<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN— 2fi Korembri 1920 Les Mots historiques Liait ce qie ti as brle, irile ce que ta ador 1 Lorsque Clovia.n ides Francs, abjura le paganisme ri cnibrassa le catholicisme, il reut le baptme (1rs inains de Sailli nmi, dans la Cathdrale de Rei a. Au moment o le roi descendait dans la cuve o les i-alChumne taient plongs pjur tre pui ilis du pch orlginet; rAiclu\(|iie lulilit : ourlMJ la tte, lier aicsmbrc, adore ce que tu asbil, brle ce que lu as ador. Ces llbres paroles sont encore fort souvent rpteea et tlles ont, en maiules t irconstanecs, la plus juste application. oo( ooooooo eoooooooooo liemain: — A l'occasion de la Sainte Elisabeth, patronne de l'Asile Franais, il v aura, le malin, connue nous l'annoncions, hier, une bcl'e crmonie religieuse an la chapelle de l'Asile. Dans l'aprs-midi, le Cercle prinlaniaa donnera, dana la %  aile des l'tes, une grande reprsentation thtrale. I.ts cartes d'entre cotent deux gourdes et le bnfice le la l le est MU profil dcJ'Asilc. — Il v aura, au Parc I ironie. ii I lutins de l'api s-midi, grand malch d'entranement en vue de la rencontra qui doil avoir lieu entre les quipiers hailn ns et un onze du croiseur franais Jeanne D'Arc •> qui sera son; peu dana nos eaux. A I Unies, le GirtjUe Argentin, Champ de Vais, jouera an inatime. ponr les cufaiiK A 8 heures, i n soire, pour grandes personnes. — /u Cercle L'Aurore, Avenue John lrovvn. il y aura grande sance littraire :t lis. prcises de l'aprs-midi. — Au kiosque du Champ de Mais, la Vusiquc du Palais donnera son concert dominical. A s heures, Parisiaua montre ra La Flamme , magnifique fil MI touill dames le roman de Ci. Mr et Varits donnera Volont d'aprs le roman de George Ohnet. — Tes hais publics et les dan* clngs danseront toute la nuit. XX —oooooooooo Suuiu tnu l tU m m n t pendant dm* mon**, A LA FIN IL TROUVE L£ REMDE POUR LE I Il dpensa beaucoup d'argent avant de pouvoir se soulager. Un \i> IIIMJI fli' MuraeillM, Frnnio, maintonant actif ot vinourvux. a He un invalLu JM.IIdunt i*' 1 de vingt ans |\r le rhunuiiiuiiiqu'il avait aux piiiln et au d<, junqu'A rr (ju'un impie remde de famille lui produisit un |UMMM1 complte. "Apre* avoir dpe-nk <\r l'argent en infrW-tnri pendant vingt au pour giiorir m* nain ri.us dit-Il -un ami mi' cunaeUla u'uwayu la Uniment de Sloan et aver auu uag' j'ai obtenu un SOUIHL'Pnient complet." L'action curaliva du Linimrnl de Sloan Mt vraiment ramarquabw, mAme dan lu ni M rhumatisme les plua n-talli*. Il c-i.t M-uk-niuiit nccaaairo de l'appliquer nni frotter pour que la douleur rommence s'amortir, rinllnmination diminue et la rigidit muaculalra disparaisse. Toutes les pharmacie vendent le Lit.iment de Sloan. LinimeiH de SaGii Anantit Toute Douleur Parisiaiia Demain soir La Fk un me oooooooooo Le nouveau Jtwe d Instruction C'est noire ami (rvy Jean, Commissaire il u Gouvernement prs le Tribunal de premire laitance de l'orl au prince que le Prsident de la Rpublique vient d'appeler u u x dlicate! fonctions de Juge d'Insli in lion en reinpacemeiil de M. Emmanuel Ile; uvoir nomm Secrtaire d'E al de la Justice. Nous en voyons loua nos coin plimenli au nouveau Juge il Inslnu lion,assur l'avance qu'il saura remplir ses nouvelles tondions avee tout le tael et loule l'au'oi il qui c\>nviennenl. oooooooo— xx —ooooooooooo Nouveau Juue de Paix C'est notre jeune ami, V. A. Devrson, qui a t nomm Juge ila Pais de la Section Nord da la Capitale eu ivnplaeeuieiit du regrette •'. R. Arthur, dcd. Jaune, nergique, intelligent, nous aouimaa u avance pei suad qu'il accomplira aana dlaillanee la lourde et dlicate lcha qui lui a t confie et qu'il saura pleinement rpondre a la confiance place en lui i ar le Prsident de la Rpublique. Nous envoyons nos plus vifs Complimenta au nouveau et jeune mogiatrat A VENDRE '.{ volumes de la Nouvelle iiivi'lopiliedernii'redilion I lj( riilienienl reli. '_ volumes du l Larousse uni\rrsel l.ielie reliure. S'adresser Joseph Tmmer I823J Hue du entre Auteur de l'arrestation d'un dpu t UtVen BKLOBADR .\'. Gnseppe Wilfan dpute de la n.i . n s., voau l'nr • mpni i'al'eu arrfi en H die la-' mais' dt r •• e a l gn p hir s ami do Belgrade qu il avnit mis ni oberle sur I ouiit de Mr Ma n ii.i M. Wtlfao considre l'incideul comme clos et demande ses amis de ne plus t'en occuper. Les critiques contre Mussolini l'tranger ROME — M. Bodrero, ministre d'Italie, a adress M. Nintrincb, minibtre des allaires trangres, uue nouvelle protestation, celle lois %  M.forme de note confie un discours de Mr Stefan rl.ditth, an cien miuidre dis travaux pi blics qui aurait trait M. MusiO ioi de boullou irresponsable et aurait dclar que le peup e italien est hailk n: et rduit l'esclavageMr Bolreio demande qu'une tatislaction convenable soit accorde. Dans la milice fasciste Rom—• Chacun des membres de la milice Fasciste va tre arm d'un lus 1. Mr Mu-x) ini a donn a ce sujet des iuslrui lions aux 21 ^a raux des ebensitea noires dont il est le commandant en chel. Mr Mussolini dm.ne aussi dipinsltuctions sur les dooirs de la nouvelle police pelitiqua dont l'importance e t c pila e pour la dfe se du r gussi ^rtaf*s-s&*'5;'*******^*2 Lf , ,u '* d'aprs la pice de Cli. Mr adapt et mis en Scne par Ren Ilervil. Voici ce que d i le Cinopse. Je na i.i : lierai pas \lr Cli. Mr, en lui dis ml <| te s m li-|>:issioii.i.ini dia ne social gugne d'intrt |i.i ser du jeu aciii< que la traductio i p?r le icenano. 1. 1 p ce est c irUM excellente et re.le u e dc.1 l> mis if.ivres de noire te n s. niais, mon avis, le 4M m n larpauM p ur i-xprinu-r les psyeliolo^ies. d" peut lie les c.ir.ulres, situer C luipu'vi'iu' n Ml el l'expliquer. Ulnterprtatioii cl au-d?saua 'e loule eloxe, cl interprte par dea artistes I • premi-irc valeur. Mme tcrm line itouer Inc irns une Cleo D' nln ,nv mie d ma son rle de i nli un • exact el a la ,1'ois d'une inlcu ••• raolioQ cette 1res tulcnluouse arlisle laiaac libre courj s > loin raine il dra ni ique. M Ch Va nel. lui de ailisli-s du ('.'.. lni i Franais 1 1 |)l a justeme d ra m trqu, el qui de mi n\ en mieux, cre et lo:ne, a uersort' nifi s.uisl i moindre lfail'au e Botsat, tre eomplax: el bien mal us r mire. Henry Vibai I. Lord Seydky, Jacli Uobba et ColelLc I) .ri'ol compltant e.-lte licite diatrib ition. liulivo : 2, 3, 4 ()nil(I^S. La [Me solennelle de l'Amicale Homme iliaque anne, ia Direction le I uni aie du Lyce l'tion. Piulaliasble Di Rient en iCte, a (inniniiie les pipai utils pour la lle annuelle de I' inicsle. Klle aura lieu, commedor dmaire. le 2 Janvier. Nul doute qu'elle n'ait son uieei habituel. Rfl tout eas, nous euuageous viveniiiil !e publie i\ apporter i..,i ..i. ci ncours A ertte œuvre u %  • • ile d'tre cneni i a,;-e le plus largement possible. La grve noire en Angleterre LONDRES — Flau international, cauchemar italien et petit char latan rvolutionnaire tels sont quel ques-uns des terra s dont s'est ser vi pour dcrire M. Mussolini l'organe laboiiste b bd maire le .NeSalesman dai.i uu ditorial trs vi lent dnouint les mesu es de re| rsail.cs de Mussolini cont e les trar.gers Le journal d c!„rj que mme Mo cou n'avait jarniL o aller ans loin sa ce qui eoacerne les .' %  t i .4 n _r, %  i ~. UAROIPF Le consei. excutif de U ldjatioa d s m neurs du sud du psvi de Gal'es a accept les coodi ions propJS par la gouvern.meu'. pour le lglement du dillrcnd minier.Uu attendait cette d cition avec une certaine inquitude car cette section comprend 25 000 mine rs parmi lesque s figurent lu plupart de ceux de la sec lion communiste. Une importante communication V Acadmie des Sciences PARIS— Le professeur Georges Claude a dclar aujourd'hui devant l'Acadmie dea Sciencei que 1 ocan tait une source illimite de force motrieu & bon march. Le professeur Claude qui a ra'it en tre autres la syn hse de l'ammoni.iq %  • a dmontr la docte assemble lefoaotiooi ement d'un g n ratiurdeso i v n'i i. qui capte la force mairies du milieu marin. La mthode ilu piofe^eur Claode et de son collaborateur le professeur llouchero' est bafe sur l'utili sation des dillrences de teœpiajj^i tare dans les nr rs tropicales en".". tre la surface o l'eau est toujours tide et les couches nr. fondes qui %  ont constamment maintenues & unn temprature trs basse par es courants venant du p.V.e.Le p ofesseur Claude espre qj cttte d couverte sera bientt applique aux co'.o iei fran^uses, son projet immdiat est de construire des usi ns hydrauliques dans le voisinage des ports des tropiques o l'eau de la mer serait amene par des tuyaux spciaux. Demain est la f .-t la tte de uS sen.a.ion de la Sainte V ier r : Temple." "* %  • lM "VlleinaliluaaeajJ en souvi,ur de la P,^^ ( emp.xpar ses parent,,^ %  a \lerge Marie, a*e de f J Chaque anne, IKglise 1,S* lebre avec la plus grande v ia lion )ZW%WW%mrm'**^Wm%% \ Aux Etats-Unis WASHINGTON— Le commera des Etats Lnia avec l'tranger pen dant le mois d'Octobre indique une balance favorable de $ Tt mil U ns lesixpo: at on* ayant atte nt $ 457 millions et les im.otntkni '-'S mil iv-ns. D aprs le Ppartement de l'Agriculture la rcode des pommes de tire e t gnialemenl mauvaise dans t>us les pays producteurs Bien que la rco te amricaine d paies ;tj millions de boisseaux celle de l'anne dernire, elle est encore intrieure de 31 millions i la tno\enne des cinq d rnires annes. La rcolle du Canada sup5 rieure de 10 millions d • boisseaux ali ni venue des l'u.q dernires annes. a ddale que l'on Le tecrlaire Mellon!| aujourd'hui que le crdit E npose d'acior 1er aux co ilribua les sur 's paiement de l'imp sur le revcu de l'anne prochaine pourr.il attendre 15 pour cent au lieu de 12 et demi pour cedeom me il avait s :gg£r.Cette augmen ta'ion. dclare le socitaire, est ba se sur le f dt que !'• x dent prvu dpas.cra 300 mil ions de dollars la rseiva de whislvey de bonn ; qualit e'st sur le point d'tre puise aux Btsti Unis.La question ait devenu-, parait-d, si srieuse que le gura' Li ico'r. !'. Andrews, li recteur des r crv:ees de la prohibi tiju, ilc'.'.r .que le congrs va trs appe k agir. Le gnral s >umet i.n< propjsiiion tendant auloriser les distilleries fabriquer a VaritsDimanche CANDIO dans es chansons I Volont d' n es le roman de 6. Hoi Entre : G. 1.00 nouveau 4e fp,oa assurer lui ODS SS vxhiskev uCotpSl Une dclaration du minitre o ffaires et roi re& helae r.vais M. Vandervdldi,! t. des alla'res trangres, al l an cours d'une interviati tait thoiiistf. Il a ajout que i qule: conversations avec l'| msgne dui.neat d-* rsurtatu icu> i> f< t quB l* s iimai aiseit bdge restent fwtts. lenud.n.ent des impts O. toi re alte'gaml 5 o aul millions do francs soit unsis a ijn de i milisrds 13 MU Oclobre itti. llsdf 7:7 milliards les vahutioai. tota de la plus-value pourlt I remitrs mois est de i Sili G8J millio pa de fraie s. te complot itolo-catsl PaaisViogt-isnt iaoi talans *niverout a r-snsi maine. L un d'eux a Psrpigasa. 87conjuiai chainament expulss. Succs d'une tatrice cM PARIS— La caaUWaiJ ns Sofia dal Campoa dernier concert a" 1 pour l'Amrique ; slU a | ces triomphal. La lune de de HT de Be BRUXELLE8-U lier Uopold et sa (a cessa Aitria e "gj*" France. Il ont liaWj re,ira aorUctedAxar.U cuple a Pj't^ya m> ii*it au vo iot M me tait au vo Le priactJ ses bile.ll nssarapi-t xelles avant la >oel dersloafl I Inauguration d'une statue Lopold 11 BBUXELIB*— U ne statua questre du roi des Belges Lopold Il a t inaugure aujourd'hui par son neveu le rot Albert ter en pr sence des reprsentants du co-pa diplomatiques e! des plus hauts notabilits. sjljaaiitrt'tt tiritiHt 11 il^TliliistiiH Unon Fire nsuranci Society timlled Au Capital de Or. 30.ooo.ooo I Une i!tSf!DS ioportofe^osipagijies d'assurant contre l'ittcendie • AuC.p-H.ilkn: I. l'AHAVISINI — Au Caves : JEAN BOUlUiKOlS Agents J DAALDER Port-au-Prince ^***^ft*%w*^%^$^^s^ 5 ri Agent Gnral %  4 A. DE MATTIS & C0, BeprenlanU po r Ht f



PAGE 1

r.EtIU'l I %  !) ,'.• en'.-: 1111 volotjie ; Hiltfcr C. Pcters, SdQi^lnlcrnaJCr,ellrard, a eu la <7 .suite d.m a-c; "mobiles .eii-u-a co (IJ |.olse, ICU f SON*. ^i-.i'rs aiiroi ^i'inch.alOheu.s Leconv): par.i/a I Qioral ,)oiir se $ se. alhdraie Bi sera embarqu ,„n(Ja.iK' ii ; [ak. (e au bi i ils duu LJ [oniD'ul ou d'une uuiou lue ta Turquie av c la que. jttmd'AHaili liich allemand JfltOQ %  Olto Kifij .ancien ch I i de la pri^e au m'ois I affaires trangres est kuilUr et charg d'Allai iNtde d Allemagne Loges j-1 chaises : dollars ('haises : 1 dollar Chaises pour entants ; 90 centimes or ; ) Entre u liera le ; ' gourdes. —Entre (lie enfant 1 G. H! Elle tait affaiblie, macie, nerveuse Comm.nl alla raprit 15 livir., recouvra .r. forer, cl %  • bolle iwitr L rlus actif reconstituant et le plu pulssift rgnrateur .les tissus est l'huile Je fuie de aoru*. Elle abonde en vit-mines. Mais c'est un remde rpugnant, d'une odeur et d'une saveur repoussantes et qui le plus souvent drange l'estomac. liieu merci, on n'est plu aujourd'hui condamn la prendre a la bouteille. On trouve maintenant chez tous les pharmaciens les Tablettes d'Huile de Foie de Morue McCoy's, sucres, aussi agrable au got que de boitboaS. Mmes effets bienfaisants que l'huile e fois de morue ordinaire, mais sans en avoir le horrible Inconvnients. H miries ou femmes, ro tout qui vous sentez inmUS, dbilits, nerveux, n'hsite/ pis, reconstituez vos tissus et recouvrez votre belle sant avec ces merveilleuse t, blettes. Vous gagnerez S livre en 10 jours sans aucune difficult. Vou n'ivei qu'a demander chez tous les pharmacien une boite de Tablette d'Huile de Foie de Morue McCoy's et inlvra le mode d'emploi. t Excellentes aussi pour les enfant affaiblis, puis. Elle leur rendent l'tpptit et la sant. Eug.Le Boss $CA> Agents Gnraux M m m. If 4 i4 * % La NATIONALE est heureuse d'annoncer s. s clients qu'elle coulkucra encore d a nui l lul le mois de >ove;ubre ladislribuii il %  ci Pi de l IMS Ile pou100 Huns pi aie s remis S ch? z Euy. Le Joss t Co. A LLONS ALLONS Cosliuncsde lum suprier Or. 'i.(M) Chemisette Irioel pour hommes Or. <>. *'<• i dis de niiii Pyjamas ( hsndeilfl de soie Sweaters (;h:\l>s pspsitiio'es f w,s' 1124, Hue du Magasin de l'Etal Compare 05 'ale TrfiiJtlartique Le steamer aCaraines le retour de Cube et des poils du Su I est al tendu l'oit au prince diiimnclie 2\ couiant. Il rojMirliru 1/ n.cnie jour I on Si-Marc, (1..liai .es, l'oit de P.'iv. i ap l'aitien, tuilo 1 lala.San Juan e' te Havre. E.ROBELIN & L .Agents The loyal M "' Mej n|i Packet Company Insurance Co pM des plus fortes Compagnies canadiennes d'assurances fi B. t. WOLFF sur la vie. £Le aleatLer "lonway" venaot d e hiogalou ttl alt.'Ldu Jacmcl, le :'t Novembre courant II chargera t loua lee porta du Sud et tera I oit au Prince le W Novembre prenant le frftl pour lee ports du Nord et lKnrop' Poi tau Prince, le lONevsmbr* 1M6 J. DAJaLHER Jr.. Agent Gnral ponrHettl *L'Aoore* Association Mixte, Littraire, Scientifique et Artistique. LOCAL: I li .Avesua.John Hrown CONVOCATION Lea membres deg de m aectiooa du cercle sont convoque la sance littraire du Dimanche, 21 Novembre prochain 3 h> prcises p.m. en leur local. Ordre du jour : 1 => loalaMatioa de quelque! membres de la section 1er:.ii.m:. 1 Musique i l'oaie. 3 3 .teustlie MI Vice Prsident Bur t rinriueijce du fminisme dans le monte— 4 o Posie et Musqu 5 s Monologue et Musique — (io Allcculioo de clotuie de Is Vice Prsidente. l'or! su Prince, le 10 Nbre 192o 9 l.e Besrtsiie (JDni. Arthur lynce DL'HOSEAl) N. II. Les rstles d'invitation font rigouieusementeiigiblea l'entre Eug.Le Boss & Co. Comt'st.bles Liqueurs Sue traversire S aucisson de Lyon %  ucieeon d'Arles et [seeox Umenl liais de Conserves alimentaires de la maison l'clix potin le Paris llri, Rue Traversire. —. Aprs les excercices P OUR parfaire l' nergie dpense dans les sports, pour crer de nouvelles forces et de la vitalit, rien n'est aussi bien qu' un rgime quotidien au Quaker Oats. Avec ses vitamines, protines et sets minraux, Quaker Oats reconstitue le corps, lee os et les muscles. Il vous aide tre bien portant durant toute la journe. Vous aimerez beaucoup son got. mm Quaker Oats n* ,J ..e>iW 0% 4m, w"! \ff^* W. I'*: V. '^B mw w comme nia bouche est propre%  irai HZ? L'I—elle l'eetl Propre, pvreejue Ml '. ." %  !> ( 1 1 • i > r n i daiujervus qui polhilenC dam la boiirlie o it t dtruit! et emporte par la Pal e Dent ifi ice K. ,1 y n — i r o|>r', pareeque Ici denta %  ont enlircniint dhurrus^ti de la pcllieule qui t'y fiait forme. Lci moindm particule* d* nourriture ont a* dloge! et vacue*. Se nettoyer Ici dei.ti avec la Pile Kolynoa r.r un p!..i.it. I.<. dent* aont propre! et l'mail et parfuitcmenl piuin. Suppt. %  •• %  i .u de* maui da dent*, de la caiie et des dsordre* guraua del'organiame qui en raultent. Oroue conomie au.ai car un centii.itrc de pute aur broate scl.e ait umaaot. mm PATEDt-HTimiCt KULYNDS t"'. "'.'l'JVE, t. Rue Bail*. r„u. :v '*>^ .* %  ,^ VV



PAGE 1

LE MU'IX 20 Novembre 192g m € i Grand De FRANCE P.P.PATH1ZI, Propritaire P vfcMH dlM i ^ C o?!, C : ,t r7 0 5 Iroi vitamine. B Trouan, OranirPue Ho 1709 GE. JEANSAME & Co, Agents Ce qui Q'O jamais t l'ait Ce qui ne peut tre dpass. Kola Champagne F Sjourn Plpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Vente Pharmacie P. SI-.K HHX,-; ngle -/.-.s Hues Rom el duCenlrt. familles bi en portantes lr Ur h f ,rehCHreU *i'f.U. trebienponan,. Mcrt l< est vous surtout qui |Z responsables de la sL.i -•r kmUkTifSSSi P* que vos enfant, oi." -aladcs .11 plu, £5 d viter la maladie. La moiiit Pttrill M Savon Lifcbuoy chai ut microbe. mShS?"!!" que .on odur diaL,^ • action prMrvieXr. per.i.tc pat moiM. *•• UFEBUOY, % le Savon pour la Sant Leva Bios. CO Boston, Haie., U.S.A. Le* trou (BSliptiftlilM lments i bOutrli'on. Mr)MIU Ml le seul I,.,, dlacbern posire, rnpprnchanl '# p P o U uHeVbJbT 8 !e,nt L ,>e %  "" *"* •*' 'JKM Wd L\o vente c! ?/ : %  STlTll '' r frHl Vi< "*• I : *' A W %  R ""'"" !l l!ro d m !, I SlVi ' U WiU,in ' V 1 '" "vc VH£WER(A Company Inc. Car. JFANSP.UF & Co WHOBCBbTta Ao Paul E. Auxila M WM dsirez des articles d'ameublement, tels que Lits en fer, fer et cu.vre. t.ut cuivre, b,i Armoires .lace ou s;., s Race JO-Ws. I .bls de toi elle Chaiias, DoJines, Faute -Ile, Fables -le salon, .n osier, en liane ouaulr Miroir-, Taph et Cm t'es, descenie.de li, Tapi, de lab'e, Ride.m e-. Inlleou Gi.pjre, Draps de lit. simpl s et brod/ I il orllri aux drap,. Sjryiette de toilette. J., bain et pour tab e Napp-s en ;fli. en cilon. Toil - k drap en cto-, eu i.l et colon ou t Mit (i\ Bu;ti verre. VaporisUearj DU S ?j | b, !2 14 {„.•• de ;, )i,B e .'/ ? lc vous le* trouvera ce/.I',CL K. 4UJLA, ou l'accueil le p!u bieave l'anl elle sourire vous attcndtDt. T Tles Alnminum Lie Pfew-OrFans South America Steamship Co Foc Proohainsdjiartsdirectspour Port-au Prince "Haiti Le S^arner M Eidthorn" laissera New-O"^ans le 16 directement pour PorLau-Prince. Dn steamer laissera Hew-Orl^-^s le23Iovem lue pour les ports du Rord. Poil-an Charles B. tnol]*!^ I !" ,,on AJtartE. B MHI Son le Mais sac. Satina-Whtesnow-Hercules Rue Roue ou Bonne FoT S 1 .-*, 1 i 1 nnonce a M n<>"d)reuse .Hudesh'^^'^^'^^vien.derecc w^ von pc r | e dernier franait >f un assoi liment le : oaliera de V| fantaisie poui dames de i utea |H les couleurs et de la dernier, |g mode. Profitez d.ci tic IIOIMI • : occasion pour obtenir un %  JV "liueliandise frache et belle. vi On trouvera aussi des dm $9 |eanx garnis;porr daims et ,% lillciies, chapeaux de pailles ?A | our hommes el entants. Prix dfiant toute concur X 1 VU r-i ri les Seules Peintures dlWes Un |alloo de cet peintures convenablement appliqu recouvre T00 pieds carrs de surface. Voici lai important dilices o notre peinture a t employe : hftlite du Sacr-Cour, Turgeau Efllae BaiatJcsapb, l'oi Lni^Prinee -Eglise de Tort de Haix lercle Bellevue — Royal Bank of Canada Banque Nalioi a!e de la Mpobllq'* d'ItBiti. Poil r U "? Barque Nationale de la Rpublique d'il id. Aui Chyes Banque Nai oi.a'e de a RtasMIasa d'Ilaili' Petit V.<4\e • ll..rque Na'ioi il Jde I Ftpobl que .1 ll-i'i. J. rmie Uanquti ,\alii lala de la Rpublqu d'Ilaili, Ja.n.el Compagnie t:ier!iiq:e. Bue \iiii-aii.e U u. u ilu ,. Muti,) , liue amii.'.ine Radio i"< pora'ion, Rue Keiou ll'el le Krame B.e d„ n llt i BirTeimiru. Chiirp dp V-.^\il|a — MstHatar, Tir§a u Wa.VsIde — S ",! '•*•' Tnfia Villa lion PJMn, BellevneVilla R.'n T Auirnsl Clior\i u |.;i m n ,| \| 11IK0Des |.,„ ,| cboM — Villa Mauiice Caetera, Peu de riio e Ville VueVrqva T. Augttele, lois Verna Villa Ani< ine T lamas. Peu de h f lUtoM.eUon. \. P., de ( hosc Villa Kl 'eh i r A i.selmeTi ig' au Vil a I I I eapii aie, Mellevue Villa Ren Feuberl, Bel svos Villa Vue V u\e B.ri : i.n.iir! Htievue Ni d. Il.ima-n l*aqalr. Peu de bM fille Me A. Mrrel, Pellivue V, IH Pr *l !••' l .fiif' 1 bmin des DallesV a flawald Brandi, rsidence V Ile luTKdttd. Bois Venu Villa Lu.','iinr.l. Avenu John Brown I i irifllciiai lonelM.c ioni Ardiltrela (ieo. Ba-sti If ir.i' anre constructions atrliitecle llMoiel Rmn les n.eill'iiies conslrurlio >•> en II.IK U Lon Mathou \ c i on.rr foder ou li ut Mutre renseigoemenl, s'adresser * Maurice Rostand Inl e i. u !>'! " pv us ap Rie Prou, m Ucl Je la Banque Nalicm.le Co rc e. Kl le se ri serve en i: (aire tal de ce qui estra; i aux clients.| Hue des Fronts loris No 103 ^ Albert E. HACHA. 1 Le dernier'ouvrage de •C"> Lon LALiCu "0i Ku vente ;iu prix de l G-.k-s fi Porl-au-Prince .\ Cent mille articles. t w V nx (ionaives Cl.cz Amil St Home. A .l mic Chei UrLo -§ Desjralf. GEOA. PAYf. Lloy's Agent Bureau l'Etage de la maison I. J. BICIO Entre rue Courbe.



PAGE 1

yiREClFXR PROPHILTAIRH plPRDIEUP| 'Clment MAQL01RE BOIS-VKHV. M Rue Amricaine, 138 NL'MERO SO CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 242 Changer d'opinion.on lsait, n'est pas chose facile, car il y faut quelque fois le sacrifice de l'amour-propre. Mais quelque pnible (pie puisse tre a certains lioinnies.reflort qu'ils doivent taire pour s'adapter notre situation politique, la sagesse leur conseille de s'y rsoudre. Et leur eflort serait rcompens par des gaine moraux apprciables. Lon UHENS NE N" 5953 POUr-AU-PHINCE (HATI) SAMEDI 20 NOVEMBRE 1928 Notre chronique du Samedi... ^-^—i Sa Majest l'Auto ivez pu constater, |H prince, ce qu'il conj appeler, le triomphe [H. l'Auto. \ rgne. Elle exerce dlie sur notre poqu. 1 une inelabsolue.autocra|des|>otique. sportifs para|)brasent jliers. propos d'elle, i mbc de llullon sur le lit:— La plus noble itleijue rhoinnie ad ja |bite,c'e.d l'auto. lils p ourra ie n t dire op plus justement que fait la conqute de tnvrit, le plus soutint pas la machine fcijt l'automobiliste noie qui obit i'au|i'aplus de volont. Il %  ine par la passion que We sa voilure tm'nmne formuler %  •n personnelle, mais rois incontestable, [ %  'tre pas esclave de %  und on s en sert, il [courage, un hrosme, ipeud'IiomiiKs sont ^expliquer. M assur,nent un instrument puis— 14 aller vile n'imulenienl.dsquon tweslccmmc ensorJ* pris par la grisc!'."*. Ces! un eniirrsistible. Et l'on s'y abandonne d'autant plus facilement qu'on a une gentille petite femme c\t de soi. Et si les jeunes gens aiment tant l'auto, c'est qu'en eftet elle les aide puissamment plaire aux jeunes filles. (les aimables cratures n'ont plus de sourires (pie pour ceux qui peuvent leur taire une place dans leur rapide Oveiiand, Dodge, Buick 4 ou fi cylindres. Elles dsirent aller trs vite. Elles veulent avoir peur. La partie d'auto est pour elles ce qu'tait jadis la partie d'escarpolette, oui les taisait pointer des cris namours quand on les lanait trs haut dans les leuiliages d'avril. Les compagnes des auto mohilistes ne crient plus; m lis elles prouvent de teints a a'.iliv no triai >:i dlicieux. La vitesse est un merveilleux remontant. Le malheur, c'est que la vitesse comporte une trs lourde ranon. L'automobiliste oui, hors de la ville, bouffe des kilomtres est condamn ne plus voir que de longues et affreuses routes toutes droites. Eu avant et autour dfl lui, il n'aperoit que des tous qui sont sujets la mme Irnsie de la course vertigineuse. Tout file avec une rapidit monotone. Le chauffard n'a pas le temps de jeter un regard sur les sites v ricins. II ne pense qu' acclrer. Il djeune la hte dans sa voilure. Et tout de suite, il se remet au volant. Il fendra que le soir, il ait totalis le nombre de kilomtres qu'il s'est promis d' bal Ire. Que devient pour lui le parfum des Heurs? Que de viennent les beauts des paysages? Il ne peut iniiie plus causer d'amour. Il paierait de sa vie la moindre distraction. L'habitude de rouler sans cesse lui fait perdre le got de la marche. Il engraisse. Je ne parle pas des accidents; car les collisions, les crabouilleiiients outre les arbres et les poteaux, les pa naches sont des jve.ilures tr,p frquentes et trop banales pour que j'y lasse allus.n. .Niais si paissant est l'eus >r cellement de la vitesse qu'il est extrmement difficile de s'y soustraire. Voil pourquoi j'ai dit qu'il laut un vritable hrosme aux automobilistes pour n'tre pas esclaves et victimes de leur machine... L'auto n'est plus un moyen. C'est un but! L'homme sens doit donc rentrer dans la logique: mouler dans son auto pour voir de beaux si les, les admirer, aller lentement quand la rgion en vaut la peine, lavoir s'arrter, cou sentir marcher, vivre, rver.,. Car la vie sans rve n'est plus la vie. linalions iiifflai49flaaa -mm*-mm jMu choix lait par le 'la rpublique, de wuel Beauvoir, Juge %  '•aardirijjerle D.'la Justice, M.Gr %  maussuire du Gou %  J[ noai.n Juge ?• M. Lon Lahensa tirvy Jean comme Prquet p,s le TribuJimere Instance de ••rince. lV' le D ">en du I em.re |„ s i„,e, lAirrsu reut, eu " n f le le iraient P Uhilaires. hi Jrs 1 Ue Pronou|*JMon, le nouveau ^ubouveinement. %  ^•urs, lisible %  '. i i L*CS T v ,e,,t de %  S 1 ^ l UpuW' es paroles de rc N> (entends L, L*** itude. c-,.,1 hdigS'^vec coin. ^ d • ,nes dlicates ^"""'aire du SrZjTT* qu-'autaut les t fructueux Vos paroles logieuses, Mr le Doyen encore qu'elles soient assaisonnes de grains de sel — n'out pas laiss de me toucher, et je vous remercie bien sincrement de vos aimables propos. J'adresse aussi des remercieni-'iils — pour sa dlicate attention — M. le Btonnier de l'ordre des avocats. Quant VOUB, Mr le Substitut. qui venez de n'exprimer avec voire sympathie, l'estime pour moi des autres Substituts. souffrez qu'en vous remerciant de votre nouvelle preuve d'alfeetion. je vous dise que vos paroles mont lail prouver un plaisir d'autant plus vif qu'elles lit eut leur lorce dune vieille amiti. Et cet accueil bienveillant dont je sais l'objet de la part de mes collaborateurs me confirme dans la pense qu'ils me donneront le concours le plus actif, lu plus in'elligent, le plus dvou. Je suis venu, Messieurs, prendre part vos dbats, un molli-Mil o les pissions paraissent apaises. Aussi la tache, du r.ommissaire du Gouvernement semble t-elle aujourd'hui beaucoup moins lourde qu'elle n'tait hier. Hier, c'tait la ga.'rre. Aujourd'hui, beaucoup d • eux qu'anim.' encore une irdeur belliq se, semblent dj h en dis poss considrer le problme politique du mme point de vu.' que l'envisage le iwrneiuent. Changer d'opinion, on le sait, n'est pas choie facile, car il v mut quelque lois le s icrtfice d l'amour-propre. Mais q inique pnible que puisse tre certains nommas, l'eftori qu'ils doivent laire pour s'adapter notre situation politique, la Sagesse leur conseille de s'y rsoudre. Et leur effort serait rcom >cn* F iar des gains moraux apprciales. Ils acquerraient le respect de l'autorit, le sentiment de la hi rarchie; ils apprendraient aimer un peu moins les plaisirs, et davantage le travail; ils seraient instruits touffer en eux tous les mauvais penchants et tous les vices qui ont dsuai nos familles, ruin noire socit, ensanglant n >tre histoire. Au mom.'iit de prendre contact avec vous. Messieurs, ce m'tait un devoir je pens \ de vous faire eu'endre surlipihtique — ce sujet q i nous intresse et nous divise — quelques paroles de vrit. Mais quand sur le eb.i titre de la politique il y aurait entre quelques-uns d'entre vous et m >i, une divergence d'opinions. il tendrait ce,>cud mt vous persuider qu'en moi le Commissaire du Gouvernement n'est l'en ne ni (!-• pers mue. Non, je n'eu UM IS me laisser aller aucun sentiment mesquin, aucune inpislice. Me conformer sf-ruoule isceui prescriptions de la Loi,— c'est quoi je tendrai toujours. Et m m ambition est de co i!ribuer dj Imite mon nergie au maintien de l'ordre dans Is Socit. nwvx immm Angle du Hues tt Jfdg BU /' .'Kliit <•/ du hnmls-torli Forme de chapeaux D MIS viennent d'arriver. Grande Loterie •^Consistant en un*splendide^immeuble sis i l'ort-au-Prince tvenue john Brown No i8i0 l 72 lots gagnants en espces sous le Haut patronage d un Comit, compos de : MM. Emi'e Deslandes, Edouard Estve, 8,000 BILLETS I Lot $.2,000 t 1,000 10 t 100 1,000 20 5O 1,000 m Aleiaodre Yulejoint F. J. Me*i'e3 $. 5,00 LE BILLETS 20 LoU P.30 P.600 20 ,20 4000 100 c 10 1,000 S* £•2* les keiii iiuets Le Plongeur Vialaol itllrt m perle a in bandeau, la Rtiit Fait uoir si ploijrur fl lui i lolre capn t en snuriji! rclame l'i ter jui doit partout dire nln beaut ItfUqalilMi, aiilmilde sa peisf, Birlie ecrin ou dans l'or la rime est enrhasr. II pUnje, et u chercher le bijou souhiili. Heur VI KI.EH Dans Port-M-Prioea — Un nouveau club Sportif a t tonde. Il s'appelle Sen tinelleGiuba.il a pour pr.sident Mr. Alphonse St Cloud, pour secrtaire, M. Maurice Clerroonl el pour IreorietaAf. Louis Pile Aim. -—Le .'I Dcembre |> oebain, l'occasion de la Kie de St Franois Xavier, patron de lecolec Elie Diiboie, ee tiendra BU local de IKtablissIII eut,Une du Centre, une grau de vente de bro.l tries el a utres travaux eonfectioeni par les nnctennea Eleve. Les ven'ej auront lieu de !) h. a 12 !i. a.m el de 2 h. 5p.ni. Le soii-, M le.a le lirage (les 1 ailes dont Us listes sont en circulalion. — C'est le Dcembre proch tin ai) hreedu matin, qu'au ri lieu dans la coude la Loge Les Contra Unis n la grande fle organise an profil de In reconetruction du temple de ce te Loge. Ce sera une trs belle t'te.ll y aura confrence, tombola, kermesse, etc. —Le 9Dcembre 7 heures du malin, sera clbr.Jen l'Eglise Mtropolitaine, le mari Igfi de M ideuioiselle Lucie l'olynice avec Monsieur Weber Eugne. Nos compliments aux future poux. — C'est ce soir qu'aura lieu a Parisiena la lte organise au profit de l'Œuvre des Pupilfee de Si Antoine. Le clou de la soire sera un ballet inditii. trs belle vocation des iplendeura de la cour d'Anacaona. De nombreux artistes ont {prt leurs concours et nous ne cloutons point que cette l'le n'ait le plus grand succs. -Ou signale que des sbines s* runissent chaque jour en trs grand nombre sur l'Ksph nule de la Cathdrale p ur jouer aux ds. Par leurs cris, leurs rirea, leurs querelles, ils troublent la prire des |li lle.s et le respectueux silence qui dot exister prs des saints lieux. N' un attirons l'attention de l.i Police sur ces gamins. — Mercivli malin, par devant le Tribunal de l J re n re Instance prsid par le Jn$! Christian Lilorlue. Mes AU 1cius Jonath is p| L.-li > JeenJa-qucs ont pit sermeiil comme avocats du B irrcau de Portau Prince Mo LonAlfrel rcjuvscntait l'Ordre des avo cals. De beaux dis.ours lurent prononcs. Tous nos cotnpli mente aux nouveaux arocats. ... voit depuis deux soirs des K romeneurs ; des gamins, demuler dans les rues avec des tau • ternes. Ils ne lont point connue le singe de la Fable, ils allument leurs lanternes. C'est donc bien dcid; cette anne s'en va, une autre va venir, car, NoTRB ŒlL a vu les lanternes. Nol es! proche ; car, voil les lanternes t Il y en a de toutes les formes el de toutes les couleurs. Ce sont les joyaux phares du .loir de l'An. ...a vu, jeudi soir, vers les 7 heures, deux racoleursda lillcs qui, le travail se faisant rare.se prirent de querelle devant le salon de coillure I e Hou Got , rue du Magasin de l'Etat. L'un tait arm d'un solide bton et l'autre n'avait rien. La lutte tait donc ingale el le dernier rompait sous les coups, cherchant une pierre pour se dtendre. Niais, trouver aujourd'hui une pierre dans les rues n'est pas chose facile, les tous seuls oui le secret de les laire sortir de terre lorsque les gamins les agacent. Aussi NOTRE ŒlL voyait le racoleur dsarm promener inutilement ses mains sur le bton. Enfin las de le rosser, l'autre s'en alla. Il se pns.sa alors une chose rauversante; le battu au lieu de s'en prendre a son adversaire, s'en pi il .t la rue, pesta contre le Service de la Voirie qui avait si bien l'ait la toilette de la chausse qu'il n'y restait plus une pierre, rien, dont il put se servir pour sa dlense.

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06869
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, November 20, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06869

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
yiREClFXR PROPHILTAIRH
plPRDIEUP|
'Clment MAQL01RE
Bois-Vkhv.
m Rue Amricaine, 138
NL'MERO SO CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
Changer d'opinion.on lsait, n'est
pas chose facile, car il y faut quelque
fois le sacrifice de l'amour-propre.
Mais quelque pnible (pie puisse
tre a certains lioinnies.reflort qu'ils
doivent taire pour s'adapter notre
situation politique, la sagesse leur
conseille de s'y rsoudre. Et leur ef-
lort serait rcompens par des gaine
moraux apprciables.
Lon UHENS
NE N" 5953
POUr-AU-PHINCE (HATI)
SAMEDI 20 NOVEMBRE 1928
Notre chronique du Samedi...
^-^i
Sa Majest l'Auto
ivez pu constater,
|H prince, ce qu'il con-
j appeler, le triomphe
[H. l'Auto.
\ rgne. Elle exerce d-
lie sur notre poqu.1 une
inelabsolue.autocra-
|des|>otique.
sportifs para|)brasent
jliers. propos d'elle, i
mbc de llullon sur le
lit: La plus noble
itleijue rhoinnie ad ja
|bite,c'e.d l'auto.
lilspourra ie n t dire
op plus justement que
fait la conqute de
tnvrit, le plus sou-
tint pas la machine
fcijt l'automobiliste
noie qui obit i'au-
|i'aplus de volont. Il
ine par la passion que
We sa voilure
tm'nmne formuler
n personnelle, mais
rois incontestable,
['tre pas esclave de
und on s en sert, il
[courage, un hrosme,
ipeud'IiomiiKs sont
^expliquer.
M assur,nent un
instrument puis
14 aller vile n'im-
ulenienl.dsquon
tweslccmmc ensor-
J* pris par la grisc-
!'."*. Ces! un eni-
irrsistible. Et l'on
s'y abandonne d'autant plus
facilement qu'on a une gen-
tille petite femme c\t de
soi.
Et si les jeunes gens aiment
tant l'auto, c'est qu'en eftet
elle les aide puissamment
plaire aux jeunes filles.
(les aimables cratures
n'ont plus de sourires (pie
pour ceux qui peuvent leur
taire une place dans leur ra-
pide Oveiiand, Dodge, Buick
4 ou fi cylindres.
Elles dsirent aller trs
vite. Elles veulent avoir peur.
La partie d'auto est pour
elles ce qu'tait jadis la partie
d'escarpolette, oui les taisait
pointer des cris namours
quand on les lanait trs haut
dans les leuiliages d'avril.
Les compagnes des auto
mohilistes ne crient plus;
m lis elles prouvent de teints
a a'.iliv no triai >:i dlicieux.
La vitesse est un merveilleux
remontant.
Le malheur, c'est que la vi-
tesse comporte une trs lour-
de ranon.
L'automobiliste oui, hors de
la ville, bouffe des kilomtres
est condamn ne plus voir
que de longues et affreuses
routes toutes droites. Eu avant
et autour dfl lui, il n'aperoit
que des tous qui sont sujets
la mme Irnsie de la course
vertigineuse.
Tout file avec une rapidit
monotone. Le chauffard n'a
pas le temps de jeter un regard
sur les sites v ricins. II ne
pense qu' acclrer. Il djeu-
ne la hte dans sa voilure.
Et tout de suite, il se remet au
volant. Il fendra que le soir,
il ait totalis le nombre de ki-
lomtres qu'il s'est promis
d' bal Ire.
Que devient pour lui le
parfum des Heurs? Que de
viennent les beauts des pay-
sages? Il ne peut iniiie plus
causer d'amour. Il paierait de
sa vie la moindre distraction.
L'habitude de rouler sans
cesse lui fait perdre le got de
la marche. Il engraisse.
Je ne parle pas des acci-
dents; car les collisions, les
crabouilleiiients outre les
arbres et les poteaux, les pa
naches sont des jve.ilures
tr,p frquentes et trop bana-
les pour que j'y lasse allus.n.
.Niais si paissant est l'eus >r
cellement de la vitesse qu'il
est extrmement difficile de
s'y soustraire.
Voil pourquoi j'ai dit qu'il
laut un vritable hrosme aux
automobilistes pour n'tre pas
esclaves et victimes de leur
machine...
L'auto n'est plus un moyen.
C'est un but! L'homme sens
doit donc rentrer dans la lo-
gique: mouler dans son auto
pour voir de beaux si les, les
admirer, aller lentement
quand la rgion en vaut la
peine, lavoir s'arrter, cou
sentir marcher, vivre, r-
ver.,.
Car la vie sans rve n'est
plus la vie.
linalions
iiifflai49flaaa -mm*-mm
jMu choix lait par le
'la rpublique, de
wuel Beauvoir, Juge
'aardirijjerle D-
.'la Justice, M.Gr
maussuire du Gou-
J[ noai.n Juge
? M. Lon Lahensa
tirvy Jean comme
Prquet p,s le Tribu-
Jimere Instance de
rince.
lV' le D">en du
I em.re |si,e,
lAirrsu reut, eu
" nf le le iraient
P Uhilaires.
hiJrs 1Ue Pronou-
|*JMon, le nouveau
^ubouveinement.
^urs,
lisible '. i i
l*CS Tv,e,,t de
S1" ^ l Upu-
W'es paroles de rc.
N> (entends L,
L*** itude. c-,.,1
hdigS'^vec coin.
^ d ,nes dlicates
^"""'aire du
SrZjTT* qu-'autaut
"les t fructueux
Vos paroles logieuses, Mr le
Doyen encore qu'elles soient
assaisonnes de grains de sel
n'out pas laiss de me toucher, et
je vous remercie bien sincre-
ment de vos aimables propos.
J'adresse aussi des remercie-
ni-'iils pour sa dlicate atten-
tion M. le Btonnier de l'or-
dre des avocats.
Quant VOUB, Mr le Substitut.
qui venez de n'exprimer avec
voire sympathie, l'estime pour
moi des autres Substituts. -
souffrez qu'en vous remerciant
de votre nouvelle preuve d'al-
feetion. je vous dise que vos
paroles mont lail prouver un
plaisir d'autant plus vif qu'elles
lit eut leur lorce dune vieille
amiti. Et cet accueil bienveil-
lant dont je sais l'objet de la
part de mes collaborateurs me
confirme dans la pense qu'ils
me donneront le concours le
plus actif, lu plus in'elligent, le
plus dvou.
Je suis venu, Messieurs, pren-
dre part vos dbats, un mo-
lli-Mil o les pissions paraissent
apaises. Aussi la tache, du r.om-
missaire du Gouvernement sem-
ble t-elle aujourd'hui beaucoup
moins lourde qu'elle n'tait hier.
Hier, c'tait la ga.'rre. Aujour-
d'hui, beaucoup d eux qu'ani-
m.' encore une irdeur belli-
q se, semblent dj h en dis
poss considrer le problme
politique du mme point de vu.'
que l'envisage le iwrneiuent.
Changer d'opinion, on le sait,
n'est pas choie facile, car il v
mut quelque lois le s icrtfice d
l'amour-propre. Mais q inique
pnible que puisse tre cer-
tains nommas, l'eftori qu'ils doi-
vent laire pour s'adapter notre
situation politique, la Sagesse
leur conseille de s'y rsoudre.
Et leur effort serait rcom >cn*
Fiar des gains moraux apprcia-
les.
Ils acquerraient le respect de
l'autorit, le sentiment de la hi
rarchie; ils apprendraient ai-
mer un peu moins les plaisirs,
et davantage le travail; ils se-
raient instruits touffer en eux
tous les mauvais penchants et
tous les vices qui ont dsuai
nos familles, ruin noire socit,
ensanglant n >tre histoire.
Au mom.'iit de prendre con-
tact avec vous. Messieurs, ce
m'tait un devoir je pens \ de
vous faire eu'endre surlipih-
tique ce sujet q i nous int-
resse et nous divise quelques
paroles de vrit.
Mais quand sur le eb.i titre de
la politique il y aurait entre
quelques-uns d'entre vous et
m >i, une divergence d'opinions.
il tendrait ce,>cud mt vous per-
suider qu'en moi le Commis-
saire du Gouvernement n'est
l'en ne ni (!- pers mue. Non, je
n'euUm Is me laisser aller au-
cun sentiment mesquin, au-
cune inpislice.
Me conformer sf-ruoule isc-
eui prescriptions de la Loi,
c'est quoi je tendrai toujours.
Et m m ambition est de co i!ri-
buer dj Imite mon nergie
au maintien de l'ordre dans Is
Socit.
nwvx immm
Angle du Hues tt Jfdg BU /'
.'Kliit Forme de chapeaux d mis
viennent d'arriver.
Grande Loterie
^Consistant en un*splendide^immeuble sis i
l'ort-au-Prince
tvenue john Brown No i8i0
l 72 lots gagnants en espces sous le Haut
patronage d un Comit, compos de :
MM. Emi'e Deslandes,
Edouard Estve,
8,000
BILLETS
I Lot $.2,000
t 1,000
10 t 100 1,000
20 5O 1,000
m
Aleiaodre Yulejoint
F. J. Me*i'e3
$. 5,00
LE BILLETS
20 LoU P.30 P.600
20 ,20 4000
100 c 10 1,000
S*
2*
les keiii iiuets
Le Plongeur
Vialaol itllrt m perle a in bandeau, la Rtiit
Fait uoir si ploijrur fl lui laii ci palais 1 mm Je, o rhaole la lir^u
(ueilLr la prir blonle et me l'apporterez 1.
le plo.iijer, ijfi-riijii mj \t f|0i -p rulralM,
Parmi le sables d'orel Immnux pourprs
Cueille la prrle bltude et (wur .ta souieraine
la rapporte capliie eu drs tuii nacrs.
le poi-te ressemble re plonjeiir, midauie !
I >i lolre capn t en snuriji! rclame
l'i ter jui doit partout dire nln beaut
ItfUqalilMi, aiilmilde sa peisf,
Birlie ecrin ou dans l'or la rime est enrhasr.
II pUnje, et u chercher le bijou souhiili.
Heur VI KI.EH
Dans Port-M-Prioea
Un nouveau club Sportif
a t tonde. Il s'appelle Sen
tinelleGiuba.il a pour pr.si-
dent Mr. Alphonse St Cloud,
pour secrtaire, M. Maurice
Clerroonl el pour IreorietaAf.
Louis Pile Aim.
-Le .'I Dcembre |> oebain,
l'occasion de la Kie de St
Franois Xavier, patron de
lecolec Elie Diiboie, ee tien-
dra BU local de IKtabliss-
III eut,Une du Centre, une grau
de vente de bro.l tries el a utres
travaux eonfectioeni par les
nnctennea Eleve. Les ven'ej
auront lieu de !) h. a 12 !i. a.m
el de 2 h. 5p.ni. Le soii-, m
le.a le lirage (les 1 ailes dont
Us listes sont en circulalion.
C'est le Dcembre pro-
ch tin ai) hreedu matin, qu'au
ri lieu dans la coude la Loge
Les Contra Unis n la grande
fle organise an profil de In
reconetruction du temple de
ce te Loge. Ce sera une trs
belle t'te.ll y aura confrence,
tombola, kermesse, etc.
Le 9Dcembre 7 heures
du malin, sera clbr.Jen l'E-
glise Mtropolitaine, le ma-
ri Igfi de M ideuioiselle Lucie
l'olynice avec Monsieur We-
ber Eugne.
Nos compliments aux future
poux.
C'est ce soir qu'aura lieu
a Parisiena la lte organise
au profit de l'uvre des Pu-
pilfee de Si Antoine. Le clou
de la soire sera un ballet in-
ditii. trs belle vocation des
iplendeura de la cour d'Ana-
caona. De nombreux artistes
ont {prt leurs concours et
nous ne cloutons point que
cette l'le n'ait le plus grand
succs.
-- Ou signale que des sbines
s* runissent chaque jour en
trs grand nombre sur l'Ksph
nule de la Cathdrale p ur
jouer aux ds. Par leurs cris,
leurs rirea, leurs querelles, ils
troublent la prire des |li lle.s
et le respectueux silence qui
dot exister prs des saints
lieux.
N' un attirons l'attention de
l.i Police sur ces gamins.
Mercivli malin, par de-
vant le Tribunal de lJre n re
Instance prsid par le Jn$!
Christian Lilorlue. Mes au 1-
cius Jonath is p| L.-li > Jeen-
Ja-qucs ont pit sermeiil
comme avocats du B irrcau de
Portau Prince Mo LonAlfrel
rcjuvscntait l'Ordre des avo
cals.
De beaux dis.ours lurent
prononcs. Tous nos cotnpli
mente aux nouveaux arocats.
... voit depuis deux soirs des
Kromeneurs ; des gamins, dem-
uler dans les rues avec des tau
ternes. Ils ne lont point connue
le singe de la Fable, ils allument
leurs lanternes. C'est donc bien
dcid; cette anne s'en va, une
autre va venir, car, NoTRB lL
a vu les lanternes. Nol es! pro-
che ; car, voil les lanternes t
Il y en a de toutes les formes
el de toutes les couleurs. Ce sont
les joyaux phares du .loir de
l'An.
...a vu, jeudi soir, vers les 7
heures, deux racoleursda lillcs
qui, le travail se faisant rare.se
prirent de querelle devant le sa-
lon de coillure I e Hou Got ,
rue du Magasin de l'Etat. L'un
tait arm d'un solide bton et
l'autre n'avait rien. La lutte tait
donc ingale el le dernier rom-
pait sous les coups, cherchant
une pierre pour se dtendre.
Niais, trouver aujourd'hui une
pierre dans les rues n'est pas
chose facile, les tous seuls oui le
secret de les laire sortir de terre
lorsque les gamins les agacent.
Aussi NOTRE lL voyait le ra-
coleur dsarm promener inu-
tilement ses mains sur le bton.
Enfin las de le rosser, l'autre
s'en alla. Il se pns.sa alors une
chose rauversante; le battu au
lieu de s'en prendre a son ad-
versaire, s'en pi il .t la rue, pesta
contre le Service de la Voirie
qui avait si bien l'ait la toilette
de la chausse qu'il n'y restait
plus une pierre, rien, dont il put
se servir pour sa dlense.
l'ait le malheur des autres.
...a vu, hier malin, vers (i heu
ree 1 2. le rue Amricaine,
tout prs de l'Orpheline! de le
Madeleine, une dnie qui pour
se protger du petit froid du
inatin, s'tait affuble d'un smo
kilig. In vrai.
... ne s'est point tromp C tait
BU vrai smoking, un babil de
soire, revers en satin, un bou-
ton, assez long, fendu par der-
rire par dessus le march lit
la dame s'en allai! c riiuinenl,
lgante sous son vtement mas-
culin,
pwmtti
A louer
Un piano en excellent tat.
S'adresser au Bureau du jour
ual.
*r
Em. Laj
Angle des Hues Dente Deslouclies & Grand'Hue
9 Provisions alimentaires
j de toutes sortes *
j# Liqueurs Tm Ptisserie W
3 Ihu n C'airi 1 Riscuits tonnons efC. W
i Le m cillcur accueil est rtaVrvf ;I tous. Prix dliant M
t toute concurrence. ft(-
...a vu, mercredi soir, rue de-
l Rvolution, loul prs de l'K-
eJiee Seinl Paul, deux hommes,
deux beaux-frres gui avaient
entre eux la plus riva dispute.
Et, cela, pour un souper a par-
tager.
L'un d'eux mit la rasoir au
poing mais, NOTHB (Mil vit |e
pouses des deux hommes, coin
me jadis les Sabine, se jeter
entre eun et empcher que la
rixe ne 1 rvint sanglante.
*
... a vu, jeudi vers leeO heures
du soir, au coin de la rue lian-
tes Deslouches el de la rue Am-
ricaine, un gendarme arrter
l'auto No. 2l qui n'avait pas
contourn le carrefour suivant
les rglements et l'obliger s'y
conformer.
e l'n bon regard au gendarme.
The American Higb Corn,
niissionner and Mrs Husm II
Will beat home on First mon
days, beginning Deeembee ti,
1926, at B : 90 p. m.


LE MATIN 2fi Korembri 1920
Les Mots historiques
Liait ce qie ti as brle,
irile ce que ta ador '
1
Lorsque Clovia.n ides Francs,
abjura le paganisme ri cnibras-
sa le catholicisme, il reut le
baptme (1rs inains de Sailli n-
mi, dans la Cathdrale de Rei a.
Au moment o le roi descen-
dait dans la cuve o les i-al-
Chumne taient plongs pjur
tre pui ilis du pch orlginet;
rAiclu\(|iie lulilit : ourlMJ la
tte, lier aicsmbrc, adore ce que
tu asbil, brle ce que lu as
ador.
Ces llbres paroles sont en-
core fort souvent rpteea et
tlles ont, en maiules t ircons-
tanecs, la plus juste applica-
tion.
oo( ooooooo------eoooooooooo
liemain:
A l'occasion de la Sainte
Elisabeth, patronne de l'Asile
Franais, il v aura, le malin,
connue nous l'annoncions, hier,
une bcl'e crmonie religieuse
an la chapelle de l'Asile.
Dans l'aprs-midi, le Cercle
prinlaniaa donnera, dana la
aile des l'tes, une grande re-
prsentation thtrale. I.ts car-
tes d'entre cotent deux gour-
des et le bnfice le la l le est
MU profil dcJ'Asilc.
Il v aura, au Parc I ironie.
ii I lutins de l'apis-midi, grand
malch d'entranement en vue de
la rencontra qui doil avoir lieu
entre les quipiers hailn ns et
un onze du croiseur franais
Jeanne D'Arc > qui sera son;
peu dana nos eaux.
A I Unies, le GirtjUe Ar-
gentin, Champ de Vais, jouera
an inatime. ponr les cufaiiK A
8 heures, i n soire, pour grandes
personnes.
/u Cercle L'Aurore,
Avenue John lrovvn. il y aura
grande sance littraire :t lis.
prcises de l'aprs-midi.
Au kiosque du Champ de
Mais, la Vusiquc du Palais don-
nera son concert dominical.
A s heures, Parisiaua montre
ra La Flamme , magnifique
fil mi touill dames le roman de
Ci. Mr et Varits donnera
Volont d'aprs le roman de
George Ohnet.
Tes hais publics et les dan*
clngs danseront toute la nuit.
XX oooooooooo
Suuiu tnultUmmnt pendant dm* mon**,
A LA FIN IL TROUVE L
REMDE POUR LE
I
Il dpensa beaucoup d'argent
avant de pouvoir se soulager.
Un \i> iIImji fli' MuraeillM, Frnnio, mainto-
nant actif ot vinourvux. a He un invalLu jm.ii-
dunt i*'1 de vingt ans |\r le rhunuiiiuiii- qu'il
avait aux piiiln et au d<, junqu'A rr (ju'un im-
pie remde de famille lui produisit un |UMMM1
complte.
"Apre* avoir dpe-nk <\r l'argent en infrW-tnri
pendant vingt au pour giiorir m* nain ri.us
dit-Il -un ami mi' cunaeUla u'uwayu la Uniment
de Sloan et aver auu uag' j'ai obtenu un souIhl'p-
nient complet."
L'action curaliva du Linimrnl de Sloan Mt
vraiment ramarquabw, mAme dan lu ni M
rhumatisme les plua n-talli*. Il c-i.t M-uk-niuiit
nccaaairo de l'appliquer nni frotter pour que
la douleur rommence s'amortir, rinllnmina-
tion diminue et la rigidit muaculalra disparaisse.
Toutes les pharmacie vendent le Lit.iment de
Sloan.
LinimeiH
de SaGii
Anantit Toute Douleur
Parisiaiia
Demain soir
La Fk
un me
oooooooooo
Le nouveau
Jtwe d Instruction
C'est noire ami (rvy Jean,
Commissaire il u Gouverne-
ment prs le Tribunal de pre-
mire laitance de l'orl au
prince que le Prsident de la
Rpublique vient d'appeler
u u x dlicate! fonctions de
Juge d'Insli in lion en reinpa-
cemeiil de M. Emmanuel Ile; u-
voir nomm Secrtaire d'E al
de la Justice.
Nous en voyons loua nos coin
plimenli au nouveau Juge
il Inslnu lion,assur l'avance
qu'il saura remplir ses nou-
velles tondions avee tout le
tael et loule l'au'oi il qui c\>n-
viennenl.
oooooooo xx ooooooooooo
Nouveau Juue de Paix
C'est notre jeune ami, V. A.
Devrson, qui a t nomm Juge
ila Pais de la Section Nord da
la Capitale eu ivnplaeeuieiit du
regrette '. R. Arthur, dcd.
Jaune, nergique, intelligent,
nous aouimaa u avance pei sua-
d qu'il accomplira aana d-
laillanee la lourde et dlicate
lcha qui lui a t confie et
qu'il saura pleinement rpondre
a la confiance place en lui i ar
le Prsident de la Rpublique.
Nous envoyons nos plus vifs
Complimenta au nouveau et
jeune mogiatrat
A VENDRE
'.{ volumes de la Nouvelle
iiivi'lopiliedernii'redilion
I lj( riilienienl reli.
'_ volumes du l Larousse uni-
\rrsel l.ielie reliure.
S'adresser Joseph Tmmer
I823J Hue du entre
Auteur de l'arres-
tation d'un dpu
t UtVen
Bklobadr .\'. Gnseppe Wilfan
dpute de la n.i . n s., vo- au
l'nr mpni i'al'eu arrfi en H die
la-' mais' dt r e a l gn p hir-
s ami do Belgrade qu il avnit
mis ni oberle sur I ouiit de Mr
Ma n ii.i M. Wtlfao considre
l'incideul comme clos et demande
ses amis de ne plus t'en occuper.
Les critiques
contre Mussolini
l'tranger
Rome M. Bodrero, ministre
d'Italie, a adress M. Nintrincb,
minibtre des allaires trangres,
uue nouvelle protestation, celle
lois m.- forme de note confie un
discours de Mr Stefan rl.ditth, an
cien miuidre dis travaux pi blics
qui aurait trait M. MusiO ioi de
boullou irresponsable et aurait d-
clar que le peup e italien est hail-
k n: et rduit l'esclavage- Mr
Bolreio demande qu'une tatislac-
tion convenable soit accorde.
Dans la milice
fasciste
Rom Chacun des membres de
la milice Fasciste va tre arm d'un
lus 1. Mr Mu-x) ini a donn a ce
sujet des iuslrui lions aux 21 ^a
raux des ebensitea noires dont il
est le commandant en chel. Mr
Mussolini dm.ne aussi dipinsltuc-
tions sur les dooirs de la nouvelle
police pelitiqua dont l'importance
e t c pila e pour la dfe se du r
gussi
^rtaf*s-s&*'5;'*******^*2 Lf* ,',u'*
d'aprs la pice de Cli. Mr
adapt et mis en Scne par
Ren Ilervil.
Voici ce que d i le Cinopse.
Je na i.i : lierai pas \lr Cli. Mr,
en lui dis ml <| te s m li-- |>:is-
sioii.i.ini dia ne social gugne
d'intrt |i.i ser du jeu aciii<
que la traductio i p?r le icena-
no. 1.1 p ce est c irUM excellente
et re.le u e dc.1 l> mis if.ivres
de noire te n s. niais, mon
avis, le 4M m n larpauM p ur
i-xprinu-r les psyeliolo^ies. d"
peut lie les c.ir.ulres, situer
C luipu'vi'iu' n Ml el l'expliquer.
Ulnterprtatioii cl au-d?saua
'e loule eloxe, cl interprte par
dea artistes I premi-irc valeur.
Mme tcrm line itouer Inc irns
une Cleo D' nln ,nv mie d ma
son rle de i nli un exact el a
la ,1'ois d'une inlcu raolioQ
cette 1res tulcnluouse arlisle
laiaac libre courj s > loin -
raine il dra ni ique. M Ch Va
nel. lui de ailisli-s du ('.'..lni i
Franais 11 |)l a justeme d ra
m trqu, el qui de mi n\ en
mieux, cre et lo:ne, a uersort'
nifi s.uisl i moindre lfail'au e
Botsat, tre eomplax: el bien
mal us r mire. Henry Vibai I.
Lord Seydky, Jacli Uobba et
ColelLc I) .ri'- ol compltant e.-lte
licite diatrib ition.
liulivo : 2, 3, 4 ()nil(I^S.
La [Me solennelle
de l'Amicale
Homme iliaque anne, ia Di-
rection le I uni aie du Lyce
l'tion. Piulaliasble Di Rient en
iCte, a (inniniiie les pipaiutils
pour la lle annuelle de I' ini-
csle. Klle aura lieu, commedor
dmaire. le 2 Janvier. Nul doute
qu'elle n'ait son uieei habituel.
Rfl tout eas, nous euuageous vi-
veniiiil !e publie i\ apporter
i..,i ..i. ci ncours A ertte uvre
u ile d'tre cneni i a,;-e le
plus largement possible.
La grve noire
en Angleterre
LONDRES Flau internatio-
nal, cauchemar italien et petit char
latan rvolutionnaire tels sont quel
ques-uns des terra s dont s'est ser
vi pour dcrire M. Mussolini l'or-
gane laboiiste b bd maire le .Ne-
Salesman dai.i uu ditorial trs
vi lent dnouint les mesu es de
re| rsail.cs de Mussolini cont e les
trar.gers Le journal d c!rj que
mme Mo cou n'avait jarniL o
aller ans loin sa ce qui eoacerne
les .' t i .4 n _r, i ~.
UAROIPF Le consei. excutif de
U ldjatioa d s m neurs du sud
du psvi de Gal'es a accept les
coodi ions propJS par la gou-
vern.meu'. pour le lglement du
dillrcnd minier.Uu attendait cette
d cition avec une certaine inqui-
tude car cette section comprend
25 000 mine rs parmi lesque s fi-
gurent lu plupart de ceux de la sec
lion communiste.
Une importante
communication
V Acadmie des
Sciences
PARIS Le professeur Georges
Claude a dclar aujourd'hui de-
vant l'Acadmie dea Sciencei que
1 ocan tait une source illimite
de force motrieu & bon march. Le
professeur Claude qui a ra'it en
tre autres la syn hse de l'ammo-
ni.iq ! a dmontr la docte as-
semble lefoaotiooi ement d'un g
n ratiurdeso i v n'i i. qui capte
la force mairies du milieu marin.
La mthode ilu piofe^eur Claode
et de son collaborateur le profes-
seur llouchero' est bafe sur l'utili
sation des dillrences de tepia- jj^i
tare dans les nr rs tropicales en- ".".
tre la surface o l'eau est toujours
tide et les couches nr. fondes qui
ont constamment maintenues &
unn temprature trs basse par es
courants venant du p.V.e.Le p ofes-
seur Claude espre qj cttte d
couverte sera bientt applique
aux co'.o iei fran^uses, son projet
immdiat est de construire des usi
ns hydrauliques dans le voisinage
des ports des tropiques o l'eau
de la mer serait amene par des
tuyaux spciaux.
Demain est la f
.-t la tte de uS
sen.a.ion de la Sainte Vier'r:
Temple." "*
' lM "VlleinaliluaaeajJ
en souvi,ur de la P,^^
(" emp.x- par ses parent,,^
a \lerge Marie, a*e de f J
Chaque anne, IKglise 1,S*
lebre avec la plus grande v
ia lion
)ZW%WW%mrm'**^Wm%%
\
Aux Etats-Unis
WASHINGTON Le commera
des Etats Lnia avec l'tranger pen
dant le mois d'Octobre indique
une balance favorable de $ Tt mil
U ns lesixpo: at on* ayant atte nt
$ 457 millions et les im.otntkni
'-'S mil iv-ns.
D aprs le Ppartement de l'A-
griculture la rcode des pommes
de tire e t gnialemenl mauvai-
se dans t>us les pays producteurs
Bien que la rco te amricaine d
paies ;tj millions de boisseaux
celle de l'anne dernire, elle est
encore intrieure de 31 millions
i la tno\enne des cinq d rnires
annes. La rcolle du Canada sup5
rieure de 10 millions d boisseaux
ali ni venue des l'u.q dernires
annes.
a ddale
que l'on
Le tecrlaire Mellon!|
aujourd'hui que le crdit
Enpose d'acior 1er aux co ilribua
les sur 's paiement de l'imp
sur le revcu de l'anne prochaine
pourr.il attendre 15 pour cent au
lieu de 12 et demi pour cedeom
me il avait s :ggr.Cette augmen
ta'ion. dclare le socitaire, est ba
se sur le f dt que !' x dent prvu
dpas.cra 300 mil ions de dollars
la rseiva de whislvey de bonn ;
qualit e'st sur le point d'tre pui-
se aux Btsti Unis.La question ait
devenu-, parait-d, si srieuse que
le gura' Li ico'r. !'. Andrews, li
recteur des rcrv:ees de la prohibi
tiju, ilc'.'.r .que le congrs va trs
appe k agir. Le gnral s >umet
i.n< propjsiiion tendant aulori-
ser les distilleries fabriquer a
Varits-
Dimanche
CANDIO
dans es chansons I
Volont
d' n es le roman de 6. Hoi
* Entre : G. 1.00
nouveau 4e fp,oa assurer lui
ODS SS vxhiskev uCotpSl
Une dclaration
du minitre
o ffaires et roi
re& helae
r.vais M. Vandervdldi,!
t. des alla'res trangres, al
l an cours d'une interviati
tait thoiiistf. Il a ajout que i
qu- le: conversations avec l'|
msgne dui.neat d-* rsurtatu
icu>, i> f< t quB l*s iimai
aiseit bdge restent fwtts.
lenud.n.ent des impts
O. toi re alte'gaml 5 o aul
millions do francs soit unsis
a ijn de i milisrds 13
mu Oclobre itti. llsdf
7:7 milliards les vahutioai.
tota de la plus-value pourlt
I remitrs mois est de i Sili
G8j milliopa de fraies.
te complot
itolo-catsl
Paais- Viogt-isnt iaoi
talans *niverout a r-snsi
maine. L un d'eux a
Psrpigasa. 87conjuiai
chainament expulss.
Succs d'une
tatrice cM
PARIS La caaUWaiJ
ns Sofia dal Campoa
dernier concert a"1
pour l'Amrique ; slU a |
ces triomphal.
La lune de
de HT
de Be
BRUXELLE8-U
lier Uopold et sa (a
cessa Aitria e "gj*"
France. Il ont liaWj
re,ira aorUctedAxar.U
cuple a Pj't^ya
m> ii*it au vo iot M
me tait au vo
Le priactJ
ses
bile.ll nssarapi-t
xelles avant la >oel
dersloafl
I
Inauguration
d'une statue
Lopold 11
BBUXELIB* U ne statua
questre du roi des Belges Lopold
Il a t inaugure aujourd'hui par
son neveu le rot Albert ter en pr
sence des reprsentants du co-pa
diplomatiques e! des plus hauts
notabilits.
sjljaaiitrt'tt tiritiHt 11 il^TliliistiiH
Unon Fire nsuranci
Society timlled
Au Capital de Or. 30.ooo.ooo
I Une i!tSf!DS ioportofe^osipagijies d'assurant
contre l'ittcendie

- AuC.p-H.ilkn: I. l'AHAVISINI
Au Caves : Jean
BOUlUiKOlS
Agents
J DAALDER
Port-au-Prince
^***^ft*%w*^%^$^^s^ 5 ri
Agent Gnral
4 *
A. DE MATTIS & C0, BeprenlanU por
Ht
f


r.EtIU'l I !) ,'. en'.-: 1111
volotjie
; Hiltfcr C. Pcters,
SdQi^lnlcrna-
JCr,ellrard, a eu la
<7 .suite d.m a-c;
"mobiles .eii-u-a
co
(Ij |.olse,
ICU
f SON*.
^i-.i'rs aiiroi
^i'inch.alOheu.s
Leconv): par.i/a
I Qioral ,)oiir se
$se. alhdraie
Bi sera embarqu
,n(Ja.iK' urosioi.
condolances a x
Couvs i t |'urlk-ii-
l Monsieur Hilgir
((otion d'un
l italien
II* La nouvelle de
eu Italie de M. G.
jli de la minorit slo
Cfarkmeat italien, a caus
iconsidrable dans le
Grand Cirtjue Argentin
Propritaire : Monge Frres
Ce soir
Jrande Reprsentation
Programme compltement vari-
La Compagnie possde une excellente 'musique trs |
apprcie par le public.
Les artistes excutent les tours les plus extraordinaires.
PANTOMINES et ACCROBATES /
PHKSTIDKjlTATION 3
eS Les dimanches a 4 b. p. m. matine pour les enfants. RSa
t$ Les soire comnieucenl toujours 8 heures prcises. Mj
tquie
et la Russie
8,18 Novembre L"
jilde l'Ag nce Hiultr
jjiople dit que les m -
i'omi: ili o'il iolerpri 1 eut i-
ajaitres des afiaires tran
lit russe Odessa cou.-
id'uoe reprisi des r.go
jpr ua trait de cjmaaer
ltioterrompu s, i s h
jiua-ioes. Un n ,i' a> ii ;
[ak.(e au bi i ils duu Lj
[oniD'ul ou d'une uuiou
lue ta Turquie av c la
que.
jttmd'AHai-
li liich allemand
JfltOQ
Olto Kifij .ancien ch I
i de la pri^e au m'ois
I affaires trangres est
kuilUr et charg d'Allai
iNtde d Allemagne
Loges j-1 chaises : dollars
('haises : 1 dollar
Chaises pour entants ; 90 centimes or ; )
Entre u liera le ; ' gourdes. Entre (lie enfant 1 G. H!
Elle tait affaiblie,
macie, nerveuse
Comm.nl alla raprit 15 livir.,
recouvra .r. forer, cl bolle iwitr
L rlus actif reconstituant et le plu pulssift
rgnrateur .les tissus est l'huile Je fuie de aoru*.
Elle abonde en vit-mines.
Mais c'est un remde rpugnant, d'une odeur et
d'une saveur repoussantes et qui le plus souvent
drange l'estomac.
liieu merci, on n'est plu aujourd'hui condamn
la prendre a la bouteille. On trouve maintenant
chez tous les pharmaciens les Tablettes d'Huile de
Foie de Morue McCoy's, sucres, aussi agrable
au got que de boitboaS. Mmes effets bienfai-
sants que l'huile e fois de morue ordinaire, mais
sans en avoir le horrible Inconvnients.
H miries ou femmes, ro tout qui vous sentez
inmUS, dbilits, nerveux, n'hsite/ pis, recons-
tituez vos tissus et recouvrez votre belle sant avec ces merveilleuse t,
blettes.
Vous gagnerez S livre en 10 jours sans aucune difficult. Vou n'ivei
qu'a demander chez tous les pharmacien une boite de Tablette d'Huile
de Foie de Morue McCoy's et inlvra le mode d'emploi. t
Excellentes aussi pour les enfant affaiblis, puis. Elle leur rendent
l'tpptit et la sant.
Eug.Le Boss $Ca>
Agents Gnraux
M
m
m.
If 4
i-
4
*
%
La nationale '

est heureuse d'annoncer
s. s clients qu'elle coulkuc-
ra encore d a nui l lul le mois
de >ove;ubre ladislribuii il
ci
Pi
de
l IMS Ile
pou- 100 Huns pi aie s remis
S ch? z Euy. Le Joss t Co.

A
LLONS ALLONS
Cosliuncsde lum suprier
Or. 'i.(M)
Chemisette Irioel pour
hommes Or. <>. *'<
' i dis de niiii Pyjamas
( hsndeilfl de soie Sweaters
(;h:\l>s pspsitiio'es dernires iioiivciiilr\.
MAC. SIN MODl-.'lM'. Ip
r\ w iv "fc//>f. w,s'
1124, Hue du Magasin de l'Etal
Compare 05 'ale
TrfiiJtlartique
Le steamer aCaraines le re-
tour de Cube et des poils du
Su I est al tendu l'oit au
prince diiimnclie 2\ couiant.
Il rojMirliru 1/ n.cnie jour
I on Si-Marc, (1..liai .es, l'oit
de P.'iv. i ap l'aitien, tuilo
1 lala.San Juan e' te Havre.
E.ROBELIN & L .Agents
The loyal M "' Mej n|i
Packet Company
Insurance Co
pM des plus fortes Compagnies
canadiennes d'assurances fi b. t. wolff
sur la vie.
Le aleatLer "lonway" venaot de
hiogalou ttl alt.'Ldu Jacmcl, le
:'t Novembre courant II chargera
t loua lee porta du Sud et tera
I oit au Prince le W Novembre
prenant le frftl pour lee ports du
Nord et lKnrop'.
Poi tau Prince, le lONevsmbr* 1M6
J. DAJaLHER Jr..
Agent Gnral ponrHettl
*L'Aoore*
Association Mixte, Littraire,
Scientifique et Artistique.
LOCAL: I li .Avesua.John Hrown
CONVOCATION
Lea membres deg de m aectiooa
du cercle sont convoque la s-
ance littraire du Dimanche, 21
Novembre prochain 3 h> prcises
p.m. en leur local.
Ordre du jour : 1 => loalaMatioa
de quelque! membres de la section
1er:.ii.m:. 1 Musique i l'oaie.
3 3 .teustlie mi Vice Prsident
Burtrinriueijce du fminisme dans
le monte 4 o Posie et Musqu
5 s Monologue et Musique (io
Allcculioo de clotuie de Is Vice
Prsidente.
l'or! su Prince, le 10 Nbre 192o
9 l.e Besrtsiie (JDni.
Arthur lynce DL'HOSEAl)
N. II. Les rstles d'invitation font
rigouieusementeiigiblea l'entre
Eug.Le Boss & Co.
Comt'st.bles Liqueurs
Sue traversire
Saucisson de Lyon
ucieeon d'Arles et [seeox
Umenl liais de Conserves ali-
mentaires de la maison l'clix
potin le Paris
llri, Rue Traversire.
- . -
Aprs les
excercices
POUR parfaire l'
nergie dpense
dans les sports, pour
crer de nouvelles
forces et de la vitalit,
rien n'est aussi bien qu'
un rgime quotidien au
Quaker Oats.
Avec ses vitamines,
protines et sets min-
raux, Quaker Oats re-
constitue le corps, lee
os et les muscles. Il
vous aide tre bien
portant durant toute
la journe. Vous ai-
merez beaucoup son
got.
mm Quaker Oats
n*
,J ..e>iW 0% 4m, w"!

\ff^*
W. I'*: V. '^B
mw
w
comme nia bouche
est propre- - -
irai
HZ?
L'Ielle l'eetl Propre, pvreejue Ml
'. ."!> ( 11 i > r n i daiujervus qui polhilenC
dam la boiirlie o it t dtruit! et emporte par la
Pal e Dent ifi ice K. ,1 y n i r o|>r', pareeque Ici denta
ont enlircniint dhurrus^ti de la pcllieule qui t'y
fiait forme. Lci moindm particule* d* nourriture
ont a* dloge! et vacue*.
Se nettoyer Ici dei.ti avec la Pile Kolynoa r.r un
p!..i.it. I.<. dent* aont propre! et l'mail et par-
fuitcmenl piuin. Suppt. i .u de* maui da dent*,
de la caiie et des dsordre* guraua del'organiame
qui en raultent. Oroue conomie au.ai car un cen-
tii.itrc de pute aur broate scl.e ait umaaot.
mm
PATE- Dt-HTimiCt
KULYNDS
t"'. "'.'l'JVE, t. Rue Bail*. ru.

:-
v'*>^ .*
,^ V-
V


LE MU'IX 20 Novembre 192g
m i
Grand
De FRANCE
P.P.PATH1ZI, Propritaire
P vfcMH dlMi^Co?!,C:,tr705 g* vu m cltMiocomplelemfnl restaur el remisa ncu, I es
der;!K^!!,n!;n,vi/;:M'' ^"^.apPorlen son retour
ni, s nr amJi0I?lfc" qui donneront h
plus entire satisfactions itoua
**.....SS^ffi-^..
.nus, Douches ji toutes les heures *
Tlphone : Il 341
toAWDHQfeLd. FRANCK M, m^^*.
Leciiins Granul Brewer
Le p/tifl ac/i/ des Reconstituants
Fortifie le cerveau, la mu'lle epinire, les os et les
rcins/Hcnd puissants et vigoureux les eniants dbiles,
les emmes faibles. Les personnes uses par des travail
assidus.
En Tente chez : Simon fi nx, lfred Vieux, Upt,
|nw. Ed. Estve H C , a- Bo l, ilplmme
isir, J. H. Bor-I j
Gove : S* farlin.
fire l. II. D tel. a ftrti
Nomilk
le laii en poudre !e plu- m
V'.-i.e aax Etals-Lois.
Pour i'ulimenfhlion dis b(-
bda tl drs ronvalcfcenls.
le icnl lait en pondre qui
client \e> Iroi vitamine.
B Trouan, OranirPue Ho 1709
GE. JEANSaME & Co, Agents
Ce qui q'o jamais t l'ait
Ce qui ne peut tre dpass.
Kola Champagne
F Sjourn
Plpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie P. Si-.k hhx,-;
ngle -/.-.s Hues Rom el duCenlrt.
familles bien
portantes
lrUrhf,rehCHreU*i'f.U.
trebienponan,. Mcrt
l< est vous surtout qui |Z
responsables de la sL.i
-r kmUkTifSSSi
P* que vos enfant, oi."
-aladcs .11 plu, 5
d viter la maladie.
La moiiit PttrillM- .
Savon Lifcbuoy chai ut
microbe. mShS?"!!"
que .on odur diaL,^
action prMrvieXr.
per.i.tc pat moiM. *
UFEBUOY,
% le Savon
pour la Sant
Leva Bios. Co Boston, Haie., U.S.A.
Le* trou (BSliptiftlilM lments i bOutrli'on.
Mr)MIU Ml le seul I,.,, d- lacbern posire, rnpprnchanl '#
pPoUuHeVbJbT8'!e,nt'L ,>e *"" *"* *' 'JKmWd
L\o vente c! ?/ :
STlTll '' rfrHl. Vi< "* I :*'A W ' R""'""!l l!ro' ,d
m !, I SlVi' ' U WiU,in' 'V"1 '" "vc
VHWER(A Company Inc. Car. JFANSP.UF & Co
WHOBCBbTta Ao
Paul E. Auxila
M WM dsirez des articles d'ameublement, tels que Lits en
fer, fer et cu.vre. t.ut cuivre, b,i Armoires .lace ou s;., s
Race JO-Ws. I .bls de toi elle Chaiias, DoJines, Fau-
te -Ile, Fables -le salon, .n osier, en liane ouaulr
Miroir-, Taph et Cm t'es, descenie.de li,Tapi, de lab'e,
Ride.m e-. Inlleou Gi.pjre, Draps de lit. simpl s et brod/
I il orllri aux drap,. Sjryiette de toilette. J., bain et
pour tab e Napp-s en ;fli. en cilon. Toil - k drap en cto-,
eu i.l et colon ou t Mit (i\ Bu;ti verre. VaporisUearj du
S ?j|b,!214 {. de ;,)i,Be.'/ ?lc- vous le* trouvera
ce/.I',CL K. 4UJLA, ou l'accueil le p!u bieave l'anl elle
sourire vous attcndtDt.
T'* Tles
Alnminum Lie
Pfew-OrFans South America
Steamship Co Foc
Proohainsdjiartsdirectspour
Port-au Prince "Haiti
Le S^arner M Eidthorn" laissera New-O"^-
ans le 16 directement pour PorLau-Prince.
Dn steamer laissera Hew-Orl^-^s le23Iovem
lue pour les ports du Rord.
Poil-a A- d lATTE'S k Co \
agents
NOUVELLEMKNTfRRIVES
I. Pr ctzin mu- Ioi;rr:iol)I
r. lutjdti ( lu ii.
Avis

S AVIS $lbtrl F. Bcha
|J On trouvera M ,ue Ihomas^a Q. 0>n Charles B. tnol]*!^ I '*,,on AJtartE.Bmhi
Son le Mais
sac.
Satina-Whtesnow-Hercules
Rue Roue ou Bonne FoT S 1.-*-,1i'1nnonce a M n<>"d)reuse
.Hudesh'^^'^^'^^vien.derecc
w^ von pcr |e dernier franait
>f un assoi liment le : oaliera de
V| fantaisie poui dames de i utea
|H les couleurs et de la dernier,
|g mode. Profitez d.- ci tic Iioimi
: occasion pour obtenir un
JV "liueliandise frache et belle.
vi On trouvera aussi des dm
$9 |eanx garnis;porr daims et
,% lillciies, chapeaux de pailles
?A | our hommes el entants.
Prix dfiant toute concur
X
1

VU
r-i
ri
!
les Seules Peintures dlWes
Un |alloo de cet peintures convenablement appliqu recouvre T00 pieds carrs de surface. Voici
lai important dilices o notre peinture a t employe :
hftlite du Sacr-Cour, Turgeau Efllae BaiatJcsapb, l'oi Lni^Prinee -Eglise de Tort de Haix
lercle Bellevue Royal Bank of Canada Banque Nalioi a!e de la Mpobllq'* d'ItBiti. Poil
rU"? Barque Nationale de la Rpublique d'il id. Aui Chyes Banque Nai oi.a'e de
a RtasMIasa d'Ilaili' Petit V.<4\e ll..rque Na'ioi il Jde I Ftpobl que .1 ll-i'i. J. rmie
Uanquti ,\alii lala de la Rpublqu d'Ilaili, Ja.n.el Compagnie t:ier!iiq:e. Bue \iiii-aii.e
U u. u ilu ,. Muti,) , liue amii.'.ine Radio i"< pora'ion, Rue Keiou ll'el le Krame
B.e d nllti BirTeimiru. Chiirp dp V-.^\il|a MstHatar, Tira u Wa.VsIde
S ",! '*' Tnfia Villa lion PJMn, BellevneVilla R.'n T Auirnsl Clior-
\i u |.;im, n,| \|11IK0Des |., ,| cboM Villa Mauiice Caetera, Peu de riio e
Ville Vue- Vrqva T. Augttele, lois Verna Villa Ani< ine T lamas. Peu de
h f lUtoM.eUon. \. P., de ( hosc Villa Kl 'eh i r A i.selme- Ti ig' au
Vil a I I I eapii aie, Mellevue Villa Ren Feuberl, Bel svos
Villa Vue V u\e B.ri : i.n.iir! Htievue
Ni d. Il.ima-n l*aqalr. Peu de bM fille Me A. Mrrel, Pellivue
V, Ih Pr *l !'l.fiif' 1 bmin des Dalles- V a flawald Brandi, rsidence
V Ile lu- TKdttd. Bois Venu Villa Lu.- ','iinr.l. Avenu John Brown
I i irifllciiai lonelM.c ioni Ardiltrela (ieo. Ba-sti If ir.i' anre constructions atrliitecle
llMoiel Rmn les n.eill'iiies conslrurlio >> en Ii.Ik U Lon Mathou
\ c i on.rr foder ou li ut Mutre renseigoemenl, s'adresser
*
*
Maurice Rostand Inl e
i. u
!>'!

" pv us ap
Rie Prou, m Ucl Je la Banque Nalicm.le
Co
rc e.
Kl le se ri serve en i:
(aire tal de ce qui estra;
i aux clients.|
Hue des Fronts loris No 103
^ Albert E. HACHA.
1 Le dernier'ouvrage de
C"> Lon LALiCu
"0i Ku vente ;iu prix de l G-.k-s
fi Porl-au-Prince .\
Cent mille articles.
twVnx (ionaives Cl.cz
Amil St Home.
A .l mic Chei UrLo
- Desjralf.
GEO- A. PAYf.
Lloy's Agent
Bureau l'Etage de la maison
I. J. BICIO
Entre rue Courbe.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM