<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN23 Aot 1920 v 1 . > v. (il 'i.v' '' JUBOL rieduca l'intestino %  i 0fV St.ttcr.ezx !*•?: t Entrite* Vortigine Disppsl Cmloranla v ; Pet coMenrarsi t* •adulaprenderr ogai cra ^ JUBOl n IDltuO a*f varo y Icado opl un mica* Ji lubul, r.sirrt tytto ' P*r l'alxio aalirro S* i oslr! ssiamafl KIMIO aalu'o, prandeado (ooipresaa di J< %  %  iMiiuu mm* ,.. _, „„ r u u Khc d-. lataagi. U ana clxtlciu • la aua docilfta; t. eu. BTtiaaaB ta a li::o •/ •ttimai. Or Bataoaa dJtUa Fa( di Madtclaa •a Muatpallter IONROIOI JUBOIIIOIS tajtfmumi ;(*. BSjM, lalmaut. aaVSdfJMaaMHafi JUOCUTA.l ." ,„w. c^a ." te J lijji ffanai %  /* i /-**>/* r'ssa'orr <'eft tuc-ttlut r,,,. utt'oru i O.UIH.' ^i/ JulioIUxatt. ........ Uiua H fw avaaaj j | IM /* ra a i ai sa) ,*-.u. I E aruiSBTffriwar* -*" L 'a! r flBE^ •Œ r lorsque des larmes coulaient cl que l'EgliM tait en deuil de l'un de ses enfanta ... Mais le plus loi I, c'est que NoTRB ŒlL vil les deux importuns s'olfcnsar ei prtendre que c'tait le prtre qui troublait l'office. Non, niais, va, c'est d'une audace. ...a vu, |eudisoir, Latino, 1"... D... montrer, tous ceux ( m voulaient le voir, le regard ( ne NOTRE ŒIL lui avait accor( la veille, te jeune liomme ne se connaissait plus de joie. Quelqu'un lui olfrit boire. Il but. Des lvres aux pieds, il n'y a pas loin. Il dansa. Mais aprs le rond, il revint la table O la danseuse commanda de la bire. F... D... croyant qu'il allait boire encore a ... l'osil, la laissa taire. L'on but. Mais lorsque notre galant chercha celui qui devait payer la tourne, l'autre tait dj loin. ...vit !•'... D... disparatre comme par enchantement. On l'apiiela, mais comme ce chien de ean de Nivelle qui luit quand on l'appelle, il court encore. Mais enfin, il a tait quelque chose et No nu: Œu. l'a vu. Heureux homme 1 • ... a vu, samedi matin, grande rumeur la rue des (lsais, sur lu Quai, :1 la rue Dants Destouches. Tout le monde tait dbout, comme on dit, les commres, deux points sur les han ches se calaient sur le seuil des portes, les vieilles filles maiissa des laissaient passer un .. d'il entre les persiennes. Quel tait l'vnement qui suscitait cette curiosit el cet moi?., le dfil d'un mariage. Le mari, heureux, souriait et la marie, gracicusu et jolie, riait admirablement sous le voile nuptial. ...a vu, samedi, prs le l'Avenue Duoste, deux automobiles entrer en collision. Chs cuti les deux chauffeurs se croyant, en laule, s'emmessa de dmarrer en vitesse, chacun de sou cot, a lin (pie l'autre n'eul pas le temps dnoter le No. Kt la place resta vide... frcalculation du temps par I. G. Tippenhauer %  uioird'hoi et demain Le 2.'t. Pression atmosphrique : 0.0 au-dessous. Temprature :0.5au-dessous, l'rohahi lits pluie : 0.3 ngatif. Le 24.— Pression atmosphrique : O.Il aU-deSSOUS. Tempe rature : 0.3 au-dessous. Probabilit! pluie: 0.1 ngatif. Postes, Tlphone et Tlgraphe* Nous disions samedi, que les services des Postes, Tlphone et Tlgraphes allaient trelo{es ensemble dans l'difice dont a construction s'achve fan(le de la (irand'Hue et de la Une ).mts-I)estouchca. D'aprs des derniers renseignements plus prcis que nous avons pu avoir, seuls les Bureaux lu 'Tlphone et des Tlgraphes occuperont l'immeuble. L'Administration gnrale des Postes ne sera pai dplace,elle sera maintenue au mme local auquel de grandes rparations et amliorations vont tie, sous peu, apportes. Les mesures financires du Finistre Poincar PARIS-A la suite d'un conseil de cabinet qui a eu lieu aujourd'hui on s'attend a d'im portantes restrictions dans les Importations. Les ministres oui longuement discut la question des conomies el jla clture du conseil on a annonce que des dcisions importantes avaient t prises. Demain aprs une nouvelle r union du conseil elles seront rendues publiques. L'impression gnrale est que ces dcisions concernent des restrictions radicalcssurles importations el consommations aussi bien qu'une Stricte conomie dans les administrations publiques cl une svre surveillance dans l'application des prix dans la vente au dtail et en gros. oiaiies de souverains La reine Marie "de Kounia nie %  'embarquera pour les Etata-Uuis vers la lin de Sep leinbre. Ses amis d'ici disent quelle ne voyagera pas incognito mais connue souveraine el que par consquent elle ne pourra tre reue chez des par licullers. Elle logera a l'htel durant son sjour aux Etats Unis (sauf Washington o elle habitera tt la lgation de Roumanie. Ce roi rerdinanl est arriv aujourd'hui ;'• Paris venant de Vichy.Il comp te passerune dizaines dejours dans la capitale Franaise. jeunesse des diffrentes n a lions alins de supprimer le s guerres. Vendredi le passera blcinciil des anciens combat tunts sera sans doute lev nemenl le plus impression liant du congrs. Le mystre de la mort de lord Kitcher* ne Factiejde journaliste Par cable franais LO.ND-tS, laot— M. K.auk Power, le journaliste anglais qui aon %  >.!.. i rcemment qu'on avait retrouv le corpde k.tchener, a dclar noaveui qu'il est convaincu que le ceicueil qui contenait la dpouille de l'ancien feld marrctial a t l'o jet de louches machination*. LONDRES -tLe Dailj Sketch., publie sous la signature de Single ton Cates un long article dans lequel il raconte qu'il a invent tout au long l'histoire %  %  la dcouverte du corps de lord kitchenerde con certavec Franck Poer. Les Boy-Scouts au Congrs pour la Paix. MoissM.uuviKuF — Les Boy Scouts [internationaux qui prennent part au Congrs d mocratique international se sont rassc mbler %  autour lu grand l'en de camp et ont enlon n des chants anglais. Ils ont joue le rle principal dans le spectacle el les allemands ont donn une exhibition des danses nationales.Dans la jour ne plusieurs rassemblements ont eu lieu au cours desquels furent discutes les meilleurs moyens a mettre en pratique pour produire une plus parlai te comprhension entre la L'accident de l'avion commercial Par cble franais FOLKBSTONE,tl Aot—La mi nistre anglais de l'air a ouvert uno enqute sur le terrible accident survenu prs d'Aldikkon d l'avion commercial qui fait le service enlre Paris et Londres. On compte l'heure actuelle 3 morts, le pilote Tierre de Risle ayant suc comb. Il y a douze blesss dont 7 amricains. Terrible accident de chemin"de-(er en Allemagne Par cble franais BERUN, il Aot — Us grave accident de chemin de ter s'est [ iroduit prs de /.ehrte. L'eipress lerlin-l.ologne qui marchait une vitesse de K) milles l'heure a d raill. La locomotive quittant les rails est tombe en bas du talus, tandis que les deux premiers wa%  OM se tlescopant oe formaien bientt plus qu'une masse de debris. Il Taisait eacore nuit lorsque l'accident se produisit et l'organisilion des secours fut extrmement difficile. Ou pensa d'abord qu'il n'y avait que quelques victimev, mis au fur et mesure que let dbris taient dblays le nombre des cadavres augmentait.A l'heu re actuelle on compte 19 morts et 5 blesss giivement.La police est coavaincue q-ia l'on se trouve en i Nerveux? %  •• LVHHM narraui, violant, da mauvaise hu%  Mur, Mt un* raiairu t* pour lui tt pour tous rvui qui l'entourent. En puiaant Inutilement ara foreea, il a uiracUroaut ruiner aa unie et ton ben-ttre. Ct *puiaem*nt nervaui doit a* remdier au plu U>t paaaible avant qu'il n'arrive une dapraaaioo eompli^ta ou que l'organisme arrive ae dranger de tallt maniera qua tout* guriaon •oit impoaaiblr. La Tienco lidit bien, lea prraonnea nerveusea dapandent du aang pour leur alimentation et force*. Il rat tra important, par consquent, que la eang mit prpmii^rvmrnt enrn-hi et purili. Oea mUliera de peraonnea nerveuaea ae aont r^ habilite arec le Fer Naiat. la formule modem qu'un grand norabf de medecina recommandent K aon puiaunt allt bhtnfaiaant BUT le tang flt y at a r na nervaux.f %  >< D eoatiant du far organique comme la far du aang humas, arec dea glycrrophoaphataa, ali%  MOt qui aat abaorb diractaroent par le ayatm* nerreux auquel il apporta dea Aanenta n'irnaja aux qui an W nouriaaant, calment l'irritattaci at craduellempnt maia aurement viennent lirrannar le mal-tre et reataurent au lyatme nerreux kl paix et la tntnquUit. %  .* Dea milliers de peraonm*. dpendent du tm Nuiat priodiquement pour vivifier le aang a* le ayateme nerveux. Rien de plua facile que (f aa> aayer le Fer Nuxat ; deux aemainea aont gnralement autTuuinleii pour en reconnatre son efficacit. Eauyi-z-le| le plutOt poaaible. l.a demande pour le Fer Nuiat a t si grande et immdiate que noua n'avons pas eu le temps de prparer dea tiquettes pour ce paya. Paj consquent et t. mporvllement noua userons le flacon Kspagnol que noua reproduisons droite. Voua trouvres, danschsque limon desinstructions complet* en Franais, -P-SJP prsence d'un attentat criminel. On a reconnu en iflel qu'un inconnu avait dserr les boulona des relises l'endroit o 'est pro duit la catastrophe. Les 'ministres fl* nancires en Belgique i-ar rble franais BAUXELlab.Sl Aot—Le on 'rnement belge a prpar an d c et qui va tre soumis i la signature du roi et qui prohibe de la manire la plus absolue l'importa lioa du pain blanc eu Belgique. lu second dcret ruspend tous les travaux publics qui ne >ont pas absolument ncessaires et inter dit la mise excution des travaux projels.Tes dciets (ont par tie du programme dt* conomies du gouvernement. D'autres mesures pour l'amlioration du franc belge sont A l'tuue. A la Confrence de Dsarmement Le contrle des armements Par cble franais GENKYE.2I Aot— Les EtatsUnis, lu urande Bretagne, le }*> I on, l'Italie, le Chili et la Suisse ont prsent an rapport minoritai re sur la question du contrle international des armements dclarant que le conseil de surveillance propos constituerait une sorte d'tatmajor international dont la cration donnerait lieu de srieu tes objections. Les dlgations, dclaie le rapport, se voient dans l'impossibilit absolue d'accepter pour leurs gouvernements aucune mesure afieulant la forme de commi: • ions inqiuistoriales. La CODJi, plusie un il personnes ej ade aie L'EMl Insurance Co lue des plus fortes Compagiii canadiennes d'assurances sur la vie. Eug. Le Boss & Le conflit reli(jieuxau Mexique Onu requte des Catholiques 4 au Prsident Galles Grave bagarre 'Meitco. 3 dpits mes, plisieurj~ personnes blesses Par *cble franais MEXICO, 21 Aot— Au nom|Je tous les archevques, vques,prr> tie= et lid'jles catholiques du Mexique. M gr Mora y Del Kio.arcbe tfua ij e Moxico, a prsent une ', i <'• i u au prsident Calles lui de muni'.mit de suspendre l'application des nouvelles lois religieuses. "Yrois dputs ont t tus au co'ars d une bagarre qui s'est produite dans le quartier des affaires , Mexico. Plusieurs personnes qui se trouvaient l ont t grivement blesss et un jeune marcliaud de journaux a t tu. Le gouvrr ueur de Tabasco, M Tomas (Jarri%  lo, est parmi les blesss Deux des dputs tus M. Pedro Lui. et Maicos Dia/ sont de Tabasco.Cette sanglante affaire est 19 rsultat de la rivalit qui existe mire ceilaines factions au congrs. Ils paient leur dette la socit Par cable franais OSSINti, 21 Aot — Deux lec troi-utions ont eu ieu cette nuit daos la prbon de Siug Sir.g.David de Maio reconnu coupable dd me r tre de deux employs de tramway commis Mount Vernont. a pay sa dette fD protestant de


PAGE 1

LE VCATIN 23 Aot I9lfi ^^^^^^^^^^.t^^^f;^ g Jffi%&$$Si,tii s Voitures Aulonii Sont les meie [parce qu'elles sonljpesjplus jolies et les plus luxueuses .9 1 3 Elles sont les meilleures parce qu'elles sont les plus solides La Nouvelle Corona /." Machine crira personnelle .ij iuid l>..i, i.ne uou\ le poque CGROiPOrt p. ur U C ot o M %  , HM I mo.le i lu, ii i i i qui < ci il en !l() i.riir!>'i>1 i 11 reotl et pml ton ptei de 1 Itucbe mortes. y a I7 in que "orona fabrique et vultari e ia TOI cll.l.e a 1,1.11' Uffet-kj, Dr|ui lors .. ".oroimopreDd prcres-ivin.eal la place de* rr.Hi I. i 11 < %  luurJeset volumineuses. CoitON* VOL'8 AI'COHIB I *g fcC.ONOMlB. MVXWKLL& MOI m FONE: .'57.' Uae Graaol Brewer c plu* aciil des (lecunslituans Fortifie le cerveau, la] moelle pinire, les <>s el Ici reins. Rend puissants e1 vigoureux les enranta dbiles, Icsieinmes faibles. Les personnes uses parties travaux .issidus. Kn vente chez : Simon Vieux, illred Vieux, Loue Rivera, Ed. Enlve J C, A IJolt, ftfphonM lnir, J. H. lorday.lme L. II. Doret. i Petit* Quve : Siarlin. Eosock chez : R Bronard, Grand'Eue R. 1709 C.KO.JKANSr.Mr; & Co, Agents 0 ides Noires. Surmenage fesCffbrele. Epuisement ', \| Enervement, Insomnies ^'i'.'i *BL &y Elles Boni lei meilleures parce qu'elles sont les pins conioriablcs. Malades Anmis des Nerfs Impuissants %  r /OUI ires dtfprlmt, uni force, $an courait*, an iowata Le moindra tflbri wui esi piaille. L'tppMi %  duparu. oa nulu %  ont ** %  (>, fvuploi d..cauchemar. Voi ides M brouillent. ui rovex roiti m no,r. vnm m-noue* do cofinance n oui m "' '" ••' ibll. Tout n'en pal perdu. m*n bien pirsuade. i.a cellule nerrtaM n'ui pa mont, elle ii Mulemtni aiLiblie. |tndc*-iui ta force par IMW ZIDAL du D' OMNS et puliiani rtttnrueiir, vous Hntei MBMIMIII VOS nerft r, u ,i irmez, l'apptit renatt \ Ideei l'eclairciti m, ' "' V< '" reprenn potn ••ri .i". c..u.-t actif. v.. i.iaireiioni dcupl*. I e Bacon 11 ir. KO • %  '%  ••eaitawi u | ( n.-:,-. . tl t malade* aVtaa4etW rlaiata Neurologique! dv D Sallea.ii.lvul.deStraabourg, PARISIM visu i.ws loirrsa PIIARUACIII Gtici I M Cl rtl I i.-i.iy ZSTJ3 Elles sont les meilleures parce quelles aonl les plus e momiques. Golombia". Sieamship Co k Le steamer Bndtjetown venan 1 dire MM| de lew York est attendu J>ort au Prince le 24 aot courant.Il repartira le mme" jour pour petil-Goave, liratjoane, Cayes et Jucmel en iouti pour les part del folombie prenant I r et ft ptfttflfK. Tort un Prince, le 21 lonl li)2(i. Colombiau Steamsbip Company lue. (iehara& Co,Agenl.s Elles sont les meilleures parce qu'elles ncessitent jam s de rparation. Lux <'. Confor, Solidit,Economie sont les qualits exclusives des voitures Bar Termines Hropristaii <> : A.WiJ nasr ^~ Ceu sser *uxt} U f u en l '' 1( renseign sur la puissance de leur MOTEUR el leur RAPIDIT peuvent B'adressc nombreux pi crins qui, le mois dernier ont en : <\ assister a la rte p itronale de Ville-Bonheur. A l'honneur 'tnforuiar sa bieavaillaufe oliintla qu'il a install l't^ de son tablis sment, un salon exclusivement rserv .aux familles o l'on trouvera des consommation A? premier choix et o des lunch seront servis sur demande. Tlphona NJ 78\). &mmm I,J I &i 'OjJ ^



PAGE 1

MATIN > %  \*i:. 23 AOUT 1926 ii ••• SWW^WiWS.WSiWJ.t.^4' INEZ %  o Rhum Barbancourt iSc vend aux Cayes chez Vve A Sentirai. *! Occasion exceptionnelle Parfumerie de loui ^-enre — Lotions — Coudre — Savon*. Cravates, Chemises, Mouclioirs,llK:i et liaussettes fines et ordiBftirMi Articles de toilette, Montres, Hveil, Itijouterie (iae -t ordinaire. Articles de nouveaut franaises — italienne— ao.tii ,me. El Chapeaux de toutes formes de toutes nuances, de tous |t> prix.— Chapeaux pour hommes, dames et enfants. Chapeaux,Panamas Panamas ,en couleurs. Tout le plus chic et le plus|conomique se trouve en] gros et en dtail Chez Genaro Hurtado Lu Maison aux Dix Milles Chapeaux Grand 'Rue—] Coin Rua des Miracles, en fac de Gardiner Alnminum Liae New-Orlais a South America Steamstup La lac I*i ootia.ir^s.cipa.x'tsdirectspoxxr Port-auPrince "Haiti Le st. amer "Laila" laissera Rcw-Oi lans le 24 contant directement pour Port-U-PrinCe.J Proclttia dpart Je 13 loll nom tous les ports d'Hati* rort-au-Prince,* le 14 Aoitt 11*26. A.^e I1TTEIS kCo \gents %  M Socit des produits dotot Paris CAPITAL : :i.lOO.OOO trimes. Lu plus antienne Maison pour les Dentijriees : Bonde en 1755k I.'i \i DR BOTOT i si I.I. st;i IL |)i:\Tii-itu:i: APPROUV PAR LACAD MlK DE MDECINK DE PARIS. Demandez la Pte Dentifrice Botol Demandez l'Eau de l!>>i"i Demandez le Savon Dentifrice loDemandez la Poudre Dentifrice Bototau Corail el an Quinquina. Demandez le "Sublime" de lioloi contre la chute des cheveuz. Lis dentifrices Hoiot sont pe commands par les meilleurs den listes d'Haiti, notamment lei iul \. Mis Docteurs Volny Rouzier, James Ewald, Mercier lils, Holly.Dumer. v, Daniel, etc. etc. En vente dans lei maisons suivante! : Pharmacie Phariaot, Pharmacie Bourraine, Pharmacie Centrale, Pharmacie Saint Jean.Maurice Etienne lils Paul Auxila,JulesGornaU. A. Boit, J. Poujol, Carmen Douvillt, Siaiuliouly el Sergile, etc.etc. Et dans toutes les bonnes Maisons de Province. En groa el en dtail chez les Agents Exclusifs pour Hati. F. LAVELANET & Cie 17101 Rue du Magasin de l'Etal Port-au-Prince Box 1%. HA). Maison Frd. Gaetjens Mo 117 lue, Roui OU Bonne Foi, lo 117. Tlphone ; (>(i7 ON TROUVERA : l Alcool lin pour liqueur. — Sucre llasco blanc et rouge, gros a dtail. Sucre granul amricain.— Savon par caisse et en dtail. — Ri/, par MC tt par livre— Sirop, Orgefit^.renadine, Pche ( etc ). — Cigarettes, Cliesterfit-ld, Catnel. Chantecler, Panlalon. — Man. bettes qualit suprieure ( onserve alimentaires.— Cal >ieux par livre, caf es poudre. Wisky. Rire Palzenhoffer. — Champagne Mass Pre et lils, Champagne qui peut rivaliser avec avantage avec n'importe qu elle mar;ue de la place. Champagne Unson. Parfumer e Vin blanc par bouteilles et gallons — Vin rouge par bouteilles et gallons, qualit* suprieure Clairin vierge par barriques et gallons. — Bnlin le laineux Rhum NecUr. Et la non moin fameuse Auisette de Mme Frdric f.aetjens. Venez, laire une visite, 7US en sortirez satisfaits.— Le tout bon march. Le Rhum Nectar Le seul Rhum qui, tir d'Alcools naturels obtenus directement pa> D istillation Simple du Sirop des Cannes, d'un Oniijlie Ct tOlljotirsmme p'antation et le seul qui. vieillit pnr l'action du temps dans les dpts avee exclusion rigoureuse de tous dangereux Secrets d fabrication et sans adjonction d'aucun ingrdient d'usine, ce nserve au jugement de la plupart de nos .Notabilits Mdicahs et sui vant l'apprciation de bons atnateuis, la suavit incomparable du bouquet tt les plus remarquables qualits hyginiques. Mme pris avec excs, Khum Nectar n'enivre pas et ne pro dmt pas t \K oolisme la loogue, comme les auiiea produits similaires et comme les autres spiritueix. Grand htel De FR&IMGE IVP.JPATHIZI, Propritaire Cet Etablissement renomm dont l'loge n'est plus laire vient d'tre compltement restaur el remisa neui. Les chambres ont tout le confort moderne, le service irrprochable, le Restaurant soign est detout premier ordre.rHokl n'ayant rien nglig pour faire plaisir sa charmante clientle. Mr. PATRISI, qui part bientt, apportera son rclour de Erance de nouvelles amliorations qui donneront la plus entire satisfactions^ tous DJEUNER la CARTE, TABLE d HOTEj PLAT do JOUR au CHOIX Penlon au mois, in semalrt, DOT four Garage mis gratuitement la disposition des voyageurs Bains, Douches toutesjles heures "** Tlphone : | • 341 Dans les Magasins souches ;'i l'Htel, ou trouvera Ion tes sortes de provisions, VINS. LIQUEURS, CIGARETTES. VINS d'EsPAONE, de BOURGOGNE, dTr.\Ui-:,(itu\t> CHOIX de CONSERVES. On y trouve l'arrive, pendant le sjour ou au da. part tout ce que l'on dsire au GRAND HOTEL de FRANCE: P.P. PTBOT^roprietoln <^ <4to C. L Verret Marchand Tailleur Ao 1822Rue du Magasin de l'Eta Se recommande au public et sa nombreuse clientle pour l'lgance de sa coupe et la prompte excution mise .... t s I-•'livrmes coolies .ses .son . I J Maison reste ouverte |utqu'l 8|lieur.:.s du sjir Prix modre. Br Mne! 5a v CA: que vous pome/. don ni r de plus prcckux a votre enfant, c'est la sant. I.CS rrcuiitions lmentaired'h\giu< sont faciles A prendre. C'est par la nialpn prt que vient la *~ mu L die. Ai laquez lu crasse avant qu'elle ait eu le temps de pntrer dans 't^ les pores de !a peau. i Veillez a ce que votre enfant •c lave souvent et loigneuse%  i.iit avec le Savon le Savon pour la Sant IVisalco %  M A ,n t G ral Rue desbront .•For/*, 2Vo 1M Kola Champagne F Sjourn Prpar dans des conditions rige D'ASEPSIE Prparation et Vente Pharmacie E. SiJOUHN j| Angle des Hues Houx et iluCentrc. Q • scvnsius eC P. Labourdell 1 Hue de Clichy P** HO Rue des Csars. 00mWNH*N9*HN^^ rfflf&fn



PAGE 1

^CTEL'H PHOPRIKTAIRK j flfoMt HAQL01RE BOIS-VERK* IJ58, Rue Am^,ca,ne, 1358 NUMERO 20 CENTIMES La pense console de tout et remdie >) tout. Si quelquefois elle nous fait du mal, demandezlui le remde nu mal qu'elle vous a fuit,elle uout le donnera. \:il.\M()ltT QUOTIDIEN TLPHONE N 242 • ANNE S"m) PORT-AU-PRINCE (HATI) LUNDI 2;i AOUT 1938 Le Monde tremble... &&&&bfo^ Coin de nos Leclrices.., parfois excellent de •, pour un instant, du ses proccupations ires. Cela repose l'es[sans conteste, cela Ile ton utilit. Cela per^tdyvoir plus clair. Bas srement ; lorsr/ient aux soucis lonl ^citoyens, lous.quoi%  pe, portent le redoubien, parmi nous, en idilficults de tous 01[qoinous assaillent quoinemenl, ne savent plus wr les bras au ciel et r;i Tout est perdu! Jl jplus qu' chercher ti pingle du jeu avant de finale pessimistes croient et %  ptque le peuple hatien que de la plus sinistre Dcourags, ils se (lies tribulations ne que les lui tiens et, nr esprit troubl, ils jk quand mme trouver rieurs conci'ovens des et des responsables ullsdes temps prant la crise qui se! nation 11 est qu'un %  de la crise plus ou ["ligue oui secoue les |u monde entier et les nWer sur leurs bases .Voyons, par exclusif, moderne. Le .lapon, Un*,'la Indes se Iran s Btiroe d'u'il et, Dieu lit 1 prix de quels sa* de quelles abngaide q uelles transactions lent,cruellement cou IWus lentement, mais ptWThibet. le Tliibet able, ce refuge radiIfe l'hostilit aux mpciales exotiques, aux accident, est entam. I de temps rsistera-!H Aujourd'hui, des 'grandes coin me l'EuJst Etats-Unis, figes '• dizaines de sicles dans une sorte d immobilit hiratique, s'veillent de leur long sommeil et s'agitent convulsivement. On s en apercevra avant qu'il soit longtemps, I es ides dites nouvelles, politiques, conomiques, se sont d?verses comme un flux irrsistible sur les immenses continents qu'elles ont travers de part en part. Brusquement arraches, comme nous, ;'i leur rverie millnaire,'des centaines de millions d'hommes les ont goulment ingurgites. Les pays musulmans, un temps, rsistent la vague. Mais voici qu'ils se rattrapent. Voyez, qu'y a-t-il de commun entre la Turquie de 1H4 et celle de 1 ( .>2(>? Douze ans ont suffi pour (pie tout soit jet par terre. Le padischah exnuls comme un vulgaire iiulsi rble. On s'en prit au fez, emblme d'un pass soudain dtest. On s'en poit la pense religieuse prche par Mahomet, prophte d Allah, et l'on fit de l'athisme, au point de vue musulman, bien entendu, une doctrineoflicielle, Le lien religieux bris, ce solide lien qui attachait ensemble tant de peuples, Turcs, Tartares, Persans, Afghans, Kirghises, Dr uses, Kurdes, pour n'en citer que quelquesuns, substiturent la religion dfaillante un nationalisme agressif.4 )n disait jadis 17/ricnt.U faudra dire dsormais.• les Orients. Irrsistiblement, l'Influence politique europenne a t relonle, expulse. Mais, par parenthse, de quoi l'Europe se plaindrait-elle? Ceux qui oui gagn la guerre n'avaient-iis pas toujours proclam le droit des peuples disposer d euxmmes ? Demain, sans aucun doutc.ces pays orientaux dresss les uns contre les autres par une troite conception tiu nationalisme se rapprocheront quand ls comprendront la solidarit de leurs inMtfws cubains aium ~~ tor matin, les deux Lfssns. le Capitaine 'UbordeMolinjret le Mjuillamne Martull Mont nous ann-mci >ns, 1'nye Port-au-Prin%  V !" 'oie des airs, venant T"e. nous ont fait virjtau du MATIN, accomV* Monsieur le Colonel kf u ", 1 ?• C I,al 'K <: l A, 'LV* publique de Cuba P*-nnce. E niciers de l'Avial! n US ; Il jrntralne le ci!e aussi loin que |e puis. Or.je l'ai droul jusqu'au Wul : |e rejardr, il, les iras eieadu, la prunelle lujarde, J'outille sans nen mr 11 reictilrer d'appui. Bile est la cependant, je l'entends qui repirr ; lais, ptidule elenul que sa puissante attire, Je passe et |e repasse el lile l'oiire en uni ; V poirrai-jr allHjer telle rtrde Huilante, .1i rentoiler an jour dont la qalle me lenle Il dtis-je dans I norreur me lalaster uis in ? Sull PIVIHUi'!! MAURICE ETIENNE fils Angle des Rues du Magasin de l'Etat et aes ronts-torts NOUVEAUTS, MI IM I.IUI i'AHFt'MEKlK. Champagne Duc de Monletdlol Cordon noiraugoj rranais Cordon blanc an got amricain. De h. Maison ALPREU DE MDNTEBELLO et C l'onde en 1834. Chteau de Mareuil-sm Ay ( Marne ) ANCIENS VIGNOBLES un Dics D'ORLAANS. MONOPOLE DE ' ^S 116, Rue 7 ravenlin '. vi Port-au-Prince, Hati. *;5•C> En vente: Au march Cristal;! l'IIolel Sea-Viewjj ^ji et dans les principaux cals el restaurants. ffe j^ Cette marque est parmi celles qui ont lait leurs preu-Jj2* ves, qui ont donn leur chef d'*livre el'obtenu leurs'*"; lettres de nobles ie. >& JR & $ & !$ $. Q y ,> , ^ , # /> # , ey 51 ^ Bot le a tx Lettre Lgation de France en Hati Port-au-Prince, le 20 Aot li*'2i. Monsieur le Directeur, Je viens de lire dans le Matin-Kcvue ( Numros ."> el ti ), page 119, que M. Velten, Ministre de lianee, a t relev de ses fonctions . Ce renseignement ne peut avoir t donn que par erreur, M. Velten n'ayant t ni rappel, ni relevi de ses fouet ions, mois ayant tout simplement obtenu, sur sa demande, un cong. Je serais trs heureux de voir rtablir lis faits, tels qu'ils sont, dans votre journal. Avec mes remerciements anticips, veuillez agrer. Monsieur le Dilacteur, l'assurance de mes meilleurs sentiments. J. SALLES, Charg d'Affaires p. i. et I issi en Orient, aux Indes Occidentales, au Japon, aie, Le premier steamer arrivera i orl-au-l'rince le .'{.Septembre prochain. Il y a un navire qui laisse riambura pour New-York tous les .'{ ou .") jours el toutes les trois semaines, un baieau arrivera dans les ports d'Hati, Nos Commerants seront, certainement, heureux d'apprendre la rouverture du la llaniburg Amerika fine. Pour noire pari, nous prsentons nos plus vive sympathies A I aimable Agent de celte Ligne, M. Wallcr Kanil/seh el souhaitons, a la II. A. L., lu Iructueuse besogne en Haiti. *m La Hamburg Amerika Line Comme nos lecteurs ont pu le savoir par les divers avis que nous avons publis, celte importante ligne maritime allemande a repris son service de navigation commerciale entra Hati, New-York et Hamburg. C'est M. Walter Ranitasch de l.i Maison Ololl'son, Lucas et Co. de Port-au-Prince qui est spcialement charg de l'Agence de cette Ligne. M. Walter Ranitzecb que nous avons vu samedi s'est mis avec bonnes grces notre disposition et nous a aimablement tour ni quelques renseignements intressants concernant la rouverture de l'importante Ligne dont il est l'Agent a Port-auPrince. Depuis la guerre, la Hamburg Amerika Lme taisait le trafic New-York -Hamburgconjointement avec une puissante ligne amricaine la United Ainerieau Lines laquelle elle s'tait associe. Les navires faisaient le trafic sous pavillons allemand ej amricain. Mais la Hamburg Amerika Line a pu acheter les trois grands bateaux de la Ligne, le Hesolute , le Reliant:e >• et le Clevcland. Dsormais donc, le service New-York Hambmg s -ra entirement assur par des tranaallentiqueeappartenant entirement la Hamburg Amerika Line et baltant uniquement pavillon allemand. C'est Un gros succs DOUr celle dernire; car la United American Lines est une ligne de navigation de premire importance qui faisait un trafic trs tendu de Hamburg New-York La loterie DU Cap-llaitien Monsieur Clment Magloire Directeur du .MATIN Port-au-Prince. Mon cher Monsieur, Comprenant la ncessit de stimuler et de contrler ininutieuscmeulet de l'a s on dfinitive la vente des billels de la (irande Loterie du Cap-Hatien qui restent encore vendre particulirement dans les villes Sud d'Haili o les avantages de cette loterie n'ont pas t bien explique au public ; et, dsireux de procder au tirage de cette loterie a lu date la plus prochaine possible, le propritaire du building el de la maison de M. P. M. Alliri a convenu de tous arrangements avec M. H. W, Hipwell de Port-uu-l'rincr, l'expert comptable bien connu, lui remettant la direction entire de la (irande Loterie el le contrle de son fonctionnement. L'attention du public est attire sur ce lait que c'est la premire loterie organise de ce genre en Hati, olliaiit au giguant du lot principal, non seulement un superbe difice, mais aussi UB beau revenu annuel et es prolits pour une somme trs modeste. Ces avantages mettent cette loterie au premier rang. GeUI qui ont dj achet des billets sont donc maintenant asBUla qu'on fait tous lis efforts pour amener l'attaire une rapideconclusion el, ceux qui n'ont pas eu encore l'occasion de Irapper la porte de II chan,,, nous leur suggcnui. l'ide d'en acheter au plus vite. Veuillez agrer, Monsieur le Directeur, nos bien sincres salutations. W. LIVINGSTON. A Mr Clment Magloire, | '. Directeur du Journal /-<• Matin. Mr le Directeur, Votre excellent journal nous sert dputa quelque temps une Srie de beaux sonnets pour laquelle nous vous somme tri reconnaissantes. Si vous le permettes, nous vous prierons de bien vouloir oublier ces petits vers lgers de Maurice Donnav, qui, srement, ont d plaire toutes les lectrices ^parisiennes et provinciales. Nous croyons pouvoir voua dire qu' Porl-au-. rince, les lectrices du %  Malin ne manqueront pas d'y trouver tout l'esprit el toute la finesse cpie comportent ces vers. Ces! mon mari q Ul vous devez ces quelques lignes, et c'est lui qui ma conseille de Voua crire eu m'assurant que vous aviez de l'esprit autant qu homme de l'ranie. Sur ce, Niousi, or li iJirecteur, recevez nies salutations disli: % %  sa* ; \. c. A TA GORGE La chfaisr qui le itiluil. Us* rotin du rdlr impudique Due u leJav lui eaaallsif, A l'furr lajftli rt fatidique S'MI tonrbf a l j.inl.s JVnfail llM la jorijf Jf |.imifx,f IVtl apnanif rt Inonpbant, J'ai tu Ifx .splpuilfurs Jr jrunriiM tluf la rhnniw rrrrlail; fai TU, sur l.i poilnir iuf, leni juniMui, drui frrrr.i jr lait, Inhib d'une irllr mat, IitJrni", uns liai drradfuls, Uiflanl |rur rijidilr miidr. Sans l'aidr drs rorvK iniertu I Nirliaiit M tenir d.inV larirr, uliu, nu' iriiiulr, lli rnaliaieot et -jr.m.l pmilrip : — La duirrur d.iu l.i fanrlf, Hu.ilili rarr rt sunrrmr. lain l'.iiuiiir du Biru rt il g Ui* t limait Isa p'nlrrbnrnrrinr, lu liml <\r BJ dunblr Vbu l'if Irrrr rhinanrnnr I drroulr Jrt.inl IIIM m Ses suanam nam rtinaai, El |e \is t.lrtssr un | 0 ( PU1 Lailique d idiiej dr ri'rn. laulruis iidijriiNW ou se lui L'rinui drs |||S|KI rt J* p|j f .s, leam aaaj(aaa au r lii UiniiM aui isamaji lw eaux plrun. El llMqiir. 1er la jorjr ru fru, la wil iaauf U drsallrrr, Jf ii|jr, ru rroicruant lliru Ou'iii l'ai oui aa n tu^Wm-r 1 Vaurk (MM\ \) Noire IBL ...a vu, laCatli|,a/e. vendredi aprs-midi, pendant que se clbrait un tiileiTement deux aaaietanla bavarder nie' inentetpieM,u;, haute vnijUn enfant de chaur vint leur rap, le. le respe, t qu'il, devaitnl su heu sa.nt surtout en pareil' cireoneteace. Lee deus bavas\t n eurent cure de lavarfieeameuf donne pari enl.u.l ,|, ^utum leur conversation joveuee J poursuivit. Alors le prtre luiminesa.hessa.uu leux t lu ._ ule funrailles rt l,„, ,, lWll .u qu.l eta.l uuonvenant et l>vm enarltabU de cauaec ildeirl • • J


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06797
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, August 23, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06797

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^CTEL'H PHOPRIKTAIRK
j flfoMt HAQL01RE
Bois-VerK*
ij58, Rue Am^,ca,ne, 1358
NUMERO 20 CENTIMES
La pense console de tout et
remdie >) tout. Si quelquefois
elle nous fait du mal, demandez-
lui le remde nu mal qu'elle vous
a fuit,elle uout le donnera.
\:il.\M()ltT
QUOTIDIEN
TLPHONE N 242
ANNE S"m)
PORT-AU-PRINCE (HATI)
LUNDI 2;i AOUT 1938
Le Monde tremble...
&&&&bfo^ Coin de nos Leclrices..,
parfois excellent de
, pour un instant, du
. ses proccupations
ires. Cela repose l'es-
[sans conteste, cela
Ile ton utilit. Cela per-
^tdyvoir plus clair.
Bas srement ; lors-
r/ient aux soucis lonl
^citoyens, lous.quoi-
pe, portent le redou-
bien, parmi nous, en
idilficults de tous 01-
[qoinous assaillent quo-
inemenl, ne savent plus
wr les bras au ciel et
r;i Tout est perdu! Jl
jplus qu' chercher ti-
pingle du jeu avant
de finale
pessimistes croient et
ptque le peuple hatien
que de la plus sinistre
Dcourags, ils se (li-
es tribulations ne
que les lui tiens et,
nr esprit troubl, ils
jkquand mme trouver
rieurs conci'ovens des
et des responsables
ullsdes temps pr-
ant la crise qui se-
! nation 11 est qu'un
' de la crise plus ou
["ligue oui secoue les
|u monde entier et les
nWer sur leurs bases
.Voyons, par exclu-
sif, moderne. Le .lapon,
Un*,'la Indes se Iran s
Btiroe d'u'il et, Dieu
lit 1 prix de quels sa-
* de quelles abnga-
idequelles transactions
lent,cruellement cou
IWus lentement, mais
ptWThibet. le Tliibet
able, ce refuge radi-
Ife l'hostilit aux m-
pciales exotiques, aux
accident, est entam.
I de temps rsistera-!-
H Aujourd'hui, des
'grandes coin me l'Eu-
Jst Etats-Unis, figes
' dizaines de sicles
dans une sorte d immobilit
hiratique, s'veillent de leur
long sommeil et s'agitent con-
vulsivement. On s en aperce-
vra avant qu'il soit longtemps,
I es ides dites nouvelles,
politiques, conomiques, se
sont d?verses comme un flux
irrsistible sur les immenses
continents qu'elles ont traver-
s de part en part. Brusque-
ment arraches, comme nous,
;'i leur rverie millnaire,'des
centaines de millions d'hom-
mes les ont goulment ingur-
gites.
Les pays musulmans, un
temps, rsistent la vague.
Mais voici qu'ils se rattrapent.
Voyez, qu'y a-t-il de commun
entre la Turquie de 1H4 et
celle de 1(.>2(>? Douze ans ont
suffi pour (pie tout soit jet
par terre. Le padischah exnul-
s comme un vulgaire iiulsi
rble. On s'en prit au fez, em-
blme d'un pass soudain d-
test. On s'en poit la pense
religieuse prche par Maho-
met, prophte d Allah, et l'on
fit de l'athisme, au point de
vue musulman, bien entendu,
une doctrineoflicielle,
Le lien religieux bris, ce
solide lien qui attachait en-
semble tant de peuples, Turcs,
Tartares, Persans, Afghans,
Kirghises, Dr uses, Kurdes,
pour n'en citer que quelques-
uns, substiturent la reli-
gion dfaillante un nationalis-
me agressif.4 )n disait jadis 17/-
ricnt.U faudra dire dsormais.
les Orients.
Irrsistiblement, l'Influence
politique europenne a t re-
lonle, expulse. Mais, par pa-
renthse, de quoi l'Europe se
plaindrait-elle? Ceux qui oui
gagn la guerre n'avaient-iis
pas toujours proclam le droit
des peuples disposer d eux-
mmes ? Demain, sans aucun
doutc.ces pays orientaux dres-
ss les uns contre les autres
par une troite conception
tiu nationalisme se rappro-
cheront quand ls compren-
dront la solidarit de leurs in-
Mtfws cubains
aium ~~
tor matin, les deux
Lfssns. le Capitaine
'UbordeMolinjret le
Mjuillamne Martull
Mont nous ann-mci >ns,
1'nye Port-au-Prin-
V 'oie des airs, venant
T"e. nous ont fait vi-
rjtau du Matin, accom-
V* Monsieur le Colonel
kfu",1?CI,al'K<:'l,'A,'-
LV* publique de Cuba
P*-nnce.
E niciers de l'Avia-
l! nUS II s5 Tl rcit de leur
JUS , des plus beu-
f* dew avions le V 1
S. K*n dmirablemeut
? Pendant toute la tra-
lriir h; ux aviateurs o .t
7^untanamodeCuba.
E'',nal,l'visite,les
.WgUl'S ,m"s a qui
L0 touhau u bon
"renouvelant ns
d 1. u ,,ngu Char
Cne ***** 55-
M- Hanoibal Price
Samedi matin, nous avons revu
avec plaisir aux bureaux du
MATIN, l'aimable visite de M.
Hannibal Frite, E. E. et Minis-
tre Plnipotentiaire d'Hati
Washington, dont nous annon-
cions, mardi dernier, l'arrive a
Port-au-Prince, en voyage de
cong.
M. Prie passera trois ou
quatre semaines la Capitale
avant de rejoindre son poste.
Nous lui renouvelons nos
sympathies et lui souhaitons un
agrable sjour Port-au-
Piinee.
Ik'N.NKTKRl,
.MlHCKftfK "T
'AU! UMKRIK F. MOHKAl'i
et tous autres articles
Iran vais
Ben gros & dtail, ches ;|
(Mme Denis FENELONJ
[J4'i, Hue Montalais.
trls. El les nalions de la
vieille Kurope verront ce qu'ii
leur 11 cont d'avoir ferm les
oreilles aux cris des morts de
la Grande Querre.
Pendant des sicles, en
Asie, les peuples d'Kuropc ont
jou sur le velours,comme on
dit. Les temps changent. Ils
ont dj chang. Crise de
croissance, crise d'veil aux
choses de la science, aux con-
ceptions dites modernes, bon-
nes ou mauvaises.
Au cours de celte crise for-
midable, les Asiatiques ont,
certes, encore besoin de l'Ku
rope. Mais il leur laul une tu-
telle plus spirituelle que poli-
tique. Ces conseils, cette tu-
telle spirituelle, l'Europe est-
elle encore en tat de les leur
apporter, de les offrir,elle qui
s'tait range tout entire der-
rire les Etats-Unis lorsque,
I 1 Confrence de Versailles,
le Dlgu japorais eut pro-
pos de reconnatre, l'galit
des races dans le pacte qui de-
vait assurer au inonde la paix
dfinitive et que le Prsident
Wilson et dit : non !
Donc, comme nous le di-
sions, au dbut, ce serait se
t ro m pe r dangereusement
que de voii dans des hommes
les auteurs des difficults con-
tre lesquelles nous luttons.
Elles ne sont que des piso-
des inluctables de la crise
qui secoue l'Univers.
Le inonde tremble!,.. Et ce
sont les rpercussions de ces
profondes secousses politi-
ques cl conomiques qui trou
blcnt, pour la plus large part,
notre vie nationale.
Dans I Univers, on danse
sur un volcan! Jamais, en v-
rit, l'on ne pourrait rpter
ce mot clbre avec plus d'-
propos, illais que seront les
demains de toutes ces crises?
En sortira t-il un monde nou-
veau, rg nr.meilleur? C'est
la grande question que cha-
cun se pose, les yeux cnr-
quills tourns vers l'obscur
horizon,..
fc
'**
Masm^^sKto
Les !xiii sonnets
LE DOUTE
La Mairie Tent dort ai fui1 i"ii grau1 pila
Plus il' 1111 dit cet aiioe ta n'i prend jasai* janle
loi, par un Maire amour, tout wul |r '
lanardV,
J'y descends a Iraten la plus nuire drat uuii> ;
Il jrntralne le ci!e aussi loin que |e puis.
Or.je l'ai droul jusqu'au Wul : |e rejardr,
il, les iras eieadu, la prunelle lujarde,
J'outille sans nen mr 11 reictilrer d'appui.
Bile est la cependant, je l'entends qui repirr ;
lais, ptidule elenul que sa puissante attire,
Je passe et |e repasse el lile l'oiire en uni ;
V poirrai-jr allHjer telle rtrde Huilante,
.1i rentoiler an jour dont la qalle me lenle !
Il dtis-je dans I norreur me lalaster uis in ?
Sull PIVIHUi'!!
MAURICE ETIENNE fils
Angle des Rues du Magasin de
l'Etat et aes ronts-torts
Nouveauts,
Mi im i.iui ,
i'AHFt'MEKlK.
Champagne Duc de Monletdlol
Cordon noiraugoj rranais
Cordon blanc an got amricain.
De h. Maison aLPREU DE MdNTEBELLO et C
l'onde en 1834.
Chteau de Mareuil-sm Ay ( Marne )
Anciens Vignobles un Dics d'OrlAans.
MONOPOLE DE

'

^S 116, Rue 7ravenlin '.
vi Port-au-Prince, Hati. *;5-
C> En vente: Au march Cristal;! l'IIolel Sea-Viewjj
^ji et dans les principaux cals el restaurants. ffe
j^ Cette marque est parmi celles qui ont lait leurs preu-Jj-
2* ves, qui ont donn leur chef d'*livre el'obtenu leurs'*";
lettres de nobles ie. >&
JR & $ & !$ $. q y ,> , ^ , # /> # , ey 51 ^
Bot le a tx Lettre
Lgation de France en Hati
Port-au-Prince, le 20 Aot li*'2i.
Monsieur le Directeur,
Je viens de lire dans le Ma-
tin-Kcvue ( Numros ."> el ti ),
page 119, que M. Velten, Minis-
tre de lianee, a t relev de
ses fonctions .
Ce renseignement ne peut
avoir t donn que par erreur,
M. Velten n'ayant t ni rappel,
ni relevi de ses fouet ions, mois
ayant tout simplement obtenu,
sur sa demande, un cong.
Je serais trs heureux de voir
rtablir lis faits, tels qu'ils sont,
dans votre journal.
Avec mes remerciements an-
ticips, veuillez agrer. Monsieur
le Dilacteur, l'assurance de mes
meilleurs sentiments.
J. SALLES,
Charg d'Affaires p. i.
et I issi en Orient, aux Indes
Occidentales, au Japon, aie,
Le premier steamer arrivera
i orl-au-l'rince le .'{.Septembre
prochain. Il y a un navire qui
laisse riambura pour New-York
tous les .'{ ou .") jours el toutes
les trois semaines, un baieau
arrivera dans les ports d'Hati,
Nos Commerants seront, cer-
tainement, heureux d'apprendre
la rouverture du la llaniburg
Amerika fine. Pour noire pari,
nous prsentons nos plus vive
sympathies A I aimable Agent de
celte Ligne, M. Wallcr Kanil/seh
el souhaitons, a la II. A. L., lu
Iructueuse besogne en Haiti.
*m
La Hamburg
Amerika Line
Comme nos lecteurs ont pu le
savoir par les divers avis que
nous avons publis, celte im-
portante ligne maritime alle-
mande a repris son service de
navigation commerciale entra
Hati, New-York et Hamburg.
C'est M. Walter Ranitasch de
l.i Maison Ololl'son, Lucas et Co.
de Port-au-Prince qui est sp-
cialement charg de l'Agence de
cette Ligne.
M. Walter Ranitzecb que nous
avons vu samedi s'est mis avec
bonnes grces notre disposi-
tion et nous a aimablement tour
ni quelques renseignements in-
tressants concernant la rou-
verture de l'importante Ligne
dont il est l'Agent a Port-au-
Prince.
Depuis la guerre, la Hamburg
Amerika Lme taisait le trafic
New-York -Hamburgconjointe-
ment avec une puissante ligne
amricaine la United Ainerieau
Lines laquelle elle s'tait asso-
cie. Les navires faisaient le tra-
fic sous pavillons allemand ej
amricain. Mais la Hamburg
Amerika Line a pu acheter les
trois grands bateaux de la Ligne,
le Hesolute , le Reliant:e > et
le Clevcland. Dsormais donc,
le service New-York Hambmg
s -ra entirement assur par des
tranaallentiqueeappartenant en-
tirement la Hamburg Ameri-
ka Line et baltant uniquement
pavillon allemand.
C'est Un gros succs DOUr
celle dernire; car la United
American Lines est une ligne de
navigation de premire impor-
tance qui faisait un trafic trs
tendu de Hamburg New-York
La loterie
DU
Cap-llaitien
Monsieur Clment Magloire
Directeur du .Matin
Port-au-Prince.
Mon cher Monsieur,
Comprenant la ncessit de
stimuler et de contrler ininu-
tieuscmeulet de l'ason dfinitive
la vente des billels de la (irande
Loterie du Cap-Hatien qui res-
tent encore vendre particulire-
ment dans les villes Sud d'Haili
o les avantages de cette loterie
n'ont pas t bien explique
au public ; et, dsireux de pro-
cder au tirage de cette loterie a
lu date la plus prochaine possi-
ble, le propritaire du buil-
ding el de la maison de M. P.
M. Alliri a convenu de tous ar-
rangements avec M. H. W, Hip-
well de Port-uu-l'rincr, l'expert
comptable bien connu, lui re-
mettant la direction entire de
la (irande Loterie el le contrle
de son fonctionnement.
L'attention du public est atti-
re sur ce lait que c'est la pre-
mire loterie organise de ce
genre en Hati, olliaiit au gi-
guant du lot principal, non seu-
lement un superbe difice, mais
aussi UB beau revenu annuel et
es prolits pour une somme trs
modeste. Ces avantages mettent
cette loterie au premier rang.
GeUI qui ont dj achet des
billets sont donc maintenant as-
BUla qu'on fait tous lis efforts
pour amener l'attaire une ra-
pide- conclusion el, ceux qui
n'ont pas eu encore l'occasion
de Irapper la porte de II chan-
,,, nous leur suggcnui. l'ide
d'en acheter au plus vite.
Veuillez agrer, Monsieur le
Directeur, nos bien sincres sa-
lutations.
W. LIVINGSTON.
A Mr Clment Magloire, | '.
Directeur du Journal /-< Matin.
Mr le Directeur, "
Votre excellent journal nous
sert dputa quelque temps une
Srie de beaux sonnets pour la-
quelle nous vous somme tri
reconnaissantes.
Si vous le permettes, nous
vous prierons de bien vouloir
oublier ces petits vers lgers de
Maurice Donnav, qui, srement,
ont d plaire toutes les lec-
trices ^parisiennes et provincia-
les.
Nous croyons pouvoir voua
dire qu' Porl-au-. rince, les lec-
trices du Malin ne manque-
ront pas d'y trouver tout l'esprit
el toute la finesse cpie compor-
tent ces vers.
Ces! mon mari qUl. vous
devez ces quelques lignes, et
c'est lui qui ma conseille de
Voua crire eu m'assurant que
vous aviez de l'esprit autant
qu homme de l'ranie.
Sur ce, Niousi, or li iJirecteur,
recevez nies salutations disli: -
sa* ; \. c.
A TA GORGE
La chfaisr qui le itiluil.
Us* rotin du rdlr impudique
Due u leJav lui eaaallsif,
A l'furr lajftli rt fatidique
S'mI tonrbf a l j.inl.s JVnfail
llM la jorijf Jf |.imifx,f
IVtl apnanif rt Inonpbant,
J'ai tu Ifx .splpuilfurs Jr jrunriiM
tluf la rhnniw rrrrlail;
fai tu, sur l.i poilnir iuf,
leni juniMui, drui frrrr.i jr lait,
Inhib d'une irllr mat,
IitJrni", uns liai drradfuls, !
Uiflanl |rur rijidilr miidr.
Sans l'aidr drs rorvK iniertu I '
Nirliaiit m tenir d.in- V
larirr, uliu, nu' iriiiulr,
lli rnaliaieot et -jr.m.l pmilrip :
La duirrur d.iu l.i fanrlf, -
Hu.ilili rarr rt sunrrmr.
lain l'.iiuiiir du Biru rt il g Ui*t
limait Isa p'nlrrbnrnrrinr,
lu liml <\r BJ dunblr Vbu
l'if Irrrr rhinanrnnr
I drroulr Jrt.inl iiim m
Ses suanam nam rtinaai,
El |e \is t.lrtssr un |0(PU1
Lailique d idiiej dr ri'rn.
laulruis iidijriiNW ou se lui
L'rinui drs |||S|KI rt J* p|jf.s,
leam aaaj(aaa au r lii
UiniiM aui isamaji lw eaux plrun.
El llMqiir. 1er la jorjr ru fru,
la wil iaauf U drsallrrr,
Jf ii|jr, ru rroicruant lliru
Ou'iii l'ai oui aa n tu^Wm-r 1
Vaurk (MM\ \)
Noire ibL
...a vu, laCatli|,a/e. ven-
dredi aprs-midi, pendant que
se clbrait un tiileiTement
deux aaaietanla bavarder nie'
inentetpieM,u;, haute vnijUn
enfant de chaur vint leur rap-
, le. le respe, t qu'il, devaitnl
su heu sa.nt surtout en pareil'
cireoneteace. Lee deus bavas\t
n eurent cure de lavarfieeameuf
donne pari enl.u.l ,|, ^utum
leur conversation joveuee J
poursuivit. Alors le prtre lui-
minesa.hessa.uu leux tlu._
ule funrailles rt l,, ,,lWll.u
qu.l eta.l uuonvenant et l>vm
enarltabU de cauaec ildeirl
*
J


LE MATIN- 23 Aot 1920

v
1
.
>
v.
(il
'i.v'
''
JUBOL
rieduca l'intestino
i
0fV St.ttcr.ezx
!*?: t Entrite*
Vortigine
, Disppsl
Cmloranla
v
;
Pet coMenrarsi t*
adula- prenderr ogai cra
^ JUBOl

n IDltuO a*f varo y
Icado opl un mica*
Ji lubul, r.sirrt tytto
' P*r l'alxio aalirro
S* i oslr! ssiamafl kimio aa-
lu'o, prandeado
(ooipresaa di J< '
iMiiuu mm* ,.. ____, r u,u
Khc d-. lataagi. U ana clxtlciu
la aua docilfta; t. eu. BTtiaaaB ta
a li::o, rieducarieae intestinale coal aalraaaj.
f* raaiieaia dal Jabal, fora* la
atoni drl clUtere csatava al ai.
mrno ore Ulaatn. Par coair IV
manda a?rtbb coaiato ataaa soffa-
ren- r taato i aaitarl cM ait an
flalali non il fouaro a lotte la p
'De iriij'jicjn ta incacito> /
ttimai.
Or Bataoaa
dJtUa Fa( di Madtclaa
a Muatpallter
IONROIOI
juboiiiois tajtfmumi ;(*.
BSjM, lalmaut. aaVSdfJMaaMHafi
JUOCUTA.l ." ,w. c^a-." te J lijji
ffanai
/* i /-**>/* r'ssa'orr <'eft tuc-ttlut r,,,.
utt'oru i O.UIH.' ^i/ JulioIUxatt.
' ........
Uiua h fw avaaaj j |
im /* raaiai sa) ,*-.u. I E

aruiSBTffriwar* -*",*L'a!rflBE^
r
lorsque des larmes coulaient cl
que l'EgliM tait en deuil de
l'un de ses enfanta ... Mais le
plus loi I, c'est que NoTRB lL
vil les deux importuns s'olfcn-
sar ei prtendre que c'tait le
prtre qui troublait l'office. Non,
niais, va, c'est d'une audace.
...a vu, |eudisoir, Latino,
1"... D... montrer, tous ceux
( m voulaient le voir, le regard
( ne Notre il lui avait accor-
( la veille, te jeune liomme
ne se connaissait plus de joie.
Quelqu'un lui olfrit boire. Il
but. Des lvres aux pieds, il n'y
a pas loin. Il dansa. Mais aprs
le rond, il revint la table O la
danseuse commanda de la bire.
F... D... croyant qu'il allait boire
encore a ... l'osil, la laissa taire.
L'on but. Mais lorsque notre ga-
lant chercha celui qui devait
payer la tourne, l'autre tait
dj loin.
...vit !'... D... disparatre com-
me par enchantement. On l'ap-
iiela, mais comme ce chien de
ean de Nivelle qui luit quand
on l'appelle, il court encore.
Mais enfin, il a tait quelque
chose et No nu: u. l'a vu. Heu-
reux homme 1

... a vu, samedi matin, grande
rumeur la rue des (lsais, sur
lu Quai, :1 la rue Dants Des-
touches. Tout le monde tait d-
bout, comme on dit, les com-
mres, deux points sur les han
ches se calaient sur le seuil des
portes, les vieilles filles maiissa
des laissaient passer un .. d'il
entre les persiennes. Quel tait
l'vnement qui suscitait cette
curiosit el cet moi?., le dfil
d'un mariage. Le mari, heureux,
souriait et la marie, gracicusu
et jolie, riait admirablement sous
le voile nuptial.
...a vu, samedi, prs le l'A-
venue Duoste, deux automo-
biles entrer en collision. Chs
cuti les deux chauffeurs se
croyant, en laule, s'emmessa de
dmarrer en vitesse, chacun de
sou cot, a lin (pie l'autre n'eul
pas le temps dnoter le No. Kt
la place resta vide...
frcalculation du temps
par I. G. Tippenhauer
uioird'hoi et demain
Le 2.'t. Pression atmosph-
rique : 0.0 au-dessous. Temp-
rature :0.5au-dessous, l'rohahi
lits pluie : 0.3 ngatif.
Le 24. Pression atmosph-
rique : O.Il aU-deSSOUS. Tempe
rature : 0.3 au-dessous. Probabi-
lit! pluie: 0.1 ngatif.
Postes, Tlphone
et Tlgraphe*
Nous disions samedi, que les
services des Postes, Tlphone
et Tlgraphes allaient trelo-
{es ensemble dans l'difice dont
a construction s'achve fan-
(le de la (irand'Hue et de la Une
).mts-I)estouchca.
D'aprs des derniers rensei-
gnements plus prcis que nous
avons pu avoir, seuls les Bu-
reaux lu 'Tlphone et des T-
lgraphes occuperont l'immeu-
ble.
L'Administration gnrale des
Postes ne sera pai dplace,elle
sera maintenue au mme local
auquel de grandes rparations
et amliorations vont tie, sous
peu, apportes.
Les mesures financires
du Finistre Poincar
Paris- -A la suite d'un con-
seil de cabinet qui a eu lieu
aujourd'hui on s'attend a d'im
portantes restrictions dans les
Importations. Les ministres
oui longuement discut la
question des conomies el jla
clture du conseil on a an-
nonce que des dcisions im-
portantes avaient t prises.
Demain aprs une nouvelle r
union du conseil elles seront
rendues publiques. L'impres-
sion gnrale est que ces dci-
sions concernent des restric-
tions radicalcssurles importa-
tions el consommations aussi
bien qu'une Stricte conomie
dans les administrations pu-
bliques cl une svre surveil-
lance dans l'application des
prix dans la vente au dtail
et en gros.
oiaiies de souverains
La reine Marie "de Kounia
nie 'embarquera pour les
Etata-Uuis vers la lin de Sep
leinbre. Ses amis d'ici disent
quelle ne voyagera pas incog-
nito mais connue souveraine
el que par consquent elle ne
pourra tre reue chez des par
licullers. Elle logera a l'htel
durant son sjour aux Etats
Unis (sauf Washington
o elle habitera tt la lgation
de Roumanie. Ce roi rerdi-
nanl est arriv aujourd'hui ;'
Paris venant de Vichy.Il comp
te passerune dizaines dejours
dans la capitale Franaise.
jeunesse des diffrentes na
lions alins de supprimer les
guerres. Vendredi le passera
blcinciil des anciens combat
tunts sera sans doute lev
nemenl le plus impression
liant du congrs.
Le mystre de la
mort de lord Kit-
cher* ne
Factiejde journaliste
Par cable franais
LO.ND-tS, laot M. K.auk
Power, le journaliste anglais qui
aon>.!.. i rcemment qu'on avait
retrouv le corp- de k.tchener, a
dclar noaveui qu'il est con-
vaincu que le ceicueil qui conte-
nait la dpouille de l'ancien feld
marrctial a t l'o jet de louches
machination*.
LONDRES -tLe Dailj Sketch.,
publie sous la signature de Single
ton Cates un long article dans le-
quel il raconte qu'il a invent tout
au long l'histoire ! la dcouverte
du corps de lord kitchenerde con
certavec Franck Poer.
Les Boy-Scouts
au Congrs pour
la Paix.
MoissM.uuviKuF Les Boy
Scouts [internationaux qui
prennent part au Congrs d
mocratique international se
sont rassc mbler autour lu
grand l'en de camp et ont enlon
n des chants anglais. Ils ont
joue le rle principal dans le
spectacle el les allemands ont
donn une exhibition des
danses nationales.Dans la jour
ne plusieurs rassemblements
ont eu lieu au cours desquels
furent discutes les meilleurs
moyens a mettre en pratique
pour produire une plus par-
lai te comprhension entre la
L'accident de l'a-
vion commercial
Par cble franais
FOLKBSTONE,tl AotLa mi
nistre anglais de l'air a ouvert
uno enqute sur le terrible acci-
dent survenu prs d'Aldikkon d
l'avion commercial qui fait le ser-
vice enlre Paris et Londres. On
compte l'heure actuelle 3 morts,
le pilote Tierre de Risle ayant suc
comb. Il y a douze blesss dont
7 amricains.
Terrible accident
de chemin"de-(er
en Allemagne
Par cble franais
BERUN, il Aot Us grave
accident de chemin de ter s'est
[iroduit prs de /.ehrte. L'eipress
lerlin-l.ologne qui marchait une
vitesse de K) milles l'heure a d
raill. La locomotive quittant les
rails est tombe en bas du talus,
tandis que les deux premiers wa-
OM se tlescopant oe formaien
bientt plus qu'une masse de de-
bris. Il Taisait eacore nuit lorsque
l'accident se produisit et l'organisi-
lion des secours fut extrmement
difficile. Ou pensa d'abord qu'il
n'y avait que quelques victimev,
mis au fur et mesure que let
dbris taient dblays le nombre
des cadavres augmentait.A l'heu
re actuelle on compte 19 morts et
5 blesss giivement.La police est
coavaincue q-ia l'on se trouve en
i Nerveux?

LVHHM narraui, violant, da mauvaise hu-
Mur, Mt un* raiairu t* pour lui tt pour tous rvui
qui l'entourent. En puiaant Inutilement ara
foreea, il a uiracUroaut ruiner aa unie et ton
ben-ttre.
Ct *puiaem*nt nervaui doit a* remdier au
plu U>t paaaible avant qu'il n'arrive une da-
praaaioo eompli^ta ou que l'organisme arrive
ae dranger de tallt maniera qua tout* guriaon
oit impoaaiblr. ,
La Tienco li- dit bien, lea prraonnea nerveusea
dapandent du aang pour leur alimentation et
force*. Il rat tra important, par consquent,
que la eang mit prpmii^rvmrnt enrn-hi et purili.
Oea mUliera de peraonnea nerveuaea ae aont r^
habilite arec le Fer Naiat. la formule modem
qu'un grand norabf de medecina recommandent
Kaon puiaunt allt bhtnfaiaant but le tang flt
yatarna nervaux.f >-
< D eoatiant du far organique comme la far du
aang humas, arec dea glycrrophoaphataa, ali-
MOt qui aat abaorb diractaroent par le ayatm*
nerreux auquel il apporta dea Aanenta n'irnaja
aux qui an W nouriaaant, calment l'irritattaci at
craduellempnt maia aurement viennent lirrannar
le mal-tre et reataurent au lyatme nerreux kl
paix et la tntnquUit. .*
Dea milliers de peraonm*. dpendent du tm
Nuiat priodiquement pour vivifier le aang a*
le ayateme nerveux. Rien de plua facile que (f aa>
aayer le Fer Nuxat ; deux aemainea
aont gnralement autTuuinleii pour en .
reconnatre son efficacit. Eauyi-z-le|
le plutOt poaaible.
l.a demande pour le Fer Nuiat a
t si grande et immdiate que noua
n'avons pas eu le temps de prparer
dea tiquettes pour ce paya. Paj
consquent et t. mporvllement noua
userons le flacon Kspagnol que noua
reproduisons droite. Voua trou-
vres, danschsque limon desinstruc-
tions complet* en Franais,
-P-SJP
prsence d'un attentat criminel.
On a reconnu en iflel qu'un in-
connu avait dserr les boulona
des relises l'endroit o 'est pro
duit la catastrophe.
Les 'ministres fl*
nancires en Bel-
gique
i-ar rble franais
BAUXELlab.Sl AotLe on
'rnement belge a prpar an d
c et qui va tre soumis i la signa-
ture du roi et qui prohibe de la
manire la plus absolue l'importa
lioa du pain blanc eu Belgique.
lu second dcret ruspend tous les
travaux publics qui ne >ont pas
absolument ncessaires et inter
dit la mise excution des tra-
vaux projels.Tes dciets (ont par
tie du programme dt* conomies
du gouvernement. D'autres mesu-
res pour l'amlioration du franc
belge sont A l'tuue.
A la Confrence
de Dsarmement
Le contrle des arme-
ments
Par cble franais
GENKYE.2I Aot Les Etats-
Unis, lu urande Bretagne, le }*>
I on, l'Italie, le Chili et la Suisse
ont prsent an rapport minoritai
re sur la question du contrle in-
ternational des armements dcla-
rant que le conseil de surveillance
propos constituerait une sorte
d'tat-major international dont la
cration donnerait lieu de srieu
tes objections. Les dlgations,
dclaie le rapport, se voient dans
l'impossibilit absolue d'accepter
pour leurs gouvernements aucune
mesure afieulant la forme de com-
mi: ions inqiuistoriales.
,La CODJi,
plusieun il
personnes ej
ade aie
L'EMl
Insurance Co
lue des plus fortes Compagiii
canadiennes d'assurances
sur la vie.
Eug. Le Boss &
Le conflit reli-
(jieuxau Mexique
Onu requte des Catho-
liques 4au Prsident Galles
Grave bagarre 'Meitco. 3 dpits
mes, plisieurj~ personnes blesses
Par *cble franais
MEXICO, 21 Aot Au nom|Je
tous les archevques, vques,prr>
tie= et lid'jles catholiques du Me-
xique. M gr Mora y Del Kio.arcbe
tfua ij e Moxico, a prsent une
' ', i <' i u au prsident Calles lui de
muni'.mit de suspendre l'applica-
tion des nouvelles lois religieuses.
"Yrois dputs ont t tus au
co'ars d une bagarre qui s'est pro-
duite dans le quartier des affaires
, Mexico. Plusieurs personnes qui
se trouvaient l ont t grivement
blesss et un jeune marcliaud
de journaux a t tu. Le gouvrr
ueur de Tabasco, M Tomas (Jarri-
lo, est parmi les blesss Deux
des dputs tus M. Pedro Lui. et
Maicos Dia/ sont de Tabasco.Cette
sanglante affaire est 19 rsultat de
la rivalit qui existe mire ceilai-
nes factions au congrs.
Ils paient leur
dette la socit
Par cable franais
OSSINti, 21 Aot Deux lec
troi-utions ont eu ieu cette nuit
daos la prbon de Siug Sir.g.David
de Maio reconnu coupable dd me r
tre de deux employs de tram-
way commis Mount Vernont. a
pay sa dette fD protestant de innocence jusqu'au dernier m
ment. William lloyer, noir, reco 1
nu coupable du meurtre de aa filh
Sylvia sge'de S ans,est all sur 11
chaise lectrique en |dclarant que
le chtiment tait juste.qu'il devait
s'en aller et qu'il voulait s'en
a'ier
Un dirigeable
gant pour lu ma
rine des Etats-
Unis
Par cble franais
WASHINGTON,*! Aol-L'Air
craft Development Company de
Dtroit a obtenu un contrat pour
la construction d'un dirigeable de
la 11,a: in.- de l'Etat de 200.000
pieds cubes qui devra re termi-
n en iOD jours.
Cao y ou talk and write
ENGLISH Can you operate a
typewriter ? If y es, the only way
to oblnin a fair situation or to
better Un- une you now hve, il
to learu tvnglish Stenography.
For particulara w rite to or cal at tbe
"Et (.le Spciale de Stno Diclylo*
Kue h'n.u. 3lfl, Phone 830.
Port au Prince.
Remert
If r Itorney St
son voyage sur I
ci sue erement
ilienls qui, ped
ont conserv iwl
le mme attacbtsi
mercie pour laur
contribue au boo
maison et les pri aie
sa gratitude,
port au Prise, jW
The Royal Ml
Packet
La hteamer Kj
Ja-mel ta :K) oarastf
au l'iioce.leiiep''
Il prenrlr le ff*
du nord de l'Furof*
Le steamer "**m
attendu a J.cme','"]
prochain. J
r Le slesmer"Te|
a Jacmel, le *
Port au Pnsee.
Agent Gl

Eug.Le Boss&
Agents Gnraux
@tl3r^tH


. " -
s


LE VCATIN 23 Aot I9lfi
^^^^^^^^^^.t^^^f;^ g Jffi%&$$Si,tii
s Voitures Aulonii
Sont les meie
[parce qu'elles sonljpesjplus jolies et les
plus luxueuses
.91 3 *
Elles sont les meilleures parce qu'elles sont les plus solides
La Nouvelle Corona
/." Machine crira
personnelle
.ij iuid l>..i, i.ne uou\ le poque
CGROiPOrt p. ur U C oto m ,
HM I mo.le i lu, ii i i i qui
< ci il en !l() i.riir!>'i>- 1 i 11 reotl et
pml ton ptei de 1 Itucbe mor-
tes.
y a I7 in que "orona fabrique et vultari e ia
TOI cll.l.e a 1,1.11' Uffet-kj,
Dr|ui lors .. ".oroimopreDd prcres-ivin.eal la place de*
rr.Hi I.i 11 < luurJeset volumineuses.
CoitON* VOL'8 AI'COHIB I *g fcC.ONOMlB.
MVXWKLL& moi m
Fone: .'57.'
Uae Graaol Brewer
c plu* aciil des (lecunslituans
Fortifie le cerveau, la] moelle pinire, les <>s el Ici
reins. Rend puissants e1 vigoureux les enranta dbiles,
Icsieinmes faibles. Les personnes uses parties travaux
.issidus.
Kn vente chez : Simon Vieux, illred Vieux, Loue
Rivera, Ed. Enlve J C, A. IJolt, ftfphonM
lnir, J. H. lorday.lme L. II. Doret. i Petit*
Quve : S- iarlin.
Eosock chez : R Bronard, Grand'Eue R. 1709
C.KO.JKANSr.Mr; & Co, Agents

0
ides Noires. Surmenage
fesCffbrele. Epuisement
', \| Enervement, Insomnies
^'i'.'i
*bl
&y
Elles Boni lei meilleures parce qu'elles sont les pins conioriablcs.
Malades
Anmis
des Nerfs
Impuissants
r
/OUI ires dtfprlmt, uni force, $an courait*, an iowata Le
moindra tflbri wui esi piaille. L'tppMi duparu. oa nulu
ont **(>, fvuploi d..- cauchemar. Voi ides m brouillent.
- ui rovex roiti m no,r. vnm m-noue* do cofinance n oui
,"m' "' '" ' ibll. Tout n'en pal perdu. m*n bien
pirsuade. i.a cellule nerrtaM n'ui pa mont, elle ii Mulemtni
aiLiblie. |tndc*-iui ta force par
IMW ZIDAL
du D' OMNS
et puliiani rtttnrueiir, vous Hntei mbMimiii vos nerft
r, u ,i irmez, l'apptit renatt \ Ideei l'eclairciti m,
' '........"' V< '" reprenn potn -
ri .i".c..u.-tactif.v.. i.iaireiioni dcupl*.
I e Bacon 11 ir. KO
'- eaitawi......u |( n.-:,-. . tl t malade* aVtaa4etW
r- laiata Neurologique! dv D Sallea.ii.lvul.deStraabourg, PARIS-
im visu i.ws loirrsa piiaruaciii *
Gtici I
M Cl rtl
I
i.-i.iy__ZSTJ3
Elles sont les meilleures parce quelles aonl les plus e momiques.
Golombia". Sieamship Co k
Le steamer Bndtjetown venan1 dire MM|
de lew York est attendu J>ort au Prince
le 24 aot courant.Il repartira le mme" jour
pour petil-Goave, liratjoane, Cayes et Juc-
mel en iouti pour les part del folombie
prenant I r et ft ptfttflfK.
Tort un Prince, le 21 lonl li)2(i.
Colombiau Steamsbip Company lue.
(iehara& Co,Agenl.s
Elles sont les meilleures parce qu'elles ncessitent jam s de rparation.
Lux<'. Confor, Solidit,Economie sont
les qualits exclusives des voitures
Bar Termines
Hropristaii <> :
A.WiJ nasr
^~
Ceu
sser
*uxt}U' fu'en' l''1(' renseign sur la puissance de leur Moteur el leur Rapidit peuvent B'adressc
nombreux pi crins qui, le mois dernier ont en :<\ assister a la rte p itronale de Ville-Bonheur.
A l'honneur 'tnforuiar sa bieavaillaufe oliintla
qu'il a install l't^ de son tablis sment, un salon
exclusivement rserv .aux familles o l'on trouvera
des consommation A? premier choix et o des lunch
seront servis sur demande.
Tlphona NJ 78\).
&mmm
i,ji
&i
'OjJ
^


MATIN >
\*i:.
23 AOUT 1926
ii

SWW^WiWS.WSiWJ.t.^4'
inez
o
Rhum Barbancourt
iSc vend aux Cayes
chez Vve A Sentirai.
*!
Occasion exceptionnelle
Parfumerie de loui ^-enre Lotions Coudre Savon*.
Cravates, Chemises, Mouclioirs,llK:i et liaussettes fines et ordi-
BftirMi Articles de toilette, Montres, Hveil, Itijouterie (iae -t
ordinaire. Articles de nouveaut franaises italienne ao.-
tii ,me.
El Chapeaux de toutes formes de toutes nuances, de tous
|t> prix. Chapeaux pour hommes, dames et enfants.
Chapeaux,Panamas Panamas ,en couleurs.
Tout le plus chic et le plus|conomique se trouve en] gros
et en dtail Chez
Genaro Hurtado
' Lu Maison aux Dix Milles Chapeaux
Grand 'Rue] Coin Rua des Miracles, en fac de Gardiner
Alnminum Liae
New-Orlais a South America
Steamstup La lac
I*i ootia.ir^s.cipa.x'tsdirectspoxxr
Port-auPrince "Haiti
Le st. amer "Laila" laissera Rcw-Oi lans le
24 contant directement pour Port-U-PrinCe.J
Proclttia dpart Je 13 loll nom tous les
ports d'Hati*
rort-au-Prince,* le 14 Aoitt 11*26.
A.^e I1TTEIS kCo
\gents
M
Socit des produits dotot Paris
CAPITAL : :i.lOO.OOO trimes.
Lu plus antienne Maison pour les Dentijriees :
Bonde en 1755k
I.'i \i DR BOTOT i si i.i. st;iIL |)i:\Tii-itu:i: APPROUV
PAR LACAD MlK DE MDECINK DE PARIS.
Demandez la Pte Dentifrice Botol
Demandez l'Eau de l!>>i"i
Demandez le Savon Dentifrice lo-
Demandez la Poudre Dentifrice
Bototau Corail el an Quinquina.
Demandez le "Sublime" de lioloi
contre la chute des cheveuz.
Lis dentifrices Hoiot sont pe
commands par les meilleurs den
listes d'Haiti, notamment lei iul
\. Mis
Docteurs Volny Rouzier, James
Ewald, Mercier lils, Holly.Dumer.
v, Daniel, etc. etc.
En vente dans lei maisons suivante! :
Pharmacie Phariaot, Pharmacie Bourraine, Pharma-
cie Centrale, Pharmacie Saint Jean.Maurice Etienne lils
Paul Auxila,JulesGornaU. A. Boit, J. Poujol, Carmen
Douvillt, Siaiuliouly el Sergile, etc.etc.
Et dans toutes les bonnes Maisons de Province.
En groa el en dtail chez les Agents Exclusifs pour
Hati.
F. LAVELANET & Cie
17101 Rue du Magasin de l'Etal Port-au-Prince
Box 1%.
HA).
Maison
Frd. Gaetjens
Mo 117 lue, Roui ou Bonne Foi, lo 117.
Tlphone ; (>(i7
ON TROUVERA : l
Alcool lin pour liqueur. Sucre llasco blanc et rouge, gros
a dtail. Sucre granul amricain. Savon par caisse et en
dtail. Ri/, par MC tt par livre- Sirop, Orgefit^.renadine,
Pche ( etc ). Cigarettes, Cliesterfit-ld, Catnel. Chantecler,
Panlalon. Man. bettes qualit suprieure ( onserve ali-
mentaires. Cal >ieux par livre, caf es poudre. Wisky.
Rire Palzenhoffer. Champagne Mass Pre et lils, Cham-
pagne qui peut rivaliser avec avantage avec n'importe qu elle
mar;ue de la place. Champagne Unson. Parfumer e -
Vin blanc par bouteilles et gallons Vin rouge par bouteilles
et gallons, qualit* suprieure Clairin vierge par barriques
et gallons. Bnlin le laineux Rhum NecUr. Et la non moin
fameuse Auisette de Mme Frdric f.aetjens.
Venez, laire une visite, 7us en sortirez satisfaits. Le tout
bon march.
*

Le Rhum Nectar
Le seul Rhum qui, tir d'Alcools naturels obtenus
directement pa>Distillation Simple du Sirop des Cannes,
d'un Oniijlie Ct tOlljotirsmme p'antation et le seul qui.
vieillit pnr l'action du temps dans les dpts avee exclusion
rigoureuse de tous dangereux Secrets d fabrication
et sans adjonction d'aucun ingrdient d'usine, ce nserve au
jugement de la plupart de nos .Notabilits Mdicahs et sui
vant l'apprciation de bons atnateuis, la suavit incomparable
du bouquet tt les plus remarquables qualits hyginiques.
Mme pris avec excs, Khum Nectar n'enivre pas et ne pro
dmt pas t \K oolisme la loogue, comme les auiiea produits
similaires et comme les autres spiritueix.
Grand htel
De FR&IMGE
IVP.JPATHIZI, Propritaire
Cet Etablissement renomm dont l'loge n'est plus laire
vient d'tre compltement restaur el remisa neui. Les
chambres ont tout le confort moderne, le service irr-
prochable, le Restaurant soign est de- tout premier
ordre.rHokl n'ayant rien nglig pour faire plaisir sa
charmante clientle.
Mr. PATRISI, qui part bientt, apportera son rclour
de Erance de nouvelles amliorations qui donneront la
. plus entire satisfactions^ tous
DJEUNER la CARTE, TABLE d HOTEj
PLAT do JOUR au CHOIX
Penlon au mois, in semalrt, dot four
Garage mis gratuitement la disposition des voyageurs
Bains, Douches toutesjles heures "**
Tlphone : | 341
Dans les Magasins souches ;'i l'Htel, ou trouvera Ion
tes sortes de provisions, Vins. Liqueurs, Cigarettes.
Vins d'EsPAONE, de BOURGOGNE, dTr.\Ui-:,(itu\t> choix de
Conserves.
On y trouve l'arrive, pendant le sjour ou au da.
part tout ce que l'on dsire au
GRAND HOTEL de FRANCE: P.P. PTBOT^roprietoln
<^ <4to
C. L Verret
Marchand Tailleur
Ao 1822Rue du Magasin de l'Eta '
Se recommande au public et sa nombreuse clientle
pour l'lgance de sa coupe et la prompte excution mise
.... t s I-- 'livrmes coolies .ses .son .
I j Maison reste ouverte |utqu'l 8|lieur.:.s du sjir
Prix modre. Br
Mne! 5a v
Ca: que vous pome/. don
ni r de plus prcckux a
votre enfant, c'est la sant.
I.CS rrcuiitions lmen-
taire- d'h\giu< sont faciles
A prendre. C'est par la
nialpn prt que vient la *~
mu L die. Ai laquez lu
crasse avant qu'elle ait eu
le temps de pntrer dans 't^
les pores de !a peau. i
Veillez a ce que votre enfant
c lave souvent et loigneuse-
i.iit avec le Savon
le Savon
pour la Sant
IVisalco
M
A ,n-t G ral
Rue desbront .- For/*, 2Vo 1M
Kola Champagne
F Sjourn
Prpar dans des conditions rige
d'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie E. SiJOUHN j|
Angle des Hues Houx et iluCentrc.
' Q

*
scvnsius
eC
P. Labourdell
1 Hue de Clichy P**
HO Rue des Csars.
00mWNH*N9*HN^^
rfflf&fn


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM