<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN{ir Septembre 1926 ... \it I ou ."i galantins qui voulaieul tous ensemble faire 1M honneurs du dancing la nonTelle venue. Ils Liaient si entra* prenants, ils Brenl lanl el si bien quil'oiseau s'envolade la cage. Effrayez, la belle noire, s'en alla el les galantins restrent seuls... ...a va,au laineux pique-nique de Bizoton, Dora la jalouse, lac* caparcuse venir y relancer sou gtant qui changeai! un peu. L'autre, docile, obit et suivit la terrible (111c .1 '. Amour, que de choses on commit en ton nom • • ... i vu, dimanche soiri s ()l|s ;l pluie, une auto Ford enlever la route arrefour Port-au-Prince en 15 minutes el transportant 9 personnes. Quand op pense qu'un courtier bien connu y tait, ou devine (|uel poids reprseotail le chargement. La voilure cependant arriva bon porl etlecourKer eol ce mol typique : Cest la marque Solide frre I ... a vu, dimanche, au Wharf, l'auto l M. C. 551 laire collision avec une Dodge, le No 171. La Dodge l'ut nvse trs mal en point. • • ... M vu, lundi, dans une protonde i igole qui se trouve au Cliamp ae Mars, entre l'Htel Kxcelsii ici Ii s Itureaux du (juorUei Gnrul I S. M. C, une auto nui v i-i.iii tombe la vciMe. Bile av.nl .rdeux rouegauche avant el an nie 1)1 ises -I Ul pOTt lit aucune plaque. ... n'a pas pu donc von q;.i elle appartient. ... a vi, lundi soir, vers '.I lis. \ 2, devant l'cole GuilloUX, pi. s de la Cathdrale, l'arrestation d'un trange voleur. Il faisait on noir d'enter,soudain une voixde femme se mil crier : Arrtez I arrte/.! voleur! voleur! Des gendarme-, se prcipitrent. L'homme l'ut arrt. On s'expliqua. Ce n'tait pas un vulgaire voleur; c'tait le cohabitait! deTi-' bue, William, qui ce soir-l voulut la dlaisser pour une autre. Kl TiClairedonl William avail vol le cœur le pnursu vail pour qu'il rentrt au logis. Comme on le volt, ce n'tait pas un vulgaire voleur et les gendarmes, lions salants, arrangrent les choses. • • Mais, la rue des Csars, NoTJUjS Œil : VU un vritable voleur. Un nomm Octave, tent par de belles el crasses poules (prune marchande avait dpos* s chez un habitant du quartier, %  'introduisit dans la cour de la maison, hier, vers I h. I L du matin el s'apprtail A s'approprier quelques une. de ces apptissantes volailles. Il l'ut surpris, poursuivi et arrt. Le voleur a dclar avoir son domicile cluv. une nomme Carida.ruc du Peuple. Aux ilir s des gens du quartier, il mettait tous les jours, poules au pt ... a vu, hier malin, un i ouplj se prsenter aux Bureaux de la Cie, des Cables Tramais pour l'e xpd i lion d'une d pcli e. L'homme. II. P., s'arma tout d'abord de la plume pour la rdaction le sa dpche, mais il ne put y parvenir el.de guerre lasse, il passa l'instrument sa couina%  M qui essaya son tour. Niais NOIU. ŒIL vil que cela n'alla point mieux. Le couple dchirait feuille aprs Feuille sa is pouvoir crire ce que le cble devait transmettre. Enfin, lorsqu'il y eut ."> ou 8 leuilles hors d usage, II. I*. el sa lu lie renoncrent a envoyer leur dpche. Il n'y avait que cela faire; car, on n'apprend point crire en ."> minules. Prcalculation du temps par M. G. Tipuenhauer Aujourd'hui et demain Le if).— Pression atmosphrique : 0.2 au-dessus. Temprature: 0.6 au-dessus, Probabilits pluie :2.2ngatif. Le 16. Pression atmosphrique : 9.8 au-dessous. Temprature : 0.8 au-dessus l'iobabiiits pluie : 0.1 positif. Qui v. ItM.te.tr.'iit, va treotent On nous signale que les automobilistes qui conduisent sur la roule de Port-au-Prince Bizoton el a Carrefour, oublient coin pllemenl cette exe Dente maxi me. Des qu'ils ont dpass le Portail de Logane, ils lancent leurs voitures une vitesse exagre, est un vritable steeple chase sur quatre roues. En ce moment o : cin ula tiou des vhicules esl trs intense sur celle rouie, il n'est pas inutile de rappeler .e; conducteurs d'autos pus de prudence Me/a el dont UO Comit Imiiic la R d H lion. Da is le salut qu'elle adresse la Press, La Gazelle de Saint-Marc %  • annonce qu'elle est un simple organe d informations, quelle se tiendra en dehors de la politique, qu'elle vitera toute discussion religieuse. Dans l'excution de son programme, ajoute-t-elle, s'inspiranl lu bel exemple de ses aines, elle sera loyale, probe afin de mriter l'adhsion et la confiance du Grand Public ". Nous envoyons ce nouveau confrre nos plus sincres vœux de prosprit el de fructueuse besogne. Les nouvelles couleurs du Beich V tranger Depuis le 11 Aot coul, l'ordonnance rglant les couleurs du Reich allemand l'tranger esl entre en vigueur. Aux tel ii es de ce.te Ordonnance les ni): s.ad;s, lgations el consulats allemands i tranger doivenl arborer concurrem • meiii avec le drapeau de la Rpublique, noir, rouge cl or, le tavillon de commerce aux cou euis impriales, n dr, blanc et rouge BVi C, l'angle suprieur. un cusson noir, rouge et or. *-— %  %  %  %  %  %  -' FIANAILLES Nous avons reu la carte de fianailles de MclleElda Prudent avec Mr l'ierie-Louis Victor. Nos compliments. On incident franco-turc On ollicier li'inrais est arrt par la police turque I. Poincar deminde sa mise ri libert immdiate Par cable franais BERNE, 13 septembre — Le diffrend entre ht francs el la Tur quie nu lUJSt de la dteulion Conslanlinople du li> uteuanl Desmous du naviro marchand franais Lotos esl enlr aujourd'hui dans une phase dcisive lors que M. l'oincar a convoqu l'am bas-adeur de Turquie qui tait a dner et lui a dclara que le gouvernement fnesli demaodui la mise eu lib B rl' Immdiats de Mr Desnv ns. L'otfloler Iraaoslssat d tenu par les turcs sous l'inculpation de meurtre Son arrestation a t opre le la faon suivante. La police tu:quu avait demand N.DMSI Pi as ve i r terre pour d'-iiiit. explications sur la prtendue attaque c intre uo \ n turc peine d birqu, l'olli inr fui immdiatement incarcre et il est toujours en prison. Un violent combat aurait eu lieu en Tripolitaine Par cble franais TUNIS, 13 septembre—D'aprs des nouvelles de source in ligne publies daus uu journal local, les ItsUsni auraient eu une centaine de tus et blesss apparemment des auxiliaires ladigoea pour la majorit dans un violent combat q i se serait .ivre au dbut du moid'Aot l'est de lihidames en Tripolilaiae, Un nouvel aiten tat contre M. Mus solini Ce serait un vaste complot contre le Uuce cl li; Fascisme ROMS 13 Septembre Le Duce a t acclam aujourd'hui par une fould eu dlira Isa Iroft mme o il y a 24 h ut es il a chapp par miracle S un attentat.Les jour naux de Home sont unanimes a ri clarer qu'Erne te (iioviaimiu, l'anarcbilta qui tinta hier d'assassiner Mussoliai. cbsrcbs h couvrir ses complices gl tout seul et de sa propre initiative Il allirme qu'il n'as parlient aucuu complot organis mais les journaux mair.tieunenl qu'il esche les faits eu ce qui con cerne son identit el le lieu d'eu il vient. Les journaux, dans leurs commentaires, appaient sur le ct politique de l'affaire et en pirticulier sur la situation internationale provoque pire'qu'Hl s cunp'ai sent appeler l'incurie de certaines nations qui permettent d'an ciens patriotes italiens de us les contrat. &r' ; If •tV^V' ou autres affections de l'appareil respiratoire L'EMULSION • SCOTT c prise rguBremcct -, donne une nergie nou5 velle, augmente la capacit de lsistance et aide liminer la cause de la faiblesse. CONSEILS GRATUITS... Une li iilion aprs le bain avec lin,.,,,,, i,icKAriL : ( :t).()r : Ni-,i, J :inMa l I f^ RIXA ou luen rki Lan de loiUtto uni I i I Ll'BIN ccll.u.uon M-Uleue,,! U.uili, I, l f jeunitle teint, muis le saune d'un uarlS e\<|iiis. ' Achetez-les riiez PAUL E. AJXII^ Remerciements HT"?'* 1 ft /abl h r 11 o^ le* amis tant de \?. que desautresviUegd'HiHi, ont donn des pru t ij, tbie a l'o tcasion de U leur regrett. Mme Veuve Abrabam Issa Mour%  a et enfents, Mret Mme A.Sabs, Mr Issa Mourra, Mme Veuve Usa Mourra, Mr et Mme Michel Mour is, Mr et Mme Antoine Mourra, Mr et Mme Habib M urra, Mr et Mme Joseph Zablacb, Mr et Mme Joseph Mouvra, Mret Mme Salomon Mourra, Mret Mme A.Elias Mou ira. Mr et Mme Francis Mour ra ; les lamilles Mourra. Jssr* Abrahame l ssa } !om ",? ; i : V r [ !" l de croi„* proton la gratitude. Port au f rince, te 13 s.I!l2ti. y 1 es I S SECTES cornmuniquenl des MALADIES' ries milliers de PERSONNES Ces petits llaux constituent uue meuitee beaucoup plue grande que l'invasion d'une arme. Les insectes pntrent partout sans ditijeuit et communiipient les mala 1 •lies autant aux grandes personnes qu'aux entants. Les Mouches apportent le cholra, la livre typhoide, lejjmicrobe de la paralysie nfautile ; |lea moustiques propagent les livres meurtrires, tandisque les punaises se chargent de transmettre les microbes aux gens non contamins, Aprs de longues annes de re cheiches, l'Entreprise de renomme moodia'e.'a STAND A RD 1L UOMPANY, ( New Jersey ) |. t. a perh (lionne un produit olliant les mo yens tirs el simples pour combattre les insectes jusqu' leur extermination complte. Ce produit c'est le.... KLIT Avec ce produit vaporis on dbarrasse a ne maisou des moustiques, et des mouches en quehiuis instants. KLIT" est propre, d'un usage facile ollranl toute garantie. De nom Lrcuses preuves ont dmontr que le KLIT vaporis ne tche ni ne itte les vtements les plus dlicats. PLI T dtruit tous les insectes qui infestent les maisons A l'aide d'un peu de FLIT vaporis ou extermirra les mouches moustiques, punaises, caii'relais, fourmis ainai que leurs larves, FLIT pntre dans les fentes et les crevasses o les insectes se logent et dposent leur* laives. On peut aussi vaporiser le FLIT sur h vtements ;car il tue tous les insectes et leurs larves qui piquent les vtementr. Pour dbarrasser une maison de ces insectes nuisibles il sullil de se aereir de t FLIT* b vente par tout. si ANDARD OIL OIMPANY ( NV.w Jrasw }E.U. Distributeur; Weal India Oil Company Ma/M i ipmM MABQUK DPOSE DETRUIT Mouches, MoQSbqaaf, Vers, Fourmis, Punaises, Puces, Caicro'ats. Besueoopi'sutroi luctai et t:ir ; larves qui infestent ! %  raiisou* •WPHjvo ,; L^, W WMMW. l:~m Emj.Le Boss $Co. Agents Gnraux %  M : *1 1 #i^Ji:. i rjf IPiigpT^gi^l^iL'^lt. i llfc^ imDIiL A DE MATTIS & C0, B-pr^en^nis po"" fl.i' v



PAGE 1

qE^ATN 15 eptembn 19f> Le lait en poulie o plu* n (\ vofue aux KUti-Uait. /^JN 'our iRiimeii';(toti les l>£$ bf^s et dm eonvaltietotf. &&i Le seul lait en poindre qu contient les trois vitnaiines. %  Dakar •>. e ripproclunt le facile, c'e & t l'aliment ida lomilk i indisp* lie et aie conueni iei irois isables tlments .1 la nutriiiou. •jlis d'aptes le procd K .lusl-llat %  ul lait de vache61 poudre, e r:ip -be taler jeu! lait de \acheen poudre CAS N m. i-i valc-r ru tiiliv ? du % iu.1 .lrm onjrrr_d".n u*rie de C.TS — cou 1~ T •, oit W Inuraia nimbr*s de H Criait awleine!. J* bbs. !gi reote fh/. : — Vieux. AI"' ^ eu> j-L. II. i^oat ;K H&Coaipttay Inr. Diction I A. Boit, Raphal Bronerd, % Savinien Martin, Het.t ioave ^ Geo. JEANSKMF& Ca A;EN ra fte Granul Brewer Oil Td)et jrajssiiic] '}, En stock 1:11 stock chez : Geo. JEANSeME Co. Agents w~ — %  1—n— Telle chez : Simon Vieux, Alfred lieux, Loin ra, Ed. Estve IT Co, J. H. lorday.Ime : V). Battin. liKk chez : R. iouard,Or:mdHue i. ii:(',.ll-. \ N'.Si,M ); &C o, igents IA, AUIL'U riotix. LOIK oc A* lolt, Alphonse v* L il. Dorel. Petit£.,> Ko 1709 ~jy? [FAIBLESSE, DBILITE (. I :! : .4 m i.. t V : .. • %  | .. i ..-. ...:.• r !. )RT DU MDECIN i .1 n.o'n. Poidi: 1 "• 6H8. Apr^i IVinptoi du Virol. SIROP i", DESCHIENS I l'Hmoglobine m i lUaaarataor da Baag, praaerlt par l'lite mfdleala. tla rl aa i i en i lui ('rrug,n.ux Admis dnnt J. Upltnux d r>-<, I -m MMui. OKOHIINS. t. KM r.ui .ulrr. AJUS .•. ri* mutm Gens d'autre foi*.. Vieux ouvmir.; iAK Pic-ne Eugne de LESPINASSE En venle \ux Armes de J-J '"' £". •';•""' u ,,.,.,., ., ,• I uuu s 1 M dihl et in p' Paris et a la Maison ...... OIll vo! e „ lt eur g uvero< m* nt de Itivora et d'i ne %  etemblt'eoetion'If : i ;i irtnte iinq noir Le plbiscite en Espagne MADRID, 13 septembre -Les • ii ii eofficiel* du rele; un petil .Quand I I >!l i; ne paaait que i ,: \ tenant no fea immtf i p Lugtm ntpi un ment i : :'.i'.i 6 M ii Bui\ ml n tnt iiii bfl l'ni.uu s.im, . : |ui paa 13* i • %  %  %  .... I R il. r ,1 l K. .'.Sirop d I '.ne. ."''-• 1 \;. i | ; ( .. i\ ,l.i M !r i.lsd'Aliuii.iv ; K ., • l m. i I . lua i, Aljr.iunr, d'Anamic. d.' R.iclu4 i Pbrial. I ".. s W QJUIMTTN W.1 '• M S %  C \. Pon iu>Ptaae*| H Vflt, Boitr Pil 147. il I.TI>.. II. 1 '.':.'. .. ir j.iv.i.i-.i. 1 ir e< olflciel* du rate-\# H \ I fli l'^ftf SS?K3 S Golombian Stsamship Co k ont vot en tf.eur lu gouveroe. ,v m* nt de Hiver et d'i U" as*einv&rA — blt'e Dation "le ; q\ irn.trt %  i:M| poir > ont d s voUm, laieut dea leinu:es.Les fooc'tOQDair'H du ;.U v.-r Vjjj/ nement oi.tv :i ci gra d o. mi r QX\ ^^t'uii! Idal Insurance Co nedes plus fortes Compagnies canadiennes d'assurances sur la vie. Eug.Le Boss & Co. w^^i^^^^ fiS a '&'k'k'k& &t< &&&&&&&&&&& A i, -%  -.-.: h Hina-Whitesnow-Hennites Pilule du D r D el mut! JeBa a prendre, r*" provoqac i„Bi.u d, „^ t I Suppf,m aatIadja s> •e LC rfbllita p„ (fl BJIldt La ^ >WI "" *" repo ta """'•. I "" " UM • Perla 4e fm„. I ait. P1 .' ***** ,0 ' BllallM, w eif, par coniqaeat. moioa coire.1 K)SE: waaTivi.taeni.raa LaxATiva, • pii gl# Avis impoptant Avis est douo aux pres et mres de tau ille qui se prparent envoyer leurs enlants en classe a a rentre d'Octobre, que le magasin Moderne de Kawas BERNANOS, Hue du Magasin de l'Etat viout d • lec voir uu lortetoel lenoovel'ei miii'handi-equ'il m't en ve i'e. a p;.rtir ae ce Jour. Pet co-si 1 -queot visitez le nvgasin Moierna de \\ .w s Bar ans s avant d'elle.' aillaoi -. Le m son a r : .U'-i un b \ijj #jft le 27 du mme, mois. Il prendra du Irt a tous !.• i ci v Vill Vill Villa Antoine Talamas, Pe Hoaolph • Uouey, 1', u de i li . -Villa Flcchur naelffle' Tuigeau Uta t kMbiia i .1 > S'illa Iten iaubert, Bel'feTM Nilla.Mme H i.uiicourt, Hellevue • Paq i a Villa Mo fl. M,.rei, Bellevue Lr Phbau i, i.u min II I .... Vitln OawaW Braadt, rsidence de le.-iat n Patq i er, Viliu Mo fl. M>.rei, Bellevue & or rhbau I, i.o> min dl l 1 aties Vitln OswaUl Brandi, rsidence 'NlturMr ,ird l{ oi Vejaa — Villa Luc Thard, Avenu John Brow n UrCS u.S'o li0M Arthitacte Geo Bau^san — Les meilleures construi Uons architecte uniel Br "n — Les meilleures coustruclions architecte Lon Mathou ^ommandej 0u tout autre reuseignement, s'adresser Geo. Jeansme & Co Hue Frou, en lace de la Banque Nationale ON DEMANDE In ngent de Commission ayant dis relations,avec des >i noierics. Fabriques, Magasina O' ; AS etc. i asd'chantillom porter. Commission variant de 33 L 10.10.0 par article wmlu Revenu ii\c pour un corn* missionnaire actif. Rpondez la premire occasion : Box28JF. T. B.BK0WNE 4 S Al)Vi;H'IISINCi()Fl %  1CES.1G3, Qneen Victoria Street, Lon dorL E. C. A. England. Bar Terminus Pro pritaire : nH A.WiJmaQr L A l'hounaur d'informer sa^bienveillan'e cientM. ?% qu il \ nntallc 1 .Ha p de son tablis enaent, un salon >& excluvvement riser/ aux lainilles o l'on trouvera I des consommt on 1'pr^mi^i b v ou 1 • lunchs seront servis sur I -ian le. Tlpl.on. No 78S. %



PAGE 1

MATIN & 15 SEPTEMBRE 1926 •5? fi fi •H fi fi fi fi fi W! fi I a fi Propritaires d'Automobiles. Souvenez vous que les pneus 1rs plus • oliiles. et les txu il leui 1 lulies • ont fabriqus ,. : FiRESTONK. Kireslone l'ull '%  %  • I um Dipped lia lin m ;oil l< s ounus • 1 li • lu? lecheivlii En sloi chez si u .i; n trouverez loute nenlions de pneus Rgulier.llenvy hiiiv. Bal loon, Higli Tesl tubes el patches. !.. PBETZMANN-A&£EBH N7 Rue, Roux ou Bonne tfoi, No 117. Ttcphi nc.C)ii' ON TROUYHA: Mcool Ha pour I |ii*ur. — &orrs H?C blanc • roi g i;."1 jt dtail "vf'.' granul amricain.Savon ;>.ir raiaM II fil ittail. Ru priai .t parliwt* — Hrop, Orgtst.Gieosdiae, lie ( ci.) %  Cigu-stts CI10 (si• 1 • ld, Ctmot, Chaotsclsr, Jtartatton. Mticl>eHr qualiU luprburt. — Conserve" laienUirr. f< ieus par livre tttti su poudre. • Wfeky. Bien l'.ii/ 1 1. 1 B l'.iiHinpiijsne Mssrfl 1 P T• I 111. Cbs.ropsgss qui ptnl balt 1 r wc svsatAgs t*ta ••'io'porn qu'ail irai que ds la il c lia-rpagD* Lauaos. Psrfnsasrs Vin liium | buuleitU • • yalloii Vin roiiic • iunbouleillsa et gallor*, q nli' • %  • 1..-. f f Clair n TU lue par i>Hiri-)us %  t suPo'Ki l.nii 1 li '.T,M\ rUium N' 1 % %  n". fit ^ sas uiuim ISOlCUta M'1-.-iic-'' Vliii r. t|.-i nii.i i|>'1 Vunsi Ihlrt II> M.MIC, roua 40 lotlircj satisfait %  ut d l 1 Ce uni n'a | nnuis t rail t qui ne peut tre dpass. Koiu Champagne iSjourne I n'-r.!r dn. ii< s 1 ondilions ii|ourfiieH D'ASEPSIE Prpai'atioii et Vente Pharmacie F. SiJoll'A'i, 1 %  Houx < 4 %  S i fi fi fi fi •S fi fi • fi fi fi fi fi fi %  • Vouloz-vous avoir des Dents ^lalanlcs de blancheur ET DES (jencives (oujours saines Employez la TRIBORIiSTE Poudre Dentifricea Suivant la fni!| du Docteur Q Gnerrit'i' Ihirurgieu CfDiiste />• • l'Vnierait de Montral et de la .l'diul!, %  ',/( %  .1/ Mireille de Varia. V.\\ vente partout et ii 11 Laboratoire de la (Triborine* ~, UniBlanche Paria En vente partout, principalmen/chez^MM. Maurice Etienne fils. Simon el Alfred Vieux. fi fi fi fi fi fi i fi •A fi •*: *f fi %  i fi fi fi fi M ;; if i : *s$h (mtlmiinlp! peutent se conserver dans Wt leur charme et beaut a m -INDISPENSABLE POU 1 •JOUS LES TISSUS UELICAfl r. v.B-~ '•.,.. Se vend aux Cayes chez Vve S Sentirai. tRBAMWRT, 1 1 0 Rue des Csars.' ; .. &f v %  M v v v # $ $ # # i? ^ 4rt 4T& f9 ^ &f ^$9% a>^. i^J'aprth



PAGE 1

PIRECTEL'R PROPRIETAIRE MPRMEUE CimQnt MAQL01RE 135. BOIS-VEKN.'. Rue Amricaine, 1358 If NUMERO SO CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 242 jme ANNE N-VJOO POIU'-AL-PRINCE (HATI) !r bonheur n'est pns'l'Ire heu rein! Cesl, U Heu de serrer W n cœur comme an avan.de le bien penur ma appea a m vie. MERCREDI 15 SEl'lEMBHE 1926 Kedireqne noire masse ^capable de se manilesBlas! non. Ses manifesns, terribles, mlantes. illecs. le'-;isent, lotit le e notre histoire, j la fois ion aptitu le s'occuBb-mme, directement, lillaires, el contre lanfa possibilit pour ses ine, laiiliM leur bon mvo de les administrer en lieu et place. Or, tandis les affaires publiques il nul administres, el qu'elles taient mal adjstres. les convulsions laires se multipliaient, iHtde constituer le mal Blieldti pays, le mal qui il bien plus dangemeul mme (pie sa mauidminislrattoi). Le peuIfcnen tait arriv a ne pouvoir garder son cal* quels<|ue lussent au pauses administra leurs, bons mauvais. Notre mal rv<.J naire tait devenu ebroalijspopul iii'< s oVs polant ceux (polaient le plus souvent 'errvohitioimaiivinent laisses,—abstraction laite programme politique, popularit se trouvait •miw lment d'anarpo [lu II. -( Vom I.I: NI:MI : :HO D'IIIKU). chic, c'est-Q dire dont le principe mme tait oppose a l'ordre l ibli reprsent par le gouvernement. Il smlisail que tel ehel rvolutionnaire tt install, aprs succs, dans le gouvernement pour que sa popularit s'vanouit, po u r que le prestige bruyant qui lavait escort jus |iie la cesst de lui taire escorte et redescendit dans la foute en qute d'autres meneurs. Transport en Hati, ni un Mussolini, ni un Primo le Rivera n'entt possible, une lois sorti de la masse p itir entrer au pou • voir. Le chel de gouvernement populaire a toujours t ainsi un phnomne inconnu et impraticable en Hati, lu popula rite tant dans le pays un apa liage essentiellement rvolutionnaire et de parti extrme: il est mme de rgle, lorsqu'on veut secouer le discrdit attach l'exercice du pouvoir, de sortir de eelui-ei pour aller se retremper dans la popularit du dt'byrs. "Depuis l'intervention amric.Vme, , sinon une sortie force des fonctionnaires et agents des KlatsUnis; mais le seul rsultat de telles manœuvre! %  t de crer une agitation lactiee, passagre, vite dissipe au contact (te la ralit. suivre. 'Ecole Nationale de Mdecine et de Pharmacie -" "l'i'ii ciicc, avec L r Car en cliet, maintes JuvenuMucnt de la Rcflfoars'oyait celle l-ole PMI objets ncessaires MU nt ornent qui ly donne, i? l e ^ es mains trop ;F*> doigts trop longs, , ,e l de les accaparer ^propres, |,ur ,leL U •" ce qui appartient a „7"U-sl |, p,/,,,,,,,,. (1 ,.nanmoins il tait / n s concitoyens, s'ils iKerenient anims de ijf "entiments. de sas, Ru y ae ,; s T c ht,z,i ,us : In*... '"""unes uni cl des objets appir„' a communaut et qui r''enr conversation avec Jf "^wt perdu, mme fiu^veriiemeul a cru C. U V i"f" Kcole sous f. Jf? M, stre de l'In%  L'uiv '' X;,ll ""-'l d llv"*** seul, apprcieri l'opportunit de cette mesure, sou importance et sa valeur. .Niais il convient actuellement, mis en face d'une situation politique spciale, que l'on envisage plutt la porte nationale des rsultats que conditionnent les moyens utiliser en vue du but atteindre, que de se complaire analyser bnvolement ces moyens d'aprs leur physionomie toute superficielle. Ces! pour la plupart d'entre nous une erreur et un tort h ne pas te rendre cette vrit que le progrs dfinitif, particulirement chez les petits peuples imprvoyants el Indisciplins, comme l'est malheureusement le notre, rsulte d'une suite persvrante et logique d'efforts, dpenss, dans une grande mesure, dans l'preuve et la souffrance. Dans noire tat prsent, le devoir lu bon hatien consiste, lorsqu'il s'agit de rformer ou mme de retondre et de relancer une institution nationale par trop puise, donner de lui-mme, sans rserve. largement, selon les possibilits de ses forces, et de ses facults. Cela n'atteint nullement la dignit de I homme, et est au contraire une des conditions (te la dignit bien entendue du eitoyan. Dans le nouvel difies (j u s'lve et qui doit rester, si s i conception est rationnelle et l'excution mthodique al srieuse, comme nous le croyons, il sera tenu compte au bon cii d'avoir mis toul ce qui lui ,i t permis d'y mette en scu-nnergie et" bonne volont. Le plus grand nombre des meta lues du personnel de notre ancienne Kcolc de Mdecine ainsi le comprennent. Ce ne sont pas seulement de grands mdecins, ce sont de grands hatiens. Ils s'associent une tache srieuse, de laquelle nous en sommes convaincu sertira le plus grand bien pour notre Pays. Le Dr Justin Dominique, Directeur de l'Ecole Nationale de Mdecine et de Pharmacie, dont le savoir, le tact, l'ncrgiu et la patience sont au-dessus de toul loge et ses dvous auxiliaires ont droit la considration et A la reconnaissance gnrales. La lichease de la flore hatienne, l'aptitude native de .'liaitien la facile comprhension de lu science mdicale, rclamaient depuis longtemps de notre l'avs, un dveloppement intensil de cille branche des connaissances. Un enseignement raisonn, thorique et pratique, un travail rgulier, mthodique, une installation moderne de l'hpital O se donne renseignement clinique al ou se tout les travaux pratiques, un nouvel difice construire avec on confortable amnagement pour l'enseignement thorique, un matriel el un outillage complet eu rapport avec les ncessits actuelles, et dans une certaine mesure adquate eus possibilits d'utilisation de notre lloiv. voil le fondement essentiel de l'importante rforme dont, nous afJinne-t-on, le Service National d'Hygine d'accord avec leSoUvernement, labore le plan dfinitif. Nous devons avoir pleine confiance en ce. projet, dont irxculion li.lle. fera le plus grand bien aux tudiants de I ^ ffiffiiimttitirfi T t tt t va frftg jjf La Supriorit g de la Coronal* 3L Voici quelques uns des avan^^^L^^T S ^ §& •^rapidi permettant les i'^'^Swf? P VP' .£# hautes vitesses daclylo^nqi ^^2<5g2^^^ £3 •C$ 2).— Encombremenl el poids i :t kgs. ) rduits pour ^ jga transport facile dans un lgant tui-valise. £,3. 2j .1).—lUtourautomatiquedai ruban bicolore^ ^, 1).— Mcanisme incassable, Noire œiL m fKJV>)..Clavier pour toutes langues, tous genre ili-W criture. t& Sa b).— Visibilit absolue |dc la totalit du travail en tag, 1*$ cours d'excution, /(J. ENTREZ POCB DHONSTRATIONI CHEZ : .;: 3 MAXWELL'* MON H J^i l'I-ole de Mdecine el de Pharmacie le Port-au-Prince, Leurs belles facults natives y trouveront un vaste champ d'investigations et d'exprimentation ou ils glaneront a l'aise pour atteindre leur complet dveloppement. Ce que sera la mde< me hatienne dans une pri..ii„ de di ,iin? il est rts main tenant penins. sans crainte de se, tromper, de l'augurer. Il sera donn aux professeurs de cette Ecole de Mdecine de s'exercer des dmonstrations thoriques des applications pratiques i les recherches scieutdiques, techniques depuis longtemps dsires. Les tudiants certes eu tireront le plus grand profit. El ce sera l le vrai progrs qui se ralisera peut-tre lentement mais srement. A l'œuvre doue.Messieurs, que tous M dirent %  Acla non verba et eu avant vers les moissons de l'Avenir. Me Frdric OestouchiS AVOCAT Au haut de l'Ancienne Banque du Canada. 2 1|2 1(2 heures. LPS baa ox soinels LESCUVE W,iiu,siinM<\;tllmn,iioinri des pins ulsmeb; fc*da\e,— ii!i, mon corps fn J iprir le %  Je suis li libre au U11J varient suivantTge et le degr de croissanc. de 1 enfant on ^nseiile de'suivre. pou, la faire, 1 conseil, du mdecin de la famille. ., Quaker Oats est un aliment d'une digestion facile et dont le got plait beaucoup aux bcb *"*^^^ Quaker Oats ... a vu, Ption-Ville, dimanche, pendant la j;i;ind'inesse, une geikUJle dame dont les souliers trop troits chaussaient l< s pieds mignons. Elle tait la torture de rester debout. jeune nomme vil l'embarras le I.i dam et lui offrit aracieuseir.int s;i chaise qui lut accepte avec plus de grce encore. Un bon regard au galanl jeune homme! ... n vu. rentre semaine, toujours :'i Ption-Ville, une querelle qui liiillit avoir des suites tragiques. Deui commres, Augustina et Brune, j la suite d'une altercation en vinrent aux mains, elles se griffrent comme dea chattes en lurie, se mordirent comme des chiennes hargneuses. se prirent par lea cheveux *i cheveux, il y ;i\ait! Cependant Augustina, plus forte que son an* lagonisle, l'enlrahia sous sa galerie, s'arma d'un lourd bton t s'apprtail assommer Brune lorsqu'un Officier de lu Gendarmerie qui passait en auto, sauta vivement de la voiture al mit lin ce combat de poules. On s'expliqua : querella d'amour, duel de la jalousie. Augustina avait surpris son cohabitant flirter avec Brune, A cette rvlation* Brune luiieuse lecoinnieiiea lu bataille. Elle lit pleuvoir sur la maison de sa rivale une grle le pierres. Le capitaine, le la (i. d'il, qui a vu pourtant la grande guerre, a dit qu'il n'y u que le /f> Iraueais et les mitrailleuses allemandes lancer les projectiles aveo tant de rapidit. La Palice nul lin la %  .ene si scandaleuse que le gendarme qui amena les deux femmes au poste dans sa candeur, n'Iisit pus a I.i qualifier te nocturne, quoiqu'elle eut lieu en plein jour. ... a vu* dimanche soir, encore Hlion-Ville, les musiciens du mange de chevaux le bois don lier un petit concert tans la maison prive du proprio qui, homme pratique et voyant que ses musiciens n'avaient presque rien lait a cause de la pluie, leur procura ainsi le moyen de gagner leur journe. Braves disciples d'Orphe, vous gagnerez votre pain ail souille de votre bouche. ... a vu fonctionner !• Carrousel . l'tioii Ville pendant qu' l'glise on chaulait les Vpres. La musique du mange attaquait meringues •! lox-lrot cependant qu' Saint Pierre les chants religieux montaient graves et majesluiux. ... vil l'aimable Cur de Pliou Ville se plaindre ; car, il tait certain que l'endiable musique troublait lolfice religieux. Mais le contrleur du mange lil remacqner pie c'tait le temps (en parlant il indiquait le ciel) qui l'avait forc commencer plus tt que de COOtume. On ne tarda pas s'entendre, car, la pluie qui est lesilllet les comdies en plein air, survenant, mil tout le monde d'acconl. %  • ^ ... a'vu, l'autre soir, la Main Coaer, une gourgandine toujours humide el qui boirait toute l'Atlantique trapper au vbagr Triaila. Les choses tourneraient assurment mal. car, celle-ci s'tait dj arme d'un verre de bire et s'apprtait u en laire bon usage. M.iis la Police mil tout le monde d M ont ci le bal, car la scoe S' passait dans un dancing, interrompu un moment reprit de plus belle. ... a vu. dimanche sou-, pour li premire fois, Latino, une nouvelle recrue, noirs comme du jai.. lgante, attrayante, captivante, mais qui De parle pic la langue de Shakespeare.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06816
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, September 15, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06816

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
PIRECTEL'R PROPRIETAIRE
MPRMEUE
CimQnt MAQL01RE
135.
Bois-Vekn.'.
Rue Amricaine, 1358
If NUMERO SO CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
jme ANNE N-VJOO
POIU'-AL-PRINCE (HATI)
!r bonheur n'est pns'l'Ire heu
rein! Cesl, U Heu de serrer
Wn cur comme an avan.de le
bien penur ma appea a m
vie.
MERCREDI 15 SEl'lEMBHE 1926
Kedireqne noire masse
^capable de se maniles-
Blas! non. Ses manifes-
ns, terribles, mlantes.
illecs. le'-;- isent, lotit le
e notre histoire, j la fois
ion aptitu le s'occu-
Bb-mme, directement,
lillaires, el contre lan-
fa possibilit pour ses ine-
, laiiliM leur bon m- vo
de les administrer en
lieu et place. Or, tandis
les affaires publiques
il nul administres, el
qu'elles taient mal ad-
jstres. les convulsions
laires se multipliaient,
iHtde constituer le mal
Blieldti pays, le mal qui
il bien plus dange-
meul mme (pie sa mau-
idminislrattoi). Le peu-
Ifcnen tait arriv a ne
pouvoir garder son cal*
quels<|ue lussent au pau-
ses administra leurs, bons
mauvais. Notre mal rv<.J
nairetait devenu ebro-
alijspopul iii'< s oVs po-
lant ceux (polaient
le plus souvent
'errvohitioimaiivinent
laisses,abstraction laite
programme politique,
popularit se trouvait
miw lment d'anar-
po
[lu
II. -( Vom i.i: Ni:mi::ho d'iiiku).
chic, c'est-Q dire dont le prin-
cipe mme tait oppose a l'or-
dre l ibli reprsent par le
gouvernement. Il smlisail que
tel ehel rvolutionnaire tt
install, aprs succs, dans le
gouvernement pour que sa
popularit s'vanouit, po u r
que le prestige bruyant qui
lavait escort jus |iie la cesst
de lui taire escorte et redes-
cendit dans la foute en qute
d'autres meneurs. Transport
en Hati, ni un Mussolini, ni
un Primo le Rivera n'entt
possible, une lois sorti de la
masse p itir entrer au pou
voir.
Le chel de gouvernement
populaire a toujours t ainsi
un phnomne inconnu et im-
praticable en Hati, lu popula
rite tant dans le pays un apa
liage essentiellement rvolu-
tionnaire et de parti extrme:
il est mme de rgle, lorsqu'-
on veut secouer le discrdit
attach l'exercice du pou-
voir, de sortir de eelui-ei pour
aller se retremper dans la po-
pularit du dt'byrs.
"Depuis l'intervention am-
ric.Vme, sivement la paix matrielle et
enchan, selon l'expression
du chef de l'Etat, le vieux
dmon rvolutionnaire i, la
masse populaire ne se mani-
feste plus de la mme lacon,
taule de meneurs: les arnes
sanglantes de la guerre civile
tant fermes, l'hostilit'con-
tre le gouvernement s'est re-
lu ie el s'exerce dans la pres-
se, premier rsultat apprcia-
ble du rgime politique nou-
veau el qui nous met sur le
plofi des pays libres.
l/opposition, qui s'exerce
aujourd'hui par la presse el
par toutes sortes de inanits
talions pacifiques,voudrai! h
ri ter de la popularit des r-
volutionnaires de jadis; mais,
en raison de l'crasante majo-
rit d'illettrs et d'analphabets
qui constitue le tond de la po-
pulation hatienne, celle ci ja-
dis si accessible la propa-
gande rvolutionnaire bru-
yante, l'est,on le conoit, beau
coup moins l'loquence,
mme enflamme, des teuilles
publiques. Devant celle insut-
lisauce d'cftels, l'opposition a
bien tent, de temps autre,
de gonfler le ballon rvolu-
tionnai eaux yeux de la mas-
se ignorante re une mlae dehors >, sinon
une sortie force des fonction-
naires et agents des Klats-
Unis; mais le seul rsultat de
telles manuvre! t de
crer une agitation lactiee,
passagre, vite dissipe au
contact (te la ralit.
suivre.
'Ecole Nationale de Mdecine
et de Pharmacie
-" "l'i'ii ciicc, avec
LrCar en cliet, maintes
JuvenuMucnt de la Rc-
flfoars'oyait celle l-ole
PMI objets ncessaires
MUnt
ornent qui ly donne,
i?l!e ^es mains trop
;F*> doigts trop longs,
,,el de les accaparer
^propres, |,ur ,le-
lU " ce qui appartient a
7"U-sl |, p,/,,,,,,,,. (1,
,.- nanmoins il tait
/ ns concitoyens, s'ils
iKerenient anims de
ijf "entiments. de sas,
Ruy.ae,;sTcht,z,i,us:
In*... '"""unes uni
cl des objets appir-
'a communaut et qui
r''enr conversation avec
Jf "^wt perdu, mme
fiu^veriiemeul a cru
C.UV i"f" Kcole sous
f. Jf? M,stre de l'In-
L'uiv '' X;,ll""-'l d llv-
"*** seul, apprcie-
ri l'opportunit de cette mesure,
sou importance et sa valeur.
.Niais il convient actuellement,
mis en face d'une situation po-
litique spciale, que l'on envi-
sage plutt la porte nationale
des rsultats que conditionnent
les moyens utiliser en vue du
but atteindre, que de se com-
plaire analyser bnvolement
ces moyens d'aprs leur phy-
sionomie toute superficielle.
Ces! pour la plupart d'entre
nous une erreur et un tort h
ne pas te rendre cette vrit
que le progrs dfinitif, particu-
lirement chez les petits peu-
ples imprvoyants el Indisci-
plins, comme l'est malheureu-
sement le notre, rsulte d'une
suite persvrante et logique
d'efforts, dpenss, dans une
grande mesure, dans l'preuve
et la souffrance. Dans noire tat
prsent, le devoir lu bon hatien
consiste, lorsqu'il s'agit de r-
former ou mme de retondre et
de relancer une institution na-
tionale par trop puise, don-
ner de lui-mme, sans rserve.
largement, selon les possibili-
ts de ses forces, et de ses fa-
cults. Cela n'atteint nullement
la dignit de I homme, et est au
contraire une des conditions (te
la dignit bien entendue du ei-
toyan. Dans le nouvel difies
(j u s'lve et qui doit rester, si
s i conception est rationnelle et
l'excution mthodique al s-
rieuse, comme nous le croyons,
il sera tenu compte au bon ci-
i d'avoir mis toul ce qui lui
,i t permis d'y mette en scu-n-
nergie et" bonne volont.
Le plus grand nombre des meta
lues du personnel de notre an-
cienne Kcolc de Mdecine ainsi
le comprennent. Ce ne sont pas
seulement de grands mdecins,
ce sont de grands hatiens. Ils
s'associent une tache srieuse,
de laquelle nous en sommes con-
vaincu sertira le plus grand bien
pour notre Pays. Le Dr Justin
Dominique, Directeur de l'Ecole
Nationale de Mdecine et de
Pharmacie, dont le savoir, le
tact, l'ncrgiu et la patience sont
au-dessus de toul loge et ses
dvous auxiliaires ont droit
la considration et A la recon-
naissance gnrales.
La lichease de la flore ha-
tienne, l'aptitude native de .'liai-
tien la facile comprhension
de lu science mdicale, rcla-
maient depuis longtemps de
notre l'avs, un dveloppement
intensil de cille branche des
connaissances. Un enseignement
raisonn, thorique et pratique,
un travail rgulier, mthodique,
une installation moderne de
l'hpital O se donne renseigne-
ment clinique al ou se tout les
travaux pratiques, un nouvel
difice construire avec on con-
fortable amnagement pour l'en-
seignement thorique, un ma-
triel el un outillage complet eu
rapport avec les ncessits ac-
tuelles, et dans une certaine me-
sure adquate eus possibilits
d'utilisation de notre lloiv. voil
le fondement essentiel de l'im-
portante rforme dont, nous af-
Jinne-t-on, le Service National
d'Hygine d'accord avec leSoU-
vernement, labore le plan d-
finitif. Nous devons avoir pleine
confiance en ce. projet, dont
irxculion li.lle. fera le plus
grand bien aux tudiants de
I

^ ffiffiiimttitirfi t t tt t va frftg
jjf La Supriorit g
de la Coronal*
3L Voici quelques uns des avan- ^^^L^^TS^ &
^rapidi permettant les i'^'^Swf? P VP'
.# hautes vitesses daclylo^nqi ^^2<5g2^^^ 3
C$ 2). Encombremenl el poids i :t kgs. ) rduits pour ^
jga transport facile dans un lgant tui-valise. ,3.
2j .1).lUtourautomatiquedai ruban bicolore^ ^,
1). Mcanisme incassable,
Noire iL
m
fKJV>).- .Clavier pour toutes langues, tous genre ili-W
criture. t&
Sa b). Visibilit absolue |dc la totalit du travail en tag,
1*$ cours d'excution, /(J.
- Entrez pocb dhonstrationi Chez : .;:
3 MAXWELL'* MON H J^i
l'I-ole de Mdecine el de Phar-
macie le Port-au-Prince, Leurs
belles facults natives y trou-
veront un vaste champ d'inves-
tigations et d'exprimentation
ou ils glaneront a l'aise pour
atteindre leur complet dvelop-
pement. Ce que sera la m-
de< me hatienne dans une p-
ri..ii de di ,iin? il est rts main
tenant penins. sans crainte de
se, tromper, de l'augurer. Il sera
donn aux professeurs de cette
Ecole de Mdecine de s'exercer
des dmonstrations thori-
ques des applications prati-
ques i les recherches scieu-
tdiques, techniques depuis long-
temps dsires. Les tudiants
certes eu tireront le plus grand
profit. El ce sera l le vrai pro-
grs qui se ralisera peut-tre
lentement mais srement. A
l'uvre doue.Messieurs, que tous
M dirent Acla non verba et
eu avant vers les moissons de
l'Avenir.
Me Frdric OestouchiS
AVOCAT
Au haut de l'Ancienne Ban-
que du Canada.
2 1|2 1(2 heures.
Lps baaox soinels
LESCUVE
W,iiu,siinM<\;tllmn,iioinri des pins ulsmeb;
fc*da\e, ii!i, mon corps fn j iprir le -
Je suis li libre au U11J Il 11 lldila plein le miel mire ses bleus sommets
J'ai uiUi l'ile ktsrew.biliil^Afc .' sijjiimais
Vers WMfUsi- et les abeilles elles nques
Tn relnirnu, siiivmt le ol utimI les num-s,
Iber lile, iiidinue-lui le celle que j'aunis.
Krieriai-je ses rein de sinbr* ioleUe,
Si pars, Miiriru au fiel natal qui /j reflte
Sous l'arc iielorieu\ que tend un sourcil noir 1
Skis pilot,ible.'Fars, la, dierdie flarisle
FA 4|Klut qie je lis eniiir pmr la reioir
U \* reconnatras, car elle esl IMJMI Irisle.
Jos Maria de HEREMl
NURICE ETIENNE fils
Anfflt 'les Hues du Minjasin dt
l'Elut et ucs l'ronls-l'urts
Nouveauts,
Mkucki'Ik,
ParpombiUb*
QUAKER OATS, bouilli
et tamis, additionn de
lait et d'eau de chaux consti-
tue un aliment scient.fique-
ment idal pour les bbs. Il
le maintient en parfaite
*?rt alori^ nettement la format,. *****
cmeux, le dveloppement des muscles et 1 activit de
w"0rgnnes.Aucunautrealin1cnt..-est.us..efficace.
Etant donn que cette prparai londo.t tre faite avec
le Plus graftd soin et dans des proportions qu> varient
suivantTge et le degr de croissanc. de 1 enfant on
^nseiile de'suivre. pou, la faire, 1 conseil, du mdecin
de la famille. .,
Quaker Oats est un aliment d'une digestion facile et
dont le got plait beaucoup aux bcb*"*^^^
. Quaker Oats '
... a vu, Ption-Ville, di-
manche, pendant la j;i;ind'inesse,
une geikUJle dame dont les sou-
liers trop troits chaussaient l< s
pieds mignons. Elle tait la
torture de rester debout. "
jeune nomme vil l'embarras le
I.i dam et lui offrit aracieuse-
ir.int s;i chaise qui lut accepte
avec plus de grce encore. Un bon
regard au galanl jeune homme!
... n vu. rentre semaine, tou-
jours :'i Ption-Ville, une que-
relle qui liiillit avoir des suites
tragiques. Deui commres, Au-
gustina et Brune, j la suite d'une
altercation en vinrent aux mains,
elles se griffrent comme dea
chattes en lurie, se mordirent
comme des chiennes hargneuses.
se prirent par lea cheveux *i
cheveux, il y ;i\ait! Cependant
Augustina, plus forte que son an*
lagonisle, l'enlrahia sous sa ga-
lerie, s'arma d'un lourd bton t
s'apprtail assommer Brune
lorsqu'un Officier de lu Gendar-
merie qui passait en auto, sauta
vivement de la voiture al mit lin
ce combat de poules. On s'ex-
pliqua : querella d'amour, duel
de la jalousie. Augustina avait
surpris son cohabitant flirter
avec Brune, A cette rvlation*
Brune luiieuse lecoinnieiiea lu
bataille. Elle lit pleuvoir sur la
maison de sa rivale une grle le
pierres. Le capitaine, le la (i.
d'il, qui a vu pourtant la grande
guerre, a dit qu'il n'y u que le
/f> Iraueais et les mitrailleuses
allemandes lancer les projec-
tiles aveo tant de rapidit. La
Palice nul lin la .ene si scan-
daleuse que le gendarme qui
amena les deux femmes au poste
dans sa candeur, n'Iisit pus a
I.i qualifier te nocturne, quoi-
qu'elle eut lieu en plein jour.
... a vu* dimanche soir, encore
Hlion-Ville, les musiciens du
mange de chevaux le bois don ,
lier un petit concert tans la mai-
son prive du proprio qui, hom-
me pratique et voyant que ses
musiciens n'avaient presque rien
lait a cause de la pluie, leur pro-
cura ainsi le moyen de gagner
leur journe. Braves disciples
d'Orphe, vous gagnerez votre
pain ail souille de votre bouche.
... a vu fonctionner ! Carrou-
sel . l'tioii Ville pendant qu'
l'glise on chaulait les Vpres.
La musique du mange attaquait
meringues ! lox-lrot cependant
qu' Saint Pierre les chants reli-
gieux montaient graves et ma-
jesluiux.
... vil l'aimable Cur de Pliou
Ville se plaindre ; car, il tait
certain que l'endiable musique
troublait lolfice religieux. Mais
le contrleur du mange lil re-
macqner pie c'tait le temps
(en parlant il indiquait le ciel)
qui l'avait forc commencer
plus tt que de COOtume. On ne
tarda pas s'entendre, car, la
pluie qui est lesilllet les com-
dies en plein air, survenant, mil
tout le monde d'acconl.

^ ... a'vu, l'autre soir, la Main
Coaer, une gourgandine toujours
humide el qui boirait toute l'At-
lantique trapper au vbagr Triai-
la. Les choses tourneraient as-
surment mal. car, celle-ci s'tait
dj arme d'un verre de bire
et s'apprtait u en laire bon usage.
M.iis la Police mil tout le monde
d m ont ci le bal, car la scoe
S' passait dans un dancing, in-
terrompu un moment reprit de
plus belle.
... a vu. dimanche sou-, pour
li premire fois, Latino, une
nouvelle recrue, noirs comme du
jai.. lgante, attrayante, capti-
vante, mais qui De parle pic la
langue de Shakespeare.


LE MATIN- {ir Septembre 1926
... \it I ou ."i galantins qui
voulaieul tous ensemble faire 1m
honneurs du dancing la non-
Telle venue. Ils Liaient si entra*
prenants, ils Brenl lanl el si bien
qui- l'oiseau s'envolade la cage.
Effrayez, la belle noire, s'en alla
el les galantins restrent seuls...
...a va,au laineux pique-nique
de Bizoton, Dora la jalouse, lac*
caparcuse venir y relancer sou
gtant qui changeai! un peu.
L'autre, docile, obit et suivit la
terrible (111c .1 '. Amour, que de
choses on commit en ton nom !

... i vu, dimanche soiris()l|s ';l
pluie, une auto Ford enlever la
route arrefour Port-au-Prince
en 15 minutes el transportant 9
personnes. Quand op pense qu'un
courtier bien connu y tait, ou
devine (|uel poids reprseotail
le chargement. La voilure cepen-
dant arriva bon porl etlecour-
Ker eol ce mol typique : Cest la
marque Solide frre I
... a vu, dimanche, au Wharf,
l'auto l M. C. 551 laire colli-
sion avec une Dodge, le No 171.
La Dodge l'ut nvse trs mal en
point.

... m vu, lundi, dans une pro-
tonde i igole qui se trouve au
Cliamp ae Mars, entre l'Htel
Kxcelsii ici Ii s Itureaux du (juor-
Uei Gnrul I S. M. C, une au-
to nui v i-i.iii tombe la vciMe.
Bile av.nl .r- deux rouegauche
avant el an nie 1)1 ises -I Ul pOT-
t lit aucune plaque.
... n'a pas pu donc von q;.i
elle appartient.
... a vi, lundi soir, vers '.I lis.
\ 2, devant l'cole GuilloUX, pi. s
de la Cathdrale, l'arrestation
d'un trange voleur. Il faisait on
noir d'enter,soudain une voixde
femme se mil crier : Arrtez I
arrte/.! voleur! voleur! Des gen-
darme-, se prcipitrent. L'hom-
me l'ut arrt. On s'expliqua. Ce
n'tait pas un vulgaire voleur;
c'tait le cohabitait! deTi-' bue,
William, qui ce soir-l voulut la
dlaisser pour une autre. Kl Ti-
Clairedonl William avail vol
le cur le pnursu vail pour qu'il
rentrt au logis. Comme on le
volt, ce n'tait pas un vulgaire
voleur et les gendarmes, lions
salants, arrangrent les choses.

Mais, la rue des Csars,
NoTJUjS il : VU un vritable vo-
leur. Un nomm Octave, tent
par de belles el crasses poules
(prune marchande avait dpos* s
chez un habitant du quartier,
'introduisit dans la cour de la
maison, hier, vers I h. I L du ma-
tin el s'apprtail A s'approprier
quelques une. de ces apptissan-
tes volailles.
Il l'ut surpris, poursuivi et ar-
rt. Le voleur a dclar avoir
son domicile cluv. une nomme
Carida.ruc du Peuple. Aux ilir s
des gens du quartier, il mettait
tous les jours, poules au pt
... a vu, hier malin, un i ouplj
se prsenter aux Bureaux de la
Cie, des Cables Tramais pour
l'e xpd i lion d'une d pcli e.
L'homme. II. P., s'arma tout d'a-
bord de la plume pour la rdac-
tion le sa dpche, mais il ne
put y parvenirel.de guerre lasse,
il passa l'instrument sa couina-
M qui essaya son tour. Niais
Noiu. il vil que cela n'alla
point mieux. Le couple dchirait
feuille aprs Feuille sa is pouvoir
crire ce que le cble devait
transmettre. Enfin, lorsqu'il y
eut ."> ou 8 leuilles hors d usage,
II. I*. el sa lu lie renoncrent a
envoyer leur dpche. Il n'y avait
que cela faire; car, on n'apprend
point crire en ."> minules.
Prcalculation du temps
par M. G. Tipuenhauer
Aujourd'hui et demain
Le if). Pression atmosph-
rique : 0.2 au-dessus. Temp-
rature: 0.6 au-dessus, Probabi-
lits pluie :2.2ngatif.
Le 16. Pression atmosph-
rique : 9.8 au-dessous. Temp-
rature : 0.8 au-dessus l'iobabi-
iits pluie : 0.1 positif.
Qui v. ItM.te.tr.'iit,
va treotent
On nous signale que les auto-
mobilistes qui conduisent sur la
roule de Port-au-Prince Bizo-
ton el a Carrefour, oublient coin
pllemenl cette exe Dente maxi
me. Des qu'ils ont dpass le
Portail de Logane, ils lancent
leurs voitures une vitesse exa-
gre, est un vritable steeple
chase sur quatre roues.
En ce moment o : cin ula
tiou des vhicules esl trs intense
sur celle rouie, il n'est pas inu-
tile de rappeler .e; conducteurs
d'autos pus de prudence ce. pour viter, eux-mmes de
lunesles accidents.
Parisiana
demain soir
Four la dernire l'ois :
Lqeuxdeilme
v
Avis
i |Mr~ Lissailc avise qu'il ne
reprsente plus les Galeries
Lafayctlc
Entre : 1 gourde.
Siaccnu/
CONSflrVt US OgBg PttGWfS
DEMANDEZ-LE DANS LES
PARFUMERIES. PHARMACIES. ETC.
Uti nouveau confrre
Nous avons reu le premier
ni'iierode La Gazette de Saint-
Marc , journal hebdomadaire
s'ditanta Port-au-Prince, l'Im-
primerie Chraquit, ayaul pour
liranl responsable M. H. I> Me/a
el dont UO Comit Imiiic la R
d h lion.
Da is le salut qu'elle adresse
la Press, La Gazelle de
Saint-Marc annonce qu'elle
est un simple organe d infor-
mations, quelle se tiendra en
dehors de la politique, qu'elle
vitera toute discussion reli-
gieuse.
Dans l'excution de son pro-
gramme, ajoute-t-elle, s'inspi-
ranl lu bel exemple de ses
aines, elle sera loyale, probe afin
de mriter l'adhsion et la con-
fiance du Grand Public ".
Nous envoyons ce nouveau
confrre nos plus sincres vux
de prosprit el de fructueuse
besogne.
Les nouvelles cou-
leurs du Beich
Vtranger
Depuis le 11 Aot coul,
l'ordonnance rglant les cou-
leurs du Reich allemand l'-
tranger esl entre en vigueur.
Aux tel ii es de ce.te Ordon-
nance les ni): s.ad;s, lgations
el consulats allemands i tran-
ger doivenl arborer concurrem
meiii avec le drapeau de la R-
publique, noir, rouge cl or, le
tavillon de commerce aux cou
euis impriales, n dr, blanc et
rouge BVi C, l'angle suprieur.
un cusson noir, rouge et or.
*- ' -' .....
FIANAILLES
Nous avons reu la carte de
fianailles de MclleElda Pru-
dent avec Mr l'ierie-Louis
Victor.
Nos compliments.
On incident
franco-turc
On ollicier li'inrais est
arrt par la police turque
I. Poincar deminde sa mise
ri libert immdiate
Par cable franais
BERNE, 13 septembre Le
diffrend entre ht francs el la Tur
quie nu lUJSt de la dteulion
Conslanlinople du li> uteuanl Des-
mous du naviro marchand fran-
ais Lotos esl enlr aujour-
d'hui dans une phase dcisive lors
que M. l'oincar a convoqu l'am
bas-adeur de Turquie qui tait a
dner et lui a dclara que le gou-
vernement fnesli demaodui la
mise eu libBrl' Immdiats de Mr
Desnv ns. L'otfloler Iraaoslssat d
tenu par les turcs sous l'inculpa-
tion de meurtre Son arrestation a
t opre le la faon suivante.
La police tu:quu avait demand
N.Dmsi Pi as ve i r terre pour
d'-iiiit. explications sur la pr-
tendue attaque c intre uo \ n
turc peine d birqu, l'olli inr
fui immdiatement incarcre et il
est toujours en prison.
Un violent combat
aurait eu lieu
en Tripolitaine
Par cble franais
TUNIS, 13 septembreD'aprs
des nouvelles de source in ligne
publies daus uu journal local, les
ItsUsni auraient eu une centaine
de tus et blesss apparemment
des auxiliaires ladigoea pour la
majorit dans un violent combat
q i se serait .ivre au dbut du
moi- d'Aot l'est de lihidames
en Tripolilaiae,
Un nouvel aiten
tat contre M. Mus
solini
Ce serait un vaste complot
contre le Uuce
cl li; Fascisme
Roms 13 Septembre Le Duce
a t acclam aujourd'hui par une
fould eu dlira Isa Iroft mme
o il y a 24 h ut es il a chapp
par miracle S un attentat.Les jour
naux de Home sont unanimes a ri
clarer qu'Erne te (iioviaimiu, l'a-
narcbilta qui tinta hier d'assassi-
ner Mussoliai. cbsrcbs h couvrir
ses complices l'attentat d lier un v,s!e complot
pour supprimer le premier mini'-
iteet le rgime fasciste. Le jeune
homme persiste dclarer qu'il
est un anarchiste individualiste et
qu'il >gl tout seul et de sa pro-
pre initiative. Il allirme qu'il n'as
parlient aucuu complot organis
mais les journaux mair.tieunenl
qu'il esche les faits eu ce qui con
cerne son identit el le lieu d'eu il
vient. Les journaux, dans leurs
commentaires, appaient sur le ct
politique de l'affaire et en pirticu-
lier sur la situation internationale
provoque pire'- qu'Hl s cunp'ai
sent appeler l'incurie de certai-
nes nations qui permettent d'an
ciens patriotes italiens de 1er sur leur territoire coutre le r-
gime de Mii-.-''l n

Mussolini
et le tourisme
Par cftble franais
BERNE. 13 Septembre L
Suisse commence sentir les effets
de la (ii pagne active que mne
le gouvernement de lloaaolioi peur
attirer le touriste:- en Italie, D'a-
bord les bolets voient de p.a* eu
plus des i liambies retenues d avan
ce dfeemnwadss par suite du cir
conslanc lien a l- avis par le gouverne-
ment que par suite de laciise que
traverse l'indoitria bateliers dans
|a pays du Duce, il tait prfra-
ble de ne pas aller passer les vh-
cauces a l'tranger. Ces iccom-
m&ndtUoeS n'ont pas t donnes
par la vo;e de la presse mais par
sVaatiea moysna plus efticaces.sem
ble t il. (^n'eite le cas d'un grou-
pe, de rj30 plerins qui se rendant
de llusto Carlol'o pies de la Iron-
tire iiaiienne 1 Maiona delSisso
aux suviross di Lsearao s'est vu
reluscr le bitcau spcial retenu
pour la passass et dut s'arrter i
Canobbio pour rebrousser chemin
et rentrer ButO f-ailfo.
A Genve
Par c .hle franais
Paris, 13 septembre Les jour-
naux de Genve annoncent que
MM. Brian t et Siresennnu se
sont entretenu- des rpereus-ions
de l'accord de l.ocarno. D'aprs
Le Matin M. /.alc-ki a dclar
que la Pologne comptait sur la lo-
yaut de la S D. N. pour l'obi n
tion d'un sige pour Irois ans s-i
Sonseil, sige rligible et |srsatl
par une entente ta Mte vilan! t >us
les contrat.
&r';
If
tV^V'
ou autres af-
fections de
l'appareil respiratoire
L'EMULSION
SCOTT c
prise rguBremcct -,
donne une nergie nou- 5
velle, augmente la capa-
cit de lsistance
et aide liminer
la cause de la
faiblesse.
CONSEILS GRATUITS...
Une li iilion aprs le bain avec lin,.,,,,,
i,icKAriL:(:t).()r:Ni-,i,J,:inMalI. f^
RIXA ou luen rk- i Lan de loiUtto uni I i I
Ll'BIN ccll.u.uon M-Uleue,,! U.uili, I, lf
jeunitle teint, muis le saune d'un uarlS
e\<|iiis. '
Achetez-les riiez PAUL E. AJXII^
Remerciements HT"?'*1 ft /ablh r
11 o^ le* amis tant de \?.
que desautresviUegd'HiHi,
ont donn des prutij,
tbie a l'o tcasion de U
leur regrett.
Mme Veuve Abrabam Issa Mour-
a et enfents, Mret Mme A.Sabs,
Mr Issa Mourra, Mme Veuve Usa
Mourra, Mr et Mme Michel Mour
is, Mr et Mme Antoine Mourra,
Mr et Mme Habib M urra, Mr et
Mme Joseph Zablacb, Mr et Mme
Joseph Mouvra, Mret Mme Salo-
mon Mourra, Mret Mme A.Elias
Mou ira. Mr et Mme Francis Mour
ra ; les lamilles Mourra. Jssr*
Abrahame lssa }!om
",? ;i: Vr'[l de croi*
proton la gratitude. !
Port au f rince, te 13 s.-
I!l2ti. y
1 es ISSECTES cornmuniquenl des MALADIES' ries milliers
de PERSONNES
Ces petits llaux constituent
uue meuitee beaucoup plue grande
que l'invasion d'une arme. Les
insectes pntrent partout sans dit-
ijeuit et communiipient les mala1
lies autant aux grandes personnes
qu'aux entants.
Les Mouches apportent le cho-
lra, la livre typhoide, lejjmicrobe
de la paralysie nfautile ; |lea mous-
tiques propagent les livres meur-
trires, tandisque les punaises se
chargent de transmettre les micro-
bes aux gens non contamins,
Aprs de longues annes de re
cheiches, l'Entreprise de renomme
moodia'e.'a STAND A RD 1L UOM-
PANY, ( New Jersey ) |. t. a per-
h (lionne un produit olliant les mo
yens tirs el simples pour com-
battre les insectes jusqu' leur
extermination complte.
Ce produit c'est le.... KLIT
Avec ce produit vaporis on dbar-
rasse a ne maisou des moustiques, et
des mouches en quehiuis instants.
KLIT" est propre, d'un usage fa-
cile ollranl toute garantie. De nom
Lrcuses preuves ont dmontr que
le KLIT vaporis ne tche ni ne
itte les vtements les plus dlicats.
PLI T dtruit tous les insectes qui
infestent les maisons .
A l'aide d'un peu de FLIT va-
poris ou extermirra les mouches
moustiques, punaises, caii'relais,
fourmis ainai que leurs larves,
FLIT pntre dans les fentes et
les crevasses o les insectes se lo-
gent et dposent leur* laives.
On peut aussi vaporiser le FLIT
sur h vtements ;car il tue tous les
insectes et leurs larves qui piquent
les vtementr.
Pour dbarrasser une maison de
ces insectes nuisibles il sullil de
se aereir de t FLIT* b vente par
tout.
si ANDARD OIL OIMPANY ( NV.w Jrasw }E.U.
Distributeur; Weal India Oil Company
Ma/M i ipmM
MABQUK DPOSE
DETRUIT
Mouches, MoQSbqaaf, Vers, Fourmis, Punaises, Puces, Caicro'ats.
Besueoopi'sutroi luctai et t:ir;- larves qui infestent ! raiisou*
WPHjvo,;L^, W WMMW. l:~m
Emj.Le Boss $Co.
Agents Gnraux
M :*1 1 #i^Ji:. i rjf IPiigpT^gi^l^iL'^lt.
i llfc^ imDIiL A- DE MATTIS & C0, B-pr^en^nis po""
fl.i'
. v


qE^ATN 15 eptembn 19f>
Le lait en poulie o plu* n (\
vofue aux KUti-Uait. /^Jn
'our iRiimeii';(toti les l>- $
bf^s et dm eonvaltietotf. &&i
Le seul lait en poindre qu
contient les trois vitnaiines.

Dakar >.
e ripproclunt le
facile, c'e&t l'aliment ida
lomilk
i indisp*
lie et aie
conueni iei irois
isables tlments .1 la nutriiiou.
jlis d'aptes le procd k .lusl-llat
ul lait de vache61 poudre, e r:ip
" -be taler.....
jeu! lait de \acheen poudre
.
cas n m.
i-i valc-r rutiiliv? du % iu.1 .lrmonjrrr_d"- .nu- *rie de c.ts
cou 1~ T , oit W Inuraia nimbr*s de H
*
Criait awleine!.
J* bbs.
!gi reote fh/. :
Vieux. AI"' ^ eu>
j-L. II. i^oat
;KH&Coaipttay Inr.
Diction
I
A. Boit, Raphal Bronerd, %
Savinien Martin, Het.t ioave ^
Geo. JEANSKMF& Ca "
A;en ra
fte Granul Brewer
Oil Td)et
jrajssiiic]
'}, En stock
1:11 stock chez :
Geo. JEANSeME Co. Agents
---------------------------w~ "------------------ ------1n
Telle chez : Simon Vieux, Alfred lieux, Loin
ra, Ed. Estve IT Co,
J. H. lorday.Ime
: V). Battin.
liKk chez : R. iouard,Or:mdHue i.
ii:(',.ll-.\N'.Si,M); &Co, igents
IA, AUIL'U riotix. loik oc
A* lolt, Alphonse v*
L il. Dorel. Petit- .,>
Ko 1709
~jy?
[FAIBLESSE, DBILITE
(.
I :-
!
-
: .4 m i.. t V : .. |
. .. i ..-. ...:. r !.
)RT DU MDECIN i
.1 n.o'n. Poidi: 1 " 6H8.
Apr^i IVinptoi du Virol.
SIROP i",
DESCHIENS
I l'Hmoglobine m
i lUaaarataor da Baag, praaerlt par l'lite mfdleala.
tlarlaaii en i lui ('rrug,n.ux Admis dnnt J. Upltnux d r>-<,
I -m MMui. OKOHIINS. t. Km r.ui .ulrr. AJUS .. ri*mutm
Gens d'autre foi*..
Vieux ouvmir.;
iAK
Pic-ne Eugne
de LESPINASSE
En venle \ux Armes de J-J '"' ". ';""' "u"
,,.,.,., ., , I uuu s 1 M dihl et in p'
Paris et a la Maison ...... OIll vo! e lt,eur guvero<.
m* nt de Itivora et d'i ne etem-
blt'eoetion'If : i;i irtnte iinq noir
Le plbiscite
en Espagne
MADRID, 13 septembre -Les
ii ii e- officiel* du rele-
; un petil .Quand
I I >!l .
i; ne paaait que i
,: \ tenant no fea immtf
i p Lugtm ntpi un ment
i : :'.i'.i 6 M ii Bui\ ml
n tnt iiii bfl l'ni.uu s.im,
. : |ui paa 13*
i ....
I R il. r ,1 l K.
' .'.- Sirop d I '.ne.
."''- 1 \;. i | ; ( .. i\ ,l.i M !r i.lsd'Aliuii.iv
; k ., l m. i I lua i, Aljr.iunr, d'Anamic. d.' R.iclu-
4 i Pbrial.
I ".. s .
W QJUIMTTN W.1 ' M S C \. Pon iu>Ptaae*| H Vflt, Boitr Pil 147.
il I.TI>.. II.1 '.':.'. .. ir
j.iv.i.i-.i-.1. ir e< olflciel* du rate- -\# H \ I fli l'^ftf
SS?K3 S Golombian Stsamship Co k
ont vot en tf.eur lu gouveroe- ,v
m* nt de Hiver et d'i U" as*ein- v&rA
blt'e Dation "le ; q\ irn.trt i:M| poir >
ont d s voUm, laieut dea lein-
u:es.Les fooc'tOQDair'H du ;.uv.-r Vjjj/
nement oi.tv :i ci gra d o. mi r qX\
^- ^t'uii! Idal
Insurance Co
nedes plus fortes Compagnies
canadiennes d'assurances
sur la vie.
Eug.Le Boss & Co.
w^^i^^^^
fiS a '&'k'k'k&&t< &&&&&&&&&&& A i, -- -.- -.: -
h
Hina-Whitesnow-Hennites
Pilule du DrDel mut!
JeBa a prendre,
r*" provoqac iBi.u d, ^t
I Suppf,maatIadja,s>
e lc rfbllita p (fl BJIldt
La ^>WI "" *"repo' ta """'. I
"" "UM Perla 4e fm. '
I ait. P1.' ***** ,0 ' BllallM,
w eif, par coniqaeat. moioa coire.1
K)SE: waaTivi.taeni.raa
LaxATiva, piigl#
Avis impoptant
Avis est douo aux pres et m-
res de tau ille qui se prparent
envoyer leurs enlants en classe a a
rentre d'Octobre, que le magasin
Moderne de Kawas BERNANOS,
Hue du Magasin de l'Etat viout d
lec voir uu lortetoel lenoovel'ei
miii'handi-e- qu'il m't en ve i'e.
a p;.rtir ae ce Jour. Pet co-si1--
queot visitez le nvgasin Moierna
de \\ .w s Bar ans s avant d'elle.'
aillaoi -.
Le m son a r : .U'-i un b assorliment (U ii s poil< eotiew
prix sans concurrence.
Les Seules Peintures Inaltrables
Avis
'Pilon
tte^rfw
P-^riBce
porUnieU''* l'fc'"'UM8 convenablement appliqu lecouvre 700pieii caris de surface. Voici
C Hcee o notie peinture a t employe :
glise Saint Joseph, Poil au Priooi -Kg'is de Port de Paix)
Royal Bok of tenada Banque Netioaalfda la Rpublique dHaiti, Port
^"'Publia- U*!i(lue -^'iionale de la Itpubl.qiie d llaili, ux Cayes Banque Nat onale de
-** .Naia6 '[ti Pelit-GoAve -banque .Nationale de la Kpublique d Hati, Jrmie
iUju w" fc de '" Rpublique d'ILm, Jacmel Compagnie Electrique, Hue \mricaii.e
4Q (iaai ,a ".."ne amcrjcaine Kadio Corporation, Hue PeiOU Htel de France
"lineii r lerinu9. -bamp de Mari Villa D. tnrtinoao, Turgeau Villa Alcide
"lue _,,.,us8eau Villa Lou Djeau, Hellevue Villa Rttl T Auguste, Ption
Vilu '*' moni1 Mangou-'s, l'eu de Chose Villa Maurice Custera, l'eu de Chose
'ia .Viiiie* '
Durant mon absence les moi*
d'Octobre.et Novembre,Me Schoe!
clnr Jean Louis en son otlice, a
l'tage de la Chambre de Coin
merce haiti'enne. Kue du D.icieur
Dacte Uestouches, e.-l iharg de
reci voir pour moi toute commu-
nication, tous BOlea gtn^ralement
quelconques touchant me. int-
rts.
Il rmanu PRTERS
Le steamer Martinique^ venant'de New-York &
via les ports du N0l*d est attendu ' Port-au- j^j
Prune le 16 Septembre courant. Il repartira k||
le mme jour directement pour Jrmie en g|l
route pour les ports de la Colombie prenant i
trt et passagers.
Port au Piince, le 14 Septembre 1121
Colombian S^amsbip Company Inc.
Gebara& Co, Agents
1 H r
tt Aluminum Li.;*
^ New-Orlans South America
; .j Steainship iCo loc*
fe( Port-au-Prince " iiii*.i
#
Q- Le steamer "Eidsliorn" laissera "ol, Altklf
^ le 14 Septembre tVockaiii poui 8eW-0.!*' ms8,^
S Mobile H" l'oit-au-Pcitice oi i! e.-l .ulendu mj-> \ijj
#jft le 27 du mme, mois.
Il prendra du Irt a tous !. i ci ^v nomms.
Le steamer brislian Krogh ayant laiss n a
"Orttni le 8 Seplembr.; sera d t'oit au -'itne / ,
le 14. /I
Le S'eamer Horn laissera Vew-Ori;ius la 21 '
^ Septembre directement pour Port-au Prince.
M
Porl-auPrince, le 10 Sejlembr.- l!26.
A- de IATTEIS i (Ut
Agonts
s;>
v
Vill
Vill
Villa Antoine Talamas, Pe .
Hoaolph Uouey, 1', u de i li . -Villa Flcchur naelffle' Tuigeau
Uta t kMbiia i .1 > S'illa Iten iaubert, Bel'feTM
Nilla.Mme..... H i.uiicourt, Hellevue
Paq i a Villa Mo fl. M,.rei, Bellevue
" Lr Phbau i, i.u min II I .... Vitln OawaW Braadt, rsidence
de
le.-iat n Patq i er, Viliu Mo fl. M>.rei, Bellevue
& or rhbau I, i.o> min dl l 1 aties Vitln OswaUl Brandi, rsidence
'NlturMr ",ird. l{oi Vejaa Villa Luc Thard, Avenu John Brown
UrCS u.S'oli0M Arthitacte Geo Bau^san Les meilleures construi Uons architecte
uniel Br"n Les meilleures coustruclions architecte Lon Mathou
^ommandej 0u tout autre reuseignement, s'adresser
Geo. Jeansme & Co
Hue Frou, en lace de la Banque Nationale
ON DEMANDE
In ngent de Commission
ayant dis relations,avec des
>i noierics. Fabriques, Maga-
sina O' ;as etc.
i asd'chantillom porter.
Commission variant de 33
L 10.10.0 par article wmlu
Revenu ii\c pour un corn*
missionnaire actif. Rpondez
la premire occasion :
Box28JF. T. B.BK0WNE4S
Al)Vi;H'IISINCi()Fl 1CES.1G3,
Qneen Victoria Street, Lon
dorL E. C. A. England.
Bar Terminus
Pro pritaire : nH
A.WiJmaQr L
A l'hounaur d'informer sa^bienveillan'e cientM. ?%
qu il \ nntallc 1 .Ha p de son tablis enaent, un salon >&
excluvvement riser/ aux lainilles o l'on trouvera I
des consommt on 1'pr^mi^i b v ou 1 lunchs
seront servis sur I -ian le.
Tlpl.on. No 78S.

%


MATIN & 15 SEPTEMBRE 1926

5?
fi
fi
H
fi

fi
fi
fi
fi
W!
fi
I
a

fi
Propritaires d'Automobiles.
Souvenez vous que les pneus
1rs plus oliiles. et les txu il
leui 1 lulies ont fabriqus
,. : FiRESTONK.
Kireslone l'ull '- Ium
Dipped lia lin m ;oil l< s .
ounus 1 li lu? lecheivlii
En sloi chez si u .i; n '
. trouverez loute nen-
lions de pneus Rgulier.llenvy
hiiiv. Bal loon, Higli Tesl
tubes el patches.
!.. PBETZMANN-A&EBH Plus de kilomtre ave

par Dollars.

.:
frt.
'
h5*


.;


S-
fi*
8*

tes talons en caoutchouc uood ear, (t Wimjlool i^oni <|a|oi|
kestime et la considration dos yens de partout,po leur conlor!,
leur dure, et la beaut d leur apparence.
TbeV'.estlddies
POB-lHWHCE
n
O
trading ,
OHMVES. I

1
/^-
.
Maison
Prd. Gaetjens
N<> N7 Rue, Roux ou Bonne tfoi, No 117.
Ttcphi nc.C)ii'
ON TROUYHA:
Mcool Ha pour I |ii*ur. &orrs H?c blanc roi g i;."-1
jt dtail "vf'.' granul amricain.- Savon ;>.ir raiaM ii fil
ittail. Ru priai .t parliwt* Hrop, Orgtst.Gieosdiae,
lie ( ci.- ) Cigu-stts CI10 (si 1 ld, Ctmot, Chaotsclsr,
Jtartatton. Mticl>eHr qualiU luprburt. Conserve" l-
aienUirr. f< ieus par livre tttti su poudre. Wfeky.
Bien l'.ii/11. 1 b l'.iiHinpiijsne Mssrfl1 P t- I 111. Cbs.ro-
psgss qui ptnl balt 1 r wc svsatAgs t*ta 'io'porn qu'ail
irai que ds la il c lia-rpagD* Lauaos. Psrfnsasrs
Vin liium | buuleitU yalloii Vin roiiic iun- bouleillsa
et gallor*, q nli' 1..-. f f Clair n tu lue par i>Hiri-)u- s
t suPo'Ki l.nii 1 li '.t,m\ rUium N'1 n". fit ^ sas uiuim
ISOlCUta M'1-.-iic-'' Vliii r. t|.-i n- ii.i i|>'1 .
Vunsi Ihlrt ii> m.mIc, roua 40 lotlircj satisfait .
ut
d
l
1
Ce uni n'a | nnuis t rail
t qui ne peut tre dpass.
Koiu Champagne
i- Sjourne
I n'-r.!r dn. ii< s 1 ondilions ii|ourfiieH
D'ASEPSIE
Prpai'atioii et Vente
Pharmacie F. SiJoll'A'i,
1 . Houx <

4
S
i
fi
fi
fi
fi
S
fi
fi

fi
fi
fi
fi
fi
fi
-
Vouloz-vous avoir des Dents
^lalanlcs de blancheur !
ET DES
(jencives (oujours saines
Employez la
TRIBORIiSTE
Poudre Dentifrice-
a
Suivant la fni!|
du Docteur
Q Gnerrit'i'
Ihirurgieu CfDiiste
/> l'Vnierait de
Montral et de la
.l'diul!, ',/( .1/ Mir-
eille de Varia.
V.\\ vente partout
et ii 11 Laboratoire
de la (Triborine*
~, Uni- Blanche
Paria
En vente partout, principalmen/chez^MM. Maurice
Etienne fils. Simon el Alfred Vieux. "
fi
fi
fi
fi
fi
fi
i
fi
A
fi
*:
*f
fi
i
fi
fi
fi
fi
M
';;' if i : *s$h
(mtlmiinlp!
peutent se conserver dans Wt
leur charme et beaut a m
-INDISPENSABLE POU1
JOUS LES TISSUS
UELICAfl
. r. v.B-~ '.,..

Se vend aux Cayes
chez Vve S Sentirai.
tRBAMWRT,
110 Rue des Csars.'
; .. ? v m v v v # $ $ # # i? ^ 4rt 4T& f9 ^ ? ^$9% a>^. i^J'aprth


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM