<%BANNER%>







PAGE 1

., %  Bl 1 11 Ii AUX ROY 30 annes ,; -,%  .1 %  — "— %  %  — Il % % % %  Voir notre te Pag '. r Sf % v PJ J dil u —a — — Les COl m maies r< a lorm un les lections com t annul' compose : M vix, pr Bide t; R et Mondtstin, ; — Il impoi ie rgime euune commune, i un moi il qi commission jauvier 1932, pour s'lire communaux. L'a b u rdiH de l'anne p i — LE NOUVI U I doit nn arti nadieu La i lections ha ne ix c |( ira il t c ble la prose h ltiei — U NITI-U'ii i1110:11 •! • >' ics ane sei lion il int le tom asmr, jusqu' n l>.c le pers ii protocole. -Mi An i sUenld l'U .s .i. m.,n i-. Ii es go il de la c t>|) irismcn. Mr Frdric Ji est nomm o G Miveruement Dal Civil de Poil C'est m. jeui e gueet colliv( plimenis, —Deux nu Mr Albert il Mafia Gauti venus, Le ; quante ciui, truute ans Hati. -A L'occa&i — re %  EST UN APRITIF prfr des Gourmets Agents pour la Rpublique o'i A DE MATTEIS & Co. l'on • au • Prince (Hati) isqu i Solidarit Station H. H. K. i t J it (5: q> i s ; t i: I h I de HatiiiMliiinsion du 193 2, (Marl'O du Avis DIMANCHE 7 ET LUNDI FVRIER ,... odesproi Nous rappelons que lesdeci % de vhicules est bals travers poui entantsau •rtlcui ' ree sl lub : '"' ' ;!::i,l lien l!l 6aire de la H.Gonstan ... tre d'Hati le < salons a euue Ma la ki — Paria Amrique en< de ses coioa mule savon; Utions i meut c'est ddions aux li — A pi tiou du (oui trawigeant, M. miiiisire^doni a Cent noi majorit de la Rpubii i est de rac > savait dj L Mo ta. LE p ;o 1 ol es s ii.piao h m Pi Y .i \ Blues ) Or. %  Luc •he No 'i :1 ; r le I ei P ne m its y nicu es: ART. 2>. U< un % %  i aia air< u ei • un chargi nu "t excdant c sou loni ge d termin e o egtstr. ,,0.— Aucun vbi oie ,.,. ; ) ir une e( rrosserie ., ; i e la largeur exisI enti i l i e rpv e ,| 11 p permis manche 7 I lundi 8 lvrier. du cercle peoj mer leur! cartes I. Tout est ini en œuvre par le l'omil p< ur la russite de ces deux soires. Avis G 1 7 pari st i 2 • d L. C. J IC 4 .— IY i lame I : . dans le Mai ge de ,re I. '" | GYCKS. Uj Or Wa krr. de la :e d J .... mi me le (_ r mot h ) .ilS. > .\ T o 2 oe) t'ai • ) Orch. La Loterie Nationale d'H-dii s'empresse de porter la connaissance du public qu' cause i D Q| qui dpasse du carnaval, le paiement djj ou qui soit lois de son unime tirage n'aura l'eu que le mardi 9| lvrier courant de U heures midi. La Direetion Un complot au Portugal! Lisbonne, 58 janvier.M personnes, parmi !• quelles se trouvaient de nom-l breus officiel de l'ansc.g t ai ts l'occasion d oui ci Qiplul pour assassiner le pMj sid< ot Carmoua et le mmi?r| des finances Oliveira Salaxir. Un ancien prtre nun.njM : rco qi'on .pi tend lra H iuf du complot, a t *ui| *nt. hauteur de plus de 14 tu dessus de i.i Cba se. r. ;i l J. — U est dtende i q i conduit un vhi< nie i ni oieui d inst. lier plus d uni pei tonne sut le sige ,,u i oc iqje ou cl y 11.11• s r d bagages pouvau contra%  rier ses mouvements. Ces articles sei ont rigoa reusement appliqus. S. L. HOWARi), Major G


PAGE 1

iiiimii Barkuci s su 1 Dpl : Rue Csar. La Manufacture Hatienne Grand Caf de France de Chapeaux 'L'Indiqne* sous LA DIRECTION AVISE E DE IOM FRANOIS GiRALOI QUI EST OEVEN'J L'A LE PROPRITAIRE DE CET I MENT BAI, LE GRAND CAF OE FRANCE, OFFRE A SES .. El DiS TINGUS CLIENTS LES CONSUIIANONSL! S, LES VINS DE 10UTES PBOVENAKCES. PLUS CHOISIS, C i ET ^ CIGARETTES, SANDWICHES, VARIS DES A PRIX FOUTE CONCURRENCE. L'ACCUEIL LE PLUS SYMPATHIQUE CONTINUERA A TRE LE MEILLEUR TRAIT DU CRAND I DE C RANCE. Patrizi & G 0 TLPHONE : 2341. A le plaisir d'aniiorrer s nombreuse Oie 't qs"tente de ses CHA! EAUX se fait, depu s le i janvier, au No 202?, GRAND'RUE rn face de son ancien local. Les Clients y t; oUveroBJ le mme accueil. BON ARCHE. CLRIT, GOURTISIE. Martinez, Marcelin & G CE OUI N'A JAMAIS T FAIT CE OUI NE PEUT TRE DPASSG Kola Champagne F. SJOURNE Prpar dans U\\\:"" %  ri,o!:cj—la Lucky : >' io "*• Kwclwif proeM CELLOPHANE IMPERMEABLE A L'HUMIDITE L'un K Zip— il tit ou> t 11 nouvelle p.itte i I I c -, :! et aux c FRAIS I 1 PP" ' rirl "It's toasted" Li 'r$ gorge %  *•** \ • '"-Heur SIK-ii ,?r,i, •.-il On demande louer une maison bien sitae avec toutes les commodits. S'adresser aux bureaux du %  ornai. i AVIS PUBLIEZ PAS DE FIE UN PETIT TOUR TERRACE-GRDEN Chez W. KAHL Petionville 1.600 pieds d'altitude. L'tablissement le plus iiais'de* en I Virons de Port a c-Prince. Seulement 15 inimits d'auto sur une eucli< nt loute : '.."'•. LE FAIT EST 1 ESTABLE Rhum iaillie d^b^'^ vrier on trouvera, i la rue Dsnts-Dcstouches, pi es de U Shell Company, des lgn es.ceuts, noix de coco, etc. des conditions avantageuses. Boissons de toutes t spces. SANDWICHS arrangements particuliers pour les pansions de jour de semaine ou de mois.. Panama Pailroad Steamship Line Service de fret et de passagers en lie C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un va territoire I runissant les nu erroirs, C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMI REZ! Angleterre Eooasc Fiance u M r w SPFRON A C*17. James Street, LIVEWOOL, 1 NGIAN THEi-OL'lSwiKG APEOUR AGENTS.A1 HUNC1P APPORTS IN 1 UROJ E jHt i ULLUV^ tNGLANDf i,tOTt AND, FRANCE. MRSSSSG.W. 811ELDQN& ( ., 17, James Street, Liverpool, Eoglana I. F,.rcr Mm G. W. Sheldon k Co, aie represrulcd by'tbci oliowin ii ..!,;.(. •?mil a direct service de tianspoit de passagerset du fret entre Hati %  l,US LKFMnStt NU Yo.k,et Cristobal. (anal Zone, Isthme SJ Toki U littejjt ncs agsnta pour las priucipecux part de l'fceurope: V %  **Si i I.ILATLY HENKET& Co 21 Rui del BrMbliqot l&araeille. I'ernu Perr-u & <-0, }w RjQnai Cecrges Y. Havre. Mer nu Fer. n & ji LU Rue du Moniifl Vepeur. Boulogre sur s.er. Messrs A. BMMMH Co, 21, AiieBgace.CopcBtwgBa OSLONORWAY. toteroationsl Spe ditionsielknp Oslo. Il M. AUanlic Frcigbl CorpB Dailinhaus, Hamburg 1. G nrubj'. M tsars 'rt-ight GOJ isolation Germany Messrs AtlanUc Freight Corpn., 24 Quai ordaens AMtwerpfC Betiu, HKRNU PROU & Cie Ltd i> Hue des Maris, ris. HBRNI Peron & Co Ltd., Rue de Trannuillil. Dookerqoe. Hcrnu Peron & Co Lid., 9 Rue R< Bordeao GlMOBi ITAI Y. Messrs HINBV ( <-i & CLBRII PIAZIA b. MATTEO N* I"' ei er ( 0T1EMB1 i t. : v i i.i N Ni ri :Messrs A TI.AI TIC 1 ( (M p'M Kon Emmapli Rotterdam Holl Msssrs SiaMMAKN & Ca ASSUR la General Accidt Assurance Cor de Perth t tic d. uai in ( ihx esl une d | organisaHBn. rmbraiM le Je Se |()UUre endommagea t D Hait Polices conti • BY 1 iccidents u moins -i 20 dollar! y. C Veuve i ,RAi a. \ Pci LUxCayes iLANC^El Jrinie



PAGE 1

\ endredi 5 Fvrier 1932 Le Matin 4 PAGES 16 *e XMttSl IV WW Port-au-Prince Tlphone : 2241 Loterie Nationale d'Hati 416, Ruo Bonne.Foi, Phone : 3353 !/i Loterie i est : une institution haute multi d'oeuvres qu'elle le l'ai 1er, une : i D 're offerte aux ho iitions Employs, Fonction iairei Artisans, Sa I t ras ordres, Gi ni d ins pi lear budget moyam n mille gourdes. Pair i %  >. %  > Plu lusti i x insuffisances il s il'achd l'un billet, i IP>re du souci des cham Mdecins, Avocat* DIS, Dputt ., Dignitaires de l'Etat,Repi s de PIntellectuali , i nalisles. Donnez I Itentiers, cap avoir. Vous Ions qui ii aut te billet del LOTElttE NvHONAL D'HA | SONGEZ i Familles QUE LIHSTI01 TIPPENHAUER ESI L'TABLISSEMENT _QU"IL .MUS FAUT. il par ses'excellentes ei d'e iseignement ctafi ie, son inbranlable disi .H e,sn irrp r ochable peu* %  scolaire, que par ses les m idernes pou Pelade de la Sit no Uactylo.de la Comptabilit et des langues • l Hue : rre. Tel 2891 r Lykes B SS G 0 lue Texas --K *t' i uo.al Rico • Le seul servi lier pa fret entre tes poi Port-au-Prince, i Pour la r< met Importations, serve; navir L\' LINE. Les prochaines ai m Prince so Steamer i pu 1.-, Steamer tOnc la Stean er .Ain 26 Steamer • M I mars 19 i;uieau:Rue du .,, fjoite 1 A louer Une i i ayant tout le lorl n ••, an BoisLavand. S'adn n M M'.TIENS Magasin l !h Gn tjens Rue du Magasin de l'Etat. 0=0 rABLETTES le n mx 1 s tte d en 'M) minutes, I un tid le uemier et 1 1 malaiia eu troia i sau b > %  li (roi 1. • + mmt + -w.-* a*V*ar Rparti de Ni v. Orl< el Mobile pour Por e — Ports Sud Hatiens Santo Domiugo r *et M Ibo. Porta i New Orlans, | e Mobile, Ala :embre Port au Prince (ai vi *c. 7 j mvier Petit 5 Goflve( e ) 1 jauvier Aux Caves ( arrive ) 12 janvi Jacmel ( w. i i 6)1 j mvi< r Santo Dgo City i janvier San Pedro de .'. 1 nvier Macaraibo Ven. ricr parts Fvrier ; lvrier 1932 i i 1 > mars 1932 5 i i 19 2 n | > ma s I932J J8 vri i 7 .uars 1932 10 9 mars 1932 Il lvi i il) mars 193-', 14 1 • %  > 13 mars 1932 Dparts de New Oi ci ur Po i orls du Nord Hatiens Domingo el hPorts I)ip er New Orlans, L . Mobile Ala. La Port ai. Princ(. bre, Gap Hatien ( le Puerto Pista ( u. ; > SJU Pedro d( Santo D imingej :; t mbre*" %  ataralbo, V' i • '• M /. 1: 31. Pour t' us Ici s'a sie irs .-\. rEis & i 21 i Dj arts Fvrier lvrier 1932 11 lvriei 1932 18 i %  iei 1932 rii r 1032 il. iei 1932 r 1992 : i r ]:; %  > 27 lvrier 1932 %  Isa, fm Vente par voie pare au-dessous de la mise prix Gin-Taldy On lait savoir ceux qu'il ,'pnartien t'a que le samedi qui sera six Fvrier mil neuf cent trente dni neuf heurer >u matin il sera procde en l'tude et par le Ministre de M* Edouard Knol, Notaire Port-au-Prince. En venu de la Grosse en !torme excutoire d'un juge-, ment contradictoirement rendu par le Tribunal Civil de Pori-au Prince en date d viagtsix Novtmbre mil neui ce n trente et un, dmeul enregistr, coliationn, scell et signifi, l e dit jugement ayant acquis l'autorit de la chose souverainement pince. D'un commandement en date du trente et un Mars mil ne.it i ent trente et un demeur mil uctueux. j Et d'un certificat de Matre Edouard Knol, notaire a I Port-au-Prin r e, en date du (rente Janvier mil net 1 cen trente deux, enregistr, attestant que la dite vente n'a pu avoir lieu faute d'enchrisseur ; A la vente au pi, s offran et dernier enchrisseur d'un immeuble tonds et batistesitu a Port-au-Prince Km Joseph Janvier ci devant Penthivre, entre tes Kues Rpublicaine et du Magasin de l'Etat, consistant eu une maison basse deux appartements; l q e le pi opnl mesuie viugt pieds de faade sur soixante sept pieds de profondeur b ri.e au Nord et l'Est par le reste de I proprit de Mou-ieur Simon, au Sud par la dite Rue Pentbivre e< l'Ouest par Polynice Janvier. — Suivant plan et procs verba: d'arpentage de J. D. Kimpel en date du ingt t on Septrmbr mil neul cent cinq enreg str. A la requU du sieur Juli n Don i,proi ritaire den euraul ic Mille sept cent trecte sept gourdes cinquante ceo<< t mes,monnaie nationale, outre les charges de l'encr eet les honoraires de l'avocat j) ursuivant cy... (J. 1737 DU Pour plus amples renseignements s'ausse au no taie dpositaire du cahier des clnuges ou l'avocat soussif n Poil PU Pn'pce, 3Fv. 1932 (SifcneJ L HYPPO 1T1-. avocat CE SOIR A la dem.nle Jde quelques personriff, le bfSu flli lbre toman d'Emile Zola : Mr la ri. L'Argent Avec Brigitte IMm, Mary Glarv, Alcovtr t AbaL Entre ? 100; Baleoa : 2,00. DEMAIN SOIR A i heurts, pour irmplacer la matine du Dimaacha frai... Le film encb.:ntur : Morgane la Sirne j Av c Ciaiic de Lorezt IVKB Petrowich. gotrs : 1.00 ; Baleoa : 1 50. DIMANCHE A 8 BE'JRES Pour la dernire fois la beau film |S Cristobal le U Fvrier 1932 le 7 fvrier 1932 S/S Bucna -entura le 9 fv. 1932 Je 15 tvriet 1932 S/ Acou'le 1(5 Fvrier 1932 le 21 tvrier 19323 Seamer %  •Guayaqnil" le 23 tvrier Me 29 fvrier 1931 Panama Railroad Steamp^hip Line JasH. CVANREED agent Gnral Laboratoire SJOURN DIHF.GTUFIS F. SIODRN*, Pharmacien Lv JOORBJ*, Parmacieu de l'Universit de Paris M. SJOURN, Pharmacien de l'universit de Paris,anctti luterne des Hpitaux de Paria Analyses des Urines, du suc gastrique, du sanc i Was• rmanu, Ure, Loustante d'Ambard, Glycmie). IXscrachats. Des matire^ leeales. suran Une de plus fortes COMPAGNIES CANAi [El 1RS d'ASSI vNCE ir la VIK 'P EU i> O ! }JSS smtaSBssssmam i SElSif UNE Le sti ami i ii lobd i si attendu P ir !-:u Prin %  % %  < ew York, It dimanh i i r 1832 ave ( rs. Il S lies de et partira dans l'aprs-midi du mme j >ur dii ectemen! pour Ci i i bal, CM al '' i e, prenan t''. malle et passagers r t sera c reiour ici |j 18 fvr en route directment po reiouruer <> New-York. i o.i au Prince, le 3 lvriei / I ..i Jaa H y geni-Mneral i LE LAIT DANOIS ESBENSEN S'EST OUS. EU TBSI FEU DE TEIPS. LU FAVEUR DE U POPULATION Ei'riAITI, GRACE il S* PUf)ET£ ET S/* RICHESSE EN CREIE. De IODI Irmpi It l.ll t,.| urf | „i MM . t fBtantt. iox .ml)ei H .ui nourrice. 4i,„i „ r Jmt l. cl M M ienconi.nl pnrl, i, dans le lait achet du nar>*ai |arle i..o,, s ""*. de tout rapoa, oaLh., PRODUITS ESRI'.NSEN Lait rondenst Lait vapor .„.,. i .i • '"'" e poodr .Tcn.'e."" mai BU ""' g.t* Euige, mvm BIRE NATIONAL ( ^e la Brasserie Nationale Se vend p. rlout OrO ,10 le verre malgr sa oaulite suprieure.



PAGE 1

Clment Magloire •" DlREC'llm 1358. BUE AMERICAIN h 1358 TELEPHONE .N*2242 I M vu u'r.s! lalii il ii n aaj sVaresi ri Url iw i V cetiit de sa cttttitBcf. JiAETkKLI.Xk 25 me ANNEE N75y* i ()i T-> PRlNt F ( vPi) 5Ffc.VtUER i. DEVANT LA CRISE —••— Ce qui se dgage en tout premier lieu de Ta joute pistolaire de M. Douyon et de M. De La Rue, c'est jusqu'ici l'absence d'un plan financier en face de noire crise grandissante. Rien n'eJ encore arrt : mieux que cela ; rien n est encore trouv qui peiraettra de ragir. Nos financiers latent, talonnent, ratiocinent. C'est le 11 dcembre que le Conseiller financier crit sa premire lettre au Secrtaire d'Etat des Finances qui y rpond le 5 janvier. Le 9 suivant, nouvelle lettre du Conseiller Financier. Le 25, rponse "du Secrtaire d'Etat des Finances. Cette fois-ci, il s'agit moins de finances que de discussion acadmique. La dialectique est reniai quabk de l'un et l'autre partenaire. On admirerait fort si pendant ce temps-l nos affaires n'allaient pas plus mal. Malheureusement, les faits, ces derniers mois, nient cette opinon. Ds octobre dernier, premier mois de l'exercice financier, on a confront les difficult! sur le chef de l'quilibre budgtaire. Le budget vot par les Chambres a t comprim. Ceci la faveur d'une interprtation aussi. Le chmage La crise est ss aggrave. l'tat aigu Que font nos dirigeants financier? Ont-ils des projets? Voil quatre mois — s'il faut partir seulement d'octobre dernier— depuis que la menace s'est prcise, que le Conseiller Financier le crie, que le Secrtaire d'Elrt des Finances a propos au gouvernement qui la pris l'arrt rectificatif du budget. Une mesure de l'ordre ngatif. On n'en mconnat point la porte. Mais la situation commande quelques autres de l'ordre positif. M. De La Rue, pour sa part, j Dpart de St Marc pour Pa mnonce un projet de loi Compagnie Nationale des Chemins de Fov d'Hati AVIS US TROUBLES UUI ET i 1 i' : de S • r % rt-au-Prim et re our partu i tous les 7 heerea a. m. et laissera Port-au-Pi I h ure. la Compagnie Na iondMes porte la connaissance dn i>t>bli? le dimanche 7 lvrir i rochain. Le T in pas aue-s fa an Ma c a %  jon s o. m. Exceptionnelle nent, pendant les •ne, lundi et mardi le depa-t de henre* do soir. Le "train mix'e de m. r Verttes, t de Verrette* pour St-M nins ^e que son II I le tr ji j< Per d'Hati H trois jo ; M, Port-au-Fi i se I passagre reprendi le sur le bien rural. C'est ce qu'il a conu, Il en attend in grand bienlait conomique et social. On ne peut apprcier et projet qui n'est d'ailleurs ([n'annonc. Mais on ne peut se dfendre d'tre inquiet la pense que le coniir-f Conseiller Financier amricain se propose de toucher notre organisation paysanne. Il est vrai qu' cet gard, M. Douyon lui crit qu'on en parle depuis longtemps (de ce projet ) et les personnes qui le connaissent en font le plus grand loge, disant qu'il honore vos sentiments. Tout lundi et jeu II S h. 9. m. c,lundi et jeudi l h. p. i aa-Priucc, mardi el ven 7bres !.. a. m. paur S -Mire — mercredi et samedi tour tous autres renseignements, s'adresser a a G d Compagnie la rue du Quai ou la Direction, l'ort nu-Prince, le 4 ffricr 1. 32. Dpart de fort-an-Prin Des dpches prives le Sai alvador non confirm New-York, annoncent qu< plusieurs milliers de personne onl t tues au cours les h bls qui onl clat, il j a qu jours. D'autre part, on ann londuras que quatre \ illes par des rebelles que deux autres ont t atta ques. La manifestation de Bombay largie de l'article transitoire de la loi des finances. Mais il uniment gentil, cela. ne semble pourtant pas que nous soyons, aprs cela, a l'abri du dficit. M. le Conseiller Financier est hante par l'ide du dficit. Il s'pouvante de l'puisement probable et prochain de la rserve du Trsor. Cette rserve qui ast l'unique base de la politique budgtaire de nos Conseillers Financiers amricains. Hors de cela, pas de finances. Or, les recettes baissent, baissent toujours. Ceci est une consquence de la dpression gnrale des affaires. Les importations diminuent, les exportations Il reste que ce projet sur la bien rural de famille est le seul projet qui ait t prpar. Devant la crise s'aggravant, c'est ce qu'a conu et qu'apporte notre Conseiller Financier. Pour le reste, s'il yen a, le Secrtaire d'Etat (les Finances attend les avis et recommandations de son conseil. Attendra et esprer. Mais la crise, elle, n'attend pas. Ht les responsabilits sont positives. Aucune manifestation verbale ou pistolire n'aura la vertu de faire qu'on chappe aux siennes. gent-percepteur.n'a jamais voulu couvrir le sol que de gramines trimestrielles on tout au plus de plantes annales. S'il es! propritaire, il s'attachera au contraire son bien, il l'amliorera constamment en y introduisant des arbres flruii ers • I des denres exportables ; il y exploitera les petites industries ; un village tel que celui de la Pointe-a-Raqueltes se transformerait rapidement en bourg ou en petite ville. Mais le Trsor lui-mme,quel Du dveloppement de l'Impavide Gonve oA Monsieur le Secrtaire d'Etat des Finances et Monsieur le Conseiller Financier i. Messieurs, Le Gouvernement de la Rpublique vient d'ajouter une belle .page l'histoire presque strile en laits saillants de l'le impavide, en mettant fin a la concession de 1895. Bien que vous soyez, des hommes aviss el au faite de tous les problmes conomiques du pays, il n'est pas superflu, je pense, queja vous parle d'une le o j'ai veu de 1911 1914 en qualit d'Administrateur Gnral de la Concession et o de temps en temps je ma rends, en vue de complter mes tudes gologiques ,et gographiques. J'ai donc la bonne fortune d'avoir dj explor La Gonve, dans tous les sens et plusieurs fois. La Concession de 1895 a rstard, de trente-sept ans, la civilisation et le dveloppement conomique de la belle et grande ile | C'est pourquoi si je n'tais que de vous, je proposerais bientt aux Chambres Lgislatives de traiter La Gonve eu/.ai/:> drx T/I/IO/I , car, en dpit du bon sens et de la Constitution, la politique a l'ait de l'le une commune, alors qu'il ne peut exister d'lec te urs sans droit de proprit ou smns domicile rttt. Or dans l'Impavide tout le nion| dt est fermier annal. Il serait donc ncessaire qu'une toi spciale vienne permettre l'occupant d'un terrain d'en faire l'acquisition. Cette loi devrait, du mme coup, riger l'ile en Prfecture, mais le prfet serait un administrateur oui aurait effectivement tous les autres fonctionnaires sous son contrla direct. En un mot, cet administrateur devrait tre un vrai gouverneur civil qui on laisserait la facult de proposer au Pouvoir Central de Port-au-Prince des rglements appropri* aux conditions particulires du pays. L'Etat pourvoiera it immdiatement l'ile d'un rseau tlphonique, de deux chaloupes vapeur ou gazoline et garantirait l'Administrateur, qui serait un homme nstruit.dana les affaires publiques, une stabilit ue trois cinq ans. Paralllement l'œuvre du Prfet-Administrateur, le Service da l'Enseignement rural dvelopperait intensivement a sienne : une bonne douzaine de fermes-coles, une demi-douzaine de cours professionnels et des plantations de denres exortables : nuant au grave problme ae la terre, j'ai dj indique comment il faudrait le rsoudre : le systme du fermage n'a profite aucune de nos les ad/acentes. Car le paysan tant constamment la merci de i ai en serait son profit ?... Par la Tente des terrains champtres et urbains, le lise ferait entrer au moins cinq cent nulle gour des dans la caisse publique el comme prcisment vous recherchez de nouveaux voies cl moyens pour quilibrer le Budget, vous n'auriez qu' tendre le mme systme aux ilesde La Tortue, de l'IIc--Vache et de la Grosse Cave pour voir diminuer quelque peu vos BOUC S. ,1e ne parle pas dessein des Cayemitea et de La Navase, parce que le sol des Cayemite. tant de tuf et de calcaire es de qualit mdiocre el (pie depuis 1915 que l'on proteste ici contre l'occupation d'Hati pai les troupes des Etats-Unis, personne n'a pens revendiquer, avec encore plus d'nergie, relie petite Ile hatienne arbitrairement saisie,depuis plus de quatre-vingts ans, par des exploiteurs nord-amricains. Nos lies sont pauvres, parc que des lois de concession a vaienl paralys leur volution mais nos iles deviendront, e moins de cinq ans, riche el prospres, si l'Etal sait se (i ner un associ minemment intress, dans le paysan lance i la conqute du sol, au moyen du litre de proprit. En terminant, je me permets, Messieurs, d'attirer voire alleulion sur la monographie (pie j'ai publie, en 191 1 sur l'Impavide Gonve. Vous y trouverez d' trs renseignements qu'il srail trop long de vous fournir cette place et si cette monographie et celte lettre peuvent vous tre de quelqu'utilit, je consi drerai (pie je suis largement rcompens d'avoir rendu, une fois de plus, service an Gouvernement de l;i Rpublique. Recevez, Monsieur le S* taire d'Etat, Monsieur le Conseiller Financier, mes salutations respectueuses. Luc DORSIN VILLE, Gographe, Propos i timides %  a — Le plus henroui hom ne de noire temps est L'acteur Lawrence Tihbelt. Pour lui. les femmes de Balti i ore sp se sont battues comme les i. (Imites d'Eve savent se battre entre elles. Lawrence Tibbett venait le chantei chanson d'amour cubaine qui avait provoqu l'vanouisse! le su de ses audit' ii se. ques deux cents autres s prcipitrent pour embrasser le chanteur. Lt ce fut une ml i furie ise. il n'a pas fallu moins de vingt policiers el environ deux cents hom ns nergipour protger M. Tibbett c mire nus, lame de ses furieuses admiratrices. Jamais au cours de sa carrire fertile e .il n'en avait connu le semblable, el tout il s'i n alla avec ses amis fler au RHUM^ARTHE CACHET D'Ofl te plus grand triomphe de son art. Bo Y, 28 j — I) .. b ;i ., io.i -, nies rep oi / AVIS PROFESSIONNEL — dO — \'i Unberto 'ussn, in'_''' %  > nienr plo iibetir, arriv des Etais-Unis, oflre M services pu lou'c di ti vain d insl I li • le sa les de bain, de W. '., • le Si dresser a l'Avenue v prs de l'hglise du St Cœur. Tlphone : 2462. [ROUBLES El ESPAGNE Le Biliaire de l'intrii tir iirnoii un itioiivciuru coiuiuuii.sir grave Madrid, 28 janvier. M. Casaies Y. Ljmroga, ministre ue l intrieurs dclar qu un m u veinent a t lanc pour l'ta sment d'une dictature proltarienne en Kspa^ne, sous la direction de Lon l'rui/ky, ancien chei sovitique russe qui vil en ce moment en exil Stamboul, Turquie. Le mouvement actuel n'est pas le grand mouvement attendu a-t-d dit en taisant al tu .i i.i grve syud caii >l ei i muniste qui devail clater nier dans toute l'Espagne mais ne s'esl produite que dans quelques endroits, Le grand mouvement es) prvu pour le mois de ic\ rier, mais le gom ern menl est pi l'arrter par de svr s m< Lires." Une tentative d assassinai a eu lieu contre le gouverneur provincial Svile tandis qu'il passa t dans une rue en Faisan! une tourne d'inspection. Un coup de feu fut tir d'un btiment du voisinage mais le gouverneur ne lui pas atteint et continua sa tourne. Pendant toute la journe, il \ rul des coups de leu isoles el un homme fut blesse dans umrencontre entre les gardes civiques et les grvistes. Le gouverneur a ordonn tous les grvistes de reprendre le travail, en menaant du locfcout ceux qui desobiraient. I n rapport n n confirm de la ville de Follana dit que deux iviipies -• tinue .i Vaiem e mais sur uue chelle inous tendu* it ouv< mais la plup ements sont ferme, I plnsu i. ... t %  ; sous l< a n picea d40 i ai .t t interd e • i eu i ij poui o v> i de la prO| na i 1 -e i re, • i -pie Its nonn 10(J 000 t, i I lia V i i si n imei I s cornV inU qui attti %  l que c' 1 V : OU d d nbler. L'oi l-nc i d'uni n s i :is ils de |ilus de per unn i^i g luvern id< ema 1er l'aide qui obisst II il r i • i 111, ui i • (> 111! i %  qui loi pour le parti D itio Une annonce nenl lui p ua naus de N. w U lin a .Il iO .. i pai jour, ua i ... un e le logemenl gral nmi qui %  joi i I : i our sa?r co uuets national, ... v' nt pa9 lems en I s qu'o • r^n 'on! i ues. Ils en i, et ne tard i —.t %  F lire, pren* die soi ()us le haut du' pav, i"s, s-t-on siinnes o-.ii t mordu: chiens qu'on i ions de croira atteii i i ng-. II est lerapfl i i prenne srieu samenl i flcnsive. ,.,\ i rtaines gens ne toncer A leai u>uition. Ce so I da petit! otes sans au'niil el qui prteq • i c i ui est da autant que ce qui itre 'jour i le 1 lit i%  lee a pri -tu oatondre lii bureau de u' l.i<> i. la U i rai i •I roule, |u' .i S i'Ani nili tir, j %  . se I d initl , ' n'a lu qn'on pnt dre coup d'util •. if '/ iu 1re coram son Bel. Il y i ma donne Al/. !• s sports, c'eal bien sxe a, la lree.st de [Ui uuus semble d... •• trouv chat MO* Ou ne sait rieai du ; our ce qui est quelle pointure I i le rencontre de blanc v'u. im un premier oommu.H rrte chez un eo;l d i oisinage, un peu pour 1er I" change aux indiscrets, % our se mirer e ; • teint, si sa co'fi : e s aa i r e, En Sovide La ca Ihdrale du Cii i •i t.| r n i u lu mois d ;i Qt, I Iruclion ne voir c l r ; loche des'i i ••xplosil, tl le 5 d d une %  oie i • Ql p un attentat. Les \m i jes lueux, Il aa de niaret de por 're et tls| .i liou de la seri mi ne toute celte ira % %  aainl de petite 11 i le I Oh scarabe I • ... i I nous, oa moyens. De'l'quipe as • i our dfend/e o Ira lea loottins, on n'a 11 i sVntr.iiin r, i Q i'vec tristesse [osiller l'autre lement, pour le nos cjuipiers s*ali< bien coniilleurs du chu* n'et d'autre le d an mer leanrea, %  ondilious, lit i ec plaisir dcomuun. i Icatne: Moins c'tait la d%  certaine ; s'il d ', ain i que le laisse d oui. -peinent, ce ateui dsastre. ... \o i qu' aide Step-Inn, on er comrial. Tables a bie f taulenila cou• fleura toutes lea S de-Step-Inn , qui est dj ui des tablissemeii'4 de Poit-. i .ace o l'on s %  • .eux, en deviendra t un 'les plus coqat K Paul Auxila u i d i lameui on, apprci de Ils* Vous serez, s, quand n

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06928
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, February 05, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06928

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
" DlREC'llm
1358. BUE AMERICAIN h 1358
TELEPHONE .N*2242
IM vu u'r.s! la-
lii il ii n aaj
sVaresi ri Url iw i V cetiit
de sa cttttitBcf.
JiAETkKLI.Xk
25 me ANNEE N- 75y*
i ()i T- -> PRlNt F ( vPi)
5Ffc.VtUER i.
DEVANT LA CRISE

Ce qui se dgage en tout
premier lieu de Ta joute pis-
tolaire de M. Douyon et de
M. De La Rue, c'est jusqu'ici
l'absence d'un plan financier
en face de noire crise gran-
dissante. Rien n'eJ encore
arrt : mieux que cela ; rien
n est encore trouv qui pei-
raettra de ragir. Nos finan-
ciers latent, talonnent, ratio-
cinent.
C'est le 11 dcembre que
le Conseiller financier crit
sa premire lettre au Secr-
taire d'Etat des Finances qui
y rpond le 5 janvier. Le 9
suivant, nouvelle lettre du
Conseiller Financier. Le 25,
rponse "du Secrtaire d'Etat
des Finances. Cette fois-ci, il
s'agit moins de finances que
de discussion acadmique. La
dialectique est reniai quabk
de l'un et l'autre parte-
naire. On admirerait fort si
pendant ce temps-l nos af-
faires n'allaient pas plus mal.
Malheureusement, les faits,
ces derniers mois,
nient cette opinon. Ds octo-
bre dernier, premier mois de
l'exercice financier, on a con-
front les difficult! sur le
chef de l'quilibre budgtaire.
Le budget vot par les Cham-
bres a t comprim. Ceci
la faveur d'une interprtation
aussi. Le chmage
La crise est
s- s aggrave.
l'tat aigu
Que font nos dirigeants fi-
nancier? Ont-ils des projets?
Voil quatre mois s'il faut
partir seulement d'octobre
dernier depuis que la me-
nace s'est prcise, que le
Conseiller Financier le crie,
que le Secrtaire d'Elrt des
Finances a propos au gou-
vernement qui la pris l'arr-
t rectificatif du budget. Une
mesure de l'ordre ngatif.
On n'en mconnat point la
porte. Mais la situation com-
mande quelques autres de
l'ordre positif.
M. De La Rue, pour sa part, j Dpart de St Marc pour Pa
mnonce un projet de loi
Compagnie Nationale des
Chemins de Fov d'Hati
AVIS
US TROUBLES
UUI
ET
i
1 i' : de S
r ?rt-au-Prim et re our partu i tous les
7 heerea a. m. et laissera Port-au-Pi I h ure.
la Compagnie Na iond- Mes
porte la connaissance dn i>t>bli?
le dimanche 7 lvrir i rochain.
Le T in pas aue-s fa an
Ma c a
jon s
o. m.
Exceptionnelle nent, pendant les
ne, lundi et mardi le depa-t de
henre* do soir.
Le "train mix'e de tiafic le jeudi 11 lvrier pro hain.
Dpart de St-Marc i>m.r Ver- ttes,
t de Verrette* pour St-M
nins ^e
que son II
I le tr j- i j<
Per
d'Hati
H
trois jo ; m,
Port-au-Fi i se I
passagre reprendi le
sur le bien rural. C'est ce
qu'il a conu, Il en attend
in grand bienlait conomi-
que et social. On ne peut ap-
prcier et projet qui n'est
d'ailleurs ([n'annonc. Mais
on ne peut se dfendre d'tre
inquiet la pense que le
coniir-f Conseiller Financier amri-
cain se propose de toucher
notre organisation paysanne.
Il est vrai qu' cet gard, M.
Douyon lui crit qu'on en
parle depuis longtemps (de
ce projet ) et les personnes
qui le connaissent en font le
plus grand loge, disant qu'il
honore vos sentiments. Tout
lundi et jeu II S h. 9. m.
c,- lundi et jeudi l h. p. i
aa-Priucc, mardi el ven
7bres !.. a. m.
paur S -Mire mercredi et
samedi
tour tous autres renseignements, s'adresser a a G d
Compagnie la rue du Quai ou la Direction,
l'ort nu-Prince, le 4 ffricr 1. 32.
Dpart de fort-an-Prin
Des dpches prives le Sai
' alvador non confirm
New-York, annoncent qu<
plusieurs milliers de personne
onl t tues au cours les h
bls qui onl clat, il j a qu
jours.
D'autre part, on ann
londuras que quatre \ illes
par des rebelles
que deux autres ont t atta
ques.
La manifestation
de Bombay
largie de l'article transitoire
de la loi des finances. Mais il uniment gentil, cela.
ne semble pourtant pas que
nous soyons, aprs cela, a
l'abri du dficit.
M. le Conseiller Financier
est hante par l'ide du dficit.
Il s'pouvante de l'puisement
probable et prochain de la
rserve du Trsor. Cette r-
serve qui ast l'unique base
de la politique budgtaire de
nos Conseillers Financiers
amricains. Hors de cela, pas
de finances. Or, les recettes
baissent, baissent toujours.
Ceci est une consquence de
la dpression gnrale des af-
faires. Les importations di-
minuent, les exportations
Il reste que ce projet sur
la bien rural de famille est
le seul projet qui ait t pr-
par. Devant la crise s'ag-
gravant, c'est ce qu'a conu
et qu'apporte notre Conseil-
ler Financier. Pour le reste,
s'il yen a, le Secrtaire d'E-
tat (les Finances attend les
avis et recommandations
de son conseil. Attendra et
esprer.
Mais la crise, elle, n'attend
pas. Ht les responsabilits sont
positives. Aucune manifesta-
tion verbale ou pistolire
n'aura la vertu de faire qu'on
chappe aux siennes.
gent-percepteur.n'a jamais vou-
lu couvrir le sol que de grami-
nes trimestrielles on tout au
plus de plantes annales. S'il es!
propritaire, il s'attachera au
contraire son bien, il l'am-
liorera constamment en y in-
troduisant des arbres flruii ers
I des denres exportables ; il
y exploitera les petites indus-
tries ; un village tel que celui
de la Pointe-a-Raqueltes se
transformerait rapidement en
bourg ou en petite ville.
Mais le Trsor lui-mme,quel
Du dveloppement
de l'Impavide Gonve
------o-
A Monsieur le Secrtaire d'Etat
des Finances et Monsieur
le Conseiller Financier
i. ,
Messieurs,
Le Gouvernement de la R-
publique vient d'ajouter une
belle .page l'histoire presque
strile en laits saillants de l'le
impavide, en mettant fin a la
concession de 1895.
Bien que vous soyez, des hom-
mes aviss el au faite de tous les
problmes conomiques du
pays, il n'est pas superflu, je
pense, queja vous parle d'une
le o j'ai veu de 1911 1914
en qualit d'Administrateur G-
nral de la Concession et o
de temps en temps je ma rends,
en vue de complter mes tu-
des gologiques ,et gographi-
ques.
J'ai donc la bonne fortune
d'avoir dj explor La Gon-
ve, dans tous les sens et plu-
sieurs fois.
La Concession de 1895 a rs-
tard, de trente-sept ans, la ci-
vilisation et le dveloppement
conomique de la belle et gran-
de ile |
C'est pourquoi si je n'tais que
de vous, je proposerais bientt
aux Chambres Lgislatives de
traiter La Gonve eu/.ai/:> drx
t/i/io/i , car, en dpit du bon
sens et de la Constitution, la
politique a l'ait de l'le une com-
mune, alors qu'il ne peut exis-
ter d'lec te urs sans droit de
proprit ou smns domicile rttt.
Or dans l'Impavide tout le nion-
| dt est fermier annal.
Il serait donc ncessaire qu'-
une toi spciale vienne permet-
tre l'occupant d'un terrain
d'en faire l'acquisition. Cette loi
devrait, du mme coup, riger
l'ile en Prfecture, mais le pr-
fet serait un administrateur oui
aurait effectivement tous les
autres fonctionnaires sous son
contrla direct. En un mot, cet
administrateur devrait tre un
vrai gouverneur civil qui
on laisserait la facult de pro-
poser au Pouvoir Central de
Port-au-Prince des rglements
appropri* aux conditions par-
ticulires du pays.
L'Etat pourvoiera it immdia-
tement l'ile d'un rseau tlpho-
nique, de deux chaloupes va-
peur ou gazoline et garanti-
rait l'Administrateur, qui se-
rait un homme nstruit.dana les
affaires publiques, une stabilit
ue trois cinq ans.
Paralllement l'uvre du
Prfet-Administrateur, le Servi-
ce da l'Enseignement rural d-
velopperait intensivement a
sienne : une bonne douzaine de
fermes-coles, une demi-dou-
zaine de cours professionnels et
des plantations de denres ex-
ortables :
nuant au grave problme ae
la terre, j'ai dj indique com-
ment il faudrait le rsoudre :
le systme du fermage n'a pro-
fite aucune de nos les ad/a-
centes. Car le paysan tant
constamment la merci de i a- i
en serait son profit ?... Par la
Tente des terrains champtres
et urbains, le lise ferait entrer
au moins cinq cent nulle gour
des dans la caisse publique el
comme prcisment vous re-
cherchez de nouveaux voies cl
moyens pour quilibrer le Bud-
get, vous n'auriez qu' tendre
le mme systme aux ilesde La
Tortue, de l'IIc--Vache et de
la Grosse Cave pour voir dimi-
nuer quelque peu vos bouc s.
,1e ne parle pas dessein des
Cayemitea et de La Navase,
parce que le sol des Cayemite.
tant de tuf et de calcaire es
de qualit mdiocre el (pie de-
puis 1915 que l'on proteste ici
contre l'occupation d'Hati pai
les troupes des Etats-Unis, per-
sonne n'a pens revendiquer,
avec encore plus d'nergie,relie
petite Ile hatienne arbitraire-
ment saisie,depuis plus de qua-
tre-vingts ans, par des exploi-
teurs nord-amricains.
Nos lies sont pauvres, parc
que des lois de concession a
vaienl paralys leur volution
mais nos iles deviendront, e
moins de cinq ans, riche el
prospres, si l'Etal sait se (i
ner un associ minemment in-
tress, dans le paysan lance i
la conqute du sol, au moyen
du litre de proprit.
En terminant, je me permets,
Messieurs, d'attirer voire alleu-
lion sur la monographie (pie j'ai
publie, en 1911. sur l'Impavide
Gonve. Vous y trouverez d'
trs renseignements qu'il srail
trop long de vous fournir
cette place et si cette monogra-
phie et celte lettre peuvent vous
tre de quelqu'utilit, je consi
drerai (pie je suis largement
rcompens d'avoir rendu, une
fois de plus, service an Gou-
vernement de l;i Rpublique.
Recevez, Monsieur le S*
taire d'Etat, Monsieur le Con-
seiller Financier, mes saluta-
tions respectueuses.
Luc DORSIN VILLE,
Gographe,
Propos
i timides

a
Le plus henroui hom ne de noire
temps est L'acteur Lawrence Tihbelt.
Pour lui. les femmes de Balti i ore sp
se sont battues comme les i.
(Imites d'Eve savent se battre entre
elles. Lawrence Tibbett venait le
chantei chanson d'amour cubai-
ne qui avait provoqu l'vanouisse-
! le su de ses audit' ii se.
ques deux cents autres s prcipi-
trent pour embrasser le chanteur.
Lt ce fut une ml i furie ise. il n'a
pas fallu moins de vingt policiers el
environ deux cents hom ns nergi-
pour protger M. Tibbett c mire
nus, lame de ses furieuses ad-
miratrices. Jamais au cours de sa
carrire fertile e .il n'en avait
connu le semblable, el tout
il s'i n alla avec ses amis fler au
RHUM^ARTHE CACHET D'Ofl te
plus grand triomphe de son art.
Bo y, 28 j I)
..
b ;i .,
io.i
-,
nies rep
oi /
AVIS PROFESSIONNEL
dO
\'i Unberto 'ussn, in'_'''>
nienr plo iibetir, arriv des
Etais-Unis, oflre m services
pu lou'c di ti
vain d insl I li le sa les
de bain, de W. '., le
Si dresser a l'Avenue v.
prs de l'hglise du St
Cur.
Tlphone : 2462.
[ROUBLES El ESPAGNE
Le Biliaire de l'intrii tir iirnoii un
itioiivciuru coiuiuuii.sir grave
Madrid, 28 janvier. - M. Ca-
saies Y. Ljmroga, ministre ue
l intrieurs dclar qu un m u
veinent a t lanc pour l'ta
sment d'une dictature prolta-
rienne en Kspa^ne, sous la direc-
tion de Lon l'rui/ky, ancien
chei sovitique russe qui vil en
ce moment en exil Stamboul,
Turquie.
" Le mouvement actuel n'est
pas le grand mouvement atten-
du a-t-d dit en taisant al tu
.i i.i grve syud caii >l ei i
muniste qui devail clater nier
dans toute l'Espagne mais ne
s'esl produite que dans quelques
endroits, Le grand mouvement
es) prvu pour le mois de ic\ rier,
mais le gom ern menl est pi
l'arrter par de svr s m< Li-
res."
Une tentative d assassinai a eu
lieu contre le gouverneur pro-
vincial Svile tandis qu'il
passa t dans une rue en Faisan!
une tourne d'inspection. Un
coup de feu fut tir d'un btiment
du voisinage mais le gouverneur
ne lui pas atteint et continua sa
tourne.
Pendant toute la journe, il \
rul des coups de leu isoles el un
homme fut blesse dans um- ren-
contre entre les gardes civiques
, et les grvistes.
Le gouverneur a ordonn
tous les grvistes de reprendre
le travail, en menaant du loc-
fcout ceux qui desobiraient.
I n rapport n n confirm de
la ville de Follana dit que deux
iviipies
-
tinue .i Vaiem e mais sur uue
chelle inous tendu*
it ouv<
mais la plup
ements sont ferme,
. I plnsu i.
... t

; sous l< a n picea d-
40 i
ai .t t interd e
i eu i ij poui
o v> i de la prO| na
i
1 -e i re, i -pie Its
nonn
10(J 000 t- i
I lia V i
i si n imei I s corn-
V inU qui attti l que c'
1 V : OU d
d nbler. L'oi
l-nc i d'uni
n s i :i-
s ils de |ilus de per
unn
i^i g luvern id<
ema 1er l'aide
qui obisst II il r
i i 111, ui i (> 111! i
qui loi '
pour le parti d itio
Une annonce
nenl lui p ua
naus de N. w U lin a .Il
iO .. i pai jour, ua i ... un
e le logemenl gral
nmi qui ' joi i I :
- i our sa?r co
uuets national,
... v- nt pa9 lems
en I s qu'o r^n
'on! i ues. Ils en i-
, et ne tard i .t
F lire, pren*
die soi ()us le haut du' pav,
i"s, s-t-on si-
innes o-.ii t
mordu: chiens qu'on
i ions de croira
atteii i i ng-. II est lerapfl
i i prenne srieu
samenl i flcnsive.
,.,\ i rtaines gens ne
toncer A leai u>u-
ition. Ce so I da
petit! otes sans au'niil
, el qui prteq
. i c i ui est da
autant que ce qui
itre 'jour i le
1 lit i- lee
a pri -tu
oatondre lii bureau de u' l.i<>
i. la U i rai i
I roule,
|u' .i
S i'Ani
nili tir, j se
I d initl ,
' n'a lu qn'on pnt
dre coup d'util . if
'/ iu 1re coram *
son Bel. Il y i ma donne Al-
/. ! s sports, c'eal
bien sxe
a, la lree.st de
[Ui uuus semble d-
... trouv chat MO*
Ou ne sait rieai
du ; our ce qui est
, quelle pointureI
i le rencontre
. de blanc v'u.
im un premier oommu-
.H rrte chez un eo;l
d i oisinage, un peu pour
1er I" change aux indiscrets,
?our se mirer e
; teint, si sa co-
'fi

: e s aa i r e,
En Sovide
La ca Ihdrale du Cii
i i t.- | r n i u
lu mois d ;i Qt, I
Iruclion ne voir c l r ;
loche des'i
i '
xplosil, tl le 5 d
d une oie i Ql p
un attentat. Les \- mijes
lueux, Il aa de niar-
et de por
're et tl locile 11 rsiijiie. assistait, d
nre un pais cordon dp sol
dats, ce nouvel acte de van-
sme impie it i ,
0 un? teneur aup i si lit
de 'i'.
, sut t i | iur, par-
gn par miracle, i a
douce vision ne dur; qu'un o
ment ay ni di Dite
d'une nouvelle i m
Les jours oh anta ce lui I
tour des sonb ils et des
londements d premire
c proton-
i' 10 mi lb38 ( \*
pour i .i
..i. 1932 .'.' i de oun-ne
l e gi Palais S
vieta , qni sera
la lin de 1U.LI.
i i mule pour
tte imie, coioina
i ane corpnlenre
Veiius botteil
?n panse et im-
il \ u a pour la bu u
. Vera minuit, il si
11 sortie, rase les
mut i ul dans la noi*\
purs tout doit tre
'!: CltiL nei s>s|
.i liou de la ser-
i mi ne toute celte
ira aainl de petite
11 i le I Oh scarabe I

... i I nous, oa
moyens. De-
'- l'quipe as
i our dfend/e
o Ira lea loot-
tins, on n'a 11
i sVntr.iiin r,
i Q i'vec tristesse
[osiller l'autre
lement, pour
le nos cjuipiers s*ali<
, bien coni-
illeurs du chu*
n'et d'autre
le d an mer leanrea,
ondilious,
lit i ec plaisir dcomuun-
. i Icatne: Moins
c'tait la d-
certaine ; s'il d
', ain i que le laisse
d oui.-peinent, ce
ateui dsastre.
... \o i qu' aide Step-Inn, on
er com-
rial. Tables a
bief taulenila cou-
fleura toutes lea
S de-Step-Inn , qui
est dj ui des tablissemeii'4
de Poit-. i .ace o l'on s '
.eux, en deviendra
t un 'les plus coqat K
Paul Auxila u i
d i lameui
on, apprci de
Ils* Vous serez,
s, quand n le prix. Da
elrennes, parole 1


.,
Bl
1
11

Ii
AUX ROY
30 annes
,; -,- .1 -........" !Il
Voir notre te Pag '.
r
Sf

%

v
PJ
J



dil u


a
Les COl
m maies r<
a lorm un
les lections com
t annul'
compose : M
vix, pr Bide t; R
et Mondtstin, ;
Il impoi
ie rgime eu-
une commune, i
un moi il qi
commission
jauvier 1932,
pour s'lire
communaux. L'a b u rdiH
de l'anne p i
Le Nouvi u i
doit nn arti
nadieu La i
lections ha
ne ix c
|( ira il t c
ble la prose
h ltiei .
U
NITI-U'ii i-
1110:11 ! >'
ics ane sei lion
il int le tom
asmr, jusqu' n
l>.c le pers
ii protocole.
-Mi An i
sUenld l'U
.s .i.m.,n i-. Ii es
go il de la c
t>|) irismcn.
- Mr Frdric Ji
est nomm o
G Miveruement
Dal Civil de Poil
C'est m. jeui e
gueet colliv(.
plimenis,
Deux nu
Mr Albert il
Mafia Gauti
venus, Le ;
quante ciui,
truute ans
Hati.
-A L'occa&i




re





EST UN
APRITIF
prfr des Gourmets
.

Agents pour la Rpublique o'i
A DE MATTEIS & Co.
l'on au Prince (Hati)

isqu
i Solidarit
Station H. H. K.



i
t
J it (5:
q>
i s
;
t i:
I
h
I

de HatiiiMliiinsion du
193 2,
. (Mar-
l'O
du
Avis
DIMANCHE 7 ET
LUNDI
FVRIER
,... odesproi Nous rappelons que lesdeci
,% de vhicules est bals travers poui entantsau
rtlcui ' ree sl lub : '"' ',';!::i,l lien l!l"



6aire de la
H.Gonstan ...
tre d'Hati
le < salons
a euue Ma la ki
Paria
Amrique en<
de ses coioa
mule savon;
Utions i
meut c'est
ddions aux li
A pi
tiou du (oui
trawigeant, M.
miiiisire^doni
a Cent noi
majorit de
la Rpubii i
est de rac >
savait dj ,
L Mo ta.



- .
le p ;o
1
ol
es
. s ii.- piao "
h m Pi
, Y .i
\ Blues
) Or-
.
Luc
he
No 'i
:1
; r le
I
ei
P "
ne
m its
. y nicu es:
Art. 2>. U< un '
i aia air< u ei
un chargi nu "t excdant c
sou loni ge d termin
e o egtstr.
,,0. Aucun vbi oie
,.,. ,;)ir une e( rrosserie
., ; i e la largeur exis-
I enti i 'lie"
rpv e, ,| 11 p permis
manche 7 I lundi 8 lvrier.
du cercle peoj
mer leur!
cartes I. Tout est
ini en uvre par le l'omil
p< ur la russite de ces deux
soires.
Avis
G
17



pari
st
i
2
d
L. C. J
IC
4 . IY i lame I
: . dans le Mai ge de
,re I. '
'" | GYCKS.
Uj Or
.
Wa krr.

de la
:e d J
.... mi
me le
(_ r mot h )
.ilS.
> .\To 2
oe) t'a-

i
) Orch.
La Loterie Nationale d'H-dii
s'empresse de porter la con-
naissance du public qu' cause
i D q| qui dpasse du carnaval, le paiement djj
ou qui soit lois de son unime tirage
n'aura l'eu que le mardi 9|
lvrier courant de U heures
midi.
La Direetion
Un complot
au Portugal!
Lisbonne, 58 janvier.- M
personnes, parmi !
quelles se trouvaient de nom-l
breus officiel de l'ansc.g
t ai t- s l'occasion d oui
ci Qiplul pour assassiner le pMj
sid< ot Carmoua et le mmi?r|
des finances Oliveira Salaxir.
Un ancien prtre nun.njM
, : rco qi'on .pi tend lra H
. iuf du complot, a t *ui|
*nt.
hauteur de plus de 14
tu dessus de i.i Cba
se.
r. ;ilJ. U est dtende
i q i conduit un vhi< nie
i ni oieui d inst. lier plus
d uni pei tonne sut le sige
,,u i oc iqje ou cl y 11.11 s r
d bagages pouvau contra-
rier ses mouvements.
Ces articles sei ont rigoa
reusement appliqus.
S. L. HOWARi),
Major G Chef de Ut Voliec.
666

.;
Toutes les Polices
DE ,A
un ii
QUI PL-TfrNT
ctxACTTupe
il

aprennent la Protection contre la
oudre sans auqmentation de tauXj
Le Boss $Ca
Aqents Gnraux



iiiimii Barkuci
s su
1
!
Dpl : Rue Csar.
La Manufacture Hatienne Grand Caf de France
de Chapeaux 'L'Indiqne* sous la direction avise e de iom .
FRANOIS GiRALOI QUI EST OEVEN'J L'A
LE PROPRITAIRE DE CET I MENT BAI,
LE GRAND CAF OE FRANCE, OFFRE A SES .. El DiS
TINGUS CLIENTS LES CONSUIIANONSL! S, LES
. VINS DE 10UTES PBOVENAKCES. PLUS CHOISIS, C i ET
^ CIGARETTES, SANDWICHES, VARIS DES A PRIX FOUTE
CONCURRENCE.
L'ACCUEIL LE PLUS SYMPATHIQUE CONTINUERA A TRE LE
MEILLEUR TRAIT DU CRANDI DE CRANCE.
Patrizi & G0
TLPHONE : 2341.

A le plaisir d'aniiorrer s nombreuse Oie 't qs"-
tente de ses CHA! EAUX se fait, depu s le i janvier, au
No 202?, GRAND'RUE
rn face de son ancien local.
Les Clients y t; oUveroBJ le mme accueil.
BON ARCHE. CLRIT, GOURTISIE.
Martinez, Marcelin & G
CE OUI N'A JAMAIS T FAIT
CE OUI NE PEUT TRE DPASSG
Kola Champagne
F. SJOURNE
Prpar dans D'ASEPSIE
Prparatioi et Vente
?harmacieP. SEJOl NE
Angle des mes i\ u p| du Oenti ,
JT..1 1 s p'ui S:> U\\\:- ""
ri,o!:cjla Lucky : >'io" "*
Kwclwif proeM
CELLOPHANE IMPERMEABLE
A L'HUMIDITE
L'un k !
Zip il tit ou>
t 11 nouvelle p.itte i
I I
c
-,
:! et aux c
FRAIS I 1 PP"
' *
rirl
"It's toasted"
Li 'r$ gorge '' ***
\ '"-Heur
SIK-ii ,?r,i,
Hk . :.',>.-il
On demande
louer une maison bien si-
tae avec toutes les commodi-
ts.
S'adresser aux bureaux du
ornai.
i
AVIS
PUBLIEZ PAS DE FIE UN PETIT TOUR
TERRACE-GRDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1.600 pieds d'altitude. L'tablissement le plus iiais'de* en
I Virons de Port a c-Prince.
Seulement 15 inimits d'auto sur une eucli< nt loute

:
. '.."'.
LE FAIT EST 1 ESTABLE
Rhum iaillie
d^b^'^
vrier on trouvera, i la rue
Dsnts-Dcstouches, pi es de
U Shell Company, des lgn
es.ceuts, noix de coco, etc.
des conditions avantageu-
ses.
Boissons de toutes t spces.
SANDWICHS
arrangements particuliers pour les pansions de jour de
semaine ou de mois..
Panama Pailroad Steamship Line
Service de fret et de passagers en lie
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un va territoire
I runissant les nu erroirs,
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMI REZ!
Angleterre
Eooasc
Fiance
uM r, w SPFRON A C*- 17. James Street, Livewool, 1 ngian
THEi-OL'lSwiKG APEOUR AGENTS.A1 HUNC1P APPORTS IN 1 UROJ E
jHt i ulluv^ tNGLANDf i,tOTt AND, FRANCE.
MrssssG.W. 811ELDQN& ( .,
17, James Street, Liverpool, Eoglana
I. F,.rcr Mm G. W. Sheldon k Co, aie represrulcd by'tbci oliowin
ii ..!,;.(. ?mil a direct service de tianspoit de passagerset du fret entre Hati
l,US LKFMnStt NU Yo.k,et Cristobal. (anal Zone, Isthme SJ
Toki U littejjt ncs agsnta pour las priucipecux part de l'fceurope:
V

**Si
______, i
i.ilatly HENKET& Co
21 Rui del BrMbliqot
l&araeille.
I'ernu Perr-u & <-0, }-w-
RjQnai Cecrges Y.
Havre.
Mer nu Fer. n & ji LU
Rue du Moniifl Vepeur.
Boulogre sur s.er.
Messrs A. BMMMH Co,
21, AiieBgace.CopcBtwgBa
Oslo- Norway.
toteroationsl
Spe ditionsielknp Oslo.
Il M. AUanlic Frcigbl CorpB
Dailinhaus, Hamburg 1.
G nrubj'.
M tsars 'rt-ight
Goj isolation
Germany
Messrs AtlanUc Freight
Corpn.,
24 Quai ordaens
AMtwerpfC Betiu,
Hkrnu Prou & Cie Ltd
i> Hue des Maris,
ris.
Hbrni Peron & Co Ltd.,
Rue de Trannuillil.
Dookerqoe.
Hcrnu Peron & Co Lid.,
9 Rue R<
Bordeao
GlMOBi Itai y.
Messrs Hinbv ( <-i & Clbrii
Piazia b. Matteo N* i"'! ei er
( 0T1EMB1 i t. : v i i.i N
Ni ri :-
Messrs A ti.ai TIC 1 '
( (M p'M
Kon Emmapli
Rotterdam Holl
Msssrs SiaMMAKN & Ca
ASSUR
la
General Accidt
Assurance Cor
de Perth t
tic
d.
uai in ( ihx esl une d | organisaHBn.
rmbraiM le
. Je
Se |()UUre
endommagea
!
t D Hait .
Polices conti BY1 "
iccidents
u moins -i 20 dollar! y. C
Veuve i ,RAi
a. \

Pci

LUxCayes
iLANC^El Jrinie


\ endredi
5 Fvrier 1932
Le Matin
4 PAGES
16 *e XMttSl IV WW
Port-au-Prince
Tlphone : 2241
Loterie Nationale d'Hati
416, Ruo Bonne.Foi, Phone : 3353
!/i Loterie i est :
une institution haute multi
d'oeuvres qu'elle le l'ai 1er, une : i d
're offerte aux ho iitions
Employs, Fonction iairei Artisans, SaI
t ras ordres, Gi ni d ins pi
lear budget moyam n
mille gourdes. Pair i >. >. Plu lusti
ix insuffisances il s i- l'achd l'un billet, i
IP>re du souci des cham
Mdecins, Avocat* dis, Dputt .,
Dignitaires de l'Etat,Repi s de PIntellectuali , i
nalisles.
Donnez I
Itentiers, cap
avoir.
Vous Ions qui ii
aut te billet del LOTElttE NvHONAL D'HA .
| SONGEZ
i Familles
QUE LIHSTI01 TIPPENHAUER
. ESI L'TABLISSEMENT _QU"IL
.MUS FAUT.
il par ses'excellentes
ei d'e iseignement ctafi
ie, son inbranlable dis-
i .h e,sn irrprochable peu*
scolaire, que par ses
les m idernes pou Pe-
lade de la Sit no Uactylo.de la
Comptabilit et des langues

l Hue : rre. Tel 2891

r

Lykes B SS G0 lue
Texas --K *t'
i uo.al Rico
Le seul servi lier pa
fret entre tes poi
Port-au-Prince, i
Pour la r< met
Importations, serve; navir L\'
LINE.
Les prochaines ai m-Prince so
Steamer i pu 1.-,
Steamer tOnc la
Stean er .Ain 26
Steamer M I mars 19
i;uieau:Rue du .,, fjoite 1
A louer
Une i i ayant tout le
lorl n , an Bois-
Lavand.
S'adn n .
M M'.TIENS
Magasin l !h Gn tjens
Rue du Magasin de l'Etat.
0=0
rABLETTES
le n mx 1 s tte
d en 'M) minutes,
I un tid le uemier
et 11 malaiia eu troia
i sau b > li (roi 1.
+mmt+-w.-*
a*V*ar
Rparti de Ni v. Orl< el Mobile pour Por e Ports Sud Hatiens
Santo Domiugor*et M Ibo.
Porta
i
New Orlans, | ,e
Mobile, Ala :embre
Port au Prince (ai vi *c. 7 j mvier
Petit5 Goflve( e ) 1 jauvier
Aux Caves ( arrive ) 12 janvi
Jacmel ( w. i i 6)1 j mvi< r
Santo Dgo City i janvier
San Pedro de .'. 1 nvier
Macaraibo Ven. ricr
' parts Fvrier
; lvrier 1932
i i 1
> mars 1932
5 i i 19 2
n | > ma s I932J
J8 vri i 7 .uars 1932
10 9 mars 1932
Il lvi i il) mars 193-',
14 1 > 13 mars 1932
Dparts de New Oi ci ur Po i orls du Nord Hatiens
Domingo el h-
Ports I)ip er
New Orlans, L .
Mobile Ala. La
Port ai. Princ(. bre,
Gap Hatien ( le
Puerto Pista ( u. ; >
Sju Pedro d( .
Santo D imingej :; t mbre*"
ataralbo, V' i
' m /. 1: 31.
Pour t' us Ici s'a sie irs
.-\. rEis & i


21
i




Dj arts Fvrier
lvrier 1932
11 lvriei 1932
18 i iei 1932
rii r 1032
il. iei 1932
r 1992
: i r ]:; >
27 lvrier 1932

Isa, fm
Vente par voie
pare au-des-
sous de la mise
prix
Gin-Taldy
On lait savoir ceux qu'il
,'pnartien t'a que le samedi
qui sera six Fvrier mil neuf
cent trente dni neuf heu-
rer >u matin il sera procde
en l'tude et par le Ministre
de M* Edouard Knol, No-
taire Port-au-Prince.
En venu de la Grosse en
!torme excutoire d'un juge-,
ment contradictoirement ren-
du par le Tribunal Civil de
Pori-au Prince en date d
viagtsix Novtmbre mil neui
ce n trente et un, dmeul en-
registr, coliationn, scell et
signifi,le dit jugement ayant
acquis l'autorit de la chose
souverainement pince.
D'un commandement en
date du trente et un Mars mil
ne.it i ent trente et un demeu-
r mil uctueux.
j Et d'un certificat de Ma-
tre Edouard Knol, notaire a
I Port-au-Prinre, en date du
! (rente Janvier mil net 1 cen
trente deux, enregistr, at-
testant que la dite vente n'a
pu avoir lieu faute d'ench-
risseur ;
A la vente au pi, s offran
et dernier enchrisseur d'un
immeuble tonds et batiste-
situ a Port-au-Prince Km
Joseph Janvier ci devant Pen-
thivre, entre tes Kues R-
publicaine et du Magasin de
l'Etat, consistant eu une mai-
son basse deux apparte-
ments; l q e le pi opnl me-
suie viugt pieds de faade
sur soixante sept pieds de
profondeur b ri.e au Nord
et l'Est par le reste de I
proprit de Mou-ieur Simon,
au Sud par la dite Rue Pen-
tbivre e< l'Ouest par Poly-
nice Janvier. Suivant plan
et procs verba: d'arpentage
de J. D. Kimpel en date du
ingt t on Septrmbr mil
neul cent cinq enreg str.
A la requU du sieur Juli n
Don i,proi ritaire den euraul
y.ut M*Pierre L Hyppolite
pour avocat constitu.
Contre la dame (iuerriei
Thomas dment assiste et
autorise de son noux, de-
meuii nt e ni cilie t oit-
Hu-Prii ce ayant M" L< uis
Raymond et Mai. tl .An'oint
pour avi cals constitus.
. a di'e vi nie aura lieu au-
dessous de la mi e prix qui
. t .il >ic Mille sept cent trecte
sept gourdes cinquante ceo<<
t mes,monnaie nationale, ou-
tre les charges de l'encr eet
les honoraires de l'avocat
j) ursuivant cy... (J. 1737 du
Pour plus amples rensei-
gnements s'ausse au no
taie dpositaire du cahier
des clnuges ou l'avocat
soussif n
Poil pu Pn'pce, 3Fv. 1932
(SifcneJ L HYPPO 1T1-.
avocat
CE SOIR
A la dem.nle Jde quelques personriff, le bfSu flli
lbre toman d'Emile Zola :
Mr la ri.
L'Argent
Avec Brigitte IMm, Mary Glarv, Alcovtr t AbaL
Entre ? 100; Baleoa : 2,00.
DEMAIN SOIR
A i heurts, pour irmplacer la matine du Dimaacha frai...
Le film encb.:ntur :
Morgane la Sirne j
Av c Ciaiic de Lorezt Ivkb Petrowich.
gotrs : 1.00 ; Baleoa : 1 50.
DIMANCHE
A 8 BE'JRES
Pour la dernire fois la beau film Le Lieutenant de la Reine
Av s Ivan Petrowich, .Agrs Esterh-zy, Ferdinand Mrt,
Li lan El lis.
Entre : 1,00 ; Balcon : 2.08
AVIS AU COMMERCE
La Panama Railroad Steamship Line a l'avantage d'aa
.01 ce les dparts suivants de New York pour Fort au-rnnes
Hati, directement, durant le mots de Janvier 1932:
Dparti de hew lerk. Arrivages Po,t au-frinu.
>|S Cristobal le U Fvrier 1932 le 7 fvrier 1932
S/S Bucna -entura le 9 fv. 1932 Je 15 tvriet 1932
S/ A- cou'- le 1(5 Fvrier 1932 le 21 tvrier 19323
Seamer Guayaqnil" le 23 tvrier Me 29 fvrier 1931
Panama Railroad Steamp^hip Line
JasH. CVANREED
agent Gnral

Laboratoire SJOURN
Dihf.gtufis
F. Siodrn*, Pharmacien
Lv Joorbj*, Parmacieu de l'Universit de Paris
M. Sjourn, Pharmacien de l'universit de Paris,anctti
luterne des Hpitaux de Paria
Analyses des Urines, du suc gastrique, du sanc i Was-
rmanu, Ure, Loustante d'Ambard, Glycmie).
IXscrachats. Des matire^ leeales.
suran
Une de plus fortes COMPAGNIES
CANAi [El 1RS d'ASSI vNCE

ir la VIK
'P
EU
i>
O
!
}JSS
smtaSBssssmam
i
SElSif UNE
Le sti ami i ii lobd i si
attendu P ir !-:u Prin <
ew York, It diman-
h i i r 1832 ave
( rs. Il S lies de
" et partira
dans l'aprs-midi du mme
j >ur dii ectemen! pour Ci i i -
bal, Cm al '' i e, prenan t''.
malle et passagers r t sera c
reiour ici |j 18 fvr
en route direct- ment po
reiouruer <> New-York.
i o.i au Prince, le 3 lvriei /
I ..i
*
Jaa H y
geni-Mneral i
LE LAIT DANOIS
ESBENSEN
S'EST OUS. EU TBSI FEU DE
TEIPS. LU FAVEUR DE U POPULA-
TION Ei'riAITI, GRACE il S* PUf)ET
ET S/* RICHESSE EN CREIE.
De IodI Irmpi It l.ll t,.|urf| i MM. t
fBtantt. iox .ml)ei H .ui nourrice. 4i,i r Jmt
l. cl M M ienconi.nl pnrl, i, dans le lait achet du nar-
>*ai |arle i..o,,s. ""*. de tout rapoa, oa-
Lh., PRODUITS ESRI'.NSEN
Lait rondenst
Lait vapor
..,. i .i '"'" e" poodr
.Tcn.'e."" mai"BU""' g.t* Euige, mvm
BIRE NATIONAL
(^e la Brasserie Nationale
Se vend p. rlout OrO ,10
le verre malgr sa oaulite
suprieure. '


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM