<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN — 23 Novembre 192(i G Lr O B O Lr liquide combat l'anmie i it^HT m n t riorhl el ssim.l %  ans tronbif gastrique tl eOOK** pilion. 1P Ulobol liquida procure u>e incomparable MUOtlO* bien-tre, piraflle a l'amflioraUon rr.pide l'ipp'tit et k ! dupantion le trouble; nerveui essor ici indiiso)uble Nous sommes heureux de vous annoncer que nous avons reu votre] programme qui nou a plu. Les morceaux de la musique instrunien'ale taient trs clairs et distincts. Nous avions eu un p a de statique. On entendait distinctement ceux qui annonaient le programme. Flicitations la station, aux altistes et ceux qui ani.oncaient les morceaux. Sincrement votre, Sign : Lillie M. I-OEHTSC H. %^De toute confiance dm l'eau et dans la boue .Ait* i fonid '" piut.ion.Bron PORAithnei rhroilauM. Tuurru pri-t .le !• MM, V rn.puce fur. lut f t ciei>>*I NOCTYL 3S "* M jsKrr l'Etablissement et Us montres de trois clients indiquaient la mme heure, exactement, 1 LeuN 20 minutes. ... a vu cette chose trt's rart. • • ... a vu, dimanche, la Grand* Pue que chaque promeneur avait aux lvre un norme cigare dont il tirait tic nombreuses boufles parlumes. ... ne chercha pas longtemps pour voir o ces messieurs lgants achetaient les • cubes >>exquis qu'ils fumaient, ("'tait a • La Heur d'Hati ou le propritaire M. Victor Guilbaud r servait tous un accueil charmant. de l'Orphclinal de la Madeleine.Nous renseignerons bien loi plus amplement. ooooooooo— XX —ooooooooooo La fte b de stmcdbfc* Parisiens Dans Port-au-Prince — Par Ordonnance du Doyen du Tribunal de Premire hictattve dv Port-au Prince, % %  MM* • Moniteur, l'ouverJure de la Session *••'* est lixe au lundi 10 Janvier 19T7: —Les Frres de l'Institution Saint Louis de (on/ague don lieront nnedernire repreeu tation de € Gilles de Retz ,le samedi 11 Dcembre prochain a 8 heures prcises du soir, a l'occaiien de la visite du Croi seur-cole Jeanne d'Are. —Le Cirque Argentin a jou, avant hier, 4 heures de Fentes midi, en matine pour les enlantS et 8h., en soire les grandes personnes. Malgr le temps qui n'tait pas trs beau, il V eut nombreuse as sistanceaux deux reprsenta lions. —A csuse de la pluie, il n'y a pas eu concert, dimanche, au Champ de Mars. —Dimanche soir, la salle de Parisiana tait comble, car, la Direction luisait passer sur l'cran un tr':s beau film : l.a Flamme . C'est parles plus vils el les plus enthousiastes applaudis scnients que la nombreuse assistons* marqua son admi ration pour les divers piso des de ce beau film. Le Journal Officiel, N"du jeudi 18 Novembre publie : le procs-verlwil de la sance du mercredi 14 Juillet 1926 du Conseil d'Etat; divers avis de li ScrtaIrsried'Etat ds l'Iut rieur; trois ordonnances des I) >yens des Tribunaux de Pie i.ire Instance de Port auPt ince.d'Aquin de Saint Marc, [liant II dit! d'ouverture de li session criminelle dans ces trois juridictions: trois avis du oninissaire du Gouverneil.crit d'Aqu n.la liste des Cou l, ilmables trangers ayant obt na leur licence pour l'Exer(•...•'i-'it;. --Il y aura, les 25 et 26 Pnible piocha n.une grande et le lle organise au profit Les fles de charit, et c'est tout l'honneur du cœur hatien, — ut toujours eu chez nous du suctis. Celle de samedi ne l'ail qne confirmer celle observation, lui effet, c'est (levant une foule sympathique qu'elle s'est droule, une foule o l'on remarquait nombre de personalils tant hatiennes qu'tran gres. Mlle ne lut pas qu'un triomphe du cœur. Elle lut aussi une lte de l'esprit. Une foie aurore l'on a admir le talent Vraiment rerriarquable de quelques amateurs de chez nous et applaudi sincicinciil Ictus louables et gnreux efforts. choses qui ont t trop n-sasses dj que de signaler le succs de Mme .1. Wiener, de Mlle Wanda Wiener, et Mr l.alontant st rpter une opinion acquise et indiscute en signalant l'art d'une Lucienne Hereaux o la valeur d'un Cilienls ? On ne saurait cependant ne pas l'aire une mention spciale poui le balle! qui a t vraiment le clou de la soire et noter que Mnic.l. Wiener a atituut de grce dans la danse qu'elle a de niailrise dans l'art OS dire. Il ne faudrait pas non plus oublier l'orchestre du Sminaire qui a si gracieusement offert son prcieux concours cette fte dont l'on a emport un si leconfortanl souvenir... Kmcouvn ton bimn-tln MWC I calme douleur. ELLE AVAIT MAL AU DOS ET A LA CEINTURE Un simple remde de famille la calma comme par enchantement. n' 1 n'y a aucune raiaon nour*qu'un mal nnua ... jae cfi fourni itantOM le ouHranoD i|uand il it si facile ik le faut' disparatre avec un simple reinMo ikfamille C'est, du moins, l'opinion d'une daine de Lille, France, qui en a fait l'essai. "Jo ne pouvais presque pas me remuer par la force de la douleur que j'avais au dos et i la ceinture, mai* quelques applications de Uniment de Sloan suffirent pour me gurir." L'effet rapide et bienfaisant du Liniment de Sloan est vraiment surprenant pouf faire disparatre la rigidit et calmer toute douleur musculaire, n suffit d'en appliquer un petit peu pourquela congestion dos tMM mal adesdiminue et lus rauscloB se tonifient et le Soulagement soit immdiat et complet. Le Liniment de Sloan est reconnu comme un vrai calnw-du'jlcjr, propre, agrabl et facile employer. Il n'y a mme pas besoin de. te frotter f our que son action commence. Il est aussi trs cile obtenir, ne cotant pas cher, et se trouve en vente dans toutes les pharmacies du monde. LE Secrtaire d'Etat des Finance au Radio Vendredi dernier, le programme du Radio a comport, entre autres matires, une confrence OU causerie du Secrtaire d'Etat des Finances et du Commerce. M. Charles Routier a lait, en et let. pendant les 7 minutes qui lui taient comacres, la causerie en question qui a t clairement entendue par toutes les autres stations el qui a t fort agrable, roulant sur notre Organisation Financire. Des dtaill prcis oui t donns sur l'action du Dpartement des Finances el sur le rts du Conseiller-Financier -Receveur-Gnral des Douanes, ainsi que sur celui du Directeur Gnral des Contributions. M. Roturier a conclu en ces termes : / e complot italo-calalan PANS — Une douzaine d'indivi iii;dans le rcent complot spara liste catalan ont t reconduits ce oir la frontire de Belgique ; c'est le premier contingent de d {orls aur les 86 conspirateurs ar ts.Les autres arrivent jourael e ment de Perpignan par groupes d'une douzaine la fois, ils seront (eus envoys en Belgique ; car il est probable qu'en qualit de cons pirateurs ils seraient l'objet de me MireA drimnifnne 'ilmt>i'~ en Espagne. La pohea a arrt un certain rcest Dalmon de nationa lit uruguayenne. Il aurait paraitil imagin le genre de grenades dont les conjurs devaient se ser vir. L'affaire de l'ex* prince de iou. manie PASIS— ,Les obligations de l'ex prince Charles de Roumanie i l' gard de son ex pouse morganati (,ue Mme/i/i Lamhrino et le statut i'e leur fils Mirgea Ag de 0 ans, vont faire l'objet d'un jugement qii sera rendu dans uue semaine Q UAND l'eau et la boue ont rendu ezcei ficiles les transports en automobile, les voituree" L„ Brothers ont prouv en maintes fois leur infaillibiai sance. Que ce sot en fie des granJs cours deiudes ?Y ns, des grands passage & gus da l'Alriquedu sud, del ptueux torrents du Honduras et de l'Australie, en .Nou* Zlande ou ailleurs cas robustes voitures n'ont jami ft| La base de l'endurance et du travail d'une auto est le bon ttcier et le surplus de puissance, or les ioili D00UE BHU 1 IIliltS.sont construites en acier vnnadii science moderne ne conoait pis un meilleur acier. Dans l'industiie c'est ce qu'il y a le meilleur mirebi Touring Car Standard 1.375.00 Sedan Commercial 1.550.00 Screen Commercial car 1.500.00 Chssis 2.150.00 pat la premire chambre du D parlement de la Seine. Celle cour, aux audiences de laque le Mme Lambrino assistt seule pendant la plaidoirie de son avocat, a consa cr l'aprs midi l'audition du r cit des difficults conjugale du priuce Charles. A la lecture de ses lettres d'amour Zizi et prires qu'il adressait la reine Marie pour lui demander qu'il luifutper mis de garder Zizi comme pouse. Le prince n'tait pas prsent, il tait reprsent parle dput socii liste Mr Pau Boncour. Un discours Lie M. fu'juch ur LILLE— Mr Louis Loucbtr.,,d put du .Nord, ancien ministre des finances et l'uue des pius hautes utorils en matire conomique, a prononc aujourd'hui un discours dans lequel il a affirm qu'il tait ncessaire de stabiliser rapi dment le franc si l'on voulait \i ter la ruine de l'industrie franai se. L.' amlioration rapide du cours du franc a dj cause, dit il, une r n.ction de plus del moiti dans 1 %  volume des effares. L'auditoire de l'ancien ministre qui a approu ses dclarations tait compos des reprsentants d'associalious coin mercialee et agucoles. Une dlg* lion i industriel de la lgion du nord t'est rendue i ris pour protester tupi l'oincar contre U hit du franc. La reine d'Ei Qne Paru PAHIS La reine Vie pagne qui vieut de put temps en Angleterre mre la prince-e Bail bitten est si rive u sai capitale o ellepasurei avant de retournera Ih bassadeur d'Esofjoe atj voir la souveraine r a t salue oMculli reprsentants de* goe franvds, espagnole et r 1 La que$tion\ cisa Mi Par cble lr PARIS— La Banque] l'iit connatre que lui laot ne ugureal i double dans la col les.billeis figurent iad au porte billots en cir Banque n'a pu encore! facult olerte par lWi tembre 1926 prvovistl mito de la circulation 50 milhadsetdtniterall '< Union Fire tau Society limted Au Capital de Or. 30.ooo.ooo j Une des plus importantes Goxpagnhs d'assuraai contre lincendie AtlPtift* Au Cap-Hailien : J. ^ftnis ayvni8 AU Caves JEAN BOUBGB 0 Agent Gnral mmvwvv&t J DAALDER Poit-ar-Prince m'jM A. DE MATTIS & CO, toprt*entante P'> r MUTILATI)")



PAGE 1

LE MATINM Novembre I9SQ M.m lorsque 11 '•" .irU5 un amenr ,. augmentation des K 1.? prsident eu r,ox dpute : Le %  n ous avons virqui %  ment cart r./toot le monde ici Clded.ee U. Le P prfcMtei tous Cirdf. le t'en que ^jjjr dtruit, rep deL publique 1 Dcminicaae jjglNGO.ba dette Jli Rpublique Dotmluitint pas en ce motfions de dollar*. l'Etat possde une ide terre qu'il est lir0 mettre en valeur untion Manche, Brieu\[t t travailleuse. Les grande fertilit. dclaration jnce Paris ffircbl. franais -U cardinal Magliooe, nonce, a ic'ar, dans niew, qu'il se flicitt de irception par le prDoimergue. U sera, dit-il, %  ritenr de l'Eglise et dU France, pays si ijnteux qu'il aime b au ition Parlement hongrois APEST — Le Parlement il t dissous aprs plus idbats orageux entre lit l'opposition ; f amiIf, rgent, a sigu le dlaoititioa de l'assemble IM lections surent lieu 110 Dcembre et la nouibl. nationale se runi Uf 19*7. La lecture lie dissolution u l ac%  r l'opposition aux cris de I terreur hongroise d >i.il< taffrage universel gal Grand Cirque Argentin Propritaire : Monge frres Jxrande Reprsentation i Programme compltement tarieU Compagnie possde une excellente musique trs f£ apprcie parle public. fcfr l Les artistes excutent les tours les plus extraordinaires, gg, PANTOMIMES HT ACROBATIES i x. | PRESTIDIGITATION La MTIOIMLE est heureuse d'annoncer s^s clients qu'elle continuera encre durant tout le mois de ovembre la distribution de v Les dimanches a 4 h. p. in. matine pour les enfanla-Mg, Les soire commencent toujours u 8 heures prcises. Loges 4 chaises : :i dollars Chaises or 0.00 Chaises pour entants ; 30 centimes or Entre gte;or0.30. —Entre Gle enfani O.L" M. TchUchsrna viendra Paris PAKIS — On annonce que Mr Tchitcherioe viendrait projhainement Paiis pour s'entretenir avec M. Uiiand de l'entrevue d Odessa. A propos du remboursement de 15 pour 100 des impts, le Journal fait remarquer que les taxes franaises ont subi en 1910 une augmentation de '2 m.lliards. Le nouveau repr sentant du Sain Sige Paris PAKIS — Le cardinal Magiione, rouveiiu nonce Paris, a prsent B s lettres de criUnoe.l/abb Leim re, dput du Nord, est gibvement Blinde. La Volont D annonce que Mr Victor Bach a t nomm Jrsideut de U Ligue des droits de l'homme. 2 Hills Je Loterie Louis Marin citijue lapnlitiquv du Cm-d PARIS Dell un rcent discours Mr Loui* Mario, ministre des Ptubions, ayaut critiqu la politique du cartel, il est lsult une polmique et une demande d'interpe 1 Ulion la chambre. Le conseil des mini 1res a discut U question dans la mutine et aio;.t l'un* nirail la dclaration qui devait tre lue la chambre M Poincftr, prsident du conseil, a lu cette dclaration; rappelant e, conditions de U con lituUoo du cabinet d'union nationale q ii permettent eli -que membre du ministre de g lier SO ii>d p %  ndance dans le domaine politique: eul le prsident du cons-il e ? t mandat pour parler au nom du gouvernement ; i6 discours d> Mr Marin n'atlecte donc pns la so'.i lard miuisUne le qui subsiste pleine et entire. La chambre a renvoy a mains leves pour chez Eut). 100 Bons Le primes remis Eug.Le Boss $Co Agi;lit Gnr iux AVIS AUX MAIGRES W Nul n'ignore que l'huile d Mi (ta morue est le plut puissant rgnrateur des tissus qui existe au inonde. BHl contient plus le vitamines que n'importe quel autre aliment. C'est doic avec plaisir que nous vus Informons que l'huile de foie de morue se v.Mhl aujourd'hui .,us (orme de tablettes sucres, fort .ioMes au got Tout ceux qui dsirei.t vraiment Ragne, ,'. %  15 i 20 livret .le bons et sains tissu et Jouir a nouveau de leur belle ureuM sant n'ont qu'a demander che tous les pharmaciens ui.e ta de Tablettes d'Huile de Ml ,'.e Morue McCoy's. On parant.t lu moins 5 livres i : j.i |ours ou le %  haflMCUn rend l'ir:. e •'5J6. RAPPORT DU AJ>I Metat Poid! 11 •eue. Apr. l'emploi du ViiuL MDECIN : On m'a amen II. J., un petit garon d-: 12 mois. Quand je le vis, il tait fort pi >.. On essaya l'un aprs l'autre sur lui, a*naaucun rsultat, les ren c lis classiques hal ituels. Il ne pesait que 4 £536. C'est alors que i • le soumis au Virol en obtenant un succs imm d.at et oncou mt. Son |..ids se mit augmenter uniformment iaisoii.1,170 grammes per semaine jusqu'au 6 Mal l suivant, date laquelle il pesait 10* 205. C'est maintenant un belenrant m, itao. l'tal 1 plus MllafalsaiK possible, et qui pse 13 608. le Viral e t une prparation compose 6 Graissa rie Mocll d Bstrail Clyerin' d* Moelle Rouge d'Os, d EiiraJI ds Mail, d'OInb, le Sirop de ('mon, etc. lv\'iiol..euni;.inn' precisux djrw le. eu d'Alimea. Mdoa UefaCUM • •• es Mar.nnr, d'Anuu, de Rachllitme e de Phixio. m. VIROL v AOBNTSi QUHfPN W I U4MI t C .. Port auPrlaes, HATI. Boh. PoiuU 147. :, IIAMGCI U\HI FJtLING LOWDRM VNc-.t.KTKKKF •. ii 'Srti/l U 7t i.i'viv.-s. kk-.'-i. •' *, -.i>\ "t..' %  FAL1RE8 LeBciaff tli:-c.-lt!:.V..r. -.Il FFRE D'EMPLOI I Besoin un j HIIU" !" un u| t DinjK lent ni i.o Du t^ y poseetiaul |IOMUC ICI d ^ cl vilesio u chi .n .} Adresse, en proyie i nu -i jirrib.iii I'. O. B >\ 1 < Ville %  lu re < OP PU usions ( # gemenmmdi'at gurisen m>I Globules Rbaud I KSaœœsœ^'a-%a!a:| £ DALI-Hi)OX. 27 KwV,cu.rae 1 A *srta /'M.. Fharn.uele BCCH "il fin pi il M l'A^H Cl' 6t pu.idi4.li. I 7 A a mol Ci %  I* .iticO Insurance Co N des plus fortes Compagnie canadiennes d'assurances sur la vie. ug.Le Boss & Co. litun u ununi Hiiii u* s RtCi-mmandi aux Mtr qui nnarriff.nl ft aux Convalescent* SE TR0UVS PARTOUT nue de U Teohoil. PABIB l.l.ONS ALLONS En voyage, En Rf.H}e wmm Costumes de bain saprier Or. 2.00 Chemitelte tricot pour hommes Or. <'••>" (ortie de baie Pyjamas Chandails de tuie Swcaleis Chles sapagn les de sois *' 11 (lernires nouveauts. y .CSIN MODERNE ;u v,n e\.ti .'-..i • ,) i,\'l.' ci s i.i t-. i.'ij pjur lon'c I \f nie. \:im2Em t asai& vV 1 ^ l ik



PAGE 1

LE MATIN—23 Novembre 1026 W .•-.-. %  K z %  m o u %  —<* | bonheur familial Alumiimm Lia SJatfejblJflJ .J INew-Opfans A' South America Stcuship Co tactoaarV* -S fe> W tow i de maicon MMWMNUil„r,n ITtlMlU Orotl de lui dolia U I fttnportanea de U sant la p mfrt M de culnnu 4 Mit, 4 la bonheur d — entire I i __r6"Ovoro)ttii* • Mir djeuner esl taaqnli dn ce cea pour W i iiiWiu le* lorcee iaXadUotr 4a U mena •er et kol rendra l'cncrtf la •ool alla a beaoto pour eolr boni a mi latlfae at aane OcUve 4a rveil c h tourna*. La eaote aal diosa Mm alua emportante encore Cnel U femme es esprmec de mut r ralt* cl dont le plu cher dnlr cal Je donner a aon entant avec ta vie, aa pleine mesure da aant cl de lorte Celle lue ai es dont reetomac en arriva ne plu rien pouvoir supporter tolreront tonjoora cl avee plnlslr nu IUH d'Ovo malrtnc. En outre, de nom breusea exprience cUnV oea ont anwoir* que rOvomartloa augmenta U •ccrcQon lacte. Llle aida dune la ajre A nocurtr efle-enama ao* calant L Ovomektoe cal U recour raids fidle da la Icmmc dan* aoaa les cas d* 1lK lrnf t. m n If F'rooJWa.irxsIdpar'ts d i r ecis po t ir Port-a9tvi-Prii^ce "£-iaiia e S"'*nlioo facile, c'etl l'aliment i.ii 1 pour let b'bs Ko >cnle chez : Simon Vieux, A Cred Vicux,^ Madame L. il. Dont IM.I.W I\ I l & Company]!ne. WHMU-.HR IEH 4* •m •a i A v BoI i, Raphal JJrouard' Saunier N'ai lin, f'tiil ijoave Gec. JEANSEME & Co AOIMTI Th Tles NOUVELLEMENTf ARRIVES 29|GAUOES Ef st(K'k|che/ LPitelzin iiin-Ac.i;i:!tit<>[.\[ Une du Quai, Tl< Jules s •.i i* fc:; A ,, ir, r> y iiji ;:A V% f> A ., v r> r. Ci 1 r.x > T t i % u v vv^uv^. V U I I /, /^ i, Ci j$i ^ r^ISrfr,'^ 1/ La sant est une premire n6 L'nergie d'une sant m&gniKqat gagne tout dans ce monde. Lt* ,ir maladies proviennent des germes qui abondent dans la salet. Le Savos Lifebuoy dtruit tous les germes de! la peau. U la purifie et la protge. Lever Bree. Lie,, Port Sunlight, Angl.| tna M Lacitine Granul Br&wer Le plus aeiif des Reconstituant* , Fortifie le cerveau, la mœlle epinire, les'os et \x reius.JHend puissants et vigoureux les ornants dbile] les enimes faibles. Les personnes uses par des travaif assidus. fc'o vente chez : Simon fieux, lilred Vieux, Lo^ Rivera, Ed. Eslve U* Co, AHoltt*, lphoat, Dsir, J. i). Porday,Ime L. H. Doret. i l'eli> Gove : S arlin. En Stock Chez : R Brouard, Grand Hue lo I7tt | GEO.JEANScMK & Co, Agents 1.• I Proprilaiies d'Automobiles Souvenez vous que Us pneus li s plus solides, et les meilleures tubes sont Inbriques |ar F1REST0NE. l'iteslone l'ull Si/e fiinn l'ipped Bolloonssonl les plus onnus et les plus recherch En stock clicx BouKsigi oui Lrouvere loulcs dlmenions di' pneus Rgulier,Heavy Duly. Balloon.j lligli Tes ulics et patcher ,. PREtTZM.N-AGGERHOLM Plus le kilomtre avec efpU far Poil;.!s ifs niiroit. |our fnlila(cur (ot^leir son lalnimi. d'aprs des piocJAl RCh nllliqurP :,lin qu'elle pui.-srnt donner le plus de salislaction port'M El! es ni : dcouoniiquei et nr donnent pas de dillicull. beW si iiiiks fadiug V PORMU PRWCE GOIAlYEi. • //// tL MM t a .W'Ifl, i Ru? des Csars * ifetR'-h fe ^ - m



PAGE 1

iLEl'R PROPKlhTJURK jKlI,illEUPj jffl8n t MA&L01RK BOIS-VEHM Rue Amricaine, 138 IjftTMERO SrO CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 242 C'est en vivant sans mesurer htemps pass ni le temps venir que Ton vit d'une vie relle libre et sans entrave. LM TiUoi WfNE N 51157 — • U 1POIU-AU-PRINCE (HATI) rrr9 MARDI 28 NOVEMBRE 1926 Lesquestions conomiques... ||r entre les mtullur jjpais, belles et aile Uiuuiunnienl appcEel de l'acier , i j>i>n Mes ralits trop prc.iLa dit le Chef du gmibni de l'un des Pays ttaiils pour ne pas se eu i jour, malgr tonuisjnsque Ion taisait jlceelle au lum de mi.'ou du sentiment. gne a dvelopp denue indu tr.e me ie for ni Ida h le. La e'iaLorraine l'a prive liiseiiienls de 1er. L infmtiilliirgi pie tVaiitson cot a con&i lra pgment s.: capacit rtiao, ni-ii elle m.iiitcoke. D' u litparlai a l'Allemagne, aussi la Fiance, ne peult vivre leur industrie [l'exportaiion Mais la r conqurir les :n.irtva [JJS sans de lourds La France et la (jouissent en ce 11107 fin avantage, grce irialiondii Ira ne, mais age disparatra lorsrJvemcnt du Ira ne se ifAllemagiie .trouvepriorit qu'elle s'tait lascedomuineavant (donc naturel pour et la liclgique de ides prcautions en %  teventualit. Pas moyen pour cela l entente internationale misse aux pays con1 l'assurance de pounier leur production, la condition que celle-ci ne dpasse pas un contingent liv d accord avec les intresss. Les industries belge et luxembourgeoise ont t amenes naturellement participer I entente. Prcisment la fixation du contingent pour la Belgique souleva des difficults: elle demandait (pi il lui soit concd une production mensuelle suprieure celle primitivement fixe. Si grand tait le ds r commit i d'un accord qu'elle obtint satislact on avec 30.030 tonii s supplmentaires par mois. Les Allein an la, dont la capacit de production tait la pL.s forte, ont accept uae rdaction plus importante (pie la France, n m moin s ils sont satisla ts de l'accord qui les garantit outre tinte incurkio.i trangre sur leur propre march et d mue la possibilit de reviser les prix sur le m ir eb international L'inflation avait lait baisser ces prix audessous de ceux d'uvantguerr, et cela UN que u~. prix de revient lussent plus levs. Les Anglais et les Italiens so t rests en dehors de la combinaison. Cela ne veut pas dire qu'elle soit dirige contre eux. Les premiers ont tout in trt voir les prix se rchver sur le continent. Quant aux Italiens, ils sont surtout acheteurs de mtal et disent qui s n'ont rien c ain re, ayant toujours la possibilit de se dtendre en prenant les mesures douanires convenables. Ma's les industries de trunslor.nali .11 dans les divers pays risquent de se trouver plus que jamais il. ins l'troite dpen lance des producteurs 'd'acier. i*eux-ci se dl'en leut de vou'oir abus r de la situalion, ( ):i espre qu'ils sauront rsiste. la tentation. Les s >cialisles n!!e.11.111 Is observent justement ce propos q u e pour lia la .trie de translo mati )ii, la matire premire est un le; 1 irle.i s principaux du prix de revient, et que toute exagration L-son prix a pour elle, d m--tire sur le pav de grafl 1*4 in 1 ii-'s il' >u vriers. : -.n t >ut cas, ;>0 ir roi 1blir l' |Ulibre ron M leur dli inic.i!, les indu stries c >:is HU matrices de ni et il devro t arriver elle; aussi de. ententes internationales. O loi qu'il e.i soit, la signa* tuce du cartel de l'acier est un vnement dune grau le importance, aussi bien dans l'or dre p ditiq.ie | lettons l'ordre cono. nique et social. L'est un aehe.iiiue. nenl vers la cou irodu leurs qui serviront de >ase la construction d'une entente conomique gnrale entre les divers pays de l'Europe. La concurrence conoinique devient si pre que les Ltats ont intrt chercher un terrain d'entente plutt (pie de s'puisedans une lutte s ms issue. L'est ce que n'ont pas manqu de souligner les partisans de la onl ren c ce monii pie universelle dont l'ide a t lance l'anne dernire la Socit des Nations. ecret les Vlerthas >*rappelle que, dans jsurs de la guerre, les 1 tablit eut une balte louons lourds, surnomjythas , avec lesquels ils drciit Paris trs Ion %  ce. %  e la guerre, eut pris tlats majors allis retrenl activement ces capon disait monstrueux et Jwquels le grand lilat.•lleniaiid avait tabli le pwc secret. L'on retrouva •wstions en ciment ar•quels se montaient Ir canons; mais, comme ; f "cnaiitenient, les canons T*mes avaient disparu. Pde ces gueules inons^qui lanaient contre la franaise d'normes we* qui clataient avec •formidable. Il s'tablit tats majors et les mi%  Uilaires ce que nous pouPNer le secret des Rtr. n Jiit peu a peu, le voile 2'v et voici quelques y*eilslisiulcressan s "'ions. '^Ilia avait .'Ni mtres Jetait uiuanon de mar centimtres de cahJ* lequel s'adaptait on f Pr* de :) mtres de libre iniUal tait ainsi JJ 1 centimtres. Le poids r** tait de 155 tonnes. Le projectile ,>csail i0.) kilos. L'paisseur de la paroi variait entre 2't et 50 millimtres; a | avant, l'obus iail ellil sur une longueur de 40 50 centimtres. pour obtenir la porte sulhsafite, le canon tait tenu soi.s l'si'gle de :*) degrs avec l'horizon, inclinaison qui ne variait •.'.puais. La charge de poudre tait di ninue ou augmente suivant la porte qu'on voulait obtenir. Lite s'leva jusqu'il .'{!< kilos pour la plus grande porte qt 1 hit de 150 kilomtres. La yt s,e de dpart du projeti e tait i\o LHtW mMres environ par seconde. A la porte de 1 U> kilomtres, le boulet slvait jusqu' 4ti kilomtres audessus du sol et, ensuite, il restait pendant plus des2 3de sou parcours une hauteur de 11 kilomtres, hauteur qui dpasse nettement celle de la plus haute montagne connue, le mont Everest (Inde). Le traj"t de l'obus durait 3 minutes. Il tait muni de deux fuses afin que l'explosion eut lieu de quelque faon que l'engtn toucht le sol. Quatre Berthes furent construits et mis en batterie. L'un d'eux clata au moment du tir. L'inventeur de ces gros canons longue porte est le Dr Fritz Uauseiibcrgcr, dcd rcemment. Il appartenait aux t sins Krupp. Ce lut lui aussi qui imagina ces lourds obufiers de 42 centimtres qui, au dbut des hostilits, furent employ! contre les torts de lage. La rafle" dans le* dancing % %  Samedi, vers minuit, au moment o le bal tait le plus anim, la Folie lit irruption Atlantic-Cilvelir.vda les danseuses, qui taient tontes des hatiennes,* prendre place dans le Ta nier h Satade • dont le m >'.eur haletait dans la cour du dam ii g Cinq minutes aprs, toutes ces belles lgantes parmi les[uelles les nommes Leonie ean, Anna Bertcaiid, Ger .naine, Nella. Anna llem.udin.Vesla etc. etc. se voyaient dposer au llurcna de la I 0lice et, gardes sous bonne clef pour la nuit. L arrestation de ces rfilies est due probabknunt BUS nouvelles mesures (le Police en vieueur la Capitale. 1 Em. la Joie Angle des Hues Dants Destouches & (irand'ltue ^Provisions al ment aires t ** 4 de toutes sortes S ja Liqueurs fins Patissjerie E| fl Blitun Clairin liiseuits Bonbons etc. vjh "^S Le meilleur accueil est rserve i tous. — Prix "dfiant v< v $ wffffW A b W v y% A L'Asile Franais Comme nous l'annoncions, l Asile Franais clbrait, dimanche, la lele de sa Patronne. Bte-Elisabeth. Il y eut le matin, en la chapelle de 1' sile, uoeirandc crmonie religieuse qui se droula devant une belle al nombreuse assistance o Ion remarquait: M. Joseph Salles. Chancelier le la Lgation de Fia ice. 'c rel autres pirsoni liVes'."' .Va'Vi'aW deur Mgr l'Ar-hevq .e de l'oitsu-Prince rehaussait par sa prsence l'clat de la crmonie. A S heures 12 la messe commena. C'est M. le Chanoine Richard, Cur de la Mtropolitaine qui officia. l'vangile, le Pre liobert, de l'Arclu-vecli de Port-OUrince pronona un trs beau sermon qui hit coul d nie le plus g!S id recueillement. I %  prdicateur traa ave.loquence un saisissant parallle entre Sainte Elisabeth al Sainle-fherse de l'Enlant-Jsus, montrant, dans un langage o passaient de bien belles ei vigoureuse images, combien, par la grandeur de leurs amCS, par les trsors immenses de bout que renfermaient leurs deux cœurs, pur leurs vertus, par leurs deux vies plus pures que le plus blanc des Ivs, ces deux grandes Figures de l'Eglise s'taient rapproches sur la terre, et seiesiemblenl aujourd'hui sous l'aurole cj li illumine leur front. Beau sermon, qui impresuoana vivement tous ceux ipii l'eiltendirenl. Puis dans le. dcors de la chapelle paro de ses ornements de jour de fte, la crmonie se poursuivit au milieu des beaux chants de la liturgie romaine. Elle prit fin par la Bndiction du Saint-Sacrement. Dans l'aprs midi, la temps qui taisait grise mine contraria un peu la l te thtrale or-.mise au profil de l'Asile par le Cercle %  Prinlania . Cependant tous ceux qui y assistrent, passrent de bien agrables moments suivre l'inlerpratio 1 des .divers morceaux du programme. lin somme, la lle de la Pa tronne de l'Asile Franais a t commmore, dimanche, par de trs belles crmonies, Les beifli sillets Le Sommeil de l'Amour lias le sileiei blru it U lui eiiloraii, Quand lai, pur MI Maaiil rherrkail on [ nta asit, Im, parmi Ik I M H • l abattu soiilaii. • • U I Viracle ; au loucher lu diraeir iiliilii Tul s>teil!e ; ua Jir mnte eo cette arcalaie ; Il rtJM T cul du diiu kaiser la cbair blraie, In Meurt tendent M lui leurs letrei de salin. • • S.us I abmloi des bras, wui la laiiueur d M [ baicb'* Les ren t inour oit avsoufili Inri krairkes Ftfor lure iSMCefl tide m berceau par(uiut # Kl l'oi oit bmiail el OMS) de cb'.ti Se jiiidre et e roufou Ire, ei uu Iri^ou iiae Le bit-a du clair de luie, el le reie des rous. lujuile IttltHll! Hati contra Jamaque L'quipe hatienne a encore t vaincue Avant-hier, la dpche suivante paivinta TU. S. S. II. l-'.iiim.iuuel Armand, Port-au-Prince AU Jamaca bat Hati par G au. CHEVALLIER. De l'avis gnral des sports. men, cette dbite set crasan^ >&&ffci1 le FrrVident de la |4publitiue lait une pro nenaae en ville Avanlhier aprs midi, le Prsident de la Upublique a lait, en automobile, une promenade en ville. Les nombreux amis du Prsident Borno ont l hei rie le revoir en excellente sant et n'ont pas manqu de minitester leur joie, Paris-Bazar ,VOUJ avez befoiu de beaux CHALES, nnanees vaJ5 i I ries|pour cadeau de fln d'anne, empressez-vous & de passer £|J. Paris-Bazar 3 Knvoyes-y vos portraits, ceux de vos amis, parentsi "S etc. pour agrsndissemea*. Prix trs modres. ... a vu, samedi malin, deux femmes mettre sens dessus dessous la ruelle de SleAnne, l'angle de la i ue de la dvolution. ... vit les deux commres, la propritaire du logis M... et un* de ses amies, D... se mettre insulter les voisins.Le plusdrolc, c'est que l'on ne savait ni a qui elles eu voulaient ni de quoi elles se plaignaient; mais, pendant une longue heure, ce lut une borde d injures et de gros mots. ... verrait avec plaisir rappeler ces belles dames la raison. ... a vu, samedi 1 1 2 de l'aprs-midi, au coin des rues 1).iules Destouches el du Magasin de l'Elat, une Buick deux plaies, No. 409, conduite par uu tranger, un civil, ipu contourna U earreloui en passant gauche du poteau d'clairage lccirique. L'u gendarme aussitt, par un coup de sifflet, rappela le rgie" ment au conducteur. Mais celiTiei ne s'arrta que devant l'I'siue 4(ilaci!.l.egendariiv Mt \. A cai \ t aussitlel lui renrlc payer lorsque, sur la v

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06871
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, November 23, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06871

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
iLEl'R PROPKlhTJURK
jKlI,illEUPj
jffl8nt MA&L01RK
Bois-VehM
Rue Amricaine, 138

IjftTMERO SrO CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
C'est en vivant sans mesurer
h- temps pass ni le temps
venir que Ton vit d'une vie
relle libre et sans entrave.
LM TiUoi

WfNE N 51157
U--------------1-
POIU-AU-PRINCE (HATI)
rrr9
MARDI 28 NOVEMBRE 1926
Les- questions conomiques...
||r entre les mtullur
jjpais, belles et aile
Uiuuiunnienl appc-
Eel de l'acier , i j>i>n
Mes ralits trop prc.i-
La dit le Chef du gmi-
bni de l'un des Pays
ttaiils pour ne pas se
eu i jour, malgr ton-
uisjnsque Ion taisait
jlceelle au lum de
mi.'ou du sentiment.
gne a dvelopp de-
nue indu tr.e me
ie for ni Ida h le. La
e'iaLorraine l'a prive
liiseiiienls de 1er. L in-
fmtiilliirgi pie tVaii-
tson cot a con&i lra
pgment s.: capacit
rtiao, ni-ii elle m.iii-
tcoke. D' u lit- parlai a
, l'Allemagne, aussi
la Fiance, ne peu-
lt vivre leur industrie
[l'exportaiion Mais la
r conqurir les :n.ir-
tva [jjs sans de lourds
La France et la
(jouissent en ce 11107
fin avantage, grce
irialiondii Ira ne, mais
age disparatra lors-
rJvemcnt du Ira ne se
ifAllemagiie .trouve-
priorit qu'elle s'tait
lascedomuineavant
(donc naturel pour
et la liclgique de
ides prcautions en
teventualit. Pas
moyen pour cela
l entente internationale
misse aux pays con-
1 l'assurance de pou-
nier leur production,
la condition que celle-ci ne
dpasse pas un contingent liv
d accord avec les intresss.
Les industries belge et
luxembourgeoise ont t ame-
nes naturellement partici-
per I entente. Prcisment
la fixation du contingent pour
la Belgique souleva des diffi-
cults: elle demandait (pi il
lui soit concd une produc-
tion mensuelle suprieure
celle primitivement fixe. Si
grand tait le ds r commit i
d'un accord qu'elle obtint sa-
tislact on avec 30.030 tonii s
supplmentaires par mois.
Les Allein an la, dont la ca-
pacit de production tait la
pL.s forte, ont accept uae r-
daction plus importante (pie
la France, n m moin s ils sont
satisla ts de l'accord qui les
garantit outre tinte incur-
kio.i trangre sur leur propre
march et d mue la possibilit
de reviser les prix sur le m ir
eb international L'inflation
avait lait baisser ces prix au-
dessous de ceux d'uvant-
guerr, et cela un que u~.
prix de revient lussent plus
levs.
Les Anglais et les Italiens
so t rests en dehors de la
combinaison. Cela ne veut pas
dire qu'elle soit dirige contre
eux. Les premiers ont tout in
trt voir les prix se rchver
sur le continent. Quant aux
Italiens, ils sont surtout ache-
teurs de mtal et disent qui s
n'ont rien c ain re, ayant
toujours la possibilit de se
dtendre en prenant les me-
sures douanires convenables.
Ma's les industries de truns-
lor.nali .11 dans les divers
pays risquent de se trouver
plus que jamais il. ins l'troite
dpen lance des producteurs
'd'acier. i*eux-ci se dl'en leut
de vou'oir abus r de la situa-
lion, ( ):i espre qu'ils sauront
rsiste.- la tentation. Les s >-
cialisles n!!e.11.111 Is observent
justement ce propos q u e
pour lia la .trie de translo -
mati )ii, la matire premire
est un le; 1 irle.i s principaux
du prix de revient, et que
toute exagration L-son prix
a pour elle, d m--tire sur le
pav de grafl 1*4 in 1 ii-'s il' >u -
vriers. :-.n t >ut cas, ;>0 ir roi 1-
blir l' |Ulibre ron m leur
dli inic.i!, les indu stries c >:i-
s HU matrices de ni et il devro t
arriver elle; aussi de. en-
tentes internationales.
O loi qu'il e.i soit, la signa*
tuce du cartel de l'acier est un
vnement dune grau le im-
portance, aussi bien dans l'or
dre p ditiq.ie | lettons l'ordre
cono.nique et social. L'est
un aehe.iiiue.nenl vers la cou
irodu leurs qui serviront de
>ase la construction d'une
entente conomique gnrale
entre les divers pays de l'Eu-
rope. La concurrence cono-
inique devient si pre que les
Ltats ont intrt chercher
un terrain d'entente plutt
(pie de s'puise- dans une
lutte s ms issue. L'est ce que
n'ont pas manqu de souli-
gner les partisans de la onl
ren c ce monii pie universelle
dont l'ide a t lance l'anne
dernire la Socit des Na-
tions.
ecret
les Vlerthas

>*rappelle que, dans
" jsurs de la guerre, les
1 tablit eut une balte -
louons lourds, surnom-
jythas , avec lesquels ils
drciit Paris trs Ion
ce.
e la guerre, eut pris
tlats majors allis re-
trenl activement ces ca-
pon disait monstrueux et
Jwquels le grand lilat-
.lleniaiid avait tabli le
pwc secret. L'on retrouva
wstions en ciment ar-
quels se montaient
Ir canons; mais, comme
;f"cnaiitenient, les canons
T*mes avaient disparu.
Pde ces gueules inons-
^qui lanaient contre la
! franaise d'normes
we* qui clataient avec
formidable. Il s'tablit
tats majors et les mi-
Uilaires ce que nous pou-
PNer le secret des Rtr-
. nJiit peu a peu, le voile
2'v et voici quelques
y*eilslisiulcressan s
" "'ions.
'^Ilia avait .'Ni mtres
Jetait uiuanon de ma-
r centimtres de cah-
J* lequel s'adaptait on
f Pr* de :) mtres de
" libre iniUal tait ainsi
JJ1 centimtres. Le poids
r** tait de 155 ton-
nes. Le projectile ,>csail i0.) kilos.
L'paisseur de la paroi variait
entre 2't et 50 millimtres; a
| avant, l'obus iail ellil sur une
longueur de 40 50 centimtres.
pour obtenir la porte sulh-
safite, le canon tait tenu soi.s
l'si'gle de :*) degrs avec l'hori-
zon, inclinaison qui ne variait
.'.puais.
' La charge de poudre tait
di ninue ou augmente suivant
la porte qu'on voulait obtenir.
Lite s'leva jusqu'il .'{!< kilos
pour la plus grande porte qt 1
hit de 150 kilomtres. La y-
t s,e de dpart du projeti e
tait i\o LHtW mMres environ
par seconde. A la porte de 1 U>
kilomtres, le boulet slvait
jusqu' 4ti kilomtres audessus
du sol et, ensuite, il restait pen-
dant plus des2 3de sou parcours
une hauteur de 11 kilomtres,
hauteur qui dpasse nettement
celle de la plus haute montagne
connue, le mont Everest (Inde).
Le traj"t de l'obus durait 3
minutes. Il tait muni de deux
fuses afin que l'explosion eut
lieu de quelque faon que l'en-
gtn toucht le sol.
Quatre Berthes furent
construits et mis en batterie.
L'un d'eux clata au moment du
tir.
L'inventeur de ces gros ca-
nons longue porte est le Dr
Fritz Uauseiibcrgcr, dcd r-
cemment. Il appartenait aux t si-
ns Krupp. Ce lut lui aussi qui
imagina ces lourds obufiers de
42 centimtres qui, au dbut
des hostilits, furent employ!
contre les torts de lage.
La rafle"
dans le* dancing
' Samedi, vers minuit, au
moment o le bal tait le plus
anim, la Folie lit irruption
Atlantic-Cilvelir.vda les
danseuses, qui taient tontes
des hatiennes,* prendre place
dans le Ta nier h Satade
dont le m >'.eur haletait dans
la cour du dam ii g
Cinq minutes aprs, toutes
ces belles lgantes parmi les-
[uelles les nommes Leonie
ean, Anna Bertcaiid, Ger
.naine, Nella. Anna llem.u-
din.Vesla etc. etc. se voyaient
dposer au llurcna de la I 0-
lice et, gardes sous bonne
clef pour la nuit.
L arrestation de ces rfilies
est due probabknunt BUS
nouvelles mesures (le Police
en vieueur la Capitale. '
1
Em. la Joie *
Angle des Hues Dants Destouches & (irand'ltue
^Provisions al ment aires
t**4 de toutes sortes S
ja Liqueurs fins Patissjerie E|
fl Blitun Clairin liiseuits Bonbons etc. vjh
"^S Le meilleur accueil est rserve i tous. Prix "dfiant v<
^ if if f\ 4 '7 *> v $ wffffW A b W v y%
A
L'Asile Franais
Comme nous l'annoncions,
l Asile Franais clbrait, di-
manche, la lele de sa Patronne.
Bte-Elisabeth.
Il y eut le matin, en la cha-
pelle de 1' sile, uoeirandc cr-
monie religieuse qui se droula
devant une belle al nombreuse
assistance o Ion remarquait:
M. Joseph Salles. Chancelier le
la Lgation de Fia ice. 'c rel
autres pirsoni liVes'."' .Va'Vi'aW
deur Mgr l'Ar-hevq .e de l'oit-
su-Prince rehaussait par sa pr-
sence l'clat de la crmonie.
A S heures 12 la messe com-
mena. C'est M. le Chanoine
Richard, Cur de la Mtropoli-
taine qui officia. l'vangile, le
Pre liobert, de l'Arclu-vecli de
Port-OU- rince pronona un trs
beau sermon qui hit coul d nie
le plus g!S id recueillement. I
prdicateur traa ave.- loquen-
ce un saisissant parallle entre
Sainte Elisabeth al Sainle-fhe-
rse de l'Enlant-Jsus, montrant,
dans un langage o passaient
de bien belles ei vigoureuse
images, combien, par la gran-
deur de leurs amCS, par les tr-
sors immenses de bout que
renfermaient leurs deux curs,
pur leurs vertus, par leurs deux
vies plus pures que le plus blanc
des Ivs, ces deux grandes Figu-
res de l'Eglise s'taient rappro-
ches sur la terre, et seiesiem-
blenl aujourd'hui sous l'aurole
cj li illumine leur front.
Beau sermon, qui impresuoa-
na vivement tous ceux ipii l'eil-
tendirenl. Puis dans le. dcors
de la chapelle paro de ses or-
nements de jour de fte, la c-
rmonie se poursuivit au milieu
des beaux chants de la liturgie
romaine. Elle prit fin par la B-
ndiction du Saint-Sacrement.
Dans l'aprs midi, la temps
qui taisait grise mine contraria
un peu la l te thtrale or-.mi-
se au profil de l'Asile par le
Cercle Prinlania . Cependant
tous ceux qui y assistrent, pas-
srent de bien agrables mo-
ments suivre l'inlerpratio 1
des .divers morceaux du pro-
gramme.
lin somme, la lle de la Pa
tronne de l'Asile Franais a t
commmore, dimanche, par de
trs belles crmonies,
Les beifli sillets
Le Sommeil de l'Amour
lias le sileiei blru it U lui eiiloraii,
Quand lai, pur mi Maaiil rherrkail on
[ nta asit,
Im, parmi Ik IMH l abattu soiilaii.

UI Viracle ; au loucher lu diraeir iiliilii
Tul s>teil!e ; ua Jir mnte eo cette arcalaie ;
Il rtJM t cul du diiu kaiser la cbair blraie,
In Meurt tendent M lui leurs letrei de salin.

S.us I abmloi des bras, wui la laiiueur dM
[ baicb'*
Les ren t inour oit avsoufili Inri krairkes
Ftfor lure iSMCefl tide m berceau par(uiut#
Kl l'oi oit bmiail el OMS) de cb'.ti
Se jiiidre et e roufou Ire, ei uu Iri^ou iiae
Le bit-a du clair de luie, el le reie des rous.
lujuile IttltHll!
Hati contra Jamaque
L'quipe hatienne a en-
core t vaincue
Avant-hier, la dpche sui-
vante paivinta TU. S. S. II.
l-'.iiim.iuuel Armand,
Port-au-Prince
AU Jamaca bat Hati par
G au.
CHEVALLIER.
De l'avis gnral des sports.
men, cette dbite set crasan^
>&&ffci1
le FrrVident de la |4pu-
blitiue lait une pro ne-
naae en ville
Avanlhier aprs midi, le Pr-
sident de la Upublique a lait,
en automobile, une promenade
en ville. .
Les nombreux amis du Pr-
sident Borno ont l hei
rie le revoir en excellente sant
et n'ont pas manqu de mini-
tester leur joie,
Paris-Bazar
,vouj avez befoiu de beaux CHALES, nnanees va-
J5 iI ries|pour cadeau de fln d'anne, empressez-vous &
de passer |J.
Paris-Bazar
3 Knvoyes-y vos portraits, ceux de vos amis, parentsi
"S etc. pour agrsndissemea*. Prix trs modres.
... a vu, samedi malin, deux
femmes mettre sens dessus des-
sous la ruelle de SleAnne,
l'angle de la i ue de la dvolu-
tion.
... vit les deux commres, la
propritaire du logis M... et un*
de ses amies, D... se mettre
insulter les voisins.Le plusdrolc,
c'est que l'on ne savait ni a qui
elles eu voulaient ni de quoi
elles se plaignaient; mais, pen-
dant une longue heure, ce lut
une borde d injures et de gros
mots.
... verrait avec plaisir rappe-
ler ces belles dames la raison.
*
... a vu, samedi 1 1 2 de l'a-
prs-midi, au coin des rues 1).iu-
les Destouches el du Magasin de
l'Elat, une Buick deux plaies,
No. 409, conduite par uu tran-
ger, un civil, ipu contourna U
earreloui en passant gauche
du poteau d'clairage lccirique.
L'u gendarme aussitt, par un
coup de sifflet, rappela le rgie"
ment au conducteur. Mais celiTi-
ei ne s'arrta que devant l'I'siue
4(ilaci!.l.egendariivMt \.A cai\t
aussitlel lui renrlc payer
lorsque, sur la v on oublie les rglementa de la
circulation.
...a vu,samedi soir, vers 7 lis.
encore au coin de la rue du Ma-
gasin de I Klal et de la rue J)uu-
ls-l)eslouches, un cocher,celui
du buss No IXi, reluser catgo-
riquement de prendra un passa
ger sous prexlc que son che-
val lail latlgu. Le cocher avait
double tort, si son cheval tait
fatigu, il fallait le dteler.
... a vu, samedi soir ainsi, un
second coch r, celui du bms
N 1 I, qui ue pouvait accepter
aucun passager ; mais ce n'tait
pas sou cheval qui et.ut kjtigu.
c'tait lui qui avait tr jp bu d
qui l lit ivre.

#
... les a vues passer dans une
Packard. P.lles partaient, elles
quittaient celle Iryre inhospita-
lire. Kiles lai.'iit quatre dans
la voit u re : Aurora, Phiciii;-.
MariaOrtu el aouenfanl el H-
gina.
L'aulo lilail vive allure ; 111 lis
arrive prs du Poste de Police
de lu '.roix-des-Missions, par
un mauvais coup Jde volant, la
Packard des bcllcsdoniinicaiiies
capota Les voisins s'empress -
rent, ou releva les danseuses,
les unes taient blesses, les
autres contusionnes. El, elo-
Piu-clopant. la troupe regagna
ort-au-Priucc. Taux dpari I
... a vu. samedi soir, grand
remue-mnage aux (laves de
Bordeaux . Les nouveaux pro-
pritaires, MM. Blanchard et
afargron latsalenl faire Is toi-
lette de l'Ktahlisscmcnt. Tous
les garons, balais en main.
ne ttoy aient, curaient, awli-
quaienl. On lavait grandis
taux et tout devenait propre,
brillant.
Mais Notre ii. voit une chi -
se dont peut-lrc personne 1 e
s'aperoir: avec la grande
amabilit des Patrons, la M le
deviendra bientt trop petit!
contenir les client el les ami.

t
... a vu, dimanche, aux Ca-
ves de Bordeaux une chose qui
tient du prodige : la pe ulule de

I-
I


LE MATIN 23 Novembre 192(i
G Lr O B O Lr liquide
combat l'anmie
i
it^HT,*m*nt riorhl el ssim.l
ans tronbif gastrique tl eOOK**
pilion. 1p Ulobol liquida procure
u>e incomparable MUOtlO*
bien-tre, piraflle a l'amfliora-
Uon rr.pide
l'ipp'tit et k ! dupantion le
trouble; nerveui essor ici indiiso-
)uble Dltui tucn,
M4Ccji 0:s Crtche tllllIMM
le succs
de notre Radio
F"l!i uiiilaburg, Indiana, U.S. A-
le 6 Octobre 126
Station H .11. K.
Port-au-Prince, Hati.
g Amis de Kadio,
> Nous sommes heureux de
vous annoncer que nous avons
reu votre] programme qui
nou a plu. Les morceaux de la
musique instrunien'ale taient
trs clairs et distincts. Nous
avions eu un p a de statique.
On entendait distinctement
ceux qui annonaient le pro-
gramme.
Flicitations la station, aux
altistes et ceux qui ani.on-
caient les morceaux.
Sincrement votre,
Sign : Lillie M. I-OEHTSC H.
%^De toute confiance dm
l'eau et dans la boue
.Ait* i fonid '" piut.ion.Bron
PORAi- thnei rhroilauM. Tuurru
pri-t .le ! MM, V rn.puce fur.
lut f t ciei>>*-
I NOCTYL 3S....."* M'
jsKrr
l'Etablissement et Us montres
de trois clients indiquaient la
mme heure, exactement, 1 Leu-
N 20 minutes.
... a vu cette chose trt's rart.

... a vu, dimanche, la Grand*
Pue que chaque promeneur
avait aux lvre un norme ci-
gare dont il tirait tic nombreu-
ses boufles parlumes.
... ne chercha pas longtemps
pour voir o ces messieurs l-
gants achetaient les cubes >>ex-
quis qu'ils fumaient, ("'tait a
La Heur d'Hati ou le pro-
pritaire M. Victor Guilbaud r
servait tous un accueil char-
mant.
de l'Orphclinal de la Made-
leine.Nous renseignerons bien
loi plus amplement.
ooooooooo XX ooooooooooo
La fte
b
de stmcdbfc*
Parisiens
Dans Port-au-Prince
Par Ordonnance du Do-
yen du Tribunal de Premire
hictattve dv Port-au Prince,
MM* Moniteur, l'ouver-
Jure de la Session *'*
est lixe au lundi 10 Janvier
19T7:
Les Frres de l'Institution
Saint Louis de (on/ague don
lieront nnedernire repreeu
tation de Gilles de Retz ,le
samedi 11 Dcembre prochain
a 8 heures prcises du soir, a
l'occaiien de la visite du Croi
seur-cole Jeanne d'Are.
Le Cirque Argentin a jou,
avant hier, 4 heures de Fe-
ntes midi, en matine pour
les enlantS et 8h., en soire
les grandes personnes. Malgr
le temps qui n'tait pas trs
beau, il V eut nombreuse as
sistanceaux deux reprsenta
lions.
A csuse de la pluie, il n'y
a pas eu concert, dimanche,
au Champ de Mars.
- Dimanche soir, la salle
de Parisiana tait comble, car,
la Direction luisait passer sur
l'cran un tr':s beau film : l.a
Flamme .
C'est parles plus vils el les
plus enthousiastes applaudis
scnients que la nombreuse
assistons* marqua son admi
ration pour les divers piso
des de ce beau film.
Le Journal Officiel, N"du
jeudi 18 Novembre publie : le
procs-verlwil de la sance du
mercredi 14 Juillet 1926 du
Conseil d'Etat; divers avis de
li ScrtaIrsried'Etat ds l'Iut
rieur; trois ordonnances des
I) >yens des Tribunaux de Pie
i.ire Instance de Port au-
Pt ince.d'Aquin de Saint Marc,
[liant II dit! d'ouverture de
li session criminelle dans ces
trois juridictions: trois avis du
, oninissaire du Gouverne-
il.crit d'Aqu n.la liste des Cou
l, ilmables trangers ayant ob-
t na leur licence pour l'Exer-
(...'i-'it;.
--Il y aura, les 25 et 26 P-
nible piocha n.une grande et
le lle organise au profit
Les fles de charit, et c'est
tout l'honneur du cur hatien,
ut toujours eu chez nous
du suctis. Celle de samedi ne
l'ail qne confirmer celle obser-
vation, lui effet, c'est (levant une
foule sympathique qu'elle s'est
droule, une foule o l'on re-
marquait nombre de persona-
lils tant hatiennes qu'tran
gres. Mlle ne lut pas qu'un
triomphe du cur. Elle lut aus-
si une lte de l'esprit. Une foie
aurore l'on a admir le talent
Vraiment rerriarquable de quel-
ques amateurs de chez nous et
applaudi sincicinciil Ictus
louables et gnreux efforts.
choses qui ont t trop n-sasses
dj que de signaler le succs
de Mme .1. Wiener, de Mlle Wan-
da Wiener, et Mr l.alontant st
rpter une opinion acquise et
indiscute en signalant l'art
d'une Lucienne Hereaux o la
valeur d'un Cilienls ?
On ne saurait cependant
ne pas l'aire une mention sp-
ciale poui le balle! qui a t
vraiment le clou de la soire et
noter que Mnic.l. Wiener a ati-
tuut de grce dans la danse
qu'elle a de niailrise dans l'art
OS dire. Il ne faudrait pas non
plus oublier l'orchestre du S-
minaire qui a si gracieusement
offert son prcieux concours
cette fte dont l'on a emport
un si leconfortanl souvenir...
Kmcouvn ton bimn-tln mwc i calme douleur.
ELLE AVAIT MAL AU DOS ET
A LA CEINTURE
Un simple remde de famille la
calma comme par enchantement.
n'
1 n'y a aucune raiaon nour*qu'un mal nnua
... jae cfi fourni itantOM le ouHranoD i|uand
il it si facile ik le faut' disparatre avec un sim-
ple reinMo ik- famille C'est, du moins, l'opinion
d'une daine de Lille, France, qui en a fait l'essai.
"Jo ne pouvais presque pas me remuer par la
force de la douleur que j'avais au dos et i la cein-
ture, mai* quelques applications de Uniment de
Sloan suffirent pour me gurir."
L'effet rapide et bienfaisant du Liniment de
Sloan est vraiment surprenant pouf faire dis-
paratre la rigidit et calmer toute douleur mus-
culaire, n suffit d'en appliquer un petit peu
pourquela congestion dos tMM mal adesdiminue
et lus rauscloB se tonifient et le Soulagement soit
immdiat et complet.
Le Liniment de Sloan est reconnu comme un
vrai calnw-du'jlcjr, propre, agrabl et facile
employer. Il n'y a mme pas besoin de. te frotter
four que son action commence. Il est aussi trs
cile obtenir, ne cotant pas cher, et se trouve
en vente dans toutes les pharmacies du monde.
LE
Secrtaire d'Etat
des Finance
au Radio
Vendredi dernier, le program-
me du Radio a comport, entre
autres matires, une confrence
OU causerie du Secrtaire d'Etat
des Finances et du Commerce.
M. Charles Routier a lait, en et
let. pendant les 7 minutes qui lui
taient comacres, la causerie en
question qui a t clairement
entendue par toutes les autres
stations el qui a t fort agra-
ble, roulant sur notre Organisa-
tion Financire.
Des dtaill prcis oui t
donns sur l'action du Dparte-
ment des Finances el sur le rts
du Conseiller-Financier -Rece-
veur-Gnral des Douanes,ainsi
que sur celui du Directeur G-
nral des Contributions.
M. Roturier a conclu en ces
termes :
ras tlire trop de bien d'une
Administration laquelle j'ap-
partiens.
L'obligation m'est laite n-
anmoins de procl imi r la r-
jouissante Vrit qi s l'tat Cnan
cierdu pays est satisfaisant; il
est mme en pleine prosprit!
Nos cli rgea et nos obligations
sol acquittes, en ettet, ponc-
tuellement; certaines d'en*
treelles sont mme rgles par
anticipation, ce qui avantage
prcieusement notre crdit.
Ce sont l, videmment, les
meilleures preuves de noire
bonne situation,
rarisiana
ce soir
Le 7 d* Trfle
( FIN )
L io u ,Hs'mt du N,ai
Entre : 0,50
bsprit
2e pisode
; Balcon : 1,00
A louer
Un piano en c\ccllcnl tat.
S'adresser au Huraeu du jour-
nal.
* m

iptionnilUraeot
les voituri tv
Pensacola, Klorida.J
le 8 Octobre 192(5
Station H. II. K.
Port-au-Prince.
J'ai entendu pour la premire
lois votre station jeudi soir. La
musique et la voix de ceux qui
chantaient ont t chr.es et on
entendait trs bien malgr les
1150 milles qui nous sparent.
Sign : Howard Me LEAN.
Liniment
de Sloan
Anantit Toute Douleur
*
Jensaa, Florins, le 9 Oct. 1020.
Station de Radio II.U.K.
Port-au-Prince, Ilaiti.
Messieurs,
Nous recevons trs bien ici
les morceaux de voire p ogram-
mc. Nous aimons bien ^tre
belle musique et vous sftirio.is
gr de faire une confrence sur
l'ile pour nous dire qui vous
( tes. Votre dvou,
Sign: W. Hervey MERWIN.
- m...... *..... i j>
/ e complot
italo-calalan
PANS Une douzaine d'indivi
iii;- dans le rcent complot spara
liste catalan ont t reconduits ce
oir la frontire de Belgique ;
c'est le premier contingent de d
{orls aur les 86 conspirateurs ar
ts.Les autres arrivent jourael e
ment de Perpignan par groupes
d'une douzaine la fois, ils seront
(eus envoys en Belgique ; car il
est probable qu'en qualit de cons
pirateurs ils seraient l'objet de me
MireA drimnifnne 'il- mt>i'~
en Espagne. La pohea a arrt un
certain rcest Dalmon de nationa
lit uruguayenne. Il aurait parait-
il imagin le genre de grenades
dont les conjurs devaient se ser
vir.
L'affaire de l'ex*
prince de iou.
manie
Pasis ,Les obligations de l'ex
prince Charles de Roumanie i l'
gard de son ex pouse morganati
(,ue Mme/i/i Lamhrino et le statut
i'e leur fils Mirgea Ag de 0 ans,
vont faire l'objet d'un jugement
qii sera rendu dans uue semaine
QUAND l'eau et la boue ont rendu ezcei
ficiles les transports en automobile, les voituree"l
Brothers ont prouv en maintes fois leur infaillibiai
sance.
Que ce sot en fie des granJs cours deiudes ?Y
ns, des grands passage & gus da l'Alriquedu sud, del
ptueux torrents du Honduras et de l'Australie, en .Nou*
Zlande ou ailleurs cas robustes voitures n'ont jami ft|
La base de l'endurance et du travail d'une auto
est le bon ttcier et le surplus de puissance, or les ioili
D00UE BHU 1 IIliltS.sont construites en acier vnnadii
science moderne ne conoait pis un meilleur acier.
Dans l'industiie c'est ce qu'il y a le meilleur mirebi
Touring Car Standard 1.375.00
Sedan Commercial 1.550.00
Screen Commercial car 1.500.00
Chssis 2.150.00
pat la premire chambre du D
parlement de la Seine. Celle cour,
aux audiences de laque le Mme
Lambrino assistt seule pendant
la plaidoirie de son avocat, a consa
cr l'aprs midi l'audition du r
cit des difficults conjugale du
priuce Charles. A la lecture de ses
lettres d'amour Zizi et prires
qu'il adressait la reine Marie
pour lui demander qu'il luifutper
mis de garder Zizi comme pouse.
Le prince n'tait pas prsent, il
tait reprsent parle dput socii
liste Mr Pau Boncour.
Un discours
Lie M. fu'juch ur
LILLE Mr Louis Loucbtr.,,d
put du .Nord, ancien ministre des
finances et l'uue des pius hautes
utorils en matire conomique,
a prononc aujourd'hui un dis-
cours dans lequel il a affirm qu'il
tait ncessaire de stabiliser rapi
dment le franc si l'on voulait \i
ter la ruine de l'industrie franai
se. l.'amlioration rapide du cours
du franc a dj cause, dit il, une
r n.ction de plus del moiti dans
1 volume des effares. L'auditoire
de l'ancien ministre qui a approu
ses dclarations tait compos des
reprsentants d'associalious coin
mercialee et agucoles. Une dlg*
lion i industriel de la lgion du
nord t'est rendue i
ris pour protester tupi
l'oincar contre U hit
du franc.
La reine d'Ei
Qne Paru
Pahis La reine Vie
pagne qui vieut de put
temps en Angleterre
mre la prince-e Bail
bitten est si rive u sai
capitale o ellepasurei
avant de retournera Ih
bassadeur d'Esofjoe atj
voir la souveraine r
a t salue oMculli
reprsentants de* goe
franvds, espagnole et r1
La que$tion\
cisa Mi
Par cble lr
Paris La Banque]
l'iit connatre que lui
laot ne ugureal i
double dans la col
les.billeis figurent iad
au porte billots en cir
Banque n'a pu encore!
facult olerte par lWi
tembre 1926 prvovistl
mito de la circulation *
50 milhadsetdtniterall
'<
Union Fire tau
Society limted
Au Capital de Or. 30.ooo.ooo j
Une des plus importantes Goxpagnhs d'assuraai
contre lincendie
AtlPtift* Au Cap-Hailien : J. ^ftnis
ayvni8 au Caves Jean BOUBGB0"
Agent Gnral
mmvwvv&t
J DAALDER
Poit-ar-Prince
m'jM
A. DE MATTIS & CO, toprt*entante P'>r
MUTILATI)")


LE MATIN- M Novembre I9Sq
M.m

lorsque 11
'" .irU5 un amen-
r ,. augmentation des
K 1.? prsident eu
r,ox dpute : Le
nous avons vi-
rqui
ment cart
r./toot le monde ici
Clded.ee U. Le P
prfcMtei tous
Cirdf. le t'en que
^jjjr dtruit, rep de-
L publique
1 Dcminicaae
jjglNGO.- ba dette
Jli Rpublique Dotm-
luitint pas en ce mo-
tfions de dollar*.
l'Etat possde une
ide terre qu'il est
lir0 mettre en valeur
untion Manche, Brieu-
\[t t travailleuse. Les
grande fertilit.
dclaration
jnce Paris
ffircbl. franais
-U cardinal Magliooe,
nonce, a ic'ar, dans
niew, qu'il se flicitt de
irception par le pr-
Doimergue. U sera, dit-il,
ritenr de l'Eglise et
dU France, pays si
ijnteux qu'il aime b au
ition
Parlement
hongrois
APEST Le Parlement
il t dissous aprs plus
idbats orageux entre
lit l'opposition ; f ami-
If, rgent, a sigu le d-
laoititioa de l'assemble
, Im lections surent lieu
110 Dcembre et la nou-
ibl. nationale se runi
Uf 19*7. La lecture
lie dissolution u l ac-
r l'opposition aux cris de
Iterreur hongroise d >i.-
il< taffrage universel gal
Grand Cirque Argentin
Propritaire : Monge frres
Jxrande Reprsentation i
Programme compltement tarie-
U Compagnie possde une excellente musique trs f
. apprcie parle public. fcfr
l Les artistes excutent les tours les plus extraordinaires, gg,
PANTOMIMES ht ACROBATIES i-x.
| PRESTIDIGITATION
La mtioimle
est heureuse d'annoncer s^s
clients qu'elle continuera en-
cre durant tout le mois de
ovembre la distribution de
v
Les dimanches a 4 h. p. in. matine pour les enfanla-Mg,
Les soire commencent toujours u 8 heures prcises. _
Loges
4 chaises : :i dollars
Chaises or 0.00
Chaises pour entants ; 30 centimes or
Entre gte;or0.30. Entre Gle enfani O.L"
M. TchUchsrna
viendra Paris
PAKIS On annonce que Mr
Tchitcherioe viendrait projhaine-
ment Paiis pour s'entretenir
avec M. Uiiand de l'entrevue d O-
dessa. A propos du rembourse-
ment de 15 pour 100 des impts,
le Journal fait remarquer que
les taxes franaises ont subi en
1910 une augmentation de '2 m.l-
liards.
Le nouveau repr
sentant du Sain -
Sige Paris
PAKIS Le cardinal Magiione,
rouveiiu nonce Paris, a prsent
b s lettres de criUnoe.l/abb Leim
re, dput du Nord, est gibvement
Blinde. La Volont d annonce
que Mr Victor Bach a t nomm
Jrsideut de U Ligue des droits de
l'homme. .
2 Hills Je Loterie
Louis Marin ci-
tijue lapnlitiquv
du Cm-d
Paris Dell un rcent discours
Mr Loui* Mario, ministre des Ptu-
bions, ayaut critiqu la politique
du cartel, il est lsult une pol-
mique et une demande d'interpe1-
Ulion la chambre. Le conseil des
mini 1res a discut U question
dans la mutine et aio;.t l'un*
nirail la dclaration qui devait
tre lue la chambre M Poincft-
r, prsident du conseil, a lu cette
dclaration; rappelant e, condi-
tions de U con lituUoo du cabinet
d'union nationale q ii permettent
eli -que membre du ministre de
g lier so ii>d p ndance dans le
domaine politique: eul le prsi-
dent du cons-il e?t mandat pour
parler au nom du gouvernement ;
i6 discours d> Mr Marin n'atlecte
donc pns la so'.i lard miuisUne le
qui subsiste pleine et entire. La
chambre a renvoy a mains leves
pour
chez Eut).
100 Bons
Le
primes remis
Eug.Le Boss $Co
Agi;lit Gnr iux
AVIS
AUX MAIGRES
W
Nul n'ignore que
l'huile d Mi (ta mo-
rue est le plut puis-
sant rgnrateur
des tissus qui existe
au inonde. BHl con-
tient plus le vitami-
nes que n'importe
quel autre aliment. .
C'est doic avec
plaisir que nous vus
Informons que l'huile
de foie de morue se
v.Mhl aujourd'hui
.,us (orme de tablet-
tes sucres, fort
.ioMes au got
Tout ceux qui dsi-
________ rei.t vraiment Ragne,
,'. 15 i 20 livret .le bons et sains tis-
su et Jouir a nouveau de leur belle
ureuM sant n'ont qu'a deman-
der che tous les pharmaciens ui.e
ta de Tablettes d'Huile de Ml
,'.e Morue McCoy's.
On parant.t lu moins 5 livres i :
j.i |ours ou le haflMCUn rend l'ir-
:. e
'5J6.
RAPPORT DU
Aj>i Metat Poid! 11 eue.
Apr. l'emploi du ViiuL
MDECIN :
On m'a amen II. J., un petit garon d-: 12 mois. Quand je le vis,
il tait fort pi >.. On essaya l'un aprs l'autre sur lui, a*naaucun
rsultat, les ren c lis classiques hal ituels. Il ne pesait que 4 536.
C'est alors que i le soumis au Virol en obtenant un succs imm
d.at et oncou mt. Son |..ids se mit augmenter uniformment
iaisoii.1,- 170 grammes per semaine jusqu'au 6 Mall suivant, date
laquelle il pesait 10* 205. C'est maintenant un belenrant m,
itao. l'tal 1 plus MllafalsaiK possible, et qui pse 13 608.
le Viral e t une prparation compose 6 Graissa rie
Mocll d Bstrail Clyerin' d* Moelle Rouge d'Os,
d EiiraJI ds Mail, d'OInb, le Sirop de ('mon, etc.
lv\'iiol..euni;.inn' precisux djrw le. eu d'Alimea.
Mdoa UefaCUM es Mar.nnr, d'Anuu, de Rachl-
litme e de Phixio.
m.
VIROL
v
AOBNTSi
QUHfPN W I U4MI t C .. Port auPrlaes, HATI. Boh. PoiuU 147.
:, IIAMGCI U\HI FJtLING LOWDRM VNc-.t.KTKKKF
. i-
i 'Srti/l U
7t
i.i'viv.-s. kk-.'-i.
' *, -.- i>\
"t..' '
FAL1RE8
LeBciaff tli:-c.-lt!:.V..r. -.Il
FFRE D'EMPLOI
I Besoin un j hiiu"'!" un
u| t DinjK lent ni i.o Du t^
y poseetiaul |Iomuc ici d
^ cl vilesio u chi .n .}
Adresse, en proyie i
nu -i jirrib.iii I'. O. B >\ 1 <
Ville

lu
re
<
__op pu usions
(#gemenmmdi'at gurisen m- >- I
Globules Rbaud I
KSas^'a-%a!a:|
DALI-Hi)OX. 27 KwV,cu.rae 1
A *srta /'m.. Fharn.uele BCCH
"il

fin pi il M l'A^H Cl'
6t pu.idi4.li. I
7 A a mol
Ci - I* .iticO
Insurance Co
N des plus fortes Compagnie
canadiennes d'assurances
sur la vie.
ug.Le Boss & Co.
litun u ununi Hiiii u* s
RtCi-mmandi aux Mtr
qui nnarriff.nl
ft aux Convalescent*
SE TR0UVS PARTOUT
, nue de U Teohoil.
PABIB
l.l.ONS ALLONS
En voyage, En Rf.H}e
wmm
Costumes de bain saprier
Or. 2.00
Chemitelte tricot pour
hommes Or. <'>"
(ortie de baie Pyjamas
Chandails de tuie Swcaleis
Chles sapagn les de sois *'11'
(lernires nouveauts.
y .CSIN MODERNE A.i WASHMMANOS
1724, lUie du Magasin d I al
s-'
W&0
!'
iblic pu L- rii.iin, le CJckUil ou l'anifelte
.g t)n n'oublie
\&2A I cs.serot.
fM l>;u v,n e\.ti .'-..i ,) i,\'l.' ci s i.i t Si i Ira i lu- gaiet .>-. i.'ij pjur lon'c I \f nie.
\:-
im2Emtasai&
vV1^
'
l

ik


LE MATIN23 Novembre 1026
W
.-.-.
k z m o u
<*
| bonheur familial
Alumiimm Lia

SJatfejblJflJ
.J INew-Opfans A' South America
Stcuship Co tac-

toaarV*
-S
fe> Wtowi de maicon
MMWMNUilr,n
ITtlMlU Orotl de lui
do-
lia
U
I fttnportanea de U sant
la pmfrtM de culnnu
4 Mit, 4 la bonheur d
entire I
i
.-------__r6"Ovoro)ttii*
Mir djeuner esl
taaqnli dn ce cea pour
WiiiiWiu le* lorcee
iaXadUotr 4a U mena
er et kol rendra l'cncrtf la
ool alla a beaoto pour
eolr boni a mi latlfae
at aane OcUve 4a rveil
c h tourna*.
La eaote aal diosa Mm
alua emportante encore
Cnel U femme es esp-
rmec de mut r ralt* cl dont
le plu cher dnlr cal Je
donner a aon entant avec
ta vie, aa pleine mesure
da aant cl de lorte
Celle lue ai es dont ree-
tomac en arriva ne plu
rien pouvoir supporter
tolreront tonjoora cl avee
plnlslr nu Iuh d'Ovo
malrtnc. En outre, de nom
breusea exprience cUnV
oea ont anwoir* que
rOvomartloa augmenta U
ccrcQon lacte. Llle aida
dune la ajre A nocurtr
efle-enama ao* calant
L Ovomektoe cal U re-
cour raids fidle da la
Icmmc dan* aoaa les cas
d* 1-lKlrnf
t.
m
n
If
F'rooJWa.irxsIdpar'ts d i r ecis po t ir
Port-a9tvi-Prii^ce "-iaiia
, e S"'*n u. le 11 directement pour PorUnii-Princ*,
n sh.mr laisseia let-Qi liait le 23 lovera
lu- pour Ici ports du floid.
Porl-auPrince, le 10 iovemlne VH&.
A- d* ATTE.S L (.o
<\(JOl\tS
L* lait n poli dit) !e (lus en
T0|'.ue HUX Ltuis-U ib
5'oi.r i'a inn niaiot; d-s b.'-
b*. Le m ni lait en poulie qui
TOI limt ht.trois vita-rinie.
LVIrois indit^en able.- r'h'nents i la nutrition.
L'euecbtl strilit d'apis le procd Jutt-llatiniker .
.VtoVli.lv est le Mtil luit de Miclie en poudre, se rHiipiochaiit le
pllM t'u lait mile-i.el. De ,lioo facile, c'etl l'aliment i.ii 1
pour let b'bs
Ko >cnle chez :
Simon Vieux, A Cred Vicux,^
Madame L. il. Dont
Im.I.W i\Il & Company]!ne.
Whmu-.hr ieh
4*
m
a

i
A vBoI i, Raphal JJrouard'
Saunier N'ai lin, f'tiil ijoave
Gec. JEANSEME & Co
AOIMTI

Th Tles
NOUVELLEMENTf ARRIVES
29|Gauoes
Ef st(K'k|che/
LPitelzin iiin-Ac.i;i:!tit<>[.\[
Une du Quai,
Tl< Jules

s
.i


i*
fc:; A ,, ir, r> y iiji ;:a V% f> a ., v r> r. Ci1 r.x >T t i % u v vv^uv^. Vuii /, /^ i, Ci j$i ^

r^ISrfr,'^
1/
La sant est une premire n6
L'nergie d'une sant m&gniKqat
gagne tout dans ce monde. Lt*
,ir maladies proviennent des germes qui
abondent dans la salet. Le Savos
Lifebuoy dtruit tous les germes de!
la peau. U la purifie et la protge.
Lever Bree. Lie,, Port Sunlight, Angl.|tna M
Lacitine Granul Br&wer
Le plus aeiif des Reconstituant*
, Fortifie le cerveau, la mlle epinire, les'os et \x
reius.JHend puissants et vigoureux les ornants dbile]
les enimes faibles. Les personnes uses par des travaif
assidus.
fc'o vente chez : Simon fieux, lilred Vieux, Lo^
Rivera, Ed. Eslve U* Co, a- Holtt*, lphoat,
Dsir, J. i). Porday,Ime L. H. Doret. i l'eli>
Gove : S arlin.
En Stock Chez : R Brouard, Grand Hue lo I7tt |
GEO.JEANScMK & Co, Agents
1.-

I
Proprilaiies d'Automobiles
Souvenez vous que Us pneus
li s plus solides, et les meil-
leures tubes sont Inbriques
|ar F1REST0NE.
l'iteslone l'ull Si/e fiinn
l'ipped Bolloonssonl les plus
onnus et les plus recherch .
En stock clicx BouKsigi
oui Lrouvere loulcs dlmen-
ions di' pneus Rgulier,Heavy
Duly. Balloon.j lligli Tes
ulics et patcher
,. PREtTZM.N-AGGERHOLM
Plus le kilomtre avec
efpU
far Poil;.!s


ifs niiroit. |our fnlila(cur (ot^leir son lalnimi. d'aprs des piocJAl
RCh nllliqurP :,lin qu'elle pui.-srnt donner le plus de salislaction port'M
El!
es ni : dcouoniiquei et nr donnent pas de dillicull.
beW si iiiiks fadiugV
PORMU PRWCE GOIAlYEi.

////

tL MM t a

.W'Ifl, i Ru? des Csars
* ifetR'-h fe ^ - m


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM