<%BANNER%>







PAGE 1

MAUX El fcMBREl %  g *&%%#%.^^^^ *; f^^w*!*** Uit •" INE Gand htel De FRANCE P % P.*PATWZI, Propritaire; Cet Etablissement renomm donl l'loge n'est pluslaire vient d'tre compltemenl restaure! remisa neui. Les chambres'ont tout le'confbrl moderne, le service irrprochable, le Restaurant soign est deftoul premier ordre,l'Htel n'ayant rien nglig pour faire plaisir [sa oharmante clientle. Mi. PATRISI, qui pari bientt, apportera a son retour de France de nouvelles amliorations qui donneront la plus entire satisfactions ; Ions DJEUNER In CARTE, TABLE d HOTE PLAT du JOUR au CHOIX Pension nu mais, lu semaire, DOT jour (tarage mis gratuitement la disposition les voyageura Bains, Douches toutes les heures Tlphone : I • 341 Dans les Magasins souches a l'Htel, ou Irouve-ra Ion tes sortes de provisions, \'i\s. I.H.H ri us, CIGARETTES, VINS d'EspAGNE, de BOURGOGNE, CTITAUE, GRAND CHOIX de CONSERVES. On y trouve l'arrive, pendanl le sjoui ou au de pari tout ce que l'on dsire au m GRAND HOTEL de FRANCE: P.P. PATRizi.Vroprietaire W •>.-. %  -. %  fi* g* &f ;,; %  • S* &f 'irS* jg* & fsjfie & g* La sant est une premire ncessit L'nergie d'une sant magnifique gagne tout dans ce monde. Les Y maladies proviennent des germes qui abondent dans la salet. Le Savon I ii "iroy dtruit tous les germes de %  % %  la peau. Il la purilie et la protge. Lever Bros. Ltd., Port Sunl-ht, Angleterre B ^ Agent Gnral Bue deshrontimFort* Nos MS'tl 8* h s* et & fi fit} %  8g %  55 4$ Fabrique de Ptes Alimentaires Verni c -. Ide I :. canifn d* 10 livres a 1 Dol! i. >> 10 o S'-s d; 10 o.0 r *fc Vr.ci*or.i • S 10 1 10 | M 10 10 100 N '"mo^'iK I!:. Semoule, •{*> l-eaii liltreetlt • %  rm"f|ie d* r.rin durs lit n?tirati.Q d* no*. p .' t 't ix, P^wir ^ *^=* 5**" 5* ^^ Nash The new 319. Rue des Fi-onts Fois, 319 j DistrilniJeiir pour Hati des automobiles c\*SH Nash Nash >u advanced Six N Nous mai 'al.ment en stock : I r. !. I •', :. .\, lires -r i chine ntiii-6 %  • V B B I \ pitdl e'. permell inj dfl l>n kl A S II leads the Worjd in motor car value.' II.Wuild IIHS e >-| ('cia'ement corstnutei pos pays rroi t %  •^ncux. n unies d'eac l'enls moteur, o' 0 # BD, 'f^ les routes le* tins dillicilec le u.aximum de fansfaclioa: heonomit Con-ori Puissance i"''^ Pr. currzvou une NASH parce quelle est la \o me k tOQ pille rr.aio, RVCC afofssoT'permeihnj ,\* bn.dcr. repriser ui Taire d4 jours, pour .or turires lailleSM et cordonnier. \vec on sans mo'eor to trique. A,m< l ri IA: I S ~ A : • 1( lK(; *"<** (: '-^^^^VH.C-S. Vas,sJ^i.^,, 1 u .j^M, S mxc,,uTl,:, il -. PAPil.R I MJIALU',, |:al ,-, • ,eau el par rn,e j jk^mmcoHH !" ij**icYcwTu f,a Hichelandire *** . E N WCUK. RDUITES 3 v^ t/ Or 45 seulement u J olaiiss..r.-sl--i.H.sclu-i Dernier t ri I 1^0 • I"'.' U-s Danu-s siAm*rlcaln pour les Hommes. F()rHM T rMI-S(;ur:,|,s pour In Cordonnerie • \\u,v ,;,,nm s T:,lons l,(,,s Lm,is XV Battkr, T^M OBtetoCUC de Is clbre ...arque Goo.lye-,r ete ** Une visite s'impose & # %  I Aux Grands Magasins de fournitures gnrales pour la cordonnerie | Joany CORIUSGO 7>\% \\m des Fronts-Forts llllMIllimOlJIIT, WRee eeaaar,: r •. ^., >• •% 



PAGE 1

W; MATIN C 8 Septembre 195* ^ii^X@)^K^^p(§D^Dd^^^^^^^P^^^tj(^ ff JE IflHS U MENAGRliS! Pour tdind.-e tous tic u • LAINf., COTON, SOIE, wc..! • Jeun produit n'gale "ta MAURESQUE' Fn vtnit*w J >,.fr/,..p| urtl t ^ ew B ,, ( H IWn-K.t t uc..Pt.RO) r, 41, |.i., c VolUta >VCFF.R<->Q. ASNlfeRES (S*.) F !" .'Insurance Co ie des plus fortes Compagnies canadiennes d'assurant es sur la vie. Eiuj.Le Boss & Compagnie Gnrait Transatlantique |Le steamer "Caravelle" parti do Bordeaux le 24 Aot est attendue Port au prince le 10 courant. Il repartira U' lendemain pour Santiago I.Cuba. ii les ports du Si l. f Li snii • (L> |*iii tcMc %  s.wi fixe a l'arrive du l> iteau Portau Prince, le '2 epte n bre 1926. L'Age U.E.ROBLIN uO. cofitre tait affaiblie, macie, nerveuse Commen! elle repri? 13 livres, recouvra Mt forces et sa belle lanl tf> '<\ K ,• y lituanl •: le plus puissant i % % %  %  %  il i....H .1.foie de morue. i %  : .ii. d'uni odeur et |Ul l( plus souvent •: ) % %  .i ."ii-limne" I : I ouve maintenant '' } % % %  %  les ileh. .l'Huile te fa ,J 0 '' ;rables '• u effets bienfaiI ie .le moi i. ..r.liiuire, mais Sj$ i n i horrible i Inconvnlenta, /; %  / :ll! '" •• v. lou qi.i vus senlez ', •'•• %  • lt*. :•:'..'.. n'hSilei paa, reusjjyjl %  k) tissus et recouvrez v.tre b. mervellleuaaa ta. SU"-" • % %  une .litTu-ulti. Vous n'avez f**"*" %  Tal elles d'Huile ^*'• s, '•• l •%  •'"•' Kil'...,!,il'emi 'i %  U,1J1 • i Iles leur rendent M h lill.'. Avis Socit ijnraie de Iraus poils maritimes vapeur Le steamer Mon -XIBOQJI'.V. I'::"' 1 .: % %  — • -•. %  K ,,.H,. '•' %  r n I tiliOB vert le I i Mpen i• .. i... itm ,,. m< i me J'>" pour Lbba H rciabl In", uu.r SI irveil e I'' r..., Pnuce, ,.: ... Sou tAtr-PRINCB Alex.PETRUS; l'harmncis Ai.!.! HT1NI Pha-macu duDJuitm VIARD •f rouf'v f> bonn l'iin rmai i#. MaauanrvaMraBeaeam Trs bonne occasion A vendre pour cause de l 1922, le d Un [tour 1 %  1 Imnge des dits tiillcts vonlre i< s liillels dfinitifs ou de la Monnaie d'Or des Etats-l nis d'Ain \riq ie expirera le 21 Octobre 1U20. Elle invite encore une fois les porteurs de ces Billets se prsenter ses guichets, laid Poil(tu-1'rinccqu'en Province, tous les JQur$,dimanelw et jours de fte excepts, de 9 12 i\2h, et de 2 ri %  '! lues. p. m. pour les luire changer. /.'/.',' /(•///• rapidle en outre qu'en conformit de la Un du 22 Aot vm. pasae la date du 24 Octobre 1926, les Billets Provisoires seront de nulle 'rleur et la Banque ne pourra plus, par\consequent, les changer, |}\\;,>; : NATIONALE DB I.A li. fi m.ioi 1: D'HATI. ?ort-au-\>rince,le7 Juill. 1920 wm y uuuu viiiWW ^ v^^ Ecole Spea i ?de L Stnographie et de ** Mit de itecontituants M *ht:;:^'Z\Li Dactylographie 7 316, Rue Frou, Tlphone, 620, port-au-Prince. ( 10 annes de succs consacre par un Arrt Prsidentiel la reconnaissant tl'l Utile f'ubli le flendui %  estai •vie/ ues tiei nuisiiiuuni* ^ cerveau, la inœllo cpiniiif, les os tl les-OgP p'iissanls tl vigoureux lis^fiilanls drhilis, j^ %  ibles. Les pcrsuiiius usecs par des travaux i^ I : Simon Vieux, IKred lieux, Lope^A P.W Estve ,'i Co, A Boit, AlfihonseM MBordav.line L. H. Ooret. PetitM fS-lartin. W F: . Krouard.Ciraiid'Rue lo 1709 || QEO.JEANScME &Co, Agents pircliHin. Le slti.mo lt vieC l i.tlf ii I i a r. M i li '.\' Seplru
pti*ii \, r •0 r nipi i Kil f'lOP, S.mlo II H BO tilv et Cur< i;io, | r.'ji t fr''! i>< i --. .. i^ OLOFrSON, LUCAS :o que. ) Stnographie Franaise, Sln o (.rapine angl.ii-. ( •at*i§Bs • ri • ngihis ), Daclytogruphte, CotD|Ma l'i'W, Omit LotDODtrcinli Mtbd n '.iq;iea i.tMiiei lt4*)',Taira* de ( iniinfo^r.toii Lan gii ftqglftitfl et N 1)1 <>'e ) Cet in.fottanl tablis nini d en geignement eoroniti. id M %  'goalo U bienveillance gu-raie inr I CtndljM uliiliane de son f •• gramme. |nr l'evc "IsBCC de -i 'IVehniqnc d'er s ,; ^ tu inent, | n J im;iui in etd Sun ni .lrn-l |iar la Hvulhiiii'' il %  n i orcarjidtli n, raf %  • iliifire d>> son eflftctiT, i %  • i le fondiomment en >on Mrtan il" il '*mi ni, pu l'aneicnnet du %  a l'indrition, pu;U aorieua di •• %  'mu lut !•• lin d'tlldtt Nonce ditaill envoye sur 1^ Muni e. k Agents Gnraux Purgatif Idal c'Mt la Pilule du D r D ehaut| 1 1 47, Sue du faubourg Saint-Ocnl Par.s \ Facile • prendre, Ne ncessitant aucnn p/epatal.r, [e.'te M provoque f,r.zis ie dtcii Sopprliiuiii ia d.ffto, [ Ile ne dbilita paa le iite'c. N'etlgeantpaad.r.po, aetli:BbM | | elle rt cauaa a.c.ue perte de letnpi. l'ina.cil... n^toualeninjim,,,, [elie ut. par eoniqueot, eauiu •• Mr e. DOSr!: PM ktWt.tAtftWn UMTIVI, „;„„ K.UZ' c l Œ§ CAt'l l'AL : :.i,i I.I i u frarres. Uv Lapins ancienne Maison uom les Denlijrice : K/' l-oiulce e,, I , ,:,. i' i" BOTOT EST I.I m 11 lu \Tinn;i: vi>aR \ A aAR l..\i.A|il.MI|; | i Mi |,|( | N | .. ._. •' .iat-v. ; emaiMlcalaPU I • lil g <^^ v , v Demandez I Eau deBotol y-"-' M tttJni^". f ' mandez le Savon Dentifrice 1 X V fat g IK mande/ la Poudre Donliince vM "T i'' "".i m %  i <: au Corail et on i kiinq ih > • mondez le "Sublime"d %  ., ,| %  r.tre la chu le des cheveux. &' 3 *. lAvv ';' ll "f les cheveux. r^^ 1 -*^, I es dentirricea Bolot sont re %  r" : yfvv'i'-'' 1 K ^M ( '~ : ;iu..-.s parles meilleui >d n x /r ,. • ': "' / ead*Haiti, notammenl les stii CO-.) -**f '. i ls •'•"sV fcV ,;. %  '. ,. '"'•' %  "rsVnlnv loii/ier. .! i E I. vente dans les maisons suivantes: (M Main. "enia fcxi lusifs pour liW' ^ Z 'ŒSMEZpte^ "v llo\ 196 BBHB&smsmfm im&mimmmmm 0 lion gj Oii Talih'. T igd %  Oragssd'nuIIedcFci i ne m Gtf lj stock chei : ^ <-•<. .IKAXSKMI-; & O,. Aenls ^ Alnminu"ft Li 4tea.TisJipy:j Inc. Port.au Prhue -t-£,,i,i I y/tfmer ^itUbon laissera P.,., illlW le 4 Septembre IVoei.a,, poill ,/. "'"I MohWeal'ort-au-Princo ,, ,,, "."" ;~ m lv 27 li'iriHlOsMsnuRMACIH a, %  r uummuA .-:. ty m Bar Terrai



PAGE 1

MATIN ::. CI TtXLJ l. TU*w&&&&&iib^^ %  : ^bjy-L.~:s:^^-'-"' y>-cgt-"'-Ssg *^ V<>ulezvous avoir des Denis clatantes de blancheur Y ET DES Gencives toujours saines Employez la TRIBORWE Poudre retitifrice^QWJDt la faira .le tlo Docteur Cf. GlK'.'TUT 'hiniigieiiPeniisie Dr hl'nierall dr Montral rt dr la .l'acuit dr AfeVetiiic dr Parte. Ki) veille partout ri au Laboratoire |cle la rriboriiK' 7, Hue Blanche Paris. lin \ 0 t mm) Ju. AfMl G fi t'ral deahronttmFarts No 113-115 g. & S* ! Bt S* fi* s •Pi Ce oui n'a jamais t fait Ce qui M peul tre dpist. Kola Champagne Y Sjourn Prpar dans ile conditions riuoureusM nASKPSIE Prparation el Vente Pharmacie P. SJOURNC! Angle de Hues /.'<>*/. et duCentre, .. . %  %  %  • SSAi NASH 319, Rue des Front. Fois, 31!) SMsIrbuleiir nour Klaili des automobiles \.\SH %  Nash Nash Nash ne IUSH nvanced S?>: £ %  '..... H A SU '..-ML. \Wtvl in iP.N.r car value. i v i b*. \\i iid h *<•! ".N* S M *>•'•• *m ,11 l.p.rl.. ..€11 ISI > fcl€-*.l*r V*lulSiJ pei foi !•••. . .;„... Lea uionolil.s NA-M %  • ( uatm. ni .... Mnu pumoi.tHgi:.MX. rs ,l'tlle.,ls .:oleur* OcM |,s :nu', les tl^ ...I..-.I.-. Ima m "*!" f c JJJ Mrocur./voi. une NASH %  prce 4-1 elleeblliF\oi'ure suii piix. Nois HV< ns %  'gll aneffl en sto. k '. tin I"* '. l .•',> brei n ; c'.inr :i i.iiidf; %  • V K S T \ > pi ils -i i IT HU>, i**C >I.T, soir^permet Uni .! brdei, rsfiUftret faire % (ouru, porc(r iini^re", luilliuri .1 coriinnieis. Avec ou sans rtio r' tr nue. .M'.'IIi lis I nlAll I 1 s AMOIICS, i nls.fiobclcls, Citsen le, Calclires, Cuvellcs. Vases, P rfc-ni n u. Plateaux en rerblunc. l'AIMKU K X! I .M.I.Ai.i ; ai ri • leaaetpai rame /T^^ |—-, IIS INWMPA RABLES iu< YCLETTES j^JJ KlCll&iail(ilr6 ^ MX VITESSES EN MARCHE, REDUITES v^ v ) ^ r ^ seuement (h;!ll ..,,. 1 „,, v 1 1 erniercril orisien peur les Dames et fAnrricaiB pour les Homme. FOURNITURES Gnartteg pswr b Cordonnerie : Teaux cte toutes sprtsl Formes, Talons bois Louis XV & Bottiers, Talons caoutcncuc de la clbre uiarejoe c Goodyear etc. Une visite^s'impose Aux Grands Mayasins Ac fouinitures yuraies pour la cordonnei Qui mil 1 wm n il % Mm des Fronts-Fort 9LU WMJlT, 110 Rue des Csars. % *•;;. W* W* %** *^?^** •* aWOHSHSW****^^?^^^* **• ^^•'^^irtf'sRf^^f ^^^ ^?>s^^RaS|P*



PAGE 1

DIRECTES PROPRILTAIRK %  JpRlMEUPf Clment MAQLOIRE BOIS-VJ:I!.\.. Rue Amricaine, 138 jKJMEHO SO CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N 242 i ANNE XTJMW Quand on seul plaire dan le monde, il faut M rhoudrt h es laisser upprenccfi beaucoup de chose* aussitt lail. ^ de vente lut dress en fdoeloriiie. par deF^Ellesvingl-cinq fJMMrleprixinlini%  onnable de quaire I* logement, devinthaleur Etals Unis '-YORK — I^, chaleur 'continue chasser de ^•"s des milliers de POncaines qui voul au hord de la nier f* fracheur. Les auto J*oiil donn l'or ffpslenner les parcs '^'%  spoarperuK-lIre lotion I-. passer la fcervoirs le la ville toi. or i (|ln "' ol11 I ^depuis lon,|enq,s, "W commcuceul i jj? 'Municipalit r ,e dj ( | u [Nubie. yjMatioi, ;1 manque reU le ,w u n.al^e h, forte WP w Italie rf antdiluvien 1 -r.ivin? an S U,lc ,ecalit loS| P ,a, i,ici, l de. Jljofendeur, le squec 'f'^lenom. b,, 1 ^! animal „ M Bii, 2 mircs *= Redir Sl ^''O'-'i'e. te t0r l>s est encore "ouverte intresrent copropritaires de l'immeuble. Laneien possesseur poussa mme la bont jusqu' prendre les Irais s; 1 charge... Etre propritaire de son logement, quel rve N'avoir plus de loyer payer, quel idal! Nos vingt-cinq bonnes gens vcurent d'abord trois mois en pleine flicit. Puis, il y eut un premier nuage: la toiture, tant en mauvais tat, dut tre refaite, et cela cota plusieurs, billets bleus. Puis e percepteur passa el envoya un avertissement pour des impts fonciers qui parurent levs. Puis, il y et reluire, frais communs, une canalisation d'eau. Puis, il eut a eon voquer un en I repreneur pour rparer toute la plomberie... Il arriva alors fatalement ce lui di vait arriver : c'est que les vingt-cinq locataires, parmi lesquels rgnait jadis l'union la plus touillante, commentrent se chamailler, (leux du rez-de-chausse accusrent ceux du cinquime tage de conter cher avec leur toiture. Ceux du cinquime tage se plaignirent que ceux de l'entresol usaient trop d'eau. Des associs quittrent l'association en claquant les, portes. D'autres moururent sans bruit, mais, ne payant plus, augmentrent la quotepart de charges des autres. Bref, d'effroyables querelles mirent aux prises tous ces possdants, qui taient les plus malheureux des hommes depuis qu'ils possdaient une maison. L'a 11 a ire, comme Je vous l'ai dit,a eu son dnouement. Il y a quelques jours, devant IJ prsident d'un tribunal, jugeant en rfr, Il a dcid ce qui tait laSagesse qu'il convenait de dissoudre l'as socialion et de nommer un administrateur j u d iciai re. M a is l'administrateur judiciaire a prvenu tous ces propritaires qu'ils taient redevables sur leurs biens d'une somme de 1.937 lianes et 06 centimes pour des impo!s impays que rclame le lise. En consquence,personne ne pourra dmnager avant de s tre mis en rgle avec les contributions... Inutile de dire que, dan* l'impasse,on ne doit plus en* end e de choeurs, mais des gmissements. Chaque ex-ptopri'airc pleurera le temps o il n'tait que simple locataire. Et on croirait lire un conte t La Fontaine. Le conte pourra t indiffj e m m .Mit si n i lu 1er: Les ennuis de la proprit ou Les dsagrments du communisme. La morale est tellement claire qu'elle ne vaut pas la beine d'tre nonce... Dan* les Sports Quel'IUOS bons mots C'est demain qu'aura lieu, au l'arc Lcconle, le match de football organis en l'honneur de S. E. Monsieur D'Artillact Brill el qui n'avait p.is pu avoir lieu dimanche dernier, cause de la pluie. La partie sera joue cuire une quipe du Violette Athltique Club el une quipe de la Jeunesse Sportive Hatienne. Ce sera donc w\ trs beau inetch; car, les joueurs de ces deux associations comptent parmi nos meilleurs el plus solide-, sporlsnicn. A Ption-Ville Dans quelques jours aura lieu, Ption-Ville, une belle fte thtrale organiss par un groupe djeunes artiste au prolit de l'glise ds Saint-Pierre. On se rappelle que l'an dernier une fte pareille avait t donne dans le mme but el %  vait eu un grand et beau succs. Nul doute que cette anne encore, elle n'ait le mme clat et le mme succs. Noy A la Grande-Rivire du Nord, un malheureux. Lauristou Louis C iiarles qui voulut traverser la rivire qui tait eu cru. perdit pie l el su itoya. Le cadavre a t rclrouv c 1res loin de feudroit ou eut lieu l'accident. Le fait est d'aatsal plus regrettable que le noy est peu de .'t enfants SB bas ge. Il y a.parail-il, cinquante minires (le dire qu'an homme est pocha ni • ; en voici quelques unes : In monsieur distingu dil : Il SSt ivre. Une dame comme il laul : Il I trop bu. Un magistrat : Il a contrevenu la loi. Un mdecin : Il n'est pas dans son tal normal. Une jeune Bile : Il est mu. l'n bedea i : Il est dans les vignes du Seigneur. Une ouvrire : Quelh culotte Une astronome : il est dans les nuages. Une bourgeoise : H est pris de boisson, l'n artilleur: Il a le canon charg. Un fantassin : Il a son pompon. I n chasseur cheval : Il a son plumet. Vi\ fabricant de chandelles : Il est rnch. Un picier: Il en a plein le cornet. Un musicien : Il a jou la valsa des ehopines. U.) professeur de natation : Il a bu une tasse. Un jardinier : Il a Biros SOU parterre. Vw lypo : Il n la barbe. Un allumeur de lverbres : Il est allum. Vn rtisseur: Il esl cuit point Un quillbriste : A moi les murs. la terre m'abandonne. \'\\ rudit : Il fait concurrence Bacchus. Une couturire : Il est Aiq l, l'n cabaretfer : Il n'a paseracb dans son verre. Un tireur de vin : Il est plein. Un snob : Il esl vaseux. *f La nouvelle Corona** La Machine <) crire (jersQtjnclL' ojouui'i'iii, i.ne nouvelle pofu .•_/ on tn-in •• |i i.r la • C 0 fOSlB, >^*. avec if iiio.iiie '< Uqu atre qe •5^,-riit en !U> < Hihct* r. dilltraots t. H*!* %  "' eotiq'lei Je I a louche inor **^ %  ..Il y a I7 ans que Corona muchiae crire lgre. et fnbi.quo et vulgarise la i*;^ Un amricain : Il est ha aide. Un hatien : Il est saoul. Etc. etc. "P^ Depaa lors !orosaprend progressivement la place de fj5* •Jl'-li machines lourdes et volumineuses. £rt. .* GOROM VOIS Ml'iililK I NK KC.ONOMIK. •&> MAXWELL A MQHR #i I'OM:: :57 m <,<-.t..t..t..t..t..t... .t..r..t.,t.,t..t..t. t.,t..t..t..t..t.jw /R > v ^ Q V 0> 9> V $> '^ w W *K W ^ '> > ^ i\ Pr^calcolalion du temj; par M. G. Tippenhauer iDjoHrd hoi et denaio Le t.— Pression atmosphrique : 0.7 au-dessour. Temprature : 0.7 an-dessous. Probabilits pluie : 1.5 ngatif. La .— Pression al nosph lique : 0.4 au-dessous. Tcmpr rature : 0.2 au-dessus. Probabilits : pluie 2.1 positif. Conseil pratique Considrant qu'il n'y a pas lieu de profiter de* difficults de la situation actuelle, la mai son Kawas IILHMANOS se l'ait le devoir d'aviser ses clients ci le oublie en gnral qu'ancune augmentation ne sera laite sur les articles qu'clc a en stock. \ u que ces articles n ont pas eu a subir les eons uuence du nouveau Uni.. C*esl pourquoi nous conseil loni les pres el mres de |;iinilles de se balerde faiieleurs emplettes chez Kawas HERMANOS 1721, Hue du Magasin 'le l'I'.ini. V0ULEZ-I0HS SAVOIR?-. o vous passerez le samedi et le dimanche la plus (agrable soire, le nom de l'Etablisse mat o les gens eiiic-. se donnent rendez-vous,o voue gniler.v. aux vins les plus dl cieux, aux mets les \>lus exquis ? .^EA.SIDE 1NN i Les rafles de la Police Hier, vers midi, la rue Amricaine, un gendarme accompagn du ehei de quartier, a rail une raIle gnrale des nombreux vagabonds qui. chaque jour, sr donnent rendez-vous, celle heure, sous les galeries des mai sons situes dans le quartier O ils Suscitent les scnes les plus scandaleuses. Il faut vivement fliciter la Police pour l'activit et l'nergie qu'elle mel laire l'assainissement social de nos rues. r }tf vV f vV A fy tj vV \'( A A A ri A A 'i-* i- i • • • • %  **' %  %  •. v r& • f • *• • W* -X* •** X N ON SEULEI^ENT pour les enfants qui ne peuvent s'en rassasier, mais aussi pour toute la famille. Quaker Oats est aussi dlicieux que nourrissant. C'est un merveilleux aliment reconstituant, riche en vitamines, conomique, facile -prparer et* digrer. ' Quaker *iilivj,.n.t>,t,.t..t..,.t,.j,.t..t..*..t. k i, *••!• '• 1/^v.^.iJiiJ.AA T v . v '-.' IV ^ V Notre œiL ... ne voit paa trop ce que Philippe a voulu diie dans L'Es soi d'avanl-hier. car tout le monde sait qu'il est mvope comme une taupe etque sa sj., cialil c'est... ds ne pas voir. Alors, le pauvre homme s'imagine avoir l'ail des dcouvertes pour nos lecteurs el s'embaraase dans les explications intempestives... One nos amis se rassurent. Philippe n'a jamais t de noire maison. Nous n'en avons pas voulu et si le musicien de Ption-Ville a poch son œil, c'eal vraiment bien tort... ...a vu le camion passagers La Sainle l-'amille faire un beau plongeon dans la rigole qui se trouve I. alue. Il n'y eut beiireuseineiil pas d'accidenl de personne. Mais les ehules de Vhicules dans celle rigole deviennent si frquentes, qu'on peut bien l'appeler : le trou dangereux. • %  ...a vu, mercredi soir, dans un de nos dancings' deux noceurs qui: laute de danseuses, el ne pouvant rsister a l'entrain d'une meringue, se mirent dansera deux avec une seule danseuse^ Le spectacle lail des plus curieux. ... a vu, merci edi soir, on l gnnl genlleman allabl dans un caf de la rue du Quai devant... des verres vides, mais en compagnie de la I alronne. Ut le dandy pour hier le temps feuilletait %  Le Rveil de Maddalonea un ci n roman de Charles Vayre. Le petit spectacle tait assez charmant, la Patronne folie Souiiail a l'aulre taisait mine de s'inlressarau bouquin qu'il avait levant lui el les verres restaient vides. ... vil le prtendu Homme A la /(use qui voulut laire des siennes en compagnie du Prince le lu Jeunesse ou plutt de celui qui ^s'intitule ainsi, l'.l la loiune d\ s Grands Dues commena. Ella s'acheva, hlas! par de* coups de l'eu que le galant, 1res excit, tira en rentrant lis tt ... le lendemain malin. El tout le quartier se demandait : Est-ce liauerre. hem ? • ... a vu. au coin des rues du Magasin de l'Etal el Traversire, devant le magasin de Paul Auxila. la petite source bienlaisante el intarissable de la rue. des populos qui calnuqenl les ardeurs de la canicule en se donnant des douches d'eau Iloide. torses nus, heureux de viv.ecclo minute exquise, se moquant pas mal (les passants. Us suivau lit lea prescriptions de l'hygine. Ils taient heureux el personne ne doublait leur joie. Jolie scne champtre an pleine vilhj. • %  • ... vil le galanl liilinanl la fille l'angle des nus des Csars et du Quai. Agace, la soubrette lana une rifle que le bonhomme sut le temps d'viter et l'aniouieux saisit la main qui voulait cire cruelle cl la couvrit de caressas, Ces du cjnma populaire et, pom laid v et Chevallier, quelle coin un en ( e • ... a vu. av:,n!-hicr. vers L' lis. de l'aprs-midi deux amricains humides qui sortaient rie Charov Rar.rue Dents Destouches e! qm se mirent se traitera grands c-j uns de poing. Ils se cassrent ainsi ne/ et boni lies. < ette scne depugilat mil la me m grand moi. Deux polieemen *h\ Manne Corps Intervinrent et rappelrent aux turbulents buveurs que la voie publique n\ si pas N1,1 "'i ae vident les querelles aprs les Verres.



PAGE 1

LE MATIN4 Sept m 1 u 1926 (T UKODONAL Goullc Rhumatismes Eczma ArlCr'.O' S cMiose Obsit Calculs m Nettoie ie Rein fut ', / ..• et Ici .. t.. L '...'/.. :, f ^oi f 'o ."<-'.' .-. %  -.' .ii. M -< .'c .l;.--'.. ; • I GRANDS PRIX BtaNkMMrti CMtahla rAumh>tin .-, ni '-.. il* PuiU, X fc VBlet'it'iiiif. Pan* oi '•• ^, ,M Ni i ^ %  ii'. -y?*^ I I i i t"~?*t m T."i i i nri> • I (' 1 %  . *1£f v .i ,, \Atr~ M I I i r %  •'f "•f. '"' ' •' %  u %  - %  JMJI "' %  >' % %  -'' %  %  i 'i.. % % %  r Mi ii ,i. ., I Œ—.--—i— %  . I U lr a ra Vf MWMd %  %  .::.-,/ >-... v i r ,,,MI > ,/ tJ jrga. .,. ii vu. jeudi, une bombe qui fit.it pur dei coups de poing. Trois joyeux compagnons pas •rent toute leur journe courir ensemble guinguettaa et ca {(•s. L'Overland dans laquelle ils luisaient celte boinhe, surrhatille, haletait Mais, implacables, les noceurs la foraient avancer. Cependant les choses, la tin, se gtrent. Arrivs devant le cimetire, nos trois gentlemen se prirent d'une violente querelle. ... les vil descendre de l'aulo, aemettre en posture de combat et se borner les uns les autres de coups de poing el de coups de pieds. Cela s'appelle querella aprs boire. MAURICE ETIENNE fils Angle (1rs Rues du Mayasiu de l'Elut el ues bronts-horts NOUVEAUTS,! MKR:KHK, I'AHFUMEHIK. 4 Quel temps lera-t-il en Septembre? I. Tippisioer nous le dit Comme nous l'avions prvu, le mois pass s'est distingu des mois prcdents par une temprature trs modre, CS qui ne sera pas le cas pour le mois de Septembre o la temprature se tiendra gnralement au-dessus de la normale. Ce ne sera qu'autour des dates suivantes que le thermomtre aura t e n d a u ce tomber au-dessous de la normale du :t au 7, vers le 10, du 17 au 18. le 20 et autour des 'J7 et 'M. La marche du baromtre sera caractrise par deux vagues de monte ou 8 au 19 et lu 22 au 28. poques o avec la haute temprature et les pluies indiques on doit s'attendre des orages. I. a chute la plus importante de la pression atmosphrique aura lieu du 16 au l. I.e baromtre ara plutt bas. aussi pendant les premiers jours du mois du 1 .').l)es baisses secondaires se teront sentir, du 12 au 18 et pendant les deux derniers jours du mois. (Juand nous avions annonc des pluies pour les derniers 3 jours du mois d'aot el que les pluies taient tombes rellement le 28, 20 et .'M au lieu du '-"••. 80 et 31 connue veut le texte de notre prvision pris mot mot, nous affirmons (pie notre prvision tait nanmoins correcte puisqu'il ne faut point oublier que l'exactitude thoriquement possible de nos cale ils se soient dans une limite de temps de plus ou moins vingt quatre heurev c'est sous l'empire de ces considrations qu'il faut aussi Interprter les prvisions poulies pluies du mois venir. Il v aura Irois poijues principales de pluies du ."> au ti. du ! ul |3et du 22 au 21 II faut s.iitendre les pluies auaai *ST1 le 16 et 17 et vers le dernier jour du mois. Les priodes de pluies du i' au 13 et du 22 au 24 seront des priodes de pluies d'orage. Dmission du Magistrat Communal de L<'ot|ne Logne, le 1er 7brc. 1020. A Monsieur Clment Magloire, Directeur du journal Le Mutin, Port-au-Prince. Mon dur Directeur, Veuille/, je vous prie, avoir l'extrme obligeance de donner publicit |g lettre que vous retirerez sous le couvert de la prsente, ce, dans le plus prochain numro de votre quotidien. Veuillez agrer. Mon cher Directeur, mes salutations les meilleures. Victor LACOMBE Magistrat Communal. l.ogne, le .'lit Aot 1096. Au Secrtaire d'Etal de l'Intrieur, Palais des Ministres Port-au-Prince. Monsieur le Secrtaire d'Etat, Patin des ennuis que me cause l'Administration Communal! de Logne, je vous prie de bien vouloir prsenter ma dmission son Excellence le Prsident de la Rpublique en lui donnant la parfaite assurance que je reste, malgr tout, un admirateur de sa politique et un ami dvou de son (iouvernement veuillez agrer Monsieur le Secrtaire d'Etat, mas salutations distingues Victor LACOMBE, Magistrat Communal. Parisiana demain soir Gantas Ce lilm magnifique qui a lait, lors le sa pmnire reprsentation, l'admiration de tous les amateurs de cinma et qu'un public nombreux chaque fois qu'il figurait sur l'affiche, allait chaudement applaudir. Entre : 1 G. A la Commune de Logane Par Arrt du Prsident de la Hpublii|ue publie au Moniteur du t Septembre courant, vu la d mission du Magistral Communale de Logane une Commission, com pose de M M..Iules Moscoso, l'rsi dent.Franois Vulcain et Alce La liens. Membres, A t nomme pour grer les intrts de la Com mur.e jusqu'aux prochaines lections. T us nos compliments. Echo de Cavaillra De notre Correspondant : Nous avons t trs heureux de recevoir, vendredi, 21 courst, la premire visita de M'. Turenne Th/jin, Commissaire du Gouvernement prs le Tribunal de 1re Instance d'Aquin I! n'a pas manqu de laisser tet, combien heureuse a t dans son choix 1s main .lu Gouvernement. Combinaison vreuses, perscutions, vices de toutes sortes,concussions, tout en un mot, va iuSouffrait oV rhutntiim* */* PENDANT BIEN D' IL SOUFFRA DE Il explique comme un simple remde de famille le soulagea j immdiatement DM million* de personnes emploient en vain un remde aprs l'autre pour la rhumatisme un* penser qu'il y a un remdo de famille qui le* soulagera immdiatement t pour toujours. "Pendant bien d'amim j<> souffris de rhumatisme aiiru, nous crit oc Monsieur de Dijon, Frac/ sans trouver remde mes maux jusqu' quoiqu'un me recommanda le Uniment de Slnaa. Us premimi applications ayant nlsvtla douleur, son usagp constant m'a compltement guri. Ceci est pretiqu'un miracle quand on considre que j'ai plus de soixante ana." Il suffit d'appliquer un pou de Uniment de %  Sloan, l'effet curant duquel est produit sans besoin de frotter. L'inflammation baissa bien vite,. la douleur disparait et en peu de temps les muscles et tendons retournent leur tat normal. Dans n'importe quelle pharmacie vous pouvet. en acheter un flacon. Uniment de Sloan Anantit Toute Douleur nouii dans la fameu.-e bote de Pandore,., k la grande satisfaction des justiciables de cette juridiction Qoalla concidence! Kn prsence de l'heureux choir qui t lait par la Gendarmerie du l.eutenant Go!*olus dont l'activit,l'intgrit, lu pondration et l'indpendance sont admirables aux yeux des honntes citoyens cl qui fait bon minage avec le nouveau Chef du Parquet, vraimeut on se tro *e dj dans une atmosphre de relle garantie. L'on conoit aisment combien doivent-tre ptis de mcontentement, de najs... les b nheiaires des actes nfastes prcits. \v.-c une situa ion aussi embar rayante pour eux ces audacieux impnitents auraient remue cieux et terre pour trouver quelques base et fondemei.t ddnonciation. Cependant, nous espions qu'a* vec le concours de ces deux chaca pions distingus ( Chef du IVquet et L'eu'enienl de 1 1 (endarmerie) notrej. Ii,i s infernal sera bieutot t dfinitivement dml. La Cour perma nente de justice internationale Par cble franais GENEVE, 3 Septembre—La on frence sur la Cour permanest de Justice internationale s'est ouverte aujourd'hui. J:i tats sur 5 .1111 Jj3 MADE ^ ^^^ IN USA KNOWN THE -— WORLD 0VB1 NO STROPPING 405 L;. Maison GILl^TTE n';issunio la cspoiisabili' du parlait fonctionncmcnS de k vraie lame GILLETTE (|i M aand t !e ;• sen ans les vrais rasoirs Gillet Il n'y a quune seule lame Gil\ e ~"~ Elle'est la vraie lama qui n'a jtmsii gale. Des anu 'es de;;recherches et d'siL constanlas ont [perfeclionn son excellentfl ateliers de la GILLETTE SAFETY RASOBJ PANY se sont -ntinuellement attach I c< son pouvoir p atoire. Des mtallurgistes, des chimistes et tes m techniques ont (onsacr tout le"* temps lai tion de cette lame, laquelle est reconnue Haut les pays comme le modle type de l'excelleat i Chaque me GILLETTE fabrqne sttL par U p lu rigoureuse inspec on et rpooral tre haute enc orne. Elle ne peut tragsiai sera jamais surpasse. Ne ove/ content qu'avec une barbe bien I Serve/, vous de lames G1LLTTE et vous aun \raie satisfaction d'tre bien ras. A vendre chez, tout les boni marchtid f* sont reprsentes Van I ysir g ,lu prsideut, a insist sur limportan ce tle l'adhsion ventuello des Etals Unis et aux rserves foi roules pur le snat de Washington dont Isa 3 premires n'ont soulev aucune oojectioa. La confrence sur la Cour Permanente de Justice Internationale qui s'est ouverte ce matin i septembre a nomm prsident : Mr Yan kysinga, hollandais, et viceprsident Mr Jumen't ( Vn/ulaJ et M.Francis Bell(No-Zlandais). Dans L'aviation Par cble franais PAIUB, 3 Septembre— Les avis leurs Lliarhs et Vv'ejser, tenant le record en ligne droite, sont arrivs sans escae Bender Au! as. A la S. D. iV. Toujours la question des siges permanents Par cble franais GENKVK, 3 Septembre — Douze menibr js de la commission ont rorganis l'extension des siges permar.nts. La Chine a v..t pour i condition comme l'Espagne un sige permanent. L'Allemagne et la Pologne se sont abstenues. Le raptaantant d" l'Eapagaa n'a pro non'.e aucune psrolc ifraarable, Derjaix la commis-ion enl mira le i,i( jj.r.i de Mr Motla destin au coj.eililam lequel il persistera d'jclarer que l'entre de l'Allemagne dans la a. D. N. implique attribution d'uu sige permanent. Les Chambres de commerce en Tur quie doivent chan ger de titre Par cable franais CO.NSTA.NTl.NOPLb, ;t septembre— Le ministre du commerce a inform officiellement les chambres de commerce trangres qu'elles dew'ont dornavant changer leur nom en celui de club ou asso cialion et se conformer i la loi sur les associations si elles veulent continuer exister.] anrsc mid : s'est aussitt rendu au Club de St Cloud o il a jou au ijolf. Immdiatement prs il s'est rendu a Paris, a dn rapide mnt et n pris l'express de Biarritz. Le prince compte parcourir la rgion pyrnenne dans son auto mobile qu'il a envoye ? Biarri'z par chemin de fer. En Belgique Par cble franais BRIXELLES, 3 Septembre Les chemins de 1er de l'tat belge ont t transfrs aujour t'bul Ta Socit Nation le avec un bail de 75 ans conformmeul au program me conomique de stabilisation du cabinet. Le premier lsultat de ce transfert est que les tarifs des passagers et des marchandises ont augmeat immdiatement de 25 op>, que lefrais d'exploitation se rout fortement rduits et que d'au trs conomies seront faites.L'aug LU l'tution du tarit des voyageurs est expliqu) du fait qu'actuellement il ne reprsenta qin 70 ojo du lar I d'avant guerro calcul sur la base or. Runion du nouveau Congr mexicain Par cable franais M i : \ICd, 3 Septembre— Le nouveau congrs mexicain s'est ru ni G heures ce soir avec la p:rs pective d'avoir rsoudre les pro blmes les plus importants qui se soient poss cette nation depuis des annes Ln message du Prsident Calles a t lu la chambre et a trait tout particulirement aux relations trangres et su dveloppement du Mexique. Il fait ail us in ii aux lois sur les proprits des trangers et sur les ptroles tala controverse qui s'est le ve entre le Mexique et tes liais L'nis au sujet de ces mesures. Les vacances du Prince de Galles Psr cble franais PASIS, 3 Septembre— Le prince de Galles, sniv i Paris lundi Pour la dfense du franc Par cble franais PARIS, 3 Septembre— Le Matin d lare que le gouvernement aurait pro6t des reeaUa fluctuatioas des devises pour assurer ses besoins en change pendant plusieurs mois et pour constituer une masse de mamruvre p nr la dtense du fran.sur tous les grands marchs mondiaux. La neloui velei wai Musi Par cable I HOME. 3!*|t, italienne c&aSsiiaj tion du progfa* 1 Italie conitiluil b-edansiuistosaj comparable sa il journe di JM* le Duce annoaj tion politique a* litique finaoeital par le cabinet M reuse dflation a J ca d'Italie V pour le crdit laf ges trangere-la] d huide 3t f 150 I34 lai Bulletin a du R( Nous avons nuim-roduina] l du Bulletin parle Bureau f nancier—Baal contient les les iiifoiniationJ concernai! ' Publics. Nous reniera gracieux.. Aux po f( I^s dtente d'armei fe H Chef de laJJ ffrtS Chef d* l:, L licences ojl ronl & 2 M !ine~ tion i^' s :;>' %  au "".""uirtaal m Che entdl" \\ :i de < %  %  Slajrf"



PAGE 1

LE MATIN '^ 4 Septembre 195* Insurance Co [ne des plus fortes Compagnies] canadiennes d'assurances sur la vie. Eug.Le Boss & Co. %  7 £SS'£i<> m& Wm. & &4 0-Oori/ comme cestbon/^ i>i Avis T E -mt M nettoyer l&' \9H>. L'.'genl. Gt. le LES 'IMlbUti Trs bonne occasion A venditpour cause de d part une automobile Dodge spciale a l'tat de neui et un piano marque Schoomacker, l'adresser au Cable Franais PATEOn demande A louer nne maison basse ayant toutes ses dpendances. S'adresser au Bureau du Journal. The Royal Mail Meam Packet Company '^m^mmtr^r .7%**r, w7,-*r. .^wf. iT'wT. .TWT. 7>*T yy A^/ : S&ZS2&B*&2 kifoe Granul Brewer \teplu8 actif des Reconstituants M Fortifie le cerveau, la moelle pinire, les^os. et les ij*in$. Rend puissants et vigoureux les enfants dbiles, i Wiemmes faibles. Les personnes uses par des travaux] [assidus. H eite chez : Simon lieux,''Alfred lieux, Lopef| PJ, Ed. Estve ' Co, A ^ Boit, lphonse |*r, J. H. Borday,|me L. H. Ooret. i PetitGo.ve : s... fff.,,.i |£licll chtz : R. BrouarlJ rai.d' ; e Ro 1709 GEO,JEANS&ME 4Co, 'cents Le steamer "; ea S'erpenT' est attendu a JacOMl, le ls septembre prochain. Le sleiimo! "Tevitt est at.emlu a Jtcme!, le ItO Septeuibr| pro cliain. Port au Prince, le 19 aot 1926. .1. DAALER Jr Agent Gnral pourllaiti J "*eana taawaM^aan**aa, a r.* --^ *.-^^. %  % % % % % %  i — Horn -Unie Le bateau 'Mimi dorn", von .ut de l'Kuiope via Puerto Itico, Puerto Plata et les porta •)•• n> ni sera ici vers le 8 Beptsmbra en route pour KifigftOO, ttasto l>o mirgo City et Curuio, prenant frl et passagers. OLOFFSON, LI.'CAS A o wg.Le Boss $Co. i Agents Gnranx srasi les m p 8*aps d*s Indienniin-i ; iam confiaient nq l'inmeni n TranSlallantique Le steamer "Caravelle" parti de Bordeaux le 24 Aot est attendu Port au prince le 10 courant. Ji repartira le lendemain pour Santiago de Cuba et les poils du Sud. La suite de liiin raire sera lixea l'arrive du bateau. Poil au Prince, le 2 epleni. lire 1926. L'Agcnl.K. BOB LLI\ AVIS La Banque Nationale de la Rpublique d'Hati se fuit le devoir de rappeler aux por leurs de ses Billets provisoires uen vertu de la loi d.i 2 Aot 5)22, le dlai pour rchange des dits ilillels contre les Uillels dfinitifs ou de la Monnaie d'Or des E als-l nis d'Amrique expirera le 24 Octobre 1938. Elle invite encore une fois les parleurs de ees Uillels se prsenter ses guichets, tant Port au-Prince qu'en Province, tous les jours.dimanche et jours de fte excepts, de !> 1> 1\'2 h, cl de 2 3 lues. p. m. pour les faire changer. Elle leur rappelle en outre qu'en conformit de !a loi du 22 Aot 1922, passe la date du S4 Octobre 1926, les Uillels Provisoires seront de nulle {valeur et la Banque ne pourra plus, par\consequent, les changer. BANQUE NATIONALE DI L RPUBLIQUE D'HATI. Port-au-Prince, le 1 Juitl. 1926 Sa n %  % %  -— % %  %  %  % %  — %  — • %  % %  %  Ecole Spciale Stnographie et de Dactylographie 316, Rue Prou, Tlplic' ne 620, P rtaaV p nrce. ( 10 annes jde suecs consacr par un Arrt Prsidentiel ta reconnaissant )t imi ortant tablissement d en aslgnaasasl roa>aisrotal se signale k \ r.Uanaa %  .s'rsk par le i liiilaire de son pro gminni'-, par l'eicellenca de sa Teiluiiqii^ |d*enseignement, par l'importance de son matriel, par la rgularit de son organisation, f iar le ( liiffre de son etlectif, par e fouctiomment de son Bureau de placement, pu l'anciennet de sa fondation, par la srieux de *es eiamena -ie lin dludes. No >ce duill %  envoye M. I mande. Socit .^produits Sotot Paris CAPITAL : 3.4OO.Q00 francs. La plus ancienne Maison oour les Dentifrices; Fonde en l'i•>'>. IIK Bt tTOT EST t.'MIL DENTIFRICE APPROUVE PAS I.'M.AHKMII: DE MDECINE DE PABIS. DVIJ nde/laP;'ile Dentifrice Botot Demi iide/ l'Eau de Botot lu ni ndez le Savon Dentifrice Bo* amandes la Poudre Dentifrice .--_ I oiol au Corail et au Ouinquir. JK^ Dni index le ••Sublime" de Botot Mi contre la chu te des cheveux. ^y Lis dentilrites Bolol sont re tfif commands parles meilleursden lis'es d'Ilaili, notamment les sui \ ; H l v %  Docteurs Volrry Rouzier, James | Ewnld, Mercier fils, Holry.Dumer v, Daniel, etc. etc. ftr-_( l-.u vcnle dans les maisons suivantes : Pharmacie Pnarisot, Pharmacie Bourraine Pharma cieCeni.ale. Pliamiaie Saint Jean,Maurice Etienne fils Paul Auxila.Ju MGoraall.A, Boit, .1. Poujol, Carmen Douville, si:'in,oiilv ei Sergile, elc,etc \ El .buis toutes les bonnes Maisons de Province En gros et en dtail chesles Agents Exclusifs pour ii/y llaili. ,-,,. B vt PLAVELANET Cie 17W, Rue du Magasin de l'Etat Port-au-Prince B.o. bmBox 196. Oraqss d'nule de Foie de Msrae * En stock elle/. : Geo.JEANSME S: Co. Agents rVi Alumimim Lia m Hw-QrUm South. America SteamsWPjCo toc. Ptoohalnsdepa.tsdjrectspouri Port-au Prince "JE^iti ( Le steamer "Eidihorn" laissera Port Ailliui le'14 Septembre Prochtio pooi let-OHeanf K loliile if l'oil-au-Prince 0 il esl attendu verjf le 27 du mme mois. -. Il prendra du fret I tous les ports ci dessusH nommes. ^ Le steamer Cliristiin rojjh laissera HewOr-M pians le 7 Septembre prochain directement onr( l'oit au "rince. / Porl-au Prince, le 26 Ao l li)26. Ad* lATTElS iCo Agents Bar Terminus Propritaire : A.WIJmaor A riiorniHir d'informar sa bienveillante clientle qu il a install a 1 tae de son tablis sment, un salon i exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera des consommuious de pmmisr choix et o des lunchs seront servis sur da nsn le. m T'pbone No 7s;.



PAGE 1

ACTEUR PROPRIETAIRE BjpRlMEUPJ Clment MAOLOIRE 1358. BOIS-VKUV". Rue Aint'i-iciiiiie, 1958 QUOTIDIEN // n'y a rien de si deiic.de si simple, de si Imperceptible, <>n il nciiiir tics manires qui noua d citent, in sot ni n'entre, ni ne sort, ni ne s'assied ni ne se Ici-, ni ne se toit.nl n'est sur ses jam tes comme un homme d'esprit. LA BRUYRE U mjjJERO 20 CENTIMES LANNE N-3W0 Dnif TLPHONE N 242 PORr-AU-PRINŒ ( HATIJ VENDREDI 3 SEPTEMBRE lU2(i reproduisons cet arlifciN de parisJViMHrfnw juilll coule, plein de et fortes leons et qui mec quelle vigoureuse Wquelle inimitable inmon vi.'ux dogmes popfamn's Mussolini el ^rateius lullciil afin Patrie s ni prospre, it et grande. Irur 1 Maille conomique eo Italie H'TFASClSTK.lil Ml'SSOMMl DOIT M! (ONSIDni i COMM: MOBII.ISK > tiiri;; v nils italiens, efJc iii venue possible icris-' montaire el de l.i jrimilt rerlahie d'une cris • nerci.ii onl ni:; nula De conoiniijiie avec l:i [ardeur einenl el la Htoirdu rgime el de la %  talion fascistes. Il esl nc%  |r, imprieusement n*re que tout lascisle se Were connuespirituel le [^effectivement inohiliNuecessent les lessear (i >!>!>i. |_rsultai aJ t de ldi) (|iiinfaux d v Wi'iij pour deux hectares, rig mien sment contrl. Il continu.l'utilit et la certitude de la victoire dans la bataille pour le grain qui a t engags sous vos auspices. Signe: I-.prsident de la commission du bl.eoinlc Alessandro Dalciati. Le fascisme sail bien que ses ennemis onl toujours prdit qu-'il lomberail sur le terrain .-oiioiniquc, el l'on peut croire que, pour les taire mentir, M. Mussolini el ses trou-, pes ne reculeront levant rien. B*ln Inspecteur l'un ds T^'I'IUS ,,,,,!ver pie la Hf-iU.„p lt. !•;„ voil C ne -* n ^ pus comme loin W^f Pendant, il peut tre. \ !" n de ne pas dire la chose qile ks uulres< % %  a ses raisons : le Elu mis SC) domicile \lZ**' or, il „v est plus il Si". el ,ors( l 1 '"' > hls |T 'ions. ( | ( .. ,cn.w.neKutres publis ,,;„ %  LE r; ,ii 'i'H.t pas L .„ |); ,, k ,., [n 1 ?.-)-'''! p„ ml encre lus. Wn7 >mi, l lu e iouru:il P^enialiivdusoir. F^nine il est dillieilc le H tr 'oui le monde el son I ferne," u l lsU dtacher la h.| s -' lu-cane, la poser Sri fx, sur '•' lal 11 ll 1 m a 1 AIINl ouriont, HuJ a L ,1 < de temps en lj| V cuillere d A, R. 1VU,VIU '" 1 la.aimau.ke et toujours mardi soir, les ennuis cftre mi grand,..homme. t.... voulut entrer au petit cal joyeux, mais la porte est basse, d lui fallut couber l'chin. ... conseillerait au proprio de surlever sa porte; car, au moment o L... y passait comme jadis les Romains sous les Pourehcs andines. deux gentlemen, dans la rue, se tenaient peu pies ce langage: VeUX-tu goter a I A. K.1007 Il esl exquis -Je voudrais bien, lit l'autre, mais il faudrait se baisser. • ... a vu, mardi vers9 heures du soir, preaqu'A l'angU les rusa de Bretagne et de Œgarit, un attroupement considrable : voisins, passants, lemmes, hommes, enfanla. C'tait une querelle conjugale pu se vidait en pleine rue. Beau scandale I Ira conjoints se battaient furieusement ou plutt non, Noriu: (En, voyait la leinme. une matrone la tarte poigne, rosser, niais de la belle faon, son cohabitant. L'homme encaissait lous les COUDS. Cesl ce qui s'appelle cire galant jusqu'au COU. ... l'cpuis des m set des mois. voit au Portail le Logfht, tout pics du Poste de Police l'auto .\'o 235J en panne. Elle esl use, dlabre, elle n esl plus UU'uil amas de vieilles frailles. (l'est un record de panne. ... a vu, mercredi aprs-midi, Supriorit m *> de la Corona* ^ a,% Voici quelques uns les ivai ^ $^^ ^ *^^>a >'jj.,^ hautes vitesses l.ictylographi^^S&%mJ^^ t'"-j,i, -).— Encombrement et poids( .'5 legs. ) rduits pour £"^transport tacite dans un lgant tui-valise. *C'v •')•—Retourautomotiquedu ruban bicolore. J8ST .51% L).—Mcanisme incassable, *i3" 4,^ ). Clavier pour toutes langues, lous genre d£0, ^criture. g^ ? : (i).— Visibilit absolue de la totalit du travail en A3. X* cours d'excution. yl ^ ENTREZ POUR DEMONSTHATION, CHEZ: ,:J^ &? MAXWELL : Mollit 5? g FOHE: d/o ;r je me lais le devoir de vous ou uoncer que les plats ne sont plu, 11.70 nais 1 gourde. l'auto 273 qui stationnait sur la roule le l'orl-au-l'rinee Marlissaol. Le chauffeur d'un camion p issagers arrta sa voilure pour offrir son concours au condueteur de l'auto : mais celui-ci rpondit qu'il s'tait arrt volontairement et qu'il allait manier par la iieine Avenue de Bolosse. Le camion poursuivit son chemin, mais NOTRE ŒII. voyait l'auto toujours en place : elle tait en panne de ga/.line. Cest une le celles pie les automobilistes avouent difficilement. ... a vu, mercredi aprs-midi, II Grand'Ruc le union passagerNo. 1031 qui n'allait plus. Comme dans la fable, les passagers avaient mis pied Ici re et poussaient la voiture; comme dans la table aussi, un gamin allait el venait de l'arrire l'avant, et de l'avant l'arrire. surveillant la manœuvre. Mouche du coche! ... a vu. Hue Saint Honor, dans une petite guinguette lirement appele idal de la Jeunesse o, le soir, l'on boit et niante du consomm piment ce avis si original qu'il mrite bie 1 que tous les... yeux le voient. Il est affich dans la salle manger an dessus de la tabla commune ou les soupeins se pen lient sur les assulles fumantes. Voyez plutrtt : Messieurs les clients! Vu l'tat les choses et la cherl accroissante ( sic ) des vivres. L OISEAU BLEU J'ai J .MIS mon cœir un oiseau bleu, I ii( rliiirmanlr crature, AI iHiijnuiiiiiijiu\\ canton Vil p.i.s l'i'|iais.sfiir d'iiii dURMi Il lui fa 11 1 lu MIIIJ pour pillure Bien lonjlenips, p> un' lis un jeu De lui donner %  iiniirnlure : Les pi-lils oisiMin %  UMNl peu. Hais sans en rn-ii laiwo paraitre, U.iuo HOU ui'iir il a [.ni litratre, lu Iruu linjl oiiiiue la main. \\ si. lier fin loumii' une lame, fu ((inliniiiiiil -un IIIHINII, l'esleilr|usi|ii an [nul ilf I ,lmr f .. yfksMMDH MAURICE ETIENNE lits Angle des Rues du Magasin di l'Etat et ocs l^nuils-l'orts NOUVEAI ri's,' M1.1ui.Hi1:, I'AKI UMK.IllK. onseil pratique (Considrant qu'il n'y a Ml lieu de profiler des difficults de la situation actuelle, la mai son Kawas HERMANOSse l'ail le devoir d aviser ses clients el le publie en gnral qu'aucune augmentation ne sera laite sur les articlesquele ;i <-n stock, vu que ces articles n'ont pas eu a subir les couse quence du nouveau tari.. C'est pourquoi nous conseil Ions les pres el mres de liimilles de se halerde fairlcuas emplettes chez Kawas HERMANOS 1721, Hue du Magasin de l'Elut. /En rentrant de l'cole ?'qucl!c faim! AU retour de l'cole, les XX enfants sont gnrale* ment fatigus et affams. Il leur faut quelque chose de nourrissant et d'apptissant. Donnez leur une bonne assiette de Quaker Oats. Rien de tel pour les entants. Qur.ker Oats fortifie les muscles, renouvelle les tissus, reconstitue l'organisme tout entier. On le recommande aussi peur les enfants lous les matins avant de partir l'cole* •5* Quaker Oats • '*i< 0.P •^•^••J^^^f^****?'* Peut-tre en ce moment dans l'orl -au-l'i iue\ le |)( 1 iOIUlUge le plus clbre; le plus redoute, le plus envi. M> sterieus cl pn lien, d voque un de 1 > Insaisissables o\u Conseil des i>i\, dans Venise; el dan li • f£spagnes, de l'Inquisition. 1 e duo ho n rgeo 1 s qu'une brouille de mnage mtamorphosa en couple de portefaix*, redoute, le calme revenu, d'avoir t saisi en pleine action, par le regard implacable. Songeuse et nostalgique, la jeune fille rve aux manolitas le qui sont rapp irtei's p.nT\ inconnu,les nuits aventureuses, les randonui es audacieuses, l'.i le ga>roche des rues, le gamin du ruisseau m ngril d'attendre l'occusion de quelque mlait d'importance qui lui mritera l'insigne honneur d'tre remarqu par le dispensateur de clbrit. NOTRE ŒIL... Le secret de son attirance, c'est le Mystre. Dans une petite \ill'. Port-au-Prince, o tous se connaissent, il est l'Enigme. Masque parmi les visages nus. Pose devant la foule, comme l'Autre devant le sable, Sphinx. Si on demandait Montaigne : Cest cette femme, peut tre 7 II rpondrait : Que saisie Si ou demandait Rabelais : Qui sait si ce n'est pas cet homme 1 II rpondrait : Peut-tre C'tait lui peut-tre, ce l'amarade distrait avec qui vous avez men l'autre soir. la borde ji-le le lendemain fa pture du publie. Celait peut-tre son rictus, ce sourire inquitant lev au coin de celle bouche larde. puisque si fidlement furent' rapportes sous la rubrique dangereuse. les inepties que 1110110logua votre sottise, interminablement. Si encre tait ferm l'inquisition fijreieuse un endroit, u 1 milieu Mais non L'Invisible I"' 1 ''hilare el sarcastique, sur les plages, dans les petits trous pas cher, dans les appartements les villas luxueuses, dans les bouges. L'lgante parfume sent sur sa nuque blanche son souffle glac, el la maritonne malodorante. Sou rire pouvante le cerclcux ayant ruct devant Us lazzis des camarades quelque bourbe d'envergure; la rustre bahi (h.as le fourr devant la magnificence d'une nudit adolescente ; les aunes M soulagent d'une peine trop lourde, par des confidences trop intimes. Ni le coup de bistouri piteux lch l'autre matine par un chirurgien clbre, ni les joins drurs .naillai.l le plaidoyer


PAGE 1

LE MATIN3 Septembre 19*20 MALNUTRITION provient de ce que le systme ne peut pas convenablement assimiler la nourriture L'Emulsion Scott est promptement assimile par les personnes de constitution dlicate et est un agent actif pour aider la croissance et restaurer les forces. narquois 7 Ou garonne en pan' talons troits el cheveux, passen* lemenl courts, mail in ^i,u)l<> ? I. o mbic l'enveloppe, iropn Irable. A la lueur rougetre lu petit brasier des cigares voici le aeballemenl terrible. In s un passent des bouts de papier, rec [angulaires, avec ; un angle, le signe latidique, l'un.. Sur chaque, une information,une seule, lue malgr les tnbres par un regard nyctalope. Lui, le directeur coule, attentif,et...dchire. f!'eal trop C'est trop Le vomissement crverait les poitrines devant tant de boue. El de l'amoncellement lie saines, le cauleleni journaliste ne garde que le petit las jet chaque jour, miells dune table trop garnie. Parfois un sursaut secoue Clineni taagloire, malgr son Im passibilit, el liinl de choses vues Comment, lui, jusque-l ? Et elle'! .Mois soigneusement, le portefeuille tir, ouvert, ferme sur le papier lueur. .Sourire sinisfre. Mditation. L'homme voit demain, par hasard un choc. Alors le rappel du geste oubli; •I l'adversaire louchant de l'paule, la terre; sourire qui s'claire, macabre, El puis... ... Ht puis... ceat|fni. La sance est leve. Sortie du Directeur L'autre ? Disparu ? Par o f Comment ? Mystre. Ht pourtant A celle mme heure. A celle mme heure de sance nocturne, il ; %  glan de ci de l, dis nouvelles. Rien ne lui i chapp. Ni voire frasque de ce soir, vieux marcheur; ni, belle madame, votre fugue. Mais ne craignez rien, vous n'en lirez pas le rcit, trop cors. El puis, l'œil ce soir de Irasipic, cette nuit de fugue, c'tait... Non Il ne lu ut pas rvler (Ttait... Lui Un lutin, un larfardel puril, cynique, lroce loujoui s nos cots comme un angelet-gardien qui aurait mal tourn, ayant pus le visage de la Fantaisie,de la Blague de la Parce; ayant devant nos vilenies une piti, el une souffrance devant nos %  ooitrances; et une larme devant nos mes, nos ( unis, nos COI1Beiences, loques en drive, mais n'en laisse rien voir, cl se contente d'grener devant nos btises, nos bagatelles, son rire, son ironie, son grelot, sis boutades, lu autre Nous; double inconnu, • le qu'il y a de plus nous eu nous. I e par tpioi, ; tout instant, nous prenons possession du inonde magnifique; du ciel d'toiles ou de la nue d'oiagas; de la mer, selon les heures ou bleue, ou violette, ou glauque; d'un mai lu e; d'un livre; d'une beaut de femme; d'un visage d'ami. Ce par quoi nous extriorisons le plus intensment nos joies, nos nvroses, nos dlires, el nos rancœurs, nos haines, nos rvoltes, Ce qui pleure le pass, les dparts, les ruptures, l'abandon, h -. gloires mutiles el le trpas des rvea : NOTRE ŒIL I Aux porteurs d'armes feu Les dtenteurs de licences d'armes feu, dlivres par le Chef de la Police de Port ou Prince devant tre renouveles pour l'Exercice 1926 1927, se prsenteront au bureau du Chef de la Police Ions les jOUnK jours fris c.uYpIcs ) de 1 h. -1 h. de l'aprs-midi :'i partir du ' Septembre l'.i'it jusqu'au 30 lu mme mois. date aprs laquelle toutes les licences non renouveles se ronl rvoques. La prsentation les armes esl d< rigueur ;iu moment In renouvellement de la ItceiK \Y Y REST gtiefde la Police (le P.ui l'.< Major de la G. d'il. A l'occasion de la mort 4e MSbields C'est pour moi un vrai devoir qui correspond aux sentiments les plus intimes de mon co-ur d'adresser mes plus v;ls reinercinunts la population et aux amis de Sainl-Marc qui mont spontanment apport un si prcieux tmoignage de sympathie cl d'estime l'occasion de la (in aussi tragique que soudaine de mon pauvre frre, si prmaturment enlev A l'affection des siens. Dans ma prolonde douleur, (immense concours d'amis ocCOUnisde toutes paris pour assister aux funrailles d< celui qui mlait si cher et que la cruaut du sort m'a ravi, a l pour moi un baume mon alfliclion. Ceci m'a dmontr d'loquente faon en quelle estime la Ville deSainl Marc tenait celui qu'elle considrait comme un tils adoptif et |e "aiderai ternellement en ma mmoire endolorie le souvenir de la pari (pie les citoyens de cette Ville ainsi que les amis de tous les autres points du pays ont prise mon deuil. Aussi, je ne saurais accepter de considrer la proposilion (pi nous a t faite de transporter la Jamaque le cadavre de mon hre. Sa dpouille moi telle restera ensevelie en celle Ici re d'Hati O il "lait entour de l'allelion de tous. Nulle pari ailleurs, pas mme en sou pays natal, il ne pourrait rencontrer un endroit plus propice l'temel sommeil qui a clos ses paupires. Il reposera ici au milieu de ceux qu'il connaissait el qui Tout prcd dans la tombe. En prsence de l'alleciion dont vous laviez tous entour el qui m'attire vous, mon intention est de venir me lixer SainlMarc pour prendre la suite de ses affaires, en essayant d'y c MI limier ce que mon pauvre livre avait entrepris el que j'espre mener bonne lin, si vous ne me refusez pas votre concours, et concours puissant el empress qui avait tacilil s;i lche. Je m'efforcerai de marcher sur ses traces, afin de mriter un jour l'estime que vous lui accordiez et d'obtenir mon tour une petite place dans votre affection. Je vous renouvelle encore une lois tous nus remeri imenls pour le tribu de sincres regrets dont vous avez recouvert son [linceul comme d une gerbe de fleurs, A. M. SH1ELDS. Fte_jenyo> e Mr & Mme Christian Coicou annoncent aux .unis que, pour cause de deuil, la soire qui devait avoir lieu dans leurs salons le samedi I du courant csi renvoye une date ull rieure. I orl au Prima ,e '1 Svplcm bre 1926. Mr Mellon Paris Le Secrtaire d'Etat de la Trsorerie (1rs Etats-Unis lait visite I. foincar fur cble franais PABIS, t Septembre L(s Jouiaunoment que M. Mellon. Mfirluire de lu trsorerie amricaine, lesterait Paris quelques jjjrs ; il a refus d'iMre intervi w et a dclar seulement qui. tait en ehsvtl de l'accueil pariait do la Prises L'arrive l'ai in de M. Mellon a raviv l'intrt dans la questioo des dettes interallies. On attache une iil 11 une importance aux couversa'ions entre MM. Mellon. Poin cur et Brland. Lts visites ont t purement personnelles et il n'v a t aucunement question des Brian ces interallies ou autres problmes gouvernementaux. La visite de M. Mellon M Poiucar a du r environ M minutes, celle i M. Briand seulement dix. M. Mellon a insist sur le fait que ces visites taient seulement un acte de courtoisie qui incombe tout fonction naire amnes n de passage Pa* ris.K'i"" %  • %  eux visites M. Mellon *'est Ml conduire au Bois de Boulogne el a pass son temps comme tout touriste Itisanl ses courses ordinaires. Les grands raids ariens Par cable franais PARIS. 31 Aot— La Libert annonce que le capitaine Colli, qui '' '' '•; • %  > n 'ii;i-r le capitaine Arraoharl dans son vol Iransatlan tique Psris-New-Yofk. a obtenu un auto: appareil aver lequel il ten tera br-mme |„ raid ; il partira aussitt que pos>ible pour essaver Je taire la traverse arienne de 1 Atlantique i va n t le capitaine Konck qui est New-York. I'AIU.S. t SeptembreUs aviateur sovitique Graoa il et H dvi/ek qui projettent de v siter rlome, Vienne, l'rague et Varsovie, nnt allerri au Ifourgrt venint le Berlin, HAMIS — Le lieutenant Hurles Si le capi'.dne W'eistr sont partis >:e matin du Bostg t en routo pour le Qolfe Panique avec l'espoir de l-ttlre le reooM du vol do distance.Les isdlcaiiona mtorologique* sont considres p. u favorables pour ce vovnge ItKRUNf— L'Agence Wolfl an nonce q?e deux hvions gants de la Lurtbsni allemande sont arrivs a Pkin : ils 0 nt couver! une distance de 6200 milles en dix JOUIS. < 4 la S. 0. vA. Par cable franais GENKVI:,2 Septembre — Le sous comit de la commission ebarge d'tudier la rortranisition du <:on Bell de la S.cil des Nations a alopt le projet de lord Cecil avec de lgres modili ation.. Les spi rsliona de l'Ifepjgi e et de la Polo g&e i des siges M mi permanent au conseil d'une h'. I a peri ettonni un produit oflraoi les no \ens srs ei simples pour comhatlie les punaises jusqu' leur extermiaation complte. Ce produit c'est le.... PLI F Introdjise/ le dans les restes et les crevasses iufestejpar des pmaises partout, dans le lit et le* liiteries ( %  "LIT vous dtruira les puuaies et leurs larves en vous debarassnt de ce flau. des mouches en quelques instant f'Ll I est propre, d'un usage t,. cile olfraut toute garantie. De no n breuses preuves ont dmontr i^ le crPLIT* vaporis ne tache ni > gte les vtements les plusdhciU. •< PLU''dtruit tons les insecies q infestent les maisons A l'aide d'uu peu de FUTa v parit ou extermine les moue i M moustiques, punaises, eancrjliU, fourm:s ainsi que leurs larve* KLIT pntre dans les fente*.i le.s crevasses o les insectts se ,, geut et dposent leurs laives. On peut aussi vaporiser le KLIT. sur les vtements;car il tue tous IBinsectes et leurs larves qui piquau' les vtements. Pour dbarrasser une maison ii ces insectes nuisibles il sullil .le se servir de PUT. Kn vente pir tout. r ii Avec ce produit vaporis on dbarSTAND VU) OIL Cl IMPANY ( ^EW JERSEY )E.U. Distributeur; Wcsi India Oil Company VkVJssssssl %  •* %  ) MARQUE DPOSE DETRUIT L'Allemagne paie Par cble franais BERLIN. 2 Septembre—L'Allemagne a effectu prs de 14 pour cent de ses paiements au titre de rpaiaiiou la seconde anne de la mise en siguent du plan l)a\\.s qui se termine gr;ka des livraiton en inarchandi-cs. Les paiemrnts totaux se nout monts a \110 mili'on* de ma ks or et les livraisons en n.tidreAt)5li.tf00.0li0 marks or. Les marchandises livres aux al lis soni de t iote nature eteonipren nent : charbon, pigSS pourl'ODs, matiics colorantes, fourneaux, ac esssotres de motoryelettar, chape lel*. msebioes empaqueter les boutons, hoi I %  m de Bavire, bro ses a lavet les bouteilles, (BUfS de truite, moules pour cigares et ma chines pour 'iser le colon ; un tiers de ce? livrai>on tuit en dur bon mou et ligoile. De la sono e nii.-e k lu disposition de l'a^erit gsrsl 1063 millions de maiksor ont t \.rs aux nations crfSDCIortB comino suit: Pranceenviron507 millions, Grande Bretagne -i>7 millions. Bel gique 110 millioos, Italie 78 mil lions, J-.IHI M rli.) ciinlf, slovne 118 mill ons. Etats Unis !5 milliocs. Les crancier* de moindre irrpor tance : Boumanie, lapon, PoitVSjsl, Grce el Cologne ont reaa en tout 81 millions. Abd*ElKrim sur le chemin de lextl Par cible franais M ARSKILLI :,'2 septembre—Abd cl krim est arriv ici. Le bateau ainenaiil le • het nUatu et i-a Fuite a l ancra en quaran uine au Prioul A-bd-sl hrim, sa tamille it ses OOnpSS laSS seront hospitaliss lu pendant quelques joorjusqu'au moment ti leur eu barque SSaatsnt le croiseur* Amiral Pierre • qui les emportera vers l'Ile de la Itunion,leur lieu d'exil. Nouvelle expdition italienne au Ple Nord Par cble franais HOME, i Septembre—Le gnral Nobile a peu prs termin les plans d'un nouveau dirigeable pour l'expdition italienne d'exnlo ration dans la rgion s tue entre Alaskiet le Ple nord En m •'•me temps on apprend qu'un dirigeable plus grand qofl le Norge est construit eu Italie pour une ex pdition dont le bal est tenu secret |: cet aronef sera termin vers la fin de l'anne. Moucbet, Moustiqn^, Vers, Fourmis, Punaises, Puces, Cssersltts. litaucoup d'autres I lasetai et leur : larves q n infestent 10. maison Manifestation de 1 nationalistes aile manda contre la France et contre la Rpublique allemande NOttfisIBSHU t.r Septembre— Dix millena'iona'i tes ont mani fest en 1 haalaii! Nous vaiucrons les PraBOSU)' eu prsence du prin ce Bupprecht de Bavire, du prin ce Oscar de Prusse, du telJ maie chai Von Vbukensen venant de Doom et d l'an rai Von sh f : ils ont coup les onBeteonnsmo tant la constitution de Weimar. Terrible accident maritime CBO.N'STADT.i Seplembre-La li>le des moils dans la perte du va|u>' Buicxernik 1 ni. 1.une 1 s'a'longer : on annonce n;:i te nmt que plus de I(H1 de> Jr)3 | ;is sag rs d bord du navire nn| t DOJSS. Le • Bonsessiks i coul di ma; 1 h,t oir ai rs av,ir heurt un noie en >orlant du canal Mon La terre tremble ^"BOME — l'n tremblement de terre a t ressenti le long des so tes sud-est de l'Italie particulire ment dans les provinces de Taren le. lrtri ei Ai si ne. MoSCOI 1 e vapeur Vu 1 n s cik" allanl de 1 ron-tail ;'i Les n gud a could trs av lr bssi un mle. PAYAI. Itr Septembre — Un tren.blen-.ent de terre cc|. La premire seco'sp violente s'est pro duite U h 10 du mutin : Pavai et les Iles avoisinantes furent parti culirement prouves. Plusieurs qtsJfOSM fuient dtruites: on dit oue co choc e i'te le plus violent de tous ceux q il -e sont produits depui* ItiTO ; l'hpital est rempli de blesss. La liste des morts n'a pas encoie l tablie et on croit qu'elle ne sera pas trs importante. MEXICO— l'n tremblenuntdc t^rre vtnUnts'e^f n-obiit dans U v'Me de IVh'-Mritpppcet unegrjn^e partie deTEat Doaxnnt. Un n'a *neore TPI-" ->r „ n .^i,,; ,),, | a r ^ gion prouv Le choc a t enrA glsfr p" la 1 (a ion ilsm'grspbi qoa de Tr.cuya. La situation l'inan cire des Etats. Unis Nouvelles rductions d'im I Ois en perspective W ASaiNoTQK—L)e nouvel! s r noctioos o'impts avaol les leeti>ns pr-.iJenii Iles 1001 prues par les sxjerts de la Trsorerie la suite de la publication d, stalis tiques ofticielles indiquent que la do te nationale emer ceins s t rduit* J 011 506 400livruittr liag us goovera nenl sera libre de toute obligation envers les cito yens sers 1044 kl la rduction de la dette continue dans les mmes pr>>portiooi qu'ectnellemeat. c'est n dira environ 103 millions de ii vres sterling par an. lourdement impos va preorf les derierjsn hreKuls de (.., finar cire ont permis de un c< mpte ;'i quel point sont lii'l monnaies latines. Terribles, ismi tions au Japon] Par cble franais TOKIO, 31 Aot-Os d'il lUdate, dans l'I'ed'Ho qu un g>ai.d nombre de ns (.ni pri, que !00 SI ont t inondes et des rixirij vag s par Je terribles isoi lions sut venues aprs des pli Mr Mussolini approuve les ini'-lliodes linancires du Cahinel Poincar HOME— S'entreteoaol a qselqnes jouis d intrrvale avec die p*ron nauis tranger , M. WuMuliui •• marnfcl ;'i deux n pri>es son |D pr ballon USS m.lh..d. s l inaic iss I pt( V p; tf \,, j, 0UVl |n ,. m 0 | ( rdtl Cli il autres personnalits dugOU vei n( ment italien ont en galement lOiCMioB d'exprimer leur sincre admiration peur l'effort fiscal que, sans redouter 1 impopularit, | e gouvernement n bsiia pul impo eer au pays, alin d'viter d'avoir recours 1 saproBl tranger, ce '!•" n aurait t gure possible sans Hypothquer ou aliner une partie <"i patrimoine national. .Il %  ' '' ; D 1 (,e 8uiv nt laquelle le tontribuab'elran.is tait .e moins Le "New Yorksr L UN des ncesssW Valet AutoStrop plus recherchs. R^ plaqu argent, tui en argent et ouvrag, ci repasser et dix &* de rechange, dans • superbe ccrin n,ck ^ | couvercle ouvrag, o* lure violette peluche satin. DemandexivoO fournisseur de vous mtrer le "New Yorkr Valet AutoStrop. Rcpc,eic E. P. PAWLEY, Port-M-M^ Le Rasotr Valet ] iliitirStrop -r.se, nettoie rf •*£ la lame, sans demonw DESCHIENS "P^rttar la cH. * 4 "* r,Uur dn %  • %  • pr^orll pr l'lit* m* l>-. ^-.^1 DIICHIINI, ,"*„ ,.^ ,.„4r,, ,..-. .. IS*SlSSI semoc 1


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06807
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, September 03, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06807

Downloads
Full Text
ACTEUR PROPRIETAIRE
BjpRlMEUPJ
Clment MAOLOIRE
1358.
Bois-Vkuv".
Rue Aint'i-iciiiiie, 1958
QUOTIDIEN
// n'y a rien de si deiic.de si sim-
ple, de si Imperceptible, <>n il
nciiiir tics manires qui noua d
citent, in sot ni n'entre, ni ne
sort, ni ne s'assied ni ne se Ici-,
ni ne se toit.nl n'est sur ses jam
tes comme un homme d'esprit.
LA BRUYRE
U
mjjJERO 20 CENTIMES
LaNNE N-3W0
Dnif
TLPHONE N 242
PORr-AU-PRIN ( HATIJ
VENDREDI 3 SEPTEMBRE lU2(i
, reproduisons cet arli-
fciN de parisJViMHrfnw
juilll coule, plein de
et fortes leons et qui
mec quelle vigoureuse
Wquelle inimitable in-
mon vi.'ux dogmes po-
pfamn's Mussolini el
^rateius lullciil afin
Patrie s ni prospre,
it et grande.
Irur
1 Maille conomique
eo Italie
H'TFASClSTK.lil Ml'SSOMMl
DOIT M! (ONSIDni i
comm: mobii.isk >
tiiri;;vnils italiens, ef-
Jc iii venue possible
icris-' montaire el de l.i
jrimilt rerlahie d'une cris
nerci.ii'. onl ni:;nu- la
De conoiniijiie avec l:i
[ardeur kbutes leurs initiatives.
y a trois jours, I honora-
U'ugtisto Tmali. .( crlaiiv
parti liiscMe, par-
afant m e grande asseni-
ftari. Il y donna Iccliuv
Wgrair.nie do Musso-
IGherTurati, il faut dirj
Il haut dans nos runions
lra\estotikvs les chemises
'PMqoela grande hatailL-
DOimqoe engage par le
Wnement est d'une im-
lancr dcisive pour l'ave-
|fcfcvcli)|)|>einenl el la
Htoirdu rgime el de la
talion fascistes. Il esl nc-
|r, imprieusement n-
*re que tout lascisle se
Were connue- spirituel le -
[^effectivement inohili-
Nuecessent les ^&t^M*M4^
VISAGES
**
gnralement ineptes, mme
si elles ne sont pic locales e
transitoires. Silence dans le-.
rangs. Que tout lascisle, par
l'exemple d 11 n e lahorious
discipline, soit le tmoin et le
propagateur de la certitude d.-
la victoire, quels que soient
les sacrifices supporter. L?
gouvernement tient la barre
l'une main terme et travaille
sans relche. Les Fascistes,
chefs el soldais, doivent l'imi-
ter. |l laul donner au monde
u\w nouvelle preuve formida-
ble de notre volont, de notre
tnacit el de notre lorce.
E:i commentant ces nobles
paroles, l'honorable Turati d
entrait son tour :
' es discours importent
peu. Les paroles cl les inten-
tions rie valent rien. Ce qu'il
laul, c'est l'ellort, leflort quo-
tidien, le renoncement quoti-
dien. I! tant savoir souffrir,
parce pie celle bataille est
I ultime bataille de notre na-
tion, qui doit finalement l'af-
Irnnchi-, devenir mailressc du
lendemain et non plus lre es-
clave de personne. s ient les forces matrielles
ou les lorces ploutocratie" ucs
Internationales. Si vous ren-
contrez sur votre route de ces
moHu quc.s ou de ces serpents
qui vont, murmurant de lou-
ches menaces contre le fas-
cisme, rappelez-vous que ce
sont desjrailres et desjenne-
mis de la patrie, et qu'il laul
les traiter en consquence. Ne
croyez pas aux faux intellec-
tuels qui raisonnent avec des
si, des iniiis des ceoendant et
des peut-tre. Ce sont les ter-
nels embusqus de toutes les
batailles. Recueillons nous
dans une pense terme, non
d.-strile adoration, mais de
conscienli'dvotion envers II-
lalic- el envers celui qui en
gouverne les destines.
L'honorable T u ra l i avait
raison. Ce ne sont pas des pa-
roles, mais bien des sacrifices
rels que l'on demande aux
Italiens aujourd'hui. Tout ce
qui peut augmenter la pro-
duction nationale devient la
loi du fascisme : loti! jusqu'
une neuvime heure de tra-
vail. De mme tout ce qui peu'
diminuer les importations,
c'est--dire amliore!" la ba-
lance commerciale: dans les
magasins, les produits italiens
portent une liqu Ile spciale,
et les autres ne d venl et e
achets qu'en c is d n -essit
absolue, Pour s'affranchir du
charbon tranger, les travaux
delectrification sont p Misses
avec une audaci el une vi-
gueur croissantes. Pour se li-
brer du bl tranger, les agri-
culteurs redoublent d'efforts.
M. Mussolini reoit les dp-
ches comme celle-ci: 8 J'ac-
complis un agrable devoir en
signalant Voire Kxcellence
le succs du champ expr-
mentai, plant et travaill se
Ion les rgles fixes pir le pj\>-
lessear (i >!>!>i. |_- rsultai aJ
t de ldi) (|iiinfaux dv Wi'iij
pour deux hectares, rig mien
sment contrl. Il continu.-
l'utilit et la certitude de la
victoire dans la bataille pour
le grain qui a t engags sous
vos auspices. Signe: I-.- pr-
sident de la commission du
bl.eoinlc Alessandro Dalciati.
Le fascisme sail bien que
ses ennemis onl toujours pr-
dit qu-'il lomberail sur le ter-
rain .-oiioiniquc, el l'on peut
croire que, pour les taire men-
tir, M. Mussolini el ses trou-,
pes ne reculeront levant rien.
B*ln Inspecteur l'un ds
T^'I'Ius ,,,,,!ver pie la
Hf-iU.p lt. !; voil
Cne-*n^ pus comme loin
W^f Pendant, il peut tre.
\n de ne pas dire la
chose qile ks uulres<
! a ses raisons : le
Elu mis SC)" domicile
\lZ**' or, il v est plus
il Si". el' ,ors(l1'"' >hls
|T 'ions. (|(.. ,cn.w.ne-
Kutres publis ,,; Le
r; ,ii'i'H.t pas L. |);,,k,.,
[n1?.-)-'''! pml encre lus.
Wn7>mi,',llu' e iouru:il
P^enialiivdusoir.
F^nine il est dillieilc le
Htr 'oui le monde el son
I
ferne," u'llsU' dtacher la
h.| s-' lu-cane, la poser
Sri fx, sur '' lal'11' ll
1 m a 1 AIINl" ouriont,
HuJaL',1< de temps en
" lj|V cuillere d A, R.
1VU,VIU'"1 la.aimau.ke
et toujours mardi soir, les en-
nuis cftre mi grand,..homme.
t.... voulut entrer au petit cal
joyeux, mais la porte est basse,
d lui fallut couber l'chin.
... conseillerait au proprio de
surlever sa porte; car, au mo-
ment o L... y passait comme ja-
dis les Romains sous les Pourehcs
andines. deux gentlemen, dans
la rue, se tenaient peu pies ce
langage:
VeUX-tu goter a I A. K.1007
Il esl exquis !
-- Je voudrais bien, lit l'autre,
mais il faudrait se baisser.

... a vu, mardi vers9 heures du
soir, preaqu'A l'angU les rusa de
Bretagne et de garit, un at-
troupement considrable : voi-
sins, passants, lemmes, hommes,
enfanla. C'tait une querelle con-
jugale pu se vidait en pleine rue.
Beau scandale I Ira conjoints se
battaient furieusement ou plutt
non, Noriu: (En, voyait la lein-
me. une matrone la tarte poigne,
rosser, niais de la belle faon, son
cohabitant. L'homme encaissait
lous les COUDS. Cesl ce qui s'ap-
pelle cire galant jusqu'au COU.
... l'cpuis des m set des mois.
voit au Portail le Logfht, tout
pics du Poste de Police l'auto
.\'o 235J en panne.
Elle esl use, dlabre, elle
n esl plus UU'uil amas de vieilles
frailles. (l'est un record de
panne.
... a vu, mercredi aprs-midi,
* Supriorit m
*> de la Corona*
^ a-
,% Voici quelques uns les ivai ^$^^^ *^^>a >'j-
j.,^ hautes vitesses l.ictylographi- ^^S&%mJ^^ t'"--
j,i, -). Encombrement et poids( .'5 legs. ) rduits pour -
"^transport tacite dans un lgant tui-valise.
*C'v ')Retourautomotiquedu ruban bicolore. J8ST
.51% L).Mcanisme incassable, *i3"
4,^ ). Clavier pour toutes langues, lous genre d- 0,
^criture. g^
? : (i). Visibilit absolue de la totalit du travail en A3.
X* cours d'excution. yl
^ Entrez pour demonsthation, Chez: ,:j^
&? MAXWELL : Mollit 5?
g Fohe: d/o ;r
je me lais le devoir de vous ou -
uoncer que les plats ne sont
plu, 11.70 nais 1 gourde.
l'auto 273 qui stationnait sur la
roule le l'orl-au-l'rinee Mar-
lissaol. Le chauffeur d'un camion
p issagers arrta sa voilure
pour offrir son concours au con-
dueteur de l'auto : mais celui-ci
rpondit qu'il s'tait arrt vo-
lontairement et qu'il allait man-
ier par la iieine Avenue de Bo-
losse. Le camion poursuivit son
chemin, mais Notre ii. voyait
l'auto toujours en place : elle
tait en panne de ga/.line. Cest
une le celles pie les automobi-
listes avouent difficilement.
... a vu, mercredi aprs-midi,
II Grand'Ruc le union pas-
sagerNo. 1031 qui n'allait plus.
Comme dans la fable, les passa-
gers avaient mis pied Ici re et
poussaient la voiture; comme
dans la table aussi, un gamin
allait el venait de l'arrire l'a-
vant, et de l'avant l'arrire.
surveillant la manuvre. Mouche
du coche!
... a vu. Hue Saint Honor,
dans une petite guinguette lire-
ment appele idal de la Jeu-
nesse o, le soir, l'on boit et nian-
te du consomm piment ce
avis si original qu'il mrite bie 1
que tous les... yeux le voient. Il
est affich dans la salle man-
ger an dessus de la tabla com-
mune ou les soupeins se pen-
lient sur les assulles fumantes.
Voyez plutrtt :
Messieurs les clients!
Vu l'tat les choses et la cher-
l accroissante ( sic ) des vivres.
L OISEAU BLEU
J'ai J .mis mon cir un oiseau bleu,
I ii( rliiirmanlr crature,
ai iHiijnuiiiii- ijiu- \\ canton
Vil p.i.s l'i'|iais.sfiir d'iiii dURMi
Il lui fa 111 lu miiij pour pillure
Bien lonjlenips, p> un' lis un jeu
De lui donner iiniirnlure :
Les pi-lils oisiMin UMNl peu.
Hais sans en rn-ii laiwo paraitre,
U.iuo hou ui'iir il a [.ni li- tratre,
lu Iruu linjl oiiiiue la main.
\\ si. lier fin loumii' une lame,
fu ((inliniiiiiil -un iIihinii,
l'esleilr|usi|ii an [nul ilf I ,lmr f ..
yfksMMDH
MAURICE ETIENNE lits
Angle des Rues du Magasin di
l'Etat et ocs l^nuils-l'orts
Nouveai ri's,'
M1.1ui.Hi1:,
I'aKI UMK.IllK.
onseil pratique
(Considrant qu'il n'y a Ml
lieu de profiler des difficults
de la situation actuelle, la mai
son Kawas HERMANOSse
l'ail le devoir d aviser ses cli-
ents el le publie en gnral
qu'aucune augmentation ne
sera laite sur les articlesquele
;i <-n stock, vu que ces articles
n'ont pas eu a subir les couse
quence du nouveau tari..
C'est pourquoi nous conseil
Ions les pres el mres de lii-
milles de se halerde fairlcuas
emplettes chez
Kawas HERMANOS
1721, Hue du Magasin de l'Elut.


/En rentrant
de l'cole
?'qucl!c faim!
AU retour de l'cole, les
XX enfants sont gnrale- *
ment fatigus et affams. Il
leur faut quelque chose de nour-
rissant et d'apptissant. Donnez
leur une bonne assiette de Quaker
Oats. Rien de tel pour les entants.
Qur.ker Oats fortifie les muscles,
renouvelle les tissus, reconstitue
l'organisme tout entier.
On le recommande aussi
peur les enfants lous les
matins avant de partir
l'cole*
5*
Quaker Oats
-
'*i<
0.P
^^J^^^f^****?'*

Peut-tre en ce moment dans
l'orl -au-l'i iue\ le |)( 1 iOIUlUge
le plus clbre; le plus redoute,
le plus envi. M> sterieus cl pn -
lien, d voque un de 1 > Insai-
sissables o\u Conseil des i>i\,
dans Venise; el dan li fspa-
gnes, de l'Inquisition.
1 e duo ho n rgeo 1 s qu'une
brouille de mnage mtamor-
phosa en couple de portefaix*,
redoute, le calme revenu, d'avoir
t saisi en pleine action, par le
regard implacable. Songeuse et
nostalgique, la jeune fille rve
aux manolitas le qui sont rap-
p irtei's p.nT\ inconnu,les nuits
aventureuses, les randonui es
audacieuses, l'.i le ga>roche des
rues, le gamin du ruisseau m n-
gril d'attendre l'occusion de
quelque mlait d'importance qui
lui mritera l'insigne honneur
d'tre remarqu par le dispen-
sateur de clbrit.
Notre il... Le secret de son
attirance, c'est le Mystre. Dans
une petite \ill'. Port-au-Prince,
o tous se connaissent, il est
l'Enigme. Masque parmi les vi-
sages nus. Pose devant la foule,
comme l'Autre devant le sable,
Sphinx.
Si on demandait Montaigne :
Cest cette femme, peut tre 7 II
rpondrait : Que saisie Si ou
demandait Rabelais : Qui sait
si ce n'est pas cet homme 1 II
rpondrait : Peut-tre !
C'tait lui peut-tre, ce l'ama-
rade distrait avec qui vous avez
men l'autre soir. la borde
ji-le le lendemain fa pture
du publie. Celait peut-tre son
rictus, ce sourire inquitant lev
au coin de celle bouche larde.
puisque si fidlement furent'
rapportes sous la rubrique dan-
gereuse. les inepties que 1110110-
logua votre sottise, intermina-
blement.
Si encre tait ferm l'inqui-
sition fijreieuse un endroit, u 1
milieu Mais non L'Invisible
I"'1''- hilare el sarcastique, sur
les plages, dans les petits trous
pas cher, dans les appartements
les villas luxueuses, dans les
bouges. L'lgante parfume
sent sur sa nuque blanche son
souffle glac, el la maritonne
malodorante. Sou rire pou-
vante le cerclcux ayant ruct
devant Us lazzis des camarades
quelque bourbe d'envergure; la
rustre bahi (h.as le fourr de-
vant la magnificence d'une nu-
dit adolescente ; les aunes M-
soulagent d'une peine trop
lourde, par des confidences
trop intimes.
Ni le coup de bistouri piteux
lch l'autre matine par un
chirurgien clbre, ni les joins
drurs .naillai.l le plaidoyer
prent sa peisp,, aeilc l'orcc-
e promene, avec une dlec-
tation morbide, tantt dans les
des les dancings, o trne la
ntlise-rcinc, tantt dans les ar-
rire boutiques propices aux
jonches tractations; en fous
lieux, pub icsou secrets, ou "li-
mace la vilenie humaine.
le songe a la |oie,
J'une essrnri. mh 1U IRJHana ,irs mt
de Clment Magloirc quand eba-
bUC soir, vers n, ni heures, |OUl
le monde parti, il s'assied, 1
pesdeyantle bureau din 1 ,|
" " m ... mais dans le f;i-
1 net noir connu les seuls i -
te, avec en face le lui, 1 \u:
Son visage : Brun, clair. On -
!'!' Tune moustache sductrice
"" glabre Masque de femme.
avec du rouge aux lvres -i du
rtve dans lesyeux?Vieux peut-
tre ? AI.re de plis: le ans el
que d'amertume I Ou bien jeune!
rnmouasi l'nd lescei t lousticcl


LE MATIN- 3 Septembre 19*20
MALNUTRITION
provient de ce que le
systme ne peut pas
convenablement as-
similer la nourriture
L'Emulsion Scott
est promptement assimi-
le par les personnes
de constitution dlicate
et est un agent actif
pour aider la crois-
sance et restaurer
les forces.
narquois 7 Ou garonne en pan'
talons troits el cheveux, passen*
lemenl courts, mail in ^i,u)l<> ?
I.ombic l'enveloppe, iropn
Irable. A la lueur rougetre lu
petit brasier des cigares voici le
aeballemenl terrible. In s un
passent des bouts de papier, rec
[angulaires, avec ; un angle, le si-
gne latidique, l'un.. Sur chaque,
une information,une seule, lue
malgr les tnbres par un regard
nyctalope. Lui, le directeur
coule, attentif,et...dchire. f!'eal
trop C'est trop Le vomisse-
ment crverait les poitrines
devant tant de boue. El de l'a-
moncellement lie saines, le cau-
leleni journaliste ne garde que
le petit las jet chaque jour,
miells dune table trop garnie.
Parfois un sursaut secoue Cl-
ineni taagloire, malgr son Im
passibilit, el liinl de choses
vues Comment, lui, jusque-l ?
Et elle'! .Mois soigneusement,
le portefeuille tir, ouvert, fer-
me sur le papier lueur. .Sourire
sinisfre. Mditation. L'homme
voit demain, par hasard un choc.
Alors le rappel du geste oubli;
I l'adversaire louchant de l'-
paule, la terre; sourire qui s'-
claire, macabre, El puis...
... Ht puis... ceat|fni. La s-
ance est leve. Sortie du Direc-
teur L'autre ? Disparu ? Par
o f Comment ? Mystre. Ht
pourtant A celle mme heure. A
celle mme heure de sance
nocturne, il ; glan de ci de l,
dis nouvelles. Rien ne lui i
chapp. Ni voire frasque de ce
soir, vieux marcheur; ni, belle
madame, votre fugue. Mais ne
craignez rien, vous n'en lirez pas
le rcit, trop cors. El puis, l'il
ce soir de Irasipic, cette nuit de
fugue, c'tait... Non Il ne lu ut
pas rvler (Ttait... Lui !
Un lutin, un larfardel puril,
cynique, lroce loujoui s nos
cots comme un angelet-gardien
qui aurait mal tourn, ayant
pus le visage de la Fantaisie,de
la Blague de la Parce; ayant
devant nos vilenies une piti,
el une souffrance devant nos
ooitrances; et une larme devant
nos mes, nos ( unis, nos COI1B-
eiences, loques en drive, mais
n'en laisse rien voir, cl se con-
tente d'grener devant nos b-
tises, nos bagatelles, son rire,
son ironie, son grelot, sis bou-
tades, lu autre Nous; double
inconnu, le qu'il y a de plus
nous eu nous. I e par tpioi, ;
tout instant, nous prenons pos-
session du inonde magnifique;
du ciel d'toiles ou de la nue
d'oiagas; de la mer, selon les
heures ou bleue, ou violette, ou
glauque; d'un mai lu e; d'un livre;
d'une beaut de femme; d'un
visage d'ami. Ce par quoi nous
extriorisons le plus intens-
ment nos joies, nos nvroses,
nos dlires, el nos rancurs,
nos haines, nos rvoltes, Ce qui
pleure le pass, les dparts, les
ruptures, l'abandon, h -. gloires
mutiles el le trpas des rvea :
Notre il I
Aux porteurs
d'armes feu
Les dtenteurs de licences
d'armes feu, dlivres par le
Chef de la Police de Port ou
Prince devant tre renouveles
pour l'Exercice 1926 1927,
se prsenteront au bureau du
Chef de la Police Ions les
jOUnK jours fris c.uYpIcs )
de 1 h. -1 h. de l'aprs-midi
:'i partir du ' Septembre l'.i'it
jusqu'au 30 lu mme mois.
date aprs laquelle toutes les
licences non renouveles se
ronl rvoques. La prsenta-
tion les armes esl d< rigueur
;iu moment In renouvelle-
ment de la ItceiK
\Y Y REST
gtiefde la Police (le P.ui l'.< .
Major de la G. d'il.
A l'occasion de la mort
4e M- Sbields
C'est pour moi un vrai devoir
qui correspond aux sentiments
les plus intimes de mon co-ur
d'adresser mes plus v;ls reiner-
cinunts la population et aux
amis de Sainl-Marc qui mont
spontanment apport un si pr-
cieux tmoignage de sympathie
cl d'estime l'occasion de la (in
aussi tragique que soudaine de
mon pauvre frre, si prmatur-
ment enlev A l'affection des siens.
Dans ma prolonde douleur,
(immense concours d'amis oc-
COUnisde toutes paris pour assis-
ter aux funrailles d< celui qui
mlait si cher et que la cruaut
du sort m'a ravi, a l pour moi
un baume mon alfliclion. Ceci
m'a dmontr d'loquente faon
en quelle estime la Ville deSainl
Marc tenait celui qu'elle consi-
drait comme un tils adoptif et
|e "aiderai ternellement en ma
mmoire endolorie le souvenir
de la pari (pie les citoyens de
cette Ville ainsi que les amis de
tous les autres points du pays
ont prise mon deuil.
Aussi, je ne saurais accepter
de considrer la proposilion (pi
nous a t faite de transporter
la Jamaque le cadavre de mon
hre. Sa dpouille moi telle res-
tera ensevelie en celle Ici re d'Ha-
ti O il "lait entour de l'alle-
lion de tous.
Nulle pari ailleurs, pas mme
en sou pays natal, il ne pourrait
rencontrer un endroit plus pro-
pice l'temel sommeil qui a
clos ses paupires. Il reposera
ici au milieu de ceux qu'il con-
naissait el qui Tout prcd dans
la tombe.
En prsence de l'alleciion dont
vous laviez tous entour el qui
m'attire vous, mon intention
est de venir me lixer Sainl-
Marc pour prendre la suite de
ses affaires, en essayant d'y c mi
limier ce que mon pauvre livre
avait entrepris el que j'espre
mener bonne lin, si vous ne me
refusez pas votre concours, et
concours puissant el empress
qui avait tacilil s;i lche. Je
m'efforcerai de marcher sur ses
traces, afin de mriter un jour
l'estime que vous lui accordiez et
d'obtenir mon tour une petite
place dans votre affection.
Je vous renouvelle encore une
lois tous nus remeri imenls pour
le tribu de sincres regrets dont
vous avez recouvert son [linceul
comme d une gerbe de fleurs,
A. M. SH1ELDS.
Fte_jenyo> e
Mr & Mme Christian Coicou
annoncent aux .unis que, pour
cause de deuil, la soire qui
devait avoir lieu dans leurs
salons le samedi I du courant
csi renvoye une date ull
rieure.
I orl au Prima ,e '1 Svplcm
bre 1926.
Mr Mellon Paris
Le Secrtaire d'Etat de la
Trsorerie (1rs Etats-Unis
lait visite I. foincar
fur cble franais
PABIS, t Septembre L(s Joui-
aunoment que M. Mellon. Mfir-
luire de lu trsorerie amricaine,
lesterait Paris quelques jjjrs ;
il a refus d'iMre intervi w et a
dclar seulement qui. tait en
ehsvtl de l'accueil pariait do la
Prises
L'arrive l'ai in de M. Mellon
a raviv l'intrt dans la questioo
des dettes interallies. On attache
une iil 11 une importance aux cou-
versa'ions entre MM. Mellon. Poin
cur et Brland. Lts visites ont t
purement personnelles et il n'v a
t aucunement question des Brian
ces interallies ou autres probl-
mes gouvernementaux. La visite
de M. Mellon M Poiucar a du
r environ M minutes, celle i M.
Briand seulement dix. M. Mellon
a insist sur le fait que ces visites
taient seulement un acte de cour-
toisie qui incombe tout fonction
naire amnes n de passage Pa*
ris.K'i"" eux visites M. Mel-
lon *'est Ml conduire au Bois de
Boulogne el a pass son temps
comme tout touriste Itisanl ses
courses ordinaires.
Les grands raids
ariens
Par cable franais
Paris. 31 Aot La Libert
annonce que le capitaine Colli, qui
'' '' '; >n'ii;i-r le capitaine
Arraoharl dans son vol Iransatlan
tique Psris-New-Yofk. a obtenu
un auto: appareil aver lequel il ten
tera br-mme | raid ; il partira
aussitt que pos>ible pour essaver
Je taire la traverse arienne de
1 Atlantique i va n t le capitaine
Konck qui est New-York.
I'aiu.s. t Septembre- Us avia-
teur sovitique Graoa il et H d-
vi/ek qui projettent de v siter rlo-
me, Vienne, l'rague et Varsovie,
nnt allerri au Ifourgrt venint le
Berlin,
Hamis Le lieutenant Hurles
Si le capi'.dne W'eistr sont partis
>:e matin du Bostg t en routo pour
le Qolfe Panique avec l'espoir de
l-ttlre le reooM du vol do distan-
ce.Les isdlcaiiona mtorologique*
sont considres p. u favorables
pour ce vovnge
ItKRUNf L'Agence Wolfl an
nonce q?e deux hvions gants de
la Lurtbsni allemande sont arri-
vs a Pkin : ils 0nt couver! une
distance de 6200 milles en dix
JOUIS.
<
4 la S. 0. vA.
Par cable franais
Genkvi:,2 Septembre Le sous
comit de la commission ebarge
d'tudier la rortranisition du <:on
Bell de la S.cil des Nations a
alopt le projet de lord Cecil avec
de lgres modili ation.. Les spi
rsliona de l'Ifepjgi e et de la Polo
g&e i des siges m mi permanent
au conseil d'une nes seraient ainsi satisfaite?.
bunrailles d'un
aviateur amri-
cain
Par cble Iran ;is
WASHINGTON, -' .septembre
Le command ni aviateur Joho l.od
g-r, mo;t la suite d'un needent
i'asropane, a t iota m au ci-
metire rutional d'. rliegtoa les
honneurs militaires ont l renJus
A cet ollicier qui, il y a un an jour
pourjou". avait acoompli le vol de
San Francisco Hawei.
i -mi
M&r
mm
LES PUNAISES n* DOIVENT pas TROUBLER notre SOMME i
Ce flau hideux qui transmet les ra seaue maison des mousti mes et
impurets du sang d'une personne
A uue autre est un danger pour la
sant, des adultes comme pour celle
des entants4
Avec le KLIT ou peut extermi-
ner entirement les punaises
Aprs de longues anues de re
cherches, l'Entreprise de renomme
raoodiale.la STANDARD OL COM-
PANY, New Jersey > h'. I a per-
i ettonni un produit oflraoi les no
\ens srs ei simples pour com-
hatlie les punaises jusqu' leur
extermiaation complte.
Ce produit c'est le.... PLI F
Introdjise/ le dans les restes et les
crevasses iufestejpar des pmaises
partout, dans le lit et le* liiteries
("LIT vous dtruira les puuaies et
leurs larves en vous debarassnt
de ce flau.
des mouches en quelques instant
f'Ll I est propre, d'un usage t,.
cile olfraut toute garantie. De no n
breuses preuves ont dmontr i^
le crPLIT* vaporis ne tache ni >
gte les vtements les plusdhciU.
< PLU''dtruit tons les insecies q ,
infestent les maisons .
A l'aide d'uu peu de FUTa v -
parit ou extermine les moue i m
moustiques, punaises, eancrjliU,
fourm:s ainsi que leurs larve*
KLIT pntre dans les fente*.i
le.s crevasses o les insectts se ,,
geut et dposent leurs laives.
On peut aussi vaporiser le KLIT.
sur les vtements;car il tue tous Ib-
insectes et leurs larves qui piquau'
les vtements.
Pour dbarrasser une maison ii
ces insectes nuisibles il sullil .le
se servir de PUT. Kn vente pir
tout. r
ii
Avec ce produit vaporis on dbar-
STAND VU) OIL Cl IMPANY ( ^ew Jersey )E.U.
Distributeur; Wcsi India Oil Company
VkVJssssssl *)
MARQUE DPOSE
DETRUIT
L'Allemagne paie
Par cble franais
BERLIN. 2 SeptembreL'Alle-
magne a effectu prs de 14 pour
cent de ses paiements au titre de
rpaiaiiou la seconde anne de la
mise en siguent du plan l)a\\.s
qui se termine gr;ka des livrai-
ton en inarchandi-cs. Les paie-
mrnts totaux se nout monts a
\110 mili'on* de ma ks or et les
livraisons en n.tidreAt)5li.tf00.0li0
marks or.
Les marchandises livres aux al
lis soni de t iote nature eteonipren
nent : charbon, pigSS pourl'ODs,
matiics colorantes, fourneaux, ac
esssotres de motoryelettar, chape
lel*. msebioes empaqueter les
boutons, hoi I m de Bavire, bro -
ses a lavet les bouteilles, (BUfS de
truite, moules pour cigares et ma
chines pour 'iser le colon ; un
tiers de ce? livrai>on tuit en dur
bon mou et ligoile.
De la sono e nii.-e k lu disposi-
tion de l'a^erit gsrsl 1063 mil-
lions de maiksor ont t \.rs
aux nations crfSDCIortB comino
suit: Pranceenviron507 millions,
Grande Bretagne -i>7 millions. Bel
gique 110 millioos, Italie 78 mil
lions, J-.IhI m rli.) ciinlf,slovne 118
mill ons. Etats Unis !5 milliocs.
Les crancier* de moindre irrpor
tance : Boumanie, lapon, PoitVSjsl,
Grce el Cologne ont reaa en tout
81 millions.
Abd*ElKrim sur
le chemin de lextl
Par cible franais
M ARSKILLI :,'2 septembreAbd
cl krim est arriv ici. Le bateau
ainenaiil le het nUatu et i-a Fuite
a l ancra en quaran uine au
Prioul A-bd-sl hrim, sa tamille it
ses OOnpSS laSS seront hospitali-
ss lu pendant quelques joor- jus-
qu'au moment ti leur eu barque
SSaatsnt le croiseur* Amiral
Pierre qui les emportera vers
l'Ile de la Itunion,leur lieu d'exil.
Nouvelle expdi-
tion italienne au
Ple Nord
Par cble franais
Home, i SeptembreLe gnral
Nobile a peu prs termin les
plans d'un nouveau dirigeable
pour l'expdition italienne d'exnlo
ration dans la rgion s tue entre
Alaskiet le Ple nord En m 'me
temps on apprend qu'un dirigea-
ble plus grand qofl le Norge
est construit eu Italie pour une ex
pdition dont le bal est tenu se-
cret |: cet aronef sera termin
vers la fin de l'anne.
Moucbet, Moustiqn^, Vers, Fourmis, Punaises, Puces, Cssersltts.
litaucoup d'autres I lasetai et leur:- larves q n infestent 10. maison
Manifestation de
1 nationalistes aile
manda contre la
France et contre
la Rpublique al-
lemande
NOttfisIBSHU t.r Septembre
Dix mille- na'iona'i tes ont mani
fest en 1 haalaii! Nous vaiucrons
les PraBOSU)' eu prsence du prin
ce Bupprecht de Bavire, du prin
ce Oscar de Prusse, du telJ maie
chai Von Vbukensen venant de
Doom et d l'an rai Von sh f :
ils ont coup les onBeteonnsmo
tant la constitution de Weimar.
Terrible accident
maritime
CBO.N'STADT.i Seplembre-La
li>le des moils dans la perte du
va|u>' Buicxernik 1 ni.1.une 1
s'a'longer : on annonce n;:i te
nmt que plus de I(H1 de> Jr)3 | ;is
sag rs d bord du navire nn| t
dojss. Le Bonsessiks i coul di
ma; 1 h,- t oir ai rs av,ir heurt
un noie en >orlant du canal Mon
La terre tremble
^"BOME l'n tremblement de
terre a t ressenti le long des so
tes sud-est de l'Italie particulire
ment dans les provinces de Taren
le. lrtri ei Ai si ne.
MoSCOI 1 e vapeur Vu 1 n s
cik" allanl de 1 ron-tail ;'i Les n
gud a could trs av lr bssi
un mle.
PAYAI. Itr Septembre Un
tren.blen-.ent de terre cc| caus d'importants deuils l'a
yal : de nombreuses maisons ont
t dtiuites et plus eurs cablea in
lerrompus ; le cable de la Lie
Frtocaire et intac.
IIOR l'A (Iles Acres), i Sep'em
bre Plusieurs MfftBfSSS sisOBI
ques de moindre importance se
sor.t fait sentir depuis le premier
choc -le ce matin Le village do
Fetriva a t srieusement prou
v par un ra/ de mRrf>. La pre-
mire seco'sp violente s'est pro
duite U h 10 du mutin : Pavai
et les Iles avoisinantes furent parti
culirement prouves. Plusieurs
qtsJfOSM fuient dtruites: on dit
oue co choc e i'te le plus violent
de tous ceux q il -e sont produits
depui* ItiTO ; l'hpital est rempli
de blesss. La liste des morts n'a
pas encoie l tablie et on croit
qu'elle ne sera pas trs importante.
MEXICO l'n tremblenuntdc
t^rre vtnUnts'e^f n-obiit dans U
v'Me de IVh'-Mritpppcet unegrjn^e
partie deTEat Doaxnnt. Un n'a
*neore tpi-" ->-rn .^i,,; ,),, |a r^
gion prouv Le choc a t enrA
glsfr p" la 1 (a ion ilsm'grspbi
qoa de Tr.cuya.
La situation l'inan
cire des Etats.
Unis
Nouvelles rductions d'im
I Ois en perspective
W ASaiNoTQKL)e nouvel! s r
noctioos o'impts avaol les lee-
ti>ns pr-.iJenii Iles 1001 prues
par les sxjerts de la Trsorerie
la suite de la publication d, stalis
tiques ofticielles indiquent que la
do te nationale emer ceins s t
rduit* J 011 506 400livruittr
liag
us goovera nenl sera libre de
toute obligation envers les cito
yens sers 1044 kl la rduction de
la dette continue dans les mmes
pr>>portiooi qu'ectnellemeat. c'est
n dira environ 103 millions de ii
vres sterling par an.
lourdement impos va preorf
les der- ierjsn hreKuls de (..,
finarcire ont permis de un
c< mpte ;'i quel point sont lii'l
monnaies latines.
Terribles, ismi
tions au Japon]
Par cble franais
TOKIO, 31 Aot-Os
d'il lUdate, dans l'I'ed'Ho
qu un g>ai.d nombre de
ns (.ni pri, que !00 SI
ont t inondes et des rixirij
vag s par Je terribles isoi
lions sut venues aprs des pli
Mr Mussolini approuve les
ini'-lliodes linancires du
Cahinel Poincar
HomeS'entreteoaol a qselqnes
jouis d intrrvale avec die p*ron
nauis tranger , M. WuMuliui
marnfcl ;'i deux n pri>es son |D
pr ballon USS m.lh..d.slinaic iss
I pt( V p;tf \,, j,0UVl |n,.m, 0| (rdtl
Cli il autres personnalits dugOU
vei n( ment italien ont en galement
lOiCMioB d'exprimer leur sincre
admiration peur l'effort fiscal que,
sans redouter 1 impopularit, |e'
gouvernement n bsiia pul impo
eer au pays, alin d'viter d'avoir
recours 1 saproBl tranger, ce
'!" n aurait t gure possible sans
Hypothquer ou aliner une partie
<"i patrimoine national.
.Il ','!'';"D1(,e 8uivnt laquelle le
tontribuab'elran.is tait .e moins
Le "New Yorksr
LUN des ncesssW
Valet AutoStrop
plus recherchs. R^
plaqu argent, tui en
argent et ouvrag, ci
repasser et dix &*
de rechange, dans
superbe ccrin n,ck^|*
couvercle ouvrag, o*
lure violette peluche
satin. DemandexivoO
fournisseur de vous m-
trer le "New Yorkr
Valet AutoStrop.
Rcpc,eic
E. P. PAWLEY, Port-M-M^
Le Rasotr
Valet ]
iliitirStrop
-r.se, nettoie rf *
la lame, sans demonw
DESCHIENS
' "P^rttar la c-h. *4"*r,Uur dn pr^orll pr l'lit* m*
l>-. ^-.^1 DIICHIINI, ,"* ,.^ ,.4r,, ,..-. .. IS*SlSSI
semoc1


W; MATIN C 8 Septembre 195*
^ii^X@)^K^^p(D^Dd^^^^^^^P^^^tj(^
ff JE IflHS U
MENAGRliS!
Pour tdind.-e tous tic u
LAINf., COTON, SOIE, wc..!
Jeun produit n'gale
"ta MAURESQUE'
Fn vtnit*wJ>,.fr/,..p|urtl,t^ew B,,(.H
IWn-K.t t uc..- Pt.RO) r, 41, |.i.,c VolUta
>VCFF.R<->Q. ASNlfeRES (S*.) F.'-
Insurance Co
ie des plus fortes Compagnies
canadiennes d'assurant es
sur la vie.
Eiuj.Le Boss &
Compagnie Gnrait
Transatlantique
|Le steamer "Caravelle" parti
do Bordeaux le 24 Aot est
attendue Port au prince le 10
courant. Il repartira U' lende-
main pour Santiago I.- Cuba.
ii les ports du Si l. f
Li snii (L> |*iii tcMc s.wi '
fixe a l'arrive du l> iteau
Portau Prince, le '2 epte n
bre 1926.
L'Age U.E.ROBLIN
uO.
cofitre
tait affaiblie,
macie, nerveuse
Commen! elle repri? 13 livres,
recouvra Mt forces et sa belle lanl
tf> '<\
K
, y
' lituanl : le plus puissant
i ' il i....H .1.- foie de morue.
i
: .ii. d'uni odeur et
|Ul l( plus souvent
...... : )
.i ."ii-limne"
I ": I ouve maintenant '' }
"' les ileh. .l'Huile te fa,J
0 '' ;rables '
*u effets bienfai-
I ie .le moi i. ..r.liiuire, mais Sj$
i n i horrible i Inconvnlenta, /; -/
:ll!'" v. lou qi.i vus senlez ',
' lt*. ::'..'.. n'hSilei paa, reus- jjyjl
k) tissus et recouvrez v.tre b. mervellleuaaa ta.
. SU"-" . une .litTu-ulti. Vous n'avez
f**"*" Tal elles d'Huile
^*'s,'l- '"' K- il'...,!,- il'emi 'i
U,1J1 i Iles leur rendent
M h lill.'.
Avis
Socit ijnraie de Iraus
poils maritimes vapeur
Le steamer Mon -XIboqJI'.v.
I'::"'1.: -.k,,.h,........
'' r n I tiliOB vert le I i
Mpen i- .. i... itm ,,. m J'>" pour Lbba Hrciabl In", uu.r
SI irveil e
I'' r.- .., Pnuce, ,.: ... Sou t *'. ,.< I, bu. .i-. Lbt'l.NAfc&tf
prenez 2os
CCMP..IIVILS
SM*SSS
de DELORT, Pharmacien,
ili; Huj fr'.-iii,(-.VnlOJU*
C'EST LIS MEILLEUR
DES PURGATIFS
P01vT>Atr-PRINCB
Alex.PETRUS; l'harmncis Ai.!.! HT1NI
Pha-macu duD- Juitm VIARD
f rouf'v f> bonn l'iin rmai i#.
MaauanrvaMraBeaeam
Trs bonne occasion
A vendre pour cause de I art une automobile Dodfee
spciale .1 i'etal tle ucui cl un
piano marque Schooiuucker.
^'adresser uu LaLle Fiana is
Asthme
The Royal Mail Steam
Packet Company
AVIS
La Banque Nationale Rpublique d'Hati se luit le
devoir de rappeler aux por
teursdeses !' llets provisoires
qu'en vertu de la loi du .' .\<>l
1922, le d Un [tour 1 1 Imnge
des dits tiillcts vonlre i< s liillels
dfinitifs ou de la Monnaie d'Or
des Etats-l nis d'Ain \riq ie ex-
pirera le 21 Octobre 1U20.
Elle invite encore une fois les
porteurs de ces Billets se pr-
senter ses guichets, laid
Poil(tu-1'rinccqu'en Province,
tous les JQur$,dimanelw et jours
de fte excepts, de 9 12 i\2h,
et de 2 ri '! lues. p. m. pour les
luire changer.
/.'/.',' /(/// rapidle en outre
qu'en conformit de la Un du
22 Aot vm. pasae la date
du 24 Octobre 1926, les Billets
Provisoires seront de nulle 'r-
leur et la Banque ne pourra
plus, par\consequent, les chan-
ger,
|}\\;,>; : Nationale db i.a
li. fi m.ioi 1: d'Hati.
?ort-au-\>rince,le7 Juill. 1920
wm y uuuu viiiWW ^ v^^ Ecole Speai?de
L Stnographie et de
** Mit de itecontituants M *ht:;:^'Z\Li Dactylographie
7 316, Rue Frou, Tlpho-
ne, 620, port-au-Prince.
( 10 annes de succs consacre
par un Arrt Prsidentiel la
reconnaissant tl'l Utile f'ubli
le
flendui
estai
vie/ ues tiei nuisiiiuuni* ^
cerveau, la inllo cpiniiif, les os tl les-OgP
p'iissanls tl vigoureux lis^fiilanls drhilis, j^
ibles. Les pcrsuiiius usecs par des travaux i^
- I : Simon Vieux, IKred lieux, Lope^A
P.W Estve ,'i Co, A. Boit, AlfihonseM
M- Bordav.line L. H. Ooret. Petit- M
fS-lartin. W
F: . Krouard.Ciraiid'Rue lo 1709 ||
QEO.JEANScME &Co, Agents
pircliHin.
Le slti.mo lt vieC l i.tlf ii I i
a r. m i li '.\' Seplru
ebsu .
l'jii un Pr!o*. '' '' ' l 1996
.1. DAAL1.15 .li
Agent Gnral pourHaiti
Ilorn -linie
Le bateiiu 'Mirai ilorn", venant
'. l'tOllM.i.i; V' l'ut"- .. '(
Puerto Plata et les poils .lu
Muni m r;i ui v i | 8 &>pti*ii \, r
0 r ni- pi i Kil f'lOP, S.mlo II
H BO tilv et Cur< i;io, | r.'ji t
fr''! i>< i --. .. i^
OLOFrSON, LUCAS :o
que. )
Stnographie Franaise, Sln o
(.rapine angl.ii-. ( at*iBs ri
ngihis ), Daclytogruphte, CotD|Ma
l'i'W, Omit LotDODtrcinli Mtbd
n '.iq;iea i.tMiiei lt4*)',Taira* d .t( lnvis. ApprtBlis*sg*j de le Ma
ru:- i ealei'ler el du Duplicateur
')tn:natiqt>e ( iniinfo^r.toii Lan -
gii ftqglftitfl et N 1)1 <>'e )
Cet in.fottanl tablis ni- ni d en
geignement eoroniti. id M 'goalo
U bienveillance gu-raie inr I
CtndljM uliiliane de son f
gramme. |nr l'evc "IsBCC de -i
'IVehniqnc d'er s,;^tu inent, | n
J im;iui in et- d Sun ni .lrn-l |iar
la Hvulhiiii'' il n i orcarjidtli n,
raf iliifire d>> son eflftctiT, i i
le fondiomment en >on Mrtan
il" il '*mi ni, pu l'aneicnnet du
a l'indrition, pu;- U aorieua di -
. 'mu lut ! lin d'tlldtt
Nonce ditaill envoye sur 1^
Muni e.
k Agents Gnraux
Purgatif Idal
c'Mt la
Pilule du DrDehaut|
1147, Sue du faubourg Saint-Ocnl Par.s \
Facile prendre,
Ne ncessitant aucnn p/epatal.r,
[e.'te m provoque f,r.zis ie dtcii
Sopprliiuiii ia d.ffto,
[ Ile ne dbilita paa le iite'c.
N'etlgeantpaad.r.po,,aetli:BbM |
| elle rt cauaa a.c.ue perte de letnpi.
l'ina.cil... n^toualeninjim,,,,
[elie ut. par eoniqueot, eauiu Mre.
DOSr!: pm ktWt.tAtftWn
UMTIVI, ;
K.UZ'
c l
CAt'l l'AL : :.i,i i.i i u frarres.
Uv Lapins ancienne Maison uom les Denlijrice :
K/' l-oiulce e,, I,,,:,.
i' i" BOTOT est i.i m 11 lu \Tinn;i: vi>aR \ .
A aAR l..\i.A|il.MI|; | i Mi |,|( |N| .. ._. .
' .- iat-v. ; emaiMlcalaPU I lil
g <^^v , v Demandez I Eau deBotol
y-"-' M tttJni^". f ' mandez le Savon Dentifrice 1
X V fat g Ik mande/ la Poudre Donliince vM
"t
i'' "".i m
i <: au Corail et on i kiinq ih >
mondez le "Sublime"d '., ,|
r.tre la chu le des cheveux.
&'3*. lAvv ';' ll"f les cheveux.
r^^1-*^, I es dentirricea Bolot sont re
r": yfvv'i'-''1 k ^M ('~ ':";iu..-.s parles meilleui >d n x
/r,. ': "' / ead*Haiti, notammenl les stii '
CO-.) -**f '. i ls '"sV
fcV ,- ;.'. ,. '"''"rsVnlnv loii/ier. .! i
E I. vente dans les maisons suivantes:
(M Main. "enia fcxi lusifs pour
liW'.....^Z'SMEZpte^
, "v llo\ 196
BBHB&smsmfm
im&mimmmmm
0 lion gj
Oii Talih'.
Tigd
,
Oragssd'nuIIedcFci
i
ne m
Gtf
lj stock chei : ^
<-<. .IKAXSKMI-; & O,. Aenls ^
Alnminu"ft Li
4tea.TisJipy:j Inc.
Port.au Prhue -t-,,i,i
Iy/tfmer ^itUbon laissera p.,., illlW ,
le 4 Septembre IVoei.a,, poill ,/. "'"I
MohWea- l'ort-au-Princo ,, ,,, "."" ;~
m lv 27 I H p.eml,,, du fret | tous |es porl. n ,:
M: DOtiifiies. "-
.
m Le sie;,.,,,,- f.i.j,ljail, h lai
P-M-a'i Pri,,,.,, |e 26 o-i l!,26
R A- du lTTfil |Co'
' fL'Ji aitcamitu pu imcaci
INJECTION PEYRABO
d .'autn .
conlre la SU!.....
M loiii laa icnionli inciena
" I M nill.
2!3'! .'.('jus ||fafj
"'"i i i
Le i:..i. ., .... ,( complt'ie*
[DR4QK3 PETRIRDrKKITW
TP lalmrnl U douleur, ebl fiant Ici unnrf,
pur.fi. ni |o MI1({ Pt pji.jm, |, cvjle
> li'iriHlOsMsnuRMACIH a,
ruummuA.-:. ":;
- :-;
A lliouneur |1(i(orm3r sa biaon ..(, '
Jg) quilainstall- .e de son tablit sa nent, u
^. exclusivement rserv aux familles o; |'on i ,
JL-/ desconsoin.natiorisde pr.Mn .., tt ,,
seront servis sur demande.
Tlphone \o 785, >
ty m
Bar Terrai


MATIN ::. CI TtXLJ l.
TU*w&&&&&iib^^
: ^bjy-L.~:s:^^-'-"',y>-cgt-"'-Ssg*^
V<>ulezvous avoir des Denis
clatantes de blancheur Y
ET DES
Gencives toujours saines
Employez la

TRIBORWE
Poudre retitifrice-
^QWJDt la faira .le
tlo Docteur
Cf. GlK'.'TUT
'hiniigieiiPeniisie
Dr hl'nierall dr
Montral rt dr la
.l'acuit dr AfeVe-
tiiic dr Parte.
Ki) veille partout
ri au Laboratoire
|cle la rriboriiK'
7, Hue Blanche
Paris.
lin \ licni i lils. Simon cl Alfred \ ieux.
1*
g
3-

S
ta
fi*

?.<:<
&r
gfir
31 PI
1 r !| : '
mkhmtnfilB
peu rui 0 i 11 cr duni tout
/,, liajiiu et beaut en le*
L< .1.11 tltVC il'
R
m
-/: :.;;/' N\s uu J. POUR
; LIC VTS

u.v- ri*
S I l'>


0
t mm)
Ju.
AfMl G fi t'ral
deahronttmFarts No 113-115
g.
&
S*

!
Bt
S*
fi*
s


Pi
Ce oui n'a jamais t fait
Ce qui M peul tre dpist.
Kola Champagne
Y
Sjourn
Prpar dans ile conditions riuoureusM
nASKPSIE
Prparation el Vente
Pharmacie P. SJOURNc!
Angle de Hues /.'<>*/. et duCentre,
.. .

.

SSAi
NASH


319, Rue des Front. Fois, 31!)
SMsIrbuleiir nour Klaili des automobiles \.\SH

Nash
Nash
Nash

ne
IUSH nvanced S?>:
'.....
H A SU '..-ML. \Wtvl in iP.N.r car value.
i v i b*. \\i iid h *' *m
,11 l.p.rl.. ..11 ISI > fcl-*.l*r V*lulSiJ
pei foi !. . .;...
Lea uionolil.s NA-M ('uatm. ni .... Mnu
pu- moi.tHgi:.MX. .......rs ,l'tlle.,ls .:oleur* OcM
|,s :nu', les tl^ ...I..-.I.-. I- ma.....m "- *!"fcJJJ
Mrocur./voi. une NASH prce 4-1 elleeblliF-
\oi'ure suii piix.

Nois hv< ns 'gll aneffl en sto. k '. tin I"*.'. l .',> brei n ; c'.inr
:i i.iiidf; V K S T \ > pi ils -i i it hu>, i**C >i.t, soir^---
permet Uni .! brdei, rsfiUftret faire % (ouru, porc(r
iini^re", luilliuri .1 coriinnieis. Avec ou sans rtio r' -
tr nue.
.M'.'IIi lis I nlAll I 1 s AmoIIcs, i nls.fiobclcls, Citsen le, Calclires, Cuvellcs. Vases, P rfc-ni n u. Plateaux en rerblunc. l'AIMKUKX!I .M.I.Ai.i ; ai ri leaaetpai rame
/T^^ |-, IIS INWMPA RABLES iu< YCLETTES j^JJ KlCll&iail(ilr6 ^ MX VITESSES EN MARCHE, REDUITES
v^ v ) ^r ^ seuement
(h;!ll ..,,. 1 ,, v 1 1 erniercril orisien peur les Dames et fAnrricaiB pour les Homme. FOURNITURES Gnartteg pswr b Cordonnerie : Teaux cte toutes sprtsl
Formes, Talons bois Louis XV & Bottiers, Talons caoutcncuc de la clbre uiarejoe c Goodyear etc.
Une visite^s'impose
Aux Grands Mayasins Ac fouinitures yuraies pour la cordonnei
Qui
mil
1

wm
n
il
% Mm des Fronts-Fort
9LU
WMJlT,
110 Rue des Csars.
% *;;. W* W* %** *^?^** * aWOHSHSW****^^?^^^* ** ^^'^^irtf'sRf^^f^^^ ^?>s^^RaS|P*


DIRECTES PROPRILTAIRK
JpRlMEUPf
Clment MAQLOIRE
Bois-Vj:i!.\..
Rue Amricaine, 138
jKJMEHO SO CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
i ANNE XTjMW
Quand on seul plaire dan le
monde, il faut m rhoudrt h es
laisser upprenccfi beaucoup de
chose* gui / i Ignorent.
VALVE* ARGLES
PORf-AU-PRINCE ( HATIj
SAMEDI 3 SEPTEMBRE 1926
Notre Chronique du Samedi...
curieuse histoire qn.'
Ment d avoir dcrni-
Json dnouement de-
[prsident d'un Tribu-
Jde France!
I un des plus vieux el
populeux quartiers
aux Gobciins, ni
lune petite impasse, s
$ne maison, pas 1res
pas trs solide, pis trs
nte, mais une maison
mme, o vingt-cinq
Ires avaient leur logc-
] Ces locataires se rveil-
[chaque malin, en pes-
Dire leur propritaire,
Diraient un clueur, qui
[peu prs:
n! si seulement cette
ltaii nous!....
loiatiii de l'M'2, le pr-
ne entendit le chur.
ris d'un accs de philan-
V, o entrait aussi un
klaligue.il assembla ses
Jciaq locataires:
[Sesamis, leur annonca-
IKOSdsirs soient exau-
ns souhaitez ne plus
fjrel garder la maison.
Icho*entendue, .le vous
Ne vous la vendre pour
Il modique des sommes,
r cent francs!
"VW di> aussitt lail.
^ de vente lut dress en
, fdoeloriiie. par de-
F^Ellesvingl-cinq
fJMMrleprixinlini-
onnable de quaire
I* logement, devin-
thaleur
Etals Unis
'-YORK I^, chaleur
'continue chasser de
^"s des milliers de
POncaines qui voul
* au hord de la nier
f* fracheur. Les auto
J*oiil donn l'or
ffpslenner les parcs
'^'-spoarperuK-lIre
lotion I-. passer la
fcervoirs le la ville
toi.ori (|ln "'ol11 I
^depuis lon,|enq,s,
"W commcuceul
i jj? 'Municipalit
r,e dj (|u
[Nubie.
yjMatioi, ;1
manque
reU le
,,wu n.al^e h, forte
WP w Italie
rf antdiluvien
1 -r.ivin?an.S U,lc ,ecalit
loS|P,a,.i,ici,l de.
Jljofendeur, le sque-
c 'f'^lenom.
b,,1^! animal M.
Bii,2 mircs *=
Redir Sl ^''O'-'i'e.
te t0rl>s est encore
"ouverte intres-
rent copropritaires de l'im-
meuble. Laneien possesseur
poussa mme la bont jusqu'
prendre les Irais s;1 charge...
Etre propritaire de son lo-
gement, quel rve N'avoir
plus de loyer payer, quel
idal! Nos vingt-cinq bonnes
gens vcurent d'abord trois
mois en pleine flicit. Puis, il
y eut un premier nuage: la
toiture, tant en mauvais tat,
dut tre refaite, et cela cota
plusieurs, billets bleus. Puis
e percepteur passa el envoya
un avertissement pour des
impts fonciers qui parurent
levs. Puis, il y et reluire,
frais communs, une canali-
sation d'eau. Puis, il eut a eon
voquer un enIrepreneur pour
rparer toute la plomberie...
Il arriva alors fatalement
ce lui di vait arriver : c'est que
les vingt-cinq locataires, par-
mi lesquels rgnait jadis l'u-
nion la plus touillante, com-
mentrent se chamailler,
(leux du rez-de-chausse ac-
cusrent ceux du cinquime
tage de conter cher avec leur
toiture. Ceux du cinquime
tage se plaignirent que ceux
de l'entresol usaient trop
d'eau. Des associs quittrent
l'association en claquant les,
portes. D'autres moururent
sans bruit, mais, ne payant
plus, augmentrent la quote-
part de charges des autres.
Bref, d'effroyables querelles
mirent aux prises tous ces
possdants, qui taient les
plus malheureux des hommes
depuis qu'ils possdaient une
maison.
L'a 11 a ire, comme Je vous l'ai
dit,a eu son dnouement. Il y
a quelques jours, devant Ij
prsident d'un tribunal, ju-
geant en rfr, Il a dcid
ce qui tait laSagesse qu'il
convenait de dissoudre l'as
socialion et de nommer un
administrateur j u d iciai re.
M a is l'administrateur judi-
ciaire a prvenu tous ces
propritaires qu'ils taient
redevables sur leurs biens
d'une somme de 1.937 lianes
et 06 centimes pour des im-
po!s impays que rclame le
lise. En consquence,personne
ne pourra dmnager avant
de s tre mis en rgle avec les
contributions...
Inutile de dire que, dan*
l'impasse,on ne doit plus en*
end e de choeurs, mais des
gmissements. Chaque ex-pto-
pri'airc pleurera le temps o
il n'tait que simple locataire.
Et on croirait lire un conte t
La Fontaine. Le conte pourra t
indiffj e m m .Mit si n i lu 1er:
Les ennuis de la proprit
ou Les dsagrments du
communisme. La morale est
tellement claire qu'elle ne
vaut pas la beine d'tre non-
ce...
Dan* les Sports Quel'IUOS bons mots
C'est demain qu'aura lieu, au
l'arc Lcconle, le match de foot-
ball organis en l'honneur de
S. E. Monsieur D'Artillact Brill
el qui n'avait p.is pu avoir lieu
dimanche dernier, cause de la
pluie.
La partie sera joue cuire une
quipe du Violette Athltique
Club el une quipe de la Jeu-
nesse Sportive Hatienne. Ce sera
donc w\ trs beau inetch; car,
les joueurs de ces deux associa-
tions comptent parmi nos meil-
leurs el plus solide-, sporlsnicn.
A Ption-Ville
Dans quelques jours aura
lieu, Ption-Ville, une belle
fte thtrale organiss par un
groupe djeunes artiste au pro-
lit de l'glise ds Saint-Pierre.
On se rappelle que l'an der-
nier une fte pareille avait t
donne dans le mme but el
vait eu un grand et beau
succs.
Nul doute que cette anne
encore, elle n'ait le mme clat
et le mme succs.
Noy
A la Grande-Rivire du Nord,
un malheureux. Lauristou Louis
Ciiarles qui voulut traverser la
rivire qui tait eu cru. perdit
pie l el su itoya. Le cadavre a
t rclrouv c 1res loin de feu-
droit ou eut lieu l'accident.
Le fait est d'aatsal plus re-
grettable que le noy est peu
de .'t enfants SB bas ge.
Il y a.parail-il, cinquante mi-
nires (le dire qu'an homme
est pocha ni ; en voici quel-
ques unes :
In monsieur distingu dil : Il
SSt ivre.
Une dame comme il laul : Il I
trop bu.
Un magistrat : Il a contrevenu
la loi.
Un mdecin : Il n'est pas dans
son tal normal.
Une jeune Bile : Il est mu.
l'n bedea i : Il est dans les vi-
gnes du Seigneur.
Une ouvrire : Quelh culotte !
Une astronome : il est dans les
nuages.
Une bourgeoise : H est pris de
boisson,
l'n artilleur: Il a le canon charg.
Un fantassin : Il a son pompon.
I n chasseur cheval : Il a son
plumet.
Vi\ fabricant de chandelles : Il
est rnch.
Un picier: Il en a plein le cornet.
Un musicien : Il a jou la valsa
des ehopines.
U.) professeur de natation : Il a
bu une tasse.
Un jardinier : Il a Biros SOU
parterre.
Vw lypo : Il n la barbe.
Un allumeur de lverbres : Il
est allum.
Vn rtisseur: Il esl cuit point
Un quillbriste : A moi les murs.
la terre m'abandonne.
\'\\ rudit : Il fait concurrence
Bacchus.
Une couturire : Il est Aiq l,
l'n cabaretfer : Il n'a paseracb
dans son verre.
Un tireur de vin : Il est plein.
Un snob : Il esl vaseux.
*f La nouvelle Corona**
La Machine <) crire
(jersQtjnclL'
' ojouui'i'iii, i.ne nouvelle pofu
._/ on tn-in |i i.r la C 0 fOSlB,
>^*. avec if iiio.iiie '< Uqu atre qe
5^,-riit en !U> < Hihct* r. dilltraots t.
h*!* ,' "' eotiq'lei Je I a louche inor
**^ ..-
Il y a I7 ans que

Corona
muchiae crire lgre.
et
fnbi.quo et vulgarise la i*;^
Un amricain : Il est ha aide.
Un hatien : Il est saoul.
Etc. etc.
"P^ Depaa lors !orosaprend progressivement la place de fj5*
Jl'-li machines lourdes et volumineuses. rt.
.* GOROM VOIS Ml'iililK I NK KC.ONOMIK. *
&> MAXWELL A MQHR
#i I'om:: :57
m
<,<-.t..t..t..t..t..t... .t..r..t.,t.,t..t..t. t.,t..t..t..t..t.jw
/R > v ^ Q V 0> 9> V $> '^ w W *-K W ^ '> > ^ i\
Pr^calcolalion du temj;
par M. G. Tippenhauer
iDjoHrd hoi et denaio
Le t. Pression atmosph-
rique : 0.7 au-dessour. Temp-
rature : 0.7 an-dessous. Probabi-
lits pluie : 1.5 ngatif.
La . Pression al nosph
lique : 0.4 au-dessous. Tcmpr
rature : 0.2 au-dessus. Probabi-
lits : pluie 2.1 positif.
Conseil pratique
Considrant qu'il n'y a pas
lieu de profiter de* difficults
de la situation actuelle, la mai
son Kawas IILHMANOS se
l'ait le devoir d'aviser ses cli-
ents ci le oublie en gnral
qu'ancune augmentation ne
sera laite sur les articles qu'clc
a en stock. \ u que ces articles
n ont pas eu a subir les eons
uuence du nouveau Uni..
C*esl pourquoi nous conseil
loni les pres el mres de |;i-
inilles de se balerde faiieleurs
emplettes chez
Kawas HERMANOS
1721, Hue du Magasin 'le l'I'.ini.
V0ULEZ-I0HS
SAVOIR?-.
o vous passerez le samedi et
le dimanche la plus (agrable
soire, le nom de l'Etablisse
mat o les gens eiiic-. se
donnent rendez-vous,o voue
gniler.v. aux vins les plus
dl cieux, aux mets les \>lus
exquis ?
.^EA.SIDE 1NN
i
Les rafles de la Police
Hier, vers midi, la rue Am-
ricaine, un gendarme accompa-
gn du ehei de quartier, a rail
une raIle gnrale des nombreux
vagabonds qui. chaque jour, sr
donnent rendez-vous, celle
heure, sous les galeries des mai -
sons situes dans le quartier O
ils Suscitent les scnes les plus
scandaleuses.
Il faut vivement fliciter la Po-
lice pour l'activit et l'nergie
qu'elle mel laire l'assainisse-
ment social de nos rues.
r }tf vV f vV A fy tj vV \'( A A A ri A
A 'i-* i- i **'*. v r& f * W* -X* ** X
NON SEULEI^ENT pour les
enfants qui ne peuvent
s'en rassasier, mais aussi pour
toute la famille. Quaker Oats
est aussi dlicieux que nourris-
sant. C'est un merveilleux ali-
ment reconstituant, riche en
vitamines, conomique,
facile -prparer et*
digrer. '
Quaker
*iilivj,.n.t>,t,.t..t..,.t,.j,.t..t..*..t. ki, *! ' 1-
/^v.^.iJiiJ.AA Tv . v '-.' I- V ^ V
Notre iL
... ne voit paa trop ce que Phi-
lippe a voulu diie dans L'Es
soi d'avanl-hier. car tout le
monde sait qu'il est mvope
comme une taupe etque sa sj.,
cialil c'est... ds ne pas voir.
Alors, le pauvre homme s'ima-
gine avoir l'ail des dcouvertes
pour nos lecteurs el s'embaraa-
se dans les explications intem-
pestives... One nos amis se ras-
surent. Philippe n'a jamais t
de noire maison. Nous n'en
avons pas voulu et si le musi-
cien de Ption-Ville a poch son
il, c'eal vraiment bien tort...
...a vu le camion passagers
La Sainle l-'amille faire un
beau plongeon dans la rigole qui
se trouve I.alue. Il n'y eut beii-
reuseineiil pas d'accidenl de
personne. Mais les ehules de V-
hicules dans celle rigole de-
viennent si frquentes, qu'on
peut bien l'appeler : le trou dan-
gereux.

...a vu, mercredi soir, dans un
de nos dancings' deux noceurs
qui: laute de danseuses, el ne
pouvant rsister a l'entrain d'une
meringue, se mirent dansera
deux avec une seule danseuse^
Le spectacle lail des plus cu-
rieux.
... a vu, merci edi soir, on l
gnnl genlleman allabl dans un
caf de la rue du Quai devant...
des verres vides, mais en com-
pagnie de la I alronne. Ut le dan-
dy pour hier le temps feuilletait
Le Rveil de Maddalonea un
ci n roman de Charles Vayre.
Le petit spectacle tait assez char-
mant, la Patronne folie Souiiaila
l'aulre taisait mine de s'inlres-
sarau bouquin qu'il avait levant
lui el les verres restaient vides.
... vil le prtendu Homme A la
/(use qui voulut laire des siennes
en compagnie du Prince le lu
Jeunesse ou plutt de celui qui
^s'intitule ainsi, l'.l la loiune d\ s
Grands Dues commena. Ella
s'acheva, hlas! par de* coups de
l'eu que le galant, 1res excit, tira
en rentrant lis tt ... le lende-
main malin. El tout le quartier
se demandait : Est-ce liauerre.
hem ?

... a vu. au coin des rues du
Magasin de l'Etal el Traversire,
devant le magasin de Paul
Auxila. la petite source bien-
laisante el intarissable de la rue.
des populos qui calnuqenl les
ardeurs de la canicule en se don-
nant des douches d'eau Iloide.
torses nus, heureux de viv.ecclo
minute exquise, se moquant pas
mal (les passants. Us suivau lit
lea prescriptions de l'hygine. Ils
taient heureux el personne ne
doublait leur joie. Jolie scne
champtre an pleine vilhj.


... vil le galanl liilinanl la fille
l'angle des nus des Csars et
du Quai. Agace, la soubrette
lana une rifle que le bonhom-
me sut le temps d'viter et l'a-
niouieux saisit la main qui vou-
lait cire cruelle cl la couvrit de
caressas, Ces du cjnma popu-
laire et, pom laid v et Chevallier,
quelle coin un en( e !
*
... a vu. av:,n!-hicr. vers L' lis.
de l'aprs-midi deux amricains
humides qui sortaient rie Char-
ov Rar.rue Dents Destouches e!
qm se mirent se traitera grands
c-j uns de poing. Ils se cassrent
ainsi ne/ et boni lies. < ette scne
depugilat mil la me m grand
moi. Deux polieemen *h\ Ma-
nne Corps Intervinrent et rap-
pelrent aux turbulents buveurs
que la voie publique n\ si pas N-
1,1 "'i ae vident les querelles
aprs les Verres.


LE MATIN- 4 Sept m 1 u 1926
(T
UKODONAL
Goullc
Rhumatismes
Eczma
ArlCr'.O'ScMiose
Obsit
Calculs
m

Nettoie
ie
Rein
fut
', /
..
et Ici .. t.. l '...'/.. :,
f ^oi f 'o ."<-'.' .-.-.' .ii. ,
M -< .'c .l;.--'.. ;
I .
GRANDS PRIX
BtaNkMMrti CMtahla
rAumh>tin .-, ni '-.. il* PuiU,
X fc VBlet'it'iiiif. Pan* oi ' ^,,M
Ni
i
^
ii'. -y?*^
I I i i ,t"~?*t - m T."i i i nri>
I (' 1 . **1f v .i ,,
\Atr~ M I I i r
''f "f. '"' ' ' u
, - - JMJi "' >'-''
i '- i.. r Mi ii ,i. .,
I .--i
! .

I
U lr ara Vf MWMd ".::.-,/ >-- ...v.ir ,,,- mi > ,/tJjrga.
.,. ii vu. jeudi, une bombe qui
fit.it pur dei coups de poing.
Trois joyeux compagnons pas
rent toute leur journe cou-
rir ensemble guinguettaa et ca
{(s. L'Overland dans laquelle ils
luisaient celte boinhe, surrhatil-
le, haletait Mais, implacables,
les noceurs la foraient avan-
cer. Cependant les choses, la
tin, se gtrent. Arrivs devant le
cimetire, nos trois gentlemen se
prirent d'une violente querelle.
... les vil descendre de l'aulo,
aemettre en posture de combat
et se borner les uns les autres de
coups de poing el de coups de
pieds. Cela s'appelle querella
aprs boire.
MAURICE ETIENNE fils
Angle (1rs Rues du Mayasiu de
l'Elut el ues bronts-horts
Nouveauts,!
MkR:khk,
I'ahfumehik.
4
Quel temps lera-t-il
en Septembre?
I. Tippisioer nous le dit
Comme nous l'avions prvu, le
mois pass s'est distingu des
mois prcdents par une temp-
rature trs modre, CS qui ne
sera pas le cas pour le mois de
Septembre o la temprature se
tiendra gnralement au-dessus
de la normale. Ce ne sera qu'au-
tour des dates suivantes que le
thermomtre aura t e n d a u ce
tomber au-dessous de la normale
du :t au 7, vers le 10, du 17 au 18.
le 20 et autour des 'J7 et 'M.
La marche du baromtre sera
caractrise par deux vagues de
monte ou 8 au 19 et lu 22 au
28. poques o avec la haute
temprature et les pluies indi-
ques on doit s'attendre des
orages. I.a chute la plus impor-
tante de la pression atmosphri-
que aura lieu du 16 au l. I.e
baromtre ara plutt bas. aussi
pendant les premiers jours du
mois du 1 .').l)es baisses secon-
daires se teront sentir, du 12 au
18 et pendant les deux derniers
jours du mois.
(Juand nous avions annonc
des pluies pour les derniers 3
jours du mois d'aot el que les
pluies taient tombes relle-
ment le 28, 20 et .'M au lieu du '-".
80 et 31 connue veut le texte de
notre prvision pris mot mot,
nous affirmons (pie notre prvi-
sion tait nanmoins correcte
puisqu'il ne faut point oublier
que l'exactitude thoriquement
possible de nos cale ils se soient
dans une limite de temps de
plus ou moins vingt quatre heu-
rev c'est sous l'empire de ces
considrations qu'il faut aussi
Interprter les prvisions poul-
ies pluies du mois venir.
Il v aura Irois poijues princi-
pales de pluies du ."> au ti. du !
ul, |3et du 22 au 21 II faut s.ii-
tendre les pluies auaai *ST1 le
16 et 17 et vers le dernier jour
du mois. Les priodes de pluies
du i' au 13 et du 22 au 24 seront
des priodes de pluies d'orage.
Dmission
du Magistrat Communal
de L<'ot|ne
Logne, le 1er 7brc. 1020.
A
Monsieur Clment Magloire,
Directeur du journal Le Mutin,
Port-au-Prince.
Mon dur Directeur,
Veuille/, je vous prie, avoir
l'extrme obligeance de donner
publicit |g lettre que vous re-
tirerez sous le couvert de la pr-
sente, ce, dans le plus prochain
numro de votre quotidien.
Veuillez agrer. Mon cher
Directeur, mes salutations les
meilleures.
Victor LACOMBE
Magistrat Communal.
l.ogne, le .'lit Aot 1096.
Au
Secrtaire d'Etal de l'Intrieur,
Palais des Ministres
Port-au-Prince.
Monsieur le Secrtaire d'Etat,
Patin des ennuis que me
cause l'Administration Commu-
nal! de Logne, je vous prie
de bien vouloir prsenter ma
dmission son Excellence le
Prsident de la Rpublique en
lui donnant la parfaite assurance
que je reste, malgr tout, un
admirateur de sa politique et
un ami dvou de son (iouver-
nement
veuillez agrer Monsieur le
Secrtaire d'Etat, mas salutations
distingues
Victor LACOMBE,
Magistrat Communal.
Parisiana
demain soir
Gantas
Ce lilm magnifique qui a lait,
lors le sa pmnire reprsenta-
tion, l'admiration de tous les
amateurs de cinma et qu'un
public nombreux chaque fois
qu'il figurait sur l'affiche, allait
chaudement applaudir.
Entre : 1 G.
A la Commune
de Logane
Par Arrt du Prsident de la
Hpublii|ue publie au Moniteur
du t Septembre courant, vu la d
mission du Magistral Communale
de Logane une Commission, com
pose de M M..Iules Moscoso, l'rsi
dent.Franois Vulcain et Alce La
liens. Membres, a t nomme
pour grer les intrts de la Com
mur.e jusqu'aux prochaines lec-
tions.
T us nos compliments.
Echo de Cavaillra
De notre Correspondant :
Nous avons t trs heureux de
recevoir, vendredi, 21 courst, la
premire visita de M'. Turenne
Th/jin, Commissaire du Gouver-
nement prs le Tribunal de 1re
Instance d'Aquin I! n'a pas man-
qu de laisser pressions an sein de la population.
Aussi, est-ce avec un vif plaisir
que nous avous cou>tet, combien
heureuse a t dans son choix 1s
main .lu Gouvernement.
Combinaison vreuses, perscu-
tions, vices de toutes sortes,concus-
sions, tout en un mot, va iu-
Souffrait oV rhutntiim* */*
PENDANT BIEN D'
IL SOUFFRA DE
Il explique comme un simple re-
mde de famille le soulagea j
immdiatement
-------------
Dm million* de personnes emploient en vain
un remde aprs l'autre pour la rhumatisme un*
penser qu'il y a un remdo de famille qui le*
soulagera immdiatement t pour toujours.
"Pendant bien d'amim j<> souffris de rhumatis-
me aiiru, nous crit oc Monsieur de Dijon, Frac/
sans trouver remde mes maux jusqu' quoi-
qu'un me recommanda le Uniment de Slnaa.
Us premimi applications ayant nlsvtla dou-
leur, son usagp constant m'a compltement guri.
Ceci est pretiqu'un miracle quand on considre
que j'ai plus de soixante ana."
Il suffit d'appliquer un pou de Uniment de
Sloan, l'effet curant duquel est produit sans be-
soin de frotter. L'inflammation baissa bien vite,.
la douleur disparait et en peu de temps les mus-
cles et tendons retournent leur tat normal.
Dans n'importe quelle pharmacie vous pouvet.
en acheter un flacon.
Uniment
de Sloan
Anantit Toute Douleur
nouii dans la fameu.-e bote de
Pandore,., k la grande satisfac-
tion des justiciables de cette juri-
diction .
Qoalla concidence! Kn prsence
de l'heureux choir qui t lait
par la Gendarmerie du l.eutenant
Go!*olus dont l'activit,l'intgrit,
lu pondration et l'indpendance
sont admirables aux yeux des
honntes citoyens cl qui fait bon
minage avec le nouveau Chef du
Parquet, vraimeut on se tro *e
dj dans une atmosphre de relle
garantie. L'on conoit aisment
combien doivent-tre ptis de m-
contentement, de najs... les b
nheiaires des actes nfastes pr-
cits.
\v.-c une situa ion aussi embar
rayante pour eux ces audacieux
impnitents auraient remue cieux
et terre pour trouver quelques base
et fondemei.t d- dnonciation.
Cependant, nous espions qu'a*
vec le concours de ces deux chaca
pions distingus ( Chef du IVquet
et L'eu'enienl de 11 (endarmerie)
notrej. Ii,i s infernal sera bieutot t
dfinitivement dml.
La Cour perma
nente de justice
internationale
Par cble franais
GENEVE, 3 SeptembreLa on
frence sur la Cour permanest
de Justice internationale s'est ou-
verte aujourd'hui. J:i tats sur 5
.1111
Jj3
MADE ^--------^^^ IN USA
KNOWN THE - WORLD 0VB1
NO
STROPPING
405
L;. Maison GILl^TTE
n';issunio la cspoiisabili' '
du parlait fonctionncmcnS
de k vraie lame GILLETTE
(|i m aand t !e ; sen ans
les vrais rasoirs Gillet .
Il n'y a quune
seule lame Gil\
e~"~ Elle'est la vraie lama qui n'a jtmsii
gale. Des anu 'es de;;recherches et d'siL
constanlas ont [perfeclionn son excellentfl
ateliers de la GILLETTE SAFETY RaSOBJ
PANY se sont -ntinuellement attach I c<
son pouvoir p atoire.
Des mtallurgistes, des chimistes et tes m
techniques ont (onsacr tout le"* temps lai
tion de cette lame, laquelle est reconnue Haut
les pays comme le modle type de l'excelleat i
Chaque me GILLETTE fabrqne sttL
par U p lu rigoureuse inspec on et rpooral
tre haute enc orne. Elle ne peut tragsiai
sera jamais surpasse.
Ne ove/ content qu'avec une barbe bien I
Serve/, vous de lames G1LLTTE et vous aun
\raie satisfaction d'tre bien ras.
A vendre chez, tout les boni marchtid
f*
sont reprsentes Van I ysir g ,lu
prsideut, a insist sur limportan
ce tle l'adhsion ventuello des
Etals Unis et aux rserves foi rou-
les pur le snat de Washington
dont Isa 3 premires n'ont soule-
v aucune oojectioa.
La confrence sur la Cour Per-
manente de Justice Internationale
qui s'est ouverte ce matin i sep-
tembre a nomm prsident : Mr
Yan kysinga, hollandais, et vice-
prsident Mr Jumen't ( Vn/ulaJ
et M.Francis Bell(No-Zlandais).
Dans L'aviation
Par cble franais
Paiub, 3 Septembre Les avis
leurs Lliarhs et Vv'ejser, tenant
le record en ligne droite, sont ar-
rivs sans escae Bender Au! as.
A la S. D. iV.
Toujours la question
des siges permanents
Par cble franais
Genkvk, 3 Septembre Douze
menibr js de la commission ont
rorganis l'extension des siges
permar.nts. La Chine a v..t pour
i condition comme l'Espagne un
sige permanent. L'Allemagne et
la Pologne se sont abstenues. Le
raptaantant d" l'Eapagaa n'a pro
non'.e aucune psrolc ifraarable,
Derjaix la commis-ion enl mira le
i,i( jj.r.i de Mr Motla destin au
coj.eililam lequel il persistera
d'jclarer que l'entre de l'Allema-
gne dans la a. D. N. implique
attribution d'uu sige permanent.
Les Chambres de
commerce en Tur
quie doivent chan
ger de titre
Par cable franais
CO.NSTA.NTl.NOPLb, ;t septem-
bre Le ministre du commerce a
inform officiellement les cham-
bres de commerce trangres qu'-
elles dew'ont dornavant changer
leur nom en celui de club ou asso
cialion et se conformer i la loi
sur les associations si elles veulent
continuer exister.]
anrsc mid:, s'est aussitt rendu
au Club de St Cloud o il a jou
au ijolf. Immdiatement prs il
s'est rendu a Paris, a dn rapide
mnt et n pris l'express de Biar-
ritz.Le prince compte parcourir la
rgion pyrnenne dans son auto
mobile qu'il a envoye ? Biarri'z
par chemin de fer.
En Belgique
Par cble franais
BRIXELLES, 3 Septembre
Les chemins de 1er de l'tat belge
ont t transfrs aujour t'bul Ta
Socit Nation le avec un bail de
75 ans conformmeul au program
me conomique de stabilisation
du cabinet. Le premier lsultat de
ce transfert est que les tarifs des
passagers et des marchandises ont
augmeat immdiatement de 25
op>, que le- frais d'exploitation se
rout fortement rduits et que d'au
trs conomies seront faites.L'aug
lu l'tution du tarit des voyageurs
est expliqu) du fait qu'actuelle-
ment il ne reprsenta qin 70 ojo
du lar I d'avant guerro calcul sur
la base or.
Runion du nou-
veau Congr
mexicain
Par cable franais
Mi:\ICd, 3 Septembre Le
nouveau congrs mexicain s'est ru
ni G heures ce soir avec la p:rs
pective d'avoir rsoudre les pro
blmes les plus importants qui se
soient poss cette nation depuis
des annes Ln message du Prsi-
dent Calles a t lu la chambre
et a trait tout particulirement
aux relations trangres et su d-
veloppement du Mexique. Il fait
ail us in ii aux lois sur les propri-
ts des trangers et sur les ptro-
les tala controverse qui s'est le
ve entre le Mexique et tes liais
L'nis au sujet de ces mesures.
Les vacances du
Prince de Galles
Psr cble franais
Pasis, 3 Septembre Le prince
de Galles, sniv i Paris lundi
Pour la dfense
du franc
Par cble franais
Paris, 3 Septembre Le Matin
d lare que le gouvernement au-
rait pro6t des reeaUa fluctua-
tioas des devises pour assurer ses
besoins en change pendant plu-
sieurs mois et pour constituer une
masse de mamruvre p nr la d-
tense du fran.- sur tous les grands
marchs mondiaux.
La
neloui
velei
wai
Musi
Par cable I
Home. 3!*|t,
italienne c&aSsiiaj
tion du progfa*
1 Italie conitiluil
b-edansiuistosaj
comparable sa il
journe di Jm*
le Duce annoaj
tion politique a*
litique finaoeital
par le cabinet M
reuse dflation a J
ca d'Italie V
pour le crdit laf
ges trangere-la]
d huide 3t f
150 I34 lai
Bulletin a
du R( ,
Nous avons "
nuim-roduina]
l du Bulletin
parle Bureau f
nancierBaal
contient les
les iiifoiniationJ
concernai! '
Publics.
Nous reniera
gracieux..
Aux pof(
I^s dtente
d'armei feH
Chef de laJJ
ffrtS
Chef d* l:,.L
licences ojl
ronl & 2
M!ine~
tion i^'s
:;>'

au "".""uirtaal
m
Che
entdl"
\\
:i
de <'
Slajrf"


LE MATIN '^ 4 Septembre 195*
Insurance Co
[ne des plus fortes Compagnies]
canadiennes d'assurances
sur la vie.
Eug.Le Boss & Co.
7SS'i<>
m& Wm. & &4
0-Oori/
comme cestbon/^
i>i
Avis
TE-- mt m nettoyer l *-'' al Crie Kolynoa, On Mit
pourqeui. Le got en cet dlicieux et dl .
dans'a bouche une n. i m don de fralchaur
qu: dure patatett d-s he-.res.
']. w m ri-de la Pi
deux foie par jour, EU) itni poaWveraent
'" ' n' de esnnce ic meidiei qui ic
I i n. :. ucha et qui. laiaeci ,\ eus-
: ut lai (.. .. i .' ,
i : dea dl fdrci de to ......
l'.n.^ia se la bouche ... exile* f-.V
mentitle n u .... .....u les
cnvksct abnl si dift. Il : .-. deloscr. Ci
p*'.e hyginique pi r cx:icnce.
On raeommar.de l'emploi de b !-utc I-.'olynoj
doua fi,ia par jour rifub-
en i..c nt p. ur lt anianl .
et ausii poi.r le.: grandi 1
pan mu i. Cet ;.
moyen d'avoir'.< i ,
! m ht l.uici..-. i ;. ; : nu
aaiaaa.
Socit gnrale dejrans
ports maritimes vapeur
Le steamer ' Mon:-Aigoual" ve-
nant da Maratitt m i k., _;i., ., -
ta l'nrl un I rince ? |. 14
aptemb'* et repartira la mAn.e
joar p'vr Cuba prenant lie', peur
Marseille.
Port-m Irin e, l< 25 K >&' \9H>.
L'.'genl. Gt. le LES 'IMlbUti
Trs bonne occasion
A vendit- pour cause de d
part une automobile Dodge
spciale a l'tat de neui et un
piano marque Schoomacker,
l'adresser au Cable Franais
PATE-
On demande
A louer nne maison basse
ayant toutes ses dpendances.
S'adresser au Bureau du
Journal.
The Royal Mail Meam
Packet Company
'^m^mmtr^r .7%**r, w7,-*r. .^wf. iT'wT. .twt. 7>*t yyA^/: S&ZS2&B*&2
kifoe Granul Brewer
\teplu8 actif des Reconstituants M
Fortifie le cerveau, la moelle pinire, les^os. et les
ij*in$. Rend puissants et vigoureux les enfants dbiles, i
Wiemmes faibles. Les personnes uses par des travaux]
[assidus.
H eite chez : Simon lieux,''Alfred lieux, Lopef|
PJ, Ed. Estve ' Co, A^ Boit, lphonse
|*r, J. H. Borday,|me L. H. Ooret. i Petit-
Go.ve : s... fff.,,.i .
|licll chtz : R. BrouarlJ rai.d' ; e Ro 1709
GEO,JEANS&ME 4Co, 'cents
Le steamer "-;ea S'erpenT' est
attendu a JacOMl, le ls septembre
prochain.
Le sleiimo! "Tevitt- est at.emlu
a Jtcme!, le ItO Septeuibr| pro
cliain.
Port au Prince, le 19 aot 1926.
.1. DAALER Jr
Agent Gnral pourllaiti
J"*eana taawaM^aan**aa,ar.* --^ *.-^^- . i -
Horn -Unie
Le bateau 'Mimi dorn", von .ut
de l'Kuiope via Puerto Itico,
Puerto Plata et les porta )
n> ni sera ici vers le 8 Beptsmbra
en route pour KifigftOO, ttasto l>o
mirgo City et Curuio, prenant
frl et passagers.
OLOFFSON, LI.'CAS A o
wg.Le Boss $Co.
i
Agents Gnranx
srasi
les mp8*aps d*s
Indien- niin-i;-
iam confiaient
nq l'inmeni n
ve- sur aVa ometda-
les .c bolfri lue
' pareille comparai-
son avec un f.ver--
barp est plutt dsa-
vantageuse, mu tout
si on devait nvoir re-
coure, pour crire,
les f.niopUles de buf-
Jii. !
Le crayon EmftbsfB
*Bl un instrument tel e
meot commode .1 il f|
le app.'iitiire otl'aasai
bien que les grasdaa per-
POatt*! que les t-Mtlils
i i i.< :.i i\C\ sVn proeurti
m
Il n'y :i qu'un seul Evers*
liai p.
Le nom esl sur le crayon,
TUF. WAEL COMPANY
riant York, N. Y.. I S. A.
a^^JaVaBSaBaiaBVeVBHaBBMBBVaaiaBBBSBHBiaBBkaBaBlBBlBSI
MAXWI i.l. a MOHB
IM.l Un. .lu < .Dire
PUaT-AL'-l-SilM . UAIII
Compagnie Gnrais
S^> TranSlallantique
Le steamer "Caravelle" parti
de Bordeaux le 24 Aot est
attendu Port au prince le 10
courant. Ji repartira le lende-
main pour Santiago de Cuba
et les poils du Sud.
La suite de liiin raire sera
lixea l'arrive du bateau.
Poil au Prince, le 2 epleni.
lire 1926.
L'Agcnl.K. BOB LLI\
AVIS
La Banque Nationale de la
Rpublique d'Hati se fuit le
devoir de rappeler aux por
leurs de ses Billets provisoires
uen vertu de la loi d.i 2 Aot
5)22, le dlai pour rchange
des dits ilillels contre les Uillels
dfinitifs ou de la Monnaie d'Or
des E als-l nis d'Amrique ex-
pirera le 24 Octobre 1938.
Elle invite encore une fois les
parleurs de ees Uillels se pr-
senter ses guichets, tant
Port au-Prince qu'en Province,
tous les jours.dimanche et jours
de fte excepts, de !> 1> 1\'2 h,
cl de 2 3 lues. p. m. pour les
faire changer.
Elle leur rappelle en outre
qu'en conformit de !a loi du
22 Aot 1922, passe la date
du S4 Octobre 1926, les Uillels
Provisoires seront de nulle {va-
leur et la Banque ne pourra
plus, par\consequent, les chan-
ger.
Banque Nationale di l
Rpublique d'Hati.
Port-au-Prince, le 1 Juitl. 1926
San -* ' *
Ecole Spciale
Stnographie et de
Dactylographie
316, Rue Prou, Tlplic-
' ne 620, P rtaaV pnrce.
( 10 annes jde suecs consacr
par un Arrt Prsidentiel ta
reconnaissant que. )
St-'no.jrtpliie Kran;ui-. Sln o
graphie anfluiM ( eaa*lgaa en
Dgiain ),f)ictvlofraphia, Comi'l*
bilile, Droit CoiOflBtrcial, Math
iin'iq h's i. iininercule-, Tenue de*
archives, Apprentissage de la \ti
chiae calcu'er et du Duplicateur
automatique ( mimeojraoli bn-
gu"4 suglaiva et aaotf ois.)
t>)t imi ortant tablissement d en
aslgnaasasl roa>aisrotal se signale
k \ r.Uanaa .s'rsk par le
i liiilaire de son pro
gminni'-, par l'eicellenca de sa
Teiluiiqii^ |d*enseignement, par
l'importance de son matriel, par
la rgularit de son organisation,
fiar le ( liiffre de son etlectif, par
e fouctiomment de son Bureau
de placement, pu l'anciennet de
sa fondation, par la srieux de *es
eiamena -ie lin dludes.
No >ce duill envoye M. I
mande.
Socit .^produits Sotot Paris
CAPITAL : 3.4OO.Q00 francs.
La plus ancienne Maison oour les Dentifrices;
Fonde en l'i>'>.
iik Bt tTOT est t.'- mil Dentifrice approuve
pas i.'m.ahkmii: de Mdecine de Pabis.
Dvij nde/laP;'ile Dentifrice Botot
Demi iide/ l'Eau de Botot
lu ni ndez le Savon Dentifrice Bo*
! amandes la Poudre Dentifrice .--_
I oiol au Corail et au Ouinquir. JK^
Dni index le Sublime" de Botot Mi
contre la chu te des cheveux. ^y
Lis dentilrites Bolol sont re tfif
commands parles meilleursden
lis'es d'Ilaili, notamment les sui
\ ; H l v
Docteurs Volrry Rouzier, James
| Ewnld, Mercier fils, Holry.Dumer
v, Daniel, etc. etc.
ftr-_( l-.u vcnle dans les maisons suivantes :
Pharmacie Pnarisot, Pharmacie Bourraine Pharma-
cieCeni.ale. Pliamiaie Saint Jean,Maurice Etienne fils
Paul Auxila.Ju MGoraall.A, Boit, .1. Poujol, Carmen
Douville, si:'in,oiilv ei Sergile, elc,etc
. \ El .buis toutes les bonnes Maisons de Province
En gros et en dtail chesles Agents Exclusifs pour
ii/y llaili. '
,-,,. B vt PLAVELANET Cie
_ 17W, Rue du Magasin de l'Etat Port-au-Prince B.o.
bmBox 196.
Oraqss d'nule de Foie de Msrae *
En stock elle/. :
Geo.JEANSME S: Co. Agents
rVi
Alumimim Lia m
Hw-QrUm South. America
_ SteamsWPjCo toc.
Ptoohalnsdepa.tsdjrectspouri
Port-au Prince "JE^iti (
Le steamer "Eidihorn" laissera Port Ailliui
le'14 Septembre Prochtio pooi let-OHeanf K
loliile if l'oil-au-Prince 0 il esl attendu verjf
le 27 du mme mois. -.
Il prendra du fret I tous les ports ci dessusH
nommes. ^
Le steamer Cliristiin rojjh laissera HewOr-M
pians le 7 Septembre prochain directement onr(
l'oit au "rince. /
Porl-au Prince, le 26 Ao l li)26.
A- d* lATTElS iCo
Agents
Bar Terminus
Propritaire :
A.WIJmaor
A riiorniHir d'informar sa bienveillante clientle
qu il a install a 1 tae de son tablis sment, un salon i
exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera
des consommuious de pmmisr choix et o des lunchs
seront servis sur da nsn le.
m T'pbone No 7s;.
!


MAUX El fcMBREl



g *&%%#%.^^^^
*;
f^^w*!***
Uit
* "
INE

Gand htel
De FRANCE
P%P.*PATWZI, Propritaire;
Cet Etablissement renomm donl l'loge n'est pluslaire
vient d'tre compltemenl restaure! remisa neui. Les
chambres'ont tout le'confbrl moderne, le service irr-
prochable, le Restaurant soign est deftoul premier
ordre,l'Htel n'ayant rien nglig pour faire plaisir [sa
oharmante clientle.
Mi. PATRISI, qui pari bientt, apportera a son retour
de France de nouvelles amliorations qui donneront la
plus entire satisfactions ; Ions
DJEUNER In CARTE, TABLE d HOTE
PLAT du JOUR au CHOIX
Pension nu mais, lu semaire, dot jour
(tarage mis gratuitement la disposition les voyageura
Bains, Douches toutes les heures
Tlphone : I 341 .
Dans les Magasins souches a l'Htel, ou Irouve-ra Ion
tes sortes de provisions, \'i\s. I.h.h ri us, Cigarettes,
Vins d'EspAGNE, de Bourgogne, cTItaue, Grand choix de
Conserves.
On y trouve l'arrive, pendanl le sjoui ou au de
pari tout ce que l'on dsire au
m
GRAND HOTEL de FRANCE: P.P. PATRizi.Vroprietaire
W
>-
.-.-.

fi*
g*
?;,;
S*

?'ir-
S*
jg*


&

fsj-
fie-

&
g*
La sant est une premire ncessit
L'nergie d'une sant magnifique
gagne tout dans ce monde. Les
Y maladies proviennent des germes qui
abondent dans la salet. Le Savon
I.ii "iroy dtruit tous les germes de *
la peau. Il la purilie et la protge.
Lever Bros. Ltd., Port Sunl-ht, Angleterre B ^
Agent Gnral
Bue deshrontimFort* Nos MS'tl

8*
h
s*

et
&

fi
fit}
8g
55
4$
Fabrique de Ptes
Alimentaires
Verni c-. I- de I :. canifn d* 10 livres a 1 Dol! i. .
>> 10 o S'-s d; 10 o.0 r' *fc
Vr.ci*or.i S 10 1 10
| M 10 10 100 "
N '"mo^'iK I- !:. Semoule, {*> l-eaii liltreetlt
r- m"f|ie d* r.rin durs lit n?tirati.Q d* no*. p.'t't nom permet d of'rir nu p.ib'ic des prjjuiu de tui 'n^JP
li >ix, P^wir
^ *^=*
5**"
5* ^^
Nash
The new
319. Rue des Fi-onts Fois, 319 j
DistrilniJeiir pour Hati des automobiles c\*SH
Nash Nash
>u
advanced Six
N
Nous mai 'al.ment en stock : I r. !. I ', :. .\, lires -r i chine
ntiii-6 V B B I \ pitdl e'.
permell inj dfl l>n
kl A S II leads the Worjd in motor car value.'
II.- Wuild Iihs e r lier- gr'caU-i'i.qualiiN gif aler value aoo ''
perfonar.re. ;
> >-| ('cia'ement corstnutei pos
pays rroi t^ncux. n unies d'eac l'enls moteur, o'0#BD,'f^
les routes le* tins dillicilec le u.aximum de fansfaclioa:
heonomit Con-ori Puissance i"''^
Pr. currzvou une NASH parce quelle est la
\o me k tOQ pille
rr.aio, rvcc afofssoT'-
permeihnj ,\* bn.dcr. repriser ui Taire d4 jours, pour .or
turires lailleSM et cordonnier. \vec on sans mo'eor to -
trique.
A,m<"lri'IA:"IS~A !': ," 1('lK(;- *"<** (:'-^^^^vh.c-s. Vas,sJ^i.^,,1,u.j^M,Smxc,,uTl,:,il-. PAPil.R I MJIALU',, |:al ,-, ,eau el par rn,e j
jk^mmcoHHij**icYcwTu f,a Hichelandire ***.en wcuk. rduites
3 v^ t/ Or 45 seulement u
J olaiiss..r.-sl--i.H.sclu-i Dernier t ri I 1^0 I"'.' U-s Danu-s siAm*rlcaln pour les Hommes. F()rHMTrMI-S(;ur:,|,s pour In Cordonnerie \\- u,v $.> ,;,,nm's' T:,lons l,(,,s Lm,is XV Battkr, T^M OBtetoCUC de Is clbre ...arque Goo.lye-,r ete
** Une visite s'impose
& #
I Aux Grands Magasins de fournitures gnrales pour la cordonnerie
| Joany CORIUSGO 7>\% \\m des Fronts-Forts
llllMIllimOlJIIT, WRee eeaaar,:
r
. ^., > -


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM