<%BANNER%>







PAGE 1

A31N -3 K rici ta; 2 %  rli l i-.. I %  S %  AU^c TUE-NP jil'Ort-.. I iieni il" > Exlooa la %  Lettre ouvert a HpiUl : rtl BaHin —o — C — Ida! AU CHEF DE LA GARDE D'HATI Ef AD PUBLIC. ALIX ROY 30 annes desucct Accidents Du M Janvier 1893 %  ne Tliovard 7 ans, Mois Schul'z. Blessure conluse du Cil:' l hevelo. Ire Pai !, 22 ans, rue Dr 4 y. I ii.; ii alisme du ci Ane (hospitalis). Henry Herrter, 5 ans, Peu-rieChose. Blessure lontuse du ni pour porter les faits .front. Maorie* Raymond, 22 ans, icottel Ulessure conluse du REPUBLIQUE 01TI \ KLSKFJK ADMINISTRATION GENERALE \ sont convoqus en assemble DES CONTRIBUTIONS J J IIS lotir journal Le Malin , un i nitilule. Aude la Polic Rurale i a ai le cuou qui est lualheui eu.senn.n Voir, j.lus torli n incite, il faudi .i I i vidence, qu un .... de ces trang< rs cdeiil n pi place a ues trant, %  L'out le rm mile i I l'a cord llessus, Le principe lui-mm* ne saurait soulli'ir aucune iiiscu >ion... "Les patrons,in lusli I merants, auront i eui' u % Veiller. .\u cas o ils ne raient pas d'eu ns, il i pas mauvais qu une loi y...il un l'un.iu [en i termin poui la mai euvre trangre, vienne les j con truindre. inco il ablede la a ru pays voisins nou i onl l ailleurs donn I exempl i U pui des annes,aucun r'ri autoris a pntrer e i Angleterre! pour y o< cupi i un emploi salarie. Lt voil comme l'on | connue l'on dit, coin ni i on tau dans la France, gnn uae. Nui ne ; .Ml ...,,. lu u (un in. jcei lui pi pies, Nous.avons nu'ut le droit d'agir les .,..>. %  i,. i |U1 i ne | I Ull v .. .\.. I I1CU I venant. I < n tissa ne du Chel de le et en mme temps li .' le public sur l'objet de cette oestnuuou illgale. ,. donnant publicit a celle maint un se ; Il ire.quevoici. Le samedi matin i) janvai un certain Levus Mathorin, un ruiai de la Commueoe t i ve, aujourd hui liobert M'ihuriii, ( mais enliu il change de nom, puisqu'il a d'tat ; c'est un grami mtayer, un grand seigueui, le lt par *ui d eue grant it s teires de l'ex-r'residtui Louis IJHHO j Revenons v: nedii Mathu in me n< api eler par un homme soi sei vice qui m. fit ta dclara q il.., r ni dent v I e i i i oiiimia sui i. de .\;r Muthurio. liunn di temen ,|e m< ti i n& i il le.s IleUX, ou | t m ati i quoique e< : s.ii i \ ce Muthuiin liUl< I aines i OU lit u Jeune, qui, ui i i;due )K nton.du tmr chevelu, rgion temporale, contusion du bras gauche et blessure conluse du dius droit. Victoi l'ii.nt(sca,2anslIaseo. Iiie-4ure eonti.se de la rgion frontale, Marc Lberle, Place Sle-Anne. Bh usure cnntu.se de l'annulaire et nu mdius gauche, simple ">, du poijiutt droit et de i i >mbe gauche. r 'ri Adeliaa, Bel-Mr. Blcsontue* du menton, con* %  Non du pouee gauche el de la ji nbe dioite. Ju-Bapiiste Italie. 52 ans, co. Contusion du euir chevelu %  t de la cuisse droite. L Ren, Portail Logne. Uo %  n rie lainb M %  No ai o, rue de l'Eg. lue. Un sa un coutuse le la ie Il est tait sav ira tous ceux qui i! appartiendra que le jeudi quatre (4) fvrier mil neuf cent trente deux, onze hruses du malin, devant la douane de Port-au Prince. Il sera prucede,efl prsence du Juge de Paix de la Cupi taie, section Nord, en vertu d'une ordonnance du Juge de Paix de Cabaret en date du vingt deux janvier mil ueul cent trente deux; A la vente aux enchres publiques des elets mobiliers de la successiou de la dame veuve Arnauvil Jean, dclare vacauie, aux requte et poursuite de Monsieur Eribert E. nus (l Correspondance Ce 1er fvriei (19. Mr le lin ecu ur, Je viens de lu p, ns un .h ) duc MATIN, qu le fuyt Ltscuiifkiir il cillent, t .... les affaires du Cabinet I w Cela n'est poi l VI > ius un avocat donl j u eu ende volontiers les ulluiies I u H i.i pie n a pa I inlei vccui leu !.. Uy | i > MO | | i.. cela. iNO , • uii uali relleii cl elicaiesse ui Maib, |e su i uispi IOU Ul : I de tous U .s .. Je | ituis causes, Uou i iiimei • • > • o i e, > u l .n is. t. i in une cnupi u > piopi teti je p i i ,i ,i .u us al mi du Lhe in iji i 11. t de lara a so I i is ces bol su .i. oe ..ionllu i. nu tni o n irauspoi Le i x, n avait iai on ^ c Mr .Via li u m i i des trous dans I Il u i %  I i i vaiii la vi I i roriu uu ii Btu ni mtiit prs trois jours, ce toi Mm m puisse l'aicu-i. fait qu'il giio i. i i 'y m tei bout, j con-tu l'end ois o n avoir i n> i • coupi i je constatai en i il IU ve • S IU1 V.iii m 10 jauviei ia ... a nej. ,oui ton i j Chi i btu lui mis lie; tv ; le • UJredl lo i oi %  n uppelci aii I c 1 1 i dlSOil ,'ni J' a Ulllie J/Ot" ,1 il i ni e. o.i .\inbi o i i|Ui UJ IUI I de i ii ouiouKuti i .s lieux, ou uubUut i o U la.u IliOU qU Ul i. i c i a 11 IU1 ;i i vi par sou bon ami Ihunn ; drle iaoo tout ut Qfluli i '• Apres quoi, Litietlureut longtemps, .il/ bleu eu u parte. I en toui au doi k,l api Au broise i n nu pu i tomit a SOU nui.j ie . i., ie lui dounei satisi. i Le leudemaio 16,je tusdei p.ii u l(, iimie a la n rtigu uave avec udre d'an ti l herubiu qui .i M i j ne m. MI (ii,i puiii i i ei p .... Uouu i bois, A la Caserne, t'aapi4 .— 11,Marne! Vous avez n • j des insueis dans le lavage de vo're lingsoie. !• ra sotigei aui soins qa y por li Nouv le B nchii i ne *i J CYCh I •nib oise s'e-i constitu ; sam attendre l'arrive le i compre il plaidait n ja d >a se.iout en commet iut n piie des iu|uslices en h ssant Mon bly qui venai. e uoigiier Li iVidjor, ne par i pat P,. ai>,u'a rien compris; i m.-,, ii t ni mu en nu u ( ..,i cet aspirant l'ii no dclara que la ponulaion Bizo on tait unanime i demander justice contre moi Des lors, une enqu e ot la, J lus • ou ole.d ete incarcre. Aprs Ijieu Jes |uur de dettunou n a t m tr au Par |uel qui e r n.oya bois de cause o l u s idisi us qui ont uotive nu destitution, avec (\ tilical de i •: voi : -erv i inafiUlua'e < i aprs quatre iuuet .-c. 9 u U u oue du met l qu'est-ce din di cela ? Ce alathunu, qu ne c, „ ,il p y8 cet nomme qui > m sons la pre ll 1 < M Boroo a loiu1 '"•_ • \ u i ons de toutes sortes',' — a laii rmprisonuer di pu kibit s moyens, tels que luaepu i iui.00. Si Juste Jo^ l i ,n v| x % %  • Simon ci con •• ts poui i< ntative d'assassinat sui sa persouoe.Ces pauvres cuovens ne sortirent de i prison qu' la lin dugoover iiemeu. du Prsident Boroo ei poursuivant toujours la mme voie, sans mandat aucun,il u sabote la maison de otre pole Albry Jean, perI i n de voies ue buts sur de pauvres malheureux. Public, maintenant I gion frontale et du nex, blessure contais du genou, contusion de la jimbe. Pierre CaSelos, 52 ans, BelAir. Contusion des jambes. Mme Jn-Baptiste Julien, Bainet. Blessure conluse de la joue gauche, rosion de la cuisse. Dorcos Almene, Lalue. Con tusion de l'paule gauche. AhaHa Julson Gustave, 47 ans, rbomezeau.Contusion de l'pau1 gauche. narseille Dlivrance, 12 sot, Portai) Sl-Joseh. Blessure conluse du cuir chevelu. Gustave Mar'e, Lalue. Corps tranger des 2 annulanes. Z phii Franeoit, rue du l'eupie. Contusion du tronc. Jn>B.[)tisie Venelle, rue du Peuple. Contusion du 1er orteil du pied gauche. Alphonse Georges, Faubourg Salomon. Biluivdu 1er degr. Bony Paul, 28 ans, PtionVilie. Moi sure de la lvre intrieure. Simibei: S li^ Fonds Perrier. Blessure conluse du coude droit. Krancosur Miltina,36 ans.Jacmel Luxation probable de l paule gaoebe i hospitalise). -i un aie le mercredi 3 fvrier courant chez le Ur P Savaiu (Pont St Geraud), 7 heures prcises du soir. Ordre du jour : t.— Lecture de la correspondance. 2.— Questions d'intrt gnral. Le Prsident K:W% liait MM Ml RATON M ••'• mmrtt t* CHTIL wv | JC I -rra/ifcyivx ot aldcJ^ 0 Sylvestre, Agent des Contributions a l'Arcahaie, agissant en sa qualit de curateur particulier de la dite succession, ce, aux tei mes de l'article 7 de la loi sur les successions vacantes. Les ellets consistent en: lo 1 lit en acajou. 2o 1 armoire 3o 1 garde manger 4o 1 side-board no 1 table pliante 6o 1 petite table 7o 1 lavabo 8 > 2 dodioea 9-J 1 a 1 Iian:cetJ3 autres bu joux. tOo 1 malle en zinc,etc,etc. L'adjudication sera faite au plus offrant et dernier enchrisseur au comptant. Faute de paiement, l'eflet ara revendu snr-le champ la folle enchre. Fait au Bureau des Contribuions de l'Arcahaie. le deux fvrier mil ueuf cent treuts deux. E. E. SYLVESTRE Agent des Contributions Curateur Particulier de la successiou vacante de la Vva I Arnauvil JeaD. jugez Pu. DOMONL) POUR L'AVENIR! Durant l'hiver, garonnets et fillettes oM besoin de la force que donne la SCOTTS EMULSION. C*l Ir tonique nutritif qui leur assure ta vigueur et le$ maintient ea bonne sant. Une Cuillere, le toir. reconstitue les tissua ltfl et reusure !.• vitalit pendant qu'il* dorment Une Ctiilft, le matin, lc fortifie pour la journe la plus attire. SCOTTS EMULSION prTientlee rhumes, les toux, 1 infiuenza. Elle loigne des enfants la maladies Elle assure des corps .-juins, d<:s poumons solides et une vigoureuse. M<*U il MM que ce soit l'authentique SCOTT'S EMULSION d'hucia de foia de morue nerveieaae I /d! U.initHi A Ml) At'm, d t MMMI RAROI U F. RITCHT ^ CO>,a. M.dl.o.. Av.. || Hih St., Ne rf torfc, B. U. #A. MIS1I HMliiejHiH_j_ Toutes les Polices J DE LA i e /h ftf v IiVVt.JJLt c .3 COI PErTlfrMT LC:5 RErTORPS fe Prop. Vv Jh. vCY. .d *' * trtco du crax ..... reyre). J 1 comprennent la Protection contre la || Foudre sans auamentation de iaum Aqents Gnraux i it(,.LeR(issf>$Co



PAGE 1

i K V* *T\ S F i i -, | Rhum it la D inn i elle a gard sa pi cmi< • D< D I MIBANCOURT : Rue Csar. La Manufacture Hatienne de Chapeau x L'Indigne -.LAiJ Grand Caf de France SOUS LA DIRECTION AVISE ET INTELLIGENTE DE HOHSIi FRANOIS GIRALDJ OUI EST DEVENU L'ASSOCIE DE 1 PATRIZJ LE PROPRITAIRE DE CET TABLISSEMENT OUI N'A PAS D'EGAL, LE GRAND CAF DE FRANCE, OFFRE A SES AIIABLES ET DIS TINGUS CLIENTS LES CONSOMMATIONS LES PLUS FINES LES 7j^V VINS DE TOUTES PROVENANCES, LES PLUS CHOISIS, CIGARES ET A CIGARETTES, SANOWICHES, VARIS DES A PRIX DFIANT lUDIt CONCURRENCE, L'ACCUEIL LE PLDS'SVMPATHIOUE CONTINUERA A'TRE LE MEILLEUR TRAIT DU CRAND CAF DE FRANCE. Patrizi ?&'0 %  la*. i A 41 m m m A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que la vente de ses CHAPEAUX se lait, depuis le 4 janvier, au N 2027. en face de son ancien local. E Les Clients y trouveront le mme accueil. BON MARCH. CLRIT, GOURTDISIE. Martinez, Marcelin & C* TLPHONE': 2341. CE OUI N'A JAMAIS T FAIT CE OUI NE PEUT TRE DPASSG Kola Champagne F. SJOURN [Prpar dans des conditions rigouieusefi D'ASEPSIE Prparation et Vente PHARMACIE F. SEJOURNE Angle des rues houx et du Ontre. PROGRS Ni VEAli RHUM NOUVEAU Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DFIANT TOUTE CPNCURrtENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON DPT :ANCLE DES RUES FEROU ET DU PEUPLE. PHOlil": 3313 ••— — BIRE NATION Ab de la Brasserie Nationale Se vend partout Or() ,10 le veire malgr sa aualit suprieure. Administration O al des Postes Avis DE DPART Les dpches pour NewYork f*t l'Kurope ( vi: NewYork direct ) par le steamer Ancon seront fermes le mercredi.') du courant. Port-nu-Prince,le 1er lvrier 1932. AVIS Il est port la connaissance du public qu' partir du 2 lvrier on trouvera, la rue Dants-Dcstouches, pi es de la Shell Company, des lgu mes.ceuts, noix de coco, etc, des conditions avautageuses. N'OUBLIEZ PAS DE FIE ON PETIT TOUR TERRACE-GRDEN Chez W. KAHL Petionville l.COO pitds d'altitude. L'tablissement le plus Irais de environs de Port PC -Prince. Seulement 15 minutes d'auto sur une excellente roule asphalte. Vues mn veilleuses de la ville et du port. Iloissons de toutes espces. t***~trmJHWim i H.* LE FAIT EST INCONTESTABLE C'est la quintessence des meilleures Vrrangements particuliers pour les pensions de jour de semaine ou de niois.'j Panama Railroad Steamship Line Service de fri et de passagers enlie Ecosso France Angleterre Mrs. G. W S1EDON & C— 17, James" Street, LIVEPPOOL, EKGLAKD THEFOLLOW1NG AREOUH AGENTS;AT PRINCIPAL PORTS IN EUROPE ENGLAND, SCOTL AND. FRANCE. MESSSS G. W. SHELDQN & fo. 17, Jamts Street, Liverpool, Euglana varits le cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs C'est ce qui fait sou arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! k *> >.*.. %  %  wwwiiiini >•! %  tan • r:rvrimmM i GLELAYEY HENKEY & Go 21 Pur de/la Bj ublique Marseille. Ilernu Prou & Ce, Ltd. 53 Quai Georges V. Havre. Hernu Peron & Co, Ltd Rue du Moulin Vapeur. Boolcgre sur Ver. Messis A. RENOIX & Co, 21, Allcrgm'e, CojUhague. OSLO, NORWAY. International Spe ditioni.'clkep Ollo. MM. AMantic Freigbl t'.oipn Dallinhaus, HamUrg . Gein BIiV M essrs Al h: ui^lit Cci, Gt: ;: Messrs AtlaUlc Freight Corps., 24 Qi ai .lordaeDS Antwarpse Balium, HERNU PERON & Cie Ltd y5 Rue des Maris, Paris. IIEAN Peron\& Co Ltd., Rue de Tranquillit, JDunkeique. Hirnu Peron & Co L!f'., 9 Rue Roy, Bordeaux, GENOE, ITALY. Messrs HENRY COE & CLERIF PIAZZA S. MATTI:O,N 15 Gner ( oTTENUUlO, Swi;lJl.N Nordn k hxpiess Cothenburg. Messrs AILALTIC I'UEIGIII ( OU' N Kon Emma plein Rotterdam Hollande Massrs STKRMANN 5C Co ASSUREZ-VOU la < ci General Accident Pire & Life Assurance Corporation LUI. de Perth ( Scotland ) Car te GENERAL J i nnedea plus puissantes et des plus vastes organisation Je ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur ion champ d'action qui embrasse le monde Ses Polices centre incendie ^couvrent aussi les dgts occasionns par la louare Ses Polices pour Antoraobil tuvrent vols, in< i al veilla nce," dommages causs a autrui • = 111-s lonne .ni dans m bit DS. Ses Polices la ri limes m payables en Ha II i. Sei P ii< i dans 1 u i Tous '< s n i ri devraient bue prendre la pi munir d'une j contre iccidenu l'an moins 4000 dollars, la prime annuelle i i il 20 dollars D. C. Veuve F. BERMINi AM, ziuxCaves SOUSAGENTS .a Gnral pour Haiti. Port-au-Pi iG. GILG N BLANrjjETJrmie



PAGE 1

Mi i 3Fvi L932 Le Malin 4 PAOG3 26 me ANNE. N-7592 Port-ai-Prince Tlphone: 2212 r •7 .-a r ai S / / /' ttohaa—la Lwkf Btrfti rajaiuaif prec4 eu Excuses thiopienne: > n i)i ABABA, \1)\-ie 2 i — , i-. T •• ii ii i 1 I ran i %  • • • r s %  n M M ni |_ I DU !' I lion u i icaine e> ODI 'ai j i -11 s < s 6 M. Edison K lhard m nistre des lats• frapp diman. i r pai on agent di ce. <> dernier et plursciv : ls sont en prison la auile lie l'incident. j--: 4~ CELLOPHANE L A L'HU: a4b*i* %  ;>H EABLE llC L'aaiquc Zip M Voyat la n Mlnt*nc-*o la n moiti. C'eit • Enveloppa d l'humidit at . FRAIS' Y- il doi LUCKYi la vaqut I ouvriil ; i fRMif | iiihiioJtiLfiSii^iJL i si %  anm r,d de Santi: go de Cnb el ilt s ports du Sud, fcei a jeudi 4 u vr ie '. I repartir* d ns la soir* m ftvri, via les |< ri u \'<)iHi Puertof• i niiiit Irt el | !' ince, •>. Jt Janvi hl Kiril MrcrJI DE TROIS NUAMCS PI.U5 BLANCHIS On Reconnat Toujonr- Une "Eouciie Bactrienne** SI voa d mta •• us Boni un soud %  ;. ilynoa. Bu 1 joura quelle heureuse aurpriM .',voir l'clati la h!.'--.(-.iwr liante dont vi.-s denta Ce qui • g&tca la boucha. boucha M dls et les • laur ..•.';ml •. MPS • ie de tuer Cv. micro an ILA CRME DENTIFRICE Ar.tiseptiu Cin-7cddy DEMAIN SOIIl Le lilerdfde fi m .le Le C Isa ne Legtar.d Miss Edith Duchesse \vec Donatien Entre : 0.50 ; Balcon : 100 AVIS AU COMMERCE "4La Panama linilroad Steam CI : coutai LUCKY G muiiquc dd*: H par N. B. C. n %  ROBE. IH ent: tn demande i ne n aison bien sivu toutes 1 lommodi. 'ailn r aux bui aux u 11; %  :' A > ) " <*i .• > ,i, r rts de j i I>or,! Sud ' ,!iil s • : .: Drb %  Poi New 0 Mobile, A Port au Pi i Pc t i Au-: Jacmel I Santo D o i San l' %  i!' I. Ifactraibo Vi Dpa di i r r i ; ier \ j 6 i r] \ ( H Fvr" 10 11 l 14 l D lits Fvri< r 23 lvrier 1932 rii r 19 1932 ,') n ai s 19 2 ;. m i s I^I 12 / .U s I32 Pu.: New Oi • Mobile i i I. Port au Pi Cap Hati P 1 er S Sa ni ) D Maearali] V l P • lus I i r r ( r nn r > ; ;rs .\. DE MATTEIS ..V: Co.Ag : s llni-aux. i %  %  ...aVB> %  %  ffBai 9 m rs 1932 10 lars 193 13 m is 1932 Nord Ha i i s fii ;••••! ts Fvi i< r vrier 11. 1 i lvrier 1932 18 l* iei 1932 %  l rii i 1932 lvri : 19 lvrier 11 :.i U vrier 1932 • Ii vrier 1932 mummmmimm Uned CANADH COMPAGNIES T dASSURANCE I OSSR & Co mis G TUIX Vente par voie pare — 00— On lait savoir tous ceoi qn I app M liei dr qu j le jeu (ti | a • r • na| e Fe* rier ml •nt* deux, a dil %  I ma'i il sera pro tel, t ;i ii uide et p-r le Mi nisire de M 0 Dieudoon Charles, Notaire Port-auPrince; En vertu des grosses hypothcaires en date des seize Octobre mil neut cent trente, dix Dcembre mil neuf ceni trente.vingt quatre Dcembre mil ne"l cent trente, onze Mars mil in ut cent trente et un. dix-huit juin mil neuf cent trente et un, an rapport de M 9 Dieudonn Charles et son collgue, notaire Port-aupru ce ; A la venle au plus offrant et dernier enchrisseur d'un mmeub'e fonds et btisses sis eu cette ville l'eu deChose, l'Avenue Christophe, la dite proprit de la contenance de douze mtres vingt trois centimtres ou tiente pieds huit ponces de faade si r l'Avenue Christophe an ct Est, le ct oppos Ouest < si form de deux lignes du Nord au Sud. douze mtres quatre vingt dix neut centiii trtt ou quarante pieds et au fond deux mtres cinj (p ante neuf centimtres ou nuit pieds relie par une | droits en profondeur de l'Est n l'Ouest de onze mtres tiente six centimtres on trente cinq pieds sur une profondeur dont le ct Noi.I mesure vingt deux mtres trois centimtres ou soixante sept pie is dix pouces et le ct Sud tiente neut mlres [i atre vingt dix centimtres ou cent un pieds quatre pou ces, borne savoir au Nord par Franois Georges et Fritz Dupuy, au Sud par Ren Carbone], l'Est par l'Avenue Christophe et l'Ouest pai Fritz Dupuy et Victor Stou [dard, suivant plan ei procsverb il de Hli C. SalntODge en date du huit Oc bre mil ueul cent trente, enregistr; A la si il d'u^ connu n le mi nt en date du vingt huit Janvier mil neut cent trente I deux, demeur infructueux. A la requte de la demoiselle Ade Deniz.propritaire %  demeurant et domicilie | Tort-au-Prince ayaut Matre I Piene l. Hyppo.itpoar avocat constitu avec bttion de i omicile au cabinet du dit K .: %  l'm i-i'ii Pi in t e, tre les lie i.oi.scl es Juanitael /nada Nord, i barlet i res demeurant t '.s a Port-au-Pria* Laboratoire SJOURN DlRBCTURS F. S l 'i ( u UN , I ha r m a c i e n R. SJOCJRN&, Phirmafien de fJniversit de Paris M. SKJOUKN Pbann.'cien de l'universit de Paris.anciea interne des Hpitaux de Paris An jv c-, des Urines,du s'ie aastr


PAGE 1

Clment Magloire DlREC'lEUft "" 1358. RUE AMERICAINE 135 TELEPHONE N',2242 L eus peur une .* m n c bt e ne fan • p i)er d'elle ni en bien m • mm. P.IUU5 25 me ANNEE N* 7592 M \\a\i >i tlVRlERlWb HAITIAMSA DU DPARTEMENT DE CARTIBONfTE 00 Discours du Prsident Vincent Voici le texte de l'important discours prononc dimanche dernier aux Gonaioes par le Prsident de la Rpublique l'occasion de thaitianisation du deuxime des cinq dpartements militaires d'Uaiti. On sait que c'est le Capitaine Lafonlant qui a t promu Major: Monsieur le Prfet, Monsieur le Magistrat} Messieurs, 3 Ma premire parole doit lire, et ne peut tre qu'une parole de remerciement pour l'accueil chaleureux et enthousiaste qu'a bien voulu me rserver la Glorieuse Cit de l'Indpendance — cette ville des Gonaves laquelle m'attachent tant d'affectueux souvenirs et o se sont couls les jours, dj ^lointains, de mon enfance. Croyez, Messieurs, que j'prouve le plus vif plaisir me trouver aujourd'hui parmi vous, parce que, de quelque ct que se posent mes regards, je ne vois ici que des visages souriants d'amis dfrents ou de parents empresss. Je remercie tout particulirement Monsieur le Prfet et Monsieur le Magistrat communal des sentiments qu'ils ont si brillamment exprims. Ces sentiments tmoignent hautement de leur estime et de leur considration personnelles autant que du loyalisme des populations places sous leur autorit administrative, .l'en suis profondment touch. Vous avez compris, Messieurs, que le citoyen qui se prsente aujourd'hui devant vous pour 1 accomplissement d'un grand devoir national ritn qui le diffrencie pass pour ranimer les espoirs, pour changer des mentalits souvent dconcertantes, pour arracher l'Hatien de lui-mme, le librer de tout ce complexe de passivits, de violences, de vellits et d'ternelles expectatives qui l'attachent, hlas! des rivages encore dsols et chaotiques,— tandis que toutes les forces de redressement, toutes les forces de construction sont l, en lui-mme et partout autour de lui, n'attendant que la hardiesse des organisations et des coordinations ncessaires; par tout ce que vous connaissez de moi, vous tes donc bien convaincus — et je vous suis reconnaissant de rpandre votre conviction aux quatre coins de votre intressante rgion —que rien ne me dtournera de mon inbranlable rsolution de me consacrer tout entier au mieux tre de la collectivit hatienne. D'ailleurs, les problmes aigus qui se osent levant la conscienci d Gouvernement ne lui laissant gure le loisir de trop se soucier de ces agitations dont on connaitlea tins gostes et personnelles, et qui, heureusement Buperlicielles, n'ont jamais u —000— pu troubler profondment les masses instinctivement averties et qui n'entendent plus suivre les dcrocheurs de lune qui' oprent dans les palabres, de carrefours, ou svissent_dans les colonnes des petites Touilles partisanes... Nous allons droil au but, poursuivant tranquillement, sans bruit, notre tche difficile de liquidation et de cous traction avec la volont d'entraner la nation dans notre marche en avant, mthodique et sre. VA comment donc marchons-nous? Cette interrogation que je sens monter silencieusement dans vos esprits m'amne noter pour vous, ce malin, les traits essentiels de la situation gnrale du Pays. La poliiiqoe de \rf liquidation du Trait de iVtti Avant tout, c'est le problme extrieur et, en particulier, /celui de nos rapports avec les Etals-Unis d'Amrique, qui, comme bien vous le pensez, continue tre l'objet des principales proccupations du Gouvernement,) Je rends un complet hom-l mage la ferme volont du Prsident Hoover de librer la Rpublique d'Hati de l'emprise amricaine, par la liquidation amiable et cordiale du Trait de 1915, si heureusement commence avec l'Accord du 5 Aot 1931. Mais cet Accord ne peut tre considr que comme une premire tape dans la voie de notre libration. C'est un rsultat apprciable, certes, mais qui, il faut le dire ne rpond pas encore, cependant, aux esprances positives du peuple hatien. prise, que s'il ne s'arrte pas en chemin, que si, dans le mme esprit de conciliation et de justice qui prside aux rapports actuels des deux peuples, on airive mettre fin aux rouages financiers compliqus du Traite, source de tant de difficults entre les deux Gouvernements depuis les quinze dernires annes. Notre dsir sincre est de donner des garanties techniques srieuses aux porteurs de l'emprunt amricain, en lieu et place de la protection politique vexatoire jusqu'ici en vigueur, (juoique celte protection P{dique ait t rpudie par le Dpartement d'IStat depuis la retentissante dclaration du Secrtaire d'Etat Slimson. Une telle politique raffermirait les liens d'amiti entre les Etats-Unis et Haiti, consoliderait leurs intrts commerciaux et conomiques et permettrait A notre pavs, dans le cadre de sa souverainet, d'orienter librement ses activits Il n'est pas possible, — %  I tant le seul pays.!'.; monde enre lace, d puis desan. et pur anticipation, aux intrts el A ranw enta* | ublique, que, | une misrable s..mine Janvier, tmoignent hautement progrs accomplis dans l'esprit public. Et cela, Messieurs, croyez-moi,c'est presque nue grande victoire diplomatique, |Ce succs du bon sens el du vrai patriotisme ne pouvait naturellement qu'exasprer le petit groupe de trublions encore inconsols de l'chec subi. Au lieu i\'vi\ prendre philosophiquement leur parti,—' il lallail bien qu'il y eut des candid vincs,— ils oui prfr prendre leurs coutelas, et dans un vacarme de rhtoriques intemprantes, dsse sont mis a couper le Gouvernement en petits morceaux. Le Gouvernement ne s'en portera pas plus mal videmment. et. ddaigneux de quelques criailleries intresses,il suivra la qu'il a choisie. Il ne faillira pas sa ti Il y a des rsultats ol sans doute ; mais les buts qui restent a atteindre sont IIK ni diffic Il non-, au unir el i i l'œuvre de mai me u ijourd hui sable. d est cei tain, tant que nous ne serons pas Finances Hatiennes Le fttverttEifal tfrrtbi laatlfliiia eu Mtlrale a m r rira in WASUIVI i Monsieur Belli gard mil istre d'Hati W , a dclar que son gouverne* 1 ment a propos >urs-i l'emp --l'nis pour n lire fin au cont o!e des Snai -nn •" h | • l'nis. clir qn'l ;'. non dansce .s ;>u dp i< ment d Etat, mais ne p l i i onnal xte i c ( ri. 0 croit s voir i li % %  %  i fi d< s b %  i \v Yo k i • i, i ei h in< • %  \1 i sii ni : i m i ; I : il %  I u des 11 ( NOS — rielle Cauvin est la R i e lfle du %  • %  il. l'ne Reine jolie charmante, g se. Vive Sa M l — Mr le Prsid al V il hi i lui heu • i ait de l'aprs midi, de son voys ans Uonalves o il s prsid l'inauguration du 04 rtemenl militaire hsltiams de l'A' t i bonite. i LJ >> huniK Nol Ire concitoyen Antcmin y Ail l-fi 'I i %  • %  mie pour le I eau i .n e .mil No Fou i imi l>os L>i lutte h rii| i i. M us if Hros i i notre ville, ; i nui [lire, I i i e \ i I i i ; i il i. i • ; %  gra . d, la politiqi ies I lutti titanique, q i i couSAlVilii-; CACHET D'il il i sistible. v~; ci : %  %  A L'HOTEL BELLEVUE i) i i • %  pai •• %  v (i oi l'on 'exoo-. quant ans pisi* oa nt s.u pas reno :cernux jeux l'enl ce. Un b: ive notaire le nos sejiK, q ii pai "je sa vie entre Paris et Port* io-Prince, travers, t L'installation d Mou>''' es midi, la ruelle 'oinme Commis : i Gouvernement p itiou a ' • • i l'au lience de e i r i p m 1re aviatrice qui I to Hati, vlademois. Ile Clars Livingstoae, le %  i i l'a s 591 II. i n — Q u q oi d • ; T o r le mmoin co 11 il i \ s mettre la re d li? — I vicloii du 5 Aot : buU • re contre ; i b i n e — i ).i le U que i de la i >• amri Hati poi W\ publique in L D. • al i sur la s doute ijmrn'ns 77•• t 1 moustache con pi '•1 irfaitement noire, iroe • ne, la c mae au dot, t allait 1 lents pour ne pas 1 1 imp ccabla de •• i pantalon — du Druilb, ma chAq 1 in I, le prenant i> > u* u 1 Rlel le looUball, un c 1 b 0 < le ballon, droit s n a. Au lieu de rire I 1 is, l'irascible mi a poursuivre le jeune 1 maii ses jarrets 1 1 heur flchirent... at mais une p ; ont le quartiei 1 ore, el dont le ne; lu h %  > 1. le voir dans notre cidents, porte encore ti 1 .... Chaudes symp H ... voit que sur I e b-rrain 't 1 mon de tes pompes et de s, B Ion le m >t nk, des boulines q i pas d'tre vaincus. Dn le l'ireis et de Ka1 retraite son mais, depuis, Vo ii 'oui cei i,el fransn 1 ie homme rVingant (oui llard capable de se lanl de .'• Cni /. nous on ra x 1 acora que Voronoi. N. bistouri, ni macaque. Il y ii dans l'Arlibonite un m Dieux marchand d'orvitan vient de lancer, sur le mario 1 lcialits mys111 is d'une etlicacit que ib 1res belles signatures n 1 lel 1 Vfirebal q p I it. Il nous ble d'en co m pli mener nieurs, — La (j ri la 1] e se prparent ce t lie ann leur 1 1 attester .' Les pilules \Taureau 9 e [ VElixtr Jean-Paul. noire con v id flacon, un paralvh %  u , il semblei t. 1 IS saTitre. pu 88 1 e ce ; crit %  in Ce DOIT) • 11 ol i .1 de eur de Mi l. • I tiliei il automatique. C'ourg;irincipea risidesi sciins sacrifices. L'Ar ii iilianis : Vorjnofl \-Paul. ... v< que bez noire ami %  <),, 1 remplac il uis artificielles les veloutes qui lailis les dlices des est vrai que les ros %  1 I :" %  'd pas tout Q 1 in i m.'me, aprs ADMINISTRATION CMO;, fflSE! POilI'AU'PRINCE ia P eu S)n iport, se piqaaat innire une rose qui 1 c i' xpl ,, ., ni (rations ComraU' 63 o ig, 3 de 1 '. n t o b 1 1 s ; I ix ), 1 m financire < de 1915, nous rons 0 que ;'i mis linu pr< me ;. • 1 dp 1 1 %  contre to Poi t-au Pi le .'3 ) jan vier 1U32. BALS INVESTIS U'F IS ^ deux amoureux <\ ii I en mer bord dan 7i d'un l"M 1 moteur, d'u i m • Ils se cach H ( /. ; 1 D indiscrets lea •• q u it a> H 1 olpoi lrent 1 I 1 ra< 1 l. soull: 1 j ue ei u ,1 ou distin \ \ r Is 1 ileur des t IX. .. v l cli isiln, u >S AU CL ; • I %  ,1 le hl "' %  !l iiiprendre, de %  I s it ilitiquc d. 1 ' -> t clamer Dtrt — qui %  A 'es — au P limi'ed — \ u i Agent Gcni .., sideul du Cercle.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06926
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, February 03, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06926

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text

Clment Magloire
DlREC'lEUft
"" 1358. RUE AMERICAINE 135
TELEPHONE N',2242
L eus peur une
.* m n c bt e ne fan
p i)er d'elle ni en bien
m mm.
P.IUU5
25 me ANNEE N* 7592
m \\a\i >i
tlVRlERlWb
HAITIAMSA
DU
DPARTEMENT DE CARTIBONfTE
- 00 -
Discours du Prsident Vincent
Voici le texte de l'important
discours prononc dimanche
dernier aux Gonaioes par le Pr-
sident de la Rpublique l'oc-
casion de thaitianisation du deu-
xime des cinq dpartements mi-
litaires d'Uaiti. On sait que c'est
le Capitaine Lafonlant qui a t
promu Major:
Monsieur le Prfet,
Monsieur le Magistrat}
Messieurs, 3
Ma premire parole doit
lire, et ne peut tre qu'une
parole de remerciement pour
l'accueil chaleureux et en-
thousiaste qu'a bien voulu me
rserver la Glorieuse Cit de
l'Indpendance cette ville
des Gonaves laquelle m'at-
tachent tant d'affectueux sou-
venirs et o se sont couls
les jours, dj ^lointains, de
mon enfance.
Croyez, Messieurs, que j'-
prouve le plus vif plaisir
me trouver aujourd'hui par-
mi vous, parce que, de quel-
que ct que se posent mes
regards, je ne vois ici que
des visages souriants d'amis
dfrents ou de parents em-
presss.
' Je remercie tout particu-
lirement Monsieur le Prfet
et Monsieur le Magistrat com-
munal des sentiments qu'ils
ont si brillamment exprims.
Ces sentiments tmoignent
hautement de leur estime et
de leur considration person-
nelles autant que du loya-
lisme des populations places
sous leur autorit adminis-
trative, .l'en suis profond-
ment touch.
Vous avez compris, Mes-
sieurs, que le citoyen qui se
prsente aujourd'hui devant
vous pour 1 accomplissement
d'un grand devoir national
ritn qui le diffrencie
pass pour ranimer les es-
poirs, pour changer des men-
talits souvent dconcertan-
tes, pour arracher l'Hatien de
lui-mme, le librer de tout
ce complexe de passivits,
de violences, de vellits et
d'ternelles expectatives qui
l'attachent, hlas! des ri-
vages encore dsols et chao-
tiques, tandis que toutes
les forces de redressement,
toutes les forces de construc-
tion sont l, en lui-mme et
partout autour de lui, n'atten-
dant que la hardiesse des orga-
nisations et des coordinations
ncessaires; par tout ce que
vous connaissez de moi, vous
tes donc bien convaincus
et je vous suis reconnaissant
" de rpandre votre conviction
aux quatre coins de votre in-
tressante rgion que rien
ne me dtournera de mon
inbranlable rsolution de
me consacrer tout entier au
mieux tre de la collectivit
hatienne. D'ailleurs, les pro-
blmes aigus qui se osent
levant la conscienci d Gou-
vernement ne lui laissant gu-
re le loisir de trop se soucier
de ces agitations dont on con-
naitlea tins gostes et person-
nelles, et qui, heureusement
Buperlicielles, n'ont jamais
u
000
pu troubler profondment les
masses instinctivement aver-
ties et qui n'entendent plus
suivre les dcrocheurs de lu-
ne qui' oprent dans les pa-
labres, de carrefours, ou s-
vissent_dans les colonnes des
petites Touilles partisanes...
Nous allons droil au but,
poursuivant tranquillement,
sans bruit, notre tche diffi-
cile de liquidation et de cous
traction avec la volont d'en-
traner la nation dans notre
marche en avant, mthodique
et sre.
VA comment donc mar-
chons-nous?
Cette interrogation que je
sens monter silencieusement
dans vos esprits m'amne
noter pour vous, ce malin,
les traits essentiels de la si-
tuation gnrale du Pays.
La poliiiqoe de \rf liquidation du
Trait de iVtti
Avant tout, c'est le probl-
me extrieur et, en particu-
lier, /celui de nos rapports
avec les Etals-Unis d'Amri-
que, qui, comme bien vous
le pensez, continue tre
l'objet des principales proc-
cupations du Gouvernement,)
Je rends un complet hom-l
mage la ferme volont du
Prsident Hoover de librer
la Rpublique d'Hati de l'em-
prise amricaine, par la li-
quidation amiable et cordiale
du Trait de 1915, si heu-
reusement commence avec
l'Accord du 5 Aot 1931.
Mais cet Accord ne peut
tre considr que comme
une premire tape dans la
voie de notre libration. C'est
un rsultat apprciable, cer-
tes, mais qui, il faut le dire
ne rpond pas encore, cepen-
dant, aux esprances positi-
ves du peuple hatien.
prise, que s'il ne s'arrte pas en
chemin, que si, dans le mme
esprit de conciliation et de jus-
tice qui prside aux rapports
actuels des deux peuples, on ai-
rive mettre fin aux rouages fi-
nanciers compliqus du Traite,
source de tant de difficults en-
tre les deux Gouvernements de-
puis les quinze dernires an-
nes.
Notre dsir sincre est de
donner des garanties techni-
ques srieuses aux porteurs de
l'emprunt amricain, en lieu et
place de la protection politique
vexatoire jusqu'ici en vigueur,
(juoique celte protection P{di-
que ait t rpudie par le D-
partement d'IStat depuis la re-
tentissante dclaration du Se-
crtaire d'Etat Slimson.
Une telle politique raffermi-
rait les liens d'amiti entre les
Etats-Unis et Haiti, consolide-
rait leurs intrts commerciaux
et conomiques et permettrait
A notre pavs, dans le cadre de
sa souverainet, d'orienter li-
brement ses activits
Il n'est pas possible, I
tant le seul pays.!'.; monde en-
re lace, d puis desan-
. et pur anticipation, aux
intrts el A ranw enta*
| ublique, que, |
une misrable s..mine torze millions de dollars ds a
Une poigne le capitalistes am-
ricains, l'apj -"-il anlilaire et
politique des Etats-Unis i
nue A peser plus longtenil
les destines d'une Kpubl
Amricaine, la seconde d
continent conqurir son in-
dpendance.
C'est pourquoi nous avons re-
in is, avec le ferme propos .
boutir rapidement, les ni ,
nous sur le nouvel Accord
nous avons soumis a la I.'
lion des Etals-Unis depuis
21 Octobre dernier, accord
lequel nous avons sponta
ineiil offert de donner les
ranties les plus formelles et
plus relles aux porteurs des
trs de l'Emprunt de 1922, i
en retenant la libre gestion
nos finances.
La Question des fatires
Nous ne pouvons pas fermer
ce chapitre de noire poUtiqiu
extrieure sans parler de noiu
vieille question des trontin
qui rebondit priodiquenn
mais laquelle la cordialit
relations existant si bcurci.
ment aujourd'hui entre les deux
nations surs, apportera, n
en avons le ferme espoir, une
solution prochaine, satist ti an-
te et dfinitive. L'intri le |
vident des deux peuples qui
se partagent le (iouvciiieni
de l'Ile est bas sur la poursuite
harmonieuse de leurs destin
Une apprciation saine des don-
nes juridiques el histonq
de la question affermira davau
tage la bonne volont rcipro-
que des deux pays el permettra
ainsi d'aboutir A un rglemi
cpie le respect mutuel des terri-1
loires de l'un et de l'autre Etal
rendra certainement plus soli-
de el plus durable.
la poliiiipit islrieore
Le Pays a doubl le cap dis
dernires lections lgislatives
el communales et n'a pas .
suy la tempte annonce par
les prophtes de malheur. Au-
cun vnement n'est cei
plus heureux pour l'avenir des
affaire de la Rpublique,
La sagesse du peuple, l'a
lude d'ordre el de discipli-
ne qu'il a observe partout, au
cours le la journe du h> Jan-
vier, tmoignent hautement
progrs accomplis dans l'esprit
public. Et cela, Messieurs, cro-
yez-moi,c'est presque nue gran-
de victoire diplomatique,
|Ce succs du bon sens el du
vrai patriotisme ne pouvait na-
turellement qu'exasprer le pe-
tit groupe de trublions encore
inconsols de l'chec subi. Au
lieu i\'vi\ prendre philosophi-
quement leur parti,' il lallail
bien qu'il y eut des candid
vincs, ils oui prfr pren-
dre leurs coutelas, et dans un
vacarme de rhtoriques intem-
prantes, dsse sont mis a cou-
per le Gouvernement en petits
morceaux.
Le Gouvernement ne s'en por-
tera pas plus mal videmment.
et. ddaigneux de quelques criail-
leries intresses,il suivra la
qu'il a choisie.
Il ne faillira pas sa ti
Il y a des rsultats ol
sans doute ; mais les buts qui
restent a atteindre sont
iik ni diffic
Il non-, au unir el i i
l'uvre de
mai
me u
ijourd hui
sable.
d est cei tain,
tant que nous ne serons pas
Finances
Hatiennes
Le fttverttEifal tfrrtbi laatlf-
liiia eu Mtlrale a m r rira in
Wasuivi i
Monsieur Belli gard mil is-
tre d'Hati W , a
dclar que son gouverne*1
ment a propos >ur-
s-i l'emp
--l'nis pour n lire fin au
cont o!e des Snai -n-
n " h |
l'nis.
clir qn'l ;'.
non dansce .s ;>u dp i< -
ment d Etat, mais ne p
l i i onnal xte i
c ( ri.
0 croit s voir i
li

i fi d< s b
i \v Yo k -
i '

. i, i
ei h in< .
\1 i sii ni :
i m
. i ; I
: il

' I
u des 11
( NOS
rielle
Cauvin est la R i e lfle du
il. l'ne Reine jolie
charmante, g se. Vive
Sa M l
Mr le Prsid al V
il hi i lui
heu i ait de
l'aprs midi, de son voys
ans Uonalves o il s prsid
l'inauguration du 04 rte-
menl militaire hsltiams de
l'A'tibonite.
i LJ >>
huniK
Nol Ire concitoyen Antcmin
y Ail l-fi
'I i

mie pour le I eau
i .n e .mil No Fou i imi
l>os L>i lutte h
rii| i i. M us if Hros i
i notre ville, ; i nui
[lire, I
i i e \ i I i i ; i il i. i ; gra
. d, la politiqi
ies I
lutti titanique, q i i cou-
SAlVilii-; CACHET D'il .
il i sistible.
v~;
'
ci :


A L'HOTEL BELLEVUE
i) i
. i '

pai
v (i oi l'on 'exoo-.
quant ans pisi*
oa nt s.u pas reno :cernux jeux
l'enl ce.
Un b: ive notaire le nos sejiK,
q ii pai "je sa vie entre Paris
et Port* io-Prince, travers, t
L'installation d Mou- >''' es midi, la ruelle
' 'oinme Commis
: i Gouvernement p
itiou a '
i l'au lience de e
i r-
' i p m 1re aviatrice
qui I to Hati, vlade-
mois. Ile Clars Livingstoae,
le , i i
l'a s 591 II.
. i !
n
Q u q oi d
; T o
r le mmoin
co 11 il
i \
s me-
ttre la re d
li?
I vicloii du 5 Aot
: buU
' re contre
; i b i n e
i ).i
le U que i de la
i > amri -
Hati poi
W\ publique in
L D. al
i sur la
s doute ijmrn'ns 77 t
1 moustache con pi '-
1 irfaitement noire, iroe
ne, la c mae au dot, t
allait 1 lents pour ne pas 1 -
1 imp ccabla de i
pantalon du Druilb, ma chA-
- q 1 in I, le prenant i> > u*
u 1 Rlel le looUball, un c 1
b 0 < le ballon, droit s n
a. Au lieu de rire I 1
is, l'irascible
mi a poursuivre le jeune
1 maii ses jarrets 11
heur flchirent... at
mais une p
; ont le quartiei
1 ore, el dont le ne;
lu h > 1. .
le voir dans notre
cidents, porte encore
ti 1 .... Chaudes symph

*
... voit que sur Ie b-rrain 't 1
mon de tes pompes et de
s, b Ion le m >t
nk, des boulines q i
pas d'tre vaincus.
Dn le l'ireis et de Ka-
1 retraite son-
mais, depuis, Vo
ii 'oui cei i,el frans-
n 1 ie homme rVingant
(oui llard capable de se
lanl de .' Cni /. nous on
ra x 1 acora que Voronoi.
N. bistouri, ni macaque.
Il y ii dans l'Arlibonite un
m Dieux marchand d'orvitan
vient de lancer, sur le mar-
io 1 lcialits mys-
111 is d'une etlicacit
que ib 1res belles signatures
n 1 lel 1 Vfirebal
q p I it. Il nous
ble d'en co m pli men-
er nieurs,
La (j ri la
1] e se prparent ce
t lie ann !
leur 1 1 attester .' Les pilules
\Taureau9e[ VElixtr Jean-Paul.
noire con v id flacon, un paralvh
u , il semblei
t. 1
IS sa- Titre.
pu 88 1 e ce
; crit

in
Ce DOIT) 11 ol
i
.1 de
eur de Mi l.
I
tiliei
il automatique. C' ; .1 sept coups. Au
te ranky-
a s'accom
vi ai,d'un ramollis"
1 ienx du cerveau ...
m 1 il I ut bien, i>ourg;ir-
incipea risidesi sc-
iins sacrifices. L'Ar
ii iilianis : Vorjnofl
\-Paul.
*

... v< que bez noire ami
<),, 1 remplac
il uis artificielles les
veloutes qui lai-
lis les dlices des
est vrai que les ros 1
I :" 'd pas tout
Q 1 in i m.'me, aprs
ADMINISTRATION CMO;, fflSE!
POilI'AU'PRINCE ia Peu S)n
iport, se piqaaat
innire une rose qui
1 c i' xpl
,, .,
ni
(rations ComraU'
63 o ig, 3 de 1
'. n t o b 1 1s. ; I
ix ), 1 m
financire <
de 1915, nous rons 0
que ;'i *
mis
linu pr<
me

;. 1 d-
p
1 1
contre to
Poi t-au Pi le .'3 ) jan
vier 1U32.
BALS INVESTIS U'F IS ^
deux amoureux <\ ii
I en mer bord dan
7i d'un l"M
1 moteur, d'u i
m Ils se cach H (
/. ; 1 D indiscrets lea
q u it a> h
, 1 olpoi lrent 1 I
1 ra< ,
1 l. soull: 1 j
ue ei u ,1 ou distin \ \ r
Is 1 ileur des t
IX.

.. v l cli isiln, u >S
AU CL ;
I
. ,1
le hl "' !l"
iiiprendre,
de
I
s
it
ilitiquc
d.
1, ' -> t
clamer
Dtrt qui a -
'es au P limi'ed \ u
i Agent Gcni ..,
sideul du Cercle.


A31N -3 K rici ta; 2

rlili-.. I


S
AU^c TUE-NP
jil'Ort-.. I
iieni il" >
Exlooa la
-

Lettre ouvert
a
HpiUl : rtl BaHin
o
C
.
Ida!
AU CHEF DE LA GARDE D'HATI
Ef AD PUBLIC.

ALIX ROY
30 annes desucct .
Accidents
Du M Janvier 1893
ne Tliovard 7 ans, Mois
Schul'z. Blessure conluse du
Cil:' l hevelo.
* Ire Pai !, 22 ans, rue Dr
4 y. I ii.; ii alisme du ci Ane
(hospitalis).
Henry Herrter, 5 ans, Peu-rie-
Chose. Blessure lontuse du
ni pour porter les faits .front.
Maorie* Raymond, 22 ans,
icottel Ulessure conluse du
REPUBLIQUE 01TI \ KLSKFJK
ADMINISTRATION GENERALE \ sont convoqus en assemble
DES CONTRIBUTIONS
' J J IIS
lotir
journal Le Malin ,
un i nitilule. Au-
de la Polic Rurale liizolon,i eu < parler de ma
I rvocation < omme Officier de
dite section.Je choisis foc-
Voir noire 4inc Page, j
TRAVAILLEURS
ETRANGERS
--------9 1-
, .
.
.Nous monti
ment commenl
lu rurquie n
lu proteti m d na-
tionaux. Il est cm
reisanl el pi
natre le poinl
sur ie m..n.
propos, ce 'j1. us
un dilori il !ri me, le
grand heb I u an .
Appliquait le ;
m charit bien oi di i
veruemenl so ige, j
emplois sonl en d uuution
marque, le i r s i li
ouvriers natiouuu ... pi
pence aux ou> i

a ai le cuou
qui est lualheui eu.senn.n
Voir, j.lus torli n
incite, il faudi .i I i
vidence, qu un ....
de ces trang< rs cdeiil n pi
place a ues trant,
L'out le rm mile i I l'a cord
l- lessus, Le principe lui-mm*
ne saurait soulli'ir aucune iiis-
cu >ion...
"Les patrons,in lusli I
merants, auront i eui' u%
Veiller. .\u cas o ils ne !
raient pas d'eu ns, il i
pas mauvais qu une loi
y...il un l'un.iu [en i
termin poui la mai euvre
trangre, vienne les j con
truindre.
inco il able-
de la a ru
pays voisins nou i onl l ail-
leurs donn I exempl i U pui
des annes,aucun r'ri
autoris a pntrer e i Angle-
terre! pour y o< cupi i un emploi
salarie.
Lt voil comme l'on |
connue l'on dit, coin ni i on tau
dans la France, gnn uae. Nui
ne ;
.Ml ...,,. lu
u (un in. j- cei
lui pi
pies,
.

Nous.avons
nu'ut le droit d'agir
les
.,..>.
i,. i |U1
i ne |
I
.
Ull v ..
.
.\.. I
I1CU........I
venant. I
< n tissa ne du Chel de
le et en mme temps
li .' le public sur l'objet
de cette oestnuuou illgale.
,. donnant publicit a celle
maint un se ; Il ire.quevoici.
Le samedi matin i) janvai
un certain Levus Mathorin,
un ruiai de la Commueoe
t i ve, aujourd hui lio-
bert M'ihuriii,(mais enliu il
. change de nom, puisqu'il a
d'tat ; c'est un grami
mtayer, un grand seigueui,
le lt par *ui d eue grant
it s teires de l'ex-r'residtui
Louis Ijhho j Revenons v:
nedii Mathu in me n<
api eler par un homme soi
sei vice qui m. fit ta dclara
q il.., r ni dent v -
I e i i i oiiimia sui i.
de .\;r Muthurio.
liunn di temen ,|e m< ti i n&
i il le.s IleUX, ou |
t m ati i quoique e<
: s.ii i \ ce Muthuiin
liUl<

I aines i OU lit
u Jeune, qui, ui
i i;- due
)k nton.du tmr chevelu, rgion
temporale, contusion du bras
gauche et blessure conluse du
dius droit.
Victoi l'ii.nt(sca,2anslIaseo.
Iiie-4ure eonti.se de la rgion
frontale,
Marc Lberle, Place Sle-Anne.
Bh usure cnntu.se de l'annulaire
et nu mdius gauche, simple
">, du poijiutt droit et de
i i >mbe gauche.
r" 'ri Adeliaa, Bel-Mr. Blcs-
ontue* du menton, con*
' Non du pouee gauche el de la
ji nbe dioite.
Ju-Bapiiste Italie. 52 ans,
co. Contusion du euir che-
velu t de la cuisse droite.
L Ren, Portail Logne.
Uo n rie lainb
' M " No ai o, rue de l'Eg.
lue. Un sa un coutuse le la ie
Il est tait sav ira tous ceux
qui i! appartiendra que le
jeudi quatre (4) fvrier mil
neuf cent trente deux, onze
hruses du malin, devant la
douane de Port-au Prince.
Il sera prucede,efl prsence
du Juge de Paix de la Cupi
taie, section Nord, en vertu
d'une ordonnance du Juge de
Paix de Cabaret en date du
vingt deux janvier mil ueul
cent trente deux;
A la vente aux enchres
publiques des elets mobiliers
de la successiou de la dame
veuve Arnauvil Jean, dclare
vacauie, aux requte et pour-
suite de Monsieur Eribert E.


nus (l .
Correspondance
Ce 1er fvriei (19. !
Mr le lin ecu ur,
Je viens de lu p, ns un
.h ) ducMatin, qu le fuyt
Ltscuiifkiir il cillent, t .... les
affaires du Cabinet I w
Cela n'est poi l VI >
ius un avocat donl j u eu
ende volontiers les ulluiies
-
.
I
u
H
i.i......
pie n a pa I inlei vc-
cui leu !.. Uy |
i
> MO |
|
, i..
cela.
iNO...... ,
uii uali relleii cl
elicaiesse ui
Maib, |e su i uispi
IOU Ul : I
de tous U .s .. Je |
ituis causes, Uou i
iiimei
. > o i e,
> u l
.
.n is.
t. i in
une cnupi u
> piopi teti je p i -
i ,i ,i .u us al mi du Lhe
in iji i 11. t de lara a so
I i is ces bol su
! .i. oe ..ionllu i. .
nu tni o n irauspoi
Le i x, n avait iai
on ^ c Mr .Via li u m
i i des trous dans I
Il u i I i
i vaiii la vi I i rori- u
, uu ii Btu ni mtiit
prs trois jours, ce toi
Mm m puisse l'aicu-i.
fait qu'il giio i.
i i 'y m tei
bout, j con-tu '
l'end ois o n
. avoir i n> i coupi
i je constatai en i il iu ve-
S IU1 V.iii
m 10 jauviei
ia ... a nej.
,oui ton
i j Chi i btu lui mis
lie; tv ; le UJredl lo
i oi n uppelci aii
I c 11
i dlSOil
,'-
ni
' .
J'
a
Ull-
lie J/Ot"
,1 il i ni e.
o.i .\inbioi i|Ui uj
iui i de i ii ouiouKuti
i .s lieux, ou uubUut i o
U la.u IliOU qU Ul
i. i c i a 11 IU1
;i i vi par sou bon ami
Ihunn ; drle iaoo tout ut
. Qfluli i ' Apres quoi,
Litietlureut longtemps,
.il/ bleu eu u parte.
I en toui au doi k,l api
Au broise i n nu pu -
i tomit a SOU nui.j ie
. i., ie lui dounei satis-
i. i .
Le leudemaio 16,je tusde-
i p.ii u l(, iimie a la
n rtigu uave avec
udre d'an ti l herubiu qui
.i m i j ne m.mi (ii,i puiii
i i ei p
.... Uouu
i bois, A la Caserne, t'aapi-
4 . 11,Marne! Vous avez n j des insueis dans le lavage de
vo're ling- soie. ! ra sotigei aui soins qa y por li Nouv le B nchii
i ne *i J CYCh I
nib oise s'e-i constitu
; sam attendre l'arrive
le i compre il plaidait
n ja d >a se.iout en commet
iut n piie des iu|uslices en
h ssant Mon bly qui venai.
e uoigiier Li iVidjor, ne par
i pat P,. ai>,u'a rien com-
pris; i m.-,, ii t ni mu
en nu u (..,i cet aspirant
l'ii no dclara que la ponula-
ion Bizo on tait unanime
i demander justice contre
moi Des lors, une enqu e
" ot la, J lus
<- U Dllt II s
' Ue quoi suis |e cou-
r-w, Je ne sais, i.hei ubiu.de
>ou ole.d ete incarcre. Aprs
Ijieu Jes |uur de dettunou
n a t m tr au Par |uel qui
e r n.oya bois de cause
* o l u s idisi us qui ont
uotive nu destitution, avec
" (\ tilical de i: voi : -er-
v i inafiUlua'e < i aprs quatre
iuuet .-c. 9 u
U u oue du met l qu'est-ce
din di cela ? Ce alathu-
nu, qu ne c, ,il py8 cet
nomme qui > m sons la pre
ll'1" < M Boroo a loiu-
1 '"_ \ u i ons de toutes
sortes',' a laii rmprisonuer
di pu kibit s moyens, tels que
luaepu i iui.00. Si Juste Jo-
^l i,n v| x Simon ci con
ts poui i< ntative d'assas-
sinat sui sa persouoe.Ces pau-
vres cuovens ne sortirent de
. i prison qu' la lin dugoover
iiemeu. du Prsident Boroo
ei poursuivant toujours la
mme voie, sans mandat
aucun,il u sabote la maison de
otre pole Albry Jean, per- I
, i n de voies ue buts sur de
pauvres malheureux. Public,
maintenant I
gion frontale et du nex, blessure
contais du genou, contusion de
la jimbe.
Pierre CaSelos, 52 ans, Bel-
Air. Contusion des jambes.
Mme Jn-Baptiste Julien, Bai-
net. Blessure conluse de la joue
gauche, rosion de la cuisse.
Dorcos Almene, Lalue. Con
tusion de l'paule gauche.
AhaHa Julson Gustave, 47 ans,
rbomezeau.Contusion de l'pau-
1 gauche.
narseille Dlivrance, 12 sot,
Portai) Sl-Joseh. Blessure con-
luse du cuir chevelu.
Gustave Mar'e, Lalue. Corps
tranger des 2 annulanes.
Z phii Franeoit, rue du l'eu-
pie. Contusion du tronc.
Jn>B.[)tisie Venelle, rue du
Peuple. Contusion du 1er orteil
du pied gauche.
Alphonse Georges, Faubourg
Salomon. Biluivdu 1er degr.
Bony Paul, 28 ans, Ption-
Vilie. Moi sure de la lvre int-
rieure.
Simibei: S li^ Fonds Perrier.
Blessure conluse du coude droit.
Krancosur Miltina,36 ans.Jac-
mel Luxation probable de l
paule gaoebe i hospitalise).
-i un aie le mercredi 3 fvrier
courant chez le Ur P Savaiu
(Pont St Geraud), 7 heures
prcises du soir.
Ordre du jour :
t. Lecture de la corres-
pondance.
2. Questions d'intrt g-
nral.
Le Prsident
K:W% liait MM
Ml RATON .
M ' mmrtt t* chtil wv
| jC i -rra/ifcyivx ot aldcJ^ 0
Sylvestre, Agent des Contri-
butions a l'Arcahaie, agissant
en sa qualit de curateur par-
ticulier de la dite succession,
ce, aux tei mes de l'article 7
de la loi sur les successions
vacantes. Les ellets consistent
en:
lo 1 lit en acajou.
2o 1 armoire
3o 1 garde manger
4o 1 side-board
no 1 table pliante
6o 1 petite table
7o 1 lavabo
8 > 2 dodioea
9-j 1 a 1 Iian:cetJ3 autres bu
joux.
tOo 1 malle en zinc,etc,etc.
L'adjudication sera faite au
plus offrant et dernier ench-
risseur au comptant. Faute
de paiement, l'eflet ara re-
vendu snr-le champ la folle
enchre.
Fait au Bureau des Contri-
buions de l'Arcahaie. le deux
fvrier mil ueuf cent treuts
deux.
E. E. SYLVESTRE
Agent des Contributions
Curateur Particulier de la
successiou vacante de la Vva
I Arnauvil JeaD.
jugez
Pu. DOMONL)
POUR L'AVENIR!
Durant l'hiver, garonnets et fillettes oM
besoin de la force que donne la SCOTTS
EMULSION. C*l Ir tonique nutritif qui
leur assure ta vigueur et le$ maintient ea
bonne sant. ,
Une Cuillere, le toir. reconstitue les tissua
ltfl et reusure !. vitalit pendant qu'il*
dorment Une Ctiilft, le matin, lc
fortifie pour la journe la plus attire.
SCOTTS EMULSION prTientlee
rhumes, les toux, 1 infiuenza. Elle loigne des enfants la maladies
Elle assure des corps .-juins, d<:s poumons solides et une
vigoureuse. M<*U il MM que ce soit l'authentique
SCOTT'S
EMULSION
d'hucia de foia de morue nerveieaae
I /d! U.initHi A Ml)
At'm, dt mMmi RAROI U F. RITCHT ^ CO>,a.
M.dl.o.. Av.. || Hih St., Ne rf torfc, B. U. #A.
MIS1I HMliiejHiH_j_
Toutes les Polices J
DE LA i
e
/h
ftf v
IiVVt.JJLt
c

.3

COI PErTlfrMT
LC:5 RErTORPS
fe
Prop. Vv Jh. v- CY.
.d *' * trtco du crax ..... reyre).
J
1
comprennent la Protection contre la ||
Foudre sans auamentation de iaum
Aqents Gnraux i
it(,.LeR(issf>$Co


i K V* *T\
S F i i -, |
Rhum

it la d inn i elle a gard sa pi cmi<
D< D
I MIBANCOURT
: Rue Csar.
La Manufacture Hatienne
de Chapeau x L'Indigne *
-.LAiJ
*
Grand Caf de France
SOUS LA DIRECTION AVISE ET INTELLIGENTE DE HOHSIi.
FRANOIS GIRALDJ OUI EST DEVENU L'ASSOCIE DE 1 PATRIZJ
LE PROPRITAIRE DE CET TABLISSEMENT OUI N'A PAS D'EGAL,
LE GRAND CAF DE FRANCE, OFFRE A SES AIIABLES ET DIS
TINGUS CLIENTS LES CONSOMMATIONS LES PLUS FINES LES
7j^V VINS DE TOUTES PROVENANCES, LES PLUS CHOISIS, CIGARES ET
A CIGARETTES, SANOWICHES, VARIS DES A PRIX DFIANT lUDIt
CONCURRENCE,
L'ACCUEIL LE PLDS'SVMPATHIOUE CONTINUERA A'TRE LE
MEILLEUR TRAIT DU CRAND CAF DE FRANCE.
Patrizi ?&'0

la*. i A 41
m
m m
A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que la
vente de ses CHAPEAUX se lait, depuis le 4 janvier, au
N 2027.
en face de son ancien local.
E
Les Clients y trouveront le mme accueil.
BON MARCH. CLRIT, GOURTDISIE.
Martinez, Marcelin & C*
TLPHONE': 2341.
CE OUI N'A JAMAIS T FAIT
CE OUI NE PEUT TRE DPASSG
Kola Champagne
F. SJOURN
[Prpar dans des conditions rigouieusefi
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des rues houx et du Ontre.
PROGRS Ni VEAli
RHUM NOUVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DFIANT TOUTE CPNCURrtENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
DPT :ANCLE DES RUES FEROU ET DU PEUPLE. PHOlil": 3313
.
BIRE NATION Ab
de la Brasserie Nationale
Se vend partout Or() ,10
le veire malgr sa aualit
suprieure.
Administration Oal*
des Postes
Avis de dpart
Les dpches pour New-
York f*t l'Kurope ( vi: New-
York direct ) par le steamer
Ancon seront fermes le
mercredi.') du courant.
Port-nu-Prince,le 1er lvrier
1932.
AVIS
Il est port la connaissance
du public qu' partir du 2 l-
vrier on trouvera, la rue
Dants-Dcstouches, pi es de
la Shell Company, des lgu
mes.ceuts, noix de coco, etc,
des conditions avautageu-
ses.
N'OUBLIEZ PAS DE FIE ON PETIT TOUR
TERRACE-GRDEN
Chez W. KAHL
Petionville
l.COO pitds d'altitude. L'tablissement le plus Irais de en-
virons de Port pc -Prince.
Seulement 15 minutes d'auto sur une excellente roule
asphalte. Vues mn veilleuses de la ville et du port.
Iloissons de toutes espces.
t***~trmJHWim i
H.*
LE FAIT EST INCONTESTABLE
'
C'est la quintessence des meilleures
Vrrangements particuliers pour les pensions de jour de
semaine ou de niois.'j
Panama Railroad Steamship Line
Service de fri et de passagers enlie
Ecosso
France
Angleterre
Mrs. G. W S1EDON & C 17, James" Street, Liveppool, Ekglakd
THEFOLLOW1NG AREOUH AGENTS;AT PRINCIPAL PORTS IN EUROPE
ENGLAND, SCOTL AND. FRANCE.
Messss G. W. SHELDQN & fo.
17, Jamts Street, Liverpool, Euglana
. varits le cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait sou arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
k*>
>.*..
wwwiiiini >! tan r:rvrimmMi
Glelayey HENKEY & Go
21 Pur de/la Bj ublique
Marseille.
Ilernu Prou & Ce, Ltd.
53 Quai Georges V.
Havre.
Hernu Peron & Co, Ltd
Rue du Moulin Vapeur.
Boolcgre sur Ver.
Messis A. Renoix & Co,
21, Allcrgm'e, CojUhague.
Oslo, Norway.
International
Spe ditioni.'clkep Ollo.
MM. AMantic Freigbl t'.oipn
Dallinhaus, HamUrg .
Gein BIiV
M essrs Al h:
ui^lit
Cci,
Gt: ;:
Messrs AtlaUlc Freight
Corps.,
24 Qi ai .lordaeDS
Antwarpse Balium,
Hernu Peron & Cie Ltd
y5 Rue des Maris,
Paris.
IIean Peron\& Co Ltd.,
Rue de Tranquillit,
JDunkeique.
Hirnu Peron & Co L!f'.,
9 Rue Roy,
Bordeaux,
Genoe, Italy.
Messrs Henry Coe & Clerif
Piazza S. Matti:o,N 15 Gner
( oTTENUUlO, Swi;lJl.N
Nordn k hxpiess
Cothenburg.
Messrs Ailaltic I'ueigiii
( OU' N
Kon Emma plein
Rotterdam Hollande
Massrs Stkrmann 5c Co
ASSUREZ-VOU
la
<
ci
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation LUI.
de Perth ( Scotland )
Car te GENERAL j i nnedea plus puissantes et des plus vastes organisation
Je ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur ion champ d'action qui embrasse le
monde
Ses Polices centre incendie ^couvrent aussi les dgts occasionns par la louare
Ses Polices pour Antoraobil tuvrent vols, in< i al veilla nce," dommages
causs a autrui = 111-s lonne .ni dans m bit DS.
Ses Polices la ri limes m payables en Ha II i.
Sei P ii< i dans 1 u i Tous '< s n
. i ri devraient bue prendre la pi munir d'une j contre iccidenu
l'an moins 4000 dollars, la prime annuelle i i il 20 dollars D. C.
Veuve F. BERMINi AM, ziuxCaves
SOUSAGENTS
.a Gnral pour Haiti.
Port-au-Pi iG. GILG
N BLANrjjETJrmie


Mi i
3Fvi L932
Le Malin
4 PAOG3
26 me ANNE. N-7592
Port-ai-Prince
Tlphone: 2212
r 7.-arai
S

/
/
/'
ttohaala Lwkf Btrfti
rajaiuaif prec4 eu
Excuses
thiopienne:
>ni)i Ababa, \1)\-- ie 2
i , i-. t'. ii ii .> i1 I ran i
r s
n M M ni |_ I DU !' I
lion u i icaine e> odI 'ai
- j i -11 s < s 6 M. Edison K
lhard m nistre des lats-
frapp diman-
. i r pai on agent di
ce. <> dernier et plu-
rsciv:ls sont en prison
la auile lie l'incident.
j--:
4~
CELLOPHANE L
A L'HU:
a4b*i* ''
;>H
EABLE
llC
L'aaiquc
Zip----M '
Voyat la n
Mlnt*nc-*o la n
moiti. C'eit
Enveloppa d
l'humidit at .
FRAIS' Y- il
doi LUCKYi la vaqut I
ouvriil

;
i
fRMif |
iiihiioJtiLfiSii^iJL
i si anm r,d
de Santi: go de Cnb
el ilt s ports du Sud, fcei a
jeudi 4 u vr ie '.
I repartir* d ns la soir*
m ftvri, via les |< ri
u \'<)iHi Puerto- f i
niiiit Irt el |
!' ince, >. Jt Janvi
hl
Kiril MrcrJI
DE TROIS NUAMCS PI.U5 BLANCHIS
On Reconnat
Toujonr- Une
"Eouciie Bactrienne**
SI voa d mta us Boni un soud
;. ilynoa. Bu
1 joura quelle heureuse aurpriM
.',- voir l'clati la h!.'--.(-.iwr
. liante dont vi.-s denta
. Ce qui
g&tca
la boucha.
, boucha
M dls-
et les
laur
...';-
ml . Mps
ie de tuer Cv.
micro an
ILA CRME DENTIFRICE
Ar.tiseptiu
Cin-7cddy
DEMAIN SOIIl
Le lilerdfde fi m .le Le C Isa ne Legtar.d
Miss Edith Duchesse
\vec Donatien
Entre : 0.50 ; Balcon : 100
AVIS AU COMMERCE
"4La Panama linilroad Steam ri'onee les dparts suivants de New York pour port au prince
Hati,dire t ment, diir:"' le moi*, de Janvier 1932:
Dparts ,le hew \ork Arrwaycs Po tau-Prince.
s,S c isl bal le g Fvrier 1932 le 7 fvrier 1932
S/S B ena t mura le 9 f-v. 1932 Je l tvrit i 1932
S/ "Ancoo4' l lfi Fvrier 1932 le 21 tviier 19322
Steamer 'Gfjtyaqitir* le 23 lvrier ie 29 kvr:erl932
Panama Railroad Steamp'hip Une
JasH. C VAN RFED
ge ni Gnral
"It's toasted
t la C>
CI :
* coutai LUCKY G
muiiquc d- d*: h .
par N. B. C.


n
.
ROBE. IH ent:
tn demande
i ne n aison bien si-
vu toutes 1 lommodi-
.
'ailn r aux bui aux u
11; .
:'A>)

" <*i . >
,i,r rts de j i I>or,! Sud '!',!iil 's
: .: Drb .
Poi
New 0
Mobile, A
Port au Pi i
Pc t i
Au-:
Jacmel I
Santo D o i
San l' i!' I.
Ifactraibo Vi
Dpa di
i r
r
i
; ier
\ j
6 i
r] \(
H Fvr" -
10
11 l
14 l
D lits Fvri< r
23 lvrier 1932
rii r 19
1932
,') n ai s 19 2
;. m i s i^i 12
/ .U s
I32
Pu.:
New Oi
Mobile i i I.
Port au Pi
Cap Hati
P1 er
S
Sa ni ) D
Maearali] V

l P

l-
us I
i r
r
( r
nn
r >; ;rs
.\. De MATTEIS ..V: Co.Ag : s llni-aux.
i ...aVB> ffBai
9 m rs 1932
10 lars 193
13 m is 1932
Nord Ha i i s
fii ;! ts Fvi i< r
vrier 11.
1 i lvrier 1932
18 l* iei 1932
l rii i 1932
lvri : 19 !
lvrier 11 '
:.i U vrier 1932
Ii vrier 1932
mummmmimm
Uned
CANADH


COMPAGNIES
T

dASSURANCE
I OSSR & Co
mis G tuix
Vente par
voie pare
00
On lait savoir tous ceoi
qn I app m liei dr quj le jeu
(ti | a r na| e Fe* rier ml
nt* deux, a dil
* . I ma'i il sera pro
tel, t ;i ii uide et p-r le Mi -
nisire de M0 Dieudoon
Charles, Notaire Port-au-
Prince;
En vertu des grosses hypo-
thcaires en date des seize
Octobre mil neut cent trente,
dix Dcembre mil neuf ceni
trente.vingt quatre Dcembre
mil ne"l cent trente, onze Mars
mil in ut cent trente et un.
dix-huit juin mil neuf cent
trente et un, an rapport de
M9 Dieudonn Charles et son
collgue, notaire Port-au-
pru ce ;
A la venle au plus offrant
et dernier enchrisseur d'un
mmeub'e fonds et btisses
sis eu cette ville l'eu de-
Chose, l'Avenue Christophe,
la dite proprit de la conte-
nance de douze mtres vingt
trois centimtres ou tiente
pieds huit ponces de faade
si r l'Avenue Christophe an
ct Est, le ct oppos Ouest
< si form de deux lignes du
Nord au Sud. douze mtres
quatre vingt dix neut centi-
ii trtt ou quarante pieds et
au fond deux mtres cin-
j (p ante neuf centimtres ou
' nuit pieds relie par une
| droits en profondeur de l'Est
n l'Ouest de onze mtres
tiente six centimtres on
trente cinq pieds sur une
profondeur dont le ct Noi.I
mesure vingt deux mtres
trois centimtres ou soixante
sept pie is dix pouces et le
ct Sud tiente neut mlres
[i atre vingt dix centimtres
ou cent un pieds quatre pou
ces, borne savoir au Nord
, par Franois Georges et Fritz
Dupuy, au Sud par Ren
, Carbone], l'Est par l'Avenue
. Christophe et l'Ouest pai
Fritz Dupuy et Victor Stou
[dard, suivant plan ei procs-
verb il de Hli C. SalntODge
en date du huit Oc bre mil
ueul cent trente, enregistr;
A la si il d'u^ connu n le
mi nt en date du vingt huit
Janvier mil neut cent trente
Ideux, demeur infructueux.
A la requte de la demoi-
selle Ade Deniz.propritaire
demeurant et domicilie
| Tort-au-Prince ayaut Matre
I Piene l. Hyppo.it- poar avo-
cat constitu avec bttion de
i omicile au cabinet du dit
K .: . l'm i-i'ii Pi int e,
tre les lie i.oi.scl es Jua-
nitael /nada Nord, i barlet
i res demeurant
t '.s a Port-au-Pria*
Laboratoire SJOURN
DlRBCTURS
F. S l'i ( u un , I ha r m a c i e n
R. SJOCJRN&, Phirmafien de fJniversit de Paris
M. Skjoukn Pbann.'cien de l'universit de Paris.anciea
interne des Hpitaux de Paris
An jv c-, des Urines,du s'ie aastr serman-, Ure, f/jns'ante d-mb"i t, Olyrmle).
I) s.i.rhi's. Des matire- fes les.
Lykes Brothers SS C lnc
^Texas Hati Santo uomingo- Rico Porto
Le seul service hebdomadaire el rgulier passagers et
tit entre les ports du Golte du Texas diiecterneut avec
Port-au-Prince, Hati.
Pour la rception rapide ct le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de ' LYKE
UNE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont '
Steamer i Ruth Lykes i 15 fvrier 1932
Steamer iGenevivc Lykes 19 fvrier 1932
Siean er a Almria Lykes 26 lvrier 1932
Steamer Margaret Lykes 4 mars 1932
tJureau: Rue du Magasin del'fcltai. Boite Postale B
\
SONGEZ
Familles
QUE L'INSTITUT TIPPENHAUER
EST L'ETABLISSEMENT QU'IL
VOUS FAUT.
Tant par* ses excellentes
mthodes d'enseignement clas
sique, son incbianlable dis-
cipline, son irrprochable pen-
sion scolaire, que par ses
mth'ks modernes pour l'-
tndedela Stno*Daclylo.de la
C mptab lite el des lang' es
Ivan tes
359 Rue lr marre. Tel 2891
louer
Une maison ayant toul le
conintt moderne, au Bois-
Verne, Impasse Lavaud.
S'oJresser :
Mr Franck N. GAET.IENS
Magasin Ch Gaeljens
Rue du Magasin de lEtal
666
LIQUIDE on en TABLETTES
Soulage les maux de tte
ou la nvralgie en 30 minutes.
;; 'e:iL un Froid 'e ri entier
tour tl la malaria en trois
jours
bUU sauve le bbdu froit*
*.,- -:.,
ce, dbitrices hyrothcaires.
Sur la mise prix de Sept
cent quatre vingt buit Dollars
dix centimes or am. conver-
sion des valeurs gourdes en
or, montant de la dette en
c pilai, honoraires, intrts
chus jusqu'au mois de Jan-
vier mil neuf cent trenb
deux. Outre les charges de
IV nchre et les intrts chu .
. et choir.
Pour plus amples rensei-
gnements, s'adresser au no
taire dpositaire du .Cahiei
d^s Charges ou [avocat
so issigo.
Port-au-Prince, le premier
Faaer mil neut cent treu\
deux.
(Sign) P.L.HYPPOLITE,
Avecet
Double Traitement
pour Un Enfant
Enrhum
Lm enfanta dtaatent ff*
"drotrue", Lonqu' ha O*
tionn. *v du Vteka, 11 *&
lw rhumos de tiu tel**
ans "di-oguaji".
(1) Sea vupwm lnaBiW.
dca^os pr h cUhor a*
corps, tont Inhales tout W
dans les voies respiratoire;
(2) Il aoulagre les douhoff
tomme le cataplasme d'aataa.
V3CHS
VAPORU1
i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM