<%BANNER%>







PAGE 1

M' MATIN 21 Septembre 1926 le soleil n'attaquera la fracheur si vous tendez sur votre visage de voire ave un homicleiinnnid?< KEME TOKALON p. la HQUDREFASCINATION en vente chez PAll.K. AI" XII. A de la ui'Danlw-Desloiielu-s un singulier combat Deux joueurs, les nomms St. Jean el St. lime oui m:uii;iieiil TIIHla corne .1 ds autour d'une table de p u, se prirent soudain de querelle. I ras injures. Ton pawi aux coups. M. Jean s'arma de son bton et, tours de bras, sans arrt, il lii pleuvoir sur le dos, la tta, les paules de St.lim une vl tablc pluie de coups. C'tait connue orsque les mnagres rossent, e malin, les matelas poureil e\pulserla poussire. Enfln.NoTRE iKu. vil St. lim prendre la hiiteel chacun pensait rail allait qurir quelqu'arme, poignard, ou rasoir, pour venu->e venger. ... le vit revenir arm de deux grosses pierres. In camarade, Llio, se jeta sa rencontre el un corjM corps s'engegea aussitt. Mais, cette lois. SI. Ilmlail le plus lorl el c'esl Llio qui alla par lerre. Le spectacle, a ( e moment devint plus clrftle. .'est que NOTBI < l iivil SI. Jean accourir de nouveau avec son halon ei ICI oinmencer taire pleuvoir 'es coups dru comme grle sur st. lim. Mais un [aux pis le lit tomber, St. lim prit sa levanche en ss ictani sur lui pour l'empcher de se relcvei. Ce lui un rali-mlo indescriptible aux cris, aux rires des Hlles le joie qui aVchappaieul par centaines des cours obscures. ... vit s'arrter un officier de l;i Gendarmerie qui passait D'un geste, il arrta le tumulte, les deux combattants se calmrent. L'oflQciet se RI brivement expliquer les choses et, embarquant dans son auto les joueurs turbulents, il fila 'ers le Bureau de Police. D Quai. EMANDEA LOUER Bonne maison dans les t nvirons de la ville ayant lumire lectrique, eau, remise. S adresser au No. 1911 en face le la Gare, Hue du le cliaulleut" Une tornade \ Jacnael Vendredi (Ici nier, une tornade dune extrme violence a pass sur Jacmel. L'atmosphre lui profondement trouble et le vent, qui avait une vitesse d'ouragan, soufflait, en ligne droite, dans la direction sud-nord. L'inquitanl phnomne dura pendant plus aune heure. Il y eut des dgts matriels importants. Les communications tlgraphiques avec la apitale lurent interrompues pendant toute la journe. Au bord de mer, des maisons, notammenl la halle de M. Tin nier el les dpts de M Scckendorf el ceux de M. Vital, onl t cudomma J gs. Dans le port. les chalands el des VOIiers onl sul)i des perles el des dommages. On n'a pas eu fort heureusement dplorer des accidents de personne. C'est la premire lois qu'un si cuiieux phnomne a i observ Jacmel. la Rpublique* Dominicaine et la S.D.N. Le Gouvernement de la Rpublique Dominicaine a dsign e Dr Tulio F. Franco, %  harg d'affaires Paris, Home. Bruxelles et Berne, comme son Reprsentant la Socit des Nation. Le Reprm niant de la Rpublique Dominicaine qnlli Paris pour Genve, le .'51 Aot coul, pour assister la aonfrence aea signataires du protocole de la Cour Internationale de Juslice. Il est accompagn le M. S. K. Paradas, secrtaire de la Lgation dominicaine. m. Grossiret Hier malin, vers 10 heures I 2, au coin des rues Dants-Destouches i Amricaine, ni a pu constater la grossiret d'un chaulleui d'auto. C'est un jeune syrien el l'automobile qu'il con .luit porte le No. 113. Il ai riva a toute vitesse, el sans corner, pour contourner le carrefour o se trouvait une flaque de bouc. L'eau boueuse gicla vec force de dessous les roues du vhicule eu ciabous tant quatre passants dont nolic Directeur qui attendaient une voiture au coin de la rue, tout pies d'une galne. Le chaulleur pouva t pai faitemenl viter la flaque de boue ou tout au moins SVA< user aprs son incoin euam e II n'eu lit rien. Au contraire, dans s.i hte faire parade de sa mauvaise ducation, il avait dpass l'encoignure, il lit machine en ai i nie, revint Sa boue pour l'engager dans la rue DanlosDestouchcs. Jadis, l'on disait impoli comme un cocher. Aujourd'hui l'on pourra dire : grossier comme le chaulleur du 113. t ^ ' \ — On anniversaire italien Hier, lu Lgation ci tontes les maisons italiennes de Port-auPrince avaient arbor les cou leurs de l'Italie. C< lail pour et u mmorcr le 56me anniversai e de la pi ise de Home par le (i IU rai Raphal Cadorna, pre (lu marchal qui commanda l'arme italienne pendant la dernire guerre. Ce grand vnement s'accomplit en ellci h 20 septembre 1870. Il complta l'unit italien* nen rendant l'Italie sa Capitale, Home. Lml moulA§* dan* ! l)"l 11. Nous avon clc pniblement surpr s d'apprendre, hier, la ll1 'In jeune Dwin. HIHBE, *T, su; v'cntic/limanclic.pen daut un |);uii de mer. Nouvelle traverss de la Manche la nage DOUVRES — No;wann Losly Dtrehamdj Sou", h uni Angleter re, a a'util pi i aujii.i il lui 1 i1 lu La socit iporl-au-princien!" [ e d t u Y" • ." ",f\ ne perd.en !)..„ cl HiWrt.un 15 hres "V* ^ r.rnv (Cscs !,.„„„, 'i. ft S heure- hier soir, il e^l .irr.v* en ,ris -s '" lMVSS ? ,,,s St Margaretsbay es matiai t0|... i. Dus et sa uorl a viveM Le record pour la traverse cid de po er la question de eon •! la Roumanie ont t u parlement eu ce I „.s ans. La Colombie 1,7 nise en vigueur de et la Chine pourdea autres puissances po Ur ^J'j Brian I e, M. J£ ~ chercha cordialemeaftiS? rt commun U ssaUoit''J5 mes io^re&santledeui M ;1 sont arrivs concilia L.I \ IA RIGIDITE El LA DISPARAISSENT EN MIT 11 craignait ne pas pouvoir retour, ner au travail, mais il trouva un remde efficace et conomique. Tous ceux qui sont oMim'w travailler drhor* cluivc.it suivre IVxmiipli' >l'un ouvrKf -ique tait dj normale." I.'eiletdu Lu muni de Sloan est \Taiment aur.uit. U null'it de l'appliquer, aans frotter, pouf se rendre retupUi a ses proprit curaUvaa. Li* musel se touillent et laissent de faire mal. e! l'on sent un bien-tre gnral. Aehetea un Bacon la pharmacie la plus prochaine. Uniment de Sloan Anantit Toute Douleur nient pein tous les nombreux amis que lui avail conquis son iiileelueiisc amabilit. Les runiviilles uni eu lieu, hierjeU l'glise du Sacr-Cœur le [urgeau. Auxlamilles si cru. Ilen-.cnl prouves par ce deuil, nous envoyons nos plus vives et plus sincres condolances. Kg) Le dpart pour le raid New-YorkParis e$t relard i'*r ble fraa%ia SV.W \ 0 RK.I8deplembrc 'h a KObOUC liier H otevelt fwld qu'il ) de 3 ans. sont m-ri Vl aujonrd tiui Ktrii ou ils doivent passer ut. semaine. Is sont descendu* m l'LIolel de la me de Itiyoli on rside gnralemeut i.: prince de (ialles lorsqu'il s.ourne daa lacapitai. Le Ko' H l'iatention de cousuiler plusieurs spiialiste-.Uaus aoo StlOariigr, on assu re que sa maladie n'esl pas trop grave. La Sillage et l'Italie PARIS— On ainonce que le gou vernement helvtique a attir l'at tention du gouvernement italien s.ir les danger* de la campig-e x njphobe eu llalie. La brance et V Italie PAIUS, 18 septembre — Le rai%  istre de la guerre dclare sans fondement les nouvelles prtendant que des troupe frainaitss ont ^( e.iir_ctnlre aur la Ironli ie itali-une. M l'iiinlev, minis' tre dla gurie, dment loin. Ile ment la b.oit provenant de Herl'.u 'tpt* .le.-quellf la France < ubceuliKit ucs truiipe .-m la Trou tlre ItsUsooe •• I est legreltable que des nouvelle de ce genre oient mi>es en circulation par l'Allemagne lu lendemain de son • Muet.;) la S.U..N dit M. Painev . Les suites de l'attentat contre *\ ussolini HOMK, IS Septembre— Le ,l Gior eati halia d(( laraqoa la ( oiue pc Bioeitattl >* n et (jute n,r l'at tentai ( ont if V.Miiskolini a opre* ;;:', n' U*sllei arreslalionv.t OU vi'i Us (!oinii in.iiits e iii eu li. u en i ai lieu' er dan lei quai tiers o des meiils si.lmisls SJ et.iluient, par.i-il. I |rahd n< mhre de per % Onres M'n-ifts DOUr tre iulerro g. i oui le remis s eu libert Par conlre, lleiir'ea M leschesta, le fa iTieux anart liste. < s guid la disposition de la justiceLe Marchal Hindenbura assiste aux manœuvres d'automne r MRU"ENTUKIM (Wurtemberg"),!ri septembre — Des centaines d'olfi ciera sont arriTfl aujourd'hui dans la ) etiiiC villp d'eau pour taluer leur ancien chef, c feld ma-chal Von llindf i.burg. qui vient assis ter aux marœuvres d'au omne de l'arme. e est M heure* 5 tablie 18 10 S *P lembre par le boulanger Georj;-.s Michel. Dereham a g-gr. un prix de 1000 nvr.H aurDB| olert par le NW of the wor.il" po-ir le premier citoyen anglais battmt le record de li art 81' de ,: l.derle. Melle A propos des d" crets-lois M.Poincar posera la question de con fiance PARIS, 18 Septembre— A la sui te de l.i runion du Cabinet, il a t anuonc que es miuislies avaient dcid que le programme des conomisa tel qu'n e?.t prvu dans le dcret a-vordanl au ("ou verueinent pleius pouvo r.- p >ur r.; duirc les dpenses gouvernement* les, devait li a nu*u vigesar la mdia' meut s ns a.tendre l'ouver ture du l'arlement. Ubaque minire a cl tude avev. soi i el la cauipag u-. pour l'Umiualiou de postes inutiles se poursuivra mal gr les menaces des d juti d*atta qu r le gouveraernent. L,* su^pres fion de !"0 sout prt ciorsa L>.I--I dres i >mms inu.i ea e*i a ne au re qui s lUttS le plus de mocou teniem-rot parmi les cliels poiiti que-. M. Poincar compte aire liin.e devant le qui concerne la mise en vigueu d is dcrets er.onouaiquos.il rerusera d* discuter les interpellations jus qu' ce que le parlement ait ap prouv ou dsapprouv les dcret-. Un attentat contre la Princesse de Sude T0KI0.18 septembre— Un poi gard ;a t lanc hier contre la princeeM Louise de su de, Sir John Tillcy et Mr Alber; U -ssom pierre aaumssidimr ue ISelgupie pendaut qu'ils djeunaient ;'i l'am b.s-ade d Angleterre. Le poigiard atteignit prs du cav.r Mr l'illey lils, mais 1coup lut imorli par un tui cigarettes eu or et le j u ne homme te lut pas bltas. L'as saillant n tuib .Les lonconnairea ont relus de|dountr des dtails sur l'incident. A Genve Election de8 membres de la S. D. I. GENkvi:-Unt t lus membres temporaires au conseil de us, U. N La Colombie par *-ub t. forto Rico al Philippines. Lecongria*• adh ision pleiue et entiers, liiique defendur par la Alessundri aux Ktats l'aii mrique Latine aux Latins. am 1*1 s* TUONS LES MOUCHES AVANT QUELLES NE NOUS TUENT m m LA MOUCHE prend sa naissance dans h s ordures et les dtritus. Partout ( u elle passe, elle Iraine aprs elle Us microbes del fivre typhoi de, l'.ii.ilirax. le paralvsie intantile la diplherie, lu tuberculose et Mi dysenterie. l'eu de gens se rendent bien compte del menace de contagion parles mouches. Klleso.nl l'aird'in sectes inoffensifs parce que leurs piqueta ne causent pas d'incommodit; mais les mdecins spcialistes des tii'-vres calculent que 50" „ des dcs causs par la livre ty1 hoiiie sont ds a la contagion par ltsjmouches Api -'s de longues annes de recherches. l'Kntreprise de renomme moodiule.la STANDARD 01LCOMPANY, > New Jersey ) F. H. a pertectionn un produit ollranl les mo yens Mirs et simples pour combattre les mouches jusqu' leur extermination complte. Ce produit c'est le.... <• F LIT Avec en produit vaporis 01 dbarrasseune maison des moualiquea, et des mouches en quelques instants. FLIT est propre, d'un usage facile offrant toute garantie. De nom breuses preuves ont dmontr que le FLIT •> .vaporis ne lche ni ne gte les vtements les plus dlicats. FLITdtruit tous les insectes qui infestent les maisons A l'aide duo peu de FLIT vaporis on extermine les mouches moustiques, punaises, cau< relata, fourmis ainsi que leurs larve. FLIT pntre dans les fentes et les crevasses o les insectes se logeut et dposent leura laives. On peut aussi vaporiser le "FLIT sur les vtements;car il lue tous le* insectes et leurs larves qui piquent les virements. Pour dbarrasser une maison de ces insectes nuisibles il antlit de se servir de FLIT.. El vente par tout, STANDARD OIL U % Ml'ANY ( NV.W.IKKSKY )E.U. Distributeur; Wl Indla 011 Company M\HQUE DPOSE DETHL'IT Mouches, Moustiqnes, Vers, Fourmis, Punaises, Puces, Cancrelats. Beaucoupd'autros Insectes et leurs larves qui infestent les mers 0 IB J A 1 mil 1 A DE MATT|S & c ^v^^ ant>i >' ) iir H*



PAGE 1

LE MATIN = 21 Septembre Iftjf. > $uy.Le Boss $Co. Agents Gnraux | Avi Ifitiooale de MuV |et de pharmacie. nent a l'arrt de Mon jsideot ne 1 1 Rpublique j par Messieurs les Se d'htat de l'Intrieur et Je pn pub'ifie, publi dans ardes Jeudi '•' et Lundi ibrel920. rglemenlant ion* d'admission a l'Ivo cine et de Pharmacie el kris d'oble-ilio i du gra [ixteiir en m '. cin %  de mcbiriir,i' 'i %  . ii: • %  du de sage f. -a m-, la ptaTKcole avise Messieurs italique les cours s'ouJh lundi 4 Octobre pru II nom ions invits se |M jour, a 10 heures du il'lcole de Mdeciue pour knatact ivec Icuis proies (lierenseigner ii : | horaire irnme d'enseignern-nl rteroeot. |jr Jjstia DO IIN'I.i: : t',iv l'E'.ole \ tu iuj!e letde l'ai ,u e. Avis MaidOM Pmant f.i l. propri e taire du IIIGH l.ll'V: Hindi, Ban cal.reslaurant, himor.ee >a bien veilunte cliente! qu'elle a atud lior son caf el qu'elle est main tenant en mesure de lo^er les par %  oaOM de passage h llmclie. Service irrprochable il prix m> drs. urne Star Steamsbip Co Les .•.mer Southeas venant cl clment de Galv s ton, Texas, est attendu Port an-Pri tce.vers le 'i'.i du courant.el repartira le mme jour pour Si-Jean • s et (Us ou v.tle. ,; ,r '' '"'" s le K'>c.i ., .lusl-llalai.J,er o. < ; ) Jj;'jjj'le.l l'ed^lionUiie, e'cMl'alLu Idal M t'nleh / : hui A ul d W A>! I n l .|,idlo.,rd, I ^ wiiiej i an lu, ptt t ;*tove 'wi!i' E ; mpi4n ^"Gae. IfAKSM8 & Ce AOBflTI ; s (ol lr n Oil Tablels f&s d'huils de Foie de Mirue Eli stock chez : Geo. JEANSi-.MK & c<>. Agents Un fioancier'belye offre de prter 50 millions m Pays BRI1XCL :S— Ud slab lisation OU liane b-.igi a ( I • MIp eu lue pro wsoirr-m^nt.Lf; cabinet eraint t-ans doute que le pic^ramni; de la Pi an Ci pour la rest..urati:in li.iuncire du Irauc tranea s n'ai un rh*l malheureux sur >o i pi ^ drnm Le con-ei d.-s mioiitre* i dc d • de ne pia<::epter 1 o 1 e I i;e p r M. A ii, i l Loeveiotein, linaoci r beige de prter au Uvl. B; -. une somme de .'i ml lions MOI intrt pendantgdeux ans. Une victoire^ de Carpentier Par cabie lian. ais SP0BANE.18 Septembre-Geor ge Carpeutiera mis*J>nock out Koc co ^StrI appliqu recouvrj 700 pieds OUtU da sc.iacc. Vol.. H 1 :, r,,| Bellevua Rol i|fnkr .'S Wn 1 jMe " J j, rl !" -'"r.ce -Egiiss de ..-t da \ix m "oya .nKon.anad. Baaqua ,\ atio .aie de la Mepi7Wiqoa dllaltl, Porl ^ Jj;,•;/; : ; ."! ''! HpnMiqu allaiti, Au, tUyaa Llaoque N aie de vJL ''"M"' Waliooala de |. RpabH-oa d'il S' 1*^*^ ''" ta • '^"""t"! •*'. •'•""•"• • reaii du ,. Malin • n, 1 '' J Clt:l Co|ajoli Kie.-tmj .-. Kua \n.ui. ai .-.. %  HadioCerporalion; .;,.,P„„ u ||„, t ,k Kranca hula Hued„M Uti BarTermimT. Y? •• Mmel, llelltvue 1 '••r >,!., tw^id Brauui, reaide VaR i.i c '.'.i,:;„,i. Avenu John Brown |i c.lli ni t > cubkll m liooi ete Lon Mati.on an hilei le |I>our vos commander ou lout autre renseignement, s'ae^esser i' beo. Jeanstue de C Hue Prou, en lace de la Banque NMionale ^mrnmm^^mm^mmmmmm^mmm^' institution Tippeahauer Bn$gignement Classique Secondaire, Avec une Section Prparatoire. Prparation Spciale j toutes les E oies Suprieure : Droit, Mde eue, Science Ap.iliquca. Knsei;.MI.IUI pratique. Anglais, S'eno-Dactylo, Compti bmt. Les lves da In Deuxime Sec • ion, bnli.iinl gratuitement du Cmri Attiqua a-anglais. S'ouvrant |a Luuli 4 ocobra prochain 7 h. p rr. Anglais: Cour* complets ti mois. Stno-lhc vio de ti ! mois. Comptabilit* mois. Horaire : Cours classique 7 h. 12. Cours pratique t. 5 p. m. Pour plus amples renseignements et conditions patse/ de S hes 12 2i l'augle des rues Prou et Rpublicaine, Etage Cardiner et Co ou Ecrivez au Directeur immdiatement N B — Pne pension de I imille est annexe n l'Etablissement pour le* lves de Pro.'in:e. ^ v v v v v v iSSS&S v ? %  -; 4 -^^ y V § llfiiiivi %  m •Pi •M i:% j:d'origine *-'t3et de la gy. bricatiou S Le seul aliment Le Phoscao <***< % %  < < %  le-s plus dlicats. Le Phoscao U le 5 aaia u |.ail g4 il lac M DMDtdigr pui uestomi s ES* reprseit.! u , x r a i, qn i n ^ |Quj constituent la base desj JBaSKS. 22^S porte un complment de valeur iiuarivo P il'^wr. o au . LooK. H 1U ire, td. balva, Alpboaaa | The Royal M-'"' Meam Packet C>in;i|iiiv tu i* A SAINT-MARC Qaunce lilesca, Mme. Clmcnl Coieou, Mme. ff^. r ni-/ i ,. Al A GONAIVES J-J3' WIBJLi Lrolx . Bemy, Mme. Kague l)ebr,,se, .V,i, m .. Le steamer "Sea B#' p< nt" est "Mendii a Jacmel, le S courant, sera n Port au Prince, le ti courant, prenant le lii | our les ports du nord et l'Europe Le steamer reviol 1 est ilMdo a itiu.e. le7Octobre proch i. Il sera Poil au Prince, le 1 1 du mme mois prenant le t'Ai B08I es ports du nord el i'l-)urope Le steamer "Cape SI Lucia" fst altendu Jacmel, 'e :3 Octobre prochain. Le steamer ,f Culebra" est attendu Jacmel, le ." novembre prochain. Port au Prince, le i Septembre 1*C.| J.DAALDERJr Agent Gnral pourllaili a i Ne Frdric Destouches AVOCAT Au lumt de l'Ancienne^Ban* que du Canada. 2 l|2 *5 4f2 heures. contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, U, il. BiHnt-AntOlD J-A.a-t 1H %  ftg Cil./; .Madame A/a s >5 LaCOC lirtici t: vl UAP HATIEN A PETIT GOAVE Chai ; B. p. lieid Aiireu vieuii Seul Roprsentaol pour Hati £P* t MALADIES U ^SOWAC a ,. au l.o mirer Icui cDIcacuc. %  ia*-^,,—, 1f|J ; Bar Terrain os C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS /JiX riTKUfc, Pharmacie ALBCRICVI Pharmacia do D' Ju.tln VlAHu •t ioiif.. /•• honi'. /'hii'inn.i* i. l'ropritairt : A.WiJmaQ' A ri.ouneur dmforner sabienveillan'e. cli^niAle qu il a msUll a I ta^e de son tablis sment, un salon exclusivement rserv .aux familles o Ion t-ouvera des consommations de premier e| 10 ix el o des lunchs seront servis sur demande Tlphone No 788. ^m^mmwwm^mwm.r ^m



PAGE 1

MATIN 21 i l EMBREltf *5 | 4 -K)-6 6 * 6 6 r,^^^j a ^ A xi? ^ A p ftAAg..?. - -i $&&^ .^ i >,cy ^3C ^v^j* ^^^j^j' ir j^ ^ r s DPURATIF du Df MANG -uir.ii X -3 ** I Vices du Sanj, Varices, Glande Mauvaise circulallon Maladies de Peau Avari* Maladie:, des Femmes '. I) H ii hiiiicuble .i tage en lu i | IHS c! maonnerie sis ;i .il m.t, uni :< • ll'S nii'i; tres .H Ki el une hauteur dc s, lK pieds. 1/Kl.ii.c co niMirte : I grand salon, 1 sali? mungiM,2 chambres ilonl 1 avec eabinel de toilette, lAHlicc el ^raM talon.devant il lottes I' s dpendances ni de s, le lotit l'omis et btisses I i Ci-n le l'.\cclsior liA&fniil l'tape jusqu ; lccin nient La ninbon esl libre Tfc tfaje livi otll(|iie. :,l ii billets ;'i or I2. ( | < <**k 1 (loll 'i I Le viilable gros loi esl rtrunn^il le el .'t.'i lots gagnanlsen espces, ellerallesefa—jfne Port-an PrjiVee, i, l'.l Dm n.lire ".'lili. Sous le bjL-monlr >Y .1 iin comit coni| us de MM. Eugne Morin ia 11 Victor Marti Le Propri lire Le Tresor : Les i illcls s:S;m\ An Htel de l-'nnavc Aux Dotiyon. i'.af International le. i.rand'ltuc). l utils. Y.yc A. I.avmid el & <:f p. acru \,l'res &f H Colombo Stsaoship Co k j le steamer Baracoa venant directement de feW-utk e-l alit-otlti Pori-.ui t* iaCd l 22 S pi. libre courant II repar'.ira le infime jour polir h IH-Goa\e, \jii;|p)aue C.-jes el JiOUI I .ii nue pi ir lt* P fW l • Il Fo.O ( ubiej J"** n.inl bel et | MM -"wli :..in 4;uuie cl eu facilitant .c travail des rc s. i./: •/"""• rr n Pedro de haioii*. .'U-l <>i n in, .n i mi' < ' '*• Le steamer Cruneuold esl at.endu ici le 15 Uctobie avec du fr< I de I Euro;-. ret %  ati.ii %  • en Europe vts la a %  mire n nll '/ .'."•'• Ce naotr offre totitt s la et n u o dttis /" ///• ;J • ii'i wi nu. Le sIciiinriY'Tiiii-est • I & •' %  tel vers le •• (>• %  in et / u udia du frrl ;> 11 l'Eun / %  Fe '. ... < AS et Co, % %  %  < %  i n n i. vi^ Les ven eur de billtttl dr IH o'* rif ii> o LogCeVinliOofrisriitoai insil & vci.ii ngler Ituis conpled 'Mit I II (.1 f lI' 1 V' |l. %  ' i eu itiiiii i l'Ich c' i* %  i i •' couratj'. conl iru*f enl : r*.*ii du U i'emenl de I I liiiur. Pu i au Prince e 10 ^'ept.fi Ire m i, L'Admit istraleu Hod. il A D m ti.ii •%  1 ( que vrufl pomey '• 1 fier de p!ui r c-ii.i!\ i votre > niant, e'tu lu rnte. Lct 1 rrai tioni i mti laireff d'iiydjcne si ni I'. cilt* prendn Ct 1 nr la mail n p-it qu< l ci ta mal. dis. \ lut] uc<5 la crassv avfiril qu'e l ail eu le temps de pne* rcr dans les 1 mes de a pfBU. Velltea k t.i)M vo're enf.r.! Mil'..' i.UIVL. t l .li J..CU1.COL'l.t Jri I.! i.l.1 •i / // n o %  •, 9 I.eve" IPUOY le Savon pour la Sant Vmil cz ^^ -*S&*J8*Mfl vous avoir ( ; t 's Dents lul.iiilos de bhn lieur ^ ET DES Qu'alertes soixante-dix ans. Quel plus rclodaaiiani apectcle ajM cauple de vicitlurd ctuouca? O. pJ ,ie u*amn eu Infc OnM M QI Osu^.w mne< # %  %  '• Ue "•' l ur, '" lo "' h 1 ru t l -' 0 *** 11 .a,.,!, .m m •< rM •" •< •-'• '* ,, ^ '" r1 a aar> VlrlU el onUranct ou l-otn*lanoo *' • Muatlei OM mafearabl leuruirniv *• Itawou Mou. ciplau, n Ml vrl In ttaa .ub.Uclleb. I M tmt a— • %  r"* •"• %  ruU <• nul .!•"! • %  CM huHea Mata II >• en aio Lne !•*• #Ovoiian P^, notM ra4 a "• BO,,r ""nirrU davunUf* a *•• ,UMI runatincUe prime d W U*. < oullloo aar une toute e-locomanoene. L Ovemeltln. —' tu eree I aoereti Igrarll ricdul |u|u par le* ar**tnai> •.... rheauue U pert : ton .f1i. kl rl •*•*a£ • la.tt.m o'aaMnule pli" lanimrteni e iirom Cajei la oourrllure aueal cooiplria une TeetU M e aoueaa d'eujPtMi ,.„ ou, duraM Vu anne peur la uelllea e ce ut a, maii.i 11. *" •Pr—rtien' Qn „ conilur* f rapport Du. U"e at^pnoives toujours saines Employez la ] TRIBORINE Poudre t entifrice. 1 L* OVOMfttJjiME c'est la sant. Dr. A. WANDER S. A. BERNE A,•m aasatea R. III.Ol-ABU 170, flrand' Pue. Port-au-Prioce. Suivant II tai dulocleur tfl 3. fiuerriaTi Chirnrgiei-Dii-| Dr H'nienm Montral et *' /• acuit de M cinctlePaiiq lin vente p' et uu ljtboratp ,| t in TribortJ 7, Hue llancl Paris. En vci.l. partout, principaleinenl|clu'Z.MM.M-1 | E icnne lils. Simon et Alfred Vieux. 0113! mm\ I Se vend aux Caves elifz Vve \ Sendral. £ Ce i|ui n'a jamais t l'ait" %  Ce qui ne peut tre dpasse. Kola hampigne ? Sjourn I i.'pan' dans tle.s conditions riuoureus^ B'ASEPSIE Prparation et Vente Pharmacie P. SfcJOCNc Angle des Hue* Roiu et rf.i '' I W *U



PAGE 1

UIBECTEUB PROPRIbTAIBK iMPRIMtLT. Clment MAGL01RE BOB-VER*:. 1358, Bue Amricaine, 138 L NUMERO 20 CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 242 Parler du bonheur, n'esta pasunpurmelgn*r?Pronon' rr son nom eluuiue ,our, nestI eu pour parrain g"! aurens, le peintre l7'-oloris. le viril au•'"'"'"ildumicd-Kn^'"l'apeetlKmpe L:. .'I' 1 I unissait une E" 11 Quand Ro|i„ tut gn,,u 1 l Officier, nous U n brillant clironia s hi:cri u i;s l'ont 'Ah'.i.i ^. '• me voila •mainA faut que" Jeanin ,c ,I,C servir de ,|£ Renient s'y cipC* n h / u *Jc.u adresse F 1 d autre. Ration llattail, ^'euae.ne.l son Mais, en revanche, d'autres glands hommes suit toujours rests indillrenls ce genre de rcompenses. Vietornilgo .miul Officier de la Lg ui d'Hocineui. G e I tl d ailleurs • %  explique. Il n'avait que ce grade, quand lut proclam le Si coud Empire el iusqu'en 7870, I oppii.s lion qu'il lit rendit toute promotion impossible en sa laveur. Quand l'Kmpav lut renvers, Victor Hugo lnildcvcnu tellement clbre que la cravate de commandeur n'eut pas t en rapport avec sa gloire. Il resta donc Officier connue ci-devant... Napolon 1er n aimait pas non plus les Dcorations. Il eu portail rarement, comme on peut le voir dans les nombreux portraits qu'on a de lui. On sait encore que Gustave* IjOubel, le chel de l'cole raliste de la peinture refuse la croix. Mais peut-tre ne lui dplUt-il pas de se tailler ainsi une plui belle rclame que s'il avait accept le ruban rouge. Au lond il peut y a vo i r autant de vanit mpriser une d ist i ne l i on qu'a la demander. D'autre part, certains pciiplessont tort hostiles aux dcorations. Les l'.tats-l'nis.par c\cmp t k fc u cu ""t crs qu' IvccjrlPde ladi^uijejjucrry<#4a Suiss 'ttjitX'mi pas ed'Veu Ire parler Raviva mme une l'ois 9 ce S^jit une amusanle histoire q'fie racontrent en son temps tous les journaux ^l'Europe. \ers le milieu du sicle dernier, le gnral suisse l)ul'our le laineux eainqueurdu S->nderl)and.'||. passer une glande reviu^t troupes l'd raies. Il avait t dcor par .Napolon ler.et il avait gard l'habitude d'arborer loi t souvent sa croix.Ses compatriotes lui taisaient un grief de celle iii.iocenle lantaisie. Quand il arriva sur le champ de manu-livre O la revue devait avoir lieu, il lut oblig des.frotter les paupires dises deux poings pour s'assurer S'il ne voyait pas mal : tousses soldats, taient dcors du ruban rouge... Il rapprocha pour mieux voir. Les rudes montagnards, pour donnera leur chef une le; m (la moleslie. avaient tous pingle leur capote une... pluchure de carotte Anatole France faisait remarquer qu' vrai dire aucun peuple n'est exempt du travers de vanit. En Allemagne ce sont les titres universitaires qui excitent l'orgueil. En Espa gneceftont les titres nohiliaires. lui France ce sont, comme chez nous, les dcorations. Aux Liais l'nis.cesl le dollar qui donne de l'importance aux gens. On dit d un millier daire : Un tel vaut tant Et, c\-.-t assez p ) ir qu'on le vn: e. A tout prendre, l'amour du ruban est peut tre la tonne la plus inoffensive du pch de gloriole. A'propos de ruban, iljy a un mot typique prononc par un de n is compatriotes nouveaudcore. f L'on sait que dans la dernire promotion laite dans Por (Ire de la Couronne d'Italie parle gouvernement de Mus solini, plusieurs liai lie n s y lurent compris. I'M jour un journaliste rencontrant un le %  es amis qui venait d'tre dcor.s'lonna de ne point voir, sa boutonnire briller I insigne de la distinction dont il venait dlie l'objet d.la pat (lu Duce . Je voudrais bien amssi le porter, lit l'autre tout navr., mais il n'en reste plus: ces messieurs ont t mt achet. . Commission des Rclamations Service de Liquidation Les intresss sont aviss qu'un dernier dlai expiraul le 25 Septembre leur est accor d pour reprendre les titres de proprit, pice d'Etal civil el autres documents dposs l'appui de leurs rclamations. Pari au Prince, le Ki septembre 1936. DUPUY Secrtaire-gnral Un grand Anniversaire Hier, 20 Septembre marquait le Htine anniversaire de la naissance de Jean-Jacques Des* salines qui l'ut un des Chels its plus intrpides et les plus courageux le la guerN pour la libert de notre l'avs. Dessalines naquit, en effet, Te 20 Septembre 17S, la Petite-Rivire du Nord, sur l'habitation Cormier. Il lut un des glorieux h'ond.itt-urs de iioti e Indpendance:et, aprs qu'il eut bris les lers des esclaves de Saint-Do ningue. il devint l'Empereur tout puissent. C'csl, peut-tre, la plus glorieuse Figure de notre histoire qu'il illumine d'une lueur fulgurante par sa farouche nergie, son indomptable coprage el sa superbe devise : Libert ou la Mort. A l'occasion de ce grand anniversaire, le Capitaine Laroche. Chef de la Maison militaire du Prsident de la Rpublique, a dpos, hier matin, au DOmdu Prsident Horno une magnifique gerbe de Heurs sur la tombe de "Empereur, le Hros de notre Indpendance. De Charybde en Scylla Nous disions tout dernire* nient que des familles se plaignaient des petites Iraudes dont elles taient victimes de la part de certains petits boutiquiers. Kntre autres, celle qui consiste f refaire •<, comme on dit en argot commercial, les boites d'allumettes. Hier, un petit commerant nous a fait faire une curieuse exprience. Il a ouvert, sous n >s veux, un paquet contenant aliumettes et parfaitement cachet. La moiti des boites taient demi remplies; el la commerant nous a affirm que fort souvent les paquets avaient des boite B absolunn ni vides. Selon donc toute apparence, cas petites fraudes se commettent dans les fabriques mmes, a l'Etranger. Ci-si e qui s appelle tomber de Charvbdc en Scylla, ^thfthfrfiilHltf^ *> La Supriorit g 1 de la Coronala ... J Noiei quelques uns des avan .-.• lages mcaniques de la CORO Va \ \ A **; 1 ). Echappement extr. •>•'* rapide permettanl les plu: jft'i hautes vitesses dactylographi -,jques. >,% -) — Fnconibn'inenl et poids ( ! kgs. ) rduits pour S ^* transport tacite dans un lgant tui-valise. E *J'* .'{).—Retour automatique du ruban bicolore. *'• $91 I )•— Mcanisme incassable, w 4('^ ), Clavier pour toutes langues, tous genre d'-BL >.v crillire. A*. ; (i).— V isibilit absolue de la totalit du travail %  '"%* In cours d'excution, v "^ ENTREZ POUB DMONSTRAIION, CHEZ: r :^ "S MAXWELL i MOHR g •fiS Uu,,vi. • :i7". *'* t5 Noire œiL if .M y y u u j T < y y j ^ u Les revenus de l'Etat Du Happoi l'adress, pour l'anne fiscale 1924—1925, par M. W. K. Duun, Direcleur-iinral du bureau des Contributions, au Heceveur Gnral des Douanes et dont un exemplaire nous a t remis, non* extrayons les utiles informations suivantes sur quelques unes des sources de revenus de l'Ktal haia-n. Sjhtvscs OK L'EMIGRATION Les droits sur l'migration qui ou! mont Odes : 9*5.622?90 ont continu dlie la plus forte source le revenus, ayant constitu;! eux seuls prs d un quart du total des recette! pour Penne. La productivit de cette taxe dpend de la favorable situation conomique de Cuba et de la demande de travailleurs hatiens qui en rsulte. L'I.Mi'ir si ,1 1.1 Hi.vr.NT. — L'impt sur lerewuus'est montr la deuxime parmi les sources les plus importantes de revenu, ayant rapport (ides 1)2.*), 080.64, plus que le double de sou rendement pour l'anne 1923 21. La rendement plus grand de cette taxe en 1022423 eut pour cause les paiements accumuls sur la dlie publique el ne reprsente pas les conditions normales, li rapport troit a • te l'impt sur le revenu est la taxe annuelle dejl o o sur les litres et obligations hatiens qui a rapport Qds : 56.090.40, SERVICE m DOMAINE. I ne heureuse augmentation est celle dans le recouvrement de loVCTS des terres du domaine publie qui est de tous les revenus internes le pluf diflicile administrer en Hati, he montant total a t de (ides: 177.919.02; tandis que pour l'anne prtWW*k dente, celui lides: 70,903.79. Le chiffre qui se rapproche le plus de celui de H2I 25 est celui 1919-20 anne o les reeetles de cette source s'levrent (ides; 120.335.24. SERVICE D'EAUX, les recettes provenant de services de distribution d'eau appartenant l'Ktal ont aussi augment de ldes: Hin.'"77.t'7 en 1923 -21 Gdas: 2(0.553.54 eu lwM 25. H v a encore dans le Rapport des chiffres concernant la vente des timbres, les droits d'enregislremeiit, droits (|e licence etc. tfi.fr. tous, jcciisent de notables augmenlalious dans les recettes de ces diverses sources de •rc"^-venus publics. ,, Le Happoet contient en 01 de suggestitsH*'oiewentaires? apprciai ions tlo, nral des Conti divers m ides %  porter la connaissance du public cl du ominerce que depuis le 1er Septembre 1926* la raisen sociale de The Brilish Imprial < lil C unpany ( Curaao) limited a t transforme en celle de l'ui. Sui:U. lj)M.'\\> ( W'csl Indies ) Limited. ()I.OII-SON, LUCAS & C". Agents MAURICE ETIENNE fils AnaU drs Hues du Mayasin

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06821
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, September 21, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06821

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
UIBECTEUB PROPRIbTAIBK
iMPRIMtLT.
Clment MAGL01RE
Bob-Ver*:.
1358, Bue Amricaine, 138
L NUMERO 20 CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
Parler du bonheur, n'esta
pasunpurmelgn*r?Pronon'
rr son nom eluuiue ,our, nest-
/;,, ,in,oirs de ceux qui sont
drt au* autres tre heurem ?
.s/ ,-w/.i vine: parmi des gens
nui haussent leur me, nous ne
tarderez pas i bnir la #"*
-*-
1
ifcneANNKI-: N" iMI
PORT-AU-PRINCE (HATIJ
MARDI 21 SEPTEMBRE 19W
* et.%

r
, tf une Dcoration, csl
Jru- tort caress pur lu
de majorit (les Hatiens
s Ibis, l'on s'est nioqu.1
[passion que lmoignenl
^concitoyens pour ces h o
idelu vanit. .\"a-l on pas
ilHJoiir, (|ne l'on pouvait
iBiiitre un lia/lien a iv
jgjpiequ'il parle de tout,
me tout et porte sa bru
fc avec ostentation,mu*
itiou?... 'Mais, en soin-
ufeces troissignes: parler
tout pour hure accroirt
sait tout, ton! critiquer
persuader (pion a le
lin el le jugement so
ltroisime: porter uvej
ilalion i\nn dcoration
(boutonnire, n'est certaine-
pas le plus grand el le
dtestable delul.
y a eu de trs grands
les qui on t nus une
lieil possder beau-
l(|tdcorations. \ nisal-
pciter quelques-uns.
|i, l'illustre 1 ouis l'ns-
[gSuluil des marques de
lion que lui prodi
tous les gouverne-
idu monde. Il a.ail
lsalon, a lacont, une
1 une Revue pansicn-
Dourna'iste de ses amis,
akriiie o tait range
juin toute la glorieuse
Pfrirl de... ciiisiiu- 11 j lui
'n't dcerne. La s'ali-
l quantit invrui-
blede croix, de c.d-
fc plaques, d lphants
[Sam, de (hayons
irtc...
^awiiMrahh'cliiinisIe re
il'ouicela uv.t- iinccv,-
SWisfaclion. he conten-
quil prouvait a jeter
"psaulp.'les veux sur
"noe tait ;j , 11 les e
J petite lie, alors cn-
Jisailgenliinciil du c.111-
M* meuble:
1 ont 1 s joiijo i\ de
*erc|
JyjW'jquei'hist nielle
*.htd [. )nf ;, a. |)ro_
ZXJe piKiihU- tu, tc.|
'^-fomtclti loin. Il mon.
'0U' simpleiiiciil quel
JillaclK.il :, |, 1Vl,)M_
P'^rilunianit. Voi-
J^sculpteur Kodin,
,nit auteur d Husta-
Cfr !em' v[ ll's l,l)l"'-
?UI', tait lui aus-
^'dcauMilresho-
I*5- Dans les premiers
Je la Lgion d llon-
|JJJ">I eu pour parrain
g"! aurens, le peintre
l7'-oloris. le viril au-
'"'"'"ildumicd-Kn-
^'"l'apeetlKmpe
L:. .'I'1' I unissait une
E"11' Quand Ro|i tut
gn,,u1l Officier, nous
.Un brillant clironi-
a .s hi:criui;s l'ont
'Ah'.i.i '
^. ' me voila main-
A faut que" Jean-
in ,c, ,I,C servir de
,| Renient s'y cip-
C*nh/u*Jc.u adresse
F1 d autre.
Ration llattail,
^'euae.ne.l son
Mais, en revanche, d'autres
glands hommes suit toujours
rests indillrenls ce genre
de rcompenses. Vietornilgo
. .miul Officier de la Lg ui
d'Hocineui. G e I tl d ailleurs
explique. Il n'avait que ce
grade, quand lut proclam le
Si coud Empire el iusqu'en
7870, I oppii.s lion qu'il lit ren-
dit toute promotion impossi-
ble en sa laveur. Quand l'Km-
pav lut renvers, Victor Hugo
lnildcvcnu tellement clbre
que la cravate de comman-
deur n'eut pas t en rapport
avec sa gloire. Il resta donc
Officier connue ci-devant...
Napolon 1er n aimait pas
non plus les Dcorations. Il
eu portail rarement, comme
on peut le voir dans les nom-
breux portraits qu'on a de lui.
On sait encore que Gusta-
ve* IjOubel, le chel de l'cole
raliste de la peinture refuse
la croix. Mais peut-tre ne lui
dplUt-il pas de se tailler ain-
si une plui belle rclame que
s'il avait accept le ruban rou-
ge. Au lond il peut y a vo i r
autant de vanit mpriser
une d ist i ne l i on qu'a la de-
mander.
D'autre part, certains pcii-
plessont tort hostiles aux d-
corations. Les l'.tats-l'nis.par
c\cmptkfcu,cu ""t crs qu'
IvccjrlPde ladi^uijejjucr-
ry<#4a Suiss 'ttjitX'mi pas
ed'Veu Ire parler Raviva m-
me une l'ois 9 ce S^jit une
amusanle histoire q'fie racon-
trent en son temps tous les
journaux ^l'Europe.
\ers le milieu du sicle
dernier, le gnral suisse l)u-
l'our le laineux eainqueurdu
S->nderl)and.'||. passer une
glande reviu^t troupes l'd
raies. Il avait t dcor par
.Napolon ler.et il avait gard
l'habitude d'arborer loi t sou-
vent sa croix.Ses compatriotes
lui taisaient un grief de celle
iii.iocenle lantaisie.
Quand il arriva sur le champ
de manu-livre O la revue de-
vait avoir lieu, il lut oblig
des.- frotter les paupires di-
ses deux poings pour s'assurer
S'il ne voyait pas mal : tousses
soldats, taient dcors du ru-
ban rouge...
Il rapprocha pour mieux
voir. Les rudes montagnards,
pour donnera leur chef une
le; m (la moleslie. avaient
tous pingle leur capote
une... pluchure de carotte !
Anatole France faisait re-
marquer qu' vrai dire aucun
peuple n'est exempt du tra-
vers de vanit. En Allemagne
ce sont les titres universitaires
qui excitent l'orgueil. En Espa
gneceftont les titres nohiliai-
res.
lui France ce sont, comme
chez nous, les dcorations.
Aux Liais l'nis.cesl le dollar
qui donne de l'importance
aux gens. On dit d un millier
daire : Un tel vaut tant Et,
c\-.-t assez p ) ir qu'on le v-
n: e.
A tout prendre, l'amour du
ruban est peut tre la tonne la
plus inoffensive du pch de
gloriole.
A'propos de ruban, iljy a un
mot typique prononc par un
de n is compatriotes nouveau-
dcore.
f L'on sait que dans la der-
nire promotion laite dans Por
(Ire de la Couronne d'Italie
parle gouvernement de Mus
solini, plusieurs liai lie n s y
lurent compris. I'm jour un
journaliste rencontrant un le
es amis qui venait d'tre d-
cor.s'lonna de ne point voir,
sa boutonnire briller I insi-
gne de la distinction dont il
venait dlie l'objet d.- la pat
(lu Duce .
Je voudrais bien amssi le
porter, lit l'autre tout navr.,
mais il n'en reste plus: ces
messieurs ont t mt achet. .
Commission des
Rclamations
Service de Liquidation
Les intresss sont aviss
qu'un dernier dlai expiraul
le 25 Septembre leur est accor
d pour reprendre les titres
de proprit, pice d'Etal civil
el autres documents dposs
l'appui de leurs rclama-
tions.
Pari au Prince, le Ki sep-
tembre 1936.
DUPUY
Secrtaire-gnral
Un grand
Anniversaire
Hier, 20 Septembre marquait
le Htine anniversaire de la
naissance de Jean-Jacques Des*
salines qui l'ut un des Chels its
plus intrpides et les plus cou-
rageux le la guerN pour la li-
bert de notre l'avs. Dessalines
naquit, en effet, Te 20 Septem-
bre 17S, la Petite-Rivire du
Nord, sur l'habitation Cormier.
Il lut un des glorieux h'ond.i-
tt-urs de iiotie- Indpendance:et,
aprs qu'il eut bris les lers des
esclaves de Saint-Do ningue. il
devint l'Empereur tout puissent.
C'csl, peut-tre, la plus glo-
rieuse Figure de notre histoire
qu'il illumine d'une lueur ful-
gurante par sa farouche nergie,
son indomptable coprage el sa
superbe devise : Libert ou la
Mort.
A l'occasion de ce grand an-
niversaire, le Capitaine Laroche.
Chef de la Maison militaire du
Prsident de la Rpublique, a
dpos, hier matin, au DOmdu
Prsident Horno une magnifique
gerbe de Heurs sur la tombe de
"Empereur, le Hros de notre
Indpendance.
De Charybde
en Scylla
Nous disions tout dernire*
nient que des familles se plai-
gnaient des petites Iraudes dont
elles taient victimes de la part
de certains petits boutiquiers.
Kntre autres, celle qui consiste
f refaire <, comme on dit en
argot commercial, les boites
d'allumettes.
Hier, un petit commerant
nous a fait faire une curieuse
exprience. Il a ouvert, sous n >s
veux, un paquet contenant boites d>aliumettes et parfaite-
ment cachet. La moiti des
boites taient demi remplies;
el la commerant nous a affirm
que fort souvent les paquets
avaient des boiteB absolunn ni
vides. Selon donc toute appa-
rence, cas petites fraudes se
commettent dans les fabriques
mmes, a l'Etranger.
Ci-si e qui s appelle tomber
de Charvbdc en Scylla,
^thfthfrfiilHltf^
*> La Supriorit g
1 de la Coronala-
...
J Noiei quelques uns des avan
.-. lages mcaniques de la CORO
Va \ \
A
**; 1 ). Echappement extr.
>'* rapide permettanl les plu:
jft'i hautes vitesses dactylographi
-,jques.
>,% -) Fnconibn'inenl et poids ( ! kgs. ) rduits pour S
^* transport tacite dans un lgant tui-valise. E
*J'* .'{).Retour automatique du ruban bicolore. *'
$91 I ) Mcanisme incassable, w
4('^ ), Clavier pour toutes langues, tous genre d'-BL
>.v crillire. A*.
; (i).Visibilit absolue de la totalit du travail *'"%*
In cours d'excution, v
"^ Entrez poub dmonstraiion, Chez: r:^
"S MAXWELL i MOHR g
fiS Uu,,vi. :i7". *'*
t5
Noire iL
if
.M y y u u j T< y y j ^ u
Les revenus
* de l'Etat
Du Happoi l'adress, pour l'an-
ne fiscale 19241925, par M.
W. K. Duun, Direcleur-iinral
du bureau des Contributions,
au Heceveur Gnral des Doua-
nes et dont un exemplaire nous
a t remis, non* extrayons les
utiles informations suivantes sur
quelques unes des sources de
revenus de l'Ktal haia-n.
Sjhtvscs ok l'Emigration .
Les droits sur l'migration qui
ou! mont Odes : 9*5.622?90
ont continu dlie la plus forte
source le revenus, ayant cons-
titu;! eux seuls prs d un quart
du total des recette! pour Pen-
ne. La productivit de cette
taxe dpend de la favorable si-
tuation conomique de Cuba et
de la demande de travailleurs
hatiens qui en rsulte.
L'I.Mi'ir si ,1 1.1 Hi.vr.NT.
L'impt sur lerewuus'est mon-
tr la deuxime parmi les sour-
ces les plus importantes de re-
venu, ayant rapport (ides 1)2.*),
080.64, plus que le double de
sou rendement pour l'anne
1923 21. La rendement plus
grand de cette taxe en 1022423
eut pour cause les paiements ac-
cumuls sur la dlie publique el
ne reprsente pas les conditions
normales, li rapport troit a te
l'impt sur le revenu est la taxe
annuelle dejl o o sur les litres et
obligations hatiens qui a rap-
port Qds : 56.090.40,
Service m Domaine. I ne
heureuse augmentation est celle
dans le recouvrement de loVCTS
des terres du domaine publie
qui est de tous les revenus in-
ternes le pluf diflicile admi-
nistrer en Hati, he montant to-
tal a t de (ides: 177.919.02;
tandis que pour l'anne prt-
WW*k
dente, celui lides: 70,903.79. Le
chiffre qui se rapproche le plus
de celui de H2I 25 est celui
1919-20 anne o les reeetles de
cette source s'levrent (ides;
120.335.24.
Service d'Eaux, les recettes
provenant de services de distri-
bution d'eau appartenant l'K-
tal ont aussi augment de ldes:
Hin.'"77.t'7 en 1923 -21 Gdas:
2(0.553.54 eu lwM 25.
H v a encore dans le Rapport
des chiffres concernant la vente
des timbres, les droits d'enre-
gislremeiit, droits (|e licence etc.
tfi.fr. tous, jcciisent de notables
augmenlalious dans les recettes
de ces diverses sources de rc"^--
venus publics. ,,
Le Happoet contient en 01
de suggestitsH*'oiewentaires?
apprciai ions tlo,
nral des Conti
divers m ides revenus de l'F.I
vfir (i(5*
s sur les
.'iTc.pli^fi des
... a vu, samedi aprs-midi,
vers 2 heures 1 2, Martissant ...
biogne, Oui, lui-mme, l'hom-
me au tonneau, l'homme la
lanterne, en chair et en os.JII
liait revenu sur terre et pour
garder l'incognito avait pris un
pseudonyme : C... C...
... l'a vu, comme jadis, arm,
de sa lanterne, en plein jour et
cherchant un homme. Cependant,
pour celte lois, le bonhomme ne
chercha pas en vain; car, dans
une auto qui filait passrent
plus qu'un homme, trois hom-
mes : M..., B..., h...
... vit Diogne alias C... C...
teindre sa lanterne en souriant...

... voit avec dgot l'tal dans
lequel se trouvent les deux es-
caliers qui conduisent I Kspla-
nade de la Cathdrale. Ces men-
digots qui y ont lu domicile
ne se gnent nullement pour y
dposer certains objets qui tor-
ent les getlS a avoir l'ivd ...
leurs pieds. Cure/, les escaliers !
... voit avec grand plaisir coin
bien a t embellie la PhUM de
rindpendance, C'est trais, c'est
coquet, charmant. Les fleurs y
montrent leurs plus belles cou-
leurs, les pelouses taient leur
Frache verdure. Cependant par
contre, NOTRE lL voit avec
peine l'tat de l.i Place Sainte
Anne. Immondices partout, par-
tout des herbes folles et des
liantes sauvages. Allons, un el-
ort pour la Place Sainte Anne.
... a vu, samedi sou, BSOtou,
arriver de Carrefour le camion
No. Ofl.'i, il dbordait de pas-
salira.
'./te vit dbarquer en vitesse
ar .fourne devant le pique-
m is dvulrcs embarquements. Il
vint eHcore, repartit de nou-
ai! C'est du transport acclr!

Vous avons ^IWuiirur,
porter la connaissance du
public cl du ominerce que
depuis le 1er Septembre 1926*
la raisen sociale de The Bri-
lish Imprial < lil C unpany
( Curaao) limited a t trans-
forme en celle de
l'ui. Sui:U. lj)M.'\\> ( W'csl
Indies ) Limited.
()i.oii-son, Lucas & C". Agents
MAURICE ETIENNE fils
AnaU drs Hues du Mayasin /'/.'/o/ et ues l'ronts-l'oiis
Vieill de recevoir Chapeaux
garnis pour daines.
Siff
Compagnie Sle Transatlantique
Steamers Niagara & Maons
Le SS NIAGARA est parti da Havre le neul courant 8 hrj
dn matin pour le Cap-Hatien et lorl-au-rim-e on il est atten
i.. verj le 16 II repartira aprs le dbarquement des passager-
pour la Havane et Gtlveston ( Texas)
Le SS MACORIS partira de Bordeaux le I" Octobre direc
tement pour le Cap-Hatien et sera Port-au-Prince le 15. 11
repartira le mme jour pour Sontiago de Cuba, lee ports bai
tiens et le II ivre
Port au Priacce le \1 Septembre 1926
.--
/ ... a vu. samedi vers II h. 1/2
, ^dii soir, la Dodge, dernier 1110-
.y\\v, \o. OUI) immobile devant
it l'Huicerie de preix,Grand'Rue.
v, La jolie voilure reluisait sous
la lumire lectrique, ses par-
ties nickles tincalaienl el
rintrieur, l'automobiliste, tran-
(piillemeiil dormait ;'i corps per-
du sous les moelleux coussins.
Que voulez-vous! On dort o
l'on peut.
... a vu, dimanche matin, vers
H) lires, la 1re Avenue de Bo-
losse, une auto l'ord, le No S!)
dgringoler lapenleen marche
arrire et une vitesse exag-
re. Le vhicule dont les Ireins
De lonctionnaienl pas alla choir
dans une profonde rigole. Une
petite fille qui n'avait pu se ga-
rer temps de la machine sans
frein ni loi lut lgrement bles-
se. Grand moi dans le quar-
tier. Des voisins charitables sein
pressrent autour de l'entant, lu
pansrent et lauto, tire du mau-
vais pas reprit sou chemin, sans
plus.
1
11 *'
... a vu, dimanche, une belle
tte l'ra. Haine du Cul-de-
Sec, une belle et charmante lte
champtre. Hien nv manquait.
jolies campagnardes, beau solel,
fleurs parfumes, champs ver-
doyants. Et, dans ca cadra eu
(fianteur, un jeune et channanl
docteur taisait du tourisme eu
dlicieuse compagnie. Il ne aor-
lail pas de veate.tail coiff dune
casquette molle et avait nux
lvres un norme cintre dont if
lirait des hou lies bleues. f| se
proinemul dans h s sentiers fleu-
ris, en caquetant avec deux jo-
lies filles de l'ra. Heureux qui
('.mine Ulyaaaalait une bonne
promenade..,
. vu, dimanche, tout au bas
'


M' MaTIN 21 Septembre 1926
le soleil n'attaquera la fracheur
si vous tendez sur votre visage
de voire
ave un
homicleiinnnid?< KEME TOKALON p.
la HQUDREFASCINATION en vente chez
PAll.K. AI" XII.A
de la ui'Danlw-Desloiielu-s un
singulier combat Deux joueurs,
les nomms St. Jean el St. lime
oui m:uii;iieiil tiih- la corne .1
ds autour d'une table de p u,
se prirent soudain de querelle.
I ras injures. Ton pawi aux coups.
M. Jean s'arma de son bton et,
tours de bras, sans arrt, il lii
pleuvoir sur le dos, la tta, les
paules de St.lim une vl tablc
pluie de coups. C'tait connue
orsque les mnagres rossent,
e malin, les matelas poureil e\-
pulserla poussire. Enfln.NoTRE
iKu. vil St. lim prendre la
hiiteel chacun pensait rail allait
qurir quelqu'arme, poignard,
ou rasoir, pour venu- ->e venger.
... le vit revenir arm de deux
grosses pierres. In camarade,
Llio, se jeta sa rencontre el
un corjM corps s'engegea aus-
sitt. Mais, cette lois. SI. Ilm-
lail le plus lorl el c'esl Llio
qui alla par lerre. Le spectacle,
a ( e moment devint plus clrftle.
.'est que Notbi accourir de nouveau avec son
halon ei ici oinmencer taire
pleuvoir 'es coups dru comme
grle sur st. lim. Mais un [aux
pis le lit tomber, St. lim prit sa
levanche en ss ictani sur lui
pour l'empcher de se relcvei.
Ce lui un rali-mlo indes-
criptible aux cris, aux rires des
Hlles le joie qui aVchappaieul
par centaines des cours obscu-
res.
... vit s'arrter un officier de
l;i Gendarmerie qui passait D'un
geste, il arrta le tumulte, les
deux combattants se calmrent.
L'oflQciet se RI brivement ex-
pliquer les choses et, embar-
quant dans son auto les joueurs
turbulents, il fila 'ers le Bureau
de Police.
D
Quai.
EMANDEA LOUER
Bonne maison
dans les t nvirons de la
ville ayant lumire lec-
trique, eau, remise.
S adresser au No. 1911
en face le la Gare, Hue du
le cliaulleut"
Une tornade \ Jacnael
Vendredi (Ici nier, une tornade
dune extrme violence a pass
sur Jacmel.
L'atmosphre lui profonde-
ment trouble et le vent, qui
avait une vitesse d'ouragan, souf-
flait, en ligne droite, dans la
direction sud-nord.
L'inquitanl phnomne dura
pendant plus aune heure. Il y
eut des dgts matriels impor-
tants. Les communications t-
lgraphiques avec la apitale
lurent interrompues pendant
toute la journe. Au bord de
mer, des maisons, notammenl
la halle de M. Tin nier el les d-
pts de M Scckendorf el ceux
de M. Vital, onl t cudommaJ
gs. Dans le port. les chalands
el des VOIiers onl sul)i des per-
les el des dommages.
On n'a pas eu fort heureuse-
ment dplorer des accidents
de personne.
C'est la premire lois qu'un si
cuiieux phnomne a i ob-
serv Jacmel.
la Rpublique*
Dominicaine
et la S.D.N.
Le Gouvernement de la R-
publique Dominicaine a dsign
e Dr Tulio F. Franco, harg
d'affaires Paris, Home. Bru-
xelles et Berne, comme son Re-
prsentant la Socit des
Nation.
Le Reprm niant de la Rpubli-
que Dominicaine qnlli Paris
pour Genve, le .'51 Aot coul,
pour assister la aonfrence
aea signataires du protocole de
la Cour Internationale de Jus-
lice. Il est accompagn le M.
S. K. Paradas, secrtaire de la
Lgation dominicaine.
m.
Grossiret
Hier malin, vers 10 heures I 2,
au coin des rues Dants-Des-
touches i Amricaine, ni a pu
constater la grossiret d'un
chaulleui d'auto. C'est un jeune
syrien el l'automobile qu'il con
.luit porte le No. 113.
Il ai riva a toute vitesse, el
sans corner, pour contourner le
carrefour o se trouvait une
flaque de bouc. L'eau boueuse
gicla vec force de dessous les
roues du vhicule eu ciabous
tant quatre passants dont nolic
Directeur qui attendaient une
voiture au coin de la rue, tout
pies d'une galne.
Le chaulleur pouva t pai -
faitemenl viter la flaque de
boue ou tout au moins sVa< user
aprs son incoin euam e II n'eu
lit rien. Au contraire, dans s.i
hte faire parade de sa mau-
vaise ducation, il avait dpas-
s l'encoignure, il lit machine
en ai i nie, revint Sa boue pour
l'engager dans la rue Danlos-
Destouchcs.
Jadis, l'on disait impoli com-
me un cocher. Aujourd'hui l'on
pourra dire : grossier comme le
chaulleur du 113.
t^ \
On anniversaire italien
Hier, lu Lgation ci tontes les
maisons italiennes de Port-au-
Prince avaient arbor les cou
leurs de l'Italie. C< lail pour et u
mmorcr le 56me anniversai e
de la pi ise de Home par le (i
iu rai Raphal Cadorna, pre (lu
marchal qui commanda l'ar-
me italienne pendant la der-
nire guerre.
Ce grand vnement s'accom-
plit en ellci h 20 septembre
1870. Il complta l'unit italien*
n- en rendant l'Italie sa Capi-
tale, Home.
Lml moulA* dan* !
l)"l 11.
Nous avon clc pniblement
surpr s d'apprendre, hier, la
ll1" 'In jeune Dwin. Hih-
be,*t, su; v'cntic/limanclic.pen
daut un |);uii de mer.
Nouvelle traverss
de la Manche
la nage
DOUVRES No;- wann Losly
Dtrehamdj Sou", h uni Angleter
re, a
a'- util pi i aujii.i il lui1 i-1
lu
La socit iporl-au-princien- [e dt u Y" ." ",f- \
ne perd.en !).. cl HiWrt.un 15 hres "V* ^ r.rnv
(Cscs !,., 'i- ft S heure- hier soir, il e^l .irr.v*
en ,ris -s '" lMVSS?,,,s St Margaretsbay es matiai t0|...
i. Dus et sa uorl a vive- M Le record pour la traverse
cid de po er la question de eon ! la Roumanie ont t u
parlement eu ce I .s ans. La Colombie 1,7 '
nise en vigueur de et la Chine pourdea*
autres puissances poUr ^J'j
BrianI e, M. J ~
chercha cordialemeaftiS?
rt commun U ssaUoit''J5
mes io^re&santledeuiM;1
sont arrivs concilia l.I\
IA RIGIDITE El LA
DISPARAISSENT EN
MIT
11 craignait ne pas pouvoir retour,
ner au travail, mais il trouva un
remde efficace et conomique.
Tous ceux qui sont oMim'w travailler drhor*
cluivc.it suivre IVxmiipli' >l'un ouvrKf ville d<' I'. .-|.i, .m. KrniHc, qui fut aira| I
pluiu ;i la lui l'un dur jour de travail diiiui la
Charnu, lui causant un ri'frcitliam-nwnt ot d
iarribtel doulwfl muuoulaires qui l'im|Ki.ibiU-
iit. at ifc- doUNM son cornu.
"Ajnnt t trvmp pur In piuie je rentra chea
n o| et u,- mi* au lit. llprcwpmetit que ma
(. mine eut la prCvaution de m'appliquer nu 1 jni-
DMi : di Bloao qui m'enleva instantanment la
douleur .' .!. retour au lravn-1 le jour suivant,
idnion ph>-ique tait dj normale."
I.'eiletdu Lu muni de Sloan est \Taiment aur-
.uit. U null'it de l'appliquer, aans frotter,
pouf se rendre retupUi a ses proprit cura-
Uvaa. Li* musel se touillent et laissent de faire
mal. e! l'on sent un bien-tre gnral. Aehetea
un Bacon la pharmacie la plus prochaine.
Uniment
de Sloan
Anantit Toute Douleur
nient pein tous les nombreux
amis que lui avail conquis son
iiileelueiisc amabilit.
Les runiviilles uni eu lieu,
hierjeU l'glise du Sacr-Cur
le [urgeau.
Auxlamilles si cru. Ilen-.cnl
prouves par ce deuil, nous
envoyons nos plus vives et
plus sincres condolances.
Kg)
Le dpart pour le
raid New-York-
Paris e$t relard
i'*r ble fraa%ia
SV.W \0RK.I8deplembrc 'h
a KObOUC liier h otevelt fwld
qu'il tir le New VoK-l'.oi- ii..iut la
lemsiaeprochaine \ u .lu niau
vnis lamas le dlai ooeatieaa
par une luite de tintfOl a t*B
ce a t suivi l'un relard plus OOB
lidrtbls per lolta de rapports de
veuls contraires pri les bants de
TerN-.Neuve On n'nooca taui le
mauvais lemps eo Floride.
Les htes de Paris
PARIS-* La Bol Alexandre 1er
et la Heine de Yougoslavie accom-
pagns de leur fils, le prince h
lier Pierre ag>) de 3 ans. sont m-ri
Vl aujonrd tiui Ktrii ou ils doi-
vent passer ut. semaine. Is sont
descendu* m l'LIolel de la me de
Itiyoli on rside gnralemeut i.:
prince de (ialles lorsqu'il s.ourne
daa lacapitai. Le Ko' h l'iaten-
tion de cousuiler plusieurs spiia-
liste-.Uaus aoo StlOariigr, on assu
re que sa maladie n'esl pas trop
grave.
La Sillage
et l'Italie
Paris On ainonce que le gou
vernement helvtique a attir l'at
tention du gouvernement italien
s.ir les danger* de la campig-e x
njphobe eu llalie.
La brance
et VItalie
Paius, 18 septembre Le rai-
istre de la guerre dclare sans
fondement les nouvelles prten-
dant que des troupe frainaitss
ont ^( e.iir_ctnlre aur la Ironli
ie itali-une. M l'iiinlev, minis'
tre d- la gurie, dment loin. Ile
ment la b.oit provenant de Her-
l'.u 'tpt* .le.-quellf la France
< ubceuliKit ucs truiipe .-m la Trou
tlre ItsUsooe I est legreltable
que des nouvelle de ce genre
oient mi>es en circulation par
l'Allemagne lu lendemain de son
Muet.;) la S.U..N dit M. Pain-
ev .
Les suites de l'at-
tentat contre
*\ ussolini
Homk, IS Septembre Le,lGior
eati halia d(( laraqoa la ( oiue
pc Bioeitattl >* n et (jute n,r l'at
tentai ( ont if V.Miiskolini a opre*
;;:', n' U*sllei arreslalionv.t OU vi'i
Us (!oinii in.iiitseiii eu li. u en i ai
lieu' er dan lei quai tiers o des
meiils si.lmisls sj et.iluient,
par.i-il. I |rahd n< mhre de per
? Onres M'n-ifts DOUr tre iulerro
g. i oui le remis s eu libert Par
conlre, lleiir'ea M leschesta, le fa
iTieux anart liste. < s guid la
disposition de la justice-
Le Marchal Hin-
denbura assiste
aux manuvres
d'automne
r Mru"entukim (Wurtemberg"),!ri
septembre Des centaines d'olfi
ciera sont arriTfl aujourd'hui dans
la ) etiiiC villp d'eau pour taluer
leur ancien chef, c feld ma-chal
Von llindf i.burg. qui vient assis
ter aux maruvres d'au omne de
l'arme.
e
est M heure* 5 tablie 18 10 S*P
lembre par le boulanger Georj;-.s
Michel. Dereham a g-gr. un prix
de 1000 nvr.H aurDB| olert par
le NW of the wor.il" po-ir le
premier citoyen anglais battmt le
record de li art 81' de ,:
l.derle.
Melle
A propos des d"
crets-lois M.Poin-
car posera la
question de con
fiance
Paris, 18 Septembre A la sui
te de l.i runion du Cabinet, il a
t anuonc que es miuislies
avaient dcid que le programme
des conomisa tel qu'n e?.t prvu
dans le dcret a-vordanl au ("ou
verueinent pleius pouvo r.- p >ur r.;
duirc les dpenses gouvernement*
les, devait li a nu*u vigesar la
mdia' meut s ns a.tendre l'ouver
ture du l'arlement. Ubaque min-
ire a cl tude avev. soi i el la
cauipag u-. pour l'Umiualiou de
postes inutiles se poursuivra mal
gr les menaces des d juti d*atta
qu r le gouveraernent. l,* su^pres
fion de !"0 sout prt ciorsa l>.i--i
dres i >mms inu.i ea e*i a ne au
re qui s lUttS le plus de mocou
teniem-rot parmi les cliels poiiti
que-. M. Poincar compte aire
liin.e devant le
qui concerne la mise en vigueu
d is dcrets er.onouaiquos.il rerusera
d* discuter les interpellations jus
qu' ce que le parlement ait ap
prouv ou dsapprouv les dcret-.
Un attentat contre
la Princesse
de Sude
T0KI0.18 septembre Un poi
gard ;a t lanc hier contre la
princeeM Louise de su de, Sir
John Tillcy et Mr Alber; U -ssom
pierre aaumssidimr ue ISelgupie
pendaut qu'ils djeunaient ;'i l'am
b.s-ade d Angleterre. Le poigiard
atteignit prs du cav.r Mr l'illey
lils, mais 1- coup lut imorli par
un tui cigarettes eu or et le j u
ne homme te lut pas bltas. L'as
saillant n tuib .Les lonconnairea
ont relus de|dountr des dtails
sur l'incident.
A Genve
Election de8 membres
de la S. D. I.
GENkvi:-Unt t lus membres
temporaires au conseil de us, U.
N La Colombie par * Polug i sa v ix, le Chili t'5 voix,
le San Stltador ^i voix, la Helg -
que jl voix, It Houmaiiiu tl voix,
les Pays L^ 87 voix. Il Uiiae d9
voix et la l'clico-Slovaqu e an -ie
tour de -crulin.Le co isils'e-t ru
ni din-t l'aprs midi II a abord
l'ordre du jour ne compilant au
cuoe qu la l'oiogue djnt la demsoda de si
g- [iciinaiiniit a t une d.j.s pri;-
oipaea cao*ea de l'ajooraamsal
aie l'admiatioa de l'Allemagne an
mo s damier a t declaren ligi-
fin
ble a la rlection l'expiration
des conomies dans tous les miuis de la priode de troUsna qui Un s
teies '.e 'jouveruemnl a *ussi d tc ocrovo aUjurJllUi.
' l.h
'Concilier Umi
ses respectives ur une al
d'ensemble et ils en r!
leurs gouvernement.
Les ministres des affeiraji
gres de France et d'Alk
sont alls djeuner TheV,
nu del de la frontire
On annonce ce soir qa*
cette confrence, M.
Dr Siresemann ont U ,
grs normes en ce qui e
lesb sas d un accord entre.
nations non seulemeot pour
existe mais pour toute fle
ona o ils ontdesinKrtieti
La presse estime que le ^
de U Pologne la S. D. N.1
pa -se toutes les esprance.
un beau succ*s poui la dii
fra n-ais .- ; elle siluele bt|
n-- et prcieuses allie, le
bliques de l'Amrique lalier,
spirituelles del France.
Au Congre f
niste inte
nal
SANTIAGO DE CHIU-U
grs fministe internaueetl
vi Mit d'ouviir ses travail,
t un e rsolution n
omplte avec la doctriit k
r e q Velle dclare avoir
p rie d; leur libert aie
co.nme >-ub t. forto Rico al
Philippines. Lecongria*
adh ision pleiue et entiers,
liiique defendur par la
Alessundri aux Ktats l'aii !
mrique Latine aux Latins.
am
1*1
s*
TUONS LES MOUCHES AVANT QUELLES NE NOUS TUENT
m
m
LA MOUCHE prend sa naissance '
dans h s ordures et les dtritus. Par-
tout ( u elle passe, elle Iraine aprs
elle Us microbes del fivre typhoi
de, l'.ii.ilirax. le paralvsie intantile
la diplherie, lu tuberculose et Mi
dysenterie.
l'eu de gens se rendent bien
compte del menace de contagion
parles mouches. Klleso.nl l'aird'in
sectes inoffensifs parce que leurs
piqueta ne causent pas d'incom-
modit; mais les mdecins spcia-
listes des tii'-vres calculent que 50"
des dcs causs par la livre ty-
1 hoiiie sont ds a la contagion par
ltsjmouches
Api -'s de longues annes de re-
cherches. l'Kntreprise de renomme
moodiule.la STANDARD 01LCOM-
PANY, > New Jersey ) F. H. a per-
tectionn un produit ollranl les mo
yens Mirs et simples pour com-
battre les mouches jusqu' leur
extermination complte.
Ce produit c'est le.... < F LIT
' Avec en produit vaporis 01 dbar-
rasseune maison des moualiquea, et
des mouches en quelques instants.
FLIT est propre, d'un usage fa-
cile offrant toute garantie. De nom
breuses preuves ont dmontr que
le FLIT > .vaporis ne lche ni ne
gte les vtements les plus dlicats.
FLITdtruit tous les insectes qui
infestent les maisons .
A l'aide duo peu de FLIT va-
poris on extermine les mouches
moustiques, punaises, cau< relata,
fourmis ainsi que leurs larve.
FLIT pntre dans les fentes et
les crevasses o les insectes se lo-
geut et dposent leura laives.
On peut aussi vaporiser le "FLIT
sur les vtements;car il lue tous le*
insectes et leurs larves qui piquent
les virements.
Pour dbarrasser une maison de
ces insectes nuisibles il antlit de
se servir de FLIT.. El vente par
tout,
STANDARD OIL U ?Ml'ANY ( NV.w.Ikksky )E.U.
Distributeur; Wl Indla 011 Company
M\HQUE DPOSE
DETHL'IT
Mouches, Moustiqnes, Vers, Fourmis, Punaises, Puces, Cancrelats.
Beaucoupd'autros Insectes et leurs larves qui infestent les mers0

ib j A1 mil1 a de matt|s & c- ^v^^ant>i >')iir
H*



LE MATIN =
21 Septembre Iftjf.


>
$uy.Le Boss $Co.
Agents Gnraux |
Avi
Ifitiooale de MuV
|et de pharmacie.
nent a l'arrt de Mon
jsideot ne 11 Rpublique
j par Messieurs les Se
d'htat de l'Intrieur et Je
pn pub'ifie, publi dans
ardes Jeudi '' et Lundi
ibrel920. rglemenlant
ion* d'admission a l'Ivo
cine et de Pharmacie el
kris d'oble-ilio i du gra
[ixteiir en m '. cin . de
mcbiriir,- i' 'i . ii: . du
de sage f. -a m-, la
ptaTKcole avise Messieurs
italique les cours s'ou-
Jh lundi 4 Octobre pru
II nom ions invits se
|m jour, a 10 heures du
il'lcole de Mdeciue pour
knatact ivec Icuis proies
(lierenseigner-ii: | horaire
irnme d'enseignern-nl
rteroeot.
|jr Jjstia DO IIN'I.i: :
t',iv l'E'.ole \ tu iuj!e
letde l'ai ,u e.
Avis
MaidOM Pmant f.i l. proprie
taire du IIIGH l.ll'V: Hindi,Ban
cal.reslaurant, himor.ee >a bien
veilunte cliente! qu'elle a atud
lior son caf el qu'elle est main
tenant en mesure de lo^er les par
oaOM de passage h llmclie.
Service irrprochable il prix m>
drs.
urne Star Steamsbip Co
Les ..mer Southeas ve-
nant cl clment de Galv s
ton, Texas, est attendu Port
an-Pri tce.vers le 'i'.i du cou-
rant.el repartira le mme jour
pour Si-Jean Port-au-Prince, le 20 Septen
bre 1926.
BOUEZ Frres, Agents
Sleno anglais
lionne position pour personne
comptente. Perire tt douner rl
lencee* : Manager Casier A 'i.
nilk
I II t en poudre 'e plu* tu
VOfllie aux Ktat-l.uis.
' cur ikllBM m laiton ils h -
!> s et (Us ou v.tle. Le se il lait iu pui c.c qui /j
fo' Meol les troia viiirnine*.
Ij*j4peas.il.!e; 'menls J la tutri-iou
iMul'""!>,; ,r'','"'"s le K'>c.i ., .lusl-llalai.J,er o. < ; )
Jj;'jjj'le.l l'ed^lionUiie, e'cMl'alLu Idal M
t'nleh / :
huiAuld, W A>!In,l.|,idlo.,rd,
I ^ wiiiej i an lu, ptt t ;*tove
'wi!i'E;mpi4n^"- Gae. IfAKSM8 & Ce
AOBflTI
;s (ol lrn
Oil Tablels
f&s d'huils de Foie de Mirue
Eli stock chez :
Geo. JEANSi-.MK & c<>. Agents
Un fioancier'belye offre
de prter 50 millions
m Pays
BRI1XCL :SUd slab lisation
OU liane b-.igi a ( I mi-peu lue pro
wsoirr-m^nt.Lf; cabinet eraint t-ans
doute que le pic^ramni; de la Pi an
Ci pour la rest..urati:in li.iuncire
du Irauc tranea s n'ai un rh*l
malheureux sur >o i pi ^ drnm .
Le con-ei d.-s mioiitre* i dc d
de ne pi- a<::epter 1 o 1 e I i;e p r
M. A ii,il Loeveiotein, linaoci r
beige de prter au Uvl. B; -. une
somme de .'i ml lions moi intrt
pendantgdeux ans.
Une victoire^
de Carpentier
Par cabie lian. ais
SP0BANE.18 Septembre-Geor
ge Carpeutiera mis*J>nock out Koc
co ^Str l'ortland dans le troisime round
d'un match qui devait durer il
lounds.Ls combat a eu lieu hier
soir a l'arne d A!an d IJulo.
Un emprunt belge
Londres
Par cible franais
BRUXELLES Le gouverne-
ment lelge ei eo pour parlera avec
Loudres pour nu emprunt de a
uiillioQs de livres Cette somme ser
viiait stabiliser ia deviat be^e.
\%3 S, nrMJEtorriiiiBMn
Soulage!ii*ui i.aiiiUiatai (uuiison iulu
GIoIduIs Rbaud
RsultatsniArve'lltux.surprenants m* t
ToutMfh.ir^nui' ... i ra OtmanaorMollit
B. DALICHOUX. 27 Hu.' Vicior Hugu
Boia-CnLouihe* iSciotl
A Port^u Priwa : l'harnn BUCH !
nglish
Stno Wanted
Position opeu for an English Ste
iii^rapber and ollice assistant
tiood opportunity for the right
parly. Write givi-,g rel-.rences lo *m
Manager liox A 5.
Sl'iiui|ra|)liic anglaise
Enseignt en Ain/luis
Ecole Spciale de S'tno-Dactylo
graphie. 510, Hue Prou, Portail
Prince, Tlphone, lio
Demander prospectus.
Insurance Coj
*e des plus fortes Comp atjnies
canadiennes d'assurant es
sur la vie.
Eug.Le Boss & Co.
Safina-Whitesnow-Hercules
txi;-' t*aar *.* .a jm^xu^m
les Seules Peintures Inaltrables
Lf les '4o^nud,'oir2l?2*i!f*f?n 'M>I appliqu recouvrj 700 pieds OUtU da sc.iacc. Vol.. H
1 :,'r,,| Bellevua Rol i|fnkr .'S Wn1,.jMe"J- j,"rl -'"r.ce -Egiiss de ..-t da \ix m
"oya .nKon.anad. Baaqua ,\ atio .aie de la Mepi7Wiqoa dllaltl, Porl ^
Jj;,;/; :,;,."!.''! HpnMiqu allaiti, Au, tUyaa Llaoque N.......aie de vJL
''"M"' Waliooala de |. RpabH-oa d'il S' 1*^*^ ''" ta '^"""t"- -! *'. '"""
reaii du ,. Malin n, 1 '' J"Clt:l Co|ajoli Kie.-tmj .-. Kua \n.ui. ai.-..
HadioCerporalion; .;,.,- Pu ,||,t, ,k Kranca
hu-
la
HuedMUti BarTermimT. Y? M..|in,,n. T-wi v,i ;,M,V *', N"i,,,' waac, Torgeau Villa \ lida
VU- Pin on. Vh,,- 'a [-.V" ^I^'" Batlevue Villa Ile., l ,, KU.|, ,-. i.OI1.
'- l^-lpl^^rt-r :r"\ V,l|la-nie..Ta.aU,-aa.Kda
'f' y.Peuda iho* ViaPI,eh,.rAn,a.a,a-lu.gr.u
\ Z\i M"' "'," V......",' r*fcbwl- '.-.-ne
V
\
'" llicrd. Bois Vejea
meilleures conslrui lions Architecte Geo
Daniel Brun Les meilleures constructions a
l^'Jl N' > Mmel, llelltvue
1 'r >,!., tw^id Brauui, reaide
VaR i.i c '.'.i,:;,i. Avenu John Brown
|i c.lli ni t > cubkll m liooi
ete Lon Mati.on
an hilei le
|I>our vos commander ou lout autre renseignement, s'ae^esser i'
beo. Jeanstue de C
Hue Prou, en lace de la Banque NMionale
^mrnmm^^mm^mmmmmm^mmm^'
institution Tippeahauer
Bn$gignement Classique
Secondaire,
Avec une Section Prparatoire.
Prparation Spciale j toutes les
E oies Suprieure : Droit, Mde
eue, Science Ap.iliquca. Knsei-
;.- mi.iuI pratique. *
Anglais, S'eno-Dactylo, Compti
bmt.
Les lves da In Deuxime Sec
ion, bnli.iinl gratuitement du
Cmri Attiqua a-anglais. S'ou-
vrant |a Luuli 4 ocobra prochain
7 h. p rr.
Anglais: Cour* complets ti mois.
Stno-lhc vio de ti ! mois.
Comptabilit* mois.
Horaire : Cours classique 7 h.
12. Cours pratique t. 5 p. m.
Pour plus amples renseignements
et conditions patse/ de S hes 12
2i l'augle des rues Prou et Rpu-
blicaine, Etage Cardiner et Co ou
Ecrivez au Directeur immdiate-
ment
N B Pne pension de I imille
est annexe n l'Etablissement pour
le* lves de Pro.'in:e.
^ v v v v v v iSSS&S v ? -;4-^^ y V
llfiiiivi '"
m
Pi

M
*
i:-
?j:-
d'origine *-'t3-
et de la gy.
bricatiou S
Le seul aliment
Le Phoscao <***<<<
le-s plus dlicats.
Le Phoscao
U le
5-
aaia u |.- ail g4 il lac M
DMDtdigr pu- i uestomi s ES*
reprseit.! u ,xrai, qnin. ^
|Quj constituent la base desj JBaSKS. 22^S "
porte un complment de valeur iiuarivo P

il'^wr. ,-oau. LooK. H1Uire, td. balva, Alpboaaa |
The Royal M-'"' Meam
Packet C>in;i|iiiv
tu
i*
A SAINT-MARC Q-
aunce lilesca, Mme. Clmcnl Coieou, Mme. ff^.
r ni-/ i ,. Al A GONAIVES J-J3'
WIBJLi Lrolx . Bemy, Mme. Kague l)ebr,,se, .V,i,m..
Le steamer "Sea B#' p< nt" est
"Mendii a Jacmel, le S courant,
sera n Port au Prince, le ti cou-
rant, prenant le lii | our les ports
du nord et l'Europe
Le steamer reviol1 est ilMdo
a itiu.e. le7Octobre proch i.
Il sera Poil au Prince, le 11 du
mme mois prenant le t'Ai B08I
es ports du nord el i'l-)urope
Le steamer "Cape SI Lucia" fst
altendu Jacmel, 'e :3 Octobre
prochain.
Le steamer ,fCulebra" est atten-
du Jacmel, le ." novembre pro-
chain.
Port au Prince, le i Septembre
1*C.|
J.DAALDERJr
Agent Gnral pourllaili
a i
Ne Frdric Destouches
AVOCAT
Au lumt de l'Ancienne^Ban*
que du Canada.
2 l|2 *5 4f2 heures.
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
U, il. BiHnt-AntOlD
J-A.a-t 1H
ftg Cil./; .Madame A/a
s
>5
LaCOC lirtici t:
vl UAP HATIEN
A PETIT GOAVE
Chai ; B. p. lieid
Aiireu vieuii
Seul Roprsentaol pour Hati P*
t MALADIES
U
^SOWAC
a '
,. au .
l.o
mirer Icui cDIcacuc.
ia*-^,,,1f|J-
. ;
Bar Terrain os
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
/JiX riTKUfc, Pharmacie ALBCRICVI
Pharmacia do D' Ju.tln VlAHu
t ioiif.. / honi'. /'hii'inn.i* i.

l'ropritairt :
A.WiJmaQ'
A ri.ouneur dmforner sabienveillan'e. cli^niAle
qu il a msUll a I ta^e de son tablis sment, un salon
exclusivement rserv .aux familles o Ion t-ouvera
des consommations de premier e|10ix el o des lunchs
seront servis sur demande
Tlphone No 788.
^m^mmwwm^mwm.r ^m


MATIN 21 i l EMBREltf

*5
| 4 -K)-- 6 6 * 6 6 r,^^^j a ^ a xi? ^ a p ftAAg..?. - -i $&&^
.^
i >,cy
^3C
^v^j* ^^^j^j'irj^'^rs

DPURATIF du
Df MANG
-uir.ii----
X -3 **
I
Vices du Sanj,
Varices, Glande
Mauvaise circulallon
Maladies de Peau
Avari*
Maladie:, des Femmes
- '.
I) h ii hiiiicuble .i tage en lu i | ihs c! maonnerie sis
;i .il m.t, uni
:<
ll'S
nii'i; I crv, incsiirnnl !K pied use proloncleup sur 24 pieds
de Iji .i'in | i rez le cli.nij.sti.- ;i des pof-fe's el le > tres
.h Ki el une hauteur dcs,lK pieds. 1/Kl.ii.c co niMirte :
I grand salon, 1 sali? mungiM,2 chambres ilonl 1
avec eabinel de toilette, lAHlicc el ^raM talon.devant
il lottes I' s dpendances ni de s, le lotit l'omis et btisses
I i Ci-n le l'.\cclsior liA&fniil l'tape jusqu ; lccin
nient La ninbon esl libre Tfc tfaje livi otll(|iie.
! :,l ii billets ;'i or I2.(| < <**k 1 (loll 'i I
Le viilable gros loi esl rtrunn^il le el .'t.'i lots ga-
gnanlsen espces, ellerallesefajfne Port-an PrjiVee,
i, l'.l Dm n.lire ".'lili. Sous le bjL-monlr >Y .1 iin comit
coni| us de MM. Eugne
Morin ia 11 Victor Marti
Le Propri lire
Le Tresor :
Les i illcls s i luv Simon Vieux
Bon N'arche, I npe Hiver;
l'avis de d'Ilaiti Mme
Mme Chai les Vorbe A 11
.' Jrmie Pliai mari
F.lif cslogc Hubert U-raquB& C". \
. i..i i.nfiis |ir.II. Itayard/Kniik
N. .Niplune. Samuel ressoir. Hoeoii'iJ."
i..r lioiniti'*:. Il e.i|ihile W'cel. A
mii Huyaul.
,4 .Ituunl lihr.slian Neptune.
a .iii/'iii/cii/"' Tyvar& l/i. Cjousso.
A Auuw il. Nngtadc lils.
Les billets s'enlvent rapidcme.it, dpche/ vous.
Trsorier, Chartes
i \\.\
ol
i aves d< hc>:S;m\ An
Htel de l-'nnavc Aux
Dotiyon. i'.af International
le. i.rand'ltuc).
l utils. Y.yc A. I.avmid el
& <:f p.
acru \,l'res

?H
Colombo Stsaoship Co k j
le steamer Baracoa venant directement de
feW-utk e-l alit-otlti Pori-.ui t* iaCd l 22
S pi. libre courant II repar'.ira le infime jour
polir h IH-Goa\e, \jii;|p)aue C.-jes el JiOUI I
.ii nue pi ir lt* P fW l Il Fo.O(ubiej J"**
n.inl bel et | MM Portail Pline, le 17 Septembre 1921
Colombie].) St**mtbip Company [ne.
I Gel)ara&Co,Agenls \
fit
t.e .-n;. rli.Tr/ de deeheti, tThumcnr*
M d*impnretti circuit mai. f.-oriea1 }
itnsl la eongt'lion .i.l.rn.-v. Us i.n^r- l.s li'......' ..I.I.-N it
iKIrriiiinaiit de imnil.i rnsjs ji:..Ihiiis de |
la tienu ainsi C|H cloill il thl IS.
J)EPURATir DU DOCTClin MANCET

nt'linie li' ;' si-'lit' l l0tl l'orif-
ni*nt. Il vll alaai le rTeetioBi duM
fc une cmnbutlion ineompliti d *limpU
au rtltotltMincnl df la nutrition toll*
Ile, allume, emphysme, goiMIe, rhura-
lisii.es. n. r.:li;iis lenacet, ncuraslhinic,
iiis...iini.s, virllgcf, sciaiic|uo. luiuunjy.
NiMiiims,
Chu la fiminc. il rimlarisi la clrcn-
IjIiuii du saii'. l.,*iliU' Ifs rpoi|ut*3, pr-
F.u- la formai.'in ri i-silr 1rs malaises de
Ift criii la liraulr de la ;h.ju.
Il conatltUC mi iM-rlIfiil traitrmrnl de
|'arterio*sclvrotc en abais*anl la tentiou
,ii li r'iclle. en diir.tiiii.ini n \.>-"wli :..in
4;uuie cl eu facilitant .c travail des rc s. i ii-.t..i ne rt'n done 2, ":< ^ leoca
l'.l i-. I l'" II...I ill..'-v
a
a------- .-^..-./^- BJUb .- tU
Haaifcourfl-Amerikalinie
/. steamer Arta is/ attendu
ici le :"i Septembre courant ve-
nant de l\im .s/- ;< < a/1 ut tant
eu fit de (Europe. Il repartira
te an me jour pour si laicj-op-
! i i/Mn./'i/r/iW'ur.'./,>i./: /"""
rrn Pedro de haioii*. .'U-l <>-
i n in, .n i mi' < ' '*
Le steamer Cruneuold esl
at.endu ici le 15 Uctobie avec
du fr< I de I Euro;-. ret ati.ii
en Europe vts la a " mire
, n nll '/ .'."'
Ce naotr offre totitt s la et n u o
dttis /" /// ;J ii'i wi nu.
Le sIciiinriY'Tiiii-- est I & ' '
tel vers le (> ! in et / u udia
du frrl ;> 11 l'Eun /.
Fe'. ... < AS et Co,
.,'< i n n i.
vi^ .........
Les ven eur de billtttl dr Ih o'*
rif ii> o LogCeVinliOofrisriitoai
insil & vci.ii ngler Ituis conpled
' 'Mit I II (.1 f l- I'1 V' |l.
' i eu itiiiii i l'Ic- h c' i* i i '
couratj'. conl iru*f enl : r*.*ii du
U i'- emenl de I I liiiur.
Pu i au Prince e 10 ^'ept.fi Ire
m i,
L'Admit istraleu ,
Hod. il A D

m ti.ii - 1
( que vrufl pomey ' 1
fier de p!ui r c-ii.i!\ i
votre > niant, e'tu lu rnte.
Lct 1 rrai tioni i mti
laireff d'iiydjcne si ni I'. cilt*
prendn Ct 1 nr la
mail n p-it qu< l'ci ta
mal. dis. \ lut] uc<5 la
crassv avfiril qu'e l ail eu
le temps de pne* rcr dans
les 1 mes de a pfBU.
Velltea k t.- i)M vo're enf.r.!
Mil'..' i.UIVL. t l .li J..CU1.C-
OL'l.t Jri I.! i.l.1
i
/
//
n
o
,
9
I.eve"
IPUOY
le Savon
pour la Sant
Vmil
cz
^^ -*S&*J8*Mfl
vous avoir (;t's Dents

lul.iiilos de bhn lieur ^
ET DES
Qu'alertes
soixante-dix ans.
Quel plus rclodaaiiani apectcle ajM cauple de
vicitlurd ctuouca?
O. pJ,ie u*amn eu Infc OnM M Q- I Osu^.w
mne< # ' Ue "' l"ur, '", lo"' h"1"ru't' l-'0***11
.a,.,!, .m m < rM " < -' '*,,^ '" r1*a-
aar> VlrlU el onUranct ou l- -otn*lanoo *'
Muatlei om mafearabl leur- uirniv * Itawou
Mou. ciplau, n Ml vrl In ttaa .ub.Uclleb. I M
tmt a r"* " ruU < nul .!"!
cm huHea Mata II > en aio Lne !* #Ovoiian
P^, notM ra4 a " BO,,r ""nirrU davunUf* a *
,umi runatincUe prime d W U*. < oullloo
aar une toute e-locomanoene. L Ovemeltln. ' tueree
I aoereti Igrarll ricdul |u|u par le* ar**tnai> -
.... rheauue U pert : ton .f1i. kl rl **a
la.tt.m o'aaMnule pli" lanimrteni e iirom Cajei
la oourrllure aueal cooiplria une TeetUMe aoueaa d'eujPtMi
,. ou, duraM Vu anne peur la uelllea e ce ut
a, maii.i 11. *" Prrtien'
Qn conilur* f rapport Du. U"e uat nourrllur ui acii tant que maria a premier dejaa-
aiueruble de grande alenr,n. 1er pif.erve dea incoiiimoal
Mtiic et de laclle ainillJiiu l de '> at-
^pnoives toujours saines
Employez la ]
TRIBORINE
Poudre t entifrice.
1
L*
OVOMfttJjiME
c'est la sant.
Dr. A. WANDER S. A. BERNE
A,m aasatea
R. III.Ol-ABU
170, flrand' Pue. Port-au-Prioce.
Suivant II tai
dulocleur
tfl
3. fiuerriaTi
Chirnrgiei-Dii-|
Dr H'nienm
Montral et *'
/ acuit de m
cinctlePaiiq
lin vente p'
et uu ljtboratp
,|t. in TribortJ
7, Hue llancl
Paris.
En vci.l. partout, principaleinenl|clu'Z.MM.M-1 |
E icnne lils. Simon et Alfred Vieux.
0113!
mm\ I
Se vend aux Caves
elifz Vve \ Sendral.
Ce i|ui n'a jamais t l'ait"
Ce qui ne peut tre dpasse.
Kola hampigne
? Sjourn
I i.'pan' dans tle.s conditions riuoureus^
b'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie P. SfcJOCNc
Angle des Hue* Roiu et rf.i ''
IW '
*U 110 Rue des *ars.J
*.?
-
':jl * > -


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM