des titres, .mais sont cultives au petit bonheur et en par ha et en Rpublique Dominicaine, d'o, en certains endroits, ils sont pourchasss. La Cionflve et la Tortue,di,a s-jc, au chapitre neuvime, doivent tre sans relard riges en communes distinctes, afin de pouvoir bnficier des bienfaits de la civilisation. 11 ne faut pas laisser aux grande* compagnies amricaines capitalistes le temps tic se prsenter srieusement pour les affermer, bien que depuis longtemps il en soil question. Avec la cruelle loi sur les baux long terme, toutes les iles adjacentes peuvent tre facilement aux mains des grandes compagnies amricaines capital isles. La Gojidve est un pis talct braqu sur le cirur du pays, loi t-uu-t'i ince, qui devient, de ce seul fait, absolument r tu/.La Tortue commande slralgiquement tout le Nord et le Nord-Ouest : c'est par celte petite ile qu'a dbut la colonisation franaise arec Bertrand d'Ogeron. Tout le monde sad que derrire les grandes compagnies amricaines capitalistes se trouve le gouvernement amricain. Le danger est donc imminent. Rendons vile propritaires tous les paysans fermiers La Terre aux Paysans Voil comment je sonnais en 11)2:5, il y a neuf ans, le tocsin de l'indpendance terrienne, seule sau vegarde de t indpendance na tionate. Jusqu' prsent, la question n'est pas rgle; elle est suspendue comme une pe de Damocls sur nos ttes. Je vous flicite, mon cher Directeur et ami, d'avoir sonn une nouvelle alarmedevant l'imminence du pril des lies adjacentes,'qui est an pril national.Vous m'avez procur la bonne occasion de venir encore une troisime lois soulever ce dbat dont dpend la vie du pays. Vous vous rappelez sens doute mon intervention gnralement apprcie au devant de la commission Eorbes le (i Mars 1930, lie par des pavsans nomades jiy aura bientt deux ans,quand ou plus o:i moins fiies.Ua titre jj me m t donn l'opportunit de officiel ire ns nombreux biens qui sont occu1 amricains. urmt iciel peut facilement les ranj por ( er i a question agraire haie propritaires. Dans les plai. t i enne devant la conscience du s, l'Etat possde aussi de (Gouvernement et du Peuple imbreux biens qui sont occuI Amricains, ps par des fermiers. Il y aurait ^ |aul es .„;. rcr (pie cette Ibis l bien prs de deux cent mille ^^ p|usilc chance. Ce Mauvais sang, wmeur, 13 Artrio-S Varices, Rhumatisme .> nuROMAT, di .s Labi ,l.ptoxines, ne • Vurlri i if Maladie%  i : iSIM \ — i [ %  Le traitement cen il OLIROM/: MnH •• %  jx lia benne ptiarnuotw. I . lin. l • Otoii i farta,,. 30 ALIX ROY annes de succs. ullJ.oiJ.la Jd.llJ.iIl varit Jeu DI.I Un public nombreux ein£l sait, jeudi soir, la vaste el i quette salle de Ci ne-Varits, oi ,; eut lieu.ainsi que nous l'annon \oyevl ce, sa technique ; poui un ternie sportif: s'cm i yer fond. Nous vi ien cions, une intressante seai de cinma-parlant,avec Li .h AN DE BROADWAY Unemagnifiqu superpr M ue P our ra ion amricaine I Un filin : dide et i;i. qui di ceux qui eurent : teui ' ter la repr entation bonnes heures de gaiet el loi entrain, trois heures ehantemenl el poules \ eux e1 pour les oreille ... Peneez-donc .. Des s de thtre original s et an sautes, des clianteu ;es comme des Arao irs, des dan se'uses lgantes, sveltes, adorables 1 ... Une musique entranante, emporte, endiable, lej des dancings amricains L'appareil a Ir* I en mari h reproduction parfaite de loul ce que disenl les acteurs, per ception des moindres bi des plus l'aihlcs intonations. Soire des plus r iil magnifique su< ces q li co la rputation grau lissante Cin-varil Chaleureux com]>li men ta Vaillant... selle. Vie Sportive —o— PAUL LEON H.. INNAT lie soir se joueron. a 3 heures un match de ."{e catgorie et a 1 heures un autre de 'Je catgorie. Entre gnra Encouragez le sport eu allant carreaux cie terre distribuer. Il y a encore les Iles Wjacenu-s" la Gonve, la Tortue, sera une des plus grandes joies de ma vie quand je verrai rendre justice a nos pauvres 1 avtc.dont le territoire appartient %  car -j ]a conS cience da l'Etat haitien. A la Gonve il ^ vo ir*tout lail'p" ur c,la> Le Pay > a prs de quatre vingt mille orreaux de tarre cultivables ; la Tortue, peu prs trente mille. Le moment est propice san. c'est notre armature nationale. La question agraire croitablement rgle, c'est tout le problme hatien. ; "ne intervention de ce genre... gjjj^ partie... La Rpublique ante \^ liaiti cs / une nui n poyaa riger ces deux des en commu%  11 y a une urgence pressi ej distinctes afin de faciliter leur dveloppement* qui P* a &f tre colossal... Voil les directives nationaifs que ,i donnab il y a neul %  ans.Kn 1U25 |< suis revenu 8ur l'rection de la Gnve a comne • * ST GEORGES CH .. i r LA JI I • SPORTIVE Ou nous pria d'annoncer que le "St-tieorges Club", ne pouvant se mettre la disposit'xui de l.nion po ir le match contre L'Equipe Universitaire clemain, le manager hard tanment a ollert la "Jeune Vives flicitation %  chaque aprs midi. Tlphone: No. 2020. r opos humides —o— Dpa^temenl uruQoi 'opposition de ces ;'-ils que la charit quelnt, que I raiikll'i iteur : i | leui i de %  ... vu < que aide Step-lnn a la su ; > bl des coquetels de midi, i des punchs d'aprsii. i ut l'on-au-Prince chic ,'v d i > ran 1< -vous la ter* nieturt dis barejux et des ma* il n. a k ... l'a vu, au cours du carnai nonv il, qui se bottait les mains de exlenouveaitd'une s ,. N) ,, 0i | jC cortge devait passe) s.uiii D i.ssemeii r se tendre auz tribunes, ft du monde affluait dj sri ; magnifiques terrasses d'o oi domine la Champ-dt-Man to u (.i WIMU 1)1 I'. A. Selon cable reu di '•'. i eam :d a I i de l'I .* S. S. leux ml IV [uip de ail. Tout ur ICI i nu nt'iu en jugi r, on n'a qu'a i isqtl nul • sur la clotui du l';u i • et 1rs auli" 1 i' seil. On pui le de la ne don d'un W. neul des joueurs gale-1-il celui du i se;, t ii : s .14M4i 'in. Une dernire (h'cision du Consei l'entre du Parc-Lecontc a ers aisonn G. 1 i s: K00. !• %  d'avance. Pour lr! conditio > adresser au Trsorier de •n foule ovatioiiuernos jeunes j {V s s ,, .... ,,., ,,,,,,._ premiers, espoir de I avenu sportif. LE POIGNANT SUICIDE D'UN UfflCIEH NEGRE UX TATS-UNIS N\ YORK, 4 Janvier. //• on d Petit l'n isiea ,ie qui, depuis pics vingt ans, passait p licid hier pi i h ml ses vritali .: : irte, il v Q quais ans, le lieutenant n Freu u si :v\\\ Si sortie 1 .. i sans blancs et officiers, t en mme temps sa Bce, so dconrop mystib B il tait 1 guerre | :i nient, tus-officier de trou; pendant les qu'il app ii tint ci nduite lre. il .ni le i> amant de comment des trouI p, lai n'avait I is un certain • ilit rnie, commenaient i onsecret, tcli n aait I ier de i lort dprii i. D ie i une jeane lemme ; -. i de irbie; i II nt n'avait pus une bille la tte. it un des draines p| %  t, de la COu\ races aux I ois. entier. Nul doute que les recettes s raient belles. Un pie* mier client appela le garon.., mais ce lut pour co nmauder un verre d'eau. L'n groupe en appela un autre, mais toujour pour rclam T de l'eau glace. ut comme on lait s prs, i n mol d'ordre, une bl ign concerte : Garon I ui verr* d'i au Garonl trois verres d'ein. Enfin, d'un groupe, partit un ord e plus rassurant: Garon I i ni kl et quatre sandwichs Hlas li gai ;ne s'ai harnail i ncore. <) le constata qnand le client, avant achev ses cons immalions, rclan^a le bon, ei u : crayon pour signer. Lt cher Fret n'en revient pas voici l'enu-nd-on grogne d pins — nie vonu marhau.i d'e tu celta heure 1 C'est raide. IOUS .un lirl"devoir.Cela suffit. qu'il ii lui I IONALE.*l i liant a l'ide de la dfaite ntres, noua nous mes adressa Un ancien Capitaine, ri pas des moindres, pour avoiruii lion d'une cai nctifd pe I ... a vu larnaval dans le Jcortge i 1 fout a lait \ I queue, un p ate dgni %  < %  \ An ;" d'h M ut. Deux gran les ailes,snr ries niules lasses, un* longue barbe li'anchp, une 'aux immense menaant d'inviaiblei l -. c'tait d'un macabre rus> si t qui rappelait le : Mement-t quia putois s... de la Gense. 666 DE ou en TABLETl l ux de D 30 minutes, ; un l mier la matari i eu trois e le bb du froid. l'ut n i; ITiH J ,.. 3 h.15 u s .a i .Dein i i LO ei i eut mi j il I tondateursde L..:>..-.il. atnitique < %  -,< ; c\ compose dlcelle toffe, nous nient la \ ic trmivei ces Vous l< Ire i ... %  iplo... a vi. l'auto 3-'.) q li statio nait a Khenresp. m. derrire le ci re. Dans I i voiture. NoT IL a reconnu une dam oilette ronge, passionn • le ci ma i I un petit jeun n qui n'eit certainement ti et qui paraissait i s plna pie lgrement m .lie. Ah li les Morts pouI pi rler, et si NOTRE ŒIL vonlail prciser! Vous avez t imprudente, Madame. ... a vu la tte que h sait l au • sur u" MU mr mt pa ivre qi i manquaient les quelques dollars ncessaires payer une promenade dcisive a h danse le ses i vi s Prle-moi i in i ara I • implorait il de ch iqi • copain rencontr. Rlas I l'i copains ne sont gure prteur*. nu peut tre le Carnaval avait vid leur gousset. C'est un somme a usai drisoire qu'a tenu ce soir l'honneur d'un mari. &f ... a va l' \miral .. oui, ou 1 l'a Amiral Japonais, l'en 11 i gt de tout l'ort-au-'unicp. ••* Ris— l'en croire—le plus lim de a maman, ajui.en gui* de mouchoir, s'pongeait a %  un panlalon-de lemme, le d-•• r j< ur du Carnaval. C' i ravissant pantalon rose -t qui avait t port, sans don'. car la soie en tait toute clI* l.' Amiral en avait t t un cacha-nez, et, perdu dans o DC Bail quel rve fou, demeuiles yeux lerras, dana l'inini; des insec'f s qu'on voi" .-i I des fleuis, />n a l'imprudence .o |le prter un coaaaissenr,


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06933
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, February 13, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06933

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DlRECi^lJrt !
"35o\ RUE AMERICAINE .10
TELEPHONER 2242
.! Ml
li'l .les H ttP
CtBBC 10 -
M'u p.-ui-'.M-rMi- les iiu- il;. trni.
F.'NT
2ro en e ANNEE N* 75lJ9
po T
INC1 :!l)
SAMEDi 13 FV PIEU W*l
aiji
La Gonve aux Paysans
iu-Prince, le 2'.) .Janvier mune dans un article d'hygi-
ne insr dans le "Journal Mc-
19.Yi
Mon cher Directeur et Ami,
dical Haitien". Pour complter
ces directives j'insrai la lin
J de ce deuxime chapitre %deu\
, Gon
un homme d'affaires amricain.
Mention, Messieurs les diri-
geants Nous reprendrons la
question, si la nouvelle se con-
firme." .
Vous avez bien raison de je-
,er li (ii d'alarme, car la ques-
Conseiller-Financier, se basan
sur le Rapport de la Commis-
sion ForbfB, tudie le bien ru-
ral.Est-ce un nouveau cheval de
Troie, comme le tribunal terrier
de Borno /
En Janvier lU2.',je mettais en
ondea Gonve et des autres garde contre la (amene leu sur
Iles adjacentes est une question les haiu long ternie qui allai
minemment nationale qui m-
rite d'tre solutionne une lois
pour toutes.
Cette solution.pour tre bien-
faisante, doit tre radicale. Et la
seule solution radicale possible,
c'est la donation aux Paysans
comme biens de famille nsai-
siseables.d'aprs une procdure
que j'ai indique depuis 1923,
aonc depuis neuf uns, dans le
favoriser les grandes compa-
gnies amricaines. Je repris cet-
te question en juillet de la m-
me anne dans l chapitre neu-
vime, relatif la ncessite mi-
tionaie urgente de la petite pro-
prit rurale, en insistant sur La
question des iies adjacentes.
dont le sol doit tre distribu
GRATUITEMENT aux paysans 1er
miers de l'Etat d'abord, et en-
Lhaoitre deuxime de mon livre suite aux paysans migrants
le Sauvetage National par le hatiens qui travaillant dansdes
Mour la terre." Ce chapitre condition* si misrables Gu-
a trait la Question A yraire.
Voici ce que je disais depuis
neuf ans : Comme le dmon-
tre la Science Economique, l'I-
dal qui permet d'obtenir la
Pioduvtion Intgrale eel la pro-
prit. L'affermage, le bail, le
mtayage donnent un rende-
ment moindre. Comme le cons-
tatait Ption depuis 1811, com-
me on le constate encore au-
jourd'hui dans lous les pays :
"Si vous considrez la detrio-
ration des bien* de l'Etal dans
les mains des fermiers, cl l'lut
prospre de aux dont les pio
pritaires sont prsents, nous
verre: combien il est important,
four conserver . la Rpublique
tes ressources, de se dfaire des
domair.es nationaux qui chaque
jour approchait de la nullit.
"La question est donc juge :
il faut de toute ncessit et sans
je moindre retard distribuer
fyatuitement toutes les terres
dux domaine et toutes les Iles
adjacentes aux paysans fermiers
de l'Etat, aux pjysat s seule-
ment.
" Mais c'est U^ie distribution
araluite qu'il faut taire, comme
lavait lait Ption l'poque.
Pas de concession conditionnelle
(pli n est qu'un leurre Pas de
vente, qui est une faon de d-
pouiller le paysan, qui, par les
droits d'exportation, a dj pa-
y l'indemnit franaise repr-
sentant la valeur des terres de
l'Etat haitien Pas de combi-
naison fiscale qui ne saurait va-
loir un grand bien moral et so-
cial La constitution d'une im-
mense classe de paysans pro
pritaires ne s'occupent que de
leurs terres... voil la vritable
force de la Nation.
Les terres de l'Etat abon-
dent. Haiti tant un pays de
montagnes, on y trouve, ct
des plaines, des mornes qui
sont parlaitement cultivables.
Toutes ces montagnes sont sans
propritaires reconnus, poss-
dant des titres, .mais sont culti-
ves au petit bonheur et en par
ha et en Rpublique Dominicai-
ne, d'o, en certains endroits,
ils sont pourchasss.
" La Cionflve et la Tortue,di-
,a s-jc, au chapitre neuvime,
doivent tre sans relard riges
en communes distinctes, afin de
pouvoir bnficier des bienfaits
de la civilisation. 11 ne faut pas
laisser aux grande* compagnies
amricaines capitalistes le temps
tic se prsenter srieusement
pour les affermer, bien que de-
puis longtemps il en soil ques-
tion. Avec la cruelle loi sur les
baux long terme, toutes les
iles adjacentes peuvent tre fa-
cilement aux mains des grandes
compagnies amricaines capi-
tal isles. La Gojidve est un pis
talct braqu sur le cirur du
pays, loi t-uu-t'i ince, qui de-
vient, de ce seul fait, absolu-
ment r tu/.La Tortue commande
slralgiquement tout le Nord et
le Nord-Ouest : c'est par celte
petite ile qu'a dbut la coloni-
sation franaise arec Bertrand
d'Ogeron. Tout le monde sad
que derrire les grandes com-
pagnies amricaines capitalistes
se trouve le gouvernement am-
ricain. Le danger est donc im-
minent. Rendons vile propri-
taires tous les paysans fermiers !
La Terre aux Paysans "
Voil comment je sonnais en
11)2:5, il y a neuf ans, le tocsin de
l'indpendance terrienne, seule
sau vegarde de t indpendance na
tionate. Jusqu' prsent, la ques-
tion n'est pas rgle; elle est
suspendue comme une pe de
Damocls sur nos ttes.
Je vous flicite, mon cher Di-
recteur et ami, d'avoir sonn
une nouvelle alarmedevant l'im-
minence du pril des lies ad-
jacentes,'qui est an pril natio-
nal.Vous m'avez procur la bon-
ne occasion de venir encore une
troisime lois soulever ce dbat
dont dpend la vie du pays.
Vous vous rappelez sens doute
mon intervention gnralement
apprcie au devant de la com-
mission Eorbes le (i Mars 1930,
lie par des pavsans nomades jiy aura bientt deux ans,quand
ou plus o:i moins fiies.Ua titre jj me mt donn l'opportunit de
officiel
ire
ns
nombreux biens qui sont occu- 1 amricains.
urmt
iciel peut facilement les ran- jpor(er ia question agraire hai-
e propritaires. Dans les plai- .tienne devant la conscience du
s, l'Etat possde aussi de (Gouvernement et du Peuple
imbreux biens qui sont occu- I Amricains,
ps par des fermiers. Il y aurait ^ |aul es.;.rcr (pie cette Ibis
l bien prs de deux cent mille ^^ p|usilc chance. Ce
Mauvais sang, wmeur, 13 Artrio-S
Varices, Rhumatisme
.> nuROMAT, di .s Labi
,l.p-
toxines, ne
Vurlri i
if Maladie-
i
: iSIM \ i [
Le traitement cen il OLIROM/:
MnH jx lia benne ptiarnuotw. I .
. lin. l
Otoii i farta,,.

30
ALIX ROY
annes de succs.
ullJ.oiJ.la Jd.llJ.iIl
varit
Jeu
Di.i -
Un public nombreux einl
sait, jeudi soir, la vaste el i
quette salle de Ci ne-Varits, oi ,;!'
eut lieu.ainsi que nous l'annon \oyevl
ce, sa technique ; poui
un ternie sportif: s'cm
i yer fond. Nous vi ien
cions, une intressante seai
de cinma-parlant,avec Li
.h an de Broadway .
Unemagnifiqu superpr Mue Pour,ra
ion amricaine I Un filin :
dide et i;i. qui di
ceux qui eurent : teui '
ter la repr entation
bonnes heures de gaiet el
loi entrain, trois heures
ehantemenl el pou- les \ eux e1
pour les oreille....
Peneez-donc .. Des s
de thtre original s et an
sautes, des clianteu ;es
comme des Arao irs, des dan
se'uses lgantes, sveltes, adora-
bles 1 ... Une musique entranan-
te, emporte, endiable, lej
des dancings amricains !
L'appareil a Ir* I en mari h
reproduction parfaite de loul
ce que disenl les acteurs, per
ception des moindres bi
des plus l'aihlcs intonations.
Soire des plus r i- il .
magnifique su< ces q li co
la rputation grau lissante
Cin-varil
Chaleureux com]>li men ta
Vaillant...
selle.
*
Vie Sportive
o
Paul Leon h.. innat
lie soir se joueron. a 3 heures
un match de ."{e catgorie et a
1 heures un autre de 'Je cat-
gorie. Entre gnra
Encouragez le sport eu allant
carreaux cie terre distribuer.
" Il y a encore les Iles Wja-
cenu-s" la Gonve, la Tortue,
sera une des plus grandes joies
de ma vie quand je verrai ren-
dre justice a nos pauvres 1 av-
tc.dont le territoire appartient car -j ]a conScience da-
l'Etat haitien. A la Gonve il ^voir*tout lail'p"ur c,la> Le Pay"
> a prs de quatre vingt mille
orreaux de tarre cultivables ;
la Tortue, peu prs trente
mille. Le moment est propice *
san. c'est notre armature natio-
nale. La question agraire croi-
tablement rgle, c'est tout le
problme hatien. ;
"ne intervention de ce genre... gjjj^ partie... La Rpublique
ante \^liaiti cs/ une nui n poyaa
riger ces deux des en commu-
11
y a une urgence pressi
ej distinctes afin de faciliter
leur dveloppement* qui P*a
?tre colossal... '
Voil les directives nationa-
ifs que ,i donnab il y a neul
ans.Kn 1U25 |< suis revenu 8ur
l'rection de la Gnve a com-
ne
*
*
St Georges Ch .. i r la Ji i
Sportive
Ou nous pria d'annoncer que
le "St-tieorges Club", ne pou-
vant se mettre la disposit'xui
de l.nion po ir le match con-
tre L'Equipe Universitaire cle-
main, le manager hard
tanment a ollert la "Jeune
Vives flicitation .
chaque aprs midi. Tlpho-
ne: No. 2020.
r opos
humides
o
Dpa^temenl recensement gnr il
i :.; l'amendemnnl 11
mmis m la ratil
populaire le lu jam 1er. 29
ns mit I 'il .ni:
i 'M--ilnr qu'ils ont con-
.litiiUon.
i contre
il.'
>uruQoi 'opposition de ces
;'-ils que la char-
it quel-
nt, que I raiikll'i
iteur
: i | leui i de

... vu < que aide Step-lnn a
la su ; > bl des coquetels de
midi, i des punchs d'aprs-
ii. i ut l'on-au-Prince chic
,'v d i > ran 1< -vous la ter*
nieturt dis barejux et des ma*
il n.
a k
... l'a vu, au cours du carna-
i non- v il, qui se bottait les mains de
exlenouveaitd'une s ,. n) ,, 0i |jC cortge devait
passe) s.uiii d i.ssemeii
r se tendre auz tribunes, ft
du monde affluait dj sri
; magnifiques terrasses d'o oi
domine la Champ-dt-Man to u
(.- i WIMU 1)1 I'. A.
Selon cable reu di ''. i
eam
:d a I i
de l'I .* S. S.
leux
. ml IV [uip de
ail.
Tout
ur ici i
nu nt'iu en
jugi r, on n'a qu'a i isqtl
nul sur la clotui
du l';u i et 1rs auli"
1 i'
seil. On pui le de la
ne don
d'un W.
neul des jou-
eurs gale-1-il celui du i
se;, .
t ii : s .14-
M4i 'in. Une dernire
(h'cision du Consei
l'entre du Parc-Lecontc a ers
aisonn G. 1
i s: K00. !
d'avance. Pour lr! conditio
, > adresser au Trsorier de
n foule ovatioiiuernos jeunes j {V s s_ ,, .... ,,., ,,,,,,._
premiers, espoir de I avenu
sportif.
LE POIGNANT SUICIDE D'UN
UfflCIEH NEGRE UX
TATS-UNIS
n\ York, 4 Janvier.
// on
d Petit l'n isiea
,ie qui, depuis pics
vingt ans, passait p
licid hier pi
i h ml
ses vritali
. .:
: irte-
, il v Q qua-
is ans, le lieutenant
n Freu
u si
:v\\\ Si
sortie
1 .. i sans
blancs et
, officiers,
t en mme temps sa
Bce, so dcon-
rop mysti-
b b il tait 1 guerre
! | :i nient,
tus-officier de trou-
; pendant les
qu'il app ii tint
ci nduite
lre.
il .ni
, le i> amant de com-
ment des trou-
I
p,
lai n'avait
I
is un certain
ili-
t rnie, commenaient i on-
secret,
tcli n aait I ier de
i lort dprii
i. d ie i une jeane lemme
; -. i de
irbie;
i II nt n'avait pus
une bille
. la tte.
it un des draines
p| t, de la CO-
u\ races aux
I ois.
entier. Nul doute que les re-
cettes s raient belles. Un pie*
mier client appela le garon..,
mais ce lut pour co nmauder
un verre d'eau. L'n groupe en
appela un autre, mais toujour
pour rclam t de l'eau glace.
ut comme on lait s prs,
i n mol d'ordre, une bl ign
concerte : GaronI ui verr*
d'i au Garonl trois verres d'ein.
Enfin, d'un groupe, partit un
ord e plus rassurant: Garon I
i ni kl et quatre san-
dwichs Hlas li gai ;ne s'a-
i harnail i ncore. <) le constata
qnand le client, avant achev
ses cons immalions, rclan^a le
bon, ei u : crayon pour signer.
Lt cher Fret n'en revient pas
voici l'enu-nd-on
grogne d pins nie vonu mar-
hau.i d'e tu celta heure 1 C'est
raide.
ious .un
lirl"devoir.Cela suffit.
qu'il ii
lui I IONALE.*l i
liant a l'ide de la dfaite
ntres, noua nous
mes adressa Un ancien
Capitaine, ri pas des moin-
dres, pour avoiruii
lion d'une
cai nctifd
pe -
I
... a vu
larnaval
dans le Jcortge i
1 fout a lait \ I
queue, un p ate dgni < \
An ;" d'h M ut. Deux gran les
ailes,snr ries niules lasses, un*
longue barbe li'anchp, une 'aux
immense menaant d'inviaiblei
l -. c'tait d'un macabre rus>
si t qui rappelait le : Mement-t
quia putois s... de la Gense.

666
DE ou en TABLETl
l ux de
D 30 minutes,
; un l mier
la matari i eu trois
e le bb du froid.
l'ut n i; ITiH J
,.. 3 h.15
, u s .a i .Dein i i
lo ei
i eut mi j il I
tondateursde L..:>..-.il.
atnitique <-,< ;
c\ compose dl-
celle toffe, nous
nient la \ ic
trmivei ces
Vous l<
. Ire i
... iplo-
... a vi. l'auto 3-'.) q li statio -
nait a Khenresp. m. derrire
le ci re. Dans I i voiture.
NoT IL a reconnu une da-
m oilette ronge, passionn
le ci ma i I un petit jeun *
n qui n'eit certainement
ti et qui paraissait
i s plna pie lgrement
m .lie. Ah li les Morts pou-
I pi rler, et si Notre il
vonlail prciser! Vous avez t
imprudente, Madame.
*
... a vu la tte que h sait l au
' sur u" mu mr mt pa ivre
qi i manquaient les quelques
dollars ncessaires payer une
promenade dcisive a h danse
le ses i vi s Prle-moi i in i
ara I implorait il de ch iqi
copain rencontr. RlasI l'i
copains ne sont gure prteur*.
nu peut tre le Carnaval avait
vid leur gousset. C'est un
somme a usai drisoire qu'a te-
nu ce soir l'honneur d'un mari.
*
? *
... a va l' \miral .. oui, ou1,
l'a Amiral Japonais, l'en 11 i
gt de tout l'ort-au-'unicp. *
Ris l'en croirele plus
li- m de a maman, ajui.en gui*
de mouchoir, s'pongeait a
un panlalon-de lemme, le d- -
r j< ur du Carnaval. C' i
ravissant pantalon rose -t
qui avait t port, sans don'- .
car la soie en tait toute cl- I*
l.' Amiral en avait t t
un cacha-nez, et, perdu dans o
dc Bail quel rve fou, demeui-
les yeux lerras, dana l'inini;-
des insec'f s qu'on voi" .-i
I des fleuis, /> fums. Ah! c goret de Moi h. !
toujours cordialement,
1)r Franois DtENCOm VBjuipi Universitaire ,,u de
are
... v it qu'il v a des livres pi
I' i vous retourne t
d'autres fonvoua reton
1 n<- en tes |am ils 1 -
le monde au "d Is raison?! b n
Si nu .1 livre reli par h u n*
!ne( ill est un livre lou,on s

o iporiives I
t. ii.
il
luer i, si >n a l'imprudence .o
|le prter un coaaaissenr,


v i\ 13 i.! iei i
Seul UilielLe pouvait amliorer
la Gillette
et Gillette l'a fait !
.QiJlene-
Voici le
nouveau
rasoir et
la nou-
velle lame
CHOS
Les bureaux et la ldac-
lio i de L'Ac ion Nationale
(ni l transtrs la rue
Pave,eo lace de l'imprimerie
\jl Presse . Notre confrre
se rorganise, pourouoi il n'a
pas paru avant-hier ni hier.
L'incendie aux causes
mystrieuses qui/laus la nuit
de mercredi jendi.a dtruit
le magasin de M. Pete Brown,
assur pour ciuq mille dollars
doune lieu de nonbreux
commentaires.
Le" Directeur de d'Action
Ndtiouale, M. Julio J. P. Au-
Ne peut pas couler
La Parker Duotold a un sys-
i nu- le remplissage scell. Il
,i'\ ; lias le trou sur le barillet
pour laisser couler l'encre sur
votre vtement.
f~u rente dan* les bons magasins.
la plume
i|iii crit
facileuirut
arker
Duofold
MOHR & LAURIN, Distributeurs
P, 0. Box Mt, Port-ai-Princi.
duin.tst lubjei le touchants
hommages de la part de quel-
ques-un^de nos
vanteut sou
droiture, son co trage
augureul
conlrres qui
sa
et en
bril-
inteiiigence,
lui un
I ( h ami lui liions effectu a
en cinq pointa importants
l rmettent au nouveau
froir Gillette d'offrir onf non-
v( lie laclii ; une nouvelle
commodit la barbe journalire. Voyez ces nou-
velles caractristique* dans la photo:
l. Les cjina renforc* du rasoir le protgent contre
1 cou la lanit liminent les coupures,
i.-i forme nouvelle tes dents amliore lasuivil.
I. Les ex Ir nites p\ irries de lu lame apportent plus de
su urit.
5, l'i yarde c innelce permet nu /il d'arriver << /" base d1'
la b ulu .
Faites l'acquisition <1 un nouveau Gillette au|our-
Q'hui i el profitez le la plus importante.am-
lioi itioo a iporle a la barbe depuis 1902. Le nou-
veau raso p ijillelte et la nouvelle lame sont en
vente part > it.
Gillette Safety Razor Co.
Paquets de I
O LAMES
80 cts Or
G. Chauvei a
c-iuserie sur
ra tiodiluse
de la Tour
m
LE PETIT SMINAIRE-COLLGE
SAINT-MARTIAL
de 5
40
LAMES
.cts Or

Gilhtte
Distributeurs :
J. D. MAXWELL & G0.
Hue Rpublicaine. Port-au-Prince, Hati.
S2RV1CE NAIIONAL DE LA PRO-
DUCTION AuRICOt-E El DE
L'ENSEIGNEMENT RUUL
">. Arrondissemen
"I de Dr
li. f> rier v
ilustrielle
Coaformmi ni au pro [ranime
de rorganisalio i de i < coles
rurales, il sel d i [a i une
rie de concour p ni le recru-
lement les inslitute irs ruraux
Os concours i unnicn ; oiil n
partir du 16 Kvrii r dans le
localits iuivantes :
1. Arrondisst menl de l
au-Prince. Logane
10 lvrier Damiens
111
Ki
18
1S
420

|Croix des Bouquets
( Kei m; -I leole)
Aii ahaie
I i
i me (
(
-rme-
olel le
IN
22
!5
29 o
Petite rtivii
tel de Ville")
Verrettes(i.de Ville
Deshalines
( de Saline
des Gonaioes ei

(
(
Intel
Inlei
11
22
27
llolel de
Ville)
Plionville
de Ville)
l'elil Goi\V(
de Ville
jt_ Arrondi*st meut de In
arand'Anse et de l'Anse dMioi
nault
10 fvrier Jrmie ( Inspec-
tion scolaire
Corail ( llel de
Ville )
\n-,, Il I ihnull H-
tel de Ville
Tiburon ( Htel de
Ville)
:i.~ Arrondissement des <'
tje*. Coteaux et A
10 fvrier Vquin (
Ville
Cayes Inspe
scolaire )
Porl Salai < Htel
,lc Ville)
Port--Pim nKFer
me Ecole de Fi-
liers )
I. Arrondissement de Jacmel, de
Siltroufl de Gran I
16 lvrier Jacmel ( Inspection
scolaire
ij Sa 11 rou (Htel Coin-
munal )
i. losier ( I
tel d' Ville)
Bail I H.de Vil
i
de Ville)
I \ rondissement
deSI Michel
110 fvrier < onaves, i Ecoli
Industrielle)
1S Terre-Neuve, llolel
de Ville
22 Gros Morne. Ferme
' I ; i \ .i i a. Ec le
St-Michel, Ilt 1 de
Ville
arrondissement de \llinche, de
Laseahobas et de \lir, balais
v\ Hinche, Ferme Ec >le
27 ie\. Mo iss ide,
1 mars Laseahobas
\ nuis Belladre
>'. Arrondi 'le Plai >!>.
Hargne, Tien.
(,. Rivire du Nord, Frl Libvrt'
1<> fV.
Plaisance
is
il
21
20

B I
I ei me E< oie
de Chatard.
Pilai H : Ville
i b,
Borgne
'ori Margot,Ferme Ecole
i n irs Cap-1 la tien, Ecole Ind.
1(3 ii",. Grande Rivire du Nord
l ei me Ecole
19 Milot, Htel de Ville
22 Trou
1\ l'orl Lib
i. Ouanaminlhe ll.d Ville
18
22
Sx
27
indissemt
et de Mle Si ..
16
Port- le l'a v

>
Jmars
le\ l'.irl-de-l'aix.Iiisi) cl
olai
SI Louis du Nord. Il tel
de \
22 f> .Jean Kabel, Ferme I i
. Mois SI Nie das, i- sp
.-.I a ire
10 An n I rf( S'ippes
" ; !.\. \n-. a Veau, Htel de
Ville.
r tre Imis prendr
ii con il faut : 1>.
muni du < irtifical de lin
; primaires 2o. tre
en I tre g
moins et de
ans au plus ivoil
. ic el ma?a: s.
in""lSTRiTin!"COIIIIIILF
u PORl-AU-PRtNCE
Communiqu
PALMARS DO CARNAVAL
DE 1932
Chahs. de la Heine, du Ga-
rage Kneer, de la West lndies
Trading Co., :lu l\hum BarbaD-
coirt.
Groupes en alto. Groupe
de Killettes, groupe de clowiih
(Anselme).
Masque drle. Bouflon (C.
Pressoir ).
Enfants dguiss. Service
du Trafique ".
Groupes a pied. Groupe
(). K.
Bandes. Croupe Ortopho-
nic C. B. No. 5,
Ont bien voulu contribuer au
ucces du carnaval par l'attri-
bution de prii en espces ou ei.
!>! ' .-i', I maisons :
A- ne Mattel* & Co Garage
kneer. Au Bon Marche, Haytian
Motors, Garage Chrysler.
U Fvrier (32.
Cin-Parlant
o
UHIVMTIi: I r.in-Yarils
En Matine
LE DON JUAN DE BROADWAY
la dlicieuse production par->
lante qui lut tant applaudie
la soire d'Inauguration jeu-
li
Enfanta G 1, Grandes per-
sonnes 2, 15 et 4 gonrdet.
En Soire
pour
laul avenir.
Si. rnesi
luit a Paris une
Hati qui a ete
pu lu station
liile..
|*JN Novembre-Dce
cembie 1931 des \nnalts de
kdecint Hatienne qui se pu
blieui sous la direction scien
tilique des Drs. Hicol, Goicou
et at-Louis, est paru avec un
intressant s ni.i.aoe \ si-
gnaler i ii ij. ucuiiro ucui
la chruoiqoa du Dr. Flix
Coicou.
L)'u ie c immanicalion
laite noire confrre Le
Temps* pur le Scrta re d'E-
tat des Keiaiio is Extrieures,
il rsulte |ue quatre ou chu,
Hailieua oui t blesss a ban
Uajo de Cuba, lors du sisme.
Us ont reu des soins 1 h-
pital. Tous les autres sont
saus et sauts.
Nous avons eu le plai
sir de la visite du charmant
Capo s, M. Franois Jh Nol,
qui u pass ici quelques jours.
Nous lui renouvelons notre
vive sympathie.
Legueral prs;dent Tru-
jillO uuuintde nobles senii-
ineuts d gard du dmocra-
tique tuuuuteur Je l'indpen-
dance des Etals-Unis.ll a lait
voter par sou Congrs une
loi dclarant, fte nationale
dominicaine,le 22lv,anniver
sa ire de la naissance de Geor-
ge vYashmgtou.
L)eu le. uaui (,. demi si ou n. La
idiambre a lu leu;s succes-
seurs.
en lia i > u a tr, la
Centrale snciire de La Ko-
niuua, blesse par un garde.
Celui.ci d'aprs Le UstinUia
rio, e livie ta Justice
L.e uoiuoic des victimes
ou tremblement de terre de
v>autiu^o de^Cubd atteiudrait,
parait-il, le chifire de 100.
La premire avenue de
. oius> iiKiite d'uig ni s re
parauon*:La D . 1 -i*. devrait
y poi tei son atteuliou.
- Demain soir, Hatiana
prsentera une comdie dra-
matique aux multiples piN
>odes mouvants: La btmtnt
el le Pantin, d'aprs le roman
ie Pierre Louys et Pierre
Le l'lit Sminaire-Coiige
Saint-Martial doit au l)r Barou
quelques mots de telicitetions
tombes des lvres du Souve-
rain Poutile au sujet de cet
tablissement et une haute
contirmasion de l'utilit de sj
mission eD Hati. Lu ciet, u
Mgr Le Hunsec, suprieur ge
ueral des l'res du St.-Lspril.
qui tait reu eu audience
aprs l'Envoy hatien, k
pape a tait l'loge de la
distinction de ce persouuag
et de ses seulimeuts de piei.
cuveis le Saint-Sige . Lt le
suprieur geueral ayaut parle
de l'opinion mise daus le
Couseil de la Congrgation
pour la suppression de ce col-
lge, alin de disposer du per-
sonnel eu laveur des missiou
d'ritriuue, le Saint-Pre ses
reue'conlie uu tel projet g|
a dit que si la Congregitiou
du Saint-Esprit ne iormai,
que quelques hommes com.
me le reprsentant du gou-
vernement d'Hati, sa place
tait dans ce pays-l.
Une belle Fte
. Espagnole
JamaisSville ne vit lte aussi
i magnifique que celle donne par
Don Mato Diaz en ses jardins
de la vilh Esperanza.
Situe sur une hauteur, Espe.
ranza, au crpuscule, scintillait
de mille teux.
Les gui'di isles les plus lameux
hei.iienl les dmseurs de lan
goureux l^' g >s. cependant que
les d-i seuses le plus rputes I
le I Espagne montraient Iturs
.touis de lie et, souples, vo
luptu use*,eih s voluaient dansI
e ilxjr de Mille t Uns]
Nuit-.
Soudain, i jie fi.ip dol
uple OU a gr in nuiri
i ois les pr lots, -t se mu Ii|
rech rche de Don Mato...
Vous viendrez voir Hii-I
i. a demain soir La r*emmt
et le Paulin, le grand supeiflni
de Jacques l< Barnce'l'ei voui
saurez ce qu'il advic' -le iti|j|
i i 11 e i v,. i...
GG6
Froudaie. L'action se droule
dans les merveilleux dcors
naturels de l'Espagne du Sud,
chaude et vibrante.
La dlicate artiste Conchita
Montngro noi interprte le
rle de Coucha Perez, avec
oue i grce perverse et ga
mine qui .'a caractrise, vous
charmera; elle est entoure
d'acteurs remarquables. Nul
ue voudra manquer ce rgal
artistique.
Incendie

Dans la nuit de mercredi
jeudi un incendie myst-
rieux a dtruit entirement
le magasin PARIS-BAZAR de
Monsieur Pete Hr\vn,de na-
tionalit grecque.
Le magasin tait couvert!
par une assez forte police
d'assurance qui a l rduite
il y a quelques mois Q\\\\
Mille dollars.
Il est important de noter que
c'est le cinquime magasin
d'tranger assur qui est in-
cendi la nuit pendant cm
quatre derniers mois.
Quand donc une sanction
exemplaire vicndra-t-elle met-
tre un frein ce moyen d'-
chapper la faillite?
P
Les Meilleurs
Pour Bbs
parce que c'c:'. la seule crale
qui a t
CUITE SANS FEU
AU MOULINPENDANT 12 HEURES
Flocons d'Avoine 3 Minutes
J Toutes les Polices
DE LA
^comprennent la Protection contre la I
Foudre sans auamentation de tauxf '
I
Une autre production par-
atre et musicale d'u n e
gaieic folie.
Euq,Le Boss $Co
Aqents Gnraux
\L.A\wsmmmmmjmM*&smm*wmmaiea*


f" MATl\
Hliuu Harliaiieoiii
13 r^^jer H

Dent la renomme si universelle a ta premier* place
Demandez partout ;
IX BARBANCOURT
Dpt : Rue Csar.


.0



INZANO

-^
Cin-laldij
DEMAIN IK
I HEURES I 2 : < ad
Le sympathique ae.eui tvsi Peti< wich dans : ]
Le Diamant du Tzar
Lnlre : I Gl ; Balcon : t
'AS HEURES
gUn grandtaiperfiliii de Jacques Baroaceili :
La Femme et le Pantin
d'aprs le clbre roman dp Pierre I ouy*.- Version indite avec
( ( n< bita MontDgrnSet'Ri nd Destac
Entre : 2, 3, 4Mgourdes.
Avant
chaque repas
prenez un verre

Agents pour la Rpublique
A. DE MATTEIS & Co.
Port au Prince (Hati;
.
s-s c
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone : 2323
Le vapeur tBolivar Vov
91 paru" de New-York le 10
courant, est attendu Port-
au-Prirce via Cap-Haiien et
Port de Paix, le 17 c( urant,
continuera le mme jour
poir Puerto-Colombi-, Par
tpgena, Cristobal, Kingston
st New-Yo'k.
Le manifeste de ce navire
reu par avion est la dis
position des Clients dans nos
Lureauxsis angle rues Egalit
et Dants Destouche*.
Port-au-Prince, le 29 f-
vrier 1932.
Colombian Steamship Co Inc.
Wm. E.IiLEO,Agent.
E
AVIS
A vendre
o
Mr et Mme S t-Martin Bois
rond Canal, les familles Bois
rond Canal. Louis Antoine
Roy, Victor Augustin remer
cient les Rv. Prs du vu m
Esprit, la Congrgation des
Filles de Marie, l'Association
des Persvrantes l'Ecole
Pierre Faubert, les non Dreux
amis tain de Port-au-Prince,
de Plionville, de la Plaine
du Cul-de-Sac et des autres
villes de la Rpublique de la
grande peuve de sympathie
qu'ils leur ont donnes l'occa-
sion de la perU I si doulou-
reuse de
Philo mne Anna Boisromi
Canal.
Port au Prirce.le 12 fvric1
1932.
Nous, Louis Dan tel Ri-
me u, avocat, Juge-Commis-
saire de la faillite (ibara &
Ce., fixons, au gfnieii treize
Fvrier, trois heures de
l'a prs mi M, au greffe du Tri-
but al eivil. la convocation
des cranciers prsums .le
ladite faillite.aux fins de pr
senter les listes, pour la no-
mina'ion du ou des svodicts
provisoires, et ce. conlom
ment l'article 471 du code
de commerce.
Port-au-Prince, 11 tv.1932.
Ls. RAMEAU, av.
Un Billard en bon tat.
S'adresser :
HOTEL SFA VIEW
Grand Caf de France
SOUS LA DIRECTIONIAVISEE [El INTELLIGENTE DEIMONSIEUR
FRANOIS GIRALDI QUI ESI DEVENU L'ASSOCIE DE MR PA1RIZI
LE PROPRIETAIRE DE CET ETABLISSEMENT QUI N'A PAS D'EGAL
LE GRAND CAFE DE FRANCE, OFFRE A SES AIMABLES ET DIS
TINMES CLIENTS LES COMMUONS LES PLUS FINES, LES
IflNS DE I0UTES PROVENANCES, LES PLUS CHOISIS, CIGARES ET
CIGARETTES, SANDWICHES, VARIS A DES PRIX DEFIANT 10UTE
CONCURRENCE.
L'ACCUEIL LE PLUS SYMPATHIQUE CONTINUERA A3 ETRE LE
MtlLLEUR TRAIT DU GRAND CAFE DE FRANCE.1
Patrizij&G*
TLPHONE : 23*1.
Panama Bailroad Steamship Line
Service de fret et de passagers i-nlie
Angleterre
Ecosse
France
Mrs. G. W, SMEDOI & C* 17, James'Street, Liveppool, Fnglano
TUE FOLLtWING ARE OUR AGENTS AT PRINCIPAL!PORTS IN EUROPE
KNGLAN1, SCOTl AND. FRANCE.
Miws G. W. SUELDQN & Co.
17, James Street, Liverpool, Englana
La France, frssrs G. W Sheldon kilo, are rcpresenled by Ihe tollowln
Uns lapide et pins direct service de transport de passagersei du fret entre Haili
et es pruls Euro|ers,vi NewYok.et Cristobal, Canal Zone, Isthme Panama.
Voici la liste^de nos agents pour les priucipeaux port de l'heurope:
LE FAIT EST INCONTESTABLE
il h ma Saillie
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs!
C'esijCe qui.' fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
Glelatly HlNKIYAga
21 Ru* de b Pc; publique
Marseille.
l'ernu Prou <* Co, Ltd.
53 Quai Georgei T.
Havre.
Hernu Paroi A Co, Ltd
Rue du Moulin Vapear.
Brulogre sur Mer.
Messrs A. Beann # Co,
21, Allergr cY, Copenhague*
Oslo. Nokwat.
I il t i rnath nal
Spe ditionssclkip 0 lo.
MM. Atlantic Freighi Coran
Dallinhaus. Hamlurgjl.
Gei mauy!
M essrs Atlantic Freigbt
Corporation
''THl V
Messrs Ai bu tic Freigbt
Lorpo.,
2* Q"a Jordaens
Aatwerpse Bt-hwat,
t
1
IlLhxu Peron & Cie I.td
9 Rue des Maris,
Pari p.
Heaxv Peron & Co Ltd.,
Rue de Tranquillit.
.Dunkerque.
Hrrnu Peron & Co Ltd.,
9 Rue Roy,
Bordeaux,
Geni e, Italy.
Messrs Henry Coe & Cleru?
Piama b. Matteo.N* 15 Gner
COTTENBUBO, SWEDEN
Nordlsk Express.
Go henburg.
Messrs AtlaliicI PailSfif
Corp n.
K( njEnimaplein
Rotterdam Hollande
Metfs 9tbmann c Ca
'.m
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lifo
Assurance Corporation Ltd.
de Perlh ( Scotland )
tar la GENERAL V est une des plus puissantes et des plus vastes organisation
ie ce genre. Le soleiltne se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse le
monde
ts Policesjcontrc incendie couvreni les dgta occasionnes par la loudre
Ses polices poui Anton biles et uvrei vota, n endie, mi i eillance,*dommage!
car ses a auLiii uaus sa personne ou dans seS bieuc.
Ses Polices Maritimee mises par st payables en Hati.
Ses Polices contra accidents sont vaiabli I ers entier. Tous les voft-
fci;rs devraient donc prendre la prcaution ce contre accidents
d': u moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que^de 1/2 / soil20dollars U C
Veuve F. BERM1NCHAM, AuxCavea
SOUS oENis
Port-uii-Prince. IG. (ilLG
iEAM BLA.V HETJermie



ledi
Le Matin
13 i ier 193
25 *c AHf MjWJ
fcrt a Prince
Tlcpfcec s 2241
1*AGES
M*
Lykes Bro rs SS, Lu lue
[ait! Domingo- Uico forte
et rguliei gtis ei
: Te.as d, eut avec
Tex&ft -
Le seul tervice held
net entre les port*
port-aa-Prince, jl 1U1.
Pour la rception aniem.ni lubi.e de vos
importations, trvez- de*navin LYkh
LINE.
Les prchai rt-au-1 r, ici*
Steamer ui< I 1"'
glean er*Aln -' i
Steamer Maig i * 1^2
Kutao: Roe d i fctat. Boita
Mil-
Laboratoire SJOURN
DlRECTUBS
F. Si.loi RNl I
H. Sjourni Phi
M. SJOl BN, i I
SONGEZ
Familles
QUE LiHSinilI IIPPEHHAUER
EST L'ETABLISSEMENT QU'IL
VOUii FAUT.
Tant par ses excellente*
met h d'e seignement cjas
sique, i a h branlable dis-
cipl n irrprochable peu-
, que par ses
.tues pour l-
o-D ictylo.de la
et des langues
vivant! (
6359 !, e amarre. Tl. 28'J1 J
IV* ?l A VIS AU OMiWbi^r.
IQIobi fcaud|
i
tVDAUCH ,' 8
Buis-l o no l5*Ml
J no-cer les n New Yo'k r*" * M e
Ha.ti.dirrclem. '. I uni I moi* de JaV'er I.-- :
______ Dparts de hem 101* 4iTfwi0 /' nn"
c < .ii kal \o ' Fvriei I0S2 le 7 Icvnrr 1*32
AVIS PiiOFESSIOfiNEL s/s i '<*. >j. o * || ** ^'ffl
S/ Ucob* I' 16 Teviifi 1932 !e 21 'evi m T9RM
Seame "G. ,wq..,! I- 23 liwier le 29 li c, lf*
pn ma Rail oad S'eampOiip Lme
J.-.Il.C.VANHKKD
agent General
grUnbfiHo ^nsso, ings
p.i.r p'o.i.beur, arriv des
s-l'nis .lire ses services
pour loutes sortes de tra-
vaux d'insl liatlon de sa'les
Je bain, de W C, tic.
S'8dresser l'wenue N.
rs de l'i glise ('u Sicrr-
Cur. ,_
Tlnhoi e : 2469.
m ipmcrmcm\Mm,mum. .om

q Maniifarlure Hatienne
Inalyrea des Utin. que. du sang ( Was- L-cl Vldl lUld^Li 1 ^ ixtn
,erm,n!, Ure, lion 1
I). s 1 rach '
CE OUI It'H
CE OUI
Kola Ui unpagne
F. SJOURNI
de Chapeaux L'Indigne
Prpaie m
ons : oureu

lt! .
Ai
!

H'
TERR
Chez
,\
1.600 pieds d'ail :
Mious de Portai
Seulement 15 a-i
asphalte. Vins mi i
1 PETIT TOUR
RDEN
KAIIL
Peiionville
ni
LE LAIT DANOIS
i ES-fi NSKN
S'EST AC]0i5, EN TRS PEU IE
TEKPi. LU FAVEUR OE U PPILA-
IT10N D'HATI, GRACE A SA PURETE
ET Si RICHESSE EN CREME.
Dp tout temps le lait naturel est n command mi
i tants, aux malades et aux nourrices, tant par lui aui
un aliment complet Mas des germes redoutables le an-
ludUssc lencontrent parfois dans le lait achet des aiar
thandes ambulaotea, par suite d'ad iition frauduleuse d'ail
ollue. On vite tout dantjer de ci nt.inination rn taisait
ngaeed'une maqne de loi conserv, de tout repos, eoa-
sacr par le temps.
LL', PRODUITS ESBEKSEN .
Lait cmden'
Lait apor
Ia;i tn ror die
vous donnent ie ns> a-i a ltltM> ci a n 1
1 aie 1 oue
11
d-. nnono 1 s nomti riipn''e que 1"
| EAUX s lait, de le 4 |ai vjer. an
fidill
i
arrangements pi tic
: e naine ou de mo .
BIRE
de la Bra
u onnufiui
VTION VL
Nationale
2027. GRAND'RUE
mi on, ai cii d local.
v trou le m ;:-
BON MARCHE. CELERITE, 60
Martinez, Marcslin & G0

Se vend p; >ut OrO ,10
le verre ma sa tiaulile
suprieure.
AVIS
COn 1 '"'
; artir du 2 l
1 ra, la rue
ches, d.
m -. de coco, ttc,
n d dons avanta
ses
i
.i_i
.olerie Nationale d'Hati
416 Bu B3ne.Foi, Phoaa : 3358
La Lo!cri National d'iiati est :
ane ir sti ution ha tement humaniiaire par la multiplicit
(Fovrrs qu'elle se propose d') 1er. une chance de bieu
ire offerte aux hommes de. toutes .cooiitions de fortune.
Employs Fonctionnaires, Oivners, Artisans, Salaris de
loua ordres, Geiis de maison ( domestiques, ) sans parler
i ir budg?t moyennant deux g>ud s peuvent gagner troi
nulle gou des. Patrons de Coin nerce,Chefs d'Iodustie.parel
im\ iufUtsmces des ventes, par l'achat d'un billtt, qui voui
lilre d 1 nouci des chances'
M (dus Avocats. Ingnieurs, Sna!em s, Dputs, Craodl
DigoiiM reN de l*fi d,Reprsentants de llotelle.tualiic, Jour
nalistes.
Donnez l'exemp'ede vo!re soihril << r;n'e.
Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmente/. toIn
tvoir.
Vous tous qui habitez Hati, rendeslui service ^n acte
ni 9 billet de la UjTClUC NATIONALE D'HATI.
LNTIOUE
ruarvw tmm*mrmm
liimraneeiilo
Une des; plus fortes;COMPAGNIES
[iGANADli NES d'ASSURANCE
sur laL VIE
EUG.Le BOSSR & r
Adi'uts Gnraux
Le paquebot cPologueafparti
de Bordeaux le 4 tvrier, est
attendu l'ort-ju Prince le24,
en route pour Sintiago de
Cuba ci les ports du Sud.
Il sera de retour Port au-
Prince le 2 mars et partira
le mme jour pour le Havre,
via les pcrtsuQ Nord, Puerto
piata l San Juao de P iL,
prei m (r et passagers.
Ce na\ il e est le plus con-
fortable de tous ceux qui assu-
rent rgulier ornent le service
d'Hati.
Port-an Piii.ce, le 6 lviiie
1932.
E. LOB! LIN, Agent,
i
Aux Trois

1

Quartiers

Angle avenue King et 1
rue Ducoste.
Annonce son aimable
Clientle qu'il vient de rece-
voir de trs jolis chapeaux de
pailleBancock)de la dernire
mode de Paris,
PROGRS NOUVEAU
RHUM \OUVEAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
alcool dfunt me copbce
Llairin Vierge
CluzN. NAZON
DEPOT :AKCLE DES RUES 00 PEUPLE ET FEROO PHONE:
666
Dr. Bcagu, , r m*. Paris.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM