<%BANNER%>







PAGE 1

-•• iiraMuw %  *-. w, AM****.V*X.-<*>t UMtCMH CHO; —o— — Noire coufrt Chauvet est l'obj 0 • • s manili sta'ions Paria imbrede '.'.• mmerce la i i amricaine el !.• Bvue La 4.— Madame! Veu avez regrett dj des insucc, dan* \* Uttfce voira l":i p.e de soie alors ougez aux tcos qu'y porte h • OivelU BUa -,„ AU CYGNE. A ElAUviMUStKilt 'ioO'Amricainr loi oui ol lert d ux lueui I m nUjets auxquels oui p de nornbr pei diplomatiques, polit i qu journalistiques, b me res. M. (.Iiauvc! y proi oi i les cours applaudis. — N o ii s appreno is que M. W.Blo, syrap: Ihi connu ici, ne lai de la West In lies • g G* qu'il a dirige lu m i temeot pendait qui Iqu t np i. — Notre ami el c ll iborateur Ed iaar i ('N o i, B den membt e di sion Cornmu : puis qtielq j suit-; d'une dlicate oprati m qu'il a eu subir. Nous lui ou liaitons de retrouver prompteaient sa belle et juvnile saut. — Le 3 Janvier a t lit y ure ; bad* i '. ip~ria tien), l'Eeole M nui pale St nio Vincent. Le coi lit initiateur avait tenu donner un caractre solennel cette SOI P'L-TItrNT TVL\JV1AQ5 RtC9RI75 Ltr5 ^CtlOIll LA *# <• v Prop. Vve. Jh. CHANCY* Rua Pave, e* fa33 d %  •!, t il' sapel du Saint Pre i la crJseJeaaoaiifM actuelle. — inauguration. — La petite fontai ie a i ilu portail ouest d |U de l'indpi :e q ti leaser vait les qua onnants a t dplac Il convient de I rtablir pour la commodit dis pa /res gens qui allaient y puis — On dit qu' O i maminllie, le registre d'inscriptions lectorales aurai' i l enlevi. Ce n'est pas a, le jeu, encore une lois. — Un arrt eu il de du 24 Dcembre derniei mille les attributions le la missi >n scientifique ; in< ricaine dont activits s'exi Port-au Prince, a Ptionlli et au Cap-Haitien, eu veitc e l'Accord du 5 Aot. — L ACTION NATIONALE snu )uce eu manebett 11 moi au Pnitencier national d Ji.rJtr Baptiste, cle eur d'Ar caluit. — lis Inrmi ici-uis | le '.ii dcembre ( ae tout | lu Inte oea <'! ' e CetU mesure est la bienveui — A Sto.'Oomit , s | c titious ont t ad i s Qnral Trujillo i our su rer la nomiuation de B hre Virgilio Ti uj I u I meut dpu t-, B poste d vice-prsident de la Rpubli que. H eu sera pr bablemen' a nsi tait. A '. uba, ou i dl l.i i li. ss-. aux meurt-de-faii .Ce • di nationi lit ti ai. re seron< remis ;i leurs coi uls qui se chargeront le les r ipatrier. SOCltl AGRICOLE El IWDUSTRltLLE DE LILt bE LA GONAVE EN UUMTION Les actionnaires de ceti S icit sont avisi > que la rpartition du fonds .ociai v commencer! Ils sont pris d< se pr*' i ter au sige de In Socit,nu du M ig isin de II de la maison II. v Ro pour i in i leurs ti trs et dtermine i le mouUn t qui devra leui tre pay. aUi les Liquid i tiendront leur disposil i les mardi, jeudi et vendredi de i) heures du matin port-au-Prim e,le 5 jai 1932, Emu oulout Emu p:ir [la sil ntioi reuse de ces rai' ions d hommes qui presque tout soufti eut du chma -, le Souverain Pontile a i dress aux c II holi |"i"du monde entier un chaleureux ippel. ll[invi;e les peuples la paix intei nali M al v ar uni nouvelle gnerr sei ii.t le i .1 de 11 saux plus terriblt ncore que ceux de l'heur< iresente.Il demande que l'on itv des œuvres eharitabh our venir en aide aux ouv ici s sans travail. L'Espagne estre dans la voie •le la perscotioa religieuse. Le premier pas est lai • les Coi ts ont Vot la s a ration de l'Eglise et d. l'Etat, la proscription de l, t.ompagn e iic Jsus, l'as* lettissement iei autres in iiln's religieux a des mesure ue surveillance et de LOI traintequi rendront presque impossibles leurs œuvres dt chant et d'aposto 1 LH Espagneypas plus qu'ailleurs, les Aongieux n'avaieai arilcet osti ciMin hn n qui concerne les seules ion 41 galions eusi iguautes, ou • iicuie queidauscea cinqnauie dernires aunees, elles on donne t'instructiou pus .n n q millions d'enluts et eleve dans leurs co lges.ch* c|ue anne, euvnun 25,UUtj jeunes gens. l|.iist' dr la perscentioo an li \ii|n<\ — La p ecuuoj plus ( i' mon t te depuis le dpari di Prsidenti.alliv ,ri prend sou une autre lorme. 1-es divers tais de la ldration mexiine Introduisent peu a pei dans leurs lois le principe di .1 limitution du nombre des trs, L i. ai vuv. 1 Ci us m. ; is que ld prtit • r an u 1 I10 1 d babitanls. 1 elui de Chiapas, i) prtre' posr 300,00f; U Yucat n, B 1,1 I V Q, a b i, di iout culte et de lou 1 rcli ( Bulletin de N, I). du Ver 1 ttuel Secours, ) IME OHIHYISillM ARONAUTIQUE COJIEiItt' hA M I EE1III8 L'association voudrai patronner un vol a jdL..utl pur ua pilote indigne .Un groupe {intress a 1 lveloppe nciationfivec v),i qu ai tier j?U!nal a dG ^ fcS Igecombe avenue, L'org aisaiioo projette d'en couragee les ho nmes> •' le-> 1 urnes [)reu !r.pari a l'aviation comme navigateurs* iil des, mcaniciens et instruc 1 urs, Il a ;. de plus propose lue l'associadoo lablisse d. s niurses pour aider iestn* diants. t^; in saillant du meeting initial de l'association a t a conirence laite par Lon D,F.Parris,un indigne d'Hae i\n des pilotes agres le .lus remarquables.Mr i'arn> est uudesiuenijreseulliousid os ue 1 01gduisat10u.il lside a llG.Wcsi, 139srue e vcu a New York pendant ces 10 ueruires annes. H est un puote licencie et pc-ssde a son crdit, 1U0 heures de vol 1. ui. L'aviateur B expliqu qui. commena ses etuues au uiamp d'aviation, eu ao 1929, du Hoosevelt r/lyingSehool Alincola :^.J ,appre14ut d'abord li coustruci'Oii ie t'aroplane,let) rparation^ gnrales et le- travaux spelauxihs sauteurs d'atrojdes. Le 16 ani L930, il ob uni s.* licence du Dparteuent du l.oinnseree des Liais Unis. Depuis lors, Mr r/arris A vue rgulirement Sou rve, u t-il dit, serau I ubteoir qu'un grand mmib u puons d'civiaiion ngres I navigateurs et de mcaui..eus qualifies pussent din g r, maintenir e oprer avec succs une co npagnie commerciale de IrausiJOrls ae%  eu ••. L s officiers de i Interna* ional ijOlored Aero Associa itou sout Lee u Despori.es, iiesi lent,Lester Auguste, vice prsideut, Oscar Bukbeck, secrtaire et Ethelbert Filton, lrsorier..\ubuiea 1 .sdirec leurs aot Us iiciers nien tonnes el Lon F. i). Parris, Iphonse Cunber,Lucas Preu 14 FORilILE DE U QU:.1INE SfJlLllOlJE LAIT NATUREL ESBINSEN UNE DES MEILLEURES MAISONS DANOISES QUI S'EST ACQUISE UNE RPUTATION UNIVERSELLE SURLES MARCHS EXTERIEURS. edait est i'aliment i l. 1^pour 'rs (liants, le* vieillards et les cnnva'escpnts. mais il tout qu'il soit garanti pur. c ncm ESBEN'SEN sur les boites esi un certificat d'asSUrance pour le consommateur. Exigez 'e de votre fournisseur, Lail condens ESBENSEN Lait vaporis ESBFNSEN Lait en poudre ESBENSEN. i Mvnir ces proluitschez soi quivaut voir nue varbe H'n nes de re herches > %  • . testeur Rbe, .e l'i 1 -ii ut it chimie de Hmibiur^, 1 ironv la tormoie de la q duioe synthtique. 1' es • u hunir de I hy • %  u me, 0 • les propi 1 lis 10I0 giques seraient Us u irie ijue celles de la quiume. Elles l'eu dileieraient ^ue par mie >d|onctiou de deus .tomes 1 hydrogne, ce LJ ui lui tssu* • rni du ie>te une plusgran i le stabilit : on lirihne, en Vilemague, une h i.tc impoi tance scienufiq 1e e" pratique aux rSU't "< obu .us pai l prw esse m Elabe, qui tendron! possible la Idmccjiiou de toute une srie d'alcalodes base de quinine que ('on n'a pas trouves dans la nature. Mai>es Irais de la produe lion indus! telle de la qui mue syulh ique seraient ac luetU ni 1011 en \es. Uii HOUE MALHEUREUX —o — Harold Smilb, roi du char bon BOX Etats-Unis, vient de mourii Londres, Malgr son Immense torlune, c'tait un homme bien malheureux. Il ne savait, taul sans famille, a qui lguer ses biens, ko dsespoir de cou e, il avait institu un cou cours, proclam urbi et orbi pour demander conseil qui pourrait utilement l'inspirer. L'i concours cumpo. tait uu prix le 50X) livres sterling,qu ut gagn par uu prolesseu de l'Universit de Colonsbii lequel suggra au miliiardair te fonder un Intiiut d'hy gine mentale o seraie traites lea jeunes dlinquant et o le crims serait scient Qquemeol tudi. Karold Smith a trouv. I ide sduisants et il a cre l'institut. Il u'attendait que cbeau geste pour quitter ci bas monde. 11 esl mort cou (eut. ru Le do 1 P. s • s : A on e, G ugi lie, lu. ce, Plion, e'c., L ri d< < ic Col • son poa e, M.i li moii. ll Esther Cole, remercient leurs < T ol donn um 'lue ut de leur i hre M ve Ptioo ae I1er Jsnviei det;\ heures du matin, El ans. Maison louer On uflre louer Ptioo nce, Ollie Desportes, Tho' i !,e l )arlir du l Jeuvieduie Me Caddenet joy Bracks un "ison bien situe ayan ton. Un des pn mien exploits '" 1 Ie coutorl moderne. S'a qu'ils esprent raliser est le dresser Pour renseignement patronage d'un vol par Mr ;iux ouream du MATIN. Parris de New York 4 Hati. / \ vendre Dclaration j Partagent la politique dr gonvememenl. je prie l* Une excellente pendule, I oivs qui voudront m'honorer marque tranaise, aonoautjde leurs votes aux lection' les 1 : el lea demies, re-j communales du dix janvie mon B les builjou s. courant de vouloir bien s'ab resse ; tenir. 1 STERLIN I D. MALETTE Mi c Cai u leau Ce 5 janvier li)32 v ( .iw-Tnlllj CE SOIR Belphqor L a (IU E r'WTO K 't ( SUITE ) Maison ou UM H; de la L'HOMME \ I/' CAGOULE f SUITE) 0 5u : H 1.00 DEMAIN SOIR 1 %  j i-.qu'ici : une La Bague Impnale aver Ivar Pf'oviih pi L 1 Dsffover Entit • 1 00; Bidcor, : 2,00. SAMEDI 5 h urcs : L< plus b" a fi'm historique. P plus beau combat df loups q^** loi ad ji(ien-Grande 'iivire du Nord—H. h<;;i, n'a )&i l sans de graves ineoavdents pour ces rgions. Elles >nt d'ailleurs insist auprs do gouvernement pour une reprise lu chemin d 1er dont le tonctonnement ast li i leur conomie. C'est pour donner satistac* Ou a ues intrts respectables (U'on arrangement est interve• 11 entre le Gouvernement et la Compagnie, permettant, scus reserve, des droits des deux parties et de la dcision que pourront prendre les Chambres, le tonclionneraent du Chemin le Par ''ap-fclailien—Bahon et Port-au -Prince —Verrettes. A cetle fin, on procde ac tneilement des travaux nces SSirts sur ces deux voies. D'ici Avis Le rcpiss de la dttls communale de Port-au-Prinoe au No 211 s levant la Somme de quinze mille gourde ( 15,000,00 gourdes) mis entareur de„Mr Albert U. Horelle ayant t gar, est dclar nul el non avenu, la soussign devant en lairsv dresser duplicata Porl-au Prince, ce 31 d ce sabre 1931. Pour les hritiers Albert L. HORELLF. Edouard HORELLE la semaine prochaine, le trafic sera repris dans le Ncrd et ver la fin de ce mois, sur la ligna St-Maic. Nous croyons celte solution heureuse qui contribuera uns reprise d'ariivif dans les r g' r ns intresses et permettra notemrnent l'emploi d'un ,cr lU'i nombre de travailleurs. ItbUUl liai I>ODI la renomme est universelle a gard sa premire place Demandez partout : UN BARBANCOURT Dpt ;Rue des Caart



PAGE 1

m> Hstilal Gnral HilUel Accidents Du 30 dc*mbre.l9Sl Paulus Toussaint,4G snSi rue Charron. Fracture probable du ralcaoeum gauche (hosp:-dise). Brutus Pavilus, 68 ans, quartier St.Joseph. I£nlorse UJ pied droit. Lubin Anlisthne, 07 sns, rue Jh. Janvier. Blessure confuse de la rgion irontale. Joseph Auna. 8 ans, rue Amricaine. Blessure contuse la rgion Irontale moyenne d la rgion paritale gauche ( combat ) Tmmer Gisle, Poste Marchand. Brlure superficielle au menton. Joseph Enosie, frauboi'rfi Salemon. Blessure conlOie au aiveau du parital roi e\ an nitpau de l'omoplate gauc he. St-Vil Assephie, Place Ste#M Blessure coniu.se du geou droit (auto). Franc*. Tiya, Croix Bosselas. Blessure uunluse au niv.au du temporal et contusion du net. Odilus Rgis. Logne. Blessure contuse au.niveau de IOCKifV Do 31 Dcembre 1031 Unce Cadet, 31 ans, rue d* l'Egalit. Blessure plante pupd droit. H Claudios PciteviSD, U ans, •venue Magioire Ambroi^e. Blessure coniusedela jambe droite. Joseph. Blessure irtnchanti Jean St-Germain, 20 ans, GrarxfRue. Blessure contuse du 4rse orteil du pied droit. Joseph Me sa ncia, 13 rus Grand Ane. Fracture tiers irJr. radius gauche, sub luxation du la joue droit.et con'usion du front. Elias Bnboun. 1908, Turgeau Blessure du cuir chevelu. Vilcius Prophte, rue du I), Debout. Blessure du cuir cheuaaxillaire in 1er., quelques ro1 velu, sions aux tesses ( auto ) hospiPierre Lambert, 1893, St Antalisc. toine. Blessure cou;use super Simon Ren, 19 ans, rue de ficielle du flanc gauche, blessure l'Egalit, Intoxication slcoo.'i* que. Marcel Edouard, Bel-Air. Blessure l'hemithorax gauche. l'iei le Tusie, Mayanman. Blessure contuse du cuir chevelu, la rgion paritale,, gauche [chute]. du nez et de la main droite par morsuie humaine. Polynice Paul, PJ05, rue Amricaine. Blessure ducuircheve u el de I paule gim lie. Mexil Lumeua, 1904, rue Pave. Contusion du cuir chevelu i Havier Chai les, 18U<>, C;ou des Bossales. Blessure contuse i'aui Domin que, Dessalmes. A „,„„ _,„;„:,„i„ 1-o.te contusion de a rgion { f* S'S vre. 1003, La et du genou droit "*** 2 JaUTitf Maiguau Em.le, Bois-de- s yi| S(ervi p „ ; fi ,raiu j kan,e 1/J lure -lu 1er degr (hospi alise). ...le av, ibmgauche. Vlc(or Brll ^ ^ e> g au > St-Uostde Lo.ueus, avenue Droul)lard B!essu M a gloire Ambroise. Blessure comuse rgion paritale droite, hmatome poignet gauche. k Daverne Femina, rue Amricaine. Corps tranger du poignet droit ( aiguille,). Mazarin Emile, rue des Casines. Blessure contuse de la rgion paiuiaire droite et tace dorsale (accident de travail;. Du lei Janvier 1032 Andiviile JSoelcius, 40 ans, La Saline. Bltssure contuse du e tranchante ( du cuir chevelu et du bras droit, fracture radius gauche ( bospitalis). Melle Voirie Lilavois, ru^ Ption. Morsure de chien au* mains (hospitalise). Paul Emile, 02 ans, rue Ca pois. Blessure contutx du cui chevelu (hospitalis). Franois Ain .de, or ail S Joseph Frtcturi de ei remit s.jpr. de l'huii-ru. i t hospitalise ). F W-l uiopol PARIS vendant U mmm MASSUE DU RIGHCE Fwttms 193 ppemferes Marquis et toujours ne primisre iraicnear UNI; SEULE QUALIT : LA MEILLEURE „ %  -*> i tayon Spolal P3J.1 LES COLONIES DROGUERIE. HERBORISTERIE SPCIALITS e Franaises at Etrangres SF..S DE QUININE PURS Tout produite <%  flacons, :!<•$, comprims, cachet* BOBUTIONi HYPODERMIQUES PA..\r\GES, CEINTURES O A3 A VARICES '.KtilLS HYGINIQUES pour tous usages Appareils Orthopdique StrtngUW hypodermiques Pharmacia de Poche, de Voyagi Coures Pharmaceutiques 9CLT Usines. Communal, etc. LE ROI DiS RHUMS Cest h ' Gai iUns CfPOCEl Dit IA6ASIK DE L'ETAT Pi nirants : hum i en \ 'eilU s i I Projets do Factures et tous renseignements sur demande adresse Pharmacie CANONNE 49, Rue Raumur 8&-S0, Boulevard Sbasopol PARIS MAISON UNIQUE AUCUN? SUCCURSALE n c *a Franco ni l'Etranger %  %  < % %  .?•. % %  ') 2 Ci le 7.50 5,00 4,00 3,00 '2,00 uers lulcr. cie la jarobe droite.* Suzanne Ja-BspUsl Porl-auPauknu Paul, 23 ans, rue St Prince. Gontusiuu a l'a va ni LES CONSEILLERS DO DOCTEUR RAMPY Dr J. Rampy, Dr J.C.Dor-, sainvil, Me Isnard Raymond Dr J. Catts Pressoir, A. P. Barthlmy, Dr Victor Lann nceau, Surin Eveillard, Me Alexand e Sauray Me Vergoaudi Molire, Or Molire i il, Me Einmmiiel TrouiK lot, Me Victor Duncan.Marius Miltort, Eroest Du;u, Netoi Michel. ^.Candidats au Conseil Co. mi jal de Port a a* Prince ; iLctious du 10 janvier pr chain ils demandent ce intressante popul lion ses bienveillants su tirages. Ces dignes el disling concitoyens dont le p.i s rpond de l'avenir inspirent j confiance. bras droit. Dieusilort Merand, Bel-Air. 131'. ssure contus-[racine de ni / jj^ndr^Lamarre, Mel-Ar. Blessure tranchante joue droite. .Joseph NOPI, 102-1, Laln*. Mor•.. r de i !<•' n, i Ist) i Ji -Bai ', i u1 A i et Ll ;:oi luse de la rgion perf-orb taire g. V\ i/2b ouleilles moiti prix. Par cie 8 40 qde s le (jaiion. Sirops e liqueurs de piemiet ix. VINROUG: & BLANC Alcool pour liqueurs. Extraits pour sirops et liqueurs. %  ...-_-. <••- La West Indies Trading G 0 A l'ai d'annoncer i M i ntlequi Magasins lerms le jeudi 7 cot our cat in vi a ta lille • pour la n S de plus du jamais i En coi i ses Ma au public, con n me, a pai lii i Os. m. rgatifi/al O'MI .u y P if B? 147, Ru du Fau. St-Dmia, Pcr'a Fad in, '. %  uni prjpamllf, clic u: .ce dc^ol. i i te }zA?.\U. H N'exl) 'iu t |tu clr rrpoi ii )• ch.raYi.-, clic oc ISCSM perte de temps. Un* :• '.'. oue loui Irl niniUirot, A)i.;quciil, moins chrtf. 1ATIVE,2!I Pilule AWnVT, 1 Pilul. f i ARII Assurez vous im* %  rMt'Wb+r"*mii+;v.e*-*;am. .ul>.> jn ** %  !'liiitlii lin %  mm§*WMmiMwmmamm~ .. % 


PAGE 1

Jeudi 7 Janvier 1932 Le Malin 4 rA'Ji V rne ANNE N* 75ti Pot t-au-Prince Tl; t one • 2242 ll—IWli H m*--. 0 irez comme CADEAU de fin d' combat le rhumatisme G ou lie Eczma Artrio* ( Sclrose ( Obsit \ Ooniinti \ I ,lr V .. I I vil gften i URODONAL nettoie le rein, lave le foicetlss articulations Il assouplit les artret -: ^vite l'obsit*. „,,,„, ,,, „;, urique circuinni ,!,,„ I. >*n S en .„ „ de Cd acide ur,UC qui. > !" —, d nrMe de c le du rhum.rfl.mc c^ M*. • ,;.,,. %  t A i^ phannacie. AVIS AU COMMERCE I i Panama Itail >:H Sle Mbip Une a : ?e Hati, diredeme • H >< le Janv.e 1J M Steamer c Cristobal Q 1932 lelOHn" ./S Buenavenlurai I2ianvi 1932 Steam r Ancom %  • S/S Guayaqnil le 2•>^S Cristobal le .' Fvrier 19.12 S/S Buena-enlura •> le 9 tv 1932 S/ •' vie >o" I l • Fvrier 19J/ l'as mee !e 24 : u :>1 janvier le 7 lvrier le 15 lvrier 21 lvrier iW-oiqilI" 23 lvi le ?9 lvrier C Panama Railro Steampihip Lme j as B.CVANREEp x\gcut Gnral 1932 1932 1932 1932 v.m 1932 1932 1932 IQUIDE on en TABLETTES Soulage les maux de ite ouU uevralflie en 30 minutes, • iit uu Froid le premier jour el la roulai ia en trois lonra. GGG sauve le bb du froid j00--jb. j iir i i w* ... I^ • j LA COiiiliISSIN COMMUNALE DE PORT-AU-PRINCE Lykes Brothers SS C Inc Texas HaiU San:o DomingoRico Porto le seul wryice : lomad ire et rRuliei 4 pmwger. ei ,, outre lSpo^ %  Te. d.recum.n. ev< Port-au-Prince, Ha lu Pour lu rception rapide el le maiiiem n labile de vos Importation!, servez vous louj >urs des^uavirea de > LYKh LINE. Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont' Steamer M-irgarei %  !' vi % }g g Sleumer t Tili? Lyk 1 5^ anvle t r }SS Steamer. Gmo ve i >kes S'. in i oao Steamer B lli L^kes*. 29 janvier 1US2 tinrem: Rue du UIJMIO del'fctai, Boite Postale 13 En conformit de l'art30 la loi Electorale du 7 Juillet 1930, rappelle que les Assembles i ri ma ires de en ( un&ci i| lions lectoral* orl au-Princese reuniron le lOJauvier 1932, 7 beorti du mai n dans les locaux qui seront ullrieuiemeu' dsigns, leftet dlit les 1er et 2e dputes < v Co, Ltd. 53 Quai Gv rges V. Ha >. Hernu Per & Co, Ltd Rue du Mo tin Vapeur. Bouh ;' %  ^'' t '"Messrs A. i DIX & C \ 21, Allen g: i enh ;ue. OSLO, KO ANInten nal Spr ditioi i MM. A ;i: lorpn D Haml urj 1. G uy M Messis A lanti'c I Corp Aniwti'i .i e eium i ; i l t ! i HERNU PROU & Ge Ltd 95 Hue dis Maris, l'aris, HERNU Pen n & Co Lid., Hue de Tranquillit, Dunkerque. Ht mu Peron & Co l id. il Rue Roy, Bordeaux, GENOE, l 'I'.M v. Vess.s HENRI COE & u i IF PIAZZA b MAI EON % %  < r t oTTl NBURG, i V. LOI N Nord I. Kxprtis. Cothen Messrs ATI \i c FREIGHT Co P N Kon Emmaplei i Rotterdam Hollande Messie STERMANN & o es cr DE LA MM 0 i , LES NOUVELLES RADIOS A 5 & 7 LAMPES MUL7I-MU el FENl'ODli ALL ELECTRIC Modle C'^l 5 lampes O ^5") „~ Modela C3'J JOr 85. 7 lampes. Iiaul par Ieui\ dynamique Les meilleures Radios sur le marh DEMANDEZ ONE DMONSTRATION El VOUS SEREZ SURPRIS DE LA SUPRIORIT DECES Radios Golumbia SUR TOUTES LES AUTRES MARQUES. N'achetez pas une Radio avanl d'essayer la COLUMBIA Mode 'M Modle C. 34 Or 87,50 5 lampe0r | 15i 7 | ampes Kneer's COLUMBIA Music Hall Port-au-Prince KEENR'S GARAGE IWI I ffMBnamnHBOism'iwca* LE FAIT EST INCONTESTABLE in m Sari > h a C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste territoire' 4 runissant les meilleurs terroirs, I C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! _i:iliiiiiMHiirnMwe'



PAGE 1

Clment Magloire DIRECTEUR. 1358. RUE AMERICAINE 1358 { T ELEPHONE N2242 Il u v a pn MIBHC l'umnic In lion ..loiilrrunue ? A bien dissquer leurs principes, pessimistes et optimistes s'identifient par un gal attachement la thorie du moindre effort. La dignit des citoyens, le pr tige des peuples ne sauraient se concilier avec des doctri batitude ou de dpression ciales devant aboutir l'alal< la faillite de I humanil.S mes paroles d'aujourd nui doivent tre les dernires que j'aie le privilge de prononcer en une pareille circonstance dan, lexercice de ma charge otiieieile, qu'elles soient comme un cri suprme jailli dnies entrailles pour attester ma foi dans la .ra lernit et la solidarit des nations Un Franais sur le point d'achever la sixime de ses tapes de dix annes, dans les al^'j^ai^convhi'aux modes[res des bourrasque! k' n lumire les traits essentiels de lies ncessaires comme gilimes fierts mettant : modestrs des Douirasquw >aux t-Ipoque tourmente, peutetie. en pleine je crois, qualili pour voue, un I. ..Il I .1 ..../ imnill'C .11l'A ma race et les vritables aspects de sa mission et de ses destines. Enfin, plus nettement encore, je distingue, avec dans les plis de leurs voiles des lambeaux de vie les ayant jusqu'ici maintenus sur les bords du nant, les jours de l'an de mes derniers postes, de Salonique, de Gnes et Quito, et, fermant le cortge, ceux de 1930 et IU31 Port-au-Prince, tout resplendissants d'blouissants souvenirs dont l'clat persiste dans mon cœur reconnaissant. Je vous salue, chers tmoins de ma vie passe, avec dans les yeux des larmes de joie mles a des larmes de tristesse I Vous nie rappelez tout ce qui a t que j'ai estim, que j'ai vnr, quej'ai exalt, tous les dbris de moi-mme que j'ai laisss sur le chemin parcouru en ces trente sept annes, mais — et vous tous ici, Franais, liaitiens et autres trangers qui aimez votre patrie connue on doit l'aimer, comme une mre, vous comprendrez le frmissement de tout mon tre en ce moment — je puis, grce vous, chers trpasss, attester que j'ai toujours cru, que j'ai toujours proclam que ce n'est pas seulement au grand soleil de Messidor, comme l'a chant le pote des ambes,que la France tait belle I L'illusion a pris tin. Les ombres se sont vanouies et le miculte fervent auxdivinius de la patrie, la race, la langue, le ni, les traditions, le patrim une moral et spirituel lgu, par les aeux, tout ce que le mot suave et doux de nid rprsente pour l'oiseau, mais il n'aurait conserv que des loques d'exprience de son passage a liavers les brousailles ne la Vie s'il n'tait pas galement pntr de la saintet de l'ide de paix et de concorde universelle^. Lu llaili.des arbres poussent qui n pourraient vivre d;ms d aunes pays, des fleurs ont des couleurs clatantes que l'on ne retrouve pas sur les fleurs d'autres contres, les papillons se distinguent par une lgance d'enluminures que l'on chercherait en vain sur les ailes des papillons sarcasmes, il faut rendre les, j hommages qui leur sont ds aux vrits anciennes, si vieil: les. si ratatines, si rabou, gries soient-elles sous huis coiffes dmodes de douarires de la raison. Des mois, des phrases! clameront les persifleurs, lie! ta! messie u les dtracteurs, esprez-vous que la ligne droite cessera d'tre le puis court chemin d'un point a un autre et 2 et 2 de faire 4 parce qu'on j ne le dira plus7 Ce matin, des poux, des parents, des fils se sont embrass.es eu prononant des formules rituelles. Leurs gestes, leurs paroles, leurs silences taient d'une vtust qui De les tendait pas cependant ridicules. Ce malin, oes familles,unies par les liens d'une communaut de soi' N nirs nationaux, ont entonne avec la mme ferveur le m me credo patriotique. Leur psalmodie ne se signalai, j; : par une ri m veau te df composition et, pourtant, ses accents charmaient l'me. Ce rrfat n; j) nples, arrts ra imenl ra'•> important h te journal. Vous n'ignor z p s, m i chi r Megloire, que je oi |o ira i ir le* colonnes de c > si bien rdig, aux •'. i lisantes, l'opinion d'une si ( tran" ehe orih OJ %  . f I moi, mo cbei g ., %  H r %  I i d | rospri pour E AU bo heur pour %  nus perso i i i m al et voti honoi able I imilh .• Toujom . i u fles d fin et d> i Cordiale u S. FOUGRE des autres rgions. Us sont bien cependant de la mme la ni die que les arbres, les fleurs, les papillons de France, d'Italie, d'Allemagne OU d ailleurs puisqu'ils naissent, vivent et meurent connue eux. Et si nous considrons d'o que nous soyons le ciel illumin dans la splendeur d'une nuit d't, nous vient-il la pense que, pool tre soumis aux lois de rattrai \ lion universelle, Sirius, Aldebaran, Antars ou Canopous cessent d'tre des toiles indpendantes, en possession de leur pleine souverainet dans la zone de leurs propres constellations ? La Cration nous offre magnifique rropos humides /.'/ i i..i.i m dit iiil'rre. >%  %  uucain, I i une d Indj %  i % % %  ierl %  %  ite a eau AU \ rai, %  rujiiSiste. I %  • %  : 1 re<, ou i ni meilleurs a notre /est lu qu ii, qu'est-ce i| lerinin %  i l'oul (• % %  que je i [u*a • ision du nouvel RU qu'il .i voulu i il bi M. Morillo, le trs disl d mil' domiiiicd nous, a emporte avei lu du RHt >J .;,.., l)H donl lui l m di iluie •• i %  I /..( Opim %  i. LE PaiX DE II ra cle professionnel que j'vospeclaele magnifique dune quais au dbut s'accomplit soumerveilleuse harmonie et, Dernire Heure Un triomphe de la DODGE SIX FreeWcelinj Hier aprs-midi w^ coup de tlphone deJrmie nous annonait que lingnieur en Chef, M. L. Jeannot,venait de rentrer en cette ville dans une voiture DODGE SIX. Cille voiture avait t mise ;i h disposigrac euseraent Sainement suivant les r ns eon;.( i sJe doisje peux m'oublier, me librer de l'emprise dmon individualit pour n'tre plus le reprsentent oc mon pays uniquement attach a sa mission attach sa mission traditionnelleen un tel jour de prlever agrandis par ses conqutes parmi une assistance choisie fur;?l espace, le culte de 1 or-1 moins de se n-oedre u la dchance d'une abdication de sa primaut uitellei i homme, le roi dec< tti Ci lion, ne peut que d< creter dans^ses dais, .uijoui (l hui lion de l'Ingnieur en Chel par Monsieur Kiuer, le sympathique proprictaii • du A demain les dti io— M e iii l cool. ses initia rs s'a 11 n ir un %  > i ; ' louveltc qui u i il sou mise et qui 'e inspirer Ino ur • iisme. Oscar VV.id dci la de neooi ii — Ce n'es as, i ufia i tai 1 a mi Ei %  Lihys, qui U rapp i %  jour lin dans e ireu, qui I aie prouve alors aucune iver&ioa j arti a \> o u i i alcool ; mai. ; loin d'argent. J'ache'ai unv '.) JOteille de whisky; quand la bouteille lui u de, la no ivell u lui aussi, 11 c'< si elli qu remporta le pi ix. Dcs Un tlgramme de M. Laborde Fils nous ;i appris la mort pre U' i dite qui ... voil qu'a Side-Step'Inn c'e>t chaque ; ur : Nol et chaqui tur : I euiier d i. Toit si : ou i i Diaiq : la mus.que, < lia irt, hs Femmes... il lli a %  d'un peu d'entrtO'i et i, i copains joyeu x . pour qi i modifie volont le alendru •, en y ajoutant \ janvier comme organe officiel. C'est vraiment trop d'honneur. Nous avons certainement — et nou*recommencerons le cas chant— applaudi bien les actes du Gouver ueuieut, mais nous avons lout al formul en tout* md (tend une nos critiques, suies mesure et les projets qui ne renconti dent p:>s noire lacon le voir. Noua n'avons aucun e on d tirer sur le Gouvere ruent et encore moins bong ug !g.., mais 1 .mire part, uoi s empn i to la d'ajouter prenons pas no i ivea du l'a' lia et que le sidentdel* H (lablique nom /, pour ne pas noui no'.s le deman'. %  i ne cultivons pus la demi Le ii Courrier liai • lien devra en prendre parti ..* omme NOTRB (EIL pren 1 i di ne p.us le voir. .,. a vu jeudi dernier, la cl lure des lis'.ei d'inscription, la plupart dss candidats tant I* 11 Magistrature na e, s'empresser de ti les Membres du Uuieaut su ni s (.liai les Liavois, Aro.e et Paul Fquire, ,i sa — 'levant sa-detfsttti issious. conduira aveo il n e correction les traition. La scne M |uait pas de grandeur. mis aprs, sur l'ai invitation de M. Charles trois qui avait prsid le* tavaui avec l'autorit que l'on les M.unbres et le person.1 du Bureau d'iuscriptions i (me de nombreux candi(|ui avaient bien voulu se dre au groupe, se rencon,i! a I lloiel de France pour .,d<;r une coupe de champajjne. • ... a vu un chirurgien, pourvut trs cit sur le chapitre le la ponctualit, oublier ai quatre lois un rendezvoua d' flaires qu'il avait lai— Orne fix un de ses amis. '. utre tut assez vex du proeu et quand un employ ha* mda pour excuser le cas m Docteur quil tait sujet anx lubiis, c'est tout |us;? s'il ne Ht as remarquer que dans ces unditions il pourrait bien lui arriver aprs une oprationchi,a l> k perio l'ree >V I DENTOL i u e nus sii a sa la mille, pai tit ulireuienl sou lit s. uigicaie, d'oublier son bistouit lana le ventre dj recousu l'un patient. ... a nvu le client chic qui .dore la canne--sucre, la mu sique et la mer. Il a mme lait Us proslytes, et c'est ainsi que. autre soir, en compagnie de .K ix amis, il taisait encore u dans la cour de i>uInn. C'est inimaginable, ce trois jeunes gens qui n'ait videmment ni la bire, m la limonade, ont moulu de d i .nne--sucre, aux I /. de l'tablissement. tilcs Ilascos... mais aussi ; |oll uio de cocos! GOG i i ^


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06904
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, January 07, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06904

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR.
1358. RUE AMERICAINE 1358
{TELEPHONE N2242
Il u v a pn mibhc l'umnic In lion
..loiilrrunue rim pMf se noire de l*ei-
prn i rt iWrfftf le droit le
Miller la jeunesse,
HfcY Lliense
215 me ANNEE N* 7569
POlsT U H IN- ?:. ( I-AITI)
JEUDI 7 JANVIER 1032
Le 1er Janvier la Lgation
de France
A la brillante rception oui
eut lieu le 1er janvier la L-
gation de France, M. Wiet'jni-
nistre de France, pronona l'-
mouuunt discours suivant :
Il n'est pas dans mes habitu-
des dans les solennits o.com-
m celle de ce jour, il m'est
imparti de parler au nom du
pays que j'ai J'honneur de re-
prsenter, de me laisser aller
des spculations d'un caractre
priv ou des vocations de
contingences ou d'ides me con-
cernant particulirement.La ser-
vitude, qui en fait cependant la
grandeur et la beaut, de la car-
rire du fonctionnaire est dans
cette obsession constante des
intrts individuels ou gnraux
dont il assume la gestion. L'ou-
bli de sa personnalit est le fon-
dement mme de sa mission.
Quel ange ou quel dmon
refoule ds lors en ce moment
d'une pousse irrsistible mes
penses vers les rives lointaines
de mon pass ? Comme nagu-
re, pareille date, l'image seule
de ma patrie bien Mine de-
vrait se reflter dans mes yeux
et ce sont des apparitions de
fantmes d'annes disparues OUI
en cet inslant sollicitent mon
regard. Mon motion nie prive
de mon nergie et je cde I en-
sorcellement de cette hallucina-
tion dlicieusement douloureu-
se. Je ne puis me soustraire a
l'impulsion intime qui me con-
traint vous confier, mes chers
compatriotes, vous hVOUer,
Mesdames et Messieurs, lu cau-
se de mon agitation passagre.
Si rien ne vient modifier la l-
gislation en vigueur, c'est la
dernire fois qu'il m'est rserve
l'insigne faveur de prendre la
Sarole au nom de la France
ans une semblable cr nome
et il me vient au cur un trou-
ble "indicible, car je ne saurais
dire s'il est doux ou pnible, ht
<.'est Port-au-Prince qu'arme
cette chance de ma vie offi-
cielle, dans cette belle capitale
de ce beau pays o, quatre
vingts annes exactement au-
paravant, mon pre s'associait
avec sans doute de grands pa-
rents de plusieurs d'entre vous,
quelques dizaines de mtrs
peut-tre de ces lieux, au r-
confort d'une pareille fte qu il
\ devait encore clbrer cinq
Binies de suite, -- dans cette
ville o l'un de mes livres re-
gretts est n et a rempli ren-
du ravissement de ses premiers
mots de papa et maman que,
dix-sept ans plus lard, J adres-
sais mon tour aux mmes
tres adors, dans cette Hati
o tant de prvenances, d e-
gards et de sympathies me sont
dj venus de la part des auto-
rits, o j'ai t constamment
entour d'une charmante cor-
dialit par la population locale,
o j'ai toujours bnfici au-
prs de mes collgues du Corps
diplomatique et des Consuls
trangers et de leurs nationaux
d'une exquise courtoisie dont le
souvenir me rchauffera le cur
dans la solitude de la retraite
prochaine, o il m'a t en-
core octroy la fiert, recueillie
dj sans interruption dans
d'autres postes au cours d une
randonne antrieure de plus
de 33 annes, de voir des pr-
tres et des religieux de mon
uavs poursuivre une uvre ad-
mirable de charit et de solida-
rit humaines avec un dvoue-
ment sans cesse renouvel par
les manifestations touchantes
de gratitude du gouvernement
territorial et des habitants -
o tirce vous, protges .Sy-
riens et Libanais, il m'aura t
donn de revivre des annes
heureuses de ma jeunesse en
me remettant. d.,ns 1rs j eux et
dans le cur des images i la-
ces de votre dure contre,
o. enfin, par votre patriotique
&lance, ornes companotes
tant aims, me faciliter en
toutes circonstances ma tache
officielle, par 1" dignit de vo-
?S& par b correction^
de vos rapports individuels ou
collectifs, m'avez dj fourni de
si mouvantes occasions de con-
cevoir quelque orgueil d'tre
votre chef de file Quel enchan-
tement du cur Quelle ivresse
de la pense 1 Quel merveille-
ment de l'esprit I Une rose
miraculeuse se pose sur les
fleurs fanes de l'herbier de mes
souvenirs et.ravivant leurs cou-
leurs, ranimant leurs corolles,
rveillait leurs parfums, leur
redonne une fracheur dont
mon me se dlecte.
Maie ces ombres familiales
ont dj disparu et maintenant,
en un raccourci saisissant, j'a-
perois sur un cran impalpa-
ble la projection du dtil des
trente six Jours de l'an que, de-
puis mon entre dans la car-
rire o, depuis la disparition
de mes deux aines, j'assure seul
la permanence de la tradition
vieille de plus de deux sicles,
de ma famille de servir la Fran-
ce l'tranger, j'ai dj clbrs
solennellement dans l'exercice
de mes fonctions. Je les recon-
nais du passage, ceux de mon
initiation professionnelle o j'ai
ressenti les premiers frissons
sacrs quand, sur un ciel tran-
ger, se profilaient en ralit ou
en imagination les trois cou-
leurs du drapeau de mon pays,
puis ceux de ma prparation
des conceptions d'ventualits
dans le domaine de mon acti-
vit officielle, o je pouvais
me rfrer de l'exprience d-
j acquise pour former des
vux et combiner des espoirs
mieux en rapport avec les con-
tingences du moment. Aprs,
ce sont les jours de l'an de ma
maturit, se dtachant, grce
leur stature, avec plus de re-
lief dans la pnombre de mes
visions, ceux qui ont dpos,
peut-tre, dans l'enthousiasme
de mon me le plus de ferveur,
le plus de confiance, le plus
d'assurance, dont j'ai recueilli
la plus forte impression, car,
mieux en mesure alors d'appr-
cier, de raisonner, de compa-
ALIX
29 annes
ROY
de succs.
des chantillons de souhaits dre, de la concorde, de
personnels pour en extraire la rythniie des nergies morales
et spirituelles. Au risque de
subir des railleries ou des
Ce que disent
nos aboiiiiu
substance mme tics vojux de
son me collective, lit mon
premier soin est alors djliini-
ner le prcipit des parcelles de
pessimisme qui se dpose au
fond dmon prouvelte morale.
()u'est-ce adir, en effet! Mes-
dames et Messieurs ? Parie que
sous le rgne de l'anne ddui-
te, il s'est dgag divers mo-
ments de certains cratres poli-
ques ou conomiques des
manations ayant provoqu
une suffocation gnrale, en r-
sulte-l-il pour le droit de refu-
ser notre confiance et noire lo-
yalisme sa sur W32, notre
nouvelle souveraine, touie gra-
cieuse dans la puret de la ro-
be de sacre ? Pangloss est mort !
Pais ses cendres et souhaitons
quesa descendance soit teinte
mais sommes-nous vraiment
m e na ces prsentement d nue
progniture de Pangloss rc-
bours ayant, eux, pour devise
uTout est pour le pis dans le pi-
re .des mondes possibles >? A
bien dissquer leurs principes,
pessimistes et optimistes s'iden-
tifient par un gal attachement
la thorie du moindre effort.
La dignit des citoyens, le pr -
tige des peuples ne sauraient se
concilier avec des doctri
batitude ou de dpression
ciales devant aboutir l'alal<
la faillite de I humanil.S mes
paroles d'aujourd nui doivent
tre les dernires que j'aie le
privilge de prononcer en une
pareille circonstance dan, le-
xercice de ma charge otiieieile,
qu'elles soient comme un cri
suprme jailli dnies entrailles
pour attester ma foi dans la .ra
lernit et la solidarit des na-
tions Un Franais sur le point
d'achever la sixime de ses ta-
pes de dix annes, dans les al-
^'j^ai^convhi'aux modes- [res des bourrasque!
k'
n
lumire les traits essentiels de
lies ncessaires comme
gilimes fierts mettant
: modes- trs des Douirasquw
>aux t-Ipoque tourmente, peutetie.
en pleine je crois, qualili pour voue, un
I. ..Il I-..........1 ....- / imnill'C .11- l'A
ma race et les vritables aspects
de sa mission et de ses desti-
nes. Enfin, plus nettement en-
core, je distingue, avec dans
les plis de leurs voiles des lam-
beaux de vie les ayant jusqu'ici
maintenus sur les bords du
nant, les jours de l'an de mes
derniers postes, de Salonique,
de Gnes et Quito, et, fermant
le cortge, ceux de 1930 et IU31
Port-au-Prince, tout resplen-
dissants d'blouissants souve-
nirs dont l'clat persiste dans
mon cur reconnaissant.
Je vous salue, chers tmoins
de ma vie passe, avec dans les
yeux des larmes de joie mles
a des larmes de tristesse I Vous
nie rappelez tout ce qui a t
que j'ai estim, que j'ai vnr,
quej'ai exalt, tous les dbris
de moi-mme que j'ai laisss
sur le chemin parcouru en ces
trente sept annes, mais et
vous tous ici, Franais, liai-
tiens et autres trangers qui
aimez votre patrie connue
on doit l'aimer, comme une m-
re, vous comprendrez le fr-
missement de tout mon tre
en ce moment je puis, grce
vous, chers trpasss, attes-
ter que j'ai toujours cru, que
j'ai toujours proclam que ce
n'est pas seulement au grand
soleil de Messidor, comme l'a
chant le pote des ambes,que
la France tait belle I
L'illusion a pris tin. Les om-
bres se sont vanouies et le mi-
culte fervent auxdivinius de la
patrie, la race, la langue, le ni,
les traditions, le patrim une
moral et spirituel lgu, par
les aeux, tout ce que le mot
suave et doux de nid rprsente
pour l'oiseau, mais il n'aurait
conserv que des loques d'ex-
prience de son passage a lia-
vers les brousailles ne la Vie
s'il n'tait pas galement pntr
de la saintet de l'ide de paix
et de concorde universelle^. Lu
llaili.des arbres poussent qui n
pourraient vivre d;ms d aunes
pays, des fleurs ont des cou-
leurs clatantes que l'on ne re-
trouve pas sur les fleurs d'autres
contres, les papillons se distin-
guent par une lgance d'enlu-
minures que l'on chercherait en
vain sur les ailes des papillons
sarcasmes, il faut rendre les, j
hommages qui leur sont ds
aux vrits anciennes, si vieil- :
les. si ratatines, si rabou- ,
gries soient-elles sous huis
coiffes dmodes de doua-
rires de la raison. Des mois,
des phrases! clameront les
persifleurs, lie! ta! messie u
les dtracteurs, esprez-vous
que la ligne droite cessera
d'tre le puis court chemin
d'un point a un autre et 2
et 2 de faire 4 parce qu'on j
ne le dira plus7 Ce matin,
des poux, des parents, des
fils se sont embrass.es eu pro-
nonant des formules rituel-
les. Leurs gestes, leurs pa-
roles, leurs silences taient
d'une vtust qui De les ten-
dait pas cependant ridicules.
Ce malin, oes familles,unies
par les liens d'une commu-
naut de soi' n nirs nationaux,
ont entonne avec la mme
ferveur le m me credo pa-
triotique. Leur psalmodie ne
se signalai, j; : par une ri m
veau te df composition et,
pourtant, ses accents char-
maient l'me. Ce rrfat n;
j) nples, arrts ra imenl ra<-
mei 1 la halte consacre de
ce jour dans le en non
vers la fraternit et la soli-
darit, ont contempl .
liert l'tape dj parcourue,
puis, a] ivoir repris
ieine"dans l'air pur et S
Liant des sommets, se sont
remis en marche avec p
d'assurance et de confiance.
L'Espoir qui les guidait i
dj dans Tel,m qui, l'aube
de ce premier de l'an, a
jet dans des treintes per-
dues des poux, tics parents
et des [ils et dans L'eiltfa
siasme qui avait alors trans-
port les citoyens d'un mi
pays vers les plus sereines
penses. La parade des na-
tions au cours de celle jour-
ne est donc bien la glorifi-
cation des ides et des sen-
timents de bont, l'union et
de coopration qui, depuis
l'origine des socits, mnent
le monde civilise. Au coul cl
des preuves du temps, Le|
cur de l'homme s*esi sim-
plement largi.
uL,
D'une h lire reue des
de l un de nos abonns
ville, noua extrayons les passa-
ges suivants :
Mon cher M
A l'occa clture
re louvel a<, )
me I !s le
senter mi s r m< i lem oti
plu vils la < uns i
. ijo
laii servii ' >'>
important h te jour-
nal.
Vous n'ignor z p s, m i chi r
Megloire, que je
oi |o ira i ir le* colon-
nes de c > si bien r-
dig, aux '. i li-
santes, l'opinion d'une si(tran"
ehe orih oj ..
f I moi,
mo cbei g ., H r
I i d | rospri pour
E au bo heur pour
nus perso i i i m al et voti
honoi able I imilh . Toujom
. i u fles d fin et d>
i
Cordiale u
S. FOUGRE
des autres rgions. Us sont bien
cependant de la mme la ni die
que les arbres, les fleurs, les
papillons de France, d'Italie,
d'Allemagne OU d ailleurs puis-
qu'ils naissent, vivent et meu-
rent connue eux. Et si nous
considrons d'o que nous so-
yons le ciel illumin dans la
splendeur d'une nuit d't, nous
vient-il la pense que, pool
tre soumis aux lois de rattrai
\ lion universelle, Sirius, Aldeba-
ran, Antars ou Canopous ces-
sent d'tre des toiles indpen-
dantes, en possession de leur
pleine souverainet dans la zo-
ne de leurs propres constella-
tions ?
La Cration nous offre
magnifique
rropos
humides
/.'/ i i..i.i m dit
iiil'rre. >-
uucain, I
i une d
Indj i
ierl '
, ite a eau
au \ rai,
rujiiSiste. I -:1 re<, ou i
ni, meilleurs a notre
/est lu qu
ii, qu'est-ce i| lerinin
i ..... l'oul ( que je i
, [u*a ision du nouvel ru
qu'il .i voulu i il bi
M. Morillo, le trs disl d
mil' domiiiicd '
nous, a emporte avei lu du RHt >J
.;,.., l)H donl
lui l m di iluie i I
/..( Opim i.
LE PaiX DE II
!

racle professionnel que j'vo- speclaele magnifique dune
quais au dbut s'accomplit sou- merveilleuse harmonie et,
Dernire Heure
Un triomphe de la
DODGE SIX
FreeWcelinj
Hier aprs-midi w^ coup
de tlphone deJrmie nous
annonait que lingnieur en
Chef, M. L. Jeannot,venait de
rentrer en cette ville dans
une voiture DODGE SIX.
Cille voiture avait t mise
;i h disposi-
grac euseraent
Sainement suivant les r ns eon-
;.( i sJe doisje peux m'oublier,
me librer de l'emprise dmon
individualit pour n'tre plus le
reprsentent oc mon pays uni-
quement attach a sa mission
attach sa mission tradition-
nelleen un tel jour de prlever agrandis par ses conqutes
parmi une assistance choisie fur;?l espace, le culte de 1 or-1
moins de se n-oedre u la
dchance d'une abdication
de sa primaut uitellei
i homme, le roi dec< tti Ci
lion, ne peut que d< creter
dans^ses dais, .uijoui (l hui
lion de l'Ingnieur en Chel
par Monsieur Kiuer, le sym-
pathique proprictaii du
A demain les
dti
io
m e iii l
cool.
ses initia rs s'a
11 n ir un > i ;' '
louveltc qui u i il sou
mise et qui 'e .
inspirer Ino ur
iisme.
Oscar VV.id dci la de n-
eooi ii
Ce n'es as, i ufia
i tai 1 a mi Ei
Lihys, qui U rapp i jour
. lin dans e ireu, qui
I aie prouve alors aucune
iver&ioa j arti a \> o u i
i alcool ; mai. ; loin
d'argent. J'ache'ai unv '.) jo-
teille de whisky; quand la
bouteille lui u de, la no ivell
u lui aussi, 11 c'< si elli qu
remporta le pi ix.
Dcs
Un tlgramme de M. Labor-
de Fils nous ;i appris la mort
pre U'
i dite
qui
... voil qu'a Side-Step'Inn c'e>t
chaque ; ur : Nol et chaqui
tur : I euiier d i. Toit
si : ou i i Diaiq : la mus.que,
' < lia irt, hs Femmes... il
lli a d'un peu d'entrtO'i et
i, i copains joyeux..
pour qi i modifie volont le
alendru , en y ajoutant \ tles qu: y manquent.
... voii que nous entrons dans
la saison des grandi vents. I "*
|upes n'ont qu' se bien ten.r...
es i idiscrets sont au spect clr,
et l'il encore*
... voit que le Courrier H al-
ina qui demandait il y a quel*
lue temps que l'on boycottt
Le Matin* nous classe dans soi
numro du f> janvier comme
organe officiel. C'est vraiment
trop d'honneur. Nous avons cer-
tainement et nou*recommen-
cerons le cas chant applau-
di bien les actes du Gouver
ueuieut, mais nous avons lout
al formul en tout*
md (tend une nos critiques, su-
ies mesure et les projets qui ne
renconti dent p:>s noire lacon
le voir. Noua n'avons aucun e
on d tirer sur le Gouver-
e ruent et encore moins bon-
g ug !g.., mais 1 .mire part,
uoi s empn i to la d'ajouter
prenons pas no
i ivea du l'a' lia et que le
' sidentdel* H (lablique nom
/, pour ne pas noui
no'.s le deman-
'. i ne cultivons pus la
demi Le ii Courrier liai
lien devra en prendre parti ..*
omme Notrb (Eil pren 1
i di ne p.us le voir.
.,. a vu jeudi dernier, la cl
lure des lis'.ei d'inscription, la
plupart dss candidats tant I*
11 Magistrature
na e, s'empresser de t-
i les Membres du Uuieaut
su ni s (.liai les Liavois, Ar-
o.e et Paul Fquire,
,i sa 'levant sa-detfsttti
issious. conduira aveo
il n e correction les tra-
ition. La scne M
|uait pas de grandeur.
mis aprs, sur l'ai -
invitation de M. Charles
trois qui avait prsid le*
tavaui avec l'autorit que l'on
, les M.unbres et le person-
.1 du Bureau d'iuscriptions
i (me de nombreux candi-
(|ui avaient bien voulu se
dre au groupe, se rencon-
,i! a I lloiel de France pour
.,d<;r une coupe de champajjne.
*

... a vu un chirurgien, pour-
vut trs cit sur le chapitre
le la ponctualit, oublier
ai quatre lois un rendez-
voua d' flaires qu'il avait lai
Orne fix un de ses amis.
'. utre tut assez vex du pro-
eu et quand un employ ha*
mda pour excuser le cas
m Docteur quil tait sujet anx
lubiis, c'est tout |us;? s'il ne Ht
as remarquer que dans ces
unditions il pourrait bien lui
arriver aprs une oprationchi-
,a l>
. k perio
, l'ree >V
I
DENTOL
i u"
.
e nus sii
a sa la mille, pai tit ulire-
uienl sou lit s.
uigicaie, d'oublier son bistouit
lana le ventre dj recousu
l'un patient.
... a nvu le client chic qui
.dore la canne--sucre, la mu
sique et la mer. Il a mme lait
Us proslytes, et c'est ainsi que.
autre soir, en compagnie de
.K ix amis, il taisait encore u
dans la cour de i>u-
Inn. C'est inimaginable, ce
trois jeunes gens qui n'ai-
t videmment ni la bire,
m la limonade, ont moulu de
d i .nne--sucre, aux
I /. de l'tablissement.
tilcs Ilascos... mais aussi
; |oll uio de cocos!
GOG
i
*
i ^


- iiraMuw *-. w, AM****.V*X.-<*>t UMtCMH
cho;

o
Noire coufrt
Chauvet est l'obj 0
s manili sta'ions Paria
, imbrede '.'. mmerce la i i
amricaine el !. Bvue La
4. Madame! Veu avez regrett dj des insucc, dan* \* Uttfce
voira l":i p.e de soie alors ougez aux tcos qu'y porte h OivelU BUa
-, AU CYGNE.
A


ElAUviMUStKilt

-
'ioO'Amricainr loi oui ol-
lert d ux lueui I m
nUjets auxquels oui p -
de nornbr pei
diplomatiques, polit i qu
journalistiques, b me res. M.
(.Iiauvc! y proi oi i les
cours applaudis.
N o ii s appreno is que
M. W.Blo, syrap: Ihi
connu ici, ne lai .
de la West In lies g G*
qu'il a dirige lu m i temeot
pendait qui Iqu t np i.
Notre ami el c ll ibora-
teur Ed iaar i ('- N o i, b
den membt e di
sion Cornmu : '
puis qtielq j suit-;
d'une dlicate oprati m qu'il
a eu subir. Nous lui ou liai-
tons de retrouver prompte-
aient sa belle et juvnile saut.
Le 3 Janvier a t lit
y ure ; bad* i '. ip~ria -
tien), l'Eeole M nui pale St
nio Vincent. Le coi lit initia-
teur avait tenu donner un
caractre solennel cette
SOI P'L-TItrNT
TVL\JV1AQ5 _
RtC9RI75
Ltr5
^CtlOIll LA *#
< v
Prop. Vve. Jh. CHANCY*
Rua Pave, e* fa33 d Nouvelles
religieiuds
>!, t il'
sapel du Saint Pre i
la crJseJeaaoaiifM actuelle.
inauguration.
La petite fontai ie a i
ilu portail ouest d |U
de l'indpi :e q ti leaser
vait les qua on-
nants a t dplac Il con-
vient de I rtablir pour la
commodit dis pa /res gens
qui allaient y puis
On dit qu' O i mamin-
llie, le registre d'inscriptions
lectorales aurai' i l enlevi.
Ce n'est pas a, le jeu, encore
une lois.
Un arrt eu il de du 24
Dcembre derniei mi-
lle les attributions le la mis-
si >n scientifique ; in< ricaine
dont activits s'exi
Port-au Prince, a Ptionlli
et au Cap-Haitien, eu veitc
e l'Accord du 5 Aot.
L Action Nationale sn-
u )uce eu manebett 11 moi
au Pnitencier national d
Ji.rJtr Baptiste, cle eur d'Ar
caluit.
lis Inrmi ici-uis|
le '.ii dcembre( ae tout | lu
Inte oea ral. Il parait que l< budget d(
et tablissement i e peut plui
s ipporter cette i ht i ...
Ou annonce d allian-
ces lectorales en plusieun
circonscriptions. ( ne p
q l'claircir la situ; t o .
Hati Journal annonce
li rsiliation du i I di
c moession pou; \\ ploitatiot
de' l'Ile de la v><'! ' e CetU
mesure est la bienveui
A Sto.'Oomit , s | c
titious ont t ad i s .
Qnral Trujillo i our su
rer la nomiuation de b
hre Virgilio Ti uj I u
Imeut dpu t-, b poste d
vice-prsident de la Rpubli
que. H eu sera pr bablemen'
a nsi tait.
- A '. uba, ou i dl l.i i li. ss-.
aux meurt-de-faii .Ce di
nationi lit ti ai. re seron<
remis ;i leurs coi uls qui se
chargeront le les r ipatrier.
SOCltl AGRICOLE El IWDUS-
TRltLLE DE LILt bE LA
GONAVE EN UUMTION
Les actionnaires de ceti
S icit sont avisi > que la
rpartition du fonds .ociai v
commencer!
Ils sont pris d< se pr*' i
ter au sige de In Socit,nu
du M ig isin de II .
de la maison II. v Ro
pour i in i leurs ti
trs et dtermine i le mou-
Un t qui devra leui tre pay.
aUi les Liquid i
tiendront leur disposil i
les mardi, jeudi et vendredi
de i) heures du matin
port-au-Prim e,le 5 jai
1932,
Emu
oulout
Emu p:ir [la sil ntioi
reuse de ces rai'
ions d hommes qui presque
tout soufti eut du chma
-, le Souverain Pontile a
i dress aux c II holi |"i"- du
monde entier un chaleureux
ippel. ll[invi;e les peuples
la paix intei nali m al v ar uni
nouvelle gnerr sei ii.t le i
.1 de 11 saux plus terriblt -
ncore que ceux de l'heur<
iresente.Il demande que l'on
itv des uvres eharitabh
our venir en aide aux ou-
v ici s sans travail.
L'Espagne estre dans la voie
le la perscotioa religieuse.
Le premier pas est lai
les Coi ts ont Vot la s
, a ration de l'Eglise et d.
l'Etat, la proscription de l,
t.ompagn e iic Jsus, l'as*
lettissement iei autres in
iiln's religieux a des mesure
ue surveillance et de loi
traintequi rendront presque
impossibles leurs uvres dt
chant et d'aposto1.
Lh Espagneypas plus qu'ail-
leurs, les Aongieux n'avaieai
arilcet osti ciMin. hn n
qui concerne les seules ion
41 galions eusi iguautes, ou
iicuie queidauscea cinqnau-
ie dernires aunees, elles on
donne t'instructiou pus .n
n q millions d'enluts et
eleve dans leurs co lges.ch*
c|ue anne, euvnun 25,UUtj
jeunes gens.
l|.iist' dr la perscentioo an
li \ii|n<\ La p ecuuoj
plus ( i' mon t
te depuis le dpari di
Prsidenti.alliv ,ri prend sou
une autre lorme. 1-es divers
. tais de la ldration mexi-
ine Introduisent peu a pei
dans leurs lois le principe di
.1 limitution du nombre des
, trs, l i. ai vu- v. 1 Ci us
m. ; is que ld prtit
r an u 1 I10 1 d babitanls.
1 elui de Chiapas, i) prtre'
posr 300,00f; U Yucat n, B
1,1 I V
q, a b i, di
iout culte et de lou 1 rcli
' ( Bulletin de N, I). du Ver
1 ttuel Secours, )
IME OHIHYISillM ARONAU-
TIQUE COJIEiItt' hA
MIEE1III8
L'association voudrai
patronner un vol a
jdL..utl pur ua pilote
indigne
.Un groupe {intress a 1
lveloppe n nautique s'est runi jeu 1
et a erginis / International
Colored Aero \sst>ciationfivec
v),i qu ai tier j?U!nal a dG ^
fcS Igecombe avenue,
L'org aisaiioo projette d'en
couragee les ho nmes> ' le->
1 urnes [)reu !r.- pari a
l'aviation comme navigateurs*
iil des, mcaniciens et instruc
1 urs, Il a ;. de plus propose
lue l'associadoo lablisse d. s
niurses pour aider iestn*
diants.
t^; in saillant du meeting
initial de l'association a t
a conirence laite par Lon
D,F.Parris,un indigne d'Hae
i\n des pilotes agres le
.lus remarquables.Mr i'arn>
est uudesiuenijreseulliousid
os ue 1 01gduisat10u.il lside
a llG.Wcsi, 139srue e v-
cu a New York pendant ces
10 ueruires annes. H est un
puote licencie et pc-ssde a
son crdit, 1U0 heures de vol
1. ui.
L'aviateur B expliqu qui.
commena ses etuues au
uiamp d'aviation, eu ao
1929, du Hoosevelt r/lying-
Sehool Alincola :^.J ,appre-
14ut d'abord li coustruci'Oii
ie t'aroplane,let) rparation^
gnrales et le- travaux spe-
lauxihs sauteurs d'atrojd-
es. Le 16 ani L930, il ob
uni s.* licence du Dparte-
uent du l.oinnseree des Liais
Unis. Depuis lors, Mr r/arris a
vue rgulirement
Sou rve, u t-il dit, serau
I ubteoir qu'un grand mmib
u puons d'civiaiion ngres
I navigateurs et de mcaui-
..eus qualifies pussent din
g r, maintenir e oprer avec
succs une co npagnie com-
merciale de IrausiJOrls ae-
eu .
L s officiers de i Interna*
ional ijOlored Aero Associa
itou sout Lee u Despori.es,
iiesi lent,Lester Auguste, vice
prsideut, Oscar Bukbeck,
secrtaire et Ethelbert Filton,
lrsorier..\ubuiea 1 .sdirec
leurs aot Us iiciers nien
tonnes el Lon F. i). Parris,
Iphonse Cunber,Lucas Preu
14 FORilILE DE U
QU:.1INE SfJlLllOlJE
LAIT NATUREL
ESBINSEN
UNE DES MEILLEURES MAISONS
DANOISES QUI S'EST ACQUISE UNE
RPUTATION UNIVERSELLE SURLES
MARCHS EXTERIEURS.
edait est i'aliment i l. 1^pour 'rs (liants, le* vieillards
et les cnnva'escpnts. mais il tout qu'il soit garanti pur.
! c ncm ESBEN'SEN sur les boites esi un certificat d'as-
SUrance pour le consommateur.
Exigez 'e de votre fournisseur,
Lail condens ESBENSEN
Lait vaporis ESBFNSEN
Lait en poudre ESBENSEN.
i Mvnir ces proluitschez soi quivaut voir nue varbe
H'n tnnme'H.
Aprs de non u" n->
nes de re herches > .
testeur Rbe, .e l'i.1 -ii ut it
chimie de Hmibiur^, 1 iron-
v la tormoie de la q duioe
synthtique. 1' es u
hunir de I hy u me,
0 les propi 1 lis 10I0
giques seraient Us u irie
ijue celles de la quiume. Elles
l'eu dileieraient ^ue par mie
>d|onctiou de deus .tomes
1 hydrogne, ce ljui lui tssu*
rni du ie>te une plusgran i
le stabilit : on lirihne, en !
Vilemague, une h i.tc impoi -
tance scienufiq 1e e" pratique
aux rSU't "< obu .us pai l
prw esse m Elabe, qui tendron!
possible la Idmccjiiou de
toute une srie d'alcalodes
base de quinine que ('on n'a
pas trouves dans la nature.
Mai- >es Irais de la produe
lion indus! telle de la qui
mue syulh ique seraient ac
luetU ni 1011 en \es.
Uii HOUE MALHEUREUX
o
Harold Smilb, roi du char
bon box Etats-Unis, vient de
mourii Londres,
Malgr son Immense tor-
lune, c'tait un homme bien
malheureux. Il ne savait,
taul sans famille,a qui lguer
ses biens, ko dsespoir de
cou e, il avait institu un cou
cours, proclam urbi et orbi
pour demander conseil qui
pourrait utilement l'inspirer.
L'i concours cumpo. tait uu
prix le 50X) livres sterling,qu
ut gagn par uu prolesseu
de l'Universit de Colonsbii
lequel suggra au miliiardair
te fonder un Intiiut d'hy
gine mentale o seraie
traites lea jeunes dlinquant
et o le crims serait scient
Qquemeol tudi.
Karold Smith a trouv.
I ide sduisants et il a cre
l'institut. Il u'attendait que c-
beau geste pour quitter ci
bas monde. 11 esl mort cou
(eut.
ru
Le do 1 P. s
s : A on e, G ugi lie, lu-
. ce, Plion, e'c., L ri d< < ic Col
son poa e, M.i li moii. ll
Esther Cole, remercient leurs
< t ol donn um
'lue
ut de leur
i hre M ve Ptioo
ae I- 1er Jsnviei
, det;\ heures du matin,
El ans.
Maison louer
On uflre louer Ptioo
nce, Ollie Desportes, Tho- 'i!,e' l)arlir du l Jeuvie-
duie Me Caddenet joy Bracks un "ison bien situe ayan
ton. Un des pn mien exploits '"1 Ie coutorl moderne. S'a
qu'ils esprent raliser est le dresser. Pour renseignement
patronage d'un vol par Mr ;iux ouream du Matin.
Parris de New York 4 Hati. .....- ---------------------------
/
\ vendre
Dclaration
j Partagent la politique dr
gonvememenl. je prie l*
Une excellente pendule, I oivs qui voudront m'honorer
marque tranaise, aonoautjde leurs votes aux lection'
les 1 : el lea demies, re-j communales du dix janvie
mon b les builjou s. courant de vouloir bien s'ab
resse ; tenir.
1 STERLIN I D. MALETTE
Mi c Cai u leau Ce 5 janvier li)32
v
( .iw-Tnlllj
CE SOIR
Belphqor
L
a
(IU E r'WTO K 't
( SUITE )
Maison
ou
UM
H;
de la
L'HOMME \ I/' CAGOULE
f SUITE)
0 5u : H 1.00
DEMAIN SOIR
1 ! j i-.qu'ici :
une

La Bague Impnale
aver Ivar Pf'oviih pi L1' Dsffover
Entit 1 00; Bidcor, : 2,00.
SAMEDI
5 h urcs : L< plus b" a fi'm historique. p plus beau
combat df loups q^** loi ad j Le Miracle des Loups
u
ISO
In l^'^e H" Lonif XI. -avec Koconald Joub
cl (t"Un Modo'.
Entre : 0 50 ; Bakou : 100
Li
de
M inufacture Hnlienne
Chapeaux L Indigne
le ph r d'annoncer sa nomlireuse Cli'-n le que la
ve " de s-s CHA EAUX se lait, depuis le 4 [envier, au
It" 2027 GRAND'RUE
11 Face de son ancien local,
Les Clients y trouveront le mme accueil.
BON MARCH. CLRIT, GOURTOISIE.
Martinez, Marcelin & C
Reprise '
J, de trafic
m
La suspension, depuis Pan-
ne dernire, du trafic de la
Compagnie Nationale des Che-
mins de Fer sur les deux voies
''ort-au Prince St-MarcVer
ettea et Caplli>i(ien-Grande
'iivire du NordH. h<;;i, n'a
)&i l sans de graves ineoav-
dents pour ces rgions. Elles
>nt d'ailleurs insist auprs do
gouvernement pour une reprise
lu chemin d 1er dont le tonc-
tonnement ast li i leur cono-
mie.
C'est pour donner satistac*
Ou a ues intrts respectables
(U'on arrangement est interve-
11 entre le Gouvernement et la
Compagnie, permettant, scus
reserve, des droits des deux
parties et de la dcision que
pourront prendre les Chambres,
le tonclionneraent du Chemin
le Par ''ap-fclailienBahon et
Port-au -Prince Verrettes.
A cetle fin, on procde ac
tneilement des travaux nces
SSirts sur ces deux voies. D'ici
Avis
Le rcpiss de la dttls
communale de Port-au-Prinoe
au No 211 s levant la
Somme de quinze mille gour-
de ( 15,000,00 gourdes) mis
entareur deMr Albert U.
Horelle ayant t gar, est
dclar nul el non avenu, la
soussign devant en lairsv
dresser duplicata
Porl-au Prince, ce 31 d
ce sabre 1931.
Pour les hritiers Albert
L. HORELLF.
Edouard HORELLE
la semaine prochaine, le trafic
sera repris dans le Ncrd et ver
la fin de ce mois, sur la ligna
St-Maic.
Nous croyons celte solution
heureuse qui contribuera uns
reprise d'ariivif dans les r
g'rns intresses et permettra
notemrnent l'emploi d'un ,cr
lU'i nombre de travailleurs.
ItbUUl liai
i>odI la renomme est universelle a gard sa premire place
Demandez partout :
UN BARBANCOURT
Dpt ;Rue des Caart




m>
Hstilal Gnral HilUel
Accidents
Du 30 dc*mbre.l9Sl
Paulus Toussaint,4G snSi rue
Charron. Fracture probable du
ralcaoeum gauche (hosp:-dise).
Brutus Pavilus, 68 ans, quar-
tier St.Joseph. Inlorse Uj pied
droit.
Lubin Anlisthne, 07 sns, rue
Jh. Janvier. Blessure confuse
de la rgion irontale.
Joseph Auna. 8 ans, rue Am-
ricaine. Blessure contuse la r-
gion Irontale moyenne d la
rgion paritale gauche ( com-
bat )
Tmmer Gisle, Poste Mar-
chand. Brlure superficielle au
menton.
Joseph Enosie, frauboi'rfi Sa-
lemon. Blessure conlOie au ai-
veau du parital roi e\ an ni-
tpau de l'omoplate gauc he.
St-Vil Assephie, Place Ste-
#M Blessure coniu.se du ge-
ou droit (auto).
Franc*. Tiya, Croix Bosselas.
Blessure uunluse au niv.au du
temporal et contusion du net.
Odilus Rgis. Logne. Bles-
sure contuse au.niveau de ioc-
KifV Do 31 Dcembre 1031
Unce Cadet, 31 ans, rue d*
l'Egalit. Blessure plante pupd
droit. H
Claudios PciteviSD, U ans,
venue Magioire Ambroi^e. Bles-
sure coniusedela jambe droite. Joseph. Blessure irtnchanti
Jean St-Germain, 20 ans,
GrarxfRue. Blessure contuse du
4rse orteil du pied droit.
Joseph Me sa ncia, 13 rus
Grand Ane. Fracture tiers irJr.
radius gauche, sub luxation du
la joue droit.- et con'usion du
front.
Elias Bnboun. 1908, Turgeau
Blessure du cuir chevelu.
Vilcius Prophte, rue du I),
Debout. Blessure du cuir che-
uaaxillaire in 1er., quelques ro-1 velu,
sions aux tesses ( auto ) hospi- Pierre Lambert, 1893, St An-
talisc. toine. Blessure cou;use super
Simon Ren, 19 ans, rue de ficielle du flanc gauche, blessure
l'Egalit, Intoxication slcoo.'i*
que.
Marcel Edouard, Bel-Air.
Blessure l'hemithorax gauche.
l'iei le Tusie, Mayanman. Bles-
sure contuse du cuir chevelu,
la rgion paritale,, gauche
[chute].
du nez et de la main droite par
morsuie humaine.
Polynice Paul, PJ05, rue Am-
ricaine. Blessure ducuircheve u
el de I paule gim lie.
Mexil Lumeua, 1904, rue Pa-
ve. Contusion du cuir chevelu
i Havier Chai les, 18U<>, C;ou
des Bossales. Blessure contuse
, i'aui Domin que, Dessalmes. ,A, _,;:,i
1-o.te contusion de a rgion {f*S'S vre. 1003, La
et du genou droit "*** 2 JaUTitf
Maiguau Em.le, Bois-de- s yi| S(ervi, p
; fi ,raiujkan,e 1/J lure -lu 1er degr (hospi alise).
...le av, ibmgauche. Vlc(or Brll^.^e> g au>
St-Uostde Lo.ueus, avenue Droul)lard. B!essu
M a gloire Ambroise. Blessure
comuse rgion paritale droite,
hmatome poignet gauche.
kDaverne Femina, rue Am-
ricaine. Corps tranger du poi-
gnet droit ( aiguille,).
Mazarin Emile, rue des Ca-
sines. Blessure contuse de la
rgion paiuiaire droite et tace
dorsale (accident de travail;.
Du lei Janvier 1032
Andiviile JSoelcius, 40 ans,
La Saline. Bltssure contuse du
e tranchante
( du cuir chevelu et du bras droit,
fracture radius gauche ( bospi-
talis).
Melle Voirie Lilavois, ru^
Ption. Morsure de chien au*
mains (hospitalise).
Paul Emile, 02 ans, rue Ca
pois. Blessure contutx du cui
chevelu (hospitalis).
Franois Ain .de, or ail S
Joseph Frtcturi de ei remit
s.jpr. de l'huii-ru. it hospita-
lise ).
F

W-l uiopol
PARIS .
vendant
U mmm massue du righce
Fwttms 193 ppemferes Marquis
et toujours ne primisre iraicnear
uni; seule qualit :
LA MEILLEURE

-*>
i
tayon Spolal
P3J.1 LES COLONIES
DROGUERIE. HERBORISTERIE
SPCIALITS e
Franaises at Etrangres
SF..S DE QUININE PURS
Tout produite <- flacons,
:!<$, comprims, cachet*
BOBUTIONi HYPODERMIQUES
PA..\r\GES, CEINTURES
O A3 A VARICES
'.KtilLS HYGINIQUES
pour tous usages
Appareils Orthopdique
StrtngUW hypodermiques
Pharmacia de Poche, de Voyagi
Coures Pharmaceutiques
9clt Usines. Communal, etc.
LE ROI DiS RHUMS
Cest h Gai iUns
CfPOCEl Dit IA6ASIK DE L'ETAT
Pi nirants :
hum i en \ 'eilU s


i
I

Projets do Factures
et tous renseignements
sur demande adresse
Pharmacie CANONNE
49, Rue Raumur
8&-S0, Boulevard Sbasopol
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUN? SUCCURSALE
nc *a Franco ni l'Etranger
'-<.?.

')
2 Ci
le
7.50
5,00
4,00
3,00
'2,00
.
uers lulcr. cie la jarobe droite.* Suzanne Ja-BspUsl Porl-au-
Pauknu Paul, 23 ans, rue St Prince. Gontusiuu a l'a va ni
LES CONSEILLERS DO
DOCTEUR RAMPY
Dr J. Rampy, Dr J.C.Dor-,
sainvil, Me Isnard Raymond
Dr J. Catts Pressoir, A. P.
Barthlmy, Dr Victor Lan-
n nceau, Surin Eveillard, Me
Alexand e Sauray Me Ver-
goaudi Molire, Or Molire
i il, Me Einmmiiel TrouiK
lot, Me Victor Duncan.Marius
Miltort, Eroest Du;u, Ne-
toi Michel.
^.Candidats au Conseil Co.
mi jal de Port a a* Prince ;
iLctious du 10 janvier pr
chain ils demandent ce
intressante popul lion ses
bienveillants su tirages.
Ces dignes el disling
concitoyens dont le p.i s
rpond de l'avenir inspirent j
confiance.
bras droit.
Dieusilort Merand, Bel-Air.
131'. ssure contus-[racine de ni / .
jj^ndr^Lamarre, Mel-Ar. Bles-
sure tranchante joue droite.
.Joseph NopI, 102-1, Laln*. Mor-
.. r de i !<' n,
i Ist) i Ji -Bai ', i u-1 A
i et Ll
;:oi luse de la rgion perf-orb
taire g.
V\ i/2b ouleilles moiti
prix.
Par cie 8 40 qdes
le (jaiion.
Sirops e liqueurs de
piemiet ix.
vinroug: & BLANC
Alcool pour liqueurs.
Extraits pour sirops
et liqueurs.
...-_-. <-
La West Indies
Trading G0
A l'ai d'annoncer i
. m i ntlequi
Magasins lerms le
jeudi 7 cot our cat
in vi a ta
lille
pour la n S de
plus du
jamais i
En coi i
ses Ma
au public, con n
me, a pai lii i Os. m.

rgatifi/al
o'mi .u y
Pif B?
147, Ru du Fau. St-Dmia, Pcr'a
Fad in,
'. uni prjpamllf,
clic u: .ce dc^ol.
i i te }zA?.\U.
H
N'exl) 'iu t |tu clr rrpoi ii ) ch.raYi.-,
clic oc ISCSM perte de temps.
Un* : '.'. oue loui Irl niniUirot,
A)i.;quciil, moins chrtf.
1ATIVE,2!I Pilule
AWnVT, 1 Pilul.
f
i ARII
Assurez vous

im* rMt'Wb+r"*mii+;v.e*-*;am. .ul>.> jn ** !'liiitlii lin
mm*WMmiMwmmamm~ .. ! ez-vonseonlre secideat
t encrsl Accident Fire A
0 : i ce Corporation U
GUIDE PRAliO .,,...]. Vtp F Krimfnk'lrfaM
, lu i tu.). vve r. ctjmiutBwm
9%w$ m i ., ; i ' ( nri I P< i'r Fii.
m*A''~ *
T< tes les Polices
DE LA

jUnedes plus fortes COMPAGNIES
[CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
if
n
t
^comprennent la Protection contre la
Foudre sans aucimentatton de taux g
Aqents Gen,aux m


Jeudi
7 Janvier 1932
Le Malin
4 rA'Ji
V rne ANNE N* 75ti
Pot t-au-Prince
Tl; t one 2242
llIWli H -
m*--.
0 irez comme CADEAU de fin d'

combat le rhumatisme
G ou lie
Eczma
Artrio* (
Sclrose (
Obsit
\
Ooniinti.....
\ I ,lr V .. I I
vil gften i
URODONAL
nettoie le rein, lave le
foicetlss articulations
Il assouplit les artret
-: ^vite l'obsit*.
, ,,,, ,,, ;, urique circuinni ,!,, I. >*nS en
. . de Cd acide ur,UC qui. > , d nrMe de c..... .
le du rhum.rfl.mc c^..... m*.
,;.,,. t.Ai^ phannacie.
AVIS AU COMMERCE
I i Panama Itail >:H Sle Mbip Une a : ?e
Hati, diredeme H >< le Janv.e 1J M .
Steamer c Cristobal q 1932 lelOHn"
./S Buenavenlurai I2ianvi 1932
Steam r Ancom '
S/S Guayaqnil le 2>-
^S Cristobal le .' Fvrier 19.12
S/S Buena-enlura > le 9 tv 1932
S/ ' vie >o" I l Fvrier 19J/
l'as
mee
!e 24 :
u :>1 janvier
le 7 lvrier
le 15 lvrier
21 lvrier
iW-oiqil- I" 23 lvi le ?9 lvrier
C Panama Railro Steampihip Lme
jas B.CVANREEp
x\gcut Gnral
1932
1932
1932
1932
v.m
1932
1932
1932
IQUIDE on en TABLETTES
Soulage les maux de ite
ouU uevralflie en 30 minutes,
iit uu Froid le premier
jour el la roulai ia en trois
lonra.
GGG sauve le bb du froid
j00--jb. jiiriiw*
... I^.----- j
LA COiiiliISSIN COMMUNALE
DE PORT-AU-PRINCE
Lykes Brothers SS C Inc
Texas HaiU San:o Domingo- Rico Porto
le seul wryice : lomad ire et rRuliei 4 pmwger. ei
,, outre lSpo^ Te. d.recum.n. ev<
Port-au-Prince, Ha lu
Pour lu rception rapide el le maiiiem n labile de vos
Importation!, servez vous louj >urs des^uavirea de > LYKh
LINE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont'
Steamer M-irgarei !' "vi% }g g
Sleumer t Tili? Lyk 15^anvletr }SS
Steamer. Gmo ve i >kes S'.in i oao
Steamer B lli L^kes*. 29 janvier 1US2
tinrem: Rue du UijmIo del'fctai, Boite Postale 13

En conformit de l'art- 30
la loi Electorale du 7
Juillet 1930, rappelle que les
Assembles i ri ma ires de
en ( un&ci i| lions lectoral*
orl au-Princese reuniron
le lOJauvier 1932, 7 beorti
du mai n dans les locaux
qui seront ullrieuiemeu'
dsigns, leftet dlit
les 1er et 2e dputes < ruudissemenl de Port an
Prince ci le Conseil Commu-
nal de la Capitale, ainsi qo<
de sa utr sur lumeuden eni
p opote la Coustituiion.
i Port-au-l'iince, le 30 D-
enibre 1931.
Panama Kailroad Steamship Line
Service de /ici el de passagers enlre
Kcosse
France
Angleterre
Mis G VV StlEDON &C 17. I tins* Street, LiveaPOOL, Kngland
THEFOLLOWIN i ARE OURAGENTS;AT PRINCIPAL PORTS IN EUROPE
: : "-S

ENGLAND, SCOTLAND. FRANCE.
MessssG. W. SI1ELUQN& Co,
17, James Street, Liverpool. boglaoo
la pranCr Messrs G W. Sh< do &t . are represenled by Ihe lollowlo
Plus raoUI il ilasdi ecl service de transport de passagers et du fret cuire Hati
. ics',:,.1!, | ... ,t New Yoik,el Cristobal, Canal Zone, Isthme Panama.
Voici ; liste de nos agent* pour les principeaui port de I neurone:
#
Gli-i.ati.n i: S'KEY&Co
21 Hue (le I i lipubliqoe
11! I
Henni Pri >v- Co, Ltd.
53 Quai Gv rges V.
Ha >.
Hernu Per & Co, Ltd
Rue du Mo tin Vapeur.
Bouh ;' '' ^''t'"-
Messrs A. i dix & C \
21, Allen g: i enh ;ue.
Oslo, Ko an-
Inten nal
Spr ditioi i
MM. A ;i: lorpn
D Haml urj 1.
G uy
M
Messis A lanti'c I
Corp
Aniwti'i .i e eium

i
;
i
l
t
!
!
i
Hernu Prou & Ge Ltd
95 Hue dis Maris,
l'aris,
Hernu Pen n & Co Lid.,
Hue de Tranquillit,
Dunkerque.
Ht mu Peron & Co l id.
il Rue Roy,
Bordeaux,
Genoe, l 'i'.m v.
Vess.s Henri Coe & u i if
Piazza b Mai eoN < r
t oTTl NBURG, i V. LOI N
Nord I. Kxprtis.
Cothen
Messrs Ati \i c Freight
Co P n
Kon Emmaplei i
Rotterdam Hollande
Messie Stermann & o
es cr
DE LA
MM

0i ,
LES NOUVELLES RADIOS
A 5 & 7 LAMPES
MUL7I-MU el FENl'ODli
ALL ELECTRIC
Modle C'^l
5 lampes O ^5")
~
Modela C- 3'J
JOr 85. 7 lampes.
Iiaul par Ieui\ dynamique
Les meilleures Radios sur le marh
DEMANDEZ ONE DMONSTRATION
El VOUS SEREZ SURPRIS DE LA
SUPRIORIT DECES
Radios Golumbia
SUR TOUTES LES AUTRES MARQUES.
N'achetez pas
une Radio avanl
d'essayer la
COLUMBIA
Mode 'M
Modle C. 34
Or 87,50 5 lampe- 0r |15i 7 |ampes
Kneer's COLUMBIA Music Hall
Port-au-Prince
KEENR'S GARAGE
IWI I
' ffMBnamnHBOism'iwca*
LE FAIT EST INCONTESTABLE
in m Sari
>
h a

C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire'
4
runissant les meilleurs terroirs, I
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
_i:iliiiiiMHiirnMwe'


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM