<%BANNER%>







PAGE 1

Y G n WJVfcWCfc*, %  *• %  ; • "If l //? V 4i / Nouveau % les annales des progrs humains... BAL TRAVESTI A L'HOTEL BELLEVOE —o— Qu'on n'oublie pas que cVsl apr< i demain, dimanche, le [Grand Bal travesti, gu'ol dans sis salons, au Champ de Mars, l'Htel Bellevue. La tte sera des plus russies, en juger seulemenl par les prparatifs qui se font au magnifique htel du Champ de Mare. Orchestre de tout premier ordre. Bar bien pourra. De l'entrain, de la gaiet. Arlequins, pierrots et pierrettes, Motel Bellevue, dimanche soir EcstBlt -, s FHTAPCUS Ulcre* Dpurez votre Sang par 1* CUROMAL nouvem ravoir t1 la r ouvjkle lame /.es nouv /*rs lam Giltell %  vent d les n dedeua, Gillette ue rasoir Gillette tait un instrument magnifique.Le nouveau Gillette est cependant supliciir. 1 tard 20 ans pour apporter les perlectioni l'ch iui lait du nouveau rasoir Gillette le qui, premire vue, couiino•r. us coups i! .M • %  les extrmits m la laisan' I e ei iir i-erVulir sang eit impur. Il charrie des icorlat, detfi"-ines. dont tl n'a pu se (leban-aner.et ce in.i'iiretto se traduisent en irritations fxte .-n bobos, si d>-saRreabjPs, si (loulou. peux uvent : clous, furoncles, boutons aui ,I..I:..' .-aisons insupporubles.ee sont O0> les ulcres, les tumeurs et les Mlirmes qui •lirVle 'ment sur un organisme empoison:: par un sa'iwvici. On \ier s •/. du Flit. i'nt lue us m tuches, moustiques,puces, Fourmis, mites, punaises, cafards et leurs œufs. Mortel pour les insectes mais fensif pour l'homme. Emploi facile. Ne lai % %  pas, \',' confondez pas Plil avec d lires insecticides. Exigez le soldat sur ai %  • nine bande Doil VaDorisez .i boi • YV. io VINCENT Prsident, ait d'ICtat de In : ervt lement rrt fi l'eau t Inhal '. %  \ ivement AL** VAPORUB %. :.r tout Refroidissement FLIT | Pour votre garantie, Flit n'est vendu qu'en bidons scells. o n. i ; !i s %  $•• -s-tf &-rr z***>f. . fti -\e i ta %*& b\3 Toutes les DE *A -M> ices S •> comprennen! la Protection contre la g Foudre sans auameatation de tauxl \T\ "'.' %  i! r '' le Boss > Aqents Gnraux 1 %  m < wmmwmti M &E&U:; sm3Lm.ss^



PAGE 1

! F. M ATP 8 17 vr ?£ iiiiiini Barbaueo^r %  llfcMMI 1 s— I 11 %  1 i la rei remire place De Dpit : l'.ue Csar. EIMIMMM %  % %  llll I ——— j ES CHGOUrto DU CMItf HATIEN DE L'ALLIANCE FRANAISE. Les concours de cet*e Socit pour l'anne PJ32 sont de deux sortes : lo—Un Concours de"Com position Franaise" et la Un Concours de t Diction Franaise. Les sujets du Concourt de Composition franaise SODI ; lo — Parlez-nous de l'on des crivains hatiens, votre choix* Faites-nous connatre l'essentiel de sa vie et de ses œuvres. 2o—Donnez-nous une nou velle de caractre local (vers ou prose). Au choix des con urrei's l,e travail de chaque cou. carrent sera re nis con're re ti au Prsiden' del socit le 30 juillet prochaineu pins tard, .sons ui.e euveloppe caihetee avjc un No ou une devise. Dans une autre eme'oppc, galement cachete, se liouj veront les nom et prnom de l'auteur. Ce dernier p'i ne sera ouvert ^vjnVprs le < lasS' ment des copies par le ju'). 2a — Le concours de di lion h ai ise consiste dans li! ri ii.)M'>. : lo don m or ci (prosi )'%  rt'nn nnjiceauvers) j.ot r ique coucurn nt ei Bo daos la !w lure d'un ni r • eau.ve rs on prose. Les trois textes soni bisss au chois de chaque co ri en'. Les deux morceaux de rcitalion peuvent tre du genre dramatique ou du gen c co nique. Chacun des deux morceaux s^ra d'Une tendu, d'une page en vin li y aura Iroia grouj es : lo coucou! s entre adulu -. 2 ) co cours en liejune fille Su concours entre jeunes garons. Les inseri D 'Ions en vue de fc Concours seront reues au Secrtariat de 1rs Soci du 1er mai au 15 juin prochain. Le Concours de diction franaise aura lien ic samedi a juin, ds 8 heures, en notre liul ; Frai ce U. ii. CM juiy pour c hacuti des deux concours btiu torinA pai le bureau de i'A li nc< ? (aise. Aprs c''ure de leur-, dlibrations, chacun des deux jurys remettra au i rsident Remerciements yj e sportive Mr Brnst Lon et ses enfants, le Gnral Bra l'h zao et madame. str. Thzan Mr et Mm • Roger Scott et leurs enan t Mr et Mme ugusteGaroote et leurs enfants Mr et Mme Ernest L.m e' leurs entants, Mme Lon Desmarais, les i.-millcs Lon Thzan, Brtae, Avignon, ei tout les autres parents, remercient sincrement iPrcleige tions les amis de touilla, al d .J reposer *0t des 1 ort au Prince et de la Prolangues de la jeun e, vince qui leur ont tmes joli chapeaux de nalleB^ncock>de la dernire mode de Pari, d la Socit, avec ses bs< i vi lions, les noms ries laurats' La liste :e;a publie. Des prix seront de e ns aux laurats des denx Con^ cours ( livres ou objets d'art) omme toujours, les meilleures copies de coraocsi'ion franaise des lves de' di UN sexes qui prennent pari aux examens ofl iels des t< des primaires et secondaires seront rcompenses par le Co nit 11 .'ien de i vHiance Franaise an cours d une lte solennelle. Pour IOUS aul rest nsi ; gne meut, prire le s'a I eser au Presi lent du Comit H lien de I A i n< e F i 1611, tue Mo italaii Pori an Prince, le 28 j m vitr M2 Le Prsident, L, C. LHERISSON La qj' sti n i ai bit i %  io i ne ie monde ^partit, p us pai cuhcreiaeni certains Clubs, pour cause. Un aibitn p vouloir ire aveugla durant an match et relater d'appliqi "an. 8 l-, rgi • n • IN lu | i sa Fqot*fiall lasociation %  nous reprodoiaons plus li Conclusion : l'quipe handii p^e aura jou contre un douzime adversaire beaucoup p I! dangereux que las onze quipiers renais. Rsultai : tant c tre zro. Nous proposons la lormatioa j d une col* d'arbitres av \Andr Thard. comme nical director . Sur un gr tab! au noii, a< raient expo i pour nos luturs arbitres ) joueurs internationaux, Is positions dort side. Commi contradictoires des lauis donnant Peu a une rparatio Dmonstrations sur le terri Nous • omm i ; taina que 1public suivrait avec a I i ces cours thoriques at qa s;ce qui contribuerait taire mieux saisir, par les uus et les autres, les diffrentes phases du jeu. < Art. i) ( Rgi< m ii du j u il Fool Bail \-. Tr de i lu lai national Bo i ,d i 1 ( .)31 ): li est dtendu d< ner un croc en jambe l'ad\ t saire, de le happer ou de sauter sur lui. Sous aucun prtexta, aucun joueur, 1 exception du gardien de but, dani la suil ci de rparation, ne peut inteolioonelli nu i louch n le b des mains ou des h* /i joueu ne peul s i .,• ir de i ma as pour pousse ou te i u,i advernaue. LJ cbarg est mise, mais elle ne doil eum violente, ni da i joueur ne peu) lre chi R ,J derriie moins q i u intentionnellemeni .n adversaire . Panama Bailroad Steamship Line Service de frl cl de passagers Mis. G, W SI ELON &C # — 17, James Slreet, IIVEPFOOL, ENLAN THK 10i'l.e>WlNG ABEOUR AGENTS Al / J BINCIPALJ'O\TS IN EUROII ENGLAND, SCOTl AND. FRANCE. MBSBSS G. W. SHELDQN & Co, 17, James Street, Liverpool, Englana La Fiance, Meaais G. W. Sheldon A Co, are represenfed by r the lollowin llus rapide et plus direct service de transport de pa?ragerset du fret entre Maiti es i % %  orlsEuroperiS.vi New York.at Ciistobal, fanal Zone, Isthme Panama. Toici la liste"de nos agaat pour les prinripraux port de l'heuroj e: LILATLT HENKET Co 21 Raa de la Rpublique Marseille. Hernu Prou & Co, Ltd. i' Qnai George6 V. Havre. Hernu Percn Co, Ltd Rue du Moulin Vi-penr. Boulogre sur Mer. Messrs A. Banaix & Co, 21, Allergsde, Coreobagutl OSLOr NORWAT. International Spe ditionsselknp Oslo. MM. Atlantic F"ignt Corpn Dtilipbaos Hemburg 1." Gei r auy! M essrs Ath ntic Freight Corpi ration !Gt*imany Me?srs Atlai tic Freigat Corpn., 24 Quai ,'ordaens Antwerpse Jaaitaaa, IIIRKI PERON <5C Cie Ltd 95 Rue des Mari, Paris HIRNI Peron A Co Ltd., Rue de Tranquillit, Dunkerque. Hernu Peron Co ] td., 9 Rue Rov, Bordeaux, GRKOE, ITALY. Mesus IIENRT ( oi A CLIRII PIAZEA S. MATTE,N' 15 Gner i an BUBCBU v v i -ni N Nord if k F xpress. Gotbenbnrgi Ileisrs ATLAI TIC FRUOBT COBP'K, Kon Emmaplein Rotterdam Hollande laaars SmtMAMN A Ce On 1 seil de l'U. S S H. pour les Equipes Nationale et i • %  • i rV concevoir i i Puissent ces •e M dame, dans te hanche g li le la %  Viol* OuV :. O !. i : la %  • l'U. S. s. I ECU OS > en me, ire d* Ifl I — t ... I Si;-> %  u s : %  ma %  T •(!.<• Bvie urgf i F. 11. 1 %  qui — • • Match de i foot-ba.l -midi, 4 heur s mte, mate le eba i i entre l'q • > • du • im'que de 1 1 ssocia'iou S i rienn %  . i. lie promet d'tre Irl in te pro Iroit nue "•'• • I %  i t.iuchaul D i • i Mais Damions, c'e t imunaat mdtermii) MIS L'ACTION N.vnoMnlhcrbe Arma il "MpRue ) dnon M •I le triomphe d iloctrines no-n-it o rtalisles. % : i i s qu'est-oe.ni. et quelles, s-s — i a PATS dit qu'il -t de rattacher l'I n\ itiomde un Se' '\ i l Nation • de l'Enseignernc it tnel. Quelle esi i'cenomie ram*i '^tv> ~K, ASSUREZ-VOUS la General Actider.i lire & Life Assurance Corporation Ltd. de Pertli ( Scotkmd ) ejir o aGENEP L le :• genre. Le soleil ne • • moi Ses Polii Ses Polw aauss auti Ses ('dites Mai iti Ses Polie, contre a devraient d'au aoin 4000 doilai \euve F, OUSAGENTS BStes organisation, qui embrabse le par la toudre nce,* dommages c:pc yables en Hati. Tou I VOV.ine accidents .il q t/2 •/. %  dollars C. C AM, AuxCayes aiti. I !1 G AN BLAV a E' Je-mit



PAGE 1

Samedi 6 Fvrier 1932 Le Malin 4 PAGES Portau-fricce Tlphone : 2241 Loterie Nationale d'Hati 41 e, Hue B -nno.'oJ, Phone : 3358 i 1.1 t.o'rrie Na iint insti ; u tioT hanl • uent h • l'œuvre-, qu'elle se prop 're oferie ant ho • s Employs Foncti lunaires, • >us ordres, Ge is %  %  na l tir bodgel i ailla gourdes Patron \ :i-1x iusuiii va •' S I '% libre du souci des cb li leetas, Avocats. I ignie Dignitaires de l'Etat,Heprse uaTistes. -naled'il ii e icit d'i ider, une :h oce do h i u e. Ouvriers, Milans, %  i de ( doraosti i ) sans : r goud 's, m Tierce,', h 'lid'Iu lu i rez p r l'acn tl ; i i bil e, q< i mus irs, Su ^ us, Dput i, i 1-; liants de lintellectualit, Jour Donnez l'es • n r'.e le vo 1 ociale. Rentiers, capii i i I [mentez ivoir. Vous tous qui il ;•)!"• Fiait!, rend z-lui nervi aut ta billet del LOER112 NATIONALE D'HATI. SONGEZ Familles QUE L'INSTITUT IPPEitHJOEil EST L'TABLISSEMENT .QU'IL VOUS FAUT. Tant par ses*, excellentes M ttho les !• eiflnement c , % | b i niable di ci )line,s n % % % %  proch 't>le pension se )i iir que pai je iho ! s mo IIns poui I de de la Stno Dacty o.de i i Comptabilit et des langues vivant s G359 Rue amarre. Tel 2891 Lykes Brothers SS C Inc Texas --Hait ianto uatnlnjoRie. Porto Le seul service passagers et f/rt entre les ports du rexas directement av< Port-au-Prince, Haiti. Four la rception ra| le raani ibile Importations, servi vous ta s navires le • LVKI UNE. Les prochaines arrives n Port-au-Prince sont* Steamer i Rnlh I 15 lvrier 11 Steamer iGrne^ i 19 f^ riei \\ Steatrer Mmria ; 26 lvrier IV) Steamer a M Lykes i 4 mars 11)32 hureau: Rue du Magasin del'&tai, Boite Postale B A louer Vne maison ayant tout h CO lort moderne, au Bois V na, lu Lavaud. S'adresser : M Pr nck M. 1AETJENS Magasin Ch Gaetjens Rue du Magasin de i Eh t. 666 LIQUIDE ou en TABLETTES S tulag • les maux 'le; tte ou la n< ; Lie en 30 minutes, M il ii,! Froid le premiei [oui el i.. malai ia en trois jours (J(iG sauve le bvb du froid. -ir •• . *. IHUUD1 paitsde New Orlans et Mobile pour Port an Prince Santo Domingo et Maca bo -Ports Sud Hatiens Ports Dpi ri i D< ; ob %  D, art. c Janvi New Orlans, La lei dc. 29 dcembre Mobile, Ala 3 d i re 31 dcembre Portau Prince (arriv) 10 dc. 7 Petit" Goave( arriv ) 12 dc. Aux Caves ( arriv ) 1. Jacroel ( ai riv ) 14 tl Santo DgO City lc San Pedro de M. Mactraibo Ven. y n 13 janvu r lanvier ier lanvier 1/ tic. 14"janvier 20 dc. )7 janvier 26 |;'•. %  u i 28 jai i ier •1 f 6 lvrier ' lyrier 10 11 lvrier 14 lvrier Dparts Fvrier 23 fvrier 1932 2."> fvrier 1932 >3 mars mars ."• ma s 7 mars ( .) >n bis 10 mars 13 mars 1932 1932J I 1932] 1934 1932 Dparts de New Oi i i et Mobile pour Porl au PrinceSanto Domingo et SiPorts D >a smbre Di p;' er New Orlans, Li. lp rt lu obre 1931 Mobile Ala. La Port au Prince, ( ai ivi t) ) dc mlue, Cap Hatien { an • • e ) ; d< ce i Puerto Plata t arri 'e ) re : 0 H. i( ml : '•i 'ort-au Prince, le 27 novi n b e 1931[Ponr te us l.s aul t seigne neo s'a Iress Si (essieu A. DE MATTEIS & CO, Agents li I orls du Nord Hatiens Saa Pedro de fi i Santo I) imingo \\ i)., Macaral o, \ • 0. 12 i i M jairi 21 i janvier v i er 'b' jai % %  27 i J30 jan i Dparts Fvrier t. vrier 1932 11 fvrier 1932 18 lvrier 1932 20 lvrier 1932? 21 : : r 1932 £3 lvrier 1992 24 fvrier 1932 27 fvrier 1932J rs x. V ,^[ *• Gin-laldy Aux HyppkoIBti m ara l'Huile de Foie de Morue Agrablt au |cfll ot fCtkmtni digetttbla elU / tt complot rparateur de la Nutrition pti txullenai Laboratoires REGAGN0N 6 O* Agent Gnral pour T Exporta** : Ch. MAGNANT CE SOIR A htart, poi i remp'acer I maUr^e du Dimanche grss i c h m f nckBleu r : Morgane la Sirne Av c C air de Lorez tobal es' atle dn P rt-nu Prince,ve nant de New Y %  > k, le dimanichc 7 lvrier 1932. avec : I 151 [ers, 108 s. es de correspondance et partira dans l'aprs-midi du mme jour directement pour Cristohal, Canal Zone,prenant trt, malle et passagers :et sera de etonr ici 1? jeudi 18 lvrier i en route directement pour! retourner J New-York. | l'oit au Pi in e, le 3 lvrier 1932 Jas 11 C. VAN REED ^eul-gnerai j LE LAIT DAN01 ESBFNSE S'EST ACQUIS. El TRSI Ml TEIPS. L* FAVEUR DE L M ION DTHA1TI. GRUE PW ET Si RICHESSE EN CRUE. De tout Umrs le lait aalurel est rfeoaaaiasf intenta, a ni malades et aux nourrices, tant f*r ••' un alimeut complet. Hais e* germes redoutable w ladies le rencont'enl pari is dan? le lait achet dea %  ii.uui< > ambnlauWs, p: r suite d'addition trauduleuse olhne. in (vie tout danger de contamination en "* liras) d'une n t e de tait concert, de tout rapoe, sacre pat le fi ups. LLJ IHODU1TS Esni-N^EM Lait eoadens Lait opor Lait en p.udre nus donnent le maximum de garaatie. Exiges l'he]' i c< ntie. BIRE NATIONAL' de la Brasserie Nations Se vend partout OrO .'] le verre malgr sa oauli suprieure.



PAGE 1

ISSUES MTIONS MANQUANTES



PAGE 1

Clment Magloire ".DiREClEUll ~i3o8. RUE AMERICAiiSh 1958 TELEPHONE ,N 2242 lu iliyiaile toiisistf dan a uriiser. i
aillou> loic biea I < n r. >w,la le ^riacipe de la aitj raie. PASCAL 25 wt ANNEE rPO TU-PRINCE( HATI S\Mlil)I 6FEVRIER lOfc. Hati et son gouvernement I Compagnie Nationale des Chemins t'e Fer d'Hati — OC" IV Nous devons ajoutera notre relev que, sous le rgime provisoire du Conseil d'Etat — 1916-1917, et 19181930,— les Conseillers d'Etat reurent, comme traitement, 150 dollars par mois, auxquels s'ajoutrent, partir de 1923, 100 dollars de Irais. Et aussi que, an dehors de leur traitement constitutionnel et depuis la prsidence d'Hyppoiite, une pratique abusive faisait payer aux dputs le montant de deux mensualits sous la rubrique euphmique de mois supplmentaires. Jusqu'en 1867, nous l'avons vu, les membres de notre gouvernement tou* chaient un traitement constitutionnel fix en gourdes. C'tait tout ce qu'il y ava t de plus logique, puisque telle tait, ds 1 origine, notre unit nationale, et notre rgime montaire tait bas sur la gourde et ses sous-multiples : le gourdin, l'escalin, etc. Mais, avant mme cette anne-l, la leon du papiei monnaie, avec ses inflations invitables et son cours forc,— forcment,— avait coin menc porter ses fruits, et comme plusieurs monnaies trangres partageaient avec notre unit nationale la circulation du march intrieur,— notamment, le doublon d'Espagne, la piastre mexicaine, le dollar argent des Etats-Unis et le shelling anglais et allemand,— un change dfavorable la gourde ne tarda pas s'tablir et on ne fui pas long s'apercevoir de son infriorit par rapport aux devises trangres. Dans tout pays o l'amour propre national passe avant l'intrt particulier, on aurai eu souci, dans une telle conjoncture, de maintenir sa valeur la monnaie nationale \ conformment son statu I lgal soit en rgularisant les conditions du march, soit en rglementant nos missions fiduciaires, soit enfin en tablissant un systme convenable pour les changes commerciaux,— marchandises trangres contre la devise nationale. La situation conomique moderne de la plupart des Etats, caractrise par les formidables dplacements de valeurs qui ont suivi la guerre mondiale, et les diffrents redressements qui ont t oprs, montrent, entre autres solutions, les diffrentes mesures qui devaient solliciter l'effort de nos gouvernements. Mais nous constatons avec tristesse que l'intrt particulier des gouvernants 1 emporta sur celui de notre situation montaire et, pour mettre leurs revenus personnels l'abri des fluctuations dont la gourde nationale tait la victime, ils dcidrent, a partir de 1807, que ces revenus devaient leur tre dsormais pavs en piastre* fortes. Nos conomistes ont, dans le pass, beaucoup discut sur le sens propre de cette expression devant la tendance intermittente, a partir d'un certain moment, de nos gouvernants se faire payer, au moyen de ce terme, < n (loi tar des Etats-Unis, et cJle de l'opinion protester contre une disposition si goste de la Constitution. Nous ne voulons en ce moment prendre aucune part rtrospective dans cette discussion. A la vrit, l'poque o celte disposition constitutionnelle a t vote, les devises trangres les plus courues en Hati taient le dollar argent amricain et la piastre mexicaine, et elles faisaient entre elles le pair. La frappe d'argent ralise par Salomon en 1S81 mit en circulation une gourde mtallique d'argent qui, grce son titre lev, partagea le pair avec ces deux monnaies jusqu'au moment o, en vertu de la rgle implaecable que la mauvaise monnaie chasse la bonne, le cours forc du papier-monnaie entrana vers l'exportation toutes ces monnaies mtalliques. Grce cette assimilation de la gourde hatienne avec les deux autres monnaies concurrentes, une certaine cole d'conomistes a pu prtendre que l'expression piastres fortes dsignait de faon gnrale la monnaie d'argent ralisant le titre peu prs gal des trois monnaies et l'on se retrancha derrire leur expulsion par le papier monnaie pour faire admettre l'impossibilit de payer le gouvernement en piastres fortes. Et celui-ci dut ainsi, assez longtemps, se contenter des gourdes en papier-monnaie dont il inondait lui-mme le peuple. Faute de grives, n'estce pas, on mange des merles. (A suivre). AVIS la Cnmnagni. N'i'ional* des Chemins de Fer d'il Itl perte la rennaisnnredu pnblic qte son Iran* sera i le dimanche? lvrier rochain. Le T in < ont le tr jet |ourna'ier de SU Vli-r P rtan-Prio etour partira de M Marc t ou 5 i" heiresa. era Port-ao-Prince 3 heures p. m. Exceptionnellement, p id ut les troisfocrVgra dl n ht, lundi et mardi 11 dpart dPort-au-Prince sel ti heures lu soir. ef*lrain mixte li fret et le passagers reprend le Italie le jeudi 11 'vriei p'ochain, Doart de StM c > V. rrettes,— hindi e! jeudi S h. a. < de Vf r, i, l Marc,— hindi et jeudi h p Dey. rt dt Si Vfarc pu Port aa-Priuee, mardi et ven're n 7bres 15 a. m. Dpart de Porl -P je peur St-Marc — mercredi et samedi midi. Pour to es n e'gnemeiits, s'adre^ei t G • dI Comn '• • du Q'iai on !• Direction, Poi m v i L ivriri 1H32. N§ue reproduisons pour nus lecteurs, d cause de son acl uilirlc suivant d'un h los et les mdecins parlent 4jltt amputer. Faut-il que les f oient cruels 1 Le membre le us prcieux de ce merveilleux homme est celui-l qui est attaque MaJJJ qui porte la main tenant la.bagutt e du chef d'orchestre I Toscan.ni ne t lvera plus. A sa place, peut-^f • un muscle artificiel.Les destins sontRapides. Il faudrait les ha.r qui nous rservent de pareils coups. CsMHa aura contrist les cœurs dan es ans mondes. Et ceci, cesl le triompha de l'art humain contre 'es jeux mauvais. Le grand artiste aura a consolation de la sympathie un verSelle. Ici. c'est le plus %  nuaU* Emile Sepe, qui s'est charg de lui manifester nos sentiments par I en voi de notre super RHUM jABTini CACHET DOB, seul prsent an de ce grand gnie. A vendre Un Billard en bon ialS'adresser : HOTEL SEA VIEW 1 JULIO J. P. Directeur ile L'Action latin naf a appel au Parquet Notre confrre Mr Julio -J. Pierre Audain a t appel hier aprs-midi au Parquet par mandat du Commissaire du GouTernement.Nous croyons savoir qua la lettre parue hier dans son journal sous la signature de Malherbe Armand a t la raison du mandat dcern contre notre confrre. AVIS PROFESSIONNEL —oo — MrUoberto Russo, ing\ nieur-plojibetir, arriv des Etats-Unis, ofire ses senrices toutes ^ort-s ft Iravaux d'installation de sa les .le bain, de W. ., etc. S'adresser fMnw rs de l'fcfM d Sdcrr Tlphone : Hf* Tant que les armes chinoises se battaient entre elles, il tait hasardeux de se faire un. 1 ide de leur valeur combative.C jugement est devenu hea l oup plus facile formuler depu que leurs baudea se sont rencontres en Maudchourie avec U troupes rgulires japonais Bien que luttant parfois un contre dix, les valeurs ..\ soldata nippons ont pai toul battu plate coutur leurs adveri re : ils se sont toujour liras leur honneur des situations qui semblaient les plus dsespres. Cette crasante victoire du David japonais sur le Goliath ch Dois donne une assez pitre opinion des vertus militaires des Clestes. La Chine, dclare M. OTS" lacque, ne possde ni unit gographique, ni unit etnni e,n unit historique, ni unit olitique, ni unit sociale ; elK na jamais l un Etat cohrent, ni constitu UWL' nation. L'arnsu e chinoise est la propre image du rgime de la Rpublique des Clestes ei le chaos de l'une rappelle l'anarchie de I autre. Dans ceiie caricature de Rpublique, il est indiqu de renveraer las termes de la formule : a cdant arma togsa . Lea .011verneura civils sont devenus de simples fonctionnaires au aer\ icc de chefa militaires qui exercent un pouvoir aussi iyraunique qu'absolu. Ce satrapes, en gnrai bien arms, louent itur epe au plus offrant ; ils interviennent pour ou contre le pouvoir central ; s'allient entre eux. se brouillent el se rconcilient ; tout propos, imitent le geste des taxons en changeant leur fusil jd'paule. Pour discerner les mobiles de la conduits paradoxale des Toukiuns, il ne faut jamais perdre de vue que dans l'Empire du Milieu la guerre est avant tout une entreprisa commerciale ; la cavalerie de SainlGeorgee est souvent l'argunienl suprme des batailles t binoises. En raison d ces trahisons innombrables el des perptuelles intriguas politiques, il n arrive jamais'rien de dcisil di a l'Empire du Milieu ; a moins qu'une puissance trangre s'en mle, car alors la partie |n'eal plus gale. Cependant f si l'on veut pertei un jugement circonstanci sur les nombreux dfauts et les quelques qualits d s> troupes 1 noises, d imp .1 1 de passer pidemenl en r \ e les principaux lments qui toul la d'une arme : le soldai, le 11 a: triel, les difierentes armes, le I commandement, la stralg I la tactique, iioi nons-nous au. jourd'hui prsenter le so chinois el >x : niner le m 1 riel donl il d --pose. Ds le XIHe sicle, 1 1 voya jeur Ma co Pol 1 \ a marqu le pe h sli pour le mtier tics. En Chine, rservoir h 1 inpuisable, on peut allr n 1 plus que paiioui ailleurs : 1 Pus l'argent pas de Suisse . du Ciel n'ont pa 1 1". r. cl s'il • S 1 eul 1 r n'est certainement p a s pa r amour du mtier ou de la ;loire. Ces mercenaires, 1 e dans la lie de la socil .forment une soldatesque san idal sans discipline, qui n'obil l'appt du gain : d s que la I de e lait trop attendre, e grandes compag lies uupo%  d? meurt lu l'a 1 , | I de l'autre cade, ou s? dbandent, pour e nvrer au pdla 0 e et au bandi s.11?. La prsence de ces hordes. (pu vivant presque uniquement sur le pays, esl une 1 alam t pour 1rs paisibles han uuts nanties de brigands, omp 1 es le soldats licencis el de dserteurs, n'arri i i i pa de 1 iva{er et de mettre les provii 1 ( n coupe rgle . itta[ues a main arme des en les villages, des cou\ oinplem plus d s c 1 en (K composition. Bien qu 1 il pei soit des plus mdioi res, le ioldat chinois n'est pa i compltement dpourvu de quai militaires ; lorsque par ha .1 csi bien command par un chel ayant du prestige, lecomoatlanl fait assez, bonne figure iir le champ de bataille ; du resta le bourreau, armi d'un giantesqua u coupe-c upe , iccompagne les rgiments, .1 pour donner du 1 ueur au entre aux moins bia> l dfaut de qualits tombal iuprieurea, le soldai chinois %  st rustique, sobre el rsistant ; d supporte les brusques variations de temp< rature qui caractrisent le chmal du pays, il ion marcheur, i ndui anl i 1 eiuenl ne et de rii al n boil du th. L'armement des armes iioises n'est gure redouta L'infanterie eat arni de fusils le modles 1res 1 aris el chu rgiment ne dispose que d'un nombre infinie s, au* a un. illerii 1 ampa .., de iiKin portion d aruliariaaat UtMt aioie; Programme du ftes du uarnaval t DELA Le Coi tg -i lo La Police 2o Groupes pli (pus ade patates, de la mo ruai poisson et du rit dor* la pois, Tribunes, tour d< Le I er d'Etal qui %  si ua la Hl lil itum i Iringai 1 et jeune marchal da 8 u vrier — Rue du Q 1 1 e 11 mx.rue r Aubry, rue f'C'ou, rue G D i nue J h 1 Brown, hemin L) il les, rue V i s rue Cap i r bu ies,tou<|de la t'.a uni Mardi U \rier — Rue du Dui ls D 1 1 Piace fini' • ha m eo ges Wa tiington, rue X1 gny, • Grcg me, rue l)i \ lain, rae 1 ibunes Racoaimanrattons sp aies ei mesuros d'or dre Pou u l'ordre pai taii n nt I dfil ou ortge, y liais : 10 Que les dejnoi OC pai 1 |ues insi que di %  • va .' yclis es ou pitoni d'aucun gi oue d y soient mls : 20' >. es v ( hii •, ci v:> s ou 1 itons ci eu contre-sens du fil. L* Police assurera l'ordn 1 le respect, n ne bera do propo i ol n geste indcent ou de o I in l'en "M 1 loi et 1 1 rn s ut lu rculation di s vt i es spectateurs ; 1 iines, u joui delili 1 l< ( ort lig ml a 1 l non. x vi h cules, 0 cup •>. ectati '.is d ;uii ou .. dlires :i %  ne disI I ... I .,, i el la I S. I n que d une faon ex. Pi ir se procurei ; bel111 ta onl deux ressoui ii> bande et l'industrie national Les u Iran res, i 1 exception de la Russie el de ign, s'taienl . ne 1 1 tporter U arni ,., 1 Chine, I as empi h plusn de r.,\ itailli r lea armes ( lu noises. D'aill !ur8 1 nid i nationale du mal 1 iel de gui n vetrs pru d ..,, 01 1 bii .i 1 1 abre de dix-bcpt-. L'ar1] de Moukden, en partien, esl dirig par de Japon It-il, 1rs canons en lans • la grande 1 %  j arn 1 \. tue pour pique-mqje r.oiiirne, ai it bien toit les 1 hoset. Jeunes et vieilles mangrent du me Heur aj plit, e 1 comnM un moucho r peut et iol sef* vir A tout, ck'icun tira le siea Doni y si ra \ les doigts, La jeun sportsiuin niq 1 rih>n| neur, 1 II il la bire chez Plera, et l'on s'embarqua dans u:ie rd, en ruminant Isa 1 rojel que la prsence desdmi* gnestaroachea ''i eraalleoenl contra; ier. Gare aux artes la poisson, ni sdemoi elles. ... a vu l'auti soir t • < i s eon plea da a rai 1 1 are socit eulacs M quelquea pas 'es uni autour de la vasq ie du Champ de Mars, NOTRI (mis cru d ur que l'ui ds fiingan's < avaliam avui'. d %  pass lea limites extrmes da il > le nlus 0 et comme les Japonais en Mandchowle, oprait avec un doigt hardi, une vigoureuse pntration en zone dtendue ..Il n'y a pas dire... on .s') m use bien le soir Portau-l'rincel • ... voit que de>. ra tre rompu ie march aux termes duquel an {eu ie diplomate en instance ropi >' la maison da vieux l)up... dan ; le quartier de 'Ho, itl I, t n :.'• o:t ver lio i viagi e. Le |eu• dipl stion, barbue un roi de carreau, 'ait mal pria 1 ni sures, en nant qu i les jours da x Dup... taient compts.Ce ei prend de l'ge, il est mais 1 K prend aussi des ce. A joard'hui il se porte me n 1 • u irme, el il est vi1 orra ( impoi lanles av nces, 'ju'il part bientt pour poi le l'trao ; r ^ven 1 on le iiiad, un bien de telle, us ce n'est p 1 i l'avii du malin Uup... • ... voit que la Coule d'Or •l'Alix Roy e I le rhum des d 1 moniea. C'est la m d s promotions, ctlui qui i.t b • G narres i l'installation du Major Lato tant. Installation de M r Lescot — o r lie Le si ot a i e, n ai lelle, i

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06929
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, February 06, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06929

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
".DiREClEUll '
~i3o8. RUE AMERICAiiSh 1958
TELEPHONE ,N 2242
lu iliyiaile toiisistf dan
a uriiser. iaillou> loic biea
I < n r. >w,la le ^riacipe de la aitj
raie.
PASCAL
25 wt ANNEE r-
PO T- u-prince( Hati
S\Mlil)I 6FEVRIER lOfc.

Hati et son gouvernementI Compagnie Nationale des
Chemins t'e Fer d'Hati
OC"
IV
Nous devons ajoutera no-
tre relev que, sous le rgi-
me provisoire du Conseil
d'Etat 1916-1917, et 1918-
1930, les Conseillers d'Etat
reurent, comme traitement,
150 dollars par mois, aux-
quels s'ajoutrent, partir de
1923, 100 dollars de Irais. Et
aussi que, an dehors de leur
traitement constitutionnel et
depuis la prsidence d'Hyp-
poiite, une pratique abusive
faisait payer aux dputs le
montant de deux mensualits
sous la rubrique euphmique
de mois supplmentaires.
Jusqu'en 1867, nous l'a-
vons vu, les membres de
notre gouvernement tou*
chaient un traitement consti-
tutionnel fix en gourdes.
C'tait tout ce qu'il y ava t
de plus logique, puisque telle
tait, ds 1 origine, notre uni-
t nationale, et notre rgime
montaire tait bas sur la
gourde et ses sous-multiples :
le gourdin, l'escalin, etc.
Mais, avant mme cette an-
ne-l, la leon du papiei
monnaie, avec ses inflations
invitables et son cours for-
c, forcment, avait coin
menc porter ses fruits, et
comme plusieurs monnaies
trangres partageaient avec
notre unit nationale la circu-
lation du march intrieur,
notamment, le doublon d'Es-
pagne, la piastre mexicaine, le
dollar argent des Etats-Unis
et le shelling anglais et alle-
mand, un change dfavo-
rable la gourde ne tarda
pas s'tablir et on ne fui
pas long s'apercevoir de son
infriorit par rapport aux
devises trangres.
Dans tout pays o l'amour
propre national passe avant
l'intrt particulier, on aurai
eu souci, dans une telle con-
joncture, de maintenir sa va-
leur la monnaie nationale \
conformment son statuI
lgal soit en rgularisant les
conditions du march, soit
en rglementant nos mis-
sions fiduciaires, soit enfin
en tablissant un systme
convenable pour les changes
commerciaux, marchandi-
ses trangres contre la de-
vise nationale. La situation
conomique moderne de la
plupart des Etats, caractrise
par les formidables dplace-
ments de valeurs qui ont sui-
vi la guerre mondiale, et les
diffrents redressements qui
ont t oprs, montrent, en-
tre autres solutions, les dif-
frentes mesures qui devaient
solliciter l'effort de nos gou-
vernements.
Mais nous constatons avec
tristesse que l'intrt particu-
lier des gouvernants 1 empor-
ta sur celui de notre situa-
tion montaire et, pour met-
tre leurs revenus personnels
l'abri des fluctuations dont
la gourde nationale tait la
victime, ils dcidrent, a par-
tir de 1807, que ces revenus
devaient leur tre dsormais
pavs en piastre* fortes.
Nos conomistes ont, dans
le pass, beaucoup discut
sur le sens propre de cette
expression devant la tendan-
ce intermittente, a partir d'un
certain moment, de nos gou-
vernants se faire payer, au
moyen de ce terme, < n (loi
tar des Etats-Unis, et cJle
de l'opinion protester con-
tre une disposition si goste
de la Constitution. Nous ne
voulons en ce moment pren-
dre aucune part rtrospective
dans cette discussion.
A la vrit, l'poque o
celte disposition constitution-
nelle a t vote, les devises
trangres les plus courues
en Hati taient le dollar ar-
gent amricain et la piastre
mexicaine, et elles faisaient
entre elles le pair. La frappe
d'argent ralise par Salomon
en 1S81 mit en circulation
une gourde mtallique d'ar-
gent qui, grce son titre
lev, partagea le pair avec
ces deux monnaies jus-
qu'au moment o, en vertu
de la rgle implaecable que
la mauvaise monnaie chasse
la bonne, le cours forc du
papier-monnaie entrana vers
l'exportation toutes ces mon-
naies mtalliques.
Grce cette assimilation
de la gourde hatienne avec
les deux autres monnaies
concurrentes, une certaine
cole d'conomistes a pu pr-
tendre que l'expression pias-
tres fortes dsignait de faon
gnrale la monnaie d'argent
ralisant le titre peu prs
gal des trois monnaies et
l'on se retrancha derrire
leur expulsion par le papier
monnaie pour faire admettre
l'impossibilit de payer le
gouvernement en piastres for-
tes. Et celui-ci dut ainsi, assez
longtemps, se contenter des
gourdes en papier-monnaie
dont il inondait lui-mme le
peuple. Faute de grives, n'est-
ce pas, on mange des merles.
(A suivre).
AVIS
la Cnmnagni. N'i'ional* des Chemins de Fer d'il Itl
perte la rennaisnnredu pnblic qte son Iran* sera i
le dimanche? lvrier rochain.
Le T in < ont le tr jet |ourna'ier de SU
Vli-r P rtan-Prio etour partira de M Marc t
ou 5 i" heiresa. era Port-ao-Prince 3 heures
p. m.
Exceptionnellement, p id ut les troisfocrVgra dl n
ht, lundi et mardi 11 dpart d- Port-au-Prince sel
ti heures lu soir.
' ef*lrain mixte li fret et le passagers reprend le
Italie le jeudi 11 'vriei p'ochain,
Doart de StM c > V. rrettes, hindi e! jeudi S h. a.
< de Vf r, i, l Marc, hindi et jeudi h p
Dey. rt dt Si Vfarc pu Port aa-Priuee, mardi et ven're n
7bres 15 a. m.
Dpart de Porl -P je peur St-Marc mercredi et
samedi midi.
Pour to es n e'gnemeiits, s'adre^ei t G d-
I Comn ' du Q'iai on ! Direction,
Poi m v i L ivriri 1H32.
Nue reproduisons pour nus lecteurs, d cause de son acl
uilirlc suivant d'un h renseignements sur l organisation de :
L'ARME CHINOISE
o------

Propos i
humides
Un grand malheur est advean
Toscanini.son bras droit ses ank>-
los et les mdecins parlent 4jltt
amputer. Faut-il que les f
oient cruels 1 Le membre le us
prcieux de ce merveilleux homme
est celui-l qui est attaque MaJJJ
qui porte la main tenant la.bagutt e
du chef d'orchestre I Toscan.ni ne t
lvera plus. A sa place, peut-^f un
muscle artificiel.Les destins sontRa-
pides. Il faudrait les ha.r qui nous
rservent de pareils coups. CsMHa
aura contrist les curs dan es
ans mondes. Et ceci, cesl le triom-
pha de l'art humain contre 'es jeux
mauvais. Le grand artiste aura a
consolation de la sympathie un ver-
Selle. Ici. c'est le plus nuaU* .
Emile Sepe, qui s'est charg de lui
manifester nos sentiments par I en
voi de notre super RHUM jABTini
CACHET DOB, seul prsent an
de ce grand gnie.
A vendre
Un Billard en bon ial-
S'adresser :
HOTEL SEA VIEW
1 JULIO J. P.
Directeur ile L'Action latin naf a
appel au Parquet
Notre confrre Mr Julio -J.
Pierre Audain a t appel hier
aprs-midi au Parquet par man-
dat du Commissaire du Gou-
Ternement.Nous croyons savoir
qua la lettre parue hier dans
son journal sous la signature de
Malherbe Armand a t la rai-
son du mandat dcern contre
notre confrre.
AVIS PROFESSIONNEL
oo
MrUoberto Russo, ing\
nieur-plojibetir, arriv des
Etats-Unis, ofire ses senrices
toutes ^ort-s ft Ira-
vaux d'installation de sa les
.le bain, de W. ., etc.
S'adresser fMnw
rs de l'fcfM d" Sdcrr*
Tlphone : Hf*
Tant que les armes chinoises
se battaient entre elles, il tait
hasardeux de se faire un.1 ide
de leur valeur combative.C ju-
gement est devenu hea l oup
plus facile formuler depu que
leurs baudea se sont rencon-
tres en Maudchourie avec U
troupes rgulires japonais
Bien que luttant parfois un
contre dix, les valeurs ..\ sol-
data nippons ont pai toul battu
plate coutur leurs adver- i re :
ils se sont toujour liras leur
honneur des situations qui sem-
blaient les plus dsespres.
Cette crasante victoire du Da-
vid japonais sur le Goliath ch -
Dois donne une assez pitre
opinion des vertus militaires
des Clestes.
La Chine, dclare M. OTS"
lacque, ne possde ni unit go-
graphique, ni unit etnni e,n
unit historique, ni unit oli-
tique, ni unit sociale ; elK na
jamais l un Etat cohrent, ni
constitu uwl' nation. L'arnsu e
chinoise est la propre image du
rgime de la Rpublique des
Clestes ei le chaos de l'une
rappelle l'anarchie de I autre.
Dans ceiie caricature de R-
publique, il est indiqu de ren-
veraer las termes de la formule :
a cdant arma togsa . Lea .011-
verneura civils sont devenus de
simples fonctionnaires au aer-
\ icc de chefa militaires qui exer-
cent un pouvoir aussi iyrauni-
que qu'absolu. Ce satrapes, en
gnrai bien arms, louent itur
epe au plus offrant ; ils inter-
viennent pour ou contre le pou-
voir central ; s'allient entre eux.
se brouillent el se rconcilient ;
tout propos, imitent le geste
des taxons en changeant leur
fusil jd'paule.
Pour discerner les mobiles
de la conduits paradoxale des
Toukiuns, il ne faut jamais per-
dre de vue que dans l'Empire
du Milieu la guerre est avant
tout une entreprisa commer-
ciale ; la cavalerie de Sainl-
Georgee est souvent l'argu-
nienl suprme des batailles t bi-
noises.
En raison d ces trahisons
innombrables el des perptuel-
les intriguas politiques, il n ar-
rive jamais'rien de dcisil di a
l'Empire du Milieu ; a moins
qu'une puissance trangre s'en
mle, car alors la partie |n'eal
plus gale.
Cependantf si l'on veut pertei
un jugement circonstanci sur
les nombreux dfauts et les quel-
ques qualits d s> troupes 1
noises, d imp .1 1 de passer
pidemenl en r \ e les princi-
paux lments qui toul la
, d'une arme : le soldai, le 11 a-
: triel, les difierentes armes, le
I commandement, la stralg
I la tactique, iioi nons-nous au.
jourd'hui prsenter le so
chinois el >x : niner le m 1
riel donl il d --pose.
Ds le XIHe sicle, 1 1
voya jeur Ma co Pol 1 \ a
marqu le pe
h sli pour le mtier tics.
En Chine, rservoir h 1
inpuisable, on peut allr n 1
plus que paiioui ailleurs : 1 Pus
l'argent pas de Suisse .
du Ciel n'ont pa 1 1".
r. cl s'il S 1 eul 1 r
n'est certainement p a s pa r
amour du mtier ou de la ;loi-
re. Ces mercenaires, 1 e
dans la lie de la socil .forment
une soldatesque san idal
sans discipline, qui n'obil
l'appt du gain : d s que la I
de e lait trop attendre, e
grandes compag lies uupo-
d? meurt lu l'a 1 , |
I de l'autre
cade, ou s? dbandent, pour e
nvrer au pdla0e et au bandi s-
.11?.
La prsence de ces hordes.
(pu vivant presque uniquement
sur le pays, esl une 1 alam t
pour 1rs paisibles han uuts
nanties de brigands, omp 1 es
le soldats licencis el de d-
serteurs, n'arriiii pa de 1 iva-
{er et de mettre les provii
1 ( n coupe rgle . itta-
[ues a main arme des en
les villages, des cou\
oinplem plus d s c 1
en (K composition.
Bien qu 1 il
pei soit des plus mdioi res, le
ioldat chinois n'est pa i com-
pltement dpourvu de quai
militaires ; lorsque par ha
.1 csi bien command par un
chel ayant du prestige, lecom-
oatlanl fait assez, bonne figure
iir le champ de bataille ; du
resta le bourreau, armi d'un gi-
antesqua u coupe-c upe ,
iccompagne les rgiments,
.1 pour donner du 1 ueur au
. entre aux moins bia> l .
dfaut de qualits tombal
iuprieurea, le soldai chinois
st rustique, sobre el rsistant ;
d supporte les brusques varia-
tions de temp< rature qui carac-
trisent le chmal du pays, il
ion marcheur, i ndui anl i 1
eiuenl
ne et de rii al n boil
du th.
L'armement des armes
iioises n'est gure redouta
L'infanterie eat arni de fusils
le modles 1res 1 aris el chu
rgiment ne dispose que d'un
nombre infinie
s,
au* a
un.
illerii
1 ampa .., .
de iiKin
portion d aruliariaaat UtMt aioie;
Programme du
ftes du uarnaval
t
DELA
Le Coi tg -i
lo La Police 2o Groupes
pli (pus D ychttes, 4o
, 5o L< Bceul
Carn v.
e la
; ;. 9o Autos e
ut es |vhi les contenant
s Masques. lOo La Police
Le 1 11 le par
coui s utvant :
11er Rut
in ij i n des 1 ie a---, ru<
Repu illcaine, rue d s iriser-
1 s. e Couverture, i'i
l .;.,(.'
...avu l'antre minuit un an'
conse er d Etat de la pro
notion Royal un jeune ioot*
balle ; oonnu pour pr nd e le
1 ici- au ( dnia, (\w. n
[nia de f'ugnes pt de
quelques inlaute*, avaint nrii
le square de la PlaM
' Un I, pour manger, en se
s rvanl ; Ir'tireraent de leurs
doig's, une triture achet au
March aux herbes II y avait
le tout.,, des tranches d l>a-
de patates, de la mo
ruai poisson et du rit dor*
la pois, Tribunes, tour d< Le I er d'Etal qui si ua
la Hl lil itum i Iringai 1 et jeune marchal da
. 8 u vrier Rue du
Q 1 1 e 11 mx.rue r Aubry,
rue f'C'ou, rue G D i
nue J h 1 Brown, hemin
L) il les, rue V i s rue Ca-
p i r bu ies,tou<|de la t'.a ,
uni
Mardi U \rier Rue du
Dui ls D 1 1
Piace fini' ha m
eo ges Wa
tiington, rue X1 gny,
Grcg me, rue l)i \ lain, rae
1 ibunes
Racoaimanrattons sp
aies ei mesuros d'or
dre
Pou u l'ordre pai taii
n nt I dfil ou ortge,
. y liais :
10 Que les dejnoi
OC pai
1 |ues insi que di
va .' yclis es ou pitoni
d'aucun gi ou-
e d y soient mls :
20' >. es v ( hii , ci v:>
s ou 1 itons ci
eu contre-sens du
fil.
L* Police assurera l'ordn
1 le respect, n ne bera do
propo i ol n
geste indcent ou de
. o
I in l'en -
"m 1 loi et 1 1 rn s
ut lu
rculation di s vt
i es spectateurs
; 1 iines,
u joui delili 1 l< ( ort
lig
ml a
1 l
non.
. x vi h cules,
0 cup
>. ectati '.is d ;uii ou
.. dlires :i ne dis-
I I
... I
.,, i el la I. S. I n
que d une faon ex-
. Pi ir se procurei
; bel-
111 ta onl deux ressoui
ii> bande et l'industrie
national
Les u Iran res, i
1 exception de la Russie el de
ign, s'taienl
. ne 11 tporter U ar-
ni ,., 1 Chine,
I as empi h plusn
de r.,\ itailli r lea ar-
mes ( lu noises.
D'aill !ur8 1 nid i nationale
du mal 1 iel de gui n ve-
trs pru d
. ..,, 011 bii .i 1 1
.....
abre de dix-bcpt-. L'ar-
1] de Moukden, en partien-
, esl dirig par de Japon
It-il, 1rs canons en
lans
la grande 1
j arn
1 \. tue
. pour pique-mqje r.oiiir-
ne, ai it bien toit les 1 hoset.
Jeunes et vieilles mangrent
du me Heur aj plit, e1 comnM
un moucho r peut et iol sef*
vir A tout, ck'icun tira le siea
Doni y si ra \ les doigts, La
jeun sportsiuin niq1 rih>n|
neur, 1 II il la bire chez Plera,
et l'on s'embarqua dans u:ie
rd, en ruminant Isa
1 rojel que la prsence desdmi*
gnestaroachea ''i eraalleoenl
contra; ier. Gare aux artes la
poisson, ni sdemoi elles.
*
... a vu l'auti soir t < i s eon
plea da a rai 1 1 are socit eu-
lacs m quelquea pas 'es uni
autour de la vasq ie
du Champ de Mars, Notri (mis
cru d ur que l'ui
d- s fiingan's < avaliam avui'. d !
pass lea limites extrmes da
il > le nlus 0 et comme les
Japonais en Mandchowle, op-
rait avec un doigt hardi, une
vigoureuse pntration en zone
dtendue ..Il n'y a pas dire...
on .s') m use bien le soir Port-
au-l'rincel

... voit que de>. ra tre rompu
ie march aux termes duquel
an {eu ie diplomate en instance
ropi >' la maison da
vieux l)up... dan ; le quartier de
'Ho, itl I, t n :.' o:t ver
lio i viagi e. Le |eu-
dipl stion, bar-
bue un roi de carreau,
'ait mal pria 1 ni sures, en
nant qu i les jours da
x Dup... taient compts.Ce
ei prend de l'ge, il est
mais 1 k prend aussi des
ce. A joard'hui il se porte
me n 1 u irme, el il est vi-
1 orra ( lire. L'homme au systaie
ax, luxuriant, trouve dans
condi mus qu'il y 3 mal-
donne. ,| voudrait d'autanl plus
0 ,r le contrat et se voir
,> impoi lanles a-
v nces, 'ju'il part bientt pour
poi le l'trao ; r. ^ven 1
on le iiiad, un bien de te-
lle, us ce n'est p 1 i
l'avii du malin Uup...
*
... voit que la Coule d'Or
l'Alix Roy e I le rhum des
d 1 moniea. C'est la
m d s promotions, ctlui qui
i.t b G narres i l'installa-
tion du Major Lato tant.
Installation de
Mr Lescot
o
r lie Le si ot a i e,
n ai lelle, i d c me Commis-
lent 11 us
Ti il de Cassation de
1 Rpublique. U n 0 u -
assistait t
dont nous pu-
qs lundi le compte
rendu.
sont
1


... 1
tupes japo-
Lieutenant-colonel Cj.Bksnai


Y
g n
WJVfcWCfc*,

*;


"If
l
//?




V
'
4i
/
Nouveau %


les annales des progrs humains...
BAL TRAVESTI
A L'HOTEL BELLEVOE
o
Qu'on n'oublie pas que cVsl
apr< i demain, dimanche, le
[Grand Bal travesti, gu'ol
! dans sis salons, au Champ de
' Mars, l'Htel Bellevue.
La tte sera des plus russies,
en juger seulemenl par les
prparatifs qui se font au ma-
gnifique htel du Champ de
Mare.
Orchestre de tout premier or-
dre. Bar bien pourra.
De l'entrain, de la gaiet. Ar-
lequins, pierrots et pierrettes,
Motel Bellevue, dimanche soir

EcstBlt
-,s *
FhtapcUs
Ulcre*
Dpurez votre Sang
par 1*
CUROMAL
nouvem ravoir
t1 la r ouvjkle lame
/.es nouv
/*rs lam
Giltell
vent d
les n
dedeua,
Gillette
ue rasoir Gillette tait un instrument ma-
gnifique.Le nouveau Gillette est cependant sup-
liciir.
1 tard 20 ans pour apporter les perlectioni
l'ch iui lait du nouveau rasoir Gillette le
qui, premire vue,
couiino-
r.
us coups
i! .m les extrmits
m la laisan'
I e ei iir
i-er-
Vulir sang eit impur. Il charrie des icorlat,
detfi"-ines. dont tl n'a pu se (leban-aner.et
ce in.i'iiretto se traduisent en irritations fxte
.-n bobos, si d>-saRreabjPs, si (loulou.
peux uvent : clous, furoncles, boutons aui
,i..i:..' .-aisons insupporubles.ee sont O0>
les ulcres, les tumeurs et les Mlirmes qui
lirVle 'ment sur un organisme empoison:: par
un sa'iw- vici. On \ie
guri1 lapideroent par une cure au CuromaJ.
C'est U mdication la plus simple, la plu,
,, .,.,. ila plus scientifique, iui utilise 1*
rtus de plus de 23 plantes connues de nos
n'rw et des mdecins do 1 antiquit, mais dont
Mon'i''-'f Oiraud. pharmacien a, pnr des pro
cdes ..odernes runi les sucs dans une for-
i iule qui lui a cot des annes d experien -e,
il de irara. Le succs a couronne ses eftori,
et le Curomal gurit les maladies de la peiu.
eczemis, dartres, psoriasis, dmangeaison,
roueo'irs, furoncles, boutons, clceres, dou.
leurs du ventre, f.ge critiqu. V
U i-.il'cipent coiojtmnt fln;oii CUROMAL
rec boit pilule g.tuita t brochure pllcau,
, honni- pli.rniucin. prtparf jar 1,
t. [tne Doltt LYS-OUIXINS (hr.ncc-1 "
[Mat I l'ortau MM ' Pharmacie BL'CH. -
U.S.S.H.
u
- i ; a se t- I

i la I
I orte 'i iccursale.
Ii <
les -
jourd'hui
Paqtii
O LA US
80 c.t Or
de 5 LAME
40 et s

t Les coi
du / -
i m
'2. L. i
la Inrn
COU
.'i. iWj / -
.sci m
nlus for; o
I u: be :
4 ha g
Derme* l dt
nous ru
. Les- exl remit* s
quarrh e / lan e
verni"!!::.! de la ma-
nier plus facih n t\ !
et avec s< m le.
Au Mexique
ON ARGHEVQUE RECOMMANDE
Lt BOYCOTTACE DES COLES
DU GOUVERNEMENT ...... ,
Les Prsidents des Glubi
Mexico, ol JanvierDans! suivants: Violette, Melbourne,
jne lettre pastorale adresse St-Georges, Jeuuesse, Ecole
a tous les chefs de familles Militaire, Racing, sont ton-
de sou diocse, l'archevque voqus au Parc Leconle, le
'ascuai Diaz recommande le samedi 6 lvrier courant, ai
boycottage de toutes les cotes heures de l'aprs-midi, pour
secondaires du gouvernement- ctmiiHinication importante.
L'archevque dclare que la Port-au-Prince, le 5 lvrier
jeunesse mexicaine doit rece.-1932.
voir une instruction morale Le Secrtaire-Gnral;
chitienue. Marc BONGY
Gillette Safety Razor Co.
Disti urs: J. D. MAXWELL & C.
Hati.
I
Au Club-U-

Les bals trave stis
tants et BQSsi
personnes qui a
demain dimanch
demain lundi
promettent d'tre
succs.Le soin m
porte le Comil
les orgauiser en t
indice. Au tllrpli
le sa voir-la il c d
leurs des lles
marques toujoi
yot, de distinct i.
gance.
Le plus sgr<
plus harmo
se fera entend'i.
grands iront do mi
train... Le bar le D
vu, le plus vari. I
cadre le pins appio
le plus belle l'e de !
hr ailleurs, de \ i
dispositions sont i i
mainlenir le en: 11
fetes du Clul). 11
ttti. nt lclamcr, di
d'I ni, les cartc^ ,
v t.nits et pour U i
1 rcs qui les acte i.
es cartes sont p i
Le personnes qui i
pm munies ne sir. i |
tut .
(iomme Doovei ul, i i
i n lamera roi 11 i.
Cal. aval des goi Bes le pe
j. on et la pt
I .i leurs {(
nit iteiont d'tre
Arrt
STN10 VINCENT
de la Rip
.") de 1
li n ;
I
3
s chme-
li 9 fvrier en
i paitir de midi.
Art 2 prsent arrt
et exrut la
Sectaires d E
. \ r et de I'Ins-
\ -ne.
o Palais National,
! .". Il ( I
de m i
m. HAMPYjJ
i ( Seci d'Etat de l'ins
tructioD i jue.
A. ETIENNE
:
l
[.ES manches propagent la dtartbe la-
^"^ linlilf, cause de mort d'un grand
il i-e d'entants dcds avant l'ge de
cinq ans. Elles propagent la livre typho-
de, qui tne des milliers de personnes cha-
qne anne; tes germes du croup, de la
scarlatine et m u de la tuberculose pou-
vant tre vhiculs par ia mouche semeuse
de mort. Elle vit dans l'ordure et de l
?ole directement a vos aliments. Protgez
votre (! neure et votre personne. Vju >r -
s /. du Flit.
i'nt lue us m tuches, moustiques,puces,
Fourmis, mites, punaises, cafards et leurs
ufs. Mortel pour les insectes mais
fensif pour l'homme. Emploi facile. Ne
lai pas, \',' confondez pas Plil avec
d lires insecticides. Exigez le soldat sur
ai ' nine bande Doil .
VaDorisez
.i
boi

YV.
io VINCENT
Prsident,
! ait d'ICtat de
In
: ervt
lement
* rrt
fi
. l'eau
t Inhal
'. \ ivement
AL**
VAPORUB
%. :.r tout Refroidissement
FLIT
| Pour votre garantie, Flit n'est vendu qu'en bidons scells.
o
n.
i
; !i s



$
-s-tf
&-rr z***>f.
.

.

fti
-\e


i
ta
%*&
b\3
Toutes les
DE *A
-M>
! ices
S
>

comprennen! la Protection contre la g
Foudre sans auameatation de tauxl
\T\
"'.'i!r''

le Boss >
Aqents Gnraux
1
m
<
wmmwmti......m&e&u:; sm3Lm.ss^


! F. M ATP
8 17 vr ?
iiiiiini Barbaueo^r
llfcMMI1 sI 11

1
! i la rei remire place
De
Dpit : l'.ue Csar.
EIMIMMM llll I
j ES CHGOUrto DU CMItf
HATIEN DE L'ALLIANCE
FRANAISE.
Les concours de cet*e So-
cit pour l'anne PJ32 sont
de deux sortes :
loUn Concours de"Com
position Franaise" et la Un
Concours de t Diction Fran-
aise.
Les sujets du Concourt de
Composition franaise sodI ;
lo Parlez-nous de l'on
des crivains hatiens, votre
choix*
Faites-nous connatre l'es-
sentiel de sa vie et de ses
uvres.
2oDonnez-nous une nou
velle de caractre local (vers
ou prose).
Au choix des con urrei's
l,e travail de chaque cou.
carrent sera re nis con're re
ti au Prsiden' del socit
le 30 juillet prochaineu pins
tard, .sons ui.e euveloppe ca-
ihetee avjc un No ou une
devise.
Dans une autre eme'oppc,
galement cachete, se liou- j
veront les nom et prnom de
l'auteur. Ce dernier p'i ne
sera ouvert ^vjnVprs le < las-
S' ment des copies par le ju').
2a Le concours de di -
lion h ai ise consiste dans
li! ri ii.)M'>. : lo don m or ci
(prosi )'- rt'nn nnjiceauvers)
j.ot r ique coucurn nt ei
Bo daos la !w lure d'un ni r
eau.ve rs on prose. Les trois
textes soni bisss au chois
de chaque co ri en'.
Les deux morceaux de rci-
talion peuvent tre du genre
dramatique ou du gen c co
nique. Chacun des deux mor-
ceaux s^ra d'Une tendu,
d'une page en vin
li y aura Iroia grouj es : lo
coucou! s entre adulu -. 2 )
co cours en lie- j- une fille -
Su concours entre jeunes gar-
ons.
Les inseriD'Ions en vue de
fc Concours seront reues au
Secrtariat de 1rs Soci du
1er mai au 15 juin prochain.
Le Concours de diction
franaise aura lien ic samedi
a juin, ds 8 heures, en no-
tre liul ; Frai ce U. ii.
Cm juiy pour c hacuti des
deux concours btiu torinA pai
le bureau de i'A li nc< ?
(aise.
Aprs c''ure de leur-, dli-
brations, chacun des deux
jurys remettra au i rsident

Remerciements yje sportive
Mr Brnst Lon et ses en-
fants, le Gnral Bra l'h zao
et madame. str. Thzan
Mr et Mm Roger Scott et
leurs enan *t Mr et Mme u-
gusteGaroote et leurs enfants
Mr et Mme Ernest L.m e'
leurs entants, Mme Lon Des-
marais, les i.-millcs Lon
Thzan, Brtae, Avignon, ei
tout les autres parents, re-
mercient sincrement i- Pr-
cleige tions les amis de touilla, al d .J reposer *0t des
1 ort au Prince et de la Pro- langues de la jeun e,
vince qui leur ont tm Parc Lecontd. Aujo r-
ii.H aui oni lu
h i ipjoi ,;,
te Eali : i i
I
De m au la Pu e-L I r-
BM 9SS pu: e . h
i ouve ont dans les i
Port-au-Prince d'auti eou-
i usai d ati ctioas,
iix iportsmtn qai idoi
1 I) i*s Carnavalet |ui s no
d
de la sympathie l'occasion
de la mort de leur regrette :
.hune Jeanne Frdriqae Lon
ne Thzan
leur pouse, mre, fille, sur,
nice, belle fille, belle-s
cousine et alite, et lo; pri il
de croire
Inde.
euf vive grali
Aux Trois
Quartiers
1 Dgle avenue King et
rue Ducoste.
Annonce . son aimab e
Clientle qu'il vient de reee
voir -if !>es joli chapeaux de
nalleB^ncock>de la dernire
mode de Pari,
d la Socit, avec ses bs< i
vi lions, les noms ries laurats'
La liste :e;a publie.
Des prix seront de e ns
aux laurats des denx Con^
cours ( livres ou objets d'art)
omme toujours, les meil-
leures copies de coraocsi'ion
franaise des lves de' di un
sexes qui prennent pari aux
examens ofl iels des t< des
primaires et secondaires se-
ront rcompenses par le
Co nit 11 .'ien de i vHiance
Franaise an cours d une lte
solennelle.
Pour ious aul rest nsi ;gne
meut, prire le s'a I eser
au Presi lent du Comit H -
lien de IA i n< e F i
1611, tue Mo italaii
Pori an Prince, le 28 j m
vitr M2
Le Prsident,
L, C. LHERISSON
La qj' sti n i ai bit i io i
ne ie monde ^partit, p us pai
cuhcreiaeni certains Clubs,
pour cause. Un aibitn p
vouloir ire aveugla durant an
match et relater d'appliqi
"an. 8 l-, rgi n in lu | i
sa Fqot*fiall lasociation
nous reprodoiaons plus li
Conclusion : l'quipe handii
p^e aura jou contre un dou-
zime adversaire beaucoup p I!
dangereux que las onze qui-
piers renais. Rsultai : tant c
tre zro.

Nous proposons la lormatioa
j d une col* d'arbitres av
\Andr Thard. comme '
, nical director . Sur un gr
tab! au noii, a< raient expo i
! pour nos luturs arbitres
) joueurs internationaux, I-s po-
sitions dort side. Commi
contradictoires des lauis don-
nant Peu a une rparatio
Dmonstrations sur le terri
Nous omm i ; taina que 1-
public suivrait avec a I i
ces cours thoriques at
qa s;ce qui contribuerait taire
mieux saisir, par les uus et les
autres, les diffrentes phases du
jeu.
<
Art. i) ( Rgi< m ii du j u il
Fool Bail \-. Tr
de i lu lai national Bo i ,d i
1(.)31 ): li est dtendu d<
ner un croc en jambe l'ad\ t -
saire, de le happer ou de sauter
sur lui. Sous aucun prtexta,
aucun joueur, 1 exception du
gardien de but, dani la suil ci
de rparation, ne peut inteo-
lioonelli nu i louch n le b
des mains ou des h* /i
joueu ne peul s i ., ir de
i ma as pour pousse ou te i u,i
' advernaue. lj cbarg est
mise, mais elle ne doil eu- m
violente, ni da i
joueur ne peu) lre chi r,j
derriie moins q i u
intentionnellemeni .n adver-
saire .
Panama Bailroad Steamship Line
Service de frl cl de passagers JEOOSS1
iiercb
at
Astgliaf fa*s>
Mis. G, W SI ELON &C# 17, James Slreet, Iivepfool, Enlan
THK 10i'l.e>WlNG ABEOUR AGENTS Al /JBINCIPALJ'O\TS IN EUROII
ENGLAND, SCOTl AND. FRANCE.
Mbsbss G. W. SHELDQN & Co,
17, James Street, Liverpool, Englana
La Fiance, Meaais G. W. Sheldon A Co, are represenfed byr the lollowin
llus rapide et plus direct service de transport de pa?ragerset du fret entre Maiti
es iorlsEuroperiS.vi New York.at Ciistobal, fanal Zone, Isthme Panama.
Toici la liste"de nos agaat pour les prinripraux port de l'heuroj e:
lilatlt HENKET Co
21 Raa de la Rpublique
Marseille.
Hernu Prou & Co, Ltd.
i' Qnai George6 V.
Havre.
Hernu Percn Co, Ltd
Rue du Moulin Vi-penr.
Boulogre sur Mer.
Messrs A. Banaix & Co,
21, Allergsde, Coreobagutl
OSLOr Norwat.
International
Spe ditionsselknp Oslo.
MM. Atlantic F"ignt Corpn
Dtilipbaos Hemburg 1."
Gei r auy!
M essrs Ath ntic Freight
Corpi ration
!Gt*imany
Me?srs Atlai tic Freigat
Corpn.,
24 Quai ,'ordaens
Antwerpse Jaaitaaa,
IIirki Peron <5c Cie Ltd
95 Rue des Mari,
Paris
Hirni Peron A Co Ltd.,
Rue de Tranquillit,
Dunkerque.
Hernu Peron Co ] td.,
9 Rue Rov,
Bordeaux,
Grkoe, Italy.
Mesus IIenrt ( oi A Clirii
Piazea S. Matte,N' 15 Gner
i an bubcbu .vvi-ni n
Nord if k F xpress.
Gotbenbnrgi
Ileisrs Atlai tic Fruobt
COBP'K,
Kon Emmaplein
Rotterdam Hollande
laaars SmtMAMN A Ce
On
1
seil de l'U. S S H. pour
les Equipes Nationale et i

i
rV
concevoir i i
Puissent ces
e M
dame, dans
te hanche g li
le la Viol*
OuV :.
O !.
i :
la

l'U. S. s.
I

ECU OS

>
en me, ire d* Ifl
I
t ...
. I !
Si;->
u s :

. ma t
(!.<
Bvie
urgf i .
F. 11.

.
1
qui

'



.
.


Match de
i foot-ba.l
-midi, 4 heur s
mte, mate le
eba i i entre l'q >
du im'que de 11-
ssocia'iou Si r-
ienn ' .
i. lie promet d'tre Irl
in te

pro

.
Iroit nue "'
I i t.iuchaul D i
i Mais Damions, c'e t
imunaat mdtermi-
i) mis L'Action N.vno-
Mnlhcrbe Arma il
"MpRue ) dnon m
i le triomphe d i-
loctrines no-n-it o
rtalisles. % : i i s qu'est-oe.ni.
' et quelles, s-s
i a Pats dit qu'il -t
de rattacher l'I n-
\ itiomde un Se''\ i l
Nation de l'Enseignernc it
tnel. Quelle esi i'-
cenomie : au juste ce si t vi e
protes'-i i i-
lu elle m vi le
SI : i-
.i de m
atteu 1 e n -
iin lie i-
le la Lotcria
ra lieu dem du
tine.
in si le Cit-
irton, pas I -s-
ilns od ml trois



m --
i mr*mssiSMm*jsmwmwmi*' LK FAITE T INCONTESTABLE
?
iium
j C'est la quintes: ce des meilleures
varits de cann< vasle territoire
runissant les meilleurs terroirs,
C'est ce fjui fait sou arme.
GOTTHZ ET COM \HEZ'

vrsv>

ram*i '^tv>
~K,
ASSUREZ-VOUS
la
General Actider.i lire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Pertli ( Scotkmd )
ejir o aGENEP L
le : genre. Le soleil ne
moi
Ses Polii
Ses Polw
aauss auti
Ses ('dites Mai iti
Ses Polie, contre
a devraient
d'au aoin 4000 doilai
\euve F,
OUSAGENTS

BStes organisation,
qui embrabse le
par la toudre
nce,* dommages
c:pc yables en Hati.
Tou I VOV.i-
ne accidents
.il q t/2 /. dollars C. C
am, AuxCayes
aiti.
I !1 G
AN BLAV aE' Je-mit


Samedi
6 Fvrier 1932
Le Malin
4 PAGES
Portau-fricce
Tlphone : 2241
Loterie Nationale d'Hati
41 e, Hue B -nno.'oJ, Phone : 3358
i .
1.1 t.o'rrie Na
iint insti;utioT hanl uent h
l'uvre-, qu'elle se prop
're oferie ant ho s !
Employs Foncti lunaires,
>us ordres, Ge is ' na
l'tir bodgel i
ailla gourdes Patron \
:i-1x iusuiii. va ' S I '%
libre du souci des cb
li leetas, Avocats. I ignie
Dignitaires de l'Etat,Heprse
uaTistes.
-naled'il ii e
icit
d'i ider, une :h oce do h
i u e.
Ouvriers, Milans, i de
( doraosti i ) sans : r
goud 's,
m Tierce,', h 'lid'Iu lu i rez
p r l'acn tl ; i i bil e, q< i mus
irs, Su ^ us, Dput i, i 1-;
liants de lintellectualit, Jour
Donnez l'es n r'.e le vo1 ociale.
Rentiers, capii i i I [mentez
ivoir.
Vous tous qui il ;)!" Fiait!, rend z-lui nervi
aut ta billet del LOER112 NATIONALE D'HATI.
SONGEZ
Familles
QUE L'INSTITUT IPPEitHJOEil
EST L'TABLISSEMENT .QU'IL
VOUS FAUT.
Tant par ses*, excellentes
m ttho les ! eiflnement c
, ,% | b i niable di
ci )line,s n proch 't>le pen-
sion se )i iir que pai je
iho ! s mo II- ns poui I
de de la Stno Dacty o.de i i
Comptabilit et des langues
vivant s
G359 Rue amarre. Tel 2891


Lykes Brothers SS C Inc
Texas --Hait ianto uatnlnjo- Rie. Porto
Le seul service passagers et
f/rt entre les ports du rexas directement av<
Port-au-Prince, Haiti.
Four la rception ra| le raani ibile
Importations, servi vous ta s navires le LVKI
UNE.
Les prochaines arrives n Port-au-Prince sont*
Steamer i Rnlh I 15 lvrier 11 '
Steamer iGrne^ i 19 f^ riei \\
Steatrer Mmria ; 26 lvrier IV)
Steamer a M Lykes i 4 mars 11)32
hureau: Rue du Magasin del'&tai, Boite Postale B
A louer
Vne maison ayant tout h
CO lort moderne, au Bois
V na, lu Lavaud.
S'adresser :
M Pr nck M. 1AETJENS
Magasin Ch Gaetjens
Rue du Magasin de i Eh t.
666
LIQUIDE ou en TABLETTES
S tulag les maux 'le; tte
ou la n< ; Lie en 30 minutes,
m il ii,! Froid le premiei
[oui el i.. malai ia en trois
jours
(J(iG sauve le bvb du froid.
-ir
. *- .
IHUUD1
paitsde New Orlans et Mobile pour Port an Prince
Santo Domingo et Maca bo
-Ports Sud Hatiens
Ports
Dpi ri i D< ; ob
D, art.c Janvi
New Orlans, La lei dc. 29 dcembre
Mobile, Ala 3 d i re 31 dcembre
Portau Prince (arriv) 10 dc. 7
Petit" Goave( arriv ) 12 dc.
Aux Caves ( arriv ) 1.
Jacroel ( ai riv ) 14 tl
Santo DgO City lc
San Pedro de M.
Mactraibo Ven.
y
n
13
janvu r
lanvier
ier
lanvier
1/ tic. 14"janvier
20 dc. )7 janvier
26 |;'. u i
28 jai i ier
1 f
6 lvrier
' lyrier
10
11 lvrier
14 lvrier
Dparts Fvrier
23 fvrier 1932
2."> fvrier 1932
>3 mars
mars
." ma s
7 mars
(.) >nbis
10 mars
13 mars
1932
1932J
I
1932]
1934
1932
Dparts de New Oi i i et Mobile pour Porl au Prince-
Santo Domingo et Si-
Ports D >a smbre Di p;' er
New Orlans, Li. lp rt lu obre 1931
Mobile Ala. La
Port au Prince, ( ai ivi t) ) dc mlue,
Cap Hatien { an e ) ; d< ce i
Puerto Plata t arri 'e )
re
: 0 H. i( ml :
'- i
'ort-au Prince, le 27 novi n b e 1931-
[Ponr te us l.s aul t seigne neo s'a Iress Si (essieu
A. De MaTTEIS & Co, Agents li
I orls du Nord Hatiens
Saa Pedro de fi i
Santo I) imingo \\ i).,
Macaral o, \ 0.
12 i i
M jairi
21 i
janvier
v i er
'b' jai
27 i
J30 jan i
Dparts Fvrier
' t. vrier 1932
11 fvrier 1932
18 lvrier 1932
20 lvrier 1932?
21 : -: r 1932
3 lvrier 1992
24 fvrier 1932
27 fvrier 1932J
rs
x.

V ,^[ *
Gin-laldy
Aux HyppkoIBti m
ara
l'Huile de Foie de Morue
Agrablt au |cfll ot fCtkmtni
digetttbla elU / tt complot
rparateur de la Nutrition pti
txullenai
Laboratoires REGAGN0N 6 O*
Agent Gnral pour T Exporta** :
Ch. MAGNANT
CE SOIR
A htart, poi i remp'acer I maUr^e du Dimanche grss .
i c h m f nck-Bleu r :
Morgane la Sirne
Av c C air de Lorez latre: 100 ; Balcon. 1 6.
DEMAIN SOIR
A S HEURES
Pour la dernire fois b beau filua aonorit :
Le Lieutenant de la Reinel
Arec lva Ptlrcw^h, Age EsieitiRej, Ferdinand Mari,
Liin Elli*
Ent e : 1,00 ; liai : 2tt
37 rue Davioud
PARlS-lcV
Avis

L'.ittention des propritaires
et ehaufteurs de vhicules est
particulier ment attire sur
le; articles suivants des R
glements sur la Circulation
des Vhicules:
Art. 29. Aucun vhicule
ne devra jamais circu'er avec
un chargement excdant ce-
lui de son tonnage dtermin
et enregistr.
Mot 30. Aucun vhi ule
ne doit avoir une carrosserie
qii dpasse la largeur exis-
tant entre les moyeux arri-
res, ei il ce sera pas permis
un chargement qui dpasse
cette distance ou qui soit a
une hauteur de plus de 14
pieds au-dessus de lu Chaus-
se.
Art. 39, Il est dtendu
celui qui conduit an vhicule
moteur d'installer plus
d'une personne sur le sige
qu'il occupe ou dy ei.tisst-i
des bagages pouvant contra-
rier ses mouvements.
Ces articles seiont rigou-
reusement appliqus.
"b. L. HOWARD,
Maior G d'il.,
Chef de (a Police.
AVIS AU COMMERCE
L Panama Railroad Steamsbip Line a l'avantage d'*
boncei les dparts suivants de New York pour rort au rrisei|
Hati, directement, durant le mois de Janvier 1932:
Dparts de hew \ork. Arrivages Prtmu-friRt.
SpSiOistobal le U Fvrier 1932 la 7 lviier 11 .
S/b D u-nu -e.ii ura le 9 tv. 1932 ,1e 15 tvriri 1VH|
S/ "Ancon*' le 10 Fvrier 1932 la 21 lvrier 1M
S.eaiuci -Guayaqiiil" le 23 lvrier le 29 lvrier il
Panama Hailroad Steamp'hip Line
Jasii.CVAN REED
agent Gnral
,-ttv F a. ' B L rss H
SSCHII
5 ,: Tiur**l ......
ruy %J
Laboratoire SJOURN!
DlRECTUM
F. Sjourn, Pharmacien
R JyJoURNii, Pharmacien de l'Universit de Parie
11. Sjourm. Pharmacien de l'universit de Paris,eM
interne des Hpitaux de Parie
analyses des Urines, du suc gastrique du sang ( Wl
.leimaun Ure, Constante d'Mnbard, Glycmie).
Dis crachats. Des matire- teof-ler..
Avis
a, -,iwton 1-
r i : " slVJl em &f M
inmranc** Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
'CANADIENNES d'ASSURANGE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
\aentsGn.'"tiix
Ln Loterie Nationale d'Mdlti
s'emp-psse de'porter la con-t
naissance du public qu'a causa '
du carnaval, le paiement des
lot* de sou onaime tirage
n'aura lieu que le mardi 9
lvrier cornant de 9 heures
midi.
La Direction
I Soulagomont Immdiat et gmrtoon
1 Globules Rba:.
I Rsultatsmervef.loux.surpronantsmme |
Toute Pharmacies Demanatr Hotlce
1 K. DALICHOUX, 27, Rue Victor Hugo
t Dois-Colombes tS<.--ac)
STEAMSHiP LINE
L s', amer fi i> tobal es'
atle dn P rt-nu Prince,ve
nant de New Y> k, le diman-
ichc 7 lvrier 1932. avec :
I 151 [ers, 108 s. es de
correspondance et partira
dans l'aprs-midi du mme
jour directement pour Cristo-
hal, Canal Zone,prenant trt,
malle et passagers :et sera de
etonr ici 1? jeudi 18 lvrier i
en route directement pour!
retourner j New-York. |
l'oit au Pi in e, le 3 lvrier
1932
Jas 11 C. VAN REED
^eul-gnerai j
LE LAIT DAN01
ESBFNSE
S'EST ACQUIS. El TRSI Ml
TEIPS. L* FAVEUR DE L M
ION DTHA1TI. GRUE PW
ET Si RICHESSE EN CRUE.
De tout Umrs le lait aalurel est rfeoaaaiasf
intenta, a ni malades et aux nourrices, tant f*r '
un alimeut complet. Hais e* germes redoutable w
ladies le rencont'enl pari is dan? le lait achet dea "
ii.uui< > ambnlauWs, p: r suite d'addition trauduleuse
olhne. in (vie tout danger de contamination en "*
liras) d'une n t e de tait concert, de tout rapoe,
sacre pat le fi ups.
LLj IHODU1TS Esni-N^EM
Lait eoadens
Lait opor
Lait en p.udre
nus donnent le maximum de garaatie. Exiges l'he]'
i c< ntie.
BIRE NATIONAL'
de la Brasserie Nations
Se vend partout OrO .']
le verre malgr sa oauli
suprieure.


ISSUES

MTIONS MANQUANTES


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM