<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN-^J Novembre 1926 MM •• ml M*M doulmut UN FM PAS Ut FMI TOMBER PLUSIEURS MARCHES < D'ESCALIER Les contusions et les foulures se soulagent facilement avec un simple remde. Un Imita rwnAd d* 'nUlle employ sans art* iampa htm U HilMjment le. coofclorj tllua t l>U^ra7C't ainsi que neuTfflvwit fr*jumment de* personnes du Conttnwit AmAriraln. "Ayant fait un fatii po -nous crit une l*Us djt as*ep.>il qu i oui ou si ou lis leur ntireia.'Uns ce dernier cas les dit. btetirt seront abia larentier n Latin rade tubir le lourdea snaltsJDa e s lleis lea plus leiporUatu de lf|u nltondu jurii lasciats ni donne par le |raad conseil !MISIC est q.ie la I itte de membre no seiaac io.d d ; soriiais qa' des Lomines • rgags dans des occupations pro d.ctives Ce bat sera atteint en b'igeanl chaquo mTnbre du parti s'enrler SSMl dar.aure OSSOS Ugori s d une orgUatioa syndicale fa^cl8!e. BK 7'jrrh'' r-'--r. V~ \(\ Obtenez sant des mmes la Nature. votre sonde , LaNntaretantUawtre de toua les biens de rbumsaki. il est logique que noua ayosa. recours h. elle quand le corps humain a bsaa dea traora qu'elle renferme. s Pour la protection de la sant, le plus proeos bien de la vie, c'est la Nature mme qui nous offre l'huile de Foie de Morue avec laquelle en fait 1 L'EMULSION SCOTT Directement du fond des mers, *B apports la soutien de nos forces, combat l'anmie. IN affections de la poitrine et des povmont, ls malnutrition, etc. Ceat en vrit la toniqrM 'i| lal pour tous lea aget ^ ooooooooocoooo Rception lgation d'itjlie A l'occasion du 57me anniversaire de Sa Majest le Hoi d'Italie, le Charg d'Affaires d'Italie et Madame Allrcdo deMatteis recevront chez eux le 11 Novembre courant de dix heures midi. ooooooooooocoo La Jubil de l'anne Sainte D'aprs les nouveaux dcretshs ennemis du rgime haaists s apcoans de faite une opp siion srieuse mais ne commettant p s ouvertement des actes puni sa bls d'emprisonnement pourron tre forcs de rsider pour in Kmpa indtermin dans quatre lies isoles : Lipnri. As'iqua situ a prs de Stromboli, Tr. raiti dans l'Adriatique et II e de PaataHena dins la Mditerrane eutte !a Tunisie el la Sicile. AOSTK—N u( sntifareb les bien connus que l'on croit avoir participe U Itntilive d'assassinat cou tre Mussw'ini BologttS ont t ar lts aujourd'hui au moment o ils essayaient de passer II (ronti> re suisse. Un record dtang rar cbl Iranais PARIS— Mr Raymond Brie/ d tient le record du monde de la tranafuaion du aang. Depuis le mois de Novembre 1925 il ea est b sa centime opration at il a donn jusqu' cinq gallons et demi de son sang puUt sauver plusieurs de sjs asmblub.ei sans entra rcomiens que la sali fiction d'avoir accompli une BSBos action. Mr Bri I n'a que vi-g -nou ans. Xt ic < nlr-les rointun, g ' des Traies Uniooi SI v moment ; lai rhotts ni peu pn'-i au mme total > soir et il sembla certiia raid te pourra pu tre la lin >'e aernaini toutes les p ities intr continues d garder la je' silrnca sur 1er pot MOT.or-Leconieili In ronfdrtioo sovitiq w\\ vien* d'invoyereif rne nouvelle roalribot'l 000 pour les mineure ei U y a trois ans deeela, Pantal allant toujours de l'avant, devenait le propritaire du t Cinma des Galants, et on lui devait d'avoir le premier mis les entres Cinquante centimes,*l porte de lottes les bourses. Il est l'initiateur des plut grandes rclames laites ces temps derniers; miis ce qui le distingue. Cett l'intelligence qu'il y mt* tel approprier son industrie. On S emore dans la mmoire ls colossale reclanu de l'anne 1033 qui lit une telle sensation que ce Steamer rclame reste unique dans son genre. H en a |;iil d'autres depuisel.toujours en avant.il ne restera pas la. U aime taire grand, lalre beau, el nous fermons ces lionea en souheilanl Panlal. le grand indu ilriel, le grand Artiste dans son genre de ton jours 'aller'.droit devant lui, sans dmentir sa devise : %  VOULOIR •.'EST POUVOlUa Cnl.UM V\N Artiste p | M ( i H ,i; Nbre I9j6. Depuis hier a commenc a la Cathdrale, le Jubil de l'Anne Sainte qui durera trois jours. Il y eut. cette occasion, messe 5 h. 1|4 du matin suivie d'exercices de pilS* et de sermon. Les mmes crmonies ont eu lieu ce matin et demain, aprs la messe, les exercices et le sermon, il y aura procession la chapelle de Notre-Dame du Perptuel Secours. Dimanche, ont t lues, au proue de la ^rand'messe, les dvotions ncessaires gagner les indulgences attaches au PARIS Les journaux sont rem plis de l'affaire Gribald : Ils font remarquer que le colouel est arriv Paris soucieux et dprim et'out (S vriocus qi'il a pulicip aux d fin complots catalaniste tt anlifa ciste. Aprs un long interrog toire, le colonel a avou ses relations d'amiti avac le colonel Macia chef du complot catalaniste et avoir reu SO.O00 lires d la po. lire fasciste. la press? insiste sur la loyaut du gouvernement franais.Le Quo tidien prtend savoir de source su re que les violences f scisle* r diuble it en Italie notamment & Ri me el a Naplea. (Juinze nouveaux conjurs ont t an ts prs de Perpignan.Le matriel et les muai tions des sparatistes catalans ont t transports Perpignan et d poss dana des casemates.Le colonel Macis affirme quo le mouv meut sparatiste est cotnpleteme.it tranger celui de Garibaldi. Le mariage du Prince hritier de Belgique BRUXEL KSLe* cadeaux de mariag pour le priace LOpOld et la nrlenasia Astrid de Sude costi nuenl arriver au palais de hiuxelles. Les colonies trangres 4%i Bslgqua y compris les ojloni s ainric ineet ang'a:sa ont rocujiHi d.-s bnds pour leurs cadeaux. Li sou* riptio.i n.tioaale a a teint 800.000 lrinc'.Lorgafii>alion drts anciens re.nbattants de Utiranle Guerre a f t un app l pour q ie ions Ua v trans participent une demi atrat on pubiqu! organi j en i honneur du couple princier. La apitale de la Balgiqas se prpare h recevor royalement le prin ce Lopo'd et la princesse Astrid qui sont eu roule dStockholm pour le mariage retigieua mercredi. Le conflit (lieux au Mi Des lois plus rige sont encore contre l'Ip M i:\icu — Lloa^ du Mexique qui oui n de graves dispute el vam.meul et l'cfUnl 8 a ren lues et-coi | reues dais un n; loi que lu prsident mis hier au Cingr. projet remet ea vigueen rest.ictuns imposes p qji ,a\. port l'pUcaiatl ord )nner aux prtres f d el s offices religieux S eu pour rsultat ua bojfl nomique de U pan deaj llioiiquee. La grve noire anglaise loscou finance les grvistes LOiNDltKS — Les ngociations entre les mineurs et les propritai res de mines soulvent des difficults considrables.Malgr un con seil de cabinet prolong auivi d'une confrence entre le gouvernement et ^propritaires et d'une contdAvit Notre aieur Oao. Je voyag pour U su seront ferms jasqut fa du courant. Pour lou'es coma 1 raotsenabse ce, oo p.is de s'slreesar m haldwin, ct


PAGE 1

APRS UNE MALADIE SRIEUSE • —I l | W> t M •• r,d.. K r „ r J" Nul n!nor que l'huila la f„i..i. 'lunt l'aoUon Ja!la!i Salom-. Les cranciers vrifis de la r.,1 ile AbJnlIjh Salomon ioal nri s oe se runir eu As TnUttQ.1 j* l'r..ni-e I ,,t „ ^ ue I i,rl U rin e I* meier. li qn .'o.i o.. m pi r, 16 \ v .„.„... ea**al j u H-,,, s .1 ,„ %  ; p>ur ntoii • „ | rt r ,.,,,„ ., |( s u.c ei Jcitl ,• ,-.• q lW \ n ,j uU Le Ultlliri •<• IABISI i;: ta U pour "UiHT U E LE MATIN 9 Novembre 19M Parisiaua ce soir Le 7 de Trfle (Suilc) La Maison du Mystre (Suilc) • Entre : ()..")() ; l)alcon : 1.0 ) ;:. * # *v A # nV. & 6 & 5? 6 ;? A dp 6 A < Con.paa!e flnrale Transatlantique Le'ateamer • Caraibe | aii de Bordeaux le 24 Octobre.csl attendu Port-au-Prince vera le K) Novembre, Il repartira le lendemainjde son arrive pour Santiago de Cuba et leaporta du Sud. La suilc de l'itinralre'aera fixe l'arrive du navire*. l'orl au l'rinc.-. le ;i\'ovr-nibre 1926. E. ROBEUN & C fhe Royal (VJ;(il IleaiM Pack et C>njiauy V > 7 |> De toute confiance dans >| featt et dans la boue Jgt n^'f ND l'ssu t taboue onl reodu exceptionnellement dif• *i n" M ''• % %  porto en automobile, les voitures Doigt >i% ance. trothers oal prouv en montes fois leur infaillible puis Ouecesot en f.ca des grands cours deiudes Philipi, 4 ns, des grands passtes S u? de l'Atriqoe du sud, des ira petueux torrents .lu Honduras et de l'Australie, on Nouvelle /. HII.IOOU ailleurs ettiebjstas voitures n'ont jamais tailli. Li Data de I en lartaea et d;i travail d'une aulomolii! esi i,;h,, „,.,,., M | i.juppijg ,j ft puissance, or tas voitures >' } •! %  Il { inililS -ont construites en aciar v.tnadi al la icienc m>lraa ,u o>aaait |>isun matltour aeiar. L^le rnr •' Ciitabra altoadn h Ji'-ni' i. .j < 0 wn.bra roirat< h r 'o,l .,i l'ri-i.e |> 11 cii. p euaal \* (( M pouf tl p „,. ls ,|„ Nrd tl IKorop. Pjrt au l'rince.le t Novembre l9iV> J. DAALDERJr., Agoot Gnral pour Haiti Bifffknj Amerika-Linie -H Oioa li lustiie c'aal ce qu'il y %  de mri leur march. Tourinn Car Standard Sedau Commercial Snven Commercial car Chssis 1.375 00 1.550.00 1.500.00 2.150.00 w%%a Santiago d Cuta • M Iteudii ici vers le II courant apportant du livi <| t l'Europe. Le ateamer a Alexaod.iau est attendu ici vers le 14 courant pour ( %  rendra du fret pour l'Europe. Port au Prince, le 4 Nov. li>2(> OtOFFSON LUCAS Ci V 2! aVtV l)t so 'i" (k> beaux CHLBS, nuances vale ilasIcrV''' '" %  ^ om l ^^v-vous Paris-Bazar En Envoyea-y vosportraU-cetudc vos amis, pareils f# Kiuragraiidiaaeraent. %  Prix trs modrs fJ S! floro -Unie Le S. s. Henry llorn venant de Kingston et des port du Sud sera ici le 14 courant ri partira le m me jour pour l'Kurope via les | oi(s du Nord et l'uerto l'Iala pre rant l'ntrt passagers. Le S. S. Clans llorn venant de 1 Europe via l'uerto Rata et les forts du Nord est attendu ici le li lourant et continuera le mme jour pour Kingston, Santo Domio go Cil\, et Curaao prenant fit il passagers. Port au Prince, le 6 Nbre Iflffi. HAEHNBER & Co Gnral Agents Avis Le public en gnral et le Com aaeree en particulier, sont pris de %  otar que la direction de notre Office de Port au Prince, est con (Me a Monsieur JOHN Y F.avec le titre d'Inspecteur, et c1 a partir du 1er Novembre . c ROYAL NETHERLANDL WEST INDIA MAIL. Insurance Co des plus fortes Compagnies canadiennes d'assurances sur la vie. ug.Le Boss & Co. Avis tris importait Lea familles Amilcar at Aurliua Oyer dclarent au Public qua la sieur Ludovic Dyer compromit dans l'Affaire dea Faui2Greenback n'a aucune qualit pour portei le nom de la famille Dyer laquelle il n'appartient point lgalement, faisant les rserves les plus expre; ses contre l'abus du DJIH qu'elle sont seules en droit de revendiquer. Pour lis familles Amilcar e. Aurelius DYKH, Kiancl, DYfcR, Christian DYER, Orangeur DYSH et Lonce DYER. contre COIMSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES d* ^LORT Pharm.ci !" CE ^ T o LE M EILLEUH DES PURGATIFS Vous trouverez un BILLARD de LUXE DEL CREME LA GLACE •KLAB!ER|s;PATzENHOFa i>i: BONSS.VDWICHS M DONNES LIQI KURS, M ivMi.i x COKTAILS DU BON CHAMPAGNE teille. CHAMP de MARS PHONEIW ffl^^^^^ ~. F,,l: "G AIRAUD Directeur SELECT FAMILY HOUSE ENSION.Jc BAIlILLEJde 1er ordre l>• i'n^u.(ancic I I ,^n ; ,isi;;i;,:4!.;:^ i c CuWne soigne, confort nttJerne Servie Hygine irrprochable. % ? Euglishspoken.aebabla Kspannol el mme Spiichl Deutch. mWKmmm*mMmai>mm m { ,ur *-rKTKU, Pharmacia ai nruTiMi • oN.. /•• fconn.. rhn, m \ Oil Tablels 1 Oraqcs d'uiie ?mk Msrae Ei Stock chez : gf>• JEANS gME .K Co. A^ms LHK



PAGE 1

LE MATIN 9 M0VEMWE 1* i^#@)^ DEPURATIF du 111 % %  i i ri ""^ *' D' M'ANGET AVIS Monsieur H. BALLONI llls se fait le plaisir ri'injormer sa bienveillante clientle qu'il est revenu de son voyaw en Euro ,,c. o il s'est efforc de trouver lisa.lulesles|.lus. ; .rcset|cs plus varis pouvant la salislaire. Vices du Sang Varice, Glande* Mauvaise circulation Maladie de Peau Avarie Maladie de Femme £tbltMmcnU Chatrlala 0 GRANDS PMX ... : M",7— U .-"• iiarr# • •• &f . CESS %  i .rinumicU c rriile mal. t..o"-'" dehiev les varie. Ir> "" "'•','' £ I „. lU liai! M cl .u. rtjMlir. • l'X raentUiement .le I nutrition • l' Ci tissa* Wctl ei .e„r .lf.M. Ml H *K *gj U,(.a M Mr •! V> .1, Mail 52?. woi le ;. %  •• w ai Unclo. lWi.tr. I. .aH-fsn-, le* SStmTlctoM 'OU le. an qui Icroi.ltt..,,^. peu .sdr-, vm priait;) Wtrtui de la B.oH il leur lfMie W/nc;n#Of/.ffl M/odiHeMalIhida V.ed lis les orienta* tue Wur p o fonde re; or rmiseance l'oit u liince. le ftMmltt* Ce que vi.us pouvez donner de plus piccicux A voire enfant, eVat la sanl. I.cs \ rci.iiilions ternels* laircs d'hygine M ni facile* A prendre. C'est par la umlprcjprct que vient la n-albdie. A'taqucz la crasse avant qu'aile ait eu la temps de pnirer dans'i Us itircs de ii peau. Au Vciilcz ce que votre enfant •e lave souve. t et soigncv.se ment Avec le iivou mm le Savon pour la Sant I il-.i.o. rie N rmlOBi 2. lui .-.il f" I*nnac" rae Vslene ^.^ i aar. rw* -• = 2MK3 On trouvera (kl 1.liai 1 s R Ga.ljens sac. P w llomitk ) t lait rn poudre le t lus en, vof.ue aux Utalt-Unls. 'i.ur l'eliou t lalion A s biLts tl il** c*nv.tl*c*rl". U M ni 'ai' &f P'" ,: e I 1 r< i H< ut ka troivtan.ine<. •i Ce qui n'a jamais t l'ait BulriUoB*' Hatmaker •• ^VJ:.^^^"^ c ,Mt ,lim "'" M pour les tbs En vente chef : Bol Vicut, Alfred flMlJ Madame L. H. Doret BBEWCH CompunvVn'' WiioNCiiE TB • \. [toll, Raphal Hrouard, \ Suvinieu Martin, Petit uoave Gcr. .HANSI.Nir&:Co A(."NTS a Ce quijne peut tre dpass. Kola Champagne F Sjourn l^par dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIB 1 prparation Ici Veille t-nnade F. SiJOURlW AnQle des Rues W duCev.Ue., Utilise Gw Brewiir r> ) Us9 c.ciif de Reconstituant* Fortifie le cerveau, la moelle epinirV.lcs.os e15 reins. Rend puis sants cl v ig .m. nx !es .......is deliiU? ISieninici laiLles. es^.s-i.. esustopa. destraNaiil iD ftUl th Z 'in i. Ver, 'r ^I.MI l^ hit.a, W E -lvr II C, AI'' 1 '^ iWm Dt'sir, J. b. B,. !;.v :m l. Il D-.d • t 1 **! Grive : S. Irlii. *1 F I SOik liiez : B i;i-fiiiar.!,(.i'ai. > Kiie lo !7fl^ CEO, JEANSr.MK & Co, gents ,^ 9 %  "B* '3SFB m K te / %  a*^ liORue des Csars, A&fcAAi&JteA& Prop iolair s d\\uU>mobiles, i. I ; %  %  n Souvenez vous que les pneus i.s nlus solides, el les nuil -. S. tubes soid lahrupu-s ^ par PTBESTOHB. -C; p^-stone Ml:SGjfiB g o„„,s elle plu raeherdias. les courreis pou Vfi .lilaliiii Oo^Iear .on lalii'qui a a ^J*Vpof .ctfiiliritlllii. HUU quMle puissent denner le plus de sal.slaci %  • J. .. i.. .11111.'11111*. En sloek elie/. soussign NOU s\r)Uve,e. oti.es dme. ionsdeimeusl\guUer.Heavy Duty, Balloon, Itlfi ^ %  Ubes et patelle*' m t.^ sont co omi(|uc& et nr d^nn ni pas de dimcuiic. y. PREtTZMNa-: CGERHOIH ,.| U ,v,.,i„,.H.,. >4*. Pa. l)llr VLeWalttides Trading C HMftMiM' GOWlVES. CIP-HIfTW 0 k :M / i> r



PAGE 1

UIHECTKIR PROPHILTAIRK IMPRIMEUR Clment MAQL01M BOIS-VEHNA M Rne Amricaine, 1358 jr NUMERO 20 CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 242 lions ayons plus Je force que de volont, et c'est seulement pour nous excuser a nous-mmes que nous ini %  MJUIOIIS mie les choses sont impossibles. La Rochefoocaold L ANNE N-5943 m ponr-.vu-pniNCE CHAITIJ MARDI 9 NOVEMWIE 1926 LEffort hatien Un cwrsjem Wi |ill impossibilits inaljerimprvues, In Conl"if, lanl attendue pour la. jon et la rcluelion de Biidansle monde, s.dans un avenir proAinsi, du moins, eu a la Ume Commission ll).N.;el,soii vote aura, bien le croire, l'unadhsion de l'Assemble r?. 1 laineuse confrence, ^pesteuij>s derniers, a lait des Ilots d'encre et, il jedire, aussi des Ilots de semble donc avoir d'tre un mythe, et, bien M faille point encore jjjrtoirt, le lait seul que U,ds maintenant, en la runion, cons!.'iinexcellent prsage, de celte runion lut amc par M. Kamscy Id. Mais malgr tous de l'ancien Premier travailliste, elle ne aboutir aucun rsuit.il Cependant quelque ,apres, elle lit l'objet Ire spcial du l'roGenve dont elle pour ainsi dire, une as clef de vote. Puis, il ayant t rejet ide l'opposition de lu IBrelagiu-, le projet de Bit ne fut repris que er par M. Arislide Psis sur une tonne simple et plus pralles discussions son, ibes su prparation '*,les controverses 'lui s'engagrent MI P*ctlaineux potentiel ,'*de l'indpendance [Jaril et du dsurinen de l'troite relation existant entre les armements navals et terrestres. L'altitude hostile prise parla Russie cra en maintes l'ois de s inconnues dangereuses. Tou ternis, force de transactions et de conciliation, ces divers problmes ont t retourn> en tous sensel l'on espre bien que Jes Reprsen'anls des (irandes puissances v< nt en lin pouvoir arriver aux ralisations pratiques. Il s'agit, enellel, de battie le 1er pendant qu'il est chaud. La collaboration des Etatsl'nis d'Amrique aux travaux du Comit prparatoire de la Confrence, l'admiss : on do l'Allemagne la Socil de< Nations, l'entre en vigueur des laborieux accords de L)carno, le carillon de Genve annonant un rapprochement franco-allemand, tout cela, il semble bien,cre une ambiance particulirement lavorablc et qui ne se retrouvera, peuttre, pas de si tt. Il importe donc de laiie vile, si l'^n ne veut pas retomber dans coite politique d ajournements perpluels qui aboutit la guerre de 1914. C'est d ailleurs la Ihsc que M. Henri de Jouvenel, au nom de la France, a dfendue avec autant de chaleur que d'esprit devant la Commission prparatoire. Il faut, ajouta M. OC Jouvcnel, viter les erreurs du pass. Car si nous recommenons mettre des dilliculis cette %  'alose d pargne, nous nous exposerons une nouvelle faillite aussi douloureuse, aussi sanglante que lu premire. El malgr i opposition esquisse dans une sorte d'esprit de dfiance mutuelle, par les reprsentants de la f>ronde-Brefugnc. de l'Italie el du Jap m, cette manire de voii de l'ancien Haut Commissaire IVanaisen Syrie a fini par l'emporter. Sans doute, ne Tant il pa ; trop a [tendre de la fui lire Co ilrence. Les rsullals dpendent, dans une large mesure, des eon essions \ q u e l'Anglelerr.el les L uts-l'nis p nieront faire sur leur polit l* que d hgmonie maritime el celles auxquelles le Japon, l'Itilie, la France, l'Alemagne, pourront accder. D'autre part l'antagonisme qui HK't aux prises Genve les tlio rijiens du dJsannjinent outrance el ceux do la scurit intgrale est loin dlie aplani. L'opposition qui existe, s 'il laul en croire, les nouvelles qui nous parviennent ce sujet, antre les conceptions an glo-saxonne, Ira lirai se, italien ne et amricaine en matire de dfense nationale, est Ion* jours aussi v\ >e. Cependant, malgr tout les (oive.-iKiii.'ils i| u i prendront pari a la future Coule rence seront dans l'obligation de munir leurs dlgus de propositions concrtes el soli dnient motives. Les techniciens ayant dit leur dernier mot, force sera donc aux p.) tili.cicns el aix diplomate* de jniier caries sur table. El celle confrontation au grand jour sera, on le souhaile d'ailleurs, dcisive. Toutefois, malgr lalmos phre encourageanle.ee grand problme de la Paix univer selle,* par le (lsai in-'inenl des nations, resle encore le grand point d'interrogation de l'avenir. lil .lrniie pour lien tic narasai-ce. il esl le lils i esprit travaillait : il sentait venir l'inspiration; pouss vers la vonvail d'au 1res cordes a son arc Encourag par ce succs, |j jeun Guilbaud qui poursuivat tout seul tles expriences, arriva, a la grande surprise le m e -nciloyc.is de .lrniie fabri • quer de la poudre canon qui te trouva tin de la bonne fabrication et pouvant rivaliser avec n'importe quelle autre poudra venant de l'tranger, La nouvelle ne larda pas s'bruiter et attirer l'attention sur lui une no ivelle fois. Mais le jeune ho une ne te doutai! pas que, po is.c par le dni ni de la vocation, il venait d %  commettre un aeie dangereux pou l'poque el pour nos m i MIS ei qui pouvait l'arrter e i chemin et contrarier son aveu ir : En tout autre pays, la fortune du jeune dbutant cul thile sis talents point bire qui mousse el jolies il; uses. 'ht fcwedi soir, la rue f'on. tout prs du Saiule Anne, un Ht d'incendie. ures; le |,. u ,-. t .| a | a %  JuUstin et dj l'Wrians le quartier. %  Meuseint-nt! juste iwssail M. Pril se souvint iw le temps, ma^|>m-l le* lames ^ %  •^ilsepcipiLi ^'' %  •tenuntoiTd, lut la. dar ul.'Iniques voi il JE data* l'œuf. •'rili.i! ai ( '" u raient | t mS g, s,e el Vil rF" e voir un ••* mfier. bon •>*di lui •Sir, des ra -%  >urau S*tede filles C2 C, '8S, les Ja,,. %  V^ ,cail 'fs. i5 r ."nt 1tl breKjtrs i ,uc les ls D ai ment ...a vu. dimanche matin,dani une gaguerre , prs du march S Louis, un parieur. Saint Hmy, mourir subitement peu dant que son coq lultail bravement dans l'arne. Le cadavre a t transport l'Hpital Gnral. Aprs les constatations rglementaires, il u t remis la lamillc du dluut qui esl originaire de Trou in. ... a vu, dimanche vers 1 heure de l'aprs midi, la Place Gelfrard. une grande loule .l'hoinmes qui Ira verrait la place. Des gendarni -s les accompagnaient, Nonu: Œil. croyait voir quelque arrestation en niasse: mais non. les braves agents de l'ordre portaient eux aussi des coqs sous leurs bras et lotit ce inonde se rendait a la gigue-rre. Li peu dule de la Itanque Nationale sonna une heure et aussitt tous les coqs se mirent ensemble ccKoriquer Ce lui un beau conceit. ... a vu, samedi sur, me de la Rvolution, des voisins et dei passants, accourir vers une mai so i d'o partaient de grands cris de femme Conseil d Etat A sa sance d'hier, le Conseil dpStati en Assemble Nationale a vol le Dcret qui sanctionne la Convention Commerciale entre Hati el l-s l'aysHas. Le onsei I (filial a ensuite adopt une proposition de V!r Auguste Seoil tendante lonner une commission spciale charge d'tudier les m .iveits d'an i ver augmenter la production de nos deines, speialem.'iil le Cal. Cette commission co n;>o • se de M. M. Scott. Prophte, Luioue. Maiiigal et I). l'ierreLouis. fuis la sance esl leve s cccceccoooooo Bonne Noufallt Sur la demande de nombreux parents, le Sape, ieur de SaintLouis df Uon/.ague a consenti dlivrer, pour la soire du 13 Novembre, des caries de famille, des conditions spciales. Ces. caries s ml vendues a l'Institution seulement. Des dp'ils de cartes inli.iduelles se trouvent au maff" (iardiner cl aux Caves rieur il avait enfin trouv sa voie, il pouvait •ls lors aller de l'avant. Ce l'tait donc pas par le has.ir.l qui] avait obtenu ce succs; ce ll'eul pas Cuba, comme on ;i sembl le croire, qu'il avait trouv le secret de la fabrication. de son laboe. Bn effet pendant qu'il y tait, la pense, ne fui tait mme pas vvmnde s'ocetli par de celle branche Mais Ut grande guerre mondiale approchai! el le tabac ris la Rgie Franaise allait manquer au consommateur; c'est e moment qu'il pensa dvollopperson in Inslre et augmenter ses affaires ; c'est pourtant avec des outils rudimentaina ou il ouvrit \m leu, CPetil a petit, il vit sa clienll • augmenter, le produit plus chercher; il vit natre la fiance el le crdit, et reco i quan I 11 guerre clata, il tait pfl pour le" combat. Pour la Hati; une premire fois es naehinc fabrio i • des cigarettea lin install ,, Hantai. Il ouvrit I, se.., de se* le. laines lonnanles Sans ll< si talion aucune, il ne lsina pas pour fixer ses produits, les faire connatra et aprcier en ks imposant pour NMISI dire i s ;) clientle. Il russit nu d tes prvisions et Pantal, le ROI DU TABAC national, permettait


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06859
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, November 09, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06859

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
UIHECTKIR PROPHILTAIRK
IMPRIMEUR
Clment MAQL01M
Bois-VehnA
m Rne Amricaine, 1358
jr NUMERO 20 CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
lions ayons plus Je force que
de volont, et c'est seulement
pour nous excuser a nous-m-
mes que nous inimjuioiis mie
les choses sont impossibles.
La Rochefoocaold
L ANNE N-5943
m
ponr-.vu-pniNCE chaitij
MARDI 9 NOVEMWIE 1926
LEffort hatien
Un
cwrsjem
Wi
|ill impossibilits inal-
jerimprvues, In Conl-
"if, lanl attendue pour la.
jon et la rcluelion de
Biidansle monde, s.-
dans un avenir pro-
Ainsi, du moins, eu a
la Ume Commission
ll).N.;el,soii vote aura,
bien le croire, l'una-
dhsion de l'Assemble
r?.
1 laineuse confrence,
^pesteuij>s derniers, a lait
des Ilots d'encre et, il
jedire, aussi des Ilots de
semble donc avoir
d'tre un mythe, et, bien
M faille point encore
jjjrtoirt, le lait seul que
U,ds maintenant, en
la runion, cons!.'-
iinexcellent prsage,
de celte runion lut
amc par M. Kamscy
Id. Mais malgr tous
de l'ancien Premier
travailliste, elle ne
aboutir aucun rsuit.il
Cependant quelque
,apres, elle lit l'objet
Ire spcial du l'ro-
Genve dont elle
pour ainsi dire, une
as clef de vote. Puis,
il ayant t rejet
ide l'opposition de lu
IBrelagiu-, le projet de
Bit ne fut repris que
er par M. Arislide
Psis sur une tonne
simple et plus pra-
lles discussions son,
ibes su prparation
'*,les controverses
'lui s'engagrent mi
P*ctlaineux potentiel
,'*de l'indpendance
[Jaril et du dsurine-
n de l'troite re-
lation existant entre les ar-
mements navals et terrestres.
L'altitude hostile prise parla
Russie cra en maintes l'ois de s
inconnues dangereuses. Tou
ternis, force de transactions
et de conciliation, ces divers
problmes ont t retourn>
en tous sensel l'on espre bien
que Jes Reprsen'anls des
(irandes puissances v< nt en
lin pouvoir arriver aux rali-
sations pratiques.
Il s'agit, enellel, de battie
le 1er pendant qu'il est chaud.
La collaboration des Etats-
l'nis d'Amrique aux travaux
du Comit prparatoire de la
Confrence, l'admiss:on do
l'Allemagne la Socil de<
Nations, l'entre en vigueur
des laborieux accords de L)-
carno, le carillon de Genve
annonant un rapprochement
franco-allemand, tout cela, il
semble bien,cre une ambian-
ce particulirement lavorablc
et qui ne se retrouvera, peut-
tre, pas de si tt. Il importe
donc de laiie vile, si l'^n ne
veut pas retomber dans coite
politique d ajournements per-
pluels qui aboutit la guerre
de 1914.
C'est d ailleurs la Ihsc que
M. Henri de Jouvenel, au
nom de la France, a dfendue
avec autant de chaleur que
d'esprit devant la Commission
prparatoire. Il faut, ajouta
M. OC Jouvcnel, viter les er-
reurs du pass. Car si nous
recommenons mettre des
dilliculis cette 'alose d -
pargne, nous nous expose-
rons une nouvelle faillite
aussi douloureuse, aussi san-
glante que lu premire. El
malgr i opposition esquisse
dans une sorte d'esprit de d-
fiance mutuelle, par les repr-
sentants de la f>ronde-Brefu-
gnc. de l'Italie el du Jap m,
cette manire de voii de l'an-
cien Haut Commissaire IVan-
aisen Syrie a fini par l'em-
porter.
Sans doute, ne Tant il pa ;
trop a [tendre de la fui lire
Co ilrence. Les rsullals d-
pendent, dans une large me-
sure, des eon essions \ q u e
l'Anglelerr.- el les L uts-l'nis
p nieront faire sur leur polit l*
que d hgmonie maritime el
celles auxquelles le Japon, l'I-
tilie, la France, l'Alemagne,
pourront accder. D'autre
part l'antagonisme qui HK't
aux prises Genve les tlio
rijiens du dJsannjinent ou-
trance el ceux do la scurit
intgrale est loin dlie apla-
ni. L'opposition qui existe,s'il
laul en croire, les nouvelles
qui nous parviennent ce su-
jet, antre les conceptions an
glo-saxonne, Ira lirai se, italien
ne et amricaine en matire
de dfense nationale, est Ion*
jours aussi v\ >e.
Cependant, malgr tout les
(oive.-iKiii.'ils i| u i pren-
dront pari a la future Coule
rence seront dans l'obligation
de munir leurs dlgus de
propositions concrtes el soli
dnient motives. Les techni-
ciens ayant dit leur dernier
mot, force sera donc aux p.)
tili.cicns el aix diplomate* de
jniier caries sur table. El celle
confrontation au grand jour
sera, on le souhaile d'ailleurs,
dcisive.
Toutefois, malgr lalmos
phre encourageanle.ee grand
problme de la Paix univer
selle,* par le (lsai in-'inenl des
nations, resle encore le grand
point d'interrogation de l'ave-
nir.
lil .lrniie pour lien tic nara-
sai-ce. il esl le lils Guilbaud qui l'ut un Jho nue de
bien; k- premier spculateur en
denre de m ville natale, el qui
mourut amie el respect de tous.
Son pre avait pous Al'icij
Bartnol, ne Sausaricq, dont il
eut dix enfants- qu'elle eut la
mission d'lever el d'en faire
des hommes.
Ln effet, femme au c ir com
palissant el bon elle se mil rou-
rageuse.nenl la tache, leva ses
enfants dins les principes de
I r d) l el d'honneur.
l'AM.\i.r.i)\. le quatrime eu-
faut, n'avait que douze ans
quand il perdit son prej il eon
timia a frquenter l'cole, mais
dans ses moments de loisir, s > i
esprit travaillait : il sentait venir
l'inspiration; pouss vers la vo-
nvail d'au 1res cordes a son arc
Encourag par ce succs, |j
jeun Guilbaud qui poursuivat
tout seul tles expriences, arri-
va, a la grande surprise le m
e -nciloyc.is de .lrniie fabri
quer de la poudre canon qui
te trouva tin de la bonne fabri-
cation et pouvant rivaliser avec
n'importe quelle autre poudra
venant de l'tranger, La nou-
velle ne larda pas s'bruiter et
attirer l'attention sur lui une
no ivelle fois. Mais le jeune
ho une ne te doutai! pas que,
po is.c par le dni ni de la vo-
cation, il venait d commettre
un aeie dangereux pou l'po-
que el pour nos m i mis ei qui
pouvait l'arrter e i chemin et
contrarier son aveu ir : En tout
autre pays, la fortune du jeune
dbutant cul thile sis talents
point bire qui mousse el jolies
il; uses.
*

'ht
fcwedi soir, la rue
f'on. tout prs du
* Saiule Anne, un
Ht d'incendie.
ures; le |,.u ,-.t.|a|a
JuUstin et dj l'-
Wrians le quartier.
.Meuseint-nt! juste
iwssail M. Pr-
il se souvint
iw le temps, ma-
^|>m-l le* lames
^^ilsepcipiLi
^''tenuntoiTd,
lut
la.
dar
ul.'Iniques voi il
JE data* l'uf.
'rili.i!ai.('"uraient |t.
mS g,'s,e el Vil*
rF"e voir un
* mfier.
bon


>*di
lui
Sir, des ra
-->urau
S*tede filles
C2C,'8S, les Ja,,.
V^,cail'fs.
i5r."nt1tl. bre-
Kjtrsi,uc les
"ls D ai ment
...a vu. dimanche matin,dani
une gaguerre , prs du mar-
ch S Louis, un parieur. Saint
Hmy, mourir subitement peu
dant que son coq lultail brave-
ment dans l'arne. Le cadavre a
t transport l'Hpital Gn-
ral. Aprs les constatations r-
glementaires, il u t remis la
lamillc du dluut qui esl origi-
naire de Trou in.
*
... a vu, dimanche vers 1 heure
de l'aprs midi, la Place Gel-
frard. une grande loule .l'hoin-
mes qui Ira verrait la place. Des
gendarni -s les accompagnaient,
Nonu: il. croyait voir quel-
que arrestation en niasse: mais
non. les braves agents de l'ordre
portaient eux aussi des coqs
sous leurs bras et lotit ce inonde
se rendait a la gigue-rre. Li peu
dule de la Itanque Nationale
sonna une heure et aussitt tous
les coqs se mirent ensemble
ccKoriquer
Ce lui un beau conceit.
*
... a vu, samedi sur, me de la
Rvolution, des voisins et dei
passants, accourir vers une mai
so i d'o partaient de grands
cris de femme
Conseil d Etat
A sa sance d'hier, le Conseil
dpStati en Assemble Nationale
a vol le Dcret qui sanctionne
la Convention Commerciale en-
tre Hati el l-s l'aysHas.
Le onsei I (filial a ensuite
adopt une proposition de V!r
Auguste Seoil tendante lonner
une commission spciale char-
ge d'tudier les m.iveits d'an i
ver augmenter la production
de nos deines, speialem.'iil le
Cal. Cette commission co n;>o
se de M. M. Scott. Prophte,
Luioue. Maiiigal et I). l'ierre-
Louis.
fuis la sance esl leve
s cccceccoooooo
Bonne Noufallt
Sur la demande de nombreux
parents, le Sape, ieur de Saint-
Louis df Uon/.ague a consenti
dlivrer, pour la soire du 13
Novembre, des caries de famille,
des conditions spciales.
Ces. caries s ml vendues a l'Ins-
titution seulement.
Des dp'ils de cartes inli.i-
duelles se trouvent au maff" '
(iardiner cl aux Caves iflole. Du se
prcipita dans l'appartement
mais, du bruit, du vide, et eha
cun revint penaud et ve\. La
cause de l'moi?C'tait ( I.....
une grosse- et jolie poule que-
son cohabitant taquinait.
MAURICE ETIENNE fils
Angle des Rues du Magasin ofa
l'Etat et dei hronls-torls
Chaussures pour bain de
mer.
T
calioii qui germait dans son
me ardente, marqu par le des
tin qui voulait qu'il ne lui grao l
3ue par lui-mme, l'eiilanl gian-
issait lihrenu-nl.
Il aimait le grand air, l'espace.
el allait trs souvent sur le
Wharf de .lrmie humer l'air
salin, entendre le vent du Nord
venant du large, entendre le
fracas d. s vagues souleves par
le venl. Toul eu l'inspirant ef
eu le poussant la mditation,
ces bruits le rapaellaienl | mi-
tant la ralit et le conduisaient
vers sa desli-e e icore incon-
nue mme pour lui.
H cOranMOCa travailler, il
si .i.una lui-mme de ses pro-
el sur celte nier toujours
agite, I enfant, lit bienl t des
essais, et un beau jour, les Je*
rmiens virent avec 61 11 i n -ni
le jeun.' l'aiitalou lairc
ua bateau vapeur qu'il avafl
faonn de ses propres m lins
et par ses propres niov- i le
voila mcanicien seuc ans...al
il ne devait p is
eilssenl t apprcis; il eul t
encourag el e "il mme rendu
s rvice son pays; mais connue
rcompense, SJ i invention le
mil en mauvaise posture aux
\ u\ de l'autorit; ctait grave,
en ell I, et enrl dans larme.-
il lit contraint de faire le service
mififaire. Il y avait de quoi d-
courager le jeune homme au
dbut de sa cairiic, el lui qui
n ivall pas pens mal Iaire al
qui l.ul loin de se douter que
le dlierai Mriee ipii tait la pre-
mire autorit de .lrniie celle
poque, homme instruit, qui
avait voyag el vu le gread
monde, aeacandanl du grnn i
Gnra] Briee aine, le p i n* it
nr si bien russi da n un
i nti )ii D) nvellr pour nous.
i il de mme il renail de se
i el< r \m bon manipulateur,
un bon pratricien chimiste el
on ferra i la suite i quoi cela
lui a aan i.
Dgot des perscutions,
Paatn'on se vil forc d'aban-
do i vill natale; il tait
eh venu un homme les pi eu-
vis grandissent il lui I.niait
en d'autres in.lieux un endroit
plus proprice au dveloppe-
ment de ses diverses concep-
tions, qui le dirigeaient vers lt
mcanique; il partit pour Cuba
O i! l'ut employ dans un ate-
lier et o il lui utiliser au pro-
lil de ses patrons ce qu'il avait
acquis pni hii-ninie sans inailiv.
Il ne larda pas devenir chef
d'atelier, el pendant les six mois
qu'il lit dans l'ile voisine, tou-
jours guid par linluita'oii, il
travailla sans relcha se per-
Icelioiiner dans la mcanique el
il linil par concevoir la ralisa-
lion il un brillant avenir. Ce-
pendant, pouss par sa laiblessc
pour les siens, il dul retourner
.lrniie o on avait besoin de
lui, c'est alors qu'il put dans
celte ville, la direction de l'usine
a Glace de Mr Charles Vbrbe.
Il devint chef de famille.
Aprs trois anne le sjour A
lrniie el un labeur incessant,
le travail \ inl lui mail jucj ; ii
fallait aller le chercher ailleurs
il se dcida doue a se rendis
la Capitale el y lenter le sort;
c'est ainsi juif lut employ a la
P. C S. Sa vacation pour la m-
canique, l'hahilel qu'il mettait
l'excution de ses travaux; les
c mnaissanees qu'il avait acqui-
ses sans matre, sans apprentis*
sage, pas ni.ne CuIki o il
devint d'emble chef el conduc-
teur de travaux le firent remar-
quer la P. C. S., qu'il huit
pourtant par abandonner pour
se rendre au Cap. o il dc\ ml
chef de l'Usine Electrique. Aprs
une anne de travail il se dcida
laisser celle dernire ville; il
n'y avail pour lui rien l'aire
dans la mcanique; il n'avait pas
trouv sa voie mais le mo-
ment approchai! ou le futur
fabricant allait se dvoiler; il se
dcida revenir de nome.ni
la Capitale, cl c'eal sans m\ sou
vaillant, que Je lutin h\m.
abrviation de son nom qui
n'tait pas connu el qui allait
sous peu devenir populaire sa
nul rsolument an travail.
^ Il s'installa m nlestoinenl a la
Croix-des-Hossa'cs cl commen-
a a fabriquer en petit ries ci-
garettes lu main; mais ce no-
tait pas encore cela. Dou d une
grande volont el d'une activit
itonnente et (pion ne commit
qu' lui, il utilisa se, connais-
sances en chimie qu'il appliqua
son industrie du lobac el a la
suite d'esp iciucs conseicn-
c.ciiscs, il obtint un Dt luil na-
tional par la hibricalioa d sou
Scaferlati s i;>rieur il avait
enfin trouv sa voie, il pouvait
ls lors aller de l'avant.
Ce l'tait donc pas par le ha-
s.ir.l qui] avait obtenu ce suc-
cs; ce ll'eul pas Cuba, comme
on ;i sembl le croire, qu'il avait
trouv le secret de la fabrication.
de son laboe. Bn effet pendant
qu'il y tait, la pense, ne fui
tait mme pas vvmn- de s'ocetli
par de celle branche......
Mais Ut grande guerre mon-
diale approchai! el le tabac ris
la Rgie Franaise allait man-
quer au consommateur; c'est
e moment qu'il pensa dvol-
lopperson in Inslre et augmen-
ter ses affaires ; c'est pourtant
avec des outils rudimentaina
ou il ouvrit \m leu,
CPetil a petit, il vit sa clienll
augmenter, le produit plus
chercher; il vit natre la
fiance el le crdit, et
re-
co i
quan I 11
guerre clata, il tait pfl pour
le"
combat.
Pour la
Hati; une
premire fois es
naehinc fabrio i
des cigarettea lin install ,,
Hantai. Il ouvrit I, se.., de se*
le. laines lonnanles Sans ll< si
talion aucune, il ne lsina pas
pour fixer ses produits, les faire
connatra et aprcier en ks
imposant pour nmisi dire i s;)
clientle. Il russit nu d
tes prvisions et Pantal, le ROI
DU TABAC national, permettait


LE MATIN-^J Novembre
1926
MM ml M*M doulmut
UN FM PAS Ut FMI TOM-
BER PLUSIEURS MARCHES
< D'ESCALIER
Les contusions et les foulures se
soulagent facilement avec
un simple remde.
Un Imita rwnAd d* 'nUlle employ sans
art* iampa htm U HilMjment le. coo-
fclorj tllua t l>U^ra7C't ainsi que
neuTfflvwit fr*jumment de* personnes du
Conttnwit AmAriraln.
"Ayant fait un fatii po -nous crit une l*Us
djt marchai d'^ll*. Ja me leva avec le corps
mailuet pivant Delneme bouger, mais qual-
S^njUltoCS de"Onlm-it tfe Joau m U.v-
liM liJouleurt firent disparatre riuamina-
UOQ."
Pendant bton d'anne et dans U monde entier
la UuM.ut ds BUn a t reconnu comme le
YrmioGme-douJeur- Un application, w- Irot-
^euLd*e U eouM*tlun. tonifie U- muscles
ZX*mm**ta* son aflst curaUf. Car-
TmSk toujours un flacon votre porte, fcn
vente dans toutes les pharmacies.
l'allient qui oui voulu lenler
rc mie noua venons d'exwwr
norfl Us pat t forcsd-alian-
doqncrleuruirneaucriereia
11 v co qui sH.st empare, en
quelque sorte du monojxite
du sucre chus toute la Repu -
blique, el dans l'arrondisse-
menl de l'or a Prinee.de ce
lui de l'alcool ?
Si les usines sueriret t'-
taient syndiques, elles au-
raient sauv l'industrie et le
travail national reprsent par
nos grande habitations su
arires : "es ee que Panlal a
l'ail : il a Mille non seulement
pour conserver sou produit,
mais il se maintient el entend
que sa manufacture 'este na-
tionale. En cela il esl admi-
rable !
Je ne parlerai pat de ses
prodigalits elles sont con-
nues. Je ne dirai pashmmen
se bien qu'il fait sans morgue,
sans jactance car une ma n
dnpbricant cache l auire qui
donne. .
Il ne s'est pat arrt* encne-
,in. et t Ut le monde peut
admirer le btiment qu'il
lail construire el quia rempla
cl'autrequi n'tait pas appro
pri l'extension ou a prise la
Manulaclurede Tabac panla-
Iron Gsilbaud.
Il v a trois ans pres,la Manu
. n-!l ,i.,i,',., .l'uni- nnll-
L'quipe hatienne
au Palais National
Avant-hier, les sporlsmen, tor-
mant l'quipe hatienne de lool
l)all qui doit partir pour la Ja-
niaique, ont t revus au Natio-
nal par le Prsident de la Rpu-
blique et Madame Borno,
Charmante rception au cour
de laquelle le Cttel de l'Etal ex-
prima ses souhaits de bon sui-
tes nos quipiers et leur rap
pela combien par nue discipline
exemplaire et une tenue irr-
prochable, ils doivent contri-
buer maintenir le bon renom
d'Hati l'tranger
De nombreuses personnalits
du monde sportil assistaient
celte rception. El les sporls-
men quittrent le Palais en-
chants de l'aimable acceud que
leur avaient rserv le Prsi-
dent de la Rpublique et Ma-
dame Borno.
L'quipe laissera Pori au-l nn
CC- pour la Jamaque vendredi
prochain 12 Novembre. Le Pr-
sident de ru. S. S. IL. Mr Andr
Chevallier accompagne les sports
men Kingston.
o o o o
oooooooo oo
ciga-
de
de
Uniment
de Sloan
Anantit Toute Douleur
toute la Rpublique prive
du tabac tranger, d* s'appro-
visionner.
C'tait la premire lois (pie,
dans le pays on voyait des de
moiselles employes dans un
atelier, y gagner honorable-
ment leur pain par le travail.
1* prjug d'avant ne le per-
mettait pas; le travail de la lein-
ine se taisait l'intrieur, au
foyer, elles n'taient tout au
plus employes que dans des
boutiques de toilerie. Si, dans la
suite le pli a t donn, et le
procd admis et imit, I hon-
ni- or et l'initiative en revient
Pantal qui non seulement con-
tinue les employer, mais en
augmente encore le nombre.
La Manulaclure de Tabac
qui venait de prendre la place
de l'humble boutique situe
vis -vis de la Banque Natio-
nale et qui venait d'elle in-
cendie, prit la devise hardie
mais bien mrits !
VOULOIR DiST POUVOIR
Comme Manufacture elle est
essentiellement nationale.
C'est JeCTOls,le premier ta-
blissement d'initiative pslve
qpi ait eu un si long Un. Ma-
lheureusement pour la com-
munaut les llailicns noplja
niais utilis leurs capiteux
dans des entreprises locales,
prfrant la plupart du temps
les employer dant des spcu-
lations qui nvnt t'ait une les
appauvrir si sans grand proUt
pour la communaut et w
main d'umvre nationale.
Si/au contrai re.dons chaque
grand centre de la Rpubli-
que, l'industrie locale tait
<.rgenise(qus de bras seraient
utiliss, que de malheureux
employs!On n'assisterait pas,
s..ce rancur h dsertion
de nos tiavailUuis en terre
trangre; on n'aurait pas la
Halte des noirs, 1 migration
I Cuits.
pantal ptr sou industrie,pu
i( propret moyens, par so;i
\.\ enrincessant si sa terme
volont a atteint ce but, puis-
qu'il lacilile le travail a de
nombreux employs qui
, ont plus ls crante du tende
i, ..m.Les quelques industriels
laclurc tait dote dune nou-
velle machine dernier modle
pour la labi icali m des
relies, el pour tmoigner
la largeur le ses vues et
son esprit d'expansion, il fon-
dail dernirement la borique
Guilbaud & C" d'aprs les
ides nu.derncs.dans la (.raul
Hue, visa vis de l'Administra
lion postale et o la fabrica-
tion des cigares, en ti peu de
temps, a pris une place mar-
que sur le march. La devise
Job. Maison : c LE IILWAIL
( EST LA LIBERT indiem*
que le grand industriel
n'est arriv l que par un Ira
vail incessant et opinitre a
jouir de la libert par son tra-
vail.
J'allais oublier de menUOQ-
ner qu' l'poque o il cher-
chait prendre une place un
portentejdant te march avec
son nouveau produit, il lit un
voyage New York qu'il put
mellre profit.
Il y a deux ans de cela, l an
lai, nous ne cesserons de le
redire, dont l'activit est gran-
ds el qui ne reue devant au-
cun sacrifice pour augmenter
sa production et l'amliorer,
sentit la ncessit devoir du
tabac provenant d'une culture
spciale ; c'est ainsi qu II a
installe une gramle plantation
de tabac Si Michel de I At-
talnve.dontlc rendement est
satisfaisant et l'amlioration
sur l'excellence de ses pro-
duits considrable.
Anniversaire
de S G. I(jr Conta
Aujourd'hui marque le 23me
anniversaire de la preeonisstion
de S- G. Mgr Connu comme Ar-
chevque de Port-au-Prince.
Pour commmorer est heu-
reux anniversaire, Monseigneur
dira la messe 0 1 2 la Mlro
polileine. Ces chants seront ex
cuts par la chorale des Sieurs
de l'Externat SI. Rose de Lima.
Noua renonvelons Sa Gran-
deur l'expression le tous nos
vieux l'occasion de ce 23nie
anniversaire de son lcond et
utile apostolat dans notre Pays.
Le complot
italo-catalu*
De svres mesures soit
prises pour la protection
du lascisme
p.OMr-:, H Nova ni) a La enr-
vsil nes policire d.i lgidi1 |-'-''M
tr. u rcblab'.a c lie im Pas eee.
s/oya avec succs en elel.S M
U anaaafae tre la main a ir
hfia tablie dans tout I IlSlIS il
s s colonies c'est ce qu'on a dit
dann le* milieux polUiip.e* SB
^'occupe d'mUrpiUr les ilcie.a
,endus Le asa de te. I "'",lon
qui sont en ce momei t i I crae-a atamia^ sparrm nt jou
dcider Uqedon .; savoir si on
l.ur laisser.i c s>as*ep.>il qu i '
oui ou si ou lis leur ntireia.'Uns
ce dernier cas les dit. btetirt seront
abia larentier n Latin rade
tubir le lourdea snaltsJDa e s
lleis lea plus leiporUatu de lf|u
nltondu jurii lasciats ni donne
par le |raad conseil !misIc est
q.ie la Iitte de membre no seiaac
io.d d;soriiais qa' des Lomines
rgags dans des occupations pro
d.ctives Ce bat sera atteint en
. b'igeanl chaquo mTnbre du parti
s'enrler SSMl dar.aure OSSOS
Ugori s d une orgUatioa syndi-
cale fa^cl8!e.
BK
7'jrrh''
r-'--r.
V~
\(\
Obtenez
sant des
mmes
la Nature.
votre
son-
de
, LaNntaretantUawtre
de toua les biens de rbumsaki.
il est logique que noua ayosa.
recours h. elle quand le corps humain a bsaa
dea traora qu'elle renferme.
s Pour la protection de la sant, le plus proeos
bien de la vie, c'est la Nature mme qui nous offre
l'huile de Foie de Morue avec laquelle en fait
1 L'EMULSION SCOTT
Directement du fond des mers, *B apports la
soutien de nos forces, combat l'anmie. In
affections de la poitrine et des povmont, ls
malnutrition, etc. Ceat en vrit la toniqrM
'i| lal pour tous lea aget ^
ooooooooocoooo
Rception
lgation d'itjlie
A l'occasion du 57me anni-
versaire de Sa Majest le Hoi
d'Italie, le Charg d'Affaires d'I-
talie et Madame Allrcdo deMat-
teis recevront chez eux le 11
Novembre courant de dix heu-
res midi.
ooooooooooocoo
La Jubil de
l'anne Sainte
D'aprs les nouveaux dcrets-
hs ennemis du rgime haaists
s apcoans de faite une opp si-
ion srieuse mais ne commettant
p s ouvertement des actes puni sa
bls d'emprisonnement pourron
tre forcs de rsider pour in
Kmpa indtermin dans quatre
lies isoles : Lipnri. As'iqua situ a
prs de Stromboli, Tr. raiti dans
l'Adriatique et II e de PaataHena
dins la Mditerrane eutte !a Tu-
nisie el la Sicile.
AOSTKN u( sntifareb les bien
connus que l'on croit avoir parti-
cipe U Itntilive d'assassinat cou
tre Mussw'ini BologttS ont t ar
lts aujourd'hui au moment o
ils essayaient de passer II (ronti>
re suisse.
Un record dtang
rar cbl Iranais
Paris Mr Raymond Brie/ d
tient le record du monde de la
tranafuaion du aang. Depuis le
mois de Novembre 1925 il ea est
b sa centime opration at il a
donn jusqu' cinq gallons et de-
mi de son sang puUt sauver plu-
sieurs de sjs asmblub.ei sans en-
tra rcomiens que la sali fiction
d'avoir accompli une BSBos ac-
tion. Mr Bri I n'a que vi-g -nou
ans.
Xt ic < nlr-- les rointun,
g ' des Traies Uniooi SI
v moment ; lai rhotts ni
peu pn'-i au mme total >
soir et il sembla certiia
raid te pourra pu tre
la lin >'e aernaini
toutes les p ities intr
continues d garder la
je' silrnca sur 1er pot
MOT.or-Leconieili
In ronfdrtioo sovitiq
w\\ vien* d'invoyereif
rne nouvelle roalribot'l
000 pour les mineure ei
U y a trois ans deeela, Pan-
tal allant toujours de l'avant,
devenait le propritaire du
t Cinma des Galants, et on
lui devait d'avoir le premier
mis les entres Cinquante
centimes,*l porte de lottes
les bourses.
Il est l'initiateur des plut
grandes rclames laites ces
temps derniers; miis ce qui
le distingue. Cett l'intelligen-
ce qu'il y mt* tel approprier
son industrie. On S emore
dans la mmoire ls colossale
reclanu de l'anne 1033 qui
lit une telle sensation que ce
Steamer rclame reste uni-
que dans son genre. H en a
|;iil d'autres depuisel.toujours
en avant.il ne restera pas la.
U aime taire grand, lalre
beau, el nous fermons ces li-
onea en souheilanl Panlal.
le grand indu ilriel, le grand
Artiste dans son genre de ton
jours 'aller'.droit devant lui,
sans dmentir sa devise :
VOULOIR .'EST POUVOlUa
Cnl.UM V\N
Artiste
p | M(i,H. ,i; Nbre I9j6.
Depuis hier a commenc a
la Cathdrale, le Jubil de
l'Anne Sainte qui durera trois
jours.
Il y eut. cette occasion,
messe 5 h. 1|4 du matin sui-
vie d'exercices de pilS* et de
sermon. Les mmes crmo-
nies ont eu lieu ce matin et
demain, aprs la messe, les
exercices et le sermon, il y
aura procession la chapelle
de Notre-Dame du Perptuel
Secours.
Dimanche, ont t lues, au
proue de la ^rand'messe, les
dvotions ncessaires gagner
les indulgences attaches au
Paris Les journaux sont rem
plis de l'affaire Gribald:. Ils font
remarquer que le colouel est arriv
Paris soucieux et dprim et'out
(S vriocus qi'il a pulicip aux
d fin complots catalaniste tt anli-
fa ciste. Aprs un long interrog
toire, le colonel a avou ses rela-
tions d'amiti avac le colonel Ma-
cia chef du complot catalaniste et
avoir reu SO.O00 lires d la po.
lire fasciste.
la press? insiste sur la loyaut
du gouvernement franais.Le Quo
tidien prtend savoir de source su
re que les violences f scisle* r
diuble it en Italie notamment & Ri
me el a Naplea. (Juinze nouveaux
conjurs ont t an ts prs de
Perpignan.Le matriel et les muai
tions des sparatistes catalans ont
t transports Perpignan et d -
poss dana des casemates.Le colo-
nel Macis affirme quo le mouv -
meut sparatiste est cotnpleteme.it
tranger celui de Garibaldi.
Le mariage du
Prince hritier
de Belgique
BRUXEL KS- Le* cadeaux de
mariag pour le priace LOpOld et
la nrlenasia Astrid de Sude costi
nuenl arriver au palais de hiu-
xelles. Les colonies trangres 4%i
Bslgqua y compris les ojloni s
ainric ineet ang'a:sa ont rocujiHi
d.-s bnds pour leurs cadeaux. Li
sou* riptio.i n.tioaale a a teint
800.000 lrinc'.Lorgafii>alion drts
anciens re.nbattants de Utiranle
Guerre a f t un app l pour q ie
ions Ua v trans participent une
demi atrat on pubiqu! organi j
en i honneur du couple princier.
La apitale de la Balgiqas se pr-
pare h recevor royalement le prin
ce Lopo'd et la princesse Astrid
qui sont eu roule d- Stockholm
pour le mariage retigieua mercre-
di.
Le conflit
(lieux au Mi
Des lois plus rige
sont encore
contre l'Ip
m i:\icu Lloa^
du Mexique qui oui
n de graves dispute el
vam.meul et l'cfUnl
8 a ren lues et-coi |
reues dais un n;
loi que lu prsident!
mis hier au Cingr.
projet remet ea vigueen
rest.ictuns imposes p
qji ,a\. port l'pUcaiatl
ord )nner aux prtres f
d el s offices religieux S
eu pour rsultat ua bojfl
nomique de U pan deaj
llioiiquee.
La grve noire
anglaise
loscou finance
les grvistes
LOiNDltKS Les ngociations
entre les mineurs et les propritai
res de mines soulvent des diffi-
cults considrables.Malgr un con
seil de cabinet prolong auivi d'une
confrence entre le gouvernement
et ^propritaires et d'une contd-
Avit
Notre aieur Oao. Je
voyag pour U su
seront ferms jasqut fa
du courant.
Pour lou'es coma1
raotsenabse ce, oo
p.is de s'slreesar m
haldwin, ct u'iv-tsirsg-' KLtns,
Port au Prince,U"
Geo JEANSE.BI
Jubil'
oo oooooooo cooo
Au Cercle Belles
Comme LkMaH.n rannon-
ait samedi, l'artiste Gabriel
del Orbe a jou, dimanche.au
Cercle IkUevue.
Runion preSUUS intime,
mas qui permit chacun de
passer quelques heures agra-
bles couter les beaux mor-
ceaux excuts par l'arlisle
qui lut, en maintes fois, vive-
uienl applaudi. Le COttcert 1er
min, une sauterie l'ut organi-
se el 1 on dansa jusque vers
J heures de l'aprs-midi.
Ceint une charmante petite
l't dont tous ceux, qui y as-
sistrent, souhaitent le recom-
La GRANDE FABRIQUE de CIGARETTES
mencemenl
ment.
trs prochaine'
A vendre
Un buggv Feltcli tout attel.
Conditions avantageuses.
S'adresser au Journal.
La MTIOMLI
dans le but d'tre agrable ses clients en rapprochant la da i|jj0yeni^
sa Loterie, a le plaisir d'il;! ormer le PubPc que^du 1* au Q 1
exceptionnellement, il sera dlivr graluitement, 'en.pn't .$ chez
2 BILLETS de LOTERIE, au lieu de 1, contre 100 Bous-Pnni*sirc
Les Agent
Eug. Le Boss & Co_
A. DE MATTIS & CO, Reprtoenlant* P
us'





APRS UNE MALADIE
SRIEUSE
. Il | W>tM ,
r,d..K.r r. J" "
Nul n!nor que l'huila la fi..i.
'lunt l'aoUon
irnianil, i votrt. t i.aM
Faillite Al>Ja!la!i Salom-. -
Les cranciers vrifis de la r.,1
ile AbJnlIjh Salomon ioal nri s
oe se runir eu As
TnUttQ.1 j* l'r..ni-e I ,,t ^
ue I i,rl u rin e I* meier. li
qn .'o.i o.. m pi r, 16 \ v. .....
ea**al j u H-,,, s .1 , ;
p>ur ntoii |rt r ,.,,,., ,|( s '
u.c ei Jcitl , ,-. qlW \n ,j uU
Le Ultlliri
< IABIsi i;: ta
U pour "UiHT U
E
LE MATIN 9 Novembre 19M
Parisiaua
ce soir
Le 7 de Trfle
(Suilc)
La Maison du Mystre
(Suilc)
Entre : ()..")() ; l)alcon : 1.0 )
;:. * # *v a # *
nV. & 6 & 5? 6 ;? A dp 6 A <

Con.paa!e flnrale
Transatlantique
Le'ateamer Caraibe | aii
de Bordeaux le 24 Octobre.csl
attendu Port-au-Prince vera
le K) Novembre,
Il repartira le lendemainjde
son arrive pour Santiago de
Cuba et leaporta du Sud.
La suilc de l'itinralre'aera
fixe l'arrive du navire*.
l'orl au l'rinc.-. le ;i\'ovr-ni-
bre 1926.
E. ROBEUN & C
fhe Royal (VJ;(il IleaiM
Pack et C>njiauy
V
> 7
|> De toute confiance dans
>| featt et dans la boue
Jgt n^'fND l'ssu t taboue onl reodu exceptionnellement dif-
*i n" 'M ''porto en automobile, les voitures Doigt
>i% ance.
trothers oal prouv en montes fois leur infaillible puis

Ouecesot en f.ca des grands cours deiudes Philipi-
,4 ns, des grands passtes Su? de l'Atriqoe du sud, des ira
- petueux torrents .lu Honduras et de l'Australie, on Nouvelle
/. hii.Ioou ailleurs ettiebjstas voitures n'ont jamais tailli.
Li Data de I en lartaea et d;i travail d'une aulomolii!
esi i,;h,, ,.,,., M| i.juppijg ,jft puissance, or tas voitures
>'} !. Il { inililS -ont construites en aciar v.tnadi al la
icienc m>lraa ,u o>aaait |>isun matltour aeiar.
L- ^le rnr ' Ciitabra altoadn
h Ji'-ni' i. .j <0wn.bra roirat< .
h r' 'o,l .,i l'ri-i.e |> 11 cii.
p euaal \* ((,M pouf tl p,.ls ,|
Nrd tl IKorop.
Pjrt au l'rince.le t Novembre l9iV>
J. DAALDERJr.,
Agoot Gnral pour Haiti
Bifffknj Amerika-Linie
-H
Oioa li lustiie c'aal ce qu'il y de mri leur march.

Tourinn Car Standard
Sedau Commercial
Snven Commercial car
Chssis
1.375 00
1.550.00
1.500.00
2.150.00
w%% if




M.
i
I
\\m\t

L sic. mer (; bcwa'd, aaai t
u-i Kirgaton r>a Santiago d Cuta
m Iteudii ici vers le II courant
apportant du livi <|t- l'Europe.
Le ateamer a Alexaod.iau est
attendu ici vers le 14 courant pour
(rendra du fret pour l'Europe.
Port au Prince, le 4 Nov. li>2(>
OtOFFSON LUCAS
Ci V2! aVtV l)t'so'i" (k> beaux CHLBS, nuances va-
le ilasIcrV''' '"^ oml ^^v-vous
Paris-Bazar
En
Envoyea-y vosportraU-cetudc vos amis, pareils f#
Kiuragraiidiaaeraent. Prix trs modrs fJ
S!
floro -Unie
Le S. s. Henry llorn venant de
Kingston et des port du Sud sera
ici le 14 courant ri partira le m
me jour pour l'Kurope via les
| oi(s du Nord et l'uerto l'Iala pre
rant l'ntrt passagers.
Le S. S. Clans llorn venant de
1 Europe via l'uerto Rata et les
forts du Nord est attendu ici le li
lourant et continuera le mme
jour pour Kingston, Santo Domio
go Cil\, et Curaao prenant fit
il passagers.
Port au Prince, le 6 Nbre Iflffi.
HAEHNBER & Co
Gnral Agents
Avis
Le public en gnral et le Com
aaeree en particulier, sont pris de
otar que la direction de notre
Office de Port au Prince, est con
(Me a Monsieur JOHN Y F.avec
le titre d'Inspecteur, et c-1, a partir
du 1er Novembre . c
ROYAL NETHERLANDL WEST
INDIA MAIL.
Insurance Co
des plus fortes Compagnies
canadiennes d'assurances
sur la vie.
ug.Le Boss & Co.
Avis tris importait
Lea familles Amilcar at Aur-
liua Oyer dclarent au Public qua
la sieur Ludovic Dyer compromit
dans l'Affaire dea Faui2Greenback
n'a aucune qualit pour portei le
nom de la famille Dyer laquelle
il n'appartient point lgalement,
faisant les rserves les plus expre;
ses contre l'abus du djih qu'elle
sont seules en droit de revendi-
quer.
Pour lis familles Amilcar e.
Aurelius DYKH, Kiancl, DYfcR,
Christian DYER, Orangeur DYSH
et Lonce DYER.
contre
COIMSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
d* ^LORT Pharm.ci,
CE^ToLE MEILLEUH
DES PURGATIFS
Vous trouverez un BILLARD de LUXE
del CREME la Glace
KLAB!ER|s;PATzENHOFa
i>i: BONSS.VDWICHS
M DONNES LIQI KURS,
M ivMi.i x COKTAILS
du bon CHAMPAGNE
teille.
CHAMP de MARS PHONEIW
ffl^^^^^ ~. F,,l:"- GAIRAUD Directeur
SELECT FAMILY HOUSE
ENSION.Jc BAIlILLEJde 1er ordre l>-
i'n^u.(ancicI,I,^n;,isi;;i;,:4!.;:^ic
CuWne soigne, confort nttJerne Servie
Hygine irrprochable. % ?
Euglishspoken.aebabla Kspannol
el mme Spiichl Deutch.
mWKmmm*mMmai>mm
m

{
,ur*-rKTKU, Pharmacia ai nruTiMi
oN.. / fconn.. rhn,
m
\ Oil Tablels
1 Oraqcs d'uiie ?mk Msrae
Ei Stock chez : ---------
_______ gf> JEANSgME .K Co. A^ms
LHK


LE MATIN-9 M0VEMWE 1*
i^#@)^
DEPURATIF
du
111 iiri-------""^ *'
D' M'ANGET
AVIS
Monsieur H. BALLONI llls
se fait le plaisir ri'injormer sa
bienveillante clientle qu'il est
- revenu de son voyaw en Euro
,,c. o il s'est efforc de trouver
lisa.lulesles|.lus.;.rcset|cs
plus varis pouvant la salis-
laire.
Vices du Sang
Varice, Glande*
Mauvaise circulation
Maladie de Peau
Avarie
Maladie de Femme
tbltMmcnU Chatrlala
0
GRANDS PMX
... '
: M",7
U .-" iiarr# ?. CESS
i .rinumicU c rriile mal. t..o"-'"
dehiev les varie. Ir> ,"" "'',''
I .lU liai! M cl .u. rtjMlir.
l'X raentUiement .le I nutrition ,7t., asthme. emphvs..ne. paUjriHlM-
Mines DvmlKlM ItMftfc UHAiUvDIt.
InVomnici, mU** manque. Wiab.ios. ,
fhei la femme, il rgularise U eJrro-
lall'ou du MBC facilite les poque, pr-
.ire la formai ion et vite les malaises de
bec eritlqu*. Il claircit,le teint et assure
U beaut le la peau.
u constitue mi excellent traitement de
r-\. ItrtfritftelroM eu abaissant la mo
M artrielle, en diminuant la viscosit san-
*sJV ^tui.m et eu facilitant .e travail Je r s
Ht ti > l' Ci tissa* Wctl ei
.er .lf.M. Ml H *K *gj
U,(.a M Mr ! V> .1, Mail
52?. woi le ;. wai
Unclo. lWi.tr. I. .aH-fsn-, le*
SStmTlctoM 'OU le. an qui
Icroi.ltt..,,^. peu .sdr-, vm
priait;) Wtrtui de la B.oH il
leur lfMie .
W/nc;n#Of/.ffl M/odiHeMal-
Ihida V.ed
lis les orienta* tue Wur p o
fonde re; or rmiseance
l'oit u liince. le ftMmltt*
Ce que vi.us pouvez don-
ner de plus piccicux A
voire enfant, eVat la sanl.
I.cs \ rci.iiilions ternels*
laircs d'hygine m ni facile*
A prendre. C'est par la
umlprcjprct que vient la
n-albdie. A'taqucz la
crasse avant qu'aile ait eu -
la temps de pnirer dans'i
Us itircs de ii peau. Au
Vciilcz ce que votre enfant
e lave souve. t et soigncv.se
ment Avec le iivou

mm
le Savon
pour la Sant
I il-.i.o. rie N rmlOBi 2.
lui .-.il f" I*nnac"
rae Vslene
^.^ i aar.rw*. - = 2MK3

On trouvera
(kl 1.liai 1 s R Ga.ljens
sac.
P w
llomitk
) t lait rn poudre le t lus en,
vof.ue aux Utalt-Unls.
'i.ur l'eliou t lalion A s bi-
Lts tl il** c*nv.tl*c*rl".
U m ni 'ai' ?" P'" ,:!e I1"
r< i H< ut ka troi- vtan.ine<.
i Ce qui n'a jamais t l'ait
BulriUoB*'
Hatmaker
^VJ:.^^^"^c,Mt ,',lim"'"M
pour les tbs
En vente chef :
Bol Vicut, Alfred flMlJ
Madame L. H. Doret
BBEWCH CompunvVn''
WiioNCiiE TB
\. [toll, Raphal Hrouard,
\ Suvinieu Martin, Petit uoave
Gcr. .HANSI.Nir&:Co
A(."NTS
a
Ce quijne peut tre dpass.
Kola Champagne
F Sjourn
l^par dans des conditions rigoureuses
d'ASEPSIB
1 prparation Ici Veille
t-nnade F. SiJOURlW
AnQle des Rues W duCev.Ue.,
Utilise Gw Brewiir
' r> ) Us9 c.ciif de Reconstituant*
Fortifie le cerveau, la moelle epinirV.lcs.os e15
reins. Rend puis sants cl v ig .m. nx !es .......is deliiU?
ISieninici laiLles. es^.s-i.. esustopa. destraNaiil
iD ftUl th Z 'in i. Ver, 'r ^i.mi l^
hit.a, W E -lvr II C, a- I''1'^ iWm
Dt'sir, J. b. B,. !;.v :m l. Il D-.d t1**!
Grive : S. Irlii. *1
F I SOik liiez : B i;i-fiiiar.!,(.i'ai.>Kiie lo !7fl^
CEO, JEANSr.MK & Co, gents ,^
9
*

"b* '3SFB
m K te /
a*^
liORue des Csars,

A&fcAAi&JteA&
Prop iolair s d\\uU>mobiles,
i.
I !
;
n
Souvenez vous que les pneus
i.s nlus solides, el les nuil -.
S. tubes soid lahrupu-s ^
par pTBESTOHB. -C;
p^-stone Ml:SGjfiB g
o,s elle plu raeherdias.
les courreis pou Vfi.lilaliiii Oo^Iear .on lalii'qui a'a^J*Vpof
.ctfiiliritlllii. hUu quMle puissent denner le plus de sal.slaci
j.___...___ i.. .11111.'11111*.
En sloek elie/. soussign
NOUs\r)Uve,e. oti.es dme.
ionsdeimeusl\guUer.Heavy
Duty, Balloon, Itlfi ^
Ubes et patelle*'
m
t.^
sont co omi(|uc& et nr d^nn ni pas de dimcuiic.
y.
PREtTZMNa-: CGERHOIH
,.|U,v,.,i,.H.,. >4*. Pa. l)llr
VLeWalttides Trading C
HMftMiM' GOWlVES.
CIP-HIfTW
0
k
:M
/ i> r


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM