<%BANNER%>







PAGE 1

II M.TN : rcembre 1926 Lo Flu itci 17-rnm attelle f oucppi on Aujourd'hui, B Dcembre, est a un le l'Immacule Concepii. H. rsi m,, fte commm rauve du jefro l Sainte Vierge lui u-nue K, us pch |ar Sainle A.,ne. s;, n.i" Ci'l W l s,lt l e le l%|.c i h"> qui le canne \)'\*c luissc i;, poil au l 'rince, lui cons(.1 ence, c mine ou I.venu M r ravin nue ><"* inneroua lus loi .i legran I Imlen I mm ociir du oinmandanl,de rlv lal-in ,ioi et desCailets.iui Cercle Toit au i rincien, n aura pas lieu. Mois la reprsentalion de don ne. Le Parlement de Primo de Rivera MADRID— L'assemble nationale qui doit remplacer les Corts distoutes par Primo de Kivera, il y a trois ans, sera dpourvue ce qu'il parait de toute couleur poltti ijut ; oa a abandonn l'ide de M ie. choisir les membres de celte s % emble par le gouvernement ; ! %  nominations seront faites par ds socit scientitiques ne mont* *t par des organisations de piofes-%  eara, d'ouvrier?, da commer.,acts, de leimiers it d'autim ecroif. N |i s snateurs nomms vi* par la Couronne, ni leprsidents provinciaux de 1 Lniou patriotique, parti de Primo de Kivera, ne seront mtmbres de celte assemble tomme on l'avait u'bord suggr: l'assemble exaroiiitra les lois pr MDlM parle goux-rnemenl et la buislalion ainsi arrte *eru fourni *e l'approbation du gouvernement On convoquera la nouvel e assemble an i ,llS l "' 111 .' ||, I, "V" miiii-N dans celte aftaiic ICIKiiAcuse, i"" :s croyons pouvi r tablir la iL.t exacte du crmi Nous dieioiifc que c'lail le .>oii le t. scplembic. Ce nUil poiul riKorect'Ia. l.t inattli '^1 Sipleml.ie lier* i,i,.i, il v BUI IIIH muilaliU tlani lu ruioii. I u pd'i K ; l o n .•• I..1.1 de Mme Uoholie wiirorj, ..ciiulUineiii n.l.ubi'aute de M Julea l'i-mi'v. iail morl Al eni u pi-eenie le mal.n. ;' IJ I, ujiM.n nu ilua'ne, mois le anr, i IN un>rieHninle.il ne i m ni ftaa ii L. veille du wil.vru. i.Vsl epuis i-e jour i' U" '*'• ne le revit plus, t'.c inft>in-lii susst, le kun homme nvnil annonce une nmme noinincc Koevua, balntaot Jumeau, que l)ieudonnHolemaue l'evail invit, lenje raprs-midi, une partie le finisse l'embouchure de I j Grande Rivire. Il pensa auna cnei une aolre femme du non de Klicic .. qui il r|;M lu me me chose II poursuivi! son chemin t ne rcvinl pas Selon donc louie apparence. U drame •< droula le mardi '-1 laptembre*, vers I heures p, m. D'autre pari. Lbo Cbiy cul..ni de Siiniha Muhuud et ncyeii d'Aliaitcv. qui tait en Unie Ulliai que Clerbrun Smith Miehaml. I, re de la vietiine, ont t arrte. Demain nous parler.ns des mobiles du crime et des boni • Ides circonstance! dans les quelles il lut perptre-. BONNETERIE M lli I MIT-: | AIIH s:mu. F. MuniihAi; . unis au lus uiticJes franais i, i es bon march k'bCll M DlMS 1-KNH.ON. ..c 11)37 ltuc Monlalais. Conseil d'Etat \ sa sance du eendeedi 9 Dcembre, le Conseil d'Etat avait luiin une Commission spciale rum itoeed s Luiiaeilier*da..ai Char es lio ohereau, l..iecDcr %  inville.Ou cr uv, In. i 1 ' 1 e| \). renc IAIUS I' u1 u,,e ra ,puri sur le >^ • % %  ;%  prsideu liai dema idanl lu Haute Assamble de dimner sa |>lcmo udhMon ali Ksoiulum recoinimindunl lrjclion. Sanlo Dominiio. d'un liwre monumental eu Itiui-.teur le hrislophe Lolo.nl). ^ l'ouv rturc tic lu sance de lundi.le Cimsfillei d'Elat Hnec Dois'mville, fapm-ruur de la Acc dent llailwi.l a chavir s l'endn it appel Ikdorel. La inacninc, qui tait charge de paasagera et qui ileaceudail le mon.e du L.mb, a auhileinenl al nndonn la roule cl dval nans le rav.udui.e hauteur de plus Ue II nulles, l'as d'aceidenl de per%  onne.heureusement I Mais l'auto esi compltemcnl brise, dr.c tiiniuisston n lu son rap,,„! qui u l vd iuimdialeucnl uiusi que la llenolulion. les S, >u;. us ,'.-,".!al auiille c ol| ,, hmles Itouzier asajalaienl lu sance. Apre le vole, le Secrtaire d'l£lald?al\etalioiis extrieures remercia lAsse ibleen quelques mois aimable, et les Secrtaires d'Etal se re tirrent. Kiisuile Mi. Joseph I anoue Conseille d'Etat, entrttmt U lonseil diilal le la pnible sjluu Il d| Italaiails de l'orl de Paix qui sont privs de m par ui.niqne d'une canfcliiatnn hvdraidique. Le Conseillera Blai demande au Grand om le %  'adresser au Secrtaire d'Etal de riiiiiieiu pour lin demaiuler de siulcusser au sort de cellj populkliqi laborieuse. 1.1. aprs proclamation duu ni ,uvel ordre dttjonrla est leve. Morl tVvtif* cont' nair Hier 7 heures du malin, est morte Madame Yve Dton Dnue Bulvau. me Juin Albert, l'nedi! uni n sel quatre mois. Ses l'uiun Us au onl lieu cet iprs-midi in I" glise SainUAimc. Ma'.-on 11 oiluaue : \0, 524, lueS int Honor. Auilaniillea prouve par ce deuil nous e voyous nos ...e.lleures condolances. /( neige New-York NEW YORK—U journe dner a t marque par lea premire chutes de neige de la saison dans tous les Etais de l'est ; dans a . ire ae nmedi les premiers lio con*se n.ontiteut accompagne d'un itril tiolent et 24 heures plus tard la neige tombait toujours. Uu Dela -re jusqu'au Mati.e toute la coui.ee est roueertt i*ue>* ai Le raid arien en Amrique du Sud SAN ANTONIO (Texas)-;Les aviateurs de la marine amricaine qui se proposent d'ellectuer une croisire arienne duus toute l'A mrique du Sud preudrout leur vol vendredi piocliaiJ.Les derniers hydroavions aonl artiv s hier. Alaminum Liae New-QrlaDS A South America Steamship to lue *A ooxiaisdpartBdireclspour : port-au Prince ".Irnixi ^A Le steamer L-" y anl liU %  ew-0"w •Pile 3 courant ser.i Port-au-Prince le | M 250 tonnes, |>ettl oave le 10. au Cap le 11. "steaKie" laissera lew Orlans le 11 D^pour Tort au Prince et lei r orts du j e cetnlire i Fi i t -aufiiiire, le 6 Dcembre 1911. A. de IA"EIS 1 Co \genta w %^^^m Mort de Claude Monet Par c&ble franais PARIS— Le peintre Claude Mo net ett mort, M. Clmeneeau assistait k ses derniers momfnts. GYVERPf— Claude Monet, le c-, lbre artiste peintre, doyen d s p yaagbte Iranals, est rrort 3 heures 30 cet aprs midi. Vers laoh du diffrt Tacna et A\ WASHINGTONUChM cept en priscipe de •• %  •] considration la propeUsJ crlaire Kellogg eoBnoiWJ] sion des provincee M I*| Arica la Bolivie n c co c AVIS t£ Comit du Cfirle l'urt-au Princitn prfentM reyrcls pi exe i es (i mi iiu'ilvs, le lUil pro jet %  ,n flionneur nu Jeuime (/ Arc •> ne IIOUVJ i fwair lieu vn r.i son (/ •""" <" : %  '' (i *'"' prcdentes Cl que c'est en i..., •{ >e\'vie ksi J LlVU du tel ril'lc sire de Lyfti. /. Comit de* Uk* organltn au profit '>• t.afc-C.'. % %  .buui ibe.ntl .... ^..... -.• fcVCB K t. nsstt>Jt*ant**aY M& 1 Korw sh Union Fire nsuranci Socit foW | Capital de Or. 30.ooo.ooo | Une cfsplus il \m s ton pageias fassurawi contre l'incendie 3 A Q etl 18 _, A u Ciyea : JEAN BOURGEOW Atjinl Ctki rai h D AALDER Toi t-av-Prince ;v % %  ; % *%% vmFWHt*fM&SPf'& V&# A. DE MATTIS & C0, Pepr$eniantt pour 0 •



PAGE 1

LEMAT.N -BMcMln I.P; ^^5^1^^ ^^ifjg^^^J^ ^ -.-_. Chapeaux de paille liez ChzF.ClURlEZ Rue Courbe Maillot pour Pool-Bail Rayures horizontales : blc i et jaune, orange et noir et vert et jaune. RayuusviTtir.aU: ,,| cl| c rouge mugi, et ver' rouge et jaune. b Ballons el vessies D "Pfd Utea belle I 0 | C If Rouen pur fil brods la main. Chemises Zephir couleur avec'2 laux>col8. ^Chemises blanches ;, petits Rtax cols blanc durs et mous. ^---v*^" %  .: %  Mir la pe dpC Exemple de fout corps a.. mi contact, de l'eau el un lge a la taira pntrer dans les tehw aura etvelouteravac Par l'emploi rationnel del Cri vou evlterri tout aspect b vis^oc et conservente a\ u fracheur del jeu:) I> ^sz i __ ": *<*&& &&S4&*&&A!fe&&**s* 120, Hue Roux Avis ,.* "•awfl^ liante est une premire ncessit {L'nergie d'une sant magnifique gagne tout dans ce monde. Les [loialadies proviennent des germes qui abondent dans la salet. Le Savon Lifebuoy dtruit tous les germes de* la peau. Il la purifie et la protge. Uxr Brc Ud.. Port unll,hl. Anjltt.rr ,Aux Actionnaires de la Banque Nationale de la Roublique d'haut L'Assemble Ci n raie un Quelle des Actionnaires de la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati aura lieu BU Sige Social) l'ort-au-Prince ( Hati ), le Dix Huit Janvier, Mil Neui Cent Vingt Sep.t A dix heures du malin, aux lins de discuter le rapport du Conseil d'AdmiBistration sur la situation de la Banque, sur le bilan el sur les comptes, de les approuver s'il y a lieu, de fixer el de dterminer les distributions de dividendes el les affectations aux rserves, de procder l'lection des Membres du Conseil d'Adiniiiisiialion, el de dcider de toutes autres questions qui peuvent tre prsentes leur apprciation. CHBLBS B. MrrcHBLL Prsident du Conseil d' \dministration de la Banque Nationale de la Rpublique d'huit i. Compagnie Gnrale Transatlantique IA> paquebot Caravelle par ti de Borde.u\ le 24 Xovein. hre esl attendu Tort au Prin cel 12 cou; ai. t. Il repartira le mme jour pour Santiago de Cuba el les pOlls (1(1 Sud. La suite de l'itinraire sera fixe l'arrive du paquebot. tort au Pi in r, le b Dcent hre 1926. K.R()BKLINcxC%Agents Hambvra Amerika-Unie Uiiiiiilk I ' lait en poudre le plus savefvs r-^ "^tjjg^ aux Etals-I ais. W dcs.-.M.v i our lamentation .1. s bbs et g *• •• %  fala.eaolf. V* Le seul lait ea poudre qui contient les trois vita-niues. •yf '•* troi; indispeasable* lments 1 la nutrition £# Desessech et slnlits d'iprs le procd Just-llatmaker . T MOMILK est le seul lait de vache en poudre, se rapprochant le J plus du lait maternel. De digestion facile, c'est Paumant idal %  H* pour les bbs. Es vente ehfs i'4 Simon Vieui, Alfred Visai. • Msln.i, %  L. 11. Joret H BREWBR A Comptny lue "fia WnaRcniiTBa A. Boit, Raphal Brooard, TH. Savinieo Martin, Peut oave K Geo. JBANSKMB A Co Aosa is X? *J * 25 '-: ft *& -K MltiM Kl v %  i IM M %  i M*. ug.LeBoss$( Agent Gnraux Le S;S fprunewaJdi est attjn 'u ici vers le 10 Dcembre pour rrendredu fret pour l'Europe. Le s.eameroflre une occasion merveilleuse pour des passagers. Ololfson. LUCAS Zo Agents Gnraux Avis Matrimonial Je, soussigii.dcilare au pu blic et au commerce en particulier, que je ne suis plus res ponaable des actes et actions de mon pouse, Mme Georges liistoury, ne Lucie Seradin Lubin pour cause d'incompatibilit de caractre; uneaclion en divorce devant lui tre intente au 'pLis tt. Cayes.l 1er Dcembre 15)2(5 G. BISTOURY a Pavl EAuxilu La personne intelligente esl bien celle qui pour ses achats, qu'ils soient des Parlums,des poudres,des Crmes, des Eaux de toilette, des Bas ou Chausseurs, des Sacs i main des Draps de lit ou des Tapis, des Chapeaux de paille ou de I utre,e rend directement chez Pin! E. ADXIII. i ai JPiK LIFE Insurance Co le d e$ plus forles Compagnie! HBailonl Fils Port au BJ rince Les articles de efeu IL BAL LONI Kits runissent : (Jualil. K'gunce cl modicit de | rix. B.OJ Dans tous lesjlemps o l'on crivait avec une plume d'os ou de bron/.e sur les murs des maisons i.u lieu de papier, c'tait chose dillicil.elle prsent d'une plamalait d'une courtoisie douteuse. Il pouvait' bien tre considr comme un encouragement auy travaux pnibles. Comme c'est dlicieui aujourd'bu 'e contraste d'un cadeau qui est une boite de EVEKS1MRP et un WAH:, l'r\. Ils ont la beaut des plus fin. yaux et des qualits d'critura q il I' ut qu'on s'en sert avec plaisir. K. • Isseront les deraiers aussi loagtemp, que l'ont t les anciens mode es. TUE WAI1L COMPANY Rav York. >. Y., U. S. A. Molu A I. mu .u Agents ^A canadienues dassurantes sur la vie. ug.Le Boss & Co. *.V. 'HVBILLEti, c'est bien "HABILLER, chiqueront c'est oi-uz s;/ • < } %  "f 1.



PAGE 1

I I \I.\TI\" 8 > ce i ).• 1D26 Crme ta r ^ 3 a* ^ ^ **> doni.fi un leinl de lys %  t. • 0: •/' IV ffi 11-* G i 1 f fc r>i Ut pcttJr Ajsurt un* ,om:i .i exquis AVIS Les personnes qui avaient reu, pour tre vendus, les bil lets de la loterie de la jolie machine automobile li< i, .so.it pi KI s de \enir rglei leur compte au Garagt ri.0. pour permettre la fixation de te date cl ii tirage. Tort au Prince,le30No. a eia Ire 1826. N L. Crtw TtilNHEtYS, IM -nient*/ " '"" > "'"• *"! T | rvxi un |tmli •!' If eM"" u , ,,, ..,„ captai '"t le irr.iinoni Ju ' powwtN ARYS j. Ru* de U H. 3 PARIS T i. .'• fSjrf.im-r.e ei l.r.nd VU .•> La Cie d'EcUIrace ElectriqueLa Compagnie d'Eclairage Electrique avise sis abonnes i lepublic en gnral qu' ca se du montage d'une nou%/ellemachine gnratrice elle interromperi dsormais le courant le climanchde 1<> ht di. matin 2 heures de l'aprs midi. ^Bonheurfamilial. %  t&Os* Ciqui n'a j m. ils t util $ w l i 1*1.1 i i | CUl tre dpass. V. S< jouni towti** *" conditions ridoureu c, D'ASEPSIE %  Sa llberl F. Bcha Hue des Fronts Fort N ):1 g Arej-voua )am*l meanr l'importance de U chej U mer. de tenaille > L pro-*>erMe du tahtnly es dpend. 4 U dteste 4M tn-n M te koobeu. 4e l Umille tout couerc I U lartfeeo qui pe er che. te tera-nc ta itpel.i ai.ltre.tM de mmsun ranec de meternlt* H dont Wdleelini n te plu. cher deMr CM de •B d/ult de lui donner A *on tul.nl .ce te le. M pleine lueur. "Jw"^. w mmti^nm d.v 4e MOK et de lorce '~^edodii U CeUc m nve donl '** %  "" Ifc'dUe. et te om ** en errivc A ne plu* *rl*rrtlU aua-KIi r1 n P" uvrHr "apporter •*"'" tolrcroottou)our.et.rcc Ua*U-d"0ornUin p|j slr une UsHl d 0vft au premier djeuner aat %  jtJttM. En outre, de na> tndlquac dana e ca. pour 0reu4e ii cipciicncea cteaV reton-Uluer le. lorcea _„ onl daraontrC eue dalaillante. de te menarOvoroalttac awjmente la gre et lui rendre I nergie .cretton UcUe. EUc aide dont elle a bcuoln pour (j,, !" |, n,^, a nourri %eulr A bout .an I -ligue ditHnemc on enteal et s.npriue du Ua*aU fO ornalttne cl le re de la tourn*. cours, laid* lldele de te 1 1 .mie c.t chose bien Icmmc dana loua Ica ca* plu. Importante encore 4c Lubie***. (9 M sauts: Souliers de tant lisV .*,> .is desport. Chapeaux :.mi U C-UstO k de chap-:.u £ ^ pMll. et feurtpour ho omas.Pour les fillette. ,-l gaivi ts.no s offrons 1 -s clinpe:iux .Iran liait. Venez nous Visiter et voii satez convainc J9. Prtpt.ution et Vents U, macle F. SfcJOURNii utile* to* Roux d du lentn. ^ >x r\ -A /# >/. -A >i c*i< fy+tpp£iL Propritaires d'Automobiles • rr aMftnasr-e**v g Tbe Visft 1 Jties Iradiny C V I v ; : •je 1 1 &f •:• i-'i5 ^ 0 Souvenez, vous que letH 'c, plus sol...* et teyjg cures tubes sou P" ,ni l par PIRESTONE-5 Full SizelOg pi restons ipped>lli.onssW oSuiet les plus reebi t les pl- rchi. En stock chef t^gj SM.S trouvre.joutes^ I ions le pnc.usUegul.rHcs-7 Dulv. Hnlloon.lrligitubes et patcbe-S PPEtTHIWK-C6ERH0lH Plusde ki'onv'ire svst % sa* .par Dollirs N* 110 Ru<> des Csars. kl 9 .-••*••% % 



PAGE 1

r s tfECTEUR PROPMLTAlRh lNiJMUMl.L 1. Clment MAQL01RS BOIS-VEHN:. iifitf, R' K Amricaine, loS NUMERO 20 CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N242 H y a trois calories d'hommes, les uns ne savent pas et se tiennent^tranmiilles ; ceux* qui savent, aussi, sont tranquilles ; puis il y a entre ces deux catgories ceux qui tout en ne sachant, pas s'imaginent qu'ils savent ; c'est d'eux que vient le mal du monde. Pascal t ANNE N-970 iiiu' POHi'-AU-PlUNCE ( HATI ) MERCREDI 8 DCEMBRE 1920 _._ En l'honneur du Jeanne D'Arc %  Ml tufl T^; Mose Saeh 11420, vivait Domrc(.Pucelle. petit village geslroides, une entant IX y eux brillant, pure grands champs m wull-' empoisonn lefleur. ttai! n le Jeanne regardait autour d'elle, cherchant qui avait pu parler ainsi, qui avait prononc toutes ces paroles qu'elle ne comprenait pas. Elle tait IUJII seule avec ses chvres sa mon gne, son soleil. Seul, dans e grand ciel sans nuage, un p.Tvicr d.nva.t lentement ses rondes interminables. L'enfant eut peur, elle rassembla en hle son troupeau et descendit vite, vite, vers la plaine. Elle ne sut pourquoi mais lorsqu'elle revit sa chaumire, les grandes vachel tranquilles, sou vieux pre rentrent le loin, sa vieille m re pniblement penche sur le puits re.r.jdir deau le seau ne bois, elle se mit pleurer. Elle tait triste, tre sou-la, elle lie gota ni la soupe lu.liante, ni son bul de luit chuitJ, ni son pain blanc. — Jeanne est malade?d.:.uindu le pre. Non, la petite est un peu lasse. Demain, il n'en paratra rien, dit lu vieille. Le lendemain cependant Jean.ie 11e monta pas sur la montagne. Ella arrta ses chvres dans la plaine o chaque brin d'herbe .tendait au soleil une gouttelette de loss scintillante, o les eo.j idi ots rougaa riiis.it, Biques ia sci couronner I • roi d ins IU0111. ? Mais l'entanl avait dans la voix un tel acesul de v.ii | ie le sire de Vsucouleurj se iso' ut xwMMwmmwmnm#x li lin e i (j ici! • lui dem md lit. Il bu donna do ic huit de ces lionnes d'ami S pour la couduire vers le camp r >y il. \\l tro i.ie partit le soir I. ni petite n. La roi et toute su Cour tait Ciiuoa. Lorsqu'un annona Hurles VII l'arrive de letrange fllie, lorsqu il fut inlorm %  de la mission, I >nt elle se lis lit charge,le roi de l'Vince eul envie de rire. Il pria do ic L sire dcLi llire de ceindre la couronna, de revtir le ni 111 teau royal et de s'asseoira sa place sur le tro:ie,Sas lediis l'or et de velours. El lui,le roi, v.lii co 'nm.' u ) simple chevav* lier.alla se m-1er a la li.ila les courtisans, Jeanne entra... Tous ces seigneurs dont les lourdes pes battaient l'es genouillres de ter girdaieilui tileneo fui prs sioniunl. M lis reniant se dtourne aussi Lit du taux roi qui occupait Ictrone.elle car^ te l?s iiri'is aK I nirdej armures, elle 111 irche tout droit, rs dment, sa e nenl vers celui 1 ni tait Charles VII et que pourtant pauvre Qlled'auvil* liage iier.lu nu pied des Vos g es. elle n'avait jamais VU.Elle s'avance, s'approche du roi, s'incline et lui dit : N'essayez pas de me tromper, je sais bien que c'est TOUS qui tes mon gentil roi >. fuis elle se penche l'oreille de (il) irlese. lui murmure rapidement quelques mots que lui seul entend. El le roi se redressa aussi lot, terrilii. Il est plus blanc que l'hermine du manteau ro y.il. plus blanc qtjs h neige qui recouvre les hautes Vosg-es. plus ple qu'un linceul. Il sort prcipita m ment. — Eles-vjus soulfrant.sire? lui dem 111 la La Mire qui l'avait suivi, vous tes plus blanc qu'un chevul de trompette X j... rpond Clurles. • Mais coutez, la llire : J'avais, une lois lait un vum. Oh, il y a bien longtemps. Je ne l'ai confi depuis lors personne ; il n'y a que Dieu seul el moi le co.matre. Eh bien.ee vieu secret, celle fille vient le me le redire ..Sirs le la Uire.i'clte fille est uneSainte.et c'est Disu qui nou> l'envoie t A 1 dU4SUJ L-l 1 le.le, I? dr 1 peau lleurde is claqua plus iirement au vent. ... a vu, samedi soir, aux aves d'Hsiti, Grand'Rue, G... V... lui. aprs avoir, sur le zinc, vid quelques petits verres d'exquis Barbancourt, se mit au piano alors (pie le juge-inuskieii J... taisait vibrer. ;i Inde de sou violon, Isa Ames des clients heureux, humides. ... a vu, samedi soir, A la Rotonde, jouvencelles et jouvenceaux prendre gaiement leurs bats au rythme berceur de la plus entranante musique. El les cercleux, au dehors, moroses, renfrogns, dvisageaient d un ...œil indiffrent cette jeunesse eu tte. ... a vu. toujours a la Rolmide et le niine soir, arriver dans un bUSf tran par une rouge baqasne, L... M..., D... L... et M... L... Ils venaient vider un petit verre la fte. Mais sous l'œil moqueur des gosses, ces braves perdirent toub NoTRB (JIL les avoir bu. leur audace et vit partir sans ...a vu, dimanche soir, dans la Ford 590 une de nos lgantes en compagnie de quelques officiers du Jeanne D'Arc a, Le belle compagnie allait prendre part un excellent dner die/. Dereix. Lorsqu'il fallut descendre de la voiture, un des officiers, lgant, tendit le main, lgrement. 1 charmante demoiselle s'y appuyu. Et Norme (Eu. ne discerna "vraiment pas leijiktl de ces deux gestes tait le plas lgant. *s t ni ites fut i Mi itiisstlisW La sant a porte de la main N'hsites pas: Achetez le Beurre de table IBLUENOSB. garanti abso lument pur. En vene chez Simon Vieux, A. Boit, Alfred Vieux, E. Dereix etc. et des bonnes piceries. COMMERCIAL AoBNCm AND COMMISSION. LON R. TIltfBAUD PlIONE 791 BarTerminus Propritaire : A.WJJmasr >2 •a # |A llioanaur d'informer sa ^bienveillsnte chant! > V4 qu'il s install l'tage de son tablissement, un selon "exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera derconsommations de premier choix et o des lunchs seront servis sur demande. Tlphone No 780. ... a vu des llancailles rompues. Ou s'aimait tendrement. Le fianc avait remis .'<.'> gourdes sa promise pour l'achat des draps. Mademoiselle, conome, nen acheta que 3, Lsgslsnl s'emporta (dj '.'). lit une scne violente trouvait ce nombre ds draps insuffisant. (Amoura brises, La jeune tille renvoya I son promis cous les menus cadeSUX qu'elle avilit revus de lui. • .Fini, liai Et voil le trop irascible fianc dans de beaux draps. ... a vu, l'A {eues de la HoruLinie hisser son pavillon. Drapeau bleu et rouge avec un uiand II au milieu. Le drapeau liai tien enfin, avec l'initiale d'Hsiti. Il est vrai que c'est aussi celle de la llorne et de llaeliner. Mais eiilin bravo Icaplall l'.ed. • • ... voit que la maison de commerce I ope Rivera ne dsemplit point. C'est qu'il y a l des appts terribles : belles boites de chocolat, bonbons lins, et les pains l'lectricit si le sourire et l'amabilit de Cuebas! • • ... a regard avec plaisir le prt mieralniaiiacb envov au MAI IN, l'approche de Wi.1, C'est celui de lu Compajrois Royale Nerlandaise de Navigation, o l'on voit un superbe navire voguanl sur une mer d'un bleu ds r.'ve vocalrice de foysgsa lointains... Prenez vos tickets, lectsursl w & %  *> i * Cbao JoiDdot de local Pharmacie . ".oberts A i'eucoigmire de la Grand Rue entre la Chapellerie Hur tatio et au (Jhic Faiisieu eu laceGardiuer&Co. %  • %  % 


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06884
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, December 08, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06884

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
r s
tfECTEUR PROPMLTAlRh
lNiJMUMl.L 1.
Clment MAQL01RS
Bois-Vehn:.
iifitf, R'K' Amricaine, loS
NUMERO 20 CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N- 242
H y a trois calories d'hommes,
les uns ne savent pas et se tien-
nent^tranmiilles ; ceux* qui sa-
vent, aussi,sont tranquilles ; puis
il y a entre ces deux catgories
ceux qui tout en ne sachant,
pas s'imaginent qu'ils savent ;
c'est d'eux que vient le mal du
monde. Pascal
t ANNE N-970
iiiu'
POHi'-AU-PlUNCE ( HATI )
MERCREDI 8 DCEMBRE 1920
_._
En l'honneur du Jeanne D'Arc

Ml
tufl
t^;
Mose Saeh
11420, vivait Domrc-
(.Pucelle. petit village
geslroides, une entant
IXyeux brillant, pure
grands champs
m wull-' empoisonn
lefleur.
ttai! n le un matin glacial o
Shurlait autour les elle-
Ipointues et o la plai-
iJin. avat revtu son
Imnteau de neige. Sun
appelait Jeucques D'Are
imre Elisabeth Borne.
^qI des gens pan vies, le
Mais c'taient de rudes
ois, vieux dia, mais
lis l'air de la mon-
ipeinuient encore, rude-
Bilgr l'ge, afin de ne
astiquer l'hiver b-
pi tliiin! e, pain noir et
me.
plant s'a pp.'Lui Jcluinnc.
liins s n village,on pro-
I Jeanne.
[ftjnjoiir, Jeanne lui
nt 1rs moissonneurs
la petite venait, dan*
cueillir les coqueli-
dsires-tu Jeanne?
ndjiit l'picier de su
ii, quand l'enfant ar-
rache ter son sucre
elle.
e aussi travaillait.
Ned!rs.aljts, vtue
possire, elfe menait,
r.paitre les chvres
et, en les surveil-
le la quenouille. ,
matin, ds que le
"lier rayon du jour
* pies al tiers, ou
JWI entant, la que-
ou$ le bras, un long
f**"1.conduisant ses
I*r la prairie prochai-
fM 'Je la haute mon-
P. tandis que les ch-
mndei broutaient
rats l'herbe Iralche,
PMIIe.sanss.uici
!*lemcnt le lin en
Int les airs mlanco-
lie avait cout les
on village jouer
ttictte. l'art ois.
devant ehe se 11 trou-
. gravissait un des
ferreux qui serpen-
W des Vos -es. Elle
tout vers les cimes
'* ftilifflc rapide et
P ne l'arrtait que
1 yy:ut U M .use
*"tre plus, dans la
on mince filet dur-
Fllt dcouvrart au
'fouettes minuscu-
pctiera des villages
lors ell^ |ai88ai, ses
'"anger goulment
1 cl les gents qui
fcln le. roches et
! ,0".l au bord de la
ffller.
ait Ces fles du en,
C? ,ille- Rien n
** gail n s Ml
BpH-e l'astre ver-
| J*ur la plaine, sur
s,',r la colline, sur
'J^ges un grand
'"^e dore. K'le
^yeuse, heureuse,
Bfndclhallebar-
J'ie au donjon du
0,w" jetait dans le
tll
quelques notes alertes
es gorges protondes se
vent
que
renvoyaient longuement jus-
qu' elle.
i ar un de ces matins lu ni-
neux, canne avait conduit son
troupeau a-u haut de lu mon-
tagne ; et, comme chaque jour,
elle lilait tandis que ses ch
vies mangeaient et que les
chevreaux excutaient leurs
gaies et toiles cabrioles. Mais
soudain, dans le grand silence
de la iiio itagne voil qu'une
voix s'est lait entendre. Une
voix plus douce qut le bruis-
sein ni lger de la brise tra-
vers les minces roseaux qui,
la maison paternelle, bor-
dent la maie o s battent les
canards, plus douce que le
doux son de la vi; lie avec la-
quelle un troubadour, l'an der-
nier, lit dame les filles de son
village, un.- voix plus lgre
que le l0er vol du pipillon
qui voltige de corolle en co-
r il le. plus douce que le vol
de l'alouette montant des bls
dures.
Le Seigneur, te confie
son tendard* disait celle voix
mystrieuse. Pars. Laisse l al
toi troupeau, ta montagne, ta
profonde Valle, tes praires
aux milles Heurs. Vas. Montes
sur les hautes tours, parais
aux gens dfc guerre, chevaliers
et gens d'armes. Ils le suivront
comme le* poussins

frmissante, l'coutait. Et, chose
trange, elle ne lui faisait plus
peur.
Oui, poursuivit celle
voix, prends l'tcn I ird, fais-la
cla puer au veut de France Il
s ira l'honneur, puisqu'il aura
t la peine. Vas. Marcha
ceux qui o.it travers l'Ocan
avec de lourd. machines et
des arm -s qui tuant. Qu'ils
soient tous par toi bouts hors
le France que Dieu aima .
Et lorsque la voix s'est tu;.
.1 aune cal lra.n!i.{; ire. C_* n'est
plas l'humble fille qui garde des
c lvres. Elle-m.nj ne corn*
prjnd pas quelle est retl* force Z,?,
nie ou uiie qui l'agite; elle ne sait *
2 210, Rue des frontttorta, 210
0*
La maison Volas SMfcll annonce es client- qu'elle vient **
de recevoir par ie dernier bateau pour lajiui de l'anne V<
m

m


Diagonal noir suprieur.
Alpafi noir sap.
.ri'4 Cliapeaux paille Une pour homme
" :; Chapeaui paille pour enfant
Vv. Chapeaux feutre et laine [imr'Lomme
Cbapeaux Jean Bart
Fortnesi bola pour dame et Deraoiitelle'
Kaki anglais sup. jaune et blanc
J Diill blanc sup.
Q'4 /.pliir aurais sup pour chemise 4lum;ne
K Chaussettes ni pour enfant
fll Chaussettes coton pour enfant
l* Cravate sup. pour homme
*,5 Crpe de Chine G. 7
; Katme^blanche 1.50
tt Ratine blancha 1-75
"',* E' plusieurs autres'articles.
Prix Jiliiat toute concurrj.ice.
iHfit.
le est cette voix trauge qui
ses
g


suivent
la poule. >
Jeanne regardait autour
d'elle, cherchant qui avait pu
parler ainsi, qui avait pronon-
c toutes ces paroles qu'elle
ne comprenait pas. Elle tait
Iujii seule avec ses chvres sa
mon gne, son soleil. Seul,
dans e grand ciel sans nuage,
un p.Tvicr d.nva.t lente-
ment ses rondes intermina-
bles. L'enfant eut peur, elle
rassembla en hle son trou-
peau et descendit vite, vite,
vers la plaine. Elle ne sut
pourquoi mais lorsqu'elle re-
vit sa chaumire, les grandes
vachel tranquilles, sou vieux
pre rentrent le loin, sa vieille
m re pniblement penche
sur le puits re.r.jdir deau le
seau ne bois, elle se mit
pleurer. Elle tait triste, tre
sou-la, elle lie gota ni la
soupe lu.liante, ni son bul
de luit chuitJ, ni son pain
blanc.
Jeanne est malade?d.:.uin-
du le pre.
- Non, la petite est un peu
lasse. Demain, il n'en paratra
rien, dit lu vieille.
Le lendemain cependant
Jean.ie 11e monta pas sur la
montagne. Ella arrta ses ch-
vres dans la plaine o chaque
brin d'herbe .tendait au soleil
une gouttelette de loss scintil-
lante, o les eo.j idi ots rougaa
riiis.it, Biques nappe blonde des bls, .vljis,
peine s'tait-elle arrte, que lu
mhnc voix de la veille se mit I
parler.
S Prends l'pi*, disait-elle.
cette lois, prend le casque au
lonfJ cimier, la cuirasse, la coite
de mailles, lJren ls les amteUls
de 1er, la geiiouiilrs. Dploies
au veut de la plaine ton ten
dard. G est l'teudaid de lii-
briel .
Ainsi parla la voix, et Jeanne,
que
murmure continuelle iunt
oreilles : a La France, ton royf
Tu sauveras la France et Ion
roy
Lu petite est Irans 1j(ure. Re-
venue auprs de s s vieux, elle
leur annonce quelle part, qu'elle
va suivre la longue route pou
tireuse qui mJue si loin, qu'elle
va trouver le roy, qu'elle va
sauver la France.
Les vieux paysans, tristes,
pleuraient en silence. Leur uni-
que tille, leur pauvre Jhanne
tait elle devenue, folle ? Ella
aliuit partir. Insensible leur
tristesse, leurs larmes, elle l'a -
vait dil; rien ne la retiendra; ils
lt sentaient. Mais qui les sidra
dsormais, qui gardera les ch-
vres, qui battra le lait? Pendant
les longs soirs d'hiver qui gaie-
ri la veille au coin du feu f
Et les deux vieux se remirent
11 pleurer, tristes, tristes.
Mata elle part, elle est partie,
lu frle tille de Domimy. La
voil dj tout l-bas, mince
silbouetle pries sur la large
route. Les vieux l'ont suivie
tant que leurs jambes db les
oui pu les porter, esprant en-
co e qu'elle renoncerait son
projet qu'ils ne comprenaient
point et qu'elle reviendrait.
Elle ne revint pas. Elle s'en
allait, alerte, vers le point du
ciel o se couchait le soleil.
E'Ie se retournait parfois, agi-
tait son grand mouchoir blanc
vers ses vieux qui, l-bis. l'au-
tre haut du chemin, la s liraient
des yeux. Mais, elle, ne pleurait
pas.
Et maintenant, elle mar.lu-
vers les hautes et sombres tours
du chteau de Vaucouleurs. Elle
v arrive. Les trois sons de cor
le j'hallebaiflier di garde ont
annonc qu'un voyageur ait iid
au pont-le via. Leslour les cha-
nes grincent, le poul s'abais-^ et
Jeanne est aj mil eu de I i o
menas tour lu eh. teau o des
gens d'armes ans carreras lei-
libles, tout bards de fer. l'en-
vironnent aussitt et la regar-
dent avec curiosit. Elle dem io-
de le sire de Baudricourl, capi-
taine de Vaucouleurs. On la con-
duit lui. 11 prsence du svre
seigneur ne la trouble point.
Elle lui parle sans crainte; Elle
lui raconte son histoire si lui
de.u 11 le de la mener vers le
roi. Itaa Iricourl hsite d'abord.
Q is pourra celte pauvre fille
I o les plus grands ho nme
de g isrrs avaieiit choie ?
util-ce pas vraiment folie el
s'exposer aux railleries de tout
la (Jour que d'y conduira celle
potite villageoise qai pro.nc 1 t
de laire, dsna ail m >ia sci
couronner I roi d ins IU0111. ?
Mais l'entanl avait dans la voix
un tel acesul de v.ii | ie le
sire de Vsucouleurj se iso' ut
xwMMwmmwmnm#x
li lin e i (j ici! lui dem m-
d lit. Il bu donna do ic huit de
ces lionnes d'amis pour la
couduire vers le camp r >y il. \\l
tro i.ie partit le soir
I.
ni
petite
n.
La roi et toute su Cour tait
Ciiuoa. Lorsqu'un annona
Hurles VII l'arrive de le-
trange fllie, lorsqu il fut inlor-
m de la mission, I >nt elle se
lis lit charge,le roi de l'Vince
eul envie de rire. Il pria do ic
L sire dcLi llire de ceindre
la couronna, de revtir le ni 111
teau royal et de s'asseoira sa
place sur le tro:ie,Sas lediis
l'or et de velours. El lui,le roi,
v.lii co 'nm.' u ) simple chevav*
lier.alla se m-1er a la li.ila
les courtisans,
Jeanne entra... Tous ces sei-
gneurs dont les lourdes pes
battaient l'es genouillres de ter
girdaieilui tileneo fui prs
sioniunl. M lis reniant se d-
tourne aussi Lit du taux roi
qui occupait Ictrone.elle car^
te l?s iiri'is aK I nirdej ar-
mures, elle 111 irche tout droit,
rs dment, sa e nenl vers ce-
lui 1 ni tait Charles VII et que
pourtant pauvre Qlled'auvil*
liage iier.lu nu pied des Vos
g es. elle n'avait jamais VU.Elle
s'avance, s'approche du roi,
s'incline et lui dit :
N'essayez pas de me trom-
per, je sais bien que c'est tous
qui tes mon gentil roi >.
fuis elle se penche l'oreille
de (il) irlese. lui murmure ra-
pidement quelques mots que
lui seul entend.
El le roi se redressa aussi
lot, terrilii. Il est plus blanc
que l'hermine du manteau ro
y.il. plus blanc qtjs h neige
qui recouvre les hautes Vosg-es.
plus ple qu'un linceul. Il
sort prcipita m ment.
Eles-vjus soulfrant.sire?
lui dem 111 la La Mire qui l'avait
suivi, vous tes plus blanc
qu'un chevul de trompette !
X j... rpond Clurles.
Mais coutez, la llire : J'avais,
une lois lait un vum. Oh, il y
a bien longtemps. Je ne l'ai
confi depuis lors personne ;
il n'y a que Dieu seul el moi
le co.matre. Eh bien.ee vieu
secret, celle fille vient le me
le redire ..Sirs le la Uire.i'clte
fille est uneSainte.et c'est Disu
qui nou> l'envoie t
A 1 dU4SUJ L-l 1 le.le, I? dr 1
peau lleurde is claqua plus
iirement au vent.
... a vu, samedi soir, aux a-
ves d'Hsiti, Grand'Rue, G... V...
lui. aprs avoir, sur le zinc, vi-
d quelques petits verres d'ex-
quis Barbancourt, se mit au pia-
no alors (pie le juge-inuskieii
J... taisait vibrer. ;i Inde de sou
violon, Isa Ames des clients heu-
reux, humides.
... a vu, samedi soir, A la Ro-
tonde, jouvencelles et jouven-
ceaux prendre gaiement leurs
bats au rythme berceur de la
plus entranante musique. El
les cercleux, au dehors, moro-
ses, renfrogns, dvisageaient
d un ...il indiffrent cette jeu-
nesse eu tte.
... a vu. toujours a la Rolmide
et le niine soir, arriver dans
un bUSf tran par une rouge
baqasne, L... M..., D... L... et
M... L...
Ils venaient vider un petit
verre la fte. Mais sous l'il
moqueur des gosses, ces braves
perdirent toub
NoTRB (JIL les
avoir bu.
leur audace et
vit partir sans
...a vu, dimanche soir, dans
la Ford 590 une de nos lgantes
en compagnie de quelques offi-
ciers du Jeanne D'Arc a, Le
belle compagnie allait prendre
part un excellent dner die/.
Dereix. Lorsqu'il fallut descen-
dre de la voiture, un des offi-
ciers, lgant, tendit le main,
lgrement. 1 charmante de-
moiselle s'y appuyu. Et Norme
(Eu. ne discerna "vraiment pas
leijiktl de ces deux gestes tait
le plas lgant.

*s t ni ites fut i Mi itiisstlisW
La sant a porte de la main "
N'hsites pas:
Achetez le Beurre de table iBluenosb. garanti abso
lument pur.
En vene chez Simon Vieux, A. Boit, Alfred Vieux,
E. Dereix etc. et des bonnes piceries.
Commercial AoBNCm and Commission.
Lon R. TIltfBAUD
PlIONE 791
BarTerminus
Propritaire :
A.WJJmasr
>2
a
# |A llioanaur d'informer sa ^bienveillsnte chant! >
V4 qu'il s install l'tage de son tablissement, un selon
"exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera
derconsommations de premier choix et o des lunchs
seront servis sur demande.
Tlphone No 780.
... a vu des llancailles rompues.
Ou s'aimait tendrement. Le fian-
c avait remis .'<.'> gourdes sa
promise pour l'achat des draps.
Mademoiselle, conome, nen
acheta que 3, Lsgslsnl s'empor-
ta (dj '.'). lit une scne violen-
te trouvait ce nombre ds draps
insuffisant. (Amoura brises, La
jeune tille renvoya I son pro-
mis cous les menus cadeSUX qu'-
elle avilit revus de lui.
.Fini, liai Et voil le trop
irascible fianc dans de beaux
draps.
... a vu, l'A {eues de la Horu-
Linie hisser son pavillon. Dra-
peau bleu et rouge avec un
uiand II au milieu. Le drapeau
liai tien enfin, avec l'initiale
d'Hsiti. Il est vrai que c'est aussi
celle de la llorne et de llaeliner.
Mais eiilin bravo Icaplall l'.ed.

... voit que la maison de com-
merce I ope Rivera ne dsemplit
point. C'est qu'il y a l des ap-
pts terribles : belles boites de
chocolat, bonbons lins, et les
pains l'lectricit si le sourire
et l'amabilit de Cuebas!

... a regard avec plaisir le prt
mieralniaiiacb envov au Mai in,
l'approche de Wi.1, C'est celui
de lu Compajrois Royale Ner-
landaise de Navigation, o l'on
voit un superbe navire voguanl
sur une mer d'un bleu ds r.'ve
vocalrice de foysgsa loin-
tains... Prenez vos tickets, lec-
tsursl
. w

&
*> i
* *
Cbao JoiDdot de local
Pharmacie . ".oberts
A i'eucoigmire de la Grand
Rue entre la Chapellerie Hur
tatio et au (Jhic Faiisieu eu
laceGardiuer&Co.




II M.TN : rcembre 1926
Lo Flu itci 17-rn-
m attelle f oucpp-
i on
Aujourd'hui, B Dcembre, est
a un-le l'Immacule Concep-
ii. h.
rsi m,, fte commm rauve
du jefro l Sainte Vierge lui
u-nue k, us pch |ar Sainle
A.,ne. s;, n.i" Ci'l W ls,ltl e
le l%|.c i ,. Uoiueplion Immacule.
C'est un souvenir que II--
, l'ne e1lur.|Me vnre haute-
i'cidcl elelire. ibaque noue,
pur de belles crmonies reli-
irusfis. A i-eiie ocenajou, il y
mua, boiuurd lui. grand messe
i;i mlie.lnile ri clams les glises
des l'uioissoj. les chacun s.-. -
iutrtu i lii-i.Un.nl pendanl U'S
I lill l .
le ('part du
"Jeanna A Ara '
D'anra nos informations
c'est samedi soir, et non lum-i
coin 8 nous le 'li i "> h"> ,
qui le canne \)'\*c luissc
i;, poil au l'rince, lui cons-
(.1 ence, c mine ou I.- venu
m r ravin nue ><"* inneroua
! lus loi .i legran I Imlen I mm
ociir du oinmandanl,de rlv
lal-in ,ioi et desCailets.iui Cer-
cle Toit au i rincien, n aura
pas lieu. Mois la reprsenta-
lion de
don ne.
Le Parlement de
Primo de Rivera
Madrid L'assemble nationale
qui doit remplacer les Corts dis-
toutes par Primo de Kivera, il y a
trois ans, sera dpourvue ce
qu'il parait de toute couleur poltti
ijut ; oa a abandonn l'ide de M
ie. choisir les membres de celte s
? emble par le gouvernement ; !
nominations seront faites par ds
socit scientitiques ne mont* *t
par des organisations de piofes--
eara, d'ouvrier?, da commer.,acts,
de leimiers it d'autim ecroif. N
|i s snateurs nomms vi* par la
Couronne, ni le- prsidents pro-
vinciaux de 1 Lniou patriotique,
parti de Primo de Kivera, ne se-
ront mtmbres de celte assemble
tomme on l'avait u'bord suggr:
l'assemble exaroiiitra les lois pr
MDlM parle goux-rnemenl et la
buislalion ainsi arrte *eru fourni
*e l'approbation du gouverne-
ment On convoquera la nouvel e
assemble an l'anne prochaine probablement
le 1er fvrier.
1 Chez C. E. Seixas
On trouvera cntr'aulres marchandises les articles cijdewoui
arrivs par le dernier steamer franais :
Chaussure Unes pour limes, tillttles, niants et pour bbs
3 a semelle souple ( Marque llaltas ) couronnes,iadmos detou
"S le beaut pour maries: Croe de chine uni, trappe : Georette,
g Charmeuse des lissus imprims dernier nouveaut ; toute de
,/j4 oie barres : p uni^li- ; chape un ga-nie iour fi le'tee et en
fants, Gant- de peau v.ntaiis ; Chape un J**n Bvt et laine
W pour gnrcounel. Un bel assortiment de va enc nues de plu
futurs nuances : crme, crue, ochre.
i. &AM*&4&a****&.
I Golobian
g
ti? le steamer
de ' Gilles de Retz bu
En l'honneur de
Benjamin Fran-
klin
lue lte lranco-amrican
AURA Y ^Morbihan) Dau leur*
pittore.-ques costumes bretons et
liore plus beaux atours, les habi-
tants de la p-tite ville d'Auray ont
clbr aujourd'hui le cent cia-
quanlenaire du dbarquement de
llenjamio l'ranUlin p emier ambas
aderdes Etati Unis eu France.
Mi Mvrou T tUrrick. ambassa-
deur des Etats Cuis, s est fait re-
pr Miter pu L*cuaul amricain
., Nuut.s cl h. chambre de com-
rce amiicaiuc t Paris par son
ttertaire M Frank Dole. Le pr-
fet ci le maire eulours des autor -
isitdela manibipabU assistreni
k h crmonie. Le quai nuque'
Franklin ateosta, ii y a 150 ans.re
ut le nom de quai Benjamin rran
klin et uue plaque commmoran
i vnement fut fixe sut une mu
ou du voisiuage.Dans a soire i
u liiuuu binquet prcd de dan
Ml bretonnes sur la place
mairie.
Stcamship Co k
*tllcnci" par.de lew-Torklej
courant | our Cap-Hatien, i#rt;
^Port-aii-fiince le 9 couiant tn route directe.
5'? ment pour le: ports de 11 i'olo wbie prenanttt,t'
^ et '
passagers
i port au Piince, le 6 Dcembre 19261
5*| Colombian Steams"'P Company Inc.
|Gebara&C, Agents!
HMaftnMmSMe*asnw"
de 1
L'affaire des Varrcux
Lenqute
duMatiu
\4m tl le du erimi'
Enf.n, ;>i,llS l"'111.' ||,"I,"V"
miiii-N dans celte aftaiic Icik-
iiAcuse, i"":s croyons pouvi r
tablir la iL.t exacte du crmi .
Nous dieioiifc que c'lail le .>oii
le t. scplembic. Ce nUil poiul
riKorect'Ia.
l.t inattli '^1 Sipleml.ie lier*
i,i,.i, il v buI iiih muilaliU tlani
lu ruioii. I u pd'i K;"lon- .
I..1.1 de Mme Uoholie wiirorj,
..ciiulUineiii n.l.ubi'aute de M
Julea l'i-mi'v. iail morl Al en-
i u pi-eenie le mal.n. ;' Ij
i,ujiM.n nu ilua'ne, mois le anr,
i In un>rieHninle.il ne i m ni
ftaa ii L. veille du wil.vru.
i.Vsl epuis i-e jour i' U" '*' ne
le revit plus, t'.c inft>in-lii susst,
le kun homme nvnil annonce
une nmme noinincc Koevua,
balntaot Jumeau, que l)ieudon-
nHolemaue l'evail invit, lenje
raprs-midi, une partie le
finisse l'embouchure de I j
Grande Rivire. Il pensa auna
cnei une aolre femme du non
de Klicic .. qui il r|;M lu me
me chose II poursuivi! son che-
min t ne rcvinl pas
Selon donc louie apparence.
U drame < droula le mardi '-1
laptembre*, vers I heures p, m.
D'autre pari. Lbo Cbiy cul..ni
de Siiniha Muhuud et ncyeii
d'Aliaitcv. qui tait en Unie Ulliai
que Clerbrun Smith Miehaml.
I, re de la vietiine, ont t ar-
rte.
Demain nous parler.ns des
mobiles du crime et des boni
Ides circonstance! dans les
quelles il lut perptre-.
BONNETERIE
M lli I- mit-:
| aiih s:mu. F. MuniihAi;
. unis au lus uiticJes franais
i, i es bon march
k'bCll M DlMS 1-KNH.ON.
..c 11)37 ltuc Monlalais.
Conseil d'Etat
\ sa sance du eendeedi 9 D-
cembre, le Conseil d'Etat avait
luiin une Commission spciale
rum itoeed s Luiiaeilier*da..ai
Char es lio ohereau, l..iecDcr
inville.Ou cr uv, In. i'1''1
e| \). renc Iaius I' u1' !u,,e
ra ,puri sur le >^ -;- prsideu
liai dema idanl lu Haute As-
samble de dimner sa |>lcmo
udhMon ali Ksoiulum recoin-
imindunl lrjclion. Sanlo Do-
miniio. d'un liwre monumental
eu Itiui-.teur le hrislophe Lo-
lo.nl). .
^ l'ouv rturc tic lu sance de
lundi.le Cimsfillei d'Elat Hnec
Dois'mville, fapm-ruur de la
Acc dent
1.;; semaine dernire, un ca-
mion passage*, 'Sainte Rose
ippnrlenent S Mi Charit Jean,
le Pilule et se rendant au . |>-
llailwi.l a chavir s l'endn it
appel Ikdorel. La inacninc,
qui tait charge de paasagera
et qui ileaceudail le mon.e du
L.mb, a auhileinenl al nndon-
n la roule cl dval nans le ra-
v.udui.e hauteur de plus Ue II
nulles, l'as d'aceidenl de per-
onne.heureusementI Mais l'au-
to esi compltemcnl brise,
dr.c tiiniuisston n lu son rap-
,,! qui u l vd iuimdiale-
ucnl uiusi que la llenolulion.
les S, >u;. us ,'.-,".!al auiille
, c.ol| ,, hmles Itouzier asaja-
laienl lu sance. Apre le vole,
le Secrtaire d'llald?al\etalioiis
extrieures remercia lAsse i-
bleen quelques mois aimable,
et les Secrtaires d'Etal se re
tirrent. ,
Kiisuile Mi. Joseph I anoue
Conseille d'Etat, entrttmt U
lonseil diilal le la pnible sj-
luu Il d| Italaiails de l'orl
de Paix qui sont privs de m
par ui.niqne d'une canfcliiatnn
hvdraidique. Le Conseillera B-
lai demande au Grand om le
'adresser au Secrtaire d'Etal
de riiiiiieiu pour lin demaiuler
de siulcusser au sort de cellj
populkliqi laborieuse.
1.1. aprs proclamation duu
ni,uvel ordre dttjonrla
est leve.
Morl
tVvtif* cont' nair
Hier 7 heures du malin, est
morte Madame Yve Dton D-
nue Bulvau. me Juin Albert,
l'nedi! uni n sel quatre mois.
Ses l'uiun Us au onl lieu cet
iprs-midi in I" glise SainU-
Aimc. Ma'.-on 11 oiluaue : \0,
524, lueS int Honor.
Auilaniillea prouve par ce
deuil nous e voyous nos ...e.l-
leures condolances.
/( neige
New-York
NEW YORKU journe dner
a t marque par lea premire
chutes de neige de la saison dans
tous les Etais de l'est ; dans a
. ire ae nmedi les premiers lio
con*se n.ontiteut accompagne
d'un itril tiolent et 24 heures plus
tard la neige tombait toujours. Uu
Dela -re jusqu'au Mati.e toute la
coui.ee est roueertt i*u b anc dont l paisseur varie se'on
l,s eudroils de 3 a li pouces.
,_____, ^m>e>* ai---------
Le raid arien en
Amrique du Sud
SAN ANTONIO (Texas)-;- Les
aviateurs de la marine amricaine
qui se proposent d'ellectuer une
croisire arienne duus toute l'A
mrique du Sud preudrout leur
vol vendredi piocliaiJ.Les derniers
hydroavions aonl artiv s hier.
Alaminum Liae
New-QrlaDS A South America
Steamship to lue
*a ooxiaisdpartBdireclspour:
port-au Prince ".Irnixi
^A Le steamer L-" yanl liU ew-0"w
Pile 3 courant ser.i Port-au-Prince le | M
250 tonnes, |>ettl oave le 10. au Cap le 11.
"steaKie" laissera lew Orlans le 11 D^-
pour Tort au Prince et lei rorts duj
e
cetnlire
i
Fi it-aufiiiire, le 6 Dcembre 1911.
A. de IA"EIS 1 Co
\genta
w
%^^^m
Mort de
Claude Monet
Par c&ble franais
PARIS Le peintre Claude Mo
net ett mort, M. Clmeneeau as-
sistait k ses derniers momfnts.
GYVERPf Claude Monet, le
c-, lbre artiste peintre, doyen d s
p yaagbte Iranals, est rrort
3 heures 30 cet aprs midi.
Vers laoh
du diffrt
Tacna et A\
WASHINGTON- UChM
cept en priscipe de ]
considration la propeUsJ
crlaire Kellogg eoBnoiWJ]
sion des provincee m i*|
Arica la Bolivie
n
c
co
c
AVIS
t Comit du Cfirle l'urt-au
Princitn prfentM reyrcls pi
exe i es (i mi iiu'ilvs, le lUil pro
jet ,n flionneur nu Jeuime
(/ Arc > ne iiouvj i fwair lieu
vn r.i son (/ """ <" :'' '(i *'"' '
/.c /i/r 1.1 //'.
l'IUPI'S
seJi.ce
Avis
La Sme de Gille*
de llet*
C est, stiniedi 8 heures du
soir, que sera donne lu 'eim-
npisentation de "Gilles dt-
Hii/.". au Thtre de llusiilu-
lion Suint Louis de Go:./:g\ie;
On est d'avance parauidc-qne
celle reprsentation '!"'Ie ^l,(-
i es dc> prcdentes Cl que c'est
en i..., { >e\'vie
ksi J LlVU'
du tel ril'lc sire de Lyfti.
/. Comit de* Uk* organl-
tn au profit imnl<- les Dames'patronnesse*
s- runir a I" Marft / WJ W
nuirird S p/v ,-isrs de l'aprt-midi
(. 6 Urc.ii. /.' /'-'
Globules iftbaud
vDaLioii .^'">- '>
t.afc-C.'. .buui ibe.ntl
. .... ^..... -. fcVCB
K t. nsstt>Jt*ant**aY M&
1 Korw sh Union Fire nsuranci
Socit foW
| Capital de Or. 30.ooo.ooo
| Une cfsplus il \ms ton pageias fassurawi
contre l'incendie
3
A Q etl 18 _, Au Ciyea : Jean BOURGEOW
Atjinl Ctki rai
hDAALDER
Toi t-av-Prince
;v % ; % *%% vmFWHt*fM&SPf'&
V&#
A. DE MATTIS & C0, Pepr$eniantt pour
0



LEMAT.N -BMcMln i.p;
^^5^1^^ ^^ifjg^^^J^ ^
-.-- _. -
Chapeaux de paille
liez
ChzF.ClURlEZ
Rue Courbe
Maillot pour Pool-Bail
Rayures horizontales : blc i
et jaune, orange et noir et vert
et jaune.
RayuusviTtir.aU: ,,|cl| c,
rouge mugi, et ver' rouge et
jaune. b
Ballons el vessies
D"Pfd Utea belle i0|c
If Rouen pur fil brods la
main.
Chemises Zephir couleur
avec'2 laux>col8.
^Chemises blanches ;, petits
Rtax cols blanc durs et mous.
^---v*^"
.:
Mir la pe
dpC
Exemple de fout corps a..
mi contact, de l'eau el un lge
a la taira pntrer dans les
tehw aura etvelouteravac
Par l'emploi rationnel del Cri
vou evlterri tout aspect b
vis^oc et conservente a\
_ u fracheur del jeu:)
i>
^sz
i
__ ": *<*&& &&S4&*&&A!fe&&**s*
120, Hue Roux
Avis
,.*
"awfl^
liante est une premire ncessit
{L'nergie d'une sant magnifique
gagne tout dans ce monde. Les
[loialadies proviennent des germes qui
, abondent dans la salet. Le Savon
Lifebuoy dtruit tous les germes de*
la peau. Il la purifie et la protge.
Uxr Brc Ud.. Port unll,hl. Anjltt.rr ,-
Aux Actionnaires de la Ban-
que Nationale de la Roublique
d'haut
L'Assemble Ci n raie un
Quelle des Actionnaires de la
Banque Nationale de la Rpu-
blique d'Hati aura lieu bu Sige
Social) l'ort-au-Prince ( Hati ),
le Dix Huit Janvier, Mil Neui
Cent Vingt Sep.t A dix heures
du malin, aux lins de discuter
le rapport du Conseil d'Admi-
Bistration sur la situation de la
Banque, sur le bilan el sur les
comptes, de les approuver s'il
y a lieu, de fixer el de dtermi-
ner les distributions de divi-
dendes el les affectations aux
rserves, de procder l'lec-
tion des Membres du Conseil
d'Adiniiiisiialion, el de dcider
de toutes autres questions qui
peuvent tre prsentes leur
apprciation.
Chblbs B. MrrcHBLL
Prsident du Conseil d' \dmi-
nistration de la Banque Natio-
nale de la Rpublique d'huiti.
Compagnie Gnrale
, Transatlantique
Ia> paquebot Caravelle par
ti de Borde.u\ le 24 Xovein.
hre esl attendu Tort au Prin
cel 12 cou; ai. t.
Il repartira le mme jour
pour Santiago de Cuba el les
pOlls (1(1 Sud.
La suite de l'itinraire sera
fixe l'arrive du paquebot.
tort au Pi in r, le b Dcent
hre 1926.
K.R()BKLINcxC%Agents
Hambvra Amerika-Unie
Uiiiiiilk
I ' lait en poudre le plus savefvs
r-^ "^tjjg^ aux Etals-I ais.
W dcs.-.M.v i !'our lamentation .1. s bbs et
g * fala.eaolf.
V* Le seul lait ea poudre qui contient les trois vita-niues.
yf '* troi; indispeasable* lments 1 la nutrition
# Desessech et slnlits d'iprs le procd Just-llatmaker .
T MOMILK est le seul lait de vache en poudre, se rapprochant le
J plus du lait maternel. De digestion facile, c'est Paumant idal
H* pour les bbs.
Es vente ehfs
*
i'4 Simon Vieui, Alfred Visai.
Msln.i, L. 11. Joret
H BREWBR A Comptny lue
"fia WnaRcniiTBa
A. Boit, Raphal Brooard, TH.
Savinieo Martin, Peut oave K
Geo. JBANSKMB A Co
Aosa is
X? *J * 25 '-: ft *& -K MltiM Kl v i IM m i m*.
ug.LeBoss$(
Agent Gnraux
Le S;S fprunewaJdi est attjn
'u ici vers le 10 Dcembre pour
rrendredu fret pour l'Europe.
Le s.eameroflre une occasion
merveilleuse pour des passagers.
Ololfson. LUCAS Zo
Agents Gnraux
Avis Matrimonial
Je, soussigii.dcilare au pu
blic et au commerce en parti-
culier, que je ne suis plus res
ponaable des actes et actions
de mon pouse, Mme Georges
liistoury, ne Lucie Seradin
Lubin pour cause d'incompa-
tibilit de caractre; uneaclion
en divorce devant lui tre in-
tente au 'pLis tt.
Cayes.l 1er Dcembre 15)2(5
G. BISTOURY
a Pavl E- Auxilu
La personne intelligente
esl bien celle qui pour ses
achats, qu'ils soient des
Parlums,des poudres,des
Crmes, des Eaux de toi-
lette, des Bas ou Chaus-
seurs, des Sacs i main
des Draps de lit ou des
Tapis, des Chapeaux de
paille ou de I utre,e rend
directement chez Pin! E.
AdxiIi.
i
ai
JPiK LIFE
Insurance Co
lede$ plus forles Compagnie!
H- Bailonl Fils
Port au BJ rince
Les articles de efeu IL BaL
LONI Kits runissent : (Jua-
lil. K'gunce cl modicit de
| rix.
B.OJ
Dans tous lesjlemps o l'on cri-
vait avec une plume d'os ou de
bron/.e sur les murs des maisons i.u
lieu de papier, c'tait chose dillicil.-
elle prsent d'une plamalait d'une
courtoisie douteuse. Il pouvait' bien
tre considr comme un encourage-
ment auy travaux pnibles.
Comme c'est dlicieui aujourd'bu
'e contraste d'un cadeau qui est une
boite de EVEKS1MRP et un WAH:,
l'r\. Ils ont la beaut des plus fin.
yaux et des qualits d'critura q il
I' ut qu'on s'en sert avec plaisir. K.
Isseront les deraiers aussi loagtemp,
que l'ont t les anciens mode es.
TUE WAI1L COMPANY
Rav York. >. Y., U. S. A.
Molu A I.mu .u
Agents
^A
canadienues dassurantes
sur la vie.
ug.Le Boss & Co.
*.V.
'HVBILLEti, c'est bien
"HABILLER, chiqueront c'est oi-uz
s;-
/ <
} "f 1.



I I \I.\TI\" 8 > ce i ). 1D26



Crme
ta
r^ 3 a* ^ ^ **>
doni.fi un leinl de lys
t.
0:

/' IV
ffi 11-*

G
i 1
ffcr>i Ut pcttJr
Ajsurt un*
,om:i .i exquis
AVIS _
Les personnes qui avaient
reu, pour tre vendus, les bil
lets de la loterie de la jolie
machine automobile li< i,.so.it
pi kis de \enir rglei leur
compte au Garagt ri.0. pour
permettre la fixation de te da-
te cl ii tirage.
Tort au Prince,le30No.aeia
Ire 1826.
N


L. Crtw TtilNHEtYS, Im
-nient*/ " '"" > "'" *"!,T
. | rvxi un |tm ,1 ..ri'' " "i'i' J'
,., c,inu rlUKD*XVS M
.. ,, Mrl>li !' If eM""
u, ,,, .., captai '"t le
irr.iinoni Ju ' powwtN
ARYS
j. Ru* de U H. 3
PARIS
T i. .' fSjrf.im-r.e ei l.r.nd VU .>
La Cie d'EcUIrace
Electrique-
La Compagnie d'Eclairage
Electrique avise sis abonnes
i lepublic en gnral qu'
ca se du montage d'une nou-
%/ellemachine gnratrice elle
interromperi dsormais le
courant le climanchde 1<> ht
di. matin 2 heures de l'aprs
midi.
^Bonheurfamilial.


t&Os*
Ci- qui n'a j m. ils t
util
$
w
l i 1*1.1 i i | CUl tre dpass.
V. S< jouni
towti** *" conditions ridoureu c,
d'ASEPSIE
Sa
llberl F. Bcha
Hue des Fronts Fort N "):1
g
Arej-voua )am*l meanr l'importance de U
chej U mer. de tenaille > L pro-*>erMe du tahtnly
es dpend. 4 U dteste 4m tn-n M te koobeu. 4e
l Umille tout couerc I
U lartfeeo qui pe er che. te tera-nc ta itpe-
l.i ai.ltre.tM de mmsun ranec de meternlt* h dont
Wdleelini n te plu. cher deMr cm de
B d/ult de lui donner A *on tul.nl .ce
_ te le. M pleine lueur.
"Jw"^. w mmti^nm d.v 4e moK et de lorce
'~^edodii U CeUc" m*nve donl '**
"" Ifc'dUe. et te 'om** en errivc A ne plu*
*rl*rrtlU aua-KIi r1*n P"uvrHr "apporter
*"'" tolrcroottou)our.et.rcc
Ua*U-d"0ornUin p|j,slr une UsHl. d 0vft.
au premier djeuner aat jtJttM. En outre, de na>
tndlquac dana e ca. pour 0reu4eii cipciicncea cteaV
reton-Uluer le. lorcea _ onl daraontrC eue
dalaillante. de te mena- rOvoroalttac awjmente la
gre et lui rendre I nergie .cretton UcUe. EUc aide
dont elle a bcuoln pour (j,, |, n,^, a nourri
%eulr A bout .an I-ligue ditHnemc on enteal
et s.n- priue du Ua*aU fO ornalttne cl le re
de la tourn*. cours, laid* lldele de te
1.1 .mie c.t chose bien Icmmc dana loua Ica ca*
plu. Importante encore 4c Lubie***.
*
(9
m sauts: Souliers de tant lis- V
.*,> .is desport. Chapeaux :.mi
U C-UstO k de chap-:.u^ pMll. et feurt-
pour ho omas.Pour les fillette. ,-l gaivi ts.no s
offrons 1 -s clinpe:iux .Iran liait.
Venez nous Visiter et voii satez convainc J9.
Prtpt.ution et Vents
U, macle F. SfcJOURNii
utile*- to* Roux d du lentn. ^ >x
r\ -A /# >/. -A >i c- *i< fy+tppiL
Propritaires d'Automobiles

rr aMftnasr-- e**v g
Tbe Visft1 Jties Iradiny C
. V
I
v ;
:
je *
1
1

? :

i-'i5-

^0-
Souvenez, vous que letH
'c, plus sol...* et teyjg
cures tubes sou P",nil
par PIRESTONE-5
Full SizelOg
pi restons
! ipped>lli.onssW
oSuiet les plus reebi
t les pl-
rchi.
En stock chef t^gj
sm.s trouvre.joutes^
I ions le pnc.usUegul.rHcs-7
Dulv. Hnlloon.lrligi-
tubes et patcbe-S
PPEtTHIWK-C6ERH0lH
Plusde ki'onv'ire svst
% sa*
.par Dollirs



N* 110 Ru<> des Csars.
kl *
9 .-- - *--


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM