<%BANNER%>







PAGE 1

I VViP H Dcembre 1926 &mrrm *,mm Il s'agit de se dfenore Et de ne pas se laisser surprendre œorsfaTrz toujours constat, vous tes donc Lien convaincus q.,M vous a fi toujours progs et il cnnt.n.ur t jru s vous prot^r. or o c lour If quoi ne pas ailer dir* Iran, l vous av. y. plac tonte votre conl.ancP. M nir"ou? pVr la ti de l'un* I est bitll prp r pour vous recevoir. Touspfuffz eut trouverau Magasin Moderne de Kawas llerroanos 1724 Bue du Magasin de l'Etat ri o U meilleur accueil concurrence. es rserv tous, et c marchandises et prix dfient toute j oing, Ici canotier sillonnrent (sir contins des obus, les cra^ oies se dchirrent, les pans c h c m i s i s'chapprent de la ceinture des pantalons, enfin lorsque I:. bataille eut pris fln, c'est dans le plus piteux tal (pieds noceurs rentrrent chez eux. Fini de noces tumultueuses! A la Cathdrale Demain, la Catludralcjla mne paroissiale de H h. 1/2 >.ei;i une messe basse. Il y aura grtnd'mcsse l J. 30. L/fitat major et l'quipage du %  Jeanned'Arc y assisteront. Les chantl seront excuts par les choisies du Sminaire, ut l'Externat et de l'Ecole GuillOOZ. L'Aumonier du cioi seur prononcera une allocu lion. Ce soir! ce soir! N'oubliez pas. Rendez-vous S nral heures, St Louis e Gonzague pour voir Le Diable, Prclati, le Moine, le Mnestrel. Barbe-Bleue dans Gilles de Helz Au Cercle de Mariaoi A, l'occasion du dpart lu Jeanne D Ait qui aura lieu, hindi matin, le (.ercle Sportll de Manani offre un gnrden Oprty d'adieu, 12 Dceiu bre.de 9 heures du soir. On dansera. Les Membres, leurs familles tt les visiteurs habituait du Cercle y sont invi tes par le Comit. Les larmes "du Tiflre" I. Clemenceau pleure la mort de son ami Claude lonet 3C.lVEi\N Y (Lure)M. Georges Clemenceau a suivi aujourd'hui Jusqu'au cimetire le cer cueil (le son grand ami le cel bie peintre impressionniste Claude Monel.ll avait le visage baign larmes.M.Clmence au qui s'sst rarement laiss aller manifester ses sentiments en public paraissait laligue et accabl de douleur.)A prs avoir tait pied la moiti du chemin jusqu'au cimetire il a enfui cd aux sollicitations de ses umisea fini le trajet en auto mobile. Pouliche volei if a t vol mercredi soir 8 Dccmbse la Section de la Grande Hivire commune de l.cogne, une pouliebe sous poil alzan, tampe des lettres AL. S. initiales cle Atilus Louis Saint. Le propritaire en donne avis i la Police et toqsceux qui cette poliche serait offei te. D"" Ldmoud S' AIIHOMAM. La Fte d'Mon~Repos 9 Comme LK MATIN l'annonait m mli. mercredi les Membre* de la Colonie franaise oll'i aient, "Mon-Hepos" une grandiose rception au Commandant, aux Officiers et aux Cadets du 'Jeanne D'Are.' Fte ravissante o l'art, l'lgance, le bon gonl rivalisaient tour charmer l'assistance nom)reusc et distingus qui emplissait les vastes salons de l'Htel. ( e soir-l, la Delco se mon Ira rtive, la pauvre machine, jalouse et envieuse, mcontente qutant de beauts ne soie.il po i n l po u i" elle seule, i '•• lissa sa lumire; n ais les organisateurs ae ta ltcavaient prii leurs prcautions eldes lampes l'actylne versrent, s<>udain, partout, leur belle el doue clart. Et, ma loi, ou ne regretta pas l'lectricit. Del lumire I a dcoralio l de la salle est admirable, le. ; i que. Des guirlandes d" llo;irs bordent le plafond, encerclant les portes. Aux quatre coins, des fleura, Autour des lampes, des fleurs. Partout, des fleure, des roses, des gerbes prolusion. Sous les galeries, des parterres suspendues o roses pourpres, marguerites, toutes les Heurs laissent s'exhaler leurs partums et se Tout plus belles eu llioiineur des hte* pour qui elles sont l. lui v oyanl avec quel art dlieal toutes ces fleurs entrent g I a i e n t harmonieusement leurs couleurs, n se demandait si ce n'tait point la baguette de quelque fe qui les avaient lad s cloi e l, soudain,comme dans les vieilles lgende*. L'orchestre dirig par le maestro Jean Baptiste se sui passa.,Musi que admirable, la p lus suave el qui bera dlicieusement l'assis tance pendant toute la soire. Quant au bullel, il tant louer sans rserve, Dereix ipii sut l'or gauiser avec un bon got et un talent admirables. Le charmant propritaire des "Grands Vins de Bordeaux" y prsidait (railleurs lai-mme. I.cs verres o ptillaient et miroitaient lea plus exqus v ius de France cain liaient joliment leur cristal sur la nappe o trnaient les plats les I lus soigns. L'on mange ide bon ; ppetit, carie niaitre-pieue de Dereix avaient l'ail merveille. Le champagne, profusi ni moussa dans les coupes. Ce lu Vraimcal une belle rccplion (pu mrite qu'on tbe ite chaudement les organisateurs; nous ne citons naturellement aucun nom, BBChenl trs bien que les gens qui ont le dont d'organiser de si belles choses oui pour premire qualit, la modestie. Les officiers du 'Jeanne D'Arc" se souviendront, sans doule, longtemps de toutes les ltes organises eu leur honneur, m.us de celle-l, ils garderont assurment un prcieux souvenir. La Police avit>(lue I DOUlei et 9 canards ont t [trouvs en possession d'an v ne .eut propritaire p u i la i . Hure tu de la . ce. • i • m L'affaire des Yarreux Lenqute du Matin Lendemain de c" me J LE CAVALIER INCONNU ...Il est donc plus (pie probable que c'est llolemane qui tira et que c'est l.lio Cherry qui porta a la victime les coups de poi gnnrd qni devaient l'achever, car. lorsque Celui-ci rentra, le soir, chez lui. il avait son pantalon macul de sang. Sa cohabitante s'en tonna el il obligea celle ci,le soir mme, laver l'hori ible lche .''; %  r,Llendi naiu,c'eS' llolemane qui, pour loucher le salaire qui lui uvail t promis convia ltes, sieurs, neveux, toule la Inmille venir constater (le visu qu'il avait accompli sa sinistre lehc. I [olemune, velu d'une chemise rouge, rouge comme le sang d'Aunncy, exultait. Il dansait, rptait qui voulait l'entendre qu'il ava;l pris le >< baraqu . Dr,ne. toule la lamille, l'armant de pebns , sortes de lasso (jui seri a saisir a I i course, les animaux, se rendit au lieu o avait t commis le crime. On letroi.va le cadavre. Ou l'identilia, ( 'tait bien Aliancy On procda alors l'inhumation Ici nilive. i.i la sinistre troupe reprit le chemin de Jameau. L, on rencontra un cavalier. Son cheval tait en sueur, es nase ux fumaient. Il semblait venii de loin. I.i. s'odrcssanl tous ces meurtriers, ses premires paroles lurent : •• Commeul vous ave/ eu le courage de tuer Aliancy ? M.us comment ce nouveau personnage, que nous rencontrons pour la premire lois dans le drame, avait-il pu savoir en si pe i 'le l'ii ps, qu lianev avait t tu ? No i* lcherons de retrouver les traces de ce cavalier inconnu et mystrieux. Lundi notre enqute porerla sur : Le prix du crime . Offre d'emploi On demande une bonne cuisi nire pour maison situe, Bizoton. S'adresser : M. 0(:()SM>I{ Les conve lutiir. de Genve GL.NEYfc— M. Slresemano, on list: n n. i des allaires liau |m otiiig de garder la cjiamtre :-ou!franl d'un mal de gorge, n d ierr.auder a Mr von Se Hubert de le itprsenter aux COL versa lions avec ir Au^liu Cl amberlain et M. iiriund. Ces entretiens ont port ^ur la leve du contrle militaire iuterailli du Keu a au ferait conli a Socit des Nations. Les juriste Irahais, anglais, allemands ont discut PevfQlua|j(4 d'uu remaniement du pn-jej j e yaa Mrt i B iH ii Hi a H iBiatefc| |^ t/ pique-niqu, E • —i %<^ &* ^^ TrxHiv* mm rraV aiisw • oulmm UN FAUX PAS LA FAIT TOMBER PLUSIEURS MARCHES D'ESCALIER Les contusions et les foulures se soulagent facilement avec un simple remde. %  fe On n'o b f pi ,. Par son eslrai ^>* U Hliurr, i iireN ei e rockihi! ou l'Aaisetis Tr'SVi roa extrme finesse c'est '' fraie Un limplc romde de famille employ MAI pertp do tPtnpn htera !< %  Boulacement de contus %  . t %  *.'...n %  et bloauKsrC'wt minai qu* nous arrivent frquemment dea personnes du Continent Amricain. "Ayant fait un faux paa—noua crit une belle dajne de Niru. France—Je tomba plusieurs marrh.i d'eacalfor. Je me leva avec le corps ir. n. il pouvant ft peine me bouger, mais quelques hjipUnation." delinimei.t de Si,nui m'elovereiit la douleur et tirent diaporaltrc l'intlummation." Pendant bian d'annes et dona le monde entier le Linjment de Sluan a t raoonnu comoie le vrai aUms-douleur. Uoc application, eau frotu:r. aoulace U cuu^esUon, tonifie Ue muscles amortis et cause auseit^t son effet curatif. Gardez-ii U>ujou/s un fcou votre porte. En vente dans toutes les pharmacies. Liniment de Sloan Anantit Toute Douleur 2? ^e.i if assure pour li ute la route. ml Moie Emile 3nJ Hue des Ml ocle J"*! Oi Irxiv m UM artic'ej suivant* des pi-i V* ment Lon mardi ,: ''P i • iiel'..1 JJJ5 Grand as-orlim isl deJouJs. T sas h nia noufesuU; j£ Chaussures p m d.tmea lilultes nJ.ni Grand ..-MIL V* .neiii de fourni unpour lingene tiae et p mr robes. •> ieriset •l-i dernier cri. Crpe de chine uni el impri.a. Crrpe Gtornlk Jt3t uni et imprim.Cr^pe. Satin. Chapeaux pour d unes el enltgS 49 Services de table en porcelaine — Verrerie. xmwmw w w m W wm contrle par la Sf cil des Naliors e lin de faire droit aux desiderata allemands. !ls ont examin toilehmenl un projet de contrle de lt /nue dmilitarise er. Rhnanie. Lerefrsenlaiils de dirit'ren es nations se montrent trs optlmlrles et sont coovaincui qu'on arrivera n nu acco:d. Le cosseil de lu Socit des Nations, sigeant en sance prive, a vol la convocation d'i.ne ror.f rence conomque ItflerosUooals Genve do l la date a l fixe au 4 Mal l27. tes EtalsDnil seront in viles a y envoyer |( un dlgus. L'affaire des ptroles WASHINGTONAppel par K-avocats chargs de la dfense de l'ex secrtaire de l'intrieur Albert II. PaJI et de M Edward L. Dolieny. LVl secrtaire de la mari ne a dclar que c'tait lui qui avait suggr i M. l'ail que les r seivesde ptrole de la marine fus sent Iransties du dpartement de la marine celui de l'iotrie-jr aiiu qu'on put prendre des mesures pour empcher que les cumpu gnies voisines n puisent les 1er r.u.jplroiileres. Le lmoiu a ajout que M. Fall tivait dclar qu'il ferait tout en son pouvoir pour arriver ce rsultai. Le budget des Etats-Unis WASHINGTON— -Le prsident Coo lidge a soumis au Congrs le bud gel du gouvernement pour la pro Laine anneu lisca.e Uemandutt dea crdits pour $4 014.571.124 soit 16 million 143.713 de plus que pour l'anne courante. Les d peus(S pour l'anne lulb prvoient l'inauguration d uu progiam me d'aviation ue 5 ans a pour l'arme et la mariue avec uu total de 574.UUU.UUU peur la dfense nalio nale et le maiulitin de la mise en vigueur de la prohibition pour une temrre d'environ 30 U00 uOO. M. t oolidge a demand au Con gics d'ajout uer la construction des ti ois derniers des huit croiseur: l gert> qu'on devait mettre sur le %  Lai.lier avant le mois de Juillet prochain parce que ce pays va en (i^i-r uts ligociatious pour tienare avec les grande Lumtauces ses Hates actuels dans l'intention de tu^piimer la concurrence pour les armements navals.Il a ausai i sous silence tout ce qui viii port r. la conitruclioo des dei ngeables autorise par le Coi et qui devaient tre cmstruil pi IX de J UHUUUn avaul let I : i-s, |j h demande que lasse d'abord des exprieDCM^ aes aroplanea en mtal qui"i en conslruction pour JOOuO. Une motion d\ WASIILNGTONLe tant Garner, dmocrate du 1 a dpose, au nom Ue son j projet de loi prvoyant tiou d'impts de 335 mil pnncipaes rductions l raient la taxe sur les r merciales et industrielle)! rdt rduite de 13 et demi 11 cent el aux taxes sur lu u les, la c.ubset Us tbilrSk] crdits de 68053764! pstl me et la marine prvoies* 1 torce militaire et navale de 8r hommes y compris les budget dl la marine y 4.OUO.OOO provenant d •leruicre est de il".815. I 9 24b 475 de moin que ceSl ne. Celui du dpaneitint guerre est de 3o'6.7iM<* il 2JI 3^0 de pu que " ne. > m&& M itiitstst a 1 m&&^M&&M&Mtim Kr Norwish Union Pire Insurance Socit lied ii Capital de Or. 30.ooo.ooo | Une ifspus i&f m et C^papks d'assurances ? contre l'incendie Cil AUenl s ulCap Hatien,: J. PABAVlSIKl Au Gavas: JEAN BOUHGE018 J. DA ALDER ^ Port-mU'Pritite A) Auentfintral % : "i" |= A. DE MATTtS & C0, PeprAe:<"' P ,mf m "~* — MUTIL 1



PAGE 1

LE MATIN.: cembre'1926 | Pahsiana J& demain soir M La MATERNE' Entre: 2,.{, 1 gour les. 3 Humbtiro ainerika-Ltoie 120, iueiioux tcar dpose \\oide finance "BLa loi de finances a •uteaujounl h ni i (a cham Il Poincar dclare que la MH financire du gouverne ttit celle qui 1 a ex ,,,%  •, %  n lid'uaepart l'quilibre bud 1 ralis tt d'autre p-rt le *nment des avances del Rtl'Etat. base de l'assainis i financier. (ipnsiJenl du conseil prvoit ipioDaNv s permettra depa 'W million-, de li dette exi ri.'J/."j veu.iiii a e( h-^ance Hocrdi de 8 o m lions M budget comblera la did Kla eapiunt arxonimbJe tins satisfeia l'chance wii de boas court ter lUnt 14U0 millions seule Ifcl t demamli-.t en rem l*iit Le bu lgt prv'vo t Wloidestina-'.i | ninir %  F*ladeileini.-iL-ure. La i civ ies et militaires inl' Weel.eidavaut f-i.rre. Tice pral.que une large Marliibeiuent. Elle a • rembourser ses det '*meiuredesesf>ioults. %  det missions faites en Hollande prouve que n n a ni* talager! ont fji M non Noua av -ns eieciti le paiement de arrrages de la dette amricai n^ ei nous io nmes en m.suie de l'afleeUiar l'ai prochain.ta trsor *••*! largement muni de devises pour le; rbaucaj de \'J11 et le budg t est ainsi l'abri de la spculation sur le march d s ebiogae. J0'e;t une sain* et oyile tsuvrc budgtai re. Le gouvernement, la cb imbre et le p*ys lui mme ont dmontr au m >nde la possibilit d'as-uier l'qui'ibre'lu bu'g-t prouvant alO ajqaa I %  Fiaeea .st eapable d.s^ redresser e I > mdia (i.ianc erernen sans aliner se9 l.b Tts ni .ubir les conditions de letraogar Aussi lot que le budget aura -e vot nou ? dpo erons un projet tendant l'intensilicalion et au dveloppe ment dtl ressources industrielles. ftocs uepi urrons payr noscran fiers trangers que lorsq le nous dispo-ero is de marchait lises et de d< vbea. Lt subilisa'ion dlai: lie s'ob b:ient pas par dcret, mais I sa gesse seule. L'ambition du gouw nement est le vote rapide du bu i gel quilibr et l'allgement iorila pensaole et apprciable du poids trop lourd de noire de te. Mr Mafvy a t lu prsident de la commission des finances. Photographie Eu a Jttevs Les Clients del Photographie Eu* Mt-vs doal la Spu ation es! tablie par de longues annes d'an succs croissent peuvent admirer f expose< dans les ateliers les nouvelles photographies dites Ar'utotu. pe* t obtenues pardes agrandis sements lectriques. C'est la dernire des Inventions fran aisesau point du vue photographique. C'est simplement merveil.eux el l'on sert, comme toufoura, satisiall des travaux cou lies. Nolez ceci : u H c PH pTOGR 1PHIE Eug. %  MAS vient de racevoir un •stock varie de moulures et d encadrements de toute beaule, de toutes dimensions et pour tous las gots, Ceux qui veulent conserver un souvenir durable doivent se rendre chez fevs o i.'s trouveront des .encadrements appropris et de boa ton Le S/S #Grunt\\aId est attendu a Port au-Princc le 14 Dcembre i curant pour prendre des passagers et du fret peur ($g tun pe i 4 e i' s e jnjer "Trojt" es atten du Port au-Priuce vers le z[ Du mbreavac du fret de l'Eu top Port au Prince, le 8 Dcembre IvJo Oloffson, LUCAS A-o Tlie Royal Mail Meamp Packet Company UNE j PASTILLE UlU EN BOUCHE C'EST LU PRgPauar^ KC "WMITIOOE TOUTE powiici! DEMANDEZ, EXIGEZ g !" a toutes let Pharmicle, < RIJIBLES PASTILLES WIM IL "-i.i-.SNr ta BuiTta Portait ta Cora VALOA i %  .'* %  '• :7 %  ..'.' %  ••n % % %  +>* %  Saintp liose de Lima La S. cr ilr< de l'A. A. E. nu plle h (oua l.s Mo nblta que I A se nbl.e G lnleaa aleoaa Diiaau 6 il '• ira i y • ."ai il i l'en %  Letteamer tKaran venant de l ingsjon est attendu Jacmcl /<• // Dcembre prochain.! I char gtra a tous les ports du Sud et sera a l'art au Prince le 16 Dcembre, menant le fret pour tes ports du A ord et l'Europe. Le SjSu Singleton Abeu • t attendu Jannel, le 23 Dcembre prochain. JDAALDEH h La Petite Maison 1037 Rue du Centre JOINTS JOU&rfS Vienl de recevoir un belassorliment de : astuaies d'enfauta dernier en de Paris ;eo!s pour garon ncls; Dllo.nan soie pour cols el petits cosiumci; Lias et sou liera de (fumes, chaussures dniants, ciianssellcs ventails, ele, Lingerie: confection pour bbs. iOb/etspour radeauv, Papeterie pour dames. ,e attaNCRKai Poui lL. J-o ; OU j tissua | LA.'M., COTON, SOIE, e ... I i % % %  .. ; 1...1 n n'gala 'li MAVMSVE: "*w*kHiUm+H> i/PhanuaicW BI:CH ,"', tt.PiutValUtnL < PERCOa i / NIRBJ rsr no) F Bksss/ 0 0 ^ CONSTIPATION tU*aUlflUi lna ^OMPFtlfMS OUSSES C'EST LE MEILLEUR DES PURQAT1FS A.. .PTRU8. Pharmar" LlSg. I///. Boss ( linraax liw/cg finsififJB~ffiis r&atetdeibronla-borU Marchandises Franaise pour les (tes de fin d'anne. tonnes de chapeaux, (ferniere mode. Parfumeries de toutes marques Houbigant, Pivert.etc UMOptoir (Je mercerie. Chapeaa pour enfanta, hommes et dames. Articles les p| us fl n8 ., porte de toutes les bourses. Sea Strfe lnn 4 •H 3 •ce 1716 Rue du Magasin de l'Rfat Tlphone No :ute I : d S: or et r.ru' va'etn'ienues Unes pour lin^rrie. '*, Parfumerie. Kuraits lolious.i .ouires, (nu maroquiourie de l:\xit ,i^ eiififiU, borel, y** soie, duuiel e fj$" ^_ Spciallti l'Ii ir.a i %  •eulianes et accessoires, (i y :e o..'jn. t Phosphate de cbaui .';,',,-[• ,-i l.iili. ;, Via Lavoii, Via .Nourrj £j" "Yj Globolf Bnulaioo -I'. Kaudjriaa, Tubes en Caoutchouc, fS* •i Douches Email 1 litr-j. i litr s, Bideta, Baaaiaa, rliaea (ieo fjj^.j^ til, Tube en caout -hou-, Ttijea cou olatrlcaa, Savons aatlaafi %  •Ci} ne *'nue ^J3tique?. Liuulerie. Cous res et IUQUIIC en lois gi rires, etc prix inlraaaata. Lunettes pour <'.n .lulleur* d'auos ^|L ,, Grands assortimentd^Jouetsen ///. genres Bt-ycletlaa S w .^, Diabolo, praaacs voca da paaaar chaa : ^'5* *5? -4 I 'AVKf.'NKT&C m >.!J 1517, Hieda Mt^asiu la l'Ivat. Ta ph ue .\o iiU-> MM Eus m des plus fortes Compagnie canadiennes dassurances sur la vie. __uq.Le Bo.s & Co LATE HABILLEli, cest bien 'HABILLER, chiguemant c'est mieux cest parlait j



PAGE 1

1-E MATIN — 11 Dcembre 1326 £E£E %  mM Occasion exceptionnelle g I iC. ne i, , — tiihpeaai pour hjmmes dan.s et *••• Ubutttui PfeMHMi K*n*mw m couleuce. To.-t le (lus chi; et !• pi H o laosoia M t trouve en gto tt dctitif chez GeuaiN> Burtado La Vi-on 101 Dix Milita Chapeaux Grand 1 ueCoin Rue de, M rec'es, en lace de Gardnur. Ce qui n'a jamais cl fait I ( qui ne peu! cire dpass. Kola Champagne V. Sjourn Prpar dans des conditions rigoureuses D'ASSI'SIH .('rparation el Vente/ pharmacie K. SfcJOURNii i,(jc (les Hues Roux et du Centre. CtMuSI BSiip Co k I Rhuffl CLampion WIWU.UM ML(iiuwHi|i ^ D ^ DUHUfrie du l'Ai al* )) le itt am :r Bo ;o;a" parti le lef-Yorb le 1 g Dcembre courant directeme-.t pour Portf| >u.F.inceeila'teiido ci le 14 du courant. Il repBiU a le nifcine Jour p -• %  je t .1 dit oav • III i >: • •' II* luau ^m, Mrru.1 ,, .„> tVe p rti if la folo un -, ,• %  a .i i e passa rjer portati Piiuee, le 10 leembre Ittt Colombien $teatntbip Company Inc. Gebara & C% agents Frd Gaetjeus • l 7 o 117 Bue, Klll ou Bonne Foi, Hol'Tlphone 861 ON TROCVUA i Vc I Un poui loueur. Sucre HaseLiane cl roug-, gros d '„. tl i 1 .-bwieiMiu!iiwmaii..-raoi.pai fen„ ,,.,.,,. n./|rr.br .1 |,arUvr*'-Kirtp.Orgtat,i.^iHdiif, |-f,l. (et* )• Uaullar, I liea/ikld Mal, < hanleetai P, l .l.|* liri M Meleli.Pqo.lll*M.j4rliri. l>et">an entai-.i aie %(* %  > F" r llere, eal es aondir. %  "*ky. |,'i/ r pHlrinboirar. < Campeg-M Massa Pre tl Ma, haoMfn#ui:li*olrivHiirfr*vcaai.lar aec a-irrerU q • "e PH,.Mde la place. ( liampaun* I "•" Mfmn.r Via Mi.c perUielIleael gallona Via roi*' par bnoteiUea •t satina qoalile suprieure %  Claii n erg* par barriques al lalloQff. Knlin le leimux Hliuoi Setter. Et la non moins r kfl %ika Aukette de Mme p*iekHe Gai|eoe, v 'Win laiia une visite, vous an sortirai •• rVI. I &&£fo*ftfttrHfc&*&ft< &* Lecitine Granul Brewer Le plua oci'l des Reeoviali Vftufi -'• •T^rtlfiVieceneauTlo mœlle epinire, les eitt.lji reins. Ilci d dututaiila et goumu les em. nia dbiles les ien m faibles. es pcnonnci u es p.. des iravoua El i li ebrx : : MBOB ^ v IHne fi m e>p livera. d. !-•* % • C, Ali ••*• ;l bOeWI !.. U i-l I l'rl. %  />e /a Diiiillfrie du l'Aigle M. FONTAINE Justifie son nom Dpt Anyle des Hues DMs Detouchea & Magatinde l'I-Ani o tm trow em galement des LQt Kl US. SIROPS de terjholx ainsi t t u'u*eKAt DE ChUMiltB extraW La car u i.la pl-.s H I due est donne fl'' I nVi.Ire di-n"* la tabri; i n le te |) o i que de l'a'cool neutre de cap ne du iu. r r-ITiu* al d-a f ait (le plantes de 1. r cho 1 eiclusio de luut produit i n iqne : Kl ne cra'gQ'nt aucune m ifi.nn >•< bf arlie Mm" M ioioorla b-U' en 1M. t beaucoup n.oins 'I ur u-.-wp' e! au millftiir prix. A, A A A \~' A A V< A 3I A A C' A A Ik t. lait r poudre le plus enfo^ue •QI l tal-l nis. 'our l'8limeiilalion d. enla .= irro • Vieu, Alfred Vieux, Madame L. II. Doret HRICWEH h Company lnc WRORcaama M<*M&&MM&&&&& & %  &'&& A. Balte. Raphael'Uronarl Savinien Martin, Petit iloave Geo. JEANSKME & Co Ac.ENT ,46 jfcAAJtefcSa&Htft******** Cordonnerie Monl-Carmcl %  i r rr IP r A Eldorado Vont trouvera/ uo BILI ARD de LUXE DELaCREMKLA (M.AEUBIEI\KI'AT7.KMIO|FEa DRBONSSANUWIUS DE DONNES I Kd 1 llis ,,i r.xMKix COCKIAII-S nt IION CHXHI'AOKK CoMPTOia wt PaiiasFniL \ x vut ;• u" l ,lix lre i e*er. tltatuf dier* 1 • -nF"''. Qa raid, L' TlwpoHt R. JRUDY Fa!>. irani tl i chauisa ea S" Si:\ Rue des l'rcMi's : 3?'' A l'honneurd'annoececj son i ^ L V{QU tel Mff 11 i A mmnkdmmpB petrent at ccnjcrter duiu tt* leur 'l.urme et bcuui en le* If.umt dtec le -LNPJSPENSBLH POL'R TOUS LES TISSUS DLICATS ..^ •_ .. iv>—r Chez C. E. Seixas On trouvera enlr'autres marchandises les articles ci detsooi arrivs par le dernier steamer franais : Chaussures fines pour dames, fillettes, enlanls et,pour|Mbai semelle souple ( Marque'.HattaB.) couronnes,diadmos t de lou te beaut pour maries: Crpe de chine uni, trappe ; GeorgelU, Charmeuse ; des tissus imprims dernire ^nouveaut ; .toute M soie 'barres ; plumetis ; chapeaux garnis pour fillettes et M fants, Gants de peau vantails ; Chepeaax Jean Bart et Jsm pour garonnets l'n bel assortiment de valencennes de plu sieurs nuances : crme, crue, ochre. Paul E uxila Si tous dsirez des articles d'ameublement, tels que t LiU fer, fer et cuivre, tout cuivre, |boiB."Armoires; glace, eu %  glace. Coilleuses. Tables de toilette. Chaises, Dodines, lHl teuils, Tables de salon, tn osier, en liane ou autre. Miroirs, lapis et Carbtttei, descente de lit.lapii de taDie, Ki4eaux en tulleou (iuipure. Draps de lit, simples et broeta, laies HWOltia* aux draps. Serviettes de toilette, de bain Pour table. Nappes en fil, en coton. Toilea drap en coloo, en lil et coton ou tout fil. Besoin verre. Vaporisateurs, poudrier, Bibelots pour table de toi'ettes, etc. vous tes trouwris chez. rAUb E. ALXIL. ou l'accueil le plus bienveillant.* tourire vous dtttudeut. Le tUium Meclar Le seul Rhum qui, tir d'Alcools naturelsobteLUf uTrectement parDisiillulicit Simple do Sirop d Caani d'un Oniifi" l tOlljiur f mme p'antation elle stulqu'i v.eillit par l'a iou di, l u.is d uo t>i epia avee exclusios rijoureu>e de tous dnrg : rtux cCTetS de labncallOD et san-s adjonrico •; Mei n irgidieat d'usine, c n>ei w jugement Je la plujai de in s .Notabilits Meu^ai-s el %  . I me pris avec exe, Kbum Neclar n'enivre pas e t M^ ff duit pas l'Alcoolisme la longue, comme les autres proesia fcimilaires et comme les autres spiritueui. 11 f i. ticiecr pcuveni eircm %  „ ,,, quc partout i,,IUm T s ; l i ,,,jmUS Iv'cc te nome son et la mme promptitude. • l%cl Alaminum Liae Niw-Orians k Soutb^Amerlw SteamshiP Co lncProohainsdpartg d i rects P ow Port-au-Prince "H*" 1 On <4 steam^' laissera lu Orlans le II IjJ timbre pour Port au prince et les F orl ori-aurrince, le 6 Dcembre I92i A. de iA.TTEiS kCo N \ \ agents OUST N fl 110 Rue des Csars. eS r & %  ^Jwe 14:. i-I H r %



PAGE 1

^CTia'N PROPMLTAIRK QfftWEW Lnt MAQL01RE BOIS-VKIIN:. \L Rue Americaine, 13oS jd'MKKO £20 CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N242 —, ANNE K-397a Les passions nous induisent en erreur parce qu'elles lisent toute notre attention sur un cel de l'obj t qu'elles prsentent et qu'elles ne nous permettent point de le considrer sous toutes les laces. HeWBS PORi'-XU-PHIXCE ( HATI ) SAMEDI 11 DCEMBRE 1926 1 _T__ Notre chronique du samedi lf mois de ni ier, Lit, le jeudi 25 No|b lte de Suintek'rin e. ^Catherine c'est la pa1 des vieilles tilles vieilles tilles! que I pas dit d'elle-. ... Hu-11 sans doute, mais •decalomnies! Il me Je mettre aujourd'hui ^certaines prcisions, que tout particulire[Se-Catherine in'aider la vrit... all tille est-elle vraiJIM !ru part, (jui, ninu'iitprovoque le souloueur au coin les leuvent mme des quoiquelquefois du ddain, ; dit bien la griin icc itive qui acompa^ne (vieille fille 1 P.nir%  cunsait que la vieille 1 dfauts et des quaLtout comme la lemmc t; car, il ne sulli. pas nier pour deveni un [et ce ne sont pas non putes les lillcs-anges | marient... lussides talents, des s la vieille tille... Oli , gardez vous de fii dit: des charmes... %  ldirez-vous, si elle tout cela, pourquoi rie-t-ellepas? Au ^qsieurs, c'est parc: u trouve pas c preiume on dit dans le monde des uflaires commerciales. Erreur Elles sont trs rares celles qui n'ont pas eu une et mme plus d'une demande en mariags; et j'en prends tmoin tous les prtendants qui les ont demandes. Leurs raisons de refus sont diffrentes, mais toutes ont eu un hut, et il taut admettre que la sagesse a dict leur relus. Quelques-unes sont demeures dans le clibat, par dvouement pour de vieux parents ou pour des orphelins. Ceci est un tait prouv et celles-l ont droit, je le crois bien, toute notre ad mi ration. D'autres ne se marient pas, parce quelles n'aiment pas la vie conjuga.e. D'autres enfin ne se refusent pas a 1 mariage, mais elles attendcu!, non un prtendant, car il se 1 est prsent dj, mais l'I'Jal, c'est--dire celui qui rpond le mieux leurs gonts et aspirations. eat 0.1 les c 1 blmer? J'en appelle tous ceux qui se sont maris par got et non par intrt. De loutcela.il faut bien conclure que la vieille tille a des chanes et des qualits, de l'abngation et du dvouement, toutes ont donc le droit de braver les sceptiques et les railleurs, et d'avoir leur place dans les rangs de la socit. Si elles prtrent la soli tude, c'est qu'abreuves d'indiflrence, ne recevant ni nllection, ni intrt, elles se voient obliges de louler aux pieds bien de belles et bonnes choses auxquelles leur tre aspire. A celles qui attendent, non pas un Prince charmant, — a leur ge, on ne croie plus aux contes de Fes —, mais ce qu'on appelle un guide, un soutien, un protecteur, un ami dans la vie, j'ollre ces beaux vers d'Amal : Je rtr quelquefois M il eiisle en te noide Quelqu'ui qui doit n'aimer un jour intiment, lu aim.'luiil j'uni la tnidres.sr prafauJc, OuijSera dtour, jra\e, Joui et cliiraail. lu aai qui saura comprendre ma jieisee, (Jui me chrira toute, &' q n MI les buteurs, [fit il.-s niil s satires ou y \w NUIS NSHN, H'inip •rlrr.i marine, en si* kf*j pnlerleurs. lsant, il effaiera d' nif< %  laprn closrs, 1 1 race q l'aiiln-lms laiver.-il urs peut ; le li pue. uaiffir, ni M laneat 1rs risc*, Se entsm ferait niirir lu nuleurs. Il inUfll ma PHH et net Uuj.ies annes, El le Irmi! iltcril au. naum x de nies m. ii, ( %  •nt ne N liai les II-urs dignement laurrs Par l't, o/iis'eiiliii!, br'.nls,-m I stliemii. Il s'eiuennllen de me noir tout couipreudre Eldelirreu uii>i(œjr,coiuine en un 1 rc ouvert. El ni |'ai en sileuce ai si toulu I attendre S:tn> e laisser briser, pirre nue j'ai suullerl. Ho., je I adorerai rumine un dieu; sa parole Sera min seul rr4> |uqti a mou fcWf jour. Kl naae la rrojaul qui meurt pour son idole, Je duiiiirr.il ma lie i cet un que amour.., Mditez donc ces vers, jeunes et vieilles filles et vous aussi qui vous vous moquez de celles qui ont coiff SainteCatherine. %  f Public publie une rtograpliitjiir prise nu 1 Hatien de l'k'vposition filtnmul n fliudelphie jMonf l'Ancre de lu %  nta-Maria bateau Mr lequel se t nui mut W Colomb qu :nd il dcouvrit le nouveau monde. A Ct de l'Ancre se lient Mr Pierre Anselme, un "V no commissaires ci celte exposition. \ oici ce que dit iarlicle n m SB^ s — '—— ique du navire amiral yrg sur la cte d'Hati appartenant ce pays flche de neuf pieds de long [•PPelrtut vieille ferraille fiaient a la ictcr qaaud Un u ident lc comme •originale de la Santa" v rtai.iiral de Colomb, 'nouvelle relique le l'n nt-'iicame tait sauve. '"nient eut lieu en Halii juon nettoyait les cave; ^| e;i Valais,"il y a de ce a n annes. Le Prsident th. la Rpublique Haff/ellement heureux dacouvert l'Ancre qui est C? u le valeur pour le Ppeinent Hatien qu'il la %  JJ vestibule du Palais Ce jour qui marque ,, 434nM anniversaire de la dcouverte de l'Amrique par Co--* !omb, elle se dresse au mili a du pavillon hatien de l'Exr )0s j. tion du Dulding No. 2, et a DS ()1 b e toute l'attention. L des [loti de v;( ileurs | N VOie.lt tous les j )„ rs e t •comprei.uiU que g Sunta-Muri 1 et. 1 n rel Q^vire et Colemb un via. CapitJne d e U mer. Avec agi flc „ mmce lra vailk y | a ma i n> l i cs anses de lc J!' 'iattu ron^ par les vagues. *' ne ressemble gure ces normes ancres d'acier portes par les navires. Cepen tant que cette Ancre use et rouille tait orgueilleuse nient porte l'a(^1) Guacanagaric tait te no n do Cacique; (e nom ducaekalou rouaum %  tait Le \lnrien. N.D.L.H. Paris-Bazar I VOUf avez besoin de beaux CHALSS, nuancesjva2k. riesjpourcadeau le tin d'anne, empressez-vous j£ depasser K* Pari s-Bazar t ta J' 1 >^ Knvoyez-V vos portraits, ceux de vos amis, pa Jw etc. pour agrandissement.— Prix trs modrs. ~ ^HVWfVfWIWItV'IWiViil^fK irents jl tard, pour la mettre en sret, le Prsident Nord-Alexis l'avait ferme dans les caves du Palais. < ela a ailli causer sa dispar ti n quand on a rpar les caves, mais le Prsident S m >;i la lait identifier et la relique vint enCOre prendre une plaie d'Iionneurau vestibule ou Palais N tiini.il. Mais l.i carrire aventureuse n'tait pas sa lin. En 1912, le 1 a lai* avait saut. Prs du cadavre du Prside il I. coule, l'ancre historique tait trouve encore intacte bien qtn enterre sous une masse de cendre et de dbris. \\\\ 1915, le gnral Alexandre S Williams, cnel de la Gendarm.rie ou police, trouvait celle relique en possession d'un Monsieur Amde qui l'avait prise en garanti de l'argent qui lui tait il par le Gouvernsinent. La gnral Williams lui rclama l'ancre au oom de l'Etal Hatien el la pla a au vestibule du Quartier dnral de la Gendarmerie o elle est reste depuis entre les bustes des Prsidents .NordAlexis et i'etion. UBalloDi Fils Port au Prince Une maison se cre une renomme avec le temps, celle de H.BALLONI i-'ils est laite. U6 motion de MMacdooa d LONDRES— M.H.imsay Macci mald cbel des labontesapr seule une motion la 1 hambre des communes aujourd'hui pour censurer la conduite du Gouvernement pan dant la grve du clarbon. La motion a t repousse par .'Mt voix contre 131, Les Libraux n'ont pas vote quoi que l'cx-premier ministre Lloyd Gsorga leur leader au parlement eut dclar (juc per sonnellement il approuvait les critiques de M. Hacdonald, vant du navire d'un aventurier se dirigeant vers des terres in connues. Ils ie pensrent qui sauver leurs fies Quand son petit navire qui avait bris les flots de l'immense Atlantique lit naufrage en 1492 sur la cote nord d'Hati, aux en virons de ce qui est maintenant le petit port de Petite-Anse prs du Cap-Hatien, l'otomb ne songeait autre chose qu' sauver sa vie et celle de ses hommes, Peut-tre a-t-il su qu'il faisait l'Histoire, mais il n'avait pas espr laisser aucun relique de de son infortuns navire de nature intresser les colie.s plus de quatre cents ans aprs. Mais ces! ce qu' I lit. Ensevelis sous le rivage de Guacanagaric (1) comme ou appelait alors ce royaume, l'ancre resta cache durant des sicles. Le sable se dplaa et les anses rouilles appaiureul encore, alors l'ancre lut enleve par le Gouvernement Hatien. Diffrents historiens ont une narration complte du uaulrage avec des indiciGonM sur %  Pf 1 00 duu^le;de sorte &*££ pas de doute que celte re"'J u ' est vritable. ., • l.'Aucreder.olombaetex' be l'Eiposition l niverse l de Chicago en 1893 et alors sIR a failli passer en des mains de particuliers. Les Commissaires Hatiens manquaient de fon et l'ont donne en gage po faire face leur dficit. Avant appris cela, le Prsident Hvppolite ordonna ^•retourner I ancre au l'aiais. Plu* Mort de trois moines dans les Alpes* BERNE Trois moines du clbre monastre de St-Her nard ont pri dans une avalanche qui les a surpris dans le col qui traverse les Alpes. ? O irez-vous ce soir et de* main ? (Rponse: bas3me j>aqeJ Aprs les excercices P OUR parfaire 1* nergie dpense dans les sports, pour crer de nouvelles forces et de la vitalit, rien n'est aussi bien qu* un rgime quotidien au Quaker Oats. Avec ses vitamines, protines et sels minraux, Quaker Oats reconstitue le corps, les os et les muscles. Il vous aide tre bien portant durant toute la journe. Vous aimerez beaucoup son got. Quaker Oats (.. /. ...V •• %  • — J.ml Mil, ... a vu, jeudi aprs-midi, un lgant, Si..., fluet comme un jonc mais filant homme quand mme, lenditla main Madame L.. qui arrivait sa csnol pour monter bord du .le a 11 ne D'Arc . La dame gracieuse prit la main cpie lui tendait le genlle man et s'apprtait sauter sur l'chelle. Mais, ironie des choses! NOTRE (Bit vitun spectacle de tourne: ce ne fui point Mada1... qui sortit du cunol. ce lut M... qui y entra. Plus lorts, la dams avait entran le cavalier. Qui tend la main manque le piud 1 ... a vu des lgantes qui, pour monter l'escalier lu Jeanne D'Arc tenaient fermement la rampa de l'une de leurs jolies mains tandis que de l'autre, elles tentaient vainement d'empclicr qe la brise malicieuse et indiscrte, eu soiifilant sur leurs klpeslgres, {permit a Noim (Lu. de voir que,pour elle lois.elles taisaient comme lui : de l'oeil avec leurs jambes ... a vu, jeudi, vers 11) heure 1 2 du matin, une %  > tille . OelavriiR, habitant rue Amricaine, se rendre, accompagne de sa mre, la ruelle de St.. Anne, prs de In rue de la Rvolution Si, pendant plus de deux heures, donner une aubade en rgle une daine qui habile le quartier dans le but de l'obliger i dloger. ... aimerait bien voir la Police mettre ces belles clames lu raison. ...a vu. jeudi soir, vers les 7 heures, une auto heurter \nlemmenl un piton prs du portail de Jeaniseaux. I.c nulheureux a t. gravement bless. Conclusion : le chaiilleur. au Itu rasa de Police, la v.ul'jiie. l'Hpital Gnral. • ... a vu, mercredi, vota C heures, la rue du Centre, le camion No. 3264, une Chevrolet contournant le coin de la rue Danta Dsstouchcs. Mais es moment, un gendarme lit signe au cliaufleur de taire halte : la voiture n'avait pas de lumire. Le conducteur xphqu;t. supplia, rien n'y lit. L'agent de i'srdre tait inflexible : pas de .lumire, pas un pas de plus I Comme, dans la Fable, tous les passagers avaient mis pied terre' Alors NOTHB ŒIL vil le cliaufleur qurir dans le quartier une vieille lanterne a gaz qu'il accrocha au radiateur de sa voiture. Alors seulement le gendarme laissa passer. Ce lut la revanche du...gaz; ... a vu, jeudi soir, prs du March de la Cathdrale, un groupe de jeunes dandys qui revenaient d'assister A cls pousailles. IU taient en plastron blanc, souliers vernis, cravate blanche et laux-col droit. Trs lgants. Ils avaient enlev qui sou smoking, qui sa jaquette, qui son habit noir et s'taient t ut simplement assis mme le petit trotloitqui borde le m.ic ch, en lace de la Cathdrale. La Champagne bouillonnait sous leur crne. Soudain, nue vive querelle s'leva entre eux, elle dgnra vite en une lurieiis. bataille. Mle gnrale. Personne ne se battait'contre p. rsemne, mais.tout le,monde s,. battait, furieusement, coups de r> .1


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06887
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, December 11, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06887

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^CTia'N PROPMLTAIRK
QfftWEW
Lnt MAQL01RE
Bois-Vkiin:.
\L Rue Americaine, 13oS
jd'MKKO 20 CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N- 242
,
ANNE K-397a
Les passions nous induisent en
erreur parce qu'elles lisent toute
notre attention sur un cel de
l'obj t qu'elles prsentent et
qu'elles ne nous permettent
point de le considrer sous tou-
tes les laces. HeWBS
PORi'-XU-PHIXCE ( HATI )
SAMEDI 11 DCEMBRE 1926
' 1 _T__
Notre chronique du samedi
lf mois de ni ier,
Lit, le jeudi 25 No-
|b lte de Suinte-
k'rin e.
^Catherine c'est la pa-
1 des vieilles tilles.
vieilles tilles! que
I pas dit d'elle-. '... Hu-11
sans doute, mais
decalomnies! Il me
Je mettre aujourd'hui
^certaines prcisions,
que tout particulire-
[Se-Catherine in'aider
la vrit...
all tille est-elle vrai-
Jim !ru part, (jui, n-
inu'iitprovoque le sou-
loueur au coin les le-
uvent mme des quo-
iquelquefois du ddain,
; dit bien la griin icc
itive qui acompa^ne
(vieille fille 1 P.nir-
cunsait que la vieille
1 dfauts et des qua-
Ltout comme la lemmc
t; car, il ne sulli. pas
nier pour deveni un
[et ce ne sont pas non
putes les lillcs-anges
| marient...
lussides talents, des
s la vieille tille... Oli !
, gardez vous de
fii dit: des charmes...
ldirez-vous, si elle
tout cela, pourquoi
rie-t-ellepas? Au
^qsieurs, c'est parc:
u trouve pas c pre-
iume on dit dans le
monde des uflaires commer-
ciales. Erreur !
Elles sont trs rares celles
qui n'ont pas eu une et mme
plus d'une demande en ma-
riags; et j'en prends tmoin
tous les prtendants qui les
ont demandes. Leurs raisons
de refus sont diffrentes, mais
toutes ont eu un hut, et il taut
admettre que la sagesse a dic-
t leur relus. Quelques-unes
sont demeures dans le cli-
bat, par dvouement pour de
vieux parents ou pour des or-
phelins. Ceci est un tait prou-
v et celles-l ont droit, je le
crois bien, toute notre ad mi -
ration. D'autres ne se marient
pas, parce quelles n'aiment
pas la vie conjuga.e. D'autres
enfin ne se refusent pas a 1
mariage, mais elles attendcu!,
non un prtendant, car il se 1
est prsent dj, mais
l'I'Jal, c'est--dire celui qui
rpond le mieux leurs gonts
et aspirations. eat 0.1 les c 1
blmer? J'en appelle tous
ceux qui se sont maris par
got et non par intrt. De
loutcela.il faut bien conclure
que la vieille tille a des cha-
nes et des qualits, de l'abn-
gation et du dvouement,
toutes ont donc le droit de
braver les sceptiques et les
railleurs, et d'avoir leur place
dans les rangs de la socit.
Si elles prtrent la soli
tude, c'est qu'abreuves
d'indiflrence, ne recevant ni
nllection, ni intrt, elles se
voient obliges de louler aux
pieds bien de belles et bon-
nes choses auxquelles leur
tre aspire.
A celles qui attendent, non
pas un Prince charmant, a
leur ge, on ne croie plus aux
contes de Fes , mais ce
qu'on appelle un guide, un
soutien, un protecteur, un ami
dans la vie, j'ollre ces beaux
vers d'Amal :
Je rtr quelquefois M il eiisle en te noide
Quelqu'ui qui doit n'aimer un jour intiment,
lu aim.'luiil j'uni la tnidres.sr prafauJc,
OuijSera dtour, jra\e, Joui et cliiraail.
lu aai qui saura comprendre ma jieisee,
(Jui me chrira toute, &' q n mi les buteurs,
[fit il.-s niil s satires ou y \w nuis NSHN,
H'inip rlrr.i marine, en si* kf*j pnlerleurs.
lsant, il effaiera d' nif< laprn closrs,
1.1 race q l'aiiln-lms laiver.-il urs peut ;
le li pue. uaiffir, ni m laneat 1rs risc*,
Se entsm ferait niirir lu nuleurs.
Il inUfll ma PHH et net Uuj.ies annes,
El le Irmi! iltcril au. naum x de nies m. ii,
(nt ne n liai les II-urs dignement laurrs
Par l't, o/iis'eiiliii!, br'.nls,-m I stliemii.
Il s'eiuennllen de me noir tout couipreudre
Eldelirreu uii>i(jr,coiuine en un 1 rc ouvert.
El ni |'ai en sileuce ai si toulu I attendre
S:tn> e laisser briser, pirre nue j'ai suullerl.
Ho., je I adorerai rumine un dieu; sa parole
Sera min seul rr4> |uqti a mou fcWf jour.
Kl naae la rrojaul qui meurt pour son idole,
Je duiiiirr.il ma lie i cet un que amour..,
Mditez donc ces vers, jeu-
nes et vieilles filles et vous
aussi qui vous vous moquez
de celles qui ont coiff Sainte-
Catherine.
f Public publie une
rtograpliitjiir prise nu
1 Hatien de l'k'vposition
filtnmul n fliudelphie
jMonf l'Ancre de lu
nta-Maria bateau
Mr lequel se t nui mut
W Colomb qu :nd il d-
couvrit le nouveau monde.
A Ct de l'Ancre se lient Mr
Pierre Anselme, un "V no
commissaires ci celte exposi-
tion.
\ oici ce que dit iarlicle se rfre celle (jravure :
;re de Colomb expose la
<(Sesquic6QtenDial zhibitioa
- ^ans>n m sb^ s '
ique du navire amiral
yrg sur la cte d'Hati
appartenant ce pays
flche de neuf pieds de long
[PPelrtut vieille ferraille
fiaient a la ictcr qaaud
"Un u ident lc comme
originale de la Santa-
"vrtai.iiral de Colomb,
'nouvelle relique le l'n
nt-'iicame tait sauve.
'"nient eut lieu en Halii
juon nettoyait les cave;
^|e;i Valais,"il y a de ce a
n annes. Le Prsident
th. la Rpublique Ha-
ff/ellement heureux da-
couvert l'Ancre qui est
C?u le valeur pour le
Ppeinent Hatien qu'il la
JJ vestibule du Palais
Ce '
jour qui marque ,,
434nM anniversaire de la d-
couverte de l'Amrique par Co--*
!omb, elle se dresse au milia
du pavillon hatien de l'Exr)0sj.
tion du Dulding No. 2, et aDS'()1be
toute l'attention.
L des [loti de v;(ileurs |N
VOie.lt tous les j )rs et com-
prei.uiU que !g Sunta-Muri 1
et. 1 n rel Q^vire et Colemb
un via. CapitJne de U mer.
Avec agi flc, mmce lra.
vailk y |a main> lics anses de
lcJ!' 'iattu ron^ par les vagues.
*' ne ressemble gure ces
normes ancres d'acier portes
par les navires. Cepen tant que
cette Ancre use et rouille tait
orgueilleuse nient porte l'a-
(^1) Guacanagaric tait te no n
do Cacique; (e nom ducaekalou
rouaum tait Le \lnrien.
N.D.L.H.
Paris-Bazar I
VOUf avez besoin de beaux CHALSS, nuancesjva- 2k.
riesjpourcadeau le tin d'anne, empressez-vous j
depasser K*
Pari s-Bazar t
ta J'
1
>^ Knvoyez-V vos portraits, ceux de vos amis, pa
Jw etc. pour agrandissement. Prix trs modrs. ~
^HVWfVfWIWItV'IWiViil^fK
irents jl
tard, pour la mettre en sret, le
Prsident Nord-Alexis l'avait
ferme dans les caves du Palais.
< ela a ailli causer sa dispar ti n
quand on a rpar les caves,
mais le Prsident S m >;i la lait
identifier et la relique vint en-
COre prendre une plaie d'Iion-
neurau vestibule ou Palais N
tiini.il.
Mais l.i carrire aventureuse
n'tait pas sa lin. En 1912, le
1 a lai* avait saut. Prs du cada-
vre du Prside il I.coule, l'an-
cre historique tait trouve en-
core intacte bien qtn enterre
sous une masse de cendre et de
dbris.
\\\\ 1915, le gnral Alexandre
S Williams, cnel de la Gendar-
m.rie ou police, trouvait celle
relique en possession d'un Mon-
sieur Amde qui l'avait prise
en garanti de l'argent qui lui
tait il par le Gouvernsinent.
La gnral Williams lui rclama
l'ancre au oom de l'Etal Hatien
el la pla a au vestibule du Quar-
tier dnral de la Gendarmerie
o elle est reste depuis entre
les bustes des Prsidents .Nord-
Alexis et i'etion.
U- BalloDi Fils
Port au Prince
Une maison se cre une re-
nomme avec le temps, celle
de H.BALLONI i-'ils est laite.
U6 motion de
M- Macdooa d
LONDRES M.H.imsay Mac-
ci mald cbel des labontesapr
seule une motion la 1 ham-
bre des communes aujour-
d'hui pour censurer la con-
duite du Gouvernement pan
dant la grve du clarbon.
La motion a t repousse
par .'Mt voix contre 131, Les
Libraux n'ont pas vote quoi
que l'cx-premier ministre
Lloyd Gsorga leur leader au
parlement eut dclar (juc per
sonnellement il approuvait les
critiques de M. Hacdonald,
vant du navire d'un aventurier
se dirigeant vers des terres in
connues.
Ils ie pensrent qui sauver
leurs fies
Quand son petit navire qui
avait bris les flots de l'immense
Atlantique lit naufrage en 1492
sur la cote nord d'Hati, aux en
virons de ce qui est maintenant
le petit port de Petite-Anse prs
du Cap-Hatien, l'otomb ne son-
geait autre chose qu' sauver
sa vie et celle de ses hommes,
Peut-tre a-t-il su qu'il faisait
l'Histoire, mais il n'avait pas es-
pr laisser aucun relique de
de son infortuns navire de na-
ture intresser les colie.s
plus de quatre cents ans aprs.
Mais ces! ce qu' I lit.
Ensevelis sous le rivage de
Guacanagaric (1) comme ou ap-
pelait alors ce royaume, l'ancre
resta cache durant des sicles.
Le sable se dplaa et les anses
rouilles appaiureul encore,
alors l'ancre lut enleve par le
Gouvernement Hatien. Diff-
rents historiens ont une narra-
tion complte du uaulrage avec
des indiciGonM sur ! Pf100
duu^le;de sorte &*
pas de doute que celte re"'Ju'
est vritable. .,
l.'Aucreder.olombaetex'
be l'Eiposition l niverse l
de Chicago en 1893 et alors sIR
a failli passer en des mains de
particuliers. Les Commissaires
Hatiens manquaient de fon
et l'ont donne en gage po
faire face leur dficit.
Avant appris cela, le Prsi-
dent Hvppolite ordonna ^re-
tourner I ancre au l'aiais. Plu*
Mort de trois moines
dans les Alpes*
BERNE Trois moines du
clbre monastre de St-Her
nard ont pri dans une ava-
lanche qui les a surpris dans
le col qui traverse les Alpes.
?
O irez-vous
ce soir et de*
main ?
(Rponse: bas3me j>aqeJ
Aprs les
excercices
POUR parfaire 1*
nergie dpense
dans les sports, pour
crer de nouvelles
forces et de la vitalit,
rien n'est aussi bien qu*
un rgime quotidien au
Quaker Oats.
Avec ses vitamines,
protines et sels min-
raux, Quaker Oats re-
constitue le corps, les
os et les muscles. Il
vous aide tre bien
portant durant toute
la journe. Vous ai-
merez beaucoup son
got.
Quaker Oats
(.. /. ...V J.ml Mil,
... a vu, jeudi aprs-midi, un
lgant, Si..., fluet comme un
jonc mais filant homme quand
mme, lendit- la main Madame
L.. qui arrivait sa csnol pour
monter bord du .le a 11 ne
D'Arc . La dame gracieuse prit
la main cpie lui tendait le genlle
man et s'apprtait sauter sur
l'chelle. Mais, ironie des choses!
Notre (Bit vitun spectacle de
tourne: ce ne fui point Mada-
1... qui sortit du cunol. ce lut
M... qui y entra. Plus lorts, la
dams avait entran le cavalier.
Qui tend la main manque le
piud 1

... a vu des lgantes qui, pour
monter l'escalier lu Jeanne
D'Arc tenaient fermement la
rampa de l'une de leurs jolies
mains tandis que de l'autre, elles
tentaient vainement d'empclicr
qe la brise malicieuse et indis-
crte, eu soiifilant sur leurs kl-
peslgres, {permit a Noim (Lu.
de voir que,pour elle lois.elles
taisaient comme lui : de l'oeil
avec leurs jambes !
... a vu, jeudi, vers 11) heure
1 2 du matin, une > tille . Oela-
vriiR, habitant rue Amricaine,
se rendre, accompagne de sa
mre, la ruelle de St.. Anne,
prs de In rue de la Rvolution
Si, pendant plus de deux heures,
donner une aubade en rgle
une daine qui habile le quartier
dans le but de l'obliger i dlo-
ger.
... aimerait bien voir la Poli-
ce mettre ces belles clames lu
raison.

...a vu. jeudi soir, vers les 7
heures, une auto heurter \n-
lemmenl un piton prs du por-
tail de Jean- iseaux. I.c nul-
heureux a t. gravement bless.
Conclusion : le chaiilleur. au Itu
rasa de Police, la v.ul'jiie. l'H-
pital Gnral.

*
... a vu, mercredi, vota C heu-
res, la rue du Centre, le ca-
mion No. 3264, une Chevrolet
contournant le coin de la rue
Danta Dsstouchcs. Mais es
moment, un gendarme lit signe
au cliaufleur de taire halte : la
voiture n'avait pas de lumire.
Le conducteur xphqu;t. supplia,
rien n'y lit. L'agent de i'srdre
tait inflexible : pas de .lumire,
pas un pas de plus I Comme,
dans la Fable, tous les passa-
gers avaient mis pied terre'
Alors Nothb il vil le cliauf-
leur qurir dans le quartier une
vieille lanterne a gaz qu'il accro-
cha au radiateur de sa voiture.
Alors seulement le gendarme
laissa passer.
Ce lut la revanche du...gaz;
... a vu, jeudi soir, prs du
March de la Cathdrale, un
groupe de jeunes dandys qui re-
venaient d'assister A cls pou-
sailles. IU taient en plastron
blanc, souliers vernis, cravate
blanche et laux-col droit. Trs
lgants. Ils avaient enlev qui
sou smoking, qui sa jaquette,
qui son habit noir et s'taient
t ut simplement assis mme
le petit trotloitqui borde le m.ic
ch, en lace de la Cathdrale.
La Champagne bouillonnait sous
leur crne. Soudain, nue vive
querelle s'leva entre eux, elle
dgnra vite en une lurieiis.
bataille. Mle gnrale. Per-
sonne ne se battait'contre p. r-
semne, mais.tout le,monde s,.
battait, furieusement, coups de
r>

.1


I VViP H Dcembre 1926
&mrrm
*,mm
Il s'agit de se dfenore
Et de ne pas se laisser surprendre
orsfaTrz toujours constat, vous tes donc Lien convaincus q.,M vous a
fi toujours progs et il cnnt.n.ur t jru s vous prot^r. or o c lour
If quoi ne pas ailer dir* Iran, l vous av. y. plac tonte votre conl.ancP.
M nir"ou? pVr la ti de l'un* I est bitll prp r pour vous recevoir.
Touspfuffz eut trouverau
Magasin Moderne
de Kawas llerroanos
1724 Bue du Magasin de l'Etat
ri o U meilleur accueil
concurrence.
es rserv tous, et c marchandises et prix dfient toute
j oing, Ici canotier sillonnrent
(sir contins des obus, les cra-
^ oies se dchirrent, les pans -
c h c m i s i s'chapprent de la
ceinture des pantalons, enfin
lorsque I:. bataille eut pris fln,
c'est dans le plus piteux tal (pie-
ds noceurs rentrrent chez eux.
Fini de noces tumultueuses!
' A la Cathdrale
Demain, la Catludralcjla
mne paroissiale de H h. 1/2
>.ei;i une messe basse. Il y aura
grtnd'mcsse lJ. 30.
L/fitat major et l'quipage du
Jeanned'Arc y assisteront.
Les chantl seront excuts
par les choisies du Sminaire,
ut l'Externat et de l'Ecole
GuillOOZ. L'Aumonier du cioi
seur prononcera une allocu
lion.
Ce soir! ce soir!
N'oubliez pas. Rendez-vous
Snral heures, St Louis
e Gonzague pour voir Le Dia-
ble, Prclati, le Moine, le M-
nestrel. Barbe-Bleue dans
Gilles de Helz
Au Cercle de Mariaoi
A, l'occasion du dpart lu
Jeanne D Ait qui aura lieu,
hindi matin, le (.ercle Sportll
de Manani offre un gnrden
Oprty d'adieu, 12 Dceiubre.de
9 heures du soir.
On dansera. Les Membres,
leurs familles tt les visiteurs
habituait du Cercle y sont invi
tes par le Comit.
Les larmes "du Tiflre"
I. Clemenceau pleure la
mort de son ami
Claude lonet
3C.lVEi\N Y (Lure)M. Georges
Clemenceau a suivi aujour-
d'hui Jusqu'au cimetire le cer
cueil (le son grand ami le cel
bie peintre impressionniste
Claude Monel.ll avait le visage
baign larmes.M.Clmence au
qui s'sst rarement laiss aller
manifester ses sentiments en
public paraissait laligue et ac-
cabl de douleur.)A prs avoir
tait pied la moiti du chemin
jusqu'au cimetire il a enfui
cd aux sollicitations de ses
umisea fini le trajet en auto
mobile.
Pouliche volei
" if a t vol mercredi soir
8 Dccmbse la Section de la
Grande Hivire commune de
l.cogne, une pouliebe sous
poil alzan, tampe des lettres
AL.S. initiales cle Atilus Louis
Saint.
Le propritaire en donne
avis i la Police et toqsceux
qui cette poliche serait offei te.
D"" Ldmoud S' Aiihomam.
La Fte
d'Mon~Repos9
Comme Lk Matin l'annonait
m mli. mercredi les Membre*
de la Colonie franaise oll'i aient,
"Mon-Hepos" une grandiose
rception au Commandant, aux
Officiers et aux Cadets du 'Jean-
ne D'Are.'
Fte ravissante o l'art, l'l-
gance, le bon gonl rivalisaient
tour charmer l'assistance nom-
)reusc et distingus qui emplis-
sait les vastes salons de l'Htel.
( e soir-l, la Delco se mon Ira
rtive, la pauvre machine, ja-
louse et envieuse, mcontente
qutant de beauts ne soie.il
po i n l po u i" elle seule, i '
lissa sa lumire; n ais les orga-
nisateurs ae ta ltcavaient prii
leurs prcautions eldes lampes
l'actylne versrent, s<>u-
dain, partout, leur belle el doue !
clart. Et, ma loi, ou ne regretta
pas l'lectricit.
Del lumire I a dcoralio l
de la salle est admirable, le. ; i
que. Des guirlandes d" llo;irs
bordent le plafond, encerclant
les portes. Aux quatre coins, des
fleura, Autour des lampes, des
fleurs. Partout, des fleure, des
roses, des gerbes prolusion.
Sous les galeries, des parterres
suspendues o roses pourpres,
marguerites, toutes les Heurs
laissent s'exhaler leurs partums
et se Tout plus belles eu llioii-
neur des hte* pour qui elles
sont l. lui v oyanl avec quel art
dlieal toutes ces fleurs entre-
nt g I a i e n t harmonieusement
leurs couleurs, n se demandait
si ce n'tait point la baguette de
quelque fe qui les avaient lad
s cloi e l, soudain,comme dans
les vieilles lgende*.
L'orchestre dirig par le maestro
Jean Baptiste se sui passa.,Musi
que admirable, la p lus suave el
qui bera dlicieusement l'assis
tance pendant toute la soire.
Quant au bullel, il tant louer
sans rserve, Dereix ipii sut l'or
gauiser avec- un bon got et un
talent admirables. Le charmant
propritaire des "Grands Vins
de Bordeaux" y prsidait (rail-
leurs lai-mme. I.cs verres o
ptillaient et miroitaient lea
plus exqus vius de France cain
liaient joliment leur cristal sur la
nappe o trnaient les plats les
I lus soigns. L'on mange ide bon
; ppetit, carie niaitre-pieue de
Dereix avaient l'ail merveille.
Le champagne, profusi ni
moussa dans les coupes. Ce lu
Vraimcal une belle rccplion (pu
mrite qu'on tbe ite chaudement
les organisateurs; nous ne ci-
tons naturellement aucun nom,
BBChenl trs bien que les gens
qui ont le dont d'organiser de
si belles choses oui pour pre-
mire qualit, la modestie.
Les officiers du 'Jeanne D'Arc"
se souviendront, sans doule,
longtemps de toutes les ltes or-
ganises eu leur honneur, m.us
de celle-l, ils garderont assur-
ment un prcieux souvenir.
La Police avit>-
(lue I DOUlei et 9 canards
ont t [trouvs en possession
d'an v ne .eut propritaire
p u i la i Hure tu
de la . ce.
i -----_ m
L'affaire des Yarreux
Lenqute
du Matin
Lendemain de c"me
J Le Cavalier Inconnu
...Il est donc plus (pie proba-
ble que c'est llolemane qui tira
et que c'est l.lio Cherry qui por-
ta a la victime les coups de poi
gnnrd qni devaient l'achever,
car. lorsque Celui-ci rentra, le
soir, chez lui. il avait son panta-
lon macul de sang. Sa cohabi-
tante s'en tonna el il obligea cel-
le ci,le soir mme, laver l'hori i-
ble lche .''; r,L- lendi naiu,c'eS'
llolemane qui, pour loucher le
salaire qui lui uvail t promis
convia ltes, sieurs, neveux,
toule la Inmille venir consta-
ter (le visu qu'il avait accompli
sa sinistre lehc.
I [olemune, velu d'une chemise
rouge, rouge comme le sang
d'Aunncy, exultait. Il dansait,
rptait qui voulait l'entendre
qu'il ava;l pris le >< baraqu .
Dr,ne. toule la lamille, l'armant
de pebns , sortes de lasso (jui
seri a saisir a I i course, les ani-
maux, se rendit au lieu o avait
t commis le crime. On letroi.-
va le cadavre. Ou l'identilia,
( 'tait bien Aliancy On proc-
da alors l'inhumation Ici ni-
live. i.i la sinistre troupe reprit
le chemin de Jameau. L, on
rencontra un cavalier. Son che-
val tait en sueur, es nase ux
fumaient. Il semblait venii de
loin. I.i. s'odrcssanl tous ces
meurtriers, ses premires paro-
les lurent : Commeul vous
ave/ eu le courage de tuer
Aliancy ?
M.us comment ce nouveau
personnage, que nous rencon-
trons pour la premire lois dans
le drame, avait-il pu savoir en si
pe i 'le l'ii ps, qu lianev avait
t tu ? No i* lcherons de re-
trouver les traces de ce cavalier
inconnu et mystrieux.
Lundi notre enqute porerla
sur : Le prix du crime .
" Offre d'emploi
On demande une bonne cuisi
nire pour maison situe, Bi-
zoton.
S'adresser : M. 0(:()SM>I{
Les conve lutiir.
de Genve
GL.NEYfc M. Slresemano, on
list: n n. i des allaires liau
|m otiiig de garder la cjiam-
tre :-ou!franl d'un mal de gorge,
n d ierr.auder a Mr von Se Hubert
de le itprsenter aux col versa
lions avec ir Au^liu Cl amberlain
et M. iiriund. Ces entretiens ont
port ^ur la leve du contrle mili-
taire iuterailli du Keu a au ferait
conli a Socit des Nations.
Les juriste Irahais, anglais, alle-
mands ont discut PevfQlua|j(4
d'uu remaniement du pn-jej je
yaaMrtiBiHiiHiaHiBiatefc||^
t/
" pique-niqu,
E
i
%<^


&*
^^
TrxHiv* mm rraV aiisw oulmm
UN FAUX PAS LA FAIT TOM-
BER PLUSIEURS MARCHES
D'ESCALIER
Les contusions et les foulures se
soulagent facilement avec
un simple remde.
fe
On n'o b f pi
,. Par son eslrai
^>* -
U Hliurr,
i iireN ei
e rockihi! ou l'Aaisetis Tr'SVi
roa extrme finesse c'est '- '
fraie
Un limplc romde de famille employ mai
pertp do tPtnpn htera !< Boulacement de con-
tus ... t *.'...n et bloauKsrC'wt minai qu*
nous arrivent frquemment dea personnes du
Continent Amricain.
"Ayant fait un faux paanoua crit une belle
dajne de Niru. FranceJe tomba plusieurs
marrh.i d'eacalfor. Je me leva avec le corps
ir. n. il pouvant ft peine me bouger, mais quel-
ques hjipUnation." delinimei.t de Si,nui m'elove-
reiit la douleur et tirent diaporaltrc l'intlumma-
tion."
Pendant bian d'annes et dona le monde entier
le Linjment de Sluan a t raoonnu comoie le
vrai aUms-douleur. Uoc application, eau frot-
u:r. aoulace U cuu^esUon, tonifie Ue muscles
amortis et cause auseit^t son effet curatif. Gar-
dez-ii U>ujou/s un fcou votre porte. En
vente dans toutes les pharmacies.
Liniment
de Sloan
Anantit Toute Douleur
2? ^e.i if assure pour li ute la route.
ml Moie Emile 3nJ

Hue des Ml ocle
J"*! Oi Irxiv m Um artic'ej suivant* des pi-i
V* ment Lon mardi
,:''P i iiel'..-1
jjj5 Grand as-orlim isl deJouJs. T sas h nia noufesuU;
j Chaussures p m d.tmea lilultes nJ.ni Grand ..-mil
V* .neiii de fourni un- pour lingene tiae et p mr robes. > ieriset
l-i dernier cri. Crpe de chine uni el impri.a. Crrpe Gtornlk !
Jt3t uni et imprim.Cr^pe. Satin. Chapeaux pour d unes el enltgS
49
Services de table en porcelaine Verrerie.
xmwmwwwm'W'wm
contrle par la Sf cil des Naliors
e lin de faire droit aux desiderata
allemands. !ls ont examin toile-
hmenl un projet de contrle de lt
/nue dmilitarise er. Rhnanie.
Le- refrsenlaiils de dirit'ren es
nations se montrent trs optlmlr-
les et sont coovaincui qu'on arri-
vera n nu acco:d.
Le cosseil de lu Socit des Na-
tions, sigeant en sance prive,
a vol la convocation d'i.ne ror.f
rence conomque ItflerosUooals
Genve do l la date a l fixe au
4 Mal l27. tes EtalsDnil seront
in viles a y envoyer |( un dlgus.
L'affaire
des ptroles
WASHINGTON- Appel par
K-- avocats chargs de la dfense
de l'ex secrtaire de l'intrieur Al-
bert II. PaJI et de M Edward L.
Dolieny. LVl secrtaire de la mari
ne a dclar que c'tait lui qui
avait suggr i M. l'ail que les r
seivesde ptrole de la marine fus
sent Iransties du dpartement
de la marine celui de l'iotrie-jr
aiiu qu'on put prendre des mesu-
res pour empcher que les cumpu
gnies voisines n puisent les 1er
r.u.j- plroiileres. Le lmoiu a
ajout que M. Fall tivait dclar
qu'il ferait tout en son pouvoir
pour arriver ce rsultai.
Le budget
des Etats-Unis
Washington-Le prsident Coo
lidge a soumis au Congrs le bud
gel du gouvernement pour la pro
Laine anneu lisca.e Uemandutt
dea crdits pour $4 014.571.124
soit 16 million 143.713 de plus
que pour l'anne courante. Les d
peus(S pour l'anne lulb pr-
voient l'inauguration d uu progiam
me d'aviation ue 5 ansapour l'ar-
me et la mariue avec uu total de
574.UUU.UUU peur la dfense nalio
nale et le maiulitin de la mise en
vigueur de la prohibition pour une
temrre d'environ 30 U00 uOO.
M. t oolidge a demand au Con
gics d'ajout uer la construction des
ti ois derniers des huit croiseur: l
gert> qu'on devait mettre sur le
Lai.lier avant le mois de Juillet
prochain parce que ce pays va en
(i^i-r uts ligociatious pour tien-
are avec les grande Lumtauces ses
Hates actuels dans l'intention de
tu^piimer la concurrence pour les
armements navals.Il a ausai i
sous silence tout ce qui viii
port r. la conitruclioo des dei
ngeables autorise par le Coi
et qui devaient tre cmstruil
piIX de J UHUUUn avaul
let I:i-s, |j h demande que
lasse d'abord des exprieDCM^
aes aroplanea en mtal qui"i
en conslruction pour JOOuO.
Une motion
d\
WASIILNGTON- Le
tant Garner, dmocrate du 1
a dpose, au nom Ue son j
projet de loi prvoyant
tiou d'impts de 335 mil
pnncipaes rductions l
raient la taxe sur les r
merciales et industrielle)!
rdt rduite de 13 et demi 11
cent el aux taxes sur lu u
les, la c.ubset Us tbilrSk]
crdits de 68053764! pstl
me et la marine prvoies* 1
torce militaire et navale de 8r
hommes y compris les
budget dl la marine y
4.OUO.OOO provenant d
leruicre est de il".815. I
9 24b 475 de moin que ceSl
ne. Celui du dpaneitint
guerre est de 3o'6.7iM<*
il 2JI 3^0 de pu que "!
ne.
> m&& m itiitstst a 1 m&&^M&&M&Mtim
Kr
Norwish Union Pire Insurance
Socit lied


ii Capital de Or. 30.ooo.ooo
| Une ifspus i&fmet C^papks d'assurances
? contre l'incendie
Cil
AUenl s
- ulCap Hatien,: J. PABAVlSIKl
- Au Gavas: Jean BOUHGE018
J. DA ALDER
^ Port-mU'Pritite
a) Auentfintral
% :
"i"
|= A. DE MATTtS & C0, PeprAe:<"' P,mf m
"~* _

MUTIL
1


LE MATIN- .: cembre'1926
| Pahsiana
J& demain soir
M La MATERNE'
Entre: 2,.{, 1 gour les.
3 Humbtiro ainerika-Ltoie
120, iueiioux
tcar dpose
\\oide finance
"B- La loi de finances a
uteaujounl h ni i (a cham
Il Poincar dclare que la
Mh financire du gouverne
ttit celle qui 1 a ex ,,,- , n
lid'uaepart l'quilibre bud
1 ralis tt d'autre p-rt le
*nment des avances del
Rtl'Etat. base de l'assainis
i financier.
(ipnsiJenl du conseil prvoit
ipioDaNv s permettra depa
'W million-, de li dette exi
ri.'J/."j veu.iiii a e( h-^ance
Hocrdi de 8 o m lions
mbudget comblera la did
Kla eapiunt arxonimbJe
tins satisfeia l'chance
wii de boas court ter
lUnt 14U0 millions seule
Ifcl t demamli-.t en rem
l*iit Le bu lgt prv'vo t
Wloidestina-'.i | ninir *
F*ladeileini.-iL-ure. La
i civ ies et militaires inl'
Weel.eidavaut f-i.rre.
Tice pral.que une large
Marliibeiuent. Elle a
rembourser ses det
'*meiuredesesf>ioults.
det missions faites en
Hollande prouve que
n n a ni* talager! ont fji m non .
Noua av -ns eieciti le paiement
de arrrages de la dette amricai
n^ ei nous io nmes en m.suie de
l'afleeUiar l'ai prochain.ta trsor
**! largement muni de devises pour
le; rbaucaj de \'J11 et le budg t
est ainsi l'abri de la spculation
sur le march d s ebiogae. J0'e;t
une sain* et oyile tsuvrc budgtai
re. Le gouvernement, la cb imbre
et le p*ys lui mme ont dmontr
au m >nde la possibilit d'as-uier
l'qui'ibre'lu bu'g-t prouvant alO
ajqaa I Fiaeea .st eapable d.- s^
redresser e I > mdia (i.ianc erernen
sans aliner se9 l.b Tts ni .ubir
les conditions de letraogar Aussi
lot que le budget aura -e vot nou ?
dpo erons un projet tendant
l'intensilicalion et au dveloppe
ment dtl ressources industrielles.
ftocs uepi urrons payr noscran
fiers trangers que lorsq le nous
dispo-ero is de marchait lises et de
d< vbea.
Lt subilisa'ion dlai: lie s'ob
b:ient pas par dcret, mais I sa
gesse seule.L'ambition du gouw
nement est le vote rapide du bu i
gel quilibr et l'allgement iorila
pensaole et apprciable du poids
trop lourd de noire de te.
Mr Mafvy a t lu prsident de
la commission des finances.
Photographie Eu a Jttevs
Les Clients del Photogra-
phie Eu* Mt-vs doal la Spu
ation es! tablie par de lon-
gues annes d'an succs crois-
sent peuvent admirerfexpose<
dans les ateliers les nouvelles
photographies dites Ar'utotu.
pe*t obtenues pardes agrandis
sements lectriques. C'est la
dernire des Inventions fran
aisesau point du vue photo-
graphique.
C'est simplement merveil-
.eux el l'on sert, comme tou-
foura, satisiall des travaux
cou lies.
Nolez ceci :
uHcPHpTOGR 1PHIE Eug.
MAS vient de racevoir un
stock varie de moulures et
d encadrements de toute beau-
le, de toutes dimensions et
pour tous las gots,
Ceux qui veulent conserver
un souvenir durable doivent
se rendre chez fevs o i.'s
trouveront des .encadrements
appropris et de boa ton
Le S/S #Grunt\\aId est atten-
du a Port au-Princc le 14 D-
cembre i curant pour prendre
des passagers et du fret peur
($g tun pe.
i 4ei's,ejnjer "Trojt" es atten
du Port au-Priuce vers le z[
Du mbreavac du fret de l'Eu
top .
Port au Prince, le 8 Dcembre
IvJo
Oloffson, LUCAS A-o
Tlie Royal Mail Meamp
Packet Company
UNE j
PASTILLE UlU
EN BOUCHE
C'EST LU PRgPauar^
KC"WMITIOOE TOUTE powiici!
DEMANDEZ, EXIGEZ
g a toutes let Pharmicle,
< RIJIBLES PASTILLES WIM
IL "-i.i-.SNr ta BuiTta
Portait ta Cora
VALOA
i .'*'
:7
'..'.'
n +>*-
Saintp liose
de Lima
La S. cr ilr< de l'A. A. E. nu
plle h (oua l.s Mo nblta que I A
se nbl.e G lnleaa aleoaa Diiaau
6 il ' ira i y ."ai
il i l'en
Letteamer tKaran venant de
l ingsjon est attendu Jacmcl
/< // Dcembre prochain.! I char
gtra a tous les ports du Sud
et sera a l'art au Prince le 16
Dcembre, menant le fret pour
tes ports du A ord et l'Europe.
Le SjSu Singleton Abeu t
attendu Jannel, le 23 Dcem-
bre prochain.
J- DAALDEH h
La Petite Maison
1037 Rue du Centre
JOINTS JOU&rfS
. Vienl de recevoir un belas-
sorliment de :
astuaies d'enfauta dernier
en de Paris ;eo!s pour garon
ncls; Dllo.nan soie pour cols
el petits cosiumci; Lias et sou
liera de (fumes, chaussures
dniants, ciianssellcs ven-
tails, ele, Lingerie: confection
pour bbs.
iOb/etspour radeauv, Papeterie
pour dames. ,e
attaNCRKai
Poui lL.J-o ;OUj tissua |
LA.'M., COTON, SOIE, e...
I i .. ; 1...1 n n'gala
'li mavmsve:
"*w*kHiUm+H> i/PhanuaicW bi:cH
*,"', tt.PiutValUtnL
< PERCOa i / NIRBJ rsr no) F

Bksss/00^
CONSTIPATION
tU*aUlflUi lna
^OMPFtlfMS
OUSSES
C'EST LE MEILLEUR
DES PURQAT1FS
A.. .PTRU8. Pharmar" LlSg.
I///.
Boss (
linraax
liw/cg finsififJB~ffiis
r&atetdeibronla-borU
Marchandises Franaise
pour les (tes de fin d'anne.
tonnes de chapeaux, (fer-
niere mode.
Parfumeries de toutes mar-
ques Houbigant, Pivert.etc
UMOptoir (Je mercerie.
Chapeaa pour enfanta, hom-
mes et dames.
Articles les p|us fln8 .,
porte de toutes les bourses.
Sea Strfe lnn
4
H
3
ce
1716 Rue du Magasin de l'Rfat
Tlphone No ON TROUVERA LESARTICLS SUIVANTS:

,i Articles ae i.u.vc. aaca ooooiagi maroqui
9 l#aa aula aatruoba, cbauaturaa pour daai et
pour gare MioetBi daolallaa Cbaalillj, J>:ute I : d
S: or et r.ru'. va'etn'ienues Unes pour lin^rrie.
'*, Parfumerie. Kuraits lolious.i.ouires, (nu

maroquiourie de l:\xit ,i^
eiififiU, borel, y**
soie, duuiel e fj$"
^_ Spciallti l'Ii ir.a ieulianes et accessoires, (i y :e o- ..'jn.
t Phosphate de cbaui .';,',,-[ ,-i l.iili. ;, Via Lavoii, Via .Nourrj j"
"Yj Globolf Bnulaioo -I'. Kaudjriaa, Tubes en Caoutchouc, fS*
i Douches Email 1 litr-j. i litr s, Bideta, Baaaiaa, rliaea (ieo fjj-
^.j^ til, Tube en caout -hou-, Ttijea cou olatrlcaa, Savons aatlaafi '

Ci} ne*-
'nue ^J3-
tique?.
Liuulerie. Cous res et IuquIIc en lois gi rires,
etc prix inlraaaata. Lunettes pour <'.n.lulleur* d'auos ^|l
,, Grands assortimentd^Jouetsen ///. genres Bt-ycletlaa S
*w.^, Diabolo, praaacs voca da paaaar chaa : ^'5*
*5? .-4...... I 'AVKf.'NKT&C m
>.!J
1517, Hieda Mt^asiu la l'Ivat. Ta ph ue .\o iiU->
MM


Eus m
des plus fortes Compagnie
canadiennes dassurances
sur la vie.
__uq.Le Bo.s & Co
LATE
HABILLEli, cest bien
'HABILLER, chiguemant c'est mieux
cest parlait j


1-E MATIN 11 Dcembre 1326
EE
, mM
Occasion exceptionnelle g
I iC. ne
i, , tiihpeaai pour hjmmes dan.s et *
Ubutttui PfeMHMi K*n*mw m couleuce.
To.-t le (lus chi; et ! pi H o laosoia m t trouve en gto
tt dctitif chez
GeuaiN> Burtado
La Vi-on 101 Dix Milita Chapeaux
Grand 1 ue- Coin Rue de, M rec'es, en lace de Gardnur.
Ce qui n'a jamais cl fait
I ( qui ne peu! cire dpass.
Kola Champagne
V. Sjourn
Prpar dans des conditions rigoureuses
d'ASSI'SIH
.('rparation el Vente/
pharmacie K. SfcJOURNii
i,(jc (les Hues Roux et du Centre.

CtMuSI BSiip Co k I Rhuffl CLampion
WIWU.UM ML(iiuwHi|i ^ D^ DUHUfrie du l'Ai al*
))
le itt am :r
Bo ;o;a" parti le lef-Yorb le
1 g Dcembre courant directeme-.t pour Port-
f| >u.F.inceeila'teiido ci le 14 du courant.
Il repBiU a le nifcine Jour p -
je
t .1
dit oav
III i >: ' II*
luau ^m, Mrru.1
,, .> tVe p rti if la folo un -, , a .i i e
passa rjer .
portati Piiuee, le 10 leembre Ittt *
Colombien $teatntbip Company Inc.
Gebara & C% agents
Frd Gaetjeus
l 7
o 117 Bue, Klll ou Bonne Foi, Hol'-
Tlphone 861
ON TROCVUA i
Vc I Un poui loueur. Sucre Hase- Liane cl roug-, gros
d,'.tl i1 .-bwieiMiu!iiwmaii..-raoi.pai fen .
,,.,.,,. n./|rr.br .1 |,arUvr*'-Kirtp.Orgtat,i.^iHdiif,
|-f,l. (et* ) Uaullar, I liea/ikld Mal, < hanleetai
P,l.l.|*liri-MMeleli.Pqo.lll*M.j4rliri. l>et">a-
n entai-.- i aie %(*> F"r llere, eal es aondir. - "*ky.
|,'i/r* pHlrinboirar. < Campeg-M Massa Pre tl Ma, hao-
Mfn#ui:li*olrivHiirfr*vcaai.lar aec a-irrerU q "e
ph,.m- de la place. ( liampaun* I "" Mfmn.r -
Via Mi.c perUielIleael gallona Via roi*' par bnoteiUea
t satina qoalile suprieure - Claii n erg* par barriques
al lalloQff. Knlin le leimux Hliuoi Setter. Et la non moins
rkfl%ika Aukette de Mme p*iekHe Gai|eoe,
v '- Win laiia une visite, vous an sortirai rVI.
! I &&fo*ftfttrHfc&*&ft< &* *
Lecitine Granul Brewer
Le plua oci'l des Reeoviali Vftufi
-' T^rtlfiVieceneauTlo mlle epinire, les eitt.lji
reins. Ilci d dututaiila et goumu les em. nia dbiles
les ien m faibles. es pcnonnci u es p.. des iravoua
El i li ebrx : :mbob ^ "v. IHne fi m e>p
livera. d. !-*? C, A- li * ;l. bOeWI
!.. U i-l I l'rl.
/>e /a Diiiillfrie du l'Aigle
M. FONTAINE
Justifie son nom
Dpt Anyle des Hues DMs Detouchea & Magatinde
l'I-Ani o tm trow em galement des LQt Kl US. SIROPS
de terjholx ainsi ttu'u*eKAt DE ChUMiltB extraW
La car u i.- la pl-.s hI due est donne fl'' I nVi.Ire di-n"*
la tabri; i n le te |) o i que de l'a'cool neutre de cap ne
du iu. r r-ITiu* al d-a f ait (le plantes de 1. r cho 1 ei-
clusio de luut produit i n iqne : Kl ne cra'gQ'nt aucune
m ifi.nn >< bf arlie Mm" m ioioorla b-U' en -
1m. t beaucoup n.oins fatUa n l'ettei *oua u c- eeba eie/. plu.- d ao'rr .
ln|.&riation de- -ne- Vif*"* de la Ville.
GROS & DETAIL

Di
Chez Slambouly
el Sergile
Tissus iranais, Italien, Anglais, Amricains
Casimir, loife /)/// clivmisis hommes ei Pyjamas.
Toiles, Soieiies,Cliapeaux jemmesel hommes
Toile lil pout linqerie
. * I.-.ipi'I.- lr.us'; util les meflleiirM SllicrM
l;'t'nw.jMir> 'I ur u-.-wp' e! au millftiir prix.
* A, A A A \~' A A V< A 3I A A C' A A
Ik
t. lait r poudre le plus enfo^ue
QI l tal-l nis.
'our l'8limeiilalion d (l*s cooalescepl*. .
Le aeul lait en poudre qui contient les trois vibvniues.
les trois indispens-aliks lments la autriMon.
'jese.sech cl ht.ilis d'aprs le procd I Jlut-HatBCaktr a,
MOMILK est le seul lait de va.l.een poudre, se rapprochant le
p us du lait maternel. De digeslion facile, c'est l'aliment .ida
p ur les bbs.
l \( nte clr i :
0 vir, .1 t;
foi c.
B.i.il ih.i
|m lit, Voit!
Karti"
: R |.roi,ard, i o.ji;ansi-/:i: & ('.>. enla
.= irro Vieu, Alfred Vieux,
Madame L. II. Doret
HRICWEH h Company lnc
WRORcaama
M<*M&&MM&&&&& &&'&&
A. Balte. Raphael'Uronarl
Savinien Martin, Petit iloave
Geo. JEANSKME & Co
Ac.ENT
,46
jfcAAJtefcSa&Htft******** Cordonnerie Monl-Carmcl
i
r
r-
r
IP
r
A Eldorado
Vont trouvera/ uo BILI ARD de LUXE
DELaCREMKLA (m.a |>EUBIEI\KI'AT7.KMIO|FEa
drBONSSANUWI- US
de DONNES I Kd 1 llis
,,i r.xMKix COCKIAII-S
nt iion ChXhi'aokk
CoMPTOia wt PaiiasFniL
\x vut ; u" l,lix lre* ie*er.
tltatuf d- ier* 1 -n-
F"''. Qa raid, L'
TlwpoHt R. JRUDY
Fa!>. irani tl i chauisa ea
S" Si:\ Rue des l'rcMi's : 3?''
A l'honneurd'annoececj son i ^ L.V{QU tel
Mff11
iA
mmnkdmmpB
petrent at ccnjcrter duiu tt*
leur 'l.urme et bcuui en le*
If.umt dtec le
-LNPJSPENSBLH POL'R
TOUS LES TISSUS
DLICATS

.........^ _ .. iv>r
Chez C. E. Seixas
On trouvera enlr'autres marchandises les articles ci detsooi
arrivs par le dernier steamer franais :
Chaussures fines pour dames, fillettes, enlanls et,pour|Mbai
semelle souple ( Marque'.HattaB.) couronnes,diadmostde lou
te beaut pour maries: Crpe de chine uni, trappe ; GeorgelU,
Charmeuse ; des tissus imprims dernire ^nouveaut ; .toute M
soie 'barres ; plumetis ; chapeaux garnis pour fillettes et m
fants, Gants de peau vantails ; Chepeaax Jean Bart et Jsm
pour garonnets l'n bel assortiment de valencennes de plu
sieurs nuances : crme, crue, ochre.
Paul E uxila
Si tous dsirez des articles d'ameublement, tels quetLiU
fer, fer et cuivre, tout cuivre, |boiB."Armoires; glace, eu
glace. Coilleuses. Tables de toilette. Chaises, Dodines, lHl
teuils, Tables de salon, tn osier, en liane ou autre.
Miroirs, lapis et Carbtttei, descente de lit.lapii de taDie,
Ki4eaux en tulleou (iuipure. Draps de lit, simples et broeta,
laies HWOltia* aux draps. Serviettes de toilette, de bain
Pour table. Nappes en fil, en coton. Toilea drap en coloo,
en lil et coton ou tout fil. Besoin verre. Vaporisateurs, pou-
drier, Bibelots pour table de toi'ettes, etc. vous tes trouwris
chez. rAUb E. ALXIL. ou l'accueil le plus bienveillant.*
tourire vous dtttudeut.
Le tUium Meclar
Le seul Rhum qui, tir d'Alcools naturelsobteLUf
uTrectement parDisiillulicit Simple do Sirop d Caani
d'un Oniifi" l tOlljiurfmme p'antation elle stulqu'i
v.eillit par l'a iou di, l u.is d uo t>i epia avee exclusios
rijoureu>e de tous dnrg:rtux cCTetS de labncallOD
et san-s adjonrico ;Mei n irgidieat d'usine, c n>ei w
jugement Je la plujai de in s .Notabilits Meu^ai-s el
i l bouquet el Us \ i s itm.
I me pris avec exe, Kbum Neclar n'enivre pas et M^ff
duit pas l'Alcoolisme la longue, comme les autres proesia
fcimilaires et comme les autres spiritueui.
11 f i.
ticiecr
pcuveni eircm - ,,, quc partout
i,,IUmTs; li,,,jmUS Iv'cc te nome son et la mme
promptitude. l%cl
Alaminum Liae
Niw-Orians k Soutb^Amerlw
SteamshiP Co lnc-
Proohainsdpartg d i rects Pow
Port-au-Prince "H*"1
On <4steam^' laissera lu Orlans le II IjJ
timbre pour Port au prince et les Forl
ori-aurrince, le 6 Dcembre I92i
A. de iA.TTEiS kCo
N
\
\
agents
OUST
Nfl 110 Rue des Csars.
eSr & ^Jwe
14:. i--
I
H
r
%


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM