<%BANNER%>







PAGE 1

LE MiTIN 21, Aot 1920 rUt^iiU donne de la force Convalescence Neurasthnie Tuberculose Anmie La Cure de CLOBrOL augmente la force nerveuse et rend *ui %  %  '' %  <• < %  • route leur nergie, leu* toupletkc el leur vi.-urur. nrtmi.iritr.M in 1 .... IUIO wmm. M' Uir tout tt ivinlrvi •ne ..: prvv.'iilcr la .*• •>thrapie artificielle, dont u %  parfois voulu faire 'lit mthode capable de rem; Mter la transfusion sanjtuliia r'ir-ii.'rnr ri ml av*e avantage. .I.,ail->n, ma.gr r.u'll t*>\\r lovjoaft av..ir recourt li au moins dam Ut cas ur-cnli, r.oui ne rroyoui ...,i Ou la v w %  V ;-*ti'e PUltlC IMMr, rit ufie 'unit de '•*, les .-nn.'H' rtvftrqtiablM qu'on peut .Menlr J'uue cure f.'oloiigc de 01obei>l. .•' %¡ f*fc d un orj.jni.nir rernourr a re\i.ifler. a refaite, c'est lodjouri h ce deroier • tu mu: 0' IMIITI.,1 la pr* (trente IV H. GWaltCTi Licenci t% *CI*/lC*, LtmrM le /.• f.i.j.'.rf u'rf ttablitftemri.lt Chattlsln Orsnda Prlr: Fou (Ht <.•* HA|4< te rf<:< l-roiits-l-oits Noi •• 1 \< i-.. Minci r.ii 1 \ 1 %  1 "1 %  M I--.HI1". Le Phoscao Qui ne connat les grande 8 qualits nutrilivc de ce prcieux alimenl t En loul cas, ceux qui n'en onl jamais got, auraient Moniteur comporte en outre le procs-verbal le la sance du ."> Mai 1826 du Conseil d'Etat, les avis des Secrtaires d'Etal de l'Intrieur, lu Commerce, le ia Banque Nationale le la Rpublique d'Hati, de l'Administration Gnrale les Contributions, etc. A Ption-Viile La Gendarmerie d'Haiti, pour suivant les tournes qu'elle a entreprises dans toutes les Coin munesdela IU publique, otfre, ces jours-ci des projections cinmatographiques a tion Ville. La premire a eu lieu Iner soir. De beaux lilius ont t montrs, I e soir et demain deux nouvelles projections si roui faites. Mlles ont lieu sur la Place de Plion Ville, devant les Bureaux de la Gendarmerie. Remerciement |Mr Itorney St Fleur, revenu de son voyage aux Etals>l'nis. lemer( i,. sincrement ses nombreux clients qui, pendant tan ibetoeei ont looseiv a son Etabli sment le mme attaeiiemenl. Ils IPII re meiiipour Isa' lidlit ipu a ontnbue HII bon mdntien de sa m.ti-ini et les ; > r i e litrruiieA lunle a u'I.lll: il. Port au Pnnc, le il .Y Dt 1 **i#i Avis 8ocit gnrale de tram porll 111.11 iliincs \ap"iir Le sleamir MoB'-Alf uaP'veDHIII de kisnellla Pt I Kspague ho ra s l'ott an Prime vers le 14 sepifmb e et repartira le m .'me jour pour Cubi pr.ni.nt fret pour Marseille. Port-au-Prince, le '_" Kofit IM, L'Acsat, li'O. de 1 I'.SPINASSK Farisiana ce soir Pour la dernire fois : Alterner le y nique avec Fernande Hemnann et Genevive Flix.— Entre : l.(M) Mort du Lieutenant Ludovic AUGUSTIN Hier, vers 2 lis. de l'aprsmidi, est dcd, ;'i St-1'ranois de Si les, Ll'DOVIC Al OI'STIS lieulenanl de la (i. d'il. 1 'est avec une bien pnible su rpri.se que nous avons oj> |nis la nouvelle de la ir.nl de •• jeune oflcier ha lien de In (i 'iidariueric. Officier de valeur, alliai t :iu\ plus brillantes aplitudi s militaires les pins belle qualits le cœur, il su! loujourR, en t iules occasions, conc i r avec lad les devoirs de sa charge avec ses oblig liions, su finies. Sport ma a li* btUe In vcrgdre, il lit pnrlie de la dlgation qui reprsenta Hati au concours de tiraux JeuxOlym piques de 1924. Le lieulenanl Augustin laisse l'o l au Prince le souvenir d'un parlait gentilhomme el de proionds regrets parmi ses nombreux amis. Ses lunraiHes seronl cel bres cel aprs'midien l'glise Mtropolitaine. A sa lamillc si cruclleinenl prouve par • deuil, unis envoyons nos bien sincres coudolcances, Au sujet des Loteries /.i Secrtatrerie d'Btat dt l'Intrieur nous communique : Le Gouvernem' n t. p enant en consMrstisn l dotsneas rtltr'es des Organia^laan di Loti ries contre qui HI-H phitalaa onl el dpasSS la Polie* P ar (1 '" i ac!ie leurs le bNsIa a AM^ daicordtr n llai dquin/.e j'urs, a partir du . Bp'embn piocnilo pour lej linitie les lel'ets % %  ""C' iaiion RDtirl^arvmsal a j Avts du 0 Mal mul nu Dparle 1 nt J l'Intrieur. | Tout ort,'.ini Septembre' prochain beurps du matin loujours dans la mur du Temp'e dt la %  Kesuerlahle L)ge, Rue du Magasin de l'Klat. Le aviateurs cubain* nont arriv la Havane Par cable franais LA HAVANE. 'J4 Aot— Laborde et le lieutenant Martull, aviateurs de l'arme cubaine qui ont commenc le 16 Aot leur voyage aller et retour la llavane IINIti ont termin leur vol aujourd'hui. Mort du clbre a c teurlludolnh Va' lentino Par cble franais NEW-YORK ( 24 aot— Kudolph Valentmo a succomb hier a m a, dix au Polyclinic llospital O il y a huit jours il avait l trsap0il pour v subir d'ergeoce une Opra tiou de l'appendice el l'opration d'un ulcre lest nvc La lin est Burvenue api'! 1 une matine au cours de laquelle lecteur ipnl cinq mdecins son chevet %  *! dfendu cnurageus.menl cO dre la mort. Au demi r m >meni on a eu recourt saos suie s a une trau-lu siou de sang. L" bulletin publi 1 avant la mort de Valeuiino disaU qu'une endocardite infectieuse s'd lait dclare et qu* le malade h bligsait rapidement, Les vacances de Mr Mellon Par cable franais EVIA.N-LES BAIN8.4 aot— M. Auiiiew W. Uelloo. s crtsire de la litM"i!iie j.incaiii>. M. Itenjamiu Srdtif, gouverner del redefal itstivo r. u.i. et Mr Sej mour Parker Gilbert, tgantgn* rai pour fos paiement des rpara liooa, oui actu lie n:ai runis i Eviin ou il; se ranionlreol qtoti oui: ea.ent. Vtrs la stabilisa1 ion du franc belge Par cble franais BRUXELLES, H Aot— Le gouvernement belges|>rfl stabibiiiaer le franc daua le vu^iijige de liiO a la lore eurlilig I a coin menc dan-< e but de 11 g canonavtc des bao(,uleri au^ as pour un emprunt de 10 13 millions de livressterlh g Lies ngteiat IOBSSII ^a lgues avec ks ElaU-Linia vont, du on, lre antee en raison de la situa'ion dl'voiubledu inaich de New-York. Dans l'aviation Pour le raid Hew-Tork-Paris Par cble traais WESTBUHY.U Aot— Le stioud vol d'essai du h 35 H eu lit-u cet aprs midi. L'avion a quilt Hoosevelt Plaid 'S heures 50 avec le capitaine PoOt k elle lieLteiiaut Snoily ; au conli'e il portail 8 passagers dont Skor.-ky. Il tait de retour 5 htures. Le l.emenhiil Sijudy a deciaie que lappa leil pouvait parfaitement oler avec un isul moteur I. Iaii lg remeut obarg, les tteJe ni< leuia Jupitfci ont el SDpiOTs uijouid fini Jiltirnulivemert. PARIS — On manie du l mrget quel'aviat ur t-.illi/.'j battant ttOu propre r< eord d'altitude s'est e a v 12 8tX) mettes. RuOSliVELT r*IELD( to g U liu.c) L'.iv on Sikor.ky ^-Jaiur lequel leiapiiaine Konc se pn— pare ellectuer le laid Nevf Voik • Paris a procd ce m im un v 1 l'essai de.'Ji minutes C'est la p,e miie lois que cet appuieil gmit muni de trois moteurs de en ( -.v. chacun prenait l'air. Retour Paris de M. Poincar Par cble franais PAR.1s.i4 Aot — ..1. PoiBMrd, prsi lent au c insei', >st rsntN a Pans. || tait aile e ^rep)s<.r > Cbampigny. ; C'est du Fer que votre Sang a besoin L* sang qui r.o contient pas de fer, manque da fore et de vitalit. C'ert du sang appauvri qui cause facilement du In fatigue, manque d'nergit, puisement nerveux et un aans nombre de sensation pessimistes et calaruiteuses. Le fer eat un des lments principaux de noir alimentation quotidienne; mais beaucoup de peraomu* usent beaucoup plus d'nergie qu'elle n'en produisent •t d'autraa n'ont pas aasec de vitalit pour extraire fumaamment d'nergie de leurs sliment. C'est pour ca que tant de personnes faibles nerveune*. qui se fatiguent facilement et sentent leurs f. rcos et viguet. s'puiser, ont besoin du BUJMant reconstuuant le Fer Nuxal, qu'ur grand nombrs de mdecins emploient dans leur C ratique pour reconstituer le prcieux fer dans isjut. Ls Fer Nuxst contient du fer organique coniiMi celui du sang mme, et ses rsultats biennfsar.i ; sur 1 organisme peuvent s'sppercevoir ds .< pn tuiores doses. Gfii :ilo:nent deux temaines sont aufHssntes pour .-i. ri connatre son action reconstituante ds toutes i. forces. ice i votre sant si vous ne vous sentes pas robuste et vigoureux, prenet le Fer Nuisl et remarque! les rsuls^B£ ut '. Aujourd'hui mme vous pouvez l'acheter chex voire pharmacien. I '• ; "'•" I* Fer Nuxut a mmdists qw noui i %  pas eu le temps de | des tupieitesi p. | |> ir consqi'ent et tempor-llem'ent nous icon F-ipagnol que nous \ nus troulans chaque flacon due imtructl inisis. afRRO MUXADO m WJ8* iVIGUEUR;depuisl'( j-squ' ia vieilles! '&•' %  C est en cel *%. H V? **a*! ; fl que corag.. plus ^and bonheur et l acticu clc la vie. ** f La Protection de la sant 3 trs essentielle toutes les TJ^ des de la.vie. et:& toute ££i il est incjiscutablemer.t vrai3; l'Emulsion Scott i produit de la vigueur et J 1 nergie, et tant un afiJ! concentr, elle domine toutet | ifii blesee et renouvelle les force; "& L'Emulsion Scott p ro ji votre aant, non seulement pendant l'enfance et la vieiliesse.v. mai pour toute la vie. ^ r v fy v; r & & jft A A t' t' t* t iV Enfant Chiir, Anmi . L'Huile de Foie tic Murue, en UbleLi'i sucres, lui rendra force el sant. ——n y :• fM, ' i \ %  >' v v \*\ -V4 V N V nu de us J'huile Je loi* At morue ordinaire, Ji .tts UMt o,i (I uva.se Pour l'oti.nuc. l'cnipl^c/ U pu. les Tablettes .1 Huile k fs)l Morue McCoy'j Bile lrendront r.pp-tn. p. nueilionl ws^l corps maigri Je se nourrir, Je 5 e dvel.>| per n.,...ulemenl, >i|U Donnet-an 1 vis enfants tnt qu'ils en stulent. Ils les (i.nnsj| autant Je plaisir que Jes bonbons. ..., %  • ... „ ^.1 Un enlant ,1e ans. srieusement malade, reprit l livres en scflsj Il c-\ aujourd'hui sain et fort .,,.„.n. ,.JI" Ue mime pour les adultes, s'ils sont maigres et affaiblis. ad| de pouvoir prendre l'huile Je Ma de m. rue le plus puissim m tuant au monde, sans avoir 1 redouter les Jcrangem.nl, mj Ne manquez pas J'en demander une botte des su|..urd ku.daia Pharmacien. S'il n'a pas les tablettes McCoy's en magasin, il ;. CoitONV VOUS APPORTS I SE F.I.ON0MIE. La Presse pariLes mate) sienne et la R* -.j volulion grecque Parcftb i e Par cble Iranais F0KSSTILS,2*{I M.illa Mallory J*\ Ibltept toi i'hap>*J g t le litiedecliH— nale de tennajr* E izabetli Byan d „bes, Melle By."i Go.-s ont •.'2-1 ,, unit Je ^.f MeleBrowneet"^ 3-6 6-^, iMft I'AHIS. 24 Aot— LesjourDaui I aritiena i tt BDSI imcv faire ie iiiiqt.i' I,I t |s p-iP'iil ( codilis si lis ni.irf* rPps blieaira i;rers M. i,l dea fan.is et. KL vi us Aliia tl de la ''eibie. ATIlt.NE?— La f. ule a failli ; > :.i lier le finirai Panri'osfol a lii.vei (Di u'r D>< l> f e tiUa li r Cts litbg tr-.les jl roaiii 11%  I. ni ci.e dea ineld s m inities ami n nt --: t' il. > ci n e li LS imgul.fres II kun .t us. ll HSl Bt^^^^r^^'^^* Fabriqiie de Pl< Alimentaires fti£ri I'IOIDII''" (;:) A punir d'aujourd'hol la Fabrique de ^jf*' 1 g/•"<• lit Y/-/(A, Grand'Kue otfre I %  . fl fQ tf |ia| Jg Veimicelle de I !5 caisses de 10 livre **" • VrA' . a a in : „„ ,i lu 0. !" i u (i i 10 caisses de K' Macaiori i | | 1 6 10 Nous employons de la 0.90 110 100 I W 1 [>ou empiov>n


PAGE 1

LE MATIN — 36 Aot ItM Iliimbiir^Aiiierika Unie w m k&UM PHOSCAO m Le seul aliment d'origine et de ta tri ation LeSS. "TROJA tt porUul du (ivt Hrlir.t !e nu" me jour pi uS.IDI-MHIC el d,-set \ h H l-s port* suivan *: Cap-HuHen. Puerto-^lala, Sun .lutin de Porto Rico, San Ptdro dt Maoris. San Domingo City, Jaemel,ux Caye* en prenant du '/ Jeremie, Miruyonne et Pelil-Gooe. wi dans les poils du Sud el, s'il y a lieu Le steamer sera de retour alors Poit in-'rijce ^ersle 20 septembre pour prendra d.i Irt pour I Europe et repartira d'ici via Kimjston, C j-liaitien et Puerto piaf a. Oloffson, Lucas & Co Agents Gnraux %  MMIMMMMBB— m W § \^/ franaises contenant toutes les matires indispensables la (onction vitale, entretenant et reconstituant la sant de tous les organes et tout 'ge, prvenant contre toute fatigue ioiellectuelle et physique. %  Le Phoscao ^ (il I s P'us dl r If. mj i JgSr pir I >e to mil SS F #*> #^/i /iu//fn teiW sente m xtrait juin£3 ^ty f lUtfSlilU s^entieldesd.vers matriaux \xw qu constitua t la bas.! Mt\ alin Mil u c ue s aux juels il apH p it un comp iu m le* Vileur iiuin ive. En vente A l'i Ui' III-PIUNCK Ull-./; Simon V.eux. Lope Hiver-, A. Ifofl. Ch Pirool. I Km e IWeix, I; N bada, L ... ii F,.mre, Ld li lve, Alnli.nsc Dsir. ASM1T-MARC „ HZ : Madame Maories Clawa, Mme. Clmeni Goieoo, M.ne $?/ LacochetireAl\ (i(N IVKS CHEZ. La Croix St. Mm\, Mme. Kugne D b osse, Madame hotwisle. AI CAP-IIAITIRN | A PETIT 00A VI < llh/.. F. Altiri, CtY Javaux I Chrant, sera i Port ai) Piiore.le 4 septembre prochaigH piendra le Irt pour les ports du nord de l'Europe. lestPhmer "Sea Serpent" est atendu a Jucme', le 18 septembre pii.ilittin. le Mcamei'Tcviil' est allendu a Jacme 1 le '•' %  > Septembie pro cliain. Part au Prince, le 19ao' l!)26. .I.DAAI.I'.M .lr Agent Gnral pourHaiti Horn -linie Le bateau "Heinz Horn, venan 1 de i u rai; .Septembre U imiln i le mme jour poui l'Europe via les pots du nord ut r*a*rM l'I.il.i, p.-euant fiel ci pnssHyers. Le bateau 'Mi mi ilo.u", venant de auinp %  via Puerto Kicn. Puerto flita et les noria u nord sera ici v*rs le 3 Si^tniibro en roule pour K ng-t S.nto I) niogo Cil y et Ciiraottii ;i.n..i.t irt et pacager*. OJOKFS 0>. LI'CS & O Can you talk and write 1:NGLISII t'.an you operate a typewriter .' If >es, the only way to obtain a lair situation or to betlei t lie one >ou now hve, ii lo learu b nglish S'euottrapliy. For partieulara wrilelo or cal al Ibe Keole Spciale deSl^no Uiciylo. Hue KAroo, 3IH. l'hone 620. Port au Prince. Attei f ^>T A Maison LE8 SPORTS t, %  —' anule de la Hue Houx et de la rue du Magasin de L'Etat, avise le commerce et le public en gnral qu'une grande liquidation de ses mai. ;.. n .ii -diverses s'ellectueiH dan, sou locwl u partir d'au jourd liui jusqu'au 'j du mois de Kepienbie pioh.iu. c'eal-i-Jtra |>en ijtnl iO jours seulement Lis ail K les qui ue seroul (pas veinlu pefidatil ces vingt jour* blijuls cUJenvi reioume.uiit prix imiii. i 1 La Liqui.miinn de c. manhurdbes ron-ifle en K., sflirtaf suvaiit*? : iK> paires de soulieis pour liom mes de dillr. nies qualits. 314 pfcires de sou>iris pour damt-s de dilllrt-nles qualits. 471 paires de touliers pour en fanis. lillelles, garonnets. 383 bapeai.x pour euTants et g>u ci-n nets. 4315 ciavates de diverses qi:alil*s pi ur ho.j mes. 872 l bai eaux pour Immm'S. I / TTEiVTrON Remarque/ t se ont vendus au pri de la iqi.nli In n el uon de rducllou. NOUS |.n Irions i ne a.d n io i p cia eau us prix olliils LbS >l*ull r* Alfred Vieux Seul Reprsentant pour Hati JUII h Oil Tablai Drages d'huile de Fcie rte Morue En stock elle/. : Geo.JEANSME AGcAgenls m Histoire d Hati ILe deuxicme volume des Ktude Mir l'Ilisloire dilaiti, de Beaubrun ARDOII.N,dont l'Imprimerie Clirii jinl pnuisuit si tieureues ment la ldilion, st maintenant prt. Non* .v.>ni dj dit l'inUrl considrable qui s allai be i cette publ cation, lis Kludee a\Hnt paru il y a soi, nie doi/.* HD< el tes ex.mp'bins de la premier* Bdi lion iHi t ifevaooi rarissime. L'u-iivre de B^rubiun Ardo in est it'i'im m portarea capiiale poir ceux, h i;ii us et trangers, qui %  lolerosMbl i l'Histoire de notre pays Lf s Sel rieurs feront de plus une bonne affaire, car le tirage de la pisenle dition tant assez, ldiil, lis en mplaires ne tarde ronl pas devenir raie I. u r lotir, l.e itliii se tt d I dollar. S'adresser l'Impr merie CblN quit. _. vfnayH8t$&j m Lecitioe Granul Brewer p Le plus actif des Rcconlituanls m rortille reins, lien le cerve;iil,J I puissants e JlflIKl' le pinire, les^oa el les les nf'uillS (leliiU S, les iciiiiiies laihles. Les personnes usi es p;n i.\ s li;i\;iii\ W i,l.. tiv. I Le Boss $Co t Agenls Gur tnx Daclylojraplie 15 Machines crire des marqi es les plus diverses: et les pif retendues l.adeiv.o.d, H(,\ l,Hiiinit'ii'. Wo-iisUiik. Fox, ele ) ddiiiom •'• %  d'une marhinn i ca ci ,i i ri il un • minecgrnph il P 1 lii.r Miiumalique) asiurent le bc lui i 11 > i i i m> m des couis. In pi ^ ; n ne r ml rassant toute* le i Il/s in aginabla . : S> Rnrlin. tisockchfZ : B Breuerrf,(rand'Rue H. i709 HEO. JEANSfc ME et Co. Agents Bar Terminus Prj|)riotalreJ: A.WiJmasr \ Hiouneur d'tnLroier si hianvUfti^ clientle qu'il a install l'tape de son tabln seiu-ir, un %  tri ex;lu;n dj prem ; cr li-ix o: ou Ici lunchs seront sertis sur don an le. Tlphone N "S ',.



PAGE 1

Mil 26AOU. — a w %  %  —* %  *' £&&&&& A A k -' A Aft* &*******^A6A 6 A A A A &A&&& & &$$&<%<&&&&&&*&& •c> t S %  S v c i te •0/ W ta •f •c> •ce ? UN %  255 -%  -•-> : : -'T-^rgS V^TTim 2355 !'••!:" tre !i tir.uv il fa it %  M ( : ..t:C,:L,I ur. u\ il lu il 'm 1 | •. etrIi u i • iirtant. Mn •.! • Il VOU.1 irl m cm s rfj \ | v ,..'.•...., |]( .a saule i 6 \ / \i rn i I.I ill* \''...i. ...I. vofn fan ilie. N'attend! /. : qui • %  i n ;iin-v loienl i '•. %  '.'.:. v llcfli plu*impie %  :.i r h ;na ndic. t > il .-..;m %  ifiAnt* l'I \ ii' i V 4 !\.\^s' l | %  i < .M,. -. MI tlbira Bu n vi > ii r il t i ,AIMi'N I .. %  -n ,i **• v.ii ict %  • '. i I .' r lit %  N ; %  ': | ... c \ s • I • •• V • ?3utl II Agent Gnrai v< ti t sbronffimFor'n Ans 113-115 • •* g* & %  • • 8 ... • •'.:•• • •: %  %  g* et £#• & V<>n l e z-vous avoir des Bonis clatantes de Mancheu* 1 1 ET DES li< %  n i i v f s toujours Mines i Employez ki RIBORIiVE Poudre Tentifrices8* 8* #r Alaminum liae a rn Siirint I.i foin.li du O'uii ur G. Gti nier Il rcrI'P.nV-n-|ci;. Dr l'Vniewiic T \ cine lU Paris.** fer des manulaetuu-s dinrles v\ IM-II places et non &f Ti3. inti-siuliaires comir.e 1rs divnds .\la>asins, (.oinna En vente parleul el au laboratoire de la Triborine 7, ftue Blanche Paris. A3 5&r iWfi3l-;.i vente partou, principalcnienl riiez MM. Maurice g li, ,ine 111 s. Simon el v Ifi'ctl Vieux. '^ Monnains, elc.Ellea dice l'ai! U-. m Heurs prix et p acerder.!es ineilL'ureseonditioii.eh .s. appariahleaiBJ la concurrence actuelle. Vu son exprience elle lienl signaler f|ii elleprocurer n'imporle ;quel article ou prodiut le! porte quelle marque. La correspondu ucc'pour Paris doit cire adresse n Monsieur Ken GAD U 4(i et IS Boulevard Soult, Paris XUc.Arrt. Il Kola Champngne Sjourn u< do' conditions pin Hircine* D'ASEP5I a i'lui' (I.i ' < i • 11 %  ti m el Vente Pli il n le I'. SUOL'RN .t/1//A 1 <: %  • %  Un 's II '.; i el duCenlre. "S, ane occasion S vendre pour cuise de d par! une auto Buick, G cylill urcs. Prix • 'i.'iO 1 liais e; S 11. Sadrcasi'r MrKINNEY.cn a %  %  de la t'ompagr.ie des P i.npiers, G "i l'ttne. % m .?. A IMi ,t,.t.. ;..'..*. 1. r..t. t, &f ..-..*. r.v, &f ..... % .r.. t.. y-..t. ,t.,t.,-*.. r..t. t &f t..1..t.... &f ..t, . •> v v i r ." •••' v -~':• v v v v v '".* v v ?' 9 v '•/ v " 9 v v '. A v M V V V M •0/ •: %  > -T., %  fti •Pi <•/ •ftj .•CM *5 ^*S re^tone L PBEtZiViAiim-AGGtRHO M Auent A le plaisii de port T •• votre eoiinai^sance avoir reU llll assortiment eoinp.i I m• n.ules les iliniensioiisj les i i.i us el I unes. Pneus Corda Ile ivy Duty pour v ail luiii d. ion?, pour le Ira I Les talons MI caoulc'ioue ouj ear, x Wi'ij|looi i ont u*jn reflime el la considration *ius gens d •. j A.ut-e"leur cou j I uv dure, et la lieu t d'efK :ppfTt ne. I iK'iis (i nls pour autos de passa] i is. I neiis r. !!( on interchangeable u lul| I DIIOODS. Demandez le prix pour les iKir.cns ni 6 votfe auto ou camion. Plus de Kiloii tre avee *7i l^inyh. par Dal a.' S M II TbeV,est i^dies iradug PORTU-pR^E'GOMIIVES. A' CAP -HAflTER l W. m m / T $ HO Kue des Csars.;



PAGE 1

;TF XR l'ROWUI.TAIRK BIPRIMEUPI Clment MA0LLO1RE BoisVER v. ijjyj Rue Amricaine, 1358 tfEKO SO CENTIMES QUOTIDIEN TLPHONE N" 242 L ANNE N'3883 PORF-AU-PRWCE (HATI; // nu n rirn le si dli, rie si simpe. et si imperceptible, o il n'entre aes manire* 'l'ii nous dclent. l'n sol ni k'entre, ni ne S'rft, ni ne s'arsieil. ni ne se lve, ni ne se tait, ni n'est sur sajam / lt s gpmme un homme il'espril. LABBCYRE JEUDI 26 AOUT 1926 firement, une Cour franaise, celle tic [coudam IKI la peine H, ne empoisonneuse, lineSierri. Des le leinled du jour o l'iii e m nu le ict des Jurs (Jeu \ quesJeposeron I: l'excution l+cllr lieu ou lu crimii iuni-1-elle lu clmence iDnumergiie'.' |ie fuis donc encore, lu pondesnvoir si l'on doit mort les lommcs toes celle peine rellsur le tapis; cur. depuis ngtemps dj, un peu (dans le inonde, ou a [Ihahitiulc .le ne plus exMes sentences capitules Bnctes contre les l'cnilEn ellet, pour avoir le |del'excution d une Icin tein|)()isonneuse comIcoodamne de la C ur sises de Nimes, il l'aul rekr, en France, jus(pi'en Lfilez nous, il l'aul aller I loin encore, en lNlil, le K'rie.sous le gouvernede Fabre (j( il raid, o t excutes Jean ne Pele oiraBttwfeinmcs reconbcoupWes d' \ n i r lue Jjetile fille don I la chair compos le mena d'un (slrefntin. I os quatre sortoesltout siniplement s. Jwl-on mettre mort les ^criminelles.' C'est \.iIjWEde la Guadeloupe telle question d'un pnl... capital. Ktnoprerereproduit les rliront diverses perfi'sdes deux sexes que pelions ou leur lalent J" pour apporter une Iwinplento sur celte •iliquestion, l'enRlilsur le sujet une •vue parisienne. *' t rponses : %  < MAHCKI.I.I: TIXAIJE, '•>"". |ws de sensiblerie. r "'i iiifine crime, les leinpvenl payer a la soeil > ;/ 111 gale celle de %  Die, '"'•suis pas de ceux qui d <*larmes sur les cri"' n,a compassion s'a' ;| l eurs victimes. Iw que K, ronian' edlt pas criminelles; if^llo. ds qu'il va E£i.i*|wi"il. bi l ', K '" x illlll '"' de fc^An,o,,, 1 ,a,oule: n*n prouverais., je J P"r ces le.nuieK "^ iusleme.it et avec ^g^nties dsirables, gw..mort? Pour%  ^je qu' la diftT'""unies, elles n'al%  £; '•WafaudV fi erri ''H' pend-on KT'^^nienque | i(||1 ,^'M pus sans dis,." '".?• les charrettes H5 ,r n-l,enl. Lfi?!^ de femmes et l 's'.'... ^•tSCDSlbl erie inutile! C'est aux roman lia ues que nous devons cet tal desprit. Mais j'y pense : Victor Hugo aval' rpondu, par avance, (telle question : Il ne faut pas guillotiner les femmes, n-t-i! crit en substance, ueserait-cque pour leur chevelure... l'.l la m de ;i d.iiin,'un dmenti au pote conclut .Madame Marcelle Tina ire. — Ci: >:n;i: i. LA POL'CHAHDI d: est encore plus catgorique, plus tragique. Il n'y va pas denii-uiois. Ecoutez ce qu'il rpond : .. Je suis un fministe intgral, qui veut pour la le.unie les mmes droits que pour l'homme. Ces inines droits... tous... y compris le droit la guillotine. Pourquoi n'aurait elle pas celui-l, alors (|ii elle nous a prouv, par inuinls exemples, quelle savait galer l'homme dans le crime, A travail gal, salaire gal, -n reste, n'est ce pas bi plus pure des traditions rpublicaines': Egalit... Egalit de-vanl l'charaud. Sous la Terreur ne gilillotll ait on >as aussi bien les femmes et es jeunes fille* que les boulines ? Soyons rpublicains. Appliquons toujours les sacrs principes. — Donc vous excuteriez les femmes? Plutt deux ibis qu'une. Je ne transige pas, je parle en rpublicain et en fministe intgral... Ci puis, la justice humaine ne doit-elle pas s'inspirer des leons de la justice divine! Pour une mme faute commimise par Adam et Eve, Eve fut chtie.non seulement coin me son complice, niais beaucoup plus durement... Car elle lut condamne) par surcrot, un S'J ppl ice de renlantemen!. tou'ours affreux, parfois mortel... Sans pour cela tre dispense de gagner son pain la sueur de son Iront. Me RAYMOND HUBERT -Matre Raymond Hubert est un brillant avocat parisien qui s'est, pour ainsi dire, spcialis dans la dfense des loin nies criminelles. Il a dclar la question qu'on lui posait: La tradition qui veut que lescon damnes mort ne soient pas excutes est pleine d lgance. Ce n'est cependant qu'une tradition, puisquaucun texte, en France, bien e n t e n d u n'exempte les lemmes de la peine capitale, Non... ne tuons pas les lemm s... I l'abord parce q ne l'homme est le plus lort et (|U il ne faut pas abuser de celle lorce, de celle supriorit que nous confre le Code Civil : l.n femme, d'aprs ce code, n'est pas notre gale. Pourquoi,ds lors, vouloir la mettre avec nous sur un pie I d'galit dans le Code d Instruction criminelle ? El aussi parce que la mise mort d'une lemme est toujours abominable . — Mme I.'ox, litiNsxvK.i une fministe bien connue, rpond : Pourquoi n'exculerait'Oii pas les lemmes aussi bien que les hoinm -s'.' Ds l'inslanl qu'une femme a pu tre condamne mort, ne mrite-elle DUS la mort'.'Celle galit devant le bourreau ne l. oule-t-elle pas de I galit devant l'impt ? Je ne l'.iisd'ex ceplion comme on le lit duluit la Terreur que pour la femme enceinte a, Enfin .'oici l'opinion de Mademoiselle ll..i.i:.\i: VACAURSco; Je suis hosiile la peine de mort, quelle frappe l'homme ou la femme. Au reste, en inon pavs, on n'applique pas la peine de inorl.l In ne condamne qu'aux travaux forces. Bl encore, ceux-ci sont-ils moins durs pour les leinmes. Nous tmoignons de plus de douceur envers celles qui sont plus faibles, tons points de vue, que les hommes. Kl nous n'oublions pas qu'en toute femme, il va une mre future.n Toutes ces opinions qu'on vient de dire sur cette palpitante question de l'excution capitale ilva femmes prsentent le plus haut intrt. Elles montrent que, dans le monde, on n esl pas bien prs de s'entendre sur le sort des femmes criminelles et que la question restera longtemps encore un des plus troublants problmes poses aux juristes, aux avocats* aux sociologues, aux liltrateurs, aux politiques de tous les Pavs. I><\x.\i:i:itir, Mi:uci:nii: ftjj Ai'i i M I.KII: !•'. MouKAUl et tous autres articles ^ g franais Wea gros c dtail, chez ;( 3B.Vf me Denis PEiNEUlN.I Stgjl l'i, Hue Montalais. Les bem simtU VOYELLES 1 mur, E blanc, I rouii'.L iert,0klra.o)ellrs, Je dirai <|u**lqii* jour M RaiMaitcf.<. iWu \ uuir dirvl \i''ti itt BMsAw dslMMSI (}ui lininbhlrnl autour il's pu.inlfiirs OViBf, liiillrsilnln. i, tssiw si nsnn fi lu Inlm. Uuirf SSS ifarirr, Srrs ris klan, lrii t d'ombtlIrK I. pourpres, viinj n.irliirire IIM lirM Wlw D,iid.i colrrr u lt> mm pfiilfles. I, nssi.iikrMialisMi la wtn wi'ii, fait drs pilil NOM i .inimaui, pan Jr> rioV> l.l.ir l'alrlmuir imprniir aui )raml> fronts mI.MSfSM daim plawi^ilassnlnifM, lalnca tnwrii M hsta 't ssi %uij-> : I, l-iaii-ij.i, ra>i nolrl ilr ses * • ? % .*.• x .*. • *• %  %  *> ••j> -.' • *< "•• -P 't' Y* **.*• &f •• •%-* %  'T' i> •> Ckipigoe M de Montebelloi Noire œil. Cordon noir au got franais Gordon uiunc au gol amricain. De h. Maison iLFREO lK MUNTEBELLO & C bonde en 183A, Chteau de .\|a:euil-sur -Ay ( Marne) AXCIKXS Y;t;xo,:|.is lus |)les D'OBLANS. MONOPOLE DE & gf> IKL Une Iraneraiif -C'i* Port-au-Ptlnce, Hati, .'j^ En vente: Au %  march cristal l'Htel Sea-View^ft. et dans les principaux cufscl restaurants. •... Ci'ie marque esl parmi celles qui ont lait leurs pieu-; j* ves.qui ont donn leur chef dwuvre et obtenu leurs^" lettres de noblesse. tlj v v >> K> v ,.., ,. A Q v ,-x % ,-, $ ,-, k 0 r. *> ^i *y7\ VISAGES Pierre Eugne de Lespinasse Parce que parmi les qualits dont chichement elle garnit m n berceau, la naliue omit la croyance lOinniseieiice. je laisserai un plus qualifi que moi, mon ami Antoine Michel, par exemple, le soi", de parler du volume que vient de taire paratre Pierre Eugne de Lespinasse. Du moins jeu peux prendre occasion pour esquisser de l'auteur un Visage d ailleurs connu dans Port-dU-Prince. Certains noms son! lourds porter. Mire le fils de Me Lespinasse, ce ne doit pas tre toujours une charge agrable, Le prince Kugnc la porte avec une lgance souriante. Ayant conquis, dana l'aris, la licence en Droit il s'amena, cnariiKinl el aimable, aux Tribunaux de l'oi l-au-IYi:ice o flottait, ou flottera longtemps encore, le souvenir des grands succs du glorieux paler. Ki avec une nonchalance nuance d'ironie, il se rvla un avocat aux sres acquisitions juridiques, joignant une loyaut reconnue par Ions une singulire aisance a jouer dans le maquis de la procdure. ICI force i ni de convenir que ce conlrre apparemment sans prtention en avait une lis gi ande. etnaUse avec le sourire : la pivlcn tiou de dessiner col de la despotique Figure paternelle, une silhouette trs nette trs personnelle. Ne se fut-il content que de cela. Monsieur de Lespinasse eut dj ralis un trs coquet dessein. Mais dcidment, non. Il voulut tre nuire choie. Le pre, dans' maintes fonctions importantes, av.ni ralis de l'histoire. Hlas les temps hroques ne sont plus, et ne pouvant ni tirer du fusil, ni tre un grand ministre, le Fils rsolut d'voquer lei fresques d'autrefois. Des pages o le style alerte met en relie! la documentation Bolide, loi valurent la louange d;iS avertis. Comme lui vaut le laz/.i subaiterns sa philosophie impertinente, un peu irrespectueuse des conventions,gouailleuse des attitudes bonifies. Elis conduit s m Ovorfaud tantt dans le liracas de l'.Mcs nocturnes, l'avocat, l'historien soudain mtamorphos.en u i noctambule l'aise parmi le lire de phalnes morbi les, tantt dans certains quartiers baroques soudain bousculs par la sortie insolite l'un < iuloir.de l'lgan', qu'emporte, silencieuse el rapide, laulo note pour la liesse du grand publie, par un mil indiscret. Ainsi le prince Eugne a gerbe eil une 1res line synthse un triple lalent de professionnel do Bureau, de l'Histoire, le l'aventure .lainie ce. Heurs dispartes la boutonnire mandarine. Il devra tre beaucoup pardonn BU pcheur vautr dans des textes insipides puisqu'il corrige la besogne mercenaire pai des ralisations d'art, par la magnificence du plaisir. Visage parmi les plus sympathiques : le prince Eugne ou Monsieur de espinasse. lu dj cher vieil mle aim de nous, ses neveux, si surtout de ses nices. : Toulon Le Dominicaines en Hati \Alk sujet les filles riominicalncs mit sont en trs grand nombre •/ Port-au-Prince, El CableuVSoilJuan de la Haguana, dans son dition du Si Juillet dernier, public : Les familles domincaines qui ha bile ni Porl-au-Pri H e sont t alarmes de l alfluence constante des prostitues dominicaines la Capitale. En ellet, elles sont actuellement prs de -'H) c 1 prcsqur Imites viennent des rgions du Cihao. Cette alarme est cause non par amour-propre mais par la confusion dont sol \ H tunes les lemmes qui parlent l'esp gnol el qui se voient poursuivies par des individus (pu ne distinguent pas el qui croient que •exprimer en espagnol esl svnoiivine de marchande* de plaisirs. Nous ne savons pas ce que pouiTS taire le (iouvernemeul dominicain eu la circonstance; nuis il y a tout de mme quelque chose taire en laveur des ramilles honntes qui vivent lbas il qui se croient menaces. Nmis verrons I m ... a vu, samedi soir, l'lion Ville, une Cadillac conduite par 1'... P... se trouver brusquement en prsence d'un une qui, moribond, s'tait tal de tout son long en travers de la rue. Ce chauffeur se d em a n dait avec anxit comment poursuivre sa route puisqu'il ne pouvait pas, en toute piti mettre lin aux jours de Me Aliboron. ... vit alors un group 'd'enfants ioyeux et gais, uccourir el aider 1 i pauvre blo se relever. Elis al a s'tendre plus loin el la voilure passa. ... ii vu, i lion Ville, le cercueil dans lequel reposait le cadavre d'un.' notabilit, port par des mains dlicates de certaines leinmes. ... voyait cependant des hommes loris el vigoureux qui assistaient aux lunerailles el qui pouvaient se charger de la macabre besogne. ^ ...a vu. dimanche, l'auto i^i ise 0005, vaste comme un champ, charge de noceurs, s'arrter a l.atino et, successivement, eu descendirent quelques jrmiens en goguette, un Consul, ex-aifaires, la Coqueluche des femmes, moustaches, ele.. un moins jeune %  > au visage rouge connue un homard euil sous l'ampoule rouge qui surmonte la porte d'entre. ... vit Ions ces heureux mortels s'engouffrer l.atino tandis que le moins jeune csquissail. les panade sa veste relevs des deux mains, mw danse du vcnlre corse el saccade. ... a vu. l'autre soir, un homme aux manires affables et des plus distingues, taire preuve d une audace incroyable. Sur un banc de la Place de Ption Ville, il tait assis avec un ami el Ions deux,a droite et ;i gauche, encadraient # une de es pauvres gourgandines.pu dparent de rares intervalles la puret de noire station d'Et. Ces messieurs s'amusaient nu peu sous la protection de l'ombre. Mais lorsque neul heures sonnrent l'horloge de l'glise, NOTRE ŒIL vil deux fillettes qui avaient reconnu leur pre,venir le rejoindre pour rentrer au logis, l.e pre, musicien dans lame, se leva, imperturbable, salua galamment la Belle-de-nuit, s.'ira la m.un de son mari el partit avec ses filles. .. vil.qticlq. us mslanls plus lard, quelqu'un mi demander qu'elh tait cette lemme qu'il avait pies de bu sur le banc el le galaill de rpondre, de l'air le pins naturel du monde : '.'est In femme de mon ami. On a raison de dire : la nuit les clWts sont \ i s ...a vu. hier malin, nu combat de croquc-morls. Ils avaient transport tant de gens au cimetire que I envie leur prenait lu lui (ly aller leur tour. Ils se battirent comme des croquemorte qu'ils sont. L'un d'eux raol un coup de poignard au bras droit qui lui fll une profonde blessure. A l'Hpital, le bless, l'sgresseur su du reau (te Police. Trs booD occasion A vendre pour cause de de part une automobile Dodgc spciale a l'tat de neuf et un piano marque Schoomacker. S'il iser au Cable Franais. a i prise de Gilles de letz i Saintlouis de Gonzaifiie p'spra nos informations, le beau dranieCii LES 01 Mi 1/ q avait t interprt avec un -i bel art suHitrc .1rs Krrea • I occis,on de la distribution des t'rix. ver i repris, en soire, le premier sanii di de Ni vembre


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06800
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, August 26, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06800

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
;TFXR l'ROWUI.TAIRK
BIPRIMEUPI
Clment MA0LLO1RE
Bois-Ver v.
ijjyj Rue Amricaine, 1358
tfEKO SO CENTIMES
QUOTIDIEN
TLPHONE N" 242
L ANNE N'3883
PORF-AU-PRWCE (HATI;
// nu n rirn le si dli, rie si
simpe. et si imperceptible, o il
n'entre aes manire* 'l'ii nous
dclent.l'n sol ni k'entre, ni ne
S'rft, ni ne s'arsieil. ni ne se lve,
ni ne se tait, ni n'est sur sajam
/lt,s, gpmme un homme il'espril.
LABBCYRE
JEUDI 26 AOUT 1926
firement, une Cour
franaise, celle tic
[coudamiki la peine
H, ne empoisonneuse,
lineSierri. Des le leinle-
d du jour o l'iii e m nu le
ict des Jurs (Jeu \ ques-
JeposeronI: l'excution
l+cllr lieu ou lu crimi-
i iuni-1-elle lu clmence
iDnumergiie'.'
|ie fuis donc encore, lu
pondesnvoir si l'on doit
mort les lommcs
toes celle peine re-
llsur le tapis; cur. depuis
ngtemps dj, un peu
(dans le inonde, ou a
[Ihahitiulc .le ne plus ex-
Mes sentences capitules
Bnctes contre les l'cni-
lEn ellet, pour avoir le
|del'excution d une Icin
tein|)()isonneuse com-
Icoodamne de la C ur
sises de Nimes, il l'aul re-
kr, en France, jus(pi'en
Lfilez nous, il l'aul aller
I loin encore, en lNlil, le
K'rie.sous le gouverne-
de Fabre (j( il raid, o
t excutes Jean ne Pele
oiraBttwfeinmcs recon-
bcoupWes d' \ n i r lue
' Jjetile fille donI la chair
compos le mena d'un
(slrefntin. I os quatre sor-
toesltout siniplement
s.
Jwl-on mettre mort les
^criminelles.' C'est \.i-
IjWEde la Guadeloupe
* telle question d'un
pnl... capital. Ktno-
prerereproduit les r-
liront diverses per-
fi'sdes deux sexes que
pelions ou leur lalent
J" pour apporter une
Iwinplento sur celte
ili- question, l'en-
Rlilsur le sujet une
vue parisienne.
*' t rponses :
*< Mahcki.i.i: Tixaije,
'>"". |ws de sensiblerie.
r"'i iiifine crime, les lein-
pvenl payer a la soeil >
;/111' gale celle de
Die,
'"'suis pas de ceux qui
d<*larmes sur les cri-
"' n,a compassion s'a-
';|leurs victimes.
Iw que K, ronian-
'edlt pas criminelles;
if^llo. ds qu'il va
Ei.i*|wi"il. "
bi ,l',K'"x illlll'"' de
fc^An,o,,,1,a,oule:
n*n prouverais., je
J P"r ces le.nuieK
"^ iusleme.it et avec
^g^nties dsirables,
gw..mort? Pour-
^je qu' la dift-
T'""unies, elles n'al-
; 'WafaudV
fi erri'- 'H' pend-on
KT'^^nienque
|i(||1 ,^'M pus sans dis-
,." '".? les charrettes
H5,rn-l,enl.
Lfi?!^ de femmes et

l's'.'...
^tSCDSlbl
erie inu-
tile! C'est aux roman lia ues
que nous devons cet tal des-
prit. Mais j'y pense : Victor
Hugo aval' rpondu, par
avance, (telle question : Il
ne faut pas guillotiner les fem-
mes, n-t-i! crit en substance,
ueserait-cque pour leur che-
velure...
l'.l la m de ;i d.iiin,'- un d-
menti au pote conclut .Ma-
dame Marcelle Tina ire.
Ci: >:n;i: i. la Pol'CHah-
DI d: est encore plus cat-
gorique, plus tragique. Il n'y
va pas denii-uiois. Ecoutez
ce qu'il rpond : .. Je suis un
fministe intgral, qui veut
pour la le.unie les mmes
droits que pour l'homme. Ces
inines droits... tous... y com-
pris le droit la guillotine.
Pourquoi n'aurait elle pas ce-
lui-l, alors (|ii elle nous a
prouv, par inuinls exemples,
quelle savait galer l'homme
dans le crime, a travail gal,
salaire gal, -n reste, n'est ce
pas bi plus pure des traditions
rpublicaines': Egalit... Ega-
lit de-vanl l'charaud. Sous la
Terreur ne gilillotll ait on
>as aussi bien les femmes et
es jeunes fille* que les boul-
ines ? Soyons rpublicains.
Appliquons toujours les sacrs
principes.
Donc vous excuteriez les
femmes?
Plutt deux ibis qu'une.
Je ne transige pas, je parle en
rpublicain et en fministe
intgral...
Ci puis, la justice humaine
ne doit-elle pas s'inspirer des
leons de la justice divine!
Pour une mme faute commi-
mise par Adam et Eve, Eve fut
chtie.non seulement coin me
son complice, niais beaucoup
plus durement... Car elle lut
condamne) par surcrot, un
S'J ppl ice de renlantemen!.
tou'ours affreux, parfois mor-
tel... Sans pour cela tre dis-
pense de gagner son pain la
sueur de son Iront.
Me Raymond Hubert -Ma-
tre Raymond Hubert est un
brillant avocat parisien qui
s'est, pour ainsi dire, spciali-
s dans la dfense des loin nies
criminelles. Il a dclar la
question qu'on lui posait: La
tradition qui veut que lescon
damnes mort ne soient pas
excutes est pleine d lgan-
ce. Ce n'est cependant qu'une
tradition, puisquaucun texte,
en France, bien e n t e n d u ,
n'exempte les lemmes de la
peine capitale,
Non... ne tuons pas les lem-
m s... I l'abord parce q ne
l'homme est le plus lort et
(|U il ne faut pas abuser de
celle lorce, de celle supriori-
t que nous confre le Code
Civil : l.n femme, d'aprs ce
code, n'est pas notre gale.
Pourquoi,ds lors, vouloir la
mettre avec nous sur un pie I
d'galit dans le Code d Ins-
truction criminelle ? El aussi
parce que la mise mort d'une
lemme est toujours abomina-
ble .
Mme I.'ox, litiNsxvK.i ,
une fministe bien connue,
rpond : Pourquoi n'excu-
lerait'Oii pas les lemmes aussi
bien que les hoinm -s'.' Ds
l'inslanl qu'une femme a pu
tre condamne mort, ne
mrite-elle dus la mort'.'Celle
galit devant le bourreau ne
l. oule-t-elle pas de I galit
devant l'impt ? Je ne l'.iisd'ex
ceplion comme on le lit du-
luit la Terreur que pour la
femme enceinte a,
Enfin .'oici l'opinion de Ma-
demoiselle ll..i.i:.\i: Vacaurs-
co; Je suis hosiile la peine
de mort, quelle frappe l'hom-
me ou la femme.
Au reste, en inon pavs, on
n'applique pas la peine de
inorl.l In ne condamne qu'aux
travaux forces. Bl encore,
ceux-ci sont-ils moins durs
pour les leinmes.
Nous tmoignons de plus
de douceur envers celles qui
sont plus faibles, tons points
de vue, que les hommes. Kl
nous n'oublions pas qu'en
toute femme, il va une mre
future.n
Toutes ces opinions qu'on
vient de dire sur cette palpi-
tante question de l'excution
capitale ilva femmes prsen-
tent le plus haut intrt. Elles
montrent que, dans le monde,
on n esl pas bien prs de s'en-
tendre sur le sort des femmes
criminelles et que la question
restera longtemps encore un
des plus troublants problmes
poses aux juristes, aux avo-
cats* aux sociologues, aux lil-
trateurs, aux politiques de
tous les Pavs.
I><\x.\i:i:itir,
Mi:uci:nii:
ftjj 'Ai'i imi.kii: !'. MouKAUl
. et tous autres articles ^
g franais
Wea gros c dtail, chez ;(
3B.Vf me Denis PEiNEUlN.I
Stgjl l'i, Hue Montalais.
Les bem simtU
VOYELLES
1 mur, E blanc, I rouii'.L iert,0klra.o)ellrs,
Je dirai <|u**lqii* jour M RaiMaitcf.<. iWu
\ uuir dirvl \i''ti itt BMsAw dslMMSI
(}ui lininbhlrnl autour il's pu.inlfiirs OViBf,
liiillrsilnln. i, tssiw si nsnn fi lu
Inlm.
Uuirf SSS ifarirr, Srrs ris klan, lriit
d'ombtlIrK
I. pourpres, viinj n.irlii- rire iIm lirM Wlw
D,iid.i colrrr u lt> mm pfiilfles.
I, nssi.iikrMialisMi la wtn wi'ii,
fait drs pilil NOM i .inimaui, pan Jr> rioV>
l.l.ir l'alrlmuir imprniir aui )raml> fronts m-
I.MSfSM daim plawi^ilassnlnifM,
lalnca tnwrii M hsta 't ssi %uij-> :
I, l-iaii-ij.i, ra>i nolrl ilr ses mvHNMi

it is* i>* ? ?.*. x .*. * *> j> -.' *< " -P 't' Y* **.*? %-* 'T' i> >

Ckipigoe M de Montebelloi
Noire il.
Cordon noir au got franais
Gordon uiunc au gol amricain.
De h. Maison iLFREO lK MUNTEBELLO & C
bonde en 183A,
Chteau de .\|a:euil-sur-Ay ( Marne)
AXCIKXS Y;t;xo,:|.is lus |)les d'OBLaNS.
MONOPOLE DE

&
gf>
IKL Une Iraneraiif -C'i*
Port-au-Ptlnce, Hati, .'j^
En vente: Au march cristal l'Htel Sea-View^ft.
et dans les principaux cufscl restaurants. ...
Ci'ie marque esl parmi celles qui ont lait leurs pieu-; j*
ves.qui ont donn leur chef dwuvre et obtenu leurs^"
lettres de noblesse. tlj
v v >> k> ,v ,.., ,.A Q v ,-x % ,-, $ ,-, k 0 r. *> ^i *y7\
VISAGES
Pierre Eugne de Lespinasse
Parce que parmi les qualits
dont chichement elle garnit m n
berceau, la naliue omit la cro-
yance lOinniseieiice. je laisse-
rai un plus qualifi que moi,
mon ami Antoine Michel, par
exemple, le soi", de parler du vo-
lume que vient de taire paratre
Pierre Eugne de Lespinasse.
Du moins jeu peux prendre
occasion pour esquisser de l'au-
teur un Visage d ailleurs connu
dans Port-dU-Prince. Certains
noms son! lourds porter. Mire
le fils de Me Lespinasse, ce ne
doit pas tre toujours une char-
ge agrable, Le prince Kugnc la
porte avec une lgance sou-
riante. Ayant conquis, dana l'a-
ris, la licence en Droit il s'ame-
na, cnariiKinl el aimable, aux
Tribunaux de l'oi l-au-IYi:ice o
flottait, ou flottera longtemps
encore, le souvenir des grands
succs du glorieux paler. Ki
avec une nonchalance nuance
d'ironie, il se rvla un avocat
aux sres acquisitions juridi-
ques, joignant une loyaut re-
connue par Ions une singulire
aisance a jouer dans le maquis
de la procdure. ICI force i ni de
convenir que ce conlrre appa-
remment sans prtention en
avait une lis gi ande. etna-
Use avec le sourire : la pivlcn
tiou de dessiner col de la
despotique Figure paternelle, une
silhouette trs nette trs per-
sonnelle.
Ne se fut-il content que de
cela. Monsieur de Lespinasse
eut dj ralis un trs coquet
dessein. Mais dcidment, non.
Il voulut tre nuire choie. Le
pre, dans' maintes fonctions
importantes, av.ni ralis de
l'histoire. Hlas les temps hro-
ques ne sont plus, et ne pou-
vant ni tirer du fusil, ni tre un
grand ministre, le Fils rsolut
d'voquer lei fresques d'autre-
fois. Des pages o le style alerte
met en relie! la documentation
Bolide, loi valurent la louange
d;iS avertis.
Comme lui vaut le laz/.i su-
baiterns sa philosophie imper-
tinente, un peu irrespectueuse
des conventions,gouailleuse des
attitudes bonifies. Elis conduit
s m Ovorfaud tantt dans le lira-
cas de l'.Mcs nocturnes, l'avocat,
l'historien soudain mtamorpho-
s.- en u i noctambule l'aise
parmi le lire de phalnes mor-
bi les, tantt dans certains quar-
tiers baroques soudain bouscu-
ls par la sortie insolite l'un
< iuloir.de l'lgan', qu'emporte,
silencieuse el rapide, laulo note
pour la liesse du grand publie,
par un mil indiscret.
Ainsi le prince Eugne a gerbe
eil une 1res line synthse un
triple lalent de professionnel do
Bureau, de l'Histoire, le l'aven-
ture .lainie ce. Heurs dispa-
rtes la boutonnire manda-
rine. Il devra tre beaucoup
pardonn BU pcheur vautr
dans des textes insipides puis-
qu'il corrige la besogne merce-
naire pai des ralisations d'art,
par la magnificence du plaisir.
Visage parmi les plus sympa-
thiques : le prince Eugne ou
Monsieur de espinasse. lu
dj cher vieil mle aim de
nous, ses neveux, si surtout de
ses nices. : Toulon !
Le Dominicaines
en Hati
\Alk sujet les filles riominicalncs
mit sont en trs grand nombre /
Port-au-Prince, El CableuVSoil-
Juan de la Haguana, dans son
dition du Si Juillet dernier, pu-
blic :
Les familles domincaines qui
ha bile ni Porl-au-Pri H e sont
t alarmes de l alfluence
constante des prostitues domi-
nicaines la Capitale.
En ellet, elles sont actuelle-
ment prs de -'H) c1 prcsqur
Imites viennent des rgions du
Cihao. Cette alarme est cause
non par amour-propre mais par
la confusion dont sol \ h tunes
les lemmes qui parlent l'esp
gnol el qui se voient poursuivies
par des individus (pu ne distin-
guent pas el qui croient que
exprimer en espagnol esl sv-
noiivine de marchande* de plai-
sirs. Nous ne savons pas ce que
pouiTS taire le (iouvernemeul
dominicain eu la circonstance;
nuis il y a tout de mme quel-
que chose taire en laveur des
ramilles honntes qui vivent l-
bas il qui se croient menaces.
Nmis verronsI
m
... a vu, samedi soir, l'lion
Ville, une Cadillac conduite par
1'... P... se trouver brusquement
en prsence d'un une qui, mori-
bond, s'tait tal de tout son
long en travers de la rue.
Ce chauffeur se d em a n dait
avec anxit comment poursui-
vre sa route puisqu'il ne pou-
vait pas, en toute piti mettre lin
aux jours de Me Aliboron.
... vit alors un group 'd'enfants
ioyeux et gais, uccourir el aider
1 i pauvre blo se relever. Elis
al a s'tendre plus loin el la voi-
lure passa.
... ii vu, i lion Ville, le cer-
cueil dans lequel reposait le ca-
davre d'un.' notabilit, port par
des mains dlicates de certaines
leinmes.
... voyait cependant des hom-
mes loris el vigoureux qui assis-
taient aux lunerailles el qui pou-
vaient se charger de la macabre
besogne.
^ ...a vu. dimanche, l'auto i^i ise
0005, vaste comme un champ,
charge de noceurs, s'arrter a
l.atino et, successivement, eu
descendirent quelques jr-
miens en goguette, un Consul,
ex-aifaires, la Coqueluche des
femmes, moustaches, ele.. un
moins jeune > au visage rouge
connue un homard euil sous
l'ampoule rouge qui surmonte
la porte d'entre.
... vit Ions ces heureux mor-
tels s'engouffrer l.atino tandis
que le moins jeune csquissail.
les panade sa veste relevs des
deux mains, mw danse du vcnlre
corse el saccade.
... a vu. l'autre soir, un hom-
me aux manires affables et des
plus distingues, taire preuve
d une audace incroyable. Sur un
banc de la Place de Ption Ville,
il tait assis avec un ami el Ions
deux,a droite et ;i gauche, en-
cadraient # une de es pauvres
gourgandines.pu dparent de
rares intervalles la puret de
noire station d'Et.
Ces messieurs s'amusaient nu
peu sous la protection de l'om-
bre. Mais lorsque neul heures
sonnrent l'horloge de l'glise,
Notre il vil deux fillettes qui
avaient reconnu leur pre,venir
le rejoindre pour rentrer au lo-
gis, l.e pre, musicien dans la-
me, se leva, imperturbable, sa-
lua galamment la Belle-de-nuit,
s.'ira la m.un de son mari el
partit avec ses filles.
.. vil.qticlq.us mslanls plus lard,
quelqu'un mi demander qu'elh
tait cette lemme qu'il avait pies
de bu sur le banc el le galaill de
rpondre, de l'air le pins natu-
rel du monde : '.'est In femme
de mon ami.
On a raison de dire : la nuit
les clWts sont \ is !
...a vu. hier malin, nu com-
bat de croquc-morls. Ils avaient
transport tant de gens au ci-
metire que I envie leur prenait
lu lui (ly aller leur tour. Ils
se battirent comme des croque-
morte qu'ils sont.
L'un d'eux raol un coup de
poignard au bras droit qui lui fll
une profonde blessure. A l'Hpi-
tal, le bless, l'sgresseur su du
reau (te Police.
Trs booD occasion
A vendre pour cause de de
part une automobile Dodgc
spciale a l'tat de neuf et un
piano marque Schoomacker.
S'il iser au Cable Franais.
a i prise de Gilles de
letz i Saint-louis
de Gonzaifiie
p'spra nos informations, le
beau dranieCii LES 01 Mi 1/ q ,
avait t interprt avec un -i
bel art suHitrc .1rs Krrea
I occis,on de la distribution des
t'rix. ver i repris, en soire, le
premier sanii di de Ni vembre


LE MiTIN 21, Aot 1920

rUt^iiU _
donne de la force
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
La Cure de CLOBrOL
augmente la force nerveuse
et rend *ui '''' < <
route leur nergie, leu*
toupletkc el leur vi.-urur.
* nrtmi.iritr.M in
1 .... IUIO
wmm.
M' Uir tout tt ivinlrvi
ne ..: prvv.'iilcr la .* >-
thrapie artificielle, dont u
parfois voulu faire 'lit
mthode capable de rem; m-
ter la transfusion sanjtuliia
r'ir-ii.'rnr ri ml av*e avan-
tage. .I.,ail->n, ma.gr r.u'll
t*>\\r lovjoaft av..ir recourt
li au moins dam Ut cas
ur-cnli, r.oui ne rroyoui ...,i
Ou la vw 'V ;-*ti'e PUltlC
IMMr, rit ufie 'unit de '*,
les .-nn.'H' rtvftrqtiablM
qu'on peut .Menlr J'uue cu-
re f.'oloiigc de 01obei>l. .'?
f*fc d un orj.jni.nir re-
rnourr a re\i.ifler. a refai-
te, c'est lodjouri h ce der-
oier tu mu: 0' imiiti.,1 la
pr* (trente
IV H. GWaltCTi
Licenci t% *CI*/lC*,
LtmrM le /. f.i.j.'.rf u'rf
ttablitftemri.lt Chattlsln
Orsnda Prlr:
Fou (Ht <.* HA|4< te rf 2, w v*i, 1 ... , a. fti
iMlti pliai II
._ a *+*** A*aanM
C'esl l'i nne fort heureuse
,m| l'onl eue les frres de St.-
Louis de Gonzague de noui re-
donner Gilles di Retz; car,
chaque jour, de nombreuse lel-
Ircs nous pan t liaient o des
lecteurs noi i pi iaii ni il obtenir
que la pii e lui rejoue,
A cette seconde reprsenta-
tion et pendant les entractes, le
public aura A sa dispoi ition des
comptoirs a.....is de sandwichs,
bonbons, liqueurs, cigares el ci-
garettes, su got de chacun.
Nous applaudissons vivemenl
i cette dcision des Krres qui
permettra a tous de revoir lesdi-
vers pisodes de ce beau drame
Prochaine fte thtrale
ft Ptlon-Vllte
Ou se souvient certainement
du 1 ( au su ces qu'eu! l'anne
dernire, la lte thtrale orga-
nise au profil de l'glise de !'<-
tion-Ville par un groupe de
jeune acteurs.
Celte anne encore, nus jeu-
nes artistes, continuant leur heu-
reuse initiative, organisent une
reprsentation thtrale qui sera
donne, au presbytre de Plion
Ville, au dbut du mois de Sep-
tembre. Une belle pice de Cour-
teline y sera joue, accompa-
gns d'aulres numros trs in-
tressants.
Nous flicitons vivemenl ces
jeunes gens pour tous les efforts
qu'ils dploient au profil de l'-
glise il< Siiini Pierre H nous leur
souhaitons bon el fructueux suc-
cs.
MAURICE ETIENNE fils
Angle des Hues du Magasin de
l'Etat et <><:< l-roiits-l-oits
Noi 1 \< i-..
Minci r.ii.
1 \ 1 . 1 "1 M I--.HI1".
Le Phoscao
Qui ne connat les grande8
qualits nutrilivc de ce pr-
cieux alimenl t En loul cas, ceux
qui n'en onl jamais got, au-
raient car, \ oil bien un produit qui
offre, tous les points de vue
les plus grands avantages A ceux
qui en font usage.
Le Reprsentant A Port au-
Prince du Phoscao, M. Alfred
VieUI BVCC pu nous avons eu
quelques minute d'entretien,
nous a aimablement cl longue-
ment expliqu les qualits de
ce prcieux aliment. Agrable
bu got, de digestion facile, r-
confortant et nom 1 issanf, il con-
vient merveilleusement ;' l'ali-
mentation des malades, des lem-
iiies en tal de grossesse, des
nourrices, les vieillards, etc.
Le Phoscao, i.ous dit l'aimable
Commerant, lait le plus grand
bi n aux estomacs dlicats des
entants qui l'asaimilenl o ec faci-
Jil et chex pli il aide lis lar-
fremenl au dveloppement de
organisme en tortillant le sys-
tme osseux el les organes en
g 11 PB I
L^es gens bien portants auraient
l constamment se mettre
l'usage I ermettra de loujoun se main-
tenir n bonne Sant en leur
procurant les moyens de laire
1 repas s.uns. nutritila el il'
,i gestion facile. De nombreusi s
1 nilles ont adopt l'usage du
pour le petit djeuner
. 1 malin.
. est OU produit appel h
avoir, chez nous, la plus grande

... .- .
-.-iJ
vogue. Nous le recommandons
vivemenl aux pres el mres de
famille.
Le Moniteur
Au numro de lundi 2.1 du
courant du Journal Officiel ont
l publies : une reproduction
de lu loi ouvrunl des crdits de
.ooii gourdes au Dpartement
le l'Intrieur pour Irais de cor-
respondance par le Tlgraphe
tt par le Tlphone, de 10.6(0
gourdes au mme Dpartement
pour acquisition de pioprits
devant servir a la construction
de nouveaux dispensaires el
hpitaux el de 74.000 gourdea
pour agrandissement des hpi-
taux de Si-Marc, de Pelit-Uoave
el de leurs dpendances cl
un Arrt du Prsident de la
Rpublique autorisant le Secr-
taire d'Etal de l'Intrieur faire
l'acquisition, moyennant paie-
ment lu prix de I.oimi gourdes,
d'une proprit, sise a la rue
Montalais. destine l'agrandis-
sement le l'Ecole Nationale
J-B. Damier .
l.e > Moniteur comporte en
outre le procs-verbal le la
sance du ."> Mai 1826 du Conseil
d'Etat, les avis des Secrtaires
d'Etal de l'Intrieur, lu Com-
merce, le ia Banque Nationale
le la Rpublique d'Hati, de
l'Administration Gnrale les
Contributions, etc.
A Ption-Viile
La Gendarmerie d'Haiti, pour
suivant les tournes qu'elle a
entreprises dans toutes les Coin
munesdela IU publique, otfre,
ces jours-ci des projections ci-
nmatographiques a tion Ville.
La premire a eu lieu Iner soir.
De beaux lilius ont t montrs,
I e soir et demain deux nouvelles
projections si roui faites. Mlles
ont lieu sur la Place de Plion
Ville, devant les Bureaux de la
Gendarmerie.
Remerciement
|Mr Itorney St Fleur, revenu de
son voyage aux Etals>l'nis. lemer-
( i,. sincrement ses nombreux
clients qui, pendant tan ibetoeei
ont looseiv a son Etabli sment
le mme attaeiiemenl. Ils Ipii re
meiii- pour Isa' lidlit ipu a
ontnbue hii bon mdntien de sa
m.ti-ini et les ; > r i e litrruiieA lunle
a u'I.lll: il. .
Port au Pnnc, le il .Y Dt 1 **i#i
Avis
8ocit gnrale de tram
porll 111.11 iliincs \ap"iir
Le sleamir MoB'-Alf uaP've-
dhiiI de kisnellla Pt I Kspague ho
ra s l'ott an Prime vers le 14
sepifmb e et repartira le m .'me
jour pour Cubi pr.ni.nt fret pour
Marseille.
Port-au-Prince, le '_" Kofit IM,
L'Acsat, li'O. de 1 I'.SPINASSk
Farisiana
ce soir
Pour la dernire fois :
Alterner
le y nique
avec Fernande Hemnann et
Genevive Flix. Entre : l.(M)
Mort du Lieutenant
Ludovic AUGUSTIN
Hier, vers 2 lis. de l'aprs-
midi, est dcd, ;'i St-1'ranois
de Si les,
Ll'DOVIC Al OI'STIS
lieulenanl de la (i. d'il.
1 'est avec une bien pnible
surpri.se que nous avons oj>
|nis la nouvelle de la ir.nl de
jeune oflcier ha lien de In
(i 'iidariueric.
Officier de valeur, alliai t
:iu\ plus brillantes aplitudi s
militaires les pins belle qua-
lits le cur, il su! loujourR,
en t iules occasions, conc i r
avec lad les devoirs de sa
charge avec ses oblig liions, su
finies. Sport ma a li* btUe In
vcrgdre, il lit pnrlie de la dl-
gation qui reprsenta Hati au
concours de tiraux JeuxOlym
piques de 1924.
Le lieulenanl Augustin lais-
se l'o l au Prince le souve-
nir d'un parlait gentilhomme
el de proionds regrets parmi
ses nombreux amis.
Ses lunraiHes seronl cel
bres cel aprs'midien l'glise
Mtropolitaine.
a sa lamillc si cruclleinenl
prouve par deuil, unis
envoyons nos bien sincres
coudolcances,
Au sujet des Loteries
/.i Secrtatrerie d'Btat dt l'In-
trieur nous communique :
Le Gouvernem'nt. p enant en
consMrstisn l dotsneas rtlt-
r'es des Organia^laan di Loti ries
contre qui Hi-h phitalaa onl el
dpasSS la Polie* Par (1'"i ac!ie
leurs le bNsIa a AM^ daicor-
dtr n llai d- quin/.e j'urs, a
partir du . Bp'embn piocnilo
pour lej linitie les lel'ets ""C'
iaiion RDtirl^arvmsal a j Avts du
0 Mal mul nu Dparle1 nt J
l'Intrieur.|
Tout ort,'.ini qui essaiera de mrllr de D01"
VtSUX billets en rirculaii-"n ?er;1
poursuivi loiilormuient .l' '0I
Port au Prince, le i.'i Aoftt t(.)f'i
loterie des Curs-Unis
Nous avons l'avantage d'annon-
cer au c'ien's H iml* do la '(Gran-
de LoiSfia oue le (louvernerrent
r1a"< truie sa bienveiilarce et ro'-
liritude a d lign airrer la suppi.
que nue nous lui a\inns iidrp aui tin< de rootinuer le Tiraife
retard du 1 ." juin qui sera fa il le
l> Septembre' prochain beurps
du matin loujours dans la mur
du Temp'e dt la Kesuerlahle
L)ge, Rue du Magasin de l'Klat.
Le aviateurs cu-
bain* nont arri-
v la Havane
Par cable franais
LA HAVANE. 'J4 Aot Labor-
de et le lieutenant Martull, avia-
teurs de l'arme cubaine qui ont
commenc le 16 Aot leur voya-
ge aller et retour la llavane IInI-
ti ont termin leur vol aujour-
d'hui.
Mort du clbre a c
teurlludolnh Va'
lentino
Par cble franais
NEW-YORK(24 aot Kudolph
Valentmo a succomb hier a m a,
dix au Polyclinic llospital O il y
a huit jours il avait l trsap0il
pour v subir d'ergeoce une Opra
tiou de l'appendice el l'opration
d'un ulcre lest nvc La lin est
Burvenue api'!1 une matine au
cours de laquelle lecteur ipnl
cinq mdecins son chevet *!
dfendu cnurageus.menl cO dre la
mort. Au demi r m >meni on a eu
recourt saos suie s a une trau-lu
siou de sang. L" bulletin publi 1
avant la mort de Valeuiino disaU
qu'une endocardite infectieuse s'd
lait dclare et qu* le malade h -
bligsait rapidement,
Les vacances
de Mr Mellon
Par cable franais
EVIA.N-LES BAIN8.4 aot M.
Auiiiew W. Uelloo. s crtsire de
la litM"i!iie j.incaiii>. M. Iten-
jamiu Srdtif, gouverner del
redefal itstivo r. u.i. et Mr Sej
mour Parker Gilbert, tgantgn*
rai pour fos paiement des rpara
liooa, oui actu lie n:ai runis i
Eviin ou il; se ranionlreol qtoti
oui: ea.ent.
Vtrs la stabilisa-
1 ion du franc belge
Par cble franais
BRUXELLES, H Aot Le
gouvernement belges|>rfl stabi-
biiiaer le franc daua le vu^iijige
de liiO a la lore eurlilig I a coin
menc dan-< e but de 11 g canon-
avtc des bao(,uleri au^ as pour
un emprunt de 10 13 millions de
livressterlh g Lies ngteiatiobssii^a
lgues avec ks ElaU-Linia vont,
du on, lre antee en raison de
la situa'ion dl'voiubledu inaich
de New-York.
Dans l'aviation
Pour le raid
Hew-Tork-Paris
Par cble traais
WESTBUHY.U Aot Le st-
ioud vol d'essai du h 35 h eu lit-u
cet aprs midi. L'avion a quilt
Hoosevelt Plaid 'S heures 50 avec
le capitaine PoOt k elle lieLteiiaut
Snoily ; au conli'e il portail 8
passagers dont Skor.-ky. Il tait
de retour 5 htures. Le l.eme-
nhiil Sijudy a deciaie que lappa
leil pouvait parfaitement oler
avec un isul moteur I. Iaii lg
remeut obarg, les tteJe ni< leuia
Jupitfci ont el SDpiOTs uijoui-
d fini Jiltirnulivemert.
PARIS On manie du l mrget
quel'aviat ur t-.illi/.'j battant ttOu
propre r< eord d'altitude s'est e a
v 12 8tX) mettes.
RuOSliVELT r*IELD( to g U
liu.c) L'.iv on Sikor.ky ^-Jaiur
lequel leiapiiaine Konc se pn
pare ellectuer le laid Nevf Voik
Paris a procd ce m im un v 1
l'essai de.'Ji minutes C'est la p,e
miie lois que cet appuieil gmit
muni de trois moteurs de en (-.v.
chacun prenait l'air.
Retour Paris
de M. Poincar
Par cble franais
PAR.1s.i4 Aot ..1. PoiBMrd,
prsi lent au c insei', >st rsntN a
Pans. || tait aile e ^rep)s<.r >
Cbampigny. ;
C'est du Fer
que votre
Sang a besoin
L* sang qui r.o contient pas de fer, manque da
fore et de vitalit. C'ert du sang appauvri qui
cause facilement du In fatigue, manque d'nergit,
puisement nerveux et un aans nombre de sensa-
tion pessimistes et calaruiteuses. Le fer eat un
des lments principaux de noir alimentation
quotidienne; mais beaucoup de peraomu* usent
beaucoup plus d'nergie qu'elle n'en produisent
t d'autraa n'ont pas aasec de vitalit pour ex-
traire fumaamment d'nergie de leurs sliment.
C'est pour ca que tant de personnes faibles
nerveune*. qui se fatiguent facilement et sentent
leurs f. rcos et viguet. s'puiser, ont besoin du
BUJMant reconstuuant le Fer Nuxal, qu'ur
grand nombrs de mdecins emploient dans leur
Cratique pour reconstituer le prcieux fer dans
isjut. Ls Fer Nuxst contient du fer organique
coniiMi celui du sang mme, et ses rsultats bien-
nfsar.i ; sur 1 organisme peuvent s'sppercevoir
ds .< pn tuiores doses.
Gfii :ilo:nent deux temaines sont aufHssntes
pour .-i. ri connatre son action reconstituante ds
toutes i. forces.
! ice i votre sant si vous ne vous sentes
pas robuste et vigoureux, prenet le
Fer Nuisl et remarque! les rsul- s^B
ut '. Aujourd'hui mme vous pouvez
l'acheter chex voire pharmacien.
I ' ;- "'" I* Fer Nuxut a
mmdists qw noui
i pas eu le temps de |
des tupieitesi p. | |>ir
consqi'ent et tempor-llem'ent nous
icon F-ipagnol que nous
\ nus trou-
lans chaque flacon due imtruc-
tl inisis.
afRRO
MUXADO

m
WJ8*
iVIGUEUR;depuisl'(
j-squ' ia vieilles!
'&'
C
est en cel
*%.


H
V? '
**a*!
; fl que corag..
plus ^and bonheur et l
acticu clc la vie. ** f
La Protection de la sant3*
trs essentielle toutes les tJ^
des de la.vie. et:& toute i
il est incjiscutablemer.t vrai3;
l'Emulsion Scott i
produit de la vigueur et J
1 nergie, et tant un afiJ!
concentr, elle domine toutet |
ifii blesee et renouvelle les force;
"& L'Emulsion Scott proji
votre aant, non seulement
pendant l'enfance et la
vieiliesse.v. mai pour
toute la vie.
^
rv fy v; r & & jft A A t' t' t* t iV
Enfant Chiir, Anmi
.
L'Huile de Foie tic
Murue, en UbleLi'i
sucres, lui rendra
force el sant.
n

y :
fM,
' i \ >'
vv\*\ -V4
V N
V

nu
de
us J'huile Je loi* At morue ordinaire, Ji .ttsUMt o,i (I
uva.se Pour l'oti.nuc. l'cnipl^c/ U pu. les Tablettes .1 Huile kfs)l
Morue McCoy'j Bile l- rendront r.pp-tn. p. nueilionl ws^l
corps maigri Je se nourrir, Je 5e dvel.>| per n.,...ulemenl, >i| ""tes mdecins el tous les bons pharmaciens connaissent bien tej
caci'l et leur popularit Jue aux rsultats que l'un oMleil es M
i<>UDonnet-an 1 vis enfants tnt qu'ils en stulent. Ils les (i.nnsj|
autant Je plaisir que Jes bonbons. ..., ... ^.1
Un enlant ,1e ans. srieusement malade, reprit l livres en scflsj
Il c-\ aujourd'hui sain et fort .,,..n. ,.ji"
Ue mime pour les adultes, s'ils sont maigres et affaiblis. ad|
de pouvoir prendre l'huile Je Ma de m. rue le plus puissim m
tuant au monde, sans avoir 1 redouter les Jcrangem.nl, mj
Ne manquez pas J'en demander une botte des su|..urd ku.daia
Pharmacien. S'il n'a pas les tablettes McCoy's en magasin, il ; procurer trs lacilement.
La Nouvelle Corpf
Lu Machine crire
penonneU
' njottrd'hui, l'ne DOBVella po|u*
ci n meiii-e pour U C i r u n
n ver If IDOtte ' Oiiiialre |
fc\' en ''(! ri racle* liHVrent*
peut complet de I touchst moi -
les.
Il y al; ans que .< orona fabrique et i*\
achiai crire l^re.
Dejuis lors (.Coron8prend prrjKliinaJit :|
mail.in.;- lourdes et volumineux >.
CoitONV VOUS APPORTS I SE F.I.ON0MIE.
La Presse pari- Les mate)
sienne et la R* -.j
volulion grecque Parcftbie
Par cble Iranais ,
F0KSSTILS,2*{I
M.illa Mallory J*\
Ibltept toi i'hap>*J
gt le litiedecliH
nale de tennajr*
E izabetli Byan *
d bes, Melle By."i
Go.-s ont .'2-1
,, unit Je ^.f
MeleBrowneet"^
3-6 6-^, iMft
I'ahis. 24 Aot LesjourDaui
I aritiena i tt bdsi imcv faire ie
iiiiqt.i' i,i t |s p-iP'iil ( codilis
si lis ni.irf* rPps blieaira i;rers
m.i,l dea fan.is et.klvi us Aliia
tl de la ''eibie.
ATIlt.NE? La f. ule a failli
; > :.i lier le finirai Panri'osfol a
lii.vei (Di u'r D>< l> f e tiUa li r
Cts litbg tr-.les jl roaiii 11- I. ni
ci.e dea ineld s m inities ami n nt
--: t' il. > ci n e li ls imgul.fres
II kun .t us.
ll HSl Bt^^^^r^^'^^*
Fabriqiie de Pl<
Alimentaires
ftiri I'iOIDII''"
(;:) A punir d'aujourd'hol la Fabrique de ^jf*'1.
g/"< lit Y/-/(A, Grand'Kue otfre I .flfQtf |ia|
Jg Veimicelle de I !5 caisses de 10 livre **"
VrA' . a a in__:__ ,i lu 0. i
u (i i 10 caisses de K'
Macaiori i | | 1
6 10 '
Nous employons de la
0.90
110
100
I W1'
[>ou empiov>n re marque de*'farine dacs la prparation d?. "je tout p"*
"oua permet d'offrir au pub'ic des produits
. \' choix,
' Ce qui n'a jamais t l'ait
Ce lui ne peut tre dpasse


LE MATIN 36 Aot ItM

Iliimbiir^Aiiierika Unie

w m
k&UM
PHOSCAO
m
Le seul aliment
d'origine
et de ta
tri ation
LeSS. "TROJA
tt porUul du (ivt * 7 3 Septembre, v. irint de King-to:i I Of>Hrlir.t !e
nu" me jour pi u- S.idI-Mhic el d,-set \ h h l-s port*
suivan *: Cap-HuHen. Puerto-^lala, Sun .lutin
de Porto Rico, San Ptdro dt Maoris. San Do-
mingo City, Jaemel,ux Caye* en prenant du
'/ Jeremie, Miruyonne et Pelil-Gooe.
wi dans les poils du Sud el, s'il y a lieu
Le steamer sera de retour alors Poit in-'rijce ^ersle 20 septembre pour prendra d.i Irt pour
I Europe et repartira d'ici via Kimjston, C j-liaitien et Puerto piaf a.
Oloffson, Lucas & Co
Agents Gnraux
MMIMMMMBB
m
W

\^/ franaises contenant toutes les matires indispensables
la (onction vitale, entretenant et reconstituant la sant de
tous les organes et tout 'ge, prvenant contre toute fa-
tigue ioiellectuelle et physique.
Le Phoscao ^
(il I s P'us dl r If.
mj i JgSr pir I >e to mil
SS F #*> #^/i /iu//fn teiW sente m xtrait juin-
3 ^ty f lUtfSlilU s^entieldesd.vers matriaux
\xw qu constitua t la bas.! Mt\ alin Mil ucue s aux juels il ap-
H p it un comp iu m le* Vileur iiuin ive.
En vente

A l'i Ui' iii-PIUNCK
Ull-./; Simon V.eux. Lope Hiver-, A. Ifofl. Ch Pirool. I Km
e IWeix, I; N bada, L ... ii F,.mre, Ld li lve, Alnli.nsc
Dsir.
ASM1T-MARC
, HZ : Madame Maories Clawa, Mme. Clmeni Goieoo, M.ne
$?/ Lacochetire-
Al\ (i(N IVKS
CHEZ. La Croix St. Mm\, Mme. Kugne D b osse, Madame
hotwisle.
AI CAP-IIAITIRN | A PETIT 00AVI
< llh/.. F. Altiri, CtY Javaux I Ch Insm
fne des plus fortes Compagnies!
canadiennes d'assurantes
sur la vie.
.Le Boss &
Eug
Co.
m
mki l'encan
* Abdallah
^J tordre de Monsieur
"i agent de la lail-
iSilomon et d'un ju-
' Tribunal de Premire
?^1. ,rtaa p"n"e en date
Pjf WW, il era procd,
^'tfioit cuuraut .. lu
iWlio devant les porte
i'm de* Fronts Forts No
[nie l'encan des mar
J eiiU mobiliers gtr-
'guio et confiant
iniciei maills, la-
r^foirg el..
"ontbruu EL IF.
traiteur Pub io
rKLLE POITRINE
*" Ol fa I-,
IULES ORIENTALES
TL1**1 * lnk.ppral, rtflM
?** '"iitafBl In ...n,-,
ul ""M O.M.QMI. il.
^"P l iloouMt mi buiU aa
""""I abunpMBt.
J"'nU< mw I* mmhV
MWf^UirMMar^MI
1 lie Royal Mai' Meam
Racket Company
- _H
i-PrtBCO
Mhorttnl
Le steamer Kara attendu
J cmel le :i0 rant, sera i Port
ai) Piiore.le 4 septembre prochaig-
H piendra le Irt pour les ports
du nord de l'Europe.
lestPhmer "Sea Serpent" est
atendu a Jucme', le 18 septembre
pii.ilittin.
le Mcamei'Tcviil' est allendu
a Jacme1, le ''> Septembie pro
cliain.
Part au Prince, le 19ao' l!)26.
.I.DAAI.I'.M .lr
Agent Gnral pourHaiti
Horn -linie
Le bateau "Heinz Horn, venan1
de i u rai; est attendu u la cipitale le i> .Sep-
tembre U imiln i le mme jour
poui l'Europe via les pots du nord
ut r*a*rM l'I.il.i, p.-euant fiel ci
pnssHyers.
Le bateau 'Mi mi ilo.u", venant
de auinp via Puerto Kicn.
Puerto flita et les noria u
nord sera ici v*rs le 3 Si^tniibro
en roule pour K ng-t S.nto I)
niogo Cil y et Ciiraottii ;i.n..i.t
irt et pacager*.
OjOKFS 0>. LI'CS & o
Can you talk and write
1:NGLISII t'.an you operate a
typewriter .' If >es, the only way
to obtain a lair situation or to
betlei t lie one >ou now hve, ii
lo learu b nglish S'euottrapliy.
For partieulara wrilelo or cal al Ibe
Keole Spciale deSl^no Uiciylo.
Hue KAroo, 3IH. l'hone 620.
Port au Prince.
Atteif ^>-
T A Maison LE8 SPORTS t,
"' anule de la Hue Houx et de
la rue du Magasin de L'Etat, avise
le commerce et le public en gn-
ral qu'une grande liquidation de
ses mai. ;..n.ii--- diverses s'ellec-
tueiH dan, sou locwl u partir d'au
jourd liui jusqu'au 'j du mois de
Kepienbie pioh.iu. c'eal-i-Jtra
|>en ijtnl iO jours seulement
Lis ail k les qui ue seroul (pas
veinlu pefidatil ces vingt jour*
blijuls cUJenvi reioume.uiit
prix imiii. i1.
La Liqui.miinn de c. manhur-
dbes ron-ifle en K., sflirtaf su-
vaiit*? :
iK> paires de soulieis pour liom
mes de dillr. nies qualits.
314 pfcires de sou>iris pour da-
mt-s de dilllrt-nles qualits.
471 paires de touliers pour en
fanis. lillelles, garonnets.
383 bapeai.x pour euTants et
g>u ci-n nets.
4315 ciavates de diverses qi:a-
lil*s pi ur ho.j mes.
872 l bai eaux pour Immm'S.
I / TTEiVTrON
Remarque/t articles de Baebfefl.d> se ont
vendus au pri de la iqi.nli In n el
uon de rducllou.
NOUS |.n Irions i ne a.d n io i p
cia eau us prix olliils
LbS >l*ull r*
Alfred Vieux
Seul Reprsentant pour Hati
JUII h
Oil Tablai
Drages d'huile de Fcie rte Morue
En stock elle/. :
Geo.JEANSME AGcAgenls
m
Histoire d Hati
ILe deuxicme volume des Ktude
Mir l'Ilisloire dilaiti, de Beaubrun
ARDOII.N,- dont l'Imprimerie
Clirii jinl pnuisuit si tieureues
ment la ldilion, st maintenant
prt.
Non* .v.>ni dj dit l'inUrl
considrable qui s allai be i cette
publ cation, lis Kludee a\Hnt paru
il y a soi, nie doi/.* hd< el tes
ex.mp'bins de la premier* Bdi
lion iHi t ifevaooi rarissime.
L'u-iivre de B^rubiun Ardo in
est it'i'im m portarea capiiale poir
ceux, h i;ii us et trangers, qui
lolerosMbl i l'Histoire de notre
pays Lf s Sel rieurs feront de plus
une bonne affaire, car le tirage de
la pisenle dition tant assez,
ldiil, lis en mplaires ne tarde
ronl pas devenir raie I.ur
lotir,
l.e itliii se tt d I dollar.
S'adresser l'Impr merie CblN
quit.
_. vfnayH8t$&j
m Lecitioe Granul Brewer
p Le plus actif des Rcconlituanls m
rortille
reins, lien
le cerve;iil,J
I puissants e
JlflIKl'
le pinire, les^oa el les
les nf'uillS (leliiU S,
les iciiiiiies laihles. Les personnes usi es p;n i.\ s li;i\;iii\ W
.....i,l.. .
tiv. I
Le Boss $Cot
Agenls Gur tnx
Daclylojraplie
15 Machines crire des mar-
qi es les plus diverses: et les pif
retendues l.adeiv.o.d, H(,\ l,Hi-
iinit'ii'. Wo-iisUiik. Fox, ele )
ddiiiom '- d'une marhinn i ca -
ci ,i i ri il un minecgrnph il
P1 lii.r Miiumalique) asiurent le
bc lui i 11 > i i i m> m des couis.
In pi ^ ; n ne r ml rassant tou-
te* le i Il/s in aginabla l'inl r a c, i i/iii/ hique prt cure
.i l'lmli ii.l I n'i irn iiinit iices
saiie poi r oral per d emble toute
charge de Beeietai e nicylojfra-
tihe il'.n# un l.ureuu sdm i.i-l ali'.
i o mtrrial eu bancaire.
Pmander prospectus.
K. le Spciale de St^nc-Dacly
tgtsphit
310, Rue Prou. Port-a;-Prircr.
Tlphona, iC0.
A
red lit i\, Lo( ;
|{'lt''. llpbooie
" foret I Mit-
;issi(!lls.
tn vente ch.z : Simon ?i.
livere, E,j. EatArn ;; ().,
\ihir, i. H. Boid^y, fine
Guiv>. : S> Rnrlin.
tisockchfZ : B Breuerrf,(rand'Rue H. i709
HEO. JEANSfcME et Co. Agents
Bar Terminus
Prj|)riotalreJ:
A.WiJmasr
\ Hiouneur d'tnLroier si hianvUfti^ clientle
qu'il a install l'tape de son tabln seiu-ir, un * tri
ex;lu des cou?jninali<>;n dj prem;cr li-ix o: ou Ici lunchs
seront sertis sur don an le.
Tlphone N "S ',.


Mil 26AOU.
------------------------- aw ------*
*
*' &&&&& A A k-' A Aft* &*******^A6A 6 A A A A &A&&&&&$$&<%<&&&&&&*&&
c>
t
S
S
v

c
i

te
0/
W


ta
f
c>
ce
, ?
UN

255 ----> : : -'T-^rgS V^TTim 2355
!'!:" tre !i tir.uv il fa it
M ( : ..t:- c,:l- ,i ur. u\ il lu il
'm 1 | . etr- Ii u i iirtant. Mn .!
Il VOU.1 irl m cm s
rfj \ | v ,..'....., |]( .a saule i 6
\ / \i rn i i.i ill* \''...i. ...I. ,
vofn fan ilie. N'attend! /.
: qui i n ;iin-v loienl
i '.'.'.:. v llcfli plu*impie
:.i r h ;na ndic.
t > il .-..- ;m ifiAnt* l'I
\ ii' i V 4 !\.\^s' l |
i < .m,. -. mi tlbira Bu n
vi > ii r il ti,AIMi'N ,
I .. -n ,i ** v.ii ict *
'. i I.' -r lit .
N
;'-
: | ...
c
\
s


I
V .

?3utl II
Agent Gnrai
! v< tit sbronffimFor'n Ans 113-115
*
g*
&
'
8
...
'.:

:
g*
!
et
#
&
V<>nlez-vous avoir des Bonis
clatantes de Mancheu*11
ET DES
li< n,iivf s toujours Mines i
Employez ki
RIBORIiVE
Poudre Tentifrice-
s-
8*

8*
#r
Alaminum liae
a
rn

Siirint I.i foin.li
du O'uii ur
G. Gti nier
' Il rcrI'P.n- V-n-|ci- ;.
Dr l'Vniewiic Mm,lirai ri .!aci:llr(lr.\lrilr- V""
New-Qrfans South America
Steamship Co lac-
Prochai ns dparts d i rectSpouiJ
Port-au-Prince "f^iaiti
Le steamer^uEdsliornt^laissera Port itltf]
le 14 8Mlemlre Prochain pour Rew-OrlaJ
Io!)i!e il i'oit-au-Prince o il es! a'iendu tJ
d le 27 du mme mois.
gfr II |u..Iih ou e a tous les por- ci deai^
tt3* no.ii'iir*.
g} F rl-au-Prinre, le 25 Ao.'i l 11)26.
A. de SiTLlS IGo
____Aaent*
Ailk Goffi^rcaiirS
P. o. Box'ISG Port-au-Price
La Maison GADEI^-ARNOUL-T a le plaisir (i'unuonar]
sa clientle et auieoinmerce en gnerai quelU' vie*
d'ouvrir :
ii, In Inircaii cl.quVIle si- lient a la disposition (M
cesses pour l< us leurs aclials.
Klle lient l.iiu- ie:n:.i quel' <|iivlK' ne rep.csciile M
< m miilai-'iiii-s diin'ts cl D.i-ii places et non dd
f*i3-
1 .'(irultr dr :,irar- /- eue iicm imn '.......i.....i ; ; > T
\ cine lU Paris.** fer des manulaetuu-s dinrles v\ im-ii places et non
?Ti3. inti-siuliaires comir.e 1rs divnds .\la>asins, (.oinna
En vente parleul
el au laboratoire
de la Triborine
7, ftue Blanche
Paris.
A3
5-
&r
iW-
fi3-
l-;.i vente partou, principalcnienl riiez MM. Maurice g
li, ,ine 111 s. Simon el v Ifi'ctl Vieux. '^
Monnains, elc.Ellea di- ce l'ai! U-. m Heurs prix et p
acerder.!es ineilL'ureseonditioii.eh .s. appariahleaiBJ
la concurrence actuelle.
Vu son exprience elle lienl signaler f|ii elle-
procurer n'imporle ;quel article ou prodiut le!
porte quelle marque.
La correspondu ucc'pour Paris doit cire adresse n
Monsieur Ken GAD U
4(i et IS Boulevard Soult, Paris XUc.Arrt.
Il
Kola Champngne
Sjourn
u< do' conditions pin Hircine*
d'ASEP5I
a
i'lui' (I.i
!'' < i 11 ti m el Vente
Pli il n le I'. SUOL'RN
.t/1//A1 <: Un 's II '.; i el duCenlre.
"S,
ane occasion
S vendre pour cuise de d
par! une auto Buick, G cylill
urcs.
Prix 'i.'iO 1 liais e; S 11.
Sadrcasi'r MrKINNEY.cn
a de la t'ompagr.ie des
P i.npiers, G "i l'ttne.
% m
.?.
A
IMi

,t,.t.. ;..'..*. 1. r..t. t, ?..-..*. r.v, ?.....? .r.. t.. y-..t. ,t.,t.,-*.. r..t. t .? t..1..t....?..t, .
> v v .i r." ' v ,-~- ': v v v v v '".* v v ?' 9 v '/ v " 9 v v '.A v m v v v m
0/

:>
-T.,
fti
Pi
-
ftj
.-
CM

*5

^*S
re^tone
L PBEtZiViAiim-AGGtRHO M
Auent

A le plaisii de port T votre eoiinai^sance avoir reU
llll assortiment eoinp.i I m n.ules les iliniensioiisj les
i i.i us el I unes.
Pneus Corda Ile ivy Duty pour
v ail luiii d.
ion?, pour le Ira
I
Les talons mi caoulc'ioue ouj ear, x Wi'ij|looi i ont u*jn
reflime el la considration *ius gens d . j A.ut-e"leur cou j
I uv dure, et la lieu t d'efK :ppfTt ne.
I iK'iis (i nls pour autos de passa] i is.
I neiis r. !!( on interchangeable u lul| I dIIoods.
Demandez le prix pour les iKir.cns ni 6 votfe auto
ou camion.
Plus de Kiloii tre avee
*7i l^inyh.
par Dal a.'
S
M II
TbeV,est i^dies iradug
PORTU-pR^E'GOMIIVES. a'
CAP -HAflTER l
W.
m m
/T -------------
$ HO Kue des Csars.;


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM