<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN :> Septembre 192G Page Maigreur et Dprissement Signe de danger — Il faut agir de suite Des milliers de personnes, hommes et femmes, M voyant maigrir de Jour M jour sans pouvoir reprendre leurs forces, finissent par s'inquiter et par dsesprer de jamais retrouver leur poids normal, leurs belles couleurs et leur florissante sant. Ce* malades n'ont qu' prendre des Tablettes d'Huile de Foie de Morue McCoy's pour que la sant, la vigueur H U joie de vivre leur soient aussitt rendues. Tous lei pharmaciens vous le diront. Les Tablettes McCoy's ont rendu leur poids normal A des milliers de personnes. Une malade, entre auties, ronge par l'anmie e< dcourage, reprit 15 livres en cinq semaines et &e porte aujourd'hui i merveille. Nul n'ignore, en effet, que l'huile de foie de morue abonde en vitamines reconstituants. Malheureusement, la plupart des gens ne peuvent endurer son odeur repoussante et son got de poisson et beaucoup la digrent difficilement.. Par contre, les Tablettes d'Huile de Foie de Morue McCoy's sont aussi faciles prendre que des bonboni et l'argent est rembours par le pharmacien toute per. sonne maigre qui n'aura pas gagn au moint _5 livres _ta 3o jours. ^ B'vi'pii n ilii Ministre plnipotentiaire le la lpublique Dominicaine Hier malin, Monsieur le Prsi* tlcnl de !;> rlepoblique n reu eu auJieiu e officielle, eu Palais National, s. K. Monsieur Ko mon (). Lova Ion, E, K. el Ministre Plnipotentiaire de la Rpublique Do Btinicaine prs leGouvernement de hi H publique d'Haili. i e Reprsentant de la Rpublique Dominicaine, accompagn pur M. Alxl Thard, lut tu Pro t.noie et le Capitaine Laroche, Chai de la Maison Militaire lu Prside-ut le la Rpublique, qui Tvaienl t le cherener son domicile, est arriv au Palais National dans ui\ landeau le la Prsidence suivi d'une escorta de six nid s-dornmp. M. Ramon Lovalon a prsente ;u I rsident Borno ses lettres le crance l'accrditant auprs du Gouvernement hatien en qualit d'Envov Extraordinaire et Ministre l'Inipolentiaire le la Rpublique Dominicaine et a re luis n mme temps les lettres de rappel de M. Miguel A. Roman. Dans la voiture officielle avait a'issi pris place le Dr Rar hal Minaya, Secrtaire de la 'nation Dominicaine. Rception empreints de la baille el de la plus sympathique courtoisie au cours le laquelle les vieux les plus cordiaux et les lus sincres furent lormuls par • Reprsentant de la Rpublique Dominicaine cl le Prsident de la Rpublique au bonheur, la prosprit, l'amiti, l'union des deux Rpubliques. Apres ht rception, le nouveau Plnipotentiaire s t reconduit avec le mme crmonial. A l'arriv et au dpari, un piquel de Rendu nierie rendait les honneurs, frcalculation du temjis par N. G. Tippenhauer j uJMrd hu et demaio La '2. Pression atmosphrique : O.K au-dessous. Temprature : 1.0 au-dessus. Probabilits pluie : 2.3 ngatif. La 8. Pression alinosph tique : 0.6 au-dessou ;. Temprature :<•. I au-dessous. Probabilits : O.'i pluie'posilif. i Dans les Sports Nous disions dans notre nu mro d'avant-hier que, le grand match de loot-ball organis ni l'honneur de S. E. M. DAriillaet Brill. n'ayant paa pu avoir lieu dimanche, anse de la pluie, II', s. S. II. fixerait, sans doute, la date a laquelle il serait repris. C'est dimanche prochain, S Septembre, qu'il se jouera, a i Harc Lecnnte, entre les quipe< dj dsignes. (Test Mr (.ard>•/<> pu arbitrera la partie el la r. union se lu a avec le mme protocole. Nouveau Vice* Consul du (imitema la aux Cayes C'est M. William lionncfil que la Si 1 lairie d Etat des Relations Eitrieuraa a dlivr Esequalur comme \ ue-i muni Honoraire lu Guatemala, aux Cayee, Tous von complimenta. Rception en l'honneur du Ministre Je Hollande Avant-hier, M. .1. Daalder, Consul Gnral de Hollande en Hati offrait,! n sa rsidence,une brillante rception en l'honneur de S. E. Monsieur D'Artillact Brill, E. E. et ministre Plnipotentiaire de S. M. la Heine des Pays-Bas, en mission spciale prs le Gouvernement hatien. Charmante rception laquelle prenaient narl les membres 'es Corps Diplomatique el Consulaire, de nombreux personnages Officiels et beaucoup de personnalits de la socit port au-princienne. En si aimable al si distingue Compagnie,l'on passa les heures les plus agrables el c'est lard que l'on se spara charm tic I accueil qui avait t rserv tous. Nous renouvelons nos plus vives sympathies S. E. M. D'A lillat t Brill ainsi qu'au dis lingue onsul de Hollande, M. Daalder Jr. —mi Rception Diplomatique Cesoir.de ."> heures 7 heures, Monsieur le Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures el Madame Rdmoud Montas otlriront, dans leurs salons, unv grande rception diplomatique laquelle assisteront de nombreuses personnalits ollicielles. Les Btes religieuses du mois de Septembre L S. ialloU de la Suintevierge. C'est la l't connuemorative de la naissance de la Vierge Marie. Certains auteurs catholiques et non des moins Qualifis, affirment que la fondation de elle l'ele date des temps apostoliques. Mais d'autres auteur i supposent qu'elle laie du JO itlfical du l'aoi'Sore el de l'an 838. Eu tous cas, elle est pieusement commmore, chaque au me, par l'Eglise. Le 11. RJNiation tle la MeCroix. Cette lte a t institue pour honorer le recouvrement de la vrai.Cr>i\. laisse Jrusalem par Ste Hlne el dont Chosros II, roi de Perse, t'tait empar aprs avoir vaincu I Empereur Phocas. Hrachus, successeur de ce dernier, contraignit Siros, dis do Chosros, lui demander la paix, et y mit pour principale condition l restitution le la vraie I roix. Ilna clins rentra dans onslantilio Die, Charge de la prcieuse re hque, puis d la porta sur ses paules, en 642, l'endroit du • alvaire o avait t crucifi Jsus et d ou elle DVail cl enleve 1 1 au. auparavant, '•' C ^ issi.uis, petite localitsd iut prs.!• Portau-Prince, elle lte est louiour, clbre avec beaucoup d'clat. h IASAILLES. Nous avons reu la carte de taire part des fianailles de Mlle Ahce Durand avec DrRodelphe Charmant. Nos meilleurs veaux aux heuheureux lian. es Vu danger pou*' les jeunes filles de se faire couper les cheveux ft. GENEVE, i-j Juillet — t ne jeune tille de la Sui*s allemande, en sjour Bavai*, s'tait tait couper les cheveux. Elle alla ensuite travailla aux champs son* un soleil ardent et tau'. a victime d'uu in-oation. Soiil'trunt atrocement, elle fut transporte l'hpital de SaintAubin, ou elle a succomb. Le Dorobre des accidents de rues auyoaeote i LondresLONDRES-Des stylistique publies par 11 prfecturede ponce de Londres,indiquent une augmeu talion inqutante du uo.nb e dos accidents da rues dans la mtr>pola. Pendant le deuxime trimestre de l'anne courante, il y a eu iiil la s contre l7 peudant le pijen.ier trimestre, et le uombre lo'al des acuideats est inoat de 0.?*5 3u,7l7. Les automobile* privs viennent en tle de liste ave' t> > morts et 10,19N accidents. En deuxime pi .ce. ou trouvi les voitures Je 1 via sou avec 74 morts est k.9i>7 accident, puis les motocyclettes avec t.'t mort* et ..017 accidents, et enliu las omnibus avec i(i morts et 1,896 accidents. Pour la contrebande de l'alcool les femmes atrn! ricaines sont sans rivales < En Amrique les fem ns son es meilleurs bo > 1 ggers. les pis* habt.es importer clandeaine ment et a vendre l'aie J,J| prohib"• t dclar U eaajmiadaat Wallon (Jreen, qui vient d* quitter le poste d'enquter, sur les effets de t rohibitinn. Et il a prcis : "Elles aeal pai |< ttf np< ui courent, si rn-t-rosnt ai^iidii oeipir lej;-ir de s, procurer an manteau de fourrure OU un collier de perles. q„>|| eH (levit n lient bien plus astucieuse* mis If* hommes Ironper laa a'ants de la seheiesse et les douanier. Il y en a un qrand no-nbn.. qui so smt spiei.lisss dans Urt <\\ ornrajre les jeunes dbjtv, 4 |i*' Je I* socit aew-yorkete, 4 WMC taisant boire des aeelcUlU, • Jecmntii moi mm* un fc femme qui voul. i oh air un p de secrtaire Waihiagloi Kvl avait chou dans ses dr .', V et, fauta d'emploi, tait devenu? indiquante M ,pir|t„ e ui D mois apr', elle avai', r i & \; 9i „„ bnfice de 40.000 tt^T M D'aprs le commandement de l.reen.i Y s. aiu Etats Uni.. que l ques milliers de femmes bootlea Ke. Dans | Floride seule, on < o mpte plus le cinq ce n ts. UEl IL : Nous avons reu le laire-part du dcs, survenu avant-hier I heures 1 2 de l'apivs-nndi, de • Joseph Louis Peter /tmn-uu Les funrailles ont eu lieu hier aprs-midi S heures en luiise Sainte-Anne. I dfunt qui tait iyimthjqu • nent connu Port-au-Prince) la e beaucoup le regrets parmi es amis. Nous envoyons aux parents prouvs nos sincres condolances. la Soie e* des Nation* L'AMeoiaifiiA a voix prpond 'tant C'est par une transMiioi qi'on'ccerde iXspigoe d ah rYogodes SIP;I s quasi permanents Par cinVs uraoib (ENKvn.ier Septembre La com mis-ion cliur^e de la rorganisation du c .n.-eil le la S D. N. s runit aujourd'hui sous la prsidmee lu Or Moman, ancien prsi lent do la confdration Hiisse.L' Brsil a avis la S. II. \. qu'ay^iff Hmissionn il ne se ferait pas reprsenter. La France, aprs consultation svee l'Allemagne, a pri? i'"' mesure destine a satisfaire i Espagne et la Pologne lcsquelle demandent un sige permanent au SMatll de la S. D. r. Mr Froma geot, juriste fram.-ais, a proposa que lorsque des membres non pr manents du conseil de U S D N. seraient lus par I 'assemble le ; pays votants soient autorisas d darer immdiatemeut avec leurs votes quel htt ils considrent rlig'ble.Les i Ktatsqui obtiendra ent le plus de mentious seraient dela rs rligibles. Certains hommesd'tat considrent que d'aprs ca plan l'Espagne et probablement aussi la Pologne auraient uue pla ce constamment assure au sein do conseil ce qui en ferait virtuellement du membres permanente Mr Mussolini supprime le suffrage universel Par >ble iiam-.v, ROME. 1er SeptembreLe ftOU vernement Uuciste a myMimv* lect.on,l.seonse.ller SriUnk i )X au suffrage universel Cette mesu reat prie pat a wtmtl „ ministres pre.,ido M i Musolini qui a adopte un d.cret app iquaol e systme c* poilestss r k ? ootm les villes ita lieunes (i v %  ystem^ I.r >( M oca|il • sa |fi(e uu persor ne! n „ mm veruem '.nt central. Xjf s funrailles de Cacleur Valentino Par cable franais NEW YORK, 1er SeptembreLes funrailles do Rudoiph V a le i tlno oot eu lieu hier 11 heures du malin la foule Ui M0u que le cordon le tolice taillit tre bri t plusieurs reprise Tandis que la messe de rejuiem so ennelle tait dite sn f glise de St Malachi dans la 49ime rue ou<-st,las agents au nombre de 850 maintenaient la foule qui essayait do s'approcher. Aprs les tunril.'es le corps a t ramen-* i mbl.VseeoMot um? J-ll o il restera j. wm'i l'arrive *.u '. >? d u flre de Valenlino Alberto Guglielmi qt dcidera du lieu de l'inhumatiou. s\a rduction de la dette publique en Ita lie RoMB.Aojt— Le cor. aeil des mi nistres a dcida de rdu ire la dette pub.iquede 4 (K) millio t is au mo yen d une vaste opration qui por terasurles bons d T.< 8 or o.di saireset les titres de f n te 4 3,4 oio. Les nouvelles d'Espagne Paris dit que les bruits de troubles .sont sans fondement, Londres, que la M! u alion est tjrave Par table Irnurais PARIS, 1er steptembre. I.'no dpche de Madrid annonce que les bruits de troubles en BapagttS sont sans londeœent. LONDRES— La situation en Espagoe est grave.On dit qu'un grou pe d'otficieri h: l'anne a dii .'autorit lu Gnral Primo de Rivera oui rgne en dictateur lepuis Septembro 1083.Aucun dtail n'a t encore t re v 'u Londres, mais d'aprs des lpt^ches venant de la Iront re espaguole les chemins de tev en llspagne seraieut sous la protection des gardes civiles et 3 nt.vires de guerre espagnols seraient partis pour Tanger. Le conflit religieux au Mexique Par cble franais MEXICO, 1er Septembre— A la veil e. de la runion tu congre* ldral lus v\juos catholiques M prparent demander que les g'i ses soient dlivres le lois qu fis considrent arbitraires et injuste: on ne cache {ue leur ciu-^a est ppr dut) devance, mais c'est la seuie vo-e q s'ouvre eux sauf recours U ciur suprme qui siule peut m 11 1,'e. ces lois. Ni le gouverne%  S n, i ni l'Egliea ne semblent dVi dsr a cder un p juce de terrain. On alh le 'ecopej] travertfu „ Parchlif CAL AI8< f et \nrcoetm, lo gae, charapioa u. K-,a livrU |, u dare son entr!^^ cornpli lalratana 1 \iercoettel a bau ?T Melle Ederleetileuij nefor m e 8 0nrf ?* sageait d^jk da teahTf chane de faire U Zi et retour en UDe ,£). coettelreeng Q ai œq 1 b rd du rem rope qui p m j t J dbarquant une ksk ble l'attendait et l'accu*. que e m .ne de iij3] p ir le flici er et loi, gnitique bouquet, Vi| cien combatUnl de Guerre o il ^A put s'empche deaw son motion. biLEI-Ki l roue de Par cible I TANGER, twSd vapeur t ibdan ayiotj Ahd-ei-Krim, s es dent i tous ses enliots, s'est i_ Tanger e.i route pea] ou l'unie'! c!nl riluii tr sur un paqueboti tion d-s l'Ile de It %  n >isi pour Sun eiil. u de quit'er le Mtroc.ii 1-Krim. mais j'ai cm .a ^-iiiiro.-it de la Fratca el-ivritn 'J fdit auenail lion en apprenant lti ptr les autorits milil g noies au Maroc coot-i ses bien?. Il laut i I* Aile colonies dit le i de l'Intrieur BERLIN M. Kulzl l'intrieur du Reich, Si tient au parti d-uioeak. une confrence dewetr diants sur la quisuoil a dclar que l'Alitai rcuprer ses cjlooiaH raison.de droit, 'nea nal. pour das niaosi | conomiques . Parisiai ce soir Fbafei Entre : 1 G. CAS'N 1. \ \ y ] •'"• • %  i^rii-c c!u Virol dmontre dans une lrit *j v.liric i: h U .;uh ont .'t fournis par de membre de la ] mdicale. t \. v • TE p r-> Avant l'emploi lu Virol. Apri l'pW V Auj,menti!t:on de poids de 4 kilos 300 gnunos < S semaines. C". s photographies nous ont t fournies par le ^^1- Mdical en Chef d'une des principales Infirmeries de L l.i premier.' pliotopraphie a t prise le 3 Fvrier. L"' 1" l alors 9"J :,27. La seconde photoRMphic a tep^J cinq semaines aprs, le 9 Mars, date laquelle '' enfa l!^ li""665. femme ce dernier tait in capable de_P<*"^ dnentation ordinaire, on l'a nourri avec du lait w lan Virol et il s'e t compltement rtabli ce rgime. Tr '.-ttion compo! de Moelle d'O %  *" %  .1 Os. d'astrail de Mail. d'Oiuf. '• de Citron, eic C,u un aliment prcieua d.nf i"U '£ HllSIiai. m Rachitaœe, d'An*' VIROL AGENTS: „ Pon*^ v. QUE :: •:•• WtU I *• c. rort^-PHnc. HAITI. P.O. **• M ,. %  • '" ^ SDR8S. *"jj :" %  ... '>*% i...



PAGE 1

LE MATIN 2 Septembre i9?e Insurance Co te des plus fortes Compagnies) canadiennes d'assurances sur la vie. Eug.Le Boss & Co. W&&&& m [W^J 1 ^ Avis peut ti e assure H tour Trois dollars^ nie mensuelle le cent cinquante dollar 9 &d~ ou plus, pour vous et vos hritiers. j& ACHETEZ billets de la \ grande loterie { du Cap Hatien M AUSSI DE BONNES VALEURS EN ESPCES". Socit gnrale .de Iran s ports maritimes | vapeur Le sleamer Monl-Aigoual"venant de Maneille et 1 Espague ser;i A l'orl au rnnet \ers le l septembre Ici repailira le mme jour pool Cuba prenant lit pour Marseille. Port-au-Prince, I" -J i 4. o I )•.'( Logent. Geo. de LESPINABSE Faillite Abdallah. Salomon Les cranciers de la faillite Abdallah Salomon, sont invi tes se runir BU Tribunal de Jre Instance de Port au Prin ce le jeudi que l'on comptera 2 Septembre prochain, dix heures ('.i m. tin, en vue de l'accom plissement des (brma litsdeT'article I7 C. Coin. Port au Prince, te 30 Aot 1926, Le Greffier, 1. LABISS1RE | The Royal Mail team Packet Company (Eue Granul Brewer pta ac,i/ des Reconstituants || itifie le cerveau, la mœlle pinire, les os et les Np Pwdpuis u jnts et vigoureux les enfants dbiles, w& jtmnies faibles. Lis personnes uses par des travaux ifxj dus. K* > Le sleamer 'Sea Serpei-t" est attendu a Jacmel, le 1S septembie prochain. Le steiimei'Tevictes-t attendu a .lacme!, le 80 Septembre ptO chain. Port au Prince, le 19 nr,l l!)iG .1. DAALER .lr Agent Gnral pour Hait! '*!• chei : Simon fitux, lllred lieux, Lope g 1 W. Estve • Co, A5Jolt<5, Alphonse 31 fJHBorday,ime L. U. Doret. Pc litM ri i • : SMartin. | flOP -lUHC ^*B: I. lirouard.Crand'Kuello 1709 H GEO.JEANSr.ME &Co, Agents m m Le t ii ''Mimi tlorn", verint de i'Furope via Puerto R-co Puetto data et les ports du tard t>era ici vtis le 8 Septeabre en rou'o pour Kingston, S.nto I) i nvrgo City et Cui r m, prenant fret e* panagere. OLOFFSON, LI.'CAS & o hg.leBoss Agents Gn Hamburg Amerika Unie Le S/ s TROJA portt du Irt de l'Europe est attenJu iai vers le 3 Septembre, vcoaut de kiog-ton. Il repartira le nu'me jour po ir les port* de Sdin'-Marc, C >, Puerto Plata, 8 m Juan, San P dro de Macoris, *"anto Domin o Cil v. OLOI TSON. LUCAS & Co Agents Gnraux la Commission Communale de Port-au-pnnoe Rappelle aux propritaires et dtenteurs de chiens qu'ils doivent uisla 1er Septembre, taire .-. . *' lit. ii ii'ciiiiiiuon 1rs anomiM ii l#r po ssession et acquittera la Caisse Communale h i*ia de il gourdes institue par la Loi du % oot 19iH. ' l'tman des ma chaud s s suivantes : I loulaine mtallique estime BOO gourdes. Montbrun KUI" Encan te or pnl lie. AVIS La Banque Nationale le la Rpublique d'HuiU se tait le devoir de rappeler aux itor leurs de ses Billets provisoires qwen vertu de la loi du 2 Aot V.Y22, le dlai pour l'change des dits iliUrls contre les Uillets dfinitifs ou de lu Monnaie d'Or des Etats-t nis d'Amrique, expirera le 24 (iclobre 1926. Elle invite encore une fois les porteurs de ces Billets se prsenter i ses guichets, tant Port an-Prince qu'en Province. tous ls jounfdimanche el jours de fte excepts, de 9 et V! t\"2 h, et de 2 i'i[lires, p. m. pour les faire changer. Elle leur rappelle en outre qu'en conformit de la loi du ''I Aot 11122. passe la date du 24 ( k-tobre 1926, les Billets Provisoires seront de nulle\valeur et la Banque ne pourra plus, pa/\conaequent, les dianijer. BANQUE NATION AU-: DE LA ItKi'im.igi I: D'HATI. t>nrl-au-Prince,le ) juill. 1936 Ecole Spcule de Stnographie et de Dactylographie 316, Rua Frou, Tlphone';620\ Port-auPrince. (10 annes de succs consacr par un Arrl Prsidentiel la reconnaissant d'ililit Publique. ) Stnographie Franaise, Stno graphie anglaise ( erseigni'e en anglais ), Dac.y.ographU, Compta bilit, Droit Commercial, Math matiques Commerciales, Tenue des archives, Apprentissage dl la Ma chise i calculer et du duplicateur autitmatique ( mimeog NDII Langues auglaoe et %  < r %  o e ) Cet important liihVsernent d ei sei^nement roQJBUreUI ^e si^na e lu bienveillarce g^n-iale par li caractie utiiilHir de son pio gramme, pir l'exrellence de si Technique d'enseignement, ptv l'importance d* son matriel Dar la rgularit d^ son organisali m. f iar le chiffre de on ellectif, pfcr e fonctiomment de son Bureau de placement, par l'anciennet de sa fondation, par > srieux de s s examens de (in d'tudes. Notice dtaille envoye sur de ma'ide. Faillite Antonio Brutus il est ppele;in\ crancier! de la faillite Antonio Brutus qoe par lcision du JufleCorn niissaire, la runion dei cranc : %  S non • l'examen des propositions du Failli esl reii voy au jeudi 2 Septembre prochain 10 heures du matin Port-aa-Prioce, le 30 1996. PH0SCA 0 •: orig'.ne el de laricatio Le seul ntiiuenl. rrtnajsi contenant toutes lea matiins 'ndi pen?' Ifs i la tonction vitale, *ntrelenmt et ne/wMitU tit la sir t fa tous lesrro;:nes et a tout Ig^i prvenant co:'. re lOutl li* t gue ioiellec uelle et physiqu \ T & Phnaoan e< a R r,b,e u cu • f ac ,a m+W I nWvllV m9 t j,_, rp.f Lseslonnis l. s plus dlicats. > Hhnqe/ith !ep w*. Lope Itivera, A. Boit, Cli. Piiuil.d. Kmi^p le ertia, t!. .\. Bala, Lon R. l'-uire, Kdlstvc, Alphonse ,U Dsir. W A SAINT-M ARC fa\ Clll'7. : Vfa.lame jjuuiice Clesca, Mme. Clmeol Coiou. Mine. >\-^ Lacoi-betiie* \^> Al \ GONAIVfS A A CIIIZ. La Cfls St. Kfflv. Mme. tugue Dbrotss, Madam. &^ Bats>ite. kl*i Al'CAP-HATIEN APETITGOWK f%: CHEZ. F. Altiri, Ch'Javaux | Chez : B. P Heid \/ Alfred Vieux Seul Heprsenhmt pour llaili OU Tabiet OraqssdThaUedcTie Ae Morue m \ln stock chez : Geo. JEANSME & Co. gente Miniiininii Line New-Orlans la SoutbL America II SteainshipiCo lac. m Prochains dparts d i rectS pour 2j Port-au Prince ,4 £-Iaiti F) Le steamer "Cidsliorn* 1 laissera Porf Aitliur Y" le 14 Septembre Piocliain pool Mew-Orleans, f lolule tt i'oit-au-Prince o il est alt-ntlu vers ^ le 27 lu mme mois. f|= Il prendra du (rt I tous les ports ci dessus ^v riotiitiis. £ Le steamer Christian Kroqli laisser.! |evv Or( / |e*ans le 7 Septembre prochain directement pour Jj Port au Prince. tf Port-au-Prin-e, le 26 AoiVt I'.I26. A&* HfTElS &(.o agents Coluhr Sleanship Co k le steamer Hotjota venant de Uew-Yorli via les Wr ports du nord est attendu i Poi-t-tu-Princ le ^j 9 SopUotbri pochain. Il r^ptriiri le mme jour directement pour Jcr'nie eu o t>pour les ports de la Colombie prenant Irt et passaijeri. Port au Prince, le 30 J^ott 19>6. Colombian Steamsbip Company !nc. (iebara &Co 9 4 genfg m sriumos""" """ • OUI 1 y* Ulltl UUA.WiJmatsr S A l'honneur d'informer sa bienveillance clientle N§ qu'il a install Yc'me de son ta:hs sment, un salon 0j exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera des consommations de premier choix et o des lunchs seront servis sur demande. Tlphone No 786. mm. '•"S



PAGE 1

m MATIN 2 SEPTEMBRE %  r N ;'fi & a -i %  ri :• ^^^W^TT^CR {J^iy. T Voulez-vous avoir Tes Denis clalan'cs de blancheur Y ET Dis Gencives toujours saines Employez la TRIBpMNE Poudre i entifrice5 ni /.mt U [srailu. (11 • %  %  ;'r:r-f' ,-;'• i "• : i ;, ' -, &f '* et 65-, £* & •-; &f •*• 8* s* . r /i'& -,, .-' ,-v* *• — -• — -- : %  %  %  y il • j i ->t J ( ]| / t %  %  %  —^ %  -' i .y — %  > (aut. vrf t.t-iJ-JX-.*' / _, -•' |'oir i'irt EKUIMIX il f-n >> '— . A • v i i > %  / -Vi i tir. i CM j %  rtun Vjw ! %  ','r~~> r'4 %  s: .('i.-.-i:'l lit i,. 01..S [r V ,"•' %  ;! %  -<:" '•' lesdetawnrt .i ir< fan ille. N'aticndi /. %  :% qut •• t niant 4 t'.ieiit / malades. 11 toi j..u -.i.. d'viter li mai a n h u. %  • • %  • r •• i:irv ({ans dft conditions riqoureuiM D'ASEP8E Prparation el Venle Rliarroocie F. SrJOURNt: Angle des Hue Houx et duCentn, Agent Gnral S lu fleshrontgsFart* l\a 113115 £g I i^i nrarer i '•-'if^ .... I *.^i %  iSP ?jss ttt ML. J *^; g^; r.* t. *^ >, : i.*. "•^ N NI \> &M \-, 2*,V, \ .il ^4^JLl V *- i-^^ ->s *v^^; ^ r#%. SQuand on entre dans une pharmacie et qu'on demande quelque chose contre le mal de tte, si on prend ce que l'on reoit-poudre, capsule, comprim—sans s'occuper de savoir si c'est efficace et n'offre pas de danger, on agit par routine au lieu de suivre un raisonnement personnel. Si l'on rflchit un instant on doit raliser qu il existe tant d'analgsiques adultrs, et tant d'autres qui sont nuisit^' pour le coeur, qu'il est vraiment imprudent de prendre le premier mdicament venu. Il ne faut pas tre esclave de la routine. .Quand il s'agit de soulager quelque douleur et de couper court a un refroidissement il faut demander LA CAFIASPIRINE (Aspirine et Cafine), qui est l'Analgsique prescrit par les meilleurs mdecins de prfrance l'Aspirine simple, parce qu'elle agit plus rapidement; elle remonte les forces, et elle n'a aucun mauvais effet sur le coeur. Elle se vend en tubes de vingt comprims et en petites "Poches Rouges Bayer" contenant une seule dose. ;*<^ & '41 'M/M% *POCHEROUGE" /TTN (BAYCR; ri j ?fT%SPtfriNE V En Dpf vente dans foutes les Pharmacies. _^ / ( ez R. C Stadrmann & C 0 \§m\ WCOUItT, MO Rue des Csars. jhi i^fw^**^***!*!^**-**



PAGE 1

^TEIH PROrniLTAIRh H4PBIMEUFI ppt MAQLOIRE 13 BOIS-VKI:NRIK Amricaine, 138 gas principes de h Dmocratie idale /mirraient constituer un des sommets de lu perfccHoa humaine. Malheureusement trop ditulinidus simpromsent leurs appliatteurs qui se content cm de barbotteret de tripoter sm tous tel arrire-plans du relatif de la politienitterie. yeun AWIl.l.l. QUOTIDIEN wfllEKO 20 CENTIMES TLPHONE N 242 .^NE N-3889 PORT-AU-PRINCE (HATI.) 'JEUDI 2 SKFIEMimi-: 192(1 IOUS de la Volont, Soyons des Hommes... li! Jamais on n'en besoin qu' noire [011 la lutte incessaiiL' Etencc s'impose, ehu[plusuni 110. l'mclivipmile, a loiilie IJeo frour pouvoir, il fau! L' c 'cst la condition es 'non pas seulement mais encore ton t Jtconque. les psychologues e kat-ils' non |.is de [JTvolonte die/ les incl.r,chacun en possde enl une cer'aine doIpeul s'exprimer ainde la maintenir, de litre, de faire, suivant ^pression heureuse, i'Eiliondc la Volont. { p ourquoi, en elel, ne iilil-on pas un.' sorte Wtos/i.'/i/r de la volont. Itelle et mlhodi|dont l'usage mainlicnifhez les uns, acri n'Irait autres, cette iudis! facult? le monde sail bien j exerai.t ses muscles. les astreignant a un nnenu'ut rgl,on peut kulenircn iat d'clasli1,'ic, et les prp..|n eflort graine dont Ppeut s'accrotre jnsiWshautd.-gr. li l'appliqua si h en et fillemenl aux muscles Pt-il pu s'appliquer au fcuttuinc? On a tout fotleprtsuiiK'i': d'iutressweiaples oui, toi 1 soup*m\t hici, Ton,| de Iption. e voix coute dit aflaihli, un malade: Courage, ne faiblissez pas Marche/! Soyez nergique et tort I ; c'est la volont du conseilleur qui vient renforcer, soutenir celle dfaillante du malade. Lorsque quelqu'un pense lui-mme: Je ne veux pas. faiblir! Je veux rester debout Je veux ragir! Celui-l l'ait un ellort encore plus apprciable. Il est son propre conseilleur, soi; propre mdecin de la volont, c'est--dire le meilleur des conseilleurs, le meilleurs des mdecins, en ce cas. bien entendu. La volont est une laeult qui fait compltement dfaut l'hatien. Naturellement apathiques, mous, irrsolus, nous perdons courage devant le moindre obstacle d ce n'est pas toujours que nous savons exactement ce que nous vouions; et cela du haut en bas de l'chelle sociale. Apprenons donc DOS petits discipliner leur nttenliondisciplinons la notre. As9U je tissons-la par une impiacible gymnastique aux lins que nous voulons atteuidre et. nous sentirons notre volont grandir, comme le gymnaste voit ses muscles se durcir et • fortifier et alors, dans tous les ordres, nous serons prts tre vritablement utiles nous-mmes, la collectivit qui nous entoure, notre Pays. Ne nous bornons pas aux dsirs et aux souhaits; ils sont inutiles et inefficaces. En prsence des motions, des douleurs, des sou lira nces.uie tremblons pas et ne disons point : Je voudrais bien ne lu plus souffrir! . Il huit dire : Je ne veux pas soullrir!, .1 1 h nadu le voir dans s par Cble huilais I^ntnutrc dition d'hier, P*e amricaine. .vielle %  Werle.de VA York !.Jt dernier a russi JMa Manche lu nage, fJ-Nez Douvres, est I ww York... l'iie ma1 eotlwusiasle et du P vaiio„ s desvmoa-* ailes la jeune .'ia' Da ?'''c part.chaqae jour. W nous apportent la _JP des spnrtsmen et • "en1 de toutes nationa l'eau pointe Mlle mettent ,ussi l'exploit d( %  JjJ^mphante traverse acaeK la K^cieuse naHml Sl "' Sl l,ulll s l'i'iii tien! JP 8 ^ quelques nages ceK^k gmnd pote fi* de relaire le tra%  odv ne soulfre plus Et ds lors, celte ide s'impose; le moral, dans son admirable nergie, par celle virile rsolution.domine le physique. Jamais celui qui sait s'astreindre cet ell'ort mritoire 11 est abandonn, car. il isl sou propre assistant, son propre delenseur, en mme temps qu il donne tous ce ix (iui l'entourent un exemple dont ils sentent instinctivement tout le prix. La fo r m u I e par laquelle s affirme ce'te sorte de thorie morale peut se rsumer en ceci: C'est qu'en se luisant, dans les circonstan es diverses de l'existence, un idal (I endurance, de dignit et de ptisserie dans des paniers courage, on peut se modeler e t quelques petits boutiquiers sur cet idal, s'en rapprocher refusent d'accepter en physiquement et moralement, et agir bien souvent comme si ou l'a va i t atteint, cet idal. L'action, l'action virile, l'acte nergique achveront merveilleusement, au moment voulu, l'œuvre de I ide. Mais avant tout, chez l'entant, chez le garonnet, chez la fillette, chez le jeune homme, chez la jeune fille, chez la temme et enfin chez l'homme, dveloppons la volont. La nouvelle Corona La Machine crire •i% personnelle •Cl-i aujourd'hui, une nruvolle poque *i cotr.menre |> 'tir la <• (lorontii, V3 avec le uioJi'le Oq u n I re qui .Ji% crit en '.M csracliai ddftmils el ^."i t'**" 1 euinjiler de I Ituehe mor•51'-* Il y a I7 ans que Corona fabr.que et vulgarise '*$; machine crire lgre. .. *£': &f Depu lors Coronaprend progressivement la place des } %  ) ma.hines lourdes et volumineuses. •£•.* CoitONV VOLS APPORT! UNI I i.ONoMlK. •5i> MAXWELL* Mollit •5$ l'oxi:: 375 C. .-!• • v I 'I* •"£* *'!• -t* •!• %  •X-'l' * 'X-X' •& &* f ~k*X*Z?4c*i 2&& JiifHv^HH^WH^ -V tas Pices amricaines en cuivra de 1 centime Depuis quelques jours, les marchands qui vendent de la paie ment les pices amricaines en cuivre de 1 centime. Ils disent que c'est d'ordre de leurs patrons qu'ils u'accep lent plus celte monnaie qui ne doit tre paye qu'aux pc tils marchands de surettes. [Nous ne connaissons point enrore les raisons qui obligent messieurs tes ptissiers et bon tiqniers refuser ces pices qu'ils peuvent changer tacitement et n'importe o contre Que'de malheurs publics, 5 cts hatiens ceperidanl nom le de dboires familiaux autrouvons abcolument trange que des particuliers puissent leur fantaisie prohiber telle ou telle pice de monnaie qui a cours partout et nous ne doutons point qae la 1 olice qu raient l vites si nous possdions, tous, eette belle facult qui seule peut l'aire de nous des hommes, au sens romain du mot. sion des Comptes — Gnraux ( Exercice 24-'2.> ). un Rapport de la Commission Cadastrale Centrale au Secrtaire d'Etat de l'Intrieur et divers avis. La livraison Juillet-Aot 1920du Bulletin de la Chambre de Commerce d'Hati, publication mensuelle s'ditent l'Imprimerie Chraquit sous la direction de la Chambre de Commerce d'Hati. Ce Bulletin publie : la nouvelle loi douanire vole le '2'i Juillet dernier, la Convention franco-hatienne signe le 251 Juillet 15)20 et divers tudes, informt ions et statistiques commerciales et conomiques de plus intressantes. — L No. du mois d'Aot du Bulletin Gnral d^s Communes de la Rpublique contenant d'intressants renseignements concernant l'Administration Communale d'Aquin qui ce No du Bulletin est presquentuVremant consacr. Nous remercions pour ces gracieux envois. ne mette vite fine ces caprices dont plissent les acheteurs. celui-ci, sa visite termine, revnuil.ii la nage, son point de dpart. Quelques annes plus lard, Byron accepter de lutter la nage avec l'laliea Meiigal(f>. Il partit, avec ce dernier, (lu i.Ulo, dans la mer Adriatique, atteignit Venise, o il laissa son adversaire compltement puis, it ne s'arrta qu'aprs avoir nage pendant cinq heures. Parmi les autre; exploits accomplis la nage, il faut aussi m nlionuer celui du capitaine Wabb qui traversa, en ItWO, la Manche, da Douvres Calais, et qui prit, peu de temps aprs/en s ayant de passer dans les mimes conditions le Niagira. Kn 1S5I, un policeinan de Boston fut plus heureux que Wcbb et parvint franchir les lamousea chutes muni d'une ceinture de sauvetage. Bu 1S5I, un jeune sudois a excut 00 assez joli tour de force en se rendant du Havre au Cap de la Hve, aller et retour, sans se reposer. Il ne faut point oubliai non plus le|capitaine Crmieux-r'oa. qui, durant su dernire anne de service, traversa la Seine, en te me de campagne, dans un des endroits les plus larges du fleuve. A vie aux poHvurs de liesnees d'ar Vies feu. Tes licences d'armes feu, dlivres par leChef de la Fo lice de Port au Prince devant tre renouveles pour l'Exercice 1026 Hr27, les dtenteurs se prsenteront au buivau du Chef de la Police tous les jours ( jours fris excepts ) de 1 h. 3 h. de l'apivs-uiidi partir du 5 Septembre 1926 jusqu'au 30 du mnnmois, date aprs laquelle toutes les licences non renouveles se ront rvoques. La prsentation des armes est de rigueur au moment du ren nivellement de la licence. W. N. REST Chef de la Police de P-au-Pce. Major de la G. d'il. —^^~ i Aux Consulats de U Rpublique Do mlnicaine en Hati La Secrtairerie d'Etat des Relations Extrieures annonce au Journal Officiel du 30 Aot BONNBTBRIR, Mi.iur.uiK [PARPUMBHIB P. MOREAI p.| Unis autres articles ; Y Iran ai s l 1res bon mai'chchczJ Mine Denis FENELONJ 1425, Hue Monlalais. Nous avons lu.,. — Le numro dn •'> Aot coul du Moniteur. Il publie la liste des nouveaux Agents Consulaire:, de divers Pays, i qui lu Secrtairerie d'Etal des Relation extrieures a dlivr Exequatnr, les Procs-Verbaux des sances du lundi 31 Mai et du mercredi 51 Juin couls du Conseil d'Etat. Le procs-vci liai de la sance du 31 Mai contient Conseil pratique Considrant qu'il n'y a pas lieu de profiter des diiliciilles de la situation actuelle, la mai son Kawas IIKHM VN'l )S se lait le devoir d'aviser ses clients el le public en gnral qu'ancune augmentation ne sera laite sur les articlesqu'ele a en slock, vu que ces articles n'ont pas eu a subir les couse quence du nouveau tarit. C'esl pourquoi nous conseil Ions les pres et mres de familles de se ha ter de faire leurs emplettes chez K.ws HERMANOS rr'i, Une du tiamuin de l'Etat. rigole et le petit canal construit la veille. Plus tard, l'autre quipe revient et le travail recommence, vritable toile de Polope dont NOTRE ŒIL voit l'ternel recommencement dun aussi mauvais regard que ceux des rivaux d l lysse. ... a vu le relever de fAurorc. L'Aurore'.' C'est une association mixte, littraire, scientifique et artistique de Jeunes qui a pour but le dveloppement des lai aills intellectuelles el morales de la Jeunesse du Pays. Beaucoup de jeunes ont de choisis connue membres aclilset NOTRE Œil les voit rire Mais non Debout les Jeunes! Et laites monter l'aurore I... ...a vu. mardi aprs-midi, vers heures 1 2. deux petites marchandes de tablettes vider. en pleine rue, une petite querelle de jalousie. Il parait qu'elles partagent galement leurs cœurs un nrave gendarme, qui. lui, ne partage pas galement a paye entre elles. Aussi la jalousie ne tarda pas blesser ces deux cœurs de femme : la haine el l'amour font la mme plaie. Et l'autre aprs-midi, au coin de la rue Bonne-Foi el da la Grand' Hue. NOTRE ŒIL vit les deux amantes se |)iendreturieuseinent au collet. Elles se battirent rudement. Leurs friandises s'parpillrent sur le bton, leurs roues taient en lambeaux. Le gendarme, lier, d'tre l'enjeu de ce combat de poules, souriait... „. vit la Police intervenir et rappeler aux petites marchande en les conduisant au Poste que mme lorsqu'on aime les gendarmes, la rue n'est point faite pour vider les querelles d'amour. ... a vu, lundi vers 7 heures du soir, sur la Place de Ption-Ville, un groupe de jeunes gens parmi lesquels, il put, malgr l'obscurit, distinguer. A... ().,., M... !•'..., A... F..., H... H.... L... G..., G... B..., H.., F... qui chahutaient un jeune, comme eux, E... A... ... vit celui-ci ne pas accepter cette plaisanterie, en somme, assez inolfensive et se tacher tout rouge. Les autres s'en amusrent davantage et cela faisait un beau clwrivai i. Les beaux petits messieurs, joyeux, tirent jouer les flash-light". La lumire eut ence-re le don d'exasprer davaulage fe jeune E.. 1 A... qui eul cependant le bon esprit de ne point s'oublier, comme l'autre, jeter des pierres au groupe des taquins. ... voit, pour chacun, une moralit : E... A..., le meilleur moyen de se tirer des moments ridicules, e'eal de rire Iraaehementavec les rieurs; el aux autres : l'esprit qu'on veut avoir gale celui quon al Noire œiL qui, d'aprs Hs"! 1 1 1 traversait tou; % illerv • P onl '' lana 8 e •"• kvrl a |cune Prtresse I, J !" l'aversa l'Helles,,, l' 11 '^ leBosphose. %  vi r ielui ci I, ,,H *TYtt K ,. ,a, 'Keur. Maison lit fil, „" ; "<-m d. IhmJuan >H | '. ul1 qu' moiti 1 • 'ie puisque %  AlfMCE ETlEMEfils Angle des Hues du Muyasin de l'Etal et aes frronts-torls coul, qu'Exequatur ont t d" Uon Publique, translranl I Ecole livrs a M. M. Jos-Maria Gaude Mdecine sour le contrle du Ue Kiitement de l'Intrieur et ,le de Droit sous celui du D parlement de la Justice al aussi le message de Mr le PreLan NOUVEAUTS,' McRcmiB, l'AltlUMERli:. lier, comme Vice-Consul Hou > raire de la Hpublique Domioi caine Prt-de-Paix, Cari M Erancesclnni, Consul, au CapHatien et lande Miot, ViceConsul, Saint-Marc. Aces nouveaux Agents Consulaires de la Hpublique Dominicain* eu Hati, nous envoyons nos meilleures flicitaporte, en outre, le Rapport au uona Conseil d'Etat, de la Conmns..., au Champ de Mars, tout pies du pont qui se trouve sur la le projet de loi, dpos sur les grande rigole du Bois-de-Cliiies bureaux du Conseil d'Etal par constate, chique jour, un spciale Secrtaire d'Etat de l'Iustrucde charmant. Chaque matin, une quipe de quelques boulines, avec pelles et moches, s'vertuent creuser, dans . de la rigolai un petit canal, s i i doute pour faciliter l'coulement des eaux mnagres. Et, chaque soir. NoTaS ŒiL voit le caniveau achev. Mais, le lendemain, le Service de la Voirie, qui, sans doute, a besoin de sable poulies rlci lions taire sur la voie publique, bouleverse de fond en comble el le fond de la grande ige aident de la Rpublique annonant la Haute Assemble son di part pour les Etats-Unis d'Ain rique. e numro du Moniteur coin... a vu, dimanche dernier, a la station balnaire, une baigneuse timide. Jolie, gentille, gracieuse. brune, aux grands yeux noirs, la petite A li e, ... sauta d'une auto, bien rsolue prendre sou bain. Mais lorsqu'elle eut son maillot qui moulait pourtant admirablement son corps aux lignes pures et harmonieuses, elle, eut le tracetsousle feu des regards, sous tous les... veux braqus sur elle contre de terribles kodaks. brusque, elle rentra dans lu cabine, se rhabilla al renona a son bain. Et pendant (nielle se rhabillait NOTRE ŒIL glissant, an judas. son regard indiscret vit qu'elle portait au cour une cha, M ,', et un mdaillon en or... Trs bonne occasion A vendre pour cause dr d, part une automobile Dodge spciale a l'elal de mm el un piano marque Schooinnckcr. Sadresser ou i oble Franais, r ri 'i %  A


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06806
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, September 02, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06806

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^TEIH PROrniLTAIRh
H4PBIMEUFI
ppt MAQLOIRE
13
Bois-Vki:n-
Rik, Amricaine, 138
gas principes de h Dmocratie
idale /mirraient constituer un
des sommets de lu perfccHoa hu-
maine. Malheureusement trop
ditulinidus simpromsent leurs
appliatteurs qui se content cm
de barbotteret de tripoter sm
tous tel arrire-plans du relatif
de la politienitterie.
yeun AWIl.l.l.
QUOTIDIEN
wfllEKO 20 CENTIMES
TLPHONE N 242
.^NE N-3889
PORT-AU-PRINCE (HATI.)
'JEUDI 2 SKFIEMimi-: 192(1
ious de la Volont,
Soyons des Hommes...
li! Jamais on n'en
besoin qu' noire
[011 la lutte incessaiiL'
Etencc s'impose, ehu-
[plusuni 110. l'mclivi-
pmile, a loiili- e IJeo
frour pouvoir, il fau!
L'c'cst la condition es
'non pas seulement
mais encore ton t
Jtconque.
les psychologues e
kat-ils' non |.is de
[JTvolonte die/ les incl.-
r,chacun en possde
enl une cer'aine do-
Ipeul s'exprimer ain-
de la maintenir, de
litre, de faire, suivant
^pression heureuse, i'E-
iliondc la Volont.
{pourquoi, en elel, ne
iilil-on pas un.' sorte
Wtos/i.'/i/r de la volont.
Itelle et mlhodi-
|dont l'usage mainlicn-
ifhez les uns, acri n'Irait
autres, cette iudis-
! facult?
le monde sail bien
j exerai.t ses muscles.
les astreignant a un
nnenu'ut rgl,on peut
kulenircn iat d'clasli-
1,'ic, et les prp..-
|n eflort graine dont
Ppeut s'accrotre jns-
iWshautd.-gr.
li l'appliqua si h en et
fillemenl aux muscles
Pt-il pu s'appliquer au
fcuttuinc? On a tout
fotleprtsuiiK'i': d'iutres-
sweiaples oui, toi 1 sou-
p*m\t hici, Ton,| de
Iption.
e voix coute dit
aflaihli, un malade:
Courage, ne faiblissez pas
Marche/! Soyez nergique et
tort I ; c'est la volont du
conseilleur qui vient renfor-
cer, soutenir celle dfaillante
du malade.
Lorsque quelqu'un pense
lui-mme: Je ne veux pas.
faiblir! Je veux rester debout !
Je veux ragir! Celui-l l'ait
un ellort encore plus appr-
ciable. Il est son propre con-
seilleur, soi; propre mdecin
de la volont, c'est--dire le
meilleur des conseilleurs, le
meilleurs des mdecins, en ce
cas. bien entendu.
La volont est une laeult
qui fait compltement dfaut
l'hatien. Naturellement
apathiques, mous, irrsolus,
nous perdons courage devant
le moindre obstacle d ce n'est
pas toujours que nous savons
exactement ce que nous vou-
ions; et cela du haut en bas
de l'chelle sociale.
Apprenons donc DOS pe-
tits discipliner leur ntten-
liondisciplinons la notre. As-
9U je tissons-la par une impia-
cible gymnastique aux lins
que nous voulons atteuidre et.
nous sentirons notre volont
grandir, comme le gymnaste
voit ses muscles se durcir et
fortifier et alors, dans tous
les ordres, nous serons prts
tre vritablement utiles
nous-mmes, la collectivit
qui nous entoure, notre
Pays.
Ne nous bornons pas aux
dsirs et aux souhaits; ils
sont inutiles et inefficaces. En
prsence des motions, des
douleurs, des sou lira nces.uie
tremblons pas et ne disons
point : Je voudrais bien ne
lu plus souffrir! . Il huit dire :
Je ne veux pas soullrir!, .1 '
1
h!nadu le voir dans
s par Cble huilais
I^ntnutrc dition d'hier,
P*e amricaine. .vielle
.Werle.de Va-York
!.Jt dernier a russi
JMa Manche lu nage,
fJ-Nez Douvres, est
I ww York... l'iie ma-
1 eotlwusiasle et du
P vaiios desvmoa-
-* ailes la jeune .'ia-
'Da?'''c part.chaqae jour.
W nous apportent la
_JP des spnrtsmen et
"en1 de toutes nationa-
l'eau poin-
te Mlle
mettent
,ussi l'exploit d(
JjJ^mphante traverse ac-
aeK la K^cieuse na-
HmlSl"'Sl'l,ulll's l'i'iii'tien!
JP8^ quelques nages ce-
K^k gmnd pote
fi* de relaire le tra-
odv
ne soulfre plus
Et ds lors, celte ide s'im-
pose; le moral, dans son ad-
mirable nergie, par celle vi-
rile rsolution.domine le phy-
sique. Jamais celui qui sait
s'astreindre cet ell'ort mri-
toire 11 est abandonn, car. il
isl sou propre assistant, son
propre delenseur, en mme
temps qu il donne tous ce ix
(iui l'entourent un exemple
dont ils sentent instinctive-
ment tout le prix.
La fo r m u I e par laquelle
s affirme ce'te sorte de tho-
rie morale peut se rsumer en
ceci: C'est qu'en se luisant,
dans les circonstan es diver-
ses de l'existence, un idal
(I endurance, de dignit et de ptisserie dans des paniers
courage, on peut se modeler et quelques petits boutiquiers
sur cet idal, s'en rapprocher refusent d'accepter en
physiquement et moralement,
et agir bien souvent comme si
ou l'a va i t atteint, cet idal.
L'action, l'action virile, l'acte
nergique achveront mer-
veilleusement, au moment
voulu, l'uvre de I ide.
Mais avant tout, chez l'en-
tant, chez le garonnet, chez
la fillette, chez le jeune hom-
me, chez la jeune fille, chez la
temme et enfin chez l'homme,
dveloppons la volont.
La nouvelle Corona
La Machine crire
i% personnelle
Cl-i aujourd'hui, une nruvolle poque
*i cotr.menre |> 'tir la < (lorontii,
V3 avec le uioJi'le Oq u n I re qui
.Ji% crit en '.M csracliai ddftmils el
^."i t'**"1 euinjiler de I Ituehe mor-
51'-*
Il y a I7 ans que Corona fabr.que et vulgarise
'*$; machine crire lgre. ..
*':? Depu lors Coronaprend progressivement la place des } -
) ma.hines lourdes et volumineuses.
.* CoitONV VOLS APPORT! UNI I i.ONoMlK.
5i> MAXWELL* Mollit
5$ l'oxi:: 375
C. .-! vI 'I* "* *'! -t* ! X-'l' * 'X- -X' & &* f~k*X*Z?4c*i
2&& JiifHv^HH^WH^ -V
tas Pices amricaines
en cuivra de 1 centime
Depuis quelques jours, les
marchands qui vendent de la
paie
ment les pices amricaines
en cuivre de 1 centime. Ils
disent que c'est d'ordre de
leurs patrons qu'ils u'accep
lent plus celte monnaie qui
ne doit tre paye qu'aux pc
tils marchands de surettes.
[Nous ne connaissons point
enrore les raisons qui obligent
messieurs tes ptissiers et bon
tiqniers refuser ces pices
qu'ils peuvent changer taci-
tement et n'importe o contre
Que'de malheurs publics, 5 cts hatiens ceperidanl nom
le de dboires familiaux au- trouvons abcolument trange
que des particuliers puissent
leur fantaisie prohiber telle
ou telle pice de monnaie qui
a cours partout et nous ne
doutons point qae la 1 olice
qu
raient l vites si nous pos-
sdions, tous, eette belle fa-
cult qui seule peut l'aire de
nous des hommes, au sens ro-
main du mot.
sion des Comptes Gnraux
( Exercice 24-'2.> ). un Rapport
de la Commission Cadastrale
Centrale au Secrtaire d'Etat de
l'Intrieur et divers avis.
- La livraison Juillet-Aot
1920du Bulletin de la Chambre
de Commerce d'Hati, publica-
tion mensuelle s'ditent l'Im-
primerie Chraquit sous la di-
rection de la Chambre de Com-
merce d'Hati.
Ce Bulletin publie : la nou-
velle loi douanire vole le '2'i
Juillet dernier, la Convention
franco-hatienne signe le 251
Juillet 15)20 et divers tudes,
informt ions et statistiques com-
merciales et conomiques de
plus intressantes.
L No. du mois d'Aot du
Bulletin Gnral d^s Communes
de la Rpublique contenant d'in-
tressants renseignements con-
cernant l'Administration Com-
munale d'Aquin qui ce No du
Bulletin est presquentuVremant
consacr.
Nous remercions pour ces
gracieux envois.
ne mette vite fine ces caprices
dont plissent les acheteurs.
celui-ci, sa visite termine, re-
vnuil.ii la nage, son point de
dpart.
Quelques annes plus lard,
Byron accepter de lutter la
nage avec l'laliea Meiigal(f>. Il
partit, avec ce dernier, (lu i.Ulo,
dans la mer Adriatique, attei-
gnit Venise, o il laissa son ad-
versaire compltement puis,
it ne s'arrta qu'aprs avoir
nage pendant cinq heures.
Parmi les autre; exploits ac-
complis la nage, il faut aussi
m nlionuer celui du capitaine
Wabb qui traversa, en ItWO, la
Manche, da Douvres Calais, et
qui prit, peu de temps aprs/en
s ayant de passer dans les mi-
mes conditions le Niagira. Kn
1S5I, un policeinan de Boston
fut plus heureux que Wcbb et
parvint franchir les lamousea
chutes muni d'une ceinture
de sauvetage.
Bu 1S5I, un jeune sudois a
excut 00 assez joli tour de
force en se rendant du Havre au
Cap de la Hve, aller et retour,
sans se reposer.
Il ne faut point oubliai non
plus le|capitaine Crmieux-r'oa.
qui, durant su dernire anne
de service, traversa la Seine, en
te me de campagne, dans un
des endroits les plus larges du
fleuve.
A vie aux poHvurs
de liesnees d'ar
Vies feu.
Tes licences d'armes feu,
dlivres par leChef de la Fo
lice de Port au Prince devant
tre renouveles pour l'Exer-
cice 1026 Hr27, les dtenteurs
se prsenteront au buivau du
Chef de la Police tous les
jours ( jours fris excepts )
de 1 h. 3 h. de l'apivs-uiidi
partir du 5 Septembre 1926
jusqu'au 30 du mnn- mois,
date aprs laquelle toutes les
licences non renouveles se
ront rvoques. La prsenta-
tion des armes est de rigueur
au moment du ren nivelle-
ment de la licence.
W. N. REST
Chef de la Police de P-au-Pce.
Major de la G. d'il.
-----------^^~ i
Aux Consulats de
U Rpublique Do
mlnicaine en Hati
La Secrtairerie d'Etat des
Relations Extrieures annonce
au Journal Officiel du 30 Aot
BONNBTBRIR,
Mi.iur.uiK
[Parpumbhib P. Moreai
p.| Unis autres articles ;Y
Iran ai s
l 1res bon mai'chchczJ
Mine Denis FENELONJ
1425, Hue Monlalais.
Nous avons lu.,.
Le numro dn '> Aot
coul du Moniteur. Il publie
la liste des nouveaux Agents
Consulaire:, de divers Pays, i
qui lu Secrtairerie d'Etal des
Relation extrieures a dlivr
Exequatnr, les Procs-Verbaux
des sances du lundi 31 Mai et
du mercredi 51 Juin couls du
Conseil d'Etat. Le procs-vci liai
de la sance du 31 Mai contient
Conseil pratique
Considrant qu'il n'y a pas
lieu de profiter des diiliciilles
de la situation actuelle, la mai
son Kawas IIKHM VN'l )S se
lait le devoir d'aviser ses cli-
ents el le public en gnral
qu'ancune augmentation ne
sera laite sur les articlesqu'ele
a en slock, vu que ces articles
n'ont pas eu a subir les couse
quence du nouveau tarit.
C'esl pourquoi nous conseil
Ions les pres et mres de fa-
milles de se ha ter de faire leurs
emplettes chez
K.ws HERMANOS
rr'i, Une du tiamuin de l'Etat.
rigole et le petit canal construit
la veille.
Plus tard, l'autre quipe re-
vient et le travail recommence,
vritable toile de Polope dont
Notre il voit l'ternel recom-
mencement dun aussi mauvais
regard que ceux des rivaux d l -
lysse.
... a vu le relever de fAurorc.
L'Aurore'.' C'est une association
mixte, littraire, scientifique et
artistique de Jeunes qui a pour
but le dveloppement des lai ail-
ls intellectuelles el morales de
la Jeunesse du Pays. Beaucoup
de jeunes ont de choisis connue
membres aclilset NOTRE il les
voit rire Mais non Debout les
Jeunes! Et laites monter l'au-
rore I...
...a vu. mardi aprs-midi, vers
heures 1 2. deux petites mar-
chandes de tablettes vider.
en pleine rue, une petite que-
relle de jalousie. Il parait qu'elles
partagent galement leurs curs
un nrave gendarme, qui. lui,
ne partage pas galement a paye
entre elles. Aussi la jalousie ne
tarda pas blesser ces deux
curs de femme : la haine el l'a-
mour font la mme plaie. Et
l'autre aprs-midi, au coin de la
rue Bonne-Foi el da la Grand'
Hue. Notre il vit les deux
amantes se |)iendreturieuseinent
au collet. Elles se battirent ru-
dement. Leurs friandises s'par-
pillrent sur le bton, leurs ro-
ues taient en lambeaux. Le gen-
darme, lier, d'tre l'enjeu de ce
combat de poules, souriait...
. vit la Police intervenir et
rappeler aux petites marchande
en les conduisant au Poste que
mme lorsqu'on aime les gen-
darmes, la rue n'est point faite
pour vider les querelles d'amour.
... a vu, lundi vers 7 heures du
soir, sur la Place de Ption-Ville,
un groupe de jeunes gens parmi
lesquels, il put, malgr l'obscu-
rit, distinguer. A... ().,., M... !'...,
A... F..., H... H.... L... G..., G...
B..., H.., F... qui chahutaient un
jeune, comme eux, E... A...
... vit celui-ci ne pas accepter
cette plaisanterie, en somme, as-
sez inolfensive et se tacher tout
rouge. Les autres s'en amusrent
davantage et cela faisait un beau
clwrivai i. Les beaux petits mes-
sieurs, joyeux, tirent jouer les
flash-light". La lumire eut en-
ce-re le don d'exasprer davaula-
ge fe jeune E..1. A... qui eul ce-
pendant le bon esprit de ne point
s'oublier, comme l'autre, jeter
des pierres au groupe des ta-
quins.
... voit, pour chacun, une mo-
ralit : E... A..., le meilleur
moyen de se tirer des moments
ridicules, e'eal de rire Iraaehe-
mentavec les rieurs; el aux au-
tres : l'esprit qu'on veut avoir gale
celui quon al
Noire iL
qui, d'aprs
Hs"!1"1'1- traversait tou;
?illerv Ponl '' lana8e
" kvrl a |cune Prtresse
I, J l'aversa l'Helles-
,,, l'11'^ leBosphose.
vi r ielui-ci i,',,h
*TYttk ,. ,a,'Keur. Maison lit
fil, " ;"<-m d. IhmJuan
>H | '. ul1 qu' moiti
1 'ie puisque
AlfMCE ETlEMEfils
Angle des Hues du Muyasin de
l'Etal et aes frronts-torls
coul, qu'Exequatur ont t d- Uon Publique, translranl I Ecole
livrs a M. M. Jos-Maria Gau- de Mdecine sour le contrle du
Ue Kiitement de l'Intrieur et
,le de Droit sous celui du
D parlement de la Justice al
aussi le message de Mr le Pre-
Lan
Nouveauts,'
McRcmiB,
l'AltlUMERli:.
lier, comme Vice-Consul Hou >
raire de la Hpublique Domioi
caine Prt-de-Paix, Cari M
Erancesclnni, Consul, au Cap-
Hatien et lande Miot, Vice-
Consul, Saint-Marc.
Aces nouveaux Agents Con-
sulaires de la Hpublique Do-
minicain* eu Hati, nous en-
voyons nos meilleures flicita- porte, en outre, le Rapport au
uona Conseil d'Etat, de la Conmns-
..., au Champ de Mars, tout
pies du pont qui se trouve sur la
le projet de loi, dpos sur les grande rigole du Bois-de-Cliiies
bureaux du Conseil d'Etal par constate, chique jour, un spcia-
le Secrtaire d'Etat de l'Iustruc- de charmant. Chaque matin,
une quipe de quelques boul-
ines, avec pelles et moches, s'-
vertuent creuser, dans . ,
de la rigolai un petit canal, s i i
doute pour faciliter l'coulement
des eaux mnagres. Et, chaque
soir. NoTaS iL voit le caniveau
achev. Mais, le lendemain, le
Service de la Voirie, qui, sans
doute, a besoin de sable poul-
ies rlci lions taire sur la voie
publique, bouleverse de fond en
comble el le fond de la grande
ige
aident de la Rpublique annon-
ant la Haute Assemble son
di part pour les Etats-Unis d'A-
in rique.
- e numro du Moniteur coin-
... a vu, dimanche dernier, a la
station balnaire, une baigneuse
timide. Jolie, gentille, gracieuse.
brune, aux grands yeux noirs, la
petite A li e, ... sauta d'une au-
to, bien rsolue prendre sou
bain. Mais lorsqu'elle eut son
maillot qui moulait pourtant ad-
mirablement son corps aux li-
gnes pures et harmonieuses, elle,
eut le tracetsousle feu des re-
gards, sous tous les... veux bra-
qus sur elle contre de terribles
kodaks. brusque, elle rentra dans
lu cabine, se rhabilla al renona
a son bain.
Et pendant (nielle se rhabillait
Notre il glissant, an judas.
son regard indiscret vit qu'elle
portait au cour une cha,m ,', et
un mdaillon en or...
Trs bonne occasion
A vendre pour cause dr d,
part une automobile Dodge
spciale a l'elal de mm el un
piano marque Schooinnckcr.
Sadresser ou i oble Franais,
r
ri
'i
A



LE MATIN :> Septembre 192G
Page
Maigreur et
Dprissement
Signe de danger
Il faut agir de suite
Des milliers de personnes, hommes et femmes, M
voyant maigrir de Jour M jour sans pouvoir reprendre
leurs forces, finissent par s'inquiter et par dsesprer
de jamais retrouver leur poids normal, leurs belles cou-
leurs et leur florissante sant.
Ce* malades n'ont qu' prendre des Tablettes d'Huile
de Foie de Morue McCoy's pour que la sant, la vigueur
H U joie de vivre leur soient aussitt rendues. Tous lei
pharmaciens vous le diront. Les Tablettes McCoy's ont
rendu leur poids normal A des milliers de personnes.
Une malade, entre auties, ronge par l'anmie e< d-
courage, reprit 15 livres en cinq semaines et &e porte
aujourd'hui i merveille.
Nul n'ignore, en effet, que l'huile de foie de morue
abonde en vitamines reconstituants. Malheureusement, la
plupart des gens ne peuvent endurer son odeur repous-
sante et son got de poisson et beaucoup la digrent dif-
ficilement..
Par contre, les Tablettes d'Huile de Foie de Morue
McCoy's sont aussi faciles prendre que des bonboni et
l'argent est rembours par le pharmacien toute per.
sonne maigre qui n'aura pas gagn au moint _5 livres _ta
3o jours. ^
B'vi'pii n ilii Ministre
plnipotentiaire le la
lpublique Dominicaine
Hier malin, Monsieur le Prsi*
tlcnl de !;> rlepoblique n reu eu
auJieiu e officielle, eu Palais Na-
tional, s. K. Monsieur Ko mon ().
Lova Ion, E, K. el Ministre Plni-
potentiaire de la Rpublique Do
Btinicaine prs le- Gouvernement
de hi H publique d'Haili.
i e Reprsentant de la Rpu-
blique Dominicaine, accompagn
pur M. Alxl Thard, lut tu Pro
t.noie et le Capitaine Laroche,
Chai de la Maison Militaire lu
Prside-ut le la Rpublique, qui
Tvaienl t le cherener son do-
micile, est arriv au Palais Na-
tional dans ui\ landeau le la
Prsidence suivi d'une escorta
de six nid s-dornmp.
M. Ramon Lovalon a prsen-
te ;u I rsident Borno ses lettres
le crance l'accrditant auprs
du Gouvernement hatien en qua-
lit d'Envov Extraordinaire et
Ministre l'Inipolentiaire le la
Rpublique Dominicaine et a re
luis n mme temps les lettres
de rappel de M. Miguel A. Ro-
man. Dans la voiture officielle
avait a'issi pris place le Dr Ra-
rhal Minaya, Secrtaire de la
'nation Dominicaine.
Rception empreints de la
baille el de la plus sympathique
courtoisie au cours le laquelle
les vieux les plus cordiaux et les
lus sincres furent lormuls par
Reprsentant de la Rpublique
Dominicaine cl le Prsident de la
Rpublique au bonheur, la
prosprit, l'amiti, l'union
des deux Rpubliques.
Apres ht rception, le nouveau
Plnipotentiaire s t reconduit
avec le mme crmonial.
A l'arriv et au dpari, un pi-
quel de Rendu nierie rendait les
honneurs,
frcalculation du temjis
par N. G. Tippenhauer
j uJMrd hu et demaio
La '2. Pression atmosph-
rique : o.k au-dessous. Temp-
rature : 1.0 au-dessus. Probabi-
lits pluie : 2.3 ngatif.
La 8. Pression alinosph
tique : 0.6 au-dessou ;. Temp-
rature :<. I au-dessous. Probabi-
lits : O.'i pluie'posilif.
i
Dans les Sports
Nous disions dans notre nu
mro d'avant-hier que, le grand
match de loot-ball organis ni
l'honneur de S. E. M. DAriillaet
Brill. n'ayant paa pu avoir lieu
dimanche, anse de la pluie,
II', s. S. II. fixerait, sans doute,
la date a laquelle il serait repris.
C'est dimanche prochain, S
Septembre, qu'il se jouera, a i
Harc Lecnnte, entre les quipe<
dj dsignes. (Test Mr (.ard>-
/<> pu arbitrera la partie el la
r. union se lu a avec le mme
protocole.
Nouveau Vice*
Consul du (imite-
ma la aux Cayes
C'est M. William lionncfil
que la Si 1 lairie d Etat des Re-
lations Eitrieuraa a dlivr
Esequalur comme \ ue-i muni
Honoraire lu Guatemala, aux
Cayee,
Tous von complimenta.
Rception
en l'honneur du Ministre
Je Hollande
Avant-hier, M. .1. Daalder,
Consul Gnral de Hollande en
Hati offrait,! n sa rsidence,une
brillante rception en l'honneur
de S. E. Monsieur D'Artillact
Brill, E. E. et ministre Plnipo-
tentiaire de S. M. la Heine des
Pays-Bas, en mission spciale
prs le Gouvernement hatien.
Charmante rception la-
quelle prenaient narl les mem-
bres 'es Corps Diplomatique el
Consulaire, de nombreux per-
sonnages Officiels et beaucoup
de personnalits de la socit
port au-princienne.
En si aimable al si distingue
Compagnie,l'on passa les heures
les plus agrables el c'est lard
que l'on se spara charm tic
I accueil qui avait t rserv
tous.
Nous renouvelons nos plus
vives sympathies S. E. M.
D'A lillat t Brill ainsi qu'au dis
lingue onsul de Hollande, M.
Daalder Jr.
mi
Rception
Diplomatique
Cesoir.de ."> heures 7 heures,
Monsieur le Secrtaire d'Etat
des Relations Extrieures el Ma-
dame Rdmoud Montas otlriront,
dans leurs salons, unv grande
rception diplomatique la-
quelle assisteront de nombreu-
ses personnalits ollicielles.
Les Btes religieu-
ses du mois
de Septembre
L S. ialloU de la Suinte-
vierge. C'est la l't connue-
morative de la naissance de la
Vierge Marie. Certains auteurs
catholiques et non des moins
Qualifis, affirment que la fon-
dation de elle l'ele date des
temps apostoliques. Mais d'au-
tres auteur i supposent qu'elle
laie du jo itlfical du l'aoi'Sore
el de l'an 838.
Eu tous cas, elle est pieuse-
ment commmore, chaque au -
me, par l'Eglise.
Le 11. RJNiation tle la Me-
Croix. Cette lte a t institue
pour honorer le recouvrement
de la vrai.- Cr>i\. laisse J-
rusalem par Ste Hlne el dont
Chosros II, roi de Perse, t'tait
empar aprs avoir vaincu
I Empereur Phocas. Hrachus,
successeur de ce dernier, con-
traignit Siros, dis do Chosros,
lui demander la paix, et y mit
pour principale condition l res-
titution le la vraie I roix. Ilna
clins rentra dans onslantilio
Die, Charge de la prcieuse re
hque, puis d la porta sur ses
paules, en 642, l'endroit du
alvaire o avait t crucifi
Jsus et d ou elle DVail cl enle-
ve 11 au. auparavant,
* '' C ^ issi.uis, petite
localitsd i- ut prs.! Port-
au-Prince, elle lte est louiour,
clbre avec beaucoup d'clat.
h iasailles.
Nous avons reu la carte de
taire part des fianailles de Mlle
Ahce Durand avec DrRodelphe
Charmant.
Nos meilleurs veaux aux heu-
heureux lian. es
Vu danger pou*'
les jeunes filles
de se faire couper
les cheveux ft.
GENEVE, i-j Juillet
t ne jeune tille de la Sui*s
allemande, en sjour Bavai*,
s'tait tait couper les cheveux.
Elle alla ensuite travailla aux
champs son* un soleil ardent et
tau'.a victime d'uu in-oation.
Soiil'trunt atrocement, elle fut
transporte l'hpital de Saint-
Aubin, ou elle a succomb.
Le Dorobre des accidents
de rues auyoaeote i
Londres-
LONDRES-- Des stylistique
publies par 11 prfecture- de ponce
de Londres,indiquent une augmeu
talion inqutante du uo.nb e dos
accidents da rues dans la mtr>-
pola.
Pendant le deuxime trimestre
de l'anne courante, il y a eu iiil
la s contre l7 peudant le pije-
n.ier trimestre, et le uombre lo'al
des acuideats est inoat de 0.?*5
* 3u,7l7. Les automobile* privs
viennent en tle de liste ave' t> >
morts et 10,19N accidents.
En deuxime pi .ce. ou trouvi
les voitures Je 1 via sou avec 74
morts est k.9i>7 accident, puis les
motocyclettes avec t.'t mort* et
..017 accidents, et enliu las omni-
bus avec i(i morts et 1,896 acci-
dents.
Pour la contrebande de
l'alcool les femmes atrn!
ricaines sont sans rivales
< En Amrique les fem ns son
es meilleurs bo > 1 ggers. les pis*
habt.es importer clandeaine
ment et a vendre l'aie j,j| prohib"
t dclar U eaajmiadaat Wallon
(Jreen, qui vient d* quitter le
poste d'enquter, sur les effets de
t rohibitinn.
Et il a prcis :
"Elles aeal pai |< ttf np< -ui
courent, si rn-t-rosnt ai^iidii
oeipir lej;-ir de s, procurer
an manteau de fourrure OU un
collier de perles. q>||eH (levit,n.
lient bien plus astucieuse* mis
If* hommes Ironper laa a'ants
de la seheiesse et les douanier.
Il y en a un qrand no-nbn.. qui so
smt spiei.lisss dans Urt <\\
ornrajre les jeunes dbjtv,4|i*'
Je I* socit aew-yorkete, 4 Wmc
taisant boire des aeelcUlU,
Jecmntii moi mm* un fc .
femme qui voul. i oh air un p '
de secrtaire Waihiagloi Kvl
avait chou dans ses dr .', V
et, fauta d'emploi, tait devenu?
indiquante m ,pir|teui D
mois apr', elle avai', ri&\;9i
bnfice de 40.000 tt^T M
D'aprs le commandement de
l.reen.i Y s. aiu Etats Uni.. quel
ques milliers de femmes bootlea
Ke. Dans | Floride seule, on
< ompte plus le cinq ce n ts.
UEl IL :
Nous avons reu le laire-part
du dcs, survenu avant-hier
I heures 1 2 de l'apivs-nndi, de
Joseph Louis Peter /tmn-uu
Les funrailles ont eu lieu hier
aprs-midi S heures en luiise
Sainte-Anne.
I dfunt qui tait iyimthj-
qu nent connu Port-au-Prince)
la e beaucoup le regrets par-
mi es amis.
Nous envoyons aux parents
prouvs nos sincres condo-
lances.
la Soie e*
des Nation*
L'AMeoiaifiiA a voix pr-
pond 'tant
C'est par une transMiioi qi'on'c-
cerde iXspigoe d ah rYogo-
des sip;i s quasi permanents
Par cinVs uraoib
(ENKvn.ier Septembre La com
mis-ion cliur^e de la rorganisa-
tion du c .n.-eil le la S D. N. s
runit aujourd'hui sous la prsi-
dmee lu Or Moman, ancien prsi
lent do la confdration Hiisse.L'
Brsil a avis la S. II. \. qu'ay^iff
Hmissionn il ne se ferait pas re-
prsenter. La France, aprs con-
sultation svee l'Allemagne, a pri?
i'"'- mesure destine a satisfaire
i Espagne et la Pologne lcsquelle
demandent un sige permanent au
SMatll de la S. D. r. Mr Froma
geot, juriste fram.-ais, a proposa
que lorsque des membres non pr
manents du conseil de U S D N.
seraient lus par I'assemble le ;
pays votants soient autorisas d
darer immdiatemeut avec leurs
votes quel htt ils considrent r-
lig'ble.Les i Ktatsqui obtiendra ent
le plus de mentious seraient dela
rs rligibles. Certains hommes-
d'tat considrent que d'aprs ca
plan l'Espagne et probablement
aussi la Pologne auraient uue pla
ce constamment assure au sein
do conseil ce qui en ferait virtuel-
lement du membres permanente
Mr Mussolini sup-
prime le suffrage
universel
Par >ble iiam-.v,
ROME. 1er Septembre- Le ftOU
vernement Uuciste a myMimv*
lect.on,l.seonse.llerSriUnk.i )X
au suffrage universel Cette mesu
reat prie pat ,a wtmtl
ministres pre.,idoMi Musolini
qui a adopte un d.cret app iquaol
e systme c* poilestss rk ?ootm
les villes ita lieunes (i. v,
ystem^ I.r >(.M oca|il sa |fi(e
uu persor ne! nmm. ,
veruem'.nt central.
Xjf s funrailles de
Cacleur Valentino
Par cable franais
NEW YORK, 1er Septembre-
Les funrailles do Rudoiph Vale i
tlno oot eu lieu hier 11 heures
du malin la foule Ui M0u que
le cordon le tolice taillit tre bri
t plusieurs reprise Tandis que
la messe de rejuiem so ennelle
tait dite sn f glise de St Malachi
dans la 49ime rue ou<-st,las agents
au nombre de 850 maintenaient
la foule qui essayait do s'approcher.
Aprs les tunril.'es le corps a t
ramen-* i mbl.VseeoMot um?
J-ll o il restera j. wm'i l'arrive
*.u,'.>?du flre de Valenlino
Alberto Guglielmi qt dcidera du
lieu de l'inhumatiou.
s\a rduction de la dette
publique en Ita lie
RoMB.Aojt Le cor. aeil des mi
nistres a dcida de rdu ire la dette
pub.iquede 4(K) millio t is au mo
yen d une vaste opration qui por
terasurles bons d T.<8 or o.di
saireset les titres de ,fn te 4 3,4
oio. '
Les nouvelles
d'Espagne
Paris dit que les bruits de
troubles .sont sans fonde-
ment, Londres, que la
m!ualion est tjrave
Par table Irnurais
Paris,1er steptembre. I.'no d-
pche de Madrid annonce que les
bruits de troubles en BapagttS sont
sans londeent.
LONDRES La situation en Es-
pagoe est grave.On dit qu'un grou
pe d'otficieri h: l'anne a dii
.'autorit lu Gnral Primo de
Rivera oui rgne en dictateur le-
puis Septembro 1083.Aucun dtail
n'a t encore t rev'u Londres,
mais d'aprs des lpt^ches venant
de la Iront re espaguole les che-
mins de tev en llspagne seraieut
sous la protection des gardes civi-
les et 3 nt.vires de guerre espa-
gnols seraient partis pour Tanger.
Le conflit reli-
gieux au Mexique
Par cble franais
MEXICO, 1er Septembre A la
veil e. de la runion tu congre*
ldral lus v\juos catholiques M
prparent demander que les g'i
ses soient dlivres le lois qu fis
considrent arbitraires et injuste- :
on ne cache {ue leur ciu-^a est ppr
dut) devance, mais c'est la seuie
vo-e q s'ouvre- eux sauf recours
U ciur suprme qui siule peut
m 11 1,'e. ces lois. Ni le gouverne-
Sn,i ni l'Egliea ne semblent dVi
dsr a cder un p juce de terrain.
On alh
le 'ecopej]
travertfu
Parchlif
CALAI8< f
et \nrcoetm,
logae, charapioa u.
K-,a livrU |, u
dare son entr!^^
cornpli lalratana1'!
\iercoettel a bau ?T
Melle Ederleetileuij
neforme80nrf?*
sageait d^jk da teahTf
chane de faire U Zi
et retour en UDe ,).
coettelreengQaiq
1 b rd du rem
rope qui pmjt J
dbarquant une ksk
ble l'attendait et l'accu*.
que e m .ne de iij3]
p ir le flici er et loi,
gnitique bouquet, Vi|
cien combatUnl de
Guerre o il ^A
put s'empche deaw
son motion.
biLEI-Ki
l roue de
Par cible I
TANGER, twSd
vapeur t ibdan ayiotj
Ahd-ei-Krim, s es dent i
tous ses enliots, s'est i_
Tanger e.i route pea]
ou l'unie'! c!nl riluii
tr sur un paqueboti
tion d-s l'Ile de It '
n >isi pour Sun eiil. u
de quit'er le Mtroc.ii
1-Krim. mais j'ai cm
.a ^-iiiiro.-it de la Fratca
el-ivritn 'j fdit auenail
lion en apprenant lti
ptr les autorits milil
g noies au Maroc coot-i
ses bien?.
Il laut i I* Aile
colonies dit le i
de l'Intrieur
BERLIN M. Kulzl
l'intrieur du Reich, Si
tient au parti d-uioeak.
une confrence dewetr
diants sur la quisuoil
a dclar que l'Alitai
rcuprer ses cjlooiaH
raison.- de droit, 'nea '
nal. pour das niaosi |
conomiques .
Parisiai
ce soir
Fbafei
Entre : 1 G.
CAS'N 1.
\ \y] '" i^rii-c c!u Virol dmontre dans une lrit *j
v.liric i: h U .;uh ont .'t fournis par de membre de la ]
mdicale.
t

' \. v "
TE
p '
r->

Avant l'emploi lu Virol. Apri l'pW V
Auj,menti!t:on de poids de 4 kilos 300 gnunos <
S semaines.
C". s photographies nous ont t fournies par le ^^1-
Mdical en Chef d'une des principales Infirmeries de L
l.i premier.' pliotopraphie a t prise le 3 Fvrier. L"'
1" l alors 9"J :,27. La seconde photoRMphic a tep^J
cinq semaines aprs, le 9 Mars, date laquelle ''enfa l!^
li""665. femme ce dernier tait in capable de_P<*"^
! dnentation ordinaire, on l'a nourri avec du lait wlan*
Virol et il s'e t compltement rtabli ce rgime.
Tr '.-ttion compo! de Moelle d'O . *" "
.1 Os. d'astrail de Mail. d'Oiuf. '
de Citron, eic
C,u un aliment prcieua d.nf i"- U'
HllSIiai. m Rachitae, d'An*'
VIROL
AGENTS: Pon*^
v. QUE :: : WtU I * c. rort^-PHnc. haiti. p.o. **M
,................... '" ^
SDR8S. *"jj
:" ...
'>*% i...


LE MATIN 2 Septembre i9?e

Insurance Co
te des plus fortes Compagnies)
canadiennes d'assurances
sur la vie.
Eug.Le Boss & Co.
W&&&&
m
[W^J1^
Avis
peut ti e assure H
tour Trois dollars^
nie mensuelle le cent cinquante dollar9 &d~
ou plus, pour vous et vos hritiers. j&
ACHETEZ
billets de la
\ grande loterie
{ du Cap Hatien M
AUSSI DE BONNES VALEURS EN ESPCES".
Socit gnrale .de Iran s
ports maritimes | vapeur
Le sleamer Monl-Aigoual"ve-
nant de Maneille et 1 Espague se-
r;i A l'orl au rnnet \ers le l
septembre Ici repailira le mme
jour pool Cuba prenant lit pour
Marseille.
Port-au-Prince, I" -J i 4. o I ).'(
Logent. Geo. de LESPINABSE
Faillite Abdallah.
Salomon
Les cranciers de la faillite
Abdallah Salomon, sont invi
tes se runir BU Tribunal de
Jre Instance de Port au Prin
ce le jeudi que l'on comptera
2 Septembre prochain, dix
heures ('.i m. tin, en vue de
l'accom plissement des (brma
litsdeT'article I7 C. Coin.
Port au Prince, te 30 Aot
1926,
Le Greffier,
1. LABISS1RE
| The Royal Mail team
Packet Company
(Eue Granul Brewer
pta ac,i/ des Reconstituants ||
itifie le cerveau, la mlle pinire, les os et les Np
Pwdpuisujnts et vigoureux les enfants dbiles, w&
jtmnies faibles. Lis personnes uses par des travaux ifxj
dus. K*
>
Le sleamer 'Sea Serpei-t" est
attendu a Jacmel, le 1S septembie
prochain.
Le steiimei'Tevict- es-t attendu
a .lacme!, le 80 Septembre ptO
chain.
Port au Prince, le 19 nr,l l!)iG
.1. DAALER .lr
Agent Gnral pour Hait!
'*! chei : Simon fitux, lllred lieux, Lope
g1, W. Estve Co, a- 5Jolt<5, Alphonse 31
fJ- H- Borday,ime L. U. Doret. Pc lit- M ri i
: S- Martin. | flOP -lUHC
^*B: I. lirouard.Crand'Kuello 1709 H
GEO.JEANSr.ME &Co, Agents
m
m
Le t ii ''Mimi tlorn", verint
de i'Furope via Puerto R-co
Puetto data et les ports du
tard t>era ici vtis le 8 Septeabre
en rou'o pour Kingston, S.nto I) i
nvrgo City et Cui r m, prenant
fret e* panagere.
OLOFFSON, LI.'CAS & o
hg.leBoss
Agents Gn
Hamburg
Amerika
Unie
Le S/s TROJA portt du Irt
de l'Europe est attenJu iai vers le
3 Septembre, vcoaut de kiog-ton.
Il repartira le nu'me jour po ir
les port* de Sdin'-Marc, C >,
Puerto Plata, 8 m Juan, San P
dro de Macoris, *"anto Domin o
Cil v.
OLOI TSON. LUCAS & Co
Agents Gnraux
la Commission Commu-
nale de Port-au-pnnoe
Rappelle aux propritaires et d-
tenteurs de chiens qu'ils doivent
uisla 1er Septembre, taire .-. .
*' lit. ii ii'ciiiiiiuon 1rs anomiM
ii l#r possession et acquittera
la Caisse Communale h i*ia de il
gourdes institue par la Loi du %
oot 19iH.
' Vinti i IBnc
o vertu d'ordre de Monsieur
Jonbson Co'ietteur de la Douane
de Poii au Port au Prince selon
PArtic'e IU1 de la loi de Douane,
devant les portes de la Douane, il
?fa procda* If jeudi i Septembre
lli A 10 lieon s du n lin a la
\ente "> l'tman des ma chaud s s
suivantes : I loulaine mtallique
estime BOO gourdes.
Montbrun KUI"
Encan te or pnl lie.
AVIS
La Banque Nationale le la
Rpublique d'HuiU se tait le
devoir de rappeler aux itor
leurs de ses Billets provisoires
qwen vertu de la loi du 2 Aot
V.Y22, le dlai pour l'change
des dits iliUrls contre les Uillets
dfinitifs ou de lu Monnaie d'Or
des Etats-t nis d'Amrique, ex-
pirera le 24 (iclobre 1926.
Elle invite encore une fois les
porteurs de ces Billets se pr-
senter i ses guichets, tant
Port an-Prince qu'en Province.
tous ls jounfdimanche el jours
de fte excepts, de 9 et V! t\"2 h,
et de 2i'i[lires, p. m. pour les
faire changer.
Elle leur rappelle en outre
qu'en conformit de la loi du
''I Aot 11122. passe la date
du 24 ( k-tobre 1926, les Billets
Provisoires seront de nulle\va-
leur et la Banque ne pourra
plus, pa/\conaequent, les dian-
ijer.
Banque Nation au-: de la
ItKi'im.igi i: d'Hati.
t>nrl-au-Prince,le ) juill. 1936
Ecole Spcule de
Stnographie et de
Dactylographie
316, Rua Frou, Tlpho-
ne';620\ Port-au- Prince.
(10 annes de succs consacr
par un Arrl Prsidentiel la
reconnaissant d'ililit Publi-
que. )
Stnographie Franaise, Stno
graphie anglaise ( erseigni'e en
anglais ), Dac.y.ographU, Compta
bilit, Droit Commercial, Math
matiques Commerciales, Tenue des
archives, Apprentissage dl la Ma
chise i calculer et du duplicateur
autitmatique ( mimeog ndIi Lan-
gues auglaoe et Cet important liihVsernent d ei
sei^nement roQJBUreUI ^e si^na e
lu bienveillarce g^n-iale par li
caractie utiiilHir de son pio
gramme, pir l'exrellence de si
Technique d'enseignement, ptv
l'importance d* son matriel Dar
la rgularit d^ son organisali m.
fiar le chiffre de on ellectif, pfcr
e fonctiomment de son Bureau
de placement, par l'anciennet de
sa fondation, par > srieux de s s
examens de (in d'tudes.
Notice dtaille envoye sur de
ma'ide.
Faillite Antonio Brutus
il est ppele;in\ crancier!
de la faillite Antonio Brutus
qoe par lcision du JufleCorn
niissaire, la runion dei cr-
anc: S non l'examen des
propositions du Failli esl reii
voy au jeudi 2 Septembre
prochain 10 heures du ma-
tin
Port-aa-Prioce, le 30 '
1996.
PH0SCA 0
: orig'.ne
el de la-
ricatio
Le seul ntiiuenl.
rrtnajsi contenant toutes lea matiins 'ndi pen?' Ifs i
la tonction vitale, *ntrelenmt et ne/wMitU tit la sir t fa
tous lesrro;:nes et a tout Ig^i prvenant co:'. re lOutl li*
t gue ioiellec uelle et physiqu\
T & Phnaoan e< aRr,b,e ucu fac ,a'
m+W I nWvllV m9 t j,_, rp.f Lseslonnis
l. s plus dlicats.
> Hhnqe/ith !ep -*f:' il'/"*'"" osat'utield^kd v.Mstiiateriaux
qui ccustitueut la base Ces aiiineuU uua s aux urs il ap-
p itu. un complment de v leur nutritive.
En vente If
A POUT-u-PHlNr.r: J=(.
CMb./. Simon V>w*. Lope Itivera, A. Boit, Cli. Piiuil.d. Kmi- ^p
le ertia, t!. .\. Bala, Lon R. l'-uire, Kd- lstvc, Alphonse ,,U
Dsir. W
A SAINT-M ARC fa\
Clll'7. : Vfa.lame jjuuiice Clesca, Mme. Clmeol Coiou. Mine. >\-^
Lacoi-betiie- \^>
Al \ GONAIVfS a a
CIIIZ. La Cfls St. Kfflv. Mme. tugue Dbrotss, Madam. &^
Bats>ite. kl*i
Al'CAP-HATIEN APETITGOWK f%:
CHEZ. F. Altiri, Ch'Javaux | Chez : B. P Heid \/
Alfred Vieux
Seul Heprsenhmt pour llaili
OU Tabiet
OraqssdThaUedcTie Ae Morue
m
\ln stock chez :
Geo. JEANSME & Co. gente
Miniiininii Line
New-Orlans la SoutbL America II
SteainshipiCo lac. m
Prochains dparts d i rectS pour 2j
Port-au Prince ,4-Iaiti F)
Le steamer "Cidsliorn*1 laissera Porf Aitliur Y"
le 14 Septembre Piocliain pool Mew-Orleans, f
lolule tt i'oit-au-Prince o il est alt-ntlu vers ^
le 27 lu mme mois. f|=
Il prendra du (rt I tous les ports ci dessus ^v
riotiitiis.
Le steamer Christian Kroqli laisser.! |evv Or- ( /
|e*ans le 7 Septembre prochain directement pour Jj
Port au Prince. tf
Port-au-Prin-e, le 26 AoiVt I'.I26.
A- &* HfTElS &(.o
agents
Coluhr Sleanship Co k
le steamer Hotjota venant de Uew-Yorli via les Wr
ports du nord est attendu i Poi-t-tu-Princ le ^j
9 SopUotbri pochain. Il r^ptriiri le mme
jour directement pour Jcr'nie eu o t>pour
les ports de la Colombie prenant Irt et pas-
saijeri.
Port au Prince, le 30 J^ott 19>6.
Colombian Steamsbip Company !nc.
(iebara &Co94genfg
m
sriumos"""-"""
OUI 1 y* Ulltl UUA.WiJmatsr S
A l'honneur d'informer sa bienveillance clientle N
qu'il a install Yc'me de son ta:hs sment, un salon 0j
exclusivement rserv aux familles o l'on trouvera
des consommations de premier choix et o des lunchs
seront servis sur demande.
Tlphone No 786.
mm.
'"S


m
MATIN 2 SEPTEMBRE

r


N;'-
fi
&
a
-i
ri
:
^^^W^Tt^CR {J^iy.T
Voulez-vous avoir Tes Denis
clalan'cs de blancheur Y
ET Dis
Gencives toujours saines
Employez la
TRIBpMNE
Poudre i entifrice-
5 ni /.mt U [srail-
u. (11
!;'r:r-f- ,-;' i
" : i ;,

' '
-,
?'*
et
65-,
*
&
-;
? *
8*
s*
.
.___r/i'&
, -,, .-' ,-v* * - --
: '
y il j i ->t j
(]| / t .* ^-'..... i .y. > (aut. vrft.t-iJ-JX-.*'
/ _, -' |'oir i'irt Ekuimix il f-n
>> ' . A v i i
> / -Vi i tir. i CM j rtun Vjw !
','r~~> r'4 s: .('i.-.-i:'l lit i,. 01..S
[r V ,"''. ;! '-<:" '' lesdetawnrt
' .i ir< fan ille. N'aticndi /.
- :% qut t niant 4 t'.ieiit
/




malades. 11 toi j..u -.i..
d'viter li mai
a n h u. ..... '
r i Mr .t\ .! '. I I t ,-.. ,
l'a ' i\ .i. il aie
\... .. u |... um.ua.
.butin -/-
...'il'(,', .' .
P.11 vcn'e parloul
1 boi iloire
le l.i Trilioi im
i, IVut Uhiuoli:
Cm \, nie parloul, | rhicipale ne il chez MM. Maurice 13.
Kiicbih lils. Simon cl Al&ed Vie i\. .;3.
r
LB|-l2Si:JtS ,' -v .
|p S;
peur ta banla \ k
Levei 1 l r s .\.
Il

-
-
tfi'
-
te
Ci qui n'a jamais t rail
Ce qui ne peut lre dpotai
Kola Champagne
V Sjourn
1 n'|>:irv ({ans dft conditions riqoureuiM
d'ASEP8E
Prparation el Venle
Rliarroocie F. SrJOURNt:
Angle des Hue Houx et duCentn,
Agent Gnral S
lu fleshrontgsFart* l\a 113115 g
I
i^i
nrare- r
i
'-'if^
.... I *.^i
iSP
?jss
ttt
ML.
J
*^;
g^;
r.*
t.
*^ >, :
i.*. "-

^
N
NI
\>

&M
\-,
2*,V,

\
.il

^4-

^JLl
V
*-
i-^^
->s *v^^;
^
r#%.
S-
Quand on entre dans une pharmacie et qu'on demande quelque chose
contre le mal de tte, si on prend ce que l'on reoit- -poudre, capsule,
comprimsans s'occuper de savoir si c'est efficace et n'offre pas de
danger, on agit par routine au lieu de suivre un raisonnement person-
nel. Si l'on rflchit un instant on doit raliser qu il existe tant
d'analgsiques adultrs, et tant d'autres qui sont nuisit^' pour le
coeur, qu'il est vraiment imprudent de prendre le premier mdicament
venu. Il ne faut pas tre esclave de la routine. .Quand il s'agit de
soulager quelque douleur et de couper court a un refroidissement il
faut demander LA CAFIASPIRINE (Aspirine et Cafine),
qui est l'Analgsique prescrit par les meilleurs mdecins de prfrance
l'Aspirine simple, parce qu'elle agit plus rapidement; elle remonte
les forces, et elle n'a aucun mauvais effet sur le coeur. Elle
se vend en tubes de vingt comprims et en petites
"Poches Rouges Bayer" contenant une seule dose.

;*<^
&

'41
'M/M-
%
*POCHEROUGE"
/TTN
(BAYCR;
ri j
?fT%SPtfriNE
V
En
Dpf
vente dans foutes les Pharmacies. ____^
/ ( ez R. C Stadrmann & C0, \m\
WCOUItT,
MO Rue des Csars.
jhi i^fw^**^***!*!^**-**


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM