<%BANNER%>







PAGE 1

11 MA". IX ;,;;;, ,,, r i:2 (i Y?* 6 | 6^ 4 { i^i < %  '' A • %  • A I •*•••*. >.i• -7 • &f • !• •*• • r--i.-&i ft ,-V **< A v 1 ''•' *' *-* *est un alinvoi c mpo* et doa judicieusement, ajjrab e au gou Id'une Sr fi Le Phoscao *j,|^ n^icau c au B w •••• y, .,-lVligeslibilit parfaite et'd'une prparatioa ais et cono£,5. 53 mujue.'Apportant l'organisme les lments dire:temert as• '>'-' &f similables, le PHOSCAO, est digr par ; les estomac* I* •El? plus dlicd* et les plus dlabrs, Il supprime Isa digestion* ci DStifat on, en t. i:) ainsi qu'aux aumi--, ai. -i.ra.eiie* et , Apportant l'organisme les lments urvciem-ci ,.* -^similables, le PHOSCAO, est digr par ; les estomac* I* S-T S plut dlicat* et les plus dlabrs, Il supprime Isa digestion* .y. >,*4 libosicus^s, les pesanteurs, les tirailleratat*. et les somnolen ftg, 2 .nces. Son usige quotidien e-t conseill eeui qui sou ir Wdl'.vom T ou d. linle-iin (di'aiation, gastralgie, dvs sie .j^i4 i sti|.jt on, en t. i.) ainsi qu'aux aumi--, ai. i.rmeus et %  US 'OliV .1 SCtfulS. U l'niMM ir i qi;e souvent pen.lnnt !"• H r niers rro's %  "Jl* une dpression g(*>!•• qui pe't avoir une hcliM'.ae r fi-irni (•iouiorkw rfutai .'• t-couches. Le IHOSCfO Varie ce MI. [§er. prpara des c ui.li f heureuses tl assure v BO taniClb loLust. Milfit RES V N E n 4's> \ ort-au-Prince. rli z Mm n V-n, lope K *er§, A Bo M, ,:., I li. l'icoulel, liUerei, 13. N. -.ad* <•'># Lcn H. Fcqmie, Ed. K 1. %e, A'{ft '• phonae Ufeir, t fil **•;• A S, ni V'ajo, l./ V-.ui.nie Maure. Clercs, Madame G.rg •£;" &f Ui, i,| Coicon, Mfulume Lacochetirt, •£i\ 1 1 x Gonaivc-r, chez £*JAII •' %  -Haii•*•-. fb K %  C<> A Petit Goave, chez B CM 5 El dans toutes M La confiance do plusieurs ii; .Hrs de personnes est ce qui tide rendre L'fcMULSION SCOTT le tonique nutritif le plus populaire au monde. L'Emulsion Scott produit de la force. P?zar Central A Hier. CI'. Jnvaux. P' Heid. 11.' Il UOIIfU, .TIII'IHUIC HK.v.lf.. Q V V V W V V ' A WBSRgfWW . r* v T C'est du Fer que votre Sang a besoin Le uns qui ne contient pa* de fer, manque de foire et de vitalit. < est du anic appauvri qui cause faril. nu ;it de la fatigue, manque d'nergie, puisement nrrveux et un sans nombre de sensations pwwimistes et ralumiteuv. Le fer et un dea lmei.Ut principaux le notre alimentation quotidienne; mai lieaucmin de personne usent beaucoup plu d'nergie qu elles n'en produibent et d'autres n'ont pu H*ez de vitalit pour eitraire aull'mamujent d'nergie do leur alimenta. C'est pour a que tant de personnes faiblea, nerveuse, qui se fatiguent facilement et entent li urs fore. et vigueur a'puiser. ont l^soin du ; ant reconstituant le Fer Nuxal. qu'ur grand nombre de mdecin empli ient dan leur I i'Ht:i;ue pour reconstituer le \' 'ieux fer dana • I,e Fer Nuxat contient du fer organique comme celui du sang mme, et aes t *eultate bien: nta sur l'organisme peuvent t'appercevoir ,'".. I" premires d.j. : ilement dci:x aemaini sont auffluntu nuren n connatre son action reconstituante de 1 lu force. "n just ice votre sant si vous ne voua sentes i.'iste et vigoureux, prenez le er Nuxat et remarquez le rsulI Au) •Mrd'huimme VOUS pouvez l'ac ter chu votre phannacien. / 1 d mnnde pour le Fer Nuxa a AU' ki grande et immdiate que 1 >u 'avonj piw eu le temps de prep; rer c atlqutttu pour ce pays. Tar n Minent et MnporeDement nous v* rou le flacon Eapagnoi que mm reproduitOM droite. Vous trouvi .Isns chaque flnccndea instructiortf lomplte en Fraiwaia. Insertion sui prise el d'tonni, ; 1 nin.a !i ; %  pi a nel : Ce: I. su ,,. 1 ,:, s joiei bruy nies el m in.-.111rs. une h di lu'ur ( | e 1 ,. \, ; nK ; re^ ue .!t-|>iii', UICMIC 'II'UN ans. admire avec 1 1 p relle satisfaction son ilr1 sini perron, eonstruil Kceui* ,, ut en iii'onl iiiiiu'-, >-iii une PSM/ oramU eapaaaqueUmilenl deux balluhtres i\ piliers d'un tube original; les nu %  rectp \* •l d'une mate blancheur, les dal'es, le ili'iiu' parsem d'tbi1 -s dans l":i/nr du loud. !c v t -.-. tuaira, o j;it un superb t ; i Heu el rouge, oltrenl su \rn\ la scusatiou d'une propret li s abigne. L'autel, dcora svec un ni icenque, rayoi ne •ont' le piscllcmenl il.' l'or des orne menls, marie, dana le rive luBjajre dea candelabies, dea bou.les sans nombre, ili s lampes .1 uctvtne. 1 la prod gali dos feuraartificielles, ;mbcnm'res V mullicolorcs aux Ir is couronnas, Uses la v ule, pm t^nl eu fond chacune u ic corbeille enguirlande le fie ir, el d'01'1 s'chappent en relombanl avec nonchalence Irolsbandea Inangulaires, I lui. jaune el blanc, telles des ailea de papillons nocturnes; mille autres petites il co ratl on a insouponnes qu'une main dhcilment srvlenl la cuiioil; loul cola ;i Isil une l eaul n • rveilleuse, digne d'une \uil de Nol.,.. Iliirtt'it un cai ilh nji Ile dos noies aili s. I ;i joie del ord de partout, ea fidles, -iiii> bruil, s'i iii|)iis'(.'iii dr prendre rang; di, le nombte 1 n esl si j> and t;ii'i' e se compte plu; Le Saint t ftice va lotnmencei. e recueillemen', un in la ni l'dill ml -1 complet, est rompu par n 1 brillant prlude l'hamonntm 1 un bel, grniul et I • • t neuf) dans les variulio is du t lm bien connu, dlient' riieiil nu %  et s : Gloire I) e au p h., t des Cieux l'a t sur I ta .T ;ui Hommes de hnn'voli m L'eioa. em ni qu grandil l'ait pi ci" la surprise, car n l'inleniedeces onssuccd lerythme a, unie C. doux des chants li luigiques, On croit douter ou rver en coulant la pure mlodie grgorienne que rendant svec poiUclion el ensemble les voix gr v.s el justes d s chantres ou iel s veloutes el cristallines dei lv'ea de la ehorale de; Sueurs. Suit, aprs le Credo, ua m gislralSermo i de circonslan ce du Cur qui il veloppe, av^c ;i ai ce el dans un 1 ingage conCT I, la l'orlc trilogie d Im ur, d. r.luiiiilite ii tic 1.1 %  •luira il • ri'.nl;inl-I)ieu. A l'offertoire, nou ve le surprise : lalanfare locale, en s niiiiieil depuis longtemps d mie des signes manUeates de M rnal sauce, a 1 faisant rata* nii iliiiis lescuivraslea morceaux d. s n rpeil.me. rclat de la K le laqucCc vr-i aeul rien ne ma npiail. Le Bon ordre qui %  rgn du comme icemenl la lin ci qui a maintenu ces joies, d'ordinaire iropexp uisi vas, dans leur juste Uieaure, s couronn enfin A Thon mur de la popuhilion de l'Ailiili.ue, sa balle l't le Nol dont nous avons t enchant ei avons emport u\\ Inoubliable souvenir. e*aaMJaa-aUaaala|BTfaUU Cercle Spor'if de Mariani L;i runion traditionnelle du C 1 %  %  '" s 1 'h de Mariani sur lieu le 31 Dcembre 1890 S heures 1 S du soir. Les membres du Cercle, leurs lamilles, 1rs hsbitns, y sont in vil. ():i dsnscra, u.isoupcrs. Usera servi un souper Iroid par petites tables. Prier.' de s'inscrire d'* v Li COMITE Grande vaille de chapeaux pour hommes, femmes cl e 1 lanls. Toileries (ine3scel grosa?ric. Articles de mnage en porcelaine, maill, alluininium. Jolis ai liclrs en verre cl cristal pour cadeaux, .Ieux de meubles: Chaises, dodincs noi'i es cl couleur d'acajou Lits en 1er avec soin in ici Bibelots, Verres boire Bns et ordinaires Sorbelires.Caoutrhouc et pneus 1 tnir autos. Joui ts JSS' rlis; autos el v >iI lires nvec rvnnisme pour enfouis, l-'ei ; aille. 'I cinlnre couleur pouleir.drc ut-lfp <, 1: [,.,. oa n'en h J'fi' >n depuis 70 RPJ.. On fign^ !e de :i. ti.l i. u-i-s viclim.s il les J.giltK seraient trs Slrisas. mm ai — 1 Violent incendie iftewmYork CENTRAL SQO A Ri :(New-York) — Un violetl incendie l'es! dcla ie ce IUHIIU I:II plein len're ne !'.• nlihl s-qu:ire dai s. le couitt d'Os • ago nu ii r a ni de -•• %  'ruire \* villa je tout aatlai : les dgts mt vj lu-i $ Ji ,()U0. I eux grands meuti'es rom, renant pli siei.rs rra gatina et le ur nu do poste ont et enlireim ni dlruits ainsi que I'i:l.-n pisiopaie mdium te et deux I .il,n ei ts attenants ; les pom I iers viur. nt pi r roaiu t' rte aux | oinpit-r IOCHIIX pour lutter coi.iile tlau. La mejeure pHrlie du carrier, les timbiei et l'encaisse du bur.au dp> t e purent tre '.un s I ri s que le toit de l'din (t l'i.ii !a proie des II m me.-. %  I %  ——^.*aBar a. .— —Les EiaU-UnUet la Confrence International* WASHINGTON — Le prsident Coi'lulffl a %  "<• w que les tala U. is participe raient la Conte eu ce inlerni tu na'e sur la double ta talion' qui se runira (enve le 5 Ja a >ar Le prefcaaenr T. >• Adam?, l'rono-uiste de II niversit de Vale reprsentera le gouv^-r Dment amricain. Le chmage Pari* PARIS — Une statistique du ministre du travail tablit que les chni. u s ne dpissmi pat 'lu. I lemet 40 000 dont 1000Paris. Des BS*Sures ont f'-tpiises pour utiliser les cl Ouieuis el ^ ai ds tra vaux analentieages pr N. l'ai — li* u, ministre des tiavaux publics. LA PLUS ANCIENNE ET U PLKS EFFICKB INJECTION PEHARD D'ALGER > contre U BLUNORKHAGIE cl loi 1 tcouiemantt tnclini ou ricer.'l. S 31 rues jnlrls sur 2S.&Z1 %  Un-ort rka MaeWlaa> d'Apis") I x tui^mcnt ctl complt DRTGES PEYRARD ri ;. ? KITINE qui calment In douleur, clarifient le uriael, purifient le tang <:t ^u^rittept la cyttite. • TOUTES BONNES PHARMACIES • SPCIALITS PEYRARD, 46, !" , Cr,..IU. PARIS DUparition mys* trieuse du **rin ce Charles de Roumanie PARIS— La lgation de (tourna nie Paris dment que lu Prino l'.bar et, ex lier lier du Un* -t • Roumanie, ail quitt ia eapl'sla, mas dans les milieux roamiins au courant aa al as et veia^s du prince Neuii y ea n'ajo-io au cune loi M dmenti el il .lispari tion demeure toujours un mystre d'autani p us pais que les nouve la* da Bissrast lout entirement dfaut. La sant a porte de la main N hsite/ pas: Achetez le Beurre de table IBLLKNOSK. garanti abso Liment pur. Kn veii'e chez Simon Vieux, A. Boit, Abred Vieux, E. Dereix etc. et des b > i lies piceries. COMMERCIAL AGENCIEZ AMO COMMISSION. LON R. THEBUD PIIOXE 791 E PORTE-PLUMK IDEAuc'eat laailETEOREa Entirement dt fabrication tranaise. porle-plune de rputation mondiale.. ( Modles tous les prix ) gVoir chez les agents: Comme cial Agency af Commission M S S 33 !.. •* x & '•••' '* '••' v %  ^*& *&& Pour gurir ou vKer L / e naufi ge du Erancoria* SAN JUAN P.H.— Le paquebot Franconia de la ligne Cunard qui s'tait chou hier t l'entre du poit de San Juan u'a pu subi d' varies et l'on esi e le renflouer aujourd'hui. L rroue du navire re p.-.' sur quatie pieds de sable et de b u'. U'aeciaVal aurait ('t an vi (|i).' par u Lo le d'uie forte If ut fait inusite. Accidint mm itim i VVKVMOLTIl— Le capitaiae at 2J hommes de l'quipage du tro s m:\ts franais ... i;< lie pendunt a nui de IN el loi que ce btiment ci.lia en col.iiouav g e rar :: • m H m-" II..int • i uatre surv:vinl de l' EugLe SchnenJer qiii tairnt a bord du • Uuu'u ^prs l'a* cident a-riv Weyn outh o i s ont riiiiiiit %  au >i e(onsul de Kmnce comment leurs cnmariide s** vint noys. r.lll'.lllii ) l 'Ht Le paquebot an p'at* MiiiiifloiiU i • parti .le .New ^o l\ ,e 18 Drcemb <: a destination de i .lj.-r tJ'i.Jiv et Londres vient %  I arriver avec plusieurs %  !. %  -. ^ (• %  lUltHSf rra. lies et d.-s challas de t^r c .nip lment t nues pur les paquets Je mer.Le IUDUIOLka qui avait t pris n pleioe .. ai ua > une vio en'e hfpa'ai e-. ai " a SC un j ur .le n taid. Parisiana CE S01K Le Baron K^strd "e.in piaoutj La Nouvelle / u 'ore 13e et 14e pisodes. Entre (),.'>( ds Balcon 1.00 Yiillei vaille yallo Vous trouverez les articles suivants de fabrication franaise: Mercerie — Les plus belles varits de boutons nacrejuit, galalitheos. bondes en nacre, tous col >ris'le lils en lourni Muets el cigateites; br.'leIles. fixe rbitisscltrs; ceintures cuir et diim |)!)Ui(laines;(lenlelk's. pingles pour tous usages ai* g tilles, de. etc. Bonneterie — Bas et chaui selles en soie, lil, il I et coton, coton pour rem mes cnlanls.lil lettes.hommes toutes nuam es. Lingerie—Chemis s d'boin mes blanches et couleurs un cl 2 mis, gilels de llanelle pour ftomiiies el nom 1 •mnics; '.res jolis moud*) rsde poclie en linon, balislo, fis, cravates, clc. Parfumerie F. Moieau — 1 ssences.cxlrai s. lotions.eau de ologue.lail, eni.lrice pou d e. savon, lai .1.* Diveis l'I'-nVs, plumes. aigrettes pour ehnpc-ani pei gnes.arlicies en maro(|uinerie, articles religieux etc. A prix gal mes marchand! ses sont les meilleures. Mme Denis FNELON 142.') Bue Montalois Les excellentes marques de Farine M Plcli & Rosita De la S)ulbwesleru Milling Company* inc.de Kn..sas City, En vente a bon march chai G. GILQ, cul de la Comgnon le. MIOSAINtS CONSTlMTlOa aaaaa"/iossaTouiionstcaT IL SUFFT de prendre} & l'un de vot "epM une Pilule du D r ilsTiau) 147, rue du Fauj* St-Denli. Pari Mais il am siigerl9S vi iiaW qui ton: tout fait 'uli-rhtaj •I iur tSMaM il*a*i:llt H* **• DEHAUT liPLM •ont lr*a iltib.amant : -p--m*a an nal L'Guinau& Sbop and Lunch Boo La I.uinaude annonce : fidles clients qu' partir janvier prochain 1927 se tes s'ouvriront le jour t heures du matin et ils y veroiit ; Tal noir, raf aulait.c lai ai. lait, pain et beurn clwicb clc. clc. Ds H heures. Bouillon de cresson, soupe gra s nuls, punchdAk la guinauci*. etci elc.J Accourez-y. Js Commerci Avis est donn jMjU le 1er Dcembre W sieur William F. Bosw rtiivction de notre eu mont a Port au-lM.nc procuration gciurMc flaires en HartV g pLucdeMrA.Hrblcr. Du taux prince WEIMAR— 8e faisant passer pour le prince Guillaume tils de 1 ex Ur.moriu/ un jeune mineur de I Baitiqug dj llanss'tffu 1)1.ni du ti're de h.ircn K a 11 a rus-ii prnt.inl un certain temps duper les notahhles des vi les d'KH'urt. SVeirnar at Gotha. L'hiver sera riaou reux en Europe PARIS— Nol semble avoir ame n l'hiver pour tout de bon dans Pouest de l'Kurope. Ea France il fait un fioid trs vit et l'on a-mon c • que plusieurs dcs se sont pro dalla u coorsdes tr.is derniets o r-. L'Ang'.elerie soufTe elle au si ,1 froid mas ce dunt I po p hi n se plaint le p'u^ cVt le m n m de ch irl'on d ft la r n • • ir>s minire La a nille roy .le 'a pa marq ' d-comb slibte au ebs em de Saodia|hao mas ce it>.-t qim NTf les instances d-i roi que ses prot^.'s quelques HOnjyieil lards indigents li bergts Wiudsor eurent suffisamment de charbon p n u" H rh-utl-r. m$tot Il s'agit de se dfendre £ lu le ne pas se laisser surprendre EfOrSiavrztoiijou'* constate*, vous tet l'orc li^n mr vaincus qu'il vou ^ fe? toujours protgs e il continuer* t ajoura i vou< protger, or donc pou I ~ quoi ne pas ailer dirartement l o vous avez plac toute votre conli rt f ; • W H MI 'oui pour la li de l'ane il est bien prp r prur


PAGE 1

I PROFKiLTAlRh IMPRlMLlJh ; Clment MAQL01RE BoiS-VERNA 1358, Rue Amricaine, 1358 TLEPHOVE N-242 LE NUMERO 20 CENTIMES Employez bien votre temps si vous voulez mriter le repos, *i ne perdez pas une heure, puisque vaus n'tes pas sr d'une minute. Praoklin %  ** %  Mae ANNEE N5988 PORf-AU-PRINCE( HATI) JEUDI 30 DECEMBRE 1926 [Boutade.. I golsme gnralisa rimlii dans Ions les milieux, ntslitiie une lis grave madie sociale ; il affecte les inridas, les familles, les sociI, 'dsquilibre toute lu maine. Il exerce, tous les dets les pires ravages, c;ir II le monde n'est pas dans lot des salislails et des cointe, et il ser.it prudent de ler l'oreille aux plaintes moulent den bas, de ce oilariat o |" 0ll soullre Jjrre qu'il n'a mis assez d'aiw ic, pas assez de jouissaiti {lgitimes par manque d'elle. Beaucoup, parmi ceux i sont combls, regardent mme des quantits ngliges les humbles artisans leur Lien-tre. I y a, dans tout cet assemble capitaux travaillant. g< capital 'vie humaine! ue |uune t qui doit ;re concluent, en esprit de justice, premier plan. oui homme de cœur droit, 'oiiscicnee claire, est bien I proccup des vies qu'il foie difier sa fortune, t totaliser ses bnfices. I combien sont ils cesinnels, ces commerants [prennent contact avec la J* et le bien tre des en) "es dont les jours s'elleuil omis l'ombre malsaine dim bureau poussireux o la I il m i re artificielle rempince souvent celle du soleil, lue ide plus netle du devoir social sufflruif pour faire passer dans ces salles de travail un grand sou flic purificateur, -ar un rel danger met en pril le tonds mme de la Socit moderne. Parce qu'on n a pas prt l'oreille aux jus tcsicvcijdications, la propri I prive est menace ntijourI nui par le communisme et N est, peut tre, bien tord pour esprer une solution pacifique: il aurait fallu proclamer bien haut la grande loi de l'galit et rpandre im peu plus I evanglique bont. Toute vie goste esl un appela la haine, et tous les goismes sont les complices des agents de destruclionde la paix gnrale. Il fa il Irait tablir le respect des droits sur la pratique des devoirs; taire la part du leu, donner a chacun la libert que son tat eonporte. L' qnlibiv providentiel n dirait ainsi de I ha m mie entre les dshrits et les ombles. Prs pie toutes les m i lad ies soci.-.ies relveni du grau | principe: la charit vunulique. La proprit prive n est ineuace qu'a cause de ces abus: il imwferlit de relever la condition malrielle des travailleurs, au lieu si le pavillon hatien srail librement admis au porl de Cursi i. Le Gouverneur crivit ce sujet au Prside it de la Rpublique d'Hati Alexandre Ption qui loi rfondit par la lettre suivante que nous a communique un vieil ami du M criN ; f IWmm des Etats-Unis iii Nitaragua. forces amriexints ou\dbarq*i tant incident. altes de cette toterveotioa seraat ara?es Je licaraejuayens entendent dfendre leur sol Natioril. c 10 fi pINA L'intervention e des Etals-Unis au Nica Ly" veurdu S natre que des mesures ont t prises pour maintenir la neutra Il t de la zone neutre de BlueBelcls tablie sous ls c mlrle de la marine amricaine en octobre dernier s'accorde avec le dernier d accord ave; les Chefs des partis conservateur et libral. On dclare de nouveau que le Gouvernement de Washington neco .sidrnul tentent le dbarquement de; soldats de l'infanterie de in n ne amricaine Puertoei be/is comme une intervention mais seule.nent comme une mesure de protection A lgird des citoyens et intrts am *ricains. TI.M.SSI Memphii — .".\r Klilsas les pirties basses du keututey du Tenesse, de BlISSisaip] et de l'Alabama Alexandre Ption, Prsident d'Hayti son EieeNence le ViceAmiral Kikkert, Gouverneur Gnral de Curaao et des Iles qui en dpendent. Monsieur le Vice-Amiral, J'ai reu la lettre q ie Votre Excellence m'a (ail la laveur de m'crire la 13 avril Pipir, pir hiqii-lle elle m'informe | ic lei biiimeus de eommercj sous le pavillon de a Hpubjique d'Ilayli pourront li iienuut frquenter les ports sous les ordres, et qu'ils y seraat favorablement mes. Je suis charni' de celle circonslance donl | t |, ; ,| es | J e tendre les relalioas ni iriier iaIsa des deux pays, et d'unir entre elles les nations qui |,s habitent par les liens d un iutl H rciproque. J'ai la salislacli.M d informer galement V. c. nue le pavillon hollau lais ne i seceuilli dans les Ports de la K nubliaue que j'ai l'Iiouiieui.le Prsider, avec Ions les gards qui s u,t dus la nation lva'e donl il est le aigu-, et de la manire dont d l'a toujours t jusqu' ce jour. J'ai fait prvenir les conimer cians de ce paya des disnositioas bienveillantes de V. K.j'ui tout lieu d'esprer qu'ils s'empresseront de les mettre profit. Je prie Votre Excellence de recevoir lassuninee de la haute BO isidralion avelaajslie j':u l'honneur de la sa'ucr. Des u nivelles rcentes pu blies dans le I.istin Diario ont port ;i la connaissance du public l'intrt officiel pris par plusieurs n liions au projet du l'haie de C >lom!> , et la perspective favorable pour d'autres pjys d'agir daas le mme sens. Au groupe d• %  nations qui ont dj apport leur enthousiaste adhsion, il laul ajouter ilvrri. la premire de nos SOI ira par le territoire, et o a t facile l'action de notre prestigieux Ministre. Licenci it un au O. Lovatoa, qui par son rapide triomphe a contribu dmontrer d'une laon clatante, une fois de plus la convenance patriotique d'utiliser, au profit du pays les services de ses hommes "de valeur. Au lendemain de l'eathousias ma pixivoqu par la sympathie que et cordiale attitude d'rUm, pays o les dominicains comptent des amis sincres comme le PaesiBCNT HOHNO et l'ex-Minislre Plnipotentiaire SantoDomingo, cf. Fj.ix MAUI.OIHK une nouvelle satisfaction nous est venue avec la nouvelle intressante que te Commissaire It sident de uerto Rico Washington Lie. Dan Flix Cordova a soumis la considration du Congrs amricain une rsolution pour que ce robuste pays accueille et patronne le projet, ce qui une fois obtenu, et sans doute Te sera bientt, aura pour elfel de dterminer une orientation ptui certaine de la belle ide vers une rapide ralisation. Le Prsidout Va/.qiKv, le plus grand propulseur du projet, a eu une heu vusc inspiration, en profitant de la prsence Slopomingo de D. l 'lis Cordova Davila pour utiliser sou inlluence et sa position officielle au bnfice de l'ide. Li nouvelle c 'biographique publie dans le la si m n le prouve. Que le Gouvernement amricain ajoute son prcieux concours la grande œuvre, qui sera le symbole universel le plus expressif de la justice au mrite et de l'esprit de cordialit qui doit rgner entre tous les peuples civiliss de la lante. FUMUUOO LI.WKIUAS ( islm Diario, l.{ |j C c. |Q3 i ••• :i vu dimanche soir, vers 11 heures | 2. aprs la trie donne su profit duSarr-i'œurde Turfeau une demoiselle ( ? ) !•'... S .. qai prenait sa vole daas mie loin, en gentille compagnie naturellement. Le don Juan, re sou-la, tait un beau lieutenant. un C d'il, encore, D... H... — vit le regard ahuri do gru (larme prpos la garde de la voilure et qu'un signe de son chel ht descendre de son poste. Aprs Cadets, Lieutenant, et la fle continue. • ... a vu, dimanche soir, ver 8 10 heures 1 2. un bal qui avait Heu, rue de la Runion, chez, les poux F... B..., danseurs et danseuses hler un petit marchand de crme la glace et acheter toute la marchandise du gamin. Chacun lail arm de ilvux ou trois cornets de sorbets. El l'on avalait a, gloutonnement. Pendant ce temps, le bal tait interrompu car, ventres allmes n'ont point jambes. • • ... a vu. le mme soir, au mme M, deux galants A... J... et A... a... (pu, sans tambour ni trompettes laissrent le bal pour aller se reluire l'estomac prs de I talage de la marchande du coin des mes de la Rvolution et des Casernes. Ils s'einpillrrent de marinades el autres victuailles. Mais, ventres trop lourds, jambes dfaillantes et lorsqu'ils icnlrrenl. malgr les accords entranants de la musique ils ne purent plus faire uuj rond. A ventres trop lourds, jambes dtaillantes. Grande / e m tportive Le premier Janvier il sca donne au Parc Leconte une grande lte sportive qui commencera trois heures par un concours de Football, lonsisUttll en shoots au goal; lartccmciiisi du ballon; dribblin' coup de pieds ; 100 mtres Il sera procd ensuite aune UIKII ilmlion de mdailles olfertes par les jenai de II. s. s H I quipe revenant de la linique; puis quatre heures toptball entre ceux qui ont voua i/c ceux qui .so/,/ rtt. Knree :I elouse d'iioiuieur : (i I iili pelouse: G. Q M; A rbitre: Cas,muSantos. N. |{. I.;, cai le d'identit donne droit l'entre de la IVIouse ou •uneiducUondefiOo/ode la pelouse d'honneur. Cinma pour en/ani PFTIO.V H y aura deux soires de sauk j^M'our les enfant (les dC ^; le la partie sud de la ville c es lepresentations seront donnes ^rhcoledArl.set.Nltierslele r le 2 Janvier prochain La Commune Mariage o/fetaux mtnU une tm* tentation cinmatographique I.' Vdininisli.it i C ) n nu nale inlorui qu'elle Ue.ll des cartes la disp isition dei anhnti d.s Bcoss pour l.i repr%  •ntation cinma togri phique qu'elle leur offre le 2 Janvier prochaiu, a Parisiaiu, de ."> a lis p. m. Ces caries seront dsjlVr I Htel Co.n iiunal. ,i partir de celte date, de8 lis ;.. m. ;. midi. Port-au-Prince, le 'in Dec. 19% Jeudi dernier, 2,'f dcemli lOllicier de l'Ftat-Civil de U section Sud. Mr Charles .Un i Alphonse, a procd au n ni a le Mr lle.lony St-Lger et 3, .Mme 1-ranvoise Mess. Les tmoins taient du cl 'pouse: w.U Justin Hevset Hacsler Racine: du ct delV, POUS: MM llyppolile St,„, s ,, AlplloosS Jean-Joseph. Meilleurs vœux de bonlieur e. -hlongv,t aux nouvea„i UIIUCB BU ffc "^fcls^sW* Marchandises Franaises Pour les ttes de lin dVnnl Formes de ehapaams. 3?" niera mode. Parfumeries de toutes ,• r ques Houbi^at, PivertTeu Comptoir de mercerie mZSZoT ******* 'Articles les nI U c r lnc . -^detoutesX^;^


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06900
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, December 30, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06900

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
I
PROFKiLTAlRh IMPRlMLlJh
; Clment MAQL01RE
BoiS-VERNA
1358, Rue Amricaine, 1358
TLEPHOVE N-242
LE NUMERO 20 CENTIMES
Employez bien votre temps si
vous voulez mriter le repos, *i
ne perdez pas une heure, puis-
que vaus n'tes pas sr d'une
minute. Praoklin
**
Mae ANNEE N5988
PORf-AU-PRINCE( HATI)
JEUDI 30 DECEMBRE 1926
[Boutade..
I golsme gnralisa r-
imlii dans Ions les milieux,
ntslitiie une lis grave ma-
die sociale ; il affecte les in-
ridas, les familles, les soci-
I,'dsquilibre toute lu ma-
ine. Il exerce, tous les de-
ts les pires ravages, c;ir
II le monde n'est pas dans
lot des salislails et des coin-
te, et il ser.it prudent de
ler l'oreille aux plaintes
moulent den bas, de ce
oilariat o |"0ll soullre
Jjrre qu'il n'a mis assez d'ai-
w ic, pas assez de jouissait-
i {lgitimes par manque d'e-
lle. Beaucoup, parmi ceux
i sont combls, regardent
mme des quantits ngli-
ges les humbles artisans
leur Lien-tre.
I y a, dans tout cet assem-
ble capitaux travaillant.
g<
capital 'vie humaine! ue
|uunet qui doit ;re conc-
luent, en esprit de justice,
premier plan.
oui homme de cur droit,
'oiiscicnee claire, est bien
I proccup des vies qu'il
foie difier sa fortune,
t totaliser ses bnfices.
I combien sont ils cesin-
nels, ces commerants
[prennent contact avec la
J* et le bien tre des en)
"es dont les jours s'elleuil
omis l'ombre malsaine
dim bureau poussireux o
la I il m i re artificielle rem-
pince souvent celle du soleil,
lue ide plus netle du de-
voir social sufflruif pour faire
passer dans ces salles de tra-
vail un grand sou flic purifica-
teur, -ar un rel danger met
en pril le tonds mme de la
Socit moderne. Parce qu'on
n a pas prt l'oreille aux jus
tcsicvcijdications, la propri
I prive est menace ntijour-
I nui par le communisme et
N est, peut tre, bien tord pour
esprer une solution pacifi-
que: il aurait fallu proclamer
bien haut la grande loi de l'-
galit et rpandre im peu plus
I evanglique bont. Toute vie
goste esl un appela la haine,
et tous les goismes sont les
complices des agents de des-
truclionde la paix gnrale.
Il fa il Irait tablir le respect
des droits sur la pratique des
devoirs; taire la part du leu,
donner a chacun la libert
que son tat eonporte. L'
qnlibiv providentiel n dirait
ainsi de I ha m mie entre les
dshrits et les ombles.
Prs pie toutes les m i lad ies
soci.-.ies relveni du grau |
principe: la charit vunuli-
que.
La proprit prive n est
ineuace qu'a cause de ces
abus: il imwferlit de rele-
ver la condition malrielle
des travailleurs, au lieu
violence. I ire en tendre, d'eu
liant, les grandes voix puri-
fiantes ci u i rtabliraient h
paix sociale. Car les gosmes
tous les goismes, sont fau-
teurs de paix.
Faisons tous un srieux
examen de conscience. Voyons
ce qu'il est opportun dcder,
afin de nlre pis entrans et
de dpasser I quitable mesu-
re. \ oublions pas que nous
sommes comptables des mes
places so is notre rayon d'in-
fluences. A ce litre, lejonrna
hsme cre des devoirs, iusti-
La grande chappclerie
DE
Genaro Hurtado
Grand Rue et Rue des Miracles -jPort-au.Prince, Hati-
Aie plaisird'annoncer ses amis, clients |ct le pu"
WJcen gnerai que dans son tablisse ment on trouvera
;*," '-'x'Imu pour chaque got et chaque penonw
a- uiiisi lu'unc varit d'articles pour cadeaux nouvelle*
wment reus; vous trouverez un assortiment de Sirop et
flLiquears.sansoublier L. punchcre o i*,cetteprcieuse
< boisson espagnole. '
ac!u'letr'S0,lMralA,),)0ffrird "" souvenir ^diaque
Bnmwmmmm&\
m
Jpnl compltement inonds.
On signala six morts et lesd.
gats s ml valus des cen-
laines de millions de dollars.
A propos du phare
de Colomb
...... *-. 'irs uevoirs. liisll- n
tue (tes droits. haque crit "MX pipicTS, T1CUX Souvenir,
suivant qu'il rpand de la ------------
honte, des ides saines ou
veille quelques-uns de ces
reptiles qui sommeillent aux
portes du chteau de lame
peut engendrer de la paix et
de l'harmonie, ou semer de
la haine et causer du trouble
intrieur. M_.s chers con liv-
res, avant de jeter dans la cir-
culation un mot qui peut tre
de spirituelle malice ou l'in-
terprtation d'une vrit p-
nible pour plusieurs, tour-
nons sept lois le crayon entre
ses doigts. Et le Sacrifice sera
mritoire...
Une lettre
indite de
_ Ption
Le 12 Mars 181(5, en Hollan-
dais habitant les Cayes deman-
dait au Gouverneur de Curaca >
si le pavillon hatien srail libre-
ment admis au porl de Cursi i.
Le Gouverneur crivit ce su-
jet au Prside it de la Rpublique
d'Hati Alexandre Ption qui
loi rfondit par la lettre sui-
vante que nous a communique
un vieil ami du M criN ;
f
IWmm des Etats-Unis
iii Nitaragua.
forces amriexints ou\dbarq*i
tant incident.
altes de cette toterveotioa seraat ara?es
Je licaraejuayens entendent dfendre leur
sol Natioril.
*
c
10
fi
pINA L'intervention
e des Etals-Unis au Nica
Ly" veurdu jau amnera Panarchja
de |ngues a.in.s
Pics et de grandes perles
F humaines cl en pmpri.
F eu d apporter la paix
P'a^ua. telle est la d-
RU UU' faite nujo.,r-
IJ Hcrnan Roblctsfsoui
Pj l'inslruclion pu-
ans le cabinet de Mr
.lui a t reconnu par
"lue tandis que le Go i
ent conservateur Diaz
Par IcsEtatsl'nis
J? .4 Robel des mi
Roblelo n'est nullement venu
en aide aux 'Libraux, il ny
a pas un sent otfi ier ou sol
dut mexicain avec l'arme L-
b raie il y a peut lre quinze
no o dures de nationalit me
xiv.ii ic avec les libraux mais
ils sont venus spontanment
comni3 des hommes d'autres
0 lion ditcs.Le B mis scrtai, e
a talement gratifier d inexac-
te la dclaration du contre
amiral Lilinu-r prtendant
que des ciloye.is et des coin
m~T.;juts amricainsds puer
Jo Cubezis o des soldats de
1 mlanteiiede marine et des
marins uni t dbarqus.
w soldats am,Vrj """oniaw dbarqus.
lions de Si5,nSia?f II A r,U U. P** *
PU Pour su :,S^ iar,;,0(P:^I",rr andcn ,Vsi
ua car ajoute-" i, Nicaragua qui va se
rdulVi^raToI!.:!1. ,e rendreeu turope pour reor.
r|u\icaraguaquiaianlt
, Jcombdtraju.p.as,
, 'nation comple.'e plu-
U accepter L (1().,vtr-
-l |iie It-s Etais l'uisvou
Qu'imposer parla lor-
r),,k'iajo.tquedes
P"vs dsirant expfoi
Maragua sont derrire
' "at.ons qui tout in-
,lcnl Mexicain selon|M
pour repr-
senter son pays pe.se que le
M ,.i|.ie essaie d- supurimer
uenoedesKtats Uuisduis
I Mnenque Centrale pou, y
substituer 11 sien i.\
Le gnral Chjinorro pr-
dit galement que le Gouver-
nement conservateur du l\r
si lent Uiaz qui est des.),, p ,,-
II Sc-ra battu par le libraux
de iacasaa moins que le Pr-
sident Diaz ne reoive des se-
cours des Etats Unis ou que le
Mexique ne cesse de venir en
MO a Sacasa.
MEXICO -M. Pedro Zepeda
reprsentant a Vlexicodu G.m
vernenu'iit libral tabli au Ni
caragua par Vf. Sacasa a fut
amourdhui u^ dclaration
prtendant que le Dparte-
Uteutd-aaldw vtals-l'iisna
pis besoi i de ecour a de laus-
ea accusations pour justifier
son emploi de la force au \i-
aragua contre le Gouverne
ment S,casa en faveur d i Gou
vcuemeni Diaz. b, v ,H est
" In dclaration que faction
des l-tals-t'nisal dcide a
cuis des sucs des trou ns
librales et la chute de l)i./
devenant immiii ur ,'lnterven
Jun as Etats Unit fc'sl pro-
duite. Linterve iUoii dec Etats
Luis en laveur de Diaz a sures
cit le patriotisme de tous les
Nicaraguayens qui sont dcid
a combattre jueaaau bout
contre I invasion trangre.
Wasmixuion. Le conlii-
mirai Latimer fait c > S natre
que des mesures ont t pri-
ses pour maintenir la neutra
Il t de la zone neutre de Blue-
Belcls tablie sous ls c mlrle
de la marine amricaine en
octobre dernier s'accorde avec
le dernier d accord ave; les
Chefs des partis conservateur
et libral. On dclare de nou-
veau que le Gouvernement de
Washington neco .sidrnul
tentent le dbarquement de;
soldats de l'infanterie de in
n ne amricaine Puertoei
be/is comme une intervention
mais seule.nent comme une
mesure de protection A lgird
des citoyens et intrts am *ri-
cains.
Ti.m.ssi Memphii .".\r
Klilsas les pirties basses du
keututey du Tenesse, de
BlISSisaip] et de l'Alabama
Alexandre Ption, Prsident
d'Hayti son EieeNence le Vice-
Amiral Kikkert, Gouverneur
Gnral de Curaao et des Iles
qui en dpendent.
Monsieur le Vice-Amiral,
J'ai reu la lettre q ie Votre
Excellence m'a (ail la laveur de
m'crire la 13 avril Pipir, pir
hiqii-lle elle m'informe | ic lei
biiimeus de eommercj sous le
pavillon de a Hpubjique
d'Ilayli pourront li iienuut fr-
quenter les ports sous les ordres,
et qu'ils y seraat favorablement
mes.
Je suis charni' de celle cir-
conslance donl |t. |,;,| es| Je.
tendre les relalioas ni iriier ia-
Isa des deux pays, et d'unir en-
tre elles les nations qui |,-s habi-
tent par les liens d un iutl H
rciproque. J'ai la salislacli.M
d informer galement V. c. nue
le pavillon hollau lais ne i se-
ceuilli dans les Ports de la K
nubliaue que j'ai l'Iiouiieui.le
Prsider, avec Ions les gards
qui s u,t dus la nation lva'e
donl il est le aigu-, et de la ma-
nire dont d l'a toujours t
jusqu' ce jour.
J'ai fait prvenir les conimer
cians de ce paya des disnosi-
tioas bienveillantes de V. K.j'ui
tout lieu d'esprer qu'ils s'em-
presseront de les mettre profit.
Je prie Votre Excellence de
recevoir lassuninee de la haute
bo isidralion ave- laajslie j':u
l'honneur de la sa'ucr.
Des u nivelles rcentes pu
blies dans le I.istin Diario .
ont port ;i la connaissance du
public l'intrt officiel pris par
plusieurs n liions au projet du
l'haie de C >lom!> , et la pers-
pective favorable pour d'autres
pjys d'agir daas le mme sens.
Au groupe d nations qui ont
dj apport leur enthousiaste
adhsion, il laul ajouter ilvrri.
la premire de nos SOI ira par le
territoire, et o a t facile l'ac-
tion de notre prestigieux Minis-
tre. Licenci it un au O. Lovatoa,
qui par son rapide triomphe a
contribu dmontrer d'une
laon clatante, une fois de plus
la convenance patriotique d'uti-
liser, au profit du pays les ser-
vices de ses hommes "de valeur.
Au lendemain de l'eathousias
ma pixivoqu par la sympathie
que et cordiale attitude d'rUm,
pays o les dominicains comp-
tent des amis sincres comme
le PaesiBCNT Hohno et l'ex-Mi-
nislre Plnipotentiaire Santo-
Domingo, cf. Fj.ix Maui.oihk
une nouvelle satisfaction nous
est venue avec la nouvelle in-
tressante que te Commissaire
It sident de uerto Rico Was-
hington Lie. Dan Flix Cordova
a soumis la considration du
Congrs amricain une rsolu-
tion pour que ce robuste pays
accueille et patronne le projet,
ce qui une fois obtenu, et sans
doute Te sera bientt, aura pour
elfel de dterminer une orien-
tation ptui certaine de la belle
ide vers une rapide ralisation.
Le Prsidout Va/.qiKv, le plus
grand propulseur du projet, a
eu une heu vusc inspiration, en
profitant de la prsence Slo-
pomingo de D. l'lis Cordova
Davila pour utiliser sou inllu-
ence et sa position officielle au
bnfice de l'ide. Li nouvelle
c 'biographique publie dans le
la si m n le prouve.
Que le Gouvernement am-
ricain ajoute son prcieux con-
cours la grande uvre, qui
sera le symbole universel le
plus expressif de la justice au
mrite et de l'esprit de cordia-
lit qui doit rgner entre tous
les peuples civiliss de la la-
nte.
FUMUUOO Li.wkiuas
( islm Diario, l.{ |jCc. |Q3 i .
:i vu dimanche soir, vers 11
heures | 2. aprs la trie donne
su profit duSarr-i'urde Tur-
feau une demoiselle ( ? ) !'... S ..
qai prenait sa vole daas mie
loin, en gentille compagnie
naturellement. Le don Juan, re
sou-la, tait un beau lieutenant.
un C d'il, encore, D... H...
vit le regard ahuri do gru
(larme prpos la garde de la
voilure et qu'un signe de son
chel ht descendre de son poste.
Aprs Cadets, Lieutenant, et la
fle continue.
*
*
... a vu, dimanche soir, ver8
10 heures 1 2. un bal qui avait
Heu, rue de la Runion, chez, les
poux F... B..., danseurs et dan-
seuses hler un petit marchand
de crme la glace et acheter
toute la marchandise du gamin.
Chacun lail arm de ilvux ou
trois cornets de sorbets. El l'on
avalait a, gloutonnement. Pen-
dant ce temps, le bal tait inter-
rompu car, ventres allmes n'ont
point jambes.
*

... a vu. le mme soir, au mme
M, deux galants A... J... et A...
a... (pu, sans tambour ni trom-
pettes laissrent le bal pour
aller se reluire l'estomac prs
de I talage de la marchande du
coin des mes de la Rvolution
et des Casernes. Ils s'einpillr-
rent de marinades el autres vic-
tuailles. Mais, ventres trop
lourds, jambes dfaillantes et
lorsqu'ils icnlrrenl. malgr les
accords entranants de la musi-
que ils ne purent plus faire uuj
rond.
A ventres trop lourds, jambes
dtaillantes.
Grande / e
m___ tportive
Le premier Janvier il sca
donne au Parc Leconte une
grande lte sportive qui com-
mencera trois heures par un
concours de Football, lonsis-
Uttll en shoots au goal; lartcc-
mciiisi du ballon; dribblin'
coup de pieds ; 100 mtres *
Il sera procd ensuite aune
* UikIi ilmlion de mdailles olfer-
tes par les jenai de II. s. s h
Iquipe revenant de la li-
nique; puis quatre heures
toptball entre ceux qui ont voua
i/c ceux qui .so/,/ rtt. Kn-
ree :I elouse d'iioiuieur : (i I iili
pelouse: G.QM;Arbitre: Cas,-
mu- Santos.
N. |{. I.;, cai le d'identit don-
ne droit l'entre de la IVIouse
ou uneiducUondefiOo/ode
la pelouse d'honneur.
Cinma
pour en/ani
PFTIO.V
H y aura deux soires de sauk
j^M'our les enfant (lesdC^;
le la partie sud de la ville c es
lepresentations seront donnes
^rhcoledArl.set.Nltiersleler
le 2 Janvier prochain
La Commune Mariage
o/fetaux mtnU une tm*
tentation cinmatographique
I.' Vdininisli.it i C ) n nu
nale inlorui qu'elle Ue.ll des
cartes la disp isition dei an-
hnti d.s Bcoss pour l.i repr-
ntation cinma togri phi-
que qu'elle leur offre le 2 Jan-
vier prochaiu, a Parisiaiu, de .">
a lis p. m.
Ces caries seront dsjlVr
I Htel Co.n iiunal. ,i partir de
celte date, de8 lis ;.. m. ;. midi.
Port-au-Prince, le 'in Dec. 19%

Jeudi dernier, 2,'f dcemli
lOllicier de l'Ftat-Civil de U
section Sud. Mr Charles .Un i
Alphonse, a procd au n ni a
le Mr lle.lony St-Lger et 3,
.Mme 1-ranvoise Mess.
Les tmoins taient du cl
'pouse: w.U Justin Hevset
Hacsler Racine: du ct delV,
POUS: MM llyppolile St,,s ,,
AlplloosS Jean-Joseph.
Meilleurs vux de bonlieur
e. -h- longv,t aux nouveai
UIIUCB BU ffc
"^fcls^sW*
Marchandises Franaises
Pour les ttes de lin dVnnl
Formes de ehapaams. 3?"
niera mode.
Parfumeries de toutes , ,r
ques Houbi^at, PivertTeu
Comptoir de mercerie '
mZSZoT *******
'Articles les nIUc rlnc .
-^detoutesX^;^


11 MA". IX ;,;;;, ,,,r i:2(i
Y?* 6|6^,4{i^i <'' A aI
**. >.i -7 ? ! * r--i.-&i

ft ,-V **< A v1* ''' *' *-* *-
est un alinvoi c mpo*
et doa judicieusement,
ajjrab e au gou Id'une Sr
fi
Le Phoscao
*j,|^ n^icau c au Bw y,
.,-lVligeslibilit parfaite et'- d'une prparatioa ais et cono- ,5.
53 mujue.'Apportant l'organisme les lments dire:temert as-
'>'-'? similables, le PHOSCAO, est digr par ; les estomac* I* -
El? plus dlicd* et les plus dlabrs, Il supprime Isa digestion*
ci DStifat on, en t. i:) ainsi qu'aux aumi--, ai. -i.ra.eiie* et ,
, Apportant l'organisme les lments urvciem-ci - ,.*
-^similables, le PHOSCAO, est digr par ; les estomac* I* S-T
S plut dlicat* et les plus dlabrs, Il supprime Isa digestion* .y.
>,*4 libosicus^s, les pesanteurs, les tirailleratat*. et les somnolen ftg,
2 .nces. Son usige quotidien e-t conseill eeui qui sou ir '
Wd- l'.vom t ou d. linle-iin (di'aiation, gastralgie, dvs sie
.j^i4 i sti|.jt on, en t. i.) ainsi qu'aux aumi--, ai. i.rmeus et
US 'OliV .1 SCtfulS.
U l'niMM ir i qi;e souvent pen.lnnt !" Hrniers rro's
"Jl* une dpression g- (*>! qui pe't avoir une hcliM'.ae r fi-irni
(iouiorkw rfutai .' t-couches. Le IHOSCfO Varie ce mi.
[er. prpara des c ui.li f heureuses tl assure v bo tani-
Clb loLust. .
Mil-
fit
R-
ES V N E n 4's>
\ ort-au-Prince. rli z Mm n V-n, lope K *er, A Bo M, ,:.,
I li. l'icoulel, li- Uerei, 13. N. -.ad* <'-
># Lcn H. Fcqmie, Ed. K 1. %e, A'- {ft
, ' phonae Ufeir, t fil
**; A S, ni V'ajo, l./ V-.ui.nie Maure. Clercs, Madame G.r- g
;"? Ui, i,| Coicon, Mfulume Lacochetirt, -
i\ 1 1 x Gonaivc-r, chez
*JAii ' -Haii*-. fb K
C<> A Petit Goave, chez B
Cm
5 El dans toutes
M
La confiance do
plusieurs ii; .Hrs de
personnes est ce qui
tide rendre
L'fcMULSION
SCOTT
le tonique nutritif le
plus populaire au
monde. L'Emul-
sion Scott produit
de la force.
P?zar Central
a Hier. CI'. Jnvaux.
P' Heid.
11.' Il UOIIfU, .TIII'IHUIC HK.v.lf.. !,,< u.ixSt. Kmy, Madame Bu.'ou Ut- r*j.
bto se, MaJame EoVw sle. ^(#
8*
g-

Ri 'mon ]|. Talamas
des iiu-s Traversirs
el Courbe
Ancienne maison d spinoM
Angle
es bonnes maison d'alimeftlation.
Alfred VIEUX
Seul Reprsentant pourllaiti
^ . .-. ,-*., ? jt. ,-r. #t-. i'i- CT' *1>
Q V V V W V V '
A
WBSRgfWW
. r* v T
C'est du Fer
que votre
Sang a besoin
Le uns qui ne contient pa* de fer, manque de
foire et de vitalit. < est du anic appauvri qui
cause faril. nu ;it de la fatigue, manque d'nergie,
puisement nrrveux et un sans nombre de sensa-
tions pwwimistes et ralumiteuv. Le fer et un
dea lmei.Ut principaux le notre alimentation
quotidienne; mai lieaucmin de personne usent
beaucoup plu d'nergie qu elles n'en produibent
et d'autres n'ont pu H*ez de vitalit pour ei-
traire aull'mamujent d'nergie do leur alimenta.
C'est pour a que tant de personnes faiblea,
nerveuse, qui se fatiguent facilement et entent
li urs fore. et vigueur a'puiser. ont l^soin du
; ant reconstituant le Fer Nuxal. qu'ur
grand nombre de mdecin empli ient dan leur
Ii'Ht:i;ue pour reconstituer le \' 'ieux fer dana
I,e Fer Nuxat contient du fer organique
comme celui du sang mme, et aes t *eultate bien-
: nta sur l'organisme peuvent t'appercevoir
,'".. I" premires d.j.
, : ilement dci:x aemaini sont auffluntu
nuren n connatre son action reconstituante de
1 lu force.
"n just ice votre sant si vous ne voua sentes
i.'iste et vigoureux, prenez le
er Nuxat et remarquez le rsul-
I Au) Mrd'huimme VOUS pouvez
l'ac ter chu votre phannacien.
/
1 d mnnde pour le Fer Nuxa a
AU' ki grande et immdiate que 1 >u
. 'avonj piw eu le temps de prep; rer
c atlqutttu pour ce pays. Tar
n Minent et MnporeDement nous
v* rou le flacon Eapagnoi que mm
reproduitOM droite. Vous trou-
vi .Isns chaque flnccndea instruc-
tiortf lomplte en Fraiwaia.
Insertion Noe(
VAr cal taie
s le concert rie l'urme s.'l
Isjaaanna qui ; retenti su berceau
,1, | i.uii-D.rii. le ha ord nous
a l!.. ur l'agiabJcoccasiond
n.. .m passo] e la nuit ds N06I
r \ 1 ahaie.
T ni dsbtMtl, une impres-
iiv< di> sui prise el d'tonn-
i,;, 1 nin.a !i ; pi a nel : Ce: I. su
,,. 1 ,:, s joiei bruy nies el
m in.-.- 111rs. une h di lu'ur
(|e 1 ,. \, ; nK; dans les chose, qui lnioiprnci t
des translo! mations opres da 1 s
le milieu, grice .1 un . lli t cu-
m rable.
L'Eglise, 1 es 1 ri reslsiire,
pi RenTc m aspecl de rusticit
11 nithanle coquette. I.rvisi-
letir .;ui m l'a |i;i> re^ ue .!t-|>iii'-
, uIcmic 'Ii'un ans. admire avec
1 1 p relle satisfaction son ilr-
1 sini perron, eonstruil Kceui*
,, ut en iii'onl iiiiiu'-, >-iii une
PSM/ oramU eapaaaqueUmilenl
deux balluhtres i\ piliers d'un
tube original; les nu rectp \*
l d'une mate blancheur, les
dal'es, le ili'iiu' parsem d'tbi-
1 -s dans l":i/nr du loud. !c v t-.-.
tuaira, o j;it un superb t ; i .
Heu el rouge, oltrenl su \rn\
la scusatiou d'une propret li s
abigne. L'autel, dcora svec un
ni icenque, rayoi ne ont' le
piscllcmenl il.' l'or des orne
menls, marie, dana le rive lu-
Bjajre dea candelabies, dea bou-
.les sans nombre, ili s lampes .1
uctvtne. 1 la prod gali dos
feuraartificielles, ;m- bcnm'res
V
mullicolorcs aux Ir is couron-
nas, Uses la v ule, pm t^nl
eu fond chacune u ic corbeille
enguirlande le fie ir, el d'01'1
s'chappent en relombanl avec
nonchalence Irolsbandea Inan-
gulaires, I lui. jaune el blanc,
telles des ailea de papillons
nocturnes; mille autres petites
il co ratl on a insouponnes
qu'une main dhcilment s-
rvlenl la cuiioil; loul cola
;i Isil une l eaul n rveilleuse,
digne d'une \uil de Nol.,..
Iliirtt'it un cai ilh nji Ile dos
noies aili s. I ;i joie del ord de
partout, ea fidles, -iiii> bruil,
s'i iii|)iis'(.'iii dr prendre rang;
di, le nombte 1 n esl si j> and
t;ii'i' e se compte plu; Le Saint
t ftice va lotnmencei. e re-
cueillemen', un in la ni l'dill ml
-1 complet, est rompu par n 1
brillant prlude l'hamonntm
1 un bel, grniul et I t neuf)
dans les variulio is du t lm
bien connu, dlient' riieiil nu -
et s : Gloire I) e au p
h., t des Cieux l'a t sur I ta .t
;ui Hommes de hnn'voli m
L'eioa. em ni qu grandil l'ait
pi ci" la surprise, car n l'inlen-
iedeces onssuccd lerythme
a,unie C. doux des chants li
luigiques, On croit douter ou r-
ver en coulant la pure mlodie
grgorienne que rendant svec
poiUclion el ensemble les voix
gr v.s el justes d s chantres ou
iel s veloutes el cristallines
dei lv'ea de la ehorale de;
Sueurs. Suit, aprs le Credo, ua
m gislralSermo i de circonslan
ce du Cur qui il veloppe, av^c
;i ai ce el dans un 1 ingage con-
ct I, la l'orlc trilogie d Im ur,
d. r.luiiiilite ii tic 1.1 luira il
ri'.nl;inl-I)ieu. A l'offertoire, nou
ve le surprise : lalanfare locale,
en s niiiiieil depuis longtemps
d mie des signes manUeates de
m rnal sauce, a 1 faisant rata*
nii iliiiis lescuivraslea morceaux
d. s n rpeil.me. rclat de la
K le laqucCc vr-i aeul rien ne
ma npiail.
Le Bon ordre qui rgn du
comme icemenl la lin ci qui a
maintenu ces joies, d'ordinaire
iropexp uisivas, dans leur juste
Uieaure, s couronn enfin A Thon
mur de la popuhilion de l'Ai-
liili.ue, sa balle l't le Nol
dont nous avons t enchant
ei avons emport u\\ Inoublia-
ble souvenir.
e*aaMJaa-aUaaala|BTfaUU
Cercle Spor'if
de Mariani
L;i runion traditionnelle du
C 1 '" s 1 'h de Mariani sur
lieu le 31 Dcembre 1890 S
heures 1 S du soir.
Les membres du Cercle, leurs
lamilles, 1rs hsbitns, y sont in
vil.
():i dsnscra, u.isoupcrs. Usera
servi un souper Iroid par petites
tables. Prier.' de s'inscrire d'*
v Li COMITE
Grande vaille de chapeaux
pour hommes, femmes cl e 1
lanls.
Toileries (ine3scel grosa?-
ric. Articles de mnage en
porcelaine, maill, alluini-
nium. Jolis ai liclrs en verre
cl cristal pour cadeaux, .Ieux
de meubles: Chaises, dodincs
noi'i es cl couleur d'acajou
Lits en 1er avec soin in ici-. Bi-
belots, Verres boire Bns et
ordinaires Sorbelires.Caout-
rhouc et pneus 1 tnir autos.
Joui ts jss' rlis; autos el v >i-
Ilires nvec rvnnisme pour
enfouis, l-'ei ; aille. 'I cinlnre
couleur pou- leir.drc sus Ail t les de voviif;''. Ma'ellcs
en (ht sriiriir. Soulier
boiiiine cl le m HIC en canit-
cli'on (i ir.
profile de celle vaille cir
la moiio 1 nflra de ol-h rel 1-
mes a i\ ."clieii 1 is ; cl 1 c le
ouvert jusqu' s'OFCOU- L* e'l.riif (i iprii h
e^l b^\(, en ce onirnl p a<\)fi\e d> ut-lfp <, 1: [,.,. oa n'en
h J'fi' >n depuis 70 rpj.. On fign^
!e de :i. ti.l i. u-i-s viclim.s il les
J.giltK seraient trs Slrisas.
----------mm ai 1
Violent incendie
iftewmYork
CENTRAL SQO A Ri :(New-York)
Un violetl incendie l'es! dcla
ie ce iuhIiu i:ii plein len're ne
!'. nlihl s-qu:ire dai s. le couitt d'Os
ago nu ii r a ni de -'ruire \* villa
je tout aatlai : les dgts mt vj
lu-- i $ Ji ,()U0. I eux grands
meuti'es rom, renant pli siei.rs rra
gatina et le ur nu do poste ont
et enlireim ni dlruits ainsi que
I'- i:l.-n pisiopaie mdium te et
deux I .il,n ei ts attenants ; les pom
I iers viur. nt pi r roaiu t' rte aux
| oinpit-r Iochiix pour lutter coi.-
ii- le tlau. La mejeure pHrlie du
carrier, les timbiei et l'encaisse
du bur.au dp>,te purent tre
'.un s I ri s que le toit de l'din
(t l'i.ii !a proie des II m me.-.
I ^.*aBar a. . -
Les EiaU-UnUet
la Confrence
International*
WASHINGTON Le prsident
Coi'lulffl a "< w que les tala
U. is participe raient la Conte eu
ce inlerni tu na'e sur la double ta
talion' qui se runira (enve le
5 Jaa>ar Le prefcaaenr T. >
Adam?, l'rono-uiste de II niversi-
t de Vale reprsentera le gouv^-r
Dment amricain.
Le chmage
Pari*
Paris Une statistique du mi-
nistre du travail tablit que les
chni. u s ne dpissmi pat 'lu. I
lemet 40 000 dont 1000- Paris.
Des BS*Sures ont f'-t- piises pour
utiliser les cl Ouieuis el ^ ai ds tra
vaux analentieages pr N. l'ai
li* u,ministre des tiavaux publics.
LA PLUS ANCIENNE ET U PLKS EFFICKB
INJECTION PEHARD
D'ALGER >
contre U BLUNORKHAGIE
cl loi 1 tcouiemantt tnclini
ou ricer.'l.
S 31 rues jnlrls
sur 2S.&Z1
'Un-ort rka MaeWlaa> d'Apis")
I x tui^mcnt ctl complt
drTges peyrard ri ;.? kitine
qui calment In douleur, clarifient le uriael,
purifient le tang <:t ^u^rittept la cyttite.
TOUTES BONNES PHARMACIES
SPCIALITS PEYRARD, 46, , Cr,..IU. PARIS
DUparition mys*
trieuse du **rin
ce Charles de
Roumanie
PARIS La lgation de (tourna
nie Paris dment que lu Prino
l'.bar et, ex lier lier du Un* -t
Roumanie, ail quitt ia eapl'sla,
mas dans les milieux roamiins
au courant aa al as et veia^s
du prince Neuii y ea n'ajo-io au
cune loi M dmenti el il .lispari
tion demeure toujours un mystre
d'autani p us pais que les nouve -
la* da Bissrast lout entirement
dfaut.
La sant a porte de la main
N hsite/ pas:
Achetez le Beurre de table iBllknosk. garanti abso
Liment pur.
Kn veii'e chez Simon Vieux, A. Boit, Abred Vieux,
E. Dereix etc. et des b > i lies piceries.
Commercial Agenciez amo Commission.
Lon R. THEBUD
Piioxe 791
E PORTE-PLUMK IDEAuc'eat laailETEOREa
Entirement dt fabrication tranaise.
porle-plune de rputation mondiale..
( Modles tous les prix )
gVoir chez les agents:
Comme cial Agency
af Commission
M S S 33 !.. * 'x & '' '* ''v - ^*& *&&
Pour gurir ou vKer
L
/ e naufi ge
du Erancoria*
SAN JUAN P.H. Le paquebot
Franconia de la ligne Cunard
qui s'tait chou hier t l'entre
du poit de San Juan u'a pu subi
d' varies et l'on esi e le renflouer
aujourd'hui. L rroue du navire re
p.-.' sur quatie pieds de sable et
de b u'. U'aeciaVal aurait ('t an -
vi (|i).' par u Lo le d'uie forte
If ut fait inusite.
Accidint
mm itim i
VVKVMOLTIl Le capitaiae at
2J hommes de l'quipage du tro s
m:\ts franais in i i a m- la .'>... i;< lie pendunt
a nui de IN el loi que ce bti-
ment ci.lia en col.iiouav g e rar
:: m H m-" II..int i uatre sur-
v:vinl de l' EugLe SchnenJer
qiii tairnt a bord du Uuu'u
^prs l'a* cident a-riv Wey-
n outh o i s ont riiiiiiit au >i e-
(onsul de Kmnce comment leurs
cnmariide s** vint noys.
r.lll'.lllii)l'Ht. Le paquebot an
p'at* MiiiiifloiiU i parti .le .New
^o l\ ,e 18 Drcemb <: a destination
de i .lj.-rtJ'i.Jiv et Londres vient
I arriver avec plusieurs !. -. ^
( lUltHSf rra. lies et d.-s challas
de t^r c .nip lment t nues pur
les paquets Je mer.Le IuduIol-
ka qui avait t pris n pleioe
.. ai ua > une vio en'e hfpa'ai
e-. ai " a SC un j ur .le n taid.
Parisiana
CE S01K
Le Baron K^strd
"e.in piaoutj
La Nouvelle
/ u 'ore
13e et 14e pisodes.
Entre (),.'>( ds
Balcon 1.00
Yiillei vaille yallo
Vous trouverez les articles
suivants de fabrication fran-
aise:
Mercerie Les plus belles
varits de boutons nacrejuit,
galalitheos. bondes en nacre,
tous col >ris'le lils en lourni
Muets el cigateites; br.'leIles.
fixe rbitisscltrs; ceintures cuir
et diim |)!)Ui(laines;(lenlelk's.
pingles pour tous usages ai*
g tilles, de. etc.
Bonneterie Bas et chaui
selles en soie, lil, ilI et coton,
coton pour rem mes cnlanls.lil
lettes.hommes toutes nuam es.
LingerieChemis s d'boin
mes blanches et couleurs un
cl 2 mis, gilels de llanelle
pour ftomiiies el nom 1 mnics;
'.res jolis moud*) rsde poclie
en linon, balislo, fis, cravates,
clc.
Parfumerie F. Moieau
1 ssences.cxlrai s. lotions.eau
de ologue.lail, eni.lrice pou
d e. savon, lai .1.*
Diveis l'I'-nVs, plumes.
aigrettes pour ehnpc-ani pei
gnes.arlicies en maro(|uinerie,
articles religieux etc.
A prix gal mes marchand!
ses sont les meilleures.
Mme Denis FNELON
142.') Bue Montalois
Les excellentes marques
de Farine
M Plcli & Rosita
De la S)ulbwesleru Milling
Company* inc.de Kn..sas City,
En vente a bon march chai
G. GILQ, cul de la Comgn-
on le.
MIOSAINtS CONSTlMTlOa
aaaaa"/iossaTouiionstcaT
IL SUFFT de prendre}
& l'un de vot "epM
une Pilule du Dr ilsTiau)
147, rue du Fauj* St-Denli. Pari
Mais il am siigerl9S vi iiaW
qui ton: tout fait 'uli-rhtaj
I iur tSMaM il*a*i:llt H* **
DEHAUT liPLM
ont lr*a iltib.amant : -p--m*a an nal
L'Guinau&
Sbop and Lunch Boo
La I.uinaude annonce :
fidles clients qu' partir
janvier prochain 1927 se
tes s'ouvriront le jour t
heures du matin et ils y
veroiit ;
Tal noir, raf aulait.c
lai ai. lait, pain et beurn
clwicb clc. clc.
Ds H heures. Bouillon
de cresson, soupe gra s djeuner, bitls la i
ceuls sur plats.'elc.
Dea onze heures R(
1(1. 50 monnaie d'Hailil
Ds :i heures BouH
Po-tlcl, conROUj.in^ de 'fl
nuiuleo,clc, etc.
" Toula la journe A
au Inilau phoscao et an
. Grcine , la glace. Hclie
avec les fruits du pays.
du pavs glacs Un
cal noir Ole au lai
iroid-, chaud ou glace.
u> nuls, punchdAk
la guinauci*. etci elc.J
Accourez-y.
Js Commerci
Avis est donn jMjU
le 1er Dcembre W
sieur William F. Bosw
rtiivction de notre eu
mont a Port au-lM.nc
procuration gciurMc
flaires en HartV g
pLucdeMrA.Hrblcr.
Du taux prince
WEIMAR 8e faisant passer
pour le prince Guillaume tils de
1 ex Ur.moriu/, un jeune mineur
de I Baitiqu- g dj llanss'tffu
1)1.ni du ti're de h.ircn K a 11 a
rus-ii prnt.inl un certain temps
duper les notahhles des vi les
d'KH'urt. SVeirnar at Gotha.
L'hiver sera riaou
reux en Europe
Paris Nol semble avoir ame
n l'hiver pour tout de bon dans
Pouest de l'Kurope. Ea France il
fait un fioid trs vit et l'on a-mon
c que plusieurs dcs se sont pro
dalla u coorsdes tr.is derniets
o r-. L'Ang'.elerie soufTe elle
au si ,1 froid mas ce dunt I po
p hi n se plaint le p'u^ cVt le
m n m de ch irl'on d ft la r n
ir>s minire La a nille roy .le
. 'a pa marq ' d-comb slibte au
ebs em de Saodia|hao mas ce
it>.-t qim NTf les instances d-i roi
que ses prot^.'s quelques HOnjyieil
lards indigents li bergts Wiud-
sor eurent suffisamment de char-
bon pnu" H rh-utl-r.

m$tot

Il s'agit de se dfendre
lu le ne pas se laisser surprendre
EfOrSiavrztoiijou'* constate*, vous tet l'orc li^n mr vaincus qu'il vou ^
fe? toujours protgs e il continuer* t ajoura i vou< protger, or donc pou
I ~ quoi ne pas ailer dirartement l o vous avez plac toute votre conli rtf;
W H mi 'oui pour la li de l'ane il est bien prp r prur T uspouvtztcut trouver ;u
lagasia Moderne
de Kawas He/maaos
17'M Bm du Magasin de l'Etal
l o le meilleur recueil es' rcfflti cu?,rl r rrarclipndcr 11 j rix dfu; -
concurrcrc.
l.i m ajs|ff 'pwww$:i # b%*plrPW'FFW


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM