<%BANNER%>







PAGE 1

.-*%  LE MATINi;\ovem|,r,192G DPURATIF du Vice* du Sang \i Varies, Glandes Mauvais circulation h.ite :Ls de Peau Avarie f.'.aladles des femmes Retour d'ag Etabli.....dm rit* ChotPlnlo OIUMM PRIX .-.-ifnx Parti. i— M*a linguer une fve non on matiiri e d'-unc fve en maturit it pour excuter les instruction! lmentaires du Service Technique. <'e qu'il f;mt ce sont de jeunes hommes intelligents el d'une vigoureuse volont, ; qui on bruit des leons le choses dans les fermes d'ezprimcnU lion, si lourde rle par dis rouit iniMiis mensuels oa trimeeIriclsen leur allouonl 1rs frais celle lin. Cesl le moyen d'aller vile, or il laul aller vue, cor des millions se perdent annuellement Nos canpagnes doivent lre sillonnes d'agents agricoles en contact coi slanl avec le pn ducteur parmi ses attributioLs diverses, la principale dvia lre sanctionne par l'amende. Inutile de compter sur la bonne volont des uns cl des autres; l'acheteur se dira, si moi je iel'use les lves vertes, mon voisin les achterai je ferai par ainsi du tort ma clientle, ce qui est exact; dans cette alternative personne ne relu sera. Quant au producteur il est de la dernire des inconsciences; l'un d'eux m'a dit pie les lves non eu maturit donnaient le meilleur cal, non, c'est l'amende qui fera tout rentrer dans l'ordre. Et, qu'on se dise bien que le producteur ne se laissera pas Irapper Iroi lois, c'est ne pas le connatre (pie de le croire, il n'a qu' tre convaincu d'tre pinc toutes les fois qu'il est pris en fsute. Le Service Technique qui est le pivot autour duquel doit ara* viter la puissance agricole, conomique et financire de la Nation, est l'une des plus importantes institutions du moment, aussi il doit lre plutt aid de suggestions profitables, que d'tre combattu pur des critiques acerbes Jet striles Ce Service d'une ncessit indiscutable, l'une des plus brillantes iuuovationsduGouvernement Borno est encourager car c'est par lui que se tonnera, au 'ur et mesure la nouvelle base de l'Kd lii e en reconstruction. Beaucoup peuvent trouver pic cet'e translormation marche trop lentement, ils peuvent lre de honne loi, mais s Us voulaient considrer le tait indniable, bien (pie huinuliaiit pour noire amourpropre national, que nous sommes restes tout un long sicle dans une impuissance mortelle, ils seraient ports plus de condescendance. Aider, doit donc tre la cou signe salvatrice. l'.viiAiii) LftCKR oaoooouoo eoooocooooo Administration Gnrale des Postes Avis de dpart Le dpches pour N-York et !'Europe ( via N.-York direct t par le iltamer Ancon s root lennccs jeudi 18 No ve nbre cou rail t. i'ort nu Plince, le l Nove libre 1026. D! MANGET U .;IB ebttgfl i* t.vtiMB rtliumutins et d'impuref.*. Dirai!* mu, f*I iri Dt alliai !a co.if .bii^n du loin. K ovfxjih.nt Un uJmc. Us varies, i MmorroldM '.-t dtn-nunant da liomlii on.• kftft'Mons de la paau ainii qui cloua et anthrax. Le DEPUI-Wir DU DOCTEUR HANOET ueituie lo sans. viviPc ut assainit l'oruoi.Ume. 11 vite ainsi laa les >. : wni n i dues a une comLufctloa •11 IL %  .: .• : ; ii ;• %  des allinents — au ralonti-s.-. .-iiini de la nutrition (uLsii. AiUune. l'iiii.iiy.i-Mii', i' nu %  rhumatismes, nvralgies tenaces, ncurastln!. pia. Insomnies, vartigea, sclauqua, lumbagos, migraines). CliM la f^mme 11 regulnrlsc la olreulatlcn du i-uig. facilite les pofues. i rpare la formation et vita tes malaises do l'ge critique. Il claireit le teint et saura la b.aute de La peau. 0 constitue un o?r!lent traitement 4o l'artrlo-sclruae en abaissant la K-nsi'iartrielle, en diminuant la Jwcosltd sanguine et eu facilitai travail des reins. C v ...i_ — *_ Monsieur Lon lafeau Chef de dluislan us ri Glissons de cet heureux choix que vient de taira le Prsident de la Rpublique Cl prsentons nos vives flicitations notre collaborateur donl l'otlaclieinci.l et ta dvouement noire mai son n'ont jamais t pria en dfaut. ooooooooooo — |xx—ooooooooo Il y a de la glace Depuis hier, les rparal'.o is nui s excutaient aux machines de l'L'siue Glace tant Ur. innes la vente de la glace a repris. Ou en tert au public ennuie par le pass. Le* chevauv des vo ure publique* Il est vraiment lamentable de constater l'tat de maigreur dans lequel se trouvent les chevaux alleli aux buss qui circulent dans lai rues de Poi l-auPrince. e soit presque gnrameut de pauvres haridelles qui n'ont (pie la peau sur Ici os et qui n'avancent qu' grand'peine sous lis violent-, coups d.louel les cochers. Non • p iiHonsq l'un lilcincnl de police doit uileive lir pour mettre tin cet tat de choses. Ai Ecole (Ella Dubois Le d Dcembre prochain, an* n versairede Saint Franois Xavier, patron de l'Ecole lilic Du bois, aura lieu l'Etablissement une grande vente de broderies et autres ouvrages COUlcclionr.es par les ain ienii. slves. lu grand C.loix de cadeaux pour li ennes sera aussi expos. Les heures de vente seront de 1 12 h. a. m. el 2 ."> p, m. I e soir, se fera le tirage des raflas dont les listes sont en circula* lion. CONSERVE IfSCrTfVTUX Pt IGNtS l>l MtNI'UU' DANS I ES l'*KM MIHII.1. l'Il AKM M II ETC. UHpila l Gnral de la Havane LA HAVANE — A la suite de su vi site l'Hpital Municipal Qn'al de la Havane, le pro'e->siur II. Vaque/., membre de l'Aead-mie de Mi' I. %  ; ; .!• de Paris, a crit sur ie livra d'or : On jaga. du progrA*. d'une aslioo selon le de^r ils per fection de ses services d' s* S'..Q. \ Je n'h-tito pas aflirmer ans li Kpul ique de C h t li vi l> de la II ivane psrtiea>i*e*n ni p usent pr tendre occuper ans d-s nr-m res p'acei ce lajst d~ Le problme de la prostitution GEPENI L e Dlgu de U Rpublique d Cuba vient de pr senter k la Socit dl Ni'i >m n i projet d.; rsolution relative \ IM • anqjl e poumiv.e avec l'a le d t M) i.-li-nitionales scieatitiq-i se li un m il. i iv> au sujet d s d t IM aspects de la pro^lilutiou tl dvi ses ClUS'9. Cette pro.i-sitioi a t ex uni ne par m. S m 'omii qui a conclu qu'avant d'laborer une rsylj lion, il convienlrait d'attendre le rapport du imilo d'expert institu par un • rsolution du %  I eu dde du 1') Avril l9iJ.Li 5i,ne Commission approuve les concluio:is du SJUSomi et ex jrim-i l'espo r (pie le rappoit du Comi' d'experts sera tabli sur une bise trs lirge et pourra clai cir tes iliviiaspects du probe ne dj h prostitution. L'Argentine et le SainUSigi BUENOS AIRES—Le Saiot-Si ge a rei;u du Gouvernement argea tin la n .Vdl e liais des c ;n iii .ti l'Archa- li .'le sout le; vpl'l I' snesMO \ baril. Buaabs,P-e H it.uo. Le choix de je* prlats i i \ 1 1 t par le Snat apr.v< <| ,',| e il v/ une rsolu i n sfAr ns t les droit* eoii-u ilio n !. du li > iver.ii m n arg intm d'e>e cer d;s pr. -. On peut donc croire que le JilT reod eutre le Saint biAgS et Bas nos Ares [qui dure depuis 3 a • nes sert enfin so'.utit nn pui-qnMgr Alberti ayant manifest deii nitivement sa voloul de a'lrpas tomm, c'e>t Mgr Uottaro q i a li dsigi k l'agrment du Sai t Pre. Le voyaue deia i Lnioa Amricaine en France eo 1927 I'AIUS— Plusieurs navires, cons ti usnt une voit-blc Hotte, snat sd sssairai p ui liaasporlar d ira *eri .'Atlantiquele grand pel;iia SS organ ; s en l'rance. penda-t l't de I9t7,psr la Lgion Amri came des Ancien '.ombatlants. C'srl le trai.satlanlique L-Mrl llian qui portera le pivi Ion de l'iAmerican lgion , tenint ainsi H u de bateau amiral de c t! croi slfS toute pacifique. Us MOUSTIQUES introduisent les MALADIES CHEZ-VOUS G UERRE aux iousliques qui sont desenuemn insidieux de l'hom me. Les Mou: tiques sout er.core plus daDgerei t qu'une plaie: ils constituent une menace pour le foyers. Les nirustiques tonl le vhicules du pnladisme, de la li.'vre jaune et d'autres rcuiadies meurtrires qui ( onlamicent parf( i i tous les meml r s du Le famille Aprs de longues annes de ie cherchas, l'Entrepris* de reLommle mondiale.la STANDARD 01L COMPANY, ( New Jers*y; 6*. I!. a p-rttetionn un produit o!T ni les no vens rs et simples pour combattre les Mou tiques jusqu' leur extermination complte. Ce produit c'est le F LI I Vaporise/ avec du Flit. Il est d'une efliscit telle que fi chacun voudrait s'en t-ervir les moustiques cesseraient u'lre une menace pour l'humanit. On serait plus heureux et l'on sol fi irait moins des li vre?. Ceci est spcialement vrai lorsqu'il t,'dgit de L,'-Us et d'en faut tr p junes pour se protge' eux le" mes. Avec eu produit vaporis on dbarr-.s.se une maison des moustiques, et des n our-lies en quelques instants. <• FI IT est propre, d'un usage la • ils dira-1 toute garantie. Le nom L reuses p cuves ont dmontr qa le ((FLITvaporis ne tache ni n gte les vtements les plusdl cal*. FLIT dtruit tons les insectes qui infestent les maisons A l'aide d'un peu de F LU' vaporis oa extermine les mjuchei moustiques, punsia 7 de Trfle Kntre : 0.50 Norwsh Union Society Ikniied j Su Capital de Or. O,ooo.ooo Une des plus kporlanies Coupes d'assuraocttj confie l'incendie AaPnttl ~ AuCapHaitien: J. PARAV1SIN* Agent Gnral J • DA ALDER Poi t-au-Prince Aa DE MATTIS & CO, R*pr**ntanU V** ti ^ t %  %  •-•w t



PAGE 1

LE MATIN 17 Novembre 19 — %  La NATIONALE I ,''~V -—•:. .' HidSiVJ&BiS^.?..?, m est heureuse d'annoncer ses clients qu'elle coulinueraenco^edorant (oui le mois de Novembre ladislilmli m m pour 100 Bous primes remis chez Euq. Le Boss Ci Nicolas Gordasco A l'honneur d'offrir au public les incomparables voiItorecREO Sedan-Coup-Touring Car-Sport et K LLONS — A I.OXS Costumes de bain luperier Or. 2.09 Chemisette tricot pour hommes Or. 0. 60 ables Camions 81)66(1 Wagon de la de les; IMI.'-I. mmari |i^e, avec leurs pices de rechange. Pneus et chambres air Mason. Gazoline et lu les pour moteur. Bicyclettes t Sport & accessoires. Pneus et Chan )res air Michelin pour Bicyclettes Assortiment de peaux et articles de cordonnerie en gnral.. Chapeaux de paille d'Italie de toutes qualits. Phonographes et disques Palli. .Globes et Abat jour de toutes dimensions pour l.im %  ps Kleclriques. Kcbines coudre Vfundlos etNormannia a pied ella main pour cordonnier, tailleur et couturire. Huile d'Olive suprieure. Soi lis de bain Pyjamas Chandai's de soie Sweaters Cbfllcs espagnoles de soie ;it des plus hantes et leurs prix des plus bas les de ma il des de (irabam sont croissantes les ventes durant les S premiers mois de 1926 ont atteint 25.383 camions en comparaison des 1420*1 vendus les S premiers mois de 1923. Les exportations durant ces mmes S mois ont d|)ass de 60 o O celles des s premiers mois de 1925. Les Camions (irabam Brothers et les Voilures de livraison Dodge Brothers .1/1 de tonne eflectuent 91 o/o des transports requis. KNEERS GARAGE POHT-Ao-PRrNCE GRAHM BROTHERS Truck CONSTRUITS PARLA DIVISION m* CAMIONS DODGE BROTHERS INC. VENDUS PARTOUT PAR LES REPRESENTANTS DE LA DODGE BROTHERS i Albert E. Bcha Bue Thomas fladiou L a maison Albert E. IUC.UA annonce a sa nombreuse clientle qu'elle vient de rece* voir par le dernier franais un assortiment de souliirsde lanlais e pour dames de totltci les couleurs et de la dernire mode. Profites de cette boonc occasion pour obtenir une marchandise IVaiche et belle. On trouvera aussi des chapeaux garais {pour dames et fillettes, chapeaux de pailles pour hommes et entants. Prix dliant toute eoiicnr rene. Elle se rserve encore de l'aire tat de ce qui est reserve aux clients. Rue des Fronts Forts \o K).'l Albert £. HACHA. The loyal Mail Steamp Racket Company NEURASTHNIE. FAIlli-CSCE CHLOROSE, DEBILITE SIROP y DESCHIENS il i'H4mogloblo„. priori SWJSttSffStthtfS^ d. Poil* •SI fl|LRS CIGARETTES PATRIOTES %  pj %  >'ii ii* raaltati 'le raobefehsf patiaitaa daai le donae des •*H n.'iVreoU'it qualit.* de tabac smpInyiM laor 'tbriotiton. ^ !.i^r.uilc I i*t u• qti's'tauBI oLlenue duus le public sont >3 nue preuve Je bnr aprloiiM. .£1% La vaieei Jt Cigarettes Palrlotn as Jep od poioi lu nombre les i.n : %  e-. Le-ir COUS d'aanl esl un Vrai coup Je mail c leur meoSi 'aflirme, ebiqii |ear, d'atsatat*. #3 KI R Le sle.mcr "Cnriwn venant de Kingston est attendu Jiume 1 le 21 Novembre courant lliluwgeia a loua les porta du Sud et iera Poit au l'ii&ce le H Novembre reliant !e fret pour le ports du et I Europe. Port au Pi ince.le 1 0 Novembre 1926 J. DAALDBR Jr Agent Gnral pour Hati i PT Remerciements tk ,at Ve J.B.Arll ur.aea enfaos, et tout les au 1 • es parentset alli* les Sœurs de St Josepn de Cluny, le.-: Frres de l'lnstru<:lion Chrtien ne. le Parquet, la Mgitratute, le Barreau, la Corponiion des Fonds de Pouvoir,et tous les ami* tant de Port au Prince que |de P tion Ville et de la < roix des Bou quels, de recev(ir leurs sincres re mereieruents pour les nombreux tmoigusges de s\n.p*iliie qu Ha ont nu d'eux l'occasion de la mort de leur regrett Jtan-BaptMe Arthur Juge au Tribunal de Paix de la Capitale, Section Nord, enlev i leur affection le il Octo bre dernier. La famille plore les prie gale ment de croire en sa profonde gia Iliade. Ption Vdle.le 1 1 Novembre I i i Dpt gnr.i! 14 oacaona Grande Eabriqe de TABAC R m CKIABAKTTES 206, Rue Justin Lhrisson,206 Gebara & C Propritaires &Z flifirtWWVVMlVVWWliililV^^ Paul E. A\ila •M ffg| o Port-au-Prince ( H ai H ) y^y Annonce l'arrive d; son >tock de tinJJ'anne. — Soieries V •'/ nouveauts damier clr 'haiJSai*<.a • . ..le et Jsoli.tes, Ba.-. ,Je V~?j oie et d fi nuances m te, P un t ais.tliailes deioie. longues franges. Parfums de lo% I praoirai ma que-i lr.ui ( <;aisM. Garuiiure pour robe3 en tous gaare*, collerette'. b,o J\T d^e. jabots rocjioi, lti >n, Banle.t inoloos. Dentelles Va leo;iennci Clianlyl y. Parapluies et Ombrelles de soie el eotor, Tom Pouee Itataiaia. Djptite et linons d lit ou d; co t .H Mojilijirn, et tous a ticlcs pour .lu i es et fi.lettrs pi ur ^K taales ir minies. Le :11V Oftt U.ux. Vos int*r il



PAGE 1

l. v MXTIV -7Novembre 192Q i 1 t • %  Tour fttf* lituiMix Il faut tre bien portant. More il I ( "eM vous suri, ui qui 6i\.s reaj oncaMcsde la nat Je votre fan illc. N'attendez pai qu< voa enfanta loieni ma lu le. I! ctl plut ainipic dfeviter h ma'ade. LA DU HSM purifiant! i!u Savon Li!i lui >y t ,,.ktM I, s m crobva nu.i'jl.x. 11 i n que non udour disparais**, l'action pr—rvutrlo n u |>criste |.at moin. LIFEBUS le Savon pour la Sant Ce qui n'a jamais t luit Ce qui ne peut tre dopasse''. Kola Champagne F Sjourn Prpar* dans des conditions rigoureuses D'ASEPJIE Prparation et Vente Pharmacie F. ShJOURNii Angle des Hues Roux et duCenlrc. Vv ..I. •'• Pince le 13 avec 200 tonnes de marchandise? H continuera pour le Cap? Haitien. ^ Leciline Granul Brawer •'i le p/u flci i/ dea ftecansi / iiu ; (s %  flj Fortifie le cerveau, la in.elle epiniere, les os el les £2 reins^Rend puissants el vigoureux les" enrants dbiles, .j.,4 les i.'urnes faibles. Les personnes uses par des travaux >,% **| assidus. jg 'K Kl feule, chez : fimon lieux, lilrcd Vicn, Lopc ?? C£ Rivera, Ed. Ettve 8" C >, AOoltti, ilphonse H lsir, J. H. Borday,|me (. 11. Doret. PetitS g Goive : S%  fcrtio. £3 Eosock chez : R. Biouard,f.rar.dBue lo 1709 gg, 6EO, JEANSME & Co, Agents Le li.il t n p< uie Y | lus en voc.ue aux fctati-liats. 5'our l'ilhaenlbUon dis bb ti des tOBvatefca ls. le tcut lait en 1111 ie qui cotent lt.feroia Titan loae. Je veux duL 'HOMME qui connat le rj glane le plus bienfaisant la sant apprcie les qualits constituantes du Quaker Oats. Il sait en outre qu'en mme temps que dlicieux, Quaker Oats dans du lait fournit les lments si essentiel la croi :sanceparfaitedu corps hu...^irt. Comme il esc au:si peu coteux et facile prparer. Quaker Oats est une excellente nourriture de rgime pour U ^j les rcxmbret de la famille. Qaaks **3 ri an... J., : ;„/,, 14, (n steamer laissera Bel-Orlans le23Rovern jjj IIIT pour les poits du Rord. Port-auPrince, le 10 lovembre 1911. Adu lA.TfliS 4 Gn %9Ati .ri'4 Les troi.indispensables lmen's i la tulrition. jS **, Der&cib el strilis d'aptes le procd Jutt-llalmaker .* # Jg V^ M).ylLK est le aeul'UJj d^ \uclicen pci.dre, se lappiochant .l >'^ ^|4 j lus du hit maternel. De,digestion facile, c'e>t l'aliment idal >& K p'J1 M...1. ne L. II. Dortt ij BREWER,* rompany'Jnc. >***. W n^ncnfaTER KA.Boll. Raphal Bronerd, g Savinitn Martin eut ijoave 'C'^ m Ger. JEANSKME & Co AOSRTI Tles NOUVELLEMENT ARRlVESi En stock '.chez L. Preeljmann-AcGFRHOLii Rue|dn Quai, Tles Tte$" m •c? •l 1 I Souvenez vous que les pneus p les plus solides, et les me* p leures tubes sonlj tabnqu* g par E1HESTONE.; m Rrestone Full Size Gum Dipped Italloons sont les piu* u connus et les plus reche/cnea. m Propritaires d'Aufoniobiles. // w M inoi.s jti.r \rolilaicur f.oodjfar son laltrifjiic'i d'apr> d**i p <••'• ' ritiiiiiii(|uef ••ilin qu'elle puisent dtnner la plus le salial etu>n jo .si''. IHts sonl < nomiquei el ne donnant paa de dillicnli. t ; ; N 1 • I ( %  KlteWes! adtes Iradiuy eon <-1 <) POR-U0 ICE' CIP4!irTIEN" l.,<> %  £-> '.>-4 va ta En stock chez to^f* vous trouverez toutes dimer tions de pneus Rgu r.HeaV Duty.lH.aHoon,; High.leslubset patche?/ 'PREETZMANNAGGERHOtM Plus de kilomtre avec far! Dollars cyQua*% > f ?S^P^ ^O^Si: 1 ^ >l>!S3S!@i!aint^^



PAGE 1

mflECTEL'R PR0PHI1.TA1BH .IMI'IUMIXR Clment MAQL01RE BOIS-VEHNA 1358, Rue Amricaine, 1358 'es changements suinta de lorlune ont un (|rand inconv nient : les enrichis i/orit pas appris tre ricfieK et ls ruins, tre pauvres. Joubeit QUOTIDIEN NUMERO CENTIMES TLPHONE N 242 Ue ANNE N*5952 PORT-AU-PRINCE (HATI) MERCREDI 17 NOVEMBRE 1926 Les questions conomiques... H ne serait frappe par le fc 1res lev (!es salaires Etals-Unis. Il n'est pua I qu'un ouvrier y gagne 10 MI par jour; et, bien nom* M sont ceux qui, par ans, Ejvent gagner \\ 4000 [ilars et plus, l'est ce qui iliquebien des choses, enlaulirs le nombre imposant laulumobil'.'S (]ui circulent jns les rues des villes de la jinde Rpublique. Car, si les iets mauutacturs d'usage jjuun y sont souvent cbers, pin est* pas autant des deuil'alimentaires, de sorte %  pour l'ouvrier la possibiioconomiscr existe dans [large mesure. Ce qui est fl-lre inoins coinprhen je, c'est qu'avec ces salaires [amricains puissent na liens exporter des objets tu^qus, par exemple, des nuohiles, et concurrencerai) lit des douants et des Irais transport, d'autres pays o Ijilairessonl bien plus bas. l un point qu'expliquent [ingnieurs anglais, MesiBertram Austin et Franoyd, qui ont lait une eaqute sur la situation Inique aux Etats-Unis, t dont ils ont publi les als dans un livre intitusecret des hauts sap litre seul du livre indi'un programme. 11 v ut icomurendre comment il %  possible de payer des saP levs tout en ma in ltal les affaires en prosprit. Jli tei Etats-Unis, se dis Pgl par ltaux lev des foires, ils sont en menu temps, il ne laut point l'oublier, le pays le plus prospre du monde. Cette prosprit,se demandera-t-on, n'est-elle pas due en premire ligne la richesse naturelle norme de ce pays? Lafflux de l'or, le trs grand march intrieur n'en sont-ils pas lea autres causes? Oui, peut-tre; mais, ce ne sont Doinf w vn ous 'es cas, les raisons uniques de celle prosprit, nous expliquent les deux auteurs du livre dont nous venons de ciler le titre plus haul. Si l'Amrique est riche, elle le doit en grande partie son industrie. Or, celle-ci a | rospr grce la stricte observation de certains principes. L'Amrique a trouv le secret de la prosprit, simplement parce que le manque de main-d'œuvre l'a contrainte, SOUS l'empire d'une ncessit pressante, adopter des mthodes permettant d'conomiser la fois le temps et le travail humain. Et voici ces principes ion* damenlaux qui ont lait le succs de l'industrie amricaine : 1) Avancement unique ment d'aprs la capacit soit au point de vue physique, soit au point de vue intelligence. 2) Augmentation du bnfice par la seule augmentation du volume des ventes en rduisant les prix et en maintenant ou en amliorant la qualit. 1 ) Diminut'on des capitaux immobiliss par la rapidit de la fabrication. 4) Accroissement du rendement individuel (L* la maind'œuvre par le perfectionneruent des installt! ans et des mthodes. 5) Rmunration de la maind'œuvre par un si hure proportionn au rendement obtenu,plu toi q e par un salaire fixe; organisation d'une politique tendant lever Ijs salaires tout cii rduisant les prix. 6) Su pression de tout gispillage. 7) Amlioration d i bien-tre des ouvriers. 8) Recherches et expriences. D) Rclames et propagandes ourance. MM. Austin et Uovd expliquent dans le dtail, en filant d nombreux exemples, l'application o^ ces principes dans l'industrie amricaine. Ils montrent notamment, fidles au titra qu'ils ont donn leur livre, comment il est pos sible d'lever les salaires tout en rduisant les prix, toute lvation du niveau des salaires se linduisant par un largissement du march Int-rieur. Xalurelleinenl.il faut, ajoutent-lis, qu'en ni me temps tous les autres principes soient observs et, en particulier, que le rendement de la main d œuvre atteigne son plus haut degr de rendeinenl. lt voil, d'aprs les lieux ingnieurs, le secret des hauts salaires. C'est un livre que commerants, i n d u str i e I s, chefs d'enli eprises.etc.de tous les pays ont le plus grand intrt a lire. Port-au-Prince 1*1* bal annuel de Prhna%  * ra li eu i e samedi 27 H ***• courant au Cercle vue. [J* 1 Kenlilles demoiselles de gwavera imitent tout en !J l" 01 ." que la fte ait son * habituel. bjf. dimanche 5 Dcembre !" "n. a y houivs du malin, •• %  ne dans la cour de la fedni '* nr -Unis une nueweauprom de la recons l&'^'Pl^ de cette loge. g?"onrence, tombola, ker%  ^'ene, ailractions di*Jn 8 raud ,)al %  "'"! "n m \H n e vuc esl ** au asr • %  dcembre prochain. PD.v, l |!, n ?. Veau f* dont M. Ecoute Morvilest lepropriE; e ouv w t depuis jeudi derKao! a .i (l rand 'Rne, au rez-dc ftterceii M'" chambre de Comj, Tr "••lienne. I^lou? 0 '. 1 ,e P' l,s aimable est |te| a S l ri,sc, v aux clients. Un T UL|.l Ujours entendre dans Cernent sa note gaie. HSr I>l 1 luns se Plaignen ^VM. Pour le plus grand nom r *ln, e iV,M l ,;,s I" vitesse ^nta.re et contournent les Paris-Bazar VOQf ave/besoin de beaux CHALfS, nuances varies pour cadeau de fin d'anne, empressez-vous •' m de passera Paris-Bazar Envoyez-y vos portraits, ceux de vos amis, parents etc, pour agrandissement.— Prix trs modrs. conlouiL. r ues sans corner. h des Kiffrm, Jes "glig'-nccs trs B5S? ^ l a po,,ce rt filIl Certai| i*-'nient. I V M ct de la Boula n erie Habana, rue des Fronts'orts, un parc o les marchands, les campagnards attachent leurs anima i\ lorsqu'ils sont au march, e parc est dans des conditions d'Hygine dplorables et reprsente un vritable loyer d infection pour les habitants du qua.-ti r. Il .ml le faire nettoyer. — Le toit du kiosque de la Place Uetlrard est en ruine t'n de ces jours, il croulera tout simplement. — Dimanche, cul lieu, l'Association Mixlf deUlvivreCliie tienne une grande runion l'occasion de l'installation de nouveaux membres honoraires et actifs. Puis on a procd l'lection des membres du Rurean. — Le Service National d'Hygine Publique communique qu'au cours de la semaine finissant le 19 Novembre courant, S cas de livre typhode oui t dclars Port-au-Prince. Sur ce nombre. 1 ont accus un r sullal positif aprs raction d %  W'idal. Pas de dcs d celle maladie. MAURICE ETIENNE fils Angle des Rues du Magasin . Les parties n'allrent pas sans bruit; car, bientt une vive altercation s'leva entre les joueurs. Mais un gendarme survenant) caries, shines. curieux et le reste, fout disparut. ...a vu, samedi soir, vers il lis. 1 2, au liant de la rue du Dr Aubry 5 gentilles jeunes filles qui causaient ensemble. La cou versstion, laite presqu's voix basse, s'enlrecoupanl d'clats de rire el indiquait qu'on parlait de choses gaies el intressantes. Oui, choses gaies, on parlait de... mais chut !..duetciir cl la Nation, donnant au total l s G. 0.400.878 plus G.X.982.859. (ides. 12.429.717. ( douze millions, quatre cent vingt ncif mille, sept cent trente sept go.Il les ) sur lu rcolle de l'exercice 23>24. Est-ce, enfin, tout ? non, il reste la perle finale provenant du prix relativement fias que notre Caf obtient sur les mari hs consomiiiale irs, du lui. prcisment le ces mauvaises conditions dans lesquelles il est prpar, ce qui ne peut pie taire baisser ses qmilils natives enIr'autns I arme et le got, on s'en rendra faeilensenl eontpte, eu comparant la qualit lu Cat provenant des lves en maturit el celle provenant les fves non •n maturit. Comme [e l'ai lit au dbut, ma dmonstration peut tre lacilemenl contrle, au surplus j'ai en ma possession le Caf provenant de celle exprience. Je ne crois pas inutile le faire remarquer que ce n'est pas a l'aide de machine que mon dcorticage s eu lieu, mais selon hprocd pi imitit. Celle perte nie flit l'effet les roulages pa ses de nos douanes, de nos jours heureusement coups; il s'agit en ce moment de supprimer ce coulage d'un nouveau genre, lequel n'eel pas moins important. Le moyen V il est simple et Iscile : il n'y a qu' mettre le Service Technique en mesure d'avoir un bataillon d'au moins quinze cents agents agricoles. Toute conomie sur ce chapitre srail Irrationnelle. J'ai pris la base le cent communes et de cinq sections par commune aveIrois agents par section, et, edlc de cent cinquante gourdes par agent; je trouve ainsi qu'il faudrait Deux millions sept cent mille gourdes annuellement aux dits agents; c'est peu le chose eu considrant les services inestimables qu'ils peuvent rendre an Paya, au^si ce Chiftre de (i. I.YIncie*;:il il lre qu'un premier jas, ri messe devrait lre faite d'augmenter les appointements le tons ceux qui se seraient signals, en se distinguant par Mur intelligente activit et le souci de I '.iccomplissenient

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06866
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, November 17, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06866

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
mflECTEL'R PR0PHI1.TA1BH
.IMI'IUMIXR
Clment MAQL01RE
Bois-Vehna
1358, Rue Amricaine, 1358
'es changements suinta de
lorlune ont un (|rand inconv
nient : les enrichis i/orit pas
appris tre ricfieK et ls rui-
ns, tre pauvres. Joubeit
QUOTIDIEN
NUMERO
CENTIMES
TLPHONE N 242
Ue ANNE N*5952
PORT-AU-PRINCE (HATI)
MERCREDI 17 NOVEMBRE 1926
Les questions conomiques...
H ne serait frappe par le
fc 1res lev (!es salaires
Etals-Unis. Il n'est pua
Iqu'un ouvrier y gagne 10
mi par jour; et, bien nom*
m sont ceux qui, par ans,
Ejvent gagner \\ 4000
[ilars et plus, l'est ce qui
iliquebien des choses, en-
laulirs le nombre imposant
laulumobil'.'S (]ui circulent
jns les rues des villes de la
jinde Rpublique. Car, si les
iets mauutacturs d'usage
jjuun y sont souvent cbers,
pin est* pas autant des deu-
il'alimentaires, de sorte
pour l'ouvrier la possibi-
ioconomiscr existe dans
[large mesure. Ce qui est
fl-lre inoins coinprhen
je, c'est qu'avec ces salaires
[amricains puissent na li-
ens exporter des objets tu-
^qus, par exemple, des nu-
ohiles, et concurrencerai)
lit des douants et des Irais
transport, d'autres pays o
Ijilairessonl bien plus bas.
' l un point qu'expliquent
[ingnieurs anglais, Mes-
iBertram Austin et Fran-
oyd, qui ont lait une
eaqute sur la situation
Inique aux Etats-Unis,
t dont ils ont publi les
als dans un livre intitu-
secret des hauts sa-
p litre seul du livre indi-
'un programme. 11 v ut
icomurendre comment il
possible de payer des sa-
P levs tout en ma in l-
tal les affaires en prosprit.
Jli tei Etats-Unis, se dis
Pgl par ltaux lev des
foires, ils sont en menu
temps, il ne laut point l'ou-
blier, le pays le plus prospre
du monde. Cette prosprit,se
demandera-t-on, n'est-elle pas
due en premire ligne la
richesse naturelle norme de
ce pays? Lafflux de l'or, le
trs grand march intrieur
n'en sont-ils pas lea autres
causes?
Oui, peut-tre; mais, ce ne
sont Doinf w vn 'ous 'es cas,
les raisons uniques de celle
prosprit, nous expliquent
les deux auteurs du livre dont
nous venons de ciler le titre
plus haul. Si l'Amrique est
riche, elle le doit en grande
partie son industrie. Or,
celle-ci a | rospr grce la
stricte observation de certains
principes. L'Amrique a trou-
v le secret de la prosprit,
simplement parce que le man-
que de main-d'uvre l'a con-
trainte, SOUS l'empire d'une
ncessit pressante, adopter
des mthodes permettant d'-
conomiser la fois le temps
et le travail humain.
Et voici ces principes ion*
damenlaux qui ont lait le suc-
cs de l'industrie amricaine :
1) Avancement unique
ment d'aprs la capacit soit
au point de vue physique, soit
au point de vue intelligence.
2) Augmentation du bnfi-
ce par la seule augmentation
du volume des ventes en r-
duisant les prix et en mainte-
nant ou en amliorant la qua-
lit.
1 ) Diminut'on des capitaux
immobiliss par la rapidit de
la fabrication.
4) Accroissement du rende-
ment individuel (L* la main-
d'uvre par le perfectionne-
ruent des installt! ans et des
mthodes.
5) Rmunration de la main-
d'uvre par un si hure pro-
portionn au rendement ob-
tenu,plu toi q e par un salaire
fixe; organisation d'une poli-
tique tendant lever Ijs sa-
laires tout cii rduisant les
prix.
6) Su pression de tout gis-
pillage.
7) Amlioration d i bien-tre
des ouvriers.
8) Recherches et exprien-
ces.
D) Rclames et propagandes
ourance.
MM. Austin et Uovd expli-
quent dans le dtail, en filant
d nombreux exemples, l'ap-
plication o^ ces principes dans
l'industrie amricaine. Ils
montrent notamment, fidles
au titra qu'ils ont donn
leur livre, comment il est pos
sible d'lever les salaires tout
en rduisant les prix, toute
lvation du niveau des sa-
laires se linduisant par un
largissement du march In-
t-rieur. Xalurelleinenl.il faut,
ajoutent-lis, qu'en ni me
temps tous les autres princi-
pes soient observs et, en par-
ticulier, que le rendement de
la main d uvre atteigne son
plus haut degr de rendeinenl.
lt voil, d'aprs les lieux
ingnieurs, le secret des hauts
salaires. C'est un livre que
commerants, i n d u str i e I s,
chefs d'enli eprises.etc.de tous
les pays ont le plus grand in-
trt a lire.
Port-au-Prince
1*1* bal annuel de Prhna-
* ra lieu ie samedi 27
h *** courant au Cercle
vue. '
[J*1 Kenlilles demoiselles de
gwavera imitent tout en
!J l"01."- que la fte ait son
* habituel.
bjf. dimanche 5 Dcembre
"n. a y houivs du malin,
ne dans la cour de la
fedni '*nr-Unis une
nueweauprom de la recons
l&'^'Pl^ de cette loge.
g?"onrence, tombola, ker-
^'ene, ailractions di-
*Jn 8raud ,)al "'"! "n
m\h nevuc esl ** au as-
r dcembre prochain.
PD.v,l|!,n?.Veau f* dont M.
Ecoute Morvilest lepropri-
E;eouvwt depuis jeudi der-
Kao!a.i(l,rand'Rne, au rez-dc
ftterceiim- '" chambre de Com-
j, Tr "lienne.
I^lou?0'.1 ,e P'l,s aimable est
|te|aS,lri,sc,'v aux clients. Un
TUL|.l Ujours entendre dans
Cernent sa note gaie.
HSr I>l1luns se Plaignen
^VM. Pour le plus grand nom
r*ln,eiV,M" l,;,s I" vitesse
^nta.re et contournent les

Paris-Bazar
VOQf ave/besoin de beaux CHALfS, nuances va-
ries pour cadeau de fin d'anne, empressez-vous
- ' m de passera
Paris-Bazar
Envoyez-y vos portraits, ceux de vos amis, parents
etc, pour agrandissement. Prix trs modrs.
conlouiL.
rues sans corner.
h des
Kiffrm, Jes "glig'-nccs trs
B5S? ^la po,,ce rt-
fil- Il Certai|i*-'nient.
I "VM ct de la Boula n
erie Habana, rue des Fronts-
'orts, un parc o les mar-
chands, les campagnards atta-
chent leurs anima i\ lorsqu'ils
sont au march, e parc est
dans des conditions d'Hygine
dplorables et reprsente un v-
ritable loyer d infection pour les
habitants du qua.-ti r.
Il .ml le faire nettoyer.
Le toit du kiosque de la
Place Uetlrard est en ruine t'n
de ces jours, il croulera tout
simplement.
Dimanche, cul lieu, l'As-
sociation Mixlf deUlvivreCliie
tienne une grande runion
l'occasion de l'installation de
nouveaux membres honoraires
et actifs. Puis on a procd
l'lection des membres du Ru-
rean.
Le Service National d'Hy-
gine Publique communique
qu'au cours de la semaine finis-
sant le 19 Novembre courant, S
cas de livre typhode oui t
dclars Port-au-Prince. Sur
ce nombre. 1 ont accus un r -
sullal positif aprs raction d
W'idal. Pas de dcs d celle
maladie.
MAURICE ETIENNE fils
Angle des Rues du Magasin .'Etal et drs rontx-rorls
... vu le. sccrobales dresser
leur tente nu Champ le Mars.
Ils joueront trs proehaineiiienl.

...a vu, dans une sauterie G
V..., reprocher durement a sou
ami P.... sa hop granit assiduit
auprs de son amie, la gentille
A...P. se lcha. Il y eut aller-
cation, brait, chus de voix. Les
choses raidirent se gter. Mais,
on put faire entendre raison aux
deux amoureux el le bal se pour-
suivi! sans incident.
... voit un tudiant en droit,
D... qui esl continuellement ar-
m de sa serviette, que lui
donna eu prsent un de ses bons
amis, L... R...
L'objet est dj vieux, us, son
cuira reu des ans l'irrparable
outrage ; mais I). le porte quand
mme, prcieusement, comme
une relique sacre. AU les vieux
souvenirs!
... a vu, dimanche soir, vers
les 8 heures, la (rand'Huc, un
avocat qui voulait faire la cour
uncjgriselle. Mais celle ci pr-
frait, parait-il, bonnes espces
sonnailles aux belles et chaudes
paroles; car. Notre (Eu. vit que
e march ne fut pas conclu.
Chacun s'en alla us son ct.
Une fois encore, le cher Me avait
perdu un cause.
... a vu, samedi soir, vers les
9heures,entre la rue des Fronts
Ports et la rue du Docteur Au-
bry 4 shines qui s'taient ins-
talls sous une galerie et jouaient
au .'1-7 i>.
Les parties n'allrent pas sans
bruit; car, bientt une vive al-
tercation s'leva entre les
joueurs. Mais un gendarme sur-
venant) caries, shines. curieux
et le reste, fout disparut.
...a vu, samedi soir, vers il lis.
1 2, au liant de la rue du Dr
Aubry 5 gentilles jeunes filles
qui causaient ensemble. La cou
versstion, laite presqu's voix
basse, s'enlrecoupanl d'clats de
rire el indiquait qu'on parlait de
choses gaies el intressantes.
Oui, choses gaies, on parlait
de... mais chut !.. *

... a vu, lundi malin, rue du
l'Egalit, toui prs di l'Epicerie
Urice, M.... chauffeur, qui avait
pass une excellente nuit chez
la belle 0...
Mais il avait volontairement
oubli de payer el la filie en lui
mettant la mais au sellt, et
le bousculant, le chilfonnant,
lui rappelait, sans tendresse, que
souvent femme varie et bien loi
qui s'y fie.
Chaussures pour bain
mer.
de
La fivre typhode
D'aprs communication lu
Service National d'.lygine Pu-
blique, parmi les c is de typho-
de dclars au G l in de la se-
in ine du 7 au 11 n ivembre.il
y n a '1 dans des villes proches
de la Capitales, l'a Ptionville
el IM autre la Crois-des B i-
(|Uels.
Toutes les mesures prophy-
la : tiques onl t immdiatement
pries pour enpcher tout d
veloppemenl du mal dans ces
villes.
Pour votre enfant
'ES gruaux de Quaker Oats reprsentent une
_^ nourriture excellente pour votre enfant.
Riches en protine, les gruaux de - .
Quaker Oats nourrissent et dvlop- s:. -"'" '*J
peut les tissus musculaires et aident ^-~-.___--;
n la croissance des cheveux, des dents ^JJ-AVA^J-
et des ongles. Il sert rattraper les
forces perdues. Les clments minraux
qu'ils contiennent sont ncessaires
aux os et les mat ici es grasses au corps, y U
Quaker Oats aide considrablement
l'enfant a devenir fort et bien
partant. Demandez votre docteur
quel est le meilleur traitement pour
votre enfant.
Quaker Oats
nLW''
<) It '..(< JtmlMlti
Vers l'augmentation de la rcolte'Au
Cal el l'adioralioQ de s; qualit
(Sl'ITK&FIN)
Ce n'es! nialheureusement pas
tonte la perle; il est logique que
le Cal provenant des lves ver-
tes non en maturit, ne puisse
valoir lu cal provenant les
lves mores, en el'lei, une Im-
portante maison d'exportation
de celle place a cot le premier.
c'est -dire le cal provenant les
fves vertes pojr du machin
'pierre N z .'!, l. 57.50 les 100
livres ( cinquante sept gourdes
el demie les cent livres et) le
deuxime pour lu tri N c 1,
(i. 75 1 s 100 Ihi. (soixante quin-
y.e gourdes les cent livres ) d'o
nue diffrence de prix cuire les
deux sortes, le (i. 17,00 ( dix
Sept gourdes el demie par cent
livres ). L'on se rappellera qua
nous avions trouv une livre el
demie de lves non en ma suite
parfei blanc de cerises* nous pou -
Vins loue valuer SKlbf 1/io 0
( vingt huit livres et demie pour
c ni )cette portion de la rcolte,
s iil : 16.799.197 Ibf ( seiss mil-
lions, sept cent cinquante neuf
mille cent quatre vingt dix sept
livres le Cal lix sept gour-
des et demie le perle quiva-
lant U.2.922J59.(deux mil-
lions inul cent trenle deux
mille, huit cent cinquante ucul
gourdes )de perle pour le pr>-
duetciir cl la Nation, donnant au
total ls. G. 0.400.878 plus
G.X.982.859. (ides. 12.429.717.
( douze millions, quatre cent
vingt ncif mille, sept cent trente
sept go.Il les ) sur lu rcolle de
l'exercice 23>24.
Est-ce, enfin, tout ? non, il
reste la perle finale provenant
du prix relativement fias que
notre Caf obtient sur les mar-
i hs consomiiiale irs, du lui.
prcisment le ces mauvaises
conditions dans lesquelles il est
prpar, ce qui ne peut pie taire
baisser ses qmilils natives en-
Ir'autns I arme et le got, on
s'en rendra faeilensenl eontpte,
eu comparant la qualit lu Cat
provenant des lves en maturit
el celle provenant les fves non
n maturit.
Comme [e l'ai lit au dbut,
ma dmonstration peut tre la-
cilemenl contrle, au surplus
j'ai en ma possession le Caf
provenant de celle exprience.
- Je ne crois pas inutile le faire
remarquer que ce n'est pas a
l'aide de machine que mon d-
corticage s eu lieu, mais selon
h- procd pi imitit. Celle perte
nie flit l'effet les roulages pa
ses de nos douanes, de nos jours
heureusement coups; il s'agit
en ce moment de supprimer ce
coulage d'un nouveau genre,
lequel n'eel pas moins impor-
tant.
Le moyen V il est simple et
Iscile : il n'y a qu' mettre le
Service Technique en mesure
d'avoir un bataillon d'au moins
quinze cents agents agricoles.
Toute conomie sur ce chapitre
srail Irrationnelle.
J'ai pris la base le cent com-
munes et de cinq sections par
commune ave- Irois agents par
section, et, edlc de cent cin-
quante gourdes par agent; je
trouve ainsi qu'il faudrait Deux
millions sept cent mille gourdes
annuellement aux dits agents;
c'est peu le chose eu consid-
rant les services inestimables
qu'ils peuvent rendre an Paya,
au^si ce Chiftre de (i. I.YIncie-
*;:il il lre qu'un premier jas,
' ri messe devrait lre faite
d'augmenter les appointements
le tons ceux qui se seraient si-
gnals, en se distinguant par
Mur intelligente activit et le
souci de I'.iccomplissenient leur devoir. Ces agents n'ont pas
ncessairement besoin d'lreMes
hommes instruits, on n'a |,;ls
besoin d'tre lustrait pour dis-


.-*-.
LE MATIN- i;\ovem|,r,192G
DPURATIF
du
Vice* du Sang \i
Varies, Glandes
Mauvais circulation
h.ite :Ls de Peau
Avarie
f.'.aladles des femmes
Retour d'ag
Etabli.....dm rit* ChotPlnlo
OIUMM PRIX
.-.-ifnx Parti. i M*a
linguer une fve non on matii-
ri e d'-unc fve en maturit it
pour excuter les instruction!
lmentaires du Service Tech-
nique. <'e qu'il f;mt ce sont de
jeunes hommes intelligents el
d'une vigoureuse volont, ; qui
on bruit des leons le choses
dans les fermes d'ezprimcnU
lion, si lourde rle par dis rou-
it iniMiis mensuels oa trimee-
Iriclsen leur allouonl 1rs frais
celle lin. Cesl le moyen d'aller
vile, or il laul aller vue, cor des
millions se perdent annuelle-
ment
Nos canpagnes doivent lre
sillonnes d'agents agricoles en
contact coi slanl avec le pn -
ducteur parmi ses attributioLs
diverses, la principale dvia
lre sanctionne par l'amende.
Inutile de compter sur la bonne
volont des uns cl des autres;
l'acheteur se dira, si moi je ie-
l'use les lves vertes, mon voisin
les achterai je ferai par ainsi
du tort ma clientle, ce qui est
exact; dans cette alternative
personne ne relu sera. Quant au
producteur il est de la dernire
des inconsciences; l'un d'eux
m'a dit pie les lves non eu
maturit donnaient le meilleur
cal, non, c'est l'amende qui
fera tout rentrer dans l'ordre.
Et, qu'on se dise bien que le
producteur ne se laissera pas
Irapper Iroi lois, c'est ne pas le
connatre (pie de le croire, il
n'a qu' tre convaincu d'tre
pinc toutes les fois qu'il est pris
en fsute.
Le Service Technique qui est
le pivot autour duquel doit ara*
viter la puissance agricole, co-
nomique et financire de la Na-
tion, est l'une des plus impor-
tantes institutions du moment,
aussi il doit lre plutt aid de
suggestions profitables, que d'-
tre combattu pur des critiques
acerbes Jet striles Ce Service
d'une ncessit indiscutable,
l'une des plus brillantes iuuo-
vationsduGouvernement Borno
est encourager car c'est par lui
que se tonnera, au 'ur et me-
sure la nouvelle base de l'Kd -
lii e en reconstruction. Beau-
coup peuvent trouver pic cet'e
translormation marche trop len-
tement, ils peuvent lre de honne
loi, mais s Us voulaient consid-
rer le tait indniable, bien (pie
huinuliaiit pour noire amour-
propre national, que nous som-
mes restes tout un long sicle
dans une impuissance mortelle,
ils seraient ports plus de
condescendance.
Aider, doit donc tre la cou
signe salvatrice.
l'.viiAiii) LftCKR
oaoooouoo-----eoooocooooo
Administration Gnrale
des Postes
Avis de dpart
Le dpches pour N-York
et !'Europe ( via N.-York di-
rect t par le iltamer Ancon
s root lennccs jeudi 18 No
ve nbre cou rail t.
i'ort nu Plince, le l No-
ve libre 1026.
D!- MANGET
U .;ib ebttgfl i* t.vtiMB rtliu-
mutins et d'impuref.*. Dirai!* mu, f*-
I iri Dt alliai !a co.if .bii^n du loin.
Kovfxjih.nt Un uJmc. Us varies,
i MmorroldM '.-t dtn-nunant da
liomlii on- . kftft'Mons de la paau
ainii qui cloua et anthrax.
Le DEPUI-Wir DU DOCTEUR
HANOET ueituie lo sans. viviPc ut
assainit l'oruoi.Ume. 11 vite ainsi laa
les >. : wni n i dues a une comLufctloa
11 il .: . : ; ii ; des allinents au ralon-
ti-s.-. .-iiini de la nutrition (uLsii.
AiUune. l'iiii.iiy.i-Mii', i' nu rhuma-
tismes, nvralgies tenaces, ncurastln!.
pia. Insomnies, vartigea, sclauqua,
lumbagos, migraines).
CliM la f^mme 11 regulnrlsc la olr-
eulatlcn du i-uig. facilite les po-
fues. i rpare la formation et vita
tes malaises do l'ge critique. Il
claireit le teint et saura la b.aute
de La peau.
0 constitue un o?r!lent traitement
4o l'artrlo-sclruae en abaissant la
K-nsi'i- artrielle, en diminuant la
Jwcosltd sanguine et eu facilitai '
travail des reins. C
v ...i_
*_
Monsieur Lon lafeau
Chef de dluislan de tIntrieur
Notre s y 111 pu Ihiq u e ami
Lon I.aleau donl nous annon-
cions deriiireniciil le retour
parmi nous aprs un sjour
de prs de deux ans Gnes
o il eut ;' reprsenter la R-
publique, vientdtre nomm
chef de division au Dparte-
ment le l'Intrieur en en-
placemcnl de M. Dominique
Hynpolile.
Nous u >us ri Glissons de
cet heureux choix que vient
de taira le Prsident de la R-
publique Cl prsentons nos
vives flicitations notre col-
laborateur donl l'otlaclieinci.l
et ta dvouement noire mai
son n'ont jamais t pria en
dfaut.
ooooooooooo |xxooooooooo
Il y a de la glace
Depuis hier, les rparal'.o is
nui s excutaient aux machines
de l'L'siue Glace tant Ur.in-
nes la vente de la glace a re-
pris. Ou en tert au public enn-
uie par le pass.
Le* chevauv
des vo ure
publique*
Il est vraiment lamentable de
constater l'tat de maigreur
dans lequel se trouvent les che-
vaux alleli aux buss qui cir-
culent dans lai rues de Poi l-au-
Prince. e soit presque gnra-
meut de pauvres haridelles qui
n'ont (pie la peau sur Ici os et
qui n'avancent qu' grand'peine
sous lis violent-, coups d.- louel
les cochers.
Non p iiHonsq l'un lilcincnl
de police doit uileive lir pour
mettre tin cet tat de choses.
Ai Ecole (Ella Dubois
Le d Dcembre prochain, an*
n versairede Saint Franois Xa-
vier, patron de l'Ecole lilic Du
bois, aura lieu l'Etablisse-
ment une grande vente de bro-
deries et autres ouvrages COU-
lcclionr.es par les ain ienii. sl-
ves. lu grand C.loix de cadeaux
pour li ennes sera aussi expos.
Les heures de vente seront de
1 12 h. a. m. el 2 ."> p, m. I e
soir, se fera le tirage des raflas
dont les listes sont en circula*
lion.
CONSERVE IfSCrTfVTUX PtIGNtS
l>l MtNI'UU' DANS I ES
l'*KM MIHII.1. l'Il AKM M II ETC.
UHpila l Gnral
de la Havane
La Havane A la suite de su vi
site l'Hpital Municipal Qn'al
de la Havane, le pro'e->siur II. Va-
que/., membre de l'Aead-mie de
Mi' I.;;.! de Paris, a crit sur ie
livra d'or : On jaga. du progrA*.
d'une aslioo selon le de^r ils per
fection de ses services d' s* s'..q.,\
Je n'h-tito pas aflirmer ans li
Kpul ique de C h t li vi l> de
la II ivane psrtiea>i*e*n ni p usent
pr-tendre occuper ans d-s nr-m
res p'acei ce lajst d rtrrhie d.-s po-io'e* civilises. 1,1
visite de l'Hpital Gnral a t
un merveillement piur mei .
A laTs7*D.lSl>~
Le problme
de la prostitution
GEPENI------Le Dlgu de U
Rpublique d Cuba vient de pr -
senter k la Socit dl Ni'i >m n i
projet d.; rsolution relative \ im
anqjl e poumiv.e avec l'a le d t
m) i.-li-- nitionales scieatitiq-i se
li un m il.i iv> au sujet d s d t IM
aspects de la pro^lilutiou tl dvi ses
ClUS'9.
Cette pro.i-sitioi a t ex uni
ne par m. S m 'omii qui a con-
clu qu'avant d'laborer une rsylj
lion, il convienlrait d'attendre le
rapport du imilo d'expert insti-
tu par un rsolution du I
eu dde du 1') Avril l9iJ.Li 5i,ne
Commission approuve les conclu-
io:is du Sjus- omi et ex jrim-i
l'espo r (pie le rappoit du Comi'
d'experts sera tabli sur une bise
trs lirge et pourra clai cir tes
ilivii- aspects du probe ne dj h
prostitution.
L'Argentine
et le SainUSigi
BUENOS AIRESLe Saiot-Si
ge a rei;u du Gouvernement argea
tin la n .Vdl e liais des c ;n iii .ti
l'Archa- li .'le sout le; vpl'l
I' snesMO \ baril. Buaabs,P l'.iitMia et J >-e H it.uo.
Le choix de je* prlats i i \ 11 t
par le Snat apr.v< <| ,',| e il v/
une rsolu i n sfAr ns t les droit*
eoii-u ilio n !. du li > iver.ii m n
arg intm d'e>e cer d;s pr. dans la question d*i noiii atiou
eci- lf-i i -11 j u > -.
On peut donc croire que le JilT
reod eutre le Saint biAgS et Bas
nos Ares [qui dure depuis 3 a
nes sert enfin so'.utit nn pui-qn-
Mgr Alberti ayant manifest deii
nitivement sa voloul de a'lr-
pas tomm, c'e>t Mgr Uottaro q i
a li dsigi k l'agrment du Sai t
Pre._______
Le voyaue deiai Lnioa
Amricaine en France
eo 1927
I'aius Plusieurs navires, cons
ti usnt une voit-blc Hotte, snat
sd sssairai p ui liaasporlar d ira
*eri .'Atlantiquele grand pel;iia
SS organ;s en l'rance. penda-t
l't de I9t7,psr la Lgion Amri
came des Ancien '.ombatlants.
C'srl le trai.satlanlique L-Mrl -
llian qui portera le pivi Ion de
l'iAmerican lgion , tenint ainsi
H u de bateau amiral de c t! croi
slfS toute pacifique.

Us MOUSTIQUES introduisent les MALADIES CHEZ-VOUS
GUERRE aux iousliques qui sont
desenuemn insidieux de l'hom
me. Les Mou: tiques sout er.core
plus daDgerei t qu'une plaie: ils
constituent une menace pour le
foyers. Les nirustiques tonl le
vhicules du pnladisme, de la li.'-
vre jaune et d'autres rcuiadies
meurtrires qui ( onlamicent parf( i i
tous les meml r s du Le famille
Aprs de longues annes de ie
cherchas, l'Entrepris* de reLommle
mondiale.la STANDARD 01L COM-
PANY, ( New Jers*y; 6*. I!. a p-r-
ttetionn un produit o!T ni les no
vens rs et simples pour com-
battre les Mou tiques jusqu' leur
extermination complte.
Ce produit c'est le.....FLII'
Vaporise/ avec du Flit. Il est d'une
efliscit telle que fi chacun vou-
drait s'en t-ervir les moustiques
cesseraient u'lre une menace pour
l'humanit.On serait plus heureux
et l'on sol fi irait moins des li
vre?. Ceci est spcialement vrai
lorsqu'il t,'dgit de L,'-Us et d'en
faut tr p j- unes pour se protge'
eux le" mes.
Avec eu produit vaporis on dbar-
r-.s.se une maison des moustiques, et
des n our-lies en quelques instants.
< FI IT est propre, d'un usage la
ils dira-1 toute garantie. Le nom
L reuses p cuves ont dmontr qa
le ((FLIT- vaporis ne tache ni n
gte les vtements les plusdl cal*.
FLIT dtruit tons les insectes qui
infestent les maisons .
A l'aide d'un peu de F LU' va-
poris oa extermine les mjuchei
moustiques, punsia fourmis a isi que leurs larves,
a FLIT p jtre dans les fuites et
ies crevass' \o les insectes ge lo-
gent et dposent leurs laites.
On peui aussi vaporher le FLIT
iur le vlements;car il tue tous le
insectes et leurs larves qui piquent
lts vtement*.
l'our dbairaser "'ic maison de
ces insectes nuisib es il so'lit de
m ervir de FUT.
El vente partout.
STANDARD 011. O i.MPANY ( NV.w Jersiy )F..U.
Distributeur; Westlndia Oil Company
I
MARQUE UEPOSE
DLTHL'IT
Moucher, Moastiqnes, Vers, Foiirm's, Punaises,l'uces, Cancn'i'-
Ue u.-o.ip 1 i itrcs las; -te- et leir- larvaj qui infestant le. m.ions
b. km
Comestibles U
Rue tweniri
Le Brsil et
et la S. D. TJV.
RIO DE JANEIRO Aucun cr
dit aRect K Socit des Nations
ne ligurera dans le p ochaiu bud
g t brsilien, e i : n)uv U -i cr -
une cer'siue --" fss dins le i
lieux de la S 0. N.
En mmoire
dj cardinal Tronchet
BIARRITZ L'a grand service
funbre la mmoire du cardinal
Tronchet, mort rcemment, s t
ce b. ; eu l'g'ise Saiat Thariesde
Bantz Li cr nonie .'est drou
le eo pr e es d'une assistsnee
doulouriusem-nt mur.
0
FFHE DEMPLOi
Detnande une lemmc
chaudeurcTautomobile
9D 40 uns.
Adresse ; NOBTZ
Saucisson de Lyon
aucisson d'Arles et
liment Irais de Consersa
men'airesde la maison
Potin de Taris.
Chez: B.A. Wfi
HB.RueTravei
Parisiana
ce soir
f> 7 de Trfle
Kntre : 0.50
Norwsh Union
Society Ikniied j
Su Capital de Or. O,ooo.ooo
Une des plus kporlanies Coupes d'assuraocttj
confie l'incendie
AaPnttl ~ AuCapHaitien: J. PARAV1SIN*
Agent Gnral J DA ALDER
Poi t-au-Prince
Aa DE MATTIS & CO, R*pr**ntanU V** ti^
. t

-w
t


LE MATIN 17 Novembre 19
*
' La NATIONALE I *
,''~V -:. .'
HidSiVJ&BiS^.?..?,
m
est heureuse d'annoncer
ses clients qu'elle coulinue-
raenco^edorant (oui le mois
de Novembre ladislilmli m
* m
pour 100 Bous primes remis
chez Euq. Le Boss Ci
Nicolas Gordasco
A l'honneur d'offrir au public les incomparables voi-
ItorecREO Sedan-Coup-Touring Car-Sport et
K
LLONS A I.OXS
Costumes de bain luperier
Or. 2.09
Chemisette tricot pour
hommes Or. 0. 60
ables Camions 81)66(1 Wagon de la
de
les;
imi.'-i.m- mari
|i^e, avec leurs pices de rechange.
Pneus et chambres air Mason.
Gazoline et lu les pour moteur.
Bicyclettes t Sport & accessoires.
Pneus et Chan )res air Michelin pour Bicyclettes
Assortiment de peaux et articles de cordonnerie en
gnral..
Chapeaux de paille d'Italie de toutes qualits.
Phonographes et disques Palli.
.Globes et Abat jour de toutes dimensions pour l.im
ps Kleclriques.
Kcbines coudre Vfundlos etNormannia a pied
ella main pour cordonnier, tailleur et couturire.
Huile d'Olive suprieure.
Soi lis de bain Pyjamas
Chandai's de soie Sweaters
Cbfllcs espagnoles de soie dernires nouveauts.
MAGASIN MODERNlda
KA WAS HXJiMANOS
1734, Rue du Magasin de l'Etal
Avis
On trouvera
Qhez Charles H. Gaetjfns
117, Mue Houe ou lionne Fo
Son de Mais 3 gourdes le
sac.
Eug.Le Boss fCo
Agents Gnraux
m
Insurance Co
Une des plus fortes Compagnies |
canadiennes d'assurances
sur la vie.
Eug.Le Boss &
Co.
et les demandes de partout
ne cessent daugmenter
L
ES rendements satisfaisantes les
Trueks et Camions Grahani Bro-
thers leur ont assur la confiance du
public dans tout le monde
Leurs qu dites s >;it des plus hantes
et leurs prix des plus bas les de ma il
des de (irabam sont croissantes les
ventes durant les S premiers mois
de 1926 ont atteint 25.383 camions
en comparaison des 1420*1 vendus
les S premiers mois de 1923.
Les exportations durant ces mmes
S mois ont d|)ass de 60 o O celles
des s premiers mois de 1925.
Les Camions (irabam Brothers et les Voilures de livraison Dodge Brothers
.1/1 de tonne eflectuent 91 o/o des transports requis.
KNEERS GARAGE POHT-Ao-PRrNCE
Grahm Brothers
Truck
CONSTRUITS parLA DIVISION m* CAMIONS
DODGE BROTHERS Inc. VENDUS PARTOUT
par les REPRESENTANTS de la DODGE BROTHERS
i
Albert E. Bcha
Bue Thomas fladiou
La maison Albert E. IUc.ua
annonce a sa nombreuse
clientle qu'elle vient de rece*
voir par le dernier franais
un assortiment de souliirsde
lanlais e pour dames de totltci
les couleurs et de la dernire
mode. Profites de cette boonc
occasion pour obtenir une
marchandise IVaiche et belle.
On trouvera aussi des cha-
peaux garais {pour dames et
fillettes, chapeaux de pailles
pour hommes et entants.
Prix dliant toute eoiicnr
rene.
Elle se rserve encore de
l'aire tat de ce qui est reserve
aux clients.
Rue des Fronts Forts \o K).'l
Albert . HACHA.
The loyal Mail Steamp
Racket Company
NEURASTHNIE. FAIlli-CSCE
CHLOROSE, DEBILITE
sirop y
DESCHIENS
il i'H4mogloblo (gtoMlnr dn *>. priori SWJSttSffStthtfS^ d. Poil*
SI
fl|LRS CIGARETTES
PATRIOTES
pj - >'ii ii* raaltati 'le
raobefehsf patiaitaa daai le donae des
*H n.'iVreoU'it qualit.* de tabac smpInyiM laor 'tbriotiton.
^ !.i^r.uilc I i*tu qti's'tauBI oLlenue duus le public sont
>3 nue preuve Je bnr aprloiiM.
.1% La vaieei Jt Cigarettes Palrlotn as Jep od poioi lu
nombre les i.n : e-. Le-ir COUS d'aanl esl un Vrai coup Je
mail c
leur meoSi 'aflirme, ebiqii |ear, d'atsatat*.
#3 ki
R
Le sle.mcr "Cnriwn venant de
Kingston est attendu Jiume1, le
21 Novembre courant lliluwgeia
a loua les porta du Sud et iera
Poit au l'ii&ce le H Novembre
reliant !e fret pour le ports du
et I Europe.
Port au Pi ince.le 10 Novembre 1926
J. DAALDBR Jr .
Agent Gnral pour Hati
i PT....... "
Remerciements
tk,at Ve J.B.Arll ur.aea enfaos,
et tout les au1 es parentset alli*
les Surs de St Josepn de Cluny,
le.-: Frres de l'lnstru<:lion Chrtien
ne. le Parquet, la Mgitratu-
te, le Barreau, la Corponiion des
Fonds de Pouvoir,et tous les ami*
tant de Port au Prince que |de P
tion Ville et de la < roix des Bou
quels, de recev(ir leurs sincres re
mereieruents pour les nombreux
tmoigusges de s\n.p*iliie qu Ha
ont nu d'eux l'occasion de la
mort de leur regrett
Jtan-BaptMe Arthur
Juge au Tribunal de Paix de la
Capitale, Section Nord,
enlev i leur affection le il Octo
bre dernier.
La famille plore les prie gale
ment de croire en sa profonde gia
Iliade.
Ption Vdle.le 11 Novembre I i
i
Dpt gnr.i!
14
oacaona
Grande Eabriqe de Tabac r m Ckiabakttes
206, Rue Justin Lhrisson,206
Gebara & C
Propritaires &Z
flifirtWWVVMlVVWWliililV^^
Paul E. A\ila
m
ffg|
o Port-au-Prince ( H ai H )
y^y Annonce l'arrive d; son >tock de tinJJ'anne. Soieries
V '/ nouveauts damier clr 'haiJSai*<.a . ..le et Jsoli.tes, Ba.-. ,Je
V~?j oie et d fi nuances m te, P un t ais.tliailes deioie.
, longues franges. Parfums de lo% I praoirai ma que-i lr.ui
( <;aisM. Garuiiure pour robe3 en tous gaare*, collerette'. b,o
j\t d^e. jabots rocjioi, lti >n, Banle.t inoloos. Dentelles Va
leo;iennci Clianlyl y. Parapluies et Ombrelles de soie el
eotor, Tom Pouee Itataiaia. Djptite et linons d lit ou d; co
t .h Mojilijirn, et tous a ticlcs pour .lu i es et fi.lettrs pi ur
^K taales ir minies.
Le :11V Oftt U.ux. Vos int*r
il


l.v. MXTIV -7Novembre 192Q
i
1
t
!

Tour fttf* lituiMix Il faut
tre bien portant. More il
I ( "eM vous suri, ui qui 6i\.s
reaj oncaMcsde la nat Je
votre fan illc. N'attendez
pai qu< voa enfanta loieni
ma lu le. I! ctl plut ainipic
dfeviter h ma'ade.
La du hsm purifiant! i!u
Savon Li!i lui >y t-,,.ktM I, s
m crobva nu.i'jl.x. 11 i n
que non udour disparais**,
l'action prrvutrlo n u
|>criste |.at moin.
LIFEBUS
le Savon
pour la Sant

Ce qui n'a jamais t luit
Ce qui ne peut tre dopasse''.
Kola Champagne
F Sjourn
Prpar* dans des conditions rigoureuses
d'ASEPJIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. ShJOURNii
Angle des Hues Roux et duCenlrc.

Vv ..I. Lever Broe. Co., Boaton, Mua., U.S.A.
Alainiuuui Liae
New-Orlans South America
Steamship Co lue-
roohaii) sldcpai t s directs .poix*
Port-au-Prin c
e
JFai i
le ftteaoaer Clirisliuu Iruoh" ayant laiss
^^ 1 *la,
1K I-Orfana '''7 Novembre sera i port ta- *>'
Pince le 13 avec 200 tonnes de marchandise?
H continuera pour le Cap? Haitien.
^ Leciline Granul Brawer
'i le p/u flci,i/ dea ftecansi/iiu ; (s
flj Fortifie le cerveau, la in.elle epiniere, les os el les
2 reins^Rend puissants el vigoureux les" enrants dbiles, _
.j.,4 les i.'urnes faibles. Les personnes uses par des travaux >,%
**| assidus. jg
'K Kl feule, chez : fimon lieux, lilrcd Vicn, Lopc ??
C Rivera, Ed. Ettve 8" C >, A- Ooltti, ilphonse
H lsir, J. H. Borday,|me (. 11. Doret. Petit- S
g Goive : S- fcrtio.
3 Eosock chez : R. Biouard,f.rar.dBue lo 1709
gg, 6EO, JEANSME & Co, Agents
Le li.il t n p< uie Y | lus en
voc.ue aux fctati-liats.
5'our l'ilhaenlbUon dis b-
b ti des tOBvatefca ls.
le tcut lait en 1111 ie qui
cotent lt.feroia Titan loae.

Je veux du-
L'HOMME qui connat le r-
j glane le plus bienfaisant
la sant apprcie les qualits
constituantes du Quaker Oats.
Il sait en outre qu'en mme
temps que dlicieux, Quaker
Oats dans du lait fournit les
lments si essentiel la croi :-
sanceparfaitedu corps hu...^irt.
Comme il esc au:si peu
coteux et facile prparer.
Quaker Oats est une excellente
nourriture de rgime pour U ^j
les rcxmbret de la famille.

Qaaks
**3
ri an... J., : ;/,, 14,
(n steamer laissera Bel-Orlans le23Rovern
jjj Iiit pour les poits du Rord.
Port-auPrince, le 10 lovembre 1911.
A- du lA.TfliS 4 Gn
%9Ati
.ri'4 Les troi.- indispensables lmen's i la tulrition. jS
**, Der&cib el strilis d'aptes le procd Jutt-llalmaker .* .# Jg
V^ M).ylLK est le aeul'UJj d^ \uclicen pci.dre, se lappiochant .l >'^
^|4 j lus du hit maternel. De,digestion facile, c'e>t l'aliment idal >&
k p En vente cLn : fi
2o/c
*-6.-
a
1
P.

A
\.*' imOB Viiux, Alfred Vieux,'
>'J1 M...1. ne L. II. Dortt
ij BREWER,* rompany'Jnc.
>***. W n^ncnfaTER
KA.Boll. Raphal Bronerd, g
Savinitn Martin eut ijoave 'C'^
m
Ger. JEANSKME & Co
AOSRTI
Tles
NOUVELLEMENT ARRlVESi
En stock '.chez
L. Preeljmann-AcGFRHOLii
Rue|dn Quai,
Tles Tte$"

m
c?
l
1
I
Souvenez vous que les pneus p
les plus solides, et les me* p
leures tubes sonlj tabnqu* g
par E1HESTONE.; m-
Rrestone Full Size Gum
Dipped Italloons sont les piu* u
connus et les plus reche/cnea. m
Propritaires d'Aufoniobiles.
//
w m inoi.s jti.r \rolilaicur f.oodjfar son laltrifjiic'i d'apr> d**i p <' '
ritiiiiiii(|uef ilin qu'elle puisent dtnner la plus le salial etu>n jo .si''.
IHts sonl < nomiquei el ne donnant paa de dillicnli.
t
; ;
N
1 '
I
(
KlteWes! adtes Iradiuy
eon
<-1
<)
POR-U-0 ICE'
CIP4!irTIEN"
l.,<>
->
'.>-4
va

ta

En stock chez to^f*
vous trouverez toutes dimer
tions de pneus Rgu r.HeaV
Duty.lH.aHoon,; High.les-
lubset patche?/
'- PREETZMANNAGGERHOtM
Plus de kilomtre avec
far! Dollars
cyQua*%
> f ?S^P^ ^O^Si:1^ >l>!S3S!@i!aint^^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM