<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN'H) DeeonV 192G mmwmvmmmm c Tous les marchan s Tendent les vrais rasoirs cl lames Gillette IAIU'OIT o vous ver/vz lion de la course aux armnien'-. I en foins .1 doi ii.i aux vtrsos ii.lirmea sacs toutefois permettio < i.( ni. p extension du systme de l'nsioD. \.nc it'_:i> 1 H tion cctre le 1>nctiHg Il recommande la priai ulgatloe rsp df d'une tfgisU'ion *i'pp met, lui e pour la mii>e > n l |uor de la proli.bition. L'affairei^des_Varrcjtx Leoqule du Matin* L'auteur du crime ...Mais pur qui ont t nos lis deux coups (le Feu entendu par kjeune Mcrccrou et Joui nous parlions hier ? Voil I.I quesliou palpitante, le nœud de I. .llaile, comme on dit. l-.st-iv Dicudonu liolemaiie qui fil leu, qui a lit? i; s ;..e Lciiu Cherry .' Les deux taient l-e^cs Vec Aliaw \ lundis Mercerou avu C'est Inutile de se Peigner sans Le soin et attention que les hommes et femmes donnent leur apparence personnelle sont inutiles ai les cheveux ne se prtent rendre l'ensemble une apparence uniforme et harmonieuse. Il n'est pas possible de crer une bonne impression avec des cheveux dsordonns et dcolors. L'effet de l'eau est momentan. En s'vaporant elle laisse les cheveux dsechs et fragiles. Les pommades, cosmtiques et brillantines les font devenir graisseux et glutineux. Le Stacomb au contraire les rend souples, adaptables et leur un [tale de La Compagnie (iillclle n'assume la responsabilit du parfait Jonc lionnement de la Traie lameliillelte que lorsqu'on s'en sert avec le viai rasoir Gillette. I (illetie — VOLS reocO'-irercz un marchand progressiste r ndaut d'apprciables ser vues. Cet mar liand* recomirandent et venle-nt les vrais rasoirs et limw Gillette parte que leur 1 n^iie exprience leur a appris qu'ils donneur ni. rsultat tmxiin II a un prix des plus r isonnab'e Demandez au premier vendeur dont vous verrez l'talage de vous montrer son assortiment de vra's Gillette. Achetez celui qu'il vous conseillera et vous verrez comment il vous raera part itement. redevient 1re l'enveloppe. Dana .. Jumeau, aux Vurreux, lorsque VOUS demande ;; a qu |q U un : Mais quel est le vei trier (j'ii de I arme .' ftigBIi Retraite cclsiut que C'est le mardi U Janvier 1927 que s'ouvrira la Retraite ai. nuelle ecclsiastique. Hle aura lieu l'A e' evdi t sera prche par le l'ie Manis, Suprieur des l'ie-. Hdeuiptonstes. La clture de la Retraite se lera 1 samedi suivant eu la Chappelle de l'Arche Vch. De grandes et belles crcuio nies religieuses marqueront la clture de la Retraite. Il y aura, le dimanche 10 Janvier, la Mtropolitaine, messsa et Vpres Pontificales. l-es vpres seront suivies de la crmonie traditionnelle du baiser de paix. 'Le dimanche y Janvier, dans toutes '.es lises et chapelles des Paroisses, le Yeni l'reator sera chant pour attirer sur la Retraite les bndictions divines. Tous les ecclsiastiques, prenant part a la Retraite, doivent tre munis d'un habit de clueur, du Manuelu C hristiwwriim e'. des Statuts synodaux. Trente-sept Curs, vicains, aumniers, administrateui s, etc. dans l'Archidiocse ont l a ( pels A la Retraite. que et* icueillir dis %  I.a encore le ilrumc tnbreux, i.e ni\ i;i lgion, .e m uai le met a presse !.. dtente (Jui H lue '.' >, ,t *.. llS rpond : jj ie sais pas Cli gens semblent obir une peur, une crainte mystrieuse, ils laissent redouter l'on ne quelles reprsa Iles. Cependani .1 s'vre chaque jour davantage que c'est Dieuj.onne Hi.l.mauequi tail p,„. leur de larme dont il |,Vt ;l t point pou ri;, )t | e prapr•""• etdoist la licence ,.l v,e par ia ioliee ne porte pas son nom MaaHolemaneestYervei.l chasseur Au tir, il Il est dune tort diiine un lustre et beau. ..a, une lgance S * UnjeudetennS^uL, i auto, un soir de haUV. pas vos cheveux du St,Ti Pl-quez un peu de g 1 '"' hommes et fann*. Sf?* n got n' erap | oia r!' M < que le Stacomb!^ W L>emandez l e Stsco,K ou liquide dan, le, uS," oec et parfumerie*/^ Cwsras 1M H^ —-.— Offr* Gratta Standard Laboratories, Inc. IIS Want lSth Str.et, Nw York, T.. U. A. Envoyai-moi g-ratia un chantillon de Stacomb. Nom. Ad cl r elle Vllla t Pift. pa-,u.t &rm Lo r vcrlur. du' owjre des Elals-Uuis Le Message prsidentiel M, Goolidge ugg'equ ICA Plat ppln* vaguent du rgime militaire %ou te rgime civil du Gouvernement ami ieain Une l(|islatiou contre le lynchage le Message q'tivUagt pas la <|uesiiou hiiiienne a le coup r. prsumable i.ue te lui lui qui opra. D'aprs le peu quel.,:, H U recueillir dans '•' tejpoa sur cehc air.un mystrieuse, rth.ney ne lui [iUa f e Pr le piv.n.e, CuU p d leu. Ulpa. il le.ua de furr pour eihapper a ses ussassin,, 11K(I aneint par un scloml w>uu (| Si.llaissa sur le sol. c'est alors qu il lut achev coup., de puK""rlelde.nanehelle. ecudavre mutila rut ensuite li laide de cordes et attach aux erbrta dei fourvn .marins situes loul pr. Le lendeman, ou leulerra dans le sable; dans | a IUii ic „, 1X lk .. eaux recouvrit c spulcre, mais rarcuwnl le* lments voile... jamais les cu.uc* .les n.,.,,,,, %  t, le matin, le .vhux. e.,. ,.,.la..l le sable, dcouvru Iccadavix*. specliii lernule q u niait vc.l^c.iHCC. Commencement id'incendip Avant-hier, vers 7 heures 1 4, ja Sirne soudain annona un incendie, e l'eu, cm elfet, veiuil d'clater la rue Lamarre, f iroximil du Champ de Mars, leureuseuient qu'il v a loul pris une station de la Cie. des Pompiers. I.a lutte contre le fl.nu continence donc la premire minute et comme du I entort ne tarda pas arriver dr la Station Centrale, le l'>u lut vite teint. Ce ne fut donc|quun coin mencement d'iicendie. Efect ons i amaonniques t'est dimanche qu'auront lieu, au local du Grand Orienl d'Haiti les lections la i.rende Matrise des Loges hatiennes, le mandat ilu Ura nd-Ma lire actuel devai t prendre fin en Janvier prochain. Deca candidats sont en prsence, MM. Llio Joseph el Victor Cauvin. La lutte, perall-il, sera chaude, (pendant, d'aprs nos inloinu. lions, Me. I.lio Joseph a beauco ip de cl.unce d'tre lu. L'Italie et les nations voisine A PARISUne dpece de Genve au Matin dclare que la politique extrieure de I lu lie n'a pas une bonne ni eut. Les milieux allemands disi n %  de Rome a offerte) Merlin u i trait d'amiti en place du i tr:ii! d'arbitrage. Les milieux Yougq Mavc< sont irrits du trait d'i initietyrannique que l'Italie a lait signer a l'Allianie. Mussolini lirait intrt rencontrer les ; utres ministres pour dissiper lorincllement CM dangers. WASHINGTON Le Message uLiiu. I du Prsident Coulid^e eu-' voy au Capitule u l et oul avec une grande attention. Il a obtenu les louanges habituelles d r recevoir une nouvel pn \irior. de projets de lois et de r dutioos e s'est ajourne ensuite par respect pour l'oncle Joe Caonon qui avaii t son prsident pndaut de nom 1 reuses annes. Voici les principaux points du Me: s ge prsidentiel : Une terme quelc )i que de rdaction temporaire dis imilset M n solution b en comprise, si possible, du problme de la vente des produits Kgricolef. Le prsident 'anse laquestouie mlho es aux lgi< lateurs et recorrmaede simple* ment que l'excdent de $ 3SJ.O0O. 000 du In sur ne >oit ps %  n ni. r comme permettant une rvision permanente des taxe? et qu'en 'oc cupant du problme de l'xide donner aux fermiers le Congrus vite tout ce qu pourrait avoir l'air d'une tixatiou de prix. Le prsident suggre que l'on prenne des merures aussitt que po.sibla pour .I.I l'adminis tration d s Pal •! %  la brun t lu m u ne anche civile du g uverinnent. Il propose que l'ou lasse quelque • hoe pour m t lie tin an r i,u il uuoDvnienleila grande dpeue SSUia par l'abais -i-u.t ni du niveau des r i,inl> lao ; il reno'iveile M s i claraiions ec faveur du tarif de p ottetion el de la stricte ap[>l.caion de la probb. lion ; il libro les pn messes de ion administratiou en ce qui concerne les conomus et duuue uue longue liste d'autres suggestions tout en reconnaissant que dans la courte session du Congrs ou oe pouvait pas prisea'.er un program me lendu de lgislation. La Message ne contient aucune meatioc de la mu mondiale, sujet qu'il avait dclar dans son discours de KaniasCih ne pavouloir soumet tre de nouveau u Saat.ll n'a fait aucune allusion directe au Mexique. Voici ses sugg stions eu ce qui concerne les autr.s question : L'exploitutiou d. s tcusclesliials E iiur la production d'engrais h on mch Ln canal allant des graads lacs la mer par une voie qu'il resle • %  chjisir. La consolidation des clumins de 1er et une sim plitication de l'valuation des pro f rits d s Cies d: chemin de frue lgislation pour le contrle de l'industrie du charbon. Ineprpa ration adquate dl'arme et de la marine.L'appui : donnera la con lrencts prliminaire et ton • les autres mi>uv< lutiits pour la rduc_ Offre d'emploi un demande une bonne cuisi niirepour maison situ .', %  d Bi' %  •ii. S'adresser E .n eW n'e occasion A vendre un Btiagu KlUhcn p r,ait tat loul ai el,K— Tre r e iv.-Il-ni. S'adresser au Matin, a •H m. vcotosoR m&B ettst-tst It^.^^^^r,^ Aux proprit it du camiom On nous signale, coace les camions a passagers, ut*, it tait qui, sans doute, a on importance. Nous le nielle-us volonticsauxpi ta ires de camions, licauroui ces voilures sont dpourvu lumire l'i ilrieur. Lor les camions sont obligll v< yager I* nuil, commecsl|| rive 11querament en celle son, les voyageurs sonl en ne obscurit Ils peuvent] viclim s de malandrins prendraient passage dam Hs] inions dans le seul but de trousser les passagers. Evkj ment c -la ne s'est point prsent, mais comme ver vaut mieux que nous ne voyons point tr quoi les propritaires I raient pas placer une] l'intrieur de leurs canal Un messaol MNussoliDi MX r ROME Mr. Mu adress le message aux l'nlcts. La priwtj crmonies, inaugurt) cviilmdionsest tcniti 1 ndi n do tti-raillerst quillilet dise pline. Les p lels s nt inH p .-ter a uncaiilre Sil "' crmonies de tout Norwish Union Fire Insuranoi Socit limited Au Capital de Or. 30.ooo.ooo | Une des plus inporanfes Compagnies tarai contre l'incendiei ; ; AfiPntst ~ ulCap-Haitieu: J. PARAVISINI nyvttlV Au Cives: JEAN BOUHGEOlSa^ AgentjGnral :"l x Cjiyesj HtM DALDER Port-au-Prince A. DE MATTIS & CO, P'in-tenlant pour H .b *Ar4



PAGE 1

LE MATIN— : *cembre T t926 Hamburg Ameriks-Lioie les plus chics Chapeaux de paille ni chez Le S S Grunew ald> sl attendu ;• Port-au-Prince le 14 Dcembre courant pouprendre des passagers et du fret pour 1 burope. Lse nier 'Trop" eslatten du 1 on au-Priuce vers le 21 Dcembre avac du lrt de l'Ku rop Pori-au.Prince, le 8 Dcembre 1926. Ololfson LUCAS ACo The loyal Mail Steamp Packet Company 120, Une Roux S du (jioae D'Arc) i Parisiaoa Khier et hier, la DirccParisianu ut l'aimable lente ide d'organiser en urde marins du Jeanne [deux reprsentations ciTaphiqucs l'arisiana. ,i, ies braves marins tnt tu Prince CharJoli lilin qu'ils applau* de bon cœur. Apres la glation, ils allrent se t au Har el, cordiails levrent leurs vtr%  prosprit d'Hati et neui de Port au-1'rinte. rsoir, eut lieu la seconde talion au cours de lafut montr un gentil lilin Petits , que les marins une D'Arc admirrent Ihousiasme. l'quipe hatienne ird'hiii renlreronl par imHorn*de la Morne & sporlsmtn qui ont t reprc-st'iiler le Sport hatien, Kingston. Si nos equipiers ont : vaincus.ils neiont,sansdoute, pas t sans avoir vaillamment el courageusement lutt. A ce seul litre, tous doivent saluer leur retour avec •ympathie et cordialit. Cependant nous (levons ajouter que l'esprit d indiscipline, l'absence de I esprit d'association, le manque d entranement rationnel ci mthodique n'ont certainement pas t trangers notre dfaite. Prochainement nous tudierons cette question des sports en Bafti. Lu attendant nous souhaitons une cordiale benvenue ou Prsident de IV.S.S.H. et aux vaillants equipiers qui ont jou Kingston. Au dernier match l'quipe hatienne a fait match nul contre AU Jamaica . Gela c'est un succs. Photographie Eufl-Mevs Les Clients de la Photographie Eug. Mevs dont la repu ation est tablie par de lon-J gUes annes d'un succs croissant peuvent admiier.exposis dans les ateliers les nouvelles photographies dites Amtolupes, obtenues par des agrandis sment s lectriques. C'est la dernire des inventions franaises au point du vue photographique. C'est si nplement merveilleux et l'on sort, comme toujours, satislail des travaux cou lis. Notez ceci : . LA PHOTOGRAPHIE Eu MEVS vient de recevoir un stock vari de moulures et d'encadrements de toute beaul, de toutes dimensions et pour tous les gots. Ceux qui veulent conserver un souve.ur durable doivent se rendre chez Mevs o ils trouveront des encadrements appropris et de bon ton. U." Le steamer tKara venant de Kingston est attendu Jacmel le h Dcembre prochain,!tchar gra tout les poils du Sa t els ni Port au l'rinc %  le I De embr prenant le frlpa t les nuits au A ordcl l'Emane. Le .S/.S'K Singlelon Abey ai attendu lai met, le Xi D 'e libre prochain. J. DAALDEHJr La Petite Mm lfi.'JT Hue du Centre JOUETS JOIES Vient de recevoir un bei a ;• sorti ment de : Costumes d'enfants dernier cri de Pans ;cols pour garjn nets; I llloinaii soie pour cols et petils costume; |Jas el sou lier de dames, chaussures dniants, chaussettes ventails, etc. Lingerie: confection pour bbs. Objets pour cadeaux, papeterie pour daines. mmfmmius Angle des Hues du Magasin dt L'Etat t des bronb-borls Marchandises P r a n c a i ses pour les ttes de fin d'anne. Pormes de chapeaux. (1er mre mode. Parfumeries de toutes marques Iloubigant, pivert, etc. Comptoir de mercerie. Chapeau pour enfants, hommes cl daines. Articles les plus fins la porte de toutes les bourses. .LeBtmf Go Agent Gnraux LA IUSM55 ET LA PLUS DHCACI INJECTION PEYRARD D'ALGER • contra II BLENNORRKAGiE •t tous coulement, anclt.ni ou rctnti. 231 Irtes guris sur 232 I'.. . %  4.. MUrt d'AWl t^j' L traitement est complte' DRAC££S P£YRAP.Dii : i r/nITlKE qui calment la ii>u! -i; clarifient Iti urines, purifient le ans et "in'rHteiit la tytlite. • TOUTM BG.4NE <'II>'.KMA( lis faunti IH^-I. t. -,. A, On .n.. r'vj U %  n Westclox Slcep-Mctcr et Jack o'Lantern P ; RMETTEZ-NOUS de t n pi entt r s;,, p-Mi ter et Jack < Lantcrn. Ce sont d^wx metn! .'.. %  !.i fam'.le Weatclox,<11. qu i .: ( :., vous n'avci ; as rencontrai auparavant. Tous les deux apnt di rw i!i attrayants. I n effet, ils sont vraiment idcntU qui sauf le cadran de SlccpMcti-r qui est blanc, cr te cadran le Jack o'Lantern qui est noir ai ce 608. AV.JII l'.ni. lui du .r I. A|>r*i TaMploi du Virol. RAPPORT DU MDECIN: On m'a arm u: !l. J.. m i>--t %  t evon ds 12 nota. Quand je le vis, il tait fort epui'U. < u Maya l'un aprs l'autre sur lui, sans aucun rsultat, les raii c les i lassiqocs babftusia. Il M I sait que %  '"SS6. C'est (Jets '|ue ).• le lOams au Virol en olitcnant un lUCCa immdiat et ancouraccant. Son p is se mil %  augmenter uniformeroefll raison • Vue! • t un alimrii' ni S. i. i ... \,t r d Alimrnlamn LMCK ... a. NUraauw, d'Anm. d.' Ilnhiii m .!. 1 hlum VIROL AOBNTMi W QUINTIN W II.1AMS A C \. Port s i l'nnt. HATI. BoM* PoMak 147. \ii


PAGE 1

LE MATIN— 10Dcembre 132G Vf: -^ mm$Mwmssm ^ • — mTi ""F T %' o u B f !" *. __:._ %  : " *£*m^Jy SatinaIV hitesnow-Hercules rieduca l'intestino ^ j..i Stlttchezzn i E,nte>ritr Vtrtlf{ln D lape pr.ittmlcrania asiate •ni ta buona %  e oyni sera JUBOL m fatol .-.-^oljr,-:T/lor M 0ftetO I'I.;.I a li..Vl musii mtolt ruliniu l Jnb-j), iortt I jton ml eli-tcrc ont < va a! .'t tl!•• uu a i ore iiluttri. Pcr i-o*ir.> IV MIIM u -ri-bb* ont/.; tu ni wNurtii'iclanio i .U-'.TI cbe an n •nilan non -i iiimiJ n htfta l T? !M l*?j'oroi-il 'Incw.-icnn or I (.nu-. Dr BIAHMD v .. ; .u util !i M' i'xl, i dl MoauiCllaK ,. tttOSSOlOI '.;jd tatliihia/' : .'**.'..'' % .' 'i ... \. .. x i I*-.K.. .i _ %  • %  %  ( Ullal '' iliMK, ... J*.-.' :t,.; j 1 i. u !-.NI ...• ...'.J W pjHBjHHNaYaVHBSSlSa • HZ : ..:.:->.:-I es Seuls Peintures Inaltrables U es Ion de ces peintures convenablement appliqu ucouue^OO pied carrs de surtace. Voici les irr portants difices o i otre peinture a t employe jo-i ,. ,u Q ai I! r "I minus, C. <;. , M. .i>Vi!la Marlirear, TiTjseau Villa Aeule Martine u, I egeau — Vill L-.p Dfini Uel.ut\ U\Aut i. ^'r'•''•'t',' 0 '" Vi i,. EdtttO'i M. ncoo. CM, de < l.-e Vil.=. > aurice Cwtan, l'eu g < Vil a ,Vm. • Veuve T. Auguste, Bois V r.a V i H Antoine MH [>. '" !.. s. Itodolphe Bonev. 1 u d'Ch tst \ nia I I eli ar AnMltt' i •• 9nn V.Ua Ed. Uepiau Rail v„. Villa Ren haubert, BelUvue \i Ml • \'ti \e T i! M u uit, l!ellt\ue Vji'a llT-n l'^qui.r. l'eu de hott Ville Me A Hortl, Be.V.vi| • liU 0Whld Biaidl iT^idence Villa hTliMd i oib Vejn.-Villa Luc Thean. A^n J.,hn lli.wi Us Bf.|-UB nVr acbe-eie/ p us d'art! lu.poitalion dee rneill.ur. NIN^ I la >i I %  C.UOS & uETAlL G (M? Jean se aie : C* Rue Frou.eDji.ci de la Banque Nhlioca'e .1 %  •. )) La sant est une premire ncessit L'nergie d'une sant magnifique gagne tout dana ce monde. Les % maladies proviennent des germea qui abondent dana la aalet. Le Savon Lifebuoy dtruit toua les germea de'* la peau. U la purifie et la protge. lavar Bro*. LU., Port Sunlight, AnglaUrr* • m M •M I i %  S a S Chez C. E. Seixas On trouvera enli autres rriftrchandises les articles ci deuM* anivs par le dernier steamer franais: Chaussures tines pour dames, fillettes, entants et. pour MM J renelle souple ( Marque llaltas.) couronnes,niadmos ee Jje le tuaul pour rraiitts: dpe de.chine uni, Irapp; GeorgaUa, (turn.Lf des lirsus ii-M m..es deii.ii^ Louuaute ; tOUlsl soie Imi'ta : plun tti> ; ih>|.au garnis pour li lettes l M fai.ls, Ganls de pra.i vant. ils : Ghwp.aai Jean Bart et Itiae pnui garconneU Un bel as-oitiment de va'enc nues de pw sieurs nuances : crme, crue, ochre. Paul Auxila j Si vous dsirez des articles d'ameublement, tela que Lits W fer, fer et cuivre, tout cuivre, |bois. Armoires' glace ou W glace. Coiffeuses. Tibias de toilette. Chaises, Dodinea, r* tttnls Tab'e de f alon, tn osier, eu liaue. ou autre. M.ioirs, l'apiet Tara Ites, descentes de liLTapu de law, Ki.le-.x en tulle, u Ci ipure. Draps de lit, limpha el biaasa. Taie ess-irt-Hau u...ps. Serviettes de toilette, de bain u IOI.I table. Nappai en lil, en coton. To.l a drap en cowe, en IH el coton ou tout li'. E suies verre. Vaporisateurs, pea* drjere, B l.elols pour table dtoi ettef, etc. vous les • &f "' %  a chez PAUL E. M'XIL, ou l'accueil te plus bienveillant eue sourire vous attendent. m r • r \ • jUi]lttttMa^i?att1i^^ •r MBV^^^^aiiisaaaaa^^a^^a^a^K^aVaVHaVlVAaVlfla^Va P4H Contre le Mal de Tte, les Douleurs et les Malaises nerveux dont souffrent les dames pendant leurs poques mensuelles, il n'y a aucun remde qui puisse remplacer la s ;* Comprims .BAYER" ^ J'Aar^irixie ci d i r.in>snrT -wi tm. • -• • pmmmm*%  -.- L *. .-^-*—.aat^wm.. En vente dans tours l


PAGE 1

jtfEL'R PROPKILTAIRK yjlPRlMEU* l lfi nt MAQL01RE BOIS-VERN.'. Rue Amricaine, 1338 a jfc'Mf-HO 20 CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 242 H'Jautque le monde s'lve p. u peu une conception supneu. rc du bien et du ma'. De l, il verra clairement qu'il y a de petites ei de grandes m rale?,mai s qu'il n 4 y a pas de morale san 8 justice, ni de justic? sans piti. Heirj Bitiillt fexE N-:u72 POW'-AU-PHINCE ( HATI ) VENDREDI 10 DCEMBRE 1 Lettre de France La Femme Moderne ^it beaucoup de h poderne... Sa volont tte de rompre avec la iqui lu confinait dam m, son dsir de me jixistence parallle 1 [homme, ont indislies esprits grinchr u v mettent aucune nou(^sans doute, la pulie, l'innocence, la re. l'effacement, toutes un peu bien suran1 manquaient pas de Mais que faut-il penimigraines, des crises 1 uu de nerls, des ementsqui leur lai— rtge. t|ias une vision plus plus forte, plus bel h, ede la renome moder assise au volant de accepte de se dseule &J milieu des fde la rue, avec uu lie audace ? kcloppan! son sang1 matant es nens, n'aliait un ellortCligne courage et non moeurs puise en vain %  t contre le courant. Vil pense l'utiliser e. {srsultats auxquels pu atteindre seul a un fleuve chle possde aussi son VH celui qui noiisenird'hui parait nous Wune simplification 'os grande. Voyez modernes, leurs lignes simples ne {conservent que l'indispensable et suppriment tout ornement. Les modes renoncent peu peu ce qui apportait une gne, uue entrave: le cbignon, le corset, la jupe trop longue. Dans l'ordre moral, on a progressivement lagu ce qui ressemblait de prs ou de loin des prjugs, Filles t garons reoivent la mme ducation, la mme instruction. Il but que les uns et les autres connaissent lu vie et sachent, au besoin, se tirer d'affaire par eux-mmes. La jeune fille, qui n'osait sortir seule, se mle courageusement au coudoiement des gens presss la bousculade des Joules. La femme du.m.mde travaille sou vent,s'enorgueillit de pouvoir aide;-son m ni pcunirenieiit, alors qu elle aurait craint, autrefois, de se dclasser en acceptant ce rle. On peut s'arrter et regretter le pass, la vie moins trpidantc.plus lacife.plus douce. Qu'y gagnerions-nous? Mieux vaut suivre le courant et tacber de parer ses dangers. Nous pouvons craindre que la jeune fille perde de sa puret a connatre trop tt la boue, la misre, les tares de notre socit ; mais si les parents savent administrer le contrepoison, cest-dire Inculquer leurs tilles les principes de doiture.de propret physique et morale, la puret avertie de leurs entants saura se garder des prils qu'elle ctoiera. mieux peut-tre que l'innocence qui n'tait laite que d'ignorance. L'autre ueil, c'est que la (•mme perde sa fminit en se mlant l'pre concurrence qui svit dans tous les mtiers. Il faut qu'el'e trouve en elle mme, en son cœur, en son me prise de bont, de tendresse, l'ardent dsir de remplir sa mission de femme, d'aimer et d'tre aime. Fminit n est pas synonyme de taiblesse. Lue femme peut travailler au dehors et se retrouver pouse et mre admirable chez elle sans aucune allure de garon manqu. La femme a voulu ragir contre lesdiffi ulls de toutes sortes qui entravent la vie ac tuelle. Elle a donn tout son ellort pour sortir du rle secondaire qui lui tait attribu, afin d'arriver pouvoir vivreseule, sans tuteur, comme un rosier vigoureux, moins par got que par ncessit. Mais si elle est vraiment digue du nom de femme, l'instinct qui la porte l'amour, la maternit, reste grav dans sa chair mme. Pour elle, le rre clair d'un enfant, la petite voix maladroite oui balbutie si tendrement Maman chrie • demeureront ternellement le bien suprme, la joie la plus profonde, le trsor le plus prcieux... SOfANS GABON. U Amricain • H* Ballon! Fils Ho ma in . a 9 heures 30 aura Port au Prince C lUilIU *'. 9 heures 30 aura Club Amricain, une en l'honneur du Mant et des Officiers %  in.' I/Arc . Prception, il y aura idau 1H Polo n Thon' rkmt d'Arc M Pal ou demain, se P Ghamp-de-Mars, J "e Ualo en I h >..JH visite du Je nne exact o doi avoir Pirtie sera indiqu [•Lgation de France TBluniqu aux orgiMe programme de la tau navire. Mus le "aura p a$ |j eu au i re paujourd'hui ou deCjwlts Wo-Youfloslifs S^ D ,: ~ L-Cabine' T^dont le .'rsident 0n nil f Vitcl1 a J Mm8a 8e '. %  1 cjusldre que d 1 0ne consquence lC ,a$, K-aturc du rIwl llal Albanais qui. fi a Y Bclgrade isol la Yougoslavie. Port au Prince Les articles de chez H.BAJL' LtjNJ Fils n'ont qu'un seul dfaut leur bon nurchi. La dsirmemaat do l'AIIenaiioe GENEVE M. Massagli secrtaire de la confrence des a il basas leoTS 1 \tr.s a consult les ministres des affaires Etrangres et |e> experts allem ni-ls au s.ijet du dsarmement de P llemagne. Les allis pensent que l'Allemagne n'a pas encore donn satisfaction particulirement en ce qui concerne les forteresses qui se trouvent sur les frontires polonaises et Tchcoslovaques et la fabri cation de matriel particulirement de machines pouvant tre utilises eu tenus ds guerre. Les a 11 e m a nd alir ment qu'ils soit trs dsire ix de satisfaire a tous les desicL*. rata pourvu qu'au leur indique une date dj.'i itive pour la cassation du ontrole mter ad qu'ils considre eu u IU veiatoire. Les ngociations ce sujet exigeront probablemat plu .leurs jours, tprj une confrencedee premiers ministres, ce matin on a pibli un communiqu disant qu'on esprait arriver a u:i accord. Deinain.encore un jour que chacun pourra marquer d'une grosse pierre blanche. Jour heureux Mais oui, car. demain, 8 lires du soir, l'Institution St Louis de Gon/uguc. on rejoue: Gilles de Rets *1 Paris-Baxai 1 *C*I i V OUf av e z Moin de beaux CHALES, nuancesjvaJg, si' "esjpour cadeau de fin d'anne, empressez-vous E (le passer t^* lll Paris-Bazar f 3 Envoyez-y vos portraits, ceux de vos amis, parents ^5 JS cl*-', pour agrandissement.— Prix trs modrs. fPv A i Externat Sainte-Rose de Lima Ooe gentille manifestation Les Sœurs de l'Externat SteRose de Li lia, rue du Rservoir, o il eu la belle si pieuse ide d'riger, dans la grande cour de leur Institution, une reproduction trs russie et trs originale de la Grotte de Lourdes et de la miraculeuse apparition de la Vierge Bernadette. La grotte est au naturel, faite de pierres t d algues marines, l'intrieur, une belle statue de l'Immacule Conception, l'entre, Bernadette genoux L'effet artistique est parlait, le souci des dtails historiques des plus minilieux. Il >' a jusqu' une petite fontaine d'o coule une eau daine, figurant la source prs de laquelle la Vierge Immacule apparut la petite paysanne. Avant-hier, l'occasion de la Fle de l'Immacule Conception, eut lieu le bapt6.Be de la Grotte en prsence des lves de I Llablisseincnt. Petite fte tout intime qui revtait un cachet de pit et le puret bien touchant. <;'cst M. le Chanoine Richard, C.urVdfr, la Mtropolitaine, qui ii!f*ii)|ait la petite crmonie. Lorsq il eut dffun la bndiction au petil monument, le l're Richard, s'adrcesanl aux colires, leur rappela combien en tout et partout, en classe, au loyer familial, en rcration, au jeu, elles devaient s'efforcer de ressembler Ben1adett2.de toujours se rappeler que Marie est parmi ell s et qu'elle aime et protge MM petites tilles au cosar Kir. allocution touchants pie es entants coatreut attentive* ment. Dans l'aprs-midi, l'intrieur de l'Etablissement, on dressa, dans chaque classe, un autel la Heine des Cieux et toutes les lves, prcdant une statue de la vierge, priant et chantant des cantiques, dfilrent travers les salles. Gentille manifestation bien laite pour maintenir dans tous ces c.eurs iniio.culs la puret et la blancheur des lys qu'on offre Marie. Hier, nous avons t voir, nous aussi, le petit monument des Ses ira de rExtemat. Il tait tt. l'heure de la classe n'avait point encore s inn. La grande cour tat sile ic cuse, seules quelques lves, les premires arrives, mettaient tout au fond, la note originale, svre un p'Hi.de leur uni (orme noir coup des rubans aux nuances vives. Aimablement guid par la Directrice, nous contemplmes un moment la grotte. Devant elle, comme Bernadette, priaient trois petites des Sœurs de l'Externat... L'entre de no$ glises Nous avons pu remarquer que gnralement les parvis de nos glises ne sont pas suffisant ment clairs. Fort souvent, sur tout aprs les mariages du soir, lorsque les maris quittent l'glise.— le lait s'est prsent A Sle. Anne, la semaine dernire, — des jeunes gens mal levs profitant de (obscurit pour avoir des aititu l-s trs incorrectes, prolrant 111 • n • p irlois des l.i/./is et d •> cii < m. d iv nants. Les remdes apporter la chose, c'est dplacer d'abord une lampe et ensuite un gendai'.me l'entre ds nos glise. •s4i4ifttt*WS,Mate( L^ies |U sant a porte de la aaio A StLnuis de (ionzague. — Demain, 8 heures du soir, 3ie et dernire reprsentalion de Gilles de Retz . .4(1 Cercle ll.'lU'inu:— Samedi. 18 Dcembre, grand bal annuel du Cercle Be'.levue. A la Ma leleine. Samedi 23 et diimnzhe 23, grau le matine de charit au profit de l'Orphelinat de la Madeleine. Les Salnti-lnn tante.— M r li 28, belle crmonie religieuse li Cathdrale en l'o.ineur de* enanls. Au StcrCœur. Dinniche 2), l'occasion Ai la tl.de Saints-Innocents,sjr n I %  1 v • tte oiginis.-e par de Bir*' siens au profit de l'glisj d 1 Sacr Coiards Turgoau. A l' Amicale du Ly Dini niche 2 Janvier aura lie 1 1 1 lte annuelle de la Ibbhothe IUJ Nationale. ous les pruar itifs sont en Iram afin aac eette 11 nion ait le plus bel clat. *2 ^X N'hsitez pas: iBLUCMOfg! garanti abso Achetez le Beurre de table li ment pur. En vente chez Simon Vieux, A. Boit, Alfred E. Dereixetc. et des bonnes piceries. Vieux COMMKHCIAI. AVENUES AND CoMMI.SSION.flJ P LON R. THEBAUD PIIONE 791 BarTermfnus Propritaire i& A.Wldmabr j.,'4 A l'houneur d'informer sa]])i9nnilUitj ejliiitsti t qu'il a install l'et v de son tablissement, un salon flS exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera %  O' des consommations de premier choix et o des lunchs ..-M seront servis sur demande. 2 Tlphone No 786. ... a vu que la rigole situe au c >t sud de l'Hospice Saint* Franois de Sales, rue de Bretagne, est dans un tat dplorable, les talus menacent ruine et si on laisse l'aire le temps la rigole sera bientt un trou norme et dangereux. • • ... voit une quipe de la D. G. T, P. entreprendre la rfection de la grande rigole qui longe lu quartier compris entre les rues des PmssUes et du Rservoir, ... avait, fort souvent, regard avec inquitude et pit le malheureux sort lait aux maisons qui bordent cette rigole. Un bon coup d'oui la D. G. T. P. * f ... a vu, mardi soir, une auto Ford charge de promeneurs qui faillit chavirer au haut de la rue des Csars. L'accident ne fut vit que grce a l'adressa et au sang-lroiddu chaulleur. Il y a donc la danger pour les autos. Avis aux conducteurs. ... a constat l'tat dplorante dans lequel se trouve le Champ de Mars, les pelouses, les platesbandes, le long des alles disaraiasant sous les herbes loi les es halliers I toutes sortes de plantes sauvages. Pourquoi ne laiton pas la toilette du Champ de Mars? l; ... a vu avec tonnement que mardi fl heures du matin taient un jour et un* heure de stationnement pour les auto*. Pas une rue jui n'en avait une immobiliser : a l'angle des rues Moutalais et Destouches. c'tait la Ford No. O qui attendait, toute noire dans la nuit ; i la rue de IKgHlit, quartier compris entra les rues Desloinhes et des Miracles, c'est le No. 3984. dont la capotegda toile jaune mettait comme une norme lche dans l'obscurit,;'! la rue du Itservoirj tout prs 'les Boraux du Service Hydraulique, c'tait l'auto 277 qui, Ions leux teints attendait dans la rue. l'uis. rue du Champ de Mus., c'tait... mais C'est assez, Soi m: ( Lu. n compt celle nuit-l pins de 11) autos en panne voiontsite. Mais, en somme, cela se comprenait, puis qu'il tait 2 heures du matin et que tontes ces autos stationnaient tout prs de logis de Helles-de-nuit. • • • ... a vu, avant-hier, vers 10lis. du matin, toute la ruelle Itobin, Avenue V, Bois-Verna, en grand branle-bas. Huissiers et reois dlogeaient, mais sans trompette ni tambour, un loealaire.en inaille partir avec sa propritaire. Tout, mobilier, vaisselle, meubles se trouva bientt dans la rue. sous les regards intresss des voisins, glisss entre les Persiennes des portes. Des gamins et des dsœuvrs s'taient attroups da.is la rue, l'amusant ce spectacle et la ruelle d'ordinaire si tranquille tait en grand moi. ^rmm dministration Gnrale dee Foutes. Avis de dpart Us dpche pour le Cap.Hai tien, Sew York et l' Europe (lia A.> orA: direct) par /• steamer Luna seront fer mies tatnedi /I du courant dix heures d% matin. <*


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06886
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, December 10, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06886

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
jtfEL'R PROPKILTAIRK
yjlPRlMEU* l
lfint MAQL01RE
Bois-Vern.'.
Rue Amricaine, 1338
a jfc'Mf-HO 20 CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
H'Jautque le monde s'lve p. u
* peu une conception supneu.
rc du bien et du ma'. De l, il
verra clairement qu'il y a de pe-
tites ei de grandes m rale?,mais
qu'il n4y a pas de morale san8
justice, ni de justic? sans piti.
Heirj Bitiillt
fexE N-:u72

POW'-AU-PHINCE ( HATI )
VENDREDI 10 DCEMBRE 1
Lettre de France
La Femme Moderne

^it beaucoup de h
poderne... Sa volont
tte de rompre avec la
iqui lu confinait dam
m, son dsir de me -
jixistence parallle
1 [homme, ont indis-
lies esprits grinchr u v
mettent aucune nou-
(^sans doute, la pu-
lie, l'innocence, la re-
. l'effacement, toutes
un peu bien suran-
1 manquaient pas de
Mais que faut-il pen-
imigraines, des crises
1 uu de nerls, des
ementsqui leur lai
rtge.
t|ias une vision plus
plus forte, plus bel h,
ede la renome moder-
assise au volant de
accepte de se d-
seule &J milieu des
fde la rue, avec uu
lie audace ?
kcloppan! son sang-
1 matant es nens, n'a-
liait un ellortCligne
courage et non mo-
eurs puise en vain
t contre le courant.
Vil pense l'utiliser e.
{srsultats auxquels
pu atteindre seul
a un fleuve ch-
le possde aussi son
VH celui qui noiisen-
ird'hui parait nous
Wune simplification
'os grande. Voyez
modernes, leurs
lignes simples ne {conservent
que l'indispensable et suppri-
ment tout ornement. Les mo-
des renoncent peu peu ce
qui apportait une gne, uue
entrave: le cbignon, le corset,
la jupe trop longue.
Dans l'ordre moral, on a
progressivement lagu ce
qui ressemblait de prs ou de
loin des prjugs, Filles t
garons reoivent la mme
ducation, la mme instruc-
tion. Il but que les uns et les
autres connaissent lu vie et
sachent, au besoin, se tirer
d'affaire par eux-mmes. La
jeune fille, qui n'osait sortir
seule, se mle courageuse-
ment au coudoiement des gens
presss la bousculade des
Joules. La femme du.m.mde
travaille sou vent,s'enorgueillit
de pouvoir aide;-son m ni p-
cunirenieiit, alors qu elle au-
rait craint, autrefois, de se d-
classer en acceptant ce rle.
On peut s'arrter et regret-
ter le pass, la vie moins tr-
pidantc.plus lacife.plus douce.
Qu'y gagnerions-nous? Mieux
vaut suivre le courant et ta-
cber de parer ses dangers.
Nous pouvons craindre que
la jeune fille perde de sa puret
a connatre trop tt la boue, la
misre, les tares de notre so-
cit ; mais si les parents sa-
vent administrer le contre-
poison, cest-dire Inculquer
leurs tilles les principes de
doiture.de propret physique
et morale, la puret avertie de
leurs entants saura se garder
des prils qu'elle ctoiera.
mieux peut-tre que l'inno-
cence qui n'tait laite que d'i-
gnorance.
L'autre ueil, c'est que la
(mme perde sa fminit en
se mlant l'pre concurrence
qui svit dans tous les m-
tiers. Il faut qu'el'e trouve en
elle mme, en son cur, en
son me prise de bont, de
tendresse, l'ardent dsir de
remplir sa mission de femme,
d'aimer et d'tre aime. Fmi-
nit n est pas synonyme de
taiblesse. Lue femme peut tra-
vailler au dehors et se retrou-
ver pouse et mre admirable
chez elle sans aucune allure
de garon manqu.
La femme a voulu ragir
contre lesdiffi ulls de toutes
sortes qui entravent la vie ac
tuelle. Elle a donn tout son
ellort pour sortir du rle se-
condaire qui lui tait attribu,
afin d'arriver pouvoir vivre-
seule, sans tuteur, comme un
rosier vigoureux, moins par
got que par ncessit. Mais
si elle est vraiment digue du
nom de femme, l'instinct qui
la porte l'amour, la mater-
nit, reste grav dans sa chair
mme. Pour elle, le rre clair
d'un enfant, la petite voix
maladroite oui balbutie si ten-
drement Maman chrie de-
meureront ternellement le
bien suprme, la joie la plus
profonde, le trsor le plus
prcieux...
SOfANS GABON.
U Amricain H* Ballon! Fils Ho ma in
. a 9 heures 30 aura Port au Prince C lUilIU
*'. 9 heures 30 aura
Club Amricain, une
en l'honneur du
Mant et des Officiers
in.' I/Arc .
Prception, il y aura
idau ,
1h Polo n Thon'
rkmt d'Arc
M
Pal ou demain, se
P Ghamp-de-Mars,
J "e Ualo en I h >..-
JH visite du Je nne
exact o doi avoir
Pirtie sera indiqu
[Lgation de France
TBluniqu aux orgi-
Me programme de la
tau navire. Mus le
"aura pa$ |jeu auire
paujourd'hui ou de-
Cjwlts
Wo-Youfloslifs
S^D.,:~ L-Cabine'
T^dont le .'rsident
0nnilfVitcl1 a'J Mm8a
8e '.1 cjusldre que
d 1 0ne consquence
lC,a$,K-aturc du r-
Iwl llalAlbanais qui.
fiaYBclgrade! isol
la Yougoslavie.
Port au Prince
Les articles de chez H.BAJL'
LtjNJ Fils n'ont qu'un seul
dfaut leur bon nurchi.
La dsirmemaat
do l'AIIenaiioe
GENEVE M. Massagli se-
crtaire de la confrence des
a il basas leoTS 1 \tr.s a con-
sult les ministres des affaires
Etrangres et |e> experts alle-
m ni-ls au s.ijet du dsarme-
ment de P llemagne.
Les allis pensent que
l'Allemagne n'a pas encore
donn satisfaction particu-
lirement en ce qui concerne
les forteresses qui se trouvent
sur les frontires polonaises
et Tchcoslovaques et la fabri
cation de matriel particuli-
rement de machines pouvant
tre utilises eu tenus ds
guerre. Les a 11 e m a nd alir
ment qu'ils soit trs dsire ix
de satisfaire a tous les desicL*.
rata pourvu qu'au leur indi-
que une date dj.'i itive pour
la cassation du ontrole mter
ad qu'ils considre eu u iu
veiatoire. Les ngociations
ce sujet exigeront probable-
mat plu .leurs jours, tprj
une confrencedee premiers
ministres, ce matin on a pi-
bli un communiqu disant
qu'on esprait arriver a u:i
accord.
Deinain.encore un jour que
chacun pourra marquer d'une
grosse pierre blanche. Jour
heureux !
Mais oui, car. demain, 8
lires du soir, l'Institution St
Louis de Gon/uguc. on rejoue:
Gilles de Rets
*1
Paris-Baxai1


*C*I iVOUf avezMoin de beaux CHALES, nuancesjva- Jg,
si' "esjpour cadeau de fin d'anne, empressez-vous E
(le passer t^*
lll Paris-Bazar
f3 Envoyez-y vos portraits, ceux de vos amis, parents ^5
jS cl*-', pour agrandissement. Prix trs modrs. fPv
A i Externat
Sainte-Rose
de Lima
Ooe gentille manifestation
Les Surs de l'Externat Ste-
Rose de Li lia, rue du Rservoir,
o il eu la belle si pieuse ide
d'riger, dans la grande cour de
leur Institution, une reproduc-
tion trs russie et trs originale
de la Grotte de Lourdes et de
la miraculeuse apparition de la
Vierge Bernadette. La grotte
est au naturel, faite de pierres
t d algues marines, l'intrieur,
une belle statue de l'Immacule
Conception, l'entre, Berna-
dette genoux L'effet artisti-
que est parlait, le souci des
dtails historiques des plus mi-
nilieux. Il >' a jusqu' une petite
fontaine d'o coule une eau
daine, figurant la source prs
de laquelle la Vierge Immacule
apparut la petite paysanne.
Avant-hier, l'occasion de la
Fle de l'Immacule Conception,
eut lieu le bapt6.Be de la Grotte
en prsence des lves de I Lla-
blisseincnt. Petite fte tout in-
time qui revtait un cachet de
pit et le puret bien touchant.
<;'cst M. le Chanoine Richard,
C.urVdfr, la Mtropolitaine, qui
ii!f*ii)|ait la petite crmonie.
Lorsq il eut dffun la bndic-
tion au petil monument, le l're
Richard, s'adrcesanl aux co-
lires, leur rappela combien en
tout et partout, en classe, au
loyer familial, en rcration, au
jeu, elles devaient s'efforcer de
ressembler Ben1adett2.de tou-
jours se rappeler que Marie est
parmi ell s et qu'elle aime et
protge MM petites tilles au cosar
Kir. allocution touchants pie
es entants coatreut attentive*
ment.
Dans l'aprs-midi, l'int-
rieur de l'Etablissement, on
dressa, dans chaque classe,
un autel la Heine des Cieux
et toutes les lves, prc-
dant une statue de la vierge,
priant et chantant des cantiques,
dfilrent travers les salles.
Gentille manifestation bien laite
pour maintenir dans tous ces
c.eurs iniio.culs la puret et la
blancheur des lys qu'on offre
Marie.
Hier, nous avons t voir, nous
aussi, le petit monument des
Ses ira de rExtemat. Il tait tt.
l'heure de la classe n'avait point
encore s inn. La grande cour
tat sile ic cuse, seules quel-
ques lves, les premires arri-
ves, mettaient tout au fond, la
note originale, svre un p'Hi.de
leur uni (orme noir coup des
rubans aux nuances vives. Ai-
mablement guid par la Direc-
trice, nous contemplmes un
moment la grotte. Devant elle,
comme Bernadette, priaient trois
petites des Surs de l'Externat...
L'entre
de no$ glises
Nous avons pu remarquer
que gnralement les parvis de
nos glises ne sont pas suffisant
ment clairs. Fort souvent, sur
tout aprs les mariages du soir,
lorsque les maris quittent l'-
glise. le lait s'est prsent A
Sle. Anne, la semaine dernire,
des jeunes gens mal levs
profitant de (obscurit pour
avoir des aititu l-s trs incor-
rectes, prolrant 111 n p irlois
des l.i/./is et d > cii < m. d iv -
nants. Les remdes apporter
la chose, c'est dplacer d'a-
bord une lampe et ensuite un
gendai'.me l'entre ds nos
glise.
s4i4ifttt*WS,Mate(
L^ies |U sant a porte de la aaio
A StLnuis de (ionzague.
Demain, 8 heures du soir,
3ie et dernire reprsentalion
de Gilles de Retz .
.4(1 Cercle ll.'lU'inu: Samedi.
18 Dcembre, grand bal annuel
du Cercle Be'.levue.
A la Ma leleine. Samedi 23
et diimnzhe 23, grau le matine
de charit au profit de l'Orphe-
linat de la Madeleine.
Les Salnti-lnn tante. M r li
28, belle crmonie religieuse
li Cathdrale en l'o.ineur de*
enanls.
Au StcrCur. Dinniche
2), l'occasion Ai la tl.- de
Saints-Innocents,sjr n I 1 v
tte oiginis.-e par de Bir*'
siens au profit de l'glisj d 1
Sacr Coiards Turgoau.
A l'Amicale du Ly
Dini niche 2 Janvier aura lie 1 11
lte annuelle de la Ibbhothe IUJ
Nationale. ous les pruar itifs
sont en Iram afin aac eette 11
nion ait le plus bel clat.
*2
^X N'hsitez pas:
iBLUCMOfg! garanti abso
Achetez le Beurre de table
li ment pur.
En vente chez Simon Vieux, A. Boit, Alfred
E. Dereixetc. et des bonnes piceries.
Vieux
COMMKHCIAI. AVENUES AND CoMMI.SSION.flJ P
Lon R. THEBAUD
Piione 791
BarTermfnus
Propritaire i&
A.Wldmabr
j.,'4 A l'houneur d'informer sa]])i9nnilUitj ejliiitsti
' t qu'il a install l'et v de son tablissement, un salon
flS exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera
O' des consommations de premier choix et o des lunchs
..-m seront servis sur demande.
2 Tlphone No 786.
... a vu que la rigole situe au
c >t sud de l'Hospice Saint*
Franois de Sales, rue de Bre-
tagne, est dans un tat dplora-
ble, les talus menacent ruine et
si on laisse l'aire le temps la ri-
gole sera bientt un trou nor-
me et dangereux.


... voit une quipe de la D. G.
T, P. entreprendre la rfection
de la grande rigole qui longe lu
quartier compris entre les rues
des PmssUes et du Rservoir,
... avait, fort souvent, regard
avec inquitude et pit le mal-
heureux sort lait aux maisons
qui bordent cette rigole.
Un bon coup d'oui la D. G.
T. P.
*
* f
... a vu, mardi soir, une auto
Ford charge de promeneurs
qui faillit chavirer au haut de la
rue des Csars. L'accident ne
fut vit que grce a l'adressa
et au sang-lroiddu chaulleur.
Il y a donc la danger pour les
autos. Avis aux conducteurs.
... a constat l'tat dplorante
dans lequel se trouve le Champ
de Mars, les pelouses, les plates-
bandes, le long des alles dis-
araiasant sous les herbes loi les
es halliers I toutes sortes de
plantes sauvages.
Pourquoi ne laiton pas la toi-
lette du Champ de Mars?
l;
*
... a vu avec tonnement que
mardi fl heures du matin
taient un jour et un* heure de
stationnement pour les auto*.
Pas une rue jui n'en avait une
immobiliser : a l'angle des rues
Moutalais et Destouches. c'tait
la Ford No. O qui attendait,
toute noire dans la nuit ; i la rue
de IKgHlit, quartier compris
entra les rues Desloinhes et des
Miracles, c'est le No. 3984. dont
la capotegda toile jaune mettait
comme une norme lche dans
l'obscurit,;'! la rue du Itservoirj
tout prs 'les Boraux du Ser-
vice Hydraulique, c'tait l'auto
277 qui, Ions leux teints atten-
dait dans la rue. l'uis. rue du
Champ de Mus., c'tait... mais
C'est assez, Soi m: ( Lu. n compt
celle nuit-l pins de 11) autos
en panne voiontsite. Mais, en
somme, cela se comprenait, puis
qu'il tait 2 heures du matin et
que tontes ces autos station-
naient tout prs de logis de
Helles-de-nuit.


... a vu, avant-hier, vers 10lis.
du matin, toute la ruelle Itobin,
Avenue V, Bois-Verna, en grand
branle-bas. Huissiers et reois
dlogeaient, mais sans trompette
ni tambour, un loealaire.en
inaille partir avec sa propri-
taire. Tout, mobilier, vaisselle,
meubles se trouva bientt dans
la rue. sous les regards intres-
ss des voisins, glisss entre les
Persiennes des portes. Des ga-
mins et des dsuvrs s'taient
attroups da.is la rue, l'amusant
ce spectacle et la ruelle d'ordi-
naire si tranquille tait en grand
moi.
^rmm
dministration Gnrale
dee Foutes.
Avis de dpart
Us dpche pour le Cap.Hai
tien, Sew York et l'Europe (lia
A.- > orA: direct) par / steamer
Luna seront fer mies tatnedi /I
du courant dix heures d%
matin.

-

<*


LE MATIN'- H) DeeonV 192G

mmwmvmmmm
c
Tous les marchan s Tendent les vrais
rasoirs cl lames Gillette
iAIU'OIT o vous ver/vz
lion de la course aux armnien'-.
I en foins .1 doi ii.i aux vtrsos
ii.lirmea sacs toutefois permettio
< i.(ni.p extension du systme de
l'nsioD. \.nc it'_:i> 1 htion cctre le
1>nctiHg Il recommande la pri-
ai ulgatloe rsp df d'une tfgisU'ion
*i'pp met, lui e pour la mii>e > n l
|uor de la proli.bition.
L'affairei^des_Varrcjtx
Leoqule
du Matin*
L'auteur du crime
...Mais pur qui ont t nos
lis deux coups (le Feu entendu
par k- jeune Mcrccrou et Joui
nous parlions hier ? Voil i.i
quesliou palpitante, le nud de
I. .llaile, comme on dit.
l-.st-iv Dicudonu liolemaiie
qui fil leu, qui a lit- ? i;s;..e
Lciiu Cherry .' Les deux taient
l-e^cs Vec Aliaw \ lundis
Mercerou avu
C'est Inutile de se Peigner sans
Le soin et attention que les
hommes et femmes donnent leur
apparence personnelle sont inutiles
ai les cheveux ne se prtent rendre
l'ensemble une apparence uniforme
et harmonieuse. Il n'est pas possi-
ble de crer une bonne impression
avec des cheveux dsordonns et
dcolors.
L'effet de l'eau est momentan.
En s'vaporant elle laisse les che-
veux dsechs et fragiles. Les pom-
mades, cosmtiques et brillantines
les font devenir graisseux et gluti-
neux. Le Stacomb au contraire les
rend souples, adaptables et leur
un [tale
de
La Compagnie (iillclle n'assume
la responsabilit du parfait Jonc
lionnement de la Traie lameliil-
lelte que lorsqu'on s'en sert avec
le viai rasoir Gillette.
I (illetie vols reocO'-irercz un mar-
chand progressiste r ndaut d'apprciables ser
vues.
Cet mar liand* recomirandent et venle-nt
les vrais rasoirs et limw Gillette parte que
leur 1 n^iie exprience leur a appris qu'ils
donneur ni. rsultat tmxiin ii a un prix des
plus r isonnab'e .
Demandez au premier vendeur dont vous
verrez l'talage de vous montrer son assorti-
ment de vra's Gillette. Achetez celui qu'il
vous conseillera et vous verrez comment il
vous raera part itement.
redevient
1re l'enveloppe. Dana .. .
Jumeau, aux Vurreux, lorsque
VOUS demande ;; a qu |qU un :
Mais quel est le vei
trier (j'ii
de I arme .'
ftigBIi
Retraite
cclsiut que
C'est le mardi U Janvier 1927
que s'ouvrira la Retraite ai. nuelle
ecclsiastique.
Hle aura lieu l'A e' evdi
t sera prche par le l'ie Ma-
nis, Suprieur des l'ie-. H-
deuiptonstes. La clture de la
Retraite se lera 1 samedi sui-
vant eu la Chappelle de l'Arche
Vch.
De grandes et belles crcuio
nies religieuses marqueront la
clture de la Retraite. Il y aura,
le dimanche 10 Janvier, la M-
tropolitaine, messsa et Vpres
Pontificales. l-es vpres seront
suivies de la crmonie tradi-
tionnelle du baiser de paix.
'Le dimanche y Janvier, dans
toutes '.es lises et chapelles
des Paroisses, le Yeni l'reator
sera chant pour attirer sur la
Retraite les bndictions divines.
Tous les ecclsiastiques, pre-
nant part a la Retraite, doivent
tre munis d'un habit de clueur,
du Manuelu C hristiwwriim e'.
des Statuts synodaux.
Trente-sept Curs, vicains,
aumniers, administrateui s, etc.
dans l'Archidiocse ont l a( -
pels A la Retraite.
que
et* icueillir dis
I.a encore le ilrumc
tnbreux, i.e ni\ -
i;i lgion,
.e
m.
uai le met -
a presse !.. dtente
(Jui H lue '.' >, ,t *..llS
rpond : jj ,ie sais pas Cli
gens semblent obir une peur,
une crainte mystrieuse, ils
laissent redouter l'on ne
quelles reprsa Iles.
Cependani .1 s'vre chaque
jour davantage que c'est Dieu-
j.onne Hi.l.mauequi tail p,.
leur de larme dont il |,Vt;l t
point pou ri;, ,)t |e prapr-
"" etdoist la licence ,.l v,e
par ia ioliee ne porte pas son
nom MaaHolemaneestYervei.l
chasseur Au tir, il
Il est dune tort
diiine un lustre et beau. ..a,
une lgance S *
UnjeudetennS^uL,
i auto, un soir de haUV.
pas vos cheveux du St,Ti
Pl-quez un peu de g1'"'
hommes et fann*. Sf?*
n got n'erap|oiar!'M<
que le Stacomb!^ W
L>emandez le Stsco,K
ou liquide dan, le, uS," '
oec et parfumerie*/^
Cwsras 1m h^
-.-----Offr* Gratta-----------------------------------------
Standard Laboratories, Inc.
IIS Want lSth Str.et, Nw York, T.. U. A.
Envoyai-moi g-ratia un chantillon de Stacomb.
Nom.
Ad cl r elle-
Vllla t Pift.
pa-
-,u.t
&rm
Lo
r
vcrlur. du' owjre
des Elals-Uuis
Le Message prsidentiel
M, Goolidge ugg'equ Ica Plat ppln*
vaguent du rgime militaire %ou te
rgime civil du Gouvernement
ami ieain
Une l(|islatiou contre le lynchage
le Message q'tivUagt pas la <|uesiiou hiiiienne
a le coup r.
prsumable i.ue
te lui lui qui opra. D'aprs le
peu quel.,:, ,H.U, recueillir dans
'' tejpoa sur cehc air.un mys-
trieuse, rth.ney ne lui [iUa f e
Pr le piv.n.e, CuUp d leu.
Ulpa. il le.ua de furr pour
eihapper a ses ussassin,, '11K(I.
aneint par un .scloml w>uu (|
Si.llaissa sur le sol. c'est alors
qu il lut achev coup., de pu-
K""rlelde.nanehelle. ecudavre
mutila rut ensuite li laide de
cordes et attach aux erbrta dei
fourvn.marins situes loul pr.
Le lendeman, ou leulerra dans
le sable; dans |a IUii, ic. ,1X lk..
eaux recouvrit c spulcre, mais
rarcuwnl le* lments voile...
jamais les cu.uc* .les n.,.,,,,,
t, le matin, le .vhux. e.,. ,.,.-
la..l le sable, dcouvru Iccada-
vix*. specliii lernule q u
niait vc.l^c.iHCC.
Commencement
id'incendip
Avant-hier, vers 7 heures 1 4,
ja Sirne soudain annona un
incendie, e l'eu, cm elfet, veiuil
d'clater la rue Lamarre,
firoximil du Champ de Mars,
leureuseuient qu'il v a loul
pris une station de la Cie. des
Pompiers. I.a lutte contre le
fl.nu continence donc la pre-
mire minute et comme du I en-
tort ne tarda pas arriver dr la
Station Centrale, le l'>u lut vite
teint. Ce ne fut donc|quun coin
mencement d'iicendie.
Efect ons
i a-
maonniques
t'est dimanche qu'auront lieu,
au local du Grand Orienl d'Haiti
les lections la i.rende Ma-
trise des Loges hatiennes, le
mandat ilu Ura nd-Ma lire actuel
devai t prendre fin en Janvier
prochain.
Deca candidats sont en pr-
sence, MM. Llio Joseph el Vic-
tor Cauvin. La lutte, perall-il,
sera chaude, (pendant, d'aprs
nos inloinu.lions, Me. I.lio Jo-
seph a beauco ip de cl.unce d'-
tre lu.
L'Italie et les
nations voisine a
PARIS- Une dpece de
Genve au Matin dclare que
la politique extrieure de I lu
lie n'a pas une bonne ni eut.
Les milieux allemands disi n
de Rome a offerte) Merlin u i
trait d'amiti en place du i
tr:ii! d'arbitrage.
Les milieux Yougq Mavc<
sont irrits du trait d'i initie-
tyrannique que l'Italie a lait
signer a l'Allianie. Mussolini
. lirait intrt rencontrer les
; utres ministres pour dissiper
lorincllement CM dangers.
WASHINGTON Le Message
uLiiu. I du Prsident Coulid^e eu-'
voy au Capitule u l et oul avec
une grande attention. Il a obtenu
les louanges habituelles d dis rpublicains et la dsapproba-
tion de dmocrates. Aprs lecture
le Snat a commenc les 11 ..van ;
de la session. La Chainhrepsl res-
te juste assez lougtfmps pi> r re-
cevoir une nouvel pn \irior. de
projets de lois et de r dutioos e
s'est ajourne ensuite par respect
pour l'oncle Joe Caonon qui avaii
t son prsident p- ndaut de nom
1 reuses annes.
Voici les principaux points du
Me: s ge prsidentiel :
Une terme quelc )i que de rdac-
tion temporaire dis imilset m n -
solution b en comprise, si possible,
du problme de la vente des pro-
duits Kgricolef. Le prsident 'anse
laquestouie mlho es aux lgi<
lateurs et recorrmaede simple*
ment que l'excdent de $ 3SJ.O0O.
000 du In sur ne >oit ps n ni.
r comme permettant une rvision
permanente des taxe? et qu'en 'oc
cupant du problme de l'xide
donner aux fermiers le Congrus
vite tout ce qu pourrait avoir l'air
d'une tixatiou de prix.
Le prsident suggre que l'on
prenne des merures aussitt que
po.sibla pour .i.i l'adminis
tration d s Pal ! la brun
t lu m u ne anche civile
du g uverinnent. Il propose que
l'ou lasse quelque hoe pour m t
lie tin an ri,u il uuoDvnienleila
grande dpeue SSUia par l'abais
-i-u.t ni du niveau des r i,inl> lao ;
il reno'iveile m s i claraiions ec
faveur du tarif de p ottetion el de
la stricte ap[>l.caion de la probb.
lion ; il libro les pn messes de
ion administratiou en ce qui con-
cerne les conomus et duuue uue
longue liste d'autres suggestions
tout en reconnaissant que dans la
courte session du Congrs ou oe
pouvait pas prisea'.er un program
me lendu de lgislation. La Mes-
sage ne contient aucune meatioc
de la mu mondiale, sujet qu'il
avait dclar dans son discours de
KaniasCih ne pa- vouloir soumet
tre de nouveau u Saat.ll n'a fait
aucune allusion directe au Mexi-
que. Voici ses sugg stions eu ce
qui concerne les autr.s question :
L'exploitutiou d. s tcusclesliials
Eiiur la production d'engrais h
on mch Ln canal allant des
graads lacs la mer par une voie
qu'il resle chjisir. La consolida-
tion des clumins de 1er et une sim
plitication de l'valuation des pro
frits d s Cies d: chemin de fr-
ue lgislation pour le contrle de
l'industrie du charbon. Ineprpa
ration adquate d- l'arme et de la
marine.L'appui : donnera la con
lrencts prliminaire et ton les
autres mi>uv< lutiits pour la rduc-
_ Offre d'emploi
un demande une bonne cuisi
niirepour maison situ.',, d Bi-
'ii.
S'adresser
E
.n
eW n'e
occasion
A vendre un Btiagu KlUhcn
p r,ait tat loul ai el,K Tre r
e iv.-Il-ni.
S'adresser au Matin,

a
H
m. vcotosoR
m&B ettst-tst It^.^^^^r,^
Aux proprit it
du camiom
On nous signale, coace
les camions a passagers, ut*,
it tait qui, sans doute, a
on importance. Nous le
nielle-us volonticsauxpi
ta ires de camions, licauroui
ces voilures sont dpourvu
lumire l'i ilrieur. Lor
les camions sont obligll
v< yager I* nuil, commecsl||
rive 11querament en celle
son, les voyageurs sonl en
ne obscurit Ils peuvent]
viclim s de malandrins
prendraient passage dam Hs]
inions dans le seul but de
trousser les passagers. Evkj
ment c -la ne s'est point
prsent, mais comme
ver vaut mieux que
nous ne voyons point tr
quoi les propritaires I
raient pas placer une]
l'intrieur de leurs canal
Un messaol
MNussoliDi mx r
ROME Mr. Mu
adress le message
aux l'nlcts. La priwtj
crmonies, inaugurt)
cviilmdionsest tcniti1
ndi n do tti-raillerst
quillilet dise pline.
Les p lels s nt inH
p .-ter a uncaiilre Sil"'
crmonies de tout
Norwish Union Fire Insuranoi
Socit limited

Au Capital de Or. 30.ooo.ooo
| Une des plus inporanfes Compagnies tarai
contre l'incendiei ; ;
AfiPntst ~ ulCap-Haitieu: J. PARAVISINI
nyvttlV Au Cives: Jean BOUHGEOlSa^
AgentjGnral :"lx
Cjiyesj
HtM
DALDER
Port-au-Prince
A. DE MATTIS & CO, P'in-tenlant pour H
.b *Ar4


LE MATIN : *cembreTt926
Hamburg Ameriks-Lioie
les plus chics
Chapeaux de paille
ni chez
Le S S Grunew ald> sl atten-
du ; Port-au-Prince le 14 D-
cembre courant pou- prendre
des passagers et du fret pour
1 burope.
Lse nier 'Trop" eslatten
du 1 on au-Priuce vers le 21
Dcembre avac du lrt de l'Ku
rop .
Pori-au.Prince, le 8 Dcembre
1926.
Ololfson, LUCAS ACo
The loyal Mail Steamp
Packet Company
120, Une Roux
,___S du
(jioae D'Arc)
i Parisiaoa
Khier et hier, la Dircc-
Parisianu ut l'aimable
lente ide d'organiser en
urde marins du Jeanne
[deux reprsentations ci-
Taphiqucs l'arisiana.
,i, ies braves marins
tnt tu Prince Char-
Joli lilin qu'ils applau*
de bon cur. Apres la
glation, ils allrent se
t au Har el, cordia-
ils levrent leurs vtr-
prosprit d'Hati et
neui de Port au-1'rinte.
rsoir, eut lieu la seconde
talion au cours de la-
fut montr un gentil lilin
Petits , que les marins
une D'Arc admirrent
Ihousiasme.
l'quipe hatienne
ird'hiii renlreronl par
imHorn*de la Morne
& sporlsmtn qui ont
t reprc-st'iiler le Sport ha-
tien, Kingston.
Si nos equipiers ont :
vaincus.ils neiont,sansdoute,
pas t sans avoir vaillam-
ment el courageusement lut-
t. A ce seul litre, tous doi-
vent saluer leur retour avec
ympathie et cordialit.
Cependant nous (levons
ajouter que l'esprit d indisci-
pline, l'absence de I esprit
d'association, le manque d en-
tranement rationnel ci m-
thodique n'ont certainement
pas t trangers notre d-
faite. Prochainement nous
tudierons cette question des
sports en Bafti.
Lu attendant nous souhai-
tons une cordiale benvenue
ou Prsident de IV.s.s.h. et
aux vaillants equipiers qui
ont jou Kingston.
Au dernier match l'quipe
hatienne a fait match nul
contre AU Jamaica .
Gela c'est un succs.
Photographie Eufl-Mevs
Les Clients de la Photogra-
phie Eug. Mevs dont la repu
ation est tablie par de lon-J
gUes annes d'un succs crois-
sant peuvent admiier.exposis
dans les ateliers les nouvelles
photographies dites Amtolu-
pes, obtenues par des agrandis
sment s lectriques. C'est la
dernire des inventions fran-
aises au point du vue photo-
graphique.
C'est si nplement merveil-
leux et l'on sort, comme tou-
jours, satislail des travaux
cou lis.
Notez ceci :
.
LA PHOTOGRAPHIE Eu
MEVS vient de recevoir un
stock vari de moulures et
d'encadrements de toute beau-
l, de toutes dimensions et
pour tous les gots.
Ceux qui veulent conserver
un souve.ur durable doivent
se rendre chez Mevs o ils
trouveront des encadrements
appropris et de bon ton.
U."
Le steamer tKara venant de
Kingston est attendu Jacmel
le h Dcembre prochain,!tchar
gra tout les poils du Sa t
els ni Port au l'rinc le I !
De embr prenant le frlpa t
les nuits au Aordcl l'Emane.
Le .S/.S'k Singlelon Abey ai
attendu lai met, le Xi D 'e li-
bre prochain.
J. DAALDEHJr
La Petite Mm
lfi.'JT Hue du Centre
JOUETS JOIES
Vient de recevoir un bei a ;
sorti ment de :
Costumes d'enfants dernier
cri de Pans ;cols pour garjn
nets; I llloinaii soie pour cols
et petils costume; |Jas el sou
lier de dames, chaussures
dniants, chaussettes ven-
tails, etc. Lingerie: confection
pour bbs.
, Objets pour cadeaux, papeterie
pour daines.
mmfmmius
Angle des Hues du Magasin dt
L'Etat t des bronb-borls
Marchandises P r a n c a i ses
pour les ttes de fin d'anne.
Pormes de chapeaux. (1er
mre mode.
Parfumeries de toutes mar-
ques Iloubigant, pivert, etc.
Comptoir de mercerie.
Chapeau pour enfants, hom-
mes cl daines.
Articles les plus fins la
porte de toutes les bourses.
.LeBtmf Go
Agent Gnraux
LA IUSm55 ET LA PLUS DHCACI
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
contra II BLENNORRKAGiE
t tous coulement, anclt.ni
ou rctnti.
231 Irtes guris
sur 232
I'.. . 4.. MUrt d'AWl
t^j' L traitement est complte'
DRACS PYRAP.Dii:i r/nITlKE
qui calment la ii>u! -i; clarifient Iti urines,
purifient le ans et "in'rHteiit la tytlite.
TOUTM BG.4NE <'II>'.KMA( lis
faunti ih^-i. t. -,. a, On .n.. r'vj
U
n

Westclox
Slcep-Mctcr et Jack o'Lantern
P; RMETTEZ-NOUS de t n
pi entt r s;,, p-Mi ter et Jack
< Lantcrn. Ce sont d^wx metn-
! .'.. !.i fam'.le Weatclox,<11. -
qu i .: ( :., vous n'avci ; as
rencontrai auparavant. Tous les
deux apnt di rw i!i attrayants.
I n effet, ils sont vraiment idcntU
qui sauf le cadran de Slccp-
Mcti-r qui est blanc, cr te cadran
le Jack o'Lantern qui est noir
ai ce une lumire tincefanfe lorsque
tout s'obscurcit.
Si vous aimez connatre toute
la famille Westdox, nous serons
heureux de vous envoyer un liv-
ret illustr a votre demande.
V.l H RN CI.OCK COMPANY, I A SAI.I.I-, II.I.INOIS, F. U. A.
n.
la
\
MOHR&LAL'niN agents exclusifs
Cabinet da rWwSF*
PENOULES,/' 5\'REVEILS
M*AUGUSTE FAlCIIi;
Avocat
Hih du Centre
t'-..... ,t l{ VI V--....-".
cas N" i:r.
I-i v..'i ir i-tif- tjy.. d., Vitol d'montrM doua une sr.e d^ cai -
o 1
1. in- .!'* ont it lotimis par da
J ...... ..1.1 Un .U. ..II'.
membres le la
/H: 14 m. ia. Poid : 4r!"))6. Agi : -Mu,,.,. I',. ,1, : U*^>608.
Av.jii l'.ni. lui du .r I. A|>r*i TaMploi du Virol.
RAPPORT DU MDECIN:
On m'a arm u: !l. J.. m i>--t t evon ds 12 nota. Quand je le vis,
il tait fort epui'U. < u Maya l'un aprs l'autre sur lui, sans aucun
rsultat, les raii c les i lassiqocs babftusia. Il m i sait que '"SS6.
C'est (Jets '|ue ). le lOams au Virol en olitcnant un lUCCa imm-
diat et ancouraccant. Son p is se mil . augmenter uniformeroefll
raison laquelle il n mil o1' 206. tsl laintenanl un bel enfant wm,
dan- I tal 1. plu saiisfa anl p subit, si .jui pse lJ,,-()()8.
i s V r..' r sas : riDvatloa coi poss .i Gralsss .i"
..Il iirau GMcSrin d Mn.iu Rosws ' I "
il I Itrs I ' .l!l. ,l'(l f, ,|r Sir.-ip le Cilnin, ,1c
!> Vue! t un alimrii' ni S. i. i... \,t r d- Alimrn-
lamn LMCk ... a. NUraauw, d'Anm. d.' Ilnhi-
ii m .!. 1 hlum
VIROL
AOBNTMi
W QUINTIN W II.1AMS A C \. Port s i l'nnt. HATI. BoM* PoMak 147.
\ii
Insurance Co
'ne des plus fortes Goiupa(|aie
canadieaues dassuraaces
sur la vie.
'H4BIL HAlllEfl, chiquement c'est irieux |

ugeLe Boss & Co. i
c'est narfail
ut,
m".


Le MATIN 10Dcembre 132G
Vf:
-^
mm$Mwmssm

^
m-
Ti ""F T
%' o u
B
f*.
__:._ .: "
**m^Jy
Satina- IV hitesnow-Hercules
rieduca l'intestino
. ^ j..i
Stlttchezzn
i E,nte>ritr
Vtrtlf{ln
D lapepr.it-
tmlcrania
asiate
ni ta buona
e oyni sera
JUBOL
m
fatol .-.-^oljr,-:T/lor<- rlef/' i.. t.":. .*"
u/.'or.i rfftfrflllf *JM JTi/bufiarfAii.
%* I Boitrl an.eaaC HTtMaro po-
Itf'o, prtndeado oami *eim qualcka
toinpreaaa di Jubol7 iradre al-loro
mu .1..,.. intrte pif l'abato delledro-
(;b t- dci ui-, U i elilUcit
* IM .1 .i; > M 0ftetO i'i.;.i
a li..V rk:duoui)oo. im.Aimait fo>l musii
mtolt ruliniu l Jnb-j), iortt I
jton ml eli-tcrc ont < va a! .'t tl-
! uu a i ore iiluttri. Pcr i-o*ir.> IV
MIIM u -ri-bb* ont/.; tu ni wNu-
rtii'- ic- lanio i .u-'.ti cbe an n
nilan non -i iiimiJ n htfta l T?
!M l*?j'oroi-il '- Incw.-icnn or
I (.nu-.
Dr BiAhmd
v, .. ; .u util !i M' i'xl, i
dl MoauiCllaK
____,. tttOSSOlOI ----------
'.;jd tatliihia/' ':- .'**.'..''?
" .' 'i ... \. .. x i i*-.k.. .i
. _
(Ullal '' iliMK, ... J*.-.' :t- ,.; j 1
i. u !-.- NI ... ...'.J W
pjHBjHHNaYaVHBSSlSa
HZ : ..:.:->.:--

I es Seuls Peintures Inaltrables
U es Ion de ces peintures convenablement appliqu ucouue^OO pied carrs de surtace. Voici
les irr portants difices o i otre peinture a t employe jo-i , I f lia du Sac tour, Tur, eau-E.lise Saint Joseph, Port-au-Prince-Lglise de Port m
U-.rle li.ll.vue- Foval Bank of Canada Banque Nationale de la Rpublique J Hjiti,Port-
a. -!V Becque Oationek d i ia Rpublique d'Hati, Aux Cayea Banque Na lOBtltjle
la R/pubHqae dMl M.' Peti-Gov H n ne. [allonge de i- .vfjpnbliqiM d isili, J*NJM
B. ..que National* e la Reubhq -'.liai. Jacmel Corap-ea -.RWlriq .- !* ****
, i rl u...... Vnlin ,. Lue ,mric in. Rd*0 Co-poiui .D, Bue Uiou WM de Ynwt
J(>. ,u Q ai I! r "I., minus, C. <;. , M..i>Vi!la Marlirear, TiTjseau Villa Aeule -
Martine u, I egeau Vill L-.p Dfini Uel.ut\ U\Aut i. ^'r''''t','0'"
Vi i,. EdtttO'i M. ncoo. Cm, de < l.-e Vil.=. > aurice Cwtan, l'eu g <
Vil a ,Vm. Veuve T. Auguste, Bois V r.a V i h Antoine MH[>. '"
!.. s. Itodolphe Bonev. 1 u d'- Ch tst \ nia I I eli ar AnMltt' i 9nn
V.Ua Ed. Uepiau Rail v. Villa Ren haubert, BelUvue
\i Ml \'ti \e T i! m u uit, l!ellt\ue
Vji'a llT-n l'^qui.r. l'eu de hott Ville Me A Hortl, Be.V.vi|
liU 0Whld Biaidl iT^idence Villa h- TliMd i oib Vejn.-Villa Luc Thean. A^n J.,hn lli.wi
Us Bf.|- 1 Pi.iel t'run Les ni il fuit . lIii lions HiCDllCClt Lon M. I ou
Poiii vc; cot^ rrander ou^toutf ut rt .i-ei^enu n, ?'adlratf
Ce qui n'a jamais t fait
Ce Kola Champagne
F. Sjourn
Prlparti dans dei?condilions riioureues
D'ASEPSIE
Vrparation el Tentrf
Pharmacie F. SuJOURNii
nyle des Hues Houx et du ^Centre.
[{ Rhum aChampion
De la Ditillerie fta I4 Wjla
M. FONTAINE
Justifie son nom
DroAlAnyledti Rues Datis Data chp, &J'gg*
rfe /.T//.OU' La runie la plus abiolue e^i donne qu'il s'eatre d*M
I. UtrTe.tloa de cee prodeli qi de HVol neutre d^ ta;.....
du aucrt rafflD el d*a lirait-(l*| ' * d" l''. ,,",x !^ *"'
cl.i.ion de tuul produit d.imiqne i ne rrln.-ol -..eune
,mp...iM.n .*ec U. article-. f.B aiija maori*.I|J ? ro
IhuI beauroup n.oin. rher. Dans l'otrtde.....kneaa mi l ,
luitt.en IViai >UB nVr acbe-eie/. p us d'art! .
lu.poitalion dee rneill.ur. NIN^ I la >i I
C.UOS & uETAlL

G (m? Jean se aie : C*
Rue Frou.eDji.ci de la Banque Nhlioca'e
.1 .
))
La sant est une premire ncessit
L'nergie d'une sant magnifique
gagne tout dana ce monde. Les
% maladies proviennent des germea qui
abondent dana la aalet. Le Savon
Lifebuoy dtruit toua les germea de'*
la peau. U la purifie et la protge.
lavar Bro*. LU., Port Sunlight, AnglaUrr*
m
M
*
M
I
i
S
a
S

Chez C. E. Seixas
On trouvera enli autres rriftrchandises les articles ci deuM*
anivs par le dernier steamer franais:
Chaussures tines pour dames, fillettes, entants et.pour MM
J renelle souple ( Marque llaltas.) couronnes,niadmos ee Jje
le tuaul pour rraiitts: dpe de.chine uni, Irapp; GeorgaUa,
(turn.Lf des lirsus ii-M m..es deii.ii^ Louuaute ; tOUlsl
soie Imi'ta : plun tti> ; ih>|.au garnis pour li lettes l M
fai.ls, Ganls de pra.i vant. ils : Ghwp.aai Jean Bart et Itiae
pnui garconneU Un bel as-oitiment de va'enc nues de pw
sieurs nuances : crme, crue, ochre.
Paul Auxila j
Si vous dsirez des articles d'ameublement, tela que Lits W
fer, fer et cuivre, tout cuivre, |bois. Armoires' glace ou W
glace. Coiffeuses. Tibias de toilette. Chaises, Dodinea, r*
tttnls Tab'e de falon, tn osier, eu liaue. ou autre.
M.ioirs, l'api- et Tara Ites, descentes de liLTapu de law,
Ki.le-.x en tulle, u Ci ipure. Draps de lit, limpha el biaasa.
Taie ess-irt-H- au u...ps. Serviettes de toilette, de bain u
ioi.i table. Nappai en lil, en coton. To.l a drap en cowe,
en IH el coton ou tout li'. E suies verre. Vaporisateurs, pea*
drjere, B l.elols pour table d- toi ettef, etc. vous les ?"'a
chez PAUL E. M'XIL, ou l'accueil te plus bienveillant eue
sourire vous attendent.
m
r
r

!
'
\
jUi]lttttMa^i?att1i^^
r MBV^^^^aiiisaaaaa^^a^^a^a^K^aVaVHaVlVAaVlfla^Va
P4H Contre le Mal de Tte, les Douleurs et
les Malaises nerveux dont souffrent
les dames pendant leurs poques
mensuelles, il n'y a aucun remde
qui puisse remplacer la
s ;*
Comprims .BAYER" ^ J'Aar^irixie ci d
i r.in>snrT -w- i tm. - pmmmm*- -.-L*..-^-*.aat^wm..
En vente dans tours l Dpo^ lw Rf C; Sladernaia & C0, Iffimls
1W*.pja

n
pi
iUlllUtli LXCOUIIT, S- "0 Bne'dea Wsais.
pflgJJ*!


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM