<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN —13 Novembre 192G %  Gotez-y et vous verrez C ETTE MOMtioo de frnichcur et de propret absolue de la txaiche n'a d'autre cause que l'emploi de la Pte Dentifrice Kolynos. Mais la Pte Kolynos fait mieux que de simplement nettoyer. Elle purifie. Sans aucun danger, elle dtruit par millioiw les germes de mali.dies de la bouche, cause de la carie des dents—Elle dissout la pellicule, dloge et vacue les moindres particules de nourriture. Elle assure l'hygine parfaite de la bouche. Ce que l'eau et la brosse ne pourraient jamr.is faire, la Pte Kolynœ l'accomplit rnpidcmtni et absolument. Elle est aussi conomique, car un centimtre de pte sur brosse Sche lufflt a haqu'c nettoyage. PATEOC-NTIF-RICEKOLYNOS tion, tout noir. Kt NOTRE ŒlL admirait aussi le visage du patron tiui, taisant contre toi lune bon cœur, admirait le geste du prodige eune hoinine. oooeoooooo— xx—oooooooooo Noos avons lu m — Le dernier numro du BULLETIN m: LA QUINZAINE qui renseigne amplement sur Ions les faits religieux de l'Artliidiocse et des deux diocse d'Haiti. Le numro contient, en outre, plusieurs pages o sont traits des sujets de haute par te morale. Le Journal Mdical Haitien, numro le Juin-Juillet. Il publie d'intressantes tudes mdicales que chacun lira avec Intrt. —Le numro de Septembre du Bulletin Officiel du Dpartement de l'Instruction Publique. H renferme des inlormatiuns et des statistiques I tj es i..u.vu^..<.u •>"' W niai tue des coles dans les diverses Circonscriptions scolaires.Les rsultats des dernier! examens qui ont eu lieu l'ort-au Prince pour l'obtention du Certificat d'Etude* Primaires y sont aussi publis. — Aussi le Troisime Rapport de la souscription spciale pour la Socit Biblique et des Livres Relig eux d'Ha ti. il donne tous renseigne* DCntl concernant la Socit. Nous remercions pour tes gracieux envois. oooooooooo— xx —oooooooooo Pour Us pupilles de Sa nVAntoine Le samedi. 20 Novembre courant, aura lieu, au profit de rouvre des 'Pupilles de SaintAntome", une grande soire thtrale organiste par un groupe de jeunes tilles. De trs beaux muret aux composeront le programme ; entre autres un "balle*, indien" qui est une reeonslllutu n d'un pisode se droulau! a la coilr d'Auaeaona. Il est hors de doute que le publie assurera la tte de CM g 'titilles et dvolues dl moiselles le plus grand suees, NoifelICConmissioD £ Communale Par Arrt du Prsident de la H publique publi au Moniteur, Bjiie Commission Communale -ompose de MM Desaix l'ilsAim, prsident, MontreYlUt nia re-Antoine et Darius Sainli,,uis,membres*a t nomme o i r grer, jusqu'aux prnehai•' 1 lections les intrts de la ne m iiiune de r.Veul-Saniedi. — *- compliments. oooooeooooo-oooeoooooo Les livres nouveaux Au Cercle Bellevue La Direction du Cercle Bellevue vient de prendre la dcision d'instituer des "Cartes d'invitation" valables pour six mois. Des ramilles dont le clu-l'nW point membre du Cercte recevront ees cartes spciales qui leur permettront d'assister aux sauteries ci l'tes intimes organises, assez souvent, pour les Familles des membres. Ces caries porteront le nom de l'invit et seront rigoureusement rclames a l'entre. Et elles ne seront pas valables pour les grandes soires. ooooooooooo— xx]—ooooooooo Ste Rose de Lima Les membres de l'Association des Anciennes Klves sont pris d'assister une messe de Requiem qui sera dite en la Chapelle Sle Rose le mercredi 17 courant, t> h. et deinie.cn mmoire de Mesdames Jacques Basquiat, Edmond Lespi nasse et de Mlles Eva Dauphin el Eugnie hulort. Les parents et les amis de Hva i cgi etes socieiaires uece des y sont aussi cordialement invits. La Secrtaire KponineJEAN LOUIS oooooooooo— xx —oooooooooo Association de mdecins hatiens Mereredi eut lieu, dans une salle de l'Hpital Gnral, la sance inaugurale d'une Association de mdecins hatiens qui vient dlie londe l'iniliaKve du Dr Dominique, Directeur de l'Ecolede Mdecine, Celle Association, dnomme "Socitde Mdecine d'ilaili", a pour prsident, le Dr lludicourt.poor trsorier, le Dr Bourand et pour secrtaire, le Dr Nlalon Camille. C'est une tr livre essenlielleineni scientifique cre dans le but d'amener une plus troits collaboration er.tre les mdecins hatiens. FIEVRES D'AFRIQUE l'Ail LOUE CHARBONNEU Laurat du Prix de Littrature coloniale ...Les rves, les eaueliemai s produits par la fivre d'Afrique, sous l'influence de stupfiants souvent ncessaires, ne sont pas a comparer avec Us songes Bnins de l'tal normal. Presque toujours, ces rves fivreux confinent une sorte de lolie qui vous pousse approfondir,* rsoudre — le patient en a du moins la conviction les questions qui font ordinairement l'objet de vos prOoccupalioils...-. Ainsi parle le mdecin M:irct>>, dans ePivres d'Afrique morne. Mais pour que M. Louis Cli.uboamenu ail pufaire passer dans le songe livreiix de son hros. le pass, le prsent el |iisqu l'avenir de l'A I ri (j ne — de toute l'Afrique, choses, hles el hommes il a fallu qu'il lui ce qu'il est. un vieux broussard* tertre, qui a couru pied le continent noir, el qui, chaque jour, avait le COUragC, posant son fusil de chasseur ou sou pic de prospecteur, de n iler au crayon, sur ses carnets de roule tout ce qu'il avsil vu, observ, entendu. C'est pourquoi, dans m unies pages de <> Fivres d' Irlque , on peul lire ce qui n'a jamais m ore t dit, el qui constituera de Vritables rvlations sur I histoire, la vie, l'ni.de grands peuples noirs. Et cala est crit dans le style net, clair, vivant, color, qui a contribu a valoir en 1025, le Prix de IJ Itrt are Coloniale, • Mambu el son rmour , ce dlicieux roman au sujet de l'hrone duquel Robert Kemp a pu dire : Voil Mambu immortelle peut-tre, l'gal des amoureuses de Loti.... 1 Vol., Il) lianes. ChezJ. PERENCZ1 et FILS. 0, Une A n loine-Clianliu, PARIS (XIV). A Delmas Demain, il y aura, comme d'or (linaire, messe en la chapelle .le Delmas l'occasion du deuxime di'iirnclie du mois. Convocation Les ire nhres de l'Association des lVpillcsdc Saint-An toine(bie aileurs, adhrents, actifs) son I pris de se runir tous, le dimanche 1 1 Novembre 10 h. du matin, chez Ma dame Supplice, en vue de la prparaii in de la Ivle Littraire qui doit iv r heu bientt • Vanniversaire de V A rmistice aux Etats-Unie WASHINGTON— Taudis que le pr s'aient Coolidge se rend dans l'ouest pour prononcer un discours a Kan sas Ci y l'occasion de l'inaugura lion d'un monument aux morts do la guerre, des prparatitsonl lieu Washington en vue de la clbra tion du jour de l'Armistice sur la tombe du Soldat inconnu au cimetred'Arlington. Des crmonies poi les auront lieu.au Fort Meyer Depuis le rveil jusqu' l'extinction des feux, le drapeau de la garnison demeurera en berne. A onze heures du matin, fantassiur tt artilleurs se mettront en garde vous el pendant une minute observeront le plus comp'et silence. De l'autre ct dj Potomac, une crmonie aura lieu sur la tombe de Woodrow Wilson dans la catb djrsle en construction sur les liauleurs de l'ouest Les amis de l'cxprsident viendront rendre k celui qii fut nomm le (rsident de la gu rre ua pieux et ii.lle hommage NKW VORK — Ce mstiu onze heures, un clairon de la potiea son nira duliaul des ma.clis du City Util un appel aux new-vorkais an %  onant le moment des deux minute: de silence qui doivent marquer le nouvel anniversaire de l'Ar mis'.ice. Tmm ua rrc/ ni, -douJtur UN FAUX PAS U FI OMDESCALIER Les contusions et les foulures se soulagent facilement avec un simple remde. Un impie remde de famille araploy* —M K &t tampe htera W •oulafferaeot d coo%¡ ea. fauluree et blaaaufea. C'a* ainal que noua auvent frquemment des pereomiei du Continent Amricain. "Ayant fait un faux paa— noua crit une balla dama da Mlea. Franc*—Je tomba pluiiauia marebaa U'aec IU Je me lava avec la corpe moulu et pouvmnt peine ma BMMt, mata quelque ttmliemlUxa d.-Llnliuaut^e Sloan m'akWnnt la douleur et tirent disparatre l'iofUmmaUoo." Pendant bian J'acn et dana la monde entier la UoJmant da Sloan a t reconnu comme la vrai calma-doulaur. Une application, ma frotter, adage U> coofeation, tonifia laa muclae amorUa et cauae uuaiitot aon eilvt curati/. Garda>-cn Vujdum un Qaron ^votre porte. En vente dan toutea lm pharmadea. Uniment de Sloan Anantit Toute Douleur verni En Grce LONDRES— Une dpche d'Allincs 1 Ktchange Telegraph an uonc^ que, d'aprs des nouvel es parvenues de l'Ile de Ctte. le gn rai Fan^ilos, ex dictateur grec, montrer.it debii* qu.lque t mpe des signes de drangement crbral. Le premier reprsentant duCana da Washington OTTAWA ( Ontario )— VI. Vincent Majsey e-t devenu oteiellcrnsnt aujourd'hui e premier mi.jtre du Canada a Washington ptr un ordre du conseil vot par le caLinet cet aprs midi. La nouvelle loi de finances franaise PARIS — Le rapport de la corn mission des finances prcise que la nouvelle loi de linauces ne corn porte aucun nouvel Uav^Sl I.PS r cents achats de devis > remplace ront les c dil? eil.i tirs prvu* iourlastabi'Uatiori du franc. Les on Js de la caisse d'amortissement atteindront '.' niihi.ir .et la trso rci-i J MT. tonsidrabltmeit allge 1/S L 'HOMME qui connat le r_/ gime le plus bienfaisant la sant apprcie les qualits a-r.stitur.ntes du tjuuker Oats. Il ;ait en outre qu'en mme temps que dlicieux, Quaker Oats dans du lait fournit 1rs CICmcnts si essentiels ^ la croissanccparfr.'tcduccrps'iiuiv.in. Comme il est aussi peu coteux et facile prparer, Quaker Oats est une e x ce llen te M .un itre de rfljrrre peur www 1 Y S i..a..brc3 de la famille. Quaker Oiaf a> Le mariage de l'Hritier de Belgique BRUXELLES — U prince hri lier de Belgique et la princesse As trid de Sude ont t maris 11 h. 15 ce matin la ca'lidrle de Ste Gudule Lt pression de la foule tait si grande autour de U cath drale qu'un ^rai d nombre de fem mes et d'ei.lants o.it bltsss. 1 n'y a [a eu dncideits g ave?, ment du procs. mais beaucoup de personnes ont • t ttansporh'fs li.pital ou oi nis pour leurs blessures t'.-.ns les pharmacies avoisinaotes ; c'e t la plus giatide manifestation qui lit eu lieu Bruzel'es depuis le ,oi r de l'Atmistire, il y huit ans. Uni par la pi'eur de ^i visag* Li eo h e. hilrila Ufs.li n mmif sli s joi d jne m niera b y 'itaei du cun e sayiit d OCCOS r 1. m i leurs place placi po-sibfe p-uvo'.r I migaihque c^rtg^ ausotirdcl'i g ie.Ei sortmt di la c th'in'e, le cortge est retourn au paleU. Le prince et ln,i 327 pjiut* et parcouru una di tunca d> ii '3 milles. Aux Etats-Unis L'allaite des ptroles WASHINGTON— M. Albert B. Fall qui lut snateur puis scrtai r.de l'intrieur au ai <\ie son ami Edward L Ul,en y ont plaid nod coupib'e t 1 gard de l'accu nation doit Ha sont l'objet pour avoir c .n-pire dans le but de frus trer le gouvoruemeot dsns l'ailaire de la rserve de ptroles de la ma riae Delk llelU Ctlilornie. Le mi n's're public et U dfense oui d clar qu'iU seraient prs piur le 22 Novembre, dite |du comra ace p iga-.L 1 c lonel M:i.i lit c.)ii:plic.t.Les autorits fr pensent que la lumrsi sur le otaplot calalao et rcents ag'sjatneoU du et des a il h.ri:tesur ll t.soco italienne par U tion de.-, deux i..cutpi>. M •.cia.dit oo .tait le chef < pi.-ateuri catalans pu on a trouv quelqacs La g u /eraemsot es| bis avoir pris toutes possibles pour empcher| te du mouvement aSparall lan dcouvert par U polksj *e. D'aprs les in>p ret gnra'*, IH detai is prouveraient qu'ai Ulien dont le nom n'it tl avait averti U g-ui • spsgnol qu'an mou luti binaire se prparait un peu avant que l'etpl ne eut commenc. sti vers la frontire eapagaoisJ Les rcoltes j WASHINGTON mat de l'agriculture il ls pro J .iction dis rcoltas < anne sera le D.'J'pur e* rieurs celle de raosiaj st de 7 3 pour csnl au i ls production moyiant dernires annes. Le complot itatocatalan Garilialdi etlacia vont tre conlronts I'AKIS— M. Ricciolti Garibaldi, pelit fils du patriote italien et le co En crive une peauj avec un a aui. A l'arrivs prit cesse Astri. avait in sa pusssision des' .1 > u menU prouvant qus G irib lii a\a t la cathdrale, la t ml au complot qui avait pour o.c infesta son mo ^ut ds sparer 'a Catalogne de !'E *.utrfosie1 tre nu I pour es msu ar*a, lettre. *** avsz %  Us, il est 1 es procd* %  de misse pour crire si Mai • %  quel en Iruswal-ssWj PEN, H }. sppsreocs, M uniforme. •• e t robusts. THEWAHI Y MOHR I fi urntx t -M. tiuca. Agents r". 0H./swAsat l A. DE MATTIS & CO. Reprsentants F r a Ht ,-. %  •



PAGE 1

tEKATH-ia Novembre I9M U> *un,3 Mi SE RASER FACILEMENT E gT certain, si les lames de voire rasiir oui t aiguises en les tenant humectes ou plus spcialement Ri vou %  ave/, vers une eu deux gouttes de l'huil. TAREkC-hYONE sur le bord tratch.nl h>ant de vous raser et aprs vous tre stivi du lasoir, fiolle/ la\lame enlje votre ponce et oa autre otel humide pr r une goutte d'Luile 1IIREE IN ONE. Cel. empchera la houille d'y adhrer, chasera les microbes tout en ttant la lame aiguise et cible. Le HREE-IN-ON' sur la lame fera galement glisser celle-ci la cilement sur le visage, vitant les cou.^ les et les dmangeaisons Verse/ rgu'i rement l'huile THREE IN ONE sur vot e cuir a repasser, elle rendra voire lam meilleure et la portera devenir de plu en plus tranchante. En vente dans les armureries < t h us IN grands magasins Jen pouteilles de trois di mensions et en bidous portatifr. fTHREE-IN. ONE UIL COMPANY 130, William Street New-York Cilv U.S.A Les efforts de la trance 4 p our le relvement de ne* finance w HS^ L ? % %  *' %  •* France, g*f Jf 0 / 1 \ Trsarerie francai! !£ m cbe ^ ufti8a mmentdedvi. •es trangres .'pour .faire face SS ?u\ d P, a sen t considrablement 100 01,11,00, d e dollars, plus de la moiti da ces devises serviront au paiement des intrts et des amortissements d, obligation* d tenues h l'tranger. Ku outre 30 millions seront consacrs un ver sment 4 la Tivsoierie amricaine en supposant quelaccoid MellonBrer ger suit ratifi par les deux parties. L% p!us grande partie du reliquat sera destine au gouverne mtut britannique.Cette accumula trou de ('e ses UtNfa pas abso'u ment immobilise jusqu'aux chances, elle pourra c.ie utilise en tre temps pour maintenir la Un e te du irauc si u'ael ne Siitire. On Maure que M, loin.ar esprj ar nver a une stabilisation du frau; en vitant de larges lluclualions dans un sens ou riaus uu autre.Les banquiers avec lesquelles il a discut la question commuent pen ser que la blabilUatioj ne pourra 6;re lective av c des crdits lrao gers. Le feu~dtrut une basilique i QUEBEC — La busiliqueae Ste Anne de beaupr, construction en bois dilie pour remplacer l'an cienne dj dtruite par un inceu die, a t galement la proie des flammes ce matin ; la premire glise avait t dtruite il y a t ans et demi. Un grand nombre d objets religieux ont t consums. Bruxelles fte ma i gnifiquement sa Princesse royale "BRUXELLES— La capitale de la Be'gique a reu la princesse Astrid aujourd'hui dans son ma^nifiq .e palais .historique alors que la r ception du deuxime jour de la prsence de la princesse sur le s • belge.a surtout eu un caractre o:li ciel, .le pouple n'a pas manq i d'exprimer ses sentiments de sy i patine et d'enthousiasme. Parisiana Dimanche Les Murailles du Silence Grand film dramaliqae If parties jou par Ken Navarre et IJ.nire N'initier. ""•'' : 2, 3 et 4 <|des 0 FEUE D'EMPLOI Detnaude une temma chaufTeurd'autoniobile SOI 10 ans, Adresse ; NORTZ Eug. Le Boss $ Co Agents Gnraux Usine Glace de Fort au Prince L'Usine Glace de Port an 1 rince, a le regret d'informer ses eslims clients, que par a'Jlted'importantes avaries sn biesa pen de jours d'intervalle parles deux units de l'Usine, elle ne pourra pas fournir de la glaa avant peut tre quatre jours, dlai absolument ncessaire pour faire les rparations. L'Usine espre une ses eslims clients voudront bien prendref en considration ses embarras et lui faire crdit du dlai sollicit. Portait Princcle 13 Nbw 1929 Lra S.pARKS Vice Pr sident Albert . Bcha lue Thomas ladiou L ajmaison s'empresse d'aviser ses trs aimables clientes qu'elle a reu par k* dernier bateau franais un su perbe assortiment de souliers de toutes nuances pour dames, dernier cri. Nous avons galement des chapeaux de paille pour boni me. Jolis chapeaux garnis pour dames. Chapeaux Jean Bail pour garonnets. Chapeaux pour fillettes. Dans vos propres Intrts, visitez nous avant d'aller ailleurs ; nous sommes certains de pouvoir sa'isfaire nos plus difficiles clients ; notre stock de souliers et chapeaux tant de toute il'aicheur et beaut Horo -linie Le_S. s. Henry Nom venant de Kingston et des ports du SuJ s va ici le 14 courant et punira le m. 4 me jour pour l'Europe via lei ports du Nord et Puerto Plais pre nant l'it et passagers. Port au Prince, le 6 Nbre I92i. HAEHNEEH A Go Gnral Agents A vendre l'n bnggy Feltch tout 'attel. Conditions avantagea-e. S'adresser au Journal. •fc. .( ,.<• U •**! .' Ift VMM P ri Le meilleur aliment d?s Enfants dr>ni l'o *'• 7 A a mol et pui.iU.nt la c ni.;no fAiiiiu u OCITIT:?:: Rjcomn: qui •( aux Conralaicci.td r-jsiif.i u: et nand aux Aflr.-J **• ^rj i nouirmcnt m$P 10 SE TWm PxMGUT i. nu* d* % %  Tuth.rl. PAina Insurance Co ^ ne des plus fortes Compagnies canadiennes d'assurances m ICONSTIPATION sur la vie. oontre la prenez les Eug.Le Boss & Co. COMPRIMS SUISSES dj 0ELORT, Pharmacien, tUt, Au. Saint-An loin* C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS Alfx.PErRUBi Pharmacia AI.H HTUII Patrmarl. du DJuatin VlAflD •* tfmln I. hnnn~. fhnrmnr-i— %  ft M g i \lleiilioii t Lisez ceci Messieurs les Gentlemen, %  Ol'LE/.-VOL'S suivre la dernire mode ".' Vou'ez voui OCHOAa C, angle des Hues Kous et du vt t^ sin de l'Etat o vous trouvre/, le clupesu que VOIM d.i e/. '.int, Le chapd.tu (tue celtd Vlriiji d; (^jjimerce TOUS ofTre est queiqu) chose d'eiilraorJiuaire. Tous trouverez les •rpSf G orge'le et dtohinn uni et avec ddsiiu les pliM jolis q i il y %  sur cette pince. Voal trouverez aus^i, des hn do sue girantis par lejr solidit e leur supriorit et de couleurs varies. Acoowez, Accourez, Imil /• mon Je ex foule Pour les Daines et Demoiselles Mesdataa* et MesleuDiseile*, neeaafei rtta ear lt En d'anne i pproche. v? %  fia %* VW $$$$f$ WW'&fr&fc'W^ % G hezF.LaelaneUCl I7I6 Rue du Iajasin de l'Etat. Tlphone No 808 ON TROUVERE LES AR TICEES SUIVANTS: JfA Articles de Mode. Calottes en Sparlerie (Iros et dtail, spitrX lene p r au e, baurs p'ume, Cabochons en parles pour ro*V-ib s, perle*, Bjt'aSi p^rl. t'oufls \iilruche. tonnes de chi•l.4 pnu, < h ipeau irnis. til de soio coudre, coton broder P. Jfi M G chaussures talon bottier, rubans. %  feB Articles de Luxe. — Sasi asaelagi naroqninarie de luia, ^3 Eventai s autruche, cfasuvorM pour dame* et enfants, berel-i >t^ IOU gir.,o:iaets, dentelles '.hintilly, faetelta de soie, dentelle J*or et argent, vilencienoes lines prar linj'rie. .£# Parfumerie. Rstraltv, lotions.poudre, r.tr.u enySoi pour ^ lvres, peignes k coller, peignes Ofe : gaoo liautejrnode, grosses >V, tte, 4 dents, ong'es,ptes, savon, eau de Gologne de fiov .•s Ka^l 'J'^ k t.ot hm IIP M SELECT FAMILY HOUSE M PENSION de EAMIEU^le Jlcr. ordre iTt.Iro de p Igg l — l u,, eu ( ancienne maison de Urtgajr ) Mi Cuisine soigne, confort moderne. Service Hygine irrprochablt. Eugllah ipoken. se habla Espaanol al mme Spriclit Deutcli. Drages d'fenile do Pofo de Hsrne F.n stock! chez : Gao. JEANStME A Co. Agunts i^ttaj



PAGE 1

LE MATIN-13 XOVEMBHE 102C m M m m m t u M limk Simaiiciit fins .1 cjm-.:'.yj.'i^t-.'.iii Grand fvtr enl M l'imtt'rii'r Junt IOIIC leur charnu *t hwiuM M ' Lu ..-ni avec 'e Alnmiimm Lia Niw-QrlansVte! South. America Steamship CostocProoh ainsldpar t s d i rectSpour Port -au Prince "JE-laii Le Steanier * Christian Irfjh u aya..t la! si 4 Nf-Oilans I*' 1 Nwembre MM i Port auPiince le 13 avec 200 tonnes de marclnn lise? ei onlinuera pour le Cap-Hatien. |_p Meamcr ''Eidsliorn" l.Vu-sera \'W Orlans 'e 16 direct* ment pour Poi i-au-l'i-ince, t>n steamer laissent HeW-Otlr'ans le k 23Hovem bre pour les porta du lord, foii-auPriiic.e, le 10 lovcmbie l ( .)26 Ade 1A1TES l t o agents De FRANGE P. P. PATRIZI, Propritaire Cet Etablissement renomm dont l'loge n'est plus tair c vient d'tre compltetncurrestaurjet remis neiu. Le s hamhresont 4 tout le/xinforf'moderne, le service irrprochable, l Restaurant soign est de tout premier ordre.l'HoIel n'ayant pieu nglig pour fa M plaisir su dharmante clientle. Mr. l'ATKISI, quipajrl bientt,apportera son letuur de France e nouvelles amliorations qui donneront h plus entire satisfactions tous 1)1 JEUNER la CHTK, TABLE d-HOTh PLAT du JOUR au CHOIX Pension au mois, hi' t seiuniir, nur jour Garage mis gratuitement la disposition des voyageurs Bains, Douches toutes les heures Tlphone : I • 341 Dans les Magasins souches l'Iloiel.ou trouvera ton tes sortes le provisions. VINS, LIQUEURS, ClOARETTEi, VINS d'EsPAGNE, de BOURGOGNE, d'lTAi.ir.,(in.\Ni) CHOIX de CONSERVES. On y l'.ouve l'arrive, pendant le sjour ou au dpart lotit ce nue l'on dsire au GRAND HOTELde FRANCK: P.P. P.vnuzi.Froprieiair Le lait o poudre le -, lut ta vop.ue m* Btatr-L'uis. 'eur I'I imenlation des bb. et iei (onvalet-cerls. Le seul lait en poi-die qui rc*lient le*>/ttol viianiii-ei 1 Les trois indis.en .Lies lment* a la autrition. Dessch et ttfiM d'apics le procd m Jusl-llalmaker . UOMILK est le seul lail o> \ailuen poudre, te rapprochant le plus du lit ni eroel. De^digesiion facile, c'est l'aliment, idal I our les bL(8. l'.n vente chez : Bimoa VUaa, Alfred Vieux, | A. Boit, Raphal Brooard. Madame L. 11. Doret Savinien MmUn, Petit uoave BREWER & Company Inc. NVRORCHKTER Geo. JEANSF.ME & AdENT Co e' • 7 <; Cl Golombian Steamship Co k le steamer '• Bolivar 4 venant directement de lew-ork est atltndu i Port-au-rViiice le 16 fl" vemlire cit. Il r< partira le tnme Jour p.wr felil-G.oi.ve, li a-joani, |'|fi et Jaciuel en route pour I s ports de la fulomni* prenant fret et passai^* IL. £Port au Ptince, le 12 loverai re 1926 y Colomban Steamship Cuu.pai.y Inc. (iebara&Go Agenls LA MAISON'! Nicolas Cordasco A l'honneur d'offrir an public les IncomparablesjvolturecREO SetJan-Coop-Tourng Car-Sport et les ingalables Camions %  Speed Wagon de la mme mar que, avec leurs pices de rechange. Ineuset chamhivs air Mason. Gazoline et huiles pour moteur. I ic\dettes Sport accessoires. Pneus et Chambres air Michelin pour Picvclettes. Assortiment de peaux et articles de cordonnerie en gnral, rhapeaux de paille d'Italie de toutes qualit?. Phonographes et disques a Palli, Globes et Abat jour dit toutes dimensions pour lam pes Electriques. Machines coudre Mundlos clNoi imiuuia a pied cl la n ain pour cor A unie lui leur it coulu vu-. Ilui!c (I olive sap Heure. •* Le Rhum Nectar Le seul Rhum qui, Ur d'Alcools natnrel> obteau directement p* 1 Di> lillalicn simple du Sirop de Canne'-, d'un Di.'iqu'' et toujoiJ'Smme planta ioa elle *eul qui; v.ci lit par l'a. lion ihi (eir| s dans le* dpla tvte exclusion rigoureuse do ioi> i :, ereux Secrets de fabrication a' fans B.IJ action d'aoton ingrdient d'usit, conserve an juge nu.t de la l'ijnit de i,o! iNotabilils Mdicales et sui \an' l'afprfial'Ol di bons amstsaifi la suavit incomparable di bouqinl il les t itis remarquiib'es qualits hyginiques. Mono prit avec cics, Rhum Neelaff n'enivre pas et ne pro doit pu I* UCOOUPM i la longue, comme lu antres produits lhailairsi et n n me les autres spiritueui. :M.^i i HMaS*&Bffi Frd, Gaetjens Ko H Rue, l'oux ou Bonne Foi, Ko 117. Tlphone ; 607 ON TROLVHA.: Alcool lin pour.liqueur. — Sucre llasco k blane et r 0 uge, g i et dtail PUM granul amiicain.— Savoa par c H >^ i < d t ni Ru par sac et par livre— Sirop Otgiat.U rMiadine, Pche ( e c ). — ( le ireUes, elieblenild Ctai. ( h tnlecer, Paafalon. — Mtacnattet qualit supiH*are — Conserves alin enfuiies.— Caf vieux pr livre, caf ea tondre. — Wi-kv liirt l'.tz.nl offu. CUmragne Matai PM et ti!i, Chai|igr.e qui jei't rivaliser avre avantage evae niaiforte qu'elle marque de la "p!hte. — Cliumpaga* Lanon. Parfumtrie — Vin blanc pilfbouteille*ri gallons — Via ronge par Lonleilles et gallon.--, qua'ile ^upiieure — Clairia Tlerge par barriques et g lions. — Ki,fin le fameux Hliura Nedar. Et la ton rxoin' l'a meuse An; et'o de Vrr.e Fn'd^ric Gaetjens. Venez faire une visite, vois en sor Ire/ ••. *iK NOUVELLEMENT ARRIVES 29 GAUGES En stock chez] T^: J^S2 TTCTt L. P reetzmann-AGGERHOLM Rnefda Quai, Tles Tle IlCe qui n'a jamais t fait Ce qui ne peut-tre dpass. Kola Champagne F SSjourn Prpar dans'despconditions riqoureusesj DASEPSIE 1 Prparation et Vente Pharmacie F. SrJOUHNE Angle des Ruesjioux el riuCentre.ft Leciline Granul Brewer Le plus ac !/ des Reconstituant* Fortifie lc|cerveau, laJJmœlle pinire, gles^osTet If 8 reins.JHend puissants et|vigoureuz les] emants dbile 8 les enimesjl'aihles. Les personnes uses par des travaux assidus. El vente chfz : Sinon fieuv, lllred Tieux, Lopo Eivera, Ed. Lstve tt Co, \. Boit, Alphonse Dsir, J. I. Borday,Ime L 11. Doret. Pf 1 Gove : Slartin. En StOCk Chez : R. Urouard, randHue Ro 1709 GEO.JEANStME & Co, Agents *1 l iiBdjfiJijJHas os Se veod aux Cayes cLez Vve A ^endral RHl HI BARBMCOmT, io R „ e 7HSH!



PAGE 1

DIRECTEUR PROPllll.TAIP.fc JMPRIMIX'Pi j lment MAQL01RB BOIS-VERNA 1358, R" e Amricaine, 1358 I NUMERO CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 242 L'Iiomme intelligent <*! l>on cherchera far tous les moyens sortir de lui-mme et comprendre les mrites des personnes ou les partis auxquels son caractre est le plus oppos. Blackie — .ANNE N-3049 f l&s conseils dune amie.. ••• mil chre petite, vous aiIVoustes devine; qu'y U;! qui doive vous parut tenteux? i.'esl lis nor 1 trs naturel, trs nces usinier. To te jeune lill.Lit celte volution-l cl [hisser parler son cœur se heure de jeunesse, s • f griser de rves de vie > t'aspirera crer un loyer, ifoir une petite famille.. 1er, — mme en rv.tt —, cela constitua nouissement de l'tre des aspirations insi, d'une surahon lance physiques et de r.f morale qui ne dniante se perptuer. Aimez [rvez de loyer, soyez de ce bonheur lutur vous comble d'aise. Mais sachez alten dez, petite, sel.m nos j qu'un cœur rponde *, qu'il se dclare luip. 0> fasse entendre ses Mes. De grce, petite "soyez pas la jeuue •use, taquine, ag:> : qui cingle un sou piridiculise son atiiou(Surtout, restez jeu ne cherchezpaslairc le votre amour, s'il [n'avoir point d'cho! ^* digne; sou lirez silence et ne deverien au moi de lu %  le audacieuse qui se tte des me sieurs et kilspoirraie.it dire l: Ecri elle encore mes pour les deinania,je?. Lalemme sa dignit, mme fministe, ne pas * contrevenant aux k ^*qui nuit l'tourdie tort aux autres jeunes ^toutes les loin mes... %  jeune amie, si l'ol>ie rpond pas votre "exagrez point votre n. Trop <| e c |, ausons N: i Peine d'amour F* mortelle!... * n Pourrait vous citer J? a,0, " consolateur. F*ux proverbe: Un Uhx de retrouvs.. W* daniour est. pour Vd.?'. ,e 1 ui P au oeiepreuve.bien souvent une exprience de valeur. Cest un renoncement au bon lie un relus ses aspira ions intimes, une douleur dominer, une cole d'inhihi'ion et de devoir; car, enfin, il faut bien co.itmuer vivre, sans rien laisser transparatre dt la dception,de l'ara* rtume du cour;c'est un rfnul ment, n cessilaiil n effort souvent rJil r, de domination de soimme. Et cette discipline est u e haute cole (ta caractre. Mais pour que l'preuve soit ellicace, cette dception ne doit pas laisser d' merlu me. Elle doit tre une mailri se de soi qui conduise l'ellort gn, eux, altruiste, au cl n de soi, a quelque chose e suprieur. Notre lan loin de se briser, doit simplement changer de but ; mettez votre amour inemploy uu service de quelque activit sociale: soyez une mre pour l'enfance malheureuse, u n e fille pour la vieillesse uban donne, une amie pour vos compagnes, une enthousiaste de l'idal, et vous serez aussi heureuse en vous donnant beaucoup qn'#n vous rservant un seul. Plus s luvcut qu'on ne le pense, mon amie, un chagrin d'amour fut le point de dpart de l'volution de splendides personnalits, de l'ascension de grandes aines; mais cel, parce que le cœur soutirai.t sut taire abstraction de soi mme, eu se donnant largement et sans compter. Le repli sur soi dans la souffrance strile, sans gnrosit altruiste, ne conduit qu' l'ego i s me troit et mesquin. Soyez donc plutt, petite, la vaillante jeu ne fille qui. dominant sa d ception, se cousicre rsolument Une oeuvre et devien • Ira lu le.n aie clih i ta ire, peutdise; mais active ouvrire de la ruche huma ne; car, l'es, pce vieille tille •, confine en soi et ev lie, n'est plus de notre p que : de l'action pour les autres, de la. joie pour les soutirants de l'enthousiasme autour d • soi et l'abngation de son propre bonheur personnel .-n laveur d'une grau le cause, telles sont les vraies recettes de panser un cœur bless, une Ame meurtrie... PORT-AU-PRINCE (HATI) SAMEDI 13 NOVEMBRE 1936 Grande Loterie Consistant en un'splendide immeuble sis i£*r l'ort-auPrince $?$ |fem.e john B"*fr Ho 18.0 B" I 72 lois qaipiants en s 4, mouvant f "as des plus trouJjoqucs de l'histoire l£',i r,que reconstiW ra 1 mes mystrieux "iroula.ent entre les ^'llesdeschafe/! h *res,con^r*** de Murs. IsHor,, |,: 1 "' a nord 'ballV •' l >e na tienne fauW UlVaie P''scnter fuient de l'U.S.S.Tl accompagne l' juipe — Demain soicParisiani donne Les Murailles du Silence. Marice Rostand intima Le dernier ouvrage de Lon LALEAU En vente au prix de 4 Gdes A Port-au-Prince — Aux Cent mille articles. Vux Gonaives Chez fcfr ArniISt Home. A Jrmie— Chez Mr Louis Desgralf. MAURICE ETlSIWEfib Angle des Rues du Magasin de l'Etat et des tronls-horls Chaussures pour bain de mer, MM. Fmi'e Destanden, Edouard Fadve, 8,000 BILLETS I Lot $ 2,000 t 1,000 10 100 1,000 20 ^O 1,000 m Alfxan Ire Yiih joint |P. J.r.Me>i'e3 T K HILLRTS 20 LotsJ* P.30 P.fiOO 20 JfO 4000 100 t 10 1,000 SflHtfflW g* L'Ile et h iiioilrs A fareme de nos leroentes des m ides excentriques, /ions reproduisons cet article du liniK d'il le la (Jiiiiiziine o est vigoureusement traduite l'opinion du Chef de l'Eglise coadimn ni ces exlrau gances fminines : Pour le bon qonl lminin et chrtien A ueu ue des chrtiennes qui, e 1990, l'anne du Jubil, a pr 1 • l'oreille aux voix venues do Rome, n'a pu manquer d'entendre un mol persistant. Pour ac • eomplir l'un des devoirs de sa charge, le Souverain Pontife redisait celle consigne. Lui. qui legarde au loin et voit de haut. il signalait un pril envahissant, Lui que rclame sans cesse le souci de l'Eglise universelle, il ne craignait pas de s'arrter longuement sur une ques'ion di modes fminines. Certes les abus avaient dj t reconnus, condamns. Mais des ironies, faciles et intresses, ont coutume, sur ce sujet, d'accueillir la critique avec des sourires qui doivent l'niousser. Devant la parole du Pape, lourde de sens, si grave de par l'auto rite dont elle siane et de par les responsabilits qu'elle rappelle, ces ^chappatoires sont fernis. Il ne reste plus que l'alternative du ddain ou de l'obissance ; impossible d'luder. Ici s'applique, ou jamais, la sentence de JsUS-Ghrist, accrditant son Vicaire : Celui qui vous coule, m'coute; celui qui vous mprise me mprise >. On se souvient des piincipales circonstances o le Souverain Pontife a dit son regret 4BI lautes commises et son appel aux collaborateurs qu'il espre. C'tait d'abord lors de l'audience donne, le 20 mai dernier, aux lves et anciennes lves du Sacr-Cœur, venue. 'Koine pour In canonisation d la Rvrende Mre Biirat, Pie X leur dclarait qu'il garderait un remords . s'il ne profitait point de l'occasion pour le ir soulier sa peins et leur demis* der de l'aide. Il leur disait co n bien lui avait t douloureux le gsle, qu'il avait d faire, un jour, d'interdire l'accs du Vatican, de la Maison Paternelles, de telles chivIie.iiKS, h n 151 d'ailleurs mois do il la le me i *ii( |: s sii.iisaur. lient inspire (te la correction dcente. Ce geste, punfM|<,aqiaM Qpmbrj de discours, n avait pas ete compris d'abord; depuis, il avait lait rflchir. Le Saint Pre continuait, en rclamant, non pas seulement la docilit personnelle d ses auditrices mais leur action dans tous les milieux o elles pourraient exercer une autorit, nie influence. %  Mes chres filles, disait-il. Nous vous dni indons d'accueillir l'appel que Nous vous adressons celte heure et de nous venir en aide dans la sainte croisade le 1 1 modestie fminin '. Si nous lanonsceJ appel avec tarit d'sssursncei comme voui le voyez et le sentez, c'csl q te Nou<" comptons sur vous Comme an Pre sur ses enfants. Nous vous voyons dj vous, vus compagnes, vos amies, suniirahleiueni nombreuses et idmirablamnl annes pour ce nouveau combat. Un peu plus tard, e i Se, leav bre, un plerinage rhnan,qui comprenait un grOtlDS important de leniines catholiques . Pis XI tenait le mme langage. Le 27 Octobre 1025, les Congressistes de l'Union Internat a nale des Ligues Fminines Catholiques taient, leur tour, admises au Vatican. Le SaintPre, en leur parlant, prtendait s'adresser au monde chrtien dont il voyait devant lui les reprsentantes. Ctail donc, tous les chos qu'il lanait l'expression de sa plainte et de son ispoir. Kl, dans les points du programme qu'il approuvait, longuement il insistait sur la lutte contre la mode immorale qui est une vraie houle pour un si grand nomhre de femmes qui se disent chrtiennes %  Nous nous rjouissons, ajoutait Pic XI, de vous trouver si bien d'accord avec Nous dus une de nos plus grJVSS proccupations . Au cours d'une audience prive ult.ieure le Souverain Pontilfl rptait la Comtesse Jean le Castellsne, pour qu'elle le redll autour d'elle, quel re (Iress •ni.-iil des ides et dJS mœ irs tait demand, sur le chapitre des moles et ds \* tenue, a toutes celles qui ne veulent pas totalement oublier les exigences de leur Christianniante. Ce mot d ordre paternel et catholique,qui l<>ii retentir dans le monde entier, u'avons-iioiis pas, en Hati, un spcial devoir de l'entendre ? Si la rveil religieux de notre patrie nous lient cœur, si nous pensons, avec les lites qui se forment sur notre col,qaj la premire condition ('u renouveau est l'affirmation i elle et courageuse de noire loi, i e sentons-nous pas que les pa rles seront vaines si elles ne correspondent pas nos dmarches, notre tenue ? Des examens de conscience s imposent pour le bon renom de notre christianisme, pour le succs de ses revendications. Lorsque nos adversaires oui vu nombre de lemmes et de jeunes filles, qui se disaient chrtiennes, n'avoir pas le courage de rompre, malgr tous les avertissements reus, avec dos modes inconvenantes, avec des divertissements m a I s a i n s, n'taient-ils pas en droit d'estimer lgre, l'armature morale qui se revt elle mme d'un pareil quipement extrieur? C'est enfin ici la cause du bon got qu'il s'agit de dfendre, car personne ne se trompera sur le sens et la porte du mouvement qui se dessine. L'lgance vritable, la distinction authentique n'ont rien sacrifier. Il n'est question, au contraire, que de leur rendre leur sceptre dans un do naine o elles se laissent si so ivent dtrner par des fantaisies de basse origine.Remises l'aonneur si a leur place, elles rtabliront des modles dont la morale chrtienne n'aura plus Sea SiJe Ion Ce soir, n'oubliez pas, mesdames, messieurs Gilles de Laval Sal oaeur de Ret£Ce Soir, allez a Saint-Louis de (ionzague assister aux derniers jours de ce Grand et No ble Capitaine du XVinie sic le qui, aprs avoir brill au pie mier ringel connu tous les bonne ira comme Conseiller et Chaml) dlan du Koi Charles Vil, compagnon le Jeanne d'Arc e! Marchal de France, termina sa vie si belle par (les atrocits rvoltantes qui en firenl dans la ralit un sinistre prcurseur du Barbe Bleu des Contes de fe* Jamais nous dit Miclielel.les tyrans les plus sanguinaires n ont imagin de cruauts plus excrables que celles coinini ses par ce tou. Les personnes maniai de leur carie se prsenteront aux trois entres situes levant la Chapelle. Des cartes, s'il res lent encore de places, seront dlivres aux retardataires par l'entre de la Bibliothque. Les barrires se. ont ouvertes 7 h. 1/4. Le rideau sera lev 8 lires prcises. (in.'.is I.I: Hi:rz — Le Barbe bleu de lu lgende.na mil ver l400.II lit ses premires arme ; • ous Charles VII, assista Jean lie d'Arc au sige d'Orlans et lui noinm • marchal de France a ungl-ein | .MIS. M us. de hoiin heiiic.il quitta l.uni e, cl se relira dans s >;i chteau de Tillauges. Il y mena une vc fastueuse et criminelle, s'enlouraiil de sorciers, se livrant a x pratiques les pins Immondes, cl sacrifiant au de mon, des enfants cl des lemmes, afin d'obtenir de Por. La duc de Drclagna lit cern le chteau de Machecoul o Gilles de Relas sciait rfugi.Le terrible chevallier fut pris et excut .Naiilcs h '^ir du [bal de chez M.... deu< jeunes Ml ;s, .1 us cou si les. Y... M... et S .. M...qui rentraient chez elles nu-pieds. Leurs 20 orteils mignons el dlicats s'enfonaient clans la houe et elles portaient prcieusement la main leurs quatre petits sou • liera de satin qui (louent danttr tous les bals de Dcembre. • ...a vu. jeudi soir, dans un de nos brilla ils dancings, II... nui, brouill devis quelques juil avec sa halle voulait rentrer en grce. II imi)' >rail le pardon Ja 1 1 cruelle. M lis larm is, prires, ri-n n'y luis ni et, durement la '•fille" lui tourna sos talons avouant (pi elle avait un autre ain mt M... R... qui luiovsH pro, m s de lui luire voir New-York. • • ... a vu, je idi sou au CdNtLouis, Petit-Four, proprio: A... N.. .toujours eli uni mt. le jeune J... D... qui gagna au pocker une boite d'excellents cigares el ils les distribuail A ses am s. (., i n plaisir de voir le gwl* \mtgt du jeune ho nme distnbusnl A ions les gros et bons cigares que lui avait donns le hasard. I J NOTRE (Eli, voyait chacun avoir I la... gueule ua gros point d'exclama-<


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06863
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, November 13, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06863

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPllll.TAIP.fc
JMPRIMIX'Pi
j lment MAQL01RB
Bois-Verna
1358, R"e Amricaine, 1358
I
NUMERO
CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
L'Iiomme intelligent <*! l>on
cherchera far tous les moyens
sortir de lui-mme et com-
prendre les mrites des person-
nes ou les partis auxquels son
caractre est le plus oppos.
Blackie

.ANNE N-3049
fl&s conseils dune amie..

mil chre petite, vous ai-
IVoustes devine; qu'y
U;! qui doive vous parut
tenteux? i.'esl lis nor
1 trs naturel, trs nces
usinier. To te jeune lill.-
Lit celte volution-l cl
[hisser parler son cur
se heure de jeunesse, s
f griser de rves de vie >
t'aspirera crer un loyer,
ifoir une petite famille..
1er, mme en rv.-
tt , cela constitua
nouissement de l'tre
des aspirations ins-
i, d'une surahon lance
physiques et de r.-
f morale qui ne dnian-
te se perptuer. Aimez
[rvez de loyer, soyez
de ce bonheur lutur
vous comble d'aise.
Mais sachez alten
dez, petite, sel.m nos
j qu'un cur rponde
*, qu'il se dclare lui-
p. 0> fasse entendre ses
Mes. De grce, petite
"soyez pas la jeuue
use, taquine, ag:>
: qui cingle un sou pi-
ridiculise son atiiou-
(Surtout, restez jeu ne
cherchezpaslairc
le votre amour, s'il
[n'avoir point d'cho!
^* digne; sou lirez
silence et ne deve-
rien au moi de lu
le audacieuse qui se
tte des me sieurs et
kilspoirraie.it dire
l: Ecri elle encore
mes pour les deinan-
ia,je?. Lalemme
sa dignit, mme
fministe, ne pas
* contrevenant aux
k^*qui nuit l'tourdie
tort aux autres jeunes
^toutes les loin mes...
* jeune amie, si l'ol>-
ie rpond pas votre
"exagrez point votre
n. Trop <|e c|,ausons
N: i Peine d'amour
F* mortelle!...
*n Pourrait vous citer
J? a,0," consolateur.
F*ux proverbe: Un
Uhx de retrouvs..
W* daniour est. pour
Vd.?'.,e 1ui P au
oeiepreuve.bien sou-
vent une exprience de valeur.
Cest un renoncement au bon
lie un relus ses aspira
ions intimes, une douleur
dominer, une cole d'inhihi-
'ion et de devoir; car, enfin, il
faut bien co.itmuer vivre,
sans rien laisser transparatre
dt la dception,de l'ara* rtume
du cour;c'est un rfnul ment,
n cessilaiil n effort souvent
rJil r, de domination de soi-
mme. Et cette discipline est
u e haute cole (ta caractre.
Mais pour que l'preuve
soit ellicace, cette dception
ne doit pas laisser d' merlu
me. Elle doit tre une mailri
se de soi qui conduise l'el-
lort gn, eux, altruiste, au cl n
de soi, a quelque chose e
suprieur. Notre lan loin de
se briser, doit simplement
changer de but ; mettez votre
amour inemploy uu ser-
vice de quelque activit so-
ciale: soyez une mre pour
l'enfance malheureuse, u n e
fille pour la vieillesse uban
donne, une amie pour vos
compagnes, une enthousiaste
de l'idal, et vous serez aussi
heureuse en vous donnant
beaucoup qn'#n vous rser-
vant un seul.
Plus s luvcut qu'on ne le
pense, mon amie, un chagrin
d'amour fut le point de dpart
de l'volution de splendides
personnalits, de l'ascension
de grandes aines; mais cel,
parce que le cur soutirai.t
sut taire abstraction de soi
mme, eu se donnant large-
ment et sans compter. Le repli
sur soi dans la souffrance st-
rile, sans gnrosit altruiste,
ne conduit qu' l'ego i s me
troit et mesquin. Soyez donc
plutt, petite, la vaillante jeu
ne fille qui. dominant sa d
ception, se cousicre rsolu-
ment Une oeuvre et devien
Ira lu le.n aie clih i ta ire, peut-
dise; mais active ouvrire de
la ruche huma ne; car, l'es,
pce vieille tille , confine
en soi et ev lie, n'est plus de
notre p que : de l'action pour
les autres, de la. joie pour les
soutirants de l'enthousiasme
autour d soi et l'abngation
de son propre bonheur per-
sonnel .-n laveur d'une grau le
cause, telles sont les vraies re-
cettes de panser un cur
bless, une Ame meurtrie...
PORT-AU-PRINCE (HATI)
SAMEDI 13 NOVEMBRE 1936
Grande Loterie
Consistant en un'splendide immeuble sis i*r
l'ort-au- Prince $?$
|fem.e john B"*fr Ho 18.0 B"
I 72 lois qaipiants en s 4 pil OM!up d un Comit, rompos de ggj,
de Ht
k-w-Frlnce. -
B* 8 heures,
aiot-Louis de
teuxime de
tZl>, mouvant
f "as des plus trou-
Jjoqucs de l'histoire
l',i r,que reconsti-
Wra1mes mystrieux
"iroula.ent entre les
^'llesdescha-
fe/!h*res,con-
^r*** de Murs.
IsHor,, |,:"1"' a nord
'ballV 'l>e na tienne
fauWUlVaieP''scnter
fuient de l'U.S.S.Tl
accompagne l' juipe
Demain soicParisiani
donne Les Murailles du Si-
lence. _________
Marice Rostand intima
Le dernier ouvrage de
Lon LALEAU
En vente au prix de 4 Gdes
A Port-au-Prince Aux
Cent mille articles.
Vux Gonaives Chez fcfr
ArniISt Home.
A Jrmie Chez Mr Louis
Desgralf.
MAURICE ETlSIWEfib
Angle des Rues du Magasin de
l'Etat et des tronls-horls
Chaussures pour bain de
mer,
MM. Fmi'e Destanden,
Edouard Fadve,
8,000
BILLETS
I Lot $ 2,000
t 1,000
10 100 1,000
20 ^O 1,000
m
Alfxan Ire Yiih joint
|P. J.r.Me>i'e3
T K HILLRTS
20 LotsJ* P.30 P.fiOO
20 JfO 4000
100 t 10 1,000
SflHtfflW
g*


L'Ile et h iiioilrs
A fareme de nos leroentes
des m ides excentriques, /ions
reproduisons cet article du
liniK d'il le la (Jiiiiiziine o
est vigoureusement traduite
l'opinion du Chef de l'Eglise
coadimn ni ces exlrau gances
fminines :
Pour le bon qonl
lminin et chrtien
A ueu ue des chrtiennes qui, e
1990, l'anne du Jubil, a pr1
l'oreille aux voix venues do
Rome, n'a pu manquer d'enten-
dre un mol persistant. Pour ac
eomplir l'un des devoirs de sa
charge, le Souverain Pontife re-
disait celle consigne. Lui. qui
legarde au loin et voit de haut.
il signalait un pril envahissant,
Lui que rclame sans cesse le
souci de l'Eglise universelle, il
ne craignait pas de s'arrter lon-
guement sur une ques'ion di
modes fminines.
Certes les abus avaient dj
t reconnus, condamns. Mais
des ironies, faciles et intresses,
ont coutume, sur ce sujet, d'ac-
cueillir la critique avec des
sourires qui doivent l'niousser.
Devant la parole du Pape, lourde
de sens, si grave de par l'auto
rite dont elle siane et de par
les responsabilits qu'elle rap-
pelle, ces ^chappatoires sont
fernis. Il ne reste plus que l'al-
ternative du ddain ou de l'o-
bissance ; impossible d'luder.
Ici s'applique, ou jamais, la sen-
tence de JsUS-Ghrist, accrdi-
tant son Vicaire : Celui qui
vous coule, m'coute; celui qui
vous mprise me mprise >.
On se souvient des piincipa-
les circonstances o le Souve-
rain Pontife a dit son regret 4bi
lautes commises et son appel
aux collaborateurs qu'il espre.
C'tait d'abord lors de l'au-
dience donne, le 20 mai der-
nier, aux lves et anciennes
lves du Sacr-Cur, venue.
'Koine pour In canonisation d
la Rvrende Mre Biirat, Pie X
leur dclarait qu'il garderait un
remords . s'il ne profitait
point de l'occasion pour le ir
soulier sa peins et leur demis*
der de l'aide. Il leur disait co n
bien lui avait t douloureux le
gsle, qu'il avait d faire, un
jour, d'interdire l'accs du Va-
tican, de la Maison Paternelles,
de telles chivIie.iiKS, h n 151
d'ailleurs mois do il la le me
i *ii( |: s sii.iisaur.lient inspi-
re (te la correction dcente. Ce
geste, punfM|<,aqiaM Qpmbrj
de discours, n avait pas ete com-
pris d'abord; depuis, il avait lait
rflchir.
Le Saint Pre continuait, en
rclamant, non pas seulement la
docilit personnelle d ses au-
ditrices mais leur action dans
tous les milieux o elles pour-
raient exercer une autorit, nie
influence.
Mes chres filles, disait-il.
Nous vous dni indons d'accueil-
lir l'appel que Nous vous adres-
sons celte heure et de nous
venir en aide dans la sainte
croisade le 11 modestie fmi-
nin '. Si nous lanonsceJ appel
avec tarit d'sssursncei comme
voui le voyez et le sentez, c'csl
q te Nou<" comptons sur vous ,
Comme an Pre sur ses enfants.
Nous vous voyons dj vous,
vus compagnes, vos amies, su-
niirahleiueni nombreuses et id-
mirablamnl annes pour ce
nouveau combat.
Un peu plus tard, e i Se, leav
bre, un plerinage rhnan,qui
comprenait un grOtlDS impor-
tant de leniines catholiques .
Pis XI tenait le mme langage.
Le 27 Octobre 1025, les Con-
gressistes de l'Union Internat a
nale des Ligues Fminines Ca-
tholiques taient, leur tour,
admises au Vatican. Le Saint-
Pre, en leur parlant, prten-
dait s'adresser au monde chr-
tien dont il voyait devant lui les
reprsentantes. Ctail donc,
tous les chos qu'il lanait l'ex-
pression de sa plainte et de son
ispoir. Kl, dans les points du
programme qu'il approuvait,
longuement il insistait sur la
lutte contre la mode immorale
qui est une vraie houle pour un
si grand nomhre de femmes qui
se disent chrtiennes "
Nous nous rjouissons, ajou-
tait Pic XI, de vous trouver si
bien d'accord avec Nous dus
une de nos plus grJVSS proc-
cupations .
Au cours d'une audience pri-
ve ult.ieure le Souverain
Pontilfl rptait la Comtesse
Jean le Castellsne, pour qu'elle
le redll autour d'elle, quel re
(Iress ni.-iil des ides et dJS
m irs tait demand, sur le
chapitre des moles et ds \*
tenue, a toutes celles qui ne
veulent pas totalement oublier
les exigences de leur Christian-
niante.
Ce mot d ordre paternel et
catholique,qui l<>ii retentir dans
le monde entier, u'avons-iioiis
pas, en Hati, un spcial devoir
de l'entendre ? Si la rveil reli-
gieux de notre patrie nous lient
cur, si nous pensons, avec les
lites qui se forment sur notre
col,qaj la premire condition
('u renouveau est l'affirmation
i elle et courageuse de noire loi,
i e sentons-nous pas que les pa
rles seront vaines si elles ne
correspondent pas nos dmar-
ches, notre tenue ?
Des examens de conscience
s imposent pour le bon renom
de notre christianisme, pour le
succs de ses revendications.
Lorsque nos adversaires oui vu
nombre de lemmes et de jeunes
filles, qui se disaient chrtien-
nes, n'avoir pas le courage de
rompre, malgr tous les aver-
tissements reus, avec dos mo-
des inconvenantes, avec des di-
vertissements m a I s a i n s, n'-
taient-ils pas en droit d'estimer
lgre, l'armature morale qui se
revt elle mme d'un pareil
quipement extrieur?
C'est enfin ici la cause du bon
got qu'il s'agit de dfendre, car
personne ne se trompera sur le
sens et la porte du mouvement
qui se dessine. L'lgance v-
ritable, la distinction authenti-
que n'ont rien sacrifier. Il
n'est question, au contraire, que
de leur rendre leur sceptre dans
un do naine o elles se laissent
si so ivent dtrner par des fan-
taisies de basse origine.Remises
l'aonneur si a leur place, elles
rtabliront des modles dont la
morale chrtienne n'aura plus
Sea SiJe Ion
Ce soir, n'oubliez pas, mes-
dames, messieurs !
Gilles de Laval
Saloaeur de Ret-
Ce Soir, allez a Saint-Louis
de (ionzague assister aux der-
niers jours de ce Grand et No
ble Capitaine du XVinie sic le
qui, aprs avoir brill au pie
mier ringel connu tous les
bonne ira comme Conseiller et
Chaml) dlan du Koi Charles
Vil, compagnon le Jeanne
d'Arc e! Marchal de France,
termina sa vie si belle par (les
atrocits rvoltantes qui en
firenl dans la ralit un sinis-
tre prcurseur du Barbe Bleu
des Contes de fe*
Jamais nous dit Miclielel.les
tyrans les plus sanguinaires
n ont imagin de cruauts plus
excrables que celles coinini
ses par ce tou.
Les personnes maniai de
leur carie se prsenteront aux
trois entres situes levant la
Chapelle. Des cartes, s'il res
lent encore de places, seront
dlivres aux retardataires par
l'entre de la Bibliothque.
Les barrires se. ont ouver-
tes 7 h. 1/4. Le rideau sera
lev 8 lires prcises.
(in.'.is i.i: Hi:rz Le Barbe
bleu de lu lgende.na mil ver
l400.II lit ses premires arme ;
ous Charles VII, assista Jean
lie d'Arc au sige d'Orlans et
lui noinm marchal de Fran-
ce a ungl-ein | .mis. M us. de
hoiin heiiic.il quitta l.uni e,
cl se relira dans s >;i chteau
de Tillauges. Il y mena une
vc fastueuse et criminelle,
s'enlouraiil de sorciers, se li-
vrant a x pratiques les pins
Immondes, cl sacrifiant au de
mon, des enfants cl des lem-
mes, afin d'obtenir de Por.
La duc de Drclagna lit cer-
n le chteau de Machecoul o
Gilles de Relas sciait rfugi.Le
terrible chevallier fut pris et
excut .Naiilcs h '^ bre 1 110.
Au II iluiiial. il avait paru le
front haut el c\nique, inais.de
va ni la mort, il regretta ses
crimes cl implora le pardon
de Dieu et des hommes.
... a vu, jeudi soir, vers i; heu-
res 1 2, rue des Miracles, tout
prs des Bureaux des Tlgra-
phes Terrestres, un lgant Doc
leur, R... qui lais.iit une tendre
causette une infirmire M... ('....
Le couple, dans le chien et
loup de la galerie, resta un long
quart d'heure en tts tte. Le
brave docteur, in certain mo-
ment, exhiba un papier qu'il
Communiqua sa compagne.
Vais tout pies, sous la inum
galerie, Norui: (J'.u. voyait aussi
un lacleurdea tlgraphes qui,
avec peut-tre moins do chic,
n'sssurail pas moins, pour sa
.....' "iiores d'une fille hou
souper, hou gne n ............
*
' *
... 8 VU.ieUUI vers . heures ila
l'aprs-midi, lii/.olou. quatre
copains descendre d'une auto'
Ils revenaient de Carrefour et,
trs gais, ils entrrent (huis une
guinguette o se dbitent des
verres 10 sons. Chuciin des
quatre l'attendait tre l'objet
de l'attention de la Patronna
qui est assez jolie. Mais leur
plus vive surprise, un cinquime
se trouvait dj dans la place et,
a son air, il laissait, (oui net, de-
viner qu'aile tait au pramfs:
occupant.
... vit les I :u mirer un grau 1
BOng-froid pour ne point froisse
le j.doux matre de cans : ils
prirent cong de la Patronne]
mais emportai)! avec eus dans
l'auto Celui qui, suis Me sivoir,
avait euipch' une belle partie
de plaisir.
*
...a vu, le s >ir du [bal de chez
M.... deu< jeunes Ml ;s, .1 us cou
si les. Y... M... et S .. M...qui ren-
traient chez elles nu-pieds. Leurs
20 orteils mignons el dlicats
s'enfonaient clans la houe et
elles portaient prcieusement
la main leurs quatre petits sou
liera de satin qui (louent danttr
tous les bals de Dcembre.

...a vu. jeudi soir, dans un de
nos brilla ils dancings, II... nui,
brouill devis quelques juil
avec sa halle voulait rentrer en
grce. II imi)' >rail le pardon Ja
11 cruelle. M lis larm is, prires,
ri-n n'y luis ni et, durement la
'fille" lui tourna sos talons
avouant (pi elle avait un autre
ain mt M... R... qui luiovsH pro- ,
m s de lui luire voir New-York.


... a vu, je idi sou au CdNt-
Louis, Petit-Four, proprio: A...
N.. .toujours eli uni mt. le jeune
J... D... qui gagna au pocker une
boite d'excellents cigares el ils
les distribuail A ses am s. (., i n
plaisir de voir le gwl* \mtgt du
jeune ho nme distnbusnl A ions
les gros et bons cigares que lui
avait donns le hasard. I j Notre
(Eli, voyait chacun avoir I la...
gueule ua gros point d'exclama-


-<


LE MATIN 13 Novembre 192G

Gotez-y
et
vous verrez
CETTE MOMtioo de frnichcur et de pro-
pret absolue de la txaiche n'a d'autre
cause que l'emploi de la Pte Dentifrice
Kolynos. Mais la Pte Kolynos fait mieux
que de simplement nettoyer. Elle purifie. Sans
aucun danger, elle dtruit par millioiw les germes
de mali.dies de la bouche, cause de la carie des
dentsElle dissout la pellicule, dloge et vacue
les moindres particules de nourriture. Elle assure
l'hygine parfaite de la bouche. Ce que l'eau et la
brosse ne pourraient jamr.is faire, la Pte Kolyn
l'accomplit rnpidcmtni et absolument.
Elle est aussi conomique, car un centimtre de
pte sur brosse Sche lufflt a haqu'c nettoyage.
PATE- OC-NTIF-RICE-
KOLYNOS
tion, tout noir. Kt Notre lL
admirait aussi le visage du pa-
tron tiui, taisant contre toi lune
bon cur, admirait le geste du
prodige eune hoinine.
oooeoooooo xxoooooooooo
Noos avons lu
m
Le dernier numro du
Bulletin m: la Quinzaine qui
renseigne amplement sur Ions
les faits religieux de l'Artlii-
diocse et des deux diocse
d'Haiti.
Le numro contient, en ou-
tre, plusieurs pages o sont
traits des sujets de haute par
te morale.
_ Le Journal Mdical Hai-
tien, numro le Juin-Juillet.
Il publie d'intressantes tu-
des mdicales que chacun lira
avec Intrt.
Le numro de Septembre
du Bulletin Officiel du Dpar-
tement de l'Instruction Pu-
blique. H renferme des inlor-
matiuns et des statistiques Itj es
i..u.vu^..<.u >"' W niai tue
des coles dans les diverses
Circonscriptions scolaires.Les
rsultats des dernier! exa-
mens qui ont eu lieu l'ort-au
Prince pour l'obtention du
Certificat d'Etude* Primaires
y sont aussi publis.
Aussi le Troisime Rap-
port de la souscription sp-
ciale pour la Socit Biblique
et des Livres Relig eux d'Ha
ti. il donne tous renseigne*
DCntl concernant la Socit.
Nous remercions pour tes
gracieux envois.
oooooooooo xx oooooooooo
Pour Us pupilles
de Sa nVAntoine
Le samedi. 20 Novembre cou-
rant, aura lieu, au profit de
rouvre des 'Pupilles de Saint-
Antome", une grande soire
thtrale organiste par un grou-
pe de jeunes tilles.
De trs beaux muret aux com-
poseront le programme ; entre
autres un "balle*, indien" qui
est une reeonslllutu n d'un pi-
sode se droulau! a la coilr
d'Auaeaona.
Il est hors de doute que le pu-
blie assurera la tte de CM
g 'titilles et dvolues dl moi-
selles le plus grand suees,
NoifelICConmissioD
Communale
Par Arrt du Prsident de la
H publique publi au Moniteur,
Bjiie Commission Communale
-ompose de MM Desaix l'ils-
Aim, prsident, MontreYlUt
nia re-Antoine et Darius Sainl-
i,,uis,membres*a t nomme
o ir grer, jusqu'aux prnehai-
' 1 lections les intrts de la
nemiiiune de r.Veul-Saniedi.
*- compliments.
oooooeooooo-
-oooeoooooo
Les livres nouveaux
Au Cercle Bellevue
La Direction du Cercle Belle-
vue vient de prendre la dcision
d'instituer des "Cartes d'invita-
tion" valables pour six mois.
Des ramilles dont le clu-l'nW
point membre du Cercte rece-
vront ees cartes spciales qui
leur permettront d'assister aux
sauteries ci l'tes intimes orga-
nises, assez souvent, pour les
Familles des membres. Ces car-
ies porteront le nom de l'invit
et seront rigoureusement rcla-
mes a l'entre. Et elles ne se-
ront pas valables pour les gran-
des soires.
ooooooooooo xx]ooooooooo
Ste Rose de Lima
Les membres de l'Association
des Anciennes Klves sont
pris d'assister une messe de
Requiem qui sera dite en la
Chapelle Sle Rose le mercredi
17 courant, t> h. et deinie.cn
mmoire de Mesdames Jac-
ques Basquiat, Edmond Lespi
nasse et de Mlles Eva Dauphin
el Eugnie hulort.
Les parents et les amis de
Hva i cgi etes socieiaires uece
des y sont aussi cordialement
invits.
La Secrtaire
KponineJEAN LOUIS
oooooooooo xx oooooooooo
Association de mde-
cins hatiens
Mereredi eut lieu, dans une
salle de l'Hpital Gnral, la
sance inaugurale d'une Asso-
ciation de mdecins hatiens qui
vient dlie londe l'iniliaKve
du Dr Dominique, Directeur de
l'Ecolede Mdecine,
Celle Association, dnomme
"Socitde Mdecine d'ilaili",
a pour prsident, le Dr lludi-
court.poor trsorier, le Dr Bou-
rand et pour secrtaire, le Dr
Nlalon Camille.
C'est une tr livre essenlielle-
ineni scientifique cre dans le
but d'amener une plus troits
collaboration er.tre les mde-
cins hatiens.
FIEVRES D'AFRIQUE
l'Ail
LOUE CHARBONNEU
Laurat du Prix de Littrature
coloniale
...Les rves, les eaueliemai s
produits par la fivre d'Afrique,
sous l'influence de stupfiants
souvent ncessaires, ne sont pas
a comparer avec Us songes B-
nins de l'tal normal. Presque
toujours, ces rves fivreux con-
finent une sorte de lolie qui
vous pousse approfondir,* r-
soudre le patient en a du
moins la conviction les ques-
tions qui font ordinairement
l'objet de vos prOoccupalioils...-.
Ainsi parle le mdecin M:irct>>,
dans ePivres d'Afrique morne.
Mais pour que M. Louis Cli.u-
boamenu ail pufaire passer dans
le songe livreiix de son hros.
le pass, le prsent el |iisqu
l'avenir de l'A I ri (j ne de toute
l'Afrique, choses, hles el hom-
mes il a fallu qu'il lui ce qu'il
est. un vieux broussard* tertre,
qui a couru pied le continent
noir, el qui, chaque jour, avait
le COUragC, posant son fusil de
chasseur ou sou pic de prospec-
teur, de n iler au crayon, sur
ses carnets de roule tout ce
qu'il avsil vu, observ, entendu.
C'est pourquoi, dans m unies
pages de <> Fivres d' Irlque ,
on peul lire ce qui n'a jamais
m ore t dit, el qui constituera
de Vritables rvlations sur
I histoire, la vie, l'ni.- de grands
peuples noirs.
Et cala est crit dans le style
net, clair, vivant, color, qui a
contribu a valoir en 1025, le
Prix de IJ Itrt are Coloniale,
Mambu el son rmour , ce
dlicieux roman au sujet de
l'hrone duquel Robert Kemp
a pu dire : Voil Mambu im-
mortelle peut-tre, l'gal des
amoureuses de Loti....
1 Vol., Il) lianes.
ChezJ. PERENCZ1 et FILS.
0, Une Anloine-Clianliu, Paris
(XIV).
A Delmas
Demain, il y aura, comme d'or
(linaire, messe en la chapelle .le
Delmas l'occasion du deuxi-
me di'iirnclie du mois.
Convocation
Les ire nhres de l'Associa-
tion des lVpillcsdc Saint-An
toine(bie aileurs, adhrents,
actifs) sonI pris de se runir
tous, le dimanche 11 Novem-
bre 10 h. du matin, chez Ma
dame Supplice, en vue de la
prparaii in de la Ivle Litt-
raire qui doit iv r heu bien-
tt

Vanniversaire de
VArmistice aux
Etats-Unie
WashingtonTaudis que le pr
s'aient Coolidge se rend dans l'ouest
pour prononcer un discours a Kan
sas Ci y l'occasion de l'inaugura
lion d'un monument aux morts do
la guerre, des prparatitsonl lieu
Washington en vue de la clbra
tion du jour de l'Armistice sur la
tombe du Soldat inconnu au cime-
tred'Arlington. Des crmonies
poi les auront lieu.au Fort Meyer
Depuis le rveil jusqu' l'extinction
des feux, le drapeau de la garnison
demeurera en berne. A onze heu-
res du matin, fantassiur tt artil-
leurs se mettront en garde vous
el pendant une minute observeront
le plus comp'et silence.
De l'autre ct dj Potomac, une
crmonie aura lieu sur la tombe
de Woodrow Wilson dans la catb
djrsle en construction sur les liau-
leurs de l'ouest Les amis de l'cx-
prsident viendront rendre k celui
qii fut nomm le (rsident de la
gu rre ua pieux et ii.lle hommage
Nkw VoRK Ce mstiu onze
heures, un clairon de la potiea son
nira duliaul des ma.clis du City
Util un appel aux new-vorkais an
onant le moment des deux mi-
nute: de silence qui doivent mar-
quer le nouvel anniversaire de l'Ar
mis'.ice.
Tmm ua rrc/ ni, -douJtur
UN FAUX PAS U FI OM-
DESCALIER
Les contusions et les foulures se
soulagent facilement avec
un simple remde.
Un impie remde de famille araploy* m
K &t tampe htera W oulafferaeot d coo-
?ea. fauluree et blaaaufea. C'a* ainal que
noua auvent frquemment des pereomiei du
Continent Amricain.
"Ayant fait un faux paa noua crit une balla
dama da Mlea. Franc*Je tomba pluiiauia
marebaa U'aeciU. Je me lava avec la corpe
moulu et pouvmnt peine ma BMMt, mata quel-
que ttmliemlUxa d.-Llnliuaut^e Sloan m'akW-
nnt la douleur et tirent disparatre l'iofUmma-
Uoo."
Pendant bian J'acn et dana la monde entier
la UoJmant da Sloan a t reconnu comme la
vrai calma-doulaur. Une application, ma frot-
ter, adage U> coofeation, tonifia laa muclae
amorUa et cauae uuaiitot aon eilvt curati/. Gar-
da>-cn Vujdum un Qaron ^votre porte. En
vente dan toutea lm pharmadea.
Uniment
de Sloan
Anantit Toute Douleur
verni
En Grce
LONDRES Une dpche d'A-
llincs 1 Ktchange Telegraph an
uonc^ que, d'aprs des nouvel es
parvenues de l'Ile de Ctte. le gn
rai Fan^ilos, ex dictateur grec,
montrer.it debii* qu.lque t mpe
des signes de drangement cr-
bral.
Le premier repr-
sentant duCana
da Washington
Ottawa ( Ontario )VI. Vincent
Majsey e-t devenu oteiellcrnsnt
aujourd'hui e premier mi.jtre du
Canada a Washington ptr un or-
dre du conseil vot par le caLinet
cet aprs midi.
La nouvelle loi de
finances franaise
Paris Le rapport de la corn
mission des finances prcise que
la nouvelle loi de linauces ne corn
porte aucun nouvel Uav^Sl I.ps r
cents achats de devis > remplace
ront les c dil? eil.i tirs prvu*
iourlastabi'Uatiori du franc. Les
on Js de la caisse d'amortissement
atteindront '.' niihi.ir .- et la trso
rci-i j mt. tonsidrabltmeit all-
ge
1/S
L'HOMME qui connat le r-
_/ gime le plus bienfaisant
la sant apprcie les qualits
a-r.stitur.ntes du tjuuker Oats.
Il ;ait en outre qu'en mme
temps que dlicieux, Quaker
Oats dans du lait fournit 1rs
CICmcnts si essentiels ^ la crois-
sanccparfr.'tcduccrps'iiuiv.in.
Comme il est aussi peu
coteux et facile prparer,
Quaker Oats est une excellente
m .un itre de rfljrrre peur www
1YS i..a..brc3 de la famille.
Quaker Oiaf
a>


Le mariage
de l'Hritier
de Belgique
BRUXELLES U prince hri
lier de Belgique et la princesse As
trid de Sude ont t maris 11 h.
15 ce matin la ca'lidrle de Ste
Gudule Lt pression de la foule
tait si grande autour de U cath
drale qu'un ^rai d nombre de fem
mes et d'ei.lants o.it bltsss.
1 n'y a [a eu dncideits g ave?, ment du procs.
mais beaucoup de personnes ont
t ttansporh'fs li.pital ou oi
, nis pour leurs blessures t'.-.ns
les pharmacies avoisinaotes ; c'e t
la plus giatide manifestation qui
lit eu lieu Bruzel'es depuis le
,oi r de l'Atmistire, il y huit ans.
Uni par la pi'eur de ^i visag* Li
eo tairas de l'4a i^e k la tta 1 :saueli
I t ouvait M^r Van Tue y arcli f*
a d-, vlili- Ki deh r d> h
e. hilrila Ufs.li n mmif sli s
joi d jne m niera b y 'itaei du
cun e sayiit d OCCOS r 1. m i leurs
place placi po-sibfe p-u- vo'.r I
migaihque c^rtg^ ausotirdcl'i
g ie.Ei sortmt di la c th'in'e,
le cortge est retourn au paleU.
Le prince et l lis pour leur voyage de noce d*n*
una direction qui a t tcnui aho
iment secrte.
,M -------------------
Une victo r fran-
aise la course
.BERLIN L'quipe franaise
W&abst et Li-qjbay est sortie
v;cto,i'Use daus la coure de ai
joun Is oatob>n,i 327 pjiut* et
parcouru una di tunca d> ii '3
milles. _
Aux Etats-Unis
L'allaite des ptroles
WASHINGTON M. Albert B.
Fall qui lut snateur puis scrtai
r.- de l'intrieur au ai <\ie son ami
Edward L Ul,en y ont plaid
nod coupib'e t 1 gard de l'accu
nation doit Ha sont l'objet pour
avoir c .n-pire dans le but de frus
trer le gouvoruemeot dsns l'ailaire
de la rserve de ptroles de la ma
riae Delk llelU Ctlilornie. Le mi
n's're public et U dfense oui d
clar qu'iU seraient prs piur le
22 Novembre, dite |du comra ace
p iga-.L1 c lonel M:i.i lit
c.)ii:plic.t.Les autorits fr
pensent que la lumrsi
sur le otaplot calalao et
rcents ag'sjatneoU du
et des a il h.ri:tesur ll
t.soco italienne par U
tion de.-, deux i..cutpi>.
M .cia.dit oo .tait le chef <
pi.-ateuri catalans pu
on a trouv quelqacs
La g u /eraemsot es|
bis avoir pris toutes
possibles pour empcher|
te du mouvement aSparall
lan dcouvert par U polksj
*e. D'aprs les in>p
ret gnra'*, Ih detai
is prouveraient qu'ai
Ulien dont le nom n'it
tl avait averti U g-ui
spsgnol qu'an mou
luti binaire se prparait
un peu avant que l'etpl
ne eut commenc. sti
vers la frontire eapagaoisJ
Les rcoltes j
WASHINGTON
mat de l'agriculture il
ls pro J .iction dis rcoltas <
anne sera le D.'J'pur e*
rieurs celle de raosiaj
st de 7 3 pour csnl au i
ls production moyiant
dernires annes.
Le complot itato- catalan
Garilialdi etlacia vont
tre conlronts
I'akis M. Ricciolti Garibaldi,
pelit fils du patriote italien et le co
En crive
une peauj
avec un
a
aui.
A l'arrivs
prit cesse Astri.
avait in sa pusssision des' .1 > u
menU prouvant qus G irib lii a\a t
la cathdrale, la t ml au complot qui avait pour
o.c infesta son mo ^ut ds sparer 'a Catalogne de !'E
*.utrfosie1
tre nu
I pour es
' msu ar*a,
lettre. ***
avsz
Us, il est1
es procd* !
de misse
pour crire si
Mai "
quel en
Iruswal-ssWj
PEN, H }.
sppsreocs, M
uniforme.
et robusts.
thewahi Y
MOHR
I
fiurntxt -m. tiuca.
Agents

r".
0H./swAsat
l
A. DE MATTIS & CO. Reprsentants Fr
a
Ht
*
,-.-'


tEKATH-ia Novembre I9M
U>
*un,3
Mi
SE RASER FACILEMENT
EgT certain, si les lames de voire rasiir
oui t aiguises en les tenant hu-
mectes ou plus spcialement Ri vou
ave/, vers une eu deux gouttes de l'huil.
TAREkC-hYONE sur le bord tratch.nl
h>ant de vous raser et aprs vous tre
stivi du lasoir, fiolle/ la\lame enlje vo-
tre ponce et oa autre otel humide pr r
une goutte d'Luile 1IIREE IN ONE. Cel.
empchera la houille d'y adhrer, cha-
sera les microbes tout en ttant la lame
aiguise et cible. Le HREE-IN-ON' sur
la lame fera galement glisser celle-ci la
cilement sur le visage, vitant les cou.^
les et les dmangeaisons Verse/ rgu'i
rement l'huile THREE IN ONE sur vot e
cuir a repasser, elle rendra voire lam
meilleure et la portera devenir de plu
en plus tranchante.
En vente dans les armureries < t h us In
grands magasins Jen pouteilles de trois di
mensions et en bidous portatifr.
fTHREE-IN. ONE UIL COMPANY
, 130, William Street New-York Cilv
U.S.A

Les efforts de la
trance4pour le
relvement de ne*
finance w
HS^ L? **'* France,
g*f Jf0/1\ Trsarerie francai!
! m'cbe^ufti8ammentdedvi.
es trangres .'pour .faire face
SS ?u\ dP,asent considrable-
ment 100 01,11,00, de dollars, plus
de la moiti da ces devises servi-
ront au paiement des intrts et des
amortissements d, obligation* d
tenues h l'tranger. Ku outre 30
millions seront consacrs un ver
sment 4 la Tivsoierie amricaine
en supposant quelaccoid Mellon-
Brer ger suit ratifi par les deux
parties. L% p!us grande partie du
reliquat sera destine au gouverne
mtut britannique.Cette accumula
trou de ('e ses UtNfa pas abso'u
ment immobilise jusqu'aux ch-
ances, elle pourra c.ie utilise en
tre temps pour maintenir la Un e
te du irauc si u'ael ne Siitire. On
Maure que M, loin.ar esprj ar
nver a une stabilisation du frau;
en vitant de larges lluclualions
dans un sens ou riaus uu autre.Les
banquiers avec lesquelles il a dis-
cut la question commuent pen
ser que la blabilUatioj ne pourra
6;re lective av c des crdits lrao
gers.
Le feu~dtrut
une basilique
i QUEBEC La busiliqueae Ste
Anne de beaupr, construction en
bois dilie pour remplacer l'an
cienne dj dtruite par un inceu
die, a t galement la proie des
flammes ce matin ; la premire
glise avait t dtruite il y a t
ans et demi. Un grand nombre
d objets religieux ont t consu-
ms.
Bruxelles fte ma
i gnifiquement sa
Princesse royale
"BRUXELLES La capitale de la
Be'gique a reu la princesse Astrid
aujourd'hui dans son ma^nifiq .e
palais .historique alors que la r -
ception du deuxime jour de la
prsence de la princesse sur le s
belge.a surtout eu un caractre o:li
ciel, .le pouple n'a pas manq i
d'exprimer ses sentiments de sy i
patine et d'enthousiasme.
Parisiana
Dimanche
Les Murailles
du Silence
Grand film dramaliqae If
parties jou par Ken Navarre
et IJ.nire N'initier.
""'' : 2, 3 et 4 <|des
0
FEUE D'EMPLOI
Detnaude une temma
chaufTeurd'autoniobile
SOI 10 ans,
Adresse ; NORTZ
Eug. Le Boss $ Co
Agents Gnraux
Usine Glace de
Fort au Prince
L'Usine Glace de Port an
1 rince, a le regret d'informer
ses eslims clients, que par
a'Jlted'importantes avaries sn
biesa pen de jours d'intervalle
parles deux units de l'Usine,
elle ne pourra pas fournir de
la glaa avant peut tre quatre
jours, dlai absolument n-
cessaire pour faire les rpara-
tions.
L'Usine espre une ses esli-
ms clients voudront bien
prendref en considration ses
embarras et lui faire crdit du
dlai sollicit.
Portait Princcle 13 Nbw 1929
Lra S.pARKS
Vice Prsident
Albert . Bcha
lue Thomas ladiou
Lajmaison s'empresse d'a-
viser ses trs aimables
clientes qu'elle a reu par k*
dernier bateau franais un su
perbe assortiment de souliers
de toutes nuances pour dames,
dernier cri.
Nous avons galement des
chapeaux de paille pour boni
me.
Jolis chapeaux garnis pour
dames.
Chapeaux Jean Bail pour
garonnets. Chapeaux pour
fillettes.
Dans vos propres Intrts,
visitez nous avant d'aller ail-
leurs ; nous sommes certains
de pouvoir sa'isfaire nos plus
difficiles clients ; notre stock
de souliers et chapeaux tant
de toute il'aicheur et beaut
Horo -linie
Le_S. s. Henry Nom venant de
Kingston et des ports du SuJ s va
ici le 14 courant et punira le m.4
me jour pour l'Europe via lei
ports du Nord et Puerto Plais pre
nant l'it et passagers.
Port au Prince, le 6 Nbre I92i.
HAEHNEEH a Go
Gnral Agents
A vendre
l'n bnggy Feltch tout 'attel.
Conditions avantagea-e.
S'adresser au Journal.
fc. .( ,.< U **! .' Ift
VMM
P ri
Le meilleur aliment d?s Enfants
dr>ni l'o *' 7 A a mol
et pui.iU.nt la c ni.;no
fAiiiiu u ociTit:?::
Rjcomn:
qui
( aux Conralaicci.td
r-jsiif.i u: et
nand aux Aflr.-J ** ^rj
i nouirmcnt m$P 10
SE TWm PxMGUT
i. nu* d* Tuth.rl.
PAina
Insurance Co
^ne des plus fortes Compagnies
canadiennes d'assurances m iconstipation
sur la vie.
oontre
la
prenez les
Eug.Le Boss & Co.
COMPRIMS
SUISSES
dj 0ELORT, Pharmacien,
tUt, Au. Saint-An loin*
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
Alfx.PErRUBi Pharmacia AI.H HTUII
Patrmarl. du D- Juatin VlAflD
* tfmln I. hnnn~. fhnrmnr-i


ft
M
g
i

\lleiilioii
t
Lisez ceci Messieurs
les Gentlemen,
Ol'LE/.-VOL'S suivre la dernire mode ".' Vou'ez voui
OCHOAa C, angle des Hues Kous et du vt t^ sin de l'Etat
o vous trouvre/, le clupesu que voim d.i e/. '.int,
Le chapd.tu (tue celtd Vlriiji d; (^jjimerce tous ofTre est
queiqu) chose d'eiilraorJiuaire.
Tous trouverez les rpSf G orge'le et dtohinn uni
et avec ddsiiu les pliM jolis q i il y sur cette pince. Voal
trouverez aus^i, des hn do sue girantis par lejr solidit e
leur supriorit et de couleurs varies.
Acoowez, Accourez, Imil / mon Je ex foule
Pour les Daines et Demoiselles
Mesdataa* et MesleuDiseile*, neeaafei rtta ear lt En
d'anne i pproche.

v?
fia
%*
VW $$$$f$ WW'&fr&fc'W^

%GhezF.LaelaneUCl
I7I6 Rue du Iajasin de l'Etat.
Tlphone No 808
ON TROUVERE LES AR TICEES SUIVANTS:
JfA Articles de Mode. Calottes en Sparlerie (Iros et dtail,spitr-
X lene p r au e, baurs p'ume, Cabochons en parles pour ro-
*V-ib s, perle*, Bjt'aSi p^rl. t'oufls \iilruche. tonnes de chi-
l.4 pnu, < h ipeau irnis. til de soio coudre, coton broder P.
Jfi M G chaussures talon bottier, rubans.
feB Articles de Luxe. Sasi asaelagi naroqninarie de luia,
^3 Eventai s autruche, cfasuvorM pour dame* et enfants, berel-i
>t^ iou gir.,o:iaets, dentelles '.hintilly, faetelta de soie, dentelle
J*or et argent, vilencienoes lines prar linj'rie.
.# Parfumerie. Rstraltv, lotions.poudre, r.tr.u enySoi pour
^ lvres, peignes k coller, peignes Ofe:gaoo liautejrnode, grosses
>V, tte, 4 dents, ong'es,ptes, savon, eau de Gologne de fio ajH Articles pour hommes. Chapeaux, B.-etellef.craviles.f.tux
,3 cols, chaussettei, boulons manchettes, pipes, |etc.
J[:; Articles Divers Bretelles pour entanti.reveils, bouchons,
lall tous genres, Extraits colorants, liquides et eu poudre, pour
l"! sirop, liqueurs, glac e et confiserie, bai ccMcs pour QUettes.
.trt ^"MRtatton. Vins lins S'e Croix du Mont, St Julien, St
"'^ Emilien etc Champagne authentique Cartes d Or, Liqueurs
J.** Ktrangres, Cognac etc
^J Spc'.aUts Pharmaceutiques et accesstrttt. Qhcato-
j^ tMiospbata de chiux repl(i-Ker Jaillet, Via Lavoir, Vin Nourri
-^dobol, Kmuls ot Scott, Paudorioe, Tubes en Caoutchouc,
V.T Go cbe- l.nail 1 litre, i I lr;s, Bidets, Dsssfai, Ttines 6an
.jatil, t'ubiao cjoutcliouo, Tlioei co.nolatricoi, Savons satisap
L^ tique. .
^4 Lmu-terie. Conserves et lunettes on lu* jenre. Pince
yi aei, etc pria: inlre.iiaots. L'inelies piur l'.haulleurs d'au os. j
VS .Vr.mrfs assortiments de Jouets en tous genres.Bicyclettes <
5* Diabolo, presse/ vous de paiserche/. :
3 E. LAVELANET d. C" J
W I.H7, Kjo du Magasis de l'Etat. -- T tpbaae No iUS.
>v
.s
Ka^l 'J'^
k t.ot
hm
IIP
M
SELECT FAMILY HOUSE
M PENSION de EAMIEU^le Jlcr. ordre iTt.Iro de p
Igg l l u,,eu ( ancienne maison de Urtgajr ) Mi
Cuisine soigne, confort moderne. Service "
Hygine irrprochablt.
Eugllah ipoken. se habla Espaanol
al mme Spriclit Deutcli.
Drages d'fenile do Pofo de Hsrne
F.n stock! chez :
Gao. JEANStME A Co. Agunts
i^ttaj



LE MATIN-13 XOVEMBHE 102C
m
M
m
m
m t u m
limk Simaiiciit fins
.1 cjm-.:'.yj.'i^t-.'.iii
Grand
fvtr enl M l'imtt'rii'r Junt IoiiC
leur charnu *t hwiuM m '
Lu ..-ni avec 'e
Alnmiimm Lia
Niw-QrlansVte! South. America
Steamship Costoc- __
Prooh ainsldpar t s d i rectSpour
Port -au Prince "JE-laii
Le Steanier * Christian Irfjhu aya..t la! si4
Nf-Oilans I*' 1 Nwembre mm i Port au-
Piince le 13 avec 200 tonnes de marclnn lise?
ei onlinuera pour le Cap-Hatien.
|_p Meamcr ''Eidsliorn" l.Vu-sera \'W Orlans
'e 16 direct* ment pour Poi i-au-l'i-ince,
t>n steamer laissent HeW-Otlr'ans lek23Hovem
bre pour les porta du lord,
foii-auPriiic.e, le 10 lovcmbie l(.)26
A- de 1A1TES l t o
agents
De FRANGE
P. P. PATRIZI, Propritaire
Cet Etablissement renomm dont l'loge n'est plus tairc
vient d'tre compltetncurrestaurjet remis neiu. Les
hamhresont4tout le/xinforf'moderne, le service irr-
prochable, l Restaurant soign est de tout premier
ordre.l'HoIel n'ayant pieu nglig pour fa M plaisir su
dharmante clientle.
Mr. l'ATKISI, quipajrl bientt,apportera son letuur
de France e nouvelles amliorations qui donneront h
plus entire satisfactions tous
1)1 JEUNER la CHTK, TABLE d-HOTh
PLAT du JOUR au CHOIX
Pension au mois, hi'tseiuniir, nur jour
Garage mis gratuitement la disposition des voyageurs
Bains, Douches toutes les heures
Tlphone : I 341
Dans les Magasins souches l'Iloiel.ou trouvera ton
tes sortes le provisions. Vins, LIQUEURS, ClOARETTEi,
Vins d'EsPAGNE, de BOURGOGNE, d'lTAi.ir.,(in.\Ni) choix de
Conserves.
On y l'.ouve l'arrive, pendant le sjour ou au d-
part lotit ce nue l'on dsire au
GRAND HOTELde FRANCK: P.P. P.vnuzi.Froprieiair
Le lait o poudre le -, lut ta
vop.ue m* Btatr-L'uis.
'eur i'i imenlation des b-
b. et iei (onvalet-cerls.
Le seul lait en poi-die qui
rc*lient le*>/ttol viianiii-ei1.
Les trois indis.en .Lies lment* a la autrition.
Dessch et ttfiM d'apics le procd m Jusl-llalmaker .
UOMILK est le seul lail o> \ailuen poudre, te rapprochant le
plus du lit ni eroel. De^digesiion facile, c'est l'aliment, idal
I our les bL(8.
l'.n vente chez :
Bimoa VUaa, Alfred Vieux, | A. Boit, Raphal Brooard.
Madame L. 11. Doret Savinien MmUn, Petit uoave
BREWER & Company Inc.
NVrorchkter
Geo. JEANSF.ME &
AdENT
Co
e'
7
<;

Cl
Golombian Steamship Co k
le steamer ' Bolivar4' venant directement de
lew-ork est atltndu i Port-au-rViiice le 16 fl"
vemlire cit. Il r< partira le tnme Jour p.wr
felil-G.oi.ve, li a-joani, |'|fi et Jaciuel en
route pour I s ports de la fulomni* prenant fret
et passai^* il.
Port au Ptince, le 12 loverai re 1926
y Colomban Steamship Cuu.pai.y Inc.
(iebara&Go Agenls
LA MAISON'!
Nicolas Cordasco
A l'honneur d'offrir an public les Incomparablesjvol-
turecREO SetJan-Coop-Tourng Car-Sport et les
ingalables Camions Speed Wagon de la mme mar
que, avec leurs pices de rechange.
Ineuset chamhivs air Mason.
Gazoline et huiles pour moteur.
I ic\dettes Sport accessoires.
Pneus et Chambres air Michelin pour Picvclettes.
Assortiment de peaux et articles de cordonnerie en
gnral,
rhapeaux de paille d'Italie de toutes qualit?.
Phonographes et disques a Palli,
Globes et Abat jour dit toutes dimensions pour lam
pes Electriques.
Machines coudre Mundlos clNoi imiuuia a pied
cl la n ain pour cor a unie lui leur it coulu vu-.
Ilui!c (I olive sap Heure.
*
Le Rhum Nectar
Le seul Rhum qui, Ur d'Alcools natnrel> obteau
directement p*1 Di> lillalicn simple du Sirop de Canne'-,
d'un Di.'iqu'' et toujoiJ'Smme planta ioa elle *eul qui;
v.ci lit par l'a. lion ihi (eir| s dans le* dpla tvte exclusion
rigoureuse do ioi> i :, ereux Secrets de fabrication
a' fans b.Ij action d'aoton ingrdient d'usit, conserve an
juge nu.t de la l'ijnit de i,o! iNotabilils Mdicales et sui
\an' l'afprfial'Ol di bons amstsaifi la suavit incomparable
di bouqinl il les t itis remarquiib'es qualits hyginiques.
Mono prit avec cics, Rhum Neelaff n'enivre pas et ne pro
doit pu I* UcooUpm i la longue, comme lu antres produits
lhailairsi et n n me les autres spiritueui.
:M.^iiHMaS*&Bffi
Frd, Gaetjens
Ko H Rue, l'oux ou Bonne Foi, Ko 117.
Tlphone ; 607
ON TROLVHA.:
Alcool lin pour.liqueur. Sucre llascokblane et r0uge, g i
et dtail PuM granul amiicain. Savoa par c H >^ i <
d t ni Ru par sac et par livre- Sirop Otgiat.U rMiadine,
Pche ( e c ). ( le ireUes, elieblenild Ctai. ( h tnlecer,
Paafalon. Mtacnattet qualit supiH*are Conserves ali-
n enfuiies. Caf vieux pr livre, caf ea tondre. Wi-kv
liirt l'.tz.nl offu. CUmragne Matai PM et ti!i, Chai-
|igr.e qui jei't rivaliser avre avantage evae niaiforte qu'elle
marque de la "p!hte. Cliumpaga* Lanon. Parfumtrie
Vin blanc pilfbouteille*ri gallons Via ronge par Lonleilles
et gallon.--, qua'ile ^upiieure Clairia Tlerge par barriques
et g lions. Ki,fin le fameux Hliura Nedar. Et la ton rxoin'
l'a meuse An; et'o de Vrr.e Fn'd^ric Gaetjens.
Venez faire une visite, vois en sor Ire/ . *iK
NOUVELLEMENT ARRIVES
29 Gauges
En stock chez] T^: J^S2 TTCTt
L. P reetzmann-AGGERHOLM
,___ Rnefda Quai,
Tles Tle
IlCe qui n'a jamais t fait
Ce qui ne peut-tre dpass.
Kola Champagne
F SSjourn
Prpar dans'despconditions riqoureusesj
dASEPSIE
1 Prparation et Vente
Pharmacie F. SrJOUHNE
Angle des Ruesjioux el riuCentre.ft
Leciline Granul Brewer
Le plus ac !/ des Reconstituant*
Fortifie lc|cerveau, laJJmlle pinire, gles^osTet If8
reins.JHend puissants et|vigoureuz les] emants dbile8
les enimesjl'aihles. Les personnes uses par des travaux
assidus.
El vente chfz : Sinon fieuv, lllred Tieux, Lopo
Eivera, Ed. Lstve tt Co, \. Boit, Alphonse
Dsir, J. I. Borday,Ime L 11. Doret. Pf1-
Gove : S- lartin.
En StOCk Chez : R. Urouard, randHue Ro 1709
GEO.JEANStME & Co, Agents
*1
l
iiBdjfiJijJHas
os
Se veod aux Cayes
cLez Vve A ^endral
RHl HI BARBMCOmT, io Re 7HSH!


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM