<%BANNER%>







PAGE 1

2 Pvri H * I PARKLR ESI : Paice qu'elle grande copwci. d'en Beaucoup le | %  < nie qui i bien plu i cl une < de 22 %  9 o '•' d' ' moindre la Pari er Duo capacit d'< ncre est. norm ennui dJ recouri l'enerier poni %  lissage. 1 et n'a pas &?l ui |>ai que pli il crll 6, Parker posi %  •! i ,-io de ramnen ei %  il esl ir il n comme le s' sonnes qni s' sans prc le do a le b mtiquc ' d'aul nemi ni •• Le i ma lus, Cl kerDii< les el I ... Prix de a lt d el a m iilleur march. Dit < I p UOiEAU POINT DE %  LE COLBEill — oo : Nous recevons la lettre sui• VIII | au-Prince, 1" Pv. 1932. n Directeur iu Journal LE MATIN E. V. 1 l'ropos humides Monsieur le DireLteur, .il une 1924 le grer les de —oLe Bulletin du Conseiller-Fiiianciu-Keccveur gnral a ligna l u-.i excdent les exportations BOT les importations pendaut le premier j Irimettre dn pr-eut exercice. Ceci est d un heurenx symptme. On ne j d< manderait pas mieux que nos exj puruiions gardasseut cette avance, nue celle-ci s'accentut toujours plus. I Deielle sorte que ce que les co-j nomietes appellent la balance coin1 V L\ CBtfl DE KttTffl fait la meilleure, la plus pure et r ^ \ la plus digne de confiance M^/ des poudres d'lvation. Insistez pour la... a rciale nous l'ut toujours favorable. CornillissiOU lUtlOua bon espoir qu'fl en soit ntrtS 5 ( '"' *ret certain.L'article loc; !i il i ueinande augmente sur le march aune de Portailintrieur et qui nous a valu l'exphysiononre -e ~l Voir notre 4cme Page. I,, m.iwhi p.f %  I l c racilemi ni d el su les I •le • %  i I rjg % %  mien .''"s luigm C'est ainsi i M> cow tantt de esUeiva.AurleColv., j, Za chat if l'hi rm s, ,tt rj \,M helv.i.Lolben, D, ta %  (M encore de G : iert, E I. Bauss il eal reraar,: | deus ri mi n ni maintenus ne 1928, epoqui lie ce uti iga [iv i sage r les an' qui u et li .s oscsqni-j louner i i o tinrent. Mr u la h iqu<, v i I a s i ti | ii est ii ,, i Sp cial li 1B inq M d'exportation rvl par la statistique, est le UHLJM SARTI1E CAI rlET D'OH, qui lait ouverture paiI iut. I oiilKr PRVISION GNRALE DO TEMPS POUR LE MOIS DE FVRIER 1932. FAR JUSTIN LECONTE. —00-' •i Icclns ris d tulfl la %  (WN• i n nii%  celte i iHee, qu'il est to\T recours ( Steloach, ., l'organisme, 1 %  / la icinme, I .lues la ilqoe ou iture, d'efince prcoce .-.ncc sexuelle. Prince M pharmacies. ILANDOPHILI" . 1M0MAS a o e Marte ARIS tUN INCENDIE A LOGANE —O— La maison de Mr Edouard Alfred, l'on des plus grands spculateurs et des plus honntes Logaue, a t incendie dios la nuit de samedi 30 dernier. Sou beau-trre n'a jeu la vie sauve que par miracle. Ou croit a un eflet de TEMPRATURE ET TAT DU CIEL. La temprature sera normale durant ce mois, S part la priode du 1er au 2, celles du 0 au 10, et du 20 au 29 o il lera ; malveillante chaud. Esprer de taibles vaNous esperouo que la Jusgues delroid durant les pei iodes tice mettra la main sur le W0 : i accuse tout le contraire de au cours dcette pe vrit. La plus lgre pela 1928 qui lAdin i il on de I Ville dt p -i i ince, s onuui s t i nV ifs pins orissai e v les aller et a i nuelle aps'ei g< son bm B < I Htel \ tH le Pa'C communal ; s'org i.ie enqute peut le dmoniir. Si l'on a des raisons spi iales pour ne pas rendie a ar ce qui t si lisar, du ilos qu'on se taise et qu'on ii pas l'air d'ignorer que • des droits, puisque i bien ^es droits sont la. latents, notoiri s, imprescripier le Carnaval ( in. Uuve dejtibles mme. Au surolus. l Idle nos relatl %  in* I u Uatit, nous publia %  la let ii' suivante qm est un ri oonsc une information d'un Abonni II< cernant lu lzolon : s !•' m b-in), r.lor> dur longtemp : me l!" d^vt beau L6 Police rural de Bizoton le cet homme, .ti mr. sotn ,i •[ %  ous. Police rurale , | ourqu tiiiius u! u S ne voul ms pas entendre rj ; qui. dii uis quelq parler de 1 ad ; il ( t m ,..• I rcrie,a> n'a i imai M nti sau i tout ce qui a p t i .. %  I .i — — ou — Au Directeur du Journal Le Matin En Ville. Monsieur le Directi Monsieur Philippe Domond ayant abus de I pitalil de votre si mu re i anl j poui publier (K-s choses u vous demandons la p rmission de rectifier. Nous protestons i [ueiiu'tit (.outre l'artii le i aru LE MATIN du 2 I Janvu r i ititul a Autour de la Poli, e rurale de Bizolou , donl I ble vouloir dfendre M Domond du fait donl il e accus. La revocationde ci ni de police esl une dlivra ice p nous autres habitants Poi autres aurait t mconnu? •l bons I ieus e I ou m me de protester au cas nsci 11 e t d. nign i i ,, | h ,bii qu'o voudrai' n %  •• a Imiuisl il • ; a l l i t! ,, e serait ( as il un pa ;.!!( de mesiiU y i iun paquel i ul %  ; %  • ' ....Il a l n ..... 1A n ,id n> t f lin t me ma : cel ( le pa Il y a c] ipres el ., i • ,i ,, u i LU reste, parlant d'un bien u\ %  mph ;; I* Administration , v | uiv %  n tunale cl de l'autorit ilr, motits l'agir, I qui l'a lalis, n'est-il pp§ z v lS n iju'iib rln ble au lieu de Un lel 0 p iun < %  Isii de dire La Commis; ,;,. ,, m ommunale le i Ile po la la ensacnliin qui que i luit—etc.i N'est-ce pas Oaided >ma i l'homm di 8 vie, i lus correct, plus juste el ser • , • uoyal tout ensemble r el enco ei> 4 U %  Veuillez agrer, Mr le Di, c mes •-mo'iii s, n:i meillenrs vœux c prosprit. A. GOLBERT, av. du .'} au 5, du 18 au 20, et du 26 au 2i. La priode la plus nuageuse sera comprise entre le 9 et le 15. PRESSION BAROMTRIQUE. Le baiouieire aura tendance la hausse vers les 1-2, du 6 au 10 du 20 au 22, et du 26 au 29. En dehors de ces dates, il e.st appel se tenir au dessous de la (ioi maie. PLUIES Les pluies durant ce mois se ront encore dficitaires,au point de vue de la quantit. La seule j.riode de pluies apprciables e| indique durant la priode du! au 15. i OUR LIS DPARTEMENTS DU NORD — IJU NOHO-OUKST — DE LARTIBuNlT — ET DE L OUEST. Loues pluies surtout dans le Nord les : 1-2, 5 Srie de pluies entre le 8 el le 10. Pluies peu appiciables les 10-22, et 25 20. De la bies vagues de troid •>o.ii ittU q is puui ces i< glODS euue le 3 et te 0, ei entre le 23 a le 27 POUR LES DPARTEMENTS DU SUD — EUtOIOKS DE POUT-AU-FRINCE — DE JACMEL — ET DE LOUANB. 5'aueudre de UlDIae mutes les 2-3,(5. Plaies valables surloui entre le V et le 15. il est irfl probable que nous ayons un temps de Nord %  durant i.* priode du 12 au 15. Pluies dficitaire les 19-21, et 20-27. N B.— Les ractions peuvent bien se manisietler 24 ou 48 Heures avaul ou plus lard, l'OUU LA NAVIGATION.— LfS pldS loii.sV.uis sou. uiuiques entre K2 et e 5, ei entre le 10 ei le 20 PoUB L AGRICULTURE I. -NoU le repeious, ie agriculteurs doi crimiucl. VILLE OE PORT-AU-PRINCE S — A la runi'n, A l'Htel de Ville, des Reioes de 1931. Melle Gabrielle Lauvin a t lue Reine du Carnaval de 1932. Le sort lut dcider de l'lection, deux voix ayant l accordes chacune des candidats: Melle Canvin el Melie Lise Bouchereau. Melie IGlmaud s'tait lait excuser de ne pouvoir assister la runion et Melle Acloque, cmpche.avait par lettre exprime son vote en laveur de l'une des candidates. Port-au-Prince, le 1er lvrier 1932. trio n'. di i i & n ton sjour parmi nom amais Age tOi h I %  l %  Vatiu tu qui u; q l i •. ou e a lu l ui u uus de ci la, ,i ute i. vrit N | n ce ujus vi q LE^ON OE PIANO M id a me Justin E ie de retoai dms le pays oire ses services aux lamilles pourdes leons de piao. Adresse Mme Veuv Thomas Price Bots Verna vent avoir leurs terres prpares durant ce mois de Fvrier, pour pouvoir planter vers les ; ."> 6, 15-10 Mars etc. Ceux qui croirons attendrorplus tard pour taire leurs premires plantations prouveront certainement dei contre-coups: IL— D'autre part, nous ne voyons aucun inconvnient pour c.ux qui voudraient planter, selon la nature des terres, ver* les 8, 17-18 Fvrier etc., i certains produits, tels: le ms>,| le nul. le colon, la canne sacre, et autres. Il esl une chose que les agriculteurs ne doivent i pas perdie de vue: c'est qu* nous aurons les meilleure! pluies tt cette anne, et non donues et calculs nous permettent de dire que Juin, Juillet et Aot seront en parue des| mou de grande scheresse. Nous nous sommes appro-l tondis dai.s ces rechercha) pour le seul bien de nos compatriotes, et leur conseilloni dlie irs tt la lche celte| anne. ** 4 .— Mu :uel do \<.'ie linge i e Boi ; al 10 T 1 'y P >'• le v> m : strie AU GYCWB g Toutes les Polices OE LA %  •j iA^^l'" QUI PtTItMT Lt:5 RE-WRP5 i r< t j. V \e. Jh. CHANCV. !*a &M*ai comprennent la Protection contre l a ^ondresans auamentation de taui %  *•* ,t>** tucu uu wiara^e ^ry CI Aqents Gnraux



PAGE 1

f\ Rhum II — / < % %  iNCOURT : Rue La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne %  % A le plaisir d'aiinorrer sa nombreuse Clientle que la vente de ses CHATEAUX se tait, depuis le 4 janvier, au h 2027, GRANDIE en face de'..son ancien local. Les Clients y trouveront le mme accueil. MARCHE. CELERITE, GOURTOtSIE. Martinez, Marcelin & G 9 mers-a Administra* *^ n G l des Portes Avis DE DEPART Les I^pcl.es pour New Yotk '{ l'Europe ( via NewYork direcl ) par le Btffmer Ancon -> *erorit tern ^cs le mercredi 3 '•: • nrant. Port au-!'i i nef ,1c 1er lvrier 1932. AVIS Il est port 'a connaissance du public qu' partir du 2 lvrier on trouverai 1 1 rue Dan ts* DCA touches, prs de la Shell Company, des lgn mes.œuts, noix de coro, etc. des conditions avantageuses. N'OUBLIEZ PAS CE FIE UN PETIT TOUR TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville 1 600 pieds ci'; Il t. de L'tablissement le plus irais des environs de Port pr -Prince. Seulement 35 minutes d'auto sur une excellente rodtfl asphalte.Vues mnveiileu*es de la ville et lu port. Boissons de toutes espces. Vrrangemens particuliers pour les pensions de jour de semaine ou de cois.^ Panama Bailroad Steamship Line Service de fret et de passagers enhe Ecosse France Anc*et*>rro W- G W SREDON & C'— 17. James^ Street. LIVEPPOOL, ENOLAND T1F FOLLOW1NG ARE OUR AGENTS AT PRINCIPAL PORTS IN EUROPE A L ENGLAND, SCOTLAND. FRANCE. MESSSS G. W. SHELDQN & Co, 17, James Street, Liverpool, Lnglana la France Messrs G. W. Sheldon & Co, aie represented by the lollowin II.. ,a!SS SwdlWd service de transport de passagerset du fret entre Hait, et esVc ts Europe rs.vi Ne* York.et Crislobal, Canal Zone, s unie Panama. P Voici a liste'de nos agent pour les principeaux port de 1 heurope: GLELATLY HENKEY & Co 21 Rue del Rplique Mcrseille. Ilernu Prou & Co, Ltd. 63 Quai Georges V. Havre. Hcrnu Peron & Co, Ltd Rue du Moulin Vapeur. Boulogre sur Mer. Messrs A. BENOIX & CO, 21, Allengade, Copenhague. OSLO, NORWAY. International Spe ditiomsclkap Oslo. MM. A'Iantic Freifjb' Corpn Dallinhaus, Hambir^ 1. Gei manv! M essrs At.'antic Freigh I oration Germany Messrs A.lantic Freigbt Corpn., 24 Quai.iordaens Anlwerp&e Beliuna, i i HERNU PERON & Cie Ltd 93 Rue des Maris, Paris. HERNU Peron & Co Ltd., Rue de Tranquillit, [Dunketque. Hernu Peron & f o Ltd., 9 Rue Roy, Bordeaux, GENOE, ITALY. Messrs HENRY COE & CLEI ri PIAZZA S. MATTKO N 15Gner l i BNBURO, SwgOEN iNordisk Exprs Cothenbuig* M ssrs ATI.AHK: FuBifl t Ol l'N Kon Emma plein Rotterdam Hollande Messrs STKRMANN & Co : / Acnts poui la iblique d'Hati A DE MATTEIS & < Porl • au • Prince (Hati) '. .• %  %  Hpp -%  MHMB LE FAIT EST INCONTESTABLE hum C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs C'est a qui l'ail son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! %  man ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scolland ) i^ar la G ih %  > une des plus puis: plus vastes organisation, de < il "t se couche jamais su I mp d'action qni embrasse te (Couvrent \ occasionns par la foudre Ses Kir A luvrent v malveillance," dommages fEnrope sont payables en Hait), rs entier. Tous les yoy une police contre acckiei ,oins 40 al que de 1/2 % soit 20 dollars L*. C). uve I *EI t M I N ( • AM, AuxCa ves encrai pour Haili. l'ort-au i'nrc 1G. GILG \N BLANC 1 i ETJi'mie



PAGE 1

Mardi 2 Fvrier 193 Le Matin 4 PA05J Port-au-Prince Tlphone : 2242 - %  MBtaeBMBB •\ ".A lrls. Depuis,nou t :ons patiemment lu li i t utce (jui nou H JUS noua eor m qui de dplaire, de J s ine opini m uooa^coudoy sji^ii la porte de leur in dre gesle. Ces rflexions nveiues ia suite i u hocing-SL Georges. I .telle circonstance. bre autoris du t u i. di I L J. S.S.H. iil publier Ic.uent le nom de B. M iD nmearbitre du m 11 1 rellemenM'arbiti e en costume de terrain Mais le Pr( ru ses raisons poi l> ii lie fut plutt ui I M. \. B Bonhonune. D' lu.ion (lu St Geo • veto) estim • du P.esident ; celai ; le tour Lit jou. %  si i ni s (|ue s u // en vraiment des rai: ru cite pour rcuse l'arbitre Cl D i e,il les faire i ;oriqoi . eu a hies. i le i ', le .11) : Q l palpiI II Irl de n I i o r d Uoune, 1 UU I lu " • V. ns. [Attaque' en p Ion de la e.comni i tau tes. Man qae d ent, Uegnit r t, passe tout ie t mpe le ballon I ba ru pagne qui, serr de prs, n'ayant qu'il., mtre detemiu pour voluer se gare, Beauvoir, libre Q i comme un e lant faisant sre, ess le de m igniques envole§.Uncoup liane est accord au "lia cing" a i ui e .'une ma e touche du dui-droii du •• St Georges li.ker reo • veIP les llO i> s du tei l)< is, a une i xhib lion. Le Si. <' r< il • di i' ) ,; e ; i Cll.t II •'! n rqi es i • h< i ; %  :, i tina O U I es m .* ..'• Dparts de N'en 0 Princi -Porta S d Hatiens i i ports Di New Orlans I i Mobile, Ata 3 I i Port au Prince irriv ) I j felit} (iove( a riv ; 1/. lec. Aux Cayes ( i Jacmel ( ... il Santa Dgo City S m Peuro di (. i, Ai 1C3 Mil).) \ i 1 < i r 1 ei : : 2 vriei 1 i s 1932 (! 1 5 ars i i l,' le a Fvrier 1932 le 7 lvrier 1932 Bu i 'entura le 9 lv. 1932 le 15 lvriei 1932 S/ • ncoq" I li FMiei 1932 ie 21 lvrier 19322 tamer 'Goiyaqim** le 23 lvrier le 29 lvrier 1932 Panama Railroad S'eamp^hip Line JasI-I. CVANREED Agent Gnral % %  Laboratoire SJOURN DlRliCTURS F. SJ URNE, Ph irmacien R. SJOURN, Pnsrmacien de I Universit de Paris M. SJOURN, Pharmacien de l'universit de Paris.aunen interne des Hpitaux de Paris Inaly es des Urnes, du suc gastrique, du sang ( WasKermani i Ure, Cons'aute d'Ainbard, Glycmie). DAS cracha 18. Des matire lceles. Aox Hr>c|Aop8t< <*• Ctwwi ti urf t l'Huile de Foie de Morue AgrabU au got et fcilmr\§t\i digeitlble dit etl U complex rpatalsut de la NultUion pat excellence Laboratoires REGAGN0N & CM PbarmaciMN Agent Gnral pour TExperttMeTi : Ch. MAGNANT 37, rue Javiouc PARIS.t' Lykes Brothers SS C lnc % ,Teaas — Hait! — Santo uominrjoRico Porto Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers e Irl entre les ports du Golte du Texas directement avec Port-au-Prince, Haitl. Pour la rception rapide et le maniement habile de vos mnortations, servez vous toujours des navires de 't LYKF LINE. Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont: Steamer Nfargarcl Lvkes 2 lvrier 1932] Steamer i Put h Lykes 15 fvrier 1932 Steamer i Genevive Lykes 19 fvrier 1932 Steau ci Aimria Lykes. 2P fvrier 1932 Steamers MargaretLykes i 4 mars 1932 Dureau: Rue du Magasin del'Etai, Boite Postale B | •MESDAMES, i Pouteindre vous-mmettoui I tisaus, aucun produit n'gale Ls 'MAMESOVE'l TBINT0RE NtHACXE PSRF8CT!0?iNi | Phirmo.-l Eii(j*nf PROU ''" u oiineipn. iniciclcttiSro|:!Cric<"'HJU '•-'• %  %  %  ratissai uu E SONGEZ A louer Familles Le steamer Carimjr,a'e retour de Santiago de Cuis et des ports du Sud, sera ici jeudi 4 fvrier. Il repartira dans la soire pour le Hvre, via les pats au Nord et Puerto-Plats, prenant fret et passagers. Porl-au-Prince,le 30 Janfitr 1932. ROBE. ELIN, A#nl: JTf lOSSft fr J r QUE L'INSTITUT TIPPENHAUER EST L'TABLISSEMENT QU'IL VOUS FAUT. Tant par< ses-excellentes liodes d'ensei nl clas i e, son inbranlable disre,son irrproc hable.penscolaire, que .er ses odes modernes pour l'mpti In lue et ces" langues i 4??, rpeii; iiie.Tel.2Wl Une maison ayant font le confort moderne, an BoisVerna, Impasse Lavaud. S'adresser : Mr Franck N. GAETJENS Magasin Ch, Gaetjens Rue du Magasin de 1 Etat. 666 LIQUIDE ou en TABLETTKS Soulage les maux de tt< ou le oevralgie en 30 mioute.s gurit un Froid le premielunr et la malaiia en trois jours 6W sauve le bebdu lioid.J (LIGNE COLOMBIENNE) Tlphone;: 2323 Le vapeur Bogota, Vov 06 venant directement de Ntw* York est attendu ici le 2 lvrier prochain, continuera i mme jour pour Petit-Gc'f Miragone, Jrmie, les pons Colombiens, Cristobal, Canol Zone, prenant fret et |passagra, I o Manifeste de e nsvif reu rar avion est i la dis i" ndes Clients dans no ux s is ai.^le rues Dai 'cse EgaJit. Port-au-Prince, le 29 jau- vier J932. Colombian Sleamship Co hic Wm. E.BLEO, Ageat



PAGE 1

Clment Magloire DIRECTEUR [1358. RUE AMERICAINE 1358 TELEPHONEj N',2242 i -i l'QB LOUI Ce l'oirrnl l'antre. toLTAUl. 25 me ANNEE N 7591 PO T \' T TR NCF ( i TI) MARDI 2 FEVRIER 1932 Hati et son gouvernement —O0- II Ailleurs, quelque bien pays que puissent (Hic les fonctionnaires hauts et moyens du gouvernement et de l'administration, leurs revenus ne les placent gure au-dessus — et le plus souvent pas du tout — de la situation matrielle des grands et moyens employs des entreprises prives. Au regard les uns des autres, ils sont, ce point de vue, sur le mme plan et il n'y a entre eux que la diffrence des carrires. Sans doute, les fonctions administratives sont partout trs courues, mais cest en raison de leur scurit, du travail relativement plus facile et du prestige attach leur investiture. Au reste, les situations industrielles tt commerciales ne le sont pas moins et, pour nous rpter, il y a, dans l'ensemble de toutes les situations, pour ce qui concerne jes traitements, un quilibre qui reste le tmoignage d'une justice sociale o il n'y a pas de place poulies causes de rvolte et de haine. Si ces sentiments sont tout de mme en fermentation dans de tels milieux, c'est que l'ingalit est la rgle des choses de ce monde et que des forces sociales nocives sont toujours en veil poulies entretenir et les exploiter. Ces considrations nous amneraient dans un domaine d'ordre spirituel et, par consquent, tranger notre sujet. Nous ne voulons pas en sortir. Les guerres de classes, si elles ont leurs origines dans les abus sociaux, n'ont, en gnral, leur base, au cune hostilit entre les avantages matriels respectifs confrs par l'exercice des fonctions publiques et des fonctions prives. Ceux qui sont au courant de la question que nous traitons ne feront aucune difficult de nous croire quand nous aurons ajout mme que, dans les pays ainsi quilibrs, la plupart des employs, d'ailleurs spcialistes ou spcialiss, des entreprises prive! n'accepteraient, pour des raisons tires du traitement, d'changer leur situation contre celle qu'ils pourraient attendre d fonctions publiques. Un tel tat de choses ne saurait nous surprendre ici si nous voulons reporter nos souvenirs telle poque de notre vie sociale o des employs du commerce ou des agents d'affaires refusaient de laisser leur situation pourdes fonctions de l'administration et o des employs publics donnaient leur dmission pour s'engager dans les emplois du commerce : comptables, caissiers, vrificateurs douaniers, ou pour se lancer dans la spculation en denres, dans le pacotillage ou mme dans le courtage. C'est qu'on s'enrichissait, cette poque, dans les entreprises prives et les affaires, ou pour le moins on y connaissait l'aisance, tandis que, dans les emplois de l'Etat, cot des occasions de briller et de satisfaire certaine ambition, on restait, matriellement, en place, quand, mme, on ne rtrogradait vers la j vie petite et la mdiocrit. Mais depuis... {A suivre). L'Allemagne, les Rparations et le Dsarmement PAR LE Baron Werner V. RHEINBABEN, ANCIEN SECRTAIRE D'EIAT, DLGU DO REICH A LA S.D.N. ( Interview ) World Copyright hy Agence Littraire Internationale, Paris. „ On me demande si le rgime actuel est assez lort pour pouvoir se maintenir T Je le pense, mais la condi'ion, toutefois, que certains changements soient apports la Constitution de weimar conformment aux lois de l'volu'ion politique. Je ne vais pas vous expliquer mon point de vue en dtail. Qu'il vous suffise de connatre les lments les plus con'roverss de ces rformes ventuelles. Il importe d'abord de porter de vingt vingt-cinq ans l'ge des lecjears. Il faudrait ensuite investir '• prsident de la Rpublique dan pouvoir plus large, rformer le Reichsrat, rgler les relations du Reich et de la Prusse kous la terme d'une sorte d'union personnelle entre le chancelier du Reich et le prsident o Conseil de Prusse. Tou ces Problmes sont difficiles >'roudre, mais, taleai t toutes rserves nr.e.ssair s, je dois nie orner dire que t eux qui prRendent impossible la rvision dune Constitution,,; rdige ".y a treize ans, ont tort. Je ne jjterai ^ que l'exemple des Etats vils d'Amri'iue n. xnrta uni ALIX RO, r 30 annes d %  ) v s. un sentiment d'hostilit l gard il un puyi quelconque, m mane, simplement d'une vol i de justice, sans aucune i de recourir lroxiinaiivemeiJt un milliard de marks pour aider I s habitants de nos territoires 1 Est. Cette somme peut 're %  onsidre comme un supp ment celle que nous acq tons dj au titre des rpara-' tions. Nous soin -ns en pr ^nce I l %  •' ni tive suivante quant 1 avi nir des relations trincoIlem.Mides : Il v a la politique du Va I />Us. Vaincus, nous devons • i u >Oumettre; o • bien la poli |U le lu cooprauou qui IQBp u • l'eftaeemenl de la distinc. ion '•une vainqueurs et vaincus {Reproduction interdite). Coin e d'Amrique o, i.prs une existence dcennale, on a, dan* sa plus grande partie, abrog la Constitution. En ce qui concerne le dsar mement, je ne souhaite pas -du moins pour le moment,—le dsarmement complet de tous les Etats, mais je demande quon nielle fin aux obligations unilatrales imposes l'Allemagne. Sur ce point, je dsire prciser : je ne demandu pas qu on permette i Allemagne une pan te des armements du point de vue quantitatif, car on pourrait discuter ifivemenl un tel postulat, ce que je demande, c'est une parit qualitatiut,ou, du moins, ta reconnaissance d'un droit aux armements d'une parit quali tative. Ceci serait en accord avec la souverainet nationa le de l'Allemagne reconnue par le 53e paragraphe de la convenon du dsarmement de G: N 'us demandons la revu on ne no. Ironures ds [Jet I tat actuel tue pour • Allemagne une situation intolrable J'ajouterai nettement, en tous les cas, que ce dsir de roctlfication IA jamais rie guid par Le Retour Hatiana.qui ne compte pi i ses triomphes, a oflert dimanche un film txceptionn LE PKDON, que nous recommandons vivement aax aras •eurs de thtre dlicat, i a trame en est lort mince ; I • choc de deux caractres, l'un rude, celui du pre, l'antre respectueux mais indpendant, celui du fils. Ajoutez pour la note de tendresse : une jeune pouse et un gamin espigle et adorable qui tient le rle de fils ou de petitfils comme vous voudrez Sans nous arrter la vrit pisodique de certaines sec ns, disons tout de suite q e le drame se passe dans un tout autre domaine que celui des paroi s et des actes.,. Il est suitout dans les sileni et les cœurs. C'est dans i genre spcial que le cinma est toujours sur de remporter sur le thtre. Des gens ont pleur— r'esl lont dire—pleure avec em uts de commerce se I ment, %  e pouvant plus CVs d'abord la liane navigation .Gull i'acifi Une. dont MVI. A. Ma te C* sont les agents.qu nu : qu'elle su<>pei) t son tiali Hati, ses bateaux ny tro vaut aucun lit. D'autre part, nous ap| Donsaue Sea Sida Inn, le nomm tablis u ot 'le t l5 s u i ortes. i uflj i e permet pas ux p opri ces maisons de iules 'rais dpassant les recette-. Le* elleis .commenant la crise. PAYSAG En t I922j"avais alors 13 ans, mon pre m'emmena passer le • vacances aux Grand t-Bois o il dirigeait une plantati inca Sous prtexte de me faire re rer l'air pur : um de la montagne, car ma en ralil .ion poc ia prof i la belle nature, pour me l'air .Iles de i i le ca ; -. Les premier. jours i itnis seul la cliau lui et ses liomm -. l'aurore, e rentraient qu'uu dcliu du jo i^n malin, jugeant que il • s du vo; %  il demanda le l'accon r et I ne lue du (. irn ival ii • e tu.ux Si dia. ieuse %  •'. — I y a en au ; ibun > re insl i n I" ; • l'iio I Me Herman On pens trop dincid •.-i i N B pODU 651 (>'.)!) h c lh lifj ce — Dimanche.i uvir lu m. tin b m 1 1 e N o un 11 ravine p lub • mi ic L i den' • n 8 — i nteudu le l'un • as I nuH do sanu dl 1 i ro ite |ue. le; El l'inl a i? — ( %  ; S nale U •' baisse pn les p lu • i %  s Imp n t. Bl les pro il > de '.ibi n\i ion I tcale? — Une mission i p rendue au G les possibilil • l'ex : u t ition du cal ; produit n rupl ( e i %  %  th. Ce llt |>. — Une grande bg ie de navigitiou japonaise i n visage de nprendre le p SantoI) ) 'dans \"i bal< aux, p iss inl > ar l< canal 'le Pana na. — D U anuont e [lie e %  1 m. 1 Fiallo, intend ml I inne d • ninic m • i prison >. — p q a dclin la roy iut,d v l. i," conseil c nmu tress de faire lire ne autre Heine. s dors, insensiblement colors, plus arid i ,ies qui l'ormenl : tai de n'a ir ri m apport.pas mm \ un cra ^ou el un bout de an ir qui eu i ni p i me ser\ ii imparfaitement I n m imp i ; car j ia • in espoir de revoir ce men eill paysage. Quand nous quittn lieux, des bandes brun s I. derr'n i e nous, nonaienl d r. Mon | unes ou il i'-. avail ; i un coupd'œil sui il. avaient fail I: %  et, r isemhli icau log .. .le qui i empoi tanl mo i i le plus a enir. non ave< mes piie I mes toiles. Ai.i RT. .laurier 19 ... a vu en panne, sur la route de B on. un.' a tlo de m hr •, l ia ,uelle s'nervaient VI-Iaec i|ue ques passage ri sans doule, d'a river, ce moment une un re voi'in qui stoppa. Un oflici r rie i i en descendit, qui ayant i due, oftrit ses servit •.. La pan e put tre entin leve. (loin ne on flicitait l'officier, il disparut discrtement... K iseignem ois pris, c'tait l'j i n i^ nie co i il 'i l'est le Ch I 's l'occ I i. ... ad co n.ne un d, un ird l admiration e • .s de psi i n gentil h un i ... a revu avec m ... ', I iviiper ur U •• %  ' -, il '!,..' I i | Coi ; lit tenu lUtO : p i!" %  ri (le notre lh a re : M. \ %  %  i t <| >i ;> %  • <1 I (I I : • t i I, b ittu au I' lo i les d> m. -. du ii du 1 i • %  r • le < i dre le rau < > de d. I • locei i -"r d i la ui par II r v ini ora no i ;, il les i ou" ) a l '. chu %  da i i, lui e npoisonner so i suc %  i p ri )is de cecra • ... v | i'a i i ras Ghavannei il iuril une petite industrie nou comme un signe %  temps. Une petite logd en eftet et qui as %  slve d u icna • i a lire i ml audacleu • men' de s'ouvi ir sous ta coni de trois on quatre | unei a /T /,ma *niii r ques... en qute d'une solution au pi de manger et de e i h i |ue jonr.Qu est-ce (pie 1 1 li 1 iu etie pourra bien ira •• giaer aprs cela ? >. ... g ; ; | • lvo'te, A eili les no lis, | lus bel s que les autres, doal H i i s nos camions da lc.ll al vritablement man* i ion l mme i.'e pour bsp iser u ia le vocables ; USsi stu|ue : Rapoursuite, ftttr Salana, L'incen flaira, l'Unie loulou. La bonne pouse, l'clczfi I. il aire,un reg • d %  u x camions : Chriif i; \mon i e • ou trois su* i ai iiir• u nie ix -a tendn % %  ... a vu h i ue Destotrenel luir so le ds pierrea a \ \uft de p ux, requis pour .m constat. L'honorsble magistrat, ace impsgn ds son grellier, i d'abora songe ^e retirer di ;ail o isejoemm%ot i P m s le bombarde I tant lut plus intense -t i %  itrat et grellier BU plus vita en rai d \ et rat des champs* ir pou. le pi o olympique 1 a ii t [ue midi Sic] •• ure socit ie t banqaiers,jouri,tonction I de de'isaxcerises.Sp-L la Maison. fMMB %  %  .c sousaign r i ••'! dir:: o irnal .< Le Mi%  i dclaration verbale,qae ::. i est le psendo y me sous [lequel il crit. Ce 27 j .nvi 1932. Gelin AUGUSTE Avocat i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06925
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, February 02, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06925

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR '
[1358. RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONEj N',2242
i -i l'QB
.....
loui Ce l'oirrnl l'antre.
toLTAUl.
25 me ANNEE N 7591
PO T \'T TR NCF ( i TI)
MARDI 2 FEVRIER 1932
Hati et son gouvernement
O0-
II
Ailleurs, quelque bien pays
que puissent (Hic les fonc-
tionnaires hauts et moyens
du gouvernement et de l'ad-
ministration, leurs revenus
ne les placent gure au-des-
sus et le plus souvent pas
du tout de la situation
matrielle des grands et mo-
yens employs des entrepri-
ses prives. Au regard les uns
des autres, ils sont, ce point
de vue, sur le mme plan et
il n'y a entre eux que la dif-
frence des carrires.
Sans doute, les fonctions
administratives sont partout
trs courues, mais cest en
raison de leur scurit, du
travail relativement plus fa-
cile et du prestige attach
leur investiture. Au reste, les
situations industrielles tt
commerciales ne le sont pas
moins et, pour nous rpter,
il y a, dans l'ensemble de
toutes les situations, pour ce
qui concerne jes traitements,
un quilibre qui reste le t-
moignage d'une justice sociale
o il n'y a pas de place poul-
ies causes de rvolte et de
haine.
Si ces sentiments sont tout
de mme en fermentation
dans de tels milieux, c'est que
l'ingalit est la rgle des
choses de ce monde et que
des forces sociales nocives
sont toujours en veil poul-
ies entretenir et les exploiter.
Ces considrations nous am-
neraient dans un domaine
d'ordre spirituel et, par con-
squent, tranger notre su-
jet. Nous ne voulons pas en
sortir. Les guerres de classes,
si elles ont leurs origines
dans les abus sociaux, n'ont,
en gnral, leur base, au
cune hostilit entre les avan-
tages matriels respectifs con-
frs par l'exercice des fonc-
tions publiques et des fonc-
tions prives.
Ceux qui sont au courant
de la question que nous trai-
tons ne feront aucune diffi-
cult de nous croire quand
nous aurons ajout mme que,
dans les pays ainsi quili-
brs, la plupart des emplo-
ys, d'ailleurs spcialistes ou
spcialiss, des entreprises
prive! n'accepteraient, pour
des raisons tires du traite-
ment, d'changer leur situa-
tion contre celle qu'ils pour-
raient attendre d fonctions
publiques.
Un tel tat de choses ne
saurait nous surprendre ici si
nous voulons reporter nos
souvenirs telle poque de
notre vie sociale o des em-
ploys du commerce ou des
agents d'affaires refusaient de
laisser leur situation pourdes
fonctions de l'administration
et o des employs publics
donnaient leur dmission
pour s'engager dans les em-
plois du commerce : compta-
bles, caissiers, vrificateurs
douaniers, ou pour se lancer
dans la spculation en den-
res, dans le pacotillage ou
mme dans le courtage.
C'est qu'on s'enrichissait,
cette poque, dans les entre-
prises prives et les affaires,
ou pour le moins on y con-
naissait l'aisance, tandis que,
dans les emplois de l'Etat,
cot des occasions de briller
et de satisfaire certaine am-
bition, on restait, matrielle-
ment, en place, quand, mme,
, on ne rtrogradait vers la
j vie petite et la mdiocrit.
Mais depuis...
{A suivre).
L'Allemagne,
les Rparations
et le Dsarmement
PAR LE
Baron Werner V. RHEINBABEN,
ANCIEN SECRTAIRE D'EIAT, DLGU DO REICH A LA S.D.N.
( Interview )
World Copyright hy Agence
Littraire Internationale, Paris.
On me demande si le rgime
actuel est assez lort pour pou-
voir se maintenir T Je le pense,
mais la condi'ion, toutefois,
que certains changements soient
apports la Constitution de
weimar conformment aux lois
de l'volu'ion politique. Je ne
vais pas vous expliquer mon
point de vue en dtail. Qu'il
vous suffise de connatre les l-
ments les plus con'roverss de
ces rformes ventuelles. Il im-
porte d'abord de porter de vingt
vingt-cinq ans l'ge des lec-
jears. Il faudrait ensuite investir
' prsident de la Rpublique
dan pouvoir plus large, rfor-
mer le Reichsrat, rgler les re-
lations du Reich et de la Prusse
kous la terme d'une sorte d'u-
nion personnelle entre le chan-
celier du Reich et le prsident
o Conseil de Prusse. Tou ces
Problmes sont difficiles >'r-
oudre, mais, taleai t toutes
rserves nr.e.ssair s, je dois nie
orner dire que t eux qui pr-
Rendent impossible la rvi-
sion dune Constitution,,; rdige
".y a treize ans, ont tort. Je ne
jjterai ^ que l'exemple des Etats
vils d'Amri'iue n. xnrta uni
ALIX RO,
r
30 annes d
) vs.
un sentiment d'hostilit l gard
il un puyi quelconque, m
mane, simplement d'une vol
i de justice, sans aucune i
de recourir l d'es rit est exactement le m
lorsqu'il s'agit dj plan Young.
D'ailleurs, ces deux problmes
se joignent dans une certa i
maure. L'Etat allemand
pense ap;>roxiinaiivemeiJt un
milliard de marks pour aider I s
habitants de nos territoires
1 Est. Cette somme peut 're
onsidre comme un supp
ment celle que nous acq
tons dj au titre des rpara-'
tions.
Nous soin -ns en pr ^nce '
I l ' ni tive suivante quant
1 avi nir des relations trinco- I-
lem.Mides :
Il v a la politique du Va I />-
Us. Vaincus, nous devons i u
>Oumettre; o bien la poli |U
le lu cooprauou qui IQBp u
l'eftaeemenl de la distinc. ion
'une vainqueurs et vaincus
{Reproduction interdite).
Coin e
d'Amrique o, i.prs une
existence dcennale, on a, dan*
sa plus grande partie, abrog la
Constitution.
En ce qui concerne le dsar
mement, je ne souhaite pas --
du moins pour le moment,le
dsarmement complet de tous
les Etats, mais je demande quon
nielle fin aux obligations unila-
trales imposes l'Allemagne.
Sur ce point, je dsire prciser :
je ne demandu pas qu on per-
mette i Allemagne une pan te
des armements du point de vue
quantitatif, car on pourrait dis-
cuter ifivemenl un tel postulat,
ce que je demande, c'est une pa-
rit qualitatiut,ou, du moins, ta
reconnaissance d'un droit aux
armements d'une parit quali
tative. Ceci serait en accord
avec la souverainet nationa le
de l'Allemagne reconnue par le
53e paragraphe de la conven-
on du dsarmement de G:
N 'us demandons la revu on
ne no. Ironures ds [Jet
I tat actuel tue pour Allema-
gne une situation intolrable
J'ajouterai nettement, en tous
les cas, que ce dsir de roctlfi-
cation iA jamais rie guid par
Le Retour
Hatiana.qui ne compte pi i
ses triomphes, a oflert di-
manche un film txceptionn
Le Pkdon, que nous recom-
mandons vivement aax aras
eurs de thtre dlicat, i a
trame en est lort mince ; I
choc de deux caractres, l'un
rude, celui du pre, l'antre
respectueux mais indpen-
dant, celui du fils. Ajoutez
pour la note de tendresse :
une jeune pouse et un gamin
espigle et adorable qui tient
le rle de fils ou de petit-
fils comme vous voudrez
Sans nous arrter la vrit
pisodique de certaines sec
ns, disons tout de suite q e
le drame se passe dans un
tout autre domaine que celui
des paroi s et des actes.,. Il
est suitout dans les sileni
et les curs. C'est dans i
genre spcial que le cinma
est toujours sur de rempor-
ter sur le thtre.
Des gens ont pleur r'esl
lont direpleure avec glotS qui ne se aouva eut
conlenir.Les plus durs, ou du
moins ceux qui s'taient le
mieux contrles, avaient
quand mme, a la sortie, 1er.
yeux humides.
Taldy nous doit.et sans d
lai, une reprisa.
La crise
s'accentue
o
Les consquences mat''
rielles de la crise conomi-
que se prcisent. Des tablis-
>em uts de commerce se I
ment, e pouvant plus
CVs d'abord la liane
navigation .Gull i'acifi
Une. dont MVI. A. Ma te
C* sont les agents.qu nu :
qu'elle su<>pei) t son tiali
Hati, ses bateaux ny tro
vaut aucun lit.
D'autre part, nous ap|
Donsaue Sea Sida Inn, le
nomm tablis u ot 'le
tl5s u i ortes.
i uflj i e per-
met pas ux p opri
ces maisons de iu-
les 'rais dpassant les recette-.
Le* elleis .commenant
la crise.
PAYSAG
En t I922j"avais alors 13 ans,
mon pre m'emmena passer le
vacances aux Grand t-Bois o il
dirigeait une plantati inca
Sous prtexte de me faire re
rer l'air pur : um de la
montagne, car ma
en ralil
.ion poc
ia prof i
la belle nature, pour me l'air
.Iles de i
i le ca ; -.
Les premier. jours
i itnis
seul la cliau
lui et ses liomm -. l'aurore,
e
rentraient qu'uu dcliu du jo
i^n malin, jugeant que il
s du vo; . il
demanda le l'accon r et
ture. J'tais heureux,j'allais con-
natra d'autres lieux;
avait caus m i
ail la p .i ' 1
surpirse ne lai
....
me s.)ii\. i. de
marche pnible dan i les
escarp in ran-
chissables certains endroits
avec des cliaus rare aux pie
la pente glissante contraignait
no pauvres p ton \ s'accro-
r aux racines el aux lierres.
I naginez-vous quelledevail i Ire
noire situation Bur le cheval
qui ne pouvait faire autant qu'-
eu v et combie i j torl
m m pre par la taille.
Au boni de quelques heures
nous ai i i n un endroit o
les hommes s'arrtrent; mon p-
re quitta sa monture brise de
l'aligne,puis seul avec moi ils'en-
i dans i\n sentier myst-
i le.! t. ieu v .i i au te des
colonnades intimes de pin
gantesques qui le bordent de
chaque ct, le brui i lemenl des
feuillages frls par le vent, le
cri strident des cigales caches
dans l'ombre et le battement
d'ailes des chauves-souris s'en-
fuyant noire pas i [e. *i iu
mardi unes longtemp i dan i i
sentier ; vers midi, nous al
gntmes-la cime dominante d une
haute moutagne d'o le i
embrassait une vaste tendue
de pays, tale com ne un pla-
teau dt \ i i tons
fondent I horizon. Les dtails
taient si rduits que les mai-
sons aux. faades blanches res-
. a ne petits cailloux
dissmines dans la plaine. Dans
contemplation, mes yeux
ravis ne savaient sur I point
s'arreier quand sou tain mon
pi re me du : \ ois en attira il
du doigl mon re sur un
point quejusqu'alor je n'a\
pas aperu. Je vis le plus bel
ell'et qu'il soit donne a un pein-
tre d'admirer. L-bas quelque
chose miroitait SO I I I I rayons
du soleil el faisait au milieu de
eiihnv ippe
d'argenl sur un tapis vei i i
rau.le: que i I beau m'criai-
je enthousiasm. C'est l la
e, sans doute, i u ne le trom-
pondil n .Ce
quillo.
ai Le lac Enriquillo dont
ion sur la
gographique !
te tuvois
I
-
ne.
'tion ue la
partie d voir plus
bleu le vaste firmament ai c
ECHOS
o -
Un couh e
s prochai MML
irde n Pc
meut mini
gton et
On dit <]
nouveaux i
e fixe
lu i
,)uti s, ia proi lia i
cou u moelle. In triom-
.ii.
N i) i 11re 1 i .
\u < in, di ecleur d
pe au Parquet la suile
l'une information publie par
son journal.
M d molsel e i w>
I ne lue du (. irn ival
ii
e tu.ux Si dia. ieuse
'. ,
I y a en au ; ibun >!
re insl i
n I" ;
l'iio I Me Herman
. On pens
trop dincid .-- i i .
N B pODU
! 651 (>'.)!) h
c lh lifj
ce
Dimanche.i uvir '
lu m. tin
b m 11 e N o
un 11 ravine p
lub mi ic
. L i den'
n 8
i nteudu le
l'un as
I nuH do sanu dl
1 i ro ite |ue.
le; El l'inl a i?
( ; S nale U ' baisse
pn les p lu i
s Imp n t. Bl les
pro il > de '.ibi n\i ion I tcale?
Une mission i p
rendue au G
les possibilil
l'ex : u t ition du cal
; pro-
duit n rupl ( e i
th. Ce '
llt |>.
Une grande bg ie de na-
vigitiou japonaise i n visage de
nprendre le p Santo-
I) ) 'dans \"i
bal< aux, p iss inl > ar l<
canal 'le Pana na.

d U anuont e [lie e
1 m. 1 Fiallo, intend ml
I inne d ninic m
i prison >.

p q
a dclin la roy iut,d
v l. i," conseil c nmu
tress de faire lire
ne autre Heine.
s dors, insensible-
ment colors, plus arid i
,ies qui l'ormenl :
tai de n'a ir ri m
apport.pas mm \ un cra ^ou el
un bout de an ir qui eu i ni
p i me ser\ ii im-
parfaitement I n m
imp i ; car j ia in
espoir de revoir ce men eill
paysage. Quand nous quittn
lieux, des bandes brun s
I. derr'n i e nous,
nonaienl d
r. Mon |
unes ou il i'-. avail ;
i un coupd'il sui
il. avaient fail ..... I:
et, r
isemhli ic-
au log .. .le qui
i empoi tanl mo i
i le plus a enir.
non
ave< mes
piie I mes toiles.
Ai.i RT.
.laurier 19
... a vu en panne, sur la route
de B on. un.' a tlo de m hr ,
l ia ,uelle s'nervaient vi-i-
aec i|ue ques passage ri
sans doule, d'a river,
ce moment une un re
voi'in qui stoppa. Un oflici r
rie i i en descendit, qui
ayant i due, oftrit ses servit ..
La pan e put tre entin leve.
(loin ne on flicitait l'officier,
il disparut discrtement... K i-
seignem ois pris, c'tait l'j i n i^
nie co i il 'i l'est le Ch I 's
l'occ I i.
... ad co n.ne un d, un
ird l admiration e .s
de psi i n gentil h un i .
*
... a revu avec m ...
', I iviiper ur U ' -,
il '!,..' I i |
Coi ; lit
tenu lUtO : p i- !" ri
(le notre lh a re : M. \ .,
i t
<| >i ;> <1 I (I I : t
i I, b ittu au I' -
lo i les d> m. -. du
ii du1 i r le
< i dre le rau < > dbitaient des ti .,
briques, i en
i ninab .
. > de d. I locei i -"r
. d i la
ui par II rv ini ora no i ;,
. il les i ou"
) a l '. chu da
i i, lui e npoisonner so i suc
i p ri )is de ce- cra
*
... v | i'a i i ras Ghavannei
il iuril une petite industrie nou
comme un signe
temps. Une petite logd en
eftet et qui as slve d u icna
i a lire i ml audacleu
men' de s'ouvi ir sous ta coni
. de trois on quatre | unei
a /T /,- ma *niiir
ques... en qute d'une solution
au pi de manger et de
e i h i |ue jonr.Qu est-ce (pie
11 li1 iu etie pourra bien ira
giaer aprs cela ?
>.
... g ; ; | lvo'te, A eil-
i les no lis, | lus bel s
que les autres, doal
H i i s nos camions da
lc.ll al vritablement man*
i ion l mme i.'e
pour bsp iser u ia
le vocables ; USsi stu-
|ue : Rapoursuite, ftttr
Salana, L'incen flaira, l'Unie
loulou. La bonne pouse, l'clcz-
fi I.
il aire,un reg d
u x camions : Chriif
i; \mon i e ou trois su*
! i ai iiir-
u nie ix -a tendn
*
... a vu h i ue Destotrenel
luir so le ds pierrea
a \ \uft de p ux, requis pour
.m constat. L'honorsble magis-
trat,ace impsgn ds son grellier,
i d'abora songe ^e retirer
di ;ail o isejoemm%ot
i p m s le bombarde
I tant lut plus intense -t
. i itrat et grellier
BU plus vita en
rai d \ et rat des champs*
ir pou. le pi o
. olympique 1
a
ii t [ue midi Sic]
ure socit ie
tbanqaiers,jour-
i,tonction
I de de'i-
saxcerises.Sp-
-L la Maison.
fMMB
!.c sousaign r i '!
dir::o irnal .< Le Mi-

i dclaration verbale,qae
::. i est le psendo
y me sous [lequel il crit.
Ce 27 j .nvi 1932.
Gelin AUGUSTE
Avocat
i


2 Pvri
H
*
I
PARKLR ESI :
Paice qu'elle -
grande copwci. d'en
Beaucoup le | '< nie qui i
bien plu i cl une <
de 22 ' 9 o '' d' ' moindre -
la Pari er Duo
capacit d'< ncre est.
norm
ennui dJ recouri
l'enerier poni lissage. 1 et
n'a pas &?l ui |>ai que pli il
crll 6,
Parker posi ! i
,-io de ramnen ei il esl ir il n
comme le s'
sonnes qni s'
sans prc
le do
a le b
mtiquc ' d'aul
nemi ni
Le i ma
lus, Cl
kerDii<
les el '
I
...
Prix de a lt d el a m iilleur
march.
Dit < I
p
UOiEAU POINT DE
LE COLBEill
oo
: Nous recevons la lettre sui-
VIII |
au-Prince, 1" Pv. 1932.
n Directeur iu Journal
Le Matin
E. V.
1 l'ropos
humides
Monsieur le DireLteur,
.il
. une 1924
le grer les
de
o-
Le Bulletin du Conseiller-Fiiian-
ciu-Keccveur gnral a ligna l u-.i
excdent les exportations BOT les
importations pendaut le premier j
Irimettre dn pr-eut exercice. Ceci
est d un heurenx symptme. On ne j
d< manderait pas mieux que nos ex- j
puruiions gardasseut cette avance,
nue celle-ci s'accentut toujours plus. I
Deielle sorte que ce que les co-j
nomietes appellent la balance coin-1
V
L\ CBtfl DE KttTffl fait la
meilleure, la plus pure et
r^\ la plus digne de confiance
M^/ des poudres d'lvation.
Insistez pour la...
, a rciale nous l'ut toujours favorable.
CornillissiOU lUtlOua bon espoir qu'fl en soit "
ntrtS 5 (' '"' *ret certain.L'article loc;
!i il
i ueinande augmente sur le march
aune de Portail- intrieur et qui nous a valu l'ex-
physiononre -e
~l Voir notre 4cme Page.
. I,, m.iwhi

p.f
I
l
c
racilemi ni d el su
les I
le
i
I rjg


mien .''"s
luigm C'est ainsi
i m> cow tantt de
, esUeiva.AurleCol-
v., j, Za chat if l'hi rm s,
,tt rj \,M helv.i.Lolben,
d, ta (M encore de
G : iert, E I. Baus-
s il eal reraar-
,: | deus ri mi
n ni maintenus
ne 1928, epoqui
lie ce uti iga
[iv i sage r les
an' qui u
et li .s oscsqni-j
louner i
i o tinrent.
Mr u
' la h iqu<,
v i I a s i -
ti | ii est ii
,, i Sp cial li 1-
B inq m .
d'exportation rvl par la statis-
tique, est le UHLJM SARTI1E CA-
I rlET D'OH, qui lait ouverture pai-
I iut.

' I
oiilKr
PRVISION GNRALE
DO TEMPS POUR LE MOIS
DE FVRIER 1932.
Far Justin LECONTE.
00-'
i Icclns
ris d tulfl la
(WN-
i n nii-

celte
i iHee, qu'il est
to\T recours
( Steloach,
., l'organisme,
1 / la icinme,
I .lues la
ilqoe ou
iture, d'ef-
ince prcoce
. .-.ncc sexuelle.
Prince
M pharmacies.
ILANDOPHILI" '
. 1M0MAS a o
e Marte aris
tUN INCENDIE A LOGANE
O
La maison de Mr Edouard
Alfred, l'on des plus grands
spculateurs et des plus hon-
ntes Logaue, a t incen-
die dios la nuit de samedi
30 dernier. Sou beau-trre n'a
jeu la vie sauve que par mi-
racle. Ou croit a un eflet de
Temprature et tat du ciel.
La temprature sera normale
durant ce mois, S part la p-
riode du 1er au 2, celles du 0
au 10, et du 20 au 29 o il lera ; malveillante
chaud. Esprer de taibles va- Nous esperouo que la Jus-
gues delroid durant les pei iodes tice mettra la main sur le


W0
:
i
accuse tout le contraire de
au cours d- cette pe- vrit. La plus lgre pe-
la 1928 qui lAd-
in i il on de I Ville dt
p -i i ince, s onuui s t
, i nV ifs pins orissai
e v les aller et
, a i nuelle ap-
s'ei g<
son b- m B < I Htel \ tH
le Pa'C communal ; s'org
i.ie enqute peut le dmon-
iir. Si l'on a des raisons sp-
i iales pour ne pas rendie a
ar ce qui t si lisar, du
ilos qu'on se taise et qu'on
' ii pas l'air d'ignorer que
des droits, puisque
i bien ^es droits sont la.
latents, notoiri s, imprescrip-
ier le Carnaval ( in. Uuve dejtibles mme.
Au surolus.
l Idle nos relatl in*
I u Uatit, nous publia la let
ii' suivante qm est un ri oonsc
une information d'un Abonni
ii< cernant lu
lzolon :
s !' m b-in), r.lor>
dur longtemp : mel!" d^vt
beau
l6
Police rural
de Bizoton
le cet homme, .ti mr. sotn ,i [ ous.
Police rurale , | ourqu tiiiius u-
! uS ne voul ms pas entendre rj ; qui. dii uis quelq
parler de 1 ad ; il (t m ,.. I rcrie,a>
n'a i imai m nti saui tout ce qui a p t
i .. I .i
ou
Au Directeur du Journal
Le Matin
En Ville. -
Monsieur le Directi
Monsieur Philippe Domond
ayant abus de I pitalil de
votre si mu re i anl j poui
publier (K-s choses u
vous demandons la p rmission
de rectifier.
Nous protestons i [ue-
iiu'tit (.outre l'artii le i aru
Le Matin du 2 I Janvu r i ititu-
l a Autour de la Poli, e rurale
de Bizolou , donl I
ble vouloir dfendre M
Domond du fait donl il e accu-
s. La revocationde ci ni de
police esl une dlivra ice p
nous autres habitants gion. Depuis la nomii ation de
ce quidam comme officier rural
de Bizoton nous avi i pris le
deuil et nous faisons I
des reproches celui qui lava
recommande cette fond
Sans doute.c'esl pour la deu
me fois que nousavot mal-
Leur de voir ce paras, ltl e
tte, niais heureuse que
de ,. livil mai i il a lou-
P] i
sonnel ,'"' l'ordie
.
ous nvoi
Ions
qui ;. p
ttribi ni
i bai i- i' i ito il
I s oir Le i \ i du
a snppnse'
ne partie 'ieavec finiher'
e! G iu tiit r, j'aurai* commis
qui Ique si lion susceptible de
u u" gagner une certaine con-
sidration ; n'aurais je pas
pour devoir et pour devoir
imprieux, si, p;u la suite on
v n In il eu donner l'initialivi
ei la paternit moi loui
si ul, d 'e n dcliner hau
m ni l'bou le ;r toutes les
'. "" J \ IU- lit 1 UOM l.- II lUillC IW
1er dei ier, ai tu le ,r^{,.H, |e mrite ''es deux
D' P ul \ Ue> Poi autres aurait t mconnu?
l bons I ieus e I ou mme de protester au cas
nsci 11 e t d. nign i i ,.,, | h ,bii qu'o voudrai'
n a Imiuisl il ; a .llit! ,,e serait ( as
il un pa ;.!!( de mesiiU y
i i- un paquel i ul ;
' ....Il a l n ..... 1a n ,id n> t f lin
t me
ma
: cel
( le pa
Il y a c]
ipres
el .,
i

,i ,, u i lu reste, parlant d'un bien
u\ mph ;; I*Administration
, v|uiv . n tunale cl de l'autorit
ilr, motits l'agir, I qui l'a lalis, n'est-il pp
z.v lS n iju'iib rln ble au lieu de Un lel
, 0 p iun < ' Isii de dire La Commis-
;, ,;,., ,, m ommunale le i Ile po
la la ensacnliin qui que i luitetc.i N'est-ce pas
Oaided >ma i l'homm di 8 vie, i lus correct, plus juste el
ser '......., u- oyal tout ensemble r
el enco ei> 4U Veuillez agrer, Mr le Di-
, c mes -mo'i-
ii s, n:i meillenrs vux
c prosprit.
A. GOLBERT, av.
du .'} au 5, du 18 au 20, et du
26 au 2i.
La priode la plus nuageuse
sera comprise entre le 9 et le 15.
Pression Baromtrique.
Le baiouieire aura tendance
la hausse vers les 1-2, du 6
au 10 du 20 au 22, et du 26 au
29. En dehors de ces dates, il
e.st appel se tenir au dessous
de la (ioi maie.
Pluies
Les pluies durant ce mois se
ront encore dficitaires,au point
de vue de la quantit. La seule
j.riode de pluies apprciables
e| indique durant la priode
du! au 15.
i OUR LIS DPARTEMENTS DU NORD
IJU NOHO-OUKST DE LARTI-
BuNlT ET DE L OUEST.
Loues pluies surtout dans
le Nord les : 1-2, 5 Srie de
pluies entre le 8 el le 10. Pluies
peu appiciables les 10-22, et
25 20. De la bies vagues de troid
>o.ii ittU q is puui ces i< glODS
euue le 3 et te 0, ei entre le 23
a le 27
POUR LES DPARTEMENTS DU SUD
EUtOIOKS DE POUT-AU-FRINCE
DE JACMEL ET DE LOUANB.
5'aueudre de UlDIae mutes
les 2-3,(5. Plaies valables sur-
loui entre le V et le 15. il est
irfl probable que nous ayons
un temps de Nord durant
i.* priode du 12 au 15. Pluies
dficitaire les 19-21, et 20-27.
N B. Les ractions peuvent
bien se manisietler 24 ou 48
Heures avaul ou plus lard,
l'OUU LA NAVIGATION. LfS pldS
loii.sV.uis sou. uiuiques entre
K- 2 et e 5, ei entre le 10 ei le
20
PoUB L AGRICULTURE I. -NoU
le repeious, ie agriculteurs doi
crimiucl.
VILLE OE PORT-AU-PRINCE
S
A la runi'n, A l'Htel de
Ville, des Reioes de 1931.
Melle Gabrielle Lauvin a t
lue Reine du Carnaval de
1932.
Le sort lut dcider de l'lec-
tion, deux voix ayant l
accordes chacune des can-
didats: Melle Canvin el Melie
Lise Bouchereau.
Melie IGlmaud s'tait lait
excuser de ne pouvoir assis-
ter la runion et Melle Aclo-
que, cmpche.avait par lettre
exprime son vote en laveur
de l'une des candidates.
Port-au-Prince, le 1er lvrier
1932.
trio n'. di
i
i

&
n
ton sjour parmi nom amais Age tOi

h I "l
Vatiu tu qui
. u-
; q l
i . ou e a lu
l ui u uus de ci la,
,i ute i. vrit
N | n ce
ujus vi q
LE^ON OE PIANO
M id a me Justin E ie de re-
toai dms le pays oire ses
services aux lamilles pourdes
leons de piao.
Adresse
Mme Veuv Thomas Price
Bots Verna
vent avoir leurs terres prpa-
res durant ce mois de Fvrier,
pour pouvoir planter vers les ;
."> 6, 15-10 Mars etc. Ceux qui
croirons attendrorplus tard pour
taire leurs premires plantations
prouveront certainement dei
contre-coups:
IL D'autre part, nous ne
voyons aucun inconvnient
pour c.ux qui voudraient plan-
ter, selon la nature des terres,
ver* les 8, 17-18 Fvrier etc., i
certains produits, tels: le ms>,|
le nul. le colon, la canne sa-
cre, et autres. Il esl une chose
que les agriculteurs ne doivent i
pas perdie de vue: c'est qu*
nous aurons les meilleure!
pluies tt cette anne, et non
donues et calculs nous per-
mettent de dire que Juin, Juillet
et Aot seront en parue des|
mou de grande scheresse.
Nous nous sommes appro-l
tondis dai.s ces rechercha)
pour le seul bien de nos com-
patriotes, et leur conseilloni
dlie irs tt la lche celte|
anne.
**
4 . Mu :uel do
\<.'ie linge i e Boi ; al 10 T1 'y P >' le v> m :
strie AU GYCWB
g
Toutes les Polices
OE LA


j
iA^^l'"
QUI PtTItMT
Lt:5 RE-WRP5

i r< tj.
, V \e. Jh. CHANCV.
!*a &M*ai
comprennent la Protection contre la
^ondresans auamentation de taui


**
,t>** tucu uu wiara^e ^ry
CI
Aqents Gnraux


f- \

Rhum II
/<%

iNCOURT
: Rue
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne



%

A le plaisir d'aiinorrer sa nombreuse Clientle que la
vente de ses CHATEAUX se tait, depuis le 4 janvier, au
h 2027, GRANDIE
en face de'..son ancien local.
Les Clients y trouveront le mme accueil.
MARCHE. CELERITE, GOURTOtSIE.
Martinez, Marcelin & G9
mers-a
Administra* *^n G l'
des Portes
Avis de DEPART
Les I^pcl.es pour New
Yotk '{ l'Europe ( via New-
York direcl ) par le Btffmer
* Ancon -> *erorit tern ^cs le
mercredi 3 ': nrant.
Port au-!'i i nef ,1c 1er lvrier
1932.
AVIS
Il est port 'a connaissance
du public qu' partir du 2 l-
vrier on trouverai 11 rue
Dan ts* Dca touches, prs de
la Shell Company, des lgn
mes.uts, noix de coro, etc.
des conditions avantageu-
ses.
N'OUBLIEZ PAS CE FIE UN PETIT TOUR
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1 600 pieds ci'; Il t. de L'tablissement le plus irais des en-
virons de Port pr -Prince.
Seulement 35 minutes d'auto sur une excellente rodtfl
asphalte.Vues mnveiileu*es de la ville et lu port.
Boissons de toutes espces.
Vrrangemens particuliers pour les pensions de jour de
semaine ou de cois.^
Panama Bailroad Steamship Line
Service de fret et de passagers enhe
Ecosse
France
Anc*et*>rro
W- G W SREDON & C' 17. James^ Street. Liveppool, Enoland
T1F FOLLOW1NG ARE OUR AGENTS AT PRINCIPAL PORTS IN EUROPE
A L ENGLAND, SCOTLAND. FRANCE.
Messss G. W. SHELDQN & Co,
17, James Street, Liverpool, Lnglana
la France Messrs G. W. Sheldon & Co, aie represented by the lollowin
II.. ,a!SS SwdlWd service de transport de passagerset du fret entre Hait,
et esVc ts Europe rs.vi Ne* York.et Crislobal, Canal Zone, s unie Panama.
P Voici a liste'de nos agent pour les principeaux port de 1 heurope:
Glelatly HENKEY & Co
21 Rue del Rplique
Mcrseille.
Ilernu Prou & Co, Ltd.
63 Quai Georges V.
Havre.
Hcrnu Peron & Co, Ltd
Rue du Moulin Vapeur.
Boulogre sur Mer.
Messrs A. Benoix & Co,
21, Allengade, Copenhague.
Oslo, Norway.
International
Spe ditiomsclkap Oslo.
MM. A'Iantic Freifjb' Corpn
Dallinhaus, Hambir^ 1.
Gei manv!
M essrs At.'antic Freigh
I oration
Germany
Messrs A.lantic Freigbt
Corpn.,
24 Quai.iordaens
Anlwerp&e Beliuna,
i
i
Hernu Peron & Cie Ltd
93 Rue des Maris,
Paris.
Hernu Peron & Co Ltd.,
Rue de Tranquillit,
[Dunketque.
Hernu Peron & f o Ltd.,
9 Rue Roy,
Bordeaux,
Genoe, Italy.
Messrs Henry Coe & Clei ri
Piazza S. Mattko N 15Gner
l i BNBURO, SwgOEN
iNordisk Exprs
Cothenbuig*
M ssrs Ati.ahk: FuBifl
t Ol l'N
Kon Emma plein
Rotterdam Hollande
Messrs Stkrmann & Co
:


/


Acnts poui la iblique d'Hati
A DE MATTEIS & <
Porl au Prince (Hati)
'. .
Hpp -- - MHMB

LE FAIT EST INCONTESTABLE
hum

C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est a qui l'ail son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
.*
man
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scolland )
i^ar la G ih > une des plus puis: plus vastes organisation,
de < il "t se couche jamais su I mp d'action qni embrasse te
(Couvrent \ occasionns par la foudre
Ses Kir A luvrent v malveillance," dommages
fEnrope sont payables en Hait),
rs entier. Tous les yoy -
une police contre acckiei
,oins 40 al que de 1/2 % soit 20 dollars L*. C).
uve I *EI t MIN ( AM, AuxCa ves
.
encrai pour Haili.
l'ort-au i'nrc 1G. GILG
\N BLANC1.iETJi'mie


Mardi
2 Fvrier 193
Le Matin
4 PA05J
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
- MBtaeBMBB
\
".A
l J

PAUL LEON i E -
ne savons plus
a ni nous disait an j
le gnie* esfnn I uite
d patience, ' u 1I-
t >rls. Depuis,nou
t :ons patiemment lu li i
t utce (jui nou
h jus noua eor m qui
de dplaire, de j
s ine opini m
uooa^coudoy
sji^ii la porte de leur in
dre gesle.
Ces rflexions n-
veiues ia suite i u
hocing-SL Georges.
I .telle circonstance.
bre autoris du t u i. di
ILJ. S.S.H. iil publier
Ic.uent le nom de B. m
iD nmearbitre du m 11 1
rellemenM'arbiti e
en costume de
terrain Mais le Pr(
ru ses raisons poi
l> ii lie fut plutt uiI
M. \.BBonhonune. D'
lu.ion (lu St Geo
veto) estim du
P.esident ; celai ;
le tour Lit jou.
si i ni s (|ue s u //
en vraiment des rai: ru
cite pour rcuse l'arbitre
Cl D
i
e,il les faire
i ;oriqoi
, . eu
a hies.
i le i
', le
.11)
:
Q l
palpi-
I II Irl
de n
I ,
i o r d
Uoune,
1
UU I
lu V.
!
ns. [Attaque'
en p Ion de la
e.comni i tau tes. Man
qae d ent, Uegnit r
t, passe tout ie t mpe
le ballon I ba ru pagne qui,
serr de prs, n'ayant qu'il.,
mtre detemiu pour voluer
se gare, Beauvoir, libre
q i comme un e lant faisant
sre, ess le de
m igniques envole.Uncoup
liane est accord au "lia
cing" a i ui e .'une ma -
e touche du d- ui-droii du
St Georges li.ker reo avec la m n (. h.nds uoi
pn lise ) et tuvoie classique
e loger dan
| idversaire. Lt
nager voit du bleu ci re*
s protestations
i ire l'ai bine. La tata U
joue un vili in lour a Bou un.
me. Les B| pieheusious di
Manager s eu quelque
. yui le m /
rente ciiiq di
(li trouve ie S/ Georges
dmoralis e rendant peine
compte de ci qui est arriv.
2' l l *P8
Poii uoire l he,
nous dirons men qi e
le iRai en > ve-
ip les llO i> s
du tei l)< is, a
une i xhib lion. Le Si. <'
r< il di i' ) ,;-
e ;
i Cll.t II '!
n rqi es i h<
. i ; :, i tina O U I

es
m
* "
.* ..'
Dparts de N'en 0 Princi -Porta S d Hatiens
i i
ports Di
New Orlans I i
Mobile, Ata 3 I i
Port au Prince irriv ) I j
felit} (iove( a riv ; 1/. lec.
Aux Cayes ( i
Jacmel ( ... il
Santa Dgo City
S m Peuro di (. i,
Ai 1C3 Mil).) \ i ,
1 < i r
1 ei :
: 2 vriei
1 i s 1932
(! 1 5 ars i
i l s 1932

11
mars l'J32
Dparts de N w Oi
Ports
New Orlans, 1.1
Mobile Ala. L
Port au Prin c l
Gap Hatien (
Paerto P al t
Uni Pcd 0 1
Snnto 1) uni
MlMIMl V
Poui I
ce orts du Nord Hati
Santu i'. mi \


er
r
A. De MaTTEIS & Co, Agents tien ux.

D ,. 11 Fvrier
rier 193 '
11 lvrier 1932
18 1932
20 l rii r 1932
i:
'.-. i i 193?
r 1932

--;-..
*.
I i


la pai bve nu milieu
de l'ae. I tmatioa dliraa'.e des
badauds.
Observations
1 Monsieur Cln-vallier ne
levait pas imposer l'aibitre
en dpit des protestations du
St.-Georges, sous prtexte
de discipline.
2 Un arbitre, contest par
l'une des; parties, doit la fin
se rcuser.
V Les dignitaires de l'U.S.S.
H. doivent s'entendre au pra-
lable sur l'organi ation mat-
rielle d i n match
*

D a prs inforn lions re-
vues da Prsident de l'U.S.S.
t. l'quipe de l'inionSportive
Capoite qui devait voyagera
"mi au-1'rince le dimanche
14 fvrier, date de l*anniver-
aire de IL.SS.'L, est emp-
!i ( I e Conseil n a qu' taire
jouer un malch amical ou uu
lutch < li n pionnat ce
[oui l.
lo H f revi rois. F. H.
Une de pi COMPAGNIES
'CANAD Nh d'ASSUR
i
Cin-laldy
CE SOIR
Buffalo-Bill
SUITl-5
- ET FIN
La Maison du Mystre
SUITE ET FIN
Entrce : 0,50 ; Balcon : 1,00.
JEUDI
Le eplendide R'm de Lucienne Legrend
Miss Edith Duchesse
\vec Donatien.
Entre : 0 50 ; BAon : 100
AVIS AU COMMERCE
Panama Itailroad Sleamship Line a l'avantage d'ao*
lesdparts suivants de New Yo k pour port-au prince
la.li. directement, dorant le mois de Janvier 1932:
Oo tris de \ |S : iil>,' le a Fvrier 1932 le 7 lvrier 1932
Bu i 'entura le 9 lv. 1932 le 15 lvriei 1932
S/ ncoq" I li FMiei 1932 ie 21 lvrier 19322
tamer 'Goiyaqim** le 23 lvrier le 29 lvrier 1932
Panama Railroad S'eamp^hip Line
JasI-I. CVANREED
Agent Gnral
-
Laboratoire SJOURN
DlRliCTURS
F. Sj urne, Ph irmacien
R. sjourn, Pnsrmacien de I Universit de Paris
M. Sjourn, Pharmacien de l'universit de Paris.aunen
interne des Hpitaux de Paris
Inaly es des Urnes, du suc gastrique, du sang ( Was-
Kermani i Ure, Cons'aute d'Ainbard, Glycmie).
Das cracha 18. Des matire lceles.
Aox Hr>c|Aop8t< <* Ctwwi ti urf
* t
l'Huile de Foie de Morue
AgrabU au got et fcilmr\t\i
digeitlble dit etl U complex
rpatalsut de la NultUion pat
excellence
Laboratoires REGAGN0N & CM
PbarmaciMN
Agent Gnral pour TExperttMeTi :
Ch. MAGNANT
37,
rue
Javiouc
PARIS.t'
Lykes Brothers SS C lnc
%,Teaas Hait! Santo uominrjo- Rico Porto
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers e
Irl entre les ports du Golte du Texas directement avec
Port-au-Prince, Haitl.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
mnortations, servez vous toujours des navires de 't LYKF
LINE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont:
Steamer Nfargarcl Lvkes 2 lvrier 1932]
Steamer i Put h Lykes 15 fvrier 1932
Steamer i Genevive Lykes 19 fvrier 1932
Steau ci Aimria Lykes. 2P fvrier 1932
Steamers MargaretLykes i 4 mars 1932
Dureau: Rue du Magasin del'Etai, Boite Postale B
| MESDAMES, i
Pou- teindre vous-mmettoui I
tisaus, aucun produit n'gale
Ls 'MAMESOVE'l
TBINT0RE NtHACXE PSRF8CT!0?iNi |
Phirmo.-l Eii(j*nf PROU
''".....uoiineipn. iniciclcttiSro|:!Cric<"'HJU
'-' ' ratissai
uu
E
SONGEZ A louer
Familles
Le steamer Carimjr,a'e
retour de Santiago de Cuis
et des ports du Sud, sera ici
jeudi 4 fvrier.
Il repartira dans la soire
pour le Hvre, via les pats
au Nord et Puerto-Plats, pre-
nant fret et passagers.
Porl-au-Prince,le 30 Janfitr
1932.
ROBE. ELIN, A#nl:

,
JTf
lOSSft fr J
r
QUE L'INSTITUT TIPPENHAUER
EST L'TABLISSEMENT QU'IL
VOUS FAUT.
Tant par< ses-excellentes
liodes d'ensei nl clas
i e, son inbranlable dis-
re,son irrproc hable.pen-
scolaire, que .er ses
! odes modernes pour l'-
mpti In lue et ces" langues
i 4??, rpeii; iiie.Tel.2Wl
Une maison ayant font le
confort moderne, an Bois-
Verna, Impasse Lavaud.
S'adresser : ,
Mr Franck N. GAETJENS
Magasin Ch, Gaetjens
Rue du Magasin de 1 Etat.
666
LIQUIDE ou en TABLETTKS
Soulage les maux de tt<
ou le oevralgie en 30 mioute.s
gurit un Froid le premie-
lunr et la malaiia en trois
jours
6W sauve le bebdu lioid.J
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone;: 2323
. Le vapeur Bogota, Vov 06
venant directement de Ntw*
York est attendu ici le 2 l-
vrier prochain, continuera i
mme jour pour Petit-Gc'f
Miragone, Jrmie, les pons
Colombiens, Cristobal, Canol
Zone, prenant fret et |passa-
gra,
I o Manifeste de e nsvif
reu rar avion est i la dis
i" ndes Clients dans no
' ux s is ai.^le rues Dai
'cse EgaJit.
Port-au-Prince, le 29 jau-
vier J932.
Colombian Sleamship Co hic
Wm. E.BLEO, Ageat


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM