<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN'24 Septembre 192 / 5 ^i. Coul! B lier;' aiA //' Artcrla*Sclrose '" Dbsttxi Calcula DONAL Nettoie !o Rein %  .v. VK.A^;-'3BHSS CKAMJa 1K1.V I lit. ri'K.l '•.-•>: ut Fui. l'taciiiN ci l'.t, tlu* .1'' %  *, 2. IV^li.iii.iiiir, I jnt .-I ,' %  • pli"' 1 • I r-4i iv 'l'iij.i huJH t. ^m. t a a K rj^j." \a .*.i g^y ..^ sv ,.*^-u.— %  %  • *---%  -..> f „„^„';t -, J:,. jg_'j / rp* V fait et les orn.mlu a, dilSOtli l'tii-.d.' I..UI..S, ootit't ta iiu.r.i fan, fut'o.iT \ il p, i i\Ulr, i' %  .. an n 1 ' %  • • %  •''• %  . if. iitt V*. %  l ,. .; ,,. | l ru4 ,| < %  l %  >• I. ,.| |,, '. %  „, Il | *i %  i %  i. • • .1 J.-'-i'IU. 1 • M iv .:. .. j,|. | |BH i. • i ... ... -,. i, .-„ .%  H ..r %  %  *•' i %  l'y i o. rail u i *' *• A ,-,, ,,.... ... i u i • •„< %  u i'-w • ii. : i ,IJI ,-t • 'lali t. ,u.' ru • i ni .. i I, .t.. >..i m" %  I '"• j i .< %  ". u I l'en I .u. ,— %  %  *. airll Bill deuil (rangea d'arr graud cutululque enLes Funrailles DE Paul Borno %  \ Avant-hier aprs-midi, au milieu d'un Dombreoi rt beau convoi il amis et de parents cuniii heu, en l'glise du Sacri ii'iir dt-Tuigeaii. les lunciailles (le I aul Bomo, mort la veille. L'glise est revtue de ses tentures ildeuil u liai h'-nl. le gn lour de cieages qui braient lentement eal dress au niiliea le la grande nef il les cloches grnent i'e minute en minute les noies lugabrcS du glas l'unlne. Il est I lu mes I I lorsque le convoi arrive l'glise. I.a crmonie i (iniiiCiii e aussitt. Monsieui le 'rsident de II Rpublique et Madame Bornoy assistent. Sont aussi prsents les Secrtaires d'Etat, le Prlat de l'ori uu-t rince, les M e in lu des 1 orps Diplomatique et Con sulaire et. dans la grande loule d'aitlis qui emplit U nel principale, les lias cous, le porche de l'glise, l'on remarqua da nombreux personnages officiels et un grand nombre de personne Lis poil-uu-priui'U'iiucs. Pour apporter une nouvelle preuve de sympathie su regrett disparu chacun tint laite taire ses divergences d'opinion et ses rimmes. De nombreuses coaroones avaient t offertes. Nous en nokunes six. Une oflerte par les Architectes et les Ingnieurs d i Gouverne ment, une, par la Socit des Architectes hatiens, une par lu Compagnie d'Eclairage lectrique et une quatrime par ses Amis de la ontpagnia lectriipie. Ces quatre couronnes, trs jolies, sont en trs belles lleur's artificielles. Deux autres couronnes aussi magnifiques, en tleurs naturelles avaient t offertes, l'une par le Cercla Portau-frincieo et l'autre par le Cercle Hellevue dont le dfunt tait membre. Aprs que l'absoute eut t donne, le convoi quitta l'glise, aux dernires noies du libra, pour se diriger vers le t imctire extrieur o devait avoir lieu l'inhumation. Aprs les prires le l'glise, Vie Joseph Aubry en dposant une couronne sur lu tombe, pronona le discours siu vaut au nom du Corps des Ingnieurs du Gouvernement: Mesdames. Messieurs, Nous savons tous que nous devons mourir, et quoique nous soyons de bons chrtiens, nous ne pouvons nous faire cette ide de nous sparer de ceux qui nous sont chers. Que lire alors de ceux que la mort trappe en plaine j.'.inesse connue noire cher a in Paul? Ceat alors laconaternalion que les paroles sont impuissantes rendre. Mieux que personne, comme professeur, coin me collgue, p tin comme ami j'ai pu me r %  ndre compte de la beaut de C.iractrwiie noire regrett l'aul Toute la Journe H conserve vos cheveux avec cet effet lgant que tout le monde admire! N'avez vous pas admir comme t'arrangent les cheveux les personnes qui le portent avec un aspect de beaut et de soin scrupuleux, si la mode du jour? Ceci ne s'obtient pas avec un peigne et une brosse ni applicant de l'eau ou des pommades graisseuses. Le Stacomb est le secret de cette attractive coiffure qui dure toute la journe. Il est galement efficace pour les deux sexes. Le Stacomb en crme ou liquide supplique facilement, est invisible et ne tache pas ni est graisseux. De vente dans toutes Ici bonnes parfumeries, pharmacies, etc. Essayez-le! Appliquez-le vous le matin et dployez votre belle coiffure toute la journe. Siamtx Coiamrv lu clmu SS S jsS i %  Offre Gratis-. Standard Laboratories, Inc. 113 W..-I ISth Stre.t, New York, E. U. A Knvojr.i-moi gralia una {chmillon da Stai-o.i.h. Nom ———___——_^ Areaaa .— ^-*^_^ Villa at PayaBorno qui, BOUS Un sourire pei ptuel caillait une s^-nsibilil de cœur qui le portail oublier 1 1 cilemenl les offenses, ce qui lui valu l'estim • de ses anus et mme des indiffrents. • aul Borno s t Burtoul nri indpendant et n'a us de la si. (nation toute privilgie qu'il oc copait que pour faire le bien et s'attirer des sympathies. Il s'en va, regrett de tous et nous gaj itrons ternellement un souvenir mu le sou visage plein de boul et de loyaut. Au nom du i orps des Ingnieurs du Gouvernement, |e d pose sur sa tombe celle couronne. Puis lentement la loule s*coa la par la grande sortie du cimetire. Cochers, allume/ vos lanternes! Nous avons dj, en maintes fois, sigsal la mauvaise habitude contracte par de nombreux cochers cl qui consiste circuler li nu I Bans lumire. Dans leur propre intrt et aussi dans celui du piton que ces vhicules sans lanterne peuvent heurler, nous recommandons aux cochers d'avoir, le soir, leurs lanternes allumes. C'est d'ailleurs prescrit par les rglements de police sur la circulation des vhicules. lil A IL : Prealeulation du temps par M. G. Tippenhauer iujiirii'btii et deoiii \je'l\. — Pression atmosphrique : 0.5 au-dessus. Temprature :<•(> BU dessus. Probabilits pluie :.'l.l positif. Le 25. Pression atm hiph* rique : il au-dessua. Temprature : O.J au-dessua. Probabilits phue : 'J-'t ngatif. Il nous a l fait part de la mort du Gnral Maladie l-'austin. survenue hier 10 du matin. Les lunraillea auront lieu ce malin en l'glise Sainte-Anne. Aux parents prouvs par ce deuil particulirement a vt. Joseph Vivens dont le dl'unt tait l'oncle, nous envoyons nos sincres condolances. A TTENTION Voici la fin des vacan i es et aprl un repos bien },;i},ii. il B'aotl de i prendre le travail avec lorec et vigueur, lisl-il rien qui stimule mieux qu'une bon ne plume >aervoir ? Messieurs lesAvocts, Jour nalistes, Commenants et vous Bcoliers en parncnller, nous vous avisons avoir reu hier une bonne collection le nos PLUMES i/IESi:iiVni/t une %  pointes rondes en œm de lottes couleurs cl de huiles dimenstous. .Soin les rendons aux prix qe ade. 1 cl Gdes iJSO chaque BAZAR de la POSTE; (irandlUie %  % %  %  %  %  -i % %  — — %  %  — %  %  — i %  SSSBS j, a V \ssistance Mutuelle] Le Public esl avis que le Secrtaire d'Ktat de l'Intrieur a autoris la Police permettre, la Loterie L'Assistance Mutuelle de taire son damier tirage la .laie du ! octobre prochain. Kn consquence les vendeurs sont pris de se prsenter la Loterie, dans un dlai de Irois jours pour rgulariser leur si~ luation avec le Trsorier. Port-au-Prince, le 21 Sbre. 11120. LES MOUCHES SON? des ENNEMIS MORTELS DES .\FAKTB De tous les insectes LA MOl'CHE est le plus meurtrier. On estime SOIXANTE QUINZE MILLE le nombre de bbs qui ont succomb l'snne deruire dans un seul pays la suite de maladies transmises par les mouches, La Diarrhe et d'autres troubles intestinaux dont soutirent les enfants soit dus en grande partie la contagion par des mouches. Les mouches se reproduisent dans les fo\ers d'ordures et prennent naissance dans les immondices d'o elles iront plus tard contaminer les alunents et les vtements. Ku examinant soigneu sment Mes 0 pattes d'une mouche I l'aide d'un microscape, on y dcouvrira des milliers de microbes. Aprs de longues annes de re cherches, l'Entreprise de renomme mondiale.la STANDARD OIL'JOVll'ANV, New Jersey ) g. II. a perlectionn un produit olVrant les mo yens MIT s et simples pour combattre les mouches jusqu' leur extermination complte. Ce produit c'est le.... FLir Avec en produit vaporis on dbarrasseane maison des mouslipjes, et des mouches en quelques instants. KLIf est propre, d'un usage tacite olVrant toute garantie. De nom breuses preuves ont dmontr qae le <(FL1T>vaporis ne tche ai ne aie les vtements les plus dlicats. KLIfodtruit tons lesinseues qui infestent les maisons A l'aide d'un peu de FUT vaporis on extermine les mouchai moustiques, punaises, cancrelats, fourmis ainsi que leurs larves, • PLI l' > patre dans les fentes et les crevasses o les infectes se logent et dposant leurs larves. On psut aussi vaporiser le (PLIT* sur le v -'•! %  ; n-Mits; : ir il tue tous le insectes et leurs larves qui piquent le vtements. Pour dhurrasser une maison de ces insectes nuisibles il suflit de se servir de PUT*. Kn vente par tout. STANDARD OIL COUPANT ( NRW JERSEY ) E.U. Distributeur: West Inilia Oil Company MARQUE DPOSE DETRL'IT Mouches, Moustiques, Vers. Fourmis, Punaises, Puces, Cancrelats. Beaucoupd'autros Insectes et leurs lar >es qui infestent les maison* Le dsastre du New-York'PariB) les dtails Par cable franais ME W-YORK, 22 septembre — Le biplan gant Sikorsky sur lequel le capitaiue coin, luit traverser l'Atlantique a l^ dtruit parle feu hier matin, quelques minutes aprs son dpart, alors que la colossale n'avait pas enenr* quitt la voie de roulement construite pour faciliter son envole. Dans le d'ns're %  '• l'aroplane S-30 dit New-Y uk P.ris deux hommes ont troav une mort horrible : le franais Charles Clavier, oprateur de l'appareil de ndio-'i* lgraphie et le rusphe qui s'est eroluitequelquis nainules avuii d heures t'iUU matin a eu pour cause initi.t.e la i upiure d'une rie du train d atterri sagesuppliu nlaire dou' l'appareil avait : t muni pour faciliter sor. dcollage et ouf *. .-v



PAGE 1

LE MATIN 24 Septembre |0jp Capital : Or ug.Le Boss $Co. Agents Gnraux Avis iFeroant Lelntl, pr.pri HGH I.IKE Ihnrhf.littr, Mil, annonce sa bien trente.* qu'elle .1 am it ' et qu'elle est main : mesure de loger le? per ip*sage t llinche. tprochible el prix mo> iStar Steamship Ga ner KSoulheas vectement de (Jalves. est attendu Port ce,vers le 'l'.\ du eoulre|tartira le mme jour Jeinde l'orlo-Hico. I-Prince, le 20 Seplem )L*EZ Frres, Agents [Sleno anglais poiition pour pei'on:je ite.Ecrire et donner rl M : suager Casier A >i. Ecole Professionnelle Elle DuboisIM rouverture des dusses est fixe auLundi \ Octobre. Le Vendredi b. p. m. f-' 'M ftj En crivant sur une] peau tire avec une espce de stylet 'i;/ An'refois c'tait i f enf-tre uoe dis'iact on pojr OH pe , : lit &f K 1 |iiimeiud cri re une lettre. Vais 1 6i vous ave/ 'oiire dfs unies il est enflai", que ce procl n'est plus de mise pas plus que pour crire un boo. Mais au contraire quel merveilleux instn-ment qu'ua WAL. P*N| il est de belle apparence, d'criture uniforme, ne coulant pas et robuste. loin i I k Le lait en poudre le plus en vopue nux Etals-luis. }*eur l'alimentation des bbs et des couvale^t-epIs. ^ Le seul lait en poulie qui corlieLt les lioisvitamines. •Wiiidiipensables lments A l a nulritiou. ioSDL? *.'| Bt '' s d '" prs le P rocd Just-llatmiiker . lWi.r : ,ait de vac,ie !n poudre, se rapprochant le Ki l,e,I el r ,e diKeslion fatil, c £8t %  %  %  %  M* al chez : %  i r r M ||' A r, fred Vieu *' I A Bo,l aphael Brouard, "• Uorfct I Saviuieu Martin, Ptt t Joave W ? m{)an > lnc Geo. JKANSKME & Co 1 AOMTl THE WAHI. COMPANY New York, N. Y., U.S. A. MV\H.I. et MOIIK 1613 Rue il.1 Outre P< 1 !( I Al -I-H I M.l.. HATI The Royal Mai' Steam Packet Comapny !i • OilTablets fa^ss d'huile do Foie de Ifcrne En stock chez : Geo. JEANStME & Co. Agents Le steamer "Teviot* est attendu a Jacuiel, le 7 Octobre prochain. Il %  1.1 Port au Prince, le 1 1 du mi>me mois prenant le Irt pot-r es ports du nord et l'EuropeLe steamer "Cape SI Lucia" est attendu & Jacmel, le 13 Uclobre prochain. Le steamer "Culeltra" el attendu Jacmel, le 'i novembre prochain. Port au Prince, le t Se;>len bre l'JiU. l.DAALrERJr Agent Gnral pourHaiti Insurance Co ne des plus fortes Compafinies | canadiennes d'assurances sur la vie. Eug.Le Boss & Co. Un mcanicien dit eenr ment son Rhume se u.> iiurit temps // / a enray lout de suite avec \ icks et a ainsi vit tout risque de lu grippe ou de la pneumonie. Un traitement externe Bien trop souvent, le. ihumes %  ont ngl a lorsqui's commencent, c'est pourquoi il e-t si difti cile de s'en dfaire et les germe* de la grippe, de la bronchite et de h pneiunouie s'implantent. Mr LouisEdmond Bail!y, un m can cien bien connu de i'orl au Priuc* it du nombre d, s milliers de personnes idte nouvelle, qui cul app-is aoiguer lus 1 humes de mauire externe, avec Vicks Vaporub, l'onguent v.-porisjin* tuo•(•••ne Voici re qu il eu dit : Je travaille dans un endroit t^ chaud et ne prenant j-i niais ,|., prcautions, i'avale l0M|wra de* 1l11m.es ij'.n bien souvent se t nui • tonnaient en mulitdie plus graves. Il v a peu de temps j'ai etMVs) Vick l'apotub pour un rhume, j'en ai otite nu un soulagement si raiide i|iie mamUnant j'en HJ Ion jouis BOUS la main alin de pouvoir m'en servir au premier indice de rhume. Le dlai est dangereux la meilleure mthode est de oigner un rhum1 es le dbut. Prenez un 1 unYel m e vig lureuea app'ication de Vukvt-ur la gorge &f t la po.trite matrisera souveut un rh' me en une nui'. La an leur du eorpa li i'r" 'p, ing Oirota sautains de Vicks. .us fume de vapeurs, elles suit alors dir.clemeit inhales aux voies respiratoires enllammef et aux poumons. BI'M \ allaquent la germe imm di tem.ui, lachml le phbg:uc et laci.iiaul |j nspira t ou Il soulage bientt E'i m ne te.ups, V lu agit 1 travers la penu couine un cataplasme vieux g. nre 1 attirant* tension et meurtissure et aidant ainsi les les vapeurs inhales tma Iriser la congestion. Le soulage rneti se fait en gnral sentir ds |matip sous tes covpt rpts de cette double action directe. L elticacit de ce traiiemect est telle qu'il est devenu populaire par tout lelenonde. A Cuba et aux Etats Unis par exemple plus de 21 millions de mois y suit eraploy %  annuellement p^ur les 1 hume-, de 0 rveau et de poitrine, e cioup, ,1-naiix degoigcit les iliume des cijfanlB. En Ntnle dace oule ; 1rs phaim..cie OTRJEcoatumede bain....vol vc coslun-ede viic... votre coatnnic de soire sans 1 mpter ions les uutrea articles donl vous avez besoin J on I chez] PAULE AI'XII.A j les pn\ restenl les inmaa.... ,( > %  >, ;*a.. Les Etats Uni* et la Cour^internatale de Justice WASHINGTON, il Septembre — Le Praident Coolidge ne voit aucune raieou pour modifier lere vs failes par le S-nat par l'adbtoloa de< lllets \}nU la • ioiir peiminerile de justice inler nationale. I.e secrtair> Mellon eslime qu'nv.irt di rdii're les t.uif, fdraux il ni QetlKairf de ro'f ioniin-iii M com 'or'fi.1,1 IsMlnui ctue s p n.U-t un • 1. lira a mira Wmk mj&m i-orr teirdro tous tissus : /_'j;>7. COTON, SOIE, c:c... aaeOJ produit n'gala 'la MAURESQUE* riTCtitc i*>rt au Wiwa.'l'harnueieW.HI/r.ll • mu. 11EuMn* l'I Ki IU, 41.1'laoc Vullitra. *.iD.aa. boanai Babana Oc %  •m. % %  11 m fr.:u,i,, (,.i^„ ... 1. ,J,J, aJ'>Wr 3 i \ C VF.PCOO. i SNIRES (Sn) Ftaa<. 3 S ^a^!!^ Kl 'U.s'rtL u HOIILOU. Ile M c/55 *£OJU en / -^1893 ,,\V V .%"Ve 9 PENDULES 'A ""lUVEILS ll 'w/l .1ec,o.. le iupct-uir ^ P^. C^l^iuue complet qr jiuitffmrnl • >^ J"llCHAU0 IJHur.1rBrll.iil Bi •-. >>••.. .Vra^ Examen] S^no-nactyloijji'a|liiques J session Extraordinaire Le vendredi 2\ Septembre a l heures de l'apts midi el le samc di 16 I b. • %  "> p. m. des ex mens de Stenog< aphia el de Dacty ogr:i \\\\< i aoroal lien ta MBSIOO enraoi ciiiaiieet sous le rontile de l'InpaclioB S. ob.ire. 1 Ivole Spcia e de Stno lai lylographie ( 316, Rue lion. Port au I lot e) Le publie ne sera admit qu'au preuves du samedi 25. #Jk AfJj ^ t jjk A^#Jj> f|^ S*"* \#ICKS m <^^^>@uaker CJats 1 ES enfantai adorent le frinndiirs, touJ tes laa choses lucres. C'est bien naturel. Le sucra contient le lment qui permettent LUX jeunes de grandir et de e dvelopper normalement. Mais l'excs de sucre nuit i. l'organisme. D vaut beaucoup muux leur donne tous les jours une borne as ..,<_•; -,;t entier, ans fuiij'i.-i Pr To Afsccldn Cstrn/ •*-. Ecole Industrielle J. BDamier La rouverture des classes est (ixee au Lundi i Octobre. Les demandes d'admission seront M eues au si^ge del'Etabhsement, k partir du lundi 27 reptembp'. loin pi. le professioncelle de l'er seignement. eu attendaLl qot d'autres spcialits boieut anue x> es aux ateliers totnpren ? : la stno daetylngraohie et la comptabilit, la menuiserie, l'bniste lie, la nicaiii>|ue d automobile, h te iure et la typographie. Les .'il tiers inslalls dans ues I >caux spa rieux, sont poui vus d'un exce lent outillige qui permet aux lves de raliser de rapides progrs dans les breucheso ils se sont spcialiss. !o Ils reoivent en outre un en : igpement c'iissique adapt la I artie professionnelle. Cet enei\ nemenl suffis.-in.ment tendu, est < onn suivent un pregramme dont I s madres sont mthodiquement P partie en six ann^ef d'tude-. 3o Laa parents soucieux de do i %  i tri leur-, entants une formation i rofeesionnelle srieuse peuvent les envoyer l'Ecole .1. Il Damier. I,. a lves munis du certiiicat d'lu 'es primaires sont classs dans la sixime A dfaut de ce certificat ils subirent un examen rarresp udiiot et il mle cas o les rsultat* ne -ont pas salirfaituut-, ils sont reus dans une section prparatoire o ils acquirent 'es connaissances ncessaires pour ire admis dans la classe de sixi me. Les portes de l 'Ecoles industrielle J. B. Damier sont donc ouverte meut A tous eaux qui veulent profiter de son utile enseignement. m Elle tait affaiblie, macie, nerveuse Commrnl -lia rapril IS Im recouvra ara foras cl sa belle sanl I %  kl i ..ii.iiiu.iiii .i I plus puissant i rhuti •!>' !-• %  Bs, recoasliluci vos tissus et recouvn-i voire I. avec ces merveilleuses t*. Mettes. Vous innerez I livre II i l ; u rs ISM MCHHS .lill.cull. Vous n'ivei qu' deminder CksM tout I ,. |.,,i, ( d( TaWlUaM il'lluila de Foie de Morue BtcCojr'l ,-t lulvr I . .r.-m, Excellenles aussi pour Us (srfarttl afl I tn„ |


PAGE 1

MAUX 24 SEPTEMBRE i 4 ^a ttMHlulfl&i&^^ niiMwsSttZ'.-' Eli et U ON DEMANDE I Jn agent de Commission avant des relations, avec des Minoteries, Fabriques, Magas us, Docks etc. Pasd' hantiltom porter. Commisfion variant de 33 L 10. le.(t | ar arlicle vendu | Revenu llxe pour un corn ii iseionnaireactif. Repondez J la premire occasion : Box283 F. T. B.HIIii\VM>S ADVERTISINGOFFI:ES.163. Oaeea Victt rin Street, Lon don. E. ('. A. England. | n M %  % % %  G en* d'autre foi§.: Vieux souvenir g. PAU Pierre Eugne de LESPINASSE En ven!e lx Arme* de l'ai is el lu Maison Robelfo. rix do volume 1 dollar. Stno Waoted Position opeu l'or an English Sle nogtapher and oltice assistant (JOO.I bvpnilMttll) lor t lie ri r h l par.y Wiile jrivi p nf MflON to : ManagPi l'"x A A. §fongnpfi anjjlaNt Enseigne m Anglais Kcol>Spci . Il'>' Prou. Poil au Prince,— Tlphone, VO. Demander prospectus. MmF e*itr *S&**T. Ne Frdric Dustouches AVOCAT Au haut de l'Ancien neJJau([lie du Canada. 2 l|2 51(2 heure* A?: "*, ww. Nash Ce que voui pouvez donner de phil prcieux a votre cr.Ii.ni, e'esl la Mut. I.es rrecautions lmentaire d'hygiM %  >' ni l.icilis a prendre. C'est par lu malpropret que vient la maladie. Attaquez la crasse avant quelle ait eu le temps de pntrer duns> >' les pores de la peau. dQi Vrillez a ci que votre enfant '/f e lave ouvert et MignaaM f'J ment avec le aivon // ni, w &fW le Savon pour la Sant LevtffetfiK œ& Ce qui n'a jamais t l'ai! %  O qui ne peut tre dpass. Kola Champagne F Sjourn Pifytr dans desconditions 1 'riuoureuses DASEPSIE Prparation el Vente %  Pharmacia F. SiJorHXr. AUQle\det Hues lluux et iluCei'lre. S* g* Et n *aL*mL.**.\&>-VSk. . 1 A S II Irarls tlie Worjd ir> mtlot c*r vilue. The Woild ha> goop .. N \ s II t-wonfl cll'ers greater tqasli'ygualcr v.lr.e" perl'omance. I es nulnmoli!es u NASH •• i •'< W*mi ni coD>lnuie pa; nonlagoeux. mioifs d'ex ••'mis luoUur. les"..>i,es les | lus dilliiiUt" !e mnximum de %  'l* 1 6 ^. Economie Con-orl Puissance J Irfcurc/ NOUS un >< \ A S II •• pi etc. Une visite^ s'impose Aux Grands M;i<|u ins 1 fournitures gnrales pour la cordoow Jmtiny GOttnASCO o T , Une des Frons-Forl 9 "•• •\ w -*JpB(PJ^Ir#. '***



PAGE 1

— DIRECTEUR PROPRIETAIRE IMPRIMEUP; Clment MAQLOIRE BOIS-VEHNA 1358, Rue Amricaine, 1358 LE NUMERO SO CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 242 On arrte aisment une rivire qui ne fait que sortir de su source, mais quand elle a liirqi son lit, on a de la peine •'< la [Hisser sur un chameau: ainsi des passions, rranoii de SALES Mme ANNE N 5908 PORT-AU-PRINCE ( HAlTlj) VENDREDI 24 SEPTEMBRE 1926 tes Congrs d'Education lvsiqut' tenus lort .souvent Lus les Pays trangers, |„„ ls |nonliviil. lourde rle, l'inlrtl qu'il y ;i pour la g jralit des limumes ac Burir le dveloppe m en t boni ml l<" plus complet possifec'ed --dire lu force la plus [pamle, unie au maximum de |ioii|)lfssr et m liiilciuie dans I m tel tal d'entraiiuunenl que l'on soit toujoui -, pic! gra lirune montagne aussi bien Il/ porter des fardeaux, [pratiquer un sport qu'excu1 1er un exercice fatigant. Celle [aptitudeil n'importe (|uel exer [ace,qu'il s'agisse de taire œtim utile ou qu'on y cherche iw'ulement de I agrment, est I chose prcieuse, et elle devient de plus en plus ncessaire. jleulemcnt on a compris que, f nul dans certains cas bien d[termines, les exercices phvsi%  H doivent avoir pmr but [et rpandre la lorce dans le %  corps, de la gnraliser, au |fieu de la localiser dans cerftiinsmembres, ("est ainsi que ifhertule qui soulve des poids [,'ites une luire est in capable de BUir; un excellent coureur, fixe m pic, se dclarera Bteau moindre rctablis[ %  %  aent o la lorce des bras |fcil donner sa mesure ; un pranasiar(;ue,(jni excute des ttractkms s tu p lia n tes l**lavigoureuse nuiscuJJ•>les attaches clavictt*". km un pitre lutteur, D j de rsistance des reins "wjambes. Tout travail JJM impose a tel ou tel '"•Mlexclusion des.auluuwaptaie e ndanl la guerre, un oflicier •We bntannique.de pasJJ Rouen, renversa par ni Fejvec S0I1 iiuio.iiiie brave [Jfgere. Celle-ci n'eut aucun 'mais, ,| ans s:lt .| ul|Pi e || e wason parapluie. L'officier Kad au front ne crut pas |7* f' sarrr-icr pour rparer W,q'il avait caus ;pa ^"yac|uelt|iies jours, un lE n "i sc l'^'iil:-il la ItoW, HOIUJI H demandait C c, s '• ( (| HMrbes pour %  j v r la m:.„: ltf .rc dont le tr!*Piavail brise el par un Nnliste voil plus de 1,1 dile de dire que l'an R? i^'^deimiiJt'lgent: ,n ** 1926 ne forment |T a 1 '" \t* seul personnage. j^Rouennaise au parapluie We a n'" 1 '" 1 morte? Peut Rmu T h,k s,,,, k; cr Pe Rn!' n ,ais vo,,bnt rts. 0 uuo aiics aux pau^ le gesle. y **tm D ^ANDEALOUER IJoiine maison 's environs de |g „! %  ";• aya.,1 iu m : r e lec"S 0 *. au. remise. Vutirsse,Mi No ,,„ 7 foi. n ce de la Gare, Rue du lres.se paie, en gnral, par le dprissement des autres ort'anes, et dtermine ces hypertrophies que nous constatons. Il esl possible que pour une nolession dtermine on ait >esoin de ce dsqnillibre. et qu'il faille en tel point une robustesse disproportionne avec la puissance du reste du corps. Mais, en gnral, l'exercice de cette profession donne les surcrots de lorce que celte profession rclame: tmoins, les forgerons, les serruriers, qui possdent des poignes respectables et qui n'ont point de gros bras, mais les eomKMisent par de robustes paues. En somme, ce dsquilibre est. pour ainsi dire, ncessaire. Des exercices correctifs, d'ailleurs, peuvent y porter reni le. C'est le cas pour l'athlte moderne qui l'on demande de I agil t, de la souplesse,de la lorce. d'viter aussi bien le choc d'une automobile que de se sauver d'un incendie, de sauter un mur ou de glisser le long d'une corde, de courir avec une charge sur le dos, de pouvoir supporter les fatigues d'une longue marche, etc.. Le programe qui doit donc runir le plus de suffrages est donc celui qui prparera las individus de telle sorte que leur conformation physique musculature et organes internes — soit prt donner le fdein de ce dont elle est capade.sansqu'une partie acquire un dveloppement excessif au dtriment des autres. Ce que l'on doit rechercher, c'est l'harmonie de l'ensemble, et cest aujtravail rationnel qu il faut la demander. (). %  C8 mot de rationnel nous parait %  appliquerpariaitementa une slection des deux mthodes qui se trouvent prconises actuellement i\n peu partout. Je ne veux pas m'lendre sur les dtails de chacune de ces mthodes. Je retiens simplement cette dclaration lu rt juste d'un des promoteurs de l'une dlies, Hbert, qui lit que l'homme, pour acqurir la lorce e) la sant, loit faire les exercices utilitaires, indispensables, s'exercer au lehors afin d'assurer A la peau le contact de l'ar. H cite, comme les plus beaux spcimens humains de lorce et devante, les hommes vivants prs de l'tat dnature, plus particulirement chez les sauvages. En s ; il me les programmes comprennent comme bases principales, la marche, la course, les sauts, l'art de grimper.l'assouplissement, la boxe, la lutte, la natation avec comme complments: l'escrime sous toutes ses tonnes, la voltige, les luttes de traction, le lancer des poids, les quilibres,etc.. C'est bien l la gymnastique rationnelle qu'il tant prconiser, dans laquelle tous les memb es sont exercs tour de rle et qui met l'homme en tat, non seulement d'assurer si propre dfense le cas chant, mais encore le se protger contre les influences morbides qu' l'attendant dans la vie... /impitojable progrs Do mtro a Venise On tlgraphie de Venise nie nouvelle qui n'ira pas sans mettre quelque mlancolidans les plus beaux rvesdes poies et les touristes du monde entier. Voici celte dpche: VICMSK— Venise va avoir son Mtropolitain. Il sera sou t.-rrain et passera sous la lagu ne et sous les canaux. Une ligue partira de Margh.ra pour aile %  aboutir dans dans l'Ile Lido.L'ne autre ligne suivra le Grand canal et aura des stations dans toutes les petites les les environs de la ville. Nous entendons bien que les gondoles, dont beaucoup sont pourvues le inoleur.nen vont pas tre compltement supprimes. Niais les lignes du mtropolitain se multipliant, selon toute vraisemblance, lans \ ingt ans, Sainte Vierge que liera Venise ? Le progrs est impitoyable... et pitoyable. .. MAURICE ETIENNE fils A nyle des Hues du Magasin dt l'Etal et ns bronls-boiis Vient de recevoir Chapeaux garnis pour dames. Avis Nous avons l'honneur de porter a la connaissance du public et du Commerce que depuis le 1er .Septembre 1920 la raisen sociale de The British Imprial (>il Company ( Curaao) llmited a t transforms en celle de THE SHELL COMPAMY ( West Indies )JLimited. OfcOffFSON, LOCAS&C". Agents Mlle Amlie Velteo %  odiste Place de la Paix, N" 1C504. De retour de la campagne, porte la connaissance de ses aimables (Uienles et des Dames en gnral, quelle se tient leur disposition pour la confection de chapeaux pour daines en tous genres, fillcllcs cl enlanls, elle leur promet,comme toujours, un travail soign. et exactitude. 'ffliss Amlie Velteo MiMiner Place dlia Paix, JN 1604 ? t On her return from the coun try lias [tleasine in announeing lu her aimable Clients ami lo. the Ladies in gnerai Huit she is al the disposai of ail Jur the trimming and meJdng pf liais (,f l;ings for ladies, i[oung ladies and cluldicn a>id the nhe promise* as hcrctojore a carjul and prompt attention lo ail orders. TV S* m a •0) La nouvelle Corona La Machine crire personnelL %  ajomd'hui, une nouvelle Ipoqu < rommence pour II <• Corona M vec l mn ile ( ) q u a I r e qu crit en ')0 oanetrtl dilIVrents 1 1 %  tut compter de t ;'i touches mortes. Corona fabrique et vulgarise la Il y a 17 an9 que >,% machine crire If^re. fj^* Depuis lors iloronauprend progressivement la place des :^ V# machines lourdes et volumineuses. •Oit foKON'A VOUS AI'I'OHTR l NE CONOMIE. MAXWELL .V MOHR PHONB: 'MO Les beaax saniels Ten rve est douxIn rin ut deiii— si doit ^u'il lait boajtr tes If-mu Tout Jinii'uifiil, Uut douffnifnl.reaaeun bai' ser... Ilh rrmAu (H syr un ror vuul s aosrr farini les tktas mfaulsi it klauclits rbem I lis rfs-tu que sur la uiuussc/n nelts uiinres La wrrr pnrr au bad du bois unit psrr ? Vu an i etseau leil ree et UM s'eiw krisrt Les lils de Vierae et (aire au loi s'ruluir les Knti It'ves-lu qae la lune est un hortensia '... OH bien entor i|ue sur le puits l'aracia dette drsIlearsdeieijed'orsealiNl la %  jrrbf'.. Un I|IK la bourbe, au fouJ du srau, si biei se mire. \)w if la irenJs |wur une Heur qu'un coup de iel A fait teaaer.au rien Njilf dans l'eau d arofol, Francis JI1VES Echo de Hiacbe I.e Seraicc Technique d'Agriculture cl rvolution conomique d plaleau central par le Coton. De toutes lo branchai <'e l'Administration Hinche, on peut dise que la Service Technique d'Agricullure. par l'essor vraiment conaidArable donn l'extension de la production lu coton en deux ans a jet la premire base d'une volution iconomiqua progreaslvs et rationnelle. Pour se laite une ide exacte de ce dveloppement rapide, il laudrail bien connatre d'abord la rgion. avoir vcu les moments le trouble o mines s'accumulaient. Eu effet ;i|>ivs cette priode pendant laquelle, lee proprits lurent totalement sacageee et ruines, notre productions cotonire tait presque nulle. —A l'arrive de Mr Andr Scstt, l'actif Agent Agricole notre rcolte a n u u e N e n'atteignait mme pas cent mille livres. Nous devons le rapide dveloppement actuel le notre production une propagande active et persvrante et des distributions intelligentes le semences dans les moindres sections rurales suceptibles l'en produire, notre prodution a dj dpaea i n million de livres I anne deri iiv, et nous ne noyons pus exagrer en prsumant une rcolte le [)ln> de deux initiions de livres pour tanne en cours. malgr la scheresse asoaptionnement dsastreuse de ces jours p.isss. Monsieur Scott a fini par l'aire comprendre aux producteurs, m'une productions toujours plus mande est la base londa mentale tu dveloppement co nomique, non seulement de l'ai rondiaaemenl de Hinche mais de tout le plateau central en gnral; elle doit assurer la frquentation le nos routes par les camions venant le Port-au-I'rince ou des Gonafvea pour la transport du coton. On lut tmoin celle anne l'une activit aommerrials qui promet le* plus heureuses ralisations. Pendant la dernire rcolte, on a souvent VU.cmq camions, luisant le trajet dans l'ois tans une seule fourne, transporter, de Mnissade Si-Michel prs de 10.000 livres de cornu; c'est lj un assez actil mouvement d'change; et nous esprons encore mieux de la rcolte prochaine. Pour le caf, l'ellort n'a pas t moindre, lepuis le mois de Juillet, une srieuse campagne est activement poursuivie en laveur d'une plus grande extension de la production du <'af. --Le (Jouverneinenl offre aux producteurs cinquante gourdes pour chaque millier de caliers plants cette anne suivant les mthodes lu Service Technique d'Agriculture. L Agent Agricole, aflirine pie d'aprs ses dernires tournes (le contrle, le nombre de jeunes caliers nouvellement plants, ne sera pas infrieur 200.(MM), Il I ml adresser les plus chaleureuses flicitations au Gouvernement et au Service Technique d'Agriculture pour les louables efforts qu'ils tentent eu laveur d'un plus grand dvelopment conomique du plateau Central. Prfecture de Port-au Prince Liste les propritaires et occupants des terrains limites par la Rue de la Runion, la Rue de l'Egalit et la Hue Monseigneur Beaug dont l'expropriation toroe pour cause d'utilit pubHque doit tre poiirsuiv ie.en vue le la Construction d'un Palais de Justice : lo Astral Laloiesl 2o Donc Dorsainvil 3o Drilus Deuxime Zphir lo Demeurant Deuxime Zphir o Paul limile Deuxime Zphir 8o Drisbrun Deuxime Z>phir 7o Argentine .lean, \'ve Deuxime Zphir. 192.1 venir prendre communication lu plan parcellaire le ces terrains dress par la Direction Gnrale les Travaux Publics au Bureau du Prfet bernes. Il lallul toutes les peines du monde pour le chasser. Itedeaux et sa* cmlainj accouraient avec de gros biOna pour obliger l'animal quitter l'glise. Mais ds pion le laisail quitter sa place aU'daaSOU d'une chaise, il se rfugiait sous une autre en grondant. Cela lit un beau vacarme dans l'glise al ce n'est qu'aprs mille difficults que Noms ŒIL vit l'animal quitter le saint Lieu. ... a vu, mercredi soir, la Grandllue, quatier compris antre la rue des Csars et la rue du Boulevard des Veuves, dCUI conjoints qui vidaient une querelle conjugale et nocturne. ... vit la femme pii tait plus forte, jeter l'homme la porta qui lut referme avec fracas. Puis, la mgre parut la lnlre et elle expdia dans fa rue, pantalons, vestes, i liemises, chaussettes, souliers, une pipe, une vieille casquette, de. Ll le mari, ci de rsign, se promenait de a, ramassant ses eOels* Celait Iris curieux voir. ... a vu, mardi soir, un groupe de sporismen mn s'entranaient la couise. Il prirent le dpart au Champ de Mars, ils taient tous en maillots et culottes de sport. De devaient atteindre la Haaco tout d'une traite. ...vit des cyclistes, des autos an grand nombre qui suivaient les coureurs. ... verrait avec plaisir Me. YV. Vol. passer au Bureau du journal rgler son petit bordereau pour insertion d'avis. ... Voit avec plaisir qu'on poursuit activement les travaux d'embellissemenl du Champ de Mars. Lorequ'ill seront compltement achevs, notre grande Place prsentera le plus heau, coup, l'ieil. Les propritaires cilessus dsignes sont invits conformment l'article t de la loi du •"> SOfll 1001, sur lexpropropriatiyn toroe pour cause d'utilit publique et suivant i^M.Atatoj. i,,„. ti--;:;^;z^, s, !" t signifi le 1/ Septembre grattablas accidents. ... voit avec inquitude les chauLeurs a'antter taire de la vitesse sur la roule de l'ortau-Prince— Carrelour. C'est une grande imprudence et NOTRE J


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06824
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, September 24, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06824

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
'
DIRECTEUR PROPRIETAIRE
IMPRIMEUP;
Clment MAQLOIRE
Bois-Vehna
1358, Rue Amricaine, 1358
LE NUMERO SO CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
On arrte aisment une rivire
qui ne fait que sortir de su sour-
ce, mais quand elle a liirqi son
lit, on a de la peine '< la [Hisser
sur un chameau: ainsi des pas-
sions, rranoii de SALES
Mme ANNE N 5908
PORT-AU-PRINCE ( HAlTlj)
VENDREDI 24 SEPTEMBRE 1926
tes Congrs d'Education
lvsiqut' tenus lort .souvent
Lus les Pays trangers, |ls
|nonliviil. lourde rle, l'in-
lrtl qu'il y ;i pour la g
jralit des limumes ac
Burir le dveloppe m en t
boni ml l<" plus complet possi-
fec'ed --dire lu force la plus
[pamle, unie au maximum de
|ioii|)lfssr et m liiilciuie dans
I m tel tal d'entraiiuunenl que
l'on soit toujoui -, pic! gra
lirune montagne aussi bien
Il/ porter des fardeaux,
[pratiquer un sport qu'excu-
11er un exercice fatigant. Celle
[aptitudeil n'importe (|uel exer
[ace,qu'il s'agisse de taire ti-
m utile ou qu'on y cherche
iw'ulement de I agrment, est
I chose prcieuse, et elle devient
de plus en plus ncessaire.
jleulemcnt on a compris que,
f nul dans certains cas bien d-
[termines, les exercices phvsi-
h doivent avoir pmr but
[et rpandre la lorce dans le
corps, de la gnraliser, au
|fieu de la localiser dans cer-
ftiinsmembres, ("est ainsi que
ifhertule qui soulve des poids
[,'ites une luire est in capable de
BUir; un excellent coureur,
fixe m pic, se dclarera
Bteau moindre rctablis-
[aent o la lorce des bras
|fcil donner sa mesure ; un
pranasiar(;ue,(jni excute des
ttractkms s tu p lia n tes
l**lavigoureuse nuiscu-
JJ>les attaches clavictt-
*". km un pitre lutteur,
*Dj de rsistance des reins
"wjambes. Tout travail
JJM impose a tel ou tel
'"Mlexclusion des.au-
luuwaptaie
endanl la guerre, un oflicier
We bntannique.de pas-
JJ Rouen, renversa par ni
Fejvec S0I1 iiuio.iiiie brave
[Jfgere. Celle-ci n'eut aucun
'mais, ,|ans s:lt.|ul|Pi e||e
wason parapluie. L'officier
Kad au front ne crut pas
|7* f' sarrr-icr pour rparer
W,q'il avait caus
;pa^"yac|uelt|iies jours, un
lEn"i sc l'^'iil:-il la
ItoW, ,Hoiuji H demandait
C c,.s '('(|HMrbes pour
jvr la m:.:ltf.rc dont le
tr!*Piavail brise el par un
Nnliste voil plus de
1,1 dile de dire que l'an
R?
i^'^deimiiJt'lgent:
,n ** 1926 ne forment
|Ta'1 '"
\t* seul personnage.
j^Rouennaise au parapluie
Wea n'"1'"1' morte? Peut
Rmu Th,k' s,,,, k;cr
Pe Rn!' n,ais vo,,bnt
rts. 0-uuo',aiics aux pau-
^ le gesle. y
**tm
D
^ANDEALOUER
IJoiine maison
' 's environs de
|g
!"; aya.,1 ium:re lec-
"S0*. au. remise.
Vutirsse,- Mi No ,, 7
foi. n ce de la Gare, Rue du
lres.se paie, en gnral, par le
dprissement des autres or-
t'anes, et dtermine ces hy-
pertrophies que nous consta-
tons.
Il esl possible que pour une
nolession dtermine on ait
>esoin de ce dsqnillibre. et
qu'il faille en tel point une
robustesse disproportionne
avec la puissance du reste du
corps. Mais, en gnral, l'exer-
cice de cette profession donne
les surcrots de lorce que celte
profession rclame: tmoins,
les forgerons, les serruriers,
qui possdent des poignes
respectables et qui n'ont point
de gros bras, mais les eom-
KMisent par de robustes pau-
es. En somme, ce dsquili-
bre est. pour ainsi dire, n-
cessaire. Des exercices correc-
tifs, d'ailleurs, peuvent y por-
ter reni le. C'est le cas pour
l'athlte moderne qui l'on
demande de I agil t, de la
souplesse,de la lorce. d'viter
aussi bien le choc d'une auto-
mobile que de se sauver d'un
incendie, de sauter un mur ou
de glisser le long d'une corde,
de courir avec une charge sur
le dos, de pouvoir supporter
les fatigues d'une longue mar-
che, etc..
Le programe qui doit donc
runir le plus de suffrages est
donc celui qui prparera las
individus de telle sorte que
leur conformation physique -
musculature et organes inter-
nes soit prt donner le
fdein de ce dont elle est capa-
de.sansqu'une partie acqui-
re un dveloppement excessif
au dtriment des autres. Ce
que l'on doit rechercher, c'est
l'harmonie de l'ensemble, et
cest aujtravail rationnel qu il
faut la demander. (). C8 mot
de rationnel nous parait
appliquerpariaitementa une
slection des deux mthodes
qui se trouvent prconises
actuellement i\n peu partout.
Je ne veux pas m'lendre sur
les dtails de chacune de ces
mthodes. Je retiens simple-
ment cette dclaration lu rt
juste d'un des promoteurs de
l'une dlies, Hbert, qui lit
que l'homme, pour acqurir
la lorce e) la sant, loit faire
les exercices utilitaires, indis-
pensables, s'exercer au lehors
afin d'assurer A la peau le con-
tact de l'ar. H cite, comme
les plus beaux spcimens hu-
mains de lorce et devante, les
hommes vivants prs de l'tat
dnature, plus particulire-
ment chez les sauvages. En
s ; il me les programmes com-
prennent comme bases prin-
cipales, la marche, la course,
les sauts, l'art de grimper.l'as-
souplissement, la boxe, la
lutte, la natation avec comme
complments: l'escrime sous
toutes ses tonnes, la voltige,
les luttes de traction, le lancer
des poids, les quilibres,etc..
C'est bien l la gymnastique
rationnelle qu'il tant prconi-
ser, dans laquelle tous les
memb es sont exercs tour
de rle et qui met l'homme
en tat, non seulement d'assu-
rer si propre dfense le cas
chant, mais encore le se
protger contre les influences
morbides qu' l'attendant dans
la vie...
/impitojable progrs
Do mtro a Venise
On tlgraphie de Venise
nie nouvelle qui n'ira pas sans
mettre quelque mlancolidans
les plus beaux rvesdes poies
et les touristes du monde en-
tier.
Voici celte dpche:
Vicmsk Venise va avoir
son Mtropolitain. Il sera sou
t.-rrain et passera sous la lagu
ne et sous les canaux.
Une ligue partira de Mar-
gh.ra pour aile aboutir dans
dans l'Ile Lido.L'ne autre ligne
suivra le Grand canal et aura
des stations dans toutes les pe-
tites les les environs de la
ville.
Nous entendons bien que
les gondoles, dont beaucoup
sont pourvues le inoleur.nen
vont pas tre compltement
supprimes.
Niais les lignes du mtropo-
litain se multipliant, selon
toute vraisemblance, lans
\ ingt ans, Sainte Vierge que
liera Venise ?
Le progrs est impitoyable...
et pitoyable.
.. .
MAURICE ETIENNE fils
A nyle des Hues du Magasin dt
l'Etal et ns bronls-boiis
Vient de recevoir Chapeaux
garnis pour dames.

Avis
Nous avons l'honneur de
porter a la connaissance du
public et du Commerce que
depuis le 1er .Septembre 1920
la raisen sociale de The Bri-
tish Imprial (>il Company
( Curaao) llmited a t trans-
forms en celle de
The Shell Compamy ( West
Indies )JLimited.
OfcOffFSON, LOCAS&C". Agents
Mlle Amlie Velteo
odiste
Place de la Paix, N" 1C504.
De retour de la campagne,
porte la connaissance de ses
aimables (Uienles et des Dames
en gnral, quelle se tient
leur disposition pour la con-
fection de chapeaux pour da-
ines en tous genres, fillcllcs cl
enlanls, elle leur promet,com-
me toujours, un travail soign.
et exactitude.
!
'ffliss Amlie Velteo
MiMiner
Place dlia Paix, JN 1604 ?t
On her return from the coun
try lias [tleasine in announeing
lu her aimable Clients ami lo.
the Ladies in gnerai Huit she
is al the disposai of ail Jur the
trimming and meJdng pf liais
(,f l;ings for ladies, i[oung
ladies and cluldicn a>id the
nhe promise* as hcrctojore a
carjul and prompt attention
lo ail orders.
TV
S*
m
a
0)
La nouvelle Corona
La Machine crire
personnelL
' ajomd'hui, une nouvelle Ipoqu <
rommence pour II < Corona
mvec l mn ile ( ) q u a I r e qu
crit en ')0 oanetrtl dilIVrents 11
tut compter de t ;'i touches mor-
tes.
Corona fabrique et vulgarise la
Il y a 17 an9 que
>,% machine crire If^re. fj^*
Depuis lors iloronauprend progressivement la place des :^
V# machines lourdes et volumineuses.
Oit
foKON'A VOUS AI'I'OHTR l NE CONOMIE.
MAXWELL .V MOHR
Phonb: 'Mo

Les beaax saniels
Ten rve est doux-
In rin ut deiii si doit ^u'il lait boajtr
tes If-mu
Tout Jinii'uifiil, Uut douffnifnl.reaaeun bai-
' ser...
Ilh rrmAu (H syr un ror vuul s aosrr
farini les tktas mfaulsi it klauclits rbe-
m I
lis rfs-tu que sur la uiuussc/n nelts uiinres
La wrrr pnrr au bad du bois unit psrr ?
Vu an i etseau leil ree et Um s'eiw krisrt
Les lils de Vierae et (aire au loi s'ruluir les
Knti
It'ves-lu qae la lune est un hortensia '...
Oh bien entor i|ue sur le puits l'aracia
dette drsIlearsdeieijed'orsealiNl la jrrbf'..
Un i|ik la bourbe, au fouJ du srau, si biei se
mire.
\)w if la irenJs |wur une Heur qu'un coup de
iel
A fait teaaer.au rien Njilf dans l'eau d arofol,
Francis JI1VES
Echo de Hiacbe
I.e Seraicc Technique d'Agri-
culture cl rvolution conomi-
que d plaleau central par le
Coton.
De toutes lo branchai <'e
l'Administration Hinche, on
peut dise que la Service Tech-
nique d'Agricullure. par l'essor
vraiment conaidArable donn
l'extension de la production lu
coton en deux ans a jet la pre-
mire base d'une volution ico-
nomiqua progreaslvs et ration-
nelle.
Pour se laite une ide exacte
de ce dveloppement rapide, il
laudrail bien connatre d'abord
la rgion. avoir vcu les mo-
ments le trouble o mines s'ac-
cumulaient. Eu effet ;i|>ivs cette
priode pendant laquelle, lee
proprits lurent totalement sa-
cageee et ruines, notre produc-
tions cotonire tait presque
nulle. A l'arrive de Mr Andr
Scstt, l'actif Agent Agricole notre
rcolte a n u u e N e n'atteignait
mme pas cent mille livres.
Nous devons le rapide dve-
loppement actuel le notre pro-
duction une propagande active
et persvrante et des distribu-
tions intelligentes le semences
dans les moindres sections ru-
rales suceptibles l'en produire,
notre prodution a dj dpaea
i n million de livres I anne der-
i iiv, et nous ne noyons pus
exagrer en prsumant une r-
colte le [)ln> de deux initiions
de livres pour tanne en cours.
malgr la scheresse asoaption-
nement dsastreuse de ces jours
p.isss.
Monsieur Scott a fini par l'aire
comprendre aux producteurs,
m'une productions toujours
plus mande est la base londa
mentale tu dveloppement co
nomique, non seulement de l'ai
rondiaaemenl de Hinche mais de
tout le plateau central en gn-
ral; elle doit assurer la frquen-
tation le nos routes par les ca-
mions venant le Port-au-I'rince
ou des Gonafvea pour la trans-
port du coton. On lut tmoin
celle anne l'une activit aom-
merrials qui promet le* plus
heureuses ralisations. Pendant
la dernire rcolte, on a souvent
VU.cmq camions, luisant le tra-
jet dans l'ois tans une seule
fourne, transporter, de Mnis-
sade Si-Michel prs de 10.000
livres de cornu; c'est lj un as-
sez actil mouvement d'change;
et nous esprons encore mieux
de la rcolte prochaine.
Pour le caf, l'ellort n'a pas
t moindre, lepuis le mois de
Juillet, une srieuse campagne
est activement poursuivie en la-
veur d'une plus grande exten-
sion de la production du <'af.
--Le (Jouverneinenl offre aux
producteurs cinquante gourdes
pour chaque millier de caliers
plants cette anne suivant les
mthodes lu Service Technique
d'Agriculture.
L Agent Agricole, aflirine pie
d'aprs ses dernires tournes
(le contrle, le nombre de jeunes
caliers nouvellement plants,
ne sera pas infrieur 200.(MM),
Il I ml adresser les plus cha-
leureuses flicitations au Gou-
vernement et au Service Tech-
nique d'Agriculture pour les
louables efforts qu'ils tentent eu
laveur d'un plus grand dvelop-
ment conomique du plateau
Central.
Prfecture
de Port-au Prince
Liste les propritaires et
occupants des terrains limites
par la Rue de la Runion, la
Rue de l'Egalit et la Hue Mon-
seigneur Beaug dont l'expro-
priation toroe pour cause
d'utilit pubHque doit tre
poiirsuiv ie.en vue le la Cons-
truction d'un Palais de Jus-
tice :
lo Astral Laloiesl
2o Donc Dorsainvil
3o Drilus Deuxime Zphir
lo Demeurant Deuxime Z-
phir
o Paul limile Deuxime Z-
phir
8o Drisbrun Deuxime Z>-
phir
7o Argentine .lean, \'ve Deu-
xime Zphir.
192.1 venir prendre commu-
nication lu plan parcellaire
le ces terrains dress par la
Direction Gnrale les Tra-
vaux Publics au Bureau du
Prfet sis la Rue I erou ; l'oit 80-
l'i'ince.
Port au-Prince, le 17 Septem-
bre 1920.
Le Prfet,
Ci.km i.xi M\GL0IRE
Noire il
isa
... a vu, mercredi vers 1 heu-
re de l'aprs-midi, l'angle des
rues des Csars et du Centre
sous la galerie de C. C, un
spectacle c h i r m a ut. Il parait
pion inaugurait un salon de
coilfure et de |oveux compa-
gnons s'y taient donne rendez-
vous. L'on dansait, l'on chantait
avec force pantomimes et I artis-
te capillaire lui-mme, un pei-
gne dans une main et taisant r
sonner de l'autre, la cliquetis
de ces ciseaux prenait pari la
pelite tte. C'tait charinint
voir.
... a vu, mercredi matin un
chien, un norme dogue qui s'-
tait introduit la Cathdrale
pendant pion c I brait la
messe le ."> bernes. Il lallul
toutes les peines du monde
pour le chasser. Itedeaux et sa*
cmlainj accouraient avec de
gros biOna pour obliger l'ani-
mal quitter l'glise. Mais ds
pion le laisail quitter sa place
aU'daaSOU d'une chaise, il se
rfugiait sous une autre en gron-
dant. Cela lit un beau vacarme
dans l'glise al ce n'est qu'aprs
mille difficults que Noms il
vit l'animal quitter le saint Lieu.
... a vu, mercredi soir, la
Grandllue, quatier compris an-
tre la rue des Csars et la rue
du Boulevard des Veuves, dCUI
conjoints qui vidaient une que-
relle conjugale et nocturne.
... vit la femme pii tait plus
forte, jeter l'homme la porta
qui lut referme avec fracas.
Puis, la mgre parut la l-
nlre et elle expdia dans fa
rue, pantalons, vestes, i liemises,
chaussettes, souliers, une pipe,
une vieille casquette, de. Ll le
mari,
ci de
rsign, se promenait de
a, ramassant ses eOels*
Celait Iris curieux voir.
... a vu, mardi soir, un grou-
pe de sporismen mn s'entra-
naient la couise. Il prirent le
dpart au Champ de Mars, ils
taient tous en maillots et cu-
lottes de sport. De devaient at-
teindre la Haaco tout d'une
traite.
...vit des cyclistes, des autos
an grand nombre qui suivaient
les coureurs.
... verrait avec plaisir Me. YV.
Vol. passer au Bureau du jour-
nal rgler son petit bordereau
pour insertion d'avis.
... Voit avec plaisir qu'on
poursuit activement les travaux
d'embellissemenl du Champ de
Mars. Lorequ'ill seront compl-
tement achevs, notre grande
Place prsentera le plus heau,
coup, l'ieil.
Les propritaires ci- lessus
dsignes sont invits confor-
mment l'article t de la loi
du "> SOfll 1001, sur lexpro-
propriatiyn toroe pour cause
d'utilit publique et suivant
i^M.Atatoj. i,,. ti--;:;^;z^, s,
t signifi le 1/ Septembre grattablas accidents.
... voit avec inquitude les
chauLeurs a'antter taire de
la vitesse sur la roule de l'ort-
au-Prince Carrelour. C'est une
grande imprudence et Notre
J


LE MATIN- '24 Septembre 192
/
5 ^i.
Coul! B
lier;' aiA //'
Artcrla*Sclrose '"
Dbsttxi
Calcula
DONAL
Nettoie
!o Rein
" .v. vk.a^;-'3BHSS
CKAMJa 1K1.V
I lit. ri'K.l '.->: ut
Fui. l'taciiiN ci l'.t, tlu* .1- '' *,
2. I- V^li.iii.iiiir, I jnt .-I ,' pli"'
1 I
r-4i
! iv 'l'iij.i huJH
__t.
^m.t aaKrj^j."\a.*.ig^y..^ sv,.*^-u.- *-- --- -..>f ^';t -, j:,.jg_'j
/ rp* V fait
et les orn.mlu a,
dilSOtli l'tii-.d.' I..UI..S,
ootit't ta iiu.r.i fan,
fut'o.iT \ il p, i i\Ulr, i' -.. an n
1 .....' ' '' if. iitt
V*. l ,. .; ,,. | l ru4' ,|
< ' l > ---------- I. ,.| |,, '.,
Il.....|*i i i. .1 J.-'-i'IU.
1 M iv .:. .. j,|. | ,
|BH i. i ... ... -,. i, .- .-
......h ..r * .
*' i l'y i o. rail u
i *' * A ,-,, ,,.... ... i u
i < u i'-w ii. : i ,iji ,-t
'lali t. ,u.' ru i
ni .. i I, .t.. >..i m-
"......I '" j i .<
.....". u I l'en
I .u.
, *. airll Bill
deuil (rangea d'arr
graud cutululque en-
Les Funrailles
DE
Paul Borno
\ Avant-hier aprs-midi, au mi-
lieu d'un Dombreoi rt beau
convoi il amis et de parents cu-
niii heu, en l'glise du Sacr-
i ii'iir dt-Tuigeaii. les lunciailles
(le I aul Bomo, mort la veille.
L'glise est revtue de ses ten-
tures il- deuil u liai
h'-nl. le gn
lour de cieages qui braient
lentement eal dress au niiliea
le la grande nef il les cloches
grnent i'e minute en minute
les noies lugabrcS du glas l'u-
nlne.
Il est I lu mes I I lorsque le
convoi arrive l'glise. I.a c-
rmonie i (iniiiCiii e aussitt.
Monsieui le 'rsident de II
Rpublique et Madame Bornoy
assistent. Sont aussi prsents les
Secrtaires d'Etat, le Prlat de
l'ori uu-t rince, les M e in lu
des1 orps Diplomatique et Con
sulaire et. dans la grande loule
d'aitlis qui emplit U nel princi-
pale, les lias cous, le porche de
l'glise, l'on remarqua da nom-
breux personnages officiels et
un grand nombre de personne
Lis poil-uu-priui'U'iiucs. Pour
apporter une nouvelle preuve
de sympathie su regrett dispa-
ru chacun tint laite taire ses
divergences d'opinion et ses
rimmes.
De nombreuses coaroones
avaient t offertes. Nous en no-
kunes six.
Une oflerte par les Architectes
et les Ingnieurs d i Gouverne
ment, une, par la Socit des
Architectes hatiens, une par lu
Compagnie d'Eclairage lectri-
que et une quatrime par ses
Amis de la ontpagnia lectri-
ipie. Ces quatre couronnes, trs
jolies, sont en trs belles lleur's
artificielles. Deux autres cou-
ronnes aussi magnifiques, en
tleurs naturelles avaient t of-
fertes, l'une par le Cercla Port-
au-frincieo et l'autre par le
Cercle Hellevue dont le dfunt
tait membre.
Aprs que l'absoute eut t
donne, le convoi quitta l'glise,
aux dernires noies du libra,
pour se diriger vers le t imc-
tire extrieur o devait avoir
lieu l'inhumation. Aprs les pri-
res le l'glise, Vie Joseph Aubry
en dposant une couronne sur lu
tombe, pronona le discours siu
vaut au nom du Corps des In-
gnieurs du Gouvernement:
Mesdames.
Messieurs,
Nous savons tous que nous
devons mourir, et quoique nous
soyons de bons chrtiens, nous
ne pouvons nous faire cette
ide de nous sparer de ceux
qui nous sont chers.
Que lire alors de ceux que
la mort trappe en plaine j.'.i-
nesse connue noire cher a in
Paul? Ceat alors laconaterna-
lion que les paroles sont im-
puissantes rendre.
Mieux que personne, comme
professeur, coin me collgue,
p tin comme ami j'ai pu me
r ndre compte de la beaut de
C.iractrwiie noire regrett l'aul
Toute la Journe
H conserve vos cheveux avec cet effet
lgant que tout le monde admire!
N'avez vous pas admir comme
t'arrangent les cheveux les personnes
qui le portent avec un aspect de
beaut et de soin scrupuleux, si la
mode du jour?
Ceci ne s'obtient pas avec un
peigne et une brosse ni applicant de
l'eau ou des pommades graisseuses.
Le Stacomb est le secret de cette
attractive coiffure qui dure toute la
journe. Il est galement efficace
pour les deux sexes. Le Stacomb en
crme ou liquide supplique facile-
ment, est invisible et ne tache pas ni
est graisseux.
De vente dans toutes Ici bonnes
parfumeries, pharmacies, etc. Es-
sayez-le! Appliquez-le vous le matin
et dployez votre belle coiffure toute
la journe.
Siamtx
Coiamrv lu clmu SSSjsSi
Offre Gratis-.
Standard Laboratories, Inc.
113 W..-I ISth Stre.t, New York, E. U. A
Knvojr.i-moi gralia una {chmillon da Stai-o.i.h.
Nom ____^---------------
Areaaa-------._________________^-*^_^___.
Villa at Paya-
Borno qui, BOUS Un sourire pei
ptuel caillait une s^-nsibilil de
cur qui le portail oublier 11
cilemenl les offenses, ce qui lui
valu l'estim de ses anus et
mme des indiffrents.
aul Borno s t Burtoul nri
indpendant et n'a us de la si.
(nation toute privilgie qu'il oc
copait que pour faire le bien et
s'attirer des sympathies. Il s'en
va, regrett de tous et nous gaj
itrons ternellement un souve-
nir mu le sou visage plein de
boul et de loyaut.
Au nom du i orps des Ing-
nieurs du Gouvernement, |e d
pose sur sa tombe celle cou-
ronne.
Puis lentement la loule s*coa
la par la grande sortie du ci-
metire.
Cochers, allume/
vos lanternes!
Nous avons dj, en maintes
fois, sigsal la mauvaise habi-
tude contracte par de nom-
breux cochers cl qui consiste
circuler li nu I Bans lumire.
Dans leur propre intrt et
aussi dans celui du piton que
ces vhicules sans lanterne peu-
vent heurler, nous recomman-
dons aux cochers d'avoir, le
soir, leurs lanternes allumes.
C'est d'ailleurs prescrit par
les rglements de police sur
la circulation des vhicules.
lilA IL :
Prealeulation du temps
par M. G. Tippenhauer
iujiirii'btii et deoiii
\je'l\. Pression atmosph-
rique : 0.5 au-dessus. Temp-
rature :<(> BU dessus. Probabi-
lits pluie :.'l.l positif.
Le 25. Pression atm hiph*
rique : il au-dessua. Temp-
rature : O.J au-dessua. Probabi-
lits phue : 'J-'t ngatif.
Il nous a l fait part de la
mort du Gnral Maladie l-'aus-
tin. survenue hier 10 du matin.
Les lunraillea auront lieu ce
malin en l'glise Sainte-Anne.
Aux parents prouvs par ce
deuil particulirement a vt. Jo-
seph Vivens dont le dl'unt tait
l'oncle, nous envoyons nos sin-
cres condolances.
ATTENTION
Voici la fin des vacan
i es et aprl un repos
bien },;i},ii. il B'aotl de
i prendre le travail avec
lorec et vigueur, lisl-il rien
qui stimule mieux qu'une bon
ne plume >aervoir ?
Messieurs lesAvocts, Jour
nalistes, Commenants et vous
Bcoliers en parncnller, nous
vous avisons avoir reu hier
une bonne collection le nos
PLUMES i/IESi:iiVni/t
une pointes rondes en m de
lottes couleurs cl de huiles
dimenstous.
.Soin les rendons aux prix qe
ade. 1 cl Gdes iJSO chaque
BAZAR de la POSTE;
(irandlUie
- . -i i SSSBSj,
a V \ssistance Mutuelle]
Le Public esl avis que le Se-
crtaire d'Ktat de l'Intrieur a
autoris la Police permettre,
la Loterie L'Assistance Mu-
tuelle de taire son damier tirage
la .laie du ! octobre prochain.
Kn consquence les vendeurs
sont pris de se prsenter la
Loterie, dans un dlai de Irois
jours pour rgulariser leur si~
luation avec le Trsorier.
Port-au-Prince, le 21 Sbre. 11120.
LES MOUCHES SON? des ENNEMIS MORTELS DES .\FAKTB
De tous les insectes LA MOl'CHE
est le plus meurtrier. On estime
SOIXANTE QUINZE MILLE le
nombre de bbs qui ont succomb
l'snne deruire dans un seul pays
la suite de maladies transmises
par les mouches, La Diarrhe et
d'autres troubles intestinaux dont
soutirent les enfants soit dus en
grande partie la contagion par
des mouches. Les mouches se re-
produisent dans les fo\ers d'ordu-
res et prennent naissance dans les
immondices d'o elles iront plus
tard contaminer les alunents et les
vtements. Ku examinant soigneu
sment Mes 0 pattes d'une mouche
I l'aide d'un microscape, on y d-
couvrira des milliers de microbes.
Aprs de longues annes de re
cherches, l'Entreprise de renomme
mondiale.la STANDARD OIL'JOVl-
l'ANV, New Jersey ) g. II. a per-
lectionn un produit olVrant les mo
yens mit s et simples pour com-
battre les mouches jusqu' leur
extermination complte.
Ce produit c'est le.... FLir ,
Avec en produit vaporis on dbar-
rasseane maison des mouslipjes, et
des mouches en quelques instants.
KLIf est propre, d'un usage ta-
cite olVrant toute garantie. De nom
breuses preuves ont dmontr qae
le <(FL1T>- vaporis ne tche ai ne
aie les vtements les plus dlicats.
KLIfodtruit tons lesinseues qui
infestent les maisons .
A l'aide d'un peu de FUT va-
poris on extermine les mouchai
moustiques, punaises, cancrelats,
fourmis ainsi que leurs larves,
PLI l' > patre dans les fentes et
les crevasses o les infectes se lo-
gent et dposant leurs larves.
On psut aussi vaporiser le (PLIT*
sur le v-'!; n-Mits; : ir il tue tous le
insectes et leurs larves qui piquent
le vtements.
Pour dhurrasser une maison de
ces insectes nuisibles il suflit de
se servir de PUT*. Kn vente par
tout.
STANDARD OIL COUPANT ( Nrw Jersey ) E.U.
Distributeur: West Inilia Oil Company
MARQUE DPOSE
DETRL'IT
Mouches, Moustiques, Vers. Fourmis, Punaises, Puces, Cancrelats.
Beaucoupd'autros Insectes et leurs lar >es qui infestent les maison*

Le dsastre du
New-York'PariB)
les dtails
Par cable franais
ME W-YORK, 22 septembre
Le biplan gant Sikorsky sur
lequel le capitaiue coin, luit tra-
verser l'Atlantique a l^ dtruit
parle feu hier matin, quelques mi-
nutes aprs son dpart, alors que
la colossale n'avait pas enenr*
quitt la voie de roulement cons-
truite pour faciliter son envole.
Dans le d'ns're ' l'aroplane
S-30 dit New-Y uk P.ris deux
hommes ont troav une mort hor-
rible : le franais Charles Clavier,
oprateur de l'appareil de ndio-'i*
lgraphie et le rus mt'-.anicien. Li capitaine Ileu
Konck et son second en^i^ue de
vaisseau Lawienc; Grlin, ont
comme par muscle, chapp 11
mort, en saulaut terre i iniques
minutes avant q te lnp;i i u ;n',
thmmes.
La cataslr >phe qui s'est erolui-
tequelquis nainules avuii d heu-
res t'iUU matin a eu pour cause
initi.t.e la i upiure d'une rie du
train d atterri sagesuppliu nlaire
dou' l'appareil avait:t muni pour
faciliter sor. dcollage et devait se dbarrasser une lois arri
v au dessus de l'ocan. Fonck s'a
peru' bien de la rupture de la
roue, mais d lut impossible de s'ar
rter ou de quitter la voie de roule
ment Le lieutenant Curtin a dcls
i q io les moteurs fonctionnaient
pi tait lentement de vil--e et faisait
15 000 l'heure,il lui sembla i e
U mut du train d'atterrissage avait
cd entranant avec elle le gou
vernuil intrieur de gauche. L ap-
pareil jvira gauche et le pilote n'a
yant pu le redresser, il fisnchil le
rebord l'extrmit de la voie de
roulement h la vitesse^ d'environ
40.0n0. i.u passant au-dessus du
rebord, le capitaine Fonck pesi
mit les leviers nfin d'excuter on
atterrissage rgulier et en mme
temps il modra la vitesse ries mo
teors.La lituter.r.nt Carlin eut lim
[-resfion que l'aroplane roulait
sur rou aile droite Apparemment,
les r^eivoirs u'essence avaient su
bi Jej ruptures ouisq e le lieute-
uant Curtin vit l'essence se rpan
dre sur les tuyaux d'chappement
encore chauds. I es deux pilotes
avaint peine sauter de la carlin
eee que l'appireil ft lit environn
de flammes et de fume.
Li'entente cordiale
franco -allemande
Pahis,22 septembre L'entente
cordiale propose entre la France
et l'Allemagne qui rs itrait de<
rc*n!ea oheagej d: vue eulre
M. liri-ind pt M.StrasemaaB, a l
discute a uieruiion du cabinet
aujourd'hui On dolar oflicieu
sment aprs l'.ijouroement d lu
runion qu il n y avut "gne de laaeeord. Dans les mi-
Peux ben 'nformi^n. on dclare que
M v. M ai tin et Bartbou avai nt ex
prim 'if-s raintes en c qui con-
cerne 'es oITres gnreuses que l'on
pourrait faire, sans un examen
suflisant avant qu'elles soient ac-
ceptes. M. Poincir se serait
montr scepliqu ce sujet, m lis
paratrai: I . ).. 4 I a i s su r ls
maius libres i M Brian I. n dit
que M. lin m I aurait jrassur les
membres opposants du cabinet en
laisant remarquer que la France
n'a pris aucune ob igation et que
toute la quostion est envoy i -
tude et y restera jusqu' ce que
M. Slresemann l'ait discut A--
vaut le Gouvernement de Itarlia.
: Petites Nouvelles
Par cable franais "
P.\Ria,20 SeptembreLes bruits
prtendant qu'il existe de? dissen-
timetls au sein du ^MfiflssM r_
h propos Hes ngocistioasS||
MriKMd Genve et Tb^7flli
sans l'oiidemeot. M. ^fi-*^^;
lernnl communiqu i .MJ
rc les grande* lignas dassatS^
lers. lia1
Pau s DdnslsDjoiitjB
Cojstantiuople le dsatiS-ssF'(f:
reconnait que lsuscep
que dans l'affaire do'
abouti une gifle.
hiuxklles-Ul
pold, prince hritiers,
es*, paili ce matin pour!
o on annoncera d runion du conseil Ml
svec ls princesse Astrised
Une mHlindfr
dans T<
holl
amsti:rdam-Ij"JJ
l-ime rgiment dmf
demand une ,,in?rt" ,
tion de bire, aprs
marche effectue psMfJ
torride. se sont mo"?
il* ont cass l-s csrrtj^
trs do leur caserr. W
dan* la canti-e. "*
i tablir l'ordre ont
la gurde qui r,ui ,
Les soldats rvolt.,
grml I inlernatioD
,,ra alors rolemenlu
cier q n'avait ?$la
s,rdrc, lut tu et H-JH
furent blesses- OJJJ J
ment .le '?*"!**
La presse avait rceo
l une crise 5
dans l'arme pafce J^sj!
se plaignaient d! ^ ^T
manire exc.ss''.Pj l(M
nes cksudss '1.",tir'1
msintensntrUb';^
appartenaient" r^ pi
quSe pfor un# w
..' u ii elies.
A. DE MATTIS & C0, Peprentant* t>
ouf
*.
.- -v


LE MATIN 24 Septembre |0jp
Capital : Or
ug.Le Boss $Co.
Agents Gnraux
Avis
iFeroant Lelntl, pr.pri
HGH I.IKE Ihnrhf.littr,
Mil, annonce sa bien
trente.* qu'elle .1 am
it ' et qu'elle est main
: mesure de loger le? per
ip*sage t llinche.
tprochible el prix mo>
iStar Steamship Ga
ner KSoulheas ve-
ctement de (Jalves-
. est attendu Port
ce,vers le 'l'.\ du eou-
lre|tartira le mme jour
Jeinde l'orlo-Hico.
I-Prince, le 20 Seplem
)L*EZ Frres, Agents .
[Sleno anglais
poiition pour pei'on:je
ite.Ecrire et donner rl
M : suager Casier A >i.
Ecole Professionnelle
Elle Dubois-
Im rouverture des dusses est
fixe auLundi \ Octobre.
Le Vendredi l'examen d'admission et le cou
court pour t obtention des bour
ses d'internat.
Pour tre admises orendre
porta ce concours les intresses
doivent tre munies du certifl-
e il d e aides primaires, il leur est
eu outre rappel que bour-
ses sol exclusivemi rser-
ves aux entants des ocalits
autres que l'ort-cj-1'i..ice.
1 oue postulante, pour attes-
ter Qu'elle runit cette double
condition, doit doue en, s'inscri
ixinl, dposer mi secrtariat de
l'Ecole son virait de nais-
sance ''t son e rlitieut d'tudes.
Les inscriptions sont reues ou
sige le l'Etablissement tous les
jouis de S bernes 11 lues u.m.
el de S b. b. p. m.
f-'-


'M
ftj
En crivant sur
une] peau tire
avec une espce
de stylet
'i;/ An'refois c'tait
i f enf-tre uoe dis-
'iact on pojr oh pe
, : lit ?K1|iiimeiud cri
re une lettre. Vais
1 6i vous ave/ 'oiire
dfs unies il est enf-
lai", que ce procl
n'est plus de mise
pas plus que pour
crire un boo.
Mais au contraire
quel merveilleux ins-
tn-ment qu'ua WAl.
P*N| il est de belle ap-
parence, d'criture uni-
forme, ne coulant pas
et robuste.
loin i I k
Le lait en poudre le plus en
vopue nux Etals-luis.
}*eur l'alimentation des b-
bs et des couvale^t-epIs. ^
Le seul lait en poulie qui
corlieLt les lioisvitamines.
Wiiidiipensables lments A la nulritiou.
ioSDL?*.'|Bt ''s d'"prs le Procd Just-llatmiiker .
lWi.r : ,ait de vac,ie*!n poudre, se rapprochant le
Kil,e,I'el'r,e diKeslion fatil, c'8t '* M*
al chez :
irrM||'Ar,fred Vieu*' I A' Bo,l' aphael Brouard,
, " Uorfct I Saviuieu Martin, Ptt t Joave
W ?m{)an> lnc- Geo. JKANSKME & Co
1 AOMTl
THE WAHI. COMPANY
New York, N. Y., U.S. A.
MV\H.I. et MOIIK
1613 Rue il.1 Outre
P< 1 !( I. Al -I-HI M.l.. HATI
The Royal Mai' Steam
Packet Comapny
!i
OilTablets
fa^ss d'huile do Foie de Ifcrne
En stock chez :
Geo. JEANStME & Co. Agents
Le steamer "Teviot* est attendu
a Jacuiel, le 7 Octobre prochain.
Il ' 1.1 Port au Prince, le 11 du
mi>me mois prenant le Irt pot-r
es ports du nord et l'Europe-
Le steamer "Cape SI Lucia" est
attendu & Jacmel, le 13 Uclobre
prochain.
Le steamer "Culeltra" el atten-
du Jacmel, le 'i novembre pro-
chain.
Port au Prince, le t Se;>len bre
l'JiU.
l.DAALrERJr
Agent Gnral pourHaiti
Insurance Co
'ne des plus fortes Compafinies |
' canadiennes d'assurances *
sur la vie.
Eug.Le Boss & Co.
Un mcanicien dit eenr
ment son Rhume se
u.> iiurit temps
// / a enray lout de suite avec
\ icks et a ainsi vit tout
risque de lu grippe ou de
la pneumonie.
Un traitement externe
Bien trop souvent, le. ihumes
ont ngl a lorsqui's commen-
cent, c'est pourquoi il e-t si difti
cile de s'en dfaire et les germe*
de la grippe, de la bronchite et de
h pneiunouie s'implantent. Mr
Louis- Edmond Bail!y, un m can -
cien bien connu de i'orl au Priuc*
it du nombre d,s milliers de
personnes idte nouvelle, qui cul
app-is aoiguer lus 1 humes de
mauire externe, avec Vicks Va-
porub, l'onguent v.-porisjin* tuo-
(ne Voici re qu il eu dit :
Je travaille dans un endroit t^
chaud et ne prenant j-i niais ,|.,
prcautions, i'avale l0M|wra de*
1l11m.es ij'.n bien souvent se t nui -
tonnaient en mulitdie plus graves.
Il v a peu de temps j'ai etMVs)
Vick l'apotub pour un rhume,
j'en ai otite nu un soulagement si
raiide i|iie mamUnant j'en hj Ion
jouis BOUS la main alin de pouvoir
m'en servir au premier indice de
rhume.
Le dlai est dangereux
la meilleure mthode est de
oigner un rhum- 1 es le dbut.
Prenez un 1 unYel m e vig lureuea
app'ication de Vukvt-ur la gorge
? t la po.trite matrisera souveut
un rh' me en une nui'.
La an leur du eorpa li i'r" 'p,
ing Oirota sautains de Vick-
s..us fume de vapeurs, elles suit
alors dir.clemeit inhales aux
voies respiratoires enllammef et
aux poumons. BI'm \ allaquent
la germe imm di tem.ui, lachml
le phbg:uc et laci.iiaul |j nspira
t ou
Il soulage bientt
E'i m ne te.ups, V lu agit 1
travers la penu couine un cata-
plasme vieux g. nre 1 attirant*
tension et meurtissure et aidant
ainsi les les vapeurs inhales tma
Iriser la congestion. Le soulage
rneti se fait en gnral sentir ds
|- matip sous tes covpt rpts
de cette double action directe.
L elticacit de ce traiiemect est
telle qu'il est devenu populaire par
tout lelenonde. A Cuba et aux Etats
Unis par exemple plus de 21 mil-
lions de mois y suit eraploy
annuellement p^ur les 1 hume-, de
0 rveau et de poitrine, e cioup,
,1-naiix degoigcit les iliume
des cijfanlB.
En Ntnle dace oule; 1rs phai-
m..cie .
OTRJEcoatumede bain....volvc coslun-ede viic... '
votre coatnnic de soire sans 1 mpter ions les
uutrea articles donl vous avez besoin jonI chez]
PAULE AI'XII.A j
les pn\ restenl les inmaa.... ,( '
>>,
;*a..

Les Etats Uni* et
la Cour^interna-
tale de Justice
Washington, il Septembre
Le Praident Coolidge ne voit au-
cune raieou pour modifier le- r-
e vs failes par le S-nat par
l'adbtoloa de< lllets \}nU la
ioiir peiminerile de justice inler
nationale. I.e secrtair> Mellon es-
lime qu'nv.irt di rdii're les t.uif,
fdraux il ni QetlKairf de ro'f
ioniin-iii m com 'or'fi.1,1 IsMlnui
ctue s p n.U-t un 1. lira a mira
Wmk mj&m
i-orr teirdro tous tissus :
/_'j;>7. COTON, SOIE, c:c...
aaeOJ produit n'gala
'la MAURESQUE*
' riTCtitci*>rt au Wiwa.'l'harnueieW.HI/r.ll
mu. 11- EuMn* l'I Ki IU, 41.1'laoc Vullitra.
*.- iD.aa. boanai Babana Oc m.
11 m fr.:u,i,, (,.i^ ... 1. ,j,j, aJ'>Wr 3
i \ C VF.PCOO. i .SNIRES (Sn) Ftaa<. 3
S^a^!!^ Kl 'U.s'rtL u HOiiLOu. Ile m c/55
*Oju en / -^1893 ,,\VV.%"Ve

9
PENDULES 'A ""lUVEILS
ll'w/l .1ec,o.. le iupct-uir
^P^. C^l^iuue complet qr jiuitffmrnl >^

J"llCHAU0 IJHur.1rBrll.iil Bi -. >>..
.Vra^
Examen] S^no-nactyloijji'a-
|liiques
J session Extraordinaire
Le vendredi 2\ Septembre a l
heures de l'apts midi el le samc
di 16 I b. "> p. m. des ex mens
de Stenog< aphia el de Dacty ogr:i
\\\\< i aoroal lien ta mbsioo enraoi
ciiiaiieet sous le rontile de l'In-
paclioB S. ob.ire. 1 Ivole Spcia e
de Stno lai lylographie ( 316, Rue
lion. Port au I lot e)
Le publie ne sera admit qu'au
preuves du samedi 25.
#Jk AfJj ^tjjk A^#Jj> f|^ S*"*
\#ICKS m <^^^>@uaker CJats
1ES enfantai adorent le frinndiirs, tou-
J tes laa choses lucres. C'est bien
naturel. Le sucra contient le lment
qui permettent lux jeunes de grandir et de
e dvelopper normalement. Mais l'excs
de sucre nuit i. l'organisme. D vaut beau-
coup muux leur donne tous les jours
une borne as ..,<_; un pc.t de sucre et du lait. Ceci leur
permet d| .. x--ivs leur app-
tit de f;. ::! ratme
temps, Quakei O tai i. \\r r.'ri-
tablaaUmsnt i qui for-
tifie leeoB.dt rtmaelai
et vivifie \i a ; ; '. >-,;t entier,
ans fuiij'i.-i ,
Pr To Afsccldn Cstrn/
*-.
Ecole Industrielle
J. B- Damier
La rouverture des classes est
(ixee au Lundi i Octobre.
Les demandes d'admission seront
m eues au si^ge del'Etabhsement,
k partir du lundi 27 reptembp'.
loin pi. le professioncelle de
l'er seignement. eu attendaLl qot
d'autres spcialits boieut anue
x> es aux ateliers totnpren ? : la
stno daetylngraohie et la comp-
tabilit, la menuiserie, l'bniste
lie, la nicaiii>|ue d automobile, h
te iure et la typographie. Les .'il
tiers inslalls dans ues I >caux spa
rieux, sont poui vus d'un exce lent
outillige qui permet aux lves de
raliser de rapides progrs dans
les breucheso ils se sont spcia-
liss.
!o Ils reoivent en outre un en
: igpement c'iissique adapt la
I artie professionnelle. Cet enei-
\ nemenl suffis.-in.ment tendu, est
< onn suivent un pregramme dont
I s madres sont mthodiquement
p partie en six ann^ef d'tude-.
3o Laa parents soucieux de do i
i tri leur-, entants une formation
i rofeesionnelle srieuse peuvent
les envoyer l'Ecole .1. Il Damier.
I,. a lves munis du certiiicat d'lu
'es primaires sont classs dans
la sixime A dfaut de ce
certificat ils subirent un examen
rarresp udiiot et il m- le cas o
les rsultat* ne -ont pas salirfai-
tuut-, ils sont reus dans une sec-
tion prparatoire o ils acquirent
'es connaissances ncessaires pour
ire admis dans la classe de sixi
me.
Les portes de l'Ecoles industrielle
J. B. Damier sont donc ouverte
meut A tous eaux qui veulent pro-
fiter de son utile enseignement.
m
Elle tait affaiblie,
macie, nerveuse
Commrnl -lia rapril IS Im
recouvra ara foras cl sa belle sanl
I kl i ..ii.iiiu.iiii .i I plus puissant
i rhuti !>' !-<- SI morue.
1-11* ibond '' vit iminst
Bull c.-.i i n rn sl'oai i i i || .lui le plus souvent
Itl :i M
J- ''"'; "' 'i plus lujoertfhel cos^lsaHas
JP '' a li : !!- ni trouve miinlenint
' ' ' rsblSttSl J'Huile- J,-
' J t l< di : !.,. uussi -nrfahiri
lu K""1 I sons Missel effet Menat-
l'hatla I lu.- i$ muni.- ur.liruire, nuis
ssai sa ivol i-. hi rrlblsi Inconvalanls.
BeaaM os I i bu nmi loai qui vous isotsx
snsslt esblHI .. l'btHa >Bs, recoas-
liluci vos tissus et recouvn-i voire I- avec ces merveilleuses t*.
Mettes.
Vous innerez I livre II i l ; ,urs ISM MCHHS .lill.cull. Vous n'ivei
qu' deminder CksM tout I ,. |.,,i,(. d(. TaWlUaM il'lluila
de Foie de Morue BtcCojr'l ,-t lulvr I . .r.-m,
Excellenles aussi pour Us (srfarttl afl I tn | l'apptit et la issti.
Bar Terminus
Propritaire : 8#
i.WiJmaorgl
A rkjuneur d'informer sajbienveillanfe clientle gjH
qu il a insUll 1 tage de son tablis sment, un s^Ion
exclusivement rserv ;tjx families o l'on trouvera
des consommations de pr.mii-r rlioix et o Jes lundis
seront servis sur demande.
Tlpbone No,786.
sMm*&* i.


!*

"?
*-.
*.-..


maux 24 SEPTEMBRE i4^a
ttMHlulfl&i&^^
niiMwsSttZ'.-'
Eli et U
ON DEMANDE I
Jn agent de Commission
avant des relations, avec des
Minoteries, Fabriques, Maga-
s us, Docks etc.
Pasd' hantiltom porter. !
Commisfion variant de 33 '
L 10. le.(t | ar arlicle vendu |
Revenu llxe pour un corn
ii iseionnaireactif. Repondez
j la premire occasion :
Box283 F. T. B.HIIii\VM>S
ADVERTISINGOFFI:ES.163.
Oaeea Victt rin Street, Lon
don. E. ('. A. England.
- | n M !!
G en* d'autre foi.:
Vieux souvenir g.
PAU
Pierre Eugne
de LESPINASSE
En ven!e lx Arme* de
l'ai is el lu Maison Robelfo.
rix do volume 1 dollar.
Stno Waoted
Position opeu l'or an English Sle
nogtapher and oltice assistant
(jOo.i bvpnilMttll) lor t lie rirhl
par.y Wiile jrivi p nf MflON to :
ManagPi l'"x A A.
fongnpfi anjjlaNt
Enseigne m Anglais
Kcol>- Spci joaploV. " 1 *>. Il'>' Prou. Poil au
Prince, Tlphone, VO.
Demander prospectus.
MmF
e*itr


*s&**t.
Ne Frdric Dustouches
AVOCAT
Au haut de l'Ancien neJJau-
([lie du Canada.
2 l|2 51(2 heure*
a?: "*,
ww.
Nash
Ce que voui pouvez don-
ner de phil prcieux a
votre cr.Ii.ni, e'esl la Mut.
I.es rrecautions lmen-
taire d'hygiM >' ni l.icilis
a prendre. C'est par lu
malpropret que vient la
maladie. Attaquez la
crasse avant quelle ait eu
le temps de pntrer duns>>' .
les pores de la peau. dQi
Vrillez a ci que votre enfant '/f
e lave ouvert et MignaaM f'J
ment avec le aivon // ni,
w
&fW le Savon
pour la Sant
Lev-
tffetfiK &

Ce qui n'a jamais t l'ai!
O qui ne peut tre dpass.
Kola Champagne
F Sjourn
Pifytr dans des- conditions1 'riuoureuses
dASEPSIE
Prparation el Vente

Pharmacia F. SiJorHXr.
AUQle\det Hues lluux et iluCei'lre.
S*
g*

Et

n *aL*mL.**.\&>-VSk. Propritaires Souvenez vous (|iie les pn
les plus solides, et les mei]
lunes lulies sont fabriqu*]
par lliUISl'ONE.; ;
l:ireslone l'ull Si/e Oon!
Dipped liallonnssont les plus
connus cl les plus recliercnu
lin stock riiez son.ssifljj
nous trouverez lottes lions de pneus Ixcgulier.Heatjn
Duly, Ha 11 oon, liigh Tes? ]
tulics et patchc
L
-IGGERHOa,M
Plus de kilomtre ave.'-3Tjf i ar Dollars.
ofQiicdifr
^a
I 1 .
319, Kne:;des Fronts Forts, 319
Distributeur pour Hati des automobiles \AS1
Nash Nai
Th
i
rie* UUSH advaoced Six
N
Now hvoth 'galr-meat en slo. k : l .. |P'de. r^brea intentas
a OOalre .. \ H. S I' \ pi.d-i \ rrtai.i. avec |fC4MOir perutuut hrl-M laiilaus et eofduaaltra, Avec on mis raccur le -
tri | '<>.
1 A S II Irarls tlie Worjd ir> mtlot c*r vilue.
The Woild ha> goop .. N \ s II t-wonfl
cll'ers greater tqasli'y- gualcr v.lr.e"
perl'omance. ,
I es nulnmoli!es u NASH i '< W*mi ni coD>lnuie
pa; nonlagoeux. mioifs d'ex 'mis luoUur. *
les"..>i,es les | lus dilliiiUt" !e mnximum de "'l*1'6^.
Economie Con-orl Puissance J
Irfcurc/ nous un >< \ a S II pi vo ' le h :ii pu
A,UU ' ^j! X :i Assiette, Bolr,Cokelets, Casseroles, Catetires, Cuvettes, Vases, Ports-attAger, Plateaux en lerblanc.- 1. PIEREMBALLAOr psi n leanatpa^rsnM
^- 1.i:slNC(M..1|iAi.i.1.siii.vcunTi:s L:i Hl<*lielailt|jre Ajax vitesses en mahciik. aEDorref
<*
v^tt %*y Or 45 seulement
'l.aiuMii.-s Fines dus Dernier cri I ki-ia.en . pour les Dames et a Amricain s poijr les Hommes.- FOURNITUBESGnrales pour la Cordonnerie : peaux de, toutes sorti*-
l'( i nies Talons bois Louis XV ft Motlieis, Talons caoutclicue de la cllne marque c Goodyear > etc.
Une visite^ s'impose
Aux Grands M;i<|u ins 1 fournitures gnrales pour la cordoow
Jmtiny GOttnASCO o T , Une des Frons-Forl
9 "
\

w -*JpB(PJ^Ir#. '***


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM