<%BANNER%>







PAGE 1

fev.; LE MATIN' — 15 D ombre 1926 Il s'agit de se dfendre Et de ne pas se laisser surprendre toujours p-ot R* et U 01 nouer I *• J v( ,, ro R F J^^I-'ffi? fiA.*l est bien ft Pr— — vous pouvt/. tout trouver au iiagasin Moderne de Kawas Hermanos 1724 Rue du Magasin de l'Etal M o le meilleur accueil est rserv tous et o marchandises cl prix dfient toute coi.currer.ee. si.it. Celle-ci compW' Mis! la aoraeun de ces dangereux Muadrupde 8 ,niairauliM tabou ^s mollets belles e pleines dente. C'eatun P 11 '?"! !" ^ lincacombat ingal. Il administra un rude c<> u P o au 1 c ,,r 0 l f: lier qui s'en alla enfin, ta queue basse, hurlant. 1* malheureuse v il de graves blessures. L'Avent Lchwoint Vicaire Gnral le Couaea parl du P !" 0 !" "* b T rVbeu sermon que la nom br iiS assistance des fldle. couta dans le plus grand ra, cueillement ... Comme nous 1 avons d| dit, cea germons onl Htf a ta CaIhdrale, le dimanche aprs les vpres. CONSfRVf lf5 CHfVfUX POGNS pour les Saints-Innocents D'aprs nos informations, le 28 Dcembre courant, a loccagon de la tte des Saints Innocents, l'Administration Communie de Port-au-Prince, compta %  -. ollrir une grande reprsentation cinmatographique publt /JppjyJQ (JQ iLaPSYBUO) nrMANDEZ-LE DANS 1X5 PARPtAfnS PHARMACIES. ETC. Pour tes nnalesde Mx deciD Hatienne Nous avons revu le dernier No. de Septembre-Octobre des Annales ilt Mdecine Hatienne qui a pain avec le sommaire suivant : 1) Chronique — L'organisation tic la nouvelle cole de Mdecine. 2 > Le Mmorandum du 1er Juillet 1924. 3) Un C83 de gros nez. 4 ) Deux cas de diabte compliqu guris par l'Insuline. 5 ) Entre nous. Non • remercions p.nule gracieux envoi. que aux gosses. Elle aurait lieu devant Pari liana. ., ... Ce serait une excellente ide dont se rjouissent dj vivement nos petits. Pour l'Eglise du Sacr Cœur Nous rappelons que c'est I e dimanche 20 Dcembre, a 1 occasion de la letc desSaints-hr HOCenUqui aura heu le surlen demain, que sera donne la panda lle organise par des paroissiens au profit de lgue du Sacr-Coeur de Tugeau, I ,s prparait! de celte IMe Boni activement mens et Ion augure qu'elle aura la plus grand suns. ,, ,,, %  ( ,st le '20 et le26 Dcembre aussi qu'aura lieu, II Madeleine, la ft de charit au profit des petites orphelines. Elle promet d'tre lie bulante. y Hier la Caravelle est arriv de France avec les passagers suivants : fteu Lerebours* Mme Marguerite erabours, Pres Ulivier, Alain l'.n/en, Jacob Marie, Jcslin, oqumtin, %  ospen, .vinliot, Duclos, Bornai ; Mr Joseph Maison. Sutura Marie-Camille et Stphanie, Mme Llio Joseph, Mr Makdesai Ilamia. Port-de-Paix : Madame Marguerite Ethart, Mrs Victor Par tait et Casimir Zoulinski. Renvers Par une auto Hier, vers 12 heuies 30, l'auto N 5050, remontant la rue Dants-Destonclu's. heu;'.a et rcr.veraa un piton, loul II -s dis Uni eaux de rinspection Scolaire. Le malheureux, qui a t relev avec de fortes contusions, a t transport l'Hpital Gnral o il reut les soins ncessaires. L'Affaire des Yarreux L'enqute 'du MaUn XII L'INNOCENT Nous disions, avant hier, qu'il y avait dans l'all'nie. un innocent. Il nous est pnible de ne point pouvoir encore aujourd'hui l'affirmer catgoriquement; les lils de ce draine sont si t nus ci si embrouills que ce n'est que par des clairs tugitijs que la vente luit. Ce n'est qu' ltoUs qu'on peut avancer dans celte obscurit sanglante, oblig, chaque instant desarrter pour revenir en arrire, recommencer, tout l'tre Irissomiau de l'horreur du crime. Le draine se droula, comme LE MATIN l'a dj dit, dans l'aprs-midi du mardi 21 Septembre 1926; or, au cours de notre empite, nous avons pu retrouver, les traces de la prsence, ce jour-l, l'Arcahaie, de Clerbrun Michaud, Irre d'Aliancy. Et dans la rgion, soit a Jameau mme, soit aux Varreux, les rares personnes qui consentent a prononcer quelques mois sur celle affaire, conviennent que Clerbrun eal innocent. Comme nous le disons plus haut, nous ne poUVOOS encore nettement l'affirmer, vu le mystre, les tnbres qui entourenl celle sinistre histoire,mais nous avons quelques raisons de croire que l'innocent : c'eal Clerbrun Michaud. Cependant nous poursuivrons nos recherches, et la mme patiente tnacit que nous avons mise taire brider la lumire sur le crime, nous la gardons pour la taire luire sur l'inno cence. Clerbrnn est en prison, mais i! ne tant, aucun prix que l'Innocent soil confondu avec les coupables. Il ne tant pas nue seconde dition de l'affaire du Courrier de L\on. Nous rechercherons doi c jusqu' preuve complte si. rellement, il existe un alibi (pu innocente Clerbrun Michaud. D'autres crimes t'taient commis dans la rgion. Nous en parlerons demain. l'International Athltic Club C'est le samedi 25 Dcembre, Jour de Nol qu'aura lieu le grand bal annuel de l'International Athltic Club. Ce sera une trs belle soire pour la russite de laquelle le Prsident et les membres du Comi' M dpensent sans compter.) Crise ministrielle probable en Allemagne PARIS— Le Matin croit la possibilit d'une crise ministrielle en Allemagne par suite du conflit qui s'aggrave entre les populistes et les socialistes. —— — sa —— Le Cabinet Paincar approuve la politique de Mr Briand PARIS— Lecensed des m nislres a eurt-gish son accord avec Mr Briand. Mr l'oincar a llg! plii Vr Briand la complte approbation du Kouveracnv ut pour l'.eord r.tii*. Un m mbredu cabinet a d 1 re a i < Jouri.nl que c n'est pas sa po iticpie que Mr Briand pouisuit lienve, mais celle du gouvernement t ut entier. Au sujet du con trle militaire in teralli de V A l lemagne GENEVE—La dclaration offi ci> Ile suivante relative a l'accord concernant le reliait de la commission interal ie de contr e eu Alieiottgne a paru aujourd'hui au cours de la runion qui a eu lieu Gecva entre les reprsentants des gouvernements franais allemand, ang'tds. belg", i al n et jupon iet o ont t di cules lel queslbi s en suspens d'vant la ctinnission militaire in terallie de contrle et ta coafrea ce des ambassadeurs. Il a t leon DU la satisfaction gnrale que sur plus de cenl qutions sur lesquelles ces reprsentants se trouvaient diviss en Juin 19i(en ce qui concerne Jl excution des clauses militaire.', nav.des • t ariennes du trait d Vrsail'ts ) a plis g a-d pa. e a fait l'onj.t d'accords. Deux questions resten! e core rgler el il est permis d'et-prer qu'il sera possible d'arriver egde ment un accord amiable 1 ur sujet ; en consqueuce un ai rang D eut a t c.ouclu suivant lupi • les ngociations diplomatiques s poursuivront la conlience de. ambassadeurs sur la question dos tortilicatious el lu Matriel d: guerre. De nouvelles p oposition btront prsentes dans le nul de a cibler la discussi n et l* geBUBt de ces deux questions. El IteLd nt la conclusion d'un ac ord mr"W'v&? ri !" *ff!^ s\^ rX )-, & w v5 ^r> T'Y itv m Le. Hommes et Femmes robustes de demain prennent aujourd'hui l'Emulsion Scott La donnec-vous vos enianU? H{ "IR nf 2 /.* L* *<' a .,-. -i ra t. i dites to Ufieali( n s. ro I MI p v. Iu> sat s prjudice du droit p< ur chaque paitie de n.ainUnir ton point u vue lg'.l. la ooaiBiisMon de cot 161e iuti'rallie M I a ittiie le .'il Janvier 1 ( ii7 date partir de laquelle Par ticle 2'~> du rail de pa x ?era ap p:iqu coijfour.menl aux conditions tixfs par le Conseil de la Socit ces Notion*. L'article 2l'i (U question oclare pt'aussi longt-mp q lie pr, eut traita demeu rera en viguiur. l'Allemagne s'en gage faciliter par lous les moyens toute enqute qui rerait juge ncessaiie par le coi.seilde la Sjcit des Nations ; si cette da te et contiairement ce que l'on espre an airangement amiati!e n a pu tre conclu, ces deux ques lions seront soumises aurooMil de la 6 ci t d a Nations.Chacun de> g>uv^rneinen!s reprsents la confrence des ambassadeurs au ra la facult d'attacher son am bassade Berlin un expert leehnl que autoris s'entendre avtc les autoiits allemandes sur tout s les queMions ;.yant tr il l'excution d-s accoids conclus ou intervo nir. Va, jAf jf O y-4 ri *h \-< r. Le gagnant de coupe inter\ nale de rm clismi NEW YORKCharl* n otocycliste amricain, t la cou, e in i-riiatiounle neit mtres au vlodrome d h vh minutes ! secondes 3/8 ; iln noitg liment lu cou.Mdj kilomires en 43 Hcoadei La course inti tionale cyclUi NEW YORK-La 41me C M ternationalecy li>tede6joan gagne p r 1 quipe Mcnimii ri Amri(|tje-ltdlieavec2zMt ton:--Si points. Ensuite vii_ G.orgetli liMiloni, Italie,2281 les tours 5ij points, VYinler.T k o'm Amrique 2286millesL 62.'i points. L'quipe fraoaiaes c la-st'e 4'-n;e avec 2286 mill tours 82 pont Les autres qi < n Km dtns l'ordre luinat. I l'etn Lauds, Wak r Decka Bc'lo Bill, Mcbeitb Grin, son D nale L'quipe belgel Mme Emile Brin r Rue des Miracles On trouv ra les articles suivants des prix exception J 7W ment bon march. Ji'i Grand assoniment de .louels. Tissus haute nouvtaut. Tv Chaussures pour dames, tillettes et ecfanla. Grand M "P? ment dj fturnitures pour lingerie line et pour robec. So •f dernier cri. Crpe de chine uni el imprim. Crpe 0eorg jt'4 uni et imprim.Crpe. Satin. Chapeaux pour dames et enlil ?2 -^eivicts de table en porcelaine— Verreries. )&Mf& & t flliiiilillitiitiitiiti 'it1iiTir'iti**it •5* •ce %  il •. -Eximins de notariat Les examens pour le Notarial, l'Arpentage et la Profession de Fond de Pouvoir auront lieu uu Parquet du Tribunal de l'rcmire Instance de Port-au -Prince, aux jours suivants.de 'J heures midi: Jeudi 16 t vendredi 1/ Dcembre : Notariat. lundi M et mardi 21 : Arpi n* Mercredi 22 et Udi28:PiObeioa de Fond de Pouvoir. Le Commissaire du GoUVi rnement prs le Tribunal de Prenne re lnslance| an donna avis eux intress. Statisliqups d f tat-clvll Au Bureau de l'Llal-civil de la section sud, le statistiques p iur le mois de Novembre se sont leves i\ : Naissances 106 Mariages Dcs 43 Divorces 2 Le bal anou i du Cercle-Belfevue C'est samedi prochain, 18 Dcembre, qu'aura lieu le grand bal annuel du t arcle-Believne. Ce sera une br. liante tte qui runira Bel le VUS l'assistance la plus choisie et la plus distingue. 'l'ont esl mis en œuvre alin qna le bal ail le beau succs de ceux des annes prcdentes. a Fianailles^ t n \ \\n*\ dft vJous avons reu la carte de Villl/IUL'l \M%J Nous avons revu la carte de fianai les de M ade moi cl l e Marthe Lnnotlie a\ec Monsieur Tiinn.i Nos .il. i,ls. Kortwish Union Fire Socit Hed Au Capital de Or. 30.ooo.ooo Une splos in; crlacles Compagnies fassnri contre l'incendie Agents z 1^$^$ re. DAALDER .M* AUGUSTE FAUCH r*^ AVOCAT Rnt > ^*>i> rtPg** Poit-att-Ptirce *.p" %wm A. A. DE MATTIS & C0, P


PAGE 1

LF>M TIX— 15 cerabre 1026 M En vovarrc EQ piqae-niq KM De million de personnes recourent cette nouvelle Ste cylindre* l*s n Cftsges des 1 1 • dien amricains c %  sistaient |l'rquern:nen! en des caractres ? i ^.^ v\ Sri 4\ i£\ :&&&&&&&&*;&%£&% &&** ^ -Piirqmi mi nu oubli ?| i kLyo'-i *v i' a'n %  -i i ; u >.|ll) h S) S' k l.y h rit t leuiem • >i I. e %  i l gMnie. H' |> r v t i et n t continuer lu course. A| FL'MKL'RS ? Vous "avez vant l'excellence de la Gigaretle JW PATMOlE vous vous tes proposs de l'adopter d'unitivefit >j roenl parc M" e e est c:m UMeeue ar toutes les qualits qui \% •WJ la rendent meilleure, sa Donne nnominte, grce vo'.re fract bsianaa nrnnazande. s'est %  .le rapide. is e i ave/ dit. vous av .^A tueuse propagande, s'est ite '^; alels de tout >e bien que voo. • %  *•< ••, ..,„. •2*7 nement oubli d'annoncer vos amis yie chaq i • , cbitte des ,*j< frj. PATRIOTES porte un bon prime, et que, cou ; cent de ces y? ertaifj3* i MEAuxila $jj bons retouru's en nos bureaux, nous pavons JJII "VZ demie. l concurrence est Itien oleaveccrPao!E. \nvh Iburniiles mmes arI q ue iiini \H IIVOUS er des r|ra.nds matjaidu Pans, S* tout oit, ur de cent pochettes de PATRIOTES vid''e* dd leur H^contenu. • ^, Vins avez surtout omis fessentiel, car vous u'ave/ p< a'tir'? J_ ro-i que nos bons portent les numros 12, 1^, t, ii, 17, 18, V* Elle a : Obtenu une vitu e de CU 70milles par tiejic Soutenu pen iant lou^| temps les plus haute i vitesses. Lapn.-sance pour Iran chir les ctes que d'autres | voitures n'ont pu'vaiucre. Pass de 5 18 milles en 7 secoudes 12. Quatre hein mcii) quet I ta dera.re ujuveaut com uie route daunh inonde. In moteur de bi III'. I u-tus toute'. >es pijee I une relle conomie. I fll t, 20 sont .lavables chacin, deux cent gourde*. %  j [' ^u/(ij _d'_iv,)ir U cluuc.e de trouver dan uni u)-.hii'e 2 PATRIOTES un bon prime portant l'un de < ts pour bnficier do c*t'e. bonne aubaio' ^^ *-t5* n>ros prci '*^ •;•* Des chatigmonts tnon>at4 out t opr*) .liiis lievoitures. Les voitures q :i durant des anneont it considres modernes son! meintenaol sa disgrce d v.int le rendement tonnant ds leur nouveau moteur. 1. 1 A'illys Koight i 7i) |tes son moteur le plus puissant de sa oatgons en A neriqaa a paru cette un ne. Mlle persjunili i la voiture !a pins perfectiono< et la plus puis sant dans les deux continents. Klle est la six cylindres la p ui ven lue de son prix 1 roid m liions ont t veudues durant ces troll dernier mois. La p oduc tion deux fuis augmente n a pas satisfait les dem tudes. Les acte leurs en parlent a leurs amis et leur rputation s'tend meilleuie et plus puissante jue n'importe quel autre moteur de sa {catgorie qi and elle est neuve elle devient par t'as g • plus n i;!e et plu; puissentr. Les m >• tegnse e^ arpes, la boue ou le sable n-sool au un obstacle pour il^s nuissiii muteurs. Ils n'ont pas ds ijupates i roJer.Vons n'eorei jams i !air; enlever du eai bone. I lis sont pratiquement ssoi d pense el sans entretien. A i curie \\ illvs KnLjbl si vieille qu'6 le ^(>^t n'a jamais t nii-e au rsncctt a mitre connaissance, leurs propiM Inires s'en -er\ r.t ndlinment. Vous con idurez la W illysKuij;bi Bis c mm la plus coium que et la plus satisfaisante voi tuie que vous pi.ve/ conduire. Elle est trs joie de lignes et ses contours BOOl d< s.plus harmonieux. La solide peinture dure d innes. liaosl la voiture qui con vient pour les Umilles. Ilssave/-la — conduise/la. El vous verre/ qu'ello est ht voilure que vous avi / vue. t'oil.i ioac trois chances que vous ave/ d're M bvnm ?s &• ^ de y., dbours en fumant les cigarettes l'ATItl 'TKS. -^ E les sont en ven'e dans les principaux tabli^emnts de £-**" •ft l'or t au Plines • I la Province, P' on eu ipl trouvera : iiissi au %  'p' •P$ central \.N\0A<).\4 Grande tabrique de Tabac et di Ciga vij. Lbrisson i06. i,r •• % %  • re ••-y.-'" | K.\EEK'5GARAGli POUT-AL-PI IXCE( HATI) -• I •" ... •'' %  **• it,>tUI v .' .; s • VI |f .. . ; 1/HtMTI KAa*A .. ..i.^oe • SUFFIT teprsmdM 1 ,ii c*.•- "ou ropij.g ;^u i4i t*tll ,.' I Ml rilflt .. PUula du C Dstaul :. -, ras Ju Faub St-Dcnis. Parts Mas il iaiii exiger les vritables (ui tant te: t i fait blencbei ', i Hamburi) Ainerika-Uoie Pua. LeBossjrl _ ^; ( ui lotn IOIII a iic Dieacnei IVsfllstl'T f*£kf*l • .t*-rccuno.!M !.. met. lHUlUfj \J\J\J1 • 5) DEHAUT A PARIS Agent Gnraux raiisif.i mmMlI LAPHOTOGRiPHIE Eug. MEVS vient de {recevoir un :-ioik vari U* moulures el d'encadrements de tole beauL, de toutes dimensions, el pour tous les gots. Ceux qui veulent conserver un souvenir dur.iblc doivent se rendre chez Afevs o ils trouveront des encadrements appropris el de boa Ion. •ont Ir lltlIiUrr.A -t Iinpr'.n.i fin noir TAIBLESbE. DBILIT I es'.amer "Troja* e, itten u l'o -au-Prince vers le Jt Dci nibr avac du Irt de I tu rope. '<• IUJPI • ce,le s Dce.ni. e oao. Ololfio LU AS A %  > CiROP de Insurance Co l'ne des plus fortes Gompagn 0 canadiei m es dassurances sur la vie. Eug.Le Boss & Go. DESCHIEKP. ( %  aoglaMa ..-iJi %  • %  _,._ R *0* n r " " du na. prMorlt M' NINl radlc.lr. "H\dlli' ER, CuiqjjTJni D'SI m lliiil.lii'l lll z m h\i m K SSSE^SBSSS-^^i %  m ^m^'^sm^^



PAGE 1

LE MATIN — l Dcembre 1326 P 1QU Satina-IVhftesnbwH ercules Energique antiseptique urinniro Agit vite et radicale ment Supprim les douleurs de la miction Evite toat* cotnpllcctlon j.t U r^..% %  !> %  rt**on*wir-r>'i* 0 •t rajranu u inm i* %; -V (/ ( n"! omn ilftitnanl nuf ea ,'Ui.u. ml mus le nu ppt<1 qui ht IlOM'.elll • U hlM OUI d*conseatkiuA* H* mw QUtUM* auxquels ce dernier r ut s'associer, suffit tout. Il est le fondement, la DOM du traitement de l'arthrite ou du rliumatlsine blennorriw.-W"'. parce qu'il est iclul tic Is :;...:.. ri -M tik inclue • I)' Ht TUAS. de Mai-ivti. n 1 1 ci ii< •" %  •'• • %  SSJL-'.:'£ %  Il ks Seuls Peintures Inaltrables l'i ut.Ion de ces pelnlorw conveuabl. ment appliqu; recouvre TOC i ieds caris de surlaca. Voici '* importants adiHces c notre | einture a t employe Kclina du Sacr Cœur, Turafau—EjlUa S..ini Joseph, Poil au Piince—Eglise de Port de j*aii Banque Nationale de la Rpublique d HMU, Poil Roval lia. k of Canada Bar que J NatIona"b de la" RTpubliqaV'lraiti, A ni C^yes Banque Nationale de g;ie d'Il-.iti Peti-Gove —Banque Nationale de la Hpublique d^Haili, J"* 1 ("erde Belle*! e au-''rinre la Rpul liq;;e d'Il'iti 1 l'eti liove ltanqiic nnnntn u ••—•> %  —— %  — Manque Natif nale de 'a Rpublique d'Hati, Jacme! Compagnie Electrique, Rue \mncaina Il u rem du Matin •., lue amricaine — Haio Corporation, Rue Prou — Htel de fraoca Rue d> Ooai Bar Terminus, l.lismp de MarsVilla .vt^rUneau, Tprgeeu Villa Alcide Mi'itmeau, Tusgeau Villa 1 Ion DJean, Bellevat Villa Ren T a omet c, Ption\ i le — Kdmond Mangoiis, l'eu de Cboefl Villa Maurice Custera, Psl de Ctiose Villa VuieVeu\e T. AugUStf, B -is-V-rna Vil'a Antoine Ta lamas, Pau de ho* -RoHni| lie Honev Peu de t hos< V nia Flchier Anselm-:. Tu-geau Villa Ed. I.espir.a "se, IMItvue Vi la Ren Faubert, Re'.kvi e Villa Mn e VeO*S linivun liellevue Vil!:. Il.rmann P-"quiir, Pm le l hose Ville Ve A. Morel, Bail.eue Tilla Oswalil Rrandl. rsidence Villa Luc Tbard, %  V-tir -Villa Luc Vl. ard, Avenu Jobn Browt "Les meilleures constructions Architecte Geo. Baussan Les aeilleures constructions erehitesti Daniel RrunJ— Les meilleures constru( lions architecte Lon Matbon Pour vos commander ou tcu'tautie ren^eigoeru' ni, t'adie str A ^__^_ „ J Geo^ Jeansme C Rue Prou, enjlacc de la Ranque Nationale (lojnoies de Transmission m m : 'M %  %  i ^:L %.%  Ce qui n'a [email t fait Ce qui ne peut tre dpass. Kola Champagne l F. Sjourn Pipar dans des conditions riqoureuiei* | D'ASEPSIE Prparation el Vente Pharmacie P. ShJOURNc Angle des Hues Houx et du Venin. mmm % -%  z E 33 g 1 i H s 2 J l -l ^a < g s g t3 Sa e-=J C3 fe o = S %  _g G a C'Hiiine pour ifi aolrei prod.it Gu4 ear labriqtw ^es et mroies dd|rs fe. ^^^ yous |eg u a uiihodes apciali'i labores dans ses laboraloiref. ^ pneu• IPS plu^ ^lidea, el (jM courroies uni. .rires en cuit optes av ,ir servi pend Ht un court espac'jgjes meilleures lu bel son , .... .... ,i &lahrt(|ues par Firesfone. de temps % aotincisseut. re lendillent, et liualemei.t, cdent. v< _. ' .. m „ i ii ,., W Fn-estone F.ill S *• U'IIB Ceci a poui esjUM la In. lion a laquelle ces couiroies Boni soumises sans qu il Jf^ . j B ; (| oon8 on t |*>j ItH possible de lis lubiil'or. & plus connus el les plu W reehercl es |.M'oarroiei Gcod Yrsr BU contrait*, oui une substance graisseuse contenu"^* £„ s /j L u cU'/ %  •• ussi ^ duts leur eofrflruclioo, jui les lui iliea aut< matiquemeot, coi>irvnt -p-ir ainsi Sjn vais treiivtM tou Wa leur souplesse et leur cla-lit i c. L, tes dune nions de P h u Propritaires d'Automobiles i; Quand on se sert e mvi-nliltvn M t I s courroie* GJOI Yeir, Iles durent tr^ lofiytemps et donne et un service lurprensn. BLeMjjuticr, eavv p :< US il. g. Bslloon, H Ml 1 %  8I ,,ilj f , IJet patchc. Les courroies de transmis ion (iioi Year sont laites dans toutes les di n BB'gg.•n stl v.tur* I %  %  t L L s i I i i il-lrl'i!1\ ."i^. lions et pour tout ri soites de travaux. Eisayez les la procltaiite lois. Covrroie Good Yecr PREtTZlPK-GGEBHOLM ioyaux K Sfitia. ~-.~ siaSBB-: : ; ^^te.'ig^?^5l'^ojfr^* .*" ^.wJSST& ^r. tesagiLsm^ Ei*.; TI LI^.. ^ 1 -%  ... RHUM mm \ MOI m R^ *. 0^



PAGE 1

DlflECTEUH PH0PKI1.TAIP.K I.VPI'lMl.l r Clment MAQL0IR2 BOIS-VKHN:. 1358, Rue Amricaine, 1358 I HUMEKO 20 CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 242 lous devons avoir pour maxin e de ne pas nous tonner des dillicults prs ntes non plus que d'un vent qui passe, pane que, avec un peu le patience ou les verra se dissiper, le temps ( banni tout. Saint Fruiis de Sales Ijnic ANNEE N-D76* POIU'-AU-PHIXCE ( HATI) MERCREDI 16 DCEMBRE 11)26 Question* conomiques Le rle de l'Etal M. — SUITE BT FIN. ( \ atr le numro d'hier). que la Socit des Nala entrepris d'assainir les ices de l'Autriche, Lord ur, le reprsentant a 1111 lait la remarque suiRjous avons allaire une pion don t le change a subi .prdation la plus rapide 3plus dsastreuse, une ion diez laquelle la projfcN tombe 1res au-dessu .s consommation, o le demies! le plus en pins pttrable, o il va un trs nombre de loncliouidont il srail difficile braver que l'Klat ait beyour son service et o, fies son ces de reve%  avant la guerre taient productives, non seuil ne sont plusiL's sourie revenus, niais se sont brmes en sources de sIdi'licits, 1 fcplan adopt, avant t >seinent observe, la station financire de l'Au!t dsonnais assure 'contrle financier est mm. I Ame il a fallu tout un n 'f et une direction Il mthodiques ; ce ,e sl pas toujours en IL ^ an ,,il *" mut P" natre que quelque ff* sacrifices imposs ffB'lisalijndeluinon[ %  rduction de la riPublique est moins •rable que les pertes P des fluctuations du I J 8 troisime question : J^x de,', ,,our 1 tait l l Jj le la stabilisation f *'t tre gnralement m te rapproche le plus ni ^'"''"'nique du |J e ,l. celui ipii permet uiion finuncicre, qui fend, de garantir.la n bureau ouvert re d'avoir comme 'Paille de son mission P le tiers en or de la 1 b en le taux de •I 1 remplissait ces fv;nmc tant peu • P es, lu moyenne ae nires annes et l>< nduit au capital Pjfce. '•' fort bien dit le5J>nomistc et philoC Gaston Le Bon : ^ stabiliser des bil Kque par le remuS. i e, o r d iine p e r^e leur valeur,est £ '"a illusoire et rui qU e,,c %  P" ' J l"r soutien. Le. ,,7 ^8 billets s'em. |L' ni me au pri ; CPerte. de les l'aire * e "'-. La pro.i84 trouvant vite til i?, u e m 'ssion de'0|( Co "" 1 ^' < i opra. dlinm i,k s el to 'tt^denesebaser ^""'dniableque ^ u 'o dans la valeur d achat d'une monnaie, Constitue une diminution de la richesse publique, puisque l'mission est une dette de l'Etat qui devrait, logiquement, tre renl,e au taux pour lequel elle a t donn. Mais dans notre cas, la perte n'est pas de HO 0/0 connue on le croit, vu que toute la circulation montaire n'a pas t mise raison de une gourde pour un dollar. Le correctif consisterait augmenter lei salaires et non a changer la valeur de la monnaie, qui est un effet. Le t ux de la monnaie est certainement un ellel et non une cause; c'est la consquence d'un tat de choses qui ne permettait pas d'avoir une valeur plus leve. Ol conoit aisment que si la valeui d' chai de la monnaie tait une cause, la France en aurait profit pour augmenter ses facults financires, en donnant son Ira ne la valeur d'un dollar. Le billet d'un franc, ainsi valoris, jouirait seulement del dnomination, sans voir changer sa valeur d'achat dans les oprations avec l'Ktranger. Certainement le taux de 4 pour 1, voire mme ,'t pour 1 aurait rendu plus de services, puisque la richesse publique serait plus grande et les engageineiils ltra ger seraient acquitts avec moins de sa crilices. Mais pour cela, il faut invitablement que les conditions conomiques, politiques et financire* le per mettent ; autrement, on court le risque de provoquer des perturbations, (| u 1 compliquent la situation au lieu de I claircir. A cet ellel, il est bon de metlie sous les yeux erte Tiuh(|u'ui mufid parla lui ealM Pw allaicauta M uni MUS oua mit tHi Lei neaai ctrp plia H iartnl ir^rs nkai Falles bleui s offrir m baistr des elmlei. barrCttUfl Le samedi Jl Dcembre courant, deux dominicaines, Maria el Turilla lurenl arrtes Latino paris Police el dfres, le lundi (i du mima m >is. au Tribunal de Paix Saclio 1 Nord. 1. %  Jug.les condamna, Maria, j 2 mois ci Torilhi m >is de primi. Les deux condamnes interjetrenl appel de es jugement. 1. 1 cause lai . q 1 '• • la 1 dience d'uvant-hi.'r d 1 Tribun il Correctionnel. L'a vocal dos d miuicaines s soute lu que l rail par une fera ne, exotique, prostitue ou autre de se trouver d.ms un caf public, ne constituait 11 illemeu! un dlit de vagibondage. LVlinislirj a cou lu dans le m '• n • im el la non culpabilit dos deus dominicaines. L jugemenl sera rendu a huitaine. ('.-•;)?.} I ml les daus femmes, la deinin le de leur dfenseur, oui l mises en libart provisoire sous caution. Voil un fugemsal qj| Usera' ans fois pour Toutes la situation exacte vs-a-vis de la Police da celles q u frquentent les la.t• a vu. dimanche soir, vers les 10 heures, s'embarquer les • adtds el les suivant jusqu'au v\ liai 1. une longue file d'autos ou se trouvaient des gens chics' • •• vil une petits "•. gentille el jolie, fuir S belles jambos devant deu\ Cadets, beaux garons, sans un duvel sous le ne/, visages roses: il y avait 1111 peu de lune ci l'on jouait colin-maillard, ••• vit l'un des a\-ux boys saisir enfin, I pleins bras, la petite qui ne fuyait pas assez site, la presseruii instanl dans ses bras •t la passer s son camarade qui qui lit idem, EIJ la petite, rafjnillardie par ces courtes treintes, repril sa course lgers vers une uulo. ... an peu plus loin, vil une SClie d* larmes. Calypso ne pouvait se consoler du dpartdas Ulysses, car, prcautionneuse elle en avait trois et 111au.liss.nt sa beaut et sou sexu qui l*altachaienl au rivage, vins NOTRE ŒIL vit l'un des Cadets grand et blond, moins cruel qu Ulysse, sa faire l'interprte ne ses copains, consoler la petite de sou mieux SI) lui lapant doueeuieat sur rpaule et eu lui disanl : Nous reviendrons, fan prochain. &f &f .... au bal dePorl-au-Princien. vit de bonnes et belles choses : entre aubes : mupetite. Jolie comme une belle rose qui rpondit un de ses amis de loua les jours qui lui deinandail danser: t Attends, aprs lu cadet, tu M l'aln, loi; "M Pour une convalescence rapide A PRS une maladie affaiblissant r. quand l'estomac ne doit paa tre surcharg, il n'y a rien de plus recommandable et de plua bienfaisant que le rgime quotidien au Quaker Oats. Avec ses vitamines protines, et scia minraux, Quaker Oats doucement mais rapidement ramtne les forces perdues. Comme il eit facile digrer on peut U prtodn en toute confiance. ... a vu. lundi soir, vers 10 lis,, la rue du Centre, loui prs de la West fndfes, un couple, un homme el une bmme, qui taisait dans la rue un tapage de tons les diables. La galant voulait s amuser un peu par ri beau loir el il caquetait autoi r de la luronne. Mais celle-ci 11 Vlait.i cette heure-l, d'humeur joyeuse el NOTBB ŒIL le vit s'ar mer dune pierre qu'elle eul la chance de trouver sur la chauss! et dclarer au don Juan quellel'tendrail rside mort S | s approchait d'elle, foui cela fsisail du bruit el rveillait les habitants du quartier, %  ... a vu. lundi soir, ver 7 lis. au coin de la Grand Mue el de laraeSL Honor, un mari. V... qui rossail sa leniine, niais de la belle faon, comme un sclrat. Epoux jaloux qui reelait m pleine rui ses pelites alfaims d intrieur. N*tait-c l'inlirvenbondunenai.L... I | u chose luurail mal. On rentra au leg, Mais sovez ns crainte, foreifler srraaae bien des choies. &w$ rmm%m%wv$wr?$ ...> vu, lundi yen ;, |, e „re k de laprcs-m.di. la ma des lassrnea, un galant, phc^egraeihi te proliision. qui avait arrta M voilure Ne. „. au beau milieu ds la rue pour l'enqurir de 1-dressedunegrtastf.. ti a. ilarl que le brave chevalier du ndaa causait | a fille,,. |,, autres voilures altiudamf car. ksnoaJeete vhicule du phobi KiHphe avait obslru le psaMteg, t • ••• a vu, lundi sou, vers 5 li-| l/p. rue de In Rvolution, du" nere le Pnitentier Nation | deux chiens furieux, se jeter con* •S une pauvre lemrne qsjj p a .


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06890
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, December 15, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06890

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DlflECTEUH PH0PKI1.TAIP.K
I.VPI'lMl.l r
Clment MAQL0IR2
Bois-Vkhn:.
1358, Rue Amricaine, 1358
I HUMEKO 20 CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
lous devons avoir pour maxi-
n e de ne pas nous tonner des
dillicults prs ntes non plus
que d'un vent qui passe, pane
que, avec un peu le patience
ou les verra se dissiper, le
temps ( banni tout.
Saint Fruiis de Sales
Ijnic
ANNEE N-D76*
POIU'-AU-PHIXCE ( HATI)
MERCREDI 16 DCEMBRE 11)26
Question* conomiques
Le rle de l'Etal
M. Suite bt Fin. ( \ atr le numro d'hier).
que la Socit des Na-
la entrepris d'assainir les
ices de l'Autriche, Lord
ur, le reprsentant a 11-
11 lait la remarque sui-
Rjous avons allaire une
pion don t le change a subi
.prdation la plus rapide
3plus dsastreuse, une
ion diez laquelle la pro-
jfcN tombe 1res au-dessu .s
consommation, o le de-
mies! le plus en pins
pttrable, o il va un trs
nombre de loncliou-
idont il srail difficile
braver que l'Klat ait be-
your son service et o,
fies son ces de reve-
avant la guerre taient
productives, non seu-
il ne sont plusiL's sour-
ie revenus, niais se sont
brmes en sources de s-
Idi'licits, 1
fcplan adopt, avant t
>seinent observe, la sta-
tion financire de l'Au-
!t dsonnais assure
'contrle financier est
mm.
I Ame il a fallu tout un
n'f et une direction
Il mthodiques ; ce
,esl pas toujours en
iL ^an",,il*- mut
P" natre que quelque
ff* sacrifices imposs
ffB'lisalijndeluinon-
[ rduction de la ri-
Publique est moins
rable que les pertes
P des fluctuations du
IJ8 troisime question :
J^x de,', ,,our 1 tait
llJj le la stabilisation
f *'t tre gnralement
m te rapproche le plus
ni ^'"''"'nique du
|Je,l. celui ipii permet
uiion finuncicre, qui
fend, de garantir.la
n bureau ouvert
're. d'avoir comme
'Paille de son mission
P le tiers en or de la
1 ben le taux de
I1" remplissait ces
fv;nmc tant peu
P es, lu moyenne
ae nires annes et
l>< nduit au capital
Pjfce. '
'' fort bien dit le-
5J>nomistc et philo-
C Gaston Le Bon :
^ stabiliser des bil
Kque par le rem-
uS. ie,or d'iine pe-
r^e leur valeur,est
'"a illusoire et rui-
,qU e,,c P" '
Jl"r soutien. Le.
,,7 ^8 billets s'em.
|L' ni me au pri ;
CPerte. de les l'aire
*e"'-. La pro.i-
84 trouvant vite
til i?,u e m'ssion de-
'0|(
Co""1^' < i opra.
dlinm i,k's el to'-
tt^denesebaser
^""'dniableque
^u'o dans la valeur
d achat d'une monnaie, Cons-
titue une diminution de la ri-
chesse publique, puisque l'-
mission est une dette de l'Etat
qui devrait, logiquement, tre
renl,e au taux pour lequel
elle a t donn. Mais dans
notre cas, la perte n'est pas de
HO 0/0 connue on le croit, vu
que toute la circulation mo-
ntaire n'a pas t mise rai-
son de une gourde pour un
dollar. Le correctif consiste-
rait augmenter lei salaires
et non a changer la valeur de
la monnaie, qui est un effet.
Le t ux de la monnaie est
certainement un ellel et non
une cause; c'est la consquen-
ce d'un tat de choses qui ne
permettait pas d'avoir une va-
leur plus leve.
Ol conoit aisment que si
la valeui d' chai de la mon-
naie tait une cause, la France
en aurait profit pour aug-
menter ses facults financi-
res, en donnant son Ira ne la
valeur d'un dollar.
Le billet d'un franc, ainsi
valoris, jouirait seulement de-
l dnomination, sans voir
changer sa valeur d'achat
dans les oprations avec l'K-
tranger.
Certainement le taux de 4
pour 1, voire mme ,'t pour 1
aurait rendu plus de services,
puisque la richesse publique
serait plus grande et les enga-
geineiils ltra ger seraient
acquitts avec moins de sa
crilices. Mais pour cela, il
faut invitablement que les
conditions conomiques, po-
litiques et financire* le per
mettent ; autrement, on court
le risque de provoquer des
perturbations, (| u 1 compli-
quent la situation au lieu de
I claircir.
A cet ellel, il est bon de met-
lie sous les yeux qui s'est pass tout dernire-
ment en Uclgiquc.
Se fiant de emprunts en
Angleterre el aux Etals Unis,
la Belgique fl procde la sta
bilisatioii de sa monnaie eu
adoptant un taux plus lev
que ce ui que sa condition
conomique et financire ail-
lait dler ni n.
Qu'est il arriv? C'est que,
les emprunts n'ayant pas eu
lieu, par suite des exigences
des prteurs, la spculation
en a profit pour faire revivre
les fluctuations et la chute du
liane belge eu a t la couse
quence.
Au surplus, dit un Jour-
nal financier, nous ne tente-
rons pas d'mettre des prvi-
sions sur la tenue possible de
celte devise pendant les jours
qui vont venir.
Nous avons dit tout
l'heure que, de l'avis gnral,
le niveau auquel le (louver-
1 meut belge entendait ta-
blir les ours tait trop lev.
Ce lut l une trs grave erreur
dont on relve fa preuve dans
Li sacrifices normes qud a
consentis ou qu'il tail prt A
consentir.On perd trop de
vue, en ellel qu'il est imposai
be de fixer d autorit, c'est--
dire arbitrairement tes cours
d'une devise oriente la
baisse: on n baisse pas infi-
niment le libre jeu de loflre
el de la demande. L'avilisse-
ment dune monnaie a tou-
jours des causes profondes
d'ordre conomique ou finan-
cier ; tant que ces causes sub-
sistent, on ne parvient jamais
a eu altrer les eilels ou, du
moins, ne peut-on le faire que
passagrement. 1
Ces dernires explications
nous font voir clairement que
le taux variable d u e mon-
naie est un ellel et non une
cause.
Quelles sont les causes pro-
fondes du marasme actuel.
Nous croyons avoir rpon-
du I enqute de la Chambre
de Commerce qu'il y avait
des causes multiples dont les
plus importantes taient dans
la destruction des richesses
par les rvolutions, les incen-
dies, le pillage,(abandon des
champs par les migrants, les
dpenses improductives de
l'EUt, l'arrt immodr dans
l'accomplissement des enga-
gements de l'Etat. Il nous
SJinble aussi que le degr d'-
lvation du ct social sans
c iinpensalion du ct de la
production, de l'induslrie el
du travail en gnral, est en-
core une cause apprciable;
cela correspond une aug-
mentation de consommateurs
qui ne produisent pas; ce qui
aboutit aux consquences des
des chmages en gnral, sur-
tout quand I aisance publique
est dj lis rduite,
Que dit le rapport des lx
pris.
La chute du franc a son
origine dans les effroyables
destructions de richesses qui
rsultrent de la guerre, les
formidables dpenses enga-
ges pour la dfenses de la 11a
lion ele, etc.
Or C'est la chute du Iran;
qui a entran la dsorganisai
lion financire dont souffre lu
France.
Le k inde est invitable-
ment dans la reconstitution
de la plupart de ces richesses
par le Ira..ni et l'conomie.
En ce qui a trait la Gnie
question, en observant l'har-
monie en tout et partout, l'ex-
prience a dmontr que l'ef
ne peut rester dans un Pays
que si, en dehors de l'orga-
nisation du travail cl d'un
tat conomique satisfaisant,
toutes les importations peu-
vent tre payes par des bro-
duitl exportable?-, ou compen-
ses pai des ressources l'E-
tranger.
C'i|| le moyen unique ; lous
les autres, tels que: trappe
noire effigie, lois prohibant
l'exportation de l'or, droits il
1 fournis en or etc. etc, tous ci 1
moyens artificiels ne sont dan
cune garantie dans les mo-
ments de crise commerciale
en financire.
< Il nYst qu'un seul moyeu
de remdier la dprciation
del monnaie d'un Pays.
Produire assez de marchai! li-
fe
Hizar
f*
*

y*
5$ flV" Vfz,*'Sofn de beaux C IA. S. nuances va- ?
J3 k' "etjpour cadeau de lin d'anne, empressez-vous V*
Zi\ dejpassera
P Paris- Bazar I
,4 tnvoyee-y vos portraits, ceux de vos amis, parents S
3eic, pour agrandissement. Prix lis modrs. V*
ses ngociables po ir paver la
to'.alitdes marchandises im-
portes. (Juslavs Le Bon ).
James Me GUFFI .
En Gorseetlo xnel
Us beaui sonnets
Les Fleurs
la in J'ilf la ktn ml du lajiifurs de
y .iuio
In Inn mh'uI Italie J'inur m des
Palti,lailci.iu..vj J/aUtte! it ilir,
Les flfam wtB Wfif fu Irai mwsi.
h ItU bjW1 [f liBM jllmJr x 1 ,r |m |trm ;
1 H k.uiu pu deslrjr tut .1 mi Unlrei
dirara :
Ifs [leurs rfiil,hi (laan iriajassNl mis U mit
El lilor'ies co.uiue m sen simUi |ii luil.
Dia.i h 10,11 lin splfiidcur d'une nk falr'mierli
LfSnssta BUiieJ Je l'ikianle >erte
Tiuh(|u'ui mufid parla lui ealM
Pw allaicauta m uni mus oua mit tHi
Lei neaai ctrp plia h iartnl ir^rs nkai
Falles bleui s offrir m baistr des elmlei.
barrCttUfl
Le samedi Jl Dcembre cou-
rant, deux dominicaines, Maria
el Turilla lurenl arrtes Latino
paris Police el dfres, le lun-
di (i du mima m >is. au Tribu-
nal de Paix Saclio 1 Nord. 1.
Jug.- les condamna, Maria, j 2
mois ci Torilhi m >is de pri-
mi. Les deux condamnes in-
terjetrenl appel de es jugement.
1.1 cause lai . q 1 ' la 1 -
dience d'uvant-hi.'r d 1 Tribun il
Correctionnel. L'a vocal dos d -
miuicaines s soute lu que l rail
par une fera ne, exotique, pros-
titue ou autre de se trouver
d.ms un caf public, ne consti-
tuait 11 illemeu! un dlit de va-
gibondage.
L- Vlinislirj a cou lu dans le
m ' n im el la non culpabi-
lit dos deus dominicaines. L
jugemenl sera rendu a huitaine.
('.-;)?.} I ml les daus femmes,
la deinin le de leur dfenseur,
oui l mises en libart provi-
soire sous caution.
Voil un fugemsal qj| Usera'
ans fois pour Toutes la situation
exacte vs-a-vis de la Police da
celles q u frquentent les la.t-
a vu. dimanche soir, vers
les 10 heures, s'embarquer les
adtds el les suivant jusqu'au
v\ liai 1. une longue file d'autos
ou se trouvaient des gens chics'
vil une petits ". gentille el
jolie, fuir S belles jambos devant
deu\ Cadets, beaux garons,
sans un duvel sous le ne/, visa-
ges roses: il y avait 1111 peu de
lune ci l'on jouait colin-mail-
lard,
vit l'un des a\-ux boys sai-
sir enfin, I pleins bras, la petite
qui ne fuyait pas assez site, la
presseruii instanl dans ses bras
t la passer s son camarade qui
qui lit idem, EIJ la petite, ra-
fjnillardie par ces courtes trein-
tes, repril sa course lgers vers
une uulo.

... an peu plus loin, vil une
SClie d* larmes. Calypso ne
pouvait se consoler du dpartdas
Ulysses, car, prcautionneuse
elle en avait trois et 111au.liss.nt
sa beaut et sou sexu qui l*alta-
chaienl au rivage, vins Notre
il vit l'un des Cadets grand et
blond, moins cruel qu Ulysse,
sa faire l'interprte ne ses co-
pains, consoler la petite de sou
mieux SI) lui lapant doueeuieat
sur rpaule et eu lui disanl :
Nous reviendrons, fan pro-
chain.
? ?
.... au bal dePorl-au-Princien.
vit de bonnes et belles choses :
entre aubes : mu- petite. Jolie
comme une belle rose qui r-
pondit un de ses amis de loua
les jours qui lui deinandail
danser: t Attends, aprs lu ca-
det, tu m l'aln, loi;
"M

*
Pour une
convalescence rapide
APRS une maladie affaiblissant r.
. quand l'estomac ne doit paa tre
surcharg, il n'y a rien de plus recom-
mandable et de plua bienfaisant que
le rgime quotidien au Quaker Oats.
Avec ses vitamines protines, et scia
minraux, Quaker Oats doucement
mais rapidement ramtne les forces
perdues.
Comme il eit facile digrer on
peut U prtodn en toute confiance.
... a vu. lundi soir, vers 10 lis,,
la rue du Centre, loui prs de
la West fndfes, un couple, un
homme el une bmme, qui tai-
sait dans la rue un tapage de
tons les diables. La galant vou-
lait s amuser un peu par ri
beau loir el il caquetait autoi r
de la luronne. Mais celle-ci 11V-
lait.i cette heure-l, d'humeur
joyeuse el Notbb il le vit s'ar
mer dune pierre qu'elle eul la
chance de trouver sur la chaus-
s! et dclarer au don Juan
quellel'tendrail rside mort S,|
s approchait d'elle, foui cela
fsisail du bruit el rveillait les
habitants du quartier,

... a vu. lundi soir, ver 7 lis.
au coin de la Grand Mue el de
laraeSL Honor, un mari. V...
qui rossail sa leniine, niais de la
belle faon, comme un sclrat.
Epoux jaloux qui reelait m
pleine rui ses pelites alfaims
d intrieur. N*tait-c l'inlirven-
bondunenai.L... I..... |u chose
luurail mal.
On rentra au leg, Mais sovez
ns crainte, foreifler srraaae
bien des choies.

&w$ rmm%m%wv$wr?$
...> vu, lundi yen ;, |,erek
de laprcs-m.di. la ma des la-
ssrnea, un galant, phc^egraeihi
te proliision. qui avait arrta
M voilure Ne. . au beau milieu
ds la rue pour l'enqurir de
1-dressedunegrtastf.. ti a.
ilarl que le brave chevalier du
ndaa causait |a fille,,. |,,
autres voilures altiudamf car.
ksnoaJeete vhicule du phobi
KiHphe avait obslru le psaMteg,
*
t
a vu, lundi sou, vers 5 li-|
l/p. rue de In Rvolution, du"
nere le Pnitentier Nation |
deux chiens furieux, se jeter con*
S une pauvre lemrne qsjj pa.

'


fev.;
LE MATIN' 15 D ombre 1926

Il s'agit de se dfendre
Et de ne pas se laisser surprendre
- toujours p-ot R* et U 01 nouer I * J v(,,ro R
F J^^I-'ffi? fiA.*l est bien ft Pr-
vous pouvt/. tout trouver au
iiagasin Moderne
de Kawas Hermanos
1724 Rue du Magasin de l'Etal
M o le meilleur accueil est rserv tous et o marchandises cl prix dfient toute
coi.currer.ee.
si.it. Celle-ci compW' Mis!
la aoraeun de ces dangereux
Muadrupde8,niairauliM tabou
^s mollets belles e pleines
dente. C'eatun P11'?"!^
lincacombat ingal. Il admi-
nistra un rude c<>uPoau1c,,r"0lf:
lier qui s'en alla enfin, ta queue
basse, hurlant. 1* malheureuse
v il de graves blessures.
L'Avent
Lchwoint Vicaire Gnral le
Couaea parl du P0*"*
bTrVbeu sermon que la nom
briiS assistance des fldle.
couta dans le plus grand ra,
cueillement ...
Comme nous 1 avons d| dit,
cea germons onl Htf a ta Ca-
Ihdrale, le dimanche aprs les
vpres.
CONSfRVf lf5 CHfVfUX POGNS
pour
les Saints-Innocents
D'aprs nos informations, le
28 Dcembre courant, a locca-
gon de la tte des Saints Inno-
cents, l'Administration Commu-
nie de Port-au-Prince, compta ._______ ----------.
ollrir une grande reprsenta-
tion cinmatographique publt /JppjyJQ (Jq iLaPSYBUO)
nrMANDEZ-LE DANS 1X5
PARPtAfnS PHARMACIES. ETC.
Pour tes nnalesde M-
x deciD Hatienne
Nous avons revu le dernier
No. de Septembre-Octobre des
Annales ilt Mdecine Hatienne
qui a pain avec le sommaire
suivant :
1) Chronique L'organisa-
tion tic la nouvelle cole de
Mdecine.
2 > Le Mmorandum du 1er
Juillet 1924.
3) Un C83 de gros nez.
4 ) Deux cas de diabte com-
pliqu guris par l'Insuline.
5 ) Entre nous.
Non remercions p.nu- le gra-
cieux envoi.
que aux gosses.
Elle aurait lieu devant Pari
liana. ., ...
Ce serait une excellente ide
dont se rjouissent dj vive-
ment nos petits.
Pour l'Eglise
du Sacr Cur
Nous rappelons que c'est Ie
dimanche 20 Dcembre, a 1 oc-
casion de la letc desSaints-hr
HOCenUqui aura heu le surlen
demain, que sera donne la
panda lle organise par des
paroissiens au profit de lgue
du Sacr-Coeur de Tugeau,
I ,s prparait! de celte IMe
Boni activement mens et Ion
augure qu'elle aura la plus grand
suns. ,, ,,,
( ,st le '20 et le26 Dcembre
aussi qu'aura lieu, II Made-
leine, la ft de charit au profit
des petites orphelines.
Elle promet d'tre lie bul-
ante.
y Hier la Caravelle est arriv
de France avec les passagers
suivants :
fteu Lerebours* Mme Mar-
guerite erabours, Pres Uli-
vier, Alain l'.n/en, Jacob Marie,
Jcslin, oqumtin, ospen, .vin-
liot, Duclos, Bornai ; Mr Joseph
Maison. Sutura Marie-Camille
et Stphanie, Mme Llio Joseph,
Mr Makdesai Ilamia.
Port-de-Paix : Madame Mar-
guerite Ethart, Mrs Victor Par
tait et Casimir Zoulinski.
Renvers Par une auto
Hier, vers 12 heuies 30, l'auto
N 5050, remontant la rue Dan-
ts-Destonclu's. heu;'.a et rcr.-
veraa un piton, loul ii-s dis
Uni eaux de rinspection Scolaire.
Le malheureux, qui a t re-
lev avec de fortes contusions, a
t transport l'Hpital Gn-
ral o il reut les soins nces-
saires.
L'Affaire des Yarreux
L'enqute
'du MaUn
XII
L'Innocent
Nous disions, avant hier, qu'il
y avait dans l'all'nie. un inno-
cent. Il nous est pnible de ne
point pouvoir encore aujour-
d'hui l'affirmer catgoriquement;
les lils de ce draine sont si t
nus ci si embrouills que ce
n'est que par des clairs tugitijs
que la vente luit. Ce n'est qu'
ltoUs qu'on peut avancer dans
celte obscurit sanglante, obli-
g, chaque instant desarrter
pour revenir en arrire, recom-
mencer, tout l'tre Irissomiau
de l'horreur du crime.
Le draine se droula, comme
Le Matin l'a dj dit, dans l'a-
prs-midi du mardi 21 Septem-
bre 1926; or, au cours de notre
empite, nous avons pu retrou-
ver, les traces de la prsence,
ce jour-l, l'Arcahaie, de Cler-
brun Michaud, Irre d'Aliancy.
Et dans la rgion, soit a Jameau
mme, soit aux Varreux, les
rares personnes qui consentent
a prononcer quelques mois sur
celle affaire, conviennent que
Clerbrun eal innocent.
Comme nous le disons plus
haut, nous ne poUVOOS encore
nettement l'affirmer, vu le mys-
tre, les tnbres qui entourenl
celle sinistre histoire,mais nous
avons quelques raisons de croi-
re que l'innocent : c'eal Cler-
brun Michaud.
Cependant nous poursuivrons
nos recherches, et la mme pa-
tiente tnacit que nous avons
mise taire brider la lumire
sur le crime, nous la gardons
pour la taire luire sur l'inno
cence. Clerbrnn est en prison,
mais i! ne tant, aucun prix que
l'Innocent soil confondu avec
les coupables. Il ne tant pas nue
seconde dition de l'affaire du
Courrier de L\on. Nous recher-
cherons doi c jusqu' preuve
complte si. rellement, il existe
un alibi (pu innocente Clerbrun
Michaud.
D'autres crimes t'taient com-
mis dans la rgion. Nous en
parlerons demain.
l'International
Athltic Club
C'est le samedi 25 Dcembre,
Jour de Nol qu'aura lieu le
grand bal annuel de l'Internatio-
nal Athltic Club.
Ce sera une trs belle soire
pour la russite de laquelle le
Prsident et les membres du
Comi' M dpensent sans comp-
ter.)
Crise minist-
rielle probable
en Allemagne
Paris Le Matin croit la
possibilit d'une crise ministrielle
en Allemagne par suite du conflit
qui s'aggrave entre les populistes
et les socialistes.
sa -------
Le Cabinet Pain-
car approuve la
politique de Mr
Briand
Paris Lecensed des m nislres
a eurt-gish son accord avec Mr
Briand. Mr l'oincar a llg! plii
Vr Briand la complte approba-
tion du Kouveracnv ut pour l'.-
eord r.tii*. Un m mbredu cabi-
net a d 1 re a i < Jouri.nl que
c n'est pas sa po iticpie que Mr
Briand pouisuit lienve, mais
celle du gouvernement t ut entier.
Au sujet du con
trle militaire in
teralli de VAlle-
magne
GENEVELa dclaration offi
ci> Ile suivante relative a l'accord
concernant le reliait de la com-
mission interal ie de contr e eu
Alieiottgne a paru aujourd'hui au
cours de la runion qui a eu lieu
Gecva entre les reprsentants
des gouvernements franais
allemand, ang'tds. belg",
i al n et jupon i- et o ont t
di cules lel queslbi s en suspens
d'vant la ctinnission militaire in
terallie de contrle et ta coafrea
ce des ambassadeurs. Il a t le-
on du la satisfaction gnrale
que sur plus de cenl qutions sur
lesquelles ces reprsentants se
trouvaient diviss en Juin 19i(en
ce qui concerne Jl excution des
clauses militaire.', nav.des t a-
riennes du trait d Vrsail'ts ) a
plis g a-d pa. e a fait l'onj.t
d'accords.
Deux questions resten! e core
rgler el il est permis d'et-prer
qu'il sera possible d'arriver egde
ment un accord amiable 1 ur
sujet ; en consqueuce un ai rang
D eut a t c.ouclu suivant lupi
les ngociations diplomatiques s
poursuivront la conlience de.
ambassadeurs sur la question dos
tortilicatious el lu Matriel d:
guerre. De nouvelles p oposition
btront prsentes dans le nul de a
cibler la discussi n et l* geBUBt
de ces deux questions. El IteL-
d nt la conclusion d'un ac ord
mr"W'v&?ri*ff!^
s\^ -
rX
)-,
&


w
v5
^r>

T'Y
itv
m
Le.
Hommes et Femmes
robustes de demain
prennent aujourd'hui
l'Emulsion Scott
La donnec-vous vos enianU?
H{
"IR
nf 2
/.*
L*
*<'
a
.,-.
-i
ra
t.
i '* aa
Wh
u
ii&b
r
jr
M<
tous les trevaui qui s p.iu sui-
vant actuellem ut d os le> dites
to Ufieali( n s. ro I mi p v. Iu> sat s
prjudice du droit p< ur chaque
paitie de n.ainUnir ton point u
vue lg'.l.
la ooaiBiisMon de cot 161e iu-
ti'rallie m i a ittiie le .'il Janvier
1(ii7 date partir de laquelle Par
ticle 2'~> du rail de pa x ?era ap
p:iqu coijfour.menl aux condi-
tions tixfs par le Conseil de la
Socit ces Notion*. L'article 2l'i
(U question oclare pt'aussi long-
t-mp q lie pr, eut traita demeu
rera en viguiur. l'Allemagne s'en
gage faciliter par lous les mo-
yens toute enqute qui rerait ju-
ge ncessaiie par le coi.seilde la
Sjcit des Nations ; si cette da
te et contiairement ce que l'on
espre an airangement amiati!e
n a pu tre conclu, ces deux ques
lions seront soumises aurooMil
de la 6 ci t d a Nations.Chacun
de> g>uv^rneinen!s reprsents
la confrence des ambassadeurs au
ra la facult d'attacher son am
bassade Berlin un expert leehnl
que autoris s'entendre avtc les
autoiits allemandes sur tout s les
queMions ;.yant tr il l'excution
d-s accoids conclus ou intervo
nir.
Va, jAf jf O y-4 ri *h \-< r.
Le gagnant de
coupe inter\
nale de rm
clismi
NEW YORK- Charl*
n otocycliste amricain, t
la cou, e in i-riiatiounle neit
mtres au vlodrome d h vh
minutes ! secondes 3/8 ; iln
noitg liment lu cou.Mdj
kilomires en 43 Hcoadei '
La course inti
tionale cyclUi
NEW YORK-La 41mecm
ternationalecy li>tede6joan
gagne p r 1 quipe Mcnimii
ri Amri(|tje-ltdlieavec2zMt
ton:--Si points. Ensuite vii_
G.orgetli liMiloni, Italie,2281
les tours 5ij points, VYinler.T
k o'm Amrique 2286millesL
62.'i points. L'quipe fraoaiaes
c la-st'e 4'-n;e avec 2286 mill
tours 82 pont Les autres qi
< n Km dtns l'ordre luinat. I
l'etn Lauds, Wak r Decka
Bc'lo Bill, Mcbeitb Grin,
son D nale L'quipe belgel
Mme Emile Brin
r
Rue des Miracles
On trouv ra les articles suivants des prix exception J
7W ment bon march.
Ji'i Grand assoniment de .louels. Tissus haute nouvtaut.
Tv Chaussures pour dames, tillettes et ecfanla. Grand M
"P? ment dj fturnitures pour lingerie line et pour robec. So
f dernier cri. Crpe de chine uni el imprim. Crpe 0eorg
jt'4 uni et imprim.Crpe. Satin. Chapeaux pour dames et enlil
?2 -^eivicts de table en porcelaine Verreries.
)&Mf& & t flliiiilillitiitiitiiti 'it1iiTir'iti**it
5*

ce
il
.
-Eximins de notariat
Les examens pour le Notarial,
l'Arpentage et la Profession de
Fond de Pouvoir auront lieu
uu Parquet du Tribunal de l'rc-
mire Instance de Port-au -Prin-
ce, aux jours suivants.de 'J heu-
res midi:
Jeudi 16 t vendredi 1/ D-
cembre : Notariat.
lundi M et mardi 21 : Arpi n-
* Mercredi 22 et Udi28:PiO-
beioa de Fond de Pouvoir.
Le Commissaire du GoUVi r-
nement prs le Tribunal de Pre-
nne re lnslance| an donna avis
eux intress.
Statisliqups
dftat-clvll
Au Bureau de l'Llal-civil de
la section sud, le statistiques
p iur le mois de Novembre se
sont leves i\ :
Naissances 106
Mariages "
Dcs 43
Divorces 2
Le bal anou i
du Cercle-Belfevue
C'est samedi prochain, 18 D-
cembre, qu'aura lieu le grand
bal annuel du t arcle-Believne.
Ce sera une br.liante tte qui
runira Bel le VUS l'assistance
la plus choisie et la plus dis-
tingue.
'l'ont esl mis en uvre alin
qna le bal ail le beau succs de
ceux des annes prcdentes.
a
Fianailles^ tn\\\n*\ dft
vJous avons reu la carte de Villl/IUL'l \M%J
_ Nous avons revu la carte de
fianai les de M ade moi cl l e
Marthe Lnnotlie a\ec Monsieur
Tiinn.i
Nos .il. i,ls.
Kortwish Union Fire
Socit Hed
Au Capital de Or. 30.ooo.ooo
Une splos in; crlacles Compagnies fassnri
contre l'incendie
Agents z 1^$^$
re. DAALDER
.M* AUGUSTE FAUCH
r*^ Avocat
Rnt la \ A < > > ^*>i>
rtPg**
Poit-att-Ptirce
*.p"
%wm
A.
A. DE MATTIS & C0, P m
..,,
%*a


LF>M TIX 15 cerabre 1026
M En vovarrc
Eq piqae-niq km
De million de personnes recourent
cette nouvelle Ste cylindre*
l*s n Cftsges des 11
dien amricains c
sistaient |l'rquern:nen!
en des caractres gnr dei omoplates 'le buf
Ile?. I ne pareille eorr.p
raison avec un lversharp
Jet! plutt dsavantagea
te, itirlout si on devait
avoir Ttci urs, pour cri
rf, h d" omaplates do
bul'I'B. Le crayon Ever-
, .._jp est un des InsJfU-
'ments tellenvrl commode*
Jet de belles ppi-ence qu
[ aussi bien que les grande!
Jper.-onres que les enl'iml
Lriient du s'en procurer un
[Il n'y a qu'un seul Ever-
sharp
|ie nom esl sur le crayon
THE WAHL COMPANY
New York, N. Y., U. S. A.
Molir & Lauriu
Agents
ta
_-^
fcli

-i
, On n'oublie pas le Rhum, le Cocktail ou l'Aolo. ; TKSSE8 )
I Par son extrme puret et son extrme linesse j'est .a (raock
.geait assure ponr toute la route.
H
"^"*v S> ? i ^.^ v\ Sri 4\ i\

:&&&&&&&&*;&%&% &&** ^ --
Piirqmi mi nu oubli ?|
i
kLyo'-i *v i' a'n ' -i i; u
>.|ll) h S) S' k l.y h
rit t leuiem >i I. e * i l
gMnie. H' |> r v t i et n
t continuer lu course.
a| FL'MKL'RS ? Vous "avez vant l'excellence de la Gigaretle '
JW PATMOlE vous vous tes proposs de l'adopter d'unitive- fit
>j roenl parc M" e"e est c:m UMeeue ar toutes les qualits qui \%
WJ la rendent meilleure, sa Donne nnominte, grce vo'.re frac-
t bsianaa nrnnazande. s'est .le rapide.
is e i ave/ dit. vous av
.^A tueuse propagande, s'est ite
'^; alels de tout >e bien que voo. *< , ..,- .
2*7 nement oubli d'annoncer vos amis yie chaq i , cbitte des ,*j<
frj. PATRIOTES porte un bon prime, et que, cou ; cent de ces y?
ertai- fj3*
i
ME- Auxila $jj
. bons retouru's en nos bureaux, nous pavons Jjii
"VZ demie.

l concurrence est Itien
oleaveccrPao!E. \nvh
Iburniiles mmes ar-
Ique iiini \H iivous
er des r|ra.nds matja-
idu Pans, imimes prix ; c'est
lltiunlimi i!r. tJrt coui
W,eu chez lui.nous
iCembarras du choix
des surprises d-
Siblsque nous avons
IL
gjirJes et "A
Vous nn les ave/, pae mi^ en garde contre oeil* mini- de
jeter les pvhsi vides de eigireltae, et cest n*-n.s^-ir.5 de les..,
en 'ntormer, -a. nous accordons une rcompense le i). f.SO a ^>S*
tout oit, ur de cent pochettes de PATRIOTES vid''e* dd leur H^-
contenu.
^, Vins avez surtout omis fessentiel, car vous u'ave/ p< a'tir- '? J_
* ro-i que nos bons portent les numros 12, 1^, t, ii, 17, 18, V*

Elle a :
Obtenu une vitu e de
CU 70milles par tiejic
Soutenu pen iant lou^-
| temps les plus haute i vi-
tesses.
Lapn.-sance pour Iran
, chir les ctes que d'autres
| voitures n'ont pu'vaiucre.
Pass de 5 18 milles en
7 secoudes 12.
Quatre hein mcii) quet
I ta dera.re ujuveaut com
, uie route daunh inonde.
In moteur de bi III'.
I u-tus toute'. >es pijee
I une relle conomie.
I
fll t, 20 sont .lavables chacin, deux cent gourde*.
j ['^u/(ij_d'_iv,)ir U cluuc.e de trouver dan uni u)-.hii'e
2
PATRIOTES un bon prime portant l'un de <
ts pour bnficier do c*t'e. bonne aubaio'
^^ *-t5*
n>ros prci '*^
;*

*
Des chatigmonts tnon>at4 out
t opr*) .liiis lie- voitures.
Les voitures q :i durant des an-
ne- ont it considres modernes
son! meintenaol sa disgrce d -
v.int le rendement tonnant ds
leur nouveau moteur.
1.1 A'illys Koight i 7i) |tes
son moteur le plus puissant de sa
oatgons en a neriqaa a paru
cette un ne.
Mlle persjunili i la voiture !a
pins perfectiono< et la plus puis
sant dans les deux continents.
Klle est la six cylindres la p ui
ven lue de son prix 1 roid m liions
ont t veudues durant ces
troll dernier mois. La p oduc
tion deux fuis augmente n a pas
satisfait les dem tudes. Les acte
leurs en parlent a leurs amis et
leur rputation s'tend meilleuie
et plus puissante jue n'importe
quel autre moteur de sa {catgorie
qi and elle est neuve elle devient
par t'as g plus n i;!e et plu;
puissentr.
Les m > tegnse e^ arpes, la boue
ou le sable n-- sool au un obstacle
pour il^s nuissiii muteurs. Ils
n'ont pas ds ijupates i roJer.Vons
n'eorei jams i !air; enlever du
eai bone.
I lis sont pratiquement ssoi d
pense el sans entretien. A i curie
\\ illvs KnLjbl si vieille qu'6 le ^(>^t
n'a jamais t nii-e au rsncctt a
mitre connaissance, leurs propiM
Inires s'en -er\ r.t ndlinment.
Vous con idurez la W illys-
Kuij;bi Bis c mm la plus coiu-
m que et la plus satisfaisante voi
tuie que vous pi.ve/ conduire.
Elle est trs joie de lignes et ses
contours BOOl d< s.plus harmonieux.
La solide peinture dure d
innes. liaosl la voiture qui con
vient pour les Umilles.
Ilssave/-la conduise/- la.
El vous verre/ qu'ello est ht voi-
lure que vous avi / vue.
t'oil.i ioac trois chances que vous ave/ d're M bvnm ?s &
^ de y., dbours en fumant les cigarettes l'ATItl 'TKS. -^
E les sont en ven'e dans les principaux tabli^emnts de -**"
ft l'or
t au Plines I la Province,
P'
on eu
ipl
trouvera
: iiissi au
'p'
P$ central \.N\0a<).\4 Grande tabrique de Tabac et di Ciga vij.
Lbrisson i06. i,r
re
-y.-'"
|
K.\EEK'5GARAGli POUT-al-PI IXCE( Hati)
- i " ... '' **
it,>tUI v
.' .; s VI
|f .. ; 1/HtMTI
KAa*A .. ..i.^oe
SUFFIT teprsmdM
1 ,ii c*.- "ou ropij.g
;^u i4i t*tll ,.' I Ml rilflt
.. PUula du C Dstaul
:. -, ras Ju Faub St-Dcnis. Parts
Mas il iaiii exiger les vritables
(ui tant te: t i fait blencbei
', i Hamburi) Ainerika-Uoie
Pua. LeBossjrl
_ ^; ( ui lotn ioiii a iic Dieacnei
IVsfllstl'T f*kf*l .t*-rccuno.!M....... !.. met.
lHUlUfj \j\j\j1 5) DEHAUT A PARIS
Agent Gnraux
raiisif.i
mmMlI
LAPHOTOGRiPHIE Eug.
MEVS vient de {recevoir un
:-ioik vari U* moulures el
d'encadrements de tole beau-
L, de toutes dimensions, el
pour tous les gots.
Ceux qui veulent conserver
un souvenir dur.iblc doivent
se rendre chez Afevs o ils
trouveront des encadrements
appropris el de boa Ion.
ont Ir lltlIiUrr.A -t Iinpr'.n.i fin noir
TAIBLESbE. DBILIT
I es'.amer "Troja* e, itten
u l'o -au-Prince vers le Jt
Dci nibr avac du Irt de I tu
rope.
'< iuJPi ce,le s Dce.ni. e
oao.
Ololfio LU AS A >
CiROP de
Insurance Co
l'ne des plus fortes Gompagn
0
canadieimes dassurances
sur la vie.
Eug.Le Boss & Go.
DESCHIEKP.
( aoglaMa
..-iJi _,._ ,R*0*n*r"," du na. prMorlt M' NINl radlc.lr.

"H\dlli' ER, CuiqjjTJni d'sI m
lliiil.lii'l lll z
m
h\i
m
K
SSSE^SBSSS-^^i m^m^'^sm^^


LE MATIN l Dcembre 1326
P

1QU
Satina-IVhftesnbw- H ercules
Energique antiseptique urinniro
Agit vite et radicale ment
Supprim les douleurs
de la miction
Evite toat* cotnpllcctlon
j.t
U r^..-!>. rt**on*wir-r>'i*
0

t rajranu u inm i* %; -V (/ (
n"! omn ilftitnanl nuf
ea ,'Ui.u. ml mus le nu
ppt<1 qui ht IlOM'.elll
U hlM OUI d*-
conseatkiuA* H* mw
QUtUM* nalres. reoourelie m
tissu*, trkee un rv
leunisesent SPmW
des cellule U Pafftol
meurtrier non seule-
ment pour it fonocoqiM
partout o II e liste.
d ^^3 rnu nara pour wu
Ij ^r^ les autres microbe.

..
VAMANINE
PUCOl i.

0

PACr.OL bM uni pi;" peu/ l< i g ::"'-
Uiej IndtalraU '-; i J:-..... '
M^> auxquels ce dernier
rut s'associer, suffit
tout. Il est le fonde-
ment, la dom du trai-
tement de l'arthrite ou
du rliumatlsine blennor-
riw.-W"'. parce qu'il est
iclul tic Is :;...:.. ri
-m tik inclue
I)' Ht TUAS.
de Mai-ivti.
n 11 ci ii< " '
SSJL-'.:'-
Il
ks Seuls Peintures Inaltrables
l'i ut.Ion de ces pelnlorw conveuabl. ment appliqu; recouvre TOC i ieds caris de surlaca. Voici
'* importants adiHces c notre | einture a t employe .
Kclina du Sacr Cur, TurafauEjlUa S..ini Joseph, Poil au PiinceEglise de Port de j*aii
Banque Nationale de la Rpublique d HMU, Poil
Roval lia. k of Canada
Bar queJNatIona"b de la" RTpubliqaV'lraiti,A ni C^yes Banque Nationale de
g;ie d'Il-.iti Peti-Gove Banque Nationale de la Hpublique d^Haili, J"*1*
("erde Belle*! e
au-''rinre
la Rpul liq;;e d'Il'iti1 l'eti liove ltanqiic nnnntn u - >
Manque Natif nale de 'a Rpublique d'Hati, Jacme! Compagnie Electrique, Rue \mncaina
Il u rem du Matin ., lue amricaine Haio Corporation, Rue Prou Htel de fraoca
Rue d> Ooai Bar Terminus, l.lismp de MarsVilla .vt^rUneau, Tprgeeu Villa Alcide -
Mi'itmeau, Tusgeau Villa 1 Ion D- Jean, Bellevat Villa Ren T a omet c, Ption-
\ i le Kdmond Mangoiis, l'eu de Cboefl Villa Maurice Custera, Psl de Ctiose
Villa Vuie- Veu\e T. AugUStf, B -is-V-rna Vil'a Antoine Ta lamas, Pau de
ho* -RoHni| lie Honev Peu de t hos< V nia Flchier Anselm-:. Tu-geau
Villa Ed. I.espir.a "se, IMItvue Vi la Ren Faubert, Re'.kvi e
Villa Mn e VeO*S linivun liellevue
Vil!:. Il.rmann P-"quiir, Pm le l hose Ville Ve A. Morel, Bail.eue
Tilla Oswalil Rrandl. rsidence Villa Luc Tbard, - V--tir -Villa Luc Vl. ard, Avenu Jobn Browt
"Les meilleures constructions Architecte Geo. Baussan Les aeilleures constructions erehitesti
" Daniel RrunJ Les meilleures constru( lions architecte Lon Matbon
Pour vos commander ou tcu'tautie ren^eigoeru' ni, t'adie str A
^__^____...........-----J Geo^ Jeansme C
Rue Prou,enjlacc de la Ranque Nationale
(lojnoies de Transmission

m
m
: 'm i
^:l
%.-

Ce qui n'a [email t fait
Ce qui ne peut tre dpass.
Kola Champagne l
F. Sjourn
Pipar dans des conditions riqoureuiei* |
D'ASEPSIE
Prparation el Vente
Pharmacie P. ShJOURNc
Angle des Hues Houx et du Venin.
mmm % - --
z E33 -
g 1 i h s
2 j l -l
^a < g s g t3
Sa e-=J
C3 fe o = S
_g G a


C'Hiiine pour ifi aolrei prod.it Gu4 ear labriqtw ^es et mroies dd|rs fe. ^^^ yous |eg
u a uiihodes apciali'i labores dans ses laboraloiref. ^ pneu Ips plu^ ^lidea, el
(jM courroies uni..rires en cuit optes av ,ir servi pend Ht un court espac'jgjes meilleures lu bel son
, .... .... ,i &lahrt(|ues par Firesfone.
de temps % aotincisseut. re lendillent, et liualemei.t, cdent. v< _. .. m
i ii ,., W Fn-estone F.ill S * U'IIB
Ceci a poui esjUM la In. lion a laquelle ces couiroies Boni soumises sans qu il Jf^ . j b; (|oon8 ont |*>j
ItH possible de lis lubiil'or. & plus connus el les plu
W reehercl es
|.M'oarroiei Gcod Yrsr bu contrait*, oui une substance graisseuse contenu"^* s/jLu cU'/ ussi
^ duts leur eofrflruclioo, jui les lui iliea aut< matiquemeot, coi>irvnt -p-ir ainsi Sjn vais treiivtM tou
Wa leur souplesse et leur cla-lit i c. L, tes dune nions de P h u
Propritaires d'Automobiles
i;
Quand on se sert e mvi-nliltvn m t I s courroie* GjoI Yeir, Iles durent tr^
lofiytemps et donne et un service lurprensn.
BLeMjjuticr, eavv
p :< US
il.
g. Bslloon, h Ml1 8I ,,ilj f , '
IJet patchc.
Les courroies de transmis ion (iioi Year sont laites dans toutes les di n BB'gg-
.n stl v.tur* I t L L s i I i i il-lrl'i!1\ ."i^.
lions et pour tout ri soites de travaux.
Eisayez les la procltaiite lois.
Covrroie Good Yecr

. PREtTZlPK-GGEBHOLM
ioyaux Tbe West udies iradiny C |
FORMU-PHNCE GONAIVES. CP4ilfT!EN. S
Plusde kilomtre avec V# t par Dollars
e/QgSES
> k Sfitia. ~-.~ siaSBB-: : ; ^^te.'ig^?^5l'^ojfr^* .*" ^.w- JSST- & ^r. tesagiLsm^Ei*.; tili^.. ^
1 --
- ...
RHUM mm \ moi m r^ *. 0^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM