<%BANNER%>







PAGE 1

PAGE 2 Pour la cration d'une Banque Agricole -oo— La crise conomique eu \ partie de leurs capitaux qu'il l'ati peut trouver un soula haut enfin dtourner des prts Keme'it rien que dans l'assis tance de l'Agriculture par des crdits proportionns auxbefcoins des paysans et cinseutis pour un temps assez long, nmsades taux modrs, car dans presque tous les pays l'himme des champs succombe sous le faix de 1 usure. Lecrdit.qu'il reoit de lche teur de ses denres et paie non en numraire mais en denrts.u'esi ni pics ni moins que de l'usure. tftst encore de l'usure, rachat de ses denres contre les marchandises dont le prix lui est arbitrairement impos. Et dans les mains de l'usurier, le pauyrt paysan est perdu si lactiou d'une Banque Agricole n intervient pas temps p ic des prts bon march bieuveillamment laits en vue d'un veitable soulagement. Mais jusque*a quand cette intervention sera-1-elle possible ? On veut toujours y trouver un obstacle daus labsence d'un Cadastre. Or le caJastre n'est pafi commenc. Attendre sa tormalion pour agir, n'est-ce pas alisier les bras croisses l'atiaissemeut du Pays ? Doit on s'y rsigner alors qu'il existe eu nom lue sullisatit des paysans possesseurs de titres absolument rguliers et ds lors capables de faciliter la Manque la ralisation, d'assez importantes aita res? Mais comment ton 1er cet' Uauque Agricole ? L'absence du cadastre tait apparatre incertain aux yeux de l'tranger les droits dos possesseurs agricoles. Bile est donc bien laite pour loigner l'tranger d'aue entreprise apparemment hasardeuse et prilleuseil s'ensuit que le Capital Hatien peut seul entrer en coufiauce dans la cration de la Banque. Ce serait eu ellet un devoir patriotique pour h s capitalistes haitie.is fr ;iaiius et petits, de diriger dans cette % aie leurs capitaux c u une Surdit Devant le juge de paix coruiptrat 1 pour vol, une vieille lemme qui, grands cris et nmi'ts gestes, tait comprendre au tribunal et son avocat, Muilrc Bakouche, qu'elle n'entend rien ce qui se passe. — Je suis • omoltement sourde, expliqi e-t-elle. niu par hypothcaires usuraiies qui, eu les immobilisant indfini' nent, affectent presque l'en; re totalit de maisons urbaines pour la ruine des mpruuteurs. Certaine compatriotes parfait-meut imbus de ce dplorable iat de choses ont rsolument projet de crer une Banque Agricole avec le concours d'un expertetranger.il pensent qu'un capital de Or 200,000,000 sulfit amplement pour le commencement.L'Etat Hatien y sera pour la moiti payable non eu numraire mais en terre de son domaine priv. Par ce paiement, l'Etal a dans la Banque son influence assure Et la Banque lie mme une lois en possession des terres concdes eutre-| Les clo lus de Saint Pierr. prendra la cration de termes h* %  *. '• y a quelques |ou^, mo iles qir seront d un rap cette infirmit, le tribunal acquitte et passe une 4 autre aftaire : une lem ne qui, elle aussi, a vol. Tout de saite, celle-ci se lvet dclare : — Monsieur le juge, je sus sourde comme la prcdent' I Alors, le prsident : — Ah non,a ne pre d pas.. VOUS n'tiez pas sourde poui entendre que l'autre l'tait et que le tribunal l'a acquitte... trois mois de prison Et la lauss %  %  sourde de conclu' e; — U n'y a pss de justice 1 SONGEZ Familles QUE L'INSTITUT TIPPENHAUER EST L'ETABLISSEMENT QU'IL VOUS FAUT. T>nt par ses excellentes mUiodes d'enseignement cl sique, sou Inbranlable d> npline.son irrprochable p ••> sion scolaire, que par *es -nthodes mo e ns pour '' •udede la Sto Dach o.d-* %  Comptabilit et des langues rivante* 1537 rue La narre Tel 2891 itpital Gnral Hati .1 •H.-#1 U SONNERIE ELECTRIQUE DEi> CLOCHES DE SAINT-PIERRE obligaport certain et apprciable. Par rmission des lions, la Banque pourra gi aoer le march d'argmt deEtats Unis et s'tendre dans !a prosprit. Un bureau d'tude sera ! pour permettre la Banque de r,rparer la fondation de l'industrie agricole et gagner p t ir ces londatious les usines d'affaires* Elle aura une caisse d'pargne el des succursales dans toutes les villes de la Rpublique. Cette caisse d'pargne Lia coul r les plus petits capitaux dans le grand fleuve des capitaux bancaires, qui pendant long emps. Il s'agissai l'essayer le mouvement lectrique aprs le remplacement deaarteaui des d.eux cloche> pri cipa es Les no veaux maritaux, construit! expressment 1 1 tranger, rpondent mieux ux exigences du nouvtau systme de mouvement. Le uavail long et 'compliqu aour la translor m atio n du mouvement des cloihesest presque termin. Il s'agit seulement maintenu t de rgler le tableau de Uitkreiits mouvements afl de pouvoir reproduire d'unt layon identique les types dt sonnerie lectrique caractristiques de la basil que vaiuanr. Lorsque tous les travaux serom compltement achevs, le SainlIV.re lui-mme inaugurera la nouvelle installation. Une plaAccidents Du 11 Janvier 1.932 fS tu vaux au Campanile. nourrit tant la vie conomi| que commemorative sera place que par l'intermdiaire des I a l'intrieur de la tour des eio l> in n Uel ches, portant les nom. des t'a TT 1 ii 1 ,„ u:„„ n Ami lies ^ui tirent excuter des IraUne telle B mque bien admi-, r Bistre sera certes un couimeu cernent de rgurecencepour la vie conomique nationale et le capital baitieu augment, ouvrira sans danger la porte aux capitaux trangers. C'est sans doute 1 une di s raisons, qui lonl que Mousieur le prsident de la Rpublique est si sympathique au prott de la londer. Faillite Gbara & C L'action en faillite introduite paris Banque Nationale de la Rpublique d'Haiti, reprsente par Me S vniour Pradel, contre la \l i-ni u o.ia & L\ dtenCHOS — Washington a accept les ^regrets japonais, unis 1 p 14 satisfait des s 1 icti 1 s prises contre les sol lats fautifs. — 11 y a eu Pa grande manifestation di s ch '< meurs conduits par le communistes, la suite d %  quo. le cabinet Levai av il dmissionn. — M. Fouchard Martineau, l'honorahle prsidi 1 du Snat, a fait une visile au Parc Leconte d'o il a emport la meilleure Impression. — Le Matin (uY Pai is) racoute une tunanihulesque bistoire de conspiration i> Puerto-Plata ( Rpbblique Lium. )On y voit oprant le & Ciesar-Hanuibal Joffre, Napo lou Bonaparte et ErniieZola. l/illustres noms de France dont s'afublent ces conspira leurs, moins que ce ne aoit ie correspondant du journal qui les leur ait ibte. Dans le premier cas. cela prouve rait que nos tires dominicains ( car ce ne sont pal des Hatiens) ont de l'histoire et mme des lettres... lr.m taises. — Un confiai e est r n vers de notre cho touch t les dmlsrntre Italiens e I rau ais auxquels est mle le ;om de Mr Bellegarde. Rien d\ ton nant. A la rcente couler douanire panamrieaine, notre ministre Washington a 1 se .' la plus belle dfense due par Me Lon Liautaud, a Y la position franaise sur 1 question des rparations et li dsarmement. Pourqm I set ait-il court suri 1 quev lion .de l'or tini excile l'Italie :oatre la France? — Le Ba ijamin de la no \| Chambre %  •< srail pas 'honorable i le Salnave Zi< ptQil le couvai admise en ver u n un jugenenl rendu jeudi dernier pat le : ge Louis Ki.neni. Trois *>ynliis provisoires ont t dsi j MM. Louis Ethart, -; IOU 1 d B a • Joseph Ri 1 IUI e 'i c %  .'cision.les ressa 1 u Lire appo* -vr li s • % %  l s 11 r 'a Manuisc* nor, mail plutt le nouvel lu. uredfi r a bac ei C;a ettea, sise le liainet : Prra Liguerre, I | a G raa d'l\ie. M. Pantalon ;. ce qu'affirme M. Domuerson, tudiant. en droit. — Le Secrtaire d'Etal de l'Instruction Pub 1 pie.de l'Ag culture et du Travail a \ 1 lu Maison Cenln 1 des A. Mtiers, le Service National de l'Enseigaem i.t Professionnel H le Servie National nn lieu ette ail ure, i 1 au e de ce que te pi sen te industriellement lans notre conomie, l'en reirise de MM. Gebsrs & C. Il faut an-1 Boub i*er q "les rona D ''u soi it trop A IDil AMIE ENi JOSEPH Pmc de C irl Brou ird TENRES PROPOS L't — Elle. — Quelle iou ci i pour moi d et e 11 coni • ,;•'.d 1 tous vos ennuis. !<• toute %  v s peii.es Lui. M 1 s, ma chrie, je 'tus, ni Elle, vivement. — O d, uand nous s nuis m : : is nus eu aurez. Une lois s nlement, J'ai crois dans la rue. Vos longs yeux langoureux, Cependant comme dans les mains t persiste l'o leur ; 1< .. ullli ci is es de basilic votre souvenir vit encore en moi. Cari BROUARD. Fuies Maria, 24 ans, rie Gisernes. B-lure ter deg pn d drod. St Cyr Cara,40 ans, rue Ara* ricaine. Blessure de h lace inerne, de la lvre sup' et la paupire suprieure gauche (combat). Marcel Antoine,27 ans. L>l e. S npoisonn ment (hospitalis ). Jean Ariane, Poste vta chm 48 ans. Fractura du 1/3 inlr. du eubitus gauche (hospitalis). Joseoh Mar *,3' an-*. Ptiofl Ville. Fracture probable du 1/3 inl'-. e la ja nbe gauch (ho.pilai)" Credo Stiven, Maison Cen traie. Blessure contust de h |oue gauch'( hospitalise ). Orlando Emmanuel, Quar tei St-Antoine. Blessure de 1< jambe droite. Morissot Lorune, Bas Peu ie Lhose. Blessure tranchant j de la ioue droit. Doraond Thaes. 28 ans, Qua Mer de St-\ntoine. Contuion de la jambe droite (cornj bal). G erine Tercilia, Arcahaie. Plaie tranchan e du vagin (hos pitdise). Sinora Glermne, 8 ans, rue Capois, E'r wAon du genou gauche (autoTTAitred Maxime, 1 Grand'Kue. Blessure contuse parito-lron'ale droite, lvre intr. et^ menton. ^ouissaint Dorcius, Portail S!-Joseph. Simple traumatisme de L jambe par auto. Du fc 12 janvier 1U:^2 Pierre Leny : 29 sus, rue Amricaine. Cot isiou du pe. tit doigt de la nain gauche. ( accident de tr ivaii ). E louacin Edo iard : 36 ans Qiartier St Joseph. Blessure contuse jouegaiche(co.nbat) Louis Fa m ph :1e : 38 ans, Faubourg Sala mon. Blessure tranchante de l'avant-bras gauche et rosiin du genou droit, (combat). Lonard Llio 38 ans, rue du Champ de Mars. Blessure contuse du doigt (accident de travail). Mitii Nosin : 40 a a S, Poste Marchand Blessure piquante ( accident de travail). Lger Fleurautus : Rue de la Rvolution. Blessure contuse du gros orteil droit. Julien X. Bo's Verna.blesSure piquante. Nau Fa m il, 27 nus. Avenue \I gloire Ambrose, rosion de "aile gauche du nez. Loiseau Emile. Foste Marchind, piqre venimeuse. X: Homme.Port-au-Prince blessure contuse de l'arcade sourciliie guche ( chute). Li iole Prie, Rue Carhonne ecchymose de la paupire intrieur gauche (combat.) (nc-laldy DEMAIN SOIR LaMmson du Mys'civ SFITE ET Huflalo-Bill SUITE Ii'e :0 50 ; Balcon : 100. Cn Reconnat Tonjonrt Une 'Bouche Bactrienne" Lundi Mr i-trrt a S NUAHCEi PLUS BUXCKSS DES DENTS PLUS BLANCHES de 3 Nuances en 3 Jours ££J£/Si* dia paru U NS "bouche bact<-riuie" *e reconre' ament et jaIla ne l'oul li %  La rj % %  Wor wt KI%  i.., tive l'aspect do der.ts tacht'es, |ttea, JannAtrea OH d'une b! uv-heur douteuse, danr. des geadves d'apparence malsaine. Cette coniStion est cause p.->r Ici rr.illior.s de microbes dont la bo'.ici.e ^.-t co n s t a mmen t In, ,',et b jquelslesdentlfrlecs ordinaires sont : npdissaiita. Ln Kolynos e:t un g'.rmicidc: elle tue 190 miU'.or.i di uucrobea en IS secondst.La"! nne"eat assainie et v-, di deviennent plu LliJ-.che, cir -. Is jours. Pour les meilleurs rsultats, employer la mthode reconnue: Kolynos tut brosse arche. Il suffi*: d'un centimtre de Kolynos sur une brosse sche. intanmeat transforme en une Mousse effervescente et antiseptique, d'un volume *5 foi3 suprieur, elle pntre '.'am chacune des fentes, cavits et fissure. lilie les nettoie fond et ;;7orjitre les causes du mal. cette mthode et vos dente s:-7jr.t consternaient plus blanches. Y ic ..'. irire I :;-^r.-a voir vuie bouche saine, des dents d'un blanc clatant, rfittat.Eisayezun tube t Kolynos aujourd'hui -mme. LA CREME DEPTIFRICC /o: isftiqwe ^ %#Maf%C IIIGALE 00 SMINAIRE i Session annuelle Les membres Je l'Amicale du Se iiinaire sont pris de prendre part la Session annuelle de l'as


PAGE 1

I • %  — 'MWIMII in m LE ROI DES RHUMS C'est le Neclcu Gaeljens 0£P0T CENTRALH940,RUE DU MAGASIN DE L'ETAT Prix courants : Rhum Nectar en Ne snetv .. ** 5 toiles 4 toiles 3 toiles 2 toiles 1 toile bouteilles 7.50 5,00 4,00 3,00 2,00 LORSQUE .Incendie ae dclere, il est trop tard pour viter la perte ; d M unenta importants dts sous clef dans un tiroir votre bureau ou du:.3 votre demeure. Remplacer CK documents coterait cher et serait peut-tre impossible. Mais il vous cotera trs peu pour les protger. Ne remettez pas demain la location d'un Coffret de Sret de crainte qu'il ne soit trop tard. Pour deux sous par jour, vous achetez la protection. Bvue ih : MX TtKamfnu Ohlipiion, ActiaM Drcuneou Polict d'Anuruxt Pipitn Je Famille En 1/2 bouteilles moiti prix, I 'ii 'ni*, trait,Pari*. I \ LIVF M DC I j D] BRE 1031. ( UJ D tv tau' i I i'Ac < {A i, (ai Silho pari nr ntai e — M. i .. L'idus de l'industrie ranc %  file ^ > Rachitisma \ /y Lyinphai isme C.-j'itancc Bronchite*, / nr.iim Extrait de Foie ce Morue loi, sans corp gra*) i iin Pilulaa A Qranul Remplaa avantageusement l'huile de I | r n.l i M comme hiver D.pt Labj.-atjlraa CROSNIKR S. F. %  %  I \.US rn.-. : Pk W. BUCH i ri" F. SEMUKHE. SAUTE-THERESE ET LA RHJ BLI PA6N0LE. le il uhneider. I On a reproch aux rpubl Pierre r! :aina i lois de d£baptis< rmt La Banque Royale du Canada le Par qallon de 8 40 qdesjLES DIX COMMANDEMENTS „ FASCISTES. gallon. Sirop: —3— is et liqueurs de premier choix. VIN ROUGE & BLANC Alcool pour liqueurs. Extraits pour sirops et liqueurs. La Bible et la crise Tcut n'est pas. en Ang'tlern.sujti d'afllictioo. Au ammeoi o ou parle de la baisse de la livre, dts tarils, du chmage, du dole, etc., ta Socit biblique annonce qu'elle vient de battre un r.ouvesn recoid en dpassant le chiffre d* onze ndllions d'exemplaires d Itusp. La Banque d Angleterre et la irarine loyale traversent une preuve historique. La Socit biblique est inbranlable, Indpendamment du rconfort moral que cette constatation peut inspirer, il est permis d'y trouver la certitude que la Socit ne grossira pas le nombre des unemployed. LIS LAINAGES EXCLUSIFS LES SOiEF.IES HAUTES NOUVEAUTS LES GARNITURES GRANDE COUTURE %  B trouvent chox • CRPATTCCOULOIaCSTSaUSS 43. Rue GrenW. 43 PARIS E,* i. Catalan* aSf'mSSS JSuSaa r.YaMlMt et Matoou d Cou'ur, (M rmcat. L'AMOUR ET LA FLUCTUATION DE LA LIVRE l.'histoi'e se passe en Egypte: Un Egyptien d Alexandrie et ni* sur le oint d pouser une charmante jeune fi le. Le pre consentait au mariage et pio mettait au fianc une dot de 500 livres gyptiennes Tout allait tts bien. Un jour que les deux amour eu* se promenaient sur !e bord de la mer, Le secrtaire di •li fasL'empire sur soi. Empire pour command ses penchants ; non pas p de l'Acadm Aux l'( w .>... de Bn V de Pi — 1. Av ...Le Gilli A l< \ %  de ire, '< Maur D DCiahates, i r • a, Q< s. L.i maladie du sommeil.. Pasleur L s (retiennes, Andrt ••oty. Les aa s. !.. Chties NordD. .1 • ;i I que I) \ titre documentaire. 1. Dieu cl Patrie : toute autre affection et tout autre devoir viennent ensuite. pugnances, pour l'immoler, s'il le faut. I Tout cela n i i squiert que p ir l'habitude du devoir. IENT % %  2. Quiconque n'est pas Le devoir ces et se donner corps et dans laquelle on ; le 1er ;4 :r c la Pairie et servir !' ou ^, P our '' tremper ; il tA: ice sans discuter ne m-1 !),,l 11 V i i u '' il semble gmir, >as de porter la chemi! m: ls s t l l .f orl i, ,, n 1 '' ac cre re i rs fre. Le fascisme rpudie ': sl:ni1 l! '\ )vu[ devenir ui l6o un camelot surgit nvec les journaux du matin qui annonaient la crise montaire an glaise et sa rpercussion sur la livre gyptienne. Le fianc devint fort soucieux et la pro mennde s'acheva tristement. Le lendemain, !e pre de la jeune fi'le recevait la visite d'un trang r : Je suis, lui dit l'homme, l'ami de votre futur gendre. Il ma charg de vous dire qu'en raison de la chute de la livre sterling ses prtentions ont mont de 40 pour cent, il rclame une dot de 7UU livres.. L'histoire ne dit pas ce qufit rpondre le pre au jeune amoureux trop sensible aux p fluctuations de la Bourse ... c ,s t e et Italien. pr me le Duc rite pa se noire, Le tascismerej les fois tides et les demi-caractres. 3. Emploie toute ton intelligence pour comprendre les ordres que tu reoi-; et tout ton enthousiasme pour obir. 4 La discipline n'esl pas seulement une vertu du soldat dans les rangs, elle doit tre la pratique de tous les jours et de toutes les circonstances. 5. Un mauvais fils et un colier ngligeant ne sont pas fascistes. (>. Organise ton emploi du temps de telle manire que le travail soit joie et que le jeu soit œuvre. 7 Apprends souffrir sans te plaindre, te prodiguer sans rien demander, servir sans attendre de rcompense. 8. Les bonnes actions, aussi bien que les actions de guerre, ne doivent pas se faire moiti, porte-les jusqu' leurs consquences extrmes* 9. Dans les circonstances critiques, souviens-toi que le salut est dans l'audace. 10. Remercie Dieu chaque jour de l'avoir l'ail l'asr tiser > u trop d'entrain les i et U plai es des villes pour rendre aux prcurseurs du non• i n hommage d'ailleurs lgitime, il y a cependant des municisnucieuses de concilier es de Ia politique avec i' tradition. C'est ainsi :jn'.! \ I aprs avoir donn oiUe nom de pli.ee i i.i Rpublique a l'ancienne -Thrse les diles sont ails inaugurer avec le mme crmonial une plaque rative sur la maison la sainte, ur ; |ue %  i uit obtenu dans titre de docteur . Je 11 LE BONHEUR DES UNS... '< inand Max II. in dans une al • i ) bail lire. Un jour. l". i i %  it, un incou.iu r lui et lui dit leureus s bien l'aci'jur M ix 11 a ? Je suis ravi de r : vois tes la ne intressante • "• Alors, i msen, av:c un soni J • • i r %  '' • ' •'• : ,A devoir ce I la rournai, %  / ,/„ /;,,/,.,• v*ra it?Voaa aves plu* je ardente dans laquelle on p |aK 6 f mo i... fait pntrer le i r que la routine dvorait et qui rsistait toute formation ; il sort clatant, pur, souple sous la main qui veut le travailler. Cesl dur, mais c'esl grand, niais c'esl beau, mais r sainl. >! r SYLVAIN RESISTAICE P 1 New-York-Paris ach p les g i ernalio> u I \ %  lrence li dranl pour le : .nient correspondance. 0 cinq %  i Le Franais. ue ditesvous de cebtiment ? Il Un peu l, hein ? L'ami d'Amrique. — Pas mal! Mais New-York,nous en avons plus de mille pareils !... Le Franais. Oh bien possible ; vous savez, n c'esl un asile d'alins! b! , wu% „ — .1 %  • pai r,.. | .,, 0 wich t. Eh H w ntaires... Q estomac 1... l7.SaS.Hi ls des Clubs >.S.iI.sonl convoro Lrconte.le mardi 19 courant, 5 heures le l'aprs-midi. Ordre du jour : 1 Sancl D du damier proerbal il lecture de la i;, t de laiComin i> l [o h ede vrifier les Loucheur %  %  '" cr (,u Lo al • s, %  mg eslioi s pr rai pi i cdent B .es Atout. 9 — I atatiOU de nuu t .( s i M. ii i sco vec hu v ." rglements deTtf.S.S.H i]* estion d'iutrt g-. maison Louer On oilre louer Ption ville, partir du l Janviers maison bien Hue ayant t >ut le coniorl n oderne. S'a dresser, pour renseignement, i bureaux du VATIN. D E N T 0 L M ——— in % %  aaaaaa—ai-n r •** ' •% % %  Le Sccuctaire-gnral : lare BONCY .i. c-vooa contre accident 1 al Accident Fire A %  -. Corporatioti LiVve F. barattais.hsin 11 nonr llaYi. ; Insurance Co Une des plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE EUG. Le BOSSF. & Co Aaents Gnraux Toi t les PoliceB DE LA %  %  f. it k I Icomprcnnenl la Protection contre la Foudre sans auamentation de taux iSf C& jfe**ft Aqenls Gnraux



PAGE 1

Lundi 18 Janvier Le Malin 25 me ANNEE N* 7578 Port-au-Prince Tlphone : 2242 4 PAGES Grand Caf de France I Loterie Nationale d'Hati La Manufacture Hatienne de Chapeaux < L Indigne* SOUS U DIRECtiON AVISE El INTELLIGENTE DE MONSIEUR FRANOIS GIRALDI QUI EST DE/ENO L'ASSOCIE DE M PATRIZ1 LE PROPRIETAIRE DE CET ETABLISSEMENT QUI N'A PAS D'EGAL, LE GRANDGAFE DE FRANCE. OFFRE A SES AIMABLES ET DIS. HNGUS CLIENTS LES CONSOLATIONS LES PLUS FINES, LES VINS DE TOUTES PROVENANCES, LES PLUS CHOISIS, CIGARES ET CIGARETTES, SANOWICHES, VARIES DES A PRIX DEFIANT TOUTE CONCURRENCE. L'ACCUEIL LE PLUS SYMPATHIQUE CONTINUERA A ETRE LE MEILLEUR TRAIT DU GRAND CAFE DE FRANCE. Patizi &G TELEPHONE : 2341. 416, Rue Bonne.Foi Phone :3358 La Loterie Nationaled'l laHi est une iris. itulion hautement humanitai•-• .."Mil. *—am m ' %  •••• % %  Lykes Brothers SS C Jnc Texas -Haili — Saut.) uomingoRico Porto Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et ut entre les ports du Gobe du Texas directement ave, rort-au-Frince, Haiti. four la rception rapide et le maniement habile de vos importations, servez vous toujours des navires de .'a LYKfc UNE. Les prochaines arrives a Port-an Prince sontSteamer • AUn-ria Lykes* ; nvier 1932 Steamer Il il. Lyke M janvier 1982 liuican: Rue du Magasin del'Utai, Boite Postale B '%MM LAIT NATUREL ESBKNSEN UNE tOES MEILLEURES MAISONS DANOISES 001 S'EST ACQUISE ONE '', RPUTATION UNIVERSELLESURLES ^AoiRfe^li HARGHS EXTRIEURSA le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que la fente de ses CHAPEAUX se lait, cepuis le 4 janvier, aa N 2027, GRANO'RUE eu foce de son ancien local. Les Clients y trouveront 'e mme accaeil. BON ARCHE. CLRIT, GOORTOISIE. Mertinez, Marcelin & G 0 --*•-.%  %  :^f\ ,. ... • .• ..•r^.. AVIS AU COMMERCE L Pauams lluil ?.d Stean bl Line a l'n\ : g< d'an* iioneer les dparts 1 :' i tsd v York poui port au prince liaiti,directement, lu ant le i >is de Janvier 1932: Dparts de Afin lor/c. Arrivages !"<> I an-Prince l,% Buenaventurui 42jauviei 1932 le 18 janv. 1932 v teamer a Ancou U I9|anvi r %  r 1932 S/S tGoayaquil le 20 j*nv 1932 u 31 janvier 19*2 SiSaCristobaU b : %  revrii 1932 ri r l >S aBuena^entun le 9 l I932 U I lvnei 1932 S/ "Ancon" le l" Fvrier IU32 l < I9322 Mearaer "Gnoyaqmi" le 23 I b 29 lvrier 1938 Funsms Rsilroad Steampship Li ie Jasil.C.VAN IU.KI) Agent Gnral Le laites l'aliment idal pour les enfanU, les vietilafdi et les convalescents,mais il taol qu'il soit garanti pur. Le nom ESBENSEN sur les l-oites est un certificat d assurai: ce jour le consommateur Exigez-le de votre Ioornt88 u r Lait condens ESBENSEN Lait vaporis ESBi • S! % %  < Lail en poudre E,-,i•'• S Y Axo't (es produits chez soi qi hem avoir nne vache dans :< n gardi mirger,qui vous doi ne du lail liais tasian* tar me '. % %  *" %  Gulf Pacific Mail Line Lld San Francisco, U S.A. M'OUBLIEZ PAS DE FAI UN PETIT TOUR A TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville 1 000 pieds d'ailUude. L'tablissement le plus trais des •*% irons de Port r-Prince. Seulement 15 minutes d'auto suc eue excclleite raute asphalte. Vues rarvtilleuses de la ville et du port. Boissons de tontes espces. I! 1 Le steamer Point Feiminsayaol laiss PorUaudeFlonda 17 du courant es! attendue Portau Prince le 23 dcembre iouver.SeotMe, Oakland Alameda.Los Angeles, Puerto .., KI, etcoatinuera le mme Jont peur Tarn pico l'Iodd nrei uni fret et pissa^rs. L e f Point Sur dcvanl laisser Port la n die 20 lcembre 1931 est attendu Poi s Prince le 26 janvier ; v. conver,Seatt!ft,Oaklard \lamed ,San Francisco, i' ( ,V \ teb I eito Colombie, Kingstun >.t repartira le mme jour pour Tampico.Flori I . preooi I I l et passagers. Purlau Prince, le 27 novembre 1931, A.deMATTElS kCo Agents orscs pour Hati. r."'. „,JJI. jijaijwwn— jwrii" iXiniiiMiiWWn mil H '"•-'" LE K AIT EST INGONTESl BLE l 11! 9 • %  e STEAMSH1P LI C'est la quinte! rtee des meilleures 'varits de cannes d'un vaste territoire runissant I meilleurs tei C'est ce qui fait son ai t Le steame' fBoenaveotorsi est ni '• k le lundi \ -*>-_ ., lrtl „ i8 (anvie, i m v c : 26s ; ,cs DEPOT: ANCLE DES RUES FROU FT DU PEUPLE PHuNMW ie correspo dunec et partira %  •*•*• MIUIIL. uui* •rm, V *v .GOUT1 C I 4 • *•< j MU r ISANGFuR 8UPF.R ..PUATiF I Lt piut tfi; le plut comptt [Le plus pratique aux Colonies jC'iml);it : Maladies ;!:i Snnj, da s t.i l'oaxi.du Foie. Constioailon, .' 'ALUDISME. LABORATORr 1 ; SAFFAR Rae de la C:.*pUe. PARIS % A ... •j-fV/.ci.Phv.MjctaW.luw. CE QUI U JAMAIS t]t FAIT CE QUI NE FEU ETRE DPASSG Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions irifloareusea DASPS& Prparation et Vente PHAHMACIEF. SEJOURNE Angle des rte* konx et & Ceatrtl



PAGE 1

Clment Magloire ^DIRECTEUR 1358. RUE AMERICAINE 1358 TELEPHONE M 2242 te suffrage universel c est l'gal 1 t des uioiu accord a l'inogalit des oapaoli.es. Csnte de Ml.kNT 25 me ANNEE H' 17578 : %  ()!.T-\U l % BlNCS( UAiTl) LUNDI 18 JANVIER 1932 Qu'est-ce qu'il y a dans les toiles pour 1932 ? Prvisions astrologiques Par le Professeur GEORGES MUCHERY Secrtaire Gnral du Club des Psvchistes Auteur de l'ouvrage o Ce que sera 1932 . Il prdit : Le redressement de l'Allemagne — la mort de l'Ex-Kaiser — I chec des extrmistes— diminution des dettes allemandes— rvolte aux Indes — catastrophes ariennes, sismes, incendies partout — Jupiter favorise l'Autriche— Vnus la Belgique — Anarchie en Chine— poque dangereuse en Espagne— Hoover rlu aux Etals-Unis —prosprit en Italie — imprialisme conomique en Russie—la nouvelle chambre en France. France Mercure, matre de la Xle par sa position en Ve Maison, marque une reprise dans les affaires boursires. La sant publique ne parait pas trs brillants : crimes passionnels en surnombre, accidents d'aviation,drame des lments; la position durant est trs mauvaise pendant toute la priode printanire. Les lections scmblnt, au inartine point de vue astrologique, quer une date dans la des de notre pays d'aprs guerre ; beaucoup d'hommes nouveaux entreront au parlement et doivent tre trs favorables ;,ia Nation. Beaucoup moins de politique, certains partis disparaissent politiquement parlant,pour former un front conomique et faire triompher des mthodes nouvelles. Jupiter, dans le Lion, marque la sagesse, l'ambition de faire mieux, l'organisation, le travail et la bont. Puisse la nouvelle chambre s'inspirer de la signification de cette plante dans ce signe. Allemagne Les gouvernants ont de graves difficults maintenir la paix intrieure ; les ouvriers se livrent des actes de violence qu'il faut mater par les armes ; les risques de rvolution grandissent. Demande de revision de ce qui existe, concessions diplomatiques accordes sur des bases plus stables que ce qui existait. Mort possible de 1 exempereur d'Allemagne ou de l'un des chefs du parti national. Las difficults intrieures dans le domaine politique causent des troubles, l'inquitude est gnrale ; beaucoup de chmage ; rvoltes nouvelles vers JuinJuillet, la suite de dcisions brutales du gouvernement. Ce dernier semble dominer, toutefois, la situation qui, quoique grave, reste aux mains des partis de l'ordre.Nouvelles transactions avec les voisins ; malaise gnral en Europe. Discussion, puis accord, au sujet des colonies. La situation gnrale de l'Allemagne est trs grave en 1932; les gouvernants se dplaceront beaucoup pour tcher de mettre de 1 ordre dans leur pays ; ils ne pourront y parvenir sans de nombreux appuis du dehors. La France semble devo'r jouer un grand rle dans la situation de son ex-ennemie ; une possibilit d'accord se manifeste vers Novembre 1932, un trait conomique est susceptible d'tre sign ; il apporte une dtente, non au sujet des possibilits de guerre, qui ne paraisse,:', p manifester en 1932, mais au sujet des difficults intrieures pour tous les pavs. Les peuples, ou plutt les dirigeants, ne craignent nas la guerre ; ce qu'ils semblent craindre, astrologiquement parlant.ee sont les rvolutions et la menace de rvolte du peuple plane sur le monde entier. La fin de l'anne 1932 marque pour l'Allemagne un retour vers l'quilibre.une diminution de ses dettes, des mesures permetlanl de rtablir la situation par le travail et une plus juste comprhension de ce qui est. Angleterre Plusieurs essais sont tents et causent du tourment aux dirigeants, pour amener la diminution du chmage ; l'hiver est trs difficile, et, dans beaucoup d'endroits, c'est la misre, sinon la famine.Froid, pluie et neige ; vers Fvrier-Mars, une proposition heureuse du parlement est adopte ; un plan de travail vite certaines rvoltes sur le point d'clater dans le pays de Galles et l'Irlande. C'est partir de Mars que le redressement heureux et que les mesures prises, commencent se faire sentir. Vers cette poque, une dcision brusque entraine des dissentiments diplomatiques avec les pays voisins qui riposteront par des mesures qui ne contentent personne au point de vue conomique et dangereuses pour le parti travailliste et pour le proltariat en gnral. 19.32 marque un point criti3 ue pour l'Angleterre au sujet e ses colonies ; l'Inde, pour ne pas changer, est en rvolte. Le nombre des morts et des blesss semble beaucoup plus considrable que les autres annes, et l'Angleterre Bemble devoir tre dans l'obligation d'accorder un trait, de faire un pacte dont son orgueil national souffrira. Des difficults semblent galement surgir dans ses colonies africaines ; des trouper de la mtropole devront aller appuyer les troupes indignes. Nombreuses rvoltes en tous points. Uranus marque toute une srie d'accidents et de sinistres ; ce pronostic ne concerne pas particulirement l'Angleterre, mais le monde entier. Les risques de catastrophes ariennes, d'incendie, de sisme, sont nettement indiqus. Durant cette anne, quoique possdant un gouvernement conservateur, l'Angleterre va s'efforcer de traiter avec les Soviets et d'tablir des contrats conomiques lui pcjmeltant de lutter contre la concurrence de ses voisins continentaux. Autriche. —Economiquement, cette nation est assez heureusement influence ; des transformations sont possiblesi ; il y a une aide venant de l'Etranger, qui doit favoriser l'quilibre. Le travail, les affaires, sont en croissance, et si son destin semble avoir beaucoup de similitude avec son Allie, l'Allemagne, sa situation gnrale apparat moins trouble, et d'ici Novembre, un mieux sensible se fait sentir, malgr de nombreuses menes communistes devant causer des ebauffoures et des victimes. Jupiter favorise cette nation. Belgique.— Cette anne a que, pour nos amis Belges une volution en bien, un retour vers l'quilibre, et si nous ne devons plus connatre la plthore matrielle des annes d'aprs guerre, nous sortirons, toutclois du marasme actuel. Comme en 1914, cette ALIX 30 annes ROY de succs. anne terrible conseille de SU|siens africaines ; des (roubles bir son destin, fonction de l'j peuvent se reproduire dans le quilibre que les hommes ne sont pas encore capables de maintenir. 19321 f 9 f 3 f 2 15 1914a i;-9f 1 f 4 = 15 (Test le chiffre de la fatalit (bonne ou ina!ivaise),qui non; dit, comme le prtre : Souviens toi que tu n'es que poussire ; des forces suprieures nous environnent, nous ne pouvons nous en dtendre, il faut les bir aussi inclmentes soieatelles. Ce chiffre correspond, pour moi, au signe de la Balance ; il apporte une modification dans ce qui existe ; il tend remettre les choses en place, comme elles doivent tre peur se maintenir en qu.ubre C'est une re nouvelle qui commence. Italie.— La nation Italienne est sous d'heureuses influences, plus quilibres, nm violentes, plus stables que les annes prcdentes ; l'orgueil est toujours trs grand, mais il semble y avoir plus de prudence, plus de diplomatie. Touf ceci semble surtout se repj ter aux relations ex ter le u car l'intrieur la paix est loin d'tre faite. Les finances Italiennes sont en bonne posture du fait de cette Irine de la e Maison et du Milieu du Ciel ; les exportations '^.iinnoiK e ut CC!"ie en augmentation sur 19 31. La balance commerciale i i favorale au peuple italien. Vers l'automne 1932, un conflit peut s'engager contre la France et l'Italie, conflit purement diplomatique, au sujet des poss< Nord de l'Afrique et entraner des polmiques ass t cerbes. Espagno. I laisse pas |)i\'"ilr I m up de quitude pour 1932 ; les tacles sonl no nbreux ; une irapuissance gnrale rgne gnation dans les a t'a r< s, i parti de l'ordre dei ra' us r d Force et de violence pour empcher les partis minoritaires (coinmumstes autant que royalisl de se livrer des excs breux m iurtres et situation Ir co m pi exe particuliremenl pendant le Printemps. Elats.Unis. — Le thme dress sur l'entre du Soleil dans le Capricorne l'heure d< Washington, place l'Ascendan dans le Taureau, ce qui montre de fgosme, une i ^ndam ramener tout vers soi. comme u .u i l'avons d i dans le gnralits. Les lections doivent faire beaucoup de bruit : il y a risque de bagarres srieuses dans beaucoup d d'aprs son thme, le Pr Ho ver doit tre r i reprsente, OU, i Nil i 1 un homme natif vie i qui est d ign sur le 11; : .1 :s U.S.A. Chine. L'anne s'ouvre en Chine par une quadrature exacte de la Lune cl de Neptune : la Lune se trouvant dans le Maison Ville. Cela ne favorise gure le destin de cette Nation; e'esl une confusion gn al< dans l'ensemble et la ruine de toute bonne intention. ( Reproduction Interdite ) CONFRENCE o \oici la Confrence que pro1 tous, plus on moins, cet noua, le 13 Dcembre derbe'le France aux nier i LA JEUNESSE CATHOLIQUE HATIENNE . notre jeune ami Sir Philippe CAMA V E : Rvrend Pre, Messieurs, C'est assurment un ho neur pour moi de prendre la parole aujourd'hui. Mais ce l moins encore un h rane qu'une charge, quao I je songe la qu dite du pub le qui m'enten I, nu mrite de c: x q -i, par leur la! ml et leur science, out '. mes de va a ciers ici. Certes, une glorieuse coutume veut, qu'un %  ou deu fois par mois un membre de |a JEUNESSE CATHOLIQUE HATIENNE i'sse une Conti rene. Aujourd'hui, c'est l'use z nouveau venu que je suis qui a reu — et il en demeure vraiment confus la flatte invitation de vous eu laire une. Il vous eu sait gr et rclame toute votre indulgence pour le sujet, la tois dfi et vaste, qu'il a, avec arde sollicit de traiter deva : vous et qu'il traitera, soye:en persuad, avec ta conpotence d'un tmoin, puisqu i\ eu. quatre fc'S durant, le privilge de sjourner dans ce be^n Pays de Fr ince. C'est du VRAI M IAOSB de 'a France, Messieurs, que j' i dessein de NOUS eolreteii r Je sais bien que, soil y avoir sjourn, soit par renomme universelle don elle jouit, vous connaisses Propos humides —o— te beau .navire touriste Italien lugn llaau a lait PS >al r. >! c |>ort l'antre aemafne, DM corn trioles du Dau ont visit notre Capitale et sea i entoura inonds de I Minire rerae an bienfaisant sol il. Nous a.on-. \u des hommes hrui.j l'œil vii. au parier saccad, la dmarche alerta. Oes femmes a la peau fine. i '<• intes, ayanl • la lijme el le rythme, i Biles acbetaieul des fruits el ces fins objets da vannerie russit l'industrie lorde. Dans les cafs, ce ; i esc ind tsd'iue vieille Civilisation don) l'esprit conduit e le monde, s'ittabl i n i avec :. el leurs regirda taient ipl lent de eu iosit qu'ils pro' %  •II ii •< snr choses •' gvna... Comirqueiu ni sur la chaI in be qui les ramenait l.un rsident italien d'ici demandait l'un d'eux ce qui l'v avait le •• leur RHUMSARTHE GACHE r D'OR don 1 no dpassa pas ie noire Asti, varis, -u climat ui t ni trop Iroid, avec tants aux mœurs doue sou charme ingalable, sa atmosphre incomparable, avec, enfin et surtout, cette synthse d'art, do b \ I raffinement, d'l se, d hure culture et t mtaisie qui en i nu i vritablement uni j ie Vous permettrez au sincre ami de 1 1 Fra que je suis depuis I mgtem >! dj—et c'est l, j'en suis r uu thme nouve lu ir — de vous montrer s m visage, de vous dire* ce qu'il a vu pendant son sjour, el ton %  loar, ( mais j'entends bien me boru r car je ne sau rai* tout dire !)de VOUA" deliuir le caractre franais r de voua prouver la puissance des alunites tranco-heltiennes, ef, eu un mol, de vous donner aue haute, mais juste ide de Paris. Ce qu'est lu /•'nuire ? La France, Messieurs, est un harmonieux ensemble de | vinces, de cli nats, de productions, de caracU vers et pourtant .si tondus i. C'est le l'ays on 11 'urit la politesse, o ta religion ca tboliq te brill de to ; clat, o la nature, serve, a prodigu %  i La Fra i loyer des J-'S t I P• el parii i E trouvi lemeot les rois , pour y consoler leur iolortuae, mus eucore la mal.on vrai visage. M. HENRI GARDRE Remercie ties cordialement nombreux et li llea el leur nui, le 10 janvier, lui on' aceo ia lrg Il les prie de croire s si r.' connaissance el son invariib!e i litu le cent qui, volontiers, entrevoient eu elle une repliidis tern stre. Us %  '. ance est, pour ; i en an mot, l'ency i allie, le rai 1 >'ii | h aul du paysage i. (le que j'ai vu pendant mon %  i crois point exa iit que, penda .i n ) i ij ir en France, j'ui be. ico p vu, et de bonnes et he|ies choses. Ce qui m'a le plus f' i sans d m te ces monuments, ''s muses, ces grands Magasins, ces B >is de Boa* logne el de Vincenoes, ces beaux chl aux de la Loire, i*. leur s' > 1 e si pur, leui parc i vert; mais c'est a van I tout et par dessus tout < innombrables Eglises don' chaque ville, chaque quarlier chaq te hameaa mme en orne et qui conslili i \\ x %  de la loi i I l i de la lion Irai La catholi %  • ;s • lens %  ,8 cre. I.': je suis heureux, de pouvoir soulig t : %  e / a a i vous S8 vitalit, %  i loi iei t. Vous dirai je < • If o souvent j'allais et ou j'ai eu une i v lalion di la pii l qui se manifeste simpl • ans c al, outre LOURDES o se donnent Vz vonj les plerins el les malades venus de tous les coins de la II i r pour obtenir leurs gurisons et o, en l'.)28, j'eus le b inheur d'aller, par le plerinage national, en v p ig n i e de l'h uorable ise r lrm (et pour U* compte rendu de notre voyage je me permets de vous recommander la lecture de la dlicieuse brochure que Monsieur Jrmie a fait rcemment imprimer et qui a pour titre : Action Catholique, Vive le Christ Iloi ) eh bien! Messieurs, vous dirai* n'outre tintes ces nianidions de pit auxquelles j'ai pria part ot qui honorent m l' '-, li France a, — et ii plus que jamais — i :' ceint d une couCes œuvres iOD| el'es en s ml soeetp: i laire rayonner -.m iehoi s dans toute I.i sple i— ir d i beaul et qui.poui employer le titre le ma Confrence ircnt l'tranger ... voit qu' Slde-Stcp lun, le servies es' parlait, les c<>-. sommalions de choix, la co-apgnie jolie, et b inasique f 'rainante. L'Iieae passe si dlicieuse et si pleine, qu'on ?trat drait au dpart laVetemrsncore I ... a vu une table de I K d . rado, hier soir, quatre 8in '.-> seconde jeunesse quivoq iai t avec c; t ndrissement et reapesi quelques belle:; figures Ou b n vieux temps. Sur lcrandi oa venir, tour tour dfil est : Chamy Chenet, son nez 1 • Cv. rano, sou punpluie lger i %  •, sa blague alerte et spiriluell • •, 's pre Jteaumo nt et ion (*'! 'le trtvers, son souci mi le* leux de la p>-op t de ses erres, son sourire rare et son an tori' tranchante, Emile i!lnit~ chard, n'us jeu.ie que If oluf jeune de ses fils, le vieux /••//le ei son monocle,et qui sjardig jnsqu'ai seuil du la mort| on titre de professeur de maioliea. O sont les hritiers, de m grands charmeurs dt) un Ou '.' • ... voit Kt'OQ Irai •de to4t ;^ l'Hl-d de Franc i, \M\ •!tu Mhum Harb.incoui', wi • 'sut l'an dos ooio auent tw mieux indiqus d*.s excrl'eci i m uns que l'on trouve ebaqis j nr an restaurant du e'-b iablissement. • • ... voit qa'on penl frorv^r A Port-ru-Prince vagi marium excellentes de cigarettes, cinq ou six rhums de premire earts, quatre ou cinq restaurants oii l'on est sr de trouver Qnssjss |onr un menu succulent, rnaii qu'il n'y a qu'F'ienne Camille, 'ls qu'il s'agit d enrichir d'uus belle reliure; un livre ador. • ... voit qu'il est excellemnt de toutes m koiree. Dans le sonee* d'apritif. Additionn d'eau, comme boisson de table. S*e, comme apritil la fin de lotit bon repas. Il s'agit, vous le devinez de I Contre d'or d'Alix /.'•//. ... a va nu Bureau lectoral i tid Flion Ville par PnU loi :1J Jeanty qu'il y avail dj '.i votants quand l'lecteur lie or Lacrte rclama de retourner l'unie vide, selon le vu at la loi, avant de continuer Ut oprations. Un snateur, directeur des oprations lectoral.. pfvirC'iiiviji.protesta.maiscorBui la rclamation tait lgale et que d'antres lecteurs l*appa< y dent, on dut cder ; l'urne montra 7.) bulletins au nom de Cauvin. 9 m ... a ru que pour palier leur dfaite beaucoup de candidats de l'opposition vaincus dimanche dernier ont fait dans une certaine presse la dclaratif* qu'ils avaient retir leur canati* dalure. Quelqu'un fil la rflexioa que ce sont l des retraita fie candidulure post-mortem. Il existe l-bjs, Messieurs, et vous n'tes pas sans l'ignorer — i Une JKUNESSK CATHOLIQUE dont j'admire la continuit dans la belle marche progressive. Avant la gurir, m'a t-on dit, elle comptait prs de 100.000 adhrents, lu nos jouis ce chiftre n'a c \s de crotre. Ces jtunes gens, enrls $0ui la i elle devise:

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06912
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, January 18, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06912

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
^DIRECTEUR '
1358. RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE M 2242
te suffrage universel
c est l'gal 1 t des
uioiu accord a l'ino-
galit des oapaoli.es.
Csnte de Ml.kNT
25 me ANNEE H' 17578
:()!.T-\U l%BlNCS( UAiTl)
LUNDI 18 JANVIER 1932
Qu'est-ce qu'il y a dans les
toiles pour 1932 ?
Prvisions astrologiques
Par le Professeur Georges MUCHERY
Secrtaire Gnral du Club des Psvchistes
Auteur de l'ouvrage o Ce que sera 1932 .
Il prdit :
Le redressement de l'Allema-
gne la mort de l'Ex-Kaiser
I chec des extrmistes dimi-
nution des dettes allemandes
rvolte aux Indes catastro-
phes ariennes, sismes, incen-
dies partout Jupiter favorise
l'Autriche Vnus la Belgique
Anarchie en Chine poque
dangereuse en Espagne Hoo-
ver rlu aux Etals-Unis pros-
prit en Italie imprialisme
conomique en Russiela nou-
velle chambre en France.
France
Mercure, matre de la Xle
par sa position en Ve Maison,
marque une reprise dans les
affaires boursires.
La sant publique ne parait pas
trs brillants : crimes passion-
nels en surnombre, accidents
d'aviation,drame des lments;
la position durant est trs
mauvaise pendant toute la p-
riode printanire.
Les lections scmbl- nt, au
inar-
tine
point de vue astrologique,
quer une date dans la des
de notre pays d'aprs guerre ;
beaucoup d'hommes nouveaux
entreront au parlement et doi-
vent tre trs favorables ;,ia Na-
tion. Beaucoup moins de politi-
que, certains partis disparais-
sent politiquement parlant,pour
former un front conomique et
faire triompher des mthodes
nouvelles.
Jupiter, dans le Lion, marque
la sagesse, l'ambition de faire
mieux, l'organisation, le travail
et la bont. Puisse la nouvelle
chambre s'inspirer de la signi-
fication de cette plante dans ce
signe.
Allemagne
Les gouvernants ont de gra-
ves difficults maintenir la
paix intrieure ; les ouvriers se
livrent des actes de violence
qu'il faut mater par les armes ;
les risques de rvolution gran-
dissent. Demande de revision
de ce qui existe, concessions
diplomatiques accordes sur des
bases plus stables que ce qui
existait. Mort possible de 1 ex-
empereur d'Allemagne ou de
l'un des chefs du parti national.
Las difficults intrieures dans le
domaine politique causent des
troubles, l'inquitude est gn-
rale ; beaucoup de chmage ;
rvoltes nouvelles vers Juin-
Juillet, la suite de dcisions
brutales du gouvernement. Ce
dernier semble dominer, toute-
fois, la situation qui, quoique
grave, reste aux mains des par-
tis de l'ordre.Nouvelles transac-
tions avec les voisins ; malaise
gnral en Europe.
Discussion, puis accord, au
sujet des colonies.
La situation gnrale de l'Al-
lemagne est trs grave en 1932;
les gouvernants se dplaceront
beaucoup pour tcher de met-
tre de 1 ordre dans leur pays ;
ils ne pourront y parvenir sans
de nombreux appuis du dehors.
La France semble devo'r jouer
un grand rle dans la situation
de son ex-ennemie ; une possi-
bilit d'accord se manifeste vers
Novembre 1932, un trait co-
nomique est susceptible d'tre
sign ; il apporte une dtente,
non au sujet des possibilits de
guerre, qui ne paraisse,:', p
manifester en 1932, mais au su-
jet des difficults intrieures
pour tous les pavs. Les peuples,
ou plutt les dirigeants, ne crai-
gnent nas la guerre ; ce qu'ils
semblent craindre, astrologi-
quement parlant.ee sont les r-
volutions et la menace de r-
volte du peuple plane sur le
monde entier.
La fin de l'anne 1932 marque
pour l'Allemagne un retour vers
l'quilibre.une diminution de ses
dettes, des mesures permetlanl
de rtablir la situation par le
travail et une plus juste com-
prhension de ce qui est.
Angleterre
Plusieurs essais sont tents et
causent du tourment aux diri-
geants, pour amener la diminu-
tion du chmage ; l'hiver est
trs difficile, et, dans beaucoup
d'endroits, c'est la misre, sinon
la famine.Froid, pluie et neige ;
vers Fvrier-Mars, une propo-
sition heureuse du parlement
est adopte ; un plan de travail
vite certaines rvoltes sur le
point d'clater dans le pays de
Galles et l'Irlande.
C'est partir de Mars que le
redressement heureux et que
les mesures prises, commencent
se faire sentir. Vers cette po-
que, une dcision brusque en-
traine des dissentiments diplo-
matiques avec les pays voisins
qui riposteront par des mesures
qui ne contentent personne au
point de vue conomique et
dangereuses pour le parti tra-
vailliste et pour le proltariat
en gnral.
19.32 marque un point criti-
3ue pour l'Angleterre au sujet
e ses colonies ; l'Inde, pour
ne pas changer, est en rvolte.
Le nombre des morts et des
blesss semble beaucoup plus
considrable que les autres an-
nes, et l'Angleterre Bemble de-
voir tre dans l'obligation d'ac-
corder un trait, de faire un
pacte dont son orgueil national
souffrira. Des difficults sem-
blent galement surgir dans ses
colonies africaines ; des trouper
de la mtropole devront aller
appuyer les troupes indignes.
Nombreuses rvoltes en tous
points.
Uranus marque toute une s-
rie d'accidents et de sinistres ;
ce pronostic ne concerne pas
particulirement l'Angleterre,
mais le monde entier. Les ris-
ques de catastrophes ariennes,
d'incendie, de sisme, sont net-
tement indiqus.
Durant cette anne, quoique
possdant un gouvernement
conservateur, l'Angleterre va
s'efforcer de traiter avec les So-
viets et d'tablir des contrats
conomiques lui pcjmeltant de
lutter contre la concurrence de
ses voisins continentaux.
Autriche.Economique-
ment, cette nation est assez
heureusement influence ; des
transformations sont possiblesi ;
il y a une aide venant de l'E-
tranger, qui doit favoriser l'-
quilibre. Le travail, les affaires,
sont en croissance, et si son
destin semble avoir beaucoup
de similitude avec son Allie,
l'Allemagne, sa situation gn-
rale apparat moins trouble, et
d'ici Novembre, un mieux sen-
sible se fait sentir, malgr de
nombreuses menes communis-
tes devant causer des ebauf-
foures et des victimes. Jupi-
ter favorise cette nation.
Belgique. Cette anne
a que, pour nos amis Belges
une volution en bien, un re-
tour vers l'quilibre, et si nous
ne devons plus connatre la
plthore matrielle des annes
d'aprs guerre, nous sorti-
rons, toutclois du marasme ac-
tuel. Comme en 1914, cette
ALIX
30 annes
ROY
de succs.
anne terrible conseille de SU- |siens africaines ; des (roubles
bir son destin, fonction de l'- j peuvent se reproduire dans le
quilibre que les hommes ne
sont pas encore capables de
maintenir.
1932- 1 f 9 f 3 f 2 15
1914a i;-9f 1 f 4= 15
(Test le chiffre de la fatalit
(bonne ou ina!ivaise),qui non;
dit, comme le prtre : Souviens
toi que tu n'es que poussire ;
des forces suprieures nous
environnent, nous ne pouvons
nous en dtendre, il faut les
bir aussi inclmentes soieat-
elles. Ce chiffre correspond,
pour moi, au signe de la Balan-
ce ; il apporte une modification
dans ce qui existe ; il tend re-
mettre les choses en place,
comme elles doivent tre peur
se maintenir en qu.ubre
C'est une re nouvelle qui com-
mence.
Italie. La nation Italien-
ne est sous d'heureuses influen-
ces, plus quilibres, nm
violentes, plus stables que les
annes prcdentes ; l'orgueil
est toujours trs grand, mais il
semble y avoir plus de pruden-
ce, plus de diplomatie. Touf
ceci semble surtout se repj
ter aux relations ex ter le u
car l'intrieur la paix est loin
d'tre faite. Les finances Ita-
liennes sont en bonne posture
du fait de cette Irine de la e
Maison et du Milieu du Ciel ;
les exportations '^.iinnoiKeut
CC!"ie en augmentation sur 19
31. La balance commerciale i i
favorale au peuple italien. Vers
l'automne 1932, un conflit peut
s'engager contre la France et
l'Italie, conflit purement diplo-
matique, au sujet des poss< -
Nord de l'Afrique et entraner
des polmiques ass t cerbes.
Espagno. I
laisse pas |)i\'"- ilr I m up de
quitude pour 1932 ; les
tacles sonl no nbreux ; une ira-
puissance gnrale rgne
gnation dans les a t'a r< s, i par-
ti de l'ordre dei ra' us r d For-
ce et de violence pour empcher
les partis minoritaires (coin-
mumstes autant que royalisl
de se livrer des excs
breux m iurtres et situation Ir -
co m pi exe particuliremenl
pendant le Printemps.
Elats.Unis. Le thme
dress sur l'entre du Soleil
dans le Capricorne l'heure d<
Washington, place l'Ascendan
dans le Taureau, ce qui montre
de fgosme, une i ^ndam
ramener tout vers soi. comme
u .u i l'avons d i dans le
gnralits. Les lections doi-
vent faire beaucoup de bruit :
il y a risque de bagarres s-
rieuses dans beaucoup d !
d'aprs son thme, le Pr
Ho ver doit tre r i
reprsente, OU, i Nil i
1 un homme natif vie i
qui est d ign sur le 11; :
.1 :s U.S.A.
Chine. L'anne s'ouvre en
Chine par une quadrature exac-
te de la Lune cl de Neptune :
la Lune se trouvant dans le
Maison Ville. Cela ne favorise
gure le destin de cette Nation;
e'esl une confusion gn al<
dans l'ensemble et la ruine de
toute bonne intention.
( Reproduction Interdite )
CONFRENCE
- o -
\oici la Confrence que pro-1 tous, plus on moins, cet
noua, le 13 Dcembre der- be'le France aux
nier i La Jeunesse Catho-
lique Hatienne . notre jeune
ami Sir Philippe CAMA V E :
Rvrend Pre,
Messieurs,
C'est assurment un ho
neur pour moi de prendre la
parole aujourd'hui. Mais ce l
moins encore un h rane
qu'une charge, quao I je songe
la qu dite du pub le qui
m'enten I, nu mrite de c: x
q -i, par leur la! ml et leur
science, out '. mes de va a
ciers ici.
Certes, une glorieuse cou-
tume veut, qu'un ou deu
fois par mois un membre de
|a Jeunesse Catholique
Hatienne i'sse une Conti -
rene.
Aujourd'hui, c'est l'use z
nouveau venu que je suis qui
a reu et il en demeure
vraiment confus la flatte
invitation de vous eu laire
une.
Il vous eu sait gr et r-
clame toute votre indulgence
pour le sujet, la tois dfi
et vaste, qu'il a, avec arde
sollicit de traiter deva :
vous et qu'il traitera, soye:-
en persuad, avec ta conpo-
tence d'un tmoin, puisqu i\
eu. quatre fc'S durant, le pri-
vilge de sjourner dans ce
be^n Pays de Fr ince.
C'est du vrai m iaosb de 'a
France, Messieurs, que j' i
dessein de nous eolreteii r.
Je sais bien que, soil
y avoir sjourn, soit par
renomme universelle don
elle jouit, vous connaisses
Propos
humides
o
te beau .navire touriste Italien
lugn llaau a lait ps >al r. >! c |>ort
l'antre aemafne, Dm corn trioles
du Dau ont visit notre Capitale
et sea i entoura inonds de IMinire
rerae an bienfaisant sol il. Nous
a.on-. \u des hommes hrui.j l'il
vii. au parier saccad, la dmarche
alerta. Oes femmes a la peau fine.
. i '< intes, ayanl la lijme
el le rythme, i Biles acbetaieul des
fruits el ces fins objets da vannerie
russit l'industrie lorde. Dans
les cafs, ce ; i esc ind tsd'iue vieil-
le Civilisation don) l'esprit conduit
e le monde, s'ittabl i n i avec
:. el leurs regirda taient
ipl lent de eu iosit qu'ils pro-
'II ii < snr choses ' gvna... Com-
irqueiu ni sur la cha-
I in be qui les ramenait
l.un rsident italien d'ici deman-
dait l'un d'eux ce qui l'v avait le
leur RHUMSARTHE
GACHE r D'OR don1 no dpassa pas
ie noire Asti, "
varis, -u climat ui t
ni trop Iroid, avec
tants aux murs doue ,
sou charme ingalable, sa
atmosphre incomparable,
avec, enfin et surtout, cette
synthse d'art, do b \ I
raffinement, d'l se, d
hure culture et
t mtaisie qui en i nu i
vritablement uni j ie
Vous permettrez
au sincre ami de 11 Fra
que je suis depuis I mgtem >!
djet c'est l, j'en suis r
uu thme nouve lu ir
de vous montrer s m
visage, de vous dire* ce qu'il
a vu pendant son sjour, el
ton loar, ( mais j'entends
bien me boru r car je ne sau
rai* tout dire !)de VOUA" deliuir
le caractre franaisrde voua
prouver la puissance des al-
unites tranco-heltiennes, ef,
eu un mol, de vous donner
aue haute, mais juste ide de
Paris.
Ce qu'est lu /'nuire ? La
France, Messieurs, est un
harmonieux ensemble de |
vinces, de cli nats, de pro-
ductions, de caracU
vers et pourtant .si tondus i.
C'est le l'ays on 11 'urit la
politesse, o ta religion ca
tboliq te brill de to ;
clat, o la nature,
serve, a prodigu . i
La Fra i
loyer des
J-'S t I
P el par-
ii i e trouvi
lemeot les rois ,
pour y consoler leur io-
lortuae, mus eucore la mal- .on vrai visage.
M. HENRI GARDRE
Remercie ties cordialement
nombreux et li llea el
leur nui, le 10 janvier, lui on'
aceo ia lrg
Il les prie de croire s si r.'
connaissance el son invarii-
b!e i
litu le cent qui, volontiers,
entrevoient eu elle une repli-
idis tern stre.
Us !'. ance est, pour ; i
en an mot, l'ency i
allie, le rai1-
>'ii | h aul du paysage i.
(le que j'ai vu pendant mon
' i crois point exa
iit que, penda .i
n ) i ij ir en France, j'ui
be. ico p vu, et de bonnes et
he|ies choses.
Ce qui m'a le plus f'
i sans d m te ces monu-
ments, ''s muses, ces grands
Magasins, ces B >is de Boa*
logne el de Vincenoes, ces
beaux chl aux de la Loire,
i*. leur s' > 1 e si pur, leui
parc i vert; mais c'est a van I
tout et par dessus tout <
innombrables Eglises don'
chaque ville, chaque quarlier
chaq te hameaa mme en
orne et qui conslili i \\ x
de la loi i I l i
de la lion Irai
La catholi ;s
lens . ,8 cre. I.': je
suis heureux, de
pouvoir soulig t :' ! e / a a i
vous S8 vitalit, i loi ,
iei t.
Vous dirai je <
If o
souvent j'allais et ou j'ai eu
une i v lalion di la pii l
qui se manifeste
simpl ans c al, ou-
tre Lourdes o se donnent
Vz vonj les plerins el
les malades venus de tous les
coins de la II i r pour obte-
nir leurs gurisons et o, en
l'.)28, j'eus le b inheur d'aller,
par le plerinage national, en
v p ig n i e de l'h uorable
ise r lrm (et pour U*
compte rendu de notre voya-
ge je me permets de vous re-
commander la lecture de la
dlicieuse brochure que Mon-
sieur Jrmie a fait rcem-
ment imprimer et qui a pour
titre : Action Catholique,
Vive le Christ Iloi ) eh
bien! Messieurs, vous dirai*
! n'outre tintes ces niani-
dions de pit auxquelles
j'ai pria part ot qui honorent
m l' '-, li France a, et
ii plus que jamais
i :' ceint d une cou-
Ces uvres
iOD| el'es
. en s ml soeetp-
: i laire rayonner -.m
iehoi s dans toute I.i sple i
ir d i beaul et qui.poui
employer le titre le ma Con-
frence ircnt l'tranger
... voit qu' Slde-Stcp lun,
le servies es' parlait, les c<>-.
sommalions de choix, la co-a-
pgnie jolie, et b inasique f
'rainante. L'Iieae passe si d-
licieuse et si pleine, qu'on ?trat
drait au dpart laVetemrsncore I
... a vu une table de I K d .
rado, hier soir, quatre 8in '.->
seconde jeunesse quivoq iai t
avec c; t ndrissement et reapesi
quelques belle:; figures Ou b n
vieux temps. Sur lcrandi oa
venir, tour tour dfil est :
Chamy Chenet, son nez 1 Cv.
rano, sou punpluie lger i-,
sa blague alerte et spiriluell, 's
pre Jteaumo nt et ion (*'!
'le trtvers, son souci mi le*
leux de la p>-op t de ses er-
res, son sourire rare et son an
tori' tranchante, Emile i!lnit~
chard, n'us jeu.ie que If oluf
jeune de ses fils, le vieux ///-
le ei son monocle,et qui sjardig
jnsqu'ai seuil du la mort| on
titre de professeur de maioliea.
O sont les hritiers, de m
grands charmeurs dt) un Ou '.'

... voit Kt'OQ Irai - de to4t
;^ l'Hl-d de Franc i, \m\!- tu
Mhum Harb.incoui', clii nts ne cessent nfclsjpi n
rclamer. Poarqn i .' si >wi
'sut l'an dos ooio auent tw
mieux indiqus d*.s excrl'eci i
m uns que l'on trouve ebaqis
j nr an restaurant du e'-b
iablissement.

... voit qa'on penl frorv^r A
Port-ru-Prince vagi marium
excellentes de cigarettes, cinq
ou six rhums de premire earts,
quatre ou cinq restaurants oii
l'on est sr de trouver Qnssjss
|onr un menu succulent, rnaii
qu'il n'y a qu'F'ienne Camille,
'ls qu'il s'agit d enrichir d'uus
belle reliure; un livre ador.

... voit qu'il est excellemnt de
toutes m koiree. Dans le sonee*
d'apritif. Additionn d'eau,
comme boisson de table. S*e,
comme apritil la fin de lotit
bon repas. Il s'agit, vous le devi-
nez de I Contre d'or d'Alix /.'//.
... a va nu Bureau lectoral
i tid Flion Ville par PnU
loi:1j Jeanty qu'il y avail dj
'.i votants quand l'lecteur lie
or Lacrte rclama de retour-
ner l'unie vide, selon le vu at
la loi, avant de continuer Ut
oprations. Un snateur, direc-
teur des oprations lectoral..
pfvirC'iiiviji.protesta.maiscorB-
ui la rclamation tait lgale et
que d'antres lecteurs l*appa<
y dent, on dut cder ; l'urne
montra 7.) bulletins au nom de
Cauvin.
*
9 m
... a ru que pour palier leur
dfaite beaucoup de candidats
de l'opposition vaincus diman-
che dernier ont fait dans une
certaine presse la dclaratif*
qu'ils avaient retir leur canati*
dalure. Quelqu'un fil la rflexioa
que ce sont l des retraita fie
candidulure post-mortem.
Il existe l-bjs, Messieurs, -
et vous n'tes pas sans l'igno-
rer i Une Jkunessk Catho-
lique dont j'admire la con-
tinuit dans la belle marche
progressive. Avant la gurir,
m'a t-on dit, elle comptait
prs de 100.000 adhrents, lu
nos jouis ce chiftre n'a c \-
s de crotre.
Ces jtunes gens, enrls
$0ui la i elle devise: tude et action , sont une
semence ticonde pour de-
main, lis" doivent coordon-
te leurs .Vferts, prendre
conscience oe leur devoir et,
ivec de ta persvrance et de
a (mm il mot, ils obtiendront
plus biiHunts des rsul-
tats.
( suivre)


PAGE 2

Pour la cration d'une
Banque Agricole
-oo
La crise conomique eu \ partie de leurs capitaux qu'il
l'ati peut trouver un soula haut enfin dtourner des prts
Keme'it rien que dans l'assis
tance de l'Agriculture par des
crdits proportionns auxbe-
fcoins des paysans et cinseu-
tis pour un temps assez long,
nmsades taux modrs, car
dans presque tous les pays
l'himme des champs suc-
combe sous le faix de 1 usure.
Lecrdit.qu'il reoit de lche
teur de ses denres et paie
non en numraire mais en
denrts.u'esi ni pics ni moins
que de l'usure. tftst encore
de l'usure, rachat de ses den-
res contre les marchandises
dont le prix lui est arbitrai-
rement impos. Et dans les
mains de l'usurier, le pauyrt
paysan est perdu si lactiou
d'une Banque Agricole n in-
tervient pas temps p ic des
prts bon march bieuveil-
lamment laits en vue d'un ve-
itable soulagement.
Mais jusque*a quand cette
intervention sera-1-elle possi-
ble ? On veut toujours y
trouver un obstacle daus lab-
sence d'un Cadastre. Or le
caJastre n'est pafi commenc.
Attendre sa tormalion pour
agir, n'est-ce pas alisier les
bras croisses l'atiaissemeut
du Pays ?
Doit on s'y rsigner alors
qu'il existe eu nom lue sulli-
satit des paysans possesseurs
de titres absolument rguliers
et ds lors capables de faci-
liter la Manque la ralisa-
tion, d'assez importantes ai-
ta res?
Mais comment ton 1er cet'
Uauque Agricole ? L'absence
du cadastre tait apparatre in-
certain aux yeux de l'tran-
ger les droits dos possesseurs
agricoles. Bile est donc bien
laite pour loigner l'tranger
d'aue entreprise apparem-
ment hasardeuse et prilleuse-
il s'ensuit que le Capital
Hatien peut seul entrer en
coufiauce dans la cration de
la Banque. Ce serait eu ellet
un devoir patriotique pour
h s capitalistes haitie.isfr;iaiius
et petits, de diriger dans cette
?aie leurs capitaux c u une
Surdit
Devant le juge de paix coru-
iptrat1 pour vol, une vieille
lemme qui, grands cris et
nmi'ts gestes, tait comprendre
au tribunal et son avocat,
Muilrc Bakouche, qu'elle n'en-
tend rien ce qui se passe.
Je suis omoltement
sourde, expliqi e-t-elle.
niu par
hypothcaires usuraiies qui,
eu les immobilisant indfini'
nent, affectent presque l'en-
; re totalit de maisons ur-
baines pour la ruine des
mpruuteurs.
Certaine compatriotes par-
fait-meut imbus de ce dplo-
rable iat de choses ont rso-
lument projet de crer une
Banque Agricole avec le con-
cours d'un expertetranger.il
pensent qu'un capital de Or
200,000,000 sulfit amplement
pour le commencement.L'Etat
Hatien y sera pour la moiti
payable non eu numraire
mais en terre de son domaine
priv. Par ce paiement, l'Etal
a dans la Banque son influ-
ence assure Et la Banque lie
mme une lois en possession
des terres concdes eutre-| Les clo lus de Saint Pierr.
prendra la cration de termes h* *. ' y a quelques |ou^,
mo iles qir seront d un rap
cette infirmit, le
tribunal acquitte et passe une 4
autre aftaire : une lem ne qui,
elle aussi, a vol.
Tout de saite, celle-ci se lv-
et dclare :
Monsieur le juge, je sus
sourde comme la prcdent' I
Alors, le prsident :
Ah non,a ne pre d pas..
VOUS n'tiez pas sourde poui
entendre que l'autre l'tait et
que le tribunal l'a acquitte...
trois mois de prison !
Et la lauss' sourde de conclu' e;
U n'y a pss de justice 1
SONGEZ
Familles
QUE L'INSTITUT TIPPENHAUER
EST L'ETABLISSEMENT QU'IL
VOUS FAUT.
T>nt par ses excellentes
mUiodes d'enseignement cl
sique, sou Inbranlable d>
npline.son irrprochable p >
sion scolaire, que par *es
-nthodes mo e ns pour ''
udede la Sto Dach o.d-* ''
Comptabilit et des langues
rivante*
1537 rue La narre Tel 2891
itpital Gnral Hati .1
* H.-#1
U SONNERIE ELECTRIQUE DEi>
CLOCHES DE SAINT-PIERRE
obliga-
port certain et apprciable.
Par rmission des
lions, la Banque pourra gi
aoer le march d'argmt de-
Etats Unis et s'tendre dans
!a prosprit.
Un bureau d'tude sera
! pour permettre la Ban-
que de r,rparer la fondation
de l'industrie agricole et ga-
gner ptir ces londatious les
usines d'affaires*
Elle aura une caisse d'par-
gne el des succursales dans
toutes les villes de la Rpu-
blique. Cette caisse d'pargne
Lia coul r les plus petits ca-
pitaux dans le grand fleuve
des capitaux bancaires, qui
pendant long emps. Il s'agissai
l'essayer le mouvement lectri-
que aprs le remplacement de-
aarteaui des d.eux cloche>
pri cipa es Les no veaux mar-
itaux, construit! expressment
1 1 tranger, rpondent mieux
ux exigences du nouvtau sys-
tme de mouvement.
Le uavail long et 'compliqu
aour la translor m atio n du
mouvement des cloihesest pres-
que termin. Il s'agit seulement
maintenu t de rgler le tableau
de Uitkreiits mouvements afl
de pouvoir reproduire d'unt
layon identique les types dt
sonnerie lectrique caractris-
tiques de la basil que vaiuanr.
Lorsque tous les travaux serom
compltement achevs, le Sainl-
IV.re lui-mme inaugurera la
nouvelle installation. Une pla-
Accidents
Du 11 Janvier 1.932
fS
tu
vaux au Campanile.
nourrit tant la vie conomi- | que commemorative sera place
que par l'intermdiaire des I a l'intrieur de la tour des eio
l> innUel ches, portant les nom. des t'a
tt 1 ii 1 , u: nAmi lies ^ui tirent excuter des Ira-
Une telle B mque bien admi-, r
Bistre sera certes un couimeu
cernent de rgurecencepour
la vie conomique nationale
et le capital baitieu augmen-
t, ouvrira sans danger la
porte aux capitaux trangers.
C'est sans doute 1 une di s
raisons, qui lonl que Mou-
sieur le prsident de la R-
publique est si sympathique
au prott de la londer.

Faillite
Gbara & C
L'action en faillite introduite
paris Banque Nationale de la
Rpublique d'Haiti, reprsente
par Me S vniour Pradel, contre
la \l i-ni u o.ia & L\ dten-
CHOS
Washington a accept les
^regrets japonais, unis 1
p 14 satisfait des s 1 icti 1 s
prises contre les sol lats fau-
tifs.
11 y a eu Pa
grande manifestation di s ch '<
meurs conduits par le com-
munistes, la suite d quo.
le cabinet Levai av il dmis-
sionn.
M. Fouchard Martineau,
l'honorahle prsidi 1 du S-
nat, a fait une visile au Parc
Leconte d'o il a emport la
meilleure Impression.
Le Matin (uY Pai is) ra-
coute une tunanihulesque
bistoire de conspiration i>
Puerto-Plata ( Rpbblique
Lium. )On y voit oprant le&
Ciesar-Hanuibal Joffre, Napo
lou Bonaparte et ErniieZola.
l/illustres noms de France
dont s'afublent ces conspira
leurs, moins que ce ne
aoit ie correspondant du jour-
nal qui les leur ait ibte. Dans
le premier cas. cela prouve
rait que nos tires domini-
cains ( car ce ne sont pal
des Hatiens) ont de l'histoire
et mme des lettres... lr.m
taises.
Un confiai e est r n vers
de notre cho touch t les
dmlsrntre Italiens e I rau
ais auxquels est mle le ;om
de Mr Bellegarde. Rien d\ ton
nant. A la rcente couler
douanire panamrieaine, no-
tre ministre Washington a
1 se .' la plus belle dfense due par Me Lon Liautaud, a
Y la position franaise sur
1 question des rparations et
li dsarmement. Pourqm I
set ait-il court suri 1 quev
lion .de l'or tini excile l'Italie
:oatre la France?
Le Ba ijamin de la no \-
| Chambre < srail pas
'honorable i le Salnave Zi<
ptQil le couvai
admise en ver u n un juge-
nenl rendu jeudi dernier pat le
: ge Louis Ki.neni. Trois *>yn-
liis provisoires ont t dsi
j MM. Louis Ethart,
-; iou 1 d B a Joseph Ri
1
iui e 'i c ' .'cision.les
ressa 1 u Lire appo*
-vr li s l! s 11 r 'a Manuisc*
nor, mail plutt le nouvel lu. ,uredfi rabac ei C;a ettea, sise
le liainet : Prra Liguerre, I |a Graad'l\ie. M. Pantalon
;.
ce qu'affirme M. Domuerson,
tudiant.en droit.
Le Secrtaire d'Etal de
l'Instruction Pub 1 pie.de l'Ag
culture et du Travail a \ 1
lu Maison Cenln 1 des A.
Mtiers, le Service National de
l'Enseigaem i.t Professionnel H
le Servie National duc. on \gncolj et de l'Eosei-
mement Rural.
- M, .lui. s Phippi est nom-
m Consul Q 1 I d la rt*
publique de Panama h Pot I bu
Pi ince.
M Vittoi :' lh au, 1 1 en3
ommiss dre lu uvei nern
1 Patil Goav qui y a ;, k
nois der ier, 1 une d uu<
.. 1 iain 1 la *uu d q
ivait d v, b ho ail a li j
eatsmsnl recou\ r san .
Ciuilbaud est alors intervenu,se
prtendant propri ti ire de la-
tile M inufadure. Un rTr sui-
11 qu 1 du pur le
,1a ic I u attend la
n.
ui .! plorer les circons-
lances qui oal <1 >nn lieu
ette ail ure, i 1 au e de ce que
te pi sen te industriellement
lans notre conomie, l'en re-
irise de MM. Gebsrs & C. Il
faut an-- 1 Boub i*er q "- les r-
ona d ''u soi it trop
!
A IDil AMIE ENi JOSEPH
Pmc de C irl Brou ird
TENRES PROPOS
L't
Elle. Quelle iou ci
i pour moi d et e 11 con-
i ,;'.- d 1 tous vos ennuis.
!< toute v s peii.es !
Lui. M 1 s, ma chrie, je
'tus, ni
Elle, vivement. O d,
uand nous s nuis m :: is
nus eu aurez.
Une lois s nlement,
J'ai crois dans la rue.
Vos longs yeux langoureux,
Cependant
comme dans les mains
t persiste l'o leur
; 1< .. ullli ci is es de basilic
votre souvenir vit encore en moi.
Cari BROUARD.
Fuies Maria, 24 ans, rie
Gisernes. B-lure ter deg
pn d drod.
St Cyr Cara,40 ans, rue Ara*
ricaine. Blessure de h lace in-
erne, de la lvre sup' et la
paupire suprieure gauche
(combat).
Marcel Antoine,27 ans. L>l e.
S npoisonn ment (hospitalis ).
Jean Ariane, Poste vta chm ,
48 ans. Fractura du 1/3 inlr.
du eubitus gauche (hospitalis).
Joseoh Mar *,3' an-*. Ptiofl
Ville. Fracture probable du 1/3
inl'-. e la ja nbe gauch (ho.-
pilai)"
Credo Stiven, Maison Cen
traie. Blessure contust de h
|oue gauch'( hospitalise ).
Orlando Emmanuel, Quar
tei St-Antoine. Blessure de 1<
jambe droite.
Morissot Lorune, Bas Peu
ie Lhose. Blessure tranchant j
de la ioue droit.
Doraond Thaes. 28 ans,
Qua Mer de St-\ntoine. Contu-
ion de la jambe droite (corn- j
bal).
G erine Tercilia, Arcahaie.
Plaie tranchan e du vagin (hos
pitdise).
Sinora Glermne, 8 ans, rue
Capois, E'r wAon du genou gau-
che (autoTT-
Aitred Maxime,1 Grand'Kue.
Blessure contuse parito-lron-
'ale droite, lvre intr. et^ men-
ton.
^ouissaint Dorcius, Portail
S!-Joseph. Simple traumatisme
de L jambe par auto.
Dufc 12 janvier 1U:^2
Pierre Leny : 29 sus, rue
Amricaine. Cot isiou du pe.
tit doigt de la nain gauche.
( accident de tr ivaii ).
E louacin Edo iard : 36 ans
Qiartier St Joseph. Blessure
contuse jouegaiche(co.nbat)
Louis Fa m ph :1e : 38 ans,
Faubourg Sala mon. Blessure
tranchante de l'avant-bras
gauche et rosiin du genou
droit, (combat).
Lonard Llio 38 ans, rue
du Champ de Mars. Blessure
contuse du doigt (accident de
travail).
Mitii Nosin : 40 a a S, Poste
Marchand Blessure piquante
( accident de travail).
Lger Fleurautus : Rue de
la Rvolution. Blessure con-
tuse du gros orteil droit.
Julien X. Bo's Verna.bles-
Sure piquante.
Nau Fa m il, 27 nus. Avenue
\I gloire Ambrose, rosion
de "aile gauche du nez.
Loiseau Emile. Foste Mar-
chind, piqre venimeuse.
X: Homme.Port-au-Prince
blessure contuse de l'arcade
sourciliie guche ( chute).
Li iole Prie, Rue Carhonne
ecchymose de la paupire
intrieur gauche (combat.)
(nc-laldy
DEMAIN SOIR
LaMmson du Mys'civ
SFITE
ET
Huflalo-Bill
SUITE
I- i'e :0 50 ; Balcon : 100.
Cn Reconnat Tonjonrt Une
'Bouche Bactrienne"
Lundi Mr i-trrt a
S NUAHCEi PLUS BUXCKSS
DES DENTS PLUS BLANCHES
de 3 Nuances en 3 Jours J/Si* diaparu
UNS "bouche bact<-riuie" *e
reconre' ament et ja-
I- la ne l'oul li La rj Wor wt ki-
i.., tive l'aspect do der.ts tacht'es,
|ttea, JannAtrea oh d'une b! uv-heur
douteuse, danr. des geadves d'appar-
ence malsaine. Cette coniStion est
cause p.->r Ici rr.illior.s de microbes
dont la bo'.ici.e ^.-t constamment In-
, ,',- et b jquelslesdentlfrlecs
ordinaires sont: npdissaiita.
Ln Kolynos e:t un g'.rmicidc: elle
tue 190 miU'.or.i di uucrobea en IS
secondst.La"! nne"eat
assainie et v-, di deviennent plu
LliJ-.che, cir -. Is jours.
Pour les meilleurs rsultats, em-
ployer la mthode reconnue: Kolynos
tut brosse arche. Il suffi*: d'un centi-
mtre de Kolynos sur une brosse sche.
i- ntanmeat transforme en une
Mousse effervescente et antiseptique,
d'un volume *5 foi3 suprieur, elle
pntre '.'am chacune des fentes, cavi-
ts et fissure. lilie les nettoie fond et
;;7orjitre les causes du mal.
cette mthode et vos dente
s:-7jr.t consternaient plus blanches.
Y ic ..'. irire I :;-^r.-a voir vuie bouche
saine, des dents d'un blanc clatant,
. rfittat.Eisayezun
tube t Kolynos aujourd'hui -mme.
LA CREME DEPTIFRICC
/o: isftiqwe ^
%#Maf%C

IIIGALE 00 SMINAIRE i
Session annuelle
Les membres Je l'Amicale
du Se iiinaire sont pris de
prendre part la Session an-
nuelle de l'as s'ouvrira Port-au-Prince, ie
24 janvier 1932, dix heures
prcises du matin, au local
du Petit Sminaire Collge S.
Martial, et qui comportera les
points suivants:
24 Jauvier dix hres pr-
cises du matin.
Assemble Gnrale de l'as-
sociation avec l'ordre du jour
suivant :
a) Allocution du Prsident
de l'Association
b) rtapport du Secrtaire
Gnral.
c) Rapport du Trsorier.
d) Election des membres
du bureau et de 4 membres
du conseil d'Administration
e) Allocution du P. P. Su
prieur du Sminaire.
Lundi 25 janvier 1932:
A 7 1/2 heures a. m. en la
chapelle du Peiit-Srainaire
Collge St Martial, messe de
Requiem la mmoire des
membres de l'Association d-
cds depuis la dernire as-
semble gnrale, savoir :
Frdric Gaetjens, Emma-
nuel More), Flix Armani,
Albert Crepsac,Eugne Dulort
A 7 1/2 p. m. Banquet de
clture de la session annuelle
N B. Les parents des
membres dlunls de l'Asso-
ciation sont pris, en aussi
grand nombre possible, d'as-
sisler la messe de Hequiem
iu 2 jauvier 1932.
Le Prsident
LESPINASSE
SENTENCE CHINOISE
Ne jugez pas un homme
d'aprs le parapluie de soie
qu'il porte.
Il vient peul-lre d'en Uis-
ser uu de coton la place.
TSBi "MSBSSBBnak.'^/^nB.siKit^JM'e^SMr.^
jjgtjj nouveau
LA
i
ailopii par lu Spcialisti tt Paria
sculage immdiatement :
BRULURES CRAMPES
ACIDITS de i ESTOMAC
ULCRES GASTRIQUES
CONGESTION du FOIE
DIGESTION PNIBLE
GURISON RAPIDE
Produit du \Y CORNELIUS
7. dv. Con*tnnt-Coqnelin, PARIS-7*
EN V1LNTE .- '
A -."t-au-f-rfac: PhdrmsrV* BUCH
SI toutes uennei Plisrnisclss
I
()()()
EXCEPTIONNELLE
POUR LA FTE D'HIGUEZ
Le caajinn Vfiraoiar par'
ra lundi 18 [an i pour Higi i
S'adresser :
Rn face du Pnitencier National.
666
LIQUIDE ou en TABLETTES
Soulage les maux de tte
ou la nvralgie en ^0 miuutts.
gurit un Froid le premier
joui tt la nidlat ia ea trois
jours
066 sauve le bb du froid.
Dr. Bengu. i,aeB^.
iiluiin Barbaiicoiirl
k
Uont^la renomme est universelle a gard sa premire place
Demandez parfont :
UN BARBANCOURT
Dpt :Rue des Csan


I

'MWimii in m
LE ROI DES RHUMS
C'est le Neclcu Gaeljens
0P0T CENTRALH940,RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Prix courants :
Rhum Nectar en
Ne snetv .. **

5 toiles
4 toiles
3 toiles
2 toiles
1 toile
bouteilles
7.50
5,00
4,00
3,00
2,00
LORSQUE .Incendie ae dclere, il est trop tard
pour viter la perte ; d M unenta importants dt-
s sous clef dans un tiroir votre bureau ou
du:.3 votre demeure.
Remplacer ck documents coterait cher et
serait peut-tre impossible. Mais il vous cotera
trs peu pour les protger.
Ne remettez pas demain la location d'un
Coffret de Sret de crainte qu'il ne soit trop tard.
Pour deux sous par jour, vous achetez la protection.
Bvue
ih : MX

TtKamfnu Ohlipiion, ActiaM
Drcuneou Polict d'Anuruxt
Pipitn Je Famille
En 1/2 bouteilles moiti
prix,
I 'ii 'ni*, trait,Pari*.
' I \ LIVF M "
DC I j D] BRE 1031.
(Uj D tv
' tau' i
I i'Ac <
{a
i, (ai -
Silho pari nr ntai e
M. i .. L'idus *
de l'industrie
ranc file
.....^> Rachitisma
\ /y Lyinphai isme
C.-j'itancc
Bronchite*, / nr.iim
Extrait de Foie ce Morue
loi, sans corp gra*)
i iin Pilulaa A Qranul
Remplaa avantageusement l'huile de
I | r n.l i M comme hiver
D.pt Labj.-atjlraa CROSNIKR
S. F. I \.US
rn.-. : Pk W. BUCH i ri" F. SEMUKHE.
SAUTE-THERESE ET LA RHJ
BLI PA6N0LE.
le il uhneider. I On a reproch aux rpubl
Pierre r! :aina i lois de dbaptis<
rmt
La Banque Royale
du Canada
le
Par qallon de 8 40 qdesjLES dix commandements
FASCISTES.
gallon.
Sirop:
3
is et liqueurs de
premier choix.
VIN ROUGE & BLANC
Alcool pour liqueurs.
Extraits pour sirops
et liqueurs.
La Bible
et la crise
Tcut n'est pas. en Ang'tler-
n.sujti d'afllictioo. Au ammeoi
o ou parle de la baisse de la
livre, dts tarils, du chmage,
du dole, etc., ta Socit bibli-
que annonce qu'elle vient de
battre un r.ouvesn recoid en
dpassant le chiffre d* onze
ndllions d'exemplaires d Itusp.
La Banque d Angleterre et la
irarine loyale traversent une
preuve historique. La Soci-
t biblique est inbranlable,
Indpendamment du rcon-
fort moral que cette constata-
tion peut inspirer, il est permis
d'y trouver la certitude que la
Socit ne grossira pas le nom-
bre des unemployed.
LIS LAINAGES EXCLUSIFS
LES SOiEF.IES HAUTES NOUVEAUTS
LES GARNITURES GRANDE COUTURE
B trouvent chox
CRPATTCCOULOIaCSTSaUSS
43. Rue GrenW. 43 PARIS
E,* i. Catalan* aSf'mSSS JSuSaa
r.YaMlMt et Matoou d Cou'ur, (M rmcat. -
L'AMOUR ET LA FLUCTUATION
DE LA LIVRE
l.'histoi'e se passe en Egypte:
Un Egyptien d Alexandrie
et ni* sur le oint d pouser une
charmante jeune fi le. Le pre
consentait au mariage et pio
mettait au fianc une dot de
500 livres gyptiennes Tout
allait tts bien. Un jour que
les deux amour eu* se prome-
naient sur !e bord de la mer,
Le secrtaire di
li fas-
L'empire sur soi.
Empire pour command
ses penchants ; non pas p
de l'Acadm
Aux l'( w .>... .
de Bn
V de Pi
. 1. Av ...Le
Gilli
A l< \ ' de ire,
'< Maur
D DCiahates,
i r a,
Q< s. L.i
maladie du sommeil.. Pasleur
L s (retiennes, Andrt
- oty.
- Les aa
. s. !.. Chties Nord-
D.
.1
;i I que I) \
titre documentaire.
1. Dieu cl Patrie : toute
autre affection et tout autre
devoir viennent ensuite.
pugnances, pour l'immoler,
s'il le faut. I
Tout cela n i i squiert que
p ir l'habitude du devoir.
IENT

2. Quiconque n'est pas Le devoir ces
et se donner corps et - dans laquelle on ; le 1er ;4 :r
c la Pairie et servir !'ou^, Pour '' tremper ; il tA:.
ice sans discuter ne m-1 !),,l"11Vi'iu'' il semble gmir,
>as de porter la chemi- m:!ls stll.forl i,,,,'n1''' ac.cre're- "irs
fre. Le fascisme rpudie ': sl:ni1- l! '\)vu[ devenir ui l6o ,
un camelot surgit nvec les
journaux du matin qui annon-
aient la crise montaire an
glaise et sa rpercussion sur la
livre gyptienne. Le fianc de-
vint fort soucieux et la pro
mennde s'acheva tristement.
Le lendemain, !e pre de la
jeune fi'le recevait la visite
d'un trang r :
Je suis, lui dit l'homme,
l'ami de votre futur gendre. Il
ma charg de vous dire qu'en
raison de la chute de la livre
sterling ses prtentions ont
mont de 40 pour cent, il r-
clame une dot de 7UU livres..
L'histoire ne dit pas ce qu-
fit rpondre le pre au jeune
amoureux trop sensible aux p
fluctuations de la Bourse ... c,ste et Italien.
pr
me
le Duc
rite pa
se noire, Le tascismerej
les fois tides et les demi-ca-
ractres.
3. Emploie toute ton in-
telligence pour comprendre
les ordres que tu reoi-; et
tout ton enthousiasme pour
obir.
4 La discipline n'esl pas
seulement une vertu du sol-
dat dans les rangs, elle doit
tre la pratique de tous les
jours et de toutes les circons-
tances.
5. Un mauvais fils et un
colier ngligeant ne sont
pas fascistes.
(>. Organise ton emploi
du temps de telle manire que
le travail soit joie et que le
jeu soit uvre.
7 Apprends souffrir
sans te plaindre, te prodi-
guer sans rien demander,
servir sans attendre de r-
compense.
8. Les bonnes actions,
aussi bien que les actions de
guerre, ne doivent pas se faire
moiti, porte-les jusqu'
leurs consquences extrmes*
9. Dans les circonstances
critiques, souviens-toi que le
salut est dans l'audace.
" 10. Remercie Dieu cha-
que jour de l'avoir l'ail l'as-
r

tiser
> u trop d'entrain les
i et U plai es des villes pour
rendre aux prcurseurs du non-
i n hommage d'ail-
leurs lgitime,
il y a cependant des munici-
snucieuses de concilier
es de Ia politique avec
i' tradition. C'est ainsi
:jn'.! \ I aprs avoir donn
oiUe nom de pli.ee
i i.i Rpublique a l'ancienne
-Thrse les diles
sont ails inaugurer avec le
mme crmonial une plaque
rative sur la maison
la sainte, ur; |ue
i uit obtenu dans
titre de docteur
.
Je 11
LE BONHEUR DES UNS...
'< inand Max II.in -
dans une al
i ) bail lire. Un jour. l". i i
it, un incou.iu
r lui et lui dit
leureus
s bien l'aci'jur
M ix 11 a ? Je suis ravi de
, r : vois tes la
ne intressante
"
Alors, i msen, av:c un son-
i j i r '' ' :
,A' devoir ce I la rournai- ,/ ,/ /;,,/,., v*ra it?Voaa aves plu*
je ardente dans laquelle on p |aK 6 f moi...
fait pntrer le i r que la
routine dvorait et qui r-
sistait toute formation ; il
sort clatant, pur, souple sous
la main qui veut le travailler.
Cesl dur, mais c'esl grand,
niais c'esl beau, mais r
sainl.
>! r SYLVAIN
RESISTAICE
P
1
New-York-Paris
ach
p les
g i ernalio>
u I
\ . lrence
li
dranl pour le : .nient
correspondance.
0
cinq
i
Le Franais. !. ue dites-
vous de ce- btiment ? Il
Un peu l, hein ?
L'ami d'Amrique. Pas
mal! Mais New-York,nous
en avons plus de mille pa-
reils !...
Le Franais. Oh
bien possible ; vous savez, 'n
c'esl un asile d'alins! b! , wu%
.1 pai r,.. |
------------------.,, 0 wich t.
Eh
H
w ntaires... Q
estomac 1...
l7.SaS.Hi
ls des Clubs
>.S.iI.sonl convo-
ro Lrconte.le mardi
19 courant, 5 heures
le l'aprs-midi.
Ordre du jour :
1 Sancl d du damier pro-
erbal il lecture de la
i;, t de laiComin i>
l [o h ede vrifier les
Loucheur '"cr (,u Lo'
al s, mg eslioi s pr rai pi i cdent
B .es Atout. 9 I atatiOU de nuu
t.-(.si M. ii i sco vec hu v." rglements deTtf.S.S.H
! i]* estion d'iutrt g-.

maison Louer
On oilre louer Ption
ville, partir du l Janviers
maison bien Hue ayant
t >ut le coniorl n oderne. S'a
dresser, pour renseignement,
i bureaux du Vatin.
D E N T 0 L
M in aaaaaaai-n r ** '
%
Le Sccuctaire-gnral :
lare BONCY
' .i. c-vooa contre accident
1 al Accident Fire A
-. Corporatioti Li-
Vve F. barattais.hsin
11 nonr llaYi.
;
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSF. & Co
Aaents Gnraux
* Toi t les PoliceB
DE LA


f. it k- I
Icomprcnnenl la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux
iSf
C& jfe**ft
Aqenls Gnraux


Lundi
18 Janvier
Le Malin
25 me ANNEE N* 7578
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
4 PAGES
Grand Caf de France I Loterie Nationale d'Hati La Manufacture Hatienne
de Chapeaux SOUS U DIRECtiON AVISE El INTELLIGENTE DE MONSIEUR
FRANOIS GIRALDI QUI EST DE/ENO L'ASSOCIE DE M PATRIZ1
LE PROPRIETAIRE DE CET ETABLISSEMENT QUI N'A PAS D'EGAL,
LE GRANDGAFE DE FRANCE. OFFRE A SES AIMABLES ET DIS.
HNGUS CLIENTS LES CONSOLATIONS LES PLUS FINES, LES
VINS DE TOUTES PROVENANCES, LES PLUS CHOISIS, CIGARES ET
CIGARETTES, SANOWICHES, VARIES DES A PRIX DEFIANT TOUTE
CONCURRENCE.
L'ACCUEIL LE PLUS SYMPATHIQUE CONTINUERA A ETRE LE
MEILLEUR TRAIT DU GRAND CAFE DE FRANCE.
Patizi &G
TELEPHONE : 2341.
416, Rue Bonne.Foi Phone :3358
La Loterie Nationaled'l laHi est
une iris.itulion hautement humanitai d'ivres qu'elle se propose d'aider, une chance de bien
lre offerte aux hommes de tontes con-iitions de tojtone.
Employ*, Fonctionnaires, Ouvrieis. Artisans, Salaris de
tons ordres, Gens de maison ( domestkiues, ) sans parlai
leur budget moyanuant deux goudes, peuvent gag 1er trois
mill- s. Patrons de Commerce Ghets dlndoalie, pares
soi InsutQ : nces des ventes, par l'achat d'un billet, qui vous
lil e du ouci des chances'
U le cins, Avocats, Ingnieurs, SueteuS, Dputs, (iranos
Dignitaires de iEtat.Reprseutants de l Intelle iualite, Jour
na listes.
Donnez l'exemple de~v lire solidarit sociale.
Rentiers, capitalistes, cora roe en jouant, augmentez votre
avoir.
Vous tous qui habites4 Haiti, rendez-'ni service en ache
autle billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI.
BIRE NATION L
de la Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malgr sa qualit
suprieure.
/

Laboratoire SJOURN
D RBCTURS
F. Sjourn, Pharmacien
H. SJOURN, Prtarmacien'de l'Universit de Paris
ou ut, Pharmacien de l'universit de Pjns,;mcea
^interne des Hpitaux de Paris
An ss des Cri es, du suc gastrique, du sang ( Was-
eermann, l'r , fconstaale d'Ambrrd, Glycmie).*
D scrachals. Ds mat re-, l es les.
mmtumr-^-- >-
.."Mil. *am m '
Lykes Brothers SS C Jnc
Texas -Haili Saut.) uomingo- Rico Porto
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
ut entre les ports du Gobe du Texas directement ave,
rort-au-Frince, Haiti.
four la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de .'a LYKfc
UNE.
Les prochaines arrives a Port-an Prince sont-
Steamer AUn-ria Lykes* ; nvier 1932
Steamer Il il. Lyke M janvier 1982
liuican: Rue du Magasin del'Utai, Boite Postale B
'%MM
LAIT NATUREL
ESBKNSEN
UNE tOES MEILLEURES MAISONS
DANOISES 001 S'EST ACQUISE ONE
'', RPUTATION UNIVERSELLESURLES
^AoiRfe^li HARGHS EXTRIEURS-
A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que la
fente de ses CHAPEAUX se lait, cepuis le 4 janvier, aa
N 2027, GRANO'RUE
eu foce de son ancien local.
Les Clients y trouveront 'e mme accaeil.
BON ARCHE. CLRIT, GOORTOISIE.
Mertinez, Marcelin & G0
--*-.-
:^f\
,. ... . ..r^..
AVIS AU COMMERCE
L Pauams lluil ?.d Stean bl Line a l'n\ : g< d'an*
iioneer les dparts1-:' i tsd v York poui port au prince
liaiti,directement, lu ant le i >is de Janvier 1932:
Dparts de Afin lor/c. Arrivages !"<> I an-Prince
l,% Buenaventurui 42jauviei 1932 le 18 janv. 1932
v teamer a Ancou U I9|anvi r . r 1932
S/S tGoayaquil le 20 j*nv 1932 u 31 janvier 19*2
SiSaCristobaU b : revrii 1932 ri r l
>S aBuena^entun le 9 l I932 U I lvnei 1932
S/ "Ancon" le l" Fvrier IU32 l < I9322
Mearaer "Gnoyaqmi" le 23 I b 29 lvrier 1938
Funsms Rsilroad Steampship Li ie
Jasil.C.VAN IU.KI)
Agent Gnral
Le laites l'aliment idal pour les enfanU, les vietilafdi
et les convalescents,mais il taol qu'il soit garanti pur.
Le nom ESBENSEN sur les l-oites est un certificat d as-
surai: ce jour le consommateur
Exigez-le de votre Ioornt88,ur.
Lait condens ESBENSEN
Lait vaporis ESBi S! <
Lail en poudre E,-,i- ' S Y
Axo't (es produits chez soi qi hem avoir nne vache
dans :< n gardi mirger,qui vous doi ne du lail liais tasian*
tar me '.
*" ---------------------------------------------------------
Gulf Pacific Mail Line Lld
San Francisco, U S.A.
M'OUBLIEZ PAS DE FAI UN PETIT TOUR A
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1 000 pieds d'ailUude. L'tablissement le plus trais des *-
?irons de Port r-Prince.
Seulement 15 minutes d'auto suc eue excclleite raute
asphalte. Vues rarvtilleuses de la ville et du port.
Boissons de tontes espces.
I!1
Le steamer Point Feiminsayaol laiss PorUaudeFlonda
17 du courant es! attendue Portau Prince le 23 dcembre
iouver.SeotMe, Oakland Alameda.Los Angeles, Puerto
.., ki, etcoatinuera le mme Jont peur Tarn
pico l'Iodd nrei uni fret et pissa^rs.
Le f Point Sur dcvanl laisser Port la n die 20
lcembre 1931 est attendu Poi s Prince le 26 janvier
; v. conver,Seatt!ft,Oaklard \lamed ,San Francisco,
i'(,V \ teb I eito Colombie, Kingstun >.t repartira le
mme jour pour Tampico.Flori I.. preooi I I l et passagers.
Purlau Prince, le 27 novembre 1931,
A.deMATTElS kCo
Agents orscs pour Hati.
r."'.
,jji. jijaijwwn jwrii" iXiniiiMiiWWn mil H '"-'"
LE K AIT EST INGONTESl BLE

l
11!
9
e
STEAMSH1P LI
C'est la quinte! rtee des meilleures
'varits de cannes d'un vaste territoire
runissant I meilleurs tei
C'est ce qui fait son ai t
Le steame' fBoenaveotorsi
est ni ' venant de N \v-Y< k le lundi
1
de correspo aunec ei p
le m ne joui direct) ment,
pour Cnstobat, Canal Zone,
prenant bt ci malle.
p. ri ai -i : ince, le 13 irn-
\ itr 1 04.
J..s II < VAN P.l ED.
. g d -gnerai
VriSDgemen's particuliers pour les pensions de ieurde
6 ma me ou de mois.
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOUVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DFIT TOUTE MCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON
renant de N \v-V> k le lundi \ -*>-_ .,lrtl, .
i8 (anvie, i m,v,c : 26s;,cs DEPOT: ANCLE DES RUES FROU FT DU PEUPLE PHuNMW
ie correspo dunec et partira *** miuiil. uui*
rm, V *v .-
GOUT1 C
I 4
*<
j MU
r *
ISANGFuR ,
8UPF.R ..PUATiF
I Lt piut tfi; le plut comptt
[Le plus pratique aux Colonies
jC'iml);it : Maladies ;!:i Snnj, da
s t.i l'oaxi.du Foie. Constioailon,
.' 'ALUDISME.
LABORATORr1; SAFFAR
Rae de la C:.*pUe. PARIS
% A ...j-fV/.ci.Phv.MjctaW.luw.
CE QUI U JAMAIS t]t FAIT
CE QUI NE FEU ETRE DPASSG
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions irifloareusea
DASPS&
Prparation et Vente
PhahmacieF. SEJOURNE
Angle des rte* konx et & Ceatrtl


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM