<%BANNER%>







PAGE 1

r il. H. • Z MB* l£$.\* t\wvr\ic^& '••• i 6c*rii$t7f; LE FAIT EST INCONTESTABLE qui Pfc-TIfrNT itiiu ^CTl7fN 4.— Hada ael V.i 1 ez 1 ett dj dei votre li:.'.;%  %  .ie ."alors lOUgez aux soins qu'y po la Noa Ile 13 srie AU CI 2JVE C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs I 1 >rop. Vve. Jh. CHANCY. RJIJ Pav6e), eu face du araja Barreyro.^ IM DES AUTRES Ayez piti pour le peuple _o— L'f immense m \o li du pw p ie grond?, par I lait q :e le btiment situ ,Ve1, 1 • Dessalioes, destin l'cole primaire des a 1 bcts, va tre l'objet d'ui e auu • uiti itive. L'ide qu'on a Le de transfrer l'Ec le des h' iences Appliques 1 b t;nient n'est pas \> > ne. Le gros peuple le La Saline qui %  est toujours montr trs svmpuihique certaine nom Oies de l'lite de la Natio i, m d-Ht pas tre victime de la mesure prise ; parce qu'en ralit ce local a t cri p ur diminuer le gran d nombre d'analphabt ts dans celte rgion. Il y a de qu >i se pi iiodre 1 Xous ne devons pas ignorer que depuis des temps, l,> masse du peuple B m and besoin de s'instruire. En dsaffectant ce local la merci d'une autre institution, c'e.t, nous en sommes certains, travaillera l'aogmentalioa de l'ignorance des entants du peuple. L'ignorance de cette masse est trop grande potirqu'on prive ses en ta nts du p;iin de l'instruction. Toute l'eiendue du mal du peuple se trouve dansi'analpiialiet\sm<\ Mais, au lieu de s'intresser a lui donner de la lumire, ou se content'' plutt de l'ombrager davant ^ l • Changer uue initia ive datei de quatre annes, c'e .t- dire lUid initiative qui rp md aux besoins du peuple, c'est, lie— lai se montrer indiffrent ton instruction. Un peuple sans lumires mconnat ses droits de citoyen; ou le considre comme des btes tanves. Si en 1VJ28, ou a pris des m are! u-pentes pour la cration de quatre btiments d s a l'usage de 1 instructi de la masse, c'tait dans le but de diminuer .e gland nombre des analphabte du pays. Ou doit se rendre compte que nous ne dtendons pas un rgime pass; mais, nous ne disons simplement i( u e le %  io de vrit. A bien considrer q etl'immense majorit du peuples meurt de laim et de m .truction, la lumiie a d Dnser dans sou sein est ui, nie. j 1 conclusion, K transfert ne l'ccole des Scinci l ftppli" t|nus n'a pas sa raisi ti tre ; m iloit chercher un autre lo. t*at pour l'tablir. Le btiment se trouvant dans les parages de l'Aveu t -Dessalinei est de-Une ; COl primaire du peuple 0...... cette ftgUMH avoisiuaute.. ALPHONSE FJIIMIN* CHOS L'Empire Britannique C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! — M. .. "r es! parti ottia '> p il •. 1 q l'un court 6j Nous i salua sou tetuur, il voyag pour France* — Il se dit qu'un 1 ou i, : on de de la Go olli par un hou a d aflair 1 nricai A U I li B 'il 1 '. I N I ' : nouvell — o.. manii ; ti craiules, au sujet de la p chane : u contre iiiipe 1 matenioe de tool I attendue ici et les ntre %  .eux ci ne seraient pas d mn prparation tort rassurau ^laisauleot pas avec les ch. vta sei CUSIS. — L-.t-il \:. 1 qu'il esl d< tendu, hors certain* 1 , .te s'asseoir sur le bancs ou ii..mp de Sdar? Ce s r tellement absurde, cela. — D api es noue conttrt L ACTION AATIONALI 1I omi16 central ue i UniOu Patrio uque, contormment |. onvocalion de son Administrateur dlegi , a tenu sano vendredi dernier. — L'OPINION s' ceui de question de u 0 Laquelle, rem 1 re, dans l'esprit d v ruenieul amricai eut 1 redise; avaui u me i'expi raiiou ou liaite... Du DOUS : lurme :ontrairement nne ml ; on pari e ici, Mr Lhn u mde a ele nomme einpl ) non collecU ur dt la d • Miragoue o, au s „us les emp oy stration nau • ait u, % %  %  > %  •' CELuI QUE L'ON A AVANT LA GRANDE GUERRE N'EXISTE PLUS La Question indienne N resraettes SMS ( %  ulite. U'.qui e Mirage %  — U esl paiu le ... ut L'HIMESTRIL, No 1 t, U iobi. Novembre et D e . Service N 1 ... ,j ,.,,, nt l ; ; tessu %  n c ..11 sommaire co| iei s et M; rie. _ 11 parait qu s (l on attend de Thi util rete lixmit DU |0 pour ta tenue -les m LONDRES.21 janvier*—L'Em ique tel que l'oni nu ide nombreuses gn 1 Lt pourtant, la plus grandi Iran 1 u qui se sua .,, piouuii allj brnauuiqi tdepuis re CIL M | udauce an lue, ti\ r 1 peu pi Luapt iuc du public angiais. freoctui pi l les atlairea rieures ei ie u.ni uoua., ic public anglais s'esl a ut L 1 UU umpie que lursU i LU icorge V apport* ,a signature au bas da 1 stuiui ue Westminsteii,uncn*i ; .• de i blatuire uu lundi .'ci uouve ctes. ce* Uominiout, oui comptent cha gv de position vis--visde la mtropole, et 1 liiol mme Ue mDomiuiou .J a lu sa biguibcation, uieu ,,,'ii semble devoir continuer ir< employ par pure commodit. > n wnu du statut de Westd met 1 ta courouu< ces • d ; elre des L)ou %  e. eiOUi d< tes royauuu u.. L mais, ue l'Australie, del iNou v.lie-Zci-m.K de l'Alrique u >v. ., oc ierte-Neuve ci de ,. ,1 ,101e u Inaude. ,,e roi beorga V re^ne au s ces vastes royaumes i 18 il e! roi de ei.cuu l'eus eu particulier et uon empire dans sou ensemble, ij Londre 1 p' 11 de cculiac tDominions, elle de..(tant le SICK. ue colonies uroi ut aul esapatuges de taucien euipire.Leai pourquoi Londres restera vra I ublemeni ta resi U 1 ce sinon exclusive.de [ a i ,| idaul de noms encore. !.. Dations hbies et indeqi h 1 nt lestUo1 p uveut -o1 ondres, 18 janvier. Trois OIIJ missions organises en ver r c 0 n conli ei ci i fabli Ri nd 0 nie* Inde pour \ i ne des en tes relativr . 1 ni se,1 un ^ouvti :).. nt consitutiooi e!. I . premier %  :> 1 1 %  •' > )o ald s'est rei I) om les voir parti el pm a v .ie.-. g :. ,. uei Uoare, cie aire jiour i Inde, ;< dclar 1 \ |uui ai lieu* qu* a maniet... e :..i t 1 Inn avarl ouppri%  r %  et diswpe iv> .. uucea u'anarchie dans le ya entier Le leaiatives de renouvelleLM i. du boycottage se lont us ci krmiaatiun, et tout le >iog.anime de QOU coopration j le i. oaiidin est devenu vieux |eu. Nous avons pr.s les sentes j i.spositions qu'un j^niiverjeuent se respeciant lui-mme ijouvaii prendre, a-i-d dit, nous l'avons tait netteineal el mut d'un conp. [) a ic.c.i aUiuuns'ralioB 1 u.;. J jjgn L.!OS liiiblesse, si t !i ml uup l'on continu 1 ^ sans interruption LORSQUE l'mcenole se dclare, il est trop tard viter la perte des documents importants d\ clef dans un tiroir votre bureau ou dans votre demeure. Remplacer ces documents coterait cher et serait peut-tre impossible. Mais il vous cotera trs peu pour les protger. Ne remettez pas demain la location d'un Coffret de Sret de crainte qu'il ne soit trop tard. Pour deux sous par jour, vous achets la protection. Tr.tanerM O \ii* ata."'. SMU La Manque Royale du Canada •• -*-**. %  •MBJ. .Mm,ar'%MiinS A louer contort moderne, au Bols j ; Ver,. la.pa* U.v.nd. l'gard de % %  • ii s'i u'ion a vu a la ,.>uk tence de la qu ra ^ouvt. Ut 1..1 i. Iiatui.i Gaudhl yu'i a '. .s.u.c. IOI d "i lea gto s o les dsordies! ii. e . its j'.ugraves, ri a dj .ut j ie i i t la provinei -fronre rtu No d-oueal, les agita• liiscbeœii i s-rougi i bdmetieui lia o..t lait i i ar. Ceux-ci onl rien de commun avec ou, i inc.. unies, l<: 11 : contre le paiement u 3 • st mble s'apa'ser t ,: 11 u utb ut loyer auy Ijerigol il y i pri.se gt* Uu commerce et dtlinl ie. 666 Uni maison ayant tout le { ( JQUIDE on en TABLETTES Soulage les maux de tte ou la nvralgie eu 'M minutes. gurit un Froid le premier S'adresser Mr Franck N.GAEJENS Magasin Ch. Gaetjens Hue du Magasin de l'Etat ionr et la malaria en trois jours btiO sruive le bb du t roi i SIROP* DESCHIENS d rHxaoalefcta B^dlO'. .n -rieur i."! v;.ttn"' cruVe ox t*rngin*ux. Ad.nl dan '<•' R^n*Vcr *J& L J*^J^ !" *£2£ m*,** + ^r> •-^ %  >- i Le Monde Lireaiusi la phrase pal hier soos la rubrique NAISSANCE: Mr et Mme I L'jloutsnt, Mme ne Sim Hultinot, loi t part l< %  mis de la naissance d. I tils Enousju. aires. — Ou attend d la rgi intresse la c i la rouie Layes-Purt a t — La France i toi impressionne par le n Etats Unis moratorinm Hoovi I u a cet gard • matiqw —Les communia Berlin nne n : ce dernier, — y..-)igrc %  k ot de m conominatio "•| ierei \ • i sentiment uupen .;•• qui, esprent les . ais, .-.'aveu ra, en :~V' ... 1 t '."'i. mum Toutes les Polices DE LA 0 lui de un lien plus solide que tous les acco.ds lg..ux. i L'Interview de M. Lger 666 : in i'imMonnr Lger, ire dl ures, a, ii ot rre 11 Ai •n-JoeiiNAL lsxi.iiasBHHssBi %  ^ prennent la Protection contre la Foudre sans auqmentation de taux Jffil \m Aqents Gnraux e&ABKaaHIlJI



PAGE 1

.:s fAGE3 'W~iii nwjija^ Ikilmiicoiiii Dei a*t uniTerulIaa gard* M premire piace i : 'V ' • I aari c ntln^vrailauo -, mi B ntrivr,OilrPj._ l 5 !f*5! Loterie Nationale d'Hati I I NATIONAL 416, IJu Ba ne.Fol, Phon : 3353 de la Bras ie Nalionalo Grand Caf de France SOUS Li DIRECTION AVISE El INTELLIGENTE E MONSIEUR FRANOIS GIRALDI QUI EST DEVENU L'ASSOCI DE M PATRIZ! IE PROPRITAIRE DE CET TABLISSEMENT QUI N'A PAS D'GAL, IE 6RAND CAF DE FRANCE, OFFRE A SES AIMABLES ET DIS TIIGUS CLIENTS LES CONSOMMATIONS LES PLUS FINES, LES (1RS DE TOUTES PROVENANCES, LES PLUS CHOISIS, CIGARES ET (IURETTE& SANDWICHES, VARIS DES A PRIX DFIANT TOUTE CONCURRENCE. L'ACCUEIL LE PLUS SYMPATHIQUE CONTINUERA A ETRE LE; IEILLEUR TRAIT DU CRANO CAF DE C RN. Patrizi &X* TL PHONE : 2341. AVIS AU COMMERCE La Panama ilailrdad Stetmship Line a l'avantage d'an* i,a)i:er les dparti soi va ntl de New York pour port au prince Haiti,directement, durant le msta (te Janvier 1932 : Bipmrit de S eut )erk. Arnvmges Pot t au -Prince. S/S Guayaquil le 26 janvier 1132 le 31 janvier 1932 fi|S c Cristobai le U Fvrier 1932 S/S Buena"eniura le f lv. 1932 S/ "Ancon" le 16 fvrier 1932 Steamer "Guayaqnil" le 23 lvrier Panama Rtilroad Sleampship Liue JasH. CVANRKED agent Gural La i.o woo-aiH'iLui „.,.,. So vnrfl ift BBC institution ''fsmi'.i \ Il r l U 9 1 U d'oeuvre* qu'elle ie propi |i 'ls'ar, une ch •:." ffTe:it* :ms hommes de tontes conditioi t y ~, ~ ,,, ..-, orfc „ l i n ] ; i i >nn s. Otm.vV S3 01131110 Emi loys Foi loua ordres, Gens de lo n ses q leur bndet moyennant deux goudss, pewfenl RI / mille •;:>"• '.-s. l'.i'rrr, le Commerce Ibeted VlUd : Ile, TUX ius'.lli tances d*sv< I l'ach i d . %  libre do soucia dei mees* Mlecins \voci s I ara, Se i t %  SSCf" E wt n ' La M ni icture Hatienne Donnez (exempte ivoire solidarit so. : : >'e. | 1 rlionn-inv a T r n / 7//v/in/) A Rentiers, capitalistescomme en jouant, an (.IL V^IIc ULtl IIX JL> lllllKJL //( oir. Vous tous qui bab'tesf Haiti, rendez-lui s< m le billet de la LOTEKIE NATIONALE D'HATI. ivoir. m m .;/ • .i / • %  A \ le 7 lvrier 1932 le 15 tvriei 1932 le 21 lvrier 19322 le 29 lvrier 1932 —•-..— LAIT NATURE^ ESBEN N ONE CES MEILLEURES MIS DANOISES QUI S'EST RPUTATION UNIVERSELLE S03LES MARCHS EXTRIEURS. l.e laif esi l'alimenl i ' 1. our U ' et les convalescents mais i I ul qu'il soit gai le nom ESBENSEN sur lea boites est un c snrance i our le ei i sommt* nr Exigez-le de votre fournis* ei Lait rondu^ hSKKNSEN Lait vsporise ESB1 V'SEM Lal en pondre Ei BENS N. Aroir ces produits chei soi quivanl a avoi lie dans Bongarde manger.qni votsdocnc do lait trais icttan,, face (!t B0D tanment. Les clients y! ront le i me accueil. BOI MARCH. CLRIT, GOURTOISIE. 'J vente .1 AUX l ientie q*ie la janvier, an /—>. MWMX Ltcky fcrike *ulc offrt il org. U pro* l il •Sw^ins" (grilUge). Cmf Pacific Mail Line f Id San Francisco, IV Le stea n e 17dn cour mt t l'rince lei via Van JOO klaud Columbia K'ngs on rtrooiiijm : le mme joi u jjico, Florid i, pren '' frl i ig( '' • Le steamer Point Sun '"* %  W W W^ M' I MIE ON PETIT TOUR J AC ;-(.iARDEN C/KW. KHL Petionville lude. L li l 'e pins Irais des ravi oi %  • ,. C< ll< nie route In port. leCKY artlKRi 68 minute! modem i whj flg rtJ^ VJSS si • % %  '. t o K mirdi j d %  *•* Laboratoire SJOURN DlRECTOM F. SJOUHN*, l'hurmteien p ., ri R. SOJOOKNK, Ph^micienMeUnirt' */ p ; ri ncie „ M. SJOCBN, PharmclCT *" ',;, analyse, de, Urines, du suc .^.q.. ; -' .*" I W CE QUI N'A JAMAIS tT FAIT CE QUI NE PEUT TRE DPASS6 Kola Champagne F. SJOURN I rpar dans les c nditions 'rigoureuses n VSEPSIE Pn et Vente PHARMACIEF. SEJOURNE / ngle des rit Roux el du Centre. GOUTERS SANDWICHS œ pensions de jour ds mairii> mi (,r mo ou di "mKmmm-** *mmm<4 ••* %  I w .%  <* i,— — i m m %  .••>•* ••%s. w Lykcs Brothers SS C Inc Texas — Haiti — Santo lionalngoRico Porte Le senl service bel ire et rgulier fret' entre les porls du Golie du Texas diri Pori-au-Prince, Haiti, Pour la rception l aniement ha •mportations, :U toiours ..; UNE. I es prochaines arrives a Port-au-Pr nce so Steamer Stela Lykes, I fchirssui Ras do Magasin ler^tsi, F3oite Postait h ALCOOL DFIANT TOUTE CONCURflEUCE Clairin Vierge Chez N. NAZON BtPQT: MKU DES RUES FEROU ET OU PEUPLE. PHONE: 3313



PAGE 1

Vendredi 29 Janvier 19, Le Malin . Veilh que l'eau soil itre ou strilise pur la chaleur ou encore par des agents chimiques comme l'iode pera n g 7o. Dsaltrez-vou boissons fraches, i non ; surtout ne o Je la i dai >. Faites des ex ir lrs. X .oint trop i i td Wii 'e. Reposez-vous aprs n en abuse rep u En Espagne id, 22 janvier. — On lujourd'hui de bonne source que le prsident Aleal i Zamora a sig un dif.tde dissolution de l'ordre de> ; s el de squestration de ens. cret, qui interdit au jsuites de vivre en groupes, paratra p obablementd main da.i.s la t Gazette officielle . Le ministre de l'intrieur Santiago Castres a t autoar le cabinet d'agir en verl i le la loi de dfense avec K.U! rite pour combattre irdres d'ouvriers et de dansftoute l'Espagne. Les ministres ont retuse de j 1er les dtails du pro-1 u gouverne nent.dique les projes du gou vernement doiveut rester secrets, sinon les ext;iiii->tes ir u ver ont moyen d*vaderles mesures de prvention. On toi; qu'il s'agit de mesures contre lu grve geneiule (.syndicaliste laquelle on 'sa ndi. : nistes ci i dicalistes s'orgunisenl poui \ une tentative IUI ira la te : i rai %  D£S CDO £3. m CD* LE a 6LAID0PHILE extrait de glandes fraches Imaux slectionns parmi Us les plus vigoureuses; son lie dans l"s cas suivants: Los troublas norvoi..-.. la dpression ilque et morale, la deillesse prcoce. C'ost le prodait <>o choix dam tous les cas d'impu'soance sexuelle tact chez l'homme qns chez la femme. > II action rapide et durable sur l'ei lembl < s les (onctions, le "aLANDOPHILE"owi.itii.i. Le matin tu le ;neusem< 2o. i):: blanc I l'as trs ai it. 3o. A l'ombre te neras lis lentement. lo. Mets faisands ne mangeras ni crudits trop frprome( iaronne El c'tait grand plai; quemment. 5o. Eau non filtre n su' moi de sentir battre sons I.soutane svre ce cœur chaud d •• bon lils de France. Une leon m'tai! ainsi donne a laquelle mon esprit e^ rest fidle. Mais le disciple du (ilirist ne le cdait pas assurdras mme si lu ;JS soif ardemment -. El peu lu boi tour ne pas suer normment. • rvolution i un comm eu i ;> tu ie. %  a rpression dans l'Inde Hpital Gnral il.i>u A lents !) 23 I nv er I932 u nu c o-lo Pa l.n nh i ni i c lv r, • %  rr s. Dl ses St. i'!HCP 7o. Le juintes fentres ntanl au citoyen, .le ne me par ferraeratres bermtiquement. mettrai pas, sans cloute, une apprciation sur sa manire d'exercer son minislre, parce q ie je lus son lve el llve e .i quasiment un (ils : il ne doit pas loger sou prt !... Toutefois il lui est perais d'admirer el de vnrer : il peut s s uivenir et se fliciter d avoir cl an au diteur attentif el recueilli. C'est ce que je t';ns en cet instant I' deuil, alors que le glas r sonne et que montent vers Dieu les prires te i au ni. de No. La nuit contrair . Tour dormir tu i un drap seulera ni. lOo. ...et ces i indemsnts liras cinq cents fois i tacteraent. Dr. E. DAVENIR L'Egn ^ Le Pre Paul Ben >il 'aul is.'it ..i tail de la ligne de ces Suprieurs qui, au Petit-Sminaira (i illge, enseignent, depuis trois qu ir sicle, plus par l'ext nple que par la parole. Comme il pratiqua il la mo le*lu Christ, il aimu m p chain plus pie lui nmeetlui voulait constamment du bien. ncourageait le; int< Il d'lite le tl ii ne de I der En lui notre pays p • el les : '. res du Saint-Espril un con i r i > ie contribuai! la c de l'Ordre tout entier. Luc DORSINVILLE, ancien l^ %  l lira. LLFILS DE GANDHI ARRTE.— PIQUETS CONDAMNS k LA PRISON — 00 — nbay, 21 janvier.—Un auIre membre de la famille de mahatma Gandhi, IP plus jpnne i '. '. %  •: ; -, a .'rt ;., • d II i L'iira pour BPS PI onalisles. M. '. I ndhi, pi ia na I mine, ont i %  • an li i pend mi et s di r• cm lin •. ' ses inti i Ma leline Slad i ne Anglais! q ii a renoi ce A •• nai pour suivre Gandbi, est encore en bei ' x*neul son n ii rs, la pluie i r r r *i devanl pe d i mon gou vernemeutales pour l lier d'em l'en I ranger, poursuivis e< condamprifon en '22 les. Tro iteui s arr i ni t condamns la pt ine en veilu (le l'or isnce contre les rassemble%  • w D Ihi, Inde, 21 janvier* 11 conl rene de I • Me Ron le i res qui x d %  e Ile-ci dans iront New Deih le 28 j mvii r %  > %  %  Bl "-ii h ..n h '!,: % •. Pau %  i%  • s 12 ans ?venu M g oire \mbroiae. Blessure PO du cuir chevelu. M l'ci> Desbnuqu-ts. 6 ans. Pa ibourg Salomou. Brlure du 1er • %  • M x don H, 10 ans Habil M yere. Bl tssure coi tu"<'' du ci u e droit. Paul Louis, 36 ans, Forl StGlai i! es* un < ontuse de la r giO'i kourci re. B-noii li ifi:... 24 ana, Port au-Prinee. 1} es<*ure pur arrachemeni <des d'enseigoerDeot cla sique, ^o' 1 iubranlable dis< iptioe.soo irrprochable peu-] sion scolaire, que par ses I l'Europe m ho les modernes pour l' j Nord, tu le de !;i Stno-Dactylo.de la Comptabilit et des langues vivantes Le steamer Arana • vanani de Londres, Kingstoa et les poits du Sud ara A Port-au-Prince le 29 janyier prenant Irt pour via les porl L *i 1537, ne La marie. Tl.. 2891. \ Acent Gnral, prl. J.BIGIO Mrard ROY PERSONNE NE VOUDRA a '• : l 5, Porail n m emenl par ai* h et verre pulvrisa (hospitalis •) Berfoe Snchal, 5 ans, rne M-Honor orps tranger dgluti. Ern ^t i u vit. Bit f su i cou I DM terne coissi droite. Dcle Simon, 16 tnsTabarre Erosio i I p aille droite, he aaatome r %  r. paritale droi< N c • 1.29 ans, rue La rmc leu! V' '" es2dern era orteils! au pied g • cli \ r r : < % % %  <' %  > \ 12 ms, Por tail s -Jcaopli. Eroaiona de valve. Personne ne voudra œaniner ? la belle lle rciative qui se prpare pour le 31 janvier 1932, Lalue, au Pensionnat Ste Rose de Lima. Ds iro s heures, kermesse, jeux et attractions divers, consommations de choix p ix rduits, pas de surprise.— Le soir, reprsentation d'une pice admirable que le bon ROUI des bonnes mres de Ste Rose de Lima va oflrir au public et que les intelligentes .iterprtatnces font enlev avec brio. Allez voir et vous amuser avec entrain. Vous aurez aid en mme fttmps les Dames de St Franois de Sales dans leur œuvre bienfaisante. Eutie au PeusionoauGdea O.O ; Avis AUX PROPRITAIRES D'AUTOS Les propritaires de d'Au. tos sont aviss qu ils trouveront chaque mardi l'Iletel ANSONlA.Placedn Champ de Mars, un passager pour Gonalvea. P..rt-tu-Prince, la 26 janvier 11)82. A vendre Une chaudire distilla-* tion de la capacit du huit poinls, rendement suprieur, marque trangre evec oce^ saires. tels que chapiteau, col de cygne, serpentin en tais vierge et deux recipienispoir bassin vidanges. S': dresser au Bureau 4B joui lui la sur la VIE EUGLe BOSSE fc Co pn rMOP % %  **. %  y LES PEhOUISITfOHS FAITES Ay BEL-AIR ET AU MORNEA-TUf Nous avons reu hier ma•iti un coup de tlphone la Commissaire du Gouvernement, \jr K.Cnrri, qui nous n pri d'nnoncor qu • l'inlor.iiation que nous avons reproduite de notre confrre L'ACTION NATIONALE relatant les perquisitions laites au BelAir et au Morne- Tut la recherche de ftiches serait absolument errone. F* qu'aucun Juge de Paix, ni la Police n'aurait eu prendre part pareilles investigations.. Cependant, les intresss i venus eux-mmes se plaindre nous d'avoir et victimes des frits relats p L'Action Nationale . O est la vrit ?... STEAMSHIP UNE U. S. S. H. AVIS Oans le bu! de mettre jear a comptabilit de J U. S. S. U, un dlai de quinae |ours, lai Quayaqnil , rant le 12 lvrier prochain, t Port an-Prince, accor l eux Membres qui n'aat Jew-Yok, le lunP r s mcor pris leur car ta a 1932, avec : 59 danlu, Port-au-Prince, !• 26 janTier 1932 Lf Secrtaire Gnra], MARC BONCY. Le steamer est attendu venant de N di 1er fvrier \di2, avec : 51 sacs de correspondance et '••rttra le mme jour directe (in pour Ctistobal, Canal Z t. prenuQi Ii et et ma Ile. P< n au.Prince, le 27 iyav er Y 32. Jas H (. VAN REED. Agent-gnral fLePur^fifi^al 1 •75.1 : t Mk 1 2 %a w ers ** rt, • u?,r.t.g a b/„• ., ,, /Sr Parls j r ••-. i N ( N nicc-$itnt aucun pr.prettf, 4 tie ne provrue jim* de dgot. j Suppr-mi:-' Il V\lr, &em c'::.::; : : r SJ ] : naUt. ,/" 'Mach.mbr., FnS4 ^F-dcdctiœpi. Plui Mtfn r-x.f tous ht 1*M1|L_ elle "2 rsf coai ;


PAGE 1

Clment Magloire DIRECTEUR [1358. RUE AMERICAINE 1358 TELEPHONE N # 2 242 25 me ANNEE N75 Un mot, travers tant de changements que le pays a subis depuis 1915, a fait fortune, tant il s'est trouv juste pour exprimer l'ide que ces changements ne sont que de surface: Nous n'avons fait que changer de tristesses. Parce que, en effet,— et ce mot nouveau mrite de lui servir dpendant,— nous ne taisons, dans ce pays, que changer de matres. En ralit qu'est-ce que cela fait au peuple qui travaille comme au peuple qui souffre, que les lois soient votes par tel genre d'assemble ou par tel autre, ou qu'allas soient appliques par un gouvernement ennemi de la libert ou ami de la licence, si le Ira yail du peuple ne doit pas s'en ressentir, ni sa souffrance s'en trouver allge? Il y a mieux et plus dur: que lui l'ait, ce peuple, s'il peint et s'il soufi're, que son pouvoir soit exerc p:ir l'tranger ou que celui-ci fasse place i des lments nationaux, si les revenus du pays continuent de suivre les mmes voies, en servant trs peu, si ce n'est pas du tout, les intrts de son travail ou la cause de sa souffrance et en continuant de faire poulies occupants les frais de la vie large avec le ncessaire et mme le superflu assurs? Il s'est trouv dans le temps, au Canada, aprs que ce pays eut pass de la France l'Angleterre, un sir Wilfrid Laurier pour dire en substance, dans une occasion solennelle: Nous sommes tiers, nous autres Canadiens, du • ction est qi~i a do la bont et qui demande de la force pour la faire. HOmSQUEl L'heure des Vrits changement londamental qui est survenu dans ce paye et qui nous a placs aujourd'hui, sous l'allgeance de la Couronne d'Angleterre, car nous connaissons maintenant,pour la premire fois, ce que c'est que la libert et ce que c'est que le travail prospre. Que font, en vrifj, les mots clatants de patriotisme, d'indpendance et de self govcrnmenl lorsque,seuls, les occupants du carrosse se trouvent changs et que ceux qui le tranent, blesses par le licol, ne s'arrtent pas de tirer ni de suer? m ALIX an n ROY de su V s, butions d'officiers de p] de juge de pail de Ci ni saire de Gouverneme mme de Juge d'Inatructj i Cttte anomalie doit c D'adleurs, c'est une cause et Chambre dos Le rtab %  otnpte ; (I i | Parlons net et sans images. Nous avons assez de lois, de mesures et de ngociations dont l'unique objectif est de tirer le drap soi sous prtexte de libration nationale quand ce n'est pas pour multiplier un office par quatre et augmenter le nombre des oisifs heureux : nous avons besoin maintenant de mesures et de lois qui ont trait directement au travail; qui oprent par voie draconienne sur nos importations scandaleuses; qui disposent en faveur du temps et du salaire de ceux qui peinent; qui I crent en Hati les assurances sociales; qui cessent,sous prtexte d'enseignement professionnel, de caser des vaniteux inutiles et des fruits secs, et qui visent enfin les vritables besoins du peuple. Tout ce qui n'est pas cela ne compte pour rien. Est-on dispos le comprendre? Car l'heure des vrits va peuttre sonner lion du 8 terminable de trichons avec ,;i,):v les contribuables et une s ce d'insupportables abus. L'Administration Gni des Contributions doit tonner ses un Service Spcial, reievadl du Departeme.it des Fmau et plac sous li ml rect du Secr'aire Fin wce* p co'mntableJ'Jes uiers publics. Le v V oi prlever la ../.> sur le, loi recouvrs pour t .ire face dpenses et aux Irais que cessite le tonctiona ni ut ce service doit re uboli] parce que, dans dtelles c % %  ditioos, il devient ira toss b i d'avoir un B i Igel rgulier. t de rpoudre au vritable but des oprations budget a exigeant l'unit sous l'autoi dn Secrtaire d'Etit des Fieau ces. lyi 1 Rrard temps bel Lger. Mi* d R *E erieurs, 1 an nouveau cn cela. 1 I il dis charmant diplomate. tue: duel e clirhacI la reprohotoanhique qu'eni Ti janvier Ham-JournaL bavure du plus vi' a v re. entraita ai distingus d Itl! dinlnmil a rn t Paroles de Vrit __ m • Pour la liquidation de notre rgime financier LETTRE DE l P. TIIOBY, ANCIEN SECRETAIRE D'TAT. L'AdmiQistration Gnrale des i iontribut ons chappe entirement a sou contrle et constitue un SfVice indpendant dirig, en tait, par le Keceveur-Gnral des Doua ns. u teimes plus pie. is, l'action gouvernemental est nulie dans le lonctionu.'ineut de ce service. Uue retonte complte de la loi s'impose, toi qui, d'ailleurs, est inconstitutionnelle, dans la plupart de ses articles. Mon dpartement, eu temps opportun, envisagera une organisation DOUVel e de ^Administration Gnrale des Contributions traire d Ion par g i i i po r i ,,•! ,1.. ,-, re ne >ou %  suitei mbre di st I occasion do *r r du Budget. Le Budget a oitl'Omce lu .„ Financier, n't I i dans : • et i ris l'Ad i; tienne. L ; p i qu veut qu lemen %  figurent au i de notre bu i ; dpenses, ce principe vei salit a e systme b a plutt subi des cli g %  ;w, I %  le I ; SOIR : () Port-ao-Princr, 28 Jan. 1932. Monsieur le Direclenrdn Matin E. V. Monsieur le Directeur, in vous sacrais infiniment fr d* donner publicit la Uttre ci-incln.se que, pendant iuon peaaage au Ministre des finances, | adressai ^Monsieur l'aulus-Sannou, mon collgue { es Relations Extrieures. aMn dt lui indiquer, selon so'i dsir, h directives que j'entendaia %  aine, relativement i la liqui dation du rgime financier impos ce malheureux pays par la Gouvernement des EtalaUnie. En laissant le Ministre, j'avais, moi-mme, remis copie le cette lettre Monsieur Ernest Douyon, mon successeur. Je me suis dcid le rendre publique, non pas dans une ide de rclame, mais dans le tut utile, je crois, de dire la vernie pour l'histoire et de taire connatre aux gnrations qui montent qu'il y a des hommes rn la i q i du Trait %  18 fia lill n'avant les d Il, • :. I %  %  u lie recettes et Tel Publiques ai De plu tui act< Cil %  AU pou du Gnral. R. • voi q d.depnii aaeW les portes ^ u c ''m Boston l'Htel de rrance i vivre sou OID J onns et n'a jamais p 1 -est ••lia l-elle seulequartier? Oui sa re te: Aider i est soune, transAide-tol cl le diable /•-vousle petit (aura -t qui aligne ses nappes :| ( l l el >-• des ciuq r lu CarnaPrince, le 21 janvier 19; '


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06922
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, January 29, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06922

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR '
[1358. RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N#2242
25 me ANNEE N- 75
Un mot, travers tant de
changements que le pays a
subis depuis 1915, a fait for-
tune, tant il s'est trouv juste
pour exprimer l'ide que ces
changements ne sont que de
surface: Nous n'avons fait
que changer de tristesses.
Parce que, en effet, et ce
mot nouveau mrite de lui
servir dpendant, nous ne
taisons, dans ce pays, que
changer de matres.
En ralit qu'est-ce que ce-
la fait au peuple qui travaille
comme au peuple qui souffre,
que les lois soient votes par
tel genre d'assemble ou par
tel autre, ou qu'allas soient
appliques par un gouverne-
ment ennemi de la libert ou
ami de la licence, si le Ira
yail du peuple ne doit pas
s'en ressentir, ni sa souffrance
s'en trouver allge?
Il y a mieux et plus dur:
que lui l'ait, ce peuple, s'il
peint et s'il soufi're, que son
pouvoir soit exerc p:ir l'-
tranger ou que celui-ci fasse
place i des lments natio-
naux, si les revenus du pays
continuent de suivre les m-
mes voies, en servant trs
peu, si ce n'est pas du tout,
les intrts de son travail ou
la cause de sa souffrance et
en continuant de faire poul-
ies occupants les frais de la vie
large avec le ncessaire et
mme le superflu assurs?
Il s'est trouv dans le
temps, au Canada, aprs que
ce pays eut pass de la France
l'Angleterre, un sir Wilfrid
Laurier pour dire en subs-
tance, dans une occasion so-
lennelle: Nous sommes tiers,
nous autres Canadiens, du
ction est
qi~i a do la bont
et qui demande de la
force pour la faire.
HOmSQUEl
L'heure des Vrits
changement londamental qui
est survenu dans ce paye et
qui nous a placs aujourd'hui,
sous l'allgeance de la Cou-
ronne d'Angleterre, car nous
connaissons maintenant,pour
la premire fois, ce que c'est
que la libert et ce que c'est
que le travail prospre.
Que font, en vrifj, les
mots clatants de patriotis-
me, d'indpendance et de
self govcrnmenl lorsque,seuls,
les occupants du carrosse se
trouvent changs et que ceux
qui le tranent, blesses par
le licol, ne s'arrtent pas de
tirer ni de suer?
m
ALIX
an n
ROY
de su
V
s,
butions d'officiers de p]
de juge de pail de Ci ni
saire de Gouverneme
mme de Juge d'Inatructj
i Cttte anomalie doit c
D'adleurs, c'est une cause
et

Chambre dos
Le rtab

otnpte ;
(I i |
Parlons net et sans images.
Nous avons assez de lois, de
mesures et de ngociations
dont l'unique objectif est de ti-
rer le drap soi sous prtexte
de libration nationale
quand ce n'est pas pour mul-
tiplier un office par quatre
et augmenter le nombre des
oisifs heureux : nous avons
besoin maintenant de mesu-
res et de lois qui ont trait
directement au travail; qui
oprent par voie draconien-
ne sur nos importations scan-
daleuses; qui disposent en fa-
veur du temps et du salaire
de ceux qui peinent; qui
I crent en Hati les assuran-
ces sociales; qui cessent,sous
prtexte d'enseignement pro-
fessionnel, de caser des va-
niteux inutiles et des fruits
secs, et qui visent enfin les
vritables besoins du peuple.
Tout ce qui n'est pas cela
ne compte pour rien. Est-on
dispos le comprendre? Car
l'heure des vrits va peut-
tre sonner
lion du 8

terminable de trichons avec ,;i,):v
les contribuables et une s
ce d'insupportables abus.
L'Administration Gni
des Contributions doit tonner ses
un Service Spcial, reievadl
du Departeme.it des Fmau
et plac sous li ml
rect du Secr'aire
Fin wce*p co'mntableJ'Jes
uiers publics. Le vV o- i
prlever la ../.> sur le, loi
recouvrs pour t .ire face
dpenses et aux Irais que
cessite le tonctiona ni ut
ce service doit re uboli]
parce que, dans dtelles c -
ditioos, il devient ira toss b i
d'avoir un B i Igel rgulier. t
de rpoudre au vritable but
des oprations budget a
exigeant l'unit sous l'autoi
dn Secrtaire d'Etit des Fi-
eau ces.
lyi
1 Rrard temps
bel Lger. Mi*
d R *E erieurs,
1 an nouveau cn
. cela.
1
I
il dis
charmant diplomate.
tue:
duel
e clirhac-
I la repro-
hoto- anhique qu'en-
i Ti janvier
Ham-JournaL
bavure du plus vi'
a v re. en-
traita ai distingus d
Itl! dinlnmil

a rn -
t

Paroles de Vrit
__ m -
------
Pour la liquidation de notre
rgime financier
LETTRE DE l P. TIIOBY, ANCIEN SECRETAIRE D'TAT.
L'AdmiQistration Gnrale
des i iontribut ons chappe en-
tirement a sou contrle et
constitue un SfVice indpen-
dant dirig, en tait, par le
Keceveur-Gnral des Doua
ns. u teimes plus pie. is,
l'action gouvernemental est
nulie dans le lonctionu.'ineut
de ce service.
Uue retonte complte de la
loi s'impose, toi qui, d'ail-
leurs, est inconstitutionnelle,
dans la plupart de ses arti-
cles. Mon dpartement, eu
temps opportun, envisagera
une organisation DOUVel e de
^Administration Gnrale des
Contributions
traire d Ion
par
g i i
i po
r i ,,! ,1.. ,-,
re ne >ou

suitei
mbre di
st I occasion do *r r
du Budget.
Le Budget a
oitl'Omce lu .
Financier, n't I

.
i

dans :
et i



ris l'Ad i;
tienne.
L ; p i .
qu veut qu
lemen
figurent au
i de notre
bu i ;
dpenses, ce principe
vei salit a
e systme b
a plutt subi des cli g
;w, I
le I


; soir :
()
Port-ao-Princr, 28 Jan. 1932.
Monsieur le Direclenrdn Matin
E. V.
Monsieur le Directeur,
in vous sacrais infiniment
fr d* donner publicit la
Uttre ci-incln.se que, pendant
iuon peaaage au Ministre des
finances, | adressai ^Monsieur
l'aulus-Sannou, mon collgue
{es Relations Extrieures. aMn
dt lui indiquer, selon so'i dsir,
h directives que j'entendaia
aine, relativement i la liqui
dation du rgime financier im-
pos ce malheureux pays par
la Gouvernement des Etala-
Unie.
En laissant le Ministre, j'a-
vais, moi-mme, remis copie
le cette lettre Monsieur Er-
nest Douyon, mon successeur.
Je me suis dcid le rendre
publique, non pas dans une
ide de rclame, mais dans le
tut utile, je crois, de dire la ve-
rnie pour l'histoire et de taire
connatre aux gnrations qui
montent qu'il y a des hommes
travaill et qui travaillent en-
core, modestement et siiencieu-
"oaent, librer ce pays.
Veuillez agrer, Monsieur le
Directeur, avec mes remercie-
fjients anticips, les assurances
e mes meilleurs sentiment!.
P. THObV.
Port-au Prince, 16 janvier
1931.
Mr Pa dua Sannon,
Secrtaire d'Etat des Rela-
tions Extrieures.
En ses Bureaux.
Mon cher Collgue,
Conformment au dsir que
vous m'avez exprim dans
votre lettre du janvier crf.
et afin de vous permettre de
poursuivre les ngociations
pour riiatianisation imm-
diate des Services Publics, je
m'empresse de vous soumet-
tre l'expos suivant :
Service des Contribu-
tion.
Ce service a t organis
contrairement au 6me alins
de i'article 75 de la Constitu-
tion, alina qui prvoit que,
seul, le Prsident de la Rpu-
blique nomme aux {onctions
publiques, selon les disposi-
tions expresses de la loi. Or.
le personnel de cette Adminis
tratiou est nomm par le Di-
recteur-Gnral des Contribu-
tions, notamment les Inspec-
teurs et prposs des Coutribu
tions qui, contrairement au
principe constitutionnel de la
sparation des Pouvoirs,ex i-
v- nt, en dehors Je leurs fonc-
l'tions d'agents dn fhc.les attri
Service des Douanes
Eu dehors de l'batiauisalion
du personnel des Douanes, il
serait utile ne remettre en vi-
gueur nos anciennes lois or-
ganisant le coutroie douanier
files ou douu dans le p se
des rsultats excellen a et
efficaces. Il uy aurait de mo-
dificatioua a y app.>r dan* certains dtail ddpph
cation
Servico du Conseiller-
Fin an cl er.
rgressifs.
"
;
i
deman-
om eut cela
1
par des
jeune In ', Mi
; e h .llv G
I puis |
ui?e v
les F -
Ce service a et bli
niable dictature sur
nances hatiennes.
Eu tait,le Conseille! -Fi
cier est le m iltre du IV or.
11 nesecoasidre pis uu ta
tionnaire attach au Dparte-
ment des Finances, le tonc-
tionnaire dont le rle est de
recommander ou de sugg-
rer, tel que le compreuuent
les articles 2 et 9 de la lou-
yeution. Il ; t impose ou
s'impose comme oido.n leur
de dpenses publiques et C0 -
trleur du liudget.
I a
j
' ' i i u I
de
'le I
,
Voir notre 4me Page,
cretaire d'Etat des Finances
qui, lgalement, est l'ordon-
nateur responsable, se trouve
soumis 1 autorit du Con-
seiller-Financier qui n'est pas,
comptable de deniers publics. I
Lnaltianisatioo de l'oflice '
du coBseille-financier doit
commencer sans reiard
et consiste eu lj cessai
des pouvoirs tendus et il
gaux attribues ce fooetion-
naire amricain, il est urgent
de poaramvre Les ngocia-
tions, de tion a suppnmer
entirement et le plus tt j
ainsi qu eu qui
com erne nos n
soire, il ,,'ex-,
aucune inscrij o
1 de mme pour ,
P rception, de rgie el
trais accessoires. |,
il y a des recettes pro
du Joreau des Fo
des A eliers des i'i s
Mag sinsdes I rav
des exploitations d
rechu que, des pi
Compte Gnral d \
les Travaux Pubd< ,
gasins de la Qendar m
etc.. Il y a bien d< i
lions otciel e p
tionoement de ce
convenu d'appeler .
roulement. ec
en bonne rgie a
tive, ces recettes et
ses accs,
gurer au B l
re aux Ci ri
titre i
un seul et mme doeu
perception et 1 emploi
tonds publics.
Tous ces com;,; rticu-
bers, couus daus la
commerciale, ne
pas a b, conceplio
et cieotijyne oui, ge ,
rai ne 1 Etal, ot.laqu dutenc-
Prolo
ur raci
i
l'ai lias aient et
u ts de i !.
aels
lement h;i
j un acte , sanctio i i
* t r i* r. f
Dans ces coudnious, le Se- CorPs Lis at i,
uu document autfa
ir et pr o
prvision i
voirs une
i le

r

; lu /!
n
Do
ifs (aii
le prvisio.is des arlu
11 u ',/>n
! la i q i du Trait
18 fia
lill n'avant
les d
Il, :. I
u lie
recettes et Tel
Publiques ai
De plu
tui act<
Cil
AU
pou
du
Gnral.

R.

voi' q d.depnii aaeW
les portes
^u c ''m Boston
l'Htel de
rrance i vivre sou
OIDJ onns et
n'a jamais p
1 -est lia
l-elle seule-
quartier? Oui
sa re
te: Aide-
r i est sou-
ne, trans-
Aide-tol cl le diable
/-vousle petit
(aura -t qui aligne ses nappes
:| (llel issin-cheualf
les jours, pour
me raison ou pour une autre,
s clients isaient de plus
plus raret. i phnomne
ivstrieux
,acc rjtPfjni frne
'Haaementd-
a qu'il tait
1 ps S'aviser. L'autre midi
i ira ids renforts de i-e-
1 li ind8,elle lit.sauter del pou-
dre aux quatre coins du local r
'jl'exorcisine jusqu'brile-
par pelletes. Apre i
rela, si la cli ntle ne revie
. I plu qu' le--
r la botl
midi, ce-
' ' iineliom-
uto rfum com-
in. Visiblement, il
fortune ; tout le
dno sa cravate romasti*
!" '" i de luxe et
von sourire d'homme
une belle joie de la
amia rruels le happ-
aat. une table de
et le tour-
le houml et de ah t
uant comm*
I (aire, sans
II o/liit mme beire.
i secret, il snt
jalousement en soa
cur.

il Auxila. des
* quia'har-
lorl bien, Made-
e.avec la dlicate toilette
que v, a poilu/ i aUtre jour.
D I un papa
:es qui encourageait
a pauvre amie
'" il se iblait gure
ut que la parta-
I des gmisse-
" Oh! belle
couples arnou-
Hvrance ; onna en lie
mme minute pour le
in. Celle-ci c-
joli bb mle,
prouva la plu
do.i oions.

^ Les article* 2, 6
Convention i
! les :
d
Communiqu
oinmuual,da.;s
lu 21 courant, en
|US des considra-
sen fnaicisr s'o-)-
n lirai, e le fjarusval
^'"' | ais comnae
Me ( ls dernire, s
puor- i ndre sa charas
ie" l'une Hemc dont
ou
cher

siblc, ce rouage admioistratil, reur-tinral. q j '. \
u
I
m
P. lllCJati
' -^vd lieu par uu
> >- des ciuq
r lu Carna-
Prince, le 21 jan-
vier 19; '


r
il. h. Z
. MB*
l$.\* t\wvr\ic^&

'
i 6c*rii$t7f-
;
LE FAIT EST INCONTESTABLE
qui Pfc-TIfrNT
itiiu
^CTl7fN
4. Hada ael V.i 1 ez 1 ett dj dei
votre li:.'.;- - .ie ."alors lOUgez aux soins qu'y po la Noa Ile 13
srie AU CI 2JVE .
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
I !

1
>rop. Vve. Jh. CHANCY.
Rjij Pav6e), eu face du araja Barreyro.^
IM DES AUTRES
Ayez piti
pour le peuple
_o
L'f immense m \o li du
pw pie grond?, par I lait
q :e le btiment situ ,Ve-
1, 1 Dessalioes, destin l'-
cole primaire des a 1
bcts, va tre l'objet d'ui e au-
u uiti itive. L'ide qu'on a
Le de transfrer l'Ec le des
h' iences Appliques 1 b -
t;nient n'est pas \> > ne. Le
gros peuple le La Saline qui
est toujours montr trs
svmpuihique certaine nom
Oies de l'lite de la Natio i, m
d-Ht pas tre victime de la
mesure prise ; parce qu'en
ralit ce local a t cri
p ur diminuer le gran d
nombre d'analphabt ts dans
celte rgion. Il y a de qu >i se
pi iiodre 1
Xous ne devons pas igno-
rer que depuis des temps,
l,> masse du peuple b
m and besoin de s'instruire.
En dsaffectant ce local la
merci d'une autre institution,
c'e.t, nous en sommes cer-
tains, travaillera l'aogmenta-
lioa de l'ignorance des en-
tants du peuple. L'ignorance
de cette masse est trop grande
potirqu'on prive ses en ta nts du
p;iin de l'instruction. Toute
l'eiendue du mal du peuple
se trouve dansi'analpiialiet\s-
m<\ Mais, au lieu de s'int-
resser a lui donner de la lu-
mire, ou se content'' plutt
de l'ombrager davant ^l
Changer uue initia ive datei
de quatre annes, c'e .t- dire
lUid initiative qui rp md aux
besoins du peuple, c'est, lie
lai se montrer indiffrent
ton instruction.
Un peuple sans lumires
mconnat ses droits de ci-
toyen; ou le considre com-
me des btes tanves. Si en
1VJ28, ou a pris des m are!
u-pentes pour la cration de
quatre btiments d s a
l'usage de 1 instructi de la
masse, c'tait dans le but de
diminuer .e gland nombre
des analphabte du pays. Ou
doit se rendre compte que
nous ne dtendons pas un r-
gime pass; mais, nous ne
disons simplement i( u e le
io de vrit.
A bien considrer q etl'im-
mense majorit du peuples
meurt de laim et de m .truc-
tion, la lumiie a d Dnser
dans sou sein est ui, nie.
j 1 conclusion, K transfert
ne l'ccole des Scinci l ftppli"
t|nus n'a pas sa raisi ti tre ;
m iloit chercher un autre lo.
t*at pour l'tablir. Le b-
timent se trouvant dans les
parages de l'Aveu t -Dessa-
linei est de-Une ; COl
primaire du peuple 0...... cette
ftgUMH avoisiuaute..
Alphonse FJIIMIN*
CHOS
L'Empire
Britannique

C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
M. .. "r es!
parti otti-
a '> p
il . 1 q l'un court 6j
Nous i sa-
lua sou tetuur, il voyag
pour France*
Il se dit qu'un 1 ou
i, : on de
de la Go olli-
par un hou a d aflair
1 nricai A
U I li B 'il1'. I N
I ' :'
nouvell
o.. manii ; ti
craiules, au sujet de la p
chane : u contre
iiiipe 1 matenioe de tool I
attendue ici et les ntre
.eux ci ne seraient pas d mn
prparation tort rassurau
^laisauleot pas avec les ch.
vta sei CUSIS.
L-.t-il \:. 1 qu'il esl d<
tendu, hors certain* 1 ,
.te s'asseoir sur le bancs ou
ii..mp de Sdar? Ce s r
tellement absurde, cela.
D api es noue conttrt
L Action aationali 1i omi-
16 central ue i UniOu Patrio
uque, contormment |.
onvocalion de son Adminis-
trateur dlegi , a tenu sano
vendredi dernier.
L'Opinion s' ceui de
question de u 0
Laquelle, rem ,
1 re, dans l'esprit d
v ruenieul amricai eut 1
redise; avaui u me i'expi
raiiou ou liaite...
Du dous : lurme
:ontrairement nne ml
; on pari e ici, Mr Lhn u
mde a ele nomme einpl )
non collecU ur dt la d
Miragoue o, au s
us les emp oy
stration nau
ait u, >''
CELuI QUE L'ON A
AVANT LA GRANDE GUERRE
N'EXISTE PLUS

La Question
indienne
N resraettes sms
- (
ulite. U'.qui e ,
Mirage
U esl paiu le ... ut
L'himestril, No 1 t, U iobi.
Novembre et D e !
Service N 1
... ,j ,.,,, nt l;; tessu n.
c ..11 sommaire co| iei s et
m; rie. _
_ 11 parait qu -s (l
on attend de Thi util
rete lixmit DU |0
pour ta tenue -les m
londres.21 janvier*L'Em
ique tel que l'oni
nu ide nombreuses gn
1
Lt pourtant, la plus grandi
Iran 1 u qui se sua
.,, piouuii allj
brnauuiqi t- depuis
re cIl m | udauce an
lue, ti\ r 1 peu pi
Luapt iuc du public angiais.
freoctui pi l les atlairea
rieures ei ie u.ni uoua-
., ic public anglais s'esl a
ut l 1 UU umpie que lurs-
U i lu icorge V apport*
,a signature au bas da 1 stu-
iui ue Westminsteii,uncn*i
; . de i blatuire uu lundi
.'ci uouve ctes.
ce* Uominiout, oui compt-
ent cha gv de position
vis--visde la mtropole, et 1
liiol mme Ue mDomiuiou .j a
lu sa biguibcation, uieu
,,,'ii semble devoir continuer
ir< employ par pure com-
modit.
> n wnu du statut de West-
d met 1
ta courouu< ces d;elre des
L)ou e. eiOUi d<
tes royauuu u.. L ma-
is, ue l'Australie, del iNou
v.lie-Zci-m.K de l'Alrique u
>v. ., oc ierte-Neuve ci de
,. ,1 ,101e u Inaude.
,,e roi beorga V re^ne au
, s ces vastes royaumes i
18 il e! roi de ei.cuu
l'eus eu particulier et uon
. empire dans sou ensem-
ble,
ij Londre 1 p'11- de"
cculiac
tDominions, elle de-
..(tant le sick-
. ue colonies
uroi ut aul esapa-
tuges de taucien euipire.Leai
pourquoi Londres restera vra
I ublemeni ta resi U 1 ce
, sinon exclusive.de
[a i ,| idaul de nom-
s encore.
!.. Dations hbies et inde-
qi h 1 nt lestUo-
1 p uveut
-o-
1 ondres, 18 janvier. Trois
oiijmissions organises en ver
. r c 0n conli ei ci
i fabli Ri nd 0 nie*
. Inde pour \ i ne des en
tes relativr . 1 ni se-
,1 un ^ouvti :).. nt cons-
itutiooi e!.
I.. premier :> 1 1 ' >
)o ald s'est rei I)
om les voir parti el pm av.ie.-.
, g :. ,. uei Uoare,
, cie aire jiour i Inde, ;< dclar
1 \ |uui ai lieu* qu* 'a manie-
t... e :..i t 1 Inn avarl ouppri-
r et diswpe iv>
.. uucea u'anarchie dans le
ya entier
Le leaiatives de renouvelle-
lm i. du boycottage se lont
us ci krmiaatiun, et tout le
>iog.anime de QOU coopration j
le i. oaiidin est devenu vieux ,
|eu.
Nous avons pr.s les sentes j
i.spositions qu'un j^niiverje-
uent se respeciant lui-mme
ijouvaii prendre, a-i-d dit,
nous l'avons tait netteineal el
mut d'un conp.
[) a ic.c.i aUiuuns'ralioB
1 u.;. j jjgn l.!os liiiblesse, si
t !i ml uup l'on continu
1 ^ sans interruption '
LORSQUE l'mcenole se dclare, il est trop tard
, viter la perte des documents importants d-
\ clef dans un tiroir votre bureau ou
dans votre demeure.
Remplacer ces documents coterait cher et
serait peut-tre impossible. Mais il vous cotera
trs peu pour les protger.
Ne remettez pas demain la location d'un
Coffret de Sret de crainte qu'il ne soit trop tard.
Pour deux sous par jour, vous achets la protection.
Tr.tanerM O \ii*
ata."'.
SMU
La Manque Royale
du Canada
-*-**.- mbj. .Mm,ar'%MiinS
A louer
contort moderne, au Bols
j ; Ver,. la.pa* U.v.nd.
l'gard de ' i-
i s'i u'ion a
vu a la ,.>uk tence de la
qu ra
^ouvt. Ut 1..1 i.
Iiatui.i Gaudhl
yu'i a '. .s.u.c. ioi d "i lea
gto s o les dsordies!
ii. e . its j'.u- graves, ri a d- j
. .ut j ie i i t la provinei -fron-
re rtu No d-oueal, les agita-
liiscbeii i s-rougi i bdmetieui
lia o..t lait i i ar. Ceux-ci
onl rien de commun avec
ou,
i inc.. unies, l<:
11 : contre le paiement
u 3 st mble s'apa'ser t,:
11 u utb ut loyer auy
Ijerigol il y i pri.se gt*
Uu commerce et dtlin-
l ie.
666
Uni maison ayant tout le {(JQUIDE on en TABLETTES
Soulage les maux de tte
ou la nvralgie eu 'M minutes.
gurit un Froid le premier
S'adresser
Mr Franck N.GAEJENS
Magasin Ch. Gaetjens
Hue du Magasin de l'Etat
ionr et la malaria en trois
jours
btiO sruive le bb du t roi i
SIROP*
DESCHIENS
d rHxaoalefcta
B^dlO'.
.n -rieur i."! v;.ttn"' cruVe ox t*rngin*ux. Ad.nl dan '<'
R^n*Vcr *J&LJ*^J^*2 m*,** + ^r>
-^>- i
Le Monde
Lireaiusi la phrase pal
hier soos la rubrique nais-
sance: Mr et Mme I
L'jloutsnt, Mme ne Sim
Hultinot, loi t part l<
mis de la naissance d. I
tils Enousju.
aires.
Ou attend d la rgi
intresse la c i
la rouie Layes-Purt a t
La France i toi
impressionne par le n
. Etats Unis
moratorinm Hoovi I
u a cet gard
matiqw
Les communia
Berlin nne
n
: ce dernier,
y..-)igrc "k"
ot de m con-
ominatio
"| ierei
\ i sentiment
uupen .; qui, esprent les
. ais, .-.'aveu ra, en
:~V'
... 1

t '."'i.
mum
Toutes les Polices
DE LA
0
lui de
, un lien plus solide
que tous les acco.ds lg..ux. i
L'Interview
de M. Lger

666
:
in i'im-
Mon-
nr Lger, ire dl
ures, a,
ii ot rre 11 a- i
n-JoeiiNAL lsxi.iiasBHHssBi
^
prennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de taux
Jffil
\m
Aqents Gnraux
e&ABKaaHIlJI


.:s
fAGE3
'W-
~iii nwjija^
Ikilmiicoiiii
Dei
a*t uniTerulIaa gard* m premire piace
i :
'V I aari
c


ntln^vrailauo -.___-,
miBntrivr,OilrPj._l5,!f*5!
Loterie Nationale d'Hati I I NATIONAL
416, IJu Ba ne.Fol, Phon : 3353
de la Bras ie Nalionalo
Grand Caf de France
SOUS Li DIRECTION AVISE El INTELLIGENTE E MONSIEUR
FRANOIS GIRALDI QUI EST DEVENU L'ASSOCI DE M PATRIZ!
IE PROPRITAIRE DE CET TABLISSEMENT QUI N'A PAS D'GAL,
IE 6RAND CAF DE FRANCE, OFFRE A SES AIMABLES ET DIS
TIIGUS CLIENTS LES CONSOMMATIONS LES PLUS FINES, LES
(1RS DE TOUTES PROVENANCES, LES PLUS CHOISIS, CIGARES ET
(IURETTE& SANDWICHES, VARIS DES A PRIX DFIANT TOUTE
CONCURRENCE.
L'ACCUEIL LE PLUS SYMPATHIQUE CONTINUERA A ETRE LE;
IEILLEUR TRAIT DU CRANO CAF DE CRN.
Patrizi &X*
__________________________TLPHONE : 2341.
AVIS AU COMMERCE
La Panama ilailrdad Stetmship Line a l'avantage d'an*
i,a)i:er les dparti soi va ntl de New York pour port au prince
Haiti,directement, durant le msta (te Janvier 1932 :
Bipmrit de S eut )erk. Arnvmges Pot t au -Prince.
S/S Guayaquil le 26 janvier 1132 le 31 janvier 1932
fi|S c Cristobai le U Fvrier 1932
S/S Buena"eniura le f lv. 1932
S/ "Ancon" le 16 fvrier 1932
Steamer "Guayaqnil" le 23 lvrier
Panama Rtilroad Sleampship Liue
JasH. CVANRKED
agent Gural
La i.o woo-aiH'iLui .,.,. So vnrfl ift
BBC institution ''fsmi'.i \ Il rlU 91U
d'oeuvre* qu'elle ie propi |i 'ls'ar, une ch !
:." ffTe:it* :ms hommes de tontes conditioi t ,y~, ~ ,- ,, ..-, orfc lin];i '
i >nn s. Otm.vV S3 01131110
Emi loys Foi
loua ordres, Gens de lonsesq
leur bndet moyennant deux goudss, pewfenl ri /
mille ;:>" '.-s. l'.i'rrr, le Commerce Ibeted VlUd : Ile,
tux ius'.lli tances d*sv< I l'ach i d
libre do soucia dei mees*
Mlecins \voci s I ara, Se i t .

SSCf" 'E wt"n" ' La M ni icture Hatienne
Donnez (exempte ivoire solidarit so.::>'e. | 1 rlionn-inv a T rn/7//v/in/) a
Rentiers, capitalistescomme en jouant, an (.IL V^IIc ULtl IIX JL> lllllKJL //(
oir.
Vous tous qui bab'tesf Haiti, rendez-lui s<
m le billet de la LOTEKIE NATIONALE D'HATI.
ivoir.


m m
.;/

.i /


A
\

le 7 lvrier 1932
le 15 tvriei 1932
le 21 lvrier 19322
le 29 lvrier 1932
-..
LAIT NATURE^
ESBEN n
ONE CES MEILLEURES MIS
DANOISES QUI S'EST
RPUTATION UNIVERSELLE S03LES
_ MARCHS EXTRIEURS.
l.e laif esi l'alimenl i ' 1. our U '
et les convalescents mais i I ul qu'il soit gai
le nom ESBENSEN sur lea boites est un c
snrance i our le ei i sommt* nr
Exigez-le de votre fournis* ei
Lait rondu^ hSKKNSEN
Lait vsporise ESB1 V'SEM
Lal en pondre Ei BENS N.
Aroir ces produits chei soi quivanl a avoi lie
dans Bongarde manger.qni votsdocnc do lait trais icttan- ,, face (!t, B0D
tanment. Les clients y! ront le i me accueil.
BOI MARCH. CLRIT, GOURTOISIE.
'-
J
vente .1 AUX l
ientie q*ie la
! janvier, an
.
/>. MWMX
Ltcky fcrike *ulc offrt il org. U pro*
l il Sw^ins" (grilUge).
Cmf Pacific Mail Line f Id
San Francisco, IV
Le stea n
e 17dn cour mt t l'rince lei
via Van joo klaud
Columbia K'ngs on rtrooiiijm : le mme joi u -
jjico, Florid i, pren ''! frl i ig( ''
Le steamer Point Sun 'dcembre 1931, est al PonauPrince !
1932, vis Vanconver.Se itie,()flklandAlameda,San Fra
Los Angeles, Poerio Colnmbia, Kingston el i
mme jour pour Tampico,Plorida, prenanl Irtel
Port 3ii Prince le 27 novembre 1931,
c MATTE1S cVCo
Ag Unraux pour H Iti.
Martinez, Marcelin & C
i
CELLOPHANE IMPERMEABLE
A L'HUMIDITE
|Mtft hl*** J 'm:T** p,'-lll,t Humid#
Jp i m' eMVWtl
uTm. k eiti vre le pouce. Dech.rei 1 .ut
rTwidit .ux microbe. Propre. Pro"*' g*
sSTll! Tt-il rta d. plus moiern* que Umkp
n UJCSX a PH*1 Huwidor prftioiw-* BIP
wt's toasted"
tgm ff ^tft g0rgt Antrt 'uriKton, co**t h hM
% CalUpbsM unpermcable humidit ^r4
ta "*Mrtd" (trillf) to"iomr> '"*
W W*W^M' I
MIE ON PETIT TOUR -
J AC ;-(.iARDEN
C/k- W. KHL
Petionville
lude. L li l 'e pins Irais des ra-
vi oi ,. ,




C< ll< nie route
In port.
. leCKY artlKRi 68 minute! modem iwhjflg
rtJ^ VJSS si '.to* K mirdi j"d" ** ,
Laboratoire SJOURN
DlRECTOM
F. Sjouhn*, l'hurmteien p.,ri.
R. SOjooknk, Ph^micienMe- Unirt' */p;ri ncie
M. Sjocbn, PharmclCT *" ',;,
analyse, de, Urines, du suc .^.q.. ; -' .*" I W"
CE QUI N'A JAMAIS tT FAIT
CE QUI NE PEUT TRE DPASS6
Kola Champagne
F. SJOURN
I rpar dans les c nditions 'rigoureuses
n VSEPSIE
Pn et Vente
PharmacieF. SEJOURNE
/ ngle des rit Roux el du Centre.
GOUTERS SANDWICHS
pensions de jour ds
mairii> mi (,r mo
ou di
"mKmmm-** -**mmm<4 *
I w -
.-<* i,imm .>*
%s. w
Lykcs Brothers SS C Inc
Texas Haiti Santo lionalngo- Rico Porte
Le senl service bel ire et rgulier
fret' entre les porls du Golie du Texas diri
Pori-au-Prince, Haiti,
Pour la rception l aniement ha
mportations, :U toiours r !M i?
(1011
I PROGRS NOUVEAU
RHUM AOUVhAU
Rhum dlicieux got exquis
rix rduit
>..;
UNE.
I es prochaines arrives a Port-au-Pr nce so
Steamer Stela Lykes, I
fchirssui Ras do Magasin ler^tsi, F3oite Postait h
ALCOOL DFIANT TOUTE CONCURflEUCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
BtPQT: MKU DES RUES FEROU ET OU PEUPLE. PHONE: 3313


Vendredi
29 Janvier 19,
Le Malin
MpM AMKB N 7MI
Port-au -Prince]
Tlphone : 2242
ama aaa

///er md//n ///}< messe de lit-
il liem u t chantre en la cha-
n site du Sminaire pour le re-j
n js de l'Une du /.'./'. Benoit, an-1
c en suprieur de l'tublissement.
\ cette occasion,nous avons de~
mand un ancien du S-
minaire quelques li ulti du digne prtre I uici ce
qu'a bien voulu nous rnuoytt
notre collabora ten\ il.Luc Dov-
s'n ville :
HYGIME
ROPlGALt
LE . PEftE
oo -
Un cablogramme a appoi
se naine dernire au Petit Smi-
naire Collge Saint-Martial la
t,-iste nouvelle de la mort sur-
venue, en ion pays natal, du
Rvrend Pra Paul n lit, an-
cien Suprieur, a Pori au-Prin-
i -, des Pres du S lint-Esprit.
Aussi, hier matin, une messe de
rnuinm se (lisait devant v.nc
foula pieuse, pour le repos de
I .'une du u
Le regret que j'prouve,
c^tte heure, est le navoir pu
assister cette mes; <-r le
Dm iel
duSen ttional de l'Eu
ne uent Professionnel, nous
extrayons ces prceptes d
gine ti le :

soiei
luvenir
du 1
er
m
B
moi. Tira
:ioi
il et
r.: demeur, eu
i npri n bit.
On s? rappelle, san cl tute, s*
d narche vive et son ie ,
expressif. Plutt de p itel ulle.
taais combien il un ne par la
iwaur viril et l'esprit prompt
Il aimait Hati laq lelle ii
avait, pour un temps, l'ail le n-
cr.iice je la France : il me sem-
ble le voir encore, ce jour o,
e i le. il exaltait devant nous el
propos d'un d voir sur les
rves d'avenir . l'a n uir de
h p iti e.
,c grand franais i'tail loul
coup rveill en lui : vu par
la it de nos montagnes, il p
sj : certainement au.\ siennes;
e i nous demandant de com-
prendre nos plaines e i posie
(. nos sites, comme celle de
nos cours d'eau, il n'oubliait
pas la plaine Champenoise, la
ii iuce, la Loire, la Seine el la
lo. Evitez le
couvrez-vous la tte de
rs et mme
vre-nuques.
2o. Habillez-vous de vt
m ;. TS, amples el cl
3o. Nourris
rment d'un:' imenl il
lacto-vgtarienue.
I '. M ni:.' z ;: fruits cuits
et j; i surtout mrs.
5o* Abst<
serve -, de c< ix
la crme, enfin de lui:
. :eptibles de s'altrer par
la chaleur.
6o. Buvez votre soif de
l'eau, des infu sion >. Veilh
que l'eau soil itre ou
strilise pur la chaleur ou
encore par des agents chimi-
ques comme l'iode per-
a n g .
7o. Dsaltrez-vou
boissons fraches, i non
. ; surtout ne o
Je la i dai
>. Faites des ex ir
lrs. X .oint trop i i
td Wii 'e. Reposez-vous aprs '
n en abuse
rep u
En Espagne
id, 22 janvier. On
lujourd'hui de bonne
source que le prsident Aleal i
Zamora a sig un dif.tde
dissolution de l'ordre de> ;
s el de squestration de
ens.
cret, qui interdit au
jsuites de vivre en groupes,
paratra p obablementd main
da.i.s la t Gazette officielle .
Le ministre de l'intrieur
Santiago Castres a t auto-
ar le cabinet d'agir en
verl i le la loi de dfense avec
k.u! rite pour combattre
irdres d'ouvriers et de '
dansftoute l'Espagne.
Les ministres ont retuse de j
! 1er les dtails du pro-1
u gouverne nent.di-
que les projes du gou
vernement doiveut rester se-
crets, sinon les ext;iiii->-
tes ir u ver ont moyen d*va-
derles mesures de prvention.
On toi; qu'il s'agit de mesu-
res contre lu grve geneiule
(.syndicaliste laquelle on
'sa ndi.
: nistes ci i
dicalistes s'orgunisenl poui
\ une tentative
iui ira la te
: i rai

DS
CD-
O
3.
m
CD*
LEa6LAID0PHILE
extrait de glandes fraches
Imaux slectionns parmi Us
les plus vigoureuses; son
lie dans l"s cas suivants:
Los troublas norvoi..-.. la dpression
ilque et morale, la deillesse pr-
coce. C'ost le prodait <>o choix dam
tous les cas d'impu'soance sexuelle
tact chez l'homme qns chez la femme.
>.....ii action rapide et durable sur
l'ei lembl < s les (onctions, le
"aLANDOPHILE"owi.itii.i<- le rpa-
rateur le plus nergique dont l'ae-
lioii m traduit pur nu rajeunissement
total de l'organisme
Lo "GLANDOPHILE"
ne contient aucun produit toxique
et peut ire pris par TOUT LE MONDE :
cillants, adultes et vieillards de* '2 sexes.
Demandez donc le "QLANDOPHILE":
H pour l'homme ou F pour la femme.
"'-tlce fatuit et vente
F.SJOURN -w. BUCH.Port-an.Pr/nei
et dans TOUTES les onnea pharmacies
Seuls distributeurs : A. THOMAS & C'
15, Rue Martel. PARIS
i;i!i:!lil!lli::ililliliillillllliii!li!l!llll!tlilll|||||||!||iHH!ll|
I
9o. Prenez des tubs,
douclu et des bains frai .
lOo. Dormez la fentre ou-
verte et pas trop couverts.
Dr. MARCEL UBBE.
laveras
t v
11>. Le matin tu le
;neusem<
2o. i):: blanc I
l'as trs ai it.
3o. A l'ombre te
neras lis lentement.
lo. Mets faisands ne man-
geras ni crudits trop fr-
prome-
( iaronne El c'tait grand plai- ; quemment.
5o. Eau non filtre n
su' moi de sentir battre sons
I.- soutane svre ce cur chaud
d bon lils de France.
Une leon m'tai! ainsi don-
ne a laquelle mon esprit e^
rest fidle. Mais le disciple du
(ilirist ne le cdait pas assur-
dras mme si lu ;js soif ar-
demment
-. El peu lu boi tour
ne pas suer normment.
rvolution
i un comm
eu i.- ;> tu ie.
a rpression
dans l'Inde
Hpital Gnral il.i>u
A
lents
!) 23 I nv er I932
u
nu .
c o-lo
Pa
l.n
nh i
ni i
. c
lv
r,
rr -
s. Dl
ses St.
i'- !hcp
7o. Le
juin- tes fentres
ntanl au citoyen, .le ne me par ferraeratres bermtiquement.
mettrai pas, sans cloute, une
apprciation sur sa manire
d'exercer son minislre, parce
q ie je lus son lve el llve
e .i quasiment un (ils : il ne doit
pas loger sou prt !... Toutefois
il lui est perais d'admirer el
de vnrer : il peut s s uivenir
et se fliciter d avoir cl an au
diteur attentif el recueilli. C'est
ce que je t';ns en cet instant I'
deuil, alors que le glas r
sonne et que montent vers Dieu
les prires te
i au
ni.
de
No. La nuit
contrair
. Tour dormir tu
i un drap seulera ni.
lOo. ...et ces i inde-
msnts liras cinq cents fois
i tacteraent.
Dr. E. DAVENIR
L'Egn ^
Le Pre Paul Ben >il
'aul is.'it ..i tail de
la ligne de ces Suprieurs qui,
au Petit-Sminaira (i illge, en-
seignent, depuis trois qu ir
sicle, plus par l'ext nple que
par la parole.
Comme il pratiqua il la mo
le*lu Christ, il aimu m p
chain plus pie lui nmeetlui
voulait constamment du bien.
ncourageait le; int< Il -
d'lite le tl ii
ne de I
der
En lui notre pays p
el les : '. res du
Saint-Espril un con i r i
> ie contribuai! la c de
l'Ordre tout entier.
Luc DORSINVILLE,
ancien l^ l lira.
LLFILS DE GANDHI ARRTE.
PIQUETS CONDAMNS
k LA PRISON
00
nbay, 21 janvier.Un au-
Ire membre de la famille de
mahatma Gandhi, Ip plus jpnne
i '. '. : ; -, a .'rt
;., d II i L'iira
pour bps pi onalisles.
M. '.I ndhi, pi ia na I mine,
ont i an li i pend mi et s di r-
cm lin . ' ses inti -
i Ma leline Slad i ne An-
glais! q ii a renoi ce A na-
i pour suivre Gandbi, est
encore en bei .
' x*neul son n ii rs, la plu-
ie i r r -
r *i devanl
pe d i mon gou ver-
nemeutales pour l lier d'em
l'en I ranger,
poursuivis e< condam-
prifon en '22
les. Tro iteui s arr
i ni t condamns la
pt ine en veilu (le l'or
isnce contre les rassemble-

w D Ihi, Inde, 21 janvier*
11 conl
rene de I Me Ron le i
res qui x
d e Ile-ci dans
iront New De-
ih le 28 j mvii r
, >
Bl "-ii h ..n h '!,:?.
Pau i- s 12 ans ?ve-
nu M g oire \mbroiae. Bles-
sure po..... du cuir chevelu.
M l'ci> Desbnuqu-ts. 6 ans.
Pa ibourg Salomou. Brlure du
1er .
M x don H, 10 ans Ha-
bil M yere. Bl tssure coi
tu"<'' du ci u e droit.
Paul Louis, 36 ans, Forl St-
Glai i! es* un < ontuse de la r
giO'i kourci re.
B-noii li ifi:... 24 ana, Port
au-Prinee. 1} es<*ure pur arra-
chemeni < Ju ie S Ti- on, Portau-Prince.
'{ ' i; lius droi, l-
gre en s in du pouce g uche.
Feiu Tlmaqne, Porl-au-
Princt. i: essure co i u i da cuir
Cil!
Mme [)i nosil en
ans, Orai ,.; -. Bit ssurt
1 i I ' I .
du
Ch is ian Fou1
l'eu- (?ht w. B
d'i du d nez.
1er,
s s are
Jules, 50
contu^e
54 ir.*,
con'i ae
2i Jan r 193 .
St-J-
^.xr(i*fR.

/ s

iranee
Une des; plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE

10 ans, rue
face
f'a-
ex
Cin-Ialdy
CE SOIR
Le bel acteur Andr Roannne dans
Anny...de Montparnasse
Avec la grande vedelte Arny Ondra.
Entre : 1,00; Balcon : 2,00.
DIMANCHE
A 8 UE'JRES
Le Retour
CU ( LE CRAND SECRET DE MARY)
Entre : 2, 3, 4 gourdes.
SONGEZ
Familles
QUE L'INSTITUT TiPPENHAUER
ESI L'TABLISSEMENT QU'IL!
VOUS FAUT.
1 Avis
THE ROYAL MAILSTEAM
PACKET COMPANY
courant
tant par es, excellentes
nie'h >des d'enseigoerDeot cla
sique, ^o'1 iubranlable dis-
< iptioe.soo irrprochable peu-]
sion scolaire, que par sesI l'Europe
m ho les modernes pour l' j Nord,
tu le de !;i Stno-Dactylo.de la
Comptabilit et des langues
vivantes
Le steamer Arana va-
nani de Londres, Kingstoa
et les poits du Sud ara A
Port-au-Prince le 29 janyier
prenant Irt pour
via les porl ,L*i
1537, ne La marie. Tl.. 2891. \
Acent Gnral,
prl. J.BIGIO
Mrard ROY
PERSONNE NE
VOUDRA
a ' -:l 5, Porail
n m emenl par
ai* h et verre pulvrisa (hospi-
talis )
Berfoe Snchal, 5 ans, rne
M-Honor orps tranger d-
gluti.
Ern ^t i u
vit. Bit f su i couIdm
terne coissi droite.
Dcle Simon, 16 tnsTabarre
Erosio i Ipaille droite, he
aaatome r r. paritale droi<
N"c 1.29 ans, rue La
rmc leu!
V' '" es2dern era orteils!
au pied g cli \
r"r : <<'> \ 12 ms, Por
tail s -Jcaopli. Eroaiona de
valve.
Personne ne voudra ani-
ner ? la belle lle rcia-
tive qui se prpare pour le
31 janvier 1932, Lalue, au
Pensionnat Ste Rose de Lima.
Ds iro s heures, kermesse,
jeux et attractions divers, con-
sommations de choix p ix
rduits, pas de surprise. Le
soir, reprsentation d'une
pice admirable que le bon
ROUI des bonnes mres de Ste
Rose de Lima va oflrir au
public et que les intelligentes
.iterprtatnces font enlev
avec brio.
Allez voir et vous amuser
avec entrain. Vous aurez aid
en mme fttmps les Dames
de St Franois de Sales dans
leur uvre bienfaisante.
Eutie au PeusionoauGdea
O.O
;
Avis
AUX PROPRITAIRES D'AUTOS
Les propritaires de d'Au.
tos sont aviss qu ils trou-
veront chaque mardi l'Ile-
tel ANSONlA.Placedn Champ
de Mars, un passager pour
Gonalvea.
P..rt-tu-Prince, la 26 jan-
vier 11)82.
A vendre
Une chaudire distilla-*
tion de la capacit du huit
poinls, rendement suprieur,
marque trangre evec oce^
saires. tels que chapiteau, col
de cygne, serpentin en tais
vierge et deux recipienispoir
bassin vidanges.
S': dresser au Bureau 4b
joui lui
la
sur la VIE
EUGLe BOSSE fc Co
-
pn


rMOP **. '
y
LES PEhOUISITfOHS FAITES
Ay BEL-AIR ET AU MORNE-
A-TUf
Nous avons reu hier ma-
iti un coup de tlphone la
Commissaire du Gouverne-
ment, \jr K.Cnrri, qui nous
n pri d'nnoncor qu l'in-
lor.iiation que nous avons
reproduite de notre confrre
L'Action Nationale relatant
les perquisitions laites au Bel-
Air et au Morne- Tut la
recherche de ftiches serait
absolument errone. F* qu'au-
cun Juge de Paix, ni la Police
n'aurait eu prendre part
pareilles investigations..
Cependant, les intresss
i venus eux-mmes se
plaindre nous d'avoir et
victimes des frits relats p
L'Action Nationale . O
est la vrit ?...
STEAMSHIP UNE
U. S. S. H.
AVIS
Oans le bu! de mettre jear
a comptabilit de J U. S. S. U,
un dlai de quinae |ours, lai-
Quayaqnil , rant le 12 lvrier prochain, t
Port an-Prince, accor l eux Membres qui n'aat
Jew-Yok, le lun- Prs mcor pris leur car ta a
1932, avec : 59 danlu,
Port-au-Prince, ! 26 janTier
1932
Lf Secrtaire Gnra],
Marc BONCY.
Le steamer
est attendu
venant de N
di 1er fvrier \di2, avec : 51
sacs de correspondance et
'rttra le mme jour direc-
te (in pour Ctistobal, Canal
Z t. prenuQi Ii et et ma
Ile.
P< n au.Prince, le 27 iya-
v er Y 32.
Jas H (. VAN REED.
Agent-gnral
fLePur^fifi^al1
75.1 :t Mk
12%aw ers ** r- t,
u?,r.t.gab/- ., ,,/Sr Parlsj
r -. i.....- N
( N nicc-$itnt aucun pr.prettf,
4 tie ne provrue jim* de dgot.
j Suppr-mi:-' Il V\lr,
* &em c'::.::;:: rSJ ]: naUt.
,/" 'Mach.mbr.,
FnS4 ^F-dcdctipi.
Plui Mtfn r-x.f tous ht 1*m1|L_ !
elle "2 rsf coai ; t UXAn*.T, 1 Pilule

L'Empereur
Dessalines
Nous
former
sommes pris d'm-
spcialement ceux
qui n avaient pas pu Irouver de
places i la dernire reprsen-
tation de Empereur DesFi-
jines,qQ'il y aura unerepiise
de ce beau drame, le samedi
30 janvier courant, 8 hre
du soir, sur la scne de Cin-
varits.
L'entre gnrale est de a
gondes et les ieges : i tde.
N. B. Eu vie d'viter
rencombrement, la nouvelle
organisation a dcid de Ii*
miter le nombre des carie
a la contenance de la sal!er
Avis aux retardataires.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM