<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN —11 Novembre 1920 i H &BILLER, c'est bien 'habiller, dupant c'est mira ces* parfait tu total de l:i Pu-lecic pour sotnnt lire leurs eon Irc mmoires, il esl prol able que Ks (.udknces publiqtea H ccKuiciu-cruBl ',"•' cette date. Parisiaua ii demain soir Le 7 de Trfle (Suite) .o tV-a.rrl.l po rr.it aller jai di'i 12 l.i M n ,le ,, nci*ure tiNhii Tr. i^o.Kr ptM-V* •_ %  J} 1 "; nl 4 tr.mi^s,.. Huppnvr Bar.l ,our rachat de einq P queboU d Umeiicin Mei.li ol L. .sapait tant au gouvern-nt .in-utain. Le martage de l'hritier de Bel* Qique BRUXELLESU priaeesse AJt,id de Sude.pouse Tu prtneeUj l0 |d hritier de Uteurouoe de Be Conservez votre Sant Robuste et Vigoureuse Lisez ce que dit la science i ptima Mat Entre (FIN) 0.5<) ; balcon : 1.0(1 Mais, en contournant le coin de la nudes Casernes, il se l l> :l lie baisse contre un poteau de l'clairage lectrique. La vmcule a t lis endommage, le conducteur l'abandonna et, prenant ses jambes s son cou. prit la clef des champs. La Police ic recherche. c c c o o c > I > -y I o c o c c c Une femme ai Bassine Hier matin, vers 8 h, 1/2, OH a dcouvert dans une petite maison situe au fond aune cour, rue de la Runion No. Kis. le cadavre d'une lemme an nom d'Hlna. Elle avait une grave blessure la lampe droite et de nombreu ses ecchymoses en d'autres purins de la taie. '. On a retrouv prs du cadavre un pilon. On suppose pie i tbi.nl lentes les notables de Helgique ; aussitt aprs le cortge au milieu des acclamations de la foule se dirigea vera le palais royal. Le complot italo-catalan PARIS— Aprs l'inteirogatoire daujourdh.i du co'ene. (iaribaldi il est probab e qu'il y aura qu Iquea jours de i bmag^ abn de pi Police se OOOOOOKXCCCOOO Dans Port-au PrinceGnral uhereau au — D'aprs la communication hebdomadaire du Service. d'Hygine Publique, an cours vie la semaine lims mil le l> Novembi • courant, Ll cas sus pects de livre lyphoide ont l dclares Port-au-l'rince. Sur ce nombre, 9 ont accus un rsultai positif par la raction de Wklal, 8 d'entre ces malades ont t interns l'Hpital dlierai el pendant celle semaine il y eut un dcs d celle maladie. — Iles voleurs ont pntr, lundi soir, chez M. James Me CulTie.ancien secrtaire d'huit des Finaiiccs.No l.SO.'i.Turgeau cl OUI emport des lampes lce triques el antres objets qui se trouvaient sous une galerie situe la lacade ouest de la maison. — Des cambrioleurs se sont Introduits aussi chez M. Albrie lande, ingnieur, Avenue Lafleur Duchneet ont enlev des lampes lectriques el di vers autres objets. — I a Police a mis la main sur les voleurs qui s'taient in traduits dernirement dans l'office des Colis postaux o ils s'taient appropris un impur tant butin. C'csl toute une bande. Neul ou dix d'entre ces niallaitcurs ont idj.i appr henda. Les autres sent activement Jrecherchs. Lundi soir des malandrinaont pntr dans le magagas n de M. Benoit Qouba, rue du Magasin de l'hlal.d'o ils ont emport'4 ou "> paires de ciseaux el quelquesdolla.s. La Police 1rs recherche. —Le Tribunal Arbitral d'Ap pcl liane i-b.lien a coinmen ce ses travaux. Il est compose de M. MJoseph Salles, repr senlanl la France, Christian Millon, reprseiilant Haitilel j. Daalder, connue licrs-arbiIre. Mes Flix Magloire el Auguste Bonamy sont les avooats conseil du Gouvernement.l*e Irbunal sigea la Hue l-'rou. La sant est une premire ncessi L'nergie d'une aent magnifique gagne tout dana ce monde. Lea maJavdiea proviennent dea germes qui abondent dana le salet. Le Savon Litebuoy dtruit tous lea germea de 4 la peau. U la purifie et la protge. UW Bro, LUI., Port CMII(M. Anslalarra MSI parir la ronfronlatiaa ds es j f niei avec le colouel Macii et i faire uns enqute nu sujet fc! dernier et des comraoaistM eu, lan. te colonel Garibaldiffi!,! ahdlii.Ua interrogatoirecsilnli t lo re n'a pas peimis soi frra 1, .li n entir Ls inspulatioci de U |., lice Ira c,.use. L esl usjtaaalaba que le co onel si ra expuls j Kra ce, il a t prouv que U como K siiquc'. devait paiticiperSciiuli|„ voy '• de (im btldi a chou n la police ; on confirme dan | t soire que


PAGE 1

I E MATIN— Il Novembre 19 2 6 ; !• tci ililb. ilit *> 'rt, 'M iti Mil ru. ai eo* IINI iul.li r net IIN • fn i Cfct iilripolia tiliri i0i3m*'& .•'...•.1'^ I L eit un fait avr que les moustique* tout des vhicules des miciobes du paludisme et de betucoup d'autres fivres meurtrie tes. Des milliers de personnes meurent cbaqne anne de maladies qui leur sont transmises par dea piqres de Moustiques. Le danger est d'autant plus grand pour les enfants parce qu'il* oc peuvent pas s'en dfendre. Aprs de longues annes de recherches, l'Kntrtpriae de renomme moodiale.la STA.NDAKD OIL COMPANY, ( New Jersey) E. 11. a pertictionu un produit off ant les mo yens srs et simples pour combattre les Moustiques jusqu' leur extermination complte. Ce produit c'et le.... Fuir Avec en produit vaporis on dbarrasseane maison des moueti jues, et EXTERMINEZ les MNTSTIQUKS Mis conduisent au PALUDISME dei mouches en quelques instants. FLIT est propre, d'un usage ta cile offrant toute garantie. De nom breuses preuve* ont dmontr que le FUT vaporis ne lche ni ne gte les vtements les plus dlicats. PLIT|dtruit tous les insectes qui infesteut les maisons A l'aide d'un peu de FUT vaporis on extermine les mouches moustiques, punaise?, ctBcriItta, fourmis ainsi que leurs la r ve s. t FLIT pntre dans les fentes et les crevasses o les insectes se logeut et dposent leurs laives. Ou peut aussi vaporiser le FLIT sur les vtements;car il tue tous le insectes et leurs larves qui piquent les vlements. l'our dbarrasser une maison de ces insectes nuisib'es il suffit de %  e servir de FLIT. En vente partout. STANDARD OIL COMPANY ( New JERSEY >£U. Distributeur; West India Ol Company %  MARJU1S DEPOSES IflffM IT Mouche-, Moustiqnes, Vers, F.ur.n a, l'unaiaes, Puces, C.irVv Beaucoup l'aatru laetu et Itari ItrftJ qui infeetut Ici tuai* a utj.Le Boss $ Co Agents Gnraux Insurance Co lne des plus fortes Compagnies! canadiennes d'assurances sur la vie. Eug.Le Boss & Co. A vendre L'a buggv Feltch.lout attel. ^Conditions avantageux 1 S'adresser au Journal. Les vapeurs sont plus efficaces cont re les r humes Ella* entranent diractamant la mdication aux voia reapiratoiraa congaationna. L'nsafro de vapeur est le plus rupido, le plus sr et le meilleur moyen de BOOlafar un rhume de cerveau, car elles sont dircetement inliaUvi aux VOJM MpiMtaiMl enfiummt'ta. ].oa m.'.livini int.rum n'aitrigmnt pan dinitiimiit If partira affe at aam HlUl n, 1, %  va(>eur iuliajra ont cetta proprit. l'our ourayi-r un rhunie de ferreas, eautyee ci-!te mthode impie et directe. Faltea fondre un |h>u do Yirumn.ar %  '• aux pim.mnea qui bouffreut du ratlinrre. Viiks soulagera et aidera mieux dormir. Pour le aul n ma'ix ru uss par le rhume, frictioune/ la Rofga et la poitrine avec Vtekl au notant du coucher, ("eut tien lu chaleur du corpj qui dgage le Ta|*urs. ICKS VARORUB Hu Je 21 million de pot n utage annuellement V Tlie Royal M ail Xteamp PacLet Company Le steamer "Conway" venant le hingston est attendu a Jacmel, lo 21 Novembre courant. Il chargtia tous les ports du Sud et *.era fort [na F rince le fi Novembre prenant le fret pour les ports du Nord et l'Kurope. Purtau'Prince.letO Novembre 1920 J. DAALDKH Jr . Agent Gnral pour Hati Socit GnrnU dcTiiicsporls Maritimes uupvur AVIS Le gleamer Monl-Agel narti de Marseille la 17 Octobre damier est attendu Porl-au-Frince vers le 12 Novembre. Il repartira le mme jour pour Cuba. IVil au-l'rince le 8 M>re. 192 do d Letpinaese, ge t Horo -linie LeJS. s. Ilenry'llorii venant de Kingston et des ports du Sud sera ici le 14 courant et parlir Co Gnral Ageais Avis Le'public en gnral et le Com aereeen particulier, tout pris de roter que la direction de notre Office de'Port au Prince, est con (lie a Monsieur .1* il IN YFK.avec le titre d'Inspecteur, et ce. a partir du 1er Novembre a. cKOYAL NE! IIEKI A.NDL \\ EST I.NDIA MAIL. INJECTION PEYRARD OALOIR • co-ln I %  UHNOMWAfltf •I loui tultmi>t< UKltit •N rtmli 2 31 Iratii mini sur 132 ( U—. im MHIII.I


PAGE 1

LE MATIN*-H NOVEMBBEWM va INE w— %  • J C \V 5 y.-. /< %  XsL — ( I&xatif physiologique le eaul faisant. la rducation ScActionnsltfl d FMtoV.tn -. Juif *'' I 11 Cponga il nettoie l'tnteatin, ffUe l p-^ndklie et l'Entrite. Sapprtœo 1rs Haiono'Jes, I.mpche I excs d'embonpoint. hguUrtM l'harmoi.lc des lormes Constipation Entrite Vertifet Hmorrode* Dyspepsie Migraines CTiilrliln. T.r v .-p ira. Paru, n i pn". f. %  •. t • i I.I .... mi ru . '.r 1 • ..•• i .l'i m, i t..-m-1 •. • sas) i.< *• .... .1 ~ * Il t .•.ui .f ... la '•• •ni' rtlual %  M l. fc! ... Bal :. i .1-*... Orr l hlfUM .lii li % %  ..... .. .il II. h %  Il .m I 1.If • !.. %  • i tr • %  i..f iflP • t i l..: ii. .. i > %  i.i. I Iv il k *".< qui le. ; %  M ;li Ml il....' %  L' BalatM*. t.. . ut M' .'. t 1. .!ll. — urscTRitottica -< lovcutontsi : itl pnill 'Ht u>* V '.O'' '. \ I utt. aVIVentf, dti'.i.^'$ j lui.rtonif IUSOUIAN : l'o >• %  < %  • \ ^^-. J VIS Monsieur H. BALLONI SU se faifleplaisir d'informer sa bienveillante clientle qu'il est revenu de son voyage en Euro ne o il s'est efforce de trouver les articles les plus rares et le, plus varis pouvant la satisfaire. RemerciemenWi •IMr et Mme Gustaves.Wol et S enfant. Mr et Mme rortnn Bout, Mr Marcel Wo.-l, Melle Marie' Woel. le. familles \\oeL Lancelot. Briand, Cl.a sagne, les nier, Bogatet tous les autres pa rente remercient tous les anus qui leur ont donn des preuves de sym patine l'occasion de la mort ae leur regrette ... %  MmcVveOrfila fyœlniiiwthid Reed ils les prient de croire leurpro fonde reconnaissante Port au Prince, le 5 Mire 193 O n trouvera Qhez Charles H. Gaetjens 117, Rue Roue ou %onne.Foi Son de Mas S gourde le sac. Uoniilk 11 l.iil m poudre le pi. en* vo,.ne HJX Ktats-l ois. !'eur l'alimentation des bbs et des convalescents.^ Li seul lait en poudre qui contient les trois vitamines. Les trois indispensables lments *> nulr Uon :. ._.... Dessch el strilis d'aprs le procd Just-Hatmaker , I MOMILK est le seul lait de vache en poudre, se rapprochant le plusfdo lait maternel. De digestion facile, c'est I aliment idai^ pour les bbs. En vente chez : Simoa Vieux, Alfred |V1eu*,. Madame L. II. Doret : BREWEH & Company|lnc. WHOKCHKSTER A. Boit, Raphal Brouard, Savinien Martin, Petit Goave Oeo.'.JtANSEW sjBo Aoum Ce qui n'a jamais rli-f l;iiij Ce qui t ne j)euljtre*dpass.|j| Kola Champagne F Sjourn .'rpar dans des condil.ons^rujoureuses D'ASEPSIE ^Prparation et IVente Pharmacie P. SrJOURNri Angle des Rues Houx et duCentre.ft •m %  M ^Bonheurfamilial. Avri OUJ |amli dicswS l'UnperUncs 4 la MU chu U mer. de UmUle t La protprtU 4m m Un* ta dpeoe. si U dtente dn BMrt. s W > n sssj et la lasBdla toui anUara Le fardeau qui peae aar la roaltraaaa dt nniton dcpeisc waveni le forces nu'on est as droit de lui euppoecr. Or. que 1* iatlfliM Wlenoa chronuiae chu la ntere de iatnlUe. et la maison pertclite ausaUot. Une taeee d'Ovomattta au premier djeuner ••) Indique daaa ce caa pou/ reconatlfuer lea forte dfalllaotea de la menagre cl lui rendre l'anerdjta demi elle a besoin pour venir A bout et eana peina du de la tourne U santS eat osa Mas plus importants louMamitMi rUn paovotr inp p oi M r sroalt a adotjraaiaws an* ont 4al fO-omaklne, orrr^jt^ > •4 BHIM BABBAMOIHT, iioRnedenr^w, Satian-WhtoowHerc Les Seules Feinta maUrablcs ProprilaKS d'AuloiiUrh.U'S. %  %  t SOUMIU/ vous que lei pneus 'et plus Bolidei, et les meileurei tubes sont labriqas par FIRESTONE. Kiirsloue l'uli;Si/.e ('.uni Dipped Ballooni sont IHPIUI oniiuset lei plus reelu-rehb. En stock chez soussign vous Irouvere/. toutes diinenlons de pneus Runlier.Heavy Dutv. BaU'oon| Hlgh Taa lubesel pauhe.* Hue du Quai llar Terminus Champ de MarsVilla -Jf"f a f • "^ ptiooMartine u, lu^.au Villa Lon Djean, BellevueV, 1 Hn T. Auguw Vile Edmond Man; as, Peu de Choee Villa Maurice •. %  p de Villa MmeVeuve T. Auguste. Bois Verna Villa Antoine !" Jf. r. bots Rodolphe Uonev, Peu de Chost -Villa Hcluer Anselme I urgea Villa Ed. Lespinasse, Bellevue Villa Bea Faubert, Bellevue Villa Mme. Veuve Barbancourt, Bellevue „ \ Ha He.mann Pasqaier, Pem de Chose VU* Mo A. ^^SSm Vil ta Dr Thbeud, Chemin des Dalles-Villa Oswald Brandi. ***£* Vida Luc Thord. Bois VoiM Villa Luc Tbard. Avenu John Broao T .. meilleure* construclions Architecte Geo. B-uu Letne.l eu rot coojUMM '•'• ******* UBnie i Bn.n Les.meilUures constructions architecte Lon Matnon Pour vos commaader eu tout autre renseignement, s'adresser^i af*"''^ I • I i • i : I. PRELT2MINK-AGGERH01M Geo. e. usme & Co Hue l-'icu en lace de la Banque Nationale ^j ^*ntfcWsnt*SJBJ^^ NOUVEEEKMI:NT ARiUtll 9Q GAUGES Plus de kilomtre avec imm Notre sieur Geo. Jeansme ayant voyag pour le Sud nos bureaux seront ferms jusqu' Vendredi M du courant. ( Pour toutes communications du | r.int son absence, nos clients sont r_ pris de s'adresser Mr. Ch. Y, 1 HaUh\in. ct i'e la Compagnie l@ d'EclairBp'e Electrique. B^ Port au Prince, le H Nbre 1986. £ Geo JEANSKME Co En stock chez L P.cctznuinn-Af.GERHOi-* Bue du Quai.



PAGE 1

DIRECTEUR PROPhlLTAIRL iMPRIMEUP; Clment MAQL01RE BOIS-VERNA 1358, Rue Amricaine, 1358 |B; NUMERO CENTIMES los doutes sont des tratres "tle vue de la pure diin,.^* 1 Wenqu'4 celui Kj^quetconde; aprs tien r assurc le lonctionne^'^nelaon normale.il incombait Immdiatement au Gouvernement de doter celte Importante institution d'un local correspondant l'ide primordiale qui prsida sa fondation et en rapport avec les excellentes lins qu'elle est appele al teindre. Ce btiment, amnag comme il convient, aura tout le comort dsirable et comprendra au rez dchausse: L'Office, une salle de co.ilrence, deux salles pour la Clinique et le Luboraloire dnia rcs et six salles allectes aux cours. A l'tage, seront tablis cinq autres laboratoires, ainsi que ies salles de dissection, de pharmacologie, de chiniie.de physiologie, d'histologie et de pathologie. En cette occurrence, il m'est particulirement agra ble d'exprimer les vives lli citations du Gouvernement au Conseil d'Etal,qui, pleinement conscient de la grandeur de l'œuvre A laquelle il collabore, a toujours montr, dans ses dlibrations, une parlai te conformit de vues avec l'Ex cutif, et a donn la conecration lgislative au double projet de translert de I Ecole t d*ouverture de crdits. En mme temps que le (iouvernement reconnaissait la ncessit de l'aire bnficier cet Etablissement de tous les ayan tages que prsente l'organisation du Service National d'fly gine, il envisageait galement la ncessit de la COQS* truclion de I Edifice. Dans l'ordre technique, lac cord a tjaussi parlait. lU'Iativement au choix de l'emplacement el aux plans de dtail de la c instruction, les vues du Chel du Service d'Hygine se sont confondues avec utiles de l'Ingnieur en Chef des Travaux Publics. Aussi bien, mon Dpartement a approuv, pour tre excut sans retard, le dan d'ensemble labor par m sympathique Dr Buttlcr et le distingu Capitaine Cooke. C'est donc sous les meilleurs auspices qU€ nous r. MIS runissons, ce soir, pour assister la pose de la premire pierre de l'Edifice qui sera noire future Ecole Nationale de Mdecine et de Pliarm acic. ?lit vo . s avcz ,)esom de beaux CHALES, nnances va 1 2V v***F*>urcadtai de fin d'anne, eniprcs.se/-vi Paris-Bazar de passera Envoyez-y vos portraits, ceux de vos amis, parents Me, pour agrandissement.— Prix trs modrs. Nous inaugurons aussi. Mile Prsident, Mesdames, Messieurs, trois nouvelles salles l'Hpital Gnral. Elles ont l construites la suite d'od indication, par les Ingnieurs Brun cl Durocher, s MIS le contrle el la satisfaction du Service Techniqne annex nu Dpartement des Travaux Publics. Tous nos compliments vont ces Ingnieurs, el nous flicitons la Direction Gnrale d'avoir trouv en eux deux auxiliaires comptents. Celle double crmonie a toute sa signification: l'Hpital Gnral OU bien des mis gunson ou. miy au"/i,JttW des soulagements, est CM ....' pour l'Ecole de .Mdecine un Vaste champ d'exprimentation et d'activit. Notre pense, en terminant, doit se porter vers ceux qui, dans l'avenir, au roui.fi tche de consacrer leUjweJTorta l'osuvre dont^jmus po rsuiY;)IIS la rjaMsation. Fuissentils eu assurer la prenil poulie borfheur et po.ir la grande gloire du Pays. A ceux-l nous lguerons noire loi dans l'volution d finitivc de noire Patrie par toutes les belles œuvres qu'Ifuli se doit d accomplir a l'ombre de celte paix bienfoi sanle.gnialrice du bien tre malriel, moral el intellectuel, que nous vaut l'amicale CM pralion beau et dillicile tenir, c'est celui du Moine. Ce moine chevalier, qui tient tte a Gilles de Rets et qui retrouve son cillant perdu depuis dix ans incarne des sentiments complexes et, par endroits extrmement passionns. | i | fJOr, ce rle lut rendu la perleclion. Il est vrai que Monsieur M. Djcan, qui faisait le moine, n'eu esl pas A ses dbuts, et il a un mrite que n'ont pastoujours les acteurs des grandes scnes: il joue avec toute sou aine, et s.'s cris de passion ne sont pas simuls, tellement il vit ses rles. Mais il laut avouer qu'il s'est surpass dans le rle du moine de Maulon, spcialement dans les scnes o II reconnuit sou Bis cach sous les habits du mnestrel. Nous avons le droit d'tre fiera del lacon dont nos|euuescoin patriotes savent comprendre et Interprter les belles œuvres thtrales. Hier, c'tait la Menace , demain, ce sera (iii.i.is ni: IU i/. Mais nous avons aussi le devoir de les encourager. Kt si j'ai un souhait formuler, c'est de voir, samedi soir, au thtre de Saint-Louis-de-GonBSgue, un public nombreux — • tant trangers qu'llailien, applaudir nos jeunes artistes, et constater qu'il n'est pas ncessaire d'aller Paris pour voir interprter des chefs-d'œuvie par de vrais artistes. Antoine BERNHARD. | i | (.'ml l,i forer m >r;ilr tltiiiimil la lunr brutale iVrialirt. JMUMCE ETIENNE fils A lujle des Rues du Maqasin dt .'Etat t des tronls-horls Chaussures pour bain de ir.er. ,1 louer Un piano en excellent tat. S'adresser au Bureau du journal. — a vu, lundi aprs midi, lins paisse luine noire qui s'chappait par les tissures des portes de la halle situe juste eu l'ace de la maison Keilel, Crand'Hue et o se trouvent les ateliers de M. Combs, tailleur. La quartier lut vite en moi. Les pompiers arrivrent. L'on ouvrit la halle.' C tait un 1er repasser qui avait communiqu le feu quelques chiffons. Il fut vite teint. ... a vu. mardi vers 10 heures 1 I du matin, l'auto No. |8fl heur ter une bicyclette A l'angle de la (iraiid'Bu et de la rue Bonne Foi. le cycliste fut renvers et c'est, par un fort heureux hasard, qu'il sortitsansgrand dommage de l'accident. e V ... a vu.uiardi vers midi. Grand Bue, un attroupement. Le cocher du basa No. 87K a v : une vivo altercation BVpi* •i al B... qui, avec unMrt P**X l'accompagnait i c Mo. Vit* dans un uirc BSB, • .. u ^ re coel n'avait pasvrse 1 .. e; c -•or tout ce (IU s \ ux CevaU. C^ •i m dubruit eicato ... a vu, mardi midi, un homme se prsentera la Banque Nationale de la Bpuhliquc d'Hati, porteur d'un chque de Mi) dollars sign J. Painson et qu'il prsenta sans rire la caisse. Mais le chque tait l'ordre de la Banque. On lui remit le chque, car, a la Banque on n'a jMs l'habitude de taire comme .ucullus. I • ... a vu, avant-hier soir, vers 8 heures 1/2, assise sous la galerie de son caf, la Patronne. Blanche... de poudre parlume, du rouge aux lvres, cheveux la garonne, ''ne toilette rose sans manches laissait voir des jolis bras nus — une des dernires beauts qui ineurent chez la femme, a (lit Daudet. Des jambes gracieuses, moules par des bas de soie couleui de chair, taient croises avec une dsinvolture insolente, provocante et, aux pieds de la jolie patronne, NoiBBŒil. voyait un galant accroupi et qui lui parlait. Kt lorsque celui-ci voulait qu'elle comprit ce qu'il lui disait, NOTIIK (KII. le voyail lui toucher doucement le mollet. ... admirait lort cette nouvelle faon d'tre poli lorsqu'on parle a une lemme lgante : s'asseoir sur ses talons, avoir le visage tout prs de ses pieds mignons, ... a vu, mardi, au Champ de Mars une collision de voilures^ L'auto No. 103 heurta le buss No. |(D6 o il v avait une dame et son bb. La maman. India Muller s'inquitait tort du sort de son petit; mais, un mdecin qui tait prsent la rassura. Le petit n'avait rien. L'auto sortit Dieu endommage de l'accident, et lorsque la i oli. e arriva sur les lieux, c'est en vain qu'on chercha le chaulleur : Il avait pris la tuile. La voilure a l cenduite au Bureau de la Police ...a vu, mardi soir, a la Grand* Bue, un camion, conduit par le chaotteur Jean-Mur.e, heurter violemment un piton nomm Massna. Le utiaufleur ne s'airta point, au contraire, il [acclra la vitesse de sa machine,


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06861
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, November 11, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06861

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
DIRECTEUR PROPhlLTAIRL
iMPRIMEUP;
Clment MAQL01RE
Bois-Verna
1358, Rue Amricaine, 1358
!
|B; NUMERO
CENTIMES
!

los doutes sont des tratres nous font perdre le bien que
nous pourrions taire, en nous
dtournant de l'essayer.
Shakespeare
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
20ae ANNE jfWll
ponr-AUPRiNCE (Hati.)
JEUDI 11 NOVEMBRE 1926
'-il
Une scne historique
LA
SIGNATURE de L'ARMISTICE
I 11 NOVEMBRE 1918
Paris-Hazai
\
r-
Aujourd liai. Il NOVEMBRE,
avoue un ftoclbresde l'histoire. Il v a,
H/ffcl, juste fcrfion (lu train s|'-ci:il du m i
rrt! Foch, gnralissime des
innes allies, tait sign l'Ai-
iHtice qui mettait fin au plus
pven1.il)k' ion II il (|iii ait en-
aagisut l'histoire de inonde.
t Vip. ruinait', par M. Ray-
oupU'Couly, d; s dtails lies
aMmaaiils Jjbr celte scne his-
torie dont personne, aujour-
aa se pourra ne point se sou-
asr. *
r
.Les plnipotentiaires alle-
H^iirrivreut dans la nuit a
"" les o stationnait le train
du marchal Foch. Ils y
immdiatement con-
I Apaine sout-ils placs dans le
|*lia-salon que le gnral Wev-
Saorl pour aller cherchei
vchal Foch qui se tient
pw ton wugui ,.__.:i;..
r l'amiral Wemyss.
nues instants. La porte
_Jaouvre, le marchal entre
ksjaiier, le kpi triple bro-
' aie feuilles d'or sur la lte,
ji-aervielte su us le bras. Il
la*) la tenue gris fer qui est
Vaaai forme habituel, avec ses
lilnnges de dcorations eu
[aaa,uue culotte, des gutres
Ijsaa. Il a le regard vil, les
|p*ft saccads.
1 Lnral Wemyss le suit, trs
, trs rac, beaucoup
Le marchal s'arrte
l iur le seuil, parcourt
d'un regard circulaire l'assis-
lance et lait le salut militaire. Il
se place debout, au centre de la
table, lait une lgre inclination
de tte, le son kpi. A cette
table rectangulaire qui occupe
presque toute la largeur du
wagon, les places sont disooses
ainsi : au centre, le marchal
Foch, ayant sa droite le gn-
ral W'eygand, sa gauche, lami-
rul Wemyss. puis I amiral llope.
Kn l'ace du marchal, le chef de
la dlgation allemande, Winler-
lcld;en face le l'amiral Wemyss,
Kr/.bcrgcr ; jeu lace de faniial
llope, Obindor! ;en l'ace du g-
nral Wcygand, Vanselow. Sur
l'un des petits cts, les deux in-
terprtes Laperche et llelldorf.
Un silence.
Le marthal Foch, de sa voix
1res nette :
A qui ai-je l'honneur Je
m'adresse ?
Krzberger, en allemand :
Les plnipotentiaires eu-
.......v '- -
manique
Kl il tend les lettres de crdit
au marchal qui les prend et dit:
Je vais les examiner.
L-dessus, il quille la salle
avec Wemyss et rentre dans son
wagon particulier, Ces lettres de
crdit taient en double expdi-
tion, l'n premier radio allemand,
en effet, annonait comme chtl
de la mission militaire, le gnral
Ton(iundel,commandant un d-
tachement d'arme en Alsace;
mais ce dernier, s'tant rcus,
une deuxime lettre indiquait son
remplacement par Winterfeld.
Quelques minutes s'coulent
qui paraissent longues comme
des sicles. Tout le monde esl
debout dans une attente un peu
pnible. Le marchal revient; il
reprend sa place cl, sans s'as-
seoir.dit aux dlgus allemands:
Quel est l'objet de votre
visite ?
Krzberger : Nous venons re-
cevoir les propositions des puis-
sances allies pour arriver un
armistice sur terre, sur mer,
dans les airs, sur tous les fronts
et aux colonies .
L'interprte Laperche traduit
cette rponse.
Foch : Je n'ai pas de propo
allions l'aire ,
Oberndorf, le diplomate, .in-
tervenant :
Si monsieur le marchal
prfre, nous pouvous dire que
nous venons demander les con-
ditions a.ixq.telles lus allis con-
sentiraient un armistice,
lions .
Krzberger, tirant de sa poche
un papier, lit le texte de la note
du prsident Wilson disant que
le marchal Foch est] autoris
taire les conditions de l'armis-
tice.
Foch : Demandez-vous l'ar-
mistice ? Si vous le demandez,
je puis vofis faire connatre
quelles conditions il pourra tre
obtenu .
Oberndorf et ErzlKMger dcla-
rent qu'ils demandent 1 armistice
cl alors les pourparlers s'enga-
gent.
de 1 cole de Mdecine
I mH"11 su'le /U)'/ e comP~
rwdu d'hier, nous publions
**flu disrours prononc, au
fw Gouvernement, par le
JJJflr d'Etat de l'Intrieur
JV//-oi'.iii.r Publics, Mon-
** ahuries Fombr un.
Monsieur le Prsident,
Mesdames, Messieurs,
on Excellence le Prsident
li a Re.rH,,),i Jj as haute prsence la
JKtnonie de ce soir, a bien
uidonner un nouveau l
f'inage du vil intrt qu'-
2* Prte l'Ecole Nationale
**Wecinc et de Pharmacie.
J^te poursuivant avec la
J"e foi ardente l'excution
P* programme que le
S-,lenie,,! a le ** a
l p/t,ans "e son am-
JWKte 1 volution rationnel e
Ii?*Mim.-nl d'Ense!-
f.t Suprieur. Car, aprs
roir orient les tudes
"les rsultats les plus surs,
J>"tle vue de la pure
diin,.^*1 Wenqu'4 celui
Kj^quetconde; aprs
tien r assurc le lonctionne-
^'^nelaon normale.il
incombait Immdiatement au
Gouvernement de doter celte
Importante institution d'un
local correspondant l'ide
primordiale qui prsida sa
fondation et en rapport avec
les excellentes lins qu'elle est
appele al teindre.
Ce btiment, amnag com-
me il convient, aura tout le
comort dsirable et compren-
dra au rez dchausse: L'Of-
fice, une salle de co.ilrence,
deux salles pour la Clinique
et le Luboraloire dnia rcs et
six salles allectes aux cours.
A l'tage, seront tablis cinq
autres laboratoires, ainsi que
ies salles de dissection, de
pharmacologie, de chiniie.de
physiologie, d'histologie et de
pathologie.
En cette occurrence, il
m'est particulirement agra
ble d'exprimer les vives lli
citations du Gouvernement au
Conseil d'Etal,qui, pleinement
conscient de la grandeur de
l'uvre A laquelle il collabore,
a toujours montr, dans ses
dlibrations, une parlai te
conformit de vues avec l'Ex
cutif, et a donn la conecra-
tion lgislative au double pro-
jet de translert de I Ecole t
d*ouverture de crdits. En
mme temps que le (iouver-
nement reconnaissait la n-
cessit de l'aire bnficier cet
Etablissement de tous les ayan
tages que prsente l'organisa-
tion du Service National d'fly
gine, il envisageait gale-
ment la ncessit de la COQS*
truclion de I Edifice.
Dans l'ordre technique, lac
cord a tjaussi parlait. lU'Ia-
tivement au choix de l'empla-
cement el aux plans de dtail
de la c instruction, les vues du
Chel du Service d'Hygine se
sont confondues avec utiles de
l'Ingnieur en Chef des Tra-
vaux Publics. Aussi bien, mon
Dpartement a approuv, pour
tre excut sans retard, le
dan d'ensemble labor par
m sympathique Dr Buttlcr et
le distingu Capitaine Cooke.
C'est donc sous les meil-
leurs auspices qU nous r. mis
runissons, ce soir, pour as-
sister la pose de la premire
pierre de l'Edifice qui sera
noire future Ecole Nationale
de Mdecine et de Pliarm acic.
?lit vo.s avcz ,)esom de beaux CHALES, nnances va
1 2V v***F*>urcadtai de fin d'anne, eniprcs.se/-vi
Paris-Bazar
de passera
Envoyez-y vos portraits, ceux de vos amis, parents
Me, pour agrandissement. Prix trs modrs.
Nous inaugurons aussi. Mi-
le Prsident, Mesdames, Mes-
sieurs, trois nouvelles salles
l'Hpital Gnral. Elles ont
l construites la suite d'od
indication, par les Ingnieurs
Brun cl Durocher, s mis le con-
trle el la satisfaction du
Service Techniqne annex nu
Dpartement des Travaux Pu-
blics.
Tous nos compliments vont
ces Ingnieurs, el nous fli-
citons la Direction Gnrale
d'avoir trouv en eux deux
auxiliaires comptents.
Celle double crmonie a
toute sa signification: l'Hpi-
tal Gnral OU bien des mis
gunson ou. miy au"/i,JttW
des soulagements, est cm ....'
pour l'Ecole de .Mdecine un
Vaste champ d'exprimenta-
tion et d'activit.
Notre pense, en terminant,
doit se porter vers ceux qui,
dans l'avenir, au roui.fi tche
de consacrer leUjweJTorta
l'osuvre dont^jmus po rsui-
y;)iis la rjaMsation. Fuissent-
ils eu assurer la prenil poul-
ie borfheur et po.ir la grande
gloire du Pays.
A ceux-l nous lguerons
noire loi dans l'volution d
finitivc de noire Patrie par
toutes les belles uvres qu'-
Ifuli se doit d accomplir a
l'ombre de celte paix bienfoi
sanle.gnialrice du bien tre
malriel, moral el intellectuel,
que nous vaut l'amicale CM
pralion mrique.
Les bal publics
Depuis avant-hier, par une
dcision prise par la Police,
les bals publics doivent s'ar-
rter, les jours ordinaires a
10 heures prcises du soir. Le
samedi cl le dimanche, ils
pourront continuer jusqu'
minuit.
Les Assises criminelles
d'Aqnin
Par u n c ordonnance du
Doyen du Tribunal de Pre-
mire Instance d'Aquin, I ou-
verture des Assises Crimi-
nelles en cette juridiction est
fixe au lundi 13 Dcembre
prochain.
ooooooooocoooo
Maorie* Rostand latue
Le dernier ouvrage de
Lon LALEAll
En vent-'au prix de I Gdes
Port-au-Prince Aux
Cent mille articles.
\ux (i-naives Chez r
AmilSt Rome.
AJremie -Chez Mi Louis
Desgralf.
BOITE aux LETTRES
Le drame de Gilles de leti
Mon cher Directeur,
Je vois annoncer dans votre
iournalla reprise du drame dra-
ine mouvant : Les d e r n i e r s
ours de GlIXES DE RETZ. J'ap-
daudis celte initiative des
rres de S:iint-Louis. Je suis
un vieil amateur de thtre, et,
dans mus vovages l'tranger,
j'ai pu admirer le jeu des ac-
teurs les plus laineux des sc-
nes franaises.
Aussi, quand, en juillet der-
nier, j'allai Saint-Louis pour
la distribution des Prix, je m
paltendais gure s\ Ue_mu
"XraVV"|e"Viois avouer que .v
drame de (iii.i.i-s DR Bbti lut
parfaitement rendu. Il y a en
particulier, dans la pice, un
rle tiv> beau et dillicile tenir,
c'est celui du Moine. Ce moine
chevalier, qui tient tte a Gilles
de Rets et qui retrouve son cil-
lant perdu depuis dix ans in-
carne des sentiments complexes
et, par endroits extrmement
passionns. | i |
fJOr, ce rle lut rendu la per-
leclion. Il est vrai que Monsieur
M. Djcan, qui faisait le moine,
n'eu esl pas A ses dbuts, et il a
un mrite que n'ont pastoujours
les acteurs des grandes scnes:
il joue avec toute sou aine, et
s.'s cris de passion ne sont pas
simuls, tellement il vit ses
rles.
Mais il laut avouer qu'il s'est
surpass dans le rle du moine
de Maulon, spcialement dans
les scnes o II reconnuit sou
Bis cach sous les habits du m-
nestrel.
Nous avons le droit d'tre fiera
del lacon dont nos|euuescoin
patriotes savent comprendre et
Interprter les belles uvres
thtrales. Hier, c'tait la Me-
nace , demain, ce sera (iii.i.is
ni: IU i/. Mais nous avons aussi
le devoir de les encourager. Kt
si j'ai un souhait formuler,
c'est de voir, samedi soir, au
thtre de Saint-Louis-de-Gon-
BSgue, un public nombreux
tant trangers qu'llailien, ap-
plaudir nos jeunes artistes, et
constater qu'il n'est pas nces-
saire d'aller Paris pour voir
interprter des chefs-d'uvie
par de vrais artistes.
Antoine BERNHARD.
| i | (.'ml l,i forer m >r;ilr tltiiiimil la lunr
brutale iVrialirt.
JMUMCE ETIENNE fils
A lujle des Rues du Maqasin dt
.'Etat t des tronls-horls
Chaussures pour bain de
ir.er.
,1 louer
Un piano en excellent tat.
S'adresser au Bureau du jour-
nal.
a vu, lundi aprs midi, lins
paisse luine noire qui s'chap-
pait par les tissures des portes
de la halle situe juste eu l'ace
de la maison Keilel, Crand'Hue
et o se trouvent les ateliers de
M. Combs, tailleur. La quartier
lut vite en moi. Les pompiers
arrivrent. L'on ouvrit la halle.'
C tait un 1er repasser qui avait
communiqu le feu quelques
chiffons. Il fut vite teint.

*
... a vu. mardi vers 10 heures
1 I du matin, l'auto No. |8fl heur
ter une bicyclette A l'angle de
la (iraiid'Bu et de la rue Bonne
Foi. le cycliste fut renvers et
c'est, par un fort heureux ha-
sard, qu'il sortitsansgrand dom-
mage de l'accident.
*
e V
... a vu.uiardi vers midi. Grand
Bue, un attroupement. Le co-
cher du basa No. 87K a v:
une vivo altercation BVpi* ial
B... qui, avec unMrt P**X
l'accompagnait ic Mo. Vit*
dans un uirc BSB, .. u^re co-
el n'avait pasvrse1 .. e;c-
-or tout ce (IU s \ux
CevaU. C^
i m
dubruit eicato
... a vu, mardi midi, un
homme se prsentera la Banque
Nationale de la Bpuhliquc
d'Hati, porteur d'un chque de
Mi) dollars sign J. Painson et
qu'il prsenta sans rire la cais-
se. Mais le chque tait l'ordre
de la Banque. On lui remit le
chque, car, a la Banque on n'a
jMs l'habitude de taire comme
.ucullus.
I

... a vu, avant-hier soir, vers
8 heures 1/2, assise sous la ga-
lerie de son caf, la Patronne.
Blanche... de poudre parlume,
du rouge aux lvres, cheveux
la garonne, ''ne toilette rose
sans manches laissait voir des
jolis bras nus une des der-
nires beauts qui ineurent chez
la femme, a (lit Daudet. Des
jambes gracieuses, moules par
des bas de soie couleui de chair,
taient croises avec une dsin-
volture insolente, provocante et,
aux pieds de la jolie patronne,
NoiBBil. voyait un galant ac-
croupi et qui lui parlait. Kt lors-
que celui-ci voulait qu'elle com-
prit ce qu'il lui disait, Notiik
(Kii. le voyail lui toucher dou-
cement le mollet.
... admirait lort cette nouvelle
faon d'tre poli lorsqu'on parle
a une lemme lgante : s'asseoir
sur ses talons, avoir le visage
tout prs de ses pieds mignons,
*
... a vu, mardi, au Champ de
Mars une collision de voilures^
L'auto No. 103 heurta le buss
No. |(D6 o il v avait une dame
et son bb. La maman. India
Muller s'inquitait tort du sort
de son petit; mais, un mdecin
qui tait prsent la rassura. Le
petit n'avait rien. L'auto sortit
Dieu endommage de l'accident,
et lorsque la i oli. e arriva sur
les lieux, c'est en vain qu'on
chercha le chaulleur :
Il avait pris la tuile. La voilure
a l cenduite au Bureau de la
Police
*

...a vu, mardi soir, a la Grand*
Bue, un camion, conduit par le
chaotteur Jean-Mur.e, heurter
violemment un piton nomm
Massna. Le utiaufleur ne s'ai-
rta point, au contraire, il [ac-
clra la vitesse de sa machine,


LE MATIN 11 Novembre 1920

i
H &BILLER, c'est bien
'habiller, dupant c'est mira
ces* parfait
tu total de l:i Pu-lec l'orl-au I rin c.ltsheuicsue
bu. eau sont de 8 h.30 n.m. 1
h i) m. Les jouis d'audience
sont de mercredi et le \cndre
di de iliaque sen nihe ne -
M/2 a 4 h. 1/ta P- m.
Connue les avocats coi
sc'.l ont jiisiiuoii 1er Dcccn -
1>ic pour sotnnt lire leurs eon
Irc mmoires, il esl prol able
que Ks (.udknces publiqtea
,H- ccKuiciu-cruBl ',"' cette
date.
Parisiaua
ii
demain soir
Le 7 de Trfle
(Suite)
.o tV-a.rrl.l po rr.it aller jai
di'i 12 l.i Mn ,le ^U,B.Jeuf Narrto, rpublicain
,1 Nebrask*. lail une enqute sur
action , nat ria-e de Pen^N.-
Willi-m ?vh.e rpubltcs u.a battu
Vr William W.lfoa d/fntfcreie.au
,>,, nci*ure tiNhii
Tr. i^o.Kr ptM-V* _ J}1";
nl4tr.mi^s,.. Huppnvr Bar.l
,our rachat de einq P queboU d
Umeiicin Mei.li ol L. .sapait -
tant au gouvern-nt .in-utain.
Le martage de
l'hritier de Bel*
Qique
BRUXELLES- U priaeesse AJ-
t,id de Sude.pouse Tu prtneeUj
l0|d hritier de Uteurouoe de Be
Conservez votre Sant
Robuste et Vigoureuse
Lisez ce que dit la science
i ptima
Mat
Entre
(FIN)
0.5<) ; balcon : 1.0(1
Mais, en contournant le coin de
la nu- des Casernes, il se ll> :l
lie baisse contre un poteau de
l'clairage lectrique. La vm-
cule a t lis endommage, le
conducteur l'abandonna et, pre-
nant ses jambes s son cou. prit
la clef des champs. La Police ic
recherche.
c c c o o c >
I
>
-y
I
o c o c c c
Une femme
ai Bassine
Hier matin, vers 8 h, 1/2, OH
a dcouvert dans une petite
maison situe au fond aune
cour, rue de la Runion No.
Kis. le cadavre d'une lemme an
nom d'Hlna.
Elle avait une grave blessure
la lampe droite et de nombreu
ses ecchymoses en d'autres pur-
ins de la taie. '.
On a retrouv prs du cada-
vre un pilon. On suppose pie
ptofeenreuse t fipjppe. La
imurti't lruuvi.DietvU(iule mene dans
le quartier; \4 cn est rsult
bue l'auteur dsfcce crime at le
cohabitant mme d'Hlna un
nomm Krdrique, jamacain.
employ U Le- d'clairage
lectrique. Celui-ci a d ailleurs
"sparo.
Aprs
les le cadavre a c
l'Hpital Gnral.
La Police recherche l'assassin.
Qu'il noua plalae de le savoir ou paa, I
S.StaBM au ravage que la nature .mpoae.
Que (ont les personnes prudente, et prfvoy-
ntw' hm lorttaBt l'organismeavant que le
crier sift-n. de d.'preriun P^^^"
i .a ,i mima en lments vivifiants. La
f<.puis.-mi-nt naturel de la vie a. Uft.
n est ainsi prudent d'employer le Fer Nasale
. f.n fmns troia ou quatre fois par an. Il
amante S "t apporte une nouvelle rserve
d HtaSm" tm.t l'organisme. Il contient du te
orVanuiue comme le (er naturel du aang humain.
SSoPS JsaSb te-Hement en con.hin.wm
avec le glycerophoaprurtei et L
inirredients furlifianta. Le Tet --
commande par les autorits mdirait, preto-
ment pour enrichir le aang et tonifier le ayaterae
nerveux. Il constitue, par consquent, ______
un excellent mdicament de prcau-,
tion pour conserver l'organisme fortl
et vigoureux. En vente dans toutes]
les bonnes pharmacies.
La demande pour le Fer Nuxal a
t si grande et immdiate que noua
n'avons pas eu le tempe de prparer
des tiquettes pour ce pays. Par
consquent et temporcllemeiit noua
userons le flacon Espagnol que noua
reproduisons droite, voua trou-
verez dans chaque flacon dos inatruo-
tiona complte en Franais.
disparu.
prs les constatations legs-
' transport
Hier, vers :i heures, l'assassin
l arrte. Il se nninnu Claude
Sa\ ai y. dit Frdriqne. Il s
avou son crime.
c o o o c
ota coooec
L'affaire
des plaques
L'on se rappelle, sans doute.
qu'il avait t signal dernire-
ment, i la Capitale, que des li-
ions l'taient pciares dans le
vol de disques de phonogra-
phes qu'ils s'appropriaient par
un ingnieux stratagme.
On est sur la piste rie ees vo-
ir urs. C'est sur la prsentation de
laux billets crits nu nom de di-
verses personnes bien connues
qu'ils se taisaient remettre les
plaques en toute confiance.
On a retrouv quelques uns
de ces taux billets au nom de
Mine Daccarett, N me <. Mon-
santo, Mme John Woolley, Dr.
Dominique) etc.
L'enqute de la Police se pour-
suit.
cccocxkoococc o
AP1ERS ADIRES
7
E

I

M. Henri Mariondon
Di avis aux nota ires, ar-
penteurs et DU publie en
gnral que les pices
i!e sa proprit sise prs iht
Fofi Eveillard, au Bel-air, me
turent 20 pieds de profondeur
iiirO de faade et ayant deteus
u ois chambres, ont l gars.
Port-au-Prince 11 N< v. 1020
GEO- A. HXMi
Llov"< Agent
Hnreaul'Ela^deUt maison
Entre rue Courbe.
Coups
de couteaux
Unac lille, Hsia l.erebours
cohabitait avec Camille Mone-
reau. t i-aulUiir. ("ont eue pour-
voyait tous les besoins. Il s t le-
va, ces temps derniers, entre les
deux, de graves malentendus et
tu vit eoouiuuie l'ut ro'.iinUC.
Cmmlle Mouereau, prive de ce
soutien, se trouva bient(M dans
la pins grande dehe '; d |cts
abus son dvolu sur Eulia Gus-
tave qui, elle aussi avait pour
coutume de grassement entre-
tenir ses amants. Mais, le mal-
heur, c'est que la place tait dj
occupe par .Iules llouelureaii,
ihaulleur aussi. Les relations
devinrent donc lis tendues en-
tre les deux ropains devenus de
larom hes eomiirrents.
Lundi soir. Usia l.erebours
et Eulia (iuslave.se rendaient au
Chai Non .rue Bonne Foi, ou
elles., travaillent . .biles Hou
chereau accompagnait Euha
Gustave; tandis que dans te p-
nombre de la galerie de l'an-
cien local de la IMiarmacie Cen-
trale, se tenait Camille Moue-
reau qui, en compagnie de Vic-
tor et Albert Rester, chaullcurs
aussi, de leur tat, attendait
Eulia Gustave pour la happer
au passage. Mais Julea Bouch-
rent ne se laissa point, pa-
rait-il. facilement enlever sa
. caisse d'pargne vivante. Il
y eut vive altercation.
" QttC se passa-t-il au juste dans
l'ombre de la galerie entre les
deux temmes et les quatre
chaulleurs 7 On ne le sait point
encore exactement. Mais ce qui
est certain, t'est que les choses
chau'.lieiil tant ci si bien que
les couteaux sorlirenl des gaines
ci que l'on ramassa deux vic-
times. Csnv'le Mouereau, bless
de trois coups de poignard.
deux, dans le dos el nu troisi-
me au ventre, si profondment,
OUe l'arme pntra jusqu' I es-
tomac qu'elle perfora si Albert
Rester, atteint de deux coups
de couteau dans le dos.
Jules Bouchereau, arrt s re-
connu, dans son interrogatoire
la Police, tre l'assassin dt
Camille Mouereau et d'Albert
Raster. Il a, cependant, ajout
qu'il ignorait les vritables cau-
se dt la rixe et qu nysnt t
attaqu par ses copains il est
loui an u, . .i '' ""In-
I i II. pital
Pnitencier National.
L'enqute de la
poursuit.
Elections munici-
pales au Mexique
Des morts et des blesss
Mt'XICO Dix persooaM ott
t tues et plus de il li'es^t-a
penda t 1rs 51 tions muni ipabl
qui oct an li n dans tout le paye.
Dans l'Etat de Mexico sul on
compte sept tus.
Aux Etati-nis
Washington Aprs aroir con
'.'r avec le Prsident Coolidge, le
ecn taire Mellon propose que la
lduction projete de l'irapol *cr
le revenu soit rff ctue au moyen
d'un crdit acco d aux contribua
bls pour les deux premiers vere
ments ds l'impt qui sers pav
l'anne prochaine Mr Mellon pen-
r, -i.ioutdhu son entre
fonphle-'-an.lacapt.'edapays
dOKt,Ile ^eniuajourU souveraine
.ecomp.gn- du p lacs "**
lui tait all sa wnc J
,eis avec les autien m.ab esd
Umlte rojsla. U *****
l'obi t d'ac lamati n eathote
,esd 1. PtdelaKulequis
.diles ruts jn-imert"
st
ma
Tol.eas.Toui eabacoa
f n.HresUitnt noir, de mord
d. tous Ct, des bravos el dtj
v..sl'inliquts sa u. i ni au
ge lelatdau n se boa^JJ -
piince et la | r i ce s A ,a ^^
la g re.tnl a'e il y cul i ne r-
ception '.-.qui II* a >i tbi.nl lentes
les notables de Helgique ; aussitt
aprs le cortge au milieu des ac-
clamations de la foule se dirigea
vera le palais royal.
Le complot
italo-catalan
Paris Aprs l'inteirogatoire
daujourdh.i du co'ene. (iaribaldi
il est probab e qu'il y aura qu I-
quea jours de i bmag^ abn de pi
Police
se
OOOOOOKXCCCOOO
Dans Port-au Prince-
Gnral
, uhereau au
D'aprs la communica-
tion hebdomadaire du Service.
d'Hygine Publique, an cours
vie la semaine lims mil le l>
Novembi courant, Ll cas sus
pects de livre lyphoide ont
l dclares Port-au-l'rince.
Sur ce nombre, 9 ont accus
un rsultai positif par la rac-
tion de Wklal, 8 d'entre ces
malades ont t interns
l'Hpital dlierai el pendant
celle semaine il y eut un dcs
d celle maladie.
Iles voleurs ont pntr,
lundi soir, chez M. James Me
CulTie.ancien secrtaire d'huit
des Finaiiccs.No l.SO.'i.Turgeau
cl OUI emport des lampes lce
triques el antres objets qui se
trouvaient sous une galerie
situe la lacade ouest de la
maison.
Des cambrioleurs se sont
Introduits aussi chez M. Alb-
rie lande, ingnieur, Avenue
Lafleur Duchneet ont enlev
des lampes lectriques el di
vers autres objets.
I a Police a mis la main
sur les voleurs qui s'taient in
traduits dernirement dans
l'office des Colis postaux o ils
s'taient appropris un impur
tant butin. C'csl toute une
bande. Neul ou dix d'entre ces
niallaitcurs ont idj.i appr
henda. Les autres sent active-
ment Jrecherchs.
Lundi soir des malan-
drinaont pntr dans le ma-
gagas n de M. Benoit Qouba,
rue du Magasin de l'hlal.d'o
ils ont emport'4 ou "> paires
de ciseaux el quelquesdolla.s.
La Police 1rs recherche.
Le Tribunal Arbitral d'Ap
pcl liane i-b.lien a coinmen
ce ses travaux. Il est compose
de M. M- Joseph Salles, repr
senlanl la France, Christian
Millon, reprseiilant Haitilel
j. Daalder, connue licrs-arbi-
Ire. Mes Flix Magloire el Au-
guste Bonamy sont les avooats
conseil du Gouvernement.l*e
Irbunal sigea la Hue l-'rou.
La sant est une premire ncessi
L'nergie d'une aent magnifique
gagne tout dana ce monde. Lea
maJavdiea proviennent dea germes qui
abondent dana le salet. Le Savon
Litebuoy dtruit tous lea germea de 4
la peau. U la purifie et la protge.
UW Bro, LUI., Port CmII(M. Anslalarra MSI
parir la ronfronlatiaa ds es j f.
niei avec le colouel Macii et i
faire uns enqute nu sujet fc!
dernier et des comraoaistM eu,
lan. te colonel Garibaldiffi!,!
ahdlii.Ua interrogatoirecsilnlit
lo re n'a pas peimis soi frra 1,
.li n entir Ls inspulatioci de U |.,
lice Ira c,.use. L esl usjtaaalaba
que le co onel si ra expuls j Kra
ce, il a t prouv que U como k
siiquc'. devait paiticiperSciiuli|
voy ' de (im btldi a chou n ,
la police ; on confirme dan |t
soire que r.il le 10 Novembre a Pirii il M
ru t con bont avec Gsiibaldi,
Manifestation* an
tifascistei 1%
frontire franco-
italienne
NICEDes dUchimeiU deiel
ilats tranais gardent UicodiuUIi
i:alina Nice, Menton tl d'il
1res localit de la f ton lier I II
mile des roinifegtalioss istifasai
tes de dimanche devint leemsJM
de M nlon Les rvliliosi di m
lonel Garibal 'i aux autorits fr
eisis oui t cause qui le lui
tcv cl 1(9 .in'ifaicistel de UCi:.
d *y.ur crtgneat que leurs iiiri
gu' s ne soi nt avoilet. U solio
l.inalbe se montre pirikilik
mcr.t aeiiv.
Pour lasauveq
de du /otdi
et la sret i
Mvsolini
ROM Oninnoneeel
olfioeuso qu'en vertu i*(
3u! itrerout en vigue*
e judi prfclrin toi"
d'arsass nat contreh'_
Mussolini sera puall*
Il ne s. ri cr que I
de guerre pour iuger
dre politiqi't. U god
c .m.Tiandant 'a ml ies
nf de Vrone prsiderais
de guerre qui a t chjfei
pr trois personnis coivaif
d'avoir atlett lsis ils ha
ministre italien : l'aocs g
Z m boni. Violet CiibiMiiW
Lucetl-. In nombre cosal
de pr rets et de fonUMM
Upoice serontrsBpWs
uJciawa aune www
lasMtt que les non
mtntideioice surot sW
p.r la chambre laqusj
r.nl soumis demsildais*
Ire.La chambre tilrsi
e prononcer galmes!
n ion d- Mr PsnsijJ
rJaol l'expulsion de W
de .'opposilion dont U
p'oot tas particip
pnrlf tnealaire* depuis
du dput looii'ut
1914-
aainjj
aa*l
0
FFRE D-EMPW
Dcmaude une m
chatilTcurd'autoruol
:M) 4(1 ans,
Adresse ;N0BH
^MMMM0
Avis
s GRANDE FABRIQUE de CIGARETTES
WTIO^LE
lienls en rapprochant la date du brsj
pr le Publie que du 1" au 15 ^fosfl

dVs Odes,lJ
dans le bul dlie agrable ses c
sa Loterie, a le plaisir d'ii.l ornu...........,.......
exeeplionnellenienl.il sera dlivr gratuitement! en plus ,
S BILLETS de LOTERIE, au lieu de 1,contre 100 Bous-Piinies.renu cn-
Les Agents ^
Eug. Le Boss & Co.

A. DE MATTIS & CO, Reprsentants f
X


I E MATIN Il Novembre 19 2
6
; !
tci
ili-
lb.
ilit
' *>
'rt,
'M
iti
Mil
ru.
ai

eo*
IinI
iul.li
r
net
Iin
fn
i Cfct
iilri-
polia
tiliri

i0i3m*'&
.'.- ...1'^
IL eit un fait avr que les mous-
tique* tout des vhicules des
miciobes du paludisme et de
betucoup d'autres fivres meurtrie
tes.
Des milliers de personnes meu-
rent cbaqne anne de maladies qui
leur sont transmises par dea pi-
qres de Moustiques.
Le danger est d'autant plus
grand pour les enfants parce qu'il*-
oc peuvent pas s'en dfendre.
Aprs de longues annes de re-
cherches, l'Kntrtpriae de renomme
moodiale.la STA.NDAKD OIL COM-
PANY, ( New Jersey) E. 11. a per-
tictionu un produit off ant les mo
yens srs et simples pour com-
battre les Moustiques jusqu' leur
extermination complte.
Ce produit c'et le.... Fuir
Avec en produit vaporis on dbar-
rasseane maison des moueti jues, et
EXTERMINEZ les MNTSTIQUKS Mis conduisent au PALUDISME
dei mouches en quelques instants.
FLIT est propre, d'un usage ta
cile offrant toute garantie. De nom
breuses preuve* ont dmontr que
le FUT vaporis ne lche ni ne
gte les vtements les plus dlicats.
PLIT|dtruit tous les insectes qui
infesteut les maisons .
A l'aide d'un peu de FUT va-
poris on extermine les mouches
moustiques, punaise?, ctBcriItta,
fourmis ainsi que leurs la r ve s.
t FLIT pntre dans les fentes et
les crevasses o les insectes se lo-
geut et dposent leurs laives.
Ou peut aussi vaporiser le FLIT
sur les vtements;car il tue tous le
insectes et leurs larves qui piquent
les vlements.
l'our dbarrasser une maison de
ces insectes nuisib'es il suffit de
e servir de FLIT.
En vente partout.
STANDARD OIL COMPANY ( New Jersey >U.
Distributeur; West India Ol Company

MARJU1S DEPOSES
IflffM IT
Mouche-, Moustiqnes, Vers, F.ur.n a, l'unaiaes,Puces, C.irVv
Beaucoup l'aatru laetu et Itari ItrftJ qui infeetut Ici tuai* a
utj.Le Boss $ Co
Agents Gnraux
Insurance Co
lne des plus fortes Compagnies!
canadiennes d'assurances
sur la vie.
Eug.Le Boss & Co.
A vendre
L'a buggv Feltch.lout attel.
^Conditions avantageux1.
S'adresser au Journal.
Les vapeurs sont
plus efficaces
contre les rhumes
Ella* entranent diractamant la
mdication aux voia reapira-
toiraa congaationna.
L'nsafro de vapeur est le plus
rupido, le plus sr et le meilleur
moyen de BOOlafar un rhume de
cerveau, car elles sont dircetement
inliaUvi aux voJm MpiMtaiMl en-
fiummt'ta. ].oa m.'.livini int.rum n'ai-
trigmnt pan dinitiimiit If partira af-
feataam HlUln, 1, va(>eur iuliajra
ont cetta proprit.
l'our ourayi-r un rhunie de ferreas,
eautyee ci-!te mthode impie et directe.
Faltea fondre un |h>u do Yi cuiller it liihitli-x va m* \upcur \ trantiw .lo rmuphre, de menthol, d'euca-
lyptus, de thym et de fUttvit. Mettei
en galtmji daim 1.1 i.aun. et reni-
flez bien.
l'no iiutra W-thode consiste chauffer
un guheli't d'tain, y verier une cuillres
th de Vick, et en inhaler le vapeur.
Ce tr.'iiiODnnt eat IgaJaDMttt r>rum-
n.ar !' aux pim.mnea qui bouffreut du
ratlinrre. Viiks soulagera et aidera
mieux dormir.
Pour le aul n ma'ix ru uss par le
rhume, frictioune/ la Rofga et la poitrine
avec Vtekl au notant du coucher, ("eut
tien lu chaleur du corpj qui dgage le
Ta|*urs.
ICKS
VaroRub
Hu Je 21 million de pot
n utage annuellement
V
Tlie Royal M ail Xteamp
PacLet Company
Le steamer "Conway" venant le
hingston est attendu a Jacmel, lo
21 Novembre courant. Il chargtia
tous les ports du Sud et *.era
fort [na F rince le fi Novembre
prenant le fret pour les ports du
Nord et l'Kurope.
Purtau'Prince.letO Novembre 1920
J. DAALDKH Jr .
. Agent Gnral pour Hati
Socit GnrnU
dcTiiicsporls Maritimes uupvur
AVIS
Le gleamer Monl-Agel narti de
Marseille la 17 Octobre damier
est attendu Porl-au-Frince vers
le 12 Novembre. Il repartira le
mme jour pour Cuba.
IVil au-l'rince le 8 M>re. 192
do d Letpinaese, ge t
Horo -linie
LeJS. s. Ilenry'llorii venant de
Kingston et des ports du Sud sera
ici le 14 courant et parlir me jour pour l'Europe via les
ports du Nord et Puerto l'iata pre
nant fret et passagers.
Le S. S. Claus Nom venant de
l'Kurope vis l'uerto Plata et les
port du Nord est attendu ici le 12
courant et continuera le nx'-me
jour pour Kingston, Santo Domiu
go.Cilj, et Curaao pr.n.nl fiel
et passagers.
Port au l'iince, le ti Nbre 1920.
IIAKII.N KM J> Co
Gnral Ageais
Avis
Le'public en gnral et le Com
aereeen particulier, tout pris de
roter que la direction de notre
Office de'Port au Prince, est con
(lie a Monsieur .1* il IN YFK.avec
le titre d'Inspecteur, et ce. a partir
du 1er Novembre a. c-
KOYAL NE! IIEKI A.NDL \\ EST
I.NDIA MAIL.
INJECTION PEYRARD
OALOIR
co-ln I UHNOMWAfltf
I loui tultmi>t< UKltit
N rtmli
2 31 Iratii mini
sur 132
(U. im MHiiI.i Le traitament et compldl^
PETRARONTiaiTINE
j qui calnent la douleur, clarifient le unaea.
purifient le tant et tuenaaent la cyttite.
i .-'. IOUTLS bNNt PHAHMAUIS
l^rTiAirris ri io 4 ... i. r.,.^u n,t\-J
* Alnminum Liae S
New-Orlans k SoutbL America }J
Steamship Co Inc. 3.
?olna.trisMpjaX'tsdirectSpovLX' gj.
Port-a.vi-1 ; nce "Hai.i Ej,
9 "Le Steamer uGlirisi an Irogh4' ayant laiss g.
S New-Qr^ans le 7 Novembre sera porl au- ^
S Prince le 13 avec 200 tonnea de marchandise? ^
^S et conlinuera pour le Cap-Hait|en<
3 Le steamer ''Eidshorn" laissera \ew-0rl';ans
W le 16 directement pour Port-au-Prince.
&$ fln steamer laissera lef-O^aas le23Iovcm 0-
Pri-.iu?ri.i.c, i 10 Hovdinhre 11*26-
A- d^ |\rTiJ l o
ifir
om Barbancourt
Se vend aux Cayes g
1 chez Vve A. Sendral 1
s
ce-
te
Co-
^mM^^^mm^^sm^m^
a
D

10-
SIREZ-VOUSdc la cr taie n la glace dlicieuse. S?
dos Borbcls exanii, des gandwiches d'une pr- K*
paratioD spciale? Vous troaverez tout cela au \$
b du Petit Four
dat
< Petit Fourg
Fl.oiu', (m7. B"
K
! m
a. Eldorado
Vous trouverez un IULLARO de LUXE
Dam CHliMEu ,..v Glacb
DE LA BIRbi pAT/ICNHOiH.ll
de BONSSNDWICHS
de BONNES LIQUEURS,
m: lAMhix COKTAILS
nu mon CHAMPACNE
teille.
Le tout un prix trs modr.
CHAMP (U- MAILS PHONE
SELECT FAMILY HOOSE
PENSION de EAMiLLEJde ;icr. ordre l'eulio de
'ImgcKii ( ancienne maison de Oreger )
/- ; Cuisine soign*, confort moderne, Service
& Hygine irrprochable .
Euglish spoken. se habla Espagnol
cl mme Spritht Dculcli.
Oil Tablets
Drames d'huile do Foie de Morne
En stock; riiez : """ ~
Geo, IMWSi.mi; ^ Co. Agtuu



LE MATIN*-H NOVEMBBEWM
va
INE
w
J
C\V
. 5
y.-.
/<
XsL


. ( I&xatif physiologique
le eaul faisant. la rducation ScActionnsltfl d FMtoV.tn
-. Juif
.
*''
I 11
Cponga il nettoie l'tnteatin,
ffUe l p-^ndklie et l'Entrite.
Sapprto 1rs Haiono'Jes,
I.mpche I excs d'embonpoint.
hguUrtM l'harmoi.lc des lormes
Constipation
Entrite
Vertifet
Hmorrode*
Dyspepsie
Migraines
CTiilrliln. T.r v .-p
ira. Paru, n i pn".
f. . - t i
i.i .... mi ru t I m '
| nk.>- '.r 1
.. i .l'i m, i
t..-m-1 . sas) i.<
* .... .1 ~ * Il
t ..ui .f ... la ' ......
ni' rtlual M
l. fc! ... Bal :. i .1-*...
Orr l hlfUM .lii li !
. ..... .. .il II. h
Il .m I 1.- If !.. i
tr..... i..f iflP t
il..- : ii. .. uni ip..th. .n..... :
qua w i.. i> i > i.i. I
Iv il k *".< qui le. ; M
;li Ml il....'
L' BalatM*.
t.. ut M' .'. t 1. .!ll.
urscTRitottica -<
lovcutontsi : itl
pnill 'Ht u>* V '.O'' '. \
Iutt. aVIVentf, dti'.i.^'$ j
lui.rtonif
IUSOUiAN : l'o >< \ ,
'Ill.M .
Li mr fournit l'igi.'-igir, citU ligue miriRi qui I" dits I compol ; du JLBOL.
utkaiiS jXi.u:.... )
... !.... w inail II. .. I
lai if..f in /. i., ;i ~.i b|. ,
'OU |
_______J
BTr )
^..xt.vragr,.^>^^-.
J
VIS
Monsieur H. BALLONI SU
se faifleplaisir d'informer sa
bienveillante clientle qu'il est
revenu de son voyage en Euro
ne o il s'est efforce de trouver
les articles les plus rares et le,
plus varis pouvant la satis-
faire. .
RemerciemenWi
IMr et Mme Gustaves.Wol et
S enfant. Mr et Mme rortnn
Bout, Mr Marcel Wo.-l, Melle
Marie' Woel. le. familles \\oeL
Lancelot. Briand, Cl.a sagne, les
nier, Bogatet tous les autres pa
rente remercient tous les anus qui
leur ont donn des preuves de sym
patine l'occasion de la mort ae
leur regrette ...
MmcVveOrfila fylniiiw-
thid Reed .
ils les prient de croire leurpro
fonde reconnaissante
Port au Prince, le 5 Mire 193
'On trouvera
Qhez Charles H. Gaetjens
117, Rue Roue ou %onne.Foi
Son de Mas S gourde le
sac.
Uoniilk
11 l.iil m poudre le pi. en*
vo,.ne hjx Ktats-l ois.
!'eur l'alimentation des b-
bs et des convalescents.^
Li seul lait en poudre qui
contient les trois vitamines.
Les trois indispensables lments *> nulr Uon:. ._....
Dessch el strilis d'aprs le procd Just-Hatmaker , I
MOMILK est le seul lait de vache en poudre, se rapprochant le
plusfdo lait maternel. De digestion facile, c'est I aliment idai^
pour les bbs.
En vente chez :
Simoa Vieux, Alfred |V1eu*,.
Madame L. II. Doret :
BREWEH & Company|lnc.
Whokchkster
A. Boit, Raphal Brouard,
Savinien Martin, Petit Goave
Oeo.'.JtANSEW sjBo '
Aoum
Ce qui n'a jamais rli-fl;iiij
Ce quitne j)euljtre*dpass.|j|
Kola Champagne
F Sjourn
.'rpar dans des condil.ons^rujoureuses
d'ASEPSIE
^Prparation et IVente
Pharmacie P. SrJOURNri
Angle des Rues Houx et duCentre.ft
m
M
^Bonheurfamilial.
Avri ouj |amli dicswS l'UnperUncs 4 la MU
chu U mer. de UmUle t La protprtU 4m m Un*
ta dpeoe. si U dtente dn BMrt. s W >nsssj et
la lasBdla toui anUara
Le fardeau qui peae aar
la roaltraaaa dt nniton
dcpeisc waveni le forces
nu'on est as droit de lui
euppoecr.
Or. que 1* iatlfliM W-
lenoa chronuiae chu la
ntere de iatnlUe. et la
maison pertclite ausaUot.
Une taeee d'Ovomattta
au premier djeuner )
Indique daaa ce caa pou/
reconatlfuer lea forte
dfalllaotea de la mena-
gre cl lui rendre l'anerdjta
demi elle a besoin pour
venir A bout
et eana peina du
de la tourne
U santS eat osa Mas
plus importants
louMamitMi
rUn paovotr inppoi
Mrsroaltaadotjraaiaws
an* ont 4al
fO-omaklne,
orrr^jt^
>
4
BHIM BABBAMOIHT, iioRnedenr^w,
Satian-WhtoowHerc
Les Seules Feinta maUrablcs
ProprilaKS d'AuloiiUrh.U'S.
.

t Soumiu/ vous que lei pneus
'et plus Bolidei, et les meil-
eurei tubes sont labriqas
par FIRESTONE.
Kiirsloue l'uli;Si/.e ('.uni
Dipped Ballooni sont IhpIui
oniiuset lei plus reelu-rehb.
En stock chez soussign
vous Irouvere/. toutes diinen-
lons de pneus Runlier.Heavy
Dutv. BaU'oon| Hlgh Taa
lubesel pauhe.*
Hue du Quai llar Terminus Champ de MarsVilla -Jf"faf "^ ptioo-
Martine u, lu^.au Villa Lon Djean, BellevueV, 1 Hn T. Auguw .
Vile Edmond Man; as, Peu de Choee Villa Maurice . p de
Villa Mme- Veuve T. Auguste. Bois Verna Villa Antoine Jf. r.
bots Rodolphe Uonev, Peu de Chost -Villa Hcluer Anselme I urgea
Villa Ed. Lespinasse, Bellevue Villa Bea Faubert, Bellevue
Villa Mme. Veuve Barbancourt, Bellevue
\ Ha He.mann Pasqaier, Pem de Chose VU* Mo A. ^^SSm
Vil ta Dr Thbeud, Chemin des Dalles-Villa Oswald Brandi. ****
Vida Luc Thord. Bois VoiM Villa Luc Tbard. Avenu John Broao
T .. meilleure* construclions Architecte Geo. B-uu Le- tne.l eu rot coojUMM
'' ******* UBniei Bn.n Les.meilUures constructions architecte Lon Matnon
Pour vos commaader eu tout autre renseignement, s'adresser^i
af*"''^
. I
I
i
.
i :
I. PRELT2MINK-AGGERH01M
Geo. e. usme & Co
Hue l-'icu en lace de la Banque Nationale ^j
^*ntfcWsnt*SJBJ^^
nouveeekmi:nt ARiUtll
9Q Gauges
Plus de kilomtre avec

imm
Notre sieur Geo. Jeansme ayant
voyag pour le Sud nos bureaux
seront ferms jusqu' Vendredi M
du courant. (
Pour toutes communications du |
r.int son absence, nos clients sont r_
pris de s'adresser Mr. Ch. Y, 1
HaUh\in. ct i'e la Compagnie l@
d'EclairBp'e Electrique. B^
Port au Prince, le H Nbre 1986.
Geo JEANSKME Co
En stock chez
L P.cctznuinn-Af.GERHOi-*
Bue du Quai.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM