<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN —3 Dcembre 192G krillanl. inaltrable, tomtm la joumtu %  V Les coiffures hrisses et cheveles ont pass l'histoire Jusqu' rcemment les cheveux prsentaient un problme difficile aux hommes et femmes de bon got, conscients de leur apparence. Tout le monde voulait une coiffure lisse et bien arrang, mais ne pouvait pas l'obtenir. L'eau en se schant laissait les cheveux hrisses et desschs et les pommades et brillantines leur donnaient l'aspect d'tre colls. A prsent le Stacomb a rsout U problme. Porter les cheveux hrisss, secs ou dcolors maintenant, n'est que de la ngligence. De n'importequellefaonquevous vouliez vous peigner, le Stacomb Offre Gratis gardera vos cheveux en place Jusqu' l'heure de vous coucher. Apres se laver la tte quand les cheveux sont le plus rebelles, un peu de Stacomb les rendra trs dociles et soummis et d'un lustre naturel. Le Stacomb peut s'obtenir en pots ou tubes, en crme ou liquide selon votre prfrence, dans les bonnes pharmacies, drogueries ou parfumeries. Co/uarM /• chivux paient Standard Laboratoriaa, Inc. 11} Watt ISth Straat, Naw York, K. U. A Hnvoyii-moi gratta un chantillon da Sttcotnb. J ,T AdraMa. Villa *l Paya. eor* sur quelques pluies. Les baittM les plus accentues lu baromtre m riveront du 7—8, vers le 19 cl surluiil du 22 au 25, donc vers lu Nol.Les beitiH lia romriquea sont gnralement accompagnes de ciels nuageux et sont indicatrices de pluies. Les hausses baromtriques au rtit heu du %  < MU 7. du la au '21 af pendant les derniers jours du mois. Nous pouvons donc coinp ter sur du beau temps pendant les trois derniers jours de Dcembre, mais un temps, contraire surtonr autour des jouis de la Nol. Le moi* de Dcembre tant gnralement un mois plutt de scheresse, il est important de Connatra les datas o on peut s'attendre a des pluies gnra" lameut faibles. Les voil : vers le 2 et le il, du 12 un 13, du 1S au 20, nsais surtout du 21 au 2.S. Aprs avoir appliqu dans le cours des mois ou nous avons tent une prvision thorique du temps pour l'ort-au-frince dts corrections successives nos premires formules, nous avons eu linaleinent.au mois de Novembre, la satisfaction d'une belle concordance entre nos coupes baromtrique et le* fluctuations du thermomtre calcules thoriquement avec celles tellement observes. l'ne prvision utile n'est donc possible que pour des contres o seulement une srie d'observations ne dpaasanl pas la priode de Brueckner( .'t ans ) est a la disposition des calculateurs. C'est donc avec d'autant plus l'autorit que nous pouvons do remuant continuer nos prvi sions. Mais nous devons maintenir qu'il restera toujours thoriquement impossible d'obtenir une exactitude en tempe plus grande que plus ou moins 21 h. Vu l'tendue relativement comte des observations antrieures notre disposition, nous devons procder lorcirent dans nos calculs par voie d'approximation. Cest-a due nous cherchons actuellement le rsultat final par exemple par une dizaii.e d'quations dillientes d evant en principe donner le mme rsultat. N'aiscomme les rsultats partiels ne sont que des approximations, nous prenons Comme prvision la moyenne des 10 rsultats. Il peut arriver qu'on vnement quelconque, par exemple la chute d'une pluie est indique cinq lois de vaut arriver un certain jour du mois et cinq lois devant arriver le lendemain de ce jour. Dnas un cas pareil, nous devons lorcinent trancher cette incertitude arbitrairement fixant pour la dite d'arrive un des deux r sultats. VVP HOTOUt / r ti il t o.e dit Priin .v M J I Samedi dernier dans les s:ilom du Cercle Bellevue eut lieu la rception annuelle de Prime vera. Dans le cadre charmant (nie tonna le talent bien connu des Primevres : les salons d" Brllevue tout enguirlands de roses que des mains de jeunes lilles avaient artiste. lient disposes, le bal rose qu'offrit celte anne le cercle l'i imavera ses invits eut un succs clatant, Le comit du cercle avec une exquise amabilit Ht un bon accueil tous et les membres conti iburent par leurs gentillesses BU plein succs de la lle pour lequel d'ailleurs rien ne l'ut mnag. Des surprises lurent distribues aux invits al chacun emporta avec soi un petit souvenir du bal rose de l'riiuavara. Il n'est pas possible de faire le compte rendu del.li de celte tte qui sera une des plus belles de la saison, nous nous contentons de dire que la nombreuse assistance en est sortie enchante. Les cloches du Sacr-Cœur appelaient les fidles la messe de 1 heures quand les couples noir el rose s'arrtrent de danser. Nous prsentons nos sincres coinj linienls l'riinavera. ECHOS: DE HINCHE De notre Correspondant' l.u C. il II. u*an /c Dpartement Or ni r • comme on dit. ancien dircteur de l'Ecole militaire de la l'. S. M. C. Quantico, ayant les yeux constamment ouverts sur les laits el gestes de ses subordonns, a travaill rudement mettre les divers services de la G. d'il, d tus le Dpartement Central sur un pied vraiment admirable, l'n ollicier constructeur trs nergique s'occupe des lonsti ucttonsde casernes Thomonde, Thoinassiquc. Cash Heur, Massade, etc. De nombreux ouvriers hatiens sont emplovs -\ ces travaux el dj ces villes revtent avec ces constructions modernes un aspect agrable. Et on est unanime fliciter le Gnral Turill pour toutes ces initiatives. Les ollu ie.is deviennent de plus eu plus respectueux des lois hatiennes. Tous les h: tiens en gnral trouvent protection auprs d'eux. On espre nue d'ici peu. vu l'entranement gulicT les gendarmes au tir a 1 • v -'i et H'J 1 .!, plusie us ter %  11 s pari a x proc'.ai 1. 1 ym pique*. Service d Hygine Ce Service est indispensable la rgion. Les dispensaires sont assez nombreux dans le Dpartement; ils ont, chacun d'eux, une moyenne de 500 malades par mois. Il est donc superllu de signaler plus longuement les grands services renoua aux populations pares Etablissements. On observe un tat sanitaire apprciable partout o le contrle du Service d'Hygine s'exerce sur la sant publique. Il serait souhaiter que de plus larges moyens pcuniaires soient mis la disposition de ce Service afin de lui permettre d'entreprendre la construction de nouveaux dispensaires tant TI10 m a s s i q u e qu' Ceiea-laSource alin que ces villes puissent jouir aussi de leurs bienlaiis. Le dvouement des mdecins et les infirmires est audeasua de le toute loge. Service Technique d Agriculture v On ne voit point sans un rel plaisir la bonne ide de ce Service de distribue! des vaches et des gnisses aux leveurs ncessiteux Les conditions qui sont laites tous sont aussi avau tageuses pour les leveurs que pour l'Etat. e Service est appel rendre d'normes services notre Pays essentiellement agricole II esl souhaiter qu'il tende sou action jusqu' TI10-massique el Cerca-la-Source o des coles d'Agriculture sont aujourd'hui indispensable*. Il est esprer que !c Service Technique lasse bientt le ncessaire. /.(/ musique Depuis que le premier sergent Paul Hoc est charg de la Direction de la musique de Hiiu-be.elle offre de beaux coiteerur dignes dloges. Kl c'est en loule que l'on se rend autour du kiosque les jours de concerts. Il a fallu ces occasions pour permettre la progressiste popula lion llincholse d'apprcier la valeur de Doc en musique. — Nous lui souhaitoi s de l'avancement. DEJACMEL Mise au point Nous avons lu dans le Nouvelliste du mardi 23 Novembre courant un eir'.rrl'ilet intitul : C'est un muuijuemenl envers / Gouvernement . Pour l'dification du public*,, nous nous eiupressdns de dclaier hautement que la Commune de Jacmel ne revoit rien, absolument rien de Monsieur Homard; Au contraire pour la gouverne du a Nouvelliste , nous dclarons — et les livres de la Commune sont ouverts'a tous — que c'est l'Administration Coin mu nale qui, malgr ses nombreuses dpenses, verse Monsieur Doucard h forte somme de: (. 34.000par en et narrais mme plus. Nous croyons mme savoir (lue le N inistre de l'Intrieur a demand au Magistral ommilnal Mr Fulbert V. Hilauc de l'aire de sou mieux pour ne jamais manquer ce versement. lui tende/, vous Vingt quatre mille gourdes par an. Des Amis (/. %  lu Yril '. Un suicide Mercredi, de toute la journe Antoine Tisfeld, 26 ans, origi naire des Gonaves, archiviste j l'Hpital i-iiral de l'ort au* Prince, ne se nree da pas l'Hpital. On ne s'inquita pai tout d'abord de son absence. Mais, liiev matin, s son domicile, Grand'Hue, on ilecouvrit le c.utavrj du jeune homme, i.'cxameii mdical rvla ipi'il s'tait suicid en avalant une dose de poison. Le cor os. d 1 suicid a t Irans port l'Ilpilal. I Vendre LA MORT DE WL Mr C. Ru880 il Un*Oadillac Sedan L'n, 57 l'n Buick 0 Sadrcss er a M Harrv R.Kinnev Mal Grand'Hue 133$. Nous relations hier, succinteinent qae mercredi, vers 2 h. 1 2 de l'aprs midi, la suite d'un coup de poing que lui lana un marine a en ribole, **. Ciriaco Knaso, Prsident de la 1 hambre de Commerce italienl expira. Voici quelqut a dtails sur ce regrettable incident. M. Husso revenait des Bureaux de l'Administration lnraie des l'ostes. lorsque sous la galerie de l'Agence Gnrale Transatlantique, il croisa un nia ri n > ivre. 1 en ne sait point au juste pour quelle raison; nuis une courte discussion s'leva entre le bijoutier, homme dont on admet unanimement le caractre paisible el le soldai. Le lui ci lui lana un violent coup de poing. M. Itusso se prcipita son magasin, s'arma d'une renne el se mit la poursuite de son agresseur. Il le rejoignit devant l restaurant chinois, Grand'Hue, en lace du salon de CoifTure Le Louvre . La discussion ds violente celte lois reprit entre les deux hommes. Mais des compatriotes de M. -H isso, notamment Md. Sepe el BSCal Vitiello s'interposrent, calmrent le sympathique bijoutier et russirent le convaincre de revenir son magasin, rue Donne Loi. 1 e qu'il accepta assez facilement el MM. Sepe cl Viliello raccompagnrent tandis que le • marine , effray de l'moi que son acte avait provoqu dans la rue se rfugiait dans la cour du garage situ ct du .aie de M. Uyppolite Florville. l'eu aprs, un de ses camarades alla le retrouver et tous deux entrrent au salon • Le Louvre , o quelques inslan's plus lard, le I apilaine Shaker, sous-chef de la Police procda l'arrestation du manne. Leschosesseniblaienl II.|,J. i .t avoir de suites plus lcheuses. Mais arriv sa bijouterie. **. Husso expiia subitement. La ruo Donne Foi l'ut aussitt eu bullilion. l'ne foui, connedc curieux encombra ;mssill les galeries des deux l'.i de la rpe, la circuialioii lut interrompue cl le promptes el nergiques mesures d'ordre (lurent tre aussitt pi a s. Le Juge de Paix appel sur les lieux, entendit quelques tmoins de la scne. Le cadavre fut transport l'Hpital Gnral. L, le mdecin de l'Hpital rclama l'autopsie du cadavre. • e mdecin de la lu m il le, M. le Dr Franois Daleucour ainsi que le Charg d'AMaires d'Italie, M. Alfrcdo de Maltis opinrent contre. L'ne vive el longue discussion s'engagea cuire les decins de l'Ilpilal Gnral, le Dr Dalencoui et le Secrtaire d'Klal de la Justice. M. Kininanuel Beauvoir. Enfin, on laissa la parole au Juge de Paix, seul i\tf V, de s Obtenez votre antdeiionj. ces mmes de la Nature. 'UNaturetantU, touakabiejiadel'hunun, d est logique que noua ., 0 n, recours eUe quand le corpa humain a b^T des trsors qu'elle renferme. ""a ,> Pour la protection de la sant, le plu* prcieuf 1 huile de roie de Morue avec laquelle on fait L'EMULSION SCOTT Directement du fond des meta, elle apporte le soutien de nos forces, combat l'anmie, les aBcctions de la poitrine et des poumons, U mnlntitiitien. etc. Cest en vrit le tonique t^* • .il pour tous les ger f) (pi; li li parla toi p'.ir d.'idcr si oui ou non, il ia'.! i. d .pi us;.ii!e de pioccd( r I; utopsie. Le Juge de I';.i\ dl' I S^tlit 11 nord. NI. A l't 'v 'fshn o"d( n a l'autopsie el on nil poiryassis 1er trois 1 l'dceins : le Dr D;.leinour. m.decm de la lamille, un mdei i.i la I Hpital el 1.11 mdecin du Marine Leppe". La lunehii' opralion coitimcn a quelques instants a|is el se poursuivit lissez lanl dans la nuit, Kiisniie le tud vie lui relies la lamille. Les funrailles du regrett bijoutier ont eu lier, hier, .'Mu u ret prcises de l'aprs-midi, en l'glise du SucrOMIT do'fur' gc.iu. Nous renouvelons aux In- milles prouves nos biontrivea conooleances. Aux Etati.Vnto Four protger TiurJustmi amricaine de l'alcool de bois Psr cable fonais L WASmNJTOH-Uprtt*.) Cooli k a a augmenl ds 5o Ma cei.t •sdroilsd'eDtrssurla!. thyne ou al ool ds bois qui N pori da : 18 cenU pu gd. Ion OU : esure MI princioila, rr.en dirige coati • l'alcool dskas synt liqueproJuitengriDdeqan tit en Allemigaa et memut de tuiner l'industrie anrieaei d I slccol de boit ci ptadsstk guerre. Itctrailc BOUT lu f le de l'Immacule oncftlion Samedi prochain, f Dcembre, commencera la Cathdrale !a retraite gnrale des Congrgations de cette l'aioisse poin la fle de l'Imnimule Conception. las exercices religieux auront lieu, tous ls jours, a 5 lieurcs de I aprs midi. Une messe nui sein clbre en la Mlroi'.oli.aine. le mardi S, lle de l'Immacule Conception, l"> heures du matin, clturera celte relraile. POUIi LES PUPlfa i:s Di: SAIN I ANTOINE Ce soir, S iieures, ;'i Paiisiana sera donne u:ie nouvelle soire ail profit des Pupilles de SaintAmoine. Ces: le poignant drame Le MiLcin de ta lipogne qui sera iule r p r I accompagn d'une tlsopiianle comtlie 111:1riage l'amricaine, c Ballet indien scia aussi repris. Les cartes d'entre gnrale cotciil trois gourdes. Celle non vclfe lle au profil des pupilles de Sainl Antoine aura, (tramement, le succs rie la prcdente. he% bruits de guern Par cible fraaaia l'.uiif— 8uivaat plusieurs jotr* u.iux allemaude, un plas de neiln ( alion gnrale serait i l'ludr dans les bureaux de recratemul de la Reichwelit i d'eaciees oll>| ciere racoleat des bomnai HM prtexta d'une agression aotonin I probabla. %  %  s a —Au sujet de allairechinaUei WASHINGTON' U Dparti meut d'Etat vient de publier HJfj I ort do la commiseioa des lna| puissances sur l'eilcrr^orisiiU,i guerre civile et le ebao* pobUsnl actuel. L'a gouveruemeal SUBHI 1 moderne el tasponsablt p*ns> dru i s'tab ir en Chine. LeeasV mission recommande cspendeilif n'abandonner que profreasii> ment les droit acquit par h fceV ts sur l'as territorialit et dm a mesure o la Chine pourra sm user son organisation lgidtt* et judiciaire eu assurent une pf lectioa surtlsaute aux UiagsN. Lu terminant son rapport, U et* mission estime que le droit %  territorialit qui protge 254.0* traugers et 473 ormes irsajNorwish Union Fire Insurance \ Socit Kmlted Au Capital de Or. 30.ooo.ooo Une des plus imporantes Compagnies d'assurances |l contre l'incendie iliiS -K A G Pli lit — Cap.Haitien: J. PARAV1SIN1 f •^"'* Au(iyes:jEAN BOUKOEOIS U Agent Gnral J


PAGE 1

LE MATIN —3 Dcembre ...26 u.piolE-.Auxila, J,uai vous creuser la J,,r trouver ce qu'il Jliutpourla liadel'an puisque sairanl vos qui sont moderne, bourse plolt movous pouvez ton Ivoire satisfaction. hi! £. Amla. es ^apooais dans \t peut t^lre absndonn 'ui substitue dei i#* tturedel'Ex tion de Phi* Me IP fcbls franais jjiliKLFHIK— Us ce r un ipcrlbration du Comme kgi)*t ainsi que du ''.un i[it\ uinu'ij lieront demain. H fermeture de l'Kfpusijiti iDile du cent ciuquan I Philadelphie. m -—— frouMeg en Albanie DE— L'insurrection ni ,_jDira des biguaj de lailu rebelles se replient et d'entre eux se rendent. mt de la rpublique Anjou reoit coDsthmmer.t secours. Lo g uxerue lnur une dmonstra italienne en sa laveur. calme. Le tlphone ii, laespilale de l'All.a 'ougoilavie fonctionne giifi leusetneit v^nt.' dYlre l'en ne mi irrductible d toi t libralise et de tou'.e dmocratis tous que que forme que et sot. enjoint aux leaders locaux d'accorder !enr< membres le droit de discuter lib*e meut et sins aucune restriction. Bien que ce'te concession ne s' p plique pas qu'au parti et n'implique pas que les membres auront oix la rglementation dup.rti qui reele entirement et esluif-i merU entre les mains de MMMIIOI par l'entremise de ses lieutuaai'*. On considre que celte mesure est un premier pas vers va coœpr mis avec la dmocratie compilante J celui que la Russie des Soviets a conclu avec le capitalisme. Rigoureuses meu res contre un jour nal irlandais DUBLIN—i D'aprs la loi sur la sret pulliqm vote rdemmini par le snat et approuve par le g >u verruur gnral un tat d eireon lances excepiioniiellesi a : p o clam. Le gouvernement a fuit im mdiatement oprer des perquiM lions daas les bure ux du journal rpubl eia "An S;iobl ichf* et a fait saisir tous les numtos du jour nal. A El/orado IX F. •si •cl -j Vu* lrouv*re/ un Mil. A n .' IK u Oii:\i ; ,.\ i; Kt i> :i:\ un: \ •: I\T/ .n ,-i" i) : il >\'SS\\ i Yi :H i)t: Il l.N'SE ijy ,.;un li: FAJJKI \ COCK i AII.S Dl) DOS tinwir ,<; .i: CoM.'TQtit Di INTISSFnrL Le tout ;i il i ,) i < [,\, ,, ; \ n;t ri. .1 p tt 1 *i•?> i-: **• i* &f ..*..&f t. >,* V V V V W*?ii O v 1 1 > l>h 1 i t* El > l MIT / %  V .r'< %  s '••'• V V 'S '."* j\ 'V .T r ** .'•'' Le lait en pou re e plus en sus Klats-l,ji,. Pour iV.imeiilul.on dis h b % '•:• * V BiaoQira le l I l,ft en pondre q„-Jo > u ,j e „| les trois vi ani„ e ft* s tro„ indispensables lmo,. s 1 I IritiOB & idal • •5 La reine d*E pu3 gne rentre Ma M^'sfj^.ifej-fc.ftSmrj^i iirid y£ MAUllD— La reine Victoria rst Pourquoi avez vous oubli ? HVhlUS? Vous, avez vaut lexeellence de la Gigaret rAl'/ilUll: vous nmi tes proposs de l'adopter d linitiv roeul p.^r.e qu'elle est coi dilionn.id j.ar toutes, lis qu ilit->'.t la rendeut meil eure, sa boune rei o nme, grdee 4 vjire fra tueuse prop gande, s'est laite ra.) d liais de IMII le bien que vous en av./ di'. vous av cffal oeneni oub i a'anaou %osamis eu chaque poc elte de PATIHOTKS p>rle un b u p me, et que, coutre cent de cea bons .et ur..is en nos bureaux j.o s jayons deu K curdM i demie. Vous ne i. g avei pas mis ., r r II eontrel etio maoi • de leterles pocl.-s videsdeciitarettes, et epsl nieeasiira de les en mlormer. c r n.iui accir ln* me ra le G |y|l tout po.t.ui j„ esoi poboues t. p\rti >r::; f \u u ji."jj contenu. T \ousavt/s„rto.:t omis l'eUMUlkl, car vn, .'av^p,, .r, jr ;,,''>' !, s / "'"'• •'uxce.it t/iurJu'. 'pvrl It'-r"'. 1 '* ""."•' • ••' %  uvor Jei: -n. pnhetlH I .. „ ,.'.i!"' '? '"' n : ."" N n, ,M ,,e c Bu:nro pi. i iw pour t..-.,e!i,-itr de Ml'e l.nt.ue nubaine. • I* i^ur trois rliencea j e vous avez d'r-re d omiin-v du vu ,iei, (1(lr!( n fl lmilJ les n ^ re(tes p ATJil oT£s: t.itral.. ANWAO.Nt Ors h Je tvhrque d 1. 1 ,., ,, j ,., nlle 109 Hue Jueilu Lbritfon 80C? fe^ r* i y m GEUARA .V; C, Propribircs. rentre* Madrid aprs une alise i cde quinze jours ; la sojveraine tait alle vjirsa mre 1 Londres. Efl vente cbez •C^ S im o Vieux, A'fiei Vieux, |B madame L. II. Uorel ^aBRENVUR A Compta} lue. iframte r/orttow le /as* principes dmu i y sont introduits i mouvement dmocra les fascistes vie.Lt de M premire vic'oire. IMmbre* du par.i beront %  asormais i d tcuter et hkemeutjes mthodes et TtMlieutenpnls de Mus lefative qui leur avait i m dbut de la rvolu thM des nouveaux sta •* %  €•*' 'et toujours orLeSme fils duroi George subit uns opration LONDRES—Le prince Heury, 3me fils du rot George,a subi une op ration pour 1 ablation des amyg daies ; on a dit aujouri hui que le E rince allait au fi bien que possi le. C'.-t lu 2eme opration de ce genre Uans la la m Ile royale de puis deux ans Le prince George, le plus jeune lils du roi a subi cet •e opration en Mar s 1925. Qaillaumrn est malade DOOKN — L'ex empereur Guil laume d'Allemagne est oblig ds garder le lit par un fort rhume qui l'empche de se mouvoir. On uit qu'il soutire beaucoup mais que son dit n'est pas grave. WitoBOHavraM A. Ilolt, Raphal Ilrouard Savmien Martin, Peut ioav *,-. Ge JEANSKME A Co fi Aoaam ts* Uk NMQ ^ klsi Pour teindre :ouo tissus ; LAINf-, COTOH, SOIE, etc.. • JOUU produit c ii 'U MAURESQUE' T.nJtniHAria, p„n. .•PI..TiniclcW.BI CII i—. nacictiiMf PI ...U.41.pi,etVIWn. i.-.i ...n.. Ue H.lu. %  ftaaaa • > r.„, t U PLUS AntlWME ET U FLB$ EFFICACE INJECTION PEYRARD D'ALQEH eonlrt II BLENNOHRKAGIE cl loui coulfmtnts tncieni OU riitnli. 231 rbes ourls sur 232 ( R.ppo n D. t, ^ i, C^IU. PAR IS. CAS N" 111. La valeur nutritive du Virol d.'tnont.e dans une >rie de casc'oit le d.ail ont t tournis ,-ar dmemb re de la t>rol.ioi tncdi.^ie. EmjLeBoss$Co Horn ltnie U steamer\Heinz Ihrm, ve nanl de l'Eumpe, est attendu a la capitale le 5 Dcembre et con Imitera le 0 Dcembre au st.ir pour Kingston, Sto Domingo City et Curaao,prenantjr't et passagers. Le steamer Clans Iloin sera icileU Oinnht e t.rtiri le mme jour pour T Europe via les ports du nord et ."lo Plata, prenant fret et passagers. B4EHNER & <:• Agents gnraux. LcnelStarSteamshipCo Le steamer SouthseM a venant Ue Gai veston ,|Tezas, est attendu Port au Prince, vers le 7 du courant, en route le mme jour pour Miragoaoe et Porto Kico. Poil au Prince, le t dcembre 192U BOUEZ Fri-es, Agunb I JR? .^'-i 4^ *mm.^ %  -u^a A t I 14 m. m. ToiJ : AVJBI l'kiii loi ilu 4 vu*. >.r 1. ^ i 24mo. l'oj.i 13*<<60d. A| r t r*mp!oi du V.rol. RAPPORT DU M^OEClNt On m'j amen II. I un puii k ;l v „ j,. u m „j ; Q., m d i, ,, V|S l. lan l,.ii t-,,,1.... >n c...,.i, .i l\.„ a;>.la .ire sur lui, .,,„, .,,„ an rsultat, les ru : clan i |ucs nul .i,„-K. || M ,„..,,,( ,,, u 4 n, ( • •• aJora uuc |> lo outiris au Virol 011 etan mt un succs itnindiai <•! en< nu UIMJII S., H p > J M lmt j iBjmenter uniformment raina ih 17 Igramm. s ai a iit^ioe juaqu^i 6 M i stnvanl da(< i la.;n.[l,,1 MII 10 %  %  ;().). C'est n.ii. •tenant un ^1 rnl.mt uin, ilan, I rt.it L |..u S.III>I.IIS.IIII p )ihlc, it gui pese 13 **• 0 < S. IVlro' et uni prtaarilHM e mi..i> d* Graiitadt "•!•. d'Eatralt Glratral dt k|oall Kotut ,!,i. • i.. i.1.1 di Ua i. d'CJ.il. ilr Sirtfe .1. Dtron, aie L-Viol f tn liu-n prc• . d4i< '••cjid'A'inwnI..I n .J.l.viu •, I, Mcim.-, d'Anmii-, d.KMki tL.in.• r Jt | ht .i*. VIROL Agent Gnraux W QWMT-N fUJ \m C C „ SW JariSM, HXITI. Boit, P„., 4 U 147. s ,: LT.I IIAMOaR I. S i (s.. LOSDRB3 tNCLETKRM BELLE mm m l>u n O i-' w PILULES taifiNTLIt Ira WaiM ^ul il.'l..|ilt. rll-f aitU4.ul, Nrauililu.'i.l !'• Ht %  rffvlat l~ t.UIlM .••••• ilat lir:. %  ( tiaMit H bnaU % %  %  r-i. i. —i. l i H Pllit. •• %  .ibiutui Ma U •aaMt J e.Tltii-4". I <• la*>fato^Mi i rrovinc que le la Cupitalc qu'a l'occasion I -, liea if im d'anne, ils trouvarool e$ chaussure J de toute Iraicheur ut du toute beauM principjle.nctil des CIKUISS.IIVS de double senialle pour gur mnel el lill.-ite •ton jfoaveru aussi de grands STOCKS de chaussures qui pelivenl truBtrres mjiUuun march tiue partout gi aillcures, toujours avec le m nu s. n et la minu Jh-f. |>i'omj)titudt>. S^ Eug.Le Boss & Go. f Vul nlaaora qaa l'huila d* folada %  rua. rtca t aaa vltmlnaa. ait la plua pulaaant daa raix.uatituana pour laa ci.'Dta. Ifalhfurauaamaat, la vlapart daa ana na pouvant la prandra rmuaa • %  a 9*^' at **• aon odaur rapuaa* aanta at c'aat pourquoi la* ia*daclna rermmandnt fCHaralauiant aujourd'hui laa Tablait d Huila da rola da Moraa MrCor'a doat l'action aat tout auaal affl.a. Damandal S voira pharmaclan an* t tta datablattaa dllulla da rla d or* WcOsr'a BucrlM. arrtmtl.a au aott. ttavoSttltuant Inargiqua at rafla aalutil'l* donjtre .U %  aa l j|aoliou,iMa, et de A toutes dames fustidiauses, la milsondo lixi! E. Hacha Hue des Front, ;•'.,. .\ i g Seœpresse d'tnnono r-, ecommen l'un superbeassorll-n r. tout fr.llt. .1 dt' dur-, r.!r#i vogueaconsista t! npri.-.'.a.usut en article suivants: Soulier d* fantaisies pour lames I SJUI ers de sport. Cil .peau* garais. l'niolisto k de o ape.iux d> paille et feurt e pou; hommes.Pour las fillettes e| gaionets.nous' offrons les chapeaux Jean Bti. Venez nous visiter et vor. serez oon vaincus. agi V.^. r mmMm m^ j r



PAGE 1

LE MATIN—3 D ceuibre r Le st amer c m y J %  hurope e i %  ;''' ; mie rt ort-au-l'fince le Dt'cambre appo lar.f des p ssa %  ers-l'lu lit. IlicoirtinuMf mne jour tour I Gep-Htiucn Le S/S Gruneweldi eift^n du ci vera le 10 Dcembre pou prendre du bel pour/Europe. Ce sieamtrollre une occasion merveilleuse pour des p M rs QIOHISD. LUCAS &> Agents Gnraux ( • • Un 1. r .• %  •• GEO. A. PAYNE ^Lloy's Agent Bureau l'Etage de Lfl maison I.J.B1G10 £_l nlite lue titrU" ail de nos Ao.ubilits Mtilicales tl ui valu I a| prcialioti lia tous biaaltuis, la suavn incomparable dj bou4.1t tt Us iius ituiaiquables qualits hyginiques. MlflDe pris aHC CAUS, Miuui Naatac n'euiwe pas et upro nu k b lAKCMjrli.i .ialou|M, COAIM Its autres produits ilu.itu.lta tuiu.u-cni.uiiu ojiiuueux. i El von* oui damandeti cA la lonflut, pourrAt-je tenir I* cou ? Ou bien mt vci ral-je useavantU tempe, liun d'emploi t fate au vieux 1er 'Rponse, bonne •Umentatloo, anmmatl, air pur. La sommeil ai l'air par sont voir* affaira. Mata • %  ce qui concerte l'alimentation, DcmaUaa4tOut #t voua aider Si un orgajaaoM afwa n par l'effort veuLmalatenlr •on lasticit ai aa capacit pratfncttva, Il lai taut ncesesIrtruMi chose dt plus ci c plu a as Iota que aa : bitucUc Ca 1 laii dcplaaquclaaaW "est l'OvomaltuM. .vat une Uaaa "Ove> D*. le nuoa aa ara. aajeuncr, oa vteaf Rani(atl.iieatrava] et la fourne. La sots, va* tiue d'Ovomahlaa raaapa rapldcmeat la Wtcha lfeM A voa forces et voue nui un sommeil peatfkat s* rt> parejaar. ovoBf/iur] Test la 1 Dr. A. WANDER & A. BERNE Aa*a< MCIIMU a BROUAJtO 1709, nuxT Boe. Porl-au-Pruico, bx J r '* .^t^^ *;i II est vident que si vous prenez un numro quelconque une loL'rie, ou si vous risquez votre argent sur un coup de roulette, il est possible que vous gagnerez. Mais il est bien plus probable que vous perdiez. Si vous demandez dans une pharmacie quelque chose pour un mal de tte, et si vous prenez la premire capsule qu'on vous prsente, ou un petit paquet, ou un comprim, il est possible que cela vous fera du bien. Cependant il est encore plus probable que non. 11 y a dans le commerce des centaines d'analgsiques dont la plupart sont inefficaces, ou d'une action trop lente, tandis que d'autres affaiblissent le coeur. Laquelle de ces prparations aurez vous reu? Il ne faut pas plaisanter sur un point si dlicat. Pour soulager une douleur quelconque ou abrger un refroidissement, il faut demander La CAFIASP1RINE (Aspirine et Cafine), qui est le parfait analgsique. Il agit beaucoup plus rapidement que tous les autres et n'offre absolument aucun danger pour le coeur. C'est pour cette raison que la plupart des mdecins la prfrent l'Aspirine simple. Elle se vend en tubes de vingt comprims et en petites "Poches Rouges Bayer" contenant une seule dose. J> rpi v.ii . y,,



PAGE 1

UIKECTKUR PROPMITAIRK dMPRIMLTr. Clment MAQL01R2 i BOIS-VERM 135H, Hue Amricaine, 1358 L£ NUMERO 20 CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 212 L'homme est grand et loi 1, non pas quand il se hausse et fjei licule, mais lorsqu'il rentre en lui-'niiir et que son activit est reult. Jules Bois Dme ANNE X38M PORT-AU PRINCE (HATI) VENDREDI S DECEMBRE 1926 Pour noire Jeuuess Vacances Mose Saeh fO, Rue de f** L a maism Moue SMKIl annonce se client qu'elle vient m de recevoir par le dernier .bateau pourilajiia.dej l'anne jgff Uii-iiii'ii vont commencer les vacances il .ol et du J.iur de I A i et I essaim j >yeuv de lagent colire va prendre la ciel des champs. Nous SJVOIIS ce que les vacances nt (Kprcieux pour le repos du corps de l'entant. MJIS elles jouent aussi un rat, qu'on aurait tort de sousvaluer, dans la formation morale dans la trempe de la volont. Elles constituent, en-clKd, [.•pour I colier, le lem .s de l'initiative peisonuelle le temps o il peut faire* l'appre.issage de |u libert, et, ee pginl do vu, elles doivent tre utilises de la faon la plus rationne t. Kxpliquo is nous. Durant l'anne scolaire, la plupart du temps, l'lve n'agit pss, mais, si j'ose dire, esl agi. La besogne lui est m su re au joue le jour, il esl so.imis aux rglements pa 1. is fort svres; ses distractions, ses dmarches sont l'objet d'une surveillance ininterrompue. Loin de moi la pense de blmer l'œuvre des ducateurs ; mais il taut convenir que si cette mthode habitue les enfants la docilit, el'e ne les forme p sdirecj tentent l'art de se dbrouiller cui-mmes dans la vie, ce que les soldats, pendant la guerre, appelaient le systme Or ee laineux systme D, les vacances fournissent l'occasion de l'appliquer merveilleusement chez nous : l'colier soustrait aux entraves du collge, est ma lire de ses journes et il peut disposer de son temps .'• sa lucon, son ide, Ccpcud; int, initiative personnelle n'est pas synonyme de caprice ou le lanfaisie, en* core moins de dsordre. Les vacances doivent tre rgles, largement rgi e s, sans exagration. Ce rglement, qfl n'aura rien de tracassant .on de trop rigoureux, p M ler d ah ird sur l'heure du lever, 1 Il ii'st que trop juste que l'entant se lve plus tard eu vacances que durant les jours d'cole. Toutefois l'heure do lever ne doit pas tre abandonne l'inspiration du montant, laquelle ne Sera, la plu part (lu temps, que le conseil in ress d'une paresse qui se refuse l'eflorl et qui aime s'terniser dans la mollesse du lit. lue journe, c imiiien* cepar une lche capitulation, r que tort de continuer mal. Que les parents soucieux du bien moral de leurs entants, ne leur permettent jamais de se lever des 0 ou 10 heures du matin Ce serait les habituera la mollesse, la fnantise. Autant que possible, nue le lever se fasse l'heure fixe d'avance, et pas trop -tardPoint importent pour la formation morale de la jeunesse en vacances: les ir quentations. Pendant les va* rances, on fait des rencontres de lortune, on se cre des relations de hasard. Garonnets et fillettes adoptent facilement, rapidement une sorte d'intimit que la vie. sans souci de la tche scolaire, puait lgitimer. < 'est trs bien. L'enfant apprendra vivre en socit ; mais, il ne faut. pou. aucune raison, que celle intimit aille trop loin; et que la vigilance des parents s'cxerCS continuellement, de manire >t carter de leurs enfants f grau I d muer des m tuvaises compagnies. Certains parents versent, s rUI ce rapport dans uu aveuglement smpide, il iaul bien l'a-ouer; et l'on dirait vraiment qu'ils n ont nul souci de la formation morale de leurs enfants. A les voir se dsintresser des Irquenlalions de leurs (ils ou de leurs filles. on croirait que, pour eux, il n'y a pas de pch originel, et que Jean-Jacques Rousseau avait raison d'enseigner la bont nave de l'tre humain. \ Rsumons-nous, en disant que I e s vacances imposent aux parents et aux enfants des devoirs imprieux, el que c'est seulement par l'accomplissement de ces devoirs qu'elles seront pour notre jeunesse, un temps vraiment prcieux et qui contribuera fortement sa formation morale. m.iis.in IfflfM __ recevoir par "£'i Diagonal noir suprieur. •CM; Alpaga noir sap. 2| Chapeaux paille line pour homme *** Ctiapeaus paille pour enfant M Chapeaux feutre et laine pour homme Chapeaux Jean Uart Forme* isola pour dame et Demoiselle? Kaki anglais sup jaune et blaac Or II blanc sup. Zub'.f aurais sup. pour chemise hoium Chaussette* til pour enfant Chaussettes COIOD pour enfant •l'4 Cravates sup. pour homme S Crpe de Chine G. 7 '•V Katine blanche 1.50 •£lj Ratine bUucha 1-75 •£rj> Et plui:ur* autres articles. jj^ l'rix Jlijnt toute concurrence. Li Grande Fte du Bijunclie 5 Cccnbie Qj'on vienne en fou!c di%  nche./rio/e/ BelUwtc. 11 ne le regrettera pas.Lesdam-. et demoiselles patronnesses de l'Hospice St Franois n'ont rienpargn pour offrir au public un programme des plu af/ru./.m/.*. On dit mme que d'agrables surprises sont ni Bsjjses au public... 1^ musique du Sminaire Si Martial, sous la direction pa P. Go niniuchc, eomp e y ta 're entendre les plus beaux morceaix de son rpertoire. L'entre est fixe 4 heures Prcises. Allons, mesdames, mesdemoiselles et messieurs, t mis '• pension Routier, Uimantac! C'est pour l'Hospice. St Jcanois! Et vous savez coin "en cet tablissement mrite ,a sympathie hailien .e. U Cercle Sport t/ de Mariant AVIS | A l'occasion de l'arrive du Croiseur Ecole Jeanne d* \rc Junera une soire dansante, •f mardi, 7 Dcembre^9 h. Ces membres du Cercle leurs '•milles.les visiteurs.habitucls y sont invits. Le Qomit tari Ji Radio Voici le programme du concert qui sera exc ,t ce soir par le Radio 8. h. p. m. Orchestre de l a (eudarm rie d'Hati. P—Rare do.e.( Fox trot) 2. 4item nielle M liste (Valse). 3. eltesoire certaiue(Fox trot). 4 C 1 MICOJ.u( diiingic ). H.l'p..n. C'u its pi* Madame Norris. 1, Le Rosaire. 2 Passa ni le champ de seigle. H,3<) p.m. Lecture sur l'cole nationale le M leciue. Port au Prince, Ha.ti, par Dr Justin Dominique. 8. t p.m. Morceaux d-smusi ques H litienues jou par l'Orchestre de la Gendarmerie d'Haiti. 1. Feuille vertes (Fox trot). '2. C1 li y, (Meringue ) redemand. 3. ChnslianiK' ( Vais.* ). 4 A l'tlico. (Meringue ). IVJ&ICE ETlSiME fils Angle des Rues du Magasin dt .'Etat M des bronls-torts Formes de chapeaux noirs viennent d'arriver. Lis sonnons de l'Avent Depuis dimanche, 28 Noveinore, ont commenc, la Cathdrale, les prdications du temps deJi'Avenl. Les serinons commencent 6heure* 1(2 du soir. Ccst .le Vicaire Gnral e Oouaxe. ha naine de Vannes el de Porl-aul*rinee qui prcha l'Avent 1 la Mtropolitaine. Inutile de due qaelle-i parole tombeut de la chaire. Nous engageons vive IKMII les fidles suivie en f>ule ces loquents sermons. es missions apostoliques Les vaillants Prs Rdemptoristes sont arrivs, lundi, la Capitale, venant des (ionaves o ils ont prch une longue mission. Les Missionnaires s'arrteront quelques jours Port-auPrin -c puis ils partironl pour Jacmej o ils sjourneront jusqu'au 25 Dcembre. BBIIIODI Fils ( Port-au-Prince) Le plus beau choix de chapeaux IIJ feutre et de paille fine pour bon ns | et d'un grand assortiment de si > pour dames en argent en *.' les et en maroquin et un bciu choix de portefeuilles 1 > ir non.ns en cuir de Ivlfiie peuvent tre laits ch.'/. H. I V L Lo\l Fils. L'uniis:.i:ifT -• 1 1 j >li m n )jrinme en argent a chi |ue acheteur de ces articles. Dpart de Mr Fjtmt Bourg et Avant-hier, XL Louis Bour* gel. Inspecteur de laCtelran* aise des Cbles Tlgraphiques, qui part trs prochainement, offrait & quelques amis un djeuner d'adieu Sea Suie I it 11. Ce lut une bien charmante rv n n I o n pendant laquelle, dans K* cadre vraiment enchanteur de Sea Side I1111. les convives passrent des heures bien agrables, charms par l'exquise amabilit de l'amplulrvon. La galle, les b uns mots ptillrent comme vins de France, autour de In table fleurie, OU avaient pris place MM. Charles Uouzier, Charles Fombrun, James Thomas, Louis Lizaire, L. t inchinat, Lon I.aleau, (leorges Roumain, Pierre Kthurl, Delas, Clment Magloire. Au ihampagne, M. Uourget pronona quelques aimables paroles, et sa voix tremblott lit d'une petite lulion. lors qu'il parla de son dpart du Pays que pendant sou court s-jour parmi nous, il avait appris aimer. On lit une petite ovation M. Bourget, puis M. Rou/.ier rpondit, se misuit, en un langage distingu, l'interprte des regrets de t IUS les amhlde le voir s'loigner d'Hati. — % %  ^^^ %  • %  %  W ^^—• Bar de la Nadoltlno La Direction du Bar de I Muleleine 1 awfcl ses aimable* Clients eue depuis samedi soir le bar el le restaurant sont rouverts. I Ils ij trouveront comme par le pass, les meilleures boissons, toMOiwms soupers el rafrachissements. ? 0 acheter vos Parfums pour oh lia (TAnne . C omme]toujours, la Maison Loiissi A Saltl :<$. qui ne ngllgerlen pour rpondre ^ l'attente de aa clientle, avise, qu'elle a reju les 3 Parfums les plus suave et lea plus recherche : l.o aimables Cliente et le public en gnral u'aliront t|iie l'embarras du enois. IMaruue [loubupmt :,— La belle ealaon — Subt!" uvBonda — Le Temps des Lllas — Un peu-j-J l'Ambre — Mon Boudoir — Quelques Fleurs — L.e parfum idal Quelques violettes La Ho*tgIsa France — Cœur de Jeannette — inconnu Jasmin Floral D'Arge ville — Premier Mal 3 [ChypreCyclamen — HelioUope — Violette •Pi|afnguet tet. Jj Uuruue Plassard Djola. Le Rve qui pes. Vj lue femme passa. De llour en Heur. "£? Marque Lubin — An Soleil — Magd Bourgeois — Manon Lescaut, etc. ,, TZ^Iieramij Offrande, flanpil.Eau de Celogns aie y, ainsi tque lotions. Poudre, Savon, Brlllatine d •Ci oes divers parfums. Far 14, Crayona |pour LA .£, vre et Sels pour le Bain 10 la olbre Marque Q llonbtgaut r .^ lAchetezdoao vos Porf.iuis Vu Grand Bazar de] \t Nouveauts Tout va bien a *e Lu US SI MT. |8u.n. -]| **'-^^HWW 1 ^V1Kr**fK Kisinct. ... a constat, la reprsentat mu de lundi soir, uu Cirque des Irres Monge, un pisode d'un bien joli roman. Deux gentilles (unes tilles accompagnes de leur mur ane, une clame celle lu, assistaient ans Imirs des ai crobates, Mais, tandisqne la sieur aine admirait leedsarticulationa de rhomms-serpent, NOTRBŒUH vit les deux cadettes sortir du cirque et bientt aprs une seule rentra. ... se glissa alors en coulisse ter un trou de la tenle el il vit a belle, une brune au teint d'andalouse, sauter dans une aulo, une OldMiiobile que coi.duiaail un galant jeune homme et la voilure, emportant le couple, tila vers Peu-de-Chose. ... les vit revenir cependur.1 au Cirque quelques minutes plus tard, l'une avait un petit air de lillrlle gronde, l'autre, l'air d'un conqurant. Puis l'on se spara rentrs du Cirque et l'idylle ayant pris lin. chacun recommeuv'a a admirer les tours des frres Monge. ... a vu. avant-hier soir, une troupe de filles de joie et de jeunes garons oui se tenaient A l'un des cts de la Place Cclfrard. Us s'taient aligns sur le trottoir a l'ombr du grand sablier feuillu et des autres arbres qui semblaient unir leur feuillage connue pour luire a ces messieur et dames un coin obscur et protecteur. La lumire lectrique qui se glissait entre lea feuilles mettait des petites taches de clart sur les visages do ces compagnon nocturnes. La causette allait bon train ; et les voix montaient, haut, dans le loir et au milieu dei conversations obscnes des rires lusaieut, ha a ceux. ... fut trs surpris de ce table.ni rappel.ml a s y inpren liv l'aspect dune forl obscure, euehant < d.s bacchantes et di s satyres tiendraient sance en 1 ii inneur d'Aphrodite, l'.i pourtant c'tait la Place Ueftl ard.au SQlur de Porl-au-Pinice el pas plus loin. • • ... a vu, hier in.uin, veis II heures, l'auto No. 2336 qui montait la rue des Casernes, arriv devant les Hureaux de la tiendarmerie, le chaulleur contourna brusquement le coin se diri* eeant vers la Place de l'Iiidpeu nance. Il frla le inarclie-pied du basa No. >7K qui venait en aens inverse, l.e cocher invectiva le conducteur de l'auto o se trouvaient de belles daines que N'orna (Lu. vit se boucher le* oreilles. • .^ .... •9Ls J -' Quel temps lera-t-il eu Dcemliiei I TippeDhaoer nous le dit Coiuiiie le mois qui vient de l'couler, la temprature se tien dra presque tout le temps audessus de la normale. Nous aurons uu mois de Dcembre iclativeincul chaud surtout du 1 au 7, et vers lu quinze. Les poques o le thermomtre aui .1 tendance baisser s'couleront du 10 au 18, et vers le 1? et la 16 Lea pressions baromtriques sa tiendront plutt ae-deasoi s de la normale ce qui indique que nous pouvons compter euj v~******* t


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06880
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, December 03, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06880

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
UIKECTKUR PROPMITAIRK
dMPRIMLTr.
Clment MAQL01R2
i
Bois-Verm
135H, Hue Amricaine, 1358
L NUMERO 20 CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 212
L'homme est grand et loi 1, non
pas quand il se hausse et fjei
licule, mais lorsqu'il rentre en
lui-'niiir et que son activit est
reult. Jules Bois
Dme ANNE X- 38M
PORT-AU PRINCE (HATI)
VENDREDI S DECEMBRE 1926
Pour noire Jeuuess
Vacances
Mose Saeh
fO, Rue de f**
La maism Moue SMKIl annonce se client qu'elle vient m
de recevoir par le dernier .bateau pourilajiia.dej l'anne jgff
Uii-iiii'ii vont commencer les
vacances il .ol et du J.iur
deIAi et I essaim j >yeuv de
lagent colire va prendre la
ciel des champs.
Nous sjvoiis ce que les va-
cances nt (K- prcieux pour
le repos du corps de l'entant.
Mjis elles jouent aussi un
rat, qu'on aurait tort de sous-
valuer, dans la formation
morale dans la trempe de la
volont.
Elles constituent, en-clKd,
[.pour Icolier, le lem .s de l'i-
nitiative peisonuelle le temps
o il peut faire* l'appre.issage
de |u libert, et, ee pginl do
vu, elles doivent tre utili-
ses de la faon la plus ration-
ne t.
Kxpliquo is nous.
Durant l'anne scolaire, la
plupart du temps, l'lve n'a-
git pss, mais, si j'ose dire, esl
agi. La besogne lui est m su -
re au joue le jour, il esl so.i-
mis aux rglements pa 1. is
fort svres; ses distractions,
ses dmarches sont l'objet
d'une surveillance ininter-
rompue. Loin de moi la pen-
se de blmer l'uvre des
ducateurs ; mais il taut con-
venir que si cette mthode
habitue les enfants la docili-
t, el'e ne les forme p sdirec-
j tentent l'art de se dbrouiller
cui-mmes dans la vie, ce
que les soldats, pendant la
guerre, appelaient le systme
Or ee laineux systme D, les
vacances fournissent l'occa-
sion de l'appliquer merveil-
leusement chez nous : l'co-
lier soustrait aux entraves du
collge, est ma lire de ses
journes et il peut disposer de
son temps .' sa lucon, son
ide, Ccpcud;int,initiative per-
sonnelle n'est pas synonyme
de caprice ou le lanfaisie, en*
core moins de dsordre.
Les vacances doivent tre
rgles, largement rgi e s,
sans exagration. Ce rgle-
ment, qfl n'aura rien de tra-
cassant .on de trop rigoureux,
p m ler d ah ird sur l'heure du
lever, 1
Il ii'- st que trop juste que
l'entant se lve plus tard eu
vacances que durant les jours
d'cole. Toutefois l'heure do
lever ne doit pas tre aban-
donne l'inspiration du mo-
ntant, laquelle ne Sera, la plu
part (lu temps, que le conseil
in ress d'une paresse qui se
refuse l'eflorl et qui aime
s'terniser dans la mollesse
du lit. lue journe, c imiiien*
cepar une lche capitulation,
r que tort de continuer mal.
Que les parents soucieux
du bien moral de leurs en-
tants, ne leur permettent ja-
mais de se lever des 0 ou 10
heures du matin Ce serait les
habituera la mollesse, la f-
nantise. Autant que possible,
nue le lever se fasse l'heure
fixe d'avance, et pas trop
-tard-
Point importent pour la
formation morale de la jeu-
nesse en vacances: les ir
quentations. Pendant les va*
rances, on fait des rencontres
de lortune, on se cre des re-
lations de hasard. Garonnets
et fillettes adoptent facile-
ment, rapidement une sorte
d'intimit que la vie. sans sou-
ci de la tche scolaire, puait
lgitimer.
< 'est trs bien. L'enfant ap-
prendra vivre en socit ;
mais, il ne faut. pou. aucune
raison, que celle intimit aille
trop loin; et que la vigilance
des parents s'cxerCS conti-
nuellement, de manire >t
carter de leurs enfants f
grau I d muer des m tuvaises
compagnies.
Certains parents versent,
s rUI ce rapport dans uu
aveuglement smpide, il iaul
bien l'a-ouer; et l'on dirait
vraiment qu'ils n ont nul sou-
ci de la formation morale de
leurs enfants. A les voir se d-
sintresser des Irquenlalions
de leurs (ils ou de leurs filles.
on croirait que, pour eux, il
n'y a pas de pch originel, et
que Jean-Jacques Rousseau
avait raison d'enseigner la
bont nave de l'tre humain.\
Rsumons-nous, en disant
que I e s vacances imposent
aux parents et aux enfants des
devoirs imprieux, el que c'est
seulement par l'accomplisse-
ment de ces devoirs qu'elles
seront pour notre jeunesse,
un temps vraiment prcieux
et qui contribuera fortement
sa formation morale.
m.iis.in IfflfM
__ recevoir par
"'i Diagonal noir suprieur.
CM; Alpaga noir sap.
2| Chapeaux paille line pour homme
*** Ctiapeaus paille pour enfant
M Chapeaux feutre et laine pour homme
Chapeaux Jean Uart
Forme* isola pour dame et Demoiselle?
Kaki anglais sup jaune et blaac
Or II blanc sup.
Zub'.f aurais sup. pour chemise hoium '
Chaussette* til pour enfant
Chaussettes coIod pour enfant
l'4 Cravates sup. pour homme
S Crpe de Chine G. 7
'V Katine blanche 1.50
lj Ratine bUucha 1-75
rj> Et plui:ur* autres articles.
jj^ l'rix Jlijnt toute concurrence.
Li Grande Fte du
Bijunclie 5 Cccnbie
Qj'on vienne en fou!c di-
nche./rio/e/ BelUwtc. 11
ne le regrettera pas.Lesdam-.
et demoiselles patronnesses
de l'Hospice St Franois n'ont
rienpargn pour offrir au pu-
blic un programme des plu
af/ru./.m/.*. On dit mme que
d'agrables surprises sont ni
Bsjjses au public...
1^ musique du Sminaire
Si Martial, sous la direction
pa P. Go niniuchc, eomp e y
ta're entendre les plus beaux
morceaix de son rpertoire.
L'entre est fixe 4 heures
Prcises.
Allons, mesdames, mesde-
moiselles et messieurs, t mis
' pension Routier, Uiman-
tac! C'est pour l'Hospice. St
Jcanois! Et vous savez coin
"en cet tablissement mrite
,a sympathie hailien .e.
U Cercle Sport t/
de Mariant
AVIS |
A l'occasion de l'arrive du
Croiseur Ecole Jeanne d* \rc
Junera une soire dansante,
f mardi, 7 Dcembre^9 h.
Ces membres du Cercle leurs
'milles.les visiteurs.habitucls
y sont invits.
Le Qomit
tari Ji Radio
Voici le programme du con-
cert qui sera exc ,t ce soir
par le Radio
8. h. p. m. Orchestre de la
(eudarm rie d'Hati.
PRare do.e.( Fox trot)
2. 4item nielle M liste
(Valse).
3. eltesoire certaiue(Fox
trot).
4 C 1 MICOJ.u( diiingic ).
H.l'p..n. C'u its pi* Mada-
me Norris.
1, Le Rosaire.
2 Passa ni le champ de seigle.
H,3<) p.m. Lecture sur l'cole
nationale le M leciue.
Port au Prince, Ha.ti, par
Dr Justin Dominique.
8. t p.m. Morceaux d-smusi
ques H litienues jou par
l'Orchestre de la Gendar-
merie d'Haiti.
1. Feuille vertes (Fox trot).
'2. C1 li y, (Meringue ) rede-
mand.
3. ChnslianiK' ( Vais.* ).
4 A l'tlico. (Meringue ).
IVJ&ICE ETlSiME fils
Angle des Rues du Magasin dt
.'Etat M des bronls-torts
Formes de chapeaux noirs
viennent d'arriver.
Lis sonnons de l'Avent
Depuis dimanche, 28 Novein-
ore, ont commenc, la Cath-
drale, les prdications du temps
deJi'Avenl.
Les serinons commencent
6heure* 1(2 du soir. Ccst .le
Vicaire Gnral e Oouaxe. ha
naine de Vannes el de Porl-au-
l*rinee qui prcha l'Avent 1 la
Mtropolitaine. Inutile de due
qaelle-i parole tombeut de la
chaire.
Nous engageons vive ikmiI les
fidles suivie en f>ule ces
loquents sermons. ______
es missions apostoliques
Les vaillants Prs Rdemp-
toristes sont arrivs, lundi, la
Capitale, venant des (ionaves
o ils ont prch une longue
mission.
Les Missionnaires s'arrteront
quelques jours Port-auPrin -c
puis ils partironl pour Jacmej
o ils sjourneront jusqu'au 25
Dcembre.
B- BiIIodI Fils
( Port-au-Prince)
Le plus beau choix de cha-
peaux iIj feutre et de paille
fine pour bon ns | et d'un
grand assortiment de si >
pour dames en argent en *.'
les et en maroquin et un bciu
choix de portefeuilles 1 > ir
non.ns en cuir de Ivlfiie
peuvent tre laits ch.'/. H. IVL
Lo\l Fils. L'uniis:.i:ifT - 1 1
j >li m n )jrinme en argent
a chi |ue acheteur de ces arti-
cles.
Dpart de
Mr Fjtmt Bourg et
Avant-hier, XL Louis Bour*
gel. Inspecteur de laCtelran*
aise des Cbles Tlgraphi-
ques, qui part trs prochaine-
ment, offrait & quelques amis
un djeuner d'adieu Sea Suie
Iit 11.
Ce lut une bien charmante
rv n n I o n pendant laquelle,
dans K* cadre vraiment en-
chanteur de Sea Side I1111. les
' convives passrent des heures
bien agrables, charms par
l'exquise amabilit de l'am-
- plulrvon. La galle, les b uns
mots ptillrent comme vins
de France, autour de In table
fleurie, OU avaient pris place
MM. Charles Uouzier, Charles
Fombrun, James Thomas,
Louis Lizaire, L. t inchinat,
Lon I.aleau, (leorges Rou-
main, Pierre Kthurl, Delas,
Clment Magloire.
Au ihampagne, M. Uourget
pronona quelques aimables
paroles, et sa voix tremblot-
t lit d'une petite lulion. lors
qu'il parla de son dpart du
Pays que pendant sou court
s-jour parmi nous, il avait
appris aimer. On lit une pe-
tite ovation M. Bourget, puis
M. Rou/.ier rpondit, se mi-
suit, en un langage distingu,
l'interprte des regrets de
t ius les amhlde le voir s'loi-
gner d'Hati.
^^^"W
^^
Bar de la Nadoltlno
La Direction du Bar de I
Muleleine 1 awfcl ses aimable*
Clients eue depuis samedi soir
le bar el le restaurant sont rou-
verts. I
Ils ij trouveront comme par le
pass, les meilleures boissons,
toMOiwms soupers el rafra-
chissements.
?0 acheter vos Parfums pour
oh lia (TAnne .
Comme]toujours, la Maison Loiissi A Saltl :<$.
qui ne ngllgerlen pour rpondre ^
l'attente de aa clientle, avise, qu'elle a reju les 3

Parfums les plus suave et lea plus recherche :
l.o aimables Cliente et le public en gnral
u'aliront t|iie l'embarras du enois.
IMaruue [loubupmt :, La belle ealaon Subt!"
uvBonda Le Temps des Lllas Un peu-j-J
l'Ambre Mon Boudoir Quelques Fleurs
L.e parfum idal Quelques violettes La Ho- *tg-
Isa France Cur de Jeannette inconnu -
. Jasmin Floral D'Argeville Premier Mal
3 [Chypre- Cyclamen HelioUope Violette
Pi|afnguet tet.
Jj Uuruue Plassard Djola. Le Rve qui pes.
Vj lue femme passa. De llour en Heur.
"? Marque Lubin An Soleil Magd
Bourgeois Manon Lescaut, etc.
,, TZ^Iieramij - Offrande, flanpil.Eau de Celogns aie
y, ainsi tque lotions. Poudre, Savon, Brlllatine d
Ci oes divers parfums. Far 14, Crayona |pour LA
., vre et Sels pour le Bain 10 la olbre Marque
Q llonbtgaut
r.^ lAchetezdoao vos Porf.iuis Vu Grand Bazar de]
\t Nouveauts Tout va bien a *e Lu US SI Mt.
|8u.n. -]|
**'-^^HWW1^V1Kr**fK
Kisinct.
... a constat, la reprsenta-
t mu de lundi soir, uu Cirque des
Irres Monge, un pisode d'un
bien joli roman. Deux gentilles
(unes tilles accompagnes de
leur mur ane, une clame celle
lu, assistaient ans Imirs des ai -
crobates, Mais, tandisqne la
sieur aine admirait leedsarti-
culationa de rhomms-serpent,
NoTRBUh vit les deux cadettes
sortir du cirque et bientt aprs
une seule rentra.
... se glissa alors en coulisse
ter un trou de la tenle el il vit
a belle, une brune au teint
d'andalouse, sauter dans une
aulo, une OldMiiobile que coi.-
duiaail un galant jeune homme
et la voilure, emportant le cou-
ple, tila vers Peu-de-Chose.
... les vit revenir cependur.1
au Cirque quelques minutes plus
tard, l'une avait un petit air de
lillrlle gronde, l'autre, l'air d'un
conqurant. Puis l'on se spara
rentrs du Cirque et l'idylle
ayant pris lin. chacun recom-
meuv'a a admirer les tours des
frres Monge.
... a vu. avant-hier soir, une
troupe de filles de joie et de
jeunes garons oui se tenaient A
l'un des cts de la Place Ccl-
frard.
Us s'taient aligns sur le trot-
toir a l'ombr du grand sablier
feuillu et des autres arbres qui
semblaient unir leur feuillage
connue pour luire a ces mes-
sieur et dames un coin obscur
et protecteur. La lumire lec-
trique qui se glissait entre lea
feuilles mettait des petites ta-
ches de clart sur les visages do
ces compagnon nocturnes. La
causette allait bon train ; et les
voix montaient, haut, dans le
loir et au milieu dei conversa-
tions obscnes des rires lusaieut,
ha a ceux.
... fut trs surpris de ce ta-
ble.ni rappel.ml a s y inpren liv
l'aspect dune forl obscure, eu-
ehant < d.s bacchantes et di s
satyres tiendraient sance en
1 ii inneur d'Aphrodite, l'.i pour-
tant c'tait la Place Ueftl ard.au
SQlur de Porl-au-Pinice el pas
plus loin.
*

... a vu, hier in.uin, veis II
heures, l'auto No. 2336 qui mon-
tait la rue des Casernes, arriv
devant les Hureaux de la tien-
darmerie, le chaulleur contour-
na brusquement le coin se diri*
eeant vers la Place de l'Iiidpeu
nance. Il frla le inarclie-pied
du basa No. >7K qui venait en
aens inverse, l.e cocher invecti-
va le conducteur de l'auto o se
trouvaient de belles daines que
N'orna (Lu. vit se boucher le*
oreilles.


. .^ ....
9Ls
J
-' -
. -
Quel temps lera-t-il
eu Dcemliiei
I TippeDhaoer nous le dit
Coiuiiie le mois qui vient de
l'couler, la temprature se tien
dra presque tout le temps au-
dessus de la normale. Nous au-
rons uu mois de Dcembre ic-
lativeincul chaud surtout du 1
au 7, et vers lu quinze. Les po-
ques o le thermomtre aui .1
tendance baisser s'couleront
du 10 au 18, et vers le 1? et la
16
Lea pressions baromtriques
sa tiendront plutt ae-deasoi s
de la normale ce qui indique
que nous pouvons compter euj
v~*******
t


LE MATIN 3 Dcembre 192G
krillanl. inaltrable, tomtm la joumtu

V *
Les coiffures hrisses
et cheveles ont pass l'histoire
Jusqu' rcemment les cheveux
prsentaient un problme difficile
aux hommes et femmes de bon got,
conscients de leur apparence. Tout
le monde voulait une coiffure lisse et
bien arrang, mais ne pouvait pas
l'obtenir. L'eau en se schant lais-
sait les cheveux hrisses et desschs
et les pommades et brillantines leur
donnaient l'aspect d'tre colls.
A prsent le Stacomb a rsout U
problme. Porter les cheveux hris-
ss, secs ou dcolors maintenant,
n'est que de la ngligence.
De n'importequellefaonquevous
vouliez vous peigner, le Stacomb
------------Offre Gratis---------
gardera vos cheveux en place Jus-
qu' l'heure de vous coucher. Apres
se laver la tte quand les cheveux
sont le plus rebelles, un peu de
Stacomb les rendra trs dociles et
soummis et d'un lustre naturel.
Le Stacomb peut s'obtenir en pots
ou tubes, en crme ou liquide selon
votre prfrence, dans les bonnes
pharmacies, drogueries ou par-
fumeries.
Co/uarM / chivux paient
Standard Laboratoriaa, Inc.
11} Watt ISth Straat, Naw York, K. U. A
Hnvoyii-moi gratta un chantillon da Sttcotnb.
*J",T'
AdraMa.
Villa *l Paya.
eor* sur quelques pluies. Les
baittM les plus accentues lu
baromtre m riveront du 78,
vers le 19 cl surluiil du 22 au 25,
donc vers lu Nol.Les beitiH lia
romriquea sont gnralement
accompagnes de ciels nuageux
et sont indicatrices de pluies.
Les hausses baromtriques au
rtit heu du '< mu 7. du la au '21
af pendant les derniers jours du
mois. Nous pouvons donc coinp
ter sur du beau temps pendant
les trois derniers jours de D-
cembre, mais un temps, con-
traire surtonr autour des jouis
de la Nol.
Le moi* de Dcembre tant
gnralement un mois plutt de
scheresse, il est important de
Connatra les datas o on peut
s'attendre a des pluies gnra"
lameut faibles. Les voil : vers
le 2 et le il, du 12 un 13, du 1S
au 20, nsais surtout du 21 au 2.S.
Aprs avoir appliqu dans le
cours des mois ou nous avons
tent une prvision thorique
du temps pour l'ort-au-frince
dts corrections successives
nos premires formules, nous
avons eu linaleinent.au mois de
Novembre, la satisfaction d'une
belle concordance entre nos
coupes baromtrique et le* fluc-
tuations du thermomtre calcu-
les thoriquement avec celles
tellement observes.
l'ne prvision utile n'est donc
possible que pour des contres
o seulement une srie d'obser-
vations ne dpaasanl pas la p-
riode de Brueckner( .'t ans ) est
a la disposition des calculateurs.
C'est donc avec d'autant plus
l'autorit que nous pouvons do
remuant continuer nos prvi
sions. Mais nous devons main-
tenir qu'il restera toujours tho-
riquement impossible d'obtenir
une exactitude en tempe plus
grande que plus ou moins 21 h.
Vu l'tendue relativement com-
te des observations antrieures
notre disposition, nous devons
procder lorcirent dans nos
calculs par voie d'approxima-
tion. Cest-a due nous cher-
chons actuellement le rsultat
final par exemple par une di-
zaii.e d'quations dillientesde-
vant en principe donner le m-
me rsultat. N'aiscomme les r-
sultats partiels ne sont que des
approximations, nous prenons
Comme prvision la moyenne
des 10 rsultats. Il peut arriver
qu'on vnement quelconque,
par exemple la chute d'une
pluie est indique cinq lois de
vaut arriver un certain jour du
mois et cinq lois devant arriver
le lendemain de ce jour. Dnas
un cas pareil, nous devons lor-
cinent trancher cette incertitude
arbitrairement fixant pour la
dite d'arrive un des deux r
sultats.
VVP HOTOUt
/ r ti il t o.e
dit Priin .vmji
Samedi dernier dans les s:i-
lom du Cercle Bellevue eut lieu
la rception annuelle de Prime
vera. Dans le cadre charmant
(nie tonna le talent bien connu
des Primevres : les salons d"
Brllevue tout enguirlands de
roses que des mains de jeunes
lilles avaient artiste.lient dispo-
ses, le bal rose qu'offrit celte
anne le cercle l'i imavera ses
invits eut un succs clatant,
Le comit du cercle avec une
exquise amabilit Ht un bon
accueil tous et les membres
conti iburent par leurs gentil-
lesses BU plein succs de la lle
pour lequel d'ailleurs rien ne l'ut
mnag. Des surprises lurent
distribues aux invits al cha-
cun emporta avec soi un petit
souvenir du bal rose de l'riiua-
vara.
Il n'est pas possible de faire le
compte rendu del.li de celte
tte qui sera une des plus belles
de la saison, nous nous conten-
tons de dire que la nombreuse
assistance en est sortie enchan-
te. Les cloches du Sacr-Cur
appelaient les fidles la messe
de 1 heures quand les couples
noir el rose s'arrtrent de dan-
ser. Nous prsentons nos sin-
cres coinj linienls l'riinavera.
ECHOS:
DE HINCHE
De notre Correspondant'
l.u C. il II. u*an /c Dpartement
Or ni r L'uvre de la Gendarmerie
dans le Dpartement Outrai se
poursuit rapidement. Le colonel
Simili. rlghl mai in the. rigbi
p ace > comme on dit. ancien
dircteur de l'Ecole militaire de
la l'. S. M. C. Quantico, ayant
les yeux constamment ouverts
sur les laits el gestes de ses su-
bordonns, a travaill rudement
mettre les divers services de
la G. d'il, d tus le Dpartement
Central sur un pied vraiment
admirable, l'n ollicier construc-
teur trs nergique s'occupe des
lonsti ucttonsde casernes Tho-
monde, Thoinassiquc. Cash Heur,
Massade, etc. De nombreux ou-
vriers hatiens sont emplovs -\
ces travaux el dj ces villes re-
vtent avec ces constructions
modernes un aspect agrable.
Et on est unanime fliciter le
Gnral Turill pour toutes ces
initiatives. Les ollu ie.is devien-
nent de plus eu plus respectueux
des lois hatiennes. Tous les h:
tiens en gnral trouvent pro-
tection auprs d'eux. On espre
nue d'ici peu. vu l'entranement
gulicT les gendarmes au tir
a 1 v-'i et H'J 1 .!, plusie us
ter 11 s pari a ,x
proc'.ai 1. 1 ym pique*.
Service d Hygine
Ce Service est indispensable
la rgion. Les dispensaires sont
assez nombreux dans le Dpar-
tement; ils ont, chacun d'eux,
une moyenne de 500 malades
par mois. Il est donc superllu
de signaler plus longuement les
grands services renoua aux po-
pulations pares Etablissements.
On observe un tat sanitaire ap-
prciable partout o le contrle
du Service d'Hygine s'exerce
sur la sant publique.
Il serait souhaiter que de
plus larges moyens pcuniaires
soient mis la disposition de ce
Service afin de lui permettre
d'entreprendre la construction
de nouveaux dispensaires tant
TI10massique qu' Ceiea-la-
Source alin que ces villes puis-
sent jouir aussi de leurs bienlaiis.
Le dvouement des mdecins et
les infirmires est audeasua de
le toute loge.
Service Technique d Agriculture
vOn ne voit point sans un rel
plaisir la bonne ide de ce Ser-
vice de distribue! des vaches et
des gnisses aux leveurs n-
cessiteux Les conditions qui
sont laites tous sont aussi avau
tageuses pour les leveurs que
pour l'Etat. e Service est ap-
pel rendre d'normes services
notre Pays essentiellement
agricole II esl souhaiter qu'il
tende sou action jusqu' TI10--
massique el Cerca-la-Source
o des coles d'Agriculture sont
aujourd'hui indispensable*. Il
est esprer que !c Service
Technique lasse bientt le n-
cessaire.
/.(/ musique
Depuis que le premier sergent
Paul Hoc est charg de la Di-
rection de la musique de Hiiu-be.-
elle offre de beaux coiteerur
dignes dloges. Kl c'est en loule
que l'on se rend autour du kios-
que les jours de concerts. Il a
fallu ces occasions pour per-
mettre la progressiste popula
lion llincholse d'apprcier la
valeur de Doc en musique.
Nous lui souhaitoi s de l'avan-
cement.
DEJACMEL
Mise au point
Nous avons lu dans le Nou-
velliste du mardi 23 Novem-
bre courant un eir'.rrl'ilet in-
titul : C'est un muuijuemenl
envers / Gouvernement .
Pour l'dification du public*,,
nous nous eiupressdns de d-
claier hautement que la Com-
mune de Jacmel ne revoit rien,
absolument rien de Monsieur
Homard;
Au contraire pour la gouverne
du a Nouvelliste , nous dcla-
rons et les livres de la Com-
mune sont ouverts'a tous que
c'est l'Administration Coin mu
nale qui, malgr ses nombreu-
ses dpenses, verse Monsieur
Doucard h forte somme de:
(. 34.000par en et narrais mme
plus.
Nous croyons mme savoir
(lue le N inistre de l'Intrieur a
demand au Magistral ommil-
nal Mr Fulbert V. Hilauc de
l'aire de sou mieux pour ne ja-
mais manquer ce versement.
lui tende/, vous Vingt quatre
mille gourdes par an.
Des Amis (/. lu Yril '.
Un suicide
Mercredi, de toute la journe
Antoine Tisfeld, 26 ans, origi
naire des Gonaves, archiviste j
l'Hpital i-iiral de l'ort au*
Prince, ne se nree da pas
l'Hpital.
On ne s'inquita pai tout d'a-
bord de son absence. Mais, liiev
matin, s son domicile, Grand'-
Hue, on ilecouvrit le c.utavrj
du jeune homme, i.'cxameii m-
dical rvla ipi'il s'tait suicid
en avalant une dose de poison.
Le cor os. d 1 suicid a t Irans
' port l'Ilpilal.
I Vendre
LA MORT
DE

Wl
Mr C. Ru880

il
Un*Oadillac Sedan
L'n, 57
l'n Buick 0
Sadrcsser a m Harrv R.Kinnev
Mal Grand'Hue 133$.
Nous relations hier, succinte-
inent qae mercredi, vers 2 h.
1 2 de l'aprs midi, la suite
d'un coup de poing que lui lan-
a un marine a en ribole, **.
Ciriaco Knaso, Prsident de la
1 hambre de Commerce italien-
l expira.
Voici quelqut a dtails sur ce
regrettable incident.
. M. Husso revenait des Bu-
reaux de l'Administration ln-
raie des l'ostes. lorsque sous la
galerie de l'Agence Gnrale
Transatlantique, il croisa un nia
ri n > ivre. 1 en ne sait point au
juste pour quelle raison; nuis
une courte discussion s'leva
entre le bijoutier, homme dont
on admet unanimement le ca-
ractre paisible el le soldai. Le
lui ci lui lana un violent coup
de poing. M. Itusso se prcipita
son magasin, s'arma d'une
renne el se mit la poursuite
de son agresseur. Il le rejoignit
devant l restaurant chinois,
Grand'Hue, en lace du salon de
CoifTure Le Louvre . La dis-
cussion ds violente celte lois
reprit entre les deux hommes.
Mais des compatriotes de M.
-H isso, notamment Md. Sepe el
BSCal Vitiello s'interposrent,
calmrent le sympathique bi-
joutier et russirent le con-
vaincre de revenir son maga-
sin, rue Donne Loi. 1 e qu'il ac-
cepta assez facilement el MM.
Sepe cl Viliello raccompagn-
rent tandis que le marine , ef-
fray de l'moi que son acte
avait provoqu dans la rue se
rfugiait dans la cour du garage
situ ct du .aie de M. Uyp-
polite Florville.
l'eu aprs, un de ses camara-
des alla le retrouver et tous
deux entrrent au salon Le
Louvre , o quelques inslan's
plus lard, le I apilaine Shaker,
sous-chef de la Police procda
l'arrestation du manne.
Leschosesseniblaienl ii.|,j. i .t
avoir de suites plus lcheuses.
Mais arriv sa bijouterie. **.
Husso expiia subitement. La
ruo Donne Foi l'ut aussitt eu
bullilion. l'ne foui, connedc
curieux encombra ;mssill les
galeries des deux l'.i de la
rpe, la circuialioii lut interrom-
pue cl le promptes el nergi-
ques mesures d'ordre (lurent
tre aussitt pi a s.
Le Juge de Paix appel sur
les lieux, entendit quelques t-
moins de la scne. Le cadavre
fut transport l'Hpital Gn-
ral. L, le mdecin de l'Hpital
rclama l'autopsie du cadavre.
e mdecin de la lu m il le, M. le
Dr Franois Daleucour ainsi
que le Charg d'AMaires d'Italie,
M. Alfrcdo de Maltis opinrent
contre. L'ne vive el longue dis-
cussion s'engagea cuire les -
decins de l'Ilpilal Gnral, le
Dr Dalencoui et le Secrtaire
d'Klal de la Justice. M. Kinina-
nuel Beauvoir. Enfin, on laissa
la parole au Juge de Paix, seul
i\tf
V,
de
' s Obtenez votre
antdeiionj.
ces mmes de
la Nature.
'UNaturetantU,
touakabiejiadel'hunun,
d est logique que noua .,0n,
recours eUe quand le corpa humain a b^T
des trsors qu'elle renferme. ""a
,> Pour la protection de la sant, le plu* prcieuf
1 huile de roie de Morue avec laquelle on fait
L'EMULSION SCOTT
Directement du fond des meta, elle apporte le
soutien de nos forces, combat l'anmie, les
aBcctions de la poitrine et des poumons, U
mnlntitiitien. etc. Cest en vrit le tonique
t^* .il pour tous les ger f)
(pi; lili parla toi p'.ir d.'idcr
si oui ou non, il ia'.! i. d .pi u-
s;.ii!e de pioccd( r I; utopsie.
Le Juge de I';.i\ dl' I S^tlit 11
nord. NI. A l't'v 'fshn o"d( n a
l'autopsie el on nil poiryassis
1er trois 1 l'dceins : le Dr D;.-
leinour. m.decm de la lamille,
un mdei i.i la I Hpital el 1.11
mdecin du Marine Leppe".
La lunehii' opralion coitimcn
a quelques instants a|is el se
poursuivit lissez lanl dans la
nuit, Kiisniie le tud vie lui re-
lies la lamille.
Les funrailles du regrett bi-
joutier ont eu lier, hier, .'Mu u
ret prcises de l'aprs-midi, en
l'glise du Sucr- omit do'fur'
gc.iu.
Nous renouvelons aux In-
milles prouves nos biontrivea
conooleances.
Aux Etati.Vnto
Four protger TiurJustmi
amricaine de l'alcool
de bois
Psr cable fonais L
WASmNJTOH-Uprtt*.)
Cooli .ka a augmenl ds 5o Ma
cei.t sdroilsd'eDtrssurla!.
thyne ou al ool ds bois qui n
pori da : 18 cenU pu gd.
Ion OU : esure mi princioila,
rr.en dirige coati l'alcool dskas
synt liqueproJuitengriDdeqan
tit en Allemigaa et memut
de tuiner l'industrie anrieaei
d I slccol de boit ci ptadsstk
guerre.
Itctrailc BOUT lu f le
de l'Immacule oncftlion
Samedi prochain, f Dcembre,
commencera la Cathdrale !a
retraite gnrale des Congrga-
tions de cette l'aioisse poin la
fle de l'Imnimule Conception.
las exercices religieux auront
lieu, tous ls jours, a 5 lieurcs
de I aprs midi.
Une messe nui sein clbre
en la Mlroi'.oli.aine. le mardi S,
lle de l'Immacule Conception,
l"> heures du matin, clturera
celte relraile.
POUIi LES PUPlfa i:s
Di: SAIN I-ANTOINE
Ce soir, S iieures, ;'i Paiisiana
sera donne u:ie nouvelle soire
ail profit des Pupilles de Saint-
Amoine. Ces: le poignant drame
Le MiLcin de ta lipogne qui
sera iule r p r I accompagn
d'une tlsopiianle comtlie 111:1-
riage l'amricaine, c Ballet
indien scia aussi repris.
Les cartes d'entre gnrale
cotciil trois gourdes. Celle non
vclfe lle au profil des pupilles
de Sainl Antoine aura, (trame-
ment, le succs rie la prcdente.
he% bruits
de guern
Par cible fraaaia
l'.uiif 8uivaat plusieurs jotr*
u.iux allemaude, un plas de ne-
iln ( alion gnrale serait i l'ludr
dans les bureaux de recratemul
de la Reichwelit i d'eaciees oll>|
ciere racoleat des bomnai hm
prtexta d'une agression aotonin I
probabla.
- sa -
Au sujet de
allairechinaUei
WASHINGTON' U Dparti
meut d'Etat vient de publier HJfj
I ort do la commiseioa des lna|
puissances sur l'eilcrr^orisiiU,i
guerre civile et le ebao* pobUsnl
actuel. L'a gouveruemeal sUbHi1
moderne el tasponsablt p*ns>
dru i s'tab ir en Chine. LeeasV
mission recommande cspendeilif
n'abandonner que profreasii>
ment les droit acquit par h fceV
ts sur l'as territorialit et dm a
mesure o la Chine pourra sm
user son organisation lgidtt*
et judiciaire eu assurent une pf -
lectioa surtlsaute aux UiagsN.
Lu terminant son rapport, U et*
mission estime que le droit
territorialit qui protge 254.0*
traugers et 473 ormes irsaj-
Norwish Union Fire Insurance \
Socit Kmlted -
Au Capital de Or. 30.ooo.ooo
Une des plus imporantes Compagnies d'assurances |l
contre l'incendie
iliiS -K
A G Pli lit Cap.Haitien: J. PARAV1SIN1 f
^"'* Au(iyes:jEAN BOUKOEOIS U
Agent Gnral J<- DAALDER t
Foi t-av-Pt ir.ee !
^ *.
t
p jf|| A. DE MATTIS & C0, Btprientants pour
Jlfiftf
v


LE MATIN 3 Dcembre ...26
u.piolE-.Auxila,
J,uai vous creuser la
J,,r trouver ce qu'il
Jliutpourla liadel'an
puisque sairanl vos
qui sont moderne,
bourse plolt mo-
vous pouvez ton
Ivoire satisfaction.
hi! . Amla.
es
^apooais dans
\t peut t^lre absndonn
'ui substitue dei
i#*
tturedel'Ex
tion de Phi*
Me
IPfcbls franais
jjiliKLFHIK Us ce r un
ipcrlbration du Comme
kgi)*t ainsi que du ''.un
i[it\ uinu'ijlieront demain.
H fermeture de l'Kfpusi-
jiti iDile du cent ciuquan
I Philadelphie.
m - - --------
frouMeg
en Albanie
DE L'insurrection ni
,_jDira des biguaj de lai-
lu rebelles se replient et
d'entre eux se rendent.
mt de la rpublique An-
jou reoit coDsthmmer.t
secours. Lo g uxerue
lnur une dmonstra
italienne en sa laveur.
calme. Le tlphone
ii, laespilale de l'All.a
'ougoilavie fonctionne
giifi leusetneit v^nt.' dYlre l'en ne
mi irrductible d toi t libralise
et de tou'.e dmocratis tous que -
que forme que et sot. enjoint aux
leaders locaux d'accorder !enr<
membres le droit de discuter lib*e
meut et sins aucune restriction.
Bien que ce'te concession ne s' p
plique pas qu'au parti et n'impli-
que pas que les membres auront
oix la rglementation dup.rti
qui reele entirement et esluif-i
merU entre les mains de MmmIioI
par l'entremise de ses lieutuaai'*.
On considre que celte mesure est
un premier pas vers va copr
mis avec la dmocratie compila-
nte J celui que la Russie des So-
viets a conclu avec le capitalisme.
Rigoureuses meu
res contre un jour
nal irlandais
DUBLINi D'aprs la loi sur la
sret pulliqm vote rdemmini
par le snat et approuve par le g >u
verruur gnral un tat d eireon
lances excepiioniiellesi a : p o
clam. Le gouvernement a fuit im
mdiatement oprer des perquiM
lions daas les bure ux du journal
rpubl eia "An S;iobl ichf* et a
fait saisir tous les numtos du jour
nal.
A El/orado
IX F.
si
cl


-j
Vu* lrouv*re/ un Mil. A n .'
ik u Oii:\i ; ,.\ i; Kt.
i> :i:\ un: \ : i\t/ .n ,-i"
i) : il >\'SS\\ i Yi :H
i)t: Il l.N'SE ijy ,.;un ,
li: FAJJKI \ COCK i AII.S
Dl) DOS tinwir ,<; .i:
CoM.'TQtit Di INTISSFnrL
Le tout ;i il i ,) i < [,\- ,, ; .
\ n;t ri. .1 p
tt1 *i?> i-: ** i- *?..*..-?,t.
>,* V V V V W*?ii O v
11>
l>h
. 1 i
t* El
> l MIT
/V".r'< s
'' V V 'S '."* j\
'V
.t r _
**

.'''
Le lait en pou re e plus en
sus Klats-l,ji,.
Pour iV.imeiilul.on dis h b
?':
*
V BiaoQira
le l I l,ft en pondre q-Jo >u,je| les trois vi anie, ft*
s tro indispensables lmo,. s 1 I IritiOB &
idal
5
La reine d*E pu- 3
gne rentre Ma M^'sfj^.ifej-fc.ftSmrj^i
iirid y
MAUllD La reine Victoria rst
Pourquoi avez vous oubli ?
HVhlUS? Vous, avez vaut lexeellence de la Gigaret
rAl'/ilUll: vous nmi tes proposs de l'adopter d linitiv
roeul p.^r.e qu'elle est coi dilionn.id j.ar toutes, lis qu ilit->'.t
la rendeut meil eure, sa boune rei o nme, grdee 4 vjire fra -
tueuse prop gande, s'est laite ra.) d .
liais de ImiI le bien que vous en av./ di'. vous av cffal
oeneni oub i a'anaou %osamis eu chaque poc elte de
PATIHOTKS p>rle un b u p me, et que, coutre cent de cea
bons .et ur..is en nos bureaux j.o s jayons deu KcurdM i
demie.
Vous ne i. g avei pas mis ., rr II eontrel etio maoi de
leterles pocl.-s videsdeciitarettes, et epsl nieeasiira de les
en mlormer. cr n.iui accir ln*-me ra le G |y|l
tout po.t.ui j esoi poboues t. p\rti >r::; f\uu ji."jj
, contenu. T
, \ousavt/srto.:t omis l'eUMUlkl, car vn, .'av^p,, .r,jr.
;,,''>',!,'s'/"'"' 'uxce.it t/iurJu'.
'pvrl It'-r"'.1'* ""."'''uvor Jei: -n. pnhetlH I
.. ,- .'.i!"' '? ,'"'n: .""Nn, ',,M ,,e c" Bu:nro pi. i
iw pour t..-.,e!i,-itr de Ml'e l.nt.ue nubaine.
I* i^ur trois rliencea j e vous avez d'r-re d omiin-v
du vu ,iei,(1(lr!( n fl,lmilJ, les n^re(tes pATJiloTs: *
t.itral.. ANWAO.Nt Ors h Je tvhrque d 1.1,., ,, j ,- .,
nlle 109 Hue Jueilu Lbritfon 80C?
fe^
r* i
y
m

GEUARA .V; C, Propribircs.
rentre* Madrid aprs une alise i
cde quinze jours ; la sojveraine
tait alle vjirsa mre 1 Londres.
Efl vente cbez
C^ S,imo Vieux, A'fiei Vieux,
|B madame L. II. Uorel
^aBRENVUR A Compta} lue.
iframte
' r/or-
ttow le /as*
principes dmu
i y sont introduits
i mouvement dmocra
les fascistes vie.Lt de
m premire vic'oire.
IMmbre* du par.i beront
asormais i d tcuter et
hkemeutjes mthodes et
TtMlieutenpnls de Mus
lefative qui leur avait
i m dbut de la rvolu
thM des nouveaux sta
**' 'et toujours or-
LeSme fils duroi
George subit uns
opration
LONDRESLe prince Heury,
3me fils du rot George,a subi une
op ration pour 1 ablation des amyg
daies ; on a dit aujouri hui que le
E rince allait au fi bien que possi
le. C'.-t lu 2eme opration de ce
genre Uans la la m Ile royale de
puis deux ans Le prince George,
le plus jeune lils du roi a subi cet
e opration en Mars 1925.
Qaillaumrn
est malade
DOOKN L'ex empereur Guil
laume d'Allemagne est oblig ds
garder le lit par un fort rhume qui
l'empche de se mouvoir. On uit
qu'il soutire beaucoup mais que son
dit n'est pas grave.
WitoBOHavraM
A. Ilolt, Raphal Ilrouard
Savmien Martin, Peut ioav *,-.
Ge JEANSKME A Co fi
Aoaam ts*
Uk nmq^ klsi
Pour teindre :ouo tissus ;
LAINf-, COTOH, SOIE, etc..
jouu produit c ii
'U MAURESQUE'
T.nJtniHAria, pn. .PI..TiniclcW.BI,CII
i. nacictiiMf PI ...U.41.pi,etVIWn.
i.-.i ...n.. Ue H.lu.
ftaaaa > r., t
U PLUS AntlWME ET U FLB$ EFFICACE
INJECTION PEYRARD
D'ALQEH .
eonlrt II BLENNOHRKAGIE
cl loui coulfmtnts tncieni
OU riitnli.
231 rbes ourls
sur 232
(R.ppon Le trulrmenl rti complta
----- . par le*
DRAGEES PEYRARD H 1 KITINE
qui calment la douleur, clarifient les urinet,
purifient le tang et ^uriwent U cyttitc.
TOUTES BONNES PHARMACIES
SPECIALITES PLYRA>D. t, ^ i, C^IU. PARIS.
CAS N" 111.
La valeur nutritive du Virol d.'tnont.e dans une >rie de cas-
c'oit le d.ail ont t tournis ,-ar d- membre de la
t>rol.ioi tncdi.^ie.
EmjLeBoss$Co
Horn ltnie
U steamer\Heinz Ihrm, ve
nanl de l'Eumpe, est attendu a
la capitale le 5 Dcembre et con
Imitera le 0 Dcembre au st.ir
pour Kingston, Sto Domingo
City et Curaao,prenantjr't et
passagers.
Le steamer Clans Iloin sera
icileU Oinnht e t.rtiri
le mme jour pour T Europe via
les ports du nord et ."lo Plata,
prenant fret et passagers.
B4EHNER & <:
Agents gnraux.
LcnelStarSteamshipCo
Le steamer SouthseM a venant
Ue Gai veston ,|Tezas, est attendu
Port au Prince, vers le 7 du cou-
rant, en route le mme jour pour
Miragoaoe et Porto Kico.
Poil au Prince, le t dcembre 192U
BOUEZ Fri-es, Agunb
I
JR?
.^'-i
4^


*mm.^
-u^a
At I 14 m. m. ToiJ :
AvjBi l'kiii loi ilu
4 vu*.
>.r 1.
^ i 24mo. l'oj.i 13*<<60d.
A| r t r*mp!oi du V.rol.
RAPPORT DU M^OEClNt
On m'j amen II. I un puii k.;l-v, j,. u mj;. Q.,md i, ,, V|S
l. lan l,.ii t-,,,1.... >n c...,.i, .i l\. a;>.- la .ire sur lui, .,,, .,, an
rsultat, les ru : clan i |ucs nul .i,-K. || M ,..,,,( ,,,u 4 n, ,
( aJora uuc |> lo outiris au Virol 011 etanmt un succs itnin-
diai J M lmt j iBjmenter uniformment
raina ih 17 Igramm. s ai a iit^ioe juaqu^i 6 M i stnvanl da(< i
la.;n.[l,- ,1 miI 10 ".;().). C'est n.ii. tenant un ^1 rnl.mt uin,
ilan, I rt.it L |..u s.iii>I.iis.iiii p )ihlc, it gui pese 13 ** 0< S.
I- Vlro' et uni prtaarilHM e mi..i> d* Graiitadt
"!. d'Eatralt Glratral dt k|oall Kotut ,!,i.
i.. i.1.1 di Ua i. d'CJ.il. ilr Sirtfe .1. Dtron, aie
L-Viol ftn liu-n prc . d4i< 'cjid'A'inwn-
i..i n .J.l.viu , I, Mcim.-, d'Anmii-, d.- KMki
tL.in.- r Jt | ht .i*.
VIROL
Agent Gnraux
W QWMT-N fUJ \m C C SW JariSM, HXITI. Boit, P.,4U 147.
s ,: LT.I IIAMOaR I. S i (s.. LOSDRB3 tNCLETKRM
belle mm
m l>u n O i-' w
PILULES taifiNTLIt
Ira WaiM ^ul il.'l..|ilt. rll-f
aitU4.ul, Nrauililu.'i.l !' Ht
rffvlat l~ t.UIlM . ilat
lir:. ( tiaMit H bnaU
r-i. i. i.liHPllit.
.ibiutui Ma U aaMt
J e.Tltii-4". I < la*>fato^Mi
i r . j-.wci iimm
APRS UNE MALADIE
SEMEUSE
I- TikMlM 1*11, SJU .W
al'r* rr<-uaaii(a.Bt Ua
I rxUaamt M fnaiM
Insurance Co
nedes plus fortes Goinpa(inio|
canadieaues d'assurances
sur la vie.
Cordonnerie Monl-Carmcl
Ryppolits H. JEUDY
Fal. i,\n i de chaussur s
N" .'12.'{ Roc du* IVonlvFoiis 321
A l'honneurd'aajioiieur Mouiibreute clienteTv;
Uni del |>rovinc que le la Cupitalc qu'a l'occasion I -,
liea if im d'anne, ils trouvarool e$ chaussure j de
toute Iraicheur ut du toute beauM principjle.nctil des
cIkuiss.iivs de double senialle pour gur mnel el lill.-ite
ton jfoaveru aussi de grands Stocks de chaussures
qui pelivenl truBtrres mjiUuun march tiue partout
gi aillcures, toujours avec le m nu s. n et la minu
Jh-f. |>i'omj)titudt>.
S^
Eug.Le Boss & Go.
f '
Vul nlaaora qaa l'huila d* folada
rua. rtca t aaa vltmlnaa. ait la
plua pulaaant daa raix.uatituana
pour laa ci.'Dta.
Ifalhfurauaamaat, la vlapart daa
!ana na pouvant la prandra rmuaa
a 9*^' at ** aon odaur rapuaa*
aanta at c'aat pourquoi la* ia*da-
clna rermmandnt fCHaralauiant
aujourd'hui laa Tablait d Huila da
rola da Moraa MrCor'a doat l'action
aat tout auaal affl.a. ,
Damandal S voira pharmaclan an*
ttta datablattaa dllulla da rla d
or* WcOsr'a BucrlM. arrtmtl.a
au aott. ttavoSttltuant Inargiqua at
rafla
aalutil'l* donjtre .Uaalj|aoliou,iMa, et de
A toutes dames fustidiauses, la milsondo
lixi! E. Hacha
Hue des Front, ;'.,. .\ i g
Sepresse d'tnnono r-, ecommen
l'un superbe- assorll-n r. tout fr.llt. .1 dt' dur-,
r.!r#i vogueaconsista t! npri.-.'.a.usut en article
suivants: Soulier d* fantaisies pour lames I
sjuI ers de sport. Cil .peau* garais.
l'niolisto k de o ape.iux d> paille et feurt e
pou; hommes.Pour las fillettes e| gaionets.nous'
offrons les chapeaux Jean Bti.
Venez nous visiter et vor. serez oon vaincus.
agi
V.^.
rmmMm
m^
j r




LE MATIN3 D ceuibre r
Le st amer c m y J
. hurope e i ' ;''' ;
mie rt ort-au-l'fince le
Dt'cambre appo lar.f des p ssa
ers-l'lu lit. IlicoirtinuMf
mne jour tour I Gep-Htiucn
Le S/S Gruneweldi eift^n
du ci vera le 10 Dcembre pou
prendre du bel pour/Europe.
Ce sieamtrollre une occasion
merveilleuse pour des p M rs
QIoHiSd. LUCAS &>
Agents Gnraux
. ( Un 1. r . "
GEO. A. PAYNE
^Lloy's Agent
Bureau l'Etage de Lfl maison
I.J.B1G10
_l nlite lue titrU"
puis du travail
et avec la eertituda doourafteaata Q*'aa)
effort parai) voua attend la tadanajt
m
mmtmtmMmmmt u rjhuu Nectar
Bar/forintis
A l'houneur d'informer sa henveillanfe clientle
qu'il a install l'tage de son tablissement, un salon
exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera
derconsommtionsdep pnii.r choix et ou des lunchs
seront servis sur demande.
Tlphone No 780.
l'ropiltairo :
.A.WUmasr
i
e9
*
ft
Le i*ul Hl.um qui, tir d'Alcools naturels oLliiiU*
directemeul paDlStlllallOll Simple du Sirop dei Caunes,
a'...i Li. H|Ui et tUUJuul'Smine plantatioa et le seul qui,
viei.lit par l'aciiou uu it. j s dans les dpts avte exclusion
r goteuse ut iou dhigertix Secrets d- labiication
et tans IdjtLCUWii u'anuu u ^rdient d'usine, eoiwer**- au
juaauitnta* la plu|>ail de nos Ao.ubilits Mtilicales tl ui
valu I a| prcialioti lia tous biaaltuis, la suavn incomparable
dj bou4.1t tt Us iius ituiaiquables qualits hyginiques.
MlflDe pris aHC caus, Miuui Naatac n'euiwe pas et u- pro
nu kb lAKCMjrli.i .ialou|M, COAIM Its autres produits
ilu.itu.lta tuiu.u-cni.uiiu ojiiuueux.
i
El von* oui damandeti
cA la lonflut, pourrAt-je
tenir I* cou ? Ou bien mt
vci ral-jeuseavantU tempe,
liun d'emploi t fate au
vieux 1er 'Rponse, bonne
Umentatloo, anmmatl, air
pur.
La sommeil ai l'air par
sont voir* affaira. Mata
ce qui concerte l'alimen-
tation, DcmaUaa4tOut #t
voua aider
Si un orgajaaoM afwan
par l'effort veuLmalatenlr
on lasticit ai aa capa-
cit pratfncttva, Il lai taut
ncesesIrtruMi
chose dt plus
ci c plu a as
Iota que aa :
bitucUc Ca 1 laii
dcplaaquclaaaW
"est l'OvomaltuM.
.vat une Uaaa "Ove>
d*. le nuoa aa ara.
aajeuncr, oa vteaf
Rani(atl.iieatrava]
et la fourne. La sots, va*
tiue d'Ovomahlaa raaapa
rapldcmeat la Wtcha lfeM
A voa forces et voue nui
un sommeil peatfkat s* rt>
parejaar.


ovoBf/iur]
Test la 1
Dr. A. WANDER & A. BERNE
Aa*a< mcIimU
a BROUAJtO
1709, nuxT Boe. Porl-au-Pruico,
bxJr '*
.^t^^
*;i
II est vident que si vous prenez un numro quel-
conque une loL'rie, ou si vous risquez votre argent
sur un coup de roulette, il est possible que vous
gagnerez. Mais il est bien plus probable que vous perdiez. Si vous deman-
dez dans une pharmacie quelque chose pour un mal de tte, et si vous
prenez la premire capsule qu'on vous prsente, ou un petit paquet, ou un
comprim, il est possible que cela vous fera du bien. Cependant il est encore
plus probable que non. 11 y a dans le commerce des centaines d'analgsiques
dont la plupart sont inefficaces, ou d'une action trop lente, tandis que d'autres
affaiblissent le coeur. Laquelle de ces prparations aurez vous reu? Il ne
faut pas plaisanter sur un point si dlicat. Pour soulager une douleur quel-
conque ou abrger un refroidissement, il faut demander La CAFIASP1RINE
(Aspirine et Cafine), qui est le parfait analgsique. Il agit beaucoup plus
rapidement que tous les autres et n'offre absolument aucun danger pour le
coeur. C'est pour cette raison que la plupart des mdecins la prfrent
l'Aspirine simple. Elle se vend en tubes de vingt comprims et en petites
"Poches Rouges Bayer" conte-
nant une seule dose.
J>

rpi
v.ii . >... y,, _


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM