<%BANNER%>







PAGE 1

* .1i •• %  •^•VJMI .a-. I Concert LA PRFRE .., I Parce qu'elle crit si facilement.. l'ae nouvelle exprience d'criture vous esl rserve IU magasin quand vous essayez le Parker Daotbld. Ds ,|;us:i pointe veloute louche le pcpier vous saurez pourquoi 2ti.0U0.UUU il • personnes oui acclam ta facilit d'ci ire, Car le Parker crit sans pression. Le secret ie trouve dam une toute petite goutte d'encre qui e I toujours prte loucher le papier, a i mme moment que l;> pointe de i;i plume, (".'csi aussi 1.1 raison pour la |uelle un Parker n'a jamais besoin d'tre Halle [>our le forcei crire. Les plumes Parker, les crayons le, parures Je bureau ionien vente : i nonde entier, Essayez le ni sans effort du ParkerDuolold. Il < >us remarquerez iminili ttemenl la diffrence. I'ii\ de : Or 6 11 dollars. DUtrlbuteurs. M ) IU & LAUBIN, I-. 0. Bor M i du G :tlre et Eloux.Porl-au-Prince. Pirk r Quiak e encre Par-, . : | d'ingrdi -ni. plume. Se sche leux lois plus \Ite que i -. encies pi > li- uaires. Essayez-la, \.' iudi!ion des lves de Mnne I Thrse Vieux Clesca, mercredi %  litruier Hailiana, a t une rvlation de talents dont i et t ngreltable qu'ils restassent inconnus du puDlic.C'tait donc une ide heureuse de Mme Clesca d'organiser ce concert qui tait comme une suite de son magnifique dernier rcital. Melles Laura Nadal, Maria Ethart, Carmen Malebranch* et Mines Lucie Dt fly et ValrieCanes, chantant pour !a premire lois en public, ont montr leurs dons naturels et l'excellence de la mthode qu'elles suivent. Ceci est tout l'honneur de Mme. Clesca qui s'esl rvle elle-mme accompagnatrice tinte dans le chœur final : Plaisir d'amour qui n'a pas t le moindie succs de la soire. Aprs l'audition de ces jeunes et tale.ilueux artistes, on a le sentiment que. le chaut a de l'avenirchez noua et que de beaux instants sont rservs aux ama> leurs de fine musique. Il faut en complnuenler Mme Clesca et ses admit a bls lves. 3.Madame Vous avez regrett dj des insuccs dans le lavage de voire linge de soie .>lors £ongez aax soins qu'y porte la Nouvelle Ulhuih stvveiLt.e qui PTIfrNT LC5 RtOTRPS Ltx^CTTuw; TRAITEMENT BUCCAL DE U l£YPH!US 1 PAR LES COMPRIMS • &GCMAHGYI, P Vve. Jh. CHANCY. rop, Ruo Pave, en faco du Oaraje xri eyre SANG FUR, avec oflAR Rgnrateur modern SUPERDPURATIF Le plu ad, le plu complet Le plus pratique aux Colonies Combat : Maladies du Sang, de ] la Peau, du Foio. Constioation, Age critique et PALUDISME. LABORATOIRES SAFFAR 39, Rue de la Chapelle, PARIS | APortau-Prince PhTirrrKle'H B"CH. %  la IMKaHMiMIHmM Il I' CHOS I rj'( si plus le candidat unique au Snat pour combler h vac mee produite par la morl de Charles Zamor, En effet, Edmond Dupuy ancien Secrtaire d'Etal e; ancien Ministre — Le secrtaire dp !.i Lgafi m du Japon i Pal is a de dire que persnnue, ni'a Santn-Domfngo. a tait saLc Siftmaryl qui contient Ica trois mdicaments spcifiques dont l'action antisyphilitique est scientifiquement dmontre par les travaux des plus minents mdecins, exerce une action curative rtipide sur les accidents de la SYPHILIS et 1.: sang u Umtt le priodes de la Maladie. Sans inconvnients pou? rtSTC Me, il permet lin traitement conomique discret et efficace ULMPLAANT LES PIQRES, A chaque bote est annexe onc notice complte sur a mthode. I5HI: Prparation du Laboratoire du 0' PGMARET j 42, R. do Billancourt.a aulogno-s.-Selne, P'RIS m est en vanta dans toute •> las pharmacies d'Hati. u.me les grandes l'uis mi p >ssdaut des intrts el des zones d'influence ;h •certaines parties de la Ci se ne doivent intervenir ou s'lonner des procds m * n pratit|ue par Le Japon. Ce qui se droule en la Ma l< Il ou rie, i-jouta-t-il,n'est ni u M* guerre, ni une agression o i usurpel on de territoire. Cesl simplement une action de police similaire celle exer e par les Etats Unis sur Nicarugua, Hati et Santo-I) imi : i — i L'Occideni i • %  nonce ue les Docteurs '. iristi in ci Pierre Moi peau i i Minent au Mexique J p tis un certain nombre d'annes on t'ait part leur I t i illr de leur retour in sessamun ni i Hati. — Noire co Ifi a(Kd a tait paratre un iu iguifl |ie Numro Spcial uacci de mort f lilAS Mousit tir Arthur Petit, prsident de la Commission Communale. — L'Union Club tiu Caplailien vient de procder au lenouvelleinent de son bueaa.'Ont t rlus MM. HayDond Laroche, Emm, Etienne et Flix Angi lucci .comme •rsident, secrtaire et trsorier, ( omplimentSi Le a M nia de la uuard Lin v u bord (suivre d'une note d'aprs laquelle une aciion en suspicion lgitime doit tre incessamment intente contre ce Juge. — Fendant toute la nuit du 1er au 2 Janvier le drapeau a flott au haut du at&t du Palais National. — Les concerts du jeudi Mer Janvier et dimanche !' ont t de vritables succs. 1804, la clbre marche patriotique d'Occide Jeant}, a une fois de plus soulev f'entho isiasme du public. — Le distingu secrtaire de la Lgation dominicaine est parti en cong le 30 D cembre dernier. Il sera de retour de Sto.Domingo le 15 Janvier courant. — Dans le but d'expliquer plus de deux cents lounsies aux habitants la loi sur la devait arriver au Cap le 2b \ culture et la prparation du l)ceinb r e demi r 0 heures! caf pour le march, mille sixeent soixante six meetings ont eu lieu dans les 427 des Ptrt-eu-Prlnct: P, SBJOUnX, Miannaclen dus de deux cents touiisles du matin. La Hayliau Tonrisl Bu eau avait fait organiser une grande excursion la Citadelle et cela avaif occasionn beaucoup de dpenses. Mais le bateau n'entra dans la ride du Cap que vers les 11 h. 1/2 et le capitaine dclara qu'il c'ait dans l'im possibilit de laisser dbarquer les touristes qui ne pourraient tre bord que dans la nuit, e tut une bien • ii si' lcepl on M. Dana Munro, E. E. et vlinistiv |M ipotentiaire des h.tats Unis s'esl rendu la C tadelle Lalenirele 26 Dcembre dernier. Le 22 Dcembre dernier, M. Dni o Mussolini esl rest Mil a n pendant plusieurs heures ru bureau du journal Popolo d Itiliu o ie corps de sou Irre Vrnaldo tait expos.'. — M. Mussoliir s'est pench el a embrass son frre tandis qcs ses deux tils V'ittorio et Bruno te sont mis en prires. Mahatma Gandhi est arriv Bombay le 29 Dcema/ bre dernier. A bord, il s'est prpar la svre preuvei qui l'attend dans l'Inde. Il ne sections de la Rpublique proiuisan le caf. — D i tha bon a t brl la G >i;ve par lesjsoins des prisonniers et des briquesont l fabriques par les gardes Oi.anumiiHhe pour l'usage de la Garde. — es receltes de toutes les — Ap > I. iioiiii ;7 Janvier, d y lura au Club Union de 5 8 hr-. du soir une petite rception organise spcialemeut pour les entants — Le 2 Dcembre dernier, au Cap-Hatien le comit du Cenleuaire de elorme a dpos une gerbe de fleuiSSUr la tombe de l'illustre crivain h..iien. — Le Ministre de France oflre demain G Janvier de 5 (S hrs. du soir une garden paity en l'honneur du Prsi. dent de la Rpublique. Uu nouveau bou'point Frdric Gairaud, le sympatique propritaire d'Eldorado qui, l'occasion de la Fte Nationale, a magnifiquement dcor son tablissementaux couleurs hatiennes. Il est vrai queGayraud s'est fait hatien recommencera sa campagne | depuis longtemps, i <\ ne de dsobissance civique que j laisse passer aucune occasion lorsque tous les autres mo/ de prouver sa sincrit yens auront t puiss. Dimarjche SQ M.cbMJiappeuelaine.m,. ,ang e des Roes R P pX came et St.-Honor.l'auto publique No 3347 venant en vitesse eut en choc avec le basa No 261 qui stationnait Le buss tut trs endommag. — Dimanche vers 11 lires du soir le feu a clat dans une maisonnette prs du cimetire de Ption-Ville. Grce au concours des voisins le feu a t circonscrit cette seule maison. Une femme du nom de Priocilise a t arrte et mise la disposition de la Justice. nistre de la marine marchan de franaise, a prononc un discours la Chambre sur le projet gouvernemental relatif a l'aide de l'Etat la Compa gnie Gurale Transatlantique Le ministre a dmontr limpossibil'l de laisser pricliter une ligue munlime de l'importance d? ce.'le de t Le lia re Nw York . f L'. Devoiri, a;:> av : : .r publi une lettre adre au juge d'instruction Lescot et i M. Jolibois,la fait R IOYAL lACKlNG POXVDEB prserve lu rraicheui' des gteaux, biscuits el des ptisseries. O A L BAKING POWDER Cin-laldii CE SOIR Belphqor OU LE FANTOME DU LOL'VRI ( SUITE ) La Maison de la Haine OU, L'HOMME A LA CAGOULE ( SUITE ) Entre : 0,50 ; Balcon : 1,00. DEMAIN SOIR A l'occasion du (i Janvier, .") heu'es : La Nuil de la Revanche avec Charles Vanel et Lon Mathot. Entre : 0,50 ; Balcon : 100 <2? FAIBLISSE '.(GILIYE SIROP DESCHIEN! l'Hmoglobia Ranratenr do Btnfl. pntcrlt par I lke mdicale. Suprieur 'Ja viande cru* a aux ferrugineux. • JS-dmie dan le Hfl;;iu ^. P Dl *, gtMtau,. OE8CHIIM. t, u. Piul Mj, rKKIS at IMn.nml. (( LE MATINET Le vapeur "Bogota" Voy.l 05, venant directement del New York sera ici, mercredi G crt. eu route le mme jour] pour Petit-Gove.Miragone Jrmie, les ports de la Cof lombie, Cristobai, etc. Le Manifeste de ce navire| reu par avion est a la disposition des clients! dans nos| bureaux sis angle rues Danls Deslouches et Egalit. Colombian Sleamslup Co lut Wm E.BLtiO.Agent. Tlphone : 2823 Sous ce titre, notre confrre c Le Devoir, sous la£signature de notre grand ami Era. Thzan, aprs avoir signal notre article intitul Au Livre d'Or du MATIN et consacr Nemours Viocent qui refusa de se courber devant les menaces de l'Autorit Militaire Amricaine ajoute : Je flicite le spirituel Confrre du Devoir d'avoir su rendre cet hommage plus que mrit une telle manifestation de la valeur hatienne. Ce n'est pourtant pas le seul acte de courage public de Nemours Vincent. IL y en a un autre, non moins impressionnant, accompli en lace de la Mort elle-mme, ] n une mort hideuse, grimaante, bien taite pour inspirer de l'ef"" ' ' " l'roi aux plus braves. J'entends loire Nationale,. Il ne dut soj parler ici du carnage de la Pri{ salut qu' u^ miracle. Pourtanl son de Port-au-Prince, le jour le rencontrant quelques heurt de la chute du Gouvernement aprs. eD vide et lui pressant' de Vilbrun Guillaume. | ri.ain pour le fliciter d'avoij s Nemours Vincent y tait er*" chapp sain et saut un ferm, tmoin vivant et impuissant de ces scnes d'horreur, de violences de celte rouge dmence, vsUable vision de l'Enter, dont le souvenir tait en core dresser les cheveux sur ta lte tous ceux qui ont vcu DE|NTO danger, je ne remarquai en lui la moindre trace d' tion. Il tait calme et souriant et je n'en croyais pas mes Une telle matrise d? soi,es un moment aussi tragiqae, e' dit plu& long et parle plus ha celte sombre page de notre Hisqu'un volume d loges. Klium Bartaiicourt Dont.la renomme est universelle s gard ss premire place Demande! partout : UN BARBANCOURT Dpt Ane des Geen, IAKW.



PAGE 1

•V J .-. E MATIN M ,; i-r 19 is'cn antinvraltflque 3-j3oriir M T'f Iq'" minutes Flvr, Qrlppe, M!flr!n, Scjnatlcmt* M$ ramni dtrhoix loujoun tpican el :„wrr Knile-. de 1 et VI cachet!. bn>cnte dans louteikonof PL ^bor.loir, h 0 ,c.eur C.IRAUD.n.nuci-.i LYON OULUNS(Frce) U i i Port-M-Fr'.Dce : PfcafKMM 1 t IL I KIS NUE I ?£8i; LETTRE OUVERTE Al' Directeur du journal Li: MATIN Port-au-Prince. I.ogane,21I)ceinl>ri.' 1931. Monsieur le Directeur, —o— I %  %  • .l'ai lu, avec un vil tonneme.it, dans votre journal du 17 courant, un article sign de Mr Casimir, avocat, dans lequel il rclame un peu de justice en laveur des malheureux justiciables de Loga ne. Kntr'autrcs laits relats, poulie but qu'il se propose d'atteindre, M. Casimir a os citer le nom de ma cliente, Mme Hermunce Millien, qui a pass, prtend-il, dux jours et deux nuits en prison, laissant aprs elle son nourrisson dont les cris im|il avait la direction, % inivnl confirmer cette vaillante population que c'tait un dtroqu, un...pestifr. Durant 1/ longs moi, la justice fut mise '. l'encan Logane par le nouveau titulaire. Knlin,!;i Commission Foil*s vint. Immdiatement la population loganaise adressa une ptition signe de 450 notabilits environ auGouVernement Ky pour lui s ; ". der les infamies du typi Ca imir ) et protila de cette occ. MJU pour me recommander. M. Mare-1 Casimir fut rvoqu el Me Rosier Alphonse ils soussign, son prdcesseur, fut vivement venge de l'erreur commise. Casimir ne se tint pas pour battu et trois mois aprs crivit dans le journal Le Pays des 11 et 13 Septembre 1930 le|ldu ; ,:, %  „,, que son successeur et prede;Es in £^* t cesseu. avait connu la prison pour avoir tent de spolier D'ALGBR •i tlarlamur. I ClENNORP.'it ^( T0C'T3 fHA* w A louer Une conlortable maison s au Bois-Verna. Sa dresser u : Franck II. (iETJfcNis Rue du Magasin de l'Etat, l'hone 2347 Mercredi H Janvier A Varits pour sa mre, serau-ce i ci-j g* de paix de Logane Marce. Casimir le signataire de cet article? Celui-ci a-t-il une clientle Logane? M'occupa ni depuis quelque temps de la culture de mes terres, je me garderais de rpondre aux nieiiconges de ce dit Casimir, mais ayant remarqu qu'il essaie de salir de sa bave ftide loua ceux-l qui, avant ou aprs lui, ont occup la redoutable mission de distribuer la justice en cette ville, je me lais violence •t dmasque le TROP CYNIQUE CASIMIR. Je n'ai pas la prtention de dfendre ni Me hiers Alphonse, ni Mneskv ltcy. J'endosse "'• • T i de paisibles citovens de leurs ploraient inutilement ju istie •| t ari 5^ que, Receveur cornmuuoursamre. Ser J I mil, ilfut rvoqu pour dtournement de fonds ; qu'tant un PARTISAN ROUGE du candidat au Snat et la Prsidence, Me Stnio Vincent, le Gouvernement Roy devait le congdier pour assurer la sincrit des oprations lectorales Logane. J'eus l'envie de lui demander raison par tous moyens, car juge en fonction, je ne pouvais le confondre d'imposture.mais aujourd'hui o simple citoyen j'ai la libert de mes gestes, je crois opportun de me camper en face de l'individu pour lui apprendre ce que je suis et essayaide lui tablir une gnalol'entire responsabilit de mes actes pouvant me dfendre pur tous les moyens ; simplement je veux que le Gouvernement de Mr Vincent apprenne connatre le signataire de cette lettre ; qu'il sache que M.Casimir change son fusil d'paule ; quex-jugedepaixdcl.cogane, remplac par M. Thiers Alphonse, jai t, moi aussi, attaqu dans des articles mensongers ; qu'avant de prendre une dcision, le Gouvernement doit contrler les laits, car l'homme de bien st difficile se maintenir, les mchants tant en majorit. Le 21 Octobre 1928, apparut Logane un tre informe prnomm : Marcel . On apprit qu'il a t nomm juge de paix de cette ville. La population s'enquit sur son origine et ne gie pour que les Roy, les Douvon.etc, puissent se rjouir de n'avoir pas fait un eboix malheureux. Fils d'un ex-commandant militaire, ayant de puissantes attaches dans le peuple et de prcieuses relations dans la socit commune que dans LETTRE OFFICIELLE que par erreur j'ai t seulement demande comme tmoin dan*: une affaire de terre concernant lesDaulica. Dans la suite, ce fut en consquence des menes malsaines du dit Casimir,devenu mon successeur, et craignant que le Gouvernement vile difi sur son incurie ne me retournt a ma fonction que je fus expdi en deux fois la Chambre d'Instruction de 1' e t i l-(i 0 R\ e sous la prvention combien mensongre de voies de l'ail. La justice impartiale me renvoya hors de cause. Cependant, stant aperu que l'un des prM. Estinvil pas les moyens matriels de lui payer ses manoeuvres criminelles, il conut la mchante ide de me juger lui-mme, mon ennemi, toujours sous la mme prvention ds voies de fait au prjudice d i dit Estinvil.L'occasion tait heureuse, je fus condamn jours de prison, 160 gourdes de dommages-intrts. Voil Me Rosier Alphonse fils, ex-juge ('e paix de Logane travers toutes ses perscutions qui, jusqua prsent cependant, n'a pas de casier judiciaire. Maintenant, examinons le cas de l'x-juge de paix Marcel Casimir. Nomm la justice de paix de Logane le 21 Octobre [928, le dlateur professionnel-* comme on l'appelle depuis—le paya bien vite d'une tonnante a tivit dans les manœuvra gnratrices d'argent : a) C'est ainsi que pour signer un simple mandat de comparution, le justiciable tait oblig de lui cracher deux gourmi. Quelle basse estimation d'une signature. b) Pour un simple constat di. tant de ma w. *~*w ^^— les villes environnantes et noLarrefour Jufort, a cinq animent Port-au-Prince, M. tes pied de la ville il exige ; tnte gourif de la rtammen Rosier Atohonse fils ne saurait du requrant cinquante avoir l'ambition d'tre log la mme enseigne que 1* triste personnage en question. Receveur communal en 1026 de M. Victor Lacombe, actuellement Prfet des arrondissements de Logane et de Nippes— ce qui suftit pour donner une justeide de sa liante moralit— j'ai du dmissionner tout de suite, aprs que lui, mon magistrat, tarda pas savoir que c'tait lavait laiss la Commune..le crois que ce n'est point l le geste d'un fonctionnaire cpii se sent en faute. De plus, l'Administration communale qui succda en pleine ville de Logane,rue de celle laquelle j'avais apparie, rUop.tal, I occasion d une jeu nu prside par un personne' ne lille de condition inallieuce dune impartialit et d'une | reuse, mais honnte, quil tenta '-** Jules J un des parias de la plaine de Port-au-Prince, un cx-commisgieflier la justice de paix section nord de Port-au-Prince revocu pour... ( dduisez les raisons,Casimir); un ex-juge-supplant au tribunal de paix de Saint-Marc remerci pour... ( a vous la parole, Casimir et ne mentez pas, puisque Me Durasse Jumelle, ex-conmussire du Gouvernement de St-Marc, mon condisciple au Lyce a l etion et l'Lcole de uro.t de Port-au-Prince, vil toujours ) ; un ex-commis de magasin de L Z f^^mo^^ da'jiisrice-d'alors, l'honorable oteintn Su ul..ne d'ob%  Me Arthur Hameau aprs s'tre •ovation et Lntol les exacrenseign auprs du juge insuonsommies.u ribuualdo.it tructeur, me -lit rassurer P4B des, bien que le mot quisition ft d'ordre public, (affaire Lopold Dominique-Joseph Alphonse Lambert.) c) Poussa son iinniorilit au paroxysme en Jugea ni lui-mme une prtendue contravention de scandale public qu'il lit reprocher par sa //M/7r ie de notre estimable p. 1 le proiessenr trs conne, non Cole, de 'ric Cole, de Melle Cole. Sincres condolances. ne ci m -o que vous 1 cours dans ; Chques de : Canada et i cours de leur que l'argent •' T I i loyale inada 'PASTILLES Ml RATON -^5 L iy. %  •!• n.lur.l. d. CMATtUGUVO.V B jGrcalifL Joua: et a^a : '&&"i VOSGE9 (France) TIVE t REIN HR1TISME i %  17RZ • CAS MO %  \ .< T I i— mm** ."t VITTEL iMinrnUtloriUnedes plus fortes COMPAGNIES [CANADIENNES d'ASSURANGE sur la VIE EUG. Le BOSSE & Co Aaents Gnraux Toi tes ; lice'i B DE LA %  •v t. % • %  i comprennent la Protection contre la Foudre sans auqnK ntation de taux Aqents Gci;iraux Ii IfflWIflWWlil M "ti tr



PAGE 1

V r Mardi .) Jan /cr 1932 ,c Matin > -• 4 r> c S 2 rinc ANNE N* 7507 Porl-au Prince Telph %  IT 2212 la Cure au ,..sun, Mauvais sang, Humeur, Eczma. Artcrio-Sclrose Varices, Rhumatismes, Maladies des Femmes lA CUROMAL dos LabOMtOlrei du lt\ -..! % %  23 plantes %  suisn i. gurir le mal Le plus puissant iepurauf |)urir.i'atc.n et n ur du %  tatlvs, *• gurit l.i ronaunati >n. i bduauo OtetUn. I-.K CUROMAL • %  x|>ulso les lumes, nettoie li %  • %  ozme, les Ma lai l'eau etdu Sang, rires. I ; ••1rs Rhu i reins. Lumbago, Douleurs articulaire j, le Maladies cl'-1.; % %  i ,-;ue ,Hmorragies, Douleurs du ventre, Kibrome. H vif' lm mu "lltlf MW i voit M ***it tieoHii i pu i I preu '. CURiiMAI M" J II III I %  '. La trallenirnt comprenant on c IROMAL ver rKiile lu M 1,0.1 1 i. iiliiiriiincien, Laboratoire HbJ ^"" . 11 D U.INS (France). %  Deot a Porl ,'''.. i *turumcio libca. S E AVIS AU COMMERCE L' PapeR)9 Railroad bip Line ;i l'avantage d'an* fiancer les dparts su h York pour port-ao-princs Hati, directe m ., rant le "'ois de Janvier 1932: "i Dparts de hew 01 nuages Po I au-Prince. S'eaniT t Cristi bal le5 j < r 1932 le 10 janvier 1932 ?>'S Bneaaventurai 12 jan ifi 193 Steamer Incont le 19 Inw i r S/S Guayaqu e 2 %  1 S|S Cristobal i le :'. Fvriei !9 s •; Buena 'entura le l S/ •' Vncot." I" Ifi Fvr ; I! Stdamer "Ooaya ixiil* s Paoama Railroa I S eampship Line Jas j|. C. VAX REED le 1S janv. 1932 le 24 janvier 1932 le :;l janvier 1932 le 7 lvrier 1932 le 15 lvrier 1932 le 21 lvrier 1932 le 29 fvrier* 932 Age ut Gnral m-utt: t a,*m.m.t• •*- .-> %  Lykes Brothers SS C lnc Texas -Huit* — Sanio uoniingo Rico Porto Le seul service hebdomadaire el rgulier passagers et r et entre les pmis du Golie du Texas directement avee i t rt-au-1'riiice, Ha i, Pour la rception rapide el le maniement habile le vos Importations, servez vous toujours des*navires de 'J LYKE UNE. Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont Steamer*cStclla Lykes> 1er janvier 1931 kiureau: Rue du Magasin del'Eliu, Boite Postale 8 les c lie rieurs sont pris de noler i\ve le steamer Ancon esl attendu i'ort-au .Prince, venant de Cristaba), (anal Zone, le nieicrcdi 6 janvier. 1932. Les permis d'embarquement seront dlivrs pour le d l ;') destination de N>wVoik (t des ports europens sur deman le laite ce bu•( DU, Ce steamer pai lira le mme jour a 2 heures p. m., direc lemcnl pour New^York, p?e n ni \s est suivants : Les troubles nerveux, la dprossion physique ot morale, la v ieillosse prcoce. C'est le produit de choix (fans tous les cas d'impuissance sexuelle tant choz l'homme que chez la femme. Par ••"n action rapide el durable sur l'ensemble de louti s les Ib'nc ions, le 'QLANDOPHILE"(-onsiituc le rparateur le plus nergique dont l'action se traduit par un rajeunissement total de l'organisme, Le "GLANDOPHILE" ne contient aucun produit toxique et peut tre pris par TOUT LE MONDE : entants, adultes el vieillards des 3 sexes. Demande! donc U"GLANOOPHILE": H pour l'homme ou F pour la femir.e. lice gratuite el vente • F. SJOURN -W.BUCH, Port-au-Prince et dans TOUTES les bonnes pharmacies Seuls distributeurs : A. THOMAS & C" 15. Rue Martel. PARIS A vendre 1 bureau en acajou (avec t h lises; vaisselle ; 3 tagres: miroir, table de cuisine ; une voilure Ford,modle T Sedan, prix 50 dollars. S'adresser ; Capitaine WHEELER; Le I J %  .,,..... p Il r • 147, Rue du fav. St-Dtnfc, Paris Facilo ii prendre. Ne iiccrMitent aucun prlparatif, cle c?. provoic jasai, de dgot. Supprimai.t ia dite, elle ne dbilite pc$ !•: xzkis. NVji-.i.'.t pa de rrpoi a la chambre, e!! ne cr.zr, lacaM pcr'. de temps. nui actl r que fou Ici 'milaras, cil* n. c : ::'. [:;.il t coiascher*. PCRCAVIVE. 2 i 3 Pilules m*' .' U1ATI VK, 1 Pilais tansi^stLii: r 'i-rin lin i m y HP U %  • tafaaOI—Il l'r'me i!.uonihrcuiet rccoltcs—la Luckj t*t* U protection de l'cjiclu. Il v. KY, i. , . %  ( 1 gUIDE ou en TABLETTES Soulage les maux de tte ou la nvralgie en .'iO minutes, guiil uci rroid le premier |OUr et la nidlaiia ei trois jorrs. (iCiG sauve le bb du (roid. ouvrir! "It's toasted i n L par \. B.C. '. et i •Les travaux de nombreux mdecins franais et trangers entrepris depuis la communication mmorable de BKOWNSKgt'AKD sur la possibilit de rajeunir l'tre humain par l absorption de glandes fratches d'animaux, ont couduit a cette conclusion maintes fols vrifie, qu'il est maintenant possible, sans avoir recours uux procds opratoires (Steiuach. Voronoiii. de resUtaef l'organisme, chsi l'homme comme choc la femme, soi nergie et se vigueur perdues la suite de ronladicr.de futigue physique ou crbrale, de vieillesse prmature, d'ailes stigmates de dchance prcose Impuissance ssxuell*. U.l UNI-: -\V. m i.H,PerZ-uu-Prlrt* cl dans TOUTE* les bonne pharmacies, .E "GLANDOPHiLE" • 4KI!I distributeurs : A. THOMAS A V* 1B, Rue Marte, PARIS ^ Offrez comme CADEAU de fin d'Anne iiveiles craiio DE LA (Mi Util LES NOUVELLES RADIOS A 5 & 7 LAMPES MUL7I-MU el FENlODh ALL ELECTRIC '"> Mo l e C-'.>1 5 lampes*Or^5. MaJls G3'J] Or 85. 7 lampes. hcinl par leur dynamique Les mcilleureslRadios sur le mavh OEMANDEZ ONE DMONSTRATION ET VOUS SEREZ SURPRIS DE LA SUPRIORIT DECES Radios Golumbia SUR' TOUTES LES AUTRES MARQUES. N'achetez pas une Radio avant d'essayer la COLUMBIA M .dle C 32. Mo'iU? C 3-4 ' 87.50S>a*Pf Or 11. 7 lampes Knccrs LOLVMBIA Music Hall Port-au-Prince KEENR'S GARAGE


PAGE 1

T^ -T ^ %  ^^ %  %  ^ v^ w ^1 Clment Tvlagloire DIRECTEUR 1358. RUE AMERICAINE 1358 TELEPHONE N2242 I < uiaif s'aiiaudonat-rait a ar Mijiml ettrsjaMe a u c sau soumu ,: ce* llillr,;i ces IBIM Tt >,a ffS (uhuueil-s IrslalifiJ eei t-liDles II l'inmiurirc le rabaisse sait effM deant lui-mme, laadla que la IOTO df bien sans cesse le leva et le i outirnl. louis IUU.OT 25 me ANNEE N 7507 PORT-M' I RINCE < HATI) MARDI 5 JANVIER 1032 A propos DE Rvision Constitutionnelle SOUVERAINET NATIONALE. —LES DEUX LIBRATIONS. —0— 11 je s'agit point de savoir si la : %  > >uverainel est la puissance de commander; il ne s'agit pas davantage de la considrer au poi ut de vue subjectit ou objeelit i.iais bien plutt de l'envisaf ;ei comme le bien commun pour eqacl a nos pres s'taient dtachs de .la Mre-Pat rie et formaient une nouvelle Unit Nationale, — avaient chang leur condition au grand tonnement de leurs oppresseurs. Les esclaves de la veille taient devenus, par le succs de leurs armes, des tres libres; ils avaient eu la force, le courage, la vertu de se rendre libres et de lguer leurs descendants la vraie Liherie. C'est l la premire Libration. Elle est encore dans tous les esprits et tous les coeurs.... Cependant, et lie mme force qui avait servi obtenir la Souverainet lut impuissante la maintenir. La Constitution de 1805 avait bien dclare dans un atvle martial : Au premier coup de canon d'alarme, les villes dispauissent et la Natio.i est debout ", la force publique destine a maintenir la Souverainet extrieure, ne reprsentait plus rien, au moment du (langer. Elle tait devenue une bande arme au service des pires instincts de destruction. Eloigne de son bu qui est la protection du Droit et de la Justice, elle avait servi soutenir les loties fratricides. Celle situation avait cr l'anarchie. Kl la libell, qui ne nait point du dsordie, se trouvait tort compromise, la lorce publique tait devenue un instrument de tyrannie, elle qui doit tre une gide pour la Li* bert. Une lorce nouvelle, une lorce trangre, intervint et changea la situation. La Souverainet Nationale avait-elle disparu ? Nous ne le pensons pas. Elle devait, au contraire, se lortitier par cette experiencedouloureiJ.se qui tait venue tablir qu'une Nation ne vit pas impunment dans le dsordre. Les deuils, en ellet, unissant plus que la joie et la Constitution de 1918,en proclair ant que la Souverainet National* i side dans l'universalit des doyens, savait dict aucun inncipe nouveau. Celle lormule i ait la conscration d'une situai on antrieure. En consquence, la SouveraiKhiiiii net existe en droit, et la nouvelle situation cre par l'Intervention n'est qu'un fait contingent e passager. Comment en sortir ? C'est un problme difficile soumis la sagacit de tout le Pays. Les uns — se croyant encore 1 poque hroque — prchent une Libration inconditionnelle alors' que le dplacement de la force publique n'a pas eu pour but d'organiser une nouvelle lorce nationale. Ceux-l ne tiennent pas compte de ce lait que la Souverainet est, en notre poque, une chose relative. La Socit des Nations a, en eftet, cr une organisation incompatible avec l'autonomie des Etats. Et les nations fjibles sont dans une situa'ion bien prcaire... La conception absolue de la Souverainet, inspire des ides le Rousseau et du Contrai Social et fonde sur l'Egalit et la Libert des Etats, tend disparatre. Par le dveloppement du Commerce et de la Richesse mobilire, il existe, de nos )ours, une Interdpendance des Etats que l'on ne saurait mconnatre dans la solution des dilli cultes intrieures. Les autres pensent avec raison que cette souverainet de lait ne peut tre recouvre que par !e Gouvernement National. Revtu de la confiance populaire, incarnant l'Ordre et le Bien commun. Il est bien plac pour conclure en vue de cette Libration. Lui seul peut d'ailleurs conciiier les exigences suprmes de l'Ordre International et de la Paix avec la nouvelle conception de la Souverainet. La socit civile ayant un but moral, aucun Gouvernement ne peut, de nos jeurs, tolrer l'incendie, le pillage et le massa cre, sans s'exposer aux remou: trances des autres Etats. Sans prjudice de la paisible discussion et d'un rgime de libert, tou es les lorces sociales doivent s'unir de tuon lorraer un agrgat plein de cohsion dans le but de faciliter la g'ande lchde la Libration. Celle-ci ne se prsente pas d'ailleurs dans les mmes conditions que la premire. Et celte nbuleuse sera proche ou lointaine suivant no're sagesse politique. En attendant, adoptods la devise l'Ordre, le Bien corna Paix el la Justice. H. TERLONGE. ROY 29 annes de succs. LES ENFANTS LEGATION Dt FRANCE AVIS Les honorables notabilits dt la b cit 'auxquelles onl adresses des invitations In garden-party de> ant avoir lieu a l'Htel de la Lgation de Prance da us l'aprs-midi de Mercredi iti il l'ont bien alors descendre a A ant la grille), dents. Cela Apprenez aux enfants soigner leurs leur vitera tant de maladies et de souffrances. four les meilleurs rsultats, employ* C\LO\. Dabord, p^rce que c'est une pou Ire .. rien ne nettoie mieux. Ensuite, parce qu'elle est oxygne... pleine de l'agent purificateur de \r nature elle-n ne. N irrite pas les gencives. Ne dco'ore pas l'mail. Maintient bonne haleine. Contrle a l isoiu des acides de la bouche. Faites que vos entants aient ce qu'il y a de mieux. Achet/ CALOX aujourd'hui chez votre pharmacien ou crive/, nous pour un chantillon gratuit de la poudre deniilrice CALOX. Me KESSON & ROBBINSi Inc. T'.i Clif Si., New-York Cily. L S. A. ? V / ii nom i Ile botte (,.\l.o.\ f'oiwre i i n terme %  la I r< s.\i ,)ii d'un doiqt. I A No. -TJ Au Palais Rlions nouvelle mun par OE LA PRESSE Le 31 Dcembre, !) a>r.r 45, les directeurs de joatii: h* ont t reus au Palais National pa* le Prsident d' la Rpublique entour de tous le; secrtoires d'Etat, du sorii crtaire d'Etat l.on Alfred, da chet du Cabinet particulier, du chel de l'Elat-rrajor. Mr Auguste Mngloire, dsign par ses confrres pour prendre la parole en leur nom, ma en ces termes : s'expriGvirlaot. K.a.dioa.10 de GOUT TE-RHUMATI SMES "NEVRALGIES" .Dr. Bengu, H, Rue Bim, Paris. Prop os humides —o— Vn confrre a publi cette profession de loi d'un canci'dat la dputation: Citoyens I mon programme st trs simple: la terre nu\ paysans, B mer aux marins, l'usine aux ouvriers et la galette votre candidat. Ce programme, de prune-abord, a eu un succs formidable. ].• pi incipai concurrent en a t marri. Qu'est-ce qu'il pourra promet Ire de plus irrsistible ? Il rflchit. Eurka 1 II a trouv mieux que tout cela.Autsil il annonce un meeting. Devant les cit vens assembls et attentifs, il claironne d*' sa plus forte voix : "La terre aux paysans, oui. l'usine aux ouvriers, oui: la galette voire candidat, certes el le l'.ln M SARI Hl CACHET h On tts cl. icuik." Et ce tut la dlire. Administration G"" des Postes Avis DE DIIPART .'"' %  : Les dpches pour "New York et l'Europe *( Via New York direct) par le steamer,; ve| emeDl des afiaires natio"ADCOU" seront fermes le %  rje'credi (5 dn courant. Monsieur le l'rsiden', La Presse di la Capitale,— et, pourrais-je ajouter, de I: Province, si |e voulais escomp ter le sentiment des confrie> amis des autres localits,— fil heureuse, h ccasion du lenouvellement de Tanne, de vi nir vous apporter, encore celte lois, ses respectueux hommages. L'anne qu : s'aclive el qu par une concidence laquelli il ne manque que peu de ( ho se.se confond avec la premier) de voire heuume presiueno, tsl marque parle laborieuxellort de votre (ionvernemer.t pour s'adapter, pour adapter se.' acte au stade atteint,depuis les changements survenus dans noIre rgime politique, par le diWtau Prince, If 4 janvier 1032. irrctezbToi P'j^Uemcn'i de cette Facn 7r U ; VidW ine et VAPORuo four Tout Refroidissement nates. Dans cet effort— dont le carrire d'adaptation n's pas toi jours l nettement leconnt dans tous les milieux,— votn Gouvernement s'est, pourth ijue cas, arrt la solu'ien juge lu meilleure la lun e des desiderata d'une roctiop intelligente quand elle esl opportune. Dans la presse, r.ous avons, Voneitur le Prsident, vcu avtc voire g< uverntu tut < nlei f jprurces .' &f • us len | s d> rniers,— expriei sairement incompltes pi. qu'elles sont nouvelles,avec,\ rhari n, pressions par'icolireaet, da R |( h '• ''• le disparate invitable tenant ce qu>' le gouvcriM meol et nons ne sommes pa e sitas, sur le mme plan, mtis lonjoun a?ec une. coi! s ">' patriotisme el le vtre et i i r di ( le plus larg en vos la les et votre bo-ine loi rui.us. Entie lemps.vous niellez 'oui en œuvre, Monsieur le I' dent,—il faut vous rendre cette justice, — pour que la pins grande harmonie marque rapports du gouvernement e! de la presse : vous avez cr nos rceptions mensuelles el c'est grce a une proccupation qui nous flatte que nous pouvons en ce jour qui, rj | d'une clbration universelle, est, BU surplus, pour llaili, ta veille du plus glorieux des anniversaires nationaux, lie admis, en mme temps que tous les corps constitus de l'i.-'la, invi:e d scrte, sans doute, de voire < | en tue d'une constitution rg / lire de notre pies e et da MS| services, lre admi, dis-j •, l vous renouveler ici nos vœux el ( nos souhaits. Ceux que nous toi mont sont pour votre piospc'ril pirsonnelle, Monsieur le Prsident ; pour la plus grande productivit des actes de votre gouvernement ; pour le succs de votre administration aussi grand que le permettent la sincrit elle patriotisme de vos iflorts et enfin pour que la presse ici reprsente, nous y sommes' tous disposs, continue d'lre,' pour vous une auxiliaire d-l voue, utile et dpouille de i tonte paaaion autre que celle,! qui veus anime au n.nit degr, du bien publi Les autos pren : la . m. En raison dn temps (pie rcl.ime la prparation du scrutin,les listes de n prsentants fournir par les candidats el dont les noms seront lires ai soit ne seroDl reues que jusqu'au lundi 1 janvier A '> heures p.m.Klies serout prsentes par ch q e candidat a la di et par i.e groupen ent tic candidal s loi niant un CommunaL Port-au-Prince, le .'H dcembre l'Jol. .*• 9o\ (|ue la crampe du jouralisle ne vous prend pas toi • ours, comme on pourrait se Y • ner ux doigts qui tiennent crayon... Le vieux camarade le hi'iucard. qui rdige la chro* ie si i.dantielle des chos. %  tta hier brusquement la taole de rdaction o la besogne immobilisait depuis des heures. ...le vit, par trois lois, dtendre vivement une ambe Ql aiUylose en s'criant : .1 ;•' une sacre crampe de rdaction. %  • ... a vu au ( hainp-dc-Mai l'occasion du premiei jour de 'an, ries bonnes de Turgeau et tv. I aine rivalisant d'lgante et Grooms et valets •n soi liera vei m s et cravate rui la roue (eut latour... lool tieis du canotier out inul et des lourdes vapeurs lu 'l'ompiu" rpandu profusion sur le mouchoir et le ingi ... :i vu qu< iq.les uns de ces dganta, bottant sous la moraux des souliers tiop troits et I autres tpu ssuaa laeonen avaient c leurs pieds meurtris aux loigts an s et gotaien; ^ la douceur de marcher ns ^ ntrves. ... :> vu un dandy au concer. .un lie soi, cherchant vi m i/iiuin dtvoret. Une e qui promenait une e toilette neuve, lui parut ma proie dsirahle et facile... risqua une invitation preoIre quelque chose au prochain ... s'tonna du bref relus qu'o lui opposa, et oftrit, gat, uie balade en auto, U ix des-tfissions, ou la Mer Mais qqelqu'un troula le e. lui l'espce un il! ur endimanch, qui avait uns doute des droits antrieurs le e œuf de la belle... Sans circonlocution, il mit un poing inquitant sous le nez de son aristocratique rival et lui inti' % % % % % %  < de lui abandonner" a place. Le dandy ne crut pas evoir insister et se retira li [uene basse^ ... voit (ju'au Parc-Leconte on i st srieusement attel la ration de la clture, st A 'installation de tous les accessoires indispensables un land iportif.Une douche modernes substitus lanciesne, et ce A l'obligeante del'Ingnieur •n Cht .leaunol, un lavatory .'nique sera bientt amna.iu Pavillon du l'arc. ... adressa un regard de llidations et d'encouragement met Y c dieux animateur qu'est .hevailitr. ... voit que l'Htel^de France naintieai ses belles^ traditions Habilit. C'est ainsi qu'une ois de plus, Patrizi otlrait.le dimanche 3 janvier dernier, une coupe de Champagne aux nombreux an is groups dans les les salles de l'tablissement. Avec une aisance lgante de parole, et qu'un orateur pourrait lui envier, il leva son verre la sant du Prsident de la Ri publique, la prosprit d'Hati, au bonheur des invits (' lout pai iiculirement dn Directeur du MATIN prsent la rception. 5 ... adrea?e l'aimable patron au nom du MATIN, un bon refard air. uui ux. Assurez-vous contre accident ;• la deneral Accident Fire & Lile Asusrance Corporation Limi'ed .— Yve F. Rermn J gham Agent Gnral pour Hai,


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06902
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, January 05, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06902

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
T^
-T
^^^^
v^
w
^1
Clment Tvlagloire
DIRECTEUR *
1358. RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N2242
I < uiaif s'aiiaudonat-rait a ar
Mijiml ettrsjaMe a ucsau sou-
mu ,: ce* llillr,;i ces IBim Tt >,a ffS
(uhuueil-s IrslalifiJ eei t-liDles
II l'inmiurirc le rabaisse sait
effM deant lui-mme, laadla que
la Ioto df bien sans cesse le leva
et le i outirnl.
louis IUU.OT
25 me ANNEE N 7507
PORT-M' I RINCE < HATI)
MARDI 5 JANVIER 1032
A propos
DE
Rvision Constitutionnelle
SOUVERAINET NATIONALE. - LES DEUX LIBRATIONS.
0
11 je s'agit point de savoir si
la :> >uverainel est la puissance
de commander; il ne s'agit pas
davantage de la considrer au
poi ut de vue subjectit ou objee-
lit i.iais bien plutt de l'envisa-
f;ei comme le bien commun pour
eqacl anos pres s'taient d-
tachs de .la Mre-Pat rie et
formaient une nouvelle Unit
Nationale, avaient chang
leur condition au grand ton-
nement de leurs oppresseurs.
Les esclaves de la veille taient
devenus, par le succs de leurs
armes, des tres libres; ils
avaient eu la force, le courage,
la vertu de se rendre libres et
de lguer leurs descendants
la vraie Liherie. C'est l la pre-
mire Libration. Elle est en-
core dans tous les esprits et tous
les coeurs....
Cependant, et lie mme force
qui avait servi obtenir la Sou-
verainet lut impuissante la
maintenir. La Constitution de
1805 avait bien dclare dans un
atvle martial : Au premier coup
de canon d'alarme, les villes
dispauissent et la Natio.i est
debout ", la force publique des-
tine a maintenir la Souverai-
net extrieure, ne reprsentait
plus rien, au moment du (lan-
ger.
Elle tait devenue une bande
arme au service des pires ins-
tincts de destruction. Eloigne
de son bu qui est la protection
du Droit et de la Justice, elle
avait servi soutenir les loties
fratricides. Celle situation avait
cr l'anarchie. Kl la libell, qui
ne nait point du dsordie, se
trouvait tort compromise, la
lorce publique tait devenue un
instrument de tyrannie, elle qui
doit tre une gide pour la Li*
bert.
Une lorce nouvelle, une lorce
trangre, intervint et changea
la situation.
La Souverainet Nationale
avait-elle disparu ? Nous ne le
pensons pas. Elle devait, au
contraire, se lortitier par cette
experiencedouloureiJ.se qui tait
venue tablir qu'une Nation ne
vit pas impunment dans le d-
sordre. Les deuils, en ellet, unis-
sant plus que la joie et la Consti-
tution de 1918,en proclair ant que
la Souverainet National* i side
dans l'universalit des doyens,
savait dict aucun inncipe
nouveau. Celle lormule i ait la
conscration d'une situai on an-
trieure.
En consquence, la Souverai-
Khiiiii
net existe en droit, et la nou-
velle situation cre par l'Inter-
vention n'est qu'un fait contin-
gent e passager. Comment en
sortir ? C'est un problme diffi-
cile soumis la sagacit de tout
le Pays.
Les uns se croyant encore
1 poque hroque prchent
une Libration inconditionnelle
alors' que le dplacement de la
force publique n'a pas eu pour
but d'organiser une nouvelle
lorce nationale. Ceux-l ne tien-
nent pas compte de ce lait que
la Souverainet est, en notre
poque, une chose relative. La
Socit des Nations a, en eftet,
cr une organisation incom-
patible avec l'autonomie des
Etats. Et les nations fjibles sont
dans une situa'ion bien pr-
caire...
La conception absolue de la
Souverainet, inspire des ides
le Rousseau et du Contrai So-
cial et fonde sur l'Egalit et la
Libert des Etats, tend dispa-
ratre. Par le dveloppement du
Commerce et de la Richesse
mobilire, il existe, de nos )ours,
une Interdpendance des Etats
que l'on ne saurait mconna-
tre dans la solution des dilli
cultes intrieures.
Les autres pensent avec rai-
son que cette souverainet de
lait ne peut tre recouvre que
par !e Gouvernement National.
Revtu de la confiance popu-
laire, incarnant l'Ordre et le
Bien commun. Il est bien plac
pour conclure en vue de cette
Libration. Lui seul peut d'ail-
leurs conciiier les exigences su-
prmes de l'Ordre International
et de la Paix avec la nouvelle
conception de la Souverainet.
La socit civile ayant un but
moral, aucun Gouvernement ne
peut, de nos jeurs, tolrer l'in-
cendie, le pillage et le massa
cre, sans s'exposer aux remou- :
trances des autres Etats.
Sans prjudice de la paisible '
discussion et d'un rgime de
libert, tou es les lorces sociales
doivent s'unir de tuon lorraer
un agrgat plein de cohsion
dans le but de faciliter la g'ande
lchde la Libration. Celle-ci
ne se prsente pas d'ailleurs
dans les mmes conditions que
la premire. Et celte nbuleuse
sera proche ou lointaine suivant
no're sagesse politique. En at-
tendant, adoptods la devise
l'Ordre, le Bien corn-
a Paix el la Justice.
H. TERLONGE.
ROY
29 annes de succs.
LES ENFANTS
LEGATION Dt FRANCE
AVIS
Les honorables notabilits dt
la b cit 'auxquelles onl
adresses des invitations In
garden-party de> ant avoir lieu
a l'Htel de la Lgation de
Prance da us l'aprs-midi de
Mercredi neur deS.E. le Prsident
Rpublique sont pri s de
loir bien, poi r lai ilil er l
\ ice d'ordre, suh re les di
lions suivantes pour l'entre, le
stationnement el la soi lie d< s
automobiles.
Entre par la grille principa-
le donnant sur le < Inatnp de
Mars ( de6 h. 10 a 7 h. i i
entre sua cependani su]
ine f ii raison des intermdes
i le jardin. Les in> iti
il l'ont bien alors descendre a a ant
la grille),
dents. Cela
Apprenez aux enfants soigner leurs
leur vitera tant de maladies et de souffrances.
four les meilleurs rsultats, employ* C\LO\. Da-
bord, p^rce que c'est une pou Ire... rien ne nettoie
mieux. Ensuite, parce qu'elle est oxygne... pleine de
l'agent purificateur de \r nature elle-n ne. N irrite pas
les gencives. Ne dco'ore pas l'mail. Maintient bonne
haleine. ,
Contrle alisoiu des
acides de la bouche.
Faites que vos en-
tants aient ce qu'il y
a de mieux. Achet/
CALOX aujourd'hui
chez votre pharma-
cien ou crive/, nous
pour un chantillon
gratuit de la poudre
deniilrice CALOX.
Me KESSON
& ROBBINSi Inc.
T'.i Clif Si., New-York
Cily. L S. A.
? V *

/ ii nom i Ile botte
(,.\l.o.\ f'oiwre
i i n terme la
I r< s.\i ,)ii d'un
doiqt.
I
A No.
-TJ
Au Palais Rlions
nouvelle
mun par
OE LA PRESSE
Le 31 Dcembre, !) a>r.r
45, les directeurs de joatii: h*
ont t reus au Palais Natio-
nal pa*- le Prsident d' la R-
publique entour de tous le;
secrtoires d'Etat, du sorii
crtaire d'Etat l.on Alfred, da
chet du Cabinet particulier, du
chel de l'Elat-rrajor.
Mr Auguste Mngloire, dsign
par ses confrres pour prendre
la parole en leur nom,
ma en ces termes :
s'expri-
Gvirlaot. K.a.dioa.10 de
GOUTTE-RHUMATISMES
"NEVRALGIES"
.Dr. Bengu, h, Rue Bim, Paris.
Prop
os
humides
o
Vn confrre a publi cette profes-
sion de loi d'un canci'dat la dpu-
tation: Citoyens I mon programme
st trs simple: la terre nu\ paysans,
B mer aux marins, l'usine aux ou-
vriers et la galette votre candidat.
Ce programme, de prune-abord, a eu
un succs formidable. ]. pi incipai
concurrent en a t marri. Qu'est-ce
qu'il pourra promet Ire de plus irr-
sistible ? Il rflchit. Eurka 1 II a
trouv mieux que tout cela.Autsil '
il annonce un meeting. Devant les
cit vens assembls et attentifs, il
claironne d*' sa plus forte voix : "La
terre aux paysans, oui. l'usine aux
ouvriers, oui: la galette voire can-
didat, certes el le l'.ln M SARI Hl
CACHET h On tts cl. icuik." Et ce
tut la dlire.
Administration G""
des Postes
Avis DE diIpart .'"'' : '
Les dpches pour "New
York et l'Europe *( Via New
York direct) par le steamer,; ve| -emeDl des afiaires natio-
"Adcou" seront fermes le
rje'credi (5 dn courant.
Monsieur le l'rsiden',
La Presse di la Capitale,
et, pourrais-je ajouter, de I:
Province, si |e voulais escomp
ter le sentiment des confrie>
amis des autres localits, fil
heureuse, h ccasion du le-
nouvellement de Tanne, de vi
nir vous apporter, encore celte
lois, ses respectueux homma-
ges.
L'anne qu: s'aclive el qu
par une concidence laquelli
il ne manque que peu de ( ho
se.se confond avec la premier)
de voire heuume presiueno,
tsl marque parle laborieuxel-
lort de votre (ionvernemer.t
pour s'adapter, pour adapter se.'
acte au stade atteint,depuis les
changements survenus dans no-
Ire rgime politique, par le d-
iWtau Prince, If 4 janvier
1032.
irrctezbToi
P'j^Uemcn'i de
cette Facn
7rU; VidW
ine et
VAPORuo
four Tout Refroidissement
nates.
Dans cet effort dont le ca-
rrire d'adaptation n's pas toi -
jours l nettement leconnt
dans tous les milieux, votn
Gouvernement s'est, pourth
ijue cas, arrt la solu'ien
juge lu meilleure la lun e
des desiderata d'une roctiop
intelligente quand elle esl op-
portune.
Dans la presse, r.ous avons,
Voneitur le Prsident, vcu a-
vtc voire g< uverntu tut < nlei
f jprurces .'? us len | s
d> rniers, expriei
sairement incompltes pi.
qu'elles sont nouvelles,- avec,\
rhari n, pressions par'i-
colireaet, da R |( h-' ' '' le
disparate invitable tenant ce
qu>' le gouvcriM meol et nons
ne sommes pae sitas, sur le
mme plan, mtis lonjoun a?ec
une. coi! s">'
patriotisme el le vtre et !i i r
di( le plus larg en vos la
les et votre bo-ine loi rui.us.
Entie lemps.vous niellez 'oui
en uvre, Monsieur le I'
dent,il faut vous rendre cette
justice, pour que la pins
grande harmonie marque
rapports du gouvernement e!
de la presse : vous avez cr
nos rceptions mensuelles el
c'est grce a une proccupation
qui nous flatte que nous pou-
vons en ce jour qui, rj | d'une
clbration universelle, est, BU
surplus, pour llaili, ta veille du
plus glorieux des anniversaires
nationaux, lie admis, en m-
me temps que tous les corps
constitus de l'i.-'la, invi:e d s-
crte, sans doute, de voire < |
en tue d'une constitution rg /
lire de notre pies e et da ms|
services, lre admi, dis-j , l
vous renouveler ici nos vux el (
nos souhaits.
Ceux que nous toi mont sont
pour votre piospc'ril pirson-
nelle, Monsieur le Prsident ;
pour la plus grande producti-
vit des actes de votre gouver-
nement ; pour le succs de vo-
tre administration aussi grand
que le permettent la sincrit
elle patriotisme de vos iflorts
et enfin pour que la presse ici
reprsente, nous y sommes'
tous disposs, continue d'lre,'
pour vous une auxiliaire d-l
voue, utile et dpouille de i
tonte paaaion autre que celle,!
qui veus anime au n.nit de-
gr, du bien publi
Les autos pren : la che de l'alle u ucipale pour
s'arrter devanl le pi rron aprs
avoir contourn en !< laissant
leur droite le petit massif du
milieu du rond point.] es i lu
leurs d'aulos publiques (lignt s
pren Iranl ensuite i orlir
' alle aboutis I la grille du
ct de l'Avenue des Dalles.
Qnanl aux voitures, particu
ics elles seront ranger ainsi
qu'il suit, aucune ne deranl
i tre sur les b u vli du rond-
point ct Est.
lo. sur les bas i du
rond point cte ouest. Prsiden-
ce de la Rpublique, Secrtai-
res d'Etat, Prsidences du s.
nat el de la Chambre, An
vch, Major Cnral f
dier Gnral de la larde.
'2d. sur la pelouse du pan
principal, c ouestt Corps di-
plomatique, II.n-is !o iclio
ivils amricains ( api
hulte devant le pri on, faire
d'abord le lour du pt-lil m
du milieu du rond point < n /
laissant t droite el prendre en-
suite la gauche de l'alle [win
cipale ).
.'lo. sur la pelousse du pan
principal ct Est ( Snateurs,
Dcpuls,Corps consulaire, <
de Cassation ( {mmes observa-
tions ).
lo. Sur |, s_ p. louses '
Ouest et As/ dujiarc sei oni
re face l'Avenue de n
s'y rendanl pur lu roie lui
Esl de l'immeuble, l'r .
Municipalit, Cler ; , H
naux, Directions d< i li i vu es
publics el Ecoles .' up
Officiers suprieurs de la U
dr el Presse. Banques, Chambre
Commerce, )
5o. sur les emplace nen s
voisins du Champ 'l i qui
seront indiqus | \ [ents
de la Garde prpi
vice les autres notabilits d" la
Socit.
La sortie au dpari s*< (Tectue-
ru ad libitum pur la grille di
Champ de Mars ou celle i\r l'A-
\ enue des halles.
Les familles sonl pries de
n n.is amener des enfants de
inous de 16 ans.
LA COMMISSION COMMUNALE
DEUHO-PRIflCE
Le Pfsid<. n! refondit en une
improvisation des mieux ap-
propries que les journalistes
coutrent avec plaisir, car les
penses exprimes taient liau-
ies, justes et |. i leienl di ur.
606
OO-rr
Informe que le tirage] au
sort pour la formation des
bureaux de vote aura lien
l'Htel de Ville, le mardi 5
janvier 1932 I heo res |>. m.
En raison dn temps (pie r-
cl.ime la prparation du scru-
tin,les listes de n prsentants
fournir par les candidats
el dont les noms seront li-
res ai soit ne seroDl reues
que jusqu'au lundi 1 janvier
A '> heures p.m.Klies serout
prsentes par ch q e can-
didat a la di et par
i.e groupen ent tic can-
didal s loi niant un
CommunaL
Port-au-Prince, le .'H d-
cembre l'Jol.
.* 9o\ (|ue la crampe du jour-
alisle ne vous prend pas toi
ours, comme on pourrait se Y
ner ux doigts qui tiennent
crayon... Le vieux camarade
le hi'iucard. qui rdige la chro*
ie si i.dantielle des chos.
tta hier brusquement la ta-
ole de rdaction o la besogne
immobilisait depuis des heures.
...le vit, par trois lois, d-
tendre vivement une ambe
Ql aiUylose en s'criant :
.1 ;' une sacre crampe de r-
daction.
*

... a vu au ( hainp-dc-Mai
l'occasion du premiei jour de
'an, ries bonnes de Turgeau et
tv. I aine rivalisant d'lgante et
. Grooms et valets
n soi liera vei m s et cravate ru-
i la roue (eut
latour... lool tieis du canotier
out inul et des lourdes vapeurs
lu 'l'ompiu" rpandu pro-
fusion sur le mouchoir et le
ingi .
... :i vu qu< iq.les uns de ces
dganta, bottant sous la mor-
aux des souliers tiop troits et
I autres tpu ssuaa laeonen avaient
c leurs pieds meurtris aux
loigts an s et gotaien;
^ la douceur de marcher
ns ^ ntrves.
... :> vu un dandy au concer.
.un lie soi, cherchant vi-
m i/iiuin dtvoret. Une
e qui promenait une
e toilette neuve, lui parut
ma proie dsirahle et facile...
risqua une invitation preo-
Ire quelque chose au prochain
... s'tonna du bref relus
qu'o lui opposa, et oftrit, ga-
t, uie balade en auto, U
ix des-tfissions, ou la Mer
Mais qqelqu'un trou-
la le e. lui l'espce un
il! ur endimanch, qui avait
uns doute des droits antrieurs
le e uf de la belle... Sans
circonlocution, il mit un poing
inquitant sous le nez de son
aristocratique rival et lui inti-
' a place. Le dandy ne crut pas
evoir insister et se retira li
[uene basse^
... voit (ju'au Parc-Leconte on
i st srieusement attel la
ration de la clture, st A
'installation de tous les access-
oires indispensables un land
iportif.Une douche modernes
substitus lanciesne, et
ce A l'obligeante del'Ingnieur
n Cht .leaunol, un lavatory
.'nique sera bientt amna-
.iu Pavillon du l'arc.
... adressa un regard de lli-
dations et d'encouragement
met y c dieux animateur qu'est
.hevailitr.
... voit que l'Htel^de France
naintieai ses belles^ traditions
Habilit. C'est ainsi qu'une
ois de plus, Patrizi otlrait.le di-
manche 3 janvier dernier, une
coupe de Champagne aux nom-
breux an is groups dans les
les salles de l'tablissement.
Avec une aisance lgante de
parole, et qu'un orateur pour-
rait lui envier, il leva son verre
la sant du Prsident de la
Ri publique, la prosprit
d'Hati, au bonheur des invits
(' lout pai iiculirement dn Di-
recteur du MATIN prsent la
rception. 5
... adrea?e l'aimable patron
au nom du MATIN, un bon re-
fard air. uui ux.
Assurez-vous contre accident
; la deneral Accident Fire &
Lile Asusrance Corporation Li-
mi'ed . Yve F. RermnJgham
Agent Gnral pour Hai,



* .1i
^VJMI
.a-.
I
Concert
LA PRFRE
..,
I
* Parce qu'elle crit
si facilement..
l'ae nouvelle exprience d'criture
vous esl rserve iu magasin quand
vous essayez le Parker Daotbld. Ds
,|;u- s:i pointe veloute louche le pc-
pier vous saurez pourquoi 2ti.0U0.UUU
il personnes oui acclam ta facilit
d'ci ire,
Car le Parker crit sans pres-
sion. Le secret ie trouve dam
une toute petite goutte d'encre qui
e I toujours prte loucher le papier,
a i mme moment que l;> pointe de
i;i plume, (".'csi aussi 1.1 raison pour
la |uelle un Parker n'a jamais besoin
d'tre Halle [>our le forcei crire.
Les plumes Parker, les crayons
le, parures Je bureau ionien vente
: i nonde entier, Essayez le
ni sans effort du ParkerDuo-
lold. Il < >us remarquerez imin-
ili ttemenl la diffrence.
I'ii\ de : Or 6 11 dollars.
DUtrlbuteurs. M ) IU & LAUBIN,
I-. 0. Bor M i
du G :tlre et Eloux.Porl-au-Prince.
Pirk r Quiak
e encre Par-,
. : | d'ingrdi -ni.
plume.
Se sche leux lois plus
\Ite que i -. encies pi>li-
uaires. Essayez-la,
\.' iudi!ion des lves de Mnne
I Thrse Vieux Clesca, mercredi
litruier Hailiana, a t une
rvlation de talents dont i et
t ngreltable qu'ils restassent
inconnus du puDlic.C'tait donc
une ide heureuse de Mme
Clesca d'organiser ce concert
qui tait comme une suite de
son magnifique dernier rcital.
Melles Laura Nadal, Maria
Ethart, Carmen Malebranch*
et Mines Lucie Dt fly et Valrie-
Canes, chantant pour !a pre-
mire lois en public, ont mon-
tr leurs dons naturels et l'ex-
cellence de la mthode qu'elles
suivent. Ceci est tout l'hon-
neur de Mme. Clesca qui s'esl
rvle elle-mme accompagna-
trice tinte dans le chur final :
Plaisir d'amour qui n'a pas t
le moindie succs de la soire.
Aprs l'audition de ces jeunes
et tale.ilueux artistes, on a le
sentiment que. le chaut a de l'a-
venirchez noua et que de beaux
instants sont rservs aux ama>
leurs de fine musique. Il faut
en complnuenler Mme Clesca et
ses admit a bls lves.
3.- Madame Vous avez regrett dj des insuccs dans le lavage de
voire linge de soie .>lors ongez aax soins qu'y porte la Nouvelle Ulhuih s-
A

ia m>tvveiLt.e
qui PTIfrNT
LC5 RtOTRPS

Ltx^CTTuw;
TRAITEMENT BUCCAL DE U
lYPH!US
1 PAR LES COMPRIMS
&GCMAHGYI,
P
Vve. Jh. CHANCY.
rop,
Ruo Pave, en faco du Oaraje
xri eyre
SANG FUR,
avec
oflAR
Rgnrateur modern
SUPERDPURATIF
Le plu ad, le plu complet
Le plus pratique aux Colonies
Combat : Maladies du Sang, de ]
la Peau, du Foio. Constioation,
Age critique et PALUDISME.
LABORATOIRES SAFFAR
39, Rue de la Chapelle, PARIS |
. APortau-Prince PhTirrrKle'H B"CH.
la IMKaHMiMIHmM

Il I'
CHOS
I rj'( si plus le candidat unique
au Snat pour combler h va-
- c mee produite par la morl de
Charles Zamor, En effet, Ed-
mond Dupuy ancien Secr-
taire d'Etal e; ancien Ministre
Le secrtaire dp !.i Lga-
fi m du Japon i Pal is a de
dire que persnnue, ni'a Santn-Domfngo. a tait sa-
Lc Siftmaryl qui contient Ica trois
mdicaments spcifiques dont l'action
antisyphilitique est scientifiquement
dmontre par les travaux des plus
minents mdecins, exerce une action
curative rtipide sur les accidents de la
SYPHILIS et 1.: sang u Umtt le
priodes de la Maladie.
Sans inconvnients pou? rtSTC Me,
il permet lin traitement conomique
discret et efficace ULMPLAANT
LES PIQRES,
A chaque bote est annexe onc
notice complte sur a mthode.
I5HI:
Prparation du Laboratoire du 0' PGMARET j
42, R. do Billancourt.a aulogno-s.-Selne, P'RIS
m est en vanta dans toute >
las pharmacies d'Hati.
u.me les grandes l'uis mi
p >ssdaut des intrts el des
zones d'influence ;h - cer-
taines parties de la Ci se ne
doivent intervenir ou s'lon-
ner des procds m * n pra-
tit|ue par Le Japon. Ce qui se
droule en la Ma l< Il ou rie,
i-jouta-t-il,n'est ni u M* guerre,
ni une agression o i usurpe-
l on de territoire. Cesl sim-
plement une action de police
similaire celle exer e par
les Etats Unis sur Nicarugua,
Hati et Santo-I) imi : i
i L'Occideni i nonce
ue les Docteurs '. iristi in
ci Pierre Moi peau i i Mi-
nent au Mexique J p tis un
certain nombre d'annes on
t'ait part leur I t i illr de leur
retour in sessamun ni i
Hati.
Noire co Ifi a(Kd
a tait paratre un iu iguifl |ie
Numro Spcial ne de 12 pages, i I slr des
portraits du Prsi Ui t Vin-
cent, d'Auguste il de Jean
Magloire, ses directeur el
administrateur, de Madame
Carmen Brouard M a gloire
sa (collaboratrice dont l'en
seignetneut musical est au-
jourd'hui daus sa troisime
annei Ce numro dont no.n
recommandons la U chue cou
tient des matire Url int-
ressantes.
Citez Dereix Kenskofl
il fut servi, le 31 Dcembre,
un menu,comme loi jo irs tic-
plus choisis: Biscuits d'an
choi, et de roque! n ', Con-
tomm au sh i y, minc de
joisson, sauce hollandaise,
poulet mignon loti 11 ma-
rchale, coeju ttes i ar nen-
chier, etc.
A Ternie arden, il y
eut fouie, Brillant succs. On
ne se spara qu'au jour.
or Villehardouin Lecontc
voir quil sollicite galement
les bu Orages des lecteurs du
Nord.
Nos lecteurs nous excu-
seront de n'avoir pu paratre
hier, tout notre personnel
ayant dsert depuis le 31 D-
cembre. Iv l'on sait que notre
dition de ch ique jour est
prpare depuis la veille.
Nous llii ifoni notre
! c c La Libre l'i ibune
I avoi iraitre l< 'M D-
c ml) e un copieux numro
bien ordonnance qu'o a lu
ivec Intrt.
Il laut aller visiter la
Une du Centre, prs des
tt ci es de SI -Loui de Gonzagui
e nouvel tabiissi ment de
C h m r I e s Ascencio, l'artiste
photographe dont les travaux
sont si apprt is.
- Nous publierons demain
le cinquime article de notre
lislingu collaborateur Ber-
thony flaletle sur la rvision
1 tutionnelie. Daus celte
dernire partie de son tude,
Ualette demande quel est le
rgi me politique que nous de
vous adopter dans notre pro-
chaine Constitution.
Notre confrre Les An-*
miles Capoises annonce que
le Tribunal Correctionnel du
lap-HaUlen doit juger bien*
lot M. Lon Balmir pour me>
uacci de mort f lilAS Mou-
sit tir Arthur Petit, prsident
de la Commission Commu-
nale.
L'Union Club tiu Cap-
lailien vient de procder au
lenouvelleinent de son bu-
eaa.'Ont t rlus MM. Hay-
Dond Laroche, Emm, Etienne
et Flix Angi lucci .comme
rsident, secrtaire et trso-
rier,
( omplimentSi
Le a M nia de la
uuard Lin v u bord
(suivre d'une note d'aprs la-
quelle une aciion en suspicion
lgitime doit tre incessam-
ment intente contre ce Juge.
Fendant toute la nuit du
1er au 2 Janvier le drapeau
a flott au haut du at&t du
Palais National.
Les concerts du jeudi
Mer Janvier et dimanche !'
ont t de vritables succs.
1804, la clbre marche pa-
triotique d'Occide Jeant}, a
une fois de plus soulev f'en-
tho isiasme du public.
Le distingu secrtaire
de la Lgation dominicaine
est parti en cong le 30 D
cembre dernier. Il sera de
retour de Sto.Domingo le 15
Janvier courant.
Dans le but d'expliquer
plus de deux cents lounsies aux habitants la loi sur la
devait arriver au Cap le 2b \ culture et la prparation du
l)ceinbre demi r 0 heures! caf pour le march, mille
sixeent soixante six meetings
ont eu lieu dans les 427 des
* Ptrt-eu-Prlnct: P, SBJOUnX, Miannaclen
dus de deux cents touiisles
du matin. La Hayliau Ton-
risl Bu eau avait fait orga-
niser une grande excursion
la Citadelle et cela avaif oc-
casionn beaucoup de dpen-
ses. Mais le bateau n'entra
dans la ride du Cap que vers
les 11 h. 1/2 et le capitaine
dclara qu'il c'ait dans l'im
possibilit de laisser dbar-
quer les touristes qui ne
pourraient tre bord que
dans la nuit, e tut une bien
ii si' lcepl on
M. Dana Munro, E. E. et
vlinistiv |M ipotentiaire des
h.tats Unis s'esl rendu la
C tadelle Lalenirele 26 D-
cembre dernier.
Le 22 Dcembre dernier,
M. Dni o Mussolini esl rest
Mil a n pendant plusieurs
heures ru bureau du journal
Popolo d Itiliu o ie corps
de sou Irre Vrnaldo tait
expos.'. M. Mussoliir s'est
pench el a embrass son
frre tandis qcs ses deux tils
V'ittorio et Bruno te sont mis
en prires.
Mahatma Gandhi est ar-
riv Bombay le 29 Dcem-
a/
bre dernier. A bord, il s'est
prpar la svre preuvei
qui l'attend dans l'Inde. Il ne
sections de la Rpublique
proiuisan le caf.
D i tha bon a t brl
la G >i;ve par lesjsoins des
prisonniers et des briquesont
l fabriques par les gardes
Oi.anumiiHhe pour l'usage
de la Garde.
es receltes de toutes les
Ap > I. iioiiii ;7 Janvier,
d y lura au Club Union de 5
8 hr-. du soir une petite
rception organise spciale-
meut pour les entants
Le 2 Dcembre dernier,
au Cap-Hatien le comit du
Cenleuaire de elorme a d-
pos une gerbe de fleuiSSUr
la tombe de l'illustre crivain
h..iien.
Le Ministre de France
oflre demain G Janvier de 5
(S hrs. du soir une garden
paity en l'honneur du Prsi.
dent de la Rpublique.
- Uu nouveau bou'point
Frdric Gairaud, le sympa-
tique propritaire d'Eldorado
qui, l'occasion de la Fte
Nationale, a magnifiquement
dcor son tablissementaux
couleurs hatiennes. Il est vrai
queGayraud s'est fait hatien
recommencera sa campagne | depuis longtemps, i <\ ne
de dsobissance civique que j laisse passer aucune occasion
lorsque tous les autres mo- / de prouver sa sincrit
yens auront t puiss. Dimarjche SQ-
M.cbMJiappeuelaine.m,. ,-ang,e des Roes RPpX
came et St.-Honor.l'auto pu-
blique No 3347 venant en vi-
tesse eut en choc avec le
basa No 261 qui stationnait
Le buss tut trs endommag.
Dimanche vers 11 lires
du soir le feu a clat dans
une maisonnette prs du ci-
metire de Ption-Ville. Grce
au concours des voisins le
feu a t circonscrit cette
seule maison. Une femme
du nom de Priocilise a t
arrte et mise la disposition
de la Justice.
nistre de la marine marchan
de franaise, a prononc un
discours la Chambre sur le
projet gouvernemental relatif
a l'aide de l'Etat la Compa
gnie Gurale Transatlanti-
que Le ministre a dmontr
limpossibil'l de laisser p-
ricliter une ligue munlime
de l'importance d? ce.'le de
t Le lia re N- w York .
f L'. Devoiri, a;:> av ::.r
publi une lettre adre
au juge d'instruction Lescot
et i M. Jolibois,la fait
R
IOYAL lACKlNG
POXVDEB pr-
serve lu rraicheui'
des gteaux, bis-
cuits el des ptis-
series.
O A L
BAKING POWDER
Cin-laldii
CE SOIR
Belphqor
OU LE FANTOME DU LOL'VRI
( SUITE )
La Maison de la Haine
OU, L'HOMME A LA CAGOULE
( SUITE )
Entre : 0,50 ; Balcon : 1,00.
DEMAIN SOIR
A l'occasion du (i Janvier, .") heu'es :
La Nuil de la Revanche
avec Charles Vanel et Lon Mathot.
Entre : 0,50 ; Balcon : 100
<2?
FAIBLISSE
'.(GILIYE
SIROP
DESCHIEN!
l'Hmoglobia
Ranratenr do Btnfl. pntcrlt par I lke mdicale. --------
Suprieur 'Ja viande cru* a aux ferrugineux. JS-dmie dan le Hfl;;iu ^.
* P Dl*, gtMtau,. OE8CHIIM. t, u. Piul Mj, rKKIS at IMn.nml.
((
LE MATIN-
ET
Le vapeur "Bogota" Voy.l
05, venant directement del
New York sera ici, mercredi
G crt. eu route le mme jour]
pour Petit-Gove.Miragone
Jrmie, les ports de la Cof
lombie, Cristobai, etc.
Le Manifeste de ce navire|
reu par avion est a la dispo-
sition des clients! dans nos|
bureaux sis angle rues Dan-
ls Deslouches et Egalit.
Colombian Sleamslup Co lut
Wm E.BLtiO.Agent.
Tlphone : 2823
Sous ce titre, notre confrre
c Le Devoir, sous lasignature
de notre grand ami Era. Th-
zan, aprs avoir signal notre
article intitul Au Livre d'Or
du Matin et consacr Ne-
mours Viocent qui refusa de
se courber devant les menaces
de l'Autorit Militaire Amri-
caine ajoute :
Je flicite le spirituel Con-
frre du Devoir d'avoir su
rendre cet hommage plus que
mrit une telle manifestation
de la valeur hatienne. Ce n'est
pourtant pas le seul acte de
courage public de Nemours Vin-
cent. IL y en a un autre, non
moins impressionnant, accom-
pli en lace de la Mort elle-mme, ]
n une mort hideuse, grimaante, ___________
bien taite pour inspirer de l'ef- "" ' ' "
l'roi aux plus braves. J'entends loire Nationale,. Il ne dut soj
parler ici du carnage de la Pri- { salut qu' u^ miracle. Pourtanl
son de Port-au-Prince, le jour le rencontrant quelques heurt
de la chute du Gouvernement aprs. eD vide et lui pressant'
de Vilbrun Guillaume. | ri.ain pour le fliciter d'avoij
s Nemours Vincent y tait er*" chapp sain et saut un
ferm, tmoin vivant et impuis-
sant de ces scnes d'horreur,
de violences de celte rouge d-
mence, vsUable vision de l'En-
ter, dont le souvenir tait en
core dresser les cheveux sur ta
lte tous ceux qui ont vcu
DE|NTO
danger, je ne remarquai
en lui la moindre trace d'
tion. Il tait calme et souriant
et je n'en croyais pas mes
Une telle matrise d? soi,es
un moment aussi tragiqae, e'
dit plu& long et parle plus ha
celte sombre page de notre His- qu'un volume d loges.
Klium Bartaiicourt
Dont.la renomme est universelle s gard ss premire place
Demande! partout :
UN BARBANCOURT
Dpt Ane des Geen,
iAkw.


V _
J
.-.
! E MATIN
* M,;i-r 19 *
is'cn
antinvraltflque
3-j3oriir M T'f Iq'"-' minutes Flvr, Qrlppe, M!flr!n,
Scjnatlcmt* M$ ramni dtrhoix loujoun tpican el
:wrr Knile-. de 1 et VI cachet!. bn>cnte dans louteikonof PL
^bor.loir, h 0 ,c.eur C.IRAUD.n.nuci-.i LYON OULUNS(Frce)
U i i Port-M-Fr'.Dce : PfcafKMM 1 t IL
I KIS
NUE I ?8i;
LETTRE OUVERTE
Al'
Directeur du journal Li: Matin
Port-au-Prince.
I.ogane,21I)ceinl>ri.' 1931.
Monsieur le Directeur,
o
I
.l'ai lu, avec un vil tonne-
me.it, dans votre journal du 17
courant, un article sign de Mr
Casimir, avocat, dans lequel il
rclame un peu de justice en la-
veur des malheureux justicia-
bles de Loga ne.
Kntr'autrcs laits relats, poul-
ie but qu'il se propose d'attein-
dre, M. Casimir a os citer le
nom de ma cliente, Mme Her-
munce Millien, qui a pass, pr-
tend-il, dux jours et deux nuits
en prison, laissant aprs elle
son nourrisson dont les cris im-
|il avait la direction, ? inivnl
confirmer cette vaillante po-
pulation que c'tait un dtro-
qu, un...pestifr.
Durant 1/ longs moi, la jus-
tice fut mise '. l'encan Loga-
ne par le nouveau titulaire. Kn-
lin,!;i Commission Foil*s vint.
Immdiatement la population
loganaise adressa une ptition
signe de 450 notabilits envi-
ron auGouVernement Ky pour
lui s;". der les infamies du ty-
pi Ca imir ) et protila de cette
occ. mju pour me recomman-
der. M. Mare-1 Casimir fut r-
voqu el Me Rosier Alphonse
ils soussign, son prdcesseur,
fut vivement venge de l'erreur
commise.
Casimir ne se tint pas pour
battu et trois mois aprs cri-
vit dans le journal Le Pays
des 11 et 13 Septembre 1930 le|ldu; ,:,,,,
que son successeur et prede;- Es,in ^*t
cesseu. avait connu la pri-
son pour avoir tent de spolier
D'ALGBR
i
tlarlamur. I
ClENNORP.'it
^( T0C'T3 fHA*w
.
A louer
Une conlortable maison s
au Bois-Verna.
Sa dresser u :
Franck II. (iETJfcNis
Rue du Magasin de l'Etat,
l'hone 2347
Mercredi H Janvier
A Varits
pour sa mre, serau-ce i ci-j
g* de paix de Logane Marce.
Casimir le signataire de cet ar-
ticle? Celui-ci a-t-il une clien-
tle Logane? M'occupa ni de-
puis quelque temps de la cultu-
re de mes terres, je me garde-
rais de rpondre aux nieiicon-
ges de ce dit Casimir, mais
ayant remarqu qu'il essaie de
salir de sa bave ftide loua
ceux-l qui, avant ou aprs lui,
ont occup la redoutable mis-
sion de distribuer la justice en
cette ville, je me lais violence
t dmasque le TROP cynique
Casimir.
Je n'ai pas la prtention de
dfendre ni Me hiers Alphon-
se, ni Mneskv ltcy. J'endosse
"' -------t........ i de paisibles citovens de leurs
ploraient inutilement juistie|tari5^ que, Receveur cornmu-
uoursamre. Ser J" I mil, ilfut rvoqu pour dtour-
nement de fonds ; qu'tant un
partisan ROUGE du candidat au
Snat et la Prsidence, Me
Stnio Vincent, le Gouverne-
ment Roy devait le congdier
pour assurer la sincrit des
oprations lectorales Loga-
ne.
J'eus l'envie de lui demander
raison par tous moyens, car ju-
ge en fonction, je ne pouvais le
confondre d'imposture.mais au-
jourd'hui o simple citoyen j'ai
la libert de mes gestes, je crois
opportun de me camper en fa-
ce de l'individu pour lui ap-
prendre ce que je suis et essa-
yai- de lui tablir une gnalo-
l'entire responsabilit de mes
actes pouvant me dfendre pur
tous les moyens ; simplement je
veux que le Gouvernement de
Mr Vincent apprenne conna-
tre le signataire de cette lettre ;
qu'il sache que M.Casimir chan-
ge son fusil d'paule ; quex-ju-
gedepaixdcl.cogane, rempla-
c par M. Thiers Alphonse, jai
t, moi aussi, attaqu dans des
articles mensongers ; qu'avant
de prendre une dcision, le
Gouvernement doit contrler
les laits, car l'homme de bien
st difficile se maintenir, les
mchants tant en majorit.
Le 21 Octobre 1928, apparut
Logane un tre informe pr-
nomm : Marcel . On apprit
qu'il a t nomm juge de paix
de cette ville. La population
s'enquit sur son origine et ne
gie pour que les Roy, les Dou-
von.etc, puissent se rjouir de
n'avoir pas fait un eboix mal-
heureux.
Fils d'un ex-commandant mi-
litaire, ayant de puissantes atta-
ches dans le peuple et de pr-
cieuses relations dans la socit
commune que dans
LETTRE OFFICIELLE que par er-
reur j'ai t seulement demande
comme tmoin dan*: une affaire
de terre concernant lesDaulica.
Dans la suite, ce fut en con-
squence des menes malsai-
nes du dit Casimir,devenu mon
successeur, et craignant que le
Gouvernement vile difi sur
son incurie ne me retournt a
ma fonction que je fus expdi
en deux fois la Chambre
d'Instruction de 1' e t i l-(i 0 R\ e
sous la prvention combien
mensongre de voies de l'ail. La
justice impartiale me renvoya
hors de cause. Cependant, s-
tant aperu que l'un des pr-
M. Estinvil
pas les moyens
matriels de lui payer ses ma-
noeuvres criminelles, il conut
la mchante ide de me juger
lui-mme, mon ennemi, tou-
jours sous la mme prvention
ds voies de fait au prjudice d i
dit Estinvil.L'occasion tait heu-
reuse, je fus condamn jours
de prison, 160 gourdes de dom-
mages-intrts.
Voil Me Rosier Alphonse
fils, ex-juge ('e paix de Logane
travers toutes ses perscutions
qui, jusqua prsent cependant,
n'a pas de casier judiciaire.
Maintenant, examinons le cas
de l'x-juge de paix Marcel Ca-
simir.
Nomm la justice de paix
de Logane le 21 Octobre [928,
le dlateur professionnel-* com-
me on l'appelle depuisle pa-
ya bien vite d'une tonnante a -
tivit dans les manuvra g-
nratrices d'argent :
a) C'est ainsi que pour signer
un simple mandat de comparu-
tion, le justiciable tait oblig
de lui cracher deux gourmi.
Quelle basse estimation d'une
signature.
b) Pour un simple constat di.
tant de ma w. *~*w ^^ -......
les villes environnantes et no- Larrefour Jufort, a cinq anim-
ent Port-au-Prince, M. tes pied de la ville il exige
; ......tnte gour-
if de la r-
tammen.......
Rosier Atohonse fils ne saurait du requrant cinquante
avoir l'ambition d'tre log la
mme enseigne que 1* triste
personnage en question. Rece-
veur communal en 1026 de M.
Victor Lacombe, actuellement
Prfet des arrondissements de
Logane et de Nippes ce qui
suftit pour donner une juste-
ide de sa liante moralit j'ai
du dmissionner tout de suite,
aprs que lui, mon magistrat,
tarda pas savoir que
c'tait lavait laiss la Commune..le crois
que ce n'est point l le geste
d'un fonctionnaire cpii se sent
en faute. De plus, l'Administra-
tion communale qui succda en pleine ville de Logane,rue de
celle laquelle j'avais apparie- rUop.tal, I occasion d une jeu
nu prside par un personne- ne lille de condition inallieu-
ce dune impartialit et d'une | reuse, mais honnte, quil tenta
'-- ** Jules
J
un des parias de la plaine de
Port-au-Prince, un cx-commis-
gieflier la justice de paix sec-
tion nord de Port-au-Prince re-
vocu pour... ( dduisez les rai-
sons,Casimir); un ex-juge-sup-
plant au tribunal de paix de
Saint-Marc remerci pour... ( a
vous la parole, Casimir et ne
mentez pas, puisque Me Du-
rasse Jumelle, ex-conmussire
du Gouvernement de St-Marc,
mon condisciple au Lyce a l e-
tion et l'Lcole de uro.t de
Port-au-Prince, vil toujours ) ;
un ex-commis de magasin de
LZ f^^mo^^ da'jiisrice-d'alors, l'honorable
oteintn Su ul..ne d'ob- Me Arthur Hameau aprs s'tre
ovation et Lntol les exac- renseign auprs du juge ins-
uonsommies.u ribuualdo.it tructeur, me -lit rassurer P4B
des, bien que le mot
quisition ft d'ordre public, (af-
faire Lopold Dominique-Jo-
seph Alphonse Lambert.)
c) Poussa son iinniorilit au
paroxysme en Jugea ni lui-m-
me une prtendue contraven-
tion de scandale public qu'il lit
reprocher par sa //M/7r co'habitante Louisina oseph
laquelle d'ailleurr il donna un
maudataire- son sosie d'alors
Me Z. IL Crve-cur a la dame
Gracianne Louve.
d) Suscita un scandale affreux
ustesse exemplaires, M.
Moscoso, n'eut point de repro-
ches me faire. Juge de paix en
1928, je fus victime de manu-
vres sournoises de mes enne-
mis jusqu' tre appel la
Chambre d'Instruction de Port-
au-Prince pour dposer sur des
faits qu'on disait tre nia con-
naissance. Le secrtaire d'Etat
de corrompre.
Ces quelques faits vous sont
signals en passant, Monsieur
le Directeur, pour ne pas lai -
ser vos lecteurs trop longtemps
sous l'impression les flagrants
faits contenus dans Ja lettre sus-
vis me rservant de porter
prochainement le plus formi-
dables l'apprciation du pi -
blic qui jugera.
Me Casimir peut-il auj
d'hui parler de justice, lui qu
en a tant abus' ? Rgrette-t-il
ESTOMAI
Pinde nouveau
iSCALiliiriE
, par Its Spcialistes ds Paris
soulage immdiatement :
BRULURES CRAMPES
ACIDITS de i ESTOMAC
ULCRES GASTRIQUES
CONGESTION du FOiL
D1GEST0N PNIBLE
6UB180NI RAPIDE
Produit du D' CORNE!
7,.t..' i,rAMS Ve
Phirmv ^ A BUC'I
fi teatei bemm Phn..*cies
ki Empereur DcssaTiiics99
Le rle de [Empereurseia
[tenu par AntoineLinocen'.
Entre gnrale 2 gourdes
.rje 3 lourdes
En ule mercredi soir
Varits.
!
N
ecr
ocjie
celle charge de juge de paix ?
Depuis quand a-t-u le droil d
se poser en dfenseur des dr lits
des habitants de ci tte commu-
ne '.' Pourquoi est-il si ingrat
en\ i \ rais lil.s de Loga ne V
Pourquoi a-t-il rvoqu son an-
cien greiier, indr Mim
bienfaiteur '.' Pourquoi a
dans le temps attaqu Me Geo
ges Kernizan, Kosier Alpbon n
lil) ? Pourquoi s'aeharne-t-il
tant aujourd'hui c o n r e M
Thiers Alphonse el ses auxiliai-
res? Si je n'tais pas ami cfe I i
vrit, j< me contenterais d
hausser les paules en li
l'article concernanl les m* inbre .
du Tribunal de paix de I
gane puisque Thiers Alpbon
se est mon suc. esseur imm-
diat ;mais connaissant Casimir,
d'ores et dj j'ai firnu que les
laits relats dan i Le Mutin
du 17 Dcembie sont l'mx.
Logane ne dil pas comm '
vous : Honte a ces juges Honl \
leurs noms mais plutt : que
voire mmoire soil inau lite,
Casimir.
Tous ceu i'\ que, durant No-
tre passage la justice, r
avez assassins moralement n
cessent de crier jusqu' prsenl :
Vengeance Veng san "e et la
patience a des limites.
Avec mes respectueuses salu
talions.
Rosier ALPHONSE dis.
Etudiant l'Ecole de droit
de Port mi Prince.
Ex'Jugedepaixde Logane.
Il u ".-t
prsi un r
la la mi
Ane!
latil, a
nal I!
Grand Si i
T
l'appn
beauen
Nous pi
d pour
i
!
i de
ux qui
ues la familla
TouMtfnl du Cap~
occasion de la mort
reg lie Ma lame Coi ta-
nt.
re^istrons avec regret
1 une des plus res-
< s de lamille liai-
, ;irvenue le 1er Janvier
i heures du matin, a
BUS.
Madame Veuve Ption Col-
> ie de notre estimable
p.1, le proiessenr trs conne,
non Cole, de 'r-
ic Cole, de Melle Cole.
Sincres condolances.
ne ci
m

-o que vous
1 cours dans
; Chques de
: Canada et
i cours de
leur que l'argent

'
TI
i
loyale
inada
'pastilles
Ml RATON -^5
Liy. ! n.lur.l. d. CMATtUGUVO.V B
jGrcalifL Joua: et a^a : '&&"- i
VOSGE9
(France)
TIVE t REIN
HR1TISME
i
17RZ CAS MO
\
.< ti imm**
."t VITTEL
' iMinrnUtlor-
iUnedes plus fortes COMPAGNIES
[CANADIENNES d'ASSURANGE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
Toi tes ; lice'i b
DE LA
v t. %
i
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqnK ntation de taux

Aqents Gci;iraux
Ii IfflWIflWWlil M "ti tr


V
!
r
Mardi
.) Jan /cr 1932
,c Matin
> -
4 r> c S
2 rinc ANNE N* 7507
Porl-au Prince
Telph it 2212
la Cure au

,.- .sun,
Mauvais sang, Humeur, Eczma. Artcrio-Sclrose
Varices, Rhumatismes, Maladies des Femmes
lA CUROMAL dos LabOMtOlrei du lt\ -..! 23 plantes
suisn i. gurir le mal Le plus puissant
iepurauf |)urir.i'atc.n et n ur du tatlvs,
* gurit l.i ronaunati >n. i bduauo
OtetUn. I-.K CUROMAL x|>ulso les
lumes, nettoie li ! ozme, les Ma lai l'eau etdu Sang,
' rires. I ; - 1rs Rhu i reins. Lumbago, Douleurs articulaire j,
le Maladies cl'-1.; ' i ,-;ue ,Hmorragies, Douleurs du ventre, Kibrome.
H vif' lm mu
"lltlf mw i voit M
***it tieoHii ipu i I preu
'. CURiiMAI M" J II III I '.
La trallenirnt comprenant .....on c IROMAL ver rKiile aa Q>lu M 1,0.1 1 i. iiliiiriiincien, Laboratoire HbJ
^"" . 11 D U.INS (France).
* Deot a Porl ,'''.. i *turumcio libca.
S
E
AVIS AU COMMERCE
L' PapeR)9 Railroad bip Line ;i l'avantage d'an*
fiancer les dparts su h York pour port-ao-princs
Hati, directe m ., rant le "'ois de Janvier 1932: "i
Dparts de hew 01 nuages Po I au-Prince.
S'eaniT t Cristi bal le5 j < r 1932 le 10 janvier 1932
?>'S Bneaaventurai 12 jan ifi 193 !
Steamer Incont le 19 Inw i r
S/S Guayaqu e 2 1
S|S Cristobal i le :'. Fvriei !9
s ; Buena 'entura le l !
S/ ' Vncot." I" Ifi Fvr ; I!
Stdamer "Ooaya ixiil* s
Paoama Railroa I S eampship Line
Jas j|. C. VAX REED
le 1S janv. 1932
le 24 janvier 1932
le :;l janvier 1932
le 7 lvrier 1932
le 15 lvrier 1932
le 21 lvrier 1932
le 29 fvrier* 932
Age ut Gnral
m-utt: t
a,*m.m.t- *- .->
Lykes Brothers SS C lnc
Texas -- Huit* Sanio uoniingo Rico Porto
Le seul service hebdomadaire el rgulier passagers et
r et entre les pmis du Golie du Texas directement avee
i t rt-au-1'riiice, Ha i,
Pour la rception rapide el le maniement habile le vos
Importations, servez vous toujours des*navires de 'j LYKE
UNE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont '
Steamer*cStclla Lykes> 1er janvier 1931
kiureau: Rue du Magasin del'Eliu, Boite Postale 8
les c lie rieurs sont pris de
noler i\ve le steamer Ancon
esl attendu i'ort-au .Prince,
venant de Cristaba), (anal
Zone, le nieicrcdi 6 janvier.
1932.
Les permis d'embarque-
ment seront dlivrs pour le
d l ;') destination de N>w-
Voik (t des ports europens
sur deman le laite ce bu-
( DU,
Ce steamer pai lira le mme
jour a 2 heures p. m., direc
lemcnl pour New^York, p?e
n ni \ i, (.VAIS REEU
K< n.-^iii i. i
iilliniil!llililil:lll!i;iill!lilillllllllilil!ll'.illl!!IIIIIHIIIIIII6
La MDICATION par les GLANDES
o
ex.
CD
O

<
CD
Le'ELABDOPHILE-
est un extrait do Blondes fraches
d'animaux slectionns parmi les
espces les plus vigoureuses ; son
emploi se conseille dans i >s est suivants :
Les troubles nerveux, la dprossion
physique ot morale, la v ieillosse pr-
coce. C'est le produit de choix (fans
tous les cas d'impuissance sexuelle
tant choz l'homme que chez la femme.
Par "n action rapide el durable sur
l'ensemble de louti s les Ib'nc ions, le
'QLANDOPHILE"(-onsiituc le rpa-
rateur le plus nergique dont l'ac-
tion se traduit par un rajeunissement
total de l'organisme,
Le "GLANDOPHILE"
ne contient aucun produit toxique
et peut tre pris par TOUT LE MONDE :
entants, adultes el vieillards des 3 sexes.
Demande! donc U"GLANOOPHILE":
H pour l'homme ou F pour la femir.e.
* lice gratuite el vente
F. SJOURN -W.BUCH, Port-au-Prince
et dans TOUTES les bonnes pharmacies
Seuls distributeurs : A. THOMAS & C"
15. Rue Martel. PARIS
!
A vendre
1 bureau en acajou (avec
t h lises; vaisselle ; 3 tagres:
miroir, table de cuisine ; une
voilure Ford,modle T Sedan,
prix 50 dollars.
S'adresser ;
Capitaine WHEELER;
Le I J

.,,..... p
Il r
!
147, Rue du fav. St-Dtnfc, Paris
Facilo ii prendre.
Ne iiccrMitent aucun prlparatif,
cle c?. provoic jasai, de dgot.
Supprimai.t ia dite,
elle ne dbilite pc$ !: xzkis.
NVji-.i.'.t pa de rrpoi a la chambre,
e!! ne cr.zr, lacaM pcr'. de temps.
nui actl r que fou Ici 'milaras,
cil* n. c:::'. [:;.iltcoiascher*.
. PCRCAVIVE. 2 i 3 Pilules
m*' .' U1ATIVK, 1 Pilais
tansi^stLii:r 'i-rin lin i m y hp
U tafaaOIIl l'r'me i!.- uonihrcuiet
rccoltcsla Luckj t*t* U protection de
l'cjiclu. CELLOPHANE IMPERMEABLE
A L'HUMIDITE
Cschel Tuujoun parfait
L'unique psq Ht dot
.".iv. ri !
Voyei li M-li.mt ,ln pas
Maintenez-en
.
Chumid i et ,
rRAISI N
nV > Il v. KY, i. .
( 1 gUIDE ou en TABLETTES
Soulage les maux de tte
ou la nvralgie en .'iO minutes,
guiil uci rroid le premier
|OUr et la nidlaiia ei trois
jorrs.
(iCiG sauve le bb du (roid.

ouvrir!
"It's toasted
i n
L

par \. B.C. '. et i
Les travaux de nombreux mdecins
franais et trangers entrepris depuis la
communication mmorable de BKOWN-
SKgt'AKD sur la possibilit de rajeunir
l'tre humain par l absorption de glandes
fratches d'animaux, ont couduit a cette
conclusion maintes fols vrifie, qu'il est
maintenant possible, sans avoir recours
uux procds opratoires (Steiuach.
Voronoiii. de resUtaef l'organisme,
chsi l'homme comme choc la femme,
soi nergie et se vigueur perdues la
suite de ronladicr.de futigue physique ou
crbrale, de vieillesse prmature, d'ai-
les stigmates de dchance prcose
Impuissance ssxuell*.
U.l UNI-: -\V. m i.H,PerZ-uu-Prlrt*
cl dans TOUTE* les bonne pharmacies,
.E "GLANDOPHiLE"
4ki!i distributeurs : A. THOMAS A V*
1B, Rue Marte, PARIS ^
Offrez comme CADEAU de fin d'Anne
iiveiles craiio
DE LA
(Mi Util
LES NOUVELLES RADIOS
A 5 & 7 LAMPES
MUL7I-MU el FENlODh
ALL ELECTRIC
'">
Mo l e C-'.>1
5 lampes*Or^5.
MaJls G- 3'J]
Or 85. 7 lampes.
hcinl par leur dynamique
Les mcilleureslRadios sur le mavh
OEMANDEZ ONE DMONSTRATION
ET VOUS SEREZ SURPRIS DE LA
SUPRIORIT DECES
Radios Golumbia
SUR' TOUTES LES AUTRES MARQUES.
N'achetez pas
une Radio avant
d'essayer la
COLUMBIA
M .dle C 32.
Mo'iU? C 3-4
' 87.50S>a*Pf Or 11. 7 lampes
Knccrs LOLVMBIA Music Hall
Port-au-Prince
KEENR'S GARAGE
, '.' .
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Mmui Sari lie i
. C'esl la quintessence des meilleures/
varits de cannes d'un vaste territoire
' niss;mt les meilleurs lermirs
C'est c qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ! ]
- --^saUM


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM