<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN'90 Aot 1920 j 9 % ODONAL Cc.ai.J f Rhun Al! vmca OK vi.'.-HU* I.I.II Untmwt; < •• % %  >•' ( Val. I MM*. ..,,. .1 I •• ,•>< %  • i c. A..' • ef /J crtieutulloM, dtUOttt i'ociJi! vriijw, ociiVe i_ r.atrittiti Ct ~~yda les graiss. l'wtovt OS. il pnH \i •••: >' -i ^ • lu ...i i ..r %  i ,H. mu il Ami : nr i ro.lil I • .iii M i i"i ita •• %  '••.. '• I nr. .!, |. i M ill i ii l|l slMUk.lt. I | .'. I | V I II 1 ' %  1 11" 'il i f : ,," .!i .!• I.iui|,. I' (M* m • i*> .• %  \ I. I ;.i III.IIII ni. i !.. .i. .. .<• iMl'll l,l.|Jff .•!.. .11 il "I i I i Ip ,1'rli, I lui 1*1 i. mit' I : -H • MI i.n -i : i H. i ,• | %  m mi. DM ...,..'Ul ii Il ..i *.it ptl ttltrrl i i i '. 'ct !..• .. H, .'.-.' | • Il k, J 1011e d'cll lr.< Maumir* kl il'tll cv..l.'-lpr %  l>' Bi i roi \. U i\ future Jr MSkti r . MvnfpsfMif. .ITMaWiii "' fi" J'i'%  >-'.,',aii: i u.L^ ,.,.".£' %  :~x~... m %  %  .) ^.. ..-•_ j.-i st Ju—wnqm enseignsit conduire la turbulente Aurora. Linnabile l.auHeuse sans crier gare.nut le cap sur un poteau du Bureau des Tlgraphes Terrestres o la machine se serait, sans doute, crase si le professeur navail e „ le lemps de redresser le volant, tandis qnc son lve lui appliquait su. les lvrea de pelila tapes amoureuses et clines. Plaisir de conduirel ... a vu. vendredi matin, dan un caft solitaire dp Ption-Ville une petite altercation entre Po ta et musicien. Celui-ci reprochait celui-l de lavoir vu un soir sur la Place de Ption-Ville an belle el bonne compagnie et de n'avoir pas larme ...l'œil. Le pauvre pote, tremblant, resta [oui ahuri de l'algarade dont le bilan lut deux vigoureuses pousses Aprs la partition nocturne ci tendre, la partition guerrire. C'est le genre. ...ii surpris, vendredi veiS 1 heures 1 2 du soir, une idylle amoureuse dans l'ombre d'une galerie. (Vtait au coin des rues du Magasin de l'Etat et des Fronts-Forts, sous la galerie de 11. M. Stamboul)! el Sergile; il y faisait noir connue chez le diable, niais NOTO* ŒlL tarquill discernail dans la profonde obscurit deui loinics tramainea, tout >r8 l'une de l'autre el se pariant ii voix basse. C'tait un susurrement ininterrompu, des murmuras tendres, de petits clats de rira, des chuchotteniM.ts, tOUt bas, tout bas, de mots clins et careaseure. ...dsesprait de pouvoir distinguer qui taient ees amoureux qui se okmtaianl ainsi fleurette, en pleine rue. l'ombre receiVous Sentez Vous Vieilli Prmaturment? DM millieni d'homme Pt do fomniMi voient leur, forces st vigueur, naturelles^ une bonne sant, s'vanouir priiiiatur.'ment. i)ana un grand nombre de cas. la ngligence ou les excs sont 1s cause de cette dcadence physique. Ce qui arrive est que le sang perd ses lments de vitalit, devient faible, appauvri, impur et compltement dpourvu de fer organique tellement ncessaire pour rparer efficacement le ravage de la vie active. %  jQue faire? Rien de plus logique que de rendre au ssng ce prcieux fer organique avec le Fer Nuxat. la formule moderne pour revivifier le ssng et les nerfs. Comfcin avec lesi glycerophospnat.w. il forme un excellent auxiliaire pour toute personne dont les forces sont epuk*, et en bien de cas fait renatre la vitalit d'une faon surprenante. I,e Fer Nuxat n'est pas un cure-tout. Il eat recommand uniquement pour renouveller la vie du 8iing et du systme nerveux, et deux semaines suffiront pour reconnatre le bien qu'il peut faire. Aujourd'hui n'est. pus trop tt pour commencer le pren1 dre. En vente dans toutes les bonnes | pharmacies. HIF.RRO NUXAOO La demande pour le Fer Nuxat a t si grande ct immdiate que noua n'avons pas eu le temps de prparer des tiquettes pour ce pays. Par consquent et temporellement nous userons U llacon Espagnol que noua reproduisons droite. Vous trouverez dans chaque llacon des instructions compltes en Franais. •.i .%  •• HBAll' LMMTA.N, • I fil leuse d'une galerie, lorst|ue sou dain une auto dboucha du carretour en vitesse et inonda la galerie de l'aveuglante lueur de ses deux phares. Kl. stnplait. NOTRE Œil raconiiut, Bremenl appuy sur sa canne, un petit cigare da 2 sous aux lvres, ()..., qui taisait une < heureuse en panchant son cour une Bellede-Nuit eodle eonnne le Petit Chaperon de Perrault d'un chapeau rouge. ... vit le galant faire contre rorlune bon cesur, eoinme une lois pour la l.une. dans la luinire des lanternas de l'auto, il ne voyait que du teu. mais cette foisci avec raison. Fri'calculatioii du tem|s par I. 6. Tippenhauer iBJoird'hoi et demiin Le 3t).— Pression atmosphrique : 0.8 au-dessus. Temprature : 1.1 au-dessous. Prohabilits pluie : 2.2 positif. \.t SI. Pression atmosphrique : 0.1 au-dessus. Temperature : O.ti au-dessous. Probabilits pluie :0.0 positif. Nouvelle Commission Communale r Par Arrt du Prsident de la Rpublique, publi au Moniteur du M Aoilt courant, vu la dmission des Membres de la Commission Communale de Pignon, une nouvelle Commission compose de MM. Thodore nia. Prsident, Dalger Bonthoni N. Voyait!. Membres %  t nomme, pour grer jusqutau prohaines lections, lea intrt de j i dite Commune. Nos compliments: Le Bilan de la C. D. B. Depuis sa constitution jusqu' la clture de ses travaux, il B t prsent B la Commission des Rclamations, 73,269 rclamations contre l'Etat hatien. Le total des sommes rclames s'levrent 109.646.130 gourdes. Mais une torte partie des affaires soumises a la juridiction de la C 1). R. a t juge en faveur de l'Etat! ce qui a port le total tics valeurs accordes 17.620.345 gourdes dont (i.tilil. 632 gourdes ont l payes en espces el 11.432.500 gourdes en bons. Srie M. A la date de clture les Iravaux de la '. I). R. il V avait encore en solde de 1 11.163 gdes payer. Le Moniteur Le dernier numro lu Journal Officiel du jeudi '2(> Aot publie : 1). Quatre Arrtl da Prsident de la Rpublique, la Premier, Faisant acqurir au sieur Georges Antoine Daeearelt la qualit d'hatien, le Second) commuant en celle les travaux forets perptuit la peine de mort prononce par la Tribunal criminel de Pelil-oave contre la dama Vlina Thodore el le sieur Arias Pierre, le Troisime, Concernant la nomination d'une nouvelle Communion Communale Pignon et le Quatrime, la nomination de M. Nrus Jaboin comme Prsident de la Commission Communale des Cotea-da-Fer en remplacement de M. Camille Mnard el de M. Adrien Michel comme Membre de cette Commission. Le Moniteur comporte en outre les procs-verbaux des sance du 5 Mai et du '.I Juin du Conseil d'Etat, la liste des fermiers communaux en retard de paiement jusqu'au 31 Juillet 1026, un avis de la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati, etc. MARIAGE: Mercedi dernier, ."> heure, de l'aprs-midi, eut lieu la mariage civil de Mlle Lamercie Rois avec M I.ouhert Salvador. Les tmoins taient : MM Lahh Barbancouii lils. Pa il Sanon, E Igard Elie el Edmond Mang > i ur rponse ; el pour l'p MU >• Rigal, bnardin Laraque, Dr Marcel Pngord etJ. Vivens. Le lendemain, en l'glise Cathdrale la Bndiction nuptiale tut donne aux nouveaux poux qui onl i M conduits ; l'autel par Mme Issa Baboun • Ma Rigal Mlle Fernande Elie el M. Ilemv de laleu. Mlle Lilia Aim el M. Richard Ifirsh Ibrmaienl je cortge d'honneur des maris. Aprs la crmonie religieuse qui lut suivie d'une brillante rception offerte aux conjoints et leurs invites dans les salons de Mme Krina Merisier tante du l'pouse, l'heureux couple se il rendu Ption-Ville,en lune de miel. Nous envoyons aux nouve.i.ix poux Ions nos vœ.ix de b >nheur. Le Nouveau Ministre .iiii(._ui daaa ie Kifl. Dans les milieux politiques OQ du lare qu'il e^l impossible que l'sdminiatraUoa do lungei soilcon lier I Eapsgae seu e par les puis tances ion resaea ou que la Soci ' des .Nations donne a I EipsgDS mbiidal sur cttls ioi\e. Ou tait reslOttii que le suiou du Maroc est w uvtum indpendant el qu'il A accoid lu roi.ce le proledoial i MU i tant ce taticr, i-a francs l'est (idecdua UKC i Es^ngne sur •a /.uLt qui Ut^hii tre accyrdee ^ ieiii derniers. On tnit reaisrquei que la responsaL.litu de l'exercice au prott tout incombe en ce qui toi cerne m :ullan a la l'iauce .• cuit l'ai i onsequtnt ou considiu que le sultan et le gouverueinul cl les auini et IraLeais tut ha seules auxquellts l'hup aas duit s'adits.ci pour tout c. qui concerne ... zone eu dehors de Ui.get. (JiiaBI la ville mme le .• u, tu n, la V lance et toutes les puis .!. -.euiopennes du traile u Aigesiras auiont ltur mot ane. mais de toutes lac,oa* la question n'est pas du ressort de la Socit des Nations.] Votre Aveni peut tie assuri Pour Trois dollai WOne rente mensuelle de cent cinquante M ou plus, pour vous et vos hriti^ ACHETEZ Des billets de la g grande loterie du Cap Hati W : AI'SSI |)i: BOWT.S VALKl'US KN l'si'KC m Accident maritime Par cible franais LONDHES, 2H aot — La Gie Lioyds lait savoir que .eLaqjeuut fransii a Us pagne allants Si .Na /ano el venaui de Vera i ru/ ei la Havane, a bsurt des roeheisa •J mille un large de 1 1 Loro^ue Ce matin pai .>uiic d'uu pais brouillard. L/blics a t endommage mais les passagers et les membres de l'quipage sont sains et sauts. La rvolution en Grce Par cible franais ATHK.NhS,i8 Aoiu—Le Gnral Pai'galoa, aa-prasideui deiahtpuO.ique grecque,ftuveise au couia uu reteiiicoup d'clat, a tte IBtcf ne dau la prison d Izeddia en Cr le. Le Gnral t.otidnis a luiuto sou .I.i m -1 il pieuura lui-mme les poiitleutlUs de lu iiueire el de la Manne ; le nouveau minislie des Allures eiraugris tst Mr l'cncles Argvro^uuloi, ancien DUBiS lie a Angora. Le miuislredes 1"'.nanecs cal M. Urossopoulos, gvuitieur de lu btuque naliouale de (jreee Le marchal Mac kensen va voir Guillaume 11 *1 AMSIKKDAM— Le feld mare chai Non Mack'nsen qui com'iian dait l'arme llemhuie qui nvi hit la lloumanie pendant la (iran de liuerre.est arriv Xmsttr um. Il a l'intention de se rendre Doom pour\ voir l'es ku?er. Mesures d'conomiede MA'oincar Par cble trani.ais PARIS, 19 Aot— M. l'oincar, COnunuaUl a lealiser des concmies, se propose de supprimer dans ue uomreux arroudissttuni les sous-prelets ainsi que des tribunaux ei tus prisoos ressortissantes. Dans la Lgion d'Honneur Par cable franais v PABUftti AuUi — A i conseil des militaires lenu ce malin M. rlibiIteau, ex-guuverneur de la banque de fiance,< ele nomm Grand u.. \ de la Legun d ilouoeur. 1 a ele due que le successeur d; M. le Jouveuel en Svrie serad pro chauemeul uesigue (i'esl Vtr Tirrd. ex-tiaul contmis^ai.e e.i hu i nanieou le aaaaUur IIamy lioio. ger qui le remplacerait. Les grands rald\ en avion Par cable franais l'.viii. '2*1 Aot—Les capitaines Louslre et barues onl pris leur vo ce matin au Boi>rgt pour tenter de battre le recoru de la dintanc: sans escale : les deux aviateurs out l forcs d atterrir dans la sol re prs Je la capitale autrichienne Lurayparei tait en i. minage mas les deux aviateurs son sailli et s lufi. La France les Eut Par cbla WASIll.MiT.N, Ilirrick, umbuMiktr t nis tu l-'i.mte, i : ,ii*!i hvec le -ecn : ur la ques'.Kiu tfei) res tl h u lies piot ment pendaulMQuil ti.ents de l'aiis et da 1 les coiiliencesqaii i l' un mclil Cli ial et M..il rrick ci ii.ualiuD Dimucieni l"-s possibilits Ja lai .'accord iraoej u i elles. Un grandi d'un ( M SAN.FRANCIStOJ ous maria boliasasal de lleideu, ett ri*j cisco npts kwtr f milles tn surhei ;•* 27 Mai de IloUsaos toucuelesAerwall utiigcanl tut Caf :au f laiCiSB. U ou voyage K "*• \H>, .aduills p*'' se navale de sarelsj L'jrfsty*' taire rfw billets BUDAPESTm a cuutiro* nauilepriaesLaW l.raet'/ i '• **3 dossy impliqua' taux" billets de Chacun d'eux '•


PAGE 1

U VATIN ao Aot IM* Alominum Liae | New-Orlans & Southl America Steamsbip Go lac 9fO*^Plus-de r 2 00.000 milles aprs avoir t w&** fistft revendu un prix lev Regarde/, le velocimfctre d'une WILLYS-KNIGHT qui a lougtemps servi, vou* observerez que le kilomtrage enregistr est plus groad que celui de la majorit des autres voiture* ea service que vous ave/ eu l'occasion d'examiner. Ce rsultat est du au service unique et absolu qu'a rendu le moteur patente KNIGHT a soupape facilement dmontable dans lequel se trouvent limins tout lait la suite, le frottement des soupapes et toutes les dtriorations communes aux moteurs soupapes ressort. | Le moteur d'une WILLYS KNIGHT est d'une du re ternelle, ne s'use jamais. Il ne peut tre compar au mcanisme des autres moteurs actuellement en circulation qui se dtriorent vite. C'est le seul qui effectivement s'amliore pendant qu'on s en serve, Aprs avoir Iparconru lOO.ooo milles ou plus, un moteur WILLYS KMGIIT a plus de puissance plus d'efficacit et sa marche est 'plus suave et plut silencieuse qu'au moment o l'on s'eu servait pour la premire tois, par consquent le huit ki omtrage obtenu par le WILLYS KNIGHT en se vice est uue chose invitable, Son prix lev de revente eit mieux apprci pir l'conomie de son entretien elles qualits addition nelles de beaut, de luxe et de confort qui ne sont obtenues que par cetta automobile si jolie. 1 ).) ne p.'iit; apprcier convenablement celle voiture sans l'avoir conduite. Dans vos intrts propres nous vous recommandons d'en faire l'essai personnellement. TJn Mdecin cgett des vapeurs pour enrayer la grippe Il frictionne un onguent vaporisant sur la t'jonj et la pi itiii),dj tou m ;i l,i de. Pour h. Bronchite aussi. Parmi le grand non bie de lettre provenant de nombre*, m dftinconuusd llaiii. hoBotofmnl le qualit* de Vteki Vsporub, le no veau Irait, nient em-ioe pour l.v tes sortes de rhumes, hc cf '-Il %  mrite parti u luVfn-ent lalU.M tion du pob'lfl tant donn I. haute nasiilon <)<> non auteur, a rttbOMg int.n.e H IK.-.'e.N.ti >nal de Mdecine, foi i au Pri. ce. Durant les .i n l, •rm i cille l'"r ii 'rinre, le •> • A>i |0gp Logent, Geo. de (ESPINA8S WILLYS-KNIGHT CKat S \ \ r GARAGE KNEER'S-Rne P 0 vePorl on Prinw j.' .iJL 1 L L Y S OVERLAND FINE MOTOR CAVI PHOSCAO Le seulf{aliment j£g Iranvaises contenant toutes les maliens indifipensihfes a onction vitale, entretenant et reconstituent la sam de £MSTV k 5" %  **• ****** to ro Dutfl labgue toiellec uelle et pliysiqu*. Le Phoscoo esl ai i rat,e au KO • f ac ,a Ic.plu.delct.. '" %  Crpir les estonnes Le HhoHcao r p '*£& v lx rail **' .... l'sseiitjeldesd vers matriaux p rte un cotnplrtih nt le v leur nuiri ne. En vente mu/ e v A POKT-au-?R|NCE eeMi u A w A SA,NT -MAHC Uc'ocheK 016 MaUnCe "*> Mme C " Wh Mme. rue/ r n AlX (J ONAIVES En.wtie U Cr U bL Mmh Mm< NNl Debro.se, Madame AI CAP-IIAITIE.N ; APRTITrn.1,, CHEZ. F. Alliri, Cfe. Jav.ua | OJTP" 'Si Vl Eug.LeBoss$Co Agents Gnraux •C^ Le Hlenmer hara >< attendu * Jacmel le :i0 n e irt pour les uoit •In •• PI inope 'p i*c*ef "Sea Serpe il" eft attendu a Jacmel, le 18 septembre prochain. Le tteamer"Tevict' tA attendu a Jacmel, le 30 Septembre pro chair. Porl au Prince, le 19 aot lKiti J. DAAI.ER Jr Alfred Vieux Seul Hepresentanl pour Maili Bar Terminus Propritaire : A .WiJmasr A lliouneur d'informer se bienveillante clientle qu il a installe 1 tage de son tablis sment, un salon exclusivement rserv .aux familles r l'on trouvera d^s consoin mations de premier choix et ondes lunchs seront servis s jr Jemau le. T*! l.ona No 7.S. Apal Gnral |M.UIl iait: jg'l'S U 3i ^ %  ?! l'ITM^J



PAGE 1

MAI IX .-JOAOl'l -'' •-r fe^7T" : ^3 k?StS* tt I f Pour tre licur>.ii\ il faut h fP^ ^< e,rc 1 cn r-"'' la|i| Meretl / / V / ^/ ^f|B ("est vous surtout qui < M /' \ ^^responsables de la tante de \ / '^L-Jy votre famille. N'attendez aux Cayi V^endr, pus que vus enfants toicnt m ii.ulcs. Il (si plus simple d'viter la maladie. La mi usvo purifiante du ti.won Ltt< buoy chaaaa le microbca nuiaible. Bien me •••in odur disparaisse, i action praarvatnca n'en persi-tc !<•!•• moins. v35f> <2& • %  *..# le Savon pour la Sant \^Jj ^ i /er [iras. ( .... 15a t< ". Mass., U.S.A. liisiilio Afftni Gnral ££ f?ti# desbrontgmForf* iVos 13-115 S g* &f •-• 8* fi* & hors d'emploi iit au bltuellc. Ce quelque chose vieux IcrJ Rponse: bonne 4e plus que la nourriture, alimentation. sommeil air c'est lOvomaltine. pur. Avec une tasse d'CKoLe TII**! < I air par raaltlnc, le malin au presoot votre aiialrc. Mal en enier djeuner, eut vient a ce qui concerne l'allmenbout sans fatigue du travail taOon. permettez-nous de de la journe. Le soir, une voua aider taaae d'Uvomaltlne rpare S un orfi.um.iue puise rapidement la brche laita par Teliort vcut^iiaintcnir a oa lorces et vous assure son lasticit et sa capaOD sommet) paisible * rcit productive, Il lui laut puratcur les tuions fn caoutchouc fa Un, i f inglooi oai tp'.l a l'estime, il la conwdralion 4M yens d*. }r.:\ou.rv"leur tonl>' leur tlure, et la beaut (a? "pparmee. Tiit V i i pritaires d'Autoœobiles. p. S,, ,,,„,,,,,,, les P 5 l^rls'.uh'r'son rnbri,*. rar [•IHI:ST()M>-. .,i tlitz soussigl*! fcn sl


PAGE 1

BdECTEUR PROPRIETAIRE IMPRIMEI/F; Clment MAGL01RE BOIS-VKKN:. 1158, R ,,e Amricaine, 1358 LE tfjMERO SO CENTIMES s** ANNE N":8u QUOTIDIEN TLPHONE N212 PORT-AU-PRINCE (HATI) IM civilisation, en instituant rqutiU-.let^n-.trevtl<>nhr. a ,liminu> Fauda* AOUT 1926 S 4$ 4 J 4444*4444444*44>>-' •cf Supriorit g S de la Corona|£ JSH/W de l'mneuse a tesfia Me de guerre de la h au* Etats-Unis, qui n il)/',./ (/c tant de ngociaWtorifiises cl dont le rQtlifmilifr sir jusqu'ici minuit problme e >n<>ijuoliliqii': noire grand fa? catholique, LA CHOIX. mndition du li Juillet r e t sous In signature de |jj. U Cholleu.v /)tib!:c ce nti] article qu.nous re%  vos ftra'Wn I accord |(i Washington ? m'y semble pus 1res disj et "non sans quelque raiII est beaucoup d Amriqin le trouvent druco, et ce sentiment est parpar tous les Franais. lavons dit souvent notre tierce su ici. Mais, pour neul, nous nous eu lienl une certaine opinion r&tlan tique. (toutseigneur, tout honMjNous ne sa tirions mieux •que par un discours ce Baltimore pu r ur Coolidge, qui est Mu depuis le p sident (8i mus soin m .'s entrs 1 la guerre, ce l'ut par la site de d le ii il re nos JjKet pour protger le droit l vie (Je nos propres .. >i; :iWlQuaul l'argent, non-, "savanc aux bllics seuIpoiiilesuiaintenir jus Ma que nous savons en 'rendre aux Allemands lPwireoup.il est notoire PKjuquator/v' ou (iuin%  •aprs notre dclaraf guerre, nous ne pmes fen force nos soldats champs le bataille pfer; mais il serait erfcroire (ju' la mesquiWeil de „ os hoiipis %  Wmnieneeineiil nous JH" S snpplp;r Peuallies, loi;, slMI | t t .| 1(1 us pouvions dispol^ u !'enl.c;.rpcn.ln.d i'Iburopo ne eonnul L*mil 1W ninrienin, f*onsiri, dans notre Ijceuxquiavaifiil intPjinleiiir jus.pi a neEJ fc "os doll.us. pour Tenons des denres %  J nnilions. que nous Wons (| t |i-ixi-xc,rliiWCHe lu •sblinren aeon, nos ou£"" l 'i)l une nugmei.K'airesinaliniduci ^leurs.des prix pour fe d, "'s lui n a vici t ijy^uts; nos indusZ Sl '"'-ielnrenl. Kl 5?*l luimme r?"nplcs moissons V?" u n impt sur les wde Q' fcJff. r, T'. ,a ^ l"i. 'nni V' 1 '•"liais! Sans Qes conditions Ptopte %  mu. n """ V, "IIIHJII> E* 'Europe peut W, """" !l!)lis devons %  C*> le ne pas .en W^Temeul de l'aiK IlOlls qui prtmes aux laisaienl tuer E^une lutte dont U2; euh, ralisions • La situation aurait t toute diffrente si noua avions pu envoyer nos propres soldats sur les champs de bataille. Mais nous ne pouvions disposer d'un nombre suffisant d hommes. Xous sauvions ainsi nos compatriotes pur centaines de mille de la mort sur les charniers de l'Europe, parce que nous n tions pas prts.L'importai.ce de nos prts estabsolnmenl infinitsimale, compare la valeur des vies que, par ce moyen, nous avons conserves aux Etats-Unis. I"t aussi plus insignifiants nos dbours, en lace des vies que les allis ont sasucrifies pour dfendre et en dfendu ni leur propre pays, i Combien M. Coohdge doit regret tei' aujourd'hui d'/air prononc de telles paroles,qui jurel I Cot de celles prononces depuis I Kl maintenant nous en sommes rduits nous demander s'il est vraiment indispensable de ratifier l'accord Brcngc.-Mellon, qui nous jugule. M. Caillaux tentera-t-il encore DU ellort ? D'autant plus que si son plan repose tout entier sur la ratification, il a grande chance dch ne .lui aussi. I ar des hoinines de tous les partis n'ont pas cach leur opinion. Plus ou moins discrtement ou,pou mieux dire, plus ou moins diplomatiquement, MM. L m llum, Pomcar, Viiicenl-Ori >l. R IOUI Y' ret, liaehiu et L mis M irin se sont prononcs contre l'accord avec un ensemble louchant. Mais si cet accord seul peut assurer la stabilisation de notre monnaie, nous nous trouverons devant ce dilemme: la ratification ou l'effondrement Quelle responsabilit pour les chambres.! Nous ne saurions admettre que l'on nous refuse le traitement que les An.ricains ont consenti a l'Allemagne, sous le prtexte qu'il ne fallait pas disloque r son systme montaire. Ce n'est plus l moment de rappeler aux Amricains nos 1.4 -5.872 tus, nos 300.001 nions, par suite de leurs blessures, nos .'{O.OOO victimes civiles connues, nos I millions de blesss. C e I a n'importe plus nos cranciers, puisqu'ils estiment (pie n o t r 0 dette, malgr cela, est une dette commerciale, pu re m eut commerciale. Si les Amricains n'envisagent plus le rglement des dettes que les nations europennes ont contractes envers eux litre d amis ou d'ennemis, mais en Amricains t ait simplement, comment contraindre les peuples trangers s'acquitter? Par une nouvelle guerre? C'est une sottise laquelle personne ne pourrait s'arrter. Par une guerre conomique ? A savoir si ce ne SOllI pas les Etats-Unis crai en souflriraienj le plus. Mais il n'es' pas du loul question de ne pas payer ce que nous devons l'Amrique comme l'Angleterre. S'ous demandons seulement un rglement quitable et au moins t-gal an traitement accorde aux Allemands. Nous "vousemprunt :..'J/)! millions de dollars, nous en ofro is li-00; les Llals-l'ins en exigent 9.000 millions. El nous aurons les payer jusqu'en 1981 l'as un ancien combatblht n %  ser.nl p I u s en \'ie quand s'eflectueraienl les i \.-iniers pavements. Le malheur esl que la question des dettes esl devenue, de l'autre col -de I" liant qtie.u ne question eetorilc. Ces! un tremplin p ilitiq ie d.s pi n se luisants qu %  de pr > u lire aUX Amricains (pion fera payer Ic3 allis JVH plia dernier sou e. qu'ainsi OU allgera les impots. l).-s voix s lvent de tous cts, en Amrique m ne, pour plus de jusUcej ou se souvienl peut-tre qu'au cours de la sance du Snat amricain du 3] mars der,lier. Issnateur C ipjlan I. reprsentant l'Etal de NewV'urk, a prononc i\n grand discours,duquel u >:is n'extrayons qae ce passais caractristique : Par la force des ensc.s.n >us serons obligs, Ufl jour, de faire preuve d'une grande gnrosit vis--vis de n >s dbiteurs. Pourquoi, ds lors, ne pas pratiquer cette gnrosit ds maintenant ? Je prdis que li Grande-Bretagne et la Belgiq ie n piy.-rout mme pas la m )iti des s mim.v; prvue; p ir le rgie nenl de consoli dation de leur dette et que celte remise s'effectuera avec no -e plein as i. 1 Kim.'ill. (les p lraies s ml peul-liv exa les. mais actuelle.lient no 18 nav MIS pas a tabler ldeisus. 0/a.M. Coolidge V' rappelle seulem.'iil les para les qu'il pronon iii avant d'od CUpjr la premire magistrature de li grande Rpublique amricaine Voici quelques uns des avan x %  luges mcaniques de la CORO • %  y-i N'A. .?_:' %  I ). Echappemenl extr. ,-.4 rapide permettant les plus I hautes vitesses daclyloaranhi •i, -.;.. &f r 2 3•*> 2).— Eiicombremenl el poids ( 3 kgs. ) rduits pourfjj^[transport tacite dans un lgant tui-valise. fjj. jS 3).— Retour automotique du ruban bicolore. ^,. I). — Mcanisme incassable, ','.")),Clavier pour toutes langues, tous genre d'- J Un ouragan Moron Dans les premiers jours du mois d'Aot, le samedi 7, vers 2heures de l'aprs-midi, un violent ouragan s'est abattu sur n quartier de Moron, Commune de .lrniie. Le presbylie el l'gliss ont particulirement souffert du mauvais temps. Les laades nord et ouesl du presbytre ont t renverses, la chsrpenta mme de la maison a t compltent ail dmantibule. C'est un laeheux accident que nous dplorons sincrement en S3 •ri> •criture. •J|5i <>) — Visibilit absolue de la totalit du travail •hV ovl s d excution, '^:, ENTREZ PODB DMONSTRATION, Cm./: 3 MVXWELL&MOHR •C* FONB 373 \ Les b eui soumi s x t,n rpression de la superstition La semaine dernire, le nomm (iaspard Jourdain, se livrant des sortilges, a t arrt MAURICE ETIENNE fils Angle des Hues du Magamn de Etatelnes in>nls-lu,rls Noi V|.;u ri:s. Mi in.i.nii I'\i:i i Miaiii:. & Retraite l'Ecole SONNET J ai respire If rrl e' MIIM NflSISJl, i ai Iravprsr *les j:irs an\ tfHI \w\s \wublau's J'ai pnifiir ilrs rrijanls (UMW SI in paijM, J'ii, sur Jcs rliriuius il'cr, CrW il" BMHIH klanrs. J ai 1,'iiJu ma maiu Irniilf a irs MSSMI 'le flamui J ".ii lr,'iii|ir ns iloijlv rliauils dans ilu lili-n Je rui.wau J'ai Lusse la inusiqur •!iuriiin r nio .Ne J'ai mle III.I Iristcs.sf a ds rliaiiMins II'#IMMU, J'ai senii du prinlfiiip> NSf par dm IfBi'Irrs J-.II tu nssin ssurif ri An sjniaai SSIIR, J'ai nUSJJ kt fruils, | M uiurdil'li' (M IhSN. J'ai imniidw |.irdiih n i If, KUSMI l*il| J'ai iim mkijriw, | ai wawsri n r*W... El ie n'airifii liss l'asasi km ptlsiaMf, lluvfiiioiiili' 'i Hll H Jereinie. Le liougau est originaire de LegAne. Des perquiMlions, faites par la Police son domicile, ont permis d'y dcouvrir toutes sortes d'objets de malfices, de sorcellerie et de superstition. Plusieurs autres individus qui. par ignorance, apportaient leur aide a (iaspard Jourdain dans ses pratiques dtestables, ont t aussi apprhends par la Gendarmerie pour tre interrogs. On parle aussi, Jrinie. d'un autre magicien habitant Corail qui sa triste profession procure u le riche clientle. La Police le recherche. On ne peul que fliciter la Gendarmerie pi poursuit sans relche, dans toutes les contres du Pays, la rpression de ces pratiquessuperatitueuses qui ne servant que jeter le discrdit sur tout le peuple hatie i. Elle Dubois Dimanche prochain, ."> Septembre, s'ouvrira, l'Ecole Klie Dubois, ane retraite de pit pu u les Religieuses .^ Ci ^ ipi ? V V v V V 9 •"• 9 '? VA ... i va,vendredi vers l b. i 2 de l'aprs-midi, lebussNo. 1042 mtamorphos en voiture de transport lue belle dame du quartier du << l'ont au bas le la rue Hautes Destouches dmnageait, Au lieu de faire transporter ses maigres effets bras d homme, ellejciit ide originale de les embarquer tous et slle mme aprs dans un buss, Il y avait un dressoir, des plais, des chaudires el le reste. l'o\er ambulant %  ... a vu, vendredi soir, un employ de la Wesl Indiesqni genlinieni taisait la causette a vce une belle. Le temps tait mgniflque, les toiles splcndidcs et ceIsJengagMil i ne bien imr. Le COUpIe, la m.un (huis |,i main, changeait tendresses cl cares* ses... ... vil survenir un gei)darme qui, svre, arrta el la belle et le galant. Le ai ntlemsn (pu e-t polyglolle expli.pni .dois' I';.geni que bien souvent, en pareil eus, eh fermait l'œil lueaqjuee'(aient des fl||es esolicpics qui s'panchaient ; l'ombre des beaux soirs. Le gendarme se laissa attendrir et il renoues faire faire au couple connabaanec avec le Bureau a la verts lanterne, mais il ordonna aux amoureux de choisir une alcve plus discrte. ...la vu, mercredi vers.') heures de l'aprs-midi, Charlev Bar , grand coupli \aiiiinenlUiirs ( | ,.iis.t;ii„|is(prj.u ras-dt-chausse J. s trungerst n transi) . Pjort-au-! rinee buvaient avec force cris el rires. Le p< lit caf l'enseigne dmantibule. d'ordinaire si tranquille, tait ea jour-l, tumultueux et bruyanL Tout arrive | • ..; I vu. l'autre jour, le chautleur d'une F rd nomme* Juai, •"-V Bar, rue Dantis i estduehesJ tinfamarre. \ rtame, des couples en lle prenaient hru


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06803
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, August 30, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06803

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
BdECTEUR PROPRIETAIRE
IMPRIMEI/F;
Clment MAGL01RE
Bois-Vkkn:.
1158, R,,e Amricaine, 1358
LE
tfjMERO SO CENTIMES
s** ANNE N":8u
QUOTIDIEN
TLPHONE N- 212
PORT-AU-PRINCE (HATI)
Im civilisation, en instituant
rqutiU-.let^n-.trevtl<>nhr. a
,liminu> Fauda* lel-.imr. Le fheitr est pins
nraivi dans le monde, mais a
/,,/, est mo/n./n'. Le nivelle-
,Jnt ri la culture parmi tous
mtr**s nt leur* dsauan-
af,: d'un paumye nous aoon*
fait un potager. " lA"L
HJXDI ;> AOUT 1926
* S 4$ 4 J 4444*4444444*44>>-'
cf Supriorit g
S de la Corona|
jsh/W de l'mneuse a tes-
fia Me de guerre de la
h au* Etats-Unis, qui n
il)/',./ (/c tant de ngocia-
Wtorifiises cl dont le r-
Qtlifmilifr sir jusqu'ici
minuit problme e >n<>-
ijuoliliqii': noire grand
fa? catholique, La Choix.
mndition du li Juillet
ret sous In signature de
|jj. U Cholleu.v /)tib!:c ce
nti] article qu.- nous re-
vos
ftra'Wn I accord
|(i Washington ?
m'y semble pus 1res dis-
j et "non sans quelque rai-
II est beaucoup d Amri-
qin le trouvent druco-
, et ce sentiment est par-
par tous les Franais.
lavons dit souvent notre
tierce su ici. Mais, pour
neul, nous nous eu lien-
l une certaine opinion
r&tlan tique.
(toutseigneur, tout hon-
MjNous ne sa tirions mieux
que par un discours
ce Baltimore pu r
ur Coolidge, qui est
Mu depuis le p sident
(8i mus soin m .'s entrs
1 la guerre, ce l'ut par la
site de d le ii il re nos
JjKet pour protger le droit
l vie (Je nos propres .. >i; :i-
WlQuaul l'argent, non-,
"savanc aux bllics seu-
Ipoiiilesuiaintenir jus
Ma que nous savons en
'rendre aux Allemands
lPwireoup.il est notoire
PKjuquator/v' ou (iuin-
aprs notre dclara-
f guerre, nous ne pmes
fen force nos soldats
champs le bataille
pfer; mais il serait er-
fcroire (ju' la mesqui-
Weil de os hoiipis
Wmnieneeineiil nous
JH"S snppl- p;r Peu-
allies,loi;, slMI|t. t.|1(1.
us pouvions dispo-
l^u!'enl.c;.rpcn.ln.d
i- 'Iburopo ne eonnul
L*mil 1W ninrienin,
f*onsiri, dans notre
Ijceuxquiavaifiil int-
Pjinleiiir jus.pi a ne-
EJfc. "os doll.us. pour
Tenons des denres
Jnnilions. que nous
Wons (|t. |i-ixi-xc,rlii-
WCHe lu
sblinren
aeon, nos ou-
"" l'i)l une nugmei.-
K'airesinaliniduci
^leurs.des prix pour
fed,"'s lui navici t
ijy^uts; nos indus-
Z Sl'"'-ielnrenl. Kl
5?*l lui- mme
r?"nplcs moissons
V?"un impt sur les
wde
Q'
fcJff.r,T'.,a^ l"i.
'nni
V'1' '"liais! Sans
Qes conditions
Ptopte
'mu. n """ v,"iiihjii>
E*, 'Europe peut
W, """" !l!)lis devons
C*> le ne pas .en
W^Temeul de l'ai-
K IlOlls
qui
prtmes aux
laisaienl tuer
E^une lutte dont
U2; euh, ralisions
La situation aurait t
toute diffrente si noua avions
pu envoyer nos propres sol-
dats sur les champs de ba-
taille. Mais nous ne pouvions
disposer d'un nombre suffi-
sant d hommes. Xous sau-
vions ainsi nos compatriotes
pur centaines de mille de la
mort sur les charniers de l'Eu-
rope, parce que nous n tions
pas prts.L'importai.ce de nos
prts estabsolnmenl infinit-
simale, compare la valeur
des vies que, par ce moyen,
nous avons conserves aux
Etats-Unis. I"t aussi plus insi-
gnifiants nos dbours, en lace
des vies que les allis ont sa-
sucrifies pour dfendre et en
dfendu ni leur propre pays, i
Combien M. Coohdge doit
regret tei' aujourd'hui d'/air
prononc de telles paroles,qui
jurel I Cot de celles pro-
nonces depuis I Kl mainte-
nant nous en sommes rduits
nous demander s'il est vrai-
ment indispensable de ratifier
l'accord Brcngc.-Mellon, qui
nous jugule. M. Caillaux ten-
tera-t-il encore DU ellort ?
D'autant plus que si son plan
repose tout entier sur la rati-
fication, il a grande chance
dch ne .lui aussi.
I ar des hoinines de tous les
partis n'ont pas cach leur
opinion. Plus ou moins dis-
crtement ou,pou mieux dire,
plus ou moins diplomatique-
ment, MM. L m llum, Pom-
car, Viiicenl-Ori >l. R iouI Y'
ret, liaehiu et L mis M irin se
sont prononcs contre l'accord
avec un ensemble louchant.
Mais si cet accord seul peut
assurer la stabilisation de no-
tre monnaie, nous nous trou-
verons devant ce dilemme: la
ratification ou l'effondrement
Quelle responsabilit pour les
chambres.!
Nous ne saurions admettre
que l'on nous refuse le traite-
ment que les An.ricains ont
consenti a l'Allemagne, sous
le prtexte qu'il ne fallait pas
disloque r son systme mon-
taire. Ce n'est plus l moment
de rappeler aux Amricains
nos 1.4 -5.872 tus, nos 300.001
nions, par suite de leurs bles-
sures, nos .'{O.OOO victimes ci-
viles connues, nos I millions
de blesss. C e I a n'importe
plus nos cranciers, puis-
qu'ils estiment (pie n o t r 0
dette, malgr cela, est une det-
te commerciale, pu re m eut
commerciale.
Si les Amricains n'envisa-
gent plus le rglement des
dettes que les nations euro-
pennes ont contractes en-
vers eux litre d amis ou
d'ennemis, mais en Amri-
cains t ait simplement, com-
ment contraindre les peuples
trangers s'acquitter? Par
une nouvelle guerre? C'est
une sottise laquelle person-
ne ne pourrait s'arrter. Par
une guerre conomique ? A
savoir si ce ne SOllI pas les
Etats-Unis crai en souflriraienj
le plus.
Mais il n'es' pas du loul
question de ne pas payer ce
que nous devons l'Amri-
que comme l'Angleterre.
S'ous demandons seulement
un rglement quitable et au
moins t-gal an traitement
accorde aux Allemands. Nous
"vousemprunt :..'J/)!millions
de dollars, nous en ofro is
li-00; les Llals-l'ins en exi-
gent 9.000 millions. El nous
aurons les payer jusqu'en
1981 l'as un ancien combat-
blht n ser.nl p I u s en \'ie
quand s'eflectueraienl lesi\.-i-
niers pavements.
Le malheur esl que la ques-
tion des dettes esl devenue, de
l'autre col -de I" liant qtie.u ne
question eetorilc. Ces! un
tremplin p ilitiq ie d.s pi n
se luisants qu de pr > u lire
aUX Amricains (pion fera
payer Ic3 allis JVH plia der-
nier sou e. qu'ainsi OU allge-
ra les impots. l).-s voix s l-
vent de tous cts, en Amri-
que m ne, pour plus de jus-
Ucej ou se souvienl peut-tre
qu'au cours de la sance du
Snat amricain du 3] mars
der,lier. Issnateur C ipjlan I.
reprsentant l'Etal de New-
V'urk, a prononc i\n grand
discours,duquel u >:is n'extra-
yons qae ce passais caract-
ristique :
Par la force des ensc.s.n >us
serons obligs, Ufl jour, de fai-
re preuve d'une grande gn-
rosit vis--vis de n >s dbi-
teurs. Pourquoi, ds lors, ne
pas pratiquer cette gnrosit
ds maintenant ? Je prdis que
li Grande-Bretagne et la Bel-
giq ie n piy.-rout mme pas
la m )iti des s mim.v; prvue;
p ir le rgie nenl de consoli
dation de leur dette et que
celte remise s'effectuera avec
no -e plein as i.1 Kim.'ill.
(les p lraies s ml peul-liv
exa les. mais actuelle.lient
no 18 nav MIS pas a tabler l-
deisus. 0/a.- M. Coolidge V'
rappelle seulem.'iil les para
les qu'il pronon iii avant d'od
CUpjr la premire magistra-
ture de li grande Rpublique
amricaine !

Voici quelques uns des avan
x" luges mcaniques de la CORO
y-i N'A.
.?_:'* I ). Echappemenl extr.
,-.-4 rapide permettant les plus
I hautes vitesses daclyloaranhi
i, *
-.;..? r23-
*> 2). Eiicombremenl el poids ( 3 kgs. ) rduits pourfjj-
^[transport tacite dans un lgant tui-valise. fjj.
jS 3). Retour automotique du ruban bicolore. ^,.
I). Mcanisme incassable, ','-
.")),- Clavier pour toutes langues, tous genre d'- J
Un ouragan
Moron
Dans les premiers jours du
mois d'Aot, le samedi 7, vers
2heures de l'aprs-midi, un vio-
lent ouragan s'est abattu sur n
quartier de Moron, Commune
de .lrniie.
Le presbylie el l'gliss ont
particulirement souffert du
mauvais temps. Les laades
nord et ouesl du presbytre ont
t renverses, la chsrpenta
mme de la maison a t com-
pltent ail dmantibule.
C'est un laeheux accident que
nous dplorons sincrement
*
en
S3
ri>
criture.
J|5i <>) Visibilit absolue de la totalit du travail
hV ovl s d excution,
'^:, Entrez podb dmonstration, Cm./:
3 MVXWELL&MOHR
C* Fonb 373
\
Les beui soumis x t,n rpression
de la superstition
La semaine dernire, le nom-
m (iaspard Jourdain, se livrant
des sortilges, a t arrt
MAURICE ETIENNE fils
Angle des Hues du Magamn de
Etatelnes in>nls-lu,rls
Noi V|.;u ri:s.
Mi in.i.nii .
I'\i:i i Miaiii:.
__________________________
& Retraite l'Ecole


SONNET
J ai respire If rrl e' miim NflSISJl,
i ai Iravprsr *les j:irs an\ tfHI \w\s \wu-
blau's
J'ai pnifiir ilrs rrijanls (Umw SI in paijM,
J'ii, sur Jcs rliriuius il'cr, CrW il" BMHIH
klanrs.
J ai 1,'iiJu ma maiu Irniilf a irs MSSMI 'le
flamui '
J".ii lr,'iii|ir ns iloijlv rliauils dans ilu lili-n Je
rui.wau
J'ai Lusse la inusiqur !iuriiin,r nio .Ne
J'ai mle iii.i Iristcs.sf a ds rliaiiMins iI'#immu,
J'ai senii du prinlfiiip> NSf par dm IfBi'Irrs
J-.ii tu nssin ssurif ri An sjniaai ssIIr,
J'ai nUSJJ kt fruils, | M uiurdil'li' (M IhSN.
J'ai imniidw |.irdiih n i If, KUSMI l*il|
J'ai iim mkijriw, | ai wawsri n r*W...
El ie n'airifii liss l'asasi km ptlsiaMf,
lluvfiiioiiili' 'i Hll H
Jereinie.
Le liougau est originaire
de LegAne. Des perquiMlions,
faites par la Police son domi-
cile, ont permis d'y dcouvrir
toutes sortes d'objets de mal-
fices, de sorcellerie et de supers-
tition. Plusieurs autres indivi-
dus qui. par ignorance, appor-
taient leur aide a (iaspard Jour-
dain dans ses pratiques dtesta-
bles, ont t aussi apprhends
par la Gendarmerie pour tre
interrogs.
On parle aussi, Jrinie. d'un
autre magicien habitant Corail
qui sa triste profession procure
u le riche clientle. La Police le
recherche.
On ne peul que fliciter la
Gendarmerie pi poursuit sans
relche, dans toutes les contres
du Pays, la rpression de ces
pratiquessuperatitueuses qui ne
servant que jeter le discrdit
sur tout le peuple hatie i.
Elle Dubois
Dimanche prochain, ."> Sep-
tembre, s'ouvrira, l'Ecole Klie
Dubois, ane retraite de pit
pu u les Religieuses blissement et leurs levs
Les anciennes Elves pu n'au-
raient pas revu d'invitation a
cette Retraite s ml aimablement
piioa de considrer ;;i prsenta
note connue en tenant lieu.
Elles voudront bien s'adres-
ser rEtsblissemenl pour pren-
dre connaissance des conditions
d'admission A c tte retraite.
ita Considrant qu'il n'y a pas
lieu de proflter des diificults
de la situation actuelle, la mai
son Kawas H riRMANOS se
l'ait le devoir d'aviser ses cli-
ents et le public en gnral
qu'ancuns augmentation ne
sera l'aile sur les articles qu vie
a en stock, vu que ces articles
n'ont pas eu a subir les coiis
(j iciice du nouveau tarif.
Cvst pourquoi nous conseil
Ions les pres el mres de fa-
milles de se haterde fairelcurs
emplettes chez
kaws HERMANOS
/;.-"/, Rue du Magasin de /'/.' ai
B^l
Nouvel Agent
Consulaire
' ci leii res patentes ont t
dlivres;! M.Christian Lsnona,
comms I )iisuld'Hati Maraho-
n ( Rpubli pie Doininicaine ),
le 12 Aot courant.
Tous nos conipliinentsaii non
vel Agent Consulaire.
Une mre acwieln
de trois enfant)
Jeudi dernier, Caradeux, une
daine nomme Clia.init au mon
de, .'tentants : 1 garon et 2 filles,
le nouveau-n ainsi que lu nier
sont morts. Les deux filles son!
(il bonne sant.
IfChampagne Doc de Moalebllof
Cordon noir au goi'it franais
Cordon blanc au goilt amricain.
|)e la Maison ALI11KI) DE MONTE ifiLLO C
tonde en /V.'/4.
Chteau de Mareiiil-sur-Ay ( Marne)
Ancikns Vicnoui.ks BSBJ POIS i)'(Hu.i:\ns.
MONOPOLE DE
BoNNKTBRlEt
Mi.m i.uii:
'\iu iMiaiiK F. Moisi: vi
el Ions autres articles
franais
j -n gros & dtail, chez (5^
\line DenisFE.NELON.l
142, Hue Monlalais.
m,
En vente
116. Hue Irauemere
Port-tiu-I'rince, HojU.
marche Cristal l'Htel Se-a-\'ie\\
*Set dans les principaux ealesel restaurants. '
"S Ce'le marque esl parmi celles qui ont lait leurs pre.i-
ves, qui ont donn leur chef d'.euvre et obtenu leurs
JjjV lettres de noblesse. tQ*
,\K Ci Q> .^ Ci ^ ipi ? V V v V V 9 " 9 '? VA
... i va,vendredi vers l b. i 2
de l'aprs-midi, lebussNo. 1042
mtamorphos en voiture de
transport lue belle dame du
quartier du << l'ont au bas le la
rue Hautes Destouches dm-
nageait, Au lieu de faire trans-
porter ses maigres effets bras
d homme, ellejciit ide originale
de les embarquer tous et slle
mme aprs dans un buss, Il y
avait un dressoir, des plais, des
chaudires el le reste. l'o\er
ambulant !

... a vu, vendredi soir, un em-
ploy de la Wesl Indiesqni gen-
linieni taisait la causette a vce une
belle. Le temps tait mgnifl-
que, les toiles splcndidcs et ce-
IsJengagMil i ne bien imr. Le
COUpIe, la m.un (huis |,i main,
changeait tendresses cl cares*
ses...
... vil survenir un gei)darme
qui, svre, arrta el la belle et
le galant. Le ai ntlemsn (pu e-t
polyglolle expli.pni .dois' I';.-
geni que bien souvent, en pareil
eus, eh fermait l'il lueaqjuee'-
(aient des fl||es esolicpics qui
s'panchaient ; l'ombre des
beaux soirs.
Le gendarme se laissa atten-
drir et il renoues faire faire au
couple connabaanec avec le Bu-
reau a la verts lanterne, mais il
ordonna aux amoureux de choi-
sir une alcve plus discrte.
...la vu, mercredi vers.') heu-
res de l'aprs-midi, Charlev
Bar ,
grand
coupli
\aiiiinenlUiirs(|,.iis.t;ii|is(prj.u
ras-dt-chausse J. s trungerst n
transi) . Pjort-au-! rinee buvaient
avec force cris el rires. Le p< lit
caf l'enseigne dmantibule.
d'ordinaire si tranquille, tait ea
jour-l, tumultueux et bruyanL
Tout arrive |

..; I vu. l'autre jour, le chaut-
leur d'une F rd nomme* Juai,
"-V
Bar, rue Dantis i estduehesJ
tinfamarre. \ rtame, des
couples en lle prenaient hru-


LE MATIN'- 90 Aot 1920
, j
9 %
ODONAL
Cc.ai.J
f Rhun Al! vmca

ok vi.'.-- HU*
i.i.ii Untmwt; < >'
( Val. I MM*. ..,,. .1 I ,><
i c. / Hf \ \\ y \\. ^
t i'.
(h\l/
;1 jr" '*^^7.rTT W
fo-^T
Nettoie
le Rein
feS* > A..'
ef /j crtieutulloM,
dtUOttt i'ociJi! vriijw,
ociiVe i_ r.atrittiti
Ct ~~yda les graiss.
l'wtovt OS. il pnH \i : >' -i "
^ lu ...i i ..r -..... i
,h.mu il Ami : nr i ro.l- il I
.iii M i i"i ita '.. '- I '
nr. .!, |. i M ill i ii l|l slMUk.lt.
I | .'. I | V I II1 1 11"
'il i f : ,," .!i .! I.iu- i|,. I' (M*
m i*> .\ I. I ;.i Iii.iiii ni. i !.. .i.
.. .< iMl'll l,l.|Jff .!.. .11 il "I i I i
Ip ,1'rli, I lui 1*1 i. mit' I
. : -h mi i.n -i : i h- i
, | m mi. Dm ...,..'Ul ii
Il ..i *.it ptl ttltrrl i i i '. 'ct !..
, .. h, .'.-.' | Il k, j 1011e
d'cll lr.< Maumir* kl il'tll cv..l.'-lpr

l>' Bi i roi \.
U i\ future Jr MSkti r . MvnfpsfMif.
.ITMaWiii "' fi" J'i'-
>-'.,',aii:iu.L^ ,.,.".' :~x~...
- m .) ^.. ..-___j.-i st Juwn-
qm enseignsit conduire la
turbulente Aurora. Linnabile
, l.auHeuse sans crier gare.nut le
cap sur un poteau du Bureau
des Tlgraphes Terrestres o la
machine se serait, sans doute,
crase si le professeur navail
e le lemps de redresser le
volant, tandis qnc son lve lui
appliquait su. les lvrea de pe-
lila tapes amoureuses et clines.
Plaisir de conduirel
... a vu. vendredi matin, dan
un caft solitaire dp Ption-Ville
une petite altercation entre Po
ta et musicien. Celui-ci repro-
chait celui-l de lavoir vu un
soir sur la Place de Ption-Ville
an belle el bonne compagnie et
de n'avoir pas larme ...l'il. Le
pauvre pote, tremblant, resta
[oui ahuri de l'algarade dont le
bilan lut deux vigoureuses pous-
ses Aprs la partition nocturne
ci tendre, la partition guerrire.
C'est le genre.
...ii surpris, vendredi veiS 1
heures 1 2 du soir, une idylle
amoureuse dans l'ombre d'une
galerie. (Vtait au coin des rues
du Magasin de l'Etat et des
Fronts-Forts, sous la galerie de
11. M. Stamboul)! el Sergile; il y
faisait noir connue chez le diable,
niais NOTO* lL tarquill dis-
cernail dans la profonde obscu-
rit deui loinics tramainea, tout
>r8 l'une de l'autre el se par-
iant ii voix basse. C'tait un su-
surrement ininterrompu, des
murmuras tendres, de petits
clats de rira, des chuchotte-
niM.ts, tOUt bas, tout bas, de
mots clins et careaseure.
...dsesprait de pouvoir dis-
tinguer qui taient ees amoureux
qui se okmtaianl ainsi fleurette,
en pleine rue. l'ombre rece-
iVous Sentez Vous
Vieilli Prmaturment?
Dm millieni d'homme Pt do fomniMi voient
leur, forces st vigueur, naturelles^ une bonne
sant, s'vanouir priiiiatur.'ment. i)ana un
grand nombre de cas. la ngligence ou les excs
sont 1s cause de cette dcadence physique. Ce
qui arrive est que le sang perd ses lments de
vitalit, devient faible, appauvri, impur et com-
pltement dpourvu de fer organique tellement
ncessaire pour rparer efficacement le ravage de
la vie active.
jQue faire? Rien de plus logique que de
rendre au ssng ce prcieux fer organique avec
le Fer Nuxat. la formule moderne pour revivi-
fier le ssng et les nerfs. Comfcin avec lesi gly-
cerophospnat.w. il forme un excellent auxiliaire
pour toute personne dont les forces sont epuk*,
et en bien de cas fait renatre la vitalit d'une
faon surprenante.
I,e Fer Nuxat n'est pas un cure-tout. Il eat
recommand uniquement pour renouveller la
vie du 8iing et du systme nerveux, et deux
semaines suffiront pour reconnatre le
bien qu'il peut faire. Aujourd'hui n'est.
pus trop tt pour commencer le pren-1
dre. En vente dans toutes les bonnes |
pharmacies.
HIF.RRO
NUXAOO
La demande pour le Fer Nuxat a
t si grande ct immdiate que noua
n'avons pas eu le temps de prparer
des tiquettes pour ce pays. Par
consquent et temporellement nous
userons U llacon Espagnol que noua
reproduisons droite. Vous trou-
verez dans chaque llacon des instruc-
tions compltes en Franais.
.i .- .
HBAll'
LMMTA.N,
I
fil ,........
leuse d'une galerie, lorst|ue sou
dain une auto dboucha du car-
retour en vitesse et inonda la
galerie de l'aveuglante lueur de
ses deux phares. Kl. stnplait.
Notre il raconiiut, Bremenl
appuy sur sa canne, un petit
cigare da 2 sous aux lvres, ()...,
qui taisait une < heureuse en
panchant son cour une Belle-
de-Nuit eodle eonnne le Petit
Chaperon de Perrault d'un cha-
peau rouge.
... vit le galant faire contre ror-
lune bon cesur, eoinme une lois
pour la l.une. dans la luinire
des lanternas de l'auto, il ne
voyait que du teu. mais cette fois-
ci avec raison.
Fri'calculatioii du tem|s
par I. 6. Tippenhauer
iBJoird'hoi et demiin
Le 3t). Pression atmosph-
rique : 0.8 au-dessus. Temp-
rature : 1.1 au-dessous. Prohabi-
lits pluie : 2.2 positif.
\.t SI. Pression atmosph-
rique : 0.1 au-dessus. Tempe-
rature : O.ti au-dessous. Probabi-
lits pluie :0.0 positif.
Nouvelle Commission
Communale
r Par Arrt du Prsident de la
Rpublique, publi au Moniteur
du M Aoilt courant, vu la d-
mission des Membres de la Com-
mission Communale de Pignon,
une nouvelle Commission com-
pose de MM. Thodore nia.
Prsident, Dalger Bonthoni
N. Voyait!. Membres t nom-
me, pour grer jusqutau pro-
haines lections, lea intrt de
j i dite Commune.
Nos compliments:
Le Bilan
de la C. D. B.
Depuis sa constitution jusqu'
la clture de ses travaux, il B
t prsent B la Commission
des Rclamations, 73,269 rcla-
mations contre l'Etat hatien. Le
total des sommes rclames
s'levrent 109.646.130 gour-
des. Mais une torte partie des
affaires soumises a la juridiction
de la C 1). R. a t juge en fa-
veur de l'Etat! ce qui a port le
total tics valeurs accordes
17.620.345 gourdes dont (i.tilil.
632 gourdes ont l payes en
espces el 11.432.500 gourdes en
bons. Srie M.
A la date de clture les Ira-
vaux de la '. I). R. il V avait
encore en solde de 1 11.163 gdes
payer.
Le Moniteur
Le dernier numro lu Jour-
nal Officiel du jeudi '2(> Aot
publie :
1). Quatre Arrtl da Prsi-
dent de la Rpublique, la Pre-
mier, Faisant acqurir au sieur
Georges Antoine Daeearelt la
qualit d'hatien, le Second)
commuant en celle les travaux
forets perptuit la peine de
mort prononce par la Tribunal
criminel de Pelil-oave contre
la dama Vlina Thodore el le
sieur Arias Pierre, le Troisime,
Concernant la nomination d'une
nouvelle Communion Commu-
nale Pignon et le Quatrime,
la nomination de M. Nrus Ja-
boin comme Prsident de la
Commission Communale des
Cotea-da-Fer en remplacement
de M. Camille Mnard el de M.
Adrien Michel comme Membre
de cette Commission.
Le Moniteur comporte en ou-
tre les procs-verbaux des s-
ance du 5 Mai et du '.I Juin du
Conseil d'Etat, la liste des fer-
miers communaux en retard de
paiement jusqu'au 31 Juillet
1026, un avis de la Banque Na-
tionale de la Rpublique d'Hati,
etc.
MARIAGE:
Mercedi dernier, ."> heure,
de l'aprs-midi, eut lieu la ma-
riage civil de Mlle Lamercie
Rois avec M I.ouhert Salvador.
Les tmoins taient : MM
Lahh Barbancouii lils. Pa il
Sanon, E Igard Elie el Edmond
Mang > i ur rponse ; el pour
l'p mu > Rigal, bnardin La-
raque, Dr Marcel Pngord etJ.
Vivens. Le lendemain, en l'glise
Cathdrale la Bndiction nup-
tiale tut donne aux nouveaux
poux qui onl i M conduits ;
l'autel par Mme Issa Baboun
Ma Rigal
Mlle Fernande Elie el M.
Ilemv de laleu. Mlle Lilia Aim
el M. Richard Ifirsh Ibrmaienl
je cortge d'honneur des maris.
Aprs la crmonie religieuse
qui lut suivie d'une brillante
rception offerte aux conjoints
et leurs invites dans les salons
de Mme Krina Merisier tante du
l'pouse, l'heureux couple se il
rendu Ption-Ville,en lune de
miel.
Nous envoyons aux nouve.i.ix
poux Ions nos v.ix de b >n-
heur.
Le Nouveau Ministre la Rpublique Oominicaiui
Le'JT tol courant est arriv
i orl-aii-'M-ince. M. Rainon 0.
Lovaton, le nouvel K.E.el Minis
ire Plnipotentiaire de la Repu
blique Dominicaine prs le Gou
verneineiit de la Rpublique
d'Haiti.
M.i.ovaton est un personnage
de grande distinction et qui a oc
cup les plus grandes fonctions
dans son Pays. Il est avocat di-
plm de l'Ecole Normale. Il lut
plusieurs lois Btonnier de l'Or
dre des avocats deSanlo Doiniii
go, Doyen du Tribunal de Pre-
mire instance de San Pedro de
Macoris. Dput du Peuple, Pr
aident du Congrs National,Mera
bre permanent des Commissions
des Relations Extrieures el les
Finances de la Chambre. Sna-
teur de la Rpublique en 1008,
il lut Prsident lu Snat.Il OCCU
pa dans dilIVicuts Cabinets les
portefeuilles des Relations Kxt
heures, de l'Intrieur el de l;i
Police.de la Guerre el de la Ma-
rine.
Au moment de sa nomination
comme Ministre Plnipotentiai-
re en llaili. il tait avoed-eon-
s.il du Gouvernement da la R
publique Dominicaine. ,
Nous souhaitons une cordiale
bienvenue au nouveau Repr-
sentant de la Rpublique pbmi
nicaineeu llaili et ne dopions
point cpie, suivant les heureuses
traditions de ses prdcesseurs,
il ne s'emploie resserrer les
nombreux liens d'amiti existant
entre les deux IUpul)li(|lies.
En vigie...
1er Septembre 1836
f Heinz-rforn, de la rlorn
Une, venant de Curaap, Jac*
mcl el Kingston, el p.iilunt le
liliiK' [OUI pour les p ilts du
nord uHaiti el Puerto Plata.
I Septembre 1026
iKarai.de la R. M. Steara
Packel Cv, venant de Jmiiicl
el partant" le mmo jour pour
les poils du nord d'Haiti, Le
Havre el London.
Au sujet
de Tanger
L'tis[ia;|iie. dsire (fue le
tet ritoire international de
ITanqer soit rattach a la
one t .vp,K)iiolf
l'ar table Iracoais
Paris, 28 aot Le gouteroe-
roe.u i r,i n'.m- mi n' de lec-voir un
ineoraDdum de l'Aap*gaa cxpn-
uant le dsir de cette puissance
ue voir le territoire international
dearger rail.itli la iOBS*aepa
gnole. i.e cabinei examine la que*
lion, mais l'opiuiou guiali dau
tes milieux politiques est que la
Preace opposera une lia de non re
i evoir. Le mmoire espagnol d-
( lare qu'au laso il serait impos-
able ue tiansfrer par les voies or
dinaires l'administration de lau-
gtr actuellement internationale
aui autorits espagnoles ; le gou-
vernement de Vladrid demandera
la B.D, N. de leur donner maa
dat sur les territoires en question
en mme temps que sur la zone
espugnoie au Maroc Le gouverne
ireni espagnol base sa requte
btir le loi qu'il lui est ind apensa
b!e d'avoir le coutrole absolu sur
TlDgtr puur tmpclier la tontre-
li.'iide des .ii n.. qui a coulnbu
tu grande nu suie prolonger la
> .iiii(._ui daaa ie Kifl.
Dans les milieux politiques OQ
du lare qu'il e^l impossible que
l'sdminiatraUoa do lungei soilcon
lier I Eapsgae seu e par les puis
tances ion resaea ou que la Soci
' des .Nations donne a I EipsgDS
mbiidal sur cttls ioi\e. Ou tait res-
lOttii que le suiou du Maroc est
w uvtum indpendant el qu'il a
accoid lu roi.ce le proledoial
i mu i tant ce taticr, i-a francs
l'est (idecdua ukc i Es^ngne sur
a /.uLt qui Ut^hii tre accyrdee ^
ieiii derniers. On tnit reaisrquei
que la responsaL.litu de l'exercice
au prott tout incombe en ce qui
toi cerne m :ullan a la l'iauce
. cuit. l'ai i onsequtnt ou consid-
iu que le sultan et le gouverue-
inul cl les auini et IraLeais
tut ha seules auxquellts l'hup
aas duit s'adits.ci pour tout c.
qui concerne ... zone eu dehors de
Ui.get. (JiiaBI la ville mme le
. u, tu n, la V lance et toutes les puis
.!. -.- euiopennes du traile u Ai-
gesiras auiont ltur mot ane.
mais de toutes lac,oa* la question
n'est pas du ressort de la Socit
des Nations.]
Votre Aveni
peut tie assuri
Pour Trois dollai
W- One rente mensuelle de cent cinquante
M ou plus, pour vous et vos hriti^
ACHETEZ
Des billets de la
g grande loterie
du Cap Hati
W: AI'SSI |)i: BOWT.S VALKl'US KN l'si'KC
m
Accident
maritime
Par cible franais
LONDHES, 2H aot La Gie
Lioyds lait savoir que .eLaqjeuut
fransii a Us pagne allants Si .Na
/ano el venaui de Vera i ru/ ei
la Havane, a bsurt des roeheisa
J mille un large de 11 Loro^ue Ce
matin pai .>uiic d'uu pais brouil-
lard. L/blics a t endommage
mais les passagers et les membres
de l'quipage sont sains et sauts.
La rvolution
en Grce
Par cible franais
ATHK.NhS,i8 AoiuLe Gnral
Pai'galoa, aa-prasideui deiaht-
puO.ique grecque,ftuveise au couia
uu reteiiicoup d'clat, a tte IBtcf
ne dau la prison d Izeddia en Cr
le. Le Gnral t.otidnis a luiuto
sou .I.im-1 il pieuura lui-mme
les poiitleutlUs de lu iiueire el de
la Manne ; le nouveau minislie
des Allures eiraugris tst Mr l'c-
ncles Argvro^uuloi, ancien DUBiS
lie a Angora. Le miuislredes 1"'.-
nanecs cal M. Urossopoulos, g-
vuitieur de lu btuque naliouale
de (jreee
Le marchal Mac
kensen va voir
Guillaume 11 *1
AMSIKKDAM Le feld mare
chai Non Mack'nsen qui com'iian
dait l'arme llemhuie qui nvi
hit la lloumanie pendant la (iran
de liuerre.est arriv Xmsttr um.
Il a l'intention de se rendre
Doom pour\ voir l'es ku?er.
Mesures d'cono-
miede MA'oincar
Par cble trani.ais
Paris, 19 Aot M. l'oincar,
COnunuaUl a lealiser des conc-
mies, se propose de supprimer
dans ue uomreux arroudisst-
tu- ni les sous-prelets ainsi que
des tribunaux ei tus prisoos res-
sortissantes.
Dans la Lgion
d'Honneur
Par cable franais
v PABUftti AuUi A i conseil des
militaires lenu ce malin M. rlibi-
Iteau, ex-guuverneur de la ban-
que de fiance,< ele nomm Grand
u.. \ de la Legun d ilouoeur. 1
a ele due que le successeur d;
M. le Jouveuel en Svrie serad pro
chauemeul uesigue (i'esl Vtr Ti-
rrd. ex-tiaul contmis^ai.e e.i hu i
nanieou le aaaaUur IIamy lioio.
ger qui le remplacerait.
Les grands rald\
en avion
Par cable franais
l'.viii. '2*1 AotLes capitaines
Louslre et barues onl pris leur vo
ce matin au Boi>rgt pour tenter
de battre le recoru de la dintanc:
sans escale : les deux aviateurs
out l forcs d atterrir dans la sol
re prs Je la capitale autrichien-
ne Lurayparei tait en i. mina-
ge mas les deux aviateurs son
sailli et s lufi.
La France
les Eut
Par cbla
WASIll.MiT.N, !
Ilirrick, umbuMiktr
t nis tu l-'i.mte, i
: ,ii*!i hvec le -ecn
: ur la ques'.Kiu tfei)
res tl h u lies piot
ment pendaulMQuil
ti.ents de l'aiis et da 1
les coiiliencesqaii
. i l' un mclil Cli
ial et M..il rrick ci
ii.ualiuD Dimucieni
l"-s possibilits Ja lai
.'accord iraoej u
i elles.
Un grandi
d'un (
M
SAN.FRANCIStOJ
ous maria boliasasal
de lleideu, ett ri*j
cisco npts kwtr f
milles tn surhei ;*
27 Mai de IloUsaos
toucuelesAerwall
utiigcanl tut Caf
:au f laiCiSB. U
ou voyage K "*
\H>, .aduills p*''
se navale de sarelsj
L'jrfsty*'
taire rfw
billets '
BUDAPEST- m
a cuutiro* .
nauilepriaesLaW
l.raet'/ i ' **3
dossy impliqua'
taux" billets de
Chacun d'eux ' ./ ans de pruo!
muiies d'amen**
!()H SALB
iDoilge BrotheP
dass condition'
Milcaff-A,
AppIvK.Ntt"*
lS^^
n
Une
us fortes Compail1
canadiennes d'assurance
sur la vie.
Boss


U VATIN ao Aot
IM*
Alominum Liae |
New-Orlans & Southl America
Steamsbip Go lac
9fO port-aaPrince "I-Iai'i
\usteamer **E'ds'10r',*t laissera Port Arthurip
Mt Seulemhre Prochain pour Hew-0'l^ans, M
hile H' 'oit-au-Prince o il est attendu vers]
%Jf du mme mois. <
|fl ircndrd du fret i tous les port* ci dessus jp
unes.
jie steamer alla" ayant laisse N< w Oilinsf|
L J4 aott sera i **orlau Prince le 30 '/:d
[Uiteamer QlirUliao Krotjh laissera Hew Or-gg
ng le "7 Septembre prochain directement pourgd
au Prince.
fert-au Prince, le 26 Aot! 1926.
A- de lTTElS k Co
<\u,enU
le toy's M ta
Oil Tablet
Orages d'huile de Foie de Morne
En stock chez :
Geo. JfiNSME & Co. Agents
*' '
>*^Plus-der200.000 milles aprs avoir t
w&**
! fistft
revendu un prix lev
Regarde/, le velocimfctre d'une WILLYS-KNIGHT
qui a lougtemps servi, vou* observerez que le kilo-
mtrage enregistr est plus groad que celui de la
majorit des autres voiture* ea service que vous
ave/ eu l'occasion d'examiner.
Ce rsultat est du au service unique et absolu
qu'a rendu le moteur patente KNIGHT a soupape
facilement dmontable dans lequel se trouvent li-
mins tout lait la suite, le frottement des sou-
papes et toutes les dtriorations communes aux
moteurs soupapes ressort.
| Le moteur d'une WILLYS KNIGHT est d'une du
re ternelle, ne s'use jamais. Il ne peut tre com-
par au mcanisme des autres moteurs actuelle-
ment en circulation qui se dtriorent vite. C'est
le seul qui effectivement s'amliore pendant qu'on
s en serve,
Aprs avoir Iparconru lOO.ooo milles ou plus, un
moteur WILLYS KMGIIT a plus de puissance plus
d'efficacit et sa marche est 'plus suave et plut si-
lencieuse qu'au moment o l'on s'eu servait pour
la premire tois, par consquent le huit ki omtra-
ge obtenu par le WILLYS KNIGHT en se vice est
uue chose invitable,
Son prix lev de revente eit mieux apprci pir
l'conomie de son entretien elles qualits addition
nelles de beaut, de luxe et de confort qui ne sont
obtenues que par cetta automobile si jolie.
1 ).) ne p.'iit; apprcier convenablement celle
voiture sans l'avoir conduite.
Dans vos intrts propres nous vous recomman-
dons d'en faire l'essai personnellement.
TJn Mdecin cgett
des vapeurs pour
enrayer la grippe
Il frictionne un onguent
vaporisant sur la t'jonj
et la pi itiii),- dj tou
m ;i l,i de.
Pour h. Bronchite aussi.
Parmi le grand non bie de lettre
provenant de nombre*, m dftin-
conuusd llaiii. hoBotofmnl le
qualit* de Vteki Vsporub, le no
veau Irait, nient em-ioe pour l.v -
tes sortes de rhumes, hc cf'-Il
mrite partiuluVfn-ent lalU.M
tion du pob'lfl tant donn I.
haute nasiilon <)<> non auteur, a
rttbOMg int.n.e H IK.-.'e.N.-
ti >nal de Mdecine, foi i au Pri. -
ce.
Durant les emp'oje Vick i Vmpuiub .-,..,
plusieurs cas deg-ipnr. \m tu hi
u aulr, s maux causs pur 'm
refroidi-* ment, en tViclinnnent de
mai, re (fteiDe co.ni.e indique
< r le mode d'emploi J-, orJm
rermem m qoe lorsqu'ils imieux
connu, \u #ra le rtm*d qui
endrs la |.rerni*re i.i.,e ,(,t,e
h a meus de celle nr<*.
Rien t'i avaler
Pour la tout, le rhumes 4a pot
irineou les maux de forge friolioo
"/la pv^eavec Vleiu Vaporob au
moment du cou.lier ,-t couvrez ei -
mite avec une flanelle chaude.Un
ii gradients sort vaporiss par la
luleur du corps et directement
" bal*aux voies respirntoi.-ei, so-
i animes, Itcbsnl le phlegni et
''ciblant la res| iralion.
KO mme temps. Vlckl iKit a
liavers la peau comme un cah-
; 'Hllin.nf la tension et
Hdenl les vapeurs itih t'e B)U
"K'er la -ongestion. t., pluptr
'les rhume* llcbissen UM
mut poui |9< COBpi da ce,|B d)U_
hle action directe.
Idal pour 1rs entante
les mres qnl on! de tout jeu-
nes enfants prfrent VI ks tarte
fa il ne dratge p leurs petits
estomacs deliu.es, a l'encootra des
mdecine inte n *.
Se proprit,, salutaires et anti
eptiquisen font un onguent fxcel
lent pour coupures. bilureF,
pli s, furopcUe, maux de t t
*>. bien cons.dr, il est utile dans
toutes [es maisons ou il se douve
Ko vente dans (o.tei les plia -
mi ciee,
wVapoRub
Pr Tod Afmceitfn Catarral
PHAHMAG
PrjNCIPALE
H. CNONNE
4P. RUI. ~*AUMUR
88-00 UOu'.'VARO SEBASTOPOk
PARIS
vendant
LE UF.II.LEfU M A Itl-.UK DO MOIfDB
Produits des Premires Marques
et toujours de prenw.'fe fracheur
DUE 8EULK QUALIT :
LA MEILLEURE
RAYON PACSASs
POUR LES COLONIES
DIIUCIUL'UIU, IllItlIOHlSTKlUB
SPCIALITS
FrancniiOi ot Etrangres
s:ls D8 Qutnm POU
fbM produit on flacons,
ampoules, comprimes, cachets.
SOLUTIONS IIVI'OI.KHMlyl ES
BANDAC.KS, CKINTURES.
BAI A VARICXB
APPAREILS HYGIKNIODKS
|iour iou Dsasjes
APPAREILS ORTHOPDIQUES
Seringues Uj -/>i n l, rm i PHARMACIES DE POCHE. DE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Communes, etc.
Prof cl s de F ne turcs
et tous rensei tur unaml aeWasit
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE REAUMUR
18-90, BOULEVARO SBASTOPOL
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNC SUCCURSALE
ni eu Imuiicc ni l'huangcr.
Avis
Socit gnrale de trans
forts marilimes | vapeur
Le steamer ' Muni A|OU*l' vr.
'" 0< Mireille et 'EtpMgieM
a 'r A,| pr nce ve ( i, t
*ej* eml) s et rtpiriira *" nAie
Msjr p.-ur Lt.be fie. liant f 61 poi.r
ai> cille
l'"r ii 'rinre, le > A>i |0gp
Logent, Geo. de (ESPINA8S
WILLYS-KNIGHT
CKatS\\

r

GARAGE KNEER'S-Rne P0ve- Porl on Prinw
. j- .' .i- -
JL1 L L Y S
OVERLAND
FINE
MOTOR
caVi
PHOSCAO
Le seulf{aliment jg
Iranvaises contenant toutes les maliens indifipensihfes
a onction vitale, entretenant et reconstituent la sam de
mSTV k 5" ** ****** to ro Dutfl la-
bgue toiellec uelle et pliysiqu*.
Le Phoscoo esl aiirat,e au ko fac ,a-
Ic.plu.delct.. '" Crpir les estonnes
Le HhoHcao rp'*& v lx rail **'
.... l'sseiitjeldesd vers matriaux
p rte un cotnplrtih nt le v leur nuiri ne.
En vente
mu/ e v A POKT-au-?R|NCE
eeMi u a w .A SA,NT-MAHC
Uc'ocheK016 MaUnCe "*> Mme' C" Wh Mme.
rue/ r n AlX (JONAIVES
En.wtieU CrU bL Mmh Mm<- NNl Debro.se, Madame
AI CAP-IIAITIE.N ; APRTITrn.1,,
CHEZ. F. Alliri, Cfe. Jav.ua | oJTp" 'Si Vl
Eug.LeBoss$Co
Agents Gnraux
C^ Le Hlenmer hara >< attendu *
* Jacmel le :i0 au l'nnce.le iertembreprochain'
> n e irt pour les uoit
In PI inope
'p i*c*ef "Sea Serpe il" eft
attendu a Jacmel, le 18 septembre
prochain.
Le tteamer"Tevict' tA attendu
a Jacmel, le 30 Septembre pro
chair.
Porl au Prince, le 19 aot lKiti
J. DAAI.ER Jr
Alfred Vieux
Seul Hepresentanl pour Maili
Bar Terminus
Propritaire :
. ______A.WiJmasr
A lliouneur d'informer se bienveillante clientle
qu il a installe 1 tage de son tablis sment, un salon
exclusivement rserv .aux familles r l'on trouvera
d^s consoin mations de premier choix et ondes lunchs
seront servis s jr Jemau le.
T*! l.ona No 7.S.
Apal Gnral |m.ui-liait: jg'l'S U 3i ^ ?! l'ITM^J


MAI IX .-JOAOl'l -''



-r fe^7T":^3 k?StS*
tt

I
*
f
*
Pour tre licur>.ii\ il faut
h fP^ ^< e,rc 1"cn r-"''la|i|- Meretl
//V/^/ ^f|B ("est vous surtout qui < M
/' \ ^^responsables de la tante de
\ / '^L-Jy votre famille. N'attendez
aux Cayi
V^endr,
pus que vus enfants toicnt
m ii.ulcs. Il (si plus simple
d'viter la maladie.
La mi usvo purifiante du
ti.won Ltt< buoy chaaaa le
microbca nuiaible. Bien
me in odur disparaisse,
i action praarvatnca n'en
persi-tc ! v35f> <2&- *..#
le Savon
pour la Sant \^Jj ^
i /er [iras. ( .... 15a t< ". Mass., U.S.A.
liisiilio
Afftni Gnral
f?ti# desbrontgmForf* iVos 13-115
S
g*
? -
8*
fi*
&
hors d'emploi iit au bltuellc. Ce quelque chose
vieux IcrJ Rponse: bonne 4e plus que la nourriture,
alimentation. sommeil air c'est lOvomaltine.
pur. Avec une tasse d'CKo-
Le tii**! < I air par raaltlnc, le malin au pre-
soot votre aiialrc. Mal en enier djeuner, eut vient a
ce qui concerne l'allmen- bout sans fatigue du travail
taOon. permettez-nous de de la journe. Le soir, une
voua aider taaae d'Uvomaltlne rpare
S un orfi.um.iue puise rapidement la brche laita
par Teliort vcut^iiaintcnir a oa lorces et vous assure
son lasticit et sa capa- OD sommet) paisible * r-
cit productive, Il lui laut puratcur
les tuions fn caoutchouc fa Un, i f inglooi oai tp'.la
l'estime, il la conwdralion 4m yens d*. }r.:\ou.rv"leur tonl>'
leur tlure, et la beaut (a? "pparmee.
Tiit V i POR-U-PRinifGOIlWES.
tf-ri.HTEM
'
.-
*'.-
fit

B*

?.:
8*

!
{fi
03

ft
r>
i

pritaires d'Autoobiles.
p.
S,, ,,,,,,,,,, les P5
l^rls'.uh'r'son rnbri,*.
rar [ihi:sT()M>-.
.- ,i tlitz soussigl*!
fcn sl v' ,,s ',<,,,Vl'ri iu. i kr,Heavy
li,M stlt-pneus tu {,"1": M,
lubeset patche.

PREtZMiNS-GGERHQ M
Pluide kilomtre avec

Par Dollars.
liWCOLRT, HO Rue des Csars.)
<


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM