<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN— n Octoi,rc 1926 Pagol | f&s nergique antiseptique ur lnaire ? :' &**£ ^F ,v. ...... A*t ctffs ff radioatmm*m Sapprtmm /* doultun w la miction fort* foata compticmtim >: ••-.' .. %  •: ; '. %  >, %  Y. u rm* it|iun m Uamu •xlaalroa qu'A 'canal compUt auat sauf n lugul*ui Xoo taa atlarottaa qui u* % abttanl ax Ctatctan. t. valrnciennei. rtiu ^ / o m—m %  PAOBOL • Ml l'objet 'UM oooaa•Jwuon t l'Acadmie ta MedooiM de Parla du profaaaeur LaaaaMUe. mdecin principal de la marine, atien profaaaeiir de* Ko"ie* ta indaeloe navale. • NNl vont y Toocaetea tudier le PAOBOL •t kw raulUU toujours exoellaoU. at parfola ta Mata, OJM ooua avoua obta> au nous permettent d'eu efSmar reffleacU absolue at cotante. • *£Z*s* VAMIANINE Avaria* Maladiea de liPi (..•%.'! '• i' n'1/.'J ii.' HUCOVAL t'omirad* DO* toncu contra Ma moadiot C I* ooau. fi:hwehr de Postdata avait ait encore d'avantage et avait mis il ( ,iiuceala IfttB d'oae couipuguin 4* la Reichswabr. L'incident aurai! peut-lrc t oubli si le con Mandant de Postdam n'avait pas ni que le prince eut servi tempo rairement dans la Reichswehr. Cette explication ne salisflt pas les libraux et les radical et ne fit qu'augmenter leur insistance eo faveur d une enqute qui eut pour rsultat la rvlation Je l'initiative du gnral von Seeckl dans ceite ail .ire et la dci -ion du ministre da la dlen ajr. avoir ot I lises services au prsident Eberl pendent U trie de ,'l Demain sera donn un magnifique concert par les artistes lyriques Consuelo Escriche, soprano dramatique une les premires ligures des principaux thtres aEurope et de l'Ame rique du Sud avant travaill avec les plus grandes clbrits thtrales connues el le baryton Arrive du colonel Picot New-York Les amricains ont vu le himeux et ulorieiix taxi d<; la Haroe Par cb'e Lanais NEWYoRK,il Octobre— Le "-o lonel Pieot, prsident del Sori l des Mutils de la tue autrement dit a Les gueules casses , est ar riv hier New-York bord,du Berengaria . Il a t rec;u au dbarcadre pa r le consul senral •'-'•'go UimbrogVo chinois Par cable franais HA.NKEOL' — Depuis que l'arme rouge de Canton a assig a la lin du mois d'Aot dernier U \ille de Wucbaag 10.0Q0 parsoniii on pri en m JSUH partie de I i.i,'. Ces ctilli.b ont t fournis par les autorits chinoises. Cinq cents cercueils viennea d'tre en v \s Wuchmg pour inh mer las personnes qui ont pri loule* i.ux pieds dans la tentative infru tueuse que tirent le* malheureux habitants pour s'ambarqasi 4 bor i d jonguss pour traverser le Yangi re jusqu llankeon. JUa reprst-n tint de l'Asaociated Press qui a parcouru liier les rues d la v 11 •. les a trouves dsertes et jonches de cadavres. Beaucoup d'dilices ont t dtruits par l'iactndie *t les;immcub!es des maisons sont vides. N'avant pu prendre WiicHai g par une attaque directe et 1 attues dans les combats de rna les lorces cantonnaises ont pris po-it on une distance rsfseetsb's de U v || le qu'ils rduisent peu a P par lu tamine. Le bruit lOAil que les cantonnais accepteraient que les sUassars de Wachaagea rendent et pienneut du servie dans leur armf. Ils ont pos comme demie re limite le 10 Octobre, date de l'oadation e ia rpublique chinoise. Rduction i'e//ectifs dans Varme amricaine Par cable franais WASHINGTON— L'efTectil de l'arme amricaine a t rduit 110.846 b immes soi. I4.65ft units de moins (|ue celles batomes par le Dparbmantdfl ia Guerre. Ceits rduction a t conscutive au manque de tonds ls crdits votes par le congrs tant insulti iaati< Le voyage de la rei ne de Roumanie Par cble raneais p Alus — Lu reioe Marie de Boa manie veir.i sou liis Cluiles,prince hritier dtpos, avant sou d(part pour la* Et*ls Unis sur le • Levialh.ii '' DSardl prochain ; c'td t'aide de camp de la reine qui a Tait cette dclaration aujourd'hui. confiance de plusieurs milliers de personnes cet ce qui clo ix rendre L'EMULSION SCOTT le tonique nutritif le plus populaire au monde. L'EnuJ. sion Scott produit de la force. M. Ren Besnr£ ambassadeur de trance en Italie^ dmissionne ROME — La nouvelle de Utf m'ssion .le Mr Ren Besserd,. bassadei r .le France en Italie, t caus le plus prolond regret Ri me. Le •' Popo o d llalm" ditqu, Mi Wrard cimprenait Htilie moderre et le rg.me fasciste et avuit f.it d.; son mieux pour les taiic comprendre Paris. M Moustiquaires M0USTIijL'.MRi:s,M0USTIQCAlR0 De toutes dimensions prix sans concurrence Cm:/ KAWAS HKRMANOS Magasin Moderne 1724 Hue du Magasin del*Eb| de France, une dlgation des vi Au Champ de Mars Avant-hier, la musique du Palais a donn, au Champ de Mars, son concert dominical. Avec tin brio remarquable,lea musiciens exciilreiil les divers morceaux du programme. Il taisait un temps magnifique et de nombreux promeneurs s'taient donns iemle/.-vous au Champ de Mars pour couler le concert. A Ptlon-Ylllt. Depuis samedi les habitants de Ption Ville connaissent le manque d'eau. En allt, la bassin-rservoir situ sur l'habitation l.amothe a t rompu par suite .les fortes averses de CCS derniers puirsqni ont occasionn un dbordement d'eau. Mais la Direction du Service Hydraulique a lait diligence; et depuis dimanche, une forte quipe travaille remettre le bassin en tat, la grande satislaetion des liahitauls de la petite ville. Eugenio l'.o-ia. du thtre Del Venue de Milan. Cette brillante fte aura lieu Parisiana cl .commencera par le film La lutte pour la Vie . Entre : 3, l. .'> gourdes. Ncrologie Nous enregistrons avec regret la mort de notre ami Joseph Na dal, survenue, hier, Petit Trou de Nippes. Joaepb Nndal, qui tait sympalhiquement comui la .apitale. laisse parmi ses nombreux amis de vils regrets. Aux familles pi • uses par ce deuil noua eiiMiy.i .-.s .. is sincres condolances. -r-w rans franais de la Grande Guerre et del'American Lgion.Le colonal Picot Uit accompagn de M. Jacques Truelle, attach au ministre des alVaires trangres qui vient New-Yoi k pour rgler diverses ques i.ona ayuut tiait a la v site en Kran ce l'anne prochaine de l'American Lcgiou. Dans l'aprs-midi, le .olonel Picot s'est rendu au Gitj I1H.IL O il a t reu pat le maire M Walker. A cette occasion on a pu voir le fameux taxi del Marne qui doit figurer la Convention de 1TAmerican J>gipn de Philadelphie, Ce taxi, un des plus prchux souvenirs de la guerre, est une des JO 0O0 automobiles parisienne. gi.r'i auxquelles le Central Lu liii put envo\er avec une rap dite merveilleuse eDSjten.bre 1914 des Iroupis In l< h* s au h u et faire lu bataille de lu Murue : la grande victoire franaise qui lut le point du tournant de la gucrie Ce taxi. petite Renaud modle D>07 et pa/-"^X rsissant un jouet eulre les deux JW| voituris inodide lyit qui Penct' ) dru n', ',11.11.1 la mais, p Uenaud •ur la .">< me avenue et pilot par Sed ey Ptck. In amricain qui conduisi' une Iffibulai ce pendaut la guerre descendit jUMpi'au City Hall tut lieu 'a r cptioo II. SILYERA Vient de recevoir par niers steamers un ma assortiment de fiuess caiiies, franaises el de toute beaut, enti 14 vendre Une machine a crire en partait tat marque Smith N*5, s'adresser en l'ace des lelcgiaphes. MAKIAUE: Samedi matin 7 heures, eut lieu, en l'glise Sainte Anne, le mariage de Mademoiselle Josphine Labossre avec Monsieur Ludovic Michel. Les poux ont t conduits l'autel par Mme Pierre Hlot et Mr AlciusLysius. Aprs la crmonie religieuse, une charmante rception lut otterte aux nouveaux poux et A leurs invits dans les salons de M,d Mme Pierre Blot. Nos meilleurs vaux de bonheur aux nouveaux poux. Gens d'autrefois-* Vieux souvenirs*.' PAR Pierre Eugne de LBSPINASSEI Kn vente Aux Armes de Paris et la Maison Robelin. Remerciements* Mr F. Sjourn, Mr & Mme K. Carn & leurs entants, Mr et Mme H llibbert A leurs enfants, Mr et Mme Lon Lassagnol, MM.Itaoul, Max et Paul Sjourn, Mme Robert Tlibaud et ses enfants, les familles Sjourn et Solaxei el tous les autres parents, ue pouvant lpondre particuliitment tous les amis qui leur ont donn des tmoignages de s>mpathie a l'occa sion de la perte OtnettS 'l'iils vien nent d'prouver en la personne de Marie UndekinAndreSjourn |3 \< I 'i>' %  tr v r ici l'expression Je le r |U) res remerciements. Un petit-fils de Guillaume 11 aux manœuvres de Var me allemande le date joue par le gnrale en permettant au prince Guillaume, tils de l'ex-kronpiiij/, de prendre f art SOI rcentes manœuvras de i rleicliswelir en violation des rgit mtnts du eervice et du trait de Veisailles. On sait que le prsident hsitait se pnserdes services desen vieux cumpagnou de guerre cause d'un incident aussi peu impoiiant. On ajoute que la chute du gnral est K^ due 1 son dsir Ue faire plaisir lu prlocetse Ccile m.'iv ,lu prince Guillaume sans se rendre bien eomute des consquences. Von l,i l'tait rer. lu a son dsir de voir sua u participer aux mau.i-u vres Mai* le co :im nh-it d: la SOIERIES Fantaisie dernier cri pour robes hommes et robes -FLANELLE Manche pour penta Fautais e fil CREPEMarocain blanc -TISSUS Il il y. Le Boss ) Agents Gnraux i EL A. DE MATTIS & CO, ** P rtoentant* J>o r



PAGE 1

0$%m m*mm$ mtmmmmwmt it r -E MATIN LES FORUMIS DEVORENT VOS ALIMENTS La Fourmi est un flau hi-• des mouches en quelque instant. deux. Klle vous vole vos aliments, dl FL1T est propre, d'un usage lac'est un ennemi de l'homme. %  T< le offrant toute garantie. De nom Il taut prendre toute ses pr • fibreuses preuves ont dmontr que cautions pour qu'elle n'attaque pas $!le FUT vaporis ne tche ni ne vos enfant*. La piqre le la four|(9fte les vtements les plus dlicat, mi rouge est douloureuse et son m FLITdtruit tons les insectes qui effet se fait {sentir pendant des fi infestent les maisons jours. LatFourmi blanche dtruit jjjjji A laide d'un peu de FUT vatout sur son passage. Les Noires,^UTporis on extermine les mouches les petites comme les grosses, lontj'fPmousliques, punaises, caurrlats, des dgts partout o [elles passent' m fourmis ainsi que leurs larves, Aprs de longues annes de re j* FLIT pntre dans les fentes et cherches, l'Entreprise de renomme"'ijiles crevasses o les insectes se lomoodiule.la STANDARD OILUOM- peut et dposent leurs Unes. PAN Y, ( New Jersey) F. 11. a perUOa peut aussi vaporiser le FLIT leclionn un produit offrant les mo'*' sur les v6tements;car il tue tous le* yens srs et simples pour comS insectes et leurs larves qui piquent battre les Forumis jusqu' leur %  les vtement?, extermination complte. S '.Pour dbarrasser une mai son de Ce produit c'est le.... FLIT* ces insectes nuisibles il saf lit de Avec ce produit vaporis on dbarse servir de FLIT. rasseune maison des moustiques, et -. Ea vente partout. STANDARD Oit Q >MIANY ( NJW JKHSKY ) E.D. Distributeur; West Imlui Oil Company tJtRQUE DEPOSA : DETRUIT Uourhes, Moustiques, iVers, Fourmis, Punaises,l'uces, Cancrelats. Beiuroupd'autroB Insecte et leurs Jaive qui infestent les maisons m • %  w^ws v 11 Octobre 1926 Compagnie Gnrale Transatlantique Le steamer Macoris parti de Bordeaux le 2 cri est allcn du A l'oit au IVinee v.rsle T.. 11 repartira le lendemain pour Santineode Cuba et les poils ou Sud. La suite de l'itinraire sert fixe l'arrive du paquebot. Le steamer De La Salle parti du Havre le samedi 9 Octobre est attendu Fort 811Prinee vers le 36. Portau Prince.le 8Octobre l'.i'ii; 1ASTH MBZZ2SP IHOuLgem.ui iiunidiat guruoa M b> Globules Rbaud E.DALIMOUX. 7, Kuc V„1U.T BW-olonibM ,Stiatf A l'oit au Prmu rUIUMll IiUCR F'irestone A le plaisir d'annoncer une forte baisse sur les Pneus et Chambres a air de qualit t-insh/iic par suite d'une non Vel baisse sur le caoutchouc. .le \ ieusde recevoir un nouvel envoi de toutes les dinien sious de Chambre a air et Pneus Cords ( lleavy Duty ) Ballon Tires et Libes nation le la qualit: FIRESTOXE (jii donne le plus de kilom lies par Dollar. Ull Pneu dont VOUS se e/salislail. lui vente elle/. L Preel/.iuanu AGERHOLM. Hue du Qai contre la 'CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES 4e DELORT, Pharmacien, IfJ, Rut s'm-i AnlOJD C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS § Annuaire gnral d'Hati ^ ;) PAU C CLESTIN M. DNCHE Commerant Avoeat Directeurs Port-au-Prince (Huiti ) Rut Courbe, 1850, P.WBOX22. L'Annuaire ticral d'Hati constitue la eourc* la plus ;X complte et la plus retnte de renseignements que l'on | u s, fl avoir sur Hati : Histoire, Gographie, Jommeicp. Iinai.ee, jg Industrie, Administration. Diplomatie, Ueudarrcene, Service K d'Hygine Publique.Service Agricole. Travaux Pnblic.-i, Religion. M Sports, Franc-Maonnerie, etc. toute la Vie hatienne, Vie politique, Vie professionnelle, Viesociale, y e?t reprsente. L'A. (. II. contient une partie anglaise qui intressera au J plus haut dxr le pnblic anglais et amricain. Jc LA(i "• P ublie eu oulre le Tarif douanier d'Hati, ainsi E Ci/nuclu dernire Convention commerciale tranco-ha. tienne et la !" r RR) Loi sur lesMarques de Fabrique. jj§§S" 8v v L'A (j. Il par ses nombreuse* illustrations, par la suret.' de ^ | ..es informations tl par l'abondance A* set menre*, se recom taeade de m mme .* toutes les personnel q-ii dsirent connatre ll.ihi dans s n |u>sc. d.us son prsent,! daira ses possibilits devenir. GENERAL HANU-BOOK ()F HATI. l'Iie GtLeral lland-liook ol' llayti censtitutes" the raosi com Date and re-.cnt source ol informations that one can get on M/ lleiti: lli s torN,liengrapliv, Commerce, Fiuauces, Industry, AdKT> unuiBtration, Diplomeev, (endarmerv, Public Health Service %  * Agncultural Service, Public Works, Heliion. Sports. Free Masuury, tic, foUUoal, l'rofessioual and Social life ol lia vt are Rai lepiesenled. yv*/ The General lland Book of Hayti cnutains an Eoglish p rt &S winch wi l I, ghly inierest the Knglieh and American public, fe 7 BSS^ %  e General lland Book ol llayti publisl.es the Tarif" ot LV(v) (t> l0 ?!ii the *t*t Krench llaytian Commercial Convention M gg and the Law one Trade marks. 5£i/ g, The General H.nd Book of llayti recommends itself bv ils (t JS<.Himeruus illustrai.ons. the surety ol ils informations and In the y^ > quanlity ol items contamed th-reia to ail persous who dsire 10 koow lla ; ti IO ils pasl, prsent and its possibilits ol future ANUARIO GENERAL DE HATI. El Anuario tieneral de Hati couslituye la fuenle la mas tif complta y la mas reciente de inlormaciones que se pueda U ner ft^ re I a,t n ,fi,orlH Ge(, r-alia,Comercio. Erario. Industiiu.A.lmi i m nwtraion, Diplomacia, Gendarmeiia, Obras Publies, Saiidad fsi/ g> u b,l ca ^f nc ,, V r a IWMlop, Sputes, l-rancmasoneria, et,-, ( -., iiSIiifSis ,w, raK |. du DJ.tin T1ARD UiUER gl:i;,' •!.• Paneienne maison ROBETS DUTM\ JDN, Place (e lira ni Conviendrait pour Mu)( aux, d'/ gnies. d'Avoca/ele. S'adressera l'tage de la maison, Place Geffi frard. s Alominum Liae oiiiilk Le lait en poudre le plus enl vogue aux tats-L'aie. 'our l'alimentation des b'4 bs et des convale^ents. Le seul lait en pi die quij contient les trois vitamines. £j2 gallons. PorterTennonM Stoul XXX En vente chez L l'rielxii:ani)-.\(i(,ii!iiM.M Hue du Quai. / IL i—ti it T.. "...' l f u,BS> ranc œasonena. e!<-, / ( f v\ j todala \.da Hiiliana, folitlca, l'role.aioi.al. Social, esta a li ^ j repiessentsd. /•'% fi Anuaro General de Hati eontirne una pirte inities que. a'S ma alto grado, mterema al pul.i.o in K leH y ameri.ano ^2fi Adema. el Anuario de llaiti publicn U tarila aduancra a.i que & la ultima convencion commercial franc haitiana y la lev lob. W lad Marcas de l'brica. (&8i Vor sua BumarOMi llu Iraciones la cerlitud de HUSI informa | ciontay la abuodaucia de materias que cootiene. et Anuar.o t fr) General de Hati e i>comenda por el miimo a lodoa n.rsonas Si r de ''"nP 1 '". !" ti Or o Etranger or li. 5~* n n ?, %  ?.• "•npwy Or oAbroaporO. ^) Precio del Epsmpiar Or 3. Extranjers or . (o$i &% %  y. II. — L'Annuaire parait fin d mois pro Inin S !" : W ^ dm tant lia. l.les personnes qui dsirent avor |. olurn^ sont ff S ;' l tS v de s,Q r '' avance, car plus de 300 exempla.reT .?, M f dj v ndu* auxcomme;ants d o me m N-, part.c, iSrenem d a *& U du"/ "" Amric l ue e ,d,aulre ,i amandes sont encore ait, n|$ M ta Direction t tAlWUatrt acceptera ,tes m lmes p„u M commerants ei rioio.u,-,,.. ju^uu S1 u in du mois en Zm/S Se Un M fer Oil Tablets Drages d'huile do Foie de Morue En stock cher : Geo. JEANSME & Go. Agents Bar Terminus Propritaire : A.WiJmaQr A riiouneur d'informer sa bienveillante clientle qu il e installa I eta^e do son tabli! sment, un tiloo exclusivement rserv aux famillei o l'on trouvera des consommtiorii de premier choix et o des lunchs tt Jiil tervis sur i^man !e. Tlphona No 7S6. Offre d'emploi £l^ On di iiiandc une bonne couturii rc pouvant travailler h la maii ou la mai bine A pdale. IS'adresaer, Grand'Ruc .\o 1728. M N* Frdric Destoaches AVOCAT Au haurde l'Ancienne Banqoedu Canada. 2 1 25 1 l 2 heu. SaS^^J^^^^^I^^^ISS OTRE costume de baJn....votre coetumede ville...JBI votre coatume de soire s;ms compter tous lesf autresarliclea dont vous avex besoin sont chzl PAUL E A1IXILA lea pr restenl les mmes...



PAGE 1

MATIN ~ 12 OCTOBRE W s 1 ?P Hli JEJ Voulez-vous avoir des Denis gelai an le? de blanclieu vat l& kmale %  lu b eitur U. Gnc.jii! /;.• hUnicraiU de Montral <, r/ • / 3 •ce* * i m Frd. Gaetjens Mo HT Rue, K # oux ou Bonne Foi, Ho 117. Tlphone : 661 ON TBOUVB4 : M i •„ !" ,.r liniMur — Sucre llasco blanc et rouge, gros lSl Se granul amricain.-Savon par caisse e. en p.^ne qui P ut maliser a • J f ,,„,.„„,., „ allons Enfin le lameux l'I.um N* I T. Kl S£M aihett de Mme Frd •-" ^^^ Vent/, faire une visite, vous eo rOrUru tatolUU. Kl lil t.OD U 01.il 4^v* enu 5 Le seul Rhum qui, tir d'Alcools naturels obte, directement parDistillation Simple du Sirop|dea Canne' d'un Unique et tOUJOtirsmme plantation etjle seul qui, vieillit par l'action du Unpf d*Bi les dpts avee ex U.MOI. rigoureuse *'e tons daogereoi S*ifls ie UliriCiniOn ci uaa adjonction d'aorna lfr*dt#n! '**** conaerve au jugement .te la plupait denoe Notabtli.de **** •!• %  et Ml vnt l'apprciation dl bon* imateeis, la suavit incomparable du bouquet et les pinremarquable faut te- hyai'n-quea. Mme pris avec eic-s. Rhum Necler n'enivre p.s. et ne -oro t.iit pas l'Aloolisme la IOOKU^, comme kl autres produits similaires el comme les autres spiritutu. Se vend aux Cayes chez Yve A Sendral Cotoir roitelas A vendre t fces u-.A. ANDERSEN % ••..•e — I H —— M 1.1 ^ m —-*••• % %  -—.*W>W J; ropr itaires d'Automobiles. %  .'. SOUVIIU'/ VOUS (JUC leS pUCU> lei plus soliilrs. et les meil leures tubes sont fabriqai par l-'IKESTONE., Ein-slone l'ull Si/.e (iiun Dipped BaUoons sont les plus connus el les plus recherchs. En stock chez soussign vous trouveras toutes d'menlions de pneus Rgulier.Heavy Racoo i e. uede l'L'uiverit The Royal Mail ateam VackeV Company 4 Dulv. |B alljoon, tubes et patene*. High Tes •*& a Jertes ,. ^soixante-dixons. Quel M rt)onlHkiul s vtciH&nls ipectaelc cojoucar qui Cul l# l'dH ir. ** luiM-1 f MBI tout IBMI intmn l'OtiMi (kw ." litre dU>M. *• ^tt ( HCI WW I. COOCMIIr.ltM • totcptfabta wn OUMUVM UOMMI .. -, -u-. %  vt • pta *••*. U lui i HHitf di^u iuu mm **' '•• •>*•***** • MS.OM "• "' ,h S %  fNfi !Zi^L* %  £ %  I*ri.Unll.iH .v profc Cl iT.^ari MM. om|4<* -• .rtUbU -• #*. Z-l oc -ta U. €M*~ r>w l*"' • fc p • njpr^*' Q, MKtoi' fjp~i UO.IM#0 4A,. M -n i~<~n•"•' araiMc • imo> >< • %  ""• **—*" dc, "" ctvc H d* ut muiMioo. * r. liUititliQ TiPpeahauer h'nseisnemenf^laftiqu Secondaire, Avec une Section Prparatoire. !" Prparation Spciale toute les Ecoles Suprieures : Droit, Mdecine, Science Applique*. Enseignement pratique. Anglais, Slno-Uactvlo, Compta bilit. Les lves de la Deuxime Sac. lion, bnticient gratuitement du Cours Pratique d'anglais. Soi \rantle Lundi i octobre proclnin 7 h. p. n SlnoT Jac\lo de l mois. Comptabilit t) mois. Horaire : Cours slawtqM T tir* a li. Coari pittlicp" i %  5 p. . Pour plus amples renstig eu.i*n! il (onditiois paix u h l>s ii i l'angle des lutiPtos et Rpua b'icaine, Liage Gardincr & Cs i u Ecrive/, au Directeur inimdiati-ment. N B — I ne pension de tam r „ a es' nnnexe t l'Klablissemeat 0lir lesclvfs de province. OVOMflLT "c'est la sant. Dr. A. WANDERiS A, BBHNE Ad-ni MlaMl H. BROIIARD 170,iOrnd* Ro. Porl-M-Prlnct uai'.iei Ce qui n'a jamais t l'ait Ce qui ne peut tre dpass. Kola Champagne F Sjourn I repir* dans tien fin >'!i ons rigoireu^ p" ASEPSIE Prparation cl Vente Pharmacie F. SclOl'KNr; Angle des JUu* liou el duCentrc. *• %, l. PRE',fc:iZMliK-G6ERH0 A M Plus le leil on tre DVI C Orte^xVivk. p.ir DollarsLe sleamer "Teviot* "^enar.l de Kingston est [attendu a .1 n>* le \H i rtebre courant. Il fra Poit au Piir.ce, le 22 courant ex paitiin le rr.rre jour.prenant le fret pour les ports du nord et l'EuropeLe sleamer "Cape SI Lucia 4 est attendu Jacmel, le 13 Uctobr.% prochain. Le steamer "Culebra" est allen • du Jacmel, le 5 novembre prochain. fort au Prince.le 5 Octobre li6. !_-.J.DAAI.DER.IiAgent Gnral pourHaiti lie que vous pouvez donner de plus prcieux voire entant, e'tsl lu saute. Lu | rccuutiiuis Cleincn. tairez d'hvfino Wnl laciles prendre. C'est par la inulpn.prt que vient la maladie. Attaquai la crasse avant qu'elle ait eu te lampe de pntrer dans' les pores de !a p-.au. Veillez M qu votre entant M IAV. 1 souvei.t et Hoigneu*.:m.ni avec le tevon P' le Savon v a Sant %  Ui Ltvi! MlMlMimiWOUlT, 110 Hue des Csars • •' en ..



PAGE 1

plHtCTll H PROPRIETAIRE friE UMPR1MEUR Qsmont MAQL01RE BOIS-VERN135U, R uc Amricaine, 1358 L jUMEr.O SO CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 242 La soufirance alfine la perccp* tion,restitue la pense son innocence primitive I' oie sa pas sion du vrai. Par elle, on comprend tout ,on mprise tout,sans tomber pour cela,dans lYjojsme strilisant : C'est la sauce de cette vilaine viande qu'on appelle la vie. Le latin InHiue ANNE .V im K lia, PORT-AU-PRINCE ( liAl'i'l ) MARDI 12 OCTOBRE 1936 Il y a quatre sicles fcOctobre 1492 -12 Octobre 192G Une belle lettre du Ministre d'Hati, d Paris Uourd'hui. 12 Octobre, est Ides dates les plus clbres littoire universelle. Elle ue le 4.*i4e anniversaire du fou Christophe Colomb eoincarle du monde par la averti* dc l'hmisphre ocfa |Cesl le vendredi.'! Aot 1 V.'l 17 lis 1 2 du iiKitin, que le idnavigateur gnois, au miI des adieux et des larmes de [population de In petite ville iPilos, en Andalousie, prit la rivec ses trois caravelles, lu kla Nina et In Sanla-Maria, ites par 12.") hommes d'eage qui. %  n! ^ jfrf.iiillv lurs il ii rliarnirr natal, itprttr \nt\ uiisrirs hautaine, bm Cwi rtie faeroiq ic d brutal. tdullrc un moment bien junt que celui du dpart Uroislrles caravelles allant uer vers les mystrieuses occidentales. < es homqui, malgr toutes les lw et toutes les terreurs, ut aventurs, allaient ils revenir ? lit. en tentant %  vrirces outres inconIW coramettaienl-ils point ** la plus punissable ? • tt dut tre avec de bien ""> Mgoisses que les mres, li£ m ') es niles (U ees auIMuinarins durent s'arracher j ^cerir age ,r nll | liurs veux I .T i "*nent rivs 1'extVine HfM l'horizon occidental IIPJvu y disparatre la der|J5* 8 ai'avelles.l-;i,o l'autre IJW te l'Atlanlicjue, dans ces l* mystrieuses baignes par 'mer tnbreuse que lima"ais comme elle insis^' e evant,les yeux qui trc.uC 1 nnU lUtlquil soit d Dl,„.i..r n(, reux. le dgueiull Jucha u k i)on dguenill morceau de c, anc 4 ^ sucre qu'il tendit la ^ %  caine assoiffe. I ""Pauvre fille, elle aussi, RIQ0E LATINE,Ifl lYVlle l'u.VNCi.AM0BIQUB publia, sous la siguatQre d'un de ses collabora leurs, M. Ren Richard, un article intitul LA RRLECNOS di: M. Lot is Boi;\o i \ Il vin. Aprs la lecture le vl article, nui montrait combien le collaborateur de la Revue avait t iniil renseign sur la vritable situation intrieure de notre Pays, notre Ministre I Paris, S. E. M. le olouel A. Nemours, adressa a la Direction de la revue, une suggestive mise au point qui fait justice, de faon concluante, de tous les argumenta d inconstitutionalil cl d'illgalit dont taisaient tal les adversaires du Gouvernement actuel de la Rpublique pour justifier leur politique d'opposition. £1 c'tail, sans doute, de ces argumente et de ces raisonnements spcieux M.dontRenRichard %  tant servi poujr crire le paragraphe de son article concernai! lla.ti. Dans son numro de Septembre. FRANCE AMRIQUE a publi la lettre du ( olouel Nemours. Nous sommes heureux de la reproduire aujourd'hui, car elle montre irrfutablement que l'acte constitution* ncl du 12 Avril 1926, l'est accompli avec tout le respec' de la Constitution qui nous rgit et dans les tonnes lgales les plus strictes. Voici celle lettre: (mer Monsieur, A propos de votre article La rlection de M. Louis Comme l'annonait l'affiche, Parisiana fassait, dimanche, pas ser sur l'cran, La Dame de Monsoreau . Trs beau film qui fit l'admiration del salle et dont In li i du otonier pisode tut salu;' de chauds applaudissements. A l'orchestre, une l'ois enc ire, le violon de M. Duvillard fit nerveille. charmant l'assistance par de belles et suaves interprtations. •.• Horno en Hati paru dans le numro de |Uiltcl 1026 de l'Kiiiif-.'.in •/•./ue latine, permettez moi quelques observalions. Elle! claireront votre religion et vous permettront de vous ta i r e une plus juste ide de la situation intrieure de mon pays. Le Conseil d'tat, dans ses Dttributioi18 lgislatives vient de rlire l 'u un ni mit des votes exprim! un seul vote blanc lut dpos M. (/mis Borno. Le Conseil est compos des reprsentants de tous les dpartements d'Hati. Les Conseillers dlai jouissent, en session, des prrogatives et immunits dont Jouissent les dputs dans tous les pays. (.\st la seconde Ibis que le Conseil d'Etat a t appel lire le Prsident de la Rpublique, car depuis juin PUS il exerce le pouvoir lgislatif. M. Dirligirenavc tait alors le ehei de l'Etat. A l'lection prsidentielle d'avril 1022, dsirant tre rlu, il se prsenta devant la Haute ssemble. M. Archer, alors praident du Conseil d'Etat, MLouis Horno qui avait t plusieurs fois Mi nislra des Affaires Etrangres, des Finances, de la Justice, Mi nistre Plnipotentiaire, Directeur de l'Ecole de Droit, Membre de lu Cour permanente d'arbitrage de la Haye, cl plusieurs autres hommes p lilitiques taient galeinen candidats. M. Louis Borno lui lu. En avril 1026, le mode de recrutement du Conseil d'Etat n'ayant pas t modifi, une nouvelle I e c t i o n prsidentielle cul lieu. PI 3 osa o P Le seul aliment;*! [franaises contenant toutes les matires indispensables jj* ha fonction vitale, entretenant et reconstit utnt la sant LM>! n el'i J %  'ii'lle. eip i\> |ii I F £> Pli n annn l s *R r ,e au K' ,Q f ac ''' JLrft? i IM/OVMV Ine t digr pir 1 s estomacs •Piles plus dlicats. J jr^> Uhnafnn re i> r8e,,,e un ex '"' il M-^ \mJlO M. ll\JOlsl*u tcasentieldes d vers matriaux [lui constituent la base des| ali.L'nts usue s aux uels il ap bporteun complment de,v-teur uuinivt. \En vente A POHT-au-EMINCE 5CI1EZ: Simon Vieui. Lope Hiver. A. Holl, Ch Picoulet, Kmille Dereii, B N. Sada, LjoK. Fe^uire, Ko. E*tve, %lpfejaia (Dsir. A SALNT-MARC 5cilPTZ : M I;HUH Mauri • Clesca, Mme. Clment Coicou, Mme. ^Lacochetre* i Al X (iONAIVKS (CHEZ. La Croix St. Kmy, Mme. Eugeoe^Dbroaae, Madame &f .',5. fEntv.iile. i AL CAMIAITIEN APETIT-GOAVE |CHE/. F. Altiri, ChJ*vux | Chts : B. P. Reid Alfred Vieux I Seul Reprsentant pour Haiti M. Louis Horno lut rlu. En Constitution d'Hati de juin 1918 s'en remet auabsolumenl Chef de l'Etal du soin de pieu dre le dcret qui doit llxer la runion des assembles piimaires. \jk prcdent prsident -— sans donner d'explications n'avait pus eru de voir prendre ce dcret. Dans une trs belle c Circulaire aux Prteti le prsident Homo a voulu expliquer sa dcision, Hase sur de fortes et patriotiques raisons, qui n'ont pu tre srieusement rolutes.elle a t non seulement accepte, mais approuve. Il n'y a pas de pays libre o il n'existe d'opposition, l'n siflne certain de contrainte est de n'entendra aucune voix contraire se lever.de vou toutes les llesap prouver tous les actes du gouvernement Comme dans tous les pays de libre discussion, en Hati, il y a une opposition. Et comme partout ailleurs, elle se compose: soit de membres d'autres partis que celui au pouvoir, de jeunes impatients qui s'tonnent de n'avoir pas t dj appels, dc vieux politiciens qui s'indignent de ne plus l'tre, d'ternels ambitieux dus. Quelques irrductibles... qui ae sont rsolus, (ouf de mme, solliciter, les voles de l'Assemble, lia repoussent l'aided'uu grand pays riche et organis. aide qui n'a rien de dshonorant pour une jeune nation et qui lai permettra, tu contrai* ie, de mettra en valeur les ressources inpuisublesdesoii sol si riche. Peul-tMre, en lin, quelques convaincus nui liantes --. Mais l'intransigeance de leur opinion,qui va d'ail leurs l'onconlre de la volont Jet de l'intrt du peuple, suflit la condamne!-. Conscients de leur devoir patriotique, dans la plnitude de leur souverainet, [librement toute pression tait impossible puisque en ses sion les membres du Conseil d'Etal jouissent des mmei prrogatives cl immunits al taches aux fondions de dpu ls et"snateurs 1 — les Conseillers d'Etal ont rlu M. Horno. Ils ont voulu reconnatre la grande CBUVTC qu'il a accomplie en si peu de temps. Ils veulent qu'elle se poursuive. Les routes ouvertes ou rpares quijrclienl toutes les villes ont accru .'considrablement le trafic; lescanaux d'irrigation nettoys et augmente ont donn un plus grand essor l'agriculture, De nombreux difices ont t levs partout: hpitaux, dlapensaises, coles.locaux pour justice de paix, ponts, fermes exprimentales. Au point de vue Intellectuel et moral les progrs sont aussi nombreux et aussi Brandade nouvelles lois ont dvelopp et amlior l'instruction publique rt protg la classe paysanne; de nouveaux joui naiix de nouvelle! revues seditenl dans presque toutes les villes; le nombre s augmente des cercles litfA


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06839
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, October 12, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06839

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
plHtCTll H PROPRIETAIRE
friE UMPR1MEUR
Qsmont MAQL01RE
Bois-Vern-
135U, Ruc Amricaine, 1358
L jUMEr.O SO CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
La soufirance alfine la perccp*
tion,restitue la pense son in-
nocence primitive I' oie sa pas
sion du vrai. Par elle, on com-
prend tout ,on mprise tout,sans
tomber pour cela,dans lYjojsme
strilisant : C'est la sauce de
cette vilaine viande qu'on ap-
pelle la vie. Le latin
InHiue ANNE .V im
K
lia,
PORT-AU-PRINCE ( liAl'i'l )
MARDI 12 OCTOBRE 1936
Il y a quatre sicles
- fcOctobre 1492 -12 Octobre 192G
Une belle lettre du Ministre d'Hati, d Paris
Uourd'hui. 12 Octobre, est
Ides dates les plus clbres
littoire universelle. Elle
ue le 4.*i4e anniversaire du
fou Christophe Colomb eoin-
carle du monde par la
averti* dc l'hmisphre oc-
fa
|Cesl le vendredi.'! Aot 1 V.'l
17 lis 1 2 du iiKitin, que le
idnavigateur gnois, au mi-
Ides adieux et des larmes de
[population de In petite ville
iPilos, en Andalousie, prit la
rivec ses trois caravelles, lu
kla Nina et In Sanla-Maria,
ites par 12.") hommes d'e-
age qui.
n! ^ jfrf.iiillv lurs il ii rliarnirr natal,
itprttr \nt\ uiisrirs hautaine,
bm Cwi rtie faeroiq ic d brutal.
tdullrc un moment bien
junt que celui du dpart
Uroislrles caravelles allant
uer vers les mystrieuses
occidentales. < es hom-
qui, malgr toutes les
lw et toutes les terreurs,
ut aventurs, allaient ils
revenir ? lit. en tentant
vrirces outres incon-
IW coramettaienl-ils point
** la plus punissable ?
tt dut tre avec de bien
""> Mgoisses que les mres,
lim')es niles (U' ees au-
IMuinarins durent s'arracher
j^cerirage ,rnll |liurs veux
I .Ti"*nent rivs 1'extVine
HfM l'horizon occidental
IIPJvu y disparatre la der-
|J5*8,ai'avelles.l-;i,o l'autre
IJW te l'Atlanlicjue, dans ces
l* mystrieuses baignes par
'mer tnbreuse que lima-
" n peuple de monstre ma-
L les habitants taient, cer-
"eal, bien loin de se dou-
. .* Partir de ce moment
p. leurs jours de libert
"M compts et que leur so-
ta iL
bM,,ri?r,.malin- vc,s7 h..
Ta, m Ul,cr '"" 'Heur.
[fcmil '8as111 (le i'I'-tat. une
Te' m Citail une ,ilb
*-janl les cheveux la gar
tS 'ff avait du rouge sur
X? ,es'vvres. Ellpor-
fiaune arges ,,a,,dcs dc
[^croyait voir un de ces pe-
u iseaux vert et jaune qui
K (V? ca1m W- Tes le
Et. *' ,";rd' la ,llle rencon-
anPortefaix qUI dvorait
JJ lent, une longue canne
' tlle le regarda longue-
RPapprocha plus Tus
Cri! SoUnl Partager le
KSI ^'"C'crut qu'elle plai
1,1, ">ais comme elle insis-
^'e evant,les yeux qui trc.u-
C 1 nnU' lUtlquil soit d -
Dl,.i..rn(,reux. le dgueiull
Jucha u
k
i)on
dguenill
morceau de
c,anc 4 .
^ sucre qu'il tendit la
^caine assoiffe.
I ""Pauvre fille, elle aussi,
tati
'Paiser T'i auV,e; "curt
* u i bras,er allum
bW;.!C_ 'rui.1 sucr ; heureuse
en
, -...,, .munie en
P"1 'es nombreux verres de
leil n'allait bientt plus leur
appartenir seuls.
Le voyage lut mouvement et
prilleux. Aprs s'tre loigns
des Aores, les marins de Co-
lomb ue voient plus, pendant de
longs jours, que le ciel, 1 im-
mense mer et leurs bateaux. Ils
doutrent du gnie de leur chef;
persuads qu'il les conduisait
une mort certaine et sans gloire,
ils rsolurent, un soir, de le
Jeter a l'eau, de renoncer cette
Inbuleuse conqute et de revenir
vers leurs loyers.
Colomb qui, seul entre tous.
avait conserv la foi en l'audn-
cieuce entreprise, les domina
par son sang-froid et son ton-
nante fermet :
Troiv jour-, hir iiil-il,M je vhmIudiif un ruonJe !
Sa foi ardente, son indompta-
ble nergie reurent enfin leur
rcompense. Le 11 Octobre, vers
10 heures du soir, Colomb, qui
tait sur la dunette, apert au
loin, l'extrme occident, une
lumire. C'tait comme la tueur
d'une torche que quelqu'un l-
verait et abaisserait alternative-
ment. Colomb, cause de la
grande obscurit de l'atmos-
phre, et encore un doute. Il
appela Pedro (uttierre/., officier
de la maison du Koi, garde-
meuble de la couronne qui re-
connut que c'tait bien une lu-
mire. On fit aussi appeler
le commissaire royal, Hodrigo
de Sgovie. Mais lorsqu'il arriva
sur la dunette, la lueur avait
disparue. Mais, peu aprs, elle
reparut en une en deux fois. Les
trois hommes lu virent distinc-
tement et tous les doutes s'effac-
rent dans leur esprit a ce signal
d'espoir que leur jetait, ils ne
savaient quelle main inconnue.
Ce dut tre encore une pein-
ture bien impressionnante que
celle de ces hommes de nier aux
fortes carrures, les yeux car-
quills, fouillant avidement,
bire de la nuit.
... a vu dimanche vers 10 heu-
res du soir, un spectacle assez
drle Bixoton.
Dana une cour obscure.se fai-
sait entendre une musique eu-
diable et Norm: (Eu.se glissant
entre les battants de la barrire
qui fermaient mal put voir de
nombreuses tilles, peu vtues,
3ui, riant, aux clats, chantaient
es air vaudouesques, dansaient,
se trmoussaient, sacrifiant ce
dieu paen. Des jeunes gens qui,
pour la circonstance, taient bi-
zarrement accoutrs, les accom-
pagnaient dans ces danses pro-
fanes.
...a vu, hier, la Place (iet-
Irard, des diseuses de bonne
aventure. Elles portent des d-
froques multicolores, et d l-
gants messieurs tendent leurs
mains afin qu'elles leur disent le
sort qui leur est rserv.
MAURICE ETIENNE fils
Angle des Rues du Magasin dt
l'Etal et des Fronts-torts
Vient de recevoir Qatf) eaux
garnis'pour daines.
dans la nuit profonde, l'obscur
horizon, le cu-ur hant par l'an
goisse de ce que leur rservait
le jour. Seraii-ce la lin de leurs
fatigues et de leurs tions ou
.seraient-ce leurs esprances bri-
ses ? Il est minuit, l'obscurit
est profonde. Sur les caravelles
l'attente est unanime c! fivreuse.
Les hommes se partaient bas
connue en un jour de deuil, lu
grand silence enveloppait les
navires et s'tendait, au loin,
sur l'immense mer.
la Pinte marchait an avant.
Vers 1 heure du matin, soudain
un clair bref troua la unit, un
coup de canon tonna. C'tait
le signal de la terre, lui effet
un maria de la Pinta, Juan Ro-
driguez Hermejo venait d'aper-
cevoir au loin cette terre pro-
mise. L'horloge de la Santa-Ma-
ria indiquait exactement deux
heures du matin. Lorsque le
jour se leva tout lait, ce ven-
dredi 12 Octobre 1492, un hour-
ra formidable monta des trois
caravelles, car, c'tait bien la
terre que Bermejoavait aperue.
Colomb reconnut une lie assez
tendue, unie et plate, dnue
de montagnes et borne son
extrme horizon par d'paisses
lorts.
Il y avait juste, jour pour jour,
2 mois et 9 jours que les cara-
velles taient parties de Palos.
Colomb aborda au nouveau
rivage. Il prit solennellement
possession de cette terre au nom
des souverains de Castille; et,
afin de rendre grces Dieu qui
l'avait sauv de tant de prils, il
appela cette premire conqute
de son gnie, San-Salvador
( Saint-Sauveur). L'on sut, plus
tard, que cette ile s'appelait dans
l'idiome des indignes (iuana-
luiri.
Et, ce jour. 12 Octobre 1492.
lephlSgrand acte de ce siclc-la
venait de s'accomplir, le Nou-
veau-Monde tait dcouvert.
L'auto mystiieus;
A propos dc la note parue eu
notre No. du vendredi S octob e
et concernant une auto trans-
fiortant un m -strieux passager,
e conducteur de l'automobile,
Mr Walter Hoshanlal, s'est pr-
sent en nos Mureaux et nous a
expliqu que le passager de la
voiture itait un gendarme, nom
in Saint-Thomas, qui sortait de
l'll(')pital et qu'il conduisait dans
sa lanulle au Limbe. Comme le
malheureux soullrait d'une pa-
ralysie des jambes, il a t obli-
g dc le placer dans la position
o nous l'avions vu et d'aller
lentement afin de lui pargner
les soubressauts de la voiture.
L'auto transportait donc un
malade.
A Parisiana
Dans le dernier numro de
sou supplment PrancR- \mi>
RIQ0E LATINE,Ifl lYVlle l'u.VNCi.-
Am0biqub publia, sous la si-
guatQre d'un de ses collabora
leurs, M. Ren Richard, un
article intitul La rrlecnos
di: M. Lot is Boi;\o i \ Il vin.
Aprs la lecture le vl arti-
cle, nui montrait combien le
collaborateur de la Revue
avait t iniil renseign sur la
vritable situation intrieure
de notre Pays, notre Ministre
I Paris, S. E. M. le olouel A.
Nemours, adressa a la Direc-
tion de la revue, une suggesti-
ve mise au point qui fait jus-
tice, de faon concluante, de
tous les argumenta d inconsti-
tutionalil cl d'illgalit dont
taisaient tal les adversaires
du Gouvernement actuel de la
Rpublique pour justifier leur
politique d'opposition. 1 c'-
tail, sans doute, de ces argu-
mente et de ces raisonnements
spcieux M.dontRenRichard
tant servi poujr crire
le paragraphe de son article
concernai! lla.ti.
Dans son numro de Sep-
tembre. France Amrique a
publi la lettre du ( olouel Ne-
mours. Nous sommes heureux
de la reproduire aujourd'hui,
car elle montre irrfutable-
ment que l'acte constitution*
ncl du 12 Avril 1926, l'est ac-
compli avec tout le respec' de
la Constitution qui nous rgit
et dans les tonnes lgales les
plus strictes.
Voici celle lettre:
(mer Monsieur,
A propos de votre article
La rlection de M. Louis
Comme l'annonait l'affiche,
Parisiana fassait, dimanche, pas
ser sur l'cran, La Dame de
Monsoreau .
Trs beau film qui fit l'admi-
ration del salle et dont In li i
du otonier pisode tut salu;' de
chauds applaudissements.
A l'orchestre, une l'ois enc ire,
le violon de M. Duvillard fit ner-
veille. charmant l'assistance par
de belles et suaves interprta-
tions.
.-
Horno en Hati paru dans le
numro de |Uiltcl 1026 de
l'Kiiiif-.'.in /./ue latine, per-
mettez moi quelques observa-
lions. Elle! claireront votre
religion et vous permettront
de vous ta i r e une plus
juste ide de la situation int-
rieure de mon pays.
Le Conseil d'tat, dans ses
Dttributioi18 lgislatives vient
de rlire l'u un ni mit des
votes exprim! un seul vote
blanc lut dpos M. (/mis
Borno. Le Conseil est compo-
s des reprsentants de tous
les dpartements d'Hati. Les
Conseillers dlai jouissent,
en session, des prrogatives
et immunits dont Jouissent
les dputs dans tous les pays.
(.\st la seconde Ibis que le
Conseil d'Etat a t appel
lire le Prsident de la Rpu-
blique, car depuis juin PUS il
exerce le pouvoir lgislatif.
M. Dirligirenavc tait alors le
ehei de l'Etat. A l'lection pr-
sidentielle d'avril 1022, dsi-
rant tre rlu, il se prsenta
devant la Haute ssemble.
M. Archer, alors praident du
Conseil d'Etat, M- Louis Horno
qui avait t plusieurs fois Mi
nislra des Affaires Etrangres,
des Finances, de la Justice, Mi
nistre Plnipotentiaire, Direc-
teur de l'Ecole de Droit, Mem-
bre de lu Cour permanente
d'arbitrage de la Haye, cl plu-
sieurs autres hommes p lili-
tiques taient galeinen can-
didats. M. Louis Borno lui lu.
En avril 1026, le mode de re-
crutement du Conseil d'Etat
n'ayant pas t modifi, une
nouvelle I e c t i o n prsiden-
tielle cul lieu.
pi 3 osa o
P
Le seul aliment;*!
[franaises contenant toutes les matires indispensables jj*
ha fonction vitale, entretenant et reconstit utnt la sant (tous lesoraanes et tout ge, prvenant contre toute ia-
> lm>! n el'iJ' 'ii'lle. eip i\> |ii'.
IF > Plinannn ls *Rr' ,e au k',q fac '''
JLrft? i IM/OVMV Ine t digr pir 1 s estomacs
Piles plus dlicats. J
jr^> Uhnafnn rei>r8e,,,e un ex'"'il m- -^
\mJlO M. ll\JOlsl*u tcasentieldes d vers matriaux
[lui constituent la base des| ali.L'nts usue s aux uels il ap
bporteun complment de,v-teur uuinivt.
\En vente
A POHT-au-EMINCE
5CI1EZ: Simon Vieui. Lope Hiver. A. Holl, Ch Picoulet, Kmi-
lle Dereii, B N. Sada, LjoK. Fe^uire, Ko. E*tve, %lpfejaia
(Dsir.
A SALNT-MARC
5cilPTZ : M I;huh Mauri Clesca, Mme. Clment Coicou, Mme.
^Lacochetre*
i Al X (iONAIVKS
(CHEZ. La Croix St. Kmy, Mme. Eugeoe^Dbroaae, Madame ?.',5.
fEntv.iile.
i AL CAMIAITIEN APETIT-GOAVE
|CHE/. F. Altiri, Ch- J*vux | Chts : B. P. Reid
Alfred VieuxI


Seul Reprsentant pour Haiti

M. Louis Horno lut rlu.
En Constitution d'Hati de juin
1918 s'en remet auabsolumenl
Chef de l'Etal du soin de pieu
dre le dcret qui doit llxer la
runion des assembles pii-
maires. \jk prcdent prsi-
dent - sans donner d'expli-
cations n'avait pus eru de
voir prendre ce dcret. Dans
une trs belle c Circulaire aux
Prteti le prsident Homo a
voulu expliquer sa dcision,
Hase sur de fortes et patrio-
tiques raisons, qui n'ont pu
tre srieusement rolutes.elle
a t non seulement accepte,
mais approuve. Il n'y a pas
de pays libre o il n'existe
d'opposition, l'n siflne certain
de contrainte est de n'enten-
dra aucune voix contraire se
lever.de vou- toutes les llesap
prouver tous les actes du gou-
vernement Comme dans tous
les pays de libre discussion,
en Hati, il y a une opposition.
Et comme partout ailleurs,
elle se compose: soit de mem-
bres d'autres partis que celui
au pouvoir, de jeunes impa-
tients qui s'tonnent de n'a-
voir pas t dj appels, dc
vieux politiciens qui s'indi-
gnent de ne plus l'tre, d'ter-
nels ambitieux dus. Quel-
ques irrductibles... qui ae
sont rsolus, (ouf de mme,
solliciter, les voles de l'Assem-
ble, lia repoussent l'aided'uu
grand pays riche et organis.
aide qui n'a rien de dshono-
rant pour une jeune nation et
qui lai permettra, tu contrai*
ie, de mettra en valeur les
ressources inpuisublesdesoii
sol si riche. Peul-tMre, en lin,
quelques convaincus nui
liantes --. Mais l'intransigean-
ce de leur opinion,qui va d'ail
leurs l'onconlre de la volon-
t Jet de l'intrt du peuple,
suflit la condamne!-.
Conscients de leur devoir
patriotique, dans la plnitude
de leur souverainet, [libre-
ment toute pression tait
impossible puisque en ses
sion les membres du Conseil
d'Etal jouissent des mmei
prrogatives cl immunits al
taches aux fondions de dpu
ls et"snateurs 1 les Con-
seillers d'Etal ont rlu M.
Horno. Ils ont voulu reconna-
tre la grande CBUVTC qu'il a ac-
complie en si peu de temps.
Ils veulent qu'elle se pour-
suive. Les routes ouvertes ou
rpares quijrclienl toutes les
villes ont accru .'considrable-
ment le trafic; lescanaux d'ir-
rigation nettoys et augmente
ont donn un plus grand es-
sor l'agriculture, De nom-
breux difices ont t levs
partout: hpitaux, dlapensai-
ses, coles.locaux pour justice
de paix, ponts, fermes exp-
rimentales.
Au point de vue Intellec-
tuel et moral les progrs sont
aussi nombreux et aussi
Brandade nouvelles lois ont
dvelopp et amlior l'ins-
truction publique rt protg
la classe paysanne; de nou-
veaux joui naiix de nouvelle!
revues seditenl dans presque
toutes les villes; le nombre
s augmente des cercles litfA-


LE Matin n Octoi,rc
1926
Pagol
| f&s nergique antiseptique ur lnaire
? :' &**
^F
,v.


......
A*t ctffs ff radioatmm*m
Sapprtmm /* doultun
w la miction
fort* foata compticmtim
, >: -.'
.. '' : ; '. >,
Y.
u rm*
it|iun m Uamu
xlaalroa qu'A 'canal compUt
auat sauf n lugul*ui Xoo
taa atlarottaa qui u* ? abttanl
ax Ctatctan. t. valrnciennei. rtiu
^
/
o mm* paobol
Ml l'objet 'um oooaa-
Jwuon t l'Acadmie ta
MedooiM de Parla du pro-
faaaeur LaaaaMUe. mdecin
principal de la marine, a-
tien profaaaeiir de* Ko"ie*
ta indaeloe navale.
NNl vont y Tooca-
etea tudier le PAOBOL
t kw raulUU toujours
exoellaoU. at parfola ta
Mata, ojm ooua avoua obta>
au nous permettent d'eu
efSmar reffleacU absolue
at cotante.
*Z*s*
VAMIANINE
Avaria* Maladiea de liPi
(..%.'! ' i' n'1/.'J ii.'
HUCOVAL
t'omirad* do* toncu contra Ma
moadiot C I* ooau.
fi:hwehr de Postdata avait ait
encore d'avantage et avait mis il
(,iiuceala IfttB d'oae couipuguin
4* la Reichswabr. L'incident au-
rai! peut-lrc t oubli si le con
Mandant de Postdam n'avait pas
ni que le prince eut servi tempo
rairement dans la Reichswehr.
Cette explication ne sa-
lisflt pas les libraux et les radi-
cal et ne fit qu'augmenter leur
insistance eo faveur d une enqute
qui eut pour rsultat la rvlation
Je l'initiative du gnral von
Seeckl dans ceite ail .ire et la dci
-ion du ministre da la dlen Cessler qu'il devait donner sa d-
mission.
On a mentionn plusuurs candi
data pour le poste de von SaecUt.
Ii est foit probable que son suc-
cesseur sera le gnral Waller
Kheiohardt qui joue un rMe im-
portant dan6 rOtfaOlaattOB de I ar
nie de la rtpubliqu> ajr. avoir ot
I lises services au prsident Eberl
pendent U trie de , *1 Hheinhar.lt qui -I ag* de
.us est commandmt du 5j corps
l'arme Stuttgart.
,,b.ivwwtviWHKv
vSJ&WfM,!' i : 121 'JL7
mires el sportifs. Tel taient
quelques-unsdeatitres In pr
aident Borno a la recounala*
sauce de la Nation.C'eat pour
quoi, interprtes fidlea de sa
volont, persuadaque l'int-
rl du pays coinniandait la
continuation de cette politi-
que do progrs, les reprsen-
tant de la Nation ont voulu
conserver ce grand citoyen &
la tta de notre pays...
Colonel A, NEMOURS,
Miiiislred'lJaili
Arrive
du Haut Commissaire
Avant-hier, par le steamer An-
con, sont arrivs Port-au-Prin-
ce le Gnral John H. Hussell,
Haut Commissaire amricain en
llaiti et Madame Hussell.
Le Haut Commissaire est ren-
tr en Haiti aprs un sjour le
trois mois environ pass aux
Etats-Unis.
Parisiana
ce soir
Le 7 de Trfle
T. ( Suite )
La Maison
du Mystre
( Suite ). Entre
0..">'l
Demain sera donn un ma-
gnifique concert par les artistes
lyriques Consuelo Escriche, so-
prano dramatique une les pre-
mires ligures des principaux
thtres aEurope et de l'Ame
rique du Sud avant travaill
avec les plus grandes clbrits
thtrales connues el le baryton
Arrive du colonel
Picot New-York
Les amricains ont vu le
himeux et ulorieiix taxi
d<; la Haroe
Par cb'e Lanais
New-YoRK,il Octobre Le "-o
lonel Pieot, prsident del Sori l
des Mutils de la tue autrement
dit a Les gueules casses , est ar
riv hier New-York bord,du
Berengaria . Il a t rec;u au
dbarcadre par le consul senral
'-''go
UimbrogVo
chinois
Par cable franais
HA.NKEOL' Depuis que l'ar-
me rouge de Canton a assig a
la lin du mois d'Aot dernier U
\ille de Wucbaag 10.0Q0 parson-
iii on pri en m JSUH partie de
I i.i,'. Ces ctilli.b ont t fournis
par les autorits chinoises. Cinq
cents cercueils viennea d'tre en
v \s Wuchmg pour inh mer
las personnes qui ont pri loule*
i.ux pieds dans la tentative infru -
tueuse que tirent le* malheureux
habitants pour s'ambarqasi 4 bor i
d jonguss pour traverser le Yangi
re jusqu llankeon. JUa reprst-n
tint de l'Asaociated Press qui a
parcouru liier les rues d la v 11 .
les a trouves dsertes et jonches
de cadavres. Beaucoup d'dilices
ont t dtruits par l'iactndie *t
les;immcub!es des maisons sont
vides.
N'avant pu prendre WiicHai g
par une attaque directe et 1 attues
dans les combats de rna les lorces
cantonnaises ont pris po-it on *
une distance rsfseetsb's de U v ||
le qu'ils rduisent peu a P par
lu tamine. Le bruit lOAil que les
cantonnais accepteraient que les
sUassars de Wachaagea rendent
et pienneut du servie dans leur
armf. Ils ont pos comme demie
re limite le 10 Octobre, date de
l'oadation e ia rpublique chinoi-
se.
Rduction i'e//ec-
tifs dans Varme
amricaine
Par cable franais
WASHINGTON L'efTectil de
l'arme amricaine a t rduit
110.846 b immes soi. I4.65ft uni-
ts de moins (|ue celles batomes
par le Dparbmantdfl ia Guerre.
Ceits rduction a t conscutive
au manque de tonds ls crdits
votes par le congrs tant insulti
iaati<
Le voyage de la rei
ne de Roumanie
Par cble raneais
pAlus Lu reioe Marie de Boa
manie veir.i sou liis Cluiles,prin-
ce hritier dtpos, avant sou d(-
part pour la* Et*ls Unis sur le
Levialh.ii '' DSardl prochain ;
c'td t'aide de camp de la reine qui
a Tait cette dclaration aujour-
d'hui.
confiance de
plusieurs milliers de
personnes cet ce qui
clo ix rendre
L'EMULSION
SCOTT
le tonique nutritif le
plus populaire au
monde. L'EnuJ.
sion Scott produit
de la force.
M. Ren Besnr
ambassadeur de
trance en Italie^
dmissionne
ROME La nouvelle de Utf
m'ssion .le Mr Ren Besserd,.
bassadei r .le France en Italie, t
caus le plus prolond regret Ri
me. Le ' Popo o d llalm" ditqu,
Mi Wrard cimprenait Htilie
moderre et le rg.me fasciste et
avuit f.it d.; son mieux pour les
taiic comprendre Paris.
M Moustiquaires
M0USTIijL'.MRi:s,M0USTIQCAlR0
De toutes dimensions prix
sans concurrence
Cm:/ Kawas HKRMANOS
Magasin Moderne
1724 Hue du Magasin del*Eb|
de France, une dlgation des vi
Au Champ de Mars
Avant-hier, la musique du Pa-
lais a donn, au Champ de Mars,
son concert dominical.
Avec tin brio remarquable,lea
musiciens exciilreiil les divers
morceaux du programme.
Il taisait un temps magnifique
et de nombreux promeneurs s'-
taient donns iemle/.-vous au
Champ de Mars pour couler le
concert.
A Ptlon-Ylllt.
Depuis samedi les habitants
de Ption Ville connaissent le
manque d'eau.
En allt, la bassin-rservoir
situ sur l'habitation l.amothe
a t rompu par suite .les fortes
averses de CCS derniers puirsqni
ont occasionn un dbordement
d'eau. Mais la Direction du Ser-
vice Hydraulique a lait diligen-
ce; et depuis dimanche, une
forte quipe travaille remettre
le bassin en tat, la grande sa-
tislaetion des liahitauls de la
petite ville.
Eugenio l'.o-ia. du thtre Del
Venue de Milan.
Cette brillante fte aura lieu
Parisiana cl .commencera par le
film La lutte pour la Vie .
Entre : 3, l. .'> gourdes.
Ncrologie
Nous enregistrons avec regret
la mort de notre ami Joseph Na
dal, survenue, hier, Petit Trou
de Nippes.
Joaepb Nndal, qui tait sym-
palhiquement comui la .api-
tale. laisse parmi ses nombreux
amis de vils regrets.
Aux familles pi uses par ce
deuil noua eiiMiy.i.-.s .. is sinc-
res condolances.
-------------------------r-- w
rans franais de la Grande Guerre
et del'American Lgion.Le colonal
Picot Uit accompagn de M. Jac-
ques Truelle, attach au ministre
des alVaires trangres qui vient
New-Yoi k pour rgler diverses ques
i.ona ayuut tiait a la v site en Kran
ce l'anne prochaine de l'Ameri-
can Lcgiou. Dans l'aprs-midi, le
.olonel Picot s'est rendu au Gitj
I1h.IL o il a t reu pat le maire
M Walker. A cette occasion on a
pu voir le fameux taxi del Marne
qui doit figurer la Convention de
1TAmerican J>gipn de Philadel-
phie,
Ce taxi, un des plus prchux
souvenirs de la guerre, est une des
JO 0O0 automobiles parisienne.
gi.r'i auxquelles le Central Lu li-
ii put envo\er avec une rap dite
merveilleuse eDSjten.bre 1914
des Iroupis In l< h* s au h u et faire
lu bataille de lu Murue : la grande
victoire franaise qui lut le point
du tournant de la gucrie Ce taxi.
petite Renaud modle D>07 et pa- /-"^X
rsissant un jouet eulre les deux JW|
voituris inodide lyit qui Penct- )
dru n', ',11.11.1 la mais, p Uenaud
ur la .">< me avenue et pilot par
Sed ey Ptck. In amricain qui
conduisi' une Iffibulai ce pendaut
la guerre descendit jUMpi'au City
Hall tut lieu 'a r cptioo
II. SILYERA
Vient de recevoir par
niers steamers un ma
assortiment de fiuess
caiiies, franaises el
de toute beaut, enti
14 vendre
Une machine a crire en
partait tat marque Smith N*5,
s'adresser en l'ace des lelcgia-
phes.
MAKIAUE:
Samedi matin 7 heures, eut
lieu, en l'glise Sainte Anne, le
mariage de Mademoiselle Jos-
phine Labossre avec Monsieur
Ludovic Michel.
Les poux ont t conduits
l'autel par Mme Pierre Hlot et
Mr AlciusLysius.
Aprs la crmonie religieuse,
une charmante rception lut ot-
terte aux nouveaux poux et A
leurs invits dans les salons de
M,- d Mme Pierre Blot.
Nos meilleurs vaux de bon-
heur aux nouveaux poux.
Gens d'autrefois-*
Vieux souvenirs*.'
PAR Pierre Eugne
de LBSPINASSEI
Kn vente Aux Armes de
Paris et la Maison Robelin.
Remerciements*
Mr F. Sjourn, Mr & Mme K.
Carn & leurs entants, Mr et Mme
H llibbert a leurs enfants, Mr et
Mme Lon Lassagnol, MM.Itaoul,
Max et Paul Sjourn, Mme Ro-
bert Tlibaud et ses enfants, les
familles Sjourn et Solaxei el
tous les autres parents,ue pouvant
lpondre particuliitment tous
les amis qui leur ont donn des
tmoignages de s>mpathie a l'occa
sion de la perte OtnettS 'l'iils vien
nent d'prouver en la personne de
Marie UndekinAndreSjourn
|3 \< I 'i>' tr v r ici l'expres-
sion Je le r |U) res remercie-
ments.
Un petit-fils de
Guillaume 11 aux
manuvres de Var
me allemande
le dmissionne
1 ar cible franais
^BERLIN II Octobre--LaPrai
dei t Von Mindenburg a accept
auj. urd huila dmioi n du gn-
rai von Se. rkt c mme commun -
d.iui en chci de la Reich-wthr.
Cet:, dn iseion a su vi un expo>
date joue par le gnrale en
permettant au prince Guillaume,
tils de l'ex-kronpiiij/, de prendre
fart SOI rcentes manuvras de
i rleicliswelir en violation des r-
git mtnts du eervice et du trait de
Veisailles.
On sait que le prsident hsitait
se pnserdes services desen vieux
cumpagnou de guerre cause d'un
incident aussi peu impoiiant. On
ajoute que la chute du gnral est K^
due 1 son dsir Ue faire plaisir
lu prlocetse Ccile m.'iv ,lu prince
Guillaume sans se rendre bien
eomute des consquences. Von
l,i l'tait rer. lu a son dsir de
voir sua u participer aux mau.i-u
vres Mai* le co :im nh-it d: la
SOIERIES Fantaisie dernier cri pour robes
hommes et robes -FLANELLE Manche pour penta
Fautais e fil CREPEMarocain blanc -TISSUS
Il il y. Le Boss )
Agents Gnraux
i EL A. DE MATTIS & CO, **Prtoentant* J>or


0$%m m*mm$ mtmmmmwmt it
r-E MATIN
LES FORUMIS DEVORENT VOS ALIMENTS
La Fourmi est un flau hi- des mouches en quelque instant.
deux. Klle vous vole vos aliments, dl FL1T est propre, d'un usage la-
c'est un ennemi de l'homme. " T< le offrant toute garantie. De nom
Il taut prendre toute ses pr fibreuses preuves ont dmontr que
cautions pour qu'elle n'attaque pas $!le FUT vaporis ne tche ni ne
vos enfant*. La piqre le la four- |(9fte les vtements les plus dlicat,
mi rouge est douloureuse et son m FLITdtruit tons les insectes qui
effet se fait {sentir pendant des fi infestent les maisons .
jours. LatFourmi blanche dtruit jjjjji A laide d'un peu de FUT va-
tout sur son passage. Les Noires,^UTporis on extermine les mouches
les petites comme les grosses, lontj'fPmousliques, punaises, caurrlats,
des dgts partout o [elles passent'm fourmis ainsi que leurs larves,
Aprs de longues annes de re j* FLIT pntre dans les fentes et
cherches, l'Entreprise de renomme"'ijiles crevasses o les insectes se lo-
moodiule.la STANDARD OILUOM- peut et dposent leurs Unes.
PAN Y, ( New Jersey) F. 11. a per- UOa peut aussi vaporiser le FLIT
leclionn un produit offrant les mo'*' sur les v6tements;car il tue tous le*
yens srs et simples pour com- S insectes et leurs larves qui piquent
battre les Forumis jusqu' leur " les vtement?,
extermination complte. S '.Pour dbarrasser une mai son de
Ce produit c'est le.... FLIT* ces insectes nuisibles il saf lit de
Avec ce produit vaporis on dbar- se servir de FLIT.
rasseune maison des moustiques, et -. Ea vente partout.
STANDARD Oit Q >MIANY ( Njw Jkhsky ) E.D.
Distributeur; West Imlui Oil Company
tJtRQUE DEPOSA :
DETRUIT
Uourhes, Moustiques, iVers, Fourmis, Punaises,l'uces, Cancrelats.
Beiuroupd'autroB Insecte et leurs Jaive qui infestent les maisons
m
w^ws v

11 Octobre 1926
Compagnie Gnrale
Transatlantique
Le steamer Macoris parti
de Bordeaux le 2 cri est allcn
du A l'oit au IVinee v.rsle T..
11 repartira le lendemain pour
Santineode Cuba et les poils
ou Sud.
La suite de l'itinraire sert
fixe l'arrive du paquebot.
Le steamer De La Salle
parti du Havre le samedi 9 Oc-
tobre est attendu Fort 811-
Prinee vers le 36.
Portau Prince.le 8Octobre
l'.i'ii;
1ASTHMBZZ2SP
IHOuLgem.ui iiunidiat guruoa Mb>
Globules Rbaud
E.DALIMOUX. 7, Kuc V1U.T
BW-olonibM ,Stiatf *
A l'oit au Prmu rUIUMll IiUCR
F'irestone
A le plaisir d'annoncer une
forte baisse sur les Pneus et
Chambres a air de qualit
t-insh/iic par suite d'une non
Vel baisse sur le caoutchouc.
.le \ ieusde recevoir un nou-
vel envoi de toutes les dinien
sious de Chambre a air et
Pneus Cords ( lleavy Duty )
Ballon Tires et Libes nation
le la qualit:
FIRESTOXE
(jii donne le plus de kilom
lies par Dollar.
Ull Pneu dont VOUS se e/sa-
lislail.
lui vente elle/.
L Preel/.iuanu AGERHOLM.
Hue du Qai
contre
la
'constipation
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
4e DELORT, Pharmacien,
IfJ, Rut s'm-i AnlOJD
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
Annuaire gnral d'Hati
^ ;) Pau
C CLESTIN M. DNCHE
Commerant Avoeat
Directeurs
Port-au-Prince (Huiti ) Rut Courbe, 1850, P.WBOX22.
L'Annuaire ticral d'Hati constitue la eourc* la plus
;X complte et la plus retnte de renseignements que l'on | u s- ,
fl avoir sur Hati : Histoire, Gographie, Jommeicp. I-inai.ee,
jg Industrie, Administration. Diplomatie, Ueudarrcene, Service
K d'Hygine Publique.Service Agricole. Travaux Pnblic.-i, Religion.
m Sports, Franc-Maonnerie, etc. toute la Vie hatienne, Vie poli-
tique, Vie professionnelle, Viesociale, y e?t reprsente.
L'A. (. II. contient une partie anglaise qui intressera au
J plus haut dxr le pnblic anglais et amricain.
Jc LA- (i" " Publie eu oulre le Tarif douanier d'Hati, ainsi E
Ci/nuclu dernire Convention commerciale tranco-ha.tienne et la r'
RR) Loi sur lesMarques de Fabrique. jjS"
8vv L'A (j. Il par ses nombreuse* illustrations, par la suret.' de
^ | ..es informations tl par l'abondance A* set menre*, se recom
taeade de m mme .* toutes les personnel q-ii dsirent con-
natre ll.ihi dans s n |u>sc. d.us son prsent,! daira ses possi-
bilits devenir.
GENERAL HANU-BOOK ()F HATI.
l'Iie GtLeral lland-liook ol' llayti censtitutes" the raosi com ,
Date and re-.cnt source ol informations that one can get on M/
lleiti: llistorN,liengrapliv, Commerce, Fiuauces, Industry, Ad- kT>
unuiBtration, Diplomeev, (endarmerv, Public Health Service *
Agncultural Service, Public Works, Heliion. Sports. Free Ma-
suury, tic, foUUoal, l'rofessioual and Social life ol liavt are Rai
lepiesenled. yv*/
The General lland Book of Hayti cnutains an Eoglish p rt &S
winch wi l I, ghly inierest the Knglieh and American public, fe7
BSS^ e General lland Book ol llayti publisl.es the Tarif" ot LV- (v)
(t> l0?!ii the *t*t Krench llaytian Commercial Convention M
gg and the Law one Trade marks. 5i/
g, The General H.nd Book of llayti recommends itself bv ils (t
JS<- .Himeruus illustrai.ons. the surety ol ils informations and In the y^
> quanlity ol items contamed th-reia to ail persous who dsire '
10 koow lla;ti io ils pasl, prsent and its possibilits ol future
ANUARIO GENERAL De HATI.
El Anuario tieneral de Hati couslituye la fuenle la mas
tif complta y la mas reciente de inlormaciones que se pueda U ner
ft^ re .Ia,t'n,fi,orlH' Ge(,r-alia,Comercio. Erario. Industiiu.A.lmi i
m nwtraion, Diplomacia, Gendarmeiia, Obras Publies, Saiidad fsi/
g> u.b,l,ca ^fnc",,Vr.a' IWMlop, Sputes, l-rancmasoneria, et,-, ( -.,
iiSIiifSis
,w,raK|. du D- J.tin T1ARD
UiUER
gl:i;,' !. Paneienne maison ROBETS DUT- M\
JDN, Place (e lira ni Conviendrait pour Mu- )(
aux, d'/ gnies. d'Avoca/ele.
S'adressera l'tage de la maison, Place Gef- fi
frard. s
Alominum Liae
oiiiilk
Le lait en poudre le plus enl
vogue aux tats-L'aie.
'our l'alimentation des b'4
bs et des convale^ents.
Le seul lait en pi die quij
contient les trois vitamines.
j2 ;*' strilis d'aprs le procd < Just-liatmaker .
ifar!" 8eu' la'1 ^* vacneen poudre, se rapprochant le
(h Uh,lernel De d'8e8,'on facile' c'esl l''ment ida
tU Hou chez :
11ht
"". Alfred Vieai,
*" H. Doret
BJJ4 Company Inc.
A. Boit, Haphael Iiionard,^
| Savinien Martin, Petit Ooavt
Gec. JEANSKME&Co
Agents!
Insurance Co
lne des plus fortes Compagnies
canad enoes d'assurances
sur la vie.
Eug.Le Boss & Co.
i-J' '.New-Oplaos 4fJ S ou thl America
Steaoship Co lac
]P*oelxaixiS dpet-rts d i rects po\xr|
Port-au Prince "H[iti
le steamer "Snelanduayant laiss Hew-Orlansj
le 7 Octobre, tera pour port-au -?rince le II*!
Le steamer "Hih" laissera New-Orlans le!
16 Octobre directement pour Poil-au-Princv p
Onjstearaer laissera ^ew-Orlans le 5 octobrtKH
pour Caves, JtClDff, Pelil-G ave, litatjoane,^
Jrmie et $t-larc.
Dn steamer laissera ^ew OHftui le 19 oclobr.-j^j
pour les ports du nord Cap | [ailiea.
Port-auPrince, le 9 Octobre .1028 ("
A- d iATTElS k Co ^
4genls ||
Vient d'arriver papier d'eu
hallage bonne qualit deSOx
^ 40 en vrille i lu/
L. Preetziconn Aoobrholm
Hue du Quai, l'orl bu 1 rince
VIENNENT D'ARRIVER;
Ikiine-.Ieannes de 1, 3 & .">
gallons.
PorterTennonM Stoul XXX
En vente chez
L l'rielxii:ani)-.\(i(,ii!iiM.M
Hue du Quai.
/ IL iti it T....... "...' lf'u,BS> ranc asonena. e!<-, /(fv\
j todala \.da Hiiliana, folitlca, l'role.aioi.al. Social, esta a li ^
j repiessentsd. /'%
fi Anuaro General de Hati eontirne una pirte inities que. a'S
ma alto grado, mterema al pul.i.o inKleH y ameri.ano ^2fi
Adema. el Anuario de llaiti publicn U tarila aduancra a.i que &
la ultima convencion commercial franc haitiana y la lev lob. W
lad Marcas de l'brica. (&8i
Vor sua BumarOMi llu Iraciones la cerlitud de husi informa |
ciontay la abuodaucia de materias que cootiene. et Anuar.o t
fr) General de Hati e i>comenda por el miimo a lodoa n.rsonas
Si r" de ''"nP1'". !" ti Or o Etranger or li.
5~* nn" ?,?. "npwy Or oAbroaporO.
^) Precio del Epsmpiar Or 3. Extranjers or . (o$i
&- y. II. L'Annuaire parait fin d mois pro Inin S :W
^ dm tant lia. l.les personnes qui dsirent avor |. olurn^ sont
ffS ;'l-tSvde.s,Q-r'' avance, car plus de 300 exempla.reT .?, M
f dj v ndu* auxcomme;ants d o me m n-, part.c, iSrenem d a *&
U du"/ "" Amriclue'e,d,aulre-,i amandes sont encore ait, n- |$
M ta Direction t tAlWUatrt acceptera ,tes m lmes pu M
commerants ei rioio.u,-,,.. ju^uu S1 u ,in du mois en Zm/S
Se Un M fer
Oil Tablets
Drages d'huile do Foie de Morue
En stock cher :
Geo. JEANSME & Go. Agents
Bar Terminus
Propritaire :
A.WiJmaQr
A riiouneur d'informer sa bienveillante clientle
qu il e installa I eta^e do son tabli! sment, un tiloo
exclusivement rserv aux famillei o l'on trouvera
des consommtiorii de premier choix et o des lunchs
tt Jiil tervis sur i^man !e.
Tlphona No 7S6.
Offre d'emploi
l^ On di iiiandc une bonne cou-
turii rc pouvant travailler h la
maii ou la mai bine A pdale.
IS'adresaer, Grand'Ruc .\o 1728.
M N* Frdric Destoaches
AVOCAT
Au haurde l'Ancienne Ban-
qoedu Canada.
2 1!25 1l2 heu.
SaS^^J^^^^^I^^^ISS
OTRE costume de baJn....votre coetumede ville...JBI
votre coatume de soire s;ms compter tous lesf
autresarliclea dont vous avex besoin sont chzl
PAUL E A1IXILA
lea pr restenl les mmes...


MATIN ~ 12 OCTOBRE W
s
1 ?P Hli JEJ
Voulez-vous avoir des Denis
gelai an le? de blanclieu Genoives t< u jours saines
Employ* lu
TRIBORINE
Poudre I entifn<. e-
a
.cii>vat l& kmale
lu b eitur
U. Gnc.jii!
/;. hUnicraiU de
Montral <, r/ / J'acuit ae !/. Cl/ICC/ V. V/'.S.
" Vt nie | :n loul
i i i La lu ratoire
de la Tri'ooriiie*
7i Rue i;i anche -
Pari s.
Mn vente partout, principalement cbea MM. Maurice
Etienne hK Simon el Alux-d Vieux.
1
I
f
S
:>
3
ce*
*
*
i
m
Frd. Gaetjens
Mo HT Rue, K#oux ou Bonne Foi, Ho 117.
Tlphone : 661
ON TBOUVB4 :
m i ,.r liniMur Sucre llasco blanc et rouge, gros
lSl Se granul amricain.-Savon par caisse e. en
p.^ne qui P ut maliser a J f ,,,.,.,
allons Enfin le lameux l'I.um N* IT. Kl '
Sm aihett de Mme Frd -" ^^^
Vent/, faire une visite, vous eo rOrUru tatolUU.

Kl lil t.OD U 01.il
4^v*
enu5
Le seul Rhum qui, tir d'Alcools naturels obte,
directement parDistillation Simple du Sirop|dea Canne'
d'un Unique et tOUJOtirsmme plantation etjle seul qui,
vieillit par l'action du Unpf d*Bi les dpts avee ex u.moi.
rigoureuse *'e tons daogereoi S*ifls ie UliriCiniOn
ci uaa adjonction d'aorna lfr*dt#n!*'**** conaerve au
jugement .te la plupait denoe Notabtli.de ****! et Ml
vnt l'apprciation dl bon* imateeis, la suavit incomparable
du bouquet et les pin- remarquable faut te- hyai'n-quea.
Mme pris avec eic-s. Rhum Necler n'enivre p.s. et ne-oro
t.iit pas l'Aloolisme la Iooku^, comme kl autres produits
similaires el comme les autres spiritutu.
Se vend aux Cayes
chez Yve A Sendral
Cotoir roitelas
A vendre t fces
u-.A. ANDERSEN
? ..e IH M
1.1 ^ m -* *--
.*W>W
J; ropr itaires d'Automobiles.
.'.
SOUVIIU'/ VOUS (JUC leS pUCU>
lei plus soliilrs. et les meil
leures tubes sont fabriqai
par l-'IKESTONE.,
Ein-slone l'ull Si/.e (iiun
Dipped BaUoons sont les plus
connus el les plus recherchs.
En stock chez soussign
vous trouveras toutes d'men-
lions de pneus Rgulier.Heavy
Racoo
i e.
uede l'L'uiverit
The Royal Mail ateam
VackeV Company
4
Dulv. |B alljoon,
tubes et patene*.
High
Tes
*&
a
Jertes
,. ^soixante-dixons.
Quel M rt)onlHkiul s
vtciH&nls
ipectaelc
cojoucar
qui
Cul l#
l'dH
ir. **
luiM-1
f MBI - tout IBMI
intmn l'OtiMi
(kw ." litre dU>M. * ^tt
(HCI WW I. COOCMIIr.ltM
totcptfabta wn ouMUvm Uommi
.. -, -u-. vt pta **. U lui
i HHitf di^u iuu mm **' ' >******
mS.om " "',h S * fNfi
!Zi^L* I*- ri.Unll.iH .v profc Cl
iT.^ari MM. om|4<* - .rtUbU - #*.
Z-l oc -ta U. M*~ r>w l- *"'
fc ......p njpr^*'
Q, MKtoi' fjp~i Uo.im#0
4A,. m -n i~- <- ~n- "'
araiMc imo> >< "" ***" dc, ""
ctvc h d* ut muiMioo. * r.


liUititliQ TiPpeahauer
h'nseisnemenf^laftiqu
Secondaire,
Avec une Section Prparatoire.
Prparation Spciale toute les
Ecoles Suprieures : Droit, Mde-
cine, Science Applique*. Ensei-
gnement pratique.
Anglais, Slno-Uactvlo, Compta
bilit.
Les lves de la Deuxime Sac.
lion, bnticient gratuitement du
Cours Pratique d'anglais. Soi-
\rantle Lundi i octobre proclnin
7 h. p. n .
Slno-TJac\lo de l mois.
Comptabilit t) mois.
Horaire : Cours slawtqM T tir*
a li. Coari pittlicp" i * 5 p. .
Pour plus amples renstig eu.i*n!
il (onditiois paix u h l>s ii
i l'angle des luti- Ptos et Rpua
b'icaine, Liage Gardincr & Cs i u
Ecrive/, au Directeur inimdiati--
ment.
N B I ne pension de tamra
es' nnnexe t l'Klablissemeat ,0lir
lesclvfs de province.
OVOMflLT
"c'est la sant.
Dr. A. WANDERiS A, BBHNE
Ad-ni MlaMl
H. BROIIARD
170,iOrnd* Ro. Porl-M-Prlnct
uai'.iei -
Ce qui n'a jamais t l'ait
Ce qui ne peut tre dpass.
Kola Champagne
F Sjourn
I repir* dans tien fin >'!i ons rigoireu^
p" ASEPSIE
Prparation cl Vente
Pharmacie F. SclOl'KNr;
Angle des JUu* liou el duCentrc.
*


%,
l. PRE',fc:iZMliK-G6ERH0AM
Plus le leil on tre dvi c
Orte^xVivk.
p.ir Dollars-
Le sleamer "Teviot* "^enar.l de
Kingston est [attendu a .1 n>* le
\H i rtebre courant. Il fra Poit
au Piir.ce, le 22 courant ex paitiin
le rr.rre jour.prenant le fret pour
les ports du nord et l'Europe-
Le sleamer "Cape SI Lucia4' est
attendu Jacmel, le 13 Uctobr.%
prochain.
Le steamer "Culebra" est allen
du Jacmel, le 5 novembre pro-
chain.
fort au Prince.le 5 Octobre li6.
!_-.- J.DAAI.DER.Ii-
Agent Gnral pourHaiti
lie que vous pouvez don-
ner de plus prcieux
voire entant, e'tsl lu saute.
Lu | rccuutiiuis Cleincn.
tairez d'hvfino Wnl laciles
prendre. C'est par la
inulpn.prt que vient la
maladie. Attaquai la
crasse avant qu'elle ait eu
te lampe de pntrer dans'
les pores de !a p-.au.
Veillez M qu votre entant
M Iav.1 souvei.t et Hoigneu*.:-
m.ni avec le tevon
P'
le Savon
v !a Sant

Ui
Ltvi-
! MlMlMimiWOUlT, 110 Hue des Csars
'
en
..


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM