<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN— 5 NOVEMBRE 1928 Crme i y HDEIYS donne un ieint de lys m kFW ftVfkJ la pondre Assure une rornatiin exquise L Cr*m Tt.INDEl.YS. *n, oiie'u*uc. "'iitrr. e. .ncaiMhlc d'iTrntrr en tien la peau, qu'aile 1.1.nul lltOUpKl el •landiil uni I lui i ' lr lyjie le lut parfait de la crme de toilette.' on emploi vite le haie, le tache le niuurui et le itritatiom duc a la pi.u.nr ARYS La Crime TefndV/f. eme*. fiarfttmlt, crmierti fo (mi.hctir u( d'elle agraldc a ses clienls en rapprochant la date du tirai d sa Loterie, a le plaisir d'iul ormer le Public i varis pouvant la satisI...C. coHsiwt tes Sm POCN S DEMANDEZ-LE DANS LU PARFUMKRIU. PHARMACIES. ETC. 8 Le Tribunal Arbitral franco-hatien Ccst aujourd hui qu'aura lieu l'ouverture des travaux du Tribunal Arbitral d'Appel Irancohatien. Comme nous l'annoncionsder niremenl, le Tribunal sigera au local de lu Prlecture de Porl-au -l'rince dont plusieurs ap parlements ont l misa sa disposition la demande du Dpartement des Relations Extrieures, te viorne anniversaire du iHapine Corps. Mercredi prochain, lON'ovein bre, il y aura 151 ans (pie le "Marine Corps" lut cr aux Blets luis. A celte occasion, le Brigadier gnral et M ad a m e John IL lussell recevront la Colonie an mai ne. Rixe Avant-hier soir, a la rue de> Fronts-Forts, clata une rixe entre St. Germain Georges, con ducteur de camion automobile et Alphonse Pierre. Celui-ci lut bless la tte d'un coup de manchette, La victime a t conduite a l'Hpital (Jnral ai le ohaufleur est en luite. La Police le recherche activement. Pendant h rcolte Assurez voire Stock Assure/ votre Halle Assure/ votre Maison prive Assurez votre t.nildivc Assurez votre sucrerie. A\i:c LA LA ROYAL KX.CHANGE ASSURANCE CORPORATION de Londres Etablie depuis '202 ans. Bona Pide Rclamation paye Immdiatement, Carlbbean trading fompang Agents Gnraux X l*M"i y _..--,. %  I ; fit L. .-. %  t>i B '* "' *& Election* snatO' rialus aux EtatsUnis Le pivot lectoral a l la querelle des '•humides*' et des "secs" Les Rpublicains semblent perdre la majorit NK# YORX Ouarante-icpt 'e quarante-huil Llat4 de I U-lOJ par ticiperojt aux lections de dema ; i dont le rsultat a termui'n que parti iiara I • contrle du l'ougis amricain. Maiuo est le seul tat qui n'aura pas d lections. NewVork et 40 autres et. ts h ont a des fondions dlai; lea talon.) votaDt pis pourcg toncd.m SOJI Ark'ius -, Kon'ii k, Louisiane, .Ma. n>, Misskdpi, Virgiuie et Virgini occidentale. 35 snateurs dont 3 combleront des vacances seront lus ;33 membres de la chambre des reprsentants sront lus.L' tatdu N*w-Jersey lira 11 an libres du congru*. NEW VOKK— Aujourd'hu'.jour ne des lection, les bureaux il s vote de New York seront ouverts de (i heures du malin 0 heures du soir, des m .chines voter ont installes dans 616 districts d'lection 300 & Manhattan et 31P a Brooklyn. 35 snateurs seront lus dans 33 tats sur ces 35 si ges 7 sont actuellement dtenus par les dmocrates ; les snateurs sont au nombre de '.Ri, le nombra ncessaire pour la majorit est .,' %  '• La composition actuelle du snat est : 5 dmocrates, \0 fermiers lab.jri-.tes, 1 vacanc. L'lection porte tur lu totalit lies 4J0 membres, les repisentants de l'assemble actuelle se rpartissent ainsi : rpublicains 346, dmocrates 1H2, termieis ltborislMS 3, socialistds i, vacances '2 ; le nombre ncessaire pour la major.t est 218. NEW YOllk, 4 Novembre— Le gouverueur Simili a t rlu 1 une crasante major'l. Il a trio n pli dans la ville de New Yoik et ies derniers rsultats semblent in diquer qu'il a battu son rival, Mr Mogieu L. Mills, uue 11ujo.it • suprieure iH.OUO voix qu'il avait remportes sur Vtr NatM u L. Miller en 19IJ.Il parait avyir en tran av.c lui dans sa victoire Ml Kob-.rt b. W ,'oei candidit d.iu > craie au gunt des L'tats l nia, ce[) .M l.uit le triomphe de ce dernier nest pis aussi crasant que celui du gouv.rneur Snvtb ; la nouveil > igisU ure do l'BUt dNW York sera probablement rpublicain 1 avec uue majorit rduite.tes rsultats 111.i1. iu. ni qae l'ais-Labli; ne contiendra que 8tJ rpublic liai au lieu des 91 qu'elle a \ tue'.lemenl. • Les derniers rsultats c nuus u sujet du relereudum pour la prou bitun dans l'tat de New Y;ik i 1 diqtient une lorte m j "'.t en faveur de cette mesure a'-ipics la question Impie le les .ecteurs ont rpondu par l'atlir, native on demanderait au Cjog es de modilier la loi sur l'appliialioude la prohibition de sorte que les divers Etats %  oient autoriss dterminer eux mmes ce qui constitue une bois %  on enivrante. Dans les autres Etats o laallac teurs avaient se prononcer sur la prohibition,les rsultats ne sont connus que trs lentement ; il stm b'e cep'ndant que le* humile soient vainqueurs dans I Minois et qu ils a eut t battus dans e Mon tant et peut-t'-lre en Gali'orni.?. L3 snsteur Butler,dans !e Missachus rtif, s mble avoir t battu, l'ap pui qie e prside il C o!i Jge lui a xppirt au dernier moment parait avo r cl inutile ; Mr VVal.di a reu plus de voix qu'il y a deux ans quand il avait t battu par Mr Gil Le. rcultat* de l'Illinois sont encon douteux, malgr une forte majorit pour Mr Brennan a Cette };o, i est possible que Mr Smith, i c use du peu de voix accordes Mr M g II, puisse encore rempor ter la victoire. Le Kentu ky pamit avoir lu le reprsentant Baklty et l'Oklaboma semble s'ftlre dbar ri--> ; dfinitivement du snateur llarreld des Ktats solidement dmocrate?. On n'a pas rei;u de nou velles indiquant qu'il y ait eu un changement dans la victoire que le paru remporte si rgulirement. L'A Inhuma a lu Mr Hugo Black au sou il et la dlgation comp te au Congrs L'A> k uisas a rlu le snateur T. II. Carawty et tous les reprsentants. Ll Floride a lu le snateur Kletcher Duncan.La (or gi le %  nstaoi' Watter F. George. La Loais'.ano le fnat ur R. S. Brnu-s r 1 Mississipi toute la liste du r.ougrs. Ls Caroline du Nord le snateur Lee Overman. L-i Caro linedu Sud le snateur lCIbsonD. Smith Alors que le Texas et la Vir giuid ont rlu toutes les dlg) tions au congrs sans qu'il y ait eu d'lections pour le snat, le tic ket dmocratique a t entire ment lu dans le Texas. Le prince de Galles Paris PARIS— Le marchal Foc h a pr aid au Cercle interalli un dintr en l'honneur du prince de (alles ; y assist ient : MM. Sarmut, lier riot, Bokanow-ki, Levguos, Br n ger c! presque la loin it|du corpi diplomatique et de uouibreus;<9 personnalits franaises dis lioan Ces de l'ill l.ist. le et de l'Ui.w-n ; t Lemar.c a F cli a remerci le prince de sa bier.v.il'ance ela por t un L>ast t U '.amille de Grand* Britagne. LJ prince a rpandu en franais. — —— aal a a> Pluies torrenJJ t tell es en Ewop • PARIS— L'ouest de l'Europe (de la 11 j:la ide aux Fyrines)est trans form en lac de boue a la suite des pluiei torrentielles qui n'ont cess de tomber depuis plusieurs jours Mme l'Afique du Nord sou" fre de cet tat de cho-es et des d s pches de M.r.akcli anooucen' que des pluie torrentielles ...il cou E les communications avec Casalanca. Mais il semble que ce 80 l la Belgique qui ait eu le pus s en souffrir. La rgion de Charlerjl est un tableau de dsolhtiou Li tille de Lige est menace et de mm M SEuET FAMILY t ENSI0N de EAMILLE|de 1er. ordre l'eulrtc }/ Turgeeu ( ancienne maison de Oreger) Cuisine soigne, confort moderne, Service et Hygine irrprochable Euglish sp iken. se liabla Espagnol et niine Sprichl Deuib. nombreux m g.sins et m lisons prives soal dj inonds. PAIIII— La tom te cjuiinue ravager le sud-ouest de l'Europe. K Belgique et en France te: cours d'eau m -n te. 1 avec rapidit el me naciat de dberder d un moment l'autre. On mariage S au Vatican ROME— Le Pape Pie XI a cel br aujourd'hui le muring? de sa ni'e Mirie Louise Ritti avec le marquis Eluario Persichetti Ug c ii i, conseiller de la lgition du Nicaragua auprs d. St-Sige. Va graad trait britannique LONDRES;^ Le marquis de Reading, ancien vice-roi de l'Inde tera partie du conseil d'administr tiun de la grunie socit fusionnant les industries chimiques, d'ex plosils, des matires colorantes et autres produits drivs. Cette socit qui comprend la Brunner Mond i.ompiiiy. les in lu r ies No bel, la Socit britannique des mi ti'-res colorantes et r United Alkdi Company portera le nom Imprial Industries Limited. Un nouveau journal socialiste PAIUS — Il vient de se fonder Paris un nouveau journal socialiste au capital de t millions da 1rs qui coiDiueuc.:ra p n.ilt.e au dbut de lanm'e procliaine. e Oise 1 national du parti s >ciabste a dt' sign on leader li en >mbre Mr Blum comme rdacteur en chef. Les arts au secours du Franc PARIS— La vente du Salon du Franc organise par les artistes tiang rs pour augmenter la caisse d'amortissement des des dettes a rapport une sommo totale de 7 i'.. 000 dollars ; certaines œuvres d'ar listes amricains et su t-amricains se sont enleves trs rapilement. Le buste d'Aoat n?. France par J. 0. David-on a rapport 13.500 frs et plusieurs autres couvres d'artistes amricain atteignirent des som mes trs leves. Concert Ce soir, le Radio fo __ Voici le programme duC qui sera olfert au public^ 8.00 p. 111. Srie de jous par < H:i ml (irchcstjj i> pur Mon I. Scott. H ) l'JlOU ringiie. coiniFrungcul. b) Sweel trot. c) Margot•, gue cunipaae. Louis J. Scott d ) I love bail valse cou. Mr II. H * 8.')p.m.<'.onlrci'' ,t 2 ltisme en m Monsieur Chevallier .') p. m. Rcital daine J. r. ris et Mo 1 ** Shepherd. J 8,l('p.m.F.onlre"ccJJ| 1 vice National gine PubLqav S.:,0 p. ... Morceaux I 1 musnarMoa ilovic Uina .„.).>. ni. Annonces* La Saint Cl >Stl .!< Hier tait la ttede Horrome,Issu dos mille de Loinbanbe,! (luitAroiaenlMJ carJinal 23 "^ du Concile le T^JS mourut en 1.*. 3 ans, cpu.se par!* %  SI. Charles es il Carrelour. AosjJi creili soir, les ^ m B los parcouraicnip^ routf de Porl-tfJJ d < rclour, twnspor^. breux plerins. |. fol la c'.a, elle de rai messe \^% (i M grande %  fflaeBei bra| dep*! d' ur, A. DE MATTIS & CO, R*pt***umi* '*# .



PAGE 1

LE MATIN— S Novembre 128 — — Eug.Le Boss $-Co Agents Gnraux &soi Les INSKC1 i:S comjminiqiur.t des MALADIiS des MILLIE S de PERSONNES Ces petits flaux constituent une menace beaucoup plus grande que l'invasion d'une arme' Les insecte? pntrent partout sans difficult et communiquent les mahdies autant aux grand 's personnes qu'aux enfants. Le9 mouches apportent le cholra, la livre typhode, le microbe de la puraUsie infantile les Moustiques piopagent les fivres meurtrier, s, tandis que les punaises se (chargent de transmettre les microbes jmx gens non contamins,; [ Aprs de longues annes de recherches, l'entreprise de renomme mondiale.la STANDARD OIL COMPANY, ( New Jersey) E. II. a perfectionn un produit olfranlles mo yens Mlrs et simples pour combattre les insectes jusqu' leur extermination complte. Ce produit c'est le.... FL.IT Avec co produit vaporis on dbarrasse une maison des mouali jues, et des mouches en quelques in.-tanls. FUT est propre, d'un usage ta cile offrant toute garantie. De nom breuses preuves ont dmontr que le ((FLITx vaporis ne lAche ni ne gale les vtements les plus dlicats. FUTdtruit tons lesiusecies qui infectent les maisons A l'ai Je d'un peu de iFLIT* vaporis on extermine les mouches moustiques, punaises, caumlats, foarmis ainsi que leurs 1 a r v|e s, t FUT pntre dans les fentes il les crevasses.oii les insectes se logent et dposent leurs laives. Ou peut aussi vaporiser le FUT* sur le vtements;car il tue tous les insectes et leurs larves qui piquent les vtements. Pour dbarrasser une maison de ces insectes nuisib'es il suffit de se servir de FUT. En vente partout. STANDARD OIL C( iMPANY ( Ngw JEHSEY )E.U. Distributeur; West Indin Oil Company MarM ntfwdm MROUB DPOSE DET1UIT Mouches, Moustiqnes, Vers, Fourmis, Punaises.Puces, Cancrelats. Reaucoupd'autros Insectes et leurs larves qui infestent lei maunus 1 $3T#'# #'"" T ~ T !" '**' %  ff* [*' %  " oue h, journe, ,les Kmes runions, les 'ye succdrent Tion eu l'honneur fies. A fomr Un piano en excellent tatS'adresser au Bureau du jour nal. A vendre Un bugy Fe tch tout attel. Conditions avantageuse*. S'adresser an Journal. les Seules Peintures yfrables I !" S* gt ,,0n de ces Pnlureslconvenablement appliqu recouvre 700 pieds carrs de>urface. Voici \.j les importMU difices o notVe peinture a A4 employe : „ \ "' S"? ,," 11 Slor r,,,, 'r. Turgeau Eglise Saint-Joseph, Porl.aiH'iini-e Eglise de • prt M P* Mie l.ellevue Royal ISaak of Cnnadt Itanque Nationale de la Rpublique d lluils, or SSSSr" ,<1D< I"'Nationale de la Rpublique d'Haili, Au "publique d'Htilp Petit f.ove — Banque National. de linna \\ii;„..„i Ji i, • .. . .. %  Aux Ciyes llnnque Na'onale Rpublique d'Ilaili, .lrn ^ * ^meVeuve T. Auguste, Itois-Verna Villa Antoine Talanni liose Rodolphe Rone\, Peu A Chase Villa Flcbier Anselme* Turgeau Villa Fd. Leupinasse, liellevue \illa Ren FasbSft, Belleve Villa Mme. Veuve Barbeicourt, Ucllevue Villa llcimann Pasquier, Peu de Chose Vi le Me A. Morel, Rellivue Villa Dr Thbaud, Chemin des Dalles Villa Oswald Rraudl, rsidence Villa Luc Thard, bois Vejna Villa Luc Tliard, Avenu John Rron Les meilleure* constructions Architecte (eo. haussait — Les meilleures eonstrm lions architecte Daniel Brun — Les meilleures coustructions archilecte Lon Malliou Pour vos commander ou tout autre renseignement, s'adresser** Geo. Jeansme $i Co Rue Frou, en face de la Banque Nationale ^a^PPii v\ > 2 •4 %  AN A le Joue Salammb Dimanche Le Temple de Mol eh, — Le Gonaei des Anciens : llamilcai vient de dire Tu tomberas Cartilage i Tableau admirable auquel Marodon ; Imprim le mouvement piRliffienx el le rythma sacr de lu vie. Tous ceux qui v.-iroul le film,seront rMunl ns procla UCf la richesse cl le goAt nipricar de I caCcullo i. Tue a laptatiui musicale de 1er orJre i lievara de ivndre pa' laite la vision tic ce chef d'uauvre, Un cas exceptionnel Cest la premire foU que nous offrons une pareille occasion. Voiles assortis, jolis dessins venant d'arriver et qui poliraient facilement tre vendus (ides 2JO0 : il* seront liquidai i gourde et encore !... j'\uixc Otl.lt) 0 Vve Abraham MOUKK.N il pour "CU" U PHOiPKATINE FA, Le r.ui'It^r aHmeal iiisEiJanh i d ]. i '.*." %  I < lit t >.i. 1.%  it la n fifiuii M BKI.TIIII roiini m i qui noiirrimi.t ^* %  tl nui C'.-nun.'. .c n.'l \ % S £ lilOUV. PAJTOtl ^;^i fl. Ilut le I TocBnio % %  %  S ^ u PLUSTNCUMNE ET PLUS a>nc*cE INJECTION PEYRARD D'ALQBIR conire 11 n •>' %  (-HlihAi. C el luui Uouh .iintt ancitnt ou recer.lt. 2 31 fin lies guris sur 232 'H.,, -I I. \1U.m. iAI|.rl LIrait. m<-:it -t etuftti pu In DI:AGE£S PEYRARO N* i : KITINE qui (ilmrnl la douleur, clarifient li*a unnes, purihenj le .-IBK <-t gnVinenl li cyeiitc. • TOUTS BONNES PHARMACIES • SPfriAUTF<; PFrRAPI, I -n. /., GnWb. P,U'lf Hambui'ii Ainerika-Liiii: m %  -J-: Insurance Cq '^ ne des plus fortes Comp t(|nies| canadiennes d'assurantes sur la vie. Eug.Le Boss & Co le tet.mer sQraaewsldN un de Kiiglon t'u S.iniii:o il <* l>> es altt?a fn Ici &f ' I' ' ,r ""l ipLortsel du Irl de l'Europe. le l.:,



PAGE 1

MATIX 5 NOVEMBRE MM &*$$M&M&&^^ • ISi? m %  m oui Autrefois on ne connaissait d'autre remde contre les Maux de Dents que l'extraction douloureuse. Aujourd'hui, la plupart du temps, il suffit de prendre une dose de .# WSA Comprims m rine et de Cafine En vente JansJtoutesfles Pharmacies* Dpt •• Chez R. C. Stadenuann <& C 0 Agents Occasion exceptionnelle Parfumerie de tout genre"— Lotions— roudre — Savons. Cravates, Chemises, Mouchoirs, Bas et chaussettes fi ns et ordi naire*, iticles de toilette, Montres, Hveil, Bijouterie line et ordinaire, articles de nouveaut franaises — italienne—amricaine. El Chapeaux de toutes (ormes de toutes nuances.'de tous les prix.— Chapeaux pour homme?, dames et {enfants. Chapeaux Panamas — Panamas en couleurs. Tout le plus chic et le plus conomique se trouve en gros •t en dtail chez ;Genaro Hurtado La Maison aux Dix Milles Chapeaux Grand'Rue — Coin Ruades Miracles, en face de Gardiner. Lecitine Granul Brewar Le plu g actif des Reconstituants Fortifie le cerveau, lajjmœlle ipinire, gteaPos et les ri'ins.jIUMid puissants el vigoureux lei enfanta dbiles, leslemines faibles. Les personnes uses perdes travau assidus. c El Tente chez : Simon lieux, Il lied lieux, Lop liveia, Ed. Estve ft Co, Aliolt, Alphonse Dsir, J. B. Borday,Ime L. II. Doret. IVtitGove : S* %  %  "lui. El Stock chex : I. lirouard,* rand'Kue Ho 1709 GEO.JEANSr.MK & Co, Agents | JCe qui n'a jitmai. t faitj tCe qui ne'peul tre dpass. Kola Champagne F Sjourn Rrpur dans des conditions riuoureuses" D'ASEPSIE ^Prparation el Vente' Prfcrn ocie F. SbJOURNa AD '( v.-. 1 es Houx el duCcnlre. Dpartemeat de ilotrieur II AfIS ^_ Le Dpartement de l'Intrieur rappelle encore une lois aux te r miara dei proprit* de l'n'tm, le*' prescriptions de l'article 3tt de la loi du t Aot 1908 ainsi conu : Article MAucuo fjimier ne peut cder ses droits un tiers, sans l'autorisation du Secrtaire; d'Etat de 1 lotri ur [ S ra rsili de plein droit el sans aucune indemnit le bail de tout fermier qui n'aura pas tenu compte Noven bre courant sera l'oit au.Princa le 10 crt. prenant le fret pour les ports du Nord it l'Europe. Port au Prince. lei Novembre 19M J. DAAI.OKK.Ir.. Agent Gnral pour Hati Souvenez vous que Pgl tes plus solides, et les me* 'ou.es tubes sont labnqu* rar I'IRESTONE. Firestone Full Size (g UinnedBalloons sont es p connus et les plus recbercD* En stock chef sooMgJ, vous trouverez.toutes Jlions de ,>neusRguher^elT7 Duly. Ballloon. High T tubes el patchef, i \ PR£KT2iYIANN-*GGERH0lM ^—WfcrKw "Jmi wm m On trouvera Chez Charles R. Gaetjensj 117, Hue Houe ou Honne Foij Son de Mas '.i {jourdes le] sac. l'hisdt krjlomlrc avec far Dollars RHUM MHHWIMRT, 110 . de. csar,;



PAGE 1

ar-\.'V*:'iLm**. -^. tCB pBOPWtTAlhE I HPRlMLTP. i ^pt MA3L01RK BoIS-VEHNi Rue Amricaine, 1358 flUjHERO 220 CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N242 l'ijar le la personne d'autrui comme ton ijale en 1 %  <| %  1 %  t '* et abstiens-loi de la taire ser vir comme moyen pour attein ira tes lins gostes. Kilt ANNE N" 5942 PORT-AU-PRINCE ( HATI ) VENDREDI S NOVEMBRE 1926 La vie sociale k la courtoisie en i noler quaujourfebe* nous, les u lia ires jut dans une almosediscourtoisie et une de politesse si marine ressemble mme [Relation. On allecle icourtois, on ailette Dit. pour paradoxal j paraisse, la bon ni (l'est pas toujours celle obtient les rsultats Evidemment, il est diable, le plus souvent, ipisatlcindrc la lin que je propos; mais il se pires Im-n que des avait%  nient acquis par cet inI ou par une conclusion peu dillrente que Von escomptait. i pouvons y trouver des salions, un enseigneries causes de I chec, su-ci provienne des cires ou de notre malaI il s'ensuit, pour l'aides avantages sur lesus ne comptions pas. tec propos qu'il est l'aIcoDcevoir l'importance urtoisie et de la bonne lie rapports sociaux, U soient-us. me d'affaires, le banco miner van t, le [tous ont intrt se rciproquement, Moralement, lmoi[b uns aux autres les •que Ion se doit entre levs. Faite sur un enenx ou grincheux, JfWamation, si juste soit['pose, d'o qu'elle •U politesse avec laquelle on formule ses griefs ou ses explications leur donne du poids, dissipe la mfiance et permet de poursuivre des ngociations qu'interrompraient d'aigres propos. L'allaire ne peut-elle se conclure l'entire satisfaction des deux pai'ties? Il n'en restera pas inoins le souvenir des bonnes relations mutuelles qui influeront sans doute sur de futures transactions et serviront fonder o tendre une rputation d'honntet au sens large que les temps passs donnaient ce mot. Nos relations avec nos semblables s'en trouvent tacilites. Un commerant n'a pas nu, aujourd'hui vou>lo rnir l'article dont vous avez besoin; d'autre part, aprs rflexion, vous renoncez faire e 11 e c t u e r p.ir votre homme d'allaires une vente qui lui et rapport un h nfce. Pouvez-vous en vou loir au 1 urnisscurd'une insuffisance de stock, de l'impossibilit matrielle et momentane o il se trouved'ex culer votre commande? S'il n'y a pas ! de sa tiute, assu renient, non 1 El il mettra d'autant plus de z'ie et d'em presse,nent vous servir une autre fois que vous aurez te nu compte de sa bonne volont. Pour la seconde affaire,vous ne causerez point, videmment, un tort absolu votre mandataire si vous ne lui retirez pas injustement votre confiance : cependant des dmarches ont t laite. par lui, des pourparlers engags, peut tre. Il est rigoureusement quitable que vous rmunriez cette peine.que vous en tmoigniez toute I obligation que vous lui en avez et que vous vous montriez dispose l'en ddommager Lui, de son ct, aura raison de ne marquer ancun dpit pour celle a'faire indique, de pousser la dlicatesse jusqu' ne ri lamer aucune indemnit; car,s'il vous a fait apprcier au cours de ces prliminaires, sa probit, son habilet, il se doute bien que vous retrouverez foc casion de recourir ses l>ons offices. Vous resterez ainsi contents l'un de l'autre ayant f lit chacun preuve de bonne ducation. Q le l'on n'aille p >int arguer que le temps lait aujourd'hui dfaut p Mirch inger des politesses. Il ne s agit pas d'employer, tout mst mt des for mules cr v. on eu ses ou d'exa grer les complaisances rciproques: il suflitde parler ou d crire avec simplicit, prudence et correction, sans se laisser aller l'humeur du moment et sans s'attribuer de part ou d'autre une illusoire supriorit. In peu d'urbanit rend ainsi agrables les relations les plus banales, il n'est pas inutile, croyons-le bien, de cou server dans la vie courante, en aflairc, partout, les tradi lions de lorme et de langage qui ont tait jadis la bonne socit* un renom universel. laWflaTnRl 1 *9'<3 DE JEREM1E Les Noces d'Argent ^ DU . Rvrend Pre FOUQUET Cur de Jrmie H'inain des belles Fles fission clture par une fjjooleifntlle o le PJu tait port en Iriiff plus de <,eu '"Me %  pus la prsidence grandeur Monseigneur \r he v( f ue Ev que des LS M P'* pour /'mission, au lendefcr. C S l T Wifianle ma "'nc,tholu, Ue| tes fidles 'runir l'Eglise pour W n noces d'argent de C Moteur, l'ne afTiuC""-euse, malgr l'heure jDdS homn,l s de toutes %  i,p n D d 1 | 0,,s pressaient K£ e [ "J" Pire Fouquet SSia ?"* s Y,n P* ,hi ice e nu '; messe corn I?WnP 0Ursuitau milieu R ,; v ers ' %  ciel, cl"nies aT^d ,r ,Us s "-'netla Kdur A ss ? nesde N otreUiSi e, elu l Secours. InV* d" Gr "^r Monn*tiou •"". P ro "onee une %  'dresse du l're Pouquet, il retrace son apostolat, rappelle un souvenir de sa rencontre avec lui en 1887 au Sminaire de Pont-Chteau, et son discours s'achve en des souhaits ad multos annos et par une prire. Maintenant c'est le tour de notre cur qui remercie Monseigneur, ses fidles, et quoique visiblement mu, il a su trouver les expressions qu'il fallait pour renouveler la population son attachement, et tout son dvouement, comme il sut le prodiguer tous durant les 28 ans qu'il vient de passer avec nous. K midi, au Presbytre, un banquet a t oltert Sa Grande i Monseigneur PicbOD et ;ui 1 iv Fouquet. Y prenaient part : les Membres du Conseil de Fabrique, le Magistrat Communal, Mr Joseph Lhrisson, les Pres Onno, Van Rver. I.eountre, Litar, Le Demi, Rricrre, et les Frres de l'Instruction Chrtienne. V\\ menu de choix, arros d'excellents vins de Fiance, a t servi tous ces invits. Durant tout le dinar, une franche gaiet n'a cess de rgner entre les convives, ce qui donnait la rception le caractre dune vraie fte familiale. Au Champagne, Mr Pressoir Jrme, Prsident du Conseil de Fabrique adressa un speech au Pre Fouquet et des remerciements a Mgr Pichon pour la mission qu'il tait venu prcher parmi nous. Le Magistrat Lhrisson porta ensuite un toast la smt de lun et de l'autre. Puis, Mr le Juge Roger Milaire, membre du Conseil de Fabrique pronon a le discours suivant. C'est une belle page qui retrace tout l'apostolat du Rvrend Pre Fouquet, ce digne prtre qui l'ii honneur au Clerg d'Hati. Monseigneur. M.s Rvrends Pres, MesMeurs. Vers la lin de l'anne 1901, arrivait Jrmie un prtre ratlioliquc franais. Il ne paraissait ni jeune m vieux, portait Pour une convalescence rapide A PRES une maladie affaiblissante, quand l'estomac ne doit pas tre surcharg, il n'y a rien de plus recommandable et de plus bienfaisant que le %  t ,.-.i quotidien au Quaker Oats. Avec ses vitamines protines, et sels minraux, Quaker Oats doucement mais rapidement ramen les forces p. rducs. Comme il est facile digrer on peut \t prendre en toute confiance. Quaker Oats &m-i feSjgs g' toute sa barbe, une barbe noire parseme de fils d'argent. Ses veux bleus, protgs par des lunettes dcelaient la bont, bienqu'alors quelques bonnes femme* disaient le lui qu'il tait d'un caractre vil, mme violent. Il tait venu, choisi parmi les meilleurs de l'EveW des Caves pour aneeder au bon Pre Muet qui devait, Cavaillon. connatre le repos dans la solitude d'une retraite justement mrite. Vous avez sans doute reconnu dans ce portrait que je viens d'esquisser vos yeux celui dont nous ltons aujourd'hui les noces l'argent : Le Rvrend Pre Fouquet. Ce qu'il S fait dans l'ordre spirituel, durant les vingt-cinq ans que Dieu lui a permis de passer la tte de cette paroisse. sa r.randeur Mgr Pichon nous la dit ce matin dans son allocution notre vnr Cur. La vigne du Seigneur ne s'est pas dessche entre ses mains; au contraire il l'a fait fructifier abondamment, si vrai qu'il serait impossible rmunrer en ce jour le nombre dames qu'il a fait rentrer dans la voie droite de l'Evangile. In lait que nous avons tous Vcu hier — la clture de la mission — est la plus grande preuve que le Pre l'ouquet. en infatigable semeur n'a pas sem en terre ingrate. Certes, il est incontestable que tout le succs de cette manifestation revient Sa Grandeur Mgr Pichon qui, durant trois semai ns, avec un dvouement qui l'honore se consacra la mission. Nous lui en sommes liien reconnaissants. Sa parole persuasive retentissant sous les vote de notre RgjUee a fait vj brer les ornes, les a entrane vers la lumire blouissante de Il loi, et pour ma part, je ne doute pas que chez celles qui rsistent encore a la grce, rloqnence de Monaeignenr, n ail dpos comme un petit grain de aenev qui toi on lard se lvera pour produire lotta les Imita que nous attendons. Si, comme je viens d le dire, c'est Sa Grandeur que nous devons tout le succs de cette belle tte laquelle nous avons assist hier, au Rvrend Pre Ponquel revient l'honneur d'avoir, par une action religieuse continue et poursuivie avec uu zle admirable, prpar les fidles a celte imposante manifestation de notre loi catholique. Je regrette que le temps me soit mesur et c'est pourquoi je vous prie de m'exeuser de ne pas vous entretenir par le dtail de toute l'enivre ralise lins cet ordre spirituel par le Pre Pouquet durant son pastoral Jrmie. Prise duM son ensemble,elle nous le montre, se dpensant avec un vrai eosur d'aptre r nain Ire parmi set fidles le c dte de T. 'Prsence relle efl et la Dvotion au Sacr-Cmur de Jsus. Lorsque sans prendra de rpit.je le vois premier vendredi de chaque mois distribuer la sainte Communion I ussistance qui se fait de plus eu plus nombreuse, et rclamer avec la mme ferveur l'intronisation du Sacr-Cœur de Jsus dans les familles pour qu'il en devienne le Chef et le Roi; quand,d'un bout l'autre de l'anne, tous les jcudis.devant le ciboire d'or sur lequel les cierges projettent leur lia m me vivante, il nous rassemble aux sons des cloches pour l'Heure Sainte, lorsqu'enfin aux solennits de la rle Dieu, le la l't du Sacr-Cœur, Nol et Pques, pour ne citer que les plus belles et les plus g andes, nous voyons notre Vnr PM leur, assist de ses dvoue collaborateurs, travailler pour la gloire de Dieu, donner i ces crmonies le plus d'clai possible.sa\ i z-vous. M m Pr • le litre qu'il faudrait vous d nu T?— C'est celui d'Aptre d l'Eucharistie! En effet, i*obectif de toute voi naction ;ip istolique, c'est li propagation In culte de .k-sus-Christ, vivant comme Dieu et comme Homme, sous les Espces Eucharistiques. Au point de vue temporel, l'apostolat du Pre Pouquet n'a pas t moins Fcond. A quelle rudepreuve.jesoumets sa modestie en venant parler tn aa prsence, de son œuvra temporelle 7 — Pour ne p:n vous dsobliger, mon l're, je ne ferai que les citer el si.mal gr cela, l'preuve vous parais sait toujours pnible, fermezvos yeux el dans le silence de votre ctrur, mettez-vous rciter le Nunc Dimittis. Fondation d'un Cercle Catholique avec bibliothque.et jeux divers o la jeunesse de cette ville sut trouver les rcrations les plus saines; cration et entretien d'une bibliothque paroissiale pour nos jeunes tilles, fournissant ainsi leur esprit une culture eonlor me leurs aspirations religieuses tout en protgeant leurs jeunes rieurs contre la littrature empoisonne des mauvais romans. Ne laut-il paseiieoreeompler au nombre dcceseuvres,celle des Petites Sœurs des Pauvres qui a fait tant de bien dans le pass et qui ralise encore de nos LourSi par le soulagement qu'elle procure aux familles ncessiteuses une somme de bienfaits dont Dieu reul peut connatre le prix. Et me tairai je enfin sur le palronnage les Cathchistes vol ntairea si minemment Utile pour renseignement reli giuux qu'il apporte un grand nombre de malheureux entants, en leur apprenant cou natre Dieu, ce qu'il ordonne et eequ'il dtend. C'et vou) Rvrend l're Fououet qfl la ville de Jrmie doit toutes ces belles initia lives. Vous ne vous tes pas content de les entreprendre^ vous avez sans cesse veill leur fonctionnement, el pour les entretenir que de lois navez-vous pas mis conlribulion vos maigres ressources? *\jt vie.jlisait Gui/.ot, arriv l'agi le 70 ans, est un vase trop petit. Il dborde longtemps, puis il se brise , Lavaaede votre vie, Pre Pouquet, dborde le toute cette belle œuvre que VOU8 avez ralise chez nous d lira lit vos 20 ans le pastoral, •mais il se brisera pas encore! Ce matin, la Messe, noua avo as demand ;i Dieu levons accorder encore plusieurs annes, de vous maintenir la tte de cette paroisse et de nu vous faire entrer dans l'ternelle beaut qu'aprs la clbration de vos noces d'or. Christ, Notre Dieu! Hxaucea ce VOtUaJI Protgez la vie du bon Pre Fouquet I Gilles de Rets Ce sera un vrai rgal artistique et littraire que la lte que se prparent donner le samedi 1.1 Novembre, les Anciens FJves et Elves de l'Institution si. Louis de Gonzague. I.e lever lu Rideau se tors heures prcises du soir. Prenez vile vos cartes si vous tenez ne pas manquer celte oire qui sera sensationnelle Nomination C'st Mr Amiti Boncv. Directeur du "Petit Hatien" quia t nomm par le Prsident le la Rpublique. Inspecteur de la Circonscription Scolaire de Jr mie. Tous nos compliments.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06856
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, November 05, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06856

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
ar-\.'V*:'iLm**. -^.
tCB pBOPWtTAlhE
IHPRlMLTP.i
^pt MA3L01RK
BoIS-VEHNi
Rue Amricaine, 1358
flUjHERO 220 CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N- 242
l'ijar le la personne d'autrui
comme ton ijale en 1 <| 1 t '*
et abstiens-loi de la taire ser
vir comme moyen pour attein
ira tes lins gostes. Kilt
! ANNE
N" 5942
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
VENDREDI S NOVEMBRE 1926
La vie sociale
k la courtoisie en
i noler quaujour-
febe* nous, les u lia ires
jut dans une almos-
ediscourtoisie et une
! de politesse si mar-
ine ressemble mme
[Relation. On allecle
icourtois, on ailette
Dit.
pour paradoxal
j paraisse, la bon ni
(l'est pas toujours celle
obtient les rsultats
Evidemment, il est
diable, le plus souvent,
ipisatlcindrc la lin que
je propos- ; mais il se
pires Im-n que des avait-
nient acquis par cet in-
I ou par une conclusion
peu dillrente que
Von escomptait.
i pouvons y trouver des
salions, un enseigne-
ries causes de I chec,
su-ci provienne des cir-
es ou de notre mala-
Iil s'ensuit, pour l'a-
ides avantages sur les-
us ne comptions pas.
tec propos qu'il est l'a-
IcoDcevoir l'importance
urtoisie et de la bonne
lie rapports sociaux,
U soient-us.
me d'affaires, le ban-
co miner van t, le
[tous ont intrt se
. rciproquement,
Moralement, lmoi-
[b uns aux autres les
que Ion se doit entre
levs. Faite sur un
enenx ou grincheux,
JfWamation, si juste soit-
['pose, d'o qu'elle
U politesse avec la-
quelle on formule ses griefs
ou ses explications leur donne
du poids, dissipe la mfiance
et permet de poursuivre des
ngociations qu'interrom-
praient d'aigres propos. L'allai-
re ne peut-elle se conclure
l'entire satisfaction des deux
pai'ties? Il n'en restera pas
inoins le souvenir des bonnes
relations mutuelles qui influe-
ront sans doute sur de futures
transactions et serviront
fonder o tendre une rpu-
tation d'honntet au sens
large que les temps passs
donnaient ce mot.
Nos relations avec nos sem-
blables s'en trouvent tacili-
tes. Un commerant n'a pas
nu, aujourd'hui vou>lo rnir
l'article dont vous avez be-
soin; d'autre part, aprs
rflexion, vous renoncez
faire e 11 e c t u e r p.ir votre
homme d'allaires une vente
qui lui et rapport un h
nfce. Pouvez-vous en vou
loir au 1 urnisscurd'une in-
suffisance de stock, de l'im-
possibilit matrielle et mo-
mentane o il se trouved'ex
culer votre commande? S'il
n'y a pas ! de sa tiute, assu
renient, non 1 El il mettra
d'autant plus de z'ie et d'em
presse,nent vous servir une
autre fois que vous aurez te
nu compte de sa bonne vo-
lont.
Pour la seconde affaire,vous
ne causerez point, videm-
ment, un tort absolu votre
mandataire si vous ne lui reti-
rez pas injustement votre
confiance : cependant des d-
marches ont t laite. par lui,
des pourparlers engags, peut
tre. Il est rigoureusement
quitable que vous rmun-
riez cette peine.que vous en t-
moigniez toute I obligation
que vous lui en avez et que
vous vous montriez dispose
l'en ddommager Lui, de son
ct, aura raison de ne mar-
quer ancun dpit pour celle a'-
faire indique, de pousser la
dlicatesse jusqu' ne ri la-
mer aucune indemnit; car,s'il
vous a fait apprcier au cours
de ces prliminaires, sa pro-
bit, son habilet, il se doute
bien que vous retrouverez foc
casion de recourir ses l>ons
offices. Vous resterez ainsi
contents l'un de l'autre ayant
f lit chacun preuve de bonne
ducation.
Q le l'on n'aille p >int arguer
que le temps lait aujourd'hui
dfaut p Mirch inger des po-
litesses. Il ne s agit pas d'em-
ployer, tout mst mt des for
mules cr v. on eu ses ou d'exa
grer les complaisances rci-
proques: il suflitde parler ou
d crire avec simplicit, pru-
dence et correction, sans se
laisser aller l'humeur du
moment et sans s'attribuer de
part ou d'autre une illusoire
supriorit.
In peu d'urbanit rend ain-
si agrables les relations les
plus banales, il n'est pas inu-
tile, croyons-le bien, de cou
server dans la vie courante,
en aflairc, partout, les tradi
lions de lorme et de langage
qui ont tait jadis la bonne
socit* un renom universel.
laWflaTnRl1
*9'<3
DE JEREM1E
Les Noces d'Argent
^ DU .
Rvrend Pre FOUQUET
Cur de Jrmie
H'inain des belles Fles
fission clture par une
fjjooleifntlle o le
PJu tait port en Iri-
iff plus de <,eu* '"Me
* pus la prsidence
grandeur Monseigneur
\rhe.v(fue-Evque des
LS M P'* pour
- /'mission, au lende-
fcr.CSlT Wifianle ma"'-
nc,tholu,Ue| tes fidles
'runir l'Eglise pour
W nnoces d'argent de
C Moteur, l'ne afTiu-
C""-euse, malgr l'heure
. jDdS homn,l's de toutes
i,pnDd'1|0,,s' pressaient
Ke[ "J" Pire Fouquet
SSia ?"* s-Y,nP*,hi '
ice e, nu- '-; messe corn
I?Wn- P0Ursuitau milieu
R ,;vers ' ciel, cl"nies
aT^d ,r ,Us s"-'netla
KdurAss?nesdeNotre-
UiSie,elul Secours.
InV* d" Gr"^r Mon-
n*tiou "". Pro"onee une
'dresse du l're
Pouquet, il retrace son aposto-
lat, rappelle un souvenir de sa
rencontre avec lui en 1887 au
Sminaire de Pont-Chteau, et
son discours s'achve en des
souhaits ad multos annos et
par une prire. Maintenant c'est
le tour de notre cur qui remer-
cie Monseigneur, ses fidles, et
quoique visiblement mu, il a
su trouver les expressions qu'il
fallait pour renouveler la po-
pulation son attachement, et
tout son dvouement, comme il
sut le prodiguer tous durant
les 28 ans qu'il vient de passer
avec nous.
K midi, au Presbytre, un
banquet a t oltert Sa Gran-
de i Monseigneur PicbOD et ;ui
1 iv Fouquet. Y prenaient part :
les Membres du Conseil de Fa-
brique, le Magistrat Communal,
Mr Joseph Lhrisson, les Pres
Onno, Van Rver. I.eountre,
Litar, Le Demi, Rricrre, et les
Frres de l'Instruction Chrtien-
ne. V\\ menu de choix, arros
d'excellents vins de Fiance, a
t servi tous ces invits. Du-
rant tout le dinar, une franche
gaiet n'a cess de rgner entre
les convives, ce qui donnait la
rception le caractre dune
vraie fte familiale.
Au Champagne, Mr Pressoir
Jrme, Prsident du Conseil de
Fabrique adressa un speech au
Pre Fouquet et des remercie-
ments a Mgr Pichon pour la mis-
sion qu'il tait venu prcher par-
mi nous. Le Magistrat Lhrisson
porta ensuite un toast la smt
de lun et de l'autre. Puis, Mr
le Juge Roger Milaire, membre
du Conseil de Fabrique pronon
a le discours suivant. C'est une
belle page qui retrace tout l'a-
postolat du Rvrend Pre Fou-
quet, ce digne prtre qui l'ii
honneur au Clerg d'Hati.
Monseigneur.
M.s Rvrends Pres,
MesMeurs.
Vers la lin de l'anne 1901,
arrivait Jrmie un prtre ra-
tlioliquc franais. Il ne parais-
sait ni jeune m vieux, portait
Pour une
convalescence rapide
APRES une maladie affaiblissante,
. quand l'estomac ne doit pas tre
surcharg, il n'y a rien de plus recom-
mandable et de plus bienfaisant que
le t,.-.i quotidien au Quaker Oats.
Avec ses vitamines protines, et sels
minraux, Quaker Oats doucement
mais rapidement ramen les forces
p. rducs.
Comme il est facile digrer on
peut \t prendre en toute confiance.
Quaker Oats
' &m-i -
'feSjgsg'
toute sa barbe, une barbe noire
parseme de fils d'argent. Ses
veux bleus, protgs par des
lunettes dcelaient la bont,
bienqu'alors quelques bonnes
femme* disaient le lui qu'il
tait d'un caractre vil, mme
violent.
Il tait venu, choisi parmi les
meilleurs de l'EveW des Caves
pour aneeder au bon Pre Muet
qui devait, Cavaillon. con-
natre le repos dans la solitude
d'une retraite justement mrite.
Vous avez sans doute recon-
nu dans ce portrait que je viens
d'esquisser vos yeux celui
dont nous ltons aujourd'hui
les noces l'argent : Le Rvrend
Pre Fouquet.
Ce qu'il S fait dans l'ordre
spirituel, durant les vingt-cinq
ans que Dieu lui a permis de
passer la tte de cette paroisse.
sa r.randeur Mgr Pichon nous
la dit ce matin dans son allo-
cution notre vnr Cur. La
vigne du Seigneur ne s'est pas
dessche entre ses mains; au
contraire il l'a fait fructifier
abondamment, si vrai qu'il serait
impossible rmunrer en ce
jour le nombre dames qu'il a
fait rentrer dans la voie droite
de l'Evangile.
In lait que nous avons tous
Vcu hier la clture de la
mission est la plus grande
preuve que le Pre l'ouquet. en
infatigable semeur n'a pas sem
en terre ingrate.
Certes, il est incontestable que
tout le succs de cette manifes-
tation revient Sa Grandeur Mgr
Pichon qui, durant trois semai
ns, avec un dvouement qui
l'honore se consacra la mis-
sion. Nous lui en sommes liien
reconnaissants. Sa parole per-
suasive retentissant sous les
vote de notre RgjUee a fait vj
brer les ornes, les a entrane
vers la lumire blouissante de
Il loi, et pour ma part, je ne
doute pas que chez celles qui
rsistent encore a la grce, r-
loqnence de Monaeignenr, n ail
dpos comme un petit grain
de aenev qui toi on lard se l-
vera pour produire lotta les
Imita que nous attendons.
Si, comme je viens d le dire,
c'est Sa Grandeur que nous
devons tout le succs de cette
belle tte laquelle nous avons
assist hier, au Rvrend Pre
Ponquel revient l'honneur d'a-
voir, par une action religieuse
continue et poursuivie avec uu
zle admirable, prpar les fi-
dles a celte imposante mani-
festation de notre loi catholique.
Je regrette que le temps me
soit mesur et c'est pourquoi
je vous prie de m'exeuser de
ne pas vous entretenir par le
dtail de toute l'enivre ralise
lins cet ordre spirituel par le
Pre Pouquet durant son pas-
toral Jrmie.
Prise duM son ensemble,elle
nous le montre, se dpensant
avec un vrai eosur d'aptre
r nain Ire parmi set fidles le
c dte de T. 'Prsence relle efl
et la Dvotion au Sacr-Cmur
de Jsus.
Lorsque sans prendra de r-
pit.je le vois premier vendredi
de chaque mois distribuer la
sainte Communion I ussis-
tance qui se fait de plus eu
plus nombreuse, et rclamer
avec la mme ferveur l'intro-
nisation du Sacr-Cur de J-
sus dans les familles pour qu'il
en devienne le Chef et le Roi;
quand,d'un bout l'autre de
l'anne, tous les jcudis.devant
le ciboire d'or sur lequel les
cierges projettent leur lia m me
vivante, il nous rassemble aux
sons des cloches pour l'Heure
Sainte, lorsqu'enfin aux solen-
nits de la rle Dieu, le la l'-
t du Sacr-Cur, Nol et
Pques, pour ne citer que les
plus belles et les plus g andes,
nous voyons notre Vnr Pm
leur, assist de ses dvoue
collaborateurs, travailler pour
la gloire de Dieu, donner i
ces crmonies le plus d'clai
possible.sa\ i z-vous. M m Pr
le litre qu'il faudrait vous d
. nu t? C'est celui d'Aptre
d l'Eucharistie! En effet, i*ob-
ectif de toute voi n- action
;ip istolique, c'est li propaga-
tion In culte de .k-sus-Christ,
vivant comme Dieu et comme
Homme, sous les Espces Eu-
charistiques.
Au point de vue temporel,
l'apostolat du Pre Pouquet
n'a pas t moins Fcond. A
quelle rudepreuve.jesoumets
sa modestie en venant parler
tn aa prsence, de son uvra
temporelle 7 Pour ne p:n
vous dsobliger, mon l're, je
ne ferai que les citer el si.mal
gr cela, l'preuve vous parais
sait toujours pnible, fermez-
vos yeux el dans le silence de
votre ctrur, mettez-vous r-
citer le Nunc Dimittis.
Fondation d'un Cercle Catho-
lique avec bibliothque.et jeux
divers o la jeunesse de cette
ville sut trouver les rcra-
tions les plus saines; cration
et entretien d'une biblioth-
que paroissiale pour nos jeu-
nes tilles, fournissant ainsi
leur esprit une culture eonlor
me leurs aspirations reli-
gieuses tout en protgeant
leurs jeunes rieurs contre la
littrature empoisonne des
mauvais romans.
Ne laut-il paseiieoreeompler
au nombre dcceseuvres,celle
des Petites Surs des Pauvres
qui a fait tant de bien dans le
pass et qui ralise encore de
nos LourSi par le soulagement
qu'elle procure aux familles
ncessiteuses une somme de
bienfaits dont Dieu reul peut
connatre le prix.
Et me tairai je enfin sur le
palronnage les Cathchistes
vol ntairea si minemment
Utile pour renseignement reli
giuux qu'il apporte un grand
nombre de malheureux en-
tants, en leur apprenant cou
natre Dieu, ce qu'il ordonne
et eequ'il dtend.
C'et vou) Rvrend l're
Fououet qfl la ville de Jr-
mie doit toutes ces belles initia
lives. Vous ne vous tes pas
content de les entreprendre^
vous avez sans cesse veill
leur fonctionnement, el pour
les entretenir que de lois na-
vez-vous pas mis conlribu-
lion vos maigres ressources?
*\jt vie.jlisait Gui/.ot, arriv
l'agi le 70 ans, est un vase
trop petit. Il dborde long-
temps, puis il se brise ,
Lavaaede votre vie, Pre
Pouquet, dborde le toute
cette belle uvre que VOU8
avez ralise chez nous d li-
ra lit vos 20 ans le pastoral,
mais il se brisera pas encore!
Ce matin, la Messe, noua
avo as demand ;i Dieu levons
accorder encore plusieurs an-
nes, de vous maintenir la
tte de cette paroisse et de nu
vous faire entrer dans l'ter-
nelle beaut qu'aprs la cl-
bration de vos noces d'or.
Christ, Notre Dieu! Hxaucea
ce VOtUaJI Protgez la vie du
bon Pre Fouquet I
Gilles de Rets
Ce sera un vrai rgal artisti-
que et littraire que la lte que
se prparent donner le samedi
1.1 Novembre, les Anciens FJ-
ves et Elves de l'Institution si.
Louis de Gonzague. I.e lever lu
Rideau se tors heures pr-
cises du soir.
Prenez vile vos cartes si vous
tenez ne pas manquer celte
oire qui sera sensationnelle
Nomination
C'st Mr Amiti Boncv. Direc-
teur du "Petit Hatien" quia
t nomm par le Prsident le
la Rpublique. Inspecteur de la
Circonscription Scolaire de Jr
mie.
Tous nos compliments.


-
LE MATIN 5 NOVEMBRE 1928

Crme
i
y
HDEIYS
donne un ieint de lys
m
kFW

ftVfkJ la pondre
Assure une
rornatiin exquise
L Cr*m Tt.INDEl.YS. *n,
oiie'u*uc. "'iitrr. e. .ncaiMhlc
d'iTrntrr en tien la peau, qu'aile
1.1.nul lltOUpKl el landiil uni I
lui i luire Parlumce aux cuirait J
jet. la Crme rElNDELYS >'
lr lyjie le lut parfait de la crme
de toilette.' on emploi vite le
haie, le tache le niuurui et le
itritatiom duc a la pi.u.nr
ARYS
La Crime TefndV/f. eme*. fiarfttmlt,
crmierti fo (mi.hctir I, Rue de la Paix, S
PARIS
T'iiHci Pei fumencs ci i.tnu. M*k..iii
\ b- fP^^^\^M^0^m^tf^K^
Avis liiprlaul
La GBANDE FABRIQUE de CIGARETTES
La NATIONALE
clans le l>u( d'elle agraldc a ses clienls en rapprochant la date du tirai d
sa Loterie, a le plaisir d'iul ormer le Public exceptionnellement,il sera dlivr gratuitement, en plus des Odes Via
2 MIXKTS de LOTERIE, au lieu de 1,contre 100 Rous-Primes remis chez
Les Agents jI,
Eug. Le Boss & Co.
Noire iL

... a vu, samedi soir, jouer un
levei de rideau charmant, dli-
cieux, sans pareil. Le lourd ri-
deau venait le tomber sur la
fin d'un acte.Quand soudain,il re-
monta broaquaniant.deoavranl
la scne de nouveau, lit Noiiw.
u. contempla une scne bien
rellea cette t'ois, un tableau vi-
vant sans gal: la gracieuse G...
et l'lgant P... perdus dans un
long et dlicieux baiser. On ap-
plaudit. Mais le rideau tomba
une seconde fois...
*
... a vu passer, hier matin, rue
Amricaine, deux belles, A... et
L... Elles taient toutes deux l
gamment vtuea : bas de soie,
souliers talons Louis XV, ro-
bes bulgares trs courtes et sans
manches, ceintures plus basque
la taille, petits chapeaux entoil-
es sur les yeux. Mais, l'une
d'entre elles, L... tait encore no-
vice dans l'art d'avoir lu dmar-
cha indispensable pour bien se
taire admirer; alors l'autre A...
marchait un peu en arrirr ef
lui indiquait comme il (allait s'y
prendre pour que la ceinture et
lu'jupe qui moulaient bien la
chair eussent tout leur effet.
C'tait une leon de inaiche.
*
... a vu, hier matin, au coin
de la rue Honne Foi et de la
rue Dr Aubry, l'auto au No.
8971 (ini, sans crier gare, se jeta
au milieu d'un convoi tunluc.
Le chaullaur coupa, sans luron,
la lile des amis qui suivaient le
corbillard, ce qui mit le plus
grand dsordre dans le collge.
Respect donc aux Morts 1
*

... a vu, mercredi soir, la rue
St. Honor, un couple qui vidait
eu pleine rue ses petites allaires
de mnage.
Le mari, Andr M... battait
la leuimc comme un sclrat et
celle-ci poussait des cris a r-
veiller un mort. Tout le quar-
tier lut mis eu moi. Mais la
belle-mre, chose surprenante!
prit parti pour sou beau-fils.
('.'est la premire lois, dit*
elle aux curieux, que vous Voyez
un homme battre su femme?
Andr M... se calma ce mot
et NOTRE iL vil le couple, r-
concili, lermer la porte au ne/
des spectateurs et rentrer tran-
quillement pour dormir. Ah!
.'oreiller 1
AVIS
Monsieur H. BALLONI fils
l'ait le plaisir d'inlornier sa
I icnvcillante clientle qu'il est
revenu de son voyage en Euro
I ni il s'est efforce (le trouver
1 irliclcsles plus rares et les
pi >i varis pouvant la satis-
I...C.
coHsiwt tes Sm pocns
DEMANDEZ-LE DANS LU
PARFUMKRIU. PHARMACIES. ETC.
8
Le Tribunal Arbitral
. franco-hatien
Ccst aujourd hui qu'aura lieu
l'ouverture des travaux du Tri-
bunal Arbitral d'Appel Iranco-
hatien.
Comme nous l'annoncionsder
niremenl, le Tribunal sigera
au local de lu Prlecture de
Porl-au -l'rince dont plusieurs ap
parlements ont l misa sa dis-
position la demande du D-
partement des Relations Ext-
rieures,
te viorne anniversai-
re du iHapine Corps.
Mercredi prochain, lON'ovein
bre, il y aura 151 ans (pie le
"Marine Corps" lut cr aux
Blets luis.
A celte occasion, le Brigadier
gnral et M ad a m e John IL
lussell recevront la Colonie an
mai ne.
Rixe
Avant-hier soir, a la rue de>
Fronts-Forts, clata une rixe
entre St. Germain Georges, con
ducteur de camion automobile
et Alphonse Pierre. Celui-ci lut
bless la tte d'un coup de
manchette,
La victime a t conduite a
l'Hpital (Jnral ai le ohaufleur
est en luite. La Police le recher-
che activement.
Pendant h rcolte
Assurez voire Stock
Assure/ votre Halle
Assure/ votre Maison prive
Assurez votre t.nildivc
Assurez votre sucrerie.
A\i:c LA
LA ROYAL KX.CHANGE
ASSURANCE CORPORATION
de Londres
Etablie depuis '202 ans.
Bona Pide Rclamation paye
Immdiatement,
Carlbbean trading fompang
Agents Gnraux
X
l*M"i
y _..--,. I ;
fit L. .-. . t>i
B '* "' *&
Election* snatO'
rialus aux Etats-
Unis
Le pivot lectoral a l la
querelle des 'humides*'
et des "secs"
Les Rpublicains semblent perdre
la majorit
Nk# YoRX Ouarante-icpt 'e
quarante-huil Llat4 de I U-lOJ par
ticiperojt aux lections de dema; i
dont le rsultat a termui'n que
parti iiara I contrle du l'ougis
amricain. Maiuo est le seul tat
qui n'aura pas d lections. New-
Vork et 40 autres et. ts h ont a
des fondions dlai; lea talon.)
votaDt pis pourcg toncd.m sojI
Ark'ius'-, Kon'ii k, Louisiane, .Ma.
n>, Misskdpi, Virgiuie et Virgini
occidentale. 35 snateurs dont 3
combleront des vacances seront
lus ;33 membres de la chambre
des reprsentants sront lus.L'
tatdu N*w-Jersey lira 11 an li-
bres du congru*.
NEW VOKK Aujourd'hu'.jour
ne des lection, les bureaux il s
vote de New York seront ouverts
de (i heures du malin 0 heures
du soir, des m .chines voter ont
installes dans 616 districts
d'lection 300 & Manhattan et 31P
a Brooklyn. 35 snateurs seront
lus dans 33 tats sur ces 35 si
ges 7 sont actuellement dtenus
par les dmocrates ; les snateurs
sont au nombre de '.Ri, le nombra
ncessaire pour la majorit est .,''
La composition actuelle du snat
est : 5 dmocrates, \0 fermiers
lab.jri-.tes, 1 vacanc. L'lection
porte tur lu totalit lies 4J0 mem-
bres, les repisentants de l'assem-
ble actuelle se rpartissent ainsi :
rpublicains 346, dmocrates 1H2,
termieis ltborislMS 3, socialistds i,
vacances '2 ; le nombre ncessaire
pour la major.t est 218.
NEW YOllk, 4 Novembre Le
gouverueur Simili a t rlu 1
une crasante major'l. Il a trio n
pli dans la ville de New Yoik et
ies derniers rsultats semblent in
diquer qu'il a battu son rival, Mr
Mogieu L. Mills, uue 11ujo.it
suprieure iH.OUO voix qu'il
avait remportes sur Vtr NatM u
L. Miller en 19IJ.Il parait avyir en
tran av.c lui dans sa victoire Ml
Kob-.rt b. W ,'oei candidit d.iu >
craie au gunt des L'tats l nia, ce-
[) .m l.uit le triomphe de ce dernier
nest pis aussi crasant que celui
du gouv.rneur Snvtb ; la nouveil >
igisU ure do l'BUt d- NW York
sera probablement rpublicain 1
avec uue majorit rduite.tes r-
sultats 111.i1.iu. ni qae l'ais-Labli;
ne contiendra que 8tJ rpublic liai
au lieu des 91 qu'elle a \ tue'.le-
menl.
Les derniers rsultats c nuus u
sujet du relereudum pour la prou
bitun dans l'tat de New Y;ik i 1
diqtient une lorte m j "'.t en fa-
veur de cette mesure a'-ipics la
question Impie le les .ecteurs ont
rpondu par l'atlir,native on de-
manderait au Cjog es de modilier
la loi sur l'appliialioude la prohi-
bition de sorte que les divers Etats
oient autoriss dterminer eux
mmes ce qui constitue une bois
on enivrante.
Dans les autres Etats o laallac
teurs avaient se prononcer sur
la prohibition,les rsultats ne sont
connus que trs lentement ; il stm
b'e cep'ndant que le* humile
soient vainqueurs dans I Minois et
qu ils a eut t battus dans e Mon
tant et peut-t'-lre en Gali'orni.?. L3
snsteur Butler,dans !e Missachus
rtif, s mble avoir t battu, l'ap
pui qie e prside il C o!i Jge lui a
xppirt au dernier moment parait
avo r cl inutile ; Mr VVal.di a reu
plus de voix qu'il y a deux ans
quand il avait t battu par Mr Gil
Le. rcultat* de l'Illinois sont
encon douteux, malgr une forte
majorit pour Mr Brennan a Cette
};o, i! est possible que Mr Smith, i
c use du peu de voix accordes
Mr M g II, puisse encore rempor
ter la victoire. Le Kentu ky pamit
avoir lu le reprsentant Baklty
et l'Oklaboma semble s'ftlre dbar
ri-->; dfinitivement du snateur
llarreld des Ktats solidement d-
mocrate?. On n'a pas rei;u de nou
velles indiquant qu'il y ait eu un
changement dans la victoire que
le paru remporte si rgulirement.
L'A Inhuma a lu Mr Hugo Black
au sou il et la dlgation comp te
au Congrs L'A> k uisas a rlu le
snateur T. II. Carawty et tous les
reprsentants. Ll Floride a lu le
snateur Kletcher Duncan.La (or
gi le nstaoi' Watter F. George.
La Loais'.ano le fnat ur R. S.
Brnu-s r 1 Mississipi toute la liste
du r.ougrs. Ls Caroline du Nord
le snateur Lee Overman. L-i Caro
linedu Sud le snateur lCIbsonD.
Smith Alors que le Texas et la Vir
giuid ont rlu toutes les dlg)
tions au congrs sans qu'il y ait
eu d'lections pour le snat, le tic
ket dmocratique a t entire
ment lu dans le Texas.
Le prince de Galles
Paris
Paris Le marchal Foc h a pr
aid au Cercle interalli un dintr
en l'honneur du prince de (alles ;
y assist ient : MM. Sarmut, lier
riot, Bokanow-ki, Levguos, Br n
ger c! presque la loin it|du corpi
diplomatique et de uouibreus;<9
personnalits franaises dis lioan
Ces de l'ill l.ist. le et de l'Ui.w-n;
t Lemar.c a F cli a remerci le
prince de sa bier.v.il'ance ela por
t un L>ast t U '.amille de Grand*
Britagne. Lj prince a rpandu en
franais.
aal a a> ---------------
Pluies torren- JJ
t tell es en Ewop
Paris L'ouest de l'Europe (de
la 11 j:la ide aux Fyrines)est trans
form en lac de boue a la suite
des pluiei torrentielles qui n'ont
cess de tomber depuis plusieurs
jours Mme l'Afique du Nord sou"
fre de cet tat de cho-es et des d s
pches de M.r.akcli anooucen'
que des pluie torrentielles ...il cou
E les communications avec Casa-
lanca. Mais il semble que ce 80 l
la Belgique qui ait eu le pus s en
souffrir. La rgion de Charlerjl
est un tableau de dsolhtiou Li
tille de Lige est menace et de
mm
M
SEuET FAMILY
t ENSI0N de EAMILLE|de 1er. ordre l'eulrtc
}/ Turgeeu ( ancienne maison de Oreger)
Cuisine soigne, confort moderne, Service
et Hygine irrprochable .
Euglish sp iken. se liabla Espagnol
et niine Sprichl Deuib.
nombreux m g.sins et m lisons
prives soal dj inonds.
Paiiii La tom te cjuiinue
ravager le sud-ouest de l'Europe.
K Belgique et en France te: cours
d'eau m -n te.1 avec rapidit el me
naciat de dberder d un moment
l'autre.
On mariage S
au Vatican
ROME Le Pape Pie XI a cel
br aujourd'hui le muring? de sa
ni'e Mirie Louise Ritti avec le
marquis Eluario Persichetti Ug
c ii i, conseiller de la lgition du
Nicaragua auprs d. St-Sige.
Va graad trait
britannique
LONDRES;^ Le marquis de
Reading, ancien vice-roi de l'Inde
tera partie du conseil d'administr
tiun de la grunie socit fusion-
nant les industries chimiques,d'ex
plosils, des matires colorantes et
autres produits drivs. Cette so-
cit qui comprend la Brunner
Mond i.ompiiiy. les in lu-ries No
bel, la Socit britannique des mi
ti'-res colorantes et r United Alkdi
Company portera le nom Imprial
Industries Limited.
Un nouveau jour-
nal socialiste
Paius Il vient de se fonder
Paris un nouveau journal socialis-
te au capital de t millions da 1rs
qui coiDiueuc.:ra p n.ilt.e au d-
but de lanm'e procliaine. e Oi-
se 1 national du parti s >ciabste a
dt' sign on leader li en >mbre
Mr Blum comme rdacteur en
chef.
Les arts au secours
du Franc
Paris La vente du Salon du
Franc organise par les artistes
tiang rs pour augmenter la caisse
d'amortissement des des dettes a
rapport une sommo totale de 7 i'..
000 dollars ; certaines uvres d'ar
listes amricains et su t-amricains
se sont enleves trs rapilement.
Le buste d'Aoat n?. France par J.
0. David-on a rapport 13.500 frs
et plusieurs autres couvres d'artis-
tes amricain atteignirent des som
mes trs leves.
Concert
Ce soir, le Radio fo __
Voici le programme duC
qui sera olfert au public^
8.00 p. 111. Srie de
jous par <
H:i ml (irchcstjj
i> pur Mon
I. Scott.
H ) l'JlOU
ringiie. coini-
Frungcul.
b) Sweel
trot.
c) Margot,
gue cunipaae.
Louis J. Scott
d ) I love bail
valse cou.
Mr II. H *
8.')p.m.<'.onlrci'',t2
ltisme en m
Monsieur
Chevallier
.') p. m. Rcital
daine J. r.
ris et Mo1**
Shepherd. J
8,l('p.m.F.onlre"ccJJ|
1 vice National
gine PubLqav
S.:,0 p..... Morceaux I
1 musnarMoa
ilovic Uina
..).>. ni. Annonces*
La Saint Cl
>Stl
.!<
Hier tait la ttede
Horrome,Issu dos
mille de Loinbanbe,!
(luitAroiaenlMJ
carJinal 23 "^
du Concile le T^JS
mourut en 1.*. 3
ans, cpu.se par!*
SI. Charles es il
Carrelour. AosjJi
creili soir, les ^mB
los parcouraicnip^
routf de Porl-tfJJ d<
rclour, twnspor^.
breux plerins. |. fol
la c'.a, elle de rai
messe \^% (iM
grande fflaeBei
bra|
dep*!
d'
ur,
A. DE MATTIS & CO, R*pt***umi* '*#
.


LE MATIN S Novembre 128

Eug.Le Boss $-Co
Agents Gnraux
&soi
Les INSKC1 i:S comjminiqiur.t des MALADIiS des MILLIE S
de PERSONNES
Ces petits flaux constituent
une menace beaucoup plus grande
que l'invasion d'une arme' Les
insecte? pntrent partout sans
difficult et communiquent les ma-
hdies autant aux grand 's person-
nes qu'aux enfants.
Le9 mouches apportent le cho-
lra, la livre typhode, le micro-
be de la puraUsie infantile les
Moustiques piopagent les fivres
meurtrier, s,tandis que les punai-
ses se (chargent de transmettre les
microbes jmx gens non contami-
ns,;
[ Aprs de longues annes de re-
cherches, l'entreprise de renomme
mondiale.la STANDARD OIL COM-
PANY, ( New Jersey) E. II. a per-
fectionn un produit olfranlles mo
yens Mlrs et simples pour com-
battre les insectes jusqu' leur
extermination complte.
Ce produit c'est le.... Fl.IT
Avec co produit vaporis on dbar-
rasse une maison des mouali jues, et
des mouches en quelques in.-tanls.
FUT est propre, d'un usage ta
cile offrant toute garantie. De nom
breuses preuves ont dmontr que
le ((FLITx vaporis ne lAche ni ne
gale les vtements les plus dlicats.
FUTdtruit tons lesiusecies qui
infectent les maisons .
A l'ai Je d'un peu de iFLIT* va-
poris on extermine les mouches
moustiques, punaises, caumlats,
foarmis ainsi que leurs 1 a r v|e s,
t FUT pntre dans les fentes il
les crevasses.oii les insectes se lo-
gent et dposent leurs laives.
Ou peut aussi vaporiser le FUT*
sur le vtements;car il tue tous les
insectes et leurs larves qui piquent
les vtements.
Pour dbarrasser une maison de
ces insectes nuisib'es il suffit de
se servir de FUT.
En vente partout.
STANDARD OIL C( iMPANY ( Ngw Jehsey )E.U.
Distributeur; West Indin Oil Company
MarM ntfwdm
MROUB DPOSE
DET1UIT
Mouches, Moustiqnes, Vers, Fourmis, Punaises.Puces, Cancrelats.
Reaucoupd'autros Insectes et leurs larves qui infestent lei maunus
1 $3T#'# #'"" *T ~T'**'
ff*
[*'" oue h, journe,
,les Kmes runions, les
'ye succdrent
Tion eu l'honneur
fies.
A fomr
Un piano en excellent tat-
S'adresser au Bureau du jour
nal.
A vendre
Un bugy Fe tch tout attel.
Conditions avantageuse*.
S'adresser an Journal.
les Seules Peintures yfrables
I S* gt.,,0n de ces Pnlureslconvenablement appliqu recouvre 700 pieds carrs de>urface. Voici \.j
les importMU difices o notVe peinture a A4 employe : \ "'
S"? ,,"11Slor r,,,,'r. Turgeau Eglise Saint-Joseph, Porl.aiH'iini-e Eglise de prt M P*
Mie l.ellevue Royal ISaak of Cnnadt Itanque Nationale de la Rpublique d lluils, or
SSSSr" ,<1D "publique d'Htilp Petit f.ove Banque National. de
linna \\ii;..i J- i i, .. .......' ..
Aux Ciyes llnnque Na'onale
Rpublique d'Ilaili, .lrn
^ * ^me- Veuve T. Auguste, Itois-Verna Villa Antoine Talanni .
liose Rodolphe Rone\, Peu A Chase Villa Flcbier Anselme* Turgeau
Villa Fd. Leupinasse, liellevue \illa Ren FasbSft, Belleve
Villa Mme. Veuve Barbeicourt, Ucllevue
Villa llcimann Pasquier, Peu de Chose Vi le Me A. Morel, Rellivue
Villa Dr Thbaud, Chemin des Dalles Villa Oswald Rraudl, rsidence
Villa Luc Thard, bois Vejna Villa Luc Tliard, Avenu John Rron
Les meilleure* constructions Architecte (eo. haussait Les meilleures eonstrm lions architecte
Daniel Brun Les meilleures coustructions archilecte Lon Malliou
Pour vos commander ou tout autre renseignement, s'adresser**
Geo. Jeansme $i Co
Rue Frou, en face de la Banque Nationale
'
^a^PPii

v\
> 2
4

AN A
le
Joue
Salammb
Dimanche
Le Temple de Mol eh, Le Gonaei
des Anciens :
llamilcai vient de dire
Tu tomberas Cartilage i
Tableau admirable auquel Marodon ; Imprim le mouvement
pi- Rliffienx el le rythma sacr de lu vie.
Tous ceux qui v.-iroul le film,seront rMunl ns procla UCf la
richesse cl le goAt nipricar de I caCcullo i.
Tue a laptatiui musicale de 1er orJre i lievara de ivndre pa'
laite la vision tic ce chef d'uauvre,
Un cas exceptionnel
Cest la premire foU que nous
offrons une pareille occasion.
Voiles assortis, jolis dessins
venant d'arriver et qui poli-
raient facilement tre vendus
(ides 2jO0 : il* seront liquidai
i gourde et encore !...
j'\uixc setles inerecrisi'es lias merci -
riscs Calicot Bretelles eu-
JniU Couteaux pour table,
manche en bois siip,rieur
Serviette*, de toiletta Brosse*
dent Poudre, Savon Mo//
choirs de poche suprieurs
lioulons pour chemise* plaques
or garanti ('.ravales lavable*
suprieures Dentijrire (pale)
en tube.
Le tout
Ikei KAWAS HERMAbOS
|724, Rue du Magasin de l'Etat
Port au Prince.
V'VVUIIK NAtlONl i ilOMOitHriTi *\%4L
PENDULES
^.i.v.f... ,
*&*
mi
Jl X'REVEILS
,vV^r \J7 *y/ltj
N MILilAUU
a@s@iSi-^
.Comiaimiof uural
Transatlantique *
LLe/steamer Caralba part1
de Bordeaux W\l\ Qetobre.csl
attendu i\ Port-au-Prince vers
le 10 Novembre.
. Il repartira ! Iendemuin| lo
Bon arrive pour San'ingo i.c
Cuba e1 les ports du Sud.jjj
Lo suite ue l'iiinrairels r .
iixi-c l'arrive du navire.
l'ori au l'riiue. le 11 Novem-
bre 192C.
E.ROBELIN& C
Avi Gommereia e
Lu soussigne avise le Com-
merce et le public en gnii.'.l
qu' partir de la date du k.
Octobre,la raison sociale Mont-
ru livres csldiksoute duii ci in
nuiii accord. v,
Mlle a seule la direction r
sa Maison le coinnicirv cl'.'H
son fils Is.sa Mciina a la pio n
ration ci signera en.son ii.mi.
l'oit au Punie, Je 2i> Otl.lt) 0
Vve Abraham MOUKK.N
il pour "CU" U
PHOiPKATINE
FA,
Le r.ui'It^r aHmeal iiisEiJanh
i
d ]. i '.*." I <
lit t >.i. 1.- it la
n
fifiuii M bki.tiiii roiini m i
qui noiirrimi.t ^*
tl nui C'.-nun.'. .c n.'l \% *
S
lilOUV. PAJTOtl
^;^i
fl. Ilut le I TocBnio
-S ^ ,

u plusTncumne et plus a>nc*cE
INJECTION PEYRARD
D'ALQBIR .
conire 11 n >'(-HlihAi. C
el luui Uouh .iintt ancitnt
ou recer.lt.
2 31 fin lies guris
sur 232
'H.,, -I I. \1U.m. iAI|.rl
L- Irait. m<-:it -t etuftti
pu In
di:ages peyraro n* i : kitine
qui (ilmrnl la douleur, clarifient li*a unnes,
purihenj le .-ibk <-t gnVinenl li cyeiitc.
TOUTS BONNES PHARMACIES
SPfriAUTF<; PFrRAPI, I -n. /., GnWb. P,U'lf
Hambui'ii Ainerika-Liiii:
m
-J-:
Insurance Cq
'^ne des plus fortes Comp t(|nies|
canadiennes d'assurantes
sur la vie.
Eug.Le Boss & Co
le tet.mer sQraaewsld- n un
de Kiiglon t'u S.iniii:o il <* l>>
es altt?a fn Ici ?' I' ' ,r""l
ipLortsel du Irl de l'Europe.
le l atln du ici en le l*fi um.h -our
I raidie do l ^t i"-' ' "" 'p,..
Poil au Prlnec.le 1 wov. l'1-'
( Loi rsii.N i.icas
M
Oil Tablets i
Orsfles fbstte de Foie de Msfne
En stock chez :
Geo. JEANScME &. Co, Agtnui

ifeBcLaj:^iiM"K
%JL/ 7 m &eu* oU l-r I-
fC PILULES OKItNTALt
mi** w_.
iaiiriaijr.riai
Rtetl I "il""
r,.rm.. All^rMul
rOTHEcostume de bain....votre{coaiuipedti \ ille...
votre costume de soire sans comptei ions les
a n lus .n lu les (Imil vousovez besoin sont chez
PALI. E. AJXfl A
lo. prix ivsicni les m a .....
>.:,

-


matix 5 novembre mm
&*$$M&M&&^^
-
ISi? m m oui
Autrefois on ne connaissait d'autre
remde contre les Maux de Dents que
l'extraction douloureuse. Aujourd'hui, la
plupart du temps, il suffit de prendre une dose de
.#

WSA
Comprims m
rine
et de Cafine
En vente JansJtoutesfles Pharmacies* '
Dpt Chez R. C. Stadenuann <& C0, Agents
Occasion exceptionnelle
Parfumerie de tout genre" Lotions roudre Savons.
Cravates, Chemises, Mouchoirs, Bas et chaussettes fi ns et ordi
naire*, iticles de toilette, Montres, Hveil, Bijouterie line et
ordinaire, articles de nouveaut franaises italienneam-
ricaine.
El Chapeaux de toutes (ormes de toutes nuances.'de tous
les prix. Chapeaux pour homme?, dames et {enfants.
Chapeaux Panamas Panamas en couleurs.
Tout le plus chic et le plus conomique se trouve en gros
t en dtail chez
;Genaro Hurtado
La Maison aux Dix Milles Chapeaux
Grand'Rue Coin Ruades Miracles, en face de Gardiner.
Lecitine Granul Brewar
Le plu g actif des Reconstituants
Fortifie le cerveau, lajjmlle ipinire, gteaPos et les
ri'ins.jIUMid puissants el vigoureux lei enfanta dbiles,
leslemines faibles. Les personnes uses perdes travau
assidus.
c
El Tente chez : Simon lieux, Il lied lieux, Lop
liveia, Ed. Estve ft Co, a- liolt, Alphonse
Dsir, J. B. Borday,Ime L. II. Doret. IVtit-
Gove : S* "lui.
El Stock chex : I. lirouard,* rand'Kue Ho 1709
GEO.JEANSr.MK & Co, Agents
| JCe qui n'a jitmai. t faitj
tCe qui ne'peul tre dpass.
Kola Champagne
F Sjourn
Rrpur dans des conditions riuoureuses"
D'ASEPSIE
^Prparation el Vente'
Prfcrn ocie F. SbJOURNa
Ad '( v.-. 1 es Houx el duCcnlre.
Dpartemeat de
ilotrieur II
AfIS ^_
Le Dpartement de l'Intrieur
rappelle encore une lois aux te r -
miara dei proprit* de l'n'tm, le*'
prescriptions de l'article 3tt de la
loi du t Aot 1908 ainsi conu :
Article M- Aucuo fjimier ne
peut cder ses droits un tiers,
sans l'autorisation du Secrtaire;
d'Etat de 1 lotri ur
[ S ra rsili de plein droit el
sans aucune indemnit le bail de
tout fermier qui n'aura pas tenu
compte Port au Prince,le zS Uct. 1910
Frd. Gaetjens
Ho 117 Rue, Koux ou lonne Foi, lo 111.
------ mili.l______.CCI
*QTZZ22 iSTZLTlphone .667
ON TROCVRA :
Alcool fin pourjliqueur. Sucre'llascOibUncJat rouf, p
et dtail. Sucre granul amricain. Savon pirlc.u* J *
r/J dta 1. Ri/ par sac et par livre Sirop, OrgaaMroai.
W Pche ( etc ). Cigarettes, Che iteriiald ;Citl, Ckaaladji,
Pantalon. Manchettes qualit suprieure. CODttrvMali-
mentaires. Caf vieux par livre, caf en poudre. Wiakj.
Bire Palzenhoffer. Champagne Mass Pre et fil, Chai-
pagne qui peut rivaliser avec avantage avec n'importe <,
t& marque de la place. f hampagne Lanson. Parfumer*-
iggj \in blanc par'bouteille et gallons Vin rouge p.r boatlM
% et gallons, qi alite suprieure Clairin vierga par bamqtj
JM et gallons. Enfin le (smeux Hl.um Nectar. Et la^oa mont
ttev fameuse Anisetle de Mme Frdric Gaetjens.
R2K1 Venez, laire une visite, fous en sortirez, satisfait.
Propritaires d'Automobiles.


kw
^sv
t'?-
{.V
V,
mulimsmdpimliis
taawwl sa coHsayuai dam total
leur dkarm et baUifti m Vj
/niaiii IHR Ir
-INDISPENSABLE POU
ior.s LES TISSUS
DELICATS
The Royal Mail Steamp |
Packet ( ompany g
* S"
L st. amer < Culebra attend
.l.i. Mu 1. le t> Noven bre courant
sera l'oit au.Princa le 10 crt.
prenant le fret pour les ports du
Nord it l'Europe.
Port au Prince.lei Novembre 19M
J. DAAI.OKK.Ir..
Agent Gnral pour Hati
Souvenez vous que Pgl
tes plus solides, et les me*
'ou.es tubes sont labnqu*
rar I'IRESTONE.
Firestone Full Size (g
UinnedBalloons sont es p
connus et les plus recbercD*
En stock chef sooMgJ,
vous trouverez.toutes J-
lions de ,>neusRguher^elT7
Duly. Ballloon. High T
tubes el patchef,
i
\
PRKT2iYIANN-*GGERH0lM
^WfcrKw
- "Jmi
wm
m
On trouvera
Chez Charles R. Gaetjensj
117, Hue Houe ou Honne Foij
Son de Mas '.i {jourdes le]
sac.
l'hisdt krjlomlrc avec

far Dollars
RHUM MHHWIMRT, 110 . de. csar,;


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM