<%BANNER%>







PAGE 1

*' LE MATIN18 Axit 19*5 w > %  v '• I ne rate pas un rend. Il (lausr. H us luconsomme jamais. Le non, lundi soir, lui rappela qu'il dansait toujours ... l'œil puisqu'apr8 le rond il n'ollrail pas de bire. Le galant eu! sa Fiert. Il rpliquaquil avait assez pay puisque loua le yeux pouvaient le regarder danser. I e fui a-lit pome bien haitien el un p de France aussi quoi! puuquon s, \|)li(|uiit dans la langue de Koslnnd. m a vu. dimancl.a. dans, le quartier lu Calvaire, des jeunes gna qui eurent l'trange iantaisir df grimper sur le toit d une maison et de pousser le grands cris,appelant les passants, le* ccablani de lazzis. Si hauts perchs, poussant des cria* gesticulant, NOTRE lElL, les paupires carquilles, cherchait voir si c'tait Darwin qui avait raison et si rellement l'homme descendait du singe. ~-;^ Revue i\li des journaux LA POSTE. (NO. dea 11 et 1 1 Aot ). |)i KMm llu ni.. -NOUS avons le vil regret d'annoncer nos amis cpie contrairement toutes nos esprances, avec ce No. notre Maison terme ses portes. %  i.v POSTE a vcu. Il laid partir. Ces! dur, mais partir il laid!.. Avis IMPORTANT, I Imprimerie de LA POSTE n'est pas touille dans des mains indignes. Ceal la Compagnie Lithographique qui en a l'ait facquisition. Mais le journal reste toujours notre proprit. LE t oi 'iuur.it HATIEN. ( No. du 13 Aot). ... M. l.s. Ed. Pouget eut dclarer FUD des ntre, il y a quelques semaines, qu'il prfrerait vendre son installation T>tHJ KHK) dollars moins citer, mais avec l'assurance quelle passe entre di s mains amies. (".'est pour ce (pie BOUS croyons devoir affirmer, en attendant un dmenti de Mi" Pouget, qu'iln'a pas vendu son imprimerie au gouvernement de M. Mon.o par "intermdiaire de M. Chevallier] Le tour du monde en 28 jours Les deux aiiiru ains, MM. Liitton Wells et Edward Evans qui (entent d'tablir ce record du tour du monde en 2S j uns, viennent de s'embarquer au Japon, en nmte pour la cte amricaine. C'est la lin de leur voyage et moins d'un incident improbable; les deux voyageurs auront boucl la boucle• dans le dlai prescrit. Prcalculation du temps par M. G. Tipnenhauer aujourd'hui et demain Le 18. Pression atmosphrique ; 0.8 au-dessous. Temprature :0.2au-dessous. Probabilits pluie : 1.1 positif. La 10. Pression atmosphrique : 1.6 au-dessous. Tempe' ratUIf : •• %  I au-dessous. Probabilits pluie: 0.8 ngatif, Le Bulletin Z7' de la Quinzaine Le deuxime numro du mois d'Aot de celle intressante Meute religieuse a paru. Il contient, comme toujours, des pages que nous avons lues avec le pliis grand plaisir.Nous y avons aussi trouv d'intressantes informations concernant la marche des divers diocses d'Haiti. Nous remercions pour le gracieux envoi. Une interview de M.Clemenceau le "TigrV'^ne rpondra pas au Snateur tiorali Par cable franais PARU, 16 Aot Interview par L'Intransigeant . M. t lawo.ceau a dclar qu'il ne rpliquera pas au snateur Uorali I. a aj ul que -.i lettte tait destine surtout au peup'e amricain et aussi la France. Il faut, dit il, laisser les ractions naturelles se produite . Le reprsunant du journal lui ayant dmande s'il prconiserait une confrence interallie pour le rglement d*.' dettes, M. Clemenceau a rpondu qu'il n'avait pas a prendre des initiatives appartenant i d'autres Jl a dtmenti qu'il avait l'intention de se prsenter pour le sige snatonu du Var qui, d'ailleurs, ne lui a pis t offert. Mm Le prix des Dgljjus i la onlrence de la Paix Une curieuse vente aux enchres eut lieu dernirement Londres. On V B vendu 90 poitrails des Dlgus la Conurneede la Paix, peints par un artiste anglais, sir William Or l. C'est le portrait du prside il Wilson qui acte achet au plus haut prix : '27.10 livres sterling. Viennent ensuite: celui de M. Llovd George, pav 604 livres; de M. Clemenceau. 120 livres; de lord Derby. 230 livres, du gnral Borna, 5ttl livres et de M. Wm/.clos. 211' livra. On ne dit pas ce qu'a rout la Les chiens La loi, rglementant la circulation des chiens sur la voie publique el les conditions dans lesquelles doivenl tre gards ces animaux, a t piomulgue au Moniteur du Jeudi 12 du courant. Elle est doue en vigueur depuis Vendredi dernier. Nous esprerons que nous serons dbarrasss, dans la rue, de tous ces commensaux inutiles el dangereux*] %  ttas de notre Confrence. Dlgu 'a Farisiaua .JEUDI \^a Blessure Lon Mal'iol et Cliouru , i-naEntre: 1 6. Iluna. Au Conars International de la Royaut dulChrist Par cable franais EINSIDHEN(Suisse),J6 Aot— Le Congres catho|ique intemation.i! de la Koyaut .lu Christ s'est runi aujourd'hui. Il adress des salutations fraternelles aux catholiques meicins:en faveur des au 1res il a fait appel la solidarit mondiale. MEXICO On annonce officiellement que le pisident Calles, aprs une c rl'iei ce avec le procureur rtags, cid de ne pas porter une accusation formelle contre l'archevque Mora del Hio du Mexique pour l'interview qu'il a accorde rcemment au correspondant d'un journal amricain. Le ministre de l'intrieur annonce que d'aprs des rapports reus des gouverneurs d> diffrents Etats du Mexique, il n'y a eu aucun dsordre dans le pays. m %  ./ut te t< ois gouttes .le l'huile THREfc IN O.NE lera mieux pour vous qu une grande quaLtil d'huile ordinaiie-, C'est la raison pour laquelle THRE6 IN UNE a un usagehi universel, tille lubritie trutes sortes de mcanismes lgers. Mlle protge Ubuiface des mlaux contre la rouille et la teruusure r.lle polit cl tait reluire les surface finies el veruies. Elle fait te tr.vai! mieux qu'auune autre espce d'huile et pius conomiquement THREB IN ONE est un des meilleurs amis du m nag %  %  K le Lent presque tout dans un et t de Iruicbeur et de propret. tlle empche un g;and nombre d'objets de s'user site. IHhbh IN,<'Nb (?t uns huile cotapose pure, trs iiiflint: qoi ne Contient paa de lobstasca DI is>ible, Elie ne s'paissit ni ue rancit. C'est une huile universe'le pour .e mnag\ TIIHLE IN ()\E se wrrf ders Ici s les magasins d'cstrtM.'rs de mi tige, tous ls ba/ars, | rmr reries el les Grands etegaslai m Iiouti illes de tontes dimensions el en bidons portatifs. THREE1N0NE0IL COMPANY 1^0,William Street, New-York t.ily U. S. A. GRATIS. Demandez les chantillons et le modcd'tmploi. :| Petites Nouvelles ETRANGER Par cable franais PARIS, 16 aot — Les journaux insistent sur la plus-value cons'd rable de la reutre tirs impts. Ils l'attribuer;! i la uontiance daus le gouvernement d'union nationale et la vita it du p .yI'AIUS — Par dcret sont majors de li ente pour cei.t les droit de douanes spciliques en exceptant notam nuiit les tabiics le droit intrieur sur les hui es mio raies est port a 10 dancs l'hectohlre PAHIS — Deux lieibS son! entrs en ooll siou la gire de Lyon .1 Paris I! y a des morts et des ble* sis. PARU Les ni g Valeurs del'ca tente europenne de l 'acier ont d clar qu'il ne s';git nullement de lestreindre la pioduction des nouveaux coutiuget.ta prv s pour h Tchcoslovaquie I Au'tieht et U Polegne <( La Malin afrme q e l'Angleterre au c tirant de* ng ciatious s'est i.-ole momentau iaenl et volontaire ment. PARIS Au co ns internat o nal de la paix. M. Barthou, mini li %  %  de la jiutice, a dclar qu'aucun pays ne veut la p'tix plus a dminent que la h a ne. < Ce t tolie et mensonge de dire que la France poariait tro b er la pa \ du moi de . L\ llWfc— La priceessa Ju'i na. iiMe uniq u' de la r-'ine W'ih Imine. a I coq i u h •. L> p in ie se et sa m.e et tient re>. mus •oues deux Je Baissa fouffranl d'une h'iini lii e lgre. blme de la taOO suiva^ite :L'.\meriqas annultn les dettes des na tions d.cc l esquelles elle tait asso cie pendant la u :• rre aux (onditions siriva'ites : Vit mirumeiit.cha cune dl ces nations en retour fera abandon de ses crances sur ses allis. Deuximement, chaque nation abandonnent \ l'Allemagne les deux tiers dis somm?s qui lui seront ^;rses par celle-ci confor mtmi l au plan Dawes, la di'.frence lte. Les pourparlers, quoique ongs, SS sont drouls dans ene atmosphre extr net. eut cordiale, la d.-.. i %  : %  de l'smbassade d's p-gne montrant un grand esprit ce conciliation. eompreaaal la presque iota tte. du com de Midland et s'tendan. Jusqa liernelt moinsde 10 millas de I on.lres a t secoue diffrentes reprises. Comment mourut Lord Kitchener? Par cable franais LONDRES, 16 Aot— Le mystre U'tchauer semble prendre une n nivelle 'ournure t; s agents du Scollaud Yard sont venus en!e ver le cercueil cootiis tant corps d l'iodn ( hal chez l'eatrepreis pes funbrea o il l'ai pour l'emmener t SH mortuaire dans U restera jusqu'i dniai leniant que l'atlsiresal ofliciellemeat au Conat ,lera s'il v aouoonlal LONDRESM* villaa b.iiannique, to* s • uue Power, joorsl prteul contenir S' io. d Kitchener. reponl dans le cimetire ptR Ion. Ou dtl lsgriS ge a t apporte bai' train venant i* on ignore comnit dans ce port. L I pas au qui prtenl que Kitchener s tt cite norvgienne. ment a rceme menti a ?o*w-. qu'il vient d; cri /.,. u doo'jille Pour l'annulation des dettes de g%ierre Par chle franais PARIS, 16 aot — Le Figaro publie une lettre ouverte de Mr Philippe Biinau Variila A M. Frcdelick W. Peabody, avocat en retraite d'Ashbiirtiham ( Massachusetts ) qui a annonc rcemmeit q i'il se proposait d'organiser un % %  campagne en faveur de l'annulation des dettes de guprre aux Etats L'aie. Dans s( lettre, M. Bunau Variila, qui e'est lait remarquer ces tduips demie s par l'ardeur avec l.qii'lle il a prch les couo mies et les restrictions en vue du rglement de la dette aux Etatsl ais, se dclare partisan de l'annulation et expoje certaines conceptions errooes uui ont cours l'tranger en ce qui concerne la si tuation actuelle de la France.Il por pose aux Ktats Unis et en fait au monde entier de rsoudre le |proExceniricit d'un thumidk* Dn ancien combattant amc ricaiti proline la tunihu du Soldai m on'nu l Aie de-Tiomplic. I r cile IraocaiB PAUIS.IO Aot Un amri ain Donald Ciock-r, de Uustnn, qii se dit ancien combattant el pr;tend avoir perdu une jambe a U guerre, a t amt l'Arc-de Triomphe. Il avait ve-jlu boire a 1 1 s u.t du Soldai inconnu et aprs avoir vid sa coupe de Champagne l'avait brise sur la tombe. FAIBLESSE, La terre tremble i en Grande Bretagne W* Parcahle franais LONDRW, 16 A un A une ou deux reprises ces temps der niers des secous>es siassiquas se sont produiteen Angleterre mai si lgres qu'on s'est demand i'ii •'agissait rellement de tremble ment de terre, mais aujourd li i. les secou ses ont pris des propo. lions alarmantes. La vaste ririon PtfM O.....L DIOHIBM. , — ••" """ %  CoUan Stearoship Le steamer Baracoa venant de sW [it Hflports du Hord est attendu .1 FortJ19 Aot courant.f;il repartira \*^ ^jdireclement pour les porls de la Pliant Iri et passagers. A ( ke l>ort-au-rince, le 16 aot 1^ Gebara & CoM*



PAGE 1

E MATIN t8 Aot 826 StionoD HfipUBLIQL'E ig rt.ot dclarant iJ^Jomon en tat "bdll al1 ouv I! Tribunal d1 "h SaJomon ,erte. Fixe .IJTl. data de ce ^.Kait"'^ VfCse? -iPtix de ,R f eC ^nformmeol aux ,.l sert liecu ••i""" ,lle 8 'lion %  Ordonne Ijugcinei liwri lliJ r e \Mit dan 1 ftiiK de celte >i le eia.i. parl'aiticle Kommerceet <|u'il iifovisoi:en-ct>l '*n 4 if minute : <udience extra i'jiObliqoe du jeudi 1 Itn piunce de M, P ie [lliiluud, substitut du • du Gouvernement de Imiat de Me Montas Greffier. rdirait conforme. U Greffier LlIBISSitRE Socit des p^rduits dat Paris CAPITAL : 8.400.000 francs. La plus ancienne Maison nour les Dentijriirs : Fonde e,, //.M. L'i.U |,|. BOTOT EST LE Sr.l l. niNTlIKKK AIM'HOIV: PAR L'ACADMIE DE MKIIKCINK DE F.Mils. Demandes fa Pte Dentifrice BbtiA Demandez l'Eau de Bolol Demandez le Savon Denlilrue Hojm demandes, la Poulie Dentifrice Dotol an Corail et uu Quinquina. |) mande/ le '•Sublime" de II >tot / y ci n're la chute descheveux. i t s dentifrices lot>t aonl re wn mands parles meilleurs den hsl s d'Haiti, notamment les sui . VI "'s ; Docteurs Volnv Bousier, .lames Ew< l.l. Mercier iHs, Holly.Domar v. l aniil. etc. etc. En vente dans les maisons suivantes : Pharmacie Pharisot, Pharmacie Boorraine, Pharmacie Centrale, Pharmacie Saint Jean.Mavrice Etienne lils Paul Auxila. Jules Cornail. A. Boit, .1. Poujol. Carmen Douville, Stambouly et Sergile, etc.etc Kl dans toutes les bonnes Maisons de Province. En gros et en dtail chez, les Agents Exclusifs pour Hati. 1716, Hue Box 1%. du Magasin de F. LAVELANET £ o l'Etal Port au-Prince M. Il%  ^rs Us INSECTES communiquent des MALADUS des MILLIERS de PEBSONNES Pratique i qu'il n'y. a pa* li u fer d difficult' de U i la maison KAWAS lie lait le devoir on d'une arme. Les insectes pntrent partout sans difficult el mmuniquent les maladies autant > %  x grandes personnes qu'aux enI nts. Les mouehes apportent le choisir. la livre typhode' le microbe rfi la paralysie mtantile : les Mousi,uee propagent Us fivres meurli res, tandis que les punaises se cl argent de Irausmettre les microii x gens uon contamic/es, Aprs de longues annes de re I erches,l'Entreprise de renomme tuondia c'a BTANDABD OIL COMPANY, ( New Jersty> E. I'. a peri i lionne un produit otfiani les ino % i s tors et simples pour comi, itre les cancrelats jusqu' leur rxnrmination complte. l e produit c'est le.... Ki If A\tc c produit\ap)iisn dbari it • 11. m: maisou des mouches el des ui ualqucs, en quelques instants. FLIT est propre, d'un BSafi \* cile offriBt toute garantie. l> nom lin usepreuve unt dmontr que le rPLIT vaporis ne tche ni ne gfttelesvlemeuls les plus tlhoU. <.FLITdlruit tous lesinsecics qu infestent les maisons A l'aide d'un peu de %  FUT vaporU4 on extennine les mouchai moustiques, punaises, cai irel-tl', fourmis ainsi que leurs |a*ft>, t PUT pntre dars les fentes et les crevastes o les IneeelVt se lo gent et dposent leurs laives. On peut aussi vaporiser 'e FLIT tur h s vtements;car il tue tous les insectf et leurs larves qui piquent les vtements. Pour dbarrasser une maison de ce9 insectes nuisib'es il sullil de se servir de FLIT En veut..pa 'oui. u PLUS J/COBM KT U nuiimasi iHJECTIQN PETBARD D'AILIJ CI. % % %  '> %  I BLtNN!'rthHAOIE tl Lu iuuKin.'.U inclini ou lientt. 2 31 lrt$ S'Jir'.j sur 232 (K.i potl J.. SUJ M J > %  •' I Le Uuitiiliviil eut lomiilcli' DlTGEES PEYRARD N : 1 / KiTINE qui c!ir.ei.t U djuUur. cUi.fifiit Ici urii.ei, I Bunfinl !* '••"g < %  • Kiifi.'"-' I' ij'iiK-. '.' • TOUTU BONNES PHvRMA. IIS • •• sr-cuiiT rEY-.Ani). 4, ^. ti i;. r.". PAM*/ Eldorado Tclcphonc t .V.)7. Clunupde Mars. Peniantl-i ttusoii estivale VJU trouver/, lo lutins chanibrts tris laaicli s. PRIX HODB Bar Terminus STANDARD OIL Q MPANY ( Ni-w JF.HSI-Y )K1'. Distributeur: West India Oil Company Propriatitr m V r li > impur d'informer sa bienvcillanfe clisntll ipi il a install h l'tant de son tablis sment, un salon exclusivement rserv aux familles o l'on trouver! des cootomm lUom di pramiar alwli ei o i)s lunchs s roui lervii sur 'lemanile. Tlpli MI* N /on m lo Centrale Sellra.'d,1861 DE FABRIQUE PELOPPES •lornuits : Comme r -JoiTi-spondanee — Ame grande! petit -Visite. |upr;eur. — Excu ft ; wux pour les clients' ^rgatif Idal 'W la ''faD'Dehaut *"lii4()u !.a MARQUE DEPOSEE DKTMIT MoucheMoustiques, Vers Fonrmis. I'uni>es, l'.ic. s. Catartltte. P.ZlTp !" \.S I -Ces el leur, larves qui lataUat les m.uoai Inpi argSelnt-Oiinls irU arndrt, Ul ni ucnn prparant, Idlie. 1 tu II ojil.de. ortion f.ui varient tuivant l'ge t' le icgrc d .crol—tirB de l'tnftant, on coni-:Ue-.'.e suivre. ;>ur la i'airc, IfJ .. ..* .!Uu mdecin de la Qui il!e. Quaker Oats est un aliment d'une Jmettion facile et doir. \: coupla.'. beaucoup aux bibs. Quaker C*ats t?!> m %8b$i*&! IMBA^ Mi^^. -A



PAGE 1

MATIN 18 A0!.\ iv: . ^y********#**£*#*#*****^^ USEZ-; OU Jretone L PBEtZMU-AfiGEfiHO..M Auent V A le pliiisu le portera votre connaissance avoirreu LII assortiment complet tic toutes les dimensions des i ncus il Tubes. Pneus Cords Ik.iw Dut) |> nir amions, pour le ira vil lourd. I lieu s Cortls pour autos de paasag> r% pneus Ualloon inlerch; ngeabl ou l'ull Balloons. Dmontiez le pfivpcur les dimensions de voire nuto ou camion, Plus de kilomlrc QM C for Dollar Scotch Whist? & Vfo> (H drrn; f des A ents Ve.'.siir.is H fapscl But !< r Il !. ej. eut. SI rel. on .i< •• A. H. .67. tablis M iirl arids de Yii s; | ar autorisation spciale de sa Majest le Roi il I'CSOII 'Messe Royale le l i in ( e de fiallcs.dsireni nommer un Aient pour leurs vins spi ri dieux Port au Prince e| partout o ils no sont pas reprsents eu Haili. Aucune demande ne sera considre si ce n'esl celle des Qrmes'de premire classe. Prire de donner des rlrenecs. dans leKoyaumc-l'ni, si possible. D r Xanoue 1708. Bue du Centres cot de la Pharmacie Sjourn Mdecine Gnrale. Spcialits: Accouche me ni s. Maladies del Femme. Maladie des Enfants, {fivres. Iineclions iulraveini uses, i onsultationsT 10 et .'5 .">. Tlphone No78l. English. Caslellano. 'M l< * h m.KL. % /^'*"?< ;i < |L;2Ji[ -— %  % % %  -* — fc> ^— %  .. Ce que rona poBTcc don li r de plus pnciiux i \c.lrc (i.lanl, c'isi lu •.aille. I.ts | rccuulic us ccnxn. lairc* d'byglAac ton) iuc.ks a [-rendre. C'est par la inulpn.prci QIM \ient lu n>ui..dic. iliaques ia crusse avant qu'elle ail eu le lempt de peneirer dans' les pures de a peun. i Veillez a cr que vo:re enfant %  elave nuvent il soi£ncuenu-nt avec le &avun // m Agent Gnral le Savon pour la Sant Lever Hios. ( „., Boston, Mau U S i WISATCO Hue des Froids-Forts Nos 113-115 m mm 319, Hue des Fronts Forts, 319 Distributeur pour Haili des automobile; NASH Nash Nash Nash m te %  M ie* I lu I • te te te te te te H e w s advaaeed Six j —; W\[S AH lead Ihe Wor[d in motor car value.; 1\' The WoilU ha g.-ne N \ 8 II • becaua i N*M •, olleis grenier qualjly. gieater value and wml pnli.maDce. „ M .Ui Us autonomies NASH • speia'.neDl cosatrintM pot". pa\n monlagneu. uoide d'eicelleul moteur. dooMil' lis'roules le plu diilicile*. le maiimum de atifacj|oa il ( Economie Con-ort t'uissanec t/ ^ u .!£. Mocuit/ *ou une e^N A S II parce qu'aile est la B.su*t, voiture son pria. Nous i was galement en itoe. : I 0 lot des c.bies machina ;i eoadr. \ g S T 4 4 pie Bol8,GobletKC|sserolts,(^6^^ p AI ,„. :K ;M „ ALLAlj| pal ,,.. Iea u etpsr rame. Id-siNcoMp.HAPi.KsmrV.I.FITKS $ £ R IfllCi 311 (1^^ A SIX VITESSES EN MARCHE, REDUITES f^J Or 45 seulement durai sur, s 1 i,u s du i Dernier en I ;11 isjen p n. les Dames + 1 Amricain p,,,.r les Hommes. FOrHNITtRFS (iurales pour la Cordonnerie : Peaux de toutesisortes Out* Formes, Talons Lois Louis XV ft Bolthl s, Talons caoulc.uuc de la clbre marque € (oodvcar > etc. fisI ta W Une visite^ s'impose Aux (jinntds Magasins le fournilures gnrales pour la cordonneriej km) CRMSCO, m, Hue des Fronts-Forts. RHUMBA/MMCOHT, no a d .**.



PAGE 1

"W. DIRECTE* OPRItTAlRK ilsVEBNA ,- s/'Amricaine, 1358 yjrjio 20 CENTIMES Aye*r aV /a circonspect ion et tin soin /unir la objets ni.'-me de lu plus petite importance. Saunent, il arrive gifnne lgre ngligence produit un grand mal. QUOTIDIEN TLPHONE N" 242 mjE iV3B7 POU l'-Al'-PHINCL (HATI) MERCREDI 18 AOUT 1926 ri \i llfipif Blier, tous les ihotiniu* ou non, Itinril le drame Jj s'inolaiit, puisJf/io/i/ac oui t \trml au Mexique, it parloir. une MV nui' grondedu contli'•, au \iu ilerhauieinent jieslntclion contre. Vit paix, d'amour, les nintat.es de la morale En affirmation de fictions religieuses, luisons ici ce vigotique M. Georges icademie /rainai ife dans l'dition du \4fiuer de noire tyrre catholique, LE La lu lie Ml engage, ds maintenant, paire I Liai mexicain el I ensemble de l'pisconat. On a vu, dans lea rues de iliiejulla, toute une population l'aire eseorle l'vque au moment o la force arme remmenait dans la ville voisine, pour qu'il y ft jug et intern. Nous j> rote il n s neigiquemeiit, dclara Mon seigneur Manrique y Zarate, contre la dcision du juge qui nous emprisonne. C'est ^iBtiijitl un bout %  oiA*, pour l'Eglisue, qu enchanent ^exception. unssonl vivaces, dtdu Tibre: la Jtiine sicle relient les accenls et de cet (tapes du Muignaient tou1 tmoin des inI deimwres infli5" jsr quelque M national A h Socit des N1f'esmir.oritjs re"Ire les mauvais •ventuels dont e t lrj l'objet 1 P'J'y, comment 'Papauine trouPun cho lorsque T*s t'ont elle dfvsse loin flgurc [religieuse dans la Ttoe? [je plaint qu'on •Ter leurs liens { %  expulsant du dlgu apoxtoliP* Plaint que tous %  in les religieux, [W'g'euscs de na7 a "Kre. soient ftaicj dcxuul•Jilirc des pr"f vous au ser%  oil a bitruire%  rlEtal, que | e "n)nris, K u„ *de ttnetuai. JPjiaairesdioe|5* "Hholiques, rJJ e Procds hos[ %  ores de fermef^ilude.rendre consciences ne r>>lrttpourla KSL' ,,u,is |a r*W mexicaine J> ,c PMificaiSe • u y a ."P^iWnt P|„. ffi up ' remer%  8? rendus SQ ( consolide,. la dignit et la libert de l'Eglise. Le crime de ce prlat, crime auquel s'taient as,ocis tous ses collgues, consistait avoir lait appel, dans une lettre pastorale collecii.e, la (collaboration discipline de toute la nation , pour que le principe de la libert des cultes, proclam parla loi constitutionnelle de 11)17, cesst d'tre viol, au\ dpens de l'Lglise catholique, par certains articles de cette mme loi. Heproduire celte lettre pastorale est la-bas un dlit de p esse, qui entrane des poursuites. Mais certaines voix s'insurgent, qu'on ne peut touffer; celle de Monseigneur Valencia, archevque de Durango, disant l'vque intern: Je vous cris, non peur vous pla ndre, mais pour vous admirer et pour vousenj vier; celle de l'archevque de Mexico,criant au prsidant Galles: chaque douleur nouvelle sera un chanon nouveau de l'amour qui nous unit la chaire de f terre. ht le R. P. Dudon, dans un rcent article des Eludes, nous apprend qu'aux Ltals-L'nis l'opinion catholique est en moi, et qu'elle n a pas attendu l'appel de Home pour pousser un cri d'alarme en laveur du catholicisme mexicain. Des mesures draconiennes sont annonces,;! Mexico, non seulement contre les congrgations, mais contre toutgrou peinent pouvant tre prsum congrganisle: riposte belliqueuse la pacifique mobilisation des prires. Jusquo pousscrut-oii cette riposte? el quel succs en espre-l-on ? Catholiques polonais, catholiques rhnans, sortirent vainqueurs du Ktillurkimpj : aprs Sadowa, aprs Sedan, Bismarck avaii pu se croire le familier de la victoire; il dut s'avouer vaincu. Ce prcdent peut donner rflchir au prsident Plutarque (ja I le s, aux heures o sa perspicacit d'homme d'Etat prvaut encore sur les aveuglantes influences qui t'entourent. Lorsque l'arbitraire lgislatif otlusquc tout la lois les droits de Dien et les lgitimes exigences de la libert humaine, il est bon qu'une puissance morale lve la voix,et qu'elle signale a toutes les consciences les souffrances de quelques-unes d e n I re elles, et quell''oriente leur active compassion vers les victimes 1110 mi-utaues d'une lgalit brlait Kl l'on doit plaindre les gouvernements p h m re s auxquels une page OU deux des Bull nies pontiticaux, protestant contre les injustices qu'ils commirent, assureront une douloureuse immortalit. un 7/6', Hue 7 ranersire Port-au-Prince, Hati, .i*4 En vente: Au march Cristal >. l'Htel Sea-ViewX)el dans les principaux cales et restaurants. *^2 Ce 1 te marque est parmi celles qui ont lail leurs nreu-*fr <0ves, qui ont donn leur chef dVeuvre el {obtenu leurst^" jixlettres de noblesse. XM. %mmmmm;mm*mm VOULEZ-VOUS SAVOIR?.. IA'S noms et les adresses des Commerants qui vendent les iiK'ill.'urs arlicL'S 3t aux in.'illeurs prix? Lisez notre 4me Page Les beau sonnets Le Chevrier 0 ktrpr, se sm pas dau cet iftt raiii 1rs mis cipricieui de re Uif mdvcile ; lui (M-ilrdu Vi-ualr un IVlr np ail f, U nuit oiuntr trop le el Un MM rsl .iin. lsions ici, mi-ti l'ai des lin, n du ris. Vnb.illeiiJron> lejoreire HSVM asile lais |i,i'le li.is.Lcs llieni MI.:1 parlnul, 'i lllisile, Hecaleious reijirJe I1K son vil Ans, Ce Irnu d'aabre l-an est l'autre nu se relire Le ilemo lauiiluT des hauts lient, le Vilyre. Peut-tre il sortira, si nous ne leflrauos Eileids-lu le pipeau ijui rkante sur ses leires ? t.'esl lui.' Sa double rome arrrodie les raiois, El. tais au rlair de luae il (ail dansrr lus r lierres, lai-lana de UEIEtm "JAURICE ETIENNE ifs Angle des Rues du Maaasin de l'Etat el aes bronts-torls NOUVEAUTS, MRltCERJE, P.VHFUMEUlE. Aunijitdu monu. ment de Ghritto* phe Colomb Communiqu L'Association Nationale Colombine de Sto-Donn§o Considrant que jusqu' prsent, il n'a pas Ole Uvcid par cile comment, quand ni par qui doivent tre recueillis ls loiuls particuliers au moyen desquels les diffrentes nations du inonde contribueront Icrcciiou du Phare de Colomb, m uiuiii.-iit commmoriitit, qu'en nommage universel, il est question d'riger dans la rade de la ville de Sa 1to-Domingo en rhonneur do l'illustre Christophe Colomb qui dcouvrit le Nom eau Monde; considrant que le recueillement des tonds rpondrj un pis 1 gnral dans la dire :tion duquel entreront des lme ils que I Association N'ati mile Colombine dsignera au moment opportun en vue des travaux prparatoires qui sont sur le point (l'tre ivahs s, cousi.l iranl que le lail cire ucillir dea lo ds avant qu'il ait l dcid c oui iicnl. (pian I et par oui le plan devra cire mis en excution dans chaque pays, peut tre prjudiciable au pro|ci de l'Assemble, il s l dcid : 1 e de recomm mJer p i bliqucmenl qu'il on.'ie.it qjj personne 11 .• s'empreise do recueillir dei fonds en a icune eirconstantea p mr le fias plus liant indiques, parce que, jusqu' CC qu'il soit adopt S un |l.i i gnral par I AesemoDc N'iiionalc Colombine.es srail causer un prjudice BU but atteindre. 2 il est recoininaii l, au contraire, qu'il soit fuit par tous ceux qui le jugeront propos, toutes sortes de propagandes sous quelle que larme que re soit eu laveur du dit projet a.in de le taire connatre tant en ce cjui concerne son organisation que le but atteindre, fai'ihlant ainsi la lche de I Association. (S). Licencie. Ariiiiud) Hod ri gttSS, Vice-Prsident d>I Association Colombine et Prsident de la Commission penu inente de l'rection du Phare le Colomb. Dr Kdouardo Solsr,Secrtaire ad hoc de L'Association Nationale Colombine. N.B. L'Association remercie la Presse tant nationale qu'trangre pour la reproduction de cette dcision. (du Lisliit Diario ) 4 l'occasion du (>3"" c anniver$aire de la Rpublique Dominicaine Avant-hier, l'occasion du (i.'lme anniversaire de la Instauration de la Hpubhque Dominicaine, le sympathique Keprs.'iitant de la lipuoli((uel)ominicailie l J orl-au-l'rmce M. Kaph.il Minava et Madame olIraient. dans leuis salons, une brillante rception aux Dominicains, aux M ombras des Corps Diplomatique et Consulaire et aux amis de leur Pays. I)j nombreuses personnalits officielles y assistaient. Au ehampsgiie, de chaleureux toasts turent ports la prosprit de la Rpublique Dominicains et d'Hati. Aprs un brillant speech du Dr Minava aujuol rpondit ••. Edmond Montas, Secrtaire d'Ktsl des Relations Extrieures, M. Flix Magloirj. sur l'invitation du CI) irg d Allaires, parla de lrcctio i d.i l'haiv de Colomb dont les dimensions seront colossales si qui devra gtorilierla mmoire du clbre navigateur qui, par son gnie, complta le monde. Le m );iu.lient sera rig sur une C le de I Ile d II u'ti, dcouverte p ir l'illustre Gnois. Tous ceux qni taient prsents la rception, les personnalits officielles, les membres du Corps Diplomatique, les dames o il t choisis pour (aire partie di comit d'lection. ('ne Ch irmanle iiiuo.aliou marqua la rception : un clitaur de gracieuses fillettes, drajes des couleurs de la Hpurfique Dominicaine, chaula l'hymne national dominicain et l'hymne national hatien. .Monseiirel Madame Minava fi relit les honneurs de le n s salons leurs invits avec uiw courtoisie el une grce exquises. Kn si aimable compagnie, chacun passa les heures les plus agra mes; l'on dansa, et C'est tard (pie les hoies quittrent la Lgation dominicaine, heureux de la charmante rception qui leur avait l rserve. Nous renouvelons nos plus vives sym|Hitliies au distingu lU-prsnlant de la Rpublique Dominicaine Port-au-Prince et nos VOMIS pour la prosprit el la grandeur de son l'ays. Me œil SJ| ...a vu, Samedi soir, arriver spontanment au Cal des frres Horvil, Grand Hue, des musiciens de latent qui demandrent a taire de la musique, de la bonne et ... gratis. Naturellement NOTRE ŒIL Vit les clients applaudirent cette offre ...gracieuse. Enfin les nouveaux arrivants avourent qu'ils taient venus pour tter l'ouverture de l'Klablissement. Il n'est jamais trop lard pour bien faire... de la musique. • ...a contempl,dimanche matin, notre station balnaire Hailey's Heach. coin de paradis humide, des lgantes et des lgants en belle forme (ea se laissait voir!) (pu prenait leur bain de... mer. Leurs bavardages, leurs ris, et, aussi cheveux, jambes si bras nus avaient, du sel. ... a vu, sa nedi et dimanche, le bal a Latino. Il tait d lia entrain ... vit. le beau mu.... excuter avec une certaine lgance les pas latraux d'un lox-trot. Il vit aussi, dimanche, E... L... qui continuait la bombe de la veille, se rendre Bailcy'a Heach o il oublia son chapeau, l'n chapeau la mer, le navire ou l'auto continue sa route Ht le perdant revint en ville sans... chapeau. ...S vu, dimanche soir, dans un cal assez, chic, deux amis qui venaient de passer tonte la journe ensemble a s'amuser, se quereller soudain, sans raison. Ils en vinrent aux coups. ... les vil rouler sur le parquel. Lorsqu'ils purent tre relevs, l'un d'eux, s'avouant vaincu, s'en alla, mais pour revenir quelques instants aprs arm d'une... Ifuui.' La patronne gentille, digne de Sang-froid, ne voulait pas que chez elle, il y eut tte coupe, parla tendrement celui qui tait venu prendre sa revanche. Elis russit lui enlever son arme. ... verra certainement, ces deux copains, oublieux des injures (pi ils se sont respectivement lances, dimanche, venir CS soir s'attabler, en compagnie de la patronne si aimable, devant les petits verres remplis de liqueur savoureuse. ... distingue aujourd'hui 1res difficilement si Isa femmes, dans la rue. portent ou ne portent point de .. bis. L'une est brune, biMi.e comme doivent Ijt'tre des pches, au printemps, dans les paniers des marachers, Si elle porte des bas couleur marron, sombre, l'attira est noire, noire comme Misas prcieux au cou d'une jolie lenime et ses bas sont (le soie couleur d bne. La troisime est blonde comme ces pas nue les peintres niellent dans leurs tableaux lorsqu'ils peignent la moisson et ses bas suit couleur mas. El lorsque \OT.IE Œu. jette un regard vers tous ces mollets gracieux qui montent des souliers lgants vers les iupes protectrices, il QS cl scerne que dillicilcinent si la belle psiSSIUV brune, noire ou Un arrt au nom de la Rpublique blonde p irte ou ne port pas de LA POSTK. dans son dernier numro a publi un Arrt au nom de la Hpubhque. Nous comprenons parfaitement qu aujourd'hui no.re confrre peut avoir Is temps et le ou'iii la plaisanterie. Kl, cls le dbut) nous avions toujours prvu que la lac nstionaliste qui %  e jouait dans le pays depuis dj trop longtemps el 001 t la pauvre peuple pas ail stul les Irais touillerait a la lin la panlomune. Ainsi Unisses! toutes les colin cbes bis. ... voit d'un hou ... o?il que L I.SSOH ne veut pas vieillir. Lundi qui tait Ki Aot, le coalrre a paru avec la date du samedi U. C'est charmant, L'Esso* A arrt le temps... ... ptille de joie. 11 a deux jours cle moins porter. Il l deux jour, chl'anne qu'il JlU verra pa. I.'KSSOH. Quel t kimphel ... vu, !.. .h,:,), !e pyta qm ./i.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06793
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, August 18, 1926
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06793

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
"W.
DIRECTE*
OPRItTAlRK
ilsVEBNA
,- s/'Amricaine, 1358
yjrjio 20 CENTIMES
Aye*r aV /a circonspect ion et
tin soin /unir la objets ni.'-me de
lu plus petite importance. Sau-
nent, il arrive gifnne lgre n-
gligence produit un grand mal.
QUOTIDIEN
TLPHONE N" 242
mjE iV3B7
POU l'-Al'-PHINCL (HATI)
MERCREDI 18 AOUT 1926
ri \i llfipif
Blier, tous les
ihotiniu* ou non,
Itinril le drame
Jj s'inolaiit, puis-
Jf/io/i/ac oui t
\trml au Mexique,
it parloir. une
MV nui' gronde-
du contli', au
\iu ilerhauieinent
jieslntclion contre.
Vit paix, d'amour, les
nintat.es de la morale
En affirmation de
fictions religieuses,
luisons ici ce vigoti-
que M. Georges
icademie /rainai
ife dans l'dition du
\4fiuer de noire
tyrre catholique, Le
La lu lie Ml engage, ds
maintenant, paire I Liai mexi-
cain el I ensemble de l'pisco-
nat. On a vu, dans lea rues de
iliiejulla, toute une popula-
tion l'aire eseorle l'vque
au moment o la force arme
remmenait dans la ville voi-
sine, pour qu'il y ft jug et
intern. Nous j> rote il n s
neigiquemeiit, dclara Mon
seigneur Manrique y Zarate,
contre la dcision du juge qui
nous emprisonne. C'est
^iBtiijit Champagne Duc de Mofilebf
Cordon noir au got franais CSordon blanc au gont amricain. j,
De la Maison aLPRED Dti Mi PNTEBELLO 4 C" ;X
fonde en 1ti34. :v
Chteau de Mareuil-sur Ay ( .Manu-) #3*
Anciens Vignobles Des DUCS d'( Ihi..vxs. V?*
monopoli-: DE *#
outrage
....... Gosparri, au
pe Pie XI, dnian-
thVtieiit que dans
| jours, lorsc] ne
nn( If AioJsfe Mi-
'. .'clbrera la fle
Pierre es Liens, des
JHven', >l un bout
oiA*, pour l'Egli-
sue, qu enchanent
^exception.
unssonl vivaces,
dtdu Tibre: la
Jtiine sicle re-
lient les accenls et
de cet (tapes du
Muignaient tou-
1 tmoin des in-
I deimwres infli-
5" jsr quelque
M national A
h Socit des N1-
f'esmir.oritjs re-
"Ire les mauvais
ventuels dont
et lrj l'objet
1 P'J'y, comment
'Papauine trou-
Pun cho lorsque
T*s t'ont elle d-
fvsse loin flgurc
[religieuse dans la
Ttoe?
[je plaint qu'on
Ter leurs liens
{ expulsant du
* dlgu apoxtoli-
P* Plaint que tous
in les religieux,
[W'g'euscs de na-
7a"Kre. soient
ftaicj dcxuul-
Jilirc des pr-
"f vous au ser-
oil a bitruire-
rlEtal, que |e
"n)nris,K. u
*de ttnetuai.
JPjiaairesdioe-
|5* "Hholiques,
rJJe Procds hos-
[ores de ferme-
f^ilude.rendre
. consciences ne
r>>lrttpourla
kSl' ,,u,is |a
r*W mexicaine
J>,c PMifica-
iSe u y a
' ."P^iWnt P|.
ffiup ' remer-
8? rendus -
SQ( consolide,.
la dignit et la li-
bert de l'Eglise. Le crime
de ce prlat, crime auquel s'-
taient as,ocis tous ses coll-
gues, consistait avoir lait ap-
pel, dans une lettre pastorale
collecii.e, la (collaboration
discipline de toute la na-
tion , pour que le principe de
la libert des cultes, proclam
parla loi constitutionnelle de
11)17, cesst d'tre viol, au\
dpens de l'Lglise catholique,
par certains articles de cette
mme loi. Heproduire celte
lettre pastorale est la-bas un
dlit de p esse, qui entrane
des poursuites. Mais certaines
voix s'insurgent, qu'on ne
peut touffer; celle de Mon-
seigneur Valencia, archevque
de Durango, disant l'vque
intern: Je vous cris, non
peur vous pla ndre, mais pour
vous admirer et pour vousenj
vier; celle de l'archevque
de Mexico,criant au prsidant
Galles: chaque douleur nou-
velle sera un chanon nouveau
de l'amour qui nous unit la
chaire de f terre. ht le R. P.
Dudon, dans un rcent article
des Eludes, nous apprend qu'-
aux Ltals-L'nis l'opinion ca-
tholique est en moi, et qu'-
elle n a pas attendu l'appel de
Home pour pousser un cri
d'alarme en laveur du catholi-
cisme mexicain.
Des mesures draconiennes
sont annonces,;! Mexico, non
seulement contre les congr-
gations, mais contre toutgrou
peinent pouvant tre prsum
congrganisle: riposte belli-
queuse la pacifique mobili-
sation des prires. Jusquo
pousscrut-oii cette riposte? el
quel succs en espre-l-on ?
Catholiques polonais, catholi-
ques rhnans, sortirent vain-
queurs du Ktillurkimpj : aprs
Sadowa, aprs Sedan, Bis-
marck avaii pu se croire le fa-
milier de la victoire; il dut
s'avouer vaincu. Ce prcdent
peut donner rflchir au
prsident Plutarque (ja I le s,
aux heures o sa perspicacit
d'homme d'Etat prvaut en-
core sur les aveuglantes in-
fluences qui t'entourent.
Lorsque l'arbitraire lgisla-
tif otlusquc tout la lois les
droits de Dien et les lgitimes
exigences de la libert humai-
ne, il est bon qu'une puissance
morale lve la voix,et qu'elle
signale a toutes les conscien-
ces les souffrances de quel-
ques-unes d e n I re elles, et
quell''oriente leur active com-
passion vers les victimes 1110
mi-utaues d'une lgalit br-
lait Kl l'on doit plaindre les
gouvernements p h m re s
auxquels une page OU deux
des Bull nies pontiticaux, pro-
testant contre les injustices
qu'ils commirent, assureront
une douloureuse immortalit.
un
7/6', Hue 7ranersire
Port-au-Prince, Hati,
.i*4 En vente: Au march Cristal >. l'Htel Sea-ViewX-
)el dans les principaux cales et restaurants.
*^2 Ce1 te marque est parmi celles qui ont lail leurs nreu-*fr
<0ves, qui ont donn leur chef dVeuvre el {obtenu leurst^"
jixlettres de noblesse. xm.
%mmmmm;mm*mm

VOULEZ-VOUS
SAVOIR?..
Ia's noms et les adresses des
Commerants qui vendent les
iiK'ill.'urs arlicL'S 3t aux in.'il-
leurs prix?
Lisez notre
4me Page
Les beau sonnets
Le Chevrier
0 ktrpr, se sm pas dau cet iftt raiii
1rs mis cipricieui de re Uif mdvcile ;
lui (M-ilr- du Vi-ualr un IVlr npailf,
U nuit oiuntr trop le el Un MM rsl .iin.
lsions ici, mi-ti l'ai des lin, n du ris.
Vnb.illeiiJron> lejoreire HSVM asile
lais |i,i'le li.is.Lcs llieni mi.:1 parlnul, 'i lllisile,
Hecaleious reijirJe I1K son vil Ans,
Ce Irnu d'aabre l-an est l'autre nu se relire
Le ilemo lauiiluT des hauts lient, le Vilyre.
Peut-tre il sortira, si nous ne leflrauos
Eileids-lu le pipeau ijui rkante sur ses leires ?
t.'esl lui.' Sa double rome arrrodie les raiois,
El. tais au rlair de luae il (ail dansrr lus r lierres,
lai-lana de UEIEtm
"JAURICE ETIENNE ifs
Angle des Rues du Maaasin de
l'Etat el aes bronts-torls
Nouveauts,
MRltCERJE,
P.VHFUMEUlE.
Aunijitdu monu.
ment de Ghritto*
phe Colomb
Communiqu
L'Association Nationale
Colombine de Sto-Donno
Considrant que jusqu' pr-
sent, il n'a pas Ole Uvcid par
cile comment, quand ni par qui
doivent tre recueillis ls loiuls
particuliers au moyen desquels
les diffrentes nations du inon-
de contribueront Icrcciiou du
Phare de Colomb, m uiuiii.-iit
commmoriitit, qu'en nommage
universel, il est question d'riger
dans la rade de la ville de Sa 1-
to-Domingo en rhonneur do
l'illustre Christophe Colomb qui
dcouvrit le Nom eau Monde;
considrant que le recueillement
des tonds rpondrj un pis 1
gnral dans la dire :tion duquel
entreront des lme ils que I As-
sociation N'ati mile Colombine
dsignera au moment opportun
en vue des travaux prparatoires
qui sont sur le point (l'tre iva-
hs s, cousi.l iranl que le lail ci-
re ucillir dea lo ds avant qu'il
ait l dcid c oui iicnl. (pian I
et par oui le plan devra cire mis
en excution dans chaque pays,
peut tre prjudiciable au pro-
|ci de l'Assemble, il s l d-
cid :
1e. de recomm mJer p i
bliqucmenl qu'il on.'ie.it qjj
personne 11 . s'empreise do re-
cueillir dei fonds en a icune eir-
constantea p mr le fias plus
liant indiques, parce que, jus-
qu' CC qu'il soit adopt S un |l.i i
gnral par I AesemoDc N'iiio-
nalc Colombine.es srail causer
un prjudice BU but atteindre.
2 il est recoininaii l, au
contraire, qu'il soit fuit par tous
ceux qui le jugeront propos,
toutes sortes de propagandes
sous quelle que larme que re
soit eu laveur du dit projet a.in
de le taire connatre tant en ce
cjui concerne son organisation
que le but atteindre, fai'ihlant
ainsi la lche de I Association.
(S). Licencie. Ariiiiud)
Hod ri gttSS, Vice-Prsident d>-
I Association Colombine et Pr-
sident de la Commission penu i-
nente de l'rection du Phare le
Colomb.
Dr Kdouardo Solsr,Secrtaire
ad hoc de L'Association Natio-
nale Colombine.
N.B. L'Association remercie
la Presse tant nationale qu'-
trangre pour la reproduction
de cette dcision.
(du Lisliit Diario )
4 l'occasion du
(>3""c anniver$aire
de la Rpublique
Dominicaine
Avant-hier, l'occasion du
(i.'lme anniversaire de la Ins-
tauration de la Hpubhque Do-
minicaine, le sympathique Ke-
prs.'iitant de la lipuoli((uel)o-
minicailie lJorl-au-l'rmce M.
Kaph.il Minava et Madame ol-
Iraient. dans leuis salons, une
brillante rception aux Domini-
cains, aux M ombras des Corps
Diplomatique et Consulaire et
aux amis de leur Pays. I)j nom-
breuses personnalits officielles
y assistaient.
Au ehampsgiie, de chaleureux
toasts turent ports la pros-
prit de la Rpublique Domi-
nicains et d'Hati.
Aprs un brillant speech du
Dr Minava aujuol rpondit .
Edmond Montas, Secrtaire d'K-
tsl des Relations Extrieures,M.
Flix Magloirj. sur l'invitation
du CI) irg d Allaires, parla de
lrcctio i d.i l'haiv de Colomb
dont les dimensions seront co-
lossales si qui devra gtorilierla
mmoire du clbre navigateur
qui, par son gnie, complta le
monde.
Le m );iu.lient sera rig sur
une C le de I Ile d II u'ti, dcou-
verte p ir l'illustre Gnois. Tous
ceux qni taient prsents la
rception, les personnalits of-
ficielles, les membres du Corps
Diplomatique, les dames o il t
choisis pour (aire partie di co-
mit d'lection.
('ne Ch irmanle iiiuo.aliou
marqua la rception : un clitaur
de gracieuses fillettes, dra-
jes des couleurs de la Hpu-
rfique Dominicaine, chaula
l'hymne national dominicain et
l'hymne national hatien.
.Monseiirel Madame Minava fi
relit les honneurs de le n s salons
leurs invits avec uiw cour-
toisie el une grce exquises. Kn
si aimable compagnie, chacun
passa les heures les plus agra -
mes; l'on dansa, et C'est tard
(pie les hoies quittrent la Lga-
tion dominicaine, heureux de la
charmante rception qui leur
avait l rserve.
Nous renouvelons nos plus
vives sym|Hitliies au distingu
lU-prsnlant de la Rpublique
Dominicaine Port-au-Prince
et nos VOMIS pour la prosprit
el la grandeur de son l'ays.
Me il
SJ|
...a vu, Samedi soir, arriver
spontanment au Cal des frres
Horvil, Grand Hue, des musi-
ciens de latent qui demandrent
a taire de la musique, de la bon-
ne et ... gratis. Naturellement
NOTRE il Vit les clients ap-
plaudirent cette offre ...gra-
cieuse. Enfin les nouveaux arri-
vants avourent qu'ils taient
venus pour tter l'ouverture de
l'Klablissement. Il n'est jamais
trop lard pour bien faire... de
la musique.

...a contempl,dimanche ma-
tin, notre station balnaire
Hailey's Heach. coin de paradis
humide, des lgantes et des l-
gants en belle forme (ea se lais-
sait voir!) (pu prenait leur bain
de... mer. Leurs bavardages,
leurs ris, et, aussi cheveux, jam-
bes si bras nus avaient, du sel.
... a vu, sa nedi et dimanche,
le bal a Latino. Il tait d lia
entrain !
... vit. le beau mu.... excuter
avec une certaine lgance les
pas latraux d'un lox-trot.
Il vit aussi, dimanche, E... L...
qui continuait la bombe de la
veille, se rendre Bailcy'a Heach
o il oublia son chapeau, l'n
chapeau la mer, le navire ou
l'auto continue sa route Ht le
perdant revint en ville sans...
chapeau.
...S vu, dimanche soir, dans
un cal assez, chic, deux amis
qui venaient de passer tonte la
journe ensemble a s'amuser, se
quereller soudain, sans raison.
Ils en vinrent aux coups.
... les vil rouler sur le par-
quel. Lorsqu'ils purent tre re-
levs, l'un d'eux, s'avouant vain-
cu, s'en alla, mais pour revenir
quelques instants aprs arm
d'une... Ifuui.'
La patronne gentille, digne de
Sang-froid, ne voulait pas que
chez elle, il y eut tte coupe,
parla tendrement celui qui
tait venu prendre sa revanche.
Elis russit lui enlever son
arme.
... verra certainement, ces
deux copains, oublieux des in-
jures (pi ils se sont respective-
ment lances, dimanche, venir
CS soir s'attabler, en compagnie
de la patronne si aimable, de-
vant les petits verres remplis de
liqueur savoureuse.
... distingue aujourd'hui 1res
difficilement si Isa femmes, dans
la rue. portent ou ne portent
point de .. bis. L'une est brune,
biMi.e comme doivent Ijt'tre des
pches, au printemps, dans les
paniers des marachers, Si elle
porte des bas couleur marron,
sombre, l'attira est noire, noire
comme Misas prcieux au cou
d'une jolie lenime et ses bas sont
(le soie couleur d bne. La troi-
sime est blonde comme ces
pas nue les peintres niellent
dans leurs tableaux lorsqu'ils
peignent la moisson et ses bas
suit couleur mas. El lorsque
\ot.ie u. jette un regard vers
tous ces mollets gracieux qui
montent des souliers lgants
vers les iupes protectrices, il qs
cl scerne que dillicilcinent si la
belle psiSSIUV brune, noire ou
Un arrt au nom
de la Rpublique blonde p irte ou ne port pas de
LA POSTK. dans son dernier
numro a publi un Arrt au
nom de la Hpubhque.
Nous comprenons parfaite-
ment qu aujourd'hui no.re con-
frre peut avoir Is temps et le
ou'iii la plaisanterie. Kl, cls le
dbut) nous avions toujours pr-
vu que la lac nstionaliste qui
e jouait dans le pays depuis dj
trop longtemps el 001 t la pauvre
peuple pas ail stul les Irais toui-
llerait a la lin la panlomune.
Ainsi Unisses! toutes les co-
lin cbes
bis.
... voit d'un hou ... o?il que
L I.SSOH ne veut pas vieillir. Lun-
di qui tait Ki Aot, le coalrre
a paru avec la date du samedi
U. C'est charmant, L'Esso* A
arrt le temps...
... ptille de joie. 11 a deux
jours cle moins porter. Il l .
deux jour, ch- l'anne qu'il JlU
verra pa. I.'Kssoh.
Quel t kimphel
... vu, !.. .h,:,), !e pyta qm

./i.



*'
LE MATIN- 18 Axit 19*5
w
>
v
'
I
ne rate pas un rend. Il (lausr.
h us lu- consomme jamais. Le
non, lundi soir, lui rappela
qu'il dansait toujours ... l'il
puisqu'apr8 le rond il n'ollrail
pas de bire. Le galant eu! sa
Fiert. Il rpliquaquil avait assez
pay puisque loua le yeux pou-
vaient le regarder danser. I e fui
a-lit pome bien haitien el
un
p
de France aussi quoi! puuquon
s, \|)li(|uiit dans la langue de
Koslnnd.
,m a vu. dimancl.a. dans, le
quartier lu Calvaire, des jeunes
gna qui eurent l'trange iantai-
sir df grimper sur le toit d une
maison et de pousser le grands
cris,appelant les passants, le* c-
cablani de lazzis. Si hauts per-
chs, poussant des cria* gesticu-
lant, NOTRE lElL, les paupires
carquilles, cherchait voir si
c'tait Darwin qui avait raison et
si rellement l'homme descendait
du singe.
~-;^ Revue i\li
des journaux
La Poste. (No. dea 11 et 11
Aot ).
|)i KMm llu ni.. -NOUS avons
le vil regret d'annoncer nos
amis cpie contrairement toutes
nos esprances, avec ce No.
notre Maison terme ses portes.
i.v Poste a vcu.
Il laid partir. Ces! dur, mais
partir il laid!..
Avis Important, i Imprime-
rie de LA POSTE n'est pas toui-
lle dans des mains indignes.
Ceal la Compagnie Lithogra-
phique qui en a l'ait facquisi-
tion. Mais le journal reste tou-
jours notre proprit.
Le t oi'iuur.it Hatien. ( No.
du 13 Aot). -
... M. l.s. Ed. Pouget eut d-
clarer FUD des ntre, il y a
quelques semaines, qu'il prf-
rerait vendre son installation
T>tHJ KHK) dollars moins citer,
mais avec l'assurance quelle
passe entre di s mains amies.
(".'est pour ce (pie BOUS croyons
devoir affirmer, en attendant un
dmenti de Mi" Pouget, qu'il- n'a
pas vendu son imprimerie au
gouvernement de M. Mon.o par
"intermdiaire de M. Chevallier]
Le tour du monde
en 28 jours
Les deux aiiiru ains, MM.
Liitton Wells et Edward Evans
qui (entent d'tablir ce record
du tour du monde en 2S j uns,
viennent de s'embarquer au Ja-
pon, en nmte pour la cte am-
ricaine. C'est la lin de leur voya-
ge et moins d'un incident im-
probable; les deux voyageurs
auront boucl la boucle dans
le dlai prescrit.
Prcalculation du temps
par M. G. Tipnenhauer
aujourd'hui et demain
Le 18. Pression atmosph-
rique ; 0.8 au-dessous. Temp-
rature :0.2au-dessous. Probabi-
lits pluie : 1.1 positif.
La 10. Pression atmosph-
rique : 1.6 au-dessous. Tempe'
ratUIf : I au-dessous. Probabi-
lits pluie: 0.8 ngatif,
Le Bulletin Z7'
de la Quinzaine
Le deuxime numro du mois
d'Aot de celle intressante Me-
ute religieuse a paru. Il con-
tient, comme toujours, des pa-
ges que nous avons lues avec le
pliis grand plaisir.Nous y avons
aussi trouv d'intressantes in-
formations concernant la mar-
che des divers diocses d'Haiti.
Nous remercions pour le gra-
cieux envoi.
Une interview
de M.Clemenceau
le "TigrV'^ne rpondra
pas au Snateur tiorali
Par cable franais
PARU, 16 Aot Interview par
L'Intransigeant . M. t lawo.-
ceau a dclar qu'il ne rpliquera
pas au snateur Uorali I. a aj ul
que -.i lettte tait destine surtout
au peup'e amricain et aussi la
France. Il faut, dit il, laisser les
ractions naturelles se produite .
Le reprsunant du journal lui
ayant dmande s'il prconiserait
une confrence interallie pour le
rglement d*.' dettes, M. Clemen-
ceau a rpondu qu'il n'avait pas
a prendre des initiatives apparte-
nant i d'autres Jl a dtmenti qu'il
avait l'intention de se prsenter
pour le sige snatonu du Var
qui, d'ailleurs, ne lui a pis t
offert.
Mm
Le prix des Dgljjus
i la onlrence de la Paix
Une curieuse vente aux en-
chres eut lieu dernirement
Londres. On V B vendu 90 poi-
trails des Dlgus la Conu-
rneede la Paix, peints par un
artiste anglais, sir William Or
l.
C'est le portrait du prside il
Wilson qui acte achet au plus
haut prix : '27.10 livres sterling.
Viennent ensuite: celui de M.
Llovd George, pav 604 livres;
de M. Clemenceau. 120 livres;
de lord Derby. 230 livres, du g-
nral Borna, 5ttl livres et de M.
Wm/.clos. 211' livra.
On ne dit pas ce qu'a rout la
Les chiens
La loi, rglementant la circu-
lation des chiens sur la voie pu-
blique el les conditions dans
lesquelles doivenl tre gards
ces animaux, a t piomulgue
au Moniteur du Jeudi 12 du cou-
rant. Elle est doue en vigueur
depuis Vendredi dernier.
Nous esprerons que nous se-
rons dbarrasss, dans la rue, de
tous ces commensaux inutiles el
dangereux*]
ttas de notre
Confrence.
Dlgu 'a
Farisiaua
.JEUDI
\^a Blessure
. Lon Mal'iol et Cliouru
, i-na- Entre: 1 6.
Iluna.
Au Conars Internatio-
nal de la Royaut
dulChrist
Par cable franais
EINSIDHEN(Suisse),J6 Aot
Le Congres catho|ique intematio-
n.i! de la Koyaut .lu Christ s'est
runi aujourd'hui. Il adress des
salutations fraternelles aux catho-
liques meicins:en faveur des au
1res il a fait appel la solidarit
mondiale.
MEXICO On annonce offi-
ciellement que le pisident Calles,
aprs une c rl'iei ce avec le pro-
cureur rtags, cid de ne pas
porter une accusation formelle
contre l'archevque Mora del Hio
du Mexique pour l'interview qu'il
a accorde rcemment au corres-
pondant d'un journal amricain.
Le ministre de l'intrieur annon-
ce que d'aprs des rapports reus
des gouverneurs d> diffrents
Etats du Mexique, il n'y a eu au-
cun dsordre dans le pays.
m

./ut te t< ois
gouttes
.le l'huile THREfc IN O.NE lera
mieux pour vous qu une grande
quaLtil d'huile ordinaiie-,
C'est la raison pour laquelle
THRE6 IN UNE a un usagehi
universel, tille lubritie trutes sor-
tes de mcanismes lgers.
Mlle protge Ubuiface des mlaux
contre la rouille et la teruusure
r.lle polit cl tait reluire les surfa-
ce finies el veruies.
Elle fait te tr.vai! mieux qu'auu-
ne autre espce d'huile et pius co-
nomiquement THREB IN ONE est
un des meilleurs amis du m nag
K le Lent presque tout dans un et t
de Iruicbeur et de propret. tlle
empche un g;and nombre d'objets
de s'user site.
IHhbh IN,<'Nb (?t uns
huile cotapose pure, trs
iiiflint: qoi ne Contient
paa de lobstasca di is>ible, Elie ne s'paissit ni ue rancit. C'est une
huile universe'le pour .e mnag\
TIIHLE IN ()\E se wrrf ders Ici s les magasins d'cstrtM.'rs de m-
i tige, tous ls ba/ars, | rmr reries el les Grands etegaslai m
Iiouti illes de tontes dimensions el en bidons portatifs.
THREE1N0NE0IL COMPANY
1^0,William Street, New-York t.ily U. S. A.
GRATIS. Demandez les chantillons et le modcd'tmploi.
:|
Petites Nouvelles
Etranger
Par cable franais
Paris, 16 aot Les journaux
insistent sur la plus-value cons'd
rable de la reutre tirs impts. Ils
l'attribuer;! i la uontiance daus le
gouvernement d'union nationale
et la vita it du p .y-
I'aius Par dcret sont majo-
rs de li ente pour cei.t les droit
de douanes spciliques en excep-
tant notam nuiit les tabiics le
droit intrieur sur les hui es mio
raies est port a 10 dancs l'hecto-
hlre
Pahis Deux lieibS son! entrs
en ooll siou la gire de Lyon .1
Paris I! y a des morts et des ble*
sis.
PaRU Les ni g Valeurs del'ca
tente europenne de l'acier ont d
clar qu'il ne s';git nullement de
lestreindre la pioduction des nou-
veaux coutiuget.ta prv s pour h
Tchcoslovaquie I Au'tieht et U
Polegne <( La Malin afrme q e
l'Angleterre au c tirant de* ng
ciatious s'est i.-ole momentau -
iaenl et volontaire ment.
PARIS Au co ns internat o
nal de la paix. M. Barthou, mini -
li de la jiutice, a dclar qu'au-
cun pays ne veut la p'tix plus a -
dminent que la h a ne. < Ce t
tolie et mensonge de dire que la
France poariait tro b er la pa \
du moi de .
L\ llWfc La priceessa Ju'i -
na. iiMe uniq u' de la r-'ine W'i-
h Imine. a I coq i u h . L> p in
ie se et sa m.e et tient re>. mus
oues deux Je Baissa fouffranl
d'une h'iini lii e lgre.
blme de la taOO suiva^ite :L'.\-
meriqas annultn les dettes des na
tions d.cclesquelles elle tait asso
cie pendant la u : rre aux (ondi-
tions siriva'ites : Vit mirumeiit.cha
cune dl ces nations en retour fera
abandon de ses crances sur ses
allis. Deuximement, chaque na-
tion abandonnent \ l'Allemagne
les deux tiers dis somm?s qui lui
seront ^;rses par celle-ci confor
mtmi l au plan Dawes, la di'.f-
rence tion pa1 telle pour les rparation
et les dommsges de guerre.
Slawmitr
CONStRVt tB QB?H1X PtKiWS
DEMANDEZ-LE DANS I ES
OUfcS, PHARMACIES. ETC.
PARFUMERIE
Prorogationde la
convention com-
merciale franco-
espagnole
Par cable franais
Pakis.IG Aot Lu accord si-
gn l'iris proroge la convention
commerciale franco-espagnole > ISI22 lgrement modilie et com-
[>lte. Les pourparlers, quoique
ongs, SS sont drouls dans ene
atmosphre extr net. eut cordiale,
la d.-... i : de l'smbassade d's
p-gne montrant un grand esprit
ce conciliation.
eompreaaal la presque iota tte. du
com de Midland et s'tendan.
Jusqa liernelt moinsde 10 mil-
las de I on.lres a t secoue
diffrentes reprises.
Comment mourut
Lord Kitchener?
Par cable franais
LONDRES, 16 Aot Le mys-
tre U'tchauer semble prendre
une n nivelle 'ournure t; s agents
du Scollaud Yard sont venus en!e
ver le cercueil cootiis
tant corps d l'iodn
( hal chez l'eatrepreis
pes funbrea o il l'ai
pour l'emmener t Sh
mortuaire dans U
restera jusqu'i dniai
leniant que l'atlsiresal
ofliciellemeat au Conat
,lera s'il v aouoonlal
LONDRES- M*
villaa b.iiannique, to*
s uue Power, joorsl
prteul contenir S'
io.d Kitchener. reponl
dans le cimetire ptR
Ion. Ou dtl lsgriS
ge a t apporte bai'
train venant i*
on ignore comnit
dans ce port. L I
pas au
qui prtenl que
Kitchener s tt
cite norvgienne.
ment a rceme
menti a ?o*w-.
qu'il vient d; cri
/.,. u doo'jille
Pour l'annulation
des dettes
de g%ierre
Par chle franais
Paris, 16 aot Le Figaro
publie une lettre ouverte de Mr
Philippe Biinau Variila A M. Frc-
delick W. Peabody, avocat en re-
traite d'Ashbiirtiham ( Massachus-
etts ) qui a annonc rcemmeit
q i'il se proposait d'organiser un
campagne en faveur de l'annula-
tion des dettes de guprre aux Etats
L'aie. Dans s( lettre, M. Bunau
Variila, qui e'est lait remarquer
ces tduips demie s par l'ardeur
avec l.qii'lle il a prch les couo
mies et les restrictions en vue du
rglement de la dette aux Etats-
l ais, se dclare partisan de l'an-
nulation et expoje certaines con-
ceptions errooes uui ont cours
l'tranger en ce qui concerne la si
tuation actuelle de la France.Il por
pose aux Ktats Unis et en fait au
monde entier de rsoudre le |pro-
Exceniricit
d'un thumidk*
Dn ancien combattant amc
ricaiti proline la tunihu
du Soldai m on'nu l Aie
de-Tiomplic.
Ir cile IraocaiB
Pauis.Io Aot Un amri ain
Donald Ciock-r, de Uustnn, qii
se dit ancien combattant el pr;-
tend avoir perdu une jambe a U
guerre, a t amt l'Arc-de
Triomphe. Il avait ve-jlu boire a 11
s u.t du Soldai inconnu et aprs
avoir vid sa coupe de Champagne
l'avait brise sur la tombe.
FAIBLESSE,
La terre tremble
i en
Grande Bretagne W*
Parcahle franais
LONDRW, 16 A un A une
ou deux reprises ces temps der
niers des secous>es siassiquas se
sont produite- en Angleterre mai
si lgres qu'on s'est demand i'ii
'agissait rellement de tremble
ment de terre, mais aujourd li i.
les secou ses ont pris des propo.
lions alarmantes. La vaste ririon
PtfM O.....L DIOHIBM. , " """
CoUan Stearoship
Le steamer Baracoa venant de sW [it
Hflports du Hord est attendu .1 Fort-
J19 Aot courant.f;il repartira \*^
^jdireclement pour les porls de la
Pliant Iri et passagers. A .(ke
l>ort-au-rince, le 16 aot 1^
Gebara & CoM*


E MATIN t8 Aot 826
StionoD
HfipUBLIQL'E
igrt.ot dclarant
iJ^Jomon en tat
"bdllal1
ouv
I! Tribunal d-
1 "h SaJomon
,erte. Fixe
.IJTl. data de ce
^.Kait"'^
VfCse?
-iPtix de ,R feC
^nformmeol aux
,.l sert |tfl ff'lli,r aQ
Nomme pour
"I, gercera cette
l iuiteillance du
JtJttet l'offiee du
, ; Ordonne que
,'r:icle 4S2 d
lg U personne du
dpt dnn- I
j^t de cetto *iil*
et que d*. r>
liecu i""" ,lle 8"
'lion Ordonne
Ijugcinei liwri lli-
Jre\Mit dan 1
ftiiK de celte >i le
eia.i. parl'aiticle
Kommerceet <|u'il
iifovisoi:en-ct>l '*n4
if minute : < leui.ce Lere-
ai^e ; Cocdamue e'i
hux dpens qui *c-
iWr l'actif de la fit'-
Insrn
r?
o
fgUne des plus fortes Comptmes
canadiennes d'assurances
sur la vie.
Eug. Le Boss & Go.
mm

hir Nous, Emmanuel
pp,rtl>udience extra
i'jiObliqoe du jeudi 1
Itn piunce de m,Pie
[lliiluud, substitut du
du Gouvernement de
Imiat de Me Montas
Greffier.
rdirait conforme.
U Greffier
LlIBISSitRE
Socit des p^rduits dat Paris
CAPITAL : 8.400.000 francs.
La plus ancienne Maison nour les Dentijriirs :
Fonde e,, //.m.
L'i.U |,|. BOTOT EST LE Sr.l l. niNTlIKKK AIM'HOIV:
PAR L'ACADMIE DE MkiiKCINK DE F.Mils.
Demandes fa Pte Dentifrice BbtiA
Demandez l'Eau de Bolol
Demandez le Savon Denlilrue Ho- jm
demandes, la Poulie Dentifrice !
Dotol an Corail et uu Quinquina.
|) mande/ le 'Sublime" de II >tot / y
ci n're la chute descheveux.
i ts dentifrices lot>t aonl re
wn mands parles meilleurs den
hsl s d'Haiti, notamment les sui
.
VI "'s ;
Docteurs Volnv Bousier, .lames
Ew< l.l. Mercier iHs, Holly.Domar
v. l'aniil. etc. etc.
En vente dans les maisons suivantes :
Pharmacie Pharisot, Pharmacie Boorraine, Pharma-
cie Centrale, Pharmacie Saint Jean.Mavrice Etienne lils
Paul Auxila. Jules Cornail. A. Boit, .1. Poujol. Carmen
Douville, Stambouly et Sergile, etc.etc
Kl dans toutes les bonnes Maisons de Province.
En gros et en dtail chez, les Agents Exclusifs pour
Hati.
1716, Hue
Box 1%.
du
Magasin de
F. LAVELANET o
l'Etal Port au-Prince
M. Il-
^rs
Us INSECTES communiquent des MALADUS
des MILLIERS de PEBSONNES
Pratique
i qu'il n'y. a pa* li u
fer d difficult' de U
i la maison Kawas
lie lait le devoir eUasia et le public en
I ja'iu'une augmflnt. ti n
|l|iUiurleaarticles quel
il fut et s articles
m a subir les cong*
i lovvfcu tarit. C'est
I mi renfilions les, p-
le lanille de se' ha-
|fain \tttt emplettes ci./.
litiillEKMANOS
Ltodo Magaain de l'Etat.
w '
iaammes heureux d'enre
ftatte diclaraiion des sieurs
nnoa tendant a ne p s
leurs marchand!'-
idalion du stock qui
a subir lis taxes du
0 qui par conse-
il vendue aux u mes-
*f lapasse.
Pli.etiaimables l'.om
occasion
Bre pour cause .de d
auto Baick, G cylin
I dollars cash.
KrMrKINNKY.en
la Compagnie des
i Grand'H ne.
Ces llaux conslituenl unemena-
e beaucoup plu? grand.' > on d'une arme. Les insectes p-
ntrent partout sans difficult el
. mmuniquent les maladies autant
> x grandes personnes qu'aux en-
I nts.
Les mouehes apportent le chois-
ir. la livre typhode' le microbe
rfi la paralysie mtantile : les Mous-
i,uee propagent Us fivres meur-
li res, tandis que les punaises se
cl argent de Irausmettre les micro-
ii x gens uon contamic/es,
Aprs de longues annes de re
. I erches,l'Entreprise de renomme
tuondia c'a bTANDABD OIL COM-
PANY, ( New Jersty> E. I'. a per-
i i lionne un produit otfiani les ino
% i s tors et simples pour com-
i, itre les cancrelats jusqu' leur
rxnrmination complte.
l e produit c'est le.... Ki If
A\tc c produit\ap)iisn dbar-
i it 11. m: maisou des mouches el des
ui ualqucs, en quelques instants.
FLIT est propre, d'un BSafi \*
cile offriBt toute garantie. l> nom
lin use- preuve unt dmontr que
le rPLIT vaporis ne tche ni ne
gfttelesvlemeuls les plus tlhoU.
<.FLITdlruit tous lesinsecics qu
infestent les maisons .
A l'aide d'un peu de FUT va-
porU4 on extennine les mouchai
moustiques, punaises, cai irel-tl',
fourmis ainsi que leurs |a*ft>,
t PUT pntre dars les fentes et
les crevastes o les IneeelVt se lo
gent et dposent leurs laives.
On peut aussi vaporiser 'e FLIT
tur h s vtements;car il tue tous les
insectf et leurs larves qui piquent
les vtements.
Pour dbarrasser une maison de
ce9 insectes nuisib'es il sullil de
se servir de FLIT En veut..- pa -
'oui.
u plus j/cobm kt u nuiimasi
iHJECTIQN PETBARD
D'aILIJ .
ci.'> I BLtNN!'rthHAOIE
tl Lu iuuKin.'.U inclini
ou lientt.
2 31 lrt$ S'Jir'.j
sur 232
(K.i potl J.. SUJ m J > ' I
Le Uuitiiliviil eut lomiilcli'
DlTGEES PEYRARD N: 1 / KiTINE
qui c!ir.ei.t U djuUur. cUi.fifiit Ici urii.ei, I
Bunfinl !* '"g < Kiifi.'"-' I' ij'iiK-. '.'
TOUTU BONNES PHvRMA. IIS
sr-cuiiT rEY-.Ani). 4, ^. ti i;. r.". pam*/
Eldorado
Tclcphonct,.V.)7. Clunupde Mars.
Peniantl-i ttusoii estivale vju trouver/, lo lutins
chanibrts tris laaicli s.
Prix hodb
Bar Terminus
STANDARD OIL Q MPANY ( Ni-w Jf.hsi-y )K1'.
Distributeur: West India Oil Company
Propriatitr .
m
V r li > impur d'informer sa bienvcillanfe clisntll
ipi il a install h l'tant de son tablis sment, un salon
exclusivement rserv aux familles o l'on trouver!
des cootomm lUom di pramiar alwli ei o i)s lunchs
s roui lervii sur 'lemanile.
Tlpli mi* N /on
m
lo Centrale
Sellra.'d,1861
DE FABRIQUE
PELOPPES
lornuits : Comme r
-JoiTi-spondanee Ame
grande! petit -Visite.
|upr;eur. Excu
ft
;wux pour les clients'
^rgatif Idal
'W la
''faD'Dehaut
,*,*"lii4()u
!.a
MARQUE DEPOSEE
DKTMIT
Mouche- Moustiques, Vers Fonrmis. I'uni>es, l'.ic. s. Catartltte.
P.ZlTp\.S I -Ces el leur, larves qui lataUat les m.uoai

Inpi
argSelnt-Oiinls irU
arndrt,
Ulni ucnn prparant,
Idlie.
1 tu II ojil.de.
*, r*1**" li de djoCl.
'Mil,
il
"^ Mtua Hrt it Imii.
I m "U" l" toui lu iln.llilr.l,
' conclut, etoliu Ura.
05J
U'ivi. attaaiM
Uj"a, ,il(
: Or lw
Euij.Leliasse $Co
Agents Gnrani
QUAKER OATS, bouilli
et tamift. additionn de
lait et d'enu de chaux conti-
tue un aliment cientif.que-
ment idal pour 1 btb. 11
les muintient en parfal-.e
tante et favoriko nettctmnt l.i f-niition des tiuu
omcux, '. ' vtioj.pvii.iiit toutIctorgane*. AutuniiUMetliineiit u'cttumsieiTicace.
tant donn que cette pr,p[iri.tic.nci.te,.i\:f-iteuvtc
le plu pand aobl et dan* des proi>ortion f.ui varient
tuivant l'ge t' le icgrc d .- croltirB de l'tnftant, on
coni-:Ue-.'.e suivre. ;>ur la i'airc, IfJ .. ..* .!Uu mdecin
de la Qui il!e.
Quaker Oats est un aliment d'une Jmettion facile et
doir. \: cou- pla.'. beaucoup aux bibs.
. Quaker C*ats '
t?!>
m %8b$i*&! IMBA^
Mi^^.
-A


MATIN 18 A0!.\ iv:
.
^y********#***#*#*****^^
USEZ-; OU
Jretone
L PBEtZMU-AfiGEfiHO..M
Auent
V
A le pliiisu le portera votre connaissance avoirreu
lii assortiment complet tic toutes les dimensions des
i ncus il Tubes.
Pneus Cords Ik.iw Dut) |> nir amions, pour le ira
vil lourd.
I lieu s Cortls pour autos de paasag> r%
pneus Ualloon inlerch; ngeabl ou l'ull Balloons.
Dmontiez le pfivpcur les dimensions de voire nuto
ou camion,
Plus de kilomlrc qm c

for Dollar
Scotch Whist? & Vfo>
(H drrn; f des a ents
Ve.'.siir.is H fapscl But !< r
Il !. ej. eut.SI rel. on .i<
A. H. .67. tablis M iirl arids
de Yii s; | ar autorisation sp-
ciale de sa Majest le Roi il
i'csoii 'Messe Royale le l'i in
( e de fiallcs.dsireni nommer
un Aient pour leurs vins spi
ri dieux Port au Prince e|
partout o ils no sont pas re-
prsents eu Haili.
Aucune demande ne sera
considre si ce n'esl celle des
Qrmes'de premire classe.
Prire de donner des rl-
renecs. dans leKoyaumc-l'ni,
si possible.
Dr Xanoue
1708. Bue du Centres cot de
la Pharmacie Sjourn
Mdecine Gnrale.
Spcialits: Accouche me ni s.
Maladies del Femme. Mala-
die des Enfants, {fivres.
Iineclions iulraveini uses,
i onsultationsT 10 et .'5 .">.
Tlphone No78l. English.
Caslellano.

'M
l< * h m.KL.%. /^'*"?< ;i < |L;2Ji[
- -* .......fc> ^. ..
Ce que rona poBTcc don
li r de plus pnciiux i
\c.lrc (i.lanl, c'isi lu .aille.
I.ts | rccuulic us ccnxn.
lairc* d'byglAac ton) iuc.ks
a [-rendre. C'est par la
inulpn.prci qim \ient lu
n>ui..dic. iliaques ia
crusse avant qu'elle ail eu
le lempt de peneirer dans'
les pures de a peun. i
Veillez a cr que vo:re enfant
elave nuvent il soincue-
nu-nt avec le &avun // -
m
Agent Gnral
le Savon
pour la Sant
Lever Hios. ( ., Boston, Mau U S i
WISATCO
Hue des Froids-Forts Nos 113-115
m mm
319, Hue des Fronts Forts, 319
Distributeur pour Haili des automobile; NASH
Nash
Nash
Nash
m
te
M
ie* I lu
*
I


te
te
te
te
te
te
h e w
s
advaaeed Six j
;
W\[S AH lead Ihe Wor[d in motor car value.;
1\' The WoilU ha g.-ne N \ 8 II becaua i N*M ,
olleis grenier qualjly. gieater value and wml
pnli.maDce. M.Ui
Us autonomies NASH speia'.neDl cosatrintM pot".
pa\n monlagneu. uoide d'eicelleul moteur. dooMil'
lis'roules le plu diilicile*. le maiimum de atifacj|oa il (
Economie Con-ort t'uissanec t/^u.!.
Mocuit/ *ou une e^N A S II parce qu'aile est la B.su*t,
voiture son pria.
Nous i was galement en itoe. : I 0 lot des c.bies machina
;i eoadr. \ g S T 4 4 pie permallnl .le brjdei, repriser et faire des jour, pour cour
lurire-, l.ullaun el corJjuiuers, \y%e ou suas moteur ldC-
(riq'K ,
i^i ^Assiettes,>Bol8,GobletKC|sserolts,(^6^^ pAI,.:K,.;MALLAlj|. pal ,,.. Ieau etpsr rame.
Id-siNcoMp.HAPi.KsmrV.I.FITKS $ R IfllCi 311 (1^^ A SIX VITESSES EN MARCHE, REDUITES
f^J Or 45 seulement
durai sur, s 1 i,u s du i Dernier en I ;11 isjen p n. les Dames +1 Amricain p,,,.r les Hommes. FOrHNITtRFS (iurales pour la Cordonnerie : Peaux de toutesisortes Out*
Formes, Talons Lois Louis XV ft Bolthl s, Talons caoulc.uuc de la clbre marque (oodvcar > etc.
fis-
I
ta
W
Une visite^ s'impose
Aux (jinntds Magasins
le fournilures gnrales pour la cordonneriej
km) CRMSCO, m, Hue des Fronts-Forts.
RHUMBA/MMCOHT, no a d .**.



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM