<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN lf, Di'ccn.:.. 1026 6RBR!T'fi£ Il s'agit de se dfendre El le ne pas • c laisser surprend O u ru. IA ti-viatick-n lUmW i'ERARD D'ALGER M lire la BLENN0RRKG!E cl toui i.couitminrt anciens ou rcsn'.t. 2 31 Ar'bes guris sur 232 i %  •. %  i d.. MMshi J'AI.") gt* denc toi. ccrttmco qui! TOUP a toujeurs vous protper, ordorc pow, ,iier direclomeni lf M*! r'.c toi te votre rorliarcr. ". fi ,'e 1; 11 te il est bi r |-rep-re peur vous recevcir. U'Sl'avrz toujours CtMUUat, vous toujours proti'is H il ttlBtinnjT it surtout pour v. usrr" v %  *' ul trouverai! jlagasiu Moderne de Kawas Hermanos 724 JRwe du Magasin de l'Etat Le traitant!)! est complta ORACEES PEYRARD N 1 -'K1TINE qui calment la douleur, clarifient %  uriaci, purifient le sang et -.lrusrnt la cystite. • TOUTES BONNES PHARMACItS • SPCIA! lTte PEYRARD. 48. rat it CrwtIU. PARIS Incendie Ptionvillo Avant-hier matin, le leu ela* ta dans une maison situe non loin du Portail de Saint-Pieu et occupe par une kimlic i.ou.me Anna. Malgr le toi.cour les voisins, la maison a iti entirement dtruite. f. o le meilleur accueil es' rserv tous, e o ci neumme. marchandises et prix dlient toute. ayWfii Laiivrotyphoide D'aprs communiqu du Service .National d'Hvfll e Pi blicpie, BU cours de ta M n u.nqui Conservez votre Sant Robuste et Vigoureuse Lisez ce que dit la science ma > i :is ctC liruc vu i I de unir, l tyi boldc onl t h* lari s In dcs Bth ibu cette ladie a t enregistr. mail journaliste allemand nous visite Nous avons revu, lundi, aux Bureaux du MATW, l'aimable vii le de M. Ollo Kock. un eonliire allemand, m riv ,1a veille Port BU-Princ<. M. Kock qui collabore plus dequaraulc |Lolidiens et revota, a crit plusieurs ouvrage traitant de questions conomique. Il a Busai prononc en divers pays de nombreuse confrence! avec projections cinmatographiques. Le distingu journaliste lait actuellemeul un voyage d'tudes Iravera It monde. 1 sjournera pendant un mois environ en Hati o il preudra le nombreuaea photographies et tournera tirs films de noire Paya un point de vue agricole, indus triai, commercial. M. Kock ne daire voir le Pays que par son ct conomique. Nous souhaitons notre confrre un heureux sjour parmi nous. Nous avons lu... Qu'il nous plaise do le savoir ou pas, U fr:i\i • !'".: %  %  ; ''' "' %  %  %  lue 1 premier ai) n %  < dpn • n apparalaee. 1 1 l un fluide vi'.alc qui dtermine le il ,:r de vigueur, et 1Ut n'**TtaKi. T e m Hiiepc Nous ia| pi Ions que eal le dimanche 26 Dcembre courant w heures du matin, qu'aura lieu dans la cour de la loge Lei Coeurs-Uni la rte t tganiae cour la reconatruction tlu i*mule de celle loj e. Il y aura comme la | rentire lois, confrence, lombola, kermesst', rafle, ele. Le billets les rafles sont au prix de '2 gourd* s L'Affaire des Varr. ux L'enqute du Matin Des patriotes italiens se rfugient en France MARSEILLE—M. FlipoTurst : leader des socialislra ialrBBai g.anls italiens et ennemi acbaro de .Mu>so!iai,est irrit i Marseille en canot aatoatobil : si pt iatrio Blmit raecompagDaleDi. M. Tu rali i" l i %  qu'ils ont quitta lit lie pour chapper aux attaques des fascistes. A la Rotonde La soire du 19Dcembre sera un des Greal Eventa de celle lin d'anne. Vous qui net ezpas la prt mire, tache/, de ne pas rater la seconde. Entre : 1 gourde. isc-irleiiil Dans le numro de Dcembre du a Bulletin Officiel d.s D par. leraenta le rfricalture et du '; ravail : Ikofes Humics. Le l Octol.re, l'ouveiture les classes a eu lieu dans'20 fermes-coles. Par :.illeurs, il y a lt autres coles n construction qui s'ouvriront ussitot que les locaux seront ; chevs. Conorti agricole. — On a tenu, ;. Duniien u'u 'li Septembre au 1er Octobre un Congrs auquel LMistaient loua les Agent agrii oies et professeurs tle fcrniesccole. Le agents et Prolesaeurs uni lait, pendant les moisd'oui et Septembre linapection d*env'ron 782.316 caliera plants d aprs Us mthodes tlu Servie Technique. Btail Import.— Pendant le mois de Septembre on s achet de la Rpublique Dominicaine 2\H vacheadool la ma|oril a t distribu aux paysans des rfions d llinche, Mirel alaise! Uelladre. Visite d'un croi* seur^anglais l.e lundi h) Janvier nrochaiii prociiaii l'orl-auurrivera en rade de l'liriCC le croiseur lger de la ma me le guerre britannique, „ Coloinho . I,e croiaeur jauge 1180 loutie.i t d sjournera pendant .'t jours u< us les eaux de la Capitule. Les mmTciiir.ents du tJenni 'Arc La Commandant. I l-.iai-M tlor, les Officiers et l'quipage du Croiseur Bcol Jeanne D'Arc . profondment touche de lac CUeil si cordial qui leur a t rserv Port au Prince, renier cienl siiu lment tous ecux (pli les ont si aimahleinent revus. 1 e Tribunal Arbi irai d'Appel Aujourd'hui LO et demain 17 Dcembre .1 heures de Panra midi, la Tribunal Arbitral d Appui Iranco-hailieii tiendra seauce pour I audition des aflaires dont ta liste est affiche an Tribunal. Parisiana *e78oir "A Nouvelle [aurore ."•lue et tiine pisodes Lebaron Mystre Mil LE REPAIRE DI CRIME A V. ira UN. M .hmieau, nOUI l'avons .1 i. rgne une sorte d • terreur, ("est grand'peincqupn peul .iv m' i>' inoiutlre set g i • iiCil. Lis gin ne pat de clle affaire qiien jeta il afitonr feux des regards furlifs el inquiets, avec la main sur la houe 10 comme craignant de hop dire. C'esl rarement qu'il ionenteni a prciser les quelques dtails qu'on leur arrache. rarement qu'il prononcent le non de D e.i.lonn llolemane. Cepcndaiil comm la lche Solution de la qu a drature du cercl e PAIU?— Mr Ludovic Le Prem a thmaticien amateur habitant Bea u v |a, piteud avoir trouva | aolut.i n Je problftn s qui out drout jusqu' ce jour la sgicit des mcl leurs mallimaticiens comme la quadrature du cercle par exemple. Le Mexique et le Nicaraqua MEXICOM. Speda, envoy du gouvernement libral du ."Vicar gu, a iltnenti au nom de Mr N.' %  t.i, chai d s ibraut, que le M xique soutit'niie les libraux ar des ex; ditions a .M m •. Le M-ixiq n a rcemment r.connu le g > verneroent hbr.il dt M. Sacasa oppos au gouvera'ment de Mr d'huile qui lentement treasan le Dluxqulest reconnu par Us Etats travers I enveloppe dont on I i luis. Sme pisode Entre : 0,60 ; Balcon : 1.00. recouvre, quelle que soit soi paisseur, certaines rumeurs ont cours dan la rgion oui semblent indiquer que le ou le meurtriers d'Aliancy n'taient pas leur pie -..ier inauvas coup. ...Une lois. A liane v revenait d'une villcf. Il ii.iit Ventre lard it avait t se t ont lier. On cuit qu'il tait ivre. Ou l'piail el on N>il le feu sa maison. C'est par miracle qu le jeune homme chappa la mort. ... Smith Mit liaiid, pre d'Aliancy, possdai! une selle. Aprs sa inprt, Aliancy seul s'en servait, la selle a disparu... ... IsraTn Fvi 1er, le cohabitant de Dcssi Miehuud BttTUl' d'Alla 11i v, lorsqu'il apprit la mort de ic dernier, lut si stupfi du crime qu'il prit la dcision de ne plus remettre les pieds dans la maison le sa cohabitante, situe den la cour habite par la lamilleMichaud.il ne rencontre plu M Femme qu'au jaulin. ... Il y a ."• ans. rple-t-on en eore dans la rgion, un nomm Ti-Youte lut brl vif avec s.t li mine. In enfant, celui du t hefacli el di la l'oliec rurale, tut jet \ivant dans un puits Si lier'. El l'on dii encoie... Maie quelle horreur L'est vraiinenl le Hep.lire i!n erinie. r>.'.-v {-/.. >; •---^* J 1*1**1 rwft POUR VOTRE CUISINE V( us trouverez dans l'huile THREE IN ONE i ne aide merviilleute. Kmploye/-la dam le fourneau de votre cuisine pour prolonger ?a rsistance. La plupart des fourneaux ne tiennent pas longtemps; la houille leu attaque. Empchez cela en frottant avec du THREE IN ONE sur toutes les parties de votre four, spcialement l'intrieur, au dessus et sur les cots. trottez un peu de THEE IN ONE Oil tur toutes les parties brutes et nickele du four neau l'intrieur et a l'extrieur. Employez le TliREE IN ONE pour nettoyer les robinets de votre cuisine, les tubes, le 1er brut, les couteaux et ustensiles de mnage, les charnires, les serrures et les appliques. Nettoyez voire linolum et servet-vous n*pour polir vos meubleret votre parquet. En vente dans les n hgasint. d'usteasilei de mnage, dans les coutelleries ; en bouteilles de trois dimer.s-ions diffreUes et eo bidens lis portatifs. THREE IX ONE OIL COMPANY 130 WUUamSt. New-York Clly USA Au Parlement des Etats Unis WASHINGTON — Les chefs du parti dmocrate f-e proposent de faire ciiculer uue ptition paimi les membies de la %  li.uu! n pour tourne t-e de nouveau le p ijet de loi dmecatique pour la rdue une conl rence entre le reprsentant tafr-1 du leme -t
  • > sion des fiuanc s. Le Snat a renvoy la c m sion des affaires lrsogm lij toco'e de Genve inteidianl i ploi des gtz toxiques en U| guerre. C (le dci ion pi' proposition du snateur I sident de In commission | ta. remet rn ralit une! dfinie la liscuson du pft Les dis sentit dans le parti bral anglai* LONDRESDans si qu'il v nt de prononcer iroie cei.ts libraux du part quilh au cours d'un bioqMJ n l'honneur de M Viml lips orgar.anisateureDih'lr part. le v iomte Grey i H nouveau l'anathme eonlril George. Aucune motion •< •* 4ia-->-4* * &%>: f&M&&i$ i Nortwish Union Firc Insurance Socit limiled Vu Capilal de Or. 30.ooo.ooo Une desplus imper fautes Compagnies d'assurance, contre l'incendie § Aqent^Gnral •ce Au Cayes : JLA'N BOURGEOIS J DAALDER Port-au-Prince A. DE MAT1S & C0, BtprttmUmt pour liai i



    PAGE 1

    LE*M TIN 10 eembre 1926 wv pour la miuina nouveau leader ; lord ill roeniioiiuf comme probable du comte d'Ox moilh ila Wt de lasec,-rli libral dirig par ce0f de membres libraux IK sonl unis pour deman L v.te de crer des em a parti en taisant ressor \ea trop brutale les dis IMJV rgnent. Kn cons lord Grey a dclar ds (flj'iln'Wt nullement ques nouveau chef, mai" il ni d'ajouter que ni M. pi lui mme ne lier ^eicher l'imi-aii ne* qui fait les m nes de vlr et de ses co.lg es. de l Prs [franaise sur )r franco" \mind en ilemagne a— L< uvons rdes grands majjairis, 1 1 presque les p'i\ ; c'e I aanlinu'i'e Je com J.car chez lui, nous jl'embarra* du clio x des sur|nses dfoque nous avons — .-r En vovaoe liai i punie-niquey m 1) n'oublis pa lellaum. aCjcUt il ou TAuLele TfiSSEftOT Pur son extiSuie pureU el son rxlrme liuesse c'est la franche geait assure pour toute la route. ^&%&A^&M&^%&>^^ Poiipp avez vous oubli?! m ,2 FUMEURS ? Vous'avez vant l'excellence de la Gigarette TQ. "^ l'A TltlUlE vous vous tes proposs de l'adopter dtinisWe^j V meul parce qu elle est conditionne par oues .es quai ts qui '" .ca* la rtiideul meilleure, sa bonne renomme, g'ace votie rYec£$* 2J tueuse propagande, s'est fute rapiJo. *q. '*?•< Mais de !• ut le bien que vous en ave/ dit, VMavi/. rertai•t^ oemeut oubli d'annoncer vos amis -.ue chaque pochette dai tW #;Q. PATRIOTES porta un Md piime, et que, couire cent de ces jgt ., bons ralOlirnfl eu nos bureaux, nous pavois deui gourdas et ^,. AS demie. g •£H> Vous ne les ave/ pas mis ei garde contre cette mini'; de JW ^^ letor lis p )' l ies vides de ci ; .ttettes, el cest ncessaire de les ^J ^* eu informer, car nous accordons une rcompense de iJ. i.bO a •• •ftjf tout (.oiLu de cent pochettes de PATRIOTES vides de leur •£|* contenu. *** me que nos lions portant les numros 12, 1 4 l, 11,' 17, 18, •fi*^ 19, VO s >.il ptyables chacun, deux ce it gourdes. ,g|.4 II suflit J'.v u ir |& caaac* de trouver dartl une pvhitte dfl r^ l'A l'itl' 1 l'KS un boi prime portaot l'un de ces DU nros prci nm ls pour bnficier de cet'e bonne nohainr. •fjj Vjll doue tiois chances que vous ave/ d'Are d- iomnii^ 'O ^ VuH JeD0,irs pn fumaut les cigarettes PATRIOTES. Lies sont en rente daoi !<• %  ptioeipaoi tabliaaaounti de "/•.Ut Port au p rince et la l'iovince, on en tiouvert ,au->> au dp* 4|ax central A.N.VCAO.NA Grau de lubrique de fabao el de Ciga t \ tut "^ez urtoul omis l'essentiel, car vou u'ave/ 'pas afiirH^* lit m D'adord} art v dan8$le tissage Puis-, vivacit des couleurs C OMME Paris dcrte des jupes ;deSplus >n] plus courtes, '.cette mode exerce une grande influence sue le choix dr vos bas. Ainsi, jeunesjtillet ou dames, vous ne pouvez pas concentrer votre attention sur les nouvelles couleurs*jula a ent: vous devez inspecter la fabrication avec attention, mais pas avec hte. Le tissage parfait du UuLKl'Un"!/' rellteltous les aspects du style, et son pays d'origine se dsigne par J'art de la soierie]* Ainti donc vous devez considrer cela d'abord. Dans le I [OLKPROOF plus que tout autre bas vous trouverez chaque paire >i bien conlectiouns qu'ils gardent leur .lgance en dpit d'un long usage et de irquentes leasives. Allez aujourd'hui et achetez une ou.deux paires pour essayer. Pour votre ga tantie le nom ^ lioleproot llosiery est marqu sur chaque paire On les trouve dans les grands Magasins et partout. Modles en pure soieiaponaiseet d'autres tissus. MOHR LAUH1.N, Agents l'ort-au-priiice — P.O. Box ;522— -:—:; relies iuti Hue Justin Lbrisson 206. CiEBAKAI&.C", Pr 0 pritaiwi. Bemerciemen flflhillAl il M Dames jani,e. VidiS .Iret Mme Nlio .lea -Jacq c-, \J U. 1 3 1 U \J Y \\^U • % ^mwwwvm* w&WPt* Capital : Or | i///. LeBossQCo Agent Gnraux Mr et Mme Nlio lea: -Jacques el leurs enfants ; Mr el Mm : St phen Jn-Iacques, la demoiselle Eli na JD*Jacque8, Salomoa Jean-Jac ques, Louis Jean Jacques, Fr deric Jean-Jacques. Hapliael Jeao Jacques : les familles : litsses, Val 1 s, Innocent, Jeanty, Pierre Pier re, Gilles, l'ierre-Mercu'e, Germain L ilan, Coiscou Lebrun Ambroisi Ho l\,Lahens,Va!m Mo id-sirams: que tous les autres parents et allis lemer ienl, bien siacremeut, les i.mis tiut de la capitale que de la l'rovince qui leur oui donn des" preuves de sympathie l'occasion i'e la perte qu'ils viennent d prou x er eu la personne de leur regrett /'(//;/ ./cd/i Jacquet dcd le z Uceoibre le ortie anne Il les prient da croire leur 1 lusjprofoude reconDaissa.ca. Port au Prince, 13 Dcembre I9.6 Notez ceci: LA PHOTOGH IPHIB Eug. MEVS vient de Jrecevoir un stock vari de moulures et d'encadiviuenls de toute beaut, de toutes dimensions et pour tous les gots. Ceux qui veulent conserver un souvenir durable doivent se rendre chez Mevs 011 ils trouveront des encadrements appropris et de bon ton. M-AUGUSTE FAUCH AVOCAT Rile du Centre 1 '1 . 5 gallon en gros ci dtail 11. A WOLFF 116, Hic Traversire. .-£ i"u


    PAGE 1

    i ; ; i ix — 10 Dcembre 1320 5^tZH. mm i?iit^^ '.-.*.' ce |i s L. <• %  ..: T'.IN'•!••..> •-. •"" •kCIU •' lii tl %  lnjlm > %  %  ,r j l\Ct* -> l'i'-'* '-•'* H,...J-Il lut... t u ami Ml* *• •i, „,. \. nnc ru >'> :LYS i 'f i." I| .•"> U*IIJ" '•• '• Cl*mi I '.II.cil : %  •><* cinp'.vi ""'t il hait, lu l;lit> '.c lUJii.u 1 I '•'• irr.UHoiit Juct • > ucu> i I r. V c La Crimt Tiindelgi. 4-*: parfumit. MUPM |o Oouhior d. la (ci,niii.. mftir.f. >//oc %  """ Courroies de Transmission Les StUiS Pointures In g.-lon de ce* peiMeie. cnnvenabl ment appliqu' recouvre 700 piedcarrs de lerfee, Vihi' Us important dilices o noire peinlure a le employe i BanVr^at'de la R ubSque Wtetf ** % %  !" ^££ Bure;,, du Matin , Hue amricaine ^ CouofUtoo, ftj* gUM-^Wlel *MjM I e du Qntl Bar Terminus, Chamade Merel. e ***. *"J" U ~ V^on Murlmeju, Totieto Ville Lou D e*n, DellevueXille Hn 1 Au S?"V rl Ville KdmL Mangous, l'eu de Chose Villa Maunce rurl ; 0I 9 arebilecU Lou .V.at. on l'our vos commander ou.toul autre renseignement, s'adresser i ; ,Geo. Jeansme & t Hue Frou.enlace'deya Banque Nationale Ce qui n'a [mail t fait t> qui ne peut tre dpass* Kola Champagne F. Sjourn Prpar dam des conditions rigoureuie D'ASEPSIB Prparation el Vente" Pharmacie P. SfcJOURNu Anal* des Hues Houx et du Centre. y V % e m g* e^e> vile r. %  .S ? Ifi^i "> c -Ci: ^ t< r: — E S£3 mwwm Srwwff w yWfWi h-JI %  C* Propritaires d'Automobiles C "• l'our Ms auliffc pn uii Oftod Ie labiij s s c u-roiea %  J|" >g s 11Vl (/ v us que 1 s d-aH.ll.odis spciales taborel dans ses blioraloir •<. gpneu^'s plu ; solide el ; i ..i un rouit esnace S-les medleure'tube -ont Les courroies ordinain s 60 Cuil a,..s av.tr servi pend Ml un touit espac g,^^ }) , Fl ,. ; ^ ( hie de temps v'. mincissent, se le diUri.t. H linalement, clent. K Firoslone f u || 5,7e f'/im Ceci a jour cause la irictio a I quelle c s courroie sou 1 >o..tnises sans qu il g D i| p ..,| | a ||,>onn roui le.'. soit po^silde de Us lubiilier. gidus conr.au r les ptJ< frrecltei'cl^s. les 'ourroies Good Tear, au conlniire. ont une substan p p/iisense couienveg j; n st „ u 0 lxl M s i ,'ani leur eonkl.uction, qui les lubrifie aiilomatiqueneni oh.rv.nf pur a.nsiS,,n v m* .rouvert Un., ,, .. ..1 B tea diirciitintis de pu. us U ur souplesse e. leur eLs.tn.e. Elau^., Lkief Du,. Quand on se sert eonv, niblemput les courroies GDD Yr, elles durent tri ^ |j|| 00 ,, t ni,,|. dei lut %  f luiMjtemps et doDOfDt un 1er vice surprenant. E et palchcs. le* courrons de transit, issiou <;d Year s.ut (sites danv toutes les di nensB. nArn , n r \/( h ,ons et pour toutes sortes A, irnv.u. g l,„ PFlEZlVII^fM G6EBH0L M oynux Wa* t-OBWO-IhlKE :: %  ( NAVES. CIP4ifTPE. *n em.. "J.' _**_! -— 1. u.1 i leHaaaaeBatssaM jtsatfaMasMBatfm %  14" i^woliiy ^£"F_"^gL ^j__H1t-jlll"' %  ^^"^_ J M[f BAttRAiCOUHT, N so a., o. ^ g^^fe t!^^^ i W^^^:l^iii#fev>L;:@lfc^^



    PAGE 1

    DIRECTEUR PROPRIETAIRE MPRIMELE dment MAQLOIRS BOIS-VEHNA %  958, Hue Amricaine, 1358 jj NL'MKHO SO CENTIMES QUOTID IEN TLPHONE X 212 le nous plaignons pas liop le voir l'hypocrisie <|ouverner les hommes, le monde deviendrait vite un enler si l'Iiypocri-j en tait banni*. Gustave le Bon iuie ANNE N" 5977 P0ttf-AU-PRINCE( HATI) JEUDI 16 DCEMBRE 1928 Une question palpitante lopire est-elle enterre Paris? | |• ||| # | &-Btl/Slt flpptrc! Qui ne eoniiait ttoin re prs d'un G ,i ssin murmurant, au otle i x marronniers y feuilles rousses lourW 0 1 co nmc des ailes fc^ n rss ^rs,cestlaaue %  S, ,e entre le fracas des '"* et le recueillement du temple des livres, la | lus lettre et la plus voluptueuse des reines, l'amante de deux Csars, qui naquit aux sons des lltcs enchantes et des sistres de fini mortel le Aphrodite et termina I histoire d'Egypte par une superbe page d amour, clabousse de sang, bruissante de baisersMais si Cloptre est enterre Paris, pourquoi chercher ailleurs, pourquoi reprendre des touilles en Alexandrie, plutt que d exhumer l'ensorcelante momie? Mais ne s'agit-il pas d'une vaine lgende, d'u.ie potique rumeur, rpandue autrefois par ceux qui assistaient, en 1871, l'inhumation clandestine de trois momies dcomposes ? De ces tmoins, un seul survil, M. Mortreuil, secrtairegnral, en retraite, de la Bibliothque n il I maie. Je suis alle le voir. — J'avais dixic I ans, m'al-il racont, quan I je suis entr la Ribliolh |ue. C'tait en 1069. Il y ava.t alors beaucou p d'an tiqui ts gyptien ns. Parmi elles, un lot de trois momies, dpouilles de leurs b ndeleties et dont une passait, parmi les jeunes chartistes' p. iiir tre celle de (lopire. Pourquoi de Cloptre?' Je n'en sais rien. Peut-tre simplement parce qu'elle tait de type grec et adorableiuenl jolie Toujours est il que non i lmes tous amoureux de no tre Cloptre; c'tait qui inventerait des prtextes pour monter la contempler, o.i mme pour se laisser entriner la nuit et soulever son voile d'Isis i. Ce voile d'Isis consistait, d'ailleurs, en un vulgaire bout de calicot remontant, parait il, l'poque de Louis XVIII. Au jour o la duchesse de 1 lorry avait annonc sa visite au cabinet des Mdailles, I administrateur jugeant indcent de montrera la j une princesse sa royale collgue tou'e nue, avait envoy chercher ce pagne chez un-* mercire de la rue Vivienne e! Cloptre en tait reste alla Ide.. J'ai entendu raconter encore que ces trois m.unies — h s deux au 1res taient ma les avaient t rapportes d Egypte dans les bagages de Bonaparte, et que Bonaparte avait p se toute une nuit avec la belle embaume, sous sa tente, au pied des Pyrami des... Est-ce lui qui l'a baptis.Cloptre? ou bien lt cil.* identifie? pourquoi et quan I l'avait-on dpouille de se; bandelettes? A vrai dire, cela m'importait peu. A vin .tan. on prfre U roman fhisl lire. D'ailleusla guerre survin', puis le sige de Paris. Pour protger nos collections contre les obus prussiens, nous les descendmes dans les caves, et avec elles, nos t ois in o ni i e s d .emmaillote. L humidit les dcomposa et lorsque la Commune prit possession de la Bibliothque, Cloptre et ses suivants dgageaient des odeurs si sus|)eets que le coin mandant de a garde nationale or I >nnu l'enfouisse ment des Irois macchabes. Je lus des obsques.JJe m c souviens lo-l bien. Celait un soir le p. io.emps o Pai is re lait plong dans l'obscurit, le froid et le silence. J'clairais le convoi avec une lanterne. Ces gardes plaisantaient notre Clople en se pinant le ne/., lue grande tristesse m'envahissait, je lchais ma lanterne pour jeter une pellete de terre dans la losse, et encore longtemps aprs, chaque lois que ie longeais le jardin,je pensais aux piteuses funrailles de celle qui nous avait inspir un si romantique amour. -A-t-on fait mention de cette inhumation? — N 0 n, naturellement! Aprs la Coin m une, on avait bien autre chose faire que de penser aux m unie;. Au Louvre, M. Ilareux me rpond en souriant : — Nioii je ne crois pas que Cloptre soit enlerre Paris. Cependant, tant qu'elle ne sera pas retrouve, toute* les hypothses nous sont permises. Du reste, mme si votre munie tait une ('lopire. rien ne prouverait que ce fui la fameuse reine d'Egypte.Ces Cloptre fois Minaient... — Mais pas t adorableiuenl jolies . monsieur le conserva leur A la llibliothquo nationale, M. Bah.don nu cou ai in.(pie le catalogua des antiquits gyptiennes, inliculeusemenl dress par M. LaJrain en 1884. Mais. en ISS I il y avait treize ans que les trois momies avaient disparu. On ne pouvait les mentionner que i se bas in! sur les p cdenis inventaires. Mais os Inventaire* prsentent da telles lacunes qu'on ne saurait les expliquer que par I impuissante o l'on se trouvait, nu dbut du dix-neuvime sicle, dchiffrer les hiroglyphes. Car tout le inonde sait que ce fut seulement en 18X3 que Praoois Champollion, un jeune et gnial orientaliste, trouva la ciel de la millnaire nigme alphabtique. Et c'est en 182a, alors que Cloptre tait probablement dj dpouille de srs amulettes et de ses joyaux, que l'on idanfftli les collections du c.ilmirt des Mdailles. Au catalogue de M. Le Irsiii, je ne ITOUVe qu'U te seule in bcatiou se rfrant une note de 18lil : trois momies. Et c'est tout. Au fond, aucune ce.-tilude ni pour ni contre le sjour de Cloptre sous la pelouse jaunissante, prs du vieux ba wiu, recouvert de leuilles dores... Mais avoue/, quelle est charmante, cette lgende qui trtns porte la Circ du Nil a Paris, avec le dernier des Csars.amoureux de ses charmes funbres, et couche au jardiu d'une bibliotque la descendante d'une li; gne de rois bibliophiles, qui avalent tir moins d'orgueil Conqurir des mondes qu' collectionti'T des livres... — Oui, me dit M. RolandM irceli le re n ira i.ible administrateur de la Nationale, oui, cette histoire est trop jolie pour la laiss.T prir. Cr >/ >ns-v puisque aucune raison scientitique ne s'y oppose. Et si maintenant on retrouvait la dpouilles* thentique de Cloptre en Alexandrie, je le regretterais; il ma semble!a qu'un doux enchante ment aurait quitt la biblio'.h 23 flVOOf avez besoin de beaux CHALES, nuances va,.* Il rieafpour cadeau de lin d'anne, empressez-vous -Il dpassera ) Paris-Bazar jptf Envoyez-y vos portraits, ceux de vos amis, parents g£ etc. pour agrandissement.— Prix trs modrs. fcW ^f fi}. que... Ct puis sait-on jamais avec les momies ? lit la question reste entirement pose. Le Prince de Galles visite l'Espagne PERPIGNAN dv Galles voyagea n A prince incognito 0 pass la nuit P rpignan. Il se end Rai.ee ion •. C'esl le deuxime voyage en Espagne que le Prince fait depuis quel qites mois, i ) i avail annonc rcemment que le prince de Galles irait passer les vacancede Nol en Espagn • et ceci avail lail courir le bruit qu'il p lurrail se li meer avec la Princesse ICil eag}e de 17 ans fille du roi Alphonse Mil, Le bru il lut da.n • i i par lu siiiti-. Le Brin je .' >it visiter la b'id, 'i.vti i le. S • -i le Co doue >| dans cl Gibralla. Lii Conliit religieux au Mexique Pour la premire lois la lic de la Patronne du lexique se clelu-e sans crmonie relijjie'ise. MEXICO Le Mexique a clbr aujourd'hui la fle sainte entre toutes de la Vierge de la Guadeloupe sainte pu t oune du Mexique qui, il a quatre sicles, apparut un pauvre indien. Pour la premire fois depuis cde po(j ie l'Eglise mexicaine s'est Ira ivre sans pi elles. Malgr cela une loule de fidles plus importante peut tre que ja m us se si presse au s iiicluaire ',>'• J.aa Ricb^>i est mort PARIS —Jean Richepiii le clbre pote auteur dramatique, romancier et journaliste vient de mourir. Le conflit de s secs et des "humiief* auc E* il*-Unis. \V vS'IlIXCTON — Le repr Berna >i L %  ijua nia rpjblicain de New-Vork dposera demain s ir le R ire IU de la Chambre un a ii.n.le ueir a 1 1 Constitution d'aprs lequel la prollibilion serait laiss e au en liX d.'i Etats et le Cong's aurai! le contrle boissons du coin u.Mve alcooliques. des .BUMCE TISNN flls l/i,7/r (Ut Hues du Magasin heures de rapies-inidi, un lacleur de l'un des quolidi. -lis de t'orl-aul'rince qui renu Mail le joui liai aux J abonnes, lai descendant d'une galerie, medu (Autre devant la librairie Viar.l, le lac teur manqua pied et t'lenditde tout son long dans la mare d i au stagnanieqm existe perptuelle ment sur un des ents de la chausse. Avis au Service d ||y gine. ... depuis samedi soir, a vu lejo vialBonhomme de la maison Al fred Vieux recommencera laire n risette aux passante. Il y a long temps qu'on ne l'avait vu al a rapparition lail plaisir tous. Il na pas chang, le Bonhomme: le mme sourire, la inine dsinvolture, la mme lare joviale et il a lejninir auces. • %  J... a vu, mardi sur hurisia* %  l, La Nouvelle Aurore.), j< |i film que tous les yeux, large ou verts, regardaient avec avidit. **WS^?S5R^ bONNETEBIK MERCERIE Pnn;Mr:ni K p. MOKRFAU et tous autres articles franais trs bon march Rue Monlalaia. No 163"


  • Le Matin
    ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06891
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Newspaper
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Thursday, December 16, 1926
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Genre: newspaper   ( sobekcm )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    System ID: UF00081213:06891

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    DIRECTEUR PROPRIETAIRE
    MPRIMELE
    dment MAQLOIRS
    Bois-Vehna
    958, Hue Amricaine, 1358
    jj NL'MKHO SO CENTIMES
    QUOTIDIEN
    TLPHONE X 212
    le nous plaignons pas liop
    le voir l'hypocrisie <|ouverner
    les hommes, le monde devien-
    drait vite un enler si l'Iiypo-
    cri-j en tait banni*.
    Gustave le Bon
    iuie
    ANNE N" 5977
    P0ttf-AU-PRINCE( HATI)
    JEUDI 16 DCEMBRE 1928
    Une question palpitante

    lopire est-elle enterre Paris? | | |||#|&-Btl/Slt
    flpptrc! Qui ne eoniiait
    ttoin ^ehaiilt-f par Hrdia eu
    lyers immortels, souverai-
    l'Egvple antique, reine
    <]a beaut magique fasci-
    Jhpr le Triomphant, An-
    j-leSupi'i h cl tant d'au-
    |aicorc dont les curs
    rlrenl l'clat de ses
    [coinnu- tond une cire
    iflle d'Un brasier! Clij
    dont les grces nlus
    ^encore que sa beaut^ u-
    |rttt,dit on,li-plus solide b'ou-
    drde s:i patrie contre le cou
    qurinl romain. Oui, lon|ue
    Coar ou Antoine voulurent
    qurir l'Egvple Rome,
    Jt femme, do'nt le nez, dit
    Paeal. s'ii eut t plus court,
    chang la lace du monde,
    gua ces Romains a u x
    km d'airain. Elle vainquit
    Hfiinqueurs. Demi-desse,
    ^devait mourir comme elle
    mil vcu: au lendemain d'ac-
    Iw,elle tend.| la .no telle
    ire d'un as pi
    iku ii'iiW ta l.i (i if pr j i< Jrs r-
    [ llth rus s
    Cloptre la Conqurante
    oum'. O est -die enter-
    W?... A Paris? Voit;, uncpa|-
    pnle question bien laite
    m Causer aux eh,'relieurs,
    I* ceux qui plongeai leurs
    ^p curieux dans l'obicu-
    e_ l'Histoire, bien clef
    gde longue veille, peu
    Mi Ie8 grimoires roussis,
    [?Wro{lyp|,os inilivhillra
    g^s* *
    Question lent Madame
    Mil Uarrv. Elle voulut
    J^r un coin du voile,
    %javoir toute lu vrit et
    l.fcrit dans Li: Mal* de
    IHodiquenienl tous les
    a (l"'"/c ans le bruit
    J Paris que Cloptre y
    enterre. '
    P bruil ag.ee les gvplo.
    ^U leur lait hausser le.
    Jj^nne les potes, il en-
    Je tous ceux auxquels la
    wne sorcire des curs et
    * continue ' verser -
    Pe'J la uiorl et les gvs -
    fc '''""'- J rve
    ^;.eeoneb,ecn.erre
    ira dcrnieiv des
    .''ne:,dores inhume
    loue?
    pas
    l'^'iuis U(
    Wementdeux ,,.,,
    .* sein d'un quartier
    l rjeiicieux.en un adorabl;
    r"1 jardin qui ./panouit
    P Une austre demeure et
    [V[f Pleine de frivolit, je
    - iare vous lavez devi-
    |\e Petit jardin de la Bi-
    FWe nationale, enclav
    W 'a hautaine galerie Ma-
    Tviem,|,Ue M- Rolan.l-Mar
    r,e]de restaurer- l'an-
    J htel Tue-Buf, et I..
    E^delarueVivienae
    L ''. sous un massil d
    eax k',IS l)(nirl>re prs d'un
    G ,i ssin murmurant, au
    otle i x marronniers
    y feuilles rousses lour-
    W0"1 conmc des ailes
    fc^nrss^rs,cestlaaue
    S, ,e entre le fracas des
    '"* et le recueillement du
    temple des livres, la | lus let-
    tre et la plus voluptueuse des
    reines, l'amante de deux C-
    sars, qui naquit aux sons des
    lltcs enchantes et des sistres
    de fini mortel le Aphrodite et
    termina I histoire d'Egypte par
    une superbe page d amour,
    clabousse de sang, bruis-
    sante de baisers-
    Mais si Cloptre est enter-
    re Paris, pourquoi chercher
    ailleurs, pourquoi reprendre
    des touilles en Alexandrie,
    plutt que d exhumer l'ensor-
    celante momie?
    Mais ne s'agit-il pas d'une
    vaine lgende, d'u.ie potique
    rumeur, rpandue autrefois
    par ceux qui assistaient, en
    1871, l'inhumation clandes-
    tine de trois momies dcom-
    poses ?
    De ces tmoins, un seul sur-
    vil, M. Mortreuil, secrtaire-
    gnral, en retraite, de la Bi-
    bliothque n ilI maie.
    Je suis alle le voir.
    J'avais dix- ic I ans, m'a-
    l-il racont, quan I je suis en-
    tr la Ribliolh |ue. C'tait
    en 1069. Il y ava.t alors beau-
    cou p d'an tiqui ts gyptien ns.
    Parmi elles, un lot de trois
    momies, dpouilles de leurs
    b ndeleties et dont une pas-
    sait, parmi les jeunes chartis-
    tes' p. iiir tre celle de (lo-
    pire. Pourquoi de Cloptre?'
    Je n'en sais rien. Peut-tre
    simplement parce qu'elle tait
    de type grec et adorableiuenl
    jolie Toujours est il que non i
    lmes tous amoureux de no
    tre Cloptre; c'tait qui in-
    venterait des prtextes pour
    monter la contempler, o.i
    mme pour se laisser entr-
    iner la nuit et soulever son
    voile d'Isis i. Ce voile d'Isis
    consistait, d'ailleurs, en un
    vulgaire bout de calicot re-
    montant, parait il, l'poque
    de Louis XVIII. Au jour o la
    duchesse de 1 lorry avait an-
    nonc sa visite au cabinet des
    Mdailles, I administrateur ju-
    geant indcent de montrera la
    j une princesse sa royale col-
    lgue tou'e nue, avait envoy
    chercher ce pagne chez un-*
    mercire de la rue Vivienne e!
    Cloptre en tait reste alla
    Ide.. J'ai entendu raconter
    encore que ces trois m.unies
    h s deux au 1res taient ma
    les avaient t rapportes
    d Egypte dans les bagages de
    Bonaparte, et que Bonaparte
    avait p se toute une nuit
    avec la belle embaume, sous
    sa tente, au pied des Pyrami
    des... Est-ce lui qui l'a baptis.-
    Cloptre? ou bien lt cil.*
    identifie? pourquoi et quan I
    l'avait-on dpouille de se;
    bandelettes? A vrai dire, cela
    m'importait peu. A vin .tan.
    on prfre U roman fhisl li-
    re. D'ailleusla guerre survin',
    puis le sige de Paris. Pour
    protger nos collections con-
    tre les obus prussiens, nous
    les descendmes dans les ca-
    ves, et avec elles, nos t ois
    in o ni i e s d .emmaillote.
    L humidit les dcomposa et
    lorsque la Commune prit pos-
    session de la Bibliothque,
    Cloptre et ses suivants dg-
    ageaient des odeurs si sus-
    |)eets que le coin mandant de
    a garde nationale or I >nnu
    l'enfouisse ment des Irois
    macchabes.
    Je lus des obsques.JJe m c
    souviens lo-l bien. Celait un
    soir le p. io.emps o Pai is re -
    lait plong dans l'obscurit,
    le froid et le silence. J'clai-
    rais le convoi avec une lan-
    terne. Ces gardes plaisantaient
    notre Clople en se pinant
    le ne/., lue grande tristesse
    m'envahissait, je lchais ma
    lanterne pour jeter une pelle-
    te de terre dans la losse, et
    encore longtemps aprs, cha-
    que lois que ie longeais le
    jardin,je pensais aux piteuses
    funrailles de celle qui nous
    avait inspir un si romanti-
    que amour.
    -- A-t-on fait mention de
    cette inhumation?
    N 0 n, naturellement!
    Aprs la Coin m une, on avait
    bien autre chose faire que
    de penser aux m unie;.
    Au Louvre, M. Ilareux me
    rpond en souriant :
    Nioii je ne crois pas que
    Cloptre soit enlerre Paris.
    Cependant, tant qu'elle ne se-
    ra pas retrouve, toute* les
    hypothses nous sont permi-
    ses. Du reste, mme si votre
    munie tait une ('lopire.
    rien ne prouverait que ce fui
    la fameuse reine d'Egypte.Ces
    Cloptre fois Minaient...
    Mais pas t adorableiuenl
    jolies . monsieur le conser-
    va leur !
    A la llibliothquo nationale,
    M. Bah.don nu cou ai in.(pie le
    catalogua des antiquits gyp-
    tiennes, inliculeusemenl dress
    par M. LaJrain en 1884. Mais.
    en ISSI, il y avait treize ans que
    les trois momies avaient dispa-
    ru. On ne pouvait les mention-
    ner que i se bas in! sur les p -
    cdenis inventaires. Mais os
    Inventaire* prsentent da telles
    lacunes qu'on ne saurait les ex-
    pliquer que par I impuissante
    o l'on se trouvait, nu dbut du
    dix-neuvime sicle, dchif-
    frer les hiroglyphes. Car tout
    le inonde sait que ce fut seule-
    ment en 18X3 que Praoois
    Champollion, un jeune et gnial
    orientaliste, trouva la ciel de la
    millnaire nigme alphabtique.
    Et c'est en 182a, alors que Clo-
    ptre tait probablement dj
    dpouille de srs amulettes et
    de ses joyaux, que l'on idanfftli
    les collections du c.ilmirt des
    Mdailles.
    Au catalogue de M. Le Irsiii,
    je ne ITOUVe qu'U te seule in b-
    catiou se rfrant une note de
    18lil : trois momies.
    Et c'est tout.
    Au fond, aucune ce.-tilude ni
    pour ni contre le sjour de Clo-
    ptre sous la pelouse jaunis-
    sante, prs du vieux ba wiu, re-
    couvert de leuilles dores...
    Mais avoue/, quelle est char-
    mante, cette lgende qui trtns
    porte la Circ du Nil a Paris,
    avec le dernier des Csars.amou-
    reux de ses charmes funbres,
    et couche au jardiu d'une biblio-
    tque la descendante d'une li;
    gne de rois bibliophiles, qui
    avalent tir moins d'orgueil
    Conqurir des mondes qu' col-
    lectionti'T des livres...
    Oui, me dit M. Roland-
    M irceli le re n ira i.ible admi-
    nistrateur de la Nationale, oui,
    cette histoire est trop jolie pour
    la laiss.T prir. Cr >/ >ns-v puis-
    que aucune raison scientitique
    ne s'y oppose. Et si maintenant
    on retrouvait la dpouilles*
    thentique de Cloptre en Ale-
    xandrie, je le regretterais; il ma
    semble!a qu'un doux enchante
    ment aurait quitt la biblio'.h -
    23 flVOOf avez besoin de beaux CHALES, nuances va-
    ,.* Il rieafpour cadeau de lin d'anne, empressez-vous
    -Il dpassera
    ) Paris-Bazar
    jptf Envoyez-y vos portraits, ceux de vos amis, parents g
    * etc. pour agrandissement. Prix trs modrs. fcW
    ^f fi}.
    que... Ct puis sait-on jamais avec
    les momies ?
    lit la question reste entire-
    ment pose.
    Le Prince de
    Galles visite
    l'Espagne
    PERPIGNAN -
    dv Galles voyagea n
    A prince
    incognito
    0 pass la nuit P rpignan. Il
    se end Rai.eeion . C'esl le
    deuxime voyage en Espagne
    que le Prince fait depuis quel
    qites mois, i ) i avail annonc
    rcemment que le prince de
    Galles irait passer les vacan-
    ce- de Nol en Espagn et
    ceci avail lail courir le bruit
    qu'il p lurrail se li meer avec
    la Princesse IC- il e- ag}e de
    17 ans fille du roi Alphonse
    Mil, Le bru il lut da.n i i par
    lu siiiti-. Le Brin je .' >it visiter
    la b'id, 'i.vti i le. S -i le Co -
    doue >| dans cl Gibralla.
    Lii Conliit religieux
    au Mexique
    Pour la premire lois la
    lic de la Patronne du
    lexique se clelu-e sans
    crmonie relijjie'ise.
    MEXICO Le Mexique a
    clbr aujourd'hui la fle
    sainte entre toutes de la Vierge
    de la Guadeloupe sainte pu
    t oune du Mexique qui, il a
    quatre sicles, apparut un
    pauvre indien. Pour la pre-
    mire fois depuis cde po-
    (j ie l'Eglise mexicaine s'est
    Ira ivre sans pi elles. Malgr
    cela une loule de fidles plus
    importante peut tre que ja
    m us se si presse au
    s iiiclu-
    aire
    ',>'
    J.aa Ricb^>i est mort
    PaRIS Jean Richepiii le
    clbre pote auteur dramati-
    que, romancier et journaliste
    vient de mourir.
    Le conflit de s secs
    et des "humiief*
    auc E* il*-Unis.
    \V vS'IlIXCTON Le repr
    Berna >i L ijua nia rpjblicain
    de New-Vork dposera demain
    s ir le R ire iu de la Chambre
    un a ii.n.le ueir a 11 Constitu-
    tion d'aprs lequel la prollibi-
    lion serait laiss e au en liX d.'i
    Etats et le Cong's aurai! le
    contrle
    boissons
    du coin u.Mve
    alcooliques.
    des
    .BUMCE TISNN flls
    l/i,7/r (Ut Hues du Magasin .'Etat tt des tronts-horls
    Marcliandises PmncaiMI
    pour les ttes de lin d'anne.
    formes de chapeaux, derj
    mre mode.
    Parla merles de toutes mar-
    ques rloubig.iot, Pivert, etc.
    Cu nptoir de mereerie.
    Chapeau pour enfants, nom]
    mes et dames.
    Articles les plus lins la
    porte de toutes les bourseti

    %
    La sant a porte de la maio
    N'hsitas pas :
    Achetez, le Beurre de table cBlubmoik, garanti abso
    lumenl pur.
    En vente chez Simon Vieux, A. Boit, Ahred Vieux.
    E. Dereix etc. et des bonnes piceries.
    COMMBRCIAL AoBNCIBS ANU COMMISSION.!
    Lon R. THIBAUD
    'Piione 791
    BarTerminiis
    Propritaire
    vers
    heures
    '^ A l'honneur d'informer sa bienveillante clientle
    Sm qu'il a install l'tage ie son ta ihssenent, un salon
    ^exclusivement rsj'v aux fam Ile o l'on trouvera
    '.? les cousjmnt loi le premier edio x ;t i, des lunchs
    vi ieroal servis sur limande.
    Tlphonmaf78.
    U.WiJmasrg:

    ;i vu, mardi
    du soir, au coin des nies des (
    sais et da i enlie. un braild U -
    m une caus par un f^min et
    une mardi unie de gaz. Le ga-
    min avail achet pour lll eenli-
    times de gaz; mais il trouva in-
    sullisanl ce qui lui avail l don-
    n pour sa pice de nickel, aussi
    il rclama (oui net que son ar-
    gent lui lui rendu. Aprs longue
    discussion la marchande y con-
    sentit bien et rendit les t sous.
    Mais le gavroche, lui. au lieu de
    rendre le gaz, le rpondit sur le
    bton. La marchande exigea que
    sa marchandise lui l'ut pave;
    Ce qui tait juste. Vais l'enlai.t
    s'v refusa. I.a leniine. nerv, le.
    prit par le cou cl le pugilal coin
    nienca. Cependant une Iroui e
    ne
    ainins
    lirm
    lires par
    accoururent, ils prirent pa ri i
    pour leur copain et ils se jet-
    rent contre la pauvre marchan-
    de qui recul pas mal d'horions.
    Elle dut abandonner la lutte et
    partir sans l'argent. Cocue,bat-
    tue, etc.
    ... a vu, samedi soir,
    de Nte. Anne une
    ger comme ils l'entent
    Les choses assurment a
    peu-
    < lipsa
    la ruelle
    scne qui eut
    pu avoir des suites lis hielieu-
    ses. Un couple habite ce quar-
    tier depuis longtcmu el le m-
    nage n allait pas plus mal .| ie
    cela. Mais ce samedi soir, le
    mari rentrant au logis, trouva,
    comme Jean Lapin de la Fable.
    la place occupe par une ludal
    go.. Carambs !.. Il n'eut pas la
    bon esprii de laiie dloger l'in-
    trus sai.s trompette, l) tii du
    bruit. De la chambra coucher
    le spectacle gagna la rue. Ma-
    dame s'enlerma double tour.
    laissant i\ .Monsieur et... au visi
    leur peu velu le soin de sarrau-
    idraienl.
    auraient
    mal tourn tfetait-ce llnterven-
    tion d'un passant. Le bon pas
    santl II s'en trouve toujours un
    ces moments difficiles pour
    empcher de grands malheurs I
    Celui-ci calma Lamarlin
    (tant ce temps le rival
    s ns plus attendre. \ votre tjtir
    maintenant, belle I)aida!

    *
    ...a vu, lundi vers ."> heures
    de rapies-inidi, un lacleur de
    l'un des quolidi.-lis de t'orl-au-
    l'rince qui renu Mail le joui liai
    aux J abonnes, lai descendant
    d'une galerie, medu (Autre de-
    vant la librairie Viar.l, le lac
    teur manqua pied et t'lenditde
    tout son long dans la mare d i au
    stagnanieqm existe perptuelle
    ment sur un des ents de la
    chausse. Avis au Service d ||y
    gine.
    ...depuis samedi soir, a vu lejo
    vialBonhomme de la maison Al
    fred Vieux recommencera laire
    n risette aux passante. Il y a long
    temps qu'on ne l'avait vu al a
    rapparition lail plaisir tous.
    Il na pas chang, le Bonhomme:
    le mme sourire, la inine d-
    sinvolture, la mme lare joviale
    et il a lejninir auces.


    J... a vu, mardi sur hurisia*
    l, La Nouvelle Aurore.), j< |i
    film que tous les yeux, large ou
    verts, regardaient avec avidit.
    **WS^?S5R^
    bONNETEBIK
    MERCERIE
    Pnn;Mr:niK p. Mokrfau
    et tous autres articles franais
    trs bon march
    Rue Monlalaia.
    No 163"


    LE MATIN lf, Di'ccn.:.. 1026
    6RBR!T'fi
    Il s'agit de se dfendre
    El le ne pas c laisser surprend
    O
    u ru. ia ti-viatick-n
    lUmW i'ERARD
    D'ALGER
    M lire la BLENN0RRKG!E
    cl toui i.couitminrt anciens
    ou rcsn'.t.
    2 31 Ar'bes guris
    sur 232
    i .! i d.. MMshi J'AI.")
    gt* denc toi. ccrttmco qui! toup a
    toujeurs vous protper, ordorc pow-
    , ,iier direclomeni lf M*! r'.c toi te votre rorliarcr.
    ". fi ,'e 1; 11 te il est bi r |-rep-re peur vous recevcir.
    U'Sl'avrz toujours CtMUUat, vous
    toujours proti'is H il ttlBtinnjT
    it surtout pour
    v. usrr"v ' *' ul trouverai!
    jlagasiu Moderne
    de Kawas Hermanos
    724 JRwe du Magasin de l'Etat
    Le traitant!)! est complta
    ORACEES PEYRARD N 1 -'K1TINE
    qui calment la douleur, clarifient uriaci,
    purifient le sang et -.lrusrnt la cystite.
    TOUTES BONNES PHARMACItS
    SPCIA! lTte PEYRARD. 48. rat it CrwtIU. PARIS
    Incendie Ptionvillo
    Avant-hier matin, le leu ela*
    ta dans une maison situe non
    loin du Portail de Saint-Pieu
    et occupe par une kimlic i.ou.-
    me Anna.
    Malgr le toi.cour les voi-
    sins, la maison a iti entire-
    ment dtruite.
    f. o le meilleur accueil es' rserv tous, e o
    ci neumme.
    marchandises et prix dlient toute.
    ayWfii
    Laiivrotyphoide
    D'aprs communiqu du Ser-
    vice .National d'Hvfll e Pi bli-
    cpie, BU cours de ta M n u.n- qui
    Conservez votre Sant
    Robuste et Vigoureuse
    Lisez ce que dit la science
    ma
    > i :is ctC liruc
    vu i I de unir, l
    tyi boldc onl t h* lari s
    In dcs Bth ibu cette
    ladie a t enregistr.
    ma-
    il journaliste allemand
    nous visite
    Nous avons revu, lundi, aux
    Bureaux du Matw, l'aimable vi-
    i le de M. Ollo Kock. un eon-
    liire allemand, m riv ,1a veille
    Port BU-Princ<.
    M. Kock qui collabore plus
    dequaraulc |Lolidiens et revota,
    a crit plusieurs ouvrage trai-
    tant de questions conomique.
    Il a Busai prononc en divers
    pays de nombreuse confrence!
    avec projections cinmatogra-
    phiques. Le distingu journa-
    liste lait actuellemeul un voyage
    d'tudes Iravera It monde. 1
    sjournera pendant un mois en-
    viron en Hati o il preudra le
    nombreuaea photographies et
    tournera tirs films de noire Paya
    un point de vue agricole, indus
    triai, commercial. M. Kock ne
    daire voir le Pays que par son
    ct conomique.
    Nous souhaitons notre con-
    frre un heureux sjour parmi
    nous.
    Nous avons lu...
    Qu'il nous plaise do le savoir ou pas, U f beohimeilt vrai qu'aprs k 30 ans le l
    humain eurr.m<,i;''0 A vH-illir, delcrinrer et pordre
    lu rtlltintl nu ravagl i\-ic la nature imp.iM.
    Q.:e funt lo personnel prudentes et i rVoy
    mutes? K;:< f'>r:i\i !'".: !';''' "' -' lue 1
    premier ai) n <' dpn n apparalaee. 11
    l un fluide vi'.alc qui dtermine le il ,:r de
    vigueur, et 1- Ut ni meradeflobuleerougeejeon touraeter ne
    la u.iali' du mmo en lments vivifiante l.a
    praportion de f-r dans le sang diminue u'-ec
    repu..-^...i.t BttUItl ' U) vie active.
    Il e.ti alnai prudent d'employer la Pet Nmi*
    p r un tempe, traia ou quatre Juin par an. 11
    aiiii.eine le i ' '. e' apporta une nouvelli reei rva
    de [ores.. loul l'i rsnlaiae. il contient du fer
    .., n lel ' naton Idui anf humain,
    auauel U s'aaaimile facilement an combii n
    avec les s'.yceropl.japhatea et autrea prcieux
    ingrdient fortifiants. Le Fer Nuxat eet re-
    eommandl par lea autorits mdicales prcis-
    ment pour enri.liir le sanu et tonifier lo systme
    nerveux. U constitue, par consquent,
    un excellant mdicament de prcau-
    tion pour conserver 1 organisme lortl
    et vigoureux. En vente dans touteuj
    iea bonne:} pharmacies.
    n du mou v' s*
    PILULES ORIENTALES
    Im oi aat aavakMaat, rlr
    mtowi.l. rw.m.li'uwil M <""*
    ii.c-i.1 i- mi nssiesi tes
    ?,.,.!..- I Sonut u buU S
    gnclriil mlH.iipoli.t. *
    KnbiHii.1 I *
    ne*** ,' " ""<* asasm
    J aATi-Btr- *S. * KfMaler.Pmrsi
    paairis *lbrlll
    Funrailles
    de Mr Pachitch
    BELGRADE U funrailles
    de M. Pacliilch se sont droules
    solennellement la cathdialem
    pre-,re du roi, d*S meTirirPS du
    gouvercem' nt et d'une foule im-
    mense.
    La demande pour le Fer Nuxat a
    t si grande et immdiate que noua
    n'avons pus eu lo temps de prparer
    des tiquettes pour ce pays. Par
    eon Equant et temporellemant noua
    i aarona lo flacon Espagnol que nous
    reproduisons a droite. Voua trou-
    ver. .. dans chaque flacon des instruo-
    tiona complote en Franais.
    HIFRRO
    NUXADO
    agi
    ar HIALi>
    n'**TtaKi.
    T e m Hiiepc
    Nous ia| pi Ions que eal le
    dimanche 26 Dcembre courant
    w heures du matin, qu'aura lieu
    dans la cour de la loge Lei
    Coeurs-Uni la rte t tganiae
    cour la reconatruction tlu i*m-
    ule de celle loj e.
    Il y aura comme la | rentire
    lois, confrence, lombola, ker-
    messt', rafle, ele.
    Le billets les rafles sont au
    prix de '2 gourd* s
    L'Affaire des Varr. ux
    L'enqute
    du Matin
    Des patriotes ita-
    liens se rfugient
    en France
    MARSEILLEM. FlipoTurst:,
    leader des socialislra ialrBBai
    g.anls italiens et ennemi acbaro
    de .Mu>so!iai,est irrit i Marseille
    en canot aatoatobil : si pt iatrio
    Blmit raecompagDaleDi. M. Tu
    rali i" l i qu'ils ont quitta lit
    lie pour chapper aux attaques des
    fascistes.
    A la Rotonde
    La soire du 19Dcembre
    sera un des Greal Eventa de
    celle lin d'anne.
    Vous qui net ezpas la prt
    mire, tache/, de ne pas rater
    la seconde.
    Entre : 1 gourde.
    isc-i-
    rleiiil
    Dans le numro de Dcembre
    du a Bulletin Officiel d.s D par- .
    leraenta le rfricalture et du
    '; ravail :
    Ikofes Humics. Le l Octo-
    l.re, l'ouveiture les classes a eu
    lieu dans'20 fermes-coles. Par
    :.illeurs, il y a lt autres coles
    . n construction qui s'ouvriront
    ! ussitot que les locaux seront
    ; chevs.
    Conorti agricole. On a tenu,
    ;. Duniien u'u 'li Septembre au
    1er Octobre un Congrs auquel
    LMistaient loua les Agent agri-
    i oies et professeurs tle fcrnies-
    ccole. Le agents et Prolesaeurs
    uni lait, pendant les moisd'oui
    et Septembre linapection d*en-
    v'ron 782.316 caliera plants
    d aprs Us mthodes tlu Servie
    Technique.
    Btail Import. Pendant le
    mois de Septembre on s achet
    de la Rpublique Dominicaine
    2\H vacheadool la ma|oril a t
    distribu aux paysans des r-
    fions d llinche, Mirel alaise!
    Uelladre.
    Visite d'un croi*
    seur^anglais
    l.e lundi h) Janvier nrochaiii
    prociiaii
    l'orl-au-
    urrivera en rade de
    l'liriCC le croiseur lger de la
    ma me le guerre britannique,
    Coloinho .
    I,e croiaeur jauge 1180 loutie.i
    t d sjournera pendant .'t jours
    u< us les eaux de la Capitule.
    Les mmTciiir.ents
    du tJenni 'Arc
    La Commandant. I l-.iai-M t-
    lor, les Officiers et l'quipage du
    Croiseur Bcol Jeanne D'Arc .
    profondment touche de lac
    CUeil si cordial qui leur a t
    rserv Port au Prince, renier
    cienl siiu lment tous ecux (pli
    les ont si aimahleinent revus.
    1 e Tribunal Arbi
    irai d'Appel
    Aujourd'hui LO et demain 17
    Dcembre .1 heures de Panra
    midi, la Tribunal Arbitral d Ap-
    pui Iranco-hailieii tiendra seau-
    ce pour I audition des aflaires
    dont ta liste est affiche an Tri-
    bunal.
    Parisiana
    *e78oir !
    "a Nouvelle
    [aurore
    ."lue et tiine pisodes
    Lebaron Mystre
    Mil
    Le Repaire di Crime
    A V.ira un. m .hmieau, nOUI
    l'avons .1 i. rgne une sorte d
    terreur, ("est grand'peincqupn
    peul .iv m' i>' inoiutlre set
    g i iiCil. Lis gin ne pat
    de clle affaire qiien jeta il afi-
    tonr feux des regards furlifs el
    inquiets, avec la main sur la
    houe 10 comme craignant de
    hop dire. C'esl rarement qu'il
    ionenteni a prciser les quel-
    ques dtails qu'on leur arrache.
    rarement qu'il prononcent le
    non de D e.i.lonn llolemane.
    Cepcndaiil comm la lche
    Solution de la qua
    drature du cercle
    Paiu? Mr Ludovic Le Prema
    thmaticien amateur habitant Beau
    v |a, piteud avoir trouva | aolu-
    t.i n Je problftn s qui out drout
    jusqu' ce jour la sgicit des mcl
    leurs mallimaticiens comme la
    quadrature du cercle par exemple.
    Le Mexique et
    le Nicaraqua
    MEXICO- M. Speda, envoy
    du gouvernement libral du ."Vica-
    r gu, a iltnenti au nom de Mr
    N.' t.i, chai d s ibraut, que le
    M xique soutit'niie les libraux
    ar des ex; ditions a'.m m . Le
    M-ixiq n a rcemment r.connu le
    g > verneroent hbr.il dt M. Sacasa
    oppos au gouvera'ment de Mr
    d'huile qui lentement treasan le Dluxqulest reconnu par Us Etats
    travers I enveloppe dont on I i luis.
    Sme pisode
    Entre : 0,60 ; Balcon : 1.00.
    recouvre, quelle que soit soi
    paisseur, certaines rumeurs
    ont cours dan la rgion oui
    semblent indiquer que le ou le
    meurtriers d'Aliancy n'taient
    pas leur pie -..ier inauvas
    coup.
    ...Une lois. A liane v revenait
    d'une villcf. Il ii.iit Ventre lard
    it avait t se t ont lier. On cuit
    qu'il tait ivre. Ou l'piail el on
    N>il le feu sa maison. C'est par
    miracle qu le jeune homme
    chappa la mort.
    ... Smith Mit liaiid, pre d'A-
    liancy, possdai! une selle. Aprs
    sa inprt, Aliancy seul s'en ser-
    vait, la selle a disparu...
    ... IsraTn Fvi 1er, le cohabitant
    de Dcssi Miehuud BttTUl' d'Alla 11-
    i v, lorsqu'il apprit la mort de
    ic dernier, lut si stupfi du
    crime qu'il prit la dcision de
    ne plus remettre les pieds dans
    la maison le sa cohabitante, si-
    tue den la cour habite par la
    lamilleMichaud.il ne rencontre
    plum Femme qu'au jaulin.
    ... Il y a ." ans. rple-t-on en
    eore dans la rgion, un nomm
    Ti-Youte lut brl vif avec s.t
    li mine. In enfant, celui du
    t hefacli el di la l'oliec rurale,
    tut jet \ivant dans un puits
    Si lier'.
    El l'on dii encoie... Maie
    quelle horreur L'est vraiinenl
    le Hep.lire i!n erinie.

    r>.'.-v
    {-/..
    >;
    ---^*J
    1*1**1
    rwft
    POUR VOTRE CUISINE
    V( us trouverez dans l'huile THREE IN ONE
    i ne aide merviilleute. Kmploye/-la dam
    le fourneau de votre cuisine pour prolonger
    ?a rsistance. La plupart des fourneaux ne
    tiennent pas longtemps; la houille leu atta-
    que. Empchez cela en frottant avec du
    THREE IN ONE sur toutes les parties de vo-
    tre four, spcialement l'intrieur, au des-
    sus et sur les cots.
    trottez un peu de THEE IN ONE Oil tur
    toutes les parties brutes et nickele du four
    neau l'intrieur et a l'extrieur.
    Employez le TliREE IN ONE pour netto-
    yer les robinets de votre cuisine, les tubes,
    le 1er brut, les couteaux et ustensiles de
    mnage, les charnires, les serrures et les
    appliques.
    Nettoyez voire linolum et servet-vous
    n*pour polir vos meubler- et votre parquet.
    En vente dans les n hgasint. d'usteasilei
    de mnage, dans les coutelleries ; en bou-
    teilles de trois dimer.s-ions diffreUes et eo
    bidens lis portatifs.
    THREE IX ONE OIL COMPANY
    130 WUUamSt.. New-York Clly USA
    Au Parlement
    des Etats Unis
    Washington Les chefs du
    parti dmocrate f-e proposent de
    faire ciiculer uue ptition paimi
    les membies de la li.uu! n pour
    tourne t-e de nouveau le p ijet de
    loi dmecatique pour la rdu<-
    tion des taxes de $ 335.000 Ont).
    Ils ont dei l de prendre celte du
    sure ajourl'hui com-ne le sen'
    m^v r d retirer leur projet de loi
    de U comm;s<'o' de. tinmee.- o
    a majoii rpub i i e avait tot
    sa ne li de le motT" il col'. Cetl-
    d ishaa a t pn>e une conl
    rence entre le reprsentant tafr-1
    du leme -t
  • et le repisentatil (iaruer du T -
    |i fhit-ant partie de L co.i!U.i>>
    sion des fiuanc s.
    Le Snat a renvoy la c m
    sion des affaires lrsogm lij
    toco'e de Genve inteidianl i
    ploi des gtz toxiques en U|
    guerre. C (le dci ion pi'
    proposition du snateur I
    sident de In commission |
    ta. remet rn ralit une!
    dfinie la liscuson du pft
    Les dis sentit
    dans le parti
    bral anglai*
    LONDRES- Dans si
    qu'il v nt de prononcer
    iroie cei.ts libraux du part
    quilh au cours d'un bioqMJ
    n l'honneur de M Viml
    lips orgar.anisateureDih'lr
    part. le v iomte Grey i H
    nouveau l'anathme eonlril
    George. Aucune motion<
    *
    * 4ia-->-4* *
    &%>: f&M&&i$
    i
    Nortwish Union Firc Insurance
    Socit limiled
    Vu Capilal de Or. 30.ooo.ooo
    Une desplus imper fautes Compagnies d'assurance,
    contre l'incendie
    Aqent^Gnral
    ce
    Au Cayes : jla'n BOURGEOIS
    J DAALDER
    Port-au-Prince
    A. DE MAT1S & C0, BtprttmUmt pour
    liai
    i


    LE*M TIN 10 eembre 1926
    . wv pour la miuina
    nouveau leader ; lord
    ill roeniioiiuf comme
    probable du comte d'Ox
    moilh ila Wt de lasec-
    ,-rli libral dirig par ce-
    0f de membres libraux
    IK sonl unis pour deman
    L v.te de crer des em
    ,a parti en taisant ressor
    \ea trop brutale les dis
    imjv rgnent. Kn cons
    lord Grey a dclar ds
    (flj'iln'Wt nullement ques
    nouveau chef, mai" il
    ni d'ajouter que ni M.
    pi lui mme ne lier
    ^eicher l'imi-aii ne* qui
    fait les m nes de vlr
    et de ses co.lg es.
    de l Prs
    [franaise sur
    )r franco"
    \mind
    en ilemagne
    a L ii*8 de l'union comp te
    jement et de M. Briand
    |id'une polmique ini-
    rl dsarmement. Ils in-
    Ioutre sur l'importance
    laot de la T hcolova-
    l Po ogue et eatimeot
    .Moelle etipe v rs 'a ra
    [trilique d un r.pp oche-
    peu- iwmand a t l'ian-
    Ifmsede droite fait cer-
    ti* el regrette leanou-
    11004 laites l'Aile-
    li- La latisl'i lion es*.
    Ivraie au s-ujr^t des re-
    li i deroii re session du
    (fait Socit des Nations.
    icoiilale des critiques que
    Ide nalioi Vi- ; ...
    iPinlE- Auxiia
    Icoacurrence est bien
    e avec ce Pau !E. Au xi la
    lit les mm s ar-
    iqne non- |>< uvons
    rdes grands majja-
    iris, 11 presque
    les p'i\ ; c'e I
    aanlinu'i'e Je com
    J.car chez lui,nous
    jl'embarra* du clio x
    des sur|nses d-
    foque nous avons
    .-r
    En vovaoe
    liai
    i punie-niquey

    m
    1) n'oublis pa lellaum.'aCjcUt il ou TAuLele TfiSSEftOT
    Pur son extiSuie pureU el son rxlrme liuesse c'est la franche
    geait assure pour toute la route.
    ^&%&A^&M&^%&>^^


    Poiipp avez vous oubli?!
    m

    ,2 FUMEURS ? Vous'avez vant l'excellence de la Gigarette TQ.
    "^ l'A TltlUlE vous vous tes proposs de l'adopter dtinisWe- ^j
    V meul parce qu elle est conditionne par oues .es quai ts qui '-"
    .ca* la rtiideul meilleure, sa bonne renomme, g'ace votie rYec- $*
    2J tueuse propagande, s'est fute rapiJo. *q.
    '*?< Mais de ! ut le bien que vous en ave/ dit, vm- avi/. rertai-
    t^ oemeut oubli d'annoncer vos amis -.ue chaque pochette dai tW
    #;q. PATRIOTES porta un Md piime, et que, couire cent de ces jgt
    ., bons ralOlirnfl eu nos bureaux, nous pavois deui gourdas et ^,.
    AS demie. g
    H> Vous ne les ave/ pas mis ei garde contre cette mini'; de JW
    ^^ letor lis p )'lies vides de ci;.ttettes, el cest ncessaire de les ^J
    ^* eu informer, car nous accordons une rcompense de iJ. i.bO a
    ftjf tout (.oiLu de cent pochettes de PATRIOTES vides de leur
    |* contenu.
    *** me que nos lions portant les numros 12, 14, l, 11,' 17, 18,
    fi*^ 19, VO s >.il ptyables chacun, deux ce it gourdes.
    ,g|.4 II suflit J'.vuir |& caaac* de trouver dartl une pvhitte dfl
    r^ l'A l'itl'1 l'KS un boi prime portaot l'un de ces du nros prci
    nm ls pour bnficier de cet'e bonne nohainr.
    fjj Vjll doue tiois chances que vous ave/ d'Are d- iomnii^ .
    'O ^ VuH JeD0,irs pn fumaut les cigarettes PATRIOTES.
    Lies sont en rente daoi !< ptioeipaoi tabliaaaounti de
    "/.Ut Port au prince et la l'iovince, on en tiouvert ,au->> au dp*
    4|ax central A.N.VCaO.NA Grau de lubrique de fabao el de Ciga
    t

    \ tut "^ez urtoul omis l'essentiel, car vou u'ave/ 'pas afiir- H^*
    lit


    m
    D'adord} artvdan8$le tissage
    Puis-, vivacit des couleurs
    COMME Paris dcrte des jupes ;deSplus >n] plus courtes, '.cette
    mode exerce une grande influence sue le choix dr vos bas.
    Ainsi, jeunesjtillet ou dames, vous ne pouvez pas concentrer votre
    attention sur les nouvelles couleurs*jula a ent: vous devez inspec-
    ter la fabrication avec attention, mais pas avec hte.
    Le tissage parfait du UuLKl'Un"!/' rellteltous les aspects du
    style, et son pays d'origine se dsigne par J'art de la soierie]*
    Ainti donc vous devez considrer cela d'abord.
    Dans le I [OLKPROOF plus que tout autre bas vous trouverez
    chaque paire >i bien conlectiouns qu'ils gardent leur .lgance
    en dpit d'un long usage et de irquentes leasives. Allez aujour-
    d'hui et achetez une ou.deux paires pour essayer. Pour votre ga
    tantie le nom ^ lioleproot llosiery est marqu sur chaque paire
    On les trouve dans les grands Magasins et partout.
    Modles en pure soieiaponaiseet d'autres tissus.
    MOHR LAUH1.N, Agents
    l'ort-au-priiice
    P.O. Box ;522
    -::;
    relies iuti Hue Justin Lbrisson 206.
    CiEBAKAI&.C", Pr 0 pritaiwi.
    Bemerciemen flflhillAl il M Dames jani,e. VidiS
    .Iret Mme Nlio .lea -Jacq c-, \J U. 131 U \J Y \\^U
    %^mwwwvm*w&WPt*

    Capital : Or |
    i///. LeBossQCo
    Agent Gnraux
    Mr et Mme Nlio lea: -Jacques
    el leurs enfants ; Mr el Mm : St -
    phen Jn-Iacques, la demoiselle Eli
    na JD*Jacque8, Salomoa Jean-Jac
    ques, Louis Jean Jacques, Fr
    deric Jean-Jacques. Hapliael Jeao
    Jacques : les familles : litsses, Val
    1 s, Innocent, Jeanty, Pierre Pier
    re, Gilles, l'ierre-Mercu'e, Germain
    L ilan, Coiscou Lebrun Ambroisi
    Ho l\,Lahens,Va!m Mo id-sirams:
    que tous les autres parents et allis
    lemer ienl, bien siacremeut, les
    i.mis tiut de la capitale que de la
    l'rovince qui leur oui donn des"
    preuves de sympathie l'occasion
    i'e la perte qu'ils viennent d prou
    xer eu la personne de leur regrett
    /'(//;/ ./cd/i Jacquet
    dcd le z Uceoibre le ortie an-
    ne Il les prient da croire leur
    1 lusjprofoude reconDaissa.ca.
    Port au Prince, 13 Dcembre I9.6
    Notez ceci:
    LA PHOTOGH IPHIB Eug.
    MEVS vient de Jrecevoir un
    stock vari de moulures et
    d'encadiviuenls de toute beau-
    t, de toutes dimensions et
    pour tous les gots.
    Ceux qui veulent conserver
    un souvenir durable doivent
    se rendre chez Mevs 011 ils
    trouveront des encadrements
    appropris et de bon ton.
    M-AUGUSTE FAUCH
    Avocat
    Rile du Centre
    1 '1 . 5 gallon
    ! en gros ci dtail
    11. A WOLFF
    116, Hic Traversire.
    .--"i"u TIF Ml3!
    ' (/icMim
    peu*ent M .miKnn ifanj tOMt
    rur ifi.mii* tt beaut en lm
    (ut'Ullt lMl\ /*
    - IiNDlSPENSAflU POUR
    IOU1 LES TISSUS
    DLICATS

    1BIP1
    m
    m
    Insuvtmvt* Co
    ne des plus fortes Compagnie
    caiiadieaaes dassuraaces
    sur la vie.
    HABILLER, c'est bien
    "HABILLER, cbiquement c'est meux
    y t^
    Euy.Le Boss & Co.
    c'est parfait
    ;


    "^
    .i- ~.
    "\\


    i ; ; i ix 10 Dcembre 1320
    5^- tZH.
    mm i?iit^^
    /SKrV-:



    Satina-WtittesTiow- Hercules
    --

    rlcni a u :> '.-.*.' ce |i s



    L. <..: T'.IN'!..> -. ""
    kCIU d'.'!t..r '' ' M**u- s-l'
    l.lu i. i .> ' lii tl ' lnjlm > '
    ,r j l\Ct* -> l'i'-'- '-'*
    H,...- J-Il lut... t u ami Ml* *
    i, ,. \. nnc ru >'> :LYS i
    'f i." I| ."> U*iIj" ' ' Cl*mi
    I '.II.cil : ><* cinp'.vi ""'t il
    hait, lu l;lit> '.c lUJii.u1 I ''
    irr.UHoiit Juct > ucu> i
    I
    r.
    V
    c

    La Crimt Tiindelgi. 4-*: parfumit.
    MUPM |o Oouhior d. la (ci,niii.. mftir.f. >//oc " """
    Courroies de Transmission
    Les StUiS Pointures
    In g.-lon de ce* peiMeie. cnnvenabl ment appliqu' recouvre 700 pied- carrs de lerfee, Vihi'
    Us important dilices o noire peinlure a le employe i
    BanVr^at'de la R ubSque Wtetf ** ^
    Bure;,, du Matin , Hue amricaine ^ CouofUtoo, ftj* gUM-^Wlel *MjM
    I ,e du Qntl Bar Terminus, Chamade Merel. e ***. *"J"U ~ V^on
    Murlmeju, Totieto Ville Lou D e*n, DellevueXille Hn 1 AuS?"V rl
    Ville KdmL Mangous, l'eu de Chose Villa Maunce YillaMme- V.uveT. Auguste, Bois-Ntrua V.UAuloiue I aUinas, f eu de
    uT HodolpLe RoneV l'eu de C^t-Viile Flkh.^elWNjW e
    Villa Ed. Lespinasie, Bellevue i Ville Kene Faubert, UelUvue
    Villa Mme Vente Barbabcourt, Hellevue
    Villa llermaon l'asquitr, Heu de thore- Ville Me A .More, Bellt%ue
    v: .. neweld Brandi, rsidence V.lla Luc Tha.d,Mois VeiDA -Vttle Luc Theard A Bu Jobo Inn
    I med ire. consl bclion ATvbiitete Geo. I au.san Le* meilleuree cou, rucUoa* tiruMi
    '' "ree ws^ grun ^ niti,|eures (01)>,rurl;0I,9 arebilecU Lou .V.at. on
    l'our vos commander ou.toul autre renseignement, s'adresser i
    ;,Geo. Jeansme & t
    Hue Frou.enlace'deya Banque Nationale
    Ce qui n'a [mail t fait
    t> qui ne peut tre dpass*
    Kola Champagne
    F. Sjourn
    Prpar dam des conditions rigoureuie
    d'ASEPSIB
    Prparation el Vente"
    Pharmacie P. SfcJOURNu
    Anal* des Hues Houx et du Centre.
    y
    V
    % e
    m
    g*
    e^e>
    vil-

    e r.
    - .S

    ?
    Ifi^i ">

    c
    -Ci: ^
    t< r:
    E S3

    mwwm Srwwff w yWfWi
    h-JI

    C*
    Propritaires d'Automobiles

    C " l'our m-s auliffc pn!uii Oftod Ie labiij s s c u-roiea J|" >g s,11Vl. (/ v us que 1 s
    d-a- H.ll.odis spciales taborel dans ses blioraloir <. gpneu^'s plu ; solide el
    ; i ..i un rouit esnace S-les medleure'tube -ont
    Les courroies ordinain s 60 Cuil a,..s av.tr servi pend Ml un touit espac g,^^ }),,. Fl,.; ^(hie
    de temps v'. mincissent, se le diUri.t. H linalement, clent. K Firoslone fu|| 5,7e f'/im
    Ceci a jour cause la irictio a I quelle c s courroie sou1 >o..tnises sans qu il gDi|,p..,| |a||,>onn roui le.'.
    soit po^silde de Us lubiilier. gidus conr.au r les ptJ<
    frrecltei'cl^s.
    les 'ourroies Good Tear, au conlniire. ont une substan p p/iisense couienveg j;n st'u 0lxl M s i
    ,'ani leur eonkl.uction, qui les lubrifie aiilomatiqueneni oh.rv.nf pur a.nsiS,,n v m* .rouvert Un.-
    , ,, .. ..1 B tea diirciitintis de pu. us
    U ur souplesse e. leur eLs.tn.e. Elau^., Lkief Du,.
    Quand on se sert eonv, niblemput les courroies Gdd Yr, elles durent tri ^ |j||00,,t ni,,|. dei lut.* f
    luiMjtemps et doDOfDt un 1er vice surprenant. E et palchcs.
    le* courrons de transit,issiou <;d Year s.ut (sites danv toutes les di nens- B. nArn,,nr \/(
    h,ons et pour toutes sortes A, irnv.u. g l, PFlEZlVII^fM G6EBH0L M
    ! oynux (IcsUjuliny C I
    Fssavez les la troc liai ne loir.
    Cowtrofc Cood Year
    The W.eS
    ur

    Plusde kilomtre avec \J S. 1;"' ' llils
    Oh>Wa*

    t-OBWO-IhlKE ::( NAVES. CIP4ifTPE.
    *n em.. "J.' _**_! -- 1. u.1 i leHaaaaeBatssaM jtsatfaMasMBatfm 14"
    i^woliiy
    ^"F_"^gL
    ^j__H1t-jlll"' ^^"^_J
    M[f BAttRAiCOUHT, n- so a., o. ^
    g^^fe t!^^^iW^^^:l^iii#fev>L;:@lfc^^


  • University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM