<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN' — 22 Novembre 1926 Obtenez voire sant des sources mmes de la Nature. ^-. -'" La Nature tant la source de tous les biens de l'humanit, il est logique que nous ayons recours elle quand le corps humain a besoin des trsors qu'elle renferme. g) I £ Pour la protection de la sant, le plus prcieux bien de la vie, c'est la Nature mme qui nous offre l'huile de Foie de Morue avec laquelle on (ait L'EMULSION SCOTT Directement du fond des mers, elle apporte ts soutien de not forces, combat l'anmie, les affections de la poitrine et des poumons, la • %  malnutrition, etc. C'est en vrit le tonique ^f -Jal pour tous les ger (^ (J Boite aux Lettres Purl-im-lVino\ le I8N0V. 1026' A Monsieur Clment Magloirc, Direilrur du Matin •>, E. V. Mon cher Directeur, .le viens de lire. dfUM Le Temps , un l'.rho de Jrmle coneei liant l'installation lu nouvel Inspecteur des Ecoles de la Grsnd'Anse, mon bcaufrrc, Mr Amicl Boncy. Les commentaires malveillants de l'auteur inconnu de la noie donnent une nouvelle preuve de la mchancet el de la lcliett) de certains adversiiires. Qui reprocha M. Boncy, ce correspondant du Temps qui n'a pas os signe sa diatribe ? La leunel de son langage et la Sincrit de ses delai allons ? Ou lui en vt-ut d'avoir dit qu'il fera son devoir sans faiblesse parce qu'il sait prendre ses responsabilits; qu'il n'entend pas que l'atTaissemenl du niveau des tudes soit imputable a I Inspection qui est appele a contrler la marelle des tudes el n veiller l'application des lois et rglements rgissant les coles. Eh quoi, tesi l le langage enlicll d'un satrape, d'un proconsul, el c'esl vraiment cavurant de voir connaamt, chai nus, on a peur de$ res/nnsabi' lils, tel point qu'on lait un crime un fonctionnaire, a un chef d'administration d'avoir dit qu'il ne craint pas de prendre ses responsabilits; et la quidam qui l'attaque en se cachant, dit qu'il esl cicur ... de quoi, lier pislolier. brave adversaire V De la franchise de celui (lui n'a jamais eu peur, lui, de ligner ses articles !. Un discours (pion prononce est un ai le. Mr Amicl Boncy a le courage de ses actes. Vous, Assistant cœur, (pu le critiquez, vous ave/, gard le ma v que. Voil d|a ce qui dnote la supriorit de Mr Itoncy sur vous. Lui, il a toujours com battu visire leve . Je suis sr d'une chose : quand on aura arrach votre masque, on verra, brave < %  Assistant cu-ur (DM vous tes tout uni ment un candidat vinc qui attendait une chaire au Lyce d'un hvpocrite prometteur, moins d'tre, encore tout simplement, un adversaire dpit et de mauvaise loi. Voila, mon cher Directeur, 1 e (pie j'ai pens en lisant l'ai lieu kl de mou courageux concitoyen; et je le dis ans barguigner, en vous priant d'avoir lobligeoce de publier la prsente 'dont le correspondant jrnneu n'aura pas a deviner l'auteur. Il aura vu, encore une fois, co.11n, -ut nous nous battons, nous, (! comment nous aimerions \,.ir taire ce qui osent nous atI. ipier, nous ou les ntres. Agrez, mon cher Directeur, B\ec mes remerciements, mes cordiales civilits. TmoTHti PAflET Insertion demande Le Dr ChCantavo Nous avons revu avec plaisir le sympathique Docteur Charles Canlave roveiui avant hier de France en bonne sant avec sa famille. En vue dnppi olondinhvan tage scs connaissances mdicales,le Dr Cautave durant un sjour l'tranger frquenta assidumenl grce l'amabilit de l'administration gnrale de l'assistance publique de Paris les diffrents tablisse* monts hospitaliers de celle ville, el en particulier, la clini que de l'Hpital € Beeujou dil 'ig par le clbre ( harles Acharcl. Nos compliments notre compatriote. l'\ AMI oooooooon—\x— lOOOOOOOOpo Ncrologie Nous avons t douloureuse menl surpris d'apprendre la mort survenue Paris de Madame llenii Roux,ne Margot Rochel La regrette dfunte se prparait rentrer dans le pays quand la mort l'a surprise. Elle laisse le s o u v e n i r d'une personne de grande distinction, aimable et charuianlc, toujours prle ire agrable el d'un commerce excellent. Nous prsentons nos sympathiques condolances noire ami Henri Roux Mr et Mme Edmond Roumain, Mr El. de Leapinassc el tous les autres parents et allis. ooeooooooo——eoooooooooo Entre vieux G1VERNY— Le peintre Claude Monet, le matre et le survivant de 1 Ecole impressionniste, le soliUire de Givemy, ne veut plus rece voir persoune dep lis trs long tenip* ; Haut' deux umis,d< u vieux comme lui : M. Goorge Clmen cnaii q lest pretqu centen re et M. Thodore Dmet qui a HO ans. Le peintre a 80 ans. Les trois vieux , clbres t plusieurs li trs, ont donc eux trois plus de 250 uns. Rupture des relations diplomatiques entre Cuba et l'Uruguay J. 4 LA 11AVANK — La ministre de lui). 1 Vu l.'ruguay a t rappel ; un message a t "envoy Mont \iih-i) pour lui ordonner de s'embarquer aujouid Lui midi.Les re lations diplomatiques entre les 2 pays sont ainsi virtuellement rom pue* bienqu'in charg d'amures ait t laiss Mcuttvideo pour s'occuper des intrts cubiir.s. La dcision du gouvernement cubain a pour causo la dclaration attribue Mr Guani, dlgu de l'Uruguay la Socit des Nationr, prtendant que la souverainet de Cuba tait limite par le trait per rr.anent conclu avec les Etats Uris, trait connu sous le nom d'amendement Plat ; uue nota cubaine avait t envoye Montevideo pour demander do explications, mais aucune rponse n'a t revue. Les\communistes indiens sont en armes BATA VIE l lie de Java )Les communistes indiens qui se sont li vrs a des attaques vr ndredi dernier |dill rents eud oit* .dans l'oaest de l'Ile de Java et pendant lesquelles un certain nombre de person ns ont t tues ou blesses ont ta bb une base Singapour pour obtenir des armes e*. des munition pour les Indes. Cinq cents tiommes arms de tusils ont attaqu hier so r la garnison de Laboen, mais ils ont t repousss. Laboen est isol; les communications ont t coupes, les ponts dtruits et les chemins bloqus. Au sujet de Tanger l'AHIS — _L.es ngociations au Bujet.des.rclamations de T'Espague eu ce qui concerne Tanger commenceront au dbut de l'au* ne prochaine : c'est ce qu'on d clare dans les milieux diplomati-. ques. La lacon de procder a dj cl arrte par toutes les puissances intresses et l'Italie a enlin accep t la mthode propose parla Iran ce et 1 Augletenc.ll n'y aura pas de conlreuce, toutes les ngociations se feront par la voie diplomatique ordinaire.Dans les milieux franais on dit que c'est dans l'intention de limiter les concessions qui se ront laites l'Espagne. L'Espagne et l'Italie obtiendront probablement uneLpart un peu plus impor tante dans 1 administration inter nationale de Tanger. Mort de Joe^Connon, le tzarjLe la Chambre amricaine DAN VILLE (lllinou)— L'oacla Joe Cannon esl mort dans celte ville aujourd'hui l'ge de 90 ans dans la vieille maison de briques qu'il avait construite pour sa tem me, il y a long'emps. Cet homme dont la main de f( lui avait tait donner le titre d ; Isar de U cliam l>-i\ e t moi' tout doucement Mem bre de 1 chambrj dea reprsen tantpendant ••'• ans et prside it de la cliambro p n 1 lui S ans, Mr Joseph Gurney Cannon a passs par deux phases bien distinctes pe 1 dant sa carrire politique. i Nerveux? L'homme nervetua, viol.nt, de mauvaise humour, cat une calamit pour lui et pour toui crui qui l'entourent. En 6pui*nnt inutilement tes force*, il va directement ruiner M sant et ton bien-tre. Cet puisement nerveux doit ac remdier au plua tOt possible avant qu'il n'arrive une depnwiuo complte ou que l'organisme arrive ae dranger de telle manire que toute gurison soit impossible, j La science le dit bien, les personnes nerveuse* dpendent du sang pour leur alimentation et forces. Il cet tra important, par consquent, que le ssnir toit premirement enrichi et purifi. Dee milliers de personnes nerveuses se sont rhabilits avec le Ver N mat, la formule moderne qu'un grand nombre de mdecins rccommsniient E u son puissant effet bienfaisant sur le sang et 1 systme nerveux. %V • Il contient du fer organique comme le fer du sang humain, avec des glyrerophusphatr*. aliment qui est absorb directement par le systme nerveux auquel il apporte des lments vigour eux qui en le munissant, calment l'irritation et ( ;raduellemt'nt mai srement viennent dominer e mal-tre et restaurent au systme nerveux la paix et la tranquilit. Des milliers de personnes dpendent du Fer Nuxat priodiquement pour vivifier le sang et le systme nerveux. Rien de plus facile que sayer la Fer Nuxat : deux aemainee sont gnralement suffisant ee pour en reconnatre s Justin VlaRO .1 oui. I. bonnra J'/mrronci.* V Archevque de Paris dans un cinma PARIS— La visite du Cardinal Du bois, archevque de Pari'-, 1 un fctudio'de cinma de Neuilly o le Prlatja vu tourner les intrieurs d'une adaptation dj < Ddnle > de Paul He-vieu, a t un vritable vnement dans le monde du cin ma. L'archevque s'est fait prsen ter les artistes et leOBl fliciter. Le car • •



PAGE 1

:. MATIN M N'ownV13 ^ CAMOHHE t sut P-SAOKl.'" PARIS tendant l%ti cavvuota>n ^fiaafe* Marques „ praire fracheur Jlp QUALIT iEILLEURE ItEfCOLONIt gniBOnWTBIUB t trangre fjg QUWINB PURS Lxftiitt en Jaconi. I comprim, cachets. Ml HTP0DEUMIQUB9 AG E9, CEINTURES. A VARICES HYGINIQUES ^r loin Uf BRCS BL S OSTHOPDIQUES Vf typodermiques IIOCfOOK.DEVOYKE i PHARMACEUTIQUES Usines, Communes, etc. ty-rf* t Programme compltement variLa Compagnie possde une excellente musique trs apprecii-e par le public. Les artistes excutent les tours les plus extraordinaires. PANTOMINES ET ACGROBATES PRESTIDIGITATION Les dimanchea4 h. p. m.: matine pour les enfants. • Les soire commencent toujours 8 heures prcises. Loges a |4 chaises : 5 dollars Chaises: 1 dollar Chaises pour entants; 50centimes or Entre gnrale; 2 gourdes.—Entre Ole enfant 1 G. METTEZ EN BOUCHE ehaqne fois que vous avez vite les dangers du froid, de l'humidit, des pou fier es et des microbes ; ds que vous tes pris d'ternuements, de picotements dans la gorge, d'oppression t ai TOUS sentez venir le Rhume, ONE PASTILLE VALDA v dont les vapeurs balsamiques et antiseptique! fortifieront, cuirasseront, prserveront votre GORGE, os BRONCHES, vos POUMONS. AYEZ TOUJOURS SOUS LA MAIN DES PASTILLES VALDA mais surtout n'employs que LES VRITABLES vendues SEULEMENT en BOITES portant 1* nom i carrs que) l'on s P taipliisde iGsicl lut dtermin l'em %  t |IM trinlaioe de b i ila plupart des te .a i $ug.Le Boss $Co | Agents Gnraux U RODONAL Goutte Rhumatismes Ecrma Art rio Sclrose Obsit Calculs GRAKU3 PRIX £.KI|I:WMMK'I S t'.hjlrl;.t Fi.uriilWui. il. Ifpltfjajf) .l IV. t, 2. S. IMlMMS"'*. I %  I *'" P<* '" Nettoie ; le Rein fat* U foie et tes articulations, dissout l'acide uriaot*, active la nutrition 0$ ojryd* US graisses Partent •# t peu* rusur. r.w M. UI*|IM* • tAuradt leiur r. ni m cri • m *' <• ili* va/il et Oiubiliwlmu i|U>al l'I i t tt.l lut-sj t ctut** .twfc.i-Mit.ui. H. I1hrr> tUnKi.lilir. Jr*|yrim M; K||VM i il ..: % %  i i.t. cornu va de t..nL|i> \W\ Hlajian f L'Htll l|U*ll I Mille |.lu il.ini|u tl rill| Al* J'.n i* ifcs al* tle* pulmonaire cl le iltnvriiU MMflM t|u'i| ininr. ^IK'... O ua I un volt lu m ...I(.|K.tiil' Hi t. lu. .'..IL lt. f M I' Ml ,tn Uv.igr de l'oiftHiilMiir t|iil lui \cul rMn.ur ri concrte Uni d'initl. lion lti(T.i(-riitl<|U.* vu'o.1 mi pu suir.-roit ic dbeiitrr, rtl ra%  wi ; Il ae MM iiiplu* puallitei A ooirc C|Mair, d'iu uitconiulim a u'cu .uufmlrr to valeur. 4 'u Facult D* llilhM, %  s*;, i r ; •*• %  ai. nr T M TM S% \x; ii La MMM esl heureuse d'annoncer h ses clients qu'elle conli uera encore dora ut tout le mois de Novembre ladistribu.i m "tHsthin pour 100Bous primes reais chez Eug. Le Boss & S* >.• a 4 A VENDRE 3 volumes de la Nouvel h enevilondiendernire dition lU2(i i ielieinent reli. 2 volumes du i Larousse universel Biche reliure. S'adresser Joseph Timmer 182SJ Hue du Centre ^. <> v v "i* *> W v v v vvfl 1 ? v v vSfnft 4! r UX)NS ALLONS ASTHME Opprtssion, Caturrh, Suffocations, louxmrofusss. civabrlao.i cortulno pur les CISAfiETTES CLRYl .ua FOUDRE CLERYl Dr QUR1, 53, Loul. Ot-Msrtln, lHria. %  4 tl.t I'! M t V Coatumei de bain supci lef Or.'iAJ < bcmisellfl Iricot pour nomma Or. 0. '' %  .' Sortis de bain Pyjama 1 Chandails de ois Sweater Chles eepagnefei da soie der dernirea iiouvcauta. MAGASIN MODICRNEda KA WASHKIOiANQS 1721, Une du Magasin de 1151a Insurance Co K'des plus fortes Compagnies| canadiennes d'assurances sur la vie. j.*Le Boss & Co. Cu/istssVrrz Fewlt vaganct de la plun.e ft'iinle de (Humant les (i/ic/V/.'.s de fjBQQ l.r ij.'bll'jju [i ir.nl plusIruHilr |ur M pluar |iiulr ilr ilia 111.1 :il i|rnp.ir IIII NBBSllMM %  %  BM.J !" bfiriDr r(Hi)Uf Je UN, Je piimllrs p uiurMiruffi Jr HHTN |ireriruv*s tlictl llbl tl itJJf. rllrx rliiml it |I'III hAl apjurrur aj'dsV l'iHMl ililfiA uesdrtdis.rfmiiMioAil tut l'iLilipfn>iil'l' pur min '"Ml l'rpuiliirr ri U dsurriniil iniirr. Leur beaut et leur duu bilii '. Itur lapael'i ,1 iirrt cl l'iir coulage facile f> ni d'elles des plumet fuuorHet. THE WAiU COMPANY m York. >• Y 1' •*1 Mohr & Lauria Agents EQ voyage, Eo Pifie-Diji. On n'oublia HM le rhum, le i-ockiail uil'uniavlle gj; 8 Par son extrme |)iiret et son exIrne lia.-sse cvst f^ftla franehe gaie' assure pour toute laroute. m 1^ VITTEL GRANDE SOURCE VOSGES (France) %  —?T-T-' ACTION tLKCTIVB SUR L M! IN Cure complte de 1AHTHHITI8ME Saison du SO Mai au 26 Si-ptembrs ooumsES rtmus • QOLF POLO • TMTHH OMimo s AISO srtoiAi foum ict tu r A HT* Train* llracla i PARIS lOmr d* l'Rsl> A viTTUtKn Trou rt.ni ! %  prlnelp.U Pliartusfui. t)rsiri w Mnoo_d^An^_l^£l2S^ r C "-" I r.-' <



PAGE 1

l.r. M\TI\ 22 Novembre 192$ \ Grand Htel De FRANCE 1VP. PATRIZI, Propritaire Sui?5Sf ,,tll,e,,t /]? ,OIIII1,i ^oni.ioml,enfort;,,,, lerne, le service irr '•'•. e Resfauranl soign est .1. lout premier ll ; ,lt 1I;, P |1 rien nglig pour faire plaisir s, onarmante clientle. <„ %  jour Garage misaratuhenienl la disposition de oyageuri Bains, Douches a toutes les heures Tlphone : N= 341 l);msh.sAIa K a.sinssou(-lu-sril,,id.,H. trouvera ton V,NS^ iZu v.. P !£ V £! n8 V,N \ HO"W* CIG4RETTES, 'UNS w BaUBHWB, d'iTALIE.GBANO ,,io,\ de ; ri Sifil^r '^JT'r 66 l ,l, <1 -"" ' •ftjOOf PU au de). ni tout ce que Ion dsire au BANDHofELde IMANCK: P.P. PATR,2i,Froprilaire llomiik le l.'.il rn poudre le plus en Vogue sa* Ktals-L'ois. Pour alimentation des belles et (ira convalescents. It seul lait en poudre qui coi lient les trois vitamine.''. lEciiine Granul Brewer Le plus actif des Reconstituants Fortifie le cerveau, la moelle epinire, les os et les rcins.*Rend puissants et vigoureux les eniants dbiles. lesiemmes faibles. Les personnes uses par des travau> assidus. Eo vente chez : Si non neoi, tilr. d Vieux, Lopc |jier*, Ed. Estve fl* Ce, AIN-li, Alphonse I sir, J. J|. Pordav,|.i:r l. 11. Dorel. i Peti'Gove : S* Martin. Enslock chez : H. Hrouard.Gr.-.i.d'Ruc Ho 1709 GEO.JEANScME & Co, Agents Ce qui n'a jamais t fait Ce qui ne pont tre d] ass. Kola Champagne F Sjourn Prpare dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation "et Vente Pharmacie F. SiJOURXE ngle des Pues Houx el duCentre lu *& wmhmiŒmidpHs fmiient te vonsentr duni ttm Icut charme et beaut * d tutti nt ci ce le INDISPENSABLE POUl TOUS LES TISSUS DLICATS # %  Les trois indispensables lments i IsJJiutriHor. Desarth cl strilis d'aprs le procd :( Juif-Hetmskl r t.] MOMILK est le seul'lait de vache en pou're, se rnpprocl nt ' plu dn lait rmternel. Ite ydige^on lecUr, c'est l'aliment idal pour les bbs. En vente chez : Simon Vieux Alfred Vieux,; ; A Boit. Raphal Uronard Madame L. II. Doret | Savinien Martin, Petit r.oave BRE\\;EH;& Companyjlnc. Geo. JEANSKME & Co HOnCMBSTKB A.iENTS Paul E. Auxila Si vous dsirez des articles d\ meublement, tels que Lits en fer, fer et cuivre, tout cuivre, bois. Armoires glace ou sans g ace. Colleuses. Tables de toilette. Chaise*, Dodines, Fauteuils, Tabls de salon, tn osier, on liane ou autre. Miroirs, Tapis et Carottes, "'e-centee de lil.Tapis de table, Ride, ux en tulleou (impure, Draps de lit, simples et brods, Taies nssoilie aux draps. Serviettes de toUette, de bain et peur table. Nappes en fll, en c .ton. Toilrg h dnu en colon, eo M el coton ou tout ni. E suies veira. VsporU iteur*, poudriers, Bibelots pour tab'e de toilette', etc, vous les trouverez chez PALL K. \l.\IL\, ou l'accueil le plus bienve liant et le sourire vous attendent. Alnminum Liae New-Orlans & South America Steamship Co tac* Prochainsldparts d i rels pour Port-a.\x-Prin ce Kaiti Le Steamer Eidsliorn" laissera New-Q'U ans le 16 directement pour porf-au-Prince. Un steamer bissera Rew-Orlans le 23 lovera bit pour les ports do Rord. forl-aufrince, le 10 Kcvembre 191$. i^^^mmmAMJ^^m^^ A. de M>TTEI8 1 Oo Agents m m Tles Tles Eu N'OUVEU.KMENTHARHIVKS] 20TGAUOES Avis stocktchei On trouvera Tles E.Pivetziminn-Ac.iir.uiioLM Hiivjiln Quai, Tles fin I ha-'ei H 11~. Rue Roi C OU Son de SMC. Gai Bonne J^ns^| I-V MJ s .'{ gourdes !e 4 Satina-Whitesnow-HerculBs •• --"-' %  "%  n, : les Seules Peintures i,.altrtes •V: ••-• Cercle Belltvue— Roysl PssV of Canada Basque \aiionalede la Riplliqi r>u-'rincf Banque NelleBSls del Rpublique d Haiii. Aux Ci y s anq la K|.nl ,;;•,. d'Ilaili' l'eli'C.rve —Banque Nsliosik Jde I npub' que Benque Nktii nale de la Bi'puli 1 que d'Ilaili, Jtestel Compegnie Bleriilqoe, ri Un'gallon de cs peinlmos sOBVfi ablemenl appliqu recouvre 70i> pis !.CC rs de surfuif. Voici I- impoitunU difices o notn peinture s t emploie : llglise du Sac CtiMir, TurgcHi Eglise Siint-J icpb, orl-au-Pii CI -E se de Port de P.. : x Cercle Delltvue-Rov.rl Baul, d Canada Beeque >'alionalede le R4r,illiqiw d'Hati, l*Oll anque Nal onale >!e d llaiii, Jr4mie que Ni.li( nat de la RMlb 1 que d'Ilaili, Jacmrl GonpefSie Klcc. i que, Pu" ATiicaice Bureau du Matin . hue nmiicaine Badio Ce poialion, Hue Vt oo — lllel dFrance Bue du O. ai IUr TTT' T. Agnelf>, Bois Verna V.lla An'. ; e Talamas, Peu le ibflSf B<>d(|he Honey, Peu d Chose Villi Flvh.n Anselme* Turgeau Vil a I d Lespinas'se. Hellevue Vttts Ht* K bert, BeBtvue Villa Mme V.uve Bml.ar court, B levue Vi la ll.intnn Pasquier. Peu de I hose Ville Ve A. Morel, Bellivu Vi'h N Albert E. Bcha lue TliomaSjIadtou^ L a maison Albert E. HACHA annonce a sa nombreuse clientle qu'elle vient derecevoir par le dernier franais un QSSOI l isent de soulieis de lantaint pourdi mes de Icules les couleurs et de la dernire mode. Profiles de cette bonne occasion pour ('l)teuir une niarchnmlise rraiche el belle. On trouvera aussi des chapeaux garnis'pour daims el illicites, chapeaux de pailles • i pour bon nus et enlanls. Prix dfiant toute concur >^ renie. •A Elle se reserve etuore de jr{i faire tat de ce qui est rserve w? aux clients. >,^ l\ue des Ironts Fortl No 103 3 Maurice Rostand intime iedernier i uvrage de Lon LALEMJ En vente au prix de I (I V fi Port-au-Prince Aux Cenl mille articles, ~;V"x (onaives— Chez M Arnil Si Home. A .Urmie Chez Mr Lo.iis Dosgralf. Albert E. BACHA. Tlif bauc*, Chemin des Plies Thard, Bois Vejna wald Brandi, rsidence ard. Avenu John Brown n illeircs conslructiona Architecte Geo. Baussan Les meilleures constructions arc'n trclf Daniel Brun — Les meilleures constructions architecte Lon Matlion Poii vos commander ou tout autre renseignement, s'adresser 4 1 \j >"""•' "— % %  m\m — — —— — •• — u !" — — " — — — — Geo Jeanscme &. Co Hue Prou, en lace de la Banque Nationale PAYN£ 1 GEO. S| Lloy's Agent "S Bureau l'Etaqe de la maison •Ci I. J.BIGIO •)3Q Entre rue Courbe.



PAGE 1

#ECTE" R m PROPl'.ll.TAlPh HMPiUMKtri 08inont MABL01RE Rue Amricaine, 1358 CENTIMES QUOTIDIENTLPHONE N 242 L'exprience confirme que la mollesse ou l'indulgence pour Mi et la duret pour lis autres n'est qu'un seul tt mme \ice. la Bruyre \P" ANNE N-5956 PORT-AU-PRINCE (HATI) LUNDI 22 NOVEMBRE lWb M de prcdents articles jsous ce titre, nous Jiique le plus souvent pos tJous viendrions au sede mire jeunesse en bnl soit aux parents.soit Calfres,soit aux Pouvoirs lies les dfectuosits, les rrs que prsentent les jes actuelles d'ducam d'instruction de l'eni hatienne. [jjoos tenons parole Ljourcl Inii, on ne cesse de fcraulour des entants de [ailles matrielles de la Et cela dveloppe chez [gne sorte d'esprit positif , certains points de vue, [bien le dire, n'est poini inlilit l'heure prsente, lentemlu. I-a jeunesse sau%  b onne h u e cpie .toit ni un eftort ; elle vou te rendre compte ellede toute chose, peser irl te contre et la ire. en ,un choix conscient. Elle %  liera moins, s.* m >ninoins confia nie,peu seu%  taie, raisonnera froid se laissera pas facilettrelaire, connue on dit. trs excellent, i n'y a l dire, qu'elle soit prop.e [audaces intelligentes et s, qu'elle oppose aux (leurs, si nombreux en i milieu,u ne terme volont pas tre dupe, qu'elle 'juteaucun courage, aunergie.J aucun coup i et connaisse l'art diftiMes assouplissements aux %  JMde la vie, remous parittrnbles. [lait, cot de cela, un plaoral menace notre jeu*, dtruisant peu peu • die la fleur mme de cette liilc posie qu'est la JeuMoule par cette du|*wpositiviste, elle n'a plus "" %  at besoin d'idal, son es I entirement tourn vers choses tangibles, relles, j Ntt saspirations sans lesjfSmiil n'est point de bonIjWlevc: le souci d'autrui, 'aspect des supriorits. l'ardente flamme des admirations et des tendresses. lui jeunesse actuelle, notre jenness >, ne sait plus tre tendre, ni se mouvoir. Si, parlois, oh bien rarement aujourd'hui! elle comprend l'aide au prochain et ne verse pas dans Tgosme gnral qui la menace de partout, elle au;si. elle y mle peu d'Ame tt renpl'ra quelque devoir envers la socit ou les dshrits.par seule raison, sans l'lan ni l'amour qui grandissent l'acte. la gnration qui poussa ne veut pas rendre le son d'aine des aines. Elle se croit ridicule lorsqu'elle s'meut et met son orgueil montrer une grande possession d'elle mme, un sens ds la vie dj rassis, une froideur un peu sceptique et parlois un peu brutale, une insouciance iin pertinente devant ce besoin de vie intrieure qu'avaient le bons vieux et sans laquelle nulle gr.uiJe CH iseyie p. ut s'accomplir. H semble notre jeunesse actuelle que c'est prouver une infriorit que de se montrer tendre, compatissant avec charme et douceur, dlicat dans les gestes et les paroles, et que c'est, au contraire, af limier son autorit, faire preu ve d'une mc torte, que de pratiquer la dsinvolture et le ddain lorsqu'on lui parle de la ncessit de garder une ne hautement sensible, dans un corps entran aux plus nobles rsistances physiques. Les jouissances matrielles ont pris une part si grande, aujourd'hui, dans les existences, avec les conforts les plus raffins, les plaisirs vite raliss q u e gnralement tous nos entants grandissent avec celte pense que toute l'existence humaine devait tendre vers ce but : maintenir et augmenter sans cesse les p ogres de la civilisation et ItMiscil ts de la vie. 1 ombicit de parents croient Ici t que le bonheur hum lin les boutades... sM m INFLUENCE DE LA SERVIETTE F iS" ami wrte toujours en *+i* serviette. Une belle serJ* tn cuir brun, la serrure r;* nucles nickel* s. lri jolie... la serviette, oui les connaissez ces ser*7 Ce IO/I/ celle* qui, de Tfjfm, sont les signes disI J*'JAi>rrt7, tleshom| r f*faire*, des Ministres, \Tg*Bonnets de l'AdatinU(Z." PiMiaue. des agents jfftraaux, des lleprsenJ" manufactures et cou%  oui • ( "' ss '' bile lev, prts tous le* aeles. Et ainsi que de belles forces sont perdues et que de jeunes vies sont gches uni pourraient tre utiles, plus tard, la collectivit, la Patrie. ni Une locomotive draille Vendredi aprs-midi au moment o le train del i.oni.w unie Nationale des Chenmsde. fer, venant de Saint-Ma-e, e.itrait en gare de Port-au-Pnu :c. Il locomotive drailla. Aussitt une quipe lut un c au travail et le petit accident lut vite rpar. La visite, du JeanoM|Arc> D'aprs les informations que nous avons pu avoir, la Colonie franaise prpare de grandes et belles ftes en 1*1 maeur oes Cadet* Lm irine qui s.nt nord du Jeanne DArc, croiseur Iransis qui nous visitera panLes lYanciis habitant fart* au Prune, se prparent a recevoir grandiosemenl ces ieu-iei gens et leur faire preu lie u i I tact avec la |eonesse et la Boeitport-au-prineiennas. Una i ipe de daims organisent. I cet effet, an grand l>al en leur honneur. LES CIGARETTES PATRIOTES %  out les rsultats de recherche patientes dans la dosage dm 1$ •£C4 diffrentes qualits de tabac employas I le ir Ubric&lion. >> La grande l'iveur qu'elteiuot obtenue la JS le public sont %  ;* une preuve de lanr suprioiit. %  j* La valeur des Cigarettes t Patriotes • ne depeod point du nomb e dea ansen. L^ur coup d'easai est un vrai coup de matlie Et leur auc-s h'*ffim\ chaque jeur, d'avantage. Dpt gnral Anacaona Grande Fabrique de TAHAC BT DE CIGARKETTES |.".|2(H>, Rue Justin Lhrisson, 206 Gebara & C Propritaires mm Nouveaux coolrres Nous avons reu les premiers numros de deux nouveaux con Irresqui viennent de paratre. Ce sont : LA (A/KIII:, journal hebdomadaire, paraissant le samedi || l'ditant Aux Caves sous la direction le M. amartiniere Miirius et I i. FaMION, journal bimensuel, littraire et (l'informa* tions s'dltanl au L'nnli et avant pour directeur M. Q. L. f)espeigues. A ces nouveaux c o n f r r e s nous envoyons nos plus sincres vœux de prosprit. Les chien* i tn remarquai! depuis quelques jours que les chiens, en trs grand nombre, la plupart ne portant pis de muselire, avaient repris leu s promena des sur la voie publi | le. Depuis s ani.'ili les agents de l'A Imfnistrution Ikimtnunale ont redoubl de /le et l'ont une chasse active ces uni matissuivanl les pitseriptiom de la loi et d-J l'Arrt c > n nu nul les concernant. O i les al trape au lasso et et ils prtn nent aussi, en laisse, le chemin des fourrire s. En Loge Le dimanche 12 dcembre prochain,.S heures du matin anront lieu au Temple du (irand Orient d'Hiiti les lections pour u\\ nouveau (irin I Maitre de POrdro maonnique haitlen. le m indat du Grand Matre actuel devant p.e.idrc lin en janvier PJ27. MeLeUo Joaoi est caili .L! i la grau le M iltrise. Le Contrat \de Pites Dans sou dition de Lundi dernier, le Moniteur a publi 1' kCtS ('.(Mislitulil de la • Haytian-Ainericm Development Corporation convenu entre MM. Charles Fombruo, Secrtaire d'Etat de LiL-rieur et llnec Dorsinville, Secrtaire d'Etat de l'Agriculture l du Travail au non de TE at hatien et Monsieur Oswald John Mi andt, reprsentant la dite Coin pagnie, Socit anonyme ayant s >n siue social Wllminglon, Etala-1 nia d'Amrique, ("st uns Compagnie qui vient s'installer citez nous, sur les terrains de riit.it, pour l'exploitation des piles ou autres plantes a libre dure. Ce cou Irai, disant depuis quelques jours, l'objet dans le public et lu Presse de nombreux com ne n tairas, nous allons Tjkidier, et Ires prochainement n >us ii.i.iorter.ms, a notre lour, n il.e opinion dans la question. Nous nous rendrons compte si com ne ai le dit certaines clauses du Contrat ne sont point en pl?ine conformit avec la Cons'itu'ion et le. luh au point de soulever tant de conimeiit lires. B. i WOLFF Comestibles L M I M M Hue traversire S aucisson de Lyon aucisson d'Arles et jassor liment Irais de Conserves ali meidairesde la maison Flix potin de Paris. 11(), Hue Traversire^ iiv • >\ >A S *1 aris-liazar H -' ; ^ vou? aval basoin dbaoox CHALES, nn.inces va•ffjj ries pour Cad tau de fin d'anne, empressez-vous ^ Pa-is-lazar pot •£i'i \ de passer a ) •Ci* Lnvoyez-y vos portraits, ceux le vos amis, parents M ^3 etc. pour agrandissement. Prix trs modres. gg ... a vu, vendredi vers les 4 heures de Taprs-midi, la rue des Csars, dans le quartier compris entre la rue du Peuple et la rue Dr /ubry, une vive querelle entre une demoiselle et un passant, J... C, La scne ivail commenc dans un corridor troit, dsert o le galant avait eu certaine attention dont la demoiselle s'oleiisa. Il y eut scne violente, OTOS mots, injuresat le reste. Tout le quartier tait en moi. ... a vu, vendredi soir, dans un petit cal de la rue SI. Honor, • L'Idal de la Jeunesse une vive altercation entre la caissire et un client. Dans le montant de la consommation que ce dernier soldait, il y avait unu dizaine de pices en cuivre, de ICObsa et la caissire relus.i tout net cette monnaie disant qu'on ne se sert pas de ces pices dans rtablissement. Le soupeur jeta lescobs mr le sine si s'en alla, sans plus. ... vil la tille taire contre lortune bon COHUT et encaisser les larges pices de deux sous. • * ... a vu, vendredi vers midi, rue des Miracles, une gentille dactylo qui s'en revenait de l'cole en compagnie de l'un de ses condisciples, dactylo connue elle. Mais tout coup NOTRE Œil. vit le garonnet prendre lu main de sa compagne, la porter a ses narines cj en respirer longue* meut le parfum. Le plus drle, c'est que la jolie dactylo se mit ;i Win de mme avec la main de aou cavalier. Et, tour tour, eha eun respirait le parfum des doigts de l'autre. Ce petit jeu dura jusqu' I intersection de la rue bonne Foi et de la rue du Centre o les deux jaunes gens se sparrent. ... a vu, s un )di matin, un gros attroupement chez Lope mirera, (ira ut Une. Tout le monde tait ei extase devant les v ;, .rines. Qu'y avait-il? ;..le vt bientt : celaient des ranges de jolies boites le chocolat pour cadeaux de tin d'anne. Elles viennent do la Maison Jacq ici ei a se laisse dvo rer des ... yeux. iiUUlCE ETIENNE fils Angle des Hues du Magasin de. .'Etat tt des l'ronls-iorls Formes de chapeaux noirs viennent d'arriver. AVIS Le Service Mdical de la Gendarmerie d'Hati informe Messieurs les Mdecins Hatiens gs de 215 .' ans qu'un Sxamcil aura lieu le l hiviii bre 18281 la Ca ci mlia ti gueiiiive.Port au Prince, Hati |(>ui une charge de M-dciui avec le grade ne Capitaine. Pour tous renscigiicinciiK s'adresser au Directeur Mrdi cal de la Gendarmerie c'Hnili Quart 'er Gnral, Port-auPrince, llaiti. M. E. HICCINS Cokmel (SMJ (i dll. Pirecteur Mdiual X %  • H • -


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06870
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, November 22, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06870

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
#ECTE"R
m PROPl'.ll.TAlPh
HMPiUMKtri
08inont MABL01RE
Rue Amricaine, 1358
CENTIMES
QUOTIDIEN-
TLPHONE N 242
L'exprience confirme que la
mollesse ou l'indulgence pour
Mi et la duret pour lis au-
tres n'est qu'un seul tt mme
\ice. la Bruyre
\P"
ANNE N-5956
PORT-AU-PRINCE (HATI)
LUNDI 22 NOVEMBRE lWb
Mde prcdents articles
jsous ce titre, nous Ji-
ique le plus souvent pos
tJous viendrions au se-
de mire jeunesse en
bnl soit aux parents.soit
Calfres,soit aux Pouvoirs
lies les dfectuosits, les
rrs que prsentent les
jes actuelles d'duca-
m d'instruction de l'en-
i hatienne.
[jjoos tenons parole
Ljourcl Inii, on ne cesse de
fcraulour des entants de
[ailles matrielles de la
Et cela dveloppe chez
[gne sorte d'esprit positif
, certains points de vue,
[bien le dire, n'est poini
inlilit l'heure prsente,
lentemlu. I-a jeunesse sau-
bonne h u e cpie .toit
ni un eftort ; elle vou
te rendre compte elle-
de toute chose, peser
irl te contre et la ire. en
,un choix conscient. Elle
liera moins, s.* m >n-
inoins confia nie,peu seu-
taie, raisonnera froid
se laissera pas facile-
ttrelaire, connue on dit.
trs excellent, i n'y a
l dire, qu'elle soit prop.e
[audaces intelligentes et
' s, qu'elle oppose aux
(leurs, si nombreux en
i milieu,u ne terme volon-
t pas tre dupe, qu'elle
'juteaucun courage, au-
nergie.J aucun coup
i et connaisse l'art difti-
Mes assouplissements aux
JMde la vie, remous par-
ittrnbles.
[lait, cot de cela, un p-
laoral menace notre jeu-
*, dtruisant peu peu
die la fleur mme de cette
liilc posie qu'est la Jeu-
Moule par cette du-
|*wpositiviste, elle n'a plus
""at besoin d'idal, son es
I entirement tourn vers
choses tangibles, relles,
jNttsaspirations sans les-
jfSmiil n'est point de bon-
IjWlevc: le souci d'autrui,
'aspect des supriorits.
l'ardente flamme des admira-
tions et des tendresses. lui jeu-
nesse actuelle, notre jenness >,
ne sait plus tre tendre, ni se
mouvoir. Si, parlois, oh bien
rarement aujourd'hui! elle
comprend l'aide au prochain
et ne verse pas dans Tgosme
gnral qui la menace de par-
tout, elle au;si. elle y mle
peu d'Ame tt renpl'ra quel-
que devoir envers la socit
ou les dshrits.par seule rai-
son, sans l'lan ni l'amour qui
grandissent l'acte.
la gnration qui poussa
ne veut pas rendre le son d'a-
ine des aines. Elle se croit ri-
dicule lorsqu'elle s'meut et
met son orgueil montrer une
grande possession d'elle
mme, un sens ds la vie dj
rassis, une froideur un peu
sceptique et parlois un peu
brutale, une insouciance iin
pertinente devant ce besoin
de vie intrieure qu'avaient
le bons vieux et sans la-
quelle nulle gr.uiJe CH iseyie
p. ut s'accomplir.
H semble notre jeunesse
actuelle que c'est prouver une
infriorit que de se montrer
tendre, compatissant avec
charme et douceur, dlicat
dans les gestes et les paroles,
et que c'est, au contraire, af
limier son autorit, faire preu
ve d'une mc torte, que de
pratiquer la dsinvolture et le
ddain lorsqu'on lui parle de
la ncessit de garder une ne
hautement sensible, dans un
corps entran aux plus no-
bles rsistances physiques.
Les jouissances matrielles
ont pris une part si grande,
aujourd'hui, dans les existen-
ces, avec les conforts les
plus raffins, les plaisirs vite
raliss q u e gnralement
tous nos entants grandissent
avec celte pense que toute
l'existence humaine devait
tendre vers ce but : maintenir
et augmenter sans cesse les
p ogres de la civilisation et
ItMiscil ts de la vie.
1 ombicit de parents croient
Ici t que le bonheur hum lin
les boutades...
sM
m
INFLUENCE
DE LA SERVIETTE
F iS" ami wrte toujours en
*+i* serviette. Une belle ser-
J* tn cuir brun, la serrure
r;** nucles nickel* s.
lri* jolie... la serviette,
oui les connaissez ces ser-
*7 Ce io/i/ celle* qui, de
Tfjfm, sont les signes dis-
I J*'JAi>rrt7, tleshom-
| r f*faire*, des Ministres,
\Tg*Bonnets de l'AdatinU-
(Z." PiMiaue. des agents
jfftraaux, des lleprsen-
J" manufactures et cou-
oui ("'ss'' Ui/'en fa ie et quive i-
" mtvoire qu ils ont beau-
J?" faire cl inl de papiers
5S '' ira*Pri*r qu'il
kmtni Une 'vielle, abso-
U
icrvtcttc!...je me mo-
mn ami.
mt d'd : Tu te moques de
ma serviette? Tu vas voir. .le
m'en vais causer d'nllaires
Un Tel. l tout prs. Viens
avec moi et tu constateras
l'influence de !a serviette.
JVoim allmes. J'entrai U
premier. Le matre, car. c'en
tait un. me reut plus que
froidement. A peine le salut
obligatoire. Pas de chse. De-
bout les (jueux Mai je met la-
ai un peu et, dam l'encadre-
ment de, la porte, mon ami ap
pacul ou i il ni'ni sa serviette. Et
aussitt, ce. lurent des com-
ment allez vous ?. de* quel
heureux hasard vous amne!.
p \r ci,oVs. Mon ami posa, sur le reluisant
bureau du maitre, sa serinette
fascinatrice et, to-i* l'a-il de
In jet en cuir, lit de fut de*
plus nccomadanl. tJaflaire se
conclut, admirablement.
Et nom iurlini s avec le
mme crmonial.
Tu M '"';
Oui.
Et depuis lors, je songe
l'intlueiue des serviettes en cuir.
ne dpend que de cela et,
alors, les entants, notre jeu
nesse s'en fait son tour, une
ligne de conduite, abandon
nant peu peu les joies le-
ves, les pures et vieilles joies
d'autrefois.
auvres jeunesse, le moder-
nisme la tuera !
Il y en a qui s'en prennent
aux "sports, q u i y voient la
lu soire du mal. Je ne pense
pas comme eux. On ne peut
pis dire que les sports lassent
du tort I intellige ce. Les
jeunes travaillent beau :OUp
notre poque. Ils ne redou-
tent pas la science, au cou
traire, ils veillent apprendre
jouir. M lis c'est la culture du
cur et de lame q*ii semble
de jour en jour effroyable-
ment dlaisse,
Soit a l'cole, soit au foyer
familial, on n'habitue pat as-
sez, l'en lance se proccuper
du sort de l'humanit qui sont
fre autour d'elle. Et c est l le
grand tort. Elle luit la vue de
la sotllr.in.e, elle n'apprend
pas assez partager ses jouis-
sances fralernjlleni-'nt avec
ses frres dshrits, tra-
vailler au bien-tre gnral et
se dsintresser davantage de
son propre bien-tre. Elle ne
se passionne plus suffisam-
ment pour les grandes causes
et se croirait ridicule si elle
se groupa t en faisceau au-
tour d'une belle ide. Et c'est
la faute de ceux qui relvent,
pa ents, instituteurs. Et voici
ce qui arrive: nous voyons
Aujourd'hui, chez nous, des
entants de quinze ou vingt
ans, blass, tristes, neurasth-
niques, d'un g usine net,tran-
chant, redoutable, pris d'ar-
rivisme, des seules sciences
positives, d'une hardiesse d-
rgle, mal conduite sans m >
bile lev, prts tous le*
aeles.
Et ainsi que de belles
forces sont perdues et que de
jeunes vies sont gches uni
pourraient tre utiles, plus
tard, la collectivit, la
Patrie.
ni
Une locomotive draille
Vendredi aprs-midi au mo-
ment o le train del i.oni.w
unie Nationale des Chenmsde.
fer, venant de Saint-Ma-e, e.i-
trait en gare de Port-au-Pnu :c.
Il locomotive drailla.
Aussitt une quipe lut un c
au travail et le petit accident lut
vite rpar.
La visite,
du JeanoM|Arc>
D'aprs les informations que
nous avons pu avoir, la Colonie
franaise prpare de grandes et
belles ftes en 1*1 maeur oes Ca-
det* L- m irine qui s.nt nord
du Jeanne DArc, croiseur
Iransis qui nous visitera pan-
Les lYanciis habitant fart*
au Prune, se prparent a rece-
voir grandiosemenl ces ieu-iei
gens et leur faire preu lie u i I
tact avec la |eonesse et la Boei-
tport-au-prineiennas. Una i i-
pe de daims organisent. I cet
effet, an grand l>al en leur hon-
neur.
LES CIGARETTES
PATRIOTES
out les rsultats de recherche patientes dans la dosage dm 1$
C4 diffrentes qualits de tabac employas I le ir Ubric&lion.
>> La grande l'iveur qu'elteiuot obtenue la js le public sont
;* une preuve de lanr suprioiit.
j* La valeur des Cigarettes t Patriotes ne depeod point du
nomb e dea ansen. L^ur coup d'easai est un vrai coup de
matlie
Et leur auc-s h'*ffim\ chaque jeur, d'avantage.
Dpt gnral
Anacaona
Grande Fabrique de Tahac bt de Cigarkettes
|.".|2(H>, Rue Justin Lhrisson, 206
Gebara & C
Propritaires
mm
Nouveaux coolrres
Nous avons reu les premiers
numros de deux nouveaux con
Irresqui viennent de paratre.
Ce sont : La (a/kiii:, journal
hebdomadaire, paraissant le sa-
medi || l'ditant Aux Caves sous
la direction le M. amartiniere
Miirius et I i. FaMION, journal bi-
mensuel, littraire et (l'informa*
tions s'dltanl au L'nnli et avant
pour directeur M. Q. L. f)es-
peigues.
A ces nouveaux c o n f r r e s
nous envoyons nos plus sincres
vux de prosprit.
Les chien*
i tn remarquai! depuis quel-
ques jours que les chiens, en
trs grand nombre, la plupart
ne portant pis de muselire,
avaient repris leu s promena
des sur la voie publi | le.
Depuis sani.'ili les agents de
l'A Imfnistrution Ikimtnunale
ont redoubl de /le et l'ont
une chasse active ces uni
matissuivanl les pitseriptiom
de la loi et d-J l'Arrt c > n nu
nul les concernant. O i les al
trape au lasso et et ils prtn
nent aussi, en laisse, le chemin
des fourrires.
En Loge
Le dimanche 12 dcembre
prochain,.S heures du matin
anront lieu au Temple du
(irand Orient d'Hiiti les lec-
tions pour u\\ nouveau (irin I
Maitre de POrdro maonnique
haitlen. le m indat du Grand
Matre actuel devant p.e.idrc
lin en janvier PJ27.
MeLeUo Joaoi est caili
.L! i la grau le M iltrise.
Le Contrat
\de Pites
Dans sou dition de Lundi der-
nier, le Moniteur a publi 1' kCtS
('.(Mislitulil de la Haytian-Aine-
ricm Development Corporation
convenu entre MM. Charles
Fombruo, Secrtaire d'Etat de
LiL-rieur et llnec Dorsinville,
Secrtaire d'Etat de l'Agriculture
l du Travail au non de TE at
hatien et Monsieur Oswald John
Mi andt, reprsentant la dite Coin
pagnie, Socit anonyme ayant
s >n siue social Wllminglon,
Etala-1 nia d'Amrique, ("st uns
Compagnie qui vient s'installer
citez nous, sur les terrains de
riit.it, pour l'exploitation des
piles ou autres plantes a libre
dure.
Ce cou Irai, disant depuis
quelques jours, l'objet dans le
public et lu Presse de nombreux
com ne n tairas, nous allons
Tjkidier, et Ires prochainement
n >us ii.i.iorter.ms, a notre lour,
n il.e opinion dans la question.
Nous nous rendrons compte
si com ne ai le dit certaines
clauses du Contrat ne sont point
en pl?ine conformit avec la
Cons'itu'ion et le. luh au point
de soulever tant de conimeii-
t lires.
B. i WOLFF
Comestibles LMIM*M
Hue traversire
Saucisson de Lyon
aucisson d'Arles et jassor
liment Irais de Conserves ali
meidairesde la maison Flix
potin de Paris.
11(), Hue Traversire-
^ iiv >\ >A
S
*1
aris-liazar
H
-' ; ^ vou? aval basoin d- baoox CHALES, nn.inces va-
ffjj ries pour Cad tau de fin d'anne, empressez-vous
^
Pa-is-lazar
pot
i'i \ de passer a
)
Ci* Lnvoyez-y vos portraits, ceux le vos amis, parents M
^3 etc. pour agrandissement. Prix trs modres. gg
... a vu, vendredi vers les 4
heures de Taprs-midi, la rue
des Csars, dans le quartier
compris entre la rue du Peuple
et la rue Dr /ubry, une vive
querelle entre une demoiselle et
un passant, J... C, La scne
ivail commenc dans un corri-
dor troit, dsert o le galant
avait eu certaine attention dont
la demoiselle s'oleiisa. Il y eut
scne violente, OTOS mots, inju-
resat le reste. Tout le quartier
tait en moi.
*
... a vu, vendredi soir, dans un
petit cal de la rue SI. Honor,
L'Idal de la Jeunesse une
vive altercation entre la cais-
sire et un client. Dans le mon-
tant de la consommation que ce
dernier soldait, il y avait unu
dizaine de pices en cuivre, de
ICObsa et la caissire relus.i
tout net cette monnaie disant
qu'on ne se sert pas de ces pi-
ces dans rtablissement. Le sou-
peur jeta lescobs mr le sine si
s'en alla, sans plus.
... vil la tille taire contre lor-
tune bon COHUT et encaisser les
larges pices de deux sous.

* *
... a vu, vendredi vers midi,
rue des Miracles, une gentille
dactylo qui s'en revenait de
l'cole en compagnie de l'un de
ses condisciples, dactylo connue
elle. Mais tout coup NOTRE il.
vit le garonnet prendre lu main
de sa compagne, la porter a ses
narines cj en respirer longue*
meut le parfum. Le plus drle,
c'est que la jolie dactylo se mit
;i Win de mme avec la main de
aou cavalier. Et, tour tour, eha
eun respirait le parfum des
doigts de l'autre. Ce petit jeu
dura jusqu' I intersection de la
rue bonne Foi et de la rue du
Centre o les deux jaunes gens
se sparrent.
... a vu, s un )di matin, un gros
attroupement chez Lope mire-
ra, (ira ut Une. Tout le monde
tait ei extase devant les v;,.ri-
nes. Qu'y avait-il?
;..le vt bientt : celaient des
ranges de jolies boites le cho-
colat pour cadeaux de tin d'an-
ne. Elles viennent do la Mai-
son Jacq ici ei a se laisse dvo
rer des ... yeux.
iiUUlCE ETIENNE fils
Angle des Hues du Magasin de.
.'Etat tt des l'ronls-iorls
Formes de chapeaux noirs
viennent d'arriver.
AVIS
Le Service Mdical de la
Gendarmerie d'Hati informe
Messieurs les Mdecins Ha-
tiens gs de 215 .' ans qu'un
Sxamcil aura lieu le l hiviii
bre 18281 la Ca ci m- lia ti
gueiiiive.Port au Prince, Hati
|(>ui une charge de M-dciui
avec le grade ne Capitaine.
Pour tous renscigiicinciiK
s'adresser au Directeur Mrdi
cal de la Gendarmerie c'Hnili
Quart 'er Gnral, Port-au-
Prince, llaiti.
M. E. HICCINS
Cokmel (SMJ (i dll.
Pirecteur Mdiual
!
X
H
-



LE MATIN' 22 Novembre 1926
Obtenez voire
sant des sour-
ces mmes de
la Nature.
^-. -'" La Nature tant la source
de tous les biens de l'humanit,
il est logique que nous ayons
recours elle quand le corps humain a besoin
des trsors qu'elle renferme. g)
I Pour la protection de la sant, le plus prcieux
bien de la vie, c'est la Nature mme qui nous offre
l'huile de Foie de Morue avec laquelle on (ait
L'EMULSION SCOTT
Directement du fond des mers, elle apporte ts
soutien de not forces, combat l'anmie, les
_ affections de la poitrine et des poumons, la
malnutrition, etc. C'est en vrit le tonique
' ^f -Jal pour tous les ger (^ (J
Boite aux Lettres
Purl-im-lVino\ le I8N0V. 1026'
A
Monsieur Clment Magloirc,
Direilrur du Matin >,
E. V.
Mon cher Directeur,
.le viens de lire. dfUM Le
Temps , un l'.rho de Jrmle
coneei liant l'installation lu nou-
vel Inspecteur des Ecoles de la
Grsnd'Anse, mon bcaufrrc, Mr
Amicl Boncy. Les commen-
taires malveillants de l'auteur
inconnu de la noie donnent une
nouvelle preuve de la mchan-
cet el de la lcliett) de certains
adversiiires.
Qui reprocha M. Boncy, ce
correspondant du Temps qui
n'a pas os signe sa diatribe ? -
La leunel de son langage et la
Sincrit de ses delai allons ?
Ou lui en vt-ut d'avoir dit qu'il
fera son devoir sans faiblesse
parce qu'il sait prendre ses res-
ponsabilits; qu'il n'entend pas
que l'atTaissemenl du niveau des
tudes soit imputable a I Ins-
pection qui est appele a con-
trler la marelle des tudes el n
veiller l'application des lois et
rglements rgissant les coles.
Eh quoi, tesi l le langage
enlicll d'un satrape, d'un pro-
consul, el c'esl vraiment cavu-
rant de voir connaamt, chai
nus, on a peur de$ res/nnsabi'
lils, tel point qu'on lait un
crime un fonctionnaire, a un
chef d'administration d'avoir dit
qu'il ne craint pas de prendre
ses responsabilits; et la quidam
qui l'attaque en se cachant, dit
qu'il esl cicur ... de quoi,
lier pislolier. brave adver-
saire V De la franchise de ce-
lui (lui n'a jamais eu peur, lui,
de ligner ses articles !. .
Un discours (pion prononce
est un ai le. Mr Amicl Boncy a
le courage de ses actes. Vous,
Assistant cur, (pu le criti-
quez, vous ave/, gard le mav-
que. Voil d|a ce qui dnote la
supriorit de Mr Itoncy sur
vous. Lui, il a toujours com
battu visire leve .
Je suis sr d'une chose : quand
on aura arrach votre masque,
on verra, brave < Assistant cu-u-
r (DM vous tes tout uni -
ment un candidat vinc qui at-
tendait une chaire au Lyce
d'un hvpocrite prometteur,
moins d'tre, encore tout sim-
plement, un adversaire dpit
et de mauvaise loi.
Voila, mon cher Directeur, 1 e
(pie j'ai pens en lisant l'ai lieu-
kl de mou courageux concito-
yen; et je le dis ans barguigner,
en vous priant d'avoir lobli-
geoce de publier la prsente -
'dont le correspondant jrnneu
n'aura pas a deviner l'auteur. Il
aura vu, encore une fois, co.11-
n, -ut nous nous battons, nous,
(! comment nous aimerions
\,.ir taire ce qui osent nous at-
I. ipier, nous ou les ntres.
Agrez, mon cher Directeur,
B\ec mes remerciements, mes
cordiales civilits.
TmoTHti PAflET
Insertion demande
Le Dr Ch- Cantavo
Nous avons revu avec plai-
sir le sympathique Docteur
Charles Canlave roveiui avant
hier de France en bonne sant
avec sa famille.
En vue dnppi olondinhvan
tage scs connaissances mdi-
cales,le Dr Cautave durant un
sjour l'tranger frquenta
assidumenl grce l'amabilit
de l'administration gnrale
de l'assistance publique de
Paris les diffrents tablisse*
monts hospitaliers de celle
ville, el en particulier, la clini
que de l'Hpital Beeujou
dil 'ig par le clbre ( harles
Acharcl.
Nos compliments notre
compatriote.
l'\ Ami
oooooooon- \x lOOOOOOOOpo
Ncrologie
Nous avons t douloureuse
menl surpris d'apprendre la mort
survenue Paris de Madame
llenii Roux,ne Margot Rochel
La regrette dfunte se prparait
rentrer dans le pays quand la
mort l'a surprise. Elle laisse le
s o u v e n i r d'une personne de
grande distinction, aimable et
charuianlc, toujours prle ire
agrable el d'un commerce ex-
cellent.
Nous prsentons nos sympa-
thiques condolances noire
ami Henri Roux Mr et Mme
Edmond Roumain, Mr El. de
Leapinassc el tous les autres
parents et allis.
ooeoooooooeoooooooooo
Entre vieux
G1VERNY Le peintre Claude
Monet, le matre et le survivant de
1 Ecole impressionniste, le soliUi-
re de Givemy, ne veut plus rece
voir persoune dep lis trs long
tenip* ; Haut' deux umis,d comme lui : M. Goorge Clmen
cnaii q lest pretqu centen re et
M. Thodore Dmet qui a HO ans.
Le peintre a 80 ans. Les trois
vieux , clbres t plusieurs li
trs, ont donc eux trois plus de
250 uns.
Rupture des rela-
tions diplomati-
ques entre Cuba
et l'Uruguay J. 4
LA 11AVANK La ministre de
lui).1 Vu l.'ruguay a t rappel ;
un message a t "envoy Mont
\iih-i) pour lui ordonner de s'em-
barquer aujouid Lui midi.Les re
lations diplomatiques entre les 2
pays sont ainsi virtuellement rom
pue* bienqu'in charg d'amures
ait t laiss Mcuttvideo pour
s'occuper des intrts cubiir.s. La
dcision du gouvernement cubain
a pour causo la dclaration attri-
bue Mr Guani, dlgu de l'U-
ruguay la Socit des Nationr,
prtendant que la souverainet de
Cuba tait limite par le trait per
rr.anent conclu avec les Etats Uris,
trait connu sous le nom d'amen-
dement Plat ; uue nota cubaine
avait t envoye Montevideo
pour demander do explications,
mais aucune rponse n'a t re-
vue.
Les\communistes
indiens sont en
armes
BATA VIE l lie de Java )- Les
communistes indiens qui se sont li
vrs a des attaques vr ndredi dernier
|dill rents eud oit* .dans l'oaest
de l'Ile de Java et pendant lesquel-
les un certain nombre de person
ns ont t tues ou blesses ont ta
bb une base Singapour pour ob-
tenir des armes e*. des munition
pour les Indes. Cinq cents tiommes
arms de tusils ont attaqu hier
so r la garnison de Laboen, mais
ils ont t repousss. Laboen est
isol; les communications ont t
coupes, les ponts dtruits et les
chemins bloqus.
Au sujet
de Tanger
l'AHIS _L.es ngociations au
Bujet.des.rclamations de T'Espa-
gue eu ce qui concerne Tanger
commenceront au dbut de l'au*
ne prochaine : c'est ce qu'on d
clare dans les milieux diplomati-.
ques. La lacon de procder a dj
cl arrte par toutes les puissances
intresses et l'Italie a enlin accep
t la mthode propose parla Iran
ce et 1 Augletenc.ll n'y aura pas de
conlreuce, toutes les ngociations
se feront par la voie diplomatique
ordinaire.Dans les milieux franais
on dit que c'est dans l'intention
de limiter les concessions qui se
ront laites l'Espagne. L'Espagne
et l'Italie obtiendront probable-
ment uneLpart un peu plus impor
tante dans 1 administration inter
nationale de Tanger.
Mort de Joe^Con-
non, le tzarjLe la
Chambre amri-
caine
DAN VILLE (lllinou) L'oacla
Joe Cannon esl mort dans celte
ville aujourd'hui l'ge de 90 ans
dans la vieille maison de briques
qu'il avait construite pour sa tem
me, il y a long'emps. Cet homme
dont la main de f( lui avait tait
donner le titre d ; Isar de U cliam
l>-i\ e t moi' tout doucement Mem
bre de 1 chambrj dea reprsen
tant- pendant ' ans et prside it
de la cliambro p n 1 lui S ans, Mr
Joseph Gurney Cannon a passs
par deux phases bien distinctes pe 1
dant sa carrire politique.
i Nerveux?
L'homme nervetua, viol.nt, de mauvaise hu-
mour, cat une calamit pour lui et pour toui crui
qui l'entourent. En 6pui*nnt inutilement tes
force*, il va directement ruiner m sant et ton
bien-tre.
Cet puisement nerveux doit ac remdier au
plua tOt possible avant qu'il n'arrive une de-
pnwiuo complte ou que l'organisme arrive
ae dranger de telle manire que toute gurison
soit impossible, j
La science le dit bien, les personnes nerveuse*
dpendent du sang pour leur alimentation et
forces. Il cet tra important, par consquent,
que le ssnir toit premirement enrichi et purifi.
Dee milliers de personnes nerveuses se sont r-
habilits avec le Ver N mat, la formule moderne
qu'un grand nombre de mdecins rccommsniient
Eu son puissant effet bienfaisant sur le sang et
1 systme nerveux. %V
Il contient du fer organique comme le fer du
sang humain, avec des glyrerophusphatr*. ali-
ment qui est absorb directement par le systme
nerveux auquel il apporte des lments vigour
eux qui en le munissant, calment l'irritation et
(;raduellemt'nt mai srement viennent dominer
e mal-tre et restaurent au systme nerveux la
paix et la tranquilit.
Des milliers de personnes dpendent du Fer
Nuxat priodiquement pour vivifier le sang et
le systme nerveux. Rien de plus facile que
sayer la Fer Nuxat : deux aemainee
sont gnralement suffisant ee pour en
reconnatre s le plutt possible.
1..1 demande pour le Fer Nmst a
t si grande et immdiate que noua
n'svons pas eu le teni| de prparer
de* tiquettes pour ce pays. Par
consquent et tempurellimcr.t noua
userons le flacon Kspagnol que noua
reproduisons droite. V veret dans chaque flacon des instruc-
tions compltes en Krun'.ais,
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
do iOELORT, Phannaclin,
tlft. Au* Saint-Antoine
tAaia
C'EST LE MEILLEUR
___ DES PURGATIFS
PORT-AU-FRINOB
Alcx.PITKUB, Pharmacie ALBERTINI
PttarmaoU du D> Justin VlaRO
.1 oui. I. bonnra J'/mrronci.*
VArchevque de
Paris dans un
cinma
ParisLa visite du Cardinal Du
bois, archevque de Pari'-, 1 un
fctudio'de cinma de Neuilly o le
Prlatja vu tourner les intrieurs
d'une adaptation dj < Ddnle > de
Paul He-vieu, a t un vritable
vnement dans le monde du cin
ma. L'archevque s'est fait prsen
ter les artistes et le- OBl fliciter.
Le car de New York, avait ruui, il n a fl
mo: des acteur, de ei0fBl
c'est I. premire foi*. N
d'gnitairedaiMliMJ!',,l
un studio. ^^Hiim
Dcouvertes
TarchoteiH
MEXICO Di7S
mexicRins.le profeitai
et Mendizabal 'nSSir
vnr au Mexique, oUlf u jj!
prAa de Sainte lWle, .*,?.*
deUi pu non loin(UUfvL
d 1 Gua m la, le, *Jj"
^fcKta&Si**^ : **^^*^^^&%^^
Chaque lame ^Gillette est soigneu-
sement eiiveloppe et vrifie.
La Compagnie Gillattc r.'assu
nie la respoiisabilitc du parlait
toDctionoemenl de vrais rasoirs
Gillette que quand ils sont uss
avec les vraies lames (JMette
Avant l'invention des rasoirs et des la-
mes Gillette les hommes n'osaient abuser
de leur figure en se rasant chaque, iour
Mais la illeke Co, se servant du plut
pur acier, et par un procd spcial et
exclusif qui produit les hunes les plus ai*
tr i plus de 50.000.000 hommes, com-
ment ils peuvent chaque jour se raser
comme par plaisir.
Le rasoir Gillette en rasaid enlve le
poil vite et facilement d'une faon trs
a urcable.
'Ssrvez-vous de lames Gillette et vous
jouirez de la satislaclion d'avoir une
barbe bien laite.
En vente partout

tjtiiriit Unon Tire tance
Society limlted
iu Capital de Or. 30.ooo.ooo
One des plus in portantes Compagnies f assorwi
contre l'incendie
Agents z t&^JSNT. j
Agent Gnral : J DA ALDER
Port-au-Prince
-
^ A DE MATTIS & CO, Reprsentants pour
mi
> -


:. MATIN M N'ownV- 13 ^
CAMOHHE
t sut P-SAOKl.'"
PARIS
tendant
l%ticavvuota>n
^fiaafe* Marques
' praire fracheur
Jlp QUALIT
iEILLEURE
ItEfCOLONIt
, gniBOnWTBIUB
, t trangre
fjg quwinb purs
Lxftiitt en Jaconi.
I comprim, cachets.
Ml HTP0DEUMIQUB9
AGE9, CEINTURES.
, A VARICES
HYGINIQUES
^r loin Uf BRCS
BLS OSTHOPDIQUES
Vf typodermiques
IIOCfOOK.DEVOYKE
i PHARMACEUTIQUES
Usines, Communes, etc.
ty-rf* i renseignements
Litrand adreaie
IICIE PRINCIPALE
E t, RUE RAUMUR
LHULEVARO S3AST0P0L
PARIS
BON UNIQUE
NE SUCCURSALE
jftiocc ni l'Etranger.
Grand Cirque Arg&nth
Propritaire : Mange Frres
Ce soir
Jrrande Reprse \tati >t
Programme compltement vari-
La Compagnie possde une excellente musique trs
apprecii-e par le public.
Les artistes excutent les tours les plus extraordinaires.
PANTOMINES et ACGROBATES
PRESTIDIGITATION
Les dimanchea4 h. p. m.: matine pour les enfants.
Les soire commencent toujours 8 heures prcises.
Loges a |4 chaises : 5 dollars
Chaises: 1 dollar
Chaises pour entants; 50centimes or
Entre gnrale; 2 gourdes.Entre Ole enfant 1 G.
METTEZ
EN BOUCHE
ehaqne fois que vous avez vite
les dangers du froid, de l'humidit,
des pou fier es et des microbes ;
ds que vous tes pris d'ternuements,
de picotements dans la gorge, d'oppression t
ai tous sentez venir le Rhume,
one Pastille VALDA
v dont les vapeurs balsamiques et antiseptique!
fortifieront, cuirasseront, prserveront
votre GORGE, os BRONCHES, vos POUMONS.
AYEZ TOUJOURS SOUS LA MAIN DES
Pastilles VALDA
mais surtout n'employs que
LES VRITABLES
vendues SEULEMENT
en BOITES
portant 1* nom
i carrs que) l'on s P
taipliisde iGsicl .
lut dtermin l'em ' t
|im trinlaioe de b i i-
la plupart des te .a
i
$ug.Le Boss $Co
| Agents Gnraux
U RODONAL
Goutte
Rhumatismes
Ecrma
Art rio Sclrose
Obsit
Calculs
GRAKU3 PRIX
.Ki|i:WmMK'i S t'.hjlrl;.t
Fi.uriilWui. il. Ifpltfjajf) .l IV. t,
2. S. IMlMMS"'*. I I *'" P<*'"
Nettoie ;
le Rein
fat* U foie
et tes articulations,
dissout l'acide uriaot*,
active la nutrition
0$ ojryd* US graisses
Partent # t peu* rusur. r.w m. ui*|im*
tAuradt leiur r. ni m cri m *' < ili*
va/il et Oiubiliwlmu i|U>al l'I i t tt.l
lut-sj t ctut** .twfc.i-Mit.ui. H. I1hrr>
tUnKi.lilir. Jr*|yrim M; k||VM i il ..: i i.t.
cornu va de t..nL|i> \W\ Hlajian f L'Htll
l|U*ll I Mille |.lu il.in- i|u tl rill| Al* J'.n
i* ifcs al* tle* pulmonaire cl le iltnvriiU
MMflM t|u'i| ininr. ^ik'... O ua I un volt lu
m ...I(.|K.ti- il' Hi t. lu. .'..Il lt. f M I' Ml ,tn
Uv.igr de l'oiftHiilMiir t|iil lui \cul rMn.ur ri
concrte Uni d'initl. lion lti(T.i(-riitl<|U.*
vu'o.1 mi pu suir.-roit ic dbeiitrr, rtl ra-
wi ; Il ae mm iii- plu* puallitei A ooirc
C|Mair, d'iu uitconiulim a u'cu .uufmlrr
to valeur.
4 'u Facult
D* llilhM,
s*;,i.r;,*' ai.nr tmtms% \x;.
ii
La MMM
esl heureuse d'annoncer h
ses clients qu'elle conli ue-
ra encore dora ut tout le mois
de Novembre ladistribu.i m
"tHsthin
pour 100Bous primes reais
chez Eug. Le Boss &

S*
>.-

a4
A VENDRE
3 volumes de la Nouvel h
enevilondiendernire dition
lU2(i i ielieinent reli.
2 volumes du i Larousse uni-
versel Biche reliure.
S'adresser Joseph Timmer
182SJ Hue du Centre
^. <> v v "i* *> W v v v vvfl1? v v vSfnft 4! r*
UX)NS ALLONS
ASTHME
Opprtssion, Caturrh,
Suffocations,
louxmrofusss.
civabrlao.i cortulno pur les
CISAfiETTES CLRYl
.ua FOUDRE CLERYl
Dr QUR1, 53, Loul. Ot-Msrtln, lHria.
4 tl.t I'! M
t
V
Coatumei de bain supci lef
Or.'iAJ
< bcmisellfl Iricot pour
nomma Or. 0. ''.'
Sortis de bain Pyjama 1
Chandails de ois Sweater
Chles eepagnefei da soie der
dernirea iiouvcauta.
MAGASIN MODICRNEda
KA WASHKIOiANQS
1721, Une du Magasin de 1151a
Insurance Co
K'des plus fortes Compagnies|
canadiennes d'assurances
sur la vie.
j.*Le Boss & Co.
Cu/istssVrrz Fewlt
vaganct de la plun.e
ft'iinle de (Humant
les (i/ic/V/.'.s de fjBQQ
l.r ij.'bll'jju [iir.nl plusIruH-
ilr |ur m pluar |iiulr ilr ilia
111.1 :il i|rn- p.ir iiii NBBSllMM
BM.J !" bfiriDr r(Hi)Uf Je
UN, Je piimllrs p uiurMiruffi
Jr HHTN |ireriruv*s tlictl llbl
tl itJJf. rllrx rliiml it |i'iii
hAl apjurrur aj'dsV l'iHMl
ililfiA uesdrtdis.rfmiiMioAil
tut l'iLilipfn>iil'l' pur min '"Ml
l'rpuiliirr ri U dsurri 1 \rnoisJa\V;illi l'en, l-un
|H.iNlr >niil iniirr.
Leur beaut et leur du-
u bilii '. Itur lapael'i
,1 iirrt cl l'iir coulage
facile f> ni d'elles des
plumet fuuorHet.
THE WAiU COMPANY
*m York. > Y 1'- *1
Mohr & Lauria
Agents

Eq voyage, Eo Pifie-Diji.

On n'oublia hm le rhum, le i-ockiail uil'uniavlle
gj;8 Par son extrme |)iiret et son exIrne lia.-sse cvst
f^ftla franehe gaie' assure pour toute laroute.
m
1^
VITTEL
GRANDE SOURCE
VOSGES
(France)
-?t-t- -' ACTION tLKCTIVB SUR L M! IN
Cure complte de 1AHTHHITI8ME
Saison du SO Mai au 26 Si-ptembrs
ooumsES rtmus qolf polo tmthh OMimo
s aiso srtoiAi foum ict tu r a ht*
Train* llracla i PARIS lOmr d* l'Rsl> A viTTUt-
Kn Trou rt.ni ! prlnelp.U Pliartusfui. t)rsiri w Mnoo_d^An^_l^l2S^
r

. C "-"
I r- .-'

-
<
-


l.r. M\TI\ 22 Novembre 192$
\
Grand Htel
De FRANCE
1VP. PATRIZI, Propritaire
Sui?5Sf,,tll,e,,t/]?,OIIII1,i 'e S^P^temenl restaur et remis a' mm. Les
'> ^oni.ioml,- enfort;,,,, lerne, le service irr
''. e Resfauranl soign est .1. lout premier
' ll;,lt' 1I;,P|1 rien nglig pour faire plaisir s,
onarmante clientle.
le France de nouvelles amliorations qui donneront h
plus entire satisfactions Jlons
DJEUNERi.laCARTE,TABLE d-HOTh1
PLAT du JOUR au CHOIX
Pension au mois, la'semaire, !>< jour
Garage misaratuhenienl la disposition de oyageuri
Bains, Douches a toutes les heures *
Tlphone : N= 341
l);msh.sAIaKa.sinssou(-lu-sril,,id.,H. trouvera ton
V,ns^iZu v..P!V!n8' V,N\ HO"W* CIG4RETTES,
'UNS w BaUBHWB, d'iTALIE.GBANO ,,io,\ de
;
ri Sifil^r '^JT'r66' l,l,"<1-"" ' ftjOOf PU au de-
). ni tout ce que Ion dsire au
BANDHofELde IMaNCK: P.P. PATR,2i,Froprilaire
llomiik
le l.'.il rn poudre le plus en
Vogue sa* Ktals-L'ois.
Pour alimentation des be-
lles et (ira convalescents.
It seul lait en poudre qui
coi lient les trois vitamine.''.
lEciiine Granul Brewer
Le plus actif des Reconstituants
Fortifie le cerveau, la moelle epinire, les os et les
rcins.*Rend puissants et vigoureux les eniants dbiles.
lesiemmes faibles. Les personnes uses par des travau>
assidus.
Eo vente chez : Si non neoi, tilr. d Vieux, Lopc
|jier*, Ed. Estve fl* Ce, a- IN-li, Alphonse
I sir, J. J|. Pordav,|.i:r l. 11. Dorel. i Peti'-
Gove : S* Martin.
Enslock chez : H. Hrouard.Gr.-.i.d'Ruc Ho 1709
GEO.JEANScME & Co, Agents
Ce qui n'a jamais t fait
Ce qui ne pont tre d] ass.
Kola Champagne
F Sjourn
Prpare dans des conditions rigoureuses
d'ASEPSIE
Prparation "et Vente
Pharmacie F. SiJOURXE
ngle des Pues Houx el duCentre .
lu *& '
wmhmimidpHs
fmiient te vonsentr duni ttm
Icut charme et beaut * d
tutti nt ci ce le
- INDISPENSABLE POUl
TOUS LES TISSUS
DLICATS

#
* -

Les trois indispensables lments i IsJJiutriHor.
Desarth cl strilis d'aprs le procd :( Juif-Hetmskl r t.]
MOMILK est le seul'lait de vache en pou're, se rnpprocl nt '
plu dn lait rmternel. Ite ydige^on lecUr, c'est l'aliment idal
pour les bbs.
En vente chez :
Simon Vieux Alfred Vieux,; ; A Boit. Raphal Uronard
Madame L. II. Doret | Savinien Martin, Petit r.oave
BRE\\;EH;& Companyjlnc. Geo. JEANSKME & Co
HOnCMBSTKB A.iENTS
Paul E. Auxila
Si vous dsirez des articles d\ meublement, tels que Lits en
fer, fer et cuivre, tout cuivre, bois. Armoires glace ou sans
g ace. Colleuses. Tables de toilette. Chaise*, Dodines, Fau-
teuils, Tabls de salon, tn osier, on liane ou autre.
Miroirs, Tapis et Carottes, "'e-centee de lil.Tapis de table,
Ride, ux en tulleou (impure, Draps de lit, simples et brods,
Taies nssoilie aux draps. Serviettes de toUette, de bain et
peur table. Nappes en fll, en c .ton. Toilrg h dnu en colon,
eo M el coton ou tout ni. E suies veira. VsporU iteur*, pou-
driers, Bibelots pour tab'e de toilette', etc, vous les trouverez
chez PALL K. \l.\IL\, ou l'accueil le plus bienve liant et le
sourire vous attendent.
Alnminum Liae
New-Orlans & South America
Steamship Co tac*
Prochainsldparts d i rels pour
Port-a.\x-Prin
ce
Kaiti
Le Steamer Eidsliorn" laissera New-Q'U
ans le 16 directement pour porf-au-Prince.
Un steamer bissera Rew-Orlans le 23 lovera
bit pour les ports do Rord.
forl-aufrince, le 10 Kcvembre 191$.

i^^^mmmAMJ^^m^^
A. de M>TTEI8 1 Oo
Agents
m
m
Tles
Tles
Eu
N'OUVEU.KMENTHARHIVKS]
20TGauoes
Avis
stocktchei '
On trouvera
Tles
E.Pivetziminn-Ac.iir.uiioLM
Hiivjiln Quai,
Tles
fin I ha-'ei H
11~. Rue Roi c ou
Son de
SMC.
Gai
Bonne
J^ns^|
I-V
Mj s .'{ gourdes !e
4
Satina-Whitesnow-HerculBs
--"-' "- n, --------:
les Seules Peintures i,.altrtes
V:
-
Cercle Belltvue Roysl PssV of Canada Basque \aiionalede la Riplliqi
r>u-'rincf Banque NelleBSls del Rpublique d Haiii. Aux Ci y-s anq
la K|.nl ,;;,. d'Ilaili' l'eli'C.rve Banque Nsliosik Jde I npub' que
Benque Nktii nale de la Bi'puli1 que d'Ilaili, Jtestel Compegnie Bleriilqoe,
ri
Un'gallon de cs peinlmos sOBVfi ablemenl appliqu recouvre 70i> pis !.- CC rs de surfuif. Voici
I- impoitunU difices o notn peinture s t emploie :
llglise du Sac CtiMir, TurgcHi Eglise Siint-J icpb, orl-au-Pii CI -E se de Port de P..:x
Cercle Delltvue-- Rov.rl Baul, d Canada Beeque >'alionalede le R4r,illiqiw d'Hati, l*Oll
anque Nal onale >!e
d llaiii, Jr4mie
que Ni.li( nat de la RMlb1 que d'Ilaili, Jacmrl GonpefSie Klcc.ique, Pu" ATiicaice
Bureau du Matin . hue nmiicaine Badio Ce poialion, Hue Vt oo lllel d- France
Bue du O. ai IUr TTT Merliness, TsSftSU Villa Lon Pjan, DellsweVdls H pi T. Auguste, P.lion-
Nille Kdmnnd i SJOss, Peu de Chose V I i Mauice u tera. Peu do Choee
V lli Mme- Vmi>' T. Agnelf>, Bois Verna V.lla An'. ; e Talamas, Peu le
ibflSf B<>d(|he Honey, Peu d Chose Villi Flvh.n Anselme* Turgeau
Vil a I d Lespinas'se. Hellevue Vttts Ht* K bert, BeBtvue
Villa Mme V.uve Bml.ar court, B levue
Vi la ll.intnn Pasquier. Peu de I hose Ville Ve A. Morel, Bellivu
Vi'h
N
Albert E. Bcha
lue TliomaSjIadtou^
La maison Albert E. Hacha
annonce a sa nombreuse
clientle qu'elle vient de- rece-
voir par le dernier franais
un qssoilisent de soulieis de
lantaint pourdi mes de Icules
les couleurs et de la dernire
mode. Profiles de cette bonne
occasion pour ('l)teuir une
niarchnmlise rraiche el belle.
On trouvera aussi des cha-
peaux garnis'pour daims el
illicites, chapeaux de pailles
i pour bon nus et enlanls.
Prix dfiant toute concur
>^ renie.
A Elle se reserve etuore de
jr{i faire tat de ce qui est rserve
w? aux clients.
>,^ l\ue des Ironts Fortl No 103
3 Maurice Rostand intime
iedernier i uvrage de
Lon LALEMJ
En vente au prix de I (I V
fi Port-au-Prince Aux
Cenl mille articles,
~;V"x (onaives Chez M
Arnil Si Home.
A .Urmie Chez Mr Lo.iis
Dosgralf.
Albert E. BACHA.
Tlif bauc*, Chemin des Plies
Thard, Bois Vejna
wald Brandi, rsidence
ard. Avenu John Brown
n illeircs conslructiona Architecte Geo. Baussan Les meilleures constructions arc'n trclf
Daniel Brun Les meilleures constructions architecte Lon Matlion
Poii vos commander ou tout autre renseignement, s'adresser
4
1
\j
>"""' " m\m ----u " --------------
Geo Jeanscme &. Co
Hue Prou, en lace de la Banque Nationale
PAYN
1 GEO.
S| Lloy's Agent
"S Bureau l'Etaqe de la maison
Ci I. J.BIGIO
)3Q Entre rue Courbe.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM