<%BANNER%>







PAGE 1

I F. MITIN— 10 Septembre 1926 URODON •T Rhumatismes Nvralgies GoutU Grvelie Artrlo ObsllcQui V*ut r; -1sf*nn et fvltf U>rhwmll*mt UdurcUt m*nl %  • i i "•• %  ul 7 ihost lultr %  • ; %  usmini i i a ir< '• %  ' '• wrlqiit •:.,• %  l'orgonlsi %  i i onifrl '"" >l ruroaonu %  :• ttt#ur ri'-'f. rrol * ti". nu rvuctniu i NW" t ,,. • r i!.-iKl.-.nM. '* %  y A L '• *'• ...... %  i •••i g Arlli.-. .in. LIN iC JL'.I-HIC. ootm*. IAOH • Four le raid Por8-JVen;-ro^' c par fe* airs Par abla fianais MINEOLA M. Sikorsky.cons tiudeiir de l'u.oplane 3 rao tenraS-35 dans iequtl lecapdaine KtD Foock ten'era le vol saD* le Puih-NevvYork, a annonc a u j o u r d'il u i q u e l'a i i '0 plane et sa cargaison pseroulen\iron *7.000 livre? au'moment du dpart an lieu de 14.000 eefl • me on t'avait annonc tout d abord. Malgr celte augmentation, Monsieur Sikor'ky a dclare que l'aroplane aumitune vitesse moyens de 110.000 l'heure. On "avait cru d'abord que les 110. 000 l'heure tait la limite pour un vol continu. : % %  • • %  -.'. %  v*v*r % %  M, ; \ v %  Les Hommes et Fenunei robustes de demain prennent aujourd'hui FEmulsion Scott La donnez-vous vos enfiab? relie dgnrer en une vritable bataille; les pierres el U utes s,..Us d'ol jeta pleuvalenl dru comme RTI le. B. " pieds rie taade sur 300 de profondeur el tout orme de iardinets el de parterres fleuris. le rex-de chausse comprend cinq ;i|>i>:" lements : un vestibule, un salon, uiusalle manger, un Office et une cagfl l'es, ilier. Toutes cas pices sont ornes da jolis plafonds artistiques en mtal. A l'tage se trouvent : une antichambre, un boudoir, quatre chambres, un cabinel de toilette. %  Toute la maison possde le systme du tout lgOt el une installation lectrique de premier ordre. Il y a des rampes partout. Kau discrtion a l'lan o un dispositif trs ingnieux permet d'avoir volont eau tide ou eau l'roide. Toutes les dpendances sont situes l'arricie de l'immeuble et sont clairi s .. l'lectricit. De magnifiques galeries entourent la maison qui olfre toutes les cornmodltb et tous les eharmes de l'habitation moderne. Qu'on se dpche donc d'avoir son billet; car, avoir une pareille maison pour 5 dollars, i-est une occasion qui ne s'offre pu tous les jours. Mon ieur le Directeur. Avant de partir d'Ilali il m'esl un a.;iv.il>le devoir de vous remercier pour les bienveillantes notices que de temps en lemps pendant mon trop court sjour Port-an-Pnnce, vous ave/ bien voulu publier sur moi. .le p.us avec les regrets de cette ville hospitalire o on m'a combl d'amabilili el de gentillessesep portant avec moi les meilleures souvenirsel impressions le la Bocit si Intelfigente el si distingue de voire Capitale. I.e trait que la Hollande a conclu avec Hati servira de Irail d'union eulrc nos deux pays el aura comme consquence le dvaloppemonl derelati ms plus intimes. En vous le in ;. ianl de nouveau, je pi-ollttj de cette occasion poui vousolfrir l'assurance La ituatton en Epagne Pur cble tranais M \DKID, 8 Septembre — Dans un communiqu officiel publi cet aprs midi, le Gouvernement Mpsgaolanooaea ta leve prochaine de i'tot da ifjB decrtl dlmaoc'ie deroier i\ la suue ae la revo lu ae L'artillerie. Le GoaverBamant aHiruie que la rbellion .v le ccia se et qu'i tous les tablissenisnti d'artilleries : cars parcs, '• rs de rearatioai emine-, oui et: oc c.upspar dos foices armos en lem placement des srtillau. Ces lorcs sont .!-•• 8 rdaa aivitas, nna d %  sections de l'organisation d<; la po lice espagnole. A la S. D. N, Par cble traneais PARIS, 7 SeptembreLes jour naux font remarquer l'heureuse in terveuiion '>e a la Pokgoe. La situation Athw* Par table franais ATlIK.Mis, h — l n commuai i|ue Officiel aunonre tjue des nu-n les Diililairea ipriales onl t p'-i D s m i iiiB 'i in acte sravs dm u iciplino e la part de la <"..ar'le P.public.iiii^ : la n BTCtW hier sale l-'auhour^j d'Agliia Parastavi. /r-WhfHsr &-$W{ • ka.XL.g .fl.n r i/i La grve noire en Angleterre Par lble franais LONDRE*, U S pu .i i %  -Le Cio ivaroement bi itacoi,• %  • i d: i d de ngocier i • a le-tnln*ors eu 'eh irs des or. pritairai qui re fusent un accord national. Une conversation avec Abd-el-Iirim Far cible traneais l'AiiiS. 7 >e,,tein!'i' — L'Echo de Paris > r produit une conversa lion d'AbJ el Unui av#^ i.n ol i (ici IVanqui ;• PU lieu I) Mu .. nier Le cliel lilhiiri aurait dclar ft c. tollicier"le fanatisme religieux a t causa de mon ichec ".Les fran c:;is ont compris la force dw l'on liries contrairement HUX espagnols La France |.e et pus plus UrJ qm deiniia soir, les lio.iiuies dV.tal allemand*ionl enroula pour jeiioe assurs pic ktur d m.uiie, d'ad misai ou ne uuurl plus i iisque d'ocli a c comme i j?sera blce le Mars. L'Allemagne occupa ru tmmdidiecneOI aoi a.ge Je m ambra permanent au cvassM de la Socit pour les sances pr chanes. Avis son Les cranciers de li Abdallah SaloiDOB sequ ds oui nu dlai de jours, partir de celte dposer leurs titres <_ au i; relie ( | u Tribunal( re Instance de ce i au syndic provisoire. Poit-au-Prince.ceHSepl Le Greffier, L TinRoyal Mail Steam Paeliul ijo.ii j i.t i i y de el distingue ma considration de mes sentiments dvous. d'ARTULACT BRILL 5 Mntsfn ous la prsidence du roi Al phoaaa, a dcid que l'Espagne donnerait ? dttiist'lon de me m l.e de la s. D. N. L'intention du g uverasmeut tait d'envoyer aasl tt aprs le conseil de cabinet une communication Genve anr.on cent qiie 1 Bspagne avuit dmis sionn.La note a t crite et rel jie par le gnral l'iimo d-.Hivn lui mme eu co leb.-rafion avec M YanfUtfi m ; t istre ai t flairas trangres, etlf note reproche a Socit son n anque d gird en ••.-ea starpent 1 i te slaaajsar "•-ea earpsni • es attaadaetaeuisl, le t sdUrao ser, Pur! au PitacN le ii cousant, pseeMl le U4 pour les ports du aord et l'Europe. Le steamer "Tefiot' est attendu a Jacmal, le "Oclobrt proCbata. Il sera .1 Huit au l'iince, le 11 du m ne mois prenant le Ir-t DOUf e s ports da nord el l'Europel.e steamer -t'.ape St Luciaest attendu Jac.m-I, le 8 Octobre prochain. Lestconer -'Cuiebra" e t Stb ndu S Jacmal, le %  > novembre jprochain. P >rt au Prince, le 1 bepitmbie VM ,.D.ULDERJr Agenl Gnral pour Hati A ViS S (.H (V' IJl'l M : rie d|j porls inaritiumlj • Le steamer '' MODI-I ne.nt de Marailban ra fort au l'r.nce septembre et repirta( jour pour Cuba prtasll Marseille. Port-au-Prince, le21 L'.Agent, Geo. de Comvuunic nii l.c steamer "Ora de Bordeaux le ailcndiia Port an courant. Il repartira main pour Santiago et les porls du Sut t :t suite de Htisi lisea l'arrivedi |orla:i Prince. lire 11)26. J. i nt,E RO le! in, lloro Le bateau • %  Wmi de l'HJurope *, Paerto PUta •' nori seiaiei veral en rrutepoarKW rr in KO Cltj et u fi! e^ pas*ger. OL0FFS0N, m port •au-Princej'caliaie i Bicyclette %  Dinianthe mutin, deux cyclistes. Lon Dolniv et Gdob Piere ont lait, bicyclette, une randonne da Port-au-Princa a l'Arcahaie. Ils ont parcouru les IN kilomtres nul sparent les deux villes en '1 heurt s lll minutes > compris •> arrts en cuirs de roule. Le lendemain les deux c\ilisles qui inontaient des ni.ichinas le la marque Sveltc sonl rentrs la Capitale, couvrant je trajet dans le mme te nps. Nous flicitons les'deurfeyclislat pour cette belle perlonuance A vendre pour cause de d part une automobile Dodge spciale l'lut de nem el un piano marque Schomacke 'l'adrraatran Cable Pranait, $aom6 Le soin et attention que te hommes et femmes donnent leur apparence personnelle sont inutiles •i les cheveux ne se prtent rendre l'ensemble une apparence uniforme et harmonieuse. Il n'est pas possible de crer une bonne impression avec des cheveux desordonns et dcolors. L'effet de l'eau est momentan. En 'vaporant elle laisse les cheveux dsech et fragiles. Les pommades, cosmtiques et brillantines les font devenir graisseux' et glutineux. Le Stacomb au contraire les rend souples, adaptables et leur donne un lustre et beaut naturelles et une lgance exquise. • Un jeu de tc-nms. une excursion en auto, un soir de bal n'altreront pas vos cheveux du tout si vous appliquez un peu de Stacomb. Les hommes et femmes lgants et de* bon got n'emploient aujourd'hui que le Stacomb. Demandez le Stacomb en crme ou liquide dans les bonnes pharmacies et parfumeries. m Agents Gnraux A. DE MATTiS & C0, *'r-** w "" ? i'



PAGE 1

LE ilATN m Septembre 19*^ Les Voilures Automobiles KEO Sont les mettl :*>£,7 l •es Parce qu'elles sont les plus jolies el I w !" v plus luxueuses m Elles sonl les meilleures parc' qu'elles sonl les plus soli le* Elles sonl les meilleures parce qu'elles sonl les plus eonmrtables. sont les meilleure i |> iree quelles s m le pi ... M ij i • ..V ionl le \r.6 11 m s | r.rce qu\ il. s r.ccssHc.1 1 llx < f'onl .Snlii .1 .. %  i: si i I let qualits clusives des voitures m s (le ivjiii'; lion. M fc *r m$ 1 il/y/# %  l IK qui veulent tr< ren eignsur ta paiwainec l ImirtfoiKcAet teur RAPIO tsaUrewsef : "'^ nombreu c plerins qui, le mois dernier onl eu assister A ta fte patrons e de Vil If-Honneur. D'un Immeuble tage eu briquas el macounerie sis Jrmie, angle des rues Edmond Laforestel Honor Fry, mesurant 18 pieds de protondeur sur 24 pieds de largeur. Le ras de chausse a des portes el feutres en fer et nue hauteur de 18 pieds. Lttage comporte: 1 grand salon, 1 salle manger, 2 chambres donl 1 avec cabinel de toilette, 1 Office el grand balcon devant el toutes les dpendantes utiles,le tout fonds el btisses. Le Cercle xcelsior occupai! l'tage jusqu' rcem ment. La maison est libre de toute hypothque. 1..")()() billets a or 2. ( coupon l dollar ) Le vritable gros loi exl l'immeuble el 33 lois gaulants en espces.Otte rafie sera tire A Porl-nu Prince, le 19 Dcembre '92o. Sons le han! contrle d'un comit compos le MM. Eugne Marais, Trsorier, Charles Moia\ la el Victor Mai thu-auLe Prjprilairc : ALAl.N LA II \< >', I Le Trsorier: li, ,.,:M: MAI,AIN Les billets s ml en vente : l'oit nu Prince; (lie/ Si mou Vieux An ijaves de Bordeaux An Bmi March, Lopc Kiveru Htel de France Aux luves de d'tlaiti Mme \. Douyon. liaf International Mme!Ihurles Vorix 1 f A l'Etoile, Urand'Rue). .1 Jrne — Pharmacie Bru tus, VveA. Lavaud el Elit* Les luge RobertLaraque x. C". Aux i.uijfs Dr. 0. bavard, Emile Martin & C". P. N. Neptune. Samuel Pressoir, lloeourl liera ;. ; Aux lion,unes. —Thophile Wel. Ahel Lacro x.Pres soir Bayard. .1 Jacmel Christian Neptune. | jtimgone Tovar&L", l\ Gousse. I Aquin -• II. Uiglade lils. Les billets s'enlvent rapidement, dpchez vous. m W ,-/ (m Oie coartorire d'ici soulage le Catarrhe par des iohalalioos Celle daine de Porl-au-l'rinee adopte l'onguent vapoiisanl qui l'appelle V1CRS VAPRUB Madame KucarUle i.alixte, Hue des Csars No, 01 i Port-auPrince, dsire que lout le moude sache de quelle faon elle s'eet gurie du catarrhe, Voici .ejqu'elle dit: > %  Avant que j'entende parler du Vicks Vaporub, je souffrais coutiaueUemeut du catarrhe. Aucuu ui leciu ue pi,t me Une couiuisul j* pouvais m eu ueWr*Ke el ions les rvuStt %  taaya u* UV„VM„< apparie uusuo re-uiui. Je me sm-* .nuis pro,u. uu .luntiihm de Vuk*Vaporub. ci jeu eiubaie tes vapiur cjuune indiqua sur le ino i. vt e ..pu>.. je aie sentis bcau'-p mieux iium lute ueut ,.pr. -s. c est pourquoi j'en ai tebe t .u uoi, ce qui coutr.bua me gurir eonptttem nt •> Il UIIU do Une lundie uu peu de Vickl dai. uue cuiller a caf ou daas uu gobelet eu elam et j'en Inhaler les vapeurs, applique/ ^aleu.enl un peu dni les nariu.s et renifle/, le bien l'imrieui. u-: THAIILMLM L.\ IJOIJILLOIHL t'naute mtl.ole ••ousistc a mettra une enillerfede V.cka dans une bouillon e pleine d'eau bouillante. Mettez un iourral par dcs.-us la tte du pahenf, en c. nn.nl au**l la bouilloire de T on que les v a po„r> m.dicanunl,; es a elles ce lcau boollJ lantt Miieot inhaleen ni. me temps LOB ne prtend pas p.irir cerlatn.i malade chrooii que, avec V.ck-, maie .. dg>f a lei voies respiratoire! ,.„ • &f I iwnnea, re la iespirat>oa etside la patient dormir U trailerncnj persilaut el continuel apportera loujoun ife ,o ul Istl >at:-fai:ai-ts ' POUR AUTRES RHUMES Jj'*'!" aaifl lionne sur la gorga el la poitrinr. V 1( K e>i Kl ,lemenl euelient pou, u, lUmH da ruj les maux de go.tfe.Employ • de eette maaire! Il egi mun la i peau eioMM „., cataplasme' .attira,,., leuaionatl meurtri su| .-• Lee mrei avant de tout jeune, ealante apprtaeal Vkka pane.,., il eetapplxt4rieuremeQl et qu'il at ddrani* DM aiUM ,1 itHIC ti Cf&£ J**S W /, ^'.oi. Irii,.,,,, fond ,t C *#.5 MF / '0^. • /_ 18jl ^&<*%% 7"'\ RVEILS r V/"l de qualit suptr^tufe ftM %>,""PENDULES gar*nt,i ^j. tJ'.loju to"t|Helarl u .!(H>rM < v \^ Bar Terminus $ mmM. >*m ^f^mi^]' Propritaire : A.Widmasr A l'houneur d'informer sa Jbieuveillanle clientle qu'il a install l'tage de son tablis sment, un saloa exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera des consommations de premier chejix et o des lunchs seront servis sur.demande. Tlphone No 780. >*>>,.



PAGE 1

Mvri.v iosElEMBI Ei" X| %  &&&&&*$ fcg ****4*4Jfc.t$ aiiS$**ttM.mtM:!$a&ffflWM&| /• 'St&fabtt a?^'TT %  J^fr-•:.%  "^|ps *-r? '"?^ : J !£?^A£~£iS Se vend aux chez Yve A S spr t .-ci-*. ^-* %  89 *. %  &f > tv e* n jy^ 1 Le Rhum Nectar .V :(.>"' i.V. LA MKl Rhum .M t.irA J I •_ ; y .. vis />.-.<• f.-ii e rwiMrvrr oum rur n %  -; %  i „ •:. %  /•: v.-.r: E POUR L'S LES TISSUS DLICATS V : %  %  • %  '' Agent Gnral Rue desbronts.Forts Nos U3-il L Verret JVi 1822Rue (lu Mauastn de l'Etat Si rrommmujoiirsmmep'aoution,u vieillit par l'action du temps dans les dpota • j rigoureuse de tous dangereux Secrets de l-h" et sans adjonciioo d'aucun irgrdient d'usine jugement de la plupd.t de nos .Nolabild HAd'ic^*" 1 vaut l'app'c atiun de hons HtiiuteDif. la mmmbl % SI %  sa Marchand Tailleur I . %  ;.' Maison Frd. faeljens Ho 117 Rue, loux ou Bonne Foi, lollj Tlphone: 7 ONTROIVHA: Alnool fi %  ooii'liqueur. ^ '"-e II ci ti> ,,et mar n • t iWail ^ilT' 9TMIII'I 1 m^rictin.— Sjvo i Dr r-j.*^ rf't I, Pij pRT >l pur livre. "'inip, OrgMt.ftiu Pt> h ( etr ). — ' %  tr>rett<. rii^-terfi'ld, ('.mal, r i* Puni Uon. — Mn" !•/ faire une visite, 70us ta sortirez salUftli. CAF de PREMIER < IRDREDANCINGH10HI A LA II.NO : On cocsomme les plus dlicieutM liqmM danse au-ou du plus entranant orchestre. Le S une.Ii el| e Dimanche, voule/.-vou! passer oM soire'.' a A Ile/ ;'i latino. Hue du Magasiu de l'Etat, prs de ls Uanqui R (ublique d'IUiti. Tlphone 769. Autrefois on ne connaissait d'autre remde contre les Maux de Dents que F ex trac lion douloureuse. Aujourd'hui, la plupart du temps, il suffit de prendre une dose de Eo v.ited*ns toutes les Pharmacies* Dp! •• Chez R. Sladermann & C 0 Agents 9 110 Rue <<*s Csars.| 4mmm*mr VIIKT



PAGE 1

f g tfriM' -r tu* rxur liiliECTELH PROPRIETAIRE iMPRlMEL'F. Clment MAQL01RE BOIS-VEI.N:. 1358, Rn* Amricaine, 1358 ]U NUMERO 220 CENTIMES me ANNE N'eUtt QUOTIDIEN TLPHONE \ 242 PORT-AU-PRINCE (HATI) De mme que natre est une chose naturelle et que ressusciter est une chose miraculeuse, il? mime aussi naitre la nie publique est dans un peuple, teffet des lois qui // gouvernent la So< it : mai* ressaisir la nie puhtique aprs l'avoir perdue, e est l'effet d'une rgnration qui vient de plus haut...de Dieu R.P.LACUliDAlHE VENDREDI 10 SEPTEMBRE 1928 monde entier se transit pivote sur des bases Iles. s les peuples aujourtempresseirt le rejeter pries uss et les vieilles un politiques dont la J et les temps nouveau \ A Sont lies ont montr !'.t, pour ire lu-ici ier de* Bls nouvelles adc.juales (plusconformes a leurs asJions nationales profond. lotlilices. la conduite de chefs iqui-'s, cpiou les appelle hire ou autrement, peu t! chaque peuple selle dcouvrir, l'obscur Ll Wir,la roule,si pineuse J plisse tre, qui mutile lies grands idaux dont "ient lu grandeur et lu rite de l'avenir des ua^fcl, ds qu'une main, %  ifanble point, lui indi"eroirte, il s'y engage lejiflicultset ein billion liant sans regret Hchemin toutes les tiques qui aloimli%  t on pas. il y a marche l^Mdkrnie ve.s des liori plm rges e adrant M Mes nouveaux beIpMcs nouvelles exilai lui impose sou J*de peuple, .sous la main df 1er O'iniest unercbeen kactivit. la vieille Eslg| commandement de l*Kivera. a secoue au fc poussire millnaire '* institutions po''urquio, que jadis, %  Ton dsignait parle f clbre d'Homme J • vsl lanire eau f* nc fquelu prsentait '•'-flia.onareerpiles •nyepcim la maison Pjfux Codes de l'Is"le nation ne peut, >le PS,pre(e.ulreaune '.dans la libert et la 8. Ciller les yeux *., h p ^ns. Elfes aue rla,recomprenJj^psontcluugei; '^veaux et que ft^^desejuiconHw-etencpre!%  J We social, avec ni,devo11 ravir Rvons fa.W en. f PPulairs pour C n d eGDa 'bres fcv dl f Sl encore •* rcrlT i P ( I U . bien RlC 1 "" 1 l ,olili 'I"e ^lgislatives se' surdit polititllls l*u peu, tous les peuples lendent a se dbarrasser de ce systme, qui ue reprsente plus leur desideratum, p ur le remplacer par une forme plus concrte, plu-, nergique, plus expressive de la votante netiutiaie. Voyez l'Italie, I Espagne, es tant il au.les. ,.j France elle Hjuie, la France, ce berceau du parlementarisme vient d u du; uer a-.se/. vif i bleinen t qu elle croit u la dcadence de cette forme de gouvernement. Aprs u retentissante ferlin* de la politique du cartel radical-sociahMc, .est M. Pbincar que le prsident de la Hpuoiiqae franaise confia la mission Je constituer le nouveau ministre qui devait gou verner la France. Or, Mpomear appartient;! uu parti qui a ptltlu la majorit au Snat et a la Chambre depuis les laineuses lections du 11 Mai 192-1, malgr cela il a pu constituer un cabinet de coalition nationale, vritable habit d'.Ar lequin, mais avec lequel il gouverne eu e'appuyaul sur une minorit parlementaire. Le l'ait est unique dans l'histoire politique de la France. C'est uu exemple convainquant que dans les moments ue crise, comme l'heure des rformes dcisives, il faut avoir la force de supprimer les intrigues des parlements et *le se passer des longues discussions de tribune. Mais dans cet Univers en marche vers plus de lumire, lanc la poursuite de nouvelles mthodes et de non veaux principes, nombreux parmi nous sont ceux qui ue veulent point que noire Pays soKde ta cohorte qui monte. Chaque fois que le ilouverucinent s'arrte a des rformes qui, pourtant correspondent des nesoilis rels du peuple lia tien, les critiques pleuvent dru comme grle. C'est un toll indescriptible dans le inonde des adversaires qui,de propos dlibr, voient tout en noir dans tous les projets, tous les actes du Gouvernement actuel de la Rpublique. Ce systme d'obstruction politique systmatique est des plus rprouvables. Si certaines rformes, l'application de certaines dcisions blesseul des prjugs et des coutumes, lsent les i.itr.s particuliers, l'on doit comprendre que la vraie civilisation ne s'acquiert pas sans heurts, sans froissement, que la prosprit d'une collectivit Le peut venir sans que des intrts particuliers ne soient l ses. Fort heureusement le Pr sident de la Rpublique ne s est point laiss troubler par les clameurs, les injustes critiques de ceux qui veulent '| i .nid mme que, comme le chien de 1 Evangile, le Pavs retourne ses vomissements. Dans un large geste de de mene, par un des plus grands actes dont un cbel de gouvernement peut tre l'auteur, le Prsident Homo a proclam I amnistie, confondant les adversaires de on gouvernement par c e noble oubli des haines, des injures et des calomnies; puis, rsolu.lient il sest retourn vers les rformes, dcisives. Ou-iiujiorleni les cris, qu'importent le, clameur.,, L'œuvre qui s'accomplit n est pas une œuvre du prsent C'est i avenir qu elle conditionner*. Au cours de L dernire ses •ion lgislitive,le Conseil d'Etat a vot une srie de lois, sanctionne plusieurs accords diplomatiques dont les riulUu.4 et les effets heureux ne larderont pas se taire sentir dans la vie conomique du Pays. Paries lois de grands travaux publics vont tre entrepris dans de nombreuses villes de la li publique, un grand nombre d'hatiens y seront employs; l'on sait que, dans les pays trangers, les gouvernements pour combattre le problme du eliomugJ et le dsœuvrement des sans-travail nempliqent pas de moyeu plus cliL-aie ni plus utile, de nouveaux Dispensaires ruraux vont tre tablis dans divers points de la llpu bbque. L'on ne peut pas nielles services rendus par ces ta Pl is s ai e nt aux populations rurales. De grandes amliorations vont tre apportes aux llopi taux, aux coles diffrents services publics, un quai va treconslruil Port au Prince, UU Wharf a Petit-Cove, de nouveaux ponts vont tre jets sur nos rivires. II y a une loi sur les chiens qui cre de nj:i veaux revenus aux Communes.Une nouvelle Convention commerciale o de l'avis gnral, toute les clauses nous sont uv.mtageuses.a t-sigue avec la Krjuce. Avec l'Envoy Extraordinaire de Sa Majest la Heine des Pays-Bas un accord commer cial qui procure notre pays de grand avantages a t conclu. Il a l tabli un nouveau tarif douanier dont au tond, le but princ pal, quoiqu'on en dise est de simplifier I. -s services de perception des droits ddouane el qui, par des surtaxes apportes aux articles de luxe dont on peut parcou squenl se passer, nous enseignera l'pargne et diminuera la chert de la vie. Lu liste des grandes œuvre i accomplies par le Prsident llorno depuis sa rlection serait trop longue numrer ici. Ces adversaires peuvent certes continuer leurs critiques intresses. Nul ne prtera l'oreille leurs voix passionnes ; cor, un principe do mine,.aujourd'hui, le gouvei uemenl des nations: lorsqu on est le chef d'un peuple, on le prend par les paule*, qu il le le veuille ou non, on le force s'engager dans la voie de la La Supriorit de la Corona •est, •££ Voici quelques uns des aven jpj Ingcs mcaniques de la CORO w ( ij 1 ). Echappement extn >v rapide permettant les phi; •Ctf hautes vitesses daclvlo-iaph fiques. • 1 ££ -)•— Encombrement et poids ( Il kgs. ) rduits pour S •JH transport tacite dans un lgant lui-valise. sjjl •!)•—Retour automotique du ruban bicolore. VI 4). — Mcanisme incassable, T.-< •Cl* 5), .Clavier pour toutes langues, tous genre d'l'A fcjenture. W --1 li).-Visibilit absolue ;de la totalit du travail en cours d excution. ENTKK/ l'Olli DBMOMSTRATIOff, CIIK/ : MAXWELL A Mon FOHE: 876 Iffllre œL civilisation, et on l'y conduit uergiquen eut jusqu'au bout ilu eliemin. C'est la seule ta ; m de remplir ses responsabilits de Chef de gouverne n ml. 1 i Annacius Albry Jean Directeur-tondaleur et Propri taire de la Revue Illustre i fonde en 1900. A l'honneur de solliciter d e chaque cœur patriote sa gn relis souscription en faveur de son A'm .-m tch national avec bloc, historique et religieux, posr 1 An 1927. Les nombreux patriotes, qu'il renercie l'avance, race vront en plus le C lendrier de la i Revue Illustre . Les souscriptions seront verses la Cordonnerie Ernest Camille, la Conseie ice, (rand'rue prs de la Poste, N* 1722. Prire d'crire les no us lisi blemcnt. Port au Pria e, le S Septembre 1926. Lu lum sillets Heures d^Et Apporte \a rrislaui im Kl IM tfrrrs couleur de stiijt ; til <|ue mire amour u prnUiqt ( lsis les un [jiih f\ai| i. i. Des rues les rt*** enrur Je les aarmen ANSELME53 Une des Caars. iURICE ETIENNE fils Anyle des Hues du Magasin de l'Etal el (tes luonts-tarts NOUVKAI-'TKS, MKIU.KIUK, PAKKUMKRIK. J****.***.^***********^ il i ... a vu les aiguiller de l'horloge de Sainte-Anne reprendre leur marehe. Chacun peut y voir l'heure en ce moment. ... voit tort souvent le sou-des rochers ngliger d'allumer les lanternes de leur vhicules. Ils peuviut occasionner des SCCidi'iiisdonl ils seront lespreinires victimes. ...voit, la rus du Centre, uu petit salon discret, coquet, o tout est dispos avec got et un art exquis : e est la photographie. Asceneio. Pnetrea-y gracieuses dames et lgante messieurs ; l'artiste, qui a pass inaitre en s >n ait. vous L-ra voir tout plut beau que vos yeux ue le voient ... verra avec plaisir arriver octobre pour voir l'application de la loi sur le chiens; car, ces animaux fourmillent dans lia rata. Mardi soir, vers 10 heures 1 J, N'OTHK CElL a compt jus. qu u 18 chiens qui prenaient leurs bats sur la voie publique, rue les Csars. ...a vu, l'alnianacii qu'Albrv Jean, le Directeur de la Revue illustre prpare pour 1U27. Lss feuillets du calendrier contiendront, chaque jour, une notice sur un tait de l'histoire d'Haiti. ... a vu, hier matin, la rue du Centre,deux gamins qui se moquaient d'une pauvre vieille femme qui demandait i'auiaone. ... a regard ces gosses d'un mauvais... iBil. C'est si besu des entants charitables et qui respectent les vieilles gens el e'est si vilain des coliers qui rient de la vieillesse et de la misre f ... a vu, samedi dernier, un inspecteur du ... arriver a ,Sea Side 1 ilii accompagn de 2auies. Le galant et ses deux lgante s'tablirent aune table sur la pelouse, face la mer bleue miroitante des mille reflets du soir magnifique. ... vit les garons s'empresser tt vite arrivrent les larges plateaux chargs d'exquis ralraichissements. L'on but et le gentleman rgla la note. Mais connue le ciel tait beau, que | f parlum des Heurs el la musique efln mer invitaient la joie, on recommena. Une nouvelle Tois, les plateaux revinrent chargs de verres. On rebut ; l'air trais de la mer mettanl les htes en apptit, l'on mangea et, une lois encore, les garons enlevrent verres, cuiljerset fourchettes... Mais. Nonu ŒIL vit I Inspecteur pcofiter d'un moment d'inattention et sauter avec ses amies dans sa petite voiture, el fouetter le cheval tour de bras et gagner le la.-g, de toute la vitesse de ses quatre roues. Voulant viter le quart d'heure de Rabelais o arrive la carte payer sous fol] „ arquois des garons, le bonhomme avait pris la fuite... Il court encore. • • ... voit le service des pains a I lectricit de Lop Kivera marcher comme sur des roulettes. Le public est ervi souhait, personne ne se plaint et tout le monde sort satisfait. ... envoie u u bon regard a Emile Cuebas qui a organis ce Jservice et qui se dpense sans compter pour que les clients laieiit toujours satisfaction. • • ... a vu. mercredi, vers 7 hs. 1 | du soir, Lalue, toute une famille envahir la proprit d'un voisin et dclauclier une lorniidable offensive contre une autre fa nillc habitant, aussi le quarts Des injures, l'on passa aux coups et N'OTHK ŒIL vit la qne%


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06812
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, September 10, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06812

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
f g tfriM' -r
tu* rxur
liiliECTELH PROPRIETAIRE
iMPRlMEL'F.
Clment MAQL01RE
Bois-Vei.n:.
1358, Rn* Amricaine, 1358
]U NUMERO 220 CENTIMES

me ANNE N'eUtt
QUOTIDIEN
TLPHONE \ 242
PORT-AU-PRINCE (HATI)
De mme que natre est une
chose naturelle et que ressusci-
ter est une chose miraculeuse, il?
mime aussi naitre la nie pu-
blique est dans un peuple, teffet
des lois qui // gouvernent la So-
< it : mai* ressaisir la nie pu-
htique aprs l'avoir perdue, e est
l'effet d'une rgnration qui
vient de plus haut...de Dieu !
R.P.LACUliDAlHE
VENDREDI 10 SEPTEMBRE 1928
monde entier se trans-
it pivote sur des bases
Iles.
s les peuples aujour-
tempresseirt le rejeter
pries uss et les vieilles
un politiques dont la
J et les temps nouveau \
A Sont lies ont montr !'.-
t, pour ire lu-ici ier de*
Bls nouvelles adc.juales
(plusconformes a leurs as-
Jions nationales profond.
lotlilices.
_ la conduite de chefs
iqui-'s, cpiou les appelle
hire ou autrement, peu
t! chaque peuple sel-
le dcouvrir, l'obscur
LlWir,la roule,si pineuse
J plisse tre, qui mutile
lies grands idaux dont
"ient lu grandeur et lu
rite de l'avenir des ua-
^fcl, ds qu'une main,
ifanble point, lui indi-
"eroirte, il s'y engage
lejiflicultset ein bil-
lion liant sans regret
Hchemin toutes les
' tiques qui aloimli-
t on pas. il y a marche
l^Mdkrnie ve.s des liori-
plm rges e adrant
M Mes nouveaux be-
IpMcs nouvelles exi-
lai lui impose sou
J*de peuple,
.sous la main df 1er
O'iniest unercbeen
kactivit. la vieille Es-
lg| commandement de
l*Kivera. a secoue au
fc poussire millnaire
'* institutions po-
''urquio, que jadis,
Ton dsignait parle
f clbre d'Homme
J vsl lanire eau
f*ncfquelu prsentait
''-flia.onareerpiles
nyepcim la maison
Pjfux Codes de l'Is-
"le nation ne peut,
>lePS,pre(e.ulreaune
'.dans la libert et la
8.
Ciller les yeux
*.,hp'^ns. Elfes au-
e'rla,recompren-
Jj^psontcluugei;
'^veaux et que
ft^^desejuicon-
Hw-etencpre!-
JWe social, avec
ni,- devo11* ravir
Rvons fa.W en.
f PPulairs pour
Cn,deGDa'bres
fcv dl fSl encore *
rcrlT i P (IU. bien
RlC1""1 l,olili'I"e
^lgislatives se-
' surdit politi-
tllls- l*u peu, tous
les peuples lendent a se d-
barrasser de ce systme, qui
ue reprsente plus leur desi-
deratum, p ur le remplacer
par une forme plus concrte,
plu-, nergique, plus expres-
sive de la votante netiutiaie.
Voyez l'Italie, I Espagne, es
tant il au.les. ,.j France elle
Hjuie, la France, ce berceau
du parlementarisme vient d u
du; uer a-.se/. vif i bleinen t
qu elle croit u la dcadence de
cette forme de gouvernement.
Aprs u retentissante ferlin*
de la politique du cartel radi-
cal-sociahMc, .est M. Pbin-
car que le prsident de la
Hpuoiiqae franaise confia la
mission Je constituer le nou-
veau ministre qui devait gou
verner la France. Or, M- pom-
ear appartient;! uu parti qui
a ptltlu la majorit au Snat
et a la Chambre depuis les la-
ineuses lections du 11 Mai
192-1, malgr cela il a pu cons-
tituer un cabinet de coalition
nationale, vritable habit d'.Ar
lequin, mais avec lequel il
gouverne eu e'appuyaul sur
une minorit parlementaire.
Le l'ait est unique dans l'his-
toire politique de la France.
C'est uu exemple convain-
quant que dans les moments
ue crise, comme l'heure des
rformes dcisives, il faut
avoir la force de supprimer les
intrigues des parlements et *le
se passer des longues discus-
sions de tribune.
Mais dans cet Univers en
marche vers plus de lumire,
lanc la poursuite de nou-
velles mthodes et de non
veaux principes, nombreux
parmi nous sont ceux qui ue
veulent point que noire Pays
soKde ta cohorte qui monte.
Chaque fois que le ilouveruc-
inent s'arrte a des rformes
qui, pourtant correspondent
des nesoilis rels du peuple
lia tien, les critiques pleuvent
dru comme grle. C'est un
toll indescriptible dans le
inonde des adversaires qui,de
propos dlibr, voient tout
en noir dans tous les projets,
tous les actes du Gouverne-
ment actuel de la Rpublique.
Ce systme d'obstruction
politique systmatique est des
plus rprouvables. Si certai-
nes rformes, l'application de
certaines dcisions blesseul
des prjugs et des coutumes,
lsent les i.itr.s particu-
liers, l'on doit comprendre
que la vraie civilisation ne
s'acquiert pas sans heurts,
sans froissement, que la pros-
prit d'une collectivit Le
peut venir sans que des int-
rts particuliers ne soient l
ses.
Fort heureusement le Pr
sident de la Rpublique ne
s est point laiss troubler par
les clameurs, les injustes cri-
tiques de ceux qui veulent
'| i .nid mme que, comme le
chien de 1 Evangile, le Pavs
retourne ses vomissements.
Dans un large geste de de
mene, par un des plus grands
actes dont un cbel de gouver-
nement peut tre l'auteur, le
Prsident Homo a proclam
I amnistie, confondant les ad-
versaires de on gouverne-
ment par ce noble oubli des
haines, des injures et des ca-
lomnies; puis, rsolu.lient il
sest retourn vers les rfor-
mes, dcisives.
Ou-iiujiorleni les cris, qu'im-
portent le, clameur.,, L'u-
vre qui s'accomplit n est pas
une uvre du prsent C'est
i avenir qu elle conditionner*.
Au cours de L dernire ses
ion lgislitive,le Conseil d'E-
tat a vot une srie de lois,
sanctionne plusieurs accords
diplomatiques dont les riul-
Uu.4 et les effets heureux ne
larderont pas se taire sentir
dans la vie conomique du
Pays. Paries lois de grands
travaux publics vont tre en-
trepris dans de nombreuses
villes de la li publique, un
grand nombre d'hatiens y se-
ront employs; l'on sait que,
dans les pays trangers, les
gouvernements pour com-
battre le problme du eliomu-
gJ et le dsuvrement des
sans-travail nempliqent pas
de moyeu plus cliL-aie ni plus
utile, de nouveaux Dispensai-
res ruraux vont tre tablis
dans divers points de la llpu
bbque. L'on ne peut pas niel-
les services rendus par ces ta
Plissaient! aux populations
rurales.
De grandes amliorations
vont tre apportes aux llopi
taux, aux coles diffrents
services publics, un quai va
treconslruil Port au Prince,
UU Wharf a Petit-Cove, de
nouveaux ponts vont tre
jets sur nos rivires.
II y a une loi sur les chiens
qui cre de nj:i veaux revenus
aux Communes.Une nouvelle
Convention commerciale o
de l'avis gnral, toute les
clauses nous sont uv.mtageu-
ses.a t-sigue avec la Krjuce.
Avec l'Envoy Extraordinaire
de Sa Majest la Heine des
Pays-Bas un accord commer
cial qui procure notre pays
de grand avantages a t con-
clu.
Il a l tabli un nouveau
tarif douanier dont au tond, le
but princ pal, quoiqu'on en
dise est de simplifier I.-s ser-
vices de perception des droits
ddouane el qui, par des sur-
taxes apportes aux articles
de luxe dont on peut parcou
squenl se passer, nous ensei-
gnera l'pargne et diminuera
la chert de la vie.
Lu liste des grandes uvre i
accomplies par le Prsident
llorno depuis sa rlection se-
rait trop longue numrer
ici. Ces adversaires peuvent
certes continuer leurs criti-
ques intresses. Nul ne pr-
tera l'oreille leurs voix pas-
sionnes ; cor, un principe do
mine,.aujourd'hui, le gouvei -
uemenl des nations: lorsqu on
est le chef d'un peuple, on le
prend par les paule*, qu il le
le veuille ou non, on le force
s'engager dans la voie de la
La Supriorit
de la Corona
est,
Voici quelques uns des aven
jpj Ingcs mcaniques de la CORO
w(ij 1 ). Echappement extn
>v rapide permettant les phi;
Ctf hautes vitesses daclvlo-iaph
fiques. -1 '
-) Encombrement et poids ( Il kgs. ) rduits pour S
JH transport tacite dans un lgant lui-valise.
sjjl !)Retour automotique du ruban bicolore.
VI 4). Mcanisme incassable, t.-<
Cl* 5), .Clavier pour toutes langues, tous genre d'- l'A
fcjenture. W
--1 li).-- Visibilit absolue ;de la totalit du travail en *
cours d excution.
EnTkK/ l'Olli DBMOMSTRATIOff, Ciik/ :
MAXWELL A Mon
Fohe: 876
Iffllre L
civilisation, et on l'y conduit
uergiquen eut jusqu'au bout
ilu eliemin.
C'est la seule ta ; m de rem-
plir ses responsabilits de
Chef de gouverne n ml.
1 i
Annacius Albry Jean
Directeur-tondaleur et Propri
taire de la Revue Illustre i
fonde en 1900.
A l'honneur de solliciter de
chaque cur patriote sa gn
relis souscription en faveur de
son A'm .-m tch national avec
bloc, historique et religieux,
posr 1 An 1927.
Les nombreux patriotes,
qu'il renercie l'avance, race
vront en plus le C lendrier
de la i Revue Illustre .
Les souscriptions seront
verses la Cordonnerie Er-
nest Camille, la Conseie ice,
(rand'rue prs de la Poste,
N* 1722.
Prire d'crire les no us lisi
blemcnt.
Port au Pria e, le S Sep-
tembre 1926.
Lu lum sillets
Heures d^Et
Apporte \a rrislaui im
Kl Im tfrrrs couleur de stiijt ;
til <|ue mire amour u prnUiqt
(lsis les un[jiih f\ai| i. i.
Des rues les rt*** enrur !
Je les a filles ol 11 mulire allirdiice
Des rso.se q-u Jauueol la unrl
IVl d'r coule dans le nui* ;
le jus ile.s pe'fhes qae lu eoipei
hlabouMf Ion sein ueiueii
le pire el noniri coiaue ut aouffre .
Kl r'nl dais un'i i,rti rautui
tmi Ul mal de douceur qui soiffre.
liai SHM
Gcnn d'autrefois.
Vieux souvenirs .,
PAU
Pierre Eugne
de LESPI.NASSE
En vente Aux Armes de
Paris et la Maison ltobelin.
Prix du volume 1 dollar.
BKODEKIK i la machine
Leons domicile jaux meil-
leures condi' ini possibles.
S'adresser Malle (>armen
ANSELME53. Une des Caars.
iURICE ETIENNE fils
Anyle des Hues du Magasin de
l'Etal el (tes luonts-tarts
nouvkai-'tks,
Mkiu.kiuk,
Pakkumkrik.
J****.***.^***********^
il
i
... a vu les aiguiller de l'hor-
loge de Sainte-Anne reprendre
leur marehe. Chacun peut y voir
l'heure en ce moment.
... voit tort souvent le sou-des
rochers ngliger d'allumer les
lanternes de leur vhicules. Ils
peuviut occasionner des SCCi-
di'iiisdonl ils seront lespreinires
victimes.
...voit, la rus du Centre, uu
petit salon discret, coquet, o
tout est dispos avec got et un
art exquis : e est la photographie.
Asceneio. Pnetrea-y gracieuses
dames et lgante messieurs ;
l'artiste, qui a pass inaitre en
s >n ait. vous L-ra voir tout plut
beau que vos yeux ue le voient
... verra avec plaisir arriver
octobre pour voir l'application
de la loi sur le chiens; car, ces
animaux fourmillent dans lia
rata. Mardi soir, vers 10 heures
1 J, N'othk CElL a compt jus.
qu u 18 chiens qui prenaient leurs
bats sur la voie publique, rue
les Csars.
...a vu, l'alnianacii qu'Albrv
Jean, le Directeur de la Revue
illustre prpare pour 1U27. Lss
feuillets du calendrier contien-
dront, chaque jour, une notice
sur un tait de l'histoire d'Haiti.
... a vu, hier matin, la rue du
Centre,deux gamins qui se mo-
quaient d'une pauvre vieille fem-
me qui demandait i'auiaone.
... a regard ces gosses d'un
mauvais... iBil. C'est si besu des
entants charitables et qui res-
pectent les vieilles gens el e'est si
vilain des coliers qui rient de la
vieillesse et de la misre f
... a vu, samedi dernier, un
inspecteur du ... arriver a ,Sea
Side 1 ilii accompagn de 2auies.
Le galant et ses deux lgante
s'tablirent aune table sur la pe-
louse, face la mer bleue miroi-
tante des mille reflets du soir ma-
gnifique.
... vit les garons s'empresser tt
vite arrivrent les larges pla-
teaux chargs d'exquis ralrai-
chissements. L'on but et le gentle-
man rgla la note. Mais connue
le ciel tait beau, que |f parlum
des Heurs el la musique efln mer
invitaient la joie, on recommen-
a. Une nouvelle Tois, les pla-
teaux revinrent chargs de verres.
On rebut ; l'air trais de la mer
mettanl les htes en apptit, l'on
mangea et, une lois encore, les
garons enlevrent verres, cuil-
jerset fourchettes... Mais. Nonu
il vit I Inspecteur pcofiter d'un
moment d'inattention et sauter
avec ses amies dans sa petite
voiture, el fouetter le cheval
tour de bras et gagner le la.-g,
de toute la vitesse de ses quatre
roues. Voulant viter le quart
d'heure de Rabelais o arrive la
carte payer sous fol] arquois
des garons, le bonhomme avait
pris la fuite... Il court encore.

... voit le service des pains a
I lectricit de Lop Kivera mar-
cher comme sur des roulettes.
Le public est ervi souhait, per-
sonne ne se plaint et tout le
monde sort satisfait.
... envoie u u bon regard a Emile
Cuebas qui a organis ce Jservice
et qui se dpense sans compter
pour que les clients laieiit tou-
jours satisfaction.

... a vu. mercredi, vers 7 hs. 1 |
du soir, Lalue, toute une fa-
mille envahir la proprit d'un
voisin et dclauclier une lornii-
dable offensive contre une autre
fa nillc habitant, aussi le quar-
ts Des injures, l'on passa aux
coups et N'othk il vit la qne-
?.



I F. MITIN 10 Septembre
1926

URODON
T
Rhumatismes
Nvralgies
GoutU
Grvelie
Artrlo
Obsllc-
Qui V*ut r; -1s- f*nn et fvltf
U>rhwmll*mt UdurcUt m*nl
reli.a, le ttttl : ail ........I
4Hir.ir.rr !'*<; .i'*c.J.: Ui
co po'.tan da noli-e frjEae "
ol fatro tf c-j . .- I
V\,KODCN/U-.
, .^^^^^^^-^Kfl*MBa-i3
lave le sang
. i '
iriii"
-..!. :. i ... H
|t 'vu
le. A i. "
orii.' i- : '" ' Il '
li r.k n < > i i " *ul7
ihost lultr ; *
usmini i i a ir< ! ' ' '
wrlqiit :- ., l'orgonlsi - i i onifrl '"">l
ruroaonu
!: ttt#ur ri'-'f.
rrol * ti". nu rvuctniu i NW"
t,,. r i!.-iKl.-.nM. '* y
A L ' *'
...... i ......."i g
Arlli.-. .in.
LIN iC jL'.i-hic. ootm*. iaoh -
Four le raid
Por8-JVen;-ro^'c
par fe* airs
Par abla fianais
MINEOLA M. Sikorsky.cons
tiudeiir de l'u.oplane 3 rao
tenraS-35 dans iequtl lecapdaine
KtD Foock ten'era le vol saD*
, le Puih-NevvYork, a annonc
a u j o u r d'il u i q u e l'a i i'0
plane et sa cargaison pseroul-
en\iron *7.000 livre? au'moment
du dpart an lieu de 14.000 eefl
me on t'avait annonc tout d a-
bord. Malgr celte augmenta-
tion, Monsieur Sikor'ky a dclare
que l'aroplane aumitune vitesse
moyens de 110.000 l'heure.
On "avait cru d'abord que les 110.
000 l'heure tait la limite pour
un vol continu.
: -
-.'. v*v*r
M,
; \
' v


Les
Hommes et Fenunei
robustes de demain
prennent aujourd'hui
FEmulsion Scott
La donnez-vous vos enfiab?
relie dgnrer en une vritable
bataille; les pierres el U utes
s,..Us d'ol jeta pleuvalenl dru
comme rti le. B. l,s poux U.. leur petite G. rc-
4 il i .lit lune horions, 1 ilin la
h ni aille<(-,a par la fuite de l'un
d -, groupes de comb it'.anta q n
lut poursuivi travers cours el
t lturos pet l'eutre lu mille.
... vil la Police mettre Un au
scandale et conduire ers luilui-
li-nls voisins au l'osle o l'on
s'e\pliqiu r;i.
Une lettre
de Mr MrUUact Mil
le Ministre de hollande remer-
cie Le Matin/jour le b ac-
citcil que notre journal /<"
au til rserv
Port-au-Prince, le 8 Sept. I92fi.
Monsieur h
du Journa
Directeur
i l.c Milii .
Poi'l-au-Pi i.i 'e.
(!e qu'on peut gagner
avec 5 dollars
Coniinc on le Mil DM les di-
vers avis insrs dans les ([iioli-
diens, Ir splendide immewDle si-
tue au No. 1810 de l'Avenue
John Brown *sl nus en loterie.
Il y ;i 8JKX) billets cotant dol-
lars chacun.
C'est une magnifique conatruc-
lion moderne place au milieu
d'une spacieuse proprit mesu-
rant U>" pieds rie taade sur 300
de profondeur el tout orme de
iardinets el de parterres fleuris.
le rex-de chausse comprend
cinq ;i|>i>:" lements : un vestibule,
un salon, uiu- salle manger, un
Office et une cagfl l'es, ilier.
Toutes cas pices sont ornes da
jolis plafonds artistiques en m-
tal. A l'tage se trouvent : une
antichambre, un boudoir, quatre
chambres, un cabinel de toilette.
Toute la maison possde le
systme du tout lgOt el
une installation lectrique de
premier ordre. Il y a des rampes
partout. Kau discrtion a l'-
lan o un dispositif trs ing-
nieux permet d'avoir volont
eau tide ou eau l'roide. Toutes
les dpendances sont situes
l'arricie de l'immeuble et sont
clairi s .. l'lectricit. De ma-
gnifiques galeries entourent la
maison qui olfre toutes les corn-
modltb et tous les eharmes de
l'habitation moderne.
Qu'on se dpche donc d'avoir
son billet; car, avoir une pa-
reille maison pour 5 dollars, i-est
une occasion qui ne s'offre pu
tous les jours.
Mon ieur le Directeur.
Avant de partir d'Ilali il m'esl
un a.;iv.il>le devoir de vous re-
mercier pour les bienveillantes
notices que de temps en lemps
pendant mon trop court sjour
Port-an-Pnnce, vous ave/
bien voulu publier sur moi.
.le p.us avec les regrets de
cette ville hospitalire o on
m'a combl d'amabilili el de
gentillessesep portant avec moi
les meilleures souvenirsel im-
pressions le la Bocit si Intel-
figente el si distingue de voire
Capitale.
I.e trait que la Hollande a
conclu avec Hati servira de Irail
d'union eulrc nos deux pays
el aura comme consquence le
dvaloppemonl derelati ms plus
intimes.
En vous le in ;. ianl de nou-
veau, je pi-ollttj de cette occa-
sion poui vousolfrir l'assurance
La ituatton
en Epagne
Pur cble tranais
M \DKID, 8 Septembre Dans
un communiqu officiel publi cet
aprs midi, le Gouvernement M-
psgaolanooaea ta leve prochaine
de i'tot da ifjB decrtl dlmao-
c'ie deroier i\ la suue ae la revo lu
ae L'artillerie. Le GoaverBamant
aHiruie que la rbellion .v le ccia
se et qu'i tous les tablissenisnti
d'artilleries : cars parcs, ' rs
de rearatioai e- mine-, oui et: oc
c.upspar dos foices armos en lem
placement des srtillau. Ces lorcs
sont .!- 8 rdaa aivitas, nna d
sections de l'organisation d<; la po
lice espagnole.
A la S. D. N,
Par cble traneais
Paris, 7 Septembre- Les jour
naux font remarquer l'heureuse in
terveuiion par MM. Cl) '.mberlum et bcinl Jt
qui a montre que la d- .;,.!,on
uel'Ai.emgiu, pour un.g per
maiienl et la question de siges r
lttcnfataleai des qosnodCon
OOmmhsoUs lia iont ob-e.ver qu'
une phice est im.jlicit'i nent reser
v>'>e a la Pokgoe.
La situation
Athw*
Par table franais
ATlIK.Mis, h l n commuai
i|ue Officiel aunonre tjue des nu-n
les Diililairea ipriales onl t p'-i
D s m i ii- iB 'i in acte sravs dm
u iciplino e la part de la <"..ar'le
P.public.iiii^ : la n BTCtW hier sa-
le l-'auhour^j d'Agliia Parastavi.
/r-Whf-
Hsr
&-$W{

ka.XL.g
.fl.n
ri/i

La grve noire
en Angleterre
Par lble franais
LONDRE*, U S pu .i i -Le
Cio ivaroement bi itacoi, i d: i
d de ngocier i a le-- tnln*ors
eu 'eh irs des or. pritairai qui re
fusent un accord national.
Une conversation
avec Abd-el-Iirim
Far cible traneais
l'AiiiS. 7 >e,,tein!'i' L'Echo
de Paris > r produit une conversa
lion d'AbJ el Unui av#^ i.n ol i
(ici IVan- qui ; PU lieu I) Mu
.. nier
Le cliel lilhiiri aurait dclar ft
c. tollicier"le fanatisme religieux a
t causa de mon ichec ".Les fran
c:;is ont compris la force dw l'on
liries contrairement hux espa-
gnols La France |.e I* Reine d IJs'wm car l'Ulam n'a
pis de m ci l.ur dfenseur. '
vers l'Eip^gae ; vu son prestige et
aa traditi ma el i d imporlaue
co.mni! c. mu m'N de i') pays
qui parlent i i m ne langua Kile
exprime sou r gret d'avoir t obti
f;Pe de po ndn i 8*ie dcision, mais
elle dclara qo 1-s sacrifices in
posta p1 .-oci t n'offrent au
cuiic ton ptn-a'.ion l'Espagne.
L% A Uemaane entre
laS.D.N. av ec un
sige permanent
Genkvk, 8 Septembre L'Ade
Diagna tt eiuo membre da la "s.
i). .N. (ie:u.iii> et pus plus UrJ qm
deiniia soir, les lio.iiuies dV.-
tal allemand*ionl enroula pour
jeiioe assurs pic ktur d m.uiie,
d'ad misai ou ne uuurl plus i iis-
que d'ocli a-c comme i j?sera
blce le Mars. L'Allemagne occupa
ru tmmdidiecneOI aoi a.ge Je
m ambra permanent au cvassM
de la Socit pour les sances pr
chanes.
Avis
son
Les cranciers de li
Abdallah SaloiDOB se-
qu ds oui nu dlai de
jours, partir de celte
dposer leurs titres <_
au i;relie (|u Tribunal(
' re Instance de ce i
au syndic provisoire.
Poit-au-Prince.ceHSepl
Le Greffier, L
Tin- Royal Mail Steam
Paeliul ijo.iiji.tiiy

de
el
distingue
ma considration
de mes sentiments dvous.
d'ARTULACT BRILL
5 Mntsfn frtolculation du temjis
par N. I. Tippeiiiiauer
loioard'hoi el demain
j t. !((_ pression almosph-
rique : 0.4 au-dessous. Temp-
rature: 0.7 au-dessous, l'iohabi-
htes pluie :2.9 positif.
Le H Pransion atmosph-
rique : 0.(1 au-dessus. Temp-
rature : 1.2 au-dessus. Probabi-
hts pluie : 1.8 positif.
VEspagne quitte
La Socit des Na
tions
Primo de Rivera redire
lui mme la lettre
de dnnissioti
Variable frscsla
lll'.NDAY, S septembre leon
seil qui a eu lieu aujourd'hui Ma
ilrid >ous la prsidence du roi Al
phoaaa, a dcid que l'Espagne
donnerait ? dttiist'lon de me m
l.e de la s. D. N. L'intention du
g uverasmeut tait d'envoyer aasl
tt aprs le conseil de cabinet une
communication Genve anr.on
cent qiie 1 Bspagne avuit dmis
sionn.La note a t crite et rel
jie par le gnral l'iimo d-.- Hiv- n
lui mme eu co leb.-rafion avec
M YanfUtfi m;t istre ai t flairas
trangres, etlf note reproche
a Socit son n anque d gird en
-
.-ea starpent1'
i te slaaajsar "-ea earpsni es
attaadaetaeuisl, le t sdUrao ,
ser, Pur! au PitacN le ii cou-
sant, pseeMl le U4 pour les ports
du aord et l'Europe.
Le steamer "Tefiot' est attendu
a Jacmal, le "Oclobrt proCbata.
Il sera .1 Huit au l'iince, le 11 du
m ne mois prenant le Ir-t DOUf
es ports da nord el l'Europe-
l.e steamer -t'.ape St Lucia- est
attendu Jac.m-I, le 8 Octobre
prochain.
Lestconer -'Cuiebra" e t Stb n-
du S Jacmal, le > novembre jpro-
chain.
P >rt au Prince, le 1 bepitmbie
VM ,.D.ULDERJr ,
Agenl Gnral pour Hati
A ViS
S (.H(V' IJl'lm:rie d|j
porls inaritiumlj
Le steamer '' ModI-I
ne.nt de Marailban
ra fort au l'r.nce
septembre et repirta(
jour pour Cuba prtasll
Marseille.
Port-au-Prince, le21
L'.Agent, Geo. de
Comvuunic nii
l.c steamer "Ora
de Bordeaux le
ailcndiia Port an
courant. Il repartira
main pour Santiago
et les porls du Sut
t :t suite de Htisi
lisea l'arrivedi
|orla:i Prince.
lire 11)26. J.
i nt,E RO
le!
in,
lloro
Le bateau Wmi
de l'HJurope *,
Paerto PUta '
nori seiaiei veral
en rrutepoarKW
rr in ko Cltj et u
fi! e^ pas*ger.
OL0FFS0N,m
port au-Prince- j'caliaie
i Bicyclette
Dinianthe mutin, deux cyclis-
tes. Lon Dolniv et Gdob
Piere ont lait, bicyclette, une
randonne da Port-au-Princa a
l'Arcahaie.
Ils ont parcouru les IN kilo-
mtres nul sparent les deux
villes en '1 heurt s lll minutes >
compris > arrts en cuirs de
roule. Le lendemain les deux c\-
ilisles qui inontaient des ni.i-
chinas le la marque Sveltc sonl
rentrs la Capitale, couvrant
je trajet dans le mme te nps.
Nous flicitons les'deurfeyclis-
lat pour cette belle perlonuance
A vendre pour cause de d
part une automobile Dodge
spciale l'lut de nem el un
piano marque Schomacke
'l'adrraatran Cable Pranait,
$aom6
Le soin et attention que te
hommes et femmes donnent leur
apparence personnelle sont inutiles
i les cheveux ne se prtent rendre
l'ensemble une apparence uniforme
et harmonieuse. Il n'est pas possi-
ble de crer une bonne impression
avec des cheveux desordonns et
dcolors. *
L'effet de l'eau est momentan.
En 'vaporant elle laisse les che-
veux dsech et fragiles. Les pom-
mades, cosmtiques et brillantines
les font devenir graisseux' et gluti-
neux. Le Stacomb au contraire les
rend souples, adaptables et leur
donne un lustre et beaut naturelles
et une lgance exquise.
Un jeu de tc-nms. une excursion
en auto, un soir de bal n'altreront
pas vos cheveux du tout si vous ap-
pliquez un peu de Stacomb. Les
hommes et femmes lgants et de*
bon got n'emploient aujourd'hui
que le Stacomb.
Demandez le Stacomb en crme
ou liquide dans les bonnes pharma-
cies et parfumeries.
m
Agents Gnraux
A. DE MATTiS & C0, *'r-**w"" ?
i'


LE ilATN m Septembre 19*^
Les Voilures Automobiles KEO
Sont les mettl
:*>,7 l
es
Parce qu'elles sont les plus jolies el I *
wv plus luxueuses
m
Elles sonl les meilleures parc' qu'elles sonl les plus soli le*
Elles sonl les meilleures parce qu'elles sonl les plus eonmrtables.
sont les meilleure i |> iree quelles s m le pi ... m ij i
. ..V
ionl le \r.6 11 m s | r.rce qu\ il. s r.ccssHc.1
1 llx< f'onl .Snlii .1 .. i: si i I
let qualits clusives des voitures
m s (le ivjiii'; lion.
M.......
fc *r m$
1
il/y/#
'l'IK qui veulent tr< ren eignsur ta paiwainec l ImirtfoiKcAet teur Rapio tsaUrewsef
:"'^ nombreu c plerins qui, le mois dernier onl eu assister A ta fte patrons e de Vil If-Honneur.
D'un Immeuble tage eu briquas el macounerie sis
Jrmie, angle des rues Edmond Laforestel Honor
Fry, mesurant 18 pieds de protondeur sur 24 pieds
de largeur. Le ras de chausse a des portes el feutres
en fer et nue hauteur de 18 pieds. Lttage comporte:
1 grand salon, 1 salle manger, 2 chambres donl 1
avec cabinel de toilette, 1 Office el grand balcon devant
el toutes les dpendantes utiles,le tout fonds el btisses.
Le Cercle xcelsior occupai! l'tage jusqu' rcem
ment. La maison est libre de toute hypothque.
1..")()() billets a or 2. ( coupon l dollar )
Le vritable gros loi exl l'immeuble el 33 lois ga-
ulants en espces.Otte rafie sera tire A Porl-nu Prince,
le 19 Dcembre '92o. Sons le han! contrle d'un comit
compos le MM. Eugne Marais, Trsorier, Charles
Moia\ la el Victor Mai thu-au-
Le Prjprilairc : ALAl.N LA II \< >', I
Le Trsorier: li, ,.,:m: MAI,AIN
Les billets s ml en vente : l'oit nu Prince;
(lie/ Si mou Vieux An ijaves de Bordeaux An
Bmi March, Lopc Kiveru Htel de France Aux
luves de d'tlaiti Mme \. Douyon. liaf International
Mme!Ihurles Vorix1fA l'Etoile, Urand'Rue).
.1 Jrne Pharmacie Bru tus, VveA. Lavaud el
Elit* Les luge RobertLaraque x. C".
Aux i.uijfs Dr. 0. bavard, Emile Martin & C". P.
N. Neptune. Samuel Pressoir, lloeourl liera ;.
; Aux lion,unes. Thophile Wel. Ahel Lacro x.Pres
soir Bayard.
.1 Jacmel Christian Neptune.
| jtimgone Tovar&L", l\ Gousse.
I Aquin - II. Uiglade lils.
Les billets s'enlvent rapidement, dpchez vous.
m

W
,-/

(m
Oie coartorire d'ici soulage le Catarrhe par des iohalalioos
Celle daine de Porl-au-l'rinee adopte l'onguent
vapoiisanl qui l'appelle V1CRS VAPRUB
Madame KucarUle i.alixte, Hue des Csars No, 01 i Port-au-
Prince, dsire que lout le moude sache de quelle faon elle s'eet
gurie du catarrhe, Voici .ejqu'elle dit:
> Avant que j'entende parler du Vicks Vaporub, je souf-
frais coutiaueUemeut du catarrhe. Aucuu ui leciu ue pi,t me
Une couiuisul j* pouvais m eu ueWr*Ke el ions les rvuStt
taaya u* uvvm< apparie uusuo re-uiui. Je me sm-* .nuis
pro,u. uu .luntiihm de Vuk*Vaporub. ci jeu eiubaie tes
vapiur cjuune indiqua sur le ino i. vt e ..pu>.. je aie sentis
bcau'-p mieux iium lute ueut ,.pr.-s. c est pourquoi j'en ai
tebe t .u uoi, ce qui coutr.bua me gurir eonptttem nt >
Il uIIU do Une lundie uu peu de Vickl dai. uue cuiller
a caf ou daas uu gobelet eu elam et j'en Inhaler les vapeurs,
applique/ ^aleu.enl un peu dni les nariu.s et renifle/,
le bien l'imrieui.
u-: thaiilmlm l.\ ijoijilloihl
t'naute mtl.ole ousistc a mettra une enillerfede V.cka
dans une bouillon e pleine d'eau bouillante. Mettez un iourral
par dcs.-us la tte du pahenf, en c. nn.nl au**l la bouilloire de
T on que les vapor> m.dicanunl,; es a elles ce lcau booll- J
lantt Miieot inhale- en ni. me temps '
Lob ne prtend pas p.irir cerlatn.i malade chrooi- i
que, avec V.ck-, maie .. dg>f a lei voies respiratoire! ,. ?. I
iwnnea, re...... la iespirat>oa etside la patient dormir U '
trailerncnj persilaut el continuel apportera loujoun ife ,o ul !
Istl >at:-fai:ai-ts *
POUR AUTRES RHUMES
Jj'*'!" aaifl lionne sur la gorga el la poitrinr. V1(K,
e>iKl,lemenl euelient pou, u, lUmH, da ruj ,
les maux de go.tfe.Employ de eette maaire! Il egi mun la i
peau eioMM ., cataplasme' .attira,,., leuaionatl meurtri su- |
.- Lee mrei avant de tout jeune, ealante apprtaeal Vkka '
pane.,., il eetapplxt4rieuremeQl et qu'il at ddrani* dm
aiUM , estomacs |'i n.< litre des
mdecines ialernta
WICKS
W VapoRub
Pra Tatf* Afaccidn Citrrtl W
ri vu|f dans loulei 1 s
pharmacies
SH^aWll
liS^\V,,Kf,0f;AL H(-'I>1 itHIC ti Cf&
J**SW /, ^'.oi. Irii,.,,,, fond ,t C*#.5
Mf / '0^. /_ 18jl ^&<*%%
7"'\ RVEILS
r V/"l de qualit suptr^tufe
ftM %>,""-.....
PENDULES
gar*nt,i
^j. tJ'.loju to"t|Helarlu.!(H>rM < ,v\^
Bar Terminus
$
mmM. >*m
^f^mi^]'
Propritaire :
_ A.Widmasr
A l'houneur d'informer sa Jbieuveillanle clientle
qu'il a install l'tage de son tablis sment, un saloa
exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera
des consommations de premier chejix et o des lunchs
seront servis sur.demande.
Tlphone No 780.
>*>>,.


Mvri.v iosElEMBI Ei"
X|
&&&&&*$ fcg ****4*4Jfc.t$ aiiS$**ttM.mtM:!$a&ffflWM&|
/
'St&fabtt

a?^'TT J^fr-:.- "^|ps *-r? '"?^:j!?^A~iS
Se vend aux
chez Yve A S
spr
t.- -ci-*. ^-*
89
*.
?>
tv
e*
n jy^ 1 Le Rhum Nectar
.V :(.>"' i.V. La MKl Rhum .M t.irA J I_____
; y .. vis />.-.< f.-ii e rwiMrvrr oum rur
n
-; i:./: v.-.r: E POUR
L'S LES TISSUS
DLICATS


V : '
..''
Agent Gnral

Rue desbronts.Forts Nos U3-il
L Verret
JVi 1822Rue (lu Mauastn de l'Etat
Si rrommm I (.iir l'lfanco de sa coupe et la prompte excution mis
dans |*l i livrmes confis ses soins.
l/i Maison reste ouvatte jusqu' 8 heures du soir.
Prix moJ/rs.
Le seul Rhum qui, tir d'Alcools naturels,
directement patDi$tlll.itOit simple lu Siiop d
D'un OoitfUM et '>ujoiirsmmep'aoution,u
vieillit par l'action du temps dans les dpota j
rigoureuse de tous dangereux Secrets de l-h"
et sans adjonciioo d'aucun irgrdient d'usine
jugement de la plupd.t de nos .Nolabild HAd'ic^*"1
vaut l'app'c atiun de hons HtiiuteDif. la mmmbl '"
%

SI
sa
Marchand Tailleur I

.;.'
Maison
Frd. faeljens
Ho 117 Rue, loux ou Bonne Foi, lollj
Tlphone: 7
ONTROIVHA:
Alnool fi ooii'- liqueur. ^ '"-e II ci ti> ,,- et mar n
t iWail ^ilT' 9Tmiii'i1 m^rictin. Sjvo i Dr r-j.*^
rf't I, Pij p- rt >l pur livre. "'inip, OrgMt.ftiu
Pt> h ( etr ). 'tr>rett<. rii^-terfi'ld, ('.mal, ri*
Puni Uon. Mn f-e-'aires. 0*M vieux par livre, owfii en ooinir*.
1W e Palzenho'fer Champagne Mi Pre et fi'i.
i?;' e qui peut riva'i'er ver avanfage avec n'imeorit
marque de In p'aee f humnagne 4 nwn. Purf!
\ in h'r ne pir honipilliu | gallon? Vin reaze pr kj
et gallons, q1 n'i'tt" unrifttre Clair'n vierj* our
et Bfo'Vns. Enfin le l.-.meiix Rhum Nwh*. BtlasMl
lame"' Ant*fle iln v'me VftiJfle fia^ijen*.
\>" !/ faire une visite, 70us ta sortirez salUftli.
CAF de PREMIER < IRDRE- DANCINGH10HI
A LA II.NO : On cocsomme les plus dlicieutM liqmM
danse au-ou du plus entranant orchestre.
Le S une.Ii el| e Dimanche, voule/.-vou! passer oM
soire'.' a A Ile/ ;'i latino.
Hue du Magasiu de l'Etat, prs de ls Uanqui
R (ublique d'IUiti.
Tlphone 769.
Autrefois on ne connaissait d'autre
remde contre les Maux de Dents que
F ex trac lion douloureuse. Aujourd'hui, la
plupart du temps, il suffit de prendre une dose de
Eo v.ited*ns toutes les Pharmacies*
Dp! Chez R. Sladermann & C0, Agents
9 110 Rue <<*s Csars.|
4mmm*mr viikt


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM