<%BANNER%>







PAGE 1

.-.. Pagol LK MAT1N>2 5 Aot 1920 rares cheveux au vent, atT-'b* sons une galerie comme rlaim le meilleur fies lits, Sainte Gain !.. ... ne • e lasse de conU mpler deux le plus llni s fleurs le ce sexe,oh, combien beau! en villgiature ;i l'tion-Villc. L'une aussi iolic, aussi originale que l'autre, n aisde leinl < l de corpulence difll (liN. 1rs plis drlicata de leurs toilettes de soie qui sont, paralt-il, du mme tailleur, c| ousenl lgamment leur lorme sculpturale. Sur la place, en promenade, l'glise partout, toujours ensemble, mais n'oubliant |amais leurs cannes qu'elles portent plutt a bi... garonne, canne-art ... ne cessera jamais d'admirer cille fantaisie . Pression atmosphrique : (1.2 au-dessous. Tempe rature:0.3 au-dessus. Probabilits pluie : Ho positif. Route de Kenskofi On nous ippmd que les Ira Vain del roule de Kenskoll VO il tre repris aujourd'hui SOUS l'nergique direction de M. Hodney wiussan. \ oil une nouvelle bien (aire pour rjouir les nombreux ville giaturistes, amatcura de la jolie Sfjtion estivale. Souhaitons seuil, ni que cette fois-ci tout soit men bonne Un. CONStRVt t fS CHFVT UX Pf I GNS 1)1'MANDE/-LE DANS LES fAKH MM.ll .. PHARMACIES. ETC. A Logne l.\ SAIMI: HOSI: Lundi prochain, ."Kl Aot, est la fte de Sainte Rose, patronne de Logine. Klley est toujours commmore avec grand clat. Cette anne, cette lle sera clbre le jour mme Logne dont le dvou cur, l'inlaiigable l're Boycr, se dpense sans mesure alin qu'elle rvle tout l'clat accoutum. Nul doute (pie malgr mis ce soii un jour de la semaine, de nombreux plerins et fidles n'aillent Logane tter Sainte Rose. Tragique accident Il y a deux ou trois jours, est arriv, Horde, campagne proche de .lrniie. un accident des plus tragiques et des plus regrettables. la famille de Kl. Clinai Sansaricij tait alle plisser .von dimanche en celle localit paisible cl verdoyante, les entants a\ aient, dm.ml loul le joui, pris Unis pins lianes hals 0 l'ombre des grands arbres ou dans les prairii s ensoleilles. Mais, lorsque le soir an ivant, il fallut rentrer, l'un d'entre eux, une petite bile de ou lt ans, Liliane, manqua. Ou ne lut pas inui d'abord inquiet, on rechercha reniant. Mais on la retrouva bienli'l tout prs d'un cheval, baignant dans une grande marc de sang vaut une large blessure la tempe : le crne fracass : elle tait moi le. I\iu\ r peij | sans doute sapprociianl trop pies de la ble fougueuse elle avait reu une ruade qui lavait luee. Nous presenti as 1 1 famille s nisai n c | si cruellement prouve par Cet alfreox malheur nos plus vives condolances. Parisiana demain soir Pour la dernire fois : A.L* mer /" 'j/nYf p. avec Fernande Bernnann al Genevive Flix. Entre : 1.00 Veocil d'Abd-eLRrim Par cble franais KEZ. 22 aoilt—D'aprs des prn jets actuels, Abd el Krim partira le liS aot l'ini Mletntre en exil la Runion Ll gouveremeui fruii ..MIS p i e n dia I e s rn'stires ncessaire pour souslrawe AM I Krim la curlotl p I tique Pou celle raison nu ne dit pm > u i s'aonbsrqnorn mai-on croit qu'un crois ur fiun:.vs 'e prendra a 8(.n bord Casalilur (a pour le eondul re a la Hun n. / es min&ions apostoliques Poursuivant la prdication des missions apostoliques qui ont dj produit tant d'heureux effets dans le Pays, le Pire Manise Suprieure des Pres missionnaires Rdemptoristes, commencera, le dimanche IL' Septembre prochain, les prdications en la chapelle de Du fort, Commune de Logne. Nous souhaitons vivement que le Pre Manise rcr llclaussi (L nombreux fruits et soit largement pay de ses | eincs. Le raids des aviateurs cubains far cable franais U HAVANE, 22 AotLe es pitaioe Laborde et le lieutenant Martull, aviateurs de l'arme ru haine qui comptent faire le voyi ge aller et retour de Cuba a Port au Prince, sont arriv* hier aprs midi amis cttte dernire ville. Les aviateurs avaient quille (1 isDtaaa mo le malin. Le minntre de Cuba uaaistait a leur arrive. Le rgime sec aux Etats-Unis NEW YOHK — Mr WaishtocU. commissaire des prisons de l'Etat de New Vol dik n--k\ • bord ni, j i: le capitaine Ki a, et ses con.pagt.oi s comptent elle luer le raid Ne-Voit-Paris s'est livr IID vo d'essai pour fa fr< ce matin. Lca-jilaine Konck et Sikorsky p'-'aissaient enchant i aprs l'alteirissage. Le conflit rel gieux au Mexique On espAre un (accord entre I Cpiscopat et le Go i verneraent Par cble tranais MEXICO, B3 Aot— La crisa re ligieuse mexicaine semble devoir p.i mire tin da faon amicale A h auile de eonfira ac s entre le prsi dent Galles si les prlats de Ppis copat. On e-pre arriver 6 un accord .i moins que ce surgissent des obstacles imprvus. Hier soir le prtsi Itul Calles a reu cordiale ment au palais prsidentiel les liaels dignitaires de l'Eglise Mgr H tiz V Lndore/, archevque de M choagan el l'voque Diai de Tabas co. ('ne noie communique parl' p'scopat H pi es l'entrevue la ddale vritablement satisfaisante. Le pisidenl a infoim les prlats que l'inscription des prtres ex ge par les noimaux reniements n'a qu'un but administrant et que le gouvernemmt n'a pas l'inten tion de s 1 uniii se r dans les ^ues lions de dogmes ou de religion. LVp.nOpdl JJP-ii< prend bonne uo'e de cette dc'uralion et anaon cequ'sUkSill que les glises auraient rempli ces obligatios lgi las. il n y aurait plus aucune objec tion la reprise des services reli gieux En "(tendant l'hglise conli TUONS Us MOUCHES AVANT QUELLES NE NOUS TUENT La Mouche prend sa naissance ''ans les ordures et les dtritus. Partout o elle passe, elle trane aprs elle les microbes de la livre typhode' Panthiai. 'a paralysie infantile, la diphtrie, la tuberculose et la dysenterie. • l'eu de gens se rendent compte de la menace d conta/ion par les mouches. Elles ont l'air d'insectes inoflensils parce que leurs piqres ne causent pas d'incommodit; mais les mdecins spcialistes des livres calculent que .">0 e o des dcs causs par la livre typhode sont ds a la contagion par les mouchesAprs de longues annes de re cherches, l'Entreprise de renomme mondiale.la STANDARD 0IL COMPANY, I New Jersey; E. II. a pt et dposent leurs laives. On peut aussi vaporiser le -FUT sur le vtetiients;car il tue tous le insectes et leurs larves qui piquent les vtement?. Pour dbarrasser une maison ,lc ces insectes nuisibles il saflit de e servir de FUT En vente par loul. 'AN'Y ( NI:NV.II:KSI:Y)E.U. ndia Oil Company MARQUE DEPOSEE DETRUIT Mouches Moustiqnes, Vt#f, '.1*004 mis, Punaises, Puces, Cancrelats. BMI coup d'autres Insectts et Uati laives n. La France n'a pas ouldi : ses vieilles traditions d ; courtoisie et d'hospitalit Payable franais NEW-Y0RM3 Aot— t'n gror pe d'tudiantes et d'tudiant* avant A leur tte Melie Cslberiua liorwn de IVoltMSlSjf C illege est \r rivbiei bjrJ du f Voleudtm . Ils d areut <|U il n'y a rien de vr,n d IM les bruits d'aprs les. quels des touristes amricains avaienl t insults en France a U suite de l'tat d'esprit cr par la qi SsUon des dettes. Ces jeune i geos et jaunes lilie au nombre de 1 7s, dclarent avoir p,is^ pre> de 10 mois en France et av,ir ti traits paitout avec 1, plus grande courtoisie el la p'us franchi hospitalit. Mr Carets Fiench.pn > cipal de h Sdvei II.y Prepalorv Scliool • qui vient d rentiei d'u'i sjour de trois mois en Ivirop* d ment lui 'aussi que les touriste amricains |soien( l'objet de mim teslations hostiles. nUon d'Athne Jta II II* et de BOOlbreuses gtrnisons de la pri vince ont adhr au mouvement. La ville est calme : la rvolution a l acclame partout. L gnral Condilis a abo i la censure pour la presse. L'amiral Cooadoo lio is est parti pour Athnes Le g-nnWa PsngS*0< s'est eolui bord d'un eeatn-torpilleur qui a t poursuivi par des hvdravioos |-t des navires. Le gnral Condilis a confr avec tous les chefs des partis.Il -e utile probtble qu'il for in--i,i uu cabinet non poiitiq >•*. 4 la Comdie franaise Par cble Iranais PAIUS, 23 Aot — Par suite de I afiluence inusite de touristes trsitfjtrt, la Comdie I'IMIH; n-e a retenu tous s)s artistes pour son lpertoire. Li direction olfre un programme piesque entirement classiqu .i s pic.-s qui sont d)unes intresse it particulirement les noTibnux jprolesseurs et lu diauts do franc n* de '(Mitas len linn.ii'.s oui s journent actuelle ment Paris. ]\ouv€ Ue Confren ce Genve Par cable franais GENEVE, Il Aot Dix-huit na'ions oni accept jusqu'il i i viihliu i du conseil de 1 1 hociei des Y lions de pr ndre pat Genve le 1er Septembre liaja 1er. nce o seront dtscaissf f serves amricaine*Jp^ IdS)] lia del cour peruue^ tionale de justice. Au Gongr*4\ craiique.pmr Paix Par cible fraacai* BOIS^V-LA-RIVIERE, BJ — Plus quejamaii le,('ajlO'| mocratique internatiosal ssir paix s'est dclar an fieirsl paiieitre na'iom mail • %  f!!; la il n'admet pas le refus < ce | ar scrupu e di coaieiasi des :po';nts Jsur laqusli ; &pc ilament insUt wlesjj jeunes teai psuvras dwM(^ les mnes facilit qui la cluse ricin de pourun*] ludes dans les pavs o la"r suprieures ue sont pu tou*. Remerciement*! Mr Borney St F l ur ;. r J l son voyage aux Etala'l>Bi ci sincrement • %  clients qui, pendant sou •• ont coaserv son BH'JJJ-, le mme attachement. me.cie pour leur fldlJ .on'r.bueaubou mainliss y mibO et les prie decroaora Kratitudf. .gj Port au Pnnc, le zl Aol t Nouvelle rvolution en Grce Par cbla franais ATIIKNES, 23 Aot — t'n mou vement rvolutionnaire s'est produit s >u* la direction da gnral Condilis, ancien minisire de la ls guerre. Le gnral a fait on u perlons les tablissements publics et arrter tous les ministres du ca binet Autaiias. Il a pro. lam'a d chance du gnral Pangoli^^n* il a ordonn l'arrestation. La gar Fabrique de Ptes] Alimentaires A partir d'aujourd'hui la Fabrique de Ptes alim•n^• ,,, Looe MVBRA, Grand-Rue otfre ses client : ^ Vermicelle de i S caisses de 10 livres i I Dollar ls *m 10 caisses de 10 0.90 • Macaroni | g „ 1n | 10 • a 10 10 100 Nous employons de la Semoule, de l'eau liltre et 'a •' marque de*frine dar s la prparal ; on de no" P 4 '**' r m i, r nous permet d'offrir au public des produits de fout P"" 1 choix, Ce qui n'a jamais t l'ait O qui ne pont tre dpass. i re •



PAGE 1

tt MATIN ~ 23 Aot 1916 HamboiirrAmerika Linic n^i^tufi^ m 0:1 Tablet Ue Porto Hico. Su,, ItJnt de Maeorla San Do|)jans les poils lu Sud et, s'il y a lieu, a Jrmie, Mraaont ri Pettt-God^ ^*** A % C "' i l '' ,v,,anl du £, gi,;„n r ^ra d* r,t ,ur ,1 ,rs i Put n .t£| vers | e 20 srl ,,l,re pour prends d I, e t pour Huiopc et repartira d ICI via Imi/ston, Cap-Haiti m ,| |>„ rto plais. DragdssdliaiTideFiarleMjra^ I lui stock chef : Geo. JEANSME & C<>. Agents 0loff$on, Lucas & ti Aite Insurance Co le des plus fortes Compagnies canadiennes d'assurances sur la vie. Eug.Le Boss & Co. • l'encan L'** de Mcnsi ur ??;* %  •> U fai,!* %  • %  t d'un ju JfeMl de Premire l' 1 ""** en d t0 If*' ' ra procda, •oui courant lo L. p Dt l porte* J fronts Fort No l*'Mandes rr.hr " mobilier g,|. *n et conMsunt ni:i, tante. ii EUE %  "• &f r Public. Ilta uffM** toutes kJJ*, je ne !" Loco mais u„ '41CLSTLV ihe loyal Mail gteam Packet Company Pour gurir ou viter MIORAIlUi OONtTlMTISS IL SUFFIT de prendra r A Maison LES SPORTS, J—' angle de la Hue Houx el do ' rue Ju Magasin d* l'Etat, avise le commerce el le public en guer I qu'une pian i,liquidation %  !* MI m M. bsndiea diverses *>%{\ c< li eia dans son lmni in,il r d\m j< urd'ltiii jusqu'i u j du mois dk Sefaninfetf i M liiu, cest-a-Jiro | en lent 20 jours seulement Les articles qui ne seront |pis vendu peml.i.,1 ce< vingt jou •* sli|'Uls e'-Jssscf reouiue.oq pris normal. La Liquidation de ces marc h indices cousisle en kl articles suivants : 280 pains de aouliers puir hom nies de diffrentes qualits. 344 p. ire de sou ieis pour dames de dilllrentes qualits. 472 pmres de sou de la liquidation et uon de rduction. tons pilerms une attei lion ap ciale i tous pr.i offert LES POR IV. Leciiine Granul Brewer Le plue actil des (leons tituvnl H ff Fortifie le cerveiia/laBmœlle plnlre, les M el les reins tendnuissanta et vigoureux lea enfante dbiles, les eramea bibles. Les personnes uses par des travaux assidus. En Tente chez : Simon lieux, Allred lieux, Lope Rivera M. Estve Bt Co, A Bolt^, Alphonse ri Dsir, J. H. Bordav.Ime L 11. Doret I Petitf>> Oolve : S. farlin. El Slock Cbei : i. Krouard, fJrai.d'Hue fo 1709 GEO, JEANScME A Co, Agents Le steamer Kara attendu k J icmel le 30 courant, sera i Port au Prince,le iseptembreprochain' li ptendra le fret pour les ports du nord de l'Europe. Le steamer "Sea Serpent 1 est attendu u Jaime!, le 18 septembre pu M' li ii m Lfi steame '•Tevirt' estallendn a Jacme!, le 3J S. plein lu c bfO cliain. Pjrt au Prince, le II ao. l'JiG. J. DAALER .li Agent Gnral poorHaiti A l'un di ^_ (•Ut K* |(f|# IDRCEES PEVRARDN'i'^'KITINEi !'|" olmonl U douleur, clarifient I. (Bat, | |iui,liciil le ,.,i,iri inentMnl la .yititc I • roi r.S BONNES l'H VKMAIUS • le Boss $Co, Ajjenls Gnranx Daclylogrrpliis 15 Machines i crire dfs maiquis les | J. s diveraes et lepluriaQdnea L'iderwood, Roy 1.IUlaiRfOB, Woodslork, Fox, aie) Hddiiioniie dune machine i calculer et d'un mineograph duplicateur autematique) assurent la bon tontliom emetit dea rouis. In pr gran n.e mbraspanl fanes lis ili, i II, s imaginable de I ii tgraph/qa prtcuie .' l'ltnli H.I l'i nlri Int-oient tites aite pour arn par d'emble tonte iliatge de Srulaie Ptritloern. rhe dkiis un bnieau sdinui-t, j,|if, 0 m< i< iil ou hht,! a.'n Drrrander prispiclua Ecole Spciale de Sl'iio-Dacly 0/>' | h e 310, Hue IVrnn, pnr---P|ire r Teteptioui, n.O. fllie' r p ilUUA.WiJmasri m A riio.ine.ir djaiormer s, bienvaillan'd clientle M qu .1 a installe l'tape do son tablis sment, un salon cx.l.iHiveineni ivsdive aux tstArtlM o lo i trouvera des GOOSOBB iiaiious.Jprunier choix et o des lundis f&Y seroul servis sur deman le. Teipli ne So 7S6. I-V raiBLCSSK, DBILIT •L, .. umt la M* ni a* BM sjeas s e a ** %  •• U arma .1 • %  > farrmfl^. s e esMi ea s. •.... SIROP DESCHIENS i B*oglobln m Il Sr l'alite nMlr.1. • AmmWm tiaua Im. tA ,, VMI • %  •**. S-a M PM.IW — -W* *~-\



PAGE 1

MATIN 25 AOU. ; 3 e Worid in ror-lor car valu*. ^ 0 ffe 8 g re.ter M ual;.x• Mate, v,U •* A,,.n<>/;M.'-on on qu ailee.lM Hiotui'/ vous une < B %  %  %  H" i voiture ? SOD piii. S g I fie %  J5i •te %  te %  te i Nous nvens 'galem-) l en st. ik I Un loi tira ci/bres n acbine coudre V K S I \ •• ptaril et a mmo, avec tciMOirn pdrraeltaol de t.r.ler, repriser et l'.ire des jour-, j.our cour tarire-, tailtian et cardjinuei. A\ec ou saQsJmo'.eur t le trique. umeus .MAnxte ,v 5 si,,u,. „„,s.,,.i .s. c——. W* MM v., >s. M mm M NMOEMBALLAU. P .. %  — M !" -, u.:s 1 N,oM l .. l l Am. 1 :s; l!11 :vc l .Kn>:s La UClleliUldirC s,x V,T,SS,.S.KN MABCH* EWinB Or 45 seulement > ^ s: ^ „ .,• ,,. r |. M, ... u r les Danus et Ami i [< air %  pour les U,.nn es.— FOURNITURES Gtralet pour la Cordonnerie : Peaux de toutes es Fines du Uerniei m • • ^— % — |( nues, Taloi s bois Louis XV Bottiei s. Talons i: < UtClU le de la'eKl.ie marque (oodyear etc. Une visite # s'impose aux Grands Magasins 4P oiiioiliifs gnrales pour la cordoanei Chautsui m CORDASO i h 1/ y l ll 1 !\C@i HT, \ 1 0 Rue des Csars,



PAGE 1

pgCTEUH PROPRIETAIRE iMPRIMELTf Clment MAQL01RI BOIS-VERNL^ Bue Amricaine, 1358 QUOTIDIEN Sous naissons lous et nous emissons d'un nwurrinrut spontan, libres. lancs, comme des piaules saines et vigoureuses. Un nous transplante, on nous redresse, on nous monde,on nous courbe. L'homme disparat, fa machine reste, chacun prend les dfauts de son tal el de ces traners combin nadla socit humaine. m. I:\IM-: %  j£ XUMEKO 20 CENTIMES TLPHONE M 242 Une ANNE X5882 PORf-AU-PRlNCE ( HATI ) MERCREDI 25 AOUT 1928 Pour les Chauffeurs... ^^Mn^*,tW t i^*4*4 Les beaux sonrefs L'Avertisseur d'Anlos tasse ilomobili' a conquis „u Prince. On en voit liai de toutes les foret de toutes les couleurs. 10a n'entend plus parler jfceBuicks, d'Overland.de )nt>Iet et de Ford. N'aturelint les appareils qui scrjsuxconduclcu. s nverUpassanls de rapprocha leurs vhicules se sont lliplis l'Infini et mille et %  avertisseurs ont remplac Vieille trompe d'autan, la il grondeuse, placide et boe. ftpendant malgr cette inilil'uverlisscurs plus ing ux les uns que les autres, il I, chaque jour, rpter i coud ucleu es d'autos : fleurs, cornez lu bien, lorsqu'ils fini rmer leur avertisseur, ce "quepour laire du lintal inutile, pour s amuser, ir rire, attirer l'attention ir leurs voilures lgantes. kt donc tout particulil'adresse de nos chanique nous publions ces quel conseils sages et uli,J concernant I Avertisseur. [L'avertisseur permet l'au1 obiliste de signaler son ~)che dans tous les pas4ilficiles : encoignures Berues,croisements, virage., Iheuxbiis, etc., d'inviter IjfWtjrclistes et pitons, et "rdemander place uneauevQiturequilveut doubler. In ton conducteur d'auto • Krt beaucoup de son nver*ur, mais jamais sans nWl. Une rgie absolue : gnuyezpas les autres usa%  "lue la voie publique ou 'QUI sont leurs allaires r des coups de trompe ou wencuHitiL's ou trop r* n a pris l'habitude de eraujourd'hui sur les au>ies des appareils sens stridents et dplaiJ* " ont ph, s ^^-1, en n inutilement l'oreille Jfns tranquilles, a l'aire de veaux ennemis l'auto ontrihuer viter les %  JJnts. La vieille trompe a r.classmue.avait du bon.elle PSt,nagavaitpersonne. ET n s P S es i )(,ir ^ ' EL t ,|,rc,K ,v "" 'our son ES^ 08 1 '' s mloul d ' |£t m mc nPour rouler IJtoutesecuiit, il but disIJjrdunappareil assez, puis pour que sa porte utile tot-Claira i Friras Jme nous l'annoncions J ;otr e d.tion du 11 Aot aW!^ e 1 dil unclie qu'eut ^i tr *|*. Petite localit rogamelle ,| C | a Sainte ^ "ombreux plerins et li H?n e,UK '" 1 '""n rende/. fctfMi ur assls, erla messe qui C t :, P" r ' l're Quito Sj*UMoai:curdePo n ,i' e(|t pronona le seriits' c,r -*oiiHtance, exaltant %  M le\ l ,l ient pangyrique, r |5J?vie toute de vertu et de soit compatible avec la vitesse de lu voiture sur laquelle il est mont: Le tout est de savoir le taire rsonner avec mthode afin qu'il ne soit pas un sujet d'ennui pour les autres. Appareils puissants.ne veut pas dire les plus bruyants, entendus d" la voiture, mais ceux qui portent le plus loin et frappent le mieux l'oreille. On est souvent surpris de constate: que certaines trompes de bon modle se l'ont entendre, sur la roule, par exemple, beaucoup mieux que les appareil-, vib anls commande lec|n |iic, vendus sous le renom a fracas d'averlisseu s longue distance. Avant de s'irriter contre le cocher du Iriss ; rc inique ou le confrre autour milislc qui ne vous laisse pas la place, il faut se demander s'il a entendu l'avertisseur. Trs souvent il n'a rien entendu, et, par consquent, ne peut tre accus de mauvaise volont. Mais le chauffeur croyant avoir tait assez de bruit avec sa puissante sirne, lance sa uiachiiy sans hsitation. Dieu des fois c'est un accident qui est le rsultat de celle manœuvre. Le puissant klaeson peut donc tre la cause involontaire de bien des dsag ments; particulirement lorsqu'il s'ag t des conducteurs des lourds camions automobiles qui ne nercoivent que difficilement I? son des avertisseurs mme puissants avec le bruit que font leurs normes vhicules. hune faon gnrale, quand vous usez de l'avertisseur, p venez, assez tt pour ne pas surprendre, mais pas trop tt, car, vous risqueriez, de ne pas tre enlendu, d'accrocher d'autres vhicules, d'craser des pitons, ce qui vous fera taire connaissance avec le Bureau de Police, quart d'heure toujours dsagrable et ennuyeux. Ne nian |UOE jamais de rpter votre signal pour indiquer l'excution d'une ma%  oeuvre. Par exemple: vous voyez un autre vhicule lot) mtres; vous donnez un coup d'.ivertisseur; si le vhicule se range droite, c mine il doit d'ailleurs toujours le faire, vous n'insiste/, pis; mais vous rptez le signal avec dis crtion une dislance encore sullisanlc pour avertir que IlMIillIi* vous tes l, que vous passez. Faute de le faire, il peut arriver que celui que vous avez prvenu, ne se rendant pas compte que vous tes dj tout prs de lui.se remette au milieu de la route; il peut se taire aussi qu'il n'ait pas entendu le premier -igial et qu'il se soit cart par Hasard: en ce cas voire second signal I avertit et provient tout accident. Avertissez aux earrcloura ( t dans les visages ; mais en vi tant les coups t op prol mgs, car compltement assourdi par le brait de voire propre avertisseur, vous ares Incapable d'entendre celui d'une autre voiture qui rpondrait. Dans la rue. sur la route, surtout lorsqu'on marche assez, vive allure, il ne suffit pas d'avertir les autres automobilistes et les conducteurs de voitures atteles. Vous devez, aussi avoir souci de prvenir les cyclistes, toujours prts la tautaisie, les pitons souvent sourds comme des pots, surtout ceux qui portent des fardeaux.les tontines montes sur des animaux, les enfants, tourdis qui croient que la rue ou la route peuvent tre des champs de jeux, les conducteurs d'animaux divers. N'oubliez pus aussi que certains animaux peuvent tre effrays par un avertisseur strident et, toujours, au lien de s'carter de l'auto, ils se jettent tte baisse sous ses quatre roues. Ne donnez donc point des coups de sirne inutiles quand vous croisez ou dpasse* des aUclages ou des animaux donnant des signes de frayeur. Ne cornez, p is \un\ plus trop prs des gens; car, vous produ iriez t oui le contraire de l'cllel que vous voulez obtenir. Eu un mot, chauHcurs, soyez toujours attentifs, n abusez. DIS de la force que vous conduisez, ayez touj mis la grande sagesse, le grand SOUci d'viter le plus possible les accidents et songez qu'une vie humaine est cluse trop prcieuse p > r que. VOUS en lassiez li. Si ces quelques conseils servaient empcher mme lin seul accident, nous n'aurions point perdu notre peine et se rions largement pay du temps que nous avons pris a les crire. msmsmm Fondatrice de l'Ordre des Clarisses. Il y eut crmonie de Premiers Communion ; plus de 100 personnes de tous ges s'approchen. ni po.ir la premire lois de la Ste TabL\ ( Aprs la crmonie religieuse les groupes se rpandirent dans la mante localit et passrent d'agrables h ares enjoycux divertissements. MAURICE EriGlME fils Anyle des Rues du Magasin de l'Etat el aes bronls-torts NOUVEAUTS, Bf mentis, PAK FUMERIE. Un tuyau crev A la rue du Magasin de l'Etat tout prs des chantiers de construction de la D. G. T. P., un tuyau de la canalisation hydraulique s'est rompu depuis plu de quinze jours et l'eau oui se i chappe, eu inondant la rue, incommode fort les habitant du quartier. Nous savons bien qu'il ne sallil que le signaler ce petit inconvnient pour pie remde y soit port par le Service Hydraulique. MON ANE Hatiil sur I t-dnur un' CM] |miir lilaMtn POUIMI, y.ilru\,arqur, diutnrrl l.i drulpuurrw. Slr latanJr. Mou ,\r MUS lrani|iiil!r. rrrr (| dors, BHSI ri bois, tt m |trn\ |iarmi mes (ires, parmi mrs buis, ta, |r Ir foiiiblrrai il luni"nir il le |iroeiiilr Uiiiimil La Sl m L ouis Aujourd'hui est la fte de RiLouis, roi de France. Comme LE MATIN l'annonait, hier, dans la Paroisse du Sacr-Cœur de Turgeau o une chapelle est place sous le vocable du SaintRoi, cette l't sera connuJmorec avec tout l'clat et toute la pompe des crmonies de l'Eglise catholique. Elle est bien trop connue BOUT tre encore rappele, l'histoire du Fila de Blanche de (bastille et le bonis Vlll. le Lien, petit-fil* par soa pre, de Plulippe Auguste, le vainqueur de Houvines et, par sa m re, .1 Alphonse IX, le Noble, r. i le C istille. vainqueur des \l une. Tolosa. Ce rejeton de rois illustres sut, pendant toute si vie. admirablement allici les plus clatantes qualits de (iaunerneui de peuples aux plus belle* vertus du citoyen chrtien. Trop longue u numerer serait la liate des rformes politiques qu'il excuta, telles l'institution des Hnque$~ tciirs royaux,des Lgistes appele au conseil des Juges, l'abolition du Duel judiciaire, la cration des Commission judiciaires qui l'ut l'origine du systme parlementaire, la londalion de la Sorbonne, de l'Hpital des Qutuse-Viugt, toutes rlormes si profondes, rpondaal les ncessits sociales si grandes que les sicles n'onl pus pu lesMacerel que nos institutions modernes, si dmocratiques soient-elles, en ont gard duiellavablcs empreintes. Au point de vue religieux, le Blme esprit de justice, tle boute domine tous ses actes, le mme enthousiasme les anime, la mme conviction les soutient. Partout, en tout, se reflte le gtand souci de toujours dtendre l'opprim contre l'oppresseur, le faible contre le tort C est cSt-Louis que Voltaire a dit : Na pit qui tait celle d nu anachorte, ne lui Et ce n'est pas Voltaire qu'il sod possible d'accuser de partialit ou de bigoterie. Ou connat eicore os trait de courageuse justice. I.e puissant sire de (Souci, Euguerrand. fit. une fois, pendre trois jeunes gens qui avaient chass dans ses bois. Louis IX le lit arrter, enfermer au Louvre el svrement COUla ioer. Et le roi de Navarre, le comte dja Plan Ires et beaucou,) ladres hauts barons el finit(flnts seigneurs tant venus e sup dier en faveur du crimin.'l, il souligne et se retire sans leur r,> nuire. (l'est Sainl-l/mis qui divisa Il Haute Cour fodale en deux chambres : le Grand Conseil , charg des affairas administratives <•! la Chambre aux Plaida •. chargs de rendre la justice aailess is des prviMs el les hall s. qui ressortissaient les causes des bourgeois el des roturiers. Cette Cha m nie aux llaid*. rendue sdentaire, fut 'origine des Parlements. Kl lorsqu'on parle de Saintl.uiiis, aptre du droit et de la justice, comment ne point voluer ce souvenir inoubliable lu roi de France ran huit bonne et valable -justice .. sous un chne, au bois de Vincennes, aprs la messe. lia (ail Ici: r pour le Christ. Lonia IX attacha son pour point royal la croix du Croise el partit pour la Palestine. Fuit prisonnier, il racheta sa libert au prix d'une lourde ru m/on H revint en France S la nouvelle de lu mort de sa mre. Mais il ne pouvuit se consoler de n'avoir pas vu Jrusalem et rein plac le croissant par la Croix au dme de Suinte-Sophie. | reprit le chemin de la T Sainte. Mua malheureux en or %  pic la premire lois, il y mourut de la peste \n rcit d'une s %  mhlable vie. l'Eglise remplaa si couronne royale par raurote cleste el Louis passa des inugnificeiu s du trne de Fiance ouxspleude ira lu Trne Eternel. Ih'Wl.l 1 IllK. MI:IK i.mi; I'AIII i;Mi:itn: F. MOREAU] et tous autres articles franais ^'3* n gros X: dtail, chez :( jMmc Denis FENELONJ 1425, Hue Montalais. Notre œil. ... a vu. dimanche, ou grand bassin de Frres. Lydie .... jolie tt, pimpante, prenant son y; U ,,. Elle laillil se noyer ... Mais, gr ces en soient rendues aux dieux! — il y a encore de gentilhomme* de grand dvouement el NOTRE (EU. vil l)..., D... et .1... se mettre aussitt eu œuvre pour lep'-cher le gro, el joli ... poisson. Ils le rap rhrcnl -i NOTRE (E i. vit i'i up ndente el gracieuse baigneuse ramene a la surface, presque sans connaissance. On a Iricfionna, elle revinl la via et elle se souviendra, sans doute, ternellement pion peni se noyer dans un verre d'eau, voire dans un bassin. .... de lia ni, n J'errasse, IVlion-Ville, a vu, dimanche une auto filant toute allure, ayant. accrochs au pneu le rechange qui se trouve a l'arrire, deux lgants F... S... H T,.. C... Ils allaient u l'rn-s et avaient pris place pur derrire, dans laulo. Excellentea places rserves ... a vu. dimanche soir, Lalino. joli mnage, vieux maris dj, mais 1res unis. Ils taient venus en tapinois contempler la ete.au dancing. Et curieux, par. le paravent entrouvert de la porte. Ils jetaient l'intrieur un reflurd discret, qui voulait voir sans tre vu. La chai niante petite femme avait une Irimousss amuse, le mari tait heureux de la joie le son aime. Mais leurs regards renconh rent celui de NoTiK(Eu.;auloup!et | e COUpie dmnagea. a vu l un grand succs pour Annacms, qoi D 'eal Ma ioujours...inuo,enl. qu'on vienedePuon-Vdle admirer sou aneing moderne. • -vu. h. fte de Ste^kirc. livres le feineux Cabicl Boisrond fermer les yeux plus nun. (.si alnij q UC \ (1|l(l (] e tout le moude virent un xousinsnecleur qui avail trop lai| sea dvotions au divin cobkha i endormir IranquUkmcnt, st 5


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06799
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, August 25, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06799

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
pgCTEUH PROPRIETAIRE
iMPRIMELTf
Clment MAQL01RI
Bois-Vern-
L^ Bue Amricaine, 1358
QUOTIDIEN
Sous naissons lous et nous emissons
d'un nwurrinrut spontan, libres.
lancs, comme des piaules saines et
vigoureuses. Un nous transplante,
on nous redresse, on nous monde,on
nous courbe. L'homme disparat, fa
machine reste, chacun prend les d-
fauts de son tal el de ces traners
combin nadla socit humaine.
m. i:\im-:

j XUMEKO 20 CENTIMES
TLPHONE M 242
Une ANNE X- 5882
PORf-AU-PRlNCE ( HATI )
MERCREDI 25 AOUT 1928
Pour les Chauffeurs... ^^Mn^*,tWti^*4*4
Les beaux sonrefs
L'Avertisseur d'Anlos
tasse
ilomobili' a conquis
u Prince. On en voit
liai de toutes les for-
et de toutes les couleurs.
10a n'entend plus parler
jfceBuicks, d'Overland.de
)nt>Iet et de Ford. N'aturel-
int les appareils qui scr-
jsuxconduclcu. s nver-
Upassanls de rapprocha
leurs vhicules se sont
lliplis l'Infini et mille et
avertisseurs ont remplac
Vieille trompe d'autan, la
il grondeuse, placide et bo-
e.
ftpendant malgr cette in-
ilil'uverlisscurs plus ing
ux les uns que les autres, il
I, chaque jour, rpter
i coud ucleu es d'autos :
fleurs, cornez !
lu bien, lorsqu'ils fini r-
mer leur avertisseur, ce
"quepour laire du linta-
l inutile, pour s amuser,
ir rire, attirer l'attention
ir leurs voilures lgantes.
" kt donc tout particuli-
l'adresse de nos chani-
que nous publions ces
quel conseils sages et uli-
,J concernant I Avertisseur.
[L'avertisseur permet l'au-
1 obiliste de signaler son
~)che dans tous les pas-
4ilficiles : encoignures
Berues,croisements, virage.,
Iheuxbiis, etc., d'inviter
IjfWtjrclistes et pitons, et
"rdemander place uneau-
evQiturequilveut doubler.
In ton conducteur d'auto
Krt beaucoup de son nver-
*ur, mais jamais sans n-
Wl. Une rgie absolue :
gnuyezpas les autres usa-
"lue la voie publique ou
'QUI sont leurs allaires
r des coups de trompe ou
wencuHitiL's ou trop r-
* n a pris l'habitude de
eraujourd'hui sur les au-
>ies des appareils
sens stridents et dplai-
J* " ont ph,s ^^-1, en
*n inutilement l'oreille
Jfns tranquilles, a l'aire de
veaux ennemis l'auto
ontrihuer viter les
JJnts. La vieille trompe a
r.classmue.avait du bon.elle
PSt,nagavaitpersonne.
ETns ps esi)(,ir ^ '
ELt,|,rc,K',v "" 'our son
ES^08"1''smloul d'
|tm.mcn- Pour rouler
IJtoutesecuiit, il but dis-
IJjrdunappareil assez, puis-
pour que sa porte utile
tot-Claira i Friras
Jme nous l'annoncions
J ;otre d.tion du 11 Aot
aW!^e*1 dilunclie qu'eut
^itr*|*. Petite localit ro-
gamelle ,|C |a Sainte
^ "ombreux plerins et li
H?n e,UK'"1 '""n rende/.
fctfMiur.assls,erla messe qui
Ct:, P"r ' l're Quito
Sj*UMoai:curdeP-
on ,i'e(|t" pronona le ser-
iits' c,r-*oiiHtance, exaltant
Mle\ -l,lient pangyrique,
r|5J?vie toute de vertu et de
soit compatible avec la vitesse
de lu voiture sur laquelle il
est mont: Le tout est de sa-
voir le taire rsonner avec
mthode afin qu'il ne soit pas
un sujet d'ennui pour les au-
tres.
Appareils puissants.ne veut
pas dire les plus bruyants, en-
tendus d" la voiture, mais
ceux qui portent le plus loin
et frappent le mieux l'oreille.
On est souvent surpris de
constate: que certaines trom-
pes de bon modle se l'ont en-
tendre, sur la roule, par exem-
ple, beaucoup mieux que les
appareil-, vib anls comman-
de lec|n |iic, vendus sous le
renom a fracas d'averlisseu s
longue distance. Avant de
s'irriter contre le cocher du
Iriss ; rc inique ou le confrre
autourmilislc qui ne vous
laisse pas la place, il faut se
demander s'il a entendu l'a-
vertisseur. Trs souvent il n'a
rien entendu, et, par cons-
quent, ne peut tre accus de
mauvaise volont. Mais le
chauffeur croyant avoir tait
assez de bruit avec sa puis-
sante sirne, lance sa uiachiiy
sans hsitation. Dieu des fois
c'est un accident qui est le r-
sultat de celle manuvre. Le
puissant klaeson peut donc
tre la cause involontaire de
bien des dsag ments; parti-
culirement lorsqu'il s'ag t
des conducteurs des lourds
camions automobiles qui ne
nercoivent que difficilement
I? son des avertisseurs mme
puissants avec le bruit que
font leurs normes vhicules.
hune faon gnrale, quand
vous usez de l'avertisseur, p
venez, assez tt pour ne pas
surprendre, mais pas trop tt,
car, vous risqueriez, de ne
pas tre enlendu, d'accrocher
d'autres vhicules, d'craser
des pitons, ce qui vous fera
taire connaissance avec le Bu-
reau de Police, quart d'heure
toujours dsagrable et en-
nuyeux.
Ne nian |UOE jamais de r-
pter votre signal pour indi-
quer l'excution d'une ma-
oeuvre. Par exemple: vous
voyez un autre vhicule lot)
mtres; vous donnez un coup
d'.ivertisseur; si le vhicule
se range droite, c mine il
doit d'ailleurs toujours le fai-
re, vous n'insiste/, pis; mais
vous rptez le signal avec dis
crtion une dislance encore
sullisanlc pour avertir que
IlMIillIi*
vous tes l, que vous passez.
Faute de le faire, il peut arri-
ver que celui que vous avez
prvenu, ne se rendant pas
compte que vous tes dj
tout prs de lui.se remette au
milieu de la route; il peut se
taire aussi qu'il n'ait pas en-
tendu le premier -igial et
qu'il se soit cart par Hasard:
en ce cas voire second signal
I avertit et provient tout acci-
dent.
Avertissez aux earrcloura ( t
dans les visages ; mais en vi
tant les coups t op prol mgs,
car compltement assourdi
par le brait de voire propre
avertisseur, vous ares Inca-
pable d'entendre celui d'une
autre voiture qui rpondrait.
Dans la rue. sur la route,
surtout lorsqu'on marche
assez, vive allure, il ne suffit
pas d'avertir les autres auto-
mobilistes et les conducteurs
de voitures atteles. Vous de-
vez, aussi avoir souci de pr-
venir les cyclistes, toujours
prts la tautaisie, les pitons
souvent sourds comme des
pots, surtout ceux qui portent
des fardeaux.les tontines mon-
tes sur des animaux, les en-
fants, tourdis qui croient que
la rue ou la route peuvent tre
des champs de jeux, les con-
ducteurs d'animaux divers.
N'oubliez pus aussi que cer-
tains animaux peuvent tre
effrays par un avertisseur
strident et, toujours, au lien
de s'carter de l'auto, ils se
jettent tte baisse sous ses
quatre roues. Ne donnez donc
point des coups de sirne inu-
tiles quand vous croisez ou
dpasse* des aUclages ou des
animaux donnant des signes
de frayeur. Ne cornez, p is \un\
plus trop prs des gens; car,
vous produ iriez t oui le con-
traire de l'cllel que vous vou-
lez obtenir.
Eu un mot, chauHcurs, so-
yez toujours attentifs, n abu-
sez. DIS de la force que vous
conduisez, ayez touj mis la
grande sagesse, le grand SOU-
ci d'viter le plus possible les
accidents et songez qu'une
vie humaine est cluse trop
prcieuse p > r que. VOUS en
lassiez li.
Si ces quelques conseils ser-
vaient empcher mme lin
seul accident, nous n'aurions
point perdu notre peine et se
rions largement pay du
temps que nous avons pris a
les crire.
msmsmm
Fondatrice de l'Ordre des Cla-
risses.
Il y eut crmonie de Premiers
Communion ; plus de 100 per-
sonnes de tous ges s'approche-
n. ni po.ir la premire lois de la
Ste TabL\(
Aprs la crmonie religieuse
les groupes se rpandirent dans
la mante localit et pass-
rent d'agrables h ares enjoycux
divertissements.
MAURICE EriGlME fils
Anyle des Rues du Magasin de
l'Etat el aes bronls-torts
Nouveauts,
Bf mentis,
PaK FUMERIE.
Un tuyau crev
A la rue du Magasin de l'Etat
tout prs des chantiers de cons-
truction de la D. G. T. P., un
tuyau de la canalisation hydrau-
lique s'est rompu depuis plu
de quinze jours et l'eau oui se i
chappe, eu inondant la rue,
incommode fort les habitant du
quartier.
Nous savons bien qu'il ne sallil
que le signaler ce petit inconv-
nient pour pie remde y
soit port par le Service Hy-
draulique.
MON ANE
Hatiil sur I t-dnur un' CM] |miir lilaMtn !
PouimI, y.ilru\,arqur, diutnrrl l.i drulpuurrw.
S ii- l'arkrl.11 nsl Ml il \<\t ru ma leaiMtn.
Sa lauijuf mi aiiiiinr isik ma |iramr,
[l son (vil rflclil 1rs iirlirrs, li- i|a/im
La hrotissaillr rt Us |rui saiitj'anls le I liiuioa ;
Sa rronpr iiiaiiitrnaul n'est [dus ciiilolorir.
A mon a|i|iriiu', il I hl rires il SUlfUl,
II rhaiilr, il lan.se il ilil tirs nmts cvIr.n.KjaHls
El lut Nil sis MHItl npn|MS >lr latanJr.
Mou ,\r mus lrani|iiil!r. rrrr (| dors, BHSI ri
bois,
tt m |trn\ |iarmi mes (ires, parmi mrs buis,
ta, |r Ir foiiiblrrai il luni"nir il le |iroeiiilr !
Uiiiimil
La SlmLouis
Aujourd'hui est la fte de Ri-
Louis, roi de France. Comme
LE MATIN l'annonait, hier,
dans la Paroisse du Sacr-Cur
de Turgeau o une chapelle est
place sous le vocable du Saint-
Roi, cette l't sera connuJmo-
rec avec tout l'clat et toute la
pompe des crmonies de l'E-
glise catholique.
Elle est bien trop connue
BOUT tre encore rappele, l'his-
toire du Fila de Blanche de (bas-
tille et le bonis Vlll. le Lien,
petit-fil* par soa pre, de Plu-
lippe Auguste, le vainqueur de
Houvines et, par sa m re, .1 Al-
phonse IX, le Noble, r. i le C is-
tille. vainqueur des \l une.
Tolosa.
Ce rejeton de rois illustres sut,
pendant toute si vie. admira-
blement allici les plus clatantes
qualits de (iaunerneui de peu-
ples aux plus belle* vertus du
citoyen chrtien. Trop longue u
numerer serait la liate des r-
formes politiques qu'il excuta,
telles l'institution des Hnque$~
tciirs royaux,des Lgistes appe-
le au conseil des Juges, l'abo-
lition du Duel judiciaire, la cr-
ation des Commission judi-
ciaires qui l'ut l'origine du sys-
tme parlementaire, la londa-
lion de la Sorbonne, de l'Hpi-
tal des Qutuse-Viugt, toutes r-
lormes si profondes, rpondaal
les ncessits sociales si
grandes que les sicles n'onl pus
pu lesMacerel que nos institu-
tions modernes, si dmocrati-
ques soient-elles, en ont gard
duiellavablcs empreintes.
Au point de vue religieux, le
Blme esprit de justice, tle boute
domine tous ses actes, le mme
enthousiasme les anime, la
mme conviction les soutient.
Partout, en tout, se reflte le
gtand souci de toujours dten-
dre l'opprim contre l'oppres-
seur, le faible contre le tort C est
, cSt-Louis que Voltaire a dit :
Na pit qui tait celle d nu
anachorte, ne lui vertu de roi. l'ue Mge cono-
mie ne droba rien la libra-
lit. U sut accorder une politi-
que profonde avec Uneiustice
exacte: et peut-tre eit-ille seul
souverain qui mrite, jusoui
prsent cette louange : pruilcnt
et terme dans le conseil, intr-
pide dans les combats sans tre
emport, compatissant comme
s'il n'avait jamais t que mal-
heureux. II n'est pas donn
l'homme de pousser plus loin
la vertu. >
Et ce n'est pas Voltaire qu'il
sod possible d'accuser de par-
tialit ou de bigoterie. Ou con-
nat eicore os trait de coura-
geuse justice. I.e puissant sire
de (Souci, Euguerrand. fit. une
fois, pendre trois jeunes gens
qui avaient chass dans ses bois.
Louis IX le lit arrter, enfermer
au Louvre el svrement COU-
la ioer. Et le roi de Navarre,
le comte dja Plan Ires et beau-
cou,) ladres hauts barons el
finit(flnts seigneurs tant venus
e sup dier en faveur du crimi-
n.'l, il souligne et se retire sans
leur r,> nuire.
(l'est Sainl-l/mis qui divisa
Il Haute Cour fodale en deux
chambres : le Grand Conseil ,
charg des affairas administra-
tives chargs de rendre la justice
aailess is des prviMs el les
hall s. qui ressortissaient les
causes des bourgeois el des ro-
turiers. Cette Cha m nie aux
llaid*. rendue sdentaire, fut
'origine des Parlements.
Kl lorsqu'on parle de Saint-
l.uiiis, aptre du droit et de la
justice, comment ne point vo-
luer ce souvenir inoubliable
lu roi de France ran huit bon-
ne et valable -justice .. sous un
chne, au bois de Vincennes,
aprs la messe.
lia (ail Ici: r pour le Christ.
Lonia IX attacha son pour
point royal la croix du Croise
el partit pour la Palestine. Fuit
prisonnier, il racheta sa libert
au prix d'une lourde ru m/on H
revint en France S la nouvelle
de lu mort de sa mre. Mais il
ne pouvuit se consoler de n'a-
voir pas vu Jrusalem et rein
plac le croissant par la Croix
au dme de Suinte-Sophie. |
reprit le chemin de la T
Sainte. Mua malheureux en or
pic la premire lois, il y mou-
rut de la peste
\n rcit d'une s mhlable vie.
l'Eglise remplaa si couronne
royale par raurote cleste el
Louis passa des inugnificeiu s
du trne de Fiance ouxspleu-
de ira lu Trne Eternel.
Ih'Wl.l 1 IllK.
Mi:ik i.mi;
I'aiii i;Mi:itn: F. Moreau]
et tous autres articles
franais ^'3*
n gros X: dtail, chez :(
jMmc Denis FENELONJ
1425, Hue Montalais.
Notre il.
... a vu. dimanche, ou grand
bassin de Frres. Lydie .... jolie
tt, pimpante, prenant son y;U,,.
Elle laillil se noyer ... Mais, gr
ces en soient rendues aux dieux!
il y a encore de gentilhom-
me* de grand dvouement el
Notre (Eu. vil l)..., D... et .1...
se mettre aussitt eu uvre pour
lep'-cher le gro, el joli ... pois-
son. Ils le rap rhrcnl -i Notre
(E i. vit i'i up ndente el gracieuse
baigneuse ramene a la surface,
presque sans connaissance. On
a Iricfionna, elle revinl la via
et elle se souviendra, sans doute,
ternellement pion peni se
noyer dans un verre d'eau, voire
dans un bassin.
.... de lia ni, n J'errasse, IV-
lion-Ville, a vu, dimanche une
auto filant toute allure, ayant.
accrochs au pneu le rechange
qui se trouve a l'arrire, deux
lgants F... S... H T,.. C...
Ils allaient u l'rn-s et avaient
pris place pur derrire, dans
laulo. Excellentea places rser-
ves !
... a vu. dimanche soir, Lali-
no. joli mnage, vieux maris
dj, mais 1res unis. Ils taient
venus en tapinois contempler la
ete.au dancing. Et curieux, par.
le paravent entrouvert de la
porte. Ils jetaient l'intrieur
un reflurd discret, qui voulait
voir sans tre vu. La chai niante
petite femme avait une Irimousss
amuse, le mari tait heureux de
la joie le son aime. Mais leurs
regards renconh rent celui de
NoTiK(Eu.;auloup!et |e COU-
pie dmnagea.
- a vu l un grand succs
pour Annacms, qoi D'eal Ma
ioujours...inuo,enl. qu'on vien-
edePuon-Vdle admirer sou
aneing moderne.

-vu. h. fte de Ste^kirc.
livres le feineux Cabicl ,
Boisrond fermer les yeux plus
nun. (.si alnij qUC \(1|l(l (]
e tout le moude virent un xous-
insnecleur qui avail trop lai|
sea dvotions au divin cobkha
i endormir IranquUkmcnt, st5


.-..
Pagol
-
LK MaT1N>-25 Aot 1920

rares cheveux au vent, atT-'b*
sons une galerie comme rlaim le
meilleur fies lits, Sainte Gain !..
... ne e lasse de conU mpler
deux le plus llni s fleurs le ce
sexe,oh, combien beau! en vil-
lgiature ;i l'tion-Villc. L'une
aussi iolic, aussi originale que
l'autre, n aisde leinl < l de cor-
pulence difll (liN. 1rs plis dr-
licata de leurs toilettes de soie
qui sont, paralt-il, du mme
tailleur, c| ousenl lgamment
leur lorme sculpturale. Sur la
place, en promenade, l'glise
partout, toujours ensemble,
mais n'oubliant |amais leurs
cannes qu'elles portent plutt a
bi... garonne, canne-art !
... ne cessera jamais d'admirer
cille fantaisie commencent se payer deux de
nos |)lus charmantes lgantes
qui ml vu Paris.
... a vu. dimanche, deuft char-
mants Jrmiens dbarquer
Latino. Leurs bouches ne inan-
geaienl ni ne buvaient, leurs
pieds ue dansaient pas, mais
dans leurs yeux passaient des
lueurs d'une jouissance infinie.
On voyait qu'da exultaient. I.e
moins jeune, 1res allum, cal-
mail cependant par de petites
tapes amicales, raideur de son
compagnon qui, de temps eu
temps, poussait des cris de joie
de poing qui Faisaient danser les
\ erres.
... tait lu un ux de voir le
bonheur de ces beureux htes.
... a vu. dimanche, vers deux
heures dt l'aprs-midi Terras-
se tiarden, Plion-Ville, deux
garpons qui, perchs sur le toit,
lanaient tour de bras les
seaux d'eau dans une i liandne
coucher.
... anxieux s'attendait voir la
fumet d'un incendie ; mais fort
heureusement, il n'en tait rien,
car. peu aprs N'oTHE (KlL vil
sortir, en compagnie de deux
copains qui l'aiuaienl a inarcher,
ranleur du dlit, les yeux gon
lis de sommeil. Que de choses
Noriu: (l'.u. pctil voir arrivera
Ceux qui prend avant ou aprs
djeuner plus de cocktails qu'il
n'en tant!
fivcalculation du temps
par M. G. Tippenbauer
aujuLid liiii el demain
I.e 2."). Pression atmosph-
rique : 0.(1 au-dessous. Temp-
rature : 1.0 au-dessous. PitbanU
liUs pluie : 0.2 ngatif.
Le 2i>. Pression atmosph-
rique : (1.2 au-dessous. Tempe
rature:0.3 au-dessus. Probabi-
lits pluie : Ho positif.
Route de Kenskofi
On nous ippmd que les Ira
Vain del roule de Kenskoll
VO il tre repris aujourd'hui SOUS
l'nergique direction de M. Hod-
ney wiussan. .
\ oil une nouvelle bien (aire
pour rjouir les nombreux ville
giaturistes, amatcura de la jolie
Sfjtion estivale. Souhaitons seu-
il, ni que cette fois-ci tout soit
men bonne Un.
CONStRVt tfS CHFVTUX Pf IGNS
1)1'MANDE/-LE DANS LES
fAKH MM.ll .. PHARMACIES. ETC.
A Logne
l.\ Saimi: Hosi:
Lundi prochain, ."Kl Aot, est
la fte de Sainte Rose, patronne
de Logine. Klley est toujours
commmore avec grand clat.
Cette anne, cette lle sera c-
lbre le jour mme Logne
dont le dvou cur, l'inlaiiga-
ble l're Boycr, se dpense sans
mesure alin qu'elle rvle tout
l'clat accoutum.
Nul doute (pie malgr mis ce
soii un jour de la semaine, de
nombreux plerins et fidles
n'aillent Logane tter Sainte
Rose.
Tragique accident
Il y a deux ou trois jours, est
arriv, Horde, campagne pro-
che de .lrniie. un accident des
plus tragiques et des plus re-
grettables.
la famille de Kl. Clinai San-
saricij tait alle plisser .von
dimanche en celle localit pai-
sible cl verdoyante, les entants
a\ aient, dm.ml loul le joui, pris
Unis pins lianes hals 0 l'ombre
des grands arbres ou dans les
prairii s ensoleilles. Mais, lors-
que le soir an ivant, il fallut ren-
trer, l'un d'entre eux, une petite
bile de ou lt ans, Liliane,
manqua.
Ou ne lut pas inui d'abord in-
quiet, on rechercha reniant.
Mais on la retrouva bienli'l tout
prs d'un cheval, baignant dans
une grande marc de sang vaut
une large blessure la tempe :
le crne fracass : elle tait
moi le. I\iu\ r peij | sans
doute sapprociianl trop pies de
la ble fougueuse elle avait reu
une ruade qui lavait luee.
Nous presenti as 11 famille
s nisainc| si cruellement prou-
ve par Cet alfreox malheur nos
plus vives condolances.
Parisiana
demain soir
Pour la dernire fois :
A.L* mer
/" 'j/nYf p.
avec Fernande Bernnann al
Genevive Flix. Entre : 1.00
Veocil
d'Abd-eLRrim
Par cble franais
KEZ. 22 aoiltD'aprs des prn
jets actuels, Abd el Krim partira
le liS aot l'ini m- letntre en exil
la Runion Ll gouveremeui fruii
..mis p i e n dia I e s rn'stires
ncessaire pour souslrawe AM I
Krim la curlotl p I tique Pou
celle raison nu ne dit pm > u i
s'aonbsrqnorn mai-- on croit qu'un
crois ur fiun:.vs 'e prendra a 8(.n
bord Casalilur (a pour le eondul
re a la Hun n.
/ es min&ions
apostoliques
Poursuivant la prdication des
missions apostoliques qui ont
dj produit tant d'heureux ef-
fets dans le Pays, le Pire Manise
Suprieure des Pres mission-
naires Rdemptoristes, commen-
cera, le dimanche IL' Septembre
prochain, les prdications en la
chapelle de Du fort, Commune
de Logne.
Nous souhaitons vivement que
le Pre Manise rcr llclaussi (L
nombreux fruits et soit large-
ment pay de ses | eincs.
Le raids des avia-
teurs cubains
far cable franais
U HAVANE, 22 Aot- Le es
pitaioe Laborde et le lieutenant
Martull, aviateurs de l'arme ru
haine qui comptent faire le voyi
ge aller et retour de Cuba a Port
au Prince, sont arriv* hier aprs
midi amis cttte dernire ville. Les
aviateurs avaient quille (1 isDtaaa
mo le malin. Le minntre de Cuba
uaaistait a leur arrive.
Le rgime sec
aux Etats-Unis
NEW YOHK Mr WaishtocU.
commissaire des prisons de l'Etat
de New Vol d la m se en rigueur de la ioi de la
prolut i ifan ' nombre des p. rsou
ces qui s'adonnent l'usage de*
liij.cli ii i- i a' gmeot de 30 0(0
el quelespniieiuiers n'ontjjamais
eu i;i mi de pensionnaires de tou
te leur exislccce.
Les grands raids
en avion
Par cble franais
ROOSEVKLT FIELD^ Long ls
land ) L'u<-roplane >ik n--k\
bord ni, j i- : le capitaine Ki a,
et ses con.pagt.oi s comptent elle
luer le raid Ne-Voit-Paris s'est
livr iid vo d'essai pour fa fr<
ce matin. L- ca-jilaine Konck et
Sikorsky p'-'aissaient enchant i
aprs l'alteirissage.
Le conflit rel -
gieux au Mexique
On espAre un (accord en-
tre I Cpiscopat et le Go i
verneraent
Par cble tranais
MEXICO, B3 Aot La crisa re
ligieuse mexicaine semble devoir
p.i mire tin da faon amicale A h
auile de eonfiraacs entre le prsi
dent Galles si les prlats de Ppis
copat. On e-pre arriver 6 un ac-
cord .i moins que ce surgissent
des obstacles imprvus. Hier soir
le prtsi Itul Calles a reu cordiale
ment au palais prsidentiel les
liaels dignitaires de l'Eglise Mgr
H tiz V Lndore/, archevque de M
choagan el l'voque Diai de Tabas
co. ('ne noie communique parl'
p'scopat h pi es l'entrevue la dda-
le vritablement satisfaisante. Le
pisidenl a infoim les prlats
que l'inscription des prtres ex
ge par les noimaux reniements
n'a qu'un but administrant et que
le gouvernemmt n'a pas l'inten
tion de s1uniii se r dans les ^ues
lions de dogmes ou de religion.
LVp.nOpdl JJP-ii< prend bonne
uo'e de cette dc'uralion et anaon
ce- qu'sUkSill que les glises au-
raient rempli ces obligatio- s lgi
las. il n y aurait plus aucune objec
tion la reprise des services reli
gieux En "(tendant l'hglise conli
TUONS Us MOUCHES AVANT QUELLES NE NOUS TUENT
La Mouche prend sa naissance
''ans les ordures et les dtritus.
Partout o elle passe, elle trane
aprs elle les microbes de la livre
typhode' Panthiai. 'a paralysie
infantile, la diphtrie, la tuberculo-
se et la dysenterie.

l'eu de gens se rendent compte
de la menace d conta/ion par les
mouches. Elles ont l'air d'insectes
inoflensils parce que leurs piqres
ne causent pas d'incommodit; mais
les mdecins spcialistes des livres
calculent que .">0 e o des dcs cau-
ss par la livre typhode sont ds
a la contagion par les mouches-
Aprs de longues annes de re
cherches,l'Entreprise de renomme
mondiale.la STANDARD 0IL COM-
PANY, I New Jersey; E. II. a p lectionn un produit otl ant les mo
vens srs et simples pour com
battre les mouches jusqu' leur
extermination comp'le.
Ce puduit c'est le.... KlI I'
STANDARD OILCOM
Distributeur; West
Avec en produit vaporis on dbar-
rasse ene maison des mouches et des
moustiques, en quelques instant*.
FUT est propre, d'un usage la
ci'e mirant toute garantie. De nom
breuses preuves ont dmontr qae
le FUI vaporis ne lche ni ne
gte les vtements les plus dlicats.
ELITudtruit tons les insectes qui
infetent les maisons .
A l'aide d'un peu de FUT va-
poris on extermine les mouches
moustiques, punaises, eau,-relais,
fourmis ainsi que leurs larves,
t FUT pntre danses Fentes et
les crevasses o les insectes se lo
gei>t et dposent leurs laives.
On peut aussi vaporiser le -FUT
sur le vtetiients;car il tue tous le
insectes et leurs larves qui piquent
les vtement?.
Pour dbarrasser une maison ,lc
ces insectes nuisibles il saflit de
e servir de FUT En vente par
loul.
'AN'Y ( Ni:nv.Ii:ksi:y)E.U.
ndia Oil Company
MARQUE DEPOSEE
DETRUIT
Mouches Moustiqnes, Vt#f, '.1*004 mis, Punaises, Puces, Cancrelats.
Bmi coup d'autres Insectts et Uati laives nuer.i srg effort* pour oblenir un
amend-m-nt la constitution -u
sujet l'intermdiaire du congs.
Mr et Mme Bal-
divin aux eaux
Par cable franais
LONDRES.Aot -MrStan-
ley Itildttin el Mme 1U dvvin aonl
partis pour Aix-les-Blins.Le m I
cin du 1er ministre lui a ron-eul
de se reposer aprs la session par
lemeutaire qui a ilA particulire-
ment fatigante. Mr Bitia i u m
ce donc pour le moment r? er
la question de la grve gnrale.
En attendant les leaders des ni -
neurs (ont leur possib e pour per
8unl.tr aux mineurs de Nomin-
rIki n-li.ro et de liy In e de re-
prendre le travail dema>n.
La France n'a pas ouldi :
ses vieilles traditions d ;
courtoisie et d'hospitalit '
Payable franais
NEW-Y0RM3 Aot t'n gror
pe d'tudiantes et d'tudiant*
avant A leur tte Melie Cslberiua
liorwn de IVoltMSlSjf C illege est \r
rivbie- i bjrJ du f Voleudtm .
Ils d areut <|U il n'y a rien de
vr,n d im les bruits d'aprs les.
quels des touristes amricains a-
vaienl t insults en France a U
suite de l'tat d'esprit cr par la
qi SsUon des dettes. Ces jeune i
geos et jaunes lilie au nombre
de 17s, dclarent avoir p,is^ pre>
de 10 mois en France et av,ir ti
traits paitout avec 1, plus gran-
de courtoisie el la p'us franchi
hospitalit.Mr Carets Fiench.pn >
cipal de h Sdvei II.y Prepalorv
Scliool qui vient d rentiei d'u'i
sjour de trois mois en Ivirop* d
ment lui 'aussi que les touriste
amricains |soien( l'objet de mim
teslations hostiles.
nUon d'Athne Jta II II* et de
BOOlbreuses gtrnisons de la pri
vince ont adhr au mouvement.
La ville est calme : la rvolution
a l acclame partout. L gn-
ral Condilis a abo i la censure
pour la presse. L'amiral Cooadoo
lio is est parti pour Athnes Le
g-nnWa PsngS*0< s'est eolui bord
d'un eeatn-torpilleur qui a t
poursuivi par des hvdravioos |-t
des navires. Le gnral Condilis
a confr avec tous les chefs des
partis.Il -e utile probtble qu'il for
in--i,i uu cabinet non poiitiq >*.
4 la Comdie
franaise
Par cble Iranais
Paius, 23 Aot Par suite de
I afiluence inusite de touristes -
trsitfjtrt, la Comdie I'imih; n-e a
retenu tous s)s artistes pour son
lpertoire. Li direction olfre un
programme piesque entirement
classiqu .i s pic.-s qui sont d)u-
nes intresse it particulirement
les noTibnux jprolesseurs et lu
diauts do franc n* de '(Mitas le- n
linn.ii'.s oui s journent actuelle
ment Paris.
]\ouv Ue Confren
ce Genve
Par cable franais
GENEVE, Il Aot Dix-huit
na'ions oni accept jusqu'il i i -
viihliu i du conseil de 11 hociei
des Y lions de pr ndre pat Ge-
nve le 1er Septembre liaja
1er. nce o seront dtscaissf f
serves amricaine*Jp^ IdS)]
lia del cour peruue^
tionale de justice.
Au Gongr*4\
craiique.pmr
Paix
Par cible fraacai*
BOIS^V-LA-RIVIERE, BJ
Plus quejamaii le,('ajlO'|
mocratique internatiosal ssir
paix s'est dclar an fieirsl
paiieitre na'iom mail f!!;
la il n'admet pas le refus <
ce | ar scrupu e di coaieiasi
des :po';nts Jsur laqusli ;
&pc ilament insUt wlesjj
jeunes teai psuvras dwM(^
les mnes facilit qui
la cluse ricin de pourun*]
ludes dans les pavs o la"r
suprieures ue sont pu
tou*.
Remerciement*!
Mr Borney St Flur;.rJl.
son voyage aux Etala'l>Bi
ci sincrement *
clients qui, pendant sou
ont coaserv son BH'JJJ-,
le mme attachement.
me.cie pour leur fldlJ
.on'r.bueaubou mainliss y
mibO et les prie decroaor-
a Kratitudf. .gj
Port au Pnnc, le zl Aol t
Nouvelle rvolu-
tion en Grce
Par cbla franais
ATIIKNES, 23 Aot t'n mou
vement rvolutionnaire s'est pro-
duit s >u* la direction da gnral
Condilis, ancien minisire de la
ls guerre. Le gnral a fait on u
perlons les tablissements publics
et arrter tous les ministres du ca
binet Autaiias. Il a pro. lam'a d
chance du gnral Pangoli^^n*
il a ordonn l'arrestation. La gar
Fabrique de Ptes]
Alimentaires
A partir d'aujourd'hui la Fabrique de Ptes alimn^,,,' *
Looe MVBRA, Grand-Rue otfre ses client : ^
Vermicelle de i S caisses de 10 livres i I Dollar ls *m
10 caisses de 10 0.90
Macaroni | g 1n | 10
a 10 10 100
Nous employons de la Semoule, de l'eau liltre et 'a '
marque de*frine dar s la prparal;on de no" P4'**' r,mi,r
nous permet d'offrir au public des produits de fout P""1
choix,
Ce qui n'a jamais t l'ait
O qui ne pont tre dpass.
i re

.


tt MATIN ~ 23 Aot 1916
HamboiirrAmerika Linic
n^i^tufi^
m
0:1 Tablet
Ue Porto Hico. Su,, ItJnt de Maeorla San Do-
|)jans les poils lu Sud et, s'il y a lieu, a Jrmie, Mraaont ri Pettt-God^ ^*** A"% C"!"'i l" '',v,,anl du
, gi,;n r ^ra d* r,t ,ur ,1 ,rs i Put n.t| vers |e 20 srl ,,l,re pour prends d I,et pour
Huiopc et repartira d ici via Imi/ston, Cap-Haiti m ,| |> rto plais.
DragdssdliaiTideFiarleMjra^ I
lui stock chef :
Geo. JEANSME & C<>. Agents
0loff$on, Lucas & ti
Aite
Insurance Co
le des plus fortes Compagnies
canadiennes d'assurances
sur la vie.
Eug.Le Boss & Co.
l'encan
L'** de Mcnsi ur
??;*> U fai,-
!* t d'un ju
JfeMl de Premire
l'1" ""** en d t0
If*' ' ra procda,
oui courant lo
l. p,Dt l porte*
J fronts Fort No
l*'Mandes rr.hr
" mobilier g,|.
*n et conMsunt
* ni:i, ta-
nte.
ii EUE
"?r Public.
Ilta
uffM** toutes
kJJ*, je ne
Loco mais u
'41CLSTLV
ihe loyal Mail gteam
Packet Company
Pour gurir ou viter
MIORAIlUi OONtTlMTISS
IL SUFFIT de prendra
r A Maison LES SPORTS,
J' angle de la Hue Houx el do
' rue Ju Magasin d* l'Etat, avise
le commerce el le public en gue-
r I qu'une pian i,- liquidation !*
mi m m. bsndiea diverses *>%{\ c<
li eia dans son lmni in,il r d\m
j< urd'ltiii jusqu'i u j du mois dk
Sefaninfetf i m liiu, cest-a-Jiro
| en lent 20 jours seulement
Les articles qui ne seront |pis
vendu peml.i.,1 ce< vingt jou *
sli|'Uls e'-Jssscf reouiue.oq
pris normal.
La Liquidation de ces marc h in-
dices cousisle en kl articles sui-
vants :
280 pains de aouliers puir hom
nies de diffrentes qualits.
344 p. ire de sou ieis pour da-
mes de dilllrentes qualits.
472 pmres de sou fa m.-, filletlea, garonnets.
383 chapeaux, pour enfants et
garonnets.
1315-arevates de diverse* qua-
lits peur homme.
872 (hapeaux pour liossanet.
AITENTION
Hemarqiuz blro que rK d,v,ls
articles de maichanrti es ..
vendus au pn> de la liquidation et
uon de rduction.
tons pilerms une attei lion ap
ciale i tous pr.i offert
LES POR IV.
Leciiine Granul Brewer
Le plue actil des (leons tituvnl h ff
Fortifie le cerveiia/laBmlle plnlre, les m el les
reins tendnuissanta et vigoureux lea enfante dbiles,
les eramea bibles. Les personnes uses par des travaux
assidus.
En Tente chez : Simon lieux, Allred lieux, Lope
Rivera M. Estve Bt Co, A. Bolt^, Alphonse ri
Dsir, J. H. Bordav.Ime L 11. Doret I Petit- f>>
Oolve : S. farlin.
El Slock Cbei : i. Krouard, fJrai.d'Hue fo 1709
GEO, JEANScME A Co, Agents
Le steamer Kara attendu k
J icmel le 30 courant, sera i Port
au Prince,le iseptembreprochain'
li ptendra le fret pour les ports
du nord de l'Europe.
Le steamer "Sea Serpent1' est
attendu u Jaime!, le 18 septembre
pu m'li ii m .
Lfi steame 'Tevirt' estallendn
a Jacme!, le 3J S. plein lu c bfO
cliain.
Pjrt au Prince, le II ao. l'JiG.
J. DAALER .li
Agent Gnral poorHaiti
A l'un di ___ ^_
(Ut K* une Pilule do D'Dehint [
147, me du Faub* St-Oenis. Parti
Mais il laut exiger les vritables
qui sont test tait blaschM
I r okioun* Mqu.IlH IM Mil
DEHAUT A PARIS
ont lr<| IKCIimi.l Impr.,, ,n noir
Cap. you talk and w rite
I.NdLlSIl t'.an you operate a
typewri er ? If vas, the only way
lo obluin a l'air situation or to
better the nne fna ni w hve, ij
10 learu Englisli S enographv.
For particulars wrile to or cal a' the
Ecole Spciale de S'^no Dactylo
Hue Krfrou. 3lr, phooe 620.
Port au Prime.
Histoire d Hati
JLa deuxime volume de Etude
^S" d'HaiU- Bubro
ARDOLIIV,- dont l'Imprimer,.-
ctiraquit poursuit ai utaratu-g
ment la rdition, .si ma i.leu ,,u
pri'.
Nous avons d' lit |'ial/it
considrable qui sait die i cette
publication, lis Etndea avant paru
il y a souante doi ze an et Wt
eierap'aiies de la premier i Kd
lion fini i devenu rarissim
L ii'uvre de Beaubrun Ardo in
est dune imporlhpce rapimle po -
ceux, bail foi et ftf*ffeifS, qui
a interesseut J lll^io re de noue
pays. Les acheteurs 1er nt de plus
une bon r affaiie. car le tirage de
la prsente dition tant assez
ldt.il, h s exemplaires ne larde
ront pas devenir rares leur
four.
U o'nne se wnd | dollar.
S'dresser I Impr merie Cri^r-
quit.
. U MUS ANCIDOJK ET U PLUS STMCACI
INJECriON PEW14BD
D'ALGER
atM la BLENNORHHAGIE
Cl tout , uunmrni tncItM
ou rcinlt.
231 arLjs inrls |
sur
(R.w-1 im .MMm. 4 AW)
Le traUinrnl itl toiii|>|(f|#
IDRCEES PEVRARDN'i'^'KITINEi
!'|" olmonl U douleur, clarifient I.. (Bat,
| |iui,liciil le ,.,i,i- ri inentMnl la .yititc
I roi r.S BONNES l'H VKMAIUS
le Boss $Co,
Ajjenls Gnranx
Daclylogrrpliis
15 Machines i crire dfs mai-
quis les | J. s diveraes et le- plu-
riaQdnea L'iderwood, Roy 1.IU-
laiRfOB, Woodslork, Fox, aie)
Hddiiioniie dune machine i cal-
culer et d'un mineograph du-
plicateur autematique) assurent la
bon tontliom emetit dea rouis.
In pr gran n.e mbraspanl fan-
es lis ili, i II, s imaginable de
I ii tgraph/qa prtcuie
.' l'ltnli h.i l'i nlri Int-oient tites
aite pour arn par d'emble tonte
iliatge de Srulaie Ptritloern.
rhe dkiis un bnieau sdinui-t, j,|if,
0 m< i< iil ou hht,! a.'n .
Drrrander prispiclua
Ecole Spciale de Sl'iio-Dacly
0/>' | h e
310, Hue IVrnn, pnr--- -P|ire r
Teteptioui, n.O.
fllie' "r p
ilUUA.WiJmasri
m
A riio.ine.ir djaiormer s, bienvaillan'd clientle M
qu .1 a installe l'tape do son tablis sment, un salon
cx.l.iHiveineni ivsdive aux tstArtlM o lo i trouvera
des GOOSOBB iiaiious.J- prunier choix et o des lundis f&Y
seroul servis sur deman le. -
Teipli ne So 7S6.
I-V
raiBLCSSK, DBILIT

l, .. umt la m*
ni a*
BMsjeassea **
U arma .1 > farrmfl^.
seesMieas. ....
SIROP ,
DESCHIENS
i B*oglobln m
Il Sr l'alite nMlr.1. "
AmmWm tiaua Im. tA ,, .
VMI **. S-a M PM.IW -W*
*~-\
*


MATIN 25 AOU. ;
3 *-* i ____- i
IHEZA OU

ta
S
:?


mnkkcmmfminins
(..ui .ni M conserver dam tout
leur charme et beaut en le
lavant avec le
-INDISPENSABLE POUR
TOUS LES TISSUS
DLICATS
rt, l.fwi Ri <
.....
\l..v
VI
Agent Gnral
Pyedfhvont*.Fort Ko 113-115
A
?:
g*
fit
*
*
t
Bt
1*
&
&
t'ft.
&
fifr

g*

S
Voulez-vous avoir des Denis
clatantes de blancheur ?
ET DES
H
f,eneives toujours saines
Eixjilouer, la .
TRIBORD
Poudre I entifrice-
Suiv ri! h Foiraale
du Docteur
OE Cu-riip

et
8*
S
t
et

gt
S*
Alumiuum Liae
New-Orlans A South Aowriti
Steanship Co lac.
r*o el^ai xi S cl p arts d i rects p<
i-ori-auPrince *-ai i
Le gteaiw-r .aiU" laissera Bel 0 Muti
24 cour il ''* itemnt nttor Pott-au-ffl
' Proc'iai M\ rt ,e l * l l,0j' l0M
P.i-au frime, le 14 Aoft 11911
A. de lTTMIft
\yenU
Ht
'h.rrgeu eniis'e t$
/Je l'niersii de fj.
Montral cl de / ."aculltleMe- *g
ciiif /< Varis.fi fc*r
fit
En vente partout .^.
et :m Laboratoire ^
de la Triborine ?*
7, Rne Planche fit
Avis 3Ui Commerante ailj
'sa clientle et au commerce en puerai quelle
,I,K1V,"': 40 t.t 48Boulevard SOULT, Pai*
l n bureau clqu'clli se tient la disposition desil
esss pour tous'leurs achats. J
File tient faire remarquer qu'elle ne rcprcioM
des mam.ractu.es directes et bien p ; cees et noni
?nu-.ndiui.es comme les (,rnuls Magasins Qj
s? nnai.es. elc.Klle a de ce lait les medleurepnijfl
accorder,ls meilleures cond.tion.chose apprend*!
la concurrence actuelle. uu,
Vu son exprience elle tient a signaler quele
procurer n'importe -quel article ou produit dei
porte quelle marque.
mit^na- v. rf *** v*. & |,,,,,'I1IV ;,'
I MM Maurice "E S^Xcefe- ^ris doit tre .tJ
MJn Vente partout, principalement chez MM. Mauric* E* Monsieur Ren (iADEU .
Etienne fils. Simon et Alfred Vieux. ^ 46 el 48 Boulevard Soult.Pans Xlle Arn.

Nash
31$, Be ds Fi bats torts, 319
Distributeur pou* Haiti des automobiles N^SH
Nasb
Nasb
Tbe iievv NASH uHaticetl Ssx
n iSH lmi'f t>e Worid in ror-lor car valu*.
^ 0ffe8gre.terMual;.x Mate, v,U *
A,,.n<>/;M.- '-on on qu ailee.lM
Hiotui'/ vous une < B H" i
voiture ? sod piii.
S
g
I
fie
J5i
te
te
te
i
Nous nvens 'galem-) l en st. ik I Un loi tira ci/bres n acbine
coudre V K S I \ ptaril et a mmo, avec tciMOirn
pdrraeltaol de t.r.ler, repriser et l'.ire des jour-, j.our cour
tarire-, tailtian et cardjinuei. A\ec ou saQsJmo'.eur t le -
trique.
. umeus .MAnxte ,v5si,,u,. ,s.,,.i......s. c. w* mm v., >s. m mm m..... nmoemballau. p.. m- -,
u.:s1N,oMl..llAm.1:s;l!11:vcl.Kn>:s La UClleliUldirC s,x v,t,ss,.s.kn MABCH* EWinB .
Or 45 seulement
>^s:^ ., ,,. r|. m, ... ur les Danus et Ami i [< air pour les U,.nn es. FOURNITURES Gtralet pour la Cordonnerie : Peaux de toutes
es Fines du Uerniei m ^ %
|( nues, Taloi s bois Louis XV Bottiei s. Talons i: < UtClU le de la'eKl.ie marque (oodyear etc.
Une visite# s'impose
aux Grands Magasins 4p oiiioiliifs gnrales pour la cordoanei
Chautsui
m CORDASO

i
h

1/ylll 1 !\C@i HT, \ 10 Rue des Csars,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM